PARLEMENT WALLON SESSION COMPTE RENDU ANALYTIQUE. Séance publique de Commission* Commission de l Action sociale et de la Santé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PARLEMENT WALLON SESSION 2005-2006 COMPTE RENDU ANALYTIQUE. Séance publique de Commission* Commission de l Action sociale et de la Santé"

Transcription

1 N 106 PARLEMENT WALLON SESSION COMPTE RENDU ANALYTIQUE Séance publique de Commission* Commission de l Action sociale et de la Santé Lundi 13 mars 2006 * Application de l art. 17, 5, du Règlement du Parlement wallon

2 SOMMAIRE 3 OUVERTURE DE LA SÉANCE 3 INTERPELLATIONS 3 de M. de Lamotte, sur «la prolifération des offres de crédits et l augmentation du surendettement en Région wallonne: une relation de cause à effet»; de M. Bodson, sur «les effets de la campagne SMS Cash en termes de crédits à la consommation», et réponse de Mme Vienne, Ministre de la Santé, de l Action sociale et de l Égalité des Chances (Orateurs: MM. de Lamotte, Bodson, Mme Vienne, Ministre) 6 QUESTIONS ORALES 6 de Mme Simonis, sur «les avancées du Plan stratégique transversal d inclusion sociale», et réponse de Mme Vienne, Ministre de la Santé, de l Action sociale et de l Égalité des Chances (Orateurs: Mme Simonis, Mme Vienne, Ministre) 7 de M. Pirlot, sur «les difficultés financières de l ASBL «Lire et Écrire»», et réponse de Mme Vienne, Ministre de la Santé, de l Action sociale et de l Égalité des Chances (Orateurs: M. Pirlot, Mme Vienne, Ministre) 8 de M. Onkelinx, sur «la problématique de la concurrence des titres-services aux services d aides à domicile», et réponse de Mme Vienne, Ministre de la Santé, de l Action sociale et de l Égalité des Chances (Orateurs: M. Onkelinx, Mme Vienne, Ministre) 9 de M. Avril, sur «la consommation des drogues», et réponse de Mme Vienne, Ministre de la Santé, de l Action sociale et de l Égalité des Chances (Orateurs : M. Avril, Mme Vienne, Ministre) 11 LISTE DES INTERVENANTS 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS COURANTES 2

3 COMMISSION DE L ACTION SOCIALE ET DE LA SANTÉ Présidence de M. Patrick Avril, Président. La séance est ouverte à 14 heures 38 minutes. OUVERTURE DE LA SÉANCE M. le Président. La séance est ouverte. INTERPELLATIONS LA PROLIFÉRATION DES OFFRES DE CRÉDITS ET L AUGMENTATION DU SURENDETTEMENT EN RÉGION WALLONNE: UNE RELATION DE CAUSE À EFFET LES EFFETS DE LA CAMPAGNE SMS CASH EN TERMES DE CRÉDITS À LA CONSOMMATION M. Michel de Lamotte (cdh). La Région wallonne, par l article 67 du décret du 12 juin 1991, a été la première entité fédérée à se doter d une législation contre le surendettement. Notre Région a très vite compris qu il ne s agissait pas d un phénomène anodin et qu il fallait le combattre avec des outils efficaces. Le décret en question a donc donné une impulsion nouvelle à la lutte contre le surendettement des particuliers. Si on se réfère aux statistiques établies en 2004 par la Centrale des crédits aux particuliers qui dépend de la Banque nationale, la part de la population fichée pour un contrat défaillant, qui est de 4,2 % en moyenne nationale, s élève à 7,2 % en Hainaut, 6 % à Namur, 6 % en province de Liège et 5 % en province de Luxembourg. La Centrale des crédits aux particuliers a également constaté qu au cours de ces cinq dernières années, la part des ouvertures de crédit a encore augmenté dans l enregistrement des retards de paiement. Depuis 2003, cette institution a élargi ses fichiers aux crédits à la consommation et aux crédits hypothécaires. Le crédit à la consommation se caractérise par la possibilité d acquérir des biens meubles corporels, d en obtenir la jouissance avec offres d achat, bénéficier des prestations de services ou de disposer d un pouvoir d achat d une somme d argent ou de tout autre moyen de paiement. Il se caractérise également par la possibilité de payer le prix ou de rembourser les moyens de paiement mis à disposition. Si ces crédits permettent un accès immédiat ou des services essentiels aux ménages à revenus modestes, ils ne constituent cependant en rien une réponse structurelle à la précarité. Cela étant, il est un fait que le crédit peut s avérer essentiel dans notre société. Le nombre de contrats de crédit à la consommation non régularisés a augmenté de 51 % de 1993 à L augmentation des défaillances internes pour les ouvertures de crédit s explique par l accroissement du nombre de celles-ci, mais aussi par l accroissement du risque intrinsèque de celles-ci. De plus, les défaillances externes augmentent puisque, dans la mesure où la pression pour rembourser les crédits devient de plus en plus forte, des défaillances externes à ceux-ci sont constatées dans les secteurs des loyers ou encore des soins de santé. L étude menée par l Observatoire du Crédit et de l Endettement permet de dresser le tableau suivant. Le profil socio-économique des ménages fréquentant les services de médiation de dettes confirme l inégalité face au surendettement. En effet, 7,5 % des demandeurs sont sans diplôme, 12,7 % ont terminé leurs études primaires, 39,1 % le cycle secondaire inférieur et 35,7 % ont leur diplôme du cycle secondaire supérieur. Seuls 5,1 % sont diplômés de l enseignement supérieur. Cinquante-deux pour cent des demandeurs sont sans emploi, 43 % bénéficient d allocations de chômage et 6,4 % bénéficient du revenu d intégration. Dans 85 % des cas, les ménages bénéficient de revenus de remplacement. Pour 69,2 % des ménages, les revenus sont inférieurs à euros et 34,9 % ont moins de euros. Lorsqu on sait que l exclusion sociale s exprime notamment par le surendettement, il convient de tout mettre en œuvre pour le combattre. 3

