Les primaires pour la France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les primaires pour la France"

Transcription

1 Les primaires pour la France AVRIL 2013 Contribution de la Boîte à idées relative à l organisation par la droite républicaine de primaires ouvertes pour l élection présidentielle de 2017 présentée par : Edouard Balladur François Fillon Alain Juppé Composition du groupe de travail : Rapporteurs : Maël de Calan Enguerrand Delannoy Matthieu Schlesinger Membres : Maxime Cordier Henri de Bouteiller Julien Freyburger Jocelyn Guitton Alexandre Madinier Louis Margueritte Vijay Monany Hugues Parmentier Gerwin Weber

2 LA BOÎTE À IDÉES Le think tank de l UMP La BAI est un groupe de réflexion et d action rassemblant la jeune garde de l'ump. Soutenue par des parlementaires de premier plan et des militants issus de toutes les fédérations, elle poursuit deux objectifs : Elaborer le programme de redressement national dont la France a besoin. En 2017, l état de la France nécessitera l application d un programme de rupture, précis, réaliste et cohérent. Une centaine d experts issus de la haute fonction publique et du secteur privé travaillent à son élaboration. Représentants : Maël de Calan Enguerrand Delannoy Matthieu Schlesinger Contacts : @BoiteIdees Faire en sorte que ce programme soit au cœur de l UMP. La BAI veut peser sur la ligne politique de l UMP. Elle associe à ses travaux les principaux responsables du parti, et rassemble des trentenaires qui s impliquent au sein du mouvement sur le terrain et contribueront demain à la reconquête. Née en septembre 2012 à l initiative d un groupe qui avait travaillé aux côtés de Nicolas Sarkozy à l élaboration de sa plateforme présidentielle, la BAI a été l une des 6 motions candidates au Congrès de 2012 où elle a rassemblé près de 10% des voix. Elle anime depuis le débat politique et publie régulièrement des propositions pour réformer la France et rénover le système politique.

3 LES PRIMAIRES POUR LA FRANCE RAPPORT # AVRIL 2013 Préambule par Edouard Balladur, ancien Premier ministre ; François Fillon, ancien Premier ministre, député de Paris ; Alain Juppé, ancien Premier ministre, maire de Bordeaux. Après les épreuves qu elle a subies à l automne dernier, l UMP se trouve face à sa responsabilité : en tirer les conséquences en modifiant son organisation et son mode de fonctionnement, de sorte que les Français lui apportent leur confiance et soutiennent le projet qu elle doit leur soumettre pour l avenir. Outre la nécessité de revoir ses institutions internes pour éviter la répétition du spectacle qu elle a donné à la fin de l année 2012, l UMP doit, ainsi qu elle s y est engagée depuis des mois, organiser des élections primaires afin de désigner son candidat aux futures élections présidentielles. Il importe, en effet, que ce candidat bénéficie de la plus large légitimité, et donc du soutien que devront lui apporter les électeurs, les sympathisants et les militants. La Boîte à idées a élaboré dans ce cadre un projet de codification des primaires, que nous avons décidé de soumettre à la Commission de révision des statuts de l UMP. Ce projet, très bien construit, évoque avec précision toutes les questions qu il faut résoudre pour que ces élections répondent à l attente mise en elles, suscitent une large adhésion, confèrent une légitimité incontestable au candidat qui sera désigné. Edouard BALLADUR François FILLON On peut en discuter telle ou telle des propositions, mais il nous semble que l esprit général mérite d en être approuvé et que, si ce projet était retenu et mis en œuvre, l UMP donnerait le sentiment à nos concitoyens qu elle a commencé à comprendre la leçon des événements récents. C est avec cet espoir que nous avons décidé de nous associer à la démarche des auteurs du rapport et de nous joindre à eux pour le soumettre à l UMP. Alain JUPPÉ

4 Sommaire 3" Préambule... 2 Introduction... 4 Première partie : Faire des primaires un instrument de reconquête Les primaires peuvent constituer un instrument politique très puissant si l on en comprend bien l utilité Les primaires peuvent constituer un instrument dangereux si l on n en délimite pas clairement le champ Deuxième partie : une organisation irréprochable à la hauteur de l enjeu Le calendrier Les candidats Les électeurs La campagne Le scrutin Les contrôles Le budget et l intégration au compte de campagne Synthèse des 15 propositions

5 4" Introduction L UMP s est convertie tardivement au concept des primaires après les avoir beaucoup critiquées. Or, il ne faudrait pas que le zèle des convertis nous conduise à célébrer les primaires sans nous poser de questions, après les avoir vilipendées sans nous en poser davantage. Notre syllogisme semble en effet être devenu : «les primaires sont modernes, l UMP est moderne, donc l UMP est favorable aux primaires» après avoir été : «les primaires sont organisées par les socialistes, l UMP s oppose aux socialistes, donc l UMP s oppose aux primaires». Les chiffres qui figurent dans ce rapport parlent d eux-mêmes : bureaux de vote, 3 millions d électeurs, assesseurs, 1 million de nouveaux contacts militants etc. : les primaires sont trop importantes pour être laissées à la gauche, et elles sont trop importantes pour ne pas être «pensées» très en amont, et codifiées à froid dans le cadre d un large consensus. Il serait notamment dangereux d imaginer qu on pourra répliquer, le moment venu, le système mis en place par les socialistes en 2011, tant cette réussite est en réalité le fruit d une appropriation progressive par l ensemble de l appareil socialiste du concept des primaires, un processus initié dès 2008 au travers des remarquables travaux de Terra Nova. Des primaires encadrées et codifiées à l avance sont en tout point préférables à des primaires «permanentes et sauvages» 1 Notre rapport est fondé sur un certain nombre de partis pris dont nous cherchons à expliquer, au fil des pages, les raisons : il s applique à l élection présidentielle et ne se prononce pas sur les modalités d organisation de primaires à d autres élections ; il porte sur l organisation de primaires ouvertes à tous les Français et non réservées aux seuls militants ; il porte sur l organisation de primaires en fin de quinquennat pour choisir notre candidat à l élection présidentielle, et non sur l organisation de primaires en début de quinquennat, pour choisir le leader de l opposition. Ce rapport se veut une première contribution destinée à alimenter le débat. Il nous appartiendra de le faire vivre, en tirant notamment les leçons des primaires ouvertes organisées par l UMP à Paris pour les élections municipales de Ce rapport est finalement fondé sur une conviction : des primaires encadrées et codifiées à l avance sont en tout point préférables à des primaires «permanentes et sauvages». 1 OlivierFerrand. 4

