Revue des expériences Nigériennes. Présentée par Mr SANI Mahamadou Economiste Consultant Indépendant en Microfinance au Niger

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Revue des expériences Nigériennes. Présentée par Mr SANI Mahamadou Economiste Consultant Indépendant en Microfinance au Niger"

Transcription

1 Revue des expériences Nigériennes Présentée par Mr SANI Mahamadou Economiste Consultant Indépendant en Microfinance au Niger

2 Plan de présentation Définition du warrantage Pourquoi le warrantage? Le cercle vicieux Historique et justification de l introduction du warrantage au Niger Comment cela fonctionne-t-il au Niger? Aspects du financement du warrantage Quelques fragilités de l approche

3 Définition Le warrantage est une opération de crédit de quelques mois dont la garantie est un stock de vivres liquidable par la banque ou l IMF en cas de défaillance. Traditionnellement, les producteurs déposent leurs vivres dans un entrepôt sécurisé et ils reçoivent un récépissé ou warrant en terme commercial leur permettant de solliciter un emprunt à la banque. Le paysan peut ainsi accéder à un crédit lui permettant de faire face à ses obligations financières à la récolte, et récupérer sa production après remboursement à une période de pénurie où les prix sont généralement hauts ; pour l IMF, la garantie est plus fiable. Le warrantage est aussi appelé : crédit stockage, crédit warranté ou crédit sur nantissement (sans dépossession)des stocks.

4 Pourquoi le warrantage? A la récolte, les besoins d argent poussent les paysans à céder la production au premier venu à bas prix (excès d offre), tandis que la nécessité de commencer une nouvelle saison agricole ou de se nourrir quelques mois plus tard les obligera à recourir au marché pour acheter vivres et semences à prix élevés (excès de demande).

5 Le paysan se retrouve dans un cercle vicieux Rendements faibles Soudure : Achat vivres et intrants à prix élevé Paysan Récoltes : Vente à bas prix Faibles revenus

6 Historique et justification de l introduction du warrantage au Niger En 1999, à son démarrage, le Projet Intrants Niger-FAO- Belgique, tout comme les nombreux projets de développement, a rencontré des difficultés pour le financement des intrants agricoles, dans le cadre de la mise en oeuvre de son mandat de «promotion de l utilisation des intrants agricoles par les organisations de producteurs». En effet si les solutions techniques culturales existent, elles ne peuvent cependant aboutir si l'accès aux intrants reste aléatoire avec une disponibilité à point nommé et un financement non assurés.

7 Comment cela fonctionne-t-il au Niger? A défaut de l entreposeur agréé, le choix, de la forme à donner au warrantage au Niger, a porté sur la «détention communautaire» à laquelle un certain nombre d adaptations ont été apportées :

8 Constitution du stock par l OP Les producteurs, réunis en Coopératives (appelées ici Organisations de producteurs ou «OP»), stockent une partie de leur production dans un magasin approprié qui leur appartient. Le producteur individuel n a pas accès directement au crédit warranté ; c est son OP qui emprunte auprès de l IFR et qui sous-distribue le crédit à ses membres.

9 Octroi du crédit par l IFR Ensuite, l IFR locale, vérifie la quantité, la qualité et le mode d entreposage des produits stockés par l OP et ses membres ainsi que les normes du magasin (capacité, santé et sûreté), consulte les prix sur le marché et octroie à l OP un crédit d un montant équivalant à 80 % de la valeur du stock.

10 Partage du crédit par l OP L OP partage alors le crédit ainsi reçu à ses membres en fonction de la contribution de chacun au stock mis en garantie. Chaque paysan reçoit donc l argent de sa récolte comme s il l avait vendue (-mais en réalité il ne l a pas vendu). L opération de crédit warranté est dite «nouée».

11 Utilisation du crédit Avec cet argent, le paysan peut financer une activité génératrice de revenu (à conseiller) ou faire face à des dépenses sociales. L intérêt du warrantage est justement de permettre de financer n importe quel objet (à éviter) pour le producteur puisque l IFR possède une garantie sous forme de stock de produits agricoles est offerte à l IFR par l OP.

12 Remboursement du crédit Quelques mois après, le producteur rembourse son crédit et l IFR libère le stock qui, entretemps, a augmenté de valeur. L opération est alors «dénouée». Le crédit est remboursé avec le produit de l AGR et non avec le produit de la vente du stock de garantie. Le recours à la garantie se fait uniquement en cas de difficulté de remboursement avec le produit de l AGR. Le crédit warranté se noue au moment où les prix sont au plus bas et se dénoue au moment où les prix ont augmenté significativement. L opération dure généralement quelques mois (3 à 6 mois) et se situe entre 2 cycles saisonniers de la production agricole.

13 Validation des principes du warrantage au Niger Les principes du warrantage, tels que adaptés au Niger, ont été éprouvés et validés avec l appui d une expertise internationale, au cours d un atelier national en 2005 ayant regroupé les Organisations des Producteurs, les professionnels de la micro-finance et les autres acteurs.

14 Situation actuel du warrantage paysan au Niger Système de double cadenas OP et IMF Paysans stockent et vendent à titre individuel Vente groupée dans le cas du souchet Volume de warrantage paysan (approximatif) Financement pour FCFA 593 millions Autour de 5,000 tonnes de produits Un peu plus de 0,1% de la production vivrière du pays Financement >70% par 3 IMF de crédit direct : TAANADI, SICR Kokaki et Asusu Ciigaba Refinancement de ces IMF par : Fonds internationaux : SIDI, Alterfin, Agridus, FAS, etc. Prêts, garanties et investissements Les banques de la place : ECOBANK, SONIBANK, BOA, Atlantique Reste par mutuelles, projets, ONG, OP Remboursement : Warrantage près de 100% Mais il y a des retards dû à la baisse des cours sur le marché

