Information presse 23 Novembre 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Information presse 23 Novembre 2011"

Transcription

1 Information presse 23 Novembre 2011 La dernière étude de l Institut pour l Innovation et la Compétitivité i7, en partenariat avec Accenture, dévoile les 10 tendances-clés de l Open Innovation Selon une enquête récente 1, 62% des dirigeants considèrent que la stratégie de leur entreprise est «largement» ou «totalement» dépendante de l innovation. Dans un environnement caractérisé à la fois par la crise et par une concurrence intensifiée et mondialisée, l innovation constitue un critère clé pour juger de l attractivité actuelle et future des entreprises. A travers l étude «Open Innovation: What s Behind the Buzzword», l Institut pour l Innovation et la Compétitivité i7, en partenariat avec Accenture, apporte aux entreprises les 10 tendances-clés en la matière. Une source de connaissance et d inspiration cruciale au moment où elles sont obligées d innover toujours plus, de plus en plus vite et avec plus de partenaires. L Institut pour l Innovation et la Compétitivité i7, Think Tank académique créé et porté par ESCP Europe et la Fondation Europe+, a rendu public le 22 novembre 2011 sur le campus Paris de la grande école de management et en partenariat avec Accenture, un état des lieux des pratiques professionnelles en Open Innovation mené auprès de 20 entreprises internationales. Delphine Manceau, Directeur de l Institut pour l Innovation et la Compétitivité i7 et Pierre-François Kaltenbach, Responsable de la ligne de service Opérations d Accenture en Europe, en ont dévoilé les principaux résultats avant de lancer une table-ronde sur le sujet à laquelle ont participé plusieurs experts mondialement reconnus : Jean-Luc Beylat, Président, Alcatel Lucent Bell Labs France et Président, pôle de compétitivité Systematic ; Graham Cross, Director of Supplier Innovation and Innovation Acceleration, Unilever ; Dario Liguti, Directeur Marketing France, GE Corporate. Une étude basée sur les entreprises matures en Open Innovation En se basant sur des entretiens qualitatifs et sur les travaux académiques récents sur le sujet, l Institut pour l Innovation et la Compétitivité i7 et Accenture ont cherché à percer la réalité qui se cache derrière ce terme à la mode d Open Innovation. Ils ont ainsi étudié 20 grandes entreprises internationales de secteurs différents qui la pratiquent activement afin de stimuler leur performance globale d innovation. Le rapport met en évidence les étapes du processus d intégration de l Open Innovation en 10 tendances-clés : L approche structurée et systématique pour «faire rentrer l extérieur» Le rythme d adoption rapide : 10 ans entre les pionniers et la diffusion Le vivier quasiment illimité de sources externes Le choix du degré et d objet d ouverture L équilibre entre le nombre et l intensité des partenariats Le pilotage des partenariats La nécessité d investissement L évolution de la culture d entreprise Le pilotage de la performance L impact et les facteurs de succès (Cf le détail des 10 tendances-clés ci-après, pages 4 à 7) 1 See Innovation survey conducted by Accenture: Alon A., Chow D. (2008), How to get the most from your best ideas, Accenture Outlook.

2 Au-delà de l intérêt populaire pour la mode de l Open Innovation, l étude montre que ce concept est à l origine d un profond changement dans l approche de l innovation des entreprises, qui leur permet d accélérer et d améliorer leur capacité d innovation, d une manière plus écologique et peut-être plus économe. L Open Innovation se concentre sur la découverte de nouvelles idées, la réduction des risques, l exploitation de ressources rares et paradoxalement l amélioration de la protection de la Propriété Intellectuelle. Le business model de l Open Innovation est un critère clé de son succès. La confiance et la capacité d absorption sont les principaux ingrédients des situations gagnant-gagnant. L Open Innovation ne peut générer des résultats qu à condition que les investissements et le soutien managérial soient à la hauteur et que la révolution culturelle de l entreprise soit en marche. L Open Innovation ne doit pas non plus être envisagée comme un substitut à l innovation interne. Pour profiter pleinement d une innovation réalisée en collaboration avec des partenaires externes, les entreprises doivent combiner ressources externes et compétences internes. Innover pour s imposer, innover plus et plus vite Les entreprises n ont guère le choix : elles doivent innover davantage. Pour répondre à la demande de plus en plus évolutive des consommateurs mais aussi pour faire face aux exigences particulières des marchés émergents. ChotuKool, le réfrigérateur à $69, et Nano, la voiture à $2200, sont des exemples connus «d innovation frugale» que développent les entreprises voulant s imposer sur les marchés émergents. Elles ont aussi l obligation d innover plus rapidement, pour remédier au raccourcissement des cycles de vie des produits et services et créer de nouveaux espaces de marché. Apple n a attendu que 20 mois pour remplacer le mini ipod par le Nano. Dans ce contexte, le concept d Open Innovation fait l objet d une grande attention de la part des entreprises, des professeurs de management et des médias. Les firmes mettent en place des collaborations avec d autres entreprises, des structures publiques, des chercheurs, des universités et des particuliers pour trouver des idées, identifier des nouvelles technologies et développer des nouveaux produits et services. Elles acceptent également que d autres exploitent les idées qu elles n utilisent pas, mais qui peuvent donner lieu à un projet rentable. Ce rapport montre aussi que les entreprises ayant une certaine maturité dans la pratique de l Open Innovation se réorganisent pour faire en sorte que l Open Innovation fasse partie de leur fonctionnement naturel. L Open Innovation n est donc pas une simple mode managériale mais participe de la nouvelle façon d innover. Selon Katja van der Wal, Directeur Open Innovation de Philips Customer Lifestyle, l Open Innovation «sera désormais la manière normale de penser, de réaliser et de concevoir l innovation». De son côté, A.G. Lafley, ancien PDG de P&G estime pour sa part que «il faut que les entreprises ne voient pas l Open Innovation comme quelque chose de spécial qui serait seulement à la portée de quelques individus, mais comme une routine et une méthode applicable par chaque employé.» L Open Innovation : un accélérateur de croissance dans l entreprise Dans un tissu entrepreneurial parfois considéré comme hermétique, ce qui en revanche peut être vu comme une nouveauté lorsque l on parle aujourd hui d Open Innovation, c est l effort constant d ouverture dont font preuve les entreprises et les approches de plus en plus expérimentales qu elles adoptent. En favorisant la multiplication des partenariats avec des laboratoires universitaires ou indépendants, l Open Innovation repense le fonctionnement de l entreprise. Il s opère désormais selon un processus en 3 temps : - l émergence d innovations, - leur développement en interne ou à l extérieur de l entreprise, - et leur intégration dans un processus de valorisation.

3 Découverte de nouvelles idées, développement durable, réduction des risques, exploitation de ressources rares et amélioration de la protection de la propriété intellectuelle, tels sont les principaux avantages de l Open Innovation. C est une valeur ajoutée pour les entreprises dans la mesure où elle : - réduit le time to market et génère un avantage concurrentiel significatif en évitant l impact négatif des copieurs surtout pour les PME, - n est pas moins chère que l innovation en interne mais permet de mutualiser les risques, - améliore la protection de la propriété intellectuelle, - encourage la course au développement, - et améliore la capacité d innovation de l entreprise. Fruit d une émulation collective, l Open Innovation fédère les énergies créatrices. Elle permet de décupler les capacités de l entreprise selon 3 stratégies possibles : - à travers une stratégie tournée vers certains sujets, dont sont partisanes la plupart des entreprises interrogées. Elle implique d avoir préalablement défini une stratégie d innovation et d avoir ciblé des objectifs précis. - à travers une stratégie tournée vers certains partenaires. Il faut multiplier les partenariats pour couvrir une palette plus importante de sujets. - à travers une stratégie complètement ouverte. L Open Innovation, c est aussi : - le bon équilibre entre la quantité et la qualité des relations avec les partenaires. Il faut créer des relations durables et fidéliser les partenaires, - la gestion des partenariats à travers des processus d identification, d attraction et de rétention des partenaires - un investissement technologique. La majorité des entreprises interrogées ont mis en place des plateformes collaboratives - et un investissement en capital humain, en processus et en formations pour que l Open Innovation devienne la philosophie, un état naturel au sein de l entreprise. Contacts presse : Christine Cassabois Mihaela Fiordean Emmanuelle Tessier-Solaz A propos de i7, l Institut pour l Innovation et la Compétitivité Créé en janvier 2011, l Institut pour l Innovation et la Compétitivité i7 est un Think Tank académique européen porté par ESCP Europe et la Fondation Europe+. Il réunit entreprises, académiques et pouvoirs publics en vue de promouvoir une vision élargie de l innovation et de constituer un carrefour de pensée et un lieu de réflexion et de proposition sur l innovation et la compétitivité. Plus d informations sur : A propos de ESCP Europe ESCP Europe accueille chaque année 4000 étudiants de 90 nationalités différentes et 5000 cadres dirigeants, sur ses 5 campus européens (Paris, Londres, Berlin, Madrid et Turin) et dans 88 universités partenaires dans le monde. A la pointe de l économie de la connaissance et de l immatériel et accréditée par les plus grands organes internationaux (AACSB, EQUIS et AMBA), elle prépare étudiants et cadres confirmés aux différents métiers du management, dans le respect des valeurs humanistes européennes. ESCP Europe est membre du pôle d'enseignement et de recherche supérieur (PRES) hésam. Plus d informations sur :

4 Les 10 tendances-clés de l étude «Open Innovation: What s Behind the Buzzword?» Les entreprises qui ont fait l objet de l étude sont pour la plupart leaders dans leur secteur. Elles appartiennent aussi bien au secteur alimentaire (Danone, General Mills, Kraft ), qu à la grande consommation (Procter & Gamble, Unilever, Beiersdorf ) ou a la chimie, l industrie pharmaceutique et la téléphonie (Alcatel Lucent, GE, Merck ). L étude analyse comment l Open Innovation modifie la façon de construire et gérer les partenariats externes, comment elle agit sur l organisation et la stimulation de l innovation en interne, et quel est son impact sur la performance de l innovation, en se concentrant sur l approche «Outside-in» de l Open Innovation. 1 er constat : Une approche structurée et systématique pour «faire rentrer l extérieur» La majorité des entreprises étudiées insiste sur le fait qu une bonne partie de ce qui est aujourd hui décrit comme de l Open Innovation se pratiquait bien avant que le terme ne soit inventé. Comme le dit Jean-Luc Beylat, le Président Alcatel Lucent Bell Labs, Comme Monsieur Jourdain, les Bell Labs ont pratiqué l Open Innovation depuis toujours sans le savoir. Cependant, bien que certains éléments existent de longue date, comme l implication précoce des fournisseurs dans la conception d un nouveau produit ou la collaboration avec des universités pour les laboratoires publics en matière de recherche, l Open Innovation a provoqué un basculement : on est passés d approches expérimentales et au cas par cas à des processus systématiques et fortement structurés qui affectent l organisation, les méthodes et les outils de l innovation. 2 ème constat : Un rythme d adoption rapide : 10 ans entre les pionniers de l Open Innovation et la diffusion L Open Innovation est particulièrement développée dans les secteurs en évolution rapide où l impératif d innovation est critique : les biens de consommation et le high-tech notamment. On a assisté à trois vagues d adoption : Les innovateurs, au début des années 2000, correspondent aux premières initiatives d Open Innovation, déclenchées par le projet «Connect+Develop» de P&G ; Les précurseurs, au milieu des années 2000, font partie de la seconde vague rapide de suiveurs dans tous les secteurs ; La majorité précoce, au début des années 2010, rassemble la troisième vague avec des entreprises qui se tournent vers l Open Innovation dans l objectif de renouer avec la croissance dans un contexte économique volatile et difficile. 3 ème constat : Puiser dans un vivier quasiment illimité de sources externes L étude souligne la croissance spectaculaire du nombre de sources externes qu une entreprise peut potentiellement mobiliser. Si l on pense aux fournisseurs, la source externe d Open Innovation la plus citée par nos répondants, on constate que la mondialisation et le recours généralisé à des fournisseurs en provenance de pays émergents élargissent

5 considérablement la base de fournisseurs potentiels. De même avec les universités et les scientifiques. Pour chacun de ses chercheurs, P&G estime qu il y a 200 autres scientifiques ou ingénieurs dans le monde tout aussi qualifiés soit 1,5 millions de personnes sur lesquelles P&G pourrait s appuyer. Pour donner un exemple concret, une entreprise interviewée dans l étude affirme qu elle étudie systématiquement les universités chinoises afin d identifier les outils et compétences locaux susceptibles d être exploités dans son processus d Open Innovation. Ce nombre quasi illimité de partenaires engendre bien évidemment des défis opérationnels importants. 4 ème constat : Choisir le degré et l objet d ouverture Avant de définir leur stratégie d Open Innovation, les entreprises doivent se poser plusieurs questions : Avec qui collaborer? Sur quel sujet? Comment? A quelle fréquence? La plupart d entre elles choisissent une ouverture progressive tant sur le réseau de partenaires que sur l éventail des sujets concernés. En effet, l Open Innovation n est pas forcément synonyme d ouverture totale et il existe plusieurs types d ouverture Il a été identifié trois types d approches : l Open Innovation orientée vers certaines thématiques, l Open Innovation orientée vers certains partenaires et l innovation complètement ouverte. Les deux premières sont des approches ouvertes mais centrées soit sur des sujets en ligne avec la stratégie d innovation de l entreprise, soit sur des partenaires spécifiques avec lesquels elle a déjà eu des collaborations réussies. Quant aux approches totalement ouvertes, elles sont le fait des entreprises les plus matures qui pratiquent l Open Innovation depuis plusieurs années. Non définies La matrice de l Open Innovation Open Innovation orientée Partenaire Ouverture totale Sujets Prédéfinies Coopération inter-firme classique Présélectionnés Partenaires Open Innovation orientée Thématique N importe qui La plupart des entreprises interviewées utilisent l Open Innovation à orientation thématique, qui implique d avoir défini au préalable les priorités de l innovation d avoir des objectifs précis au moment de contacter et sélectionner les partenaires externes. Une telle approche permet d élargir la recherche de nouveaux partenaires en s intéressant aux acteurs disposant des compétences complémentaires à celles de l entreprise pour atteindre les objectifs visés. D autres ont une orientation-partenaire, surtout en R&D, et cherchent à intensifier leurs relations avec les partenaires existants, jugés compétents et collaboratifs, dans le but de couvrir ensemble de plus en plus de sujets. Enfin, les entreprises les plus matures dans la démarche d Open Innovation pratiquent un degré d ouverture extrême en élargissant l éventail des sujets et des partenaires concernés. Notons que certaines entreprises pratiquent simultanément plusieurs approches de l Open Innovation, en se concentrant sur quelques sujets pour certains projets, en cherchant des nouvelles façons de travailler avec des partenaires existants sur n importe quel sujet et en étant complètement ouvertes sur d autres projets. 5 ème constat : Trouver un équilibre entre le nombre et l intensité des partenariats Créer des relations durables et intenses avec un nombre important de partenaires est difficile, si ce n est impossible. C est pourquoi les entreprises doivent trouver un compromis entre le nombre et l intensité des partenariats, c est-àdire entre l élargissement du groupe de partenaires et l approfondissement des relations avec un nombre limité d entre eux. Comme pour le degré d ouverture, notre étude montre un phénomène d apprentissage des entreprises les plus avancées, qui élargissent à la fois le profil et l objet des partenariats. Par exemple, General Electric a lancé un concours Ecomagination Challenge ouvert à n importe quel type de partenaires dont des particuliers, des PME, etc.

6 6 ème constat : Piloter les partenariats La gestion des partenariats est un élément clé du processus d Open Innovation et toutes les entreprises ont structuré des processus d identification, d attraction et de rétention des partenaires. Pour l Open Innovation orientée-sujet, caractérisée par une forte ouverture sur les partenaires possibles, l identification des partenaires peut se faire selon une approche «partenaire-pull» (via les plateformes d entreprises ouvertes comme Innocentive) ou «partenaire-push» (via, par exemple, une structure interne en charge d identifier les partenaires potentiels partout dans le monde). Trois façons de gérer les partenariats ont été identifiées depuis une approche au cas par cas jusqu à un processus très structuré couvrant toutes les étapes de la relation comme le modèle Want, Find, Get and Manage d Unilever. Encore une fois, plus les entreprises sont rôdées à l Open Innovation, plus ces processus sont structurés et intégrés. Certaines ont différencié leur approche en fonction du type de partenaire (les fournisseurs, les chercheurs, les start-ups ). Dans tous les cas, construite un climat de confiance fondée sur une approche gagnant-gagnant constitue une règle d or à laquelle les entreprises sont soucieuses de se conformer pour obtenir des résultats à long terme. 7 ème constat : Ouvert mais pas gratuit A l inverse de l Open Source ou de l Open bar, l Open Innovation n est pas gratuite. Tous nos répondants ont investi significativement dans le sujet à la fois en termes d organisation, de développement de compétences et d outils. Concernant l organisation, les entreprises commencent généralement avec une équipe dédiée afin d enclencher la démarche et d attirer l attention du management. Ces équipes sont de taille variable, entre quelques individus et 25 experts. L Open Innovation est également un investissement, et tous les répondants à l étude, ont acheté des plateformes collaboratives du type NineSigma (qui a elle seule a été adoptée par 60% des répondants) afin de stimuler la génération d idées, d en faciliter la collecte et d impulser des collaborations inter fonctionnelles et inter organisationnelles. Bien qu elles nécessitent des ressources et un budget important, ces plateformes permettent l ouverture de l innovation au-delà du réseau existant de partenaires. «Si vous voulez que vos salariés croient que c est une manière d innover nouvelle et précieuse, il faut leur montrer que vous êtes prêt à investir!». 8 ème constat : Il ne s agit pas seulement de nommer un «Directeur de l Open Innovation» Faire évoluer les mentalités n est pas une tâche facile mais cela s avère nécessaire pour passer d une forte résistance aux innovations «non inventées ici» à un enthousiasme partagé pour les innovations «que l on est fier d avoir trouvées à l extérieur». Tous nos répondants considèrent cet enjeu de culture organisationnelle comme le principal défi de l Open Innovation. D où la nécessité d une forte gestion du changement. Les entreprises étudiées investissent en capital humain, en processus et en formations pour construire une culture propice à l Open Innovation et améliorer leurs capacités d absorption des compétences externes. Recruter des nouveaux profils, mettre en place des formations spécialisées, inclure l Open Innovation dans les objectifs individuels comptent parmi les pratiques les plus courantes de l échantillon de l étude. L objectif est de diffuser la culture de l Open Innovation dans toute l entreprise, jusqu à devenir un réflexe et une manière récurrente de traiter l innovation. Comme le disait A.G. Lafley, ancien PDG de P&G, «il faut que les entreprises ne voient pas l Open Innovation comme quelque chose de spécial qui serait seulement à la portée de quelques individus, mais comme une routine et une méthode applicable par chaque employé.» 9 ème constat : L Open Innovation ne résout pas le triangle des Bermudes de l innovation La dernière partie de l étude porte sur le pilotage de la performance en matière d innovation. L importance accordée à l innovation ne se reflète pas dans la façon dont les entreprises évaluent sa performance : l innovation est peu et mal mesurée comme en témoigne la frustration de nombreuses entreprises à l égard des indicateurs utilisés. Ainsi, il était intéressant de voir si l Open Innovation a permis une amélioration en la matière. La réponse est négative et la plupart des entreprises ont du mal à mettre en place un tableau de bord efficace pour mesurer la performance de l Open Innovation, même s ils s efforcent de mettre en place des indicateurs. Tous les répondants reconnaissent le travail nécessaire pour améliorer les KPIs de l Open Innovation et de l innovation en général. Deux types de mesure de l Open Innovation, non exclusives les unes des autres, peuvent être adoptées : introduire des KPIs spécifiques à l Open Innovation dans le tableau de bord général de l innovation (comme le nombre de partenaires,

7 le pourcentage d idées réalisées venant de l extérieur ) ou analyser dans quelle mesure l Open Innovation améliore les KPIs habituels l innovation. Dans les deux cas, on peut utiliser des indicateurs liés aux inputs, aux processus et aux outputs afin de mesurer les efforts, les changements de processus et les résultats de cette approche. 10 ème constat : l Open Innovation, ça marche! Malgré l absence d indicateurs précis et satisfaisant, les entreprises dressent un bilan de leurs pratiques d Open Innovation. Elles considèrent que : L Open Innovation réduit le time to market, contrairement à l idée reçue que la collaboration entre différentes organisations prend du temps, cet avantage en terme de délais procure d ailleurs un avantage concurrentiel significatif en gênant la copie par des suiveurs, surtout pour les PME pas toujours protégées au plan juridique. L Open Innovation n est pas moins chère que l innovation interne, mais permet de mutualiser les risques. L Open Innovation améliore la protection de la Propriété Intellectuelle, ce qui peut apparaître comme une conclusion inattendue de notre étude. Dans un contexte collaboratif, il est impératif d expliciter la répartition de propriété intellectuelle entre les partenaires, ce qui implique de traiter cette question en amont. L Open Innovation favorise les progrès en matière de développement durable. Si ce point est rarement à l origine de la démarche, c est sans doute l un des effets les plus positifs et les plus inattendus de cette pratique en favorisant une intégration rapide de compétences et de savoirfaire externes en la matière. L Open Innovation augmente la capacité d innovation des entreprises. Elle permet d innover davantage et stimule ainsi l économie de la quantité que constitue l innovation. Télécharger le rapport complet, en anglais, à l adresse suivante :

Synthèse DELPHINE MANCEAU, VALÉRIE MOATTI, JULIE FABBRI, FROM I7 INSTITUTE, ESCP EUROPE

Synthèse DELPHINE MANCEAU, VALÉRIE MOATTI, JULIE FABBRI, FROM I7 INSTITUTE, ESCP EUROPE Synthèse DELPHINE MANCEAU, VALÉRIE MOATTI, JULIE FABBRI, FROM I7 INSTITUTE, ESCP EUROPE PIERRE-FRANÇOIS KALTENBACH, LINE BAGGER-HANSEN, FROM ACCENTURE Téléchargez le rapport à l adresse http://institut-innovation-competitivite.eu/fr/activite/publications

Plus en détail

Cursus manager dirigeant Un nouvel élan pour votre carrière, un diplôme de Haut Niveau

Cursus manager dirigeant Un nouvel élan pour votre carrière, un diplôme de Haut Niveau Cursus manager dirigeant Un nouvel élan pour votre carrière, un diplôme de Haut Niveau 2015-2017 The World s First Business School (est. 1819) 2 EuROPEAn IdEnTITY GLObAL PERSPECTIVE The World s First Business

Plus en détail

Les dirigeants face à l innovation

Les dirigeants face à l innovation Les dirigeants face à l innovation Vague 2 FACD N 111164 Contact Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d'entreprise flore-aline.colmet-daage@ifop.com Mai

Plus en détail

Quel contexte pour la gestion des ressources humaines?

Quel contexte pour la gestion des ressources humaines? Quel contexte pour la gestion des ressources humaines? Dans le contexte actuel, les PME-PMI subissent de nombreuses contraintes : la mondialisation et la concurrence internationale, la nécessité d être

Plus en détail

Pascal Morand 1 et Delphine Manceau 2, «Pour une nouvelle vision de l innovation», avril 2009, 98 p 3.

Pascal Morand 1 et Delphine Manceau 2, «Pour une nouvelle vision de l innovation», avril 2009, 98 p 3. Pascal Morand 1 et Delphine Manceau 2, «Pour une nouvelle vision de l innovation», avril 2009, 98 p 3. «La France est souvent citée pour ses produits performants sur un plan technologique mais n ayant

Plus en détail

Chapitre I : Introduction

Chapitre I : Introduction Chapitre I : Introduction 1.1) Problématique A partir des années soixante, l environnement des entreprises a connu une mutation capitale, sans précédant historique dans le climat des affaires. Ces changements

Plus en détail

Innovation. Qu est-ce que l innovation? On considère deux types d innovation

Innovation. Qu est-ce que l innovation? On considère deux types d innovation Innovation Qu est-ce que l innovation? Une innovation est quelque chose : - de nouveau, de différent ou de meilleur (produit, service, ), - qu une entreprise apporte à ses clients ou à ses employés, -

Plus en détail

développement innovation

développement innovation phases d un projet de recherche développement innovation Programme, projet et opération Programme : un ensemble de projets concourant à un même objectif. Projet : un ensemble finalisé d activités et d

Plus en détail

L ESC PAU conforte sa stratégie de développement en France et à l international : un challenger dans le monde des ESC françaises

L ESC PAU conforte sa stratégie de développement en France et à l international : un challenger dans le monde des ESC françaises COMMUNIQUE DE PRESSE PAU, le 19 mai 2015 L ESC PAU conforte sa stratégie de développement en France et à l international : un challenger dans le monde des ESC françaises Depuis sa création en 1969, le

Plus en détail

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix!

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix! Communiqué de presse 21 novembre 2011 Une étude CEDRE/Ifop 1 propose le regard croisé des consommateurs et des chefs d entreprises français sur le «Made in France» 72% des Français prêts à payer plus cher

Plus en détail

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux FONDS AQUI-INVEST I. Présentation de l action AQUI-INVEST, est le premier fonds de co-investissement en capital risque régional français. Il s'agit d une nouvelle génération d investissement public impulsée

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET Cette étude est cofinancée par l Union européenne. L Europe s engage en Ile-de- France avec le Fonds européen de développement régional. Synthèse de l Etude «Innovation dans les entreprises de services

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

OFFRE DE FORMATIONS 2015

OFFRE DE FORMATIONS 2015 Matia Consulting Consultance en Formation Conseils & Formations sur mesure TPE - PME Développement des compétences Management de la Performance OFFRE DE FORMATIONS 2015 Contact Anne QUINTART +32 (0)472

Plus en détail

CCIFER Executive Master Management. En partenariat avec ESCP Europe

CCIFER Executive Master Management. En partenariat avec ESCP Europe CCIFER Executive Master Management En partenariat avec ESCP Europe Partenaire pédagogique Ecole Supérieure de Commerce de Paris ESCP Europe, un partenaire de premier rang - 5 campus à Paris, Londres, Berlin,

Plus en détail

LE MARKETING DIRECT, SUPPORT DU MARKETING CLIENT

LE MARKETING DIRECT, SUPPORT DU MARKETING CLIENT 11 CHAPITRE PREMIER LE MARKETING DIRECT, SUPPORT DU MARKETING CLIENT En moins d un siècle, le marketing direct a profondément évolué. Passant de la commande traditionnelle par courrier à la multiplication

Plus en détail

Libérez votre potentiel innovation!

Libérez votre potentiel innovation! Libérez votre potentiel innovation! SUNIDEE 2014 Page 1 Nous aidons les entreprises à développer leur potentiel innovation Nous aidons votre entreprise à innover et développer son potentiel innovation

Plus en détail

TEMPS PLEIN I CAMPUS REIMS. in Intelligence & Innovation Marketing. intégrant les outils digitaux

TEMPS PLEIN I CAMPUS REIMS. in Intelligence & Innovation Marketing. intégrant les outils digitaux TEMPS PLEIN I CAMPUS REIMS in Intelligence & Innovation Marketing Une approche dynamique du marketing intégrant les outils digitaux NEOMA Business School, c est : 3 campus Rouen, Reims et Paris «Le consommateur

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Marketing et vente de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Évolutions des processus d innovation. chez les constructeurs

Évolutions des processus d innovation. chez les constructeurs Évolutions des processus d innovation C. MIDLER, Conférence IFRI avril 2006 / n 1 chez les constructeurs Christophe Midler Centre de Recherche en Gestion Ecole polytechnique christophe.midler@polytechnique.edu

Plus en détail

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation Dispositifs d Évaluation Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation > Innovant : une technologie SaaS simple et adaptable dotée d une interface intuitive

Plus en détail

L information en Chine et le contrôle de la criminalité économique / financière.

L information en Chine et le contrôle de la criminalité économique / financière. L information en Chine et le contrôle de la criminalité économique / financière. La construction de l informatisation de la Chine est une stratégie nationale qui est directement liée avec la vitesse et

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre INTRODUCTION Il y a 20 ans, toute l attention de l entreprise se portait sur la diminution des coûts et la maîtrise des filières de production autour des produits standardisés. Dans les années 1990, le

Plus en détail

Augmenter l impact économique de la recherche :

Augmenter l impact économique de la recherche : Augmenter l impact économique de la recherche : 15 mesures pour une nouvelle dynamique de transfert de la recherche publique, levier de croissance et de compétitivité Partout dans le monde, la recherche

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

Position du CIGREF sur le Cloud computing

Position du CIGREF sur le Cloud computing Position du CIGREF sur le Cloud computing Septembre 2010 Cette position est le fruit d un groupe de réflexion ayant rassemblé les Directeurs des Systèmes d Information de grandes entreprises, au premier

Plus en détail

Du benchmarking logistique au choix d une nouvelle stratégie d organisation

Du benchmarking logistique au choix d une nouvelle stratégie d organisation Du benchmarking logistique au choix d une nouvelle stratégie d organisation Thomas H. Abbot Vice President Operations Planning, LUCENT TECHNOLOGIES, États-Unis. Lucent Technologies, un des leaders des

Plus en détail

Fiche de poste : Responsable développement et opérationnel (H/F)

Fiche de poste : Responsable développement et opérationnel (H/F) Fiche de poste : Responsable développement et opérationnel (H/F) Rémunération fixe : base 48.000 brut selon expérience Rémunération variable très motivante et versée dès les premiers résultats acquis (%

Plus en détail

«TRANSITIONS» PRENDRE LE TEMPS D ANTICIPER ENSEMBLE UN CYCLE CONTINU DE PROSPECTIVE CRÉATIVE

«TRANSITIONS» PRENDRE LE TEMPS D ANTICIPER ENSEMBLE UN CYCLE CONTINU DE PROSPECTIVE CRÉATIVE «TRANSITIONS» PRENDRE LE TEMPS D ANTICIPER ENSEMBLE UN CYCLE CONTINU DE PROSPECTIVE CRÉATIVE «Questions Numériques» c est aujourd hui : Un rendez-vous majeur du début d année : le lancement du Cahier d

Plus en détail

Trois modèles de croissance

Trois modèles de croissance Trois modèles de croissance Par Jean Berg Senior Vice President, Estin & Co Il existe trois modèles de croissance : la croissance organique, la croissance par acquisition organique, la croissance par acquisition

Plus en détail

MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS

MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS Une enquête auprès des DAF et dirigeants de l industrie en France Paris, le 20 octobre 2010 Olaf de Hemmer International Business Manager Purchasing Department 16,

Plus en détail

Qu'est-ce que l'innovation?

Qu'est-ce que l'innovation? Qu'est-ce que l'innovation? Résumé : L innovation est avant tout un état d esprit. C est un processus vivant qui amène la direction à chercher à tous les niveaux la manière d être la plus performante pour

Plus en détail

Innover plus et mieux Maintenir et développer les activités industrielles sur nos territoires

Innover plus et mieux Maintenir et développer les activités industrielles sur nos territoires Les Jeudis de l économie Chambre de Commerce et d Industrie Territoriale d Alençon Innover plus et mieux Maintenir et développer les activités industrielles sur nos territoires Olivier GAUSSENS Chef projet

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale

Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale Notre vision des enjeux et notre offre de service Septembre 2015 La révolution digitale est un challenge

Plus en détail

LE CHEMINEMENT COMPLEXE D UN VACCIN

LE CHEMINEMENT COMPLEXE D UN VACCIN LE CHEMINEMENT COMPLEXE D UN VACCIN Chaîne de production, exigences réglementaires et accès aux vaccins International Federation of Pharmaceutical Manufacturers & Associations LE CHEMINEMENT COMPLEXE D

Plus en détail

Baromètre 2015 Havas Voyages / Intel* Travailler et voyager à l ère de la transformation numérique

Baromètre 2015 Havas Voyages / Intel* Travailler et voyager à l ère de la transformation numérique Communiqué de presse Baromètre 2015 Havas Voyages / Intel* Travailler et voyager à l ère de la transformation numérique Havas Voyages et Intel collaborent pour comprendre et adresser les nouvelles attentes

Plus en détail

L évolution du travail en réseau : une nouvelle donne stratégique

L évolution du travail en réseau : une nouvelle donne stratégique L évolution du travail en réseau : une nouvelle donne stratégique Les nouvelles formes d'organisation de l'entreprise, fondées sur le partenariat, l'externalisation, les réseaux, se multiplient. Les frontières

Plus en détail

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Ce que vous allez apprendre Définir le marketing et comprendre son rôle Comprendre les différentes évolutions du marketing Comprendre les nouveaux enjeux

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Licence professionnelle Management et gestion de la relation clients

Licence professionnelle Management et gestion de la relation clients Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Management et gestion de la relation clients Université Claude Bernard Lyon 1 - UCBL Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

CENTRE FRANCO-VIETNAMIEN DE FORMATION À LA GESTION CFVG International Business school in Vietnam

CENTRE FRANCO-VIETNAMIEN DE FORMATION À LA GESTION CFVG International Business school in Vietnam CENTRE FRANCO-VIETNAMIEN DE FORMATION À LA GESTION CFVG International Business school in Vietnam CFVG en chiffres Etablissement de formation en management avec: 2 centres: HN: Université d Economie Nationale

Plus en détail

KEDGE BACHELOR. kedgebs.com @kedgebs facebook.com/kedgebs 3 ANS POUR S OUVRIR TOUTES LES PERSPECTIVES

KEDGE BACHELOR. kedgebs.com @kedgebs facebook.com/kedgebs 3 ANS POUR S OUVRIR TOUTES LES PERSPECTIVES 1 KEDGE BACHELOR kedgebs.com @kedgebs facebook.com/kedgebs 3 ANS POUR S OUVRIR TOUTES LES PERSPECTIVES KEDGE BACHELOR KEDGE Bachelor a su trouver sa place parmi les meilleures formations post-bac en management.

Plus en détail

Kit de l'entrepreneuriat à ESCP Europe

Kit de l'entrepreneuriat à ESCP Europe Kit de l'entrepreneuriat à ESCP Europe European Identity Global Perspective The World s First Business School (est. 1819) Fondée en 1819, escp europe est la plus ancienne école de commerce au monde et

Plus en détail

à l aune de Prof. Eric Cornuel WWW.EFMD.ORG E U R O P E A N F O U N D A T I O N F O R M A N A G E M E N T D E V E L O P M E N T Liège, le 29 Jan 2007

à l aune de Prof. Eric Cornuel WWW.EFMD.ORG E U R O P E A N F O U N D A T I O N F O R M A N A G E M E N T D E V E L O P M E N T Liège, le 29 Jan 2007 La Pédagogie P à l aune de l Accréditation Prof. Eric Cornuel Directeur Général, G EFMD L éducation au Management en Europe: Panorama général Modèle continental versus anglo-saxon Convergence vers un format

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

AG ECONOMIE, EMPLOI, INDUSTRIE Section Paris 2 ème 28/02/2013

AG ECONOMIE, EMPLOI, INDUSTRIE Section Paris 2 ème 28/02/2013 AG ECONOMIE, EMPLOI, INDUSTRIE Section Paris 2 ème 28/02/2013 Compte rendu Exposé sur les outils économiques de la région île de France Guillaume Balas (Président du groupe socialiste au Conseil régional

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

CESA CERTIFICAT D ENSEIGNEMENTS SUPÉRIEUR DES AFFAIRES SUPPLY CHAIN MANAGEMENT

CESA CERTIFICAT D ENSEIGNEMENTS SUPÉRIEUR DES AFFAIRES SUPPLY CHAIN MANAGEMENT CESA CERTIFICAT D ENSEIGNEMENTS SUPÉRIEUR DES AFFAIRES SUPPLY CHAIN MANAGEMENT CESA Certificat d enseignement supérieur des affaires Pourquoi choisir un CESA HEC? Destinés aux responsables fonctionnels

Plus en détail

I) Le diagnostic externe

I) Le diagnostic externe Le diagnostic stratégique est la première étape de la démarche stratégique et consiste à analyser le diagnostic externe et interne de l entreprise. L analyse FFOM (SWOT) résume les conclusions de ces deux

Plus en détail

TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012. Novembre 2012

TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012. Novembre 2012 TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012 Novembre 2012 Sommaire 3 7 9 12 14 19 25 27 31 Présentation du baromètre Profil des entreprises Contexte économique Ressources humaines Financement

Plus en détail

4. Mieux jouer en équipe

4. Mieux jouer en équipe 4. Mieux jouer en équipe métier. La compétence, c est aussi nos savoir-faire et notre capacité à vouloir accomplir les missions qui nous ont été assignées et que nous assignons à nos collaborateurs. Elles

Plus en détail

L innovation disruptive,

L innovation disruptive, Octobre 2013 une nécessité pour l industrie aéronautique Les constructeurs aéronautiques font face à une compétition technologique et commerciale toujours plus intense dans un environnement de complexité

Plus en détail

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME?

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? Propositions de la CGPME Introduction : Nombre d adhérents à votre organisation : Avant propos : Compte tenu du niveau d information qui peut être

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? Lorraine Pour être efficace, un site web doit être réfléchi et en adéquation avec la stratégie de l entreprise. Cette notice présente les différentes possibilités

Plus en détail

Customer feedback management Management de la satisfaction client

Customer feedback management Management de la satisfaction client Customer feedback management Management de la satisfaction client La meilleure des publicités est un client satisfait. Vos clients les plus mécontents sont votre plus grande source d'enseignement. Bill

Plus en détail

Dossier de presse 2014

Dossier de presse 2014 Dossier de presse 2014 Sommaire Le mot du président 3 Recherche & Développement 5 Le Hub 6 Axes de différenciation 7 Crowdfunding 8 Partenaires 9 Contacts presse 11 2 Le mot du président La multiplication

Plus en détail

PRÉSENTATION PRÉSENTATION!

PRÉSENTATION PRÉSENTATION! PRÉSENTATION Qui sommes nous? Notre histoire Types d études menées 700000 600000 500000 400000 300000 200000 100000 Créée en 1819, ESCP Europe est à la fois une École de management prestigieuse et une

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

L Assurance Qualité DOSSIER L ASSURANCE QUALITE

L Assurance Qualité DOSSIER L ASSURANCE QUALITE DOSSIER L ASSURANCE QUALITE L Assurance Qualité DOSSIER N D4-2-GW0301 Satisfaction.fr 164 ter rue d Aguesseau 92100 Boulogne Billancourt 01.48.25.76.76 http://www.satisfaction.fr/ Page 1 Définition Normalisée.

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Comptabilité, contrôle, audit de l Université Lille 2 Droit et santé Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

Nos sociétés du troisième millénaire, leur nature, L enseignement supérieur et l innovation technologique : les enjeux pour Europe LES NOUVEAUX DÉFIS

Nos sociétés du troisième millénaire, leur nature, L enseignement supérieur et l innovation technologique : les enjeux pour Europe LES NOUVEAUX DÉFIS 094-100 Figel 13/10/06 11:15 Page 94 L enseignement supérieur et l innovation technologique : les enjeux pour Europe Le problème fondamental auquel se trouve confrontée l Union européenne en matière d

Plus en détail

PRESENTATION DE L ASSOCIATION

PRESENTATION DE L ASSOCIATION PRESENTATION DE L ASSOCIATION «Pour que l Esprit de Service soit la signature de l Excellence de Service à la française» Association Esprit de Service France L association Esprit de Service France L association

Plus en détail

Aides publiques à la recherche, au développement et à l innovation en faveur de l économie luxembourgeoise

Aides publiques à la recherche, au développement et à l innovation en faveur de l économie luxembourgeoise Aides publiques à la recherche, au développement et à l innovation en faveur de l économie luxembourgeoise Loi du 5 juin 2009 relative à la promotion de la recherche, du développement et de l innovation

Plus en détail

PARTENARIATS ENTREPRISES

PARTENARIATS ENTREPRISES PARTENARIATS ENTREPRISES Votre entreprise au cœur de l IÉSEG RENCONTRER LES ÉTUDIANTS ET LES DIPLÔMÉS DE L IÉSEG L IÉSEG accompagne ses étudiants dans le développement de leur projet professionnel et dans

Plus en détail

Développement Agile des organisations et des hommes

Développement Agile des organisations et des hommes Développement Agile des organisations et des hommes Le développement RH aujourd hui Des problématiques récurrentes de recrutements et de fidélisation dans le secteur de l IT Des acteurs segmentés par compétences

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

Assurer l avenir de votre activité grâce à l open marketing. Par David Mennie, Senior Director, Product Marketing, Acquia

Assurer l avenir de votre activité grâce à l open marketing. Par David Mennie, Senior Director, Product Marketing, Acquia Assurer l avenir de votre activité grâce à l open marketing Par David Mennie, Senior Director, Product Marketing, Acquia Table des matières Le Marketing à l ère de l ouverture 3 L émergence du marketeur

Plus en détail

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 27 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» Lundi 27 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Seul le prononcé fait foi

Plus en détail

Passage du marketing par e-mail à l automatisation du marketing

Passage du marketing par e-mail à l automatisation du marketing Passage du marketing par e-mail à l automatisation du marketing L automatisation du marketing est une technologie qui permet de fidéliser les prospects grâce à des campagnes automatisées. Étant donné que

Plus en détail

Les activités numériques

Les activités numériques Les activités numériques Activités de l entreprise et activités numériques de l entreprise convergent de plus en plus au sein de la chaîne de valeur, c est-à-dire la manière avec laquelle une entreprise

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique Page 1/ 17 Page 2/ 17 6RPPDLUH,1752'8&7,21 A QUI S ADRESSE CE MANUEL?... 6 QUEL EST L OBJECTIF DE CE MANUEL?... 6 /(6)$&7(856'(5(866,7(3285/

