Numéro 50 Juillet Août Septembre 2009 UN NOUVEL HORIZON CONVENTIONNEL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Numéro 50 Juillet Août Septembre 2009 UN NOUVEL HORIZON CONVENTIONNEL"

Transcription

1 Numéro 50 Juillet Août Septembre 2009 UN NOUVEL HORIZON CONVENTIONNEL

2 Prix Medec 2009* Médicament de l année Ivabradine La fréquence cardiaque au cœur de l ischémie ΔRR Réduction exclusive de la fréquence cardiaque SI/DTC - 10 PA 01 P / Photo : Frédéric Joly PROCORALAN 5 mg : comprimés pelliculés sécables. PROCORALAN 7,5 mg : comprimés pelliculés. Composition : Ivabradine 5 mg ou 7,5 mg. Excipients à effet notoire : lactose. Indication : Traitement symptomatique de l angor stable chronique chez les patients en rythme sinusal normal et présentant une contre-indication ou une intolérance aux bêtabloquants. Poso. et administration : La poso. initiale recommandée est de 5 mg d ivabradine 2 fois/j. Après 3 à 4 semaines de trait., la poso. peut être augm. à 7,5 mg 2 fois/j, selon la réponse thérap. CTJ : 2,28. Si la fréq. card. de repos descend en dessous de 50 bpm ou si symptômes liés à la bradyc., la dose doit être diminuée à 2,5 mg 2 fois/j. Le trait. doit être interrompu si la fréq. card. reste < 50 bpm ou si symptômes liés à la bradyc. persistent (cf. Mises en garde et préc. d emploi). Initier le traitement à 2,5 mg 2 fois/j chez le sujet âgé. Ne pas utiliser chez l enfant et l adolescent. Contre-indications : Hypersensibilité connue à la substance active ou à l un des excipients ; Fréquence cardiaque de repos < 60 bpm avant le traitement; Choc cardiogénique; Infarctus aigu du myocarde; Hypotension sévère (<90/50 mmhg); Insuffisance hépatique sévère ; 2 comprimés par jour 1 le matin et 1 le soir en débutant par le dosage le plus faible Maladie du sinus («sick sinus syndrome») ; Bloc sino-auriculaire ; Insuffisance cardiaque des classes NYHA III-IV en l absence de données ; Patient pacemaker-dépendant ; Angor instable ; Bloc auriculo-ventriculaire du 3 ème degré (BAV III) ; Association à des inhibiteurs puissants du cytochrome P450 3A4 tels que les antifongiques azolés (kétoconazole, itraconazole), les antibiotiques de la famille des macrolides (clarithromycine, érythromycine per os, josamycine, télithromycine), les inhibiteurs de protéases (nelfinavir, ritonavir) ou le néfazodone (voir Interactions et propriétés pharmacocinétiques) ; Grossesse, allaitement. Mises en garde et préc. d emploi : Arythmie ; Patients avec BAV II ; Patients présentant une bradyc. (cf. Contre-indications) ; Assoc. avec d autres trait. antiangoreux (vérapamil/diltiazem) ; Insuf. card. chronique ; AVC ; Fonction visuelle ; Patients hypotendus (cf. Contre-indications) ; Fibrillations auriculaires - Arythmies cardiaques ; Patients présentant un QT long congénital ou traités par des médic. allongeant le QT (cf. Interactions) ; Insuf. hépatique modérée ; Insuf. rénale sévère (si Clcréat<15ml/min) ; Excipients : lactose. Interactions : Assoc. contre-indiq. : inhibiteurs puissants du CYP3A4 (cf. Contre-indications). Assoc. déconseillée : inhibiteurs modérés du CYP3A4 : diltiazem/vérapamil ; Médic. allongeant le QT (cf. Mises en gardes et préc. d emploi). Assoc. nécessitant des préc. d emploi : autres inhibiteurs modérés du CYP3A4 ; jus de pamplemousse ; inducteurs du CYP3A4. Grossesse et allait. : Contre-indiq. Conduite et utilisation de machines : prise en compte de possibles phosphènes (cf. Effets indésirables). Effets indésirables : Très fréq. (>1/10) : phosphènes ; Fréq. (>1/100, <1/10) : bradyc., BAV I - allongement de l intervalle PQ à l ECG, extrasystoles ventric., vision trouble, céphalées, sensations vertigineuses ; Peu fréq. (>1/1000, <1/100) : hyperuricémie, éosinophilie, élévation de la créatininémie, palpitations, extrasystoles supraventric., nausées, constipation, diarrhée, vertiges, dyspnée, crampes muscul. Propriétés : ATC : C01EB17. L ivabradine agit en réduisant uniquement la fréquence cardiaque, par inhibition sélective et spécifique du courant pacemaker I f qui contrôle la dépolarisation diastolique spontanée au niveau du nœud sinusal et régule la fréquence cardiaque. LISTE I. Procoralan 5 mg : , EU/1/05/316/003 (56 cp) Prix : 63, , EU/1/05/316/006 (100 cp, modèle hosp.) Procoralan 7,5 mg : , EU/1/05/316/010 (56 cp) Prix : 63, , EU/1/05/316/013 (100 cp, modèle hosp.) Remb. Séc. Soc. 65% - Coll - Info. Compl., cf. RCP sur Amélioration du Service Médical Rendu modérée (ASMR III) chez les patients ayant un angor stable chronique avec une contre-indication ou une intolérance aux bêtabloquants etayant une dysfonction ventriculaire gauche (FEVG < 45 %) asymptomatique contre-indiquant l emploi des inhibiteurs calciques bradycardisants (Avis de la Commission de la Transparence du 29/11/2006). Info. méd. : Biopharma - 35 rue de Verdun Suresnes Cedex. Tél Les Laboratoires Servier - 22 rue Garnier Neuilly-sur-Seine Cedex. * Décerné par les médecins présents au MEDEC, remis le 3 juin 2009

