Évaluation de l'impact des crédits d'impôt à la R-D sur l'innovation : une étude micro-économétrique sur les entreprises canadiennes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Évaluation de l'impact des crédits d'impôt à la R-D sur l'innovation : une étude micro-économétrique sur les entreprises canadiennes"

Transcription

1 Direction générale de la recherche économique et de l analyse des politiques 18 mai 2011 Évaluation de l'impact des crédits d'impôt à la R-D sur l'innovation : une étude micro-économétrique sur les entreprises canadiennes Julio M. Rosa (Industrie Canada) Co-auteurs de l article : Dirk Czarnitzki (University of Leuven and ZEW), Petr Hanel (University of Sherbrooke). Mise en garde : les idées exprimées dans cette étude ne représentent pas le point de vue d Industrie Canada ou du Gouvernement du Canada. Les auteurs sont seuls responsables des erreurs contenues dans cette étude.

2 Contenu Objectif et justification La question de recherche Source des données et définitions Résultats Conclusion 1

3 Objectif et justification Le principal argument pour justifier les investissements publics en R-D L'idée sous-jacente des crédits d'impôt est d'encourager les entreprises privées à dépenser plus en R-D parce que le taux de rendement social de tels investissements dépassent les taux de rendement privé (retombées de la recherche/externalités). La théorie de la politique publique insiste sur la nécessité pour le gouvernement de fournir des incitations aux entreprises privées afin de compenser l'écart qui existe entre les rendements privés et les rendements sociaux de la R-D (échec/défaillance du marché) dans le but d assurer l effort socialement efficace de la R-D exécutée par le secteur privé. Consequences: La disponibilité des crédits d'impôt à la R-D augmente la probabilité que certaines entreprises qui n'auraient pas investi en R-D investissent. La disponibilité des crédits d'impôt à la R-D est susceptible d'augmenter non seulement le nombre d'investisseurs mais également les montants en R-D. 2

4 Objectif et justification Subventions directes et crédits d impôt en pourcentage des DIRDE 25 Le Canada a l'un des programmes de crédits d'impôt à la R-D parmi les plus généreux des pays les plus industrialisés L attrait le plus important des crédits d impôt pour les décideurs est que leur l administration n implique pas de décisions arbitraires quant à la répartition des dépenses fiscales entre les différentes industries, régions, puisque toutes les entreprises y sont éligibles etc. (moins de gestion et plus neutre) Canada Australia France Japon Hollande E.U. Crédits d'impôt R&D subventions directes à la R&D Total de l'aide publique à la R&D Source: Dalby, B. (2006) 3

5 La question de recherche Quels sont les répercussions des incitations fiscales sur la performance innovatrice de l entreprise? 1- Est-ce que les crédits d impôt améliorent le niveau d innovation des entreprises qui réclament ces incitations fiscales? Le niveau d innovation des entreprises = Première mondiale, première Canadienne et ventes provenant des nouveaux produits. 2- Est-ce que les crédits d impôt améliorent la performance des entreprises qui réclament ces incitations fiscales? La performance des entreprises= Rentabilité, la part de marché intérieur, la part de marché international, maintien de la part de marché face à la concurrence 4

6 La méthode d appariement (Matching method) La méthode d appariement est une technique d évaluation qui permet de traiter directement la question suivante (afin de corriger pour le biais de sélection non aléatoire): Comment se serait comportée une entreprise ayant reçu le crédit d impôt si elle ne l avait pas reçu? Le problème ici est qu en pratique pour une entreprise donnée on n observe pas cette situation simultanément. En d autres mots, il s agit de trouver un groupe d entreprises n ayant pas bénéficié des crédits d impôt de manière à ce qu elles ressemblent au groupe des bénéficiaires dans toutes les caractéristiques choisies par le processus de sélection (sauf pour le fait de recevoir le traitement). => (contrepartie des bénéficiaires) Si cette ressemblance est satisfaisante alors, l effet du crédit d impôt sera estimé par la différence entre la moyenne des résultats pour le groupe des bénéficiaires et leurs contreparties («counterfactual»). 5

7 La méthode d appariement (Matching method) Common support Références: Caliendo and Kopeinig (2008) and on Bryson, Dorsett and Purdon (2002) 6

8 Source de données et définitions Cette étude utilise les données canadiennes de l enquête sur l innovation 1999 menée par Statistique Canada. La population couvre toutes les entreprises simples et les entreprises provinciales multi-établissements d au moins 20 employés et de 250,000$ ou plus de revenu annuel. Le taux de réponse de l enquête fût de 95%. L échantillon initial de 5544 entreprises provinciales a été réduit à 4644 après l exclusion des entreprises de plus de 1500 employés. Le groupe des entreprises traitées/bénéficiaires contient le sous-échantillon des entreprises qui ont reçu un crédit d impôt et/ou une subvention à la R&D. 35% des entreprises manufacturières ont utilisé des crédits d impôt à la R&D entre 1997 et % des entreprises dans le secteur des industries de haute technologie ont utilisé des crédits d impôt à la R&D entre 1997 et % des entreprises dans le secteur des industries à faible technologie ont utilisé des crédits d impôt à la R&D entre 1997 et

9 Résultats (Estimation pour le score de propension) Modèle Probit sur les crédits d impôt Coefficient t-value LNEMP *** 5.78 RDDEP *** RDCONTR *** 9.37 NEWNT *** 3.45 EXPMT *** 5.21 PCM (lagged) ** 2.07 INDRD (lagged) *** 2.59 Constant term *** Log-Likelihood -2, McFadden R-squared Number of observations 4,644 La régression contrôle pour les 12 industries et les regroupements régionaux (nous ne présentons pas ces résultats). 8

