Journée d'échanges "Compétences des inspecteurs d'aires de jeux et d'équipements sportifs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Journée d'échanges "Compétences des inspecteurs d'aires de jeux et d'équipements sportifs"

Transcription

1 «Compétences des inspecteurs pour aires de jeux et équipements» AFNOR Assistante: Rachel PRIESTLEY Ligne directe : + 33 (0) Date : Responsable: Aisatou DOUCOURE Ligne directe : + 33 (0) Numéro du document: N S52G N 185 Compte-Rendu révisé Journée d'échanges "Compétences des inspecteurs d'aires de jeux et d'équipements Réunion du Légende Numéro(s) de document(s) nécessaire(s) à la compréhension du présent compte-rendu - Ne pas en élargir la diffusion sans autorisation préalable de l AFNOR Association Française de Normalisation 11, rue Francis de Pressensé F La Plaine Saint Denis cedex SIRET

2 Page 1 sur 8 Décision prise Action à mener Ordre du jour de la réunion : N Points de l ordre du jour 1 Accueil des participants 2 Présentation du contexte Freddy MOREL (PRELUD), Président de la commission de normalisation "Equipement d'aires de jeux" (AFNOR S54F) 3 Présentation des travaux de normalisation en cours et options possibles Aisatou DOUCOURE (AFNOR) 4 Retour d'expérience sur la mise en place d'une formation diplômante pour les inspecteurs d'installations sportives Yves TOUCHARD (CONSULTANT) 5 Présentation des dispositifs de qualification/certification de compétences dans le domaine sports / loisirs - Geneviève BARBASTE (QUALISPORT) - Franck PINGUET (AFNOR CERTIFICATION) 6 Echanges avec les participants à la réunion 7 Discussion autour des réponses normatives possibles 8 Clôture de la journée d'échanges Ont participé à cette réunion : 42 personnes étaient présentes. Voir liste de présence en Annexe

3 Page 2 sur 8 Faits marquants de la réunion 1. Accueil de la réunion Aisatou DOUCOURE (AFNOR), accueille les participants et les remercie de leur présence à cette journée d'échanges AFNOR sur la qualification des compétences des inspecteurs d'aires de jeux et d'équipements. Rappelant le constat de la commission de normalisation S54F "Aires de jeux" indiquant qu'à ce jour, il n'existe pas de référentiel garantissant un niveau de connaissances minimales pour les inspecteurs en charge du contrôle d'aires de jeux et d'équipements. Elle indique que les professionnels du secteur souhaitent engager une réflexion afin de pallier cette lacune. Cette journée d'échanges a pour objectif dans un premier temps, afin répondre à ce questionnement, d'explorer les différentes opportunités en présentant: - le contexte et les travaux de normalisation en cours - le retour d'expérience sur la mise en place d'une formation pour les inspecteurs d'installations sportives au sein de l'université de Saint-Quentin en Yvelines - les différentes qualification/certification de compétences dans le domaine sports / loisirs Dans un second temps, la réunion à travers un doit permettre de définir une solution en tenant compte des attentes de chaque participant. 2. Présentation du contexte Freddy MOREL (PRELUD), Président de la commission de normalisation "Equipement d'aires de jeux" (AFNOR S54F) Freddy MOREL (PRELUD), président des commissions de normalisation S54F (Aires de jeux) et S52WF (Equipements de fitness de plein air) réalise une présentation du contexte des équipements d'aires de jeux, des équipements et de leurs modalités de contrôles ( cf. présentation powerpoint en annexe 2 du zip). Il revient sur les trois textes réglementaires français qui encadrent les aires de jeux: - Article L du code de la consommation: obligation générale de sécurité - 1er Janvier 1995: décret : les équipements d aires de jeux - 27 Juin 1997: décret : les aires collectives de jeux Ils sont complétés par la série de norme NF EN 1176 parties 1 à 10 qui déterminent des exigences de sécurité minimales pour les équipements d'aires de jeux. Le référentiel de bonnes pratiques BP S définit le mode opératoire pour la vérification sur site de la capacité amortissante des sols pour aires de jeux. Il rappelle que le code du sport s'appliquent aux équipements et cite à titre d'exemple la norme NF S sur les modalités de contrôle des buts sur site, le fascicule de documentation sur les

4 Page 3 sur 8 parcours de santé, la norme expérimentale française XP S sur les équipements de fitness en plein air et enfin la norme européenne NF EN NF EN A1 relative aux skate parcs et pistes de rollers/bmx. Il réalise également un état des lieux des obligations du gestionnaire et des modalités de contrôle s'appliquant aux aires de jeux. Listant les différents types d'organismes de contrôle, il explique les niveaux de contrôles qu'ils doivent mettre en œuvre (contrôle de routine, opérationnel, annuel principal, de réception et l'expertise après accident). Enfin, il propose les pistes de travail à mettre en œuvre et rappelle les travaux européens en cours sur les compétences des inspecteurs d'aires de jeux au sein du CEN/TC 136/SC 1) qui axent le développement de leur projet autour des différents niveaux de compétence des inspecteurs et des qualifications et expériences requises pour les plus hauts niveaux de compétences. Ces travaux à l'origine, ont été initiés du fait de la difficulté au niveau européen, à déterminer un socle de compétences communes attendu pour les inspecteurs. Les pratiques diffèrent selon les pays, et aucune formation diplômante ne sanctionne le métier d'inspecteur d'aires de jeux notamment. En France également, M. Freddy MOREL, rapporte que les contrôles effectués par des organismes différents peuvent aboutir à des rapports contradictoires. Ce résultat peut être lié à différents facteurs dont la compétence des inspecteurs. Une méconnaissance de l'évolution des normes peut également être en cause (liste non exhaustive). En définitive, il estime qu'une action corrective doit être entreprise collectivement pour améliorer et homogénéiser la qualité des contrôles sur tout le territoire. Il rappelle qu'outre la piste normative, la certification et la qualification de personnes et l'établissement d'un cahier des charges pourraient répondre à la problématique. 3. Présentation des travaux de normalisation en cours et options possibles Aisatou DOUCOURE (AFNOR) Aisatou DOUCOURE (AFNOR) présente les travaux de normalisation en cours ainsi que la réponse normative possible ( cf. présentation powerpoint en annexe 3 du zip). Elle présente en séance le groupe AFNOR. Groupe international de services, le groupe AFNOR est organisé autour de 4 grands domaines de compétences : l association AFNOR regroupe les activités de Normalisation (association reconnue d'utilité publique) et d Editions de solutions et services d'information. Deux filiales complètent le groupe AFNOR : AFNOR Certification dans le domaine de la certification et de l évaluation et AFNOR Compétences pour les activités de Formation & conseil Elle définit les principes qui régissent la normalisation : impartialité, transparence, ouverture et concertation en indiquant qu'ils servent un double objectif : de pertinence (utilité et qualité des documents) et d efficacité (ex : respect des délais et des coûts supportés par toutes les parties prenantes). Elle explique qu'une norme est un document de référence approuvé par un institut de normalisation reconnu tel qu AFNOR. Elle définit des caractéristiques et des règles volontaires applicables aux activités. Elle est le consensus entre l ensemble des parties prenantes d un marché ou d un secteur d activité.

5 Page 4 sur 8 Elle informe qu'une norme permet de définir un langage commun entre les acteurs économiques - producteurs, utilisateurs et consommateurs - de clarifier, d harmoniser les pratiques et de définir le niveau de qualité, de sécurité, de compatibilité, de moindre impact environnemental des produits, services et pratiques. Expliquant les bénéfices de la normalisation, elle indique qu'une norme facilite les échanges commerciaux, tant nationaux qu internationaux, et contribue à mieux structurer l économie et à faciliter la vie quotidienne de chacun. Elle rappelle que : - l'ensemble de ces documents sont d'application volontaire. - pour différents motifs, l administration peut utiliser une norme comme support de la réglementation. Trois modes de référence sont couramment utilisés : la norme est rendue d'application obligatoire ; la réglementation prévoit que la norme confère une présomption de conformité ; la réglementation confère à la norme une valeur indicative - la norme ne peut pas contrevenir à la réglementation. Ensuite, elle présente le programme des travaux de la commission de normalisation S54F (Aires de jeux) avec la révision en cours de la série de norme EN 1176 (équipements d'aires de jeux). Aisatou DOUCOURE revient sur le développement laborieux des travaux européens sur la compétence des inspecteurs et indique que du fait de la rétention d'information de la part des membres du groupe de travail, il a été très difficile d'obtenir une première version du projet. L'animateur du groupe a d'ailleurs failli abandonner les travaux. Aussi, il ne faut s'attendre à la publication d'un document normatif avant deux ans à minima. Elle réalise ensuite un focus sur les équipements et met l'accent sur les normes de services qui tendent à se développer dans le secteur sportif (exploitation des équipements et engagements de service ). Pour répondre à la problématique 3 types de documents AFNOR sont possibles: la norme homologie (NF,) la norme expérimentale (XP) et le fascicule de documentation. Le statut du document est déterminé en fonction de plusieurs facteurs: maturité du sujet, volonté des acteurs, etc Tout acteur économique peut proposer un projet de norme. Cette proposition est soumise à une commission de normalisation, existante ou à créer, où se réunissent tous les partenaires intéressés par la future norme. Le projet est, selon les besoins, traité au niveau national, européen ou mondial. Une fois mis au point, le projet passe en phase de validation via une consultation ouverte à tous appelée Enquête Publique. Le texte de la norme est ainsi enrichi par une série d observations avant de prendre un caractère définitif pour être soumis à la validation de l institut de normalisation : c est l homologation. L ensemble de ce processus dure de un (norme française) à trois ans (norme européenne ou internationale). Les normes sont ensuite révisées périodiquement. Elle explique le rôle des parties prenantes et leur indique les responsabilités et les engagements inhérents à la participation à une commission de normalisation et à chaque étape du projet de vie de la norme.