4 Si j interpelle aujourd hui Mme la Ministre, c est parce qu un grand nombre de personnes sont quotidiennement inondées d offres de crédit à la télévision, en rue ou dans les magasins. Dernièrement, une société commerciale a adressé ce slogan attractif et anti-humaniste aux personnes les plus désarmées: «Besoin d argent? Envoyez «Cash» par sms!» Depuis de nombreuses semaines, une entreprise liégeoise de courtage en crédit inonde nos médias et les espaces publicitaires des transports publics des TEC de ces «messages-pièges». Je comprends aisément qu une société commerciale doive élaborer des campagnes marketing. Cependant, il importe que la législation en vigueur soit respectée. Cette campagne incite le consommateur au crédit, sans indiquer le type ou le tarif de celui-ci. Actuellement, Madame la Ministre, vous menez une expérience-pilote de crédit social. Cette initiative est innovante, puisqu elle consiste à prévenir le surendettement par le crédit lui-même. Par ce projet, Osiris interpelle les pratiques bancaires en matière de crédits. Il est effectivement grand temps de le faire. Le Contrat d Avenir s engage à développer des campagnes de sensibilisation dans le domaine du crédit. Dès lors, pouvez-vous m indiquer les initiatives déjà prises? Qu en est-il de la sensibilisation à des comportements d achat responsables, sachant que l expérience des écoles de consommateurs publiques et privées n a pas été reconduite dans le budget 2006? D autre part, j ai appris que votre Collègue fédéral avait pris certaines initiatives visant les «SMS Cash». J en suis heureux. Toutefois, on pourrait aussi relever ces affiches publicitaires qu une firme propose aux particuliers de déployer à leur fenêtre, avec la possibilité de gagner 250 euros, si un agent de la firme photographie ladite fenêtre. D un point de vue éthique, ce genre de procédé m effraie. Tous, ici, puisqu impliqués de près ou de loin dans les CPAS, nous savons à quel point de telles pratiques peuvent entraîner des difficultés supplémentaires pour un public déjà fragilisé. Eu égard à ces publicités, également présentes sur les lignes de bus, votre Collègue du Gouvernement fédéral a lancé une enquête dès le 1 er mars. Quelle a été l initiative en Région wallonne? Je terminerai, en vous faisant part de mon étonnement lorsque j ai appris que la société impliquée dans cette campagne publicitaire est détenue à 50 % par le Groupe DEXIA. M. Maurice Bodson (PS). J ajouterai quelques propos à l exposé très complet de M. de Lamotte. Notre société n a sans doute jamais offert au public autant de possibilités de financement pour les crédits de grande consommation. Cependant, nous assistons à l apparition de plus en plus marquée de crédits présentant de nouvelles marges de financement qui vont souvent bien au-delà de ce que peuvent se permettre les publics disposant d un budget réduit. Le dernier exemple en date est la campagne lancée par la société RAV pour les «SMS Cash, votre crédit en 24 heures». Dans ce dossier, il semblerait toutefois que le pouvoir fédéral ait pris des mesures. Ce type de publicité peut néanmoins se révéler très dangereux. Il a, par ailleurs, été dénoncé par les organisations de consommateurs telles que Test Achats ou le CRIOC. Il importe donc d être vigilant afin que de telles campagnes ne viennent pas aggraver la situation de personnes endettées au-delà de leurs possibilités financières. Ne pensez-vous pas qu une action concertée avec le Fédéral s impose pour mieux prévenir les effets dévastateurs de telles campagnes sur des publics déjà fragilisés? L éducation à la bonne gestion doit aller de pair avec un code de bonnes pratiques et de bonne conduite de la part des acteurs du crédit à la consommation; lesquels sont, dans leur grande majorité, intègres et sérieux. Serait-il possible d étudier la possibilité d une charte de bonne conduite et de bonnes pratiques qui imposerait de veiller davantage à la solvabilité des clients et à l exhaustivité dans l information sur les crédits, comme cela se fait pour les crédits hypothécaires? Je me tiens évidemment à votre disposition pour travailler à cette proposition. 4

5 Mme Christiane Vienne, Ministre de la Santé, de l Action sociale et de l Égalité des Chances. Cette interpellation me donne l occasion de m exprimer sur une question qui est actuellement au centre des débats au sein de mon département. Notre société matérialiste pousse à l extrême le désir d inclusion sociale de nos concitoyens. L endettement est devenu une nécessité pour accéder à une vie sociale de qualité. Cet endettement n est pas la cause essentielle du surendettement, mais il peut y conduire rapidement suite à un petit accident de la vie comme la maladie ou la perte d un emploi. Les statistiques auxquelles vous faites référence montrent que le surendettement reste préoccupant en Région wallonne. Il est cependant important de souligner qu il touche aujourd hui tous les publics. De plus, la population wallonne s endette désormais également pour subvenir aux besoins vitaux quotidiens, et non plus seulement pour des besoins consuméristes. 38,8 % des chefs de ménage en médiation ont une profession. Les ménages surendettés disposent d un revenu moyen de euros. A contrario, l expérience des crédits sociaux accompagnés pour les personnes à petits revenus démontre une grande responsabilisation de cette tranche de population face aux pièges du crédit. L expérience menée avec Osiris permet de montrer que le crédit est un outil efficace quand il fait partie de la gestion d un budget; par exemple, lorsqu il s agit d acheter une voiture pour chercher un emploi ou d acquérir du mobilier pour un jeune couple qui s installe. La logique est qu il doit tenir à cœur aux personnes concernées de rembourser. Jusqu à présent, nous avons constaté 95 % de réussite. Ceci démontre que le problème n est plus le crédit, mais bien son intégration dans une logique budgétaire. En Région wallonne, la lutte contre le surendettement est essentiellement curative. Nous subventionnons trois dispositifs spécifiques: les opérateurs de première ligne, constitués par les services de médiation de dettes qui soutiennent et accompagnent le public surendetté dans ses démarches de négociation avec les créanciers; les opérateurs de deuxième ligne que sont les centres de référence qui apportent une aide juridique; et enfin, l Observatoire du Crédit et de l Endettement chargé de mener des études sur la question. La prévention et la sensibilisation constituent une compétence fédérale gérée par Mme Freya Van den Bossche, Ministre du Budget et de la Protection de la Consommation. L Observatoire du Crédit et de l Endettement est régulièrement associé aux campagnes fédérales pour assurer l interface indispensable en Région wallonne. Pour mener une politique réparatrice cohérente en Région wallonne, il me faut renforcer le travail curatif par des actions préventives intégrées aux dispositifs existants. Le dispositif des Écoles de consommateurs, mis en place par mon prédécesseur, s est avéré inefficient par manque de moyens suffisants. Comme le démontrent les statistiques, la prévention doit s adresser au plus large public possible. Ce travail, déjà mené en partie par les agents de prévention au sein des centres de référence, sera dès lors renforcé dès cette année. Prévenir, c est aussi veiller à ce que le public ayant vécu des situations d endettement ne se retrouve pas dans la même situation après en être sorti. Il ne suffit pas d aller jusqu au bout du processus. Souvent, après quelque temps, les personnes se trouvent à nouveau dans des situations difficiles. Pour cette raison, j ai décidé de créer des services d appui au sein des services de médiation. Il peut paraître étrange de créer des groupes de parole. Toutefois, comme les chiffres le démontrent, le surendettement n est pas une situation ponctuelle. Il dénote un rapport particulier à l argent et à la société de consommation. Un accompagnement s impose donc. Il faut également permettre à ce public de se reconstruire. C est le but du crédit social d accompagnement. Il s agit de conserver un accès aux crédits, tout en réfléchissant à la gestion de son budget. Il est clair qu une telle réforme demande des moyens. J ai donc décidé de revoir le décret en vigueur pour mettre en place une réforme. Je vous présenterai donc bientôt un projet de décret ainsi que son impact budgétaire. 5

6 Si ce sujet est appelé à faire l objet de propositions lors des prochaines élections communales, que ce soit par le Parti socialiste ou par d autres partis, je désire, pour ma part, élaborer une réforme en profondeur. Je retiens l idée d une charte des bonnes pratiques. Celle-ci peut parfaitement s intégrer dans le cadre de cette réforme de fond. M. Michel de Lamotte (cdh). Je ferai deux remarques. Tout d abord, il est un fait que le crédit constitue un élément fondamental dans notre société, si on veut acquérir certains biens. Je pense notamment aux crédits hypothécaires. Le fait en lui-même n est pas critiquable. Le tout est de placer la barre et de ne pas basculer dans des effets cumulatifs. Je prends bonne note de votre nouveau projet, ainsi que de l évaluation des diverses expériences menées dans ce domaine. Je vous soutiens pleinement dans votre politique de crédit social d accompagnement via Osiris Crédal. J ai également noté les raisons de la non-reconduction des écoles de consommateurs. Cette interpellation suscitée par cette campagne publicitaire agressive voulait attirer l attention sur le fait que la société incriminée est également, en partie, filiale du Groupe DEXIA; chose que je trouve extrêmement choquante. Je suis heureux que des mesures aient été prises parce qu on avait dépassé les bornes. On a mis fin à cette campagne. C est le principal. M. Maurice Bodson (PS). Je souscris pleinement à l excellente conclusion de mon Collègue. Je suis très satisfait de votre réponse qui contient beaucoup de bonnes résolutions et je note votre ouverture à ma proposition. QUESTIONS ORALES LES AVANCÉES DU PLAN STRATÉGIQUE TRANSVERSAL D INCLUSION SOCIALE Mme Isabelle Simonis (PS). Cette question nous ramène quelques mois en arrière. Lors de la présentation du Plan stratégique transversal d inclusion sociale, vous avez mis l accent sur plusieurs publics: les seniors, les personnes handicapées, les personnes précarisées et les personnes étrangères. Vous avez souhaité promouvoir le maintien à domicile des seniors dans de bonnes conditions et améliorer la coordination des services d aide et de besoin. Vous avez aussi décidé d apporter des réponses appropriées aux difficultés d accueil en institution. Enfin, vous avez fait de l amplification de la lutte contre les maltraitances une de vos priorités, et je m en réjouis. Pour les personnes handicapées, vous avez demandé d améliorer et de diversifier l accueil et l hébergement ainsi que de favoriser l intégration des personnes handicapées par la création de nouveaux emplois au sein des ETA. Concernant les personnes précarisées, vous avez lancé des actions qui, je l espère, permettront notamment d aider les personnes en situation de détresse aiguë dans les grandes villes; d accroître l accessibilité aux centres de planning et de consultations familiale et conjugale pour les jeunes et les plus défavorisés; de renforcer les réseaux d aide aux toxicomanes; et de lutter contre l analphabétisme. Je souhaiterais donc vous entendre sur la concrétisation de ces projets. Quel est votre calendrier? Avezvous fixé un agenda? Mme Christiane Vienne, Ministre de la Santé, de l Action sociale et de l Égalité des Chances. Je vous remercie pour cette question qui va me permettre d exposer la manière dont le Plan stratégique transversal d inclusion sociale va s implémenter dans les mois à venir. Chacune des mesures s est vue adjoindre un calendrier précis de mise en œuvre. Le volet «infrastructures» a été programmé pour débuter à partir de Un premier relais-santé est programmé pour 2006 à Liège. À partir de 2008, un montant récurrent de euros sera consacré à la coordination journalière des services de soins et d aides à domicile. Concernant la lutte contre la maltraitance, euros complémentaires par année ont été prévus à partir de

7 Pour les personnes âgées, j ai pu bénéficier d un second programme de financement alternatif de 110 millions d euros pour les infrastructures dans le secteur hospitalier, 25 millions d euros pour les maisons de repos et/ou de soins, 15 millions d euros pour l accueil de nuit ou de jour pour les personnes âgées et 10 millions d euros pour les personnes handicapées. Ces enveloppes, attribuées dans le courant 2006, ne pourront se concrétiser qu à partir de Ceci constitue un calendrier tout à fait normal et gérable. En matière d emploi pour les personnes handicapées, j ai répondu à la demande des ETA qui se sont estimés capables de créer 400 emplois supplémentaires. Mon département en financera la moitié, l AWIPH supportera l autre. Cette mesure sera mise en œuvre à partir de Les centres régionaux d intégration seront renforcés dans le cadre de la politique d intégration des personnes étrangères. Ceux-ci leur permettront de jouer pleinement leur rôle de seconde ligne, à savoir la coordination, l accompagnement et l impulsion d actions visant l insertion sociale et citoyenne de leur public-cible. Un nouveau relais social va être créé à Namur dans le cadre de la mise en œuvre des mesures d aide aux personnes en détresse aiguë dans les villes. Les autorités communales et le CPAS viennent de voter les statuts de l association qu ils vont former avec des partenaires publics et privés. Ce dossier est attendu pour être présenté au Gouvernement afin d être subventionné. En outre, d ici la fin de la législature, un nouveau relais social sera mis sur pied dans le Hainaut occidental. En matière de lutte contre l analphabétisme, il convient d interroger ma Collègue, la Ministre Arena. Celleci a entrepris des contacts afin d impliquer les CPAS. Pour ce qui est des centres de planning et de consultations familiales et conjugales, des mesures de décentralisation ont été prises pour les zones où les spécificités matérielles, culturelles ou sociales ne pouvaient être rencontrées. Des moyens seront conditionnés à l élaboration de partenariats avec le secteur psycho-médicosocial environnant. Vous l aurez constaté, le but de ces mesures est d améliorer l intégration sociale. Elles constitueront le fondement de la politique sociale au cours de cette législature. Vous le savez comme moi, le chemin est encore long, mais les petits ruisseaux font les grandes rivières. Mme Isabelle Simonis (PS). Je vous remercie pour cette réponse concrète. Comme vous, je suis attentive aux difficultés sociales. Mon intervention, comme celle de M. de Lamotte, ne font que révéler différentes facettes d un même problème. Je suis heureuse qu au-delà d un plan de plus comme pourraient le laisser sous-entendre certains, un budget et un calendrier sont fixés. LES DIFFICULTÉS FINANCIÈRES DE L ASBL «LIRE ET ÉCRIRE» M. Sébastian Pirlot (PS). Depuis de nombreuses années, la coordination et les ASBL régionales wallonnes de «Lire et Écrire» luttent pour l alphabétisation et pour garantir le développement et la pérennité de leurs actions. L intérêt de ce type de travail a été confirmé notamment par le FSE. Je souhaite rappeler, à cet égard, qu une dizaine de pour-cent de la population wallonne éprouve des difficultés à lire et à écrire. Malgré la situation que je viens d exposer, «Lire et Écrire» connaît des difficultés financières importantes, à cause d intérêts d emprunts encore non remboursés. On parle, à cet égard, de 60 milliers d euros pour l année Il me revient que les responsables et les travailleurs de cette ASBL sont inquiets, notamment pour ce qui concerne les subventions facultatives et non définitives, ou encore en matière de conventions. Je relève: la convention liant «Lire et Écrire» et les Affaires sociales de la Région wallonne, portant sur euros pour la période 2005 n a pas encore été signée, alors que la période de référence est passée et les actions terminées; la convention liant «Lire et Écrire» et le secteur des demandeurs d emplois de la Région wallonne, portant sur euros pour la période 2005, vient d être signée, le 27 décembre dernier ; la convention liant «Lire et Écrire» et le secteur des travailleurs de la Région wallonne, portant sur euros couvrant des périodes en 2005 et 2006, n a pas encore été signée. 7

8 Ces éléments, amplifiés encore par les difficultés rencontrées au niveau des subsides européens, ne facilitent guère l instauration d une gestion prévisionnelle sereine. Ne pourriez-vous pas mettre en place diverses mesures visant à résoudre cette problématique, à l image de subventionnements pluriannuels susceptibles d offrir, à ce type d association, la possibilité d améliorer sa gestion financière? Mme Christiane Vienne, Ministre de la Santé, de l Action sociale et de l Égalité des Chances. La problématique que nous envisageons relève des compétences de mon Collègue Michel Daerden, dès lors qu elle vise le mode de paiement des subventions, et plus particulièrement les dispositions générales existant à cet égard en Région wallonne. Je vous invite, en conséquence, à interroger le Ministre du Budget. Cet élément technique mis à part, je partage votre préoccupation en matière de lutte contre l analphabétisme. Je participe d ailleurs à la Conférence interministérielle spécifique présidée par Mme Marie Arena. Un plan d action général y a été élaboré. Le Gouvernement wallon a, lui aussi, traité cette problématique, dans le cadre de son plan stratégique consacré à l inclusion sociale. Il en découle que la Ministre de la Formation disposera de moyens nouveaux pour développer des initiatives ou conforter les opérateurs actuels. C est sans doute dans ce cadre que des formules de pérennisation pourront être trouvées pour soutenir des projets tels que «Lire et Écrire». L ASBL qui retient votre attention est reconnue par tous et je peux vous confirmer que mon département lui a alloué, ces dernières années, une subvention annuelle de quelque euros par an pour «le développement d un pôle d attention aux personnes étrangères ou d origines étrangères». Je relève que le texte de la convention 2005 a été signé le 20 décembre et que le Comité d accompagnement du 3 mars a apprécié le travail réalisé. Je relève toutefois qu à ce jour, je n ai pas encore enregistré de demande de la part de l ASBL concernée pour l année Enfin, et ainsi que vous le suggérez, j envisage la possibilité de mettre en place le système de subventionnement pluriannuel que vous évoquez, à ceci près, qu il serait limité à une durée de trois ans. M. Sébastian Pirlot (PS). Je remercie Mme la Ministre pour sa réponse complète et j interrogerai le Ministre Daerden, ainsi qu elle me l a conseillé. LA PROBLÉMATIQUE DE LA CONCURRENCE DES TITRES-SERVICES AUX SERVICES D AIDES À DOMICILE M. Alain Onkelinx (PS). Les aides familiales fournissent de nombreux services, notamment aux personnes malades ou âgées. Elles contribuent à favoriser leur maintien à domicile. Les tâches qu elles assurent sont variées et les titulaires de ces missions, porteuses de diplômes reconnus, suivent une formation continuée en la matière. Malgré ces divers titres et garanties pour les bénéficiaires, les aides familiales redoutent le démantèlement progressif de leur fonction et ce, notamment pour des raisons d ordre financier. D une part, le système des aides ménagères en titres-services amène certains bénéficiaires à préférer les services d une aide ménagère à ceux d une aide familiale et ce, quelle que soit leur situation. À cet égard, je relève que le coût de l aide ménagère serait déductible des impôts. D autre part, un arrêté royal fixant les activités d aide soignant est en discussion au Cabinet du Ministre Demotte. Ce texte reprend, dans les tâches réservées à l aide soignante, une série d actes déjà réalisés par l aide familiale. Pouvez-vous faire le point sur cette situation et peut-être apaiser les inquiétudes des aides familiales? Mme Christiane Vienne, Ministre de la Santé, de l Action sociale et de l Égalité des Chances. Le rôle des aides familiales dans le maintien à domicile des personnes en perte d autonomie mobilise 70 % de leur travail. Votre question est donc très pertinente. 8

9 Je vous confirme que le métier d aide familiale est caractérisé par la polyvalence, mais également par le fait que les intéressées sont porteuses du diplôme d auxiliaire polyvalente et suivent un cursus de formation continue. Par ailleurs, l arrêté du Gouvernement wallon du 16 juillet 1999 a attribué à ce personnel un statut qui lui est propre. Il s agit d un métier que j entends valoriser tout au long de la législature. Comme vous, j ai été sensibilisée aux inquiétudes ressenties sur le terrain depuis l arrivée des titres-services. Ainsi, les aides familiales auraient le sentiment que certaines aides ménagères empiètent sur leurs compétences et dévalorisent leur profession, dans la mesure où elles prétendent réaliser un travail identique, malgré des compétences moindres. En tant que Ministre, je ne peux pas me contenter de sentiments. J ai donc commandé une étude au Centre de Recherches CERISIS, afin d objectiver le risque de concurrence entre ces deux professions. Je devrais en connaître les résultats dans les prochains mois et j adopterai sur cette base les décisions qui me paraîtront opportunes. Vous évoquez la question de la déductibilité fiscale des titres-services. Je souhaite vous inviter à la prudence sur cette thématique, dans la mesure où seules les personnes qui paient des impôts seront sensibles à cet argument. En d autres termes, la déductibilité fiscale du prix d une aide familiale n est peut-être pas de nature à résoudre le problème de concurrence que nous évoquons. Enfin, je vous confirme qu un projet d arrêté royal fixant les activités d aide soignant est en cours de discussion en Commission interministérielle. J y participe avec attention, même s il ne m appartient pas de m immiscer dans les compétences de mon Collègue Rudy Demotte. M. Alain Onkelinx (PS). Je remercie la Ministre pour l intérêt qu elle réserve aux aides familiales. Par ma question, j ai souhaité servir de relais à des demandes exprimées sur le terrain. Quant à l aspect fiscal de la question que nous évoquons, je note qu il pourrait être recouru à des crédits d impôts. Quoi qu il en soit, j attends avec intérêt les résultats de l étude commandée à CERISIS. Je relève, à cet égard, qu une réflexion devrait être menée sur les situations particulières des communes selon que leur population est plus ou moins favorisée. (Mme Isabelle Simonis, Commissaire, prend place à la présidence à 15 heures 32 minutes.) Mme la Présidente. La parole est à M. Patrick Avril pour le développement de sa question orale. LA CONSOMMATION DES DROGUES M. Patrick Avril (PS). Au cours des vingt dernières années, on a pu observer une augmentation importante de la consommation de drogues; et plus encore pour ce qui concerne les drogues illicites auxquelles, pour la seule Ville de Liège, 80 % de la petite criminalité pourraient être attribués. Des réflexions sont aujourd hui en cours sur l opportunité de mettre sur pied un projet de distribution contrôlée d héroïne afin, précisément, de lutter contre la toxicomanie. Vous avez manifesté votre volonté de renforcer les réseaux d aides et de prise en charge des toxicomanes. À ce jour, en Wallonie, 28 services dépendent de subventions facultatives et assurent, sur le terrain, un travail de rue, d accueil, d aide psychosociale ou encore de traitement ambulatoire ou résidentiel des toxicomanes. Pouvez-vous me dire, d une part, si vous comptez encourager l initiative à laquelle j ai fait référence et, d autre part, si vous envisagez de réaliser une évaluation de l efficience des services que je viens d évoquer? Je crois, en effet, que la lutte contre les assuétudes pernicieuses demande la plus large mobilisation. 9