10 Résultats (Échantillon complet) Pourcentages pour les résultats pertinents avant l appariement GVTTAX = 1 N 1 = 1,646 GVTTAX = 0 N 0 = 2,998 p-value of two-tailed t-test on mean Variable Mean Std. Err. Mean Std. Err. difference Covariates LNEMP p < RDDEP p < RDCONTR p < NEWNT p < EXPMT p < PCM (lagged) p < INDRD (lagged) p < Propensity Score p < Outcome variables RDCON p < NEWPROD p < NEWSALES p < WFIRST p < CAFIRST p <

11 Résultats (Échantillon complet) Pourcentages pour les résultats pertinents après l appariement GVTTAX = 1 N 1 = 1,473 GVTTAX = 0 N 0 = 1,473 p-value of twotailed t-test on Variable Mean Std. Err. Mean Std. Err. mean difference Covariates LNEMP p = RDDEP p = RDCONTR p = NEWNT p = EXPMT p = PCM (lagged) p = INDRD (lagged) p = Propensity Score p = Outcome variables RDCON p < NEWPROD p < NEWSALES p < WFIRST p < CAFIRST p < Taux d appariement 50% 10

12 Résultats (Sous-échantillon pour les firmes innovantes) Pourcentages pour les résultats pertinents avant l appariement GVTTAX = 1 N 1 = 1,576 GVTTAX = 0 N 0 = 2,269 p-value of twotailed t-test on Variable Mean Std. Err. Mean Std. Err. mean difference Covariates LNEMP p < RDDEP p < RDCONTR p < NEWNT p < EXPMT p < PCM (lagged) p < INDRD (lagged) p < Propensity Score p < Outcome variables RDCON p < NEWPROD p < NEWSALES p < WFIRST p < CAFIRST p < General performance variables Profitability p = Domestic market share p = Int'l market share p = Keep up with competitors p =

13 Résultats (Sous-échantillon pour les firmes innovantes) Pourcentages pour les résultats pertinents après l appariement GVTTAX = 1 N 1 = 1,384 GVTTAX = 0 N 0 = 1,384 p-value of twotailed t-test on Variable Mean Std. Err. Mean Std. Err. mean difference Covariates LNEMP p = RDDEP p = RDCONTR p = NEWNT p = EXPMT p = PCM p = INDRD p = Propensity Score p = Outcome variables RDCON p < NEWPROD p = NEWSALES p < WFIRST p < CAFIRST p <0.001 General performance variables Profitability p = Domestic market share p = Int'l market share p = Keep up with competitors p = Taux d appariement 60% 12

14 Conclusion En utilisant une approche non paramétrique d appariement dans le but de contrôler pour le biais de sélection, nous avons montré que les entreprises qui reçoivent des crédits d impôt comparativement à celles qui n en reçoivent pas : Font plus de R-D, Ont un pourcentage d innovations plus élevé en termes de nouveaux produits qui étaient une première mondiale ou une première au Canada, Ont un pourcentage plus élevé du nombre de nouveaux produits et des ventes de nouveaux produits. Cependant, les entreprises qui reçoivent les crédits d impôt ne performent pas mieux comparativement à celles qui n en reçoivent pas en termes de: Rentabilité, De part de marché intérieur et international, De capacité à maintenir leur position concurrentiel. 13

15 Conclusion (Futures directions de recherche) Il aurait été intéressant de tester l adoption conjointe de politiques incitatives en matière d innovation (crédits d impôt; subventions, R-D exécutée par les universités et le gouvernement, etc.), ce qui pourrait conduire à une meilleure performance en innovation que les politiques isolées (Complémentarités). Aussi, reproduire cette étude en faisant l hypothèse (simulation) de crédits d impôt incrémental et comparer l impact sur la performance (Avantage de divers instruments politiques d incitations à la R-D) Finalement, il serait intéressant de poursuivre la recherche en considérant les résultats pas seulement sur le basin des entreprises bénéficiaires, mais également en considérant les d externalités des connaissances (bénéfice social des politiques) 14

16 15

17 Annexe A - Source de données et définitions GVTTAX=1 si l entreprise a reçu un crédit d impôt à la R-D du gouvernement Fédéral ou Provincial (mesure l effet du traitement) LNEMP = Mesure le logarithme du nombre d employés en 1999 ( RDDEP = 1 si l entreprise avait son propre département de R-D. RDCONTR =1 si l entreprise a contracté une partie de sa R-D Variables NEWNT =1 si l entreprise cherche de nouveaux marchés ou des marchés spécialisés. EXPMT =1 si l entreprise est orientée vers les marchés d exportations. PCM(1997) = Marge unitaire sur coûts variables [Livraisons (Coûts salariaux+ Carburant et énergie + Matériaux)] / Livraisons INDRD(1997) = L intensité de la R-D ( Dépenses en R-D par dollar de vente et par industrie) PFCV =1 si l entreprise reçoit des capitaux à risque du gouvernement. RDCON= 1 si l entreprise a exécuté des activités de R-D Variables pour l originalité de l innovation (Créativité) NEWPROD = Nombre de produits nouveaux ou significativement améliorés (échelle de 0 à 6) NEWSALES = Mesure la part (en pourcentage) des ventes provenant de produits nouveaux (échelle de 0 à 6) WFIRST =1 si le produit ou procédé nouveau ou significativement amélioré était une première mondiale (échelle de 0 à 6) CAFIRST =1 si le produit ou procédé nouveau ou significativement amélioré était une première au Canada (échelle de 0 à 6) Variables pour les indicateurs de performance générale (Compétitivité) Profitability=1 si le répondant a indiqué être fortement d accord avec la proposition suivante : l impact des innovations récentes a augmenté la rentabilité de votre entreprise. Domestic market share =1 si le répondant a indiqué être fortement d accord avec la proposition suivante : l impact des innovations récentes a augmenté votre part de marché intérieur. Int l market share =1 si le répondant a indiqué être fortement d accord avec la proposition suivante : l impact des innovations récentes a augmenté votre part de marché international. Keeping up with competitors =1si le répondant a indiqué être fortement d accord avec la proposition suivante : l impact des innovations récentes a permis de maintenir votre part de marché par rapport à vos concurrents. 16

18 Annexe B Revue littéraire Study Data method Incremental ratio (average) Price Elasticity of R&D / Conclusion (ST=Short term LT=Long term) Mansfield, Switzer (1985) 55 Canadian companies representing 30% of Canadian R&D performers (Survey). Period 1980 to Bernstein (1986) (Structural model) 0.80 ST = / LT = Abt Associates (1996) 501 Canadian firms reported by Finance Canada for the period Lebeau (1996) Survey on Research and development in Canadian Industry (RDCI). Period 1977 to industries LT= Dagenais, Mohnen, Therrien (2004) Panel data of 434 firms and 4859 observations from the Standard and Poors Canadian Compustat. Period (Tobit type II) 0.98 to 1.04 Dependent on the use of the tax credit. ST = / LT = Russo (2004) Computable general equilibrium model (CGEM) - -Incremental R&D tax credits dominate comprehensive credits (level). -R&D tax credits produce relatively large increases in research effort and welfare Klassen and al. (2004) 287 Canadian Public companies (Compustat. Period WOLS - Canada 1.30 / U.S Parsons, Philips (2007) 501 Canadian firms reported by Finance Canada for the period 1994 Sensitivity analysis 0.7 to 1.1 Bérubé-Mohnen (2009) 2785 manufacturing plants that used R&D support programs. Innovation Survey 2005 STC. Period 2002 to Matching estimator - They found a positive effect on performance for firms that used both incentives (tax credits and subsidies) than their counterpart. Brouillette (2010) 230 Enterprises. Survey on Research and development in Canadian Industry (RDCI). Comparison of Alberta and British Colombia. Period 1997 to Natural experience (DIFF in DIFF estimator) - Overall, there are weak evidence that the introduction of the BC provincial R&D tax credit has not increased BERD in BC between and periods. Mohnen-Baghana (2010) Survey on Research and development (RDCI) + Annual Survey of Manufactures (ASM) + Administrative data from Revenu Québec. Period 1997 to observations. CES production function estimated by OLS and GMM - ST = / LT =

19 Annexe C- Algorithme pour la méthode d appariement Étape 1 Spécification du modèle Probit afin d obtenir le score de propension ˆP( X ). Étape 2 Étape 3 Étape 4 Étape 5 Étape 6 Étape 7 Restreindre l échantillon au support commun. Effacer toutes les observations des firmes bénéficiaires qui ont une probabilité plus grande que le maximum et plus petite que le minimum du groupe de contrôle. Choisir une observation dans le sous échantillon des firmes traitées et la supprimer du bassin. Calculer la distance Mahalanobis entre cette firme et toutes les firmes non-subventionnées afin de ' 1 trouver l observation de contrôle la plus similaire. MD = ij ( Z Z j i) Ω ( Z Z j i) ou Ω est la matrice variance-covariance des arguments appariés basés sur l échantillon de contrôle. Ce critère permet de choisir une firme lorsqu il y a plusieurs candidats potentiels dans le groupe de contrôle. Dans cette étude, nous limitons le groupe de contrôle selon le critère du plus proche voisin actif dans la même industrie en sélectionnant l observation avec la distance minimale de l échantillon restant (échantillon avec remise). Répéter les étapes 3 à 5 pour toutes les firmes subventionnées. En utilisant le groupe d appariement de comparaison, l effet moyen sur les bénéficiaires peut ainsi être calculé comme la différence moyenne de l échantillon appareillé. 1 T α ˆ = Y T n TT i i avec i i Y C C Y comme étant le témoin pour i et n T étant la taille de l échantillon (de frimes traitées). i 18

20 Annexe D- Les dichotomiques provinciales Les incitations pour les crédits d impôt diffèrent d une province à l autre. Les dichotomiques provinciales ont été faites sur base de l indice (B) développé par Warda (1999) qui permet de comparer les différences de taxations entre les provinces canadiennes. Nous pouvons sur cette base regrouper les provinces qui ont des indices B similaires. Regroupement provincial dans le cadre de cette étude: Group 1 =1 si Alberta et l Île-du-Prince-Édouard Group 2 =1 si Colombie-Britannique; Nouveau Brunswick;Territoires du nord Group 3 =1 si Terre-Neuve, Saskatchewan, Manitoba et Nouvelle-Écosse Group 4 =1 si Ontario Group 5 =1 si Québec 19

21 Annexe E- La méthode d appariement (Avantages/inconvénients) Les principaux avantages de cette méthode Elle est basée sur des caractéristiques observables pour estimer le traitement moyen sur les firmes traitées. Elle met l emphase sur la question du support commun. Elle ne requiert pas d hypothèses sur la forme fonctionnelle du modèle ni sur l estimateur (méthode non paramétrique) Le principal inconvénient de cette méthode Cette méthode ne contrôle pas pour les facteurs non observés. Le biais de sélection ne peut s éliminer qu à partir des variables disponibles de contrôle. 20

