Laboratoire de Psychophysiologie, Facult~ des Sciences, Route de Gray, F Besan~on Cddex. Requ le 5 septembre Accept6 le 20 novembre 1979.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Laboratoire de Psychophysiologie, Facult~ des Sciences, Route de Gray, F 25030 Besan~on Cddex. Requ le 5 septembre 1979. Accept6 le 20 novembre 1979."

Transcription

1 Insectes Sociaux, Paris 1981, Volume 28, n ~ 1, pp Masson, Paris, 1981 INFLUENCE RESPECTIVE DES REP]~RES VISUELS ET DES REPi~.RES CHIMIQUES DANS L'ORIENTATION DE FORMICA POLYCTENA AU COURS DE L'EXPLOITATION D'UNE SOURCE DE NOURRITURE D. HENOUELL et H. ABDI Laboratoire de Psychophysiologie, Facult~ des Sciences, Route de Gray, F Besan~on Cddex Requ le 5 septembre Accept6 le 20 novembre RESUME La r6pdtition des exp6riences de choix entre rep~res visuels et rep6res chimique~ nous ont perrnis de constater que l'utilisation de ces reputes orientationnels est variable: dans certains eas, toutes les fourmis s'orientent par rapport aux rep6res chimiques, dans d'autres cas le nombre de fourmis qui s'orientent par rapport aux rep~res visuels est sup6rieure, identique ou infdrieure au nombre de fourmis qui s'orientent par rapport aux reputes chimiques. Nous n'avons jamais obtenu le cas dans lequel routes les fourmis s'orientent par rapport aux rep~res visuels. L'analyse des donn6es par la mdthode de l'analyse factorielle des correspondances montre que l'utilisation des reputes visuels et chimiques ddpend 6troitement de certains param~tres qui ont varid au cours des exp6- riences successives. I1 ressort de cette analyse que dans la majorit6 des cas, toutes les fourmis s'orientent par rapport aux rep6res chimiques lorsque les exp6rienees ont lieu au printemps, le matin, apr~s une p6riode de nourrissage pr61iminaire courte et sous certaines conditions climatiques. D'autre part, ce serait en 6tO qu'un grand hombre d'entre elles s'orientent par rapport aux rep6res visuels. Les param~tres saison, heure de la journ6e, dur6e du nourrissage pr61iminaire apportent des 616ments positifs h l'hypoth~se suivant laquelle l'utilisation des rep6res visuels et chimiques est fonction de l'exp6rience individuelle des fourmis. Dans un premier temps, les ouvri~res recrutdes et doric,r inexp6- riment6es,, sont guiddes vers la source de nourriture par la piste chimique ddposde sur le substrat par les ouvri~res qui ont ddcouvert la source de nourriture par hasard. Lors des premiers voyages, recruteuses et reerutdes guid6es par les rep~res chimiques apprennent ~t s'orienter sur les rep~res visuels. Dans un deuxi6me temps, la piste chimique n'a qu'une influence minime dans l'orientation de ces m6mes fourmis ; elles se dirigent alors par rapport ~t des rep~res visuels. En revanche, la piste qui continue ~t 6tre ddposde permet le g-uidage vers la source de nourriture de nouvelles ouvri6res ~, inexpdriment6es,,. Le fair que les ouvri6res exp6riment6es restent sensibles 5. la pr6sence d'une piste chimique d6pos6e sur le trajet qu'elles empruntent habitueiiement rend possible le retour aux rep6res chimiques en rant que reperes orientationnels.

2 48 D. HENQUELL, H. ABDI SUMMARY Respective influence of visual and chemical cues in orientation of Formica polyctena which is foraging on a food source We report the result of 34 experiments in ~vhich ants could use visual and chemical cues to orientate after foraging on honey. In some cases, all ants used chemical cues; in other cases most ants used visual cues as well as chemical cues. However,,we never observed the case that all ants used only visual cues. Analysis of the data by correspondance analysis (= reciprocal averaging) shows that the use of chemical or visual cues closely depends on parameters which changed from one experiment to another throughout the year. In the majority of cases, all ants used chemical cues when experiments.were carried out in spring, in the morning, after a preliminary short period of feeding and under certain climatic conditions. A greater number of ants used visual cues in summer. The study of parameters ~vhich influence the orientation in relation to chemical or visual cues tends to confirm the hypothesis that individual experience is involved in selection of visual cues rather than of chemical cues. When recruited ants ~vere naive they find the food place by following the chemical trail,which was laid down by experienced workers were foraging on that area. Then recruited ants progressively learn to use visual cues. But as the chemical trail would still be laid down, foragers could use chemical cues as well as visual cues. INTRODUCTION L'orientation chez les Fourmis est un processus fort complexe qui fait appel /~ des m6canismes diff6rents d'une esp~ce h l'autre. La plupart des esp~ces peuvent s'orienter sur plusieurs rep~res: l'utilisation des diff6rents types de rep~res d6pend alors des caract6ristiques de l'environnement et de l'exp6rience individuelle des Fourmis. Certaines peuvent utiliser simultan6ment plusieurs rep~res (,,integrated navigation,, : J.H. SUDD, 1967 et T.C. SCHNEIRLA, 1953). Chez d'autres esp~ces, il y a substitution des stimulations (,, substitution of stimuli,, : D.M. VOWLES, 1954 et R. JANDER, 1963). Par exemple, chez Formica inserta l'apprentissage d'un labyrinthe d6pend de l'emplacement de la source lumineuse, mais il est facilit6 par des rep6res chimiques et tactiles (T.C. SCHNEIRLA, 1954). OU bien, les ouvri6res de Myrmica rubra s'orientent dans un premier temps par rapport h des rep6res visuels puis, de faqon progressive, par rapport h la piste chimique qu'elles d6posent (D.M. VOWLES, 1955). Chez Pogonomyrmex, les ouvribres s'orientent h la fois par rapport aux rep6res c61estes, terrestres et chimiques: l'importance relative de ces diff6rents rep6res varie selon la pr6sence ou l'absence des uns et des autres et selon qu'il s'agit du trajet de d6part ou du trajet de retour au nid (B. HOLLDOBLER, 1971, 1976). La nuit, lorsque la lune est absente, Cataglyphis bicolor s'oriente par rapport h la direction du vent (P. DUELLI, 1973); le jour, elle s'oriente par rapport au soleil et par rapport h des

3 ORIENTATION DE FORMICA POLYCTENA 49 rep~res terrestres (R. WEHNER, P.L. HERRLING, I. FLATT, 1970). Les ouvri~res de Camponotus sericeus se dirigent principalement par rapport h des rep~res visuels, mais, lorsqu'ils manquent, elles se dirigent par rapport ~t des rep~res chimiques (B. HOLLI)OBLER et coll.~ 1974). I1 en est de m6me chez Leptothorax unitaciatus (A.P. LANE, 1977). Quant ~t Formica polyctena, si on sait que les rep~res terrestres jouent un r61e essentiel clans l'orientation diurne, on ignore la part qui revient aux rep6res c61estes, chimiques, tactiles et g6otactiques dans l'orientation nocturne. Par ailleurs, les rep~res chimiques d6pos6s par les ouvri6res,, exp4riment6es,, pourraient intervenir au printemps dans le guidage des jeunes ouvribres alors que les premieres s'orienteraient sur des rep~res terrestres appris ~t l'automne pr4c6dent (R. ROSENGREN, 1971, 1977 a, 1977 b; R. ROSENGREN et P. PAMILO, 1976). De fa~on g6n4rale, K. HORSTMANN (1976) 4met l'hypoth~se qur la piste chimique aiderait les jeunes approvisionneuses au cours de leur premiere sortie: il constate en effet que les ouvrihres familiaris6es h l'exploitation d'une source de nourriture s'orientent surtout par rapport h des rephres terrestres quand on leur laisse le choix entre des rep~res optiques et des rep~res olfactifs. Ayant constat4 que parfois les ouvri~res s'orientent surtout par rapport ~t des rep~res visuels et que, parfois elles s'orientent surtout par rapport des rep6res chimiques, nous avons tent6 de cerner la part respective qui revient ~ Fun et ~t l'autre de ces rep6rages dans l'exploitation d'une source de nourriture. MATERIEL ET METHODE A. Les principes de la m6thodologie Nous avons utilis6 des labyrinthes faits de couloirs en bois dispos6s en croix. L'un des couloirs 6tant plac6 au pied du d6me, les fourmis qui l'ont parcouru ont le choix entre 3 couloirs qui ne contiennent aucune source de nourriture. Dans l'un des 3 couloirs, les fourmis ont la possibilit4 de s'orienter par rapport un ensemble de rep~res g6otactiques, c61estes et terrestres. Dans un autre, "elles peuvent s'orienter par rapport hun ensemble de rep6res chimiques, visuels et tactiles. Le 3" couloir sert de t6moin: il ne pr6sente pas de rep6re particulier par rapport aux deux autres, B. Les fourmili~res exp6rimentales Les deux fourmili&res Bm et B2 de Formica polyctena sur lesquclles nous avons r6alis6 nos exp6riences ont 6t6 r4coltges en 1971 dans une for~t de fcuillus /t 12 km de Bcsan~on (Doubs, France). Nous avons d6nombr6 dans cette for~t plus d'une trentaine de nids, dont certains sont en communication avec d'autres. La plupart sont situ4s en bordure d'un chemin forestier. Ces deux fourmili~res ont 4tg install6es clans un terrarium ext6rieur, h proximit~ imm4diatc du Laboratoire. Le terrarium a une forme circulaire: son diam&tre est de 15 m~tres. I1 est d61imit4 par une bordure en ciment et entour4 d'un grillage h larges mailles de 2 m~tres de haut. Les fourmis sont ainsi prot6g4es des pr6dateurs terrestres