6 5" Première partie : Faire des primaires un instrument de reconquête 1. LES PRIMAIRES PEUVENT CONSTITUER UN INSTRUMENT POLITIQUE TRÈS PUISSANT SI L ON EN COMPREND BIEN L UTILITÉ S il est indispensable de bien s interroger sur les raisons qui font des primaires un instrument désormais incontournable de la sélection des candidats, c est parce que ce questionnement nous permettra ensuite de répondre de manière cohérente à un grand nombre de questions politiques ou techniques. Nous distinguons quatre raisons qui placent désormais les primaires au cœur de notre démocratie : (i) elles répondent aux aspirations des Français, (ii) elles permettent de désigner le «meilleur candidat» et lui confèrent une grande légitimité, (iii) elles permettent de créer une dynamique politique et médiatique, ainsi (iv) qu une dynamique électorale et militante très puissantes LES PRIMAIRES CONSTITUENT DÉSORMAIS UNE ASPIRATION DES FRANÇAIS Les primaires sont devenues incontournables d abord et avant tout parce que les Français veulent des primaires. Cette volonté d être désormais associés au choix des candidats aux élections politiques constitue une innovation assez radicale pour l UMP, dont les dirigeants comme les militants doivent accepter de partager l une de leurs prérogatives essentielles, à l origine de la constitution des partis politiques. Cette évolution n a rien d évident et ne se borne pas à faire évoluer quelques paramètres techniques. Elle emporte au contraire des conséquences lourdes à la fois en termes de renouvellement des pratiques politiques (les primaires bousculent la «culture de parti» et interdisent l entre-soi ou le repli sur les certitudes militantes) et d organisation (le parti sera tendu vers les primaires dont il aura en charge l organisation) 2. 2 Cesconséquencesferontl objetd unecontribu;onultérieuredelaboîteàidées. 5

7 6" Que cette évolution soit souhaitée par les Français, on peut d abord le déduire de la très forte participation aux primaires socialistes d octobre 2011, qui ont rassemblé 2,9 millions de personnes soit 6,2% du corps électoral et 28% des électeurs socialistes au 1 er tour de l élection présidentielle. Il semble que les Français soient décidés à se saisir de toutes les possibilités qui leurs étaient offertes de s exprimer, et que le paradoxe de notre démocratie grande défiance à l égard du monde politique et forte participation aux élections soit plus vivant que jamais. On peut déduire de ce paradoxe (que nous partageons d ailleurs avec l Italie, pays dans lequel les trois primaires organisées par les partis de gauche ont également rencontré un grand succès) que les Français aiment tellement voter qu ils se déplacent à chaque fois qu on leur en offre l occasion, y compris pour légitimer des responsables qu ils n aiment pas. Une perception très négative de la politique combinée à une forte participation électorale ( 3) 67% des Français déclarent que la politique leur inspire d abord de la méfiance, du dégoût ou de la peur, 12% de l ennui et seulement 20% de l intérêt, de l espoir ou du respect (et 0% de l enthousiasme ) Symétriquement, seuls 12% des Français déclarent avoir confiance dans les partis politiques (très loin derrière les autres institutions sondées : hôpitaux, police, entreprises, syndicats, banques, médias) et 85% estiment que les responsables politiques se préoccupent assez peu ou pas du tout de ce que pensent les gens. Mais dans le même temps, 91% des Français déclarent avoir voté à toutes les élections ou presque dans leur vie, 65% pensent que le vote est ce qui permet aux citoyens d exercer le plus d influence (loin devant les manifestations, les grèves, le militantisme politique etc.) et la participation aux élections présidentielles place la France en tête des démocraties. 3Baromètredelaconfiancepoli;que,CEVIPOF(4vaguesde2010à2013),ladernièrevagueayantétéréaliséeavantl affaire Cahuzac... 6

8 7" Le goût des Français pour les primaires s est aussi traduit par la forte audience des quatre débats télévisés des primaires socialistes : 5m de téléspectateurs et 22% de part d audience sur France 2 le 15 septembre 2011, 0,6m de téléspectateur et PDA record de 3,2% pour i-télé le 28 septembre 2011, 1,4m de téléspectateurs et PDA record de 5,8% pour BFM TV le 5 octobre 2011, puis 5,9m et 22,2% de part d audience à nouveau sur France 2 pour le débat Aubry-Hollande du 12 octobre Le goût des Français pour les primaires peut encore se lire dans les différents sondages réalisés juste après le succès des primaires socialistes : entre 69% (OpinionWay) et 79% (IFOP) des Français interrogés ont alors estimé qu elles avaient constitué une bonne initiative, ces résultats étant pénalisés par les réponses négatives des sympathisants de l UMP (les seuls sympathisants socialistes plébiscitent les primaires à 94%). Interrogés sur le futur, les 2/3 des sondés se déclarent favorables à des primaires ouvertes en 2017, les sympathisants UMP se prononçant pour entre 49% (OpinionWay) et 64% (IFOP) en dépit des argumentaires officiels La mobilisation croissante de l électorat de la droite est enfin une donnée à prendre en compte, qui se vérifie depuis plusieurs mois : forte affluence aux meetings et essor d une «droitosphère» à la faveur de la campagne présidentielle de 2012, participation des adhérents de l UMP à l élection du 18 novembre 2012 nettement plus élevée qu escomptée, centaines de milliers de pétionnaires et de manifestants opposés au «mariage pour tous» etc. 4 Audiencesmoyennes(lesaudiencescumuléessontneTementplusélevées),quineprennentpasencomptelesaudiences desradios&chaînesparlementairesquirediffusaientlesdébatsdeivtéléetbfm. 7

9 8" 1.2.LES PRIMAIRES PERMETTENT DE CHOISIR DANS LA TRANSPARENCE LE «MEILLEUR CANDIDAT» ET LUI CONFÈRENT UNE LÉGITIMITÉ TRÈS FORTE Les primaires sont également devenues incontournables dans la mesure où elles constituent probablement le processus le plus efficace de sélection des candidats : elles permettent non seulement de désigner le «meilleur candidat» mais lui confèrent également une grande légitimité qui le place avant même que ne débute sa campagne au niveau du président sortant. Le meilleur candidat à une élection est celui qui fera partager ses convictions au plus grand nombre : cette évidence mérite d être rappelée tant la tentation est grande, dans l opposition, de radicaliser ses idées et son discours au point de devenir inéligible. Parmi beaucoup d autres, l exemple du Parti Conservateur britannique entre 1997 et 2005, élisant des leaders de plus en plus conservateurs réalisant des scores de plus en plus faibles, nous rappelle combien un parti doit porter la politique de ses électeurs avant celle de ses militants. La force de l'évidence nous conduit aussi à admettre qu'une personnalité choisie au grand jour par plusieurs millions de Français sera toujours plus en phase avec les électeurs que si elle était choisie par quelques cadres du parti ou même plusieurs centaines de milliers de militants 5, le tout sous la pression des sondages et dans une opacité complète, favorable aux alliances contre-nature et à l influence des barons. Le candidat désigné lors des primaires sera d autant plus à même de gagner les élections que la campagne aura permis de mieux le connaître. Sa personne, son programme, ses qualités mais aussi ses défauts auront été soigneusement pesés par les électeurs. Ses failles auront été exploitées par ses adversaires, de sorte qu il sera comme immunisé contre les attaques ou les révélations. Ainsi, le candidat désigné par les primaires sera non seulement le plus en phase avec son électorat, mais aussi le plus solide ou le moins risqué. Les primaires permettront finalement d'offrir au candidat désigné le sacre du suffrage universel, lui offrant immédiatement une stature nouvelle, et l imposant comme le leader incontestable de sa famille politique. C est en cela un outil de légitimation très puissant, qui forcera ses anciens concurrents à se rallier à lui et donnera à sa parole plus de poids. 5 Une intui;on vérifiée par la science poli;que voir notamment Primary' Elec,on' Systems' and' Candidate' Devia,on, Calcagno, Westley & Ault (2004) : «Si' des' primaires' ouvertes' encouragent' une' plus' large' par,cipa,on' électorale,' le' vote' médian'pour'une'telle'primaire'se'rapprochera'du'vote'médian'dans'toute'la'circonscrip,on». 8

