TABLE DES MATIERES TABLE DES MATIERES INTRODUCTION LES DOCUMENTS BUDGETAIRES...

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TABLE DES MATIERES TABLE DES MATIERES... 1 1.INTRODUCTION... 4 2. - LES DOCUMENTS BUDGETAIRES..."

Transcription

1 TABLE DES MATIERES TABLE DES MATIERES INTRODUCTION LES DOCUMENTS BUDGETAIRES Présentation La structure budgétaire La Catégorie des opérations L'imputation budgétaire l'imputation administrative les comptes La détermination des moyens alloués CONVENTIONS ADOPTEES Services ou agents concernés par le système Abréviations utilisées par le système Documents Terminologie utilisée Systèmes d'identification et modalités de codification Les gestionnaires d'activités Les ordonnateurs délégués et ordonnateurs secondaires Les comptables Les titulaires L imputation budgétaire La ligne budgétaire Les engagements Les mandats Les Bordereaux d'emission MISE EN PLACE DES CREDITS Ouverture des crédits : le Budget d'exécution Les types de crédits Les fonds propres Les fonds affectés Nature des crédits ouverts Dépenses de fonctionnement Dépenses d'investissement Les autorisations de programme Les crédits de paiement Gestion des crédits par les ordonnateurs Répartition des crédits auprès des ordonnateurs Nomination des ordonnateurs Fonds affectés Modifications budgétaires Lois de finances rectificatives Modifications des répartitions de crédits Ouverture de crédit en cas d'urgence Blocage ou annulation de crédit Reports LA PROCEDURE GENERALE Engagement des dépenses Définition Etablissement préalable de demande d'engagement Etablissement de titres d'engagement Contenu de la demande et des titres d'engagement Pièces accompagnant la demande d'engagement Contrôles particuliers sur l'engagement Cas des dépenses d investissement pluriannuelles Cas des dépenses financées sur fonds affectés Réserves du contrôleur financier La comptabilisation des engagements Ouverture du registre en début de période du Cadre de Dépenses à Moyen Terme Tenue du registre en cours d'exercice budgétaire

2 Annulation d'écritures sur le registre Arrêt mensuel du registre A chaque fin du mois, l'ordonnateur arrête le registre en tirant une ligne en rouge après le dernier engagement du mois Fermeture du registre Liquidation des dépenses Définition Documents utilisés Nature des documents Description des documents Bordereau des pièces justificatives de la dépense Projet de mandat et avis de crédit ou projet de mandat et bon de caisse en un exemplaire pour les règlements en espèces Registre de comptabilité des liquidations (RCL) Tenue du registre de Comptabilité des Liquidations (RCL) Ouverture du registre en début de période du Cadre de Dépenses à Moyen Terme Tenue du registre en cours d'exercice budgétaire Annulation d'écritures du registre A chaque fin de mois, l'ordonnateur arrête son registre en tirant en rouge après la dernière liquidation Fermeture du registre Modalités de liquidation Traitement du dossier Certification de la liquidation Certification de la prise en charge Enregistrement sur le Registre de Comptabilité des Liquidations (RCL) Cas des liquidations de régularisation Ordonnancement des dépenses Définition Documents utilisés Nature des documents Description des documents Pièces justificatives de la dépense Projet de mandat Bordereau d émission des Titres de paiement (BE) Registre de comptabilité des ordonnancements (RCO) Tenue des documents Etablissement des Bordereaux d'emission des titres de paiement (BE) Registre de Comptabilité des Ordonnancements (RCO) Modalités d'ordonnancement Traitement du dossier Enregistrement sur le registre de comptabilité des ordonnancements Etablissement du Bordereau d'emission des titres de paiement (BE) Ordonnancement Etablissement des Bordereaux d'emission Le livre journal des mandats émis Paiement des dépenses Documents utilisés Nature des documents Description des documents Bordereau des pièces Pièces justificatives : Mandats et titres de règlement Bordereaux d émission des titres de paiement : Carnet d enregistrement des mandats admis en dépenses Traitement des dossiers pour paiement par les trésoreries principales Contrôle de l'existence des crédits disponibles : Contrôle de la Régularité : Paiement Paiement par bon de caisse Paiement par virement bancaire Paiement par virement postal Paiement par opération d'ordre

3 Paiement par caisse d avances Caisse d avances renouvelable Caisse d avances unique et exceptionnelle Caisse d avances spéciale Cas des paiements de régularisation Cas des dépenses à régulariser (DAR) Cas des rejets de dossier de mandatement Note de rejet (NR) Opération de centralisation comptable LES DELEGATIONS DE CREDITS Cas des services opérationnels d'activités excentriques placés auprès d'un comptable principal (Trésorerie principale non comptable assignataire) Cas des services opérationnels d'activités situés dans une localité pourvue d'une trésorerie principale Cas des services opérationnels d'activités situés dans les localités rattachées à une perception principale (ex-fivondronana) GESTION ET SUIVI DES ACTIVITES La notion d activité Les intervenants dans la gestion et le suivi des activités Gestion des activités Services opérationnels d activités Gestionnaire d activités Responsable de programme Coordonnateur des Programmes Suivi des activités Centralisation des données relatives aux activités Circuits des informations sur les activités ANNEXES Glossaire des termes relatifs au Budget de l Etat Imprimés avec ses nouvelles contextures

4 INSTRUCTION GENERALE N MEFB/SG/DGDP/DB du 16 mars 2005 sur l'exécution du Budget des Organismes Publics 1.INTRODUCTION En application de la Loi Organique n du 26 juillet 2004 sur les lois de finances ayant introduit le concept de Budget de Programmes, du décret n du 04 janvier 2005 portant règlement général sur la comptabilité de l exécution budgétaire des organismes publics et du décret n du 15 février 2005 fixant la nomenclature des pièces justificatives des dépenses publiques, la présente Instruction Générale détermine les conditions d'exécution du Budget des organismes publics et les modalités pratiques de gestion et de comptabilisation des dépenses de fonctionnement et d'investissement de l'etat. Ici, le terme organismes publics englobe : Etat ; Collectivités Publiques Territoriales ; Etablissements Publics à caractère Administratif ; Elle définit les différentes étapes d'exécution du Budget allant de la mise en place des crédits jusqu'à la vérification des comptes des comptables par la juridiction compétente des comptes, en application des dispositions de la nouvelle réglementation. Elle constitue en même temps un manuel de procédures destiné à guider les différents responsables et faciliter leurs tâches en raison des changements intervenus dans la conception du budget. Elle instruit une gestion manuelle et prévoit d'ores et déjà son automatisation. A cet effet, bon nombre de nouveaux modèles d'imprimés ont été conçus de façon à permettre leur établissement en une seule frappe à l'ordinateur ou à la machine à écrire pour éviter les erreurs de transcription. Cela permettra un gain de temps énorme dans les diverses phases d'utilisation des crédits budgétaires. L'instruction ne s'applique pas à la gestion des crédits ou des catégories de dépenses soumis à une condition particulière de gestion. Chacun des organes et agents concourant à l'exécution du Budget, depuis la mise en place des crédits jusqu'au stade du paiement des dépenses (Institution, Ministère, ordonnateur délégué ou ordonnateur secondaire, comptable payeur) sont dotés d'une identification spécifique gérée au niveau de la Direction du Budget. Le Régisseur d avances est doté de code attribué par le Contrôle Financier selon le type de régie. L'instruction est subdivisée en sections auxquelles correspondent les grandes étapes du processus d'exécution du budget pour en faciliter la consultation et l'utilisation. L exécution des recettes fera l objet d une autre instruction

5 2. - LES DOCUMENTS BUDGETAIRES Présentation La Loi de Finances se prépare au niveau le plus fin, celui de l'appréciation des indicateurs d'activités, de résultat(s), d'objectif(s) retenus dans le budget de programmes, document élaboré sur la base du document Cadre de Dépenses à Moyen Terme (C.D.M.T.). Les conférences budgétaires sont surtout axées sur les résultats. Ensuite, un projet de Budget Voté faisant partie intégrante de la Loi de Finances est élaboré. Celui-ci, après amendements éventuels, sera voté et vaudra autorisation: les lignes budgétaires consignées dans le document Budget Voté sont les autorisations de dépenses. Les différents amendements sont répercutés au sein du Budget d'exécution, document final de la phase de préparation du Budget, dans lequel les crédits sont ouverts par un arrêté pris par le Ministre chargé du Budget. Le Budget d'exécution ouvre les crédits aux ordonnateurs délégués et/ou aux ordonnateurs secondaires La structure budgétaire La structure budgétaire comprend : la partie identificatoire dans laquelle se trouvent les missions, les programmes, les objectifs et les activités avec leur code et leur libellé la partie ordonnateur la partie imputation budgétaire La catégorie des opérations L'imputation administrative Le code de dissociation : - 0 pour le fonctionnement - 1 pour l'investissement la partie compte (P.C.O.P) la partie inscription budgétaire exprimée en Ariary la partie code de financement : Type de financement Bailleur Agence d'exécution Groupe Convention - 5 -

