Rapport Coopératif 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport Coopératif 2013"

Transcription

1 Rapport Coopératif 2013

2 PARTICIPEZ À LA VIE COOPÉRATIVE DE VOTRE BANQUE en assistant à l Assemblée générale de votre région (voir dernière page) ; en votant les résolutions soumises au vote par le Conseil d administration si vous êtes client sociétaire ; en exprimant votre voix par correspondance si vous ne pouvez pas vous déplacer ; en exprimant votre avis ou en posant une question au Conseil d administration par écrit à l adresse suivante : Votre question sera examinée par le Conseil d administration puis présentée à l Assemblée générale des délégués le 30 mai 2013 avec la réponse individualisée qui vous sera Pour plus d informations, vous pouvez consulter le site du Crédit Coopératif Le rapport annuel document de référence 2012 sera disponible sur le site à partir du 10 avril 2013.

3 Éditorial 3 Longtemps considérée comme une économie marginale, portée par des utopistes, l économie sociale se renforce peu à peu. La crise économique et financière qui a frappé et frappe encore les économies de nombreux pays a fait vaciller nombre de certitudes. Notre époque contribue à faire mieux percevoir le rôle de l économie sociale et solidaire, son modèle, ses valeurs et ses effets sur l économie et la société. En France, un ministère de l économie sociale et solidaire, rattaché au ministère de l Économie et des finances, a été créé. Une loi-cadre est en cours d élaboration. Dans le même temps, la Banque publique d investissement voit le jour. Des fonds y seront réservés pour ceux qui entreprennent différemment pour créer des emplois pérennes, de la valeur utile dans le cadre d une gouvernance démocratique. Ces secteurs répondent aux aspirations les plus actuelles et font apparaître un monde nouveau. Sociétaire du Crédit Coopératif, la banque de l économie sociale et solidaire, votre participation active à votre Assemblée générale vous donne le pouvoir d agir pour que se développent toujours davantage cette vision différente et cette démarche volontaire. Surtout cette année où une partie significative des mandats des administrateurs du Crédit Coopératif sera renouvelée. Surtout cette année où le Crédit Coopératif fête ses 120 ans : 120 ans d histoires, la sienne et celles de ses clients, 120 ans d innovation économique, financière et sociale. En participant aux débats, en votant, vous partagez la vie coopérative de votre banque, vous renforcez sa vitalité démocratique et sa capacité d intervention. Si vous pensez, si vous dites que le pouvoir ça se partage, faites-nous signe. Jean-Louis Bancel Président du Groupe Crédit Coopératif

4 4 Assemblées générales : Du 12 avril au 17 mai 2013 auront lieu les Assemblées générales régionales du Crédit Coopératif. Elles sont au cœur de la vie démocratique de la banque. Avec les autres instances coopératives, elles permettent aux clients sociétaires et associés de se rencontrer, d échanger et de peser sur les décisions de leur banque. elle transmet le résultat des votes au Conseil d administration Assemblée générale des délégués Elle réunit au niveau national les délégués de chaque Assemblée générale régionale et des deux Assemblées spéciales. Ils reportent les votes et avis de chaque assemblée pour adopter ou refuser définitivement les résolutions. Conseil d administration Y siègent des représentants des sociétaires, dans un souci de représentation équilibrée de leurs secteurs d activité, ainsi que des représentants des clients particuliers associés, mais aussi quatre administrateurs élus par les salariés. Il détermine les stratégies de la banque en vue de servir les besoins des coopérateurs et des clients. soumet les résolutions au vote des sociétaires contrôle l exécution de cette politique et la gestion de l entreprise par la direction générale Direction générale de la banque

5 5 LE COnsEIL national DU CRÉDIT COOPÉRATIF Le Crédit Coopératif est également doté d une instance consultative, le Conseil national du Crédit Coopératif (CNCC), qui regroupe des représentants des sociétaires, des clients et partenaires. Il est représenté au Conseil d administration par un administrateur et un censeur pour porter les attentes exprimées par les sociétaires au niveau local dans les Conseils d agence et au niveau régional dans les Comités de région. Ses maîtres mots : informer et dialoguer sur tous les sujets! De l accueil téléphonique à la stratégie de développement du Crédit Coopératif en passant par les produits, les évolutions réglementaires Depuis mars 2011, il est présidé par la Conférence permanente des coordinations associatives (CPCA), représentée par Jacques Henrard. Assemblées spéciales des porteurs de parts P et C Les clients associés sont invités à y exprimer leur avis sur les résolutions proposées par le Conseil d administration. élisent leurs délégués à l Assemblée générale élisent leurs délégués à l Assemblée générale Assemblées générales régionales On y présente les comptes de l année, le bilan de l activité au niveau national et régional ainsi que les projets de résolutions. Tous les porteurs de parts sociales, personnes morales et personnes physiques peuvent y participer. Seules les personnes morales ont le droit de voter les résolutions.

6 6 Renouvellement du Conseil d administration : Les membres du Conseil d administration sont nommés pour une durée de six ans. En 2013, les mandats de huit administrateurs du Crédit Coopératif sur dix-huit arrivent à leur terme. C est à l Assemblée générale des sociétaires que revient de décider du renouvellement des mandats ou de la nomination des nouveaux administrateurs. Un choix de première importance pour la banque auquel tous les sociétaires sont associés, sur le principe «une personne, une voix». une représentation équilibrée Le Conseil d administration est le reflet de la vocation et de l activité du Crédit Coopératif. Ses administrateurs représentent la diversité des secteurs de l économie sociale et solidaire dont sont issues ses clientèles. Ce sont principalement des personnes morales qui représentent les mouvements et les fédérations professionnelles qui regroupent les sociétaires du Crédit Coopératif : fédérations de mutuelles, de coopératives ou d associations, regroupements ou associations d organismes d intérêt général. Le renouvellement des mandats des administrateurs est donc une échéance importante pour le Crédit Coopératif dont la gouvernance coopérative est fondée sur la relation ternaire entre le client sociétaire, son mouvement d appartenance et le Crédit Coopératif (voir encadré). au service des coopérateurs Le rôle du Conseil d administration est de déterminer la stratégie de la banque. Il garantit que la politique de la banque est au service des besoins bancaires et financiers de ses coopérateurs et clientèles de l économie sociale et solidaire. Pour cela, chaque administrateur s appuie sur ses compétences, son expérience, la connaissance de son secteur. Construire une banque utile Cette instance d intercoopération participe à la construction d une banque utile à tous ses sociétaires et clients grâce à la convergence d intérêts de ses acteurs. Tous les choix, toutes les recommandations du Conseil d administration font l objet d une décision collégiale. Car si la vocation naturelle de chaque administrateur est d exprimer les besoins du mouvement qui l a mandaté, il est aussi le représentant de tous les sociétaires du Crédit Coopératif. Avec, pour objectif, l intérêt des clients et la pérennité du projet coopératif de la banque.

7 7 LE saviez-vous? Le renouvellement du Conseil d administration met en lumière l un des fondements de la gouvernance du Crédit Coopératif : la relation ternaire. Elle unit : le client sociétaire (association, mutuelle, coopérative, PME-PMi ), qui détient une part du capital de la banque ; la fédération ou organisation professionnelle à laquelle il adhère et qui représente son secteur au Conseil d administration ; la banque. De cette relation stable et durable naît la capacité du Crédit Coopératif à répondre et anticiper les besoins de ses clients. un nouveau REPRÉsEnTAnT POUR LES CLIENTS PARTICULIERS Les clients particuliers sont de plus en plus nombreux à témoigner leur confiance au Crédit Coopératif en souscrivant des parts sociales. Ils disposeront donc d un deuxième administrateur au Conseil d administration de la banque de manière à garantir que leurs intérêts sont bien pris en compte. Les clients particuliers détenteurs de parts sociales P ont été invités à participer au processus de désignation de leur représentant en exprimant leur soutien aux personnes s étant portées candidates. L élection de l administrateur représentant les porteurs de parts P fera également l objet d une résolution soumise au vote des sociétaires lors des Assemblées générales régionales.

8 8 Entretien Rencontre avec Martine Clément, administratrice représentant la Caisse mutuelle de garantie des industries mécaniques et transformatrices de métaux (CMGM) au Conseil d administration du Crédit Coopératif. Comment êtes-vous entrée au Conseil d administration du Crédit Coopératif? Mon histoire personnelle avec le Crédit Coopératif remonte à de longues années J ai appris à connaître le Crédit Coopératif alors que j étais présidente d une commission du Conseil national du patronat français (CNPF). J avais pu constater alors que le Crédit Coopératif accompagnait les entreprises du secteur industriel en accordant une grande confiance à ses clients. Ce qui était rare! Ensuite, en tant que présidente de la Fédération des industries mécaniques, j ai été amenée à être en contact régulier avec les instances de la banque. Le rapprochement s est encore accentué lorsque j ai été nommée au poste de présidente de la Caisse mutuelle de garantie de la mécanique, société de caution mutuelle professionnelle. Et puis, presque tout naturellement, serais-je tentée de dire, par affinité et par proximité avec les valeurs du Crédit Coopératif, j ai accepté d entrer au Conseil d administration. Justement, quel regard portez-vous sur votre mission d administratrice? Tout d abord, un administrateur ne doit jamais oublier qu il travaille avant tout dans l intérêt du Crédit Coopératif, qu il doit œuvrer à son développement et non pas défendre les intérêts de l organisme qu il représente. Le Conseil d administration du Crédit Coopératif n est pas une tribune au service de la promotion des avantages des uns ou des autres. Un administrateur est là pour mettre ses compétences au profit du Crédit Coopératif, pour faire partager son expérience et la connaissance de son secteur. C est ce que je m efforce de faire. J ai toujours eu la mentalité PME «chevillée au cœur». C est cette dimension que je souhaite apporter au Crédit Coopératif. Qu est ce qui fait pour vous la spécificité du Crédit Coopératif? Tout d abord, son organisation, avec le rôle-clé joué par les sociétaires du Crédit Coopératif. Ensuite, la dynamique de la coopérative, qui guide son développement et qui repose sur la relation ternaire entre les sociétaires, les représentants des mouvements et la banque, que l on retrouve aussi au sein du Conseil d administration. C est ce qui fait son originalité avec la grande diversité de ses clients. Des clients affinitaires, qui partagent la même vision, les mêmes valeurs de solidarité et de partenariat que la banque. Car on ne vient pas au Crédit Coopératif simplement pour ouvrir un compte, mais aussi pour participer à un projet collectif. Enfin, la variété de ses produits. Car le Crédit Coopératif a toujours fait preuve de créativité en la matière.

9 9 Sociétariat : Le renouvellement d une partie du Conseil d administration du Crédit Coopératif sera l un des temps forts de l Assemblée générale Mais d autres projets de résolutions figurent à l ordre du jour de ce rendez-vous démocratique. La constatation de la variation du capital Le Crédit Coopératif est une société coopérative à capital variable dont 80 % sont constitués de parts sociales (A, B, C et P), que seuls les clients peuvent souscrire. Ils sont, pour la plupart, des personnes morales issues de l économie sociale et solidaire et des clients particuliers qui soutiennent leurs projets. Les 20 % restants sont constitués de certificats coopératifs d investissement (CCI), des valeurs mobilières sans droit de vote apportées par Natixis, filiale du groupe BPCE dont le Crédit Coopératif est l une des maisons-mères. Un projet de rachat par le Crédit Coopératif de ces CCI est prévu courant Il fera l objet d une résolution soumise à une Assemblée générale extraordinaire. À l issue de cette opération, 100 % du capital du Crédit Coopératif seront détenus par ses clients. La rémunération des parts sociales Une partie du résultat du Crédit Coopératif est affectée à la rémunération des parts sociales (voir page 14). Le taux d intérêt des parts sociales est proposé par le Conseil d administration et soumis au vote des sociétaires en Assemblées générales. La rémunération proposée tient compte des contraintes réglementaires et de la conjoncture des taux. La partie non distribuée du résultat annuel est mise en réserves impartageables afin de garantir la capacité du Crédit Coopératif à poursuivre le financement de l économie sociale. Répartition des clients porteurs de parts sociales au 31/12/2012 (répartition par personne juridique) 48 % Particuliers 1 % Autres (Institutionnels et divers) 26 % Associations et services d intérêt général 2 % CE / Syndicats 1 % Mutuelles 1 % Logement social 1 % Secteur public 10 % Secteur coopératif 10 % Autres entreprises et professionnels

10 10 3 questions à François Dorémus, directeur général du Crédit Coopératif. «Nos résultats montrent que le Crédit Coopératif demeure un véritable partenaire pour ses clients sociétaires» Quelle est votre lecture de l activité du Crédit Coopératif en 2012? 2012 aura été une bonne année en termes d activité commerciale, témoignant que la confiance de nos sociétaires et clients est toujours manifeste. Nos ressources de bilan ont augmenté de 9 % et le total de la collecte de 4 %, c est-à-dire une variation plus importante que nos prévisions et supérieure à celle du secteur bancaire. De même, le volume des crédits aux clientèles du Groupe a lui aussi connu une progression conséquente (+14 %), illustrant l accompagnement des projets de nos clients par leur banque coopérative. Dans un contexte économique morose, notre activité est donc restée favorable ; toutefois, notre performance a été amoindrie par la conjoncture financière, avec une conséquence sur nos résultats. Comment expliquer ce décalage? Comme toutes les banques, le Crédit Coopératif a été pénalisé par la conjoncture des taux. Quand le taux du Livret A s est maintenu à 2,25 % tout au long de l année 2012, tous les autres taux n ont cessé de baisser. Le coût des ressources confiées par nos clients est donc resté élevé alors que le rendement des crédits, lui, a baissé. Par ailleurs, nos frais généraux ont progressé pour deux raisons principales : le maintien de notre haut niveau d investissement pour adapter notre modèle et notre offre aux attentes de nos sociétaires et clients, et le poids des évolutions réglementaires. Enfin, le coût du risque, exceptionnellement faible en 2011 en raison de reprises de provisions, s est élevé à 49 millions d euros, du fait des difficultés économiques de certains de nos secteurs de clientèles. Ceci explique que le résultat net n atteint pas pour 2012 les performances de 2011, mais reste à un bon niveau pour le Crédit Coopératif, et globalement conforme à nos prévisions. Quelles sont les perspectives pour l année à venir? L activité commerciale devrait rester soutenue, mais, dans le même temps, la conjoncture financière continuera d avoir un impact sur notre modèle. Traditionnellement centré sur le financement de l économie réelle, le Crédit Coopératif devra rester vigilant sur son coût du risque, tout en restant dynamique dans l accompagnement de ses sociétaires et clients, y compris ceux qui font face à un contexte incertain. Pour autant, si 2013 semble devoir être plus difficile sur le plan économique, nous vivons également un réel développement de l appétence pour les solutions portées par l économie sociale et solidaire. Ainsi, nos sociétaires et clients doivent avoir une pleine confiance dans la capacité de l ensemble des équipes du Crédit Coopératif à se mobiliser pour les écouter et satisfaire leurs attentes.

11 11 Chiffres clés au 31 décembre RÉSULTATS* (en millions d euros) Produit net bancaire 423,3 406,3 Résultat brut d exploitation 103,5 108,3 Résultat net (part du Groupe) 27,2 51,2 ACTIVITÉ (en milliards d euros) Encours de crédits 11,5 10 Encours des ressources 10 9,1 Autres Nombre de clients actifs dont personnes morales Nombre d agences Crédit Coopératif Nombre d agences BTP Banque Salariés (unité écononomique et sociale du Crédit Coopératif) * Résultats estimés à la date de parution. À confirmer lors du Conseil d administration du 6 mars Quelques faits marquants 2,15 milliards d euros de crédits ont été réalisés en 2012 par le Groupe Crédit Coopératif. Le Crédit Coopératif a été admis en 2012 au sein du réseau Global Alliance for Banking on Values (GABV), qui réunit à l échelle du monde 21 banques qui ont en commun de placer l humain, l environnement et la transparence au cœur de leur activité bancaire. En parallèle de son activité de financeur, le Crédit Coopératif s engage, sous forme de mécénat (direct et via sa fondation), de partenariats non commerciaux et de temps consacré, à soutenir des projets et des organisations qui participent à la construction d une société plus harmonieuse. En 2012, ce soutien s est élevé à 3,2 millions d euros. Le Crédit Coopératif a renforcé son offre de banque à distance en proposant à ses clients particuliers un nouveau site Internet et une application mobile.

12 12 Le circuit de l argent au CRÉDIT COOPÉRATIF Bilan du Groupe Crédit Coopératif 2012 D où vient l argent? Les ressources dépôts des Particuliers 33 %* dépôts des entreprises, associations et services d intérêt général 67 %* Ressources obligataires et hors clientèle Capitaux propres Total des ressources Où va l argent? Les emplois crédits aux Particuliers 9 %* crédits aux associations et services d intérêt général 40 %* crédits aux Entreprises 51 %* autres Emplois Immo. (1) et divers associations et services d intérêt général 100 % Personnes âgées et santé 23 % Handicap 15 % Secteur public 25 % Logement social 11 % Associations familiales et sociales 9 % Formation, enseignement, recherche 7 % Environnement, culture, tourisme, sport 4 % Divers 6 % * Proportion calculée sur le seul périmètre Crédit Coopératif et BTP Banque. (1) Immobilisations. Entreprises 100 % Coopération et groupements 47 % - dont distribution 37 % - dont Scop 3 % - dont coopératives agricoles / d artisans / du transport / divers 7 % Éco-activités 9 % PMI 16 % PME de services 7 % Entreprises du BTP 11 % Divers 10 %

13 13 Les ressources Les Dépôts de la clientèle En déposant leurs liquidités, les clients apportent à la banque des ressources financières, non rémunérées (comptes-chèques) ou rémunérées aux taux des produits d épargne. Ces dépôts constituent les principales ressources de la banque et permettent de financer les crédits à la clientèle. les Ressources obligataires et hors clientèle Le Crédit Coopératif, qui réalise de nombreux crédits à moyen et long termes, ne peut les financer avec les seuls dépôts de la clientèle dont la plupart peuvent être retirés à tout moment. Pour gérer ce «risque de liquidité», il complète ses ressources par des emprunts à moyen et long termes, soit auprès d institutions financières publiques, soit en émettant des obligations ou titres assimilés. Dans une moindre mesure, la banque obtient des ressources de court terme auprès d autres institutions financières. les capitaux propres Les capitaux propres sont constitués du capital, essentiellement apporté par les clients, et des bénéfices non distribués mis en réserves. Y figurent également les intérêts minoritaires, correspondant à la part détenue par les actionnaires minoritaires dans les filiales. Les emplois les Crédits à la clientèle Plus de 77 % des ressources totales de la banque sont utilisés pour réaliser des crédits à la clientèle. Le Crédit Coopératif finance des secteurs à forte valeur ajoutée sociale et environnementale, ancrés dans l économie réelle. Associations du secteur sanitaire et médico-social, logement social, formation, entreprises coopératives ou groupées, PME du commerce et de l industrie, éco-activités Au total, 64 % des crédits concernent des organismes d intérêt général et des entreprises d économie sociale. les autres emplois La banque dispose d un excédent de trésorerie, qui est placé à court terme essentiellement auprès d autres banques, de manière à pouvoir être mobilisé rapidement en cas de besoin. Le Crédit Coopératif possède également des participations minoritaires. Il détient, par exemple, 1 % de BPCE. Les autres participations sont, pour l essentiel, des sociétés d investissement dans des entreprises d économie sociale ou des PME/PMI. Les immobilisations Elles désignent les actifs immobiliers et les autres biens amortissables (matériels, logiciels). Le Crédit Coopératif est propriétaire de son siège social et de certaines de ses agences, mais n effectue pas d investissements immobiliers à caractère financier.

