Infections respiratoires et urinaires

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Infections respiratoires et urinaires"

Transcription

1 1 40ÈME JOURNÉE DU COLLÈGE LORRAIN DE MÉDECINE D URGENCE ABBAYE DES PRÉMONTRÉS PONT À MOUSSON MARDI 02 JUIN 2015 Infections respiratoires et urinaires

2 Mes liens d intérêts 2 Spécialiste en médecine générale en activité Membre du comité d interface de l ANSM Vice président d Antibiolor Je déclare n avoir aucun lien, direct ou indirect, avec des entreprises ou établissements produisant ou exploitant des produits de santé non plus qu'avec des organismes de conseil intervenant sur ces produits* * Mention obligatoire selon l'article L du Code de la Santé Publique (inséré par la Loi n du 4 mars 2002, art. 26 du Journal Officiel du 5 mars 2002)

3 Nos sources documentaires 3 Les recos SPILF de nov. 2011et mars 14 Antibioville 2015

4 Nos choix pédagogiques 4 Deux situations fréquentes Où le recours à l antibiothérapie est problématique Mais où un un fil directeur est une aide à la décision.

5 Monsieur Max Sean a mal à la tête 5 Il a 25 ans, est enrhumé depuis 5 jours (et ça l agace++) : son nez coule vert, il a 37 8 et il se plaint de céphalées en regard du sinus maxillaire D Quels arguments cliniques pour le diagnostic de sinusite? Et si ce n est pas une sinusite : qu est ce?

6 Virale ou bactérienne? 6 La majorité : virale Réserver l antibiothérapie aux situations évoquant une origine bactérienne Fièvre persistante /élevée Douleur /écoulement purulent unilatéral Aggravation secondaire sinusite aigue : données factuelles Médecine2012;8,

7 Et si c était une sinusite : quelle 7 prise en charge? Maxillaire?... et si il a vraiment très mal+++ Frontale?? Autre???

8 8 Sinusite maxillaire : indications de l antibiothérapie lorsque le diagnostic de sinusite aiguë maxillaire purulente est posé++ en cas d échec d un traitement symptomatique initial ou en cas de complications (AP) en cas de sinusite maxillaire unilatérale associée à une infection dentaire homolatérale de l arc dentaire supérieur (AP).

9 9

10 10

11 Monsieur S. Fron à mal à la tête 11 Le même, mais il a cette fois des céphalées frontales Mêmes questions!

12 Sinusite frontale 12 Diagnostic à ne pas galvauder+++

13 13 Et les quinolones antipneumococciques : lévofloxacine (tavanic ) et moxifloxacine (izilox ) réservées aux situations cliniques les plus sévères et susceptibles de complications graves les sinusites frontales, sphénoïdales, ethmoïdales, Pansinusites ou en cas d échec d une première antibiothérapie dans les sinusites maxillaires. moxifloxacine : risque plus élevé de survenue d effets indésirables graves réservée au traitement des sinusites radiologiquement et/ou bactériologiquement documentées lorsqu aucun autre antibiotique ne peut être utilisé (jamais??)

14 Sinusites : tts associés 14 Antalgiques en association avec des vasoconstricteurs locaux (durée maximale : 5 jours) Les corticoïdes par voie orale en cure courte (durée maximale : 7 jours) dans les sinusites aiguës hyperalgiques.

15 15 Sinusites : à retenir Un diagnostic clinique, à ne pas galvauder Promouvoir la rhinoscopie (antibioville) Sinusalgie n est pas synonyme de sinusite Sinusite maxillaire sans rhinite : dent? Amoxicilline en 1 ère intention Sinusite frontale = AB

16 Monsieur Jean Peuplu, en 16 bonne santé Mais il tousse, depuis 8 jours et a eu une fébricule et un rhume qq jours, Il est déjà passé à la pharmacie et a pris sirop et suppos Puis il est allé voir son médecin traitant qui a dit qu il avait les bronches prises et a donné un autre sirop Et maintenant, il revient du travail..son médecin n est pas disponible (et il n a pas été efficace), alors il vient aux urgences il voudrait savoir ce qu il a et en être débarrassé «(à l hôpital, c est quand même mieux»). Ca dure depuis 10 jours, il dort mal à cause de la toux mais n a plus de fièvre Examen clinique : qq ronchi isolés (pas obligatoire!)

17 Le même mais au choix 17 Il est fumeur Diabétique Bien équilibré Mal équilibré

18 Le même : 8 (15?, 20?) jours 18 plus tard..avec les mêmes symptômes Et sa femme, qui a eu la même chose et des antibiotiques!!

19 Bronchite aigue 19 Y compris du fumeur, du diabétique équilibré.ou pas ABSTENTION THERAPEUTIQUE Ni antibiotiques Ni corticoïdes Ni imagerie ni Biologie SAUF Pour s aider, si vraiment nécessaire (doute diagnostique, difficultés à convaincre) RP NF PCR???

20 Jean, fumeur et 20 tousseur depuis toujours 55 ans, bon vivant il tousse et crache tous les matins : «c est normal pour un fumeur» Cette fois, c est différent : il est plus essoufflé et crache sale De quels éléments avez-vous besoin pour préciser la situation clinique? Quel traitement pour quelle situation?

21 21 BPCO : d abord évaluer la fonction respiratoire AVANT l exacerbation

22 22 Exacerbation aiguë de bronchite chronique : L origine infectieuse de l exacerbation? < 50 % des cas et. 50 % des origines infectieuses sont virales!

23 23 L indication de l antibiothérapie? L'argument clinique prépondérant pour une étiologie bactérienne de l'exacerbation de la BPCO : la mise en évidence d'une purulence verdâtre franche des crachats. (un des éléments de la triade d Anthonissen)

24 24 Bronchite chronique et BPCO puis, parfois, traiter

25 Infections urinaires : Nos choix pédagogiques 25 Deux situations fréquentes aux urgences Où le recours à l antibiothérapie est problématique Nouvelles recos sur les infections urinaires 2014 Les préalables. Les antibiotiques sensibles La résistance aux quinolones

26 Résistance aux fluoroquinolones++ 27 La résistance de E. coli aux FQ a augmenté au cours des 10 dernières années Chez la femme entre 15 et 65 ans : 5% Un traitement par quinolones dans les 6 mois précédents expose au risque de sélection de souches moins sensibles. Eviter les prescriptions répétées de FQ chez un même patient : perte de chance ++ Ne pas les utiliser en traitement probabiliste chez un patient déjà traité par quinolones dans les 6 mois précédents (quelle qu'en ait été l'indication)

27 L écologie bactérienne l effet collatéral sur le microbiote intestinal (réservoir des bactéries résistantes), en conformité avec le rapport de l ANSM sur la caractérisation des antibiotiques considérés comme critiques. Caractérisation des antibiotiques considérés comme critiques, J.Birgé et S.Hénard ANSM, 2 juin 2015 Novembre 2013,

28 Madame P, 40 ans 31 Elle a de la fièvre et des frissons Et, en option, des brulures mictionnelles Et c est samedi après midi : elle vient aux urgences Les éléments dont nous avons besoin pour la prendre en charge

29 A définir 32 Infection urinaire à risques de complication? Infection urinaire grave??

30 Modification de la terminologie 33 Recommandations 2008 Recommandations 2014 IU simple IU compliquée Prostatite IU simple IU à risque de complication IU masculine Prise en compte des éléments de gravité : - sepsis grave* - choc septique* - indication à un drainage chirurgical ou instrumental des voies urinaires (hors sondage vésical simple) * Prise en charge initiale des états septiques graves de l adulte et de l enfant. Réanimation 2007, 16: S1-21

31 Facteurs de risque de complications 34 Homme Grossesse Anomalie organique ou fonctionnelle de l arbre urinaire Insuffisance rénale sévère (clairance créatinine < 30 ml/mn) Immunodépression sévère (dont cirrhose) sujets âgés > 65 ans «fragile» : > 3 critères de la classification de Fried : perte de poids involontaire au cours de la dernière année vitesse de marche lente faible endurance faiblesse/fatigue activité physique réduite > 75 ans (sauf exception) Le diabète n est plus considéré comme un facteur de risque

32 Modification de la terminologie 35 Recommandations 2008 Recommandations 2014 IU simple IU compliquée Prostatite IU simple IU à risque de complication IU masculine Prise en compte des éléments de gravité : - sepsis grave* - choc septique* - indication à un drainage chirurgical ou instrumental des voies urinaires (hors sondage vésical simple) * Prise en charge initiale des états septiques graves de l adulte et de l enfant. Réanimation 2007, 16: S1-21

33 Sepsis grave et choc septique Sepsis grave : Sepsis + au moins un critère parmi : Lactate > 2 mmol/l (ou >1,5 N) HypoTA artérielle systolique < 90 mmhg ou PAM < 65mmHg Dysfonction d organe Respiratoire (PaO2<60mmHg ou sat <90% ou PaO2/FiO2<300) Rénale (oligurie<0,5ml/kg/h ou créat > 177umol/l (20 mg/l)) Coagulation (TP<50%, plaq<100000/mm3, CIVD) Hépatique (bili > 34 umol/l, encéphalopathie avec Glasgow<14) Choc septique : persistance de l hypota ou des signes francs d hypoperfusion (lactatémie > 4 mmol/l, oligurie) malgré le remplissage

34 Indications de la BU 28 BU seule : cystite aiguë simple. Dans toutes les autres situations, elle ne sert que comme aide au diagnostic : chez la femme (en l'absence d'immunodépression grave), par sa bonne VPN, pour faire évoquer un autre diagnostic en cas de BU négative. chez l'homme pour conforter l'orientation diagnostique clinique. Dans ces situations : BU + =>ECBU

35 La BU+++ (du nouveau) 38 Chez la femme symptomatique, l'absence simultanée de leucocytes et de nitrites = très bonne VPN (>95%) en l'absence d'immunodépression grave) BU négative => autre diagnostic (ou guérison spontanée en cours ) Chez l homme, BU + pour les leucocytes et/ou les nitrites = bonne VPP (>90%) BU négative ne permet pas d'éliminer une IU

36 Ce qui est nouveau++ : 39 révision des comorbidités définissant les IU à risque de complication le diabète, même insulino-requérant, ne fait plus partie des facteurs de risque de complication l'indication de drainage chirurgical ou interventionnel constitue un critère de gravité

37 PNA simple (donc chez la femme) et sans gravité : EC 40 BU et ECBU si BU+ Hémocultures : en cas de doute diagnostique. Autres examens biologiques RIEN dans le bilan initial (Mais insce rénale = PNA ARC et/ou grave) Imagerie Echographie rénale dans les 24h en cas de PNA hyperalgique Dans les autres situations, l échographie n est pas recommandée systématiquement lors d'un 1 er épisode de PNA simple sans signe de gravité En cas d'évolution défavorable à 72h échographie rénale (en cas de suspicion de lithiase) uroscanner (en cas de suspicion d'abcès rénal)

38 41 Spécificités du diagnostic d'iu chez le sujet âgé Colonisation urinaire fréquente : > 80 ans.. un tiers à la moitié des femmes présentent une colonisation urinaire et un homme sur quatre pas de définition consensuelle de l IU chez le sujet âgé

39 Les spécificités du traitement du sujet âgé 42 Chez le patient âgé, la symptomatologie d'iu est souvent fruste ou atypique (confusion, chutes, décompensation d une comorbidité). pour les fluoroquinolones : surveillance toute particulière des effets indésirables (troubles neuropsychiques plus fréquents ++a, llongement de l'espace QT..) pour les aminosides: traitements en monodose quotidienne à privilégier, selon les recommandations de l'afssaps Dans les rares cas où un aminoside en monothérapie est indiqué, l estimation de la clairance de la créatinine est indispensable pour déterminer l espacement des doses. La durée du traitement ne doit pas dépasser 3-5 jours. pour la nitrofurantoïne : respecter la contre-indication en cas d insuffisance rénale J.Birgé avec et S.Hénard clairance 2 juin 2015 de la créatinine <

40 AU FINAL et avant de 31 traiter++! Infection simple ou à risque de complication? Grave ou pas? BU? Si BU + : ECBU avant l instauration des antibiotiques +++++

41 PNA simple ET non grave : Critères d hospitalisation 44 PNA hyperalgique, doute diagnostique, vomissements rendant impossible un traitement par voie orale (mais C3G injectables) conditions socio-économiques défavorables, doutes concernant l observance du traitement traitement par antibiotiques à prescription hospitalière (rares situations de polyallergie...)

42 45 PNA simple ET non grave : TT ambulatoire Fluoroquinolone, par voie orale d'emblée chaque fois que possible (par ordre alphabétique) ciprofloxacine non retenue par Ablor Lévofloxacine non retenue par Ablor ofloxacine. C3G par voie parentérale (par ordre alphabétique) céfotaxime (IV ou IM) ex claforan ceftriaxone (voie IV, IM ou SC)

43 CI aux quinolones 46 traitement par quinolone dans les 6 mois précédents (facteur de risque de résistance le mieux documenté) En cas d'allergie : aminoside (amikacine, gentamicine ou tobramycine) ou aztréonam (azactam )

44 PNA simple : durée du tt++ 48 C3G injectable Ou FQ Ou C3G puis FQ 7 jours Autres (rarissimes) situations : 10 à 14 jours

45 PNA à risque de complication, sans signe de 50 gravité CRP, urée, créatinine uroscanner en urgence, au plus tard dans les 24h En cas de contre-indication, ou si la suspicion de complication est faible, l'alternative est une échographie rénale Tt ID PNA simple sauf C3G en 1 ère intention et FQ en 2 nde intention MAIS durée 10 à 14 jours Le suivi clinique : une réévaluation à 72 heures pas d ECBU de J.Birgé contrôle et S.Hénard sous 2 juin et 2015 après traitement

46 51 J.Birgé FMC St Avold 3 fev.15 Infections urinaires (SPILF)

47 Pyélonéphrite grave BU + ECBU Urée, créat, NFS, CRP, hémocs systématiques Uroscanner en urgence dans les 24h, écho rénale si contre-indication Antibiothérapie et drainage si besoin C3G + aminoside en première intention FQ non indiquées en probabiliste car risque de résistance Prise en compte du risque BLSE

48 Pyélonéphrite grave (prise en compte du risque BLSE) Traitement probabiliste C3G IV (céfotaxime ou ceftriaxone) + amikacine si allergie : aztréonam + amikacine - Si sepsis grave ou geste urologique ET antécédent d IU ou colonisation urinaire EBLSE dans les 6 mois : carbapénème (imipénème, méropénème) + amikacine en cas d allergie aux carbapénèmes : aztréonam + amikacine - si [choc septique] ET [IU ou colonisation urinaire BLSE dans les 6 mois, ou antibiothérapie par péni + inhibiteur, C2G, C3G ou fluoroquinolones dans les 6 mois, ou voyage récent en zone d endémie d EBLSE ou hospitalisation < 3 mois, ou vie en long séjour ] : carbapénème (imipénème, méropénème) + amikacine en cas d allergie aux carbapénèmes : aztréonam + amikacine Relais adapté aux résultats de l antibiogramme Arrêt carbapénème dès que possible Poursuite en parentéral si critère de gravité persistant Puis relais oral : idem PNA sans signe de gravité Durée totale de traitement : 10 à 14 jours

49 PNA grave 54 Hospitalisation Bithérapie avec aminoside = AMIKACINE ++ Pas de quinolones

50 Monsieur P ans Il a des brulures mictionnelles et, en option, de la fièvre De quels éléments à t-on besoin pour le prendre en charge

51 Infections Urinaires 56 Masculines+++ Exit la prostatite!!!! BU avec forte VPP+++ ECBU si BU + pour antibiogramme BU - mais suspicion clinique pour écarter le diagnostic Hémoculture si fièvre. Pas de PSA (ni pdt ni après) Imagerie : Écho sus pubienne dans les 24 heures si signes de gravité seulement. IRM si évolution défavorable

52 57 IUM : tt Forme paucisymptomatique : rien en attente ECBU+++ Traitement documenté Fluoroquinolones : ciprofloxacine, lévofloxacine (non retenues Ablor) ofloxacine les fluoroquinolones ++ : bonne diffusion prostatique. Le TMP-SMX est une alternative aux fluoroquinolones pour le traitement des IU masculines dues à une bactérie sensible : sa diffusion prostatique est très bonne, mais les données cliniques d efficacité sont moins nombreuses.

53 58 J.Birgé FMC St Avold 3 fev.15 Infections urinaires (SPILF)

54 tt probabiliste 59 IU masculine fébrile, ou rétention aiguë d'urine, ou terrain d'immunodépression grave identique aux PNA à risque de complication C3G (ceftriaxone 2g/j) FQ Durée de traitement Peu de données Minimum 14 jours, même dans les formes paucisymptomatiques (FQ ou TMP) 21 jours dans les autres cas

55 Et si on ne retenait que. 61 La terminologie : simple/ ARC / grave Prise en compte du risque BLSE pour les IU graves Les IUM La BU VPN chez la femme VPP chez l homme La place limitée de l imagerie (PNA..)

CONTEXTE. 2. L'évolution de l écologie bactérienne et de la résistances aux antibiotiques (EBLSE++)

CONTEXTE. 2. L'évolution de l écologie bactérienne et de la résistances aux antibiotiques (EBLSE++) OBJECTIFS Connaître la nouvelle terminologie et les nouvelles stratégies thérapeutiques. Modifier sa pratique dans la gestion des infections urinaires. CONTEXTE 1. La recommandation SPILF de juin 2008

Plus en détail

Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée»

Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée» Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée» Ce document s appui sur les recommandations de la société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF) : «Diagnostic et antibiothérapie

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHÉRAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTÉRIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHÉRAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTÉRIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHÉRAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTÉRIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE Diapositives réalisées par le comité des référentiels de la SPILF à partir des Recommandations publiées en

Plus en détail

06/10/2014 QUE FAIRE DEVANT DES URINES DÉMARCHE EST-CE UNE INFECTION URINAIRE? TROUBLES?

06/10/2014 QUE FAIRE DEVANT DES URINES DÉMARCHE EST-CE UNE INFECTION URINAIRE? TROUBLES? QUE FAIRE DEVANT DES URINES TROUBLES? JL Schmit octobre 2014 DÉMARCHE Est-ce une infection urinaire? Si oui dois-je traiter? Si oui comment? EST-CE UNE INFECTION URINAIRE? Autre cause d urines troubles:

Plus en détail

Infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte : Recommandations 2014 de la SPILF

Infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte : Recommandations 2014 de la SPILF Infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte : Recommandations 2014 de la SPILF G Martin-Blondel, P Delobel, B Marchou, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, CHU de Toulouse

Plus en détail

Antibiothérapie de la cystite simple :

Antibiothérapie de la cystite simple : Antibiothérapie de la cystite simple : Traitement de 1ère intention = fosfomycine-trométamol en dose unique (très peu de résistance, bons coefficients d'éradication clinique et microbiologique, bonne tolérance,

Plus en détail

Messages clés dans les infections urinaires SPILF Pr Séverine Ansart Service des Maladies Infectieuses CHRU de Brest

Messages clés dans les infections urinaires SPILF Pr Séverine Ansart Service des Maladies Infectieuses CHRU de Brest Messages clés dans les infections urinaires SPILF 2014 Pr Séverine Ansart Service des Maladies Infectieuses CHRU de Brest LES PROBLEMES D AUJOURD HUI LES BLSE! BEH, INVS LES PROBLEMES D AUJOURD HUI: BEH,

Plus en détail

Infections urinaires. Pr André Cabié

Infections urinaires. Pr André Cabié Infections urinaires Pr André Cabié Infections urinaires Agents causals Espèces bactériennes en cause Espèces Cystite simple Autres formes Escherichia coli 70-85% 85-90% Staphylococcus saprophyticus 5-10%

Plus en détail

Signes cliniques des infections urinaires

Signes cliniques des infections urinaires Signes cliniques des infections urinaires Renaud DEFEBVRE Aucun conflit d intérêt Signes cliniques classiques Dans les livres et chez les patients jeunes. : Signes de cystite : dysurie, brulures mictionnelles,

Plus en détail

La concertation au cas par cas : Quel dialogue clinico-microbiologique avant de décider?

La concertation au cas par cas : Quel dialogue clinico-microbiologique avant de décider? Réunion régionale des référents en antibiothérapie des établissements de santé de Normandie La concertation au cas par cas : Quel dialogue clinico-microbiologique avant de décider? à propos d'un dossier

Plus en détail

Infections en urologie : des recommandations actualisées

Infections en urologie : des recommandations actualisées Infections en urologie : des recommandations actualisées La prise en charge des patients atteints d infection urinaire bactérienne, bien que fréquente, n en reste pas moins délicate. Les deux sociétés

Plus en détail

AEMIP Association des Enseignants de Microbiologie et d Immunologie des Facultés de Pharmacie (www.aemip.fr)

AEMIP Association des Enseignants de Microbiologie et d Immunologie des Facultés de Pharmacie (www.aemip.fr) Fiche SYNDROME AEMIP 2016 Infections urinaires (IU) communautaires chez l adulte Auteurs : MJ Butel, A. Doléans-Jordheim, A. Le Monnier et M. Pestel Caron Circonstances diagnostiques (sémiologie) Arbre

Plus en détail

Déclaration de conflits d intérêts : Tatiana Galpérine

Déclaration de conflits d intérêts : Tatiana Galpérine Mise en perspective : Recommandations AFSSAPS pour le Traitement des Infections Urinaires Communautaires et données des réseaux de l Onerba Dr Tatiana GALPERINE Hôpital Tenon Service des Maladies Infectieuses

Plus en détail

CAS CLINIQUE N 4 Infection urinaire du sujet âgé

CAS CLINIQUE N 4 Infection urinaire du sujet âgé CAS CLINIQUE N 4 Infection urinaire du sujet âgé 30 juin 2015 DES UE Pharmacie Clinique Cécile LEBAUDY Présentation du patient (1) Mr B, 88 ans, 1m70, 85 kg Vit seul à domicile Autonome Pas de troubles

Plus en détail

Traitements des infections urinaires

Traitements des infections urinaires Pierre Renaudin Laboratoire de Pharmacie Clinique Année 2016-2017 Traitements des infections urinaires Généralités Recommandations Critères de choix thérapeutiques Optimisation thérapeutique Définition

Plus en détail

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF 2015 INTRODUCTION L infection urinaire (IU) peut avoir des conséquences

Plus en détail

Diagnostic et Antibiothérapie des infections urinaires communautaires de l'adulte

Diagnostic et Antibiothérapie des infections urinaires communautaires de l'adulte Diagnostic et Antibiothérapie des infections urinaires communautaires de l'adulte Dr Elisabeth ASLANGUL MCU Thérapeutique Université Diderot Paris VII Proportion d' E. coli résistant aux Aminopenicillines

Plus en détail

Actualisation infections urinaires

Actualisation infections urinaires Actualisation infections urinaires Dr Blandine Cattier, biologiste, référent ATB, CHIC Amboise & Château-Renault 21/10/2014 1 34 pages 21/10/2014 2 21/10/2014 3 21/10/2014 4 Ce qui est nouveau : Terminologie

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES CHEZ L ADULTE : CYSTITE

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES CHEZ L ADULTE : CYSTITE Référentiels/Arbres décisionnels DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES CHEZ L ADULTE : CYSTITE 1. Diagnostic de cystite ASSOCIATION DE 3 SIGNES Brûlures et

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES CHEZ L ADULTE

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES CHEZ L ADULTE DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES CHEZ L ADULTE RBP IU adulte JRI Nancy 18 octobre 2008 Choix antibiotiques : principes généraux Critères de choix des schémas

Plus en détail

Infections urinaires communautaires: faire du neuf avec du vieux Recommandations SPILF 2014

Infections urinaires communautaires: faire du neuf avec du vieux Recommandations SPILF 2014 Infections urinaires communautaires: faire du neuf avec du vieux Recommandations SPILF 2014 Pr Didier Neau Hôpital Pellegrin Arrêt de commercialisation de 31 molécules, 10 nouvelles molécules Recommandations

Plus en détail

Infections urinaires

Infections urinaires Infections urinaires Journée régionale d échanges des référents en antibiothérapie des établissements de santé David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes Actualisation 2014 des recommandations

Plus en détail

Une histoire d infection urinaire. Docteur Nathalie BRONET ARMEDA 15/02/2011

Une histoire d infection urinaire. Docteur Nathalie BRONET ARMEDA 15/02/2011 Une histoire d infection urinaire Docteur Nathalie BRONET ARMEDA 15/02/2011 -Femme 20 ans -Consulte aux Urgences pour AEG -Antécédents : 0 -Traitement en cours : Paracétamol / CO -HDM : elle a fait 3 semaines

Plus en détail

Nouvelles recommandations diagnostiques et thérapeutiques des infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte

Nouvelles recommandations diagnostiques et thérapeutiques des infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte Nouvelles recommandations diagnostiques et thérapeutiques des infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte Comité de pilotage des recommandations SPILF/AFU 2014 Patrick Coloby Membre du

Plus en détail

Le bon usage des antibiotiques dans le traitement des infections bactériennes de la personne âgée en institution» Les enjeux

Le bon usage des antibiotiques dans le traitement des infections bactériennes de la personne âgée en institution» Les enjeux Le bon usage des antibiotiques dans le traitement des infections bactériennes de la personne âgée en institution» Les enjeux Bien soigner les personnes âgées!! Donc AB efficace Dans un contexte général

Plus en détail

Infections urinaires communautaires.

Infections urinaires communautaires. EPU- Infectiologie. 2014 Infections urinaires communautaires. Recommandations SPILF 2014 Dr Th Levent. Référent antibiotique-centre hospitalier de Sambre Avesnois. Ce qui est nouveau Ce qui est nouveau

Plus en détail

Cas Clinique. Infection urinaire compliquée sur Polykystose rénale. Martin Clermont 09/01/2015

Cas Clinique. Infection urinaire compliquée sur Polykystose rénale. Martin Clermont 09/01/2015 Cas Clinique Infection urinaire compliquée sur Polykystose rénale Martin Clermont 09/01/2015 Présentation du cas Patiente de 79 ans. Suivie depuis 50 ans pour une polykystose rénale autosomique dominante.

Plus en détail

Dossier clinique n 3n. Pr M. Dupon

Dossier clinique n 3n. Pr M. Dupon Dossier clinique n 3n Un homme de 67 ans se présente aux urgences un samedi après-midi car il a une aggravation de difficultés urinaires (dysurie et nycturie) avec des mictions fréquentes toutes les 2

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES

INFECTIONS URINAIRES RÉFÉRENTIEL : Page 1/12 INFECTIONS URINAIRES SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS DE 2014 DE LA SOCIÉTÉ DE PATHOLOGIE INFECTIEUSE DE LANGUE FRANÇAISE (SPILF) ET DU CNGOF (DÉCEMBRE 2015). (TEXTE COMPLET TÉLÉCHARGEABLE

Plus en détail

Infections urinaires de l adulte

Infections urinaires de l adulte Infections urinaires de l adulte Pr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes UE6-Boutoille-2016 1 Actualisation 2014 des recommandations sur les infections urinaires communautaires

Plus en détail

Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT

Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT Rappel sur la clinique de l infection urinaire et des prostatites et place de la biologie dans le diagnostic de ces infections Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT Epidémiologie Infections

Plus en détail

Actualités en infectiologie. Dr DOS SANTOS Ophélie Maladies Infectieuses, Centre Hospitalier Métropole Savoie Avril 2016

Actualités en infectiologie. Dr DOS SANTOS Ophélie Maladies Infectieuses, Centre Hospitalier Métropole Savoie Avril 2016 Actualités en infectiologie Dr DOS SANTOS Ophélie Maladies Infectieuses, Centre Hospitalier Métropole Savoie Avril 2016 Plan Consommation d antibiotiques Résistance bactérienne Infections urinaires Mise

Plus en détail

Infections urinaires en EHPAD Nouvelles recommandations. Hanitra ANDRIANASOLO Gériatre au Centre Emma Ventura CHU de Martinique

Infections urinaires en EHPAD Nouvelles recommandations. Hanitra ANDRIANASOLO Gériatre au Centre Emma Ventura CHU de Martinique Infections urinaires en EHPAD Nouvelles recommandations Hanitra ANDRIANASOLO Gériatre au Centre Emma Ventura CHU de Martinique Infections urinaires en EHPAD - Fréquentes : 24% PRIAM (2005) 29% HALT (2010)

Plus en détail

IRH J.Birgé JRI 10 nov INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES LES «NOUVELLES» RECOMMANDATIONS DE NOV. 2011

IRH J.Birgé JRI 10 nov INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES LES «NOUVELLES» RECOMMANDATIONS DE NOV. 2011 1 INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES LES «NOUVELLES» RECOMMANDATIONS DE NOV. 2011 Mes liens d intérêts 2 Spécialiste en médecine générale en activité Membre des commissions de bonnes pratiques et de parcours

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE DES PYELONEPHRITES. L ADULTE Recommandations Tunisiennes. M. CHAKROUN Sfax, 17 Octobre 2008

ANTIBIOTHERAPIE DES PYELONEPHRITES. L ADULTE Recommandations Tunisiennes. M. CHAKROUN Sfax, 17 Octobre 2008 ANTIBIOTHERAPIE DES PYELONEPHRITES AIGUES D ORIGINE D COMMUNAUTAIRE DE L ADULTE Recommandations Tunisiennes M. CHAKROUN Sfax, 17 Octobre 2008 INTRODUCTION La pyélonéphrite aigue (PNA) est une infection

Plus en détail

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 1 J.Birgé S.Hénard Antibiolor Les recommandations Infections Urinaires Communautaires de la SPILF* (adultes, hors femmes enceintes) 31/5/2014 1.

Plus en détail

Diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte à l ère de la multi-résistance

Diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte à l ère de la multi-résistance Diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte à l ère de la multi-résistance 43ème Colloque national des Biologistes des Hôpitaux 5 au 7 novembre 2014 Marseille

Plus en détail

Historique des recommandations. Nouveautés? Physiopathologie. SPILF ANDEM 1995

Historique des recommandations. Nouveautés? Physiopathologie. SPILF ANDEM 1995 Historique des recommandations Infections urinaires communautaires Nouvelles recommandations Vers moins de fluoroquinolones? Karine Faure Unité des Maladies Infectieuses Service de Gestion du Risque Infectieux

Plus en détail

Recommandation sur la prise en charge des IU chez les personnes âgées en institution. Olivier Baud Arlin Auvergne-Rhône-Alpes

Recommandation sur la prise en charge des IU chez les personnes âgées en institution. Olivier Baud Arlin Auvergne-Rhône-Alpes Recommandation sur la prise en charge des IU chez les personnes âgées en institution Olivier Baud Arlin Auvergne-Rhône-Alpes QCM 1 : L interprétation du résultat d un ECBU doit prendre en compte : 1. La

Plus en détail

Diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte

Diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte Diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte Dr Myrta VESANES, CH du MARIN RÉSEAU DES HYGIÉNISTES, PRÉSIDENTS DE CLIN ET CGRAS 17 MARS 2016 ARLIN MARTINIQUE

Plus en détail

BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES, LA CLEF DE LA LUTTE CONTRE LES BMR

BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES, LA CLEF DE LA LUTTE CONTRE LES BMR 1 BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES, LA CLEF DE LA LUTTE CONTRE LES BMR Nancy J.Birgé Antibiolor Mes liens d intérêts 2 Spécialiste en médecine générale en activité Membre des commissions de bonnes pratiques

Plus en détail

Actualisation des recommandations du

Actualisation des recommandations du Actualisation des recommandations du Actualités Thérapeutiques D. Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales 1 dimanche 2 décembre Actualisation AFFSAPS 2011 2 dimanche 2 décembre Contexte : évolution

Plus en détail

Soirée infectiologie Infection urinaire 10 mars Anne Vandendriessche Maladies Infectieuses

Soirée infectiologie Infection urinaire 10 mars Anne Vandendriessche Maladies Infectieuses oirée infectiologie Infection urinaire 10 mars 2016 Anne Vandendriessche Maladies Infectieuses Cas clinique Mme P, 64 ans, diabétique consulte car elle doit être opérée pour pose d'une PTH. Elle est apyrétique

Plus en détail

À propos des recommandations actualisées pour le diagnostic et l'antibiothérapie des infections urinaires bactériennes de l'adulte

À propos des recommandations actualisées pour le diagnostic et l'antibiothérapie des infections urinaires bactériennes de l'adulte À propos des recommandations actualisées pour le diagnostic et l'antibiothérapie des infections urinaires bactériennes de l'adulte J. Doublet About the new guidelines for diagnosis and treatment of urinary

Plus en détail

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy Principes generaux de l antibiotherapie Prof RANDRIA Mamy Introduction Antibiotiques: substances d origine biologique ou synthétique capables d inhiber la croissance des bactéries Médicaments d usage courant

Plus en détail

prostatite aiguë, infections urinaires de la femme enceinte

prostatite aiguë, infections urinaires de la femme enceinte Principaux messages La place de chaque antibiotique repose non seulement sur les critères d efficacité et de toxicité mais aussi sur l analyse du risque écologique, afin de limiter l émergence de résistances

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS URINAIRES EN VILLE. EMERY malo a partir des recommandations de bonne pratique AFSSAPS 2008.

PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS URINAIRES EN VILLE. EMERY malo a partir des recommandations de bonne pratique AFSSAPS 2008. PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS URINAIRES EN VILLE EMERY malo a partir des recommandations de bonne pratique AFSSAPS 2008. Infections urinaires hautes et basses n'existent plus. On parle d'infection urinaire

Plus en détail

Infections à BGN. 2/ Autres BGN : pseudomonas (bacille pyocyannique), acinetobacter.

Infections à BGN. 2/ Autres BGN : pseudomonas (bacille pyocyannique), acinetobacter. Introduction Infections à BGN Infections très fréquentes. Communautaires / associées aux soins. La porte d entrée: urinaire / digestive Gravité sepsis sévère. La première cause de choc septique Résistance

Plus en détail

Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS

Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant les pyélonéphrites aiguës : A - Elles peuvent mettre en jeu le pronostic vital

Plus en détail

Infections urinaires associées aux soins

Infections urinaires associées aux soins Infections urinaires associées aux soins XIVe journée régionale de prévention des infections associées aux soins 21 avril 2016 Docteur Elise Fiaux NormAntibio Service des Maladies Infectieuses, CHU Rouen

Plus en détail

Les nouvelles recommanda/ons du traitement des infec/ons urinaires de l adulte

Les nouvelles recommanda/ons du traitement des infec/ons urinaires de l adulte Les nouvelles recommanda/ons du traitement des infec/ons urinaires de l adulte D. Boutoille Maladies Infec3euses et Tropicales CHU de Nantes 1 Pourquoi une actualisa/on? Précédentes recommanda3ons datant

Plus en détail

PLACE DES QUINOLONES DANS LES IU BASSES

PLACE DES QUINOLONES DANS LES IU BASSES PLACE DES QUINOLONES DANS LES IU BASSES JL GRAVERON OMEDIT CENTRE 22 SEPTEMBRE 2016 Antibiothérapie cystite aiguë simple (SPILF 2014) Traitement probabiliste avec SFU + BU 1ᵉ intention: FOSFOMYCINE trométanol

Plus en détail

Quoi de neuf docteur?

Quoi de neuf docteur? Infection urinaire SPILF 2014 Quoi de neuf docteur? Contexte (1,2) prévalence des résistances R coli 10 % FQ (< 3 % cystites) 5 % céphalosporines (BLSE majoritaire) W ANSM ATB critiques - Impact sur le

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 8 février 2017

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 8 février 2017 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 8 février 2017 Date d examen par la Commission : 30 novembre 2016 L avis de la commission de la Transparence adopté le 30 novembre 2016 a fait l objet d une audition

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES

INFECTIONS URINAIRES INFECTIONS URINAIRES Terminologie IU simples Cystite ou PNA aiguë simple IU à risque de complication Cystite aigue ou PNA à risque de complication Prostatite IU graves: PNA et prostatites associées soit

Plus en détail

Les leçons de l EPP : restreindre la durée des antibiothérapies

Les leçons de l EPP : restreindre la durée des antibiothérapies 7 ème réunion régionale des référents en antibiothérapie des établissements de santé de Haute-Normandie Les leçons de l EPP : restreindre la durée des antibiothérapies «comment couper les fourchettes?»

Plus en détail

Infection urinaire chez l enfant. Sylvie Nathanson Service de Pédiatrie Centre Hospitalier de Versailles

Infection urinaire chez l enfant. Sylvie Nathanson Service de Pédiatrie Centre Hospitalier de Versailles Infection urinaire chez l enfant Sylvie Nathanson Service de Pédiatrie Centre Hospitalier de Versailles XXème journée de Microbiologie Clinique du COL.BVH 19 juin 2015 ACNBH XX ème Journée du COL.BVH Les

Plus en détail

Mes liens d intérêts

Mes liens d intérêts Cycle Actualisation des Recommandations J.Birgé 24 janvier 2012 1 INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES LES RECOMMANDATIONS DE L AFSSAPS NOV. 2011(+/- ANTIBIOVILLE) ET BONUS OSLER Mes liens d intérêts 2 Spécialiste

Plus en détail

Infections urinaires quelques aspects thérapeutiques. P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015

Infections urinaires quelques aspects thérapeutiques. P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015 Infections urinaires quelques aspects thérapeutiques P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015 E Coli «ville» Bruyère F 2013, infections urinaires fébriles «ville» E Coli «ville» Bruyère F 2013, infections

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Dr Wissem HACHFI. Sce de Médecine Interne et Maladies Infectieuses CHU Farhat Hached Sousse

CAS CLINIQUE. Dr Wissem HACHFI. Sce de Médecine Interne et Maladies Infectieuses CHU Farhat Hached Sousse CAS CLINIQUE Dr Wissem HACHFI Sce de Médecine Interne et Maladies Infectieuses CHU Farhat Hached Sousse Cas clinique - Patient de 70 ans, - Antécédents:. Diabète de type II sous ISL. Prothèse mécanique

Plus en détail

L EXAMEN CYTOBACTERIOLOGIQUE DES URINES EN MEDECINE DE VILLE CHEZ L ADULTE.

L EXAMEN CYTOBACTERIOLOGIQUE DES URINES EN MEDECINE DE VILLE CHEZ L ADULTE. InVitro L EXAMEN CYTOBACTERIOLOGIQUE DES URINES EN MEDECINE DE VILLE CHEZ L ADULTE. Les infections urinaires communautaires représentent le second site d'infection bactérienne après l'arbre bronchique.

Plus en détail

COPACAMU Comment traiter en ambulatoire les infections Pulmonaires, urinaires, cutanées. Cas cliniques. Sékéné BADIAGA Hôpital Nord Marseille

COPACAMU Comment traiter en ambulatoire les infections Pulmonaires, urinaires, cutanées. Cas cliniques. Sékéné BADIAGA Hôpital Nord Marseille COPACAMU 2011 Comment traiter en ambulatoire les infections Pulmonaires, urinaires, cutanées Cas cliniques Sékéné BADIAGA Hôpital Nord Marseille Cas clinique 1 Femme de 36 ans, sans ATCD Séjour touristique

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DE L ADULTE IMMUNOCOMPETENT. Site d Etampes

ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DE L ADULTE IMMUNOCOMPETENT. Site d Etampes DIFFUSION : Site d Etampes ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DE L ADULTE IMMUNOCOMPETENT Site d Etampes PR-ULI-URG-PEC-N 107 Version n 1 Créé 01/02/2011 OBJET ET DEFINITION Organiser

Plus en détail

FOURNIER ANNA INTERNE 5ÉME SEMESTRE DES MÉDECINE INTERNE DESC INFECTIOLOGIE

FOURNIER ANNA INTERNE 5ÉME SEMESTRE DES MÉDECINE INTERNE DESC INFECTIOLOGIE FOURNIER ANNA INTERNE 5ÉME SEMESTRE DES MÉDECINE INTERNE DESC INFECTIOLOGIE OBJECTIFS Considérer l augmentation des résistances et limiter le risque écologique : E.coli FQ-R 10% E.coli C3G-R 5% Limiter

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB-45 Pagination : 1de 7 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 45 Rédacteurs Dr Bénédicte VALLET Date 20/10/2008 Validation Srce Commission

Plus en détail

Item n 93 : Infections urinaire de l enfant et de l adulte

Item n 93 : Infections urinaire de l enfant et de l adulte Épidémiologie Item n 93 : Infections urinaire de l enfant et de l adulte Facteurs de risque : Malformations des voies urinaires Immunodépression : diabète Transplantation rénale Stase urinaire et corps

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 janvier 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 janvier 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 5 janvier 2011 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée 5 ans à compter du 21/11/2005 (JO du 31 janvier 2008) LOGIFLOX 400 mg, comprimé pelliculé sécable

Plus en détail

DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH

DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH ACNBH XX ème Journée du COL.BVH Les infections urinaires Paris 19 juin 2015 ODPC N 1495 DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH Dr Tatiana GALPERINE Exerçant

Plus en détail

Consommation ATB en 2010

Consommation ATB en 2010 Recommandations de bonnes pratiques en antibiothérapie en EHPAD S. Alfandari CH Tourcoing Mai 2013 Consommation ATB en 2010 Source: ANSM 11/12 Surconsommation des > 65 ans Source: CPAM NPC Des grosses

Plus en détail

Focus Infections urinaires communautaires.

Focus Infections urinaires communautaires. EPU- Infectiologie. 14/06/2016 Focus Infections urinaires communautaires. (Hors Infection chez l enfant, la femme enceinte et les IAS) http://www.infectiologie.com/userfiles/file/spilf/recos/infections-urinaires-spilf.pdf

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 142 - Juillet/Août 2014 SOMMAIRE 1) 1) Infection urinaire chez la personne âgée (PA) 1-1 Généralités 2) Quizz 1-2 Cystite aiguë à risque de complication 1-3 PNA à risque de complication

Plus en détail

Diagnostic et antibiothérapie. des infections urinaires bactériennes. communautaires de l adulte

Diagnostic et antibiothérapie. des infections urinaires bactériennes. communautaires de l adulte SPILF 2014 Mise au point Texte court Diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte 1 GROUPE DE TRAVAIL Pr François CARON, Infectiologue, Rouen Président

Plus en détail

Infections Urinaires de l Enfant

Infections Urinaires de l Enfant Elaboration de Bonne Pratique Clinique Infections Urinaires de l Enfant Robert Cohen Coordonateur du Groupe d Expert sur les Infections urinaires de l enfant Particularités des IU de l enfant Fréquence

Plus en détail

Diagnostic et antibiothérapie. des infections urinaires bactériennes. communautaires de l adulte

Diagnostic et antibiothérapie. des infections urinaires bactériennes. communautaires de l adulte SPILF 2014 Mise au point Texte court Diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte 1 GROUPE DE TRAVAIL Pr François CARON, Infectiologue, Rouen Président

Plus en détail

Les infections respiratoires basses

Les infections respiratoires basses Les infections respiratoires basses Francine de Salvador Bronchites Pneumonies Les différents niveaux Trachéïte Inflammation de la trachée Bronchite Inflammation des bronches Bronchiolite Inflammation

Plus en détail

Infections urinaires. JEDI 22 novembre 2014 Dr S DAVAL CH Saint-Jean-de-Maurienne

Infections urinaires. JEDI 22 novembre 2014 Dr S DAVAL CH Saint-Jean-de-Maurienne Infections urinaires JEDI 22 novembre 2014 Dr S DAVAL CH Saint-Jean-de-Maurienne Melle M 24 ans, aucun antécédent ou traitement vous consulte pour des brûlures mictionnelles, pollakiurie et hématurie macroscopique

Plus en détail

Infections urinaires : relecture des nouvelles recommandations. Dr Pierre Bigot Service d Urologie 19 janvier 2017

Infections urinaires : relecture des nouvelles recommandations. Dr Pierre Bigot Service d Urologie 19 janvier 2017 Infections urinaires : relecture des nouvelles recommandations Dr Pierre Bigot Service d Urologie 19 janvier 2017 Terminologie Infections urinaires simples Infections urinaires à risque de complication

Plus en détail

Les infections urinaires en EHPAD:

Les infections urinaires en EHPAD: Les infections urinaires en EHPAD: Règles de bon usage des ATB Dernières recommandations Cas cliniques Prof. Pierre Tattevin Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale, Hôpital Pontchaillou, CHU Rennes

Plus en détail

Infections urinaires. Jean-Pierre Bru Maladies Infectieuses Centre Hospitalier Annecy Genevois

Infections urinaires. Jean-Pierre Bru Maladies Infectieuses Centre Hospitalier Annecy Genevois Infections urinaires Jean-Pierre Bru Maladies Infectieuses Centre Hospitalier Annecy Genevois Communautaires Femme enceinte Associées aux soins Diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes

Plus en détail

Actualités en antibiothérapie

Actualités en antibiothérapie Actualités en antibiothérapie 17 décembre 2015 Anissa Bouaziz Infectiologie Service de Médecine A CH Lucien Hussel, VIENNE Programme Problématiques actuelles : Alerte sur l antibiorésistance Les antibiotiques

Plus en détail

Objectifs. Cystite 14/03/2011. Infections urinaires chez le sujet agé. Cystite Pyélonéphrite Prostatite Orchiépididymite

Objectifs. Cystite 14/03/2011. Infections urinaires chez le sujet agé. Cystite Pyélonéphrite Prostatite Orchiépididymite Infections urinaires chez le sujet agé Pyélonéphrite Prostatite Orchiépididymite LILLAZ J. (CCA UROLOGIE) Objectifs Infectieux urologie = Sujet simple dans la plupart des cas. A condition d être précis,

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES

INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES DOSSIER 681 SOMMAIRE 681 Terminologie 682 Outils du diagnostic Germes en cause Cystite aiguë 683 Cystite récidivante 685 Pyélonéphrite aiguë IU masculines 686 IU de l enfant IU de la femme enceinte IU

Plus en détail

3.78. Famille pharmacologique Dérivé de l' acide fosfonique

3.78. Famille pharmacologique Dérivé de l' acide fosfonique MOLECULES RECOMMANDEES POUR LE DES INFECTIONS URINAIRES DE L' ADULTE (normo-rénal et normo-hépatique, en dehors de la femme enceinte) AFSSAPS 2008 En fond grisé les molécules du livret thérapeutique CH

Plus en détail

Le Laboratoire de Recherche «Résistance aux Antibiotiques» & La Société Tunisienne de Pathologie Infectieuse

Le Laboratoire de Recherche «Résistance aux Antibiotiques» & La Société Tunisienne de Pathologie Infectieuse Le Laboratoire de Recherche «Résistance aux Antibiotiques» & La Société Tunisienne de Pathologie Infectieuse PRISE EN CHARGE DE LA PYELONEPHRITE AIGUE DE L'ADULTE Recommandations thérapeutiques Coordinateurs

Plus en détail

Infections urinaires actualités. Jeudi 17 novembre 2016

Infections urinaires actualités. Jeudi 17 novembre 2016 Infections urinaires actualités Jeudi 17 novembre 2016 Le Havre Introduction Diagnostic souvent difficile et porté à tord Buts de la prise en charge : Identifier, traiter l infection éviter la récidive

Plus en détail

INFECTION URINAIRE DESC

INFECTION URINAIRE DESC INFECTION URINAIRE DESC 2015 Introduction une des infections bactériennes les plus fréquentes en pédiatrie 2 situations selon le siège de l infection cystite (infection urinaire basse) pyélonéphrite aiguë

Plus en détail

LE REFERENT EN ANTIBIOTHERAPIE

LE REFERENT EN ANTIBIOTHERAPIE JOURNEE DES REFERENTS ATB - 12/01/2017 - ANGERS 1 LE REFERENT EN ANTIBIOTHERAPIE RETOUR D EXPERIENCE Dr Armelle RABJEAU JOURNEE DES REFERENTS ATB - 12/01/2017 - ANGERS 2 Présentation Profession : Pharmacien

Plus en détail

Pertinence de la prescription de Fluoroquinolones : où en sommes-nous?

Pertinence de la prescription de Fluoroquinolones : où en sommes-nous? Pertinence de la prescription de Fluoroquinolones : où en sommes-nous? LO PRESTI Coralie 1, BLAISE Agathe 2, MAESTRACCI Michèle 1, LARUE Michèle 1. 1 Service Pharmacie, CH Salon de Provence 2 Pneumologie

Plus en détail

Prescription des antibiotiques chez le sujet âgé Cas clinique

Prescription des antibiotiques chez le sujet âgé Cas clinique Prescription des antibiotiques chez le sujet âgé Cas clinique Dr Emmanuel Forestier Service de Maladies infectieuses Centre Hospitalier Chambéry Déclaration de liens d intérêts de 2010 à 2012 Intervenant

Plus en détail

Infections urinaires masculines (IUM):! même les «pro-stats» s y perdent!

Infections urinaires masculines (IUM):! même les «pro-stats» s y perdent! ! Palais des Congrès de Infections urinaires particulières cherchent solutions particulières Infections urinaires masculines (IUM):! même les «pro-stats» s y perdent! Dr Manuel ETIENNE, Infectiologie,

Plus en détail

Du Bon Usage Des FLUOROQUINOLONES

Du Bon Usage Des FLUOROQUINOLONES Du Bon Usage Des FLUOROQUINOLONES Service des maladies infectieuses et Tropicales Professeur Bruno MARCHOU CHU Toulouse Remerciements aux Dr Alexa Debard et Marion Grare 18/11/2015 BM, Bon usage FQ 1 Des

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 16 mars 2016

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 16 mars 2016 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 16 mars 2016 amoxicilline et inhibiteur d enzyme AUGMENTIN 100 mg/12,50 mg par ml Enfant, poudre pour suspension buvable en flacon [8/1] Fl/60 ml (CIP: 34009 343 925

Plus en détail

INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES LES «NOUVELLES» RECOMMANDATIONS DE NOV ET BONUS HP+OSLER!

INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES LES «NOUVELLES» RECOMMANDATIONS DE NOV ET BONUS HP+OSLER! 1 INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES LES «NOUVELLES» RECOMMANDATIONS DE NOV. 2011 ET BONUS HP+OSLER! AMMPPU Mes liens d intérêts 2 Spécialiste en médecine générale en activité Membre des commissions de bonnes

Plus en détail

BPCO & INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES. Dr F. MILHE Pneumologue les Fleurs

BPCO & INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES. Dr F. MILHE Pneumologue les Fleurs BPCO & INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES Dr F. MILHE Pneumologue les Fleurs 1 OBSERVATION CLINIQUE Mr X, 56 ans, est admis aux urgences pour dégradation de son état respiratoire. Aggravation de la dyspnée

Plus en détail

Cas clinique. Franchitto Nicolas Séminaire Infectiologie 10/01/06

Cas clinique. Franchitto Nicolas Séminaire Infectiologie 10/01/06 Cas clinique Franchitto Nicolas Séminaire Infectiologie 10/01/06 Motif d hospitalisation Mr T Bernard, âgé de 72 ans, est hospitalisé : en urgence, un triste samedi de février, en fin d après-midi, pour

Plus en détail

SINUSITE MAXILLAIRE AIGUE

SINUSITE MAXILLAIRE AIGUE SINUSITE MAXILLAIRE AIGUE I Définition Elle se définit comme une infection aiguë de la muqueuse du sinus maxillaire. C est une affection fréquente vue dans le cadre de l urgence. C est une complication

Plus en détail

Actualités de l antibiothérapie par voie générale dans les infections courantes de l enfant.

Actualités de l antibiothérapie par voie générale dans les infections courantes de l enfant. Actualités de l antibiothérapie par voie générale dans les infections courantes de l enfant. Y. AMEGNRAN, M. COLOMBIES, C. CASTRO, J. POISSON et F. TRONC, Service de Pédiatrie-néonatologie CH Carcassonne.

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 12 avril 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 12 avril 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 12 avril 2006 TAVANIC 5 mg/ml, solution pour perfusion 1 flacon de 50 ml (CIP: 561 898-6) TAVANIC 5 mg/ml, solution pour perfusion 1 flacon en verre de 100 ml (CIP :

Plus en détail

Elodie Couvé-Deacon Assistant Hospitalo-Universitaire Unité d Hygiène, CHU Dupuytren

Elodie Couvé-Deacon Assistant Hospitalo-Universitaire Unité d Hygiène, CHU Dupuytren Elodie Couvé-Deacon Assistant Hospitalo-Universitaire Unité d Hygiène, CHU Dupuytren Sociétés savantes Co- promotion SPILF, AFU, SF2H Sociétés partenaires : Société Française de Microbiologie Société de

Plus en détail

Selon les recommandations de 2014

Selon les recommandations de 2014 2016-2017 Selon les recommandations de 2014 I- L arbre urinaire rein uretères + urètre Vessie Prostate Canal prostatique Méat II- Définitions IU = Multiplication de micro-organismes dans l urine vésicale

Plus en détail