PROJET SCIENTIFIQUE COLLECTIF Ecologie chimique : sur la trace des fourmis

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROJET SCIENTIFIQUE COLLECTIF Ecologie chimique : sur la trace des fourmis"

Transcription

1 1 X 2007 PRJET SCIETIFIQUE CLLECTIF Ecologie chimique : sur la trace des fourmis Yann BLUI Camille CARAUDEAU Thomas DI MAI Vincent MARTIEZ Lionel PAGES Caroline RUSSEAU Tuteur : M. Samir ZARD Coordinateur : M. Thierry GACI PRJET SCIETIFIQUE CLLECTIF

2 2 Remerciements De nombreuses personnes nous ont apporté leur aide ainsi que leur soutien durant la conduite de notre projet. ous tenons en particulier à remercier : M. Samir ZARD, directeur du département de Chimie de l Ecole Polytechnique et tuteur de notre projet, notamment pour son aiguillage dans la synthèse chimique, M. Jean-Marc JALL, professeur émérite de l université d rsay, qui a su répondre à nos questions dans nos phases de recherche et nous mettre en contact avec un laboratoire spécialisé, M. Dominique FRESEAU, directeur du LEEC de Villetaneuse (Laboratoire d Ethologie Expérimentale et Comparée), ainsi que l ensemble de son équipe, qui nous ont guidés dans le choix de l espèce de fourmis et qui nous ont gracieusement fait don d une colonie, M. Philippe ERMAGE et M. William ERB, ainsi que M. icolas MEZAILLES, M. Fabien GAGSZ et Jean-François, encadrants et coordinateurs des Modex (Module expérimental) de chimie qui nous ont permis de réaliser notre synthèse phéromonale, Mmes Marie CAARD et Elodie DUCASSE, responsables du département de Biologie et de Sciences de la Vie au Palais de la Découverte, qui nous ont familiarisés avec les protocoles de tests et nous ont permis de réaliser des expériences à grande échelle, Et enfin la scolarité jaune ainsi que le bureau logement de l école et l adjudant Patrick CARR, qui nous ont donné les moyens matériels d installer une colonie de fourmis sur le site de l école. C est sans nul doute grâce au soutien de l ensemble de ces personnes que le projet a pu être mené à bien. PRJET SCIETIFIQUE CLLECTIF

3 3 Résumé Le methyl 4-methyl-1-pyrrole-2-carboxylate représente le constituant majoritaire du bouquet phéromonal des Acromyrmex Myrmidae, espèce de fourmis du Panama. ous nous sommes intéressés au cours du PSC à sa synthèse ainsi qu à ses applications, en parallèle de l élevage d une colonie de ces fourmis prêtée par le LEEC de Villetaneuse sur le site de l Ecole. ous avons synthétisé ce pyrrole, dans le Département de Chimie et de Synthèse rganique (DCS) de l Ecole Polytechnique, selon le procédé de BART-ZARD qui comprend trois étapes simples et relativement rapides. Par la même voie de synthèse, nous avons produit deux analogues en changeant les substituants de la phéromone : l ethyl 4-methyl-1-pyrrole-2-carboxylate et l ethyl 4-ethyl-3-methyl-1pyrrole-2-carboxylate. L'écologie chimique consiste en l'étude du rôle des médiateurs chimiques dans les interactions entre espèces vivantes. ous l'avons illustré au moyen d'une phase de tests expérimentaux, menée pour déterminer la réponse des fourmis face aux pyrroles. Diverses expériences ont donc été réalisées avec les composés en solution dans de l eau à la concentration de 0,1 mg/ml : suivi d une trace, gestion des croisements, sensibilité à la concentration Une modélisation informatique a également été réalisée afin de retranscrire les observations expérimentales et d élaborer un modèle comportemental de réaction des fourmis face aux phéromones. PRJET SCIETIFIQUE CLLECTIF

4 4 Table des matieres Remerciements 2 Résumé 3 Introduction 5 Conduite du projet : démarche et structure 7 A. Suivre une démarche scientifique 7 B. Mettre à profit des compétences individuelles 8 Elevage d une colonie d Acromyrmex 12 A. Les prémices 12 B. De la nécessité de s informer sur Acromyrmex 13 C. Importance des données entomologiques lors de la phase de tests 16 Synthèse de la phéromone de trace 18 A. Les pyrroles en tant que phéromones de trace de fourmis 18 B. Synthèse de la phéromone de trace selon le procédé de BART-ZARD 20 Evaluation de l impact de la phéromone 24 A. Détermination du mode d utilisation de la phéromone 24 B. Expériences de suivi de trace à petite échelle 28 C. Expériences sur d autres fourmis 30 D. Séance au Palais de la Découverte 32 Modélisation informatique du comportement des fourmis 33 A. Description de la modélisation 33 B. Résultats de la simulation 35 C. Bilan 38 Conclusion 40 Bibliographie 42 Annexes 43 A. Synthèse chimique 43 B. Utilisation de la simulation 47 C. Code source de la simulation 49 PRJET SCIETIFIQUE CLLECTIF

5 5 Introduction Qui n est jamais resté plusieurs minutes à observer des fourmis se déplaçant en file indienne pour collecter de la nourriture? Comment expliquer ces comportements curieux d'insectes dits sociaux? A quel type de communication chimique font-ils appel et comment la mettre en évidence? Ces questions constituent le cœur de notre Projet Scientifique Collectif. Partons donc sans plus attendre sur la trace des fourmis. La nature nous offre de nombreux exemples où des substances chimiques sont responsables d interactions variées entre des individus : ces substances peuvent par exemple induire des modifications du comportement sexuel. Certains papillons peuvent ainsi reconnaître leur partenaire grâce aux molécules que celui-ci libère à plusieurs kilomètres de distance. D autres molécules permettent un marquage du territoire, comme celles contenues dans les urines des canidés. Enfin, certaines substances chimiques sont responsables des déplacements collectifs des individus. Ainsi, les lamproies marines sont guidées vers leur rivière d'origine par des molécules émises par leurs larves à des centaines ou milliers de kilomètres en amont. Les fourmis utilisent le même type de substances chimiques pour créer sur le sol des traces entre la nourriture et le nid, afin de guider leurs congénères. L ensemble de ces substances chimiques, agissant comme des messagers entre les individus d'une même espèce en transmettant aux autres spécimens des informations, sont appelées phéromones. Dans le cadre de ce projet, nous allons nous intéresser plus particulièrement aux phéromones de trace sécrétées par des fourmis de l'espèce Acromyrmex Myrmidae. otre objectif est d étudier la réponse comportementale des individus d une telle colonie face à une phéromone de synthèse préparée par nos soins. Grâce à la collaboration des chercheurs du LEEC de Villetaneuse, du département Sciences de la Vie du Palais de la Découverte et du DCS de l Ecole Polytechnique, nous avons orienté notre démarche selon trois axes principaux : La synthèse de la phéromone de trace de ces fourmis originaires du Panama selon la réaction de BART-ZARD. PRJET SCIETIFIQUE CLLECTIF

