CRLC 35 BILAN ANNUEL ommission de règlement des litiges de consommation d Illeet-Vilaine

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CRLC 35 BILAN ANNUEL 2012. ommission de règlement des litiges de consommation d Illeet-Vilaine"

Transcription

1 CRLC 35 Consommation C ommission de règlement des litiges de consommation d Illeet-Vilaine BP Rennes Cedex BILAN ANNUEL 2012 La Commission de règlement des litiges de consommation d Ille-et-Vilaine a été instaurée par un arrêté ministériel du 20 décembre 1994 SOMMAIRE Le mot du Président Au revoir et merci à M. Blanc La CRLC 35 : principes et fonctionnement Le bilan 2012 de la CRLC 35 Juin 2013 Maison de la consommation et de l environnement Centre technique de la consommation Bretagne 81 bd Albert 1 er Rennes Tél :

2 LE MOT DU PRÉSIDENT 2012, la CRLC 35 : une nécessaire instance de conciliation Depuis sa création, la Commission de règlement des litiges de consommation d Ille-et-Vilaine a traité plus de dossiers, répondant ainsi à sa vocation voulue par les Pouvoirs publics en 1994 et ses promoteurs en Le taux de réussite de son action, de plus de 80% en moyenne, de 88% l an passé et cette année 2012, souligne sa place indispensable dans le paysage de la consommation en Ille-et- Vilaine. Ce succès est le fruit d une triple conjonction : François Galard, Président CRLC 35 Un héritage précieux Nos prédécesseurs, et particulièrement son président fondateur Michel Blanc, ont su lui insuffler une motivation, mettre en place une organisation, des méthodes de travail et les résultats positifs ont confirmé qu elle répond à un besoin. Une demande sociale L intervention de la Commission permet : de dépasser incompréhensions mutuelles, dialogue mal engagé, sentiment d impuissance des consommateurs, mauvaise foi parfois, pour rechercher une solution raisonnable s inscrivant dans le droit ou l équité. de dénouer, avec le consommateur, l écheveau complexe des relations et des responsabilités respectives des fabricants ou fournisseurs, vendeurs, transporteurs, livreurs, installateurs, assurances, etc. d éviter le recours à une justice surchargée, jugée inaccessible et obligatoirement coûteuse pour les budgets de plus en plus contraints des consommateurs souvent très modestes. Une équipe Alliance bien rodée de professionnalisme -celui du secrétariat et d engagements bénévoles -des rapporteurs issus d associations de consommateurs et -des assessesseurs : c est bien la détermination, la diplomatie et l expérience de l ensemble de ces acteurs qui assurent le succès de la Commission. Qu ils en soient chaleureusement remerciés. François Galard, Président CRLC 35 1

3 AU REVOIR ET MERCI A MICHEL BLANC En mai 2012, passage de relais de la présidence 17 années d engagement au service des consommateurs et des professionnels. Renouer le dialogue entre consommateurs et professionnels à la suite d un conflit, c est l objectif que s était fixé la Commission de règlement des litiges de consommation d Ille-et-Vilaine lors de sa création en mai Michel Blanc, Directeur départemental des affaires sanitaires et sociales honoraire, entamait alors un long parcours de 17 années en qualité de Président de cette Commission qui, mise en place à titre expérimental et financée par le Ministère de l Économie et des Finances, déjà avait pu dresser un bilan très positif de son action après deux ans de fonctionnement. Depuis la mise en place de la Commission, Monsieur Blanc a ainsi assuré la fonction de Président, et au cours de 8 mandats de 2 ans, a participé activement à son évolution. Cet homme de dialogue a largement contribué à la pérennité de la Crlc 35. Le crédo «simplicité, gratuité et efficacité» a permis à nombre de consommateurs et professionnels du département de trouver une solution amiable et équitable au litige les opposant. Monsieur Michel Blanc nous a laissé à tous, membres de la Commission, un précieux héritage et de grands souvenirs. Nous lui souhaitons une bonne retraite! Monsieur Michel BLANC a exercé la fonction de Président de la Crlc 35 pendant 17 années (mai 1995 à mai 2012). 17 années d activité 2263 dossiers instruits. Un taux moyen de conciliation de 82%. Une procédure simple, rapide et gratuite. Un guichet unique de règlement amiable des litiges de consommation. Une équipe de 17 personnes associant professionnels et associations de consommateurs. Un rôle social incontournable. 3 financeurs solidaires : État, Ville de Rennes et Conseil général d Ille-et-Vilaine. Le soutien technique de la Maison de la consommation et de l environnement. 2

4 PRINCIPES ET FONCTIONNEMENT La CRLC 35 : une instance efficace de conciliation au service des consommateurs et des professionnels du département. La conciliation fait partie, aujourd- hui, des modes alternatifs de résolution des conflits et est reconnue comme tel par la Communauté européenne. La Commission de règlement des litiges de consommation d Ille-et- Vilaine permet par une procédure simple, rapide, facile d accès et gratuite, aux consommateurs de faire valoir leurs droits, quel que soit le montant de leur litige et quel que soit leur lieu de résidence dans le département. Son action s intercale utilement entre celles menées par les associations de défense de consommateurs et le recours à la justice. Une conciliation efficace : 8 affaires sur 10 se règlent à l amiable Son fonctionnement L objectif de l ensemble des membres de la Commission est de trouver une solution amiable aux litiges de consommation en rétablissant le dialogue entre les parties consommateurs et professionnels. Pour cela, un ensemble de moyens est déployé. Après s être manifesté auprès du secrétariat de la Commission, le consommateur reçoit un questionnaire à remplir et à renvoyer accompagné de toutes les pièces utiles à l étude de son dossier. Accord sur solution amiable : conciliation le dossier est clos. Conciliation des parties pendant la réunion : le dossier est clos. Réception du dossier complet : un rapporteur est désigné. Traitement du dossier par le rapporteur (6 semaines environ). Rapport au secrétariat : 3 possibilités Pas d accord finalisé : Réunion de conciliation entre les parties Non-conciliation des parties pendant la réunion : le dossier est clos Arrêt de la procédure par l une ou l autre des parties : l action de la Commission est terminée. Proposition (valable 1 mois) : accord ou désaccord des parties : le dossier est clos Suivi du secrétariat pendant toute la procédure de traitement du dossier jusqu à l exécution des engagements pris par les parties. Définitions Conciliation simple : la seule saisine de la Commission en dehors de toute action du rapporteur a suffi à trouver un terrain d entente entre les deux parties. Procédure simplifiée : l action du rapporteur a permis la conciliation entre les deux parties. Conciliation en réunion : l action du rapporteur n ayant pas aboutie à une conciliation, les parties sont invitées à une réunion de la Commission pendant laquelle un accord est finalement trouvé. Non conciliation : malgré l action du rapporteur et de la Commission, aucun accord n a pu être dégagé entre les parties. Quelle que soit l issue de la procédure de conciliation, un procèsverbal est établi par la Commission et transmis aux parties. 3