15

16

17 Produits warrantés Arachides, mil Riz, oseille, niébé Spécialités locaux : souchet à Maradi, poivron séché à Diffa, sésame à Zinder Autres : voandzou, fonio, mais, sorgho, gombo, feuilles de baobab, waraw Activités pas très développées avec des produits maraichers : oignon, l ail, pomme de terre, tomate séchés

18 EVOLUTION DU WARRANTAGE PAYSAN AU NIGER Jusqu à 2003/04 Début enthousiaste surtout avec fonds placés chez les mutuelles prêts de 100% de la valeur du stock seul exception : Crédit Rural du Niger Crises 2002/03, attribué à: «IMF prêtent trop facilement» Ne tiennent pas compte de la politique de crédit de l IMF Ne gère pas le risque de prix «crédits accordés parfois tard» «les OP ne pensent qu à racheter d autres produits agricoles avec l argent du warrantage» problème sous-jacent de la faiblesse des mutuelles

19 Réajustement Préconisations du Projet Intrants et partenaires: Aux IMF de ne prêter > 80% Aux OP de constituer les stocks le plus tôt possible Aux IMF de refuser les stocks mal faits ou en retard Ne jamais de libérer le stock avant remboursement Règlements intérieurs stricts et AGRs rentables L appui plus méthodique du PDSFR, surtout aux IMF Développement des IMF de crédit direct Lancement de la BRS, avec politique d appuyer le warrantage Fonds internationaux et autres banques refinancent IMF

20 Des contrastes très marqués Maradi: baisse de l activité et nombre d OP 2005/06: 6 IMF, prêts de FCFA 130 m à 115 OP 2008/09: 4 IMF, prêts de FCFA 79 m à 31 OP Partie ouest du pays : augmentation du volume d emprunts Union Alhéri de Konkorido : 2005/06 : prêts de FCFA 66 m, 25 magasins 2008/09 : prêts de FCFA 112 m, 35 magasins, 2,000 membres Par membre : FCFA 56,000 ou 48O kilos (estimation) Trois unions voisines ont commencé l activité Constat : concentration de l activité dans certaines communautés

21 Observations dans la région de Maradi En 2008/07 : Concentration de 40% de l activité dans un seul village Expérience d ASUSU CIIGABA 2007/08 : Prévisions de FCFA 200 millions Placement de FCFA 40 millions Recul en zones du souchet Retard des paysans de constituer leurs stocks Contraintes sous-jacentes de main d œuvre et finance pour la récolte Recul en zones non-souchet

22 Observations sur FUGPN Mooriben Jusqu à 2006/07 : les unions faisaient le warrantage individuellement surtout avec fonds «autogérés» placés par des projets Depuis 2007/08 : appuyé par FUGPN et Projet PASA (trois ans) Relié avec d autres dispositifs Mooriben : suivi des marchés et communications mélange de fonds de projets, caisses locales et IMF de crédit direct FUGPN négocie financement et fait suivi de l activité 2007/08 : 12 unions, avec 39 millions, financement externe de TAANADI 2008/09 : 14 unions, avec 89 millions, dont Kokari 53%, PASA 23%, mutuelles 17% et unions 7% 62% femmes Bilan de Mooriben : réussite partielle Quantité warranté en deux années = 46% de l objectif de PASA Retard dans la négociation du financement Capacité théorique de warranter > 10,000 tonnes

23 Rôles des différents acteurs Rôles du projet Rôles des OP Rôles des IMF Rôles des autres partenaires locaux Rôles des banques

24 Rôles du Projet Le Projet Intrants conçoit les modules de formation en tenant compte des adaptations nécessaires tout en respectant les principes fondamentaux du warrantage, assure les formations de formateurs pour les OP et les IMF, organise et cordonne le suivi-évaluation participatif, décèle les dérives éventuelles et proposes de nouvelles procédures/règles correctives qui tiennent compte des capacités des acteurs. Les voyages d études sur les expériences en cours, organisés par le Projet Intrants en collaboration ou non avec des projets partenaires, ont beaucoup facilité l effet «tâche d huile», concernant le développement du warrantage

25 Rôles des OP L OP constitue un groupement de membres désirant faire le warrantage, accepte les règles/principes du warrantage, élabore et adopte un règlement intérieur approprié, aménage (ou s engage à construire) un magasin répondant aux normes, constitue le stock en quantité suffisante dans le respect des normes de qualité, met en place un comité de gestion, s engage à gérer le stock, de parrainer la demande de crédit auprès de l IMF, de soumettre la demande crédit à la période appropriée, de sous-distribuer le crédit et de le recouvrer de manière professionnelle.

26 Rôles des IMF L IMF adapte sa politique de crédit (allègement/annulation de l épargne monétaire préalable au crédit, engagement pour le suivi des stocks en rapport avec l OP, élaboration des outils de gestion appropriés...) par rapport aux particularités du warrantage, mobilise les ressources financières nécessaire sur ses fonds propres ou sur les ressources affectées (lignes de crédit) au warrantage par un partenaire ou recherche des emprunts bancaires.

27 Rôles des autres partenaires locaux Les partenaires locaux, selon leurs capacités et leurs orientations, apportent des appuis soit à l OP (des contributions aux formations, à l aménagement du magasin, à la mise en relation avec l IMF, au suivi-évaluation) soit à l IMF (des contributions aux formations, en ligne de crédit, en équipement, à la prise en charge des dépenses de suivi des stocks pendant un temps déterminé, au suivi-évaluation). D autre part, certains partenaires aident dans la sensibilisation des ministères techniques (ministère du Développement Agricole, ministère de l Economie et des Finances, Ministère de l Aménagement du Territoire et du Développement Communautaire ) ainsi que les agences de coopération bi et multilatérale pour qu elles tiennent compte du warrantage dans l élaboration des stratégies et des projets.

