magazine votre pharmacie? Comment choisissez-vous 5000 lecteurs répondent Spécial Le marché juteux des faux amis de la forme

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "magazine votre pharmacie? Comment choisissez-vous 5000 lecteurs répondent Spécial Le marché juteux des faux amis de la forme"

Transcription

1 FROMAGE Douze Gruyère testés FRC Compléments alimentaires Le marché juteux des faux amis de la forme croix suisse Nos lecteurs plaident pour la sévérité NO 32, octobre francs 4 euros magazine FÉDÉRATION ROMANDE DES CONSOMMATEURS INDÉPENDANT ET SANS PUBLICITÉ mention «sans ogm» Pourquoi la FRC n en veut pas Spécial santé Comment choisissez-vous votre pharmacie? 5000 lecteurs répondent

2 ÉDITORIAL F R C magazine octobre 2010 N O 32 Réinventons le clair-parler Deux salves de courrier ont visé les boîtes aux lettres de nombreux Romands durant le mois de septembre. Deux courriers qui, a priori, n étaient pas faits pour se rencontrer, mais qui vont se télescoper... ici. Le premier vient du siège d UBS. La banque s est attiré les foudres de plusieurs lecteurs qui nous ont confié avoir assez peu apprécié l envoi d une carte de crédit supplémentaire qu ils n ont jamais demandée. S il est précisé que ladite carte est gratuite, comment blâmer ceux qui ont un peu de mal à croire en la réalité de ce terme si souvent malmené? Et ce n est pas tout... Comme les pires démarcheurs à domicile dont on conte les exploits à longueur de FRC Mag, les responsables d UBS demandent poliment à ceux qui ne veulent pas de ce bout de plastique de le signifier à la banque par écrit. La Romande Energie a, elle aussi, fait œuvre de communication pour annoncer une baisse de tarifs. Las, le marché de l électricité n est ni des plus simples ni des plus transparents. Du coup, il faut se contorsionner un peu pour trouver une baisse, qui ne va pas être effective pour tout le monde (voir en page 5). SOMMAIRE 3 Enquête lecteurs User de la croix suisse, oui, en abuser, non! 4 Coups de chapeau 5 Bonnets d âne 6 La FRC vous défend 7 Test Les économiseurs d eau SPÉCIAL SANTÉ 10 Enquête lecteurs Comment choisissez-vous votre pharmacie? 12 Les compléments alimentaires Sont-ils bien utiles? 15 L euro baisse, mais pas les prix 16 Téléphonie Des abo illimités limités S ils touchent des domaines de la consommation assez éloignés, ces deux courriers se ressemblent: ils traduisent les efforts répétés de deux entreprises bien établies pour noyer des informations factuelles dans les bons sentiments de la «relation client». La langue de bois administrative et commerciale vise à placer sur le terrain des sentiments et du bien-être des décisions purement économiques. C est souvent le signe que l on cherche à cacher plus qu à révéler, à vanter plus qu à présenter, c'est aussi pourquoi de nombreux consommateurs n en veulent plus. Luc-Olivier Erard P. S. Le questionnaire distribué dans FRC Magazine No 29 de juin 2010 nous a été retourné à près de 5000 exemplaires. Merci à nos lectrices et lecteurs! Le dépouillement de ces documents nous permettra de mieux orienter l évolution de FRC Magazine en fonction des avis et des remarques qui nous sont parvenus. Mais, surtout, il permet un éclairage inédit sur trois sujets majeurs de préoccupation. Vous découvrirez dans ce numéro l enquête sur les pharmacies (p. 10) et celle concernant le projet Swissness (p. 3). 17 Boîte à outils 18 Non à la mention «sans OGM» 19 La colonne Meury 20 Cela vous est arrivé 22 TEST Les Gruyère mi-salés 26 Sous la Coupole 27 FRC Politique 28 Ils ont testé pour nous 29 C est vous qui le dites 30 Action Oui à l eau du robinet 31 Près de chez vous J.-B. Sieber impressum éditeur Fédération romande des consommateurs Présidente Monika Dusong rédacteur en chef A. I. Luc-Olivier Erard Rédaction Aline Clerc agriculture, environnement Nadine Frossard juriste Permanence Valérie Legrand-Germanier santé Huma Khamis sciences, tests Florence Bettschart, droit Valérie Muster conseil Permanence Anne Onidi journaliste Nadia Thion gane économie ont collaboré à ce numéro François Maret Mathieu Fleury Photo ARC/Jean-Bernard Sieber Conception ET RéALISATION graphique ADN Graphik Directeur artistique Martin Nieva Graphiste Jonas Pahud COTISAtion-abonnement 60 fr. par an (10 numéros), 2 ans 110 fr. (20 numéros) étranger 80 fr. (10 numéros) Abo de soutien à la FRC 90 fr. (2 ans 160 fr.) CCP: FRC Lausanne Adresse rédaction cp 6151, rue de Genève 17, 1002 Lausanne Tél Fax Copyright Tous droits réservés. Aucun article de ce journal ne peut être reproduit ni diffusé sans autorisation expresse de la FRC ou du rédacteur en chef. L utilisation des tests à des fins publicitaires est interdite sans accord expresse de la FRC. Impression Swissprinters Lausanne SA, sur papier certifié FSC (respectant l environnement, blanchi sans chlore), exemplaires 2

3 F R C magazine octobre 2010 N O 32 Actualité Ne bradez pas la «suissitude» Près de 5000 lecteurs ont répondu à nos questions sur la marque suisse. Quels produits méritent-ils d arborer une croix blanche? C était le sens des questions que nous avions posées à nos lecteurs dans l un des quatre questionnaires livrés avec FRC Magazine No 29. Synonyme de produit local, de qualité et d authenticité, l emblème national est abondamment utilisé pour valoriser chocolats, fromages et montres, mais aussi sacs, biscuits, outils, etc. La Confédération veut mettre bon ordre dans la galaxie des «produits suisses» grâce au projet législatif Swissness (FRC Magazine No 26). Cette question, la FRC et ses partenaires en ont aussi fait une priorité de leur Agenda des consommateurs Aujourd hui, l utilisation de la croix blanche sur un produit est illégale, mais répandue. Objectif du projet Swissness: permettre aux fabricants de valoriser ce symbole de qualité en autorisant son usage, de manière concrète et nuancée. Et la réponse à nos différentes questions montre que l avis des consommateurs est peu contrasté: un produit alimentaire, pour mériter l appellation «suisse», doit être conçu et réalisé en Suisse avec, dans toute la mesure du possible, des matières premières en provenance de Suisse. Le Parlement devra tenir compte de cet attachement très fort à une utilisation honnête de la croix suisse en finalisant le projet. Anja Herren, cheffe du service juridique des marques à l Ipi, estime que les résultats de notre enquête «confirment que les consommateurs sont eux aussi en faveur d une réglementation du label suisse et qu ils ont une attente très élevée par rapport à la matière première suisse d un produit alimentaire suisse». Que pense-t-on, à Berne, de la sévérité des consommateurs, qui pourrait trancher avec les nécessités de l industrie? Anja Herren promet que le projet actuel «tient compte de ces attentes ainsi que des intérêts divergents des producteurs». Seuls 2% des sondés estiment que la provenance d un bien industriel n a pas d importance, pour autant qu il ait été conçu en Suisse. 98% estiment que pour être qualifié de «suisse», le produit doit aussi avoir été essentiellement ou entièrement fabriqué en Suisse. Pour les denrées alimentaires, les sondés sont plus de la moitié à estimer que la matière première doit provenir de Suisse pour au moins 4 cinquièmes du produit. Seul un sur 100 estime que, pour autant que la fabrication soit réalisée en Suisse, la provenance des matières premières n a pas d importance. Nouvelle demande Reste un point controversé avancé récemment par Mathieu Fleury, secrétaire général de la FRC, devant la Commission parlementaire de l économie et des redevances au nom de l Alliance des consommateurs: «Le fabricant suisse qui souhaite produire en invoquant le principe du Cassis de Dijon pour déroger aux normes suisses, et améliorer sa compétitivité, ne devrait pas pouvoir arborer la croix suisse.» En clair, pour les consommateurs, un produit estampillé «suisse» doit respecter les normes techniques suisses. Une demande que l administration a pour l heure refusé de commenter, le Parlement n ayant pas (encore?) demandé cette clause. Luc-Oliver Erard Est-il nécessaire de réglementer l usage du label «suisse» Non alimentaire: critère pour arborer la croix suisse Alimentaire: part exigée de matière première suisse 2,02% 2,02% 2,02% 7,62% 0,50% 10,84% 6,10% 10,68% 33,14% 86,28% 44,84% 7,62% 0,50% 10,84% 6,10% 10,68% 36,23% 33,14% 61,75% 86,28% 44,84% 0,50% 10,84% 10,68% 36,23% 33,14% 61,75% 44,84% 3 oui non sans avis Conception et fabrication 100% suisses Conception et fabrication essentiellement suisses Conception en Suisse suffisante 100% 80% 60% Moins de 60% Peu importe le pourcentage, pourvu que la fabrication ait lieu en Suisse 0,9% 0,7% 1,2% 3,4% 0,9% 0,7% 0,7% 1,2% 1,2% 3,3% 3

4 COUPS DE CHAPEAU F R C magazine octobre 2010 N O 32 A Levi s et H&M, qui se sont laissé convaincre par la campagne CleanClothes d arrêter le sablage manuel des jeans, très néfaste pour les ouvriers. A Keymail, qui a remplacé le porte-clés muni d un système chiffré permettant de le retrouver en cas de perte. Le code n était plus visible, alors que le contrat était encore valable. A Aldi, qui a renvoyé gratuitement le tuba d un set de plongée, malencontreusement perdu dans un étang. A Cerjo, à Delémont, qui a remplacé une paire de lunettes dont un verre a été rayé par mégarde, et ce même sans preuve de garantie. A Hornbach, à Villeneuve, qui, ayant tardé à livrer du matériel commandé dans les délais promis, a joint à la livraison tardive un bon à hauteur de l achat d origine. Au service après vente d Apple, dont la diligence a été plusieurs fois signalée par nos lecteurs suite à des soucis matériels réglés vite et bien. UBS Recherche du crédit à tout prix our vous remercier de votre fi- nous vous offrons une «Pdélité, seconde carte gratuite en complément à votre carte de crédit UBS.» C est en ces termes avenants qu UBS s est adressée à ses clients dans le cadre de la nouvelle campagne publicitaire visant à redorer son image. Mal lui en a pris, si l on considère les nombreux témoignages reçus 16 centimes Le prix du cacao a atteint son plus haut niveau en trente ans. Pénurie des récoltes, demande des pays émergents, mauvaise gestion des pays producteurs sont en cause, et la spéculation amplifie le tout. Résultat, des marques comme Lindt ou Cailler ont renchéri de 2% à 3% chez Coop; chez Migros l augmentation moyenne des produits à forte teneur en cacao est de 5% (ex.: le paquet M-Quick de 1 kg est passé de 6 fr. 10 à 6 fr. 60). L effet dépend du type de produits. Sur Coût du kilomètre par personne transportée sur le réseau CFF une plaque de chocolat, le coût des matières premières (lait, chocolat, noisettes) n est que de 10%. Sur les produits de luxe, l impact devrait être nettement dilué. Et la biscuiterie devrait être peu à la FRC de clients outrés qu UBS les oblige à renvoyer une enveloppe-réponse jusqu au 30 septembre 2010, s ils souhaitent renoncer à cette deuxième carte. Les consommateurs n aiment définitivement pas qu on leur force la main. Une carte de crédit, même gratuite, n est jamais un cadeau! V. M. 70% Augmentation de la surface commerciale du secteur du meuble au cours des dix dernières années en Suisse Cacao La gourmandise va se payer plus cher touchée si ce n est le blé, qui augmente lui aussi! Mais la gourmandise est tenace, même si les ventes de chocolat suisse ont accusé en 2009 un recul de 5,9%, la première baisse en six ans. N. T. ExQuisine 4

