Jérôme Lehuen. Un modèle de dialogue dynamique et générique intégrant l acquisition de sa compétence linguistique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Jérôme Lehuen. Un modèle de dialogue dynamique et générique intégrant l acquisition de sa compétence linguistique"

Transcription

1 THÈSE présentée en vue de l obtention du titre de Docteur de l Université de Caen Spécialité : Sciences Mention : Informatique par Jérôme Lehuen Un modèle de dialogue dynamique et générique intégrant l acquisition de sa compétence linguistique Le système COALA Soutenue le 19 juin 1997 devant la commission d examen Rapporteur : Jean CAELEN, Directeur de Recherches, CLIPS-IMAG, Grenoble. Rapporteur : Jacques PITRAT, Directeur de Recherches, LAFORIA, Paris 6. Rapporteur : Gérard SABAH, Directeur de Recherches, LIMSI-CNRS, Orsay. Examinateur : Martial VIVET, Professeur, LIUM, Le Mans. Codirecteur : Daniel LUZZATI, Professeur de Linguistique, Le Mans. Directeur : Anne NICOLLE, Professeur, GREYC, Caen. Thèse préparée au sein du Laboratoire d Informatique de l Université du Maine au Mans Faculté des Sciences - Université du Maine - Avenue Olivier Messiaen, Le Mans cedex 9

2 À Marie-Laure qui m a accompagné en faisant preuve d une grande patience. À mes parents qui m ont toujours soutenu durant mes longues études. À notre petit Pierre pour tout ce bonheur qu il nous apporte.

3 J adresse mes plus sincères remerciements à : Anne Nicolle et Daniel Luzzati, mes directeurs de thèse, qui m ont accordé leur confiance et leur amitié durant ces longues années. En adoptant une attitude à la fois libérale et attentive, ils ont su me faire profiter de leur maîtrise dans leurs domaines respectifs tout en me laissant libre de mes choix scientifiques. Jean Caelen, Jacques Pitrat et Gérard Sabah qui m ont fait l honneur d être mes rapporteurs. Leurs conseils enrichissants et leurs jugements particulièrement précis m ont permis d apporter à cette thèse de très nombreuses améliorations. Martial Vivet, directeur du LIUM, qui m a initié aux principes et techniques de l intelligence artificielle, et dont l enthousiasme a contribué sans aucun doute à mon parcours universitaire et scientifique. Enfin, je tiens à exprimer ma gratitude envers toutes les personnes qui ont contribué scientifiquement ou humainement à la réalisation de ce travail de recherche.

4 Chapitre 1 - Problématique 1 1. Problématique Chapitre 1 Problématique L e langage, tout comme la culture générale, se construit avec et en fonction d une somme d expériences individuelles. Les multiples interactions qui permettent à ces expériences de se produire, jouent un rôle essentiel dans l acquisition de la compétence langagière. La psychologie développementale nous apprend notamment que la relation entre dialogue implicite et dialogue explicite se transforme pendant, et en fonction des processus d interaction [VIVIER 93]. Or, à notre connaissance, aucun modèle de dialogue homme/machine en langage naturel ne tient compte de ces aspects fondamentaux de la communication inter-humaine. Nous nous sommes donné pour objectif de concevoir un modèle de dialogue qui permet, non seulement une coadaptation à l interlocuteur, mais aussi, une acquisition par l usage d une forme de compétence linguistique.

5 2 Chapitre 1 - Problématique 1.1 Remise en cause des modèles actuels Les expériences du projet Compèrobot 1 ont été à l origine de divers questionnements au sujet des modèles linguistiques et dialogiques jusqu ici utilisés dans le cadre du DHM (dialogue homme/machine). Dans un des corpus, on trouve l anecdote suivante : le sujet devait donner à l ordinateur des consignes afin que ce dernier puisse reconstruire un puzzle à base de pièces géométriques. Parmi les pièces, il y avait un grand triangle rectangle isocèle censé représenter le toit d une maison. Le sujet a dit, en voulant faire référence au triangle rectangle : «Maintenant, tu peux poser la voile sur la maison». On peut tirer trois enseignements de cette anecdote. Premièrement, il faut considérer d emblée que la langue employée par les utilisateurs est imprévisible et que les modèles linguistiques complets définis en intention 2 sont désormais à bannir. Deuxièmement, il faut chercher à modéliser la coadaptation langagière et la coréférenciation en se fondant sur l usage, c est-à-dire sur la langue effectivement pratiquée, et non sur une langue théorisée, normalisée. Troisièmement, les modèles de dialogue ont tout intérêt à pouvoir intégrer l intersubjectivité, c est-à-dire une "conscience" et un traitement des différences entre les croyances et les langages. Les formalismes généralement utilisés à des fins d analyse de la langue naturelle sont issus de la théorie mathématique des langages. Ces formalismes sont, pour la plupart, normatifs. Par exemple, une grammaire d unification ne reconnaît que les catégories et le lexique qu on lui a donnés au préalable. On aura beau s efforcer de répertorier mille possibilités pour exprimer quelque chose, l utilisateur s exprimera de façon inattendue et souvent à l aide une syntaxe originale. 1 Le programme de recherche Compèrobot porte sur les stratégies d explication d une tâche de construction dans une situation de dialogue enfant/machine [JACQUET 95] [ANDRES 95]. 2 Anglicisme de la théorie des ensembles qui signifie qu un ensemble est défini par l explicitation de tous ses éléments (s oppose à la définition en extension d un ensemble).

6 Remise en cause des modèles actuels 3 «La base linguistique des analyseurs traditionnels est la syntaxe chomskyenne, de son état premier jusqu à la théorie X barre ou ses dérivés (HPSG, LFG, TAG, etc.). Cette base linguistique a été détournée de ses objectifs premiers (la théorisation des structures profondes 1 de la compétence) vers des objectifs très différents pour lesquels elle se révèle complètement inadéquate.» [VERGNE 95] Les modèles de dialogue généralement utilisés dans le cadre du DHM sont des modèles issus de la linguistique descriptive. La fonction première de ces modèles est de décrire structurellement et fonctionnellement les conversations, non de doter un système d une quelconque compétence conversationnelle. Les structures générées par ces modèles ne rendent pas compte de la nature dynamique et dissymétrique de l interaction. «La conception de toute interactivité informatique semble reposer sur une symétrie supposée entre la personne et le système, que ce soit au travers de la communication, de l interaction, de la coopération. On se convainc aisément que cette symétrie posée implicitement n est pas donnée, mais qu elle est construite.» [BATARD 96] Ces deux considérations ne sont pas anodines : elles remettent en cause les fondements mêmes de certains modèles utilisés dans le cadre du DHM. Pour tenter de faire reculer les limites de ces systèmes, nous proposons d axer notre réflexion et de fonder nos modèles autour de ces trois "critères de pertinence" que nous développons dans notre thèse : - LA NON NORMATIVITE DES REPRESENTATIONS - LE CARACTERE DYNAMIQUE DU DIALOGUE - L OUVERTURE A L APPRENTISSAGE 1 Chomsky postule l existence de structures syntaxiques non apparentes [CHOMSKY 65].