5 PRINCIPES ET FONCTIONNEMENT Son champ de compétences : La nature des litiges : entre consommateurs et professionnels. Le territoire : le département de l Ille-et-Vilaine (il suffit que le consommateur ou le professionnel réside en Ille-et- Vilaine). Les domaines d intervention : téléphonie-internet, commerce et e-commerce, artisanat, réparation automobile, fournisseurs d énergie, cuisinistes, voyagistes, pressing Une procédure simple, rapide, facile d accès et gratuite pour tous les consommateurs du département Un rôle social reconnu et indispensable Sa composition Un président, choisi parmi des personnalités neutres. Des assesseurs représentant respectivement les consommateurs et les professionnels. Des rapporteurs, issus d associations de consommateurs, chargés d instruire les dossiers et de proposer à la Commission une solution amiable. Un secrétariat qui assure le fonctionnement général de la CRLC 35. Une combinaison de compétences permettant de rétablir des relations normales entre les parties en litige. La persistance des effets de la crise font que les consommateurs les plus démunis trouvent en la Commission un interlocuteur de confiance. Son rôle social constitué d accompagnement, d explication, de dialogue et d écoute fait partie intégrante de son projet d intervention. C est en effet un axe de travail intégré dans les pratiques quotidiennes de l ensemble des membres de la CRLC 35. «Faire avec les consommateurs et non à leur place», c est leur redonner confiance car la gestion d un litige demande d affronter la réalité. En effet, le plus souvent le montant du litige très important combiné aux difficultés financières quotidiennes des consommateurs concernés font qu au-delà de la tentative de règlement du litige, l écoute, l accompagnement et la prévention représentent une source d apaisement et une aide secourable. Car pour ce public fragile, la CRLC 35 est bien souvent considérée comme le «dernier recours» dans la recherche de résolution du conflit car l éventualité d une action en justice lui est difficilement envisageable. 4

6 L équipe de la Commission en 2012 Une organisation bien rodée, des compétences plurielles Les présidents : au nombre de trois (un titulaire et deux suppléants), ils sont choisis parmis des personnalités neutres afin d offrir aux parties en litige des garanties d impartialité et d indépendance. Ils tiennent un rôle fondamental dans l animation des débats car ils ne sont pas là pour juger mais bien pour permettre de trouver une solution équitable pour l ensemble des parties. Les rapporteurs associatifs : issus de 5 associations de consommateurs -Afoc, Asseco-Cfdt, Indecosa-Cgt, Udaf et Ufcs-Fr- ils assurent une fonction fondamentale pour clarifier le litige et restaurer le dialogue entre le consommateur et le professionnel. Leurs compétence, expertise, technicité et savoir-faire sont la clef favorisant la conciliation amiable. Les assesseurs associatifs et professionnels: issus respectivement de 3 associations de consommateurs (Acdcl, Asseco-Cfdt et Udaf) et de 2 organisations professionnelles (Cci et Cnpa), ils permettent d officialiser le côté paritaire de la Commission et jouent un role très actif dans la demarche de conciliation. Leur expertise technique, qualité d écoute, bon sens apaisent les conflits et font émerger des propositions de conciliation réalistes et acceptables par les deux parties. 5 Le secrétariat : interface permanent au service des membres de l équipe de consommateurs et de professionnels, il est en charge de l organisation générale de la Commission. Après reception des saisines, il procède dans un premier temps à la mise en état des pièces du dossier permettant ainsi sa recevabilité. Ensuite, une étroite collaboration avec les rapporteurs est mise en oeuvre ainsi qu un service d appui sur les dossiers les plus techniques. Lors de la conclusion de la procédure, le secrétariat s assure du suivi de l exécution des engagements pris par les parties en litige et en cas de désaccord persistant, il peut conseiller le demandeur sur les possibilités de poursuivre l action devant les juridictions contentieuses compétentes. Dans certains cas, cela favorise le règlement amiable car face à une probable action en justice, le professionnel accepte alors de transiger.

7 La composition de la CRLC 35 Mandat de 2 ans Présidents et rapporteurs consommateurs Mandat de 3 ans Assesseurs consommateurs et professionnels PRÉSIDENCE TITULAIRES : M. BLANC Michel M. GALARD François SUPPLÉANTS : M. BOULARD Henri M. MAHÉ Jacques SECRÉTARIAT Mme DELSAUX Morgane Mme BRUCH Véronique Fait marquant : Le changement de Président et la venue de deux nouveaux co-présidents RAPPORTEURS CONSOMMATEURS Mme LEJAS Lucette (Afoc) M. TUAL Jacques (Asseco-cfdt) M. SAUNIER Gilbert (Asseco-Cfdt) Mme DARIDE Claudine( Indecosa-Cgt) Mme BOULANGER Jacqueline (Udaf) Mme DEHERY Chantal (Ufcs-Fr) M. VIOLEAU Gilbert (Ufcs-Fr) ASSESSEURS CONSOMMATEURS TITULAIRE : Mme TOUCHAIS Christiane (Acdcl) SUPPLÉANTS : M. GOUPIL Jean Paul (Asseco-Cfdt) Mme MOINS M. Josèphe (Udaf) ASSESSEURS PROFESSIONNELS TITULAIRE : M. JOSSE Roland (Cnpa) SUPPLÉANT : M. DALLIES-LABOURDETTE Gérard (Cci) 6

8 L activité de la Commission en chiffres En 2012, la Commission a traité au total 120 réclamations dont 13 de l année 2011 qui étaient alors incomplètes ou en cours d instruction par les rapporteurs : 77 réclamations ont été instruites par les rapporteurs, 29 ont été traitées par le secrétariat et 14 sont en cours d instruction ou encore incomplètes. A cela, on doit ajouter 485 appels téléphoniques traités par le secrétariat dans le cadre du traitement des dossiers ainsi qu une cinquantaine de rendezvous. Comparativement à l année passée, le nombre de réclamations instruites par les rapporteurs est en baisse de 27 % mais le taux de conciliation de 88 %, quant à lui, reste stable. 120 réclamations écrites traitées par la CRLC appels traités dans le cadre du traitement des dossiers «Une activité stable avec un taux de conciliation de 88 %.» 77 réclamations instruites : 88% ont abouti à un constat de conciliation Répartition des 120 réclamations 68 constats de conciliation : 36 dans le cadre de la procédure simplifiée, 18 conciliations simples, 4 conciliations pendant la réunion et 10 dressés par la Commission suite à proposition élaborée lors des reunions de conciliation. 9 constats de non-conciliation dressés par la Crlc suite à proposition élaborée lors des reunions de conciliation. 24% 12% 64% Instruites par les rapporteurs et examinées en séances Examinées et traitées par le secrétariat En cours d'instruction ou encore incomplètes 29 réclamations examinées et traitées par le secrétariat de la Commission 17 réclamations classées sans suite : pas de réponse au questionnaire dans le délai imparti de 2 mois. 8 réclamations classées en incompétence d attribution ne s agissant pas de litiges de consommation. 2 réclamations orientées vers une instance contentieuse. 2 réclamations classées en incompétence territoriale. 14 réclamations en cours d instruction ou encore incomplètes 8 réclamations en cours d instruction par les rapporteurs. 4 réclamations examinées en réunion de conciliation et en attente de la décision des parties. 2 réclamations encore incomplètes demandant un complement d information avant son attribution à un rapporteur. 7

9 Les réunions de conciliation En 2012, 5 réunions de conciliation ont permis d examiner 19 réclamations en attente d un règlement amiable entre les parties en litiges. En effet, si en amont, aucune solution n a émergé ou si les parties sont restées en désaccord sur les propositions formulées de part et d autre, une réunion de conciliation est organisée. Celle-ci se déroule en présence d un assesseur représentant les professionnels, d un assesseur représentant les consommateurs et d un président assurant la neutralité des débats. De cette rencontre pourra naître une conciliation, une proposition de conciliation avec un mois de réflexion ou un constat de non-conciliation. 5 réunions annuelles de conciliation 19 réclamations examinées lors de ces réunions «La parité consommateurs / professionnels fait l originalité de la Crlc 35.» Secteur du commerce : 1 affaire sur 6 s est réglée à l amiable 6 réclamations ont été examinées lors des réunions de conciliation relevant des secteurs du commerce traditionnel et du e- commerce. 1 dossier a trouvé une issue favorable et ce en présence des deux parties en litige. Secteur de la prestation de services : 3 affaires sur 5 se sont réglées à l amiable. 5 réclamations ont été examinées lors des réunions de conciliation relevant des secteurs des voyagistes, des cuisinistes, des réparateurs. 3 dossiers ont trouvé une issue favorable et ce en présence des deux parties en litige. Secteur de l automobile : 1 affaire sur 4 s est réglée à l amiable. 4 réclamations ont été examinées lors des réunions de conciliation relevant des dommaines de la reparation automobile, de l achat d un véhicule d occasion et des garanties. 1 dossier a trouvé une issue favorable et ce en présence des deux parties en litige. Répartition des 19 réclamations examinées en réunions artisanat 16% automobile 21% Secteur de l artisanat : 2 affaires sur 4 se sont réglées à l amiable. 4 réclamations ont été examinées lors des réunions de conciliation relevant des dommaines de la pose de carrelage, de cheminée à foyer fermé et de travaux de maçonnerie. 2 dossiers ont trouvé une issue favorable et ce suite à la proposition formulée par la Commission en l absence de la partie professionnelle. Secteur du crédit : l affaire s est réglée à l amiable. 1 réclamation a été examinée lors de la réunion de conciliation relevant du domaine du credit affecté. Ce dossier a trouvé une issue favorable et ce suite à la proposition formulée par la Commission en l absence de la partie professionnelle. crédit 5% prestations de services 26% commerce 32% La volonté des parties de faire un pas l un vers l autre est primordiale pour tenter de trouver une conciliation. Et la rencontre en direct des deux protagonistes permet bien souvent d engager un dialogue qui n avait pu s établir jusqu alors. 8

10 L origine géographique du consommateur 40% Rennes 54% Reste du département (dont 38% dans l agglomé- ration rennaise) Les origines des litiges L origine géographique : A l identique des années précédentes, la vocation départementale de la Commission est confirmée par le nombre de réclamations émanant de consommateurs qui sont issus de communes de l agglomération rennaise (38%) ou de celles situées en milieu rural (16%). Les rennais, quant à eux seuls, représentent 40 % des réclamations d où le rôle important de proximité de la Commission. Concernant celle des professionnels, l on constate que 58% d entre eux sont issus hors du département de l Ille-et-Vilaine. Cela s explique par le fait que ceux-ci sont le plus souvent des opérateurs de téléphonie, des fournisseurs d accès à Internet, de marchands en ligne dont leurs sièges sociaux se trouvent basés dans d autres départements. 6% Hors département L origine géographique du professionnel 8% Rennes 34% Reste du département (dont 23% dans l agglomé- ration rennaise) 58% Hors département L origine de la demande : Elle est assez diversifiée, mais l on peut constater qu à l instar de l année passée, le relais d une association de consommateurs, intermédiaire privilégié, est toujours le premier canal de saisine (45% des cas) informant le consommateur de l existence de la Commission. En effet, les associations de consommateurs jouent un rôle pédagogique et informatif auprès de leurs adhérents souhaitant poursuivre leur action de conciliation. Ensuite, viennent : le Cdas par le biais des travailleurs sociaux (19%) qui relayent les plaintes des consommateurs souvent les plus démunis, le milieu judiciaire (14%), l Internet dont le site web de la Mce (11%), la Ddccsp (6%) et les mairies via les bulletins municipaux (5%). L'origine de la demande ASSOCIATION CDAS TRIBUNAL INTERNET DDCCSP MAIRIE 11% 14% 6% 5% 19% 45% 9

11 La typologie des réclamations 58% Trois secteurs d activités concentrent à eux seuls 58% des réclamations. En tête de ce classement : le secteur de la téléphonie-fournisseurs d accès à Internet et câble, suivi par ceux du commerce et de l artisanat : 25% dans la téléphonie-fournisseurs d accès à Internet-câble : représentant 19 saisines avec un taux de conciliation à 100% 19% dans le commerce : représentant 15 saisines avec un taux de conciliation de 80% 14% dans l artisanat : représentant 11 saisines avec un taux de conciliation de 82% 58% des réclamations concer- nent 3 secteurs : Téléphonie Internet Commerce Artisanat. «Une ventilation des réclamations autour de 8 secteurs d activité» Ventilation des réclamations Crédit Assurance 4% Réparation 7% Téléphonie - Internet - Câble 25% automobile Prestataires de service 10% Fournisseurs d'énergie 13% Commerce 19% Artisanat 14% 10

12 Les secteurs d activité Téléphonie mobile Internet Câble 100 % de satisfaction Avec 25% des saisines, ce secteur est à l identique de l année passée en tête du classement des réclamations avec cependant une nette baisse (-68%) de ses réclamations. Les principales sources de conflit proviennent en premier lieu des litiges liés à la facturation. En effet, les contestations portent sur des appels surtaxés, des connexions Internet non souhaitées ou des services optionnels venant alourdir au final la facture. Viennent ensuite, les litiges liés au contrat et les demandes de remboursement ou de dédommagement en cas de non fourniture de service. La résiliation est aussi une source de contestation car les frais imputés dûs aux demandes de résiliation anticipée ont des conséquences financières très importantes. Ce secteur représente 100% de réclamations satisfaites par les services nationaux consommateurs de ses entreprises qui sont fortement impliquées dans le processus de règlement amiable des litiges. 80 % de satisfaction Commerce et e-commerce Avec 19% des saisines, le secteur du commerce et du e-commerce se voit, comme l année dernière, placé en deuxième position du classement. Son taux de conciliation est stable et l on constate toujours une part importante des litiges liés au commerce en ligne. Les sources des mécontentements sont très variées : non-conformité du produit par rapport aux descriptions faites lors de la commande, refus d exécuter la garantie, prestation de service non assurée Concernant ce domaine d activité, les professionnels du commerce traditionnel se rangent le plus souvent à l avis formulé par la Commission. Ceux du commerce en ligne sont difficilement joignables et peu enclins à accepter la conciliation. Trois dossiers relevant du e-commerce ont donc fait l objet d une action en justice. 82 % de satisfaction Artisanat Avec 14% des saisines, ce secteur se classe en troisième position. L on constate une augmentation des plaintes liées aux artisans (+45%) et un taux de conciliation stable. Dans ce domaine, les malfaçons arrivent en tête des litiges et souvent, lors de chantiers importants, la réception des travaux fait souvent défaut. Les retards et reprises de travaux sont eux aussi très souvent source de litiges. De même, si l artisan est correctement assuré en décennale ou en responsabilité civile, il peut dans certains cas ne pas vouloir reconnaître ses torts. Et donc, pour tenter de trouver une solution amiable au litige, le rôle de conciliateur du rapporteur permet d apaiser les tensions et de dégager un compromis acceptable par les parties en litige. 11

13 100 % de satisfaction Fournisseurs d énergie Avec 13% des saisines, ce secteur d activités, regroupant les fournisseurs d électricité et de gaz, se trouve encore classé en quatrième position. Son pourcentage de litiges augmente de 10% par rapport à l année dernière. Les problèmes se concentrent principalement autour de l absence de relève de compteur entraînant une lourde facturation, de l inadéquation tarifaire, du dysfonctionnement de compteur, de la résiliation d un contrat et de sa facture de clôture. Les montants en jeu sont très conséquents et peuvent se chiffrer jusqu à plus de euros. Mais sur la base d une analyse très approfondie de ces dossiers complexes et techniques, l intervention de la Commission auprès des interlocuteurs dédiés des entreprises du secteur a permis aux 10 saisines de toutes trouver une issue favorable. En effet, des gestes commerciaux ont été consentis et des plans d apurement des dettes mis en place. Prestations de services : cuisinistes, voyagistes, club de sport, société de maintenance % de satisfaction Toutes rubriques confondues, ce secteur représente 10% des saisines avec un taux global de conciliation de 88%. Les montants en jeu varient considérablement d une vingtaine d euros jusqu à plus de 1000 euros. La nature, elle aussi, est différente : cette année, on peut observer que les litiges liés aux voyagistes ont tous trouvé une issue favorable et ce, grâce à la ténacité des rapporteurs. Ceux liés aux cuisinistes ont été plus difficiles à concilier : un relevant du démarchage abusif et dont le contrat a pu être annulé ; l autre redirigé vers les tribunaux compétents car la société se trouvant en cessation de paiement. Réparation automobile Avec 8 % des saisines, ce secteur voit son taux de plaintes augmenter, passant ainsi de 2 à 6 réclamations. Les litiges portent principalement sur des réparations mal effectuées, des pannes à répétition et des garanties. Les montants en jeu varient de 80 euros à plus de euros. Les dossiers très techniques ont reçu en amont l appui et l expertise d un de nos assesseurs professionnels. 2 dossiers, moins complexes, ont été résolus dans le cadre de la procédure simplifiée et les 4 autres, discutés lors des réunions de conciliation, ont trouvé une issue acceptable par les deux parties. 50 % de satisfaction 12

14 Assurance Avec 6% des saisines, l on observe cette année une légère augmentation du nombre des réclamations de ce secteur d activité : passant de 3 à 5. Les litiges sont divers et variés et émanent des domaines de la résiliation des contrats, du démarchage à domicile, de l assurance spectacle et de l application de franchise en cas de sinistre. Ils ont tous trouvé une issue favorable et ce, malgré pour certains cas un long traitement du dossier. Le domaine de l assurance peut s avérer complexe et un travail de décorticage des contrats souvent nécessaire. 100 % de satisfaction Crédit Avec seulement 4% des saisines représentant 3 dossiers, ce secteur d activité se retrouve en dernière position du classement. Les thématiques abordées sont liées au crédit affecté, au crédit immobilier et à la carte de crédit de magasin. Les montants en jeu varient considérablement d une vingtaine d euros à plus de euros. Tous ces dossiers ont trouvé une issue favorable. Concernant les dossiers de crédit affecté et crédit immobilier, les pourparlers se sont éternisés dans le temps du fait de leur complexité et aussi des montants financiers en jeu. 100 % de satisfaction 13

15 Dossier suivi par Des exemples de conciliation réussie «Un vélo pas tout terrain» M. S. a commandé, via un site marchand, un VTT qu il a fait assemblé par un professionnel pour un coût total de Après un usage très bref, le VTT présente un défaut dans la structure du cadre. Le consommateur a donc contacté le professionnel afin de mettre en œuvre les garanties. Après plusieurs échanges infructueux du fait que le professionnel refuse toute responsabilité dans ce défaut, le consommateur décide donc de saisir la CRLC 35. L action du rapporteur a permis de trouver une solution amiable. En effet, l importateur a accepté de remplacer le cadre défaillant à prix coûtant, soit 600. «De l eau dans le gaz» Après avoir résilié un compte professionnel gaz auprès d un fournisseur et simultanément souscrit un contrat particulier gaz, Mme H. s est vue prélevée le même mois 10 factures sur son compte pour un montant total de Elle a donc interrogé le service clients pour obtenir des explications et surtout le remboursement des sommes indûment perçues. Même si ce service admet qu il y a eu un dysfonctionnement au niveau du système de facturation, il ne procède pas au remboursement demandé malgré les diverses relances de la consommatrice. Elle fait appel à la CRLC 35 afin de trouver une issue favorable à son litige. Grâce à la ténacité du rapporteur, le fournisseur a admis le bien fondé de la réclamation et a procédé au remboursement du trop perçu ainsi qu un geste commercial de 100. «Aux abonnés absents» M. P. a souscrit un contrat Internet téléphone fixe + forfait mobile 2 heures auprès d un fournisseur d accès à Internet assorti d une période d engagement de 2 ans. Dès le début de sa souscription, il a rencontré des problèmes de réseau sur son téléphone mobile rendant impossible son utilisation. Il a donc contacté le Service clients à plusieurs reprises sans que le problème ne soit résolu. Après plusieurs mois passés, sans résultat, M. P. a demandé la résiliation de son contrat. Il a donc reçu une facture de clôture faisant état de frais de résiliation anticipée d un montant total de Il a donc saisi la CRLC 35 qui, après plusieurs échanges avec le fournisseur, a réussi à trouver une solution amiable : la totalité de la dette a été annulée au regard de tous les désagréments subis. 14

16 Dossier suivi par Des exemples de conciliation réussie «Écrasement de ligne» M. R. a souhaité modifier son contrat Internet et téléphonie auprès de son FAI tout en conservant le dégroupage partiel. Cependant, quelques jours plus tard, sa ligne de téléphonie a été coupée par le FAI et il s est vu contraint de demander la réactivation à ses frais. Malgré cela, M. R. ne bénéficie pas des services contractés du fait de l incompatibilité du modem. 4 mois plus tard, sa ligne est résiliée et donc M. R. proteste auprès du service clients afin de demander le remboursement de ses mensualités. Las de faire des réclamations sans suite, il saisit donc la CRLC 35. L action du rapporteur a favorisé la conciliation, à savoir que le FAI a procédé au remboursement des factures acquittées pour un montant total de ainsi qu un geste commercial de 200. De plus, M. R. a obtenu la résiliation sans frais de son abonnement. «Chère chute de moquette» Mme L. a fait réaliser un devis auprès d un professionnel pour l achat et la pose d une moquette pour un montant total de Elle a réglé une partie de la facture avec un solde à devoir de la commande de 500. Suite aux mesures prises, le poseur a constaté qu il ne pouvait pas poser la moquette dans le sens prévu. Cela a engendré une chute importante de 5 m² correspondant à une valeur totale de 460 euros. Au vu de cette erreur commerciale, la consommatrice a donc demandé, sans succès, au professionnel le remboursement. Après avoir saisi la CRLC 35, l action du rapporteur a permis de trouver un accord amiable, à savoir une remise de 250 sur le solde de la commande. «Inadéquation tarifaire» Lors de son emménagement, M. B. a souscrit par téléphone auprès d un fournisseur d énergie un contrat gaz et électricité associé à une mensualisation de sa consommation. Dès les premières factures, il constate que le contrat proposé est un contrat éclairage et eau chaude et qu il ne correspond pas à sa demande qui comporte en plus le chauffage. Du fait ses mensualités sont sous estimées et la facture de rattrapage très onéreuses. M. B. fait donc une réclamation auprès du service clients sans que rien ne se passe. Il décide donc de saisir la CRLC 35 qui, après plusieurs échanges avec le service consommateurs, met fin au litige. En effet, le fournisseur d énergie reconnaît enfin son erreur en adaptant le contrat et la mensualisation est recalculée. Enfin, un dédommagement de 50 lui est accordé. 15 «Une résiliation fantôme» Mme P. possède 3 contrats, téléphonie mobile et Internet, auprès d un FAI. Rencontrant des dysfonctionnements pendant une longue période, elle décide donc de résilier ses contrats en respect des conditions générales de vente. Le FAI prend bien en compte la résiliation de ses contrats mobiles mais celle du contrat Internet. De plus, suite à ces résiliations pendant une période de 7 mois, elle se voit prélever la somme de sur son compte. De plus, harcelée par les sociétés de recouvrement, Mme P. règle par chèque la somme de Ne sachant plus comment faire, elle saisit donc la CRLC 35 qui, grâce à l action du rapporteur, met fin au litige. En effet, le FAI procède donc au remboursement de la somme de et prend acte de la résiliation.

