Étude de la dynamique des dômes de fourmis rousses des bois (Formica lugubris) dans une parcelle forestière perturbée du massif du Dévoluy

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Étude de la dynamique des dômes de fourmis rousses des bois (Formica lugubris) dans une parcelle forestière perturbée du massif du Dévoluy"

Transcription

1 Étude de la dynamique des dômes de fourmis rousses des bois (Formica lugubris) dans une parcelle forestière perturbée du massif du Dévoluy Analysis of wood-ant (Formica lugubris) mound dynamics in a disturbed forest compartment in Devoluy (southern French Alps) Gérard BOUDJEMA 1, Guy LEMPÉRIÈRE 2, Magali DESCHAMPS-COTTIN 3 1 Projet IS2INRIA-Rhone-Alpes, 655, Avenue de l'europe, Montbonnot Tél. : Laboratoire de Biologie des Populations d Altitude, UMR CNRS 5553, Université Joseph Fourier, BP53-F, Grenoble Cedex 09 Tél. : Laboratoire de Systématique Evolutive, UPRES Biodiversité, Université de Provence, Marseille Cedex 03 Résumé L'évolution de la taille des dômes de fourmilières de Formica lugubris a été étudié dans une parcelle forestière de type mélézin au col de Matacharre. (massif du Devoluy). La position et le volume épigé des dômes ont été suivis sur 10 années. Durant l'étude, deux perturbations majeures du paysage ont eu lieu : une coupe claire touchant une surface importante de la parcelle, puis une tempête créant une zone de chablis en lisière. Les méthodes d'analyse utilisées ont montré que les dômes avaient une évolution rapide et fortement déterministe. Des transferts de volume sont observés entre dômes proches et entre groupes de dômes proches (amas). On peut penser que l'exploitation du milieu par les fourmis suit une dynamique non-linéaire, mise en évidence par les modèles, cette dynamique conduisant à des variations naturelles importantes des volumes observés à différentes échelles (dômes, amas et super-amas de dômes). Les perturbations entraînent la désertion des fourmis des zones considérées pour plusieurs années et on observe également la formation de nids géants (anormalement gros pour le site) à proximité des zones touchées, l'année qui suit la modification du paysage. Les fourmis semblent s'adapter par la fuite aux modifications du paysage, si celles-ci restent modérées ou ponctuelles l'ensemble de la colonie semble peu affectée. Si le paysage est radicalement modifié, comme s'est le cas lors des coupes claires, la colonie peut être profondément affectée. On prescrira donc une gestion du paysage forestier contrôlée, basée sur des interventions ponctuelles et fragmentées. Abstract Both the activity and the spatial/temporal mound dynamics of the wood ant (Formica lugubris, Hymenoptera: Formicidae) were monitored for eight consecutive years in a larch forest of the southern French Alps. The impact of landscape disturbance due to silvicultural practices on the colony structure was analyzed using several methods. The volumes of all mounds formed by ants were estimated ( pseudovolume ), including deserted mounds ( necrovolume ). Mound dynamics were visualized, and we tried to extract the deterministic 75

2 component of variations using linear and nonlinear autoregressive models that included information about the neighbourhood's state. After selecting significant variables, we computed a neural network model including variables related to several spatial scales and time lapses and conducted an analysis of residuals. The worst predicted data with higher positive residuals were located around perturbed landscapes, and data with higher negative residuals were observed in perturbed areas (forest clear-cuts and wind-throws). Our study shows that ants are sensitive to such landscape perturbation. We recommended that clearcutting be replaced by a number of tree-per-tree thinning operations so as to limit the disturbance to ant colonies. Mots-clés : Formica lugubris, gestion du paysage, mélèze, modélisation non-linéaire, dynamique spatiale. Keywords: Formica lugubris, landscape management, Larch stand, non-linear modelling, spatial dynamics. Introduction L exploitation durable d un écosystème passe par le respect de ses capacités de régénération et le maintien des équilibres entre ses éléments. Les fourmis en temps qu organismes ingénieurs et prédateurs jouent un rôle important à différentes échelles d espace et de temps, notamment par l accumulation de matière organique au niveau des dômes. Elles peuvent avoir des effets à long terme sur la structure des sols et sur le pouvoir de régénération de la forêt (donc la structure future du paysage). Lorsque les forestiers pratiquent des coupes claires ils opèrent une transformation majeure du paysage et perturbent l écosystème de manière importante. Notre étude vise d une part à étudier comment évoluent les volumes et les activités des fourmilières de fourmis rousses des bois dans une parcelle de mélézin et d autre part à mettre en évidence l impact éventuel de pratiques sylvicoles intensives sur leur dynamique (impact qui pourrait entraîner des effets néfastes à plus long terme sur le paysage). La possibilité d utiliser les fourmis rousses comme bioindicateurs est discutée. Différentes études ont été menées dans les Pyrénées (Torossian et al., 1968, 1979, 1984), dans le Jura suisse (Gris et Cherix, 1977) et plus récemment dans les Vosges (Nageleisen, 1998) dans lesquelles les auteurs notent des effets possibles des pratiques sylvicoles, mais ces études effectuées le plus souvent dans des hêtraies-sapinières ne montrent pas d évolutions importantes de la structure des colonies. 1. Matériel et méthodes L étude se situe dans une forêt de type mélézin, Larix decidua Mill., au col de Matacharre, Montmaur, Hautes-Alpes, Lat M, long E, 1660 m). L espèce étudiée est la fourmis rousse des bois (Formica lugubris). 76