3 ÉDITORIAL UN NOUVEL HORIZON CONVENTIONNEL? SOMMAIRE Éditorial Chronique au laser Retrouver l esprit conventionnel Une rémunération équilibrée et crédible Du CAPI à la démarche qualité Maîtrise médicalisée Quelle marge de manœuvre? Démographie : Un contrat santé solidarité attractif Permanence des soins et formation Médicale continue : dedans ou dehors? Négocier sur nos valeurs Pôle CSMF Formation : Séminaires FORMUNOF et ACFM Éditeur : SEMF, Société d Édition du Médecin de Famille 79, rue de Tocqueville Paris Tél Fax Courriel : Site internet : Directeur de publication : Dr M. Combier Rédacteur en chef : Dr P-J Pradelle Comité de rédaction : Dr M. Combier, Dr P-J Pradelle, Conception, réalisation : Artégo, Reims Impression : Imprimerie de Champagne, Langres Couverture : NASA/courtesy of nasaimages.org Magazine trimestriel tiré à 5000 exemplaires Numéro ISSN : La Loi «Hôpital, Patients, Santé et Territoires» votée et promulguée devient celle de tous. Cela risque d être plus compliqué pour ceux qui, comme nous, s y sont opposés mais la République n ayant qu une loi, elle devient aussi la nôtre, celle avec laquelle nous devrons composer. A côté de cette Loi existe la Convention Médicale. Si la première doit régler l organisation médico-sanitaire, la seconde doit organiser les rapports entre les professionnels et la société pour permettre l accession aux soins et le remboursement des patients. La Convention se doit de respecter la loi, tout en conservant une marge de liberté (de plus en plus faible il est vrai) pour l adapter aux caractéristiques propres de l exercice libéral de la Médecine Générale. C est à ce moment que nous nous situons. L UNOF a depuis longtemps porté un programme d amélioration de la condition des médecins généralistes, débutée dans les premières années de la Convention actuelle. Elle présente dans ce numéro du «Médecin de Famille» ses ambitions fortes qui, au sein de la CSMF, doivent permettre de faire avancer l ensemble du corps médical. L UNOF est certes consciente de la crise économique actuelle et du contexte social qui en découle. Elle a de même encouragé à la mobilisation des médecins généralistes face aux enjeux épidémiques, de santé publique et de prévention qui font le quotidien de leur exercice. L UNOF prend sa part dans la nécessaire gestion médicalisée du juste soin au juste coût mais ne tolérera pas que l équilibre économique se fasse sur le dos des professionnels. Au moment où les médecins sont sollicités par toutes sortes de missions, il serait regrettable que les pouvoirs publics restent sourds à leur demande et ne poursuivent pas le maintien de notre système de soins. L UNOF a toujours défendu l exercice libéral conventionné. Elle continuera, convaincue de son utilité pour le patient. Elle fera tout pour permettre le maintien d une certaine liberté professionnelle. Cet exercice libéral doit être maintenant revalorisé pour les Médecins Généralistes, tant du point de vue organisationnel que financier, dans le but unique de préserver le service médical rendu au patient à la fois par des médecins installés, bien dans leur métier, et des jeunes, heureux d y rentrer. L UNOF ne craint pas d arriver à faire de ce qui peut sembler une gageure la réalité de demain. En sera-t-il de même pour les décideurs? Dr Michel Combier, Président de l UNOF Médecin de famille Numéro 50 Septembre

4 CHRONIQUE AU LASER La médecine de proximité Depuis longtemps prise en grippe Sacha Guitry écrivait : «il y a des médecins pour soigner le cœur, des médecins pour soigner les dents, des médecins pour soigner le foie, mais qui soigne le malade?». C est la médecine générale qui soigne la personne dans sa globalité ; la médecine de famille qui se doit d être - selon les critères de l OMS - : générale, continue, globale, coordonnée, collaboratrice, orientée vers la famille, orientée vers la communauté. Le médecin généraliste est le maître d œuvre de la santé du corps et de l esprit ce qui le situe d emblée au centre du système de soins, où il demeure le lien incontournable entre professionnels médicaux, professionnels paramédicaux, patients, familles, entourage, et environnement psycho-social. Or la pénurie menace des zones géographiques, menace l avenir de la qualité des soins en mettant à mal la continuité des soins. Comment faire face? Les soins de proximité sont menacés, les soins de premiers recours sont en danger, et donc la sécurité des soins risque de diminuer au prix de choix politiques récurrents qui n ont toujours pas fait preuve de leur efficacité économique. Le métier de médecin de famille est de moins en moins attractif et souffre de la raréfaction programmée politiquement de ses troupes et de l effet démotivant de la surcharge de travail et des horaires sans contrepartie qui en découlent. En l absence de relève de la profession, le problème de la PDS devient pressant, entraînant l engorgement des services d urgence hospitaliers dont la qualité de la réponse aux sollicitations ne peut que s atténuer au bénéfice d un «tri» médical qui n est pas de son ressort. Les solutions pour répondre aux besoins légitimes en matière de santé d une population d un pays «dit» développé, nous les connaissons et nous les déclinons dans ce numéro, dans l attente d une volonté et d un courage politiques qui n ont toujours pas vu le jour depuis les dernières élections en matière de prise en charge et de financement du système de santé. Car sur le plan économique il est évident que le coût de la médecine de proximité sera toujours nettement inférieur à toute structure qui tenterait de s y substituer. Le vrai danger de la médecine très qualifiée que nous exerçons aujourd hui n est il pas le surcoût incalculable d examens redondants, des traitements mal suivis, des tolérances médicamenteuses mal connues ou mal évaluées ; la place de la pharmacogénétique grandissante en est la preuve : la «réactivité» d un patient donné à des médicaments (nous le vivons tous au quotidien) répond à un modèle génétique unique et à ce jour non prévisible (sauf pour certains anticoagulants, grâce à de très récentes études qui vont bouleverser l approche thérapeutique des décennies à venir). La seule parade aux aléas thérapeutiques individuels est une bonne connaissance du patient, de son histoire, de sa réactivité globale, de ses épisodes antérieurs de tolérance ou d intolérance, d efficacité ou d inefficacité paradoxale des remèdes ; seul le médecin généraliste de proximité peut assurer ce suivi continu dans le temps et le transmettre car il a vocation à enrichir sans cesse les dossiers patients de l essentiel par les écritures et de ce qui peut le paraître moins par la connaissance accumulée qu il a des êtres humains qu il côtoie durant toute sa carrière. De même la relation de confiance établie au cours de longues années lui donne une place de choix dans les orientations thérapeutiques et le suivi des malades ; sa connaissance de l environnement, sa capacité à anticiper les problématiques sociales liées aux maladies graves et au vieillissement, la continuité assurée tout au cours de l existence ainsi qu en fin de vie l ont toujours placé comme interlocuteur privilégié et l on sait à quel point «le langage structure tout de la relation humaine» (J. Lacan). Est il licite à ce jour de demander à une personne diminuée physiquement (problèmes cognitifs, de vue, d arthrose sévère, d obésité morbide, d AVC, de cancers etc.) d effectuer un nombre accru de kilomètres pour pouvoir être soignée dans des hôpitaux surchargés et souvent expéditifs, ou pour voir des spécialistes 4 Médecin de famille Numéro 50 Septembre 2009 Suite de l article

