Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "www.prado.asso.fr www.150ansduprado.fr"

Transcription

1 Projet

2 Projet du Prado Publication : Juin 2012 Rédaction, conception graphique, réalisation, photographies : Fondation du Prado Association Prado Rhône-Alpes Impression : Dupli-Cretin Lyon Fondation du Prado Association Prado Rhône-Alpes Direction Générale 200 rue du Prado Fontaines-Saint-Martin Tél Fax

3 Projet La personne au cœur de toute action

4 Table des matières Projet du Prado Préface 5 Le mot du Président 6 Le mot du Directeur général 8 Le Prado 11 Une histoire ans d action 12 Frise chronologique du Prado 17 Des valeurs et une éthique 24 Les valeurs du Prado 24 Le respect de la personne 25 Des compétences et une éthique professionnelle 25 Une dynamique 26 Une volonté de travail en concertation 26 Des missions et des objectifs 28 Une mission générale d action sociale 28 La prise en charge de l enfance en danger 28 L insertion sociale et professionnelle des adultes en difficultés 31 Organigramme du Prado 32 Un réseau de partenaires 34 La Fondation du Prado 41 Objet 42 Gouvernance 44 Composition du Conseil d Administration 45 Fonctionnement économique 46 Les activités d insertion par l économique pour adultes 47 Le chantier d Insertion Les Jardins du Prado 48 L Entreprise d Insertion Prado Services 54 Développement 59 L Association Prado Rhône-Alpes 61 Objet 62 Vie associative 63 Composition du Conseil d Administration 64 La Direction Générale 64 Le Conseil des directeurs 65 2

5 Fonctionnement économique 66 Les ressources humaines 69 Une politique de l emploi attentive aux salariés 69 Les professionnels 70 Les instances représentatives du personnel 72 La formation professionnelle 74 Les dispositifs de l association 75 Les établissements sociaux 76 Les établissements et services médico-sociaux. 76 Les établissements et services PJJ 78 Une organisation 82 Protection de l enfance de l Ain 84 Protection de l enfance de l Isère 92 Protection de l enfance du Rhône 97 Activités médico-sociales 114 Alternative à l incarcération 122 Des réponses diversifiées en fonction des besoins 129 Assistants familiaux 129 Accueil séquentiel 130 Placement avec maintien à domicile 130 Accueil d urgence 131 Des outils qui répondent à l évolution des pratiques 132 Guide de prévention et de gestion des situations de violence et de maltraitance 132 Référentiel des «bonnes pratiques» dans les établissements 133 Des axes de développement 135 Introduction 136 Quatre axes de développements 137 AXE 1 : Une réflexion sur les pratiques partagées dans l accompagnement de la personne 137 AXE 2 : Une organisation au service du projet : Modéliser les regroupements 138 AXE 3 : Des ressources et des moyens au service du projet 139 AXE 4 : Des outils d accompagnement et de contrôle pour une démarche qualité 140 Annexes 143 Implantation géographique 144 Annuaire du Prado 145 Glossaire des abréviations 149 Pour en savoir plus sur le Prado 150 3

6

7 Préface 5

8 Le mot du Président C est en refusant l exclusion des enfants les plus démunis et en leur donnant les moyens de s insérer dans la société que le Père Antoine Chevrier décida de fonder son œuvre en ans plus tard, accompagner un enfant avec ses difficultés, le protéger, le soigner, le respecter, lui donner les moyens de croire en lui et en ses capacités, lui apprendre à vivre dans le respect et l estime de l autre, restent les valeurs sur lesquelles s appuie notre mission d éducation et d insertion sociale. Ces valeurs humanistes, nous les portons et nous les transmettons à chacune des personnes accueillies, enfants, jeunes, adultes qui sont au centre de toutes nos actions. En 150 ans, les pratiques ont changé, les personnes encadrant les jeunes se sont professionnalisées et les règles juridiques ont évolué en même temps que la société. La problématique des jeunes a-t-elle changé? L introduction du projet de Prado ne saurait suffire pour répondre à cette question. Ce que nous pouvons affirmer, c est qu une action sociale repose sur l engagement de celle ou celui qui la mène. Et au Prado, de tout temps des hommes et des femmes se sont engagés pour accompagner les personnes les plus en difficulté. Ce que souhaite montrer ce projet, c est que tout au long des 150 dernières années, le Prado s est adapté à la société, s est développé, et a poursuivi son action auprès des personnes les plus fragilisées, sur la base des principes posés par son fondateur. Ce projet traduit notre volonté de poursuivre notre engagement audelà des bases établies et consolidées tout au long de notre histoire. Dès lors, ce projet vise deux objectifs : la valorisation de notre histoire et de notre action d une part, et d autre part la définition des évolutions à mettre en œuvre pendant les quatre prochaines années. Nous ne pouvions envisager de réaliser un projet sans prendre en compte la globalité de notre institution. Ce projet s inscrit dans 6

9 une volonté de présenter l action de l association et de la fondation, de montrer le Prado dans toutes ses dimensions. Si le Père Chevrier a dirigé son action vers les enfants les plus défavorisés, les évolutions que nous avons connues ces dernières années nous amènent à réfléchir au profil des personnes que nous accompagnons. Nous avons donc travaillé à décrire l ensemble de nos missions, qu elles visent les enfants, les adolescents ou les adultes qui sont à un moment donné de leur vie accueillis dans un de nos établissements ou services. Ce projet du Prado se veut ouvrir de nouvelles perspectives tant pour les professionnels qui travaillent au plus près du terrain, mais aussi pour nos partenaires qui partageront je l espère, notre vision de l accompagnement. Je souhaite vivement que les professionnels du Prado trouvent dans ce projet de quoi alimenter leurs réflexions et de quoi consolider leurs pratiques. Je souhaite aussi que les personnes que nous accompagnons au quotidien puissent retrouver dans ce projet les valeurs qui ont marqué leur parcours au Prado. C est bien une certaine vision de l humain, de la personne, qui nous a guidée dans l écriture de ce projet, et que nous entendons défendre. Pierre DUMONT Président 7