3 Une parcelle de 1 hectare a été suivie régulièrement entre 1991 et 1998 dans le cadre d un programme GIP-ECOFOR. Elle présentait de 30 à 40 dômes de fourmis selon les années. L âge des arbres de la parcelle a été estimé à 90 ans avec un nombre moyen de 600 arbres/ha. La présence des dômes de fourmis a été cartographiée par des quadras de 10 m x 10 m, leur activité (estimée qualitativement) et leur volume épigé (pseudovolume) ont été mesurés. Pour le calcul du volume épigé la formule suivante à été utilisée : V = 2/3 * Π * D/2 * d/2 * h Avec : - Π : , - D : grand diamètre en m (+/ m), - d : petit diamètre en m (+/ m), - h : hauteur (calculée comme la valeur moyenne de h max et h min ) en m (+/ m). 2. Analyse des données et résultats L évolution spatio-temporelle de la taille (et du volume) des dômes montre une importante variabilité au cours du temps. Cette variabilité apparaît à différentes échelles, à l échelle du dôme, du groupe de dômes voisins (de 2 à 8 voisins) et d agrégats de groupes locaux ou «clusters» (définis par des zones spatialement marquées d activités importantes) et ne semble pas aléatoire. Un mécanisme de vases-communiquants ou de puits-sources paraît se produire aux différentes échelles. Pour tenter de confirmer l aspect déterministe de la dynamique des observations nous avons construit différentes variables explicatives soumises à une analyse statistique sélective (volumes passés des dômes, volumes passés de plusieurs dômes selon leurs niveaux de voisinage et volumes passés des groupes géographiques de dômes). Les dômes sont reliés par des pistes de telle façon qu on peut considérer qu ils ont une disposition approximativement circulaire (figure 1). Il est alors possible de les représenter dans un espace à une dimension, sur une ligne, tout en conservant les propriétés de connexion et de voisinage. Les dômes sont symbolisés par les points numérotés. Les jonctions représentent les pistes «stables» observées sur le terrain reliant entre elles les fourmilières (celle en tirets pointillés est observée uniquement la dernière année de l étude). La zone hachurée correspond à la surface ayant subie une coupe claire en Les surfaces délimitées par des petits points situent les groupes de fourmilières définis par les moyennes mobiles pondérées (voir texte, et légende de la fig.2). Les bandes grises sont des chemins forestiers ou coupe-feu. La zone définie par des petites croix indique le châblis de

4 Figure 1 : Plan de la parcelle forestière En considérant cette structure de voisinage simplifié à une dimension, les clusters ont été définis en calculant pour chaque dôme d i des moyennes mobiles pondérées (triangulaires) de ses 8 voisins, sommées sur toutes les années. Une succession de bosses et de creux est observée au niveau de la variation des d i (figure 2). Les minima sont utilisés pour définir les frontières des «clusters» émergents de la dynamique naturelle des dômes Par cette méthode empirique on caractérise l existence de groupes de dômes plus ou moins actifs, qui semblent se répartir en gradients. Cinq groupes sont ainsi définis, dont les étendues approximative sur le terrain sont délimitées par des pointillés (figure 1). Ces agrégats sont probablement la résultante de facteurs écologiques ou physico-chimiques délimitant certaines zones du paysage plus ou moins favorables à l établissement et au maintien des dômes. On définit ainsi les zones plus ou moins actives. Les minima de la courbe (flèches) sont pris comme limites des groupes locaux de fourmilières, numérotés de I à V. 78

5 Figure 2 : Graphe présentant les valeurs des moyennes mobiles pondérées (sommées sur toutes les années), sur 8 voisins, de chaque dômes d i. 2.1 Analyse statistique de la variation des volume épigés des dômes par régression multiple pas-à-pas Nous avons testé l hypothèse d une dépendance des états passés des dômes et de leurs voisinages pour expliquer la dynamique complexe observée sur le terrain (dont les mécanismes resteront toutefois à définir). L analyse par régression multiple pas-à-pas (Scherrer, 1984) du volume d un dôme l année t à été menée en proposant en entrées les différentes variables explicatives des volumes de dômes, groupes et clusters passés (auxquels on a appliqué différents changements de variables non-linéaires : logarithmique et polynômial jusqu au degré 3). Certaines variables sont éliminées par la procédure de sélection statistique si elles sont non-corrélées ou redondantes. Pour chaque année, des modèles statistiquement significatifs sont sélectionnés confirmant ainsi l existence de mécanismes déterministes, mais leur pouvoir explicatif et leur structure en terme de variables sélectionnées varient. La quantité de variation expliquée par chaque modèle varie de 10 à 70 % d une année à l autre. La méthode pas-à-pas sélectionnant les variables en partant de la plus corrélée et en testant à chaque pas leur significativité, peut conduire à des modèles différents du fait des corrélations pouvant exister entre les variables d entrée. Mais par ailleurs, 79

6 le modèle global (calculé sur tous les dômes de toutes les années) montre un pouvoir explicatif de seulement 9,3%. Ainsi, la redondance et les corrélations existant entre les différentes variables explicatives ne semblent pas suffire à expliquer l hétérogénéité des modèles et de leur pouvoir explicatif. La première hypothèse est que des mécanismes non-linéaires plus complexes avec interactions des variables sont en jeu et la seconde, que certaines années les perturbations du milieu ont des effets drastiques sur la dynamique propre du système de dômes. Nous avons donc poursuivi nos investigations par une analyse non-linéaire. 2.2 Modélisation non-linéaire de la dynamique des dômes Pour étudier l hypothèse de relations non-linéaires un modèle de type réseau de neurones a été ajusté sur les données globales. Il s agit d un modèle mathématique, ayant une très grande plasticité, capable d ajuster tout type de fonctions continues (pour plus de détails voir : Anderson et Rosenfeld,1988 ; Hertz et al., 1991) Les variables retenues dans les différents modèles de l analyse «linéaire» sont mises en entrée du réseau de neurones, soit : L état passé (D(t-1), D(t-2)) du dôme considéré, les quatre voisins les plus proches V 4 (t-1) et l état des deux «clusters» définis précédemment les plus proches de celui contenant le dôme G 1 (t-1), G 2 (t-1). L ajustement est réalisé sur 200 dômes (soit 40 dômes localisés dans la parcelle par 5 années, de 1994 à 1998) Le modèle neuronal (moyen) montre un pouvoir explicatif d environ 75 % contre 9% pour le modèle linéaire (avec transformations non-linéaires simples) étudié précédemment. L aspect fortement déterministe de l évolution des volumes des dômes dans le contexte de cette parcelle de mélézin paraît à nouveau confirmé par l importance du pourcentage de variation expliqué toutes années confondues. D autre part, l analyse des résidus (différences entre les valeurs réelles et les valeurs prédites) du modèle neuronal moyen met en évidence un impact des perturbations du paysage sur la prédictibilité du volume des dômes. La majorité des résidus négatifs, c est-à-dire des dômes dont le volume était prédit en croissance par le réseau neuronal, se situe dans une zone où la coupe claire a été effectuée. La taille des dômes de cette zone décline très fortement dès 1992 et ne commence à remonter vraiment qu en A l opposé la majorité des dômes à forts résidus positifs, c est-à-dire dont l accroissement n est pas expliqué par le modèle, se situe tout autour de cette zone perturbée par la coupe claire. 2.3 Analyse de la distribution des volumes des dômes La distribution des tailles de dômes a été analysée sur l ensemble des données, des fortes irrégularités de l histogramme (multi-modalité) ou des valeurs extêmes pouvant être significatives de changements ou d accidents dans la dynamique du système. Différents modèles ont été testés grâce au logiciel «Extreme» 80

7 (développé par l équipe IS2 à l INRIA-Rhônes-Alpes). Le modèle retenu par les tests est un modèle exponentiel (loi de Weibull). Parmi les dômes mesurés, deux ont des volumes supérieurs à 4m 3. Or, la probabilité d en observer un de ce volume selon la loi exponentielle, est de l ordre de 1/ On peut donc considérer que ces deux dômes ont des volumes anormalement importants. Leur localisation et leur année de présence (n 12 en 1993 et n 33 en 1996) nous montrent que ces dômes géants résultent du déplacement massif des fourmis vers un site plus favorable suite à un bouleversement du paysage (coupe claire de 1991 pour l un et tempête de 1995 ayant créé une zone de châblis pour l autre ). Conclusion L analyse statistique et la modélisation nous ont permis de confirmer d une part, l aspect déterministe de la variation spatio-temporelle des dômes de fourmis rousses des bois Formica lugubris dans la parcelle de type mélézin étudiée. L analyse des résidus du modèle non-linéaire et la présence de dômes de volumes anormalement élevés suite à une coupe claire en 1991 et une tempête en 1995, nous ont permis de mettre en évidence la sensibilité des fourmis aux perturbations du couvert forestier. La somme annuelle des volumes épigés des dôme à tendance à diminuer. Mais bien que l on puisse penser que la répétition d aléas et la persistance durant plusieurs années d une zone perturbée finissent par affecter la santé de la colonie, dans le contexte de dynamiques non-linéaires, il ne parait guère possible d utiliser de manière simple la mesure des volumes épigés des dômes comme bioindicateur d une altération de l écosystème forestier. L émergence de dômes géants en bordure des zones perturbées semble dans notre cas un meilleur indicateur, mais il est probable que ce critère soit spécifique à la formation végétale et aux conditions locales dans lesquelles se trouvent les fourmis. En effet, dans le contexte du mélézin la dynamique des fourmilières semble bien plus rapide et réactive qu au niveau des hêtraies-sapinières. Les fourmis semblent ici réagir très rapidement aux l altérations du milieu en déplaçant leurs dômes dans des zones plus favorables. L exploitation de parcelles forestières en coupes claires a tendance à éliminer toutes les zones refuges sur de grandes surfaces. Nous préconiserons donc aux agents forestiers d opérer des coupes locales arbre par arbre plutôt que des coupes claires, pour maintenir l activité et la santé des colonies de fourmis des bois et garantir la conservation à long terme de la complexité du paysage et des équilibres de l écosystème. Bibliographie Anderson A. J., Rosenfeld E., Neurocomputing: Foundation of research, MIT press, Cambridge. Gris G., Cherix D., Les grandes colonies de fourmis des bois du Jura (groupe Formica rufa). Mitt. Schweiz. Entomol. Ges.; Zürich, 50 :

8 Hertz J., Krogh A., Palmer R. G., Introduction to the Theory of Neural Computation. Addison-Wesley. Nageleisen L.M., Les Fourmis rousses dans le Nord-Est de la France. Revue Forestière Française; LI, 4: Scherrer B., Biostatistique. Gaëtan Morin ed. Torossian C., Peponnet F., Rôle de Formica polyctena Först dans le maintien des équilibres biologiques forestiers des forêts de feuillus du plateau de Lannemezan. Ann. Epiphyties, 19(1) : Torossian C., Roques L., Etude des fourmis du groupe Formica rufa des Pyrénées catalanes françaises. Bulletin SROP, II(3) : Torossian C., La protection des fourmis du groupe Formica rufa en France. Rapport annuel du Conseil Scientifique Régional de l Environnement de Midi- Pyrénées,

Analyse de la structure verticale : une nouvelle approche pour évaluer l impact des cervidés sur la régénération forestière

Analyse de la structure verticale : une nouvelle approche pour évaluer l impact des cervidés sur la régénération forestière Analyse de la structure verticale : une nouvelle approche pour évaluer l impact des cervidés sur la régénération forestière Patricia Heuzé et François Klein Contexte de l étude Depuis une cinquantaine

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

ANALYSE CINEMATIQUE ACTUELLE DES RUINES DE SECHILIENNE

ANALYSE CINEMATIQUE ACTUELLE DES RUINES DE SECHILIENNE ANALYSE CINEMATIQUE ACTUELLE DES RUINES DE SECHILIENNE KINEMATIC ANALYSIS OF THE «RUINES DE SECHILIENNE» Marie-Aurélie CHANUT 1, Johan KASPERSKI 2, Grégory BIEVRE 1, Jean-Paul DURANTHON 1 1 CETE de Lyon

Plus en détail

Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services

Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services 69 Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services M. Bakhouya, J. Gaber et A. Koukam Laboratoire Systèmes et Transports SeT Université de Technologie de Belfort-Montbéliard

Plus en détail

Clustering par quantification en présence de censure

Clustering par quantification en présence de censure Clustering par quantification en présence de censure Svetlana Gribkova 1 Laboratoire de Statistique Théorique et Appliquée, Université Pierre et Marie Curie Paris 6, 4 place Jussieu, 75005 Paris Résumé.

Plus en détail

Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base

Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base M.A. Knefati 1 & A. Oulidi 2 & P.Chauvet 1 & M. Delecroix 3 1 LUNAM Université, Université Catholique de l Ouest,

Plus en détail

Panorama. de la forêt alsacienne. Taux de boisement. Volume sur pied. Principales essences. Diversité. Propriétaires publics. Propriétaires privés

Panorama. de la forêt alsacienne. Taux de boisement. Volume sur pied. Principales essences. Diversité. Propriétaires publics. Propriétaires privés Panorama de la forêt alsacienne Taux de boisement Volume sur pied Principales essences Diversité Propriétaires publics Propriétaires privés Tempête de 1999 Récolte Edition 2005 Bienvenue au cœur d une

Plus en détail

biologie et forêt ÉTUDE DE LA DENSITÉ ET DU RÔLE BIOINDICATEUR DES FOURMIS ROUSSES DANS LES FORÊTS DU NORD-EST

biologie et forêt ÉTUDE DE LA DENSITÉ ET DU RÔLE BIOINDICATEUR DES FOURMIS ROUSSES DANS LES FORÊTS DU NORD-EST biologie et forêt ÉTUDE DE LA DENSITÉ ET DU RÔLE BIOINDICATEUR DES FOURMIS ROUSSES DANS LES FORÊTS DU NORD-EST L.-M. NAGELEISEN Note préliminaire :le présent article est issu pour l essentiel de la synthèse

Plus en détail

8, (, 6 $&7(6'(6&2//248(6,16(&7(662&,$8;

8, (, 6 $&7(6'(6&2//248(6,16(&7(662&,$8; 8, (, 6 $&7(6'(6&//48(6,16(&7(66&,$8; (GLWpSDUO8QLRQ,QWHUQDWLRQDOHSRXUO (WXGHGHV,QVHFWHV6RFLDX[ 6HFWLRQIUDQoDLVH VRXVODGLUHFWLRQGH)UDQoRLV;DYLHU'(&+$8(1&+$517 HWLQK+j3+$'(/(*8( 9/ ± &37(5(1'8'8&//48($118(/

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. PRINCIPES D EXPÉRIMENTATION Planification des expériences et analyse de leurs résultats. Pierre Dagnelie

TABLE DES MATIÈRES. PRINCIPES D EXPÉRIMENTATION Planification des expériences et analyse de leurs résultats. Pierre Dagnelie PRINCIPES D EXPÉRIMENTATION Planification des expériences et analyse de leurs résultats Pierre Dagnelie TABLE DES MATIÈRES 2012 Presses agronomiques de Gembloux pressesagro.gembloux@ulg.ac.be www.pressesagro.be

Plus en détail

Sélection de variables groupées avec les forêts aléatoires. Application à l analyse des données fonctionnelles multivariées.

Sélection de variables groupées avec les forêts aléatoires. Application à l analyse des données fonctionnelles multivariées. Sélection de variables groupées avec les forêts aléatoires. Application à l analyse des données fonctionnelles multivariées. Baptiste Gregorutti 12, Bertrand Michel 2 & Philippe Saint Pierre 2 1 Safety

Plus en détail

Impact de la récupération sur la diversité des oiseaux en forêt d épinettes noires

Impact de la récupération sur la diversité des oiseaux en forêt d épinettes noires 7 Impact de la récupération sur la diversité des oiseaux en forêt d épinettes noires Jacques Ibarzabal Université du Québec Chicoutimi Ermias T. Azeria Ressources naturelles Canada Service canadien des

Plus en détail

Etude expérimentale des modes d onde de surface piégés

Etude expérimentale des modes d onde de surface piégés Etude expérimentale des modes d onde de surface piégés P. J. COBELLI a, P. PETITJEANS a, A. MAUREL b, V. PAGNEUX b,c a. Laboratoire de Physique et Mécanique des Milieux Hétérogènes, UMR CNRS 7636 Ecole

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE Paul Pașcu, Assist Prof, PhD, Ștefan cel Mare University of Suceava Abstract: This article aims to present a number

Plus en détail

Leçon 5. Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock de sécurité

Leçon 5. Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock de sécurité CANEGE Leçon 5 Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable : dans le cadre des calendriers d approvisionnement à recomplètement

Plus en détail

Éléments spectraux d une fonction cyclostationnaire

Éléments spectraux d une fonction cyclostationnaire Éléments spectraux d une fonction cyclostationnaire Alain BOUDOU 1 & Sylvie VIGUIR-PLA 1 & 2 1 quipe de Stat. et Proba., Institut de Mathématiques, UMR5219 Université Paul Sabatier, 118 Route de Narbonne,

Plus en détail

TAUX DE PLACEMENT A UTILISER EN FUTAIE JARDINÉE RÉSINEUSE

TAUX DE PLACEMENT A UTILISER EN FUTAIE JARDINÉE RÉSINEUSE 672 REVUE FORESTIÈRE FRANÇAISE TAUX DE PLACEMENT A UTILISER EN FUTAIE JARDINÉE RÉSINEUSE Application au calcul des valeurs devenir et des dommages-intérêts Les problèmes d'évaluation des forêts ou d'estimation

Plus en détail

Les corridors écologiques: Bases scientifiques et limites de la connaissance

Les corridors écologiques: Bases scientifiques et limites de la connaissance Les corridors écologiques: Bases scientifiques et limites de la connaissance Françoise Burel, CNRS Jacques Baudry, INRA CAREN, Rennes www.caren.univ-rennes1.fr/pleine-fougeres Les paysages sont hétérogènes

Plus en détail

DES FORÊTS POUR LE GRAND TÉTRAS GUIDE DE SYLVICULTURE

DES FORÊTS POUR LE GRAND TÉTRAS GUIDE DE SYLVICULTURE DES FORÊTS POUR LE GRAND TÉTRAS GUIDE DE SYLVICULTURE 2 ÉDITO C R C - M C Daniel BEGUIN Jean-Marie HARAUX Jean-Pierre RENAUD Henri PLAUCHE GILLON 3 SOMMAIRE PRÉAMBULE 5 PARTIE 1 : DESCRIPTION DE L ESPÈCE

Plus en détail

Modélisation et analyse des structures des réseaux hydrographiques

Modélisation et analyse des structures des réseaux hydrographiques Modélisation et analyse des structures des réseaux hydrographiques Université des Sciences et Techniques du Languedoc Stage de Master Parcours : Fonctionnement des Ecosystèmes Naturels Et Cultivés Réalisé

Plus en détail

Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif

Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif Cécile Durot 1 & Yves Rozenholc 2 1 UFR SEGMI, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, France, cecile.durot@gmail.com 2 Université

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonnet Master GSI - Capteurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriétés générales des capteurs Notion de mesure Notion de capteur: principes, classes,

Plus en détail

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE MODELISER L IMPACT DES CHANGEMENTS DEMOGRAPHIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX SUR L EVOLUTION DES ARBRES Le module Luberon Version 2010 Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE Ecologie

Plus en détail

Traitement bas-niveau

Traitement bas-niveau Plan Introduction L approche contour (frontière) Introduction Objectifs Les traitements ont pour but d extraire l information utile et pertinente contenue dans l image en regard de l application considérée.

Plus en détail

Photo Manipulations in the 2011 CES

Photo Manipulations in the 2011 CES Canadian Election Study Methodological Briefs Methodological Brief #2013-A Photo Manipulations in the 2011 CES Patrick Fournier, Université de Montréal Stuart Soroka, McGill University Fred Cutler, University

Plus en détail

Reliefs et climats du monde

Reliefs et climats du monde Reliefs et climats du monde Matière : Géographie Domaine : Regard sur le Monde Séance 1 Quels sont les reliefs mondiaux? CM2! Objectif(s) de la séance :! Connaître les caractéristiques des reliefs du monde

Plus en détail

Consignes aux auteurs et aux coordonnateurs. Normes de présentation et règles de saisie

Consignes aux auteurs et aux coordonnateurs. Normes de présentation et règles de saisie ================================ Revue d Économie Régionale et Urbaine Consignes aux auteurs et aux coordonnateurs Normes de présentation et règles de saisie http://reru.gretha.u-bordeaux4.fr/-soumission-

Plus en détail

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Assemblée Générale des étudiants de Louvain 17 juin 2015 1 Avant-propos Depuis quelques semaines, la question de la surpopulation dans les filières

Plus en détail

Cours de Master Recherche

Cours de Master Recherche Cours de Master Recherche Spécialité CODE : Résolution de problèmes combinatoires Christine Solnon LIRIS, UMR 5205 CNRS / Université Lyon 1 2007 Rappel du plan du cours 1 - Introduction Qu est-ce qu un

Plus en détail

Savoirs de base en sécurité routière mars 2006. Lieux accidentés. Détection et traitement - Milieu urbain et milieu interurbain

Savoirs de base en sécurité routière mars 2006. Lieux accidentés. Détection et traitement - Milieu urbain et milieu interurbain Sétra interurbain urbain Savoirs de base en sécurité routière mars 2006 Lieux accidentés - Milieu urbain et milieu interurbain Avertissement : cette série de fiches est destinée à fournir une information

Plus en détail

Recherche d information textuelle

Recherche d information textuelle Recherche d information textuelle Pré-traitements & indexation B. Piwowarski CNRS / LIP6 Université Paris 6 benjamin@bpiwowar.net http://www.bpiwowar.net Master IP - 2014-15 Cours et travaux pratiques

Plus en détail

Modélisation et Vérification des Réseaux de Régulations entre Gènes

Modélisation et Vérification des Réseaux de Régulations entre Gènes Modélisation et Vérification des Réseaux de Régulations entre Gènes Loïc Paulevé JDOC 2010-29 avril 2010 Directeur : Co-encadrant : Olivier Roux Morgan Magnin Laboratoire : IRCCyN, UMR CNRS 6597 Équipe

Plus en détail

QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE

QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE Etude d incidence Natura 2000_V3 71/99 4.1 PREAMBULE Un projet peut présenter deux types d impacts : des impacts

Plus en détail

NON-LINEARITE ET RESEAUX NEURONAUX

NON-LINEARITE ET RESEAUX NEURONAUX NON-LINEARITE ET RESEAUX NEURONAUX Vêlayoudom MARIMOUTOU Laboratoire d Analyse et de Recherche Economiques Université de Bordeaux IV Avenue. Leon Duguit, 33608 PESSAC, France tel. 05 56 84 85 77 e-mail

Plus en détail

«Cours Statistique et logiciel R»

«Cours Statistique et logiciel R» «Cours Statistique et logiciel R» Rémy Drouilhet (1), Adeline Leclercq-Samson (1), Frédérique Letué (1), Laurence Viry (2) (1) Laboratoire Jean Kuntzmann, Dép. Probabilites et Statistique, (2) Laboratoire

Plus en détail

Diane Patrimoine. Document non contractuel communiqué à titre indicatif

Diane Patrimoine. Document non contractuel communiqué à titre indicatif Diane Patrimoine La forêt : un investissement long terme avec un rendement régulier qui permet également de régler son ISF et réduire sa base imposable. Il existe du fait de la loi en faveur du Travail,

Plus en détail

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien)

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Alain Bretto & Joël Priolon - 25 mars 2013 Question Dans un équilibre

Plus en détail

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Sylvie Gauthier, Chercheuse scientifique, successions forestières RNCan-SCF-CFL

Plus en détail

Annexe 1- Définitions du concept d aménagement écosystémique

Annexe 1- Définitions du concept d aménagement écosystémique 34 Annexe 1- Définitions du concept d aménagement écosystémique Les visions de l aménagement écosystémique sont multiples. Plusieurs auteurs recensent une série de définitions afin de formuler la leur

Plus en détail

Estimation consistante des paramètres d un. modèle non linéaire pour des données. fonctionnelles discrétisées aléatoirement

Estimation consistante des paramètres d un. modèle non linéaire pour des données. fonctionnelles discrétisées aléatoirement Estimation consistante des paramètres d un modèle non linéaire pour des données fonctionnelles discrétisées aléatoirement Consistent estimation of parameters in a nonlinear model for functional data with

Plus en détail

Gestion patrimoniale des massifs forestiers

Gestion patrimoniale des massifs forestiers MF 1 Objectif(s) concerné(s) III.2.3 Milieux forestiers Gestion patrimoniale des massifs forestiers Favoriser une gestion sylvicole intégrant les enjeux de biodiversité et assurant la pérennité des habitats

Plus en détail

Chapitre 3 RÉGRESSION ET CORRÉLATION

Chapitre 3 RÉGRESSION ET CORRÉLATION Statistique appliquée à la gestion et au marketing http://foucart.thierry.free.fr/statpc Chapitre 3 RÉGRESSION ET CORRÉLATION La corrélation est une notion couramment utilisée dans toutes les applications

Plus en détail

Guide de description de l habitat Habitat principale ou habitat secondaire. Description :

Guide de description de l habitat Habitat principale ou habitat secondaire. Description : Guide de description de l habitat Habitat principale ou habitat secondaire L habitat principal est l habitat qui est en surface le plus représenté dans la zone décrite. L habitat secondaire est décrit

Plus en détail

Science de la biodiversité: ce que nous savons sur la biodiversité et une idée de ce que nous ne savons pas

Science de la biodiversité: ce que nous savons sur la biodiversité et une idée de ce que nous ne savons pas Science de la biodiversité: ce que nous savons sur la biodiversité et une idée de ce que nous ne savons pas Andrew Gonzalez Québec Centre for Biodiversity Science http://qcbs.ca Un message inquiétant Ces

Plus en détail

Surfaces forestières dominées par des espèces allochtones

Surfaces forestières dominées par des espèces allochtones Surfaces forestières dominées par des espèces allochtones Pour l économie forestière suisse, la culture d essences allochtones est pratiquement insignifiante. La part de forêt dominée par des essences

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

Réglementation parasismique: intérêts pour l assureur

Réglementation parasismique: intérêts pour l assureur Réglementation parasismique: intérêts pour l assureur CFMS, demi-journée technique du 4 octobre 2006 (14h-18h30) ENPC rue des Saints Pères (Amphi Caquot) Guillaume Pousse Assurer contre une catastrophe

Plus en détail

La propriété forestière. La propriété forestière. Les trois types de propriété forestière. Le milieu forestier. Le milieu forestier

La propriété forestière. La propriété forestière. Les trois types de propriété forestière. Le milieu forestier. Le milieu forestier Répartition de la propriété par grande région écologique es trois types de propriété forestière a forêt privée est très largement majoritaire en France où elle occupe les trois quarts de la superficie

