ANIL HABITAT ACTUALITE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANIL HABITAT ACTUALITE"

Transcription

1 Décembre 2009 ANIL HABITAT ACTUALITE Accédants à la propriété : Que faire en cas de chômage?

2 Conseiller ceux qui souhaitent accéder à la propriété pour les aider à réussir leur projet constitue la vocation première des ADIL, c est aussi un élément essentiel de sécurisation de la filière immobilière. Les experts des pays les plus touchés par la crise s accordent aujourd hui sur la nécessité d offrir au particulier une information personnalisée, objective et distincte de celle qui doit lui être fournie par les professionnels grâce auxquels il conduira son opération, qu il s agisse des promoteurs, des constructeurs ou des établissements de crédit. C est aussi le rôle des ADIL d aider ceux des accédants qui éprouvent des difficultés à mener leur projet à son terme ou même qui doivent se résigner à y renoncer. Si en France, comme dans la plupart des économies ouvertes, le volume de transactions et de constructions neuves s est effondré en 2008, on n a en revanche observé aucun des phénomènes qui accompagnent la crise immobilière aux Etats-Unis, en Grande Bretagne ou en Espagne : le taux des défaillances d emprunteurs ne s est pas accru et le nombre de saisies est resté anecdotique. Malheureusement, il est à craindre que dans les mois qui viennent cette situation se dégrade. Si la crise touche d abord les personnes en emploi précaire, en majorité des locataires ou des jeunes hébergés dans leur famille, la poursuite attendue de l aggravation du chômage pourrait diriger plus tard vers les ADIL nombre d accédants en difficulté pour faire face à leurs charges de remboursement. Celles-ci doivent être en mesure de leur apporter l aide la plus efficace possible pour faire face à une situation dans laquelle ils n ont aucune responsabilité. L objet de ce dossier est de mettre à la disposition des conseillers d ADIL tous les éléments juridiques et pratiques pour ce faire ; de nombreux dispositifs existent, parfois mal connus, plus ou moins adaptés à la diversité des situations particulières ; il s agit de permettre à l accédant d en tirer parti. En particulier, il hésitera moins à prendre contact immédiatement avec l établissement prêteur, ce qui est souhaitable, s il sait ce qu il peut obtenir de ce dernier. Comme à l accoutumée, les ADIL s efforceront d intervenir le plus en amont possible. Elles auront à faire face à des situations très différentes : certains pourront venir les consulter en prévision de difficultés à venir, d autres après la survenance des premiers impayés, ou plus tard dans la phase judiciaire, lors de la vente ou de la saisie. Les ADIL devront aussi être capables de traiter les questions de relogement et de répondre à ceux dont la créance ne serait pas éteinte après la vente de leur logement.

3 Le conseil aux accédants en difficulté... 2 En cas de difficultés passagères...3 Eviter, si possible, la vente du logement...4 Si la vente est inévitable...4 Relogement et rachat HLM...5 Possibilités offertes à l emprunteur pour faire face à des impayés (annexe 11)...6 Annexes... 7 Annexe 1 - Quelques repères concernant le traitement du licenciement économique...8 Annexe 2 - Aides personnelles à l accession : un filet de sécurité en cas de chômage?...10 Annexe 3 - Le traitement des impayés par les établissements de crédit...13 Annexe 4 - Les assurances perte d emploi...15 Annexe 5 - Le prêt SECURI-PASS du 1% logement (document «UESL»)...17 Annexe 6 - La sécurisation des prêts garantis par le FGAS...19 Annexe 7 - Les possibilités d aménagement de prêt...21 Annexe 8 - Possibilités offertes à l emprunteur pour faire face à des impayés (procédure)...23 Annexe 9 - La saisie immobilière...26 Annexe 10 - Les fonds départementaux d aide aux accédants en difficulté...32 Annexe 11 - Le rachat du logement par un bailleur social...34 Annexe 12 - La délégation du droit de préemption de la commune à un bailleur social...36 Annexe 13 - Les garanties de rachat et de relogement (source USH)...37 Annexe 14 - Rachat de crédit : prêt 1% logement pour refinancement de prêts immobiliers plus onéreux Document UESL...38 Le conseil aux accédants en difficulté La perte d emploi entraîne à plus ou moins long terme une baisse de revenu de la personne concernée. Pour les accédants à la propriété, elle peut donc se traduire par des difficultés à s acquitter de leurs mensualités de remboursement. Il existe, certes, des dispositifs palliatifs, mais ils sont pour la plupart conçus pour aider l accédant à faire face à des difficultés transitoires : adaptés à un chômage de courte durée, ils ne sont plus efficaces dès lors que la période de chômage dure plus de quelques mois, un an au maximum. La première difficulté, lorsqu il s agit de conseiller un accédant ayant perdu son emploi, est donc d évaluer avec lui la probabilité qu il en retrouve un dans un délai suffisamment bref. Tâche difficile, car cette probabilité dépend de plusieurs facteurs. Il s agit de l aider à faire le diagnostic de sa situation en évoquant les conséquences du chômage selon plusieurs hypothèses de durée : sa qualification professionnelle, les circonstances de son licenciement il est plus difficile de retrouver un emploi en cas de licenciement économique collectif et plus encore lorsque l entreprise ferme, l état du marché local de l emploi. 2

4 En cas de difficultés passagères La priorité est d établir un bilan prévisionnel de la situation financière du ménage. A un horizon de quelques mois, il est possible d évaluer les conséquences de la perte d emploi en termes de revenu. Le montant de l allocation de chômage peut être calculé en fonction de la durée d emploi précédant le licenciement et du salaire. Il faut également tenir compte des indemnités de licenciement, parfois importantes et susceptibles de pallier, pendant une durée à évaluer, la baisse de revenu (annexe 1). Il doit être ainsi possible d évaluer la durée pendant laquelle les revenus du ménage lui permettront de faire face au paiement des mensualités. Il faut également étudier les caractéristiques des prêts en cours de remboursement pour déterminer si l emprunteur dispose de marges de manœuvre contractuelles, par exemple la possibilité de moduler les mensualités à la baisse. Il est très important que ce travail ait été fait avant la négociation avec le prêteur, car certains des dispositifs d aide sont mal connus et de ce fait peu utilisés par les établissements, qui risquent de ne pas proposer spontanément de les mettre en œuvre. Il faut ensuite passer en revue les dispositifs d aide dont l accédant est susceptible de bénéficier : Les dispositifs «automatiques» L aide personnelle à laquelle il pourra éventuellement prétendre en fonction de l évolution de son revenu (annexe 2). La baisse de revenu peut entraîner une augmentation de l aide si l emprunteur la percevait déjà, une ouverture de droit si ce n était pas le cas. Pour que le montant de l aide versée soit ajusté en fonction de la situation nouvelle, l emprunteur doit déclarer la baisse de revenu ainsi que son motif à la caisse d allocations familiales ; Les conditions de prise en charge ou de report des mensualités par l assurance perte d emploi, s il en a souscrit une (annexe 4). Les aménagements à négocier avec le prêteur Certains accédants peuvent être tentés par une attitude de fuite qui les conduit notamment à éviter le contact avec l établissement prêteur créancier, considéré comme un adversaire. Il faut au contraire prendre contact avec le prêteur le plus rapidement possible. L accédant défaillant sera plus enclin à le faire s il a une vision claire des marges de manœuvres des établissements de crédit et de la procédure que celui-ci doit suivre en cas de défaillance de son débiteur. Muni de ces éléments, l accédant doit alors prendre contact avec l établissement prêteur pour l informer de sa situation, lui demander de l aider à mettre en œuvre les dispositifs utilisables et examiner avec lui les possibilités d aménagement du prêt (annexe 7). Pour être efficace, ce contact doit être le plus précoce possible. En tout état de cause, la banque entre en relation avec l emprunteur dès le premier impayé : il importe que ce dernier réagisse rapidement. Tout retard risque de lui être préjudiciable, en rendant difficile la négociation et en incitant la banque à s engager dans une procédure qui, à ce stade, peut souvent être évitée. En effet, le traitement des impayés par les prêteurs obéit à un calendrier rigoureux (annexe 3) et tout atermoiement de l emprunteur peut conduire à une situation irréversible, ce qui n est dans l intérêt d aucune des deux parties. 3