10 Le mot du Directeur général En 2007, nous présentions le premier projet associatif du Prado. Il était le résultat d un long travail de réflexion organisé autour de plusieurs thématiques : notre histoire, nos valeurs, nos missions, notre organisation, nos moyens mis en œuvre pour répondre aux besoins des jeunes que nous accueillons, ainsi que pour rester une force de proposition auprès de nos partenaires. Alors que ce premier projet voyait le jour, plusieurs réformes continuaient à modifier profondément notre environnement en lien étroit avec les évolutions de la société et les choix politiques intervenus au cours de ces dernières années. Nous pouvons parler des politiques sociales (de cohésion sociale), qui s inscrivent plus que jamais dans une perspective européenne qui ignore de plus en plus les traditions françaises : tiers secteurs, gestion associative La mise en place de politiques territoriales, si elle prend des formes très diverses d un département à l autre s est progressivement développée. La place des régions quant à elle s affirme tant du point de vue de la réforme de la décentralisation qui s annonce que, pour l instant, par la déconcentration des services de l état et notamment la mise en place des A.R.S., qui pour le Prado concerne les ITEP. D un point de vue économique, la Révision Générale des Politiques Publiques (R.G.P.P.), qui met en musique les conséquences de la Loi d Orientation pour les Lois de Finances (L.O.L.F), accroît de son côté les pressions budgétaires. Dans le secteur, les deux lois de mars 2007 réformant la protection de l enfance et relative à la prévention de la délinquance sont elles venues modifier, ou du moins réinterroger en partie nos accompagnements. En 2009, la loi portant réforme de l Hôpital et relative aux Patients, à la Santé et aux Territoires, dite «loi HPST», est venue elle aussi réformer en plusieurs points l organisation du secteur social et médico-social. 8

11 Autant de mutations qui touchent directement notre secteur et qui sont à prendre en compte pour les suites à donner au Prado. S il est plus facile de présenter les évolutions de l organisation, les transformations de l action, chaque étape doit aussi être confrontée à des critères qui interrogent sa rationalité au regard de sa finalité et de sa légitimité. Nous avons voulu ouvrir les chemins qui permettront au Prado de se construire un avenir. Pour autant, c est un chemin que l on ne peut parcourir seul et c est en s appuyant sur ses partenaires naturels que sont les pouvoirs publics que l engagement du Prado prendra tout son sens. De même, la participation aux regroupements de l Economie Sociale et Solidaire, ainsi que la mutualisation des réflexions et des moyens font partie intégrante de ce projet. Le travail sur le projet du Prado s est centré sur un objectif commun : placer la personne au cœur de toute action, au centre de notre mission. Quelques soient les transformations de la société, ce projet tient à rappeler l importance de la mission que nous avons auprès des personnes accueillies, et ainsi de démontrer notre engagement à faire de la qualité de la prise en charge notre priorité. Telle est la volonté de ce projet, construire une organisation à la hauteur de notre mission, adapter sans cesse notre fonctionnement aux évolutions, questionner au quotidien nos pratiques, afin que ce projet soit au service des personnes que nous accueillons. Alain RICHARD Directeur général 9

12

13 Le Prado 11

14 Une histoire 1 LE PRADO 150 ans d action Sous ce nom «Prado», on trouve aujourd hui plusieurs organisations : d une part, une société de prêtres et de religieuses, et d autre part, des associations laïques et une fondation reconnue d utilité publique, dont l objet est de s occuper d enfants, de jeunes gens et d adultes en difficulté. Ces organisations partagent une origine commune, située à Lyon, il y a maintenant 150 ans. L histoire du Prado débute le 10 décembre 1860, jour où le Père Antoine Chevrier crée, dans un faubourg de Lyon, la Guillotière, une Œuvre de première communion pour les jeunes garçons et filles pauvres du quartier. Antoine Chevrier naît à Lyon en Il est le fils d une ouvrière dans le tissage de la soie et d un employé de l octroi municipal de Lyon et ancien fabriquant de bas de soie. Antoine Chevrier est ordonné prêtre en 1850 et affecté à la paroisse de St André de la Guillotière. En 1857, il est nommé aumônier à la Cité de l Enfant Jésus fondée par Camille Rambaud, à Lyon. Ce poste jouera un rôle déterminant pour la suite de sa carrière. En effet, dans cette institution s occupant de familles pauvres, il est confronté à la prise en charge d ouvriers et de leurs enfants. Mais il trouve qu on ne leur consacre pas suffisamment de temps. Il décide de partir et de gérer sa propre oeuvre de Première communion. En 1860, le Prado, un ancien bal est à vendre ou à louer à la Guillotière, 55 rue Chabrol (actuellement 75 rue Sébastien Gryphe). Le bâtiment est en mauvais état. Antoine Chevrier y installe, le 10 dé- 12

15 cembre 1860, son oeuvre de Première communion. Il accueille les enfants pauvres du quartier et des jeunes sortants de prison. Il instaure un système de «séries» : les jeunes, reçus par groupes, pendant 5 mois, reçoivent l éducation religieuse nécessaire à la première communion, et, de ce fait, les rudiments scolaires. Il pose, par ailleurs, les grands principes qui feront l ossature de son œuvre : Les enfants ne doivent pas travailler ; Ils sont pris gratuitement en charge par le Prado ; L œuvre doit vivre grâce aux dons. 1 LE PRADO En 1861, il obtient l autorisation d ouvrir une école libre et va ainsi s inscrire dans le grand mouvement d éducation des enfants pauvres et en difficultés, mis en place depuis le début du siècle par des philanthropes, des pédagogues et des religieux. Le Prado vers rue Chabrol (actuellement 75 rue Sébastien Gryphe) En 1879, quand disparaît Antoine Chevrier, son œuvre reste fragile en raison de moyens et d un nombre de prêtres insuffisants. A cette époque, la République prépare ses lois sur la scolarité. La période qui s étend de 1879 à 1947 voit le Prado se maintenir dans une tradition fidèle aux préceptes de son fondateur dans la prise en charge des enfants : la formation religieuse, la formation scolaire et, pour certains, une initiation à différents métiers aux fins d orientation. Les premières réponses aux problèmes d orientation après le système des «séries», sont la création d une œuvre de persévérance, puis, l ouverture en 1933 d une école d orientation professionnelle et d apprentissage à Lyon, et d un Centre de Rééducation à Salornay en Saône et Loire, visant à former aux métiers de l agriculture. 13