10 Mme Christiane Vienne, Ministre de la Santé, de l Action sociale et de l Égalité des Chances. La prescription médicalisée d héroïne permet de diversifier l offre thérapeutique et d individualiser les traitements, même si elle ne doit pas remplacer les autres modalités de lutte contre la dépendance. L expérience à laquelle vous faites référence trouve son origine dans le fait qu une partie de la population toxicomane échappe à toute prise en charge thérapeutique. L expérience de distribution d héroïne actuellement menée en Suisse démontre une diminution notable des nuisances publiques liées à la consommation de drogues illicites. Je soutiens donc la demande la Ville de Liège qui est cohérente avec les politiques que je mène en la matière. J observe cependant que cette action relève des compétences fédérales. J encourage donc les Ministres fédéraux de la Santé et de la Justice à avancer dans la mise en place de cette expérience pilote avec la Ville de Liège. L évaluation de cette expérience devrait permettre de nourrir une modification de la loi afin de permettre l ouverture de salles de consommation avec, pour objectif, la réduction, d une part des risques de santé liés à la pratique des injections, d autre part, la diminution des nuisances causées par l usage de drogues sur les lieux publics. Elle permettrait, en outre, d améliorer l accès des consommateurs de drogues aux services sociaux-sanitaires et à maintenir le lien social. Par ailleurs, je relève que la mise en œuvre des réseaux définis par le décret du 27 novembre 2003 permettra d agréer les services qui ne bénéficient que de subventions facultatives. La Commission consultative en matière d assuétudes devra se pencher sous peu sur les demandes introduites par les services spécialisés et les futurs réseaux. Une réflexion sur les modalités d évaluation qualitatives des actions menées par les services spécialisés est d ailleurs en cours. Mon souhait est de favoriser l élaboration d outils communs d évaluation qualitative de même que l élaboration d une offre de formation spécifique au secteur. J y pourvoirai, après avoir rencontré l objectif de mise en réseau tel que poursuivi par le décret. M. Patrick Avril (PS). Je remercie Mme la Ministre pour sa réponse complète et j attends avec attention les résultats des études en cours, même s il me faut bien reconnaître qu en la matière, plus je lis, plus je me pose des questions. (M. Patrick Avril, Président, reprend place au fauteuil présidentiel à 15 heures 38 minutes.) M. le Président. La séance est levée. La séance est levée à 15 heures 38 minutes. 10

11 LISTE DES INTERVENANTS M. Patrick Avril, Président M. Maurice Bodson, PS M. Michel de Lamotte, cdh M. Alain Onkelinx, PS M. Sébastian Pirlot, PS Mme Isabelle Simonis, Présidente Mme Christiane Vienne LISTE DES ABRÉVIATIONS COURANTES AWIPH CPAS CRIOC ETA FSE SMS TEC Agence wallonne pour l Intégration des Personnes handicapées Centre public d Aide sociale Centre de Recherche et d Information des Organisations de Consommateurs Établissement de travail adapté Fonds social européen Short Message Service Société de Transport en commun 11

CONSEIL DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE. Bulletin des interpellations et des questions orales

CONSEIL DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE. Bulletin des interpellations et des questions orales CONSEIL DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE Bulletin des interpellations et des questions orales Commission du logement et de la rénovation urbaine REUNION DU MARDI 23 AVRIL 2002 Conseil de la Région de

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 23 MARS 2015 PROPOSITION DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 23 MARS 2015 PROPOSITION DE DÉCRET 25 (SE 2014) N 2 25 (SE 2014) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 23 MARS 2015 PROPOSITION DE DÉCRET visant à créer un «Explorateur de droits», outil d aide à l information sur tous les droits des citoyens

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

Contribution du Collectif Logement Rhône à la préparation du PDALPD 2011 2014

Contribution du Collectif Logement Rhône à la préparation du PDALPD 2011 2014 Contribution du Collectif Logement Rhône à la préparation du PDALPD 2011 2014 Dans le cadre de la rédaction du futur Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées, le Collectif

Plus en détail

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Arnaud Marchand et Olivier Jérusalmy Réseau Financité L attirance des Belges pour le compte d épargne est loin d être fortuite. Deux facteurs principaux

Plus en détail

1. DESCRIPTION DU DISPOSITIF TITRE-SERVICE (TS)

1. DESCRIPTION DU DISPOSITIF TITRE-SERVICE (TS) Résumé du CESRBC relatif au système Titres-Services, 08/10/2013 1. DESCRIPTION DU DISPOSITIF TITRE-SERVICE (TS) Mis en place en 2004, ce dispositif permet à des particuliers d acheter des «chèques-services»

Plus en détail

APPEL AUX NOUVEAUX MANDATAIRES COMMUNAUX

APPEL AUX NOUVEAUX MANDATAIRES COMMUNAUX APPEL AUX NOUVEAUX MANDATAIRES COMMUNAUX FBLP.be La Fédération des Services Sociaux (FdSS-FdSSB), le Forum bruxellois de Lutte contre la Pauvreté (FBLP) et le Conseil bruxellois de Coordination sociopolitique

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 23 du Conseil supérieur du logement du 12 janvier 2011 sur la proposition de décret visant à compléter le dispositif en matière d assurance contre la perte de revenus,

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation des fonds européens 2014-2020 Montpellier

DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation des fonds européens 2014-2020 Montpellier Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Seul le prononcé fait foi Paris, le vendredi 14 novembre DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation

Plus en détail

Ne signez pas n importe quoi! Ne signez pas n importe quoi! Le crédit a un prix! Le crédit a un prix!

Ne signez pas n importe quoi! Ne signez pas n importe quoi! Le crédit a un prix! Le crédit a un prix! Ne signez pas n importe quoi! Signer un contrat de crédit est un engagement à long terme qui mérite réflexion. Prenez le temps de bien lire et de bien comprendre toutes les clauses du contrat! Sachez que

Plus en détail

Rencontre avec Philippe Courard. Secrétaire d'etat à la Politique scientifique

Rencontre avec Philippe Courard. Secrétaire d'etat à la Politique scientifique Rencontre avec Philippe Courard Secrétaire d'etat à la Politique scientifique Il y a presque un an, Philippe Courard devenait Secrétaire d'etat à la Politique scientifique. Le moment idéal pour Science

Plus en détail

AVIS A. 768 RELATIF A L ACCORD DE COOPERATION ENTRE LA REGION WALLONNE ET LA COMMUNAUTE GERMANOPHONE

AVIS A. 768 RELATIF A L ACCORD DE COOPERATION ENTRE LA REGION WALLONNE ET LA COMMUNAUTE GERMANOPHONE AVIS A. 768 RELATIF A L ACCORD DE COOPERATION ENTRE LA REGION WALLONNE ET LA COMMUNAUTE GERMANOPHONE Adopté par le Bureau le 31 mai 2005 2005/A. 768 I. EXPOSÉ DU DOSSIER La Région wallonne et la Communauté

Plus en détail

Colloque du Conseil Consultatif des aînés de la commune de WANZE. «Des maisons de repos en phase avec l émergence de nouvelles générations de seniors»

Colloque du Conseil Consultatif des aînés de la commune de WANZE. «Des maisons de repos en phase avec l émergence de nouvelles générations de seniors» Colloque du Conseil Consultatif des aînés de la commune de WANZE «Des maisons de repos en phase avec l émergence de nouvelles générations de seniors» Le mardi 24 avril 2012 Intervention de Madame ELIANE

Plus en détail

Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre. Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre»

Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre. Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre» Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre» 1 Constats - diagnostic Etude du CSEF sur la mobilité des demandeurs d emploi (2011) et données

Plus en détail

Budget de l exercice 2011. Note de politique générale.

