PROPERTY REPORT LE MARCHÉ DES BUREAUX SECONDAIRES EN EUROPE DE L OUEST SEPTEMBRE 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROPERTY REPORT LE MARCHÉ DES BUREAUX SECONDAIRES EN EUROPE DE L OUEST SEPTEMBRE 2011"

Transcription

1 PROPERTY REPORT LE MARCHÉ DES BUREAUX SECONDAIRES EN EUROPE DE L OUEST SEPTEMBRE 211

2 PROPERTY REPORT - LE MARCHE DES BUREAUX SECONDAIRES EN EUROPE DE L OUEST - SEPTEMBRE CONTACTS INTERNATIONAL INVESTMENT GROUP Peter Rösler Tél. : FRANCE Etienne Prongue 167 Quai de la Bataille de Stalingrad Issy-les-Moulineaux Cedex Tél. : ESPAGNE Fausto Vizoso María de Molina, Madrid Tél. : ROYAUME-UNI Andrew Cruickshank 3 Charles II Street London SW1Y 4AE Tél. : Les premiers signes de reprise depuis le début de l année ont été observés sur les marchés des bureaux secondaires en Europe de l Ouest. Au 2 ème trimestre 211, le volume des transactions a progressé de 45 % par rapport au trimestre précédent et un coup d arrêt a été donné à la hausse de l offre. Dans la plupart des villes, il ne s agit toutefois que des prémices d une amélioration de la situation dans la plupart des villes. Les projets en blanc sont rares et les marchés de l investissement sont demeurés atones, les investisseurs ayant privilégié les actifs les plus sûrs dans les secteurs les plus liquides. La croissance économique s annonce modeste en 211. Suite à la crise financière intervenue cet été, les prévisions de hausse du PIB pour 211 dans les pays d Europe de l Ouest ont été révisées à la baisse. Elles s établissent désormais à 1,4 %, un chiffre légèrement en deçà de celui de 21. Dans les pays d Europe de l Ouest, le redressement des différents marchés du travail devrait être moins rapide que prévu, le retour à la croissance ne devant pas intervenir avant la fin de l année 212. Au 1 er semestre 211, le marché de l emploi en Allemagne s est nettement redressé, tandis qu au Royaume-Uni, en Italie et en France, la reprise s est poursuivie à un rythme plus lent que prévu. RESEARCH 167, Quai de la Bataille de Stalingrad Issy-les-Moulineaux Cedex France Tél. : +33 () Christophe Pineau Directeur International Research Tél. : +33 () Vincent Robion Chargé d Etudes Senior Les marchés des bureaux secondaires peinent toujours à se redresser. Les transactions ont affiché un recul de 5 % au 1 er semestre 211 par rapport à la même période l année précédente. Leurs niveaux restent inférieurs à leur moyenne sur cinq ans. Si les taux de vacance demeurent élevés, l arrêt des nouveaux programmes a contribué à juguler la hausse de l offre. Les loyers "prime" ont peu fluctué, reflétant le ralentissement de l activité. L investissement en bureaux est resté faible au 1 er semestre 211. Les investisseurs ont continué à privilégier les actifs "core" situés dans des secteurs "prime". La rareté de l offre de bureaux "prime" représente toujours un frein essentiel à l investissement. En Europe de l Ouest, l écart entre les taux de rendement des marchés "core" et secondaires s est accru.

3 PROPERTY REPORT - LE MARCHE DES BUREAUX SECONDAIRES EN EUROPE DE L OUEST - SEPTEMBRE LA CROISSANCE DE L EMPLOI S ANNONCE LENTE EN 211 Les données économiques du 1 er trimestre 211 font apparaître que la reprise amorcée en 21 s est poursuivie dans de nombreux pays européens. Dans la plupart des grandes économies d Europe de l Ouest, la hausse trimestrielle du PIB a dépassé la moyenne européenne de,8 %. En dépit de ce bon début, la croissance du PIB a nettement ralenti au 2 ème trimestre. Depuis lors, les incertitudes entourant les marchés financiers européens risquent de créer une spirale négative entre l économie financière et l économie réelle dans de nombreux pays d Europe. Cela pourrait ainsi freiner le rythme de la reprise au cours des trimestres à venir. De fait, la publication récente d indicateurs PMI a montré que la nette dégradation observée dans de nombreux pays périphériques s étend, gagnant les pays principaux. Nous pressentons que l étiolement marqué de la confiance des chefs d entreprise est essentiellement lié aux incertitudes entourant le marché obligataire européen. On espérait que le nouvel accord sur le fonds de stabilisation européen et le second plan de sauvetage de la Grèce suffiraient à restaurer la stabilité sur les marchés financiers. Mais le climat d incertitude, qui persiste en Europe et gagne à présent les États-Unis, montre que les inquiétudes des investisseurs vont désormais au-delà de la question de la dette et se rapportent aux perspectives de l économie mondiale. Nous pensons par conséquent que les économies européennes feront face à des difficultés importantes au second semestre 211. Dans l ensemble, nous estimons qu en 211, la hausse du PIB devrait avoisiner 1,4 % en Europe de l Ouest, un chiffre légèrement inférieur à celui de 21. Le lent rythme de croissance attendu au second semestre sera contrebalancé par la croissance dynamique observée sur les six premiers mois de l année. La reprise sur les différents marchés du travail devrait être décalée par rapport à celle de l économie en général, le retour à la croissance se faisant attendre jusqu à la fin de l année 212. Depuis que l économie a amorcé un redressement au 1 er trimestre 21, le rythme des suppressions d emplois s est ralenti, passant de -2,5 % à -,2 % au 1 er trimestre 211. L effritement de la reprise s explique principalement par la dégradation persistante de la situation dans les pays du Sud et en particulier en Espagne, où le taux de chômage reste à un niveau record. Si l emploi a continué à se redresser fortement en Allemagne, dans les autres grandes économies que sont le Royaume-Uni, l Italie et la France, la reprise demeure bien plus lente que prévu. Nous estimons par conséquent que, dans les économies d Europe de l Ouest, le niveau de l emploi restera inchangé en 211 par rapport à 21. Sur les marchés des bureaux en Europe de l Ouest, la situation s est légèrement améliorée au cours des derniers mois. Dans l ensemble, les niveaux de l offre et des transactions, en glissement annuel, se sont stabilisés au 2 ème trimestre 211, témoignant des signes de reprise observés dans un certain nombre de pays de l Union européenne. De fortes disparités sont toutefois apparues entre l Allemagne, véritable locomotive de la reprise économique européenne, et l Espagne et le Portugal qui peinent toujours à sortir de la récession. Sans surprise, on note une forte corrélation entre les tendances observées sur les marchés des bureaux en Europe de l Ouest au 2 ème trimestre 211 et la conjoncture économique dans les différents pays. Les turbulences qui ont affecté les marchés boursiers au cours de l été suscitent de nouvelles incertitudes sur les marchés de l immobilier, d autant que la reprise était fragile. Après un début d année atone, les marchés de bureaux allemands se sont redressés au 2 ème trimestre 211, confirmant ainsi la reprise du marché amorcée en 21. Si les marchés des bureaux ont affiché des chiffres équivalents à leur moyenne sur cinq ans au Royaume-Uni et en France, ce n est pas le cas au Portugal, en Espagne et aux Pays-Bas, où le volume des transactions enregistrées au 2 ème trimestre 211 se situe bien en deçà de leur niveau moyen. Le 2 ème trimestre 211 a été marqué par le coup d arrêt donné à la hausse de l offre qui avait débuté en 27. Cette stabilisation constitue la première étape des corrections nécessaires pour parvenir à un rééquilibrage du marché, à condition toutefois que les transactions progressent à nouveau au cours des trimestres à venir. L offre est excédentaire dans la plupart des villes et les nouveaux programmes ont été différés. Néanmoins, malgré l importance de l offre disponible, la pénurie d immeubles neufs a constitué un frein pour les segments de marché les plus recherchés. Cette inadéquation entre l offre et la demande a été observée, au niveau local, dans la presque totalité des grands quartiers d affaires. Croissance du PIB et de l emploi UE 15 % Croissance du PIB Croissance de l emploi Transactions et offre immédiate Bureaux en Europe de l Ouest (15 villes) milliers m 2 Transactions Offre immédiate * *Prévisions source : Eurostat, BNP Paribas Real Estate T2* *Glissement annuel

4 PROPERTY REPORT - LE MARCHE DES BUREAUX SECONDAIRES EN EUROPE DE L OUEST - SEPTEMBRE LE NIVEAU DES TRANSACTIONS EST INFÉRIEUR AUX MOYENNES SUR CINQ ANS En 211, la plupart des villes secondaires continuent à éprouver des difficultés à développer leurs marchés de bureaux. Le lent démarrage de l activité en début d année a révélé la fragilité de la conjoncture économique dans la majorité des pays européens. Exacerbées par la crise financière de cet été, les incertitudes économiques grandissantes figurent parmi les facteurs expliquant que la reprise s annonce plus lente qu initialement prévue en début d année. En dépit de hausses significatives au 2 ème trimestre 211, la majorité des villes ont affiché des volumes de transactions inférieurs à leur moyenne sur cinq ans. Seules deux localités ont dépassé ce seuil grâce à de grandes opérations portant sur des surfaces supérieures à 3 m². Au 2 ème trimestre 211, deux transactions représentant 83 m² ont dynamisé le marché à. À, la conclusion de deux opérations totalisant 65 m² a permis au marché de maintenir ses résultats pour le 4 ème trimestre consécutif. Ces transactions présentaient toutefois un caractère exceptionnel et les tendances de marché subiront par conséquent des ajustements au cours des trimestres à venir. L activité a été dynamique sur deux autres marchés qui ont enregistré une forte demande de bureaux dans toutes les catégories de superficies. Cette tendance s est traduite par une conjoncture favorable pour le marché à où les demandes recensées depuis le début de l année incitent à l optimisme. À, outre une opération portant sur 15 m² au 1 er trimestre 211, plusieurs grandes transactions sont attendues d ici à la fin de l année. À, le marché des bureaux a illustré les médiocres performances de l économie nationale en 211. Pour la deuxième fois en une décennie, le volume des transactions de bureaux n a pas dépassé le seuil des 1 m² au 1er semestre de l année. Au 2 ème trimestre 211, les transactions ont enregistré un nouveau recul de 3 %, témoignant de l absence de demande pour les grandes surfaces qui découlent du pessimisme des dirigeants d entreprise. Dans la majorité des autres marchés, c est l absence de transactions importantes qui explique principalement la chute du volume des transactions. Transactions de bureaux au 1 er semestre 211 milliers m T Transactions de bureaux Lille Marseille Transactions de bureaux milliers m 2 milliers m Lille Marseille

5 PROPERTY REPORT - LE MARCHE DES BUREAUX SECONDAIRES EN EUROPE DE L OUEST - SEPTEMBRE LE RISQUE DE VACANCE RESTE ÉLEVÉ Au 2 ème trimestre 211, les bureaux vacants sont restés importants dans la majorité des villes, en dépit d une hausse marquée du volume des transactions au cours de cette période. De fait, la diminution du nombre des bureaux neufs arrivant sur la plupart des marchés et la hausse des niveaux de transactions ont été partiellement compensées par des libérations de bureaux. Bien que la situation soit très variable selon les villes, toutes les localités ont souffert d un manque de fluidité du marché s expliquant soit par une absence de demande de bureaux de seconde main, soit par une pénurie d offre neuve. La programmation de bureaux neufs reste au centre des attentions car la plupart des marchés secondaires sont aux prises avec une offre excédentaire. Cette situation a favorisé le recours aux précommercialisations et incité les opérateurs à ajourner de nombreux projets. Aussi, comparé aux grands marchés de bureaux européens, les projets en blanc ont été moins nombreux sur ces marchés considérés avec davantage de circonspection par les investisseurs et les promoteurs. Par conséquent, et bien que la demande pour des bureaux neufs soit restée importante, les nouveaux programmes se sont avérés rares sur la majorité des marchés en raison de difficultés de financement. Dans certaines villes, et notamment à, à et à, les taux de vacance ont fléchi au 2 ème trimestre 211, passant sous la barre des 7 %. Les livraisons ont été peu nombreuses et, en dépit d une forte demande sur les meilleurs segments de marché, les QCA pour l essentiel, la rareté de programmes neufs au cours des trimestres à venir pèsera sur les performances de ces secteurs. À et à, les taux de vacance se sont stabilisés au 2 ème trimestre 211 malgré le dynamisme de l activité. À, les grandes transactions qui avaient animé le marché en 211 ne se sont traduites que par une légère absorption positive, car la plupart des entreprises qui ont emménagé dans des bâtiments neufs ont laissé leurs anciens locaux vacants. Dans ces deux villes, les taux de vacance devraient commencer à reculer au cours des trimestres à venir, sous l effet de la diminution des bureaux en cours de construction. À, à et dans les villes britanniques, les projets de construction ont été suspendus en 29 et 21. En outre, en raison d un risque de vacance élevé, très peu de nouvelles initiatives ont été lancées depuis le début de l année 211. Taux de vacance de bureaux % Offre immédiate de bureaux Offre immédiate de bureaux milliers m 2 milliers m Lille Marseille