7 4 Chapitre 1 - Problématique 1.2 Une approche du dialogue homme/machine Un point de vue philosophique Le positionnement de certains philosophes sur la langue va à l encontre des idées reçues sur l activité langagière. Partant d un énoncé de Wittgenstein : «Le langage est une cage dont on ne peut sortir», Coursil propose une propédeutique pour la recherche sur le langage en intelligence artificielle et commence par opposer la démarche synthétique et la démarche analytique : «La démarche synthétique pose la question de l'intelligence comme performance et savoir-faire ; la démarche analytique pose la question de l intelligence comme communication (être en intelligence avec) (être là, dans le dialogue). Car, comme chacun sait, on n'est pas toujours en intelligence avec le discours de qui vous parle : l intelligence peut être rompue comme elle peut s'acquérir. L'analytique conçoit l'intelligence comme acte de communication, c'est-à-dire non pas tant comme performance que comme transfert.» [COURSIL 92] Pour construire le chaînon manquant entre l activité de la machine et celle de la langue prise dans sa dimension défective 1, Coursil propose, en s inspirant du CLG 2 de Saussure, une grammaire analytique dont la finalité métaphorique est de plonger la machine dans l activité signifiante de la langue. La question du dialogue homme/machine dont on traite dans les recherches actuelles se trouve alors déplacée parce que la machine intelligente envisagée par Coursil, à l instar du sujet pensant, cherche son image par transfert (analogie psychanalytique) dans les objets qu elle appréhende et ne comprend que si elle la trouve. Les formulations inhabituelles et le langage délibérément métaphorique de Coursil sont pour le moins déroutants. Néanmoins, il nous semble qu un certain nombre de pistes peuvent se révéler prometteuses, comme la dimension défective et différentielle de la langue, ainsi que la notion de transfert [COURSIL 93]. 1 Coursil définit à l aide de la métaphore du tenon et de la mortaise (objet défectif) la dimension défective de la langue, qui a la capacité à s autodéfinir à partir de coupures et de règles. 2 Cours de Linguistique Générale. Bibliothèque Scientifique Payot, Paris.

8 Une approche du dialogue homme/machine Prise en compte de la non-normativité Les limites des performances des logiciels de traitement linguistique en général, et de DHM en particulier, semblent être dues à des approches par trop normatives et surtout à des représentations figées. Les représentations normatives obligent les utilisateurs à se focaliser sur le fonctionnement de la machine qu ils souhaitent utiliser, au détriment de l utilisation qu ils veulent en faire. Dans le meilleur des cas, ils sont contraints à adopter des représentations qui ne sont pas les leurs et à s adapter à des processus cognitifs qui leur sont étrangers : il s agit d une démarche d adaptation unilatérale. On peut dire que l approche normative consiste à "plonger la langue dans la machine", c'est-à-dire à extraire de nos compétences langagières et conversationnelles un sousensemble de régularités qui devront être codées, puis utilisées telles quelles. L'approche non-normative consiste à "plonger la machine dans la langue", c'est-à-dire à modéliser les comportements que nous avons vis-à-vis de l'activité langagière. C'est une approche pragmatique, non synthétique, qui donne une part importante à la notion d usage. machine langue langue machine «Plonger la langue dans la machine» «Plonger la machine dans la langue» Deux types de représentations Le terme représentation se retrouve dans des disciplines différentes mais apparentées (pédagogie, didactique, psychologie, neurobiologie, intelligence artificielle). Si elle a des facettes spécifiques à chaque discipline, la notion de représentation révèle des propriétés sur lesquelles se rejoignent différents domaines. Les différentes acceptions de ce terme polysémique se retrouvent généralement dans la notion de développement cognitif. L objet de l intelligence artificielle est de construire des systèmes dans lesquels sont inscrites des entités qui sont des représentations, ainsi que des processus capables de les exploiter. Dans ce cadre, le terme représentation désigne la façon dont sont décrits les concepts et les objets manipulés par la machine.

9 6 Chapitre 1 - Problématique Nous partons de l hypothèse qu une IDLN (interface dialogique en langue naturelle) ne doit pas être en relation directe avec le modèle de la tâche qui, pour raison d efficacité, doit être adapté au fonctionnement calculatoire et algorithmique de la machine. Si l'on veut que les utilisateurs abordent la machine de la façon la plus sereine possible, il faut la doter d'un comportement langagier qui soit le plus naturel possible. La machine qui dialogue doit alors manipuler deux types de représentations : des représentations opératives liées au modèle de la tâche, et des représentations psycholinguistiques qui permettent à la machine de s'affranchir d une quelconque norme. U IDLN M TÂCHE Représentations ª normatives ª figées ª synthétiques Projection unidirectionnelle Figure 1.1 : La projection unidirectionnelle Si le système ne possède que des représentations liées à la tâche sous-jacente, il projette sur son interlocuteur un modèle synthétique qui normalise la communication (cf. Figure 1.1). Nous dirons alors que la communication s effectue sur le mode de la projection unidirectionnelle. Si, en plus des représentations applicatives, le système possède des représentations évolutives et surtout non-normatives (sur le monde, sur la langue, etc.), il renvoie à l'utilisateur un modèle qui lui est beaucoup plus adapté (cf. Figure 1.2). Une tâche pour la machine est alors de faire le lien entre ces deux formes de représentation, entre une représentation psycholinguistique et une image du réel. Pour nous, ce lien ne peut être réalisé qu au travers de l apprentissage, et grâce à l interaction.

10 Une approche du dialogue homme/machine 7 U IDLN M TÂCHE Représentations ª normatives ª figées ª synthétiques Transfert bidirectionnel Représentations ª non-normatives ª évolutives ª analytiques Figure 1.2 : Le transfert bidirectionnel Ouverture à l apprentissage Un des principaux objectifs de la recherche en DHM est de concevoir un modèle sachant bien réagir aux multiples phénomènes d incommunicabilité qui peuvent survenir lors d un dialogue homme/machine (incompréhension, erreur d interprétation, écart dans la tâche, etc.). En d autres termes, il s agit de développer une certaine robustesse face aux non-attendus [LUZZATI 95a] [TALEB 96]. On peut aisément se convaincre du bénéfice qu un tel modèle peut tirer d une capacité à profiter des écarts et des non-attendus, ce qui peut lui permettre, entre autres choses, de s adapter à son interlocuteur et de faire évoluer ses compétences [VIVIER 93]. De cette adaptation à l apprentissage, il n y a qu un pas qu il faut essayer de franchir. Nous nous sommes donc attaché à développer notre modèle avec la constante préoccupation de lui permettre d apprendre de ses écarts et de ses erreurs tout en interagissant. Pour concevoir un tel modèle de dialogue, nous devons intégrer trois activités inhérentes à la communication. Une véritable interaction nécessite une forme de compréhension qui suppose une forme d adaptation, donc d apprentissage. La compréhension de l autre en tant qu être différent n est pas innée, elle ne peut pas être donnée à l avance à une entité qui doit interagir avec d autres entités. Cette communication suppose Dialoguer Comprendre Apprendre