Budget de l exercice 2011. Note de politique générale. CPAS de Fleurus Budget de l exercice 2011. Note de politique générale. La situation financière générale des Communes et des CPAS conduit tout naturellement à la prudence budgétaire pour l année 2011. La

Plus en détail

Mesdames, Messieurs, Mesdames, Messieurs,

Mesdames, Messieurs, Mesdames, Messieurs, Les objectifs de l arrêté ministériel visant à élargir le champ d application du système de l économie d insertion sociale et la volonté politique fédérale en matière d économie sociale Permettez-moi tout

Plus en détail

Le microcrédit personnel accompagné

Le microcrédit personnel accompagné OCTOBRE 2013 N 36 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le microcrédit personnel accompagné Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

Le crédit social à la consommation : une solution en faveur de personnes exclues des crédits bancaires classiques.

Le crédit social à la consommation : une solution en faveur de personnes exclues des crédits bancaires classiques. Le crédit social à la consommation : une solution en faveur de personnes exclues des crédits bancaires classiques. Ce 28 octobre, l a.s.b.l. Osiris - Crédal - Crédit Social organisait un colloque intitulé

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

Analyse 2013/26 10 décembre 2013

Analyse 2013/26 10 décembre 2013 Analyse 2013/26 10 décembre 2013 Allocation pour l aide aux personnes âgées : mesure sacrifiée au profit de la sixième réforme de l État, ou mesure à réinventer? À découvrir dans cette analyse Garder une

Plus en détail

Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école

Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école La FSMA (l Autorité des services et marchés financiers) est un organisme public autonome. Parmi les missions qui lui ont été confiées

Plus en détail

Dossier de Presse Une campagne de l Association Socialiste de la Personne Handicapée du 28 novembre au 5 décembre 2015

Dossier de Presse Une campagne de l Association Socialiste de la Personne Handicapée du 28 novembre au 5 décembre 2015 Dossier de Presse Une campagne de l Association Socialiste de la Personne Handicapée du 28 novembre au 5 décembre 2015 L ASPH L Association Socialiste de la Personne Handicapée défend les personnes en

Plus en détail

Mobilité des zones rurales en Grande Région. Bar-le-Duc 19/04/2013

Mobilité des zones rurales en Grande Région. Bar-le-Duc 19/04/2013 Mobilité des zones rurales en Grande Région Bar-le-Duc 19/04/2013 1 Plan de l exposé Missions de la Direction de la planification de la mobilité au sein du Service public de Wallonie la Wallonie rurale

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons

Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons Projet d action d animation visant à développer des pratiques collectives d écoute et de participation

Plus en détail

THEME 2 : AIDER LES LOCATAIRES A ACCEDER A UN LOGEMENT DECENT

THEME 2 : AIDER LES LOCATAIRES A ACCEDER A UN LOGEMENT DECENT Réalisé En cours de réalisation En projet Annoncé Délaissé Non initié THEME 2 : AIDER LES LOCATAIRES A ACCEDER A UN LOGEMENT DECENT Liste des mesures annoncées dans l accord de Gouvernement Action Stade

Plus en détail

Programme Stratégique Transversal

Programme Stratégique Transversal Programme Stratégique Transversal 2013-2018 Avant-propos Gérer, c est prévoir! Prévoir, c est se fixer des objectifs à atteindre bien évidemment avec les moyens mis à notre disposition! En effet, la crise

Plus en détail

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Monsieur le Président du Conseil du commerce de France ;

Plus en détail

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué au Logement et à la Ville Paris, le 9 novembre 2004 Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué

Plus en détail

www.economie.gouv.fr Paris, le 19 mars 2014 N 1156

www.economie.gouv.fr Paris, le 19 mars 2014 N 1156 PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES www.economie.gouv.fr Paris, le 19 mars 2014 N 1156 Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse sur

Plus en détail

Le microcrédit personnel accompagné

Le microcrédit personnel accompagné Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Le Contrat premier emploi

Le Contrat premier emploi www.far.be Le Contrat premier emploi Marie Greffe Septembre 06 Historique En 1999, afin de stimuler le travail des jeunes, Laurette Onkelinx (PS), alors ministre de l Emploi, lance l idée d un «Plan Rosetta»,

Plus en détail

AVIS A.1105 PROJET D ACCORD DE COOPÉRATION RELATIF À L ACCOMPAGNEMENT ET AU SUIVI ACTIFS DES CHÔMEURS

AVIS A.1105 PROJET D ACCORD DE COOPÉRATION RELATIF À L ACCOMPAGNEMENT ET AU SUIVI ACTIFS DES CHÔMEURS AVIS A.1105 PROJET D ACCORD DE COOPÉRATION RELATIF À L ACCOMPAGNEMENT ET AU SUIVI ACTIFS DES CHÔMEURS ADOPTÉ PAR LE BUREAU DU CESW LE 11 FÉVRIER 2013 Doc.2013/A.1105 INTRODUCTION Le 6 décembre 2012, le

Plus en détail

Réponse du Conseil communal à l interpellation no 11-609 du groupe PopVertsSol intitulée «De l argent immédiat pour une dette éternelle»

Réponse du Conseil communal à l interpellation no 11-609 du groupe PopVertsSol intitulée «De l argent immédiat pour une dette éternelle» Réponse du Conseil communal à l interpellation no 11-609 du groupe PopVertsSol intitulée «De l argent immédiat pour une dette éternelle» (Du 5 mars 2012) Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, Le

Plus en détail

ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012

ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012 Service de Presse Paris, le 25 octobre 2012 ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012 Mesdames, Messieurs, Je suis très heureuse que les organisateurs

Plus en détail

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental Bruxelles, le 13 mai 2002 Circulaire n 108 OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental En sa séance du 27 mars 2001, le Parlement de la Communauté française a adopté le décret

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET 266 (2014-2015) N 2 266 (2014-2015) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET portant assentiment à l accord de coopération du 15 juillet 2014 entre l État fédéral, la Région

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

N 3220 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 3220 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 3220 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 28 juin 2006. PROPOSITION DE LOI visant à la création d un statut de

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans COMMUNIQUÉ DE PRESSE 14,7% de la population belge sous le seuil de pauvreté 1 La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans Forte hausse des demandes de microcrédits

Plus en détail

Le rapport Arthurs : pour un renouvellement des politiques en matière de travail et d emploi

Le rapport Arthurs : pour un renouvellement des politiques en matière de travail et d emploi Le rapport Arthurs : pour un renouvellement des politiques en matière de travail et d emploi Jean Bernier, professeur associé Département des relations industrielles Université Laval C est devenu un euphémisme

Plus en détail

Connaître vos revenus et vos dépenses

Connaître vos revenus et vos dépenses Connaître vos revenus et vos dépenses NIVEAU 9-12 La présente leçon donnera l occasion aux élèves d examiner leurs revenus et leurs dépenses, et d apprendre à établir un budget. Cours Initiation aux affaires

Plus en détail

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Juillet 2005 Pour aller de l avant : L apprentissage et la garde des jeunes enfants Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Introduction En novembre 1999, le gouvernement du Manitoba a confirmé son

Plus en détail

REDEVANCE DE VOIRIE: ACTIVATION DE LA REDEVANCE GAZ ET INDEXATION DE LA REDEVANCE ELECTRICITE

REDEVANCE DE VOIRIE: ACTIVATION DE LA REDEVANCE GAZ ET INDEXATION DE LA REDEVANCE ELECTRICITE REDEVANCE DE VOIRIE: ACTIVATION DE LA REDEVANCE GAZ ET INDEXATION DE LA REDEVANCE ELECTRICITE AVIS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DE L'UNION DES VILLES ET COMMUNES DE WALLONIE DU 2 FÉVRIER 2010 SYNTHÈSE L

Plus en détail

COMMENT RÉDUIRE LES EFFETS DE LA FRACTURE NUMÉRIQUE?

COMMENT RÉDUIRE LES EFFETS DE LA FRACTURE NUMÉRIQUE? Lutter contre la fracture numérique (2/2) COMMENT RÉDUIRE LES EFFETS DE LA FRACTURE NUMÉRIQUE? Par René Begon, chargé de projet au CVFE La généralisation de l utilisation de l ordinateur dans presque tous

Plus en détail

CHARTE DES PARTENARIATS DE FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT

CHARTE DES PARTENARIATS DE FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT CHARTE DES PARTENARIATS DE FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT Version actualisée au 18 janvier 2010 Depuis plusieurs années, France Nature Environnement construit des partenariats avec de nombreux acteurs socio-économiques

Plus en détail

Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques?

Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques? Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques? Quel est le cadre législatif? Quelles réticences? Est-ce un frein à la mobilité?

Plus en détail

Circulaire n 5051 du 04/11/2014

Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Collaboration entre les Centres psycho-médico-sociaux, le Service de médiation scolaire et le Service des équipes mobiles missions et rôles Réseaux et niveaux concernés

Plus en détail

Le développement du micro crédit personnel (MCP) : une contribution à l insertion sociale

Le développement du micro crédit personnel (MCP) : une contribution à l insertion sociale Le développement du micro crédit personnel (MCP) : une contribution à l insertion sociale Résumé de l étude France Bénévolat pour la Caisse des dépôts (FCS) Auteur : Jean Beaujouan Décembre 2007 1 Présentation

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion

Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion Fiche Action 1 : Action sur la levée des freins et des difficultés pouvant constituer un frein à une reprise d emploi ou de formation Fiche

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 13 NOVEMBRE 2015 PROPOSITION DE RÉSOLUTION

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 13 NOVEMBRE 2015 PROPOSITION DE RÉSOLUTION 335 (2015-2016) N 1 335 (2015-2016) N 1 PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 13 NOVEMBRE 2015 PROPOSITION DE RÉSOLUTION visant à rendre effectives les mesures de protection des clients protégés instaurées

Plus en détail

Bilan d activité. 2010 rsa

Bilan d activité. 2010 rsa Bilan d activité 2010 rsa Principales caractéristiques des bénéficiaires Les bénéficiaires au regard de l emploi / La contractualisation / Les principales thématiques d insertion en 2010 I. Introduction

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

La solidarité. au quotidien. Centre communal d action sociale

La solidarité. au quotidien. Centre communal d action sociale L e d o s s i e r La solidarité Centre communal d action sociale au quotidien Chômage, contrats précaires, ruptures familiales comment faire pour vivre quand on n a pas assez d argent? Quand on ne sait

Plus en détail

TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT

TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT Juillet 2014 TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT La table ronde n 4 présidée par Arnaud MONTEBOURG travaillera sur les moyens d accélérer le retour de croissance

Plus en détail

financement public des écoles privées. http://www.csq.qc.net/educat/publique/financement_prive_public.pdf

financement public des écoles privées. http://www.csq.qc.net/educat/publique/financement_prive_public.pdf Financement public des écoles privées : le collégial est-il également touché? Réflexion sur le financement public des collèges privés suite à la déclaration du Regroupement pour la défense et la promotion

Plus en détail

du 11 décembre 2014 Feuille de route du ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

du 11 décembre 2014 Feuille de route du ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes du 11 décembre 2014 Feuille de route du ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes À la suite de la Conférence nationale du handicap, le ministère des affaires sociales, de la

Plus en détail

Assistant(e) social(e) CDI Temps plein

Assistant(e) social(e) CDI Temps plein Assistant(e) social(e) CDI Temps plein Infirmiers de rue La réinsertion par l hygiène Travail en logement Projet HOUSING FAST 1 Situation : Ganshoren 1. ORGANISATION Dépend de l Expert médical pour les

Plus en détail

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Préambule Ce guide vous est offert par William MEYER auteur du blog l'immobilier facile (http://l-immobilier-facile.fr)

Plus en détail

La résolution générale

La résolution générale La résolution générale Placer la solidarité au cœur de nos ambitions! S ajoutant aux difficultés structurelles, la crise financière internationale, qui frappe également notre pays, renforce la fréquence

Plus en détail

«J ai une petite idée comme ça ( ) un resto qui aurait comme ambition, au départ, de distribuer deux ou trois mille couverts par jour».

«J ai une petite idée comme ça ( ) un resto qui aurait comme ambition, au départ, de distribuer deux ou trois mille couverts par jour». http://www.francetvinfo.fr/restos-du-coeur-29e-campagne-de-solidarite_467072.html Historique HISTORIQUE 1985-1986 SEPTEMBRE 1985 : COLUCHE A L ANTENNE D EUROPE 1 «J ai une petite idée comme ça ( ) un resto

Plus en détail

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Le programme de prêts pour les études à temps partiel Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Décembre 2001 1 Introduction Une revendication vieille de plus de dix ans

Plus en détail

Projet de service du SLS

Projet de service du SLS Institut Notre-Dame ACIS asbl Adresse du service : Service de Logements Supervisés (SLS) de Bressoux ACIS ASBL Rue Winston Churchill 25 4020 BRESSOUX Tél : 04/285 96 09 1. Historique / Finalité - Histoire

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Communiqué de presse. Uniformisation des statuts des pompiers

Communiqué de presse. Uniformisation des statuts des pompiers LA VICE-PREMIERE MINISTRE ET MINISTRE DE L INTERIEUR ET DE L EGALITE DES CHANCES Bruxelles, le 13 décembre 2013 Communiqué de presse Uniformisation des statuts des pompiers Joëlle Milquet a tenu à rassurer

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT Finalité de la prime d activité Article 24 Rédiger ainsi l alinéa 6 : «Art. L. 841-1. La prime d activité a pour objet de soutenir le pouvoir d achat des travailleurs modestes, qu ils soient salariés ou

Plus en détail

FAVORISER L ACCES AU LOGEMENT POUR TOUS :

FAVORISER L ACCES AU LOGEMENT POUR TOUS : Ministère de l Emploi, de la Cohésion sociale et du Logement le 20 décembre 2006 FAVORISER L ACCES AU LOGEMENT POUR TOUS : Jean-Louis BORLOO, Ministre de l emploi, de la cohésion sociale et du logement

Plus en détail

1 ANALYSE STATISTIQUE

1 ANALYSE STATISTIQUE 1 ANALYSE STATISTIQUE Les chiffres ci-dessous exposent une partie de l activité de Respect Seniors au cours de l année 2014. Ils ne représentent donc pas un état des lieux des maltraitances commises en

Plus en détail

Charte des utilisateurs des services offerts par le Groupe Ecetia

Charte des utilisateurs des services offerts par le Groupe Ecetia Charte des utilisateurs des services offerts par le Groupe Ecetia Sommaire Introduction Les engagements du «Groupe Ecetia» envers les utilisateurs de ses services Les procédures de contestation ou de réclamation

