NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION, NOUVELLES STRATÉGIES MARKETING

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION, NOUVELLES STRATÉGIES MARKETING"

Transcription

1 NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION, NOUVELLES STRATÉGIES MARKETING Jean-François Notebaert et al. HEC Montréal Gestion 2009/4 - Vol. 34 pages 71 à 77 ISSN Article disponible en ligne à l'adresse: Pour citer cet article : Notebaert Jean-François et al., «Nouvelles technologies de l'information et de la communication, nouvelles stratégies marketing», Gestion, 2009/4 Vol. 34, p DOI : /riges Distribution électronique Cairn.info pour HEC Montréal. HEC Montréal. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.

2 DOSSIER : STRATÉGIES DE MARKETING ET NOUVELLES TECHNOLOGIES Nouvelles technologies de l information et de la communication nouvelles stratégies marketing Les auteurs Jean-François Notebaert, Laurence Attuel-Mendes et Djamchid Assadi 1 I nternet est devenu un outil indispensable pour informer le consommateur et lui vendre des produits ou des services. Néanmoins, les entreprises maîtrisent encore mal leur relation client à travers ce média, somme toute récent, et hésitent entre deux stratégies : le marketing individualisé et le marketing communautaire (voir le tableau 1). D une part, le marketing individualisé consiste à offrir un service unique au consommateur. Comme l indique le tableau 2, cette personnalisation de la relation client sur Internet peut se faire sur les plans du produit, du service ou de la communication. D autre part, le marketing communautaire cherche surtout à lier les consommateurs entre eux. Le client isolé n est pas la cible privilégiée de ce type de marketing relationnel; c est plutôt le lien entre les individus qui est recherché (Cova et Cova, 2001). Cet article présente un bilan sur l emploi du marketing personnalisé et du marketing communautaire sur le Web. À cette fin, nous procédons à une analyse comparative des stratégies de personnalisation et des stratégies communautaires en ce qui concerne le marketing bancaire sur Internet en France et Jean-François Notebaert est maître de conférences à l IUT de Dijon Université de Bourgogne, Laurence Attuel-Mendes est professeur associé au département Gestion Droit Finance au CEREN (Centre de Recherche sur les Entreprises) du Groupe ESC Dijon Bourgogne, Djamchid Assadi est professeur en stratégie et communication commerciale au département de marketing de l Université Dauphine et au CEREN (Centre de Recherche sur les Entreprises) du Groupe ESC Dijon Bourgogne, 71 aux États-Unis (voir l encadré 1). Le secteur bancaire présente des particularités qui en justifient l étude. En premier lieu, le marketing bancaire touche un grand nombre de personnes; en effet, presque tous les consommateurs détiennent un ou plusieurs comptes bancaires. En deuxième lieu, les banques ont été les pionnières dans la stratégie d externalisation d une partie des services à la charge des consommateurs dans le cadre du processus de servuction (Eiglier et al., 1997). Cela explique pourquoi des millions de personnes pratiquent aujourd hui plusieurs opérations en ligne : la gestion de leur compte, des virements, la commande de chéquiers, etc. Ces nouveaux liens écartent la relation physique entre le banquier et ses clients au profit d une relation sur Internet. Depuis peu, toutefois, les banques se réorientent vers un marketing communautaire afin de créer de nouvelles relations avec le consommateur. Enfin, en troisième lieu, on observe désormais la coexistence d un marketing personnalisé et d un marketing communautaire dans ce secteur d activité. Quelques chiffres permettront d illustrer l importance du marketing sur Internet dans le secteur bancaire français et américain. En France, selon le rapport 2007 de la Fédération

3 Tableau 1 Stratégies marketing sur Internet : l individualisation et le communautaire Marketing individualisé Marketing communautaire Vise satisfaire et fidéliser les consommateurs Moyens utilisés sur Internet en répondant à leurs besoins personnels à travers une relation individualisée et unique Individualiser la communication avec les consommateurs grâce aux flux RSS, aux échanges de courriels, etc... en répondant à leurs besoins de socialisation et d échange avec les autres consommateurs ou internautes Permettre des échanges en mettant à la disposition des consommateurs-internautes des outils de communication (forum, clavardage, etc.) Tableau 2 Personnalisation du produit Les trois axes du marketing individualisé sur Internet Personnalisation du service Personnalisation de la communication i Chaque internaute peut apporter sa touche personnelle au produit (par exemple, y mettre son nom, créer son bijou, créer son sac à main) Bancaire Française, plus d un Français sur quatre consulte le site de sa banque. Aux États-Unis, les banques proposent une gestion en ligne à leurs clients depuis de nombreuses années grâce à une offre personnalisée sur le Web (Saïdane, 2006). En septembre 2007, 53 % des consommateurs américains avaient recours aux services en ligne de leur banque, soit 39 % de la population américaine 2. Par ailleurs, les entreprises américaines ont développé les plus grands réseaux sociaux actuels, comme Facebook. Mentionnons que la stratégie du marketing communautaire ne s oppose pas à celle du marketing personnalisé dans la mesure où les banques qui adoptent l une peuvent également opter pour l autre. Cet article comprend trois parties. La première partie traite des incidences variées des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC) sur le marketing personnalisé. La deuxième partie porte sur le marketing communautaire, qui permet entre autres aux internautes d échanger des informations et de clavarder. Nous décrivons ces récentes tendances électroniques dans l approche client en comparant les sites Web de sociétés bancaires françaises et américaines. Finalement, dans la troisième partie, nous donnons des conseils afin d aider les entreprises à optimiser l usage et les retombées de ces nouvelles stratégies marketing. Les incidences des NTIC sur le marketing personnalisé Deux stratégies d individualisation, souvent complémentaires, se sont développées sur Internet : la proposition de produits Chaque internaute peut choisir ses services (par exemple, assurance, livraison à domicile, aide en ligne) 72 Chaque internaute peut choisir une relation individualisée (par exemple, diffusion par courrier électronique, flux RSS, page d accueil individualisée) et de services adaptés aux profils des clients grâce à des données informatisées et la proposition d une personnalisation par les clients de leurs produits et services. En plus, les organisations peuvent individualiser la relation client grâce à d autres technologies de l information et de la communication. Voyons comment les NTIC influent sur les stratégies de marketing individualisées. Individualiser l offre de produits et de services en recourant à des données informatisées sur les clients Selon cette stratégie, l organisation veut suggérer des services adaptés aux profils des clients en s appuyant en partie sur la gestion de bases de données (Peppers et Rogers, 1998). Sur Internet, une offre et une configuration spécifiques du site Web sont alors proposées à chaque visiteur en fonction des données individuelles, collectées sur la déclaration du client ou à son insu par les cookies. Dans le domaine bancaire, le client peut ainsi gérer ses comptes en ligne avec une interface personnalisée. La prémisse de cette approche est simple : lorsque l entreprise propose des produits et des services individualisés et adaptés aux besoins du client, celui-ci multiplie ses achats et reste fidèle. Dans la stratégie d individualisation de la relation client, trois types de liens contractuels ont été étudiés. Le premier lien contractuel concerne une individualisation de la relation bancaire sur Internet, qui correspond à une gestion externalisée d opérations courantes sans valeur ajoutée, comme la consultation des comptes, la commande de chéquiers ou les

4 Encadré 1 À propos de l étude La recherche s appuie sur la comparaison des sites Internet des 10 principales banques françaises et américaines. L étude des sites de ces banques s est effectuée selon deux approches : (1) l analyse de la relation individualisée établie sur chaque site Internet selon trois axes : la gestion des opérations courantes, la mise en place de flux RSS et la possibilité de négocier un crédit en ligne; (2) l analyse de la relation communautaire établie sur chaque site Internet par le biais des outils du Web 2.0 qui procurent un potentiel de socialisation entre les visiteurs. au consommateur d avoir un produit (ordinateur, sac, bijou, etc.) unique et donc de se l approprier pleinement. L internaute étant partie prenante dans la conception du produit ou du service, il tend à y être particulièrement attaché et à rester fidèle à l enseigne. Pour ce qui est des produits sans valeur ajoutée, l ensemble des banques françaises et américaines offrent la possibilité à leurs clients de consulter leurs comptes, de demander un relevé d identité bancaire (R.I.B.), de faire un virement, et ainsi de suite, ce qui leur permet de laisser les clients prendre en charge une partie des services. Cette participation du consommateur au processus de servuction constitue pour toutes ces entreprises bancaires une ressource financière non négligeable. virements, ou, dans un autre ordre d idées, la stratégie mise en place par les banques pour alerter les clients en cas de problèmes relativement à leur compte bancaire. À ce titre, la stratégie multicanal permettant d élaborer un marketing personnalisé avec le consommateur a été analysée. Le deuxième lien contractuel touche à la mise en place d un flux RSS (really simple syndication) entre la banque et ses clients, ce qui permet la transmission d informations quotidiennes sur une thématique choisie. Quant au troisième lien contractuel, il s attache à un niveau de personnalisation du service bancaire où la valeur ajoutée est potentiellement plus importante. Il s agit de définir s il est envisageable d obtenir un crédit à la consommation en ligne et de négocier les conditions de ce prêt (assurance, taux, frais de dossier, etc.). Faire participer les clients à la personnalisation des produits et des services La deuxième stratégie d individualisation de l offre attribue à l utilisateur du site marchand le rôle de «conso-acteur». Sans se substituer au processus d offre individualisée conventionnelle, elle inverse la tendance et met le potentiel d Internet à la disposition du client qui prendra l initiative de personnaliser l offre. On peut citer à cet égard le site de Dell, qui donne au visiteur la possibilité d un service interactif de construction sur mesure de son micro-ordinateur, ou le site d IKEA, qui permet à l internaute de créer sa cuisine selon ses désirs. Le client est non seulement consommateur, mais aussi acteur dans la construction du produit ou du service. La personnalisation peut parfois aller assez loin. C est le cas, par exemple, du site des bonbons M&M s sur lequel les consommateurs peuvent commander des bonbons marqués de leurs initiales, d une date de naissance, etc. Dans le domaine du luxe, Longchamp permet aux internautes de créer un sac à main. Autre exemple, le joaillier Boucheron permet à ses clients de confectionner eux-mêmes leurs bijoux sur Internet, par le biais de son slogan : «La maison Boucheron vous invite à devenir l artisan de votre création.» Lorsqu une entreprise fait intervenir le consommateur dans le processus de servuction, l objectif est de deux ordres. Tout d abord, il s agit de rendre la relation unique. Internet étant le seul média interactif, chaque internaute pourra utiliser les outils de la personnalisation comme il l entend. Ensuite, cette stratégie permet 73 Individualiser la relation client en utilisant divers outils et moyens en ligne Il est possible de mettre en place différents outils pour individualiser la relation client grâce à une stratégie multicanal en ligne. Par exemple, toutes les banques étudiées disposent d un centre d appels pouvant répondre aux besoins des consommateurs. De plus, quasiment toutes les entreprises de notre échantillon proposent un service d alerte des comptes par courriel ou message téléphonique (message texte). Les banques françaises et américaines développent aussi parallèlement aux relations sur Internet un contact client grâce au service de messagerie SMS (short messaging service). En 2006, 6 % des Français utilisaient les services bancaires par téléphone. Dans cette relation, le consommateur reste passif et ne peut rien négocier; il ne peut que recourir à des services mis à sa disposition. De nombreuses banques parmi celles qui ont été étudiées proposent aux internautes de rester connectés à leur site grâce à un service «flux RSS». Le démarrage de ce service nécessite un échange entre l entreprise et l internaute : d un côté, la banque affiche la possibilité de ce service, de l autre, le client demande et autorise le contact direct avec son site. Contrairement à une lettre d information (newsletter), le contenu de l information évolue selon le centre d intérêt du client. Ces flux RSS sont à même d assurer une information choisie, actualisée et continue sans être destinés à promouvoir la communication interactive. De nombreuses banques suggèrent aux internautes de rester connectés à leur site grâce à ces flux RSS; elles veulent donc avoir elles-mêmes un contact permanent avec les clients. C est le cas du Crédit Mutuel pour la région Centre-Est de la France, de la Caisse d Épargne pour la région parisienne, du Crédit Agricole, du Crédit Lyonnais et de la Banque Postale. Les flux RSS sont aussi mis en place par certaines banques américaines comme Citigroup, Bank of America ou US Bancorp. Finalement, l individualisation de la relation client peut se faire en donnant la possibilité de négocier en ligne l offre de biens et de services. En ce qui concerne les prêts mobiliers, la situation entre les banques est semblable. Si de nombreuses banques permettent à leurs clients d obtenir un crédit sur Internet (voir le tableau 3), il n est possible dans aucune d entre elles d engager une négociation en ligne.

5 Tableau 3 Illustration d une approche de marketing individualisé pour des banques : offrir la possibilité d obtenir un crédit en ligne Possibilité d obtenir un crédit en ligne Banques françaises Banques américaines OUI NON Crédit Agricole Société Générale Crédit Mutuel Banque Populaire HSBC (solution multicanal, réponse par téléphone) CIC (solution multicanal, réponse par téléphone ou courriel) BNP Paribas Caisse d Épargne Le Crédit Lyonnais La Banque Postale Citigroup JP Morgan Chase & Co. Wells Fargo US Bancorp Capital One Financial SunTrust Banks National City Corp. Bank of America (solution multicanal, réponse en 15 minutes par téléphone) Wachovia Corp. Bank of New York Mellon (produits et services surtout destinés aux industriels et aux investisseurs financiers) i En somme, on observe une forte similitude concernant la stratégie de marketing personnalisé entre les banques françaises et les banques américaines. On ne note pas de différenciation importante pour ce qui est de la personnalisation des services sur Internet. Internet et la téléphonie mobile sont utilisés avant tout pour des opérations sans grande valeur ajoutée; il s agit seulement de s adapter à la mobilité des clients. La seule différence a trait à la gratuité des messages d alerte adressés aux clients. Elle est généralisée dans les banques américaines, ce qui n est pas le cas dans les banques françaises. Le marketing communautaire À l inverse du marketing individualisé, le marketing communautaire part du postulat que l individualisme et la personnalisation ont pour revers l isolement des individus. Pour résister à la solitude ainsi générée, les individus cherchent à recomposer un lien social, une communauté dans laquelle ils créeront entre eux de fortes attaches émotionnelles et partageront des valeurs (Maffesoli, 2007). Ce phénomène s amplifie avec Internet, car le lien traditionnel déterminé par la situation géographique disparaît au profit de la constitution des communautés à travers le monde. Cette vision avant tout communautaire de la stratégie marketing est corroborée par l analyse selon laquelle les consommateurs sont aujourd hui de plus en plus à l écoute les uns des autres. Si les entreprises établissent un lien social avec leurs clients sur Internet, les conséquences seront positives. En effet, cela accroîtra la satisfaction du client, sa confiance, son intention de recommander le site comme l enseigne physique et de se rendre dans l enseigne (Notebaert, 2007a). 74 Par conséquent, la politique marketing conventionnelle, basée sur la mise en œuvre unilatérale des quatre P (produit, prix, place, promotion), doit redéfinir ses stratégies en intégrant des relations entre clients. Dans cette perspective, le marketing communautaire se focalise sur la relation entre les individus et se sert du produit comme un vecteur de communication, alors que le marketing relationnel se fonde sur la relation entre l entreprise et ses clients. Pour répondre à ce besoin d établir un lien, l entreprise peut utiliser les outils du Web 2.0 qui permettent aux consommateurs, à travers le clavardage et les forums notamment, de communiquer entre eux et d échanger des idées. Ainsi, sur le site de la FNAC, les clients peuvent donner leurs impressions sur différents produits culturels comme des livres. De très nombreux sites de voyage en ligne comprennent aussi ce service que les clients apportent aux autres consommateurs. Au sein des banques étudiées, le marketing communautaire est essentiellement en place dans des banques françaises. L objectif premier semble être d établir de nouvelles relations avec les internautes, car les clients perdent l habitude de se rendre à la banque. En effet, alors que 44 % des Français allaient régulièrement à leur banque en 1999, ils n étaient plus que 35 % à le faire en 2006 (Fédération Bancaire Française, 2007). L orientation des clients vers Internet serait donc une des sources de la circulation réduite de la clientèle dans les banques. L analyse du marketing communautaire des sites Internet des banques de notre échantillon s est fondée sur celle des outils du Web 2.0, qui favorise l interactivité entre l internaute, l entreprise et les autres utilisateurs du Web grâce au partage de documents et à la collaboration en ligne. Dans cette optique,