28 Rôles des banques La banque vérifie, à la demande, l éligibilité au crédit de l IMF pour lui accorder les facilités de ligne de crédit ou de refinancement. Il arrive souvent que le banquier visite le magasin où les produits agricoles sont stockés. Cette visite permet au banquier au delà du papier du e stock produit vérifier l existence physique du stock. Il y a eu des banques qui ont retenu les clés du magasin où sont stockés les produits warrantés.

29 ASPECTS DU FINANCEMENT DU WARRANTAGE Situation des trois IMF leader Potentiel avec les mutuelles?

30 Situation des trois IMF leader Dirigeants issus des projets de financement Ont développé les portefeuilles, et ont gagné le respect des banques et des partenaires techniques et financiers Total des prêts pour 2008 : FCFA 6.4 milliards Activités financés : AGR, embouche, maraichage, crédits agricoles et warrantage Crédits aux institutions mutualistes, ONG, OP, commerce, salariés et retraités Un peu d équipements Warrantage autour de 6% du portefeuille Peu d épargne ; coût du capital autour de 12% Expansion très rapide Assusu Ciigaba : portefeuille de crédits x 7,8 en 3 ans (en US$) SICR Kokari : x 3,4 en 4 ans Fragilité institutionnelle? PAR à 90 jours >4% au 31 Déc 2008 pour tous les trois Niveau d endettement Niveaux de rentabilité assez faibles en deux cas Information assez limitée sur les produits financés Documentation assez variable

31 Potentiel avec les mutuelles? Réseaux MCPEC et UMEC : UMEC actuellement inactif comme réseau MCPEC n arrive pas à sortir des difficultés, malgré intervention de DID MECREF Intervient en milieu urbain, avec femmes micro-entrepreneurs Mais pourrait appuyer en zone rurale, dû à : son liquidité son appui aux groupements féminins Crédit Mutuel de Niger Axé sur la mobilisation de l épargne avant le crédit Intervient en milieu urbain et péri-urbain Pourrait financer le warrantage dans leurs zones d intervention Rayon de 30 km A condition que le Projet IARBIC fasse un travail de sensibilisation et formation auprès des OP Pourrait augmenter sa zone d intervention En ouvrant des «guichets périodiques» FCFA 5 million pour équiper un guichet

32 Enseignement tiré de la démarche de développement du warrantage au Niger Le rôle de «catalyseur», joué par le Projet Intrants, lui permet de disparaître sans compromettre le développement du warrantage qui pourrait se poursuivre grâce aux acquis, notamment : La capitalisation de 8 années d expérience par le Projet Intrants L existence d un guide de bonnes pratiques du warrantage, capitalisant l expérience de 8 années d exercice, élaboré par le Projet Intrants et ses partenaires L existence de nombreux formateurs formés par le Projet Intrants et ses partenaires L engouement des OP et des IMF à faire du warrantage Le soutien des banques, de plus en plus grand, qui trouvent au warrantage une porte d entrée pour le financement des ruraux qui représentent plus de 80 % de la population La reconnaissance du warrantage comme un instrument efficace de lutte contre la pauvreté en milieu rural par les projets de développement en cours, par l Etat et les bailleurs. L inscription du warrantage dans les politiques de développement du pays (SIAD, SDR, SNMF)

33 Pour les IMF Les IMF trouvent que le warrantage est actuellement le type de crédit le plus sûr en milieu rural. Il améliore simultanément leur encours de crédit, leur taux de recouvrement et leur taux de pénétration. Pour toutes ces raisons, les IMF qui intègrent le warrantage dans leurs produits sont les plus éligibles au refinancement bancaire, notamment au niveau de la Banque régionale solidarité-niger qui s est engagée à promouvoir les IMF comme partenaires financiers pour sousdistribuer le crédit en milieu rural, et le warrantage comme un moyen de sécurisation du crédit.

34 Leçons pour l OP Les OP et les producteurs agricoles, bénéficiaires des crédits warrantés constituent leurs garanties généralement avec des stocks de vivres pour la «période de soudure alimentaire» (20 %, soit environ tonnes), de semences pour la campagne prochaine (30 %, soit environ tonnes préservées) et de produits destinés à la vente à un bon prix (50 % des stocks), ce qui concoure significativement (avec une épargne de plus de tonnes de vivres) à l amélioration de la sécurité alimentaire, surtout dans un pays à déficit céréalier récurrent comme le Niger. Les OP utilisent une partie des crédits (12 %) et une partie des bénéfices (20 %) dans l achat des intrants agricoles susceptibles de créer une augmentation des productions d environ tonnes supplémentaires par an. Les activités génératrices de revenus entreprises par les producteurs grâce aux crédits warrantés font gagner plus de 100 millions CFA par an, faisant vivre environ personnes.

35 Pour les banques Les banques commerciales commencent à s intéresser au warrantage compte tenu de la garantie offerte à travers le stock de produits agricoles entreposés. Cette forme de garantie malgré sa fiabilité reste encore faible dans le portefeuille des banques.

36 Pour l Etat Le warrantage peut constituer un bon moyen pour améliorer le financement de l agriculture, à condition qu il soit accompagné d autres mesures pouvant réduire les coûts des intrants agricoles, Augmentation des moyens de garantie aux IMF et améliore les rapports entre les OP et les institutions financières

37 Leçons d ensemble Les banques commencent à s intéresser d avantage au warrantage à travers le refinancement de plus en plus important des IMF. Il y a nécessité de tenir compte des femmes dans les opérations du warrantage en étudiant d une manière beaucoup plus spécifique leurs besoins. Les résultats concrets du warrantage ont créé un tel engouement que la demande des OP dépasse de loin l offre des IMF. Cet intérêt pour le warrantage a aujourd hui dépassé les frontières du Niger, avec les visites des expériences nigériennes par certaines OP, IMF et des projets de développement des pays voisins, comme le Nigéria, le Bénin, le Burkina Faso et le Mali.

