INSPECTEURS DU RECOUVREMENT : LE BRAS DE FER AVEC L UCANSS ET L ACOSS CONTINUE. NE LACHONS PAS!!!!!!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INSPECTEURS DU RECOUVREMENT : LE BRAS DE FER AVEC L UCANSS ET L ACOSS CONTINUE. NE LACHONS PAS!!!!!!"

Transcription

1 QSalaires Bulletin d information édité par le SNFOCOS Sous le N de Commission Paritaire D 73 S Alain POULET, Directeur Gérant 14 année N 679 Hebdomadaire Le N INSPECTEURS DU RECOUVREMENT : LE BRAS DE FER AVEC L UCANSS ET L ACOSS CONTINUE. NE LACHONS PAS!!!!!! Le SNFOCOS a invité le l ensemble des organisations syndicales nationales signataires de la convocation collective afin de déterminer ensemble les actions à entreprendre afin d obtenir satisfaction sur les revendications des inspecteurs déposées à l UCANSS depuis près de 18 mois, revendications pour lesquelles les inspecteurs ont fait grève à plusieurs reprises avec des pourcentages de grévistes de plus 80 % voire 100 % dans de nombreuses URSSAF. Seule, la CFE.CGC était présente à cette réunion. La CFTC et FO EMPLOYES s étaient excusés, l UFICT-CGT qui avait, dans un premier temps, donné son accord pour participer s est finalement excusée souhaitant toutefois être informée des initiatives prises ; la CFDT quant à elle a décliné l invitation, prenant acte que les négociations ont échoué en juin et souhaitant aborder la situation des inspecteurs dans le cadre de la négociation globale sur la classification!! Les organisations SNFOCOS et CFE/CGC se sont accordées sur les points suivants : lettre au COMEX, à l ACOSS, à l UCANSS demandant la réouverture sans délai des négociations sur la rémunération des inspecteurs. demande d entrevue au ministère pour aborder la situation des inspecteurs refus de contrôler pour le compte de l UNEDIC/ASSEDIC dans l attente de l aboutissement des négociations. Cette prise de positions rejoint et confortera les initiatives locales prises dans ce sens par déjà plusieurs URSSAF. Ce refus, basé sur la modification substantielle du contrat de travail que constitue le contrôle pour le compte de l ASSEDIC, sera concrétisé par : l envoi d une lettre COLLECTIVE des inspecteurs au directeur de leur propre organisme (modèle de lettre - qui peut bien évidemment être modifié sur le site du SNFOCOS). envoi de l avis de passage ancienne formule ne comportant pas la mention de contrôle pour l ASSEDIC remise du rapport de contrôle ne comportant que la VERIFICATION DES COTISATIONS DE SECURITE SOCIALE. Le SNFOCOS vous remercie de le tenir informé du nombre de signataires de la lettre dans chaque URSSAF (Nom de l URSSAF, nombre d inspecteurs à l effectif, nombre de signataires) Le SNFOCOS ne peut que regretter le peu de détermination de certaines organisations syndicales (elles se reconnaîtront!!!) Cela doit nous motiver plus encore pour aboutir!! A ce titre, le Snfocos soutient la pétition proposée à la signature par l ADIR qui contribue à maintenir la mobilisation. Denis BOUCHET Secrétaire de la Section Professionnelle ACERC Sommaire : Page 1 : Inspecteurs recouvrement Page 2 : PLFSS Projet de nomination des directeurs Page 3 : Projet de loi HPST : Déclaration FO CA CNAVTS 8.10 Agenda Pages 4,5 : PLFSS 2009 Déclaration FO CA CNAVTS du

2 AGENTS DE DIRECTION Yves BUR, député, a reçu les syndicats d agents de direction autour du projet de nomination des directeurs. Le SNFOCOS émet des réserves et pose ses conditions. Le 7 octobre 2008, Y. BUR, un des rapporteurs du PLFSS et très favorable à la nomination des directeurs et agents comptables par les directeurs des caisses nationales, a tenu à prendre l avis des syndicats d agents de direction. Comme auprès du conseiller social de X. BERTRAND, les syndicats ont réitéré leurs fortes réserves sur un projet qui fleure bon l étatisation, la marginalisation des partenaires sociaux, l opposition aux initiatives locales prises par les directeurs et leur conseil. Cependant, nous avons bien senti que le PLFSS comportera probablement ce dispositif, article 73, quelles que soient les réactions des différents partenaires, la volonté de certains parlementaires étant très forte dans ce sens depuis Si cet article 73 est maintenu, alors le SNFOCOS exige qu il mentionne que l UCANSS doit être le lieu, par négociation d ordre conventionnel, du cadrage de la nomination des directeurs et agents comptables, et ce pour deux raisons. La première est que cette catégorie de personnel, quel que soit son statut, est composée de salariés de l Institution et que l UCANSS, par les accords professionnels, a pour mission d en régir les conditions de travail. La seconde est que seule l UCANSS peut apporter une homogénéité de traitement et des règles communes aux différentes branches ; seuls la négociation et l accord qui en découle peuvent amener un consensus garantissant la transparence, le respect des personnes, le contrôle. Quand on constate l opacité actuelle du Comité des carrières, et encore plus de la CNAM, dans la constitution des listes des agents de direction considérés comme en adéquation ou inadéquation sur tel ou tel poste, on en déduit que des règles assurant l équité doivent être impérativement rétablies. Les partenaires sociaux doivent participer à la définition de ces règles. L UCANSS doit jouer pleinement son rôle, celui-ci doit être réaffirmé par la loi! Pascal SERVENT Section professionnelle des agents de direction Fax : E- Mail : Site Internet : 2

