Rapport Environnemental, Social et Sociétal Compagnie Minière d Akouta

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport Environnemental, Social et Sociétal 2009. Compagnie Minière d Akouta"

Transcription

1 Rapport Environnemental, Social et Sociétal 2009 Compagnie Minière d Akouta

2 Sommaire Présentation de la COMINAK p.5 La situation géographique p.5 Les activités de la COMINAK La responsabilité sociale p.9 Les ressources humaines p.9 La sécurité au travail La gestion environnementale p.11 Le système de management environnemental ISO p.12 La prévention des risques et des pollutions p.12 La performance environnementale p.15 Le réseau de surveillance environnementale L exposition radiologique p.17 Le suivi des travailleurs p.17 Le suivi de la population L intégration dans les territoires p.19 Présentation des projets conduits en faveur des populations locales La communication auprès de nos parties prenantes p.21 Le dialogue et la concertation avec les parties prenantes p.21 La communication interne 2 Rapport environnemental, social et sociétal 2009

3 Michel CAPOBIANCO Directeur Général Avant-propos 2009 est une année placée sous le signe du progrès et de l amélioration continue pour les activités de la Compagnie Minière d Akouta (COMINAK). Les résultats liés à la sécurité des travailleurs et des sous-traitants de la COMINAK sont en constante amélioration. Les campagnes de sensibilisation ont porté leur fruit. Notre niveau de vigilance doit cependant être maintenu afin que nous continuions à progresser dans ce domaine. Sur le plan environnemental, le maintien de la certification ISO lors du dernier audit de suivi prouve notre engagement sincère à protéger l environnement et à améliorer notre performance environnementale. Afin de renforcer notre système de gestion de la sécurité des travailleurs et de l environnement, nous visons comme objectif en 2010 la double certification ISO et OHSAS Cette année a aussi confirmé positivement notre performance technique et opérationnelle qui est conforme aux prévisions de la COMINAK. Le prix de revient s est amélioré en dépit des fluctuations des prix des matières utilisées dans le cadre de la production (réactifs, pièces de rechanges etc.) Le présent rapport souhaite présenter aux parties prenantes de la COMINAK, ses activités industrielles et ses performances en matière de gestion durable de l environnement et de la sécurité. C est également le moyen pour les équipes de la COMINAK de mieux informer les populations et de faire preuve de transparence.

4 01 Présentation de la COMINAK 4 Rapport environnemental, social et sociétal 2009

5 La situation géographique La Compagnie Minière d Akouta (COMINAK) est implantée dans le département d Arlit, (région d Agadez) à 1200 km au nord-ouest de Niamey, la capitale du Niger. La région d Agadez est située en plein cœur du continent africain aux confins sud du Sahara, à environ 2000 km de la Méditerranée et du Golfe du Bénin. La ville d Agadez, chef lieu de la région, se trouve à 250 km au Sud-Est d Arlit et à 1000 km au Nord de Niamey, la capitale du Niger. Les activités industrielles de la COMINAK s exercent à Akouta, zone située à 6 km de la cité urbaine d Akokan qui abrite les travailleurs et leurs familles et à 12 km de la Société Minière de l AÏR (SOMAÏR). Une rue aérienne de ville d Arlit. Les activités de la COMINAK La COMINAK exploite les gisements uranifères d Akouta et d Akola que lui a amodiés, le 24 juillet 1975 et le 4 juin 1987, la Compagnie Générale des Matières Nucléaires (aujourd hui AREVA NC) titulaire de la Concession minière d Arlit. Les activités de la COMINAK se concentrent autour de trois grandes étapes : la recherche géologique, l extraction du minerai d uranium et son traitement. La Compagnie Minière d Akouta est une société anonyme de droit nigérien créée le 12 juin 1974 au capital de FCFA. Contrôle radiologique au fond de la mine. La recherche géologique concentre les activités de Les principaux actionnaires de la COMINAK sont : AREVA NC (France - 34 % des parts), la SOPAMIN SA (Niger - 31 %), OURD (Japon - 25 %) et ENUSA (Espagne - 10 %) Recherche de nouvelles zones minéralisées, à partir de campagnes de prospection ou de sondage ; Contrôle géologique indispensable au guidage des mineurs pour une exploitation rationnelle et qualitative des gisements (sélectivité) ; Suivi des nappes phréatiques dans le cadre de la protection de l environnement. En 2009, des audits qualité externes ont été conduits pour l amélioration de nos performances (diagraphie, laboratoire ). Rapport environnemental, social et sociétal

6 Historique 1970 Signature du protocole de recherche sur les périmètres d Akouta entre le Niger, la France et le Japon. L extraction du minerai consiste à Exploiter les gisements : abattage du minerai par la méthode de chambre et piliers et extraction du minerai abattu en surface ; Réaliser des travaux de terrassement en surface ; Réaliser des gros trous d aérage ; Réaliser des travaux de topographie ; Entretenir les engins miniers Création de la Compagnie Minière d Akouta (COMINAK) Début des travaux miniers souterrains et construction de l usine Production du premier kilogramme de minerai d uranium. Renouvellement de la Convention Minière. Production de la e tonne d uranium. Obtention de la certification du système de management environnemental ISO Renouvellement du certificat ISO Obtention du permis d exploitation d EBBA. Production de la e tonne d uranium au Niger pour les sites de la COMINAK et de la Société Minière de l Aïr (SOMAIR). Salle de supervision et de contrôle de toutes les opérations usine. La mine de COMINAK est une des plus importantes mines souterraines d uranium au monde en raison de sa configuration et de son niveau de production. Depuis sa création en 1974, COMINAK a extrait 15,314 millions de tonnes de minerai du sous-sol nigérien. Année Tonnage extrait Teneur 3,60 3,23 3,18 Uranium contenu (t) Uranium enfûté (t) La fin d exploitation du gisement d Akola explique les fluctuations des quantités de minerai extrait et de la teneur en uranium entre 2007 et Usine de traitement de COMINAK. 6 Rapport environnemental, social et sociétal 2009

7 Le traitement du minerai comporte les étapes suivantes Le traitement hydro-métallurgique du minerai et fabrication de l uranate de magnésie appelée yellow cake, contenant 75% d uranium naturel ; La production d acide sulfurique ; L entretien des installations de l usine ; Les analyses chimiques de contrôle et de suivi. Depuis sa création en 1974, l usine de COMINAK a produit tonnes d uranium métal. L uranate produit est conditionné dans des fûts étanches de 200 litres, mis en conteneurs puis expédiés chez les convertisseurs des clients (actuellement AREVA, OURD et ENUSA). Installation d extraction du minerai de la mine souterraine de COMINAK. Les services d appui de la COMINAK assurent La fabrication sur place de l acide sulfurique nécessaire au traitement du minerai ; La maintenance des équipements et infrastructures (engins, installations, bureaux, logements, routes) ; La gestion des approvisionnements et des achats de matières et matériels ; La production et la distribution d eau potable (5 700 m 3 par mois) ; La distribution de l électricité fournie par la SONICHAR. La COMINAK dispose également d une réserve froide d une capacité de KW. FLUX DE MATIERES ET ASPECTS ENVIRONNEMENTAUX ASSOCIES Rapport environnemental, social et sociétal