5 Les aides mobilisables sous condition Le report d échéances, pour les prêts garantis par le FGAS : c est une possibilité offerte à la banque, qui peut donc la présenter à l emprunteur. La banque pourra ensuite demander au FGAS à être indemnisée de la perte qu elle subit (sachant qu elle prendra en charge la moitié de celle-ci tant que la sinistralité globale est «normale) si les conditions de sa mise en œuvre sont remplies (annexe 6) ; Les aides du 1 % logement, SECURI-PASS (annexe 5) et rachat de crédit (annexe 14), si sa situation professionnelle lui permet d y prétendre ; Les fonds d aide aux accédants, lorsqu il en existe un dans le département. Eviter, si possible, la vente du logement Lorsque le chômage et la baisse de revenu qui en découle font que le ménage ne peut plus faire face à ses échéances, faut-il envisager la vente du logement? C est là une issue difficilement acceptable pour un ménage qui a déjà consenti de gros efforts pour tenter d accéder à la propriété : non seulement son projet a échoué, mais se pose en outre la question de son relogement. Il faut donc tout mettre en œuvre pour tenter de l éviter. Des possibilités existent en fonction de la situation financière du ménage. S il a également contracté des crédits à la consommation, un rachat de crédits peut permettre d alléger substantiellement sa charge de remboursement. Une solution doit toutefois être étudiée avec attention, en prenant précisément la mesure des nouveaux engagements et en s assurant qu elle est viable, c est-à-dire compatible avec le budget du ménage, sur le long terme. Pour les salariés relevant du 1% logement dont la dette totale n est pas trop importante, le rachat de crédit peut parfois être pris en charge par un CIL à des conditions avantageuses (annexe 14). Le plus souvent, dans une telle situation, le ménage aura intérêt à saisir la commission de surendettement (annexe 8). Si son dossier est recevable, celle-ci pourra proposer un plan de redressement et préconiser des mesures d allègement de la dette, par exemple la diminution ou l annulation du taux d intérêt des prêts à la consommation. En outre, lorsqu une procédure de saisie est engagée, la commission de surendettement peut saisir le juge de l exécution aux fins de suspendre les procédures. En pratique, la suspension porte sur toutes les procédures qui pourraient remettre en cause le plan amiable (annexe 9). Si la vente est inévitable Mais la vente du logement peut devenir inévitable. La commission de surendettement peut, du reste, la préconiser, si elle estime la situation trop compromise pour que puisse être mis en œuvre un plan de redressement. Il faut alors convaincre le ménage d accepter cette issue, ce qui n est pas chose aisée la plupart du temps. Le conseil est alors particulièrement délicat, car la vente signifie l échec du projet et des efforts consentis pour tenter de le mener à bien. Les conditions dans lesquelles la vente est réalisée peuvent être lourdes de conséquences pour le particulier. L enjeu est d importance puisqu il porte sur la récupération éventuelle d une somme sur le produit de la vente ou, au contraire sur la menace d une dette résiduelle qui le poursuivra, si le produit de la vente ne permet pas de purger la dette. Au-delà, le déroulement de la vente peut même avoir une influence sur la recherche d une solution de relogement. Toute fuite en avant ne fait, en effet, qu alourdir sa dette et il a tout intérêt à accepter de mettre son logement en vente sans attendre d y être contraint par une décision de justice. 4

6 Dans tous les cas, la vente amiable est préférable à la vente judiciaire : les experts estiment que le produit d une vente judiciaire est en moyenne de 30 % inférieur à ce qu aurait produit la vente amiable du même logement. Elle est possible même dans le cadre d une procédure de saisie depuis la réforme de 2006 (annexe 8). Dans la meilleure des hypothèses, le produit de la vente sera supérieur à la dette du particulier. Celui-ci récupérera ainsi une partie de son apport personnel ou de ses remboursements. Cette somme sera d autant plus importante que la vente se fera à l amiable et sans précipitation. La hausse des prix des dix années qui ont précédé la crise a été telle que cette situation risque de se rencontrer fréquemment. Dans d autres cas, le produit de la vente ne suffira pas à éteindre la dette de l établissement de crédit : celui-ci gardera une créance qu il pourra faire valoir, dans un délai maximum de deux ans, dès qu il estimera que le particulier peut y faire face et ce par tous moyens (saisie mobilière, saisie arrêt sur salaire, etc.). S il n y a pas eu commandement de saisie, prêteur et emprunteur peuvent s entendre sur le principe d une vente amiable pour éviter la saisie immobilière. Les modalités de la vente sont arrêtées d un commun accord entre elles. L emprunteur a dans ce cas intérêt à demander l engagement formel du prêteur qu une fois la vente effectuée, celui-ci n engagera pas de poursuites pour recouvrer une éventuelle dette résiduelle, une solution alternative étant la saisie de la commission de surendettement. Dans le cas d une vente judiciaire la question de la dette résiduelle se présente différemment selon la nature du prêt. S il s agit d un prêt garanti par le FGAS, PAS ou PTZ garanti, la dette peut être effacée, sauf en cas de mauvaise foi de l accédant. Dans cette dernière et rare hypothèse, qui suppose l accord de la SGFGAS, l établissement de crédit pourra continuer de poursuivre le particulier. Il importe de comprendre que les établissements de crédit utilisent cette menace de poursuite pour inciter le particulier à vendre sans difficulté. A l inverse, certains accédants en état d échec sont indifférents à cette menace, considérant qu ils n ont plus de biens ni de revenu à saisir. Or il faut avoir à l esprit que cette dette résiduelle pourra réapparaître et motiver une saisie sur salaire, une fois les difficultés du ménage dépassées. Au chapitre de la vente, il faut mentionner la garantie de rachat dont peuvent bénéficier certains accédants (annexe 13), s ils ont acheté leur logement à un organisme d HLM : il convient dans ce cas de vérifier si les conditions de la garantie sont remplies, et si l accédant a avantage ou non à les faire jouer. Le prix de rachat est en effet affecté d une décote par rapport au prix de vente initial et il faut apprécier au cas par cas si une vente amiable ne serait pas plus avantageuse. Pour les accessions du début des années 2000 et sauf baisse brutale des prix immobiliers, la valeur de marché est probablement souvent supérieure au prix de rachat garanti. Une garantie de rachat existe aussi pour les bénéficiaires d un PASS-FONCIER, mais ce dispositif a été mis en œuvre trop récemment pour qu un nombre significatif d accédants soient susceptibles d en bénéficier. Relogement et rachat HLM Se pose enfin, pour les ménages contraints à la vente, la question du relogement. Une garantie de relogement existe pour les logements neufs commercialisés par les organismes d HLM (annexe 13). La meilleure solution consiste évidemment à permettre au ménage de continuer à occuper son logement en tant que locataire après la vente. Une telle solution peut être envisagée lorsqu un 5

7 organisme d HLM accepte de racheter le logement : mise en place pour les accédants en PAP en difficulté sous le nom de RAPAPLA (rachat d un PAP par un PLA), elle fonctionne aujourd hui grâce à des financements PLAI. Le ménage bénéficiera de l aide personnelle locative qui couvre une bonne partie du loyer. Le logement est acheté au prix d évaluation des Domaines, qui peut être inférieur au capital restant dû, le créancier annulant dans ce cas la dette résiduelle. En cas de retour ultérieur à une meilleure fortune, le ménage a la possibilité de racheter le logement (annexe 11). Par ailleurs, les collectivités locales disposent, dans le cadre de la procédure de saisie, d un droit de préemption du logement, qu elles exercent rarement et qui peut être délégué à un organisme d HLM. Cela peut pourtant être un moyen de maintenir le ménage dans son logement (annexe 12). Ce type de solution, le moins mauvais dans les cas désespérés, est évidemment très lourd à mettre en œuvre : il suppose un fort volontarisme des collectivités locales et l accord d un organisme d HLM. L ADIL peut jouer un rôle moteur dans le montage de telles opérations, qui requièrent du temps et une forte implication. Possibilités offertes à l emprunteur pour faire face à des impayés (annexe 11) L emprunteur qui a des difficultés passagères et ne peut plus faire face aux obligations engendrées par le contrat de crédit peut, en dehors de toute procédure, demander au juge d instance de lui octroyer un délai de grâce et de prendre des mesures pour réduire la dette. Le juge peut, dans la limite de deux ans, reporter ou rééchelonner le paiement des sommes dues. Il peut également décider que les sommes correspondant aux échéances reportées porteront intérêt à un taux réduit ou que les paiements s imputeront d abord sur le capital 1. A tout moment, l emprunteur en situation de surendettement, peut saisir la commission de surendettement afin de mettre en place un plan conventionnel de redressement. En contrepartie des efforts consentis par le prêteur, la commission de surendettement peut mettre un certain nombre d obligations à la charge du débiteur, par exemple la vente amiable d un bien immobilier. Si une procédure de saisie a été engagée, la commission peut, à n importe quel moment, en demander la suspension au juge de l exécution. Lorsque la commission constate qu il est impossible de recueillir l accord des parties sur le plan conventionnel, le débiteur peut demander au juge de donner force exécutoire aux mesures recommandées par la commission. Selon le degré de gravité de la situation du débiteur, la commission de surendettement peut préconiser le report ou le rééchelonnement des échéances, la réduction ou la suppression du taux d intérêt, l imputation prioritaire sur le capital des échéances rééchelonnées, voire la réduction du montant de la fraction des prêts immobiliers restant due à l établissement de crédit après la vente forcée. Elle peut même aller jusqu à recommander un moratoire ou l effacement partiel des dettes. Le juge statue par ordonnance et, après avoir vérifié la régularité des mesures et leur bien fondé, leur donne force exécutoire, c est-à-dire qu elles passent du statut de propositions à celui de décisions de justice. Lorsque la situation du débiteur est irrémédiablement compromise, la commission demande l ouverture d une procédure de redressement personnel. Cette procédure de dernier recours nécessite l accord préalable du débiteur car, si elle aboutit in fine par l effacement de ses dettes, elle passe par la liquidation judiciaire de son patrimoine. 1 La traduction pratique de cette formule pose problème, ni l Administration, ni les établissements de crédit n étant capables de s accorder sur son application à un plan d amortissement. 6

8 Annexes Annexe 1 Quelques repères concernant le traitement du licenciement économique Annexe 2 Aides personnelles à l accession : un filet de sécurité en cas de chômage? Annexe 3 Le traitement des impayés par les établissements de crédit Annexe 4 Les assurances «perte d emploi» Annexe 5 Le prêt SECURI PASS du 1% logement (document UESL) Annexe 6 La sécurisation des prêts garantis par le FGAS Annexe 7 Les possibilités d aménagement de prêt Annexe 8 Possibilités offertes à l emprunteur pour faire face à des impayés (procédure) Annexe 9 La saisie immobilière Annexe 10 Les fonds départementaux d aide aux accédants en difficulté Annexe 11 Le rachat du logement par un bailleur social Annexe 12 La délégation du droit de préemption de la commune à un bailleur social Annexe 13 Les garanties de rachat et de relogement (source USH) Annexe 14 Rachat de crédit : prêt 1% logement, pour le refinancement de prêts immobiliers plus onéreux 7

9 Annexe 1 - Quelques repères concernant le traitement du licenciement économique L objectif de cette fiche n est pas de calculer les indemnités auxquelles peuvent prétendre nos usagers en cas de licenciement économique, mais d apprécier approximativement l impact de cette situation nouvelle sur le parcours résidentiel des accédants. Le montant de l indemnité de licenciement pour cause économique Pour un salarié qui a deux ans d ancienneté à la date d expiration du préavis : 1/5 par année d ancienneté + 2/15 par année d ancienneté au-delà de la 10ème année. Des conventions collectives peuvent modifier à la hausse ces barèmes. L indemnité de licenciement est calculée en fonction du salaire de référence qui intègre les rémunérations de toute nature. L indemnité de licenciement est partiellement exonérée d impôt et de cotisations de sécurité sociale. Elle est versée avec la dernière paie et se cumule avec les autres indemnités de rupture et notamment l indemnité de congés payés. Les indemnités ASSEDIC Délai de carence Le délai de carence tient compte : - des jours de congés payés et non pris, - de l indemnité extra légale de licenciement retraduite en jours selon le quotient indemnités extra légales/montant du salaire journalier au moment du licenciement. S y ajoute un délai d attente forfaitaire de 7 jours. Compte tenu de ces éléments, on arrive à un délai de carence variable qui est en moyenne de l ordre de 2 mois. Il semble qu en pratique le traitement administratif est un peu plus long et que les indemnités ASSEDIC ne sont pas perçues avant un délai de 3 mois. Durée de l indemnisation La durée de l indemnisation est fonction de la durée de cotisation pendant les mois qui ont précédé le licenciement. Durée de cotisation Période précédent le licenciement Durée d indemnisation 182 jours 22 mois 7 mois 365 jours 20 mois 12 mois 487 jours 26 mois 23 mois 821 jours 36 mois 36 mois pour les chômeurs de plus de 50 ans Montant de l allocation Elle est calculée en fonction d un salaire journalier de référence qui réintègre tous les éléments de la rémunération du salarié, dont notamment les avantages en nature. Ce salaire journalier de référence est plafonné à 4 fois le plafond de la sécurité sociale. Le montant de l allocation est égal à la plus élevée des 2 sommes suivantes : - 57,4 % du salaire journalier de référence - 40,4 % du salaire journalier de référence + 10,93 par jour 8

10 Exemples Pour un salarié de moins de 50 ans, travaillant depuis deux ans ou plus : Exemple 1 : - salaire avant licenciement : indemnité de licenciement : congés payés non pris : 20 jours Le montant mensuel de l indemnité est de 1 341, soit 53,6 % du salaire ; Le délai de carence + attente est de 105 jours ; La durée d indemnisation est de 700 jours. Exemple 2 : - salaire avant licenciement : indemnité de licenciement : congés payés non pris : 20 jours Le montant mensuel de l indemnité est de 884, soit 58,9 % du salaire ; Le délai de carence + attente est de 52 jours ; La durée d indemnisation est de 700 jours. 9

11 Annexe 2 - Aides personnelles à l accession : un filet de sécurité en cas de chômage? En cas de perte d emploi, les aides personnelles à l accession peuvent jouer un rôle amortisseur en compensant en partie la perte de revenu qui en résulte. Le calcul de l aide prend en effet en compte cette diminution de la manière suivante : - en cas de chômage indemnisé, un abattement de 30 % est appliqué sur les ressources de la personne concernée ; - en cas de chômage indemnisé ou en fin de droits pour un chômeur indemnisé, les ressources de la personne concernée sont «neutralisées», ce qui signifie que son revenu est considéré comme nul. Par ailleurs, le calcul de l aide ne tient pas compte, dans ce cas, du revenu plancher imposé dans le barème normal. La prise en compte de la perte d emploi est effective après un délai de deux mois. Le montant de l aide étant d autant plus élevé que le revenu «de référence» est plus faible, elle se traduit par une augmentation pour les ménages qui étaient déjà bénéficiaires de l aide, ou par une ouverture de droits pour ceux qui n en bénéficiaient pas jusque-là, mais dont le revenu de référence devient ainsi inférieur au «revenu d exclusion». Toutefois, le montant de l augmentation dépend de plusieurs facteurs : le régime d aide dont bénéficie, ou peut bénéficier l emprunteur, le niveau de son revenu initial (avant la perte d emploi) et la composition du ménage. Un effet solvabilisateur indéniable Il existe trois barèmes d aide selon le mode de financement et la nature de l opération d accession : - le double barème, selon que le logement acquis est neuf ou non, de l aide personnalisée au logement (APL), réservée aux accédants ayant financé l opération avec un prêt conventionné ou ayant bénéficié d un prêt à 0%. - l allocation logement (AL), dont le barème est unique. En pratique, il suffit de distinguer le barème APL neuf, le plus solvabilisateur, des barèmes APL ancien et AL, très proches l un de l autre. 350 Figure 1 : Montant des aides pour une mensualité de 600 euros Ménage avec 2 personnes à charge - Zone APL NEUF APL ANCIEN AL MONTANT DE L'AIDE REVENU MENSUEL 10

12 Comme le montre le graphique ci-dessus, les trois barèmes fonctionnent selon le même principe : l aide est maximale et stable pour les très bas revenus (le revenu pris en compte ne peut pas être inférieur à un minimum, ici 900 ), elle décroît ensuite de façon linéaire jusqu au revenu d exclusion, au-delà duquel elle est nulle. La forme des courbes est analogue quels que soient la zone, la composition du ménage et le montant de la mensualité, seuls le montant de l aide et les paramètres (revenu minimum et revenu d exclusion) changent. L examen de ce graphique conduit aux constats suivants quant à l effet de l abattement ou de la neutralisation des ressources : cet effet est nul pour les ménages qui perçoivent l aide maximale, c est-à-dire ceux dont le revenu est inférieur ou égal au revenu minimum (il s agit là d un effet théorique, car un tel niveau de revenu interdit pratiquement d accéder à la propriété); il est nul également pour ceux dont le revenu, après abattement ou neutralisation, reste supérieur au revenu d exclusion ; il est maximum pour ceux dont le revenu est significativement supérieur au revenu minimum et inférieur ou égal au revenu d exclusion ; il est atténué pour les autres. Figure 2 : Evolution de l aide en cas de chômage d un membre du ménage de deux actifs Couple avec 2 personnes à charge, zone 2 - Mensualité brute = 30 % du revenu (Les deux personnes du ménage sont actives, celle qui perd son emploi avait un revenu représentant 50 % des ressources du ménage). Montant de l'aide Montant de l'aide Revenu mensuel APL ancien Mensualité Aide avant chômage Aide si chômage indemnisé Aide si chômage non indemnisé APL neuf Mensualité Aide avant chômage Aide si chômage indemnisé Aide si chômage non indemnisé Revenu mensuel Montant de l'aide AL Mensualité Aide avant chômage Aide si chômage indemnisé Aide si chômage non indemnisé Revenu mensuel 11