16 1 LE PRADO Élu supérieur du Prado en 1942, l abbé Alfred Ancel, autre figure importante dans l histoire du Prado, prend l initiative de faire évoluer l œuvre du Prado en Institut de Rééducation. Pour cela il crée, en 1943, une association de type Loi 1901 dénommée Association de la Providence du Prado, dont le premier objectif est de prêter son appui aux œuvres de la Première Communion et institutions de redressement de l Enfance Inadaptée, dirigées par les prêtres et sœurs du Prado. Cette structure juridique, membre de l Association Régionale pour la Sauvegarde de l Enfance (ancêtre des CREAI), permet au Prado de participer à la gestion d établissements s occupant d enfants. Le Père Alfred Ancel est le Président de l association, il le restera jusqu en En 1944, les autorités religieuses de Nantes et Bordeaux demandent au Prado de prendre en charge respectivement un établissement pour jeunes délinquants et une œuvre pour enfants abandonnés. A partir de 1945, le Prado reçoit les habilitations préfectorales pour la prise en charge d enfants et d adolescents «en danger moral» et «délinquants» et donc, les financements afférents. Dès lors, l association s attelle à la tâche de la rééducation, autrement dit à la formation humaine des jeunes gens qui lui sont confiés. Elle commence également à assurer la formation de jeunes gens qui se destinent à la rééducation d enfants, soit par ses propres moyens, soit en les incitant à s inscrire dans des formations existantes. C est à cette époque que s organise le suivi psychiatrique pour certains pensionnaires du Prado. En 1948, un service social est créé pour le placement des enfants passés au Prado. 14

17 A la fin des années 50, l œuvre de première communion, n est plus le seul emblème du Prado. D autres centres et l école d orientation professionnelle en donnent une nouvelle image. Une évolution juridique accompagne ce mouvement : un nouvel organisme est créé le 22 juillet 1948, l Établissement de la Providence du Prado (actuelle Fondation du Prado). Cette structure est chargée de gérer le patrimoine et de prendre en charge des oeuvres qui seront confiées au Prado, et les établissements de l association dont la gestion est équilibrée. Cette fondation sera reconnue d utilité publique le 28 janvier LE PRADO Alfred Ancel Dès lors, le Prado va connaître un développement administratif et pédagogique très important. Cet essor se fera sous la houlette d Alfred Ancel, Supérieur du Prado, Évêque auxiliaire de Lyon et Président du Conseil d administration. On doit noter aussi l action du père Fillatre, nommé secrétaire administratif en Alfred Ancel, dans sa volonté de maintenir l oeuvre d éducation dans la fidélité à la pensée d Antoine Chevrier, et le père Fillatre, dans son action en direction des éducateurs, orienteront l action pédagogique de l association. Le père Fillatre resitue Antoine Chevrier dans la lignée des grands éducateurs, «de Bosco à Montessori en passant par Pestalozzi, Decroly, Baden-Powell». à la fin des années 60, le Prado accueille environ 700 jeunes. Tous ont reçu une habilitation du Ministère des affaires sociales. à partir de 1969, on assiste à une décentralisation des établissements et à une déconfessionnalisation de l action éducative. Face aux évolutions des jeunes accueillis, de la législation sur l enfance inadaptée et l arrivée d éducateurs laïques, le Prado s adapte à la réalité des objectifs de gestion administrative et pédagogique des établissements. Progressivement, les responsabilités seront assurées par des laïcs : en 1964 pour la Direction des Établissements, en 1969 pour la Direction Générale et en 1971, pour la Présidence du Conseil d Administration. Le processus de transmission de l oeuvre aux laïcs a été lent, mais c était, écrit Alfred Ancel, «pour assurer une fidélité inconditionnée à l esprit du père Chevrier.» 15

18 1 LE PRADO En 1971, le Prado accueille dans la totalité de ses centres 928 jeunes, dont 658 pensionnaires. Son budget annuel dépasse les 8 millions de Francs. Entre 1971 et 1988, le Prado se scinde progressivement en trois associations autonomes et indépendantes : L Association du Prado de Bordeaux ; L Association de la Providence du Prado, gestionnaire de 8 établissements et services sur les départements de l Ain, du Rhône et de l Isère ; et L Association du Prado de Salornay, gestionnaire de 7 établissements et services sur le département de La Saône et Loire. Cette dernière prendra le nom de Association du Prado de Saône et Loire en 1988, puis Association Prado Bourgogne en En 1992, l Association de la Providence du Prado prend sa dénomination actuelle : Association Prado Rhône-Alpes. A partir de l année 2001, le Prado évolue de manière très importante sur les régions Rhône-Alpes et Auvergne. Il développe son action sur de nouveaux territoires (La Loire, l Ardèche, la Savoie, l Allier), il crée et intègre de nouveaux établissements et dispositifs. Entre 2003 et 2005, l Association met en place un Centre Éducatif Renforcé et deux Centres Éducatifs Fermés, pour répondre à la nouvelle législation. En 2007, la Fondation du Prado décide de créer des activités d insertion par l économique pour adultes. Deux structures juridiques sont créées et s implantent à Thodure dans le département de l Isère : une entreprise d insertion Prado Services, et une association, gérant un chantier d insertion, Les Jardins du Prado. Un siècle et demi plus tard, le Prado poursuit son action auprès des enfants, des adolescents, des jeunes adultes et des adultes les plus fragilisés. L éthique de la fondation du Prado a évolué. À l époque d Antoine Chevrier, la charité fondait son engagement humain, la trace qu il a laissée témoigne d un respect de l homme et d une morale sociale. L histoire fait son œuvre. La providence et les valeurs chrétiennes ont cédé la place à une vision institutionnelle laïque plus simplement humaniste, qui ne préjuge pas, cependant, des opinions in- 16

