AVERTISSEMENT. Ceci est une copie numérique d'un mémoire ou d'une thèse conservé à la Bibliothèque Martial-Lapeyre, Fondation Napoléon.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AVERTISSEMENT. Ceci est une copie numérique d'un mémoire ou d'une thèse conservé à la Bibliothèque Martial-Lapeyre, Fondation Napoléon."

Transcription

1 AVERTISSEMENT Ceci est une copie numérique d'un mémoire ou d'une thèse conservé à la Bibliothèque Martial-Lapeyre, Fondation Napoléon. Aucune copie totale ou partielle ne saurait être employée dans un quelconque but commercial. L'utilisation des données reste soumise à la législation en vigueur sur les droits d'auteur et les droits de propriété. Toute mention de source et de crédits devra toujours figurer en regard ou en note de cette mention. Pour toute demande relative à l'utilisation d'extraits de cette thèse ou de ce mémoire, vous pouvez contacter : bibliotheque.at.napoleon.org Fondation Napoléon (Paris) 7 rue Geoffroy Saint-Hilaire Paris NOTICE This is a digital copy of a thesis held at the Bibliothèque Martial-Lapeyre, Fondation Napoléon. The copying of this document, whether full or partial, for commercial gain is strictly prohibited. Use of the data is subject to current French intellectual property legislation (March 2010). All citations of this work must include the author s name and the document source (i.e., Fondation Napoléon ). For further information regarding the use of extracts from this document, please contact bibliotheque.at.napoleon.org Fondation Napoléon (Paris) 7 rue Geoffroy Saint-Hilaire F Paris

2 Université Lumière Lyon 2 Faculté de Géographie, Histoire, Histoire de l Art et Tourisme Département d Histoire École Doctorale Sciences Humaines et Sociales Thèse pour le Doctorat d Histoire UNE MUNICIPALITÉ SOUS LE PREMIER EMPIRE : LYON, Thèse présentée et soutenue par Jean-Philippe REY le 17 juin 2010 ANNEXES

3 LISTE DES ANNEXES Annexe I. Éléments de législation consulaire et impériale regardant l organisation de la municipalité Annexe II. Éléments de législation consulaire et impériale regardant quelques domaines d intervention de la municipalité Annexe III. Le budget de la ville de Lyon, de 1807 à 1815 (en francs), selon les délibérations du conseil municipal et les décrets de l empereur ou les ordonnances du roi Annexe IV. Listes de notables Annexe V. Liste des 90 individus ayant été membres de la municipalité de Lyon entre le 1 er vendémiaire an XIV (23 septembre 1805) et le 6 juillet 1815 Annexe VI. Plans Annexe VII. Notices individuelles Annexe VIII. Trois portraits 1

4 ANNEXE I Éléments de législation consulaire et impériale regardant l organisation de la municipalité LOI CONCERNANT L ADMINISTRATION DE LA FRANCE. 28 pluviôse an VIII (17 février 1800). Extraits. Paragraphe III. Municipalités. Art. 12 Dans les villes, bourgs et autres lieux pour lesquels il y a maintenant un agent municipal et un adjoint, et dont la population n excèdera pas deux mille cinq cents habitans, il y aura un maire et un adjoint ; dans les villes ou bourgs de deux mille cinq cents à cinq mille habitans, un maire et deux adjoints ; dans les villes de cinq mille habitans à dix mille, un maire, deux adjoints et un commissaire de police ; dans les villes dont la population excèdera dix mille habitans, outre le maire, deux adjoints et un commissaire de police, il y aura un adjoint par vingt mille habitans d excédant, et un commissaire par dix mille d excédant. Art. 13 Les maires et adjoints rempliront les fonctions administratives exercées maintenant par l agent municipal et l adjoint : relativement à la police et à l état civil, ils rempliront les fonctions exercées maintenant par les administrations municipales de canton, les agents municipaux et adjoints. Art. 14 Dans les villes de cent mille habitans et au-dessus, il y aura un maire et un adjoint, à la place de chaque administration municipale ; il y aura de plus un commissaire général de police, auquel les commissaires de police seront subordonnés, et qui sera subordonné au préfet ; néanmoins il exécutera les ordres qu il recevra immédiatement du ministre chargé de la police. Art. 15 Il y aura un conseil municipal dans chaque ville, bourg ou autre lieu pour lequel il existe un agent municipal et un adjoint. Le nombre de ses membres sera de dix dans les lieux dont la population n excède pas deux mille cinq cents habitans ; de vingt, dans ceux où elle n excède pas cinq mille ; de trente, dans ceux où la population est plus nombreuse. Ce conseil s assemblera chaque année le 15 pluviôse, et pourra rester assemblé quinze jours. Il pourra être convoqué extraordinairement par ordre du préfet. Il entendra et pourra débattre le compte des recettes et dépenses municipales qui sera rendu par le maire au sous-préfet, lequel l arrêtera définitivement. Il règlera le partage des affouages, pâtures, récoltes et fruits communs. Il règlera la répartition des travaux nécessaires à l entretien et aux réparations des propriétés qui sont à la charge des habitans. Il délibérera sur les besoins particuliers et locaux de la municipalité, sur les emprunts, sur les octrois ou contributions en centimes additionnels qui pourront être nécessaires pour subvenir à ces besoins, sur les procès qu il conviendra d intenter ou de soutenir pour l exercice et la conservation des droits communs. Art. 16 À Paris, dans chacun des arrondissements municipaux, un maire et deux adjoints seront chargés de la partie administrative et des fonctions relatives à l état civil. Un préfet de police sera chargé de ce qui concerne la police, et aura sous ses ordres des commissaires distribués dans les douze municipalités. Art. 17 À Paris, le conseil de département remplira les fonctions de conseil municipal. Paragraphe IV. Des nominations. 2

5 Art. 18 Le premier Consul nommera les préfets, les conseillers de préfecture, les membres des conseils généraux de département, le secrétaire général de préfecture, les sous-préfets, les membres des conseils d arrondissement, les maires et adjoints des villes de plus de cinq mille habitans, les commissaires généraux de police et les préfets de police dans les villes où il en sera établi. Art. 19 Les membres des conseils généraux de département, et ceux des conseils d arrondissements communaux, seront nommés pour trois ans : ils pourront être continués. Art. 20 Les préfets nommeront et pourront suspendre de leurs fonctions les membres des conseils municipaux ; ils nommeront et pourront suspendre les maires et adjoints dans les villes dont la population est au-dessous de cinq mille habitans. Les membres des conseils municipaux seront nommés pour trois ans : ils pourront être continués. ARRÊTÉ QUI DÉTERMINE LES FONCTIONS DES MAIRES RELATIVEMENT AUX CONSEILS MUNCIPAUX. 2 pluviôse an IX (22 janvier 1801). Extraits. 1. Le maire de chaque commune est, de droit, membre du conseil municipal. 2. Il en a la présidence. 3. En cas d absence, maladie ou autre empêchement, il est remplacé par un adjoint, en suivant, lorsqu il y en a plusieurs, l ordre de leur nomination. Hors ce cas, les adjoints n ont point entrée au conseil municipal. 4. Dans les villes de Lyon, Marseille et Bordeaux, où il y a plusieurs municipalités, le préfet désignera un des maires pour présider le conseil municipal. 5. Lorsque les comptes de l administration du maire seront présentés au conseil municipal, le maire quittera la présidence et sera remplacé par un membre du conseil municipal, choisi d avance, au scrutin secret et à la pluralité, par les membres du conseil. 6. Le conseil municipal choisira de même un de ses membres pour remplir les fonctions de secrétaire. 7. Le maire sera chargé seul de l administration ; il aura seulement la faculté d assembler ses adjoints, de les consulter lorsqu il le jugera à propos, et de leur déléguer une partie de ses fonctions. SÉNATUS CONSULTE ORGANIQUE DE LA CONSTITUTION. 16 thermidor an X (4 août 1802). Extraits Titre I. Art. 1 Chaque ressort de justice de paix a une assemblée de canton. Art. 2 Chaque arrondissement communal ou district de sous-préfecture a un collège électoral d arrondissement. Art. 3 Chaque département a un collège électoral départemental. Titre II. Des assemblées de canton. 3

6 Art. 4 L assemblée de canton se compose de tous les citoyens domiciliés dans le canton, et qui y sont inscrits sur la liste communale d arrondissement. À dater de l époque où aux termes de la Constitution, les listes communales doivent être renouvelées, l assemblée de canton sera composée de tous les citoyens domiciliés dans le canton, et qui y jouissent des droits des citoyens. Art. 5 Le premier Consul nomme le président de l assemblée de canton. Ses fonctions durent cinq ans. Il peut être renommé indéfiniment. Il est assisté de quatre scrutateurs, dont deux sont les plus âgés, et les deux autres, les plus imposés des citoyens ayant droit de voter dans l assemblée de canton. Le président et les quatre scrutateurs nomment le secrétaire. Art. 6 L assemblée de canton se divise en sections pour faire les opérations qui lui appartiennent. Lors de la première convocation de chaque assemblée, l organisation et les formes en seront déterminées par règlement émané du Gouvernement. Art. 7 Le président de l assemblée de canton nomme les présidents des sections. Leurs fonctions cessent avec chaque assemblée sectionnaire. Ils sont assistés chacun de deux scrutateurs, dont l un est le plus âgé, et l autre le plus imposé des citoyens ayant droit de voter dans la section. Art. 8 L assemblée de canton désigne deux citoyens sur lesquels le premier Consul choisit le juge de paix du canton. Elle désigne pareillement deux citoyens pour chaque place vacante de suppléant de juge de paix. Art. 9 Les juges de paix et leurs suppléants sont nommés pour dix ans. Art. 10 Dans les villes de cinq mille âmes, l assemblée de canton présente deux citoyens pour chacune des places du conseil municipal. Dans les villes où il y aura plusieurs justices de paix ou plusieurs assemblées de canton, chaque assemblée présentera pareillement deux citoyens pour chaque place du conseil municipal. Art. 11 Les membres des conseils municipaux sont pris par chaque assemblée de canton, sur la liste des Cent plus imposés du canton. Cette liste sera arrêtée et imprimée par ordre du préfet. Art. 12 Les conseils municipaux se renouvellent tous les dix ans par moitié. Art. 13 Le premier Consul choisit les maires et adjoints dans les conseils municipaux ; ils sont cinq ans en place ; ils peuvent être renommés. ( ) Art. 17 Le Gouvernement convoque les assemblées de canton, fixe le temps de leur durée et l objet de leur réunion. DÉCRET RÈGLANT LE MODE D INSTALLATION DES MUNICIPALITÉS RÉUNIFIÉES. 4 prairial an XIII (24 mai 1805). Vu la loi du 15 ventôse an XIII ( ) 1. Le jour fixé pour l installation de la municipalité unique pour chacune des dites villes, les maires et adjoints alors en fonction et les membres du conseil municipal s assembleront à l hôtel de ville sir la convocation des préfets. 4

