Rapport Environnemental, Social et Sociétal Compagnie Minière d Akouta

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport Environnemental, Social et Sociétal 2009. Compagnie Minière d Akouta"

Transcription

1 Rapport Environnemental, Social et Sociétal 2009 Compagnie Minière d Akouta

2 Sommaire Présentation de la COMINAK p.5 La situation géographique p.5 Les activités de la COMINAK La responsabilité sociale p.9 Les ressources humaines p.9 La sécurité au travail La gestion environnementale p.11 Le système de management environnemental ISO p.12 La prévention des risques et des pollutions p.12 La performance environnementale p.15 Le réseau de surveillance environnementale L exposition radiologique p.17 Le suivi des travailleurs p.17 Le suivi de la population L intégration dans les territoires p.19 Présentation des projets conduits en faveur des populations locales La communication auprès de nos parties prenantes p.21 Le dialogue et la concertation avec les parties prenantes p.21 La communication interne 2 Rapport environnemental, social et sociétal 2009

3 Michel CAPOBIANCO Directeur Général Avant-propos 2009 est une année placée sous le signe du progrès et de l amélioration continue pour les activités de la Compagnie Minière d Akouta (COMINAK). Les résultats liés à la sécurité des travailleurs et des sous-traitants de la COMINAK sont en constante amélioration. Les campagnes de sensibilisation ont porté leur fruit. Notre niveau de vigilance doit cependant être maintenu afin que nous continuions à progresser dans ce domaine. Sur le plan environnemental, le maintien de la certification ISO lors du dernier audit de suivi prouve notre engagement sincère à protéger l environnement et à améliorer notre performance environnementale. Afin de renforcer notre système de gestion de la sécurité des travailleurs et de l environnement, nous visons comme objectif en 2010 la double certification ISO et OHSAS Cette année a aussi confirmé positivement notre performance technique et opérationnelle qui est conforme aux prévisions de la COMINAK. Le prix de revient s est amélioré en dépit des fluctuations des prix des matières utilisées dans le cadre de la production (réactifs, pièces de rechanges etc.) Le présent rapport souhaite présenter aux parties prenantes de la COMINAK, ses activités industrielles et ses performances en matière de gestion durable de l environnement et de la sécurité. C est également le moyen pour les équipes de la COMINAK de mieux informer les populations et de faire preuve de transparence.

4 01 Présentation de la COMINAK 4 Rapport environnemental, social et sociétal 2009

5 La situation géographique La Compagnie Minière d Akouta (COMINAK) est implantée dans le département d Arlit, (région d Agadez) à 1200 km au nord-ouest de Niamey, la capitale du Niger. La région d Agadez est située en plein cœur du continent africain aux confins sud du Sahara, à environ 2000 km de la Méditerranée et du Golfe du Bénin. La ville d Agadez, chef lieu de la région, se trouve à 250 km au Sud-Est d Arlit et à 1000 km au Nord de Niamey, la capitale du Niger. Les activités industrielles de la COMINAK s exercent à Akouta, zone située à 6 km de la cité urbaine d Akokan qui abrite les travailleurs et leurs familles et à 12 km de la Société Minière de l AÏR (SOMAÏR). Une rue aérienne de ville d Arlit. Les activités de la COMINAK La COMINAK exploite les gisements uranifères d Akouta et d Akola que lui a amodiés, le 24 juillet 1975 et le 4 juin 1987, la Compagnie Générale des Matières Nucléaires (aujourd hui AREVA NC) titulaire de la Concession minière d Arlit. Les activités de la COMINAK se concentrent autour de trois grandes étapes : la recherche géologique, l extraction du minerai d uranium et son traitement. La Compagnie Minière d Akouta est une société anonyme de droit nigérien créée le 12 juin 1974 au capital de FCFA. Contrôle radiologique au fond de la mine. La recherche géologique concentre les activités de Les principaux actionnaires de la COMINAK sont : AREVA NC (France - 34 % des parts), la SOPAMIN SA (Niger - 31 %), OURD (Japon - 25 %) et ENUSA (Espagne - 10 %) Recherche de nouvelles zones minéralisées, à partir de campagnes de prospection ou de sondage ; Contrôle géologique indispensable au guidage des mineurs pour une exploitation rationnelle et qualitative des gisements (sélectivité) ; Suivi des nappes phréatiques dans le cadre de la protection de l environnement. En 2009, des audits qualité externes ont été conduits pour l amélioration de nos performances (diagraphie, laboratoire ). Rapport environnemental, social et sociétal

6 Historique 1970 Signature du protocole de recherche sur les périmètres d Akouta entre le Niger, la France et le Japon. L extraction du minerai consiste à Exploiter les gisements : abattage du minerai par la méthode de chambre et piliers et extraction du minerai abattu en surface ; Réaliser des travaux de terrassement en surface ; Réaliser des gros trous d aérage ; Réaliser des travaux de topographie ; Entretenir les engins miniers Création de la Compagnie Minière d Akouta (COMINAK) Début des travaux miniers souterrains et construction de l usine Production du premier kilogramme de minerai d uranium. Renouvellement de la Convention Minière. Production de la e tonne d uranium. Obtention de la certification du système de management environnemental ISO Renouvellement du certificat ISO Obtention du permis d exploitation d EBBA. Production de la e tonne d uranium au Niger pour les sites de la COMINAK et de la Société Minière de l Aïr (SOMAIR). Salle de supervision et de contrôle de toutes les opérations usine. La mine de COMINAK est une des plus importantes mines souterraines d uranium au monde en raison de sa configuration et de son niveau de production. Depuis sa création en 1974, COMINAK a extrait 15,314 millions de tonnes de minerai du sous-sol nigérien. Année Tonnage extrait Teneur 3,60 3,23 3,18 Uranium contenu (t) Uranium enfûté (t) La fin d exploitation du gisement d Akola explique les fluctuations des quantités de minerai extrait et de la teneur en uranium entre 2007 et Usine de traitement de COMINAK. 6 Rapport environnemental, social et sociétal 2009

7 Le traitement du minerai comporte les étapes suivantes Le traitement hydro-métallurgique du minerai et fabrication de l uranate de magnésie appelée yellow cake, contenant 75% d uranium naturel ; La production d acide sulfurique ; L entretien des installations de l usine ; Les analyses chimiques de contrôle et de suivi. Depuis sa création en 1974, l usine de COMINAK a produit tonnes d uranium métal. L uranate produit est conditionné dans des fûts étanches de 200 litres, mis en conteneurs puis expédiés chez les convertisseurs des clients (actuellement AREVA, OURD et ENUSA). Installation d extraction du minerai de la mine souterraine de COMINAK. Les services d appui de la COMINAK assurent La fabrication sur place de l acide sulfurique nécessaire au traitement du minerai ; La maintenance des équipements et infrastructures (engins, installations, bureaux, logements, routes) ; La gestion des approvisionnements et des achats de matières et matériels ; La production et la distribution d eau potable (5 700 m 3 par mois) ; La distribution de l électricité fournie par la SONICHAR. La COMINAK dispose également d une réserve froide d une capacité de KW. FLUX DE MATIERES ET ASPECTS ENVIRONNEMENTAUX ASSOCIES Rapport environnemental, social et sociétal

8 Equipes de mineurs sur le point de descendre au fond de la mine souterraine, à 250 m de profondeur. 02 La responsabilité sociale 8 Rapport environnemental, social et sociétal 2009

9 Les ressources humaines Au 31 décembre 2009, les effectifs de la COMINAK comptaient agents répartis sur le siège social à Niamey et majoritairement à Akouta au cœur des activités minières. Depuis 2008, les effectifs ont augmenté comme présenté dans le tableau ci-contre : Total des effectifs Personnel AREVA Personnel sous-traitants a été marqué par plusieurs projets de développement social : un plan d intégration a été réalisé pour 46 nouveaux agents embauchés en contrat à durée déterminée (CDD). 70 stagiaires ont également été sélectionnés et évalués dans le cadre d un programme d insertion des jeunes diplômés (PIJD). un plan de formation de heures a été mené, développant et renforçant ainsi les compétences et le savoir-faire de l équivalent de hommes/poste. La sécurité au travail La protection du personnel contre les risques liés aux rayonnements ionisants ainsi que la prévention des accidents du travail sont des préoccupations de chaque instant. Le management de la sécurité s appuie sur la responsabilisation de chacun au travers du système de responsabilité interne. L amélioration continue en est un principe. Le personnel du service sécurité est en charge de la mise en application des règles visant à prévenir les risques liés à la sécurité des travailleurs et à l hygiène. La société COMINAK s est également engagée dans une démarche visant à mettre en place un système de management de la santé et de la sécurité des travailleurs (OHSAS 18001). La culture sécurité de la COMINAK s appuie sur de nombreux domaines : l analyse des risques professionnels, la veille réglementaire, la gestion et le traitement des écarts, la remise à niveau des structures d incendie et de secours, la réalisation d études de dangers, d études des risques sanitaires, l analyse des atmosphères explosives, des expositions aux substances cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques (CMR), les campagnes de sensibilisation sur les risques de chute de blocs à la mine et de circulation routière, les campagnes de sécurisation du transport uranate et explosifs, les séances d animation des commissions de sécurité avec les membres de CSST (Comité Santé Sécurité au Travail). Les résultats sécurité sont en constante amélioration et respectent les exigences imposées par le groupe. Cependant la COMINAK déplore le décès d un soustraitant survenu en Des campagnes de sensibilisation importantes ont ainsi été conduites auprès des sous-traitants. En objectif est fixé l atteinte d un taux de fréquence inférieur à 2 pour les salariés et les sous-traitants de COMINAK. Suivi des accidents de travail COMINAK Entreprises extérieures Nombre d accidents déclarés avec arrêt (hors trajet) Nombre d accidents déclarés sans arrêt (hors trajet) Nombre de jours perdus de l année Nombre d accidents mortels Taux de fréquence* 3,18 1,80 1,80 0,63 1,19 0 (*) Le taux de fréquence est le nombre d accidents avec arrêt par million d heures travaillées. Rapport environnemental, social et sociétal

10 03 La gestion environnementale 10 Rapport environnemental, social et sociétal 2009

11 Le système de management environnemental ISO Le système de management environnemental est un mode de fonctionnement qui permet la mise en place d actions d amélioration pour la protection de l environnement. Ce cadre peut être certifié par une norme appelée ISO Ci-contre, le certificat délivré par l AFNOR attestant le respect des exigences de l ISO Dans cette optique, la COMINAK a rédigé une politique environnementale qui témoigne de son engagement sincère à protéger l environnement et à rendre compte de sa performance (texte disponible en annexe). Cette politique environnementale est portée par le management à son plus haut niveau, ici le Directeur Général, M. Capobianco. La mise en œuvre de cette politique s appuie sur un plan d actions environnemental qui est régulièrement contrôlé et suivi lors d audits internes ou externes. Ce plan d actions vise à améliorer les performances de l entreprise dans sa gestion des milieux, des ressources ainsi que sur le plan réglementaire. Ci-dessous quelques exemples d actions visant à animer le système de management environnemental : Réalisation d une revue sur les risques sanitaires, environnementaux & la gestion des sols & sous-sols. Mise à jour de la politique environnementale. Maintien du certificat ISO suite à l audit de suivi AFNOR en novembre 2009 Mise en place d un comité conjoint (avec le groupe AREVA) du suivi de l eau. Ce comité se réunit tous les mois. Evaluation de la conformité réglementaire en santé & sécurité. Missions d expertises diligentées par le groupe AREVA pour l amélioration des performances (atteinte des objectifs liés au SME & à la prévention des risques) et de la gestion des produits chimiques (dans le cadre de REACH). Rapport environnemental, social et sociétal

12 MIEUX COMPRENDRE NOTRE GESTION DE L EAU Les schémas suivants présentent la gestion des eaux, de l aquifère jusqu à sa destination finale, dans le cas d une utilisation par les populations et par les activités minières. La prévention des risques et des pollutions La prévention des risques et des pollutions s appuie sur plusieurs actions : conduite des études sur les atmosphères explosives (ATEX) et sur l impact de la foudre ; identification des produits cancérogène - mutagène - reprotoxique (CMR) et action de substitution de certaines d entre elles ; réalisation d études de dangers ; réalisation de diagnostic amiante sur toutes les installations du site et le lancement d une campagne de retrait de tous les produits contenant de l amiante pour 2010 ; mise en place d un processus d arrosage des différentes pistes de roulages afin d atténuer l impact des poussières. Bassins de décantation des eaux d exhaure de la mine. La performance environnementale Gestion de l eau L eau est une ressource indispensable à la vie de l homme et au bon fonctionnement des activités de COMINAK. Deux types de consommation en eau sont considérés : L eau potable nécessaire à la consommation des populations et des salariés. Elle provient des aquifères (ex. nappe du Tarat). Il est donc nécessaire de réaliser un forage pour pomper l eau et créer ainsi un puits. L eau industrielle est utilisée pour le bon fonctionnement des activités de la COMINAK. Dans un souci d optimisation des consommations en ressources naturelles, l eau des nappes est complétée de l eau d exhaure venant des travaux miniers souterrains. En 2009, afin de satisfaire les besoins en eau potable du personnel et des populations locales, deux nouveaux puits ont été forés et mis en production soit une augmentation des consommations de 3,5% par rapport à Rapport environnemental, social et sociétal 2009

13 Année Unité Eau potable Eau industrielle Soutirage global 2007 m m m Les eaux usées de la zone industrielle Aucun rejet liquide n est effectué dans le milieu naturel. En effet les effluents liquides et les eaux usées de l usine sont collectés et stockés dans de grands bassins étanches (11 bassins d une superficie de 65 hectares et d une capacité de stockage de 2,6 millions de m 3 ). Sous l effet des grandes chaleurs caractéristiques du climat de la région et du faible taux d humidité atmosphérique, l eau s évapore laissant au fond des bassins les sels contenus. En 2009, un volume de m 3 a été collecté et acheminé dans les bassins d épandage. Dans une optique d améliorer les performances environnementales liées à la gestion de l eau, plusieurs actions ont été conduites : actions de sensibilisation sur la consommation d eau potable à la cité des cadres et amélioration de la gestion de la plomberie ; ce qui a valut une baisse de la consommation en eau, lancement d une expertise VEOLIA, conjointe SOMAIR et COMINAK, sur l évaluation et la maîtrise du réseau de distribution de l eau potable. Stockage des hydrocarbures. Depuis 2007, le ratio d efficacité énergétique (quantité d énergie consommée par tonne d uranium enfûté) est en baisse. Cette diminution est notamment liée à une moindre production de l uranium. Année Electricité (MWh) Gasoil & fuel lourd (m 3 ) Total énergie (tep) Efficacité énergétique (tep/tu) , , ,84 L augmentation des consommations en électricité entre 2008 et 2009 est principalement liée aux besoins supplémentaires de l usine (3% de consommation supplémentaires) et à la zone urbaine (8% de consommation en plus). Un des neuf puits forés dans la nappe fossile du Tarat pour les besoins en eau potable des populations. Les consommations d électricité et d hydrocarbures L électricité est utilisée pour le fonctionnement des installations industrielles (mine, usine, ateliers généraux), pour les besoins domestiques et pour la production de l eau potable. Les hydrocarbures sont utilisés pour le processus de fabrication du yellow cake et pour l approvisionnement des engins miniers. La diminution de la consommation des hydrocarbures a été rendue possible grâce au renouvellement du parc engins. Centrale électrique. Rapport environnemental, social et sociétal

14 Les rejets atmosphériques Le radon, les poussières, les gaz d échappement des engins et les vapeurs chimiques (CO2, NOx, SO2, COV etc.) constituent les principaux rejets atmosphériques. Vapeurs chimiques Gaz nitreux (NOx) : ils sont produits au niveau de l atelier d attaque sulfonitrique de l usine. La concentration des rejets gazeux au niveau de la colonne d absorption est inférieure à 3000 ppm. Gaz sulfureux (SOx) : ils sont produits à l atelier Contact lors de la fabrication de l acide sulfurique. La concentration des gaz à la cheminée de la tour d absorption est inférieure à 900 ppm. Composés Organiques Volatils (COV) : ils proviennent des solvants organiques utilisés, retrouvés à l état de traces de vapeurs. Les rejets solides Les résidus de traitement de l usine et les déchets industriels banals constituent les principaux rejets solides. Les résidus de traitement Les résidus solides venant du traitement hydro métallurgique du minerai à l usine (quantités estimées à environ 14,17 millions de tonnes sèches à fin 2009), sont entreposés sur une verse de 50 hectares dont la crête culmine à une hauteur d environ 27 m. Poussières et gaz radioactifs De nombreuses fluctuations sont enregistrées d une année sur l autre, ces variations étant essentiellement liées aux conditions météorologiques très changeantes. Globalement, pour 2009, les résultats obtenus en poussières radioactives et en gaz radon sont semblables à ceux des années antérieures. Mesures semestrielles de la stabilité relative du tas de résidus de traitement de l usine. Année Poussières radioactives (mbq / m 3 ) Milieu naturel Moyenne annuelle Gaz radon (nj / m 3 ) Milieu naturel Moyenne annuelle ,2 0, ,1 0, , ,2 0, Que ce soit pour l eau, l air ou les sols, les résultats des analyses (au regard de la réglementation et des recommandations OMS), confirment l absence de risque sanitaire pour les travailleurs et les populations. Des mesures périodiques (cannes d érosion) sont effectuées sur les différents reliefs de la verse afin de s assurer de sa résistance à l érosion éolienne et exceptionnellement à la pluie. Les déchets industriels banals Les déchets banals sont composés des ferrailles non contaminées, des plastiques et caoutchouc, des pneus usagés, des papiers Les quantités de déchets banals produits par la COMI- NAK sont présentées ci-dessous. Il est intéressant de souligner que le processus de collecte et de gestion des déchets banals a été réorganisé en 2009 pour en accroître la performance. Les déchets industriels dangereux Les déchets industriels spéciaux tels que le pentoxyde de vanadium (365 fûts de 200 litres) et le pyralène (61,55 tonnes) font l objet d une collecte et d un entreposage (dont les conditions de stockage ont été améliorées dans l attente d une filière d élimination). Déchets Industriels Unité Déchets industriels banals allant en filière de recyclage Déchets industriels banals mis en décharge interne Ferrailles non contaminés tonne Plastique / Caoutchouc tonne Bois / Papier / Carton* tonne Bandes usagées ML** Pneus usagés VL et PL PC*** (*) Les déchets papier et carton sont incinérés en zone industrielle ; (**) ML = mètre linéaire ; (***) PC = pneu consommé 14 Rapport environnemental, social et sociétal 2009

15 Le réseau de surveillance environnementale La réglementation Un arrêté et un décret encadrent la protection des salariés et du public vis-à-vis des rayonnements ionisants : L article 43 de l arrêté n 003/MME/DM du 08 janvier 2001 concerne la protection des travailleurs et du public contre les dangers des rayonnements ionisants dans le secteur minier. Le décret n /PRN/MSP du 13/12/2007 fixe les modalités d application de la loi du 21/06/06 portant sur la sûreté, la sécurité nucléaire et la protection contre les dangers des rayonnements ionisants. Les résultats des analyses radiologiques effectuées sur ces échantillons sont inférieurs aux valeurs guides recommandées par l Organisation Mondiale de la Santé (OMS) soit 1 Bq par litre pour le radium 226 et 10 Bq par litre pour l uranium 238. Des prélèvements d échantillons d eau sont effectués tous les mois au niveau des puits, les résultats des analyses chimiques réalisées (valeurs moyennes annuelles) restent très en deçà des limites recommandées par l OMS. Surveiller l impact des activités Dans ce cadre réglementaire, la COMINAK dispose d un réseau composé de 7 stations de surveillance de l environnement et de l impact radiologique autour des installations industrielles et en zone urbaine. Ces stations permettent de mesurer et d évaluer en continu les niveaux de radioactivité (gaz radon et poussières radioactives) présents dans l air. Le contrôle des sols, réalisé annuellement, consiste à mesurer l activité massique en radium 226, en uranium 238 et en plomb 210 d échantillons prélevés à la surface du sol, le long de 4 radiales placées à des intervalles de 4 km, dans la direction des vents dominants (Nord-Est / Sud-Ouest). Les prélèvements sont effectués tous les 3 km, sur chaque radiale. Le contrôle de la qualité des eaux est réalisé sur des échantillons d eau potable prélevés à Akokan et à Agadez (le milieu de référence, situé hors zone d influence des activités minières). Les contrôles de la chaîne alimentaire se basent sur l analyse des radionucléides susceptibles d être contenus dans les fruits et légumes cultivés dans les jardins d Akokan, par comparaison à ceux en provenance d Agadez (ville située hors zone d influence des installations minières). Les prélèvements sont effectués une fois par an lors des récoltes. Aucun impact n est à relever sur la chaîne alimentaire. Les activités massiques dans le végétal frais sont inférieures à 1 Bq par kilogramme pour le radium 226 et, inférieures aux limites de détection de la méthode d analyse utilisée pour les autres radionucléides. Unités Limites OMS Sodium mg/l Chlorure mg/l Sulfates mg/l Nitrates mg/l Contrôle radiologique de l eau Valeurs guides OMS Akokan Agadez Akokan Agadez Akokan Agadez Radium 226 Bq/l < ou = 1 < 0,01 < 0,02 0,01 0,02 0,01 0,02 Uranium 238 Bq/l < ou = 10 < 0,20 < 0,28 0,20 0,28 0,23 0,28 Rapport environnemental, social et sociétal

16 Pour assurer une bonne ambiance radiologique de travail dans la mine souterraine, quatre équipes de radioprotectionnistes travaillant en continu. Ils effectuent des mesures des éléments radioactifs (rayonnement gamma, gaz radon, poussières radioactives). Ils signalent aux mineurs les anomalies détectées et proposent des actions correctives et préventives. Les résultats statistiques des mesures effectuées sont commentés et affichés dans tous les quartiers de la mine. 04 L exposition radiologique 16 Rapport environnemental, social et sociétal 2009

17 Le suivi des travailleurs La prévention des risques lies aux rayonnements ionisants repose sur le principe de limitation des doses reçues par les travailleurs. Elle est également appelée radioprotection. La prévention des risques lies aux rayonnements ionisants repose sur le principe de limitation des doses reçues par les travailleurs. Elle est également appelée radioprotection. TRAVAILLEURS Limite d exposition fixée par CIPR & Directive EURATOM Loi nigérienne Exigence COMINAK Dose annuelle ajoutée par rapport à la radioactivité naturelle 100 msv sur 5 ans 20 msv 18 msv COMINAK respecte la réglementation nigérienne (loi du 21/06/06) portant sur la sûreté, la sécurité nucléaire et la protection contre les dangers des rayonnements ionisants. Cette loi préconise une exposition annuelle maximale de 20 msv. Ci-dessous sont présentés les résultats dosimétriques des travailleurs de 2007 à 2009, pour les salariés et les sous-traitants. (*) Résultats en fin d année calendaire Année Suivi du personnel de COMINAK Total personnel suivi 0 à 6 msv Répartition des effectifs contrôlés* 6 à 12 msv 12 à 18 msv 18 à 20 msv Dose moyenne de l effectif (msv) *Dose individuelle maximale (msv) Sous contrat COMINAK Entreprises extérieures Sous contrat COMINAK Entreprises extérieures Sous contrat COMINAK Entreprises extérieures RAPPEL La limite réglementaire d exposition des travailleurs est fixée à 20 msv par la loi nigérienne et à 18 msv par les exigences AREVA Le suivi des populations Le Décret français du 4 avril 2002 reprend la réglementation européenne et fixe pour le public une dose ajoutée ne devant pas excéder 1 msv par an. Dans des circonstances particulières, le texte prévoit que la dose ajoutée puisse atteindre 5 msv par an, à condition de ne pas dépasser une moyenne annuelle de 1 msv sur 5 ans. L Arrêté nigérien 003 / MME / DM du 8 janvier 2001 fixe également la même limite d exposition pour les population que le Décret français. POPULATION Limite d exposition fixée par Décret français & Arrêté nigérien Dose annuelle ajoutée par rapport à la radioactivité naturelle 1 msv Cette limite est respectée autour des mines et dans les villes voisines d Arlit et d Akokan. La dose ajoutée aux populations riveraines est en moyenne inférieure à 0,5 msv par an. Les valeurs sont comprises entre 0,3 et 1 msv ajouté à l environnement naturel. Les mesures effectuées sur la chaîne alimentaire et sur les eaux de consommation prélevées au niveau des puits complètent les mesures radiologiques des stations de surveillance environnementale. Les résultats permettent ainsi de calculer la dose efficace annuelle ajoutée au niveau naturel, reçue par les différentes populations (nomades et sédentaires) vivant autour du site. Elle s exprime en millisievert (msv). Résultats dosimétriques (msv) des populations présentes à proximité du site de COMINAK Populations sédentaires Populations nomades Adultes Enfants Adultes Enfants Rapport environnemental, social et sociétal

18 05 L intégration dans les territoires 18 Rapport environnemental, social et sociétal 2009

19 Présentation des projets conduits en faveur des populations locales Dans le cadre des accords de partenariat créés en 2006 entre les sociétés minières, les collectivités locales et les services déconcentrés de l Etat, COMINAK a contribué à la réalisation de nombreux projets locaux jugés prioritaires par le comité de partenariat. de 803 mois de stages et, est une démarche qui tend à se renforcer (269 stagiaires en 2008 et 243 en 2007). Les projets issus des accords de partenariat ont également permis la construction de deux blocs de trois salles de classes au CEG2 de la Commune Urbaine d Arlit. 100 millions FCFA ont ainsi été alloués en 2006, 143 millions en 2007, 150 millions en 2008 et près de 132 millions en Accès des populations à l eau La compagnie minière d Akouta assure annuellement la fourniture en eau potable (près de m 3 ) à la Société d Exploitation des Eaux du Niger (SEEEN) pour satisfaire aux besoins des populations présentes dans les villes d Arlit et d Akokan. Chaque année, 100 m 3 est mis gratuitement à disposition des populations nomades. Plusieurs puits ont également été soit construits, soit réhabilités ou encore équipés à l instar des puits maraîcher d Aneker (Commune Rurale de Gougaram). Développement de la production maraîchère COMINAK soutient le développement de la production maraîchère dans la région d Iferouāne sous forme de dotations en carburants et de lubrifiants. Elle met également à disposition des populations d Akokan un volume annuel de 1,5 million de m 3 d eau épurée pour l arrosage des jardins. Santé des populations COMINAK assure gratuitement les actes de soin aux habitants de la ville d Akokan, soins pour lesquels les structures sanitaires ont été renforcées comme par exemple la construction d une case de santé à Ezazzew (Commune Rurale de Gougaram). Financement des infrastructures La compagnie minière d Akouta contribue chaque année à hauteur de 400 millions F CFA pour maintenir et réaliser l entretien de la route bitumée entre les villes de Tahoua et d Arlit. Elle fournit également du matériel pour l installation des mairies. Culture COMINAK a été également un acteur de la mise en place d équipements de radios communautaires. Emploi et formation Dans le cadre de nos relations de partenariat avec les milieux scolaires et universitaires, COMINAK a accueilli 360 stagiaires sur son site industriel. Ces étudiants proviennent d une soixantaine d établissements nationaux et étrangers. Cette initiative représente un total cumulé Séance de sensibilisation VIH SIDA (Commune Urbaine d Arlit). Rapport environnemental, social et sociétal

20 Intervention du Directeur Général de COMINAK lors de la réunion annuelle de la Commission d Information Locale. 06 La communication auprès de nos parties prenantes 20 Rapport environnemental, social et sociétal 2009

La démarche ISO 14001 au CEA-Marcoule. Journée fournisseurs du 30 mars 2006 DEN/VALRHO/CSNSQ- 1

La démarche ISO 14001 au CEA-Marcoule. Journée fournisseurs du 30 mars 2006 DEN/VALRHO/CSNSQ- 1 La démarche ISO 14001 au CEA-Marcoule Journée fournisseurs du 30 mars 2006 DEN/VALRHO/CSNSQ- 1 1 La norme ISO 14001 Norme internationale publiée en 1996, révisée en 2004, prescrivant les exigences relatives

Plus en détail

Contrôle des gaz à effet de serre dans les Mines. Abdoulaye HAMIDOU Chef de Groupe Qualité Sécurité Environnement COMINAK/AREVA

Contrôle des gaz à effet de serre dans les Mines. Abdoulaye HAMIDOU Chef de Groupe Qualité Sécurité Environnement COMINAK/AREVA Contrôle des gaz à effet de serre dans les Mines Abdoulaye HAMIDOU Chef de Groupe Qualité Sécurité Environnement COMINAK/AREVA Principe de fonctionnement des Mines Rejets Atmosphériques Explosifs Ciment

Plus en détail

χ : pénétration importante, quelques centaines de mètres dans l air, traverse le corps, atténué par des écrans protecteurs (plomb, béton, etc.).

χ : pénétration importante, quelques centaines de mètres dans l air, traverse le corps, atténué par des écrans protecteurs (plomb, béton, etc.). Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) LES RADIATIONS IONISANTES Introduction La radioactivité La radioactivité est un phénomène naturel lié à la structure

Plus en détail

LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE

LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE LES DÉCHETS MÉTALLIQUES, UNE SOURCE STRATÉGIQUE D APPROVISIONNEMENT Pour l industrie métallurgique, le recyclage a toujours fait partie

Plus en détail

Charte environnement. Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social

Charte environnement. Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social Charte environnement Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social Située à coté d un site naturel sensible, avec le recyclage au cœur de l histoire et de l activité

Plus en détail

16 novembre 2010. Didier Rocrelle Directeur d établissement

16 novembre 2010. Didier Rocrelle Directeur d établissement CLI AREVA Romans 16 novembre 2010 Didier Rocrelle Directeur d établissement Sommaire de la présentation L actualité de Romans depuis la dernière CLI Plan de surveillance environnementale AREVA Romans Questions

Plus en détail

ENQUÊTE ET AUDIENCES PUBLIQUES DU BAPE Les enjeux de la filière uranifère au Québec. DEMANDE D INFORMATION No. 47

ENQUÊTE ET AUDIENCES PUBLIQUES DU BAPE Les enjeux de la filière uranifère au Québec. DEMANDE D INFORMATION No. 47 Mars 2015 ENQUÊTE ET AUDIENCES PUBLIQUES DU BAPE Les enjeux de la filière uranifère au Québec DEMANDE D INFORMATION NO.1 DEMANDE D INFORMATION No. 47 Le document d analyse des données de surveillance des

Plus en détail

EVALUATION DES IMPACTS

EVALUATION DES IMPACTS annexe n 8 EVALUATION DES IMPACTS liés aux rejets des établissements AREVA Tricastin CIGEET 19 décembre 2007 AREVA TRICASTIN Sommaire de la présentation Quels sont les fondements d une évaluation des impacts?

Plus en détail

La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée

La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée Dalkia, le leader européen des services énergétiques Dalkia filiale de EDF et de Veolia Environnement, place les enjeux environnementaux au cœur

Plus en détail

Charte Sûreté Nucléaire

Charte Sûreté Nucléaire Charte Sûreté Nucléaire LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE UN IMPÉRATIF ABSOLU Le maintien du plus haut niveau de sûreté a toujours constitué pour AREVA un impératif absolu : il en est ainsi pour la sûreté de nos produits,

Plus en détail

MANUEL SMI (QUALITE, SECURITE, ENVIRONNEMENT) Politique QSE

MANUEL SMI (QUALITE, SECURITE, ENVIRONNEMENT) Politique QSE Page 1 sur 10 Politique QSE Plaçant le respect du client, de la sécurité et de l environnement au cœur de ses préoccupations, la Régie Départementales des Transports des l Ain (RDTA) a volontairement entrepris,

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

Roche Diagnostics France. Manuel Qualité Sécurité Environnement

Roche Diagnostics France. Manuel Qualité Sécurité Environnement Roche Diagnostics France Manuel Qualité Sécurité Environnement «Notre stratégie place le patient au cœur de nos préoccupations, avec l ambition d améliorer sa santé et sa qualité de vie. Inscrite dans

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ Arrêté du 21 décembre 2007 définissant les modalités de formation et de délivrance du certificat

Plus en détail

L EAU SOURCE DE VALEUR DANS VOTRE PROCESS

L EAU SOURCE DE VALEUR DANS VOTRE PROCESS L EAU SOURCE DE VALEUR DANS VOTRE PROCESS Pour répondre aux besoins de chaque industriel Intégration d une démarche de développement durable pour réduire les consommations en eau et en énergie? Besoin

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 26 octobre 2005 relatif aux modalités de formation de la personne compétente en radioprotection

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

Les Hommes de proximité

Les Hommes de proximité Les Hommes de proximité 1 SOMMAIRE 1) Présentation du SM-HSE de St Gilles 2) Impact sur l environnement en 2006 3) Suivi des indicateurs HSE : - Suivi des objectifs - Planning de suivi des EIPS - Suivi

Plus en détail

d i s p o n i b i l i t é r é a c t i v i t é CALESTREME C.S. I N G é N I E R I E E N P R é V E N T I O N

d i s p o n i b i l i t é r é a c t i v i t é CALESTREME C.S. I N G é N I E R I E E N P R é V E N T I O N p r o x i m i t é d i s p o n i b i l i t é r é a c t i v i t é hseq sps audit - Conseil formation CALESTREME C.S. I N G é N I E R I E E N P R é V E N T I O N Le management des risques professionnels HYGIÈNE

Plus en détail

COMMENT FONCTIONNERA CIGÉO?

COMMENT FONCTIONNERA CIGÉO? COMMENT FONCTIONNERA CIGÉO? 4 INTRODUCTION Cigéo sera composé d installations de surface, où seront notamment réceptionnés, contrôlés et préparés les colis de déchets, d une installation souterraine dans

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail

Journée nationale de sensibilisation à la prévention des risques

Journée nationale de sensibilisation à la prévention des risques Journée nationale de sensibilisation à la prévention des risques Présentation: Expérience de la CJO en matière de gestion des risques 17 mars 2015 Présentée par Autor : Noureddine / Author Data / Date

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech

Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech 1 Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech La politique environnementale 2 Chaque année, la Direction s engage sur une politique environnementale en choisissant quelques objectifs prioritaires.

Plus en détail

CONTENU. B- Traitement et recyclage des déchets 1. Démolition des navires

CONTENU. B- Traitement et recyclage des déchets 1. Démolition des navires CONTENU 2 I- Une transition sûre et équitable? Les enjeux mondiaux du développement durable II- Le débat écologique et sa dimension sociale III- Les nuances de vert dans les emplois verts IV. Emplois verts

Plus en détail

LES 3 NORMES relatives à la production

LES 3 NORMES relatives à la production LYCEE POLYVALENT ANGUIER-CAYET LES 3 NORMES relatives à la production - ISO 9001 (International Standard Organisation) relative à la qualité - ISO 14001 relative à la protection de l environnement - OHSAS

Plus en détail

tout simplement Le confort durable, L énergie est notre avenir, économisons-la!

tout simplement Le confort durable, L énergie est notre avenir, économisons-la! tout simplement Le confort durable, L énergie est notre avenir, économisons-la! Chauffage urbain, mode d emploi Un réseau de chauffage urbain est un chauffage central à l échelle d une ville. Un réseau

Plus en détail

RAPPORT DÉVELOPPEMENT DURABLE SFBT TUNIS 2014

RAPPORT DÉVELOPPEMENT DURABLE SFBT TUNIS 2014 RAPPORT DÉVELOPPEMENT DURABLE SFBT TUNIS 2014 RAPPORT DE DÉVELOPPEMENT DURABLE SFBT TUNIS 2014 SOMMAIRE EDITORIAL P04 ENVIRONNEMENT P06 SOCIAL P08 - Le mot de bienvenue du président. - Émissions - Eau

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

MANAGEMENT DE LA RADIOPROTECTION

MANAGEMENT DE LA RADIOPROTECTION Page : 1/10 MANUEL MAN-CAM-NUC-F Seule la version informatique est mise à jour, avant toute utilisation consulter sur le réseau Intranet la version en cours de ce document Page : 2/10 HISTORIQUE DE RÉVISION

Plus en détail

Mise en œuvre et suivi de l ISO 14001 sur l établissement COGEMA Cadarache

Mise en œuvre et suivi de l ISO 14001 sur l établissement COGEMA Cadarache COGEMA Mise en œuvre et suivi de l ISO 14001 sur l établissement COGEMA Cadarache Roger FANTON Chef des services QSSE Directeur Adjoint Journées SFRP, les 17 et 18 novembre 2005 COGEMA L'énergie, cœur

Plus en détail

Lignes Régulières. Transport scolaire. Transport urbain. Transport pédagogique et culturel

Lignes Régulières. Transport scolaire. Transport urbain. Transport pédagogique et culturel Lignes Régulières Transport scolaire Transport urbain Transport pédagogique et culturel Page 1 sur 11 SOMMAIRE Page 1. POLITIQUE QSE... 2 2. PRESENTATION DE L ENTREPRISE... 3 2.1 Organigramme.... 3 2.2

Plus en détail

SYSTEMES DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL ISO14001

SYSTEMES DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL ISO14001 Quand le dernier arbre aura été abattu, Quand la dernière rivière aura été empoisonnée, Quand le dernier poisson aura été péché, Alors on saura que l argent ne se mange pas. Géronimo, chef apache SYSTEMES

Plus en détail

Grilles de lecture données environnement 2013 Tableau de bord de suivi des opérations de démantèlement

Grilles de lecture données environnement 2013 Tableau de bord de suivi des opérations de démantèlement Grilles de lecture données environnement 2013 Tableau de bord de suivi des opérations de démantèlement Travaux réalisés dans le cadre de la mission d accompagnement de la CLI CLI des Monts d Arrée, réunion

Plus en détail

Management environnemental : ISO 14001

Management environnemental : ISO 14001 GEME Management environnemental : ISO 14001 Arnaud Hélias arnaud.helias@supagro.inra.fr PUB... Plan Introduction Généralités & grandes lignes de la normes Démarche Quelques chiffres les coûts, les entreprises

Plus en détail

Décret n 2003-296 du 31 mars 2003 relatif à la protection des travailleurs contre les dangers des rayonnements ionisants

Décret n 2003-296 du 31 mars 2003 relatif à la protection des travailleurs contre les dangers des rayonnements ionisants Institut National de Physique Nucléaire et de Physique des Particules Décret n 2003-296 du 31 mars 2003 relatif à la protection des travailleurs contre les dangers des rayonnements ionisants Principaux

Plus en détail

STOCKAGE SOUTERRAIN. Gestion de l élimination en Europe toute entière Sécurité à long terme Solutions répondant aux besoins de nos clients

STOCKAGE SOUTERRAIN. Gestion de l élimination en Europe toute entière Sécurité à long terme Solutions répondant aux besoins de nos clients STOCKAGE SOUTERRAIN Gestion de l élimination en Europe toute entière Sécurité à long terme Solutions répondant aux besoins de nos clients Prestations de service complètes à l échelle européenne Gestion

Plus en détail

RAPPORT DÉVELOPPEMENT DURABLE SFBT TUNIS 2014

RAPPORT DÉVELOPPEMENT DURABLE SFBT TUNIS 2014 RAPPORT DÉVELOPPEMENT DURABLE SFBT TUNIS 2014 RAPPORT DE DÉVELOPPEMENT DURABLE SFBT TUNIS 2014 sommaire EDITORIAL P04 ENVIRONNEMENT P06 SOCIAL P08 - Le mot de bienvenue du président. - Émissions - Eau

Plus en détail

Prestations multi-techniques et radioprotection à votre mesure

Prestations multi-techniques et radioprotection à votre mesure Prestations multi-techniques et radioprotection à votre mesure Un partenaire historique dans les métiers de la logistique nucléaire et de la radioprotection Présent dans le nucléaire depuis plus de 20

Plus en détail

FISSION ET SECURITE NUCLEAIRE

FISSION ET SECURITE NUCLEAIRE Séance n 4 : FISSION ET SECURITE NUCLEAIRE A. QUE SE PASSE-T-IL AU CŒUR DU REACTEUR D UNE CENTRALE NUCLEAIRE? 1. LA REACTION DE FISSION C est grâce à l uranium, un métal relativement abondant dans l écorce

Plus en détail

MINISTERE DE L INDUSTRIE ET DES MINES ACTIONS EN MILIEU DE TRAVAIL DES STRUCUTURES DE CONTROLES

MINISTERE DE L INDUSTRIE ET DES MINES ACTIONS EN MILIEU DE TRAVAIL DES STRUCUTURES DE CONTROLES MINISTERE DE L INDUSTRIE ET DES MINES ACTIONS EN MILIEU DE TRAVAIL DES STRUCUTURES DE CONTROLES I- INTRODUCTION I-1 CADRE JURIDIQUE, RATTACHEMENT HIERARCHIQUE ET ORGANISATION I-2 ATTRIBUTIONS I-3 MISSIONS

Plus en détail

Gestion des déchets à la SAMIR

Gestion des déchets à la SAMIR Gestion des déchets à la SAMIR COLLOQUE INTERNATIONAL : DÉCHETS INDUSTRIELS AU MAROC - 2 ÈME ÉDITION POTENTIEL DES 3R «RÉDUCTION, RÉUTILISATION ET RECYCLAGE» 15-16-17 Décembre 2010 Présenté par Mr A. Arad

Plus en détail

Le développement durable clé en main

Le développement durable clé en main Le développement durable clé en main Le développement durable au cœur de la stratégie d Assa Abloy 2 de la sécurité est un marché dynamique, tiré par les évolutions sociétales (besoins de sécurité grandissants,

Plus en détail

Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces

Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces 1 Origine du Responsible Care Démarche volontaire de l'industrie

Plus en détail

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT Une entreprise de Bayer et LANXESS UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Sites miniers d uranium de SOMAIR et COMINAK (Niger)

Sites miniers d uranium de SOMAIR et COMINAK (Niger) R A P P O R T Sites miniers d uranium de SOMAIR et COMINAK (Niger) Bilan de la mission sur site en mai 2004, appréciation de l impact radiologique, et avis sur le réseau de surveillance de l environnement

Plus en détail

L assistance sur mesure aux Installations Classées pour la Protection de l Environnement. Bureau d etudes - Ingenieurs Conseils

L assistance sur mesure aux Installations Classées pour la Protection de l Environnement. Bureau d etudes - Ingenieurs Conseils ,,, Bureau d etudes - Ingenieurs Conseils L assistance sur mesure aux Installations Classées pour la Protection de l Environnement Bureau d études certifié : N 2011082763 Savoir-faire : Réalisation de

Plus en détail

Je vous communique ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

Je vous communique ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES Nantes, le 30 Juillet 2015 N/Réf. : CODEP-NAN-2015-030050 GIP ARRONAX 1, rue Aronnax CS 10112 44817 SAINT HERBLAIN CEDEX Objet : Contrôle des transports de substances

Plus en détail

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr Pays de l Afrique de l Ouest limité par : l Océan Atlantique au sud le Nigeria à l Est le Togo à l Ouest le Niger au Nord Est

Plus en détail

BILAN STAGE INGENIEUR MRIE 2006.

BILAN STAGE INGENIEUR MRIE 2006. BILAN STAGE INGENIEUR MRIE 2006. Ce bilan succinct tient compte des évaluations faites par les maîtres de stage sur les étudiants et leurs formations. Ce bilan a été dressé sur 12 élèves ingénieurs (les

Plus en détail

FICHE PRATIQUE. Comparaison entre les exigences des normes ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001

FICHE PRATIQUE. Comparaison entre les exigences des normes ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001 SARL Capital de 24 000 Siret 350 521 316 00025 NAF 741G créée en 1989 1bis rue Marcel PAUL - 91742 MASSY Cedex Adresse postale : 6 rue SORET 91600 Savigny sur Orge Tél : 33 (0)1 69 44 20 33 Fax : 33 (0)826

Plus en détail

1. Les outils de la prévention (documents et registres obligatoires) 1.1. Document Unique d Évaluation des Risques professionnels (D.U.E.R.

1. Les outils de la prévention (documents et registres obligatoires) 1.1. Document Unique d Évaluation des Risques professionnels (D.U.E.R. PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION ACADEMIQUE Année 2014 Le programme annuel de prévention académique 2014 a été rédigé en s appuyant sur les orientations stratégiques ministérielles de l éducation nationale,

Plus en détail

A lire attentivement et à conserver. Que faire en cas d accident sur le site FBFC de Romans?

A lire attentivement et à conserver. Que faire en cas d accident sur le site FBFC de Romans? A lire attentivement et à conserver Que faire en cas d accident sur le site FBFC de Romans? FBFC Romans fabrique des combustibles nucléaires. La Franco-Belge de Fabrication de Combustible (FBFC) est intégrée

Plus en détail

Bilan des émissions atmosphériques du transport routier en Lorraine

Bilan des émissions atmosphériques du transport routier en Lorraine Bilan des émissions atmosphériques du transport routier en Lorraine Julien GALINEAU Air Lorraine 30/04/2012 1 Contexte et objectif du présent rapport... 2 2 Méthode de détermination des consommations de

Plus en détail

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe.

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe. Face à face pédagogique en français et en langue étrangère : 7 heures 1. Tour de table Introduction 2. Contexte et enjeux de la sécurité 3. Les risques et moyens de prévention/protection 4. Organisation

Plus en détail

ANF Becquerel. Stratégie Prélèvement Etude d'impact. http://reseau-becquerel.in2p3.fr

ANF Becquerel. Stratégie Prélèvement Etude d'impact. http://reseau-becquerel.in2p3.fr ANF Becquerel Stratégie Prélèvement Etude d'impact http://reseau-becquerel.in2p3.fr Les mesures de radioactivité dans l environnement Deux finalités complémentaires mais distinctes Mesures à but réglementaire

Plus en détail

Direction Générale du Travail. Décret n 2012-639 du 4 mai 2012 relatif aux risques d exposition à l amiante

Direction Générale du Travail. Décret n 2012-639 du 4 mai 2012 relatif aux risques d exposition à l amiante Direction Générale du Travail Décret n 2012-639 du 4 mai 2012 relatif aux risques d exposition à l amiante 21juin 2012 Bureau des risques chimiques, physiques et biologiques Comparaison des structures

Plus en détail

Fiche outils n 9 Management environnemental

Fiche outils n 9 Management environnemental Fiche outils n 9 Management environnemental Organisation du tableau de bord Évaluation Tableau de bord Le Tableau de Bord comporte : l Un volet relatif à la zone industrielle, l Un volet relatif aux entreprises

Plus en détail

1. Politique nationale de gestion des sites et sols pollués. 2. Imperméabilisation des sols

1. Politique nationale de gestion des sites et sols pollués. 2. Imperméabilisation des sols DEVELOPPEMENT DURABLE ET QUALITE ENVIRONNEMENTALE en Aménagement du Territoire, Urbanisme, Architecture et Construction 1. Politique nationale de gestion des sites et sols pollués Nouvelle méthodologie

Plus en détail

Notre engagement qualité. ISO 9001 - ISO 14001 Qualité architecturale et paysagère. développer la qualité de vie

Notre engagement qualité. ISO 9001 - ISO 14001 Qualité architecturale et paysagère. développer la qualité de vie Notre engagement qualité ISO 9001 - ISO 14001 Qualité architecturale et paysagère développer la qualité de vie Notre engagement qualité... p. 2 Notre politique qualité globale... p. 4 Notre système de

Plus en détail

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau Communication en Conseil des Ministres Plan de gestion de la rareté de l eau Bilan de l année 2005 De septembre 2004 à septembre 2005, la France a connu une sécheresse s étendant sur un large croissant

Plus en détail

Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail

Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail Destiné aux entreprises réalisant des travaux susceptibles d'être en présence d'amiante

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Mai 2013

DOSSIER DE PRESSE Mai 2013 La centrale thermique à flamme de Vitrysur-Seine Crédit photo : Yves Soulabaille N imprimez ce message que si vous en avez l utilité. EDF CPT Vitry-sur-Seine 18 rue des fusillés 94400 Vitry-sur-Seine www.edf.fr

Plus en détail

La gestion environnementale : levier de performance pour l'entreprise. Table des matières

La gestion environnementale : levier de performance pour l'entreprise. Table des matières La gestion environnementale : levier de performance pour l'entreprise Table des matières Préface Avant-propos PREMIERE PARTIE Le diagnostic des risques environnementaux Introduction _ Les risques industriels,

Plus en détail

METHANISATION. et installations classées et production d électricité. Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie

METHANISATION. et installations classées et production d électricité. Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie METHANISATION et installations classées et production d électricité Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie 1 Nomenclature des installations classées Les installations classées en application

Plus en détail

DIVISION DE LYON Lyon, le 24 décembre 2014

DIVISION DE LYON Lyon, le 24 décembre 2014 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON Lyon, le 24 décembre 2014 N/Réf. : CODEP-LYO-2014-058026 INSTITUT DE SOUDURE INDUSTRIE 13, rue du Vercors 69660 CORBAS Objet : Inspection de la radioprotection du

Plus en détail

PRIMAGAZ. Site Industriel de Dainville: BILAN Environnemental 2012-2013

PRIMAGAZ. Site Industriel de Dainville: BILAN Environnemental 2012-2013 PRIMAGAZ Site Industriel de Dainville: BILAN Environnemental 2012-2013 Vendredi 10/10/20 1 LE SITE DE DAINVILLE Notre objectif : Permettre le transfert de GPL dans une enceinte sécurisée par un personnel

Plus en détail

* * * Pour la promotion du véhicule électrique, Monaco organise désormais chaque année le rendez-vous des véhicules électriques.

* * * Pour la promotion du véhicule électrique, Monaco organise désormais chaque année le rendez-vous des véhicules électriques. La Principauté de Monaco a signé, à Rio de Janeiro, la Convention Cadre sur les Changements Climatiques ; cette Convention est entrée en vigueur par la publication de l Ordonnance Souveraine n 11.260 du

Plus en détail

Déchets dangereux dans l entreprise

Déchets dangereux dans l entreprise Déchets dangereux dans l entreprise Pe! é t i r u c é s z e s n Déchets dangereux Les déchets dangereux sont présents dans toutes les activités industrielles! Chaque année, les entreprises industrielles,

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 18 mars 2009 1 OBJET Prescriptions des principes relatifs à la protection de l environnement et au développement durable. 2 BUT La Société du Centre des congrès de Québec

Plus en détail

POLITIQUE 2014-2016. Santé et Sécurité au travail

POLITIQUE 2014-2016. Santé et Sécurité au travail POLITIQUE 2014-2016 Santé et Sécurité au travail «AREVA a choisi de promouvoir les plus hauts standards de sûreté nucléaire et de sécurité auprès de ses clients et d être exemplaire dans ces domaines sur

Plus en détail

Le radon. Collection thématique

Le radon. Collection thématique Le radon Gaz radioactif d origine naturelle, le radon représente le tiers de l exposition à la radioactivité reçue chaque année par la population française Collection thématique Que faut-il savoir du radon?

Plus en détail

ESII. Une entreprise éco-citoyenne

ESII. Une entreprise éco-citoyenne ESII Une entreprise éco-citoyenne ESII s inscrit dans une politique de développement durable garantissant la mise en œuvre de pratiques sans danger pour l environnement ainsi que le respect des normes

Plus en détail

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise)

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise) (fiche d entreprise) Tampon Médical Tampon de la collectivité Signature Signature Art. 14-1 du Décret n 85-603 du 10 juin 1985 modifié Dans chaque service d une collectivité territoriale et dans chaque

Plus en détail

Certification OHSAS 18001 Santé et sécurité au travail : exemple d'application dans une AASQA (AIRFOBEP)

Certification OHSAS 18001 Santé et sécurité au travail : exemple d'application dans une AASQA (AIRFOBEP) Certification OHSAS 18001 Santé et sécurité au travail : exemple d'application dans une AASQA (AIRFOBEP) BouAlem MESBAH - AIRFOBEP? 3 Questions avant de commencer Du document unique au SMS Du SMS à l OHSAS

Plus en détail

La finance carbone pour les villes

La finance carbone pour les villes 1 La finance carbone pour les villes Source de revenus et levier d action pour des villes plus propres A travers la présentation de trois mécanismes de finance carbone mobilisables par les villes, cette

Plus en détail

SOCODEI Identification : SOC NO 0094. Note d organisation. Politique radioprotection SOCODEI PAGE : 3/6 SOMMAIRE 1. ENJEUX ET FONDEMENTS...

SOCODEI Identification : SOC NO 0094. Note d organisation. Politique radioprotection SOCODEI PAGE : 3/6 SOMMAIRE 1. ENJEUX ET FONDEMENTS... Politique radioprotection SOCODEI PAGE : 3/6 SOMMAIRE 1. ENJEUX ET FONDEMENTS... 4 2. DOMAINE D APPLICATION... 4 3. PRINCIPES DIRECTEURS... 4 4. OBJECTIFS... 5 5. RESPONSABILITES ET REGLES... 5 6. ANIMATION

Plus en détail

Le management environnemental

Le management environnemental Le management environnemental L application de la norme Iso14001 USTV Cambrai, année 2008-09 Management environnemental Iso 14001 n 1 Le management environnemental La norme Iso 14001 Ce qu elle est / n

Plus en détail

ÉNERGIES NON RENOUVELABLES

ÉNERGIES NON RENOUVELABLES ÉNERGIES FOSSILES ÉNERGIE FISSILE ÉNERGIES FOSSILES Les énergies fossiles proviennent, comme leur nom l indique, de la fossilisation de grandes quantités de matière organique, provenant de la décomposition

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables FICHE ACTIONS Expo Nantes Atlantique ACTIONS GLOBALES Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibilisation des employés, des prestataires

Plus en détail

TRANSPORT ET TRAITEMENT DES DECHETS DANGEREUX

TRANSPORT ET TRAITEMENT DES DECHETS DANGEREUX TRANSPORT ET TRAITEMENT DES DECHETS DANGEREUX De quoi parle-t-on? Données 2010 Selon la règlementation 1, «sont considérés comme dangereux les déchets qui présentent une ou plusieurs des propriétés énumérées

Plus en détail

Certificat en Gestion Durable des Mines et Pétrole (GDMP)

Certificat en Gestion Durable des Mines et Pétrole (GDMP) Le secteur des mines, des carrières et hydrocarbures joue un rôle fondamental dans le développement économique de l Afrique. Environ deux-tiers des pays du continent concentrent des activités minières

Plus en détail

3 juin 2010. Didier Rocrelle Directeur d établissement FBFC

3 juin 2010. Didier Rocrelle Directeur d établissement FBFC CLI AREVA Romans 3 juin 2010 Didier Rocrelle Directeur d établissement FBFC Sommaire de la présentation L actualité de Romans depuis la dernière CLI Présentation du Rapport SNR 2009 Sûreté et Radioprotection

Plus en détail

1 Quel est le principe d une centrale thermique?

1 Quel est le principe d une centrale thermique? Physique-Chimie Deuxième partie Le défi énergétique Chapitre 4 Conversions et gestion de l énergie (suite) Séance 9 Chapitre 4 Conversions et gestion de l énergie (suite) (correspond au chapitre 10 du

Plus en détail

Club Environnement CCI Jura. La gestion des eaux usées issues de l industrie

Club Environnement CCI Jura. La gestion des eaux usées issues de l industrie Club Environnement CCI Jura La gestion des eaux usées issues de l industrie Bertrand DEVILLERS Le 1 er juin 2015 Les catégories d eaux usées Trois catégories d eaux usées : Les eaux usées domestiques (eaux

Plus en détail

Notre Communication sur le Progrès 2013

Notre Communication sur le Progrès 2013 Notre Communication sur le Progrès 2013 ICA 82 Route de Crémieu 38230 Tignieu-Jameyzieu 1 / 8 1. Notre déclaration de soutien continu au Pacte Mondial par le Président Depuis le 4 Août 2011, l imprimerie

Plus en détail

Nous préservons l essentiel

Nous préservons l essentiel Nous préservons l essentiel Sommaire I. INTRODUCTION II. Les fondements de ISO 14001 III. La norme et son application dans la gestion du service d assainissement : cas de l office national de l assainissement

Plus en détail

L IRSN et la surveillance de l environnement. Etat des lieux et perspectives

L IRSN et la surveillance de l environnement. Etat des lieux et perspectives L IRSN et la surveillance de l environnement Etat des lieux et perspectives Didier CHAMPION et Jean-Marc PERES Journées SFRP Paris 23-24 septembre 2009 Objectifs de la surveillance de l environnement 2

Plus en détail

5 mars 2013. Note d information

5 mars 2013. Note d information 5 mars 2013 Note d information Bilan des incidents de transport de matières radioactives à usage civil : l IRSN tire les enseignements des événements déclarés entre 1999 et 2011 Quelque 900 000 colis de

Plus en détail

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un diagnostic? d- Comment appliquer la méthode Bilan Carbone?

Plus en détail

Les obligations règlementaires en matière d environnement pour les PME / PMI

Les obligations règlementaires en matière d environnement pour les PME / PMI Pôle PME - Zones d activités Réunion d information Les obligations règlementaires en matière d environnement pour les PME / PMI Jeudi 12 mai 2011 En partenariat avec Avec le soutien DIAGNOSTIC ENVIRONNEMENT

Plus en détail

La norme environnementale ISO 14001

La norme environnementale ISO 14001 La norme environnementale ISO 14001 La norme environnementale ISO 14001 Application à une usine de plats cuisinés : Présentation de l activité : Les produits élaborés crus et surgelés : les viandes farcies,

Plus en détail

Je vous communique ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

Je vous communique ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE STRASBOURG Strasbourg, le 10 juin 2016 N/Réf. : CODEP-STR-2016-023737 Monsieur le directeur (du CH de Sarreguemines) Hôpital de Freyming-Merlebach Service de Médecine Nucléaire

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Travailler sur la base de principes pour la gestion des déchets radioactifs

Travailler sur la base de principes pour la gestion des déchets radioactifs Travailler sur la base de principes pour la gestion des déchets radioactifs OBJECTIFS ET APPROCHE DE PRINCIPE L objectif général de la gestion des déchets radioactifs est de prendre en charge ces déchets

Plus en détail

Accident de la centrale nucléaire Fukushima Dai-Ichi - Décontamination et gestion des déchets - Point de la situation en mars 2015

Accident de la centrale nucléaire Fukushima Dai-Ichi - Décontamination et gestion des déchets - Point de la situation en mars 2015 9 mars 2015 Accident de la centrale nucléaire Fukushima Dai-Ichi - Décontamination et gestion des déchets - Point de la situation en mars 2015 L accident de la centrale de Fukushima Dai-Ichi (F-1), survenu

Plus en détail

Signature de convention AREVA - OPPBTP

Signature de convention AREVA - OPPBTP DOSSIER DE PRESSE - 26 avril 2010 Signature de convention AREVA - OPPBTP CONTACT PRESSE José NOYA tel : 04 75 50 72 08 port : 06 71 08 11 54 jose.noya@areva.com 26 avril 2010 AREVA et l OPPBTP s associent

Plus en détail

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification ISO 50001 Le cadre réglementaire évolue incitant aujourd hui les Grandes Entreprises à s engager vers une meilleure efficience énergétique.

Plus en détail

«Actualités réglementaires en radioprotection»

«Actualités réglementaires en radioprotection» Contenu des informations à joindre aux D. ou demande d Autorisation Cyril THIEFFRY Sûreté Nucléaire et Radioprotection Arrêté du 29 janvier 2010 portant homologation de la décision n 2009-DC-0148 de l

Plus en détail