Analyse sémantique et contraintes distributionnelles: l exemple du verbe monter 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse sémantique et contraintes distributionnelles: l exemple du verbe monter 1"

Transcription

1 (La version définitive de ce texte est à paraître dans les Actes du CILPR) Pierre Jalenques Analyse sémantique et contraintes distributionnelles: l exemple du verbe monter 1 Le problème de la polysémie constitue, on le sait, un enjeu majeur de la recherche actuelle en sémantique lexicale. Nous aborderons la question à partir du verbe français monter, dont la polysémie est importante 2. L enjeu ici ne sera pas de débattre sur le fond des analyses qui ont déjà été proposées pour monter (Desclès et al., 1998, Lebas / Cadiot, 2003), mais de défendre une démarche d observation en sémantique lexicale fondée sur la prise en compte des données distributionnelles. Notre démarche est liée à une conception constructiviste de la polysémie postulant que, en deçà de la diversité des acceptions d une unité polysémique, on peut trouver une signification abstraite invariante 3. Cette approche de la polysémie fait l objet de critiques de fond que nous rappellerons dans une première partie. Ensuite, nous présenterons notre démarche d observations permettant de répondre à ces critiques. Enfin, nous illustrerons brièvement cette démarche à travers la mise au jour d une des propriétés invariantes du verbe monter. 1. Le problème des significations abstraites trop puissantes Dans les approches holistes du sens des énoncés 4, on considère que la portion de sens intuitivement attribuée à un mot est au moins partiellement déterminée par le cotexte Les réflexions présentées ici ont bénéficié de nombreuses discussions avec François Thuillier. Le dictionnaire des synonymes du laboratoire Crisco donne 103 synonymes pour ce verbe. Pour une analyse de l organisation de ces synonymes, voir François (2005). Pour une brève présentation du cadre théorique constructiviste que nous adoptons, voir Culioli (1994), Franckel (2002). Pour une présentation plus complète, voir Culioli ( ). Cette conception du sens des énoncés s oppose à l approche atomiste. Pour une discussion générale, on pourra consulter Gosselin (1996), Fuchs / Victorri (1996). Nous appelons cotexte l environnement textuel d un mot; nous appelons contexte, la situation évoquée par l interprétation de l énoncé contenant le mot. 1

2 Pierre Jalenques C est cette hypothèse qui permet de distinguer entre d une part le sens contextuel de l unité, que nous appellerons ici l acception, et le sens intrinsèque du mot, que nous appellerons invariant sémantique, celui-ci étant par hypothèse invariable à travers la diversité des emplois du mot. Dans une séquence comme sa vieille voiture a du mal à monter la côte, nous considérons que l acception déplacement vers le haut correspond à une signification déterminée par le cotexte de monter et non au sens intrinsèque de ce verbe. Sans entrer dans la discussion ici, on peut par exemple envisager que l idée de déplacement est induite par le terme voiture. En l occurrence, lorsque le sujet du verbe désigne une entité fixe, il n y a plus de déplacement exprimé (ces chaussettes montent jusqu au genou). Avant d aller plus avant dans la discussion, considérons quelques données supplémentaires sur le verbe monter. A la suite de Meunier (2003), on peut, en simplifiant, répartir les principaux emplois de ce verbe en trois grandes classes, respectivement illustrées par les séquences suivantes: (1) la pression monte / Paul a monté le son / le prix du pétrole monte toujours (2) Marie a monté les escaliers quatre à quatre / ces escaliers montent en colimaçon (3) Paul a monté la tente / Alain veut monter une expédition scientifique en Antarctique Dans les emplois de la classe (1), il est question d accroissement quantitatif d une grandeur physique ou abstraite; dans la classe (2), nous avons le domaine des emplois spatiaux; enfin, dans la classe (3), nous avons des emplois où monter est intuitivement proche de assembler ou organiser. Les invariants sémantiques postulés pour les mots très polysémiques sont généralement présentés comme nécessairement sous-déterminés, contenant très peu de propriétés, pour pouvoir être compatibles avec toute la diversité des acceptions du mot. Cette sousdétermination sémantique, jugée inévitable, conduit à la principale critique adressée à cette approche: les invariants sémantiques sont trop puissants. Par trop puissants, on entend que leur contenu sémantique est tellement sous-déterminé qu il peut s appliquer à d autres mots que le mot considéré (cf. Kleiber, 1999: 48). En pratique, cette critique est souvent pertinente. Desclès et al. (1998: 42) propose l invariant sémantique suivant pour monter: «une entité Y est située dans un espace muni d un certain gradient orienté vers des valeurs positives; une valeur du gradient est attribuée à l entité Y; cette entité Y passe d un état à un autre état où la valeur du gradient attribuée à Y augmente». Il convient de préciser qu ici, le terme espace ne renvoie pas à la spatialité mais est employé dans le sens abstrait qu il a en topologie. Les emplois spatiaux ne sont donc pas considérés comme premiers. Ce sens unitaire semble en effet trop puissant car il pourrait s appliquer à des verbes comme augmenter, s accroître ou progresser qui, a priori, mettent aussi en jeu un gradient 2

3 Analyse sémantique et contraintes distributionnelles: l exemple du verbe monter orienté vers des valeurs positives et un accroissement de la valeur de ce gradient pour une entité Y. Le problème peut être reformulé sur le plan distributionnel: l invariant sémantique proposé est trop puissant s il prédit une distribution de monter trop large par rapport aux données observables. L invariant de Desclès et al. prédit la compatibilité de monter avec tous les termes pouvant être associés à une gradation orientée vers des valeurs positives; or, c est loin d être le cas. De nombreux termes se combinent difficilement avec le verbe monter, alors qu ils se combinent naturellement avec augmenter. A côté de la pression / la température / la tension monte, les prix montent, nous avons difficilement: (4) a.?? son volume / son poids / l accélération / sa longueur monte;?? les impôts montent b. son volume / son poids / l accélération / sa longueur augmente; les impôts augmentent Ceci dit, les analyses sémantiques fondées sur une perception intuitive immédiate du sens de monter, plaçant au coeur de son sémantisme l idée d un déplacement vers le haut ne sont pas mieux loties. Il apparaît en effet que monter n est pas compatible avec tous les cotextes qui évoquent une entité pouvant se déplacer vers le haut; par exemple, ce verbe se combine difficilement avec les noms de parties du corps, contrairement à lever: (5) a.?? il monta la main pour attraper la boîte sur l étagère du haut b.?? elle monta vers lui des yeux éplorés c.?? il monta vers moi un poing menaçant Par ailleurs, à côté des emplois transitifs attestables en (6) les séquences en (7) ne sont pas très naturelles: (6) a. Paul a monté les valises au premier / Paul a monté le courrier à son grand-père b. je lui ai monté sa tisane à 21 h, comme chaque soir (à un inspecteur de police) (7) a.?? Paul a monté ses livres sur l étagère du haut b.?? Alain a monté les objets fragiles en haut de l armoire c.?? Marie a monté les enfants sur la banquette arrière Il apparaît donc tout un ensemble de contraintes distributionnelles liées à monter; on pourrait les multiplier pour chacune des acceptions de ce verbe (monter la tente /?? monter la maison, monter un dossier /?? monter un sujet d examen, etc.). Les analyses lexicographiques traditionnelles n en rendent pas mieux compte que les analyses proposant un invariant sémantique. Elles sont elles aussi trop puissantes! Revenons au problème de l invariant sémantique: critiquer l analyse sémantique proposée pour tel ou tel mot est une chose; rejeter, dans son principe, la possibilité même de pouvoir trouver un invariant sémantique suffisamment spécifique pour une unité polysémique, comme le laisse entendre Kleiber (1999), en est une autre. Nous défendons qu il est possible de trouver un invariant sémantique suffisamment spécifique pour un mot 3