7 2. Le nouveau maire prêtera son serment entre les mains de l empereur. Le grandchambellan lui fera connaître le jour et le lieu. Il recevra ensuite celui des nouveaux adjoints. 3. Les anciennes municipalités cesseront à l instant leurs fonctions, et prépareront leurs comptes pour être présentés au conseil municipal dans une session extraordinaire dont l époque sera fixée par le préfet. 4. Le maire prendra sur le champ les mesures nécessaires pour la conservation et la réunion des registres et papiers des municipalités supprimées. 5. Le ministre de l Intérieur est chargé de l exécution du présent décret. DÉCRET QUI FIXE L ÉPOQUE DU RENOUVELLEMENT QUINQUENNAL DES PRÉSIDENTS DE CANTON, DES MAIRES ET DES ADJOINTS. 13 avril Art. 1 Le premier renouvellement quinquennal des présidents de canton, des maires et adjoints de toutes les communes de l Empire s effectuera pour le 1 er janvier Art. 2 Ce renouvellement continuera ensuite à avoir lieu de cinq ans en cinq ans, à la même époque, et il aura lieu pour toutes les personnes qui auront été nommées dans l intervalle d un renouvellement à l autre, aux fonctions dont il s agit. Art. 3 Notre ministre de l Intérieur est chargé de l exécution du présent décret. DÉCRET QUI RAPPORTE LES ARRÊTÉS DES 9 MESSIDOR AN VIII ET 2 PLUVIÔSE AN IX RELATIFS AUX CONSEILS MUNICIPAUX. 4 juin Extraits 1. Le maire de chaque commune entre seul de droit au conseil municipal, et le préside, sans pour cela compter dans le nombre des membres dont le conseil doit être composé, d après les dispositions de l article 15 de la loi du 28 pluviôse an VIII. 6. Les arrêtés des 9 messidor an VIII et 2 pluviôse an IX sont rapportés. 5

8 ANNEXE II Éléments de législation consulaire et impériale regardant quelques domaines d intervention de la municipalité LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE. 11 floréal an X (1 er mai 1802). Extraits. Titre Ier. Division de l instruction. Art. 1 L instruction sera donnée : I Dans des écoles primaires établies par les communes ; 2 Dans des écoles secondaires établies par des communes ou tenues par des maîtres particuliers ; 3 Dans des lycées et des écoles spéciales entretenus aux frais du Trésor public. Titre II. Des écoles primaires. Art. 2 Une école primaire pourra appartenir à plusieurs communes à la fois, suivant la population et les localités de ces communes. Art. 3 Les instituteurs seront choisis par les maires et les conseils municipaux ; leur traitement se composera : I du logement fourni par les communes ; 2 d une rétribution fournie par les parens, et déterminée par les conseils municipaux. Art. 4 Les conseils minicipaux exempteront de la rétribution ceux des parens qui seraient hors d état de la payer ; cette exemption ne pourra néanmoins excéder le cinquième des enfans reçus dans les écoles primaires. Art. 5 Les sous-préfets seront spécialement chargés de l organisation des écoles primaires ; ils rendront compte de leur état, une fois par mois, aux préfets. Titre IV. Des lycées. Art. 9 Il sera établi des lycées pour l enseignement des lettres et des sciences. Il y aura un lycée au moins par arrondissement de chaque tribunal d appel. ( ) Art. 13 L administration de chaque lycée sera confiée à un proviseur : il aura immédiatement sous lui un censeur des études, et un procureur gérant les affaires de l école. Art. 14 Le proviseur, le censeur et le procureur de chaque lycée seront nommés par le premier Consul : ils formeront le Conseil d administration de l école. Art. 15 Il y aura dans chacune des villes où sera établi un lycée, un bureau d administration de cette école. Ce bureau sera composé du préfet du département, du président du tribunal d appel, du commissaire du Gouvernement près ce tribunal, du commissaire du Gouvernement près le tribunal criminel, du maire et du proviseur. Dans les villes où il n y aurait point de tribunal d appel, le président du tribunal criminel fera partie du bureau d administration du lycée. Dans celles où il n y aurait ni tribunal d appel, ni tribunal criminel, les membres du bureau seront nommés par le premier Consul. 6

9 Art. 16 Les fonctions de ce bureau seront gratuites. Il s assemblera quatre fois par an, et plus souvent s il le juge convenable, ou si le proviseur du lycée l y invite. Il sera chargé de la vérification des comptes et de la surveillance générale du lycée. ( ) Titre IX. Dispositions générales. Art. 40 Les bâtimens des lycées seront entretenus aux frais des villes où ils seront établis. Art. 41 Aucun établissement ne pourra prendre désormais les noms de lycée et d institut. ( ) DÉCRET SUR LES SÉPULTURES. 23 prairial an XII (12 juin 1804). Titre I. Des sépultures et des lieux qui leur sont consacrés. Art. 1 Aucune inhumation n aura lieu dans les églises, temples, synagogues, hôpitaux, chapelles publiques, et généralement dans aucun des édifices clos et fermés où les citoyens se réunissent pour la célébration de leurs cultes, ni dans l enceinte des villes et bourgs. Art. 2 Il y aura, hors de chacune de ces villes et bourgs, à la distance de trente-cinq à quarante mètres au moins de leur enceinte, des terrains spécialement consacrés à l inhumation des morts. Art. 3 Les terrains les plus élevés et exposés au nord seront choisis de préférence ; ils seront clos de murs de deux mètres au moins d élévation. On y fera des plantations, en prenant les précautions convenables pour ne point gêner la circulation de l air. Art. 4 Chaque inhumation aura lieu dans une fosse séparée ; chaque fosse qui sera ouverte aura un mètre cinq décimètres à deux mètres de profondeur, sur huit décimètre de largeur, et sera ensuite remplie de terre foulée. Art. 5 Les fosses seront distantes les unes des autres de trois à quatre décimètres sur les côtés, et de trois à cinq décimètres à la tête et aux pieds. Art. 6 Pour éviter le danger qu entraîne le renouvellement trop rapproché des fosses, l ouverture des fosses pour de nouvelles sépultures n aura lieu que de cinq années et cinq années ; en conséquence, les terrains destinés à former les lieux de sépulture seront cinq fois plus étendus que l espace nécessaire pour y déposer le nombre présumé des morts qui peuvent y être enterrés chaque année. Titre II. De l établissement des nouveaux cimetières. Art. 7 Les communes qui seront obligées, en vertu des articles 1 et 2 du titre I, d abandonner les cimetières actuels, et de s en procurer de nouveaux hors de l enceinte de leurs habitations, pourront, sans autre autorisation que celle qui leur est accordée par la déclaration du 10 mars 1776, acquérir les terrains qui leur seront nécessaires, en remplissant les formes voulues par l arrêté du 7 germinal an IX. Art. 8 Aussitôt que les nouveaux emplacements seront disposés à recevoir les inhumations, les cimetières existant seront fermés, et resteront dans l état où ils se trouveront, sans que l on puisse en faire usage pendant cinq ans. Art. 9 À partir de cette époque, les terrains servant maintenant de cimetières pourront être affermés par les communes auxquelles ils appartiennent ; mais à condition qu ils ne seront 7

10 qu ensemencés ou plantés, sans qu il puisse y être fait aucune fouille ou fondation pour des constructions de bâtiment, jusqu à ce qu il en soit autrement ordonné. Titre III. Des concessions de terrains dans les cimetières. Art. 10 Lorsque l étendue des lieux consacrés aux inhumations le permettra, il pourra y être fait des concessions de terrains aux personnes qui désireront y posséder une place distincte et séparée pour y fonder leur sépulture et celle de leurs parents ou successeurs, et y construire des caveaux, monumens ou tombeaux. Art. 11 Les concessions ne seront néanmoins accordées qu à ceux qui offriront de faire des fondations ou donations en faveur des pauvres et des hôpitaux, indépendamment d une somme qui sera donnée à la commune, et lorsque ces fondations ou donations auront été autorisées par le Gouvernement dans les formes accoutumées, sur l avis des conseils municipaux et la proposition des préfets. Art. 12 Il n est point dérogé, par les deux articles précédents, aux droits qu a chaque particulier, sans besoin d autorisation, de faire placer sur la fosse de son parent ou de son ami une pierre sépulcrale ou autre signe indicatif de sépulture, ainsi qu il a été pratiqué jusqu à présent. Art. 13 Les maires pourront également, sur l avis des administrations des hôpitaux, permettre que l on construise, dans l enceinte de ces hôpitaux, des monumens pour les fondateurs et bienfaiteurs de ces établissements, lorsqu ils en auront déposé le désir dans leurs actes de donation, de fondation ou de dernière volonté. Art. 14 Toute personne pourra être enterrée sur sa propriété, pourvu que ladite propriété soit hors et à la distance prescrite de l enceinte des villes et bourgs. Titre IV. De la police des lieux de sépulture. Art. 15 Dans les communes où l on professe plusieurs cultes, chaque culte doit avoir un lieu d inhumation particulier ; et, dans les cas où il n y aurait qu un seul cimetière, on le partagera par des murs, haies ou fossés, en autant de parties qu il y a de cultes différents, avec une entrée particulière pour chacune, et en proportionnant cet espace au nombre d habitans de chaque culte. Art. 16 Les lieux de sépulture, soit qu ils appartiennent aux communes, soit qu ils appartiennent aux particuliers, seront soumis à l autorité, police et surveillance des administrations municipales. Art. 17 Les autorités locales sont spécialement chargées de maintenir l exécution des lois et règlemens qui prohibent les exhumations non autorisées, et d empêcher qu il ne se commette dans les lieux de sépulture aucun désordre, ou qu on s y permette aucun acte contraire au respect dû à la mémoire des morts. Titre V. Des pompes funèbres. Art. 18 Les cérémonies précédemment usitées pour les convois, suivant les différents cultes, seront rétablies, et il sera libre aux familles d en régler la dépense selon leurs moyens et facultés ; mais hors de l enceinte des églises et des lieux de sépulture, les cérémonies religieuses ne seront permises que dans les communes où l on ne professe qu un seul culte, conformément à l article 45 de la loi du 18 germinal an X. 8

11 Art. 19 Lorsque le ministre d un culte, sous quelque prétexte que ce soit, se permettra de refuser son ministère pour l inhumation d un corps, l autorité civile, soit d office, soit sur la réquisition de la famille, commettra un autre ministre du même culte pour remplir ces fonctions ; dans tous les cas, l autorité civile est chargée de faire porter, présenter, déposer et inhumer les corps. Art. 20 Les frais et rétributions à payer aux ministres des cultes et autres individus attachés aux églises et temples, tant pour leur assistance aux convois que pour les services requis par les familles, seront réglés par le Gouvernement, sur l avis des évêques, des consistoires et des préfets, et sur la proposition du conseiller d État chargé des affaires concernant les cultes. Il ne sera rien alloué pour leur assistance à l inhumation des individus inscrits aux rôles des indigens. Art. 21 Le mode le plus convenable pour le transport des corps sera réglé suivant les localités, par les maires, sauf l approbation des préfets. Art. 22 Les fabriques des églises et les consistoires jouiront seuls du droit de fournir les voitures, ornemens, et de faire généralement toutes les fournitures quelconques nécessaires pour les enterremens, et pour la décence ou la pompe des funérailles. Les fabriques et consistoires pourront faire exercer ou affermer ce droit, d après l approbation des autorités civiles sous la surveillance desquelles ils sont placés. Art. 23 L emploi des sommes provenant de l exercice ou de l affermage de ce droit sera consacré à l entretien des églises, des lieux d inhumation, et au paiement des desservans : cet emploi sera réglé et réparti sur la proposition du conseiller d État chargé des affaires concernant les cultes, et d après l avis des évêques et des préfets. Art. 24 Il est expressément défendu à toutes autres personnes, quelles que soient leurs fonctions, d exercer le droit susmentionné, sous telle peine qu il appartiendra, sans préjudice des droits résultant des marchés existans et qui ont été passés entre quelques entrepreneurs et les préfets ou autres autorités civiles, relativement aux convois et pompes funèbres. Art. 25 Les frais à payer par les successions des personnes décédées, pour les billets d enterrement, le prix des tentures, les bières et le transport des corps, seront fixés par un tarif proposé par les administrations municipales, et arrêté par les préfets. Art. 26 Dans les villages ou autres lieux où le droit précité ne pourra être exercé par les fabriques, les autorités locales y pourvoiront, sauf l approbation des préfets. Art. 27 Le ministre de l Intérieur est chargé de l exécution du présent décret. DÉCRET SUR LES COMMISSAIRES GÉNÉRAUX DE POLICE. 23 fructidor an XIII (10 septembre 1805). Section I. Dispositions générales. Art. 1 Les commissaires généraux de police, dans quelque ville de l Empire qu ils soient établis, exécuteront les ordres qu ils recevront immédiatement du ministre de la police générale, et correspondront avec les conseillers d État chargés d un des arrondissements de la police générale de l Empire ; ils pourront correspondre aussi directement avec le ministre. Art. 2 Ils exerceront, sous l autorité du préfet, les fonctions de police locale qui leur sont attribuées par les articles suivans ; toutes autres demeurant dévolues aux maires et officiers 9

12 municipaux, qui les rempliront conformément aux lois et règlemens, notamment à celui du 5 brumaire an IX, sous l autorité des sous-préfets et préfets, et sauf le recours aux tribunaux pour la police municipale judiciaire. Section II. Fonctions des commissaires généraux. Art. 3 Les commissaires généraux de police pourront publier de nouveau les lois et règlemens de police en activité, et rendre des ordonnances pour en assurer l exécution, avec l approbation du préfet de département. Art. 4 Ils seront chargés de délivrer les attestations nécessaires aux citoyens de l Empire domiciliés dans leur arrondissement, pour obtenir du préfet du département les passeports à fin de voyager chez l étranger ou aller aux colonies françaises. Art. 5 Tout étranger entrant en France, ou tout Français revenant d un voyage chez l étranger ou des colonies, sera tenu de présenter ou faire présenter son passeport au commissaire général de police, sans qu il soit dispensé de le présenter au maire, s il réside plus de vingt-quatre heures dans la ville. Art. 6 Les militaires ou marins en congé limité seront tenus de faire viser leurs permissions ou congés par le commissaire général de police, s ils résident dans la ville ou la banlieue. Art. 7 Les commissaires généraux de police feront exécuter les lois sur la mendicité et le vagabondage ; en conséquence, ils pourront, sans préjudice des dispositions locales prises par les préfets, les sous-préfets et les maires, envoyer les mendians, vagabons et gens sans aveu aux maisons de détention. Art. 8 Les commissaires généraux auront la surveillance des prisons de la ville où ils font leur résidence. Ils délivreront seuls les permissions de communiquer avec les détenus par leur ordre. Art. 9 Ils surveilleront l exécution des lois et règlemens de police concernant les hôtels garnis et les logeurs, sans préjudice de l exercice en concurrence de la police municipale. Art. 10 Ils feront exécuter les lois et règlemens de police sur l imprimerie, la librairie et les journaux. Art. 11 Ils porteront une attention particulière aux églises, et veilleront à ce que l ordre, la décence et le respect convenables, dus aux saints lieux, soient observés. Ils feront arrêter tout individu qui troublerait la liberté et la publicité du culte. Art. 12 Ils feront faire la recherche des militaires ou marins déserteurs et des prisonniers de guerre évadés. Art. 13 Ils veilleront à l exécution des lois et règlemens des douanes touchant la contrebande, et pourront faire saisir les marchandises prohibées par les lois. Art. 14 Les mesures de sûreté prescrites par les lois et arrêtés concernant les navires neutralisés et les individus venant d Angleterre, et toutes autres mesures touchant les pays avec lesquels l empire est en guerre ou leurs sujets, sont dans les attributions des commissaires généraux de police. Art. 15 Les commissaires généraux et leurs agens pourront faire saisir et traduire aux tribunaux de police correctionnelle les personnes prévenues de délit du ressort de ces tribunaux. 10

13 Art. 16 Ils feront, concurremment avec les autorités locales, saisir et remettre aux officiers chargés de l administration de la justice criminelle, les individus surpris en flagrant délit, arrêtés à la clameur publique, ou prévenus de délits qui sont du ressort de la justice criminelle. Section III. Des individus qui seront sous les ordres des commissaires généraux et exécuteront leurs réquisitions. Art. 17 Les commissaires généraux auront sous leurs ordres, pour l exercice de leurs attributions, les commissaires de police des villes de leur résidence et de leur arrondissement, et correspondront avec les maires et adjoints. Art. 18 Ils auront à leur disposition, pour l exercice de la police, la garde nationale, la gendarmerie, les compagnies de réserve départementales. Ils pourront requérir la force armée en activité. Section IV. Du nombre, de la résidence des commissaires généraux de police et de leurs arrondissemens. Art. 19 Il y aura des commissaires généraux de police dans les villes portées au tableau joint au présent décret. Art. 20 Ils exerceront leurs fonctions ; 1 dans le lieu de leur résidence ; 2 dans la banlieue de la ville où ils résident, laquelle banlieue sera réglée par des décrets impériaux délibérés en Conseil-d État ; 3 pour ceux qui sont sur les frontières de terre et de mer, dans la ligne des douanes et dans l étendue de cette ligne qui sera réglée par sa majesté sur le rapport du ministre de la police ; 4 dans toute l étendue des lignes des camps ou cantonnemens militaires, quand il en sera établi dans l intérieur, et lorsqu ils seront situés ou contigus à l arrondissement du commissaire général. Toutefois, il n est rien innové à ce qui est déjà statué et réglé pour le commissaire général établi à Boulogne. Section V. Des dépenses et traitemens des commissaires généraux de police. Art. 21 Les traitemens et dépenses des commissaires généraux de police seront réglés annuellement par sa majesté, sur le rapport du ministre de la police, et sur les fonds affectés à son département, sauf le supplément qui pourra être accordé sur les revenus municipaux par les budgets des villes. Tableau des villes de l Empire où il y aura des commissaires généraux. Nice, Toulon, Marseille, Cette, Perpignan, Toulouse, Bayonne, Bordeaux, Rochefort, Paimboeuf, Lorient, Brest, Morlaix, Saint-Malo, Cherbourg, Le Havre, Boulogne, Ostende, Anvers, Clèves, Cologne, Mayence, Strasbourg, Huningue, Genève, Lyon. Art. 22 Le ministre de la Police est chargé de l exécution du présent décret. DÉCRET SUR LES ÉGLISES ET LE SERVICE DES MORTS. 18 mai Titre I. Règles générales pour les églises. Art. 1 Les églises sont ouvertes gratuitement au public : en conséquences, il est expressément défendu de rien percevoir dans les églises et à leur entrée, de plus que le prix des chaises, sous quelque prétexte que ce soit. 11

14 Art. 2 Les fabriques pourront louer des bancs et des chaises, suivant le tarif qui a été ou sera arrêté, et les chapelles, de gré à gré. Art. 3 Le tarif du prix des chaises sera arrêté par l évêque et le préfet, et cette fixation sera toujours la même, quelles que soient les cérémonies qui auront lieu dans l église. Titre II. Service pour les morts dans les églises. Art. 4 Dans toutes les églises, les curés, desservans et vicaires, feront gratuitement le service exigé pour les morts indigens ; l indigence sera constatée par un certificat de la municipalité. Art. 5 Si l église est tendue pour recevoir un convoi funèbre, et qu on présente ensuite le corps d un indigent, il est défendu de détendre, jusqu à ce que le service de ce mort soit fini. Art. 6 Les règlemens déjà dressés et ceux qui le seront à l avenir par les évêques sur cette matière, seront soumis par notre ministre des cultes à notre approbation. Art. 7 Les fabriques feront elles-mêmes, ou feront faire par entreprise aux enchères, toutes les fournitures nécessaires au service des morts dans l intérieur de l église, et toutes celles qui sont relatives à la pompe des convois, sans préjudice aux droits des entrepreneurs qui ont des marchés existans. Elles dresseront, à cet effet, des tarifs et des tableaux gradués par classe ; ils seront communiqués aux conseils municipaux et aux préfets, pour donner leur avis, et seront soumis par notre ministre des cultes, pour chaque ville, à notre approbation. Notre ministre de l intérieur nous transmettra pareillement, à cet égard, les avis des conseils municipaux et des préfets. Art. 8 Dans les grandes villes, toutes les fabriques se réuniront pour ne former qu une seule entreprise. Titre III. Du transport des corps. Art. 9 Dans les communes où il n existe pas d entreprise et de marché pour les sépultures, le mode du transport des corps sera réglé par les préfets et les conseils municipaux : le transport des indigens sera fait gratuitement. Art. 10 Dans les communes populeuses où l éloignement des cimetières rend le transport coûteux, et où il est fait avec des voitures, les autorités municipales, de concert avec les fabriques, feront adjuger aux enchères l entreprise de ce transport, des travaux nécessaires à l inhumation et de l entretien des cimetières. Art. 11 Le transport des morts indigens sera fait décemment et gratuitement. Tout autre transport sera assujetti à une taxe fixe. Les familles qui voudront quelque pompe, traiteront avec l entrepreneur, suivant un tarif qui sera dressé à cet effet. Les règlemens et marchés qui fixeront cette taxe et le tarif, seront délibérés par les conseils municipaux, et soumis ensuite, avec l avis du préfet, par notre ministre de l Intérieur, à notre approbation. Art. 12 Il est interdit, dans ces règlemens et marchés, d exiger aucune surtaxe pour les présentations et stations à l église, toute personne ayant également le droit d y être présentée. Art. 13 Il est défendu d établir aucun dépositoire dans l enceinte des villes. 12

15 Art. 14 Les fournitures précitées dans l article 11, dans les villes où les fabriques ne fournissent pas elles-mêmes, seront données, ou en règle intéressée, ou en entreprise, à un seul régisseur ou entrepreneur. Le cahier des charges sera proposé par le conseil municipal, d après l avis de l évêque, et arrêté définitivement par le préfet. Art. 15 Les adjudications seront faites selon le mode établi par les lois et règlemens, pour tous les travaux publics. En cas de contestations entre les Autorités civiles, les entrepreneurs et les fabriques sur les marchés existans, il y sera statué sur les rapports de nos ministres de l intérieur et des cultes. L arrêté du préfet de la Seine, du 5 mars 1806, est approuvé. Art. 16 Nos ministres de l Intérieur et des Cultes sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l exécution du présent décret. 13

16 ANNEXE III Le budget de la ville de Lyon, de 1807 à 1815 (en francs), selon les délibérations du conseil municipal et les décrets de l empereur ou les ordonnances du roi ANNÉE 1807 Fait et arrêté par le conseil municipal : 4 juillet 1806 Vu et arrêté par le préfet : 27 octobre 1806 Décret impérial fixant les dépenses de la ville : 10 mars 1807 Conseil municipal Préfet Napoléon Titre 1 er Des Hospices Chapitre 1 er De la dette des Déficit hospices Chapitre 2 Des dépenses annuelles des hospices Dépenses totales : Déficit Titre 2 Chapitre unique De la dette ,95 municipale Titre 3 Recettes municipales Chapitre 1 er Recettes extraordinaires Chapitre 2 Recettes ordinaires Titre 4 Dépenses municipales ordinaires Chapitre 1 er Frais d administration Chapitre 2 Dépenses de police, salubrité, sûreté, grande et petite voirie Chapitre 3 Dépenses de la garde nationale, des portiers de ville et des corps de garde (dont pour le commissariat général) Chapitre 4 Travaux publics Chapitre 5 Secours publics Chapitre 6 Instruction publique Chapitre 7 Culte Chapitre 8 Fêtes publiques et dépenses imprévues Titre 5 Dépenses extraordinaires Chapitre 1 Frais d administration Chapitre 2 Dépenses de police, salubrité, sûreté, grande et petite voirie Chapitre 3 Dépenses de la garde nationale, des portiers de ville et des corps de garde Chapitre 4 Travaux publics Chapitre 5 Secours publics Chapitre 6 Instruction publique Chapitre 7 Culte Chapitre 8 De l arriéré Total des recettes ordinaires et extraordinaires Total des dépenses ordinaires et extraordinaires

17 1808 Fait et arrêté par le conseil municipal : 29 juillet 1807 Vu et arrêté par le préfet : 3 septembre 1807 Décret impérial fixant les dépenses de la ville : 21 février 1808 Conseil municipal Préfet Napoléon Titre 1 er Des Hospices Chapitre 1 er De la dette des Déficit 0 hospices Chapitre 2 Des dépenses annuelles des hospices Dépenses totales : Déficit Titre 2 Chapitre unique De la dette municipale Titre 3 Recettes municipales Chapitre 1 er Recettes ,54 extraordinaires Chapitre 2 Recettes ordinaires Titre 4 Dépenses municipales ordinaires Chapitre 1 er Frais d administration Chapitre 2 Dépenses de police, salubrité, sûreté, grande et petite voirie Chapitre 3 Dépenses de la garde nationale, des portiers de ville et des corps de garde Chapitre 4 Travaux publics Chapitre 5 Secours publics Chapitre 6 Instruction publique Chapitre 7 Culte ,20 Chapitre 8 Fêtes publiques et dépenses imprévues Titre 5 Dépenses extraordinaires Chapitre 1 Frais d administration Chapitre 2 Dépenses de police, salubrité, sûreté, grande et petite voirie Chapitre 3 Dépenses de la garde nationale, des portiers de ville et des corps de garde Chapitre 4 Travaux publics Chapitre 5 Secours publics Chapitre 6 Instruction publique Chapitre 7 Culte Chapitre 8 De l arriéré Total des recettes ordinaires et ,54 extraordinaires Total des dépenses ordinaires et extraordinaires

18 1809 Fait et arrêté par le conseil municipal : 14 septembre 1808 Vu et arrêté par le préfet : 18 octobre 1808 Décret impérial fixant les dépenses de la ville : 1 er juillet 1809 Conseil municipal Préfet Napoléon Titre 1 er Des Hospices Chapitre 1 er De la dette des Déficit hospices Chapitre 2 Des dépenses annuelles des hospices Dépenses totales : Déficit Titre 2 Chapitre unique De la dette municipale Titre 3 Recettes municipales Chapitre 1 er Recettes ,90 extraordinaires Chapitre 2 Recettes ordinaires Titre 4 Dépenses municipales ordinaires Chapitre 1 er Frais ,20 d administration Chapitre 2 Dépenses de police, salubrité, sûreté, grande et petite voirie Chapitre 3 Dépenses de la garde nationale, des portiers de ville et des corps de garde (dont commissariat général de police) Chapitre 4 Travaux publics Chapitre 5 Secours publics Chapitre 6 Instruction publique Chapitre 7 Culte Chapitre 8 Fêtes publiques et dépenses imprévues Titre 5 Dépenses extraordinaires Chapitre 1 Frais d administration ,45 Chapitre 2 Dépenses de police, salubrité, sûreté, grande et petite voirie Chapitre 3 Dépenses de la garde nationale, des portiers de ville et des corps de garde Chapitre 4 Travaux publics ,45 Chapitre 5 Secours publics Chapitre 6 Instruction publique ,20 Chapitre 7 Culte Chapitre 8 De l arriéré , ,24 Total des recettes ordinaires et extraordinaires Total des dépenses ordinaires et extraordinaires , , , ,89 16

19 1810 Fait et arrêté par le conseil municipal : 30 septembre 1809 Vu et arrêté par le préfet : 28 octobre 1809 Décret impérial fixant les dépenses de la ville : 6 octobre 1810 Conseil municipal Préfet Napoléon Titre 1 er Des Hospices Chapitre 1 er De la dette des Déficit hospices Chapitre 2 Des dépenses annuelles des hospices Dépenses totales : Déficit Titre 2 Chapitre unique De la dette municipale Titre 3 Recettes municipales Chapitre 1 er Recettes ,68 extraordinaires Chapitre 2 Recettes ordinaires Titre 4 Dépenses municipales ordinaires Chapitre 1 er Frais , , ,84 d administration Chapitre 2 Dépenses de police, salubrité, sûreté, grande et petite voirie Chapitre 3 Dépenses de la garde nationale, des portiers de ville et des corps de garde Chapitre 4 Travaux publics Chapitre 5 Secours publics Chapitre 6 Instruction publique Chapitre 7 Culte Chapitre 8 Fêtes publiques et dépenses imprévues Titre 5 Dépenses extraordinaires Chapitre 1 Frais d administration Chapitre 2 Dépenses de police, salubrité, sûreté, grande et petite voirie Chapitre 3 Dépenses de la garde nationale, des portiers de ville et des corps de garde Chapitre 4 Travaux publics Chapitre 5 Secours publics Chapitre 6 Instruction publique Chapitre 7 Culte ,4 Chapitre 8 De l arriéré , , ,20 Total des recettes ordinaires et ,68 extraordinaires Total des dépenses ordinaires et extraordinaires , , , ,60 17

20 1811 Fait et arrêté par le conseil municipal : 30 décembre 1810 Vu et arrêté par le préfet : 22 février 1811 Décret impérial fixant les dépenses de la ville : 18 septembre 1811 Conseil municipal Préfet Napoléon Titre 1 er Des Hospices Chapitre 1 er De la dette des Déficit hospices Chapitre 2 Des dépenses annuelles des hospices Dépenses totales : Déficit Titre 2 Chapitre unique De la dette municipale Titre 3 Recettes municipales Chapitre 1 er Recettes , ,92 extraordinaires Chapitre 2 Recettes ordinaires , ,10 Titre 4 Dépenses municipales ordinaires Chapitre 1 er Frais , , ,73 d administration Chapitre 2 Dépenses de police, salubrité, sûreté, grande et petite voirie Chapitre 3 Dépenses de la garde , , ,20 nationale, des portiers de ville et des corps de garde Chapitre 4 Travaux publics Chapitre 5 Secours publics Chapitre 6 Instruction publique Chapitre 7 Culte Chapitre 8 Fêtes publiques et dépenses imprévues Titre 5 Dépenses extraordinaires Chapitre 1 Frais d administration Chapitre 2 Dépenses de police, salubrité, sûreté, grande et petite voirie Chapitre 3 Dépenses de la garde nationale, des portiers de ville et des corps de garde Chapitre 4 Travaux publics , , ,10 Chapitre 5 Secours publics Chapitre 6 Instruction publique Chapitre 7 Culte Chapitre 8 De l arriéré , , ,61 Total des recettes ordinaires et , ,02 extraordinaires Total des dépenses ordinaires et extraordinaires , , , ,71 18

Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802)

Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802) Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802) La loi du 11 floréal an X spécifie que l'enseignement comporte trois degrés : primaire, secondaire, spécial et qu'il est dispensé dans quatre catégories d'établissements

Plus en détail

ANNEXE. LOI DU 28 PLUVIÔSE AN VIII (17 février 1800) Concernant la division du territoire français et l administration

ANNEXE. LOI DU 28 PLUVIÔSE AN VIII (17 février 1800) Concernant la division du territoire français et l administration LOI DU 28 PLUVIÔSE AN VIII (17 février 1800) Concernant la division du territoire français et l administration TITRE Ier. Division du territoire Art. 1er. Le territoire européen de la République sera divisé

Plus en détail

LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE

LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE 1 ER MAI 1802 (FLOREAL AN X) TITRE I DIVISION DE L'INSTRUCTION Art.1. L'instruction sera donnée : 1 Dans les Écoles primaires établies par les commu nes ; 2 Dans

Plus en détail

Série N Administration et comptabilité départementale (1800-1940) Sous-série 1 N Conseil général et Commission départementale

Série N Administration et comptabilité départementale (1800-1940) Sous-série 1 N Conseil général et Commission départementale Série N Administration et comptabilité départementale (1800-1940) La série N est entièrement classée ; elle est dotée d un inventaire (imprimé en 1991) Comme toutes les séries modernes, cette série concerne

Plus en détail

STATUTS DU PORT DE BRUXELLES. Statuts du Port de Bruxelles (Moniteur belge du 18 février 1993)

STATUTS DU PORT DE BRUXELLES. Statuts du Port de Bruxelles (Moniteur belge du 18 février 1993) STATUTS DU PORT DE BRUXELLES Statuts du Port de Bruxelles (Moniteur belge du 18 février 1993) 15 JANVIER 1993. Arrêté de l Exécutif de la Région de Bruxelles-Capitale portant adoption des statuts du Port

Plus en détail

Constitution Objet Siège social Durée de l association

Constitution Objet Siège social Durée de l association STATUTS Association «UNE ROSE UN ESPOIR» TITRE - I s e c t e u r d e S E N L E C Q U E S SECTEUR de SENLECQUES Constitution Objet Siège social Durée de l association Article 1 : Constitution et dénomination

Plus en détail

SUR proposition du Secrétaire Général de la Préfecture des Bouches-du-Rhône

SUR proposition du Secrétaire Général de la Préfecture des Bouches-du-Rhône 35()(&785('(6%28&+(6'85+21( ',5(&7,21'(/ $'0,1,675$7,21*(1(5$/( %85($8'(/$32/,&(*(1(5$/( 6(59,&('(6'(%,76'(%2,66216 Relatif au périmètre de protection autour des débits de boissons Sur Marseille, Aix-en-Provence,

Plus en détail

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE Article 1 - Constitution La présente association est une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DES ACCUEILS FRANÇAIS ET FRANCOPHONES A L ETRANGER FIAFE. Association Loi 1901

FEDERATION INTERNATIONALE DES ACCUEILS FRANÇAIS ET FRANCOPHONES A L ETRANGER FIAFE. Association Loi 1901 FEDERATION INTERNATIONALE DES ACCUEILS FRANÇAIS ET FRANCOPHONES A L ETRANGER FIAFE Association Loi 1901 STATUTS REFONDUS PAR DECISIONS DE L'ASSEMBLEE GENERALE DU 12 mars 2014 1 ARTICLE 1 ER : CONSTITUTION

Plus en détail

ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT DE L INFORMATIQUE JURIDIQUE ( A. D. I. J. ) ASSOCIATION DE LA LOI DE 1901 S T A T U T S

ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT DE L INFORMATIQUE JURIDIQUE ( A. D. I. J. ) ASSOCIATION DE LA LOI DE 1901 S T A T U T S ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT DE L INFORMATIQUE JURIDIQUE ( A. D. I. J. ) ASSOCIATION DE LA LOI DE 1901 S T A T U T S NOVEMBRE 1990 2 ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT DE L INFORMATIQUE JURIDIQUE (

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CIMETIERE DE LA COMMUNE DE VAROUVILLE ARRETONS TITRE 1 DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR DU CIMETIERE DE LA COMMUNE DE VAROUVILLE ARRETONS TITRE 1 DISPOSITIONS GENERALES REGLEMENT INTERIEUR DU CIMETIERE DE LA COMMUNE DE VAROUVILLE Nous, Maire de la commune de Varouville, Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, notamment les articles L.2213-7 et suivants et

Plus en détail

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée (JO n 4984 p. 13) L assemblée nationale à délibéré et adopté, Le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit

Plus en détail

STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd

STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd Titre premier : Dénomination - Siège - But - Durée Article premier Il est formé, sous la raison sociale «MODEL SA», une société anonyme qui est régie par les présents

Plus en détail

ASOCIACIÓN INTERNACIONAL DE ENTIDADES DE CRÉDITO PRENDARIO Y SOCIAL TEL: 00 34 954 50 82 14 - PIGNUS.SECRETARIAT@PIGNUS.ORG

ASOCIACIÓN INTERNACIONAL DE ENTIDADES DE CRÉDITO PRENDARIO Y SOCIAL TEL: 00 34 954 50 82 14 - PIGNUS.SECRETARIAT@PIGNUS.ORG STATUTS DE L ASSOCIATION INTERNATIONALE DES INSTITUTIONS DE CREDIT SUR GAGES ET SOCIALES TITRE I NATURE, ORIGINE, OBJETS ET SIÉGE Article 1.- L Association Internationale des Institutions de Crédit sur

Plus en détail

TITRE II : DES ORGANES DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE DU MALI

TITRE II : DES ORGANES DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE DU MALI DECRET N 98-228/P-RM Fixant l organisation et les modalités de fonctionnement de la chambre de commerce et d industrie du Mali. Le Président de la République, Vu la Constitution ; Vu la Loi n 94-009 du

Plus en détail

ASSOCIATION «MARSEILLE Horizon» pour la PROMOTION de MANIFESTATIONS SPORTIVES & EDUCATIVES à MARSEILLE

ASSOCIATION «MARSEILLE Horizon» pour la PROMOTION de MANIFESTATIONS SPORTIVES & EDUCATIVES à MARSEILLE ASSOCIATION pour la PROMOTION de MANIFESTATIONS SPORTIVES & EDUCATIVES à MARSEILLE Titre 1 - CONSTITUTION - OBJET - SIEGE SOCIAL - DUREE Article 1 : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

STATUTS DE l ASSOCIATION DES ECOLES D ETUDES POLITIQUES DU CONSEIL DE L EUROPE

STATUTS DE l ASSOCIATION DES ECOLES D ETUDES POLITIQUES DU CONSEIL DE L EUROPE STATUTS DE l ASSOCIATION DES ECOLES D ETUDES POLITIQUES DU CONSEIL DE L EUROPE TITRE I : CONSTITUTION, OBJET, SIEGE ET DUREE DE L ASSOCIATION Article 1. Nom et siège - Il est créé une association dénommée

Plus en détail

Madagascar. Régime général des associations

Madagascar. Régime général des associations Régime général des associations Ordonnance n 60-133 du 3 octobre 1960 [NB - Ordonnance n 60-133 du 3 octobre 1960 portant régime général des associations Modifiée par l ordonnance n 75-017 du 13 août 1975]

Plus en détail

La durée de la Fédération est illimitée.

La durée de la Fédération est illimitée. FEDERATION DES AUTO-ENTREPRENEURS Association déclarée sous le régime de la loi Du 1er juillet 1901 et du décret du 16 août 1901 4 RUE DE LA MARE 78125 ORCEMONT STATUTS EN VIGUEUR A COMPTER DU 18 SEPTEMBRE

Plus en détail

Le Sénat et la Chambre des députés ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

Le Sénat et la Chambre des députés ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : Loi du 15 décembre 1922 étendant aux exploitations agricoles la législation sur les accidents du travail 1 (Bulletin de l Inspection du travail et de l hygiène industrielle, 1922) Le Sénat et la Chambre

Plus en détail

Archives départementales de l Isère

Archives départementales de l Isère ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE L'ISERE SOUS-SERIE 4 E (dépôts des communes) 4 E 3 LA FERRIERE-d ALLEVARD Aurélie BOUILLOC, attachée de conservation du patrimoine 1990 SOMMAIRE ARCHIVES ANCIENNES ET REVOLUTIONNAIRES

Plus en détail

Titre 1 : Constitution / Objet / Siège social / Durée

Titre 1 : Constitution / Objet / Siège social / Durée Statuts de l association PREAUT Titre 1 : Constitution / Objet / Siège social / Durée Article 1er Dénomination Il est fondé entre les membres adhérant aux présents statuts une Association régie par la

Plus en détail

TITRE I BUT DE L ASSOCIATION

TITRE I BUT DE L ASSOCIATION STATUTS ADOPTÉS EN ASSEMBLÉE GÉNÉRALE EXTRAORDINAIRE LE 6 JUILLET 2015 TITRE I BUT DE L ASSOCIATION ARTICLE 1: 1-1 Il est créé à HENDAYE une association d éducation populaire régie par la loi du 1 er juillet

Plus en détail

Rédiger STATUTS DE L ASSOCIATION

Rédiger STATUTS DE L ASSOCIATION Nouspublionsci-dessousle modèlede statutstypes élaborésparle Conseild État, et publiés par le ministère de l Intérieur. Ce modèle est proposé aux associations qui sollicitent la reconnaissance d utilité

Plus en détail

MAISON DES SCIENCES DE L HOMME D AQUITAINE STATUTS. 10, Esplanade des Antilles Domaine Universitaire 33607 PESSAC CEDEX

MAISON DES SCIENCES DE L HOMME D AQUITAINE STATUTS. 10, Esplanade des Antilles Domaine Universitaire 33607 PESSAC CEDEX MAISON DES SCIENCES DE L HOMME D AQUITAINE STATUTS 10, Esplanade des Antilles Domaine Universitaire 33607 PESSAC CEDEX Tél. +33 (0)5 56 84 68 00 Fax +33 (0) 5 56 84 68 10 http://www.msha.fr STATUTS Modifiés

Plus en détail

La reprise des concessions funéraires

La reprise des concessions funéraires La reprise des concessions funéraires 1. La reprise des concessions arrivées à leur terme... 2 2. La reprise des concessions abandonnées... 2 2.1. Les conditions de la reprise... 2 2.2. Déroulement de

Plus en détail

Convention d établissement et de protection juridique entre la Suisse et la Grèce

Convention d établissement et de protection juridique entre la Suisse et la Grèce Texte original Convention d établissement et de protection juridique entre la Suisse et la Grèce 0.142.113.721 Conclue le 1 er décembre 1927 Approuvée par l Assemblée fédérale le 19 juin 1928 1 Instruments

Plus en détail

MUTUELLE DENTAIRE RENAULT

MUTUELLE DENTAIRE RENAULT MUTUELLE DENTAIRE RENAULT 9, rue de Clamart 92772 Boulogne Billancourt Cedex Tél. : 01.46.94.29.50 CHAPITRE 1 FORMATION, OBJET ET COMPOSITION DE LA MUTUELLE DENTAIRE RENAULT Article 1 Dénomination... 3

Plus en détail

TITRE I CONSTITUTION OBJET -

TITRE I CONSTITUTION OBJET - STATUTS DES BATELIERES D HERBLAY TITRE I CONSTITUTION OBJET Article 1: Constitution, dénomination Il est fondé entre les adhérents, les personnes physiques ou morales qui adhèrent aux présents statuts

Plus en détail

Lavans-Vuillafans. Premier inventaire. Dépôt de 1974

Lavans-Vuillafans. Premier inventaire. Dépôt de 1974 Lavans-Vuillafans Les archives de la commune de Lavans-Vuillafans ont fait l objet de deux inventaires différents correspondant à deux dépôts successifs. Ils sont ici présentés à la suite l un de l autre

Plus en détail

ANNEXE V - MODELE DES STATUTS TYPES POUR LES ASSOCIATIONS DEMANDANT LEUR AFFILIATION A LA F.F.R.

ANNEXE V - MODELE DES STATUTS TYPES POUR LES ASSOCIATIONS DEMANDANT LEUR AFFILIATION A LA F.F.R. ANNEXE V - MODELE DES STATUTS TYPES POUR LES ASSOCIATIONS DEMANDANT LEUR AFFILIATION A LA F.F.R. 2 MODELE DE STATUTS TYPES POUR LES ASSOCIATIONS DEMANDANT LEUR AFFILIATION A LA F.F.R. (Modèle proposé à

Plus en détail

Rotary International Association des Clubs Rotary du District 1640 Normandie France ACRODI 1640 STATUTS. De l ACRODI 1640

Rotary International Association des Clubs Rotary du District 1640 Normandie France ACRODI 1640 STATUTS. De l ACRODI 1640 Rotary International Association des Clubs Rotary du District 1640 Normandie France ACRODI 1640 STATUTS De l ACRODI 1640 Préambule : ACRODI 1640 a été créée le 23 juin 1983 Les premiers Statuts de l Association

Plus en détail

Qui peut être élu conseiller municipal, devenir maire ou adjoint? Les règles d inéligibilités et d incompatibilités

Qui peut être élu conseiller municipal, devenir maire ou adjoint? Les règles d inéligibilités et d incompatibilités Département Administration et gestion communale JM/JR/MK Note n 78 Affaire suivie par : Judith MWENDO (tél. 01 44 18 13 60) et Julie ROUSSEL (tél. 01 44 18 51 95) Paris, le 8 août 2013 Qui peut être élu

Plus en détail

STATUTS DE LA SOCIETE DE DEVELOPPEMENT DE FINHAUT-CHATELARD-GIETROZ

STATUTS DE LA SOCIETE DE DEVELOPPEMENT DE FINHAUT-CHATELARD-GIETROZ STATUTS DE LA SOCIETE DE DEVELOPPEMENT DE FINHAUT-CHATELARD-GIETROZ I. Nom - Siège - But Art. 1 Sous la dénomination de Société de Développement de Finhaut-Châtelard-Giétroz, communément désignée Société

Plus en détail

LE SOUVENIR FRANCAIS Association Nationale Fondée en 1887 Reconnue d utilité publique le 1 er février 1906

LE SOUVENIR FRANCAIS Association Nationale Fondée en 1887 Reconnue d utilité publique le 1 er février 1906 Statuts LE SOUVENIR FRANCAIS Association Nationale Fondée en 1887 Reconnue d utilité publique le 1 er février 1906 Statuts : 11 / 09 / 2008 1. BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 er L association

Plus en détail

STATUTS DES FOYERS RURAUX

STATUTS DES FOYERS RURAUX STATUTS DES FOYERS RURAUX Extraits de la déclaration en date du 21 juin 1977 faisant connaître la constitution de l association sous le N 73/77. I BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 : L Association

Plus en détail

STATUTS TITRE I OBJET DÉNOMINATION SIÈGE DURÉE ARTICLE 1

STATUTS TITRE I OBJET DÉNOMINATION SIÈGE DURÉE ARTICLE 1 STATUTS Edition 03 du 13 décembre 2009 _ Assemblée générale extraordinaire du 16 janvier 2010 ayant pour objet le changement des statuts et règlement intérieur. Titre de l Association : TENNIS CLUB DU

Plus en détail

L ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE,

L ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE ---------- DELIBERATION N 62-43 AT DU 29 JUIN 1962 -------------------------------------------------- réglementant à Tahiti et Moorea la profession de chauffeur

Plus en détail

ASSOCIATION DE SOUTIEN DES INITIATIVES LOCALES AFRICAINES

ASSOCIATION DE SOUTIEN DES INITIATIVES LOCALES AFRICAINES STATUTS DE L ASSOCIATION EBENE Titre I Formation et but de l association Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi

Plus en détail

Modifications. Statuts 29 mars 2012

Modifications. Statuts 29 mars 2012 Modifications Statuts 29 mars 2012 Statuts, modifications du 29 mars 2012 Sommaire Présentation de l Association Enfants de Marthe Article 1 : Nom de l Association et siège Article 1 bis : Bail à construction

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Titre I DES DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR. Titre I DES DISPOSITIONS GENERALES REGLEMENT INTERIEUR Titre I DES DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er - Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la constitution du 20 janvier 2002 et de la loi organique

Plus en détail

Siège social : 12, rue Jacquemont 75017 Paris TITRE I. Dénomination, Objet, Siège

Siège social : 12, rue Jacquemont 75017 Paris TITRE I. Dénomination, Objet, Siège Statuts de l Association Françoise et Eugène MINKOWSKI pour la santé mentale des migrants Siège social : 12, rue Jacquemont 75017 Paris Article I Constitution, Dénomination TITRE I Dénomination, Objet,

Plus en détail

STATUTS TITRE I BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION

STATUTS TITRE I BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION STATUTS Article 1 OBJET TITRE I BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Cette Association a pour objet de contribuer au développement et au rayonnement du Musée du quai Branly (ou toute autre dénomination

Plus en détail

Statuts. Article I Désignation

Statuts. Article I Désignation Statuts Article I Désignation Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er Juillet 1901 et le décret du 16 Août 1901, ayant pour titre : Association des

Plus en détail

SAINT - DENIS - DES - MURS

SAINT - DENIS - DES - MURS SAINT - DENIS - DES - MURS E dépôt 142 Répertoire numérique des archives communales déposées aux Archives départementales de la Haute - Vienne rédigé par Sylvie Péroche, attachée de conservation du patrimoine

Plus en détail

STATUTS LOUVAIN MÉDICAL ASBL

STATUTS LOUVAIN MÉDICAL ASBL STATUTS LOUVAIN MÉDICAL ASBL Louvain Médical, 1200 Bruxelles Numéro d identification : 11393/91 CHAPITRE I: «Dénomination, siège, but, durée» Dénomination Art. 1 Il est créé une association sans but lucratif,

Plus en détail

LA COMMISSION PERMANENTE DE L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE,

LA COMMISSION PERMANENTE DE L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE --------- NOR : DIM9902042DL DELIBERATION N 2000-16 APF DU 27 JANVIER 2000 ------------------------------------------------------------ prise pour l application de la

Plus en détail

Loi N 2004/016 du 22 juillet 2004 portant création, organisation et fonctionnement de la commission Nationale des Droits de l Homme et des Libertés

Loi N 2004/016 du 22 juillet 2004 portant création, organisation et fonctionnement de la commission Nationale des Droits de l Homme et des Libertés Loi N 2004/016 du 22 juillet 2004 portant création, organisation et fonctionnement de la commission Nationale des Droits de l Homme et des Libertés L Assemblée nationale a délibéré et adopté, Le Président

Plus en détail

STATUTS DU COMITE TERRITORIAL DE RUGBY DU PERIGORD-AGENAIS

STATUTS DU COMITE TERRITORIAL DE RUGBY DU PERIGORD-AGENAIS STATUTS DU COMITE TERRITORIAL DE RUGBY DU PERIGORD-AGENAIS I - OBJET ET BUTS POURSUIVIS Art. 1 Dénomination Objet Durée Siège Social L Association dite «Comité Territorial du Périgord-Agenais de la Fédération

Plus en détail

ROTARY INTERNATIONAL-DISTRICT 1680-ALSACE / FRANCHE-COMTE ASSOCIATION DES CLUBS DU DISTRICT 1680 DU ROTARY INTERNATIONAL (ACRODI) LES STATUTS

ROTARY INTERNATIONAL-DISTRICT 1680-ALSACE / FRANCHE-COMTE ASSOCIATION DES CLUBS DU DISTRICT 1680 DU ROTARY INTERNATIONAL (ACRODI) LES STATUTS ROTARY INTERNATIONAL-DISTRICT 1680-ALSACE / FRANCHE-COMTE ASSOCIATION DES CLUBS DU DISTRICT 1680 DU ROTARY INTERNATIONAL (ACRODI) Titre I Constitution - Objet - Siège Social - Durée LES STATUTS Article

Plus en détail

CENTRE DE MEDIATION DE MONTPELLIER STATUTS. Soumis à la loi du 1er juillet 1901 et au décret du 16 août 1901

CENTRE DE MEDIATION DE MONTPELLIER STATUTS. Soumis à la loi du 1er juillet 1901 et au décret du 16 août 1901 CENTRE DE MEDIATION DE MONTPELLIER STATUTS Soumis à la loi du 1er juillet 1901 et au décret du 16 août 1901 A Montpellier le 4 mai 2000, les membres fondateurs suivants : M. Charles-Henri COSTE Mme Inge

Plus en détail

Révision des Statuts de l OMSCLAP

Révision des Statuts de l OMSCLAP O.M.S.C.L.A.P. 67530 BOERSCH Révision des Statuts de l OMSCLAP Article 1 : Nom et siège Entre toutes les personnes qui adhérent aux présents statuts, il est formé une association dénommée : OMSCLAP «Office

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

STATUTS DU COMITE DEPARTEMENTAL DE RUGBY

STATUTS DU COMITE DEPARTEMENTAL DE RUGBY FEDERATION FRANÇAISE DE RUGBY COMITE TERRITORIAL DE PROVENCE STATUTS DU COMITE DEPARTEMENTAL DE RUGBY DES ALPES DE HAUTE PROVENCE Article 1 : I Objet et buts poursuivis L association dite : «Comité Départemental

Plus en détail

STATUT. Favoriser le développement des rapports économiques et commerciaux entre la France et l Italie.

STATUT. Favoriser le développement des rapports économiques et commerciaux entre la France et l Italie. STATUT Art. 1 Constitution, dénomination et siège social Est fondée, avec une durée illimitée, la Chambre Française de Commerce et d Industrie en Italie (ci-après dénommée Association ), association dont

Plus en détail

Archives départementales du Doubs. Archives communales déposées. Lièvremont. Inventaire établi par Anne-Catherine Moglia

Archives départementales du Doubs. Archives communales déposées. Lièvremont. Inventaire établi par Anne-Catherine Moglia Archives départementales du Doubs Archives communales déposées Lièvremont Inventaire établi par Anne-Catherine Moglia 2003 Quelques documents, dont deux registres de délibérations, ont été détériorés par

Plus en détail

SOCIETE FRANÇAISE DE DERMATOLOGIE CHIRURGICALE ET ESTHETIQUE - SFDCE Fondée en 1979 sous le nom de Société Française de Chirurgie Dermatologique

SOCIETE FRANÇAISE DE DERMATOLOGIE CHIRURGICALE ET ESTHETIQUE - SFDCE Fondée en 1979 sous le nom de Société Française de Chirurgie Dermatologique SOCIETE FRANÇAISE DE DERMATOLOGIE CHIRURGICALE ET ESTHETIQUE - SFDCE Fondée en 1979 sous le nom de Société Française de Chirurgie Dermatologique STATUTS TITRE PREMIER Forme-Objet Dénomination-Siège-Durée

Plus en détail

Statuts. «Centre d Enseignement Sur les Arts et la Musique» CESAM : l ouverture culturelle en Avant Pays Savoyard. Statuts

Statuts. «Centre d Enseignement Sur les Arts et la Musique» CESAM : l ouverture culturelle en Avant Pays Savoyard. Statuts «Centre d Enseignement Sur les Arts et la Musique» CESAM : l ouverture culturelle en Avant Pays Savoyard Statuts 1 Article 1 er : Constitution Il est créé entre les adhérents aux présents statuts une association

Plus en détail

ARCHIVES DEPARTEMENTALES DES VOSGES. E dpt 407. Archives communales de Rouvres-en-Xaintois (1746-1943) Répertoire numérique détaillé.

ARCHIVES DEPARTEMENTALES DES VOSGES. E dpt 407. Archives communales de Rouvres-en-Xaintois (1746-1943) Répertoire numérique détaillé. ARCHIVES DEPARTEMENTALES DES VOSGES E dpt 407 Archives communales de Rouvres-en-Xaintois (1746-1943) Répertoire numérique détaillé établi par Marie-Claire MARTIN et Geneviève RODRIQUE sous la direction

Plus en détail

LOI SUR LA COMMISSION DE LA CAPITALE NATIONALE

LOI SUR LA COMMISSION DE LA CAPITALE NATIONALE LOI SUR LA COMMISSION DE LA CAPITALE NATIONALE À jour au 1 er février 2013 Préambule. CONSIDÉRANT que Québec est la capitale nationale du Québec; CONSIDÉRANT que ce statut de capitale nationale a des impacts

Plus en détail

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS RECUEIL SPECIAL DU 17 JUIN 2011

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS RECUEIL SPECIAL DU 17 JUIN 2011 PREFECTURE DU VAL DE MARNE ISSN 0980-7683 RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS RECUEIL SPECIAL DU 17 JUIN 2011 21-29 AVENUE DU GENERAL DE GAULLE - 94038 CRETEIL CEDEX - 01 49 56 60 00 PREFECTURE DU VAL-DE-MARNE

Plus en détail

STATUTS ASSOCIATION LOI 1901

STATUTS ASSOCIATION LOI 1901 STATUTS ASSOCIATION LOI 1901 TITRE I CONSTITUTION OBJET SIEGE SOCIAL DUREE Article 1 : CONSTITUTION ET DENOMINATION Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi

Plus en détail

Statuts. Article 1 : Entre toutes les personnes qui adhèrent aux présents statuts, il est formé une association à but non lucratif dénommée :

Statuts. Article 1 : Entre toutes les personnes qui adhèrent aux présents statuts, il est formé une association à but non lucratif dénommée : Statuts TITRE I : Nom Siège Durée Article 1 : Entre toutes les personnes qui adhèrent aux présents statuts, il est formé une association à but non lucratif dénommée : «MIDOKPO» Cette association est régie

Plus en détail

Statuts : Etoile Saint Amandoise.

Statuts : Etoile Saint Amandoise. Statuts : Etoile Saint Amandoise. Sommaire : Présentation But et composition Affiliation Ressources Administration et fonctionnement o Comité de direction o Le bureau o Assemblée générale Ordinaire o Assemblée

Plus en détail

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION ARTICLE 1 er : L arrondissement, constituée sous le régime de la Loi du 1 er juillet 1901 et en conformité avec le Code de la Famille et de l Aide Sociale, groupe

Plus en détail

Société Française de Métallurgie. et de Matériaux

Société Française de Métallurgie. et de Matériaux Société Française de Métallurgie ARTICLE 1 - FORME ET DENOMINATION et de Matériaux STATUTS Sous la dénomination "La Société Française de Métallurgie et de Matériaux", dont le sigle est SF2M, est formée

Plus en détail

S T A T U T S PREAMBULE. Les grandes entreprises du Togo, des secteurs de l industrie et des services,

S T A T U T S PREAMBULE. Les grandes entreprises du Togo, des secteurs de l industrie et des services, S T A T U T S PREAMBULE Les grandes entreprises du Togo, des secteurs de l industrie et des services, Considérant l'importance du rôle qu une organisation patronale structurée est appelée à jouer dans

Plus en détail

PROJET MODIFICATION STATUTS DE L ACIN

PROJET MODIFICATION STATUTS DE L ACIN PROJET MODIFICATION STATUTS DE L ACIN TITRE PREMIER FORMATION OBJET SIEGE DE L ASSOCIATION ARTICLE 1 : Il est formé dans la commune de Nice entre les Israélites qui ont adhéré ou adhéreront aux présents

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION REMP

STATUTS DE L ASSOCIATION REMP STATUTS DE L ASSOCIATION REMP WEMF AG für Werbemedienforschung REMP Recherches et études des médias publicitaires Bachmattstrasse 53 CH-8048 Zurich Téléphone +41 43 311 76 76 Fax +41 43 311 76 77 remp@remp.ch

Plus en détail

LE PRESBYTERE DE GUILLONVILLE

LE PRESBYTERE DE GUILLONVILLE HP LE PRESBYTERE DE GUILLONVILLE LE PRESBYTÈRE DE GUILLONVILLE Emplacement de l ancien presbytère et de l école, devant l église de Guillonville Le 20 janvier 1841, Joseph Jacques, demeurant à Gaubert

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE DE LUXEMBOURG

BIBLIOTHÈQUE DE LUXEMBOURG CATALOGUE DE LA BIBLIOTHÈQUE DE LUXEMBOURG PAR J. SCHŒTTER, DOCTEUR EN PHILOSOPHIE ET LETTRES, BIBLIOTHÉCAIRE ET PROFESSEUR A L ATHÉNÉE DE LUXEMBOURG. LUXEMBOURG. IMPRIMERIE J. JORIS. 1875 [ III ] Dans

Plus en détail

ASSOCIATION DES JURISTES D ASSURANCE ET DE REASSURANCE «AJAR» STATUS

ASSOCIATION DES JURISTES D ASSURANCE ET DE REASSURANCE «AJAR» STATUS ASSOCIATION DES JURISTES D ASSURANCE ET DE REASSURANCE «AJAR» STATUS ASSOCIATION DES JURISTES D ASSURANCE ET DE REASSURANCE «AJAR» STATUTS Article 1 Constitution Dénomination Il est forme entre les soussignés

Plus en détail

Article 2 Siège L ACS constitue une association au sens du Code civil suisse. Son domicile est au siège de l administration centrale à Berne.

Article 2 Siège L ACS constitue une association au sens du Code civil suisse. Son domicile est au siège de l administration centrale à Berne. I. BUT ET SIÈGE Article 1 But L Automobile Club de Suisse, ACS, Automobil Club der Schweiz, ACS, Automobile Club Svizzero, ACS, fondé à Genève le 6 décembre 1898, a pour but de grouper les automobilistes

Plus en détail

Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV)

Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV) Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV) I. But et composition de l Association Article 1 : Nom Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

Statuts de l association

Statuts de l association F.A.M. FEMMES D ACTION ET MANAGERS Statuts de l association ARTICLE 1 forme Il est formé entre les fondateurs et toutes autres personnes qui viendraient ultérieurement acquérir cette qualité une association

Plus en détail

STATUTS. II Siège social. Article 3 La Fondation a son siège à Paris.

STATUTS. II Siège social. Article 3 La Fondation a son siège à Paris. FONDATION MÉDÉRIC ALZHEIMER Fondation reconnue d utilité publique (Décret du 26 août 1999 JORF n 198 du 27 août 1999 p.12776) N SIRET : 428 994 008 00012 STATUTS I - But de la Fondation Article 1 er La

Plus en détail

Association de Solidatité Euro-Maroc

Association de Solidatité Euro-Maroc STATUT I. DENOMINATION & SIEGE SOCIAL L Association de solidarité Euro-Marocaine est constituée le 18 octobre 1987 conformément aux dispositions de la loi 1901. Le siège social est fixé à EVREUX 36 rue

Plus en détail

STATUTS DE L UNION DES FRANÇAIS DE L ETRANGER

STATUTS DE L UNION DES FRANÇAIS DE L ETRANGER STATUTS DE L UNION DES FRANÇAIS DE L ETRANGER Modifications adoptées en Assemblée Générale Extraordinaire du 3 mars 2012 I - BUT ET COMPOSITION DE L'ASSOCIATION Article 1 1) L Union des Français de l Etranger

Plus en détail

Annexes Modèle d avis de constat d abandon à notifier aux descendants ou successeurs du concessionnaire Référence : Article R. 2223-13 du CGCT (pas applicable en PF) Observations : L état d abandon est

Plus en détail

ARRETE attribuant un emplacement de stationnement réservé. ------------- LE MAIRE DE LA VILLE DE SAINT-PIERRE.

ARRETE attribuant un emplacement de stationnement réservé. ------------- LE MAIRE DE LA VILLE DE SAINT-PIERRE. N 043-2012 ARRETE attribuant un emplacement de stationnement réservé. ------------- LE MAIRE DE LA VILLE DE SAINT-PIERRE. VU le Code Général des Collectivités Territoriales, articles L.2213-1, L.2213-2,

Plus en détail

STATUTS DE LA SOCIÉTÉ DES AMIS DES ARTS ET DES MUSÉES DE STRASBOURG

STATUTS DE LA SOCIÉTÉ DES AMIS DES ARTS ET DES MUSÉES DE STRASBOURG STATUTS DE LA SOCIÉTÉ DES AMIS DES ARTS ET DES MUSÉES DE STRASBOURG Titre I - Dénomination Objet Siège Durée Article 1 - Constitution, dénomination et inscription. L association «Société des Amis des Arts

Plus en détail

ASSOCIATION DU DOCTEUR FATIHA STATUTS DE L ASSOCIATION

ASSOCIATION DU DOCTEUR FATIHA STATUTS DE L ASSOCIATION ASSOCIATION DU DOCTEUR FATIHA STATUTS DE L ASSOCIATION Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901

Plus en détail

PLAN DE CLASSEMENT DU TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE PONTARLIER A COTER 3 U 4

PLAN DE CLASSEMENT DU TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE PONTARLIER A COTER 3 U 4 PLAN DE CLASSEMENT DU TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE PONTARLIER A COTER 3 U 4 PARQUET GENERALITES Registre de circulaires (1816-1823), vrac salle 36, travée 153, t 2 Statistiques : Statistiques annuelles

Plus en détail

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES C.E.P.R.E.M.A.P. Décembre 2004 CENTRE POUR LA RECHERCHE ECONOMIQUE ET SES APPLICATIONS C.E.P.R.E.M.A.P. Association déclarée régie par la Loi de 1901 Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S

Plus en détail

STATUTS. Groupe de recherche et de réalisations pour le développement rural

STATUTS. Groupe de recherche et de réalisations pour le développement rural STATUTS Groupe de recherche et de réalisations pour le développement rural TITRE I : BUT ET COMPOSITION DE L'ASSOCIATION... 2 TITRE II : MEMBRES DE L ASSOCIATION... 2 TITRE III : CONSEIL D ADMINISTRATION

Plus en détail

Comores. Administration des successions vacantes

Comores. Administration des successions vacantes Administration des successions vacantes Décret du 27 janvier 1855 [NB - Décret du 27 janvier 1855 sur l administration des successions vacantes Modifié par : le décret du 14 mars 1890 le décret du 19 novembre

Plus en détail

STATUTS de l'association Bureau des Doctorants de Paris 3

STATUTS de l'association Bureau des Doctorants de Paris 3 STATUTS de l'association Bureau des Doctorants de Paris 3 TITRE PREMIER : Constitution et Buts Article 1 : Création et Dénomination sociale Il est fondé le 11 juin 2008 entre les adhérents aux présents

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement intérieur de la Croix-Rouge française adopté par l assemblée générale extraordinaire du 20 janvier 2012 et approuvé par le ministre de l Intérieur RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA

Plus en détail

Se référer aux textes. Outil 1. Loi du 4 août 2008 : modernisation de l économie [Extraits : fonds de dotation]

Se référer aux textes. Outil 1. Loi du 4 août 2008 : modernisation de l économie [Extraits : fonds de dotation] Outil 1. Loi du 4 août 2008 : modernisation de l économie [Extraits : fonds de dotation] [Loi n o 2008-776 du 4 août 2008 de modernisation de l économie, JO du 5 août 2008] Article 140 [Définition Création]

Plus en détail

UN TOIT A SOI ASBL. N d entreprise 0462.796.601 STATUTS COORDONNES. approuvés par l Assemblée générale extraordinaire du 22 novembre 2007

UN TOIT A SOI ASBL. N d entreprise 0462.796.601 STATUTS COORDONNES. approuvés par l Assemblée générale extraordinaire du 22 novembre 2007 UN TOIT A SOI ASBL N d entreprise 0462.796.601 STATUTS COORDONNES approuvés par l Assemblée générale extraordinaire du 22 novembre 2007 CHAPITRE I - Dénomination et siège Art. 1. L association est dénommée

Plus en détail

Projet de loi n o 72 (2002, chapitre 11)

Projet de loi n o 72 (2002, chapitre 11) DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 72 (2002, chapitre 11) Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement et d autres dispositions législatives relativement à la protection

Plus en détail

STATUTS TYPES des BANQUES ALIMENTAIRES

STATUTS TYPES des BANQUES ALIMENTAIRES STATUTS TYPES des BANQUES ALIMENTAIRES 1 - DENOMINATION - OBJET Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, en accord avec la Fédération Française des Banques Alimentaires, une Association régie

Plus en détail

ASSOCIATION AXIVA STATUTS

ASSOCIATION AXIVA STATUTS ASSOCIATION AXIVA Association déclarée, régie par la loi du 1 er juillet 1901 103-105, rue des Trois Fontanot 92000 Nanterre STATUTS mis à jour au 7 juin 2012 Copie certifiée conforme Le président 1 ARTICLE

Plus en détail

STATUTS DU FONDS DE DOTATION ROBERT-DEBRE PARIS ILE-DE-FRANCE

STATUTS DU FONDS DE DOTATION ROBERT-DEBRE PARIS ILE-DE-FRANCE STATUTS DU FONDS DE DOTATION ROBERT-DEBRE PARIS ILE-DE-FRANCE Préambule L Association Robert-Debré, association relevant de la loi de 1901 concernant les associations, déclarée à la Préfecture de Police

Plus en détail

STATUTS FONDATION POUR L AGRICULTURE ET LA RURALITE DANS LE MONDE 1 BUT DE LA FONDATION. Article 1 er

STATUTS FONDATION POUR L AGRICULTURE ET LA RURALITE DANS LE MONDE 1 BUT DE LA FONDATION. Article 1 er STATUTS FONDATION POUR L AGRICULTURE ET LA RURALITE DANS LE MONDE 1 BUT DE LA FONDATION Article 1 er L établissement dit «fondation pour l agriculture et la ruralité dans le monde», fondé en 2005 a pour

Plus en détail

La mise en conformité des statuts des associations syndicales de propriétaires

La mise en conformité des statuts des associations syndicales de propriétaires La mise en conformité des statuts des associations syndicales de propriétaires Fiche n 13 Références : Article 60 de l ordonnance (O) n 2004-632 du 1er juillet 2004 relative aux associations syndicales

Plus en détail

ADOPTEE A L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DU 24 FEVRIER

ADOPTEE A L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DU 24 FEVRIER AUTOMOBILE CLUB D AIX-EN-PROVENCE ET DU PAYS D AIX MODIFICATION DES STATUTS ADOPTEE A L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DU 24 FEVRIER 2015 ART. 1 : Il est fondé entre les personnes qui ont adhéré ou

Plus en détail

Archivage Tribunal d instance Conseil de prud hommes

Archivage Tribunal d instance Conseil de prud hommes Archivage Tribunal d instance Conseil de prud hommes Instruction commune de la SJ et de la AF du 6 octobre 2008 concernant la modification de la circulaire SJ. 03 13 du 10 septembre 2003 relative aux archives

Plus en détail

STATUTS GROUPEMENT SPORTIF «LYON 64 ECHECS» AFFILIE A LA FEDERATION FRANCAISE DES ECHECS SOUS LE N Q69090

STATUTS GROUPEMENT SPORTIF «LYON 64 ECHECS» AFFILIE A LA FEDERATION FRANCAISE DES ECHECS SOUS LE N Q69090 STATUTS GROUPEMENT SPORTIF «LYON 64 ECHECS» AFFILIE A LA FEDERATION FRANCAISE DES ECHECS SOUS LE N Q69090 TITRE PREMIER BUT ET COMPOSITION Article premier L association dite «LYON 64 ECHECS», («L64E» )

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION Décret n o 2012-124 du 30 janvier 2012 relatif à la mise en œuvre

Plus en détail