6 Page 5 sur 8 Sont requis de la part des experts: - Une participation active aux travaux de la commission (réunions et réponse aux enquêtes) - une attitude constructive et consensuelle en réunion - une expression de son avis à chaque stade du projet - la défense de son point de vue et une contribution à la rédaction du projet - l'émission d'une position assortie d'éventuels commentaires techniques. Les travaux de normalisation se déroulent au sein d'une commission de normalisation composée d'experts (parties prenantes). C'est cette structure de pilotage et de décision qui: Définit les principaux enjeux des travaux Décide des acwvités faisant l objet des normes, ConsWtue les Groupes d experts (GE) représentawfs pour chaque activité; Oriente et valide les différents axes de travail Organise le suivi opérawonnel du projet, liaison avec les groupes d experts et validation des éléments communs aux GE, base des normes Valide et décide de la mise en enquête et des suites à donner aux commentaires. Enfin, elle présente les modalités financières de participation aux travaux. Elle estime qu'une norme ou une norme expérimentale pourrait totalement être une première étape dans la construction d'un socle de compétence commun qui pourrait être sanctionné par une certification de personnes par la suite. QUESTIONS DES EXPERTS SUR LA PRESENTATION: Question de Claude SEGUELA - Possibilité de développer un référentiel de bonnes pratiques au sein de la commission de normalisation. Réponse d'afnor: Suite aux modifications des Règles de la Normalisation Française (RNF), il disparait des documents de références de la commission, il est remplacé par le fascicule de documentation. Question de Samir CHIBANE Demande de précision sur la procédure d'interprétation (détail sur l'organisation du service à l'afnor). Réponse d'afnor: Selon les commissions de normalisation, une procédure d'interprétation des normes peut être mise en place lorsque certaines parties de normes sont potentiellement sujettes à interprétation. La commission de normalisation examine la demande et rend un avis qui pourra être utilisé lorsque des professionnels rencontreront le même problème. 4. Retour d'expérience sur la mise en place d'une formation diplômante pour les inspecteurs d'installations sportives Yves TOUCHARD (CONSULTANT) Yves TOUCHARD (Consultant) présente son retour d'expérience sur la d'une formation diplômante pour les inspecteurs d'installations sportives.

7 Page 6 sur 8 Ancien de l'éducation nationale, membre du CRITT Sport/loisirs, il détaille sa longue expérience et connaissance du milieu scolaire et sportif. Il indique notamment avoir travaillé sur une étude relative à la sécurité des pratiques physiques. Il informe que accidents par an recensés dans le secteur scolaire. Concernant les compétences des inspecteurs à développer, il indique cette préoccupation est ancienne proposée. Il rappelle que la FIFAS avait entamé une réflexion sur le sujet qui a abouti à une licence professionnelle rattaché à une licence de sport au sein de l'université de Saint-Quentin en Yvelines. Cette licence a fonctionné sous le format de l'apprentissage. La formation était assurée à plus de 60% par des professionnels du secteur. Cette formation de haut niveau traitait par la voie des compétences les sujets suivants: juridique, connaissance des activités physiques des enfants, la conception des équipements, les matériaux à usage sportif, le management, la communication et les compétences de tests (essais destructifs, test de conformité à des exigences normatives). Cette formation avait été mise en œuvre pour répondre aux besoins exprimés par les professionnels. Yves TOUCHARD indique également avoir réalisé deux études sur l'accidentologie scolaire ludique/sportive. Les matériels produits en France étaient rarement en cause dans les accidents. Les détournements d'usages constituent 70% des accidents. Il apporte un éclairage sur les méthodes d'analyse des risques utilisées: Identifier les risques tels qu'ils existent pour prévenir les évènements qui vont occasionner les dommages. Ces méthodes sont développées pour maitriser les causes des accidents. Enfin, il conclue que la licence a été arrêtée suite à un manque de communication autour de la formation qui n'a pas permis de recruter un nombre d'élèves suffisant, malgré la demande des professionnels. Il préconise dans un premier temps de déterminer les compétences pour les 3 niveaux. Que des compétences répondent à ces niveaux requis. Sous le contrôle de l'université de Saint-Quentin en Yvelines, il rapporte que cette dernière est prête à s'investir et s'engage sur la possibilité de développer une formation. Si les travaux se déroulaient dans un autre cadre (normalisation notamment), M. Yves TOUCHARD serait prêt à participer activement aux travaux. QUESTIONS DES EXPERTS SUR LA PRESENTATION: Question de PIERRE BOURRET sur le cycle de formation par rapport aux fonctionnements de l'entreprise. Réponse d'yves TOUCHARD: il envisagerait une formation diplômante post bac d'une centaine d'heures qui n'aurait pas une grande incidence sur le travail quotidien des inspecteurs d'aires de jeux.

8 Page 7 sur 8 QUESTIONS DES EXPERTS SUR LA PRESENTATION: Question de Samir CHIBANE sur la portée géographique de cette formation? Cela entrainerait-il un monopole? Réponse d'yves TOUCHARD: Initialement, si l'université se saisissait du sujet, la formation ne serait disponible qu'au sein de l'université de Saint-Quentin-en-Yvelines mais rien n'empêcherait par la suite une autre université de développer un programme similaire. Question de Sylvain PERRIN sur l'étude relative à l'accidentologie citée précédemment. Il revient sur les 30% d'accidents dus au matériel, y'a-t-il des actions correctives à mettre en place? Réponse d'yves TOUCHARD: Sur les 30% dus au matériel, 7% uniquement des accidents sont dus aux produits (3 morts par an dans le milieu scolaire), les ballons étant les plus accidentogènes. (A savoir, le risque d'accident est multiplié par dix lorsque les enfants sont avec leurs parents). 5. Présentation des dispositifs de qualification/certification de compétences dans le domaine sports / loisirs Denis FELTER (QUALISPORT) - Franck PINGUET (AFNOR CERTIFICATION) Denis FELTER (QUALISPORT) Denis FELTER (QUALISPORT) présente l'association QUALISPORT ainsi que son dispositif de certification ( cf. présentation powerpoint en annexe 4). Il indique avoir travaillé auparavant chez KOMPAN (fabricant d'aires de jeux), et établi un parallèle entre la situation actuelle des organismes de contrôle et celle des fabricants, il y a quelques années. Il existait une norme DIN, mais vis-à-vis de l'administration, les français, ont décidé de faire un document eux-mêmes pour faire valoir leurs exigences. Lorsque la profession se mobilise les choses changent en mieux rapidement. Le fabricant dépend de celui qui va poser l'équipement. Selon lui, la formation des installateurs pose problème (spécialisé ou non). Ensuite, vient le problème du contrôle. Il présente ensuite QUALISPORT, une association de loi 1901 qui depuis 1976 attribue des qualifications à toute "entreprise" qui souhaite mettre en relief compétence et savoir-faire sur le marché public et privé. Qualificateur indépendant, il établit des nomenclatures en adéquation avec l évolution des métiers, outil de référencement pour les Cie d assurances, M. Œuvre, M. Ouvrage ; élabore et adapte les référentiels Qualisport aux particularités des activités Sport Culture Loisir ; délivre des qualifications spécifiques conformément aux exigences requises attestant la compétence technique spécifique de