38 CONCLUSIONS GENERALES Impact 1 Impact 2 Impact 3 femmes et warrantage

39 Impact 1 Impact très positif, indiqué par : L évolution positive de l adoption L engouement très fort dans certaines communautés Le remboursement à 100% Notre analyse financière confirme la rentabilité pour mil et niébé Impact favorable sur l adoption de nouvelles technologies agricoles, constaté par Enquête de Boubacar et Issaka, 2006 Autres études Nos interviews tendent à confirmer cette conclusion Plus performant que les B C dans la partie sud du pays

40 Impact 2 Impact à travers les AGRs : Paysans affirment Wampfler et al., 2008 restent sceptique Il facilite le processus de coopération entre paysans Rapproche les paysans aux OP et aux IMF Mais le niveau d adoption est encore modeste On ne voit pas la courbe S Problèmes : Approche de 80% dans un marché volatile Manque de prise en charge par certains OP Manque d adaptation mutuelle entre OP et IMF Stocks souvent constitué en retard par rapport aux échéances convenus avec IMF Absence de services de proximité des IMF Aspects techniques pas toujours maitrisés

41 Impact 3 Femmes et warrantage au Niger Quelle est la place des femmes dans le système de warrantage au Niger? Quel est l apport des femmes? Quel avantage pour les femmes? Perspectives de l intervention des femmes dans le warrantage?

42 Je vous remercie de votre aimable attention

Manuel de formation sur le warrantage au Niger

Manuel de formation sur le warrantage au Niger Ministère de l Agriculture Direction Générale de l Agriculture 9854 / NIR - GCP/NER/047/MUL Intensification de l Agriculture par le Renforcement des Boutiques d Intrants Coopératives ICRISAT et les autres,

Plus en détail

FICHE 5 FACILITATION PAR L OP DE L ACCÈS AU CRÉDIT DES MEMBRES POUR MIEUX COMMERCIALISER

FICHE 5 FACILITATION PAR L OP DE L ACCÈS AU CRÉDIT DES MEMBRES POUR MIEUX COMMERCIALISER FICHE 5 FACILITATION PAR L OP DE L ACCÈS AU CRÉDIT DES MEMBRES POUR MIEUX COMMERCIALISER Crédit de campagne et crédit de commercialisation La facilitation de l accès au crédit de campagne par l OP pour

Plus en détail

Le warrantage au Niger, une pratique adaptée aux besoins des petits producteurs et productrices

Le warrantage au Niger, une pratique adaptée aux besoins des petits producteurs et productrices Capitalisation des bonnes pratiques en appui à la production agricole et à la sécurité alimentaire Fiche de bonne pratique Niger Juillet 2012 Le warrantage au Niger, une pratique adaptée aux besoins des

Plus en détail

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement Capitalisation des bonnes pratiques en appui à la production agricole et à la sécurité alimentaire Fiche de bonne pratique Niger Juillet 2012 La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail

RAPPORT SUR LA REVUE DES EXPERIENCES DE RÉCEPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE EN AFRIQUE DE L OUEST

RAPPORT SUR LA REVUE DES EXPERIENCES DE RÉCEPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE EN AFRIQUE DE L OUEST RAPPORT SUR LA REVUE DES EXPERIENCES DE RÉCEPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE EN AFRIQUE DE L OUEST Rapport commandité par la CNUCED et préparé par M. Matiéyédou

Plus en détail

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel INFORMATIONS GÉNÉRALES Sources d information Rapport final sur les Micro doses d engrais pour la prospérité

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

Le warrantage ou crédit stockage : un moyen pour les paysans de mieux valoriser leurs produits et une sécurisation du financement rural

Le warrantage ou crédit stockage : un moyen pour les paysans de mieux valoriser leurs produits et une sécurisation du financement rural Le warrantage ou crédit stockage : un moyen pour les paysans de mieux valoriser leurs produits et une sécurisation du financement rural Janvier 2007 Cécile Beaure d'augères, Afdi Afdi (Agriculteurs français

Plus en détail

Accès au financement pour la mise en valeur de cultures de diversification dans les régions de caféiculture CFC/ICO/30 (AEP : FGCCC/OCIBU)

Accès au financement pour la mise en valeur de cultures de diversification dans les régions de caféiculture CFC/ICO/30 (AEP : FGCCC/OCIBU) PJ 39/12 Add. 1 (F) 21 septembre 2012 Original: anglais F Comité des projets Conseil international du Café 24 28 septembre 2012 Londres, Royaume Uni Résumé du rapport de situation soumis par les Agences

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

Crédit intrant et crédit warrantage au Togo : Quels enseignements?

Crédit intrant et crédit warrantage au Togo : Quels enseignements? AGRONOMES ET VETERINAIRES SANS FRONTIERES Crédit intrant et crédit warrantage au Togo : Quels enseignements? Réflexion concernant les différentes modalités de crédit proposées dans le cadre du projet d

Plus en détail

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda Plan 1. À propos de la FMB 2. Évolution de la FMB 3. Présentation et caractéristiques des produits 4. Facteurs

Plus en détail

Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges

Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges Septembre 2012 Importations nettes de céréales au Mali malgré les excédents annoncés

Plus en détail

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire BIM n 136 - Mercredi 24 Octobre 2001 Bénédicte Laurent, FIDES Un BIM du mercredi qui nous vient de loin : nous avons demandé

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire HISTORIQUE Le Centre pour le Développement des Exportations Africaines CEDEXA S.A. CEDEXA

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD - Guide pratique GUIDE PRATIQUE DESTINE AUX OPERATEURS ECONOMIQUES PRIVES 1. PRESENTATION La Banque Ouest

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale Bulletin 11 Publications - Bulletins La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale A. Cissé, UCN Sénégal D. Sarr, UCN Sénégal M. Kébé,

Plus en détail

Etude sur le financement de la commercialisation des produits agricoles au Bénin

Etude sur le financement de la commercialisation des produits agricoles au Bénin ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE (FAO) Groupe de Commercialisation des produits agricoles, AGSF de l organisation des Nations Unies pour l Alimentation et l Agriculture

