Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises"

Transcription

1 Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune a, Marc Bourreau a,b et Abel Franços a,c a Télécom ParsTech, Département Scences Économques et Socales b CREST-LEI c Unversté de Strasbroug, LaRGE Résumé Les paements par carte de débt connassent un développement rapde dans la plupart des pays ndustralsés au détrment prncpalement de l usage du chèque et de la carte de crédt. En dépt de ce développement, l n exste pas de travaux emprques sur les détermnants de l adopton et de l ntensté d usage de la carte de débt. Notre traval consttue la premère tentatve de mse en évdence des effets smultanés de dfférentes varables sur les processus d adopton et d ntensté d usage des nstruments de paement. Pour ce fare, nous explotons une base de données orgnale de paements par carte de débt effectuées par 1392 personnes représentatves de la populaton françase au cours des mos de mars à ma Dans le cadre de tros estmatons économétrques de la probablté de détenton, de la probablté d usage et de l ntensté d usage de la carte de débt, nous étudons l nfluence successve des caractérstques socodémographques ndvduelles, des caractérstques lées à la structure de consommaton, des caractérstques relatves à la percepton de la carte de débt et, enfn, des effets de réseau. Les résultats des analyses économétrques montrent sans ambgütés que les facteurs qu nfluencent l adopton de la carte de débt sont dstncts des facteurs qu nctent à son usage. L estmaton sur la probablté de détenton met en évdence les effets statstquement sgnfcatfs de deux varables ndvduelles (revenu et mode de percepton des revenus) et de tros caractérstques de la carte de débt (anonymat, contrôle des dépenses, temps de transacton). De même, les régressons sur la probablté et l ntensté d usage montrent une plus grande dversté d effets et de levers potentels pour les banques à travers la structure de consommaton de l ndvdu (nombre d achats), les caractérstques de l ndvdu (âge), les caractérstques de la carte de débt (rsque) et l envronnement du paement (effet de réseau et type de commerce). En outre, dans le cadre des détermnants ntroduts spécfquement dans les régressons sur l usage de la carte de débt, nous constatons que la mult-détenton et les servces assocés à la carte la nature de la carte (débt dfféré ou mmédat), la gamme de la carte (de base ou premum) ans que l adhéson à un programme de fdélsaton nfluencent postvement l usage de la carte. Mots-clés : Instrument de paement Cette recherche a bénéfcé du souten fnancer du Groupement des Cartes Bancares «CB». Nous remercons tout partculèrement Yves Randoux, Martne Brat et Jean-Marc Stbon pour leurs remarques et suggestons au cours de l élaboraton de ce document. 1

2 1 Introducton Les paements par carte de débt connassent un développement rapde dans la plupart des pays ndustralsés. Aux Etats-Uns, le nombre de paements par carte de débt réalsés aux ponts de vente en 2005 excède désormas le nombre de paements par carte de crédt (Borzekowsk et al. 2006). En France, le nombre de paements par carte bancare «CB» réalsés essentellement en carte de débt a dépassé celu du chèque depus 2001 ; près de 6,3 mllards de paements par carte bancare «CB» pour une valeur de 325 mllards d euros de paements ont été enregstrés au cours de l année 2005 (Groupement des Cartes Bancares, ). Au Royaume-Un, le nombre de paements par carte de débt a devancé pour la premère fos en 2005 le nombre de paements en cash (APACS, ) ; 37% de l ensemble des transactons au pont de vente sont réglées par carte de débt contre 34% pour le cash. La généralsaton de l usage des cartes de débt dans la plupart des pays ndustralsés est à l orgne d un renouveau des travaux théorques et emprques dans le domane de l économe des nstruments de paement, et ce, pour pluseurs rasons. Premèrement, les nstruments de paement tradtonnels que sont les espèces et le chèque ndusent des coûts de tratement supéreurs à ceux, par exemple, des cartes de paement (Humphrey et al. 2003). C est donc une queston d effcacté économque pour les autortés bancares et monétares que d accélérer la mgraton des nstruments de type paper vers les nstruments de paement de type électronque comme, la carte de débt, afn de rédure le cout socal des systèmes de paement de détal évalué selon les pays entre 2 et 3% du PIB (Humphrey et al. 2004). Deuxèmement, certans pays comme les Etats-Uns, hstorquement coutumers du chèque et de la carte de crédt (Gerdes et Walton 2002), connassent un développement rapde de la carte de débt (Znman 2005, Borzekows et Kser 2006a, 2006b). Ce développement survent alors même que l usage des cartes de crédt suscte des controverses aux Etats-Uns. Ans, Massoud et al. (2006) font référence aux débats publcs qu ont eu leu au cours de la dernère campagne présdentelle amércane sur les ntérêts de pénalté lés à l usage des cartes de crédt et à l endettement des ménages (pénaltés de retard de remboursement et de dépassement des plafonds autorsés). Trosèmement, le marché des cartes de paement est un marché «two-sded» dans lequel un ntermédare (réseau de carte natonal ou nternatonal) 1 2 Le lecteur consultera le ste du Groupement des Cartes Bancares : Le lecteur consultera le ste de l APACS: 2

3 tente de mettre en relaton deux côtés du marché (porteurs et marchands) plus ou mons sensbles à des externaltés de réseau. Ces marchés, aux caractérstques sngulères, ont attré l attenton des autortés de régulaton et de la concurrence en rason de plantes sur les tarfs pratqués par les réseaux de carte de débt nternatonaux 3. L objectf de notre traval consste précsément à mettre en évdence les détermnants de l adopton et de l usage des cartes de débt. Quatre questons sont au centre de notre traval. La premère est lée à l adopton de la carte de débt. Dans la plupart des pays ndustralsés, un certan nombre de consommateurs font le chox de détenr une carte de débt. Quels sont les facteurs qu explquent la détenton d une carte de débt? Mas, s certans ont décdé d adopter une carte de débt, paradoxalement, tous ne l utlsent pas. Borzekowsk et Kser (2006b) observent par exemple aux US, que 7% des personnes qu détennent une carte de débt ne l ont pas utlsée au cours des douze derners mos. Nos données confrment l exstence d une frange de la populaton détentrce mas non utlsatrce de la carte de débt (cf. nfra). Dans ce cas, quels sont les détermnants de l usage de la carte de débt? De même, au sen de la populaton des ndvdus qu détennent et utlsent un carte de débt, certans l utlsent avec parcmone alors que d autres l utlsent ntensément. Dès lors, comment peuton explquer l ntensté de l usage de la carte de débt entre les ndvdus? Enfn, et plus généralement, sont-ce les mêmes facteurs qu explquent la détenton et l usage d une carte de débt ou ben peut-on soler, au contrare, des facteurs spécfques pour l usage et la détenton. Pour répondre à ces questons, nous avons réalsé au cours des mos de Mars à Ma 2005 un sondage en deux étapes auprès de personnes représentatves de la populaton françase âgée de 18 ans et plus. En premer leu, nous avons soums un questonnare à notre échantllon en vue de collecter des nformatons relatves, d une part, à la détenton et aux caractérstques des nstruments de paement et, d autre part, aux ndvdus. (e.g. revenu, âge, sexe, etc.). En second leu, nous avons demandé aux répondants de relever quotdennement, et ce sur une pérode de hut jours, l ensemble des nformatons relatves à leurs achats sur un 3 Pluseurs affares peuvent être ctées. La premère est l affare Wal-Mart vs. Vsa et Mastercard en Wal-Mart et d autres magasns ont engagé des poursutes contre Vsa et Mastercard en réacton à l oblgaton fate aux commerçants qu acceptaent les cartes de crédt Vsa/MasterCard de devor accepter également le paement par carte de débt qu mplquat des commssons plus élevées. La deuxème est lée à un règlement de la drecton de la concurrence de la Commsson Européenne en 2002 à propos des nterchanges défns par Vsa sur des transactons par carte de débt ou de crédt qu mplquent pluseurs banques des états membres. La trosème est relatve à une décson de la Royal Bank of Australa relatve à la basse du nveau des tarfs d nterchange pour les transactons par carte de crédt en Australe pour les réseaux Vsa et MasterCard. 3