8 Equipes de mineurs sur le point de descendre au fond de la mine souterraine, à 250 m de profondeur. 02 La responsabilité sociale 8 Rapport environnemental, social et sociétal 2009

9 Les ressources humaines Au 31 décembre 2009, les effectifs de la COMINAK comptaient agents répartis sur le siège social à Niamey et majoritairement à Akouta au cœur des activités minières. Depuis 2008, les effectifs ont augmenté comme présenté dans le tableau ci-contre : Total des effectifs Personnel AREVA Personnel sous-traitants a été marqué par plusieurs projets de développement social : un plan d intégration a été réalisé pour 46 nouveaux agents embauchés en contrat à durée déterminée (CDD). 70 stagiaires ont également été sélectionnés et évalués dans le cadre d un programme d insertion des jeunes diplômés (PIJD). un plan de formation de heures a été mené, développant et renforçant ainsi les compétences et le savoir-faire de l équivalent de hommes/poste. La sécurité au travail La protection du personnel contre les risques liés aux rayonnements ionisants ainsi que la prévention des accidents du travail sont des préoccupations de chaque instant. Le management de la sécurité s appuie sur la responsabilisation de chacun au travers du système de responsabilité interne. L amélioration continue en est un principe. Le personnel du service sécurité est en charge de la mise en application des règles visant à prévenir les risques liés à la sécurité des travailleurs et à l hygiène. La société COMINAK s est également engagée dans une démarche visant à mettre en place un système de management de la santé et de la sécurité des travailleurs (OHSAS 18001). La culture sécurité de la COMINAK s appuie sur de nombreux domaines : l analyse des risques professionnels, la veille réglementaire, la gestion et le traitement des écarts, la remise à niveau des structures d incendie et de secours, la réalisation d études de dangers, d études des risques sanitaires, l analyse des atmosphères explosives, des expositions aux substances cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques (CMR), les campagnes de sensibilisation sur les risques de chute de blocs à la mine et de circulation routière, les campagnes de sécurisation du transport uranate et explosifs, les séances d animation des commissions de sécurité avec les membres de CSST (Comité Santé Sécurité au Travail). Les résultats sécurité sont en constante amélioration et respectent les exigences imposées par le groupe. Cependant la COMINAK déplore le décès d un soustraitant survenu en Des campagnes de sensibilisation importantes ont ainsi été conduites auprès des sous-traitants. En objectif est fixé l atteinte d un taux de fréquence inférieur à 2 pour les salariés et les sous-traitants de COMINAK. Suivi des accidents de travail COMINAK Entreprises extérieures Nombre d accidents déclarés avec arrêt (hors trajet) Nombre d accidents déclarés sans arrêt (hors trajet) Nombre de jours perdus de l année Nombre d accidents mortels Taux de fréquence* 3,18 1,80 1,80 0,63 1,19 0 (*) Le taux de fréquence est le nombre d accidents avec arrêt par million d heures travaillées. Rapport environnemental, social et sociétal

10 03 La gestion environnementale 10 Rapport environnemental, social et sociétal 2009

11 Le système de management environnemental ISO Le système de management environnemental est un mode de fonctionnement qui permet la mise en place d actions d amélioration pour la protection de l environnement. Ce cadre peut être certifié par une norme appelée ISO Ci-contre, le certificat délivré par l AFNOR attestant le respect des exigences de l ISO Dans cette optique, la COMINAK a rédigé une politique environnementale qui témoigne de son engagement sincère à protéger l environnement et à rendre compte de sa performance (texte disponible en annexe). Cette politique environnementale est portée par le management à son plus haut niveau, ici le Directeur Général, M. Capobianco. La mise en œuvre de cette politique s appuie sur un plan d actions environnemental qui est régulièrement contrôlé et suivi lors d audits internes ou externes. Ce plan d actions vise à améliorer les performances de l entreprise dans sa gestion des milieux, des ressources ainsi que sur le plan réglementaire. Ci-dessous quelques exemples d actions visant à animer le système de management environnemental : Réalisation d une revue sur les risques sanitaires, environnementaux & la gestion des sols & sous-sols. Mise à jour de la politique environnementale. Maintien du certificat ISO suite à l audit de suivi AFNOR en novembre 2009 Mise en place d un comité conjoint (avec le groupe AREVA) du suivi de l eau. Ce comité se réunit tous les mois. Evaluation de la conformité réglementaire en santé & sécurité. Missions d expertises diligentées par le groupe AREVA pour l amélioration des performances (atteinte des objectifs liés au SME & à la prévention des risques) et de la gestion des produits chimiques (dans le cadre de REACH). Rapport environnemental, social et sociétal

12 MIEUX COMPRENDRE NOTRE GESTION DE L EAU Les schémas suivants présentent la gestion des eaux, de l aquifère jusqu à sa destination finale, dans le cas d une utilisation par les populations et par les activités minières. La prévention des risques et des pollutions La prévention des risques et des pollutions s appuie sur plusieurs actions : conduite des études sur les atmosphères explosives (ATEX) et sur l impact de la foudre ; identification des produits cancérogène - mutagène - reprotoxique (CMR) et action de substitution de certaines d entre elles ; réalisation d études de dangers ; réalisation de diagnostic amiante sur toutes les installations du site et le lancement d une campagne de retrait de tous les produits contenant de l amiante pour 2010 ; mise en place d un processus d arrosage des différentes pistes de roulages afin d atténuer l impact des poussières. Bassins de décantation des eaux d exhaure de la mine. La performance environnementale Gestion de l eau L eau est une ressource indispensable à la vie de l homme et au bon fonctionnement des activités de COMINAK. Deux types de consommation en eau sont considérés : L eau potable nécessaire à la consommation des populations et des salariés. Elle provient des aquifères (ex. nappe du Tarat). Il est donc nécessaire de réaliser un forage pour pomper l eau et créer ainsi un puits. L eau industrielle est utilisée pour le bon fonctionnement des activités de la COMINAK. Dans un souci d optimisation des consommations en ressources naturelles, l eau des nappes est complétée de l eau d exhaure venant des travaux miniers souterrains. En 2009, afin de satisfaire les besoins en eau potable du personnel et des populations locales, deux nouveaux puits ont été forés et mis en production soit une augmentation des consommations de 3,5% par rapport à Rapport environnemental, social et sociétal 2009

