Température résultante d hiver (d après DTU) [ C]

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Température résultante d hiver (d après DTU) [ C]"

Transcription

1 Température résultante d hiver (d après DTU) [ C] Température résultante d été [ C] à titre indicatif Habitation Salle de séjour à 25 Salle à manger à 25 Cuisine à 25 Salon à 25 Chambre à 25 Salle de bains à 27 Communs à 27 Ecoles Classes à 25 Bibliothèque à 25 Douche à 25 Gymnase à 25 Salle de jeux à 25 Locaux publics vec vêtements à 26 extérieurs Sans vêtements à 26 extérieurs Bureaux à 26 Magasins 18 ou à 27 Hôpitaux Chambre à 21 Locaux de soins à 23 Blocs opératoires 20 à à 30 Piscines 23 à à 27 Température résultante à l intérieur d un local 1 nnexes G. Wardeh

2 2 nnexes G. Wardeh

3 3 nnexes G. Wardeh

4 a Définitions Local : Un local est un volume totalement séparé de l extérieur ou d autres volumes par des parois fixes ou mobiles. Baie : Une baie est une ouverture ménagée dans une paroi extérieure et destinée à recevoir une paroi comportant des parties transparentes ou translucides, servant à l éclairage, le passage ou l aération. Espace chauffé : Local ou volume fermé chauffé à une température supérieure à 12 C en période d occupation. Dimensions intérieures : Dimensions mesurées de l intérieur des locaux Paroi opaque isolée : Paroi opaque dont le coefficient de transmission thermique U n excède pas 0.5 W/(m².K). Paroi transparente ou translucide : Paroi dont le facteur de transmission lumineux (hors protection mobile éventuelle) est égal ou supérieur à Dans le cas contraire elle est dite opaque. Paroi verticale ou horizontale : Une paroi est dite verticale lorsque l angle de cette paroi avec le plan horizontal est supérieur ou égal à 60 degrés, elle est dite horizontale lorsque cet angle est inférieur à 60 degrés. Liaisons périphériques : Liaisons situées au pourtour d une paroi donnée. Liaisons intermédiaires : Liaisons situées à l intérieur du pourtour d une paroi donnée. Flux thermique Φ en W : Quantité de chaleur transmise à (ou fournie par) un système, divisée par le temps. Conductivité thermique λ en W/(m.K) : Flux thermique par mètre carré, traversant un mètre d épaisseur de matériau pour une différence de température d un kelvin entre les deux faces de ce matériau. - Coefficient de déperdition par transmission H, en W/K : Flux thermique cédé par transmission entre l espace chauffé et l extérieur, pour une différence de température d un kelvin entre les deux ambiances. Les températures intérieure et extérieure, sont supposées uniformes. Coefficient de transmission surfacique U, en W/(m².K) : Flux thermique en régime stationnaire par unité de surface, pour une différence de température d un kelvin entre les milieux situés de part et d autre d un système. - Coefficient de transmission linéique ψ, en W/(m.K) : Flux thermique en régime stationnaire par unité de longueur, pour une différence de température d un kelvin entre les milieux situés de part et d autre d un système. 4 nnexes G. Wardeh

5 Coefficient de transmission ponctuel χ, en W/K : Flux thermique en régime stationnaire ramené à un point, pour une différence de température d un kelvin entre les milieux situés de part et d autre d un système. Coefficient de transmission surfacique «équivalent» d une paroi Ue, en W/(m².K) : Coefficient de transmission surfacique tenant compte à la fois des caractéristiques intrinsèques de la paroi et de son environnement (sol, vide sanitaire, sous-sol non chauffé ) Résistance thermique R, en m².k/w : Inverse du flux thermique à travers un mètre carré d un système pour une différence de température d un kelvin entre les deux faces de ce système. Plancher bas : Paroi horizontale (α < 60 ) donnant sur un local chauffé uniquement sur sa face supérieure. Plancher intermédiaire : Paroi horizontale (α < 60 ) donnant, sur ses faces inférieures et supérieures, sur des locaux chauffés. Plancher haut : Paroi horizontale (α < 60 ) donnant sur un local chauffé uniquement sur sa face inférieure Résistance superficielle Rs, en m².k/w : Inverse du flux thermique passant par mètre carré de paroi, de l ambiance à la paroi pour une différence de température d un kelvin entre celles-ci. Façade rideau : Façade légère constituée d un assemblage de profilés d ossature et de menuiserie et d éléments de remplissage opaques, transparents, ou translucides. Elle peut comporter une ou plusieurs parois et elle est entièrement située en avant d un nez de plancher. Pont thermique intégré : Elément intégré dans la paroi, donnant lieu à des déperditions thermiques supplémentaires. 5 nnexes G. Wardeh

6 6 nnexes G. Wardeh

7 Résistances superficielles En absence d informations spécifiques sur les conditions aux limites des surfaces planes, les résistances superficielles, intérieures (Rsi) et extérieures (Rse), suivantes doivent être utilisées : Garde fous sur les parois U U bât paroi 1. 3U <= U bât réf paroi réf 7 nnexes G. Wardeh

8 Dimensions : Les dimensions à utiliser pour les calculs doivent être les dimensions intérieures qui donne sur l'extérieur, le sol, un local non chauffé. 8 nnexes G. Wardeh

9 H T =H D +H U +H S T : surface intérieure totale des parois qui séparent le volume chauffé de l extérieur. H D : est le coefficient de déperdition par transmission à travers les parois donnant directement sur l extérieur [W/K]. H U : est le coefficient de déperdition par transmission à travers les parois donnant sur des locaux non chauffés [W/K]. H S : est le coefficient de déperdition par transmission à travers les parois en contact direct avec le sol ou donnant sur un vide sanitaire ou sur un sous-sol non chauffé [W/K]. Transmission directe vers l extérieur, H D H D = U + l Ψ + χ i i k k i k j Les ponts thermiques intégrés aux parois (ossatures filantes, fixations ponctuelles, etc ), doivent être intégrés dans le coefficient surfacique intrinsèque U des parois. Les ponts thermiques des liaisons entre deux ou plusieurs parois dont l une au moins donne sur l extérieur ou est en contact avec le sol, sont considérés comme donnant sur l extérieur. j 9 nnexes G. Wardeh

10 Transmission à travers le sol, H S a Parois en contact direct avec le sol H S = U i i ei + U j j ej b L = min( L j u Lt, ) 2 b Parois donnant sur un vide sanitaire ou sur un sous-sol non chauffé H S = k U k ek Transmission à travers les locaux non chauffés, H U Hu = H lu b l l b l est le coefficient de réduction de température (relatif au local non chauffé l), égale au rapport (Ti-Tu)/(Ti-Te) dans lequel Ti est la température intérieure, Tu est la température du local non chauffé et Te est la température extérieure. 10 nnexes G. Wardeh

11 Caractéristiques thermiques minimales a Parois Les planchers bas sur terre plein doivent être isolés par un isolant dont la résistance thermique est supérieure ou égale à 1.4 m².k/w. En cas d isolation périphérique en sous face, les planchers doivent être isolés à toute leur périphérie sur une largeur d au moins 1.5 m. b Ponts thermiques de liaisons 11 nnexes G. Wardeh

12 12 nnexes G. Wardeh Méthode de calcul des parois vitrées Fenêtres, portes, et portes-fenêtres Lorsque le vitrage est remplacé en partie par un panneau opaque, Uw doit être calculé par la formule ci-après Valeurs par défaut Coefficient Ug des vitrages en partie courante, en W/(m².K) Quelle que soit l épaisseur du verre prendre : Ug = 5.8 W/(m².K) vitrage vertical ; Ug = 6.9 W/(m².K) vitrage horizontal Vitrages doubles verticaux a Remplissage air à 100 % f g g g f f g g w l U U U = ψ p f g p p p p g g f f g g w l U l U U U = ψ ψ

13 b Remplissage argon à 85 % Vitrages doubles horizontaux a Remplissage air à 100 % b Remplissage argon à 85 % 13 nnexes G. Wardeh

14 Coefficient Uw des portes courantes Coefficient ψ de la jonction élément de remplissage menuiserie, en W/(m.K) 14 nnexes G. Wardeh

15 PROIS OPQUES Parois en contact avec le sol Dimension caractéristique du plancher : B'= 1/2P Calcul de Rf : Rf doit tenir compte des ponts thermiques des liaisons éventuelles avec le plancher bas. U 1 U Rf = 2 f ψ. L Uc+ R si U = 1 R + 2R f = c c si Planchers sur terre plein Plancher à isolation continue Ue=Uc Valeurs par défaut Planchers bas sur terre plein (Ue) Variables Sol 1.5 λ 3.5 W/(m.K) Plancher bas 3.0 B 20 a Sans isolation périphérique 1.0 R f 3.0 m².k/w b vec isolation périphérique 0.0 R f 2.0 m².k/w 0.5 D 1.5 m 1.0 R n 3.0 m².k/w 0.04 d n 0.1 m 15 nnexes G. Wardeh

16 Planchers bas sur vide sanitaire (Ue) Variables Plancher bas 2.0 R f 3.0 m².k/w 3.0 B 20, ur du vide sanitaire 0.3 Uw 3.9 W/(m².K), 0.2 h 1.2 m, Mur w 0.4 m, z 0.5 m, Sol λ = 2.0 W/(m.K) 16 nnexes G. Wardeh

17 17 nnexes G. Wardeh

18 Pour les besoins de calcul des déperditions à travers le sol, la conductivité thermique du sol doit être prise égale à : a) La valeur réelle du site lorsqu elle est connue. Cette valeur doit être moyennée sur une profondeur égale à la largeur du bâtiment en tenant compte de la teneur normale en eau. b) La valeur correspondante tirée du tableau I si la valeur réelle n est pas connue. c) 2.0 W/(m.K) en absence de toute autre information 18 nnexes G. Wardeh

19 PONTS THERMIQUES Valeurs par défaut a- liaisons courantes avec un plancher bas 19 nnexes G. Wardeh

20 a.1- liaisons courantes avec un plancher bas sur terre pleine Isolation par l intérieur PB-TP-I1 Mur béton ou maçonnerie courante1 15 à 30 cm Soubassement béton Plancher béton plein isolé en sous face (R isolant 1,4 m².k/w). Isolation par l intérieur PB-TP-I4 Mur tout matériau de 15 à 30 cm Soubassement tout matériau Plancher béton isolé en sous-face (R isolant 1,4 m².k/w), avec chape flottante sur isolant (Rsc 1,0 m².k/w) avec retour de résistance thermique 0,5 m².k/w 20 nnexes G. Wardeh

21 a.2- Liaison périphérique avec un mur donnant sur l extérieur Isolation par l intérieur PB-ME-I 1 Mur haut en béton plein 15 à 30 cm Mur bas en béton plein a.3 Liaisons courantes avec un plancher bas et mur et/ou refend Hypothèses générales Si chape flottante, Résistance de l isolant sous chape Rsc 1.0 m².k/w (Si Rsc < 1 m².k/w, ψ doit être majoré de 4 %) Epaisseur isolant sous plancher 10 cm Toute épaisseur du plancher 21 nnexes G. Wardeh

22 b- liaisons courantes avec un plancher intermédiaire. b.1 Plancher intermédiaire mur extérieur Isolation par l intérieur Hypothèses générales Résistance de l isolant sous chape Rsc 1.0 m².k/w (Si Rsc < 1 m².k/w, ψ doit être majoré de 4 %). Plancher en béton plein sans planelle 22 nnexes G. Wardeh

23 c Liaisons courantes avec un plancher haut c.1 Liaison périphérique avec un mur extérieur, le plancher donne sur l extérieur ou sur un local non chauffé. Plancher haut mur extérieur Isolation par l intérieur Hypothèses générales Résistance isolant sur plancher 2.5 m2.k/w, Résistance isolant vertical intérieur 2 m2.k/w, Epaisseur acrotère ou mur de pignon = épaisseur mur extérieur vec ou sans isolation de l acrotère côté comble, Plancher en béton plein. 23 nnexes G. Wardeh

24 c.2 Plancher haut mur Isolation par l intérieur Hypothèses générales Résistance isolant horizontal extérieur 2 m2.k/w, Toute épaisseur du plancher 1 Plancher en béton plein sans chape flottante Si la résistance de l isolant horizontal extérieur augmente de 50 %, ψ est réduit de 5 % si le mur est en béton et de 10 % si le mur est en maçonnerie courante. vec : ψ1 = 10 % ψ ψ2 = 40 % ψ ψ3 = 50 % ψ 2 Plancher en béton plein avec chape flottante quelque soit la valeur de Rsc La valeur totale ψ du pont thermique reste la même. vec : ψ1 = 0 ψ2 = 50 % ψ ψ3 = 50 % ψ Si la résistance de l isolant horizontal extérieur augmente de 50 %, ψ est réduit de 10 % si le mur est en béton et de 15 % si le mur est en maçonnerie courante. 24 nnexes G. Wardeh

25 c.3 Refend plancher haut Le refend s arrête à la face inférieure du plancher Plancher en béton plein ou en béton cellulaire. Toute épaisseur de parois (ep, er) Ri 4 m2.k/w. Ψ = 0.02 W/(m.K) d- Liaisons courantes entre parois verticales 1. Liaisons mur-mur 2. Liaisons mur-refend a. Liaisons mur-mur 1 ngle sortant - Murs de toute nature et en toute épaisseur. - Résistance de l isolant intérieur Ri 2 m 2.K/W Ψ = 0.02 W/(m.K). 25 nnexes G. Wardeh

26 2 ngle rentrant Murs en béton 26 nnexes G. Wardeh

27 b. Refend Mur Isolation par l intérieur Cas sans correction par un isolant entre le refend et le mur 27 nnexes G. Wardeh

28 e Liaisons courantes entre menuiserie et parois opaques e.1 ppui e.2 Tableau, linteau e.3 Seuils de portes d entrée e.4 Fenêtres de toit 28 nnexes G. Wardeh

29 29 nnexes G. Wardeh

30 Coefficient U bât-réf U bât-réf est un coefficient de référence pour U bât, appelé «coefficient moyen de référence de déperdition par les parois et les baies du bâtiment». U a + a + a + a + a + a bât réf = a + a8l8 + a9l a 10 L 10 Surfaces i (m2) et linéaires Li (m) 1 : surface des parois verticales opaques y compris les parois verticales des combles aménagés et les surfaces projetées des coffres de volets roulants non intégrés dans la baie ; à l exception des parties opaques prises en compte dans 5, 6 ou 7. 2 : Surface des planchers sous combles(1) et surface des rampants et parois horizontales des combles aménagés 3 : surface des planchers hauts autres que ceux pris en compte dans 2 ; 4 : surface des planchers bas ; 5 : surface des baies destinées à recevoir des portes, exception faite des portes entièrement vitrées ; 6 : surface des baies destinées à recevoir des fenêtres, des portes entièrement vitrées, des portes-fenêtres et des parois transparentes ou translucides non équipées de fermetures ; 7 : surface des baies destinées à recevoir des fenêtres, des portes-fenêtres ou des parois transparentes et translucides équipées de fermetures ; L8 : linéaire de la liaison périphérique des planchers bas avec un mur ; L9 : linéaire de la liaison périphérique des planchers intermédiaires ou sous comble aménageable avec un mur ; L10 : linéaire de la liaison périphérique avec un mur des planchers hauts pris en compte pour le calcul de nnexes G. Wardeh

31 31 nnexes G. Wardeh

32 32 nnexes G. Wardeh

33 Type Désignation Code Observation PROI LIISONS Mur extérieur Mur intérieur Fenêtre extérieure Fenêtre intérieure Porte extérieure Porte intérieure Toiture Plancher haut Plancher Bas Liaison d une paroi extérieure et une paroi intérieure Liaison de deux parois extérieures Liaison d une paroi extérieure avec la menuiserie Liaison avec le sol ME MI FE FI PE PI TT PH PB LP L LM LS 33 nnexes G. Wardeh

Règles Th-U ENVELOPPES LÉGÈRES ET TRANSFERTS Division Hygrothermique des Ouvrages

Règles Th-U ENVELOPPES LÉGÈRES ET TRANSFERTS Division Hygrothermique des Ouvrages Règles Th-U i Règles Th-U ENVELOPPES LÉGÈRES ET TRANSFERTS Division Hygrothermique des Ouvrages Fascicule 1/5 COEFFICIENT U bât SOMMAIRE Chapitre I. Introduction aux règles Th-U...........1 1.1 Objet...................................1

Plus en détail

Règles Th-U. Parois vitrées. Fascicule 3/5 SOMMAIRE

Règles Th-U. Parois vitrées. Fascicule 3/5 SOMMAIRE Règles Th-U Ex Fascicule 3 : Parois vitrées - Sommaire I Règles Th-U Fascicule 3/5 Parois vitrées SOMMAIRE Chapitre I : Introduction... 1 Chapitre II : Méthode générale de calcul... 2 2.1 Parois vitrées...

Plus en détail

DETERMINATION DES COEFFICIENTS THERMIQUES (UP ET PSI) DES BLOCS DE COFFRAGE ISOLANT ISOLASUP EVOLUTION POUR UN AVIS TECHNIQUE

DETERMINATION DES COEFFICIENTS THERMIQUES (UP ET PSI) DES BLOCS DE COFFRAGE ISOLANT ISOLASUP EVOLUTION POUR UN AVIS TECHNIQUE Direction Isolation et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 13-098 Le 21 juillet 2014 Réf. DIR/HTO 2014-154-KZ/LS- N SAP 70042372 DETERMINATION DES COEFFICIENTS THERMIQUES (UP ET

Plus en détail

CALCUL DE PONTS THERMIQUES DE LIAISON AVEC FACADE F4

CALCUL DE PONTS THERMIQUES DE LIAISON AVEC FACADE F4 Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 10-099 Le 26 avril 2011 Réf. DER/HTO 2011-100-AD/LS CALCUL DE PONTS THERMIQUES DE LIAISON AVEC FACADE F4 Version 1

Plus en détail

Th-U. Fascicule 5/5 PONTS THERMIQUES. Version de février 2001

Th-U. Fascicule 5/5 PONTS THERMIQUES. Version de février 2001 Enveloppes légères et transferts Hygrothermique des ouvrages Th-U Fascicule 5/5 PONTS THERMIQUES Version de février 2001 Auteur : S. FARKH PARIS - MARNE-LA-VALLEE - GRENOBLE - NANTES - SOPHIA ANTIPOLIS

Plus en détail

Traitement des nœuds constructifs. 3 Coefficient de transfert thermique par transmission à travers les nœuds constructifs: H T

Traitement des nœuds constructifs. 3 Coefficient de transfert thermique par transmission à travers les nœuds constructifs: H T Traitement des nœuds constructifs 1 Domaine d application 2 Définitions 3 Coefficient de transfert thermique par transmission à travers les nœuds constructifs: H T junctions 3.1 OPTION A : méthode détaillée

Plus en détail

Coefficient de transmission surfacique en partie courante (Uc) 6. Coefficient de transmission surfacique global (Up) 7

Coefficient de transmission surfacique en partie courante (Uc) 6. Coefficient de transmission surfacique global (Up) 7 THERMIQUE Sommaire Sommaire 2 Récapitulatif général des valeurs 3 Introduction et hypothèses de calcul 4 Nature des matériaux, conductivité thermique et conditions aux limites 5 Performances Thermiques

Plus en détail

BEAUMERIE SAINT MARTIN - Salle polyvalente

BEAUMERIE SAINT MARTIN - Salle polyvalente 14-1852 - BEAUMERIE SAINT MARTIN - Salle polyvalente Commune de BEAUMERIE SAINT MARTIN Mairie 62170 BEAUMERIE SAINT MARTIN tel : 03 21 81 46 56 fax : 28/05/2015 Référence : Etude U22win Objet : Construction

Plus en détail

Isolation thermique des parois en terre cuite

Isolation thermique des parois en terre cuite Isolation thermique des parois en terre cuite R et U des murs en briques POROTHERM Les valeurs sont indiquées à chaque page produit dans les performances du mur. Maçonnerie isolante type a ou b Correction

Plus en détail

Première 1er 2ème 3ème COMPORTEMENT THERMIQUE DES EXERCICES NIVEAU 1 1 / 7. Enseignement transversal LES TRANSFERTS THERMIQUES EXERCICES.

Première 1er 2ème 3ème COMPORTEMENT THERMIQUE DES EXERCICES NIVEAU 1 1 / 7. Enseignement transversal LES TRANSFERTS THERMIQUES EXERCICES. 1 / 7 NIVEAU 1 Exercice 1 Soit un vitrage simple d épaisseur 5 mm, de coefficient de conductibilité λ = 1,15 W/m C. La température de surface du vitrage intérieure est 22 C, la température de surface du

Plus en détail

8 EXIGENCES POUR LE RAPPORT DONNÉES À INTRODUIRE DONNÉES À EXTRAIRE...19

8 EXIGENCES POUR LE RAPPORT DONNÉES À INTRODUIRE DONNÉES À EXTRAIRE...19 Annexe 8 Les règles de calcul pour la détermination des coefficients de transmission thermique linéaires et ponctuels des nœuds constructifs Calculs numériques validés TABLE DES MATIÈRES 1 INTRODUCTION...

Plus en détail

déterminer la puissance des émetteurs

déterminer la puissance des émetteurs page 1/7 1. Bilan thermique d'un bâtiment DEPERDITIONS APPORTS GRATUITS BESOINS DE CHAUFFAGE PERTES CONSOMMATION 1.1. Objet du calcul des déperditions vérifier la conformité du bâtiment La réglementation

Plus en détail

Extérieur CONCEPT CONSTRUCTIF : ÉLÉMENT BÉTON ISOLÉ PAR L'INTÉRIEUR MUR DE FAÇADE SUR DALLE DE SOL DÉTAIL EN COUPE PEB CONFORME. Éch.

Extérieur CONCEPT CONSTRUCTIF : ÉLÉMENT BÉTON ISOLÉ PAR L'INTÉRIEUR MUR DE FAÇADE SUR DALLE DE SOL DÉTAIL EN COUPE PEB CONFORME. Éch. CONCEPT CONSTRUCTIF : ÉLÉMENT BÉTON ISOLÉ PAR L'INTÉRIEUR Éch.: 1/10 DÉTAIL EN CPE STANDARD PEB CONFORME MUR DE FAÇADE SUR DALLE DE SOL BASSE ÉNERGIE I continuité? si d > d min / 2 interposition? allongement?

Plus en détail

CONFORT THERMIQUE. 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas

CONFORT THERMIQUE. 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas CONFORT THERMIQUE I. Pourquoi isolons-nous? 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas - La température ambiante est agréable - La température ambiante

Plus en détail

Maçonnerie en pierre naturelle

Maçonnerie en pierre naturelle Centre Technique de Matériaux Naturels de Construction 17, rue Letellier, 75015 Paris Tél : +33(0)1 44 37 50 00 Fax : +33(0) 1 44 37 08 02 www.ctmnc.fr GUIDE DES PONTS THERMIQUES Comprendre et évaluer

Plus en détail

Rupteurs. La référence RT 2012 LA PLUS ÉCONOMIQUE DU MARCHÉ. Gain 38% Gain 52%

Rupteurs. La référence RT 2012 LA PLUS ÉCONOMIQUE DU MARCHÉ. Gain 38% Gain 52% Rupteurs La référence RT 2012 LA PLUS ÉCONOMIQUE DU MARCHÉ LOGEMENTS COLLECTIFS Ψ 9 = 0,37 W/m.K Gain 38% MAISONS INDIVIDUELLES Ψ 9 = 0,29 W/m.K Gain 52% Évite la pose des rupteurs thermiques Exigence

Plus en détail

Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé

Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé Qualité architecturale et solutions constructives Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais ANNEXES Troisième session 1 2 octobre 2009 Sommaire Annexes Annexe 1 : Benne de bétonnage

Plus en détail

Lycée Professionnel Le Chesnois Bains les Bains

Lycée Professionnel Le Chesnois Bains les Bains Quelques exemples choisis de conductivité thermique b - La résistance thermique : R La capacité d'un matériau à résister au froid et au chaud est appelée ou R. Cet indicateur exprime la capacité d'un matériau

Plus en détail

CALCUL DES COEFFICIENTS DE PONTS THERMIQUES DE PLANCHER INTEGRANT DES MODENATURES. Société : NMC

CALCUL DES COEFFICIENTS DE PONTS THERMIQUES DE PLANCHER INTEGRANT DES MODENATURES. Société : NMC CALCUL DES COEFFICIENTS DE PONTS THERMIQUES DE PLANCHER INTEGRANT DES MODENATURES Société : NMC DÉPARTEMENT ENVELOPPE ET REVÊTEMENTS Service DER Division HTO DER/HTO 2010-112-BB/LS Date Le 12 Avril 2010

Plus en détail

BUREAU D ÉTUDES CANTY

BUREAU D ÉTUDES CANTY La performance du détail 20 Réf. PHPP Réf. RT 2012 Ψ = 0,079 W/m.K (réf. RT 2012) Ψ = -0,044 W/m.K (réf. PHPP) Calcul réalisé selon les normes NF EN ISO 10211 et NF EN ISO 10077-2, les Règles Th-Bât 2012

Plus en détail

460 avenue de Quiera BP MOUANS SARTOUX CEDEX ENVELOPPE ET REVETEMENTS. Baies et Vitrages A LA DEMANDE DE : SEPALUMIC SA

460 avenue de Quiera BP MOUANS SARTOUX CEDEX ENVELOPPE ET REVETEMENTS. Baies et Vitrages A LA DEMANDE DE : SEPALUMIC SA ENVELOPPE ET REVETEMENTS Baies et Vitrages RPPORT D ETUDE THERMIQUE N BV08-1254 CONCERNNT DES MENUISERIES LUMINIUM SEPLUMIC frappes EVOLUTION + et DVNCE +, avec Ce rapport atteste uniquement des caractéristiques

Plus en détail

Crèche de Bellevue Rue de Bellevue, Paris (75)

Crèche de Bellevue Rue de Bellevue, Paris (75) Crèche de Bellevue Rue de Bellevue, Paris (75) ETUDE THERMIQUE RT EXISTANT Maitre d ouvrage : Architecte : Bureau d Etudes : CRESCENDO SEREAU ENR CONCEPT 102, rue Amelot 208 Rue Saint-Maur Parc du Golf

Plus en détail

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E.

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Applications sur un pavillon F. Exemples de mises en évidence 1 Ne

Plus en détail

Th-U. Fascicule 4/5 PAROIS OPAQUES. Version d avril 2001

Th-U. Fascicule 4/5 PAROIS OPAQUES. Version d avril 2001 ENVELOPPES LEGERES ET TRANSFERTS Division Hygrothermique des Ouvrages Th-U Fascicule 4/5 PAROIS OPAQUES Version d avril 2001 Auteur : S. FARKH PARIS - MARNE-LA-VALLEE - GRENOBLE - NANTES - SOPHIA ANTIPOLIS

Plus en détail

Les Besoins calorifiques d un local

Les Besoins calorifiques d un local Les Besoins calorifiques d un local Deux cas sont à considérer : Période d hiver Période d été 1. Période HIVER La quantité de chaleur (positive) à apporter au local est égale à la quantité de chaleur

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Bilan thermique d une chambre froide Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Bilan thermique d une chambre froide Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T1.2 : Analyser les plans d une installation Compétence C1.1 : Collecter, identifier, lister, relever des données Thème : S4 : Approche scientifique

Plus en détail

Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB

Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB 1. Introduction 3. Exercices 4. Règles de base 5. Encodage 6. Cas particuliers 7. Conclusion Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB 0 Définition du noeud constructif 1 1 2 formes de noeuds

Plus en détail

Les noeuds constructifs

Les noeuds constructifs Les noeuds constructifs Journée d étude PEB Passif 2015 CCB-C 30 mai 2013 Antoine Tilmans Laboratoire Caractéristiques énergétiques CSTC Avec le support de la guidance technologique écoconstruction et

Plus en détail

AMCO 1901 : exercices de thermique

AMCO 1901 : exercices de thermique AMCO 1901 : exercices de thermique Matériaux [W/mK],e[m] qt= k. (Tint- Text) [w/m2] Parois k = 1/RT [W/K] Ri, Re, Ra, Rvitrages RT = R [K/W] Bâtiment ks = aj kj Aj + ki li [W/K] Aj. niveau d'isolation

Plus en détail

CALCUL DE LA TRANSMISSION THERMIQUE A TRAVERS UN BARDAGE AVEC REMPLISSAGE EN POLYCARBONATE ALVEOLAIRE. Société : DOTT GALLINA FRANCE

CALCUL DE LA TRANSMISSION THERMIQUE A TRAVERS UN BARDAGE AVEC REMPLISSAGE EN POLYCARBONATE ALVEOLAIRE. Société : DOTT GALLINA FRANCE CALCUL DE LA TRANSMISSION THERMIQUE A TRAVERS UN BARDAGE AVEC REMPLISSAGE EN POLYCARBONATE ALVEOLAIRE Société : DOTT GALLINA FRANCE DÉPARTEMENT ENVELOPPE ET REVÊTEMENTS Service DER Division HTO REF DER/HTO

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE

LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE 1- Introduction : isolation d une maison Après avoir regardé la vidéo «bien isoler sa maison», répondre aux questions suivantes : Depuis 2011, qu impose la réglementation

Plus en détail

COEFFICIENT DE TRANSFERT THERMIQUE

COEFFICIENT DE TRANSFERT THERMIQUE FICHE CALCUL CALCUL DES CHARGES S Version 00-203 Page / 6 RESISTANCE La résistance thermique notée «R» est la capacité d un matériau de résister au passage de la chaleur (flux thermique ), de l extérieur

Plus en détail

Systèmes constructifs bois et thermique d hiver. Sylvain Boulet - FCBA

Systèmes constructifs bois et thermique d hiver. Sylvain Boulet - FCBA Systèmes constructifs bois et thermique d hiver Sylvain Boulet - FCBA 1 Programme RT Bois «Aide à la conception technique et règlementaire, adaptée au choix de solutions constructives bois» Suite de l

Plus en détail

DONNÉES ADMINISTRATIVES DU PROJET

DONNÉES ADMINISTRATIVES DU PROJET DONNÉES ADMINISTRATIVES DU PROJET Nom: Adresse: BET LOUVET 15, avenue de la Garenne Auteur de l'étude CP - Ville: 54063 NANCY CEDEX Téléphone: 0383288585 Nom: 22 LOGTS EULMONT IND C Date: 16/02/2012 N

Plus en détail

Paramètres influent le transfert de chaleur et le besoin en. énergie

Paramètres influent le transfert de chaleur et le besoin en. énergie Paramètres ayant une influence sur le transfert de chaleur et/ou le besoin en énergie Le thème traité : quels sont les paramètres ayant une influence sur le transfert de chaleur et/ou le besoin en énergie

Plus en détail

Exercices Thermiques BTS EEC

Exercices Thermiques BTS EEC BTS EEC 1993 On se propose d étudier les problèmes d isolation thermique pour les simples et doubles vitrages. Simple vitrage : glace plane d épaisseur e 1 = 8 mm. Double vitrage : 2 glaces planes d épaisseur

Plus en détail

Bilan énergétique global

Bilan énergétique global Bilan énergétique global I - Caractéristiques du projet Rapport 3 juin 2012 à 17:42 Fichier C:\Users\cedric\Desktop\maison natura\productions numériques\archiwizard\simulation BBC avec Archiwizard.awz

Plus en détail

DONNÉES ADMINISTRATIVES DU PROJET

DONNÉES ADMINISTRATIVES DU PROJET DONNÉES ADMINISTRATIVES DU PROJET Nom: Adresse: CP - Ville: Téléphone: RABOT DUTILLEUL 10, avenue de Flandre BP 100 59447 WASQUEHAL Auteur de l'étude Nom: LA MONDIALE - 02-11-2010 - BBC (calcul RT 2005)

Plus en détail

ETUDE THERMIQUE RT2012

ETUDE THERMIQUE RT2012 2014 ETUDE THERMIQUE RT2012 Ce document comporte : Une copie de l attestation de conformité qui a été jointe au permis de construire La synthèse de l étude thermique réalisée comprenant : - La composition

Plus en détail

TD de transfert thermique. Série N 1

TD de transfert thermique. Série N 1 TD de transfert thermique Série N 1 Méthodologie Comprendre l'énoncé et voir les données du problèmes comprendre la question et ce qu'on cherche à déterminer? Faire un schéma et identifier les modes et

Plus en détail

Réduction des pertes énergétiques en toiture. Nom : Prénom : Classe : Date :

Réduction des pertes énergétiques en toiture. Nom : Prénom : Classe : Date : STI DD AC CI Contraintes envir. et énergétiques S.T.A. SAVOIRS TECHNOLOGIQUES ASSOCIES CI 2 Efficacité Énergétique 2 Outils Méthodes Analyse Description des systèmes 2.3.5 Comportement énergétiques des

Plus en détail

Fascicule 3/5 PAROIS VITRÉES

Fascicule 3/5 PAROIS VITRÉES Règles Th-U i Fascicule 3/5 PAROIS VITRÉES SOMMAIRE Chapitre I. Introduction......................... 1 1.1 Références normatives..................... 1 1.2 Définitions, symboles et indices..............

Plus en détail

Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB

Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB Version juin 2014 Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB Formation développée dans le cadre de PAThB2010 Dans le cadre du PROJET PAThB2010 Practical Approach for Thermal Bridges 2010 AVEC LE

Plus en détail

Type Orientation Surface (m²) U (W/(m²K)) Poids (kg/m²) Couleur Teq. ( C) Façade NE Claire 26.6 Façade SE Claire 28.

Type Orientation Surface (m²) U (W/(m²K)) Poids (kg/m²) Couleur Teq. ( C) Façade NE Claire 26.6 Façade SE Claire 28. CHARGE MAXIMALE (LOCAL ISOLÉ) Local Ensemble de locaux 6 (Séjour T3) Logement collectif Conditions de projet Internes Externes Température intérieure = 26.0 C Température extérieure = 29.3 C Humidité relative

Plus en détail

Quelle est la différence entre la méthode TH-C-E et TH-C-E ex?

Quelle est la différence entre la méthode TH-C-E et TH-C-E ex? Glossaire BBC-Effinergie Qu est-ce que la méthode TH-C-E? La méthode de calcul utilisée par les certificateurs du label BBC-Effinergie, est la méthode réglementaire française TH-C-E établie par le CSTB.

Plus en détail

CONSULTATION TECHNOLOGIQUE

CONSULTATION TECHNOLOGIQUE Centre d Études et de Recherches de l Industrie du Béton 1 rue des Longs Réages CS 10010 28233 ÉPERNON CEDEX FRANCE CONSULTATION TECHNOLOGIQUE RAPPORT Demandeur : PREFABLOC 2 rue des Pamplemousses 97429

Plus en détail

I. Trois méthodes de calculs sont acceptées par la réglementation PEB

I. Trois méthodes de calculs sont acceptées par la réglementation PEB Titre Document explicatif des nœuds constructifs dans le cadre de la PEB Public cible Maître d œuvre, architecte, exécutant, déclarant PEB Auteur Jean-François Glaude Publication 14/05/2015 Documents de

Plus en détail

Solutions Mur. Murbric. Porotherm GF R20 Th+ Mur Hybride Les plus produit : Caractériques techniques p Appareillages ép. 20 cm p.

Solutions Mur. Murbric. Porotherm GF R20 Th+ Mur Hybride Les plus produit : Caractériques techniques p Appareillages ép. 20 cm p. Porotherm GF R20 Th+ Mur Hybride Les plus produit : Caractériques techniques p. 126 Performances du mur p. 127-130 Accessoires ép. 20 cm p. 155-156 Appareillages ép. 20 cm p. 157-160 n Pose rapide : 6,6

Plus en détail

SOMMAIRE. Avant-propos Domaine d application du guide... 6

SOMMAIRE. Avant-propos Domaine d application du guide... 6 SOMMAIRE Avant-propos......................................... 4 Domaine d application du guide......................... 6 Système de bardage rapporté traditionnel, non traditionnel et certification associée.................................

Plus en détail

Architecte : Jacques Ripault RT La réponse béton

Architecte : Jacques Ripault RT La réponse béton Architecte : Jacques Ripault RT 2000 La réponse béton La nouvelle réglementation thermique RT 2000 Architecte : Michel Kagan introduction La nouvelle réglementation thermique "RT 2000" s inscrit dans le

Plus en détail

Rapport d essai d étanchéité à l air. Maisons Individuelles On peu également se repérer à partir de l échelle suivante :

Rapport d essai d étanchéité à l air. Maisons Individuelles On peu également se repérer à partir de l échelle suivante : Rappel : Les valeurs de Q 4Pa surf de la RT 2005 et des labels pour les maisons individuelles (en neuf) sont les suivantes : RT 2005 Valeur par défaut RT 2005 Valeur de références Labels BBC-Effinergie

Plus en détail

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE Journée 2.3 Nœuds constructifs PRINTEMPS 2015 Pauline De Somer Pauline.desomer@cenergie.be 2 OBJECTIF(S) DE LA PRESENTATION Concepts de base

Plus en détail

Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB

Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB Formation développée dans le cadre de PAThB2010 Dans le cadre du PROJET PAThB2010 Practical Approach for Thermal Bridges 2010 AVEC LE SOUTIEN DE Région

Plus en détail

Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère)

Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère) Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère) Durée du thème : 30 minutes FEEBAT Module 1+2 - Isolation thermique 1 Pour réduire les consommations d énergie Pour

Plus en détail

G.V. 1 J-M R. D-BTP 2006

G.V. 1 J-M R. D-BTP 2006 G.V. J-M R. D-BTP 2006 1 Définition globale du coefficient GV Calcul du coefficient GVréf Calcul des déperditions par les parois Calcul des déperditions par renouvellement d air 2 Définition globale du

Plus en détail

Sommaire. Clima-Win 4.1 build licence : GNAT Ingéniérie

Sommaire. Clima-Win 4.1 build licence : GNAT Ingéniérie Sommaire Titre Page n Extension club house : SAISIE : contrôle de la saisie 2 Extension club house : SAISIE : systèmes de ventilation 3 Extension club house : RÉGLEMENTATION : conformité des baies 4 Extension

Plus en détail

Pourquoi changer ses fenêtres? Les performances thermiques des fenêtres

Pourquoi changer ses fenêtres? Les performances thermiques des fenêtres Les menuiseries isolantes 18 mars 2014 changer ses fenêtres? Les performances des fenêtres La réglementation : Thermique Fenêtres : un peu de vocabulaire Glossaire La menuiserie : la partie opaque (le

Plus en détail

CALCULS THERMIQUES SUR COFFRES DE VOLETS ROULANTS ET/OU DE STORE VENITIEN EXTERIEUR DANS LE CADRE D UN AVIS TECHNIQUE

CALCULS THERMIQUES SUR COFFRES DE VOLETS ROULANTS ET/OU DE STORE VENITIEN EXTERIEUR DANS LE CADRE D UN AVIS TECHNIQUE CALCULS THERMIQUES SUR COFFRES DE VOLETS ROULANTS ET/OU DE STORE VENITIEN EXTERIEUR DANS LE CADRE D UN AVIS TECHNIQUE Choix des variantes affichées dans l Avis Technique Méthodologie de calcul 1 / 19 TABLES

Plus en détail

Rappels fondamentaux Thermique des composants d enveloppe

Rappels fondamentaux Thermique des composants d enveloppe Présentation de M. Mohamed ABDESSELAM - SOLENER - Mercredi de l info du 25 mars 2009 - cd2e Rappels fondamentaux Thermique des composants d enveloppe Sommaire : - Pertes thermiques d un mur - Déperditions

Plus en détail

zone m *réglementation thermique, acoustique et aération des DOM

zone m *réglementation thermique, acoustique et aération des DOM zone 1 400 m *réglementation thermique, acoustique et aération des DOM 0262 257 257 - www.arer.org 2 3 4 5 LE LANGAGE DE LA RÈGLEMENTATION THERMIQUE AÉRATION ACOUSTIQUE (RTAA-DOM) Chacun des termes et

Plus en détail

F.E.S.T. AE-AI-TH/PE-01

F.E.S.T. AE-AI-TH/PE-01 F.E.S.T. AE-AI-TH/PE-0 Fiche d exemples de solutions techniques aux référentiels Qualitel et Habitat & Environnement Objet : Rubriques AE-AI-TH/PE Acoustique e & e, Thermique Hiver et Performance Energétique

Plus en détail

BONUS DE CONSTRUCTIBILITÉ

BONUS DE CONSTRUCTIBILITÉ BONUS DE CONSTRUCTIBILITÉ Des bâtiments exemplaires avec la brique 17 rue Letellier 75O15 Paris Email : fftb@fftb.org @_FFTB_ www.briques.org Quelle est la pertinence de la maçonnerie en briques terre

Plus en détail

Présentation du programme DeperTherm Calcul des déperditions thermiques

Présentation du programme DeperTherm Calcul des déperditions thermiques Présentation du programme DeperTherm Calcul des déperditions thermiques Jean Yves MESSE THERMEXCEL Copyright 2004-2013 ThermExcel - All Rights Reserved PRESENTATION DU PROGRAMME DEPERTHERM Caractéristiques

Plus en détail

Tableaux récapitulatifs des données

Tableaux récapitulatifs des données Tableaux récapitulatifs des données Ce rapport récapitule les données techniques saisies dans le cadre d un projet existant et de projets simulés avec le logiciel Bati-Cube. Vous retrouverez l ensemble

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Arrêté du 17 avril 2009 définissant les caractéristiques

Plus en détail

Reconstruction de la salle des fêtes de Mézières

Reconstruction de la salle des fêtes de Mézières Reconstruction de la salle des fêtes de Mézières Indice B Réalisation d une étude thermique : - Calcul des déperditions - Calcul réglementaire RT 2005 Bureau d étude Maîtrise de l Énergie en Ville SARL

Plus en détail

Calcul de ponts thermiques en relevé d étanchéité

Calcul de ponts thermiques en relevé d étanchéité Calcul de ponts thermiques en relevé d étanchéité Direction Date 10/03/2016 Chef de projet Laurent Mazié Référence rapport ET 16/037 N version 1 Chargés d études Rémi Wrona Diffusion VIPREMI Euro Prefa

Plus en détail

Restructuration d un immeuble de bureaux. Etude Thermique Rénovation Globale

Restructuration d un immeuble de bureaux. Etude Thermique Rénovation Globale Maître d'ouvrage BATI CONSEIL RESTAURATION 107, rue Saint Lazare 75009 PARIS Opération Restructuration d un immeuble de bureaux Intitulé du document Etude Thermique Rénovation Globale Objectif BBC Rénovation

Plus en détail

Calcul de ponts thermiques et détermination du risque de condensation

Calcul de ponts thermiques et détermination du risque de condensation Calcul de ponts thermiques et détermination du risque de condensation Direction Date 10/03/2016 Chef de projet Laurent Mazié Référence rapport ET 16/037 N version 1 Chargés d études Rémi Wrona Diffusion

Plus en détail

Influence de l inertie

Influence de l inertie Annexe II Influence de l inertie en immeuble collectif A - Préliminaire B - Hypothèses C - Simulations Étude réalisée pour CIMBÉTON par le cabinet TRIBU Énergie (2007) 53 Sommaire A - Préliminaire 55 1.

Plus en détail

RT 2012 Des Changements Majeurs Les Ponts Thermiques

RT 2012 Des Changements Majeurs Les Ponts Thermiques RT 2012 Des Changements Majeurs Les Ponts Thermiques Dates d application de la RT 2012 à tous les permis de construire déposés: A partir du 28/10/2011 - Pour les bâtiments neufs des secteurs tertiaire

Plus en détail

Plateforme Formation et Evaluation. Besoins de chauffage

Plateforme Formation et Evaluation. Besoins de chauffage Plateforme Formation et Evaluation Besoins de chauffage 1 Besoins de chauffage Déperditions Apports solaires Apports internes Contenu Méthode simplifiée de calcul des besoins de chauffage 2 1. Les déperditions

Plus en détail

LES TRAVAUX ÉLIGIBLES

LES TRAVAUX ÉLIGIBLES LES TRAVAUX ÉLIGIBLES Critères d éligibilité & pièces justificatives Critères d éligibilité & pièces justificatives Avril 2016-1/25 Isolation de combles ou de toitures page 4 Isolation de murs page 6 Isolation

Plus en détail

L énergie thermique. Φ.R th S. λ = ,75 =23,7 C =T 1 = ( 1 3 0,8 + 1

L énergie thermique. Φ.R th S. λ = ,75 =23,7 C =T 1 = ( 1 3 0,8 + 1 Exercice 1 L énergie thermique Soit un vitrage simple d épaisseur 5 mm, de coefficient de conductibilité = 1,15 W/(m.K) La température de surface du vitrage intérieure est 22 C, la température de surface

Plus en détail

Eléments d armature thermo-isolants ARBO Physique du bâtiment prise en compte des ponts thermiques dans le calcul

Eléments d armature thermo-isolants ARBO Physique du bâtiment prise en compte des ponts thermiques dans le calcul [exposés] Eléments d armature thermo-isolants ARBO Physique du bâtiment prise en compte des ponts thermiques dans le calcul CH-3250 Lyss Switzerland Phone 032 387 95 95 Fax 032 387 95 99 E-Mail info@aschwanden.com

Plus en détail

THERMOGRAPHIE DÉTAILLÉE D UNE MAISON DE PARTICULIER. Dominique ROPERCH. Résumé

THERMOGRAPHIE DÉTAILLÉE D UNE MAISON DE PARTICULIER. Dominique ROPERCH. Résumé Thermogram 2009 41 THERMOGRAPHIE DÉTAILLÉE D UNE MAISON DE PARTICULIER Dominique ROPERCH Dominique ROPERCH THIR-DIAGNOSTICS 2 rue des Fours 91410 DOURDAN 01 64 59 80 79 d.roperch@thir.fr Résumé Le diagnostic

Plus en détail

Module L03 : TRANSFERTS THERMIQUES Corrigés des exercices posés en partiels

Module L03 : TRANSFERTS THERMIQUES Corrigés des exercices posés en partiels Module L03 : TRANSFERTS THERMIQUES Corrigés des exercices posés en partiels 1 Contrôle de température lors de travaux 1.1 Dimensionnement du chauffage 1.2 Température de surface 1.3 Consommation énergétique

Plus en détail

RT 2005 : DE BONNES PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT POUR LE PSE

RT 2005 : DE BONNES PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT POUR LE PSE Juin 2006 RT 2005 : DE BONNES PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT POUR LE PSE Conçue pour renforcer les exigences de la Réglementation Thermique 2000 (RT 2000), la RT 2005 s attache à contrôler le bilan énergétique

Plus en détail

T E P 2 E S.A. AU CAPITAL DE EUROS. Rue du Stade REILLANNE. N Renseigné par MODIFICATIONS DATE

T E P 2 E S.A. AU CAPITAL DE EUROS. Rue du Stade REILLANNE. N Renseigné par MODIFICATIONS DATE T E P 2 E S.A. AU CAPITAL DE 40 000 EUROS 34 COMMUNAUTE DE HAUTE PROVENCE MAIRIE DE MANE, HOTEL DE VILLE 04 300 MANE Rapport sur les isolations et les prestations prises en compte pour les calculs selon

Plus en détail

Méthode d évaluation de la transmission thermique de l enveloppe à partir de la mesure en continu et indirect des flux entrant/sortant

Méthode d évaluation de la transmission thermique de l enveloppe à partir de la mesure en continu et indirect des flux entrant/sortant Méthode d évaluation de la transmission thermique de l enveloppe à partir de la mesure en continu et indirect des flux entrant/sortant Olivier Bonneau Myriam Humbert Comment déterminer la transmission

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE THERMIQUE N BV CONCERNANT DES FENETRES DE TOIT VELUX GGU coefficients thermiques et facteurs solaires

RAPPORT D ETUDE THERMIQUE N BV CONCERNANT DES FENETRES DE TOIT VELUX GGU coefficients thermiques et facteurs solaires ENVELOPPE ET REVETEMENTS Baies et Vitrages RAPPORT D ETUDE THERMIQUE N BV13-395 CONCERNANT DES FENETRES DE TOIT VELUX coefficients thermiques et facteurs solaires Ce rapport atteste uniquement des caractéristiques

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : détails techniques Bruxelles Environnement NŒUDS CONSTRUCTIFS Kasper DERKINDEREN Cenergie Objectif(s) de la présentation Concepts

Plus en détail

Résultats principaux RT2005

Résultats principaux RT2005 Résultats principaux RT2005 Conformité du bâtiment :NODA Condition Satisfaite Bâtiment Usage SHON Surf. utile Cep

Plus en détail

BLOCS COFFRANTS ISOLANTS

BLOCS COFFRANTS ISOLANTS NOUVEAUTÉ BLOCS COFFRANTS ISOLANTS La solution SIMPLE, RAPIDE et ECONOMIQUE pour construire RT2012 et au-delà! développé et distribué par LE SYSTEME ISOLASUP Evolution Le choix d un bati durable et tres

Plus en détail

Maison individuelle Ne dispense pas d une étude thermique réglementaire

Maison individuelle Ne dispense pas d une étude thermique réglementaire 2/48 90 m² ITR Plain-pied SHAB EST Compacité=1,23 DESCRIPTION GENERALE BATI + SYSTEME Système constructif H1b Architecture : Plain-pied SHOB : 120 m² Système de chauffage : Poêle à granulés bois Situation

Plus en détail

L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment

L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment Travaux Dirigés 02 Comment bien isoler une maison? Bien isoler sa maison avec Fred et Jamy Filière Scientifique - Option Sciences de l

Plus en détail

Synthèse simplifiée (Rendu 1 : 01/08/16) RT 2012

Synthèse simplifiée (Rendu 1 : 01/08/16) RT 2012 Synthèse simplifiée (Rendu 1 : 1/8/16) RT 212 (e4tech Lesosai - Moteur 7.3..) Maitre d'ouvrage 13 - LA TISSOT 7316 - SAINT SULPICE BRUNET DUNAND FRANCK CHEMIN DE LA TESSONNIERE D'EN BAS 7329 - LA MOTTES

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE. Calcul du pont thermique ponctuel du rupteur à scellement chimique IT-Fix. Nom du client : Sit-ab Titre de l'affaire : IT-Fix

NOTE TECHNIQUE. Calcul du pont thermique ponctuel du rupteur à scellement chimique IT-Fix. Nom du client : Sit-ab Titre de l'affaire : IT-Fix Nom du client : Sit-ab Titre de l'affaire : IT-Fix NOTE TECHNIQUE Calcul du pont thermique ponctuel du rupteur à scellement chimique IT-Fix Auteur: Florian SIMON Date : 27/09/2013 N/Ref : CMDL/FS.2013.42

Plus en détail

Rénovation des fenêtres existantes

Rénovation des fenêtres existantes Rénovation des fenêtres existantes Approche énergétique Benoît Michaux - Page 1 Contenu Différentes performances Solutions possibles et la thermique Risque de condensation Gestion des apports solaires

Plus en détail

Ville de Gonesse - Réhabilitations

Ville de Gonesse - Réhabilitations Ville de Gonesse - Réhabilitations La Fauconnière Bâtiments C1 et C2 N 1 au 58 Square du Nord 570 logements Construction réalisée entre 1963 et 1965 2500 LOGEMENTS en coffrage tunnel avec nez de dalles

Plus en détail

LES ESPACES TAMPONS. Document mis à jour le 14 novembre B.B.S. Slama service technique :

LES ESPACES TAMPONS. Document mis à jour le 14 novembre B.B.S. Slama service technique : LES ESPACES TAMPONS Document mis à jour le 14 novembre 2016 B.B.S. Slama service technique : 04.73.34.73.20 sav@bbs-logiciels.com www.bbs-logiciels.com Espaces tampons 1 SOMMAIRE 1. Dans le cadre de la

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE et RESSOURCES

DOSSIER TECHNIQUE et RESSOURCES MENTION COMPLEMENTAIRE TECHNICIEN EN ENERGIES RENOUVELABLES EPREUVE E1 PREPARATION D UNE INTERVENTION SESSION 2017 DOSSIER TECHNIQUE et RESSOURCES «CONSTRUCTION D UNE MAISON INDIVIDUELLE, LOTISSEMENT GAUMET»

Plus en détail

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES DOSAGE 17

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES DOSAGE 17 WBLOCK est un nouveau matériau de construction à la fois écologique, économique et facile à mettre en œuvre. WBLOCK est un bloc à maçonner, composé en majorité de déchet de bois (à l exclusion de bois

Plus en détail

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s)

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s) Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 12-007 Le 10 avril 2012 Réf. DER/HTO 2012-093-BB/LS CALCUL DES COEFFICIENTS DE TRANSMISSION SURFACIQUE UP ET DES COEFFICIENTS

Plus en détail

Rénovation des fenêtres existantes

Rénovation des fenêtres existantes Rénovation des fenêtres existantes Approche énergétique Benoît Michaux - Page 1 Contenu Différentes performances Solutions possibles et la thermique Risque de condensation Gestion des apports solaires

Plus en détail

SESSION 2014 EPREUVE E5 ETUDE DES CONSTRUCTIONS. Sous Epreuve U5.1 ETUDES TECHNIQUES. Durée : 4 heures Coefficient : 3 ELEMENTS DE CORRIGE

SESSION 2014 EPREUVE E5 ETUDE DES CONSTRUCTIONS. Sous Epreuve U5.1 ETUDES TECHNIQUES. Durée : 4 heures Coefficient : 3 ELEMENTS DE CORRIGE BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR ETUDES ET ECONOMIE DE LA CONSTRUCTION SESSION 2014 EPREUVE E5 ETUDE DES CONSTRUCTIONS Sous Epreuve U5.1 ETUDES TECHNIQUES Durée : 4 heures Coefficient : 3 ELEMENTS DE CORRIGE

Plus en détail

Plans et perspectives

Plans et perspectives Plans et perspectives plain-pied & étage Henri RENAUD Groupe Eyrolles, 2005, ISBN 2-212-11630-6 Sommaire 3. Agencement des locaux : surfaces habitables et annexes... 27 N 4: Maison avec terrasse sous arcades

Plus en détail

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE Journée 2.3 Nœuds constructifs AUTOMNE 2015 Pauline De Somer Cenergie cvba training.passive@cenergie.be 2 OBJECTIF(S) DE LA PRESENTATION Différentes

Plus en détail

Schöck Rutherma Descriptif type (CCTP) Schöck Rutherma en isolation par l extérieur

Schöck Rutherma Descriptif type (CCTP) Schöck Rutherma en isolation par l extérieur Descriptif type (CCTP) Schöck Rutherma en isolation par l extérieur Traitement des ponts thermiques en isolation par l extérieur Fourniture et pose de rupteurs de ponts thermiques linéiques de type Schöck

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE. Au cœur du logement collectif. Simplifiez l Isolation Thermique par l Intérieur

GUIDE TECHNIQUE. Au cœur du logement collectif. Simplifiez l Isolation Thermique par l Intérieur GUIDE TECHNIQUE Au cœur du logement collectif Simplifiez l Isolation Thermique par l Intérieur La prédalle en béton armé à correction de ponts thermiques intégrée Sommaire n Description n Disposition 6

Plus en détail