4 50 D. HENQUELL, H. ABDI 6ventuels et peuvent circuler sans,< contraintes,, particuli6res h l'int6rieur et h l'ext6rieur du terrarium. Les fourmili6res ont bien support6 la transplantation puisqu'elles ont produit tous les ans du couvain d'ouvri6res et des reines ail6es. C. Le dispositif exp6rimental et la mdthode de comptage La figure 1. repr6sente le dispositif exp6rimental. Le couloir C4, couloir en bois de 100 cm 5 cm 3 cm, est plac6 h la base du d6me en direction de VEst. On 6rite ainsi que l'entr6e de C4 ne coincide avec le d6part d'une piste naturelle. Ce couloir se raccorde )... ) C3 ~ z C3'... i 9 :a '!d =i ii f ' ~JC1 ~C2 Fig Dispositif exp6rimental. Fig TM 6tape: la source de nourriture (SN) est plac6e dans l'616ment terminal du couloir Ca. 2 e 6tape: Ca est mis h la place de C1 et inversement. Les polarit6s de C1 et de C2 sont chang6es: l'extr6mit6 distale devient proximale. La source de nourriture est retir6e. Experimental arrangment. 1st stage: The food source (SN) is introduced in the terminal part of the wooden route Ca. 2nd stage: Route C._, replaces route Cz and vice versa. The polarities of routes C~ and Cz change. The food source is removed. trois couloirs en bois de 100 cm 5 cm 3 cm prolong6s par un 616ment terminal amovible de 10 cm 5 cm x 3 cm. C~ est plac6 en direction du Sud, Cz dans e prolongement de C4 et C3 en direction du Nord. Ces couloirs sont, selon les exp6riences, ferm6s par un couvercle de plexiglass ou de grillage. Une toile peut 6tre tendue h 2 m6tres au-dessus du sol: le soleil est ainsi masqu6. Avant chaque expdrience, une coupelle de nourriture est introduite dans 1'616ment terminal de Ca: elle contient du miel m61ang6 ~t de l'eau. La coupelle est laissde en place pendant 20 minutes ~t 4 heures. Les quantifications ne commencent que lorsque le hombre de fourmis se dirigeant vers la source de nourriture est au moins de 6 par minute. L'exp6rimentation proprement dite se d6roule en 2 6tapes: Premiere 6tape : Une source de nourriture 6tant plac~e ~ l'extr6mit6 de Cz, nous comptons pendant 1 minute le nombre de fourmis qui viennent du nid et d6passent la moiti6 d'un couloir

5 ORIENTATION DE FORMICA POLYCTENA 51 donn6 (soit 50 cm). Les comptages 6tant faits successivement dans les 4 couloirs avec 15 secondes d'intervalle entre eux, c'est toutes les 5 minutes que nous comptens les fourmis dans chaque couloir. Les r6sultats obtenus pour chaque exp6rience corre.~pondent h la moyenne de deux comptages. La distance de 50 cm par rapport ~t l'entr6e et ~t l'extr4mit6 des couloirs permet d'6viter de prendre en compte les fourmis qui s'engagent sur une vingtaine de cm dans un couloir, h6sitent, puis reviennent. Cette distance permet aussi d'6viter de prendre en compte les fourmis qui font des aller et retour sur une vingtaine de cm apr6s avoir d6couvert la nourriture. Seules les fourmis qui viennent du nid sont prises en compte: nous avons pu observer que leur nombre est fonction du nombre de celles qui rentrent au nid. 2" 6tape : Apr6s avoir enlev6 la source de nourriture, fair tomber les fourmis qui se trouvaient dans les couloirs et chang6 l'616ment terminal, Ca est mis h la place de C1 et inversement. Cette permutation est accompagn4e d'un changement de polarit6 de ces m6mes couloirs : l'extr6mit4 la plus proche du nid devient la plus 41oign6e. La polarit4 des couloirs est chang4e pour 6viter un rep4rage possible sur une succession orient4e de rep6res visuels et tactiles. Apr6s permutation, C, est d6sign4 par C'1 et Cz par C'~. Les comptages sont faits d6s que les couloirs C'1 et C'2 sont mis en place. Les r6sultats obtenus correspondent la moyenne de 5 comptages effectu6s alternativernent en C'4, C'2, C'~ et C'~ (C4 et C3 n'ont pas chang4 de position mais ils sont d6sign6s par C'4 et C'3 pour montrer qu'il s'agit de la 2 * 6tape de l'exp6rience). Au total, nous avons r4alis6 34 exp6riences. RESULTATS Les r6sultats de toutes les exp6riences sont consign6s dans le tableau I. Le nombre de fourmis variant d'une expdrience ~ l'autre, nous avons, pour l'exploitation statistique des r4sultats, substitu6 aux valeurs r6elles les rapports: K~: K2: K3: K~I : K'2: K'3: nombre de fourmis qui d6passent la moiti4 du couloir Ct somme des nombres de fourmis qui d4passent la moiti6 des couloirs C1, C2 et Ca idem mais couloir C2 idem mais couloir Ca nombre de fourmis qui d6passent la moiti4 du couloir C'1 somme des nombres de fourmis qui d4passent la moiti6 des couloirs C'I, C'2 et C'3 idem mais couloir C'2 idem mais couloir C'3 Pour 6tablir ces rapports, nous avons pris en compte la somme des nombres de Fourmis qui d6passent la moiti4 des couloirs C1, C2, C3 plut6t que le nombre de fourmis qui d6passent la moiti4 du couloir C4. En effet, quelques-unes des fourmis qui sont observ6es dans ce couloir retournent

6 52 D. HENQUELL, H. ABDI au nid avant d'avoir d~pass6 la moiti6 des autres couloirs. Elles n~ - viennent donc pas dans l'exploitation de l'espace exp6rimental. Les rapports obtenus pour chacune des exp6riences sont donn6s sous forme de diagramme (fig. 2a et 2b). A. Analyse globale des r~sultats Si nous comparons les rapports K1, K2, K3, nous observons que K2 est sup6rieur h K 1 et K3 et que K1 et K3 sont identiques (significatif au seuil 0,01, test de Wilcoxon). Ainsi, au premier stade de l'exp6rience, c'est le couloir C2, ~ l'extr6mit6 duquel les fourmis trouvent de la nourriture, qui est logiquement le plus frdquent6. Dans les deux couloirs C~ et C3, le nombre de fourmis est identique et tr~s faible. Si nous comp.arons ensuite les rapports K'~ et K'2, nous observons que K'2 est sup6rieur h K'I (significatif au seuil 0,01, test de Wilcoxon). La comparaison de K'~ et K'3 montre que K'~ est sup6rieur ~ K' 3. Apr6s le retrait de la source de nourriture et la permutation des couloirs, les fourmis qui ont le choix entre les couloirs C'~, C'2 et C'3 empruntent donc de pr6f6rence les couloirs C'~ et C'2, ce dernier couloir 6rant pr6f6r6 ~ C'~. Les diff6rences de fr6quentation des couloirs ont 6t6 analys6es en fonction des rep6res visuels, tactiles et chimiques que peuvent rencontrer les fourmis h la sortie du nid et du couloir initial C'4. Tableau I. -- Nombre de fourmis qui d~passent la moiti6 de chaque couloir (1"r stade: moyenne de 2 comptages d'une minute. 2 ~ stade: moyenne de 5 comptages d'une minute). C1, C,, C3, C,: Fr~quentation des diff~rents couloirs lorsqu'une source de nourriture est placee ~ l'extr~mit~ de Cv C% C', : Fr~quentation de C3 et C, apr~s que la source de nourriture ait ~t~ enlev~e. C'~: Fr~quentation de C2 sans source de nourriture mis h la place de C,. C'I: Fr6quentation de CI sans source de nourriture et mis h la place de C2. Table I.- The average numbers of ants that run at least half way in every wooden route (Ist stage: mean of two one-minute counts. 2nd stage: mean of five oneminute counts). C1, C~, C3, C4: Frequency in every wooden route. A food source is present in the terminal part of C~. C'a, C'4: Frequency in C3 and C4 'wooden routes after the food sources was removed. C'2: Frequency in C~,wooden route after it was put in place of C~ and after the food source was removed. C'1 : Frequency in C1 wooden route after it was put in place of C.- and after the food source was removed.

7 ORIENTATION DE FORMICA POLYCTENA 53 Num6ros des exp6riences C4 CI C2 8 11,5 10,5 C Cq + C'.~ + C':~ 8 11,5 10,5 5,5 6 1, , ,5 1 er 7 15, ,5 43,5 S 0 0 0,5 0,5 2,5 3 T 7 16, ,5 77,5 60 A ,5 1 0 D 7 16,5 43,5 16, E C'4 9,8 6,6 3,6 5,2 12,6 44,6 18,6 48,4 50,8 S C'1 2,8 0,6 1,4 13,8 1,4 3 3, ,6 2,2 7,4 T C'~ 23,6 13, ,2 7,4 3,6 9,2 9 53,6 23,6 44,6 62,8 A C' ,2 0, ,6 3,6 6 3,4 2,8 5,4 D C'1 + C': + C':, 25,4 "13,8 18,6 27,8 8,8 6,6 13,4 14,6 72,6 39,5 49,6 75,6 E 2 e Num6ros des exp6riences C ,5 23, ,5 57,5 41, ,5 S C, 0 1,5 0 0,5 2,5 2 0,5 0,5 2,5 1,5 2,5 T C2 102, , ,5 17,5 27,5 27,5 21 A C ,5 4,5 0,5 0, ,5 1,5 D C'z + C'~ + C':) 102,5 23, , ,5 28, ,5 25 E 1 ~r C'~ 46 9,6 11, ,4 38 I0,4 C'l 17, ,4 82,2 3 69,2 24,8 9 C'2 66,4 I0 3,8 73, ,4 25,4 7 C'3 0,4 2,6 0,8 2,8 3 9,8 2,6 3,6 C'I + C',., + C'.~ 84,2 33, , ,4 52,8 19,6 2 (, 20 29,8 12,6 S 20 18,6 3 T 30 33,4 11,4 A 4 3 1,4 D ,8 E Num~ros des exp6riences C~ ,5 50,5 C~ 0,5 0, Cz 20 40,5 33, ,5 53,5 C3 2 2,5 0,5 0,5 1 0,5 C'1 + C'.o + C':~ 22,5 43, ,5 29,5 55 I ~r 12 17, ,5 S 0 3,5 0 1,5 4 T ,5 A 0 4, D ,5 16,5 E C' 4 C' I C' 2 C" a C'~ + C': + C':, 20,4 11,8 18,8 43,2 20,2 26 8,6 21, ,4 8,2 S 13,2 6,4 4,8 13,4 8,4 6,4 2,4 13,4 5,6 9 1,6 T 14,6 9,2 32,6 28,8 17,4 10, , ,4 3,4 A 3,2 3 1,2 3,8 2,8 1,8 I 10 3,4 0,8 0,4 D 31 18,6 38, ,6 18,8 14,4 46, ,2 5,4 E 2 e

