Évaluation de l'impact des crédits d'impôt à la R-D sur l'innovation : une étude micro-économétrique sur les entreprises canadiennes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Évaluation de l'impact des crédits d'impôt à la R-D sur l'innovation : une étude micro-économétrique sur les entreprises canadiennes"

Transcription

1 Direction générale de la recherche économique et de l analyse des politiques 18 mai 2011 Évaluation de l'impact des crédits d'impôt à la R-D sur l'innovation : une étude micro-économétrique sur les entreprises canadiennes Julio M. Rosa (Industrie Canada) Co-auteurs de l article : Dirk Czarnitzki (University of Leuven and ZEW), Petr Hanel (University of Sherbrooke). Mise en garde : les idées exprimées dans cette étude ne représentent pas le point de vue d Industrie Canada ou du Gouvernement du Canada. Les auteurs sont seuls responsables des erreurs contenues dans cette étude.

2 Contenu Objectif et justification La question de recherche Source des données et définitions Résultats Conclusion 1

3 Objectif et justification Le principal argument pour justifier les investissements publics en R-D L'idée sous-jacente des crédits d'impôt est d'encourager les entreprises privées à dépenser plus en R-D parce que le taux de rendement social de tels investissements dépassent les taux de rendement privé (retombées de la recherche/externalités). La théorie de la politique publique insiste sur la nécessité pour le gouvernement de fournir des incitations aux entreprises privées afin de compenser l'écart qui existe entre les rendements privés et les rendements sociaux de la R-D (échec/défaillance du marché) dans le but d assurer l effort socialement efficace de la R-D exécutée par le secteur privé. Consequences: La disponibilité des crédits d'impôt à la R-D augmente la probabilité que certaines entreprises qui n'auraient pas investi en R-D investissent. La disponibilité des crédits d'impôt à la R-D est susceptible d'augmenter non seulement le nombre d'investisseurs mais également les montants en R-D. 2

4 Objectif et justification Subventions directes et crédits d impôt en pourcentage des DIRDE 25 Le Canada a l'un des programmes de crédits d'impôt à la R-D parmi les plus généreux des pays les plus industrialisés L attrait le plus important des crédits d impôt pour les décideurs est que leur l administration n implique pas de décisions arbitraires quant à la répartition des dépenses fiscales entre les différentes industries, régions, puisque toutes les entreprises y sont éligibles etc. (moins de gestion et plus neutre) Canada Australia France Japon Hollande E.U. Crédits d'impôt R&D subventions directes à la R&D Total de l'aide publique à la R&D Source: Dalby, B. (2006) 3

5 La question de recherche Quels sont les répercussions des incitations fiscales sur la performance innovatrice de l entreprise? 1- Est-ce que les crédits d impôt améliorent le niveau d innovation des entreprises qui réclament ces incitations fiscales? Le niveau d innovation des entreprises = Première mondiale, première Canadienne et ventes provenant des nouveaux produits. 2- Est-ce que les crédits d impôt améliorent la performance des entreprises qui réclament ces incitations fiscales? La performance des entreprises= Rentabilité, la part de marché intérieur, la part de marché international, maintien de la part de marché face à la concurrence 4

6 La méthode d appariement (Matching method) La méthode d appariement est une technique d évaluation qui permet de traiter directement la question suivante (afin de corriger pour le biais de sélection non aléatoire): Comment se serait comportée une entreprise ayant reçu le crédit d impôt si elle ne l avait pas reçu? Le problème ici est qu en pratique pour une entreprise donnée on n observe pas cette situation simultanément. En d autres mots, il s agit de trouver un groupe d entreprises n ayant pas bénéficié des crédits d impôt de manière à ce qu elles ressemblent au groupe des bénéficiaires dans toutes les caractéristiques choisies par le processus de sélection (sauf pour le fait de recevoir le traitement). => (contrepartie des bénéficiaires) Si cette ressemblance est satisfaisante alors, l effet du crédit d impôt sera estimé par la différence entre la moyenne des résultats pour le groupe des bénéficiaires et leurs contreparties («counterfactual»). 5

7 La méthode d appariement (Matching method) Common support Références: Caliendo and Kopeinig (2008) and on Bryson, Dorsett and Purdon (2002) 6

8 Source de données et définitions Cette étude utilise les données canadiennes de l enquête sur l innovation 1999 menée par Statistique Canada. La population couvre toutes les entreprises simples et les entreprises provinciales multi-établissements d au moins 20 employés et de 250,000$ ou plus de revenu annuel. Le taux de réponse de l enquête fût de 95%. L échantillon initial de 5544 entreprises provinciales a été réduit à 4644 après l exclusion des entreprises de plus de 1500 employés. Le groupe des entreprises traitées/bénéficiaires contient le sous-échantillon des entreprises qui ont reçu un crédit d impôt et/ou une subvention à la R&D. 35% des entreprises manufacturières ont utilisé des crédits d impôt à la R&D entre 1997 et % des entreprises dans le secteur des industries de haute technologie ont utilisé des crédits d impôt à la R&D entre 1997 et % des entreprises dans le secteur des industries à faible technologie ont utilisé des crédits d impôt à la R&D entre 1997 et

9 Résultats (Estimation pour le score de propension) Modèle Probit sur les crédits d impôt Coefficient t-value LNEMP *** 5.78 RDDEP *** RDCONTR *** 9.37 NEWNT *** 3.45 EXPMT *** 5.21 PCM (lagged) ** 2.07 INDRD (lagged) *** 2.59 Constant term *** Log-Likelihood -2, McFadden R-squared Number of observations 4,644 La régression contrôle pour les 12 industries et les regroupements régionaux (nous ne présentons pas ces résultats). 8

10 Résultats (Échantillon complet) Pourcentages pour les résultats pertinents avant l appariement GVTTAX = 1 N 1 = 1,646 GVTTAX = 0 N 0 = 2,998 p-value of two-tailed t-test on mean Variable Mean Std. Err. Mean Std. Err. difference Covariates LNEMP p < RDDEP p < RDCONTR p < NEWNT p < EXPMT p < PCM (lagged) p < INDRD (lagged) p < Propensity Score p < Outcome variables RDCON p < NEWPROD p < NEWSALES p < WFIRST p < CAFIRST p <

11 Résultats (Échantillon complet) Pourcentages pour les résultats pertinents après l appariement GVTTAX = 1 N 1 = 1,473 GVTTAX = 0 N 0 = 1,473 p-value of twotailed t-test on Variable Mean Std. Err. Mean Std. Err. mean difference Covariates LNEMP p = RDDEP p = RDCONTR p = NEWNT p = EXPMT p = PCM (lagged) p = INDRD (lagged) p = Propensity Score p = Outcome variables RDCON p < NEWPROD p < NEWSALES p < WFIRST p < CAFIRST p < Taux d appariement 50% 10

12 Résultats (Sous-échantillon pour les firmes innovantes) Pourcentages pour les résultats pertinents avant l appariement GVTTAX = 1 N 1 = 1,576 GVTTAX = 0 N 0 = 2,269 p-value of twotailed t-test on Variable Mean Std. Err. Mean Std. Err. mean difference Covariates LNEMP p < RDDEP p < RDCONTR p < NEWNT p < EXPMT p < PCM (lagged) p < INDRD (lagged) p < Propensity Score p < Outcome variables RDCON p < NEWPROD p < NEWSALES p < WFIRST p < CAFIRST p < General performance variables Profitability p = Domestic market share p = Int'l market share p = Keep up with competitors p =

13 Résultats (Sous-échantillon pour les firmes innovantes) Pourcentages pour les résultats pertinents après l appariement GVTTAX = 1 N 1 = 1,384 GVTTAX = 0 N 0 = 1,384 p-value of twotailed t-test on Variable Mean Std. Err. Mean Std. Err. mean difference Covariates LNEMP p = RDDEP p = RDCONTR p = NEWNT p = EXPMT p = PCM p = INDRD p = Propensity Score p = Outcome variables RDCON p < NEWPROD p = NEWSALES p < WFIRST p < CAFIRST p <0.001 General performance variables Profitability p = Domestic market share p = Int'l market share p = Keep up with competitors p = Taux d appariement 60% 12

14 Conclusion En utilisant une approche non paramétrique d appariement dans le but de contrôler pour le biais de sélection, nous avons montré que les entreprises qui reçoivent des crédits d impôt comparativement à celles qui n en reçoivent pas : Font plus de R-D, Ont un pourcentage d innovations plus élevé en termes de nouveaux produits qui étaient une première mondiale ou une première au Canada, Ont un pourcentage plus élevé du nombre de nouveaux produits et des ventes de nouveaux produits. Cependant, les entreprises qui reçoivent les crédits d impôt ne performent pas mieux comparativement à celles qui n en reçoivent pas en termes de: Rentabilité, De part de marché intérieur et international, De capacité à maintenir leur position concurrentiel. 13

15 Conclusion (Futures directions de recherche) Il aurait été intéressant de tester l adoption conjointe de politiques incitatives en matière d innovation (crédits d impôt; subventions, R-D exécutée par les universités et le gouvernement, etc.), ce qui pourrait conduire à une meilleure performance en innovation que les politiques isolées (Complémentarités). Aussi, reproduire cette étude en faisant l hypothèse (simulation) de crédits d impôt incrémental et comparer l impact sur la performance (Avantage de divers instruments politiques d incitations à la R-D) Finalement, il serait intéressant de poursuivre la recherche en considérant les résultats pas seulement sur le basin des entreprises bénéficiaires, mais également en considérant les d externalités des connaissances (bénéfice social des politiques) 14

16 15

17 Annexe A - Source de données et définitions GVTTAX=1 si l entreprise a reçu un crédit d impôt à la R-D du gouvernement Fédéral ou Provincial (mesure l effet du traitement) LNEMP = Mesure le logarithme du nombre d employés en 1999 ( RDDEP = 1 si l entreprise avait son propre département de R-D. RDCONTR =1 si l entreprise a contracté une partie de sa R-D Variables NEWNT =1 si l entreprise cherche de nouveaux marchés ou des marchés spécialisés. EXPMT =1 si l entreprise est orientée vers les marchés d exportations. PCM(1997) = Marge unitaire sur coûts variables [Livraisons (Coûts salariaux+ Carburant et énergie + Matériaux)] / Livraisons INDRD(1997) = L intensité de la R-D ( Dépenses en R-D par dollar de vente et par industrie) PFCV =1 si l entreprise reçoit des capitaux à risque du gouvernement. RDCON= 1 si l entreprise a exécuté des activités de R-D Variables pour l originalité de l innovation (Créativité) NEWPROD = Nombre de produits nouveaux ou significativement améliorés (échelle de 0 à 6) NEWSALES = Mesure la part (en pourcentage) des ventes provenant de produits nouveaux (échelle de 0 à 6) WFIRST =1 si le produit ou procédé nouveau ou significativement amélioré était une première mondiale (échelle de 0 à 6) CAFIRST =1 si le produit ou procédé nouveau ou significativement amélioré était une première au Canada (échelle de 0 à 6) Variables pour les indicateurs de performance générale (Compétitivité) Profitability=1 si le répondant a indiqué être fortement d accord avec la proposition suivante : l impact des innovations récentes a augmenté la rentabilité de votre entreprise. Domestic market share =1 si le répondant a indiqué être fortement d accord avec la proposition suivante : l impact des innovations récentes a augmenté votre part de marché intérieur. Int l market share =1 si le répondant a indiqué être fortement d accord avec la proposition suivante : l impact des innovations récentes a augmenté votre part de marché international. Keeping up with competitors =1si le répondant a indiqué être fortement d accord avec la proposition suivante : l impact des innovations récentes a permis de maintenir votre part de marché par rapport à vos concurrents. 16

18 Annexe B Revue littéraire Study Data method Incremental ratio (average) Price Elasticity of R&D / Conclusion (ST=Short term LT=Long term) Mansfield, Switzer (1985) 55 Canadian companies representing 30% of Canadian R&D performers (Survey). Period 1980 to Bernstein (1986) (Structural model) 0.80 ST = / LT = Abt Associates (1996) 501 Canadian firms reported by Finance Canada for the period Lebeau (1996) Survey on Research and development in Canadian Industry (RDCI). Period 1977 to industries LT= Dagenais, Mohnen, Therrien (2004) Panel data of 434 firms and 4859 observations from the Standard and Poors Canadian Compustat. Period (Tobit type II) 0.98 to 1.04 Dependent on the use of the tax credit. ST = / LT = Russo (2004) Computable general equilibrium model (CGEM) - -Incremental R&D tax credits dominate comprehensive credits (level). -R&D tax credits produce relatively large increases in research effort and welfare Klassen and al. (2004) 287 Canadian Public companies (Compustat. Period WOLS - Canada 1.30 / U.S Parsons, Philips (2007) 501 Canadian firms reported by Finance Canada for the period 1994 Sensitivity analysis 0.7 to 1.1 Bérubé-Mohnen (2009) 2785 manufacturing plants that used R&D support programs. Innovation Survey 2005 STC. Period 2002 to Matching estimator - They found a positive effect on performance for firms that used both incentives (tax credits and subsidies) than their counterpart. Brouillette (2010) 230 Enterprises. Survey on Research and development in Canadian Industry (RDCI). Comparison of Alberta and British Colombia. Period 1997 to Natural experience (DIFF in DIFF estimator) - Overall, there are weak evidence that the introduction of the BC provincial R&D tax credit has not increased BERD in BC between and periods. Mohnen-Baghana (2010) Survey on Research and development (RDCI) + Annual Survey of Manufactures (ASM) + Administrative data from Revenu Québec. Period 1997 to observations. CES production function estimated by OLS and GMM - ST = / LT =

19 Annexe C- Algorithme pour la méthode d appariement Étape 1 Spécification du modèle Probit afin d obtenir le score de propension ˆP( X ). Étape 2 Étape 3 Étape 4 Étape 5 Étape 6 Étape 7 Restreindre l échantillon au support commun. Effacer toutes les observations des firmes bénéficiaires qui ont une probabilité plus grande que le maximum et plus petite que le minimum du groupe de contrôle. Choisir une observation dans le sous échantillon des firmes traitées et la supprimer du bassin. Calculer la distance Mahalanobis entre cette firme et toutes les firmes non-subventionnées afin de ' 1 trouver l observation de contrôle la plus similaire. MD = ij ( Z Z j i) Ω ( Z Z j i) ou Ω est la matrice variance-covariance des arguments appariés basés sur l échantillon de contrôle. Ce critère permet de choisir une firme lorsqu il y a plusieurs candidats potentiels dans le groupe de contrôle. Dans cette étude, nous limitons le groupe de contrôle selon le critère du plus proche voisin actif dans la même industrie en sélectionnant l observation avec la distance minimale de l échantillon restant (échantillon avec remise). Répéter les étapes 3 à 5 pour toutes les firmes subventionnées. En utilisant le groupe d appariement de comparaison, l effet moyen sur les bénéficiaires peut ainsi être calculé comme la différence moyenne de l échantillon appareillé. 1 T α ˆ = Y T n TT i i avec i i Y C C Y comme étant le témoin pour i et n T étant la taille de l échantillon (de frimes traitées). i 18

20 Annexe D- Les dichotomiques provinciales Les incitations pour les crédits d impôt diffèrent d une province à l autre. Les dichotomiques provinciales ont été faites sur base de l indice (B) développé par Warda (1999) qui permet de comparer les différences de taxations entre les provinces canadiennes. Nous pouvons sur cette base regrouper les provinces qui ont des indices B similaires. Regroupement provincial dans le cadre de cette étude: Group 1 =1 si Alberta et l Île-du-Prince-Édouard Group 2 =1 si Colombie-Britannique; Nouveau Brunswick;Territoires du nord Group 3 =1 si Terre-Neuve, Saskatchewan, Manitoba et Nouvelle-Écosse Group 4 =1 si Ontario Group 5 =1 si Québec 19

21 Annexe E- La méthode d appariement (Avantages/inconvénients) Les principaux avantages de cette méthode Elle est basée sur des caractéristiques observables pour estimer le traitement moyen sur les firmes traitées. Elle met l emphase sur la question du support commun. Elle ne requiert pas d hypothèses sur la forme fonctionnelle du modèle ni sur l estimateur (méthode non paramétrique) Le principal inconvénient de cette méthode Cette méthode ne contrôle pas pour les facteurs non observés. Le biais de sélection ne peut s éliminer qu à partir des variables disponibles de contrôle. 20

22 Annexe F - Références Berstein, J.I. (1986). The effect of Direct and Indirect Tax Intencives on Canadian Industrial R&D Expenditures. Canadian Public Policy 12(3), p Bérubé, C. Mohnen, P. (2009). Are Firms that Receive R&D subsidies more Innovative? Canadian Journal of Economics 42(1), p Brouillette, D.(2010). An Introduction to Treatment Effect Estimation: The Case of Business R&D Expenditures. Industry Canada Dagenais, M. Mohnen, P. and Therrien, P. (2004). Les firmes canadiennes répondent-elles aux incitations fiscales à la recherche et développement? Actualité économique 80(2/3), p Dahlby, B. (2005). A Framework for Evaluating Provincial R&D Tax Subsidies. Canadian Public Policy 31(1), p Hanel, P. (2003). Impact of Government Support Programs on Innovation by Canadian Manufacturing Firms. CIRST, cahier de recherche , Montréal Klassen,K., Jeffrey, A., Pittman, A., Margaret P. Reed. (2004). A Cross-National Comparison of R&D Expenditures Decisions: Tax Incentives and Financial Constraints. Contemporary Accounting Research 21(3), p Lebeau, D. (1996). Les mesures Fiscales d aide à la R-D et les Entreprises Québécoises. Conseil de la Science et de la Technologie, Gouvernement du Quebec (Octobre) Mansfield, E. Switzer, l. (1985). The Effects of R&D Tax Credits and Allowances in Canada. Research Policy 14, p Mohnen, P. Baghana, R. (2010). Effectiveness of R&D Tax Incentives in Small and Large Enterprises in Québec. Small Business Economics 33(1), p Parsons, M., Philips, N. (2007). An Evaluation of the Federal Tax Credit for Scientific Research and Experimental Development. Department of Finance, September Russo, B. (2004). A cost-benefit analysis of R&D tax incentives. Canadian Journal of Economics 37(2), p

Direction générale de la recherche économique et de l analyse des politiques 18 mai 2011

Direction générale de la recherche économique et de l analyse des politiques 18 mai 2011 Direction générale de la recherche économique et de l analyse des politiques 18 mai 2011 Utilisation d une expérience naturelle pour estimer l impact du crédit d impôt à la R-D sur les dépenses en R-D

Plus en détail

Déficit de l innovation, une des principales causes de la faible croissance de productivité au Canada. Petr Hanel Université de Sherbrooke

Déficit de l innovation, une des principales causes de la faible croissance de productivité au Canada. Petr Hanel Université de Sherbrooke Déficit de l innovation, une des principales causes de la faible croissance de productivité au Canada Petr Hanel Université de Sherbrooke 2 Pourquoi s intéresser à la productivité? Niveau de vie: PIBréel/Pop

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU

LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU RÉSUMÉ Une étude de Tristat Resources commandée par l Institut Broadbent démontre que la majorité des

Plus en détail

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate.

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate. Stéphane Lefebvre CAE s Chief Financial Officer CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate Montreal, Canada, February 27, 2014 Monsieur le ministre Lebel, Mesdames et messieurs,

Plus en détail

Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE»)

Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE») Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE») Aperçu du programme et occasions à saisir Pascal Martel Yara Bossé-Viola 8 octobre 2014 Objectifs Objectifs du

Plus en détail

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier N o 63-238-X au catalogue. Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier 2012. Faits saillants Le revenu

Plus en détail

La méthode de régression par discontinuité et l évaluation des politiques de l emploi

La méthode de régression par discontinuité et l évaluation des politiques de l emploi La méthode de régression par discontinuité et l évaluation des politiques de l emploi Thomas Lemieux University of British Columbia Le 24 novembre 2009 Plan de la présentation La méthode de régression

Plus en détail

Impôt des particuliers 2014 1

Impôt des particuliers 2014 1 Impôt des particuliers 0 Impôt des particuliers 0 TABLEAU P QUÉBEC (0) TABLE D IMPÔT Revenu Impôt Taux Taux marginal imposable Fédéral Québec Total effectif Fédéral Québec Total $ $ $ $ 0 000 - - - 0,0

Plus en détail

En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek

En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek Octobre 2014 En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek Les revenus de placement gagnés au sein de votre société sont imposés en fonction du type de revenu

Plus en détail

LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES MANDAT SPÉCIAL FINANCIAL ADMINISTRATION ACT SPECIAL WARRANT

LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES MANDAT SPÉCIAL FINANCIAL ADMINISTRATION ACT SPECIAL WARRANT SPECIAL WARRANT LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES MANDAT SPÉCIAL Pursuant to subsections 19(2) and (3) of the Financial Administration Act, the Commissioner in Executive Council hereby issues this

Plus en détail

INCIDENCE DU COMMERCE EXTÉRIEUR SUR LE COMMERCE INTÉRIEUR : NOUVELLE ANALYSE DE LA COURBE EN «L» NOUVELLE ANALYSE DE LA COURBE EN «L»

INCIDENCE DU COMMERCE EXTÉRIEUR SUR LE COMMERCE INTÉRIEUR : NOUVELLE ANALYSE DE LA COURBE EN «L» NOUVELLE ANALYSE DE LA COURBE EN «L» INCIDENCE DU COMMERCE EXTÉRIEUR SUR LE COMMERCE INTÉRIEUR : NOUVELLE ANALYSE DE LA COURBE EN «L» INCIDENCE DU COMMERCE EXTÉRIEUR SUR LE COMMERCE INTÉRIEUR : NOUVELLE ANALYSE DE LA COURBE EN «L» ARTICLE

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Cessation d emploi et protection d assurance collective

Cessation d emploi et protection d assurance collective SOINS MÉDICAUX ET SOINS DENTAIRES / INVALIDITÉ, VIE ET MMA 14-11 Cessation d emploi et protection d assurance collective Le présent bulletin est une mise à jour du numéro 07-02 de l Info- Collective. Parmi

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION. Septembre 2014 LA FISCALITÉ DES PARTICULIERS AU QUÉBEC

DOCUMENT D INFORMATION. Septembre 2014 LA FISCALITÉ DES PARTICULIERS AU QUÉBEC DOCUMENT D INFORMATION Septembre 2014 LA FISCALITÉ DES PARTICULIERS AU QUÉBEC document d information Septembre 2014 La fiscalité des particuliers au Québec NOTE La forme masculine utilisée dans le texte

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

La microsimulation à Statistique Canada

La microsimulation à Statistique Canada La microsimulation à Statistique Canada Chantal Hicks Chantal.hicks@statcan.gc.ca Présentation à «La démographie de demain : innovations, intersections et collaborations» Colloque de l Association des

Plus en détail

Les congés de maladie dans la fonction publique fédérale

Les congés de maladie dans la fonction publique fédérale Les congés de maladie dans la fonction publique fédérale Lorsque les premières dispositions sur les congés de maladie dans la fonction publique ont été introduites dans les conventions collectives, l article

Plus en détail

Les agriculteurs seront forcés d absorber entièrement le coût de la taxe sur le carbone car le marché dicte le prix de leurs produits; ils ne peuvent

Les agriculteurs seront forcés d absorber entièrement le coût de la taxe sur le carbone car le marché dicte le prix de leurs produits; ils ne peuvent Tournant vert Le Parti libéral du Canada a publié récemment de l information plus détaillée sur son plan pour un Tournant vert. La Fédération canadienne de l agriculture (FCA) constate avec plaisir que

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

L approche de régression par discontinuité. Thomas Lemieux, UBC Atelier de formation du Congrès de l ASDEQ Le 18 mai 2011

L approche de régression par discontinuité. Thomas Lemieux, UBC Atelier de formation du Congrès de l ASDEQ Le 18 mai 2011 L approche de régression par discontinuité Thomas Lemieux, UBC Atelier de formation du Congrès de l ASDEQ Le 18 mai 2011 Plan de la présentation L approche de régression par discontinuité (RD) Historique

Plus en détail

Les automobilistes canadiens souscrivent leur

Les automobilistes canadiens souscrivent leur Neil Mohindra, Emrul Hasan et Nachum Gabler Le coût et l abordabilité de l assurance automobile canadienne en 2011 : une comparaison entre les assureurs publics et privés Bigstock Les automobilistes canadiens

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE COMMENTAIRE Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE Faits saillants Les ventes de véhicules au Canada ont atteint un sommet

Plus en détail

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien Publication n o 2013-19-F Le 22 avril 2013 Mathieu Frigon Division de l économie, des ressources et des affaires internationales

Plus en détail

Possibilités de financement

Possibilités de financement Possibilités de financement pour les producteurs, les transformateurs, les innovateurs et les développeurs de l industrie de la C.-B. Disponible également à : www.ats-sea.agr.gc.ca/reg/bc-fra.htm Sa Majesté

Plus en détail

Formules pour le calcul informatisé des retenues sur la paie

Formules pour le calcul informatisé des retenues sur la paie Formules pour le calcul informatisé des retenues sur la paie 100 e édition En vigueur le 1 er janvier 2015 T4127(F) Rév. 15 Ce guide s adresse-t-il à vous? Utilisez ce guide si vous êtes un développeur

Plus en détail

Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel

Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel Décembre 2008 TABLE DES MATIÈRES MESSAGE AUX INTERVENANTS... 3 PROGRAMME CANADIEN POUR L ÉPARGNE-ÉTUDES (PCEE)... 4 MÉTHODOLOGIE DU RAPPORT...

Plus en détail

Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel

Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel Décembre 2008 TABLE DES MATIÈRES MESSAGE AUX INTERVENANTS... 3 PROGRAMME CANADIEN POUR L ÉPARGNE-ÉTUDES (PCEE)... 4 MÉTHODOLOGIE DU RAPPORT...

Plus en détail

L éducation au Québec : L état de la situation

L éducation au Québec : L état de la situation Préscolaire Primaire Secondaire Collégial Universitaire 43101 45 509 93969 68 331 110 297 151 845 241019 251 612 240 980 251 237 L éducation au Québec : L état de la situation L éducation est un des sujets

Plus en détail

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE CENTRE D ETUDE DES POLITIQUES ECONOMIQUES DE L UNIVERSITE D EVRY L effet du crédit d impôt recherche sur le financement privé de la recherche : une évaluation économétrique Emmanuel

Plus en détail

Taux et montants des crédits d impôt fédéraux et provinciaux non remboursables pour 2015 1

Taux et montants des crédits d impôt fédéraux et provinciaux non remboursables pour 2015 1 non remboursables pour 2015 1 indépendants affiliés à KPMG non remboursables pour 2015 1 Voir les notes aux pages suivantes. Remb. = crédit remboursable (voir note correspondante). 6 / Fédéral C.-B. Alb.

Plus en détail

La BDP. Système financier International. La Balance des Paiements I- Le Compte courant. Identité du Revenu National.

La BDP. Système financier International. La Balance des Paiements I- Le Compte courant. Identité du Revenu National. La BDP Système financier International La Balance des Paiements I- Le Compte courant ESC-Février 2015 Balance des paiements = relevé statistique annuel de toutes les transactions de biens, services et

Plus en détail

Centrale des caisses de crédit du Canada

Centrale des caisses de crédit du Canada Centrale des caisses de crédit du Canada Mémoire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Martha Durdin, présidente et chef de la direction Le mercredi 6 août 2014 Tout le contenu du

Plus en détail

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité.

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité. Chapitre 1 Le cadre fiscal canadien et québécois 19 Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Les montants pour conjoint et pour

Plus en détail

Est-ce la fin de l aide financière aux études fondée sur les besoins au Canada?

Est-ce la fin de l aide financière aux études fondée sur les besoins au Canada? Est-ce la fin de l aide financière aux études fondée sur les besoins au Canada? Préparé pour Association canadienne des responsables de l'aide financière aux étudiants (ACRAFE) par Sean Junor et Alex Usher

Plus en détail

RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX

RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX PRB 06-40F RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX FÉDÉRAUX INTRODUITS ENTRE 1998 ET 2005 Alexandre Laurin Alexandre Martin Division de l économie Le 28 août 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION

Plus en détail

Investir dans le savoir.

Investir dans le savoir. Investir dans le savoir. Il faut commencer dès aujourd hui à économiser en vue des études postsecondaires de votre enfant. C est le meilleur moment pour le faire. Et le meilleur moyen de le faire est un

Plus en détail

Déterminants de l assurance dans les entreprises non financières. Approche empirique

Déterminants de l assurance dans les entreprises non financières. Approche empirique Déterminants de l assurance dans les entreprises non financières. Approche empirique Hassen RAÏS. Enseignant-Chercheur. IAE -Toulouse. CRM UMR 5303 CNRS. hassen.rais@iae-toulouse.fr - +33(0)6 33 09 16

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO Auteur Baguinébié Bazongo 1 Ingénieur Statisticien Economiste Chef de l Unité de recherche à l Institut national

Plus en détail

Transferts fédéraux et santé. Finances Canada Janvier 2003

Transferts fédéraux et santé. Finances Canada Janvier 2003 Transferts fédéraux et santé Finances Canada Janvier 2003 1 1 Justification traditionnelle pour les transferts aux provinces A B Pour corriger les déséquilibres horizontaux (p. ex., à ramener la capacité

Plus en détail

MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS- DAUPHINE. Département Master Sciences des Organisations de l'université Paris-Dauphine

MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS- DAUPHINE. Département Master Sciences des Organisations de l'université Paris-Dauphine MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS- DAUPHINE Département Master Sciences des Organisations de l'université Paris-Dauphine Mot du directeur Le département «Master Sciences des

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

Imposition des sociétés

Imposition des sociétés Imposition des sociétés Introduction L imposition des sociétés est un sujet qui revêt une grande importance pour toute personne qui s occupe de planification financière ou successorale. La mise en place

Plus en détail

UNIVERSITÉ D OTTAWA Ressources financières

UNIVERSITÉ D OTTAWA Ressources financières UNIVERSITÉ D OTTAWA Ressources financières Guide sur l application des TAXES À LA CONSOMMATION (incluant la TVH pour la province de l Ontario en vigueur le 1 er juillet 2010) Mai 2010 Guide sur l application

Plus en détail

Services de déclaration et de paiement d impôts de BMO Banque de Montréal. Guide de l utilisateur

Services de déclaration et de paiement d impôts de BMO Banque de Montréal. Guide de l utilisateur Services de déclaration et de paiement d impôts de BMO Banque de Montréal Guide de l utilisateur Services de déclaration et de paiement d impôts de BMO Banque de Montréal Guide de l utilisateur Les Services

Plus en détail

Supplément d'information sur les activités d'assurance prêt hypothécaire

Supplément d'information sur les activités d'assurance prêt hypothécaire SOCIÉTÉ CANADIENNE D HYPOTHÈQUES ET DE LOGEMENT Supplément d'information sur les activités d'assurance prêt hypothécaire PREMIER TRIMESTRE 31 mars 2014 Afin de compléter ses états financiers consolidés

Plus en détail

Observation statistique

Observation statistique 2. APERÇU DES RÉSULTATS DU RENDEMENT Observation statistique s. Les résultats présentés dans ce rapport sont fondés sur des échantillons. Des échantillons distincts ont été sélectionnés pour chaque instance

Plus en détail

Régime d épargne collectif de 2001 1

Régime d épargne collectif de 2001 1 SOMMAIRE DU PLAN Régime d épargne collectif de 2001 Type de plan : Plan de bourses d études collectif Gestionnaire de fonds d investissement : Consultants C.S.T. inc. Le 25 mai 2015 Ce sommaire contient

Plus en détail

Subventions en vertu du Programme canadien de sécurité et de santé en agriculture (PCSSA)

Subventions en vertu du Programme canadien de sécurité et de santé en agriculture (PCSSA) ASSOCIATION CANADIENNE DE SÉCURITÉ AGRICOLE (ACSA) Subventions en vertu du Programme canadien de sécurité et de santé en agriculture (PCSSA) LIGNES DIRECTRICES pour la préparation du rapport final du projet

Plus en détail

PROCÉDURE POUR LES DÉPLACEMENTS

PROCÉDURE POUR LES DÉPLACEMENTS PROCÉDURE POUR LES DÉPLACEMENTS PRÉAMBULE La Fondation juge que les déplacements des membres de sa communauté sont nécessaires et souhaitables dans une optique de recherche, d apprentissage, de dissémination

Plus en détail

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise LIGUE DES CONTRIBUABLES Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise (Moins d impôt pour les Québécois) Préparé par Claude Garcia pour la Ligue des contribuables Présenté

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Tél.: +1 (418) 656-2337 Tél. : +1 (418) 522-2318 Fax : +1 (418) 656-7412 Email: Michel.Roland@ecn.ulaval.ca. Économie mathématique.

Tél.: +1 (418) 656-2337 Tél. : +1 (418) 522-2318 Fax : +1 (418) 656-7412 Email: Michel.Roland@ecn.ulaval.ca. Économie mathématique. Michel ROLAND Adresse au bureau Québec, QC G1V 0A6, Canada Adresse à domicile 3017 De la Seine Québec, QC G1W 1H8, Canada Tél.: +1 (418) 656-2337 Tél. : +1 (418) 522-2318 Fax : +1 (418) 656-7412 Email:

Plus en détail

Qui peut me venir en aide?

Qui peut me venir en aide? : Ressources en matière d apprentissage Il suffit de demander. Qui peut me venir en aide? 3 SOURCES RECONNUES D AIDE 1. Communiquez avec l organisme responsable de l apprentissage. Pour obtenir des renseignements

Plus en détail

RAPPORT SOMMAIRE DE L ÉTUDE SUR LE MARCHÉ DU PROPANE. Prépare pour. l Association canadienne du gaz propane. Préparé par. Purvin & Gertz Inc.

RAPPORT SOMMAIRE DE L ÉTUDE SUR LE MARCHÉ DU PROPANE. Prépare pour. l Association canadienne du gaz propane. Préparé par. Purvin & Gertz Inc. RAPPORT SOMMAIRE DE L ÉTUDE SUR LE MARCHÉ DU PROPANE Prépare pour l Association canadienne du gaz propane Préparé par Buenos Aires ~ Calgary ~ Dubaï ~ Houston Londres ~ Los Angeles ~ Moscou ~ Singapour

Plus en détail

Cloud Computing: de la technologie à l usage final. Patrick CRASSON Oracle Thomas RULMONT WDC/CloudSphere Thibault van der Auwermeulen Expopolis

Cloud Computing: de la technologie à l usage final. Patrick CRASSON Oracle Thomas RULMONT WDC/CloudSphere Thibault van der Auwermeulen Expopolis Cloud Computing: de la technologie à l usage final Patrick CRASSON Oracle Thomas RULMONT WDC/CloudSphere Thibault van der Auwermeulen Expopolis ADOPTION DU CLOUD COMPUTING Craintes, moteurs, attentes et

Plus en détail

Conseils fiscaux de fin d année pour 2013

Conseils fiscaux de fin d année pour 2013 CONSEILS FISCAUX Conseils fiscaux de fin d année pour 2013 Jamie Golombek, CPA, CA, CFP, CLU, TEP Directeur gestionnaire, Planification fiscale et successorale pour les Services consultatifs de gestion

Plus en détail

Chronique Assurances et gestion des risques. sous la responsabilité de Gilles Bernier 1

Chronique Assurances et gestion des risques. sous la responsabilité de Gilles Bernier 1 Chronique Assurances et gestion des risques sous la responsabilité de Gilles Bernier 1 Puisque ce numéro de la Revue, tout comme celui de janvier 2004, est consacré à l assurance automobile, j ai choisi

Plus en détail

Le poker en ligne et sa réglementation Québec, Canada et ailleurs

Le poker en ligne et sa réglementation Québec, Canada et ailleurs Le poker en ligne et sa réglementation Québec, Canada et ailleurs 10 septembre 2014 Conférences sur le jeu Chaire de recherche sur l étude du jeu Université de Concordia (sera présentée en anglais) Préambule

Plus en détail

Étude de cas n o 2. L épargne-retraite de Maria produit un revenu à vie optimal et offre des possibilités de croissance. Des solutions qui cliquent

Étude de cas n o 2. L épargne-retraite de Maria produit un revenu à vie optimal et offre des possibilités de croissance. Des solutions qui cliquent Vers une meilleure Étude retraite de cas n o 2 Des solutions qui cliquent Étude de cas n o 2 L épargne-retraite de Maria produit un revenu à vie optimal et offre des possibilités de croissance À l intention

Plus en détail

CHAPITRE 4. Les soins de la vue dans le secteur privé : l innovation au service des patients

CHAPITRE 4. Les soins de la vue dans le secteur privé : l innovation au service des patients CHAPITRE 4 Les soins de la vue dans le secteur privé : l innovation au service des patients Au Canada, ce sont des professionnels œuvrant essentiellement au sein de cabinets privés qui s occupent de fournir

Plus en détail

SOCIÉTÉ AU CANADA. Présentation du pays. Une place onshore. Page 1 1 CAD = 0.99. Délai de création : 5 jours. Sociétés pré-constituées : Oui

SOCIÉTÉ AU CANADA. Présentation du pays. Une place onshore. Page 1 1 CAD = 0.99. Délai de création : 5 jours. Sociétés pré-constituées : Oui INFORMATIONS GÉNÉRALES Présentation du pays Délai de création : 5 jours Sociétés pré-constituées : Oui Comptabilité : Obligatoire Secrétariat : Obligatoire Actionnariat anonyme : Oui Directeur nominé :

Plus en détail

Marché mondial de l automobile

Marché mondial de l automobile Carlos Gomes 1..73 carlos.gomes@scotiabank.com En route vers des ventes mondiales records en 1 Les marchés développés mènent le bal Les ventes mondiales de voitures ont progressé de % pendant le premier

Plus en détail

Comparaisons internationales de la dette

Comparaisons internationales de la dette Annexe 2 Comparaisons internationales de la dette Faits saillants Selon les statistiques officielles publiées par le Fonds monétaire international (FMI) et l Organisation de coopération et de développement

Plus en détail

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS 2012 Indice BDC de la nouvelle activité entrepreneuriale PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS Résumé --------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Les Ontariens rejettent catégoriquement le projet de création d une école afrocentriste

Les Ontariens rejettent catégoriquement le projet de création d une école afrocentriste ÉCOLE AFROCENTRISTE EN ONTARIO Pour diffusion immédiate PAGE 1 DE 5 Les Ontariens rejettent catégoriquement le projet de création d une école afrocentriste La vaste majorité des répondants sont d accord

Plus en détail

Solutions de protection. Guide du conseiller Marge de crédit sur la valeur de rachat. (valeur résiduelle)

Solutions de protection. Guide du conseiller Marge de crédit sur la valeur de rachat. (valeur résiduelle) Solutions de protection Guide du conseiller Marge de crédit sur la valeur de rachat (valeur résiduelle) Table des matières Description du produit 4 Renseignements généraux 6 Identification et renseignements

Plus en détail

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees For Immediate Release October 10, 2014 Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees The Senate Standing Committee on Banking, Trade, and Commerce resumed hearings

Plus en détail

Guide du Compte d épargne libre d impôt

Guide du Compte d épargne libre d impôt PLACEMENTS Compte d épargne libre d impôt Guide du Compte d épargne libre d impôt L épargne est un élément important de tout plan financier. L atteinte de vos objectifs en dépend, qu il s agisse d objectifs

Plus en détail

D R A F T (a work in progress destined to always be incomplete, the way all dictionaries are, because people and languages constantly evolve )

D R A F T (a work in progress destined to always be incomplete, the way all dictionaries are, because people and languages constantly evolve ) D R A F T (a work in progress destined to always be incomplete, the way all dictionaries are, because people and languages constantly evolve ) Glossary/Glossaire The enclosed list includes many of the

Plus en détail

Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder

Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder (Ottawa, Canada Le 17 mars 2008) Selon une enquête menée récemment auprès des citoyens canadiens à l échelle nationale, la grande

Plus en détail

Statistique Canada Centre canadien de la statistique juridique ENQUÊTE SUR L AIDE JURIDIQUE 2006-2007 OBJECT DE L ENQUÊTE SUR L AIDE JURIDIQUE

Statistique Canada Centre canadien de la statistique juridique ENQUÊTE SUR L AIDE JURIDIQUE 2006-2007 OBJECT DE L ENQUÊTE SUR L AIDE JURIDIQUE Statistique Canada Centre canadien de la statistique juridique ENQUÊTE SUR L AIDE JURIDIQUE 26-27 Loi sur la statistique, L.R.C. 1985, c. S19 Confidentiel une fois rempli STC/CCJ-16-614; CCJS/55452-3 OBJECT

Plus en détail

Mesure de l'impact de la marque de provenance Aliments du Québec sur la valeur des produits

Mesure de l'impact de la marque de provenance Aliments du Québec sur la valeur des produits UNIVERSITE DE SHERBROOKE Faculté d'administration Mesure de l'impact de la marque de provenance Aliments du Québec sur la valeur des produits Francine Rodier Cette thèse a été évaluée par un jury composé

Plus en détail

Annexe A Exigences par province ou territoire Agents et courtiers d assurances I.A.R.D.

Annexe A Exigences par province ou territoire Agents et courtiers d assurances I.A.R.D. Annexe A Exigences par province ou territoire Agents et courtiers d assurances I.A.R.D. Document à joindre à la demande : Les non-résidents doivent joindre une attestation de droit de pratique de la BC

Plus en détail

Perspectives économiques et financières 2014

Perspectives économiques et financières 2014 Banque Nationale au 1155 Metcalfe, Montréal Perspectives économiques et financières 2014 Cercle finance du Québec Le 16 janvier 2014 Stéfane Marion Économiste et stratège en chef 1 Perspective sur la croissance

Plus en détail

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Présenté par Daniel Denis Associé, SECOR 4 décembre 2009 Une croissance mondiale forte Au cours de la dernière décennie Évolution du PIB mondial Croissance

Plus en détail

ÉTUDE D IMPACTS ÉCONOMIQUES ET FISCAUX SUR LES EFFETS D UN PARC DE VOITURES ÉLECTRIQUES AU QUÉBEC

ÉTUDE D IMPACTS ÉCONOMIQUES ET FISCAUX SUR LES EFFETS D UN PARC DE VOITURES ÉLECTRIQUES AU QUÉBEC ÉTUDE D IMPACTS ÉCONOMIQUES ET FISCAUX SUR LES EFFETS D UN PARC DE VOITURES ÉLECTRIQUES AU QUÉBEC Le 27 mars 2015 La voiture électrique au Québec Une solution durable et rentable pour réduire la pollution

Plus en détail

PRÊTS SUR SALAIRE : UN MOYEN TRÈS CHER D EMPRUNTER. Prêts et hypothèques

PRÊTS SUR SALAIRE : UN MOYEN TRÈS CHER D EMPRUNTER. Prêts et hypothèques PRÊTS SUR SALAIRE : UN MOYEN TRÈS CHER D EMPRUNTER Prêts et hypothèques Table des matières Qu est-ce qu un prêt sur salaire? 1 Comment fonctionne un prêt sur salaire? 1 Combien coûtent les prêts sur salaire

Plus en détail

Instruction générale canadienne 46-201 Modalités d entiercement applicables aux premiers appels publics à l épargne

Instruction générale canadienne 46-201 Modalités d entiercement applicables aux premiers appels publics à l épargne Instruction générale canadienne 46-201 Modalités d entiercement applicables aux premiers appels publics à l épargne PARTIE I OBJET ET INTERPRÉTATION 1.1 Objet de l entiercement 1.2 Interprétation 1.3 Les

Plus en détail

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF Le camping est une belle occasion de passer du temps en famille, de créer de beaux souvenirs qui dureront

Plus en détail

Pour fin de la présente analyse, nous nous référerons au secteur Finances et assurances (SCIAN numéro : 52).

Pour fin de la présente analyse, nous nous référerons au secteur Finances et assurances (SCIAN numéro : 52). GROUPE DE TRAVAIL L industrie des services financiers à Montréal Définition de l industrie Pour fin de la présente analyse, nous nous référerons au secteur Finances et assurances (SCIAN numéro : 52). Ce

Plus en détail

Industrial Phd Progam

Industrial Phd Progam Industrial Phd Progam Catalan Government: Legislation: DOGC ECO/2114/2012 Modification: DOGC ECO/2443/2012 Next: Summary and proposal examples. Main dates March 2013: Call for industrial Phd projects grants.

Plus en détail

VIE PRIVÉE ET DIFFUSION DES JUGEMENTS ET DES PLUMITIFS

VIE PRIVÉE ET DIFFUSION DES JUGEMENTS ET DES PLUMITIFS VIE PRIVÉE ET DIFFUSION DES JUGEMENTS ET DES PLUMITIFS Modérateur : Philippe-André Tessier Conférenciers : L Honorable André Wery Nicolas Vermeys Daniel Champagne 31 mars 2014 L accès aux jugements Les

Plus en détail

Cette publication a bénéficié du soutien financier du ministère des Finances du Québec.

Cette publication a bénéficié du soutien financier du ministère des Finances du Québec. Créé en 2009, le Centre sur la productivité et la prospérité de HEC Montréal mène une double mission. Il se consacre d abord à la recherche sur la productivité et la prospérité en ayant comme principaux

Plus en détail

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Contexte Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) souscrit aux principes d Approvisionnement

Plus en détail

Supporting Vulnerable Seniors and Strengthening Canada s Economy Act

Supporting Vulnerable Seniors and Strengthening Canada s Economy Act CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Supporting Vulnerable Seniors and Strengthening Canada s Economy Act Loi visant le soutien aux aînés vulnérables et le renforcement de l économie canadienne S.C. 2011,

Plus en détail

Économétrie, causalité et analyse des politiques

Économétrie, causalité et analyse des politiques Économétrie, causalité et analyse des politiques Jean-Marie Dufour Université de Montréal October 2006 This work was supported by the Canada Research Chair Program (Chair in Econometrics, Université de

Plus en détail

BILL S-1003 PROJET DE LOI S-1003 S-1003 S-1003 SENATE OF CANADA SÉNAT DU CANADA

BILL S-1003 PROJET DE LOI S-1003 S-1003 S-1003 SENATE OF CANADA SÉNAT DU CANADA S-1003 S-1003 First Session, Forty-first Parliament, Première session, quarante et unième législature, SENATE OF CANADA SÉNAT DU CANADA BILL S-1003 PROJET DE LOI S-1003 An Act to authorize Industrial Alliance

Plus en détail

Fonds de marché monétaire canadien Investors

Fonds de marché monétaire canadien Investors Fonds de marché monétaire canadien Investors Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds POUR LE SEMESTRE CLOS LE 30 SEPTEMBRE 04 AVERTISSEMENT CONCERNANT LES DÉCLARATIONS PROSPECTIVES

Plus en détail

Edna Ekhivalak Elias Commissioner of Nunavut Commissaire du Nunavut

Edna Ekhivalak Elias Commissioner of Nunavut Commissaire du Nunavut SECOND SESSION THIRD LEGISLATIVE ASSEMBLY OF NUNAVUT DEUXIÈME SESSION TROISIÈME ASSEMBLÉE LÉGISLATIVE DU NUNAVUT GOVERNMENT BILL PROJET DE LOI DU GOUVERNEMENT BILL 52 PROJET DE LOI N o 52 SUPPLEMENTARY

Plus en détail

La réadaptation professionnelle des travailleurs lombalgiques : Présentation d'un modèle canadien

La réadaptation professionnelle des travailleurs lombalgiques : Présentation d'un modèle canadien Hôpital Cochin Samedi 1 er avril 2006 Forum Saint Jacques La réadaptation professionnelle des travailleurs lombalgiques : Présentation d'un modèle canadien Dr Jean-Baptiste Fassier 1,2 Centre d Etude et

Plus en détail

Programmes de soutien de la R. et D. et à l'innovation au Canada Québec 2013

Programmes de soutien de la R. et D. et à l'innovation au Canada Québec 2013 Programmes de soutien de la R. et D. et à l'innovation au Canada Québec 2013 Les activités soutenues sont notamment (1) : Type d'activité Programmes du Québec Résumé des activités admissibles Crédits d'impôt

Plus en détail

Dictionnaire de données de la Base de données du Système national d information sur l utilisation des médicaments prescrits, octobre 2013

Dictionnaire de données de la Base de données du Système national d information sur l utilisation des médicaments prescrits, octobre 2013 Dictionnaire de données de la Base de données du Système national d information sur l utilisation des médicaments prescrits, octobre 2013 Normes et soumission de données Notre vision De meilleures données

Plus en détail

DEMANDE D AGRÉMENT DU RÉGIME DE RETRAITE

DEMANDE D AGRÉMENT DU RÉGIME DE RETRAITE Commission des pensions N o de téléphone : (204) 945-2740 N o de télécopieur : (204) 948-2375 Courrier électronique : pensions@gov.mb.ca Le paiement doit être fait à l ordre du MINISTRE DES FINANCES a

Plus en détail

COORDINATION NON COOPÉRATIVE: MÉTHODES D ENCHÈRES

COORDINATION NON COOPÉRATIVE: MÉTHODES D ENCHÈRES COORDINATION NON COOPÉRATIVE: MÉTHODES D ENCHÈRES Cours 6c Principe Protocole centralisé, un commissaire-priseur/vendeur (auctioneer) et plusieurs enchérisseurs/acheteurs (bidders) Le commissaire-priseur

Plus en détail

Voici les textes des fichiers associés au bulletin inf@ CA. Notez que vous retrouverez dans ces textes les nouvelles de toutes les régions.

Voici les textes des fichiers associés au bulletin inf@ CA. Notez que vous retrouverez dans ces textes les nouvelles de toutes les régions. Voici les textes des fichiers associés au bulletin inf@ CA de cette semaine. Notez que vous retrouverez dans ces textes les nouvelles de toutes les régions. Nouvelle Montréal, le 14 septembre 2004 Toujours

Plus en détail

La RSE et les PME: quels enseignements de la recherche en économie? Réunion RSE et compétitivité 4 juin 2014. Patricia Crifo

La RSE et les PME: quels enseignements de la recherche en économie? Réunion RSE et compétitivité 4 juin 2014. Patricia Crifo 1 La RSE et les PME: quels enseignements de la recherche en économie? Réunion RSE et compétitivité 4 juin 2014 Patricia Crifo Université Paris Ouest, Ecole Polytechnique & Cirano (Montréal) Plan de la

Plus en détail

Evolution of inequalities in health care use in France

Evolution of inequalities in health care use in France Evolution of inequalities in health care use in France Florence Jusot University of Rouen Paris-Dauphine University (Leda-legos) & Irdes Paul Dourgnon Irdes & Paris-Dauphine University (Leda-legos) Context

Plus en détail

Étude nationale sur les besoins des clients

Étude nationale sur les besoins des clients Étude nationale sur les besoins des clients Rapport sommaire Canadian Legal Information Institute Institut canadien d information juridique Octobre 2012 CorbinPartners Inc. 2012 Contexte et méthodologie

Plus en détail

Concours Génome Canada 2015: Innovation de rupture en génomique Appel de demandes

Concours Génome Canada 2015: Innovation de rupture en génomique Appel de demandes Concours Génome Canada 2015: Innovation de rupture en génomique Appel de demandes Cristina Ciurli Hélène Fournier GÉNOME QUÉBEC Notre mission En partenariat avec les acteurs des sciences de la vie à l

Plus en détail