17 Avec le soutien financier tripartite : État (Dgccrf), Ville de Rennes, Conseil général d Ille-et-Vilaine

C ommission de règlement des litiges

C ommission de règlement des litiges CRLC 35 Consommation C ommission de règlement des litiges de consommation d Ille-et-Vilaine BILAN ANNUEL 2014 La Commission de règlement des litiges de consommation d Ille-et-Vilaine a été instaurée par

Plus en détail

Commission. glement. des litiges. de consommation

Commission. glement. des litiges. de consommation CRLC 35 C o n s o m m a t i o n Commission de rèr glement des litiges de consommation ommation d Ille- et- Vilaine BP 20618 35006 Rennes Cedex BILAN ANNUEL 2009 Maison de la consommation et de l environnement

Plus en détail

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description ANNEXE N 5 Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif À l instar du dispositif de médiation de la FFSA, celui du GEMA, dans sa forme actuelle, découle

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux

CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux 1. Définition de la médiation institutionnelle La médiation institutionnelle est un processus structuré par lequel des consommateurs tentent, en dehors de leur

Plus en détail

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière En application de l article L. 316-1 du Code monétaire et financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différends

Plus en détail

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Dessins : Gérard Gautier - Création et réalisation : Esprit Graphique F. Fullenwarth - Impression : Hauts de Vilaine On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Maison de la consommation et de l environnement

Plus en détail

Charte de la Médiation sociale en Bretagne

Charte de la Médiation sociale en Bretagne Charte de la Médiation sociale en Bretagne Préambule L Urssaf et le Rsi Bretagne s associent pour mettre en place un nouveau service d accompagnement des entreprises en difficultés, s appuyant sur une

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

PROCEDURE DE CORRECTION D UN CHANGEMENT DE FOURNISSEUR SUITE A UNE ERREUR DE PCE

PROCEDURE DE CORRECTION D UN CHANGEMENT DE FOURNISSEUR SUITE A UNE ERREUR DE PCE GTG GT1 Version V2 du 1 er avril 2011 PROCEDURE DE CORRECTION D UN CHANGEMENT DE FOURNISSEUR SUITE A UNE ERREUR DE PCE Page : 1/5 A - OBJET Cette procédure décrit les différentes étapes à suivre lorsque

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main!

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Finances Achats e-commerce Santé Tourisme Véhicules Shutterstock Immobilier énergie Justice On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! brochure réalisée

Plus en détail

Informations du RSI suite à la visite de Christian Eckert et Carole Delga au sein de la caisse RSI Pays-de-la-Loire

Informations du RSI suite à la visite de Christian Eckert et Carole Delga au sein de la caisse RSI Pays-de-la-Loire Information presse La Plaine Saint-Denis, le 4 mars 2015 Informations du RSI suite à la visite de Christian Eckert et Carole Delga au sein de la caisse RSI Pays-de-la-Loire Christian Eckert, secrétaire

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

Comment régler un litige avec ma banque?

Comment régler un litige avec ma banque? MARS 2014 N 3 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelamediationbancaire.com Le portail de la médiation bancaire lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Comment régler

Plus en détail

Comment régler un litige avec ma banque?

Comment régler un litige avec ma banque? Juillet 2012 n 3 difficultés Les mini-guides bancaires Comment régler un litige avec ma banque? sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : cles@fbf.fr

Plus en détail

Comment régler un litige avec ma banque?

Comment régler un litige avec ma banque? MARS 2014 N 3 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES Comment régler un litige avec ma banque? sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com

Plus en détail

Comment régler un litige avec ma banque?

Comment régler un litige avec ma banque? Juillet 2012 n 3 difficultés Les mini-guides bancaires www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Comment régler un litige avec ma banque? FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris

Plus en détail

GARANTIE PERMIS DE CONSTRUIRE

GARANTIE PERMIS DE CONSTRUIRE GARANTIE PERMIS DE CONSTRUIRE Plan de la présentation Présentation du dispositif existant Retour d expérience Présentation du nouveau dispositif 2/15 L objectif visé par le contrat «permis de construire»

Plus en détail

REGLEMENT FINANCIER ET CONTRAT DE PRELEVEMENT MENSUEL AUTOMATIQUE. relatif au paiement de la facture d eau et d assainissement. Entre..

REGLEMENT FINANCIER ET CONTRAT DE PRELEVEMENT MENSUEL AUTOMATIQUE. relatif au paiement de la facture d eau et d assainissement. Entre.. DEPARTEMENT D EURE ET LOIR ARRONDISSEMENT DE NOGENT LE ROTROU CANTON DE LA LOUPE REGLEMENT FINANCIER ET CONTRAT DE PRELEVEMENT MENSUEL AUTOMATIQUE relatif au paiement de la facture d eau et d assainissement

Plus en détail

Société financière de la Nef 03/12/2013

Société financière de la Nef 03/12/2013 CHARTE DE MEDIATION Société financière de la Nef 03/12/2013 1 Introduction En application de l article L. 312-1-3-I du Code monétaire et financier et de la Recommandation de l Autorité de Contrôle Prudentiel

Plus en détail

Recommandation n 2009-164. relative à la saisine de Monsieur L. du 24 novembre 2008 concernant un litige avec le fournisseur X

Recommandation n 2009-164. relative à la saisine de Monsieur L. du 24 novembre 2008 concernant un litige avec le fournisseur X Réf. 480718-335218892/SF Recommandation n 2009-164 relative à la saisine de Monsieur L. du 24 novembre 2008 concernant un litige avec le fournisseur X La saisine Le médiateur national de l énergie a été

Plus en détail

«AMICALE DES CADRES DE LA POLICE NATIONALE ET DE LA SECURITE INTERIEURE» «ACPNSI»

«AMICALE DES CADRES DE LA POLICE NATIONALE ET DE LA SECURITE INTERIEURE» «ACPNSI» «AMICALE DES CADRES DE LA POLICE NATIONALE ET DE LA SECURITE INTERIEURE» «ACPNSI» Mutuelle régie par les dispositions du Livre III du Code de la mutualité et immatriculée au registre national des mutuelles

Plus en détail

Le Pack Pro : Dirigeants de TPE, confiez l ensemble de vos problématiques juridiques à Judicial

Le Pack Pro : Dirigeants de TPE, confiez l ensemble de vos problématiques juridiques à Judicial Le Pack Pro : Dirigeants de TPE, confiez l ensemble de vos problématiques juridiques à Judicial Présentation de Judicial 2013 I Pack Pro : la solution d accompagnement juridique pour les Dirigeants de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Décret n o 2015-1382 du 30 octobre 2015 relatif à la médiation des litiges de la consommation NOR :

Plus en détail

CHARTE de la MÉDIATION

CHARTE de la MÉDIATION CHARTE de la MÉDIATION de l INTERMÉDIATION Banque, assurance, finance Règlement des litiges en ligne Version n : 0001/2015 Mise à jour : 1 er juillet 2015 Avec la Médiation, HK Conseil offre la possibilité

Plus en détail

SEJOURS LINGUISTIQUES ADULTES NOTRE ACTE D'ENGAGEMENT EN 10 ACTIONS

SEJOURS LINGUISTIQUES ADULTES NOTRE ACTE D'ENGAGEMENT EN 10 ACTIONS 1 SEJOURS LINGUISTIQUES ADULTES NOTRE ACTE D'ENGAGEMENT EN 10 ACTIONS PREAMBULE Tous les organisateurs de séjours linguistiques adultes agréés par l sont impliqués de longue date dans une démarche qualité

Plus en détail

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE Version juin 2014 REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE AVANT-PROPOS Le présent code de bonne conduite définit les règles auxquelles les entreprises d assurances de protection juridique

Plus en détail

EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE»

EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE» EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE» Pourquoi l UFC-QUE CHOISIR lance de nouveau la campagne «Gaz moins cher ensemble»?... 2 En quoi la transmission à l ensemble des fournisseurs de

Plus en détail

Commission de surendettement Présentation du bilan 2013. Mercredi 12 février 2014 à la Banque de France

Commission de surendettement Présentation du bilan 2013. Mercredi 12 février 2014 à la Banque de France Commission de surendettement Présentation du bilan 2013 Mercredi 12 février 2014 à la Banque de France Qu est-ce que la commission de surendettement? 12 FEVRIER 2014 Qu est-ce que le surendettement? o

Plus en détail

LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES EN FRANCE ET DANS LE TARN

LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES EN FRANCE ET DANS LE TARN Préfecture du Tarn LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES EN FRANCE ET DANS LE TARN Mise en place à l initiative du président de la République, le 27 octobre 2008, la médiation du crédit aux entreprises

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Conciliateurs de Justice depuis un certain nombre d années, nous avons traité et acquis une expérience certaine concernant l ensemble des conflits du quotidien qui préoccupent nos concitoyens

Plus en détail

2- Avant la commande

2- Avant la commande FICHE PRATIQUE : LES ACHATS EN LIGNE 1- Des règles particulières Article L121-16 et suivants du Code de la Les achats sur internet se généralisent en France. Pourtant un client sur deux aurait rencontré

Plus en détail

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE CHAPITRE ACTION SOCIALE L USM est depuis de nombreuses années investie dans les instances de l action sociale pour préserver et développer les dispositifs dont les magistrats peuvent bénéficier, qu ils

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 28 OCTOBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

ACTIVITE DU MEDIATEUR Compte-rendu annuel 2013. Michelle de Mourgues Date: Mars 2014 PUBLIC

ACTIVITE DU MEDIATEUR Compte-rendu annuel 2013. Michelle de Mourgues Date: Mars 2014 PUBLIC ACTIVITE DU MEDIATEUR Compte-rendu annuel 2013 Michelle de Mourgues Date: Mars 2014 PUBLIC Michelle de Mourgues Médiateur auprès de HSBC France nommée le 14 décembre 2002 Professeur émérite des Universités

Plus en détail

3. Relations clientèle et solidarité

3. Relations clientèle et solidarité 3. Relations clientèle et solidarité Maintenir une proximité forte avec ses clients via un dispositif d accueil animé par plus de 6 000 conseillers, construire des partenariats de médiation sociale pour

Plus en détail

Charte de la Médiation de l eau

Charte de la Médiation de l eau Charte de la Médiation de l eau 1 La Médiation de l eau a pour objectif de favoriser le règlement amiable des litiges entre les consommateurs et leur service d eau ou d assainissement en leur proposant

Plus en détail

Le Médiateur du Crédit Mutuel. Procédure d organisation de la fonction et des missions du Médiateur bancaire

Le Médiateur du Crédit Mutuel. Procédure d organisation de la fonction et des missions du Médiateur bancaire Le Médiateur du Crédit Mutuel Procédure d organisation de la fonction et des missions du Médiateur bancaire Cette procédure s applique aux Fédérations du Crédit Mutuel et à leurs filiales qui adhèrent

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES ASSURANCES : - PREVENTION ET INFORMATION JURIDIQUES - DEFENSE AMIABLE DES INTERETS - DEFENSE JUDICIAIRE DES INTERETS Les présentes conditions particulières

Plus en détail

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Janvier 2007 La convention AERAS s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé Fédération française des sociétés d assurances Centre

Plus en détail

Mesures de rendement des cliniques juridiques (comprend des exemples de tableaux et de rapports

Mesures de rendement des cliniques juridiques (comprend des exemples de tableaux et de rapports Mesures de rendement des cliniques juridiques (comprend des exemples de tableaux et de rapports Table des matières 1 Mesures de rendement générées par le SGIC... 3 1.1 Première mesure Causes et projets

Plus en détail

zone 1 zone 2 zone 3 zoe 4 zone 5 zon 6 Abo mensuel 15,40 15,40 15,40 15,40 15,40 15,40 15,40 0,0498 0,0504 0,0511 0,0518 0,0524 0,0532

zone 1 zone 2 zone 3 zoe 4 zone 5 zon 6 Abo mensuel 15,40 15,40 15,40 15,40 15,40 15,40 15,40 0,0498 0,0504 0,0511 0,0518 0,0524 0,0532 DIRECT ENERGIE Direct Energie SA Capital : 9 786 660 - - immatriculée au RCS de Paris sous le n 448 570 057 - SIRET : 448 572 057 00058- Siège : 2 bis rue Louis Armand 75015 Paris Fiche Descriptive de

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2014-1155 du 9 octobre 2014 relatif à la gestion du compte personnel de prévention

Plus en détail

CONVENTION DE PRESTATIONS INTEGREES POUR L UTILISATION DES OUTILS DE DEMATERIALISATION

CONVENTION DE PRESTATIONS INTEGREES POUR L UTILISATION DES OUTILS DE DEMATERIALISATION CONVENTION DE PRESTATIONS INTEGREES POUR L UTILISATION DES OUTILS DE DEMATERIALISATION Société Publique Locale SPL-Xdemat (SPL) 1/9 ENTRE La Collectivité dont le numéro SIRET est, Indiquez ci-dessus le

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/18/04/2012-133-11 Proposition de Directive relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation. Proposition de Règlement relatif au règlement en ligne des litiges de consommation. Avis

Plus en détail

www.energie-mediateur.fr Paris, le 10 octobre 2012 Dossier suivi par : XXXX Tél. : 01.44.94.66.XX Courriel : recommandations@energie-mediateur.

www.energie-mediateur.fr Paris, le 10 octobre 2012 Dossier suivi par : XXXX Tél. : 01.44.94.66.XX Courriel : recommandations@energie-mediateur. Paris, le 10 octobre 2012 Dossier suivi par : XXXX Tél. : 01.44.94.66.XX Courriel : recommandations@energie-mediateur.fr N de saisine : XXXX N de recommandation : 2012-1805 Objet : Recommandation du médiateur

Plus en détail

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014.

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014. L Ombudsman des Assurances intervient si un problème persiste lorsque le demandeur n a pas obtenu de réponse satisfaisante à sa demande de la part de l entreprise d assurances ou de l intermédiaire d assurances.

Plus en détail

Conférence MENA OCDE Sur le financement des entreprises Sur le thème : A Casablanca le 22 février 2011

Conférence MENA OCDE Sur le financement des entreprises Sur le thème : A Casablanca le 22 février 2011 Conférence MENA OCDE Sur le financement des entreprises Sur le thème : «Accompagner la croissance des micros et petites entreprises : réduire les obstacles financiers dans la région MENA». A Casablanca

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DU SERVICE ESTIMATION TRAVAUX

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DU SERVICE ESTIMATION TRAVAUX CONDITIONS GENERALES DE VENTE DU SERVICE ESTIMATION TRAVAUX Article 1 : Définitions «Client» désigne la personne physique qui souscrit le Service «Estimation Travaux». «Conseiller» désigne le conseiller

Plus en détail

RĒGLEMENT DES PRÊTS - 1 -

RĒGLEMENT DES PRÊTS - 1 - RĒGLEMENT DES PRÊTS Fondation Jean Moulin Service des Prêts Immeuble Oudinot Place Beauvau 75800 PARIS Cedex 08 Tél : 01.53.69.28.3.37 Fax : 01.53.69.28.68 mail : fjm-prets@interieur.gouv.fr site internet

Plus en détail

Tribunal des Affaires de la Sécurité Sociale - section agricole - ( T.A.S.S.)

Tribunal des Affaires de la Sécurité Sociale - section agricole - ( T.A.S.S.) Fiche Pratique Tribunal des Affaires de la Sécurité Sociale - section agricole - ( T.A.S.S.) Définition Art. L.142-1 à L. 142-9 et R. 142-8 à R. 142-31 Le TASS connaît en première instance des litiges

Plus en détail

OFFICE DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET RURAL DE CORSE (ODARC) RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES DE LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE CORSE

OFFICE DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET RURAL DE CORSE (ODARC) RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES DE LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE CORSE OFFICE DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET RURAL DE CORSE (ODARC) RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES DE LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE CORSE Exercices 2005 à 2010 La chambre régionale des comptes de Corse

Plus en détail

DROIT AU LOGEMENT OPPOSABLE

DROIT AU LOGEMENT OPPOSABLE DROIT AU LOGEMENT OPPOSABLE MODE D EMPLOI 4 5 18 19 10 11 Le droit au logement opposable P. 5 P. 11 Le droit au logement opposable Le droit à l hébergement opposable P. 16 Cas pratique 2 Introduction QU

Plus en détail

Avec mes fournisseurs, je préfère être bien accompagné et régler mes litiges à l amiable.

Avec mes fournisseurs, je préfère être bien accompagné et régler mes litiges à l amiable. Avec mes fournisseurs, je préfère être bien accompagné et régler mes litiges à l amiable. Avec les juristes d Allianz 70 % des litiges trouvent une solution à l amiable. Protection Juridique Une assurance

Plus en détail

LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES, Vu le code général des collectivités territoriales, et notamment son article L.

LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES, Vu le code général des collectivités territoriales, et notamment son article L. Avis n 2015-0117 Séance du 02 avril 2015 Commune d AUSSEING Département de la Haute-Garonne Trésorerie de SALIES-DU-SALAT Article L. 232-1 du code des juridictions financières Article L. 1612-15 du code

Plus en détail

Il arrive que des situations courantes L ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE. Pour favoriser l accès au droit et à la justice

Il arrive que des situations courantes L ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE. Pour favoriser l accès au droit et à la justice L ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE Pour favoriser l accès au droit et à la justice Pour favoriser l accès au droit et à la justice Il arrive que des situations courantes de votre vie quotidienne provoquent

Plus en détail

CONTRAT D ADHESION. Entre M... Société... Pour le Centre... Situé... Tél. :... Fax :... dénommé par la suite «l adhérent» et

CONTRAT D ADHESION. Entre M... Société... Pour le Centre... Situé... Tél. :... Fax :... dénommé par la suite «l adhérent» et CONTRAT D ADHESION Entre M.... Société... Pour le Centre... Situé...... Tél. :... Fax :... dénommé par la suite «l adhérent» et Sonagora, SA Groupe Luz, 6 rue de l Abbé Groult, 75015 PARIS Dénommée par

Plus en détail

JUGEMENT N 2012-0030 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AQUITAINE, POITOU- CHARENTES

JUGEMENT N 2012-0030 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AQUITAINE, POITOU- CHARENTES Maison de retraite «Séguin» à Cestas Rapport n 2012-0358 Audience publique du 12 décembre 2012 Lecture en séance publique du 06 février 2013 Trésorerie de Pessac (033 041 976) (département de la Gironde)

Plus en détail

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites?

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Point de vue européen Intro Prise en compte des intérêts des consommateurs, par les autorités publiques, n est pas récente, même si différences importantes

Plus en détail

S informer sur. Le médiateur de l AMF

S informer sur. Le médiateur de l AMF S informer sur Le médiateur de l AMF 04 Autorité des marchés financiers Le médiateur de l AMF Sommaire Quelle est la mission du médiateur de l AMF? 03 Quelles situations peuvent donner lieu à médiation?

Plus en détail

Le suivi expert au service de votre activité!

Le suivi expert au service de votre activité! Le suivi expert au service de votre activité! Protection Juridique Vision Entreprise Assuré d avancer > Préserver votre activité des risques de litiges, c est indispensable! En tant que dirigeant d entreprise,

Plus en détail

Projet Annexe ENTRE :

Projet Annexe ENTRE : Projet Annexe CONVENTION D ADHESION AUX SECRETARIATS DU COMITE MEDICAL ET DE LA COMMISSION DE REFORME PLACES AUPRES DU CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DES DEUX-SEVRES ENTRE : Monsieur

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail

Je soussigné(e) NOM et PRENOM Adresse... CP.. Ville Tél fixe. Tél mobile.. Mail..

Je soussigné(e) NOM et PRENOM Adresse... CP.. Ville Tél fixe. Tél mobile.. Mail.. Comité Départemental du Tourisme et des Loisirs du Gers 3 boulevard Roquelaure BP 50106 32 002 AUCH Mission Classement des Meublés de Tourisme Tél : 05 62 05 95 95 / meuble@tourisme-gers.com / www.tourisme-gers.com

Plus en détail

F - DOCUMENTS DE REFERENCE ET DOCUMENTS ASSOCIES

F - DOCUMENTS DE REFERENCE ET DOCUMENTS ASSOCIES GTG 2007 GT1 Version V2 du 7 novemvre 2008 PROCEDURE CLIENT CONSOMMANT SANS FOURNISSEUR Page : 1/5 A - OBJET Cette procédure décrit les principes retenus pour traiter la situation où le GRD constate qu

Plus en détail

Mieux informés Mieux protégés

Mieux informés Mieux protégés - Mars 1 2009 - Mieux informés Mieux protégés EDITO La libéralisation des marchés de l énergie, effective depuis le 1er janvier 2007 en Wallonie, a atteint une dynamique de marché inédite au niveau belge

Plus en détail

L assurance de. Protection Juridique. Pour tous les litiges de la vie quotidienne, nos juristes sont là pour défendre vos clients.

L assurance de. Protection Juridique. Pour tous les litiges de la vie quotidienne, nos juristes sont là pour défendre vos clients. L assurance de Protection Juridique Un atout dans votre stratégie de développement 100 % Clients 100 % Innovant 100 % Simple www.allianz.fr Pour tous les litiges de la vie quotidienne, nos juristes sont

Plus en détail

Recommandation n 2011-2011-XXX/PG en application de l article 43-1 de la loi n 2000-108 et du décret n 2007-1504

Recommandation n 2011-2011-XXX/PG en application de l article 43-1 de la loi n 2000-108 et du décret n 2007-1504 N de saisine : S2010-XXXX rd Date de la saisine : 17 août 2010 Recommandation n 2011-2011-XXX/PG en application de l article 43-1 de la loi n 2000-108 et du décret n 2007-1504 Consommateur: Monsieur et

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

NOTRE LITIGE AVEC FREE -----Message d'origine-----

NOTRE LITIGE AVEC FREE -----Message d'origine----- NOTRE LITIGE AVEC FREE -----Message d'origine----- De : Hotline Free Haut Débit [ mailto : inscription@freetelecom.fr Envoyé : lundi 28 avril 2008 12:47 À : aale-marseille@monsieur-legionnaire.org Objet

Plus en détail

«LA MEDIATION AU SERVICE DES BANQUES, DES ASSURANCES ET DES ENTREPREPRISES : INTERETS AU NIVEAU ECONOMIQUE INTERNE ET INTERNATIONAL»

«LA MEDIATION AU SERVICE DES BANQUES, DES ASSURANCES ET DES ENTREPREPRISES : INTERETS AU NIVEAU ECONOMIQUE INTERNE ET INTERNATIONAL» 1 ER FORUM DE MEDIATION BEYROUTH 26, 27 ET 28 JUIN 2008 «LA MEDIATION AU SERVICE DES BANQUES, DES ASSURANCES ET DES ENTREPREPRISES : INTERETS AU NIVEAU ECONOMIQUE INTERNE ET INTERNATIONAL» Silvestre TANDEAU

Plus en détail

Les devoirs du demandeur

Les devoirs du demandeur Les devoirs du demandeur Quelles conditions dois-je remplir pour que ma demande soit correctement instruite? Je dois : Être de nationalité française ou étrangère avec un titre de séjour en cours de validité.

Plus en détail

Nos juristes d Allianz vous aident à résoudre vos litiges. Protection Juridique

Nos juristes d Allianz vous aident à résoudre vos litiges. Protection Juridique Nos juristes d Allianz vous aident à résoudre vos litiges. Protection Juridique Allianz Protection Juridique * est l assurance de protection juridique du Groupe Allianz. Chargée de défendre les intérêts

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente ARTICLE 1 : ACCEPTATION DE COMMANDE 1.1 : Champ d application : Les présentes conditions générales régissent toutes nos ventes en magasin, sans préjudice d éventuelles conditions

Plus en détail

La protection juridique des professionnels du Transport

La protection juridique des professionnels du Transport La protection juridique des professionnels du Transport Présentation de Judicial 2013 I Les solutions d accompagnement juridique pour les Professionnels du Transport 2 Qui sommes-nous? Accompagner et prendre

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par :

REGLEMENT INTERIEUR. Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par : REGLEMENT INTERIEUR Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par : - le Code Général des Collectivités Territoriales La plupart des règles

Plus en détail

HABITAT ET CADRE DE VIE

HABITAT ET CADRE DE VIE HABITAT ET CADRE DE VIE Dans le cadre de sa politique d'action sociale résolument axée vers la prévention et en faveur de la préservation de l'autonomie des retraités, l'assurance retraite apporte son

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs DOCUMENT DE TRAVAIL

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs DOCUMENT DE TRAVAIL PARLEMENT EUROPÉEN 2004 2009 Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs 15.2.2008 DOCUMENT DE TRAVAIL sur le rapport d initiative sur certains points concernant l assurance automobile

Plus en détail

Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises

Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises Juin Mars 2009 1 Sommaire Le Médiateur du crédit Sa mission Ses objectifs Ses équipes La démarche : simple et accessible à tous Les entreprises éligibles

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CARTE PRÉPAYÉE SERIAL CARD. Valables au 1 er Janvier 2014

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CARTE PRÉPAYÉE SERIAL CARD. Valables au 1 er Janvier 2014 CONDITIONS GENERALES DE VENTE CARTE PRÉPAYÉE SERIAL CARD Valables au 1 er Janvier 2014 Le présent document définit les conditions générales de vente du service carte prépayée SERIAL CARD, service prépayé

Plus en détail

Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe

Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe 1 Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe 1. Survol historique de la médiation dans le pays En Hongrie deux processus sont connus dans le domaines de mode alternatifs

Plus en détail

Ecoute Clients GrDF Rhône-Alpes & Bourgogne

Ecoute Clients GrDF Rhône-Alpes & Bourgogne Ecoute Clients GrDF Rhône-Alpes & Bourgogne Les usagers face aux contentieux de l énergie Espace Rhône-Alpes de Rovaltain VALENCE Distributeur de gaz en clair, «on est là» pour: Nos missions: - Acheminer

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe...

On vous doit de l argent en Europe... On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Centre Européen des Consommateurs France Réseau européen ECC-Net en coopération avec le Ministère de la Justice,

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-225

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-225 Paris, le 7 janvier 2015 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-225 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I PRESENTATION Article 1 Le CCAS de Bourg en Bresse, participe depuis juin 2003 à la coordination des aides

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire

Plus en détail

LA PROTECTION DU CREANCIER DANS LA PROCEDURE SIMPLIFIEE DE RECOUVREMENT DES CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES. Droit de l OHADA & Pratiques européennes

LA PROTECTION DU CREANCIER DANS LA PROCEDURE SIMPLIFIEE DE RECOUVREMENT DES CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES. Droit de l OHADA & Pratiques européennes LA PROTECTION DU CREANCIER DANS LA PROCEDURE SIMPLIFIEE DE RECOUVREMENT DES CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES Droit de l OHADA & Pratiques européennes Résume de l ouvrage Apollinaire A. de SABA 2 ème EDITION

Plus en détail

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH)

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH) Programme «Invalidité et dispositifs gérés par la CNSA» - Partie II «Objectifs / résultats» Objectif n 2 : répondre au besoin d autonomie des personnes handicapées Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation

Plus en détail

TRIBUNAL DES CONFLITS REPUBLIQUE FRANÇAISE N 4013. Conflit sur renvoi du tribunal de Strasbourg AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

TRIBUNAL DES CONFLITS REPUBLIQUE FRANÇAISE N 4013. Conflit sur renvoi du tribunal de Strasbourg AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL DES CONFLITS >> N 4013 Conflit sur renvoi du tribunal de Strasbourg M. M. et Mme S. c/ Caisse d allocations familiales du Bas-Rhin M. Edmond Honorat Rapporteur REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

Soldes, precision. Entrée piscine Grand Tarbes. Janvier 2012 Numéro 1 Bulletin conso afc 65

Soldes, precision. Entrée piscine Grand Tarbes. Janvier 2012 Numéro 1 Bulletin conso afc 65 Janvier 2012 Numéro 1 Bulletin conso afc 65 Soldes, precision En cours : Pour un rendezvous, prendre contact par mail : afc65consommation @afc-france.org Les locaux de l udaf 65 se réservent jusqu à ce

Plus en détail

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com Crédit LA CONVENTION AERAS S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé 1. Qu est ce que la convention AERAS? 2. Comment fonctionne le dispositif, quels sont les types de prêts concernés? 3.

Plus en détail

Offre d adhésion exclusive! Forfait Services juridiques

Offre d adhésion exclusive! Forfait Services juridiques Février 2015 Offre d adhésion exclusive! Forfait Services juridiques Bonjour, Il nous fait plaisir de vous transmettre une proposition d adhésion aux services juridiques personnalisés de l AQCPE. Ces services

Plus en détail

Vous êtes la Banque et un litige non résolu par l agence ou le service Relations Clientèle de l Etablissement vous oppose à votre client

Vous êtes la Banque et un litige non résolu par l agence ou le service Relations Clientèle de l Etablissement vous oppose à votre client GUIDE MEDIATION BANCAIRE Conseil Juridique 2010 B a n c a i r e Vous êtes la Banque et un litige non résolu par l agence ou le service Relations Clientèle de l Etablissement vous oppose à votre client

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

PRESENTATION DU PARTENARIAT EDT

PRESENTATION DU PARTENARIAT EDT PRESENTATION DU PARTENARIAT EDT POLE MEDIATION et RECOUVREMENT 5 Rue des Malifestes ZA de Câlin BP 79604-44196 CLISSON Cedex Tel : 02.51.82.48.34 Fax : 02.40.35.52.54 LE POSTE CLIENT C EST QUOI? Devis

Plus en détail

CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE COMMUNE d AGNOS (064 020 007) Trésorerie d Oloron-Sainte-Marie Département des Pyrénées-Atlantiques Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales

Plus en détail

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE Tribunal de grande instance de Paris 5 ème Chambre 2 ème Section Jugement du 7 avril 2011 Melle X c/ M. Y RG n 09/15353 Références de publication : - http://www.lexbase.fr/ EXPOSÉ DU LITIGE Monsieur Y,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

La convention AERAS en 10 points-clés

La convention AERAS en 10 points-clés La convention AERAS en 10 points-clés Signée par les pouvoirs publics, les fédérations professionnelles de la banque, de l assurance et de la mutualité et les associations de malades et de consommateurs,

Plus en détail