3 Conseil d administration de la CNAVTS 8 octobre 2008 Déclaration FORCE OUVRIERE Projet de loi «H.P.S.T.» La création des Agences régionales de santé consacre l étatisation de la sécurité sociale décentralisée et sa privatisation à terme, orientations auxquelles nous ne pouvons souscrire. Ce projet de loi entend soumettre à l autorité de l Etat, outre l organisation régionale du système de santé, la gestion du risque et ses organismes financeurs ; de fait l originalité de notre assurance maladie et sa gestion paritaire mises à mal consécutivement par les Ordonnances JUPPE et la loi de 2004 seront laminées et les partenaires sociaux dépouillés de leurs ultimes prérogatives. Nous nous limiterons ici à la Gouvernance et aux conséquences sur les organismes régionaux. L ARS dirigée par un Directeur nommé par décret en Conseil des ministres sera dotée d un Conseil de surveillance, aux pouvoirs limités, composé de représentants de l Etat (à nouveau ), de membres des conseils et conseils d administration des organismes locaux d assurance maladie de représentants des collectivités territoriales, de personnes qualifiées et de représentants des usagers, ces trois dernières catégories étant élus selon des modalités définies par décret. Pour FORCE OUVRIERE, les organismes financeurs demeurant essentiellement les caisses d assurance maladie et les représentants naturels et légitimes en sont les organisations de salariés et d employeurs ; aussi toute autre représentation ne reposerait sur aucune légitimé. Quels élus? Quel collège électoral? Autant de questions qui peuvent apparaître subalternes mais persister dans la volonté de les éluder nourrit nos inquiétudes sur la visée démocratique de la réforme. Si la compétence des ARS est étendue notamment à la prévention de la perte d autonomie, quelle sera la place future dévolue à l action sanitaire et sociale de la branche vieillesse? Pour FO, cette politique de prévention, définie au niveau de la CNAV, doit demeurer de la responsabilité des caisses régionales. Le renvoi à des décrets ultérieurs nous autorise aussi à s interroger d ores et déjà sur la circonscription des futures caisses régionales, l actuelle ou celle des ARS? Quid des CGSS? Quant aux personnels de l institution transférés dans les ARS, il conviendra de rester vigilants afin que tous les droits des intéressés soient préservés, y compris leur droit à retour ultérieur dans un organisme de sécurité sociale. Refusant toute étatisation de la sécurité sociale, le groupe FORCE OUVRIERE émettra un avis négatif sur le projet de loi dit «Hôpital, Patients, Santé et Territoires». La déclaration complémentaire faite devant le Conseil de la CNAMTS par les administrateurs FO sera publiée dans la prochaine Lettre de la Michodière AGENDA Réunion Paritaire Nationale Salaires Commission Paritaire Nationale d Interprétation Délégation Régionale Snfocos Ile de France Section Professionnelle Etablissements Réunion Régionale Snfocos Auvergne Réunion Régionale Snfocos Rhône-Alpes Instance Nationale de Concertation UCANSS Réunion Jeunes Confédérale Conseil National Snfocos Paris 22 octobre 23 octobre 24 octobre 29 octobre 13 et 14 novembre 26 et 27 novembre 3