4 Pierre Jalenques comme monter, à condition de chercher cet invariant non pas à partir des acceptions mais à partir des contraintes distributionnelles du type illustré par les exemples ci-avant. 2. Pour une analyse sémantique fondée sur l étude des contraintes d emploi Nous faisons l hypothèse que l identité sémantique d un mot est constituée par les contraintes que la présence de ce mot fait peser sur l interprétation globale de chaque énoncé où il est employé. Il s agit donc de contraintes sémantiques. Celles-ci sont par hypothèse invariantes. Les données du type (4a), (5) ou (6) rendent manifeste leur existence. Comme on le sait, dans une langue il n y a pas deux mots qui aient exactement les mêmes propriétés distributionnelles. 6 Si l on fonde l analyse à partir de ces propriétés, on peut donc espérer en déduire une hypothèse sémantique qui soit spécifique à monter. Autant notre intuition de locuteur nous donne directement accès aux acceptions intuitivement associées à monter, autant elle ne nous donne pas directement accès aux contraintes sémantiques imposées par le mot. Par exemple, dans une séquence comme la température monte, un locuteur sera bien en peine de dire quelles sont les contraintes interprétatives imposées par monter, le différenciant de augmenter ou s accroître. Ainsi, la recherche des contraintes distributionnelles de monter est le moyen indirect qui permet de mettre au jour ces contraintes sémantiques non immédiatement accessibles à notre intuition. Notre démarche consiste donc fondamentalement à déplacer le lieu des observations: au lieu de décrire l interprétation d un énoncé contenant monter, on cherche à décrire les contraintes sur cette interprétation. C est cette démarche que nous allons illustrer dans la troisième partie. Accepter ce déplacement revient à admettre que notre intuition de locuteur n a pas accès au sens intrinsèque des mots. Etant donné que nous voulons étudier les limites combinatoires du verbe, nous nous intéressons aux énoncés qui sont à la marge de l attestabilité. Notre postulat est le suivant: tout cotexte qui paraît peu naturel avec monter est un cotexte qui satisfait mal une ou plusieurs des contraintes sémantiques de monter. Tout le travail d analyse consiste alors à mettre au jour cette ou ces contrainte(s). Cela passe par un travail de tâtonnement inévitable. 6 Nous employons le terme «distributionnel» au sens large: nous entendons par là l ensemble des possibilités combinatoires d un mot (sur l axe syntagmatique), aussi bien sur le plan syntaxique que lexical (les ensembles de mots avec lesquels monter est compatible, selon ses différents emplois). 4

5 Analyse sémantique et contraintes distributionnelles: l exemple du verbe monter La première étape du travail consiste donc à chercher des énoncés peu naturels avec monter. On peut les trouver principalement de deux façons: - on part d énoncés acceptables, du type la pression monte et on cherche à établir la liste des termes qui peuvent a priori commuter avec pression; on s appuie sur des outils lexicographiques du type dictionnaires de synonymes et thésaurus; c est ainsi que nous avons trouvé les données en (4a); - on s appuie sur des (para)synonymes locaux de monter, comme par exemple se lever (le brouillard monte / le brouillard se lève). On établit la distribution locale de ce (para)synonyme, ce qui permet de mettre au jour des cotextes peu naturels avec monter (le vent se lève /? le vent monte). Nous avons obtenu les données en (5) de cette façon. La seconde étape du travail, la plus délicate, consiste, pour chaque énoncé peu naturel repéré, à mettre au jour la ou les contrainte(s) sémantique(s) de monter en cause dans cet énoncé. Là aussi, il y a un tâtonnement inévitable puisque ces contraintes échappent à notre intuition immédiate. La démarche consiste à chercher les modifications interprétatives à introduire pour que l énoncé redevienne naturel. Si l énoncé redevient naturel, c est qu il satisfait la contrainte sémantique de monter; c est donc que la modification effectuée correspond à cette contrainte. Par exemple, la séquence Paul a monté la maison tout seul est peu naturelle, par différence avec Paul a monté la tente; elle devient naturelle si on interprète maison par exemple comme une petite maison en bois, préfabriquée. Le terme maison est compatible avec monter à condition de référer à une entité dont les parties (toit, murs, etc.) sont préfabriqués, ce qui est inhabituel pour une maison. Il s agit d une contrainte sémantique imposée par monter (on ne l a pas avec le verbe construire). Une remarque sur les jugements d acceptabilité. Etant donné le postulat que nous avons adopté (corrélation entre faible acceptabilité et contrainte sémantique) le faible degré d acceptabilité d une séquence ne signifie pas pour nous qu elle a peu de chance d être attestée, mais signifie qu elle n est attestable que dans des conditions restreintes, ce que nous appellerons les conditions de récupérabilité de la séquence. En l occurrence, la plupart des séquences perçues comme peu naturelles avec monter sont largement attestés dans le corpus internet (sites en France), parfois autant que des séquences perçues comme naturelles. Ainsi, la séquence a priori peu naturelle le vent monte (que nous allons examiner ci-après) est attestée plus de 400 fois, tout autant que la séquence naturelle le vent forcit. Le point crucial est donc que les séquences jugées peu naturelles sont généralement attestées, mais à certaines conditions. Ce sont ces conditions de récupérabilité que l on cherche à mettre au jour. L observation systématique des données attestées sur internet 5