9 Page 8 sur 8 l'entreprise ; assure l'impartialité, l'indépendance, la transparence, la non- discrimination du système d'attribution des qualifications attribuées. QUALISPORT, conscient des enjeux et de l'importance de décisions, au travers de ses missions et de sa position de «tiers indépendant», répond aux exigences de son fonctionnement et de son processus de qualification (norme NF X )". L'association accorde une importance aux valeurs professionnelles et à l'éthique et est également accréditée COFRAC depuis Denis FELTER décrit l'organisation de l'association (avec son CA, sa DG, les comités et l'externalisation des prestataires). Il précise les intervenants du processus de qualification (différents comités, le pôle R&D et le comité de recours), les secteurs couverts (aires sportives, aménagements récréatifs, bâtiments, matériels, maintenance...). Il indique que l'organisme délivre 2 types de qualifications (probatoire et régulière) sous conditions. Le certificat de qualification QUALISPORT a une validité d'un an impliquant un contrôle constant, garantissant que le qualifié est toujours conforme aux critères et exigences définis dans les référentiels. Enfin, il délivre quelques chiffres sur les entreprises qualifiées QUALISPORT. Il est favorable à tout ce qui peut être fait pour aboutir à un niveau de compétences similaires. Notamment par le biais d'une formation ouverte à tous (Formation ou VAE). Et indique être prêt à développer une certification dans le secteur si les participants à la réunion le souhaitent. Il s'inscrit également dans la dynamique de privilégier 3 niveaux de compétences. QUESTIONS DES EXPERTS SUR LA PRESENTATION: Question de Samir CHIBANE (+COPREC) sur la différence entre ce que propose Qualisport et l'accréditation COFRAC et conséquence si cette dernière répond aux même besoins que ceux recherchés par la mise en place d'une nouvelle qualification, est-elle nécessaire? Que feront les organismes d'inspections lorsqu'il y aura un nouveau référentiel? Réponse de Denis FELTER : Le cœur de métier de QUALISPORT consiste à contrôler par exemple comment mettre un œuvre un sol sur la base d'un référentiel sportif. Qualisport attribue un signe extérieur de qualité. Si des organismes sont déjà accrédités ISO sur les aires de jeux, peut-être qu'il ne sera pas nécessaires pour elles de repasser une nouvelle certification. Franck PINGUET (AFNOR CERTIFICATION) Franck PINGUET (QUALISPORT) présente AFNOR CERTIFICATION ainsi que son dispositif de certification de compétences ( cf. présentation powerpoint en annexe 5 du zip). Il définit ce qu'est une compétence à savoir l'aptitude à mettre en pratique des connaissances et un savoir-faire pour obtenir les résultats escomptés selon l'iso 1702 :2012. Il explique que la certification peut découler d une démarche volontaire ou réglementaire. Un référentiel «public» ou «privé» peut être à l origine du référentiel de certification.

10 Page 9 sur 8 La durée de son cycle est variable (généralement 3 ou 5 ans). Il mentionne les deux marques d AFNOR ICA, et AFNOR Certification de personnes. Il présente les bénéfices de la certification de personnes pour l individu : o Valoriser ou compléter un parcours de formation o Faire reconnaître (rapidement) ses compétences par un organisme indépendant et impartial o Accéder à un métier ou à un marché pour lequel la certification est obligatoire/requise Pour l entreprise/l organisme : o Mesurer l investissement formation o Valoriser les prestations de formation o Evaluer objectivement le salarié (évaluation tierce partie) o Sécuriser les niveaux de compétences/pratiques o Différencier l entreprise sur son marché, valoriser son image en valorisant le capital humain Il présente le processus de certification comprenant ou non des prérequis. Il introduit ensuite les évaluations (à la carte) qui sont de natures diverses (QCM, épreuve écrite, évaluation sur site ). Il indique que suite à l évaluation, une décision de certification est rendue par un comité ou des experts. Enfin, une surveillance peut être mise en place, avant un nouveau cycle de certification. AFNOR Certification indique être le pionnier et leader français de la certification de personnes de 1995 avec 6500 personnes certifiés. L entreprise dispose par ailleurs de 6 accréditations COFRAC selon ISO Franck PINGUET présente quelques exemples de certifications de personnes comme celle de diagnostiquer immobilier, auditeur qualité Enfin, il conclue en présentant les étapes du développement du projet de certification : o Constituer un groupe de travail (3 ou 4 experts) o Analyser l existant (charte, guide de bonnes pratiques, normes, règles de l art, référentiel ) o Définir le périmètre de la certification o Définir un processus (durée du cycle, prérequis, type d évaluations ) o Rédiger le référentiel de compétences o Elaborer les évaluations (QCM, examens écrits, oraux ) o Tester les évaluations (seuil de réussite, timing ) o Mettre en production, valoriser la prestation. QUESTIONS DES EXPERTS SUR LA PRESENTATION: Question relative au prix d'une certification Réponse d'afnor Certification: Le prix d'une certification varie en fonction de différents éléments, à titre d'exemple, il faudra compter: - 600/800 euros pour une qualification sur la base d'un QCM / 1300 euros pour une qualification avec intervenants pour vérifier les acquis

11 Page 10 sur euros pour une certification avec contrôle sur site - Certification de personnes adaptée des professions organisées en petites structures et en individuel. Claude SEGUELA précise que la norme ISO reconnait l'accréditation de personnes. Claude SEGUELA précise que la norme NF EN ISO CEI 17020, qui est le référentiel de base utilisé par le COFRAC pour l'accréditation des organismes d'inspection, reconnait la compétence des personnes. L'accréditation d'un organisme est un système différent que la certification de personnes mais l'objectif de vérification de la compétence des vérificateurs est commun aux deux processus. Les collectivités locales Ville de Strasbourg et Ville de Lyon soulignent quant à elles le besoin de qualification de personnes pour tous les contrôleurs d équipements. 6. Echanges avec les participants à la réunion (VERBATIM) Suite à la présentation des différentes pistes, tous les participants sont invités à partager leur retour et à se positionner en faveur de l une ou de plusieurs d entre elles. Jacques BELORGEY (FNHPA) indique gérer de à aires de jeux. Il indique être pleinement satisfait des contrôles organisés sur ses installations et met l accent sur le risque de complexification de la situation si un nouveau référentiel est mis en place. Il pourrait entrainer une augmentation des coûts. Il ne souhaite pas de nouveau référentiel. Il sent un besoin au niveau des collectivités mais pas de besoin des professionnels (organismes de contrôle) et s interroge sur l opportunité de la démarche. Si un référentiel était développé, il souhaiterait que les points de vigilance suivants soient considérés : l objectivité à mettre en œuvre, à la disparition d'entreprises et d'emploi qui pourrait en résulter. Enfin il demande à ce que les travaux développent sur des procédures simples. Jérémy WAEFFLER (VILLE DE STRASBOURG) indique pour sa part avoir fait l expérience de beaucoup d'avis différents (rapports contradictoires) sur ses aires de jeux. Il serait en faveur d une certification de personnes afin d homogénéiser les pratiques. Muriel COUSIN (VILLE DE LYON) s accorde avec la ville de Strasbourg et ajoute que c est une problématique qui est collective. BILLOD Jean Charles (VILLE DE STRASBOURG) ajoute que les collectivités sont également préoccupées par rapport au prix des contrôles (disparates) qui ne couvrent pas les mêmes prestations. Il souligne la responsabilité des collectivités qui rédige les appels d offres les plus précis possibles. Arnaud LANGEVILLE (VILLE DE PARIS) partage l avis des autres collectivités présentes. Il indique que ce sont les techniciens de la ville en interne qui effectuent les contrôles trimestriels. Ils sont formés à l'expérience sur le tas et ne disposent pas de véritable formation. Olivier PAROUTY (OP CONSULT) partage l analyse des gestionnaires. Son souhait est axé sur la définition d'une formation et une certification de personnes (certification à plusieurs niveaux, moindre pour du fonctionnel et plus approfondi pour de la réception ou du contrôle). Vincent MULLATIER (PRELUD) serait en faveur d une liste gouvernementale pour les aires de jeux des personnes habilitées comme ce qu il se fait au Canada et exprime sa préférence pour l élaboration d un

12 Page 11 sur 8 référentiel de compétence. Il se pose la question de l articulation des éventuels travaux français avec les travaux européens. Laure RADET (SOLEUS) pose la question du problème humain lié à la subjectivité sur les rapports d'essais dans le cadre de rapports d essais contradictoires. Fabienne YVAIN (PRODULIC) s accorde avec les collectivités et est favorable à une qualification individuelle avec des niveaux avec les contrôles qui démontre des compétences sur le terrain. La qualification doit être la même pour tous. Bertrand COULOMB (SPACE) partage l'avis de Monsieur BELORGEY. Il note la demande de qualification pour faire les contrôles soi-même. Peut-être faut-il un CQP mais il ne faut pas qu'il soit trop restrictif. Il indique qu il faut limiter les interprétations de normes et interroge sur la façon de vérifier que le certificat de base de l'aire de jeux est bon? Olivier ESCULIER (APAVE) réagit en rappelant que le contrôleur doit au départ vérifier que le certificat est conforme à l aire de jeux. Un rapport existe il peut être mis à disposition de l'exploitant. Il existe un décret pour la mise sur le marché au plan français. Freddy MOREL (PRELUD) ajoute qu étant favorable à une certification de personnes, le référentiel pourrait compter un listing de document à demander afin de répondre à la demande de Bertrand COULOMB. Luc IMBERT (ECOGOM) est en faveur d une certification de personnes notamment pour une inspection de maintenance. Il indique qu une ou deux personnes dans l'entreprise pourraient être certifiées. Alex Paul (VILLE DE NANTERRE) souhaite qu une certification de personnes soit développée. Amandio MACEDO (KOMPAN) indique que tout le monde doit avoir la même base pour contrôler les aires de jeux. Benoit BOSSUET (LABOSPORT) mentionne que pour définir les niveaux et clarifier le niveau de formation une norme serait nécessaire. Il est favorable à la création d un syndicat des professionnels du secteur, à la certification de personnes, et à une accréditation pour les contrôles annuels (sur un critère de compétence techniques). Fabrice FROMONT (VILLE DE PARIS) abonde dans le sens des collectivités sur la nécessité d une formation. Il fait ressortir que des regards différents sont portés par chacun sur l'analyse des risques, sur un même jeu à travers les différents contrôles (contrôle visuel quotidien, agent technique qui contrôle trimestriellement). Une méthodologie et formation seraient les bienvenues et essentielles pour tous les niveaux de compétence. Il questionne l assemblée au sujet du contrôle des aires de jeux et des équipements de fitness de plein air ; quelles différences sont observées? Jacques GUICHOT (VILLE DE PARIS) est favorable à la certification de personnes. Il présente les pratiques de sa collectivité : cette dernière dispose d un atelier local qui sur la base d un cahier des charges dispense un apprentissage sur le tas. Les contrôles annuels sont réalisés par la société qui a le marché. La ville de Paris a des arrondissements et des ateliers spécifiques qui délivrent les formations et contrôle préventif visite sur site qui contrôle de manière préventive. A inclure dans la démarche. Christian GRIES (VILLE DE HAGUENEAU) indique que le personnel de terrain est souvent volontaire mais non formé. Un référentiel devrait définir sur quels critères et quelles qualifications le métier de