13 Année Unité Eau potable Eau industrielle Soutirage global 2007 m m m Les eaux usées de la zone industrielle Aucun rejet liquide n est effectué dans le milieu naturel. En effet les effluents liquides et les eaux usées de l usine sont collectés et stockés dans de grands bassins étanches (11 bassins d une superficie de 65 hectares et d une capacité de stockage de 2,6 millions de m 3 ). Sous l effet des grandes chaleurs caractéristiques du climat de la région et du faible taux d humidité atmosphérique, l eau s évapore laissant au fond des bassins les sels contenus. En 2009, un volume de m 3 a été collecté et acheminé dans les bassins d épandage. Dans une optique d améliorer les performances environnementales liées à la gestion de l eau, plusieurs actions ont été conduites : actions de sensibilisation sur la consommation d eau potable à la cité des cadres et amélioration de la gestion de la plomberie ; ce qui a valut une baisse de la consommation en eau, lancement d une expertise VEOLIA, conjointe SOMAIR et COMINAK, sur l évaluation et la maîtrise du réseau de distribution de l eau potable. Stockage des hydrocarbures. Depuis 2007, le ratio d efficacité énergétique (quantité d énergie consommée par tonne d uranium enfûté) est en baisse. Cette diminution est notamment liée à une moindre production de l uranium. Année Electricité (MWh) Gasoil & fuel lourd (m 3 ) Total énergie (tep) Efficacité énergétique (tep/tu) , , ,84 L augmentation des consommations en électricité entre 2008 et 2009 est principalement liée aux besoins supplémentaires de l usine (3% de consommation supplémentaires) et à la zone urbaine (8% de consommation en plus). Un des neuf puits forés dans la nappe fossile du Tarat pour les besoins en eau potable des populations. Les consommations d électricité et d hydrocarbures L électricité est utilisée pour le fonctionnement des installations industrielles (mine, usine, ateliers généraux), pour les besoins domestiques et pour la production de l eau potable. Les hydrocarbures sont utilisés pour le processus de fabrication du yellow cake et pour l approvisionnement des engins miniers. La diminution de la consommation des hydrocarbures a été rendue possible grâce au renouvellement du parc engins. Centrale électrique. Rapport environnemental, social et sociétal

14 Les rejets atmosphériques Le radon, les poussières, les gaz d échappement des engins et les vapeurs chimiques (CO2, NOx, SO2, COV etc.) constituent les principaux rejets atmosphériques. Vapeurs chimiques Gaz nitreux (NOx) : ils sont produits au niveau de l atelier d attaque sulfonitrique de l usine. La concentration des rejets gazeux au niveau de la colonne d absorption est inférieure à 3000 ppm. Gaz sulfureux (SOx) : ils sont produits à l atelier Contact lors de la fabrication de l acide sulfurique. La concentration des gaz à la cheminée de la tour d absorption est inférieure à 900 ppm. Composés Organiques Volatils (COV) : ils proviennent des solvants organiques utilisés, retrouvés à l état de traces de vapeurs. Les rejets solides Les résidus de traitement de l usine et les déchets industriels banals constituent les principaux rejets solides. Les résidus de traitement Les résidus solides venant du traitement hydro métallurgique du minerai à l usine (quantités estimées à environ 14,17 millions de tonnes sèches à fin 2009), sont entreposés sur une verse de 50 hectares dont la crête culmine à une hauteur d environ 27 m. Poussières et gaz radioactifs De nombreuses fluctuations sont enregistrées d une année sur l autre, ces variations étant essentiellement liées aux conditions météorologiques très changeantes. Globalement, pour 2009, les résultats obtenus en poussières radioactives et en gaz radon sont semblables à ceux des années antérieures. Mesures semestrielles de la stabilité relative du tas de résidus de traitement de l usine. Année Poussières radioactives (mbq / m 3 ) Milieu naturel Moyenne annuelle Gaz radon (nj / m 3 ) Milieu naturel Moyenne annuelle ,2 0, ,1 0, , ,2 0, Que ce soit pour l eau, l air ou les sols, les résultats des analyses (au regard de la réglementation et des recommandations OMS), confirment l absence de risque sanitaire pour les travailleurs et les populations. Des mesures périodiques (cannes d érosion) sont effectuées sur les différents reliefs de la verse afin de s assurer de sa résistance à l érosion éolienne et exceptionnellement à la pluie. Les déchets industriels banals Les déchets banals sont composés des ferrailles non contaminées, des plastiques et caoutchouc, des pneus usagés, des papiers Les quantités de déchets banals produits par la COMI- NAK sont présentées ci-dessous. Il est intéressant de souligner que le processus de collecte et de gestion des déchets banals a été réorganisé en 2009 pour en accroître la performance. Les déchets industriels dangereux Les déchets industriels spéciaux tels que le pentoxyde de vanadium (365 fûts de 200 litres) et le pyralène (61,55 tonnes) font l objet d une collecte et d un entreposage (dont les conditions de stockage ont été améliorées dans l attente d une filière d élimination). Déchets Industriels Unité Déchets industriels banals allant en filière de recyclage Déchets industriels banals mis en décharge interne Ferrailles non contaminés tonne Plastique / Caoutchouc tonne Bois / Papier / Carton* tonne Bandes usagées ML** Pneus usagés VL et PL PC*** (*) Les déchets papier et carton sont incinérés en zone industrielle ; (**) ML = mètre linéaire ; (***) PC = pneu consommé 14 Rapport environnemental, social et sociétal 2009