6 - Exemple Partie identificatoire 23 : Mission " Budget " 23.0 : Programme " organisation administrative " : Objectif " consolider les capacités administratives " : Résultat attendu " environnement de travail amélioré " : Activité " Rénover l'infrastructure " : Indicateur d'activité " Surfaces bâties " Partie ordonnateur : code ordonnateur secondaire : code C.D.E : code Trésor Partie imputation budgétaire : Opérations courantes hors solde Imputation administrative 1 : Code de dissociation Partie localité : Code commune bénéficiaire 00 : Budget Général de l'etat 21 : Code Mission 0 : Niveau Central 100 : S.O.A ( Service Opérationnel d'activités) Partie Compte et crédit inscrit 6112 : Imprimés, cachets et documents administratifs Autorisation d engagement : Crédit ouvert : Partie Financement A-Budget 10 type de financement 10 RPI 50 IPPTE 20 DTI 60 SUBVENTION 30 TVA 70 EMPRUNT 40 FCV 001 : Code bailleur 001 : Code Agence d exécution A : Groupe de financement Budget : Source de financement ( RPI = Budget, FINANCEMENT EXTERIEUR = Référence convention) La Catégorie des opérations Les opérations sont codifiées de par leur catégorie : o 1 : opérations courantes dettes publiques o 2 : opérations courantes solde o 3 : opérations courantes hors solde o 4 : opérations structurelles o 5 : opérations d'investissement o 6 : opérations courantes exceptionnelles o 7 : opérations financières - 6 -

7 L'imputation budgétaire L'imputation budgétaire est subdivisée en quatre parties distinctes : o La catégorie des opérations o L'imputation administrative o Le code de dissociation des dépenses : " 0 " pour le fonctionnement " 1 " pour l'investissement o Les comptes Exemple : : catégorie des opérations (dépenses courantes hors solde) : Imputation administrative 00: Budget Général de l'etat 21 : Mission : Finances 1 : Niveau d'exécution : niveau Provincial 110 : Service opérationnel d'activités ou numéro d'ordre du projet s il s agit d investissement 0 : Code de dissociation de dépenses, 0: fonctionnement : Code commune bénéficiaire 6112 : Compte 6112 : Imprimés et cachets administratifs l'imputation administrative L'imputation administrative peut être le code administratif du gestionnaire d'activités ou le code du service opérationnel d'activités. En matière de dépense d'investissement, elle représente le numéro d'ordre du projet dans la mission. L'imputation administrative est composée : a. du type du budget à 2 caractères Exemple : 00 - Budget général de l'etat 10 - Budget général Province Autonome 01 - Budget annexe Etat b. de l'identification de la mission Exemple du MENRES 81 - Education primaire 82 - Secondaire générale 83 - Secondaire technique 84 - Supérieure 85 - Recherche scientifique c. du niveau d'exécution à 1 caractère - 7 -

8 Exemple : 0: Niveau central 1: Niveau provincial d. du code service opérationnel d'activités ou n d'ordre du projet dans la mission en investissement Exemple : 100 : Secrétariat général 110 : DAF les comptes Les comptes sont formés de 4 positions : La première position : la classe qui représente les principales natures de dépenses ou de recettes Les deux premières positions : le chapitre ou poste comptable qui représentent les grandes natures de recettes ou de dépenses Les trois premières positions : l'article ou la rubrique qui reflètent la ventilation du chapitre. A ce titre le compte se précise aux différentes natures de dépenses Enfin les quatre positions : le paragraphe ou le compte qui symbolisent l'unité de gestion pour le fonctionnement. Elles traduisent la destination de la dépense pour l'investissement, en ce sens que désormais on doit retenir la notion de prix de revient pour les différentes opérations. Exemple : 2 Classe 2: Dépenses en capital 2 1 Chapitre 21: Immobilisations corporelles Article 213: Bâtiments Paragraphe 2131: Bâtiments administratifs La détermination des moyens alloués 1 - Fonctionnement Les moyens sont alloués au niveau des activités. La comptabilité budgétaire est tenue au niveau du paragraphe. Il en est ainsi pour le suivi des engagements. 2 - Investissement La nouvelle nomenclature des investissements publics est une présentation des dépenses par destination dont l'avantage se trouve sur la meilleure lecture de l'impact prévisible des programmes d'investissement public (PIP). En effet, avec cette nouvelle nomenclature, c'est la finalité et non la nature des sommes engagées qui est maintenant prise en compte et en plus cette nomenclature montre plus clairement l'apport auquel contribuent les crédits mobilisés

9 C'est ainsi qu'au sein de l'article 213 (bâtiments) les paragraphes 2131 (bâtiments administratifs : finalité 1), 2132 (bâtiments scolaires : finalité 2), 2133 (bâtiments de centres de soins de santé : finalité 3) indiquent les apports des dépenses correspondantes: il s'agit respectivement de l'accroissement de la capacité des structures administratives, de la fourniture de services de formation et de santé aux populations. En résumé, la nouvelle nomenclature privilégie le concept d'apport, c'est à dire la finalité à laquelle contribuent les dépenses d'investissement public et le prix de revient de chacune de ces finalités; ce qui permet d'apprécier l'apport des investissements dans le cadre des programmes retenus. L'engagement des dépenses d'investissement se fait au niveau du paragraphe ainsi que le suivi. Pour les dépenses d investissement, l engagement financier (DEF/TEF) se fait à due concurrence du crédit de paiement ouvert dans le budget d exécution de l année en cours en tenant compte des engagements antérieurs. Il est à souligner que l engagement financier se fait au coup par coup par opération et pour le montant annuel de l échéancier de paiement prévu dans le contrat. L approbation du contrat, par contre se fait sur le vu de l autorisation d engagement inscrit dans le budget sans établissement de DEF/TEF et sous la responsabilité de l ordonnateur ainsi que de la personne responsable du marché public. Le DEF/TEF y afférent correspond à l échéancier de paiement de l année en cours prévu dans le contrat. Il est obligatoire pour l ordonnateur délégué ou secondaire de tenir un registre comptable de liquidation faisant ressortir le reliquat de chaque contrat passé. 3.- CONVENTIONS ADOPTEES Services ou agents concernés par le système Les Services ou agents ci-après sont directement concernés par le système : - La Présidence et Services rattachés ; - La Primature et Services rattachés - La Vice primature - Toutes Institutions ; - Tous Ministères ; - Tous les ordonnateurs délégués et ordonnateurs secondaires - Direction, Délégations et postes du Contrôle Financier ; - Toutes les trésoreries principales et perceptions principales - Les Directions et services provinciaux du Budget ; - Les Services provinciaux de la solde et des pensions - Tous les utilisateurs de crédits - Les services chargés des intérêts de la dette ; - Les services dotés d'un budget annexe ; - Les services dotés de comptes particuliers du Trésor ; - Les établissements publics nationaux et locaux

10 3.2.- Abréviations utilisées par le système DB : Direction du Budget DPB : Direction Provinciale du Budget CF: Contrôle Financier INSTAT: Institut National de la Statistique DAR : Dépenses à Régulariser DGE : Direction Générale de l'economie DGP : Direction Générale du Plan : FCV : Fonds de contre-valeur PGA : Paierie Générale d'antananarivo ORDDEL : Ordonnateur Délégué ORDSEC : Ordonnateur Secondaire GAC : Gestionnaire d'activités SOA : Service Opérationnel d'activité TP : Trésorerie Principale R : Recette Documents ANO : Arrêté de nomination des ordonnateurs ANGA : Arrêté de nomination des gestionnaires d'activités LF : Lois de Finances. AR : Arrêtés d'aménagement BC : Bon de Commande : o BC1 : Exemplaire original du BC. o BC2 : Double du BC. RCE : Registre de Comptabilité des Engagements. DEF : Demande d'engagement Financier * TEF : Titre d'engagement Financier : o TEF1 : comptable. o TEF2 : titulaire. o TEF3 : ordonnateur RCL : Registre de Comptabilité des Liquidations BE : Bordereau d'emission des titres de paiement. RCO : Registre de Comptabilité des Ordonnancements. PM : Projet de mandat. OP : Ordre de Paiement. BV : Bordereau de Virement. BRV : Bordereau Récapitulatif de Virement. OV : Ordre de Virement. AC : Avis de Crédit. OR : Ordre de Route. OM : Ordre de Mission. ADC : Avis de Délégation de Crédits BST : Bon Spécial de Transport. BCM : Banque Centrale de Madagascar Terminologie utilisée Le mot titulaire désigne : o Le fournisseur avec lequel sera passée la commande dans le cas d'achat de fournitures. o Le prestataire de service : Transporteur dans le cas de transports, Propriétaire en cas de location. Entrepreneur pour les travaux. o Les Agents de l'etat o Le Régisseur de caisse d'avance dans le cas d'approvisionnement d'une caisse d'avance. o L'utilisateur de crédits qui se définit comme étant l agent désigné pour gérer les crédits lors de la délégation de crédits. o Le Comptable à qui sera délégué un crédit dans le cadre d'une délégation de crédit prévue à la section 6 ci-après