Plus en détail

Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale. Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF

Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale. Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF Master ère année Analyse spatiale, analyse géographique, spatialité des sociétés Master

Plus en détail

Décodage de l activité neuronale

Décodage de l activité neuronale Décodage de l activité neuronale Neurophysiologie et neuro-prosthétique Musallan et al, 2004 Utiliser les signaux physiologiques pour activer des prothèses distantes, plus ou moins intelligentes Neurophysiologie

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

Analyse statistique et élaboration d un atlas éolien de la vallée du Cheliff

Analyse statistique et élaboration d un atlas éolien de la vallée du Cheliff Revue des Energies Renouvelables Vol. 10 N 4 (2007) 583 588 Analyse statistique et élaboration d un atlas éolien de la vallée du Cheliff F. Boukli Hacène 1, N. Kasbadji Merzouk 2 et L. Loukarfi 1 1 Faculté

Plus en détail

ENSE3 - API/CSPI et Master Automatique - 2008/2009

ENSE3 - API/CSPI et Master Automatique - 2008/2009 ENSE3 - API/CSPI et Master Automatique - 28/29 DS Commande robuste - - 19 janvier 29 Nom Prénom Signature ATTENTION: Mettre votre nom et répondre directement sur les feuilles de l énoncé. Justifiez vos

Plus en détail

Disponibilité en bois en Aquitaine de 2012 à 2025

Disponibilité en bois en Aquitaine de 2012 à 2025 Analyse prospective de la ressource forestière et des disponibilités en bois de la région Aquitaine à l horizon 2025 Disponibilité en bois en Aquitaine de 2012 à 2025 Rapport final Disponibilité en bois

Plus en détail

Motifs turbulent-laminaire dans l écoulement de Poiseuille plan

Motifs turbulent-laminaire dans l écoulement de Poiseuille plan rencontre du non-linéaire 2013 155 Motifs turbulent-laminaire dans l écoulement de Poiseuille plan Laurette S. Tuckerman PMMH-ESPCI-CNRS, 10 rue Vauquelin, 75005 Paris laurette@pmmh.espci.fr z streamwise

Plus en détail

Samuel Decout, Sandra Luque. Sandra.luque@cemagref.fr

Samuel Decout, Sandra Luque. Sandra.luque@cemagref.fr !""#$%&'()*+,-#,'((.'(&),#/#%&)0/1$*(.'("/+%&0(.2&/3)+/+('*(4/5'6#(.'(7/(%$**'%15)+,(8(( 9)7)'6:($65'#+0('+(9)7)'6:(4$#'01'#0( ( (!"#$%&#'"#(%#)*"+,-.(("#*,-&&"#"+#/&0*"# Samuel Decout, Sandra Luque Sandra.luque@cemagref.fr

Plus en détail

CBBC Canadian Business & Biodiversity Council

CBBC Canadian Business & Biodiversity Council CBBC Canadian Business & Biodiversity Council Centre de la Science de la Biodiversité du Québec 72 chercheurs et 350 étudiants en thèse distribués sur un réseau de 8 partenaires universitaires et 2 institutions.

Plus en détail

Indexation de sous-collections pour l amélioration de la haute précision

Indexation de sous-collections pour l amélioration de la haute précision Indexation de sous-collections pour l amélioration de la haute précision Joëlson Randriamparany *,** *IRIT, Institut de Recherche Informatique de Toulouse Université Paul Sabatier Toulouse III 118 Route

Plus en détail

SIMMEM. Aide / description / références. Sommaire

SIMMEM. Aide / description / références. Sommaire SIMMEM Aide / description / références Sommaire 1 Présentation... 2 1.1 Entrées... 2 1.2 Sorties... 4 1.3 Scenarii sylvicoles... 4 2 Description des modèles... 4 2.1 Modèle Fagacée-Sylvestris... 4 2.1.1

Plus en détail

DATA MINING 2 Réseaux de Neurones, Mélanges de classifieurs, SVM avancé

DATA MINING 2 Réseaux de Neurones, Mélanges de classifieurs, SVM avancé I. Réseau Artificiel de Neurones 1. Neurone 2. Type de réseaux Feedforward Couches successives Récurrents Boucles de rétroaction Exemples de choix pour la fonction : suivant une loi de probabilité Carte

Plus en détail

Abeilles et Paysages. Unité Mixte de Recherche UMR 5602 CNRS

Abeilles et Paysages. Unité Mixte de Recherche UMR 5602 CNRS Abeilles et Paysages Unité Mixte de Recherche UMR 5602 CNRS Journée de séminaire scientifique «Abeilles et paysages» Mardi 11 octobre 2011 Thématique centrale : Depuis plusieurs décennies, une diminution

Plus en détail

Changement technique induit rôle des normes et des prix dans les mécanismes d induction : une approche de longue période

Changement technique induit rôle des normes et des prix dans les mécanismes d induction : une approche de longue période Changement technique induit rôle des normes et des prix dans les mécanismes d induction : une approche de longue période Rapport final pour l IFE Synthèse Mai 2005 Mourad Ayouz Franck Nadaud Sous la direction

Plus en détail

Réseaux complexes: d Internet aux pandémies

Réseaux complexes: d Internet aux pandémies Réseaux complexes: d Internet aux pandémies Marc Barthelemy CEA, Institut de Physique Théorique, Saclay, France EHESS, Centre d Analyse et de Mathématiques sociales, Paris, France marc.barthelemy@cea.fr

Plus en détail

Mémoire du CREAT. Présenté au :

Mémoire du CREAT. Présenté au : Mémoire du CREAT Présenté au : Bureau d audiences publiques en environnement dans le cadre des audiences publiques sur les projets de réserves de biodiversité projetées du lac Opasatica, du lac des Quinze,

Plus en détail

Data issues in species monitoring: where are the traps?

Data issues in species monitoring: where are the traps? Data issues in species monitoring: where are the traps? French breeding bird monitoring : Animations locales : - dealing with heterogenous data - working with multi-species multi-sites monitoring schemes

Plus en détail

APPEL À PROJETS Réalisation d exploitations complémentaires à l enquête Relations professionnelles et négociations d entreprise (REPONSE) 2010-2011

APPEL À PROJETS Réalisation d exploitations complémentaires à l enquête Relations professionnelles et négociations d entreprise (REPONSE) 2010-2011 APPEL À PROJETS Réalisation d exploitations complémentaires à l enquête Relations professionnelles et négociations d entreprise (REPONSE) 2010-2011 L enquête Relations professionnelles et négociations

Plus en détail

INTRODUCTION A LA SIMULATION SOUS Electronics Workbench (SPICE2.0).

INTRODUCTION A LA SIMULATION SOUS Electronics Workbench (SPICE2.0). INTRODUCTION A LA SIMULATION SOUS Electronics Workbench (SPICE2.0). 1970 : LINPACK, EISPACK STANFORD 1973 : SPICE (Thèse de doctorat) 1.0 : Berkeley Univ. Programme de Simulation de circuits linéaires

Plus en détail

Etude et analyse des données du vent en vue de dimensionner un système de production d énergie éolienne Cas d un site au nord du Maroc

Etude et analyse des données du vent en vue de dimensionner un système de production d énergie éolienne Cas d un site au nord du Maroc Revue des Energies Renouvelables Vol. 13 N 3 (2010) 477 483 Etude et analyse des données du vent en vue de dimensionner un système de production d énergie éolienne Cas d un site au nord du Maroc H. Faida

Plus en détail

Exemple PLS avec SAS

Exemple PLS avec SAS Exemple PLS avec SAS This example, from Umetrics (1995), demonstrates different ways to examine a PLS model. The data come from the field of drug discovery. New drugs are developed from chemicals that

Plus en détail

Télé-épidémiologie et problèmes de santé publique en lien avec les changements climatiques

Télé-épidémiologie et problèmes de santé publique en lien avec les changements climatiques Télé-épidémiologie et problèmes de santé publique en lien avec les changements climatiques Pascal Michel, dmv, MPVM, PhD Populations et Environnement, Agence de la santé publique du Canada Groupe de Recherche

Plus en détail

Etude d un cas industriel : Optimisation de la modélisation de paramètre de production

Etude d un cas industriel : Optimisation de la modélisation de paramètre de production Revue des Sciences et de la Technologie RST- Volume 4 N 1 /janvier 2013 Etude d un cas industriel : Optimisation de la modélisation de paramètre de production A.F. Bernate Lara 1, F. Entzmann 2, F. Yalaoui

Plus en détail

Classification. Session organisée par Charles Bouveyron et Francois Caron et Marie Chavent

Classification. Session organisée par Charles Bouveyron et Francois Caron et Marie Chavent Classification Session organisée par Charles Bouveyron et Francois Caron et Marie Chavent La classification a pour objet de regrouper des données en classes possédant des caractéristiques similaires. La

Plus en détail

D UN DOCUMENT DE GESTION DE L A PROPRIÉTÉ FORESTIÈRE dans le cadre de la certification PEFC au Luxembourg FIR EIS BËSCHER VU MUER

D UN DOCUMENT DE GESTION DE L A PROPRIÉTÉ FORESTIÈRE dans le cadre de la certification PEFC au Luxembourg FIR EIS BËSCHER VU MUER Mireille Feldtrauer-Molitor I N S T R U C T I O N S P O U R L É L A B O R AT I O N D UN DOCUMENT DE GESTION DE L A PROPRIÉTÉ FORESTIÈRE dans le cadre de la certification PEFC au Luxembourg FIR EIS BËSCHER

Plus en détail

EVALUATION FINALE BKF/012

EVALUATION FINALE BKF/012 EVALUATION FINALE BKF/012 Projet d Appui à la Gestion participative des Ressources naturelles dans la Région des Hauts-Bassins FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre du projet Code LuxDev Burkina Faso Projet d Appui

Plus en détail

Rappels et nouveautés, partie 2

Rappels et nouveautés, partie 2 Le don écologique comme outil de conservation: Rappels et nouveautés, partie 2 Steeve Morasse, biologiste Direction générale de l écologie et de la conservation Ateliers sur la conservation des milieux

Plus en détail

Le budget des ventes (méthodes de prévision)

Le budget des ventes (méthodes de prévision) ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES Niveau : 3 ème année MGT Groupe : 2 Année Académique : 2011/2012 Module : Gestion Budgétaire Enseignant : KHERRI Abdenacer Site web : www.gb-ehec.jimdo.com Plan du

Plus en détail

NORMES BIBLIOGRAPHIQUES DE L AMERICAN PSYCHOLOGICAL ASSOCIATION (APA, 6 ème édition)

NORMES BIBLIOGRAPHIQUES DE L AMERICAN PSYCHOLOGICAL ASSOCIATION (APA, 6 ème édition) NORMES BIBLIOGRAPHIQUES DE L AMERICAN PSYCHOLOGICAL ASSOCIATION (APA, 6 ème édition) PUBLICATION MANUAL OF THE AMERICAN PSYCHOLOGICAL ASSOCIATION, SIXTH EDITION. (2009). Lorsque vous tapez un texte, utilisez

Plus en détail

DRAINAGE VERTICAL DU SOL AU CONTACT D UN MUR BANCHÉ ET D UN MUR EN BÉTON PROJETÉ

DRAINAGE VERTICAL DU SOL AU CONTACT D UN MUR BANCHÉ ET D UN MUR EN BÉTON PROJETÉ DRAINAGE VERTICAL DU SOL AU CONTACT D UN MUR BANCHÉ ET D UN MUR EN BÉTON PROJETÉ VERTICAL DRAINAGE OF SOIL AT THE SURFACE OF CLASSICAL AND SHOTCRETE WALLS Katy SARDAIN 1, Pierre GENDRIN 2 1 AFITEX CHAMPHOL,

Plus en détail

Projet ECO-RISQUES. Optimisation de la gestion forestière en présence de risques : cas de la hêtraie

Projet ECO-RISQUES. Optimisation de la gestion forestière en présence de risques : cas de la hêtraie Projet ECO-RISQUES Optimisation de la gestion forestière en présence de risques : cas de la hêtraie Hanitra Rakotoarison, ONF département RDI Mathieu Fortin, AgroParisTech/INRA, LERFOB (Laboratoire des

Plus en détail

La fourmi. Biologie et protection

La fourmi. Biologie et protection Direction de l'aménagement, de l'environnement et des constructions DAEC Raumplanungs-, Umwelt- und Baudirektion RUBD Bureau de la protection de la nature et du paysage Büro für Natur- und Landschaftsschutz

Plus en détail

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de uillet en France métropolitaine FOUILLET A 1, REY G 1, JOUGLA E, HÉMON D 1 1 Inserm, U75, Villeuif, France. Inserm CépiDc, IFR9,

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Modélisation prédictive et incertitudes. P. Pernot. Laboratoire de Chimie Physique, CNRS/U-PSUD, Orsay

Modélisation prédictive et incertitudes. P. Pernot. Laboratoire de Chimie Physique, CNRS/U-PSUD, Orsay Modélisation prédictive et incertitudes P. Pernot Laboratoire de Chimie Physique, CNRS/U-PSUD, Orsay Plan 1 Incertitudes des modèles empiriques 2 Identification et caractérisation des paramètres incertains

Plus en détail

Enquête et retour d expériences de gestionnaires de murs végétalisés

Enquête et retour d expériences de gestionnaires de murs végétalisés Enquête et retour d expériences de gestionnaires de murs végétalisés Extrait de l étude Avertissement Ce document est un extrait d une étude approfondie réalisée en 2012. Pour connaître les modalités d

Plus en détail

Table des matières. I Mise à niveau 11. Préface

Table des matières. I Mise à niveau 11. Préface Table des matières Préface v I Mise à niveau 11 1 Bases du calcul commercial 13 1.1 Alphabet grec...................................... 13 1.2 Symboles mathématiques............................... 14 1.3

Plus en détail

1- Politique monétaire et soutenabilité fiscale

1- Politique monétaire et soutenabilité fiscale 1- Politique monétaire et soutenabilité fiscale Solvabilité fiscale = capacité du gouvernement à servir la dette publique (intérêt, échéances de remboursement) sans faire défaut. Soutenabilité fiscale

Plus en détail

ANNEXE 3. "Préservation d'arbres-habitat" Service des forêts, de la faune et de la nature. Inspection cantonale des forêts Biodiversité en forêt

ANNEXE 3. Préservation d'arbres-habitat Service des forêts, de la faune et de la nature. Inspection cantonale des forêts Biodiversité en forêt Service des forêts, de la faune et de la nature Inspection cantonale des forêts Biodiversité en forêt Chemin de la Vulliette 4 1014 Lausanne Directive N : IFOR-BIODIV-ARB.HAB-2012 ANNEXE 3 "" Date de création

Plus en détail

TECH. INFOTECH # 34 Solvabilité 2 : Le calcul du capital économique dans le cadre d un modèle interne. Introduction

TECH. INFOTECH # 34 Solvabilité 2 : Le calcul du capital économique dans le cadre d un modèle interne. Introduction INFO # 34 dans le cadre d un modèle interne Comment les méthodes d apprentissage statistique peuvent-elles optimiser les calculs? David MARIUZZA Actuaire Qualifié IA Responsable Modélisation et Solvabilité

Plus en détail

TABLEAU 5 Nombre moyen (et écarts types) de mots produits selon le niveau scolaire et les trois conditions de révision

TABLEAU 5 Nombre moyen (et écarts types) de mots produits selon le niveau scolaire et les trois conditions de révision Dans ce tableau, si le chercheur ne s intéresse pas aux notes item par item mais simplement à la note globale, alors il conservera seulement les première et dernière colonnes et calculera des statistiques

Plus en détail

Optimisation de la géométrie du voisinage pour la segmentation d images texturées

Optimisation de la géométrie du voisinage pour la segmentation d images texturées Optimisation de la géométrie du voisinage pour la segmentation d images texturées Pierre Beauseroy & André Smolarz Institut des Sciences et Technologies de l Information de Troyes (FRE 73) Université de

Plus en détail

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.1.- Définition du bruit : A1.1.1.- Production et caractéristiques d un son Tout corps qui se déplace ou qui vibre émet un son. Il transmet sa vibration

Plus en détail

«Cours Statistique et logiciel R»

«Cours Statistique et logiciel R» «Cours Statistique et logiciel R» Rémy Drouilhet (1), Adeline Leclercq-Samson (1), Frédérique Letué (1), Laurence Viry (2) (1) Laboratoire Jean Kuntzmann, Dép. Probabilites et Statistique, (2) Laboratoire

Plus en détail

Graphes, réseaux et internet

Graphes, réseaux et internet Graphes, réseaux et internet Clémence Magnien clemence.magnien@lip6.fr LIP6 CNRS et Université Pierre et Marie Curie (UPMC Paris 6) avec Matthieu Latapy, Frédéric Ouédraogo, Guillaume Valadon, Assia Hamzaoui,...

Plus en détail

TABLE EXPLORATION PROGRAM CLASS CRITERIA

TABLE EXPLORATION PROGRAM CLASS CRITERIA TABLE EXPLORATION PROGRAM CLASS CRITERIA (Exploration Program Class Criteria Table replaced by O.I.C. 2005/190) Column 1 Column 2 Column 3 Column 4 Item Class 1 Class 2 Class 3 Activity Criteria Criteria

Plus en détail

Science et technologie. Parc national du Canada du Gros-Morne

Science et technologie. Parc national du Canada du Gros-Morne Science et technologie Parc national du Canada du Gros-Morne Programmes de sensibilisation des étudiants Projet de surveillance des cours d eau. Les écosystèmes d eau douce constituent une part importante

Plus en détail

CHAPITRE II Expérimentations 33

CHAPITRE II Expérimentations 33 PLAN Introduction générale 1 Introduction 1 1) Présentation de notre objet d étude : la parcelle agricole 1 2) Les différents processus du bilan hydrique 1 3) Cadrage du projet de thèse par rapport aux

Plus en détail

La sélection collaborative de pages Web pertinentes

La sélection collaborative de pages Web pertinentes Environnements Informatiques pour l Apprentissage Humain, Montpellier 347 La sélection collaborative de pages Web pertinentes Jérôme Dinet Université de Metz Equipe Transdisciplinaire sur l Interaction

Plus en détail

UNIVERSITE D ANTANANARIVO FACULTE DES SCIENCES DEPARTEMENT DE BIOLOGIE ET ECOLOGIE VEGETALES

UNIVERSITE D ANTANANARIVO FACULTE DES SCIENCES DEPARTEMENT DE BIOLOGIE ET ECOLOGIE VEGETALES UNIVERSITE D ANTANANARIVO FACULTE DES SCIENCES DEPARTEMENT DE BIOLOGIE ET ECOLOGIE VEGETALES Mémoire pour l obtention de Diplôme d Etudes Approfondies (D.E.A.) en Biologie et Ecologie Végétales Option

Plus en détail

Compte-rendu des discussions autour de la méthodologie du programme Forêts Anciennes, réunion téléphonique 19 juillet 2011

Compte-rendu des discussions autour de la méthodologie du programme Forêts Anciennes, réunion téléphonique 19 juillet 2011 Compte-rendu des discussions autour de la méthodologie du programme Forêts Anciennes, réunion téléphonique 19 juillet 2011 Participants Membre du comité scientifique et technique Nicolas Drapier DP Jean-Luc

Plus en détail