5 la médecine de proximité depuis longtemps prise en grippe Photographie : Rob Byron en dehors de tout délai raisonnable? Alors même que le coût d un transport en ambulance ou en taxi ne peut que difficilement être supporté par la collectivité pour une part limitée d entre eux selon des critères de plus en plus restrictifs, et que leur dangerosité potentielle les empêche de conduire, sachant que l éclatement des familles et le vieillissement de la population ont entraîné bien trop souvent un éloignement des ascendants et descendants ainsi qu un isolement social La politique passée et actuelle qui s acharne à ne pas vouloir considérer l acte médical de proximité à sa juste valeur a-t-elle seulement comparé le coût moyen du suivi d un diabétique ou d une personne dépendante à domicile et à l hôpital? Le coût moyen comparatif ville-hôpital de prise en charge des points de sutures ou d une entorse de cheville a-t-il seulement été évalué? La disponibilité du médecin de famille, son engagement permanent auprès des patients, ses réponses téléphoniques adaptées et multiples auprès d eux ne sont ils pas un gage d efficacité? Depuis les années 1980 et les années Sida, le monde croyait s être affranchi des épidémies qu il reléguait volontiers dans un lointain passé ; mais on ne gagne pas une guerre en supprimant ses troupes : preuve en est des résurgences des grippes ces dernières années : l État ne vient il pas enfin de reconnaître verbalement - en phase VI de pandémie le rôle prépondérant du médecin de famille dans la gestion des malades? Mais encore une fois lâchés dans l arène sans parade, avec une cruelle insuffisance de moyens, suspendu à la délivrance aléatoire et ponctuelle de masques FPP2, obligé de réguler un nombre exponentiel d appels dans les centres 15 à un tarif nocturne inférieur à celui du jour, le médecin généraliste n est il pas encore que la roue de secours usée d un système qui l ignore quand cela l arrange, et le contraint lorsqu il ne lui est plus possible de faire autrement? Ce contact rapproché avec les malades même s il doit se faire au travers des masques nous permet d envisager l avenir avec réalisme et ténacité, et ouvre une ère médicale nouvelle qui à travers la future convention permettra de revaloriser le soin de proximité - parent pauvre de la médecine de ce début de millénaire - pour son efficacité clinique, sociale, géographique et économique, à la hauteur des enjeux de santé publique des prochaines années. Dr Pierre-Jean Pradelle, Rédacteur en chef Médecin de famille Numéro 50 Septembre

6 DOSSIER Retrouver l esprit conventionnel A l origine, la décision de créer une convention médicale nationale avait pour but de permettre l accès aux soins des médecins libéraux pour tous les patients. Ces derniers, en échange de la solvabilisation des patients, négociaient des honoraires modérés dont le niveau était en rapport avec les possibilités financières de l Assurance Maladie. Ce pacte initial a été interprété au fil du temps par les tutelles comme un effet d aubaine pour les cabinets libéraux. Elles n ont eu de cesse que de bloquer l augmentation des honoraires. Ceux des médecins généralistes libéraux ont été dévalués, l équilibre de l Assurance Maladie ne se recherchant qu en jouant uniquement sur la réduction des dépenses ambulatoires plutôt que sur un financement pérenne. Par cette méthode, les résultats ont été la persistance du déficit et une lourde sanction pour les Généralistes. Les séquences de coup de frein violent et d accélérateur mou ne donnant aucune visibilité professionnelle à un métier qui voyait sans cesse s accroître ses charges et son volume de travail. Pour contrebalancer cette évolution, diverses solutions ont été avancées : forfaitisation, nomenclature des actes, capitation, etc. Chacun regardant par son bout de lorgnette les avantages qu il pourrait en tirer. Ces vraies/fausses pistes ne tiennent que rarement compte des desiderata et des réalités des médecins installés dans leur entreprise médicale. Elles cherchent à régler des problèmes macro-économiques et non la vie quotidienne de chacun de nous. Les patients surinformés ont augmenté leur demande de soins (au-delà de leurs vrais besoins) et mettent une pression nouvelle nourrie à la consultation des sites d internet. Les médecins souhaitent améliorer leur environnement de travail pour rendre un service de qualité et gagner des marges de liberté sur un métier particulièrement prenant. C est d ailleurs à cette dernière condition que la Médecine Générale libérale attirera l intérêt des Jeunes Généralistes et restera supportable pour les plus âgés. Une convention attirante sera donc une convention avec des moyens, moyens orientant vers une prise en charge améliorée avec accompagnement des réformes structurelles. L esprit conventionnel repose sur un contrat gagnantgagnant. L accessibilité des patients au système de soin doit entraîner des avantages pour le médecin libéral, mais ces avantages ne doivent pas obérer la nécessaire progression du tarif des actes. Cette progression permet avant de définir le revenu du praticien d investir dans le fonctionnement du cabinet, dans sa modernisation, charges utiles pour offrir le meilleur service au patient. Au fil du temps, même les tutelles ont oublié que le tarif de la Consultation est une recette et non un revenu. Le combat de l UNOF pour une rémunération de l acte adapté au coût des services cherche à répondre aux difficultés économiques liées à l accroissement constante des charges. Sur ces charges, l Assurance Maladie n a aucune responsabilité mais elle doit tenir compte de la réalité économique des cabinets médicaux qui délivrent des soins à ses assurés. On comprend qu elle souhaite mettre en place des forfaits pour maîtriser son investissement mais le paiement à l acte permet une rémunération proportionnelle à la charge de travail. Le blocage des actes n a d ailleurs jamais débloqué le montant des forfaits. Celui du médecin traitant n a pas évolué depuis cinq ans et est donc logé à la même enseigne que l acte. Aucun mode de rémunération ne résiste à la réalité économique et sociale. Un nouvel esprit conventionnel reposera donc sur la reconnaissance du vrai montant des actes et autres forfaits, avant toute chose. Ce préliminaire rempli, tout sera possible car le message positif vers les professionnels les incitera fortement à répondre aux demandes de la société, comme ils l ont fait à plusieurs reprises dans le passé récent. Au moment où une grande mobilisation leur est demandé face aux réalités épidémiques et sanitaires d aujourd hui et de demain, est-ce le moment de ne pas leur marquer la confiance d une Assurance Maladie en charge du bon soin aux patients? 6 Médecin de famille Numéro 50 Septembre 2009