11 8 Chapitre 1 - Problématique une coadaptation langagière, référentielle, interactionnelle, comportementale, etc. Ces activités fondamentales et interdépendantes (dialoguer, comprendre et apprendre) se décomposent en plusieurs sous-activités, elles-mêmes dépendantes les unes des autres : La compréhension d un signe ou d un ensemble de signes suppose leur perception, La perception et la représentation supposent une capacité de catégorisation, L apprentissage d une compétence suppose son acquisition graduelle, Le dialogue suppose des représentations de l interaction et de l interlocuteur, Ces activités supposent une réflexion de l agent sur son propre comportement. En effet, l apprentissage d une compétence interactionnelle suppose une perception et une acquisition des différentes situations d interaction dans lesquelles l agent se situe et qu il catégorise. Le dialogue repose alors sur une co-construction de ces situations interactionnelles, fondée sur des représentations de l interlocuteur, du monde ou d une tâche à accomplir. 1.3 Présentation du document Nous avons organisé notre travail en six chapitres. Le premier chapitre, celui-ci même, nous a permis de présenter une approche pragmatique du traitement automatique des langues naturelles en général, et du dialogue en particulier. Le deuxième chapitre est un état de l art dans le domaine des modèles de DHM. Le troisième chapitre nous permet de considérer le bénéfice que le DHM pourrait tirer d un modèle fondamentalement orienté vers l apprentissage. Le quatrième chapitre décrit le modèle hypothéticoexpérimental. Dans le cinquième chapitre, nous présentons le système COALA qui met en œuvre notre modèle de dialogue sur une tâche de type renseignement documentaire. Ce dernier est une plate-forme d expérimentation qui nous a permis, d une part d évaluer notre modèle de dialogue, d autre part de valider une architecture distribuée de type tableau-noir. COALA est désormais opérationnel et commence à apprendre tout en dialoguant sur une micro-tâche de documentation. Notre thèse en informatique, qui traite de la modélisation du DHM, prend appui sur les travaux en linguistique menés par Luzzati, lesquels sont fondés sur l acquisition et sur l analyse d un volumineux corpus de dialogues réalisés à l aide de la méthode dite du Magicien d Oz [LUZZATI 89] et [LUZZATI 95a].

12 Chapitre 2 - Modèles de dialogue 9 2. Modèles de dialogue Chapitre 2 Modèles de dialogue C e chapitre est un état de l art dans le domaine de la modélisation du dialogue homme/machine. Nous présentons ici huit modèles de dialogue représentatifs de quatre approches bien identifiables : la planification, la structuration, la négociation et l interaction. La première approche est fondée sur la reconnaissance et la construction de buts et de plans : on parle de planification intentionnelle. La deuxième approche est issue d un courant structuraliste qui s est donné pour objectif de dégager et d expliquer la structure du discours. La troisième approche tente de modéliser la façon dont les protagonistes d une négociation négocient leurs enjeux conversationnels afin d aboutir à un accord. La quatrième et dernière approche repose sur la modélisation de principes d interprétation et de production des actions communicatives.

13 10 Chapitre 2 - Modèles de dialogues 2.1 Modèles fondés sur la planification Les modèles de dialogue fondés sur la planification partent de l hypothèse que les personnes impliquées dans un dialogue ont des comportements rationnels les amenant à construire et à exécuter des plans pour atteindre des buts. La production d un énoncé par un locuteur est alors assimilé à la réalisation d un sous-but communicationnel. De façon abstraite, la planification est la construction, à partir d un modèle du monde, d un plan censé répondre à certains critères. Un plan est alors un ensemble organisé d actions dont la réalisation doit permettre d atteindre un but. D un point de vue cognitif, les buts sont généralement organisés en arbres de sous-buts, les nœuds terminaux (les feuilles) étant les actions à réaliser. Un but est exprimé, soit comme une conjonction de sous-buts à réaliser en parallèle, soit comme un enchaînement de sousbuts correspondant à la réalisation de préconditions. Affinant la théorie, Grosz soutient que chaque locuteur construit des plans, non seulement pour satisfaire ses propres besoins, mais aussi pour collaborer aux plans de son interlocuteur [GROSZ 90]. La reconnaissance des plans de l interlocuteur et la construction de plans partagés sont alors des conditions à cette collaboration. Le concept de plan partagé par les partenaires est le fondement des théories dite de collaboration qui expliquent le comportement coopérant des participants engagés dans une conversation [BUNT 89], [POLLACK 90]. Suite à la publication du célèbre article d Allen et Perrault : Analyzing Intention in Utterances [ALLEN 80], plusieurs modèles de dialogue homme/machine ont été conçus autour de la reconnaissance et de la construction de plans [LITMAN 84], [CARBERRY 90]. Les langages de programmation logique tel Prolog ont contribué au développement de ces modèles qui reposent sur le calcul des intentions de l interlocuteur vu comme une résolution de problème. Des études françaises, comme celles réalisées à Lannion et à Rennes dans l équipe de Guyomard et Siroux [NERZIC 93], [GUYOMARD 95], reprennent et développent le modèle de dialogue par métaplans proposé par Litman et Allen en D autres recherches, comme celles de Vilnat au LIMSI, ont pour thème l intégration de la planification dans les architectures coopératives pour le DHM.