6 6 L observation des réactions des différentes castes de fourmis confrontées à la molécule synthétisée : une phase de tests comportementaux variés a donc été mise en place. Une analyse et synthèse informatique des résultats obtenus dans le but d élaborer une simulation comportementale d une colonie de fourmis. Si les résultats de nos tests sont concluants, ce projet laisserait entrevoir de nombreuses applications pratiques, comme la déviation des fourmis de l espèce Formicidae eciton impliquées dans les «Marabunta» (migrations massives et destructrices de fourmis) en Amérique, ou plus généralement la gestion des nuisances diverses (sur les cultures, les habitations ) provoquées par d autres types d insectes dont les phéromones de trace sont répertoriées. otre projet impliquant, dans sa partie expérimentale, de suivre des fourmis le long de traces phéromonales, le présent rapport s accompagne d un DVD rassemblant les enregistrements des principaux tests effectués, de simples photos étant insuffisantes. Afin de parvenir à dégager des règles comportementales chez les fourmis, nous avons fait appel à des connaissances pluridisciplinaires (chimie, biologie et informatique) qui reflètent la diversité des membres du groupe. Tels sont les éléments clés qui seront développés dans la suite de ce rapport. PRJET SCIETIFIQUE CLLECTIF

7 7 Conduite du projet : démarche et structure A. Suivre une démarche scientifique Mettre en place un Projet Scientifique Collectif, c est avant tout rassembler : Rassembler un groupe de personnes motivées et capables de s investir fortement dans la conduite d un projet n est pas chose aisée. Cela implique en premier lieu de choisir un sujet intéressant pour l ensemble du groupe, afin d éviter des déséquilibres ou des formes d inintérêt qui se manifesteraient avec le temps. De ce fait, notre groupe s est progressivement constitué autour d un sujet, l étude comportementale de fourmis en réaction à des phéromones de trace, et ses membres ont chacun apporté une compétence nécessaire à la réalisation du projet. C est ce qui fait d eux des éléments indispensables au travail collectif. En effet, notre projet fait appel à des connaissances en chimie, en biologie et en informatique. Cela implique également de favoriser les échanges entre les membres du groupe, afin d assurer la cohésion du projet et de définir ensemble les directions à prendre pour remplir les objectifs initiaux. Il ne s agit en aucun cas de cloisonner les domaines de compétences. Rassembler, c est aussi collecter les informations nécessaires à la compréhension et à la maîtrise des enjeux inhérents au sujet, notamment par une recherche bibliographique. C est également s entourer de partenaires et de spécialistes reconnus : il en est ainsi de Jean-Marc JALL, chercheur en écologie chimique à l université d rsay, de Dominique FRESEAU, directeur du Laboratoire d Ethologie Expérimentale et Comparée de Villetaneuse, de Samir ZARD, directeur du Département de Chimie de l'ecole, ou des membres du département Sciences de la Vie au Palais de la Découverte. Grâce à ces contacts, nous avons pu recueillir des informations, du matériel, des spécimens de fourmis sur lesquelles effectuer les tests et un savoir-faire propre à la conduite de telles manipulations. PRJET SCIETIFIQUE CLLECTIF

8 8 Rassembler, c est enfin mettre en commun les travaux de chacun afin de construire un modèle informatique reproduisant le comportement observé chez les fourmis. Il a donc fallu synthétiser le travail effectué et retranscrire dans une simulation nos données expérimentales. L outil informatique nous a semblé particulièrement adapté car il permet d illustrer en temps réel l intelligence collective des fourmis en recherche de nourriture. Le schéma suivant permet de résumer la démarche scientifique que nous avons suivie : Chimie Biologie Informatique Synthèse B. Mettre à profit des compétences individuelles La réalisation du projet a demandé d assigner à chaque membre du groupe une tâche précise, correspondant à son domaine de compétences. Le travail a ainsi été réparti de la façon suivante : Yann BLUI, passionné d entomologie, s est occupé non sans mal de mettre en place les conditions appropriées à l élevage d une colonie de fourmis sur le campus de l Ecole et a fait profiter le groupe de ses connaissances myrmécologiques. PRJET SCIETIFIQUE CLLECTIF

9 9 Caroline RUSSEAU a concentré ses efforts sur la synthèse chimique de la phéromone de trace. Elle a préparé la molécule dans le cadre de son MDEX de chimie de janvier à avril. C est également à Caroline que revenait la charge régulière de collecter les différents travaux des membres du groupe pour les mettre en forme et à disposition de tous. Lionel PAGES a réalisé la synthèse en laboratoire de la molécule avec Caroline RUSSEAU. Membre de l association vidéo de l Ecole, il s est également chargé de l aspect audio-visuel du projet, en filmant les expériences effectuées, en les montant et en les assemblant sur le DVD fourni avec le présent rapport. Thomas DI MAI a mis en place les protocoles expérimentaux des tests de la phéromone de synthèse sur les fourmis. C est par son intermédiaire que les partenariats avec le Palais de la Découverte et le LEEC ont pu être établis, et grâce à sa ténacité que les différentes manipulations ont pu être réalisées dans des conditions optimales. PRJET SCIETIFIQUE CLLECTIF

10 10 Camille CARAUDEAU s est chargé avec Thomas DI MAI de la phase de test de la phéromone sur les fourmis. Il s est par ailleurs occupé de la communication au sein du groupe, de la communication interne à l Ecole ou avec les chercheurs qui nous ont soutenu. Enfin, Vincent MARTIEZ a fait bénéficier le groupe de ses talents en informatique pour élaborer le logiciel de simulation comportementale des fourmis. Il a donc permis l exploitation de l ensemble des résultats obtenus pendant la durée du PSC. PRJET SCIETIFIQUE CLLECTIF