13 Page 12 sur 8 contrôleur doit s exercer. Il ne retient pas la piste QUALISPORT. Enfin, il indique que la DGCCRF n est pas présente mais qu elle inquiète les collectivités au niveau des contrôles. Mme BERNANDIN & Yoann BELCELSKI (VILLE DE PARIS) rejoignent l'avis des autres collectivités. Vincent RICARD (FIFAS) indique être favorable à plusieurs pistes mais il souligne que quelle que soit la solution choisie, il faudra s assurer d une qualification sérieuse des laboratoires et des inspecteurs qui soit ouverte à tous. Les aspects relatifs au contrôle à réception méritent réflexion. Sylvain PERRIN (BUREAU ALPES CONTROLE) donne son point de vue concernant les disparités sur les rapports d'une année à l'autre. Il indique qu un dialogue d'une année sur l'autre est toujours possible. Il rappelle que les annotations des rapports sont basées sur des éléments précis. Si une formation est nécessaire, à charge à la collectivité de la mettre en œuvre. Concernant les qualifications de personnes à développer éventuellement par QUALISPORT et AFNOR CERTIFICATION, il spécifie que le COFRAC doit être pris en compte pour les organismes qui sont accrédités et que par conséquent il n est pas nécessaire qu elles s appliquent à ces organismes. Il met l accent sur l importance de la tierce partie en matière de contrôle. Enfin, il déclare les collectivités portent plus d attention au choix du tarif qu à la compétence des inspecteurs. Jean-Charles BILLOD (Ville de STRASBOURG) répond que le choix n'est pas basé que sur le prix, la responsabilité de la collectivité est engagée. Aujourd'hui la compétence est difficile à définir. Jacques BELORGEY (FNHPA) révèle que ses installations sont contrôlées très souvent et que la fédération délègue une partie de son contrôle aux organismes de contrôle. Claude SEGUELA La certification de personnes et l'accréditation d'organisme d'inspection sont deux systèmes différents qui permettent de reconnaitre la compétence des personnes qu'il ne faut pas opposer mais juxtaposer car ils sont adaptés des types d'entreprises différents. Il faut clairement définir les choses à faire de manière collégiale et dédramatiser la situation. Ce qui nécessite des compétences c'est la conformité. Les contrôleurs ne peuvent pas prendre la responsabilité de la conformité du produit. Il questionne le périmètre du contrôle annuel à définir avant de faire le contenu de la formation. Jacques BELORGEY (FNHPA) précise que les missions des contrôles sont déjà définies dans un document. Olivier ESCULIER (APAVE) indique que son organisme est accrédité. Ces travaux s adresseraient plus aux collectivités. Il ajoute par ailleurs que la sécurité se joue sur tous les contrôles tout au long de l'année. Le contrôle annuel est à un instant T. La formation ne serait pas si mauvaise que cela pour toutes les petites structures. Jean-Charles BILLOD (VILLE DE STRASBOURG) rapporte que le CNFPT délivre des formations pour les contrôles visuels et de routines. Les collectivités y font appel pour leurs employés. Olivier ESCULIER (APAVE) ainsi qu une majorité d experts présents déplorent l'absence des autorités réglementaires. Vincent MULLATIER (PRELUD) regrette également l'absence de la DGCCRF à la réunion.

14 Page 13 sur 8 José BATAILLE (SOCOTEC) ne valide le principe d une certification de personnes.d une qualification de la compétence des inspecteurs par certification, dans la mesure où un système d accréditation existe et vérifie la compétence de l organisme et des inspecteurs. Eric DEWALLE (JEUX CONTROLE) note beaucoup de disparité sur les réceptions. Il se prononce en faveur de la formation plutôt que de la certification de personne. Sébastien HAMON (KOMPAN) souligne la nécessité de définir ce qu'on attend des contrôles (besoins en compétence et besoin en formation). Il propose de ne pas «brider» la norme pour la certification et l'accréditation et de laisser le choix au gestionnaire en fonction de ses propres critères. Arnaud LANGE (VILLE DE PARIS) propose un document interne de la mairie de Paris à verser à la réflexion générale notamment pour le besoin pour le contrôle trimestriel. Tout cela afin de permettre un transfert de compétences entre les mieux formés et les moins formés. Arnaud BARD (MAIRIE D'EVRY) suit son contrôle avec des fiches de routines. Il indique que la certification de personne permettrait d être reconnu à un moment précis pour un travail précis (reconnaissance du contrôle effectué). Audrey BRINDISI (LA PLAINE COMMUNE VILLE DE SAINT-DENIS) informe que les formations effectuées par le CNFPT mettent l'accès sur les responsabilités. Les futures formations seraient à adapter par rapport à la fonction et aux responsabilités que l'on a. Elle pose également la question des assurances pour les gestionnaires. Jean-Charles BILLOD (VILLE DE STRASBOURG) propose de définir ce qui interprétable. Le gestionnaire est responsable. Il recommande ainsi vivement la prise d'une assurance en réponse à l intervention d Audrey BRINDISI. Denis BIMBERT et Joachim NOGUERRA (LA PLAINE COMMUNE VILLES DE STAIN & VILLETANEUSE) cautionnent les propos d Audrey BRINDISI et proposent une harmonisation des méthodes de travail. Alain BAUJARD (VILLE DE PARIS) s accorde avec la proposition de certification de personnes. Luc IMBERT (ECOGOM) conclue le tour de tableur en rappelant de prendre en compte les organismes de maintenances. Il indique qu il faut une reconnaissance du métier de maintenance. 6. Discussion autour des réponses normatives possibles SYNTHESE : Les experts ont exprimé différentes positions suite au tour de table. Il en ressort que les attentes sont différentes selon les participants. Certains organismes de contrôles estiment que l accréditation COFRAC pour les équipements d aires de jeux serait suffisante et ne nécessite pas de nouveaux travaux. Certains fabricants et la majorité des collectivités expriment un besoin de certification de personne. Tous s accordent à dire que si des travaux devaient être lancées, il faudra absolument définir un socle commun à tous. Cette certification doit s appuyer sur un référentiel solide qui peut être élaboré par le biais de la normalisation. D après les participants, ce besoin de normaliser est primordial avant une quelconque certification.

15 Page 14 sur 8 Celle dernière sera déterminée dans un second temps car certains organismes de contrôle souhaiterait plutôt être accrédités et avoir le choix de requérir l'une ou l'autre des solutions après la définition du socle de compétences communs. Le document européen sur la certification des inspecteurs doit également être traduit en français et mis à la disposition des experts français. La Ville de Lyon, ISCE, Ville de Strasbourg, PRELUD se sont engagés à participer en séance. La COPREC réserve son avis sur la question (besoin d'en discuter en interne). Une réunion de lancement du sujet sera organisée le 27 avril 2015 dans les locaux du groupe AFNOR afin de déterminer le domaine d'application des travaux et la structure de travail adéquate (Groupe d'expert rattaché à la commission de normalisation S54F ou commission de normalisation indépendante). NOTE DU SECRETARIAT : Les experts sont d ores et déjà invités à formuler des propositions concernant les définitions à rédiger et les exigences à développer. 7. Prochaines réunions La réunion de lancement se tiendra le 27 avril 2015 dans les locaux du Groupe AFNOR (La Plaine Saint-Denis)

16 ANNEXE 1 LISTE DE PRESENCE

17

18

19

20

Audit Energétique Réglementaire 20/11/2014. Périmètre de l audit Compétence et qualification des auditeurs. Apave Nord Ouest - François COEVOET

Audit Energétique Réglementaire 20/11/2014. Périmètre de l audit Compétence et qualification des auditeurs. Apave Nord Ouest - François COEVOET Audit Energétique Réglementaire 20/11/2014 Périmètre de l audit Compétence et qualification des auditeurs Apave Nord Ouest - François COEVOET Périmètre de l audit Principe défini dans le projet de décret

Plus en détail

En France, les normes sont élaborées et éditées par l'afnor qui coordonne le système de normalisation. Au niveau international, c'est l'iso.

En France, les normes sont élaborées et éditées par l'afnor qui coordonne le système de normalisation. Au niveau international, c'est l'iso. GLOSSAIRE Depuis quelques années, les particuliers voient apparaître de plus en plus de signes de qualité attestant du savoir-faire des professionnels ou des performances des produits et des bâtiments.

Plus en détail

AFNOR/S52G. Commentaires avant le 2015-09-01

AFNOR/S52G. Commentaires avant le 2015-09-01 Matériels, équipements et activités de sports et de loisirs Date: 2015-07-07 Assistant(e): Laurie HADJARD Ligne directe : laurie.hadjard@afnor.org AFNOR/S52G Numéro du document: N 0199 Responsable: Aïsatou

Plus en détail

ISO 26000? Was ist das? C est quoi. che cosa è? Qué es? ? Hablas. Do you speak L ISO ? 26000. en 10 questions

ISO 26000? Was ist das? C est quoi. che cosa è? Qué es? ? Hablas. Do you speak L ISO ? 26000. en 10 questions ISO 26000 Kezako che cosa è C est quoi donc Qué es Was ist das Hablas ISO 26 000 Do you speak ISO 26000 26000 L ISO en 10 questions 7 Bonnes questions centrales Environnement pratiques des affaires SOMMAIRE

Plus en détail

Certification de produits

Certification de produits Certification de produits Eric ROUAIX Bureau Veritas Sommaire Introduction à Bureau Veritas Définition et principes de lévaluation de conformité Les enjeux de la certification Quid de la certification

Plus en détail

La Certification un outil au service des SDIS

La Certification un outil au service des SDIS La Certification un outil au service des SDIS 02 février 2012 Sommaire Présentation d AFNOR Qu est-ce que la certification Focus sur la certification de service Processus de développement Processus de

Plus en détail

AFNOR/S52G. Contribution d'yves TOUCHARD sur la compétence des inspecteurs

AFNOR/S52G. Contribution d'yves TOUCHARD sur la compétence des inspecteurs Matériels, équipements et activités de sports et de loisirs Date: 2015-05-28 Assistant(e): Laurie HADJARD Ligne directe : laurie.hadjard@afnor.org AFNOR/S52G Numéro du document: N 0189 Responsable: Aïsatou

Plus en détail

ENJEUX DE LA NORMALISATION

ENJEUX DE LA NORMALISATION ENJEUX DE LA NORMALISATION Accueil...2 1 : Qu'est-ce qu'une norme?...2 2 : À quoi sert une norme?...3 3 : Que peut-on normaliser?... 11 3.1 Les domaines d'application de la normalisation... 11 3.2 Les

Plus en détail

CERTIFvalor La certification des compétences basée sur la recherche et l innovation

CERTIFvalor La certification des compétences basée sur la recherche et l innovation CERTIFICATION DE PERSONNES CERTIFICATION PROFESSIONNELLE FFP TITRES PROFESSIONNELS RNCP ÉVALUATION ET QUALIFICATION DES COMPÉTENCES INGÉNIERIE DE LA CERTIFICATION CERTIFvalor des compétences basée sur

Plus en détail

CERTIFICAT D ACCREDITATION ET DOMAINE D APPLICATION D UNE ACCREDITATION : Lignes directrices générales pour la formulation et l évaluation

CERTIFICAT D ACCREDITATION ET DOMAINE D APPLICATION D UNE ACCREDITATION : Lignes directrices générales pour la formulation et l évaluation BELAC 2-002 Rev 2-2014 CERTIFICAT D ACCREDITATION ET DOMAINE D APPLICATION D UNE ACCREDITATION : Lignes directrices générales pour la formulation et l évaluation Les dispositions de la présente procédure

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Certains aspects du module D peuvent nécessiter une étude plus approfondie. Une révision du guide pourra donc s'avérer nécessaire.

AVANT-PROPOS. Certains aspects du module D peuvent nécessiter une étude plus approfondie. Une révision du guide pourra donc s'avérer nécessaire. Le présent document est une traduction du guide 8.4, dont l original en anglais est disponible sur le site Internet de WELMEC (www.welmec.org). Pour tout problème d interprétation, il est nécessaire de

Plus en détail

2012 / 2013. Excellence. Technicité. Sagesse

2012 / 2013. Excellence. Technicité. Sagesse 2012 / 2013 Excellence Technicité Sagesse Audit Conseil >> Présentation d ATHENA ATHENA est une société de services fondée en 2007 offrant des prestations dans les domaines de la sécurité informatique

Plus en détail

Présentation du cadre réglementaire des audits énergétiques

Présentation du cadre réglementaire des audits énergétiques Présentation du cadre réglementaire des audits énergétiques Jean-Pierre ROPTIN DREAL Basse-Normandie Division Energie-Air-Climat du 8 septembre 2009 Séminaire Document de stratégie régional du MEEDDM 1

Plus en détail

Excellence. Technicité. Sagesse

Excellence. Technicité. Sagesse 2014 Excellence Technicité Sagesse Audit Conseil ATHENA est un cabinet de services créé en 2007 et spécialisé dans les domaines de la sécurité informatique et la gouvernance. De part son expertise, ATHENA

Plus en détail

LES REFÉRENTIELS ILO OSH 2001

LES REFÉRENTIELS ILO OSH 2001 LES REFÉRENTIELS Une trentaine de référentiels Hygiène Santé Sécurité au Travail ont été répertoriés à travers le monde. Deux grandes familles se distinguent : Les référentiels assimilés tels que l OHSAS

Plus en détail

ARRETE Arrêté du 17 novembre 1999 relatif à la licence professionnelle. NOR: MENS9902515A Version consolidée au 25 mai 2013

ARRETE Arrêté du 17 novembre 1999 relatif à la licence professionnelle. NOR: MENS9902515A Version consolidée au 25 mai 2013 ARRETE Arrêté du 17 novembre 1999 relatif à la licence professionnelle NOR: MENS9902515A Version consolidée au 25 mai 2013 Le ministre de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie, Vu

Plus en détail

Qualité - Évaluation. Quels sont les principaux concepts?

Qualité - Évaluation. Quels sont les principaux concepts? Quels sont les normes, labels, certifications qui encadrent la? Objectifs Définir les concepts de norme, label et certification, charte qualité et audit. Connaître les différentes modalités d application

Plus en détail

MANAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PAR ETAPES

MANAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PAR ETAPES ACTION COLLECTIVE REGIONAL DE PROMOTION DU MANAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PAR ETAPES CAHIER DES CHARGES DE LA CONSULTATION Avec le soutien de : Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Rhône-Alpes 75

Plus en détail

DECRYPTAGE LES AUDITS ENERGETIQUES OBLIGATOIRES POUR LES GRANDES ENTREPRISES. Version 0.6 06/02/2015

DECRYPTAGE LES AUDITS ENERGETIQUES OBLIGATOIRES POUR LES GRANDES ENTREPRISES. Version 0.6 06/02/2015 DECRYPTAGE LES AUDITS ENERGETIQUES OBLIGATOIRES POUR LES GRANDES ENTREPRISES 1 Version 0.6 06/02/2015 2 PARTIE I : DÉCRYPTAGE RÉGLEMENTAIRE Cadre réglementaire et normatif Les entreprises concernées Objectifs

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

Qualité en Recherche en Région Aquitaine Limousin : QRRAL

Qualité en Recherche en Région Aquitaine Limousin : QRRAL Qualité en Recherche en Région Aquitaine Limousin : QRRAL Rencontre du 13 décembre 2012 Les référentiels qualité en recherche Objectifs! Rappel sur les principes de la qualité! Les spécificités de la recherche!

Plus en détail

Panorama des exigences, normes et dispositifs en lien avec l audit énergétique. obligatoire

Panorama des exigences, normes et dispositifs en lien avec l audit énergétique. obligatoire Panorama des exigences, normes et dispositifs en lien avec l audit énergétique Colloque ATEE du 20 novembre 2014 Lille Les opportunités de l audit énergétique réglementaire Contact : Julien ADAM, Chargé

Plus en détail

Accréditation des laboratoires

Accréditation des laboratoires 5 Séminaire des CNR Accréditation des laboratoires J.-C. Piffaretti Interlifescience &900 Massagno, Suisse Paris, 28 mai 2009 Accréditation??? -mais qu'est-ce qu'ils ont encore inventé pour nous embêter!

Plus en détail

MODALITES D'APPLICATION DE LA KEYMARK. "Refroidisseurs de lait en vrac à la ferme "

MODALITES D'APPLICATION DE LA KEYMARK. Refroidisseurs de lait en vrac à la ferme Organisme certificateur 11, avenue Francis Le Pressensé F 93571 SAINT-DENIS LA PLAINE CEDEX MODALITES D'APPLICATION DE LA KEYMARK "Refroidisseurs de lait en vrac à la ferme " N d identification AFAQ AFNOR

Plus en détail

Fiche conseil n 16 Audit

Fiche conseil n 16 Audit AUDIT 1. Ce qu exigent les référentiels Environnement ISO 14001 4.5.5 : Audit interne EMAS Article 3 : Participation à l'emas, 2.b Annexe I.-A.5.4 : Audit du système de management environnemental SST OHSAS

Plus en détail

Règles relatives à la qualification des produits de sécurité par la DCSSI

Règles relatives à la qualification des produits de sécurité par la DCSSI Secrétariat général de la défense nationale Paris, le 26 février 2004 N 000451/SGDN/DCSSI/SDR Direction centrale de la sécurité des systèmes d information Règles relatives à la qualification des produits

Plus en détail

Règles de certification des systèmes de management d'entreprise ISO 14001 ISO 9001

Règles de certification des systèmes de management d'entreprise ISO 14001 ISO 9001 Règles de certification des systèmes de management d'entreprise ISO 14001 ISO 9001 Revision du 03/06/2008 Règles de certification des système de management d entreprise ISO 14001-ISO 9001 1/12 Révision

Plus en détail

CSA GTP. Règlement d audit et de certification. Mars 2014

CSA GTP. Règlement d audit et de certification. Mars 2014 CSA GTP Règlement d audit et de certification Mars 2014 Le règlement de certification du référentiel d audit CSA-GTP, issu du GBPH pour la collecte, le stockage, la commercialisation et le transport de

Plus en détail

Panorama des outils de la qualité en formation

Panorama des outils de la qualité en formation Panorama des outils de la qualité en formation Françoise GERARD Centre Inffo - Décembre 2012 Normes, chartes, labels en formation : comment ça a marche? Contrôle de conformité du respect du référentiel

Plus en détail

ENplus. Certification de Qualité des Granulés de Bois. Référentiel ENplus. 5 e partie: Organisation

ENplus. Certification de Qualité des Granulés de Bois. Référentiel ENplus. 5 e partie: Organisation ENplus Certification de Qualité des Granulés de Bois Référentiel ENplus 5 e partie: Organisation Version 3, Août 2015 Editeur: European Pellet Council (EPC): Conseil Européen du Granulé c/o AEBIOM - Association

Plus en détail

EXIGENCES COMPLÉMENTAIRES POUR L ATTRIBUTION ET LE SUIVI D UNE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE D'ENTREPRISE DANS L ACTIVITÉ :

EXIGENCES COMPLÉMENTAIRES POUR L ATTRIBUTION ET LE SUIVI D UNE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE D'ENTREPRISE DANS L ACTIVITÉ : 1/10 EXIGENCES COMPLÉMENTAIRES POUR L ATTRIBUTION ET LE SUIVI D UNE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE D'ENTREPRISE DANS L ACTIVITÉ : EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE Date d application : 01 juillet 2015 2/10 SOMMAIRE

Plus en détail

APPEL A PROPOSITIONS

APPEL A PROPOSITIONS APPEL A PROPOSITIONS Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective "POEC" Centres de Relations Clients en Métropole Lilloise Date: 17 Avril 2015 Rédacteur: Reynald GIRARDIN Contact: Reynald GIRARDIN

Plus en détail

Instruction. relative à la procédure d habilitation des organismes qui procèdent à la qualification des prestataires de services de confiance

Instruction. relative à la procédure d habilitation des organismes qui procèdent à la qualification des prestataires de services de confiance PREMIER MINISTRE Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale Agence nationale de la sécurité des systèmes d information Paris, le 8 avril 2011 N 1001/ANSSI/SR NOR : PRM D 1 2 0 1 2 9

Plus en détail

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification ISO 50001 Le cadre réglementaire évolue incitant aujourd hui les Grandes Entreprises à s engager vers une meilleure efficience énergétique.

Plus en détail

RENCONTRE SOLUTIONS ENERGIE ENTREPRISES SEE 20 mai 2014 - CCI Grand Lille

RENCONTRE SOLUTIONS ENERGIE ENTREPRISES SEE 20 mai 2014 - CCI Grand Lille RENCONTRE SOLUTIONS ENERGIE ENTREPRISES SEE 20 mai 2014 - CCI Grand Lille Atelier thématique Audit énergétique obligatoire Décret et arrêté Dominique KONIECZNY Apave Nord Ouest Contexte réglementaire (rappel)

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE Guide méthodologique à usage des CPNE Guide validé par le CPNFP du 16 mars 2012 1 PLAN De quoi parle-t-on? Synthèse du processus d élaboration

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL POUR L ATTRIBUTION ET LE SUIVI DE LA CERTIFICATION «TRAVAUX D ACCES DIFFICILE A LA CORDE»

RÉFÉRENTIEL POUR L ATTRIBUTION ET LE SUIVI DE LA CERTIFICATION «TRAVAUX D ACCES DIFFICILE A LA CORDE» 1/11 RÉFÉRENTIEL POUR L ATTRIBUTION ET LE SUIVI DE LA CERTIFICATION «TRAVAUX D ACCES DIFFICILE A LA CORDE» Date d application : 19 octobre 2011 2/11 SOMMAIRE PAGES 1 OBJET ET DOMAINE D APPLICATION 3 2

Plus en détail

GUIDE DE TRANSITION. Révision des normes ISO 9001 et ISO 14001

GUIDE DE TRANSITION. Révision des normes ISO 9001 et ISO 14001 GUIDE DE TRANSITION Révision des normes ISO 9001 et ISO 14001 L ESSENTIEL DES VERSIONS 2015 SOMMAIRE p.4 5 bonnes raisons de passer à la version 2015 p.5 Les impacts de la nouvelle version p.10 Engager

Plus en détail

INAO-CIRC-2014-01 Rév.1. Objet : Points d interprétation de la norme NF EN ISO/CEI 17065 au regard des SIQO. Destinataires

INAO-CIRC-2014-01 Rév.1. Objet : Points d interprétation de la norme NF EN ISO/CEI 17065 au regard des SIQO. Destinataires Suivi par le Service Contrôles Tél : 01.73.30.38.66 CIRCULAIRE INAO-CIRC-2014-01 Rév.1 Date : le 15 juillet 2014 Modifiée le : 24 avril 2015 Objet : Points d interprétation de la norme NF EN ISO/CEI 17065

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION

REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION Référentiel I4 NF 285 Edition : Janvier 2015 N de révision : 4 ORGANISMES CERTIFICATEURS CNPP Cert. Route de la Chapelle Réanville CD 64 - CS 22265 F- 27950 SAINT-MARCEL Tél.

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION

REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION Référentiel N NF 367 I82 N de révision : 1 (MAI 2010) VIDEOSURVEILLANCE Serviice d iinstallllatiion et de maiintenance ORGANISMES CERTIFICATEURS AFNOR Certification 11 rue

Plus en détail

Guide de lecture de la révision 06 du document LAB REF 02

Guide de lecture de la révision 06 du document LAB REF 02 Introduction : Le document LAB REF 02 «Exigences pour l accréditation des laboratoires suivant la norme NF EN ISO/CEI 17025» est un document essentiel à la fois pour les laboratoires accrédités et candidats

Plus en détail

EFICAS. Energie Fluidique Industrielle, Cours d Audit Systèmes

EFICAS. Energie Fluidique Industrielle, Cours d Audit Systèmes EFICAS Energie Fluidique Industrielle, Cours d Audit Systèmes Résumé Ce programme s inscrit dans le cadre de l appel à projets «pour la mise en place de programmes d information, de formation et d innovation

Plus en détail

l utilisation opérationnelle des drones en Europe

l utilisation opérationnelle des drones en Europe Proposition de création de règles communes pour l utilisation opérationnelle des drones en Europe easa.europa.eu/drones septembre 2015 Proposition de création de règles communes pour l utilisation opérationnelle

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS MÉTIERS DE LA BRANCHE DU NUMÉRIQUE, DE L INGÉNIERIE, DES ÉTUDES ET DU CONSEIL ET DE L ÉVÉNEMENT. Site manager

RÉFÉRENTIELS MÉTIERS DE LA BRANCHE DU NUMÉRIQUE, DE L INGÉNIERIE, DES ÉTUDES ET DU CONSEIL ET DE L ÉVÉNEMENT. Site manager RÉFÉRENTIELS MÉTIERS DE LA BRANCHE DU NUMÉRIQUE, DE L INGÉNIERIE, DES ÉTUDES ET DU CONSEIL ET DE L ÉVÉNEMENT > TRAVAUX DATE DE MODIFICATION : 27/04/2015 FAMILLE : Mise en œuvre / Réalisation APPELLATIONS

Plus en détail

Les métiers et les qualifications. Peintre amateur

Les métiers et les qualifications. Peintre amateur 1 Les métiers et les qualifications 1 Le métier Doc. 1 La notion de métier Un métier est une activité, mettant en œuvre des compétences et des savoir-faire, généralement exercée dans un but lucratif. L

Plus en détail

Apport de l'accréditation, de la certification et de la normalisation dans la prévention des Toxi-infections Alimentaires

Apport de l'accréditation, de la certification et de la normalisation dans la prévention des Toxi-infections Alimentaires Apport de l'accréditation, de la certification et de la normalisation dans la prévention des Toxi-infections Alimentaires Dr Moez JRIDI 15 décembre 2011 1 Sommaire Introduction Normalisation : rôles et

Plus en détail

SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001

SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001 SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001 Retours d expériences d organismes certifiés par AFNOR Certification Étude Certification ISO 50001 Octobre 2014 Trois ans après la publication de la norme

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS

CATALOGUE DES FORMATIONS 2015 CATALOGUE DES FORMATIONS Formations sur catalogue ou sur-mesure Formations inter ou intra entreprises Promotions pour les adhérents du Clusif Pour tout programme surmesure, nous contacter directement.

Plus en détail

APPEL A PROPOSITIONS et CAHIER DES CHARGES. Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective (POEC)

APPEL A PROPOSITIONS et CAHIER DES CHARGES. Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective (POEC) APPEL A PROPOSITIONS et CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective (POEC) Date 15/10/2013 APPEL A PROPOSITIONS CAHIER DES CHARGES PREPARATION OPERATIONNELLE

Plus en détail

Code du commerce Partie législative Chapitre V : Des sociétés anonymes Section 3 : Des assemblées d'actionnaires

Code du commerce Partie législative Chapitre V : Des sociétés anonymes Section 3 : Des assemblées d'actionnaires Code du commerce Partie législative Chapitre V : Des sociétés anonymes Section 3 : Des assemblées d'actionnaires Article L225-102-1 En savoir plus sur cet article... Modifié par LOI n 2010-788 du 12 juillet

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire. Ministère du Développement Industriel et de la Promotion de l Investissement

République Algérienne Démocratique et Populaire. Ministère du Développement Industriel et de la Promotion de l Investissement République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Développement Industriel et de la Promotion de l Investissement LA QUALITÉ PROGRAMME NATIONAL DE MISE A NIVEAU DES PME Édition 2013 LA QUALITÉ

Plus en détail

ET LA DÉLIVRANCE DU CERTIFICAT

ET LA DÉLIVRANCE DU CERTIFICAT RÉFÉRENTIEL POUR L'ATTRIBUTION ET LE SUIVI D'UNE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE D'ENTREPRISE ET LA DÉLIVRANCE DU CERTIFICAT Date d'application : 29 octobre 2014 DOCUMENT QUALIBAT 005 VERSION 06 OCTOBRE

Plus en détail

APPEL A PROPOSITIONS ET CAHIER DES CHARGES. Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective

APPEL A PROPOSITIONS ET CAHIER DES CHARGES. Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective APPEL A PROPOSITIONS ET CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective Préqualification au métier de conseiller relation client à distance destinée aux publics

Plus en détail

1 Qu'est ce que la validation des acquis de l expérience (VAE)?

1 Qu'est ce que la validation des acquis de l expérience (VAE)? 1 Qu'est ce que la validation des acquis de l expérience (VAE)? L'article L. 6111-1 du Code du travail dispose que : «En outre, toute personne engagée dans la vie active est en droit de faire valider les

Plus en détail

Auditeur Qualité Tierce Partie Référencé AFNOR Certifié ICA

Auditeur Qualité Tierce Partie Référencé AFNOR Certifié ICA e-book : Auditeur Qualité Tierce Partie ICA - XL Formation - 2014 Auditeur Qualité Tierce Partie Référencé AFNOR Certifié ICA La certification auditeur ICA vous permettra de mener des audits qualité au

Plus en détail

REGLES DE CERTIFICATION CONSEIL EN RECRUTEMENT

REGLES DE CERTIFICATION CONSEIL EN RECRUTEMENT N d identification : NF 353 N de révision : version 2.2 Mise à jour : 27/03/2015 Addendum n 1 du 27/03/2015 Date de mise en application : 20/04/2015 REGLES DE CERTIFICATION CONSEIL EN RECRUTEMENT Organisme

Plus en détail

Marquage CE des enrobés bitumineux à chaud QUESTIONS - REPONSES SUR LE MARQUAGE CE DES ENROBES BITUMINEUX A CHAUD

Marquage CE des enrobés bitumineux à chaud QUESTIONS - REPONSES SUR LE MARQUAGE CE DES ENROBES BITUMINEUX A CHAUD Marquage CE des enrobés bitumineux à chaud QUESTIONS - REPONSES SUR LE MARQUAGE CE DES ENROBES BITUMINEUX A CHAUD (Version 11 juillet 2008) 1- Quels enrobés doivent être marqués? Tous les enrobés bitumineux

Plus en détail

3. Rapport du Président du conseil d administration

3. Rapport du Président du conseil d administration 3. Rapport du Président du conseil d administration Conformément aux dispositions de l article L.225-37 du code de commerce, le président du conseil d administration rend compte, au terme de ce rapport,

Plus en détail

à l évaluation de la conformité sont donc au centre d une évolution constante et considérable,

à l évaluation de la conformité sont donc au centre d une évolution constante et considérable, Normes de référence pour l évaluation de la conformité Les questions relatives à l évaluation et à l attestation de la conformité à des exigences techniques sont au centre d une évolution constante et

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

Notions et définitions utiles

Notions et définitions utiles Notions et définitions utiles 1 Notions et définitions utiles I. Notions d usage 1. La notion de compétitivité. La notion de «compétitivité» est la symbolique de l enjeu de développement des entreprises.

Plus en détail

QUALIFORAGE DÉVELOPPEMENT ET ÉVOLUTION VERS UNE CERTIFICATION. Bilan de l année 2013. Rapport final

QUALIFORAGE DÉVELOPPEMENT ET ÉVOLUTION VERS UNE CERTIFICATION. Bilan de l année 2013. Rapport final QUALIFORAGE DÉVELOPPEMENT ET ÉVOLUTION VERS UNE CERTIFICATION Bilan de l année 2013 Rapport final BRGM/RP-63015-FR Décembre 2013 QUALIFORAGE DÉVELOPPEMENT ET ÉVOLUTION VERS UNE CERTIFICATION Bilan de

Plus en détail

Cas n COMP/M.3569 - WENDEL / BUREAU VERITAS. RÈGLEMENT (CEE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.3569 - WENDEL / BUREAU VERITAS. RÈGLEMENT (CEE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.3569 - WENDEL / BUREAU VERITAS Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION

Plus en détail

Licence professionnelle Technicocommercial en produits et services industriels

Licence professionnelle Technicocommercial en produits et services industriels Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Technicocommercial en produits et services industriels Université Claude Bernard Lyon 1 - UCBL Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague

Plus en détail

LES FONDEMENTS DE LA QUALITE

LES FONDEMENTS DE LA QUALITE Qualité en Recherche et en Enseignement Supérieur Séminaire International IAV Hassan II Rabat, Maroc 31 mai et 1er juin 2007 LES FONDEMENTS DE LA QUALITE Pascal ROBERT, Ingénieur Action Régionale AFAQ

Plus en détail

ACCORD DE METHODE RELATIF A LA GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES

ACCORD DE METHODE RELATIF A LA GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES CL CREDIT LYONNAIS le 10 juillet 2003 ACCORD DE METHODE RELATIF A LA GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES Entre le Crédit Lyonnais, représenté par Monsieur Jérôme BRUNEL Responsable de

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION ET CAHIER DES CHARGES. Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective

APPEL A PROPOSITION ET CAHIER DES CHARGES. Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective APPEL A PROPOSITION ET CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective POEC CONSULTANT D ENTREPRISE EN PORTAGE SALARIAL Une opération cofinancée par le FPSPP Date

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation Procédure d habilitation Version 1.1 Page 1/12 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.0 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de

Plus en détail

Veiligheidscoördinatoren Coordinateurs de Sécurité

Veiligheidscoördinatoren Coordinateurs de Sécurité 28 MARS 2007. - Arrêté royal relatif à l'agrément des entreprises et employeurs qui effectuent des travaux de démolition ou d'enlèvement au cours desquels de grandes quantités d'amiante peuvent être libérées

Plus en détail

plate-forme mondiale de promotion

plate-forme mondiale de promotion plate-forme mondiale de promotion À propos de The Institute of Internal Auditors (Institut des auditeurs internes) L'institut des auditeurs internes (IIA) est la voix mondiale de la profession de l'audit

Plus en détail

formation professionnelle continue : des organismes et des actions de qualité

formation professionnelle continue : des organismes et des actions de qualité formation professionnelle continue : des organismes et des actions de qualité Le contexte réglementaire de la formation professionnelle évolue et prévoit que les organismes paritaires s assurent, lorsqu

Plus en détail

SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES

SPECIFICATION E DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 92038 PARIS LA DEFENSE CEDEX Page 1 / 11 SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 29/11/00 13 Indice

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion des rémunérations de l Université Paris Ouest Nanterre La Défense Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation

Plus en détail

Modalités de candidature et de certification. Niveau 1. Certification de personnes Expert méthode HACCP/SMSDA

Modalités de candidature et de certification. Niveau 1. Certification de personnes Expert méthode HACCP/SMSDA Modalités de candidature et de certification Niveau 1 Certification de personnes Expert méthode HACCP/SMSDA La certification d'expert méthode HACCP/SMSDA s adresse à des professionnels confirmés qui veulent

Plus en détail

Accord de méthode sur la Prévention des Risques Psychosociaux

Accord de méthode sur la Prévention des Risques Psychosociaux Accord de méthode sur la Prévention des Risques Psychosociaux ENTRE LES SOUSSIGNES : Les sociétés composant l'u.e.s. BULL en France représentée par Monsieur Stéphane DURET, Directeur des Ressources Humaines,

Plus en détail

FORMATION. Connaître les exigences réglementaires appliquées aux Systèmes d Information. 1 JOUR soit 7 heures. Réf.AQ-Q1

FORMATION. Connaître les exigences réglementaires appliquées aux Systèmes d Information. 1 JOUR soit 7 heures. Réf.AQ-Q1 Réf.AQ-Q1 Les Systèmes d'information des entreprises réglementées font l'objet d'exigences spécifiques. Celles-ci sont souvent difficiles à appréhender pour les spécialistes métier de l'assurance Qualité,

Plus en détail

ECT FORMATION. Module Validation des Acquis et de l Expérience / formation qualifiante C.Q.P 1 et 2

ECT FORMATION. Module Validation des Acquis et de l Expérience / formation qualifiante C.Q.P 1 et 2 ECT FORMATION Organisme de Formation pour la qualification des Techniciens Cordistes et des opérateurs utilisant des E.P.I de classe 3 contre les chutes de hauteur (CE EN 363) Module Validation des Acquis

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile A.N.F.A. Département Ingénierie et Compétences Mars 2013 SOMMAIRE INFORMATIONS

Plus en détail

PLAN DE CONTROLE EXTERNE REFERENTIEL QUALIPSAD

PLAN DE CONTROLE EXTERNE REFERENTIEL QUALIPSAD PLAN DE CONTROLE EXTERNE REFERENTIEL QUALIPSAD Version V4 du 28 mai 2013 Bureau Veritas Certification 1 / 20 SOMMAIRE OBJET, CONDITIONS PREALABLES DE L AUDIT TIERCE PARTIE ET PERIMETRE DE CONFORMITE...

Plus en détail

SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE

SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE FORMATION SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE Répertoire des modules de formations Date de mise à jour 18/04/2014 REPERTOIRE DES MODULES DE FORMATION CODINORM Agréé FDFP FORMATION SYSTEME DE MANAGEMENT

Plus en détail

Un GSI plénier est prévu en juin 2001 au cours duquel devra être présenté un document élaboré à partir des travaux du groupe de travail.

Un GSI plénier est prévu en juin 2001 au cours duquel devra être présenté un document élaboré à partir des travaux du groupe de travail. Contrats éducatifs locaux missions et la formation des coordonnateurs de cel Réflexions du groupe de travail relevant du groupe de suivi interministériel des cel 1. Informations L'outil informatique de

Plus en détail

Amendement de la norme ISO 9001

Amendement de la norme ISO 9001 Amendement de la norme ISO 9001 Un toilettage? François BOUCHER AFNOR Normalisation Repris par Claude GIRARD AFNOR Délégation Bretagne POURQUOI MODIFIER L ISO 9001 Chaque Norme internationale doit faire

Plus en détail

Une formation d adaptation à l emploi. Cycle de préparation aux engagements humanitaires et à la solidarité internationale

Une formation d adaptation à l emploi. Cycle de préparation aux engagements humanitaires et à la solidarité internationale Centre Régional d Education Populaire et Sportive de la Réunion Etablissement Public de Formation Une formation d adaptation à l emploi Cycle de préparation aux engagements humanitaires et à la solidarité

Plus en détail

CATALOGUE 2015. 21 b boulevard Tellene 13007 Marseille Tél / Fax : 04 91 31 02 17 / 06 12 46 30 26 / tsalmon@wanadoo.fr

CATALOGUE 2015. 21 b boulevard Tellene 13007 Marseille Tél / Fax : 04 91 31 02 17 / 06 12 46 30 26 / tsalmon@wanadoo.fr CATALOGUE 2015 1 LE MOT DU DIRECTEUR Fort du succès de nos formations vous avez été plus nombreux à vouloir poursuivre l aventure avec TS CONSULTANT. Aussi pour satisfaire une demande continuellement forte,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES FIXANT LES NORMES DE QUALITE AUX ORGANISMES PARTICIPANT AU SERVICE PUBLIC REGIONAL DE L ORIENTATION EN PICARDIE

CAHIER DES CHARGES FIXANT LES NORMES DE QUALITE AUX ORGANISMES PARTICIPANT AU SERVICE PUBLIC REGIONAL DE L ORIENTATION EN PICARDIE CAHIER DES CHARGES FIXANT LES NORMES DE QUALITE AUX ORGANISMES PARTICIPANT AU SERVICE PUBLIC REGIONAL DE L ORIENTATION EN PICARDIE 1 Exposé des motifs L orientation est un droit et un enjeu majeur pour

Plus en détail

Introduction à ISO 22301

Introduction à ISO 22301 Introduction à ISO 22301 Présenté par : Denis Goulet Le 3 octobre 2013 1 Introduction à ISO 22301 ORDRE DU JOUR Section 1 Cadre normatif et réglementaire Section 2 Système de Management de la Continuité

Plus en détail

L'accréditation en Europe par D. PIERRE, Directeur du COFRAC

L'accréditation en Europe par D. PIERRE, Directeur du COFRAC L'accréditation en Europe par D. PIERRE, Directeur du COFRAC I - Les enjeux Les entreprises sont amenées à faire appel à de multiples organismes ou laboratoires, à des fins réglementaires ou volontaires,

Plus en détail

Entre VIVARTE. Représenté par : Monsieur Roland DEBBASCH Directeur général de l enseignement scolaire VIVARTE

Entre VIVARTE. Représenté par : Monsieur Roland DEBBASCH Directeur général de l enseignement scolaire VIVARTE CONVENTION DE PARTENARIAT AU TITRE DE LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE Loi de Modernisation Sociale n 2002-73 du 17 janvier 2002 Entre LE MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

Plus en détail

LABEL ORIENTATION POUR TOUS

LABEL ORIENTATION POUR TOUS REGION AUVERGNE LABEL ORIENTATION POUR TOUS Raison sociale et adresse des organismes partenaires : Nom et coordonnées du responsable de la coordination : Date d'envoi du dossier : SERVICE PUBLIC DE L ORIENTATION

Plus en détail

SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE

SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE FORMATION SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE Répertoire des modules de formations Date de mise à jour Janvier 2015 REPERTOIRE DES MODULES DE FORMATION CODINORM Agréé FDFP Page 1 sur 9 FORMATION SYSTEME

Plus en détail

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE)

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Domaine : Droit, Économie, Gestion Licence professionnelle : Dénomination Nationale «Assurance, banque, finance» Spécialité :

Plus en détail

Direction générale de la modernisation de l Etat

Direction générale de la modernisation de l Etat Direction générale de la modernisation de l Etat Service projets de simplification AVIS Habilitation des organismes certificateurs Label Marianne * * * Sommaire Version 8 du 4 novembre 2009 1 Les conditions

Plus en détail

Marquage CE des Granulats

Marquage CE des Granulats REFERENTIEL SECTORIEL POUR LA Page 1 sur 11 MAÎTRISE DE LA PRODUCTION DES GRANULATS (Système d'attestation de conformité 2+) SOMMAIRE : Article 1 Objet et domaine d application Article 2 Intervenants dans

Plus en détail

En partenariat avec. Règlement 305/2011 «Produits de construction» Une information utile pour les utilisateurs.

En partenariat avec. Règlement 305/2011 «Produits de construction» Une information utile pour les utilisateurs. En partenariat avec Règlement 305/2011 «Produits de construction» Une information utile pour les utilisateurs. La situation actuelle. Le marquage CE selon la Directive «Produits de Construction» (DPC)

Plus en détail

Enquête publique ISO 9001 et commentaires français sur le DIS

Enquête publique ISO 9001 et commentaires français sur le DIS Enquête publique ISO 9001 et commentaires français sur le DIS par Dori Nissan Chef de projet en charge de la Commission de Normalisation AFNOR "Qualité et Management" Qu est-ce que l enquête publique et

Plus en détail

Règles de certification de la marque

Règles de certification de la marque N d identification : NF102 N de révision : 10 Date d approbation : 15/06/2012 Date d édition : 29/08/2012 Règles de certification de la marque Validation des méthodes alternatives d analyse Application

Plus en détail

Audits Énergétiques. Colloque CCIR CRMA Performance énergétique des Ets - - - 21 octobre 2014 CCIR Rhône-Alpes

Audits Énergétiques. Colloque CCIR CRMA Performance énergétique des Ets - - - 21 octobre 2014 CCIR Rhône-Alpes Colloque CCIR CRMA Performance énergétique des Ets - - - 21 octobre 2014 CCIR Rhône-Alpes Audits Énergétiques Benoît CAILLEAU Chargé de mission Énergie DREAL Rhône-Alpes service REMiPP / unité Climat Air

Plus en détail