4 Caisse nationale d assurance vieillesse des travailleurs salariés Conseil d administration du 8 octobre 2008 Déclaration Force Ouvrière Projet de loi de financement de la sécurité sociale 2009 Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2009 arrive dans un contexte économique fortement dégradé et dont les conséquences sont encore difficilement mesurables. Force Ouvrière craint de voir cette crise financière, qui est une crise du système capitaliste, déraper en crise économique et sociale majeure. La situation impose prudence et pragmatisme, il n est pas tolérable de spéculer sur le financement de la protection sociale. Ce n est pas au moment où le marché montre ses limites qu il faut affaiblir le rôle de la Protection sociale collective, solidaire et égalitaire. Suite à deux trimestres consécutifs de récession, les prévisions 2009 de croissance du PIB (+1%) et de croissance de la masse salariale (+3,5 %) nous semble surévaluées. Cet optimisme laisse augurer des mesures correctrices sous peine de voir les comptes se dégrader fortement en Pour FORCE OUVRIERE, après le rendez-vous manqué des retraites 2008, ce PLFSS s inscrit dans la continuité et sans surprise, aucune véritable mesure n a été retenue tendant à assurer le pouvoir d achat des retraités, à garantir une retraite de haut niveau et à en assumer le financement. Il en est ainsi des exonérations de cotisations de sécurité sociale qui ne sont toujours pas intégralement compensées 2,7 Md et représentent à elles seules près du tiers du déficit prévisionnel du régime général en Si parallèlement à ce PLFSS une augmentation des cotisations d assurance vieillesse de 0,30 % est annoncée, force est de constater que cette mesure ne saurait répondre aux véritables enjeux de l équilibre de la branche retraite à court et moyen terme. Une autre coutume persiste, celle du mistigri, consistant à faire coulisser des recettes d un fonds à un autre ; le but étant, à périmètre constant, de masquer des déficits en les enfouissant ailleurs. C est ainsi que le Fonds de solidarité vieillesse, alimenté par une CSG spécifique, est à nouveau dépouillé, le retour à l équilibre à peine assuré. Lundi 29 septembre, la Commission des comptes de la sécurité sociale faisait état d un retour à l équilibre du FSV en 2007, après 5 années de déficit créé par les pouvoirs publics mais devant encore apurer près de 4 Md de déficit cumulé. Bref, nous étions sur la bonne voie et voilà qu en quelques heures, un tour de passe-passe permet de remettre les compteurs à zéro. Plus de déficit cumulé à la CNAM, à la CNAV ou au FSV, tout étant transféré à la CADES. Mais comme il n est plus possible de charger «la barque» sans y affecter de nouvelles ressources, le FSV se voit de nouveau mis à contribution. La CSG de 1,30 % a déjà été ponctionnée par deux fois et les 1,05 % restant seront donc réduits à 0,85 %, soit une perte de 2,25 Md mais, ironie du sort réservé au FSV, celui-ci va immédiatement renouer avec le déficit. C est d autant plus navrant que la conjoncture internationale commence déjà à peser sur la croissance et l emploi et le chômage repart à la hausse ; moins de croissance, plus de chômeurs c est moins de recettes et plus de charges pour le FSV. Si la remise à niveau du FSV semblait de bon augure pour la CNAV en allégeant le poids des intérêts, tout semble de nouveau compromis pour les années à venir et ce ne sont donc pas l augmentation de 0,30 % de cotisations ou les 400 millions supplémentaires du prélèvement de 2% sur les revenus du patrimoine qui assureront l équilibre de la branche vieillesse puisque le déficit prévisionnel s élève à 5 milliards d en 2009 ; le FSV replongeant quant à lui à 0,8 Md. S agissant de la régularisation de l augmentation des pensions de 0,80 % au 1 er septembre 2008, pour FORCE OUVRIERE le compte n y est pas, loin s en faut et nous réitérons notre demande d une mesure spécifique au 1 er janvier afin de compenser la dérive des prix de 2007, 2008 et anticiper sur la revalorisation du 1 er avril 2009 ; à cet égard, nous prenons acte de cette décision de décaler la revalorisation annuelle afin d en mieux maîtriser les paramètres. Pour les autres mesures qui sont censées répondre au calendrier de la loi de 2003 et à la relance de la politique d emploi des seniors, le Gouvernement a mis en œuvre un processus de consultations et concertations depuis le printemps et si nous avons été écoutés, nous n avons été que partiellement entendus! Nous ne reviendrons donc pas sur l absence de réelles mesures de financement. 4

5 Ce PLFSS recèle plus d effets d annonce distillées ici ou là par le Président de la République au fil des ses déplacements que de véritables réformes. Si à l article 50, nous ne pouvons que nous féliciter de voir progresser l ASPA de 25 % en 5 ans, cela ne règle en aucun cas la problématique générale des basses pensions. FORCE OUVRIERE demeure donc dans l exigence de voir revalorisées toutes les pensions de retraite et plus particulièrement les plus modestes d entre elles. De même que la réponse apportée à la supposée revalorisation des pensions de réversion n est en rien comparable au taux de 60 % promis par ailleurs. Selon l article 51, en pas avant pour tenir compte de l extrême lourdeur du système à mettre en œuvre - seuls les plus pauvres parmi les bénéficiaires de pensions de réversion pourront prétendre à une majoration différentielle portant le total de leurs ressources à 800 ; autant dire que les conjoints survivants titulaires de droits propres ne seront pas légion à en bénéficier. Quant au retour à une condition d âge, nous en prenons acte mais nous veillerons à ce que l assurance veuvage soit bel et bien rétablie en au sein de l assurance vieillesse. L article 54 traite du minimum contributif et affiche la volonté du Gouvernement de maintenir dans le temps le taux de remplacement égal à 85 % du SMIC net [régime de base plus régime(s) complémentaire(s)] mais à périmètre financier égal. Cela ne peut se faire qu au moyen de coups de pouce réguliers, le SMIC évoluant plus vite que les revalorisations de pension ; pour ce faire, le bénéfice du minimum contributif (Mico) serait recentré sur les seules personnes qui justifient d une durée de carrière minimum (à fixer par décret) et sous réserve de ne pas dépasser un certain plafond de ressources. Concrètement, si le système actuel avantage quelques situations, nombre de petits retraités y perdront dans ce nouveau dispositif. S agissant des polypensionnés, FORCE OUVRIERE rappelle son exigence de voir réexaminées les règles révisées en 2003 qui n ont pas permis de solutionner tous les cas et notamment les nombreux salariés qui relèvent du régime général et du régime agricole. Aux termes de l article 69, il est prévu que la CNAF prenne en 2011 la charge intégrale du financement de la majoration pour enfants. Si l aspect purement comptable ne nous échappe pas, nous en contestons néanmoins le principe qui renforce le caractère contributif du régime et tend à faire disparaître les mécanismes solidaires. Concernant l emploi des salariés dits seniors, ce PLFSS n innove pas non plus et recycle nombre d idées véhiculées depuis des années, censées permettre aux salariés de rester ou revenir à l emploi. Ainsi, l article 57 instaure une cotisation de 1 % au bénéfice de la CNAVTS, dite de pénalité, infligée aux entreprises qui ne seraient pas couvertes, d ici le 1 er janvier 2010, par un accord de branche ou d entreprise, à défaut par un plan d action en faveur de l emploi des seniors. Nous employons le conditionnel car gageons qu en l absence de réelles contraintes et de véritable obligation de résultats, les entreprises qui se verront frappées de cette pénalité seront rares. Tenant compte de la situation générale de l emploi peu favorable, nous renouvelons notre scepticisme devant la libéralisation totale d un dispositif de cumul emploi retraite article 58 - censé participer à l amélioration du taux d emploi des seniors qui pourrait se révéler contre productive pour l emploi en général et favoriser le recrutement de salariés ayant déjà accompli leur carrière et beaucoup moins exigeants en matière salariale et sociale. De plus, le développement du cumul emploi retraite ne doit pas être considéré comme le 4 ème pilier de la retraite en vue de compenser l insuffisance du niveau des pensions. La surcote est portée à 5 % l an, si nous en prenons acte n étant pas demandeurs nous nous interrogeons néanmoins sur l éventualité d en limiter la durée. D ailleurs cette limite à 20 trimestres existe dans les fonctions publiques et est évoquée dans l exposé des motifs de l article 59. De même que nous prenons acte de la suppression des mises à la retraite à l initiative des employeurs article 60 - la retraite étant un droit et pas un devoir. Toutefois, si aujourd hui les salariés aspirent au départ le plus tôt possible, c est essentiellement en raison des contraintes et/ou de l absence de reconnaissance professionnelle. Pour FORCE OUVRIERE, cette possibilité ne doit s exercer que sous réserve de vérification annuelle des capacités professionnelles des salariés vieillissants, dans l intérêt réciproque des salariés concernés et de leur environnement professionnel. Un dernier commentaire sur l article 73 qui aligne toutes les branches de la sécurité sociale sur les usages de la branche maladie concernant les modalités de nomination et de cessation de fonction des directeurs et agents comptables des organismes locaux ; cette normalisation ne recueille pas notre assentiment car elle renforce et consacre l autorité hiérarchique au détriment du Conseil d administration. En conséquence, le groupe FORCE OUVRIERE émettra un avis négatif sur le PLFSS

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

À quoi servent les cotisations?

À quoi servent les cotisations? À quoi servent les cotisations? [ Le réseau Urssaf vous rend des comptes À quoi servent les cotisations? ] Depuis 1945, la France a fait le choix d une Sécurité sociale protégeant solidairement l ensemble

Plus en détail

Salon des transfrontaliers mars 2015. Caisse d assurance retraite et de la santé au travail

Salon des transfrontaliers mars 2015. Caisse d assurance retraite et de la santé au travail Salon des transfrontaliers mars 2015 Caisse d assurance retraite et de la santé au travail La retraite du régime général La Sécurité Sociale Maladie - AT/MP Maternité - Invalidité Vieillesse Décès Charges

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurances sociales des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

L évolution des paramètres du régime de la CNAV. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

L évolution des paramètres du régime de la CNAV. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différents modes d acquisition des droits à la retraite en répartition : description et analyse comparative des techniques

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurance sociale des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO «La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP, 8 février 204, GIE AGIRC-ARRCO Ref : 204-7 Le 8 février 204, Gérard Rivière, Directeur de la Caisse Nationale

Plus en détail

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE»

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» Intervenant : Jean-Jacques LANTONNET Expert Tarification AT-MP Direction des Risques Professionnels Caisse

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations.

Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations. 27 août 2013 Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations. Il est aujourd hui confronté à la fois au départ en retraite des générations

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES 11 mai 2010 «Variantes de durée d assurance et d âges de la retraite» Dossier technique préparé par le secrétariat général du COR Document N 1 Document de travail, n

Plus en détail

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mesures retenues par le Gouvernement à l issue de la concertation avec les partenaires sociaux dans le cadre du rendez-vous 2008 sur les retraites Dès la

Plus en détail

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité vous guider Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité n Non-salariés agricoles www.msa.fr Sommaire Comprendre votre retraite Votre carrière 4 Vos cotisations 4 Le droit à l information

Plus en détail

L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL

L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL La loi du 9 août 2004 relative au service public de l électricité et du gaz et aux entreprises électriques et

Plus en détail

1 AN APRES : BILAN D UNE REFORME DE PROGRES SOCIAL

1 AN APRES : BILAN D UNE REFORME DE PROGRES SOCIAL LOI GARANTISSANT L AVENIR ET LA JUSTICE DU SYSTEME DE RETRAITES 1 AN APRES : BILAN D UNE REFORME DE PROGRES SOCIAL Pour les jeunes p.3 Pour les salariés ayant travaillé à temps partiel ou emploi précaire

Plus en détail

REGARDS CROISES SUR LA PROTECTION SOCIALE

REGARDS CROISES SUR LA PROTECTION SOCIALE REGARDS CROISES SUR LA PROTECTION SOCIALE Nous sommes tous conscients des efforts à réaliser dans le contexte économique difficile que nous traversons. Un projet de loi de financement qui a pour ambition

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Article liminaire La prévision de solde structurel et de solde effectif de l ensemble des administrations publiques pour 2014

Plus en détail

Michodière. La lettre de la. Les informaticiens de l assurance maladie inquiets pour leur avenir

Michodière. La lettre de la. Les informaticiens de l assurance maladie inquiets pour leur avenir Le 1 er juillet 2011 N 25/26-2011 La lettre de la Michodière Bulletin d information hebdomadaire édité par le SNFOCOS Les informaticiens de l assurance maladie inquiets pour leur avenir S O M M A I R E

Plus en détail

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 Contact presse Éva Quickert-Menzel 01 44 38 22 03 Sommaire Chiffres-clés des retraites...

Plus en détail

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les bénéficiaires de retraites Nombre de retraités, selon les différents régimes (COR janvier 2010) : 16 millions dont : 11,3 millions :

Plus en détail

Risque et assurance vieillesse

Risque et assurance vieillesse Risque et assurance vieillesse Plan d Intervention > La protection sociale La protection sociale entre assurance et solidarité La protection sociale en chiffres Le projet de Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

Santé publique - Protection sociale -

Santé publique - Protection sociale - 26-1-05 1 Santé publique - Protection sociale - Système très complexe qui couvre : - des risques déterminés - des catégories particulières de population Protection sociale SS protection de base obligatoire

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

Convention d assurance chômage

Convention d assurance chômage Aux Union Départementales Aux Fédérations Nationales Paris, le 28 mars 2014 Secteur Formation Professionnelle Emploi/Assurance chômage Réf. : JCM/SL/DD Circ. : n 058-2014 Convention d assurance chômage

Plus en détail

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 11 juin 2014 Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 - 2 - Sommaire Le Pacte de responsabilité et de solidarité pour la croissance et l emploi... 5 Les dates clés du pacte de responsabilité

Plus en détail

COMITE CONFEDERAL NATIONAL 2 ET 3 OCTOBRE 2014

COMITE CONFEDERAL NATIONAL 2 ET 3 OCTOBRE 2014 JOURNAL DES EMPLOYES ET CADRES Bulletin périodique d'information de la Fédération des Employés et Cadres : 28 rue des Petits Hôtels 75010 Paris - : www.fecfo.fr : 01.48.01.91.90 - : 01.48.01.91.92 secretariat@fecfo.fr

Plus en détail

Les Grands Risques Sociaux. Historique et organisation générale de la Sécurité Sociale et de l Assurance Maladie

Les Grands Risques Sociaux. Historique et organisation générale de la Sécurité Sociale et de l Assurance Maladie Les Grands Risques Sociaux Historique et organisation générale de la Sécurité Sociale et de l Assurance Maladie Santé publique 1ere année du 2eme cycle de la Faculté d Odontologie Janvier 2016 Direction

Plus en détail

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) AVENANT DU 24 SEPTEMBRE

Plus en détail

Les autres obligations :

Les autres obligations : COMITE D ENTREPRISE OBLIGATIONS liées à la CONSULTATION du COMITE D ENTREPRISE 2012 Les autres obligations : E g a l i t é p r o f e s s i o n n e l l e H a n d i c a p S é n i o r P é n i b i l i t é

Plus en détail

LE SYSTÈME DE RETRAITE

LE SYSTÈME DE RETRAITE LE SYSTÈME DE RETRAITE Le contexte Les questions posées Les réponses Les enjeux syndicaux > Le contexte Un système universel mais disparate 100 ans pour étendre la couverture vieillesse de base à toute

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE

SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE I.- PRINCIPES FONDAMENTAUX DU SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE L assurance vieillesse n a été instituée pour l ensemble des salariés qu en 1953 ; avant cette date, quelques corporations

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés.