5 F R C magazine octobre 2010 N O 32 62% Part des Suisses qui achètent leurs billets d avion sur Internet 42 millions Montant des salaires déclarés aux assurances sociales en 2009 par le système de chèques-emploi en Suisse romande Macarons de parcage Des différences énormes Le Surveillant des prix a enquêté sur les prix des macarons de parcage des chefs-lieux de cantons suisses, que ce soit pour les personnes privées, les entreprises ou les artisans. Cette étude démontre qu il y a des différences extrêmement importantes entre les villes: alors qu à Neuchâtel vous paierez 110 fr. pour parquer durant une année votre véhicule privé sur le domaine public, à Lucerne et à Zug, vous en aurez pour 600 fr. BONNETS D ÂNE La moyenne suisse est de 334 fr. 79 pour les privés et de 386 fr. 15 pour les artisans. Monsieur Prix a d ores et déjà interpellé les villes apparaissant dans le tiers le plus cher, et certaines, notamment Zurich, ont déjà baissé leurs prix. Quant à la Suisse romande, mieux vaut habiter en ville de Neuchâtel ou de Delémont qu à Lausanne: Delémont: 157 fr., Fribourg: 396 fr., Genève: 180 fr., Lausanne: 420 fr., Neuchâtel: 110 fr., Sion: 300 fr. F. B. A Coop, qui colle sur un émincé de porc un énorme autocollant pour le site Internet Beef.ch, lequel fait la promotion d une manifestation consacrée à la viande. Les anglophones qui serviront le plat à leurs invités feront à coup sûr un effet bœuf. A Interdiscount, qui a vendu pour 499 fr., arguant de 400 fr. de rabais, un objet en vente ailleurs pour 580 fr. Plus c est gros, plus ça passe? Electricité La Romande anarchie Romande Energie (RE) remporte la palme de la mauvaise foi grâce à sa récente campagne de communication qui vous avertit de la baisse du prix de l électricité. La situation est loin d être simple. Savoir si les tarifs vont baisser, rester stables ou augmenter, est impossible à affirmer globalement tout dépend de votre commune, de votre type d abonnement, etc. Peu de clients seront vraiment bénéficiaires d une baisse, d autant que certains changements tendent plutôt à l augmentation. Pour les tarifs avec heures pleines et heures creuses par exemple, le début des heures creuses est repoussé de 20 h à 22 h Adieu la dernière lessive à prix cassé! N hésitez pas à faire vérifier vos tarifs par l Elcom et à avertir RE si, comme beaucoup de nos membres, vous n aimez pas qu on vous prenne pour des gogos. Pour l exemple, Lausanne, dont les tarifs baisseront vraiment (tout en restant supérieurs à ceux de RE), n a pas gaspillé ses deniers pour un courrier collectif L.-O. E. ADN Graphik Au Tennis club des Eaux-Vives, qui, dans le cadre d une semaine de cours, n a ni remplacé ni remboursé les deux jours pendant lesquels la pluie a empêché la pratique du sport. A Dell, qui a refusé de se déplacer pour changer une pièce défectueuse, forçant le client à cinq heures de téléphone pour le pilotage d une réparation à distance Envoyez-nous vos propositions, vos coups de gueule, vos coups de cœur. Dites-nous comment vous consommez... 5

6 la frc vous défend F R C magazine octobre 2010 N O 32 Nokia cède sous la pression et remplace un téléphone «Pour son anniversaire, le 27 février 2009, j ai offert un téléphone mobile Nokia 7610 à ma fille, que j ai acheté chez mobilezone pour 399 francs. Cet appareil n a jamais fonctionné correctement, même après avoir été envoyé trois fois en réparation. Lorsque j ai demandé son remplacement, on m a simplement répondu que le téléphone pouvait encore subir une réparation supplémentaire! C est alors que j ai transmis le dossier à la FRC pour faire valoir mes droits.» Sergio Peruzzi Un litige? Un problème? Si vous êtes membre de la FRC, Nadine Frossard, juriste à la Permanence FRC, vient à votre secours (tarif normal) Un téléphone neuf qui se révèle défectueux doit être remplacé rapidement ou, à défaut, remboursé. DR Trois réparations pour un téléphone qui reste défectueux, c est trop! Sans compter que chaque réparation a privé la propriétaire de son téléphone durant plusieurs semaines. Exiger le remplacement Au vu de la situation, la FRC a immédiatement réclamé le remplacement de l appareil défectueux auprès de Nokia, qui n a donné aucune nouvelle pendant plusieurs mois, malgré un certain nombre de relances. La fille de Sergio Peruzzi a été contrainte d acheter un nouvel appareil. Toujours sans réponse en février 2010, la FRC a exigé le remboursement du prix payé, le remplacement étant devenu inutile. Elle a en outre menacé Nokia de lui faire notifier un commandement de payer, vu l échéance prochaine de la garantie. Nokia a finalement daigné se manifester, mais pour n accepter que le remplacement du téléphone, affirmant ne pas pouvoir proposer autre chose. Un pas en avant toujours insatisfaisant pour M. Peruzzi et sa fille, qui n ont que faire d un téléphone de plus, et qui n ont pas l intention de se lancer dans la revente de téléphones Une fois la garantie échue, il est devenu difficile de faire pression sur Nokia. Le seul élément juridique encore valable était qu une proposition de remplacement n est acceptable que juste après la survenance de la panne. Dans le cas présent, avec l écoulement du temps, la loi et la pratique actuelles en Suisse préconisent qu un remboursement doit être accordé. Maintenir la pression Sergio Peruzzi n a pas relâché sa pression sur Nokia. A force de persévérance, il a eu gain de cause. Il aura toutefois fallu de nombreux échanges de messages électroniques et une année et demie d âpres négociations pour que Nokia rembourse non seulement le coût du téléphone, mais également les honoraires et frais de la FRC. C est un succès! Parfois, même si, juridiquement, les arguments manquent, la ténacité et l insistance permettent d arriver à ses fins. En l occurrence, le magasin qui a vendu l appareil n a pas voulu faire face à ses obligations, et c est le fournisseur lui-même qui a satisfait le consommateur, non sans avoir toutefois longuement tergiversé. En conclusion, le droit donne une base de discussion, mais il ne faut pas hésiter à user de tous les moyens qui paraissent pouvoir aboutir à une solution, même si, juridiquement, elle ne semble pas possible. M. Peruzzi en a fait la démonstration, ça peut marcher! 6

7 F R C magazine octobre 2010 N O 32 TEST FRC Anna EAU Les économies coulent de source Ce n est pas parce que l eau potable ne manque pas en Suisse qu on peut la gaspiller. Les économiseurs d eau permettent-ils de vraies économies? «Sachant qu un pommeau classique débite en moyenne 15 litres d eau par minute et que vous prenez une douche de cinq minutes plutôt qu un bain, proscrit par votre conscience écologique ou votre emploi du temps, quelle quantité d eau utilisez-vous au total?» Réponse: 75 litres. Question subsidiaire: «Toute cette eau est-elle réellement nécessaire pour garantir votre hygiène quotidienne?» Les bases du problème sont posées: si la Suisse ne souffre jamais de pénurie d eau (sauf dans quelques régions spécifiques du Jura), il peut être intéressant de diminuer sa consommation, d une part, pour économiser l énergie nécessaire à la production d eau chaude, d autre part, parce que les eaux usées transitent invariablement par les stations d épuration, où elles sont traitées. Limiter le débit de l eau tout en préservant le confort à l utilisation, c est le défi que nous avons imposé aux douze dispositifs que nous avons envoyés à notre laboratoire. Conclusion: l économie est substantielle pour certaines des douchettes que nous avons testées. Pour les régulateurs de débit pour robinet, en revanche, les résultats sont plus nuancés. Une diminution importante en laboratoire La première étape a été de vérifier que les dispositifs, pour la plupart estampillés du label Energy (voir aussi encadré), réduisent réellement le flux d eau par rapport à des douchettes ou des aérateurs de robinet qui ne revendiquent pas d économie. En effet, alors que les pommeaux classiques débitent en moyenne plus de 15 litres par minute, les versions écologiques tournent autour des 8 litres par minute, permettant d économiser plus de 45% d eau. Quant aux régulateurs ou limitateurs de robinet, en laboratoire, ils réduisent le flux de près de 40%. Ainsi, l ensemble de douche de Coop, avec seulement 6 litres par minute, arrive en tête, tandis que la garniture de douche Rondo, de Migros, termine bonne dernière avec 12,7 litres par minute! Beaucoup trop. Du côté des aérateurs de robinet, c est le modèle Ecoperl AR45, avec seu- 7

8 TEST FRC FR C magazine octobre 2010 NO 32 Vaclav Janousek lement 4,8 litres par minute, qui remporte la manche. Retour à la réalité Protocole de test Dans un deuxième temps, nous avons mesuré l efficacité de ces dispositifs à des débits habituellement utilisés pour prendre une douche ou se laver les mains. Surprise, les performances chutent alors à une moyenne de 27% pour les douches et 11% pour les robinets. A ce stade, les résultats des douchettes sont nettement meilleurs que ceux des régulateurs de débit. Ainsi, la douchette Aquaclic assure une diminution de plus de 55% lorsqu elle est munie d un régulateur 6 litres par minute. La douchette Ecoperl, qui offre trois possibilités de jet, voit ses performances varier de 30 à presque 45% selon les réglages, ce qui reste encore très honorable. La douchette de Migros Do It n offre pour ainsi dire aucune amélioration par rapport à un modèle classique. Les dispositifs ont dans un premier temps été testés dans des conditions standard, avec une pression de 3 bar, afin de mesurer les débits théoriques des économiseurs. Les essais pratiques ont été menés avec un panel de dix personnes, qui ont utilisé les douches et robinets munis des embouts. Les débits réels ont ainsi été mesurés. Notre laboratoire a également demandé à notre panel de testeurs si le flux d eau leur semblait suffisant et a par ailleurs vérifié si l utilisateur était obligé d ouvrir les vannes à fond pour obtenir un débit confortable. Enfin, nous avons vérifié la véracité des allégations présentes et relevé les cas de suremballage. Du côté des robinets, c est la déception, le flux d eau reste, au fond, relativement proche de celui des robinets munis d un simple aérateur. Le régulateur AIR45 d Ecoperl gagne néanmoins également cette partie, avec plus de 27% d économie, et c est donc le seul dispositif réellement performant pour les robinets en situation réelle. Les autres se contentent d être juste satisfaisants. Economiser l eau en réglant son débit, c est bien, mais passer plus de temps sous la douche ou devant le lavabo pour une même opération ne résoudra pas forcément le problème du gaspillage de l eau! Par conséquent, un régulateur bien conçu doit garantir un certain niveau de confort... qui ne semble pas assuré dans tous les cas. Le dispositif de Coop, malgré ses belles performances techniques, ne dispense pas assez d eau, et notre panel l a recalé de manière unanime: cet ensemble de douche se retrouve ainsi le bec dans l eau. Huma Khamis Douche très bon bon satisfaisant peu satisfaisant insuffisant oui non PRIX PRÉSENCE DU LABEL ENERGY Ecoperl1 Aqua Clic Aqua Clic KWC Coop Migros DoIT+Garden Douche Clima régulateur 6l /min Clima régulateur 8 l/min Poignée de douche Ensemble de douche Rondo Garniture de douche à 1 jet 1 31 fr. 31 fr. 23 fr fr fr RÉDUCTION DU DÉBIT EN LABORATOIRE (30%) RÉDUCTION DU DÉBIT EN SITUATION RÉELLE (40%) CONFORT À L UTILISATION (20%) ALLÉGATIONS ET EMBALLAGE (10%) APPRÉCIATION GLOBALE % 1 8 Ces trois dispositifs sont vendus ensemble en pack à 79 fr. 2 Cette douchette a trois réglages possibles. Nous avons retenu les meilleures performances.