6 Pierre Jalenques contribue à leur mise au jour. De ce point de vue, selon nous, la linguistique de corpus 7 et la linguistique à partir d énoncés fabriqués ne s opposent pas mais sont au contraire complémentaires (pour une discussion sur ce point, voir Marandin, 1984). Ceci dit, pour limiter le problème de fiabilité des jugements d acceptabilité absolus (on se rappelle les nombreuses critiques adressées à la grammaire générative; pour un bilan, cf. Schutze, 1996), nous ne travaillons que sur des jugements d acceptabilité relatifs (comparaison d énoncés ou de séquences infra-énoncé). Convention de notation: a) nous désignerons par les lettres X et Y respectivement le premier et le second argument (lorsqu il existe) du verbe; b) les exemples que nous avons fabriqués sont notés en caractères droits, les exemples attestés, tirés d internet, sont notés en italique. 3. Mise au jour d une des contraintes interprétatives du verbe monter 3.1. Etude d un emploi de la classe (1): le vent monte Examinons la distribution lexicale locale de se lever pour dégager un contraste avec la distribution locale du verbe monter. Dans le domaine des phénomènes naturels nous avons par exemple le jour se lève / le temps se lève, le brouillard se lève. Parmi les différentes unités lexicales possibles en position sujet de se lever, le terme vent est perçu comme peu naturel avec le verbe monter: (8) a. le vent se lève b.? le vent monte Alors que la séquence (8a) est spontanément acceptée par les locuteurs, la séquence (8b) leur paraît peu acceptable. La combinaison des deux mots leur paraît sémantiquement étrange. Nous avons donc dégagé une contrainte distributionnelle du verbe monter. L enjeu est alors d identifier ce qui rendrait la séquence (8b) sémantiquement plus naturelle. Pour cela, il faut se demander quels ajouts éventuels dans l environnement textuel ou quelles spécifications du contexte peuvent rendre cette séquence davantage acceptable. Lorsqu un locuteur compare le degré d acceptabilité de deux séquences brèves, il raisonne souvent sur des situations de référence implicites qui peuvent influencer le jugement. Or, l interprétation de la séquence (8a) immédiatement acceptée par les locuteurs 7 Pour une réflexion sur l usage d internet comme corpus, on pourra consulter Kilgarriff et Grefenstette (2003). 6

7 Analyse sémantique et contraintes distributionnelles: l exemple du verbe monter induit une situation bien précise: au départ il n y avait pas de vent puis on constate que maintenant il commence à y avoir du vent. Implicitement, les locuteurs mobilisent cette même situation (au départ il n y a pas de vent) pour évaluer la séquence (8b). Or, c est pour une telle situation que l emploi de la séquence (8b) est peu attestable. La deuxième étape de l analyse de cet emploi consiste alors à chercher un autre type de situation pour laquelle l emploi de (8b) serait éventuellement plus naturel. La question posée au locuteur ne concerne plus le jugement d acceptabilité mais la recherche d une telle situation: «imaginons que quelqu un vous dise <le vent monte>, à quel type de contexte pourriez-vous imaginer que le locuteur se réfère?». Dans le profil des situations proposées par les locuteurs, on relève toujours l idée qu il y a déjà du vent et que ce que l on veut dire c est que le vent forcit. Cette intuition, régulière d un locuteur à l autre, est corroborée par les données attestées. Sur Internet, on relève plus de 400 occurrences de la séquence le vent monte. Sur les cent premières séquences que nous avons examinées une à une, l environnement textuel induit une interprétation du type le vent forcit pour 98 d entre elles. En voici quelques-unes: (9) - on réduit la surface de grand voile lorsque le vent monte - si le vent monte d'un cran, retendez le hale bas et aplatissez la bordure. - sous chaque nuage, il y a un grain et le vent monte à 25/30 noeuds. - les spis sont envoyés plein vent arrière, le ciel se noircit, le vent monte Les deux séquences restantes correspondent à un autre emploi du verbe monter lié à l idée d un déplacement vers le haut, dans un texte de climatologie (le vent monte le long des pentes le matin). Donc dans tous les emplois attestés examinés, lorsqu il est question du mode d existence du vent dans l interprétation, on observe à chaque fois qu il y a déjà du vent au départ. Cette contrainte est corroborée par l affinité du verbe monter avec des termes exprimant une grandeur physique qui par définition est une propriété toujours présente au départ de la situation envisagée: (10) a. la pression monte / la température monte b. * la pression se lève / la température se lève Une entité physique quelle qu elle soit a toujours une certaine température, positive ou négative (le degré zéro est une valeur de température parmi d autres et non une absence de température); il est difficile d imaginer une situation où une entité n aurait aucune température c'est-à-dire où l existence même de la température serait en jeu dans l interprétation. On ne part jamais d une entité avec une absence de température. On constate ainsi l inacceptabilité des séquences (10b) et l affinité de monter avec ces termes. 7

8 Pierre Jalenques 3.2. Etude d un emploi de la classe (2): monter + nom de partie du corps Nous avions vu à la section 2 que monter se combine difficilement avec des noms de partie du corps, en construction transitive (exemples (5), à la différence du verbe lever qui fournit des séquences directement interprétables sans nécessiter un environnement textuel supplémentaire: (11) a. X lève le bras b.? X monte le bras (11 ) a. X lève la main / le doigt / le pied b.?? X monte la main / le doigt / le pied Sans cotexte supplémentaire, les séquences (11 b) sont peu naturelles. A nouveau, nous cherchons à identifier les contraintes interprétatives que les environnements cotextuel et contextuel doivent satisfaire pour que les séquences avec monter soient interprétables et attestables. Il apparaît que l ajout d une séquence comme plus haut avec le choix d un contexte d activité physique, comme le sport ou la danse rend l emploi de monter beaucoup plus naturel: (12) a. allez, monte ton bras plus haut et tend le bien b. monte ta main un peu plus haut; elle doit être à la hauteur de tes yeux Cette contrainte révèle qu avec monter, on part d une situation où Y s interprète comme ayant déjà atteint une certaine hauteur. 8 Avec monter, dans cet emploi, il ne s agit pas d aller vers le haut, il s agit d aller plus haut. En d autres termes, du point de vue du mode d existence de Y en terme de hauteur, on part d une situation où la hauteur de Y a déjà un mode d existence. Les données attestées sur Internet sont peu nombreuses, mais elles confirment la nature de la contrainte: (13) [sur un site d arts martiaux] En effet, plus on monte le bras au-dessus de 90 plus le deltoïde se soulève du sol, c est biomécanique On retrouve ainsi la même contrainte sémantique que celle mise au jour dans la classe d emplois (1) mais relativement à un domaine sémantique différent: - dans le domaine sémantique de l intensité, monter impose qu au départ le vent a déjà atteint une certaine intensité; - dans le domaine sémantique spatial de la hauteur, monter impose qu au départ le bras ou la main a déjà atteint une certaine hauteur. 8 Une comparaison entre le soleil se lève et le soleil monte conduirait à la même conclusion. 8

9 Analyse sémantique et contraintes distributionnelles: l exemple du verbe monter 3.3. Etude d un emploi de la classe (3): X a monté l armoire Abordons enfin la troisième classe d emplois de monter sémantiquement assez éloignée des deux précédentes, à savoir celle où les énoncés sont sémantiquement proches de l idée de élaborer, installer, assembler, organiser comme dans les exemples suivants: (14) a. monter un projet / une association / un spectacle / un dossier / un film b. monter la tente / le décor / des étagères / une armoire Intéressons-nous aux emplois (14b). Comparons l emploi du verbe monter avec l emploi du verbe fabriquer: (15) a. Paul a fabriqué l armoire tout seul b. Paul a monté l armoire tout seul Dans cette acception, le nombre de termes spontanément acceptés par les locuteurs est beaucoup plus restreint avec monter qu avec fabriquer ou construire: (16) a. Paul a fabriqué (construit) un joli couteau / un siège / sa maison b.? Paul a monté un joli couteau / un siège / sa maison Que révèle cette différence de contraintes dans la distribution lexicale? Autant l idée d une armoire en kit, «en pièces détachées» vient aisément à l esprit des locuteurs, autant l idée d un couteau ou d un siège en kit est moins courante, d où l idée d étrangeté pour (16b). Seul un environnement textuel et/ou situationnel explicite induisant l idée d un couteau en pièce détachée rend l emploi de monter un couteau naturel. On relève ainsi de tels emplois sur des sites de ventes par correspondance sur Internet: (17) Nos couteaux sont fabriqués de A à Z par le même coutelier: 1- il prépare et ajuste les pièces métalliques du couteau (ressort, platines, lame...) 2- il ajuste à l'oeil et à main levée les manches sur chaque platine 3- il monte le couteau en une seule étape (ajustage du ressort et de la lame, cloutage et assemblage de l'ensemble des pièces) Cette différence de contraintes révèle la caractéristique suivante: la séquence monter l armoire ne peut pas s interpréter comme fabriquer l armoire, c'est-à-dire comme «on part d une situation de départ où l on a seulement un tas de planches à partir desquelles ont construit une armoire»; la séquence monter l armoire s applique à une situation où les éléments constituant l armoire ont déjà été fabriqués et où il n y a plus qu à les assembler. Si les parties de l armoire sont déjà fabriquées c est que l armoire a déjà un mode d existence; on ne part pas de zéro! D ailleurs on dit acheter une armoire en kit. Comparons encore les séquences suivantes: (18) a. ils sont en train de tourner le film / Marie a écrit une pièce de théâtre b. ils sont en train de monter le film / Marie a monté une pièce de théâtre 9

10 Pierre Jalenques Du point de vue du mode d existence, les séquences en (18a) s interprètent comme «au départ, il n y a pas de film / de pièce de théâtre», alors que les séquences (18b) avec monter induisent nécessairement que la film a déjà été tourné, donc qu il a un mode d existence, mais sous forme «non assemblée»; idem pour la pièce de théâtre qui a déjà un mode d existence, elle a été préalablement écrite. On retrouve donc la même contrainte sémantique que dans monter l armoire: il faut que Y ait déjà une existence. Ainsi, dans un domaine sémantique tout à fait différent de celui mobilisé dans la séquence le vent monte ou dans monter le bras, nous retrouvons exactement la même contrainte interprétative, à savoir que l entité qui monte ou bien qui est montée doit déjà avoir un mode de présence du point de vue du domaine sémantique en jeu dans l énoncé. 4. Bilan Nous avons défendu l idée que les contraintes sur la distribution lexicale d une unité polysémique loin d être une collection de faits contingents, dus aux hasards historiques de l évolution de la langue, manifestent au contraire, mais de façon indirecte, les propriétés constituant l identité lexicale de cette unité. Si la séquence le vent monte est contrainte par rapport à le vent se lève, cela n est pas un fait de hasard mais nous renseigne au contraire sur ce que signifie intrinsèquement le verbe monter. Les contraintes sur la distribution lexicale de l unité constituent ce par quoi nous avons accès à l identité lexicale du mot étudié, cette identité étant non accessible à notre intuition de locuteur. De plus, nous soutenons que les contraintes sur les distributions lexicales et contextuelles manifestent des régularités. En l occurrence, l analyse des contraintes distributionnelles a permis de dégager une propriété interprétative invariante à travers la diversité des emplois de monter. Cette démarche repose sur l idée que l identité sémantique invariante d une unité polysémique comme monter est constituée par la conjonction des contraintes interprétatives que sa présence fait peser sur l interprétation des énoncés où elle apparaît. Dans la troisième partie de ce texte, nous n avons mis au jour qu une seule de ces contraintes, qui, nous en sommes bien conscient, à elle seule ne fonde pas la spécificité de monter. Notre travail en est à ses débuts, mais nous postulons qu il est possible de mettre au jour, par la 10

11 Analyse sémantique et contraintes distributionnelles: l exemple du verbe monter démarche que nous défendons, plusieurs autres contraintes sémantiques invariantes, pour constituer, ensemble, l identité spécifique de monter. Pour ne pas laisser le lecteur sur sa faim, nous voudrions terminer par l évocation très rapide d une autre contrainte interprétative de monter. Reprenons brièvement la séquence monter une pièce de théâtre. Outre qu elle ne peut référer à écrire la pièce, elle ne peut référer non plus à jouer la pièce mais s interprète nécessairement comme l événement transitoire qui conduit à jouer la pièce. De même, des emplois comme monter une expédition / monter un coup réfèrent nécessairement à la phase préparatoire d un événement et non à sa réalisation. Or, dans le domaine spatial, en construction transitive, les compléments locatifs de monter désignent eux aussi nécessairement un espace transitoire conduisant à un autre lieu (monter les escaliers / les marches (quatre à quatre), monter la côte avec difficulté). 9 Lorsque le complément locatif ne s interprète pas spontanément comme cela, il se combine plus difficilement à monter:?? monter une route / monter un mur / monter la Tour Eiffel. 9 Cette contrainte disparaît dans la construction transitive indirecte car le complément locatif n y désigne plus le lieu parcouru mais le lieu visé à l issue du parcours. Ainsi, Paul monte dans sa chambre ne signifie pas que, Paul étant dans sa chambre, il monte (cf. Paul marche dans sa chambre), mais signifie qu il monte pour arriver dans sa chambre. 11

12 Pierre Jalenques Références citées Culioli, Antoine ( ): Pour une linguistique de l énonciation (3 voll.). Paris : Ophrys. Culioli, Antoine (1994): Qu est-ce qu un problème en linguistique? Etude de quelques cas. In: Cahiers de l Institut de Linguistique et des Sciences du Langage 6, Université de Lausanne. Desclès, J.-P. / Falgeul, V. / Kekenbosch, C. / Meunier, J-M. / Richard J-F. (1998): Sémantique cognitive de l action: une approche théorique et expérimentale. In: Langages 132, Franckel, Jean-Jacques (2002): Introduction. In: Langue Française 133, François, Jacques (2005): Le fléchage synonymique de la polysémie verbale: questions de méthode. In: Cahiers du Crisco 20, Fuchs, Catherine / Victorri, Bernard (1996): La polysémie. Construction dynamique du sens. Paris: Hermès. Gosselin, Laurent (1996): Le traitement de la polysémie contextuelle dans le calcul sémantique. In: intellectica 22, Lebas, Franck / Cadiot, Pierre (2003): Monter et la constitution extrinsèque du référent. In: Langages 150, Kilgarriff, Adam / Grefenstette, Gregory (2003): Introduction to the Special Issue on the Web as Corpus. In: Computational Linguistics 29, 3, Kleiber, Georges (1999): Problèmes de sémantique. La polysémie en questions. Lille: Presses Universitaires du Septentrion. Marandin, Jean-Marie (1984): Distribution et contexte dans une description lexicale. In: Cahiers de lexicologie 44, Meunier, Jean-Marc (2003): La polysémie comme source d analogie. L exemple du verbe monter. In: Revue d intelligence artificielle 17, 5-6, Schutze, Carson T. (1996): The Empirical Base of Linguistics: Grammaticality Judgments and Linguistic Methodology. Chicago / London: University Of Chicago Press. 12

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Badreddine Hamma To cite this version: Badreddine Hamma. Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français. Revue française de linguistique appliquée,

Plus en détail

Polysémie verbale et construction syntaxique : étude sur le verbe jouer

Polysémie verbale et construction syntaxique : étude sur le verbe jouer TALN 2003, Batz-sur-Mer, 11-14 juin 2003 Polysémie verbale et construction syntaxique : étude sur le verbe jouer Guillaume Jacquet LaTTICe - CNRS UMR 8094 Langues, Textes, Traitements Informatiques et

Plus en détail

N 334 - SIMON Anne-Catherine

N 334 - SIMON Anne-Catherine N 334 - SIMON Anne-Catherine RÉALISATION D UN CDROM/DVD CONTENANT DES DONNÉES DU LANGAGE ORAL ORGANISÉES EN PARCOURS DIDACTIQUES D INITIATION LINGUISTIQUE A PARTIR DES BASES DE DONNÉES VALIBEL Introduction

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Résumé du rapport de recherche destiné au Centre Alain Savary, INRP APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Martine Méheut, Olivier Prézeau INRP, Centre Alain Savary Apprendre la chimie en ZEP Résumé 1 Dans une perspective

Plus en détail

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Niveau C1 Descripteur global Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches La personne peut : comprendre en détail de longs discours et des échanges complexes

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot majuscu conjugaison >>>, L orthographe singulier syllabe virgule mémoire lettres et son enseignement graphie suffixe usage accent ; écrire féminin temps voyelles mot point Renforcer l enseignement de l

Plus en détail

Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions?

Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions? Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions? Il est clair que la finalité principale d une démarche d investigation est de faire acquérir des connaissances aux élèves.

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

Espace défini et espace inféré dans le sémantisme des verbes de mouvement

Espace défini et espace inféré dans le sémantisme des verbes de mouvement Espace défini et espace inféré dans le sémantisme des verbes de mouvement Joanna Cholewa Université de Białystok, Pologne Synergies Pologne n 8-2011 pp. 129-138 Résumé: L article tente d analyser comment

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

Changement des comportements et Formation

Changement des comportements et Formation Notre système change. Accélérer ce changement vers la durabilité est à la fois une urgence et une opportunité. Changement des comportements et Formation Éducation au développement durable dans les formations

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

1. Les tests passés lors de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC)

1. Les tests passés lors de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC) LES JEUNES FACE A L ECRIT UN NOUVEAU DISPOSITIF D EVALUATION MASSIVE DE LEURS PERFORMANCES EN LECTURE Thierry Rocher* * DEPP, thierry.rocher@education.gouv.fr Mots-clés : illettrisme, test automatisé,

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

Annexe 3. Le concept : exemple d une situation d apprentissage.

Annexe 3. Le concept : exemple d une situation d apprentissage. Annexe 3. Le concept : exemple d une situation d apprentissage. Le concept choisi ici comme exemple est une figure arbitrairement définie, appelée «WEZ», reprise d une expérience de Smoke cité dans un

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

Morphosyntaxe de l'interrogation en conversation spontanée : modélisation et évaluations

Morphosyntaxe de l'interrogation en conversation spontanée : modélisation et évaluations U Université dumaine Faculté des Lettres, Langues et Sciences humaines Morphosyntaxe de l'interrogation en conversation spontanée : modélisation et évaluations Carole Lailler 1 L interrogation : une modalité

Plus en détail

ANALYSE SÉMANTICO-DISCURSIVE DES COLLOCATIONS LEXICALES EN CORPUS SPÉCIALISÉ : LA BASE CONNAISSANCE-S

ANALYSE SÉMANTICO-DISCURSIVE DES COLLOCATIONS LEXICALES EN CORPUS SPÉCIALISÉ : LA BASE CONNAISSANCE-S ANALYSE SÉMANTICO-DISCURSIVE DES COLLOCATIONS LEXICALES EN CORPUS SPÉCIALISÉ : LA BASE CONNAISSANCE-S Estelle Dubreil et Béatrice Daille LINA FRE CNRS 2729 Université de Nantes France Résumé : L association

Plus en détail

Modélisation des données

Modélisation des données Modélisation des données Le modèle Entité/Association Le MCD ou modèle Entité/Association est un modèle chargé de représenter sous forme graphique les informations manipulées par le système (l entreprise)

Plus en détail

PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03

PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03 PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03 Introduction : Questions/réponses : Qu est-ce que pour vous un bon recrutement? Cela dépend de quoi? Qu est-ce qui est sous votre contrôle?

Plus en détail

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g.

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g. PHYSQ 130: Hooke 1 LOI DE HOOKE: CAS DU RESSORT 1 Introduction La loi de Hooke est fondamentale dans l étude du mouvement oscillatoire. Elle est utilisée, entre autres, dans les théories décrivant les

Plus en détail

Phraséologie et traduction spécialisée: vers un modèle adapté d analyse des unités phraséologiques

Phraséologie et traduction spécialisée: vers un modèle adapté d analyse des unités phraséologiques Phraséologie et traduction spécialisée: vers un modèle adapté d analyse des unités phraséologiques Christian Vicente Université de Haute-Alsace (France), christian.vicente@uha.fr Citation: Vicente, Christian

Plus en détail

Les principales méthodes d évaluation

Les principales méthodes d évaluation Attention : Cette fiche n a pas pour objet de fixer administrativement la valeur des biens. Elle ne doit pas être assimilée à une instruction administrative. Elle propose les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

Compte rendu de la formation

Compte rendu de la formation Compte rendu de la formation «Expertise de vos pratiques en Méthode Naturelle de la Lecture et de l Ecriture (MNLE)» Animée par Sybille Grandamy Le 10 mars 2015 BILAN QUALITATIF ET QUANTITATIF 9 participant(e)s

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

De la modélisation linguistique aux applications logicielles: le rôle des Entités Nommées en Traitement Automatique des Langues

De la modélisation linguistique aux applications logicielles: le rôle des Entités Nommées en Traitement Automatique des Langues De la modélisation linguistique aux applications logicielles: le rôle des Entités Nommées en Traitement Automatique des Langues Maud Ehrmann Joint Research Centre Ispra, Italie. Guillaume Jacquet Xerox

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

en s entraînant avec le Stability Trainer Votre guide professionnel d entrainement journalier

en s entraînant avec le Stability Trainer Votre guide professionnel d entrainement journalier En forme, en s entraînant avec le Stability Trainer Votre guide professionnel d entrainement journalier DEMANDEZ L O R I G I N A L www.thera-band.de Contenance Introduction...2 Le Stability-Trainer...3

Plus en détail

Une démarche pédagogique pour l apprentissage de l algorithmique

Une démarche pédagogique pour l apprentissage de l algorithmique Une démarche pédagogique pour l apprentissage de l algorithmique Au moment où l enseignement d ISN connaît sa deuxième année de mise en œuvre sur le terrain, force est de constater que les ressources disponibles

Plus en détail

DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR

DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR Activité 1. Complète les phrases avec le bon verbe au présent. DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR 1. Elle absolument terminer son boulot avant de partir. 2. Elle sait bien qu elle rentrer à dix heures! 3. Il acheter

Plus en détail

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Nature de l activité : Réaliser 3 types de productions écrites (réécriture de notes, production d une synthèse de documents, production d une argumentation)

Plus en détail

Le modèle standard, SPE (1/8)

Le modèle standard, SPE (1/8) Le modèle standard, SPE (1/8) Rappel : notion de grammaire mentale modulaire Les composants de la grammaire : module phonologique, sémantique syntaxique Syntaxe première : elle orchestre la relation mentale

Plus en détail

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris «Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris OBJECTIFS 1- Niveau et insertion dans la programmation 2-

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

Les entités syntagmatiques du lexique et leur modélisation

Les entités syntagmatiques du lexique et leur modélisation Les entités syntagmatiques du lexique et leur modélisation Alain Polguère OLST Université de Montréal Séminaire ATILF, Nancy, 17 octobre 2008 Structure de la présentation 1. Contexte de recherche 2. Entités

Plus en détail

I. Le déterminant Il détermine le nom. Le déterminant indique le genre, le

I. Le déterminant Il détermine le nom. Le déterminant indique le genre, le I. Le déterminant Il détermine le nom. Le déterminant indique le genre, le nombre et le degré de détermination du nom. 1. L article le, la, les, l, d, au, aux, du, des, un, une, des, du, de l, de la, des.

Plus en détail

fiche D AUTOCORRECTION Frimousse, une petite chienne qu'on a adoptée le mois dernier, est intelligente et docile.

fiche D AUTOCORRECTION Frimousse, une petite chienne qu'on a adoptée le mois dernier, est intelligente et docile. fiche D AUTOCORRECTION 3.4 Les accords sont corrects dans chaque groupe du nom. On met souvent sur le dos de l inattention les erreurs d orthographe grammaticale. Bien accorder les mots exige de l observation

Plus en détail

À propos d exercice. fiche pédagogique 1/5. Le français dans le monde n 395. FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM

À propos d exercice. fiche pédagogique 1/5. Le français dans le monde n 395. FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM fiche pédagogique FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM Par Paola Bertocchini et Edvige Costanzo Public : Futurs enseignants en formation initiale et enseignants en formation continue Objectifs Prendre

Plus en détail

Primaire. analyse a priori. Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1

Primaire. analyse a priori. Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1 Primaire l ESCALIER Une activité sur les multiples et diviseurs en fin de primaire Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1 Dans le but d observer les stratégies usitées dans la résolution d un problème

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi Version 4.7 Simulation d Entreprise «Artemis» Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi p. 1 1. Objectifs et Contexte Général L objectif de la simulation d entreprise «Artemis» est

Plus en détail

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN)

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN) COMMENTAIRE Séminaire national Réforme de la série Gestion-administration Lyon 10 et 11 mai 2012 Vendredi matin Martine DECONINCK (IEN EG), Michèle SENDRE (IEN L), Isabelle VALLOT (IEN EG) Diapo 1. Objet

Plus en détail

Représentation de l information en binaire

Représentation de l information en binaire Représentation de l information en binaire Les ordinateurs sont capables d effectuer de nombreuses opérations sur de nombreux types de contenus (images, vidéos, textes, sons,...). Cependant, quel que soit

Plus en détail

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE GÉNÉRALE MONOLOGUE SUIVI : décrire l'expérience MONOLOGUE SUIVI : argumenter

Plus en détail

UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE

UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE N 31 - AILINCAI Rodica [docteur en sciences de l éducation. Laboratoire Éducation & Apprentissages, Université Paris 5 1 ] UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE 1. Contexte et questions de

Plus en détail

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k]

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k] Evaluation de la rentabilité d un projet d investissement La décision d investir dans un quelconque projet se base principalement sur l évaluation de son intérêt économique et par conséquent, du calcul

Plus en détail

Mesurer en système métrique et impérial de mesure

Mesurer en système métrique et impérial de mesure Plan de leçon n o 15 Mesurer en système métrique et impérial de mesure Niveaux NCLC: 4 à 6 Habiletés langagières NCLC: Expression orale, Compréhension écrite Compétences essentielles: Calcul, Utilisation

Plus en détail

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres Développement personnel La programmation neurolinguistique (P.N.L.) Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres. Historique et postulats de la

Plus en détail

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES LES CARTES A POINTS POUR VOIR LES NOMBRES INTRODUCTION On ne concevrait pas en maternelle une manipulation des nombres sans représentation spatiale. L enfant manipule des collections qu il va comparer,

Plus en détail

Compte rendu de la formation

Compte rendu de la formation BILAN QUALITATIF ET QUANTITATIF 12 participants 18 heures de formation sur 3 jours 9 associations de 2 départements représentées (75 et 94) Evaluation orale et bilan individuel écrit effectuée en fin de

Plus en détail

Nom de l application

Nom de l application Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Direction Générale des Etudes Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Gafsa Département Technologies de l Informatique

Plus en détail

Commerce International. à référentiel commun européen

Commerce International. à référentiel commun européen Brevet de technicien supérieur Commerce International à référentiel commun européen Référentiel de formation SEPTEMBRE 2011 RÉFÉRENTIEL DE FORMATION Unités de formation UF1 Culture Générale et Expression

Plus en détail

OBJECTIFS DE CE GUIDE... 5 QU EST-CE QU UN DOCUMENT ACCESSIBLE... 5 LA STRUCTURE D UN DOCUMENT... 6 LES TITRES ET LES SOUS-TITRES...

OBJECTIFS DE CE GUIDE... 5 QU EST-CE QU UN DOCUMENT ACCESSIBLE... 5 LA STRUCTURE D UN DOCUMENT... 6 LES TITRES ET LES SOUS-TITRES... Diffusion de l information dans Internet Guide de création de documents Word accessibles 5 novembre 2009 OBJECTIFS DE CE GUIDE... 5 QU EST-CE QU UN DOCUMENT ACCESSIBLE... 5 LA STRUCTURE D UN DOCUMENT...

Plus en détail

ENJEUX, PRATIQUES ET RÉGLEMENTATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE : UNE COLLABORATION RÉUSSIE ENTRE L AUTORITÉ ET LE GAA

ENJEUX, PRATIQUES ET RÉGLEMENTATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE : UNE COLLABORATION RÉUSSIE ENTRE L AUTORITÉ ET LE GAA ENJEUX, PRATIQUES ET RÉGLEMENTATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE : UNE COLLABORATION RÉUSSIE ENTRE L AUTORITÉ ET LE GAA Notes pour une allocution prononcée par M. Patrick Déry Surintendant de l encadrement

Plus en détail

MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES S4 Exercices

MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES S4 Exercices Unité D Probabilité Exercice 1 : Chemins 1. Aline habite la maison illustrée ci-dessous. Le diagramme illustre les murs et les portes. a) Combien existe-t-il de chemins possibles entre la pièce A et la

Plus en détail

Rapport Technique No. GIDE-01-2013. Soyons un peu logiques! par. Jean-Marc BERNARD GIDE GIDE

Rapport Technique No. GIDE-01-2013. Soyons un peu logiques! par. Jean-Marc BERNARD GIDE <jeanmarc@gide.net> GIDE Rapport Technique No. -01-2013 Soyons un peu logiques! par Jean-Marc BERNARD 17 rue La Noue Bras de Fer 44200 Nantes, France 28 février 2014 Soyons un peu logiques! Jean-Marc BERNARD

Plus en détail

IUT de Colmar - Département RT 1ière année. Numération

IUT de Colmar - Département RT 1ière année. Numération IUT de Colmar - Département RT 1ière année. Numération 1 Laurent MURA. SOMMAIRE 1. Les différents systèmes 2. Les différentes conversions 3. Quelques systèmes de codage 4. L arithmétique binaire 2 IUT

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

Objectif (socio-) linguistique : enrichir le vocabulaire lié à l espace, le lexique lié à l apparence physique.

Objectif (socio-) linguistique : enrichir le vocabulaire lié à l espace, le lexique lié à l apparence physique. Atomic Betty Thème Jeunesse Concept Cette série de dessins animés présente les aventures de Betty, une super héroïne qui sauve la galaxie et ses habitants des pires dangers qui la menacent. Quand la sonnerie

Plus en détail

Guide du/de la candidat/e pour l élaboration du dossier ciblé

Guide du/de la candidat/e pour l élaboration du dossier ciblé Guide du/de la candidat/e pour l élaboration du dossier ciblé en vue de l obtention du titre de "Conseiller ère diplômé e en orientation professionnelle, universitaire et de carrière" par la validation

Plus en détail

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année PALIER 2 CM2 La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié

Plus en détail

Saisir les idées dans la phrase

Saisir les idées dans la phrase Leçon LA LECTURE 5 Enrichissement du sens par la subordination 1 EFFICACE Saisir les idées dans la phrase Leçon 5 Enrichissement du sens par la subordination Avertissement La présente leçon illustre comment

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Utilisation des tableaux sémantiques dans les logiques de description

Utilisation des tableaux sémantiques dans les logiques de description Utilisation des tableaux sémantiques dans les logiques de description IFT6281 Web Sémantique Jacques Bergeron Département d informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal bergerja@iro.umontreal.ca

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

WEBLINGUA : un outil en ligne pour l enseignement / apprentissage des langues

WEBLINGUA : un outil en ligne pour l enseignement / apprentissage des langues SEMAFORAD-2, Seconde édition : 12,13 et 14 Novembre 2005 - Université de Bejaia WEBLINGUA : un outil en ligne pour l enseignement / apprentissage des langues Petitgirard Jean-Yves. Enseignant-chercheur

Plus en détail

Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre

Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre Principes de base Durant le premier semestre, vous serez amenés à remettre un travail effectué en groupe. Le but de celui-ci est de s intéresser

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

L homme versus machine

L homme versus machine L homme versus machine 15. Juin 2015, Cedres réflexions Espaces des Terreaux Défense de l homme, par Wulfram Gerstner (EPFL) Je pense donc je suis! Cela me plait de commencer ma défense de l homme avec

Plus en détail

Méthode du commentaire de document en Histoire

Méthode du commentaire de document en Histoire Méthode du commentaire de document en Histoire I. Qu est-ce qu un commentaire de document? En quelques mots, le commentaire de texte est un exercice de critique historique, fondé sur la démarche analytique.

Plus en détail

Extraction d informations stratégiques par Analyse en Composantes Principales

Extraction d informations stratégiques par Analyse en Composantes Principales Extraction d informations stratégiques par Analyse en Composantes Principales Bernard DOUSSET IRIT/ SIG, Université Paul Sabatier, 118 route de Narbonne, 31062 Toulouse cedex 04 dousset@irit.fr 1 Introduction

Plus en détail

Numéro du rôle : 2186. Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2186. Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2186 Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 29bis de la loi du 21 novembre 1989 relative à l assurance obligatoire de la

Plus en détail

LES CONJONCTIONS ET LES PRÉPOSITIONS

LES CONJONCTIONS ET LES PRÉPOSITIONS LES CONJONCTIONS ET LES PRÉPOSITIONS En bref Les conjonctions de coordination relient des unités qui ont la même fonction. Les conjonctions de subordination relient une proposition subordonnée à une proposition

Plus en détail

Jade. Projet Intelligence Artificielle «Devine à quoi je pense»

Jade. Projet Intelligence Artificielle «Devine à quoi je pense» Jade Projet Intelligence Artificielle «Devine à quoi je pense» Réalisé par Djénéba Djikiné, Alexandre Bernard et Julien Lafont EPSI CSII2-2011 TABLE DES MATIÈRES 1. Analyse du besoin a. Cahier des charges

Plus en détail

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot Chapitre 5 Arithmétique binaire L es codes sont manipulés au quotidien sans qu on s en rende compte, et leur compréhension est quasi instinctive. Le seul fait de lire fait appel au codage alphabétique,

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

Activité 1. Compter les points Écriture binaire des nombres. Résumé. Liens pédagogiques. Compétences. Âge. Matériel

Activité 1. Compter les points Écriture binaire des nombres. Résumé. Liens pédagogiques. Compétences. Âge. Matériel Activité 1 Compter les points Écriture binaire des nombres Résumé Les données de l ordinateur sont stockées et transmises sous la forme d une série de 0 et de 1. Comment peut-on représenter des mots et

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

Les principaux domaines de l informatique

Les principaux domaines de l informatique Les principaux domaines de l informatique... abordés dans le cadre de ce cours: La Programmation Les Systèmes d Exploitation Les Systèmes d Information La Conception d Interfaces Le Calcul Scientifique

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

V- Manipulations de nombres en binaire

V- Manipulations de nombres en binaire 1 V- Manipulations de nombres en binaire L ordinateur est constitué de milliards de transistors qui travaillent comme des interrupteurs électriques, soit ouverts soit fermés. Soit la ligne est activée,

Plus en détail

ENTRE LES MURS : L entrée en classe

ENTRE LES MURS : L entrée en classe ENTRE LES MURS : L entrée en classe Réalisation : Laurent Cantet Production : Haut et Court Genre : comédie dramatique Adaptation du livre «Entre les murs» de François Bégaudeau, éditions Gallimard 2006.

Plus en détail

L enseignant propose alors une reformulation (feedback) en ayant pris le soin de faire évoluer les propositions orales de l élève.

L enseignant propose alors une reformulation (feedback) en ayant pris le soin de faire évoluer les propositions orales de l élève. Usage de tablettes numériques à l'école Proposition de progression Niveau : GRANDE SECTION - MATERNELLE Année scolaire : 2014-2015 Projet général / Objectifs : ALBUMS ECHOS NUMERIQUES Afin de favoriser

Plus en détail

Chapitre 1 Qu est-ce qu une expression régulière?

Chapitre 1 Qu est-ce qu une expression régulière? Chapitre 1 Qu est-ce qu une expression régulière? Les ordinateurs n ont pas du tout la même conception des textes que nous : pour nous, un texte est un ensemble d idées couchées sur papier. Nous nous en

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

Qu est-ce qu une tâche?

Qu est-ce qu une tâche? Qu est-ce qu une tâche? «Tâches», «Perspective actionnelle», «activités centrées sur le sens» Ce sont des concepts dont on entend beaucoup parler dans notre profession, mais que signifient-ils exactement?

Plus en détail

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC Selon les critères de la GSVC établis par la Haas School of Business de Berkeley, à la différence d un business plan classique, un business plan social

Plus en détail

www.cliquezpourmoi.qc.ca Cahier de l élève

www.cliquezpourmoi.qc.ca Cahier de l élève www.cliquezpourmoi.qc.ca Cahier de l élève Nom : Groupe : 1 Qu est-ce que Cliquez pour moi? Cliquez pour moi! est un concours sous forme d'élections virtuelles où tu es amené, en tant que candidat, à faire

Plus en détail

Professionnalisation en FLE

Professionnalisation en FLE Formation continue à distance des professeurs de français langue étrangère Présentation du programme de formation à distance et modalités de diffusion Table des matières 1. Préambule... 4 2. Présentation

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe.

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. 4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. Utiliser un document vidéo en classe de langue ce n est pas regarder ensemble la télévision mais le visionner en organisant sa découverte

Plus en détail

Gérer les rapports de pouvoir

Gérer les rapports de pouvoir Gérer les rapports de pouvoir Marc Thiébaud Novembre 1995 L'analyse des relations de pouvoir est importante à deux titres au moins: a) Pour développer la coopération que peuvent avoir les autres entre

Plus en détail

THEME : LA COMMUNICATION ORALE ET ECRITE AU CABINET MEDICAL. Module 1 : Les généralités sur la communication écrite

THEME : LA COMMUNICATION ORALE ET ECRITE AU CABINET MEDICAL. Module 1 : Les généralités sur la communication écrite THEME : LA COMMUNICATION ORALE ET ECRITE AU CABINET MEDICAL Sous thème : La communication écrite au cabinet médical : les écrits professionnels Module 1 : Les généralités sur la communication écrite Le

Plus en détail

LA FORCE CENTRIFUGE. En effet, cette force tend à expulser les voitures en dehors d un virage serré.

LA FORCE CENTRIFUGE. En effet, cette force tend à expulser les voitures en dehors d un virage serré. LA ORCE CENTRIUGE Introduction La force centrifuge est assez connue du public, elle fait d ailleurs l objet d une question pouvant être posée pour l obtention du permis de conduire. En effet, cette force

Plus en détail

Reconstruction de bâtiments en 3D à partir de nuages de points LIDAR

Reconstruction de bâtiments en 3D à partir de nuages de points LIDAR Reconstruction de bâtiments en 3D à partir de nuages de points LIDAR Mickaël Bergem 25 juin 2014 Maillages et applications 1 Table des matières Introduction 3 1 La modélisation numérique de milieux urbains

Plus en détail