Plus en détail

Assurance Récolte Sahel

Assurance Récolte Sahel Assurance Récolte Sahel L ASSURANCE INDICIELLE EN AFRIQUE DE L OUEST EXPÉRIENCE DU BURKINA Conference FARM - Pluriagri 18 décembre 2012 Contents I. Contexte II. Eléments clés d ARS III. L Expérience au

Plus en détail

IMPACT DE LA MICRO FINANCE EN MILIEU RURAL EXPERIENCE DE LA CAISSE D EPARGNE ET DE CREDIT

IMPACT DE LA MICRO FINANCE EN MILIEU RURAL EXPERIENCE DE LA CAISSE D EPARGNE ET DE CREDIT IMPACT DE LA MICRO FINANCE EN MILIEU RURAL EXPERIENCE DE LA CAISSE D EPARGNE ET DE CREDIT D ODIENNE (CECO) PRESENTATION DE MONSIEUR TOURE GAOUSSOU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA CAISSE D EPARGNE

Plus en détail

LA CRRH-UEMOA ET LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCE

LA CRRH-UEMOA ET LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCE LA CRRH-UEMOA ET LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCE Plan I. La CRRH-UEMOA : Quinze mois d activités opérationnelles II. Cadre institutionnel et organisation III. Règles d intervention : Critères

Plus en détail

Fiche d approfondissement du séminaire de Dakar n 4. Le taux d intérêt en question

Fiche d approfondissement du séminaire de Dakar n 4. Le taux d intérêt en question Fiche d approfondissement du séminaire de Dakar n 4 Le taux d intérêt en question Sources : Séminaire de Dakar et travaux de l ATP Cirad-Cerise. Fiche Mémento de l Agronome Version Multimédia CNEARC, CIRAD

Plus en détail

Mali. étude sur le financement. de l agriculture. et du monde rural

Mali. étude sur le financement. de l agriculture. et du monde rural étude sur le financement de l agriculture et du monde rural Rapport complémentaire - Analyse de l offre et de la demande en financement agricole Mali Étude sur le financement de l agriculture et du monde

Plus en détail

ASSOCIATION BASE FANDIMA (ABF)

ASSOCIATION BASE FANDIMA (ABF) ASSOCIATION BASE FANDIMA (ABF) PLAN D AFFAIRES 2009-2012 DE L ASSOCIATION BASE FANDIMA (VOLET MICRO FINANCE) Version définitive Janvier 2008 LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS ABF ADELE PA/SNMF ONG APRG

Plus en détail

ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN

ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN COTE D IVOIRE PROJECT N : CFC/ICO/30 ICO, Londres, Septembre 2010 INTRODUCTION

Plus en détail

L AFD et LA MICROFINANCE

L AFD et LA MICROFINANCE AFD André Pouillès-Duplaix L AFD et LA MICROFINANCE Plus de vingt ans d expérience Encourager l extension géographique et la diversification des services de microfinance en République Démocratique du Congo

Plus en détail

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie René AZOKLY/ Président du Fonds International de Garantie Les Fonds de Garantie en Afrique de l'ouest: Particularités,

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 2 Du 13 au 14 Mars 2007 a eu lieu au Palais des Congrès de Cotonou,

Plus en détail

BURKINA FASO MEMOIRE DE MASTER. Présentée par : Laura PALA, étudiante en master AGRINOVIA

BURKINA FASO MEMOIRE DE MASTER. Présentée par : Laura PALA, étudiante en master AGRINOVIA MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRE ET SUPERIEUR ---------------------- UNIVERSITÉ DE OUAGADOUGOU BURKINA FASO Unité Progrès - Justice ---------------------- UNITE DE FORMATION ET DE RECHERCHE EN SCIENCES

Plus en détail

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance OUTILS DÉCISIONNELS DU FIDA EN MATIÈRE DE FINANCE RURALE 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance Action: Mener à bien le

Plus en détail

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 PRÉSENTATION AL BARID BANK Missions et Objectifs Al Barid Bank, filiale bancaire de Barid Al Maghrib (Poste Maroc) a démarré

Plus en détail

Opportunités offertes à l Assurance par la banque d affaires

Opportunités offertes à l Assurance par la banque d affaires Opportunités offertes à l Assurance par la banque d affaires Présentation : Banque Régionale de Marchés (BRM) Assemblée Générale Annuelle FANAF Février 2011, Dakar LA BRM EN QUELQUES MOTS Première banque

Plus en détail

Contenu de la présentation

Contenu de la présentation Contenu de la présentation Le Mouvement Desjardins Développement international Desjardins (DID) Le modèle coopératif Le financement agricole Le Centre financier aux entrepreneurs/centre financier agricole

Plus en détail

ATELIER 3. Microfinance, banques agricoles, banques commerciales : Quels partenariats pour le financement de l agriculture?

ATELIER 3. Microfinance, banques agricoles, banques commerciales : Quels partenariats pour le financement de l agriculture? Le financement de l agriculture familiale dans le contexte de la libéralisation Quelle contribution de la microfinance? ATP Cirad 41/97 Synthèses Thématiques ATELIER 3 Microfinance, banques agricoles,

Plus en détail

Al Amana Microfinance

Al Amana Microfinance 1 Secteur de la Microfinance au Maroc Depuis sa création : Plus de 40 milliards de DH de micro crédits accordés 4,55 millions de bénéficiaires dont : 55,28% de femmes 36,57% dans le rural 6 000 emplois

Plus en détail

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général --------

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- Colloque UEMOA-CRDI, du 08-10 Décembre 2009, Ouagadougou Samuel T. KABORE; Dieudonné OUEDRAOGO,

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

Recrutement d un consultant. Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina. PlaNet Finance Madagascar

Recrutement d un consultant. Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina. PlaNet Finance Madagascar Termes de références Recrutement d un consultant Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina Version finale 15 janvier 2015 1 / 8 Sommaire I. Contexte 3 I.1. Au niveau international 3 I.2. Au niveau

Plus en détail

Accès au crédit et foncier

Accès au crédit et foncier Réseau National des Chambres d'agriculture du Niger Note d information Accès au crédit et foncier RECA Réseau National des Chambres N d Agriculture du Niger iger 22 mai 2015 / Rédaction : Florence Bron-Saïdatou

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

WARRANTAGE PAYSAN AU BURKINA FASO

WARRANTAGE PAYSAN AU BURKINA FASO RAPPORTS DE RECHERCHE OXFAM OCTOBRE 2015 WARRANTAGE PAYSAN AU BURKINA FASO Accès au crédit par le biais des stocks de proximité ELIA SÁNCHEZ GARRIDO ISABEL SUÁREZ SÁNCHEZ Au Burkina Faso, les organisations

Plus en détail

Programme d Appui au Financement adapté à l agriculture familiale (AgriFinance-Burkina)

Programme d Appui au Financement adapté à l agriculture familiale (AgriFinance-Burkina) Programme d Appui au Financement adapté à l agriculture familiale (AgriFinance-Burkina) APPEL POUR LA SELECTION DE PRESTATAIRES DE SERVICES TECHNIQUES AGRICOLES (AS-001/AGRIFIN/2015) Date limite de dépôt

Plus en détail

UN INSTRUMENT FINANCIER POUR L AGRICULTURE EN. Wilfredo Necochea Président FOGAL sosf@amauta.rcp.net.pe

UN INSTRUMENT FINANCIER POUR L AGRICULTURE EN. Wilfredo Necochea Président FOGAL sosf@amauta.rcp.net.pe FONDS DE GARANTIE: UN INSTRUMENT FINANCIER POUR L AGRICULTURE EN AMÉRIQUE LATINE Wilfredo Necochea Président FOGAL sosf@amauta.rcp.net.pe FONDS DE GARANTIE Encourager les banques et/ou entités de financement

Plus en détail

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité 23 Novembre 2012 Pour diffusion publique Résumé Exécutif Une opportunité Pour un opérateur privé, la plateforme d'informations

Plus en détail

RAPPORT DU GROUPE I. Nouvelles gammes de produits et services financiers et accès accru aux produits et services existants

RAPPORT DU GROUPE I. Nouvelles gammes de produits et services financiers et accès accru aux produits et services existants RAPPORT DU GROUPE I Nouvelles gammes de produits et services financiers et accès accru aux produits et services existants MEMBRES DU GROUPE I 1. Raoul G.SANOU: Coordonnateur PAMER. PRESIDENT 2. Yacouba

Plus en détail

Zoom microfinance. Les crédits d équipement de Kafo Jiginew (Mali) : investir au sein des exploitations familiales. Sommaire.

Zoom microfinance. Les crédits d équipement de Kafo Jiginew (Mali) : investir au sein des exploitations familiales. Sommaire. Numéro 23 Octobre 2007 Les crédits d équipement de Kafo Jiginew (Mali) : investir au sein des exploitations familiales Sommaire Le contexte Les crédits d équipement Les bénéficiaires Ce a été réalisé sur

Plus en détail

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION Investir pour le futur Anticiper - Innover 01 BP 3726 ABIDJAN

Plus en détail

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA INTITULE DU PROJET : PROJET DE PROMOTION DE L INITIATIVE LOCALE POUR LE DEVELOPPEMENT D AGUIE 1 Intitulé du Projet : Projet de Promotion de l Initiative Locale pour le

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

ETUDE REALISEE AVEC L APPUI DE LA COOPERATION ITALIENNE REALISEE PAR LAZARE HOTON, ECONOMISTE LISA HUBERT, ECONOMISTE

ETUDE REALISEE AVEC L APPUI DE LA COOPERATION ITALIENNE REALISEE PAR LAZARE HOTON, ECONOMISTE LISA HUBERT, ECONOMISTE ETUDE SUR LES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES ET LA FINANCE RURALE MECANISMES INCLUSIFS DE FINANCEMENT ALTERNATIF EN ZONE AGROPASTORALE DES REGIONS DE TAHOUA, MARADI ET ZINDER ETUDE REALISEE AVEC L APPUI

Plus en détail

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE DIAGNOSTIC SIG ET ELABORATION PLAN D ACTION DE MISE EN ŒUVRE DU SCHEMA DIRECTEUR INFORMATIQUE RESEAU RENACA

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE DIAGNOSTIC SIG ET ELABORATION PLAN D ACTION DE MISE EN ŒUVRE DU SCHEMA DIRECTEUR INFORMATIQUE RESEAU RENACA Section 1. Lettre d invitation 1 SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE DIAGNOSTIC SIG ET ELABORATION PLAN D ACTION DE MISE EN ŒUVRE DU SCHEMA DIRECTEUR

Plus en détail

SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT

SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT La mobilisation de l'épargne solidaire au Nord pour l offre de services financiers de proximité au Sud Anne-sophie Bougouin - Chargée

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL...