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés. ACCORD NATIONAL DU 3 MARS 2006 PORTANT AVENANT A L ACCORD NATIONAL DU 28 JUILLET 1998 MODIFIE SUR L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA METALLURGIE, A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS 2007S ÉCURITÉ SOCIALE Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS ANNEXE 9 - Besoins de trésorerie des régimes - Impact sur les comptes des mesures nouvelles www.sante.gouv.fr www.social.gouv.fr

Plus en détail

Ce qu on ne nous dit pas

Ce qu on ne nous dit pas Retraites Ce qu on ne nous dit pas L argument de la démographie Nous vivons de plus en plus longtemps Il y a de plus en plus de retraités pour toujours moins d actifs Il faut donc travailler plus longtemps

Plus en détail

Introduction historique : de l assistance à l assurance. - Moyen-âge : l assistance

Introduction historique : de l assistance à l assurance. - Moyen-âge : l assistance Introduction historique : de l assistance à l assurance - Moyen-âge : l assistance 1. C est le premier mécanisme de garantie 2. Elle est l héritière de la charité chrétienne : idée morale de générosité.

Plus en détail

Qui dirige la Sécurité sociale?

Qui dirige la Sécurité sociale? Qui dirige la Sécurité sociale? 1. Pourquoi se poser la question? «La tradition française en matière de Sécurité sociale n est pas une tradition d étatisme bureaucratique [ ] C est pourquoi la législation

Plus en détail

CONCLUSION ANNUITÉS, POINTS OU COMPTES NOTIONNELS : QUELQUES ENSEIGNEMENTS

CONCLUSION ANNUITÉS, POINTS OU COMPTES NOTIONNELS : QUELQUES ENSEIGNEMENTS CONCLUSION ANNUITÉS, POINTS OU COMPTES NOTIONNELS : QUELQUES ENSEIGNEMENTS Après avoir décrit les principales caractéristiques du système de retraite actuel, examiné les questions préalables à se poser

Plus en détail

AVENANT n 300 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU 15 MARS 1966 RELATIF AUX REGIMES DE PREVOYANCE COLLECTIFS

AVENANT n 300 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU 15 MARS 1966 RELATIF AUX REGIMES DE PREVOYANCE COLLECTIFS AVENANT n 300 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU 15 MARS 1966 RELATIF AUX REGIMES DE PREVOYANCE COLLECTIFS Entre les organisations patronales signataires : Le syndicat général des organismes privés

Plus en détail

Réforme des retraites : Les fonctionnaires coeur de cible

Réforme des retraites : Les fonctionnaires coeur de cible Réforme des retraites : Les fonctionnaires coeur de cible Les fonctionnaires sont les salariés qui paient le plus lourd tribut à la réforme des retraites, qui pourtant n'apparaît que comme un deuxième

Plus en détail

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012 France France : le système de retraite en 212 Dans le secteur privé, le système de retraite repose sur deux piliers obligatoires : un régime général lié à la rémunération et des dispositifs professionnels

Plus en détail

L évolution des paramètres des régimes ARRCO et AGIRC. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

L évolution des paramètres des régimes ARRCO et AGIRC. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différents modes d acquisition des droits à la retraite en répartition : description et analyse comparative des techniques

Plus en détail

La réforme des retraites

La réforme des retraites Corporation des Métiers du Métal Etablissement public de droit local 6 rue Georges Cuvier BP 1 67610 LA WANTZENAU Tél. : 03 88 10 37 07 Fax : 03 88 10 37 00 La Wantzenau, juin 2011 Domaine : SOCIAL Secteur

Plus en détail

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL PREAMBULE Le présent accord-cadre s inscrit dans la continuité des nombreux dispositifs légaux et conventionnels touchant directement

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE Préambule Considérant la situation économique et, notamment, l impact de celle ci sur le marché de l emploi et le

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération FICHE TECHNIQUE Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération SOMMAIRE : I) LES ACCORDS ET PLANS D ACTION EN FAVEUR DES SALARIES

Plus en détail

L assurance retraite en France. Armand LOTZER 14/10/2013

L assurance retraite en France. Armand LOTZER 14/10/2013 L assurance retraite en France Armand LOTZER 14/10/2013 La CARSAT d Alsace Moselle : la gestion des prestations d assurance vieillesse près de 5 milliards versés à 685.000 retraités en 2012, dont 22.400

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF

MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF I - RETRAITE ET REPRISE D ACTIVITE La loi subordonne le versement d une pension de retraite par le régime général à la cessation

Plus en détail

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité vous guider Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité n Non-salariés agricoles www.msa.fr Sommaire Comprendre votre retraite Votre compte individuel 4 Votre relevé de carrière 4 Vos cotisations

Plus en détail

Les problématiques des régimes d assurance vieillesse. des professions libérales

Les problématiques des régimes d assurance vieillesse. des professions libérales CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 avril 2009 à 9 h 30 «Les régimes de retraite des indépendants : les problématiques spécifiques» Document N 14 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 6 juin 2014 AGEN 5 années de croissance perdues 1 850 Volume de la production nationale en milliard d'euros constants (valeur 2005) 1 800 1 750 1 700

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE

LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE La Sécurité sociale française, créée en 1945, repose sur le principe de la solidarité nationale où chacun est aidé pour faire face aux aléas de la vie. Ainsi, elle couvre

Plus en détail

Chapitre III Les compensations inter-régimes

Chapitre III Les compensations inter-régimes 61 Chapitre III Les compensations inter-régimes LES COMPENSATIONS INTER-REGIMES 63 PRESENTATION La loi a institué en 1974 des mécanismes de compensation financière, d une part entre les régimes de retraite

Plus en détail

QUELLES PERSPECTIVES POUR LES RETRAITES EN France?

QUELLES PERSPECTIVES POUR LES RETRAITES EN France? QUELLES PERSPECTIVES POUR LES RETRAITES EN France? Janvier 2007, par Charles MBENGUE MATANGA À moyen et long terme la situation des retraites en France sera de plus en plus préoccupante, compte tenu notamment

Plus en détail

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 Eric WOERTH Ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique et André SANTINI Secrétaire d État chargé de la

Plus en détail

Que retenir de la réforme des retraites 2010?

Que retenir de la réforme des retraites 2010? Réunion cabinet Que retenir de la réforme des retraites 2010? Réunion SOGEX 23 JUIN 2011 Pôle Conseils 25/02/2011 INTRODUCTION Pôle Conseils 25/02/2011 2 Présentation du cabinet SOGEX: Cabinet d expertise

Plus en détail

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE SOMMAIRE 04 Introduction OBJET FINANCEMENT FONCTIONNEMENT 10 Les entreprises et le Congé de Fin d Activité ADHeSION à L AGECFA-Voyageurs PERSONNEL AFFILIe

Plus en détail

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T)

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) NOTE D INFORMATION CV Réf. : II-6-1-14 Pôle des services 1 er avril 2011 Tel : 05 63 60 16 66 1-3 Temps de travail Mail : services@cdg81.fr COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) Décret n 2004-878 du 26 août 2004

Plus en détail

ACCORD DU 24 MAI 2011

ACCORD DU 24 MAI 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT ACCORD DU 24

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 Pacte de responsabilité et de solidarité Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 1 2 Le Pacte : quels bénéficiaires? Les entreprises Toutes les entreprises, quelle que soit

Plus en détail

1.1 Généralités DUCTION. www.vademecum-urssaf.com. Maladie accident du travail Caisse nationale. Vieillesse Famille Recouvrement

1.1 Généralités DUCTION. www.vademecum-urssaf.com. Maladie accident du travail Caisse nationale. Vieillesse Famille Recouvrement 1. I n t r o d u c t i o n 1. INTRO- 1.1 Généralités 1.1.1 L organisation générale de la Sécurité sociale Le régime général de Sécurité sociale 1 est le plus important des régimes de Sécurité sociale :

Plus en détail

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR A L EMPLOI (ARE) POUR QUI? Pour vous si : Vous avez travaillé au minimum 122 jours (ou 610 heures)

Plus en détail

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE. n o 4. Demande et calcul de la retraite complémentaire

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE. n o 4. Demande et calcul de la retraite complémentaire GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Guide salariés n o 4 JUIN 2015 Demande et calcul de la retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref...

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PÊCHE, DE LA RURALITÉ ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PÊCHE, DE LA RURALITÉ ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PÊCHE, DE LA RURALITÉ ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national COMPTE ÉPARGNE-TEMPS DANS LES EXPLOITATIONS

Plus en détail

N 2058 AVIS LEFEBVRE, Député. DOMINIQUE PRÉSENTÉ. (n 2044),, 25 juin 2014. PAR M. D

N 2058 AVIS LEFEBVRE, Député. DOMINIQUE PRÉSENTÉ. (n 2044),, 25 juin 2014. PAR M. D 1 N 2058 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 25 juin 2014. AVIS PRÉSENTÉ AU NOM DE LA COMMISSION DES FINANCES,

Plus en détail

Fiche n 4 - La Protection sociale

Fiche n 4 - La Protection sociale Janvier 2004 Fiche n 4 - La Protection sociale 1 Définition de la Protection sociale La protection sociale désigne tous les mécanismes de prévoyance collective qui permettent aux individus ou aux ménages

Plus en détail

Part des salaires dans la valeur ajoutée

Part des salaires dans la valeur ajoutée NOTE CGT SUR LES SALAIRES ET LE POUVOIR D ACHAT Augmenter les salaires pour renouer avec la croissance Montreuil, le 18 juin 2013 On ne peut pas parler salaires sans parler coût du capital. Dans une économie

Plus en détail

«2.2. Couverture facultative

«2.2. Couverture facultative MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective départementale IDCC : 9811. EXPLOITATIONS AGRICOLES (Tarn) (6 mai 2002) (Etendue par arrêté

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps

Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps Entre les soussignés La Caisse d'epargne LOIRE CENTRE dont le siège social est situé à ORLEANS, 7 rue d'escures, représentée par adame Dominique LANGUILLAT,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3175 Convention collective nationale IDCC : 1909. ORGANISMES DE TOURISME

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à l annulation des rachats des cotisations arriérées présentation observations Cour d Appel Domaine(s) de

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS CET épargne salariale TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS Sommaire Compte épargne temps 3 Historique 4 Mise en place 6 Alimentation 8 Utilisation 10 Optimiser le CET 14 COMPTE ÉPAR- GNE TEMPS Le Compte

Plus en détail

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur E D I T O Sommaire P1 L édito P2 Révision des classifications et rémunérations minimales : Accord à l unanimité P3 Suite révision des classifications P4 Accord sur la sécurisation de l emploi et le temps

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1531 du 17 décembre 2014 relatif au taux des cotisations d allocations familiales et d assurance

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 49-25 juillet 2014 Serge Lavagna Secrétaire national de la CFE-CGC Protection sociale ÉDITO Contact : Mireille Dispot Expert protection sociale

Plus en détail

CAHIER REVENDICATIF DES PERSONNELS DU CONSEIL GENERAL DU PUY DE DÔME

CAHIER REVENDICATIF DES PERSONNELS DU CONSEIL GENERAL DU PUY DE DÔME SYNDICAT LA CGT DU PERSONNEL DÉPARTEMENTAL Clermont-Ferrand, le 16 décembre 2010 CAHIER REVENDICATIF DES PERSONNELS DU CONSEIL GENERAL DU PUY DE DÔME Validé par la Commission Exécutive du 7 décembre 2010

Plus en détail

La Pension d Invalidité

La Pension d Invalidité DEFINITION Elle a pour objet d accorder à l assuré une pension en compensation de la perte de salaire résultant de la réduction de sa capacité de travail La pension fait souvent suite à un arrêt de travail

Plus en détail

Revenus de remplacement : modalités déclaratives

Revenus de remplacement : modalités déclaratives Revenus de remplacement : modalités déclaratives Les revenus de remplacement sont destinés à compenser la perte de rémunération pendant une période d inactivité partielle ou totale. Sont notamment considérés

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

Fiche 18. Notions clés sur la protection sociale des élus locaux

Fiche 18. Notions clés sur la protection sociale des élus locaux Fiche 18 Notions clés sur la protection sociale des élus locaux En matière de protection sociale, une des premières avancées pour les élus locaux a été constituée par la mise en place d un régime de retraite

Plus en détail

L activité de la branche Retraite Point presse 21 mai 2015

L activité de la branche Retraite Point presse 21 mai 2015 L activité de la branche Retraite Point presse 21 mai 2015 Contacts presse Frédérique Garlaud - 06 29 70 20 21 Virginie Rault - 06 82 30 00 32 Philippe Bainville 06 82 30 25 63 presse@cnav.fr @Cnav_actu

Plus en détail

Obligations des entreprises en matière d emploi des seniors

Obligations des entreprises en matière d emploi des seniors Obligations des entreprises en matière d emploi des seniors Le contexte juridique du nouveau dispositif seniors L articulation de la nouvelle obligation avec les obligations préexistantes : La loi Fillon

Plus en détail

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014 Questions sociales Note d information n 14-15 du 6 août 2014 ALLOCATIONS CHOMAGE Effet au 01/07/2014 Références Arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l indemnisation

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

Bulletin d information édité par le SNFOCOS Sous le N de Commission Paritaire 3 941 D 73 S Alain POULET, Directeur Gérant

Bulletin d information édité par le SNFOCOS Sous le N de Commission Paritaire 3 941 D 73 S Alain POULET, Directeur Gérant Bulletin d information édité par le SNFOCOS Sous le N de Commission Paritaire 3 941 D 73 S Alain POULET, Directeur Gérant 15 année N 642 Hebdomadaire Le 18.01.2008 N 003-08 REUNION PARITAIRE NATIONALE

Plus en détail

Pégase 3 MSA Les contrats «vendanges» Dernière révision le 28/09/2006. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr

Pégase 3 MSA Les contrats «vendanges» Dernière révision le 28/09/2006. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Pégase 3 MSA Les contrats «vendanges» Dernière révision le 28/09/2006 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Principe...3 Particularités du contrat...3 Les cotisations concernées...4 Les

Plus en détail

REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT

REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT Revoir le mode de financement de notre système d Assurance-maladie, institution à

Plus en détail

Taux de cotisation dans les différents régimes

Taux de cotisation dans les différents régimes CONSEIL D'ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 21 mars 2001 "Comparaisons entre régimes" "Compensation et transferts financiers" Taux de cotisation dans les différents régimes Les taux de cotisations

Plus en détail

Sommaire détaillé 9 AR

Sommaire détaillé 9 AR Sommaire détaillé 1 CONTRÔLE DU TRAVAIL... 1.001 A - Ouverture d un établissement industriel et commercial... 1.101 1 - Déclaration nominative préalable à l embauche... 1.102 2 - Registre du commerce -

Plus en détail