14 Modèles fondés sur la planification Le modèle de Allen et Perrault Le modèle de dialogue présenté par Allen et Perrault dans [ALLEN 80] est fondé sur une capacité du système à reconnaître les plans de son interlocuteur, et à les utiliser pour décider de la réponse la plus pertinente à lui transmettre. Le système ARGOT qui met en œuvre ce modèle peut alors construire des réponses contenant plus d informations qu il ne lui est explicitement demandé : «Nous partons de l hypothèse que les agents essayent de reconnaître les plans de leurs interlocuteurs en vue de les utiliser lors de la construction des réponses. [...] Ce modèle est en mesure de rendre compte des réponses qui fournissent davantage d informations qu il en est explicitement demandé, des réponses à des fragments de phrases, ainsi qu à des actes de langage indirects.» [ALLEN 80] 1 Nous allons détailler successivement la notion de croyance qui constitue les fondements du modèle, les schémas d action qui permettent de formaliser les actes de langage comme les actions, puis les processus de reconnaissance et de construction de plans. Nous terminerons par un court exemple d application Notion de croyance Lorsque l on cherche à se représenter les pensées d autrui, la notion de croyance devient alors essentielle. Pour modéliser les connaissances de la machine, Allen et Perrault reprennent les travaux de Hintikka [HINTIKKA 63] et développent une logique modale 2 où les notions de croyance et de savoir sont représentées par les opérateurs modaux CROIT et SAIT. Cette logique épistémique permet au système de raisonner sur ce qu il sait et de traiter des informations pouvant être contradictoires avec ses connaissances. Il n y a pas de relation logique entre ce qu un agent A croit qu un autre agent B croit et les propres croyances de l agent A. Ainsi, A peut croire que B croit que la terre est plate, alors qu il croit qu elle est ronde. Cette capacité à traiter des informations 1 We assume that agents attempt to recognize the plans of other agents and, then, use this plan when deciding what response to make. [...] This model can account for responses that provide more information than explicitly requested and appropriate responses to both short sentence fragments and indirect speech acts. 2 Les logiques modales reposent sur les notions de mondes possibles et de vérité relative. Les opérateurs modaux n admettent pas d interprétation en terme de valeurs de vérité, mais reposent sur la notion d accessibilité entre mondes.

15 12 Chapitre 2 - Modèles de dialogues contradictoires est fondamentale si l on veut que les systèmes puissent s adapter réellement à leurs interlocuteurs. La formule (A CROIT P) se lit : «l agent A croit que la proposition P est vraie». En termes de logique modale, cela signifie que : s il existe un monde M dans lequel la proposition (A CROIT P) est vraie, la proposition P est vraie dans tous les mondes accessibles à partir du monde M par l agent A. La formule (A SAIT P) est vraie si (A CROIT P) est vraie et si la proposition P est effectivement vraie. À partir de l opérateur CROIT, on est en mesure de définir une axiomatique épistémique : (A CROIT P) (A CROIT (A CROIT P)) (axiome de transitivité) (A CROIT P) (A CROIT P) (axiome de cohérence) ((A CROIT P) (A CROIT Q)) (A CROIT (P Q)) ((A CROIT P) (A CROIT Q)) (A CROIT (P Q)) ((A CROIT P) (A CROIT (P Q))) (A CROIT Q) (axiome de conjonction) (axiome de disjonction) (axiome de rationalité) Figure 2.1 : Une axiomatique épistémique Les auteurs admettent que cette axiomatique, qui modélise un agent idéal ayant des croyances stables et étant capable d effectuer toutes les déductions possibles issues de ses croyances, est peu réaliste. Les dialogues traités par Allen et Perrault se déroulant durant un court laps de temps, celui-ci n est pas intégré. Pour prendre en compte la nonmonotonie des croyances, et traiter les contradictions propres à un agent, l opérateur CROIT peut être indexé par le temps. A partir de l opérateur CROIT, les auteurs introduisent trois opérateurs dérivés qui peuvent modéliser les connaissances que le système attribue à son interlocuteur :

16 Modèles fondés sur la planification 13 (A SAIT P) P (A CROIT P) ª On sait quelque chose quand ce quelque chose est vrai et qu on le croit. (A SAIT-SI P) (A SAIT P) (A SAIT P) ª L agent A connaît la valeur de vérité de la proposition P, quelle qu elle soit. (A SAIT-REF D) a : (A SAIT D = a) ª L agent A connaît la valeur d une description D concernant un objet du discours. Figure 2.2 : Trois opérateurs de simplification L opérateur SAIT-REF indique qu un agent donné connaît une propriété d un objet donné. Par exemple, l énoncé : «Pierre sait où la boîte se trouve.» peut être formalisé de la façon suivante : (Pierre SAIT-REF Localisation(boîte)) Schémas d action, plans et planification Les schémas d action utilisés dans le système ARGOT reprennent le formalisme STRIPS décrit pour la première fois dans [FIKES 71]. Un schéma d action est une règle qui contient un nom, un ensemble de paramètres, et un ensemble de formules comportant chacune des préconditions, des effets et un corps. Les préconditions sont les conditions nécessaires pour que l action puisse être exécutée, les effets sont des faits qui sont ajoutés ou supprimés après l exécution de l action, et le corps est une description détaillée de l action sous la forme d une séquence de sous-buts ou de sous-actions. Une occurrence d action est un schéma d action instancié (les paramètres sont fixés) et indexé par le temps. Un plan est une séquence linéaire d occurrences d actions, mettant en relation un état initial du monde et un état final but. Cette séquence est organisée sous la forme d un graphe représentant un ordre partiel sur les moments d exécution de ces actions. Une action est intentionnelle lorsque son auteur a voulu qu elle se réalise. Les préconditions de l action contiennent alors la formule (Auteur VEUT Action). Une action intentionnelle est un acte de langage (informer, demander, demander-si, demander-ref) lorsque le locuteur et l auditeur sont des paramètres du schéma d action, et lorsque l exécution de l action conduit à la production d un discours :

17 14 Chapitre 2 - Modèles de dialogues INFORMER (Locuteur, Auditeur, Proposition) Préconditions : Effets : Corps : Locuteur VEUT INFORMER (Locuteur, Auditeur, Proposition) Locuteur SAIT Proposition Auditeur SAIT Proposition Locuteur DIRE Proposition à Auditeur Figure 2.3 : Exemple de schéma d'action intentionnelle Un premier groupe de règles d inférences (règles de reconnaissance de plans) permet au système de reconstruire, après avoir analysé une question de l interlocuteur, un plan probable expliquant pourquoi l interlocuteur a posé cette question. Un second groupe de règles d inférences (règles de planification) permet au système, suite au calcul du ou des buts de l interlocuteur, de construire un plan permettant de réaliser ces buts. Inférences pour la reconnaissance des plans La reconnaissance de plans consiste en général à reconstruire, à partir de l observation d une action, un plan permettant d expliquer cette action. Dans le cadre d un modèle de dialogue, la reconnaissance de plans permet au système de reconstruire un plan probable expliquant pourquoi l interlocuteur a posé une question. La reconnaissance de plans est donc un processus qui peut être considéré comme une planification inversée : le système construit un plan en partant d une action pour remonter au but qui l a motivée. La reconnaissance du plan de l interlocuteur permettra au système d être en mesure de : Déterminer les intentions et les buts non exprimés de l interlocuteur, Prédire ou anticiper sur les actions possibles à venir, Détecter les obstacles pouvant entraver la réalisation de ces actions. Les connaissances utilisées par le système pour reconnaître un plan ne sont ni celles de l interlocuteur puisque c est le système lui-même qui construit le plan, ni celles du système puisque le plan construit est supposé être celui de l interlocuteur. Ces connaissances sont celles que le système prête à son interlocuteur : ce que le système croit que l interlocuteur croit. Par conséquent, les règles utilisées par la machine M pour calculer les buts de l interlocuteur A sont généralement du type : (M CROIT (A VEUT P)), ce qui peut se noter plus simplement avec l opérateur unaire : (MCAV P).

18 Modèles fondés sur la planification 15 Allen et Perrault considèrent deux catégories de règles : celles qui concernent les actions et celles qui concernent les connaissances. Soit une action ACT ayant une précondition P, un effet E et un sous-but B faisant partie de son corps. (MCAV P) (MCAV ACT) ª Si l interlocuteur a le but P, c est peut-être parce qu il veut réaliser l action ACT. ª Règle de type precondition-action. (MCAV B) (MCAV ACT) ª Si A veut exécuter le sous-but B, c est peut-être parce qu il veut réaliser ACT. ª Règle de type body-action. (MCAV ACT) (MCAV E) ª Si A veut réaliser l action ACT, c est peut-être parce qu il souhaite obtenir l effet E. ª Règle de type action-effect. (MCAV (X VEUT ACT)) (MCAV ACT) ª Si A veut que X réalise l action ACT, c est peut-être qu il souhaite l action ACT. ª Règle de type want-action. Figure 2.4 : Règles d'inférences concernant les actions (MCAV (A SAIT-SI P)) (MCAV P) ª Si A veut savoir si la proposition P est vrai, il souhaite peut-être que P soit vraie. ª Règle de type know-positive. (MCAV (A SAIT-SI P)) (MCAV P) ª Si A veut savoir si la proposition P est vraie, il souhaite peut-être que P soit faux. ª Règle de type know-negative. (MCAV (A SAIT-SI D = a)) (MCAV (A SAIT-REF D)) ª Si A veut savoir si D = a est vrai, il cherche peut-être à connaître la valeur de D. ª Règle de type know-value. (MCAV (A SAIT-REF D)) (MCAV R avec D) ª Si A veut connaître D, il veut peut-être obtenir un référent R ayant la description D. ª Règle de type know-term. Figure 2.5 : Règles d'inférences concernant les connaissances L application successive des règles know-value et know-term permet d inférer, à partir de l énoncé : «Ce train va-t-il à Brest?», que l interlocuteur souhaite peut-être prendre le train dont il est question. La formule (MCAV (A SAIT-REF Destination)) indique que la

19 16 Chapitre 2 - Modèles de dialogues machine M croit que l agent A souhaite connaître la destination du train (cf. Figure 2.2). La règle know-term permet alors d inférer qu il souhaite peut-être prendre ce train. Inférences pour la construction de plans Lorsque le système a inféré toutes les intentions et buts supposés de son interlocuteur, il peut construire un plan qui permet de réaliser ces buts, tout en détectant les obstacles à leur réalisation. La majeure partie des règles utilisé pour la construction de ce plan sont inverses de celles qui concernent la reconnaissance des actions (cf. Figure 2.4). Notation : Soit une action ACT, une précondition P, un effet E et un sous-but B. (M VEUT ACT) (M VEUT P) ª Si la machine veut réaliser l action ACT, elle doit d abord obtenir la précondition P. ª Règle de type action-precondition. (M VEUT ACT) (M VEUT B) ª Si la machine veut réaliser l action ACT, elle doit réaliser le sous-but B. ª Règle de type action-body. (M VEUT E) (M VEUT ACT) ª Si la machine veut obtenir l effet E, elle peut réaliser l action ACT qui produit E. ª Règle de type effect-action. (M VEUT P) (M VEUT (A SAIT-SI P)) ª Si la machine veut obtenir la précondition P, elle doit connaître sa valeur de vérité. ª Règle de type precondition-knowif. Figure 2.6 : Quatre règles de planification intentionnelle L ensemble des règles décrites dans ce chapitre sont utilisées dans la construction de plans partiels, composés de deux parties. La partie possibilités (alternative part) est construite en effectuant toutes les inférences possibles à partir des actions observées. La partie prévisions (expectation part) est construite par planification à partir d un but supposé de l interlocuteur. Chaque plan partiel est ensuite évalué à l aide d heuristiques visant à prédire dans quelle mesure il peut faire partie du plan global. Les plans partiels sélectionnés sont alors développés afin que le système puisse détecter les obstacles pouvant entraver la réalisation du plan global.

20 Modèles fondés sur la planification Exemple de construction d une réponse pertinente Nous donnons maintenant un exemple de raisonnement qui illustre le mécanisme de construction des réponses dans un système de dialogue homme/machine fondé sur la planification. La question initiale posée par l interlocuteur A à la machine M est tout d abord traduite en une représentation interne par actes de langage (cf. Figure 2.3) : Énoncé de A : «Quand le train de Lyon part-il?» Traduction de M : DEMANDER (A, M, INFORMER-REF (M, A, hd)) avec : heure(hd) ; train(train) ; heure-départ(train, hd) ; destination(train, Lyon) Cette traduction permet de construire plusieurs plans partiels analogues au suivant : Possibilités : Prévisions : DEMANDER (A, M, INFORMER-REF (M, A, hd)) effet M VEUT INFORMER-REF (M, A, hd) ETRE (A, gd, hd) avec : gare(gd) ; gare-départ(train, gd) permet PRENDRE (A, train) Le plan global suivant est obtenu par évaluation et assemblage des plans partiels : DEMANDER (A, M, INFORMER-REF (M, A, hd)) M VEUT INFORMER-REF (M, A, hd) INFORMER-REF (M, A, hd) (A SAIT-REF hd) et (A SAIT-REF gd) ETRE (A, gd, hd) PRENDRE (A, train) heure(hd) gare(gd) heure-départ(train, hd) gare-départ(train, gd) destination(train, Lyon) train(train) M est la machine elle-même A est un usager interlocuteur Figure 2.7 : Plan élaboré par le système de dialogue C est à cet instant que le système détecte deux obstacles (dont un est en liaison avec la question) : (M SAIT-REF hd) et (M SAIT-REF gd). Le système construit alors un plan pour les résoudre et fournira une réponse telle que : «A 13 heures, quai n 7», fournissant la

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Plan La première partie : L intelligence artificielle (IA) Définition de l intelligence artificielle (IA) Domaines

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE (Préparation : 5 heures -- Exposé et Questions : 1 heure) Rapport établi par : P.J. BARRE, E. JEAY, D. MARQUIS, P. RAY, A. THIMJO 1. PRESENTATION DE L EPREUVE 1.1.

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

N 334 - SIMON Anne-Catherine

N 334 - SIMON Anne-Catherine N 334 - SIMON Anne-Catherine RÉALISATION D UN CDROM/DVD CONTENANT DES DONNÉES DU LANGAGE ORAL ORGANISÉES EN PARCOURS DIDACTIQUES D INITIATION LINGUISTIQUE A PARTIR DES BASES DE DONNÉES VALIBEL Introduction

Plus en détail

Portail Vocal d Entreprise

Portail Vocal d Entreprise Portail Vocal d Entreprise Responsable et intégration IBM Communication Langagière et Interaction Personne-Système CNRS - INPG - UJF BP 53-38041 Grenoble Cedex 9 - France Conception, maquette Évaluation

Plus en détail

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN)

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN) COMMENTAIRE Séminaire national Réforme de la série Gestion-administration Lyon 10 et 11 mai 2012 Vendredi matin Martine DECONINCK (IEN EG), Michèle SENDRE (IEN L), Isabelle VALLOT (IEN EG) Diapo 1. Objet

Plus en détail

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN Les contenues de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas

Plus en détail

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire Date d envoi : Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Ce document doit être complété par le titulaire de classe et/ou par l orthopédagogue

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES Guide d étude Sous la direction de Olga Mariño Télé-université Montréal (Québec) 2011 INF 1250 Introduction aux bases de données 2 INTRODUCTION Le Guide d étude

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE GÉNÉRALE MONOLOGUE SUIVI : décrire l'expérience MONOLOGUE SUIVI : argumenter

Plus en détail

Rapport du Jury du Concours 2010 Épreuve Pratique d Algorithmique et de Programmation (EPAP)

Rapport du Jury du Concours 2010 Épreuve Pratique d Algorithmique et de Programmation (EPAP) Rapport du Jury du Concours 2010 Épreuve Pratique d Algorithmique et de Programmation (EPAP) Loris Marchal, Guillaume Melquion, Frédéric Tronel 21 juin 2011 Remarques générales à propos de l épreuve Organisation

Plus en détail

DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues

DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE MONOLOGUE SUIVI

Plus en détail

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Niveau C1 Descripteur global Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches La personne peut : comprendre en détail de longs discours et des échanges complexes

Plus en détail

Intelligence Artificielle Planification

Intelligence Artificielle Planification Intelligence Artificielle Planification Bruno Bouzy http://web.mi.parisdescartes.fr/~bouzy bruno.bouzy@parisdescartes.fr Licence 3 Informatique UFR Mathématiques et Informatique Université Paris Descartes

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Morphosyntaxe de l'interrogation en conversation spontanée : modélisation et évaluations

Morphosyntaxe de l'interrogation en conversation spontanée : modélisation et évaluations U Université dumaine Faculté des Lettres, Langues et Sciences humaines Morphosyntaxe de l'interrogation en conversation spontanée : modélisation et évaluations Carole Lailler 1 L interrogation : une modalité

Plus en détail

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Un cours d introduction à la démarche mathématique. Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry

Un cours d introduction à la démarche mathématique. Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry Aide à la transition dans une formation universitaire d un mathématicien en Belgique Un cours d introduction à la démarche mathématique Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry Université de Namur, Unité

Plus en détail

Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle

Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle ACTIVITÉS ET TÂCHES PROFESSIONNELLES Les activités professionnelles décrites ci-après, déclinées à partir des fonctions

Plus en détail

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS Dans des organisations en constante évolution, un manager doit pouvoir devenir une base de sécurité pour l équipe qu il dirige. Il doit pouvoir être une source de

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE?

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? Les nouveaux programmes 2008 confirment que l observation, le questionnement, l expérimentation et l argumentation sont

Plus en détail

COURS EULER: PROGRAMME DE LA PREMIÈRE ANNÉE

COURS EULER: PROGRAMME DE LA PREMIÈRE ANNÉE COURS EULER: PROGRAMME DE LA PREMIÈRE ANNÉE Le cours de la première année concerne les sujets de 9ème et 10ème années scolaires. Il y a bien sûr des différences puisque nous commençons par exemple par

Plus en détail

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 éducalgo Manuel d utilisation 26 juin 2011 Table des matières 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 2 Comment écrire un algorithme? 3 2.1 Avec quoi écrit-on? Avec les boutons d écriture........

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

Modélisation agent d une Architecture Logicielle de commande d un Véhicule Autonome

Modélisation agent d une Architecture Logicielle de commande d un Véhicule Autonome Modélisation agent d une Architecture Logicielle de commande d un Véhicule Autonome ENNAJI Mourad LASC université de Metz Ile du Saulcy B.P 80794 57 012 METZ Ennaji@lasc.sciences.univ-metz.fr Résumé Cet

Plus en détail

Comprendre un texte fictionnel au cycle 3 : quelques remarques

Comprendre un texte fictionnel au cycle 3 : quelques remarques Contribution aux travaux des groupes d élaboration des projets de programmes C 2, C3 et C4 Anne Leclaire-Halté, Professeure d université, Université de Lorraine/ESPÉ Comprendre un texte fictionnel au cycle

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH J.A. Malarewicz Conseil Conseil, Formation, Supervision, Coaching S.A.S. au capital de 8OOO TVA : FR 36478450471 SIRET : 478 450471 00014 N formateur 11921445592 Région IdF 11 rue du Professeur Leroux

Plus en détail

Grammaire : ce que ça demande à l'enseignant

Grammaire : ce que ça demande à l'enseignant Grammaire : ce que ça demande à l'enseignant Article paru dans le Café Pédagogique en mars 2009 Décortiquer la langue, oui, mais de quel point de vue? Dans sa thèse, Philippe Clauzard revient en profondeur

Plus en détail

Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Mai 2012 LE TIR A L ARC. (d après une idée du collège des Portes du Midi de Maurs)

Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Mai 2012 LE TIR A L ARC. (d après une idée du collège des Portes du Midi de Maurs) (d après une idée du collège des Portes du Midi de Maurs) Table des matières Fiche professeur... 2 Fiche élève... 5 1 Fiche professeur Niveaux et objectifs pédagogiques 5 e : introduction ou utilisation

Plus en détail

Apprentissage Automatique

Apprentissage Automatique Apprentissage Automatique Introduction-I jean-francois.bonastre@univ-avignon.fr www.lia.univ-avignon.fr Définition? (Wikipedia) L'apprentissage automatique (machine-learning en anglais) est un des champs

Plus en détail

Analyse et modélisation de tâches

Analyse et modélisation de tâches Analyse et modélisation de tâches 1. Introduction La conception de logiciel interactif (ou conception d'interface homme-machine [IHM], ou conception d'interface) est l'activité qui vise à définir le fonctionnement

Plus en détail

Les principaux domaines de l informatique

Les principaux domaines de l informatique Les principaux domaines de l informatique... abordés dans le cadre de ce cours: La Programmation Les Systèmes d Exploitation Les Systèmes d Information La Conception d Interfaces Le Calcul Scientifique

Plus en détail

EXPRESSION ECRITE - ADMINISTRATIF/COMMERCIAL

EXPRESSION ECRITE - ADMINISTRATIF/COMMERCIAL CATALOGUE FORMATION EXPRESSION ECRITE - ADMINISTRATIF/COMMERCIAL NOS FORMATIONS 1. COMMUNICATION ECRITE-PRISE DE NOTE COMPTE RENDU DE REUNION 2. SECRETARIAT ADMINISTRATIF 3. SECRETARIAT COMMERCIAL 4. CREER

Plus en détail

Université de Bangui. Modélisons en UML

Université de Bangui. Modélisons en UML Université de Bangui CRM Modélisons en UML Ce cours a été possible grâce à l initiative d Apollinaire MOLAYE qui m a contacté pour vous faire bénéficier de mes connaissances en nouvelles technologies et

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Le droit constitutionnel réinterprété

Le droit constitutionnel réinterprété Le droit constitutionnel réinterprété Jérémy MERCIER Selon le philosophe du droit Riccardo Guastini, le droit n est pas un ensemble hiérarchisé de normes mais un langage, utilisé ou manipulé par de nombreux

Plus en détail

Principe et règles d audit

Principe et règles d audit CHAPITRE 2 Principe et règles d audit 2.1. Principe d audit Le principe et les règles d audit suivent logiquement l exposé précédent. D abord, comme dans toute branche de l activité d une entreprise, l

Plus en détail

LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE

LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE Clémence Gauvin et Émilienne Laforge, professeures Module travail social Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue 2004-2005, modification mai 2006 Introduction La formation

Plus en détail

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Assistant(e) secrétaire commercial(e)

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Assistant(e) secrétaire commercial(e) OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager Assistant(e) secrétaire commercial(e) Référentiel d activités+analyse d activités Référentiel de compétences Référentiel

Plus en détail

Découvrir le monde à l école maternelle

Découvrir le monde à l école maternelle Découvrir le monde à l école maternelle Faire des sciences à l école en se questionnant et se confrontant au réel en mettant en œuvre une démarche d investigation en ayant un regard critique en travaillant

Plus en détail

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres Développement personnel La programmation neurolinguistique (P.N.L.) Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres. Historique et postulats de la

Plus en détail

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934)

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) 3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) Psychologue russe contemporain de Piaget, a également élaboré une théorie interactionniste de l'apprentissage, sage, mais qui insiste sur tout sur la

Plus en détail

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 16 I. COMPÉTENCES C1. PROSPECTER C11. Élaborer un projet de prospection C12. Organiser une opération de prospection C13. Réaliser une opération de prospection C14. Analyser

Plus en détail

UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU

UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU Odile VERBAERE UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU Résumé : Cet article présente une réflexion sur une activité de construction de tableau, y compris

Plus en détail

Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl)

Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl) Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl) Introduction Plan Introduction Définition de la PNL Que veut dire la programmation neuro

Plus en détail

1 Objectifs généraux du travail avec la vidéo. A quoi sert le travail sur des documents vidéo en classe de FLE?

1 Objectifs généraux du travail avec la vidéo. A quoi sert le travail sur des documents vidéo en classe de FLE? Module sur l utilisation de la vidéo en classe de français langue étrangère JEAN-MICHEL DUCROT Coordinateur de programmes pédagogiques à Alep-Syrie. Responsable du Centre de Documentation Pédagogique d'alep,

Plus en détail

UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE

UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE N 31 - AILINCAI Rodica [docteur en sciences de l éducation. Laboratoire Éducation & Apprentissages, Université Paris 5 1 ] UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE 1. Contexte et questions de

Plus en détail

L essentiel. de nos solutions

L essentiel. de nos solutions L essentiel vous propose des solutions globales de conseil en développement des ressources humaines. Notre équipe, de consultants seniors, seniors met ses compétences au service de vos ambitions avec un

Plus en détail

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT Que vous soyez parent, enseignant, formateur, pédagogue, coach, manager Que votre activité professionnelle ou simplement la quête de vous-même vous

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

Le système d évaluation par contrat de confiance (EPCC) *

Le système d évaluation par contrat de confiance (EPCC) * André ANTIBI Le système d évaluation par contrat de confiance (EPCC) * * extrait du livre «LES NOTES : LA FIN DU CAUCHEMAR» ou «Comment supprimer la constante macabre» 1 Nous proposons un système d évaluation

Plus en détail

Méthode du commentaire de document en Histoire

Méthode du commentaire de document en Histoire Méthode du commentaire de document en Histoire I. Qu est-ce qu un commentaire de document? En quelques mots, le commentaire de texte est un exercice de critique historique, fondé sur la démarche analytique.

Plus en détail

Automatisation de la certification formelle de systèmes critiques par instrumentation d interpréteurs abstraits

Automatisation de la certification formelle de systèmes critiques par instrumentation d interpréteurs abstraits 1 d Automatisation de la certification formelle de systèmes critiques par instrumentation d sous la direction de Michaël Périn Soutenance de Thèse de Doctorat Université de Grenoble - Laboratoire Verimag

Plus en détail

PTSI PT ÉTUDE DES SYSTEMES

PTSI PT ÉTUDE DES SYSTEMES PTSI PT ÉTUDE DES SYSTEMES Table des matières 1 - PRESENTATION GENERALE... 1 1.1 - Définition d'un système... 1 1.2 - Exemples... 1 1.3 - Cycle de vie d'un système... 1 1.4 Langage de description SysML...

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

16 Fondements du pilotage

16 Fondements du pilotage $YDQWSURSRV Le pilotage des systèmes de production est un sujet qui revêt une importance grandissante, au fur et à mesure que l automatisation de ceux-ci d une part, la multiplication des contraintes de

Plus en détail

Bibliothèque des Compétences clés

Bibliothèque des Compétences clés Bibliothèque des Compétences clés Modules Jours Heures S exprimer oralement 3 21 S exprimer à l écrit 4 28 Manipuler les chiffres et les ordres de grandeur 5 35 Utiliser les principaux outils bureautiques

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

Formation Logistique Transport

Formation Logistique Transport CONSEIL ET FORMATION POUR LES ENTREPRISES AGROALIMENTAIRES Formation Logistique Transport Qualité Démarches de progrès Développement des compétences Sécurité des personnes Catalogue de Formations 2015

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe

Plus en détail

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s Stéphane Safin Psychologue - Ergonome Lucid Group -

Plus en détail

basée sur le cours de Bertrand Legal, maître de conférences à l ENSEIRB www.enseirb.fr/~legal Olivier Augereau Formation UML

basée sur le cours de Bertrand Legal, maître de conférences à l ENSEIRB www.enseirb.fr/~legal Olivier Augereau Formation UML basée sur le cours de Bertrand Legal, maître de conférences à l ENSEIRB www.enseirb.fr/~legal Olivier Augereau Formation UML http://olivier-augereau.com Sommaire Introduction I) Les bases II) Les diagrammes

Plus en détail

Modèles de tâche. Introduction : tâche, activité.