9 ménage FR C magazine octobre 2010 NO 32 CONSO Un label qui prend l eau Le choix de dispositifs offert a de quoi déconcerter les écologistes qui débutent Ceux que nous avons testés portent presque tous le label Energy, conseillé par l Office fédéral de l énergie (OFEN). Malheureusement, le cahier des charges de ce label est assez décevant. Il conseille en effet au maximum un débit de 9 litres par minute pour les robinets et 12 litres par minute pour les douches. Or nos essais montrent qu il est techniquement possible d avoir de meilleures performances tout en garantissant le confort Ce label est donc apposé sur une grande majorité des produits disponibles en Suisse, et le consommateur ne se trouve pas vraiment plus avancé. Bonne nouvelle toutefois, l OFEN nous a par ailleurs signalé que le cahier des charges du label Energy devrait évoluer durant ces prochaines années, et les produits pourraient être étiquetés selon le même principe que les classes d énergie des appareils électroménagers (avec les classes A à G). Affaire à suivre. H. K. malin n Vérifiez dans un premier temps que vos robinets ne fuient pas: selon les services cantonaux romands de l eau et de l énergie, un robinet qui goutte à raison d une goutte par seconde équivaut à une perte sèche de 18 litres d eau par jour! n Alors que les douchettes munies d un régulateur permettent de faire de belles économies, les régulateurs de débit pour les robinets permettent surtout de limiter le débit maximal possible. Dans ce sens, ce petit investissement peut se révéler utile. n Si vous optez pour un kit pour robinet (limitateur ou régulateur + bague + joint), pensez à vérifier que le modèle s adaptera chez vous. Il existe des bagues mâles (M24), dont le pas de vis est à l intérieur du robinet, et des bagues femelles (M22), dont le pas de vis est à l extérieur du robinet. En cas de doute, apportez votre bague au magasin! n Au sens strict, on distingue les régulateurs et les limitateurs de débit. Tandis que les premiers assurent une certaine pression, les seconds limitent simplement le débit. Concrètement, en Suisse, une pression minimale est garantie dans presque tout le réseau d eau, et les deux dispositifs peuvent être utilisés sans distinction. Si la pression de vos robinets n est pas suffisante, consultez un expert. n Une chasse d eau équivaut environ à 9 litres d eau. Il existe plusieurs façons de limiter les quantités d eau gaspillée ainsi. Plus d info sur Robinet Ecoperl1 Migros DoIT+Garden Coop oecoplan Ecoperl1 Aqua Clic Neoperl AIR45 régulateur 4,5 l/min Aérateur économique Réducteur de débit AIR65 régulateur 6,5 l/min Inox Cascade SLC Econom Aérateur 1 8 fr fr fr. 19 fr

10 enquête lecteurs F R C magazine octobre 2010 N O 32 Pharmacies Comment Comment nos lecteurs choisissent-ils l enseigne qui leur convient? Plus de 4000 Mal de tête, pilule du lendemain, matériel pour tests de glucose: du bobo le plus anodin au problème le plus grave en passant par le plus embarrassant, chacun d entre nous pousse régulièrement la porte d une pharmacie pour un conseil ou l achat d un médicament. Mais dans un pays qui compte 1729 officines, laquelle choisissez-vous, et pourquoi? Proximité, confiance et prix Le paramètre le plus important pour les lecteurs, c est la proximité. Viennent ensuite deux paramètres d importance égale: la relation au pharmacien, qui est jugée prioritaire par environ 40% des sondés, ainsi que le critère «autre», qui pouvait être assorti d une remarque. Or ce critère est, pour pratiquement tous les répondants, l absence de «taxes». Cela démontre que la rémunération basée sur les prestations (RBP, voir encadré) n a toujours pas été comprise. Les personnes ayant indiqué ce critère pensent-elles que les pharmaciens sont rémunérés grâce aux marges sur les médicaments et que les tarifs de RBP sont une ponction supplémentaire injustifiée? Peut-être. Une meilleure information aux clients paraît donc né- cessaire. Et c est justement ce que les répondants souhaitent, puisque 80% d entre eux jugent une telle information très importante ou importante! Le rôle du pharmacien Notre sondage indique que les usagers attendent des pharmaciens des prestations d excellence, mais limitées au domaine des médicaments. L information et le conseil sur les médicaments prescrits sont jugés très importants ou importants à plus de 90%. Près des trois quarts des sondés estiment très important que leur pharmacien les mette en garde contre les La RBP Une question d éthique Créée en 2001, la rémunération basée sur les prestations (RBP) supprime le lien entre prix de vente des médicaments et rémunération des pharmaciens. Pour Marcel Mesnil, secrétaire général de PharmaSuisse, l association faîtière des pharmaciens, «la RBP permet de préserver l indépendance du pharmacien, qui peut ainsi fournir des conseils objectifs sur les médicaments; c est une question de sécurité des patients. Il peut aussi proposer les génériques les moins chers; c est une question économique. La RBP a d ailleurs permis d économiser près d un milliard de francs.» Toutefois, certaines chaînes de pharmacies très axées sur la parfumerie et la droguerie, comme Sun Store par exemple, renoncent à la RBP. «Ce genre de pratique commerciale dégrade le travail du pharmacien; et lorsque les caisses maladie soutiennent ces pratiques ou promeuvent la pharmacie par correspondance, elles laissent croire que la RBP est un revenu supplémentaire, ce qui est faux, puisqu elle rémunère des prestations et a remplacé le système des marges.» Comme 60% des lecteurs disent préférer les pharmacies indépendantes aux «chaînes», il faut prendre conscience que la RBP repose sur une justification éthique et économique, et savoir qu une pharmacie qui ne prélève pas le tarif de ses prestations doit trouver une autre source de revenu, en général via la parapharmacie (produits hors médicaments): là, c est la marge qui intéresse le vendeur, et non pas l adéquation entre le besoin du client et le produit. Actes médicaux en pharmacie Tout bénéfice! Avec le vieillissement de la population et la pénurie annoncée de généralistes, les pharmacies pourraient prendre le relais pour un certain nombre de tâches (certaines consultations par exemple), moyennant des formations spécialisées et la mise à disposition de locaux isolés. Cela contribuerait notamment à désengorger les services d urgence. V. L.-G. Mikhail Basov 10

11 F R C magazine octobre 2010 N O 32 santé vous les choisissez d entre eux ont répondu à ce volet de notre grande enquête. effets secondaires des traitements et les informe sur de possibles interactions médicamenteuses. Plus de 80% estiment très important ou important que le pharmacien effectue la vérification et le suivi des ordonnances. Plus de 80% jugent également que le conseil sur les médicaments sans ordonnance est très important ou important; 80% encore plébiscitent les conseils pour les problèmes saisonniers comme le rhume. Enfin, les trois quarts de nos sondés pensent que la sensibilisation et la vulgarisation médicales sont très importantes ou importantes. seulement plébiscitent le dialogue entre pharmaciens et médecins prescripteurs, ce qui dénote un réel inconfort à l idée d un partage des données médicales. Pourtant, une telle collaboration ainsi que certains actes médicaux pourraient éviter bon nombre de consultations médicales, c est-à-dire des coûts (voir encadré). Car, justement, les lecteurs sont sensibles aux coûts (des médicaments et du pharmacien): près de 90% estiment très important ou important que leur pharmacien leur propose l alternative la moins coûteuse, et près de 60% jugent très important qu il les encourage à consommer des médicaments signifier que les pharmacies offrent, en général, un cadre sécurisant et respectueux. Les répondants estiment à 80% génériques. Un potentiel non exploité 2,02% très 2,02% important 2,02% de ne pas attendre trop Nos lecteurs semblent réticents à longtemps au comptoir, et près des l idée de se soumettre à des actes médicaux ou perçus comme 0,50% tels dans 0,50% 10,84% Accueil et disponibilité,62% 7,62% deux tiers jugent très important d avoir une 0,50% 10,84% 10,84% 33,14% 33,14% 33,14% % 6,10% La confiance est jugée très importante par 10,68% en face d eux un personnel aimable et 86,28% pharmacie: 86,28% environ 86,28% 20% d entre 10,68% eux 10,68% 61,75% 61,75% 61,75% près de 60% des répondants. 36,23% disponible. 36,23% Les 36,23% usagers sont également seulement jugent très important (et 35% La discrétion 44,84% 44,84% et la confidentialité 44,84% sont exigeants envers eux-mêmes: les trois important) de pouvoir bénéficier de telles des maîtres mots, mais, apparemment, quarts d entre eux jugent très important prestations Par ailleurs, seuls 35% jugent très important que leur pharmacien connaisse leur dossier médical de façon approfondie, et environ 25% les clients des pharmacies n ont pas, majoritairement, besoin d un espace isolé pour pouvoir aborder leurs problèmes en toute liberté. Cela pourrait ou important de disposer d un service de retour des médicaments usagés. Valérie Legrand-Germanier Diego Cervo Encouagement du pharmacien à utiliser des génériques Mise en garde effets secondaires et interactions Possibilités d actes médicaux simples en pharmacie 3,4% 0,9% 0,7% 3,4% 0,9% 0,7% % 0,9% 0,7% 1,2% 1,2% 1,2% 3,3% 3,3% 3,3% 7,9% 7,9% 7,9% 88,8% 88,8% 88,8% 82,9% 82,9% 82,9% 4,6% 4,6% 4,6% 12,8% 12,8% 12,8% 55,7% 55,7% 55,7% 26,9% 26,9% 26,9% Très important ou important Moyennement important Peu ou pas important Sans avis 11

12 Enquête F R C magazine octobre 2010 N O 32 Compléments alimentaires Coup de blues, coup de pompe ou coup de vieux: qui n a jamais acheté, en pharmacie Kzenon Les compléments alimentaires devraient répondre à des normes précises de composition et d affichage. Notre enquête montre que ce n est pas toujours le cas. Mentions obligatoires absentes, produits non autorisés La FRC s est procurée six compléments alimentaires, au hasard, dans une pharmacie lausannoise: un aide-minceur pour homme à base de spiruline, taurine et acide alpha-lipoïque (de Kot), un brûleur de graisses unisexe à base de fibres de cacao et d orange (CaloriLight de Forté Pharma), un précurseur de la sérotonine pour les coups de blues (Sérotone d Inovance, contenant du L-Tryptophane et quelques vitamines), un antirides en comprimés à base de vitamine C, lycopène et isoflavones (Innéov de Nestlé et L Oréal); de la Coenzxme Q10 (antioxydant de Sandoz); enfin, des capsules d oméga 3 (Equazen QI Chews d Equazen). Les informations et allégations figurant sur les emballages respectent-elles la législation? Tous les produits respectent l obligation de mentionner qu il s agit d un complément alimentaire et qu il faut le tenir hors de portée des enfants. Coenzyme Q10 de Sandoz, n indique pas que la dose journalière recommandée ne doit pas être dépassée. Equazen QI Chews est le seul à ne pas faire figurer la mention obligatoire «Ne peut se substituer à une alimentation variée». Concernant les allégations de santé, Sandoz affirme que la coenzyme Q10 serait utile à une prise simultanée de statines: cela a-t-il été autorisé par l OFSP? Celui-ci répond: «L OFSP ne prend pas position sur des produits spécifiques, les laboratoires cantonaux sont responsables du contrôle du marché et des produits.» Equazen QI Chews prend également des libertés en introduisant 12