4 carnet des dépenses (valeur de l achat, type de commerce fréquenté, nstrument de paement utlsé, etc.). Sur les 1447 personnes qu ont répondu aux questons, 1392 ndvdus ont complété le carnet des dépenses. Nous utlsons donc les réponses de ces 1392 ndvdus pour estmer, dans un premer temps, les détermnants de la détenton d une carte de débt au sen de la populaton de notre échantllon (à l ade d un modèle logt). Dans un deuxème temps, nous utlsons les données de paement de 1153 ndvdus qu détennent une carte de débt pour estmer les détermnants de la probablté et de l ntensté d usage de la carte de débt. Après une dscusson sur la melleure technque économétrque, en l occurrence le two-part model (par opposton aux Mondres Carrés Ordnares (MCO), à un modèle tobt et à un modèle d Heckman), nous étudons l nfluence successve des caractérstques socodémographques ndvduelles, des caractérstques lées à la structure de consommaton, des caractérstques relatves à la percepton de la carte de débt et, enfn, des effets de réseau. Les résultats des analyses économétrques montrent sans ambgütés que les facteurs qu nfluencent l adopton de la carte de débt sont dstncts des facteurs qu nctent à son usage. Nous mettons plus partculèrement en évdence les effets statstquement sgnfcatfs, d une part, de varables ndvduelles et de caractérstques de la carte de débt sur la probablté de détenton et, d autre part, de la structure de consommaton de l ndvdu, des caractérstques de l ndvdu, des caractérstques de la carte de débt et de l envronnement du paement (effet de réseau et type de commerce) sur la probablté et l ntensté d usage de la carte débt. Enfn, nous constatons que la mult-détenton et les servces assocés à la carte nfluencent postvement l usage de la carte. Ces résultats sont partculèrement mportants d un pont de vue économque car ls fournssent aux banques et aux autortés admnstratves et monétares une grlle d analyse préceuse des détermnants de l adopton et de l usage de la carte de débt en vue d attendre l objectf d effcacté économque dans les systèmes de paement de détal poursuvs par exemple par les nsttutons européennes 4. Notre traval contrbue à la lttérature emprque exstante sur tros ponts. Premèrement, nous estmons pour la premère fos l ntensté d usage d un nstrument de paement. La lttérature emprque s est en effet essentellement focalsée sur la queston de la probablté d usage d un ou pluseurs nstruments de paement. La prncpale rason tent à 4 Vor le ste de la commsson européenne et les documents de référence (http://ec.europa.eu/nternal_market/payments/framework/ndex_en.htm) : «Drectve on New Legal Framework for Payments (2005)» et «Sngle Euro Payments Area: Jont statement from the European Commsson and the European Central Bank (2006)». 4

5 l absence de données à la fos sur les transactons et les paements réalsés par les ndvdus et sur les ndvdus eux-mêmes. Notre méthodologe basée sur le suv des comportements de consommaton et de paement d ndvdus dentfés permet de paller ces nconvénents. Deuxèmement, notre traval consttue le premer traval de recherche emprque sur l estmaton smultanée des détermnants de l adopton et de l usage des nstruments de paement. La lttérature s est en effet exclusvement nterrogée sur les détermnants de l usage des nstruments de paement dans le cadre essentellement de modèles probablstes. Notre traval dépasse la lttérature emprque exstante en ce sens qu l tente de détermner s les facteurs qu condtonnent la détenton sont les mêmes qu nfluencent l usage des nstruments de paement. Enfn, nous évaluons pour la premère fos l mpact des effets de réseau sur la détenton et l usage d un nstrument de paement. L artcle est organsé en quatre partes. Dans une premère parte, nous rappelons les résultats de la lttérature emprque sur les modèles d usage des nstruments de paement. Dans une deuxème parte, nous décrvons les comportements de détenton et d usage de la carte de débt à partr des données de sondage. Dans une trosème et quatrème parte, nous présentons un modèle de détenton et d usage de la carte de débt et nous réalsons les analyses économétrques. Enfn, nous concluons cet artcle. 2 Un survey de la lttérature emprque La lttérature emprque sur les nstruments de paement s est focalsée essentellement sur la problématque de l usage des nstruments de paement au détrment de la queston de la détenton. Cette orentaton des recherches est due en parte à la volonté des auteurs de tester des modèles théorques fondés sur le modèle d nventare à la Baumol (1952). Dans le cadre par exemple des modèles formels de Whtesell (1989), Santomero et Seater (1996) ou ben encore Shy et Tarkka (2002), les ndvdus possèdent tous un même ensemble d nstruments de paement pour régler une transacton. Dans le cadre de cette détenton (chox exogènes), les consommateurs se posent alors l unque queston du chox optmal de l usage de l un des nstruments de paement. Influencées par ces travaux théorques, les recherches emprques se 5

6 sont donc naturellement concentrées sur l étude des détermnants de la probablté d usage des nstruments de paement 5. Tros ensembles de détermnants ont été prncpalement étudés. Le premer ensemble de détermnants est lé à l ndvdu. Carow and Staten (1999) montrent par exemple que les consommateurs ont une probablté plus élevée d utlser le cash lorsque les ndvdus sont mons dplômés, ont de plus fables revenus et appartennent à des classes d âge moyennes. Mantel (2000) met en évdence également que la rchesse des ndvdus a un mpact postf sur la probablté d usage des servces électronques de paement de facture. Stavns (2001) confrme que la probablté d usage de dfférents nstruments de paement vare avec le revenu, le nveau d éducaton et le statut famlal. De même, Hayash et Klee (2003) montrent que l usage des nouvelles technologes a un effet postf sur la probablté d usage de nouvelles formes de paement électronque (carte de débt, servces électronques de paement de facture). Enfn, Carow et Staten (1999) établssent que la détenton d un nstrument de paement par un ndvdu nfluence l usage de ces autres nstruments de paement. Ans, l apparaît que les consommateurs on une probablté plus élevée d utlser le cash lorsque ceux-c détennent plus de carte de crédt. De même, la probablté d utlser une carte prvatve (de type staton essence) dmnue lorsque les ndvdus détennent une carte de crédt ou une carte de débt. Le deuxème ensemble de détermnants est lé aux caractérstques des transactons réalsées par les consommateurs. Dans le cadre de données de paement des ménages hollandas sur la pérode , Boeschoten (1998) met en évdence le rôle de la valeur de la transacton sur l usage du cash. L auteur montre plus précsément que the probablty that an amount whch s 100 per cent hgher s pad cash s about 20 to 30 percentage ponts lower (...) (Boeschoten 1998: 133). De même, Hayash et Klee (2003) trouvent que les caractérstques physques des commerces (équpement en casse de paement, etc.) dans lesquels ont été réalsées les transactons nfluencent la probablté d usage d un nstrument de paement. Enfn, Boune et Franços (2006) mettent également en évdence l nfluence du type de contact (pont de vente, Internet, automate, etc.), du type de ben et des restrctons des chox au pont de vente sur la probablté d usage du chèque, de la carte bancare et des espèces. 5 Hayash et Klee (2003) soulgnent que de précédentes recherches sur l adopton technologque dans d autres secteurs ndquent que la propenson à adopter une nouvelle technologe peut être lée à l adopton d une autre nouvelle technologe. 6

7 Un trosème ensemble de varables est lé aux caractérstques des nstruments de paement. Rysman (2006) teste l mpact du développement des réseaux de carte sur l usage des cartes de paement. A l ade d une mesure géographque d acceptaton des cartes chez les commerçants, l auteur met en évdence une corrélaton postve entre l usage des cartes et l acceptaton des marchands. Stavns (2001) montre également que la localsaton géographque des ndvdus n est pas sans nfluence sur l usage des nstruments de paement confrmant alors une nfluence potentelle des externaltés de réseau ; en partculer, l auteur établt que l usage d un nstrument de paement par le reste de la populaton résdant dans la même zone géographque affecte sgnfcatvement l usage des nstruments des personnes nterrogées. Dans le cadre de pluseurs études sur données agrégées, Humphrey, Pulley et Vesala (1996), Humphrey, Km et Vale (2001) et Bolt et al. (2006) étudent l nfluence du prx des nstruments de paement sur leur usage ; les études condusent à des résultats contrastés. Enfn, Mantel (2000) montre que les nstruments qu permettent un contrôle et un suv des dépenses, préservent l anonymat, etc. ont un mpact postf sur la probablté d usage des servces électronques de paement de facture. 3 Une descrpton des comportements de détenton et d usage de la carte de débt en France L analyse emprque condute dans cette parte repose sur des données collectées par sondage auprès d un échantllon représentatf de la populaton françase. Après une brève présentaton des spécfctés organsatonnelles du marché franças de la carte de débt, nous présentons la méthodologe de recuel des données et nous commentons les prncpaux résultats en matère de détenton et d usage de la carte de débt. Cette parte consttue une analyse exploratore à l analyse économétrque proposée dans la secton suvante. 3.1 L organsaton du marché franças de la carte de débt Le marché franças de la carte de débt est caractérsé par une nterbancarté totale dans les paements et les retrats sur le terrtore natonal 6. L ensemble des émetteurs de carte bancare se sont en effet regroupés en 1984 au sen d un Groupement d Intérêt Economque le Groupement des Cartes Bancares «CB» afn d harmonser sur l ensemble du terrtore 6 Amercan Express émet également des cartes de débt en France. Mas son émsson reste très margnale. 7

8 franças les modaltés d usage des cartes de paement. Le Groupement des Cartes Bancares «CB» rassemble au 7 avrl 2006, 149 banques. Le Groupement est en charge de défnr les normes technques et les règles contractuelles lant les membres et leurs clents, de gérer les autorsatons des transactons entre les membres, de procéder aux agréments de matérel (termnal de paement électronque, etc.), et d assurer la sécurté, la promoton et la représentaton du système CB. En revanche, le Groupement n est pas en charge des actvtés opératonnelles lées aux cartes CB, qu restent du ressort des établssements bancares. Ce sont les Membres du Groupement qu émettent les cartes bancares, qu afflent les commerçants et qu nstallent les dstrbuteurs automatques de bllets. Chaque membre du Groupement développe lbrement sa propre poltque commercale à des porteurs et des commerçants. Le Groupement n a pas le statut d établssement de crédt et ne peut donc pas émettre des cartes de paement n gérer des comptes de clents. Le résultat de cette nterbancarté est qu un porteur d une banque membre du réseau CB peut donc régler par carte de débt un achat auprès d un marchand adhérent au réseau CB et ce quelles que soent la banque du clent. De même, le porteur d une carte bancare «CB» peut retrer des bllets auprès de n mporte quel dstrbuteur automatque de bllets appartenant à une banque membre du réseau des cartes bancares «CB». En 2005, le parc de cartes de débt émses par les banques membres du Groupement des Cartes Bancares «CB» s élève à 51 mllons de cartes. Un porteur CB a réalsé au cours de l année 2005 envron 103 paements et 25 retrats en moyenne. Au total, près de 5 mllards de paements par carte CB ont été réalsés et près de 1,3 mllard de retrats pour une valeur de 236,8 mllards d euros de paements et 88,6 mllards d euros de retrats. Après les espèces, la carte de débt est l nstrument de paement le plus utlsé dans les paements (Boune et Franços, 2006). Ce constant nous condut donc à nous nterroger sur les logques de détenton et d usage de la carte de débt au nveau ndvduel. 3.2 Descrpton et méthodologe du sondage Pour comprendre les logques ndvduelles de détenton et d usage de la carte de débt, nous avons réalsé un sondage en deux étapes au cours des mos de mars à ma 2005 auprès de ndvdus âgés de 18 ans et plus et représentatfs de la populaton françase 7. 7 Le recrutement des personnes a été réalsé drectement en face à face auprès d un échantllon encore verge de toute panélsaton antéreure. Les personnes nterrogées acceptaent au préalable de répondre non 8

9 Premèrement, nous avons soums un questonnare à notre échantllon en vue de collecter, d une part, des nformatons relatves aux servces bancares et aux nstruments de paement détenus par les ndvdus et d obtenr, d autre part, des données soco-économques et démographques sur les personnes (revenu, professon, etc.). Deuxèmement, nous avons proposé à chaque personne nterrogée de remplr sur une pérode de hut jours, un document appelé «relevé quotden des dépenses». Ce document est un carnet sur lequel la personne reporte quotdennement toutes les nformatons relatves aux achats qu elle a effectués durant la journée 8. Un achat est caractérsé par sx nformatons à relever par l ndvdu : la valeur, le type de ben ou servce acheté, le type de commerce dans lequel l achat s est effectué, le type de contact utlsé (face-à-face, Internet, etc.), le chox ou non de l nstrument de paement et, enfn, l nstrument de paement utlsé. Sur les 1447 personnes nterrogées, ndvdus ont rempl le relevé quotden des dépenses. Au fnal, nous dsposons de plus de transactons, dont envron ont été correctement rensegnées. Les deux éléments du sondage nous permettent de mettre en correspondance, d une part, l équpement bancare et les caractérstques des ndvdus et, d autre part, leur structure de consommaton et leurs usages des nstruments de paement. 3.3 La détenton de la carte de débt Dans la mesure où nous avons beson de l nformaton sur les comportements de paement, nous restregnons l échantllon aux 1392 ndvdus qu ont renvoyé le questonnare 9. Parm ces 1392 personnes, 1156 possèdent au mons une carte de débt 10, ce qu représente 83% de l échantllon de départ (Fgure 1) seulement au questonnare mas également de remplr le relevé des dépenses. L échantllon nterrogé a été consttué selon la méthode des quotas. Des personnes de neufs régons appartenant à cnq catégores d agglomératons ont été recrutées (mons de habtants, de à habtants, de à habtants, plus de habtants, régon parsenne). Les régons consdérées sont les neuf régons ZEAT (Zones d'études et d'aménagement du Terrtore) défnes par l INSEE. Le résultat du crosement de la régon et de l agglomératon est représenté dans l échantllon au prorata de son pods démographque. La représentatvté de l échantllon a été contrôlée à partr des varables de quota suvantes : le sexe de l ntervewé crosé par Actf / Inactf (afn d évter une surreprésentaton des «femmes» au sen des «nactfs») ; l âge de l ntervewé en cnq classes ; la catégore socoprofessonnelle de la personne en 8 classes en dstnguant les retratés des autres nactfs ; le type d habtat (logement ndvduel ou collectf). Sont exclus de ce relevé, les dépenses professonnelles (fras de déplacement, ) et les paements de factures. Pour une présentaton complète des résultats du sondage, vor Boune, Bourreau, Franços et Verder (2006). Sont exclus de notre étude les cartes de retrat qu n ont pas de foncton de paement, les cartes bancares de crédt, qu en plus d être peu nombreuses connassent en France des spécfctés de détenton et d usage mportantes par rapport aux cartes de débt (vor Boune et al. (2006)), les cartes de paement émses par des 9

10 Fgure 1 : Possesson de carte de débt émse par des établssements bancares 67% 17% 83% 0% 15% 1% aucune carte de débt bancare deux cartes de débt bancare quatre cartes de débt bancare une carte de débt bancare tros carte de débt bancare La mult-détenton de carte de débt est plutôt rare pusque 67% de l échantllon n en possède qu une seule sot 81% de l ensemble des détenteurs de carte, 15% en possède deux sot 17,8% de l ensemble des détenteurs de carte, et mons de 1% en possède respectvement 3 et 4 (sot 9 et 4 personnes). Les caractérstques de la carte de débt prncpale correspondent majortarement à une carte à débt mmédat (75,6% des détenteurs) et à une carte de gamme classque (90,4% des détenteurs). 3.4 L usage de la carte de débt L usage de la carte de débt révélé par notre sondage peut s analyser à deux nveaux : un nveau global portant sur un échantllon représentatf de la populaton françase et un nveau ndvduel d usage de la carte de débt durant la semane d étude L usage de la carte de débt au nveau de l échantllon Le paement par carte de débt des transactons enregstrées par les ntervewés représente 21% des achats, sot un peu plus de 3500 transactons, et 36% du montant total des établssements fnancers spécalsés et des magasns et ensegnes qu ont des caractérstques de carte de crédt. 10

11 achats, sot un peu plus de euros 11. Le paement moyen est de 47,5 euros, le paement médan de 33 euros, contre 10,5 euros pour la totalté des transactons. De plus, les paements en carte de débt sont plutôt dspersés pusqu ls connassent un mnmum de 70 centmes, un maxmum de 926 euros, et un écart-type de 51 euros. Il en résulte un coeffcent de varaton légèrement supéreur à un. En outre, les paements par carte de débt sont plus présents pour les transactons à valeur moyenne (Fgure 2). En effet, la part de cet nstrument est supéreure à 40% et prédomnante sur les autres nstruments de paement pour les valeurs comprses entre 20 et 200 euros 12. Fgure 2 : Proporton des transactons réglées par carte de débt selon le montant de la transacton < 5 [5 ; 10[ [10 ; 15[ [15 ; 20[ [20 ; 25[ [25 ; 30[ [30 ; 35[ [35 ; 40[ [40 ; 45[ [45 ; 50[ [50 ; 55[ [55 ; 60[ [60 ; 65[ [65 ; 70[ [70 ; 75[ [75 ; 80[ [80 ; 85[ [85 ; 90[ [90 ; 95[ [95 ; 100[ [100 ; 110[ [110 ; 120[ [120 ; 130[ [130 ; 140[ [140 ; 150[ [150 ; 200[ [200 ; 250[ [250 ; 300[ [300 ; 400[ > 400 S la carte de débt est prncpalement utlsée pour les valeurs moyennes, elle est également l nstrument prvlégé dans certans commerces. En partculer, elle représente 45% des achats en volume (et 52% en valeur) réalsés dans des grands magasns et grandes ensegnes. De même, 41% des achats effectués dans les grandes surfaces et 47% des montants Il est à noter que nous avons exclus 26 achats dont la valeur état supéreure à 1000 euros. En effet, le caractère extraordnare de ces dépenses et leur mportance en valeur pesat nconsdérément sur les statstques. Pour une analyse plus détallée de la répartton des nstruments de paement selon les valeurs de transacton, vor Boune et Franços (2006). 11

12 qu y sont dépensés, sont payés à l ade d une carte de débt. De la même manère, ces deux types de commerce représentent 58% du volume et 63% de la valeur des achats réglés par carte de débt. Ce constat s explque en parte par les efforts de ces grandes chaînes de magasn pour ncter les paements par carte (Boune et Franços 2006) L usage ndvduel de la carte de débt Au nveau ndvduel, les personnes règlent en moyenne à l ade de leur carte de débt 2,5 achats sur la semane. L utlsateur le plus ntensf de la carte de débt en réalse 21. En valeur, 118 euros sont dépensés et réglés par carte de débt, avec un maxmum de 1452 euros sur la semane. Rapporté au nombre total d achats ou à la valeur totale des achats par ndvdu ntervewés, la carte de débt représente en moyenne 22% des achats et 34% de la valeur des achats. À partr de ces deux dmensons de l usage de la carte de débt, nous pouvons construre pour chaque personne de l échantllon un ndce d ntensté d usage combnant les volumes et les valeurs d usage. L ndce peut se défnr de la manère suvante : I I I total volume valeur Nb achats en CB Nb achats total Valeur achats en CB Val achats totale = = avec I [ 0;1] En prenant en compte l ensemble des détenteurs d une carte de débt (Fgure 3), on constate que la classe modale est celle des ndvdus dont l ndce d usage est nféreur à 0,1. En effet, parm les détenteurs, 273 personnes sot 24%, n ont pas utlsé leur carte de débt au cours de la semane. S l on exclut mantenant les personnes qu n ont pas utlsé leur carte, la dstrbuton apparaît plus unforme, même s la premère classe (ndce entre 0 et 0,1) reste la classe modale. De plus, les fréquences décrossent au fur et à mesure que la valeur de l ndce augmente et devennent même nulles entre 0,9 et 0,99. Toutefos, l est à noter qu envron 3% des utlsateurs ont réglé la totalté de leurs achats avec leur carte de débt (I total.=1). total 12

13 Fgure 3 : Dstrbuton de l ndce d usage de la carte de débt Populaton totale des détenteurs Populaton des détenteurs et utlsateurs percentage ndex of card use percentage ndex of card use Cette descrpton de la dstrbuton de l ndce nous condut à prendre en compte deux éléments mportants dans l usage de la carte de débt. D une part, l s agt d explcter le fat pour un ndvdu d utlser ou non sa carte de débt durant la semane du sondage. D autre part, l s agt pour les ndvdus l utlsant au mons une fos d analyser leur ntensté d usage. Dans la parte qu sut nous proposons d explcter formellement les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt pour un ndvdu. Cette parte consttue la base de l analyse économétrque. 4 Un modèle d adopton et d usage de la carte de débt Le modèle est artculé autour de deux décsons prses séquentellement par un ndvdu. Premèrement, un ndvdu décde de détenr ou non une carte de débt, pus, deuxèmement, lorsqu l en détent une, l décde de l usage ou non de cette carte. Dans cette secton, nous commençons donc par étuder la décson d utlser ou non une carte de débt pour réalser une transacton donnée. Pus, étant donné l usage d une carte que peut antcper un consommateur donné, nous analysons sa décson d en détenr une ou non. 4.1 Le chox d usage de la carte de débt Nous consdérons qu un consommateur est dentfé par les caractérstques ndvduelles suvantes : 13

14 - Son revenu, noté R. - Sa propenson à consommer, notée θ ; l s agt de la propenson du consommateur à allouer son revenu à l achat de bens de consommaton (plutôt que d épargner). - Son coût d opportunté du temps, noté c, à l équlbre du partage traval-losr ; l s agt de la «valeur du temps» pour le consommateur lors de la réalsaton d une transacton. - Sa capacté d apprentssage, notée α ; l s agt de la capacté du consommateur à utlser faclement un dspostf technque, et en partculer un dspostf de paement. - Son coût d utlsaton de la carte (par unté de valeur), noté λ ; ce coût nclut le coût fnancer d usage de la carte et la probablté d une perte ou d un vol de la carte ; le coût d usage peut être nul, strctement négatf dans le cas d un système de fdélsaton ou lorsque le consommateur dspose d une carte à débt dfféré ou strctement postf dans le cas d une carte de crédt. - Sa préférence horzontale pour la carte de débt par rapport aux autres nstruments de paement, notée x ; l s agt d une préférence toutes choses égales par alleurs. Etant donné ces caractérstques ndvduelles, nous supposons que la valeur totale des bens consommés par le consommateur sur une pérode de référence est égale à V ( θ, R), avec V θ 0 et V R 0. Autrement dt, la valeur totale augmente avec le revenu (R) et la propenson à consommer (θ ). Par alleurs, le nombre d achats réalsés par le consommateur est égal à ( R c) N, avec N 0 et N 0 : le nombre d achats augmente avec le revenu, mas dmnue avec le coût R c d opportunté du temps. C est parce que, toutes choses égales par alleurs, un consommateur avec un fort coût d opportunté du temps va chercher à concentrer ses achats pour mnmser le coût du temps passé à les réalser. On remarquera qu une augmentaton du revenu à deux effets smultanés : - le nombre d achats augmente (effet d augmentaton de la varété des bens ou servces consommés) - la valeur totale des achats augmente (effet revenu sur un type d achat donné). Par conséquent, la valeur moyenne d un achat, v = V N, peut sot augmenter sot dmnuer avec le revenu, suvant lequel des effets revenu et varété domne. 14

15 Enfn, le temps passé pour réalser une transacton par carte est égal à τ ( N,α ), avec τ 0 et τ 0. Autrement dt, plus le consommateur réalse des transactons par carte, plus N α le temps d utlsaton d une carte est fable (effet d expérence) et plus sa capacté à utlser un dspostf technque est forte, plus ce temps est rédut également. Nous avons décrt les hypothèses de notre modélsaton pour le consommateur. Au nveau des marchands, nous supposerons smplement que les commerçants peuvent nvestr pour augmenter la «qualté» d une transacton. Nous noterons q ( v) la qualté de transacton obtenue. Il peut s agr d un effort de réducton du temps de transacton, d une améloraton du servce qu entoure la transacton (tcket, sécurté du paement), etc. Nous supposerons que q 0 : à l équlbre, un marchand nvestra d autant plus que la valeur moyenne des v transactons qu l trate est élevée. Nous pouvons mantenant analyser la décson d usage du consommateur. Pour réalser une transacton, le consommateur peut sot utlser sa carte, sot utlser un autre nstrument de paement. En suvant le modèle de Shy et Tarkka (2002), on peut consdérer que le coût d usage d un nstrument de paement s écrt de manère générale sous la forme τ + λ v, où τ représente le temps nécessare pour payer avec cet nstrument et λ le coût d usage de l nstrument (qu peut être nul, négatf ou postf). Par exemple, dans le cas des espèces, Shy et Tarkka (2002) consdèrent que λ est la somme du taux de rémunératon des dépôts et de la probablté d une perte ou d un vol d espèces. Dans la sute, on notera τ * et λ * le temps de transacton et le coût ad valorem pour l nstrument de paement alternatf pour le consommateur. Nous notons q * () v temps de transacton pour cet nstrument de paement. la réducton de Le consommateur chost d utlser sa carte de débt pour une transacton donnée de valeur v s : * * * ( v) τ c + v q ( v) τ c + λv q λ. En supposant (comme Shy et Tarkka (2002)) que d utlser sa carte s : ( θ, R) ( R, c) λ < * * [ τ ( N, α ) τ ] q( v) q ( v) [ ] * λ, le consommateur chost V c x v =, (1) * N λ λ 15

16 sous réserve que le marchand accepte la carte. Cette équaton permet de montrer les ponts suvants :. Une augmentaton du revenu de l ndvdu a un effet ambgu sur l ntensté d usage de la carte. En effet, quand R augmente, V augmente mas N auss. Donc la varaton de v est ndétermnée.. Une augmentaton de la propenson à consommer, θ, a un effet postf sur l ntensté d usage de la carte.. Une augmentaton du coût d opportunté du temps à un effet ambgu : a. Le nombre de transactons N dmnue, ce qu tend à augmenter l ntensté d usage de la carte. b. S la carte est mons «pratque» que l nstrument de paement alternatf pour v. τ N α τ * > l ndvdu, c est-à-dre s (, ) 0 dmnue. c. Comme v augmente, q ( v) et q * ( v), alors l ntensté d usage de la carte augmentent. Cependant, on peut supposer que les efforts du marchand ont plus d effet sur le temps de transacton avec une carte qu avec les espèces ou le chèque. S c est le cas, alors une * augmentaton de v peut augmenter la dfférence q( v) q ( v) d usage de la carte. et donc l ntensté Une augmentaton de α rédut la parte drote de l équaton et donc augmente l ntensté d usage de la carte. v. Une dmnuton de λ (par exemple, par le passage d une carte à débt mmédat à v. v. une carte à débt dfféré) augmente l ntensté d usage de la carte. Une augmentaton de la préférence horzontale pour la carte, x, augmente l ntensté d usage de la carte. Enfn, une augmentaton de l nvestssement du marchand, q(v), augmente l ntensté d usage de la carte. 4.2 Le chox de détenton de la carte de débt Nous nous ntéressons mantenant au chox de détenton d une carte de débt du consommateur. Nous notons f le prx d une carte de débt, ω l ensemble des caractérstques de l ndvdu que nous avons défnes plus haut ( ω = ( R, θ, c, α, x) carte de cet ndvdu. ), I l ntensté d usage de la 16

17 Le consommateur ω décde de détenr une carte s son utlté lée à la carte, U, est supéreure au prx f. Nous supposons que cette utlté peut s écrre : U = U. retrat + U paement + U 0 Le premer terme, U retrat de retrat d espèces. Le deuxème terme,, représente l utlté lée à l usage de la carte comme nstrument U paement, représente l utlté lée à l usage de la carte comme nstrument de paement. Enfn, le trosème terme, U 0, est une utlté fxe obtenue quel que sot le comportement de retrat et de paement. Nous supposons que : où U ( I( ω, TPE), DAB, α R) = U, retrat retrat, U retrat augmente avec DAB (nombre de Dstrbuteurs automatques de paement), α et R et peut sot dmnuer avec I (s la carte se substtue au cash) ou augmenter avec I (s la carte se substtue à d autres nstruments de paement que le cash, au bénéfce du cash ou s l usage de la carte pour les paements augmente la préférence pour des retrats de cash au DAB plutôt qu au guchet bancare). Par alleurs, nous supposons que : où ( N V ) ( I( ω, TPE) E( N, V ) R) U paement = U paement,, E, représente les économes réalsées par le consommateur en utlsant la carte plutôt que l nstrument de paement alternatf pour une transacton donnée, E = * * * * ( τ τ + λv λ v) N = ( τ τ ) N + ( λ λ )V et U paement augmente avec IE (plus les économes réalsées sur l ensemble des transactons, IxE sont mportantes, plus l utlté du consommateur est élevée) et R. Le consommateur chost donc de détenr une carte de débt s et seulement s : U retrat ( I(, TPE), DAB, α, R) U ( I( ω, TPE) E( N, V ), R) + U f ω. (2) + paement 0 On peut vor que la varable DAB nfluence postvement le chox de détenton. Par contre, les caractérstques ndvduelles du consommateur n nfluencent pas les décsons d usage et de détenton nécessarement de la même façon. 17

18 1 er cas : U retrat augmente avec I Dans ce cas, comme U retrat augmente avec I tands que U paement dmnue avec I, l effet d une varable ndvduelle qu affecterat I sur la décson de détenton est ndétermné (c està-dre a pror postf ou négatf). U retrat 2 ème cas : U retrat dmnue avec I Dans ce cas : - R a un effet ndétermné (car R a un effet ndétermné sur I) - θ a un effet postf (car θ augmente I et E) - c a un effet ndétermné (car l effet de c sur I est ndétermné) - α nfluence postvement la décson de détenton, car α nfluence postvement I et - x nfluence postvement la décson de détenton - TPE nfluence postvement la décson de détenton 5 Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : analyses économétrques Notre démarche économétrque cherche à mettre en évdence l nfluence des détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt dscutés dans la parte précédente. Nous cherchons en partculer à vérfer s les détermnants de la détenton d une carte de débt sont dentques à ceux de l usage. Pour ce fare, nous dscutons dans un premer temps les objectfs des estmatons, à savor la probablté de détenton d une carte de débt, la probablté d usage de la carte de débt durant la semane et, enfn, l ntensté d usage. Dans un deuxème temps, nous présentons les varables explcatves qu sont, à quelques exceptons près, dentques pour les tros analyses. Enfn, dans un derner temps, nous mettons en perspectve les résultats des estmatons. 18

19 5.1 Les objectfs des estmatons Deux études économétrques sont réalsées successvement. La premère porte sur la probablté de détenton d une carte de débt. La seconde porte sur la probablté et l ntensté d usage d une carte de débt La probablté de détenton d une carte de débt Dans un premer temps, l s agt d estmer la probablté de détenton d au mons une carte de débt. Pour cela, nous nous appuyons sur un échantllon de 1392 personnes et nous utlsons un modèle logt. Nous supposons que le chox de détenr une carte de débt est le résultat d un arbtrage coûts/bénéfces pour un ndvdu à l mage de l équaton (2) précédente et dont la dfférence est donnée par y* défne par : y* = xβ + ε x'β est la foncton ndex avec le vecteur x et ε est le terme d erreur (de moyenne nulle) qu sut une dstrbuton logstque standardsée avec une varance connue égale à π ². 3 Comme y* n est pas drectement observée, on ne connaît que la détenton ou non d une carte avec : holdcb holdcb = 1 s y* > 0 = 0 s y* 0 La probablté de détenr une carte de débt se défnt ans comme : e Prob( holdcb = 1 x) = 1 + e L estmaton de la foncton de probablté se fat par le maxmum de vrasemblance. En outre, les ndvdus peuvent être regroupés selon le réseau bancare auquel ls appartennent. Or l est possble qu l exste des spécfctés dans les poltques commercales de dstrbuton des nstruments de paement des banques. Il est ans possble qu l exste des corrélatons nobservées à l ntéreur des réseaux bancares. Pour contrôler ces effets, nous utlserons la méthode de correcton de «clusterng» qu s appue sur un matrce «cluster-robust» de la varance. xβ xβ 19

20 5.1.2 La probablté et l ntensté d usage de la carte de débt A l mage de la détenton, l est ntéressant dans une perspectve comparatve d analyser les détermnants de l usage de la carte de débt. En premer leu et pour élmner le bas de sélecton que représente la possesson d une carte de débt, la populaton d étude est celle des 1156 personnes détentrces d au mons une carte de débt. Or l est possble que cette sélecton des ndvdus au sen de l échantllon pèse sur la qualté des estmatons va une perturbaton du terme d erreur. Pour nous en assurer, nous avons réalsé une estmaton de la probablté d usage de la carte de débt en la corrgeant de la condton de détenton d une carte à l ade de la méthode d Heckman du probt avec sélecton (vor annexe 2). Le résultat est sans ambguïté pusqu l apparaît que la covarance entre les deux termes d erreur estmée ndrectement à partr de la foncton de maxmum de vrasemblance n est pas sgnfcatvement dfférente de zéro, et que donc la procédure d Heckman ne se dstngue pas d une estmaton séparée de la probablté d usage sur le sous échantllon des détenteurs de cartes bancares. Par alleurs, l analyse descrptve précédente sur les usages de la carte de débt a montré que la varable d ntensté d usage est censurée : une parte mportante des détenteurs de carte (24% pour être précs) ne l utlse pas durant la semane d étude et connaît donc un ndce d usage nul 13. Par conséquent, l est nécessare de dstnguer le fat d utlser au mons une fos sa carte durant la semane de l ntensté d usage de la carte durant la semane. Ans, la varable bnare d utlsaton de la carte durant la semane peut être défne pour un ndvdu par : UseCB = 1 s 0 I > et 0 total UseCB = snon Deux nveaux de chox de la part des ndvdus de l échantllon peuvent être dstngués. Le premer nveau, appelé équaton de décson (ou de sélecton) par la sute, correspond au fat que la personne a décdé ou non d utlser sa carte durant la semane (varable UseCB). Le second nveau, appelé équaton de nveau (ou de résultat, outcome), correspond à l ntensté de cet usage durant la semane et est représenté par la varable d ntensté décrte précédemment. 13 De plus, tros ndvdus ne réalsent aucun achat durant la semane. 20

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune Marc Bourreau Abel Franços Jun 2006 Département Scences Economques et

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

Corrélation et régression linéaire

Corrélation et régression linéaire Corrélaton et régresson lnéare 1. Concept de corrélaton. Analyse de régresson lnéare 3. Dfférences entre valeurs prédtes et observées d une varable 1. Concept de corrélaton L objectf est d analyser un

Plus en détail

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture La moblté résdentelle depus 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture T. Debrand C. Taffn Verson Prélmnare - Ne pas cter 10 mars 2004 Résumé : Les analyses économques sur la moblté

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs Combnason de dres d'experts en élctaton de los a pror. Applcaton à un modèle doseréponse pour Lstera chez la sours. Exposé ApplBugs ISABELLE ALBERT 8 / / 03 INTRODUCTION Cet exposé présente une parte du

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L EFFET DES ENFANTS SUR L OFFRE DU TRAVAIL DES MÈRES : CAS DU CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L EFFET DES ENFANTS SUR L OFFRE DU TRAVAIL DES MÈRES : CAS DU CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L EFFET DES ENFANTS SUR L OFFRE DU TRAVAIL DES MÈRES : CAS DU CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR EZZAOUALI WALID Septembre

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population.

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population. COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 40 Avrl 20 TRANSPORT Études & documents Consommaton de carburant : effets des prx à court et à long termes par type de populaton ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Servce

Plus en détail

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA)

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) Unversté d Orléans Econométre des Varables Qualtatves Chaptre 3 Modèles à Varable Dépendante Lmtée Modèles Tobt Smples et Tobt Généralsés Chrstophe Hurln

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

Cours Corporate finance

Cours Corporate finance Cours Corporate fnance Eléments de théore du portefeulle Le edaf Franços Longn www.longn.fr lan Notons de rentablté Défnton odélsaton Eléments de théore du portefeulle ortefeulle Dversfcaton Le edaf Le

Plus en détail

RAPPORT DE RECHERCHE

RAPPORT DE RECHERCHE RAPPORT DE RECHERCHE N 2014-03 Le non-recours au RSA «socle seul» : l hypothèse du patrmone SYLVAIN CHAREYRON www.tepp.eu TEPP - Traval, Emplo et Poltques Publques - FR CNRS 3435 Le non-recours au RSA

Plus en détail

Méthodologie quiestlemoinscher de comparaison de prix entre magasins

Méthodologie quiestlemoinscher de comparaison de prix entre magasins Méthodologe questlemonscher de comparason de prx entre magasns Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaCE Consel, socété d études et d analyses statstques ndépendante. Le cabnet FaCE

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen Le commerce nternatonale en stuaton de concurrence mparfate: ros problèmes essentels des modèles théorques Rcardo, HOS, Standard: - fondés sur la CPP: le commerce n augmente pas la concurrence - pas d

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles La fournture de bens et facteurs publcs en présence de ménages et d entreprses mobles Pascale Duran-Vgneron évrer 007 Le modèle On suppose un pays drgé par un gouvernement central ayant compétence sur

Plus en détail

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION DE LA NON-RÉPONSE TOTALE : MÉTHODE DES SCORES ET SEGMENTATION Émle Dequdt, Benoît Busson 2 & Ncolas Sgler 3 Insee, Drecton régonale des Pays de la Lore, Servce

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means Proposton d'une soluton au problème d ntalsaton cas du K-means Z.Guelll et L.Zaou, Unversté des scences et de la technologe d Oran MB, Unversté Mohamed Boudaf USTO -BP 505 El Mnaouer -ORAN - Algére g.zouaou@gmal.com,

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

D 4 ε BENEFICES ECONOMIQUES DE LA PROTECTION CONTRE LE RISQUE D INONDATION SERIE ETUDES 06 E05 PATRICK DERONZIER SÉBASTIEN TERRA

D 4 ε BENEFICES ECONOMIQUES DE LA PROTECTION CONTRE LE RISQUE D INONDATION SERIE ETUDES 06 E05 PATRICK DERONZIER SÉBASTIEN TERRA Document de traval ETUDES METHODES SYNTHESES D 4 ε BENEFICES ECONOMIQUES DE LA PROTECTION CONTRE LE RISQUE D INONDATION SERIE ETUDES 06 E05 PATRICK DERONZIER SÉBASTIEN TERRA Ste nternet : http://www.ecologe.gouv.fr

Plus en détail

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite SIMNUM : Smulaton de systèmes auto-gravtants en orbte sujet proposé par Ncolas Kelbasewcz : ncolas.kelbasewcz@ensta-parstech.fr 14 janver 2014 1 Établssement du modèle 1.1 Approxmaton de champ lontan La

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr Modélsatons du rsque en assurance automoble Mchel Grun-Rehomme Unversté Pars 2 et Ensae Emal: grun@ensae.fr 1 Modélsatons du rsque en assurance automoble La snstralté est mesurée en terme de fréquence

Plus en détail

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview SmartVew d EH Servces en lgne Euler Hermes Vue d ensemble des rsques et des occasons Survellance de l assurance-crédt www.eulerhermes.ca/fr/smartvew Les avantages du SmartVew d EH Prenez plus de décsons

Plus en détail

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER 24 Adjont de drecton F/H Votre formaton BTS Hôtellere-restauraton BTS Management des untés commercales BTS Assstant de geston PME-PMI Lcence Management d untés de restauraton Vos mssons Vous anmez, formez

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année unverstare 215 216 L1 Économe Cours de B. Desgraupes Statstques Descrptves Séance 7: Indces synthétques Table des matères 1 Introducton 1 1.1

Plus en détail

Brochure d @ccueil 09 10

Brochure d @ccueil 09 10 unté A4, C7 & B42 brochure d accuel 2009-2010 Brochure d @ccuel 09 10 (pour étudants) Clnque Sant-Jean Bruxelles 1 / 10 A4C7B42_FULL_0910_FR unté A4, C7 & B42 brochure d accuel 2009-2010 1. Sommare : 1.

Plus en détail

Chapitre 5. Menu de SUPPORT

Chapitre 5. Menu de SUPPORT 155 Chaptre 5. Menu de SUPPORT Ce que vous apprendrez dans ce chaptre Ce chaptre vous présentera des routnes supplémentares susceptbles de vous ader dans les analyses de données présentées dans le chaptre

Plus en détail

ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR

ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR FRÉDÉRIK AUCOIN FÉVRIER 2007

Plus en détail

Enquête sur les services de télécommunications

Enquête sur les services de télécommunications Enquête sur les servces de télécouncatons Vu l'avs favorable du Consel Natonal de l'inforaton Statstque, cette enquête, reconnue d'ntérêt général et de qualté statstque, est oblgatore. Vsa n 200222EC du

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE

LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE De 2007 à 200, a été menée une rénovaton méthodologque de la méthode

Plus en détail

Un péage urbain à Paris? Une évaluation des effets distributifs de quatre scénarios

Un péage urbain à Paris? Une évaluation des effets distributifs de quatre scénarios Un péage urban à Pars? Une évaluaton des effets dstrbutfs de quatre scénaros Mattheu Glachant, CERNA, Ecole des mnes de Pars 1 Jullet 2006 1 Mattheu Glachant, CERNA, Ecole des mnes de Pars, 60, boulevard

Plus en détail

Gestion et stratégie Utilisateur

Gestion et stratégie Utilisateur Geston et stratége Utlsateur GESTION ET STRATEGIE UTILISATEUR...2 1.) Comment gérer des utlsateurs?...2 1.1) Geston des utlsateurs en groupe de traval...2 1.2) Geston des utlsateurs par domane...2 Rôle

Plus en détail

Analyse d impact : l apport des évaluations aléatoires William Parienté 1

Analyse d impact : l apport des évaluations aléatoires William Parienté 1 Analyse d mpact : l apport des évaluatons aléatores Wllam Parenté 1 Cet artcle expose de manère synthétque l'apport des évaluatons aléatores dans l'analyse de l'mpact des programmes socaux et de développement.

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE L analyse fondamentale Ce document pédagogque n est pas un document de consels pour nvestr en bourse. Les nformatons données dans ce document sont à ttre nformatf. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Dynamique des salaires dans une cohorte

Dynamique des salaires dans une cohorte Dynamque des salares dans une cohorte Therry Magnac Sébasten Roux x Révson : 5 mars 2007 Résumé Dans cet artcle, nous examnons les données de salares annuels, de 1976 à 1998, d une cohorte d hommes, entrés

Plus en détail

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes Socétés d nvestssement mmobler cotées (SIIC), valeur et prx : deux notes I. Dette et créaton de valeur dans les socétés foncères II. La cesson à une SIIC : un cas de dstorson fscale Laurent BATSCH CEREG-DRM,

Plus en détail

Choix de Portefeuille

Choix de Portefeuille Année 2007-2008 Chox de Portefeulle Chrstophe Boucher Chaptre 1. Théore de la décson en avenr ncertan Crtère d espérance d utlté L atttude vs-à-vs du rsque Chaptre 2. Rendements et crtères de chox entre

Plus en détail

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution.

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution. Républque Tunsenne Présdence du Gouvernement Ecole Natonale d Admnstraton 4, Avenue du Dr Calmette Mutuelle-vlle 08 Tuns Tél. (+6) 848 00 Fa (+6) 794 88 www.ena.nat.tn STATISTIQUE ET CALCUL DE PROBABILITE

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique Ch 4 Séres statstques à une dmenson Défntons et représentaton graphque Termnologe Ensemble étudé = populaton Eléments de cet ensemble = ndvdus ou untés Attrbut consdéré = caractère qu peut être qualtatf

Plus en détail

L intermédiation financière en microfinance : un examen à partir des modèles de prêt de groupe et de prêt individuel

L intermédiation financière en microfinance : un examen à partir des modèles de prêt de groupe et de prêt individuel MESQUIT Dorothée Dorothee.mesquta@etu.unv-rouen.fr Drecteur M. MYOUKOU Unversté de Rouen Laboratore CRE L ntermédaton fnancère en mcrofnance : un examen à partr des modèles de prêt de groupe et de prêt

Plus en détail

Traitement des valeurs manquantes et des valeurs aberrantes

Traitement des valeurs manquantes et des valeurs aberrantes Etudes Statstques 2 (1/10) Tratement des valeurs manquantes et des valeurs aberrantes Avant de trater les données, vérfer la qualté des données : Les données peuvent être : manquantes aberrantes : la valeur

Plus en détail

Mesurer la qualité de la prévision

Mesurer la qualité de la prévision Mesurer la qualté de la prévson Luc Baetens 24/11/2011 www.mobus.eu Luc Baetens 11 ans d expérence Planfcaton Optmsaton des stocks Organsaton de la Supply Chan Performance de la Supply Chan Geston de la

Plus en détail

10.1 Inférence dans la régression linéaire

10.1 Inférence dans la régression linéaire 0. Inférence dans la régresson lnéare La régresson lnéare tente de modeler le rapport entre deux varables en adaptant une équaton lnéare avec des données observées. Chaque valeur de la varable ndépendante

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

* Notre savoir au service de votre réussite

* Notre savoir au service de votre réussite * Notre savor au servce de votre réusste * Vsualser les ndcateurs clés de performance de votre portefeulle clents sur un tableau de bord Analyser le taux d acceptaton de vos demandes d agréments par notaton

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Cours d économie général 2009-2010

TABLE DES MATIERES. Cours d économie général 2009-2010 TABLE DES MATIERES Durée...2 Objectf spécfque...2 Résumé...2 I. Equlbre en économe fermée...2 I.1 L équlbre sur le marché des produts : la courbe IS...2 I.2 L équlbre sur le marché de la monnae : la courbe

Plus en détail

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi soldarté et DOSSIERS Les arrêts de traval des sénors en emplo N 2 2007 Les sénors en emplo se dstnguent-ls de leurs cadets en termes de recours aux arrêts de traval? Les sénors ne déclarent pas plus d

Plus en détail

Editions ENI. Excel 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Excel 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Excel 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Tableau crosé dynamque Tableau crosé dynamque Excel 2010 Créer un tableau crosé dynamque Un tableau crosé dynamque permet de résumer, d analyser,

Plus en détail

Introduction aux statistiques spatiales et aux systèmes d'information géographique en santé environnement

Introduction aux statistiques spatiales et aux systèmes d'information géographique en santé environnement Santé envronnement Introducton aux statstques spatales et aux systèmes d'nformaton géographque en santé envronnement applcaton aux études écologques Sommare Abrévatons 2 Résumé 3 1. Introducton 4 1.1 Études

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

Accord Entreprise. Le Guide du True-Up. Enterprise Agreement True - Up Guide

Accord Entreprise. Le Guide du True-Up. Enterprise Agreement True - Up Guide Enterprse Agreement True-Up Gude Accord Entreprse Le Gude du True-Up Enterprse Agreement True - Up Gude Le gude du True-Up dans l Accord Entreprse Table des matères Le True-Up des lcences on premse et

Plus en détail

GATE Groupe d Analyse et de Théorie Économique DOCUMENTS DE TRAVAIL - WORKING PAPERS W.P. 08-24. Préférences temporelles et recherche d emploi

GATE Groupe d Analyse et de Théorie Économique DOCUMENTS DE TRAVAIL - WORKING PAPERS W.P. 08-24. Préférences temporelles et recherche d emploi GATE Groupe d Analyse et de Théore Économque UMR 5824 du CNRS DOCUMENTS DE TRAVAIL - WORKING PAPERS W.P. 08-24 Préférences temporelles et recherche d emplo «Applcatons économétrques sur le panel Européen

Plus en détail

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES MDELISATIN DES PRCESSUS LINEAIRES Dans un premer temps, nous ne consdérons que des processus partculers, supposés notamment statonnare. Cec permet de présenter un certan nombre d'outls dans un cadre relatvement

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

Ton domaine réservé Organisation Simplicité Efficacité

Ton domaine réservé Organisation Simplicité Efficacité Rev. 07/2012 Ton domane réservé Organsaton Smplcté Effcacté www.vstos.t Ton La tua domane area rservata réservé 1 MyVstos MyVstos est une plate-forme nformatque réservée aux revendeurs Vstos qu permet

Plus en détail

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours Valeur absolue foncton valeur absolue Cours CHAPITRE 1 : Dstance entre deu réels 1) Eemples prélmnares 2) Défnton 3) Proprétés CHAPITRE 2 : Valeur absolue d un réel 1) Défnton 2) Proprétés CHAPITRE 3 :

Plus en détail

Résumé : I- Introduction :

Résumé : I- Introduction : Applcaton de l analyse de frontère stochastque à l estmaton de l effcence technque des entreprses algérennes: effet de la forme de proprété Résumé : Nabl, Al BELOUARD Doctorant à l École Natonale Supéreure

Plus en détail

Evaluation ex-ante du service offert par le RFId à la bibliothèque

Evaluation ex-ante du service offert par le RFId à la bibliothèque La revue de l nnovaton : La Revue de l nnovaton dans le secteur publc, Vol. 14(2), 2009, artcle 10. Evaluaton ex-ante du servce offert par le RFId à la bblothèque Dr. Alex Durand alex.durand@tudor.lu Centre

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

3- Réseau Neurologique (NN) 3-1- Réseau classique

3- Réseau Neurologique (NN) 3-1- Réseau classique OUTILS DE PREVISION DE LA VITESSE DE VENT : APPLICATION A LA CARACTERISATION ET A L OPTIMISATION DES CENTRALES EOLIENNES POUR L'INTEGRATION DANS LES RESEAUX ELECTRIQUES A MADAGASCAR. Andramahtasoa Bernard

Plus en détail

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE Mnstère de l Equpement, du Logement, des Transports et du Toursme Consel général des Ponts et Chaussées Mnstère de l Econome et des Fnances Drecton de la Prévson

Plus en détail

une garde d Enfant a votre domicile

une garde d Enfant a votre domicile GUIDE A DESTINATION DES PARENTS Ce gude pratque a été réalsé par la CDAJE du Nord (Commsson Départementale de l Accuel des Jeunes Enfants). A retrouver sur www.cdaje59.fr PAO - CAF DU NORD 06/2012 EmploYEr

Plus en détail

Notes de cours. Échantillonnage STT-2000. David Haziza Département de mathématiques et de statistique Université de Montréal

Notes de cours. Échantillonnage STT-2000. David Haziza Département de mathématiques et de statistique Université de Montréal otes de cours Échantllonnage STT-000 Davd Hazza Département de mathématques et de statstque nversté de Montréal Automne 008 PRÉFACE Ces notes de cours ont été rédgées pour le cours STT-000 (Échantllonnage)

Plus en détail

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant 4 Champ magnétque 1 Notons prélmnares 1.1 Courant électrque et densté de courant Un courant électrque est défn par un déplacement de charges électrques élémentares (ex : les électrons de conducton dans

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus.

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus. Unversté Perre & Mare Cure (Pars 6) Lcence de Mathématques L3 UE LM364 Intégraton 1 Année 2011 12 TD4. Trbus. Échauffements Exercce 1. Sot X un ensemble. Donner des condtons sur X pour que les classes

Plus en détail

Chapitre 2 UNE ESTIMATION DYNAMIQUE DE LA LIQUIDITÉ. La Liquidité - De la Microstructure à la Gestion du Risque de Liquidité

Chapitre 2 UNE ESTIMATION DYNAMIQUE DE LA LIQUIDITÉ. La Liquidité - De la Microstructure à la Gestion du Risque de Liquidité La Lqudté - De la Mcrostructure à la Geston du Rsque de Lqudté Chaptre 2 UNE ESTIMATION DYNAMIQUE DE LA LIQUIDITÉ Erwan Le Saout - Novembre 2000. 97 La Lqudté - De la Mcrostructure à la Geston du Rsque

Plus en détail

SORTIR DU CHOMAGE EN ILE-DE-FRANCE : DISPARITES TERRITORIALES, SPATIAL MISMATCH ET SEGREGATION RESIDENTIELLE

SORTIR DU CHOMAGE EN ILE-DE-FRANCE : DISPARITES TERRITORIALES, SPATIAL MISMATCH ET SEGREGATION RESIDENTIELLE SORTIR DU CHOMAGE EN ILEDEFRANCE : DISPARITES TERRITORIALES, SPATIAL MISMATCH ET SEGREGATION RESIDENTIELLE Emmanuel Duguet Yannck L Horty, Florent Sar ** RESUME L objet de cette étude est d explquer les

Plus en détail

La contagion du risque via les impayés sur effets de commerce

La contagion du risque via les impayés sur effets de commerce La contagon du rsque va les mpayés sur effets de commerce Mrelle BARDOS Drecton des entreprses Observatore des entreprses Djamel STILI Contrat CIFRE à l Observatore des entreprses Parm les nombreux canaux

Plus en détail

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir L ensegnement vrtuel dans une économe émergente : percepton des étudants et perspectves d avenr Hatem Dellag Laboratore d Econome et de Fnances applquées Faculté des scences économques et de geston de

Plus en détail

Impact de l assurance maladie formelle sur l utilisation des services de santé au Bénin

Impact de l assurance maladie formelle sur l utilisation des services de santé au Bénin Impact de l assurance malade formelle sur l utlsaton des servces de santé au Bénn ZOUNMENOU Yédjannavo Alexandre, 06 BP : 3511 Cotonou Tél : (+229) 97 32 95 90 / 94 96 84 84 E-mal : zalexy007@yahoo.fr

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

PARIS-JOURDAN SCIENCES ECONOMIQUES 48, BD JOURDAN E.N.S. 75014 PARIS TEL. : 33(0) 1 43 13 63 00 F AX : 33 (0) 1 43 13 63 10 www.pse.ens.

PARIS-JOURDAN SCIENCES ECONOMIQUES 48, BD JOURDAN E.N.S. 75014 PARIS TEL. : 33(0) 1 43 13 63 00 F AX : 33 (0) 1 43 13 63 10 www.pse.ens. PARIS-JOURDAN SCIENCES ECONOMIQUES 48, BD JOURDAN E.N.S. 75014 PARIS TEL. : 33(0) 1 43 13 63 00 F AX : 33 (0) 1 43 13 63 10 www.pse.ens.fr WORKING PAPER N 2005-19 Nouvelles technologes et nouvelles formes

Plus en détail

La théorie moderne du portefeuille : théorie et applications

La théorie moderne du portefeuille : théorie et applications 4986_.book Page 795 Vendred, 11. décembre 2009 3:46 15 28 La théore moderne du portefeulle : théore et applcatons PATRICE PONCET ET ROLAND PORTAIT Patrce Poncet est professeur à l ESSEC Busness School.

Plus en détail

Méthodes psychométriques utilisées dans le cadre des évaluations des élèves

Méthodes psychométriques utilisées dans le cadre des évaluations des élèves MESURE DES COMPÉTENCES Méthodes psychométrques utlsées dans le cadre des évaluatons des élèves Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle présente les méthodes psychométrques

Plus en détail

Travaux pratiques : GBF et oscilloscope

Travaux pratiques : GBF et oscilloscope Travaux pratques : et osclloscope S. Benlhajlahsen ésumé L objectf de ce TP est d apprendre à utlser, c est-à-dre à régler, deux des apparels les plus couramment utlsés : le et l osclloscope. I. Premère

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR ERIC LÉVESQUE JANVIER

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton Cursus de ECAM Insttut Supéreur Industrel Bacheler en Scences ndustrelles Electronque applquée B2150 Cycle 1 Bloc 2 Quadrmestre 2 Pondératon 4 Nombre de

Plus en détail

CAHIERS DE RECHERCHE DU CREGO Axe Fargo

CAHIERS DE RECHERCHE DU CREGO Axe Fargo CAHIERS DE RECHERCHE DU CREGO Axe Fargo Médas et sentment sur les marchés actons européens I Impact of sentment meda on European stoc marets Ncolas BOITOUT MaretScence Ncolasbotout@hotmal.com Fabrce HERVÉ

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

) = n. ) = 2n. D - Inférence Statistique - Estimation et Tests d hypothèses 5. Tests du Khi-deux (non paramétrique) Loi du Chi-deux (χ 2 n

) = n. ) = 2n. D - Inférence Statistique - Estimation et Tests d hypothèses 5. Tests du Khi-deux (non paramétrique) Loi du Chi-deux (χ 2 n 5. Tests du Kh-deux (non paramétrque) Lo du Ch-deux (χ n ) à n degrés de lberté (ddl) S X 1, X,..., X n, sont n varables ndépendantes, suvant toutes une lo normale N (0,1), la varable χ n = X 1 + X + +

Plus en détail

éléments d'analyse statistique

éléments d'analyse statistique éléments danalse statstque applcaton à lhdrologe deuxème édton D. Ther octobre 989 R 30 73 EAU 4S 89 BUREAU DE RECHERCHES GEOLOGIQUES ET MINIERES SERVICES SOL ET SOUS-SOL Département Eau B.P. 6009-45060

Plus en détail

Quoi de neuf docteur? Une étude économétrique sur la recherche en ligne d informations médicales par les patients

Quoi de neuf docteur? Une étude économétrique sur la recherche en ligne d informations médicales par les patients XXXIVè Journées des Économstes de la Santé Franças - 6 et 7 décembre 2012 à Rems Quo de neuf docteur? Une étude économétrque sur la recherche en lgne d nformatons médcales par les patents Myram Le Goff-Pronost

Plus en détail