11 Le mot comptable désigne le Comptable du Trésor, (PGA, TP...). Il peut être : o comptable assignataire, c'est-à-dire comptable auprès de qui sera ordonnancée la dépense ou la recette ; o comptable mandataire, c'est à dire qui effectue une opération de dépense ou de recette pour le compte du comptable assignataire. Par ailleurs, ont la qualité de : o comptables principaux, ceux qui rendent directement leurs comptes au juge de comptes ; o comptables secondaires, ceux dont les opérations sont centralisées par un comptable principal. Le mot ordonnateur désigne l'autorité qui gère le crédit, procède à l'établissement de la demande d'engagement et passe la commande ou établit l'ordre de service de commencer l'exécution d'un marché. A l étape suivante, il liquide les dépenses et procède à leur ordonnancement. A cet effet, l'ordonnateur tient la comptabilité des engagements, des liquidations et des ordonnancements. Le mot utilisateur de crédits désigne le responsable d'un service excentrique à qui on a ouvert des crédits auprès d'un comptable public sous forme de délégation de crédits Systèmes d'identification et modalités de codification En vue de l'informatisation du système, l'identification de l'ensemble des intervenants a nécessité une révision complète; c est ainsi qu on a retenu des modifications voire des nouvelles notions suivantes : Les gestionnaires d'activités Les gestionnaires d'activités sont identifiés par le code délivré par la Direction du Budget après leur nomination Les ordonnateurs délégués et ordonnateurs secondaires Les ordonnateurs délégués et les ordonnateurs secondaires ainsi que leurs suppléants sont identifiés par le code délivré par la Direction du Budget, après leur nomination Les comptables Les comptables sont identifiés par le code délivré par la Direction Générale du Trésor. Les Régisseurs d avances sont identifiés par le code délivré par le Contrôle Financier. Remarque : En cas de changement de leur nomination, les ordonnateurs ainsi que leurs suppléants, de même que les comptables gardent le même code des agents sortants. Toutefois les ordonnateurs entrants ou les suppléants doivent joindre avec une ampliation de l'arrêté de nomination leur spécimen de signatures lors de la notification du Contrôle Financier de rattachement et du comptable assignataire de la dépense

12 Les titulaires Des codes attribués aux titulaires sont utilisés pour les identifier. Exemple : CATEGORIE N IDENTIFICATION EXEMPLES E : Entreprise, société F : FONCTIONNAIRE P : Mission politique C : ECD O : Officier M : Autre militaire T : Trésorerie V : Receveur B : Billeteur NIF à 7 caractères N Matricule à 6 caractères N Matricule à 7 caractères N Carte d'identité Nationale N CIN N CIN Code Trésor Code Trésor N Matricule E F P C O M T V B D : Dépositaire R : Retraité N : ONG (à utiliser pour les imprévus) N Matricule N retraité (à créer selon le cas) D ROA N L imputation budgétaire L'imputation budgétaire est présentée sous forme de catégorie des opérations, d'imputation administrative, des comptes et du code de dissociation La ligne budgétaire La ligne budgétaire inclut systématiquement 1. l'année budgétaire 2. le code et le libellé de l'activité 3. le code et le libellé de l'indicateur de l'activité 4. la commune 5. l'imputation budgétaire 6. le crédit inscrit sur la ligne 7. et le code financement Les engagements L'engagement s'identifie au sein de la ligne budgétaire (niveau paragraphe) par un numéro d'ordre séquentiel (de 1 à n) délivré par le Contrôle Financier. Ainsi, le numéro d'identification des engagements se décompose par : o L année budgétaire o La ligne budgétaire o Le numéro d'ordre de l'engagement au sein de la ligne budgétaire (paragraphe)

13 Les mandats Le mandat s'identifie au sein de la comptabilité des ordonnancements de l'ordonnateur, par un numéro d'ordre de 1 à n. Le numéro d'identification des mandats se décompose en : o Année budgétaire o Identification de l'ordonnateur o Numéro d'ordre du mandat (distinct pour chaque ordonnateur et par code) Les Bordereaux d'emission Le bordereau d'émission (BE) s'identifie au sein de la comptabilité des ordonnancements de l'ordonnateur par un numéro d'ordre allant de 1 à n. Le numéro d'identification des bordereaux se décompose en : o Année budgétaire o o Identification de l'ordonnateur Numéro d'ordre du Bordereau d Emission (distinct pour chaque ordonnateur et par code) Au sein d'un Bordereau d Emission, les mandats doivent constituer une série continue afin de faciliter les contrôles d'exhaustivité. Un Bordereau d Emission ne devrait regrouper que des mandats de même imputation budgétaire. 4.- MISE EN PLACE DES CREDITS Ouverture des crédits : le Budget d'exécution Les crédits sont ouverts suivant une répartition fine par programme aux ordonnateurs de crédit dans le cadre du Budget d'exécution Les types de crédits Il existe deux types de crédits : Les fonds propres Ce sont les crédits propres de l'etat, soumis à la règle dite de l'universalité budgétaire Les fonds affectés Ce sont des crédits qui sont affectés à un financement. Ils peuvent être : o des fonds de concours o des fonds de contre-valeur o des rétablissements de crédits o des subventions affectées o des emprunts extérieurs. L'ouverture de ces crédits doit faire l'objet de mesures spéciales, décrites ci-après. 1 Un ordonnateur d une Institution ou d un Ministère peut avoir plusieurs codes

14 Nature des crédits ouverts Les crédits ouverts sont constitués d'autorisations d'engagement et de crédits de paiement. L'engagement doit se faire à due concurrence du crédit de paiement ouvert pour l'exercice. En d'autres termes l'engagement peut se faire dans la limite des crédits de paiement Dépenses de fonctionnement L'utilisation des crédits, sur dépenses de fonctionnement, est soumise : o au montant du crédit de paiement ouvert pour l'exercice dans le budget d'exécution ; o à l'application d'un rythme de consommation, en fonction des directives du Ministre chargé du Budget (régulation des dépenses) Dépenses d'investissement Les dépenses d'investissement comprennent deux types de crédits : Les autorisations de programme L'autorisation de programme en matière de dépense d'investissement symbolise l'autorisation d'engagement. Elle constitue la limite supérieure du crédit qui peut être engagé pour l'exécution d'un investissement. Une autorisation de programme couvre une ou plusieurs opérations. Chaque opération doit constituer une unité individualisée formant un ensemble cohérent immédiatement exploitable. Dans le cadre d'un programme couvrant plusieurs opérations, l'autorisation de programme est la limite supérieure du crédit qui peut être engagé pour l'exécution de l'ensemble des opérations constituant le projet. Chaque autorisation de programme est assortie d'échéanciers de réalisation sur les plans physique et financier Les crédits de paiement Ce sont les crédits utilisés lors des engagements et des mandatements. Ils sont ventilés par paragraphe. Les crédits de paiement représentent le montant maximum des dépenses pouvant être engagées, ordonnancées et payées pour couvrir la dépense annuelle relative à l exécution d un investissement correspondant à une autorisation d engagement. Les crédits de paiement sont limitatifs Gestion des crédits par les ordonnateurs Répartition des crédits auprès des ordonnateurs Les crédits ouverts sur chaque mission sont répartis par programme chapitre, article, paragraphe. Une fois répartis, les crédits suivant la répartition fine sont ouverts par programme aux ordonnateurs de crédits. L'ordonnateur a la charge de gérer, de liquider et d'ordonnancer les crédits correspondants aux activités gérées par un ou des gestionnaire(s) d'activités placé(s) auprès de lui

15 UN ORDONNATEUR GERE : o Les crédits inscrits sur les sections des services opérationnels d'activités relevant d'un gestionnaire d'activités. o Les crédits de plusieurs sections des services opérationnels d'activités relevant de plusieurs gestionnaires d'activités, exemple d'un ordonnateur dans un programme avec plusieurs gestionnaires d'activités: c'est souvent le cas dans les administrations centrales où un ordonnateur gère les crédits de plusieurs Directions. Pour le cas des services déconcentrés se trouvant dans une même localité et relevant d'un même Ministère il y a lieu de nommer un Ordonnateur Secondaire, si les conditions requises sont remplies notamment : présence d'une représentation du Contrôle Financier et du Trésor (comptable assignataire de la dépense). UNE IMPUTATION BUDGETAIRE NE DOIT ETRE GEREE QUE PAR UN SEUL ORDONNATEUR. Une imputation budgétaire ne peut être gérée que par UN seul ordonnateur, auprès de la caisse d'un seul comptable assignataire. Pour toutes les activités déclinées (exécution des mêmes activités tant à l'échelon central que dans les localités excentriques) gérées par un gestionnaire d'activités, il est nécessaire de procéder à la nomination d'un ordonnateur pour chaque gestionnaire d'activités Nomination des ordonnateurs L'ordonnateur secondaire reçoit délégation de pouvoir de l'ordonnateur délégué pour : engager, liquider et ordonnancer les dépenses. En conséquence, il est désigné : - par un code dans le cadre du Budget d'exécution ; - par un arrêté de nomination de l'ordonnateur principal ou délégué selon le cas. L'arrêté de nomination des ordonnateurs (doc. ANO) sert à désigner les ordonnateurs administrativement, leur affecter les sections des gestionnaires d'activités dont ils auront charge, les ordonnateurs se voient attribuer un ou plusieurs codes par la Direction du Budget Fonds affectés Cette procédure fera l'objet d'une instruction particulière, précisant les modalités de mise à disposition des crédits et d'engagement des dépenses Modifications budgétaires Le Budget Voté et le Budget d'exécution peuvent être modifiés en cours d'exercice budgétaire :