13 F R C magazine octobre 2010 N O 32 Alimentation Tonifiez votre bon sens! ou en grande surface, des compléments alimentaires? Vitamines, minéraux, acides gras ou acides aminés, en sachets, en gélules, en capsules, en pilules, effervescents ou liquides, pour rajeunir, raffermir, prévenir, vitaliser, booster, drainer ou éliminer: la palette de choix est énorme. Comment le florissant marché des compléments alimentaires est-il régulé, et quelle peut-être l efficacité de ces produits? Qu est-ce qu un complément alimentaire? Il s agit d une denrée alimentaire. L ordonnance du Département fédéral de l intérieur sur les aliments spéciaux définit les compléments alimentaires comme «des produits qui contiennent des vitamines, des sels minéraux ou d autres substances sous forme concentrée et ayant un effet nutritionnel ou physiologique, et qui sont destinés à compléter l alimentation avec ces substances». Les conditions dans lesquelles ils peuvent être importés, vendus et, en particulier, promus sont fixées dans l ordonnance sur les aliments spéciaux, ainsi que dans celle sur l étiquetage et la publicité des denrées alimentaires. La première spécifie les mises en garde devant figurer sur l emballage ou le feuillet d accompagnement, et détaille les apports journaliers admissibles ainsi que la liste des nutriments admis. La seconde stipule les allégations de santé autorisées. Celles-ci doivent en général correspondre mot pour mot à la formulation de l Office fédéral de la santé publique (OFSP), sans quoi une autorisation doit être demandée. Si l OFSP fixe les règles, le contrôle des produits mis en vente incombe au laboratoire cantonal du territoire concerné. En cas d inquiétude relative à la sécurité ou à la tromperie, le dossier doit être traité par le laboratoire du canton où est installé le siège social de l entreprise qui fabrique ou importe ledit produit. Les compléments alimentaires sont-ils efficaces? Acheter un complément alimentaire selon le hasard ou l envie revient à jeter son argent par les fenêtres. «Ce n est pas parce qu on se sent fatigué qu on manque forcément de vitamine C», nous apprend la doctoresse Van Meir, spécialiste de médecine interne et de micronutrition à Genève. «La biochimie du corps humain est extrêmement complexe et la prise de compléments alimentaires n apporte de réels bénéfices que dans le cas de carences avérées par des analyses médicales.» Faut-il pour autant courir chez un(e) spécialiste au moindre coup de mou? «Non, répond encore la doctoresse Van Meir. Les carences en micronutriments proviennent le plus souvent de notre mode de vie. L accélération des rythmes fait qu on mange des repas peu équilibrés dans des C est la jungle dans les rayons des notions qui ne sont pas prévues par l OFSP. CaloriLight n a pas de contrainte à respecter du fait de sa composition. Innéov bénéficie d une autorisation de l OFSP et a donc été mise de côté. Les doses de micronutriments annoncées sur les emballages ne posent pas de problème. Mais du fait des composants, deux produits ne devraient pas se trouver en vente! Il s agit de l aide-minceur Kot et de l anti-coup de blues Sérotone. L acide alphalipoïque contenu dans le premier exigerait une autorisation, puisqu il n est pas admis. Le L-Tryptophane contenu dans le second ne devrait, selon l OFSP, pas être introduit dans les compléments alimentaires. On se demande dès lors comment de tels produits peuvent se retrouver en vente libre en pharmacie. M. Marcel Mesnil, secrétaire général de PharmaSuisse, répond à cette question: «Le pharmacien porte l entière responsabilité de ce qu il vend à ses clients. Lorsqu une préparation disponible dans le commerce ne répond pas aux exigences légales applicables en Suisse, il doit renoncer à la proposer, ou adresser au pharmacien cantonal une demande de dérogation fondée sur l intérêt public.» Ce qui n a pas été fait dans ce cas précis. L importateur de ces deux produits, qui n avait pas demandé d autorisation et ne savait pas que le Cassis de Dijon ne s applique pas aux compléments alimentaires, a promis de se mettre en conformité ou de les retirer. La FRC transmettra ces deux cas au chimiste cantonal genevois. V. L.-G. 13

14 Enquête F R C magazine octobre 2010 N O 32 conditions défavorables, en mastiquant insuffisamment, ce qui diminue la capacité de notre intestin à assimiler les micronutriments. Ceux-ci sont également de moins en moins présents dans les aliments du fait de l agriculture intensive.» L alimentation est donc le nœud du problème, lorsque aucune question d hérédité ne vient compliquer la donne. Au commencement était l alimentation Le meilleur moyen de se sentir en forme est d adopter un mode de vie sain. Outre un sommeil de qualité et une activité physique régulière, il faudrait manger au moins cinq fruits et légumes par jour, de préférence bio, préférer les graisses végétales (sauf palme) aux graisses animales, ainsi que le poisson et les viandes blanches aux viandes rouges, prendre le temps pour les repas et varier sa cuisine. Et si, malgré cela, on ne se sent pas mieux, une consultation spécialisée peut permettre l identification d une carence spécifique qui nécessitera une supplémentation. Que du bon sens! Oui, mais pas facile d adopter un tel style de vie à longueur d année. Les compléments alimentaires ne pourraient-ils pas le remplacer? «En choisissant soi-même son cocktail, on risque qu une partie des micronutriments ingérés soit directement éliminée, à cause d un problème de flore intestinale, ou parce que le corps n a pas besoin de tels dosages, ou encore parce que certains micronutriments différents ne peuvent, même s ils sont contenus dans la même gélule, être assimilés en même temps par le corps.» Sans compter les risques de surdose, voire d intoxication. Marketing survitaminé Les compléments alimentaires évoluent, suivent des modes et sont portés par un marketing en pleine possession de ses moyens. Ils sont présentés comme high-tech, comme scientifiquement attestés (voir encadré) ou comme des quasi-médicaments, à l exemple de la Coenzyme Q10 de la firme Sandoz. Dans la boîte est proposée une notice ressemblant étrangement à celle d un médicament, pliée en accordéon et rédigée en trois langues. De plus, le nom du fabricant, très connu sur le marché pharmaceutique, est bien mis en valeur sur la boîte afin que l acheteur associe le complément à un médicament et croie d autant plus aux allégations. Les compléments alimentaires font rêver: de se sentir mieux, de réussir mieux, de paraître mieux. Mais ne vous laissez pas endormir. Valérie Legrand-Gérmanier ARC/Jean-Bernard Sieber Certains compléments (à g.) ne devraient pas se trouver en vente. D autres (à dr.), sont proposés à tous alors qu ils n ont fait leurs preuves que pour des troubles bien précis. Equazen QI: 140 de quotient commercial! Les comprimés à mâcher Equazen QI Chews, censés booster les capacités mentales, sont destinés aux enfants dès 5 ans. Sur la boîte de comprimés figure un logo inconnu: Independently tested the Durham Trial. La science, ça rassure! Or cette expérience a été menée auprès d enfants souffrant de troubles de la coordination développementale associés à des difficultés comportementales et d apprentissage. On leur a donné des oméga 3 pendant quelques mois, avec des résultats positifs. Certes, plusieurs études scientifiques ont pu prouver qu une supplémentation en acides gras à longue chaîne produisait des effets significatifs sur ce type d enfants. Mais Equazen QI prétend apporter ses bienfaits à «tous» les enfants. Or les expériences faites auprès d enfants sans problème comportemental ou cognitif n ont pas donné de résultat probant. Et voilà comment un fabricant surfe sur la course à la surperformance scolaire! V. L.-G. 14

15 F R C magazine octobre 2010 N O 32 votre argent Mipan A qui profite la baisse de l euro? Malgré un euro historiquement bas face au franc, les prix des biens achetés en euros par les distributeurs ne diminuent pas dans nos rayons. Un franc 30, l euro n a jamais été aussi bas face au franc suisse. Une aubaine pour les Suisses qui se rendent à l étranger pour quelques jours et qui en profitent pour faire quelques achats. Avec 100 francs suisses en septembre 2009, ils obtenaient 66 euros, aujourd hui ils en obtiennent 76, soit 13 francs de plus. Les hôtels, les restaurants et tous les achats faits en euros sont donc meilleur marché. Les 60% du commerce helvétique se font avec l Europe. Si un euro faible ne fait pas l affaire de nos exportateurs, en revanche, ceux qui se fournissent en euros se frottent les mains. Le coût d achat des marchandises s en trouve réduit. Les prix finaux payés par les consommateurs suisses dans les magasins n ayant guère varié, cela en étonne plus d un, parmi lesquels les associations de consommateurs, la Commission de la concurrence ou encore Monsieur Prix. L «effet euro»... très sélectif A court terme, le cours du change fluctue sans discontinuer selon le cycle conjoncturel. Les distributeurs ne peuvent pas changer constamment les prix, ce qui d ailleurs rendrait la situation confuse pour le consommateur. Mais aujourd hui on assiste à un effet à long terme. L euro baissant, les contrats avec les fournisseurs européens sont négociés à meilleur coût, et, comme les prix finaux dans les magasins ne bougent pas, les distributeurs dégagent une marge supplémentaire. Bien sûr, le taux de change n est qu une des composantes du prix. Une baisse de l euro peut être annulée par une hausse du prix d une matière première entrant dans la composition du produit. A titre d exemple, le cours du blé s envole depuis quelques semaines. Reste que, lorsque les prix des matières montent, les prix dans les magasins montent, comme on l a vu au plus fort de la crise en Mais quand l euro baisse, les prix font de la résistance. Dans un hypermarché Coop, on compte environ produits sont achetés en euros... mais 400 seulement ont vu leur prix diminuer. A ce stade, il s agit plus d un outil de marketing. Preuve en est la nouvelle étiquette «effets euro» qui fleurit chez le distributeur. Ils profitent, nous payons Lorsqu on leur demande des explications, distributeurs et fournisseurs se renvoient la balle. Les concessionnaires automobiles disent ne pas pouvoir être flexibles, les prix étant fixés un an à l avance. Les diffuseurs de livres semblent avoir fait preuve de bonne volonté. Tous affirment être actifs sur un marché concurrentiel. Si tel était vraiment le cas, des économies réalisées sur les coûts devraient être répercutées sur les prix en magasin. Pâtes italiennes, huiles espagnoles et prunes françaises gardent, du coup, un goût amer. Privilégier les produits suisses n est bien sûr pas toujours possible. Commander sur Internet? Les frais de dédouanement mangeront allègrement l effet euro. Remplir son coffre au-delà de la frontière? Pas très écolo, ni patriotique, et le prix de l essence annulera le gain attendu. Une chose est sûre: si vous disposez d un petit pécule en euros, il n est pas temps de le convertir. En attendant, les coûts élevés en Suisse ont bon dos: les prix continuent, dans une large mesure, à être fixés en fonction du pouvoir d achat En d autres termes, les commerçants s organisent pour tirer le plus de profits possibles dans un marché où la concurrence est loin d avoir toujours les effets qu on attend d elle. Nadia Thiongane 15

16 télécoms HelleM Téléphonie Des forfaits illimités qui ne le sont pas La promesse des nouveaux forfaits vaut surtout pour ceux... qui ne consomment pas trop! Les forfaits dits «illimités» étaient très attendus: les fameux triple-play, qui donnent accès à la téléphonie fixe, la téléphonie mobile et Internet sans limite, existent enfin... surtout dans la pub. Qui n a pas rêvé devant les spots de la télé française qui promettent téléphonie, Internet et télévision numérique à gogo pour 30 euros à peine! Certaines formules ont fini par arriver chez nous mais font encore pâle figure. En comparaison avec nos voisins, elles sont chères, même si, au niveau suisse, elles améliorent la situation surtout pour les gros utilisateurs de services de télécommunications. Mais qu on les appelle «flat», «illimité» ou «free», chaque opérateur a néanmoins fixé des limites à l utilisation de ses offres illimitées (voir tableau cidessous). Chez Orange, la barre est placée en nombre de SMS et de minutes de conversation, alors que chez Swisscom et Sunrise, il est mentionné que, en dehors d un usage jugé normal, l opérateur se réserve le droit d intervenir. Evidemment, chaque opérateur planifie ses offres en fonction de son seuil de rentabilité et de l utilisation moyenne que les clients font de ses services. Pour rentrer dans ses coûts, il doit soit fixer des limites, soit s arranger pour que la majorité des clients qui ont une utilisation normale ou une sous-utilisation de leur abonnement paie pour ceux qui sont accros! Bref, c est soit le gros, soit le petit client qui trinque. Ces clauses restent assez vagues, et les opérateurs sont légalement libres de fixer les conditions générales comme bon leur semble. Reste qu ils pourraient être sensiblement plus transparents sur la manœuvre. La dénomination «illimitée» devrait clairement être accompagnée d une mention en gras ou d un astérisque renvoyant aux conditions particulières d utilisation (que l on trouvera facilement!). La limite fixée en nombre de minutes et de SMS est plus claire pour le consommateur qu un simple avertissement concernant une utilisation hors norme. Nadia Thiongane Pour ses nouveaux abonnements OrangeMe, l opérateur prévoit un usage privé normal limité à 3000 SMS et 3000 minutes (soit cinquante heures) de communication par mois au maximum. Les mentions légales et générales précisent que si l utilisation des prestations illimitées diverge de l utilisation habituelle des clients privés, Sunrise peut intervenir (de la proposition d une autre option tarifaire à la résiliation de contrat en cas de rappels restés sans réponse). Pour son forfait Natel Be Free, Swisscom précise que si l utilisation faite par le client diverge considérablement de l usage à titre privé habituel, Swisscom se réserve le droit d attribuer au client un autre produit NATEL ou de prendre une autre mesure adéquate. 16

17 F R C magazine octobre 2010 N O 32 boîte à outils Feng Yu Voyage Entrer aux USA c est désormais payant Depuis janvier 2009, les ressortissants suisses en possession d un passeport à lecture optique (obtenu avant le 26 octobre 2006) ou d un passeport biométrique (obtenu après le ) peuvent entrer sans visa aux Etats- Unis, mais doivent remplir sur Internet le formulaire Electronic System for Travel Authorization (Esta, ou Système électronique d autorisation de voyage). Ce formulaire est devenu payant à partir du 8 septembre 2010: une taxe de 14 dollars est perçue par le US Department of Homeland Security (DHS). Attention toutefois aux petits malins qui font payer le formulaire Esta de 40 à 50 dollars. Le seul site habilité à délivrer cette autorisation est celui de l Administration américaine: https://esta.cbp.dhs.gov Impôts Contribuables vaudois, attention! Dans le canton de Vaud, contrairement aux autres cantons romands, le remboursement d un solde d impôt en faveur du contribuable n est pas opéré automatiquement d une année à l autre. Ainsi tous les montants versés en trop en 2009 ou les années précédentes doivent faire l objet d une demande express de remboursement ou de transfert, à défaut de quoi ils restent affectés sur une année déjà écoulée. L absence de transfert automatique se rencontre également si le contribuable omet de modifier la référence de l ordre permanent en début d année. Tous les acomptes qu il versera pour l année en cours seront crédités sur le compte de l année précédente sans transfert automatique sur celle en cours. Résultat: une mauvaise surprise pour le contribuable, lorsqu il reçoit son décompte définitif. Dans le canton de Vaud, pour demander le transfert des montants d une année à l autre, il faut s adresser au secteur recettes de l office d impôt de district compétent, tant qu un nouveau processus, actuellement en cours d élaboration, ne sera pas mis en place. Retrouvez tous nos conseils, les archives du magazine ainsi que les récentes interventions de nos spécialistes sur FRC.ch Frank U. Administration Argent Alimentation Multimédia Impôts Santé Argent Fiches budget à votre secours Vous souhaitez établir votre budget, mais vous ne savez pas comment vous y prendre, votre enfant vous réclame de l argent de poche, mais vous ne savez pas combien lui donner, consultez les fiches proposées par Budget conseil suisse mises à disposition sur notre site ch/pages.php?id=258 ou via notre Permanence. Vous y trouverez des exemples de budget (sur la base de différents revenus), des fiches directives (argent de poche, salaire de l apprenti, argent du ménage, etc.) et des fiches-conseil (comme pour les couples vivant en union libre). Les exemples donnés par les fiches budget représentent des valeurs moyennes nationales. Les chiffres doivent être adaptés à la situation personnelle, en particulier pour les postes «Impôts» et «Caisse maladie». Communication Voyage

18 alimentation F R C magazine octobre 2010 N O 32 OGM Non à la banalisation La mention «sans OGM» est demandée par de nombreux consommateurs. La passer la norme pour l exception. «Sans OGM»: cette affirmation apparaît parfois sur quelques emballages alimentaires en Suisse (en toute illégalité), mais surtout en Europe, répondant à la crainte diffuse que les OGM seraient omniprésents. Cette crainte est pourtant infondée. Sur les 433 échantillons analysés en 2008 par les chimistes cantonaux principalement des produits à base de maïs, de soja et de riz, 97% ne contenaient pas d OGM; neuf échantillons présentaient des traces en concentration inférieure à 0,9%. Au final, quatre produits n étaient pas en règle. L étiquetage des produits OGM et ses lacunes Les produits alimentaires à base d OGM, contenant des ingrédients OGM ou extraits d OGM doivent le déclarer sur l étiquetage. En dessous de 0,9% d OGM dans l ingrédient, il est considéré qu il s agit d une trace involontaire, sans obligation de déclarer. En matière d alimentation humaine, l information, et donc le libre choix des consommateurs, est garantie et, comme les contrôles le prouvent, plutôt respectée. En revanche, l acheteur n est pas informé de la nourriture avalée par les animaux qui produisent œufs, lait et viande, alors qu une partie importante des OGM produits au niveau mondial est utilisée dans l affouragement du bétail. Jusqu à présent, un des arguments utilisés pour ne pas imposer d étiquetage était qu aucune trace d ADN modifié ne se retrouvait dans le lait ou la viande d animaux. Mais cet argument ne répond pas à la préoccupation de ceux qui, pour des raisons environnementales, souhaitent éviter les productions ayant recours à la culture de plantes génétiquement modifiées. Rémy Vallée Label Produits concernés Présence Suisse garantie Différents labels bio (Bourgeon, KAG Freiland, Migros bio, Fidelio, Bio natur plus, etc.) Produits laitiers, œufs, viande Produits laitiers, œufs, viande Nombreux distributeurs et marques Nombreux distributeurs et marques Naturafarm Viande, œufs Coop Naturabeef Viande Coop et vente directe IP Suisse (commercialisé sous le label privé TerraSuisse par Migros) Viande Nombreux distributeurs et marques, TerraSuisse chez Migros Migros weide beef Viande Migros Agri natura Viande Vis-à-vis, Volg Parmi ces labels, seuls les labels bio concernent également des produits importés. 18

19 F R C magazine octobre 2010 N O 32 La colonne Meury FRC craint qu elle ne fasse Les producteurs et les distributeurs s approvisionnant via des filières sans plantes génétiquement modifiées souhaitent pouvoir le communiquer sur les produits. Ils tiennent également à valoriser l aspect financier de cet effort. Même si cette demande paraît légitime par certains aspects, la FRC s y oppose. En effet, apposer «sans OGM» sur des produits revient à les signaler, à décréter qu ils sont une exception et, de ce fait, à reconnaître que c est la présence d OGM qui est normale. En Suisse, l alimentation et les fourrages restent d ailleurs globalement exempts d OGM; une déclaration positive pourrait conduire à l augmentation des prix, et à l exclusion de petits producteurs qui ne pourraient pas assumer les coûts de contrôle. De l avis de la FRC, les OGM doivent donc rester une exception et être signalés comme tels sur les emballages, et non l inverse. En l absence d un étiquetage sur la nature des fourrages utilisés, les labels existants (voir encadré) doivent mieux valoriser dans leur communication leur renoncement aux OGM. Et si, en réaction à des développements européens, un étiquetage «sans OGM» devait être introduit pour les produits animaux et végétaux, la limite de tolérance pour les contaminations involontaires devrait être fixée le plus bas possible, comme l a proposé le Haut Conseil français des biotechnologies au printemps Aline Clerc Œufs, lait et viande Comment choisir des œufs, du lait et de la viande produits sans recours aux fourrages génétiquement modifiés? Au contraire des produits importés (volaille et œufs principalement), les œufs, le lait et la viande produits en Suisse, même sans labels, ne sont dans leur majorité pas produits en utilisant des fourrages OGM, l importation en étant extrêmement limitée. Retrouvez sur la liste des labels qui excluent les OGM de l affouragement. A. C. On rase gratis Cela peut paraître paradoxal pour les consommateurs que nous sommes, avant tout inquiets de l augmentation du coût de la vie, mais un des grands dangers qui nous menacent aujourd hui s appelle la gratuité. Cette nouvelle forme de marketing, qui consiste à attirer le gogo par des «cadeaux», fonctionne à plein régime (et pour des régimes quelquefois d ailleurs) pour à peu près tout ce qui se vend en ce bas monde, c est-à-dire tout. Une télévision en location? La maison vous offre trois mois gratuits, à l essai. Nul ne connaît vraiment le chiffre exact, mais les téléviseurs rendus après ces fameux trois mois d essai doivent pouvoir se compter sur les doigts d une main de menuisier maladroit. Il en va de même pour les abonnements aux journaux, les journaux payants devant maintenant multiplier les «offres spéciales» afin de concurrencer les journaux gratuits précisément. Autre grand phénomène à la mode: la gratuité pour le deuxième ou le troisième achat. Pour n importe quel objet et pas forcément en période de soldes, nos marchands de tapis offrent le deuxième ou troisième «machin». Ce qui entraîne souvent le client, persuadé de faire une bonne affaire, à acheter bien plus que nécessaire. C est ainsi que certaines de ces dames, à la recherche d une petite robe d été, peuvent rentrer chez elles affublées de la garde-robe de Paris Hilton. Un enchantement pour le mari, qui se verra contraint d aller négocier chez le marchand de meubles le plus proche l achat de deux nouvelles armoires pour le prix d une. Je pourrais ainsi multiplier les exemples à l envi, cette façon de vendre (vendre gratuitement, en quelque sorte) étant devenue la règle. Ce qui peut mener même les plus cancres d entre nous en économie à quelques interrogations: quelles marges ont donc les commerçants pour ainsi brader leur marchandise à 30% ou 50% en permanence? D autre part et c est plus inquiétant, combien peuvent être rémunérés les travailleurs des pays en développement fournissant l essentiel de ces marchandises? Il ne serait pas étonnant que ces derniers soient aussi victimes d une de ces fameuses offres de nos multinationales, du genre: on vous paie un mois de travail,et le deuxième et le troisième sont gratuits! Sympa, non?

20 CELA VOUS EST ARRIVÉ F R C magazine octobre 2010 N O 32 Une question? Un doute? Valérie Muster, responsable de la Permanence FRC Conseil, et son équipe de spécialistes se tiennent à votre disposition.vous êtes membre FRC: (tarif normal) Vous n êtes pas adhérent: (2 fr. 85/min) Brèves de la Permanence All in One Travel Gmbh a changé de raison sociale et s appelle désormais Merkuria Sàrl. Son fonctionnement reste le même: l envoi d une invitation à participer gratuitement à un repas lors d une soirée-vente, avec beaucoup de cadeaux à la clé. La FRC rappelle la possibilité de révoquer le contrat dans les sept jours également lors de manifestations publicitaires. La société B und P Dienstleistungen Gmbh, qui envoie des formulaires sous le nom de CH-Telefon, a fait recours auprès du Kassationgericht du canton de Zurich contre le jugement rendu le 31 mai Le Tribunal du commerce zurichois avait jugé trompeur ledit formulaire et ordonné son interdiction. Dans l intervalle, la FRC recommande, en cas de signature, d invoquer l erreur essentielle pour révoquer le contrat et met à disposition une lettre modèle. Deux nouveaux guides viennent compléter ceux déjà existants sur les SMS surtaxés et les appels publicitaires non désirés, à savoir: Le guide du numérique «Vol annulé ou retardé, quels sont mes droits?» Ces guides sont téléchargeables gratuitement pour les membres ou peuvent être commandés dans leur version papier au prix de 5 francs pour les membres et 10 francs pour les non-membres. Vin bouchonné Quels sont mes droits? J ai acheté une bouteille de vin mousseux au marché Proxi (PAM), à Lausanne. A l ouverture il s est avéré que le vin était bouchonné; ça sentait la vieille cave à plein nez, même à distance. Le lendemain, j ai ramené le reste de la bouteille au magasin, muni du ticket de vente. Le remboursement m a été refusé au prétexte, notamment, que le règlement du magasin l interdit. Quand j ai demandé à voir le règlement, on m a expliqué, sur un ton agacé, que ce n était pas possible. Alexei K. Les règles qui s appliquent sont celles du contrat de vente relative à la garantie des défauts. Si un vin est bouchonné, c est qu il a un défaut ou une absence de qualité promise. Un commerçant peut toutefois exclure ou limiter sa responsabilité pour les défauts, mais il doit le faire par écrit, ou de manière visible au moment de l achat, pour que cela soit valable. En théorie, le commerçant aurait dû rembourser la bouteille (pour autant que le défaut ne soit pas contesté et que l avis des défauts ait été fait à temps) ou l échanger. Il aura tout loisir lui-même de retourner les bouteilles au fournisseur. En pratique, il est conseillé aux personnes qui souhaitent recourir à cette solution de remettre le vin bouchonné dans la bouteille et de le rapporter immédiatement au point de vente avec le ticket d achat. 20

CONSOMMATION ETAT DE LA BRANCHE 2005

CONSOMMATION ETAT DE LA BRANCHE 2005 CONSOMMATION ETAT DE LA BRANCHE 2005 I. La consommation en Suisse en 2005 1) Contribution accrue de la consommation privée des ménages à la croissance économique La consommation privée en Suisse en 2005

Plus en détail

Analyse des faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec

Analyse des faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Analyse des faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Préparé par Filière biologique du Québec À l intention du Comité tripartite sur la valorisation Lévis (Québec)

Plus en détail

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Juin 2011 1. Profil des répondants Un échantillon de 718 personnes

Plus en détail

dosis 62 Formation des prix des médicaments Informations relatives à la politique de santé Tarifs des pharmaciens équitables et transparents

dosis 62 Formation des prix des médicaments Informations relatives à la politique de santé Tarifs des pharmaciens équitables et transparents No. 62 11.2013 dosis Informations relatives à la politique de santé Berne, novembre 2013 62 Formation des prix des médicaments Tarifs des pharmaciens équitables et transparents Dominique Jordan, président

Plus en détail

Ce qu il faut savoir avant de partir : faire respecter vos droits, c est notre but

Ce qu il faut savoir avant de partir : faire respecter vos droits, c est notre but Ce qu il faut savoir avant de partir : faire respecter vos droits, c est notre but Cinq millions de supporters sont attendus pour l Euro 2008 cet été. Malheureusement certains d entre eux risquent de rencontrer

Plus en détail

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Sur les 1210 personnes interrogées, 1043 personnes sont en âge de voter, soit

Plus en détail

Questions et réponses (FAQ)

Questions et réponses (FAQ) Questions et réponses (FAQ) Nouvelle convention tarifaire avec les pharmaciens: rémunération basée sur les prestations (RBP) Idée de base du système 1. Quelle est la philosophie à la base de la RBP? Les

Plus en détail

GUIDE. Des règles d étiquetage des produits issus de l agriculture biologique (Hors aliments pour animaux)

GUIDE. Des règles d étiquetage des produits issus de l agriculture biologique (Hors aliments pour animaux) GUIDE 1 Des règles d étiquetage des produits issus de l agriculture biologique (Hors aliments pour animaux) Réglementations en vigueur : Règlement (CE) N 834/2007 modifié du 28 Juin 2007 Règlement (CE)

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques

GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques ID-SC-172 GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE 12.12.12 GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques REFERENCES REGLEMENTAIRES : Règlement Européen N 834/2007

Plus en détail

Qualités nutritives des salades. DOSSIER SPéCIAL BIO F R C magazine FéVRIER 2010 N O 25. Quand la météo s en mêle

Qualités nutritives des salades. DOSSIER SPéCIAL BIO F R C magazine FéVRIER 2010 N O 25. Quand la météo s en mêle DOSSIER SPéCIAL BIO F R C magazine FéVRIER 2010 N O 25 Laitues d hiver Moins de pe Les laitues pommées bio se révèlent exemptes de pesticides. Plus «Bonne nouvelle: toutes les salades sont conformes et

Plus en détail

RAPPORT. Etude Plus-value bois suisse

RAPPORT. Etude Plus-value bois suisse RAPPORT Etude Plus-value bois suisse Le Mont-sur-Lausanne, le 26 février 2014 Le bois suisse, beaucoup plus cher? La mise en œuvre du bois indigène engendre des plus-values. Cependant, en étudiant ces

Plus en détail

Conditions Générales pour l achat de biens et services

Conditions Générales pour l achat de biens et services Conditions Générales pour l achat de biens et services 1 Champ d application 1.1 Les conditions générales règlent la conclusion, le contenu et l exécution des accords d achat de biens et services. 1.2

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

Réduisons nos déchets :

Réduisons nos déchets : Réduisons nos : 1 kg de produit par habitant et par jour! Les quantités de produits en France augmentent de 1% chaque année. 2005 Les des ménages représentent 22 % de la totalité des produits. 1960 160

Plus en détail

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales Étude sur la compétitivité des administrations cantonales réalisée pour les Chambres de commerce latines Avril 2015 2 1. Descriptif de la recherche Contexte et méthodologie 3 La 7 ème vague de l étude

Plus en détail

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Mai 2013 1. Profil des répondants Un échantillon

Plus en détail

Consultation - Arrêté fédéral sur la deuxième étape de l ouverture du marché de l électricité

Consultation - Arrêté fédéral sur la deuxième étape de l ouverture du marché de l électricité Office fédéral de l énergie Section MR 3003 Berne Par courriel : marktregulierung@bfe.admin.ch Lausanne, le 22 janvier 2015 Consultation - Arrêté fédéral sur la deuxième étape de l ouverture du marché

Plus en détail

Initiative pour des denrées alimentaires produites de manière durable (Initiative sur les denrées alimentaires)

Initiative pour des denrées alimentaires produites de manière durable (Initiative sur les denrées alimentaires) Initiative pour des denrées alimentaires produites de manière durable (Initiative sur les denrées alimentaires) Projet à l intention de l examen juridique La version allemande fait foi. Texte de l initiative

Plus en détail

Consultation : révision totale de la loi sur la poste et de la loi sur l organisation de la Poste

Consultation : révision totale de la loi sur la poste et de la loi sur l organisation de la Poste Monsieur le Conseiller fédéral Moritz Leuenberger Dpt fédéral de l environnement, transports, énergie et communication (DETEC) Palais fédéral Nord 3003 Berne Lausanne, le 10 juin 2008 Consultation : révision

Plus en détail

Stand for Nest Learning Thermostat Socle / Standaard Guide and Warranty / Guide et garantie / Handleiding en garantie

Stand for Nest Learning Thermostat Socle / Standaard Guide and Warranty / Guide et garantie / Handleiding en garantie Stand for Nest Learning Thermostat Socle / Standaard Guide and Warranty / Guide et garantie / Handleiding en garantie Avant de commencer Assurez-vous que le Nest Heat Link est déjà installé. Munissez-vous

Plus en détail

Charte PNNS Groupe CASINO Résultats

Charte PNNS Groupe CASINO Résultats Charte PNNS Groupe CASINO Résultats Calendrier En 2008, Casino a signé Les une engagements charte d engagements de la charte de progrès PNNS ont nutritionnel été appréhendés du PNNS. Elle comprenait 10

Plus en détail

It Works! Global. Conditions Générales de Distribution en France

It Works! Global. Conditions Générales de Distribution en France It Works! Global Conditions Générales de Distribution en France Mises à jour en avril 2013 CONDITIONS GÉNÉRALES DE DISTRIBUTION EN FRANCE 1. BASES DE LA COLLABORATION : 1.1. La société It Works! (ci-après

Plus en détail

Nom: Labels alimentaires suisses

Nom: Labels alimentaires suisses Certains produits alimentaires suisses sont estampillés avec des labels de qualité signalant qu ils dépassent les exigences minimales légales en matière de qualité, de protection des animaux, de protection

Plus en détail

Quelle attitude face aux devises? Conseils aux hôteliers-restaurateurs

Quelle attitude face aux devises? Conseils aux hôteliers-restaurateurs Quelle attitude face aux devises? Conseils aux hôteliers-restaurateurs L hôtellerie-restauration suisse souffre depuis belle lurette de la cherté du franc suisse. Ces derniers mois tout particulièrement,

Plus en détail

Le guide du bon usage des médicaments

Le guide du bon usage des médicaments Le guide du bon usage des médicaments Les médicaments sont là pour vous aider mais......ils ont parfois du mal à vivre ensemble. Votre médecin et votre pharmacien peuvent adapter votre traitement pour

Plus en détail

Et ça coûte combien? Info

Et ça coûte combien? Info Et ça coûte combien? Info ...une averse fraîche, délassante et économe De la peine à vous réveiller? Gagnez votre tonus quotidien sous le jet agréable et vivifiant d une douche incomparable! Vous êtes