14 14 FORmATIOn ET AFFECTATIOn DU RÉSULTAT Le compte d exploitation du Groupe Crédit Coopératif 2012 Comment se sont formés ses revenus? marge D intérêts SUr L ACtivitÉ BANCAirE 70 % SErviCES BANCAirES 26 % DivErS 4 % de revenus NETS (PNB) Comment ont-ils été utilisés? ExpLoitAtioN 32 % ressources humaines 43 % CoÛt DU risque 12 % DivErS 2 % impôts 4 % résultat DU groupe 6,4 % DoNt BÉNÉFiCE DiStriBUABLE DU CrÉDit CoopÉrAtiF 25,8 m dont 3,2 millions d euros consacrés au soutien d actions d intérêt général BÉNÉFiCE CoNSErvÉ 28 % rémunération DU CApitAL Et ristourne CoopÉrAtivE 72 %

15 15 Les revenus marge d intérêts sur l activité bancaire Ces revenus correspondent à la différence entre, d une part, les intérêts perçus sur les crédits aux clients et les placements de trésorerie de la banque, et, d autre part, les intérêts versés aux épargnants et aux autres sources de financement. Services bancaires Ces revenus correspondent aux commissions perçues sur les services rendus aux clients (tenue de compte, moyens de paiement, constitution des dossiers de crédits, services de banque à distance, gestion des OPCVM...) diminuées des charges payées à certains prestataires pour réaliser ces opérations. Divers Les autres revenus nets incluent principalement le résultat de cession de certains titres financiers. Leur utilisation ressources humaines Elles comprennent les salaires, les charges sociales et les autres taxes liées aux rémunérations. exploitation Ce poste correspond aux achats et charges générales de la banque : loyers, moyens généraux, informatique, communication, ainsi que le mécénat et autres actions d intérêt général. coût du risque Il représente les pertes et les provisions que la banque doit constater lorsqu un crédit n est pas remboursé, après prise en compte des garanties. DIVERS Ce poste comprend les ajustement financiers et les intérêts minoritaires. impôts Ce poste correspond aux divers impôts et taxes payés sur les activités de la banque et à l impôt sur les sociétés calculé sur le résultat. bénéfice Le bénéfice distribuable (résultat du Crédit Coopératif et report à nouveau) est affecté selon les principes coopératifs : à la constitution de réserves pour le développement et la capacité de crédit de la banque ; à la rémunération du capital ; au versement d une ristourne coopérative aux sociétaires emprunteurs.

16 PARTICIPEZ À VOTRE ASSEMBLÉE Chaque Assemblée générale régionale est suivie d un forum ou d un événement dont vous trouverez le détail ci-dessous : TOuLOusE, Balma vendredi 12 avril 2013 Coopératives, il en faut plus. nantes, saint-herblain mercredi 17 avril 2013 La responsabilité sociétale de l entreprise : levier d innovations pour l économie sociale et solidaire. CLERmOnT-FERRAnD mercredi 17 avril 2013 Esprit coopératif : vecteur d innovation. CAEn, Hérouville-st-Clair jeudi 18 avril 2013 «Agir pour les femmes en Afrique» avec l association Lysistrata et Titouan Lamazou, «un navigateur solitaire, un artiste solidaire». nancy jeudi 18 avril 2013 Animation théâtrale : le cirque Gones présente son spectacle «Wunderbar». BEsAnÇOn, Pirey jeudi 18 avril 2013 Les Jardins de Cocagne : cultivons la solidarité. CARCAssOnnE vendredi 19 avril 2013 Banque coopérative, valeurs d avenir. Comment concilier économie, éthique et solidarité? LYOn vendredi 19 avril 2013 Mutations sociales et habitat : quelles innovations? BORDEAuX, saint-selve mardi 23 avril 2013 L innovation dans nos organisations : un moteur de croissance porteur d avenir. PAu, Assat jeudi 25 avril 2013 L économie sociale, des pistes de réussites dans la conjoncture actuelle. ROuEn mardi 14 mai 2013 Ces commerçants qui innovent face au recul de la consommation. BRIVE-LA-gAILLARDE mardi 14 mai 2013 Inauguration de la nouvelle agence de Brive-la-Gaillarde. AmIEns, guise mardi 14 mai 2013 Visite du familistère de Guise. PARIs, nanterre mardi 14 mai 2013 Appuyer et financer l innovation sociale. DIJOn mardi 14 mai 2013 Donnons de la valeur à l épargne : les produits de partage. montpellier mardi 14 mai 2013 Les banques «durables» sont-elles performantes et innovantes? marseille mercredi 15 mai 2013 La culture : une chance pour la Provence, la France et l Europe? Un moyen d inventer le futur? LEns mercredi 15 mai 2013 Musée du Louvre-Lens : visite privée de la Galerie du temps. strasbourg mercredi 15 mai 2013 Finance éthique et alternative des acteurs européens solidaires, au service du développement en région. BREsT, guipavas jeudi 16 mai 2013 Quels leviers de développement pour l économie sociale? POITIERs, Ligugé jeudi 16 mai 2013 Le Crédit Coopératif, acteur de l innovation aux côtés des sociétaires : témoignages en Poitou-Charentes. ORLÉAns, st-jean-de-braye jeudi 16 mai ans d innovations sociales avec nos sociétaires. REIms vendredi 17 mai ans d innovations financières. réf. : goz 03/13 Crédit Coopératif Société coopérative anonyme de Banque populaire à capital variable rcs Nanterre ApE 6419 Z N orias , boulevard pesaro CS Nanterre cedex illustration : Artus BythewayCreacom imprimé sur du papier 100 % recyclé de post-consommation. retrouvez-nous sur facebook et twitter

vous souhaitez exprimer votre avis, avoir une information ou adresser vos questions au Conseil d administration pour préparer votre participation à

vous souhaitez exprimer votre avis, avoir une information ou adresser vos questions au Conseil d administration pour préparer votre participation à Rapport Coopératif 2012 vous souhaitez exprimer votre avis, avoir une information ou adresser vos questions au Conseil d administration pour préparer votre participation à votre Assemblée générale? vous

Plus en détail

Échangez, débattez, votez!

Échangez, débattez, votez! la revue des sociétaires du Crédit Coopératif #01 mars 2014 tous banquiers! Rapport coopératif 2013 Échangez, débattez, votez! Les résultats p. 04 Le circuit de l argent «say on pay» p. 09 La rémunération

Plus en détail

6 mars 2015 GROUPE CREDIT COOPERATIF Activité soutenue et résultat net en hausse

6 mars 2015 GROUPE CREDIT COOPERATIF Activité soutenue et résultat net en hausse Communiqué de presse 6 mars 2015 GROUPE CREDIT COOPERATIF Activité soutenue et résultat net en hausse Le Groupe Crédit Coopératif a connu en 2014 une activité commerciale de bon niveau qui a permis d obtenir

Plus en détail

Un système de garantie et de solidarité bénéficie à l ensemble des établissements de crédit affiliés à BPCE.