16 Lois de finances rectificatives Une ou plusieurs lois de finances rectificative peuvent être votées dans l'année durant les sessions parlementaires. En dehors de celles-ci, la loi de finances pourra être modifiée par procédure exceptionnelle prévue par la Constitution Modifications des répartitions de crédits Il convient de souligner que le budget de programmes a apporté un nouveau principe de droit budgétaire appelé : Principe de fongibilité des crédits à l'intérieur d'un programme. Ce principe tient ses fondements au niveau de la spécialité des crédits. Dans le cadre du budget de programmes, les crédits sont spécialisés au niveau du programme, dès lors les inscriptions budgétaires à l'intérieur d'un programme sont à titre indicatif. Néanmoins, cette fongibilité de crédits connaît des limites notamment de par l'application des règles de "l'asymétrie" et du " respect des grandes rubriques ". Le principe de fongibilité des crédits signifie que les crédits répartis par programme sont fongibles à l'intérieur d'un programme et que des aménagements de crédits peuvent se faire par voie d'arrêté pris par le Ministre ordonnateur délégué. La Direction Générale chargée du Budget, pour la saisie du mouvement budgétaire, le Contrôle Financier de rattachement et le comptable assignataire pour l exécution et le suivi devront être notifiés de cet arrêté. Toutefois les dispositions suivantes doivent être respectées en vertu de la règle de l'asymétrie : 1. Les aménagements de crédits doivent respecter les grandes rubriques de dépenses pour permettre de garder la classification économique des dépenses. 2. Les aménagements de crédits peuvent se faire au sein d une même grande rubrique : - entre chapitres de "biens et services" - entre chapitres de "transferts" - entre chapitres des "indemnités" Selon les dispositions des articles 19, 20, 21 et 22 de la Loi Organique n du 26 juillet 2004 sur les lois de finances, les crédits répartis peuvent être modifiés dans les cas suivants : A. Virement de crédits : opération consistant à affecter les crédits entre programmes d'un même ministère Le taux cumulé des virements de crédits entre programmes d'un même ministère ne peut excéder 10% des crédits initiaux du programme de prélèvement. Au-delà de ce plafond toute dotation complémentaire doit faire l'objet d'une loi de finances rectificative. Sous réserve de l'alinéa 6 de l'article 9 de la loi du 26 juillet 2004 portant loi organique sur les lois de finances, les virements sont effectués par Décret pris en conseil de gouvernement sur rapport des Ministres chargés des Finances et du Budget après information des commissions de l'assemblée Nationale et du Sénat chargées des finances et des autres commissions concernées. L'utilisation des crédits virés donne lieu à l'établissement d'un compte rendu spécial, inséré au rapport quadrimestriel établi par l'ordonnateur et le gestionnaire d'activités, ensuite regroupé au niveau du responsable de

17 programme qui se charge du compte rendu auprès du coordonnateur des programmes ou de l ordonnateur délégué. Aucun mouvement de crédit ne peut être effectué entre : o les 7 catégories des dépenses o les grandes rubriques indemnités (personnel), biens et services et transferts Les crédits inscrits sur les charges permanentes : les dépenses relatives à la consommation d'eau et d'électricité et les loyers ne peuvent pas faire l'objet d'un virement de crédit. L'opération de virement de crédits ne peut se faire qu'après évaluation du premier rapport quadrimestriel. B. Transfert de crédits : Les transferts peuvent modifier la répartition des crédits entre programmes des ministères différents. L affectation de crédits d'un programme à un autre - l'emploi des crédits transférés pour un objet déterminé correspondant à des actions du programme d'origine. Cette opération tend à modifier le total de crédit du programme bénéficiaire et du programme qui cède. Ces transferts peuvent être assortis de modifications dans la répartition des emplois autorisés entre les ministères concernés. Transfert d'une mission d'un ministère à un autre ministère par suite de fusion ou d'éclatement de ministère entraîne le transfert de toutes les structures budgétaires de la mission d'origine vers le ministère nouvellement chargé de la mission ou du ministère nouvellement créé. Les transferts sont pris par Décret pris en conseil de Gouvernement sur rapport des Ministres chargés des Finances et du Budget, après information des commissions de l'assemblée Nationale et du Sénat chargées des finances et des autres commissions concernées. Il est d'ores et déjà spécifié que le décret doit comporter sur un tableau en annexe: o le montant global des diminutions et augmentation de crédit du programme d'origine et celui du programme bénéficiaire o leur répartition au sein du budget d'exécution. Pour le transfert, les crédits transférés doivent correspondre à des actions (activité) d'origine L'opération de transfert de crédits ne peut se faire qu'après évaluation du premier rapport quadrimestriel. N.B : Cas de transfert d'un programme entre ministères distincts Tout en joignant la situation de crédits dûment visée par le Contrôle Financier au projet de Décret, les opérations suivantes doivent être effectuées par l'ordonnateur. o Etablissement des situations des crédits (engagement, ordonnancement) ; o Rapprochement de ces situations respectivement avec le CF et le comptable ;

18 o Transfert éventuel des reliquats des comptes vers les mêmes comptes des lignes budgétaires des activités du programme bénéficiaire, activités qui correspondent à des activités du programme d'origine Ouverture de crédit en cas d'urgence Les Décrets d'avances Conformément à l article 20 de la Loi Organique n du 26 juillet 2004 sur les lois de finances, en cas d'urgence, des Décrets d'avances pris après avis du Bureau permanent, à défaut de celui des commissions de l'assemblée nationale et du Sénat chargées des finances, peuvent ouvrir des crédits supplémentaires sans affecter l'équilibre budgétaire défini par la loi de finances. A cette fin les décrets d'avances procèdent à l'annulation de crédits ou constatent des recettes supplémentaires. Le montant cumulé des crédits ainsi ouverts ne peut excéder 1% des crédits ouverts par la loi de finances de l'année. Le Bureau permanent ou la commission chargée des finances de chaque Assemblée fait connaître son avis au Premier Ministre, Chef du Gouvernement dans un délai de Sept jours à compter de la notification du projet de décret qui lui a été faite. La signature du décret ne peut intervenir qu'après réception des avis de ces commissions ou, à défaut, après l'expiration du délai sus-mentionné. La ratification des modifications apportées, sur le fondement des deux alinéas précédents, aux crédits ouverts par la dernière loi de finances est demandée au Parlement dans le plus prochain projet de loi de finances afférent à l'année concernée. En cas d'extrême urgence, de calamité nationale ou en cas de nécessité impérieuse d'intérêt national constaté collégialement par le Gouvernement, des crédits supplémentaires et/ou des recettes correspondantes peuvent être ouverts, après information des commissions de l'assemblée nationale et du Sénat chargées des finances, par décret d'avances pris en conseil des Ministres. Un projet de loi de finances portant ratification de ces crédits est déposé immédiatement ou à l'ouverture de la plus prochaine session du Parlement Blocage ou annulation de crédit Les Ministres chargés des Finances et du Budget sont habilités, par arrêté ministériel, à geler ou à annuler les crédits qui deviennent sans objet ou pour toute autre raison après accord du Ministre intéressé. Information en est donnée au Bureau Permanent et à la commission chargée des finances respectifs de l'assemblée nationale et du Sénat Reports Sous réserve des dispositions concernant les autorisations d'engagement, notamment celles relatives aux dépenses de fonctionnement, les crédits ouverts et les plafonds d'emploi fixés au titre d'une année ne créent aucun droit au titre des années suivantes. Toutefois les crédits disponibles sur un programme à la fin de l'année peuvent être reportés sur le même programme ou, à défaut, sur un programme poursuivant les mêmes objectifs, par arrêté conjoint

19 des Ministres chargés des Finances et du Budget et du Ministre intéressé, majorant à due concurrence les crédits de l'année suivante. Ces reports ne peuvent majorer les crédits inscrits sur la catégorie des dépenses courantes de solde. Le report de crédits change l'exercice budgétaire. Remarques. Les imputations administratives qui ne seront plus utilisées en cours de gestion ne seront supprimées qu'après matérialisation de la loi de règlement LA PROCEDURE GENERALE Engagement des dépenses Définition Est engagement tout acte ou toute démarche rendant l'etat débiteur. Exemples : o une commande à un commerçant ; o un ordre de commencer les travaux prévus par un devis ; o l'estimation du coût mensuel de l'équipe d'ouvriers affectée à un travail ; o etc Etablissement préalable de demande d'engagement Préalable à tout engagement de dépense, quelque soit sa nature et en fonction du seuil de passation des marchés publics, l'ordonnateur après avoir fait remplir par l'unité responsable des marchés publics toutes les formalités d'usage (demande et comparaison de prix, appel d'offres et mise en concurrence le cas échéant, évaluation du coût des travaux à réaliser ou du coût mensuel d'une équipe d'ouvriers affectés à des travaux en régie, etc.,) doit formuler une demande d'engagement en remplissant l imprimé y afférent sur laquelle doivent être mentionnées toutes les informations nécessaires à la détermination exacte de l'engagement. Une fois le marché est visé par le contrôle financier, l'unité responsable des marchés publics le soumet, pour approbation, à la personne responsable du marché public (PRMP) de son département, ou à l'autorité d'approbation désignée selon les montants du marché. Ce n'est qu'après l approbation que l'ordonnateur peut émettre un ordre de service de commencer les travaux Etablissement de titres d'engagement Jusqu à ce que le Contrôleur Financier soit suffisamment doté d équipement informatique, l'ordonnateur remplit les liasses de titres d'engagement qui comportent la demande et le titre d engagement financier. La liasse comporte trois feuillets destinés au titulaire, au comptable et à l'ordonnateur Contenu de la demande et des titres d'engagement La demande et les titres d'engagement comportent les mêmes renseignements ci-après :

20 Le Ministère et son numéro de code L'ordonnateur avec son code d'identification La Commune bénéficiaire (localité SOA) Le code CF Le numéro et la date de l engagement Le TP assignataire La Mission L'exercice budgétaire : Exemple exercice 2005 Le Budget La catégorie des opérations L activité L indicateur d activités L imputation administrative + CDD Le paragraphe Le financement : indication de la source de financement Les noms et adresses, raison sociale du titulaire de l'engagement (le fournisseur, le prestataire de service, l'entrepreneur retenu) Le numéro d'identification du titulaire L'objet de la dépense Le montant de l'engagement (Hors taxe, Taxes, T.T.C.) en fonction du montant de la convention ou du marché à passer, de la fourniture à commander, d'un devis quantitatif et estimatif pour les travaux en régie, d'une estimation des dépenses pour missions et déplacements. Si l'engagement est contracté en devise autre que la monnaie malgache, le montant en devise doit être indiqué avec le taux de change correspondant au jour de l'engagement. En cas de financement multiple, l'engagement doit porter sur chaque source de financement tout en pouvant se justifier par un seul document : marché, convention, devis, etc. La situation de crédit : à la fois d'engagement (disponibilité de l Autorisation d engagement) et de paiement (situation du compte) pour le fonctionnement et l'investissement Le programme de paiement suivant le PIP pour les projets dont la réalisation s'étend sur plusieurs années. La durée et le planning de réalisation physique des travaux ou prestation de service ou de livraison de fourniture, doivent correspondre au rythme d'inscription de crédits de paiement au PIP Modalités d'engagement Pièces accompagnant la demande d'engagement D'une manière générale les pièces justificatives des dossiers à soumettre à l'engagement sont énumérées dans le décret n du 2 mars 2004 fixant la nomenclature des pièces justificatives des dossiers à soumettre au visa du Contrôle Financier et du décret n du 15 février 2005 fixant la nomenclature des pièces justificatives des dépenses publiques. Le Contrôle Financier vise, date et enregistre les formulaires établis par l'ordonnateur. Après avoir effectué ces formalités, il remet les titres visés à l ordonnateur

La présente note a pour objet d'apporter des précisions sur les points suivants :

La présente note a pour objet d'apporter des précisions sur les points suivants : Rabat, le 06/06/1969 TRESORERIE GENERALE 2e SOUS-DIRECTION Note Circulaire n 83.DIR Objet : Régies de dépenses et de recettes de l'etat. J'ai l'honneur de vous adresser ci-joint des exemplaires de la nouvelle

Plus en détail

Réponses aux questions et commentaires des éditeurs sur le projet de référentiel fonctionnel (V0.53 Juillet)

Réponses aux questions et commentaires des éditeurs sur le projet de référentiel fonctionnel (V0.53 Juillet) Thème Question synthétisée Réponse Oui l'engagement comptable disparaît avec la GBCP. Engagement comptable La notion d'engagement comptable est-elle supprimée? L'engagement (comme acte juridique (art.

Plus en détail

Tableau comparatif. Loi organique relative aux lois de finances Ordonnance n 59-2 du 2 janvier 1959. Titre 1 er DES LOIS DE FINANCES

Tableau comparatif. Loi organique relative aux lois de finances Ordonnance n 59-2 du 2 janvier 1959. Titre 1 er DES LOIS DE FINANCES Tableau comparatif Loi organique relative aux lois de finances Ordonnance n 59-2 du 2 janvier 1959 Titre 1 er DES LOIS DE FINANCES Art 1 er Dans les conditions et sous les réserves prévues par la présente

Plus en détail

instituant le régime des régies d'avances et des régies de recettes des organismes publics CHAPITRE PREMIER DEFINITION

instituant le régime des régies d'avances et des régies de recettes des organismes publics CHAPITRE PREMIER DEFINITION DECRET N 2004-319 du 09 mars 2004 instituant le régime des régies d'avances et des régies de recettes des organismes publics CHAPITRE PREMIER DEFINITION Article premier. La régie d'avances est un mécanisme

Plus en détail

DECRET N 93/032 du 19 janvier 1993 Fixant le Régime Financier Applicable aux Universités

DECRET N 93/032 du 19 janvier 1993 Fixant le Régime Financier Applicable aux Universités DECRET N 93/032 du 19 janvier 1993 Fixant le Régime Financier Applicable aux Universités LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, VU la Constitution ; VU l'ordonnance n 62/0F/4 du 7 février 1962 portant Régime Financier

Plus en détail

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE Royaume du Maroc Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation ***** N DE/SPC MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

Plus en détail

Formation au profit des Responsables et cadres exerçant dans les Collectivités Locales

Formation au profit des Responsables et cadres exerçant dans les Collectivités Locales Formation au profit des Responsables et cadres exerçant dans les Collectivités Locales Les Opérations Comptables des Collectivités Territoriales Maison de l Elu, Marrakech 11 Juin 2012 Présenté par M.

Plus en détail

MANUEL DE PROCEDURES (EXTRAIT)

MANUEL DE PROCEDURES (EXTRAIT) OUTIL PRATIQUE/ FI3.O2 210 MANUEL DE PROCEDURES (EXTRAIT) de contrôle interne Les procédures de contrôle ont pour rôle d'indiquer la démarche à suivre et les programmes d'opérations à respecter. C'est

Plus en détail

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 1 La Spécialité Section 4 L unité Section 2 L Annualité Section 5 L Universalité Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 6 La Sincérité Raymond FERRETTI 2 Raymond FERRETTI 3 art. 7.I

Plus en détail

QUATRIEME PARTIE : L'EXECUTION DU BUDGET

QUATRIEME PARTIE : L'EXECUTION DU BUDGET QUATRIEME PARTIE : L'EXECUTION DU BUDGET 2 L'exécution du budget Plan Chapitre 6 : Les principes et l'organisation de l'exécution du budget Chapitre 7 : L'exécution des dépenses et des recettes publiques

Plus en détail

Ordonnance 59-2 du 02 Janvier 1959. Ordonnance portant loi organique relative aux lois de finances.

Ordonnance 59-2 du 02 Janvier 1959. Ordonnance portant loi organique relative aux lois de finances. Ordonnance 59-2 du 02 Janvier 1959 Ordonnance portant loi organique relative aux lois de finances. Entrée en vigueur le 03 Janvier 1959 Vu la Constitution, et notamment ses articles 34, 47 et 92 ; Le conseil

Plus en détail

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées La tenue de la comptabilité d engagement ou comptabilité administrative est de la responsabilité de l exécutif de la collectivité. Le CGCT prévoit

Plus en détail

Arrêté du 14 mars 2005 relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires

Arrêté du 14 mars 2005 relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires Ministère de l'emploi, du travail et de la cohésion sociale Arrêté du 14 mars 2005 relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires NOR: SOCU0412535A Le ministre de l'emploi, du travail et de la cohésion

Plus en détail

REGLEMENT COMPTABLE ET FINANCIER DE L HADOPI

REGLEMENT COMPTABLE ET FINANCIER DE L HADOPI REGLEMENT COMPTABLE ET FINANCIER Version consolidée au 9 novembre 2011 Prenant en compte : - Délibération n 2010-021 du 16 décembre 2010 portant règlement comptable et financier de l Hadopi, - Délibération

Plus en détail

RÈGLEMENT FINANCIER ET COMPTABLE DES ORGANES DE LA CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DE LA PRÉVOYANCE SOCIALE

RÈGLEMENT FINANCIER ET COMPTABLE DES ORGANES DE LA CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DE LA PRÉVOYANCE SOCIALE RÈGLEMENT FINANCIER ET COMPTABLE DES ORGANES DE LA CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DE LA PRÉVOYANCE SOCIALE RÈGLEMENT FINANCIER ET COMPTABLE DES ORGANES DE LA CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DE LA PRÉVOYANCE SOCIALE

Plus en détail

MANUEL SUR LE CIRCUIT D EXECUTION DE LA DEPENSE PUBLIQUE

MANUEL SUR LE CIRCUIT D EXECUTION DE LA DEPENSE PUBLIQUE MINISTERE AUPRES DU PREMIER MINISTERE CHARGE DU BUDGET REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE Union Discipline travail MANUEL SUR LE CIRCUIT D EXECUTION DE LA DEPENSE PUBLIQUE Date de parution : Mai 2014 Direction

Plus en détail

Dahir n 1-98-138 du 7 chaabane 1419 (26 novembre 1998) portant promulgation de la loi organique n 7-98 relative à la loi de finances

Dahir n 1-98-138 du 7 chaabane 1419 (26 novembre 1998) portant promulgation de la loi organique n 7-98 relative à la loi de finances 1 de 8 11/09/2010 23:29 Banque de données juridiques -> Textes généraux -> Lois organiques Titre: Dahir n 1-98-138 du 7 chaabane 1419 (26 novembre 1998) portant promulgation de la loi organique n 7-98

Plus en détail

Décret n 2-07-1235 du 5 kaada 1429 (4 novembre 2008) relatif au contrôle des dépenses de l'etat. Bulletin Officiel n 5684 du Jeudi 20 Novembre 2008

Décret n 2-07-1235 du 5 kaada 1429 (4 novembre 2008) relatif au contrôle des dépenses de l'etat. Bulletin Officiel n 5684 du Jeudi 20 Novembre 2008 Décret n 2-07-1235 du 5 kaada 1429 (4 novembre 2008) relatif au contrôle des dépenses de l'etat. Bulletin Officiel n 5684 du Jeudi 20 Novembre 2008 Le Premier ministre, Vu la Constitution, notamment son

Plus en détail

CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Partie Législative) PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES

CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Partie Législative) PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Partie Législative) PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES LIVRE VI DISPOSITIONS FINANCIÈRES ET COMPTABLES TITRE UNIQUE CHAPITRE II ADOPTION ET EXECUTION DES

Plus en détail

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 28 juin 1996 ;

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 28 juin 1996 ; LOI N 96-060/ RELATIVE A LA LOI DE FINANCES L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 28 juin 1996 ; Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : CHAPITRE I : DISPOSITIONS

Plus en détail

Le premier ministre, Vu la Constitution, notamment son article 47 ;

Le premier ministre, Vu la Constitution, notamment son article 47 ; Décret n 2-05-1017 du 12 joumada II 1426 (19/07/2005) relatif aux procédures d'exécution des dépenses prévues dans le cadre du compte d'affectation spéciale intitulé "Fonds de soutien à l'initiative nationale

Plus en détail

Burkina Faso - Recueil des textes portant cadre juridique des finances publiques

Burkina Faso - Recueil des textes portant cadre juridique des finances publiques Page 1 of 14 Page 2 of 14 R E C U E I L D E S T E X T E S P O R T A N T C A D R E J U R I D I Q U E D E S F I N A N C E S P U B L I Q U E S D U B U R K I N A F A S O Retour Sommaire DECRET N 2005-257/PRES/PM/MFB

Plus en détail

INSTRUCTION. N 05-021-M0 du 18 mars 2005 NOR : BUD R 05 00021 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique

INSTRUCTION. N 05-021-M0 du 18 mars 2005 NOR : BUD R 05 00021 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique INSTRUCTION N 05-021-M0 du 18 mars 2005 NOR : BUD R 05 00021 J Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique RETENUES ET CONTRIBUTIONS POUR PENSION DES FONCTIONNAIRES DÉTACHÉS, EN QUALITÉ

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET 2004 LOI ORGANIQUE N 2004-42 DU 13 MAI 2004 PORTANT MODIFICATION ET COMPLETANT LA LOI ORGANIQUE DU BUDGET N 67-53 DU 8 DECEMBRE 1967

Plus en détail

Fiche 41. C est le seul document budgétaire au sens strict qui soit obligatoire.

Fiche 41. C est le seul document budgétaire au sens strict qui soit obligatoire. Fiche 41 otions clés sur les documents budgétaires Deux sortes de documents peuvent être distingués : d une part, ceux qui prévoient et autorisent, ce sont les budgets au sens strict et d autre part, les

Plus en détail

GUIDE DIDACTIQUE DU PCE - UEMOA. Tome 2 RELATIF AU FONCTIONNEMENT DES COMPTES

GUIDE DIDACTIQUE DU PCE - UEMOA. Tome 2 RELATIF AU FONCTIONNEMENT DES COMPTES UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------- GUIDE DIDACTIQUE DU PCE - UEMOA Tome 2 RELATIF AU DES COMPTES (Directive n 09/2009/CM/UEMOA portant plan comptable de l Etat au sein de l UEMOA) 1

Plus en détail

REPOBLIKAN i MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ---------------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

REPOBLIKAN i MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ---------------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE 1 REPOBLIKAN i MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ---------------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE LOI ORGANIQUE n 2004 007 DU 26 JUILLET 2004 sur les lois de Finances EXPOSE DES MOTIFS

Plus en détail

Version 1.00 adoptée par l'assemblée Générale du 21 janvier 2006

Version 1.00 adoptée par l'assemblée Générale du 21 janvier 2006 RÈGLEMENT RÈGLEMENT FINANCIER FINANCIER Version 1.00 adoptée par l'assemblée Générale du 21 janvier 2006 Article 1er- Objet 1.1 Le Règlement Financier est l'outil d'aide à la gestion comptable et financière

Plus en détail

A.Gt 12-09-2008 M.B. 31-10-2008

A.Gt 12-09-2008 M.B. 31-10-2008 Lois 33546 p.1 Arrêté du Gouvernement de la Communauté française relatif au patrimoine des Hautes Ecoles organisées par la Communauté française A.Gt 12-09-2008 M.B. 31-10-2008 Vu le décret du 9 septembre

Plus en détail

Comptabilité publique. Par Mme Rokia BELALAMI

Comptabilité publique. Par Mme Rokia BELALAMI Comptabilité publique Par Mme Rokia BELALAMI Introduction: Selon l article 1du décret royal N 330-66 du 10 Moharrem 1387 (21 avril 1967) portant règlement général de la comptabilité publique, celle-ci

Plus en détail

Accusé de réception - Ministère de l'intérieur

Accusé de réception - Ministère de l'intérieur Accusé de réception - Ministère de l'intérieur 029-242900694-20130221-2013-016ccpq-DE COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE Accusé QUIMPERLE certifié exécutoire Réception par le préfet : 25/02/2013 Publication

Plus en détail

NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE

NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE Dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations des assises nationales sur la fiscalité tenues à Skhirat les 29 et 30 avril

Plus en détail

Les moyens de règlement des dépenses publiques et les moyens d'encaissement des recettes publiques

Les moyens de règlement des dépenses publiques et les moyens d'encaissement des recettes publiques Les moyens de règlement des dépenses publiques et les moyens d'encaissement des recettes publiques L arrêté du 24 décembre 2012, publié au JORF n 0301 du 27 décembre 2012 texte 13, portant application

Plus en détail

La période d inventaire

La période d inventaire La période d inventaire Réalisation Bureau Aide et conseil aux EPLE DIFIN Académie d Aix Marseille décembre 2008 L examen des comptes financiers de 2007 révèle une certaine méconnaissance de la période

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Règlement de la Banque d n 92-08 du 17 novembre 1992 Le Gouverneur de la Banque d, Vu la Loi n 88-01

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. Le Sénat a adopté, en première lecture, le projet de loi dont la teneur suit : Article premier.

SÉNAT PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. Le Sénat a adopté, en première lecture, le projet de loi dont la teneur suit : Article premier. PROJET DE LOI adopté le 2 novembre 1972. N* 7 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1972-1973 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT sur la Banque de France. Le Sénat a adopté, en première lecture, le projet

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES. EREA JEAN MONNET 106, boulevard Raymond Poincaré 92380 GARCHES

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES. EREA JEAN MONNET 106, boulevard Raymond Poincaré 92380 GARCHES MARCHE DE TRAVAUX CONCERNANT LA MISE EN CONFORMITÉ RÉNOVATION DES DOUCHES SANITAIRES P.M.R. DE L INTERNAT Sis EREA JEAN MONNET 106, boulevard Raymond Poincaré 92380 GARCHES CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ ENGAGEMENT

LA COMPTABILITÉ ENGAGEMENT Finances LA COMPTABILITÉ ENGAGEMENT Objectif : établir un bon de commande par le logiciel Civil finances Personnel concerné : Personnes chargées de faire les bons de commande. I. Rappel des règles juridiques

Plus en détail

Références du document Date du document 09/03/01

Références du document Date du document 09/03/01 SOUS-SECTION 3 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES LIBELLÉS EN DEVISES DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB 4A2373] Références du document 4A2373 Date du document

Plus en détail

Djibouti. Loi de finances rectificative pour 2012

Djibouti. Loi de finances rectificative pour 2012 Loi de finances rectificative pour 2012 Loi n 189/AN/12/6ème L du 1 er décembre 2012 [NB - Loi n 189/AN/12/6ème L du 1 er décembre 2012 portant loi de finances rectificative de l État pour l exercice 2012]

Plus en détail

RESTITUTIONS BUDGETAIRES ET COMPTABLES TRANSITOIRES AU FORMAT GBCP

RESTITUTIONS BUDGETAIRES ET COMPTABLES TRANSITOIRES AU FORMAT GBCP RESTITUTIONS BUDGETAIRES ET COMPTABLES TRANSITOIRES AU FORMAT GBCP Dispositif transitoire pour les organismes qui ne seront pas en mesure de mettre en œuvre le modèle de gestion GBCP dans leur système

Plus en détail

SENAT ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatifà certaines dispositions législatives. des livres premier et II du code des juridictions financières.

SENAT ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatifà certaines dispositions législatives. des livres premier et II du code des juridictions financières. PROJET DE LOI ORGANIQUE adopté le 27 avril 1994 N 113 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1993-1994 PROJET DE LOI ORGANIQUE ADOPTÉ PAR LE SÉNAT relatifà certaines dispositions législatives des livres premier

Plus en détail

CREATION PAR LE GREFFIER DE FONDS D'AFFECTATION SPECIALE. Section 1

CREATION PAR LE GREFFIER DE FONDS D'AFFECTATION SPECIALE. Section 1 Cour Pénale Internationale International Criminal Court Instruction Administrative ICC/AI/2004/005 Date : 04 novembre 2004 CREATION PAR LE GREFFIER DE FONDS D'AFFECTATION SPECIALE Section 1 L'article 116

Plus en détail

Recueil des textes de base 1

Recueil des textes de base 1 Instruction conjointe n 01/02 DG-CNPS/DI du 11 septembre 2002 précisant les modalités pratiques d application de l arrêté conjoint n 035/METPS/MINEFI du 12 juillet 2002 La loi n 2001-017 du 18 décembre

Plus en détail

Direction Générale des Finances --------------- Direction du Budget

Direction Générale des Finances --------------- Direction du Budget REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Direction Générale des Finances --------------- Direction du Budget LOI 2001-09 DU 15 OCTOBRE 2001 PORTANT LOI

Plus en détail

GESTION DES APPROVISIONNEMENTS

GESTION DES APPROVISIONNEMENTS Section 1 : Chapitre 1 : Achat avec avance de fonds Chapitre 2 : Achats locaux < XXX Emission du bon de Chapitre 3 :Achats locaux > XXX Marchés - Emission du bon de Chapitre 4 : Achats extérieurs Emission

Plus en détail

LES AJUSTEMENTS OU REGULARISATIONS DES COMPTES DE CHARGES ET DE PRODUITS

LES AJUSTEMENTS OU REGULARISATIONS DES COMPTES DE CHARGES ET DE PRODUITS LES AJUSTEMENTS OU REGULARISATIONS DES COMPTES DE CHARGES ET DE PRODUITS Objectif(s) : o Traitement comptable des régularisations des charges et des produits. Pré-requis : o Principes généraux de la comptabilité,

Plus en détail

Recueil des règles de conservation des documents des établissements universitaires québécois 03 RESSOURCES FINANCIÈRES

Recueil des règles de conservation des documents des établissements universitaires québécois 03 RESSOURCES FINANCIÈRES 03 RESSOURCES FINANCIÈRES 03 - RESSOURCES FINANCIÈRES / FINANCEMENT 03.01 Règles budgétaires et calcul des subventions de fonctionnement Documents relatifs au calcul des subventions de fonctionnement

Plus en détail

Ressources affectées Selon l instruction n 93-59-M9 du 18 mai 1993 Fiche de gestion financière

Ressources affectées Selon l instruction n 93-59-M9 du 18 mai 1993 Fiche de gestion financière Ressources affectées Selon l instruction n 93-59-M9 du 18 mai 1993 Fiche de gestion financière Date de création : mars 2011 Modification : décembre 2011 SOMMAIRE 1 DEFINITION DES RESSOURCES AFFECTEES 3

Plus en détail

- STATUTS - SOCIETE ANONYME UNIPERSONNELE

- STATUTS - SOCIETE ANONYME UNIPERSONNELE - STATUTS - SOCIETE ANONYME UNIPERSONNELE Le Soussigné: Si l actionnaire est une personne physique, sont indiqués le prénom, le nom et l'adresse. Si l actionnaire est une personne morale, sont indiqués

Plus en détail

COMPTABILITE 2005 Maracuja. Fruit de la passion!

COMPTABILITE 2005 Maracuja. Fruit de la passion! Maracuja Fruit de la passion! Maracuja Menu Principal Paramétrages. Visa des Bordereaux et les Bordereaux Non Admis. Journal et Écritures. Brouillard. Émargements. Ré-imputations. Ordre de Paiement. Retenues

Plus en détail

Loi du 17 juillet 1975 relative à la comptabilité des entreprises. Coordination officieuse au 22/04/2012. Article 1 er.

Loi du 17 juillet 1975 relative à la comptabilité des entreprises. Coordination officieuse au 22/04/2012. Article 1 er. Loi du 17 juillet 1975 relative à la comptabilité des entreprises Coordination officieuse au 22/04/2012 Chapitre I er - De la comptabilité et des comptes annuels des entreprises Article 1 er. Pour l'application

Plus en détail

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004)

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) RÈGLEMENT FINANCIER (Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) Article 1 er Objet 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion comptable et financière de la Fédération. Il vise

Plus en détail

* * * Loi n 45-08 relative à l'organisation des finances des collectivités locales et de leurs groupements

* * * Loi n 45-08 relative à l'organisation des finances des collectivités locales et de leurs groupements Dahir n 1-09-02 du 22 safar 1430 portant promulgation de la loi n 45-08 relative à l'organisation des finances des collectivités locales et de leurs groupements. (B.O. n 5714 du 5 mars 2009). Vu la Constitution,

Plus en détail

Loi modifiée du 8 juin 1999 sur le budget, la comptabilité et la trésorerie de l Etat

Loi modifiée du 8 juin 1999 sur le budget, la comptabilité et la trésorerie de l Etat Loi modifiée du 8 juin 1999 sur le budget, la comptabilité et la trésorerie de l Etat Chapitre 1 - Champ d'application Art. 1 er. La présente loi s'applique aux organes, administrations et services de

Plus en détail

Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017. Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013

Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017. Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013 Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017 Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013 Article 1er Objet : 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion

Plus en détail

GESTION FINANCIERE ET BUDGETAIRE. CDA - Finances CPAS 1

GESTION FINANCIERE ET BUDGETAIRE. CDA - Finances CPAS 1 GESTION FINANCIERE ET BUDGETAIRE CDA - Finances CPAS 1 GESTION FINANCIERE ET BUDGETAIRE DEUXIEME PARTIE : TENUE DE LA COMPTABILITE CDA - Finances CPAS 2 Principes Inventaire du patrimoine Processus de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE Arrêté du 14 mars 2005 relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires NOR : SOCU0412535A Le

Plus en détail

GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE DES OFFICES DE TOURISME EN EPIC 4 ET 5 FEVRIER 2010 1 . LE FONCTIONNEMENT D UN ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL 2 DEUX MODES DE GESTION COMPTABLE

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE DE DJIBOUTI

JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE DE DJIBOUTI JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE DE DJIBOUTI Loi n 15/AN/98/4 ème L portant organisation du Ministère de l'économie, des Finances et de la Planification, Chargé de la Privatisation. L'ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

INSTRUCTION. N 03-043-M9 du 25 juillet 2003 NOR : BUD R 03 00043 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique

INSTRUCTION. N 03-043-M9 du 25 juillet 2003 NOR : BUD R 03 00043 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique INSTRUCTION N 03-043-M9 du 25 juillet 2003 NOR : BUD R 03 00043 J Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique RÉNOVATION DES PROCÉDURES DE CERTIFICATION DU SERVICE FAIT ET D'ORDONNANCEMENT

Plus en détail

RECUEIL DES PROCEDURES APPLICABLES. REG Version du 08 janvier 2010. Recueil des règles applicables aux marchés

RECUEIL DES PROCEDURES APPLICABLES. REG Version du 08 janvier 2010. Recueil des règles applicables aux marchés RECUEIL DES PROCEDURES APPLICABLES Recueil des règles applicables aux marchés REC-REG REG Version du 08 janvier 2010 Introduction En matière d achats, la cité de l architecture et du patrimoine est soumise

Plus en détail

INSTRUCTION. N 10-003-M9 du 29 janvier 2010 NOR : BCF Z 10 00013 J MODERNISATION DES PROCÉDURES DE DÉPENSES ANALYSE

INSTRUCTION. N 10-003-M9 du 29 janvier 2010 NOR : BCF Z 10 00013 J MODERNISATION DES PROCÉDURES DE DÉPENSES ANALYSE INSTRUCTION N 10-003-M9 du 29 janvier 2010 NOR : BCF Z 10 00013 J MODERNISATION DES PROCÉDURES DE DÉPENSES ANALYSE Paiement avant service fait et/ou sans ordonnancement préalable Date d application : 29/01/2010

Plus en détail

Fiche n 11. Les ressources affectées

Fiche n 11. Les ressources affectées DGOS / DGFiP BureauPF1 / CL1B Mise à jour Septembre 2013 Fiche n 11 Les ressources affectées Objet de la fiche La présente fiche a pour objet : de définir la notion de ressources affectées. Cette définition

Plus en détail

CENTRE VIRTUEL DE LA CONNAISSANCE SUR L'EUROPE

CENTRE VIRTUEL DE LA CONNAISSANCE SUR L'EUROPE CENTRE VIRTUEL DE LA CONNAISSANCE SUR L'EUROPE 1 CENTRE VIRTUEL DE LA CONNAISSANCE SUR L'EUROPE Sommaire Loi du 7 août 2002 portant création du Centre Virtuel de la Connaissance sur l'europe.....................

Plus en détail

RAPPORT 2.9 FINANCES Rapporteur : Michel SAINTPIERRE REGLEMENTATION FINANCIERE ET BUDGETAIRE REGLEMENT FINANCIER ET BUDGETAIRE Suite à l élaboration de son Plan Pluriannuel d Investissement et selon le

Plus en détail

DES ACTES ADMINISTRATIFS DES SERVICES DE L ÉTAT DANS LE DÉPARTEMENT DES LANDES

DES ACTES ADMINISTRATIFS DES SERVICES DE L ÉTAT DANS LE DÉPARTEMENT DES LANDES RÉPUBLIQUE FRANÇAISE PRÉFECTURE DES LANDES RECUEIL SPECIAL DES ACTES ADMINISTRATIFS DES SERVICES DE L ÉTAT DANS LE DÉPARTEMENT DES LANDES 2011 N 14 date de publication : 05 août 2011 il est possible de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi, du travail et de la cohésion sociale

Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi, du travail et de la cohésion sociale J.O n 65 du 18 mars 2005 page 4575 texte n 7 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi, du travail et de la cohésion sociale Décret n 2005-240 du 14 mars 2005 relatif aux comptes

Plus en détail

LE PRINCIPE DE L ANNUALITE

LE PRINCIPE DE L ANNUALITE LE PRINCIPE DE L ANNUALITE Grand principe de droit budgétaire il existe dans les finances des collectivités territoriales comme dans celles de l Etat. I - L annualité dans les finances locales A - Signification

Plus en détail

Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste

Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste Cette fiche ne se prétend pas exhaustive, elle permettra toutefois à un nouvel agent comptable de prendre un poste dans les meilleures conditions

Plus en détail

1 CHAMP D APPLICATION

1 CHAMP D APPLICATION INVESTISSEMENTS D AVENIR REGLEMENT RELATIF AUX MODALITES D ATTRIBUTION DES AIDES AU TITRE DES APPELS «Valorisation Instituts Carnot» 1 CHAMP D APPLICATION Le présent règlement concerne les aides accordées

Plus en détail

L'entretien préalable prévu par l'article L.272-45 du code des juridictions financières a eu lieu le 17 mars 2003 avec l'ordonnateur.

L'entretien préalable prévu par l'article L.272-45 du code des juridictions financières a eu lieu le 17 mars 2003 avec l'ordonnateur. Dans le cadre de son programme, la chambre territoriale des comptes de Polynésie française a jugé les comptes et examiné la gestion du Lycée Professionnel d'uturoa à partir de l'exercice 1996 en application

Plus en détail

DECRET N 2004-453 du 6 avril 2004. fixant les conditions d'application de la loi n 2003-036 du 30 janvier 2004 sur les sociétés commerciales PARTIE I

DECRET N 2004-453 du 6 avril 2004. fixant les conditions d'application de la loi n 2003-036 du 30 janvier 2004 sur les sociétés commerciales PARTIE I DECRET N 2004-453 du 6 avril 2004 fixant les conditions d'application de la loi n 2003-036 du 30 janvier 2004 sur les sociétés commerciales (JO n 2908 du 14.06.04, p.2218) modifié par le décret n 2005-151

Plus en détail

Vu la loi n 47-96 relative à l'organisation de la région, promulguée par le dahir n 1-97-84 du 23 kaada 1417 (2 avril 1997) ;

Vu la loi n 47-96 relative à l'organisation de la région, promulguée par le dahir n 1-97-84 du 23 kaada 1417 (2 avril 1997) ; Décret n 2-09-441 du 17 moharrem 1431 portant règlement de la comptabilité publique des collectivités locales et de leurs groupements. (B.O. n 5814 du 18 février 2010). Vu la loi n 45-08 relative à l'organisation

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 Tunis, le 6 Mai 19861 CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 OBJET : Activité des banques non-résidentes. La loi n 85-108 du 6 Décembre 1985, portant encouragement d'organismes financiers et bancaires

Plus en détail

SEMINAIRE ANNUEL A L INTENTION DES AGENTS COMPTABLES

SEMINAIRE ANNUEL A L INTENTION DES AGENTS COMPTABLES SEMINAIRE ANNUEL A L INTENTION DES AGENTS COMPTABLES Thème : La reddition des comptes de gestion d un Etablissement Public Administratif INTRODUCTION : Aux termes de la loi n 99/016 du 22 décembre 1999,

Plus en détail

Guide pratique de gestion des marchés en régie et des devisprogrammes

Guide pratique de gestion des marchés en régie et des devisprogrammes Commission européenne EuropeAid Office de Coopération Guide pratique de gestion des marchés en régie et des devisprogrammes financés par le Fonds européen de développement (FED) Version 1.0 - Février 2004

Plus en détail

MARCHE DE L ESPCI PARISTECH n b110275 Etabli en application du décret n 2006-975 du 01 août 2006 Portant code des marchés publics

MARCHE DE L ESPCI PARISTECH n b110275 Etabli en application du décret n 2006-975 du 01 août 2006 Portant code des marchés publics ÉCOLE SUPÉRIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES DE LA VILLE DE PARIS MARCHE DE L ESPCI PARISTECH n b110275 Etabli en application du décret n 2006-975 du 01 août 2006 Portant code des marchés publics

Plus en détail

GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX FONCTIONNEMENT DES COMPTES DIVISIONNAIRES

GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX FONCTIONNEMENT DES COMPTES DIVISIONNAIRES COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX DES COMPTES DIVISIONNAIRES Directive n 03/11-UEAC-195-CM-22 relative au plan

Plus en détail

LES REGLES BUDGETAIRES ET COMPTABLES DU GCS

LES REGLES BUDGETAIRES ET COMPTABLES DU GCS Fiche technique 5 LES REGLES BUDGETAIRES ET COMPTABLES DU GCS Références : Articles L. 6133-1 et suivants du code de la santé publique (CSP) ; Articles R. 6133-1 et suivants du CSP. La détermination des

Plus en détail

E T A T S D E C L A R A T I F S F. C. T. V. A 2 0 1 6 - d r o i t c o m m u n

E T A T S D E C L A R A T I F S F. C. T. V. A 2 0 1 6 - d r o i t c o m m u n E T A T S D E C L A R A T I F S F. C. T. V. A 2 0 1 6 - d r o i t c o m m u n Compte administratif 2014 ETAT N 1 Nom de la collectivité : Trésorerie de : Montant A BUDGET PRINCIPAL BUDGETS ANNEXES (préciser

Plus en détail

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF INTRODUCTION Un Etablissent Public Administratif est une personne morale de Droit Public, dotée de l autonomie

Plus en détail

Commission européenne EuropeAid Office de Coopération

Commission européenne EuropeAid Office de Coopération Commission européenne EuropeAid Office de Coopération Guide pratique des procédures applicables aux devis-programmes financés par le Fonds européen de développement (FED) et le budget général des Communautés

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

1 2 3 Aide à l animateur : Lebudgetestl actepar lequelsontprévues etautorisées les recettes et les dépenses de l organisme. L article 175 du décret GBCP prévoit que le dossier de présentation du budget

Plus en détail

GUIDE D EXECUTION DU BUDGET

GUIDE D EXECUTION DU BUDGET République Islamique de Mauritanie Honneur - Fraternité - Justice MINISTERE DE L INTERIEUR ET DE LA DECENTRALISATION Direction Générale des Collectivités Territoriales (DGCT) GUIDE D EXECUTION DU BUDGET

Plus en détail

COMPTABILISATION DES OPERATIONS DE FINANCEMENT DES PROJETS DE DEVELOPPEMENT DANS L'ESPACE OHADA:

COMPTABILISATION DES OPERATIONS DE FINANCEMENT DES PROJETS DE DEVELOPPEMENT DANS L'ESPACE OHADA: COMPTABILISATION DES OPERATIONS DE FINANCEMENT DES PROJETS DE DEVELOPPEMENT DANS L'ESPACE OHADA: Pour contribuer à la lutte contre la pauvreté dans les pays sous développés en général, et dans les pays

Plus en détail

INSTRUCTION N 006/DTCP/BFCL NOVEMBRE 1999 SUR LA COMPTABILITE DES COLLECTIVITES LOCALES. TITRE I. Le budget

INSTRUCTION N 006/DTCP/BFCL NOVEMBRE 1999 SUR LA COMPTABILITE DES COLLECTIVITES LOCALES. TITRE I. Le budget INSTRUCTION N 006/DTCP/BFCL NOVEMBRE 1999 SUR LA COMPTABILITE DES COLLECTIVITES LOCALES PREAMBULE Le plan comptable présenté ci-après s applique à l ensemble des collectivités locales ainsi qu à leurs

Plus en détail

C O U R S DESTINES AUX FONCTIONNAIRES COMMUNAUX SE PREPARANT AUX EXAMENS D ADMISSION DEFINITIVE ET DE PROMOTION DU SECTEUR ADMINISTRATIF

C O U R S DESTINES AUX FONCTIONNAIRES COMMUNAUX SE PREPARANT AUX EXAMENS D ADMISSION DEFINITIVE ET DE PROMOTION DU SECTEUR ADMINISTRATIF C O U R S DESTINES AUX FONCTIONNAIRES COMMUNAUX SE PREPARANT AUX EXAMENS D ADMISSION DEFINITIVE ET DE PROMOTION DU SECTEUR ADMINISTRATIF COMPTABILITE COMMERCIALE DES SYNDICATS COMMUNAUX N.B. Le cours n

Plus en détail

Règles de Gestion financière

Règles de Gestion financière ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE CINQUANTE-QUATRIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A54/34 Point 15 de l ordre du jour provisoire 23 mars 2001 Règles de Gestion financière Conformément au paragraphe 16.3

Plus en détail

CHAPITRE I COMPOSITION : MOYENS

CHAPITRE I COMPOSITION : MOYENS RÈGLEMENT INTÉRIEUR CHAPITRE I COMPOSITION : MOYENS Article 1 Le nombre d adhérents de l association est illimité. La qualité d adhérent s acquiert par le versement d une cotisation de sociétaire, veuve(f)

Plus en détail

Documents comptables et archives

Documents comptables et archives ocuments comptables et archives Les références BO n 24 du 16 juin 2005 Instruction n 2005-003 du 22-2-2005 : NOR : MENA0501142J RLR : 9-1 Instruction de tri et de conservation pour les archives reçues

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 24 MAI 2013 DELIBERATION N CR-13/06.270 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale d'appui au développement des compétences

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

La procédure d'exécution des recettes et des dépenses publiques (cours)

La procédure d'exécution des recettes et des dépenses publiques (cours) La procédure d'exécution des recettes et des dépenses publiques (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I - L'exécution des recettes publiques... 4 La procédure de droit commun...

Plus en détail

La demande de paiement peut correspondre non seulement aux factures mais plus généralement à toute pièce fournisseur (avoir,

La demande de paiement peut correspondre non seulement aux factures mais plus généralement à toute pièce fournisseur (avoir, 1 2 3 Aide à l animateur : Le processus standard de la dépense se décompose en 5 étapes majeures : la formalisation d un contrat, l engagement juridique, le service fait, la demande de paiement et le paiement.

Plus en détail

Organisation des Finances Locales

Organisation des Finances Locales - - Organisation des Finances Locales Paru dans la même collection : - La Charte Communale - La Fiscalité Locale - La Gestion déléguée des Services Publics La Direction Générale des Collectivités Locales

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE Vu le code général des collectivités territoriales et notamment ses articles L.1431-1 à L. 1431-9

Plus en détail