8 54 D. HENQUELL, H. ABDI Apr~s la permutation des couloirs, les fourmis peuvent emprunter C'1 en se fondant surtout sur un ensemble de rep6res c61estes, terrestres et g6otactiques. En effet, ce couloir est orient6 dans la direction ofa les fourmis exploitaient auparavant une source de nourriture. Nous dirons qu'il poss6de le caract6re D (direction). En ce qui concerne l'ensemble des rep6res qui peuvent jouer un r61e en C'1, nous ne parlerons que de rep6res visuels. En effet, selon R. ROSENGREN (1971), les rep6res g6otactiques ne jouent qu'un r61e mineur dans l'orientation des fourmis lorsque les rep~res visuels sont pr6sents. Dans le couloir C'2, les fourmis ont la possibilit6 de s'orienter par rapport ~t un ensemble de rep6res comprenant des rep6res chimiques et des rep~res visuels et tactiles. En effet, il a 6t6 frequent6 auparavant par des fourmis qui exploitaient la source de nourriture. I1 a donc 6t6 marqud par une substance chimique d6pos6e par les fourmis qui revenaient au nid. (K. HORSTMANN, 1976; D. HENQUELL, 1976, 1978). De plus, ce couloir est caract6ris6 par des repdres visuels et tactiles que les fourmis ont pu prendre /~ l'int6rieur m6me de ce couloir lorsqu'elles exploitaient la source de nourriture : en effet, bien que tousles couloirs aient les m6mes dimensions et soient faits du m6me bois, ils ne peuvent 6tre rigoureusement identiques. Cepel~dant, nous avons montr6 que les rep6res visuels et tactiles ne jouent qu'un r61e mineur dans l'orientation des fourmis lorsque les rep6res chimiques sont pr6sents (D. HENQUELL, 1978). En cons6quence, nous dirons que le couloir C'2 est surtout caract6ris6 par un marquage chimique (caract6re M). Le couloir C'3 ne poss6dant pas de rep6res particuliers par rapport aux autres, est pris comme couloir de r6f6rence. La fr6quentation des diff6rents couloirs a 6t6 analys6e en fonction des repbres visuels, tactiles, chimiques et g6otactiques. Nous n'avons pas encore envisag6 l'influence des rep6res kinesth6siques qui peuvent 6tre pr6sents en C'1 et C'2. L'6tude exp6rimentale de la sensibilit6 kinesth6sique chez les Fourmis pr6sente en effet de grandes difficult6s. Cependant, tout Fig. 2a ~ 6tape. Nombre de fourmis qui d6passent la moiti6 du couloir C1 Rapport KI : Somme des nombres de fourmis qui d6passent la moiti6 des couloirs Ct, C2 et C3 Rapport K2: idem mais couloir C2. Rapport Ka: idem mais couloir Ca. Fig. 2a. -- 1st stage. Number of ants that run at least half way in 'wooden route C~ Proportion Kt : Sum of numbers of ants that run at least half ~way in every 'wooden route C1, C2 and C3 Proportion K2: idem but route C2. Proportion K3: idem but route C3.

9 ORIENTATION DE FORMICA POLYCTENA 55 K 3 t 0#11,,, ~-~ FLFL_ ~o 2o vh Fh 50 Ngde I'exp~rienc~ K4 0,2 0~4 4O N ~ de I'experienc~ '10 / )/ ux, :..,~ / / p,~/ 40 / ~ / S/ /,/.,/, 20 / / / i b~~ / / / /5 A/." /. / 3 / 7 ~ 7 /'/" / / 2r / / / 5/ / /F.~ /x/z / / /?/ / / / / / 30 N -~ de I'experienc~-

10 56 D. HENQUELL, H. ABDI montre que l'orientation individuelle sur des rep6res kinesth6siques semble jouer un r61e mineur lorsque les rep6res chimiques et visuels sont pr6sents. L'analyse globale des rdsultats montre ainsi que lorsque les ouvridres de Formica polyctena ont le choix entre des repdres visuels (caractdre D) et des repdres chimiques (caractdre M), le plus grand nombre d'entre eiles s'orientent par rapport aux repdres chimiques. Mais l'analyse attentive des resultats montre qu'il n'en est pas toujours ainsi. En effet, l'6tude des r6sultats de chacune des exp6r]ences montre que suivant les cas, le nombre de fourmis en C'2 (caract6re M) peut ~tre sup6rieur, identique ou inf6rieur au nombre de fourmis en C', (caract6re D). Nous avons class6 les r6sultats obtenus en utilisant les rapports K'~, K'2, K' 3. Compte tenu que K'3 n'est sup6rieur h 0,10 que pour 5 experiences sur 34, nous avons retenu cette valem, comme crit6re de comparaison. Nous d6gageons ainsi, plusieurs cat6gories de donn6es : Catdgorie M : pratiquement toutes les fourmis s'orientent par rapport aux rep~res chimiques la difference entre K'I et K'3 est inf6rieure ou 6gale /a 0,10, la diff6rence entre K'2 et K'~ est sup6rieure h 0,10. Catdgorie M > D: Le nombre de fourmis qui rep~res chimiques est sup6rieur au nombre de rapport aux rep6res visuels la diff6rence entre K't et K'~ est sup6rieure la diff6rence entre K'2 et K'~ est sup6rieure s'orientent par rapport aux fourmis qui s'orientent par 0,10, h 0,10. Catdgorie M = D: Le nombre de fourmis qui s'orientent par rapport aux rep6res chimiques est identique au nombre de fourmis qui s'orientent par rapports aux rep~res visuels. la diff6rence entre K'I et K'3 est sup6rieure h 0,10, la diff6rence entre K'2 et K' 1 est inf6rieure ou 6gale h 0,10. Fig. 2b ~ 6tape. Nombre de fourmis qui d6passent la moiti4 du couloir C'~ Rapport K't : Somme des nombres de fourmis qui d6passent la moiti6 des couloirs C',, C'2 et C'3 Rapport K'2: idem mais couloir C'2. Rapport K'3: idem mais couloir C'3. Fig. 2b. -- 2nd stage. Number of ants that run at least half,way in wooden route C'~ Proportion K'I : Sum of numbers of ants that run at least half way in every ~vooden route C'1' C'2 and C'3 Proportion K'2: idem but route C'2. Proportion K'3: idem but route C'3.

11 ORIENTATION DE FORMICA POLYCTENA 57 o, ~0 N9 de I'exp~rience K,1 ~ o.s 1-." _-. ;2.." '!!7 ::% ;'-: :.;:.:: ~-!!i:!; ~i ::..~ :::: ::'.: :'::.,'.m.. :.-- V.'.-.,~ :-:-~ '{::i ~ ::-'i! lo :':"' ;;:':;: "': :": '::; ii]::!i- 2O 30 ~_o de I'e o,s (/:,,: r /"A ~ v /7 /{i / / /;/, / I /;4 4F ~ / "/ / / / / Ji, r / I0 3 /~/ ~S S / ~FS / S S / {{ ~S ; / /r F 1~ ~/ 2O A/ / I/",4/ 7 / r :/~/7 / / /./,,/ / ~/ / / "~ / /, / /~ / / / ~/. /~ "30 N ~ de I'e~ ~erl'ence

12 58 D. HENQUELL, H. ABDI Catdgorie D ~ M : le nombre de fourmis s'orientent par rapport aux rep6res visuels est sup6rieur au nombre de fourmis qui s'orientent par rapport aux rep6res chimiques la diff6rence entre K'2 et K'3 est sup6rieure h 0,10, la difference entre K'~ et K'~ est sup6rieure g 0,10. La catdgorie D dans laquelle pratiquement toutes les fourmis s'orientent par rapport aux rep6res visuels n'est pas repr6sent6e. Nous avons alors pens6 que le choix des fourmis entre les diffdrents rep6res 6tait sous la d6pendance des param6tres qui ont vari6 au cours des exp6riences successives: l'ann~e d'exp6rience, la pdriode de l'ann6e, l'heure de la journ6e, l'ensoleillement, la temp6rature, l'humidit6, la pression atmosph6rique, la nature du couvercle (grillage ou plexiglass), la pr6sence cu non d'une toile au-dessus du dispositif, la fourniture ou non de nourriture au cours des jours pr6c6dents, la dur6e du nourrissage pr616minaire, le nombre de fourmis qui fr6quentent la source, l'origine des fourmis issues de la fourmili6re B1 ou de B2. Pour traiter ces donndes, nous avons utilis6 la m6thode de l'analyse factorielle des correspondances (J.P. BENZECRI et coll., 1973). B. Analyse des donn6es par la m6thode de l'analyse factorielle des correspondances Contrairement aux m6thodes probabilistes, cette m6thode ne pose a priori aucune hypoth6se sur la structure des donn6es. Elle a l'avantage de s'appliquer ~ des tableaux de donn6es tr6s nombreuses et tr6s diverses et de ce fait, elle est couramment utilis6e par les biologistes : B. CHAUVIN (1976), M. TREUSSIER (1976), A. LENOIR et J.C. MARDON (1978), etc... Les param6tres qui ont vari6 au cours des exp6riences successives, les cat6gories pr6c6demment d6finies (cat~.gories M, M > D, M = D, D "> M) ainsi que chaque exp6rience ont 6t6 cod~s suivant le document appel6,, plan carte,, (tableau II). C'est h partir de ce document que sont cod6s les donn6es : pour une variable donn6e la modalit6 qui se trouve re~alis6e prend la valeur 1, les autres modalit6s prennent les valeurs 0. Ce mode de codage est appel6,, codage disjonctif complet ~. Les param6tres (caract6res) qui apparaissent peu sont introduits comme, caract~res suppl6mentaires ~, afin d'dviter que les r6sultats de l'analyse ne soient perturb6s par des valeurs extr6mes. La m6thode de l'analyse factorielle des correspondances pr6sente en effet la propri6t6 de pouvoir int6grer des,, individus ou des caract6res suppl6mentaires ~, : ces individus ou ces caract6res n'interviennent pas directement dans l'analyse, mais se projettent h l'endroit o/1 ils se seraient plac6s s'ils 6taient intervenus dans l'analyse. Le nombre des param6tres introduits en tant que, caract6res suppl6mentaires ~, varie d'une analyse ~t l'autre (3 analyses). En effet, l'interpr6tation de la premibre analyse nous a amends h effectuer une deuxi~me analyse. Pour cette deuxi6me analyse, nous

13 ORIENTATION DE FORMICA POLYCTENA 59 Tableau II. -- Plan carte. --param~tres qui ont vari6 au cours des exp6riences successives. Table II. -- List of variables. -- variable Parameters during successive experiments. Identification des exp6riences Ensoleillement Pr6sence d'une toile au-dessus du dispositif Saison Couvercle Heure h laquelle sont effectu6s les comptages Prfsence de nourriture les jours pr6c6dant l'exp6rience Dur6e du nourrissage pr61iminaire avant le d6but des comptages Nombre de fourmis qui fr6quentent la source de nourriture avant la permutation des couloirs Temp6rature Humidit6 Pression atmosph6rique Fourmili6re Cat6gorie &influence respective des caract6res D et M Annde 101 h ciel d6gag6 ciel couvert ciel nuageux oui non printemps 6t6 automne en plexiglas grillagd matin apr6s-midi pas la veille la veille 2 jours et plus entre 21 et 48 minutes plus de 49 minutes plus de 19 minutes (mais plusieurs pdriodes de nourrissage entre 3,4 et 13 entre 15 et 34 entre 40 et 145 entre 4~ et 13~ entre 13~ et 19~ entre 20 ~ et 27~ inf6rieure ou 6gale ~t 69,9 % sup6rieure ~t 69,9 % inf6rieure ou 6gale h 979,9 millibars sup6rieure ~t 979,9 millibars B~ B2 M M=D M>D D~M M=DonD~M

14 60 D. HENQUELL, H. ABDI avons intdgr6 aux,~param~tres suppl6mentaires ~, d6jh d6finis pour la premiere analyse trois autres param~tres. Ce procdd6 est couramrnent utilis6 dans l'analyse factorielle des correspondances (J.P. BENZECRI et coll., 1973; H. ABDI et J.J. GIRARDOT, 1977). Enfin, pour la troisi~me analyse, deux autres,, parambtres suppl6mentaires,, ont 6t6 introduits. Les r6sultats des calculs effectu6s par l'ordinateur sont donn6s sous forme de graphiques et de tableaux. Les graphiques permettent de visualiser simultan6ment les exp6riences et les param6tres qui les caract6risent. Les points ~ param~tres,~ et les points ~, exp6riences,, se rangent le long de plusieurs axes. Ces axes sont hi6rarchisds : le long de l'axe I s'alignent les points en fonction de la structure de corr61ation la plus forte; le long de l'axe 2 les points s'ordonnent en fonction de la structure suivante et ainsi de suite. L'analyse permet d'interpr6ter la signification de chaque axe. Pour ne pas surcharger le texte, nous ne donnerons que les rdsultats de la troisi6me analyse et seuls les graphiques seront repr6sent6s (fig. 3a et 3b - les graphiques et les tableaux des trois analyses sont donn6s par ailleurs, D. HENQUELL, 1978). R6sultats de la 3 e analyse Les parambtres suppl6mentaires sont: ciel nuageux, pr6sence ou non de la toile, fourmili~re B1 ou B2, cat6gorie M = D, D > M, anndes 1973, 1974, automne, faible fr6quentation de la source de nourriture, tempdrature situ6e entre 4~ et 13~ couvercle de plexiglass et couvercle de grillage. --Interpr6tation de l'axe 1 (~z = 24,46). I1 singularise un ensemble de param~tres : toutes les fourrnis s'orientent h l'aide de repbres chimiques (catdgorie M), les expdriences se sont d6roul6es au printemps, le matin, sur la fourmili~re Bz, le temps de nourrissage pr61iminaire se situe entre 21 et 48 minutes, le ciel est couvert, la tempdrature se situe entre 13~ et 19~ la pression atmosph6rique est inf6rieure ou 6gale 979,9 millibars, les fourmis ont 6t6 nourries la veille de l'expdrience, les fourmis n'ont pas 6t6 nourries les jours pr6c6dant l'exp6rience (comme le montrent les calculs, ces deux dernibres modalit6s sont relativement real Fig. 3a. -- Repr6sentation des " points observations " (~ et des " points param6tres " (*). Axes 1 et 2. 3" analyse (les param6tres soulign6s sont cit6s dans le texte). Fig. 3a. -- Representation of " observation points " (~ and " parameters points " (*). Axis 1 and 2. 3rd analysis (the underlined ~words are quoted in text). Fig. 3b. -- Repr6sentation des " points observations " (~ et des " points param6tres " (*). Axes 1 et 3. 3" analyse (les param~tres soulign6s sont cit6s dans le texte). Fig 3b. -- Representation of " observations points " (o) and " parameters points " (*). Axis! and 3. 3rd analysis (the underlined words are quoted in text).

15 ORIENTATION DE FORMICA POLYCTENA 61 7,..... :~ 7 o ~ ~ "2. o- w 7_ ~ ~O,..:r 3: il il:i o3 "3,1 o0, E!r,. 5 t~

16 62 D. HENQUELL, H. ABDI.f;:.? ~t ~u 0 ~,, ~ tu ~c ~ C t'4 Q ~ ~o ~ 3 X 3 E Z ~ "CJ.ra t, f~ lit L ~ to i ~,~ "~_ C7 Oo

17 ORIENTATION DE FORMICA POLYCTENA 63 correll6es et nous n'en tiendrons donc pas compte par la suite). L'axe 1 oppose cet ensemble de param~tres ~t tousles autres. II d6marque nettement les exp6riences effectu6es au printemps de toutes les autres h une exception pros (n ~ 110) que nous retrouvons proche des exp6riences d'6t6. Ce dernier point confirme ainsi l'importance de ce param6tre (i.e. le printemps) dans la constitution de cet axe. La r6alisation des variables importantes (cf. cidessus) indiquent que leur apparition traduit des tendances marquees mais pas des d6marquations tranch~es. Cet axe reste identique ~ ce qu'il 6tait lots des premi6re et deuxi~me analyses. - - Interpr6tation de l'axe 2 ( z~ = 11, 89). I1 oppose les param6tres par lesquels s'expriment l'automne, h 1'6t6 et aux param6tres par lesquels s'exprime 1'6t6. Cette opposition semble indiquer que le caract6re (, cat6gorie M 2> D,, se place plut6t vers l'automne et que le caract6re ~, cat6gorie D = M et D 2> M,, se place plut6t vers 1'6t6. II rappelle ainsi l'axe 3 de la deuxi6me analyse. - - Interpr6tation de l'axe 3 (~ = 10,48). I1 oppose les param6tres soleil, matin, pr6sence de nourriture 2 jours et plus avant l'exp6rience, fr6quentation moyenne de la source de nourriture. (ainsi que la cat6gorie M = D, en caract6re suppl6mentaire) aux param6tres ciel couvert, pas de nourriture la veille, fr6quentation importante, pression atmosph6rique inf6rieure ~t 979,9 rob, cat6gorie M 2> D. I1 r~v61e une liaison entre le temps couvert et l'utilisation pr6f6rentielle des rep6res chimiques. CONCLUSION - DISCUSSION L'analyse factorielle des correspondances montre que, dans notre situation exp6rimentale, l'utilisation des rep6res chimiques par toutes les fourmis qui s'engagent dans le labyrinthe (cat6gorie M) d6pend ~troitement des param6tres suivants : - - experiences faites au printemps, experiences qui se sont d6roul6es le matin, -- dur6e du nourrissage pr61iminaire de 21 h 48 minutes, ciel couvert, - - t e m p 6 r a t u r e entre 13~ et 19~ pression atmosph6rique inf6rieure ou 6gale h 979,9 millibars. En m6me temps, l'analyse des correspondances indique que, en 6t6, les fourmis s'orientent surtout par rapport aux rep6res visuels; elles sont alors aussi ou plus nombreuses que les fourmis s'orientant par rapport aux rep6res chimiques (cat6gories M = D, D > M). En revanche, en automne, le nombre

18 64 D. HENQUELL, H. ABDI de fourmis qui se sont orient6es par rapport aux rep6res chimiques est sup6rieur au nombre de fourmis qui se sont orient6es par rapport aux rep~res v~suels (cat6gorie M ~ D). Les facteurs climatiques interviennent darts le degr6 d'utilisation des reputes chimiques en automne et en 6t6. S'il nous est impossible de dissocier exactement la part respective des diff6rents param6tres qui ont 6t6 analys6s, notre 6tude apporte des 616ments de r6ponse positive aux hypoth6ses formul6es par d'autres Myrm6cologues. En effet, R. ROSENGREN (I971, 1977), qui dtudie plus sp6cialement la fid6iit6 aux pistes et aux sites, 6met l'hypoth6se que les rep6res chimiques pourraient intervenir au printemps dans le guidage des jeunes ouvri6res par les ouvri6res,, exp6riment6es,,. Celles-ci s'orienteraient surtout par rapport aux rep~res visuels qu'elles ont appris l'automne prdc6dent. Selon K. HORSTMANN (1976), qui 6tudie plu~ sp6cialement le recrutement en direction d'une source de nourriture, la piste chimique pourrait aider les jeunes approvisionneuses au cours de leurs premieres sorties. De faqon plus gdn6rale, les fourmis qui s'orientent par rapport aux rep6res chimiques seraient des fourmis,, inexpdriment6es,,, soit parce qu'elles effectuent leur premibre sortie, soit parce qu'elles non pas encore appris h s'orienter sur les nouveaux rep6res visuels qu-'elles rencontrent. Ces hypotheses sont confort6es par notre 6tude puisque l'association des param6tres,, exp6riences se d6roulant au printemps,,,,, expdriences se d6roulant le matin,,,,, exp6riences r6alis6es apr~s une faible dur6e du nourrissage pr61iminaire,,, rdunit les conditions optimales darts lesquelles la source de nourriture est exploit6e essentiellement par des fourmis,, inexp6- riment6es,,. Lorsque ces conditions sont rdunies, l'orientation de la totalit6 des fourmis engag6es dans le labyrinthe se fait par rapport aux reputes chimiques. En effet, au printemps, les ouvri6res qui sortent d'hibernation sont,, inexp6rimentdes,,. De plus, ~ cette 6poque de l'annde la tempdrature nocturne est trop faible pour que les ouvri6res sortent la nuit : le matin, les r~colteuses font donc leurs premiers voyages /t la source de nourriture- Cependant, lorsque ces m~mes ouvri~res visitent r6guli~rement la source de nourriture, elles apprennent h se diriger sur des rep~res visuels. Elles n'utilisent plus la piste chimique pour elles-m~mes, alors qu'elles continuent la d6poser sur leur trajet de retour au nid, ce qui permet le guidage des nouvelles ouvri6res recrut6es ~ l'int6rieur et ~ l'ext6rieur du nid. Le r61e de l'exp6rience individuelle dans la substitution progressive ou partielle des rep~res visuels aux rep6res chimiques est sugg6r6 par l'analyse des r~sultats obtenus en 6td: h cette 6poque, la majorit6 des fourmis engag6es dans le labyrinthe s'est orient6e par rapport ~ des reputes visuels mais, dans aucune exp6rience, la totalit6 des fourmis ne s'est orient6e par rapport aux rep~res visuels.

19 ORIENTATION DE FORMICA POLYCTENA 65 Dans nos exp6riences, l'emplacement de la source de nourriture n'a pas vari6 au cours de l'ann6e. Etant donn6e la fid61it6 de Formica polyctena pour les pistes qu'elle parcourt (J. DOBRANSKA, 1958; R. CHAUVIN, 1962; R. ROSEN- GREN, 1971), il est donc vraisemblable que la majorit6 des fourmis qui ont exploit6 nos sources de nourriture en 6t6 aient 6t6 des fourmis ~, exp6riment6es,,. Mais, il y a toujours des fourmis qui se dirigent par rapport h la piste chimique puisque de nouvelles r6colteuses sont recrut6es. Les r6sultats obtenus en automne paraissent en contradiction avec notre interpr6tation. En effet, l'analyse indique qu'en automne, la major!t6 des fourmis se sont orient6es par rapport aux rep6res chimiques. Cette contradiction peut s'expliquer par le fait qu'en automne les fourmis n'avaient jamais 6t6 nourries dans cette direction. De ce fait, le nombre de fourmis <~ inexp6riment6es,, est tr~s important. Par ailleurs, les ouvri6res ~, exp6riment6es,~ restent sensibles h la pr6- sence de rep~res chimiques pr6sent6s sur le trajet qu'elles empruntent (D. HENOUELL, 1978). Le retour aux rep6res chimiques en tant que rep~res d'orientation est ainsi toujours possible. Les fourmis peuvent alors utiliser les rep~res chimiques lorsque les rep~res visuels sont absents; elles peuvent d6vier de leur route habituelle pour emprunter les nouvelles pistes qu'elles rencontrent. Afin d'apporter une preuve directe hces hypotheses, nous nous proposons maintenant d'6tudier le processus d'orientation en direction d'une source de nourriture avec des ouvri~res d'~ge connu dont toutes les sorties du nid seront contr616es. Bibliographie ABDI H., GIRARDOT J.J., Apropos de l'61aboration des questionnaires: quelques remarques suscit6es par l'analyse des correspondances. Actes du 60 colloque sur les mdthodes mathdmatiques appliqudes ~ la gdographie. Besan$on. BENZECRI J.P. et coll., L'analyse des donn6es. Dunod 1973, Tome I et II. CHAUVIN B., La dynamique des combats chez l'epinoche. Th6se de Doctorat 6s sciences, Universit6 Ren6-Descartes (Paris V). CHAUVIN R., Observations sur les pistes de Formica polyctena. Ir~s. soc., 12, DOBRZANSKA J., Partition of foraging grounds and modes of conveying information among ants. Acta Biol. Exper., 18, DUELLI P., The relation of astromenotactic and anemomenotactic orientation mechanisms in Desert Ant, Cataglyphis bicolor (Formicid~e, Hymenoptera). In Information processing in the visual systems of Arthropods. Ed. by R. Wehner, Springer Verlag. HENQUELL D., Sur l'existence d'une piste chimique chez Formica polyctena dans des conditions de vie semi-naturelle. Ins. Soc., 23, HENQUELL D., Sur l'existence d'une piste chimique chez Formica polyctena dans des conditions de vie semi-naturelle. Th~se de Doctorat 3 ~ cycle. Universit6 de Franche-Comt6, H.OLLDOBLER B., Homing in the harvester ant Pogonomyrmex badius. Science, 171, HOLLDOBLER B., M5GLICH M., MASCHWITZ U., Communication by tandem-running in the ant Camponotus sericeus, J. Comp. Physiol. 90,

20 66 D. HENQUELL, H. ABDI HSLLDOBLER B., Recruitment behavior home range orientation and. territoriality in harvester ants Pogonomyrmex. Behavioral. Ecology and Sociobiology, 1, HORSTMANN K., Uber dis Duftspur-orientierung bei ~/aldameisen (Formica polyctena, Foerster). Ins. soc., 23, JANDER R., Insect orientation. Ann. Rev. Eut., 8, LANE A.P., Recrutement et orientation chez la fourmi Leptothorax unifaciatus (Latr.): R61e de la piste et des tandems. Thdse cle'doctorat 3 ~ cycle. Universit6 de Dijon LENOIR A., MARDON J.C., Note sur l'application de 1'analyse des correspondances la division du travail chez les Fourmis. C.R. Acad. Sc. Paris, 287, ROSENGREN R., Route fidelity, visual memory and recruitment behaviour in foraging ~vood ants of the genus Formica (Hymenoptera Formicida~). Acta Zool. Fenn., 133, ROSENGREN R., PAMILO P., Effect of ~vinter timber felling on behaviour of foraging 'wood ants (Formica tufa group) in early spring. Proc. II. I.U.S.S.I. Symposium, Warsaw, ROSENGREN R., 1977 a. -- Foraging strategy of the 'wood ant Formica polyctena. I. Retention of fidelity to routes during nocturnal foraging and through the hibernation period. The question of dial periodicity. Acta. Zool. Fenn, 149, ROSENGREN R., 1977 b. ~ Foraging strategy of the wood ant Formica polyctena. II. The role of age polyethism. Acta Zool. Fenn, 150, SCI-INEIRLA T.C., Modifiability in insect behaviour. In : Roeder K.D., Insect Physiology, , New York. SCUNEIRLA T.C., Problems and results in the study of ant orientation. In selected 'writings of T.C. Shneirla. Edit by L.R. Aronson, E. Tobach, D.S. Lehrmann, J.S. Rosenblatt, 1 vol. in 8 ~ de XVI-1032 p. W.H. Freemann, Publi., San Francisco, Calif SUDD J.H., An introduction to the behaviour of ants. Edward Arnold, London. TREUSSIER M., Repartition de quelques micromammif~res et principalement du mulot (Apodemus sylvaticus) dans plusieurs milieux de l'aigoual et des Causses. La terre et la vie, 3. VOWLES D.M., The orientation of ants. I: the substitution of stimuli. J. Exp. Biol., 31, VOWLES D.M., The foraging of ants. Br. I. Animal Behaviour, 3, WEIINER R., HERRLING P.L., FLnTT I., Etude de l'orientation optique de Cataglyphis bicolor (Hymenoptera, Formicid~) dans son biotope ddsertique naturel. Ann. Inst. nation. Rech. agron. Tunisie, 43, 3-26.

Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z.

Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z. Page/0 - BUT DE LA MANIPULATION : Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z. - LES PLANS D EXPERIENCE -LA METHODE DU DOCTEUR TAGUCHI. La mthodologie Taguchi de mise en oeuvre des plans

Plus en détail

Le comportement de chez Zodarion

Le comportement de chez Zodarion Le comportement de chez Zodarion "présentation d'ur leurre" rubidum (Zodariidae) J.M. Couvreur Laboratoire de Biologie Animale et Cellulaire, Faculté des Sciences, Univ. libre de Bruxelles, av. F. Roosevelt,

Plus en détail

Chapitre I - Introduction et conseils au lecteur

Chapitre I - Introduction et conseils au lecteur Chapitre I - Introduction et conseils au lecteur Cette partie introductive situe la place de l'algorithmique dans le développement logiciel et fournit au lecteur des conseils : conseils pour bien analyser

Plus en détail

Mariage, revenu et retraite

Mariage, revenu et retraite Hiver 1991 (Vol. 3, N o 4) numéro d'article 4 Mariage, revenu et retraite Hubert Frenken Un revenu familial ou personnel élevé incite-t-il un individu à prendre une retraite anticipée? Selon diverses études

Plus en détail

La boussole : sommaire du module

La boussole : sommaire du module LE CIEL ET LA TERRE LA BOUSSOLE Point du programme Les points cardinaux et la boussole COMPLEMENTS Fiche connaissance Malle Programmation Télécharger au format PDF 88 KO Qu'est-ce-que ça prouve? Objectifs

Plus en détail

F.U.N.D.P. Département Education et Technologie

F.U.N.D.P. Département Education et Technologie F.U.N.D.P. Département Education et Technologie au 1er degré 1997 Sous la direction de Jean Donnay & Marc Romainville Département Education et Technologie Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix

Plus en détail

Marketing Data Set: Follow-Up to Purchases of a Consumer Panel

Marketing Data Set: Follow-Up to Purchases of a Consumer Panel Marketing Data Set: Follow-Up to Purchases of a Consumer Panel Typologie des consommateurs et Mesure de la loyauté/fidélité Stéphanie Ledauphin-Menard, Sébastien Lê Face aux problèmes de pouvoir d achat

Plus en détail

L analyse en composantes principales en pratique

L analyse en composantes principales en pratique L analyse en composantes principales en pratique Après avoir vu sa formalisation mathématique dans le module précédent, on s intéresse ici à l utilisation pratique de l ACP. 1 Objectifs L objectif de l

Plus en détail

Une colonisation tardive

Une colonisation tardive CHAPITRE V Une colonisation tardive De l avis général, un seul et même peuple issu du continent asiatique aurait peuplé les îles de la Polynésie. La colonisation des îles polynésiennes se serait effectuée

Plus en détail

EXPÉRIENCE EN CLASSE SUR LE TABLEUR

EXPÉRIENCE EN CLASSE SUR LE TABLEUR EXPÉRIENCE EN CLASSE SUR LE TABLEUR Thème : STATISTIQUES en ème Alain JUILLAC (Collège Condorcet - Puy Guillaume) Véronique JUILLAC (Lycée Montdory - Thiers) Cet article est paru sur le Bulletin Vert de

Plus en détail

Table des matières. II. Vérification de notre première hypothèse: l'orientation des feuilles. 1. La phyllotaxie.

Table des matières. II. Vérification de notre première hypothèse: l'orientation des feuilles. 1. La phyllotaxie. Table des matières. Introduction I. Constat de départ. II. Vérification de notre première hypothèse: l'orientation des feuilles. 1. La phyllotaxie. 1.1. La suite de Fibonacci. 1.2. Description des dispositions

Plus en détail

Josée St-Pierre, Ph.D. Directrice

Josée St-Pierre, Ph.D. Directrice Éditorial La complexité accrue de l environnement dans lequel travaillent les PME, et la nouvelle réalité économique à laquelle elles font face exercent des pressions de plus en plus importantes sur leur

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation 1 / 8 Découvrir le code 1 5P-6P Fiche de présentation Titre de l'activité Sous-titre Degré(s) concerné(s) Durée estimée Résumé Contexte d'utilisation de la calculatrice Contenus et compétences mathématiques

Plus en détail

Projet de restructuration du quartier des Amonts aux Ulis (91)

Projet de restructuration du quartier des Amonts aux Ulis (91) Les Portes de Voisins 21B rue Jacques Cartier 78960 VOISINS-LE-BRETONNEUX Tél./fax 01.30.60.96.84 Projet de restructuration du quartier des Amonts aux Ulis (91) Etude acoustique du projet Etude 090302-2

Plus en détail

i. La Survena.nce des accidents

i. La Survena.nce des accidents SUJET B LES MATH~MATIQUES DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE Introduction de la discussion (rdsumd) P. J. DELAPORTE Plusieurs communications sont prdsentdes au Colloque sur les Mathdmatiques de l'assurance Automobile.

Plus en détail

Relevés et exploitations de données météo Étude des paramètres ayant une influence sur les relevés de températures

Relevés et exploitations de données météo Étude des paramètres ayant une influence sur les relevés de températures Relevés et exploitations de données météo Étude des paramètres ayant une influence sur les relevés de températures Classe de CM1/CM2 École primaire publique de Précey (50) année scolaire 2010/2011 -2-

Plus en détail

SEG 2506 Construction de logiciels

SEG 2506 Construction de logiciels SEG 2506 Construction de logiciels Devoir 04: Programmation avec concurrence présenté à: prof. G. Bochmann, Ph.D. par: Alexandre Bradley 4548582 abrad087@uottawa.ca et Kevin Mottashed 4490866 kmott071@uottawa.ca

Plus en détail

Statistiques. Centrale des crédits aux particuliers - 2007

Statistiques. Centrale des crédits aux particuliers - 2007 Statistiques Centrale des crédits aux particuliers - 2007 Banque nationale de Belgique, Bruxelles Tous droits réservés. La reproduction de cette publication, en tout ou en partie, à des fins éducatives

Plus en détail

MÉTHODE GRAPHIQUE DE CALCULS DE LA MOYENNE ET DE L'ÉCART TYPE DUNE DISTRIBUTION NORMALE TEST DE NORMALITÉ

MÉTHODE GRAPHIQUE DE CALCULS DE LA MOYENNE ET DE L'ÉCART TYPE DUNE DISTRIBUTION NORMALE TEST DE NORMALITÉ REVUE FORESTIÈRE FRANÇAISE 791 MÉTHODE GRAPHIQUE DE CALCULS DE LA MOYENNE ET DE L'ÉCART TYPE DUNE DISTRIBUTION NORMALE TEST DE NORMALITÉ r PAR R. TOMASSONE Ingénieur des Eaux et Forêts Ψ Section de la

Plus en détail

DOMAINE ESTIMATION, GRANDEURS ET MESURES (EGM)

DOMAINE ESTIMATION, GRANDEURS ET MESURES (EGM) DOMAINE ESTIMATION, GRANDEURS ET MESURES (EGM) Le domaine Estimation, Grandeurs et Mesures (EGM) comprend deux ensembles de modules qui correspondent respectivement à ESTIMATION (modules 1a et 1b) et à

Plus en détail

EVALUATION DU RISQUE TMS DANS LE DOCUMENT UNIQUE : LIMITES ET ATOUTS POUR UNE PREVENTION GLOBALE

EVALUATION DU RISQUE TMS DANS LE DOCUMENT UNIQUE : LIMITES ET ATOUTS POUR UNE PREVENTION GLOBALE EVALUATION DU RISQUE TMS DANS LE DOCUMENT UNIQUE : LIMITES ET ATOUTS POUR UNE PREVENTION GLOBALE CAROLY SANDRINE (1) (1) PACTE-CRISTO- Université Pierre Mendès France- BP 47-38 040 Grenoble cedex 09 Résumé

Plus en détail

Exemple PLS avec SAS

Exemple PLS avec SAS Exemple PLS avec SAS This example, from Umetrics (1995), demonstrates different ways to examine a PLS model. The data come from the field of drug discovery. New drugs are developed from chemicals that

Plus en détail

Comprendre les statistiques de fréquentation

Comprendre les statistiques de fréquentation Comprendre les statistiques de fréquentation Les statistiques de fréquentation sont produites par Awstats, un outil qui calcule les statistiques d'un site web à partir des fichiers logs générés par le

Plus en détail

Une démarche réflexive pour la formation en sciences de la santé associée au développement de compétences

Une démarche réflexive pour la formation en sciences de la santé associée au développement de compétences Session 2-3 14h00 à 17h30 Symposium Local: 1813 Santé L'université, lieu de formation démarche réflexive, santé, accompagnement-formation Une démarche réflexive pour la formation en sciences de la santé

Plus en détail

Etude de l'aptitude au sursemis des variétés de ray-grass anglais

Etude de l'aptitude au sursemis des variétés de ray-grass anglais Etude de l'aptitude au sursemis des variétés de ray-grass anglais P. Luxen En zone presque exclusivement herbagère, le sursemis présente de nombreux avantages. Dans le cas du ray-grass anglais, existe-toi!

Plus en détail

ASSURANCE AUTOMOBILE -- STATISTIQUE. ALEXANDRE CANNET Paris (France)

ASSURANCE AUTOMOBILE -- STATISTIQUE. ALEXANDRE CANNET Paris (France) ASSURANCE AUTOMOBLE -- STATSTQUE ET TARFS ALEXANDRE CANNET Paris (France) Commentaires sur les constatations expdrimentales d'une Compagnie Frangaise en mati~re d' A ssurance Responsabilitd C ivile Automobile

Plus en détail

*EP000997275A1* EP 0 997 275 A1 (19) (11) EP 0 997 275 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 03.05.2000 Bulletin 2000/18

*EP000997275A1* EP 0 997 275 A1 (19) (11) EP 0 997 275 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 03.05.2000 Bulletin 2000/18 (19) Europäisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets *EP00099727A1* (11) EP 0 997 27 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 03.0.2000 Bulletin 2000/18 (1)

Plus en détail

Travail de BIO sur les micromammifères d un champ de Sauvergny

Travail de BIO sur les micromammifères d un champ de Sauvergny Travail de BIO sur les micromammifères d un champ de Sauvergny Par Samy Matene et Thierry Maeder But : Etudier le nombre de micromammifères en 5 ans (1998, 1999, 2000, 2001, 2003). Matériel : -50 pièges

Plus en détail

Ergonomie et utilisabilité

Ergonomie et utilisabilité Chapitre 7 Ergonomie et utilisabilité L ergonomie est la recherche de la meilleure adaptation possible entre une fonction, un matériel et son utilisateur. 7.1 L ergonomie est une science L ergonomie est

Plus en détail

Université Joseph Fourier UFR IMA Module Système. TP Systèmes n 1 Programmation concurrente

Université Joseph Fourier UFR IMA Module Système. TP Systèmes n 1 Programmation concurrente TP Systèmes n 1 Programmation concurrente Titre Simulation du comportement de processus producteurs et de processus consommateurs avec tampon intermédiaire borné. Organisation Binôme Durée de réalisation

Plus en détail

- 57 - PROTEINOGRAMME DE L'HEMOLYMPHE EN GEL DE POLYACRYLAMIDE ET HYBRIDATION INTERSPECIFIQUE DANS LE GENRE ANDROCTONUS (SCORPIONIDA, BUTHIDAE).

- 57 - PROTEINOGRAMME DE L'HEMOLYMPHE EN GEL DE POLYACRYLAMIDE ET HYBRIDATION INTERSPECIFIQUE DANS LE GENRE ANDROCTONUS (SCORPIONIDA, BUTHIDAE). - 57 - C.R. Col. Arachnologie, Fr. Les Eyzies, 1976. PROTEINOGRAMME DE L'HEMOLYMPHE EN GEL DE POLYACRYLAMIDE ET HYBRIDATION INTERSPECIFIQUE DANS LE GENRE ANDROCTONUS (SCORPIONIDA, BUTHIDAE). par M. GOYFFON,

Plus en détail

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques.

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques. L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques 1 BUTS DU COURS : se familiariser avec le vocabulaire statistique o variable dépendante, variable indépendante o statistique descriptive,

Plus en détail

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France?

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Le développement du bois énergie va se traduire par une situation de concurrence entre les différents acteurs économiques

Plus en détail

EVALUATION DE PROVISIONS POUR SINISTRES A PAYER EN PERIODE DE STAGFLATION

EVALUATION DE PROVISIONS POUR SINISTRES A PAYER EN PERIODE DE STAGFLATION EVALUATION DE PROVISIONS POUR SINISTRES A PAYER EN PERIODE DE STAGFLATION BERNARD DUBOIS DE ~'IONTREYNAUD et DIDIER STRUBE France En mati~re d'assurance de la Responsabilit6 Civile Automobile, chacun connait

Plus en détail

Heures d arrivée au travail et difficultés de stationnement

Heures d arrivée au travail et difficultés de stationnement Heures d arrivée au travail et difficultés de stationnement Sur les 592 individus de l échantillon considéré, 43 % estiment ressentir de stationnement, contre 57 % exprimant peu ou pas de difficultés.

Plus en détail

NOTE SUR LA GESTION AUTOMATIQUE DE LA Rt~SERVE POUR SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE*) par. J~AN i~t:t. Paris

NOTE SUR LA GESTION AUTOMATIQUE DE LA Rt~SERVE POUR SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE*) par. J~AN i~t:t. Paris NOTE SUR LA GESTION AUTOMATIQUE DE LA Rt~SERVE POUR SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE*) par J~AN i~t:t Paris TENDANCES NOUVELLES EN AUTOMATISME... La tendance la plus significative qui se d~gage.. consiste

Plus en détail

Méthodologie qualitative

Méthodologie qualitative Méthodologie qualitative Dans une enquête, le choix d une recherche et d une analyse de type qualitatif est avant tout dicté par la problématique. C est un choix pragmatique qui a pour but de répondre

Plus en détail

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years.

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years. Linja Game Rules 2 players Ages 8+ Published under license from FoxMind Games NV, by: FoxMind Games BV Stadhouderskade 125hs Amsterdam, The Netherlands Distribution in North America: FoxMind USA 2710 Thomes

Plus en détail

PLAN DE COURS. Département de sociologie Université du Québec à Montréal

PLAN DE COURS. Département de sociologie Université du Québec à Montréal PLAN DE COURS Département de sociologie Université du Québec à Montréal Sigle : SOC 2102 Groupe : 20 Titre : Initiation au processus de recherche II Session : Hiver 2016 Enseignants : Hélène Belley Téléphone

Plus en détail

ANALYSE : OUTIL D ANALYSE DE DONNEES POUR LES SCIENCES HUAMINES MANUEL DE L UTILISATEUR : PRISE EN MAIN

ANALYSE : OUTIL D ANALYSE DE DONNEES POUR LES SCIENCES HUAMINES MANUEL DE L UTILISATEUR : PRISE EN MAIN Pôle Informatique de Recherche et d Enseignement en Histoire ANALYSE : OUTIL D ANALYSE DE DONNEES POUR LES SCIENCES HUAMINES MANUEL DE L UTILISATEUR : PRISE EN MAIN A. PREMIER PAS 1. INTEGRATION DU TABLEAU

Plus en détail

L approche des nombres en maternelle

L approche des nombres en maternelle L approche des nombres en maternelle I. Du côté théorique et didactique: A. Le nombre ça sert à quoi? a) Les nombres servent à mémoriser les quantités et à construire ainsi des collections ayant le même

Plus en détail

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

COMMENT EVALUER LES EFFETS DES ACTIONS DE FORMATION DANS LES ENTREPRISES?

COMMENT EVALUER LES EFFETS DES ACTIONS DE FORMATION DANS LES ENTREPRISES? COMMENT EVALUER LES EFFETS DES ACTIONS DE FORMATION DANS LES ENTREPRISES? Guy Le Boterf 1 Guy Le Boterf jette un regard «aiguisé» sur l'évaluation de la formation. Il fait observer à juste titre que cette

Plus en détail

THE SUBJUNCTIVE MOOD. Twenty-nineth lesson Vingt-neuvième leçon

THE SUBJUNCTIVE MOOD. Twenty-nineth lesson Vingt-neuvième leçon THE SUBJUNCTIVE MOOD Twenty-nineth lesson Vingt-neuvième leçon SOMMAIRE 1) Definition 2) Uses 2.1) Common expressions of doubt 2.2) Common expressions of necessity 2.3) Common expressions of desirability

Plus en détail

Import de comptes (xls)

Import de comptes (xls) Import de comptes (xls) BIG 1 O2S Import de comptes Sommaire Introduction... 3 Modalités de mise en œuvre... 4 Accès à l'import des comptes (xls)... 4 Télécharger le fichier modèle (xls)... 4 Renseigner

Plus en détail

Développement d indicateurs de performance pour l évaluation du processus de conception Approche basée sur l analyse des itérations en conception

Développement d indicateurs de performance pour l évaluation du processus de conception Approche basée sur l analyse des itérations en conception Développement d indicateurs de performance pour l évaluation du processus de conception Approche basée sur l analyse des itérations en conception Daniel-Constantin ANGHEL 1,2, Toufik BOUDOUH 1, Olivier

Plus en détail

Les points cardinaux et la boussole

Les points cardinaux et la boussole MODULE Cycle : 3 Classe : CM1 Programme Compétences visées Le ciel et la Terre La boussole Les points cardinaux et la boussole Engager les élèves dans une démarche de construction d'un modèle scientifique

Plus en détail

«Choix des priorités sanitaires : utilité des taux standardisés de mortalité»

«Choix des priorités sanitaires : utilité des taux standardisés de mortalité» Note «Choix des priorités sanitaires : utilité des taux standardisés de mortalité» Jean-Jacques Morin et Daniel Tremblay Cahiers québécois de démographie, vol. 10, n 3, 1981, p. 467-472. Pour citer cette

Plus en détail

LEHALLIER Benoît YGUEL Benjamin. Tutorial : Utilisation de R pour une modélisation optimale de phénomènes expérimentaux.

LEHALLIER Benoît YGUEL Benjamin. Tutorial : Utilisation de R pour une modélisation optimale de phénomènes expérimentaux. LEHALLIER Benoît YGUEL Benjamin Tutorial : Utilisation de R pour une modélisation optimale de phénomènes expérimentaux. ECIM Comportement et socialisation Mars 2006 La modélisation est utilisée pour comprendre

Plus en détail

TEST PSYCHOMÉTRIQUE AFC HOLLAND

TEST PSYCHOMÉTRIQUE AFC HOLLAND TEST PSYCHOMÉTRIQUE AFC HOLLAND RAPPORT DE RÉSULTATS PRÉPARÉ POUR PERSONNE FICTIVE MD Présenté par: www.afcholland.com 2014, 2015. AFC Tests Psychométriques. Tous droits réservés. VOTRE PROFIL GÉNÉRAL

Plus en détail

CALCUL THEORIQUE DE FIABILITE SUR LES CARTES DE L ERCP 80 SELON LA NORME UTE C 80-810 RAPPORT AF04-4864R1 25 FEVRIER 2005

CALCUL THEORIQUE DE FIABILITE SUR LES CARTES DE L ERCP 80 SELON LA NORME UTE C 80-810 RAPPORT AF04-4864R1 25 FEVRIER 2005 CALCUL THEORIQUE DE FIABILITE SUR LES CARTES DE L ERCP 80 SELON LA NORME UTE C 80-810 RAPPORT AF04-4864R1 25 FEVRIER 2005 CE RAPPORT ANNULE ET REMPLACE LE RAPPORT AF04-4864 DU 25 JANVIER 2005 Cette analyse

Plus en détail

ANNEXE 21 : Exercice Les champs magnétiques

ANNEXE 21 : Exercice Les champs magnétiques LES CHAMPS Physique ANNEXE 21 : Exercice Les champs magnétiques Nom : Date : 1. Tu as en ta possession un aimant droit et un morceau de fer non magnétisé. Ces deux objets ont l'air identique. Comment pourrais-tu

Plus en détail

Analyse en Composantes Principales avec XLSTAT

Analyse en Composantes Principales avec XLSTAT Analyse en Composantes Principales avec XLSTAT Une feuille Excel contenant à la fois les données et les résultats peut-être téléchargée en cliquant ici. Les données proviennent du US Census Bureau (le

Plus en détail

Résumé. Création d un fichier d aide pour Système de supervision automatisé

Résumé. Création d un fichier d aide pour Système de supervision automatisé Résumé Création d un fichier d aide pour Système de supervision automatisé Tuteur entreprise Rosaire LAVOIE Tuteur École Bertrand BOYER Nicolas FYOT Spécialité Génie électrique Résumé Summary Soprema est

Plus en détail

Chapitre 1 GRAPHIQUES

Chapitre 1 GRAPHIQUES Statistique appliquée à la gestion et au marketing http://foucart.thierry.free.fr/statpc Chapitre 1 GRAPHIQUES On entend souvent qu un schéma vaut mieux qu un long discours. Effectivement, lorsque l on

Plus en détail

MATH & MANIPS OU COMMENT INTEGRER DES MANIPULATIONS DANS LES CLASSES POUR FAVORISER L'APPRENTISSAGE DES GRANDEURS ET DE LA PROPORTIONNALITE

MATH & MANIPS OU COMMENT INTEGRER DES MANIPULATIONS DANS LES CLASSES POUR FAVORISER L'APPRENTISSAGE DES GRANDEURS ET DE LA PROPORTIONNALITE MATH & MANIPS OU COMMENT INTEGRER DES MANIPULATIONS DANS LES CLASSES POUR FAVORISER L'APPRENTISSAGE DES GRANDEURS ET DE LA PROPORTIONNALITE Marie-France Guissard, Valérie Henry, CREM, FUNDP Pauline Lambrecht,

Plus en détail

ACCORD D' ENTREPRISE RELATIF AUX DEPLACEMENTS PROFESSIONNELS

ACCORD D' ENTREPRISE RELATIF AUX DEPLACEMENTS PROFESSIONNELS ACCORD D' ENTREPRISE RELATIF AUX DEPLACEMENTS PROFESSIONNELS ACCORD CONCLU ENTRE : ˆ L'Entreprise STMicroelectronics S.A., Représentée par Jean-Marc PETIT Directeur des Ressources Humaines, Siège Social

Plus en détail

2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002

2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002 2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002 Instructions: Directives : 1 Provide the information requested below Veuillez fournir les renseignements demandés ci-dessous

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR

Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR Relation portance - succion Jacques PARAIRE Géologue Groupe des techniques routières Laboratoire régional de Saint-Brieuc INTRODUCTION RÉSUMÉ Cet article

Plus en détail

Le journalisme face au changement climatique: nouvelles perspectives et défis

Le journalisme face au changement climatique: nouvelles perspectives et défis Le journalisme face au changement climatique: nouvelles perspectives et défis Auteurs: Groupe de recherche en communication de les sciences de l'université de Navarre Coordinateur: Bienvenido León (journaliste

Plus en détail

Exposés de S.V.T. 3 e : Carnet de bord interactif

Exposés de S.V.T. 3 e : Carnet de bord interactif Nom, prénom : Classe : Date : Exposés de S.V.T. 3 e : Carnet de bord interactif Qu est-ce que ce carnet de bord? - Une aide pour vous accompagner dans votre démarche documentaire, en le remplissant, vous

Plus en détail

Masson Erwan, L2 Sciences du Langage 02/02/15. Projet personnel personnalisé. Le métier de CPE, Conseiller principal d'éducation.

Masson Erwan, L2 Sciences du Langage 02/02/15. Projet personnel personnalisé. Le métier de CPE, Conseiller principal d'éducation. Masson Erwan, L2 Sciences du Langage 02/02/15 Projet personnel personnalisé Le métier de CPE, Conseiller principal d'éducation. Introduction : Dans le cadre du projet personnel, notre groupe s'est intéressé

Plus en détail

The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS)

The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS) The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS) Jon Birger Skjærseth Montreal 27.10.08 reproduction doivent être acheminées à Copibec (reproduction papier) Introduction What

Plus en détail

Photo Manipulations in the 2011 CES

Photo Manipulations in the 2011 CES Canadian Election Study Methodological Briefs Methodological Brief #2013-A Photo Manipulations in the 2011 CES Patrick Fournier, Université de Montréal Stuart Soroka, McGill University Fred Cutler, University

Plus en détail

Analyse de deux séquences d apprentissage 1

Analyse de deux séquences d apprentissage 1 hs.c om Ce fichier, corrigé du fichier D22, aborde le vaste domaine du traitement de l information, de la gestion de données et des représentations couramment utilisées. Nous vous proposons deux séquences

Plus en détail

Rôle de l'école dans la fréquentation des musées d'art à l'âge adulte 1

Rôle de l'école dans la fréquentation des musées d'art à l'âge adulte 1 1 VILATTE Jean-Christophe GOTTESDIENER Hana 6088 Rôle de l'école dans la fréquentation des musées d'art à l'âge adulte 1 La relation entre l'école et les pratiques muséales est une relation qui est souvent

Plus en détail

Qualification métrologique des nouveaux bancs de référence de couple de 5 N metde50n m du LNE

Qualification métrologique des nouveaux bancs de référence de couple de 5 N metde50n m du LNE DOI: 10.1051/rfm/2014007 Qualification métrologique des nouveaux bancs de référence de couple de 5 N metde50n m du LNE Metrological qualification of the new 5 N m and50n m torque standard machines of LNE

Plus en détail

EP 2 329 766 A1 (19) (11) EP 2 329 766 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 08.06.2011 Bulletin 2011/23

EP 2 329 766 A1 (19) (11) EP 2 329 766 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 08.06.2011 Bulletin 2011/23 (19) (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (11) EP 2 329 766 A1 (43) Date de publication: 08.06.2011 Bulletin 2011/23 (21) Numéro de dépôt: 10193443.8 (51) Int Cl.: A61B 5/0402 (2006.01) G01B 3/16 (2006.01)

Plus en détail

De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement

De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement Dossiers Anne-Juliette Bessone Benoît Heitz Division synthèse conjoncturelle De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement plus dynamiques que les exportations françaises. Géographiquement,

Plus en détail

SEQUENCE 1: LA BOUSSOLE. Objectifs généraux. Résumé du module. Date de la dernière modification : juin 2001 Mention : En débat

SEQUENCE 1: LA BOUSSOLE. Objectifs généraux. Résumé du module. Date de la dernière modification : juin 2001 Mention : En débat Page 1 sur 5 Point du programme Les points cardinaux et la boussole Domaine d'activité : CIEL ET TERRE LA BOUSSOLE CYCLE III Objectifs généraux Qu' est- ce- qu' une boussole? Quel est son principe de fonctionnement?

Plus en détail

Analyse de la variance Comparaison de plusieurs moyennes

Analyse de la variance Comparaison de plusieurs moyennes Analyse de la variance Comparaison de plusieurs moyennes Biostatistique Pr. Nicolas MEYER Laboratoire de Biostatistique et Informatique Médicale Fac. de Médecine de Strasbourg Mars 2011 Plan 1 Introduction

Plus en détail

Groupe de Recherche Hypermédia et proportionnalité

Groupe de Recherche Hypermédia et proportionnalité Groupe de Recherche Hypermédia et proportionnalité 3. Comment analyser les caractéristiques d une base de problèmes pour l'enseignement de la proportionnalité? Après avoir arrêté le thème et le niveau

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

!! " #$%&! "#$ ' "! $ # &" $. / 01 / # $! "#$ %&$ # &" $. / 01 / # $! "#$ ( ) *) +, $ # &" $. / 01 / # $!! " #$%&' &!! " ( )* ( &! "#$ ' "! $ # &" $. / 01 / # $! "#$ %&$ # &" $. / 01 / # $! "#$ ( ) *)

Plus en détail

LA RÉTROACTION SUR LES EXAMENS ET LES TRAVAUX

LA RÉTROACTION SUR LES EXAMENS ET LES TRAVAUX LA RÉTROACTION SUR LES EXAMENS ET LES TRAVAUX RÉSUMÉ DES PRATIQUES ET DES EXPÉRIENCES CONTENU DE LA RÉTROACTION C est important de faire de la rétroaction. Il est donc peu envisageable qu il n y ait pas

Plus en détail

L alimentation dans les crèches : fonctionnement et pratique du self-service

L alimentation dans les crèches : fonctionnement et pratique du self-service L alimentation dans les crèches : fonctionnement et pratique du self-service Par Annick Faniel La sociabilité est une composante du processus de socialisation. A défaut d aborder ce thème sous l angle

Plus en détail

Bulletin d information en économie de la santé n 48 - février 2002. questions 2,6 1,9 1,0 1,0

Bulletin d information en économie de la santé n 48 - février 2002. questions 2,6 1,9 1,0 1,0 Bulletin d information en économie de la santé n 48 - février 2002 questions d économie de la santé analyses Repères Le CREDES a réalisé de septembre 1999 à mai 2000 une enquête sur l état de santé et

Plus en détail

Création d'un logiciel de comptabilité générale

Création d'un logiciel de comptabilité générale Création d'un logiciel de comptabilité générale Description du thème Propriétés Intitulé long Date de publication Présentation Description Développement d'un logiciel de comptabilité générale avec Access

Plus en détail

RECHERCHES SUR LES GROS SINISTRES EN R. C. AUTOMOBILE FRANCE I948-I955 P. DEPOID/E. DUCHEZ

RECHERCHES SUR LES GROS SINISTRES EN R. C. AUTOMOBILE FRANCE I948-I955 P. DEPOID/E. DUCHEZ RECHERCHES SUR LES GROS SINISTRES EN R. C. AUTOMOBILE FRANCE I948-I955 P. DEPOID/E. DUCHEZ Paris, France LES SOURCES D'INFORMATION I1 a 6t6 cr66 en France, en I948, dans le cadre de l'association G6n6rale

Plus en détail

2ième et 3ième année. Ann RainBoth

2ième et 3ième année. Ann RainBoth 2ième et 3ième année Ann RainBoth This material is covered by copyright and may not be used for commercial purposes. The author of this material has provided it for use by students and teachers in instructional

Plus en détail

Le Ballon Rouge. Voici les catégories et les mots dont vous avez besoin pour le film, Le Ballon Rouge. Mémorisez tout le vocabulaire!

Le Ballon Rouge. Voici les catégories et les mots dont vous avez besoin pour le film, Le Ballon Rouge. Mémorisez tout le vocabulaire! Le Ballon Rouge Les numéros / les chiffres de 1 à 100 Voici les catégories et les mots dont vous avez besoin pour le film, Le Ballon Rouge Here are the categories and the words you need from the film,

Plus en détail

RÉGULATION DE LA CHARGE AVEC LA TÉLÉCOM- MANDE CENTRALISÉE

RÉGULATION DE LA CHARGE AVEC LA TÉLÉCOM- MANDE CENTRALISÉE RÉGULATION DE LA CHARGE AVEC LA TÉLÉCOM- MANDE CENTRALISÉE 1. Le pic de puissance sous contrôle La réduction des coûts est l'un des défis permanents auxquels toutes les sociétés distributrices d'énergie

Plus en détail

Artlcle 1:...Règ,lement g,énéral

Artlcle 1:...Règ,lement g,énéral Amendement n Q 1: au Règlem;e,nt G;énéral des, concours die,pronostics, sportlfa dénommés «' Cate, et Sport» Article 11 Les dispositions des articles 1, 3 et 7 du Règlement général des concours de pronostics

Plus en détail

(Document de 14 pages) Fabrice Douchant Xuan-Tuong Le. Nicolas Gibelin Lom Messan Hillah

(Document de 14 pages) Fabrice Douchant Xuan-Tuong Le. Nicolas Gibelin Lom Messan Hillah Master Informatique 2ème Année SAR Année 2007-2008 RAPPORT FINAL Livrable # 3 (Document de 14 pages) Participants Fabrice Douchant Xuan-Tuong Le Encadrants Nicolas Gibelin Lom Messan Hillah UFR 922 - Informatique

Plus en détail

ESSAI D'APPLICATION DES MÉTHODES DE LA RADIOCRISTALLOGRAPHIE ET DE LA RADIOACTIVITÉ A LA GÉOLOGIE'

ESSAI D'APPLICATION DES MÉTHODES DE LA RADIOCRISTALLOGRAPHIE ET DE LA RADIOACTIVITÉ A LA GÉOLOGIE' SSI D'PPLICTION DS MÉTHODS D L RDIOCRISTLLOGRPHI T D L RDIOCTIVITÉ L GÉOLOGI' par Jean SRROT-RYNULD D CRSSNUIL Cette étude porte sur la série de 15 passées charbonneuses (, charbon, ) rencontrées au travers-banc

Plus en détail

QUAND LES ÉLÈVES ÉVALUENT LEURS PROFS

QUAND LES ÉLÈVES ÉVALUENT LEURS PROFS 100 QUAND LES ÉLEVES ÉVALUENT LEURS PROFS L'idée de faire évaluer les professeurs par les élèves n'est pas nouvelle, un ensemble de recherches est présenté par Gilbert de Landsheere dans son "Introduction

Plus en détail

CHAPITRE 5. Méthode d analyse des effets environnementaux

CHAPITRE 5. Méthode d analyse des effets environnementaux CHAPITRE 5 Méthode d analyse des effets environnementaux 5. MÉTHODE D ANALYSE DES EFFETS ENVIRONNEMENTAUX L analyse des effets environnementaux s effectue en deux étapes, à savoir leur identification

Plus en détail

Enseigner par tâches complexes

Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes pour permettre aux élèves d'acquérir les compétences du socle commun et favoriser la différenciation pédagogique. 1. Pourquoi enseigner par

Plus en détail

8, (, 6 $&7(6'(6&2//248(6,16(&7(662&,$8;

8, (, 6 $&7(6'(6&2//248(6,16(&7(662&,$8; 8, (, 6 $&7(6'(6&//48(6,16(&7(66&,$8; (GLWpSDUO8QLRQ,QWHUQDWLRQDOHSRXUO (WXGHGHV,QVHFWHV6RFLDX[ 6HFWLRQIUDQoDLVH VRXVODGLUHFWLRQGH)UDQoRLV;DYLHU'(&+$8(1&+$517 HWLQK+j3+$'(/(*8( 9/ ± &37(5(1'8'8&//48($118(/

Plus en détail

QUE SIGNIFIE "OPTIMISER POUR LES MOTEURS DE RECHERCHE"?

QUE SIGNIFIE OPTIMISER POUR LES MOTEURS DE RECHERCHE? Elearning > Les bonnes pratiques du référencement L'OPTIMISATION DES PAGES DU SITE Programme du cours : Optimiser les titre de vos billets et de vos produits Optimiser les contenus de vos textes Travailler

Plus en détail

REASSURANCE DU CUMUL D'ACCIDENTS *) JEAN SOUSSELIER

REASSURANCE DU CUMUL D'ACCIDENTS *) JEAN SOUSSELIER REASSURANCE DU CUMUL D'ACCDENTS *) par JEAN SOUSSELER Paris, France Une Compagnie d'assurances d61ivre par l'interm6diaire d'agences de Voyage des contrats d'assurances individuelles garantissant les personnes

Plus en détail

Travail sur le fichier. des adhérents de l'abf. Qui êtes-vous? par Delphine ANTOINE

Travail sur le fichier. des adhérents de l'abf. Qui êtes-vous? par Delphine ANTOINE Qui êtes-vous? Chaque année l'a.b.f. enregistre un nombre important de nouvelles adhésions. Mais au lieu d'augmenter les effectifs, ces nouveaux membres ne viennent guère que compléter les vides laissés

Plus en détail

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns. 1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.! Marie t invite au théâtre?!! Oui, elle m invite au théâtre.! Elle te parle au téléphone?!! Oui, elle me parle au téléphone.! Le prof vous regarde?!!!

Plus en détail

Anglais. L'ordre des groupes principaux est : Dans le cas général, la négation se construit ainsi :

Anglais. L'ordre des groupes principaux est : Dans le cas général, la négation se construit ainsi : Anglais Grammaire: syntaxe, temps, for/since 20 décembre 2005 1 Syntaxe 1.1 L'armation L'ordre des groupes principaux est : Sujet + verbe conjugué + Compléments A noter : Même si les compléments sont sous

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

la méthode du direct costing simple

la méthode du direct costing simple la méthode du direct costing simple Encadré par : Mme El Gnaoui Remerciements Ce présent document qui est notre premier mini-projet de comptabilité analytique est d une importance significative d autant

Plus en détail

REVUE FORESTIÈRE FRANÇAISE PRÉOCCUPATIONS ACTUELLES EN MATIÈRE DE RÉSEAUX DE TRANSPORT FORESTIERS

REVUE FORESTIÈRE FRANÇAISE PRÉOCCUPATIONS ACTUELLES EN MATIÈRE DE RÉSEAUX DE TRANSPORT FORESTIERS REVUE FORESTIÈRE FRANÇAISE 1964 MAI N 5 Dans ce numéro: J.-P. CHESNEAU: Préoccupations actuelles en matière de réseaux de transport forestiers. A. PONCET: Opinions diverses sur la meilleure desserte des

Plus en détail

mations présentées et peut servir de base à l'élaboration de votre synthèse (camembert, courbes...).

mations présentées et peut servir de base à l'élaboration de votre synthèse (camembert, courbes...). FM 8 ANALYSE & EXPLOITATION D UN GRAPHIQUE 1/ Comprendre et étudier un graphique : La logique de l'analyse d'un graphique ressemble à celle utilisée pour l'analyse d'un tableau (en partie parce qu'une

Plus en détail