6 les individus peuvent enrichir le contenu d un site Internet et établir des réseaux sociaux. Les communautés virtuelles, créées sur le modèle du clavardage et des forums des années 1990 et renforcées par les outils du Web 2.0, permettent aux internautes de générer, de partager, d éditer et d échanger des informations (Thompson et Holt, 1996). Le partage des recommandations et des évaluations entre clients est un exemple de communauté virtuelle. Offrir la possibilité aux internautes de transmettre par courriel des composantes du site à d autres internautes En France, certaines banques comme HSBC, la Caisse d Épargne ou Le Crédit Lyonnais permettent aux internautes d envoyer par courrier électronique de nombreux liens sur les pages du site bancaire à d autres internautes. Il peut s agir de simulateurs de prêts ou d informations sur les assurances, sur la Bourse, sur des fiches produits, etc. Cela peut engendrer un bouche-à-oreille favorable, car cette communication est moins intrusive lorsque le marketing viral est fait par une connaissance que par la banque elle-même. De plus, ces liens hypertextes permettent aux banques de s immiscer dans des réseaux d amis et de connaissances qui ont des projets financiers. Le marketing communautaire se focalise sur la relation entre les individus et se sert du produit comme un vecteur de communication, alors que le marketing relationnel se fonde sur la relation entre l entreprise et ses clients. Du côté des banques américaines, la Bank of America offre à ses clients un espace de discussion sur ses produits et services où ils peuvent donner leur avis en ligne, comme le font d autres entreprises dans le secteur du tourisme ou des loisirs, par exemple. Offrir aux internautes la possibilité de clavarder De nombreuses banques françaises ont intégré un clavardage ou un forum sur leur site Internet qui vise avant tout les particuliers. Par exemple, Le Crédit Lyonnais a mis sur pied un clavardage pour l immobilier, alors que la Caisse d Épargne l utilise pour la partie «service à la personne» de son site. Dans ce dernier cas, les internautes peuvent envoyer par courriel leurs commentaires à propos des services de la banque, et celle-ci les incorpore après s être assurée qu il ne s agit pas de messages grossiers ou discriminatoires susceptibles d avoir des conséquences juridiques. Toutefois, sauf pour un site américain, les consommateurs ne peuvent pas pour l instant donner leurs impressions sur les produits et les services bancaires sur le site Web même. Le marketing communautaire semble cibler principalement les jeunes clients qui ont l habitude d utiliser Internet, les blogues et le clavardage, et de s inscrire dans des communautés virtuelles. L objectif est d attirer ces futurs clients importants, de les séduire afin qu ils acquièrent une attitude favorable 75 envers l enseigne et une confiance accrue. Par exemple, la BNP Paribas a lancé un clavardage sur les pages destinées aux jeunes et elle a établi le «blog des actus» qui s adresse à eux directement. La Société Générale propose un «rendez-vous dialogue» où différents thèmes sont abordés dans le clavardage : «banque à distance», «service de rechargement de mobile», «fins de mois difficiles», «partir à l étranger», etc. La Caisse d Épargne a mis sur pied un monde virtuel où chaque jeune peut créer un avatar. Il peut ensuite «lancer un projet virtuel» considéré comme important et les autres acteurs du monde virtuel peuvent soutenir le projet de leur choix. Notons qu il est aussi possible de cibler les professionnels. Par exemple, le Crédit Agricole a mis en place différents blogues autour du thème de la famille avec dossierfamilial.com et institué le site pleinchamp.com destiné aux agriculteurs, sur lequel des forums permettent aux professionnels de discuter. Du côté des banques américaines, l utilisation du Web 2.0 reste assez marginale. Citigroup propose un forum ouvert à tous et un blogue intégrant des photographies dont l usage est réservé aux organisations faisant l objet de son mécénat. Bank of America a également prévu un blogue et un clavardage permettant aux internautes de dialoguer avec des experts. Offrir la possibilité d utiliser des agents virtuels Les travaux de recherche français et américains montrent que le recours à un agent virtuel donne une dimension sociale aux sites Internet (Notebaert, 2005; Wang et al., 2007). En France, le Crédit Mutuel utilise un agent virtuel du site afin de créer un marketing viral. Au Nouvel An, le visiteur du site pouvait souhaiter une bonne année à d autres internautes grâce à un agent virtuel programmé par ses soins. À la fin du message créé de toutes pièces par l émetteur, le récepteur était invité à relire la carte, à visiter le site créditmutuel.com ou à envoyer une carte postale virtuelle. Proposer ainsi de faire connaître son site, grâce à une carte postale virtuelle mettant en scène un agent virtuel, constitue une communication non intrusive (Notebaert, 2007b) qui permet de développer la notoriété et l image de l enseigne au sein de réseaux sociaux. Notons qu un même support de communication peut entraîner une stratégie différente. Par exemple, le Crédit Agricole a aussi inséré un avatar sur son site afin de guider les clients dans leur visite. Pour le moment, les sites des banques américaines n utilisent aucun agent virtuel. De nombreuses banques françaises ont intégré un clavardage ou un forum sur leur site Internet qui vise avant tout les particuliers. En conclusion, la stratégie communautaire paraît largement utilisée par les banques françaises et, dans une moindre mesure, par les banques américaines, et elle est surtout concentrée dans les deux premières banques nationales : Citigroup et Bank of America. Il semble donc que les banques françaises de notre échantillon optent pour une approche communautaire, alors que les banques américaines continuent

7 i de se focaliser sur la personnalisation de l offre. Cependant, le fait que les banques leaders du marché américain se lancent dans le Web 2.0 augure peut-être un changement de stratégie pour les années à venir. Comment optimiser l efficacité des nouvelles stratégies de marketing individualisé et communautaire sur Internet? Les deux stratégies marketing individualisé et marketing communautaire que nous avons décrites ne s excluent pas mutuellement; au contraire, elles sont complémentaires. Dans un monde où le consommateur est de plus en plus nomade, le fait de lui proposer des liens communautaires à côté de liens contractuels représente une approche marketing qui se développe. La Caisse d Épargne recourt à une approche mixte en invitant l internaute, sur une même page Web, à intégrer une communauté en ligne et à établir des relations contractuelles. impérativement procéder à la déclaration de son fichier à la CNIL et signaler à ses internautes que leurs données seront enregistrées et qu ils disposent à leur sujet d un droit d accès, de rectification et de suppression. Une organisation qui ne fait pas cela s expose à des sanctions pénales lourdes. L organisation doit aussi obtenir une autorisation préalable du destinataire de tout courrier électronique de prospection commerciale sous peine d avoir à payer un certain montant d amende par message envoyé irrégulièrement. Le consommateur, en coproduisant le service des banques proposé sur Internet, participe à l offre de ce service. Il se familiarise avec le site et cet apprentissage fait qu il devient plus difficile pour lui de quitter cette institution bancaire au profit d un concurrent. Mais comment optimiser l usage et les retombées de ces nouvelles stratégies marketing, et même, comment faire en sorte que les modes de gestion ne provoquent pas plus d effets négatifs que d effets positifs faute de prudence, d inexpérience, etc.? Nous insistons ici sur quatre grands conseils : continuer à miser sur le marketing individualisé, connaître et respecter les obligations légales, sonder et former les employés au sujet des nouvelles stratégies marketing et de la nouvelle relation client qu elles entraînent et, enfin, sonder les clients et les internautes pour mieux répondre à leurs attentes. Conseil 1 : continuer à miser sur le marketing individualisé À l heure où les banques traversent une tempête financière, la perte de confiance de la clientèle due au manque de professionnalisme des institutions financières est certaine. Une résistance face au discours des banques et à leur communication est donc à craindre dans l avenir. Lorsqu un client est insatisfait, il dispose de deux moyens d action : ou bien prendre la parole et contester, ou bien mettre fin à sa relation avec l entreprise (Hirschman, 1995). Le consommateur, en coproduisant le service des banques proposé sur Internet, participe à l offre de ce service. Il se familiarise avec le site et cet apprentissage fait qu il devient plus difficile pour lui de quitter cette institution bancaire au profit d un concurrent. Il se sent davantage partie intégrante de celle-ci en raison de sa participation active sur son site et, en conséquence, moins enclin à la délaisser. Il serait sans doute nécessaire d aller plus loin dans l individualisation du service en proposant, par exemple, aux clients la possibilité de négocier les contrats en ligne. Conseil 2 : connaître et respecter les obligations légales En France, la loi impose aux entreprises de déclarer à la Commission nationale de l informatique et des libertés (CNIL) tous leurs fichiers informatisés contenant des informations personnelles. La personne concernée a un droit absolu de connaître les informations qui la touchent et un droit de se faire rayer d un fichier existant. Une organisation doit donc 76 En France, les obligations à la charge du professionnel sont plus grandes pour les contrats conclus à distance comme pour ceux conclus par le biais d Internet. Par exemple, l entreprise doit fournir au consommateur une information plus complète et adaptée à la relation Internet. De même, un contrat n est pas conclu pour de bon immédiatement, puisqu il faut la confirmation de l acceptation du consommateur. Son seul premier clic ne sera pas suffisant. De surcroît, comme il y a un délai de rétractation pendant lequel le client peut changer d avis (ce délai varie selon le secteur), le contrat n est pas ferme tant que ce délai n est pas écoulé. Finalement, l entreprise doit s assurer de maîtriser deux risques juridiques engendrés par son activité sur Internet : un risque civil et un risque pénal. Elle ne doit pas se placer en position d auteur ou de complice de diffamation, de contrefaçon ou d autres délits de presse, puisqu elle encourt des amendes et pourrait devoir indemniser ses victimes. Même si l entreprise ne participe pas à la rédaction de la totalité du contenu de son site, elle est tenue pour responsable de la surveillance de ce qui y est posté. Les tribunaux sont toutefois plus cléments si l entreprise arrive à démontrer qu elle a fait des efforts pour supprimer les contenus litigieux de son site. Conseil 3 : sonder et former les employés au sujet des nouvelles stratégies marketing et de la nouvelle relation client Comme les organisations laissent de plus en plus le soin aux clients de remplacer les salariés, que ce soit pour faire des opérations en ligne ou pour renseigner d autres clients, il faut analyser la résistance potentielle des employés à cette gestion du «guichet à domicile» par les clients. La coexistence de lieux de commercialisation virtuels et physiques peut s avérer difficile à gérer pour les vendeurs (Vanheems, 2008) et des conflits entre Internet et les lieux physiques de transaction peuvent naître pour diverses raisons. Sur Internet, le client effectue un travail qui était auparavant du ressort des salariés. Il peut obtenir des informations qui lui permettront d avoir une meilleure expertise avant de négocier en personne un contrat avec un conseiller de l organisation.

Faire participer les clients. La relation client sur Internet Les banques mettent leurs clients au travail. Jean-François Notebaert

Faire participer les clients. La relation client sur Internet Les banques mettent leurs clients au travail. Jean-François Notebaert Rubrique «À propos de» La relation client sur Internet Les banques mettent leurs clients au travail Jean-François Notebaert Le client, sur Internet, est amené à prendre une place de plus en plus importante

Plus en détail

Chapitre 17 Les moyens de communication relationnelle

Chapitre 17 Les moyens de communication relationnelle I. La communication relationnelle Pour influencer le comportement du consommateur, une organisation doit communiquer avec ses clients, ses prospects, ses prescripteurs, ses distributeurs La communication

Plus en détail

Site internet et E-commerce Les étapes juridiques incontournables

Site internet et E-commerce Les étapes juridiques incontournables Site internet et E-commerce Les étapes juridiques incontournables Atelier du 7 juillet 2009 Animé par Annabel BONNARIC Avocat Cabinet FIDAL 2 Le Site Internet Véritable outil de communication de l entreprise

Plus en détail

Évolution des réseaux sociaux dans la banque (US et France) et place dans la distribution multicanale

Évolution des réseaux sociaux dans la banque (US et France) et place dans la distribution multicanale conseil organisation management Réussir ensemble Évolution des réseaux sociaux dans la banque (US et France) et place dans la distribution multicanale Salon e-commerce, Paris, 14 septembre 2011 csa consulting

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente Universign Universign Version: 1.2 DIFFUSION PUBLIQUE Les présentes conditions de vente s appliquent entre d une part la société Cryptolog International au capital de 275

Plus en détail

Conditions générales de vente en ligne

Conditions générales de vente en ligne Conditions générales de vente en ligne SAROFOT Impertinent.ph Les présentes conditions de vente sont conclues d une part par la société SAROFOT Impertinent. au capital de 11433,67 euro dont le siège social

Plus en détail

«Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel»

«Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel» «Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel» Incidence de la réforme de la loi «Informatique et libertés» et de la loi «Économie Numérique» Emilie PASSEMARD, Chef du service

Plus en détail

Grégory Bressolles L E-MARKETING

Grégory Bressolles L E-MARKETING Grégory Bressolles L E-MARKETING Conseiller éditorial : Christian Pinson Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-057045-4 SOMMAIRE Avant-propos 5 CHAPITRE 1 Qu est-ce que l e-marketing? I COMMENT INTERNET A-T-IL

Plus en détail

Chap 14 : La fidélisation de la clientèle et la mercatique après-vente. I. La fidélisation. A. Les enjeux de la fidélisation

Chap 14 : La fidélisation de la clientèle et la mercatique après-vente. I. La fidélisation. A. Les enjeux de la fidélisation Chap 14 : La fidélisation de la clientèle et la mercatique après-vente I. La fidélisation A. Les enjeux de la fidélisation B. La mesure de la satisfaction des clients dans les unités commerciales physiques

Plus en détail

LA RÉSISTANCE DU CLIENT BANCAIRE FRANÇAIS FACE À LA GESTION DE LA RELATION CLIENT SUR INTERNET

LA RÉSISTANCE DU CLIENT BANCAIRE FRANÇAIS FACE À LA GESTION DE LA RELATION CLIENT SUR INTERNET Jean-François NOTEBAERT. Laurence ATTUEL-MENDES LA RÉSISTANCE DU CLIENT BANCAIRE FRANÇAIS FACE À LA GESTION DE LA RELATION CLIENT SUR INTERNET Papier présenté au 2ième Colloque sur le Management relationnel

Plus en détail

Baromètre UDA/OpinionWay 2010 de l'e-marketing

Baromètre UDA/OpinionWay 2010 de l'e-marketing Baromètre UDA/OpinionWay 2010 de l'e-marketing Présentation du 31 mars 2010 Baromètre UDA / OpinionWay 2010 de l e-marketing page 1 Sommaire 1. Méthodologie et structure de l échantillon 2. Résultats Expertise

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SITE WEB :

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SITE WEB : CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SITE WEB : www.demeures-de-charentes.fr ARTICLE 1 Définitions Pour les besoins des présentes, il est exposé les définitions suivantes : - «COM ON PUB» : signifie la

Plus en détail

Internet, le e-guichet

Internet, le e-guichet Internet, le e-guichet Enquête Opinion Way Etude régulière réalisée sur Internet auprès de 1 016 internautes de 15 ans et plus. Mars 2008 Les habitudes financières Quels sont les produits et services financiers

Plus en détail

Ces conditions de vente prévaudront sur toutes autres conditions générales ou particulières non expressément agréées par SUD LOGICIEL GESTION.

Ces conditions de vente prévaudront sur toutes autres conditions générales ou particulières non expressément agréées par SUD LOGICIEL GESTION. Conditions générales de vente de SUD LOGICIEL GESTION Les présentes conditions de vente sont conclues d une part par la société SUD LOGICIEL GESTION. au capital de 3000 euro dont le siège social est à

Plus en détail

Les moments de vérité dans la relation client : quelles opportunités de croissance pour les assureurs?

Les moments de vérité dans la relation client : quelles opportunités de croissance pour les assureurs? Les moments de vérité dans la relation client : quelles opportunités de croissance pour les assureurs? *La haute performance. Réalisée. Méthodologie de l étude Basée sur un questionnaire construit avec

Plus en détail

CHAPITRE 15 LES RELATIONS ENTRE PRODUCTEURS ET DISTRIBUTEURS.

CHAPITRE 15 LES RELATIONS ENTRE PRODUCTEURS ET DISTRIBUTEURS. CHAPITRE 15 LES RELATIONS ENTRE PRODUCTEURS ET DISTRIBUTEURS. Le choix de la stratégie de distribution s effectue dans le cadre d une réflexion stratégique générale, car il conditionne toute l organisation

Plus en détail

Les nouvelles attentes des clients face aux nouvelles technologies ont été mises en évidence par diverses études :

Les nouvelles attentes des clients face aux nouvelles technologies ont été mises en évidence par diverses études : La banque à distance I - DEFINITION La banque à distance peut être définie comme «toute activité bancaire destinée à un client ou à un prospect, se déroulant à partir d un point de service électronique

Plus en détail

Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr.

Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. Document mis à disposition par : www.marketing-etudiant.fr Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. En conséquence croisez vos sources

Plus en détail

Chap 20 : Les stratégies de communication

Chap 20 : Les stratégies de communication Chap 20 : Les stratégies de communication I. Les bases de la communication A. Les objectifs de la communication B. Les conditions de validité des objectifs Pour être valides, les objectifs de communication

Plus en détail

Baromètre 2011 de l'e-marketing

Baromètre 2011 de l'e-marketing Baromètre 2011 de l'e-marketing Présentation du 30 mars 2011 MD Expo / UDA Baromètre de l e-marketing 2011 page 1 Sommaire 1. Méthodologie et structure de l échantillon 2. Résultats L acculturation des

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE EN LIGNE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE EN LIGNE CONDITIONS GENERALES DE VENTE EN LIGNE Les présentes conditions de vente sont conclues d une part entre la société EAGGY SAS entre toute personne physique ou morale souhaitant procéder à un achat via le

Plus en détail

IUT Info-Com 2 ème année LE MARKETING DIRECT. Sandrine Michel. Formation 2012. sandrine.michel@gmail.com

IUT Info-Com 2 ème année LE MARKETING DIRECT. Sandrine Michel. Formation 2012. sandrine.michel@gmail.com Sandrine Michel 1 LE MARKETING DIRECT Formation 2012 sandrine.michel@gmail.com Objectifs : Comprendre ce qu est le marketing direct Comprendre comment il s inscrit dans le secteur de la communication Connaître

Plus en détail

Etre visible sur internet : Pourquoi? Comment?

Etre visible sur internet : Pourquoi? Comment? Etre visible sur internet : Pourquoi? Comment? Nemours 09 juillet 2015 Noémie Reynard Chargée de mission Tourisme et Développement Durable CCI Seine-et-Marne Direction Commerce-Tourisme Etre visible sur

Plus en détail

Quelles sont les conditions Générales d Utilisation?

Quelles sont les conditions Générales d Utilisation? Quelles sont les conditions Générales d Utilisation? Nous vous fournissons un service ("le service"), sujet aux conditions suivantes ("conditions"), qui peuvent être mises à jour de temps en temps sans

Plus en détail

Communication Opérationnelle Franchises et Réseaux

Communication Opérationnelle Franchises et Réseaux Communication Opérationnelle Franchises et Réseaux Matérialiser votre concept CONSTRUCTION DE L IMAGE ET DE LA COMMUNICATION Traduire votre concept en véritable projet d entreprise >> Confirmer votre offre

Plus en détail

RESEAUX SOCIAUX : OUTILS DE PROSPECTION ET FIDELISATION?

RESEAUX SOCIAUX : OUTILS DE PROSPECTION ET FIDELISATION? Faut-il être présent sur les réseaux sociaux? De plus en plus d entreprises se posent la question. Considéré il y a encore peu comme un simple moyen d échange ou de prise de contact, le réseau social est

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

JANNEAU Julien. Conférence : Les clés de succès sur Internet

JANNEAU Julien. Conférence : Les clés de succès sur Internet HYMBERT Medhi JANNEAU Julien Master 2 SCPN Conférence : Les clés de succès sur Internet Introduction : Depuis sa démocratisation durant les années 2000, la toile Internet a complètement «explosée» devant

Plus en détail

Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet?

Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet? > Accueil > Le Droit en pratique > Fiches pratiques Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet? Le site Internet est un vecteur d informations. Mais il en collecte également,

Plus en détail

Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices)

Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices) Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices) 1. Les conditions générales d utilisation (CGU) décrites ci-dessous peuvent être complétées par les

Plus en détail

Les défis de la Gestion de la Relation Client

Les défis de la Gestion de la Relation Client Les défis de la Gestion de la Relation Client 1 1. Le client au cœur de votre stratégie 2 1.1 Définition La Gestion Relation Client est un système qui doit vous permettre : De mieux comprendre vos clients

Plus en détail

APPLICATION N 7 LE CAS FINANCE SA (Adapté d un sujet d expertise comptable de l INTEC)

APPLICATION N 7 LE CAS FINANCE SA (Adapté d un sujet d expertise comptable de l INTEC) APPLICATION N 7 LE CAS FINANCE SA (Adapté d un sujet d expertise comptable de l INTEC) Venant de prendre la Présidence d un important groupe financier français, le nouveau président est alerté par certains

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION DU SYSTÈME D INFORMATION ET EN PARTICULIER DES RESSOURCES INFORMATIQUES.

CHARTE D UTILISATION DU SYSTÈME D INFORMATION ET EN PARTICULIER DES RESSOURCES INFORMATIQUES. DQ- Version 1 SSR Saint-Christophe CHARTE D UTILISATION DU SYSTÈME D INFORMATION ET EN PARTICULIER DES RESSOURCES INFORMATIQUES. I] INTRODUCTION L emploi des nouvelles technologies nécessite l application

Plus en détail

Les caractéristiques du secteur bancaire français

Les caractéristiques du secteur bancaire français Les caractéristiques du secteur bancaire français Fiche 1 Objectifs Découvrir le poids du secteur bancaire en France et ses intervenants Prérequis Aucun Mots-clefs Produit intérieur brut (PIB), organismes

Plus en détail

Comment être présent facilement et efficacement sur Internet?

Comment être présent facilement et efficacement sur Internet? FORMATION E TOURISME Comment être présent facilement et efficacement sur Internet? Soyez acteur sur internet. Définissez les points clés de votre présence sur internet sur la base de vos objectifs marketing,

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE ET D UTILISATION DE LA BOUTIQUE D ATLANTIDE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE ET D UTILISATION DE LA BOUTIQUE D ATLANTIDE CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE ET D UTILISATION DE LA BOUTIQUE D ATLANTIDE Les présentes conditions sont conclues entre, d une part ATLANTIDE société à responsabilité limitée au capital de 2 000, dont le

Plus en détail

Le Marketing Relationnel Universitaire : 2010.2011 0

Le Marketing Relationnel Universitaire : 2010.2011 0 Universitaire : 2010.2011 0 Introduction : Chaque jour à travers le monde, des managers déplorent la baisse de fidélité de leurs clients qui sont courtisés plus fébrilement par des concurrents offrant

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SITE INTERNET TELEPHONE-STORE.FR

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SITE INTERNET TELEPHONE-STORE.FR CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SITE INTERNET TELEPHONE-STORE.FR Article 1 er. Présentation générale La société TELEPHONE STORE qui a son siège social sis Immeuble Gallieni, 2, rue Benoît Malon à

Plus en détail

Dossier Gestmag 2007. Livre IV. Gestion des clients et fournisseurs

Dossier Gestmag 2007. Livre IV. Gestion des clients et fournisseurs Dossier Gestmag 2007 Livre IV Gestion des clients et fournisseurs Domiciel Inform@tique Page 1 Avril 2007 TABLE DES MATIÈRES 1. Généralités 3 2. Gestion des fournisseurs 3 2.1 La fiche fournisseur 3 2.1.1

Plus en détail

JE MONTE UN SITE INTERNET

JE MONTE UN SITE INTERNET JE MONTE UN SITE INTERNET GUIDE PRATIQUE C O M M I S S I O N N A T I O N A L E D E L I N F O R M A T I Q U E E T D E S L I B E R T E S Janvier 2006 JE MONTE UN SITE INTERNET Le monde virtuel auquel vous

Plus en détail

Le logiciel qui simplifie les relations avec tous les publics

Le logiciel qui simplifie les relations avec tous les publics Dossier de presse Juin 2012 Le logiciel qui simplifie les relations avec tous les publics Depuis 2003, le logiciel AdequateRP est proposé aux professionnels de la communication pour simplifier leurs relations

Plus en détail

Faites de vos équipes Relation Client vos meilleurs ambassadeurs!

Faites de vos équipes Relation Client vos meilleurs ambassadeurs! Faites de vos équipes Relation Client vos meilleurs ambassadeurs! Interventions : Nathalie Ponsart, Cemex Stephane Mercier pour Monoprix Yves Duranton, cegos Animation : Yvelise Lebon, Groupe Cegos Ludovic

Plus en détail

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI),

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI), Le rôle du Fichier central des chèques et du Fichier national des chèques irréguliers Note d information La Banque de France a reçu du législateur la mission de «veiller au bon fonctionnement et à la sécurité

Plus en détail

BANQUE & DIGITAL : Comportement des consommateurs, enjeux et opportunités

BANQUE & DIGITAL : Comportement des consommateurs, enjeux et opportunités ACTIVIS - 1 BANQUE & DIGITAL : Comportement des consommateurs, enjeux et opportunités SOMMAIRE PARTIE 1 : UNE NOUVELLE RELATION À L ARGENT ET À SA BANQUE PARTIE 2 : ENJEUX ET LEVIERS DIGITAUX ET CROSS

Plus en détail

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 16 I. COMPÉTENCES C1. PROSPECTER C11. Élaborer un projet de prospection C12. Organiser une opération de prospection C13. Réaliser une opération de prospection C14. Analyser

Plus en détail

Le 19 octobre 2010 CROSS-CANAL. Comment mettre en place une véritable stratégie cross-canal? Gaëlle Duvet

Le 19 octobre 2010 CROSS-CANAL. Comment mettre en place une véritable stratégie cross-canal? Gaëlle Duvet Le 19 octobre 2010 CROSS-CANAL Comment mettre en place une véritable stratégie cross-canal? PRESENTATION Néomarketing est une Agence Conseil de Marketing Relationnel. Depuis 2002, nous accompagnons nos

Plus en détail

Utilisation d Internet : résultats de l enquête effectuée auprès des médecins du Canton de Genève

Utilisation d Internet : résultats de l enquête effectuée auprès des médecins du Canton de Genève Utilisation d Internet : résultats de l enquête effectuée auprès des médecins du Canton de Genève SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Matériel et méthodes... 3 3 Résultats... 4 4 Discussion... 9 4.1 Accès Internet

Plus en détail

BANCO PALMAS OU LES RICHESSES D'UNE FAVELA

BANCO PALMAS OU LES RICHESSES D'UNE FAVELA BANCO PALMAS OU LES RICHESSES D'UNE FAVELA C.E.R.A.S Projet 2011/5 - n 324-325 pages 114 à 117 ISSN 0033-0884 Article disponible en ligne à l'adresse: http://www.cairn.info/revue-projet-2011-5-page-114.htm

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1231044L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1231044L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République

Plus en détail

Comment toucher les décideurs

Comment toucher les décideurs Comment toucher les décideurs Étude commanditée par Pitney Bowes sur l évolution du rôle du courrier dans le marketing mix des entreprises du domaine Business to Business (B2B) en Europe et aux États-Unis

Plus en détail

CONDITIONS D UTILISATION DU SITE www.ca-parlons-en.fr

CONDITIONS D UTILISATION DU SITE www.ca-parlons-en.fr CONDITIONS D UTILISATION DU SITE www.ca-parlons-en.fr MENTIONS LEGALES Le site www.ca-parlons-en.fr est publié par : Caisse Régionale de Crédit Agricole Mutuel du Nord Est, société coopérative à capital

Plus en détail

Etre présent sur le Web sans site Web. 29 septembre 2014

Etre présent sur le Web sans site Web. 29 septembre 2014 Etre présent sur le Web sans site Web 29 septembre 2014 Présence sur le Web : une absolue nécessité pour le commerce de proximité Le Web-to-Store est un concept déjà bien ancré chez les internautes acheteurs

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION de la Page Facebook officielle TAG

CHARTE D UTILISATION de la Page Facebook officielle TAG CHARTE D UTILISATION de la Page Facebook officielle TAG La Page Facebook officielle TAG est hébergée par Facebook et éditée par : SÉMITAG (Société d Économie Mixte des Transports de l Agglomération Grenobloise)

Plus en détail

matthieumarce.com - Fiches pratiques - Emailing Emailing

matthieumarce.com - Fiches pratiques - Emailing Emailing Emailing Cette fiche pratique tente de répondre aux questions suivantes : - Qu est-ce qu un emailing? - Comment réaliser une campagne emailing auprès de mes contacts? - Comment fidéliser mes clients? L

Plus en détail

LE MOBILE BANKING EST-IL

LE MOBILE BANKING EST-IL THE 2ND INTERNATIONAL CONFERENCE ON INSTITUTIONAL AND TECHNOLOGICAL ENVIRONMENT FOR MICROFINANCE LE MOBILE BANKING EST-IL EFFICACE POUR OFFRIR DES SERVICES FINANCIERS AUX NON- BANCARISÉS? Djamchid Assadi

Plus en détail

Jour 1. Origines et évolution du marketing

Jour 1. Origines et évolution du marketing Jour 1 Origines et évolution du marketing Origines et évolution du marketing Jour 1 Cette journée est consacrée à la présentation de la discipline au travers de trois sous-thèmes : l histoire du marketing,

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Produits - Prestations - Vente en ligne Préambule : - Le Vendeur est «Face au sud Gilles Cazauvieilh» Face au Sud - Gilles Cazauvieilh 12. Rue Félix & Charles Moureu 64170

Plus en détail

La relation bancaire avec la clientèle des particuliers : revue de la littérature

La relation bancaire avec la clientèle des particuliers : revue de la littérature Direction de la stratégie Service de Veille et d Intelligence économiques et stratégiques du Groupe Mission de la Recherche @res @rgos Note de synthèse La relation bancaire avec la clientèle des particuliers

Plus en détail

Personnalisez vos pages web et facebook. Boostez votre taux de conversion en personnalisant le parcours d achat des internautes anonymes

Personnalisez vos pages web et facebook. Boostez votre taux de conversion en personnalisant le parcours d achat des internautes anonymes Personnalisez vos pages web et facebook Boostez votre taux de conversion en personnalisant le parcours d achat des internautes anonymes Sommaire Présentation...3 Le cycle d achat des internautes et des

Plus en détail

1ere Edition. Baromètre SOCIAL MINDS. Les Tunisiens et les médias sociaux UNE ETUDE : AVEC :

1ere Edition. Baromètre SOCIAL MINDS. Les Tunisiens et les médias sociaux UNE ETUDE : AVEC : 1ere Edition Baromètre SOCIAL MINDS Les Tunisiens et les médias sociaux UNE ETUDE : AVEC : Présentation «Social Minds» est un baromètre quantitatif dont la 1 ère édition a été réalisée en Mars 2012, commandité

Plus en détail

Campagne de Communication Prévisionnelle. Web Intelligence & Réputation Internet

Campagne de Communication Prévisionnelle. Web Intelligence & Réputation Internet Campagne de Communication Prévisionnelle Web Intelligence & Réputation Internet 1 Sommaire 1. Introduction... 3 2. Détail de la prestation de gestion de réputation online... 5 2.1 Sélection des mots, thématiques

Plus en détail

Le Spam sonne-t-il le glas du marketing relationnel?

Le Spam sonne-t-il le glas du marketing relationnel? Le Spam sonne-t-il le glas du marketing relationnel? «Emailing,done right can be a solution to direct marketing. Done wrong, it can be ruinous!» Rick Bruner,IMT Strategy 1 From B2C Email Marketing In Europe:

Plus en détail

OptimHome recherche des centaines de conseillers en immobilier indépendants

OptimHome recherche des centaines de conseillers en immobilier indépendants DOSSIER DE PRESSE OptimHome recherche des centaines de conseillers en immobilier indépendants Pour en savoir plus : www.optimhome-recrutement.com Contact presse : SHAN - Laetitia Baudon-Civet Tél. : 01

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : Customer Relationship Management (CRM) Sommaire Introduction... 1 Les enjeux

Plus en détail

Réseaux sociaux : utiles ou futiles? Extra N 2 12.03.15

Réseaux sociaux : utiles ou futiles? Extra N 2 12.03.15 Réseaux sociaux : utiles ou futiles? Extra N 2 12.03.15 Création Diffusion Promotion Contenus textes, photos, vidéos et bases de données Internet, réseaux sociaux et objets connectés Nos sites web : 2

Plus en détail

L IMPACT DES RESEAUX SOCIAUX SUR LES COMPORTEMENTS DES JEUNES CONSOMMATEURS

L IMPACT DES RESEAUX SOCIAUX SUR LES COMPORTEMENTS DES JEUNES CONSOMMATEURS Magdalena Grębosz Jacek Otto Ecole Polytechnique de Lodz, Pologne L IMPACT DES RESEAUX SOCIAUX SUR LES COMPORTEMENTS DES JEUNES CONSOMMATEURS L Introduction L Internet est actuellement le plus grand réseau

Plus en détail

Charte d'utilisation des systèmes informatiques

Charte d'utilisation des systèmes informatiques Charte d'utilisation des systèmes informatiques I. Préambule Les outils informatiques mis à la disposition des agents de la commune de Neufchâteau se sont multipliés et diversifiés au cours de ces dernières

Plus en détail

Conférence de presse 28 janvier 2008. 2008 Encore plus d innovations et de services. dans la stratégie et l offre de. monabanq.

Conférence de presse 28 janvier 2008. 2008 Encore plus d innovations et de services. dans la stratégie et l offre de. monabanq. Conférence de presse 28 janvier 2008 1 Conférence de presse 28 janvier 2008 2008 Encore plus d innovations et de services dans la stratégie et l offre de monabanq. 2 Introduction Thierry Vittu Président

Plus en détail

Ces conditions de ventes prévaudront sur toutes autres conditions générales ou particulières non expressément agréées par A.A.I.

Ces conditions de ventes prévaudront sur toutes autres conditions générales ou particulières non expressément agréées par A.A.I. CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION Les présentes conditions de vente sont conclues d une part par la société Agence Automobile d Immatriculation au capital de 2 500 euros dont le siège social

Plus en détail

ecrm : Multiplicité des données clients D où proviennent les informations et quelles sont-elles?

ecrm : Multiplicité des données clients D où proviennent les informations et quelles sont-elles? ecrm : Multiplicité des données clients D où proviennent les informations et quelles sont-elles? Livre Blanc Cabestan Des sources de données disparates Il existe autant d'approches pour reconnaître un

Plus en détail

De ces définitions qui précèdent, Quels liens pouvons nous relever entre ces deux notions? La force de vente et la communication

De ces définitions qui précèdent, Quels liens pouvons nous relever entre ces deux notions? La force de vente et la communication De nos jours, la force de vente et la communication apparaissent comme des fers de lance de toute entreprise. En effet leur prise en compte engendre des chiffres d affaires notoires. La force de vente

Plus en détail

Créer et gérer une newsletter Comment créer et faire vivre une lettre d information au sein de votre entreprise?

Créer et gérer une newsletter Comment créer et faire vivre une lettre d information au sein de votre entreprise? 4 Créer et gérer une newsletter Comment créer et faire vivre une lettre d information au sein de votre entreprise? à quoi sert une newsletter? Objectifs et atouts Fabriquer sa newsletter Gérer vos envois

Plus en détail

Tourisme : cap vers le Web 2.0

Tourisme : cap vers le Web 2.0 Tourisme : cap vers le Web 2.0 Aujourd hui et Demain Orléans 27 novembre 2007 www.detente.fr p.viceriat@detente.fr Qu est est-ce que le Web 1.0? Le Web 1.0 est une manière simple et économique de mettre

Plus en détail

COMMENT GERER SA E-REPUTATION?

COMMENT GERER SA E-REPUTATION? Il y a encore quelques années, l image d une entreprise s appuyait principalement voire essentiellement - sur une communication institutionnelle, construite par le biais de médias traditionnels. Internet

Plus en détail

Toute utilisation du site www.eau-services.com doit respecter les présentes conditions d utilisation.

Toute utilisation du site www.eau-services.com doit respecter les présentes conditions d utilisation. Mentions légales Toute utilisation du site www.eau-services.com doit respecter les présentes conditions d utilisation. I CONDITIONS D UTILISATION DU SITE Ce Site est soumis à la loi française. En consultant

Plus en détail

Faites parler de votre entreprise

Faites parler de votre entreprise Faites parler de votre entreprise Pourquoi annoncer sur Internet? 70 % des consommateurs font confiance aux commentaires laissés sur Internet. 85 % de la population a accès à Internet. 75 % des gens consultent

Plus en détail

BTS OPTICIEN LUNETIER Economie et Gestion de l Entreprise SESSION 2012

BTS OPTICIEN LUNETIER Economie et Gestion de l Entreprise SESSION 2012 BTS OPTICIEN LUNETIER Economie et Gestion de l Entreprise SESSION 2012 Note : ce corrigé n a pas de valeur officielle et n est donné qu à titre informatif sous la responsabilité de son auteur par Acuité.

Plus en détail

Point sur la communication carte LCL judo Affinion International Janvier 2010

Point sur la communication carte LCL judo Affinion International Janvier 2010 Point sur la communication carte LCL judo Affinion International Janvier 2010 1/ Communiqué de presse envoyé le 19 janvier 2010 à : la presse généraliste les news magazines la presse spécialisée marketing

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? Lorraine Pour être efficace, un site web doit être réfléchi et en adéquation avec la stratégie de l entreprise. Cette notice présente les différentes possibilités

Plus en détail

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur?

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Un Livre Blanc Experian Marketing Services d après une enquête menée par le

Plus en détail

Un e-commerce de proximité à Levallois. Constats tirés des enquêtes commerçants et consommateurs Enjeux et facteurs clés de succès

Un e-commerce de proximité à Levallois. Constats tirés des enquêtes commerçants et consommateurs Enjeux et facteurs clés de succès Un e-commerce de proximité à Levallois Constats tirés des enquêtes commerçants et consommateurs Enjeux et facteurs clés de succès Attentes et perspectives des commerçants et artisans levalloisiens 2 Un

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI RELATIF A LA CONSOMMATION - (N ) AMENDEMENT N 1. présenté par. M. Marc Le Fur ---------- ARTICLE 5

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI RELATIF A LA CONSOMMATION - (N ) AMENDEMENT N 1. présenté par. M. Marc Le Fur ---------- ARTICLE 5 AMENDEMENT N 1 Après l alinéa 75, ajouter l alinéa suivant : Il est inséré dans le code de la consommation un article L 121-20-3 ainsi rédigé : «1 Tout centre d appels d une entreprise enregistrée au registre

Plus en détail

Le Marketing Direct et la relation client

Le Marketing Direct et la relation client Introduction au MD Le Marketing Direct et la relation client Définition du Marketing direct. Il consiste à gérer une offre et une transaction personnalisée à partir de l utilisation d informations individuelles

Plus en détail

achat shopping fidèlisation animation magnétic communication magnétic communication magnéti CENTRES COMMERCIAUX VILLAGES trafic DE MARQUES

achat shopping fidèlisation animation magnétic communication magnétic communication magnéti CENTRES COMMERCIAUX VILLAGES trafic DE MARQUES achat animation fidèlisation shopping CENTRES COMMERCIAUX & DE MARQUES VILLAGES trafic Partenaire des Centres Commerciaux La promesse d un centre de vie Aujourd hui, les centres commerciaux évoluent dans

Plus en détail

Promotion touristique et marketing électronique

Promotion touristique et marketing électronique Décoder le jargon juridique Promotion touristique et marketing électronique L approche juridique Julie TOMAS, Juriste TIC Aquitaine Europe Communication Décoder le jargon juridique I. L achat de mots-clés

Plus en détail

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant :

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant : Chap 3 : La connaissance du client I. Les fondements de la connaissance du client A. D une société de consommation à une société de consommateurs Depuis les années 1980, les mutations sociales ont eu d

Plus en détail

Conditions générales d utilisation

Conditions générales d utilisation Conditions générales d utilisation 1 - Objet de l Emploi Store Idées Pôle emploi met à disposition des internautes une plateforme de services web dénommée «Emploi Store Idées» (ci-après désignée «la plateforme»)

Plus en détail

Observatoire 2014 de l image des banques

Observatoire 2014 de l image des banques Observatoire 2014 de l image des banques Contacts BVA Marie-Laurence GUENA Marion LAMBOLEY Contacts FBF Colette COVA Céline MESLIER Méthodologie Méthodologie Cette étude a été menée dans le cadre de l

Plus en détail

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler.

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler. Mobile & achats à la demande Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat tradedoubler.com En Europe, les canaux mobiles de marketing à la performance transforment

Plus en détail

OptimHome recherche des centaines de conseillers en immobilier indépendants

OptimHome recherche des centaines de conseillers en immobilier indépendants DOSSIER DE PRESSE OptimHome recherche des centaines de conseillers en immobilier indépendants www.optimhome-recrutement.com Contact presse : SHAN - Laetitia Baudon-Civet Tél. : 01 44 50 58 79 mail : laetitia.baudon@shan.fr

Plus en détail

- Communiqué de Presse -

- Communiqué de Presse - Paris, le 7 janvier 2010 - Communiqué de Presse - L Union Financière de France lance GPS - Gestion Pilotée et Suivi : un concept de gestion innovant en adéquation avec les attentes de la clientèle patrimoniale,

Plus en détail

PARTIE 1 LA CONNAISSANCE DU MARCHÉ ET DU CYBER CONSOMMATEUR

PARTIE 1 LA CONNAISSANCE DU MARCHÉ ET DU CYBER CONSOMMATEUR AVANT-PROPOS Introduction au e-marketing Section 1 La maturité du commerce en ligne Section 2 Le phénomène web2.0 Section 3 Le plan de l ouvrage PARTIE 1 LA CONNAISSANCE DU MARCHÉ ET DU CYBER CONSOMMATEUR

Plus en détail

E-commerce et gestion de la relation client 26 Mars, 8H30 Xavier Masclaux Pôle Numérique xmasclaux@pole-numerique.fr @xmasclaux

E-commerce et gestion de la relation client 26 Mars, 8H30 Xavier Masclaux Pôle Numérique xmasclaux@pole-numerique.fr @xmasclaux E-commerce et gestion de la relation client 26 Mars, 8H30 Xavier Masclaux Pôle Numérique xmasclaux@pole-numerique.fr @xmasclaux Un Pôle de ressources en Drôme Un Pôle de ressources et d'échanges pour :

Plus en détail

Connaissez-vous GROUPAMA BANQUE?

Connaissez-vous GROUPAMA BANQUE? Groupama Banque - Direction de la communication externe - Groupama participe à la protection de l'environnement en utilisant un site imprim vert et des papiers issus des forêts gérées durablement et en

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE UN PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE UN PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE UN PROJET DE SITE WEB? Typologie des sites web Les sites «vitrines» Les sites de «marque» Les sites «catalogues» Les sites marchands Site web et stratégie commerciale Etapes clés de la

Plus en détail

Améliorez les parcours transactionnels et relationnels de vos publics

Améliorez les parcours transactionnels et relationnels de vos publics Améliorez les parcours transactionnels et relationnels de vos publics 4, rue Saulnier 75009 Paris France Phone : +33 (0)1 42 29 88 80 RCS Paris 513 530 469 www.ysthad.fr Contact : Christophe Ralle 1 L

Plus en détail

ANIMATION LE CLIENT ACTEUR PRINCIPAL DU RESEAU

ANIMATION LE CLIENT ACTEUR PRINCIPAL DU RESEAU ANIMATION LE CLIENT ACTEUR PRINCIPAL DU RESEAU 1 ère PARTIE UN CLIENT DE + EN + EXIGEANT 16 millions d internautes en France en 2001 38 millions d internautes en France en 2010 1,3 million d utilisateurs

Plus en détail

FICHE N 2 LA GESTION COMMERCIALE DES CLIENTS ET PROSPECTS POUR LE SECTEUR DES ASSURANCES (NS 56)

FICHE N 2 LA GESTION COMMERCIALE DES CLIENTS ET PROSPECTS POUR LE SECTEUR DES ASSURANCES (NS 56) Pack de conformité - Assurance 14 FICHE N 2 LA GESTION COMMERCIALE DES CLIENTS ET PROSPECTS POUR LE SECTEUR DES ASSURANCES (NS 56) LES TRAITEMENTS DE DONNÉES PERSONNELLES AU REGARD DE LA LOI I&L Finalités

Plus en détail