10 9" 1.3.LES PRIMAIRES FONT NAÎTRE UNE DYNAMIQUE MÉDIATIQUE ET POLITIQUE La forte exposition médiatique que permettent les primaires bénéficie tout à la fois au candidat désigné, à ses idées et à son parti (probablement dans cet ordre). L UMP ne s y est pas trompée en 2011, en protestant contre la saturation du paysage audiovisuel par les socialistes à l automne, surexposant leurs leaders et leurs propositions, donnant à leurs attaques contre Nicolas Sarkozy une audience extraordinaire, créant finalement un retard médiatique que nous ne sommes jamais réellement parvenus à combler. L analyse des temps d antenne fournis par le CSA permet de mesurer cette dynamique : si l on ne retient que 50% des temps du Président et du gouvernement 6, les socialistes et leurs alliés ont bénéficié entre juillet et octobre 2011 d un temps d antenne en moyenne supérieur de 80% à celui de la majorité de droite. A titre de comparaison, l UMP et ses alliés ont bénéficié entre juillet et octobre 2012 d un temps d antenne en moyenne inférieur de 20% à celui de la majorité de gauche 7, alors même que la campagne pour la présidence de l UMP battait son plein. Combinée à la mobilisation d un cercle large de militants et sympathisants impliqués dans l organisation des primaires et au vote de millions de Français dans le cadre d une grande «fête démocratique», on voit comment peut se cristalliser un «effet primaires» très positif. crise à l UMP 6 Lacommunica;ongouvernementalen estpasexclusivementpoli;que,contrairementàcelledespar;s. 7 En retenant naturellement un mode de calcul strictement iden;que : 50% du temps de François Hollande et du gouvernementet100%dutempsdupsetduprgcontre100%dutempsdel UMPetdel UDI. 9

11 10" La dynamique politique ainsi créée se repère très clairement dans la progression des intentions de vote au premier tour de l élection présidentielle en faveur de François Hollande. Ces intentions montent progressivement à mesure que la campagne gagne en intensité (au début de l été 2011) et que les Français s approprient sa personnalité, son style et ses propositions. Puis elles s envolent littéralement quand il remporte la compétition (+6 points en un mois, une progression bien plus importante que celle de Ségolène Royal au sortir des primaires «fermées» de 2006). La prime au leader désigné (qui joue quel que soit le mode de désignation) se combine manifestement avec un «effet primaires ouvertes». 10

12 11" On notera que cette dynamique politique propre aux primaires ouvertes se retrouve dans tous les démocraties qui y ont recours (notamment : Italie, Etats-Unis). Barack Obama rentre ainsi dans les primaires démocrates en février 2007 avec 42% d opinions favorables (33% des américains n ayant alors jamais entendu parler de lui), avant de gagner 20 points en un an (seuls 1% des américains ne le connaissaient toujours pas en février 2008). Opinions'favorables'à'Barack'Obama' L exemple américain, très spécifique à bien des égards, suggère par ailleurs que cette dynamique ne s essouffle pas dans la durée : le candidat investi sort du processus avec une meilleure notoriété d'un point de vue quantitatif (davantage d'électeurs connaissent son nom, son visage, son histoire) mais aussi d'un point de vue qualitatif. Deux écueils doivent toutefois être évités : (i) celui d une «campagne sale» où tous les coups seraient permis, et où le spectacle de la division ferait passer la primaire du rang d'innovation démocratique à celui de grand pugilat médiatique 8, et (ii) celui d une campagne très clivante avec le camp adverse : les bénéfices politiques de la primaire seront d autant plus importants qu on parviendra à mobiliser son camp sans mobiliser ses adversaires. 8 LafindecampagnetrèstendueentreHillaryClintonetBarackObamacoûte4pointsàcedernierdanslesderniersmoisde campagne. 11

13 12" 1.4.LES PRIMAIRES FONT NAÎTRE UNE DYNAMIQUE ÉLECTORALE ET MILITANTE Les primaires ouvertes font aussi naître une dynamique électorale qui ne se réduit pas à la dynamique politique & médiatique qui s enclenche par ailleurs. Toutes choses étant égales par ailleurs, les primaires font en effet baisser le taux d abstention du camp qui les organisent 9 : Les électeurs sont incités en amont à s inscrire sur les listes électorales pour pouvoir participer aux primaires ; Les électeurs se retrouveront d autant plus dans un candidat qu ils auront été associés à son choix (souvent utilisé par les abstentionnistes, l'argument de «ne se retrouver dans aucun candidat» trouvera un écho plus faible) ; Les électeurs qui auront laissé leurs coordonnées seront recontactés juste avant le scrutin par les équipes militantes pour s assurer de leur vote et de celui de leur famille. Last but not least, les primaires donnent un formidable élan militant à une campagne, qui va concerner : Les militants historiques, qui vont se mobiliser plus tôt et plus fortement : l organisation de la primaire (campagne pour un candidat, organisation logistique de milliers de bureaux de vote, mobilisation pour assurer une forte participation) constitue en effet une occasion de roder toute une organisation militante nationale, de sorte qu elle sera parfaitement opérationnelle dès le début de la campagne présidentielle 10 ; Des centaines de milliers de sympathisants qui vont se transformer en militants, en amont (parce qu ils auront souhaité s impliquer dans leur organisation ou en faveur de tel ou tel candidat) ou en aval des primaires (parce qu ils auront rencontré des responsables militants dans les bureaux de vote, qu ils auront laissé leurs coordonnées etc.) ; Les millions d électeurs qui se seront déplacés : il s agit d un geste politique fort qui «désacralise» l engagement politique et conduit nécessairement à assumer davantage ses choix politiques et à les partager Tous ces électeurs pourront s engager plus ponctuellement à l occasion d une réunion publique ou sur internet. 9 VoirnotammentCalcagno,Westley&Ault(2004):pluslesprimairesserontouvertes,pluslapar;cipa;onauscru;nofficiel seraélevée. 10 Ladifférencedemobilisa;ondel appareilmilitantsocialisteetumpendébutdecampagneen2012étaitpar;culièrement frappante,mêmesiellen étaitpaspercep;bledansl affluenceauxmee;ngs:ilnefautpasconfondreletravailmilitant(qui ne se voit pas mais qui compte : présence sur les marchés, porte à porte, boîtage, collage etc.) avec la mobilisa;on des sympathisantsmesuréeparl affluenceauxréunionspubliques.lacampagneréussiecombineévidemmentlesdeux. 12

14 13" Les sondages réalisés en novembre 2011 vont tous dans ce sens : les primaires ont donné envie à 63% des électeurs de gauche et 72% des électeurs socialistes de parler de l élection présidentielle autour d eux (familles, amis, collègues de travail). 43% des votants à la primaire (soit potentiellement 1,2m de personnes) ont déclaré vouloir participer d une manière ou d une autre à la campagne et un peu plus de 30% (soit potentiellement personnes) vouloir participer à la campagne de terrain de François Hollande 11. * * * Cette revue des bénéfices que la droite pourrait tirer de l organisation de primaires ouvertes ne vise pas simplement à en démontrer le caractère désormais incontournable. Elle vise surtout à servir de grille de lecture pour répondre de manière cohérente à toutes les questions politiques ou techniques qui se posent. Mais avant d étudier les différentes modalités pratiques de l organisation d une primaire ouverte, il importe d abord de bien en délimiter le champ. 11 OpinionWaypourTerraNova(octobre2011) lepsestparvenuàcollecter nouveauxcontacts. 13

15 14" 2. LES PRIMAIRES PEUVENT CONSTITUER UN INSTRUMENT DANGEREUX SI L ON N EN DÉLIMITE PAS CLAIREMENT LE CHAMP Il faut concevoir les primaires comme une arme très puissante, mais dangereuse en même temps pour son utilisateur si elle est mal employée. En dehors de l ensemble des paramètres qui permettront une forte mobilisation et un bon déroulement de la campagne et du scrutin (développés dans la deuxième partie du document), il importe de soigneusement délimiter le champ des primaires au point de vue électoral (quelles seront les élections concernées) et politique (quels partis seront invités à y participer). 2.1.LES PRIMAIRES NE PEUVENT PAS ÊTRE MISES EN ŒUVRE POUR TOUTES LES ÉLECTIONS Le succès des primaires socialistes pose la question de leur généralisation à tous les types de scrutins. Une telle généralisation poserait deux types de difficultés : (i) nous serions en permanence «en primaires» (compliqué d un point de vue logistique, provoquant une lassitude des électeurs et un épuisement des candidats) et (ii) des candidats illégitimes ou marginaux pourraient systématiquement exiger l organisation de primaires, pour se construire à peu de frais une notoriété politique quitte à réduire les chances de nos meilleurs candidats. Il faut donc refuser une systématisation du processus qui déstabiliserait l UMP et s avérerait contreproductive pour nos candidats, sans pour autant laisser de place à l improvisation : la décision d organiser ou non des primaires ne peut être de pure opportunité, il nous faut construire un cadre. Nous proposons le suivant : Dès lors qu on organise des primaires pour satisfaire une aspiration nouvelle des Français, il nous faut nous concentrer sur les élections auxquelles ils sont le plus attachés 12 : présidentielle & municipales ; On privilégiera pour les mêmes raisons les élections qui ont une dynamique propre, c'est-à-dire pour lesquelles il existe un lien direct entre le candidat élu et le programme mis en œuvre, à l exclusion par exemple des élections législatives ou cantonales, (i) dont les résultats locaux ne prennent sens qu en fonction du résultat national ou départemental, et (ii) dont les investitures s inscrivent dans une logique de construction d un programme et d une majorité cohérente ; 12 A%achementmesuréparletauxdepar5cipa5onauxélec5ons. 14

16 15" Dès lors qu on cherche avant tout à légitimer un candidat, on privilégiera les élections fortement personnalisées, a fortiori les scrutins uninominaux (même si les primaires ne portaient que sur la désignation d une tête de liste plus médiatisée que ses colistiers, les scrutins de liste sont par essence moins personnalisés) ; Dès lors qu on cherche à choisir un candidat en adéquation avec le corps électoral et à lui donner une grande légitimité, on n organisera de primaires que si elles sont susceptibles de réunir plusieurs milliers de participants. On réduira ainsi un certain nombre de risques : voir un groupe de pression peser sur le scrutin (une association d opposants à un projet d aménagement peut rapidement réunir plusieurs centaines de membres, qui pourraient tenter de prendre en otage nos primaires), parvenir à un résultat très serré, manquer de bénévoles pour organiser le scrutin etc. L analyse figurant ci-dessous nous conduit à écarter les élections législatives, cantonales et municipales en dehors des cinq métropoles de plus de habitants Paris,Marseille,Lyon,Toulouse&Nice. 15

17 16" Au final, la combinaison de ces différents critères nous conduit à recommander de limiter les primaires aux élections présidentielle et municipales dans les communes de plus de habitants. Présidentielle Législatives Grandes villes Villes petites & moyennes Européennes Régionales Cantonales Forta%achementdesFrançais Dynamiquepropreàl élec5on concernée Personnalisa5onduscru5n Corpsélectoralsuffisammentlarge Ce principe pourra naturellement connaître des exceptions : on pourra ainsi ne pas organiser de primaire quand la droite aura un candidat sortant légitime par exemple. A l inverse on peut imaginer organiser des primaires pour désigner la tête de liste d une élection régionale ou européenne particulièrement médiatisée. Proposition 1 : Cantonner les primaires à l élection présidentielle et aux communes de plus de habitants. Organisa6on'de'primaires'? 2.2.LES PRIMAIRES DOIVENT ÊTRE OUVERTES À TOUTE LA DROITE RÉPUBLICAINE Avant même de fixer les conditions permettant de sélectionner les candidats aux primaires (garantissant à la fois l ouverture du processus et son sérieux, voir partie II), il s agit de bien délimiter son champ politique. Ce qui n a rien d évident : dès lors qu elles sont «ouvertes» à tous les électeurs se reconnaissant dans les valeurs de droite, faut-il également les ouvrir à des candidats issus de toute la droite? Ou fautil à l inverse s en tenir à des candidats issus de l UMP pour ne pas confondre les primaires et le premier tour de l élection présidentielle? Pour des raisons à la fois de fond (le choix des participants préfigure le socle d une majorité future) et conjoncturelles (dans un contexte de montée des extrêmes, l éparpillement des partis de gouvernement aux premiers tours des élections à deux tours est dangereux), nous proposons d ouvrir les primaires à l ensemble des mouvements composant la droite républicaine. 16

18 17" Les primaires devraient ainsi, par principe, être ouvertes à l UDI, aux amis de Nicolas Dupont-Aignan, de Philippe de Villiers ou de Christine Boutin, voire à une personnalité divers-droite qui ne serait membre d aucun parti ou même au Modem de François Bayrou, à la condition que ces formations ou ces personnalités s engagent, dès lors qu elles manifestent leur volonté de participer au processus, à le suivre jusqu à son terme (il ne serait pas acceptable qu une formation qui aurait échoué à présenter un candidat aux primaires décide de quitter le processus pour présenter un candidat au premier tour de l élection présidentielle). Nous proposons ainsi d inverser le raisonnement : il ne s agit pas tant de convenir que les primaires seront réservées à l UMP et ses alliés mais de comprendre que les primaires construiront le socle d une future majorité : toutes les formations qui voudront y participer et qui accepteront de se plier à ses règles rejoindront de fait cette future majorité. Proposition 2 : Ouvrir les primaires à l ensemble des formations de la droite républicaine. S assurer que les partis ou personnalités qui s engageront dans le processus le suivront jusqu à son terme et en respecteront le verdict. Pour que cette ouverture soit possible, il s agit naturellement de donner à nos partenaires l envie de concourir, ce qui passera essentiellement par des garanties de rigueur, d impartialité et d ouverture dans l organisation des opérations électorales. * * * Ce dernier point est essentiel : la légitimité du candidat qui sortira vainqueur, la dynamique médiatique, politique, électorale et militante, en un mot la réussite de tout le processus dépendra avant tout de la qualité de son organisation. Et le chaos qui a entouré le vote du 18 novembre 2012 donne une idée du chemin à parcourir, ce d autant plus qu il ne s agit plus de faire élire le président de l UMP par militants dans 650 bureaux de vote, mais de faire désigner notre candidat à l élection présidentielle par 3 millions de Français dans 8 à bureaux. 17

19 18" Deuxième partie : une organisation irréprochable à la hauteur de l enjeu Les questions qui se posent sont très nombreuses : quand organiser ces primaires? Qui pourra être candidat et à quelles conditions? Comment encadrer la campagne pour en maximiser les bénéfices politiques et faire en sorte qu elle soit digne d un parti de gouvernement? Qui pourra voter, combien de Français se déplaceront et combien de bureaux faudra-t-il donc ouvrir? Qu est-il permis de faire en matière de constitution de fichiers? Qui doit organiser le scrutin? Qui doit le contrôler? Quel en sera le coût, comment le financer et pour quel impact sur les comptes de campagne du candidat désigné? Face à ces nombreuses questions se dressent deux écueils. Le premier consisterait à y répondre dans la précipitation, en réaction au désastre du 18 novembre 2012, c'est-à-dire en prenant de manière pavlovienne le contrepied de tout ce qui a été fait : le scrutin était «papier», on sera donc partisan du vote électronique ; l accès à la candidature était difficile, on l ouvrira donc très largement ; les procurations ont été suspectées, on interdira les procurations etc. Le deuxième écueil consisterait à l inverse à y répondre trop tardivement, en pensant que tout cela est finalement assez simple et qu il nous suffira de répliquer, en son temps, l organisation qui a prévalu pour les primaires socialistes. Ces deux approches nous semblent dangereuses. Nous en privilégions une troisième : procéder à une codification rapide des primaires au regard d un seul critère : en faire l instrument de la reconquête. 1. LE CALENDRIER La question du calendrier se pose avant toutes les autres. Si l on considère que l élection présidentielle aura lieu en avril / mai 2017 et que la campagne démarrera à l hiver 2016, deux solutions sont possibles : Organiser les primaires en juin 2016, suffisamment loin de l élection présidentielle pour permettre le rassemblement de notre famille politique. Quelles que soient les garanties qui seront prises, la campagne verra les attaques fleurir et les stratégies de différenciation prospérer : laisser passer l été peut-être utile au candidat désigné pour «panser les blessures» et engager sa campagne présidentielle à la tête d une famille rassemblée ; Organiser les primaires en octobre 2016, suffisamment près de l élection présidentielle pour bénéficier pleinement de la dynamique qui aura été créée. Une primaire à l automne éviterait en outre au candidat désigné une campagne trop longue qui pourrait l épuiser. 18

20 19" Nous privilégions cette deuxième option, qui permet de maximiser les bénéfices attendus des primaires 14 : l intérêt des Français sera d autant plus élevé qu on s approchera du scrutin présidentiel, renforçant la mobilisation et donc la légitimité du candidat désigné, et la campagne présidentielle bénéficiera de la dynamique médiatique, politique, électorale et militante qui sera née. Pour permettre une campagne relativement longue, nous proposons de la faire démarrer dès juin 2016 : l été lui permettra de démarrer progressivement, avant de battre son plein aux mois de septembre et d octobre. Nous proposons également que le processus d organisation des primaires (notamment : installation des instances d organisation et de contrôle) soit entamé un an avant cette date, soit au plus tard en juin Proposition 3 : Organiser les primaires en octobre Ouvrir la campagne officielle en juin Entamer le processus de préparation 12 mois avant cette date, soit en juin Voirpar5eI 19

RÈGLEMENTINTÉRIEUR MAI 2015. Éditions de l Union

RÈGLEMENTINTÉRIEUR MAI 2015. Éditions de l Union RÈGLEMENTINTÉRIEUR Éditions de l Union TITRE I ADHÉRENTS Article 1 er DEMANDE D ADHÉSION 1. Toute personne physique souscrivant à l objet et aux valeurs du Mouvement peut adresser une demande d adhésion,

Plus en détail

La Constitution et l exercice des pouvoirs

La Constitution et l exercice des pouvoirs Thème La Constitution et l exercice des pouvoirs Instituée par le général de Gaulle en 958, et toujours en vigueur aujourd hui grâce à la souplesse des institutions qui ont su s adapter au fil du temps,

Plus en détail

Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012

Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012 Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012 Un sondage Anacej / Ifop L Anacej a lancé en novembre 2011 la campagne 2012, je vote pour inciter les jeunes à vérifier leur inscription

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 er CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «L Union pour un Mouvement Populaire» (UMP),

Plus en détail

Règlement intérieur. de l Union des Démocrates et Indépendants

Règlement intérieur. de l Union des Démocrates et Indépendants Règlement intérieur de l Union des Démocrates et Indépendants TITRE I - LES ADHERENTS Article 1 : Adhésions, cotisations et dons Les demandes d adhésion sont adressées soit aux fédérations, soit aux personnes

Plus en détail

SIMULATION ELECTORALE

SIMULATION ELECTORALE SIMULATION ELECTORALE COMMUNICATION - PROGIS - JOURNALISME IEP Grenoble - Présidentielle 2012 SIMULATION ELECTORALE PRÉSIDENTIELLE 2012 A l initiative de l Association des Diplômés, cette simulation du

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union NOUVEAUXSTATUTS Éditions de l Union TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES ARTICLE 1 ER CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «Les Républicains»,

Plus en détail

Les Français et le libéralisme

Les Français et le libéralisme Les Français et le libéralisme Vague 2 Sondage Ifop pour L Opinion/Génération Libre/i>TELE Mai 2015 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Guillaume Marchal Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01 45

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE HAUT CONSEIL DE LA COMMUNICATION HCC CODE DE BONNE CONDUITE POUR LES ACTEURS POLITIQUES, SOCIAUX ET LES MEDIAS A L OCCASION DES ELECTIONS PRESIDENTIELLE ET LEGISLATIVES DE 2011 -*-*-*-*-*-*- Bangui, décembre

Plus en détail

Statuts et règlement intérieur du PS

Statuts et règlement intérieur du PS Statuts et règlement intérieur du PS Présentation du travail de codification statutaire Le Conseil national du 18 juillet 2012 a donné mandat à un groupe de travail, composé à la proportionnelle des sensibilités

Plus en détail

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix!

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix! Communiqué de presse 21 novembre 2011 Une étude CEDRE/Ifop 1 propose le regard croisé des consommateurs et des chefs d entreprises français sur le «Made in France» 72% des Français prêts à payer plus cher

Plus en détail

L organisation des pouvoirs de la Vème République

L organisation des pouvoirs de la Vème République L organisation des pouvoirs de la Vème République I. Comment fonctionne la Vème République? A. La constitution P. 105 : Préambule de la Constitution de la Vème République : Qu est-ce qu une constitution?

Plus en détail

TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS

TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS STATUTS MISE A JOUR APRES LE 115EME CONGRES 5 ET 6 SEPTEMBRE 2015 TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS Article 1 er - Le Parti Dans le cadre de l article 4 de la Constitution, le Parti républicain radical

Plus en détail

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne *

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * 42 La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * Inger V. Johansen Membre du comité des affaires européennes de l Alliance rouge-verte danoise intégration

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement intérieur de la Croix-Rouge française adopté par l assemblée générale extraordinaire du 20 janvier 2012 et approuvé par le ministre de l Intérieur RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA

Plus en détail

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS FR PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS Déclarons 2012 Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations The European Older People s Platform La Plate-forme européenne

Plus en détail

Comment ça marche? En fonc4on du nombre de numéros à appeler, nos campagnes d appels durent de quelques heures à deux ou trois jours.