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 010 du 16 janvier 2008 du Conseil supérieur du logement sur le concept du crédit logement inversé. Préambule Le crédit logement inversé («reverse mortgage») est une

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 26 OCTOBRE 2015 PROJET DE DÉCRET RAPPORT. présenté au nom de la Commission du budget et de la fonction publique

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 26 OCTOBRE 2015 PROJET DE DÉCRET RAPPORT. présenté au nom de la Commission du budget et de la fonction publique 302 (2015-2016) N 2 302 (2015-2016) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 26 OCTOBRE 2015 PROJET DE DÉCRET abrogeant l assimilation de bpost à l État en matière de fiscalité régionale wallonne, prévue

Plus en détail

Mémorandum commun de la fédération CAIPS et de la Fédération wallonne des CPAS pour les services d insertion sociale

Mémorandum commun de la fédération CAIPS et de la Fédération wallonne des CPAS pour les services d insertion sociale Mémorandum commun de la fédération CAIPS et de la Fédération wallonne des CPAS pour les services d insertion sociale Les services d insertion sociale (SIS) sont des dispositifs agréés et subventionnés

Plus en détail

Note pour l adaptation de la société au vieillissement

Note pour l adaptation de la société au vieillissement Note pour l adaptation de la société au vieillissement Présentation de l'unapl : L Union nationale des professions libérales (UNAPL) est une organisation patronale représentative créée en 1977. Elle fédère

Plus en détail

Plan Local de Santé Publique

Plan Local de Santé Publique Plan Local de Santé Publique Martigues/Port-de-Bouc n 2 2010-2013 Axes et Objectifs prioritaires Atelier Santé Ville Martigues/Port-de-Bouc PLSP2 - Juin 2010 Axes prioritaires (Sont mentionnés en vert

Plus en détail

SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste

SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste DESCRIPTIF DE VISION SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste Un centre d expertise en tant que balise pour le huissier de justice soucieux

Plus en détail

Atelier orientation professionnelle

Atelier orientation professionnelle Atelier orientation professionnelle Partie 1. Projets porteurs La plateforme orientation : «Je termine l école. Mon parcours de chercheur d emploi» - CSEF Huy-Waremme «Je termine l école» est un outil

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

Combattre la précarité énergétique Oui, mais par quels moyens?

Combattre la précarité énergétique Oui, mais par quels moyens? Zoom On Précarité Energétique Combattre la précarité énergétique Oui, mais par quels moyens? Zoom On Précarite Energétique La précarité énergétique est un mal qui a été reconnu des pouvoirs publics en

Plus en détail

Charte des Partenariats - p1 -

Charte des Partenariats - p1 - Charte des partenariats de Nature & Société Depuis sa création dans le milieu des années soixante-dix Nature & Société n a cessé de favoriser, en Ile-de-France, l'information du citoyen et l'éducation

Plus en détail

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT Textes FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT - Code de la consommation. Partie législative : livre III, titre III Traitement des situations de surendettement : articles L330-1 à L333-8. Partie règlementaire : livre

Plus en détail

VADE-MECUM. pour les bénéficiaires

VADE-MECUM. pour les bénéficiaires VADE-MECUM pour les bénéficiaires Ce vade-mecum vous est destiné si Vous avez reçu une décision d octroi d un budget d assistance personnelle (BAP). Et maintenant? Il faut maintenant mettre en place votre

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

FONCTION DE COORDINATION ASSUETUDES DANS LES PLATES-FORMES DE SANTE MENTALE

FONCTION DE COORDINATION ASSUETUDES DANS LES PLATES-FORMES DE SANTE MENTALE FONCTION DE COORDINATION ASSUETUDES DANS LES PLATES-FORMES DE SANTE MENTALE Les plates-formes de santé mentale AR de 1990 : création des associations de PF OBJECTIF > organiser la concertation en matière

Plus en détail

3. Un crédit à la consommation responsable

3. Un crédit à la consommation responsable 3. Un crédit à la consommation responsable Comité consultatif du secteur financier Rapport 2009-2010 49 Au cours de l exercice 2009-2010, le CCSF a suivi de près l évolution du texte de loi sur la réforme

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2013-2014 18 FÉVRIER 2014 PROPOSITION DE RÉSOLUTION. visant à faciliter le transport de défunts entre pays limitrophes *

PARLEMENT WALLON SESSION 2013-2014 18 FÉVRIER 2014 PROPOSITION DE RÉSOLUTION. visant à faciliter le transport de défunts entre pays limitrophes * 955 (2013-2014) N 2 955 (2013-2014) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2013-2014 18 FÉVRIER 2014 PROPOSITION DE RÉSOLUTION visant à faciliter le transport de défunts entre pays limitrophes * déposée par Mme

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION CONNAISSANCES

Plus en détail

QUESTIONS ECRITES. 5 Egalité des Chances entre les hommes et les femmes Catherine FONCK, Ministre de la Santé, de l Enfance et de l Aide à la Jeunesse

QUESTIONS ECRITES. 5 Egalité des Chances entre les hommes et les femmes Catherine FONCK, Ministre de la Santé, de l Enfance et de l Aide à la Jeunesse QUESTIONS ECRITES 1 Problèmes de réception des radios francophones dans la région d Enghien Fadila LAANAN, Ministre de la Culture, Audiovisuel & Jeunesse 2 Fonction publique communautaire 3 Egalité des

Plus en détail

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Le financement des placements par emprunt consiste simplement à emprunter pour

Plus en détail

COMITE INTERMINISTERIEL DES DROITS DES FEMMES ET DE L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

COMITE INTERMINISTERIEL DES DROITS DES FEMMES ET DE L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES Ministère de l Économie et des Finances COMITE INTERMINISTERIEL DES DROITS DES FEMMES ET DE L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES FEUILLE DE ROUTE BILAN 2013 PROGRAMME D ACTION 2014

Plus en détail

Encourager les systèmes de pensions complémentaires

Encourager les systèmes de pensions complémentaires Conférence de presse Luxembourg, le 25 septembre 2013 Le secteur financier constitue la pierre angulaire de l économie luxembourgeoise. Il doit cependant faire face à de nombreux défis. Par conséquent,

Plus en détail

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES Convention de partenariat entre la Fédération Bancaire Française et France Active

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

Expériences du Service de gestion de dettes et désendettement de Caritas Fribourg

Expériences du Service de gestion de dettes et désendettement de Caritas Fribourg Table ronde L endettement des jeunes en pratiques : sensibilisation et intervention Expériences du Service de gestion de dettes et désendettement de Caritas Fribourg Nicolas von Muhlenen Carrel Assistant

Plus en détail

Agenda social de la Fonction publique pour l année 2011. Intervention de M. François BAROIN,

Agenda social de la Fonction publique pour l année 2011. Intervention de M. François BAROIN, Agenda social de la Fonction publique pour l année 2011 Intervention de M. François BAROIN, Ministre du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l Etat, Porte-parole du

Plus en détail

PROFIL D ENSEIGNEMENT. Bachelier en Publicité

PROFIL D ENSEIGNEMENT. Bachelier en Publicité PROFIL D ENSEIGNEMENT Bachelier en Publicité Une formation aux couleurs de la HELHa L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant en lui permettant, d une part,

Plus en détail