22 Annexe F - Références Berstein, J.I. (1986). The effect of Direct and Indirect Tax Intencives on Canadian Industrial R&D Expenditures. Canadian Public Policy 12(3), p Bérubé, C. Mohnen, P. (2009). Are Firms that Receive R&D subsidies more Innovative? Canadian Journal of Economics 42(1), p Brouillette, D.(2010). An Introduction to Treatment Effect Estimation: The Case of Business R&D Expenditures. Industry Canada Dagenais, M. Mohnen, P. and Therrien, P. (2004). Les firmes canadiennes répondent-elles aux incitations fiscales à la recherche et développement? Actualité économique 80(2/3), p Dahlby, B. (2005). A Framework for Evaluating Provincial R&D Tax Subsidies. Canadian Public Policy 31(1), p Hanel, P. (2003). Impact of Government Support Programs on Innovation by Canadian Manufacturing Firms. CIRST, cahier de recherche , Montréal Klassen,K., Jeffrey, A., Pittman, A., Margaret P. Reed. (2004). A Cross-National Comparison of R&D Expenditures Decisions: Tax Incentives and Financial Constraints. Contemporary Accounting Research 21(3), p Lebeau, D. (1996). Les mesures Fiscales d aide à la R-D et les Entreprises Québécoises. Conseil de la Science et de la Technologie, Gouvernement du Quebec (Octobre) Mansfield, E. Switzer, l. (1985). The Effects of R&D Tax Credits and Allowances in Canada. Research Policy 14, p Mohnen, P. Baghana, R. (2010). Effectiveness of R&D Tax Incentives in Small and Large Enterprises in Québec. Small Business Economics 33(1), p Parsons, M., Philips, N. (2007). An Evaluation of the Federal Tax Credit for Scientific Research and Experimental Development. Department of Finance, September Russo, B. (2004). A cost-benefit analysis of R&D tax incentives. Canadian Journal of Economics 37(2), p

Direction générale de la recherche économique et de l analyse des politiques 18 mai 2011

Direction générale de la recherche économique et de l analyse des politiques 18 mai 2011 Direction générale de la recherche économique et de l analyse des politiques 18 mai 2011 Utilisation d une expérience naturelle pour estimer l impact du crédit d impôt à la R-D sur les dépenses en R-D

Plus en détail

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations prébudgétaires provinciales 2008-2009 Conseil du patronat

Plus en détail

Déficit de l innovation, une des principales causes de la faible croissance de productivité au Canada. Petr Hanel Université de Sherbrooke

Déficit de l innovation, une des principales causes de la faible croissance de productivité au Canada. Petr Hanel Université de Sherbrooke Déficit de l innovation, une des principales causes de la faible croissance de productivité au Canada Petr Hanel Université de Sherbrooke 2 Pourquoi s intéresser à la productivité? Niveau de vie: PIBréel/Pop

Plus en détail

Des mesures fiscales visant à redresser l'investissement privé : Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances

Des mesures fiscales visant à redresser l'investissement privé : Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances Des mesures fiscales visant à redresser l'investissement privé : Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec et au ministre des Finances du Canada, lors

Plus en détail

Dépenses en infrastructures publiques et externalités positives. Luc Savard Professeur d économie Directeur du GREDI Faculté d administration

Dépenses en infrastructures publiques et externalités positives. Luc Savard Professeur d économie Directeur du GREDI Faculté d administration 1 Dépenses en infrastructures publiques et externalités positives Luc Savard Professeur d économie Directeur du GREDI Faculté d administration 2 Les infrastructure dans l économie Depuis plusieurs années,

Plus en détail

Argumentaire économique pour un régime public universel d assurance médicaments

Argumentaire économique pour un régime public universel d assurance médicaments Argumentaire économique pour un régime public universel d assurance médicaments Journée d étude de l Union des consommateurs sur le contrôle du coût des médicaments, UQAM, 21 octobre 2010. Par Marc-André

Plus en détail

Redevances minières : trouver l équilibre

Redevances minières : trouver l équilibre Redevances minières : trouver l équilibre Nochane Rousseau Associé Leader, secteur minier, Québec 38 e congrès de l Association des économistes du Québec Le 23 mai 2013 Ordre du jour Introduction La fiscalité

Plus en détail

LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU

LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU RÉSUMÉ Une étude de Tristat Resources commandée par l Institut Broadbent démontre que la majorité des

Plus en détail

Rapport sur la méthodologie

Rapport sur la méthodologie Sondage des votants et des non-votants 2002 Rapport sur la méthodologie Établi pour : Élections Canada Date : Juin 2002 Centre de recherche Décima, 2002 Table des matières Introduction...1 Méthodologie

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

Inférence Causale et Evaluation d Impact. Eric Mvukiyehe Banque Mondiale / DIME Istanbul, Mai 11, 2015

Inférence Causale et Evaluation d Impact. Eric Mvukiyehe Banque Mondiale / DIME Istanbul, Mai 11, 2015 Inférence Causale et Evaluation d Impact Eric Mvukiyehe Banque Mondiale / DIME Istanbul, Mai 11, 2015 Inférence Causale et Evaluation d Impact Les politiques de dévelopment géneralement invoquent les questions

Plus en détail

PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015. novembre 2014

PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015. novembre 2014 PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015 novembre 2014 4. COMPARAISON DES TAUX D INDEXATION DES RÉGIMES D IMPOSITION QUÉBÉCOIS, FÉDÉRAL ET PROVINCIAUX En 2015,

Plus en détail

Les mesures d'aide fiscale à la R-D et les entreprises québécoises

Les mesures d'aide fiscale à la R-D et les entreprises québécoises Les mesures d'aide fiscale à la R-D et les entreprises québécoises par Daniel Lebeau Économiste et agent de recherche au Conseil de la science et de la technologie Octobre 1996 Nous remercions Marcel Dagenais

Plus en détail

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS PRB 05-107F FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS Alexandre Laurin Division de l économie Le 15 février 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION

Plus en détail

Choix concurrentiels 2014 Rapport spécial Pleins feux sur la fiscalité

Choix concurrentiels 2014 Rapport spécial Pleins feux sur la fiscalité Choix concurrentiels 2014 Rapport spécial Pleins feux sur la fiscalité Le rapport Pleins feux sur la fiscalité est un supplément à l édition 2014 de l étude Choix concurrentiels, rapport mondial publié

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada

Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada Juin 2012 D r Graham Dickson Université Royal Roads D r Ronald Lindstrom Université Royal Roads D r Charlyn

Plus en détail

L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire

L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire Conseil National du Commerce Extérieur L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire Anticiper Partager Agir 2005 www.cnce.org.ma CHAPITRE I : Sommaire LES INDICATEURS DE

Plus en détail

Tour d horizon et rapport sur les tendances de l industrie

Tour d horizon et rapport sur les tendances de l industrie Tour d horizon et rapport sur les tendances de l industrie Vue d ensemble de l atelier Qui nous sommes et nos qualifications en animation d atelier Définir les commandites et la philanthropie Tendances

Plus en détail

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Des milieux de travail équitables, sécuritaires et productifs Travail Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Division de l information et de la recherche sur les milieux de travail

Plus en détail

Canada-Arabie saoudite

Canada-Arabie saoudite Canada-Arabie saoudite Publication n o 214-14-F Le 19 janvier 215 Alexandre Gauthier Division de l économie, des ressources et des affaires internationales Service d information et de recherche parlementaires

Plus en détail

Document de travail. Division des sciences, de l'innovation et de l'information électronique

Document de travail. Division des sciences, de l'innovation et de l'information électronique N o 88F0006XIF au catalogue N o 022 ISSN: 1706-8975 ISBN: 0-662-78616-5 Document de travail Division des sciences, de l'innovation et de l'information électronique Caractéristiques des petites entreprises

Plus en détail

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate.

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate. Stéphane Lefebvre CAE s Chief Financial Officer CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate Montreal, Canada, February 27, 2014 Monsieur le ministre Lebel, Mesdames et messieurs,

Plus en détail

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES Compte rendu des décisions de la réunion de la TNMP à Québec (les 20 et 21 novembre 2003) : Les Parties ont présenté un

Plus en détail

Exploitation du gaz naturel au Québec

Exploitation du gaz naturel au Québec Exploitation du gaz naturel au Québec Présentation au Bureau d audiences publiques sur l environnement Le 12 octobre 2010 L:\SPBE\Commun\Presentations_PowerPoint\2009 1 Exploitation du gaz naturel au Québec

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

1 La prospérité économique et le défi de la productivité

1 La prospérité économique et le défi de la productivité ISSN 178-918 Volume 1, numéro 6 27 février 2 Productivité du travail au Une faible croissance qui nuit à la prospérité des Québécois Sommaire 1. La prospérité économique future du dépendra en grande partie

Plus en détail

Investir dans l avenir : le financement des infrastructures municipales

Investir dans l avenir : le financement des infrastructures municipales Investir dans l avenir : le financement des infrastructures municipales Financement municipal : prendre l équité au sérieux Congrès de 2015 de la Fédération canadienne des municipalités Edmonton (Alberta),

Plus en détail

Session B2: Assurance

Session B2: Assurance 33 èmes Journées des Économistes de la Santé Français 1 er et 2 décembre 2011 Session B2: Assurance Auteurs: Sophie Guthmuller et Jérôme Wittwer, Université Paris-Dauphine Référé: Aurore Pélissier, CERDI,

Plus en détail

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Consultation du Groupe conseil sur l actualisation de la Stratégie québécoise de la recherche et de l innovation 8 septembre 2009 Préambule

Plus en détail

Les agriculteurs seront forcés d absorber entièrement le coût de la taxe sur le carbone car le marché dicte le prix de leurs produits; ils ne peuvent

Les agriculteurs seront forcés d absorber entièrement le coût de la taxe sur le carbone car le marché dicte le prix de leurs produits; ils ne peuvent Tournant vert Le Parti libéral du Canada a publié récemment de l information plus détaillée sur son plan pour un Tournant vert. La Fédération canadienne de l agriculture (FCA) constate avec plaisir que

Plus en détail

Annexe technique à la Note Économique

Annexe technique à la Note Économique Annexe technique à la Note Économique «Les effets pervers des taxes sur le tabac, l alcool et le jeu» publiée par l Institut économique de Montréal le 22 janvier 2014 Dans le cadre de la publication d

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO Auteur Baguinébié Bazongo 1 Ingénieur Statisticien Economiste Chef de l Unité de recherche à l Institut national

Plus en détail

L éducation au Québec : L état de la situation

L éducation au Québec : L état de la situation Préscolaire Primaire Secondaire Collégial Universitaire 43101 45 509 93969 68 331 110 297 151 845 241019 251 612 240 980 251 237 L éducation au Québec : L état de la situation L éducation est un des sujets

Plus en détail

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances Consultation pré-budgétaire Préparé à l attention du ministre des Finances Saint-Antoine, Nouveau-Brunswick Octobre 2009 Les priorités du CÉNB : - le Plan d action pour l autosuffisance du nord du Nouveau-Brunswick;

Plus en détail

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Présentation dans le cadre des consultations prébudgétaires du ministre des Finances du Québec portant sur le budget 2004-2005

Plus en détail

Encourager le développement des compétences dans les petites et moyennes entreprises

Encourager le développement des compétences dans les petites et moyennes entreprises Encourager le développement des compétences dans les petites et moyennes entreprises Jean-Pierre Voyer, SRSA Table ronde Canada-Québec sur les PME et le développement des compétences, Montréal, 24 février