Comment ça marche? En fonc4on du nombre de numéros à appeler, nos campagnes d appels durent de quelques heures à deux ou trois jours. MasterCall MasterCall en un mot MasterCall est un service d appels automa4sés de plus en plus u4lisé en poli4que, aussi bien par les grands par4s que par les candidats locaux. En quelques heures, ce service

Plus en détail

Synthèse du comité directeur du 24 mai 2012

Synthèse du comité directeur du 24 mai 2012 Synthèse du comité directeur du 24 mai 2012 PROJET DE MODIFICATION DU COMPTE RENDU DE COMITE DIRECTEUR La rédaction des comptes rendus et des synthèses destinées aux guides génère un travail important

Plus en détail

Aspirations et valeurs

Aspirations et valeurs Communiquer avec les électeurs Un exposé consiste d'un énoncé de cinq à sept paragraphes qui offre une rationale complète et cohérente en faveur du candidat et qui établit un lien entre l'histoire personnelle

Plus en détail

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

Comment faire parler les chiffres

Comment faire parler les chiffres Sondages d opinions Comment faire parler les chiffres Sept règles d or à l usage des journalistes et des communicants pour utiliser les données d un sondage d opinions sans se tromper ni tromper son audience

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Votre guide pour l organisation d une rencontre de l ensemble des candidates et des candidats

Votre guide pour l organisation d une rencontre de l ensemble des candidates et des candidats Votre guide pour l organisation d une rencontre de l ensemble des candidates et des candidats Élections municipales et scolaires de 2014 en Ontario Le lundi 27 octobre 2014 En Ontario, les élections municipales

Plus en détail

Votre voix. Votre vote. Votre tour! Réforme démocratique. 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick. Types de démocratie directe

Votre voix. Votre vote. Votre tour! Réforme démocratique. 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick. Types de démocratie directe GUIDE DE PARTICIPATION DU CITOYEN 1 Réforme démocratique 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick Notre mandat : nous devons examiner et proposer une loi sur les référendums au Nouveau-Brunswick,

Plus en détail

Étude de cas : création d une section nationale de GOPAC

Étude de cas : création d une section nationale de GOPAC Étude de cas : création d une section nationale de GOPAC www.gopacnetwork.org Note du Secrétariat mondial de GOPAC Le document suivant se veut un point de départ dans l engagement d autres parlementaires

Plus en détail

Élections municipales de 2014. Communes de moins de 1000 habitants

Élections municipales de 2014. Communes de moins de 1000 habitants Élections municipales de 2014 Communes de moins de 1000 habitants Introduction présentation générale de la réforme Importantes modifications du code électoral introduites par la loi du 17 mai 2013 et son

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

QUELLE REFORME DE L ASSURANCE-MALADIE AUX ETATS-UNIS? 1

QUELLE REFORME DE L ASSURANCE-MALADIE AUX ETATS-UNIS? 1 QUELLE REFORME DE L ASSURANCE-MALADIE AUX ETATS-UNIS? 1 François Vergniolle de Chantal* La crise que subissent les classes moyennes a constitué un enjeu majeur de la présidentielle de 2008 aux Etats-Unis.

Plus en détail

ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI

ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI Supplément spécial ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI Mairie-conseils décrypte pour vous les principaux changements apportés par la loi électorale du 17 mai 2013 : abaissement du seuil du scrutin

Plus en détail

«LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER»

«LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER» 28/04/15 1 «LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER» Le 6 novembre 2014, le Président de la République a officiellement annoncé la candidature de la France à l organisation

Plus en détail

Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER LA Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise

Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER LA Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise Si vous avez déjà un contrat santé dans votre entreprise vérifiez bien votre conformité avec nos conseils du chapitre 6 Pour éviter un eventuel redressement urssaf votre PASS ANI Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA QUESTION DE LA

LES FRANÇAIS ET LA QUESTION DE LA LES FRANÇAIS ET LA QUESTION DE LA CANDIDATURE DE DOMINIQUE STRAUSS- KAHN A L ELECTION PRESIDENTIELLE - Sondage de l'institut CSA - N 1100267A Février 2011 Contact : Jérôme Sainte-Marie Directeur du département

Plus en détail

Pour un renouveau démocratique

Pour un renouveau démocratique Pour un renouveau démocratique Statut juridictionnel du chef de l État et des ministres Élection des députés et des sénateurs Élection présidentielle Prévention des conflits d intérêts Cumul des mandats

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens Page 1 Première clef La démocratie participative est une aide à la prise de décision publique.

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

Elections U.S. 2008 JOHN MCCAIN VS. BARACK OBAMA SUR LE WEB. Département Webmarketing Virtua

Elections U.S. 2008 JOHN MCCAIN VS. BARACK OBAMA SUR LE WEB. Département Webmarketing Virtua 1 Elections U.S. 2008 JOHN MCCAIN VS. BARACK OBAMA SUR LE WEB Département Webmarketing Virtua 2 Sommaire INTRODUCTION MÉTHODOLOGIE INTÉRÊT ÉDITORIAL POPULARITÉ DES SITES OFFICIELS DIFFUSION DE VIDÉOS RÉSEAUX

Plus en détail

HOLLANDE UN AN APRES L ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2012

HOLLANDE UN AN APRES L ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2012 Ifop Fiducial / Europe 1 Bilan de l action de François Hollande un an après l élection présidentielle de 2012 BILAN DE L ACTION DE FRANÇOIS HOLLANDE UN AN APRES L ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2012 La méthodologie

Plus en détail

Les Français et leur perception de l école maternelle et élémentaire avant la rentrée 2012

Les Français et leur perception de l école maternelle et élémentaire avant la rentrée 2012 NOTE DETAILLEE Les Français et leur perception de l école maternelle et élémentaire avant la rentrée 2012 Etude Harris Interactive pour le Syndicat National Unitaire des Instituteurs et Professeurs des

Plus en détail

GUIDE DE SENSIBILISATION DES ELECTEURS

GUIDE DE SENSIBILISATION DES ELECTEURS 1 République de Guinée Commission Electorale Nationale Indépendante GUIDE DE SENSIBILISATION DES ELECTEURS Election Présidentielle, octobre 2015 Conakry, Août 2015 1 2 Introduction Les organisations de

Plus en détail

élections sans entraves citoyen Des pour les

élections sans entraves citoyen Des pour les Des élections sans entraves pour s citoyen és p a c i d han les 1 Introduction Les personnes handicapées et leurs familles représentent près de 10 millions de personnes en France. Comme tout citoyen, elles

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

La com, tout le monde en parle. Sans communication, pas de

La com, tout le monde en parle. Sans communication, pas de Êtes-vous fait pour la communication? La com, tout le monde en parle. Sans communication, pas de nouveau produit, pas d élus politiques, pas de spectateurs dans les salles de cinéma,pas de lecteurs pour

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville CONSEIL MUNICIPAL 1 Séance du 06 décembre 2012 Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville Direction Solidarité Urbaine - Tranquillité Publique - Rapporteur(s) M. Christophe

Plus en détail

Le Livret du Citoyen

Le Livret du Citoyen Le Livret du Citoyen Bienvenue à l âge de la majorité! Vous venez d avoir 18 ans et à l occasion de la remise de votre carte d électeur, l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes

Plus en détail

Les défauts et «fautes impardonnables» des candidats à l élection présidentielle

Les défauts et «fautes impardonnables» des candidats à l élection présidentielle COMMUNIQUE DE PRESSE Les défauts et «fautes impardonnables» des candidats à l élection présidentielle Sondage Harris Interactive pour M6-MSN-RTL Enquête réalisée en ligne par l'institut Harris Interactive

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Département intercommunalité et territoires 18 mars 2013 MCG-HG. Principales dispositions concernant les communes et les intercommunalités

Département intercommunalité et territoires 18 mars 2013 MCG-HG. Principales dispositions concernant les communes et les intercommunalités Département intercommunalité et territoires 18 mars 2013 MCG-HG Principales dispositions concernant les communes et les intercommunalités Projet de loi relatif à l élection des conseillers départementaux,

Plus en détail

Adaptation de l organigramme à des clubs de diverses importances. Avantages de l organigramme modèle. Clubs à effectif limité

Adaptation de l organigramme à des clubs de diverses importances. Avantages de l organigramme modèle. Clubs à effectif limité 1 Organisation d un club Organigramme du club Description des fonctions des officiers et autres responsables désignés Activités des comités du club Méthode de travail des comités Rapports des comités Une

Plus en détail

29 mai 2005, un paysage dynamité

29 mai 2005, un paysage dynamité 29 2005, un paysage dynamité Par Dominique Reynié, Professeur des Universités à l Institut d études politiques de Paris L exercice démocratique du 29 2005 confirme amplement que le référendum demeure un

Plus en détail

Compte-rendu REUNION DU CONSEIL DES ELUS. Mardi 8 juillet 2014

Compte-rendu REUNION DU CONSEIL DES ELUS. Mardi 8 juillet 2014 A Paris, le 17 juillet 2014 Compte-rendu REUNION DU CONSEIL DES ELUS Mardi 8 juillet 2014 I / INTRODUCTION Monsieur DAUBIGNY, Préfet de la région d Ile-de-France, Préfet de Paris, Président de la mission

Plus en détail

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS»

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» Composition sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 16/20 «LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» A la suite de l Avant Projet de réforme du droit des obligations

Plus en détail

VADE MECUM DEPARTEMENTALES 2015

VADE MECUM DEPARTEMENTALES 2015 VADE MECUM DEPARTEMENTALES 2015 Les électeurs sont convoqués le 22 mars 2015. Le scrutin sera ouvert à 8 heures et clos à 18 heures (ces horaires pourront être élargis par arrêtés spéciaux pris par les

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Statuts de l association Politique Intégrale Suisse (PI Suisse)

Statuts de l association Politique Intégrale Suisse (PI Suisse) Statuts de l association Politique Intégrale Suisse (PI Suisse) approuvés à l'assemblée générale du 17.05.2014 «Politique Intégrale, en tant qu organisme évolutif, modèle une culture politique future pour

Plus en détail

Guide d animation Caravane citoyenne

Guide d animation Caravane citoyenne Guide d animation Caravane citoyenne Nicolas Zorn Chargé de projet Mai 2013 Introduction Les inégalités tuent. Elles rendent malade, méfiant et malheureux. Elles frappent toute la population d une société

Plus en détail

Atelier méthodologique. décideurs pour créer des environnements favorables aux saines habitudes de vie» dans le

Atelier méthodologique. décideurs pour créer des environnements favorables aux saines habitudes de vie» dans le Cette présentation a été effectuée le 24 novembre 2010, au cours de la journée «Influencer les décideurs pour créer des environnements favorables aux saines habitudes de vie» dans le cadre des (JASP 2010).

Plus en détail

STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR

STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR MOUVEMENT POUR LA RENAISSANCE DU CAMEROUN STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR 1 TABLE DES MATIERES Déclaration de principes...5 STATUTS...7 PRÉAMBULE...7 CHAPITRE I : DES DISPOSITIONS GÉNÉRALES...7 CHAPITRE

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 61 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 25 octobre 2010 PROPOSITION DE LOI sur les sondages visant à mieux garantir la sincérité du débat politique et électoral,

Plus en détail

REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE

REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE (Adopté par le Conseil académique du 20 janvier 2014, PV n 1, p. 5 ; modifié par le Conseil académique du 30 juin 2014, PV n 9, p. 1100.). Conditions de

Plus en détail

FD/MH N 1-6920 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Mayeul l Huillier Tél : 01 45 84 14 44 mayeul.lhuillier@ifop.com. pour

FD/MH N 1-6920 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Mayeul l Huillier Tél : 01 45 84 14 44 mayeul.lhuillier@ifop.com. pour FD/MH N 1-6920 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Mayeul l Huillier Tél : 01 45 84 14 44 mayeul.lhuillier@ifop.com pour Le climat électoral dans le 5ème arrondissement de Paris Résultats détaillés Le 4 mars

Plus en détail

Commentaires formulés lors de la période de consultation officielle, du 15 mai au 1 ier juin 2015

Commentaires formulés lors de la période de consultation officielle, du 15 mai au 1 ier juin 2015 Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation Ligne directrice n o 2015-07 Élection partielle remplacée par une élection générale Commentaires formulés lors de la période de consultation officielle,

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

Retenir les meilleurs talents

Retenir les meilleurs talents Adecco Finance Focus Retenir les meilleurs talents Lundi matin, 9 h Vous vous réjouissez de commencer une nouvelle semaine de travail productif. Vous êtes en pleine forme. Alors que vous entamez votre

Plus en détail

La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies

La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies Atelier n 15 Organisateurs : Conseil de l Europe (Centre d expertise sur la réforme de l administration locale

Plus en détail

Législatives 2012. Le financement de la campagne électorale

Législatives 2012. Le financement de la campagne électorale Législatives 2012 Le financement de la campagne électorale Quelques rappels : La campagne débutera après l investiture du nouveau Président de la République et la formation du nouveau gouvernement soit

Plus en détail

L Ordre est administré par un conseil d administration formé d un président, de vingt administrateurs élus et de quatre administrateurs nommés.

L Ordre est administré par un conseil d administration formé d un président, de vingt administrateurs élus et de quatre administrateurs nommés. CODE DE CONDUITE DES CANDIDATS À UNE ÉLECTION AU POSTE DE PRÉSIDENT ET D ADMINISTRATEUR Entrée en vigueur par approbation du conseil d administration le 23 mai 2014 PRÉAMBULE La raison d être de l Ordre

Plus en détail

Sondage International Elections US : Les raisons d un plébiscite pour Barack Obama

Sondage International Elections US : Les raisons d un plébiscite pour Barack Obama Paris, le 24 Octobre 2008 Sondage International Elections US : Les raisons d un plébiscite pour Barack Obama Un sondage exclusif de l institut Harris Interactive, en partenariat avec la chaîne d information

Plus en détail

ASSOCIATION CAMEROUNAISE DES DIPLOMES DE L INSTITUT TECHNIQUE DE BANQUE (ACD ITB) STATUTS

ASSOCIATION CAMEROUNAISE DES DIPLOMES DE L INSTITUT TECHNIQUE DE BANQUE (ACD ITB) STATUTS ASSOCIATION CAMEROUNAISE DES DIPLOMES DE L INSTITUT TECHNIQUE DE BANQUE (ACD ITB) STATUTS Article 1 CREATION Il est formé entre les personnes désignées à l article 4, vivant au Cameroun, et qui adhèrent

Plus en détail

Recommandations pour développer une communauté locale participative Recueil de bonnes pratiques Sens et Autonomie (France) CIGL Esch-Sur-Alzette, Kalendula (Luxembourg) CRIE d Anlier (Belgique) Le contenu

Plus en détail

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Mise à jour du Forum conjoint des autorités de réglementation du marché financier Réseau de conciliation

Plus en détail

DEPARTEMENT CHARENTE PROCES VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE BLANZAC-PORCHERESSE

DEPARTEMENT CHARENTE PROCES VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE BLANZAC-PORCHERESSE REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT CHARENTE NOMBRES DE MEMBRES Afférents au Conseil En exercic e Qui ont pris part à la Délibération Municipal 15 15 15 Date de la convocation 04/06/2014 Date d affichage

Plus en détail

Femmes et politique Le rôle des partis politiques et l impact du système électoral dans la représentation des femmes au parlement

Femmes et politique Le rôle des partis politiques et l impact du système électoral dans la représentation des femmes au parlement Femmes et politique Le rôle des partis politiques et l impact du système électoral dans la représentation des femmes au parlement Projet de rapport Présenté par Mme Pascale Boistard, députée (France) Rapporteure

Plus en détail

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Page 1 sur 15 NOTE La présente note et les documents joints décrivent un cadre pour la collaboration continue

Plus en détail

STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE

STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE Chapitre 1 - BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 Il est fondé entre les adhérent-e-s aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet

Plus en détail

Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle de 2012

Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle de 2012 Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle de 2012 Un sondage Anacej / Ifop L Anacej a lancé en novembre 2011 la campagne 2012, je vote pour inciter les jeunes à voter en 2012.

Plus en détail

Le monitoring des médias

Le monitoring des médias Rapport Général de l Instance Nationale pour la Réforme de l Information & de la Communication 2012 Chapitre 10 Le monitoring des médias 221 Rapport Général de l Instance Nationale pour la Réforme de l

Plus en détail

Elaboration du plan France Numérique 2020

Elaboration du plan France Numérique 2020 Paris, le 30 septembre 2011 Elaboration du plan France Numérique 2020 Réponse de l ARPP à la consultation publique Organisme de régulation professionnelle de la publicité en France, l Autorité de Régulation

Plus en détail

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 Léa Morabito, Centre d Etudes Européennes, Sciences Po Paris. Manon Réguer-Petit,

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

Sondage sur le travail de conseiller d arrondissement et de conseiller municipal

Sondage sur le travail de conseiller d arrondissement et de conseiller municipal Sondage sur le travail de conseiller d arrondissement et de conseiller municipal Mémoire déposé dans le cadre des consultations citoyennes sur le projet de réforme de la gouvernance du Renouveau Sherbrookois

Plus en détail

«Comment mieux satisfaire aux exigences légales des comptes de campagne?»

«Comment mieux satisfaire aux exigences légales des comptes de campagne?» 6 mars 2008 Candidats Mandataires financiers Experts-comptables «Comment mieux satisfaire aux exigences légales des comptes de campagne?» Rencontre animée par :! François Jégard, expert-comptable, Président

Plus en détail

Plan de formation. Centre d'action bénévole de Sherbrooke. Formations pour tous. Formations spécifiques pour les gestionnaires de ressources humaines

Plan de formation. Centre d'action bénévole de Sherbrooke. Formations pour tous. Formations spécifiques pour les gestionnaires de ressources humaines Plan de formation Centre d'action bénévole de Sherbrooke 2015-2016 Formations pour tous Les médias sociaux Le marketing social : Le marketing de la cause Formations spécifiques pour les gestionnaires de

Plus en détail

Les autorisations d'absence

Les autorisations d'absence Les autorisations d'absence 1/18/MA Service «Gestion des carrières - Protection sociale» Pôle "Valorisation de l'information juridique" 05 59 84 59 44 05 59 90 03 94 statut@cdg-64.fr LES AUTORISATIONS

Plus en détail

Charte pour une utilisation démocratique de la vidéosurveillance

Charte pour une utilisation démocratique de la vidéosurveillance Charte pour une utilisation démocratique de la vidéosurveillance >>> Les systèmes de vidéosurveillance connaissent selon les villes européennes des évolutions d ampleur et de nature différentes tenant

Plus en détail

SECTION 1 RENSEIGNEMENTS PERSONNELS (OBLIGATOIRE)

SECTION 1 RENSEIGNEMENTS PERSONNELS (OBLIGATOIRE) Formulaire Consultation sur la réforme du financement politique municipal L utilisation de ce formulaire vous permettra de donner votre avis sur la réforme du financement politique municipal. Le document

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

UNE ÉVALUATION Une évaluation c est quoi, çà sert à quoi? Evaluer mon projet et son plan d action pour le faire durer

UNE ÉVALUATION Une évaluation c est quoi, çà sert à quoi? Evaluer mon projet et son plan d action pour le faire durer MODULE ÉVALUER SON PROJET COMPRENDRE UNE ÉVALUATION Une évaluation c est quoi, çà sert à quoi? Evaluer mon projet et son plan d action pour le faire durer L ÉVALUATION DE L IMPACT SOCIAL L Impact Social

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

13 NOVEMBRE 2007. Synthèse des contributions des militants MOUVEMENT DEMOCRATE sur proposition de la

13 NOVEMBRE 2007. Synthèse des contributions des militants MOUVEMENT DEMOCRATE sur proposition de la 13 NOVEMBRE 2007 Synthèse des contributions des militants MOUVEMENT DEMOCRATE sur proposition de la C H A R T E E T H I Q U E présentée par François Bayrou au Forum des Démocrates Seignosse 13-16 septembre

Plus en détail

L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport

L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport Présenté par M. Pascal Terrasse Député de la République française Secrétaire général parlementaire Berne (Suisse) ( 6 juillet 2015 I/ Le programme,

Plus en détail

Le rôle du Tribunal fédéral suisse comme autorité de recours dans le processus électoral

Le rôle du Tribunal fédéral suisse comme autorité de recours dans le processus électoral Troisième séminaire des correspondants nationaux de l ACCPUF Paris, 17 19 novembre 2003 Le rôle du Tribunal fédéral suisse comme autorité de recours dans le processus électoral par Robert Zimmermann, Docteur

Plus en détail

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Eric Lee En novembre 2011, les militaires au pouvoir aux Fidji ont jeté en prison deux des plus importants dirigeants syndicaux du

Plus en détail

Création d une coopérative scolaire

Création d une coopérative scolaire Pour créer une coopérative scolaire : Fiche modalités d adhésion Fiche d adhésion Création d une coopérative scolaire Règlement-type d une Coopérative scolaire (à conserver obligatoirement dans les archives

Plus en détail