13 On voit (figure 2) qu en cas de perte d emploi le montant de l aide augmente significativement : pour les ménages dont le revenu est inférieur au revenu d exclusion, l APL double pratiquement en cas de chômage indemnisé et triple en cas de chômage non indemnisé ; en AL l augmentation est moindre en cas de chômage indemnisé, sauf pour les bas revenus. Toutefois, dans tous les cas, la dépense restant à la charge du ménage demeure importante dès que le revenu atteint un certain niveau. Le bénéfice de l aide s étend alors à des ménages dont le revenu est assez élevé : ainsi, sous les hypothèses de l exemple ci-dessus, en cas de chômage non indemnisé, le ménage perçoit une aide de plus de 200 par mois jusqu à un revenu mensuel avant chômage de en APL neuf, en APL ancien et en AL. Toutefois, la part de la dépense restant à la charge du ménage croît rapidement avec le revenu à partir d un seuil relativement bas. L augmentation de l aide permet néanmoins, pour la plupart des ménages relevant de l accession sociale, d alléger de façon significative le poids des mensualités de remboursement. Elle ne permet évidemment pas à elle seule de faire face aux difficultés résultant d une chute brutale de revenu, mais elle peut y contribuer si la durée du chômage n est pas trop longue. Figure 3 : Evolution de l aide en cas de chômage pour un ménage d un seul actif Couple avec 2 personnes à charge, zone 2 - Mensualité brute = 30 % du revenu L impact de l augmentation de l aide est plus important encore dans le cas d un ménage dont un seul membre est actif (figure 3). L aide couvre alors la totalité jusqu à un certain niveau de revenu, plus élevé en APL neuf qu en APL ancien et en AL. Audelà, le reste à charge s accroît, mais moins rapidement que pour un ménage biactif. Quel que soit le nombre d actifs du ménage, la disparité des barèmes est importante pour l accession neuve : dans le premier exemple (figure 2), pour un couple dont le revenu mensuel avant chômage était de 2 500, le taux d effort net, c est-à-dire aide déduite, est de 40 % en APL neuf et de 46 % en AL. On mesure l avantage qu il y a, en cas de perte d emploi, à avoir financé l opération à l aide d un prêt ouvrant droit à l APL. Montant de l'aide Montant de l'aide Montant de l'aide APL ancien Mensualité Aide avant chômage Aide si chômage indemnisé Aide si chômage non indemnisé Revenu mensuel APL neuf Mensualité Aide avant chômage Aide si chômage indemnisé Aide si chômage non indemnisé Revenu mensuel AL Mensualité Aide avant chômage Aide si chômage indemnisé Aide si chômage non indemnisé Revenu mensuel 12

14 Annexe 3 - Le traitement des impayés par les établissements de crédit Tout se joue dans les 90 jours qui suivent le premier retard de paiement, phase pendant laquelle l emprunteur doit réagir vite pour trouver une solution amiable auprès de l établissement prêteur. Au-delà, on entre dans la phase contentieuse : la solution est imposée à l emprunteur défaillant. Cette période de 90 jours comporte un certain nombre de dates butoirs. 1ère étape : J + 10 A partir du 10 ème jour de retard dans le paiement des échéances, la banque peut majorer de 3 % le taux d intérêt que l emprunteur aura à payer jusqu à la reprise du cours normal des échéances contractuelles (code de la consommation : art. L et R.312-3). La majoration est calculée, soit sur les seules échéances impayées, soit sur le CRD(CRD) et par jour de retard. Exemple pour euros de CRD : x 3 % = 8,22 / jour à ajouter à la mensualité normalement due. 365 Les cautions sont également informées de l impayé de l emprunteur. 2ème étape : J + 15 Un premier courrier, simple, est adressé par l agence (qui a délégation) à l emprunteur pour l informer que sa défaillance dans le paiement de la mensualité va entraîner le paiement d une pénalité conformément à ce que prévoient les conditions générales de son offre de prêt. 3ème étape : J + 40 Une lettre recommandée avec avis de réception est adressée aux frais de l emprunteur, lui précisant qu il est à la limite de l inscription au fichier des incidents de paiement (FICP : 40E#) Les cautions personnelles sont actionnées en paiement. 4ème étape : A partir de J + 40 L'agence locale gère le risque jusqu'au 40ème jour. Ensuite, deux situations sont possibles suivant l organisation de l établissement prêteur : soit il existe un service de précontentieux, soit un «chargé de solution» est détaché dans le réseau par le service pré contentieux de la caisse régionale. Ce chargé de solution reçoit tous les clients en difficulté qui ont déjà 40 jours de retard et doit les suivre. 5ème étape : J + 55 En l absence de régularisation, l emprunteur est mis en demeure de payer par un courrier en recommandé avec avis de réception (toujours à ses frais). Ce courrier lui rappelle que son inscription au FICP est imminente. 6ème étape : J + 60 L emprunteur est inscrit au FICP. Désormais les autres établissements de crédit peuvent être informés du risque en le consultant. 13

15 7ème étape : J + 90 Le «chargé de solution» est dessaisi : le dossier passe au contentieux. La banque provisionne la créance douteuse et litigieuse (CDL) qui recouvre le CRD, les intérêts de retard du crédit immobilier mais aussi tous les comptes liés (crédits à la consommation, revolving, entreprise individuelle etc.). A noter : lorsqu un client est présumé de mauvaise foi par le prêteur, celui-ci le met immédiatement en contentieux sans attendre J = 90. 8ème étape : J + 98 Dans les 8 jours de J + 90 une nouvelle lettre recommandée avec avis de réception est adressée à l emprunteur lui indiquant la mise en œuvre de la déchéance du terme prévue au contrat (clause résolutoire) et prévoyant que sont immédiatement exigibles : le CRD et les intérêts échus, une indemnité égale à 7 % des sommes dues (Code de la consommation : art. L ), le remboursement des frais taxables (Code de la consommation : art. L ). A ce stade soit le client vend son bien à l amiable pour payer, à défaut la banque mettra en œuvre la procédure de saisie immobilière pour récupérer les sommes dues. En pratique, la déchéance du terme n est que rarement prononcée à l initiative de l établissement prêteur. En effet, celle-ci entraîne un certain nombre d inconvénients, dont les suivants : lorsqu elle a été prononcée à la suite d impayés, elle demeure généralement sans effet, l emprunteur n ayant pas la capacité de rembourser la totalité de la créance, sauf en cas de revente du bien financé ; elle entraîne la perte de l assurance liée au prêt ; les intérêts de retard sont calculés au taux du prêt (alors que les intérêts de retard dus par le débiteur défaillant, en l absence de déchéance du terme, peuvent être majorés de 3 % au maximum). la déchéance du terme rend caduques l ensemble des conditions initiales de remboursement du crédit. L absence de prononcé de la déchéance du terme permet de maintenir ces conditions d origine et, le cas échéant, de ne mettre en place des plans d apurement que pour les arriérés. Les étapes qui viennent d être décrites s imposent de façon générale, leur mise en oeuvre pouvant évidemment différer d un établissement à l autre. Ainsi, les intérêts de retard ne sont pas toujours facturés dans leur intégralité. L'accumulation des frais est d'ailleurs un problème récurrent pour les accédants dont le prêt immobilier est domicilié dans un établissement extérieur : outre les éventuelles pénalités liées aux retards de paiement, ils doivent subir deux fois les frais financiers liés aux prélèvements (rejets, représentations...). La pratique des Fonds d'aide aux Accédants en Difficulté (FAAD) tend d'ailleurs à démontrer que les débiteurs n'ont pas toujours conscience du retard accumulé : ils ignorent le plus souvent l'importance de leur débit, noyés dans d'autres dettes résultant d'une accumulation de difficultés sociales, familiales ou professionnelles. A tout moment, le débiteur est en situation de surendettement, c est-à-dire dans l impossibilité manifeste d apurer ses dettes non professionnelles exigibles ou à échoir, peut saisir la commission de surendettement afin de mettre en place un plan conventionnel de redressement (Code de la consommation : art. L et suivants, cf. annexe 8). Les banques veulent éviter cette saisine car elles ne maîtrisent alors plus le dossier. Les traitements sont différents d une commission à l autre. * * * 14

16 Annexe 4 - Les assurances perte d emploi Contrairement à l assurance décès qui intervient en capital, l assurance perte d emploi se substitue partiellement à l emprunteur pour régler au prêteur tout ou partie de la mensualité pendant une période de chômage. Ces contrats ne sont pas réglementés et leur contenu varie fortement d un établissement à l autre, alors même que peu de compagnies d assurance sont présentes sur ce marché. Le délai de carence La garantie n est acquise qu à l issue d une période décomptée à partir de la date d effet de l adhésion. Cette période est appelée «délai de carence», dans la plupart des cas, mais aussi parfois «délai d attente». Sa durée varie d un établissement à l autre de zéro à 12 mois, voire 15 mois. Dans certains établissements, le délai de carence dépend de la durée d activité en CDI. La franchise Les contrats prévoient presque toujours une période au cours de laquelle l assuré bénéficie des indemnités ASSEDIC sans avoir droit à une indemnité de l assurance perte d emploi. Cette période est appelée «franchise» dans la plupart des cas, mais aussi «délai de carence». Lorsqu elle est prévue au contrat, la franchise se situe le plus souvent dans une fourchette allant de 3 à 6 mois, bien qu elle puisse, dans certains cas, atteindre 9 mois. Certains établissements offrent deux options à l assuré, le montant des primes étant évidemment fonction de l option choisie. Le délai de franchise peut également dépendre des droits acquis en fonction de la durée d activité en CDI. La durée d indemnisation A l exception d un seul, les établissements imposent une limite de durée d indemnisation par période de chômage : cette limite varie de six à trente mois selon les établissements et, pour certains d entre eux, la durée d activité continue en CDI. S y ajoute le plus souvent une limite à la durée totale d indemnisation, valable pour toute la durée du contrat. Elle est en général de 3 ans, mais peut être supérieure jusqu à 6 ans dans l option la plus favorable à l emprunteur. Le montant de l indemnisation Il n existe pas de garantie permettant de couvrir la totalité de la mensualité dès le début de l indemnisation. Le montant de l indemnisation est calculé en pourcentage de la mensualité contractuelle. Ce pourcentage est le plus souvent fixe sur toute la période d indemnisation, il peut également être progressif pour tenir compte de l indemnisation dégressive par l ASSEDIC. Dans certains cas, le montant de l indemnisation est limité à la perte de revenu de l emprunteur. Les conditions d admission Tous les contrats définissent les bénéficiaires potentiels comme des personnes physiques susceptibles de bénéficier des indemnités ASSEDIC et qui exercent une activité salariée au titre d un contrat de travail à durée indéterminée et qui ne sont, ni en période d essai, ni en préavis de licenciement ou de mise en préretraite. La plupart ont inclus une clause visant à exclure les salariés d entreprise faisant l objet d un plan social. Certains établissements exigent, en plus, que le salarié travaille pour le même employeur depuis six mois ou un an. Pratiquement, tous les établissements ont prévu une limite d âge pour souscrire la garantie perte d emploi. Cette limite se situe entre 50 ans et 60 ans. L âge dominant est de 55 ans. Deux établissements ne prévoient pas de limite d âge. Ils proposent, par ailleurs, une garantie «perte d emploi» aux chefs d entreprise âgés de moins de 63 ans et affiliés au régime de la Garantie Sociale des Chefs et Dirigeants d Entreprise. 15

17 La prise en compte des reprises d emploi en contrat à durée déterminée Après une période de chômage, le retour à l emploi passe souvent par des contrats à durée déterminée. Or, la fin d un CDD est un cas d exclusion de la garantie de l assurance «perte d emploi». Les contrats d assurance actuellement proposés ont corrigé cette anomalie, qui pouvait conduire un emprunteur à renoncer à un emploi en CDD pour ne pas perdre le bénéfice de la garantie «perte d emploi». Certains établissements ont prévu qu à l issue d un CDD de moins de six mois, consécutif à une perte d emploi, l indemnisation par l assurance reprenait sans application de la période de franchise. Un CDD de plus de six mois ouvre droit à une nouvelle période d indemnisation avec application du délai de franchise. Aide à la recherche d emploi Certains prêteurs proposent, dans le cadre de l assurance «perte d emploi», des aides pratiques pour un retour à l emploi. Les options offertes à l assuré Plusieurs établissements prêteurs proposent des choix quant aux garanties apportées : plus la période d indemnisation est longue, plus la prime est chère, ou encore une meilleure prise en charge de la mensualité (75 % au lieu de 50 %) entraîne une majoration de la prime. Pas d articulation avec la sécurisation des accédants «PAS» A la suite de la mise en place, en 1999, du dispositif de sécurisation des emprunteurs en prêts d accession sociale (PAS), on aurait pu s attendre à ce que les contrats d assurance perte d emploi soient adaptés à ces nouvelles dispositions, en prévoyant des options spécifiques pour ces emprunteurs. Rappelons que les emprunteurs ayant souscrit un PAS à compter du 1 er avril 1999 et jusque décembre 2003 peuvent bénéficier, en cas de chômage, d un report gratuit de la moitié de la mensualité pendant un maximum de 12 mois fractionnable en deux fois, tout en continuant, le cas échéant, à percevoir l aide au logement calculée sur la mensualité totale. Ce mécanisme est assorti d un délai de carence d un an et ne comporte pas de franchise. En cas de retour à l emploi, puis de nouvelle perte d emploi, il peut être réutilisé une fois, à l issue d un délai de «carence» de 12 mois. 16

18 Annexe 5 - Le prêt SECURI-PASS du 1% logement (document «UESL») C est une avance au taux de 0 %, hors assurances et garanties, sans frais de dossier, d un montant maximum de : à hauteur de 100 % des mensualités des emprunts immobiliers nettes d APL (et le cas échéant de l assurance chômage). Les emprunts concernés sont ceux contractés pour le financement de l achat, de la construction ou de l amélioration de la résidence principale, quelle que soit leur date d octroi ; dans la limite de 850 par mensualité pendant 6 mois ; renouvelable une fois pour une nouvelle période de 6 mois, après examen de la situation du salarié. Ce prêt est remboursable sur 15 ans maximum au dernier déblocage des fonds avec ou sans différé d amortissement. Sa durée est déterminée de façon à maintenir le taux d effort global du bénéficiaire en deçà de 35 %. Le taux d effort prend en compte tous les prêts, y compris les prêts à la consommation. Qui peut en bénéficier? Tout salarié, quelle que soit la nature de son contrat de travail (CDD, CNE, contrat à temps partiel, contrat de professionnalisation, contrat d accompagnement dans l emploi...), accédant à la propriété de sa résidence principale : d une entreprise du secteur privé non agricole (10 salariés et +), d un organisme ou d une entreprise du secteur public cotisant au 1% Logement (EDF, Gaz de France, La Poste, France Télécom, OPAC, SNCF, URSSAF, CAF, CPAM, RATP, etc.) ; en effet les salariés de ces entreprises sont assimilés à des salariés du secteur privé. ou Tout retraité depuis moins de 5 ans dont le dernier employeur était une entreprise du secteur privé (10 salariés et +) avec des revenus imposables, au moment de la demande, inférieurs aux plafonds de ressources PTZ (Prêt à Taux Zéro) de la zone A ; et confronté au chômage ou à une forte réduction de ses ressources consécutive notamment à l éclatement de la cellule familiale ou à la maladie ou à une baisse contrainte et non prévisible de ses revenus : - 40 % de taux d endettement des charges à caractère immobilier ou - 30 % de baisse des ressources. Quelles sont les conditions à respecter? Cette aide est apportée à celui qui conserve la charge du logement (résidence principale). L avance est accordée après un délai de carence de 12 mois à compter de la signature du contrat de prêt principal, sans délai de franchise. Le prêt SECURI-PASS peut être refusé : lorsque le dossier est en cours d examen par la Commission de surendettement de la Banque de France ; dans ce cas l accédant à la propriété peut demander à un organisme 1% logement une renégociation de ses prêts immobiliers plus onéreux ; (en savoir plus : ; lorsqu il y a impayé préalable à la situation ouvrant accès à cette aide ; en cas de «reste à vivre» (part des ressources nécessaire aux dépenses courantes), inférieur au RMI (revenu minimum d insertion). Droits ouverts Un accord est systématiquement donné pour tout demandeur respectant les conditions d octroi. Le dossier, une fois complet, est examiné dans le délai d'un mois par l organisme 1 % Logement. A défaut de réponse dans ce délai, le Prêt SECURI-PASS est considéré comme accordé. 17

19 Le demandeur qui se voit refuser l aide peut faire appel auprès du Conseil d administration du Comité Interprofessionnel du Logement (CIL) ou du bureau de la Chambre de Commerce et d'industrie (CCI) et, en cas de nouveau refus, auprès du Conseil d administration de l UESL (Fédération du 1 % Logement). Qui contacter? l'organisme 1 % Logement de votre employeur ; l'organisme 1 % Logement le plus proche de votre domicile. 18

20 Annexe 6 - La sécurisation des prêts garantis par le FGAS Les garanties PAS permettent à l emprunteur de conserver son domicile tout en bénéficiant d un aménagement de dette, pour lequel la banque sera indemnisée par la SGGFAS. Il existe deux mécanismes différents : la garantie FGAS et la garantie dite de sécurisation (pour mémoire, la garantie FGAS couvre aussi les pertes encourues par les banques au titre des PAS et PTZ garantis en cas de vente du bien financé) La garantie FGAS accordée à tout prêt PAS et PTZ garanti Elle permet au FGAS de prendre partiellement en charge la perte actuarielle subie par la banque en cas d aménagement du prêt (report ou annulation partielle d échéances par exemple) lié à des difficultés financières de l emprunteur. L accès à la garantie suppose que deux conditions de fond soient remplies. Première condition : condition de situation financière dégradée de l emprunteur Cette condition est remplie : soit par l inscription au fichier national recensant les informations sur les incidents de paiement caractérisés (F.I.C.P.), institué par l article L du Code de la consommation ; soit par la justification par l établissement de crédit de l existence d une situation financière de l emprunteur durablement compromise. Seconde condition : perte pour la banque, à l issue d une modification de l échéancier de dette, soit amiable, soit dans le cadre des procédures prévues par la loi. Ces procédures sont principalement les procédures qui font suite à une situation de surendettement au sens du Code de la consommation : elles sont, rappelée ci après (et expliquées en détail en annexe 8) => Négociation amiable => Signature par les parties d un plan conventionnel de redressement, en application de l article L du Code de la consommation (commission de surendettement). => Décision de justice exécutoire pour un plan de redressement, impliquant une perte financière pour l établissement de crédit : Notification de l ordonnance du juge donnant force exécutoire aux mesures recommandées par la Commission de Surendettement conformément aux articles L et L du Code de la consommation. Notification du jugement statuant sur la contestation des mesures recommandées par la Commission de Surendettement conformément aux articles L et L du Code de la consommation. Notification d une décision de justice exécutoire prise en application de l article du Code Civil ou de l article L du Code de la consommation. => Procédure de rétablissement personnel, situation irrémédiablement compromise caractérisée par l impossibilité de mettre en œuvre un plan de redressement ou des mesures ayant reçu force exécutoire par le juge visées ci-dessus. => Procédure collective Signature d un accord dans le cadre d une procédure de conciliation ou d un plan de sauvegarde ou notification d un jugement d ouverture d une procédure collective dans le cadre des articles L et suivants, L et suivants du Code de commerce et L et suivants du Code rural dans l hypothèse où ces procédures s appliquent à l emprunteur. 19

Conseil de Surveillance du 23 février 2012

Conseil de Surveillance du 23 février 2012 AIDES AUX MENAGES EN DIFFICULTE ARTICLE R. 313-19-3 V DU CCH ---- En application de l article R. 313-12 du code de la construction et de l habitation, l UESL peut déterminer par recommandation les modalités

Plus en détail

AIDES AUX MENAGES EN DIFFICULTE ARTICLE R. 313-19-3 V DU CCH ----------------------- Conditions de mise en œuvre

AIDES AUX MENAGES EN DIFFICULTE ARTICLE R. 313-19-3 V DU CCH ----------------------- Conditions de mise en œuvre AIDES AUX MENAGES EN DIFFICULTE ARTICLE R. 313-19-3 V DU CCH ----------------------- En application de l article R. 313-12 du code de la construction et de l habitation, l UESL peut déterminer par recommandation

Plus en détail

ADIL 33. ETUDE en 2011. Accédants à la propriété en difficulté

ADIL 33. ETUDE en 2011. Accédants à la propriété en difficulté ADIL 33 ETUDE en 2011 Accédants à la propriété en difficulté Agence Départementale d Information Logement - 105 avenue Emile Counord 33300 BORDEAUX ETUDE en 2011 ACCEDANTS A LA PROPRIETE EN DIFFICULTE

Plus en détail

LES RISQUES DU CREDIT

LES RISQUES DU CREDIT FACTEURS Prévention Santé Environnement E1 LES RISQUES DU CREDIT 1- Analyse de la situation. Le surendettement survient de plus en plus à la suite d une perte d emploi, de la maladie ou d un divorce. C

Plus en détail

Document d information des prêts du Crédit Foncier

Document d information des prêts du Crédit Foncier Document d information des prêts du Crédit Foncier Valable à compter du 20 février 2012 Ce document vous est remis dans le cadre de l acquisition de votre résidence principale. Ce document a pour objectif

Plus en détail

La procé duré dé suréndéttémént

La procé duré dé suréndéttémént La procé duré dé suréndéttémént Vous commencez à avoir des difficultés à rembourser vos crédits et plus généralement vos dettes non professionnelles? Il ne faut pas attendre que votre situation soit trop

Plus en détail

SOMMAIRE AIDES AUX MENAGES

SOMMAIRE AIDES AUX MENAGES N 10 Juillet 2006 (Annule et remplace le n 18 de février1999 et la partie du n 22 de mai 1999 relatifs à la sécurisation des accédants 1%) SOMMAIRE AIDES AUX MENAGES LE PRET SECURI-PASS I/ GUIDE PRATIQUE

Plus en détail

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2008 Assemblée Nationale Commission des finances, de l'économie générale et du plan MISSION VILLE ET LOGEMENT PROGRAMME «DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Le regroupement de crédits, la solution?

Le regroupement de crédits, la solution? JANVIER 2014 N 28 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le regroupement de crédits, la solution? Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif?

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif? QUESTIONS SUR L OBJET DE LA PORTABILITE La mensualisation est-elle exclue du dispositif? L obligation de maintien de salaire à la charge de l employeur n est pas concernée : en effet, il ne s agit pas

Plus en détail

L essentiel sur. Le crédit à la consommation

L essentiel sur. Le crédit à la consommation L essentiel sur Le crédit à la consommation Prêt personnel Prêt affecté Crédit renouvelable Qu est ce que c est? Le crédit à la consommation sert à financer l achat de biens de consommation (votre voiture,

Plus en détail

Mise à jour le 29 juin 2007 PRET PASS-TRAVAUX

Mise à jour le 29 juin 2007 PRET PASS-TRAVAUX UESL Mai 2007 Mise à jour le 29 juin 2007 PRET PASS-TRAVAUX OFFRE PREALABLE DE PRET : PRET PASS-TRAVAUX (établie en application des articles L 311-1 et suivants du code la consommation) Montant des dépenses

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I PRESENTATION Article 1 Le CCAS de Bourg en Bresse, participe depuis juin 2003 à la coordination des aides

Plus en détail

Développer un crédit plus responsable

Développer un crédit plus responsable Les principales mesures de la loi Lagarde: une synthèse Objectifs Objet Les mesures Développer un crédit plus responsable Les Cartes de crédit Encadrement de la publicité Mieux encadrer le crédit renouvelable

Plus en détail

Assurer mon cre dit immobilier

Assurer mon cre dit immobilier Assurer mon cre dit immobilier Pour concrétiser votre projet immobilier, vous avez besoin d obtenir un crédit immobilier ainsi qu une assurance emprunteur. L assurance emprunteur sera mise en jeu lorsqu

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

Comment réagir en cas de perte de revenus?

Comment réagir en cas de perte de revenus? NOVEMBRE 2014 N 12 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Comment réagir en cas de perte de revenus? Ce mini-guide vous est offert

Plus en détail

Les Aides complémentaires non liées à la mobilité Avance Loca Pass

Les Aides complémentaires non liées à la mobilité Avance Loca Pass Les Aides complémentaires non liées à la mobilité Avance Loca Pass - Salarié(e) des entreprises du secteur privé non agricole, quelle que soit leur ancienneté et la nature de leur contrat de travail -

Plus en détail

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien)

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) TITRE 1 : NATURE DE LA GARANTIE DE RACHAT Article 1 er : Nature et portée de la garantie Une garantie de rachat est offerte par l organisme

Plus en détail

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT Textes FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT - Code de la consommation. Partie législative : livre III, titre III Traitement des situations de surendettement : articles L330-1 à L333-8. Partie règlementaire : livre

Plus en détail

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Eléments de calendrier 1. Conférence nationale contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale des 10 et 11 décembre 2012 Rapport de M. François

Plus en détail

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ :

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : LOI N 2010-737 DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT RÉFORME DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : CHAPITRE II Publicité et information de l emprunteur Article

Plus en détail

TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT. Évolutions résultant de la loi portant réforme du crédit à la consommation

TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT. Évolutions résultant de la loi portant réforme du crédit à la consommation Direction générale des activités fiduciaires et de place Direction de la surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Service infobanque et surendettement TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT

Plus en détail

PRÊT POUR LE LOGEMENT D UN ENFANT ÉTUDIANT

PRÊT POUR LE LOGEMENT D UN ENFANT ÉTUDIANT PRÊT POUR LE LOGEMENT D UN ENFANT ÉTUDIANT 1 - OBJET Le prêt pour le logement d un enfant étudiant est alloué aux agents ayant un enfant fiscalement à charge, âgé de 16 à 26 ans durant l année scolaire,

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

Maîtriser son taux d endettement

Maîtriser son taux d endettement LES MINI-GUIDES BANCAIRES FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE Les Mini-guides Bancaires: La banque dans le creux de la main topdeluxe FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE Repère n 8 Maîtriser son taux d endettement

Plus en détail

LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA

LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA CHRISTINE LAGARDE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION 1ER NOVEMBRE 2010 LE 1 ER NOVEMBRE ENTRENT EN VIGUEUR LES MESURES DE LA LOI LAGARDE

Plus en détail

La procédure de surendettement

La procédure de surendettement JUILLET 2012 N 22 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent La procédure de surendettement 1 FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr

Plus en détail

Note d application du mécanisme d écrêtement des surprimes médicales

Note d application du mécanisme d écrêtement des surprimes médicales Commission de médiation de la convention AERAS 18 décembre 2012 Note d application du mécanisme d écrêtement des surprimes médicales A Conditions d éligibilité 1) Condition de ressources Cette condition

Plus en détail

Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail. Confédération Française de l'encadrement-cgc. I. Qu est-ce que l inaptitude?

Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail. Confédération Française de l'encadrement-cgc. I. Qu est-ce que l inaptitude? Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail Fiches pratiques www.cfecgc.org Confédération Française de l'encadrement-cgc L inaptitude Vous êtes salarié et êtes confronté à cette situation

Plus en détail

1 Assurance hypothécaire, caution, fonds de garantie : le cas de la SGFGAS

1 Assurance hypothécaire, caution, fonds de garantie : le cas de la SGFGAS Atelier Damane Assakane 1 Assurance hypothécaire, caution, fonds de garantie : le cas de la SGFGAS 2 Education financière et maîtrise du risque de l accession à la propriété : l expérience de l ANIL Bernard

Plus en détail

SOMMAIRE. N 39 MAI 2001 Annule et remplace le n 34 de Novembre 2000 MISE EN APPLICATION DE LA CONVENTION DU 3 AOUT 1998 ENTRE L ETAT ET L UESL

SOMMAIRE. N 39 MAI 2001 Annule et remplace le n 34 de Novembre 2000 MISE EN APPLICATION DE LA CONVENTION DU 3 AOUT 1998 ENTRE L ETAT ET L UESL N 39 MAI 2001 Annule et remplace le n 34 de Novembre 2000 SOMMAIRE MISE EN APPLICATION DE LA CONVENTION DU 3 AOUT 1998 ENTRE L ETAT ET L UESL QUESTIONS PRATIQUES (les nouvelles questions/réponses par rapport

Plus en détail

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Janvier 2007 La convention AERAS s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé Fédération française des sociétés d assurances Centre

Plus en détail

L ADIL Vous Informe. Le prêt relais

L ADIL Vous Informe. Le prêt relais ADIL des Hauts de Seine L ADIL Vous Informe Le prêt relais Sur un marché immobilier qui tend à se réguler, faire coïncider la date de vente avec celle de l achat d un bien devient difficile. De nombreux

Plus en détail

La convention AERAS en 10 points-clés

La convention AERAS en 10 points-clés La convention AERAS en 10 points-clés Signée par les pouvoirs publics, les fédérations professionnelles de la banque, de l assurance et de la mutualité et les associations de malades et de consommateurs,

Plus en détail

Conditions générales pour les prêts chirographaires. Du 20 mars 2014 (état au 21 mars 2014)

Conditions générales pour les prêts chirographaires. Du 20 mars 2014 (état au 21 mars 2014) pour les prêts chirographaires Du 0 mars 04 (état au mars 04) du 0.0.04 (état au.0.04) TABLE DES MATIERES Article Principes généraux Article Décision d octroi ou de refus du prêt Article Documents à signer

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises

GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises Par Patricia PENGOV GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises I. Mise en place d une obligation en matière de prévoyance

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement DÉCEMBRE 2013 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Maîtriser son endettement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour toute

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR A L EMPLOI (ARE) POUR QUI? Pour vous si : Vous avez travaillé au minimum 122 jours (ou 610 heures)

Plus en détail

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Note d information Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Face à l augmentation des difficultés que rencontraient les emprunteurs dans le remboursement de leurs

Plus en détail

PRÊT POUR LE LOGEMENT D UN ENFANT ÉTUDIANT

PRÊT POUR LE LOGEMENT D UN ENFANT ÉTUDIANT PRÊT POUR LE LOGEMENT D UN ENFANT ÉTUDIANT 1 - OBJET Le prêt pour le logement d un enfant étudiant est alloué aux agents ayant un enfant fiscalement à charge, âgé de 16 à 26 ans durant l année scolaire,

Plus en détail

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES 2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES La loi du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l économie a habilité le gouvernement à réformer le régime des sûretés et les procédures d exécution

Plus en détail

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Les principales mesures de la loi LAGARDE FICHE 2 Le point sur l entrée en vigueur des principales

Plus en détail

PRÊTS IMMOBILIERS. Concrétisez vos projets immobiliers!

PRÊTS IMMOBILIERS. Concrétisez vos projets immobiliers! PRÊTS IMMOBILIERS Concrétisez vos projets immobiliers! TOUTES UNIVERS NOS BANQUE SOLUTIONS POUR VOTRE IMMOBILIER PROJET IMMOBILIER Vous prévoyez l achat d un bien immobilier? Avec Groupama Banque, vous

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement JANVIER 2013 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Maîtriser son endettement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour toute

Plus en détail

Généralisation des mutuelles santé

Généralisation des mutuelles santé Date de mise à jour : juin 2013 Généralisation des mutuelles santé La loi instaure une couverture complémentaire santé minimale obligatoire pour tous les salariés du secteur privé d ici au 1 janvier 2016.

Plus en détail

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES LE SURENDETTEMENT DES MENAGES PRESENTATION DU DISPOSITIF EXTERNE BANQUE DE FRANCE 1 Endettement et surendettement des ménages Interventions successives du législateur 1989 : première loi (dite loi Neiertz)

Plus en détail

CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS

CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS Paiement des cotisations : précisions sur les nouvelles modalités de calcul et d appel de cotisations des indépendants Circulaire RSI n 2007-91 du 20 juillet

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs de biens, sociétés immobilières,

Plus en détail

En tout état de cause, il faudra demander vos prestations le plus souvent au travers d un formulaire car elles ne sont pas automatiques.

En tout état de cause, il faudra demander vos prestations le plus souvent au travers d un formulaire car elles ne sont pas automatiques. Si vous remplissez certaines conditions vous pourrez avoir droit à l allocation veuvage, à la retraite de réversion, à certaines aides pour la famille et le logement. Faites attention aux possibles récupérations

Plus en détail

Le Contrat de Sécurisation Professionnelle

Le Contrat de Sécurisation Professionnelle 13/02/2015 Le Contrat de Sécurisation Professionnelle Le contrat de sécurisation professionnelle (CSP) est destiné aux salariés des entreprises de moins de 1 000 salariés visées par une procédure de licenciement

Plus en détail

Références. Conditions d admission (en plus des conditions générales d admission à l aide sociale) :

Références. Conditions d admission (en plus des conditions générales d admission à l aide sociale) : C14 Allocation compensatrice tierce personne (ACTP) Depuis la mise en œuvre au 01/01/2006 de la loi du 11 février 2005 instaurant la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) remplaçant l Allocation

Plus en détail

Bailleurs. Vous venez de déclarer à la Caf un impayé de loyer. Tout ce que vous devez savoir sur la procédure d impayé...

Bailleurs. Vous venez de déclarer à la Caf un impayé de loyer. Tout ce que vous devez savoir sur la procédure d impayé... Bailleurs Vous venez de déclarer à la Caf un impayé de loyer. Tout ce que vous devez savoir sur la procédure d impayé... Rappel Vous venez de déclarer un impayé de loyer à la Caf, concrètement que va-t-il

Plus en détail

ADIL 33. ETUDE en 2012. Accédants à la propriété en difficulté

ADIL 33. ETUDE en 2012. Accédants à la propriété en difficulté ADIL 33 ETUDE en 2012 Accédants à la propriété en difficulté Agence Départementale d Information Logement - 105 avenue Emile Counord 33300 BORDEAUX ETUDE en 2012 ACCEDANTS A LA PROPRIETE EN DIFFICULTE

Plus en détail

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com Crédit LA CONVENTION AERAS S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé 1. Qu est ce que la convention AERAS? 2. Comment fonctionne le dispositif, quels sont les types de prêts concernés? 3.

Plus en détail

a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés?

a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés? II -Congés payés a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés? Tout salarié on droit à des congés payés, dès lors qu il a travaillé, chez le même employeur, pendant un temps équivalent à

Plus en détail

ADIL 33. ETUDE en 2013. Accédants à la propriété en difficulté

ADIL 33. ETUDE en 2013. Accédants à la propriété en difficulté ADIL 33 ETUDE en 2013 Accédants à la propriété en difficulté Agence Départementale d Information Logement - 105 avenue Emile Counord 33300 BORDEAUX Sommaire ADIL 33 - ETUDE en 2013 Accédants à la propriété

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité.

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité. Modèle de contrat de travail à durée indéterminée 2 e modèle normal Entre : l association..... représentée par M. (le président)... d une part, et : M. demeurant.. d autre part, IL A ETE CONVENU CE QUI

Plus en détail

Activité partielle et Formation. Direccte de Franche Comté

Activité partielle et Formation. Direccte de Franche Comté Activité partielle et Formation Une mesure ancienne prévue par les partenaires sociaux dans un accord national interprofessionnel (ANI) du 21 février 1968, réactualisée par deux ANI du 13 Janvier et du

Plus en détail

SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE

SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés pour régler ses dettes et ainsi respecter ponctuellement ses échéances, elle peut tenter de rechercher avec

Plus en détail

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC Les fiches consacrées aux agents non titulaires de droit public ne concernent que les actes de recrutement (contrats

Plus en détail

Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008

Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008 Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008 Les organisations syndicales signataires : CFDT, SNECA-CGC, SUD AtlantiCA TABLE DES MATIERES L ACCORD INDEX TABLE DES MATIERES

Plus en détail

Régime de garanties collectives obligatoires. Remboursement des frais de santé au personnel salarié.

Régime de garanties collectives obligatoires. Remboursement des frais de santé au personnel salarié. Direction des Ressources Humaines Direction de l'economie RH et des Ressources Destinataires Tous services Contact GASPAR Emilia Tél : Fax : E-mail : Date de validité A partir du 1 er ' janvier 2009 Régime

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement JUIN 2014 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Maîtriser son endettement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pourquoi et

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/05/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 24 avril 2013 N de pourvoi: 12-14377 ECLI:FR:CCASS:2013:C100415 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président),

Plus en détail

MESURES D ACCOMPAGNEMENT DE LA MOBILITE EXTERNE : CONGES LONGUE DUREE

MESURES D ACCOMPAGNEMENT DE LA MOBILITE EXTERNE : CONGES LONGUE DUREE MESURES D ACCOMPAGNEMENT DE LA MOBILITE EXTERNE : CONGES LONGUE DUREE Les mesures mises en place visent à accompagner les collaborateurs porteurs d un projet professionnel en dehors du groupe CA sa et

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3175 Convention collective nationale IDCC : 1909. ORGANISMES DE TOURISME

Plus en détail

PROJET ACCORD RELATIF A LA MISE EN PLACE D'UN COMPTE EPARGNE TEMPS D ENTREPRISE

PROJET ACCORD RELATIF A LA MISE EN PLACE D'UN COMPTE EPARGNE TEMPS D ENTREPRISE PROJET ACCORD RELATIF A LA MISE EN PLACE D'UN COMPTE EPARGNE TEMPS D ENTREPRISE PREAMBULE Constatant l hétérogénéité des dispositifs de Compte Epargne Temps existant à ce jour dans l entreprise GDF SUEZ

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement JUIN 2014 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES Maîtriser son endettement sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com

Plus en détail

LE PLAN DE FORMATION

LE PLAN DE FORMATION LE I ELABORATION DU L établissement du plan de formation relève du pouvoir de direction de l employeur. C est à ce dernier de décider quels sont les salariés qui partiront en formation au cours de l année

Plus en détail

Leçon 2. La formation du contrat

Leçon 2. La formation du contrat Objectifs : Connaître les différentes étapes de la formation du contrat de crédit à la consommation. Leçon 2 La formation du contrat Afin de responsabiliser l emprunteur la loi a voulu apporter à ce dernier

Plus en détail

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 30 juin 2009 SOMMAIRE 1. Bénéficiaires de la portabilité 2. Renonciation à la portabilité

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Objet : Champ d application

Objet : Champ d application Le PARE-anticipé : mise en œuvre et sanctions Objet : Anticiper la mise en œuvre du PARE dès le préavis en cas de licenciement pour motif économique. Permettre au salarié de bénéficier : - d un entretien

Plus en détail

Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires

Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires 3 Conciliation prud homale Conciliation devant le bureau de conciliation Pour les contestations relatives au licenciement (et non sur la rupture

Plus en détail

Rapport sur la prévention et le traitement du surendettement des ménages ANNEXE 16. Observations d ORGECO TOURAINE LE FICP COMITÉ CONSULTATIF 141

Rapport sur la prévention et le traitement du surendettement des ménages ANNEXE 16. Observations d ORGECO TOURAINE LE FICP COMITÉ CONSULTATIF 141 ANNEXE 16 Observations d ORGECO TOURAINE LE FICP COMITÉ CONSULTATIF 141 142 COMITÉ CONSULTATIF LE TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT (RECEVABILITÉ ET PHASE AMIABLE) COMITÉ CONSULTATIF 143 Sommaire 1. RECEVABILITÉ...

Plus en détail

Nous vous invitons par ailleurs à transmettre, s il y a lieu, ces informations à votre expert comptable ou à votre centre de gestion.

Nous vous invitons par ailleurs à transmettre, s il y a lieu, ces informations à votre expert comptable ou à votre centre de gestion. EN PARTENARIAT AVEC Objet : Lettre avenant - Evolution des dispositions du régime d assurance Complémentaire Santé de vos salariés non cadres. Accord départemental du 3 septembre 2009. Raison sociale 1

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 25 mai 2011 relatif aux conditions dans lesquelles les établissements

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie (Ordonnance sur l assurance dommages, OAD) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 8 septembre

Plus en détail

Protection des données personnelles et refus de crédit

Protection des données personnelles et refus de crédit GUIDE PRATIQUE Protection des données personnelles et refus de crédit ÉDITION 03/2003 Sommaire PRÉSENTATION page 2 VÉRIFIER QUE VOUS N ÊTES PAS FICHÉ A LA BANQUE DE FRANCE page 3 LES EXPLICATIONS POSSIBLES

Plus en détail

Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers

Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 17 Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL 1. Définition et caractéristiques des prêts 1.1 Définition Le COSEF du 29 avril 2009 a élaboré une proposition de 10 principes pour la définition du microcrédit personnel

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT

LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS

Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS Juin 2010 Remarque : Les renseignements fournis dans ce guide étaient à jour au moment de

Plus en détail

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE)

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) indemnisation L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les 50 ans et plus L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les 50 ans et plus Pour qui? Pour vous si : vous n avez pas atteint

Plus en détail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail En principe, l ensemble des sommes versées aux salariées en contrepartie ou à l occasion du travail sont considérées comme une

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE TEMPS

LE COMPTE EPARGNE TEMPS STATUT LE COMPTE EPARGNE TEMPS Références : Décret 2004-878 du 26 août 2004, modifié par le décret 2010-531 du 20 mai 2010 ; Circulaire ministérielle N10-007135-D du 31 mai 2010 (annexe 1). Les règles

Plus en détail

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES LES HEURES SUPPLEMENTAIRES Définition Les heures supplémentaires sont toujours celles effectuées au-delà de la durée légale hebdomadaire de 35 heures ou d une durée considérée comme équivalente dans certaines

Plus en détail

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial 1. Définition Le dispositif d accueil familial concourt à la diversification des offres d hébergement proposées aux

Plus en détail

La Garantie Revenus Locatifs

La Garantie Revenus Locatifs n.v. Vander Haeghen & C s.a. Specific Insurance Underwriters Rue Des Deux Eglises 20 Tweekerkenstraat Bruxelles 1000 Brussel Tel: +32 2 526 00 10 Fax: + 32 2 526 00 11 Website : www.vdhunderwriters.be

Plus en détail

CONVENTION DE SECURISATION DE L ACCESSION SOCIALE A LA PROPRIETE DANS LE RHÔNE

CONVENTION DE SECURISATION DE L ACCESSION SOCIALE A LA PROPRIETE DANS LE RHÔNE ALLIADE CIL 2000 CILAV PROJET V5 13/12/07 CONVENTION DE SECURISATION DE L ACCESSION SOCIALE A LA PROPRIETE DANS LE RHÔNE 1 PREAMBULE : L évolution du contexte du marché immobilier de l agglomération lyonnaise

Plus en détail

Réforme des règles du contentieux prud homal

Réforme des règles du contentieux prud homal Loi de sécurisation de l emploi n 2013-504 du 14 juin 2013 5 e avertissement sur la loi entrant en vigueur au 1 er juillet Réforme des règles du contentieux prud homal Si les dispositions relatives au

Plus en détail

Vous conseiller pour les démarches clés

Vous conseiller pour les démarches clés Vous conseiller pour les démarches clés Les principales formalités DANS LES 48 H DANS LA SEMAINE DANS LE MOIS DANS LES 6 MOIS Faire la déclaration de décès au service de l Etat Civil de la mairie pour

Plus en détail