Un système de garantie et de solidarité bénéficie à l ensemble des établissements de crédit affiliés à BPCE. Mai 2011 En bref PROFIL Le Groupe BPCE est le deuxième groupe bancaire en France, avec 36 millions de clients, 8 millions de sociétaires et 125 000 collaborateurs. Constitué des réseaux des Banques Populaires

Plus en détail

FAITES ENTENDRE VOTRE VOIX!

FAITES ENTENDRE VOTRE VOIX! LA REVUE DES SOCIÉTAIRES DU CRÉDIT COOPÉRATIF #05 MARS 2015 TOUS BANQUIERS! Rapport coopératif 2014 ASSEMBLÉES GÉNÉRALES RÉGIONALES 2015 : FAITES ENTENDRE VOTRE VOIX! COMPRENDRE p. 06 Les résolutions soumises

Plus en détail

La Banque de Savoie, une année florissante

La Banque de Savoie, une année florissante Communiqué de presse le 15 mai 2014, à Chambéry, La Banque de Savoie, une année florissante A l occasion de son Assemblée Générale qui s est tenue au Siège Social, le 22 avril 2014, la Banque de Savoie

Plus en détail

Economie autrement quinzaine du Narthex 19-11-2014

Economie autrement quinzaine du Narthex 19-11-2014 Economie autrement quinzaine du Narthex 19-11-2014 2 LE CREDIT COOPERATIF Ø banque à part entière, Ø banque coopérative actrice d une finance patiente, Ø banque engagée, Ø banque de l économie sociale

Plus en détail

avec La Région s engage et pour l emploi

avec La Région s engage et pour l emploi avec La Région s engage pour le financement des PME et pour l emploi 2 Financer les projets des petites et moyennes entreprises La Banque Publique d Investissement Pays de la Loire a été inaugurée au début

Plus en détail

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40%

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40% COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 18 FEVRIER 2013 Résultats 2012. L UFF enregistre un résultat net consolidé de 15,2 M et une collecte nette de 49 M Une activité stable, grâce à une bonne adaptation de l

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

CM10-CIC Le groupe mutualiste poursuit son développement et confirme sa solidité financière

CM10-CIC Le groupe mutualiste poursuit son développement et confirme sa solidité financière CM10-CIC Le groupe mutualiste poursuit son développement et confirme sa solidité financière Le développement commercial s est poursuivi en 2011 avec, comme objectif concrétisé, le financement de l économie

Plus en détail

J envisage de reprendre une entreprise Dossier de demande d avance

J envisage de reprendre une entreprise Dossier de demande d avance AIDE AUX TRES PETITES ENTREPRISES J envisage de reprendre une entreprise Dossier de demande d avance Vous devez déposer votre dossier avant de réaliser vos projets Comment remplir votre dossier de demande

Plus en détail

FRANCE ACTIVE ET L EPARGNE SOLIDAIRE

FRANCE ACTIVE ET L EPARGNE SOLIDAIRE FRANCE ACTIVE ET L EPARGNE SOLIDAIRE 1 PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE FRANCE ACTIVE 2 FRANCE ACTIVE Association créée en 1988 Fondateurs Fondation de France Caisse des dépôts et consignations Crédit Coopératif

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE UNE BANQUE LE CRÉDIT AGRICOLE TOULOUSE 31

COMMUNIQUÉ DE PRESSE UNE BANQUE LE CRÉDIT AGRICOLE TOULOUSE 31 COMMUNIQUÉ DE PRESSE ACTIVITÉS ET RÉSULTATS 2014 LE CRÉDIT AGRICOLE TOULOUSE 31 UNE BANQUE LEADER SUR SON TERRITOIRE CONQUÉRANTE SUR DE NOUVEAUX MARCHÉS INNOVANTE DANS SES SERVICES ET TOUJOURS PROCHE DE

Plus en détail

Charte de gouvernement d entreprise du Crédit Coopératif

Charte de gouvernement d entreprise du Crédit Coopératif Charte de gouvernement d entreprise du Crédit Coopératif Adoptée par le Conseil d administration du 15 septembre 2005 1 PREAMBULE Le Groupe CREDIT COOPERATIF constitue une branche spécialisée de la coopération

Plus en détail

CIC Activité commerciale toujours en croissance

CIC Activité commerciale toujours en croissance Paris, le 26 juillet 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE CIC Activité commerciale toujours en croissance Résultats au 30 juin 2012(1) Résultats financiers - Produit net bancaire 2 228 M - Résultat brut d exploitation

Plus en détail

Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)?

Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)? Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)? M o d e d e m p l o i d e s p r ê t s a c c o r d é s a u x s t r u c t u r e s d u t i l i t é s o

Plus en détail

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon Debate 7. Muriel Nivert-Boudou DG Cress LR www.cresslr.org www.coventis.org Bref historique de l ESS en France L Economie sociale est née et a pris son essor

Plus en détail

Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière

Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 février 2014 Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière Résultats au 31 décembre 2013 Produit net bancaire 4

Plus en détail

EN CLAIR. Le guide de ceux qui entreprennent autrement PLACEMENTS. n 02. bien. comment

EN CLAIR. Le guide de ceux qui entreprennent autrement PLACEMENTS. n 02. bien. comment EN CLAIR Le guide de ceux qui entreprennent autrement n 02 PLACEMENTS comment bien 2 en clair Placements : clés pour choisir Livrets d épargne, comptes à terme, titres de créance négociables, OPCVM Il

Plus en détail

J envisage d investir

J envisage d investir AIDE AUX TRES PETITES ENTREPRISES J envisage d investir Dossier de demande d avance Vous devez déposer votre dossier avant de réaliser vos projets Comment remplir votre dossier de demande d aide? Pour

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE 65 TABLEAU COMPARATIF Texte du projet de loi Texte adopté par l Assemblée nationale Propositions de la Commission PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ÉQUILIBRE FINANCIER

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Paris, le 13 novembre 2013 Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Pour toute information complémentaire, consultez la présentation complète disponible sur le site internet du Groupe BPCE : www.bpce.fr

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE N 22 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 octobre 2008 PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE pour le financement de l économie, ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE,

Plus en détail

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 18 mars 2009 RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création 2010 : mise en marché d activités

Plus en détail

code d éthique et de déontologie

code d éthique et de déontologie code d éthique et de déontologie Notre éthique et notre déontologie Le Code d éthique et de déontologie a été adopté le 22 avril 2006 par la Chambre Syndicale après un large débat et des échanges approfondis,

Plus en détail

Conseil d Orientation et de Surveillance (COS) Directoire. Didier Patault. Pascal Chabot. Victor Hamon. Martine Poignonnec.

Conseil d Orientation et de Surveillance (COS) Directoire. Didier Patault. Pascal Chabot. Victor Hamon. Martine Poignonnec. CAISSE D EPARGNE : banque régionale qui finance l économie locale LA BANQUE. NOUVELLE DÉFINITION. LE MESSAGE DES PRÉSIDENTS En 2011, la Caisse d Epargne Bretagne Pays de Loire, malgré un contexte de tension

Plus en détail

Etre societaire, pour vivre la banque autrement.

Etre societaire, pour vivre la banque autrement. PREAMBULE Se fondant tout particulièrement sur la notion de valeurs, les coopératives ont montré qu elles constituaient un modèle commercial, robuste et viable, susceptible de prospérer même pendant les

Plus en détail

La protection sociale obligatoire du chef d entreprise indépendant

La protection sociale obligatoire du chef d entreprise indépendant La protection sociale obligatoire du chef d entreprise indépendant www.rsi.fr Le RSI a pour mission d assurer la protection sociale obligatoire de 6,1 millions de chefs d entreprise indépendants actifs

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

Analyse Financière. A souscrire. INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme

Analyse Financière. A souscrire. INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme Augmentation de capital et admission au marché principal de la cote de la bourse par Offre à Prix Ferme auprès du public de 1 million d actions nouvelles

Plus en détail

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME MAI 2006 LES ARTICLES > ARTICLE 1 ER périmètre et objectifs page 2 > ARTICLE 2 soutien de l esprit d entreprise en favorisant la création ou la reprise d entreprises

Plus en détail

«Donnons du crédit DES SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE POUR ACCOMPAGNER VOS PROJETS ASSOCIATIONS ET ENTREPRISES SOLIDAIRES.

«Donnons du crédit DES SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE POUR ACCOMPAGNER VOS PROJETS ASSOCIATIONS ET ENTREPRISES SOLIDAIRES. ASSOCIATIONS ET ENTREPRISES SOLIDAIRES DES SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE POUR ACCOMPAGNER VOS PROJETS «Donnons du crédit à l emploi» Avec le soutien de >> QUI EST FRANCE ACTIVE? Association créée

Plus en détail

Résultats du 2 ème trimestre 2011

Résultats du 2 ème trimestre 2011 Résultats du 2 ème trimestre 2011 Des résultats en croissance, soutenus par l activité bancaire RNPG T2 2011 : 11,7 M, +21 % RNPG S1 2011 : 22,8 M, +27 % Produit net bancaire 52,9 55,4 5 % 100,8 112,2

Plus en détail

APPEL À PRESTATAIRES

APPEL À PRESTATAIRES APPEL À PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Le secteur bancaire Place et spécificités des banques coopératives Avril 2011 Dossier suivi par l Observatoire Régional de l Économie Sociale et Solidaire 42 rue

Plus en détail

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 *** Nous sommes réunis ici à Villejuif, à l hôpital

Plus en détail

ENVIE D ENTREPRENDRE AUTREMENT?

ENVIE D ENTREPRENDRE AUTREMENT? ENVIE D ENTREPRENDRE AUTREMENT? Guide des finances solidaires et de l accompagnement Avec le soutien de nos partenaires : LA FINANCE SOLIDAIRE : DE QUOI PARLE-T-ON? L objectif de la finance solidaire est

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

La Banque Postale propose aux collectivités locales une nouvelle offre de crédit court terme

La Banque Postale propose aux collectivités locales une nouvelle offre de crédit court terme COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 20 juin 2012 La Banque Postale propose aux collectivités locales une nouvelle offre de crédit court terme Acteur engagé avec La Poste dans le développement des territoires,

Plus en détail

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? La Société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour objet l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier locatif

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Professions libérales Artisans Commerç ants Petites entreprises Auto-entrepreneurs FINANCER VOTRE ACTIVITÉ

Professions libérales Artisans Commerç ants Petites entreprises Auto-entrepreneurs FINANCER VOTRE ACTIVITÉ Professions libérales Artisans Commerç ants Petites entreprises Auto-entrepreneurs FINANCER VOTRE ACTIVITÉ VOUS AVEZ DES BESOINS PROS NOUS AVONS DES SOLUTIONS PROS Pour vos projets et vos investissements,

Plus en détail

Le financement de l ESS par la BPI en France

Le financement de l ESS par la BPI en France 1 Le financement de l ESS par la BPI en France Encourager un moteur du développement urbain local Cette fiche utile se propose de revenir sur l importance de l Economie Sociale et Solidaire pour les territoires

Plus en détail

Pour bien démarrer et pour durer!

Pour bien démarrer et pour durer! oseo.fr OSEO Document non contractuel Conception-Réalisation : W & CIE Réf. : 6522-04 Septembre 2009 Ce document est imprimé sur du papier fabriqué à 100 % à base de fibres provenant de forêts gérées de

Plus en détail

Loire Active et la Caisse d Epargne Loire-Drôme- Ardèche mettent le cap vers les jeunes de moins de 26 ans!

Loire Active et la Caisse d Epargne Loire-Drôme- Ardèche mettent le cap vers les jeunes de moins de 26 ans! Saint-Etienne, le 18 mars 2013 Loire Active et la Caisse d Epargne Loire-Drôme- Ardèche mettent le cap vers les jeunes de moins de 26 ans! Vendredi 15 mars 2013, Loire Active et la Caisse d Epargne Loire-Drôme-Ardèche

Plus en détail

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances Association internationale de la sécurité sociale Colloque des directeurs d'institutions de sécurité sociale des pays francophones d'afrique Limbé, Cameroun, 28-30 janvier 2004 Investissement des réserves

Plus en détail

le groupe en bref Chiffres clés 2012

le groupe en bref Chiffres clés 2012 le groupe en bref Chiffres clés 2012 profil Le groupe Crédit Agricole est le leader de la banque universelle de proximité en France et l un des tout premiers acteurs bancaires en Europe. Premier financeur

Plus en détail

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 :

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : BTS BANQUE L épargne solidaire 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : Fondée sur un principe de responsabilité et de fraternité, l épargne solidaire se caractérise par le choix de l épargnant

Plus en détail

Éthique et banques coopératives : les occasions manquées de la sphère financière mutualiste française!

Éthique et banques coopératives : les occasions manquées de la sphère financière mutualiste française! Éthique et banques coopératives : les occasions manquées de la sphère financière mutualiste française! «Éthique et responsabilité sociale des banques : aux confins de leur responsabilité juridique» (Colloque

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

TABLEAU DE BORD POUR ELUS

TABLEAU DE BORD POUR ELUS TABLEAU DE BORD POUR ELUS I. Fonctions et tâches d élus de SFD (séance de 2H 30) Dans un système financier décentralisé, les élus occupent une place centrale dans la gouvernance de l institution. En particulier,

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

Animé par : Martin DELATTE. Animé par : Catherine GRIMOND

Animé par : Martin DELATTE. Animé par : Catherine GRIMOND Salariés, Accompagnement reprenez votre entreprise et aides pour financières assurer sa de pérennité Pôle Emploi Martin DELATTE Catherine GRIMOND Sommaire Introduction Qu est ce qu une Scop Les enjeux

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE

CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : Cité de l Agriculture - chemin de la Bretèque - 76230 BOIS-GUILLAUME Siret 433 786 738 00016 - APE

Plus en détail

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

hexagone convertibles Fonds d Investissement de Proximité

hexagone convertibles Fonds d Investissement de Proximité hexagone convertibles Fonds d Investissement de Proximité hexagone convertibles Fonds d Investissement de Proximité Article L214-41-1 du Code monétaire et financier Agrément AMF du 24 août 2010 Le FIP

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

Plus de 2 600 emplois créés ou sauvegardés et 850 entreprises accompagnées et financées grâce à l action du réseau Initiative Bretagne

Plus de 2 600 emplois créés ou sauvegardés et 850 entreprises accompagnées et financées grâce à l action du réseau Initiative Bretagne Communiqué de presse Paris, le 24 avril 2014 RESULTATS 2013 Plus de 2 600 emplois créés ou sauvegardés et 850 entreprises accompagnées et financées grâce à l action du réseau Initiative Bretagne Initiative

Plus en détail

Règlement intérieur. Plateforme France Initiative. du Pays du centre Bretagne

Règlement intérieur. Plateforme France Initiative. du Pays du centre Bretagne Règlement intérieur Plateforme France Initiative du Pays du centre Bretagne Centre Bretagne Initiative 5 r u e F e r d i n a n d L e T é n o B P 1 2-2 2 2 1 0 P L E M E T Tél. : 02 96 66 32 22 - Fax :

Plus en détail

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME transmission oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6521-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME transmission oser pour gagner! Vous voulez reprendre une entreprise? Les opportunités

Plus en détail

Banque Populaire de l Ouest : des résultats 2013 de bonne facture

Banque Populaire de l Ouest : des résultats 2013 de bonne facture Communiqué de presse Rennes, le 18 avril 2014 Banque Populaire de l Ouest : des résultats 2013 de bonne facture En 2013, la Banque Populaire de l Ouest a injecté 1,5 milliard de nouveaux financements dans

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

Évaluation citoyenne des banques - ATTAC et Les Amis de la Terre

Évaluation citoyenne des banques - ATTAC et Les Amis de la Terre Évaluation citoyenne des banques - ATTAC et Les Amis de la Terre Spéculation et prises de risques 1. Votre groupe bancaire a-t-il des filiales, ou participations dans des filiales, domiciliées dans les

Plus en détail

RÉSULTATS SEMESTRIELS

RÉSULTATS SEMESTRIELS RÉSULTATS SEMESTRIELS 7 octobre 2 Sommaire 1 2 3 4 5 6 7 Chiffres clés Activité commerciale financiers Coût du risque Fonds propres Conclusion Annexe 3 Faits marquants Acquisition en décembre 2003 de Banque

Plus en détail

D I S T I N C T I O N C O O P É R AT I V E 2 0 1 1 COOPÉRER POUR CRÉER L AVENIR

D I S T I N C T I O N C O O P É R AT I V E 2 0 1 1 COOPÉRER POUR CRÉER L AVENIR D I S T I N C T I O N C O O P É R AT I V E 2 0 1 1 COOPÉRER POUR CRÉER L AVENIR démocratie égalité équité Coopérer pour crée l avenir Pour un monde + responsable + équitable + durable En faisant affaire

Plus en détail

Révéler jeunes talents et patrimoines d Ile-de-France

Révéler jeunes talents et patrimoines d Ile-de-France Révéler jeunes talents et patrimoines d Ile-de-France Depuis plus de cent ans, le Crédit Agricole d Ile-de-France porte les valeurs mutualistes qui ont présidé à sa naissance : la responsabilité, la proximité

Plus en détail

PhiTrust Impact FCPI PHITRUST INNOVATION. Investors

PhiTrust Impact FCPI PHITRUST INNOVATION. Investors PhiTrust Impact Investors FCPI PHITRUST INNOVATION Le FCPI présente un risque de perte en capital et de liquidité ; une part importante des actifs est investie dans des sociétés innovantes non cotées et

Plus en détail

S informer sur. Les obligations

S informer sur. Les obligations S informer sur Les obligations Octobre 2012 Autorité des marchés financiers Les obligations Sommaire Qu est-ce qu une obligation? 03 Quel est le rendement? 04 Quels sont les risques? 05 Quels sont les

Plus en détail

La Région facilite l accès au crédit bancaire des entreprises de l économie sociale et solidaire

La Région facilite l accès au crédit bancaire des entreprises de l économie sociale et solidaire Mercredi 22 juin 2011 La Région facilite l accès au crédit bancaire des entreprises de l économie sociale et solidaire Muriel PIN 04 67 22 93 87 /// 06 07 76 82 05 pin.muriel@cr-languedocroussillon.fr

Plus en détail

Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation

Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation Mercredi 2 mars 2016 Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation Chiffre d affaires consolidé de 798,0 M, en progression de 4,1 % en publié et 4,6 % en

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE DECEMBRE 2014 Etabli en application des dispositions de l article R. 823-21 du Code de commerce 1 Préambule Le présent rapport établi par la Société Thierry MOREL & Associés

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES EN FRANCE ET DANS LE TARN

LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES EN FRANCE ET DANS LE TARN Préfecture du Tarn LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES EN FRANCE ET DANS LE TARN Mise en place à l initiative du président de la République, le 27 octobre 2008, la médiation du crédit aux entreprises

Plus en détail

Les produits proposés aux entreprises

Les produits proposés aux entreprises ENTREPRISES ASSOCIATIONS PLACEMENTS GESTION DE TRÉSORERIE PLACEMENTS CŒUR DE GAMME Les produits proposés aux entreprises 2 Le compte à terme Notre gamme de comptes à terme permet d optimiser la rémunération

Plus en détail

Le fonds de dotation. Titre. www.artisandumonde.org

Le fonds de dotation. Titre. www.artisandumonde.org Le fonds de dotation d Artisans du Monde Faire un don Pour construire un monde plus juste au Nord comme au Sud Titre Crédit photo : Ellas Cuentan www.artisandumonde.org 1 Fonds de dotation d Artisans du

Plus en détail

Confirmation du dynamisme commercial et renforcement de l assise financière

Confirmation du dynamisme commercial et renforcement de l assise financière Le Groupe Crédit Mutuel Centre Est Europe Sud-Est Ile-de-France Savoie-Mont Blanc et CIC en 2007 Confirmation du dynamisme commercial et renforcement de l assise financière Résultat net : 2 161 millions

Plus en détail

Caisse Régionale de Crédit Agricole de Toulouse et du Midi-Toulousain

Caisse Régionale de Crédit Agricole de Toulouse et du Midi-Toulousain Caisse Régionale de Crédit Agricole de Toulouse et du Midi-Toulousain Société coopérative à capital variable, agréée en tant qu établissement de crédit, régie par les dispositions du Livre V du Code Monétaire

Plus en détail

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Bienvenue à Loire-Centre Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Présentation Le Groupe BPCE 2 Un groupe puissant et solide Les groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne se sont unis pour créer

Plus en détail

LA MEDICALE VIE-PREVOYANCE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 50-56 rue de la Procession - 75015 PARIS

LA MEDICALE VIE-PREVOYANCE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 50-56 rue de la Procession - 75015 PARIS LA MEDICALE VIE-PREVOYANCE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 50-56 rue de la Procession - 75015 PARIS ASSEMBLEE GENERALE du 4 OCTOBRE 2012 Le quatre octobre deux mille douze

Plus en détail

Finances Conseil Méditerranée / ESIA

Finances Conseil Méditerranée / ESIA Finances Conseil Méditerranée / ESIA - Financement des TPE - Financement des entreprises responsables - Dispositif CEDRE 25 avril 2013 QUI EST ESIA? Un outil de développement local créé en 2001 par la

Plus en détail

Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois de 2011. 10 novembre 2011

Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois de 2011. 10 novembre 2011 Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois de 2011 10 novembre 2011 Avertissement Cette présentation peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies au titre de l information sur

Plus en détail

Il était une fois WiSEED

Il était une fois WiSEED Il était une fois WiSEED En 2008, le financement participatif en capital des startups ou de toute autre entreprise n existait nulle part dans le monde. 2 hommes décidèrent de réinventer l économie et créèrent

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER BILAN AU 31-12-2014. ETAT DE RESULTAT. ETAT DE FLUX DE TRESORERIE. NOTES AUX ETATS FINANCIERS.

RAPPORT FINANCIER BILAN AU 31-12-2014. ETAT DE RESULTAT. ETAT DE FLUX DE TRESORERIE. NOTES AUX ETATS FINANCIERS. Rapport Rapport morale financier et financier Exercice 2015 2014 RAPPORT FINANCIER BILAN AU 31-12-2014. ETAT DE RESULTAT. ETAT DE FLUX DE TRESORERIE. NOTES AUX ETATS FINANCIERS. TABLEAU DES IMMOBILISATIONS

Plus en détail

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007 Présentation des résultats 2006 15 mars 2007 Préambule Le intègre dans son périmètre la création de Natixis intervenue le 17 novembre. Les données financières présentées sont issues des comptes pro forma

Plus en détail

Chambre Régionale de l Economie Sociale et Solidaire. L Economie. Sociale et Solidaire. Annemasse. 20 janvier 2010

Chambre Régionale de l Economie Sociale et Solidaire. L Economie. Sociale et Solidaire. Annemasse. 20 janvier 2010 Chambre Régionale de l Economie Sociale et Solidaire L Economie Sociale et Solidaire Annemasse 20 janvier 2010 1 Sommaire L économie sociale et solidaire : une autre culture d entreprendre Les entreprises

Plus en détail

FONDATION CéMaVie Fondation reconnue d utilité publique Siège : Nantes (Loire-Atlantique) ------------------------------------ STATUTS

FONDATION CéMaVie Fondation reconnue d utilité publique Siège : Nantes (Loire-Atlantique) ------------------------------------ STATUTS FONDATION CéMaVie Fondation reconnue d utilité publique Siège : Nantes (Loire-Atlantique) ------------------------------------ STATUTS I - But de la Fondation Article 1er L établissement dit CéMaVie fondé

Plus en détail

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition?

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition? Impôts 2015 Revenus des valeurs et capitaux mobiliers les revenus imposables les revenus exonérés d impôt sur le revenu quelle imposition? abattements, crédits d impôt, prélèvements sociaux Les revenus

Plus en détail

CCPMA PRÉVOYANCE RAPPORT DE GESTION 2009 DU RÉGIME DE RETRAITE SUPPLÉMENTAIRE 1,24 %

CCPMA PRÉVOYANCE RAPPORT DE GESTION 2009 DU RÉGIME DE RETRAITE SUPPLÉMENTAIRE 1,24 % Épargne RAPPORT DE GESTION 2009 DU RÉGIME DE RETRAITE SUPPLÉMENTAIRE 1,24 % CHIFFRES CLÉS DU GROUPE AGRICA 1,4 million 157 400 786 400 de cotisants entreprises adhérentes retraités Sommaire 04 05 06 AGRICA,

Plus en détail

ME CONSTITUER UNE ÉPARGNE POUR MES PROJETS

ME CONSTITUER UNE ÉPARGNE POUR MES PROJETS Cler Assurance-vie ME CONSTITUER UNE ÉPARGNE POUR MES PROJETS Document à caractère publicitaire S associer pour l essentiel avec AGIPI est une association d assurés qui conçoit des solutions pour préparer

Plus en détail

www.leguidedupatrimoine.com

www.leguidedupatrimoine.com Pour vivre pleinement votre retraite, prenez les devants ASSOCIATION D ÉPARGNE VIAGÈRE LA TONTINE Votre assurance sur l avenir La retraite, une nouvelle vie! La retraite, c est une nouvelle étape dans

Plus en détail

Situation liminaire du secteur des assurances au Maroc en 2014. (Les données de cette brochure seront développées dans le rapport annuel)

Situation liminaire du secteur des assurances au Maroc en 2014. (Les données de cette brochure seront développées dans le rapport annuel) Situation liminaire du secteur des assurances au Maroc en 2014 (Les données de cette brochure seront développées dans le rapport annuel) Avril 2015 Le montant des émissions a atteint, en 2014 un total

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 20. Épargne éthique & Épargne solidaire FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 20. Épargne éthique & Épargne solidaire FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 20 Épargne éthique & Épargne solidaire FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE novembre 2005 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction totale ou partielle

Plus en détail

Fondation MAAF Assurances Fondation d entreprise (mis à jour du conseil d administration du 13 novembre 2013)

Fondation MAAF Assurances Fondation d entreprise (mis à jour du conseil d administration du 13 novembre 2013) STATUTS Fondation MAAF Assurances Fondation d entreprise (mis à jour du conseil d administration du 13 novembre 2013) Les FONDATEURS soussignés : MAAF Assurances Société d'assurance mutuelle à cotisations

Plus en détail

mois offerts* en santé «Bientôt une mutation, une nouvelle vie commence! Avec la MNT, mon projet est facilité.» Jusqu à

mois offerts* en santé «Bientôt une mutation, une nouvelle vie commence! Avec la MNT, mon projet est facilité.» Jusqu à Offre «Mutation» «Bientôt une mutation, une nouvelle vie commence! Avec la MNT, mon projet est facilité.» Jusqu à 3 en santé mois offerts* * Voir conditions à l intérieur du dépliant. En cas de mutation,

Plus en détail