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

L A T O U R D E P E I L Z Municipalité

L A T O U R D E P E I L Z Municipalité V I L L E D E L A T O U R D E P E I L Z Municipalité PRÉAVIS MUNICIPAL N 10/2014 le 25 juin 2014 Concerne : Réponse au postulat de M. Raphaël Onrubia (PS) «Un geste concret pour les familles ayant des

Plus en détail

assurance collective Les médicaments génériques Leurs effets bénéfiques sur votre portefeuille

assurance collective Les médicaments génériques Leurs effets bénéfiques sur votre portefeuille assurance collective Les médicaments génériques Leurs effets bénéfiques sur votre portefeuille Un choix avantageux Les médicaments ont certaines choses en commun : ils visent à nous guérir ou à nous soulager

Plus en détail

Code of Conduct. H+ Les Hôpitaux de Suisse CODE OF CONDUCT

Code of Conduct. H+ Les Hôpitaux de Suisse CODE OF CONDUCT CODE OF CONDUCT Collaboration du personnel des hôpitaux, cliniques et institutions de soins suisses avec les entreprises de l industrie des produits thérapeutiques 1/12 1 Situation de départ 1.1 Bases

Plus en détail

5. Liste de contrôle (version août 2012)

5. Liste de contrôle (version août 2012) 5. Liste de contrôle (version août 2012) Cette liste de contrôle est destinée aux pharmacies d officine. Elle peut toutefois aussi s avérer utile pour la période d assistanat effectuée à l hôpital. Comment

Plus en détail

LOI CONSOMMATION. Suppression des frais de restitution de dossier en cas de changement d autoécole

LOI CONSOMMATION. Suppression des frais de restitution de dossier en cas de changement d autoécole LOI CONSOMMATION La loi consommation du 17 mars 2014 redonne du pouvoir au consommateur. Nous vous proposons de découvrir cette série de mesures en faveur des français selon différentes thématiques : VOITURE

Plus en détail

Stratégie visant des écoles saines

Stratégie visant des écoles saines Chapitre 4 Section 4.03 Ministère de l Éducation Stratégie visant des écoles saines Suivi des audits de l optimisation des ressources, section 3.03, Rapport annuel 2013 APERÇU DE L ÉTAT DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

réduire le risque d allergies bébé?, parlons bébé

réduire le risque d allergies bébé?, parlons bébé réduire le risque d allergies bébé?, parlons bébé Les allergies, qu est-ce que c est au juste? L allergie est une réaction excessive du système immunitaire au contact d une substance inoffensive, présente

Plus en détail

COMMUN TC 8 I ARIF T

COMMUN TC 8 I ARIF T T A R I F C O M M U N TC 8 I 1 TARIF COMMUN TC 8 I Reprographie dans les administrations publiques 1 Objet du tarif 1.1 Le tarif commun 8 I définit le champ d application, fixe les conditions et les redevances

Plus en détail

COMMENT NOURRIR MON BÉBÉ AU BIBERON?

COMMENT NOURRIR MON BÉBÉ AU BIBERON? COMMENT NOURRIR MON BÉBÉ AU BIBERON? V ous ne voulez pas (ou ne pouvez pas) allaiter votre bébé au sein, ou vous souhaitez cesser de l allaiter plus tôt que ce qui est recommandé. Il faut alors lui donner

Plus en détail

Documents pour le concours

Documents pour le concours Documents pour le concours Une initiative de Administration Jürg Schenkel, Stefan Corradini (Bio Suisse), Toralf Richter (Bio Plus AG) 28.11.2008 Magasin Bio 09 L idée Le concours du «Magasin BIO de l

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE. Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles.

FICHE SYNOPTIQUE. Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles. ONG AIP-Togo Assistance aux Initiatives Privées FICHE SYNOPTIQUE TITRE DU PROJET : Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles. LOCALISATION : Cantons de KPELE et AKATA

Plus en détail

Exemples de sujets. www.learning-for-the-planet.org

Exemples de sujets. www.learning-for-the-planet.org LEARNING FOR THE PLANET Exemples de sujets Site internet Nous surfons quotidiennement sur internet et visitons des sites différents, cherchons des horaires de transport, des informations, des recettes

Plus en détail

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Chapitre 9 Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Savoir utiliser son argent est un art et un art qui paie. Comme toutes les ressources, l argent peut être utilisé à bon ou

Plus en détail

www.economie.gouv.fr Paris, le 19 mars 2014 N 1156

www.economie.gouv.fr Paris, le 19 mars 2014 N 1156 PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES www.economie.gouv.fr Paris, le 19 mars 2014 N 1156 Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse sur

Plus en détail

LA VENTE ET SES CONDITIONS

LA VENTE ET SES CONDITIONS LA VENTE ET SES CONDITIONS I - LES PRINCIPES GENERAUX Le refus de vente au consommateur (article L. 122-1 du Code de la consommation) A- Le principe Lorsqu un consommateur demande des produits ou des services

Plus en détail

3 L offre et la demande

3 L offre et la demande 3 L offre et la demande Principaux points du chapitre 3 LES EFFETS DE L OFFRE ET DE LA DEMANDE SUR LES PRIX LES MARCHÉS HORTICOLES FONCTIONNENT AVEC COMPLEXITÉ DES CHANGEMENTS ONT LIEU DANS LES ARRANGEMENTS

Plus en détail

Suite aux travaux d une sous-commission de la CER-N, un avant-projet a été élaboré en deux volets :

Suite aux travaux d une sous-commission de la CER-N, un avant-projet a été élaboré en deux volets : Office fédéral de la justice Mme Emanuella Gramegna Bundesrain 20 3003 Berne Lausanne, le 27 septembre 2013 Prise de position concernant la consultation relative à l initiative parlementaire 10.467 Prévention

Plus en détail

InfoMaison No. 88 Est un dossier préparé pour Info-Immobilier-Rive-Nord (IIRN) à l intention de toutes les personnes intéressées par l immobilier

InfoMaison No. 88 Est un dossier préparé pour Info-Immobilier-Rive-Nord (IIRN) à l intention de toutes les personnes intéressées par l immobilier InfoMaison No. 88 Est un dossier préparé pour Info-Immobilier-Rive-Nord (IIRN) à l intention de toutes les personnes intéressées par l immobilier et l immobilier résidentiel de la Rive-Nord du Grand Montréal

Plus en détail

PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR

PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR SOMMAIRE COMMENT SE FAIT LA RECHERCHE SUR UN NOUVEAU MÉDICAMENT?...p. 3 À QUOI SERT LA RECHERCHE?...p. 4 QUELLES SONT LES GARANTIES?...p.

Plus en détail

La FNPL lance une démarche fédératrice pour soutenir le lait des «Eleveurs Laitiers de France»

La FNPL lance une démarche fédératrice pour soutenir le lait des «Eleveurs Laitiers de France» La FNPL lance une démarche fédératrice pour soutenir le lait des «Eleveurs Laitiers de France» Depuis plusieurs années, le secteur laitier subit des crises de plus en plus profondes, conséquences, notamment,

Plus en détail

Objectif du mandat des communes d Anières, Choulex, Collonge-Bellerive, Corsier, Hermance et Meinier confié à Isocèle

Objectif du mandat des communes d Anières, Choulex, Collonge-Bellerive, Corsier, Hermance et Meinier confié à Isocèle Modes de garde des enfants en âge préscolaire et besoins des familles en la matière dans les communes d Anières, Choulex, Collonge-Bellerive, Corsier, Hermance et Meinier. Synthèse du rapport Objectif

Plus en détail

Consultation Economie verte Révision de la loi sur la protection de l environnement

Consultation Economie verte Révision de la loi sur la protection de l environnement Office fédéral de l environnement 3003 Berne Lausanne, le 30 septembre 2013 Consultation Economie verte Révision de la loi sur la protection de l environnement Madame, Monsieur, La Fédération romande des

Plus en détail

Plateformes dans la restauration collective : organiser l offre de produits régionaux

Plateformes dans la restauration collective : organiser l offre de produits régionaux Plateformes dans la restauration collective : organiser l offre de produits régionaux Contenu Le «régional» dans les cantines 1 et les restaurants universitaires Plateformes marketing : 2 la certification

Plus en détail

glossaire Appellation commerciale Voir nom de marque.

glossaire Appellation commerciale Voir nom de marque. glossaire Accessibilité financière Le coût d un traitement par rapport au revenu de la population. dans cette enquête, le salaire journalier minimum d un employé non-qualifié du secteur public est comparé

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A

Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A Date de dépôt : 25 juin 2013 Rapport de la Commission fiscale chargée d étudier le projet de loi du Conseil d Etat modifiant la loi sur l imposition des personnes

Plus en détail

La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE

La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Pascal Xicluna-http://photo.agriculture.gouv.fr La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

Plus en détail

PLUS DE DROITS ET PLUS DE CHOIX POUR LE CONSOMMATEUR. Plus d informations sur la loi Consommation : mars 2015

PLUS DE DROITS ET PLUS DE CHOIX POUR LE CONSOMMATEUR. Plus d informations sur la loi Consommation : mars 2015 Plus d informations sur la loi Consommation : www.loiconso.gouv.fr #LoiConso VOITURE CONSOMMATION RESPONSABLE QUALITÉ & TRAÇABILITÉ CARTE DE FIDÉLITÉ ON LITIGES OFF LUTTE CONTRE LE SURENDETTEMENT SANTÉ

Plus en détail

Carte de crédit : 37% des Suisses détiennent deux cartes de crédit

Carte de crédit : 37% des Suisses détiennent deux cartes de crédit Carte de crédit : 37% des Suisses détiennent deux cartes de crédit En Suisse, la majorité des détenteurs de cartes de crédit utilise au moins une fois par semaine ce moyen de paiement. Comment les consommateurs

Plus en détail

Prise de position de la fondation Gen Suisse sur la modification de la loi sur le génie génétique et l ordonnance sur la coexistence.

Prise de position de la fondation Gen Suisse sur la modification de la loi sur le génie génétique et l ordonnance sur la coexistence. Office fédéral de l agriculture OFAG Mattenhofstrasse 5 3003 Berne Zurich, le 14 Mai 2013 Prise de position de la fondation Gen Suisse sur la modification de la loi sur le génie génétique et l ordonnance

Plus en détail

Sondage bonus.ch sur le leasing auto : essayer le leasing, c est l adopter!