7 Frédéric Van Roekeghem : Stop ou encore? Si la Convention arrive à son terme et doit être renégociée avant février 2010, le mandat du Directeur de l UNCAM arrive à son terme quinquennal en novembre Alors stop ou encore? Nommé en Conseil des Ministres, Frédéric Van Roekeghem va-t-il être renouvelé dans son mandat? Pour faire leur choix que vont regarder les politiques : les baisses progressives du déficit des premières années ou son explosion liée en grande partie à la crise? L avenir dira si le négociateur d hier et d aujourd hui sera celui de demain. Tout en sachant que sa marge de manœuvre dépendra de l état économique du pays mais aussi des priorités médicales et sociales du gouvernement. Peu importe le flacon pourvu qu on ait l ivresse, peu importe les hommes si la négociation aboutit favorablement pour tous, patients et médecins libéraux. Photographie : Marcelo Terraza Médecin de famille Numéro 50 Septembre

8 DOSSIER UNE RÉMUNÉRATION ÉQUILIBRÉE ET CRÉDIBLE Photographie : Iosif Szasz-Fabian Qu on le veuille ou non, une convention a d abord pour but de régler le problème du montant des honoraires des professionnels pris en charge par l Assurance Maladie. Le rôle d un syndicat est de défendre les intérêts économiques et moraux de la profession. Évitons donc toute hypocrisie. Adaptons notre rémunération à la réalité économique de nos cabinets pour répondre aux besoins de nos patients avec la meilleure organisation possible. L acte de premier niveau de la Médecine Générale Il est essentiel de revaloriser l acte de base du Médecin Spécialiste en Médecine Générale. Par équité visà-vis des autres spécialités, pour éviter un retour de la compensation par le nombre, l évolution de la valeur nominale doit être reprise. La valeur du service offert par l acte de base en 2009 est au minimum de 25 euros. Ce sera une demande forte de l UNOF pour équilibrer la rémunération après ce qui aura été trois ans de blocage. Cette demande accompagne la revalorisation et la reconnaissance de la Médecine Générale, répétée ad libitum par toutes les tutelles. Les consultations de Médecine Générale La base de la rémunération ne suffit pas à rendre lisible la variété des actes de consultation de la Médecine Générale qui se sont complexifiés au fur et à mesure des avancées des prises en charge des soins. Une première revalorisation complémentaire spécifique a été créée en 2005 pour les nourrissons d abord, pour les jeunes enfants ensuite. L UNOF demande un complément de rémunération à l identique pour les personnes âgées. La négociation doit en fixer l âge à partir duquel il s appliquera. La prise en compte de la complexité de ces actes est maintenant nécessaire. En attente de la Nomenclature des actes cliniques, véritable arlésienne pour laquelle la Caisse Nationale d Assurance Maladie use de tous les artifices pour la retarder, l UNOF demande la création d un acte lourd de Médecine Générale, à définir là aussi par la négociation, dont la valeur doit être le C2 du Médecin Généraliste. L UNOF a plusieurs pistes collant à la réalité de l exercice quotidien de la pratique de la Médecine Générale. Pèle mêle, on peut citer : l ouverture d un dossier médical structuré ; consultation pour plusieurs motifs ; création d un dossier médical personnel informatisé partageable à partir d un dossier médical ; acte de coordination pour hospitalisation programmée ; etc. La prise en charge des affections de longue durée et des maladies chroniques La rémunération médecin traitant doit évoluer, tout d abord en l augmentant après cinq ans de blocage, et en englobant des patients non accessibles à l exonération du ticket modérateur mais à la prise en charge complexe. Cette forme de rémunération forfaitaire est adaptée aux prises en charge transversales tel le projet expé- 8 Médecin de famille Numéro 50 Septembre 2009 Suite de l article

9 Une rémunération équilibrée et crédible rimental SOPHIA, pour l instant centré sur le patient diabétique. Tout le travail effectué chez ces patients hors sa présence doit être valorisé. De même, la Consultation annuelle de synthèse des patients en Affection de Longue Durée (ALD) cotée CA doit être fortement revalorisée, son différentiel de 4 euros avec l acte de base est ridicule et explique le peu d exécution de cet acte. La Prévention et la Santé Publique La Prévention fait partie de l activité quotidienne des médecins spécialistes en Médecine Générale. Elle est réelle mais rendue peu visible. Elle doit être distinguée et accrue. Le Contrat d Amélioration des Pratiques Individuelles (voir page 10) a été un amalgame mal ficelé confondant un réel objectif de santé publique avec une maîtrise économique sans véritable souffle organisationnel pour modifier les comportements. Là aussi, l acte ne doit pas être négligé au profit du Forfait. La création de consultations de Santé Publique et de Prévention à certains âges de la vie doit devenir un moyen d anticiper sur de futures dépenses : classe d âge (50 ans, 60 ans) ; prévention obésité de l enfant ; dépistage troubles de la mémoire ; facteurs de risque cardio-vasculaire ; addictions ; acte «gratuit» du jeune de ans inscrit dans la Loi HPST etc. Une telle architecture repose sur un double engagement de la profession : améliorer la prise en charge des pathologies les plus lourdes donc les plus onéreuses et structurer l activité en fonction d une approche globale en santé et non plus seulement en soins. La conjoncture actuelle n est pas propice à de tels investissements. Mais une telle conjoncture existera-telle jamais? Faudra-t-il toujours se contenter d espérer en attendant des jours plus favorables? Rappelons nous la citation de Sénèque : «Ce n est pas parce que les choses sont difficiles que nous n osons pas, mais c est parce que nous n osons pas que les choses sont difficiles». Une convention dure cinq ans. Cette durée paraît suffisante pour améliorer l ensemble de la médecine de proximité. Surtout que nous ne partons pas de rien mais avec des professionnels qui, depuis 2005, ont fait bouger beaucoup de lignes, ce dont beaucoup ne les croyez pas capables. Les stabilisateurs économiques contre la Convention? Créés dans la Loi de Financement de la Sécurité Sociale 2008, les stabilisateurs économiques bloquent pendant six mois toute revalorisation d honoraires. Si, au cours de ses six mois, le Comité d alerte se déclenche, la revalorisation est repoussée au premier janvier l année suivante. Ce mécanisme, mis en place par les pouvoirs politiques, limite l autonomie de la discussion et de la décision conventionnelle. Les négociateurs n ont plus de marges de manœuvre, garrottées par cette règle anti-dialogue social. L UNOF était de ceux, peu nombreux, qui avaient vu le danger d une telle mesure, qui vient se rajouter à d autres mécanismes comme l avis de l UNOCAM, Le tout emmène à près de dix mois la distance entre la signature conventionnelle et son application. Deux conséquences à tout cela : Une perte de confiance des médecins qui ont l impression d être transformés en ânes qui avancent en poursuivant une carotte agité devant leurs yeux et qu ils ne rattrapent jamais. Une annonce répétée d une même augmentation auprès du public qui pense qu on ne fait qu augmenter les consultations : au moment du début de la négociation, à la signature de la revalorisation, et dix mois après à la sortie au Journal Officiel. Le mauvais effet provoqué par ses annonces successives d une même revalorisation rend encore plus frileux les politiques. Médecin de famille Numéro 50 Septembre

10 DOSSIER Du CAPI à la démarche qualité Photographie : Zhe Zhang En ayant mis dans la Loi la possibilité de contrat individuel, extra-conventionnel, le politique avait à l esprit l intéressement économique du médecin à l efficience comptable de la prescription médicamenteuse. Le Directeur de l UNCAM a sauté sur l occasion pour capter un certain nombre de confrères, persuadés par les délégués de l Assurance Maladie qu ils obtiendraient un bonus financier sans effort. Au milieu d une démarche qualité sur les maladies chroniques, les vaccinations, la prévention, le Directeur de l UNCAM a placé son chapitre efficience. Malin, il s est bien gardé au milieu de mesures d économie pure d inclure les indemnités journalières, pourtant le plus gros poste de dépenses. Cet item aurait sûrement éloigné beaucoup de confrères, du fait du côté aléatoire de cette prescription. L Assurance Maladie a reçu un mauvais point par un Syndicat de ses propres Médecins Conseils qui affirme que ces confrères sont intéressés au nombre de CAPI placés comme les représentants de commerce ou les visiteurs médicaux, tant décriés par les parangons de vertu de la Caisse. Fermons le banc en rappelant les alertes éthiques du Conseil National de l Ordre des Médecins sur le conflit d intérêt (entre autre) patient-praticien. Puisque l éthique nous guide, l UNOF pense que chaque praticien se doit à une démarche qualité individuelle qu il entretient entre autre par sa formation continue. Les pouvoirs politiques ont ajouté à cette démarche des enjeux collectifs de santé publique demandant une approche populationnelle au médecin généraliste et donc un investissement supplémentaire au simple contact avec le patient au cours de la consultation pour un symptôme. Le travail demandé par exemple sur la prévention des cancers (mammaire, colique, ) doit entraîner logiquement une rémunération complémentaire. Il peut en être de même pour le suivi des maladies chroniques (cardio-vasculaires, diabète, ). L UNOF a toujours considéré que cette démarche doit être encouragée et rémunérée. Elle ne doit et ne peut être amalgamée à la maîtrise des prescriptions médicamenteuses ou d indemnités journalières sous peine d être dévoyée. Elle doit faire la part de ce qui relève de la responsabilité du médecin (prescription et encouragement aux différents process : mammographie, vaccination, hémoglobine glyquée, Fond d Oeil, etc.) et la part de liberté du patient en terme de compliance. 10 Médecin de famille Numéro 50 Septembre 2009 Suite de l article

11 Du capi à la démarche qualité Avantages sociaux : un pilier conventionnel inviolable Dans son programme fixant les charges et objectifs de l Assurance Maladie pour 2010, le Directeur de l UNCAM tente de revenir (proposition 24) sur les avantages sociaux des médecins conventionnés. En fixant le plafond à euros de revenus pour revenir sur cet avantage conventionnel, le Directeur pense qu en touchant les moins nombreux et les plus riches, il peut modifier le contrat initial et n entraînera pas de vraie résistance vu le niveau de revenu. On connaît la robustesse de ce genre de plafond. Il a vite fait de s abaisser au fil des difficultés financières des Caisses et va concerner de plus en plus de médecins. Pour l UNOF, nous touchons là à une question de principe qui est l essence même du contrat conventionnel. Quel intérêt d être conventionné si l on revient sur les bases du contrat social? Au moment où on ne parle que de difficulté d accès aux soins des patients, est-il très malin de donner un tel message aux médecins libéraux? Il y a beaucoup de perfidie à aller sur ce terrain là. Autrement dit, le médecin ne doit pas être pénalisé pour des examens prescrits que le patient se refuse d effectuer. Le rôle motivant du médecin doit être accompagné par une information forte de l Assurance Maladie vers le patient. Le programme SOPHIA, entre autres moyens, fait partie des outils utiles pour ce faire. Le retour sur investissement pour l Assurance Maladie dans cette démarche est à moyen et à long terme : diminution des complications onéreuses, des journées d hospitalisation, des prescriptions redondantes (pour les mammographies par exemple). Évidemment, cela ne correspond pas au besoin immédiat d économie pour combler le trou annuel. Voilà pourquoi la Caisse cherche toujours à caser son efficience. La maîtrise médicalisée, le juste soin au juste prix qui repose (ou pas) sur des référentiels médico-économiques, est (sont?) une autre démarche pour laquelle nous devons collectivement rechercher les moyens d aboutir en répondant conjointement à la demande du patient de bénéficier des dernières avancées scientifiques et au problème économique posé. On sort de la pure démarche qualité pour s atteler à un investissement collectif qui touche aussi à l utilisation du système de santé par le patient. Et non plus par le seul médecin. Qui touche aussi des enjeux industriels qui eux pour le coup dépassent encore plus le médecin. Le courage politique réside au règlement de ce problème à son vrai niveau et pas uniquement au moment de consultation du généraliste. L UNOF souhaite qu il soit fait la différence entre ce qui relève de la qualité de ce qui relève de la gestion économique des prescriptions et que les rémunérations soient dissociées. Tous les médecins Généralistes doivent être collectivement concernés par la mise en œuvre des moyens jugés nécessaires à l atteinte des objectifs de santé publique et de prévention. Cette mise en œuvre justifie une rémunération spécifique des médecins généralistes. Le contrat individuel devient alors inutile. Insistons sur l importance d un contrat conventionnel collectif axé sur ces grands thèmes, avec un suivi paritaire pour encourager et faire évoluer les prises en charge. Médecin de famille Numéro 50 Septembre

L USPO LE PROGRAMME DE 2016-2020 VALORISONS NOS COMPÉTENCES. Élections URPS Pharmaciens 2015

L USPO LE PROGRAMME DE 2016-2020 VALORISONS NOS COMPÉTENCES. Élections URPS Pharmaciens 2015 Élections URPS Pharmaciens 2015 LE PROGRAMME DE L USPO 2016-2020 UN PROJET OUVERT, SOUMIS À LA CONCERTATION, POUR DEVENIR LE PROJET DE TOUS LES PHARMACIENS VALORISONS NOS COMPÉTENCES LE PROGRAMME DE L

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE. La réforme de l assurance maladie se met en place 1

UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE. La réforme de l assurance maladie se met en place 1 UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE La réforme de l assurance maladie se met en place 1 La loi du 13 août 2004 portant sur la réforme de l assurance maladie

Plus en détail

Aide à l acquisition d une complémentaire

Aide à l acquisition d une complémentaire Les définitions présentées ci-dessous sont extraites du glossaire de l assurance complémentaire santé édité par l Union Nationale des Organismes d Assurance Maladie Complémentaire. Aide à l acquisition

Plus en détail

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA)

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Historique : d abord il y eut la conférence régionale de santé Conférences Régionales de Santé (CRS) installées par les ordonnances du 24 avril 1996

Plus en détail

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent.

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. Dans la France de 2012, de plus en plus de Français doivent renoncer à des soins ou

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

La nouvelle convention médicale. Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins

La nouvelle convention médicale. Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins La nouvelle convention médicale Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins La convention a été signée le 26 juillet 2011 par trois syndicats représentatifs (CSMF, MG France, SML) et l assurance

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02 FINANCÉ PAR : PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» En décembre 2013, le Commissariat général aux Investissements d Avenir a lancé un appel à projet «Territoire

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

Tout au long des décennies suivantes, la FNI a poursuivi ses objectifs pour : Faire reconnaître et valoriser pleinement les compétences infirmières en inscrivant de nouveaux actes à la Nomenclature Générale

Plus en détail

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE!

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE! La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle n 431 791 672, soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. Ce document n a pas de valeur contractuelle - Studio LMDE - 12117-03/2012 LA SANTÉ

Plus en détail

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application COMMISSIONS PARITAIRES DES 14 et 28 janvier 2014 TELE TRAVAIL Constatant un développement anarchique de l application du télé travail dans le réseau Sécurité Sociale, la CFTC a été à l initiative de la

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

CHSCT : Formation générale agréée Etablissement de plus de 300 salariés

CHSCT : Formation générale agréée Etablissement de plus de 300 salariés Formation 5 jours Méditerranée : 74 rue Paradis 13006 Marseille CHSCT : Formation générale agréée Etablissement de plus de 300 salariés La formation Pour agir sur le travail et la santé en vue d une amélioration

Plus en détail

Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF

Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF Si le projet de loi «hôpital, patients, santé, territoires» a pour ambition

Plus en détail

CHSCT : Formation de renouvellement agréée Etablissement de plus de 300 salariés

CHSCT : Formation de renouvellement agréée Etablissement de plus de 300 salariés Formation 5 jours Méditerranée : 74 rue Paradis 13006 Marseille CHSCT : Formation de renouvellement agréée Etablissement de plus de 300 salariés La formation Cette formation a pour objet de permettre aux

Plus en détail

MALADIE CONTROLE des ARRETS de TRAVAIL L EMPLOYEUR et la CPAM peuvent contrôler la véracité de l état de santé du salarié absent pour maladie par une visite médicale ou une contre-visite CONTRE VISITE

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

Réforme de l'assurance maladie : Médecin traitant. et parcours de soins coordonnés. DossIER. Revue de la Mutuelle Centrale des Finances.

Réforme de l'assurance maladie : Médecin traitant. et parcours de soins coordonnés. DossIER. Revue de la Mutuelle Centrale des Finances. Revue de la Mutuelle Centrale des Finances Avril 2005 n o 132 ISSN 1141-4685 Prix 1,14 Réforme de l'assurance maladie : Médecin traitant et parcours de soins. page 4 Réforme de l assurance maladie : médecin

Plus en détail

AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE

AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE Date : 09/02/10 N Affaires sociales : 11.10 LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE POUR 2010 La loi

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières Personne chargée du dossier : Michèle LENOIR-SALFATI tél.

Plus en détail

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF ASSISES DU MEDICAMENT Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF La Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France, syndicat majoritaire des pharmaciens titulaires d

Plus en détail

Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles

Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles Département Système d Information en Santé et Télémédecine Direction de l Efficience de l Offre 5 mai 2015 1 les enjeux régionaux Enjeux régionaux

Plus en détail

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Chapitre 117 Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Y. NICOL 1. Introduction Au moment où nous rédigeons ces lignes, la question de l accès aux soins des

Plus en détail

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Présenté par Hans-Martin Späth Département pharmaceutique de Santé Publique, ISPB, Université Lyon 1 Plan L Autorisation de Mise sur

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Comité d alerte sur l évolution des dépenses d assurance maladie Le 26 mai 2015 Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Dans son avis rendu

Plus en détail

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Forfait 18 euros Parodontologie Auxiliaires médicaux Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé SOMMAIRE P. 3 A quoi sert une

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois La télémédecine au service des soins de 1 er recours et de l aménagement du territoire dominique.depinoy@acsantis.com Pourquoi

Plus en détail

VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C

VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C LA CMU-C EST VALABLE CHEZ TOUS LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ. En cas de refus de soins, contactez : votre organisme d assurance maladie ; le conseil départemental de l Ordre des médecins : www.conseil-national.medecin.fr

Plus en détail

Le Service Social Hospitalier. en Cancérologie. Formation des IDE aux soins de support

Le Service Social Hospitalier. en Cancérologie. Formation des IDE aux soins de support Le Service Social Hospitalier en Cancérologie Formation des IDE aux soins de support 25 et 26 février 2010 Les missions du S.S.H Cadre légal : le décret 93-652 du 26 mars 1993. Aider les personnes, familles

Plus en détail

Réforme des contrats responsables : Contexte règlementaire

Réforme des contrats responsables : Contexte règlementaire Réforme des contrats responsables : Contexte règlementaire Unité de Distribution Unité de Distribution Direction Formation-Département Conception 150218 Direction Formation-Département Conception 1 Le

Plus en détail

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4 Code direction : DSQP Pôle émetteur : Appui à la Performance et Gestion du Risque Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

couverture maladie universelle Artisans, commerçants et professionnels libéraux VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C

couverture maladie universelle Artisans, commerçants et professionnels libéraux VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C couverture maladie universelle Artisans, commerçants et professionnels libéraux VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C Juillet 2015 VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU COMPLÉMENTAIRE Vous avez de faibles ressources et à ce

Plus en détail

La mutuelle Santé. proche de vous

La mutuelle Santé. proche de vous La mutuelle Santé proche de vous 2 Une vraie mutuelle, sans actionnaire, qui ne fait pas de profit, aux garanties ajustées bienvenue, vous êtes dans la solidarité version NOTRE MISSION : L ACCèS AUX SOINS