Plus en détail

Le Parti libéral du Canada. États financiers cumulés 31 décembre 2010

Le Parti libéral du Canada. États financiers cumulés 31 décembre 2010 États financiers cumulés Le 23 juin 2011 PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l. Comptables agréés 99, rue Bank, Bureau 800 Ottawa, Ontario Canada K1P 1E4 Téléphone +1 613 237 3702 Télécopieur +1

Plus en détail

Québec, 22 octobre 2015

Québec, 22 octobre 2015 Québec, 22 octobre 2015 Un contexte propice à une réforme fiscale Le contexte économique et fiscal La croissance économique potentielle est appelée à être plus modeste (Pourcentage de croissance du PIB)

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

L impôt des sociétés. Les différentes sortes de sociétés. Types de revenus. Calcul de l impôt fédéral

L impôt des sociétés. Les différentes sortes de sociétés. Types de revenus. Calcul de l impôt fédéral L impôt des sociétés Calcul de l impôt fédéral Les différentes sortes de sociétés La société publique; La société privée; La société privée sous contrôle canadien (SPCC) Préparé par Guy Grégoire Hiver

Plus en détail

Comment mesurer l'impact du commerce international sur le marché du travail des industries canadiennes?

Comment mesurer l'impact du commerce international sur le marché du travail des industries canadiennes? Comment mesurer l'impact du commerce international sur le marché du travail des industries canadiennes? Introduction En 2008, une majorité de répondants de 12 pays de l OCDE associe une croissance trop

Plus en détail

Enquête sur l'innovation et les stratégies d'entreprise, 2012 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le vendredi 28 mars 2014

Enquête sur l'innovation et les stratégies d'entreprise, 2012 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le vendredi 28 mars 2014 Enquête sur l'innovation et les stratégies d'entreprise, 2012 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le vendredi 28 mars 2014 Stratégies d'entreprise En 2012, 87,8 % des entreprises ont principalement

Plus en détail

Les programmes d aide financière pour l industrie

Les programmes d aide financière pour l industrie Les programmes d aide financière pour l industrie Séminaire sur les extractibles forestiers des opportunités novatrices pour l industrie 15 et 16 mars 2011 Mélanie Turgeon, chimiste M.Sc. Ministère des

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises

Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises Montréal Québec Toronto Ottawa Edmonton Philadelphie Denver Tampa Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises 13574-008 Novembre 2009 www.legermarketing.com

Plus en détail

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Enquête sur l industrie des ser vices de taxi et de services limousine Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Concepts Énoncé de la qualité des données Enquête unifiée

Plus en détail

Normes environnementales : leviers de la compétitivité? Stefan Ambec

Normes environnementales : leviers de la compétitivité? Stefan Ambec Normes s : leviers de la compétitivité? Stefan Ambec Toulouse School of Economics (INRA-LERNA-IDEI) Auteur Introduction Le contrôle de la pollution est perçu en économie comme un coût, un fardeau pour

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

Perspectives économiques et financières 2014

Perspectives économiques et financières 2014 Banque Nationale au 1155 Metcalfe, Montréal Perspectives économiques et financières 2014 Cercle finance du Québec Le 16 janvier 2014 Stéfane Marion Économiste et stratège en chef 1 Perspective sur la croissance

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

Observation statistique

Observation statistique 2. APERÇU DES RÉSULTATS DU RENDEMENT Observation statistique s. Les résultats présentés dans ce rapport sont fondés sur des échantillons. Des échantillons distincts ont été sélectionnés pour chaque instance

Plus en détail

Programme d aide aux associations sectorielles. Un programme à l écoute FONDS DE LA MUSIQUE DU CANADA

Programme d aide aux associations sectorielles. Un programme à l écoute FONDS DE LA MUSIQUE DU CANADA Programme d aide aux associations sectorielles Un programme à l écoute FONDS DE LA MUSIQUE DU CANADA Rapport annuel 2004-2005 Des exemplaires de ce document sont disponibles auprès du : Ministère du Patrimoine

Plus en détail

Cessation d emploi et protection d assurance collective

Cessation d emploi et protection d assurance collective SOINS MÉDICAUX ET SOINS DENTAIRES / INVALIDITÉ, VIE ET MMA 14-11 Cessation d emploi et protection d assurance collective Le présent bulletin est une mise à jour du numéro 07-02 de l Info- Collective. Parmi

Plus en détail

Table des matières. Page

Table des matières. Page Enquête salariale Table des matières Contexte et objectifs.... 2 Méthodologie. 3 Sommaire exécutif...... 4 Résultats détaillés... 10 Rémunération globale selon la fonction occupée 11 Rémunération globale

Plus en détail

Québec objectif emploi

Québec objectif emploi Québec objectif emploi Vers une économie d avant-garde Réforme de la fiscalité des entreprises Gouvernement du Québec Ministère des Finances Une stratégie de développement économique créatrice d emplois

Plus en détail

Budget provincial 2015

Budget provincial 2015 Budget provincial 2015 Le 26 mars 2015, le gouvernement du Québec a déposé son budget 2015-2016. Parmi les nouvelles mesures annoncées, certaines pourraient avoir un impact sur les membres de l Association

Plus en détail

La sécurité économique : Caractéristiques des dépenses

La sécurité économique : Caractéristiques des dépenses La sécurité économique : Caractéristiques des dépenses Cette fiche de données sur la sécurité économique analyse les caractéristiques des dépenses au Canada en examinant les aspects suivants : - Les dépenses

Plus en détail

Mise à l essai des stratégies de collecte pour les enquêtes en ligne fondées sur l autodéclaration

Mise à l essai des stratégies de collecte pour les enquêtes en ligne fondées sur l autodéclaration Recueil du Symposium 2014 de Statistique Canada Au-delà des méthodes traditionnelles d enquêtes : l adaptation à un monde en évolution Mise à l essai des stratégies de collecte pour les enquêtes en ligne

Plus en détail

Les programmes d aide financière pour l industrie

Les programmes d aide financière pour l industrie Les programmes d aide financière pour l industrie Séminaire sur la transformation des bois résineux au Québec Défis, stratégies et innovations 28 et 29 septembre 2010 Véronique Gilbert, ing. Ministère

Plus en détail

L approche de régression par discontinuité. Thomas Lemieux, UBC Atelier de formation du Congrès de l ASDEQ Le 18 mai 2011

L approche de régression par discontinuité. Thomas Lemieux, UBC Atelier de formation du Congrès de l ASDEQ Le 18 mai 2011 L approche de régression par discontinuité Thomas Lemieux, UBC Atelier de formation du Congrès de l ASDEQ Le 18 mai 2011 Plan de la présentation L approche de régression par discontinuité (RD) Historique

Plus en détail

Observations aux fins du budget fédéral 2015

Observations aux fins du budget fédéral 2015 Le 6 août 2014 Comité permanent des finances de la Chambre des communes finapbc-cpb@parl.gc.ca Observations aux fins du budget fédéral 2015 Résumé Nous vous remercions de nous permettre de vous faire connaître

Plus en détail

Jeux de hasard juillet 2009

Jeux de hasard juillet 2009 juillet 2009 Les recettes nettes tirées des loteries, des appareils de loterie vidéo (ALV), des casinos et des machines à sous à l extérieur des casinos gérés par l État ont augmenté de façon soutenue,

Plus en détail

Le cadre itératif de la recherche collaborative est une approche concertée qui fait grandement appel aux intervenants

Le cadre itératif de la recherche collaborative est une approche concertée qui fait grandement appel aux intervenants Contexte À mesure que la concurrence s intensifie à l échelle mondiale, l innovation en matière de logistique* pour les manufacturiers canadiens s étend du niveau de à la chaîne d approvisionnement. Pour

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Tendances des négociations collectives au Canada, 1984-2014

Tendances des négociations collectives au Canada, 1984-2014 Tendances des négociations collectives au Canada, 19-1 Introduction Ce rapport présente certaines des principales tendances observées au cours des trois dernières décennies dans les négociations collectives

Plus en détail

Against the government s intention to increase the royalties paid by mining companies.

Against the government s intention to increase the royalties paid by mining companies. PRESS RELEASE For immediate release Regional mobilization Against the government s intention to increase the royalties paid by mining companies. Rouyn-Noranda, March 13, 2013- Since the decisions to be

Plus en détail

GESTION DES PROGRAMMES D INVESTISSEMENT EN CAPITAL

GESTION DES PROGRAMMES D INVESTISSEMENT EN CAPITAL GESTION DES PROGRAMMES D INVESTISSEMENT EN CAPITAL BPR-Bechtel dispense les meilleurs services d ingénierie d usine auprès des industries lourdes et favorise une relation à long terme basée sur la confiance,

Plus en détail

La méthode de régression par discontinuité et l évaluation des politiques de l emploi

La méthode de régression par discontinuité et l évaluation des politiques de l emploi La méthode de régression par discontinuité et l évaluation des politiques de l emploi Thomas Lemieux University of British Columbia Le 24 novembre 2009 Plan de la présentation La méthode de régression

Plus en détail

L innovation dans les entreprises : moteurs, moyens, enjeux

L innovation dans les entreprises : moteurs, moyens, enjeux Un premier Atelier de la compétitivité, organisé en mai dernier, a proposé un dialogue entre chercheurs, chefs d entreprises et hauts fonctionnaires sur les enjeux de l innovation. Il a été organisé à

Plus en détail

La famille au cœur fiscales récentes

La famille au cœur fiscales récentes La famille au cœur des modifications fiscales récentes Par M. Brian Girard, Sous-ministre adjoint au ministère des Finances Le 6 novembre 2008 Dans le cadre du colloque organisé par la Chaire de recherche

Plus en détail

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Octobre 2013 Bureau du contrôleur général Pourquoi est-ce important? Les Canadiens s attendent

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

Secrets de la réussite des PME

Secrets de la réussite des PME Secrets de la réussite des PME Avril 2015 Si vous êtes l un des nombreux propriétaires de PME qui cherchent des façons d accroître leur profit, le moment est peut-être idéal pour croître. Un récent sondage

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET SONDAGE AUPRÈS DES DEMANDEURS DÉVELOPPEMENT EXPÉRIMENTAL. Juin 1996

RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET SONDAGE AUPRÈS DES DEMANDEURS DÉVELOPPEMENT EXPÉRIMENTAL. Juin 1996 RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DÉVELOPPEMENT EXPÉRIMENTAL SONDAGE AUPRÈS DES DEMANDEURS Juin 1996 Rapport préparé par ABT Associates of Canada pour le ministère des Finances et Revenu Canada RECHERCHE SCIENTIFIQUE

Plus en détail

Crédit Bureaux. des PME. Alger, le 12 mars 2009 Margherita GALLARELLO

Crédit Bureaux. des PME. Alger, le 12 mars 2009 Margherita GALLARELLO Le rôle des Crédit Bureaux pour l accès au crédit des PME 2009 Agenda L activité des Crédit Bureaux Sujets critiques pour les PME Crédit Bureaux: quels avantages pour les PME? Exemple d évaluation Conclusion

Plus en détail

Statistique Canada Centre canadien de la statistique juridique ENQUÊTE SUR L AIDE JURIDIQUE 2006-2007 OBJECT DE L ENQUÊTE SUR L AIDE JURIDIQUE

Statistique Canada Centre canadien de la statistique juridique ENQUÊTE SUR L AIDE JURIDIQUE 2006-2007 OBJECT DE L ENQUÊTE SUR L AIDE JURIDIQUE Statistique Canada Centre canadien de la statistique juridique ENQUÊTE SUR L AIDE JURIDIQUE 26-27 Loi sur la statistique, L.R.C. 1985, c. S19 Confidentiel une fois rempli STC/CCJ-16-614; CCJS/55452-3 OBJECT

Plus en détail

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Janvier 2008 Livret des rapports Communiquez efficacement vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Rapport Illustration hypothétique 4 Sommaire

Plus en détail

Religion évolution de la pratique religieuse au Canada

Religion évolution de la pratique religieuse au Canada Religion évolution de la pratique religieuse au Canada par Warren Clark Dans presque toutes les provinces, il y a des foyers où la participation aux services religieux est élevée En 1946, environ 67 %

Plus en détail

Contenu, collecte, qualité et diffusion

Contenu, collecte, qualité et diffusion Enquête nationale auprès des ménages Enquête nationale auprès des ménages (ENM) Contenu, collecte, qualité et diffusion Octobre 2012 Aperçu de la présentation Contexte de l'enquête nationale auprès des

Plus en détail

L innovation dans le secteur de la fabrication au Québec entre 2010 et 2012 INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION

L innovation dans le secteur de la fabrication au Québec entre 2010 et 2012 INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION L innovation dans le secteur de la fabrication au Québec entre 2010 et 2012 Rapport d enquête Pour tout renseignement concernant

Plus en détail

DONS D'ASSURANCE VIE

DONS D'ASSURANCE VIE DONS D'ASSURANCE VIE Il est intéressant de donner par le biais d une assurance vie car ainsi, pour un coût modeste, on peut faire un don ultérieur substantiel. Plusieurs options sont envisageables : 1

Plus en détail

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015 PRÉSENTATION L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation Sophie Vincent, Spécialiste en recherche consommateurs et évaluation sensorielle 22 janvier 2015 CINTECH

Plus en détail

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 WWW.CROP.CA Le Protocole CROP de calibration des panels en ligne

Plus en détail

Les activités d innovation des entreprises wallonnes

Les activités d innovation des entreprises wallonnes Les activités d innovation des entreprises wallonnes 1. Introduction L enquête «Community Innovation Survey» ( CIS ) a pour objectif de fournir des informations concernant les activités d innovation au

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Table des cas d entreprise et enquêtes. Avant-propos Nos choix d adaptation Visite guidée La 4 e édition Remerciements

Table des cas d entreprise et enquêtes. Avant-propos Nos choix d adaptation Visite guidée La 4 e édition Remerciements Table des matières Table des cas d entreprise et enquêtes Avant-propos Nos choix d adaptation Visite guidée La 4 e édition Remerciements xiii xiii xiv xv xv Première partie Les fondements de la comptabilité

Plus en détail

Josée St-Pierre, Ph.D. Directrice

Josée St-Pierre, Ph.D. Directrice Éditorial La mondialisation des marchés, la réduction de la durée de vie des produits et la compétition accrue entre petites et grandes organisations sont des facteurs qui incitent les entreprises à se

Plus en détail

Les investissements municipaux au titre de la culture de cinq grandes villes du Canada : Sommaire

Les investissements municipaux au titre de la culture de cinq grandes villes du Canada : Sommaire Les investissements municipaux au titre de la culture de cinq grandes villes du Canada : Sommaire Étude préparée pour les villes de Vancouver, Calgary, Toronto, Ottawa et Montréal Par Kelly Hill, Hill

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur RÉSUMÉ DE RECHERCHE Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur Fondé sur un rapport de recherche réalisé

Plus en détail

UK Trade & Investment

UK Trade & Investment UK Trade & Investment Présentation avril 2011 Le Royaume-Uni et l Irlande à votre portée Un excellent dossier pour attirer les investissements directs à l'étranger Le «stock» cumulatif des IDE du R.-U.

Plus en détail

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 Réflexions méthodologiques Depuis des années,

Plus en détail

Historique de l Enquête sur les avortements thérapeutiques

Historique de l Enquête sur les avortements thérapeutiques Historique de l Enquête sur les avortements thérapeutiques Avant 1969 Le Bureau fédéral de la statistique 1 (appelé aujourd hui Statistique Canada) recueillait des données sur les avortements en provenance

Plus en détail

RÉGIME ENREGISTRÉ D ÉPARGNE-ÉTUDES

RÉGIME ENREGISTRÉ D ÉPARGNE-ÉTUDES RÉGIME ENREGISTRÉ D ÉPARGNE-ÉTUDES Table des matières. les frais d études EN 2030, UNE RÉALITÉ FRAPPANTE 2 2. Des subventions attrayantes canadienne pour l épargne-études (SCEE) 4 Bon d études canadien

Plus en détail

Programmes de soutien de la R. et D. et à l'innovation au Canada Québec 2013

Programmes de soutien de la R. et D. et à l'innovation au Canada Québec 2013 Programmes de soutien de la R. et D. et à l'innovation au Canada Québec 2013 Les activités soutenues sont notamment (1) : Type d'activité Programmes du Québec Résumé des activités admissibles Crédits d'impôt

Plus en détail

Rapport sur la rémunération des cadres de direction du secteur public : année scolaire 2012/2013 Conseil scolaire francophone District scolaire n o 93

Rapport sur la rémunération des cadres de direction du secteur public : année scolaire 2012/2013 Conseil scolaire francophone District scolaire n o 93 Rapport sur la rémunération des cadres de direction du secteur public : année scolaire 2012/2013 Conseil scolaire francophone District scolaire n o 93 Le conseil d administration (CA) favorise et adopte

Plus en détail