11 11 Si à chacun était attribué un domaine particulier du projet, nous devions tous également nous occuper de la colonie de fourmis que nous élevions. Cette dernière nécessitant des soins quotidiens, nous avons établi un planning indiquant qui en était responsable à quel moment. ous sommes ainsi parvenus à conserver la colonie en vie jusqu à la phase de tests expérimentaux du projet. PRJET SCIETIFIQUE CLLECTIF

12 12 Elevage d une colonie d Acromyrmex A. Les prémices Après avoir décidé de nous intéresser aux phéromones de trace de fourmis, il a fallu décider de la forme qu allait prendre cette étude. Initialement nous n étions pas certains qu il soit utile d élever une colonie de fourmis sur le campus, mais très rapidement cette solution s est imposée à nous. C était en effet le moyen le plus efficace pour pouvoir réaliser Figure 1 Mediae Acromyrmex les tests nécessaires à l évaluation de la phéromone synthétisée, mais aussi pour observer de manière détaillée le comportement des fourmis au bénéfice de la simulation informatique. Une fois prise la décision d élever notre colonie sur le plateau, nous avons dû nous occuper des modalités pratiques d une telle décision ; en effet il n est pas si simple de se procurer une colonie de fourmis viable, et nous devions aussi prendre en compte des contraintes telles que la taille des individus, mais aussi, bien sûr, l utilisation de phéromones de piste, objet de notre étude. Lors des discussions préliminaires que nous avons menées, nous avions mentionné diverses espèces, dont par exemple les «fourmis rousses», Formica Rufa. Dans le but de nous procurer des fourmis, nous avons pris contact avec divers spécialistes dans ce domaine, ce qui nous a amené à faire la connaissance de MM. Jean-Marc JALL (professeur émérite en écologie chimique) et Dominique FRESEAU. Après plusieurs réunions avec ces spécialistes, dont une au laboratoire de Villetaneuse, nous nous sommes orientés vers le choix d une souche de fourmis du genre Acromyrmex, qui correspondaient le mieux aux critères que nous nous étions fixés. En effet, ces fourmis sont d une taille convenable pour mener des expériences individuelles et espérer les filmer. De plus, chaque colonie est polygyne (elle comporte plusieurs reines), ce qui, dans notre optique, devait faciliter la survie de la PRJET SCIETIFIQUE CLLECTIF

13 13 colonie dans les conditions un peu frustres que nous savions être celles de notre installation à Palaiseau. B. De la nécessité de s informer sur Acromyrmex Après avoir choisi d élever cette colonie de fourmis, nous avons dû nous renseigner à son sujet, afin de permettre son développement dans les meilleures conditions possibles. Cela a débuté avec une recherche myrmécologique sur le genre Acromyrmex, qui nous a amenés à acquérir des informations sur le sujet nécessaires au bon déroulement de la vie de notre colonie, comme nous allons le voir par la suite. Les fourmis du genre Acromyrmex forment une sous-famille d une catégorie plus vaste, la tribu des Attini, à laquelle appartient par exemple le genre Atta, plus connu et plus souvent étudié qu Acromyrmex. Ces fourmis sont des insectes tropicaux que l on trouve principalement dans les pays d Amérique du Sud, ce qui nous imposait de maintenir des conditions de température et d humidité convenables dans la pièce où nous allions élever notre colonie : 24 C, 70% d humidité. Mais avant toute chose se posait la question du local, puisque nous devions être en mesure de laisser notre élevage plusieurs mois, dans une pièce pouvant aussi accueillir nos expériences ultérieures. otre choix s est porté sur une chambre inoccupée que les services du logement ont bien voulu nous prêter pour la durée de notre PSC. Pour ce qui est du maintien d une température correcte, un chauffage électrique en supplément du système de chauffage central suffisait. Les principales difficultés sont venues du degré d humidité nécessaire pour recréer des conditions «tropicales» dans une chambre de Palaiseau. Après diverses tentatives (mettant notamment en jeu l usage répété d une bouilloire pour produire de la vapeur) nous nous sommes procuré un humidificateur d air par vapeur chaude. La tribu des Attini, auquel appartient le genre Acromyrmex, est composée d espèces dites champignonnistes, en référence à leur manière de se nourrir. En anglais, ces espèces sont connues sous le nom de «leaf-cutter ants». n a longtemps cru que ces insectes se nourrissaient des feuilles des végétaux qu ils découpent à l aide de leurs mandibules. En réalité, ces espèces vivent en symbiose PRJET SCIETIFIQUE CLLECTIF

14 14 avec un fongus, une espèce de champignon qui constitue la base de leur alimentation. Elles ne se nourrissent directement du champignon mais d excroissances produites périodiquement par le fongus, les gongylidia. Le champignon lui-même se nourrit des débris végétaux que les fourmis lui apportent pour le «cultiver». Figure 2 Photographie d'une partie du champignon de notre colonie Cela nous a imposé un certain nombre de contraintes en termes d approvisionnement, car nous devions pourvoir aux besoins en nourriture de la colonie, besoins qui reposent en temps normal sur d importantes quantités de végétaux. ous leur avons récolté des feuilles, non traitées, afin que les fourmis puissent les découper pour les transformer en substrat pour le champignon. Les fragments de plantes et de feuilles fraiches sont apportés dans le nid, puis soumis à un processus de dégradation avant d être incorporés dans ce qui sert de substrat au champignon. PRJET SCIETIFIQUE CLLECTIF

15 15 Figure 3 Fourmis de la tribu des Attini ramenant des feuilles à leur nid Pour différencier les zones où nous introduisions de la nourriture et le cylindre contenant la fourmilière, nous avons dû rajouter des bacs, reliés au «lieu de vie» des fourmis par des tubes en plastique. ous avons été amenés à faire évoluer notre installation, notamment en nous procurant des bacs avec des rebords plus élevés que ceux que nous avions installés initialement. Les fourmis parvenaient en effet à sortir des récipients malgré les parois recouvertes de fluon (téflon liquide qui polymérise en séchant, sur lequel les fourmis glissent). Figure 4 Photographie de notre «installation» PRJET SCIETIFIQUE CLLECTIF