Plus en détail

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1 LE FINANCEMENT Il ne faut pas se le cacher, le financement est une difficulté et de nombreuses maisons médicales dans les 10 dernières années, qui fonctionnaient de manière satisfaisante, sont «décédées»

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE FACILITER LA PRISE EN CHARGE ET LA COORDINATION DES SOINS. dmp.gouv.fr

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE FACILITER LA PRISE EN CHARGE ET LA COORDINATION DES SOINS. dmp.gouv.fr PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE FACILITER LA PRISE EN CHARGE ET LA COORDINATION DES SOINS dmp.gouv.fr Le Dossier Médical Personnel (DMP) est une réalité. Il est entré dans sa phase de déploiement. Pour

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

L UNPS rappelle que la permanence et la continuité des soins est assurée à domicile comme en établissement par des professionnels de santé libéraux.

L UNPS rappelle que la permanence et la continuité des soins est assurée à domicile comme en établissement par des professionnels de santé libéraux. POSITION DE L UNPS SUR LA PRISE EN CHARGE DE LA PERSONNE ÂGÉE EN PERTE D AUTONOMIE Présentation de l UNPS L Union Nationale des Professionnels de Santé (UNPS) est l institution crée par la loi qui regroupe

Plus en détail

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF La santé est définie par l Organisation Mondiale de la santé comme un «état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Avis relatif à l avenant n o 4 à la convention destinée à organiser les rapports entre les infirmières et les infirmiers

Plus en détail

du SNJMG pour 2015 Plateforme Syndicale I. NATURE DU SYNDICAT

du SNJMG pour 2015 Plateforme Syndicale I. NATURE DU SYNDICAT Plateforme Syndicale du SNJMG pour 2015 Le Bureau souhaitant bénéficier d un mandat clair afin de promouvoir tout au long de l année les valeurs, les idées et les prises de position du syndicat, il a demandé

Plus en détail

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1 Quel rôle peuvent jouer les régimes d assurance maladie pour amener l individu à avoir une gestion active de son capital santé : l exemple du Parcours Prévention au RSI Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à Le Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du à 1 Présentation générale Annoncé le 14 janvier 2014 par le Président de la République puis présenté par le Premier ministre lors de sa déclaration

Plus en détail

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé - Bureau E1 Dossier suivi par : Annick Van Herzèle Téléphone

Plus en détail

lille 16/06 17/06 session 8 toulouse 11/06 12/06 session 63 pau 18/06 19/06 session 32

lille 16/06 17/06 session 8 toulouse 11/06 12/06 session 63 pau 18/06 19/06 session 32 Juin 2015 Atelier cas cliniques le patient diabétique, le patient sous anticoagulants ORLEANS 09/06 10/06 session 12 REIMS 09/06 10/06 session 13 PERPIGNAN 16/06 17/06 session 14 Soins infirmiers et différence

Plus en détail

L ASSURANCE MALADIE EN LIGNE

L ASSURANCE MALADIE EN LIGNE BIEN GÉRER MA SANTÉ AVEC L ACS Ce que l Assurance Maladie fait pour moi L Assurance Maladie me permet de bénéficier de l Aide pour une complémentaire santé : l ACS. Des offres et des services pour m accompagner

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM 1 Partie Système d Assurance Maladie Avant la réforme «Performances & Insuffisances» La

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

Docteur Michel Legmann

Docteur Michel Legmann 1 Docteur Michel Legmann Président Mme Nora BERRA Secrétaire d Etat aux Aînés 55 rue Saint Dominique 75007 PARIS Nos références à rappeler sur tout échange de correspondance ML/FJ/np/Exercice professionnel

Plus en détail

Le contrat de management

Le contrat de management Le contrat de management Check-list pour la négociation d un contrat de management AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez

Plus en détail

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Dossier de presse AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Contact presse Lauranne Cournault 03 80 41 99 94 lauranne.cournault@ars.sante.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE La télémédecine au service

Plus en détail

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française INDICATEURS n 8 Les dépenses de santé 2013 une part stable des dépenses nationales Conformément aux dispositions de l article L1432-3 du code de la santé publique, un état fi nancier est édité chaque année

Plus en détail

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC JE SUIS UN AGENT PUBLIC MA PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? AGENTS PUBLICS, NOTRE PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? DEVRA-T-ON SE RÉSIGNER À TOUJOURS MOINS DE SOINS? Dépassements d honoraires, franchises,

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

l activité de somnologie en cabinet libérale

l activité de somnologie en cabinet libérale l activité de somnologie en cabinet libérale Docteur Alexandre DAKAR President de la SMSV SFRMS Lille 22 1 1/ Optimisation des recettes: - A/ le secteur d exercice - B/ la cotation des actes - C/ Le temps

Plus en détail

P atients S anté T erritoires

P atients S anté T erritoires H ôpital P atients S anté T erritoires L exercice regroupé dans les services de santé Une action coordonnée des professionnels en faveur des patients De plus en plus de professionnels de santé ont depuis

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Bilan du Programme DPC ACFM 2011

Bilan du Programme DPC ACFM 2011 Bilan du Programme DPC ACFM 2011 Janvier 2012 Plan Contexte Méthodologie et déroulement Résultats du programme DPC Synthèse Participation Satisfaction Audits cliniques et mesure de l impact Annexe Exemple

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

«Les Français et l optique»

«Les Français et l optique» Dossier de presse 3 octobre 2012 «Les Français et l optique» Une enquête IPSOS pour la Mutualité Française Le coût et la qualité des prestations optiques, en tête des préoccupations des Français. Les réseaux

Plus en détail

D ALLOCATION PERSONNALISÉE D AUTONOMIE

D ALLOCATION PERSONNALISÉE D AUTONOMIE Cadre réservé à l administration N DOSSIER : NOM : PRÉNOM : DATE DE DÉPOT : DATE DE DOSSIER COMPLET : DEMANDE D ALLOCATION PERSONNALISÉE D AUTONOMIE D UNE PERSONNE ÂGÉE DE SOIXANTE ANS ET PLUS A DOMICILE

Plus en détail

Dossier de presse. Création de l'indemnité journalière Amexa, la MSA engagée pour les droits des agriculteurs

Dossier de presse. Création de l'indemnité journalière Amexa, la MSA engagée pour les droits des agriculteurs Dossier de presse Création de l'indemnité journalière Amexa, la MSA engagée pour les droits des agriculteurs Contact presse : Géraldine Vieuille vieuille.geraldine@ccmsa.msa.fr 01.41.63.72.41 SOMMAIRE

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur

3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur 3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur L employeur a l obligation d assurer l adaptation des salariés à leur poste de travail. Il doit veiller au maintien de leur capacité

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Décret n o 2006-651 du 2 juin 2006 relatif à la formation pharmaceutique continue et modifiant la quatrième partie

Plus en détail

CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES. Les frais de transport

CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES. Les frais de transport CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES Les frais de transport Mise à jour : octobre 2014 Les frais de transport Vous avez besoin d un transport pour recevoir des soins ou rentrer chez vous après

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS. 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS. 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT DE SANTE...

Plus en détail

Constats et certificats de décès à domicile ou sur site privé ou public : aspects éthiques et déontologiques

Constats et certificats de décès à domicile ou sur site privé ou public : aspects éthiques et déontologiques Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins d octobre 2013 Section éthique et déontologie Constats et certificats de décès à domicile ou sur site privé ou public : aspects

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

RÉDUCTION DE L ATTENTE AUX URGENCES : OÙ EN EST-ON? Dossier de presse 30 octobre 2015

RÉDUCTION DE L ATTENTE AUX URGENCES : OÙ EN EST-ON? Dossier de presse 30 octobre 2015 RÉDUCTION DE L ATTENTE AUX URGENCES : OÙ EN EST-ON? Dossier de presse 30 octobre 2015 Table des matières L engagement des HUG : réduire par deux le délai de prise en charge aux urgences... 3 Contexte général

Plus en détail

DPC 2013 APPEL A PROJET

DPC 2013 APPEL A PROJET DPC 2013 APPEL A PROJET Montage de programmes DPC Organismes > Editeurs de logiciels médicaux Avril 2013 1. Préambule Dans le cadre des modifications des dispositifs de formation médicale continue des

Plus en détail

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité Réunion nationale des OMEDIT 26 mai 2011 Valerie Salomon Bureau Qualité et sécurité des soins Sous direction du pilotage de la performance

Plus en détail

Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés

Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés Cliniques et hôpitaux privés, on peut tous y aller! Accessibles à tous Les cliniques et hôpitaux privés accueillent tous les patients y compris ceux qui

Plus en détail

Les indemnités journalières du chef d entreprise et du conjoint collaborateur artisan ou commerçant

Les indemnités journalières du chef d entreprise et du conjoint collaborateur artisan ou commerçant Les indemnités journalières du chef d entreprise et du conjoint collaborateur artisan ou commerçant Édition 2015 2 LES INDEMNITÉS JOURNALIÈRES Sommaire Quelles sont les conditions de versement? 4 Quelle

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

Délégation aux droits des femmes et à l égalité des chances entre les hommes et les femmes

Délégation aux droits des femmes et à l égalité des chances entre les hommes et les femmes Délégation aux droits des femmes et à l égalité des chances entre les hommes et les femmes Rapport d information Femmes et santé, les enjeux d aujourd hui Annick Billon co-rapporteure (Vendée, UDI-UC)

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

Mission jeunes entreprises

Mission jeunes entreprises Mission jeunes entreprises proposée par les experts-comptables www.entreprisecreation.com Le site des experts-comptables dédié à la création d'entreprise Pourquoi une? En vue de contribuer au développement

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem 6 ème séance plénière lundi 14 avril 2014 DOSSIER DE PRESSE La commission départementale de la démographie médicale : l instance incontournable en Lot-et-Garonne pour mettre en place un nouvel exercice

Plus en détail

Le congé de maladie ordinaire des fonctionnaires territoriaux

Le congé de maladie ordinaire des fonctionnaires territoriaux CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DES PYRENEES-ATLANTIQUES Maison des Communes - B.P. 609 64006 PAU CEDEX Tél : 05 59 84 40 40 Télécopie : 05 59 84 11 98 Internet : www.cdg-64.fr GA/2/11

Plus en détail

CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD

CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD Qu est-ce que le réseau LCD? Le réseau Lutter Contre la Douleur a pour objectif d améliorer la prise en charge des patients douloureux chroniques.

Plus en détail

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué aux personnes âgées et à l autonomie Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Réunion

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

Les transports sanitaires prescrits à l hôpital ; La prise en charge de l Insuffisance Rénale Chronique (IRC) ;

Les transports sanitaires prescrits à l hôpital ; La prise en charge de l Insuffisance Rénale Chronique (IRC) ; SYNTHÈSE INTRODUCTION Le Programme Pluriannuel Régional de Gestion du Risque (PPR GDR) s inscrit dans le Projet Régional de Santé dont il est un des programmes obligatoires. Elaboré au cours de l été 2010,

Plus en détail

TAUX DE TRANSFORMATION

TAUX DE TRANSFORMATION Table des matières 1 Le choix des produits...2 2 La politique tarifaire...4 Introduction Afin de convertir efficacement vos visiteurs en acheteurs, il faut veiller à ne jamais les décevoir. La cause première

Plus en détail

DESTINATAIRES. - Associations, congrégations et collectivités religieuses - Les Maisons Agréées par la Mutuelle Saint Martin OBJET

DESTINATAIRES. - Associations, congrégations et collectivités religieuses - Les Maisons Agréées par la Mutuelle Saint Martin OBJET DATE : Levallois, le 9 mars 2006 REFERENCES : Circulaire n 10/2006 DESTINATAIRES - Associations, congrégations et collectivités religieuses - Les Maisons Agréées par la Mutuelle Saint Martin OBJET Modalités

Plus en détail

Aide pour une complémentaire santé et tiers payant social

Aide pour une complémentaire santé et tiers payant social Artisans, commerçants et professionnels libéraux Aide pour une complémentaire santé et tiers payant social Octobre 2014 AIDE POUR UNE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ET TIERS PAYANT SOCIAL Vous ne pouvez pas bénéficier

Plus en détail

CHARTE EGALITE HOMME FEMME

CHARTE EGALITE HOMME FEMME CHARTE EGALITE HOMME FEMME Information : Afin de limiter les effets liés à l éloignement prolongé de la vie de l Entreprise et faciliter le retour dans son activité professionnelle, Whirlpool s engage

Plus en détail

FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT

FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT On attendait la création d un CHSCT central pérenne, sur le modèle des comités d établissements et du comité central d entreprise, finalement il faudra se contenter

Plus en détail

Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie?

Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie? Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie? En cas d autorité parentale exclusive, c est la liberté ; le parent la détenant pouvant

Plus en détail