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL... Fédération Internationale des Producteurs Agricoles 1 «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES» Ce document fut élaboré dans l objectif d apporter une information la plus complète possible sur le thème du

Plus en détail

LA MICROFINANCE EN AFRIQUE DE L OUEST : HISTOIRES ET INNOVATIONS

LA MICROFINANCE EN AFRIQUE DE L OUEST : HISTOIRES ET INNOVATIONS Luxembourg, le 02 juin 2008 LA MICROFINANCE EN AFRIQUE DE L OUEST : HISTOIRES ET INNOVATIONS Le texte suivant est un extrait du livre «La microfinance en Afrique de l Ouest : histoires et innovations»

Plus en détail

A la recherche d un cadre d analyse entre micro-finance et micro-assurance santé GRAP - OSC

A la recherche d un cadre d analyse entre micro-finance et micro-assurance santé GRAP - OSC A la recherche d un cadre d analyse entre micro-finance et micro-assurance santé GRAP - OSC Etude exploratoire à partir du cas du Bénin Marc Labie, Ilere Ngongang,Marthe Nyssens, Pascal Wele Plan Micro-finance

Plus en détail

Appui au financement adapté à l agriculture familiale (AgriFinance-Burkina) DOCUMENT DE PROJET

Appui au financement adapté à l agriculture familiale (AgriFinance-Burkina) DOCUMENT DE PROJET Appui au financement adapté à l agriculture familiale (AgriFinance-Burkina) DOCUMENT DE PROJET Mai 2014 Page de couverture Pays Intitulé du programme Effet(s) du programme : République du Burkina Faso

Plus en détail

Les stocks de proximité : enjeux, opportunités et limites. Le cas des pays du Sahel

Les stocks de proximité : enjeux, opportunités et limites. Le cas des pays du Sahel Les stocks de proximité : enjeux, opportunités et limites. Le cas des pays du Sahel Roger Blein, Bureau Issala La crise alimentaire induite par la hausse des prix a relancé le débat sur la régulation des

Plus en détail

La Banque Postale, nouvel acteur du financement local. Avril 2012

La Banque Postale, nouvel acteur du financement local. Avril 2012 La Banque Postale, nouvel acteur du financement local Avril 2012 Sommaire 1. La Banque Postale, une banque pas comme les autres 2. au service des territoires 3. Le financement, une nouvelle étape au service

Plus en détail

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE TOMINIAN

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE TOMINIAN PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DU MALI ---------------------- Un Peuple Un But Une Foi Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA) ----------------------- Projet de Mobilisation des Initiatives

Plus en détail

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé Directrice Générale de NYESIGISO Réseau des Caisses d Épargne et de Crédit du Mali La micro finance dans le cadre de

Plus en détail

Résultats et impacts

Résultats et impacts Résultats et impacts «Creusement d un puits pour une utilisation maraîchère à Fandène, Sénégal» Village de Diayane Localisation: Village de Diayane dans la commune de Fandene, département de Thiès, à 77

Plus en détail

Le Cycle de Programme Humanitaire

Le Cycle de Programme Humanitaire REUNION DU CLUSTER SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 28/10/2014 Le Cycle de Programme Humanitaire Outil principal du système humanitaire pour obtenir une analyse, une stratégie et un plan d action communs. Un cycle

Plus en détail

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN Les conditions d activité du secteur informel L absence de numéro de compte contribuable apparaît comme le critère déterminant d appartenance au secteur

Plus en détail

Village de TIABOLI (Commune de FATOMA, Cercle de MOPTI, MALI)

Village de TIABOLI (Commune de FATOMA, Cercle de MOPTI, MALI) Village de TIABOLI (Commune de FATOMA, Cercle de MOPTI, MALI) BILAN de PROJET 1 Bilan du projet «TIABOLI» Ce projet s inscrit dans le Programme 2010-2014 d aide au développement économique et à l amélioration

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 1 RE PARTIE Questions et réponses sur le thème des banques

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 1 RE PARTIE Questions et réponses sur le thème des banques Les banques en tant qu intermédiaires financiers Qu est-ce qu une banque? Une banque est une entreprise dont l activité principale consiste à recevoir l épargne en dépôt, à accorder des crédits et à fournir

Plus en détail

Mutuelle de Crédit et d Epargne des Femmes D Aboisso, Bonoua, Bassam, Agboville, Tiassalé et Adzopé

Mutuelle de Crédit et d Epargne des Femmes D Aboisso, Bonoua, Bassam, Agboville, Tiassalé et Adzopé Mutuelle de Crédit et d Epargne des Femmes D Aboisso, Bonoua, Bassam, Agboville, Tiassalé et Adzopé LA POLITIQUE DE CREDIT ET DE RECOUVREMENT 2 A. INTRODUCTION Le Conseil d Administration du RESEAU MUCREFAB

Plus en détail

PRESENTATION AFD- juin 2004

PRESENTATION AFD- juin 2004 PRESENTATION AFD- juin 2004 Présentation de FINADEV Bénin- Groupe FINANCIAL AFD Paris - juin 2004 1 1. PRESENTATION GENERALE Si vous le permettez, avant de vous exposer la situation de FINADEV BENIN, première

Plus en détail

Financement de la chaîne logistique possible grâce aux banques. Michael Andrade

Financement de la chaîne logistique possible grâce aux banques. Michael Andrade Financement de la chaîne logistique possible grâce aux banques Michael Andrade 1INCE FARMERS) L agriculture en Inde 10 % tranche supérieure Progressif & inclus Plus grand groupe d exploitants Exploitants

Plus en détail

GUIDE D ORIENTATION AUX ORGANISATIONS DE BASE

GUIDE D ORIENTATION AUX ORGANISATIONS DE BASE FONDS D APPUI AUX INITIATIVES RAPPROCHEES (FAIR) GUIDE D ORIENTATION AUX ORGANISATIONS DE BASE I. Contexte/justification II. Eligibilité des actions 1 III. IV. Eligibilité des demandeurs Durée d exécution

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie de mobilisation de ressources

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Extraits sur la prévention du surendettement des clients texte original en espagnol La philosophie «Vivre la solidarité» peut s appliquer à toute notre vie.

Plus en détail

Etude sur la mobilisation de l épargne des producteurs agricoles dans la zone de la Komadougou

Etude sur la mobilisation de l épargne des producteurs agricoles dans la zone de la Komadougou ONG Karkara Projet d Appui aux Systèmes Financiers Ruraux RAPPORT FINAL Etude sur la mobilisation de l épargne des producteurs agricoles dans la zone de la Komadougou Dorothée Pierret Aminata Bâ Avril

Plus en détail

AP A R P E R F E F ju j i u n n 20 2 1 0 1 1 1

AP A R P E R F E F ju j i u n n 20 2 1 0 1 1 1 APREF juin 2011 1 Pourquoi la micro-assurance? Lien fort et évident entre pauvreté et vulnérabilité Si quelqu un est protégé contre les risques de base pour lui et sa famille, il est plus enclin à prendre

Plus en détail

les services d Orange pour l agriculture en Afrique

les services d Orange pour l agriculture en Afrique les services d Orange pour l agriculture en Afrique avril 2015 1 ce catalogue a pour objectif d éclairer sur les services développés par Orange pour améliorer la productivité agricole, accroître le revenu

Plus en détail

EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013

EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013 EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013 Contexte et Objectifs de l évaluation rapide Le cercle de Douentza, se situe dans la région de Mopti et a été depuis

Plus en détail

Stratégie Nationale de la

Stratégie Nationale de la REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité - Justice Stratégie Nationale de la Microfinance Stratégie adoptée lors du Conseil des Ministres du 19 novembre 2003 SOMMAIRE LISTE DES ABREVIATION...

Plus en détail

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin FIDA/E. Piquion Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin La pauvreté rurale à Bénin Situé en Afrique de l Ouest, le Bénin couvre une superficie d environ 110

Plus en détail

Sur cette page, vous trouverez toutes les informations concernant les activités d'alterfin.

Sur cette page, vous trouverez toutes les informations concernant les activités d'alterfin. Extra Sur cette page, vous trouverez toutes les informations concernant les activités d'alterfin. Participez à l'action de Nouvel An d'alterfin! Alterfin est à la recherche de personnes qui souhaitent

Plus en détail

Mauvaise informa.on agricole = Cycle de pauvreté Producteurs. Commerçants. Gouvernements. Transformateurs

Mauvaise informa.on agricole = Cycle de pauvreté Producteurs. Commerçants. Gouvernements. Transformateurs Mauvaise informa.on agricole = Cycle de pauvreté Producteurs Ne savent pas : Que planter? Où bien vendre? Comment vendre? Transformateurs Ne peuvent pas bien : Prévoir leurs appro. (stocks?) Planifier

Plus en détail

Démarche d installation des Boutiques d Intrants Agricoles

Démarche d installation des Boutiques d Intrants Agricoles ASSOCIATION DES ORGANISATIONS PROFESSIONNELLES PAYSANNES CropLife MALI Partenariat AOPP - CROPLIFE IFDC sur la Distribution de Proximité Démarche d installation des Boutiques d Intrants Agricoles (BIA)

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ A chaque campagne agricole dans les zones rurales Camerounaises en particulier et Africaines en générale,

Plus en détail

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LES ENDEMIES Le point sur la couverture du risque maladie au Niger I PLACE ACTUELLE DE L ASSURANCE MALADIE 1. Recensement des dispositions

Plus en détail

Au service des prêteurs d espoir

Au service des prêteurs d espoir Au service des prêteurs d espoir GRAMEEN ET CREDIT AGRICOLE s allient pour lutter contre la pauvreté Fondée en 1983 par Muhammad Yunus, la Grameen Bank (banque des villages) a développé au Bangladesh le

Plus en détail

Pratiques de stockage et conservation : conseils techniques pour perdre moins

Pratiques de stockage et conservation : conseils techniques pour perdre moins Pratiques de stockage et conservation : conseils techniques pour perdre moins La réduction des pertes de stockage est un levier important pour améliorer les performances de la filière oignon nigériennes.

Plus en détail

Les voyages d échange d expériences: Conseils pour en améliorer l impact

Les voyages d échange d expériences: Conseils pour en améliorer l impact Fiche de bonne pratique Afrique de l Ouest Avril 2013 Les voyages d échange d expériences: Conseils pour en améliorer l impact Auteurs: Frédérique Matras, Fatouma Sidi, Sophie Treinen Public cible Le public

Plus en détail

Étude réalisée avec l appui du F3E pour Afdi. Rapport final et annexes 323Asev. Février 2012. Patrick Dugué et Guy Faure

Étude réalisée avec l appui du F3E pour Afdi. Rapport final et annexes 323Asev. Février 2012. Patrick Dugué et Guy Faure Étude réalisée avec l appui du F3E pour Afdi Rapport final et annexes 323Asev Appui à la mise en place d un dispositif de suivi - évaluation des effets et de l impact des démarches de Conseil à l Exploitation

Plus en détail

PROJET DE SEMINAIRES ITINERANTS SUR LE TEMPS ET LE CLIMAT AU PROFIT DES AGRICULTEURS ET ELEVEURS DE LA MAUTRITANIE RAPPORT

PROJET DE SEMINAIRES ITINERANTS SUR LE TEMPS ET LE CLIMAT AU PROFIT DES AGRICULTEURS ET ELEVEURS DE LA MAUTRITANIE RAPPORT PROJET DE SEMINAIRES ITINERANTS SUR LE TEMPS ET LE CLIMAT AU PROFIT DES AGRICULTEURS ET ELEVEURS DE LA MAUTRITANIE RAPPORT Lors de la réunion des Experts sur

Plus en détail

Commercialisation de produits agricoles par les organisations de producteurs et de paysans

Commercialisation de produits agricoles par les organisations de producteurs et de paysans Amassa Afrique Verte Commercialisation de produits agricoles par les organisations de producteurs et de paysans LES BOURSES AUX CEREALES, UN OUTIL POUR LA COMMERCIALISATION DES CEREALES AU MALI Guide d

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

Fiche d approfondissement du séminaire de Dakar n 11 : Sécuriser le crédit agricole par la centrale de risque

Fiche d approfondissement du séminaire de Dakar n 11 : Sécuriser le crédit agricole par la centrale de risque Fiche d approfondissement du séminaire de Dakar n 11 : Sécuriser le crédit agricole par la centrale de risque Sources : Séminaire de Dakar et travaux de l ATP Cirad-Cerise Communication de la Fédération

Plus en détail