Modèles de tâche. Introduction : tâche, activité. Modèles de tâche Introduction : tâche, activité. Analyse de tâches, modèle de tâche, activité sont des termes issus de l ergonomie qui se sont propagés dans de nombreux domaines, du génie logiciel, de

Plus en détail

Concevoir et déployer un data warehouse

Concevoir et déployer un data warehouse Concevoir et déployer un data warehouse Ralph Kimball Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09165-6 2000 2 Le cycle de vie dimensionnel Avant d étudier de plus près les spécificités de la conception, du développement

Plus en détail

Aider les élèves qui en ont le plus besoin. Animation pédagogique 17 septembre 2008

Aider les élèves qui en ont le plus besoin. Animation pédagogique 17 septembre 2008 Aider les élèves qui en ont le plus besoin Animation pédagogique 17 septembre 2008 Un facteur de réussite scolaire : les capacités métacognitives de l élève Wang M.-C. (1990) Qu est-ce que la métacognition?

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

Le Guide Pratique des Processus Métiers

Le Guide Pratique des Processus Métiers Guides Pratiques Objecteering Le Guide Pratique des Processus Métiers Auteur : Version : 1.0 Copyright : Softeam Equipe Conseil Softeam Supervisée par Philippe Desfray Softeam 21 avenue Victor Hugo 75016

Plus en détail

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année PALIER 2 CM2 La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié

Plus en détail

INTRANET: Pédagogie générale

INTRANET: Pédagogie générale INTRANET: Pédagogie générale Les objectifs généraux : trois axes fondamentaux et trois types d activités associées. Les outils : A. Le cahier d ordinateur. B. Le projet de classe. C. Les projets personnels.

Plus en détail

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10)

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) Le document ICH Q10 sur le

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Intervenir sur les interactions parents-enfants dans un contexte muséal scientifique

Intervenir sur les interactions parents-enfants dans un contexte muséal scientifique Intervenir sur les interactions parents-enfants dans un contexte muséal scientifique Rodica AILINCAI, doctorante, Laboratoire «Éducation et Apprentissages», Université Paris 5 René Descartes Annick WEIL-BARAIS,

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies - - - 1 - MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies Novembre 2011 1 - - - 2 - Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 4 Domaine

Plus en détail

Compte rendu de la formation

Compte rendu de la formation BILAN QUALITATIF ET QUANTITATIF 12 participants 18 heures de formation sur 3 jours 9 associations de 2 départements représentées (75 et 94) Evaluation orale et bilan individuel écrit effectuée en fin de

Plus en détail

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 1 LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le mémoire ne doit pas consister à reprendre tels quels des documents internes de l entreprise ou

Plus en détail

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie Partie I : Séries statistiques descriptives univariées (SSDU) A Introduction Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie et tous sont organisés selon le même

Plus en détail

M2 GST SPÉCIALITÉ CARTHAGÉO DESCRIPTIF DÉTAILLÉS DES ENSEIGNEMENTS

M2 GST SPÉCIALITÉ CARTHAGÉO DESCRIPTIF DÉTAILLÉS DES ENSEIGNEMENTS M2 GST SPÉCIALITÉ CARTHAGÉO DESCRIPTIF DÉTAILLÉS DES ENSEIGNEMENTS UE 1 : Tronc commun Carthagéo-Géoprisme Un certain nombre d enseignements de la formation professionnelle Carthagéo est mutualisée avec

Plus en détail

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1 Généralités, l'écoute active : présentation et techniques... 3 Introduction... 3 Plan... 3 La présentation de l'écoute active... 4 Définition... 4 Fondement... 4 Application... 4 de l'écoute active...

Plus en détail

Nom de l application

Nom de l application Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Direction Générale des Etudes Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Gafsa Département Technologies de l Informatique

Plus en détail

8 formations. carrément commerciales. Catalogue 2015

8 formations. carrément commerciales. Catalogue 2015 8 formations carrément commerciales Catalogue 2015 8 formations pour : vendre plus et mieux Vendre ses prestations intellectuelles page 4 La relation client dans la gestion de projet page 5 Apprendre à

Plus en détail

O b s e r v a t o i r e E V A P M. Taxonomie R. Gras - développée

O b s e r v a t o i r e E V A P M. Taxonomie R. Gras - développée O b s e r v a t o i r e E V A P M É q u i p e d e R e c h e r c h e a s s o c i é e à l ' I N R P Taxonomie R. Gras - développée Grille d'analyse des objectifs du domaine mathématique et de leurs relations

Plus en détail

LIVRE BLANC Décembre 2014

LIVRE BLANC Décembre 2014 PARSING MATCHING EQUALITY SEARCH LIVRE BLANC Décembre 2014 Introduction L analyse des tendances du marché de l emploi correspond à l évidence à une nécessité, surtout en période de tension comme depuis

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

Une démarche pédagogique pour l apprentissage de l algorithmique

Une démarche pédagogique pour l apprentissage de l algorithmique Une démarche pédagogique pour l apprentissage de l algorithmique Au moment où l enseignement d ISN connaît sa deuxième année de mise en œuvre sur le terrain, force est de constater que les ressources disponibles

Plus en détail

Contributions à l'apprentissage automatique de réseau de contraintes et à la constitution automatique de comportements sensorimoteurs en robotique.

Contributions à l'apprentissage automatique de réseau de contraintes et à la constitution automatique de comportements sensorimoteurs en robotique. Contributions à l'apprentissage automatique de réseau de contraintes et à la constitution automatique de comportements sensorimoteurs en robotique. Mathias PAULIN LIRMM (CNRS, Univ. Montpellier II) 161

Plus en détail

«L impact de l interculturel sur la négociation» construire des intérêts matériels ou des enjeux quantifiables

«L impact de l interculturel sur la négociation» construire des intérêts matériels ou des enjeux quantifiables Le Centre de Langues et de Traduction de l Université Libanaise vous invite à prendre part au colloque international : «L impact de l interculturel sur la négociation» qui se tiendra dans les locaux du

Plus en détail

S3CP. Socle commun de connaissances et de compétences professionnelles

S3CP. Socle commun de connaissances et de compétences professionnelles S3CP Socle commun de connaissances et de compétences professionnelles Référentiel Le présent socle décrit un ensemble de connaissances et compétences devant être apprécié dans un contexte professionnel.

Plus en détail

Introduction au développement du logiciel

Introduction au développement du logiciel Introduction au développement du logiciel Vers le génie logiciel Université de Nantes Master Miage M1 Plan 1 Introduction 2 Génie logiciel 3 Projet informatique 4 Méthode de développement 5 Qualité Bibliographie

Plus en détail

Jade. Projet Intelligence Artificielle «Devine à quoi je pense»

Jade. Projet Intelligence Artificielle «Devine à quoi je pense» Jade Projet Intelligence Artificielle «Devine à quoi je pense» Réalisé par Djénéba Djikiné, Alexandre Bernard et Julien Lafont EPSI CSII2-2011 TABLE DES MATIÈRES 1. Analyse du besoin a. Cahier des charges

Plus en détail