6 PROPERTY REPORT - LE MARCHE DES BUREAUX SECONDAIRES EN EUROPE DE L OUEST - SEPTEMBRE LES LOYERS "PRIME" FONT L OBJET DE PRESSIONS TRÈS LIMITÉES Les loyers "prime" ont peu varié dans la majorité des marchés secondaires. Cela n est guère surprenant étant donné les niveaux élevés de l offre qui freine l activité. En outre, bien que les transactions se soient redressées dans un certain nombre de villes au 2 ème trimestre 211, cette évolution ne s est pas encore traduite par une absorption nette positive importante. La demande reste insuffisante pour susciter un véritable changement de tendance. Les loyers "prime" ont fluctué de manière significative sur un petit nombre de marchés. Parmi les marchés secondaires, c est à que le chiffre le plus élevé a été enregistré. Le loyer "prime" y a en effet atteint 48 /m²/an au 2 ème trimestre 211. L effet combiné du renforcement de la demande et de l amélioration des conditions de marché, découlant essentiellement de la diminution progressive de l offre, a permis une augmentation des loyers. Au 2 ème trimestre 211, l absence de nouveaux programmes dans les secteurs les plus recherchés a conduit à une nette hausse des loyers "prime" (+11 %). est le marché secondaire qui a enregistré la hausse la plus forte (+24 %). Les chiffres du 2 ème trimestre 211 (285 /m²/an) sont néanmoins bien en deçà de ceux relevés à et à, deux villes qui affichent structurellement des montants nettement supérieurs à 4 / m²/an. Ils sont également inférieurs aux performances d et des villes britanniques, où les loyers "prime" dépassent la barre des 3. Loyers «prime» de bureaux /m 2 /an Point haut 6 La rareté de bureaux neufs dans le QCA lyonnais (Part-Dieu) a entraîné une hausse des valeurs locatives, en dépit d une forte demande pour les produits de ce type sur ce segment de marché. Contrairement à d autres marchés d Europe de l Ouest, il y a peu de chances que de nouvelles hausses interviennent à au cours des trimestres à venir. À et à, les loyers "prime" se sont stabilisés, bien que les taux de vacance aient fléchi et que le volume des transactions ait augmenté. Dans les villes britanniques, en raison du repli du marché, aucune pression ne s exerce sur le niveau des loyers "prime". À, les loyers "prime" ont atteint un plancher, s établissant à 228 /m²/an, leur plus bas niveau depuis 1 ans. Ce résultat témoigne clairement des faibles performances du marché. Au 2 ème trimestre 211, les loyers "prime" ont continué à augmenter légèrement à pour atteindre 228 /m²/an. Cette hausse s explique principalement par le fait que l offre est rare dans le QCA, alors même que la demande reste élevée. Les négociations actuelles laissent entrevoir une tendance à la baisse pour les valeurs locatives, les loyers "prime" pourraient, quant à eux, diminuer d ici à la fin de l année Marseille Loyers «prime» de bureaux Évolutions Q2 211 / Q1 211 Lille % Lille Marseille

7 PROPERTY REPORT - LE MARCHE DES BUREAUX SECONDAIRES EN EUROPE DE L OUEST - SEPTEMBRE LA RARETÉ DE L OFFRE DE BUREAUX "PRIME" LIMITE LES INVESTISSEMENTS Sur les marchés secondaires étudiés (15 villes), le volume d investissement en bureaux a fortement reculé (-41 %) au 1 er semestre 211 par rapport à la même période de l année passée. Il a par ailleurs représenté moins de la moitié des volumes semestriels moyens enregistrés au cours des cinq dernières années. Les investisseurs continuent à faire preuve d aversion au risque. Ils privilégient les actifs les plus sûrs sur les marchés et dans les secteurs les plus liquides, les bureaux en particulier. On observe toutefois une rareté d offre de bureaux "prime" si recherchés par les investisseurs. Cette tendance a été exacerbée par le manque de projets en blanc sur les marchés secondaires ; le faible niveau des constructions constituant un obstacle à l essor des marchés. Les inquiétudes croissantes quant aux risques présentés par les pays du Sud se sont en effet répercutées sur les décisions des acquéreurs qui ont continué à investir dans les pays principaux où la reprise est en bonne voie (France et Allemagne). Il convient toutefois de noter qu en ce qui concerne le Royaume-Uni, les investisseurs sont peu disposés à investir hors de Londres. Les difficultés financières qui ont touché l économie au mois d août dernier suscitent de nouvelles incertitudes et se répercuteront sans nul doute sur des marchés secondaires moins attractifs que les principaux marchés d Europe de l Ouest. Si la demande de bureaux "prime" demeure forte, la rareté de l offre s est traduite par de faibles taux de rendement "prime" nets. À l exception de où ils ont fléchi pour s établir à 5,5 % au 2 ème trimestre 211, les taux de rendement "prime" se sont stabilisés presque partout. Investissement en bureaux - Europe de l Ouest Part des marchés secondaires milliards Investissement en Europe de l Ouest Part des marchés secondaires (15 villes) T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T Investissement en bureaux - Europe de l Ouest Répartition par marché 5 % 5 % 6 % 5 % 7 % 7 % 11 % 9 % 16 % 13 % 16 % Autres Variation de l investissement en bureaux Taux de rendement «prime» de bureaux % / 211 T1 % Point haut 211 T1 8 8, Marseille Lille 7,5 7, 6,5 6, 5,5 5, 4,5

8 PROPERTY REPORT - LE MARCHE DES BUREAUX SECONDAIRES EN EUROPE DE L OUEST - SEPTEMBRE MARCHÉS UTILISATEURS EN EUROPE DE L OUEST, CENTRALE ET DE L EST Transactions (m 2 ) Taux de vacance ( %) "Prime" Loyers ( /m 2 /an) Moyen QCA T1 211 T1 "Central Paris" ,6 7,8 7, "Central London" ,7 7, 8, Moscou ,8 13, 18, n.a. n.a. Munich ,4 9, 9, Francfort ,7 13,7 13, Berlin ,9 7,1 7, Hambourg ,1 8, 8, Bruxelles ,3 11,3 11, Madrid ,4 13,2 13, ,6 11,9 12, Milan ,6 1,1 9, ,4 14,7 12, ,9 8,9 9, ,9 18,7 2, ,4 6,8 7, Bucarest ,5 17,4 17, n.a. n.a ,5 5,7 6, Lille n.a. n.a. n.a Marseille n.a. n.a. n.a n.a. n.a ,3 9,4 8, ,2 6,5 7, St Petersbourg , 13,5 2, n.a. 12, 11, n.a n.a ,2 13,1 13, ,1 1,6 7, ,6 15,5 14, ,4 13,9 14, Athènes ,8 15,5 13, Kiev n.a. n.a. n.a. 1, 12, 24, n.a. n.a. Taux de change constant / = Loyers en Livres : Central London

9 PROPERTY REPORT - LE MARCHE DES BUREAUX SECONDAIRES EN EUROPE DE L OUEST - SEPTEMBRE MARCHÉS DE L INVESTISSEMENT EN EUROPE DE L OUEST, CENTRALE ET DE L EST Investissement bureaux (millions ) Taux de rendement "prime" (%) T1 "Central London" , 4, 4,5 "Central Paris" ,75 4,75 5, Francfort ,9 4,9 5,2 Berlin ,95 5,1 5,2 Munich ,85 4,85 5, ,1 5,2 5,2 Milan ,1 5,2 5,3 Hambourg ,85 4,85 4,95 Madrid ,5 5,5 5, ,9 6, 6, Bruxelles ,25 6,25 6, , 6, 5, , 6, 5, ,75 5,75 6, ,75 5,75 5, , 6, 5, ,15 6,15 6, ,9 5,9 6, ,3 5,3 5, , 6, 5, ,5 6, 6,2 Bucarest ,25 8,5 9, Lille ,15 6,5 6,7 Marseille ,15 6,15 6, , 7, 6,75 Athènes n.a. 7,5 7, Taux de change constant / =

10 PROPERTY REPORT - SECONDARY OFFICE MARKETS IN WESTERN EUROPE - SEPTEMBER GLOSSARY BNP Paribas Real Estate travaille à la mise en place d indicateurs aussi comparables que possible. C est une question complexe, en raison des différences culturelles existant d un marché à l autre. Néanmoins, comme nous visons à contribuer activement à la transparence des marchés, les définitions et les indicateurs qui sont strictement comparables apparaissent en vert. En outre, nous avons décidé d adopter les définitions PEPCIG 1, sur lesquelles reposent la plupart des indicateurs publiés par BNP Paribas Real Estate. Les autres indicateurs sont ceux de INREV 2 et de BNP Paribas Real Estate International Research. Central London : le périmètre comprend les secteurs de marché suivant : West End, Midtown, City, Docklands, Southbank, Western Fringe et Northern Fringe Central Paris : le périmètre comprend les secteurs de marché suivant : Quartier Central des Affaires, Paris hors QCA, La Défense, Croissant Ouest et Première Couronne Chantiers en cours : superficie totale des immeubles en cours de construction ou de restructuration (voir la définition correspondante) à la date de l étude. Cela inclut les biens destinés à une occupation par le propriétaire (compte propre), qui sont comptés à part. Un immeuble en construction précommercialisé ou destiné à être occupé par le propriétaire est le cas échéant compté à part. Fonds added-value : cible des rendements de 11,5 % à 17 % avec des niveaux de levier compris entre 3 % et 7 % de la valeur brute de l actif. Fonds fermé : véhicule à durée limitée, destiné à des investisseurs institutionnels. Fonds core : cible des rendements à 11,5 % ou moins, avec un niveau de levier allant jusqu à 6 % de la valeur brute de l actif. Fonds opportunistes : cible des rendements supérieurs à 17 %, avec des niveaux de levier dépassant 6 % de la valeur brute de l actif. Fonds ouvert allemand : véhicule d investissement destiné au public, sans durée limitée, qui accepte de nouveaux capitaux en continu et investit ou revend en permanence. La liste des fonds ouverts allemands est publiée par le BVI (Bundesverband Investment und Asset Management e.v.). Livraisons : représentent la surface totale des locaux terminés et qui sont occupés, prêts à être occupés ou pour lesquels un permis d occupation, si nécessaire, a été accordé pendant la période analysée. Loyer moyen dans le Quartier Central des Affaires : moyenne des loyers faciaux, calculée à partir des loyers faciaux moyens de chacun des quatre derniers trimestres dans le QCA. Le loyer facial moyen de chaque trimestre est pondéré par la surface prise en location transaction par transaction durant cette période. Le périmètre du QCA résulte d une convention entre les acteurs de chaque marché. Loyer «Prime» : loyer maximum du marché pour un bureau : - de taille standard par rapport à la demande dans le secteur de marché - d excellente qualité et offrant les meilleures prestations - dans la meilleure localisation pour un marché donné. En France, en Allemagne et en Belgique les valeurs citées sont celles de transactions du marché. Cependant les transactions non représentatives sont exclues. Au Royaume-Uni et en Espagne, s il n existe pas de transaction avec un loyer «prime» durant la période analysée, un loyer de référence est indiqué, à dire d experts. Offre future : superficie totale des immeubles en construction et/ou des programmes futurs, neufs ou restructurés, y compris ceux qui ont un permis de construire, mais dont la construction n a pas débuté. Elle inclut tous les immeubles neufs, ceux qui sont reconstruits derrière des façades conservées et les immeubles (ou parties d immeubles) transformés en bureaux. Rendement initial brut «prime» : exprime le revenu brut (incluant les coûts d exploitation) divisé par le prix d achat hors coûts d acquisition. Rendement initial net «prime» : exprime le revenu net (hors coûts d exploitation) divisé par le prix d achat et tous les coûts d acquisition. Restructuration : implique des travaux de modification de la structure de l immeuble et/ou la modification substantielle de l immeuble, des équipements et finitions. La qualité de l immeuble doit avoir été substantiellement améliorée pour offrir des prestations aux nouvelles normes mêmes si elles sont différentes de celles d un immeuble totalement neuf. Surface prise en compte : diffère en Espagne, où les indicateurs en m² (transactions, vacance, offre future, livraisons), ainsi que les valeurs locatives, prennent en compte la surface locative brute (GLA), contrairement aux principaux autres marchés européens, qui utilisent la surface locative nette (NLA). Pour rendre les chiffres espagnols comparables, il faut les multiplier par,82 (NLA =,82 GLA). Ce rapport est appliqué par BNP Paribas Real Estate pour produire des indices et des comparaisons internationaux. Taux de change pour les loyers : valeur moyenne trimestrielle du cours livre Sterling/euro à la fin de la période. Taux de change pour l investissement : valeur moyenne trimestrielle du cours livre Sterling /euro. Le volume d investissement de l année est obtenu en additionnant les volumes des quatre trimestres dans les deux monnaies. Taux de vacance : représente le total de la vacance, sous-locations comprises, divisé par le parc total de bureaux. Transactions : superficies pour lesquelles un bail (location ou précommercialisation) ou contrat de vente a été signé avec le futur occupant, pendant la période de l étude. Sont prises en compte toutes les transactions dans la mesure où elles sont connues. -- Les transactions ne sont prises en compte qu après la signature d un contrat ou d un accord liant les parties. -- La précommercialisation renvoie à une transaction sur un immeuble en construction ou en projet. -- Toutes les transactions (y compris les précommercialisations) sont enregistrées sur la période pendant laquelle elles sont signées. -- Les renouvellements de baux ne sont pas inclus. -- Les opérations de vente associées à une relocation (sales and lease back) ne sont pas prises en compte, puisqu il n y a pas de changement d occupant. Les volumes de transactions cités ne sont pas définitifs et sont susceptibles de modifications. La ventilation des transactions par secteur d activités est compatible avec le code européen NACE. Vacance : superficie totale des locaux physiquement vacants, disponibles pour une occupation dans les trois mois (cette période couvre la période de travaux d aménagement) et en cours de commercialisation pendant la période de l étude. La vacance inclut les locaux proposés en sous-location (sauf en Allemagne), qui peuvent être comptabilisés à part. En France, la vacance exclut les locaux que le propriétaire veut louer rénovés mais dont les travaux ne démarreront qu après signature d un bail. En Espagne, seules les surfaces vacantes immédiatement disponibles sont prises en compte. Valeur brute de l actif : valeur de capital brute des biens, augmentée des liquidités et des titres de placement et autres actifs (hors actifs d exploitation). Volume d investissement : prend en compte toutes les transactions de la période analysée, dont BNP Paribas Real Estate a connaissance, quel que soit le prix d achat. Cela inclut les bureaux, les commerces et centres commerciaux, les immeubles industriels et entrepôts logistiques, ainsi que les autres investissements (hôtels, cinémas, loisirs, parkings, maisons de santé, parties des portefeuilles qui ne peuvent être réparties par produit, ainsi que les terrains à construire en Allemagne). Les volumes d investissement cités ne sont pas définitifs et sont susceptibles de modifications. Volume d investissement par type d investisseur ou de vendeur : réparti selon les catégories suivantes : assurances, investisseurs privés, secteur public, entreprises, foncières non cotées et foncières cotées, fonds, consortiums et autres investisseurs. Volume d investissement par nationalité d investisseur ou de vendeur : réparti selon les catégories suivantes : Zone Euro, Europe hors zone Euro, Amérique du Nord, Reste Amérique, Asie, Moyen-Orient, Australie, Multinational et Autres. 1 Pan-European Property Common Interest Group. Ce groupe rassemble un vaste éventail de consultants, d investisseurs et d agents européens majeurs. 2 Association européenne des fonds d investissements immobiliers non cotés. Avertissement : La responsabilité de BNP Paribas Real Estate ne saurait être engagée si, malgré toute sa vigilance, des informations fournies dans le présent document s avéraient erronées ou non exhaustives. Ce document est édité par BNP Paribas Real Estate et les informations y figurant sont à l usage exclusif de ses clients. Le document et les informations y figurant ne sauraient être reproduits ou diffusés sans l accord préalable exprès de BNP Paribas Real Estate. Si vous ne souhaitez plus recevoir ce document ou voir modifier les modalités d envoi de ce présent document, merci d adresser un à :

11 UNE COUVERTURE INTERNATIONALE, DES SOLUTIONS LOCALES. USA Inde Japon Îles Canaries Chypre Nos implantations Nos alliances PRINCIPALES IMPLANTATIONS ABU DHABI Al Bateen Area Plot No. 144, W-11 New Al Bateen Municipality Street 32 P.O. Box 2742 Tél. : Fax : Barbara Koreniouguine Tél. : +33 () International Investment Group Peter Roesler Tél. : Conseil Sylvain Hasse Tél. : +33 () Expertise Jean-Claude Dubois Tél.: +33 () Property Management Lauric Leclerc Tél. : +33 () Investment Management David Aubin Tél. : +33() CLIENT SOLUTIONS Guillaume Delattre Tél. : +33 () RESEARCH Christophe Pineau Tél. : +33 () HONGRIE Alkotás u. 53. H-1123 Budapest, Tél. : Fax : ALLEMAGNE Goetheplatz Francfort Tél. : Fax : INDE 21, 2nd Floor, 1 North Avenue, Maker Maxity, Bandra (E), Mumbai-451 Tél. : Fax : BELGIQUE Boulevard Louis Schmidtlaan 2 B3 14 Bruxelles Tél. : Fax : IRLANDE 4 Fitzwilliam Place Dublin 2 Tél. : Fax : DUBAÏ Emaar Square Building No. 1, 7th Floor P.O. Box 7233 Tél. : Fax : ESPAGNE María de Molina, Madrid Tél. : Fax : FRANCE 167, Quai de la Bataille de Stalingrad Issy-les-Moulineaux Tél. : Fax : ITALIE Corso Italia, 15/A 2122 Milan Tél. : Fax : JERSEY Dialogue House PO Box 158 Anley Street - St Helier Jersey JE4 8RD Tél. : +44 () Fax. : +44 () LUXEMBOURG Axento Building Avenue J.F. Kennedy Tél. : AUTRES IMPLANTATIONS Fax : POLOGNE Atrium Tower Al. Jana Pawla II Warsaw Tél. : Fax : ALBANIE AUTRICHE BULGARIE CHYPRE ÉTATS-UNIS GRÈCE RÉPUBLIQUE TCHÈQUE Pobřežní Prague 8 Tél. : Fax : JAPON ROUMANIE Union International Center 11 Ion Campineanu Street Sector 1 Bucarest 131 Tél. : Fax : SERBIE ROYAUME-UNI 5 Aldermanbury Square London EC2V 8HR Tél : Fax : Vos contacts IRLANDE DU NORD PAYS-BAS RUSSIE SLOVAQUIE SUISSE UKRAINE Bernard Blanco Tél. : +33 () Greg Cooke Tél. : +44 () Philippe Mer Tél. : +33 () Document non contractuel - Departement Research - Septembre 211 BNP Paribas Real Estate - SAS au capital de RCS NANTERRE - Code NAF 411B - N TVA Intracommunautaire FR Siège social : 167, Quai de la Bataille de Stalingrad Issy Les Moulineaux Cedex - BNP Paribas Real Estate est une filiale du groupe bancaire BNP Paribas. MÉTIERS Promotion

PROPERTY REPORT PRINCIPAUX MARCHÉS DE BUREAUX EN EUROPE DE L OUEST 2012 T3

PROPERTY REPORT PRINCIPAUX MARCHÉS DE BUREAUX EN EUROPE DE L OUEST 2012 T3 PROPERTY REPORT PRINCIPAUX MARCHÉS DE BUREAUX EN EUROPE DE L OUEST PROPERTY REPORT - PRINCIPAUX MARCHÉS DE BUREAUX EN EUROPE DE L OUEST - OCTOBRE 212 2 CONTACTS INTERNATIONAL INVESTMENT GROUP Peter Rösler

Plus en détail

DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 2011

DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 2011 AT A GLANCE LES BUREAUX EN ÎLE-DE-FRANCE JANVIER 212 DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 211 Avec 2 442 m² placés en 211 contre 2 149 m² en 21, le marché des bureaux franciliens connaît

Plus en détail

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise ÉTUDE EN BREF Octobre 2011 L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise Pour les investisseurs, l Europe de l immobilier de bureaux n est pas celle qui est délimitée par les accords

Plus en détail

FORTE HAUSSE DE L INVESTISSEMENT EN BUREAUX EN 2012

FORTE HAUSSE DE L INVESTISSEMENT EN BUREAUX EN 2012 GLNC INCIUX MCHÉ D BUUX N UO D L OUT FO HU D L INVTIMNT N BUUX N Les incertitudes économiques en zone euro ont persisté au dernier trimestre de l année. ucune amélioration n est attendue au ème trimestre,

Plus en détail

LES ENTREPÔTS EN EUROPE Property report 2013 T2

LES ENTREPÔTS EN EUROPE Property report 2013 T2 LES ENTREPÔTS EN EUROPE Property report 213 T2 CONTACTS PROPERTY REPORT - EUROPEAN LOGISTICS MARKET - SEPMBER 213 EUROPEAN LOGISTICS COVERAGE ALLEMAGNE Oliver Wissel ESPAGNE Thierry Bougeard +34 93 31

Plus en détail

PROPERTY REPORT L HÔTELLERIE EN FRANCE 2012 S1

PROPERTY REPORT L HÔTELLERIE EN FRANCE 2012 S1 PROPERTY REPORT L HÔTELLERIE EN FRANCE S PROPERTY REPORT - L HÔTELLERIE EN FRANCE - SEPTEMBRE CONTACTS RESEARCH Richard Malle Directeur richard.malle@bnpparibas.com Céline Cotasson Analyste investissement

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2015. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2015. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 215 Accelerating success. perspectives Un marché immobilier qui attend la reprise de l économie >L e marché des bureaux francilien a progressé

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 LE MARCHE DES BUREAUX EN ILE DE FRANCE Évolution annuelle de la demande placée 2 200 000 m 2 placés en 2005, soit une progression

Plus en détail

Recherche et Perspectives Décembre 2014 Europe, Moyen-Orient, Afrique : Perspectives pour 2015 EUROPE ROYAUME-UNI

Recherche et Perspectives Décembre 2014 Europe, Moyen-Orient, Afrique : Perspectives pour 2015 EUROPE ROYAUME-UNI Recherche et Perspectives Décembre 214 Europe, Moyen-Orient, Afrique : Perspectives pour 215 EUROPE AUGMENTATION DE LA LIQUIDITÉ POUR LES IMMEUBLES SECONDAIRES En 214, la collecte européenne a largement

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

Les marchés européens

Les marchés européens .creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2014 MAI 2015 rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit

Plus en détail

DTZ Research. Property Times Genève Bureaux T2 2013. Regain d activité et ajustement des prix. Eté 2013. Sommaire. Auteur, contact 100'000 80'000

DTZ Research. Property Times Genève Bureaux T2 2013. Regain d activité et ajustement des prix. Eté 2013. Sommaire. Auteur, contact 100'000 80'000 Property Times Genève Bureaux T2 2013 Regain d activité et ajustement des prix Eté 2013 Sommaire Contexte économique Demande placée Loyer prime Taux de vacance Production neuve Projets en développement

Plus en détail

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011 LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance Epargne Pension AEP - Assurance Epargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas

Plus en détail

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique Trimestriel 27 Janvier 214 nº2 Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 213 Tendances > Progressif redémarrage de l activité attendue au 4 e trimestre 213, mais l évolution du PIB devrait rester

Plus en détail

Les marchés de l immobilier à l international. Évolutions, structures et performances

Les marchés de l immobilier à l international. Évolutions, structures et performances Les marchés de l immobilier à l international Évolutions, structures et performances Séminaire d actualité 22 mai 2015 Montants investis en immobilier d entreprise milliards d euros 50 45 40 35 30 Données

Plus en détail

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 29 JUIN 2012

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 29 JUIN 2012 LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 29 JUIN 2012 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance Epargne Pension AEP - Assurance Epargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

Communiqué de presse. www.axa-realestate.com. Paris, 10 mars 2014

Communiqué de presse. www.axa-realestate.com. Paris, 10 mars 2014 Paris, 10 mars 2014 En 2013, AXA Real Estate enregistre un volume de transactions de 9,2 milliards d euros, lève 6,5 milliards d euros de capitaux et étend son programme de dette à 7,9 milliards d euros

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier Les marchés européens du crédit immobilier en 2013 Une étude du Crédit Foncier rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit immobilier en au 31 décembre 2013. Pour faciliter la lecture

Plus en détail

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013.

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions 7 Janvier 2014 Données Ile-de-France T4 2013 : Demande placée : 1 844 500 m² Loyer moyen de première main : 443 Loyer moyen de seconde

Plus en détail

Paris Centre Ouest. Le marché des bureaux 2ème trimestre 2008 Juillet 2008

Paris Centre Ouest. Le marché des bureaux 2ème trimestre 2008 Juillet 2008 Paris Centre Ouest Le marché des bureaux 2ème trimestre 2008 Juillet 2008 Chiffres clés et marché de l'investissement Le marché de Paris Centre Ouest au 1er semestre 2008 : Paris Centre Ouest dont QCA

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

125 700 m² LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE. Demande placée. Taille des transactions 2010 2011 2012 2013 3T2014 2010 2011 2012 2013 3T2014

125 700 m² LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE. Demande placée. Taille des transactions 2010 2011 2012 2013 3T2014 2010 2011 2012 2013 3T2014 LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE Demande placée 125 700 m² +41% : confirme son retour en grâce sur le marché locatif, en dépit d un 3 ème trimestre 2014 beaucoup moins flamboyant que le précédent,

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Géographie des volumes investis Sur-performance

Géographie des volumes investis Sur-performance LE MARCHÉ DE L INVESTISSEMENT - 1S ILE-DE-FRANCE/FOCUS QCA Volumes investis 5,4 sur le 1 er semestre -37% : le volume investi en immobilier d entreprise sur la région parisienne a fortement régressé par

Plus en détail

Property Times La Défense Bureaux T1 2012 Un début d année encourageant

Property Times La Défense Bureaux T1 2012 Un début d année encourageant 21 24 212 Un début d année encourageant 11 Avril 212 Sommaire Executive summary 1 Contexte économique 2-3 Demande placée et valeurs locatives 4 Carte et principales transactions 5 Offre 6 Définitions 7

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

UN FONDS GÉNÉRAL QUI SERA MUTUALISÉ AVEC CELUI DE CARDIF ASSURANCE VIE EN 2011 DONNÉES AU 31 DÉCEMBRE 2010

UN FONDS GÉNÉRAL QUI SERA MUTUALISÉ AVEC CELUI DE CARDIF ASSURANCE VIE EN 2011 DONNÉES AU 31 DÉCEMBRE 2010 UN FONDS GÉNÉRAL QUI SERA MUTUALISÉ AVEC CELUI DE CARDIF ASSURANCE VIE EN 2011 DONNÉES AU 31 DÉCEMBRE 2010 La garantie d un groupe solide Antin Epargne Pension Compagnie d assurance vie créée en 2001,

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

GRAND LYON IMMOBILIER D ENTREPRISE. Le marché 2003 : bilan et perspectives

GRAND LYON IMMOBILIER D ENTREPRISE. Le marché 2003 : bilan et perspectives Immobilier d entreprise, support, reflet et vecteur des succès du Grand-Lyon IMMOBILIER D ENTREPRISE GRAND LYON Le marché 2003 : bilan et perspectives 30 janvier 2004 30 janvier 2004 1 La FNAIM ENTREPRISES

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Cinq ans après le début de la crise financière, l économie

Cinq ans après le début de la crise financière, l économie 52 5 L immobilier d entreprise allemand et les investisseurs Par Marcus Cieleback, directeur de recherche, PATRIZIA Immobilien AG. 5.1/ SITUATION GÉNÉRALE Cinq ans après le début de la crise financière,

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

Bilan et perspectives des marchés immobiliers : le Crédit Foncier présente son étude annuelle

Bilan et perspectives des marchés immobiliers : le Crédit Foncier présente son étude annuelle COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 février 2013 Bilan et perspectives des marchés immobiliers : le Crédit Foncier présente son étude annuelle Un marché immobilier résidentiel en retrait en 2013 Une baisse

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE IMMOBILIER D ENTREPRISE

NOTE DE CONJONCTURE IMMOBILIER D ENTREPRISE NOTE DE CONJONCTURE IMMOBILIER D ENTREPRISE BILAN DU ER TRIMESTRE 4 BILAN ET PERSPECTIVES POINTS POSITIFS Des prévisions de croissance économique révisées à la hausse pour 4 / 5 Un marché de l emploi qui

Plus en détail

Record battu! DTZ Research PROPERTY TIMES. La Défense T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts

Record battu! DTZ Research PROPERTY TIMES. La Défense T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts DTZ Research PROPERTY TIMES Record battu! La Défense T4 214 8 Janvier 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée 3 Valeurs locatives 3 Offre immédiate 4 Offre future 4 Définitions 5 Auteur Nora

Plus en détail

Analyse du marché de l investissement en immobilier commercial

Analyse du marché de l investissement en immobilier commercial Paris, le 17 novembre 2014 - Note de conjoncture - Analyse du marché de l investissement en immobilier commercial Boosté par quelques transactions majeures, le marché de l immobilier de commerce affiche

Plus en détail

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 23 octobre 214 1 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 1. Croissance mondiale contrastée 2. ZE : croissance et inflation revues en baisse 3.

Plus en détail

Mise à jour sur l Irlande T2 2015. Les atouts de l Irlande font de l Irlande un grand pays pour les affaires

Mise à jour sur l Irlande T2 2015. Les atouts de l Irlande font de l Irlande un grand pays pour les affaires Mise à jour sur l Irlande T2 2015 Les atouts de l Irlande font de l Irlande un grand pays pour les affaires Pourquoi l Irlande? Les entreprises sont attirées par l Irlande pour diverses raisons Irlande,

Plus en détail

Effet «La Marseillaise»

Effet «La Marseillaise» DTZ Research PROPERTY TIMES Effet «La Marseillaise» Marseille Bureaux T4 214 1 Février 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre 4 Définitions 5 Le marché marseillais

Plus en détail

Marché immobilier en Ile-de-France

Marché immobilier en Ile-de-France Marché immobilier en Ile-de-France Contexte des marchés locatifs et de l investissement Virginie Houzé Directeur Etudes et Recherche France 18 juin 2015 Paris? Liquidité & Risque Liquidité & risque 10

Plus en détail

Les clés du marché Ile-de-France Bureaux T2 2012 Fort recul des grandes transactions

Les clés du marché Ile-de-France Bureaux T2 2012 Fort recul des grandes transactions Fort recul des grandes transactions 5 juillet 2012 Contents Executive summary 1 Carte de synthèse 2 Demande placée et taux de rotation 3 Offre immédiate et taux de vacance 4 Loyers moyens 5 Définitions

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Belgique

Le commerce extérieur de la Belgique Le commerce extérieur de la Belgique janvier-septembre 2010 Le commerce extérieur de la Belgique à l issue des 9 premiers mois de 2010 (Source: BNB concept communautaire*) Analyse des chiffres des 9 premiers

Plus en détail

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1)

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1) Société anonyme au capital de 2 362 883 330 Siège social : 36-38, avenue Kléber 75116 Paris 403 210 032 RCS PARIS INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS (1) (NON AUDITE) A - MARCHE DES AFFAIRES

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

UN TROISIÈME TRIMESTRE DYNAMIQUE

UN TROISIÈME TRIMESTRE DYNAMIQUE AT A GLANCE INVESTISSEMENT EN FRANCE OCTOBRE UN TROISIÈME TRIMESTRE DYNAMIQUE Avec près de 10 milliards d euros d engagements recensés au cours des 9 premiers mois de l année, soit une progression de 32

Plus en détail

Le marché des bureaux en Première Couronne Sud 4ème trimestre 2007

Le marché des bureaux en Première Couronne Sud 4ème trimestre 2007 Le marché des bureaux en Première Couronne Sud 4ème trimestre 27 9 Chiffres clés et marché de l'investissement Le marché de la Première Couronne Sud au 4ème trimestre 27 : - De nombreux engagements, -

Plus en détail

Intervention Eric Beray Directeur du département Bureaux Grandes Surfaces Paris Ouest IDF BNP Paribas Real Estate Transaction

Intervention Eric Beray Directeur du département Bureaux Grandes Surfaces Paris Ouest IDF BNP Paribas Real Estate Transaction 24 avril 2013 Intervention Eric Beray Directeur du département Bureaux Grandes Surfaces Paris Ouest IDF BNP Paribas Real Estate Transaction 1 Contre toute attente, l année 2012 avait été marquée par un

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances :

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Le marché locatif de bureaux : - La baisse de l activité se

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

La conjoncture immobilière peut être schématisée à

La conjoncture immobilière peut être schématisée à 56 6 LA CONJONCTURE IMMOBILIÈRE EN ITALIE Extrait de : Osservatorio sul Mercato Immobiliare n 2/2011, Nomisma, juillet 2011. 6.1 / Prix et volumes des transactions La conjoncture immobilière peut être

Plus en détail

UNE PROGRESSION EN DEMI-TEINTE

UNE PROGRESSION EN DEMI-TEINTE AT A GLANCE INVESTISSEMENT EN FRANCE JUILLET 2011 UNE PROGRESSION EN DEMI-TEINTE Avec 5,2 milliards d euros d engagements en immobilier d entreprise en France au 1 er semestre 2011 le marché de l investissement

Plus en détail

Rendement : les investisseurs en immobilier se tournent vers la plus-value

Rendement : les investisseurs en immobilier se tournent vers la plus-value Paris, le 17 septembre 2015 - Investment Climate Index - Rendement : les investisseurs en immobilier se tournent vers la plus-value - Des opportunités de cession attractives grâce à une demande internationale

Plus en détail

Principales tendances des statistiques internationales BRI 1

Principales tendances des statistiques internationales BRI 1 Principales tendances des statistiques internationales BRI 1 En collaboration avec des banques centrales et autorités monétaires du monde entier, la BRI compile et diffuse plusieurs séries de statistiques

Plus en détail

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Mai 2005 Rapport de OEE-Etudes pour la F.F.S.A. TABLE DES MATIÈRES I. COMPORTEMENTS D'EPARGNE ET D'INVESTISSEMENT DES MENAGES EUROPÉENS

Plus en détail

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé 2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé Si les dépenses de protection sociale pendant la crise ont joué globalement un rôle de stabilisateur automatique (cf. fiche

Plus en détail

Un bon début d année. 6 mai 2014. Des succès locatifs grâce à un patrimoine de qualité. Solides performances opérationnelles

Un bon début d année. 6 mai 2014. Des succès locatifs grâce à un patrimoine de qualité. Solides performances opérationnelles Chiffre d affaires 3M 2014 Le Patio, Le Patio, Lyon Lyon - - Villeurbanne CB 21, La Défense Un bon début d année 6 mai 2014 Des succès locatifs grâce à un patrimoine de qualité 7 000 m² loués à La Défense

Plus en détail

Le marché des bureaux 3ème trimestre 2008 Octobre 2008. Nanterre

Le marché des bureaux 3ème trimestre 2008 Octobre 2008. Nanterre Le marché des bureaux 3ème trimestre 28 Octobre 28 1 Nanterre Chiffres clés Le marché de Péri-Défense au 3ème trimestre 28 : Nanterre - Un niveau de demande placée boosté par une transaction clé en main

Plus en détail

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON Un vent d optimisme nouveau commence à souffler sur le marché francilien de la location de bureaux. Le volume des transactions s est

Plus en détail

10 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE

10 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE 1 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE Janvier 28 LE MARCHE 1. L Europe, 1 er marché mondial PIB 27 (estimation - en milliards de Dollars) 18 16 14 12 1 14 69,8 16 574,4 13 794,2 13 194,7 GDP 26 GDP 27 8 6 4 4

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

city report - Les Bureaux en île-de-france - juillet 2011 City Report Les Bureaux en île-de-france juillet 2011

city report - Les Bureaux en île-de-france - juillet 2011 City Report Les Bureaux en île-de-france juillet 2011 city report - Les Bureaux en île-de-france - juillet 211 1 City Report Les Bureaux en île-de-france juillet 211 city report - Les Bureaux en île-de-france - juillet 211 2 contacts RESEARCH 167, quai de

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Malgré un environnement économique difficile, IMMOBEL continue à investir pour assurer sa croissance

Malgré un environnement économique difficile, IMMOBEL continue à investir pour assurer sa croissance Bruxelles, le 31 août 2012 8h40 Information réglementée COMMUNIQUÉ DE PRESSE Malgré un environnement économique difficile, IMMOBEL continue à investir pour assurer sa croissance Résultat opérationnel consolidé

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Sur-offre de seconde main

Sur-offre de seconde main DTZ Research PROPERTY TIMES Sur-offre de seconde main Bordeaux Bureaux T4 14 24 Février 15 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre immédiate et future 4 Définitions 5

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Rendement des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Rendement des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Rendement des fonds de pension et des fonds de

Plus en détail

Document publicitaire

Document publicitaire Document publicitaire CONJONCTURE (JUIN 2012) Immobilier d entreprise* LES PERFORMANCES PASSÉES NE PRÉJUGENT PAS DES PERFORMANCES FUTURES MARCHÉ DE L INVESTISSEMENT : PLUSIEURS TRANSACTIONS D ENVERGURE

Plus en détail

Tableau de bord de l Union de l innovation 2014

Tableau de bord de l Union de l innovation 2014 Tableau de bord de l Union de l innovation 2014 Le tableau de bord de l Union de l innovation pour la recherche et l innovation Synthèse Version FR Entreprises et industrie Synthèse Tableau de bord de

Plus en détail

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014 Conjoncture économique - 2 e trimestre 214 PIB PIB et Baromètre EUR PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Poursuite

Plus en détail

Le logement en Europe

Le logement en Europe Le logement en Europe DONNÉES 2014, TENDANCES 2015 Contact presse Galivel & Associés 01 41 05 02 02 galivel@galivel.com Leader de l immobilier en Europe, ERA publie sa nouvelle étude sur les marchés du

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE Bilan. Conjoncture & environnement financier 2013/2014 AGGLOMÉRATION LYONNAISE 30 janvier 2013 FNAIM Entreprises : 15 cabinets à votre service 1 MARCHÉ DES LOCAUX D ACTIVITÉ Présenté par : Jean-Pascal

Plus en détail

ÉCONOMIE Population 1 836 000 habitants (3,0 % de la population française) 2008

ÉCONOMIE Population 1 836 000 habitants (3,0 % de la population française) 2008 42142 CHAPITRE Alsace I. Immobilier d entreprise... 172 A. Construction... 172 B. Zoom sur la ville de Strasbourg... 173 II. Immobilier résidentiel... 176 A. Construction... 176 B. Zoom sur la ville de

Plus en détail

Rapport financier semestriel Au 30 juin 2015

Rapport financier semestriel Au 30 juin 2015 Rapport financier semestriel Au 30 juin 2015 Société anonyme au capital social de 1 509 184 540 euros Siège social : 13, boulevard du Fort de Vaux CS 60002 75017 Paris - France 479 973 513 R.C.S. Paris

Plus en détail

L EXCELLENCE EN IMMOBILIER

L EXCELLENCE EN IMMOBILIER L EXCELLENCE EN IMMOBILIER Europe Un Rayonnement mondial Découvrez la RICS Promouvoir l excellence dans les secteurs de l urbanisme, de l immobilier et de la construction. La RICS correspond à la qualification

Plus en détail

#Club Pierre. Marché des bureaux en Ile-de-France. 9 Juillet 2015 DTZ Research

#Club Pierre. Marché des bureaux en Ile-de-France. 9 Juillet 2015 DTZ Research #Club Pierre Marché des bureaux en Ile-de-France 9 Juillet 2015 DTZ Research Un 2 ème trimestre meilleur que le 1 er.. Demande placée de bureaux en Ile-de-France, en milliers de m² 3 000 2 500 2 000 1

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

CONFIRMATION DU REPLI DES TRANSACTIONS APRÈS 9 MOIS

CONFIRMATION DU REPLI DES TRANSACTIONS APRÈS 9 MOIS vec 1 564 m² commercialisés au cours des neuf premiers mois de l année 212, le marché des bureaux francilien affiche un repli de 19 % comparativement à la même période de 211. Malgré cette baisse significative,

Plus en détail

ETUDE ERA IMMOBILIER DANS 12 PAYS EUROPEENS

ETUDE ERA IMMOBILIER DANS 12 PAYS EUROPEENS Retour accueil Articles de fond Immobilier : état des lieux du marché en Europe David Peyrat le 16 Novembre 2004 ETUDE ERA IMMOBILIER DANS 12 PAYS EUROPEENS ERA, premier réseau d'agences immobilières en

Plus en détail

BAROMÈTRE EUROPÉEN DE L EMPLOI. 1 er trimestre 2013

BAROMÈTRE EUROPÉEN DE L EMPLOI. 1 er trimestre 2013 BAROMÈTRE EUROPÉEN DE L EMPLOI 1 er trimestre 2013 SOMMAIRE PANORAMA EUROPÉEN 1 BELGIQUE 2 FRANCE 3 ALLEMAGNE 4 IRLANDE 5 PRÉSENTATION Robert Walters présente la 1 ère édition de son Baromètre Européen

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI Général au développement durable n 683 Octobre 2015 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2014 OBRVION ET STISTIQU énergie En 2014, le prix du gaz a baissé

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Croissance soutenue du chiffre d affaires au 1 er trimestre 2011

Croissance soutenue du chiffre d affaires au 1 er trimestre 2011 Communiqué de presse Information trimestrielle Paris, le 20 avril 2011 Croissance soutenue du chiffre d affaires au 1 er trimestre 2011 Progression de +5,8% du chiffre d affaires en données publiées et

Plus en détail

La prise en compte des services de logement dans l indice des prix à la consommation : une comparaison internationale

La prise en compte des services de logement dans l indice des prix à la consommation : une comparaison internationale La prise en compte des services de logement dans l indice des prix à la consommation : une comparaison internationale Le traitement des services de logement aux propriétaires occupant leur logement est

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Trajectoires divergentes

Trajectoires divergentes Panorama logistique France 1 er semestre 2013 Trajectoires divergentes La demande placée d entrepôts logistique baisse de 13% en un an sur les pôles établis de la dorsale Une année 2013 qui s annonce difficile

Plus en détail

Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2

Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2 Pallier la pénurie d entrepreneurs 2014 OCDE/UNION EUROPÉENNE 2015 Chapitre 4 Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2 Ce chapitre traite des activités d indépendant et d entrepreneuriat

Plus en détail

Le prix de la nuitée d hôtel en nette augmentation partout dans le monde... sauf en France!

Le prix de la nuitée d hôtel en nette augmentation partout dans le monde... sauf en France! Communiqué de presse Paris, le 23 août 2012 Le prix de la nuitée d hôtel en nette augmentation partout dans le monde... sauf en France! Découvrez les résultats de l indicateur Hotel Price Radar pour le

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

L E PORTEFEUILLE IMMOBILIER

L E PORTEFEUILLE IMMOBILIER TRADING UPDATE INFORMATION REGLEMENTEE EMBARGO 17 FÉVRIER 2009 17H40 DECLARATION INTERMEDIAIRE DU GERANT COUVRANT LA PERIODE DU 01.10.2008 AU 31.12.2008 Baisse limitée de la valeur du portefeuille ( 2,41%)

Plus en détail

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises)

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises) 15/2015-21 janvier 2015 Enquête communautaire sur l innovation 2012 La proportion d entreprises innovantes est passée sous la barre des 50% dans l UE en 2010-2012 Les innovations liées à l organisation

Plus en détail

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 ACTUALITE ECONOMIQUE L activité mondiale devrait poursuivre son affermissement. L impulsion est donnée par les pays avancés, bien que leurs redressements restent inégaux.

Plus en détail

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE L OBSERVATOIRE des marchés de l ancien Avril 2007 Lettre de conjoncture - N 48 E N B R E F +6.5 % DE HAUSSE DES PRIX DE L ANCIEN AU 1 ER TRIMESTRE 2007. Doucement, le rythme annuel de progression des prix

Plus en détail