15 Le réseau de surveillance environnementale La réglementation Un arrêté et un décret encadrent la protection des salariés et du public vis-à-vis des rayonnements ionisants : L article 43 de l arrêté n 003/MME/DM du 08 janvier 2001 concerne la protection des travailleurs et du public contre les dangers des rayonnements ionisants dans le secteur minier. Le décret n /PRN/MSP du 13/12/2007 fixe les modalités d application de la loi du 21/06/06 portant sur la sûreté, la sécurité nucléaire et la protection contre les dangers des rayonnements ionisants. Les résultats des analyses radiologiques effectuées sur ces échantillons sont inférieurs aux valeurs guides recommandées par l Organisation Mondiale de la Santé (OMS) soit 1 Bq par litre pour le radium 226 et 10 Bq par litre pour l uranium 238. Des prélèvements d échantillons d eau sont effectués tous les mois au niveau des puits, les résultats des analyses chimiques réalisées (valeurs moyennes annuelles) restent très en deçà des limites recommandées par l OMS. Surveiller l impact des activités Dans ce cadre réglementaire, la COMINAK dispose d un réseau composé de 7 stations de surveillance de l environnement et de l impact radiologique autour des installations industrielles et en zone urbaine. Ces stations permettent de mesurer et d évaluer en continu les niveaux de radioactivité (gaz radon et poussières radioactives) présents dans l air. Le contrôle des sols, réalisé annuellement, consiste à mesurer l activité massique en radium 226, en uranium 238 et en plomb 210 d échantillons prélevés à la surface du sol, le long de 4 radiales placées à des intervalles de 4 km, dans la direction des vents dominants (Nord-Est / Sud-Ouest). Les prélèvements sont effectués tous les 3 km, sur chaque radiale. Le contrôle de la qualité des eaux est réalisé sur des échantillons d eau potable prélevés à Akokan et à Agadez (le milieu de référence, situé hors zone d influence des activités minières). Les contrôles de la chaîne alimentaire se basent sur l analyse des radionucléides susceptibles d être contenus dans les fruits et légumes cultivés dans les jardins d Akokan, par comparaison à ceux en provenance d Agadez (ville située hors zone d influence des installations minières). Les prélèvements sont effectués une fois par an lors des récoltes. Aucun impact n est à relever sur la chaîne alimentaire. Les activités massiques dans le végétal frais sont inférieures à 1 Bq par kilogramme pour le radium 226 et, inférieures aux limites de détection de la méthode d analyse utilisée pour les autres radionucléides. Unités Limites OMS Sodium mg/l Chlorure mg/l Sulfates mg/l Nitrates mg/l Contrôle radiologique de l eau Valeurs guides OMS Akokan Agadez Akokan Agadez Akokan Agadez Radium 226 Bq/l < ou = 1 < 0,01 < 0,02 0,01 0,02 0,01 0,02 Uranium 238 Bq/l < ou = 10 < 0,20 < 0,28 0,20 0,28 0,23 0,28 Rapport environnemental, social et sociétal

16 Pour assurer une bonne ambiance radiologique de travail dans la mine souterraine, quatre équipes de radioprotectionnistes travaillant en continu. Ils effectuent des mesures des éléments radioactifs (rayonnement gamma, gaz radon, poussières radioactives). Ils signalent aux mineurs les anomalies détectées et proposent des actions correctives et préventives. Les résultats statistiques des mesures effectuées sont commentés et affichés dans tous les quartiers de la mine. 04 L exposition radiologique 16 Rapport environnemental, social et sociétal 2009

17 Le suivi des travailleurs La prévention des risques lies aux rayonnements ionisants repose sur le principe de limitation des doses reçues par les travailleurs. Elle est également appelée radioprotection. La prévention des risques lies aux rayonnements ionisants repose sur le principe de limitation des doses reçues par les travailleurs. Elle est également appelée radioprotection. TRAVAILLEURS Limite d exposition fixée par CIPR & Directive EURATOM Loi nigérienne Exigence COMINAK Dose annuelle ajoutée par rapport à la radioactivité naturelle 100 msv sur 5 ans 20 msv 18 msv COMINAK respecte la réglementation nigérienne (loi du 21/06/06) portant sur la sûreté, la sécurité nucléaire et la protection contre les dangers des rayonnements ionisants. Cette loi préconise une exposition annuelle maximale de 20 msv. Ci-dessous sont présentés les résultats dosimétriques des travailleurs de 2007 à 2009, pour les salariés et les sous-traitants. (*) Résultats en fin d année calendaire Année Suivi du personnel de COMINAK Total personnel suivi 0 à 6 msv Répartition des effectifs contrôlés* 6 à 12 msv 12 à 18 msv 18 à 20 msv Dose moyenne de l effectif (msv) *Dose individuelle maximale (msv) Sous contrat COMINAK Entreprises extérieures Sous contrat COMINAK Entreprises extérieures Sous contrat COMINAK Entreprises extérieures RAPPEL La limite réglementaire d exposition des travailleurs est fixée à 20 msv par la loi nigérienne et à 18 msv par les exigences AREVA Le suivi des populations Le Décret français du 4 avril 2002 reprend la réglementation européenne et fixe pour le public une dose ajoutée ne devant pas excéder 1 msv par an. Dans des circonstances particulières, le texte prévoit que la dose ajoutée puisse atteindre 5 msv par an, à condition de ne pas dépasser une moyenne annuelle de 1 msv sur 5 ans. L Arrêté nigérien 003 / MME / DM du 8 janvier 2001 fixe également la même limite d exposition pour les population que le Décret français. POPULATION Limite d exposition fixée par Décret français & Arrêté nigérien Dose annuelle ajoutée par rapport à la radioactivité naturelle 1 msv Cette limite est respectée autour des mines et dans les villes voisines d Arlit et d Akokan. La dose ajoutée aux populations riveraines est en moyenne inférieure à 0,5 msv par an. Les valeurs sont comprises entre 0,3 et 1 msv ajouté à l environnement naturel. Les mesures effectuées sur la chaîne alimentaire et sur les eaux de consommation prélevées au niveau des puits complètent les mesures radiologiques des stations de surveillance environnementale. Les résultats permettent ainsi de calculer la dose efficace annuelle ajoutée au niveau naturel, reçue par les différentes populations (nomades et sédentaires) vivant autour du site. Elle s exprime en millisievert (msv). Résultats dosimétriques (msv) des populations présentes à proximité du site de COMINAK Populations sédentaires Populations nomades Adultes Enfants Adultes Enfants Rapport environnemental, social et sociétal

18 05 L intégration dans les territoires 18 Rapport environnemental, social et sociétal 2009

19 Présentation des projets conduits en faveur des populations locales Dans le cadre des accords de partenariat créés en 2006 entre les sociétés minières, les collectivités locales et les services déconcentrés de l Etat, COMINAK a contribué à la réalisation de nombreux projets locaux jugés prioritaires par le comité de partenariat. de 803 mois de stages et, est une démarche qui tend à se renforcer (269 stagiaires en 2008 et 243 en 2007). Les projets issus des accords de partenariat ont également permis la construction de deux blocs de trois salles de classes au CEG2 de la Commune Urbaine d Arlit. 100 millions FCFA ont ainsi été alloués en 2006, 143 millions en 2007, 150 millions en 2008 et près de 132 millions en Accès des populations à l eau La compagnie minière d Akouta assure annuellement la fourniture en eau potable (près de m 3 ) à la Société d Exploitation des Eaux du Niger (SEEEN) pour satisfaire aux besoins des populations présentes dans les villes d Arlit et d Akokan. Chaque année, 100 m 3 est mis gratuitement à disposition des populations nomades. Plusieurs puits ont également été soit construits, soit réhabilités ou encore équipés à l instar des puits maraîcher d Aneker (Commune Rurale de Gougaram). Développement de la production maraîchère COMINAK soutient le développement de la production maraîchère dans la région d Iferouāne sous forme de dotations en carburants et de lubrifiants. Elle met également à disposition des populations d Akokan un volume annuel de 1,5 million de m 3 d eau épurée pour l arrosage des jardins. Santé des populations COMINAK assure gratuitement les actes de soin aux habitants de la ville d Akokan, soins pour lesquels les structures sanitaires ont été renforcées comme par exemple la construction d une case de santé à Ezazzew (Commune Rurale de Gougaram). Financement des infrastructures La compagnie minière d Akouta contribue chaque année à hauteur de 400 millions F CFA pour maintenir et réaliser l entretien de la route bitumée entre les villes de Tahoua et d Arlit. Elle fournit également du matériel pour l installation des mairies. Culture COMINAK a été également un acteur de la mise en place d équipements de radios communautaires. Emploi et formation Dans le cadre de nos relations de partenariat avec les milieux scolaires et universitaires, COMINAK a accueilli 360 stagiaires sur son site industriel. Ces étudiants proviennent d une soixantaine d établissements nationaux et étrangers. Cette initiative représente un total cumulé Séance de sensibilisation VIH SIDA (Commune Urbaine d Arlit). Rapport environnemental, social et sociétal

20 Intervention du Directeur Général de COMINAK lors de la réunion annuelle de la Commission d Information Locale. 06 La communication auprès de nos parties prenantes 20 Rapport environnemental, social et sociétal 2009

Contrôle des gaz à effet de serre dans les Mines. Abdoulaye HAMIDOU Chef de Groupe Qualité Sécurité Environnement COMINAK/AREVA

Contrôle des gaz à effet de serre dans les Mines. Abdoulaye HAMIDOU Chef de Groupe Qualité Sécurité Environnement COMINAK/AREVA Contrôle des gaz à effet de serre dans les Mines Abdoulaye HAMIDOU Chef de Groupe Qualité Sécurité Environnement COMINAK/AREVA Principe de fonctionnement des Mines Rejets Atmosphériques Explosifs Ciment

Plus en détail

LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON - A L G A D E

LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON - A L G A D E LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON Sylvain BERNHARD - Marion DESRAY - A L G A D E Membre de l UPRAD, Union Nationale des Professionnels du Radon LES EXPOSITIONS PROFESSIONNELLES

Plus en détail

Table des matières... i. Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert.

Table des matières... i. Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert. Table des matières Table des matières... i Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des annexes... iv Liste des abréviations

Plus en détail

Production mondiale d énergie

Production mondiale d énergie Chapitre 14: Autres sources d énergie Énergie nucléaire Énergie solaire Énergie géothermale Hydro-électricité Énergie éolienne Production mondiale d énergie 23% 39% 27% Coal Nuclear Hydro Geothermal Petroleum

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

«Actualités réglementaires en radioprotection»

«Actualités réglementaires en radioprotection» Contenu des informations à joindre aux D. ou demande d Autorisation Cyril THIEFFRY Sûreté Nucléaire et Radioprotection Arrêté du 29 janvier 2010 portant homologation de la décision n 2009-DC-0148 de l

Plus en détail

Grilles de lecture données environnement 2013 Tableau de bord de suivi des opérations de démantèlement

Grilles de lecture données environnement 2013 Tableau de bord de suivi des opérations de démantèlement Grilles de lecture données environnement 2013 Tableau de bord de suivi des opérations de démantèlement Travaux réalisés dans le cadre de la mission d accompagnement de la CLI CLI des Monts d Arrée, réunion

Plus en détail

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET 3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET L ENVIRONNEMENT 3.1 Contexte et tendances L atteinte de l indépendance énergétique est une priorité gouvernementale. Cet objectif sera appuyé par plusieurs politiques,

Plus en détail

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer Complétez le schéma de gestion des déchets nucléaires en vous aidant du panneau, les surfaces des cercles sont proportionnelles à leur importance Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ

Plus en détail

Le Centre industriel de regroupement, d entreposage et de stockage

Le Centre industriel de regroupement, d entreposage et de stockage Le Centre industriel de regroupement, d entreposage et de stockage Sommaire L Andra dans l Aube : un exploitant industriel exemplaire Le Centre industriel de regroupement, d entreposage et de stockage

Plus en détail

Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets

Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets Présentation d Ecoval Maroc 2 Sommaire Présentation d Ecoval Maroc Perception du Marché de déchets Objectifs de la plateforme Ecoval

Plus en détail

ANF Becquerel. Stratégie Prélèvement Etude d'impact. http://reseau-becquerel.in2p3.fr

ANF Becquerel. Stratégie Prélèvement Etude d'impact. http://reseau-becquerel.in2p3.fr ANF Becquerel Stratégie Prélèvement Etude d'impact http://reseau-becquerel.in2p3.fr Les mesures de radioactivité dans l environnement Deux finalités complémentaires mais distinctes Mesures à but réglementaire

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES

CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES DECEMBRE 2006 1. OBJET DE LA PRESTATION L activité du centre

Plus en détail

Maîtrise des Fournisseurs. La CAEAR. Commission d Acceptation des Entreprises en Assainissement Radioactif

Maîtrise des Fournisseurs. La CAEAR. Commission d Acceptation des Entreprises en Assainissement Radioactif Maîtrise des Fournisseurs La CAEAR Commission d Acceptation des Entreprises en Assainissement Radioactif 1 La CAEAR : Définition Commission interne au CEA, Elle a pour mission la présélection des entreprises

Plus en détail

Fiscalité environnementale

Fiscalité environnementale Secrétariat général Fiscalité environnementale Février 2009 La réforme de la fiscalité environnementale, adoptée dans la loi de finances pour 2009 et la loi de finances rectificative pour 2008, concrétise

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 21 septembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-035472 Hôpital Robert Debré 48 boulevard Sérurier 75019 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN REPUBLIQUE FRANCAISE - PREFECTURE DE LA DROME A retourner à : DDT/Service Eau Forêt Espaces Naturels 4 place Laënnec BP 1013 26015 VALENCE CEDEX 04.81.66.81.90 CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE

Plus en détail

16 novembre 2010. Didier Rocrelle Directeur d établissement

16 novembre 2010. Didier Rocrelle Directeur d établissement CLI AREVA Romans 16 novembre 2010 Didier Rocrelle Directeur d établissement Sommaire de la présentation L actualité de Romans depuis la dernière CLI Plan de surveillance environnementale AREVA Romans Questions

Plus en détail

Gestion écoresponsable des déchets

Gestion écoresponsable des déchets Gestion écoresponsable des déchets R E C Y C L E R, V A L O R I S E R E T E L I M I N E R P O U R P R E S E R V E R L E N V I R O N N E M E N T E T C O N T R I B U E R A U D E V E L O P P E M E N T D U

Plus en détail

Le développement durable clé en main

Le développement durable clé en main Le développement durable clé en main Le développement durable au cœur de la stratégie d Assa Abloy 2 de la sécurité est un marché dynamique, tiré par les évolutions sociétales (besoins de sécurité grandissants,

Plus en détail

Accident de la centrale nucléaire Fukushima Dai-Ichi - Décontamination et gestion des déchets - Point de la situation en mars 2015

Accident de la centrale nucléaire Fukushima Dai-Ichi - Décontamination et gestion des déchets - Point de la situation en mars 2015 9 mars 2015 Accident de la centrale nucléaire Fukushima Dai-Ichi - Décontamination et gestion des déchets - Point de la situation en mars 2015 L accident de la centrale de Fukushima Dai-Ichi (F-1), survenu

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Arrêté du 6 décembre 2013 relatif aux modalités de formation de la

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

«Stockage des déchets ultimes, la solution Stocamine» Siège social : avenue Joseph-Else 68310 Wittelsheim

«Stockage des déchets ultimes, la solution Stocamine» Siège social : avenue Joseph-Else 68310 Wittelsheim «Stockage des déchets ultimes, la solution Stocamine» Siège social : avenue Joseph-Else 68310 Wittelsheim Dates et faits marquants 1987 : études de l ANDRA sur le comportement du sel des Mines de Potasse

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Prévention et Sécurité au Travail Fiche Santé et Travail n 111 Date : 01/09/2014 "Un homme averti en vaut deux" Ce proverbe souligne que l on est plus

Plus en détail

SGN CLIENT SOMMAIRE 1 OBJET ET CONTEXTE...6 2 PRESENTATION GENERALE DU STOCKAGE DE SEDIMENTS...7 2.1 PRESENTATION DU STOCKAGE...7

SGN CLIENT SOMMAIRE 1 OBJET ET CONTEXTE...6 2 PRESENTATION GENERALE DU STOCKAGE DE SEDIMENTS...7 2.1 PRESENTATION DU STOCKAGE...7 DIFFUSION LIMITEE AREVA SGN Page : 3 / 52 SOMMAIRE 1 OBJET ET CONTEXTE...6 2 PRESENTATION GENERALE DU STOCKAGE DE SEDIMENTS...7 2.1 PRESENTATION DU STOCKAGE...7 2.2 LES PRODUITS STOCKES...7 2.3 DONNEES

Plus en détail

La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée

La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée Dalkia, le leader européen des services énergétiques Dalkia filiale de EDF et de Veolia Environnement, place les enjeux environnementaux au cœur

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT Une entreprise de Bayer et LANXESS UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Mise en œuvre et suivi de l ISO 14001 sur l établissement COGEMA Cadarache

Mise en œuvre et suivi de l ISO 14001 sur l établissement COGEMA Cadarache COGEMA Mise en œuvre et suivi de l ISO 14001 sur l établissement COGEMA Cadarache Roger FANTON Chef des services QSSE Directeur Adjoint Journées SFRP, les 17 et 18 novembre 2005 COGEMA L'énergie, cœur

Plus en détail

Système Management Environnemental

Système Management Environnemental Système Management Environnemental Laboratoire de Touraine Laboratoire de Touraine Laboratoire de Touraine - Bassin Eaux Pluviales Environnemental Politique Qualité Sécurité Environnement Sommaire Norme

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles H. Bonnes pratiques environnementales 1. Déchets La gestion des déchets est régie par : des grands principes définissant, par exemple, les responsabilités du producteur ou détenteur de déchets ou la prise

Plus en détail

20 ans après l accident nucléaire de Tchernobyl: Les conséquences en Suisse

20 ans après l accident nucléaire de Tchernobyl: Les conséquences en Suisse 20 ans après l accident nucléaire de Tchernobyl: Les conséquences en 1. L accident Il y a 20 ans, le 26 avril 1986 à 01h24 heure locale, se produisait l accident le plus grave jamais survenu dans une installation

Plus en détail

Mesdames, Messieurs. COLLECTIF POUR LA DEFENSE DU DROIT A L ENERGIE

Mesdames, Messieurs. COLLECTIF POUR LA DEFENSE DU DROIT A L ENERGIE COLLECTIF POUR LA DEFENSE DU DROIT A L ENERGIE 1 ère Organisation des Consommateurs Nigériens à bénéficier d une donation du FMI Affiliée à l Organisation Internationale Droit à l Energie Sos Futur Membre

Plus en détail

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE Politique Environnementale du Groupe UNILOGI 70.000 personnes logées au sein de notre patrimoine dans 210 communes sur 7 départements et 3 régions, xxx entreprises fournisseurs

Plus en détail

STOCKAGE SOUTERRAIN. Gestion de l élimination en Europe toute entière Sécurité à long terme Solutions répondant aux besoins de nos clients

STOCKAGE SOUTERRAIN. Gestion de l élimination en Europe toute entière Sécurité à long terme Solutions répondant aux besoins de nos clients STOCKAGE SOUTERRAIN Gestion de l élimination en Europe toute entière Sécurité à long terme Solutions répondant aux besoins de nos clients Prestations de service complètes à l échelle européenne Gestion

Plus en détail

MINISTERE DE L INDUSTRIE ET DES MINES ACTIONS EN MILIEU DE TRAVAIL DES STRUCUTURES DE CONTROLES

MINISTERE DE L INDUSTRIE ET DES MINES ACTIONS EN MILIEU DE TRAVAIL DES STRUCUTURES DE CONTROLES MINISTERE DE L INDUSTRIE ET DES MINES ACTIONS EN MILIEU DE TRAVAIL DES STRUCUTURES DE CONTROLES I- INTRODUCTION I-1 CADRE JURIDIQUE, RATTACHEMENT HIERARCHIQUE ET ORGANISATION I-2 ATTRIBUTIONS I-3 MISSIONS

Plus en détail

PROTECTION EN CAS D URGENCE DANS L ENVIRONNEMENT DE LA CENTRALE NUCLEAIRE DE CATTENOM

PROTECTION EN CAS D URGENCE DANS L ENVIRONNEMENT DE LA CENTRALE NUCLEAIRE DE CATTENOM PROTECTION EN CAS D URGENCE DANS L ENVIRONNEMENT DE LA CENTRALE NUCLEAIRE DE CATTENOM Informations pour la population de Rhénanie-Palatinat Editeur: Aufsichts- und Dienstleistungsdirektion Willy- Brandt-

Plus en détail

58 74 21 35 tél. 05 58 90 97 97 - Fax 05

58 74 21 35 tél. 05 58 90 97 97 - Fax 05 Informations Régie des Eaux Renseignements Accueil Téléphonique ipale des eaux siège de la Régie munic et de l Assainissement 58 74 21 35 tél. 05 58 90 97 97 - Fax 05 8h00 à 12h30 vendredi de Bureau ouvert

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 1 er avril 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-013170 Hôpital Avicenne 125, rue de Stalingrad 93000 BOBIGNY Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 26 octobre 2005 relatif aux modalités de formation de la personne compétente en radioprotection

Plus en détail

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE?

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? Fiches ressources Dossier n 2 Activités 1 à 4 SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? 4. DES ATOUTS POUR L'ENVIRONNEMENT APPLICATIONS

Plus en détail

LUTTE CONTRE LA POLLUTION ATMOSPHERIQUE ET PROMOTION DES VEHICULES PROPRES AU BENIN

LUTTE CONTRE LA POLLUTION ATMOSPHERIQUE ET PROMOTION DES VEHICULES PROPRES AU BENIN LUTTE CONTRE LA POLLUTION ATMOSPHERIQUE ET PROMOTION DES VEHICULES PROPRES AU BENIN Présenté par M. Wabi MARCOS Coordonnateur Sous Programme Lutte Contre la Pollution Atmosphère INTRODUCTION PLAN DE PRESENTATION

Plus en détail

EN AMONT DE LA DÉLÉGATION ACCUEIL ET FORMATION GÉNÉRALE À LA SÉCURITÉ FORMATION AU POSTE DE TRAVAIL

EN AMONT DE LA DÉLÉGATION ACCUEIL ET FORMATION GÉNÉRALE À LA SÉCURITÉ FORMATION AU POSTE DE TRAVAIL EN AMONT DE LA DÉLÉGATION Elaborer un livret d'accueil Etablir la liste des postes à risques particuliers (annexe 1) Prendre en compte la liste des travaux interdits aux intérimaires (annexe 2) Désigner

Plus en détail

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Présenté par : Joël Leblond et Martin Loiselle 19 novembre 2010 Plan de la présentation Introduction Objectifs des Rendez-vous de l énergie Constats nationaux

Plus en détail

ESII. Une entreprise éco-citoyenne

ESII. Une entreprise éco-citoyenne ESII Une entreprise éco-citoyenne ESII s inscrit dans une politique de développement durable garantissant la mise en œuvre de pratiques sans danger pour l environnement ainsi que le respect des normes

Plus en détail

Feuille d information

Feuille d information Feuille d information Janvier 2009 Ecobilan de l énergie nucléaire: efficacité et préservation de l environnement Le terme de «courant vert» est souvent utilisé dans la discussion publique. Il faut généralement

Plus en détail

L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES

L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES SAMEDI 15 SEPTEMBRE 2012 ENTRÉE LIBRE DE 10H30 À 17H SUR PRÉSENTATION D UNE CARTE D IDENTITÉ 31, AVENUE DE LA DIVISION

Plus en détail

Déchets dangereux dans l entreprise

Déchets dangereux dans l entreprise Déchets dangereux dans l entreprise Pe! é t i r u c é s z e s n Déchets dangereux Les déchets dangereux sont présents dans toutes les activités industrielles! Chaque année, les entreprises industrielles,

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Amélioration de la productivité et de la qualité Publication juin 2013 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

Bachelors Technologiques

Bachelors Technologiques Bachelors Technologiques Mines et Carrières - Gestion et Maintenance de Parc de Matériels de Travaux Publics - QHSE Qualité Hygiène Sécurité Environnement www.2ie-edu.org Institut International d Ingénierie

Plus en détail

Rapport Bilan Carbone Groupe GMBA Baker Tilly (exercice 2012)

Rapport Bilan Carbone Groupe GMBA Baker Tilly (exercice 2012) Rapport Bilan Carbone Groupe GMBA Baker Tilly (exercice 2012) Introduction : GMBA est un cabinet d audit, d expertise comptable et de conseil situé sur 3 sites géographiques différents : deux à Paris et

Plus en détail

Résumé non technique de l étude d impact

Résumé non technique de l étude d impact de l étude d impact 2 2.1 Contexte environnant 2.1.1 Faune et flore La proximité de zones artificialisées, d infrastructures routières majeures et l exploitation antérieures des terres agricoles qui constituent

Plus en détail

VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012

VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012 VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012 ETABLI EN APPLICATION : - DE LA LOI DU 2 FEVRIER 1995 RELATIVE AU RENFORCEMENT

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Mai 2013

DOSSIER DE PRESSE Mai 2013 La centrale thermique à flamme de Vitrysur-Seine Crédit photo : Yves Soulabaille N imprimez ce message que si vous en avez l utilité. EDF CPT Vitry-sur-Seine 18 rue des fusillés 94400 Vitry-sur-Seine www.edf.fr

Plus en détail

MODE OPERATOIRE NORMALISE : Date d application :

MODE OPERATOIRE NORMALISE : Date d application : 1 / 14 Prénom / Nom Date, signature Rédacteur : Tony Jamault Vérificateur : Anthony Loussouarn Approbation : Isabelle Calard Table des matières 1 OBJECTIF DU MODE OPERATOIRE ET DOMAINE D APPLICATION...

Plus en détail

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30)

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30) Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Partie II RESUME NON TECHNIQUE ETUDE D IMPACT FEVRIER 2014 RAPPORT CON/13/084/CD/V2 SOMMAIRE I PRESENTATION DU PROJET ET DE SON ENVIRONNEMENT...

Plus en détail

Rapport d information sur la sûreté nucléaire et la radioprotection du site AREVA la Hague. Édition 2013

Rapport d information sur la sûreté nucléaire et la radioprotection du site AREVA la Hague. Édition 2013 Rapport d information sur la sûreté nucléaire et la radioprotection du site AREVA la Hague Édition Ce rapport est rédigé au titre de l article L 125-15 du code de lʼenvironnement AREVA / Site de la Hague

Plus en détail

Le code INF et les navires spécialisés

Le code INF et les navires spécialisés WNTI W O R L D N U C L E A R T R A N S P O RT I N S T I T U T E BROCHURE Le code INF et les navires spécialisés Dédié au transport sûr, efficace et fiable des matières radioactives Le code INF et les

Plus en détail

La gestion à long terme des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Options

La gestion à long terme des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Options La gestion à des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie Options Options possibles pour la gestion à 2 Option zéro ou statu quo : maintien de la situation actuelle Mise en forages profonds

Plus en détail

www.infociments.fr www.mamaisondurable-beton.com

www.infociments.fr www.mamaisondurable-beton.com www.infociments.fr www.mamaisondurable-beton.com CARNET de la construction durable en béton Preuves à l appui 1 2 La maison en béton : un impact maîtrisé sur l environnement, page 5 La maison en béton

Plus en détail

Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection

Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection 9 juin 2010 / UIC Paris Présenté par E. COGEZ, IRSN Contexte

Plus en détail

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation Présenté par l'ars de Poitou-Charentes UFC Que Choisir le 17 février 2011 L évolution de la société et la volonté d assurer un haut niveau

Plus en détail

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel Claire BRECQ GrDF - Délégation Stratégie- Régulation 10 ème Conférence sur le biogaz et le biométhane Montréal, le 24 mai 2012 Présentation de GrDF

Plus en détail

DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL

DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL ) Les degrés jour unifiés : Les degrés jour unifiés ou DJU permettent de réaliser des estimations de consommation d'énergie thermique pour le chauffage d un bâtiment

Plus en détail

Métallerie / Serrurerie

Métallerie / Serrurerie Votre activité peut être liée à celles de traitement de surface/polissage et de décapage. Si vous êtes dans ce cas, reportezvous aux fiches correspondantes. 1 Les déchets Les déchets issus de votre activité

Plus en détail

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD PRÉSENTATION POWER POINT Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD Cheikh FOFANA, Assistant au Secrétaire Exécutif, Secrétariat

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre : Hypothèses et Résultats

Bilan des émissions de gaz à effet de serre : Hypothèses et Résultats Bilan des émissions de gaz à effet de serre : Hypothèses et Résultats Année de référence : 2011 Alpha Santé Document {auxilia} Novembre 2012 SOMMAIRE 1. Contexte et objectif du rapport 3 2. Méthodologie

Plus en détail

INSTALLATION DE TRI/VALORISATION ET TRANSFERT DE DECHETS

INSTALLATION DE TRI/VALORISATION ET TRANSFERT DE DECHETS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE DEPARTEMENT DE L OISE COMMUNE DE NOGENT-SUR-OISE INSTALLATION DE TRI/VALORISATION ET TRANSFERT DE DECHETS Elaboration du montant des garanties financières Mai 2013 SOMMAIRE

Plus en détail

Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces

Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces 1 Origine du Responsible Care Démarche volontaire de l'industrie

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

Mécanique automobile. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS)

Mécanique automobile. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS) Si vous réalisez également des activités de démontage des voitures ou des travaux sur la carrosserie, reportez-vous également aux fiches correspondantes. 1 Les déchets Les déchets issus de votre activité

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ Arrêté du 21 décembre 2007 définissant les modalités de formation et de délivrance du certificat

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail

DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES

DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES Fiche pratique DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE - ordonnance n 2005-655 du 8 juin 2005 : mise en place du dossier de diagnostic technique - décret n 2006-1114

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

Activité 45 : La responsabilité de l Homme sur son environnement géologique

Activité 45 : La responsabilité de l Homme sur son environnement géologique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : Géologie externe, évolution des paysages (16 heures) Notions. contenus Compétences Exemples d activités L procure à l Homme des ressources. [Thèmes : Environnement,

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 6 mars 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS Objet : Réf : Inspection

Plus en détail

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes Les déchets actuellement considérés comme inertes en France et stockés comme tels sont des déchets suivants : (1) Stockage en classe III, recyclage, 17 01 01 Béton (armé ou non) 17 01 02 Briques (1) Stockage

Plus en détail

l entretien des chaudières

l entretien des chaudières Préservez et améliorez les performances de votre installation de chauffage : l entretien des chaudières L H A B I T A T I N D I V I D U E L pour un chauffage sûr et efficace Votre logement est équipé d

Plus en détail

REVETEMENT DE SOL PVC EXPANSE RELIEF - VER EXTRAIT DE LA DECLARATION ENVIRONNEMENTALE ET SANITAIRE CONFORME A LA NORME NF P 01-010 DU

REVETEMENT DE SOL PVC EXPANSE RELIEF - VER EXTRAIT DE LA DECLARATION ENVIRONNEMENTALE ET SANITAIRE CONFORME A LA NORME NF P 01-010 DU Démarche HQE REVETEMENT DE SOL PVC EXPANSE RELIEF - VER FDES (extrait) Les données suivantes ont été établies sur la base des connaissances rassemblées par les entreprises : Forbo Flooring Systems, Gerflor

Plus en détail

Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000

Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000 Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000 16 N SIREN 200 000 990 Code APE 751 Administration publique

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective 1 2 3 4 5 6 7 Catalogue 2011 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or Sommaire 1 2 3 4 5 6 7 Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

Note de présentation du projet de loi n 33-13 relative aux mines

Note de présentation du projet de loi n 33-13 relative aux mines Note de présentation du projet de loi n 33-13 relative aux mines La législation minière actuellement en vigueur au Maroc est consacrée par le dahir du 9 rejeb 1370 (16 avril 1951) portant règlement minier.

Plus en détail

EAU ET MILIEUX AQUATIQUES. Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012

EAU ET MILIEUX AQUATIQUES. Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012 EAU ET MILIEUX AQUATIQUES Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012 Janvier 2007 9 es 2007-2012 programmes des agences de l eau «L Europe s est dotée d un cadre communautaire pour

Plus en détail

Les effluents des établissements hospitaliers. Direction des Affaires Techniques

Les effluents des établissements hospitaliers. Direction des Affaires Techniques Les effluents des établissements hospitaliers J. DROGUET - Présentation Hopitech 2007 Contexte Les établissements hospitaliers sont de gros consommateurs d eau (env 800-1000 L/lit). Les différents types

Plus en détail

Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets

Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets ARTICLE 1 OBLIGATIONS GENERALES 1. La présente Annexe s'applique aux activités

Plus en détail

SOMMAIRE Présentation de la société La situation avant la mise en place de la démarche environnementale La mise en place de la démarche environnementale Politique environnementale Sensibilisation et communication

Plus en détail

Annexe 5 TRICASTIN 1

Annexe 5 TRICASTIN 1 Annexe 5 TRICASTIN 1 COMURHEX II et la conversion de l uranium CIGEET- 4 juillet 2008 Pierre BOUZON, Maîtrise d ouvrage TRICASTIN 2 La conversion : un maillon indispensable au cycle du combustible Le minerai

Plus en détail

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Bilan GES Entreprise Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 Juillet 2010 portant engagement national pour l environnement (ENE) Restitution pour

Plus en détail

Guide Pratique Assainissement Non Collectif

Guide Pratique Assainissement Non Collectif Guide Pratique Assainissement Non Collectif 1 L assainissement non collectif Les immeubles, habitations ne pouvant être raccordés au réseau collectif d assainissement existant (tout à l égout) doivent

Plus en détail

COMMISSION DE SUIVI DE SITE

COMMISSION DE SUIVI DE SITE COMMISSION DE SUIVI DE SITE Centre de traitement multi filière SYCTOM IVRY Paris XIII Centre de tri et déchèterie exploités par SITA IDF SOMMAIRE Bassins versants Présentation du Centre de tri Bilan d

Plus en détail

11/2006 - Photos : VWS - Photothèque VE. www.veoliaeaust.com Consulter nos experts : info@veoliawater.com. ISO 14001 de votre exploitation.

11/2006 - Photos : VWS - Photothèque VE. www.veoliaeaust.com Consulter nos experts : info@veoliawater.com. ISO 14001 de votre exploitation. chemise 20/02/07 16:49 Page 1 VEOLINK Votre contact : tout au long de votre projet VEOLINK Com VEOLINK Tech VEOLINK Advanced Control VEOLINK Star VEOLINK Data Base VEOLINK Maintenance VEOLINK Pro VEOLINK

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail