Rapport Coopératif 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport Coopératif 2013"

Transcription

1 Rapport Coopératif 2013

2 PARTICIPEZ À LA VIE COOPÉRATIVE DE VOTRE BANQUE en assistant à l Assemblée générale de votre région (voir dernière page) ; en votant les résolutions soumises au vote par le Conseil d administration si vous êtes client sociétaire ; en exprimant votre voix par correspondance si vous ne pouvez pas vous déplacer ; en exprimant votre avis ou en posant une question au Conseil d administration par écrit à l adresse suivante : Votre question sera examinée par le Conseil d administration puis présentée à l Assemblée générale des délégués le 30 mai 2013 avec la réponse individualisée qui vous sera Pour plus d informations, vous pouvez consulter le site du Crédit Coopératif Le rapport annuel document de référence 2012 sera disponible sur le site à partir du 10 avril 2013.

3 Éditorial 3 Longtemps considérée comme une économie marginale, portée par des utopistes, l économie sociale se renforce peu à peu. La crise économique et financière qui a frappé et frappe encore les économies de nombreux pays a fait vaciller nombre de certitudes. Notre époque contribue à faire mieux percevoir le rôle de l économie sociale et solidaire, son modèle, ses valeurs et ses effets sur l économie et la société. En France, un ministère de l économie sociale et solidaire, rattaché au ministère de l Économie et des finances, a été créé. Une loi-cadre est en cours d élaboration. Dans le même temps, la Banque publique d investissement voit le jour. Des fonds y seront réservés pour ceux qui entreprennent différemment pour créer des emplois pérennes, de la valeur utile dans le cadre d une gouvernance démocratique. Ces secteurs répondent aux aspirations les plus actuelles et font apparaître un monde nouveau. Sociétaire du Crédit Coopératif, la banque de l économie sociale et solidaire, votre participation active à votre Assemblée générale vous donne le pouvoir d agir pour que se développent toujours davantage cette vision différente et cette démarche volontaire. Surtout cette année où une partie significative des mandats des administrateurs du Crédit Coopératif sera renouvelée. Surtout cette année où le Crédit Coopératif fête ses 120 ans : 120 ans d histoires, la sienne et celles de ses clients, 120 ans d innovation économique, financière et sociale. En participant aux débats, en votant, vous partagez la vie coopérative de votre banque, vous renforcez sa vitalité démocratique et sa capacité d intervention. Si vous pensez, si vous dites que le pouvoir ça se partage, faites-nous signe. Jean-Louis Bancel Président du Groupe Crédit Coopératif

4 4 Assemblées générales : Du 12 avril au 17 mai 2013 auront lieu les Assemblées générales régionales du Crédit Coopératif. Elles sont au cœur de la vie démocratique de la banque. Avec les autres instances coopératives, elles permettent aux clients sociétaires et associés de se rencontrer, d échanger et de peser sur les décisions de leur banque. elle transmet le résultat des votes au Conseil d administration Assemblée générale des délégués Elle réunit au niveau national les délégués de chaque Assemblée générale régionale et des deux Assemblées spéciales. Ils reportent les votes et avis de chaque assemblée pour adopter ou refuser définitivement les résolutions. Conseil d administration Y siègent des représentants des sociétaires, dans un souci de représentation équilibrée de leurs secteurs d activité, ainsi que des représentants des clients particuliers associés, mais aussi quatre administrateurs élus par les salariés. Il détermine les stratégies de la banque en vue de servir les besoins des coopérateurs et des clients. soumet les résolutions au vote des sociétaires contrôle l exécution de cette politique et la gestion de l entreprise par la direction générale Direction générale de la banque

5 5 LE COnsEIL national DU CRÉDIT COOPÉRATIF Le Crédit Coopératif est également doté d une instance consultative, le Conseil national du Crédit Coopératif (CNCC), qui regroupe des représentants des sociétaires, des clients et partenaires. Il est représenté au Conseil d administration par un administrateur et un censeur pour porter les attentes exprimées par les sociétaires au niveau local dans les Conseils d agence et au niveau régional dans les Comités de région. Ses maîtres mots : informer et dialoguer sur tous les sujets! De l accueil téléphonique à la stratégie de développement du Crédit Coopératif en passant par les produits, les évolutions réglementaires Depuis mars 2011, il est présidé par la Conférence permanente des coordinations associatives (CPCA), représentée par Jacques Henrard. Assemblées spéciales des porteurs de parts P et C Les clients associés sont invités à y exprimer leur avis sur les résolutions proposées par le Conseil d administration. élisent leurs délégués à l Assemblée générale élisent leurs délégués à l Assemblée générale Assemblées générales régionales On y présente les comptes de l année, le bilan de l activité au niveau national et régional ainsi que les projets de résolutions. Tous les porteurs de parts sociales, personnes morales et personnes physiques peuvent y participer. Seules les personnes morales ont le droit de voter les résolutions.

6 6 Renouvellement du Conseil d administration : Les membres du Conseil d administration sont nommés pour une durée de six ans. En 2013, les mandats de huit administrateurs du Crédit Coopératif sur dix-huit arrivent à leur terme. C est à l Assemblée générale des sociétaires que revient de décider du renouvellement des mandats ou de la nomination des nouveaux administrateurs. Un choix de première importance pour la banque auquel tous les sociétaires sont associés, sur le principe «une personne, une voix». une représentation équilibrée Le Conseil d administration est le reflet de la vocation et de l activité du Crédit Coopératif. Ses administrateurs représentent la diversité des secteurs de l économie sociale et solidaire dont sont issues ses clientèles. Ce sont principalement des personnes morales qui représentent les mouvements et les fédérations professionnelles qui regroupent les sociétaires du Crédit Coopératif : fédérations de mutuelles, de coopératives ou d associations, regroupements ou associations d organismes d intérêt général. Le renouvellement des mandats des administrateurs est donc une échéance importante pour le Crédit Coopératif dont la gouvernance coopérative est fondée sur la relation ternaire entre le client sociétaire, son mouvement d appartenance et le Crédit Coopératif (voir encadré). au service des coopérateurs Le rôle du Conseil d administration est de déterminer la stratégie de la banque. Il garantit que la politique de la banque est au service des besoins bancaires et financiers de ses coopérateurs et clientèles de l économie sociale et solidaire. Pour cela, chaque administrateur s appuie sur ses compétences, son expérience, la connaissance de son secteur. Construire une banque utile Cette instance d intercoopération participe à la construction d une banque utile à tous ses sociétaires et clients grâce à la convergence d intérêts de ses acteurs. Tous les choix, toutes les recommandations du Conseil d administration font l objet d une décision collégiale. Car si la vocation naturelle de chaque administrateur est d exprimer les besoins du mouvement qui l a mandaté, il est aussi le représentant de tous les sociétaires du Crédit Coopératif. Avec, pour objectif, l intérêt des clients et la pérennité du projet coopératif de la banque.

7 7 LE saviez-vous? Le renouvellement du Conseil d administration met en lumière l un des fondements de la gouvernance du Crédit Coopératif : la relation ternaire. Elle unit : le client sociétaire (association, mutuelle, coopérative, PME-PMi ), qui détient une part du capital de la banque ; la fédération ou organisation professionnelle à laquelle il adhère et qui représente son secteur au Conseil d administration ; la banque. De cette relation stable et durable naît la capacité du Crédit Coopératif à répondre et anticiper les besoins de ses clients. un nouveau REPRÉsEnTAnT POUR LES CLIENTS PARTICULIERS Les clients particuliers sont de plus en plus nombreux à témoigner leur confiance au Crédit Coopératif en souscrivant des parts sociales. Ils disposeront donc d un deuxième administrateur au Conseil d administration de la banque de manière à garantir que leurs intérêts sont bien pris en compte. Les clients particuliers détenteurs de parts sociales P ont été invités à participer au processus de désignation de leur représentant en exprimant leur soutien aux personnes s étant portées candidates. L élection de l administrateur représentant les porteurs de parts P fera également l objet d une résolution soumise au vote des sociétaires lors des Assemblées générales régionales.

8 8 Entretien Rencontre avec Martine Clément, administratrice représentant la Caisse mutuelle de garantie des industries mécaniques et transformatrices de métaux (CMGM) au Conseil d administration du Crédit Coopératif. Comment êtes-vous entrée au Conseil d administration du Crédit Coopératif? Mon histoire personnelle avec le Crédit Coopératif remonte à de longues années J ai appris à connaître le Crédit Coopératif alors que j étais présidente d une commission du Conseil national du patronat français (CNPF). J avais pu constater alors que le Crédit Coopératif accompagnait les entreprises du secteur industriel en accordant une grande confiance à ses clients. Ce qui était rare! Ensuite, en tant que présidente de la Fédération des industries mécaniques, j ai été amenée à être en contact régulier avec les instances de la banque. Le rapprochement s est encore accentué lorsque j ai été nommée au poste de présidente de la Caisse mutuelle de garantie de la mécanique, société de caution mutuelle professionnelle. Et puis, presque tout naturellement, serais-je tentée de dire, par affinité et par proximité avec les valeurs du Crédit Coopératif, j ai accepté d entrer au Conseil d administration. Justement, quel regard portez-vous sur votre mission d administratrice? Tout d abord, un administrateur ne doit jamais oublier qu il travaille avant tout dans l intérêt du Crédit Coopératif, qu il doit œuvrer à son développement et non pas défendre les intérêts de l organisme qu il représente. Le Conseil d administration du Crédit Coopératif n est pas une tribune au service de la promotion des avantages des uns ou des autres. Un administrateur est là pour mettre ses compétences au profit du Crédit Coopératif, pour faire partager son expérience et la connaissance de son secteur. C est ce que je m efforce de faire. J ai toujours eu la mentalité PME «chevillée au cœur». C est cette dimension que je souhaite apporter au Crédit Coopératif. Qu est ce qui fait pour vous la spécificité du Crédit Coopératif? Tout d abord, son organisation, avec le rôle-clé joué par les sociétaires du Crédit Coopératif. Ensuite, la dynamique de la coopérative, qui guide son développement et qui repose sur la relation ternaire entre les sociétaires, les représentants des mouvements et la banque, que l on retrouve aussi au sein du Conseil d administration. C est ce qui fait son originalité avec la grande diversité de ses clients. Des clients affinitaires, qui partagent la même vision, les mêmes valeurs de solidarité et de partenariat que la banque. Car on ne vient pas au Crédit Coopératif simplement pour ouvrir un compte, mais aussi pour participer à un projet collectif. Enfin, la variété de ses produits. Car le Crédit Coopératif a toujours fait preuve de créativité en la matière.

9 9 Sociétariat : Le renouvellement d une partie du Conseil d administration du Crédit Coopératif sera l un des temps forts de l Assemblée générale Mais d autres projets de résolutions figurent à l ordre du jour de ce rendez-vous démocratique. La constatation de la variation du capital Le Crédit Coopératif est une société coopérative à capital variable dont 80 % sont constitués de parts sociales (A, B, C et P), que seuls les clients peuvent souscrire. Ils sont, pour la plupart, des personnes morales issues de l économie sociale et solidaire et des clients particuliers qui soutiennent leurs projets. Les 20 % restants sont constitués de certificats coopératifs d investissement (CCI), des valeurs mobilières sans droit de vote apportées par Natixis, filiale du groupe BPCE dont le Crédit Coopératif est l une des maisons-mères. Un projet de rachat par le Crédit Coopératif de ces CCI est prévu courant Il fera l objet d une résolution soumise à une Assemblée générale extraordinaire. À l issue de cette opération, 100 % du capital du Crédit Coopératif seront détenus par ses clients. La rémunération des parts sociales Une partie du résultat du Crédit Coopératif est affectée à la rémunération des parts sociales (voir page 14). Le taux d intérêt des parts sociales est proposé par le Conseil d administration et soumis au vote des sociétaires en Assemblées générales. La rémunération proposée tient compte des contraintes réglementaires et de la conjoncture des taux. La partie non distribuée du résultat annuel est mise en réserves impartageables afin de garantir la capacité du Crédit Coopératif à poursuivre le financement de l économie sociale. Répartition des clients porteurs de parts sociales au 31/12/2012 (répartition par personne juridique) 48 % Particuliers 1 % Autres (Institutionnels et divers) 26 % Associations et services d intérêt général 2 % CE / Syndicats 1 % Mutuelles 1 % Logement social 1 % Secteur public 10 % Secteur coopératif 10 % Autres entreprises et professionnels

10 10 3 questions à François Dorémus, directeur général du Crédit Coopératif. «Nos résultats montrent que le Crédit Coopératif demeure un véritable partenaire pour ses clients sociétaires» Quelle est votre lecture de l activité du Crédit Coopératif en 2012? 2012 aura été une bonne année en termes d activité commerciale, témoignant que la confiance de nos sociétaires et clients est toujours manifeste. Nos ressources de bilan ont augmenté de 9 % et le total de la collecte de 4 %, c est-à-dire une variation plus importante que nos prévisions et supérieure à celle du secteur bancaire. De même, le volume des crédits aux clientèles du Groupe a lui aussi connu une progression conséquente (+14 %), illustrant l accompagnement des projets de nos clients par leur banque coopérative. Dans un contexte économique morose, notre activité est donc restée favorable ; toutefois, notre performance a été amoindrie par la conjoncture financière, avec une conséquence sur nos résultats. Comment expliquer ce décalage? Comme toutes les banques, le Crédit Coopératif a été pénalisé par la conjoncture des taux. Quand le taux du Livret A s est maintenu à 2,25 % tout au long de l année 2012, tous les autres taux n ont cessé de baisser. Le coût des ressources confiées par nos clients est donc resté élevé alors que le rendement des crédits, lui, a baissé. Par ailleurs, nos frais généraux ont progressé pour deux raisons principales : le maintien de notre haut niveau d investissement pour adapter notre modèle et notre offre aux attentes de nos sociétaires et clients, et le poids des évolutions réglementaires. Enfin, le coût du risque, exceptionnellement faible en 2011 en raison de reprises de provisions, s est élevé à 49 millions d euros, du fait des difficultés économiques de certains de nos secteurs de clientèles. Ceci explique que le résultat net n atteint pas pour 2012 les performances de 2011, mais reste à un bon niveau pour le Crédit Coopératif, et globalement conforme à nos prévisions. Quelles sont les perspectives pour l année à venir? L activité commerciale devrait rester soutenue, mais, dans le même temps, la conjoncture financière continuera d avoir un impact sur notre modèle. Traditionnellement centré sur le financement de l économie réelle, le Crédit Coopératif devra rester vigilant sur son coût du risque, tout en restant dynamique dans l accompagnement de ses sociétaires et clients, y compris ceux qui font face à un contexte incertain. Pour autant, si 2013 semble devoir être plus difficile sur le plan économique, nous vivons également un réel développement de l appétence pour les solutions portées par l économie sociale et solidaire. Ainsi, nos sociétaires et clients doivent avoir une pleine confiance dans la capacité de l ensemble des équipes du Crédit Coopératif à se mobiliser pour les écouter et satisfaire leurs attentes.

11 11 Chiffres clés au 31 décembre RÉSULTATS* (en millions d euros) Produit net bancaire 423,3 406,3 Résultat brut d exploitation 103,5 108,3 Résultat net (part du Groupe) 27,2 51,2 ACTIVITÉ (en milliards d euros) Encours de crédits 11,5 10 Encours des ressources 10 9,1 Autres Nombre de clients actifs dont personnes morales Nombre d agences Crédit Coopératif Nombre d agences BTP Banque Salariés (unité écononomique et sociale du Crédit Coopératif) * Résultats estimés à la date de parution. À confirmer lors du Conseil d administration du 6 mars Quelques faits marquants 2,15 milliards d euros de crédits ont été réalisés en 2012 par le Groupe Crédit Coopératif. Le Crédit Coopératif a été admis en 2012 au sein du réseau Global Alliance for Banking on Values (GABV), qui réunit à l échelle du monde 21 banques qui ont en commun de placer l humain, l environnement et la transparence au cœur de leur activité bancaire. En parallèle de son activité de financeur, le Crédit Coopératif s engage, sous forme de mécénat (direct et via sa fondation), de partenariats non commerciaux et de temps consacré, à soutenir des projets et des organisations qui participent à la construction d une société plus harmonieuse. En 2012, ce soutien s est élevé à 3,2 millions d euros. Le Crédit Coopératif a renforcé son offre de banque à distance en proposant à ses clients particuliers un nouveau site Internet et une application mobile.

12 12 Le circuit de l argent au CRÉDIT COOPÉRATIF Bilan du Groupe Crédit Coopératif 2012 D où vient l argent? Les ressources dépôts des Particuliers 33 %* dépôts des entreprises, associations et services d intérêt général 67 %* Ressources obligataires et hors clientèle Capitaux propres Total des ressources Où va l argent? Les emplois crédits aux Particuliers 9 %* crédits aux associations et services d intérêt général 40 %* crédits aux Entreprises 51 %* autres Emplois Immo. (1) et divers associations et services d intérêt général 100 % Personnes âgées et santé 23 % Handicap 15 % Secteur public 25 % Logement social 11 % Associations familiales et sociales 9 % Formation, enseignement, recherche 7 % Environnement, culture, tourisme, sport 4 % Divers 6 % * Proportion calculée sur le seul périmètre Crédit Coopératif et BTP Banque. (1) Immobilisations. Entreprises 100 % Coopération et groupements 47 % - dont distribution 37 % - dont Scop 3 % - dont coopératives agricoles / d artisans / du transport / divers 7 % Éco-activités 9 % PMI 16 % PME de services 7 % Entreprises du BTP 11 % Divers 10 %

13 13 Les ressources Les Dépôts de la clientèle En déposant leurs liquidités, les clients apportent à la banque des ressources financières, non rémunérées (comptes-chèques) ou rémunérées aux taux des produits d épargne. Ces dépôts constituent les principales ressources de la banque et permettent de financer les crédits à la clientèle. les Ressources obligataires et hors clientèle Le Crédit Coopératif, qui réalise de nombreux crédits à moyen et long termes, ne peut les financer avec les seuls dépôts de la clientèle dont la plupart peuvent être retirés à tout moment. Pour gérer ce «risque de liquidité», il complète ses ressources par des emprunts à moyen et long termes, soit auprès d institutions financières publiques, soit en émettant des obligations ou titres assimilés. Dans une moindre mesure, la banque obtient des ressources de court terme auprès d autres institutions financières. les capitaux propres Les capitaux propres sont constitués du capital, essentiellement apporté par les clients, et des bénéfices non distribués mis en réserves. Y figurent également les intérêts minoritaires, correspondant à la part détenue par les actionnaires minoritaires dans les filiales. Les emplois les Crédits à la clientèle Plus de 77 % des ressources totales de la banque sont utilisés pour réaliser des crédits à la clientèle. Le Crédit Coopératif finance des secteurs à forte valeur ajoutée sociale et environnementale, ancrés dans l économie réelle. Associations du secteur sanitaire et médico-social, logement social, formation, entreprises coopératives ou groupées, PME du commerce et de l industrie, éco-activités Au total, 64 % des crédits concernent des organismes d intérêt général et des entreprises d économie sociale. les autres emplois La banque dispose d un excédent de trésorerie, qui est placé à court terme essentiellement auprès d autres banques, de manière à pouvoir être mobilisé rapidement en cas de besoin. Le Crédit Coopératif possède également des participations minoritaires. Il détient, par exemple, 1 % de BPCE. Les autres participations sont, pour l essentiel, des sociétés d investissement dans des entreprises d économie sociale ou des PME/PMI. Les immobilisations Elles désignent les actifs immobiliers et les autres biens amortissables (matériels, logiciels). Le Crédit Coopératif est propriétaire de son siège social et de certaines de ses agences, mais n effectue pas d investissements immobiliers à caractère financier.

14 14 FORmATIOn ET AFFECTATIOn DU RÉSULTAT Le compte d exploitation du Groupe Crédit Coopératif 2012 Comment se sont formés ses revenus? marge D intérêts SUr L ACtivitÉ BANCAirE 70 % SErviCES BANCAirES 26 % DivErS 4 % de revenus NETS (PNB) Comment ont-ils été utilisés? ExpLoitAtioN 32 % ressources humaines 43 % CoÛt DU risque 12 % DivErS 2 % impôts 4 % résultat DU groupe 6,4 % DoNt BÉNÉFiCE DiStriBUABLE DU CrÉDit CoopÉrAtiF 25,8 m dont 3,2 millions d euros consacrés au soutien d actions d intérêt général BÉNÉFiCE CoNSErvÉ 28 % rémunération DU CApitAL Et ristourne CoopÉrAtivE 72 %

15 15 Les revenus marge d intérêts sur l activité bancaire Ces revenus correspondent à la différence entre, d une part, les intérêts perçus sur les crédits aux clients et les placements de trésorerie de la banque, et, d autre part, les intérêts versés aux épargnants et aux autres sources de financement. Services bancaires Ces revenus correspondent aux commissions perçues sur les services rendus aux clients (tenue de compte, moyens de paiement, constitution des dossiers de crédits, services de banque à distance, gestion des OPCVM...) diminuées des charges payées à certains prestataires pour réaliser ces opérations. Divers Les autres revenus nets incluent principalement le résultat de cession de certains titres financiers. Leur utilisation ressources humaines Elles comprennent les salaires, les charges sociales et les autres taxes liées aux rémunérations. exploitation Ce poste correspond aux achats et charges générales de la banque : loyers, moyens généraux, informatique, communication, ainsi que le mécénat et autres actions d intérêt général. coût du risque Il représente les pertes et les provisions que la banque doit constater lorsqu un crédit n est pas remboursé, après prise en compte des garanties. DIVERS Ce poste comprend les ajustement financiers et les intérêts minoritaires. impôts Ce poste correspond aux divers impôts et taxes payés sur les activités de la banque et à l impôt sur les sociétés calculé sur le résultat. bénéfice Le bénéfice distribuable (résultat du Crédit Coopératif et report à nouveau) est affecté selon les principes coopératifs : à la constitution de réserves pour le développement et la capacité de crédit de la banque ; à la rémunération du capital ; au versement d une ristourne coopérative aux sociétaires emprunteurs.

16 PARTICIPEZ À VOTRE ASSEMBLÉE Chaque Assemblée générale régionale est suivie d un forum ou d un événement dont vous trouverez le détail ci-dessous : TOuLOusE, Balma vendredi 12 avril 2013 Coopératives, il en faut plus. nantes, saint-herblain mercredi 17 avril 2013 La responsabilité sociétale de l entreprise : levier d innovations pour l économie sociale et solidaire. CLERmOnT-FERRAnD mercredi 17 avril 2013 Esprit coopératif : vecteur d innovation. CAEn, Hérouville-st-Clair jeudi 18 avril 2013 «Agir pour les femmes en Afrique» avec l association Lysistrata et Titouan Lamazou, «un navigateur solitaire, un artiste solidaire». nancy jeudi 18 avril 2013 Animation théâtrale : le cirque Gones présente son spectacle «Wunderbar». BEsAnÇOn, Pirey jeudi 18 avril 2013 Les Jardins de Cocagne : cultivons la solidarité. CARCAssOnnE vendredi 19 avril 2013 Banque coopérative, valeurs d avenir. Comment concilier économie, éthique et solidarité? LYOn vendredi 19 avril 2013 Mutations sociales et habitat : quelles innovations? BORDEAuX, saint-selve mardi 23 avril 2013 L innovation dans nos organisations : un moteur de croissance porteur d avenir. PAu, Assat jeudi 25 avril 2013 L économie sociale, des pistes de réussites dans la conjoncture actuelle. ROuEn mardi 14 mai 2013 Ces commerçants qui innovent face au recul de la consommation. BRIVE-LA-gAILLARDE mardi 14 mai 2013 Inauguration de la nouvelle agence de Brive-la-Gaillarde. AmIEns, guise mardi 14 mai 2013 Visite du familistère de Guise. PARIs, nanterre mardi 14 mai 2013 Appuyer et financer l innovation sociale. DIJOn mardi 14 mai 2013 Donnons de la valeur à l épargne : les produits de partage. montpellier mardi 14 mai 2013 Les banques «durables» sont-elles performantes et innovantes? marseille mercredi 15 mai 2013 La culture : une chance pour la Provence, la France et l Europe? Un moyen d inventer le futur? LEns mercredi 15 mai 2013 Musée du Louvre-Lens : visite privée de la Galerie du temps. strasbourg mercredi 15 mai 2013 Finance éthique et alternative des acteurs européens solidaires, au service du développement en région. BREsT, guipavas jeudi 16 mai 2013 Quels leviers de développement pour l économie sociale? POITIERs, Ligugé jeudi 16 mai 2013 Le Crédit Coopératif, acteur de l innovation aux côtés des sociétaires : témoignages en Poitou-Charentes. ORLÉAns, st-jean-de-braye jeudi 16 mai ans d innovations sociales avec nos sociétaires. REIms vendredi 17 mai ans d innovations financières. réf. : goz 03/13 Crédit Coopératif Société coopérative anonyme de Banque populaire à capital variable rcs Nanterre ApE 6419 Z N orias , boulevard pesaro CS Nanterre cedex illustration : Artus BythewayCreacom imprimé sur du papier 100 % recyclé de post-consommation. retrouvez-nous sur facebook et twitter

FAITES ENTENDRE VOTRE VOIX!

FAITES ENTENDRE VOTRE VOIX! LA REVUE DES SOCIÉTAIRES DU CRÉDIT COOPÉRATIF #05 MARS 2015 TOUS BANQUIERS! Rapport coopératif 2014 ASSEMBLÉES GÉNÉRALES RÉGIONALES 2015 : FAITES ENTENDRE VOTRE VOIX! COMPRENDRE p. 06 Les résolutions soumises

Plus en détail

EN CLAIR. Le guide de ceux qui entreprennent autrement PLACEMENTS. n 02. bien. comment

EN CLAIR. Le guide de ceux qui entreprennent autrement PLACEMENTS. n 02. bien. comment EN CLAIR Le guide de ceux qui entreprennent autrement n 02 PLACEMENTS comment bien 2 en clair Placements : clés pour choisir Livrets d épargne, comptes à terme, titres de créance négociables, OPCVM Il

Plus en détail

l info S engager avec sa banque, ça compte!

l info S engager avec sa banque, ça compte! La lettre d information des clients qui ont choisi d agir l info S engager avec sa banque, ça compte! Grâce à l engagement des clients du Crédit Coopératif, plus de 4,3 millions d euros de dons ont été

Plus en détail

Economie autrement quinzaine du Narthex 19-11-2014

Economie autrement quinzaine du Narthex 19-11-2014 Economie autrement quinzaine du Narthex 19-11-2014 2 LE CREDIT COOPERATIF Ø banque à part entière, Ø banque coopérative actrice d une finance patiente, Ø banque engagée, Ø banque de l économie sociale

Plus en détail

SOUTENEZ L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE!

SOUTENEZ L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE! La lettre d information des clients qui ont choisi d agir L INFO SOUTENEZ L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE! * * La loi sur l économie sociale et solidaire est entrée en vigueur. Le Crédit Coopératif vous

Plus en détail

CREDIT COOPERATIF DOSSIER DE PRESSE

CREDIT COOPERATIF DOSSIER DE PRESSE CREDIT COOPERATIF DOSSIER DE PRESSE PRESENTATION GENERALE Mars 2015 Contacts presse Crédit Coopératif Laurence Moret 01 47 24 83 37 Tiara de Cerval 01 47 24 83 47 presse@credit-cooperatif.coop Wellcom

Plus en détail

Etre societaire, pour vivre la banque autrement.

Etre societaire, pour vivre la banque autrement. PREAMBULE Se fondant tout particulièrement sur la notion de valeurs, les coopératives ont montré qu elles constituaient un modèle commercial, robuste et viable, susceptible de prospérer même pendant les

Plus en détail

code d éthique et de déontologie

code d éthique et de déontologie code d éthique et de déontologie Notre éthique et notre déontologie Le Code d éthique et de déontologie a été adopté le 22 avril 2006 par la Chambre Syndicale après un large débat et des échanges approfondis,

Plus en détail

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE 17 juillet 2013 LABEL RSE SCOP BTP PRÉAMBULE La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) est la contribution des organisations au développement durable

Plus en détail

L épargne de tous au service de l intérêt général

L épargne de tous au service de l intérêt général L épargne de tous au service de l intérêt général 1 Pour la réussite de tous les projets Sommaire Un modèle unique et vertueux 4 Prêts au logement social et à la politique de la ville 7 Prêts au secteur

Plus en détail

La protection sociale obligatoire du chef d entreprise indépendant

La protection sociale obligatoire du chef d entreprise indépendant La protection sociale obligatoire du chef d entreprise indépendant www.rsi.fr Le RSI a pour mission d assurer la protection sociale obligatoire de 6,1 millions de chefs d entreprise indépendants actifs

Plus en détail

Une ETI* coopérative. 1 er. en Banque, Assurances et Immobilier. * Entreprise de Taille Intermédiaire

Une ETI* coopérative. 1 er. en Banque, Assurances et Immobilier. * Entreprise de Taille Intermédiaire * Entreprise de Taille Intermédiaire Une ETI* coopérative en Banque, Assurances et Immobilier 1 er PARTENAIRE DE L ÉCONOMIE DÉPARTEMENTALE LES CHIFFRES CLÉS 2014 UNE ETI COOPÉRATIVE actrice EN BANQUE,

Plus en détail

DEVENEZ LES ACTEURS DE VOTRE BANQUE!

DEVENEZ LES ACTEURS DE VOTRE BANQUE! La lettre d information des clients qui ont choisi d agir L INFO DEVENEZ LES ACTEURS DE VOTRE BANQUE! * Au Crédit Coopératif, être client associé de sa banque, c est participer à sa vie coopérative et

Plus en détail

CIC Activité commerciale toujours en croissance

CIC Activité commerciale toujours en croissance Paris, le 26 juillet 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE CIC Activité commerciale toujours en croissance Résultats au 30 juin 2012(1) Résultats financiers - Produit net bancaire 2 228 M - Résultat brut d exploitation

Plus en détail

Ce que les élus vont trouver dans la BDES

Ce que les élus vont trouver dans la BDES Ce que les élus vont trouver dans la BDES La BDES doit être le support de la consultation sur la stratégie de l entreprise. Elle doit réunir d ici fin 2016 toutes les informations soumises jusque-là de

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Le Compte Agir : choisir où va son argent

DOSSIER DE PRESSE. Le Compte Agir : choisir où va son argent Septembre 2012 DOSSIER DE PRESSE Le Compte Agir : choisir où va son argent Sommaire Communiqué de presse : Avec le Compte Agir du Crédit Coopératif, les clients décident d orienter l utilisation des dépôts

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 ca-des-savoie.fr Arrêtés par le Conseil d administration du Crédit Agricole des Savoie en date du 23 janvier 2015 soumis à l approbation de l Assemblée Générale Ordinaire

Plus en détail

COMPTES INDIVIDUELS SAISON 2013/2014. Commission de Contrôle des Clubs Professionnels

COMPTES INDIVIDUELS SAISON 2013/2014. Commission de Contrôle des Clubs Professionnels COMPTES INDIVIDUELS DES CLUBS SAISON 213/214 Commission de Contrôle des Clubs Professionnels 2 AC AJACCIO (EUSRL + ASSOCIATION) Compte de résultat Droits audiovisuels Sponsors - Publicité Recettes matches

Plus en détail

Base de données économiques et sociales

Base de données économiques et sociales les infos DAS - n 073 4 juin 2015 Base de données économiques et sociales La loi du 14 juin 2013 de sécurisation de l emploi 1 a entériné la création de la base de données économiques et sociales (BDES)

Plus en détail

ÊTRE SOCIÉTAIRE POUR VIVRE LA BANQUE AUTREMENT

ÊTRE SOCIÉTAIRE POUR VIVRE LA BANQUE AUTREMENT ÊTRE SOCIÉTAIRE POUR VIVRE LA BANQUE AUTREMENT 2 SOMMAIRE UNE BANQUE COOPÉRATIVE ET MUTUALISTE, QU EST-CE QUE C EST?..................... p. 6 UNE BANQUE DE PROXIMITÉ AU CŒUR DE LA FINANCE MONDIALE, EST-CE

Plus en détail

4,50 % Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020. par an (1) pendant 8 ans. Un placement rémunérateur sur plusieurs années

4,50 % Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020. par an (1) pendant 8 ans. Un placement rémunérateur sur plusieurs années Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020 4,50 % par an (1) pendant 8 ans Souscrivez du 30 janvier au 24 février 2012 (2) La durée conseillée de l investissement est de 8 ans. Le capital est garanti à l

Plus en détail

Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité

Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 9 septembre 2010 Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité Au 30 juin 2010 : PNB consolidé : 2 640 millions

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

Livret d epargne SaLariaLe

Livret d epargne SaLariaLe Livret d Epargne Salariale Chère collaboratrice, Cher collaborateur, En tant que salarié(e) de PAGE PERSONNEL, vous bénéficiez de l accord de participation en vigueur dans l entreprise. En complément de

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop. Le guide

Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop. Le guide Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop Le guide > Sommaire Les Scop, des atouts incontestables >>> 3 Un statut souple >>> 4

Plus en détail

Rapport annuel Document de référence

Rapport annuel Document de référence Rapport annuel Document de référence 2013 Le présent document de référence a été déposé auprès de l Autorité des marchés financiers le 25 mars 2014 conformément à l article 212 13 du Règlement général

Plus en détail

La Matmut, un assureur innovant et compétitif

La Matmut, un assureur innovant et compétitif La Matmut, un assureur innovant et compétitif La conception de notre métier d'assureur est d'accompagner au mieux nos assurés à chaque étape de leur vie. Cela nous conduit à rechercher en permanence des

Plus en détail

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE COURTIER ET AGENT D ASSURANCE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 4 L'ACTIVITÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 7 LES POINTS

Plus en détail

La Banque de Savoie, une année florissante

La Banque de Savoie, une année florissante Communiqué de presse le 15 mai 2014, à Chambéry, La Banque de Savoie, une année florissante A l occasion de son Assemblée Générale qui s est tenue au Siège Social, le 22 avril 2014, la Banque de Savoie

Plus en détail

Professions libérales Artisans Commerç ants Petites entreprises Auto-entrepreneurs FINANCER VOTRE ACTIVITÉ

Professions libérales Artisans Commerç ants Petites entreprises Auto-entrepreneurs FINANCER VOTRE ACTIVITÉ Professions libérales Artisans Commerç ants Petites entreprises Auto-entrepreneurs FINANCER VOTRE ACTIVITÉ VOUS AVEZ DES BESOINS PROS NOUS AVONS DES SOLUTIONS PROS Pour vos projets et vos investissements,

Plus en détail

BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE. La banque des agents du secteur public. BFM, partenaire du groupe Société Générale

BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE. La banque des agents du secteur public. BFM, partenaire du groupe Société Générale BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE La banque des agents du secteur public BFM, partenaire du groupe Société Générale BFM, LA BANQUE Plus d un million de clients en métropole et dans les DOM 190 626 prêts BFM

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents. Mardi 29 novembre 2011

LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents. Mardi 29 novembre 2011 LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents Mardi 29 novembre 2011 SOMMAIRE Introduction : pourquoi la gestion de la trésorerie est-elle indispensable?

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés

Plus en détail

guide clarté épargne www.creditmutuel.fr

guide clarté épargne www.creditmutuel.fr guide clarté épargne UNE BANQUE QUI N A PAS D ACTIONNAIRE, ÇA CHANGE L ÉPARGNE. www.creditmutuel.fr AVEC VOTRE CONSEILLER CRÉDIT MUTUEL, ENVISAGEZ L ÉPARGNE DIFFÉREMMENT. Comme toutes les banques, le Crédit

Plus en détail

AU SERVICE DE SES CLIENTS ET DE SA RÉGION

AU SERVICE DE SES CLIENTS ET DE SA RÉGION AU SERVICE DE SES CLIENTS ET DE SA RÉGION RAPPORT ANNUEL 2013 MESSAGE DES PRÉSIDENTS Jean-Paul Foucault Président du conseil d orientation et de surveillance Didier Patault Président du directoire Le sens

Plus en détail

Jeudi 26 mars 2015. Dossier de presse Résultats 2014 du Crédit Agricole Charente-Maritime Deux-Sèvres. www.ca-cmds.fr www.ca-c-nous.

Jeudi 26 mars 2015. Dossier de presse Résultats 2014 du Crédit Agricole Charente-Maritime Deux-Sèvres. www.ca-cmds.fr www.ca-c-nous. Jeudi 26 mars 2015 Dossier de presse Résultats 2014 du Crédit Agricole Charente-Maritime Deux-Sèvres www.ca-cmds.fr www.ca-c-nous.fr Sommaire Communiqué de synthèse Louis Tercinier, nouveau président de

Plus en détail

Rapport annuel 2012 Document de référence

Rapport annuel 2012 Document de référence Rapport annuel 2012 Document de référence Le présent document de référence a été déposé auprès de l Autorité des marchés financiers le 25 mars 2013 conformément à l article 212 13 du Règlement général

Plus en détail

INVESTISSEMENT LOCATIF. Investir dans l immobilier aujourd hui, c est l assurance d un meilleur avenir!

INVESTISSEMENT LOCATIF. Investir dans l immobilier aujourd hui, c est l assurance d un meilleur avenir! R e t r a i t e É p a r g n e P r é v o y a n c e Tr a n s m i s s i o n F i s c a l i t é INVESTISSEMENT LOCATIF Investir dans l immobilier aujourd hui, c est l assurance d un meilleur avenir! POURQUOI

Plus en détail

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 20. Épargne éthique & Épargne solidaire FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 20. Épargne éthique & Épargne solidaire FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 20 Épargne éthique & Épargne solidaire FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE novembre 2005 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction totale ou partielle

Plus en détail

La Banque Postale propose aux collectivités locales une nouvelle offre de crédit court terme

La Banque Postale propose aux collectivités locales une nouvelle offre de crédit court terme COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 20 juin 2012 La Banque Postale propose aux collectivités locales une nouvelle offre de crédit court terme Acteur engagé avec La Poste dans le développement des territoires,

Plus en détail

Livret d accueil. Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs. S associer coopérer mutualiser

Livret d accueil. Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs. S associer coopérer mutualiser Livret d accueil Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs S associer coopérer mutualiser PRÉAMBULE Accueillir au sein des structures de l Économie Sociale et Solidaire

Plus en détail

POUR MIEUX SE DÉPLACER ENSEMBLE

POUR MIEUX SE DÉPLACER ENSEMBLE POUR MIEUX SE DÉPLACER ENSEMBLE La mobilité sociale est notre priorité FONDATION CRÉÉE EN 2002, SOUS L ÉGIDE DE LA FONDATION DE FRANCE Grégoire Maisonneuve La Fondation Transdev apporte un soutien financier

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR 2015

REGLEMENT INTERIEUR 2015 REGLEMENT INTERIEUR 2015 A compter du 1 er janvier 2015 REGLEMENT INTERIEUR 2015 Mutuelle et Sections Dénomination et siège social de la mutuelle Une Mutuelle dénommée ENTRAIN est située : 5, boulevard

Plus en détail

REPRESENTATION DES SALARIES AU CONSEIL D ADMINISTRATION

REPRESENTATION DES SALARIES AU CONSEIL D ADMINISTRATION REPRESENTATION DES SALARIES AU CONSEIL D ADMINISTRATION SECAFI Diagnostic Stratégie Emploi Société d expertise comptable inscrite au Tableau de l Ordre de Paris/Ile de France Direction Régionale Ile de

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

CREDIT COOPERATIF. - le document de référence de BPCE déposé auprès de l Autorité des marchés financiers le 22 mars 2013 sous le numéro D.13-0203.

CREDIT COOPERATIF. - le document de référence de BPCE déposé auprès de l Autorité des marchés financiers le 22 mars 2013 sous le numéro D.13-0203. CREDIT COOPERATIF Société coopérative anonyme de Banque Populaire à capital variable, régie par les articles L 512-2 et suivants du Code Monétaire et Financier, l'ensemble des textes relatifs aux Banques

Plus en détail

Banque Populaire de l Ouest : des résultats 2013 de bonne facture

Banque Populaire de l Ouest : des résultats 2013 de bonne facture Communiqué de presse Rennes, le 18 avril 2014 Banque Populaire de l Ouest : des résultats 2013 de bonne facture En 2013, la Banque Populaire de l Ouest a injecté 1,5 milliard de nouveaux financements dans

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire 1 L Economie Sociale et Solidaire L ESS EST UNE ÉCONOMIE QUI SE VEUT ÊTRE DIFFÉRENTE DE L ÉCONOMIE CLASSIQUE. DES PRINCIPES FONDAMENTAUX ONT ÉTÉ DÉFINIS ET CONSTITUENT LES PILIERS DE CE SECTEUR. 2 LES

Plus en détail

Rapport annuel 2012 Document de référence

Rapport annuel 2012 Document de référence Rapport annuel 2012 Document de référence Déclaration GRI Vérification du Niveau d Application GRI certifie par la présente que Groupe Crédit Coopératif a présenté son rapport Document de Référence 2012

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 16 SEPTEMBRE 2002 2002/1561 - PRÉSENTATION DU RAPPORT ANNUEL 2001 DE LA CAISSE DE CRÉDIT MUNICIPAL DE LYON (DIRECTION DES FINANCES) Le Conseil Municipal, Vu le rapport en date du 20 août

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Définitions Un peu d histoire Quelques chiffres, les acteurs La finance solidaire Définitions L économie sociale et solidaire (ESS) rassemble deux concepts, rappelé dans

Plus en détail

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale L anticipation des nouvelles normes environnementales Lors de la constitution d un patrimoine immobilier à travers la création d une nouvelle SCPI, PERIAL Asset Management s efforcera de prendre en compte

Plus en détail

Toutes les facettes de l assurance vie

Toutes les facettes de l assurance vie Toutes les facettes de l assurance vie Les avantages de l assurance vie Que vous ayez ouvert votre contrat d assurance vie en vue d épargner pour un projet futur, de vous constituer un complément de revenu

Plus en détail

Les sociétés agricoles

Les sociétés agricoles Les sociétés agricoles L exercice d une activité agricole peut se faire soit dans le cadre d une entreprise individuelle soit dans le cadre d une société. Dans cette dernière situation, la loi prévoit

Plus en détail

Dossier de presse 2013-2014. Contact presse Barbara Brelle-Lenoir 09.52.20.47.16 b.lenoir@passerelle-esc.com

Dossier de presse 2013-2014. Contact presse Barbara Brelle-Lenoir 09.52.20.47.16 b.lenoir@passerelle-esc.com Dossier de presse 2013-2014 Contact presse Barbara Brelle-Lenoir 09.52.20.47.16 b.lenoir@passerelle-esc.com 1 Sommaire L Association Passerelle p.3 Le Concours Passerelle p.5 2013 : un concours réussi

Plus en détail

La Banque Populaire des Alpes : une Banque utile & innovante toujours plus engagée pour ses territoires! Résultats 2014 & perspectives

La Banque Populaire des Alpes : une Banque utile & innovante toujours plus engagée pour ses territoires! Résultats 2014 & perspectives Communiqué de presse Le 26 mai 2015 La Banque Populaire des Alpes : une Banque utile & innovante toujours plus engagée pour ses territoires! Résultats 2014 & perspectives Des résultats financiers en progression

Plus en détail

Présentation du Groupe Crédit Coopératif

Présentation du Groupe Crédit Coopératif Présentation du Groupe Crédit Coopératif 2 Profil p. 4 La vocation du Crédit Coopératif p. 6 être à la hauteur de notre projet p. 7 Une banque coopérative, c est quoi pour nous? p. 8 Le Groupe Crédit Coopératif

Plus en détail

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi sur l économie sociale et solidaire Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi ESS du 31 juillet 2014 les racines de l ESS Un peu d histoire: Des lois sur les coopératives, les

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DE L EMISSION DE CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) NORD EST (visa AMF n 04-869 en date du 04 novembre 2004)

PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DE L EMISSION DE CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) NORD EST (visa AMF n 04-869 en date du 04 novembre 2004) PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DE L EMISSION DE CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) NORD EST (visa AMF n 04-869 en date du 04 novembre 2004) EMETTEUR CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE DU NORD EST

Plus en détail

Services en ligne : Leader du conseil SICAV & FCP sur internet, Compte-titres, Assurance-vie

Services en ligne : Leader du conseil SICAV & FCP sur internet, Compte-titres, Assurance-vie Choisir l avenir Distribution de produits financiers : Conseil et optimisation du patrimoine privé et professionnel Ingénierie Financière pour PME : Introduction en Bourse, levées de fonds, LBO Private

Plus en détail

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

7 mai 2013. Résultats du 1 er trimestre 2013

7 mai 2013. Résultats du 1 er trimestre 2013 7 mai 2013 Résultats du 1 er trimestre 2013 AVERTISSEMENT Cette présentation peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies au titre de l information sur les tendances. Ces données ne

Plus en détail

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques 1 PRÉSENTATION DE LA CRH La CRH est un établissement

Plus en détail

Convocations. Assemblées d'actionnaires et de porteurs de parts. Ales Groupe. Société anonyme au capital de 28.242.582 Euros

Convocations. Assemblées d'actionnaires et de porteurs de parts. Ales Groupe. Société anonyme au capital de 28.242.582 Euros 21 mai 2012 BULLETIN DES ANNONCES LEGALES OBLIGATOIRES Convocations Assemblées d'actionnaires et de porteurs de parts Ales Groupe Société anonyme au capital de 28.242.582 Euros Siège social : 99, rue du

Plus en détail

Comment générer de l épargne au moment du remboursement d un crédit relais immobilier? Client

Comment générer de l épargne au moment du remboursement d un crédit relais immobilier? Client Fiche n Comment générer de l épargne au moment du remboursement d un crédit relais immobilier? Pour un client qui se porte acquéreur d un bien immobilier A (notamment résidence principale / résidence secondaire)

Plus en détail

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007 Présentation des résultats 2006 15 mars 2007 Préambule Le intègre dans son périmètre la création de Natixis intervenue le 17 novembre. Les données financières présentées sont issues des comptes pro forma

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Principes de la politique de vote de CM-CIC Asset Management. Respect des droits des actionnaires minoritaires et équité entre les actionnaires

Principes de la politique de vote de CM-CIC Asset Management. Respect des droits des actionnaires minoritaires et équité entre les actionnaires Politique de vote GOUVERNEMENT D ENTREPRISE : EXERCICE DES DROITS DE VOTE Principes de la politique de vote de CM-CIC Asset Management Respect des droits des actionnaires minoritaires et équité entre les

Plus en détail

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 1 CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 2 Groupama Asset Management s engage par le biais de cette présente Charte à appliquer et promouvoir une politique de Responsabilité Sociale de

Plus en détail

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 24 mars 2008 RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE En 2008, La Banque Postale a confirmé sa place unique et singulière sur le marché de la banque de détail

Plus en détail

Président du conseil d administration et dirigeant responsable

Président du conseil d administration et dirigeant responsable Président du conseil d administration et dirigeant responsable La loi du 15 mai 2001 relative aux nouvelles régulations économiques (NRE) a modifié le fonctionnement des organes dirigeants des sociétés

Plus en détail

FONDATION L ÉCHIQUIER DE LA RÉUSSITE. Fondation sous l égide de la Fondation de France

FONDATION L ÉCHIQUIER DE LA RÉUSSITE. Fondation sous l égide de la Fondation de France FONDATION L ÉCHIQUIER DE LA RÉUSSITE 14, rue d Ouessant - 75015 Paris. Tél : 01 78 09 88 00 Mail : fondationechiquierdelareussite@a2consulting.fr Fondation sous l égide de la Fondation de France Pourquoi

Plus en détail

Le fonds de dotation. Titre. www.artisandumonde.org

Le fonds de dotation. Titre. www.artisandumonde.org Le fonds de dotation d Artisans du Monde Faire un don Pour construire un monde plus juste au Nord comme au Sud Titre Crédit photo : Ellas Cuentan www.artisandumonde.org 1 Fonds de dotation d Artisans du

Plus en détail

NOTICE D'INFORMATION DU FCPE SOLIDAIRE "UFF ÉPARGNE SOLIDAIRE" (N code AMF : 08343) Compartiment : non Nourricier : oui

NOTICE D'INFORMATION DU FCPE SOLIDAIRE UFF ÉPARGNE SOLIDAIRE (N code AMF : 08343) Compartiment : non Nourricier : oui NOTICE D'INFORMATION DU FCPE SOLIDAIRE "UFF ÉPARGNE SOLIDAIRE" (N code AMF : 08343) Compartiment : non Nourricier : oui Un fonds commun de placement d'entreprise (FCPE) est un organisme de placement collectif

Plus en détail

Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques

Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques La Bourse Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques Le Marché Financier a un double rôle : apporter les capitaux nécessaires au financement des investissements des agents économiques et assurer

Plus en détail

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 :

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : BTS BANQUE L épargne solidaire 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : Fondée sur un principe de responsabilité et de fraternité, l épargne solidaire se caractérise par le choix de l épargnant

Plus en détail

FONDATION D ENTREPRISE CHANEL. 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS

FONDATION D ENTREPRISE CHANEL. 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS FONDATION D ENTREPRISE CHANEL 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS Exercice du 18 juin 2011 au 31 décembre 2012 SOMMAIRE COMPTES ANNUELS ANNEXE 6 1. Faits caractéristiques

Plus en détail

Conférence de presse 26 février 2009. Groupe Banque Populaire. Résultats 2008

Conférence de presse 26 février 2009. Groupe Banque Populaire. Résultats 2008 Conférence de presse 26 février 2009 Groupe Banque Populaire Résultats 2008 Avertissement Cette présentation peut inclure des prévisions basées sur des opinions et des hypothèses actuelles relatives à

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales.

Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales. REGLEMENT INTERIEUR SUD CHIMIE Règlement INTERIEUR Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales. Il a été adopté par le 5ème congrès

Plus en détail

PARTENARIAT DU DÉPARTEMENT DES VOSGES AVEC LES ENTREPRISES

PARTENARIAT DU DÉPARTEMENT DES VOSGES AVEC LES ENTREPRISES PARTENARIAT DU DÉPARTEMENT DES VOSGES AVEC LES ENTREPRISES Avec les entreprises, le Conseil Général fait bouger les Vosges! Création Développement Reprise d entreprise CONSEIL GENERAL DES VOSGES 1 8 rue

Plus en détail

Durée d investissement recommandée de 8 ans. Lorsque vous investissez dans une SCPI, vous devez tenir compte des éléments et risques suivants :

Durée d investissement recommandée de 8 ans. Lorsque vous investissez dans une SCPI, vous devez tenir compte des éléments et risques suivants : SCPI Rivoli Avenir Patrimoine investir INDIRECTEMENT dans l immobilier d entreprise et bénéficier de revenus potentiels réguliers Durée d investissement recommandée de 8 ans AVERTISSEMENT Lorsque vous

Plus en détail

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé Loi1901.com présente : Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé (Prenant en compte les nouvelles dispositions du règlement N 99-01 du 16 février 1999 relatif aux modalités d établissement des comptes

Plus en détail

Une performance solide, un bilan renforcé

Une performance solide, un bilan renforcé 5 mars 2014 Le groupe Crédit Mutuel en 2013 1 Une performance solide, un bilan renforcé Un résultat net (2 651 M, soit + 23,3 %), destiné principalement à être réinvesti dans le groupe, au service de ses

Plus en détail

VISUEL. Réunion avec les actionnaires à Marseille le 22 mars 2010

VISUEL. Réunion avec les actionnaires à Marseille le 22 mars 2010 VISUEL Réunion avec les actionnaires à Marseille le 22 mars 2010 22 mars 2010 Natixis et ses actionnaires : dialogue avec les actionnaires individuels Un Club des actionnaires de 20 000 membres Un Comité

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

Juillet 2011. Réponse de la MGEN et de la MS Consultation sur la gouvernance d entreprise 1

Juillet 2011. Réponse de la MGEN et de la MS Consultation sur la gouvernance d entreprise 1 Contribution de la Mutuelle Générale de l Education Nationale - MGEN (France) et de la Mutualité Socialiste - MS (Belgique) au livre vert sur «Le cadre de gouvernance d entreprise dans l UE» Juillet 2011

Plus en détail

SOLUTIONS CRÉDIT VOS CLIENTS VONT ADORER!

SOLUTIONS CRÉDIT VOS CLIENTS VONT ADORER! SOLUTIONS CRÉDIT VOS CLIENTS VONT ADORER! Franfinance votre accélérateur de ventes 30 AGENCES Pour être toujours à vos côtés Le réseau national Franfinance vous assure un véritable service de proximité.

Plus en détail

Performance des résultats et solidité renforcée

Performance des résultats et solidité renforcée 4 mars 2015 Le groupe Crédit Mutuel en 2014 1 Performance des résultats et solidité renforcée Un résultat net de 3 027 M (soit + 11,4 %) permettant de renforcer la structure financière du Crédit Mutuel

Plus en détail

amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire

amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire 1 amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire 1 - Amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire Les entreprises

Plus en détail

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr Avertissement - Facteurs de risques Lorsque vous investissez dans une SCPI de type «Scellier

Plus en détail

Économie, connaiss.de base Réponse 1. Économie, connaiss.de base Question 1 Affaires bancaires. Économie, connaiss.

Économie, connaiss.de base Réponse 1. Économie, connaiss.de base Question 1 Affaires bancaires. Économie, connaiss. Économie, connaiss.de base Question 1 Économie, connaiss.de base Réponse 1 Quels sont les six types de banques les plus importants? les grandes banques les banques cantonales les banques régionales/caisses

Plus en détail

Devenez fondateur. fondationdefrance.org

Devenez fondateur. fondationdefrance.org Devenez fondateur fondationdefrance.org Vous envisagez de créer une fondation Comment vous y prendre? Quelles questions vous poser avant de vous lancer? De quelles ressources devez-vous disposer? Quelle

Plus en détail

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Italie Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

avec La Région s engage et pour l emploi

avec La Région s engage et pour l emploi avec La Région s engage pour le financement des PME et pour l emploi 2 Financer les projets des petites et moyennes entreprises La Banque Publique d Investissement Pays de la Loire a été inaugurée au début

Plus en détail