Plus en détail

Vision prospective et obstacles à surmonter pour les assureurs

Vision prospective et obstacles à surmonter pour les assureurs smart solutions for smart leaders Le «Big Data» assurément Rédigé par Pascal STERN Architecte d Entreprise Vision prospective et obstacles à surmonter pour les assureurs Un avis rendu par la cour de justice

Plus en détail

2 ANNÉES intensives pour un Bachelor (BAC + 3) en management

2 ANNÉES intensives pour un Bachelor (BAC + 3) en management 2 ANNÉES intensives pour un Bachelor (BAC + 3) en management Double-diplôme INSEEC BACHELOR/FACulté DE PHARMACIE Bachelor en Management Un double-diplôme inseec bachelor / faculté de pharmacie CAleNDRieR

Plus en détail

Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat : 081/33.44.84 Accompagnement.recherche@spw.wallonie.be. Guide pratique pour les études de faisabilité

Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat : 081/33.44.84 Accompagnement.recherche@spw.wallonie.be. Guide pratique pour les études de faisabilité Direction générale opérationnelle Économie, Emploi et Recherche Département du Développement technologique Direction de l Accompagnement de la Recherche Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat :

Plus en détail

POLES DE COMPETITIVITE. et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION

POLES DE COMPETITIVITE. et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION POLES DE COMPETITIVITE et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION Plan - Qu est-ce qu un pôle de compétitivité? - Qu est-ce qu un centre d innovation technologique? - Zoom sur Valorial

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH»

CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH» CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH» POUR LA CROISSANCE ET LE RAYONNEMENT DE L ÉCOSYSTÈME NUMÉRIQUE FRANÇAIS POUR ÊTRE LABELLISÉE «MÉTROPOLE FRENCH TECH», UNE MÉTROPOLE DOIT

Plus en détail

L attractivité de PACA pour le développement des smart grids

L attractivité de PACA pour le développement des smart grids L attractivité de PACA pour le développement des smart grids FORUM OCOVA 16 septembre 2014 Page 1 Les smart grids : une ambition pour la France Objectifs de la feuille de route du plan industriel Consolider

Plus en détail

Parce que vous faire grandir, c est grandir ensemble Notre succès repose sur notre capital humain evenir un hub pour les opérations économiques mondiales, tel est le défi à relever par le Maroc les prochaines

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

Lean Management : une stratégie de long terme. Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable?

Lean Management : une stratégie de long terme. Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable? Lean Management : une stratégie de long terme Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable? Au cours de ces deux dernières années, les grandes entreprises du monde

Plus en détail

CIDMEF: vision pour la prochaine décennie?

CIDMEF: vision pour la prochaine décennie? CIDMEF: vision pour la prochaine décennie? Proposition d enquête Pr Jacques Barrier Chargé de mission CIDMEF DFMCDP / Département management de la santé (faculté de médecine de Nantes) jacques.barrier@univ-nantes.fr

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

Investissements d avenir Action : «Prêts à l industrialisation des projets de R&D issus des pôles de compétitivité» (PIPC)»

Investissements d avenir Action : «Prêts à l industrialisation des projets de R&D issus des pôles de compétitivité» (PIPC)» Investissements d avenir Action : «Prêts à l industrialisation des projets de R&D issus des pôles de compétitivité» (PIPC)» Cahier des charges version 2014 1. Contexte et objectifs de l appel à projets

Plus en détail

Mastère Spécialisé. Marketing, Design et Création. www.audencia.com

Mastère Spécialisé. Marketing, Design et Création. www.audencia.com Mastère Spécialisé Marketing, Design et Création www.audencia.com Une année pour faire la différence sur le plan professionnel, tel est l enjeu d un mastère spécialisé. Vous êtes actuellement en cycle

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) :

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) : Evaluation des diplômes Masters Vague D Académie : Paris Etablissement déposant : Académie(s) : / Etablissement(s) co-habilité(s) : / Mention : Economie managériale et industrielle Domaine : Economie,

Plus en détail

Master en Gouvernance et management des marchés publics en appui au développement durable

Master en Gouvernance et management des marchés publics en appui au développement durable Master en Gouvernance et management des marchés publics en appui au développement durable Turin, Italie Contexte Le Centre international de formation de l Organisation internationale du Travail (CIF-OIT)

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Investir l excellence et la solidarité

Investir l excellence et la solidarité Investir l excellence et la solidarité www.fondation.dauphine.fr CULTURE. ÉGALITÉ DES CHANCES. CAMPUS. RECHERCHE. INTERNATIONAL. ENTREPRENEURIAT La Fondation Dauphine Notre vision La Fondation Dauphine

Plus en détail

Le MBA Telfer à Metz Le pouvoir d exceller

Le MBA Telfer à Metz Le pouvoir d exceller L École Nationale d Ingénieurs de Metz en partenariat avec L ÉCOLE DE GESTION TELFER DE L UNIVERSITÉ D OTTAWA Le MBA Telfer à Metz Le pouvoir d exceller La HAUTE PERFORMANCE Partenariat unique L École

Plus en détail

Les bonnes pratiques du recrutement en ligne

Les bonnes pratiques du recrutement en ligne POUR VOUS ÉCLAIRER DANS LE COMMERCE DE DÉTAIL Les bonnes pratiques du recrutement en ligne Avant-propos Au Québec, le commerce de détail compte près de 24 000 établissements et 300 000 employés. Les jeunes

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. LA PREMIERE ECOLE DE COMMERCE DEDIeE AUX METIERS DU WEB. ESCEN - The Web Business School /// Paris - Bordeaux - San Francisco

DOSSIER DE PRESSE. LA PREMIERE ECOLE DE COMMERCE DEDIeE AUX METIERS DU WEB. ESCEN - The Web Business School /// Paris - Bordeaux - San Francisco DOSSIER DE PRESSE ESCEN - The Web Business School /// Paris - Bordeaux - San Francisco LA PREMIERE ECOLE DE COMMERCE DEDIeE AUX METIERS DU WEB ESCEN.fr Préambule 140 étudiants en 2013 1 secteur d activité

Plus en détail