19 dividuelles. La conséquence est que chaque salarié doit partager la conviction qu il met sa compétence directement ou indirectement au service des usagers. Il les connaît et les identifie comme l objet final de son activité. Frise chronologique du Prado LE PRADO 10 Décembre : Origine du Prado. Le Père Antoine Chevrier loue la salle de bal du Prado dans le quartier populaire de la Guillotière de Lyon, au 55 rue Chabrol (act. 75 rue Sébastien Gryphe). Il aménage le lieu pour y accueillir les enfants pauvres du quartier pendant cinq mois, période qui l appellera «la série». Il s occupe de les nourrir, de les loger, de les vêtir. Il mène de pair une instruction religieuse et scolaire qui les prépare à la première communion. Antoine Chevrier choisit de garder le nom de l ancienne salle de Bal pour dénommer son œuvre : L.œuvre du Prado. Le bâtiment originel est à ce jour en partie occupé par l ITEP Antoine Chevrier (11 rue du Père Chevrier). Entre1860 et 1879, année de la mort d Antoine Chevrier, environ 2400 enfants furent accueillis au Prado, dont deux tiers de garçons et un tiers de filles environ Antoine Chevrier achète l ancienne salle de bal pour F (1 Franc en 1860 vaut environ 2 en 2012). Le 8 mars, Antoine Chevrier reçoit de l Inspecteur d Académie l autorisation d y ouvrir une école primaire libre, au titre de la loi Falloux Le bâtiment du Prado est apporté en fonds pour constituer une société civile La Providence du Prado octobre : Le Père Chevrier, décède à l âge de 53 ans. Le 6 octobre une foule considérable assiste à ses funérailles. Il est enterré dans la chapelle du Prado, dans la rue qui porte maintenant son nom. 17

20 LE PRADO 1942 Création d une école d orientation professionnelle et de préapprentissage, dans le quartier de la Guillotière, 39 rue de l Université. Création du Prado de Salornay, à Hurigny (71). L abbé Alfred Ancel est nommé Supérieur Général du Prado. Il sera nommé Évêque auxiliaire de Lyon en Avril : Création de l Association de la Providence du Prado. Alfred Ancel est élu Président du Conseil d administration. Octobre : Le Prado devient membre de l Association pour la Sauvegarde de l Enfance (actuellement CREAI). Création du Prado des Sucs à Saint-Romain-le-Puy (43) Le Prado reçoit une première habilitation préfectorale l autorisant à recevoir des mineurs délinquants. Création du Prado Saint-Louis à Pont-de-la-Maye (33). Création du Prado de Grillaud à Nantes (44) Création du Service Social du Prado au Prado de la Guillotière. Mise en place d un suivi psychologique et psychiatrique dans les maisons du Prado. Création du Foyer des Jeunes Ouvrières, au Prado de la Guillotière, qui sera transféré en 1950 à la Croix Rousse, puis en 1958 à Tassinla-Demi-Lune et prendra le nom de Foyer des Jeunes Ouvrières de la Demi-Lune, puis plus tard celui de Foyer de la Demi-Lune. L établissement continue d accueillir exclusivement des adolescentes Le Prado des Sucs de St-Romain-le-Puy (43) est transféré à Oullins (69). Il prend le nom de Prado du Perron. 18

21 1948 Le Prado du Perron ouvre une annexe à Fontaines-St-Martin (69), pour l apprentissage agricole et industriel. L assistance à l Enfance et les Tribunaux Judiciaires demandent à l Association de la Providence du Prado, de prendre en charge des Institutions de Rééducation, qui elles-mêmes relèvent d organismes reconnus d utilité publique. Le Prado décide de «se doter d une structure juridique qui lui permet d avoir un patrimoine et des ressources en rapport avec le rôle qu il était appelé à remplir». Création d un organisme général l Établissement de la Providence du Prado, (actuelle Fondation du Prado). 1 LE PRADO Les garçons du Prado du Perron à Oullins sont transférés à Fontaines-St-Martin. L établissement prend le nom de Prado du Cantin (actuel Prado L Autre Chance). Le Prado du Perron accueille désormais L Œuvre des Petites Filles et le Prado des Filles de la Guillotière. Ouverture d une annexe du Prado du Cantin à Bressieux (38) : Le Prado du Colombier. 28 janvier : L établissement de la Providence du Prado est Reconnu d Utilité Publique. Les 73 garçons du Prado de la Guillotière sont transférés à St-Romain-en-Mt-d Or (69) dans une grande propriété. L établissement prend le nom du Prado de St-Romain, puis Les Eaux Vives puis plus tard, la Maison d Enfants Les Alizés. Le Prado de St-Romain ouvre une annexe à Lyon, le Foyer de Gerland (av. Jean-Jaurès). Création du Foyer du Cantin à Fontaines-St-Martin (69), sous la tutelle du Prado du Cantin Depuis 1962, les responsabilités dans les établissements sont progressivement assurées par des laïcs. En 1964 tous les directeurs des centres du Prado sont des laïques. 19

22 LE PRADO En 1965, le prado est composée de 7 centres : Le Prado du Perron à Oullins (69) (36 filles). Le Foyer des jeunes ouvrières à Tassin-la-Demi-Lune (69)(20 filles). Le Prado de la Guillotière à Lyon 7, est composé d un foyer (16 filles), et du Service Social du Prado qui assure le service de suite des jeunes des centres. Le Prado de St-Romain à St-Romain-au-Mont-d Or (69) (65 garçons) et son annexe, le Foyer de Gerland (22 garçons). Le Prado du Cantin à Fontaines-St-Martin (69), (70 garçons) et ses deux annexes, le Foyer du Cantin à Fontaines- St-Martin et le Centre Agricole Prado du Colombier à Bressieux (38) (20 garçons). Le Prado de Salornay à Hurigny (71) (100 jeunes) et à Mâcon (25 jeunes). Le Prado Saint-Louis à Pont-de-la-Maye (33) (80 garçons) et ses deux annexes, un foyer (25 jeunes) et un service de placements familiaux Ouverture du Foyer de Jeunes Filles du Prado à Bourg-en-Bresse (actuel Foyer de Bourg). M. Ribbe devient le premier Directeur Général laïque de l Association Alfred Ancel démissionne du poste de Président de l Association de la Providence du Prado. Il est remplacé par M. Albert Chavanne, professeur de Droit et d Économie à l Université de Lyon. Il devient le premier président laïque du Prado M. Guy Dubuis est nommé au poste Directeur Général de l Association Intégration de la Maison d Enfants Le Nid à Thodure (38) (Orphelinat agricole fondé en 1856). L établissement ouvrira plus tard 3 lieux d acccueil : à Bourgoin-Jallieu en 1998, à Beaurepaire en 2003, puis à St-Etienne-de-St-Geoirs en L établissement quittera définitivement Thodure en Ouverture du Restaurant d Application L Atelier à Lyon 5 e Octobre : Antoine Chevrier est béatifié à Lyon par Jean-Paul II. 20

23 1989 Ouverture du Foyer A2 à Collonges-au-Mt-d Or (69) Déclaration à la Préfecture du Rhône : L Association de la Providence du Prado devient l Association Prado Rhône-Alpes (Journal officiel de la République du 19/02/1992). LE PRADO 1993 La Direction Générale du Prado quitte la rue du Père Chevrier à Lyon 7, pour s installer à Fontaines-St-Martin (69) M. Pierre Guiho est élu Président du Conseil d Administration du Prado M. Joseph Frossard est élu Président du Conseil d Administration du Prado M. Pierre Dumont est élu Président du Conseil d Administration du Prado. Intégration du lieu de vie Les Linières de Bénonces (01). La structure prend le nom de Foyer Les Linières et s installe à Brégnier Cordon (01). Création du Foyer de la Tour à l Hôpital Le Grand (42). Le foyer sera transféré à Châteauneuf de Galaure (26) en 2001, puis dans ses locaux actuels à Marennes (69) en M. Alain Richard est nommé au poste Directeur Général du Prado. Création des services IOE-ES à Bourg-en-Bresse (01) Création du Centre éducatif Renforcé Les 4 Vents à St-Romain-de- Lerps dans le département de l Ardèche (07). 21

24 LE PRADO Création du Centre éducatif Fermé La Plaine du Forez à l Hôpitalle-Grand (42). Intégration du centre d accueil en séjour de rupture Les Amis à Peisey-Nancroix (73). La structure prend le nom de Prado Les Amis. L institut élise Rivet à Lyon 5e intègre le Prado. Il est composé de d un ITEP et d un SESSAD. Fondé en 1838, le Refuge Notre Dame de la Compassion devient le Centre éducatif Notre Dame en 1971, puis l Institut élise Rivet en L établissement porte de le nom de Soeur élise Rivet, Mère supérieure du Refuge Notre Dame en 1933, résistante française durant la Seconde Guerre, morte en déportation au camp de Ravensbrück en Suite à la demande de la PJJ, le Prado intégre le Centre Educatif Fermé du Bourbonnais à Lusigny dans le département de l Allier (03). Pendant 20 mois le CEF fonctionne dans des locaux temporaires, durant la rénovation complète de ses bâtiments. Les équipes et les jeunes intègrent les locaux définifs en janvier La Fondation du Prado décide de créer des activités d insertion par l économique pour adultes. Deux structures juridiques sont créées, elles s implantent à Thodure (38), sur le site de l ancien orphelinat du Nid : Prado Services, une Entreprise d Insertion par l économique, avec 2 activités : Bâtiment Second Oeuvre et Espaces Verts ; L Association Les jardins du Prado, un chantier d insertion gérant un jardin maraîcher biologique à vocation d insertion sociale et professionnelle, membre du réseau Cocagne Février : Ouverture du Foyer Les Charmines dans le département de l Ain. La structure s installe temporairement dans une colonnie de vacances à Matafelon-Granges, en attendant la construction de ses locaux définifs sur la commune de Serrières-de-Briord. Ce nouveau site intègre le dispositif Prado Bugey. Octobre : Le Foyer de Bourg ouvre le Service SAFRen (Service d Accompagnement Familial Renforcé) à Bourg en Bresse (01). 22

25 2009 Mai : Les jeunes et les équipes de l ITEP & du SESSAD élise Rivet (Lyon 5) déménagent dans leur nouvel établissement, dont la construction avait débuté en septembre L établissement est inauguré le 16 novembre Année du 150e anniversaire du Prado. La Fondation du Prado et l Association Prado Rhône-Alpes célèbrent cet événement exeptionnel en organisant plusieurs manifestations entre octobre 2010 et février La célébration des 150 ans du Prado se tient le 10 décembre 2010 dans les Salons de l Hôtel du Département du Rhône, en présence de M. Michel MERCIER, Garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Libertés et Président du Conseil Général du Rhône ; M. Jean-Olivier VIOUT, Procureur Général près la Cour d appel de Lyon ; M. Pierre DUMONT, Président de l Association Prado Rhône-Alpes, Mme Dominique NACHURY, vice-présidente du Conseil Général du Rhône, chargée de la famille, de l enfance et la jeunesse, M. Philippe-Pierre CABOURDIN, directeur de la Protection Judiciaire de la Jeunesse et M. Gérard COLLOMB, Sénateur-Maire de la ville de Lyon. Juin : Ouverture de Prado les Deux Rivières à Saint-Nizier-d Azergues (69), transfert de Prado Les Amis (73). Septembre : Ouverture du Foyer Les Abbéanches dans l Ain, sur la commune d Ambérieu-en-Bugey. Ce nouveau site intègre le dispositif Prado Bugey. Il est inauguré en février LE PRADO 2011 Avril : Le Foyer Les Charmines intégre ses nouveaux locaux à Serrières-de-Briord (01), il est inauguré le 7 décembre. L ouverture de ce site clôture le projet d extention du Prado sur le département de l Ain. Le dispositif prend le nom de Prado Bugey et s organise sur 3 lieux d accueil géographiquement distincts : Les Linières à Bregnier Cordon ; Les Charmines à Serrières-de-Briord et Les Abbéanches à Ambérieu-en-Bugey. Décembre : Les jeunes et les équipes du Foyer A2 de Collongesau-Mt-d Or (69) réintègrent leur établissement, après 19 mois de travaux de construction et de rénovation. 23

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Le 24 février 2014 Le 5 juillet 2013, Valérie FOURNEYRON, Ministre chargée des Sports, de la Jeunesse, de l Education Populaire

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES 1/7 GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES PROMOUVOIR LE PARTAGE D'EXPERIENCES POSITIVES ET LA PARTICIPATION CITOYENNE La Pairémulation Une forme de soutien mutuel pour stimuler et soutenir l accès

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 PROJET ASSOCIATIF Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 NOTRE HISTOIRE L ENTRAIDE DES BOUCHES DU RHONE association régie par la loi du 1 er juillet 1901 est fondée en 1949, dans la perspective

Plus en détail

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE 1 ANNEXE 1 Charte des droits et libertés de la personne accueillie Texte original Article 1 er : Principe de non-discrimination Dans le respect des conditions

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Maison d Enfants. Les Pléiades. Livret d accueil

Maison d Enfants. Les Pléiades. Livret d accueil Maison d Enfants Les Pléiades Livret d accueil Bienvenue aux Pléiades Bonjour, Vous allez séjourner dans l un des établissements de l Association des Dames de la Providence. Ce livret a été conçu à votre

Plus en détail

Le projet associatif décline et précise la raison

Le projet associatif décline et précise la raison association pour adultes et jeunes handicapés du Val-de-Marne Projet associatif Le projet associatif décline et précise la raison d être et les statuts de l association. Il constitue le document de référence

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

LE PROJET ASSOCIATIF DE L AAPé en 2012

LE PROJET ASSOCIATIF DE L AAPé en 2012 Contrôle judiciaire socio-éducatif Médiation pénale Réparation pénale pour les mineurs Stages de responsabilité parentale LE PROJET ASSOCIATIF DE L AAPé en 2012 Le Conseil d administration de l AAPé, élu

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016 PLAN D ACTIONS - / Annexe I Chacune des 16 priorités retenues par Cap devant! dans son projet associatif est assortie d une série d objectifs opérationnels. Chaque objectif opérationnel vise un résultat

Plus en détail

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance Appel à projets 2011 Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire En partenariat avec le ministère de l Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative Avec

Plus en détail

Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8

Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8 Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8 ACTION DE LUTTE CONTRE LA DÉSCOLARISATION ET L EXCLUSION Objectifs de l action Accompagner les dispositifs de prévention de la déscolarisation. Mettre en place

Plus en détail

Les centres éducatifs renforcés (CER)

Les centres éducatifs renforcés (CER) Les centres éducatifs renforcés (CER) Une réponse éducative qui reste trop méconnue Document de présentation juin 2012 1 Les centres éducatifs renforcés, dénommés à l origine unités éducatives à encadrement

Plus en détail

ASSOCIATION LA CHRYSALIDE ARLES & SON ARRONDISSEMENT PROJET ASSOCIATIF HISTORIQUE DE L ASSOCIATION

ASSOCIATION LA CHRYSALIDE ARLES & SON ARRONDISSEMENT PROJET ASSOCIATIF HISTORIQUE DE L ASSOCIATION ASSOCIATION LA CHRYSALIDE ARLES & SON ARRONDISSEMENT PROJET ASSOCIATIF HISTORIQUE DE L ASSOCIATION 1961 : Naissance de La Chrysalide Arles, section dépendante de La Chrysalide de Marseille affiliée à l

Plus en détail

CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE

CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE Entre : Le Département de Loire-Atlantique, domicilié à l hôtel du département, 3 quai Ceineray- 44041 Nantes cedex 01, représenté

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Quartier Jeunes 9h30-11h Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Le porteur LA SPAP : Société des Amis des Pauvres Fondée en 1847

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 19 septembre 2012 DECISION DU DEFENSEUR DES DROITS N MDE-2012-128 Vu l article 71 1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur

Plus en détail

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics Spécialité Loisirs Tous Publics Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015 Avignon Marseille Loisirs Tous Publics Les métiers de l animation Depuis plus de vingt ans, nous formons les professionnels de l animation

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Guide pratique MDPH Partie 1 Fiche n IV-2 CNSA - DGEFP Version 1 sept/2008 L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Plan : 1. Les principes de l orientation professionnelle... 1 2. Vers quels lieux peut se faire

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

«Du plaisir de pratiquer au savoir partager : aider les enfants à se reconstruire par le sport».

«Du plaisir de pratiquer au savoir partager : aider les enfants à se reconstruire par le sport». «Du plaisir de pratiquer au savoir partager : aider les enfants à se reconstruire par le sport». Ce titre témoigne de l ambition associative de faire du sport un levier éducatif pour la reconstruction

Plus en détail

La Région, c est votre espace!

La Région, c est votre espace! La Région, c est votre espace! Jacques Auxiette inaugure l Espace Régional du Mans Jeudi 25 janvier 2007 Communiqué de presse L Espace Régional du Mans en bref Plaquette «La Région c est votre Espace!»

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011 CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 7 novembre 20 «L Association des Maisons de quartier de Reims a pour objet le développement, le

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

La Protection de l enfance

La Protection de l enfance La Protection de l enfance Sommaire 1. Une vision globale de la protection de l enfance et de la pluralité de ses objectifs Définition donnée par la loi du 5 mars 2007 La philosophie de la loi du 5 mars

Plus en détail

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances RAPPORT COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL GENERAL DU 26 MARS 2013 Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances Conformément aux textes en vigueur

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

de la Guadeloupe et des Iles du Nord

de la Guadeloupe et des Iles du Nord DISCOURS DE Monsieur Maurice DACCORD Secrétaire Général de l Agence Nationale des Services à la Personne EN CLOTURE DU 1 ER SALON DES SERVICES A LA PERSONNE DE LA GUADELOUPE ET DES ILES DU NORD JEUDI 1

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

Professionnaliser. les médiateurs sociaux. acquis de l expérience (VAE) par la validation des

Professionnaliser. les médiateurs sociaux. acquis de l expérience (VAE) par la validation des Professionnaliser les médiateurs sociaux par la validation des acquis de l expérience (VAE) MÉDIATEUR SOCIAL un métier de contact, un intervenant social de proximité sur un territoire déterminé Acteur

Plus en détail

PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE

PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE L EDUCATION - ENJEU ET LEVIER FONDAMENTAL DANS LA CITE - DROIT POUR TOUS LES ENFANTS un engagement à contribuer au - DEVELOPPEMENT DES POTENTIALITES DE L ENFANT

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse M e r c r e d i 1 e r O c t o b r e 2 0 1 4 Dossier de presse Signature du Contrat Enfance Jeunesse Départemental par Solange BERLIER, Vice- Présidente du Conseil général, chargée de la petite enfance,

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Arrêté du 17 septembre 2012 fixant le cahier des charges du dispositif de formation des personnels de direction

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

2 0 1 1 > 2 0 1 5 Projet associatif. ARHM : riche. de son passé et tournée vers l avenir

2 0 1 1 > 2 0 1 5 Projet associatif. ARHM : riche. de son passé et tournée vers l avenir 2 0 1 1 > 2 0 1 5 Projet associatif ARHM : riche de son passé et tournée vers l avenir EDITO Montrer le chemin et rassembler Scriptum Née en 1950 de la volonté d un petit nombre de professionnels de la

Plus en détail

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification formation qualification motivation emploi Devenez Technicien conseil en prestations familiales La Caisse d'allocations familiales de Paris vous propose une formation une qualification un emploi La Caf

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

Fondation Pro Familia

Fondation Pro Familia Centre Polyvalent pour Enfants Services pour femmes et leurs enfants en détresse Centre de Consultation et de Médiation Familiale Centre de Formation Psycho-Familiale www.profamilia.lu Contact Fondation

Plus en détail

Projet éducatif de territoire 2014-2020

Projet éducatif de territoire 2014-2020 Projet éducatif de territoire 2014-2020 SOMMAIRE Édito : Bien grandir à Nantes p. 3 Un socle de valeurs communes : la Charte nantaise de la réussite éducative p. 4 Favoriser la réussite éducative en réduisant

Plus en détail

Délégation interministérielle à la famille

Délégation interministérielle à la famille Délégation interministérielle à la famille Circulaire Interministérielle DIF/DGAS/DGS/DGESCO/ DGER/DGEFP No 2006-556 du 22 décembre 2006 relative à la mise en place de plates-formes de formation aux métiers

Plus en détail

Vers un schéma médico-social unifié

Vers un schéma médico-social unifié Vers un schéma médico-social unifié Quelles synergies rechercher pour valoriser les ressources des personnes et du territoire? La réglementation en vigueur et principalement le code de l action sociale

Plus en détail

Service Educatif En Milieu Ouvert SEMO. Livret d accueil du SAPMO. Association Saint-Yves S.E.M.O. Janvier 2015. Mme Annick GUILLOU-MOINARD

Service Educatif En Milieu Ouvert SEMO. Livret d accueil du SAPMO. Association Saint-Yves S.E.M.O. Janvier 2015. Mme Annick GUILLOU-MOINARD Association Saint-Yves Association Saint-Yves PRESIDENTE Mme Annick GUILLOU-MOINARD Vice-présidents Mr Pierre ORAIN Mme Mireille JOLY Mme Marie Jo LE BRETON Directrice Mme Cécile BACQUET secrétariat de

Plus en détail

CHARTE DE DÉONTOLOGIE

CHARTE DE DÉONTOLOGIE LIBÉRALITÉS TRANSMETTRE EN TOUTE CONFIANCE Conscient de son devoir d information, de transparence et de son engagement envers les auteurs de libéralités consenties à son profit, le Comité français pour

Plus en détail

CHARTE DU BÉNÉVOLAT. «Les exclus» de René LENOIR

CHARTE DU BÉNÉVOLAT. «Les exclus» de René LENOIR CHARTE DU BÉNÉVOLAT «Que chacun, dans son lieu de vie et de travail, participe à cette lutte pour l intégration de tous dans une société de solidarité et de fraternité». «Les exclus» de René LENOIR Les

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

Évaluation des apprentissages en formation professionnelle

Évaluation des apprentissages en formation professionnelle Évaluation des apprentissages en formation professionnelle L évaluation des apprentissages fait partie intégrante de l enseignement. L APEQ vous propose ici un document qui devrait vous permettre de clarifier

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec 1. PRÉSENTATION DE LA POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE En avril 2005, le Regroupement

Plus en détail

«Structure ressource au service des acteurs de la coopération et de la solidarité internationales en Savoie»

«Structure ressource au service des acteurs de la coopération et de la solidarité internationales en Savoie» «Structure ressource au service des acteurs de la coopération et de la solidarité internationales en Savoie» Quelle origine? Une action volontariste initiée en 1986 par le Conseil général Une orientation

Plus en détail

La Protection des majeurs

La Protection des majeurs La Protection des majeurs Les mesures de protection juridique des majeurs Les mesures de protection juridique des majeurs sont définies dans le cadre de la loi du 5/03/2007 portant réforme de la protection

Plus en détail

Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association

Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association Préambule Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association Conformément aux termes de la Charte Lausannoise de l animation, la Ville de Lausanne donne mandat

Plus en détail

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE 103.5 La station Radio E2C AUVERGNE Communiqué de presse 15 mai 2012 Radio E2C : 103.5 Une semaine dans la peau des animateurs radio, c est le challenge que vont relever les stagiaires de l E2C Du 21 au

Plus en détail

La Direction Départementale de la Cohésion Sociale de la Haute-Savoie

La Direction Départementale de la Cohésion Sociale de la Haute-Savoie La Direction Départementale de la Cohésion Sociale de la Haute-Savoie Ses missions et services Pôle Logement hébergement Marie-Antoinette FORAY, cheffe de pôle téléphone 04.50.88.48.72 télécopie 04.50.88.48.82

Plus en détail

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement DOSSIER : LA LOI DU 5 MARS 2007 REFORMANT LA PROTECTION DE L ENFANCE Elaborée au terme d une très large concertation, la loi n 2007-293 du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance poursuit trois

Plus en détail

Les grandes orientations du PEL jusqu en 2014

Les grandes orientations du PEL jusqu en 2014 Dans une ville, de multiples intervenants apportent aux familles aide et soutien dans l éducation des enfants. Pour donner plus de cohérence à ces actions, pour les renforcer, nous avons choisi à Brest

Plus en détail

avec le chef de service, qui donne les orientations à suivre et auquel il/elle rend compte de son travail,

avec le chef de service, qui donne les orientations à suivre et auquel il/elle rend compte de son travail, Direction des Ressources humaines TRAVAILLEUR SOCIAL I ASSISTANT SOCIO-EDUCATIF A LA MAISON DES ENFANTS (pôle 2-6 ans) Direction Générale Adjointe : Solidarités Direction : Enfance Famille Santé Service

Plus en détail

Séquence 2/ Les vacances, un outil d action sociale

Séquence 2/ Les vacances, un outil d action sociale Séquence 2/ Les vacances, un outil d action sociale L ANCV utilise l intégralité de ses excédents de gestion dégagés par le Chèque Vacances pour financer des programmes d action sociale. Les vacances contribuent

Plus en détail

P atients S anté T erritoires

P atients S anté T erritoires H ôpital P atients S anté T erritoires L exercice regroupé dans les services de santé Une action coordonnée des professionnels en faveur des patients De plus en plus de professionnels de santé ont depuis

Plus en détail

FONDS NATIONAL DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION DE L ENFANCE Cahier des charges de l appel à projet

FONDS NATIONAL DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION DE L ENFANCE Cahier des charges de l appel à projet MINISTERE DES SOLIDARITES ET DE LA COHESION SOCIALE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA COHÉSION SOCIALE FONDS NATIONAL DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION DE L ENFANCE Cahier des charges de l appel à projet Date de

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

Les comités USEP et HANDISPORT de Lot et Garonne s associent pour

Les comités USEP et HANDISPORT de Lot et Garonne s associent pour 47 Les comités USEP et HANDISPORT de Lot et Garonne s associent pour SOMMAIRE INTRODUCTION L Enfant, le Sport et le Handicap 1 HANDISPORT et USEP : Qui sommes-nous? PRESENTATION 2 HISTORIQUE 3 HANDISPORT

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA)

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Historique : d abord il y eut la conférence régionale de santé Conférences Régionales de Santé (CRS) installées par les ordonnances du 24 avril 1996

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dossier de presse Mardi 20 janvier 2015 L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dans le cadre d un protocole

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

adolescents difficiles APPROCHe PSYCHOPATHOLOGIQUe et éducative DIPLÔme D UNIVeRSITé INTeRPROFeSSIONNeL Directeur : professeur Philippe Jeammet DPJJ

adolescents difficiles APPROCHe PSYCHOPATHOLOGIQUe et éducative DIPLÔme D UNIVeRSITé INTeRPROFeSSIONNeL Directeur : professeur Philippe Jeammet DPJJ adolescents difficiles DIPLÔme D UNIVeRSITé INTeRPROFeSSIONNeL Directeur : professeur Philippe Jeammet APPROCHe PSYCHOPATHOLOGIQUe et éducative Objectifs généraux > Informer les professionnels sur l état

Plus en détail

Cycle de qualification développement économique et politique de la ville 2013-2014. Se saisir des outils formation

Cycle de qualification développement économique et politique de la ville 2013-2014. Se saisir des outils formation Cycle de qualification développement économique et politique de la ville 2013-2014 Se saisir des outils formation Sylvie Bocquet Chef de service Animation Territoriale» Direction de la Formation Permanente

Plus en détail

Parcours de Remobilisation Educatif Personnalisé Autour du Sport

Parcours de Remobilisation Educatif Personnalisé Autour du Sport Parcours de Remobilisation Educatif Personnalisé Autour du Sport PRÉSENTATION UCPA Depuis sa création en 1965, l UCPA porte un projet humaniste et social ouvert à tous. Son engagement dans le champ de

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Réf. document : AT.PEG.22 LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Définition d un «Projet éducatif global» Les objectifs du Projet éducatif global d un établissement de formation du BTP représentent

Plus en détail

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui Avec la Mutualité Française, la santé avance Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mutualité en matière

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

CONVENTION CADRE. ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé

CONVENTION CADRE. ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé CONVENTION CADRE ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé ENTRE Le Conseil Général des Vosges, 8 Rue de la Préfecture, 88000 EPINAL,

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire»

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Certificat National de Compétence Mandataires Judiciaires à la Protection des Majeurs Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Cette formation complémentaire est visée par la loi n 2007-308 du 5 mars

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DE TECHNICIEN DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail