Les primaires pour la France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les primaires pour la France"

Transcription

1 Les primaires pour la France AVRIL 2013 Contribution de la Boîte à idées relative à l organisation par la droite républicaine de primaires ouvertes pour l élection présidentielle de 2017 présentée par : Edouard Balladur François Fillon Alain Juppé Composition du groupe de travail : Rapporteurs : Maël de Calan Enguerrand Delannoy Matthieu Schlesinger Membres : Maxime Cordier Henri de Bouteiller Julien Freyburger Jocelyn Guitton Alexandre Madinier Louis Margueritte Vijay Monany Hugues Parmentier Gerwin Weber

2 LA BOÎTE À IDÉES Le think tank de l UMP La BAI est un groupe de réflexion et d action rassemblant la jeune garde de l'ump. Soutenue par des parlementaires de premier plan et des militants issus de toutes les fédérations, elle poursuit deux objectifs : Elaborer le programme de redressement national dont la France a besoin. En 2017, l état de la France nécessitera l application d un programme de rupture, précis, réaliste et cohérent. Une centaine d experts issus de la haute fonction publique et du secteur privé travaillent à son élaboration. Représentants : Maël de Calan Enguerrand Delannoy Matthieu Schlesinger Contacts : @BoiteIdees Faire en sorte que ce programme soit au cœur de l UMP. La BAI veut peser sur la ligne politique de l UMP. Elle associe à ses travaux les principaux responsables du parti, et rassemble des trentenaires qui s impliquent au sein du mouvement sur le terrain et contribueront demain à la reconquête. Née en septembre 2012 à l initiative d un groupe qui avait travaillé aux côtés de Nicolas Sarkozy à l élaboration de sa plateforme présidentielle, la BAI a été l une des 6 motions candidates au Congrès de 2012 où elle a rassemblé près de 10% des voix. Elle anime depuis le débat politique et publie régulièrement des propositions pour réformer la France et rénover le système politique.

3 LES PRIMAIRES POUR LA FRANCE RAPPORT # AVRIL 2013 Préambule par Edouard Balladur, ancien Premier ministre ; François Fillon, ancien Premier ministre, député de Paris ; Alain Juppé, ancien Premier ministre, maire de Bordeaux. Après les épreuves qu elle a subies à l automne dernier, l UMP se trouve face à sa responsabilité : en tirer les conséquences en modifiant son organisation et son mode de fonctionnement, de sorte que les Français lui apportent leur confiance et soutiennent le projet qu elle doit leur soumettre pour l avenir. Outre la nécessité de revoir ses institutions internes pour éviter la répétition du spectacle qu elle a donné à la fin de l année 2012, l UMP doit, ainsi qu elle s y est engagée depuis des mois, organiser des élections primaires afin de désigner son candidat aux futures élections présidentielles. Il importe, en effet, que ce candidat bénéficie de la plus large légitimité, et donc du soutien que devront lui apporter les électeurs, les sympathisants et les militants. La Boîte à idées a élaboré dans ce cadre un projet de codification des primaires, que nous avons décidé de soumettre à la Commission de révision des statuts de l UMP. Ce projet, très bien construit, évoque avec précision toutes les questions qu il faut résoudre pour que ces élections répondent à l attente mise en elles, suscitent une large adhésion, confèrent une légitimité incontestable au candidat qui sera désigné. Edouard BALLADUR François FILLON On peut en discuter telle ou telle des propositions, mais il nous semble que l esprit général mérite d en être approuvé et que, si ce projet était retenu et mis en œuvre, l UMP donnerait le sentiment à nos concitoyens qu elle a commencé à comprendre la leçon des événements récents. C est avec cet espoir que nous avons décidé de nous associer à la démarche des auteurs du rapport et de nous joindre à eux pour le soumettre à l UMP. Alain JUPPÉ

4 Sommaire 3" Préambule... 2 Introduction... 4 Première partie : Faire des primaires un instrument de reconquête Les primaires peuvent constituer un instrument politique très puissant si l on en comprend bien l utilité Les primaires peuvent constituer un instrument dangereux si l on n en délimite pas clairement le champ Deuxième partie : une organisation irréprochable à la hauteur de l enjeu Le calendrier Les candidats Les électeurs La campagne Le scrutin Les contrôles Le budget et l intégration au compte de campagne Synthèse des 15 propositions

5 4" Introduction L UMP s est convertie tardivement au concept des primaires après les avoir beaucoup critiquées. Or, il ne faudrait pas que le zèle des convertis nous conduise à célébrer les primaires sans nous poser de questions, après les avoir vilipendées sans nous en poser davantage. Notre syllogisme semble en effet être devenu : «les primaires sont modernes, l UMP est moderne, donc l UMP est favorable aux primaires» après avoir été : «les primaires sont organisées par les socialistes, l UMP s oppose aux socialistes, donc l UMP s oppose aux primaires». Les chiffres qui figurent dans ce rapport parlent d eux-mêmes : bureaux de vote, 3 millions d électeurs, assesseurs, 1 million de nouveaux contacts militants etc. : les primaires sont trop importantes pour être laissées à la gauche, et elles sont trop importantes pour ne pas être «pensées» très en amont, et codifiées à froid dans le cadre d un large consensus. Il serait notamment dangereux d imaginer qu on pourra répliquer, le moment venu, le système mis en place par les socialistes en 2011, tant cette réussite est en réalité le fruit d une appropriation progressive par l ensemble de l appareil socialiste du concept des primaires, un processus initié dès 2008 au travers des remarquables travaux de Terra Nova. Des primaires encadrées et codifiées à l avance sont en tout point préférables à des primaires «permanentes et sauvages» 1 Notre rapport est fondé sur un certain nombre de partis pris dont nous cherchons à expliquer, au fil des pages, les raisons : il s applique à l élection présidentielle et ne se prononce pas sur les modalités d organisation de primaires à d autres élections ; il porte sur l organisation de primaires ouvertes à tous les Français et non réservées aux seuls militants ; il porte sur l organisation de primaires en fin de quinquennat pour choisir notre candidat à l élection présidentielle, et non sur l organisation de primaires en début de quinquennat, pour choisir le leader de l opposition. Ce rapport se veut une première contribution destinée à alimenter le débat. Il nous appartiendra de le faire vivre, en tirant notamment les leçons des primaires ouvertes organisées par l UMP à Paris pour les élections municipales de Ce rapport est finalement fondé sur une conviction : des primaires encadrées et codifiées à l avance sont en tout point préférables à des primaires «permanentes et sauvages». 1 OlivierFerrand. 4

6 5" Première partie : Faire des primaires un instrument de reconquête 1. LES PRIMAIRES PEUVENT CONSTITUER UN INSTRUMENT POLITIQUE TRÈS PUISSANT SI L ON EN COMPREND BIEN L UTILITÉ S il est indispensable de bien s interroger sur les raisons qui font des primaires un instrument désormais incontournable de la sélection des candidats, c est parce que ce questionnement nous permettra ensuite de répondre de manière cohérente à un grand nombre de questions politiques ou techniques. Nous distinguons quatre raisons qui placent désormais les primaires au cœur de notre démocratie : (i) elles répondent aux aspirations des Français, (ii) elles permettent de désigner le «meilleur candidat» et lui confèrent une grande légitimité, (iii) elles permettent de créer une dynamique politique et médiatique, ainsi (iv) qu une dynamique électorale et militante très puissantes LES PRIMAIRES CONSTITUENT DÉSORMAIS UNE ASPIRATION DES FRANÇAIS Les primaires sont devenues incontournables d abord et avant tout parce que les Français veulent des primaires. Cette volonté d être désormais associés au choix des candidats aux élections politiques constitue une innovation assez radicale pour l UMP, dont les dirigeants comme les militants doivent accepter de partager l une de leurs prérogatives essentielles, à l origine de la constitution des partis politiques. Cette évolution n a rien d évident et ne se borne pas à faire évoluer quelques paramètres techniques. Elle emporte au contraire des conséquences lourdes à la fois en termes de renouvellement des pratiques politiques (les primaires bousculent la «culture de parti» et interdisent l entre-soi ou le repli sur les certitudes militantes) et d organisation (le parti sera tendu vers les primaires dont il aura en charge l organisation) 2. 2 Cesconséquencesferontl objetd unecontribu;onultérieuredelaboîteàidées. 5

7 6" Que cette évolution soit souhaitée par les Français, on peut d abord le déduire de la très forte participation aux primaires socialistes d octobre 2011, qui ont rassemblé 2,9 millions de personnes soit 6,2% du corps électoral et 28% des électeurs socialistes au 1 er tour de l élection présidentielle. Il semble que les Français soient décidés à se saisir de toutes les possibilités qui leurs étaient offertes de s exprimer, et que le paradoxe de notre démocratie grande défiance à l égard du monde politique et forte participation aux élections soit plus vivant que jamais. On peut déduire de ce paradoxe (que nous partageons d ailleurs avec l Italie, pays dans lequel les trois primaires organisées par les partis de gauche ont également rencontré un grand succès) que les Français aiment tellement voter qu ils se déplacent à chaque fois qu on leur en offre l occasion, y compris pour légitimer des responsables qu ils n aiment pas. Une perception très négative de la politique combinée à une forte participation électorale ( 3) 67% des Français déclarent que la politique leur inspire d abord de la méfiance, du dégoût ou de la peur, 12% de l ennui et seulement 20% de l intérêt, de l espoir ou du respect (et 0% de l enthousiasme ) Symétriquement, seuls 12% des Français déclarent avoir confiance dans les partis politiques (très loin derrière les autres institutions sondées : hôpitaux, police, entreprises, syndicats, banques, médias) et 85% estiment que les responsables politiques se préoccupent assez peu ou pas du tout de ce que pensent les gens. Mais dans le même temps, 91% des Français déclarent avoir voté à toutes les élections ou presque dans leur vie, 65% pensent que le vote est ce qui permet aux citoyens d exercer le plus d influence (loin devant les manifestations, les grèves, le militantisme politique etc.) et la participation aux élections présidentielles place la France en tête des démocraties. 3Baromètredelaconfiancepoli;que,CEVIPOF(4vaguesde2010à2013),ladernièrevagueayantétéréaliséeavantl affaire Cahuzac... 6

8 7" Le goût des Français pour les primaires s est aussi traduit par la forte audience des quatre débats télévisés des primaires socialistes : 5m de téléspectateurs et 22% de part d audience sur France 2 le 15 septembre 2011, 0,6m de téléspectateur et PDA record de 3,2% pour i-télé le 28 septembre 2011, 1,4m de téléspectateurs et PDA record de 5,8% pour BFM TV le 5 octobre 2011, puis 5,9m et 22,2% de part d audience à nouveau sur France 2 pour le débat Aubry-Hollande du 12 octobre Le goût des Français pour les primaires peut encore se lire dans les différents sondages réalisés juste après le succès des primaires socialistes : entre 69% (OpinionWay) et 79% (IFOP) des Français interrogés ont alors estimé qu elles avaient constitué une bonne initiative, ces résultats étant pénalisés par les réponses négatives des sympathisants de l UMP (les seuls sympathisants socialistes plébiscitent les primaires à 94%). Interrogés sur le futur, les 2/3 des sondés se déclarent favorables à des primaires ouvertes en 2017, les sympathisants UMP se prononçant pour entre 49% (OpinionWay) et 64% (IFOP) en dépit des argumentaires officiels La mobilisation croissante de l électorat de la droite est enfin une donnée à prendre en compte, qui se vérifie depuis plusieurs mois : forte affluence aux meetings et essor d une «droitosphère» à la faveur de la campagne présidentielle de 2012, participation des adhérents de l UMP à l élection du 18 novembre 2012 nettement plus élevée qu escomptée, centaines de milliers de pétionnaires et de manifestants opposés au «mariage pour tous» etc. 4 Audiencesmoyennes(lesaudiencescumuléessontneTementplusélevées),quineprennentpasencomptelesaudiences desradios&chaînesparlementairesquirediffusaientlesdébatsdeivtéléetbfm. 7

9 8" 1.2.LES PRIMAIRES PERMETTENT DE CHOISIR DANS LA TRANSPARENCE LE «MEILLEUR CANDIDAT» ET LUI CONFÈRENT UNE LÉGITIMITÉ TRÈS FORTE Les primaires sont également devenues incontournables dans la mesure où elles constituent probablement le processus le plus efficace de sélection des candidats : elles permettent non seulement de désigner le «meilleur candidat» mais lui confèrent également une grande légitimité qui le place avant même que ne débute sa campagne au niveau du président sortant. Le meilleur candidat à une élection est celui qui fera partager ses convictions au plus grand nombre : cette évidence mérite d être rappelée tant la tentation est grande, dans l opposition, de radicaliser ses idées et son discours au point de devenir inéligible. Parmi beaucoup d autres, l exemple du Parti Conservateur britannique entre 1997 et 2005, élisant des leaders de plus en plus conservateurs réalisant des scores de plus en plus faibles, nous rappelle combien un parti doit porter la politique de ses électeurs avant celle de ses militants. La force de l'évidence nous conduit aussi à admettre qu'une personnalité choisie au grand jour par plusieurs millions de Français sera toujours plus en phase avec les électeurs que si elle était choisie par quelques cadres du parti ou même plusieurs centaines de milliers de militants 5, le tout sous la pression des sondages et dans une opacité complète, favorable aux alliances contre-nature et à l influence des barons. Le candidat désigné lors des primaires sera d autant plus à même de gagner les élections que la campagne aura permis de mieux le connaître. Sa personne, son programme, ses qualités mais aussi ses défauts auront été soigneusement pesés par les électeurs. Ses failles auront été exploitées par ses adversaires, de sorte qu il sera comme immunisé contre les attaques ou les révélations. Ainsi, le candidat désigné par les primaires sera non seulement le plus en phase avec son électorat, mais aussi le plus solide ou le moins risqué. Les primaires permettront finalement d'offrir au candidat désigné le sacre du suffrage universel, lui offrant immédiatement une stature nouvelle, et l imposant comme le leader incontestable de sa famille politique. C est en cela un outil de légitimation très puissant, qui forcera ses anciens concurrents à se rallier à lui et donnera à sa parole plus de poids. 5 Une intui;on vérifiée par la science poli;que voir notamment Primary' Elec,on' Systems' and' Candidate' Devia,on, Calcagno, Westley & Ault (2004) : «Si' des' primaires' ouvertes' encouragent' une' plus' large' par,cipa,on' électorale,' le' vote' médian'pour'une'telle'primaire'se'rapprochera'du'vote'médian'dans'toute'la'circonscrip,on». 8

10 9" 1.3.LES PRIMAIRES FONT NAÎTRE UNE DYNAMIQUE MÉDIATIQUE ET POLITIQUE La forte exposition médiatique que permettent les primaires bénéficie tout à la fois au candidat désigné, à ses idées et à son parti (probablement dans cet ordre). L UMP ne s y est pas trompée en 2011, en protestant contre la saturation du paysage audiovisuel par les socialistes à l automne, surexposant leurs leaders et leurs propositions, donnant à leurs attaques contre Nicolas Sarkozy une audience extraordinaire, créant finalement un retard médiatique que nous ne sommes jamais réellement parvenus à combler. L analyse des temps d antenne fournis par le CSA permet de mesurer cette dynamique : si l on ne retient que 50% des temps du Président et du gouvernement 6, les socialistes et leurs alliés ont bénéficié entre juillet et octobre 2011 d un temps d antenne en moyenne supérieur de 80% à celui de la majorité de droite. A titre de comparaison, l UMP et ses alliés ont bénéficié entre juillet et octobre 2012 d un temps d antenne en moyenne inférieur de 20% à celui de la majorité de gauche 7, alors même que la campagne pour la présidence de l UMP battait son plein. Combinée à la mobilisation d un cercle large de militants et sympathisants impliqués dans l organisation des primaires et au vote de millions de Français dans le cadre d une grande «fête démocratique», on voit comment peut se cristalliser un «effet primaires» très positif. crise à l UMP 6 Lacommunica;ongouvernementalen estpasexclusivementpoli;que,contrairementàcelledespar;s. 7 En retenant naturellement un mode de calcul strictement iden;que : 50% du temps de François Hollande et du gouvernementet100%dutempsdupsetduprgcontre100%dutempsdel UMPetdel UDI. 9

11 10" La dynamique politique ainsi créée se repère très clairement dans la progression des intentions de vote au premier tour de l élection présidentielle en faveur de François Hollande. Ces intentions montent progressivement à mesure que la campagne gagne en intensité (au début de l été 2011) et que les Français s approprient sa personnalité, son style et ses propositions. Puis elles s envolent littéralement quand il remporte la compétition (+6 points en un mois, une progression bien plus importante que celle de Ségolène Royal au sortir des primaires «fermées» de 2006). La prime au leader désigné (qui joue quel que soit le mode de désignation) se combine manifestement avec un «effet primaires ouvertes». 10

12 11" On notera que cette dynamique politique propre aux primaires ouvertes se retrouve dans tous les démocraties qui y ont recours (notamment : Italie, Etats-Unis). Barack Obama rentre ainsi dans les primaires démocrates en février 2007 avec 42% d opinions favorables (33% des américains n ayant alors jamais entendu parler de lui), avant de gagner 20 points en un an (seuls 1% des américains ne le connaissaient toujours pas en février 2008). Opinions'favorables'à'Barack'Obama' L exemple américain, très spécifique à bien des égards, suggère par ailleurs que cette dynamique ne s essouffle pas dans la durée : le candidat investi sort du processus avec une meilleure notoriété d'un point de vue quantitatif (davantage d'électeurs connaissent son nom, son visage, son histoire) mais aussi d'un point de vue qualitatif. Deux écueils doivent toutefois être évités : (i) celui d une «campagne sale» où tous les coups seraient permis, et où le spectacle de la division ferait passer la primaire du rang d'innovation démocratique à celui de grand pugilat médiatique 8, et (ii) celui d une campagne très clivante avec le camp adverse : les bénéfices politiques de la primaire seront d autant plus importants qu on parviendra à mobiliser son camp sans mobiliser ses adversaires. 8 LafindecampagnetrèstendueentreHillaryClintonetBarackObamacoûte4pointsàcedernierdanslesderniersmoisde campagne. 11

13 12" 1.4.LES PRIMAIRES FONT NAÎTRE UNE DYNAMIQUE ÉLECTORALE ET MILITANTE Les primaires ouvertes font aussi naître une dynamique électorale qui ne se réduit pas à la dynamique politique & médiatique qui s enclenche par ailleurs. Toutes choses étant égales par ailleurs, les primaires font en effet baisser le taux d abstention du camp qui les organisent 9 : Les électeurs sont incités en amont à s inscrire sur les listes électorales pour pouvoir participer aux primaires ; Les électeurs se retrouveront d autant plus dans un candidat qu ils auront été associés à son choix (souvent utilisé par les abstentionnistes, l'argument de «ne se retrouver dans aucun candidat» trouvera un écho plus faible) ; Les électeurs qui auront laissé leurs coordonnées seront recontactés juste avant le scrutin par les équipes militantes pour s assurer de leur vote et de celui de leur famille. Last but not least, les primaires donnent un formidable élan militant à une campagne, qui va concerner : Les militants historiques, qui vont se mobiliser plus tôt et plus fortement : l organisation de la primaire (campagne pour un candidat, organisation logistique de milliers de bureaux de vote, mobilisation pour assurer une forte participation) constitue en effet une occasion de roder toute une organisation militante nationale, de sorte qu elle sera parfaitement opérationnelle dès le début de la campagne présidentielle 10 ; Des centaines de milliers de sympathisants qui vont se transformer en militants, en amont (parce qu ils auront souhaité s impliquer dans leur organisation ou en faveur de tel ou tel candidat) ou en aval des primaires (parce qu ils auront rencontré des responsables militants dans les bureaux de vote, qu ils auront laissé leurs coordonnées etc.) ; Les millions d électeurs qui se seront déplacés : il s agit d un geste politique fort qui «désacralise» l engagement politique et conduit nécessairement à assumer davantage ses choix politiques et à les partager Tous ces électeurs pourront s engager plus ponctuellement à l occasion d une réunion publique ou sur internet. 9 VoirnotammentCalcagno,Westley&Ault(2004):pluslesprimairesserontouvertes,pluslapar;cipa;onauscru;nofficiel seraélevée. 10 Ladifférencedemobilisa;ondel appareilmilitantsocialisteetumpendébutdecampagneen2012étaitpar;culièrement frappante,mêmesiellen étaitpaspercep;bledansl affluenceauxmee;ngs:ilnefautpasconfondreletravailmilitant(qui ne se voit pas mais qui compte : présence sur les marchés, porte à porte, boîtage, collage etc.) avec la mobilisa;on des sympathisantsmesuréeparl affluenceauxréunionspubliques.lacampagneréussiecombineévidemmentlesdeux. 12

14 13" Les sondages réalisés en novembre 2011 vont tous dans ce sens : les primaires ont donné envie à 63% des électeurs de gauche et 72% des électeurs socialistes de parler de l élection présidentielle autour d eux (familles, amis, collègues de travail). 43% des votants à la primaire (soit potentiellement 1,2m de personnes) ont déclaré vouloir participer d une manière ou d une autre à la campagne et un peu plus de 30% (soit potentiellement personnes) vouloir participer à la campagne de terrain de François Hollande 11. * * * Cette revue des bénéfices que la droite pourrait tirer de l organisation de primaires ouvertes ne vise pas simplement à en démontrer le caractère désormais incontournable. Elle vise surtout à servir de grille de lecture pour répondre de manière cohérente à toutes les questions politiques ou techniques qui se posent. Mais avant d étudier les différentes modalités pratiques de l organisation d une primaire ouverte, il importe d abord de bien en délimiter le champ. 11 OpinionWaypourTerraNova(octobre2011) lepsestparvenuàcollecter nouveauxcontacts. 13

15 14" 2. LES PRIMAIRES PEUVENT CONSTITUER UN INSTRUMENT DANGEREUX SI L ON N EN DÉLIMITE PAS CLAIREMENT LE CHAMP Il faut concevoir les primaires comme une arme très puissante, mais dangereuse en même temps pour son utilisateur si elle est mal employée. En dehors de l ensemble des paramètres qui permettront une forte mobilisation et un bon déroulement de la campagne et du scrutin (développés dans la deuxième partie du document), il importe de soigneusement délimiter le champ des primaires au point de vue électoral (quelles seront les élections concernées) et politique (quels partis seront invités à y participer). 2.1.LES PRIMAIRES NE PEUVENT PAS ÊTRE MISES EN ŒUVRE POUR TOUTES LES ÉLECTIONS Le succès des primaires socialistes pose la question de leur généralisation à tous les types de scrutins. Une telle généralisation poserait deux types de difficultés : (i) nous serions en permanence «en primaires» (compliqué d un point de vue logistique, provoquant une lassitude des électeurs et un épuisement des candidats) et (ii) des candidats illégitimes ou marginaux pourraient systématiquement exiger l organisation de primaires, pour se construire à peu de frais une notoriété politique quitte à réduire les chances de nos meilleurs candidats. Il faut donc refuser une systématisation du processus qui déstabiliserait l UMP et s avérerait contreproductive pour nos candidats, sans pour autant laisser de place à l improvisation : la décision d organiser ou non des primaires ne peut être de pure opportunité, il nous faut construire un cadre. Nous proposons le suivant : Dès lors qu on organise des primaires pour satisfaire une aspiration nouvelle des Français, il nous faut nous concentrer sur les élections auxquelles ils sont le plus attachés 12 : présidentielle & municipales ; On privilégiera pour les mêmes raisons les élections qui ont une dynamique propre, c'est-à-dire pour lesquelles il existe un lien direct entre le candidat élu et le programme mis en œuvre, à l exclusion par exemple des élections législatives ou cantonales, (i) dont les résultats locaux ne prennent sens qu en fonction du résultat national ou départemental, et (ii) dont les investitures s inscrivent dans une logique de construction d un programme et d une majorité cohérente ; 12 A%achementmesuréparletauxdepar5cipa5onauxélec5ons. 14

16 15" Dès lors qu on cherche avant tout à légitimer un candidat, on privilégiera les élections fortement personnalisées, a fortiori les scrutins uninominaux (même si les primaires ne portaient que sur la désignation d une tête de liste plus médiatisée que ses colistiers, les scrutins de liste sont par essence moins personnalisés) ; Dès lors qu on cherche à choisir un candidat en adéquation avec le corps électoral et à lui donner une grande légitimité, on n organisera de primaires que si elles sont susceptibles de réunir plusieurs milliers de participants. On réduira ainsi un certain nombre de risques : voir un groupe de pression peser sur le scrutin (une association d opposants à un projet d aménagement peut rapidement réunir plusieurs centaines de membres, qui pourraient tenter de prendre en otage nos primaires), parvenir à un résultat très serré, manquer de bénévoles pour organiser le scrutin etc. L analyse figurant ci-dessous nous conduit à écarter les élections législatives, cantonales et municipales en dehors des cinq métropoles de plus de habitants Paris,Marseille,Lyon,Toulouse&Nice. 15

17 16" Au final, la combinaison de ces différents critères nous conduit à recommander de limiter les primaires aux élections présidentielle et municipales dans les communes de plus de habitants. Présidentielle Législatives Grandes villes Villes petites & moyennes Européennes Régionales Cantonales Forta%achementdesFrançais Dynamiquepropreàl élec5on concernée Personnalisa5onduscru5n Corpsélectoralsuffisammentlarge Ce principe pourra naturellement connaître des exceptions : on pourra ainsi ne pas organiser de primaire quand la droite aura un candidat sortant légitime par exemple. A l inverse on peut imaginer organiser des primaires pour désigner la tête de liste d une élection régionale ou européenne particulièrement médiatisée. Proposition 1 : Cantonner les primaires à l élection présidentielle et aux communes de plus de habitants. Organisa6on'de'primaires'? 2.2.LES PRIMAIRES DOIVENT ÊTRE OUVERTES À TOUTE LA DROITE RÉPUBLICAINE Avant même de fixer les conditions permettant de sélectionner les candidats aux primaires (garantissant à la fois l ouverture du processus et son sérieux, voir partie II), il s agit de bien délimiter son champ politique. Ce qui n a rien d évident : dès lors qu elles sont «ouvertes» à tous les électeurs se reconnaissant dans les valeurs de droite, faut-il également les ouvrir à des candidats issus de toute la droite? Ou fautil à l inverse s en tenir à des candidats issus de l UMP pour ne pas confondre les primaires et le premier tour de l élection présidentielle? Pour des raisons à la fois de fond (le choix des participants préfigure le socle d une majorité future) et conjoncturelles (dans un contexte de montée des extrêmes, l éparpillement des partis de gouvernement aux premiers tours des élections à deux tours est dangereux), nous proposons d ouvrir les primaires à l ensemble des mouvements composant la droite républicaine. 16

18 17" Les primaires devraient ainsi, par principe, être ouvertes à l UDI, aux amis de Nicolas Dupont-Aignan, de Philippe de Villiers ou de Christine Boutin, voire à une personnalité divers-droite qui ne serait membre d aucun parti ou même au Modem de François Bayrou, à la condition que ces formations ou ces personnalités s engagent, dès lors qu elles manifestent leur volonté de participer au processus, à le suivre jusqu à son terme (il ne serait pas acceptable qu une formation qui aurait échoué à présenter un candidat aux primaires décide de quitter le processus pour présenter un candidat au premier tour de l élection présidentielle). Nous proposons ainsi d inverser le raisonnement : il ne s agit pas tant de convenir que les primaires seront réservées à l UMP et ses alliés mais de comprendre que les primaires construiront le socle d une future majorité : toutes les formations qui voudront y participer et qui accepteront de se plier à ses règles rejoindront de fait cette future majorité. Proposition 2 : Ouvrir les primaires à l ensemble des formations de la droite républicaine. S assurer que les partis ou personnalités qui s engageront dans le processus le suivront jusqu à son terme et en respecteront le verdict. Pour que cette ouverture soit possible, il s agit naturellement de donner à nos partenaires l envie de concourir, ce qui passera essentiellement par des garanties de rigueur, d impartialité et d ouverture dans l organisation des opérations électorales. * * * Ce dernier point est essentiel : la légitimité du candidat qui sortira vainqueur, la dynamique médiatique, politique, électorale et militante, en un mot la réussite de tout le processus dépendra avant tout de la qualité de son organisation. Et le chaos qui a entouré le vote du 18 novembre 2012 donne une idée du chemin à parcourir, ce d autant plus qu il ne s agit plus de faire élire le président de l UMP par militants dans 650 bureaux de vote, mais de faire désigner notre candidat à l élection présidentielle par 3 millions de Français dans 8 à bureaux. 17

19 18" Deuxième partie : une organisation irréprochable à la hauteur de l enjeu Les questions qui se posent sont très nombreuses : quand organiser ces primaires? Qui pourra être candidat et à quelles conditions? Comment encadrer la campagne pour en maximiser les bénéfices politiques et faire en sorte qu elle soit digne d un parti de gouvernement? Qui pourra voter, combien de Français se déplaceront et combien de bureaux faudra-t-il donc ouvrir? Qu est-il permis de faire en matière de constitution de fichiers? Qui doit organiser le scrutin? Qui doit le contrôler? Quel en sera le coût, comment le financer et pour quel impact sur les comptes de campagne du candidat désigné? Face à ces nombreuses questions se dressent deux écueils. Le premier consisterait à y répondre dans la précipitation, en réaction au désastre du 18 novembre 2012, c'est-à-dire en prenant de manière pavlovienne le contrepied de tout ce qui a été fait : le scrutin était «papier», on sera donc partisan du vote électronique ; l accès à la candidature était difficile, on l ouvrira donc très largement ; les procurations ont été suspectées, on interdira les procurations etc. Le deuxième écueil consisterait à l inverse à y répondre trop tardivement, en pensant que tout cela est finalement assez simple et qu il nous suffira de répliquer, en son temps, l organisation qui a prévalu pour les primaires socialistes. Ces deux approches nous semblent dangereuses. Nous en privilégions une troisième : procéder à une codification rapide des primaires au regard d un seul critère : en faire l instrument de la reconquête. 1. LE CALENDRIER La question du calendrier se pose avant toutes les autres. Si l on considère que l élection présidentielle aura lieu en avril / mai 2017 et que la campagne démarrera à l hiver 2016, deux solutions sont possibles : Organiser les primaires en juin 2016, suffisamment loin de l élection présidentielle pour permettre le rassemblement de notre famille politique. Quelles que soient les garanties qui seront prises, la campagne verra les attaques fleurir et les stratégies de différenciation prospérer : laisser passer l été peut-être utile au candidat désigné pour «panser les blessures» et engager sa campagne présidentielle à la tête d une famille rassemblée ; Organiser les primaires en octobre 2016, suffisamment près de l élection présidentielle pour bénéficier pleinement de la dynamique qui aura été créée. Une primaire à l automne éviterait en outre au candidat désigné une campagne trop longue qui pourrait l épuiser. 18

20 19" Nous privilégions cette deuxième option, qui permet de maximiser les bénéfices attendus des primaires 14 : l intérêt des Français sera d autant plus élevé qu on s approchera du scrutin présidentiel, renforçant la mobilisation et donc la légitimité du candidat désigné, et la campagne présidentielle bénéficiera de la dynamique médiatique, politique, électorale et militante qui sera née. Pour permettre une campagne relativement longue, nous proposons de la faire démarrer dès juin 2016 : l été lui permettra de démarrer progressivement, avant de battre son plein aux mois de septembre et d octobre. Nous proposons également que le processus d organisation des primaires (notamment : installation des instances d organisation et de contrôle) soit entamé un an avant cette date, soit au plus tard en juin Proposition 3 : Organiser les primaires en octobre Ouvrir la campagne officielle en juin Entamer le processus de préparation 12 mois avant cette date, soit en juin Voirpar5eI 19

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

Règlement intérieur. de l Union des Démocrates et Indépendants

Règlement intérieur. de l Union des Démocrates et Indépendants Règlement intérieur de l Union des Démocrates et Indépendants TITRE I - LES ADHERENTS Article 1 : Adhésions, cotisations et dons Les demandes d adhésion sont adressées soit aux fédérations, soit aux personnes

Plus en détail

Guide. Les Modes de Scrutin et la PARITÉ entre les FEMMES et les HOMMES

Guide. Les Modes de Scrutin et la PARITÉ entre les FEMMES et les HOMMES Guide Les Modes de Scrutin et la PARITÉ entre les FEMMES et les HOMMES Juin 212 L Observatoire de la parité entre les femmes et les hommes vous propose à travers ce guide de revenir sur les différents

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

Rapport de force aux élections départementales

Rapport de force aux élections départementales Rapport de force aux élections départementales Sondage réalisé par pour Publié le lundi 2 mars 2015 Levée d embargo le dimanche 1 er mars 23H00 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon

Plus en détail

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information LOI DE SECURISATION DE L'EMPLOI AVRIL 2014 LA CONSULTATION DU COMITE D ENTREPRISE SUR LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES (BDES) Loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

L ambition des Jeunes Européens - France est de devenir la référence des associations de jeunesse sur les questions européennes.

L ambition des Jeunes Européens - France est de devenir la référence des associations de jeunesse sur les questions européennes. PROJET DE CHARTE NATIONALE ENTRE LE MOUVEMENT EUROPEEN FRANCE ET LES JEUNES EUROPEENS FRANCE Préambule L association de type Loi 1901 «Les Jeunes Européens France» (JE-F) a été créée en 1992 à l initiative

Plus en détail

VENDÉE CONSEIL DÉPARTEMENTAL DES JEUNES MANDAT 2014-2016

VENDÉE CONSEIL DÉPARTEMENTAL DES JEUNES MANDAT 2014-2016 VENDÉE CONSEIL DÉPARTEMENTAL DES JEUNES MANDAT 2014-2016 Première Partie Etre élu, c est s engager et être responsable Les élections, c est : élire des représentants (élus), qui représentent tous les citoyens,

Plus en détail

Cliquez sur l image pour l agrandir

Cliquez sur l image pour l agrandir Dans le détail, le principal contributeur à l évaluation globale est la qualité de réponse aux besoins. Si les Français sont particulièrement satisfaits par l accueil en mairie (57% en ont une évaluation

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

Votre voix. Votre vote. Votre tour! Réforme démocratique. 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick. Types de démocratie directe

Votre voix. Votre vote. Votre tour! Réforme démocratique. 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick. Types de démocratie directe GUIDE DE PARTICIPATION DU CITOYEN 1 Réforme démocratique 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick Notre mandat : nous devons examiner et proposer une loi sur les référendums au Nouveau-Brunswick,

Plus en détail

2 - Quels sont les intérêts des exercices?

2 - Quels sont les intérêts des exercices? FICHE N 29 : LES ENTRAÎNEMENTS - EXERCICES DE SIMULATION 1 - Qu est-ce qu un exercice? Les exercices servent à mettre en œuvre de manière pratique les dispositions prévues dans le PCS en se substituant

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION Commission de la culture Consultation en ligne Vers une politique

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Le comité de gouvernance et d éthique («comité») est un comité du conseil d administration de Groupe SNC-Lavalin inc. («Société») qui aide le conseil

Plus en détail

Le vote des musulmans à l élection présidentielle.

Le vote des musulmans à l élection présidentielle. Le vote des musulmans à l élection présidentielle. L islam constitue aujourd hui la seconde religion de France et ses fidèles représentent environ 5 % du corps électoral français 1. Alors que la question

Plus en détail

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010)

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Les associations, souvent financées par des fonds publics doivent aujourd hui faire face à une diminution

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

ÉLECTION DU PRÉSIDENT DE L UNION GUIDE ÉLECTORAL

ÉLECTION DU PRÉSIDENT DE L UNION GUIDE ÉLECTORAL CONGRÈS EXTRAORDINAIRE 2014 ÉLECTION DU PRÉSIDENT DE L UNION GUIDE ÉLECTORAL 29 août 2014 INTRODUCTION La Haute Autorité de l Union a été élue à l occasion du Bureau politique du 22 janvier 2014 dont le

Plus en détail

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE HAUT CONSEIL DE LA COMMUNICATION HCC CODE DE BONNE CONDUITE POUR LES ACTEURS POLITIQUES, SOCIAUX ET LES MEDIAS A L OCCASION DES ELECTIONS PRESIDENTIELLE ET LEGISLATIVES DE 2011 -*-*-*-*-*-*- Bangui, décembre

Plus en détail

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr JOURNÉE DE TRAVAIL SUR LA VIE ASSOCIATIVE Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion www.ville-bonneuil.fr Les associations au cœur des débats Le discours du maire, Patrick Douet 2 «Je veux tout

Plus en détail

Le tableau de bord politique Paris Match - Ifop

Le tableau de bord politique Paris Match - Ifop Le tableau de bord politique Paris Match - Ifop Juillet 2008 LEVEE DE L EMBARGO LE LUNDI 7 JUILLET 2008 A 18H30 Parution dans Paris Match le mercredi 9 juillet 2008 Note méthodologique Étude réalisée par

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

LES REPONSES DE LA LISTE PLACE AU PEUPLE A REIMS DU FRONT DE GAUCHE ET SON PROGRAMME L HUMAIN D ABORD DECLINE POUR REIMS

LES REPONSES DE LA LISTE PLACE AU PEUPLE A REIMS DU FRONT DE GAUCHE ET SON PROGRAMME L HUMAIN D ABORD DECLINE POUR REIMS LES REPONSES DE LA LISTE PLACE AU PEUPLE A REIMS DU FRONT DE GAUCHE ET SON PROGRAMME L HUMAIN D ABORD DECLINE POUR REIMS Municipales 2014 31 janvier 2014 Catégories : Non classé Laisser un commentaire

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

LA CAMPAGNE ELECTORALE

LA CAMPAGNE ELECTORALE LA CAMPAGNE ELECTORALE Aux termes de l article 47 de la Loi n 2013-06 du 25 novembre 2013 portant code électoral en République du Bénin, «la campagne électorale est l ensemble des opérations de propagande

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Coordination Direction des mesures et services aux entreprises et du placement Ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale Rédaction Direction

Plus en détail

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée 4 Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée PRESENTATION Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, est un organisme chargé, par

Plus en détail

Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012. Professeure Dominique Thouvenin

Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012. Professeure Dominique Thouvenin Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012 Professeure Dominique Thouvenin Ecole des Hautes Etudes en santé Publique () Titulaire de la chaire «Droit

Plus en détail

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Témoignage de Joëlle Gerber, coordinatrice au Conseil municipal des enfants de Schiltigheim. La commission «Respect de l autre» 2007-2010 du Conseil

Plus en détail

Département intercommunalité et territoires 18 mars 2013 MCG-HG. Principales dispositions concernant les communes et les intercommunalités

Département intercommunalité et territoires 18 mars 2013 MCG-HG. Principales dispositions concernant les communes et les intercommunalités Département intercommunalité et territoires 18 mars 2013 MCG-HG Principales dispositions concernant les communes et les intercommunalités Projet de loi relatif à l élection des conseillers départementaux,

Plus en détail

Robert Half : le partenaire de vos recrutements

Robert Half : le partenaire de vos recrutements Robert Half : le de vos recrutements Fondé en 1948, Robert Half, pionnier du recrutement spécialisé et, est aujourd hui leader mondial de ce secteur pour tous les métiers : de la finance de la comptabilité

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

ÉLECTIONS EUROPÉENNES Pourquoi. voter. le 25 mai 2014?

ÉLECTIONS EUROPÉENNES Pourquoi. voter. le 25 mai 2014? ÉLECTIONS EUROPÉENNES Pourquoi voter le 25 mai 2014? Parce que le Parlement européen est la seule institution de l Union européenne à être directement élue par les citoyens Vous êtes citoyen d un des 28

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2014 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES VISUELLES. Région Pays de la Loire

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2014 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES VISUELLES. Région Pays de la Loire APPEL À PROJETS 2014 Cahier des charges ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES VISUELLES Région Pays de la Loire Fondation Harmonie Solidarités, 143 rue Blomet - 75015 Paris - Autorisation

Plus en détail

Document!Exclusif!l Opinion!!!! Synthèse de la Commission des statuts UMP Séance plénière du 10/02/2015 Questionnaire "Adhérents

Document!Exclusif!l Opinion!!!! Synthèse de la Commission des statuts UMP Séance plénière du 10/02/2015 Questionnaire Adhérents ! Document!Exclusif!l Opinion!!!!! Synthèse de la Commission des statuts UMP Séance plénière du 10/02/2015 Questionnaire "Adhérents!! Chère Amie, Cher Ami, Au lendemain de son élection à la présidence

Plus en détail

«Questions d Europe»

«Questions d Europe» Compte rendu de la conférence d Alain Juppé du 28.03 à Sciences Po. «Questions d Europe» Introduction : Le budget pluriannuel européen est en baisse par la cause de compromis nationalistes. Le Parlement

Plus en détail

ADOPTER SON DISPOSITIF ÉLECTORAL POUR LES ELECTIONS FÉDÉRALES, RÉGIONALES ET EUROPÉENNES DU 25 MAI 2014

ADOPTER SON DISPOSITIF ÉLECTORAL POUR LES ELECTIONS FÉDÉRALES, RÉGIONALES ET EUROPÉENNES DU 25 MAI 2014 GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES ÉDITEURS POUR LA COUVERTURE DES ÉLECTIONS FÉDÉRALES, RÉGIONALES ET EUROPÉENNES DU 25 MAI 2014 EN FÉDÉRATION WALLONIE- BRUXELLES Les élections constituent un moment particulier

Plus en détail

IMPORTANT. Election des représentants au conseil d administration de la CNRACL du 20 novembre au 4 décembre 2014

IMPORTANT. Election des représentants au conseil d administration de la CNRACL du 20 novembre au 4 décembre 2014 Fédération des personnels des services publics et des services de santé FORCE OUVRIERE 153-155 rue de Rome 75017 PARIS ( 01 44 01 06 00 - * fo.sante-sociaux@fosps.com - fo.territoriaux@fosps.com 8 www.fosps.com

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

SEJOURS LINGUISTIQUES ADULTES NOTRE ACTE D'ENGAGEMENT EN 10 ACTIONS

SEJOURS LINGUISTIQUES ADULTES NOTRE ACTE D'ENGAGEMENT EN 10 ACTIONS 1 SEJOURS LINGUISTIQUES ADULTES NOTRE ACTE D'ENGAGEMENT EN 10 ACTIONS PREAMBULE Tous les organisateurs de séjours linguistiques adultes agréés par l sont impliqués de longue date dans une démarche qualité

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement INTRODUCTION : Le constat Le principe d une école destinée à former tous les magistrats

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Accompagner le changement

Accompagner le changement A faire suivre à : retour à : Accompagner Problématique Le changement, c est tous les jours! Il fait aujourd hui partie intégrante de l univers des entreprises et des salariés. Présenté le plus souvent

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

LA SITUATION POLITIQUE A BORDEAUX. - Résultats d ensemble - Sondage publié dans LIBERATION le 19 novembre 2013

LA SITUATION POLITIQUE A BORDEAUX. - Résultats d ensemble - Sondage publié dans LIBERATION le 19 novembre 2013 Jérôme Sainte-Marie Études et conseil LA SITUATION POLITIQUE A BORDEAUX - Résultats d ensemble - Sondage publié dans LIBERATION le 19 novembre 2013 EMBARGO : lundi 18 novembre à 21 heures SOMMAIRE Présentation

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

2.3 Le conseil exécutif se compose de 10 membres élus et d un membre d office. Les membres élus occupent les postes suivants :

2.3 Le conseil exécutif se compose de 10 membres élus et d un membre d office. Les membres élus occupent les postes suivants : Règlements de la section locale du Bureau de la traduction (Adoptés le 15 août 2012) 1 RÔLE ET COMPOSITION DE LA SECTION LOCALE 1.1 La section locale Bureau de la traduction réunit tous les employés du

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

Elections professionnelles

Elections professionnelles Fiche n 6 Loi portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail Elections professionnelles Entrée en vigueur : Ces dispositions entrent en vigueur lors des premières élections

Plus en détail

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE 103.5 La station Radio E2C AUVERGNE Communiqué de presse 15 mai 2012 Radio E2C : 103.5 Une semaine dans la peau des animateurs radio, c est le challenge que vont relever les stagiaires de l E2C Du 21 au

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION SPORTIVE OU D UNE ASSOCIATION DE JEUNESSE ET D EDUCATION POPULAIRE

MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION SPORTIVE OU D UNE ASSOCIATION DE JEUNESSE ET D EDUCATION POPULAIRE MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION SPORTIVE OU D UNE ASSOCIATION DE JEUNESSE ET D EDUCATION POPULAIRE OBJET ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 : constitution, dénomination, objet Il est fondé entre

Plus en détail

STATUTS ARAET. Approuvés par l'assemblée générale de l'araet, le 17 mars 2012

STATUTS ARAET. Approuvés par l'assemblée générale de l'araet, le 17 mars 2012 -1- STATUTS ARAET Approuvés par l'assemblée générale de l'araet, le 17 mars 2012 TITRE I : Nom Buts Siège - Durée Article 1 : Nom 1.1 L Association Romande Arts, Expression et Thérapies - ARAET - est une

Plus en détail

STATUTS DE LA FEDERATION FEMMES 3000

STATUTS DE LA FEDERATION FEMMES 3000 Les femmes du troisième millénaire STATUTS DE LA FEDERATION FEMMES 3000 Titre I : Dénomination - Siège - Objet Article 1. Dénomination Conformément à la loi du 1er juillet 1901 et au décret du 16 août

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS... 3 A. Membres du Conseil, principes de gouvernance

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION Statut Le Comité de nomination et de rémunération est un comité consultatif du Conseil d Administration. Il remplit également

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

EUTERPE ASSOCIATION POUR LE RAYONNEMENT DE L ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE STRASBOURG STATUTS

EUTERPE ASSOCIATION POUR LE RAYONNEMENT DE L ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE STRASBOURG STATUTS EUTERPE ASSOCIATION POUR LE RAYONNEMENT DE L ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE STRASBOURG STATUTS DISPOSITIONS GENERALES ARTICLE 1 Entre les adhérents aux présents statuts est constituée une association qui

Plus en détail

Sondage Jour du vote : Motivations de vote et d abstention au premier tour des élections municipales de 2014

Sondage Jour du vote : Motivations de vote et d abstention au premier tour des élections municipales de 2014 Sondage Jour du vote : Motivations de vote et d abstention au premier tour des élections municipales de 2014 Harris Interactive 23/03/2014 Sommaire Méthodologie de l enquête P.3 1. Intérêt et attitude

Plus en détail

1. Contexte de la réunion publique. 2. Introduction

1. Contexte de la réunion publique. 2. Introduction Compte-rendu de la réunion publique du 24 novembre 2014 1. Contexte de la réunion publique Une vingtaine de personnes s est réunie à Bordeaux Métropole le 24 novembre 2014 pour prendre connaissance du

Plus en détail

SIMULATION ELECTORALE

SIMULATION ELECTORALE SIMULATION ELECTORALE COMMUNICATION - PROGIS - JOURNALISME IEP Grenoble - Présidentielle 2012 SIMULATION ELECTORALE PRÉSIDENTIELLE 2012 A l initiative de l Association des Diplômés, cette simulation du

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE PARTICIPATION POUR LES ORGANISATEURS DE MANIFESTATIONS DE LA CAMPAGNE «ANNEE DU JARDIN 2016 ESPACE DE RENCONTRES»

CONDITIONS GENERALES DE PARTICIPATION POUR LES ORGANISATEURS DE MANIFESTATIONS DE LA CAMPAGNE «ANNEE DU JARDIN 2016 ESPACE DE RENCONTRES» GARTENJAHR ANNEE DU JARDIN ANNO DEL GIARDINO ONN DAL CURTIN 2016 RAUM FÜR BEGEGNUNGEN ESPACE DE RENCONTRES SPAZIO PER INCONTRI SPAZI PER INSCUNTERS CONDITIONS GENERALES DE PARTICIPATION POUR LES ORGANISATEURS

Plus en détail

Les Français et la protection de la vie privée

Les Français et la protection de la vie privée Les Français et la protection de la vie privée Institut CSA pour Ordre des Avocats de Paris Juillet 2015 Fiche technique Interrogation Echantillon national représentatif de 1003 personnes âgées de 18 ans

Plus en détail

LES 7 REGLES DE CONDUITE D UN ADMINISTRATEUR PERFORMANT

LES 7 REGLES DE CONDUITE D UN ADMINISTRATEUR PERFORMANT LES 7 REGLES DE CONDUITE D UN ADMINISTRATEUR PERFORMANT Avec la participation d Ipswitch INTRODUCTION Dans l environnement actuel de l entreprise, le réseau est l entreprise. Sans les e-mails, l Internet,

Plus en détail

Toutefois, certains enjeux ont amené le CSSS-IUGS à mettre en place un projet de réorganisation du travail en soins infirmiers :

Toutefois, certains enjeux ont amené le CSSS-IUGS à mettre en place un projet de réorganisation du travail en soins infirmiers : ANNEXE 22 Adopté au comité directeur paritaire le 27 avril 2009 PLAN DE COMMUNICATION Organisation du travail et revalorisation des pratiques en soins de longue durée 1) Contexte Né du regroupement successif

Plus en détail

DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2. Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE

DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2. Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2 Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE page Audition de M. Yves Doutriaux, Ambassadeur de France auprès de l

Plus en détail

LE CHANGEMENT À L IRD C EST POUR QUAND?

LE CHANGEMENT À L IRD C EST POUR QUAND? LE CHANGEMENT À L IRD C EST POUR QUAND? Déclaration liminaire du STREM Conseil d administration du 29 juin 2012 Nous avons, en tant qu administrateurs élus, représentants des personnels, à veiller à ce

Plus en détail

Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse

Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse Politique prudentielle Bruxelles, le 24 octobre 2005 PPB/154 Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse Madame, Monsieur, Dans sa lettre du 3 juin 2005 (PPB/57), la Commission

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail

Banque de développement du Canada Examen décennal

Banque de développement du Canada Examen décennal Banque de développement du Canada Examen décennal Allocution de Terry Campbell Vice-président, Politiques Association des banquiers canadiens Prononcée devant Le Comité sénatorial permanent des banques

Plus en détail

Conseils de quartiers Règlement intérieur

Conseils de quartiers Règlement intérieur Conseils de quartiers Règlement intérieur caen.fr I Les principes fondateurs Règlement intérieur des conseils ARTICLE 1 Création des conseils de quartiers citoyens Les conseils de quartiers citoyens sont

Plus en détail

CHAPITRE 7 Réunions du conseil et de ses comités

CHAPITRE 7 Réunions du conseil et de ses comités Une gouvernance efficace : guide à l intention des conseils scolaires, de leurs membres, des directions de l éducation et des communautés CHAPITRE 7 Réunions du conseil et de ses comités 70 (Sauf indication

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

GUIDE DU CONSEIL MUNICIPAL DES JEUNES DE PUSSAY LES JEUNES ONT LEUR MOT À DIRE

GUIDE DU CONSEIL MUNICIPAL DES JEUNES DE PUSSAY LES JEUNES ONT LEUR MOT À DIRE GUIDE DU CONSEIL MUNICIPAL DES JEUNES DE PUSSAY LES JEUNES ONT LEUR MOT À DIRE CONSEIL MUNICIPAL DES JEUNES DEFINITION Le Conseil Municipal des Jeunes est un dispositif de participation à la vie locale

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Conférence d Oslo. Présentation générale des premières décisions à adopter. par le Comité de suivi de la convention. par Marie-Françoise Glatz

Conférence d Oslo. Présentation générale des premières décisions à adopter. par le Comité de suivi de la convention. par Marie-Françoise Glatz Conférence d Oslo Présentation générale des premières décisions à adopter par le Comité de suivi de la convention par Marie-Françoise Glatz Le Comité de suivi va devoir, dès sa première réunion, travailler

Plus en détail

Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle

Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle Mener une politique culturelle favorisant l éducation artistique pour les jeunes suppose l inscription de cette action en lien

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DE L ASSEMBLEE GENERALE. Séance du jeudi 31 octobre 2013

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DE L ASSEMBLEE GENERALE. Séance du jeudi 31 octobre 2013 C O N S E I L D ' E T A T 1 Section de l'intérieur N 388.003 M. LE ROY, Rapporteur EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DE L ASSEMBLEE GENERALE Séance du jeudi 31 octobre 2013 AVIS sur les modalités d

Plus en détail

Assemblée des délégués des 2 et 3 novembre 2015 à Berne

Assemblée des délégués des 2 et 3 novembre 2015 à Berne 8 Assemblée des délégués des 2 et 3 novembre 2015 à Berne Respect de la Constitution et du droit international, motion de l Eglise évangélique réformée du canton de Bâle-Campagne et de cosignataires :

Plus en détail

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Page 1 Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Le Conseil Syndical existe de plein droit dans toutes les copropriétés en vertu de la loi. --> Il est chargé d

Plus en détail

Programme Concerté Pluri-acteurs. Algérie

Programme Concerté Pluri-acteurs. Algérie Programme Concerté Pluri-acteurs Algérie PHASE 2010-2012 PROPOSITION DE TERMES DE REFERENCE POUR LA REALISATION D UN PRODUIT AUDIO-VISUEL SUR JEUNESSE ET ENGAGEMENT CITOYEN I Rappel Le programme Joussour

Plus en détail

La rénovation Texte soumis au vote du Conseil national du 8 juin 2010

La rénovation Texte soumis au vote du Conseil national du 8 juin 2010 La rénovation Texte soumis au vote du Conseil national du 8 juin 2010 Volontaires et exemplaires pour rénover notre parti et réveiller la démocratie En 2012, les socialistes veulent offrir bien plus, bien

Plus en détail

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion ~ ~ Superviser la gestion de l entreprise et des affaires de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Nous assurons la surveillance nécessaire

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM

L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM LIVRE BLANC L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM Une situation optimale pour la force de vente et pour le marketing LIVRE BLANC OPTIMISATION DU MARKETING 2 A PROPOS Au cours des dernières années,

Plus en détail

RÈGLEMENTINTÉRIEUR MAI 2015. Éditions de l Union

RÈGLEMENTINTÉRIEUR MAI 2015. Éditions de l Union RÈGLEMENTINTÉRIEUR Éditions de l Union TITRE I ADHÉRENTS Article 1 er DEMANDE D ADHÉSION 1. Toute personne physique souscrivant à l objet et aux valeurs du Mouvement peut adresser une demande d adhésion,

Plus en détail

CONSTITUTION MODÈLE D UNE SECTION NATIONALE. Préambule

CONSTITUTION MODÈLE D UNE SECTION NATIONALE. Préambule CONSTITUTION MODÈLE D UNE SECTION NATIONALE Préambule www.gopacnetwork.org RECONNAISSANT CONSCIENTS DÉPLORANT ESTIMANT CONSTATANT RÉALISANT RÉITÉRANT la suprémacie des parlements en tant qu institutions

Plus en détail