Sondage bonus.ch sur le leasing auto : essayer le leasing, c est l adopter! Sondage bonus.ch sur le leasing auto : essayer le leasing, c est l adopter! Le paiement au comptant reste le moyen de financement de prédilection lors de l achat d une voiture, mais le leasing auto se

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition

Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition Sujet «Manger rapidement et sainement» juin 2009 Coop Thiersteinerallee

Plus en détail

Les plaisirs de l eau pour le corps, l esprit et l environnement

Les plaisirs de l eau pour le corps, l esprit et l environnement Les plaisirs de l eau pour le corps, l esprit et l environnement Une averse fraîche, délassante et économe De la peine à vous réveiller? Gagnez votre tonus quotidien sous le jet agréable et vivifiant d

Plus en détail

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous

Plus en détail

Les labels de sites marchands

Les labels de sites marchands Les labels de sites marchands Lorraine Au début des années 2000, le commerce électronique est en quête de confiance auprès des acheteurs. Des labels commençaient à apparaître dans le but d assurer le sérieux

Plus en détail

Salaires versés à la main-d oeuvre agricole extrafamiliale. Printemps 2000

Salaires versés à la main-d oeuvre agricole extrafamiliale. Printemps 2000 Salaires versés à la main-d oeuvre agricole extrafamiliale Printemps 2000 Brugg, juillet 2000 La reproduction de la brochure ou de parties de celle-ci est interdite sans l autorisation de l éditeur. Union

Plus en détail

VISIO Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W

VISIO Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W VISIO Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W La santé au bout de la fourchette Visio-Décembre.indd 1 8/12/06 10:41:12 L espérance de vie des Belges a augmenté depuis le siècle passé, ce qui est plutôt

Plus en détail

Assainissement sur mesure Pour un confort optimal

Assainissement sur mesure Pour un confort optimal Office fédéral de l énergie SuisseEnergie Assainissement sur mesure Pour un confort optimal Conférence Romande des Délégués à l Energie www.crde.ch Votre objectif Murs Toits et fenêtres Meilleur confort:

Plus en détail

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne Chap 12 : Le prix I. La fixation du prix dans les unités commerciales A. Les étapes 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne En fonction de la cible à atteindre et du positionnement de l enseigne,

Plus en détail

Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV)

Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV) Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV) (Indiquer la raison sociale juridiquement valable de la société/de l entreprise) 2. Table des

Plus en détail

4. L assurance maladie

4. L assurance maladie L ASSURANCE MALADIE 73 4. L assurance maladie Comme l assurance maladie est obligatoire, toute personne domiciliée en Suisse doit être convenablement couverte. C est actuellement le cas, avec un très large

Plus en détail

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels :

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels : Le PNNS : «Manger Bouger», les facteurs de risque nutritionnel à tous les âges de la vie. Les repères de consommation du PNNS JL BORNET L alimentation joue un rôle très important sur la santé. A chaque

Plus en détail

L ECO-CONCEPTION DANS LES PME ET PMI ENJEUX, OPPORTUNITES ET PRIORITES

L ECO-CONCEPTION DANS LES PME ET PMI ENJEUX, OPPORTUNITES ET PRIORITES Action : PERFORMANCE TECHNOLOGIQUE PLASTURGIE Document Technique N 1 Octobre 2010 L ECO CONCEPTION 1 L ECO-CONCEPTION DANS LES PME ET PMI ENJEUX, OPPORTUNITES ET PRIORITES Développement durable et éco-conception

Plus en détail

Ça y est J entre dans le monde du travail

Ça y est J entre dans le monde du travail Association suisse des droguistes Ça y est J entre dans le monde du travail Droguiste avec certificat fédéral de capacité (CFC) Ai-je fait mon choix? Fascinante et diversifiée: telles sont les caractéristiques

Plus en détail

Assurance médicaments 2.0

Assurance médicaments 2.0 PRINCIPES ET PRIORITÉS Assurance médicaments 2.0 Avant-propos Objectif Pour renouveler les discussions nationales sur un cadre pancanadien d assurance médicaments, il faut présenter des preuves claires

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT

PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT 1. Les pièces comptables A. La facture Définition : Etat détaillé des biens et services vendus que le fournisseur remet ou envoie à l acheteur. C est un document

Plus en détail

Les critères du référentiel restaurant durable

Les critères du référentiel restaurant durable Les critères du référentiel restaurant durable 1. Les critères du référentiel restaurant durable - restaurant Le référentiel comprend deux types de critères : des critères essentiels auxquels le restaurant

Plus en détail

Exigences et mécanismes de gestion en matière de sécurité. alimentaire à l importation en Chine

Exigences et mécanismes de gestion en matière de sécurité. alimentaire à l importation en Chine Exigences et mécanismes de gestion en matière de sécurité alimentaire à l importation en Chine Bureau de l inspection et de la quarantaine de Shandong, Service de la supervision et de la gestion de la

Plus en détail

Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire

Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire Les marchés publics écologiques (MPE) constituent un instrument non contraignant. Le présent document récapitule les critères MPE de l UE mis au point

Plus en détail

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix!

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix! Communiqué de presse 21 novembre 2011 Une étude CEDRE/Ifop 1 propose le regard croisé des consommateurs et des chefs d entreprises français sur le «Made in France» 72% des Français prêts à payer plus cher

Plus en détail

Tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition

Tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition Tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition Sujet "Manger sain: préférences, connaissances et comportements" Février

Plus en détail

1 - COMMANDE. 1.3. Sauf convention contraire, le client confie à SOJADIS le soin d installer le Produit commandé, prestation facturée en sus.

1 - COMMANDE. 1.3. Sauf convention contraire, le client confie à SOJADIS le soin d installer le Produit commandé, prestation facturée en sus. SOJADIS a pour activité l étude, la conception et la réalisation d installation de systèmes d équipements d aide à la conduite mais également de nombreux accessoires destinés à l adaptation de véhicules

Plus en détail

19 L A P U B L I C I T E E T L E N F A N T IV. Les effets de la publicité sur les enfants

19 L A P U B L I C I T E E T L E N F A N T IV. Les effets de la publicité sur les enfants 19 L A P U B L I C I T E E T L E N F A N T IV. Les effets de la publicité sur les enfants Avec le développement social, la télévision est entrée dans la plupart des foyers en devenant le média de masse

Plus en détail

Fiche n 8 : le médicament

Fiche n 8 : le médicament mars 2004 Fiche n 8 : le médicament La France est le pays européen qui consomme le plus de médicaments; la dépense moyenne par habitant est égale à près de 1,5 fois celle de l Allemagne ou de l Espagne.

Plus en détail

RÉSUMÉ ÉTAPES DE LA VIE FINANCIÈRE DES CANADIENS ÂGÉS COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ONTARIO

RÉSUMÉ ÉTAPES DE LA VIE FINANCIÈRE DES CANADIENS ÂGÉS COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ONTARIO RÉSUMÉ ÉTAPES DE LA VIE FINANCIÈRE DES CANADIENS ÂGÉS COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ONTARIO RÉSUMÉ La présente recherche décrit les principales préoccupations financières des Canadiens âgés, dans

Plus en détail

En avril 2006, un citoyen produit sa déclaration de revenus 2005. En septembre de la même année, il constate une erreur dans sa déclaration initiale et produit une déclaration amendée à laquelle il joint

Plus en détail

I. Définir le contrat et la liberté contractuelle

I. Définir le contrat et la liberté contractuelle Les contrats : conditions de formation liberté contractuelle et effets sur les parties MISE EN SITUATION : La société a pour activité la commercialisation de jeux vidéo, de consoles et d accessoires destinés

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 14.7.2014 SWD(2014) 233 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Recommandation de la Commission

Plus en détail

À qui confier ses impôts? Mais examinons pour commencer 1)Les grandes lignes de notre système fiscal

À qui confier ses impôts? Mais examinons pour commencer 1)Les grandes lignes de notre système fiscal JEAN PELLETIER, COMPTABLE PROFESSIONNEL AGRÉÉ (CA) À qui confier ses impôts? Mais examinons pour commencer 1)Les grandes lignes de notre système fiscal Au Canada, l impôt sur le revenu est prélevé sur

Plus en détail

ÉTUDE DE PERCEPTION DE L EMBALLAGE ET D IMAGE DU RECYCLÉ

ÉTUDE DE PERCEPTION DE L EMBALLAGE ET D IMAGE DU RECYCLÉ ÉTUDE DE PERCEPTION DE L EMBALLAGE ET D IMAGE DU RECYCLÉ Synthèse des principaux enseignements Une étude réalisée par Ipsos pour Eco-Emballages, avec le soutien technique et financier de l ADEME. SYNTHÈSE

Plus en détail

Perceptions et préférences des consommateurs pour les fromages d alpage

Perceptions et préférences des consommateurs pour les fromages d alpage Perceptions et préférences des consommateurs pour les fromages d alpage Table des matières 1. La méthode des focus groupes 2 2. Connaissance des produits d alpage 3. Les consommateurs perçoivent les fromages

Plus en détail

Les Français et le système de santé : qu attend l usager du système? Conférence de presse 18 octobre 2012

Les Français et le système de santé : qu attend l usager du système? Conférence de presse 18 octobre 2012 Les Français et le système de santé : qu attend l usager du système? Conférence de presse 18 octobre 2012 PHR - IFOP Un baromètre indispensable à l approche d une année particulière pour les pharmaciens

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU TEMPS PERISCOLAIRE RESTAURANT SCOLAIRE ET GARDERIE/ETUDE SURVEILLEE Année scolaire 2013/2014

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU TEMPS PERISCOLAIRE RESTAURANT SCOLAIRE ET GARDERIE/ETUDE SURVEILLEE Année scolaire 2013/2014 RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU TEMPS PERISCOLAIRE RESTAURANT SCOLAIRE ET GARDERIE/ETUDE SURVEILLEE Année scolaire 2013/2014 PREAMBULE : Le temps périscolaire couvre la garderie du matin et du soir, l étude surveillée

Plus en détail

Les snacks fromagers

Les snacks fromagers Les snacks fromagers Les snacks fromagers Août 2011 Etude réalisée avec le soutien de la Wallonie Agenda 1. Objectifs 2. Méthodologie 3. Perceptions des snacks fromagers 4. Critères de choix d un snack

Plus en détail

Marketing pour le lait et les produits laitiers

Marketing pour le lait et les produits laitiers Marketing pour le lait et les produits laitiers Dr. Charlotte Hofstetter, direction du marketing FPSL 2015 Pourquoi un marketing générique commun? Pour entretenir la sympathie témoignée à l'endroit du

Plus en détail

Code des pratiques de marketing

Code des pratiques de marketing Information sur les produits Code des pratiques de marketing Produits de santé consommateurs du Canada est consciente de sa situation privilégiée comme partenaire dans l offre de produits de santé consommateurs

Plus en détail

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix!

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix! Communiqué de presse 21 novembre 2011 Une étude CEDRE/Ifop 1 propose le regard croisé des consommateurs et des chefs d entreprises français sur le «Made in France» 72% des Français prêts à payer plus cher

Plus en détail

Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne

Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne Inter Bio Bretagne vous informe Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne - Synthèse des résultats - Début, Inter Bio Bretagne

Plus en détail

Compte bancaire ou assurance vie?

Compte bancaire ou assurance vie? 92 LE GUIDE FINANCIER DU PROPRIÉTAIRE Compte bancaire ou assurance vie? La décision de prendre un compte bancaire ou une assurance vie mixte dépendra du profil du client et de ses besoins en couverture

Plus en détail

BILAN DES DEFIS CONSOMMATION, GESTION DES DECHETS MOBILITE Octobre 2012 à juin 2013

BILAN DES DEFIS CONSOMMATION, GESTION DES DECHETS MOBILITE Octobre 2012 à juin 2013 BILAN DES DEFIS CONSOMMATION, GESTION DES DECHETS MOBILITE Octobre 2012 à juin 2013 Le 23 octobre 2012, 25 familles étaient présentes à la réunion d information et de lancement des défis. 19 défis leur

Plus en détail

Directives sur la publicité de TF1 Fenêtre publicitaire en Suisse

Directives sur la publicité de TF1 Fenêtre publicitaire en Suisse Directives sur la publicité de TF1 Fenêtre publicitaire en Suisse Ringier Romandie Service TV commercialise en exclusivité la fenêtre publicitaire en Suisse pour la chaîne de TV TF1. Les Conditions commerciales

Plus en détail