16 16 C. Importance des données entomologiques lors de la phase de tests n peut distinguer différentes castes d individus en fonction de leur taille et de quelques-uns de leurs critères morphologiques. n peut ainsi classifier les fourmis entre les individus sexués ailés (mis à part les reines, non ailés, qui pondent) et les individus asexués, que l on peut diviser en minims, minors, mediae et majors. Ces distinctions nous sont apparues encore plus clairement lors de nos expériences : les individus qui répondaient le mieux à notre phéromone de synthèse appartenaient aux Figure 5 Différentes tailles de fourmis dans la colonie classes intermédiaires, les deux autres classes semblant bien moins sensibles à notre molécule. otre travail sur les phéromones de piste a également nécessité une étude bibliographique préliminaire du fonctionnement de ces phéromones ainsi que du comportement des fourmis à leur égard. ous avons ainsi appris que les récepteurs de ces phéromones sont situés chez les fourmis au niveau des segments terminaux des antennes. Le suivi d une trace se matérialise en conséquence chez les individus par un «tapotement» alternatif de la piste avec chacune de leurs antennes, comme illustré sur le schéma ci-dessous, tiré de l ouvrage d'edward. WILS. A plus grande distance, le repérage d une trace se fait en captant les vapeurs volatiles de phéromones, qui conduisent ensuite rapidement les fourmis à la trace elle-même. Le dépôt des phéromones par les individus se fait en général par l intermédiaire d une glande située à l extrémité de l abdomen de la fourmi. Figure 6 Principe du suivi d une piste phéromonale par une fourmi PRJET SCIETIFIQUE CLLECTIF

17 17 Malgré des moments parfois difficiles, durant lesquels la survie de la colonie a pu paraître particulièrement compromise, nous sommes néanmoins parvenus à faire perdurer notre élevage jusqu en mars, soit pendant près de cinq mois sur le plateau. La cause principale de nos problèmes fut la difficulté à procurer une nourriture acceptée par les fourmis pendant les mois d hiver, où nous étions dans l impossibilité de leur apporter des feuilles d arbres ou des fleurs. A noter qu il est dommage que nous n ayons pas rendu visite plus tôt au Palais de la Découverte, où travaillait un spécialiste de l élevage d Acromyrmex prêt à nous prodiguer ses conseils. Lui non plus ne travaillant pas dans un laboratoire aux conditions environnementales parfaitement maîtrisées, ses avis étaient complémentaires de ceux de M. FRESEAU. Il avait en effet dû faire face à un certain nombre de difficultés semblables aux nôtres. PRJET SCIETIFIQUE CLLECTIF

18 18 Synthese de la phéromone de trace A. Les pyrroles en tant que phéromones de trace de fourmis 1. Le composant majoritaire du bouquet phéromonal : la methyl 4-methyl-1pyrrole-2-carboxylate Indispensables au bon fonctionnement du groupe, les phéromones jouent un rôle fondamental dans nombre de comportements sociaux. La diversité de ces substances chimiques s explique par le large éventail de leurs applications. Elles peuvent ainsi être très volatiles (et donc être formées de composés légers), ou bien être transmises par contact. Comme décrit précédemment, dans le cas précis des fourmis, les phéromones sont généralement présentes sous la forme d un «bouquet phéromonal», comme dans le cas des phéromones de trace des Acromyrmex Myrmidae, espèce étudiée ici. Il se compose le plus souvent d un cocktail d hydrocarbures ou d'autres molécules organiques. Ainsi, le composant majoritaire de la phéromone de piste des Acromyrmex appartient à la classe des pyrroles, composés hétérocycliques aromatiques qui offrent un large spectre de réactivité grâce à la nature de leurs substituants de cycle. ous nous intéresserons donc ici à la methyl 4-methyl-1-pyrrole-2-carboxylate, que nous noterons P par la suite. Figure 7 methyl 4-methyl-1-pyrrole-2-carboxylate PRJET SCIETIFIQUE CLLECTIF

19 19 C est dans le cadre d un MDEX (CI 441 A), encadré par M. Philippe ERMAGE que nous avons entrepris la synthèse de cette molécule ainsi que de deux de ses analogues, qui diffèrent par des changements des substituants de cycle : P1 P2 Ethyl 4-éthyl-3-méthyl-1-pyrrole-2-carboxylate Ethyl 4-méthyl-1-pyrrole-2-carboxylate Figure 8 Analogues de la phéromone P ous avons également synthétisé une seconde fois la phéromone, afin d en obtenir une plus grande quantité, par nos propres moyens quelques temps plus tard (au mois d avril afin de préparer des interventions à Villetaneuse et au Palais de la Découverte). 2. Synthèse et impact d une phéromone de trace des fourmis Atta, travaux de P. SET Dans les années 1970, Philip SET, chercheur en entomologie à Beltsville dans le Maryland, a développé un procédé de synthèse de pyrroles substitués, en particulier du composé P qui se trouve être le composé majoritaire du bouquet phéromonal d une autre espèce de fourmis : les Atta texana, offrant un rendement supérieur à 60% : 1. TFAA-,-DMA 1. C Pd/C Cl 2 CC 3. AlCl 3 P Figure 9 Schéma de synthèse d un pyrrole substitué En parallèle et en collaboration avec John MSER, P. SET mène des expériences de test sur une colonie d Atta, visant à déterminer l impact de la nature des substituants d analogue de P sur le comportement des fourmis. En jouant sur la concentration des composés en solution dans le chloroforme et sur le type de PRJET SCIETIFIQUE CLLECTIF

20 20 substituants (position, type, chaîne carbonée ), ils ont pu dégager les principaux résultats suivants : Composé 40ng/µl 0.4ng/µl 0.004ng/µl C 2 Me R C 2 Me Me 2 C C 2 Me Me C C Tableau 1 Résultats des tests de P. SET (R=répulsif, + =résultats positif, - =absence de résultats) n comprend donc au vu de ces résultats l importance des substituants de cycle et la précision avec laquelle ils jouent sur l impact de la phéromone. Dans cette optique, mais par une autre voie de synthèse, nous tenterons de reproduire et d'approfondir ces expériences sur des Acromyrmex Myrmidae. B. Synthèse de la phéromone de trace selon le procédé de BART-ZARD 1. Schéma de synthèse de BART-ZARD Comme énoncé plus haut, nous avons entrepris la synthèse de la phéromone P selon un schéma de synthèse qui diffère de celui de P. SET : la réaction de PRJET SCIETIFIQUE CLLECTIF

21 21 BART-ZARD. Le schéma de synthèse se compose de trois étapes majeures, comprenant majoritairement des additions-éliminations, des substitutions et des réarrangements sigmatropiques. KF 2 2 Ac 2 DMAP 2 Ac DBU C Figure 9 Schéma de la synthèse de BART-ZARD Publiée au début des années 1990 par D. BART (département de chimie de l université du Texas), J. KERVAGRET et S. ZARD (laboratoire de synthèse organique de l Ecole Polytechnique), cette nouvelle voie de synthèse offre la possibilité de produire des pyrroles substitués en quelques étapes simples et rapides. 2. Description des mécanismes des différentes étapes Il est intéressant de se pencher sur le détail de la synthèse de la phéromone et de ses analogues (les précisions du mode opératoire sont disponibles en annexe). Etape 1 : Du nitroéthane est ajouté goutte à goutte pendant plusieurs heures à du paraformaldéhyde et du fluorure de calcium dans de l isopropanol. Le fluorure de calcium est ici utilisé pour déprotoner le nitroéthane afin d en former un nucléophile puissant. n notera également que le choix d un solvant protique facilite la solubilisation du catalyseur. K F A 2 Figure 10 Mécanisme de l étape 1 de la synthèse PRJET SCIETIFIQUE CLLECTIF

22 22 Le déroulement de la réaction est suivi par chromatographie sur couche mince. n prendra garde avant de passer à la suite de purifier le produit A par extraction, séchage et évaporation. Etape 2 : Dans une deuxième étape, on utilise le produit A comme nucléophile attaquant de l anhydride acétique activé par de la diméthylaminopyridine (DMAP). La DMAP est ici utilisée afin de créer un meilleur nucléofuge lors de l attaque de A. + A B 2 2 Figure 11 Mécanisme de l étape 2 de la synthèse La réaction terminée, on utilise du méthanol que l on ajoute pendant une heure dans le but de neutraliser l excès d anhydride acétique. Etape 3 : Au cours de la troisième et dernière étape, l ajout d une base permet d éliminer le groupement acétyl du composé A et de déprotoner l isonitrile qui pourra alors l attaquer. S ensuivent des attaques nucléophiles intramoléculaires et des réarrangements sigmatropiques qui mènent à la phéromone P. C DBU C - Addition de Michael 2 B' C - 2 P Transposition sigmatropique [1,3] DBU Figure 12 Mécanisme de l étape 3 de la synthèse 2-2 PRJET SCIETIFIQUE CLLECTIF

23 23 Les mêmes étapes sont utilisées afin de produire les analogues de la phéromone précédemment cités, dans le but de tester sur une colonie de fourmis l impact des substituants. Les détails de la synthèse de ces composés sont décrits en annexe. Figure 13 Illustrations de la phase de synthèse PRJET SCIETIFIQUE CLLECTIF

24 24 Evaluation de l impact de la phéromone A. Détermination du mode d utilisation de la phéromone 1. Une méthode à la fois réfléchie et empirique Suite à la synthèse chimique, nous avions à notre disposition 1 gramme de phéromone pure. Il s agissait ensuite de déterminer sous quelle forme l utiliser. D après Jim TUMLIS, professeur entomologiste à l Université d'etat de Pennsylvanie, ce gramme de phéromone permet chez une espèce proche de celle que l on étudie (Atta Texana) de réaliser une trace viable faisant trois fois le tour de la Terre. La quantité n était donc pas a priori un problème. Il nous a donc fallu déterminer le solvant et la concentration adéquats. Pour ce qui est des solvants, notre choix s est porté sur l eau pour sa biocompatibilité parfaite, l éthanol car il est plus volatil et permet donc de sécher la trace plus rapidement, l acétone encore plus volatil mais peut être moins naturel et finalement le dichlorométhane comme cité dans la publication de TUMLIS. En ce qui concerne les concentrations, nos recherches bibliographiques nous ont amenés à découvrir que chez une fourmi d une famille proche de celle de notre colonie (Acromyrmex Subterraneus Subterraneus), la glande sécrétant la phéromone de trace contient en moyenne 1,2 ng du composé que nous avions synthétisé. La longueur moyenne des pistes tracées par une autre espèce d Acromyrmex (Acromyrmex Laticeps igrosetosus) est estimée à 5 mètres par une équipe de chercheurs brésiliens. ous avons alors fait un essai avec de l eau dans notre bac d expérimentation en métal et avons déterminé qu il fallait approximativement 1 ml d eau déposé au coton-tige pour faire 5 mètres de piste. Partant de là, nous avons donc décidé de tester les concentrations suivantes : 1ng/mL, soit 1µg/L et des concentrations 10, 100 et 1000 fois plus importantes soit 10µg/L, 100µg/L et 1mg/L. ous avons décidé de tester des solutions a priori plus concentrées que ce qui aurait été nécessaire, car les fourmis utilisent en réalité un bouquet phéromonal composé de plusieurs molécules, et celle que nous avons synthétisée n'en est que le composant majoritaire. PRJET SCIETIFIQUE CLLECTIF

25 25 Pour tester nos phéromones, nous avons procédé de la manière suivante : nous avons prélevé une fourmi de la colonie, l avons placée dans le bac à expérience et l avons encerclée avec une trace de phéromone faite au coton-tige. L expérience a été répétée pour chaque concentration et chaque solvant. Malheureusement, certainement à cause du stress causé par leur capture, soit les fourmis étaient indifférentes à la trace, soit elles avaient une réaction de rejet et reculaient dès qu elles entraient en contact avec elle. Figure 14 Fourmi entourée d'une trace 2. A la recherche du savoir-faire Lors de la réalisation de ces expériences nous avons appris que le Palais de la Découverte avait organisé une exposition intitulée «Le termite et la fourmi, deux sociétés, deux mondes» du 14 février au 31 août ous avons alors décidé de contacter Mme Marie CAARD, du Palais de la Découverte, en charge de cette exposition. Elle a accepté de nous recevoir, ce qui nous a permis d apprendre que des expériences comparables à celles que nous envisagions avaient fait l objet de démonstrations avec des termites durant cette période. Mlle Elodie DUCASSE, qui s occupait de ces démonstrations, nous a fait le plaisir d en réaliser une pour nous. Ceci nous a énormément appris sur le plan de la méthodologie. D une part, Mlle DUCASSE commençait par prendre le temps de calmer le termite prélevé pour l expérience dans une cage de plexiglas. Ensuite, la trace à suivre était déposée sur du papier-filtre absorbant et l expérience commençait une fois que celle-ci était sèche. Cette méthode donne d excellents résultats visibles dans la vidéo de la première séance au Palais de la Découverte. Cependant cette expérience comporte quelques différences avec celle que nous envisagions. D une part, les termites ont une vitesse de déplacement plus faible que les fourmis, ce qui facilite la PRJET SCIETIFIQUE CLLECTIF

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Atelier Transversal AT11. Activité «Fourmis» Pierre Chauvet. pierre.chauvet@uco.fr

Atelier Transversal AT11. Activité «Fourmis» Pierre Chauvet. pierre.chauvet@uco.fr Atelier Transversal AT11 Activité «Fourmis» Pierre Chauvet pierre.chauvet@uco.fr Ant : un algorithme inspiré de l éthologie L éthologie Etude scientifique des comportements animaux, avec une perspective

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Clément MILVILLE / Edouard SIMON. Projet CodeWar. Enseignant tuteur: Michaël Hauspie 1/17

Clément MILVILLE / Edouard SIMON. Projet CodeWar. Enseignant tuteur: Michaël Hauspie 1/17 Projet CodeWar Enseignant tuteur: Michaël Hauspie 1/17 2/17 Remerciements: Nous tenons à remercier tout particulièrement notre tuteur M. Michaël HAUSPIE pour son aide, ses conseils, ses avis et sa disponibilité

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Activité 1 : échantillonnage

Activité 1 : échantillonnage Activité échantillonnage, intervalle de fluctuation, prise de décision (à partir d un même thème) Les trois activités qui suivent s inspirent du document «ressources pour la classe de première générale

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle Développer des compétences professionnelles du BTS Assistant de Manager en séance d Activités Professionnelles de Synthèse (APS) Par Elodie SERGENT (relecture Maguy Perea) Le BTS assistant de manager forme

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 Cadre 47/2 : enchaînements dans le carré central La direction technique de la fédération vous propose une série de fiches dédiées au cadre 47/2. Les situations de jeu proposées

Plus en détail

Projet de Fin d Etudes. Smart Picking

Projet de Fin d Etudes. Smart Picking Projet de Fin d Etudes Smart Picking Mathieu BOSSENNEC IMA5 Florian CARON 2014-2015 Sommaire Sommaire 2 Remerciements 3 Introduction 4 I - Présentation du Contexte 5 II - Travaux Réalisés 6 1) Système

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions?

Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions? Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions? Il est clair que la finalité principale d une démarche d investigation est de faire acquérir des connaissances aux élèves.

Plus en détail

Préparation et révision

Préparation et révision 2 MÉTHODO Préparation et révision 1. Comment s organiser au cours de la période de formation? a) Bien connaître le programme et la nature de l épreuve Il faut évidemment lire attentivement le programme

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire.

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Le fait que tous les enseignants de l Académie de Clermont-Ferrand disposent d un environnement numérique de travail

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

Dossier. Master «Enfance Enseignement Education» 2 nd année. Site de Montigny-Lès-Metz

Dossier. Master «Enfance Enseignement Education» 2 nd année. Site de Montigny-Lès-Metz Dossier Master «Enfance Enseignement Education» 2 nd année Site de Montigny-Lès-Metz UE 1019-9 : Unité et spécificités de la didactique des sciences, technologies et mathématiques : Réalisation et analyse

Plus en détail

CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE

CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE I - PRINCIPE La chromatographie est une méthode physique de séparation de mélanges en leurs constituants; elle est basée sur les différences d affinité des substances à

Plus en détail

PROJET DE FIN D ÉTUDES Asservissement visuel d un robot parallèle à câbles pour la réalisation d une fresque verticale de grande taille

PROJET DE FIN D ÉTUDES Asservissement visuel d un robot parallèle à câbles pour la réalisation d une fresque verticale de grande taille Résumé de PFE PROJET DE FIN D ÉTUDES Asservissement visuel d un robot parallèle à câbles pour la réalisation d une fresque verticale de grande taille Introduction Dans le domaine de la robotique, la robotique

Plus en détail

PROJET DE LOI 52. Mémoire de. l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au

PROJET DE LOI 52. Mémoire de. l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au PROJET DE LOI 52 Mémoire de l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au Comité permanent de l Assemblée législative Août 2006 L Association des enseignantes et

Plus en détail

Rapport de TP Phytochimie : Chromatographie en Phase Gazeuse (CPG)

Rapport de TP Phytochimie : Chromatographie en Phase Gazeuse (CPG) Rapport de TP Phytochimie : Chromatographie en Phase Gazeuse (CPG) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M S2 VRV) I) Introduction L eugénol (ou 4-allyl-2-méthoxyphénol) est une molécule naturelle trouvée en

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

2 - Quels sont les intérêts des exercices?

2 - Quels sont les intérêts des exercices? FICHE N 29 : LES ENTRAÎNEMENTS - EXERCICES DE SIMULATION 1 - Qu est-ce qu un exercice? Les exercices servent à mettre en œuvre de manière pratique les dispositions prévues dans le PCS en se substituant

Plus en détail

Les démarches en science et en technologie

Les démarches en science et en technologie Les démarches en science et en technologie (Sources LAMAP) La démarche scientifique est une démarche qui conduit à construire une procédure de résolution d'un problème en utilisant, de manière explicite,

Plus en détail

Projet de Fin d'etudes (PFE)

Projet de Fin d'etudes (PFE) Projet de Fin d'etudes (PFE) PFE au Département Télécommunication Un PFE est un projet : 1. de Recherche et Développement : le but du projet doit être le développement de technologies (plateformes, architectures,

Plus en détail

Les Aimants en cycle 2

Les Aimants en cycle 2 E Plé IUFM CA Centre de Troyes 1 Les Aimants en cycle 2 Représentations initiales des enfants Pour les enfants de cet âge, un aimant est un objet magique du fait de sa capacité à attirer les objets à distance

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

utbm SET Stamp Partage convivial de photos HAJJAM-EL-HASSANI Amir GRÉA Antoine TISSERAND Geoffrey TX52 Travaux de laboratoire

utbm SET Stamp Partage convivial de photos HAJJAM-EL-HASSANI Amir GRÉA Antoine TISSERAND Geoffrey TX52 Travaux de laboratoire Printemps 2012 TX52 Travaux de laboratoire Stamp Partage convivial de photos Création d'une application Android de partage convivial de photographies. utbm université de technologi e Belfort-Montbéliard

Plus en détail

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population.

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population. Première STMG1 2014-2015 progression. - 1 Table des matières Fil rouge. 3 Axes du programme. 3 Séquence : Proportion d une sous population dans une population. 3 Information chiffrée : connaître et exploiter

Plus en détail

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT ANNEXE VI MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES Les utilisateurs s attendent à trouver dans les définitions des

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

Module : la veille informationnelle en DCG : la construction d un Netvibes

Module : la veille informationnelle en DCG : la construction d un Netvibes Module : la veille informationnelle en DCG : la construction d un Netvibes Ce module est destiné aux étudiants de DCG 2 et de DCG 3 Il est construit en co-animation par un enseignant disciplinaire et un

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

de données >> Méthodologies qualitatives

de données >> Méthodologies qualitatives FR Collecte de données >> Méthodologies qualitatives 1 collecte de données >> méthodologies qualitatives page 13 1. L observation page 45 2. l entretien individuel page 73 3. le focus group page 107 4.

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES ANNÉE 2010-2011 TABLE DES MATIÈRES Page I. PRÉAMBULE 3 II. ANALYSE DE LA SITUATION 3 III. LES OBJECTIFS QUANTITATIFS 5 IV. LES MESURES ENVISAGÉES

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

Paris à travers le temps

Paris à travers le temps Paris à travers le temps Paris à travers le temps Page 1 sur 1 Sommaire Introduction I. Synopsis II. Cahier des charges III. Scénario IV. Story board Conclusion Paris à travers le temps Page 2 sur 2 Introduction

Plus en détail

1 Concevoir et réaliser un projet de formation

1 Concevoir et réaliser un projet de formation 1 Concevoir et réaliser un projet de formation Nous présentons, dans ce chapitre, la méthodologie générale de conception et de réalisation d un projet de formation. La caisse à outils du formateur 2 1.1

Plus en détail

MODULE 5 5 ASTUCES _

MODULE 5 5 ASTUCES _ MODULE 5 5 ASTUCES Préambule Ce document reprend un ensemble d astuces que j ai développé au cours de ma pratique photographique. Ces astuces concernent de nombreux aspects allant de la gestion de la lumière

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012 Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 MIGRATIONS Garder la maîtrise lors de migrations GARdER la maîtrise LORS de migrations Lors

Plus en détail

L analyse boursière avec Scilab

L analyse boursière avec Scilab L analyse boursière avec Scilab Introduction La Bourse est le marché sur lequel se traitent les valeurs mobilières. Afin de protéger leurs investissements et optimiser leurs résultats, les investisseurs

Plus en détail

ONCE UPON A TIME IN THE HEART OF SCOTLAND

ONCE UPON A TIME IN THE HEART OF SCOTLAND ONCE UPON A TIME IN THE HEART OF SCOTLAND Table des matières Fiche professeur... 2 Fiche élève... 5 Narration de séance et productions d élèves... 6 1 Fiche professeur ONCE UPON A TIME IN THE HEART OF

Plus en détail

ACE-PTM 2.1 Guide de l utilisateur. À l intention des utilisateurs. 2011 Hospitalis - Tous droits réservés. Version 2.4.

ACE-PTM 2.1 Guide de l utilisateur. À l intention des utilisateurs. 2011 Hospitalis - Tous droits réservés. Version 2.4. ACE-PTM 2.1 Guide de l utilisateur À l intention des utilisateurs Version 2.4 16 Septembre 2014 2011 Hospitalis - Tous droits réservés 2011 Hospitalis - Tous droits réservés 1 Table des matières 1 INTRODUCTION...

Plus en détail

La gestion de la performance. au cœur de la réussite. Présentation générale

La gestion de la performance. au cœur de la réussite. Présentation générale La gestion de la performance au cœur de la réussite. Présentation générale La gestion de la performance au cœur de la réussite. Au sein de Watson, nous savons que la réussite mondiale de notre entreprise

Plus en détail

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Quelques constats et remarques formulés à partir de l examen de trois rapports d activités (juin 2008, avril et juin 2009)

Plus en détail

ENTRETIEN AVEC JUSTINE ET DAMIEN

ENTRETIEN AVEC JUSTINE ET DAMIEN ENTRETIEN AVEC JUSTINE ET DAMIEN Damien et Justine, étudiants en Master IIA (promotion 2011) nous livrent ci-dessous leurs points de vue respectifs sur la formation et plus particulièrement sur le TP-Projet,

Plus en détail

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES LES CARTES A POINTS POUR VOIR LES NOMBRES INTRODUCTION On ne concevrait pas en maternelle une manipulation des nombres sans représentation spatiale. L enfant manipule des collections qu il va comparer,

Plus en détail

L oscilloscope Cathodique

L oscilloscope Cathodique Modèle de compte-rendu de TP L oscilloscope Cathodique Ce document a été publié pour l unique but d aider les étudiants, il est donc strictement interdit de l utiliser intégralement en temps que compte-rendu

Plus en détail

Enseigner par tâches complexes

Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes pour permettre aux élèves d'acquérir les compétences du socle commun et favoriser la différenciation pédagogique. 1. Pourquoi enseigner par

Plus en détail

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant. La dictée à l adulte Dessin d une expérimentation «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.» La dictée à l adulte Déjà préconisée dans les IO de 1995,

Plus en détail

Les conditions de développement des végétaux. Etre capable de conduire une culture en mettant en évidence par des Compétences visées

Les conditions de développement des végétaux. Etre capable de conduire une culture en mettant en évidence par des Compétences visées MODULE Cycle : 3 Classe:CM2 (16 élèves) Programme LA GERMINATION Unité et diversité du monde vivant Les conditions de développement des végétaux Etre capable de conduire une culture en mettant en évidence

Plus en détail

Mini-projet guidé 09 Octobre 17 Décembre 2015

Mini-projet guidé 09 Octobre 17 Décembre 2015 Projet d Investigation et d Intégration 215-216 1/5 4 OPTIMISTION DU FONCTIONNEMENT D UN SCENSEUR Mini-projet guidé 9 Octobre 17 Décembre 215 Introduction : Le projet «Optimisation du fonctionnement d

Plus en détail

Avec l histoire de la mise en œuvre par la D re Megan Ward, du Bureau de santé de la région de Peel

Avec l histoire de la mise en œuvre par la D re Megan Ward, du Bureau de santé de la région de Peel Utiliser l outil d évaluation de l applicabilité et de la transférabilité des données probantes du Centre de collaboration nationale des méthodes et outils Avec l histoire de la mise en œuvre par la D

Plus en détail

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol. - 1 - Conseil RH et Formation BILAN DE CARRIERE La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.fr L heure est au changement et, pour

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Vous avez besoin d argent?

Vous avez besoin d argent? Vous avez besoin d argent? Voici un système qui vous permet d acquérir un revenu récurrent d environ 1500 euros sans trop d effort! Laissez- moi compléter votre lignée pour vous! Du bureau de Joseph Edward

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

Soutien scolaire au collège Michelet 2006-2007

Soutien scolaire au collège Michelet 2006-2007 Soutien scolaire au collège Michelet 2006-2007 Membres du PIF : DE BAZELAIRE Marc DUCASSE Marie-Laure GRIMAL Clément LAFFAYE Nicolas PAILLASSA David Marraine : Madame Danielle ANDREU (professeur à l'enseeiht)

Plus en détail

CALCUL MENTAL AU CYCLE 3

CALCUL MENTAL AU CYCLE 3 CALCUL MENTAL AU CYCLE 3 Constat de départ : Les élèves du cycle 3 de l école ont des difficultés pour utiliser des procédures de calcul mental lors de calculs réfléchis : ils se trompent ou utilisent

Plus en détail

Le tour de cartes - Détection et correction des erreurs

Le tour de cartes - Détection et correction des erreurs Le tour de cartes - Détection et correction des erreurs Objectif : Comprendre le principe de détection et de correction d erreurs lors de la transmission d une information numérique. Compétences : Utiliser

Plus en détail

Le panneau solaire assure cette conversion d énergie grâce à de nombreuses cellules photovoltaïques étant montées en série ainsi qu en dérivation.

Le panneau solaire assure cette conversion d énergie grâce à de nombreuses cellules photovoltaïques étant montées en série ainsi qu en dérivation. Introduction : La voiture solaire est un thème qui s inscrit dans une problématique et un contexte qui sont devenus récurrents ces dernières années, celle du développement durable. C est une voiture qui

Plus en détail

Evaluation des risques fournisseurs en corrélation avec la Norme ISO 9001 :2015

Evaluation des risques fournisseurs en corrélation avec la Norme ISO 9001 :2015 1 Résumé L ISO 9001 Version 2008 est actuellement en cours de révision pour une publication en Septembre 2015, avec obligation pour les services biomédicaux de se conformer à tous les nouveaux critères

Plus en détail

INF-130 Travail Pratique #2

INF-130 Travail Pratique #2 École de technologie supérieure INF-30 Travail Pratique #2 Travail individuel Tracé d un métro Francis Bourdeau, Frédérick Henri et Patrick Salois Remise à la 0 e semaine. Objectifs - Amener l étudiant

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Apprendre la dichotomie avec Colobot

Apprendre la dichotomie avec Colobot Apprendre la dichotomie avec Colobot CHABALIER Nicolas MONCEL Arnaud Année Universitaire 2014 2015 1 Apprendre la dichotomie avec Colobot Présenté par CHABALIER Nicolas et MONCEL Arnaud Tuteur : Jacques

Plus en détail

Le rôle d un tableau de bord

Le rôle d un tableau de bord CHAPITRE 1 Le rôle d un tableau de bord Introduction «Trop d informations tue l information.» Proverbe japonais Sur le plan théorique, un tableau de bord est un outil de reporting regroupant différents

Plus en détail

DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine

DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine Selon la légende, le café fut remarqué pour la première fois quelques 850 ans avant notre è r e : u n b e r g e r d u Y é m e n n o t a

Plus en détail

Plan d un Rapport de fin de projet

Plan d un Rapport de fin de projet Plan d un Rapport de fin de projet 1. COMMENT LE PROJET A ÉTÉ VÉCU DANS SON SUIVI 1.1. RÉALISATION DES OBJECTIFS Cette partie du document décrit la façon dont les objectifs du projet spécifiés dans le

Plus en détail

Le projet de faire participer une classe de collégiens à une exposition mycologique est né tout simplement. La Société Mycologique Issoise délocalise

Le projet de faire participer une classe de collégiens à une exposition mycologique est né tout simplement. La Société Mycologique Issoise délocalise Le projet de faire participer une classe de collégiens à une exposition mycologique est né tout simplement. La Société Mycologique Issoise délocalise son exposition annuelle tous les deux ans dans les

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Réseau Départemental de Ressources Informatiques 2010

Réseau Départemental de Ressources Informatiques 2010 IA du Rhône Séquences : 3 séances Géométrie plane Géométrie Niveau : Cm1 / Cm2 Résumé Les élèves mettent en évidence les régularités de dessins géométriques qui permettront de pointer certaines notions

Plus en détail

Mise en place des sprints

Mise en place des sprints 101 Chapitre 4 Mise en place des sprints 1. Introduction Mise en place des sprints Afin de parvenir à une mise en place efficace de ses sprints, l équipe doit prendre en compte divers facteurs, qui vont

Plus en détail

Les verres. Introduction: TP: Musiverre: Page 1. Vincent et Jonas Le 19 novembre 2004

Les verres. Introduction: TP: Musiverre: Page 1. Vincent et Jonas Le 19 novembre 2004 Vincent et Jonas Le 19 novembre 2004 Les verres Introduction: TP: Nous avons choisi de faire un tp sur les notes que peuvent produire différents verres avec des quantités différentes d eau. Car nous voulions

Plus en détail

RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS

RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS a/ Vie pratique Au cours de mon année Erasmus à Almeria, j ai habité dans deux logements. Tout d abord au début de l année, j ai cherché mon premier logement grâce au service

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail