Polymères nanostructurés & nanocomposites : vers de nouvelles fonctionnalités et plus de valeur ajoutée

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Polymères nanostructurés & nanocomposites : vers de nouvelles fonctionnalités et plus de valeur ajoutée"

Transcription

1 PLASTILIEN Le magazine d'allizé-plasturgie Mars 2010 n 65 Dossier p.12 Polymères nanostructurés & nanocomposites : vers de nouvelles fonctionnalités et plus de valeur ajoutée SOCIAL p.30 ACCORD C D ENTREPRISE : COMMENT ET AVEC QUI NÉGOCIER EN 2010? FISCALITÉ p.18 LA TAXE PROFESSIONNELLE CÈDE LA PLACE À LA CONTRIBU- TION ECONOMIQUE TERRITORIALE DROIT DES AFFAIRES p.25 CRÉATION D UNE CHARTE DE BONNES PRATIQUES ENTRE DONNEURS D ORDRE ET PME

2 Qualité supérieure : régulation automatique de la force de fermeture Productivité : concept d entraînement innovant Rapidité : unité de fermeture servoélectrique efficacité énergétique Des performances maximales. Les nouvelles ALLROUNDER H sont parfaites pour la transformation des thermoplastiques car elles allient temps de cycle court et faible consommation d énergie. Unités de fermeture servoélectriques d une grande précision. Unités d injection dotées de la technique d accumulateur dynamique pour une force hydraulique élevée. HIDRIVE : des presses hybrides performantes à un prix extrêmement attractif. Made by ARBURG - made in Germany. ARBURG S.A.S. Z.I. Fosse à la Barbière 1 Rue Louis Saillant Aulnay-sous-Bois Tél.: +33 (0) Fax: +33 (0)

3 E d i t o Enjeux d un dialogue social territorial EMMANUELLE BOIZET PRÉSIDENTE DE ROVIP ET VICE PRÉSIDENTE DE LA CPHB gagner à expliciter les difficultés, les contraintes, les enjeux auxquels font face les entreprises de notre profession, dans un cadre déconnecté de tout enjeu de «pouvoir», gage d une meilleure écoute de tous. Ce qui peut sembler initialement différent, contraire, voire contradictoire, peut s avérer, par cette réflexion commune, complémentaire. Je ne prendrais qu un exemple : l amélioration des conditions de travail et l amélioration de la productivité peuvent être les deux faces d une même démarche. Parce que nous avons tous le sentiment d un dialogue social national souvent compliqué, parfois bloqué et bloquant, je souhaite partager avec vous les finalités de la démarche engagée par vos représentants industriels membres de la Commission Paritaire du Haut Bugey (CPHB) et plus particulièrement les enjeux d un dialogue social territorial, au plus proche de nos entreprises. Cette expérimentation constitue une déclinaison de ce que notre organisation professionnelle a déjà mis en place depuis de nombreuses années en région Rhône-Alpes et qui pourrait se déployer sur d autres territoires. Ces enjeux sont triples : - une meilleure connaissance des acteurs, - une approche plus complète des problématiques, - une coopération plus forte avec l ensemble de notre environnement. Une meilleure connaissance des acteurs Mieux connaître ses interlocuteurs, sans effacer les différences qui bien sûr subsisteront car nos préoccupations de chef d entreprise nous sont propres, permet d améliorer la compréhension, d anticiper les difficultés que pourraient connaître la filière Plasturgie dans cette période chaotique. Une approche plus complète des problématiques Confronter des visions différentes du monde de l entreprise est nécessairement enrichissant. De plus, nous avons tout à Cette capacité à comprendre et entendre les problématiques de chacun sera facilitée par les outils de travail développés par la CPHB. Une coopération plus forte avec l ensemble de notre environnement Un bon niveau de dialogue social installe une dynamique de construction autour de la Profession, dynamique à laquelle viennent s associer d autres partenaires : l Etat, la Région, le département de l Ain et la CCO. En effet, le lien dès l origine de cette commission avec les démarches RADAR & Plateforme de Mobilité est également un signe fort d implication de l ensemble des acteurs de notre territoire. Au-delà, la loi du 20 août 2008 confère une importance nouvelle à la négociation dans l entreprise, les structures de dialogue social de proximité pourront, si vous en ressentez le besoin, constituer un appui à cette démarche. C est dans cet esprit que les représentants industriels membres de la Commission Paritaire sont à l écoute de vos problématiques et se tiennent à votre disposition pour vous aider, vous conseiller et vous accompagner. «Améliorer la compréhension ; Anticiper les difficultés...» n 65 Mars 2010 Plastilien 1

4 Sommaire Plastilien Mars 2010 n 65 ALLIZÉ-PLASTURGIE 01/EDITORIAL 05 Enjeux d un dialogue social territorial 05/PROFESSION 05 Atelier «Cosmétologie & Plasturgie» 05 Le site des Ateliers de l apprentissage et de l alternance est lancé 06 BTS EUROPLASTIC 2010 : des stagiaires qualifiés pour vous développer en Europe 06 Le premier Serious-Game 3D relief en avant première au Mondial des Métiers 06 Ouverture des inscriptions de la 3 ème édition du CONCOURS EUROPLASTIC POCKET MOVIE 07 Concours européen du «Meilleur produit contenant du plastique recyclé» 07 Comment mieux maîtriser les droites de la Propriété Intellectuelle? La PI : un investissement durable 08 Convention Rectorat Allizé-Plasturgie Arc Méditerranéen 08 4 & 5 mai 2010 : inauguration du Plastic Ecodesign Center 13/CHRONIQUE 13 Le cochon dit à la poule : «Les oeufs, pour toi, c'est un engagement partiel ; le bacon pour moi, c'est un engagement total» 18/FISCALITE 18 La taxe professionnelle cède la place à la «Contribution Economique Territoriale» 23/POINT DE VUE 23 Industrie française : «c est maintenant l hiver de notre mécontentement» 25/DROIT DES AFFAIRES 25 Loi de modernisation de l économie : «Tout va très bien, madame la Marquise» 28 Création d'une charte de bonnes pratiques entre donneurs d'ordre et PME 30/SOCIAL 30 Accord d'entreprise : comment et avec qui négocier en 2010? 33 Accords collectifs : rappel des règles du jeu 34/ENVIRONNEMENT 34 L affichage environnemental des produits de grande consommation 37/ECO-CONCEPTION 37 L éco-conception des produits liés à l énergie 40/MATERIAUTECH 40 Le Polyéthylène haute densité 43/REPERES 43 Les déchets plastiques : un pétrole réutilisable 46/EPOQUE EPIQUE 46 Suite du «Petit guide de survie à l usage des entreprises et des individus aussi» 49/REPORTAGE 49 GETH : Agir pour l emploi des personnes handicapées 51 LYTOT, lunette tétine ou tétine lunette? 54/ECONOMIE 54 Les délais de paiement dans la Plasturgie 55 Plasturgie Tendance février Mercuriale 58/AGENDA 58 Le programme 2010 des journées de l innovation 58 Le programme 2010 proposé par le PEP DOSSIER DU MOIS «Polymères nanostructurés et nanocomposites : vers de nouvelles fonctionnalités et plus de valeur ajoutées» ÌÌ p.12 p.06 p.08 p.51 Nouveau! Plastilien est aussi accessible en ligne pour les adhérents d Allizé-Plasturgie uniquement. Vous pouvez retrouver les numéros parus pour les télécharger, les transmettre à vos collègues et collaborateurs librement sur : Espace Communauté, Base Economie, critère «Plastilien». Plastilien est édité par : Cediplast Communication - Plastilien - 39, rue de la Cité LYON cedex 03 - Tél. : Fax : Directeur de la publication : Anne de Lansalut Comité de Rédaction : Dominique Appert / Amandine Authier / Thierry-Guillaume Bardin / Thierry Charles / Valérie Clayton / Christophe Contini / Benoît Dorsemaine / Marion Druet / Justine Ducourtioux / Samir Fodil / Elisabeth Garnier / Bertrand Marcorelles / Guillaume Robert / Emmanuel Rossi / Joris Saint-Jeveint / Yannick Saint Roch / Ulrich Thomir Secrétariat de rédaction : Christine Poupon Graphisme, maquette et réalisation PAO : Cécilie Felt, Gérard Alonzo Service publicité : Cediplast Communication Impression : Ferréol Routage : Routage Rhône-Alpes Diffusion de ce numéro : 1300 exemplaires - Tous droits réservés. La reproduction partielle ou totale des articles/ illustrations/schémas/ photos est soumise à autorisation écrite préalable de l éditeur Crédits photographiques couverture : artsilence Fotolia.com Répertoire des Annonceurs : ACDI (p.59) / Akeoplus (p.60) / Albis (p.48) / Albro (p.58) / Alma (p.53) / Apicil (p.24) / Arburg (2 e couv.) / Bewe Plast (p. 16) / Billion (p.31) / Cirfap (p.4) / Datapaq (p.29) / Engel (p.17) / Farpi (p.50) / Lifocolor (p.60) / Lypsis (p.36) / Martiplast (p.42) / Mondon (p.56) / Piovan France (3 e couv.) / Plastdecor (p.27) / Polymix (p.22) / Reed expo (p.47) / Resin Express France (p.3) / Setaram (p.32) / Sofras-Conseil (p.10) / Sumitomo Demag (p.9) / Uniloy Milacron (4 e couv.) 2 Plastilien Mars 2010 n 65

5 France Z.A. des Lavours - Martignat Oyonnax Cedex - France Tél.: Fax Vous recherchez une solution économique RESINEX est également producteur de compounds 1 er choix et industriels RESINEX France votre partenaire pour vous accompagner dans le développement de vos projets auprès des plus grands donneurs d ordres Auprès des constructeurs AUTOMOBILE Référencement officiel chez les équipementiers Homologation au panel PP & PA Recyclés PSA Homologation chez les constructeurs européens : VW, Audi, BMW, Opel... N hésitez pas à nous contacter Ravalene PE Scolefin/Mafill PP Sicostrirolo PS Sicoran SAN Sicoflex ABS Polyfast ASA Mablex PC/ABS Sicoklar PC Sicoblend PA/ABS Sicoter PPO/PBT Ravamid PA Enflex TPE-V Ensoft TPE-S Your trusted partner for Ravago Brands NatureWorks

6 Pourquoi recruter un apprenti? L'apprentissage peut vous permettre d'intégrer de nouvelles compétences et de développer celles qui existent dans votre entreprise. Prendre un apprenti, c'est aussi, tout en contribuant à la formation d'un jeune, interroger votre organisation, la faire évoluer et innover. C'est le meilleur moyen pour votre entreprise de former des professionnels à son métier, à l'environnement technique et au fonctionnement de votre entreprise, aussi spécifique soit-elle. L apprentissage, une formation sur mesure! Vous souhaitez étoffer votre bureau d études, un conducteur de ligne vous fait défaut, un régleur pourrait renforcer votre équipe? L offre de formation est variée : Plasturgiste des semi-ouvrés, Bac pro, BTS, Licence Pro Plasturgie ou Design, Chef de projet en matériaux composites, Ingénieur Matériaux Plastiques ou Procédés Plasturgie vous trouverez forcément une formation qui correspond à vos besoins. CIRFAPC Contact : Caroline Coffy-Saillard Tél. : CIRFAP - 10 Bd Edmond Michelet LYON Tél. : Fax :

7 P R O F E S S I O N Un nouveau site lancé!! Les Ateliers de l apprentissage et de l alternance Le 15 janvier 2010, Laurent WAUQUIEZ, Secrétaire d Etat chargé de l Emploi, a mis en place le site internet des Ateliers de l alternance et de l apprentissage afin d accueillir le maximum de contributions des jeunes, des enseignants, des tuteurs d entreprises, des formateurs et des parents en vue de faciliter et développer l alternance et l apprentissage en France. Il y a eu, à ce jour, plus de visites et ce sont plus de 590 contributions qui ont été déposées sur le site. 90 % des contributeurs sont convaincus que l alternance et l apprentissage sont une solution utile pour lutter contre le chômage des jeunes, toutefois des sujets comme la difficulté de trouver une entreprise, l âge des apprentis ou la complexité des procédures administratives sont des freins au développement de l Alternance. Vous pouvez participer au débat sur : ou en publiant vos propositions. Vos contributions aideront à la réforme de l alternance. Contact Florence BONNET TOURE Délégué Général Adjoint Tél. : : Atelier «Cosmétologie & Plasturgie» Le 4 février dernier s est déroulé, dans l enceinte du Centre de Formation de la plasturgie (CFP), situé dans le 8 éme arrondissement de Lyon, le premier atelier «Cosmétologie & Plasturgie» organisé par le Centre Européen de Dermocosmétologie (CED) et le CFP. Cette rencontre réunissant les principaux acteurs de ces secteurs eut pour but de se découvrir, dialoguer, d échanger et de se comprendre afin de mieux coopérer dans un futur proche. Après une introduction rassurante de Mme BOUVIER, présidente du CED et du directoire de Strand Cosmetics Europe, prônant l échange et le partage d une charte de valeurs communes et repoussant les peurs de chacun vis-à-vis des pays émergents et de l espionnage industriel, chaque secteur s est évertué à présenter l essence même de son savoirfaire et de son métier afin de construire et d ouvrir le dialogue sur des bases solides. image - Fotolia.com Les participants auront pu, notamment, assister et réagir à des conférences sur la formulation et la fabrication des produits cosmétiques ainsi que des présentations des plastiques spécifiques aux emballages cosmétiques et leurs techniques de fabrication. Toute personne présente pouvait, en ce début de journée, facilement se rendre compte de l intérêt d un lien grandissant entre ces deux univers, tant les similitudes se faisaient évidentes. Similitudes qui se concrétisaient dans un objectif commun lors d une conférence sur le «stress craking» présentant la collaboration entre Mme LE BEC MARCHAL de ALM Audit conseil et Mr PERBEN de Eastman. Ce duo d experts exposa le fruit de son travail concernant la compréhension et la résolution de ce problème d interaction entre le plastique et les produits cosmétiques. Les instants de pause, bien mérités, furent l occasion de découvrir des mini présentoirs de chaque entreprise présente. Autour d un café, les commentaires et les discutions favorisèrent l échange espéré par les organisateurs. La fin de journée fût l occasion pour chacun de participer à une table ronde sur les contraintes ou les opportunités qu offrent l éco-conception, la biodégrabilité, le développement durable et les évolutions de la réglementation. Sujets extrêmement sensibles et médiatiques, qui ne laissèrent personne indifférent. Les inquiétudes de certains et les certitudes d autres offrirent un débat animé et constructif. Les présentations finales sur les tendances «Green» influençant le monde et tout particulièrement la cosmétique et la plasturgie, ainsi que la conférence sur les nouveaux modes de vie et comportements élargirent le champ d action de cette manifestation et permirent aux auditeurs de visualiser et de concrétiser tous les éléments scientifiques nourrissant cette journée. C est à Mr GOUJON, PDG de PRP Création et Président d Allizé-Plasturgie Rhône- Alpes que revint l honneur de clôturer l atelier du jour en mettant l accent sur l innovation, non seulement celle du produit mais également celle de l échange et de l organisation, sans quoi les problèmes de chacun ne pourraient peut être pas trouver la solution idéale. Solution idéale se découvrant sûrement dans ce genre de rencontre inter disciplinaire, riches d enseignements et d ouvertures. Gageons que celle-ci ne sera sûrement pas la dernière. Contact Guillaume MARCHE Strand Cosmetics Europe n 65 Mars 2010 Plastilien 5

8 P R O F E S S I O N BTS EUROPLASTIC 2010 : des stagiaires qualifiés pour vous développer en Europe Depuis deux ans, 65 étudiants et apprentis EuroPlastic ont effectué un stage dans l un des 27 pays de l Union Européenne. Pour les mois de juillet et août 2010, ce sont des jeunes motivés, dynamiques et compétents qui sont actuellement en recherche d une entreprise d accueil en Europe. Le premier Serious-Game 3D relief en avant première au Mondial des Métiers Destination Plasturgie a présenté son Serious-Game «Mission Plastechnologie Le prisonnier de la console» en avant-première au Mondial des Métiers qui s est déroulé du 4 au 8 février 2010 à Eurexpo. Ce Serious-Game, a pour but de sensibiliser les jeunes aux différents métiers de la Plasturgie, à l écoconception et au développement durable. Il sera bientôt embarqué dans le camion Destination Plasturgie, chargé de faire le tour de France des collèges et lycées. Ce projet est cofinancé par Destination Plasturgie (*), le Cirfap, la Fédération de la Plasturgie, et DREAL Rhône- Alpes (*) A propos de Destination Plasturgie : c est une association créée par Allizé-Plasturgie, la Fédération de la Plasturgie et Profession Plastique. Cette association a pour vocation de gérer l activité de deux camions ateliers, véritables innovations technologiques, permettant d accueillir de façon autonome des opérations de formation, mais aussi pour servir de base à des actions de communication à destination du grand public. C est une opportunité pour les entreprises françaises de recruter un stagiaire dans une filiale en Europe, chez un fournisseur, ou un sous traitant pour renforcer son réseau européen et développer de nouvelles perspectives économiques. Pour recruter un stagiaire EuroPlastic, contactez : Audrey NOBLE Chargée de mission Europe T / Ouverture des inscriptions de la 3 ème édition du CONCOURS EUROPLASTIC POCKET MOVIE Pour la 3 ème année consécutive, la Fédération de la Plasturgie lance le concours EUROPLAS- TIC POCKET MOVIE. Financé par la taxe d apprentissage et rendu possible grâce à la Convention signée entre la Fédération de la Plasturgie et l Education Nationale, ce concours fait partie des diverses actions menées par la Fédération de la Plasturgie vers les jeunes pour développer l attractivité de nos métiers et pour faire connaître les formations permettant d y accéder. Ce concours a pour objectif d amener les élèves (scolaires et apprentis) de première année de BTS EuroPlastic à réaliser en équipe, avec l accompagnement de leur Chef de travaux / Enseignant, une vidéo promouvant leur formation. Les trois équipes gagnantes du concours se verront offrir une dotation destinée à la participation à leurs frais de stages en Europe en 2 ème année de BTS. Les inscriptions sont ouvertes. Les modalités d inscription et le règlement du jeu sont téléchargeables sur le site officiel du concours : europlastic pocketmovie.blog.fr Contact Marina COISSARD Chargée de la Communication Fédération de la Plasturgie Tél Plastilien Mars 2010 n 65

9 P R O F E S S I O N Concours européen du «Meilleur produit contenant du plastique recyclé» : Bravo la France! EPRO, l association européenne des organisations chargées du recyclage et de la valorisation matières plastiques a lancé en juin dernier le concours du «Meilleur produit européen contenant du plastique recyclé». EPRO a invité les industriels de la transformation des matières plastiques à présenter des exemples de produits contenant des plastiques recyclés. L objectif était de promouvoir le cycle de vie des plastiques et d augmenter l intérêt des industriels pour l utilisation des plastiques recyclés. L industrie a largement participé à ce concours. EPRO a reçu des inscriptions de toute l Europe, 13 pays en tout. Un jury européen a sélectionné les produits présentés par les participants et choisi les gagnants de l année 20. Les 2 premiers prix ont été décernés à : Team-Tex pour les sièges auto pour enfants; Pilot pour les stylos B2P «Bottle to Pen». Ces deux produits sont fabriqués en France, respectivement dans les usines situées à Charvieux (près de Lyon) et à Allonzier La Caille (près d Annecy), à partir de PEhd et de PET recyclés, issus des bouteilles et flacons de la collecte sélective française. A travers ce concours, EPRO veut attirer l attention des consommateurs, qui passent du temps à trier régulièrement leurs emballages. Ces produits sont la preuve concrète que : OUI, leur effort pour le recyclage en vaut la peine et qu il y a beaucoup de produits qui peuvent être fabriqués avec les emballages plastiques usagés. Pour savoir comment sont fabriqués ces objets, regardez les vidéos sur le site > Le recyclage des plastiques > Le recyclage en images. Comment mieux maîtriser les droits de la Propriété Intellectuelle? La PI : un investissement durable L économie donne jour après jour une importance croissante à la propriété intellectuelle (PI). En même temps que l innovation s organise, notamment au sein des pôles de compétitivité, un nouveau mode de gestion des connaissances et de management de la PI se met en place. Ce phénomène offre de nouvelles opportunités aux PME qui doivent davantage valoriser leur R&D. C est dans ce contexte, que le 9 février 2010 dans les nouveaux locaux du «Plastic Eco Design Center», à Lyon, le service juridique d Allizé-Plasturgie et Plastipolis organisaient pour leurs adhérents un atelier sur la maîtrise des droits de Propriété Intellectuelle. La réunion était centrée sur la maîtrise les droits de propriété industrielle et les droits d auteur dans l objectif d optimiser et de valoriser les actifs incorporels dans l entreprise. Après une présentation des brevets d invention et de la propriété intellectuelle (une arme anti-contrefaçon), par Mr Jean- Bernard Mantion de l INPI, Maître Laurent Romano et Maître Jean-Guillaume Monin, du cabinet spécialisé en PI : CMS Bureau Francis Lefebvre (174, rue de Créqui Lyon / Tel: + 33(0) ), présentaient les outils juridiques pour la protection et l optimisation de la propriété intellectuelle en entreprise. Enfin des entretiens individuels étaient organisés avec les avocats et les entreprises présentes (Business Dating). L approche très opérationnelle des nouveaux enjeux de la propriété intellectuelle a confirmé tout au long de la réunion qu il s agit bien d un investissement durable et d un outil majeur de valorisation au sein de l entreprise dans les années à venir. La première partie traitait notamment des précautions à prendre dans l obtention des droits, au sens large, la seconde visait l exploitation de ces droits. Pour en savoir plus contactez Thierry : n 65 Mars 2010 Plastilien 7

10 P R O F E S S I O N Evènement! 4 mai 2010 : inauguration du Plastic Ecodesign Center Créé à l initiative d Allizé-Plasturgie, le Plastic Eco Design Center dispose d un show room idéalement situé à Lyon sur plus de 400 m², au cœur du quartier d affaires, à 800 mètres de la Gare de la Part Dieu. Il est situé au rez-de-chaussée de l immeuble Allizé-Plasturgie, 39 rue de la Cité, à Lyon (3 ème ). Cet espace de valorisation des matières plastiques et des composites ainsi que de leurs procédés intègre la Materiautech de la Plasturgie et présentera l ensemble des compétences de ses membres : Allizé-Plasturgie : Union Inter régionale de la Plasturgie; ARDI (Agence régionale de développement et de l innovation); Centre de Formation de la Plasturgie (CFP) et sa Materiautech de la Plasturgie; Centre Inter régional de Formation Alternée de la Plasturgie (CIRFAP); Convention Rectorat Allizé-Plasturgie Arc Méditerranéen. Après Marseille Montpellier Compositec; Fédération de la Plasturgie; Pôle Européen de Plasturgie (PEP). Le Plastic Eco Design Center allie : Conseil - Recherche et développement Formation (initiale et continue) - Veille réglementaire Pour : Faciliter le recours à l écoconception dès le stade de «l idée»; Anticiper le recours à des technologies «intégrées» qui évitent l'apparition de polluants pendant le processus de production; Promouvoir l usage de «nouveaux» matériaux et de procédés de fabrication économes en énergie et en ressources; Mettre en œuvre de nouvelles méthodes de travail; Anticiper l impact environnemental du produit en fin de vie; Aide à la sélection des matériaux et aux choix technologiques les plus appropriés; Analyse du cycle de vie; Bilan carbone; Engineering produit; Design. Contact Amandine AUTHIER Chef de projet Plastic Ecodesign center Tél : Après le rectorat de Marseille le mois dernier, à son tour, le rectorat de Montpellier a souhaité conventionner avec l organisation professionnelle. La signature de la convention par le Recteur de l académie de Montpellier, Monsieur Christian PHILIP, et le Président d Allizé-Plasturgie Arc Méditerranéen, Alain DALLOZ, s est tenue le 21 janvier 2010 au Lycée Charles ALLIES à Pézenas. Rappelons que cette région compte 3 établissements offrant des formations jusqu au niveau Baccalauréat professionnel : L UDA de Beaucaire avec le lycée Paul LANGEVIN, dans le Gard; Le Lycée Charles ALLIES à Pézenas, dans l Hérault; Le Lycée ROSA LUXEMBURG au Canet en Roussillon dans les Pyrénées Orientales. Avec cette convention les parties souhaitent coordonner les actions et renforcer l attractivité des métiers de la plasturgie sur l ensemble de l académie et l insertion professionnelle des jeunes et de mieux répondre aux besoins des entreprises en matière de qualification. Tout comme l académie d Aix Marseille, la profession et les services du rectorat de Montpellier vont structurer leurs actions notamment afin : - de coordonner la découverte Signature de la convention avec Mr Alain Dallos (ici à gauche) professionnelles (DP 3 et DP6), - d intervenir auprès des lycéens et collégiens, enseignants et COP sur les métiers et les formations proposées dans l académie, - de conjuguer leurs efforts pour adapter l offre de formation initiale par la voie scolaire ou étudiante (BTS) de façon à mieux répondre aux besoins des entreprises au regard des métiers proposés par le secteur de la Plasturgie, - de développer en concertation l apprentissage. 8 Plastilien Mars 2010 n 65

11 Une plate-forme puissante au niveau énergétique Lorsque le high-tech japonais rencontre l engineering allemand, le résultat ne peut être qu exceptionnel! Trois technologies d entraînement hydraulique, hybride et tout électrique sont basées sur une plate-forme commune et couvrent une gamme de forces de fermeture de 250 à KN. Combinées avec un très large catalogue d options, elles apportent de vos besoins de production.

12

13 C H R O N I Q U E EMMANUEL ROSSI Délégué Général d Allizé-Plasturgie Le cochon dit à la poule : «Les oeufs, pour toi, c'est un engagement partiel ; le bacon pour moi, c'est un engagement total» * Alors que les conclusions des «États généraux de l'industrie», engagés il y a trois mois, étaient présentées au ministre de l'industrie, Christian Estrosi, la 47 ème édition du Salon de l'agriculture ouvrait ses portes. Il s agit d un des événements les plus fréquentés par un public de curieux qui va ainsi se presser en masse pendant deux semaines Porte de Versailles, autant que le ballet des politiques. Ce qui faisait dire à Laurent Guez, dans un récent éditorial à l Usine Nouvelle, «la France change mais elle demeure une nation de paysans». A l inverse, Georges Pompidou le déplorait: «La France n'aime pas son industrie». De fait, entre la société française et l'activité manufacturière, le malentendu vient de loin. Comme si notre industrie avait toujours été "en retard" et que nos patrons ne savaient être que «malthusiens». Perçue depuis Colbert comme une éternelle mineure, incapable de se développer sans le soutien permanent de l'etat, l'industrie française subit avec la crise un nouveau pilonnage. On ne la croit plus capable de créer des emplois, ni même de les conserver. Or, la France a su rester un grand pays agricole à vocation exportatrice, même si elle l'est un peu moins en ce moment. Un exemple : l industrie agroalimentaire, première industrie du pays, fournit 6 milliards d euros d excédent à notre balance commerciale, alors que l automobile accuse un déficit de plus de 3 milliards. Et pourtant les deux secteurs sont confrontés chaque jour aux mêmes contraintes, tout en étant soumis à une rude concurrence des pays émergents. Ils doivent relever les défis du produire mieux, de l innovation, des biodiversités, des technologies de l information. Ils souffrent des mêmes perturbations sur leur approvisionnement en matières premières, en somme ils doivent maintenir peu ou prou la compétitivité de l ensemble de leur filière malgré la crise. Du reste il ne s agit pas d opposer «l industriel et le paysan» (ou pour filer la métaphore la poule et le cochon), leur défi étant commun, mais bien de considérer que les entreprises industrielles dans nos régions, et notamment les PME, sont «comme les haies du bocage», selon l expression d Hervé Le Tellier, elles sont indispensables. Car s il est par nature économique, l avenir de l industrie est surtout un enjeu de société, qui recouvre à la fois des dimensions humaines, sociologiques, territoriales autour desquelles il s agit d établir une vision politique d ensemble. Et cette nouvelle ambition industrielle née des Etats Généraux de l Industrie, cette nécessité de réindustrialiser les territoires (afin d éviter un nouvel exode rural!), doit être activement portée dans les instances de décisions nationales, car la désindustrialisation est insupportable dans ses deux conséquences, perte de souveraineté dans les filières dites stratégiques et effondrement régional de l emploi. En conclusion, sortir de la crise, ce n est certainement pas sortir de l industrie, car ce serait faire «bon marché des semences d avenir». (*) Extrait de Pointes sèches - Philippe Meyer n 65 Mars 2010 Plastilien 11

14 DOSSIER Polymères nanostructurés & nanocomposites Les nanomatériaux sont constitués de nanoparticules de tailles comprises entre 1 et 100 nm. Des propriétés spécifiques et originales résultent de cet état extrême de division ou de petite taille, et ouvrent le champ des fonctions nouvelles et innovantes pour de nombreux produits. La 26 ème édition des journées de l innovation qui s est déroulée à Lyon le 15 décembre 20 a permis de faire un point sur les nanoparticules insérées dans des matrices polymères et leurs applications, avec l intervention de 8 spécialistes sur des sujets très complémentaires. Cette manifestation était organisée par le CFP et a bénéficié du soutien de la Drire et du Conseil Régional Rhône-Alpes. Auteur de ce dossier : * Dominique Appert * Guy Chrétien CFP / : Pourquoi des nano charges? On s intéresse beaucoup aux nano charges pour améliorer et modifier les propriétés d un polymère. Les charges nanométriques, de part leur taille comparable aux dimensions d une chaîne de polymère, présentent un rapport surface/masse élevé pouvant atteindre 400 m²/g. Les interactions de la charge avec le polymère sont donc très élevées, rendant la charge plus efficace. Avec les nanomatériaux, on recherche l augmentation des propriétés mécaniques, des propriétés structurales, de la tenue au feu ou des propriétés barrières. L intérêt se situe aussi dans l utilisation de moins de charges que les charges conventionnelles pour un même effet sur les propriétés. Parfois, il s agit de trouver avec les nanomatériaux une alternative à des charges conventionnelles présentant des risques toxicologiques et environnementaux, comme par exemple les retardateurs de flamme halogénés. Enfin, les charges nanométriques peuvent sembler mieux adaptées à l application, dans le domaine textile par exemple, comparé à la taille des fibres textiles, où les charges micrométriques limitent bien souvent les possibilités de filage. Différents types de particules Les nanoparticules utilisées dans les polymères peuvent être classées en trois catégories : - Les particules lamellaires à 1 dimension nanométrique, comprenant les silicates lamellaires (argiles dont la montmorillonite, talcs, ), les hydroxydes lamellaires mixtes, le graphite. - Les nano fibres caractérisées par 2 dimensions nanométriques : nanotubes de silice et de carbone. - Les particules nodulaires à 3 dimensions nanométriques, constituées des silices, des oxydes métalliques, des noirs de carbone, etc. De composition minérale, organique, métallique ou hybride, des entreprises élaborent les nanoparticules à partir d un cahier des charges qui définit la fonction recherchée. Le mode d incorporation de la charge dans le polymère est également à étudier en fonction de l application. Les modes de préparation Le mode le plus classique d incorporation des nanoparticules (argile, métaux, oxydes, etc.) dans la matrice polymère consiste à les associer par compoundage. Mais ce mode présente quelques inconvénients comme la problématique de la dispersion et l accroissement de la viscosité. Les nano-éléments ont une tendance à s agréger naturellement, réduisant de fait certaines de leurs propriétés. 12 Plastilien Mars 2010 n 65

15 Heat Release Rate (Kw/m 2 ) vers de nouvelles fonctionnalité et plus de valeur ajoutée PMMA PMMA/SWNT (0,5% Poor Dispersion D autres modes de préparation permettent de s affranchir des problèmes de dispersion, comme la préparation in-situ du composite. Ce mode consiste à former une nanoparticule à l intérieur du polymère par réaction chimique ou par un procédé de changement de phase Time (seconds) PMMA/SWNT (0,5% Good Dispersion Une autre technique pour élaborer un nano composite consiste à utiliser des copolymères blocs. La société Arkema a développé plusieurs copolymères dont le tri-bloc polystyrène / polybutadiène / PMMA. Celui-ci se structure en cylindres de tout petit diamètre, avec le polystyrène au cœur des cylindres, le polybutadiène sur la paroi externe des cylindres et le PMMA comme phase continue autour des cylindres. Cette nano structuration est due à l incompatibilité des blocs entre eux. n 65 Mars 2010 Plastilien 13

16 DOSSIER POLYMÈRES NANOSTRUCTURÉS & NANOCOMPOSITES VERS DE NOUVELLES FONCTIONNALITÉ ET PLUS DE VALEUR AJOUTÉE Contrôler la dispersion des nano charges Par voie fondue, les nano-charges ont tendance à former des agrégats. Or, seules les charges parfaitement dispersées et distribuées pourront améliorer les propriétés de la matrice. Trois techniques peuvent être envisagées pour atteindre une bonne dispersion qui soit durable : - Le traitement physico-chimique des surfaces et interfaces entre la charge et la matrice. La charge peut être ainsi rendue organophile, hydrophobe ou réactive pour être compatible avec la matrice. - L introduction d un agent compatibilisant de type anhydride maléique, acide acrylique, oxydes, etc. Par voie fondue, le profil de vis a également une grande importance dans l état de dispersion des nano charges. Le profil de vis est à adapter au polymère. - Le traitement thermique du nano composite pour stabiliser la morphologie après sa mise en œuvre. Les techniques de microscopie électronique à transmission, de transmission des rayons X permettent d analyser, de caractériser et de quantifier les morphologies des nano composites. Mais il est encore difficile de comprendre comment les nano-charges se dispersent dans la matrice lors de la mise en œuvre. L équipe du Laboratoire de l INSA de Lyon a donc développé un procédé «Visiovis» qui permet de visualiser ce qui se passe dans une vis, les nano charges étant greffées de molécules aux propriétés fluorescentes. Applications Les nano additifs permettent de créer de nouvelles fonctionnalités et d apporter ainsi une haute valeur ajoutée au produit par l amélioration de ses propriétés en termes de performance, de coûts, d environnement ou en développant des propriétés sur mesure : propriétés mécaniques, propriétés barrières (des balles de tennis gagnent en durée de vie), propriétés électriques (effets antistatiques, effets magnétiques, conduction), propriétés de surface (objets moins salissants), protection de la contrefaçon, antibactérien, anti-usure, anti-uv, anti-feu, anti-murissement (film d emballage de fruits), etc. Unpict - Fotolia.com Exemples d application sur film d emballage anti-murrissement Les nano additifs peuvent apporter une polyfonctionnalité, par exemple l augmentation des propriétés mécaniques sans altérer les propriétés optiques. Quelques applications dans le domaine automobile L'application la plus connue est sans doute l'élément de carrosserie TPO + nanoclays de la Chevrolet Impala 2004, qui a permis un gain en poids de 7 % et un meilleur aspect de surface. Tjall - Fotolia.com Depuis quelques années, les voitures produites aux USA contiennent des nylons chargés de nanotubes de carbone pour 14 Plastilien Mars 2010 n 65

17 protéger les réservoirs de carburant contre l'accumulation des charges électrostatiques. Volkswagen utilise des couplages PP/PS, rendus possibles grâce aux nanoparticules, en remplacement de l ABS. Quelques applications dans le domaine textile L ajout de nano charges plaquettaires dans une matrice PVC, utilisée pour le traitement de revêtement de tissus, apportera l imperméabilité au solvant. Cette propriété est obtenue grâce à la tortuosité du chemin créé par les nanoparticules avant de pénétrer dans le tissu. Pour les applications de ceinture de sécurité, les propriétés de glissement sont obtenues par des nano argiles dans une matrice polyuréthanne. L ajout de nano charges de type montmorillonites permet l augmentation de la tenue en température du polypropylène. Mais l effet positif et le bon comportement au filage ne peuvent être obtenus qu avec une bonne dispersion de la charge dans la matrice, nécessitant la modification du polypropylène avec de l anhydride maléique pour améliorer la compatibilité entre la matrice et la charge. L incorporation de 3 à 5% de graphite lamellaire améliore très nettement le comportement thermomécanique du tissu en PET et sa tenue aux UV. Un capteur chimique utilisant des fibres textiles nano-chargées Les propriétés de conduction électrique d un thermoplastique sont obtenues par l ajout de charges conductrices. Mais ces propriétés de conduction dépendent de la teneur en charge dans le polymère. On observe un seuil de percolation correspondant à une teneur en charge en-dessous de laquelle le matériau est isolant et au-dessus de laquelle il devient brutalement conducteur grâce à l organisationpossible des charges créant un chemin de conduction. Sur ce principe, l IFTH a mené une étude pour mettre au point un capteur chimique capable de détecter la présence de vapeurs ou liquides. Un polymère, choisi pour son affinité avec un solvant, est additionné d une charge conductrice (taux au dessus du seuil de percolation), puis est mis en œuvre sous forme de mono ou multi-filaments. Ce sont ces filaments qui vont servir de capteur chimique : si présence du solvant, la fibre gonfle par pénétration du solvant dans le polymère, éloignant les particules conductrices les unes des autres et provoquant la rupture du chemin de conduction. Le phénomène est réversible : lorsque le solvant disparaît, le matériau est de nouveau conducteur. Au cours de l étude, il a été montré que le seuil de percolation est obtenu à un taux beaucoup plus faible avec des nanotubes de carbone incorporés dans la matrice plutôt qu avec du noir de carbone (2% plus ou moins selon la matrice au lieu de 10%). Des élastomères pilotables électriquement La société Polymage a étudié le cas des élastomères adaptatifs. Ces matériaux sont capables de se contracter sous une sollicitation thermique. Par l ajout de nanoparticules conductrices, cette contraction sera «pilotable» électriquement. Le dioxyde de titane utilisé pour la protection aux UV Différents additifs permettent de réduire les effets de dégradation des produits exposés au rayonnement UV, comme le dioxyde de titane jouant le rôle d absorbeur UV. La société Croda a mis en évidence l importance des critères de taille et de dispersion des particules de dioxyde de titane pour obtenir à la fois les propriétés de protection aux UV et la conservation de la transparence du polymère. Des particules de très petite taille et parfaitement dispersées dans la matrice polymère garantissent les meilleurs résultats, la dispersion étant obtenue par l ajout d un agent spécifique. Une nanoparticule aux propriétés antibactériennes La société Pylote a développé une particule minérale blanche apportant des propriétés bactéricides pour un certain nombre de polymères. Par exemple, dans une matrice polyamide, 3 à 5 % de ces particules permettent de perdre un peu plus de 3 décades en nombre de bactéries sur le produit. Cet agent antibactérien est utilisable dans le domaine des plastiques, des vernis, des encres, des peintures, etc. Il a l avantage d être économique et non toxique et pourrait bien venir concurrencer le nano argent très décrié actuellement. Le polycarbonate, comportement au feu et transparence Le polycarbonate est un des polymères les plus utilisés dans l industrie et dans la vie quotidienne. Ses propriétés optiques ont été largement étudiées, de même que son comportement au feu. Mais peu de données dans la littérature discutent à la fois de la transparence et du comportement au feu du polycarbonate. En effet, l addition de nanoparticules afin d améliorer le comportement feu laisse présager une perte de la transparence du polycarbonate. L Ecole des Mines d Alès s est intéressée à ce sujet et mène actuellement une étude pour élaborer un nano composite à matrice polycarbonate conservant des bonnes propriétés optiques et présentant un comportement au feu amélioré. Pour cette étude, concernant le retardateur de flamme, le choix est porté sur le kaolin qui présente un indice de réfraction proche de celui du polycarbonate. Dans les premiers résultats de l étude, l incorporation de kaolin dans une matrice PC a diminué l inflammabilité mais a dégradé la matrice (jaunissement). Il faut donc s orienter vers un mélangemaître PMMA et kaolin parfaitement dispersé dans la matrice PC. D autres perspectives consisteraient à modifier la surface du kaolin ou à l enrober par des composés phosphorés... L étude est en cours et les résultats sont à suivre. Quand peut-on avoir recours aux nanoparticules? Pour la Société Pylote, une réflexion systématique doit être menée pour déterminer l intérêt pour l application de l utilisation d une nanoparticule plutôt qu une parti- n 65 Mars 2010 Plastilien 15

18 DOSSIER POLYMÈRES NANOSTRUCTURÉS & NANOCOMPOSITES VERS DE NOUVELLES FONCTIONNALITÉ ET PLUS DE VALEUR AJOUTÉE first choice in temperature control cule micronique ou submicronique. La gestion des cycles de vie des différents produits qui intégreront des nanoparticules est également à considérer. Le groupe AFNOR travaille actuellement sur la future normalisation des nanosciences et nanotechnologies. Un choix économique Actuellement, ce sont les nanotubes de carbone issus de la synthèse qui présentent le coût le plus élevé (1000 dollars/kg pour les multi-parois, dollars/kg pour les mono-parois). Concernant les nano-argiles, ils sont proposés à environ 6 dollars / kg. Toutefois, selon l application, certaines particules peu chères peuvent nécessiter d être associées à d autres types de composés pour atteindre les propriétés recherchées. Par exemple, les nanoparticules d oxydes métalliques dans les applications de tenue au feu seront utilisées avec l anion polyphosphate qui, lors de la combustion du matériau, formera une couche inorganique plus cohésive donnant de meilleurs résultats sur le comportement au feu. Perspectives Pour la société Naxagoras Technology, les nanomatériaux représentent actuellement les meilleures opportunités économiques à court et moyen termes. On attend une croissance significative du marché avec un décollage net à partir de 2010 car les produits formulés existent et passent progressivement à l application industrielle. Toutefois, les financements des nanotechnologies sont relativement différents selon les pays : en Europe, les fonds privés manquent pour appuyer l effort des agences gouvernementales et communautaires tandis que le Japon et les Etats Unis bénéficient de supports financiers très conséquents. Il est clair que dans le secteur de la plasturgie, nous verrons apparaître des nouveaux polymères dotés de propriétés spécifiques et transformables par des moyens traditionnels, ainsi que des polymères qui seront transformés par de nouveaux modes de mise en œuvre à développer par les industriels. L al dente» demandent à la fois une température de cuisson précise et un timing exact. Ce qui est vrai pour la cuisson des pâtes l est également pour la régulation thermique des moules. Les thermorégulateurs SINGLE sont puissants tout en restant peu gourmands en énergie appareils à eau jusqu à 200 C et à huile jusqu à 350 C. Ils possèdent un affichage du débit, une commande multilingue ainsi que de nombreuses interfaces et options. Avec SINGLE, prenez goût aux économies. 16 Le risque toxicologique Il existe indiscutablement un risque lié à la taille de ces nanoparticules. Il a été démontré que leur toxicité est plus liée à l effet de taille et à l effet de surface qu à leur nature chimique. Cette contrainte est prise en compte dans l offre actuelle des fabricants de nanoadditifs qui écarte toute solution pulvérulente au profit de formulations liquides ou de mélanges maîtres fonctionnels. Ces formulations maintiennent le confinement des charges dans la matrice en toute sécurité. Reste de savoir si, dans le temps, la matrice peut relarguer les nanoadditifs. Les modes de préparation in-situ ou à partir de copolymères blocs ont l avantage de ne pas présenter de nocivité liée au système pulvérulent car celui-ci est inexistant. Plastilien Mars 2010 n 65 Le CFP remercie les intervenants de la journée du 15 décembre 20, par ordre d intervention à la journée : Mr Didier STUERGA (NAXAGORAS TECHNOLOGY), Mr Pierre SIXOU (POLYMAGE), Mr Hossein VAHABI (ECOLE DES MINES D ALES), Mr Pascal RUMEAU (IFTH), Mme Jannick DUCHET-RUMEAU (INSA LYON), Mr Thomas FINE (ARKEMA), Mr Marc VERELST (PYLOTE), Mr Jean-Paul TROTOIR (CRODA). Le CFP remercie également la Drire et le Conseil Régional de Rhône-Alpes pour leur soutien à cette manifestation. Appareils standard compacts et économiques. Rapport qualité / prix intéressant. BEWE PLAST Z.I. 15, rue des Cressonnières B.P. 123 F Gonesse Cedex Tél. : +33 (0) Fax : +33 (0)

19 veni. vidi. viper. Stabilité maximum, dynamique hors norme, et d utilisation très simple. Le nouveau ENGEL viper combine tous ces avantages avec aisance. Moins lourd grâce à sa conception innovante et à l utilisation de sections d acier soudées au laser, il convint l utilisateur grâce à par un poids embarqué plus important disponible pour la manipulation. viper Plus efficace, Merci à l intelligence. Merci à l évolution du software avec par exemple le contrôle de vibration, l identification des masses, qui réduisent les vibrations structurelles, et ce même sur les axes longs, permettant une optimisation des mouvements dynamiques et garantissant une meilleure efficacité. Les résultats sont impressionnants: cycles ultra rapides, productivité maximum avec une consommation d énergie minimum. Tout en puissance. Le nouveau robot linéaire ENGEL viper. be the first. ENGEL FRANCE S.A. 15, Rue Marcelin Berthelot F Wissous, tel: , fax: viper Plastilien fr A4.indd :48:40 Uh

20 F I S C A L I T É Valérie CLAYTON Allizé-Plasturgie La taxe professionnelle cède la place à la «Contribution Economique Territoriale» La réforme de la taxe professionnelle a été adoptée en loi de finances pour Cette loi supprime la taxe professionnelle, en place depuis 35 ans suite à la suppression de la patente. La loi de finances pour 2010 laisse place, dès le 1 er janvier 2010, à la contribution économique territoriale (CET) composée de la Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) et de la Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE). Cette réforme va entraîner des conséquences à la fois pour les entreprises et pour les collectivités locales dont la taxe professionnelle constituait une ressource importante. En effet un des volets de la loi de finances pour 2010 concerne la mise au point d un nouveau schéma de financement des collectivités territoriales (aménagements de la répartition des ressources, des règles de fixation des taux d imposition, ). Il a également été prévu diverses clauses de rendezvous liées à la réforme à venir des collectivités territoriales. Sur la cotisation Foncière des Entreprises La principale différence, qui constitue le cœur de la réforme, entre la cotisation foncière des entreprises (CFE) et la taxe professionnelle tient à l exclusion des équipements et biens mobiliers de la base d imposition. Pour le reste, la CFE reprend l essentiel des caractéristiques de la taxe professionnelle. Champ d application Le champ d application de la cotisation foncière des entreprises est pratiquement identique à celui de la taxe professionnelle, sous réserve d une exception : la location d immeubles nus si les recettes brutes sont supérieures à et hors immeubles à usage d habitation. L ensemble des exonérations de plein droit et des exonérations facultatives applicables à la taxe professionnelle est repris en matière de CFE. Ainsi, comme la taxe professionnelle, la CFE est due, chaque année par les personnes physiques ou morales qui exercent à titre habituel une activité professionnelle non salariée en France. Base d imposition A l instar de la taxe professionnelle, la CFE est assise sur la valeur locative des biens passibles d une taxe foncière qu il s agisse de la taxe foncière sur les propriétés bâties (installations, constructions) ou de la taxe foncière sur les propriétés non bâties (terrains), à l exclusion des équipements et biens mobiliers. En effet, les équipements et biens mobiliers (outillages, matériels, mobiliers, agencements, etc.) ne sont pas compris dans la base d imposition à la CFE. Sont également exclus de la base d imposition, en vertu d une mention expresse de l article 1467 du CGI, les biens exonérés de taxe foncière sur les propriétés bâties en vertu de l article 1382, 11 et 12 du CGI, c est-à-dire : - les outillages et autres installations et moyens matériels d exploitation des établissements industriels, autres que les installations foncières et les ouvrages d art et voies de communication. Sont visées les immobilisations qui sont intégrées directement et matériellement dans le processus de fabrication, de transformation ou de manutention et qui servent spécifiquement à l exercice de l activité professionnelle ; - les immobilisations destinées à la production d électricité 18 Plastilien Mars 2010 n 65

Introduction générale aux nanomatériaux

Introduction générale aux nanomatériaux Introduction générale aux nanomatériaux J.Lecomte, M.Gasparini 16/10/2014 le centre collectif de l industrie technologique belge Notre centre Federation for the technology industry Collective centre of

Plus en détail

fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université

fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université Dans la même collection Droit du web 2.0 Droit des assurances Droit des sociétés Droit du travail Droit de l immobilier La

Plus en détail

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET)

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) (Articles 2, 47, 77, 78 et 99 de la loi de finance pour 2010) Actuellement, la taxe professionnelle (TP)

Plus en détail

Expertise et Innovation Technologique en Plasturgie

Expertise et Innovation Technologique en Plasturgie Expertise et Innovation Technologique en Plasturgie PEP 03 juillet 2012 BU Matériaux BU Matériaux ORGANISATION BU Mtéi Matériaux Laboratoire Développement Matériaux Recherche Formulation Compoundage Expertise

Plus en détail

Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements

Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements 7 juin 2012 Francis Peters Bien qu il n y ait pas de nano particules dans les usines qui produisent les mélanges

Plus en détail

MASTERCLASS PI. CNCPI Vendredi 28 mars 2014

MASTERCLASS PI. CNCPI Vendredi 28 mars 2014 MASTERCLASS PI CNCPI Vendredi 28 mars 2014 Les services de l INPI De l information à la sensibilisation 2013 L information 155 000 appels 73 000 mails 34 000 Rendez-vous La formation : 352 sensibilisations

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE TAXE D'APPRENTISSAGE 2015 SERVITAXE. Réforme de la Taxe d Apprentissage. servitaxe@compagnons-du-devoir.com. Des experts à votre écoute

GUIDE PRATIQUE TAXE D'APPRENTISSAGE 2015 SERVITAXE. Réforme de la Taxe d Apprentissage. servitaxe@compagnons-du-devoir.com. Des experts à votre écoute TAXE D'APPRENTISSAGE 2015 2015 Réforme de la Taxe d Apprentissage SERVITAXE Des experts à votre écoute SERVITAXE TAXE 0800 94 66 99 contact@servitaxe,org servitaxe@compagnons-du-devoir.com GUIDE PRATIQUE

Plus en détail

Les composites thermoplastiques

Les composites thermoplastiques Les composites thermoplastiques Définition Par définition, un thermoplastique (anglais :thermoplast) est un matériau à base de polymère (composé de macromolécules) qui peut être mis en forme, à l état

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

Mise en Forme des Matériaux Polymères Polymer Processing. Philippe Cassagnau

Mise en Forme des Matériaux Polymères Polymer Processing. Philippe Cassagnau Mise en Forme des Matériaux Polymères Polymer Processing Philippe Cassagnau Que dit Internet? http://mediamef.utt.fr Mise en forme des polymères: Approche thermomécanique de la plasturgie ANTEC, the plastic

Plus en détail

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE 1 LES OBJECTIFS DE LA REFORME DE LA TP - favoriser la compétitivité des entreprises françaises - en particulier

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

Fiche technique Mai, 2011 Dernière version : Oct 2010. Produits transparents : SJ 3460 : non adhésif SJ 3560 : Muni d un adhésif acrylique VHB

Fiche technique Mai, 2011 Dernière version : Oct 2010. Produits transparents : SJ 3460 : non adhésif SJ 3560 : Muni d un adhésif acrylique VHB Dual Lock 250 Système de fixation ouvrable et refermable Fiche technique Mai, 2011 Dernière version : Oct 2010 Description du produit Produits transparents : SJ 3460 : non adhésif SJ 3560 : Muni d un adhésif

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES CONTRIBUTION ÉCONOMIQUE TERRITORIALE 2012

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES CONTRIBUTION ÉCONOMIQUE TERRITORIALE 2012 N 14108*03 N 1327-CET-SD (10-12) @internet-dgfip TIMBRE A DATE DU SERVICE DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES CONTRIBUTION ÉCONOMIQUE TERRITORIALE 12 DEMANDE DE PLAFONNEMENT EN FONCTION DE LA VALEUR

Plus en détail

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)»

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Investissements d avenir Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Appel à projets «Innovation et compétitivité des filières agricoles et agroalimentaires» Volet compétitif «Initiatives

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 FEVRIER 2012 6 E-4-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 FEVRIER 2012 6 E-4-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 FEVRIER 2012 6 E-4-12 COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTEE DES ENTREPRISES. CONDITIONS GENERALES D APPLICATION. (C.G.I., art. 1586 ter à 1586 nonies)

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 5 DU 12 JANVIER 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 7 S-1-10 INSTRUCTION DU 29 DECEMBRE 2009 IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE. CALCUL DE L IMPOT. REDUCTION D

Plus en détail

INFORMATIONS RELATIVES À LA TAXE D APPRENTISSAGE

INFORMATIONS RELATIVES À LA TAXE D APPRENTISSAGE INFORMATIONS RELATIVES À LA TAXE D APPRENTISSAGE Ces informations prennent en compte la refonte de la taxe d apprentissage à compter de la campagne 2015, suite à la loi du 5 mars 2014. Les principaux changements

Plus en détail

CREDIT D IMPOT RECHERCHE INNOVATION. L extension du crédit d impôt recherche à l innovation des PME

CREDIT D IMPOT RECHERCHE INNOVATION. L extension du crédit d impôt recherche à l innovation des PME CREDIT D IMPOT RECHERCHE INNOVATION L extension du crédit d impôt recherche à l innovation des PME Sommaire I. Introduction II. Les entreprises éligibles III. Eligibilité technique au titre du CIRI IV.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Mai 2013

DOSSIER DE PRESSE Mai 2013 La centrale thermique à flamme de Vitrysur-Seine Crédit photo : Yves Soulabaille N imprimez ce message que si vous en avez l utilité. EDF CPT Vitry-sur-Seine 18 rue des fusillés 94400 Vitry-sur-Seine www.edf.fr

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS NOTE COMMUNE N 24/2007 R E S U M E. Aménagement des taux de la taxe sur la valeur ajoutée

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS NOTE COMMUNE N 24/2007 R E S U M E. Aménagement des taux de la taxe sur la valeur ajoutée BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2007/05/18 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2007/35 NOTE COMMUNE N 24/2007 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Prix Pierre Potier L innovation en chimie au bénéfice de l environnement

Prix Pierre Potier L innovation en chimie au bénéfice de l environnement Prix Pierre Potier L innovation en chimie au bénéfice de l environnement A l initiative de François Loos Ministre délégué à l Industrie Page 1 Prix Pierre Potier L innovation en chimie au bénéfice de l

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015 PREFET DE LA REGION MIDI-PYRENEES DOCUMENT D ORIENTATION Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des formations professionnelles 2011-2015 Direction régionale des entreprises,

Plus en détail

Sources. la Newsletter. Caniveaux HAURATON Découvrez tout un monde de solutions

Sources. la Newsletter. Caniveaux HAURATON Découvrez tout un monde de solutions Sources 5 la Newsletter Activités, services et produits dʼhauraton France Caniveaux HAURATON Découvrez tout un monde de solutions HAURATON \\ Une chaîne de services HAURATON conçoit et produit depuis plus

Plus en détail

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif :

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Un dispositif d une telle ampleur et avec tant d innovations, de simplications et de sécurisation, du jamais

Plus en détail

DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015

DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015 DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015 Abdellatif ZAGHNOUN Directeur Général des Impôts OEC, 22 janvier 2015 Contexte d élaboration de la LF 2015 Recommandations des Assises Nationales sur la

Plus en détail

Agence du patrimoine immatériel de l État

Agence du patrimoine immatériel de l État Agence du patrimoine immatériel de l État Les richesses de l immatériel sont les clés de la croissance future Rapport de la commission de l économie de l immatériel 2006 Le mot du directeur général L APIE

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

Le Crédit Impôt Recherche et le Crédit Impôt Innovation 2014

Le Crédit Impôt Recherche et le Crédit Impôt Innovation 2014 Missions comptables Audit légal Audit Contractuel Missions juridiques et fiscales Missions sociales Expertise et conseil de gestion Conseil en organisation Certification ISO Informatique Le Crédit Impôt

Plus en détail

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME?

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? Propositions de la CGPME Introduction : Nombre d adhérents à votre organisation : Avant propos : Compte tenu du niveau d information qui peut être

Plus en détail

AUDIT. Code: FTS 0413 070 Description: Nouveau programme de fauteuils

AUDIT. Code: FTS 0413 070 Description: Nouveau programme de fauteuils Code: FTS 0413 070 Description: Nouveau programme de fauteuils INSTALLATION ET ACCESIBILITE INSTALLATION ET ACCESIBILITE - PIED LATERAUX ACTIU fabrique 2 références; une pour installation sur sols droites

Plus en détail

Les rencontres sénatoriales de l apprentissage

Les rencontres sénatoriales de l apprentissage Les rencontres sénatoriales de l apprentissage 21 mai 2008 au Sénat «Tous les chemins mènent à l apprentissage» 1 COMMUNIQUE DE PRESSE Rencontres sénatoriales de l apprentissage 2008 : «Parcours d apprentis»

Plus en détail

eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7

eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7 eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7 I- ETUDE D UNE PHOTOGRAPHIE DE YANN ARTHUS-BERTRAND : Stockage d ordures dans la périphérie de Saint-Domingue en République dominicaine au cœur des Caraïbes Légende

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET 3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET L ENVIRONNEMENT 3.1 Contexte et tendances L atteinte de l indépendance énergétique est une priorité gouvernementale. Cet objectif sera appuyé par plusieurs politiques,

Plus en détail

POLES DE COMPETITIVITE. et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION

POLES DE COMPETITIVITE. et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION POLES DE COMPETITIVITE et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION Plan - Qu est-ce qu un pôle de compétitivité? - Qu est-ce qu un centre d innovation technologique? - Zoom sur Valorial

Plus en détail

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Présentée par Gérard Cherpion, Bernard Perrut, Jean -Charles Taugourdeau

Plus en détail

Electrification statique - Problèmes et solutions L application des sources ionisantes. Auteur: Dr Mark G Shilton, CChem, MRSC. (Copie du document

Electrification statique - Problèmes et solutions L application des sources ionisantes. Auteur: Dr Mark G Shilton, CChem, MRSC. (Copie du document Electrification statique - Problèmes et solutions L application des sources ionisantes. Auteur: Dr Mark G Shilton, CChem, MRSC. (Copie du document présenté à la Conférence sur la sécurité et la fiabilité

Plus en détail

ACT Nano Action Collective Transrégionale

ACT Nano Action Collective Transrégionale ACT Nano Action Collective Transrégionale ACT Nano Cahier des Charges ACT-nano consistera à : - Animer/coordonner un réseau nanomatériaux industrie/recherche interrégional, - Faire connaître les possibilités

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES ELABORATION D UNE STRATEGIE DE COMMUNICATION

CAHIER DES CHARGES ELABORATION D UNE STRATEGIE DE COMMUNICATION CAHIER DES CHARGES ELABORATION D UNE STRATEGIE DE COMMUNICATION NOVEMBRE 2007 SOMMAIRE 1 PRESENTATION 3 2 - CIBLES 3 3 CONTEXTE 4 4 ENJEU 5 5 OBJECTIF 5 6 - CONTENU DE LA MISSION DE L AGENCE DE COMMUNICATION

Plus en détail

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme AGROALIMENTAIRE Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000 Présentation de la norme 25 mars 2006-1 - Table des matières CHAPITRE 1 La normalisation : une démarche au service

Plus en détail

La meilleure main-d œuvre d Europe pour les métiers de la production en salles blanches (pharma, chimie, agro-alimentaire )

La meilleure main-d œuvre d Europe pour les métiers de la production en salles blanches (pharma, chimie, agro-alimentaire ) Bientôt en Alsace : La meilleure main-d œuvre d Europe pour les métiers de la production en salles blanches (pharma, chimie, agro-alimentaire ) Création d une usine-école unique en Europe L Etat, dans

Plus en détail

Comment agir sur le bilan environnemental d une bouteille PET?

Comment agir sur le bilan environnemental d une bouteille PET? Comment agir sur le bilan environnemental d une bouteille PET? Décembre 2010 En 2009, Eco-Emballages, ELIPSO et Valorplast se sont associés pour conduire une étude d évaluation des impacts environnementaux

Plus en détail

Augmenter l impact économique de la recherche :

Augmenter l impact économique de la recherche : Augmenter l impact économique de la recherche : 15 mesures pour une nouvelle dynamique de transfert de la recherche publique, levier de croissance et de compétitivité Partout dans le monde, la recherche

Plus en détail

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1 RÉGIME DES PERSONNES IMPATRIÉES REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008... 1 REGIME NOUVEAU... 4 A - Personnes concernées... 5 1 Salariés et mandataires sociaux... 5 2 Personnes non salariées... 6

Plus en détail

Tous les produits de la gamme SAF offrent des résistances :

Tous les produits de la gamme SAF offrent des résistances : Fiche Technique Strengths Are Flex La gamme SAF est basée sur une technologie et des polymères méthacrylates brevetés. Ces adhésifs de nouvelle génération permettent d adhérer sur de nombreux supports

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 59 DU 3 JUIN 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 6 E-1-10 INSTRUCTION DU 25 MAI 2010 COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTEE DES ENTREPRISES. CALCUL DU CHIFFRE D AFFAIRES

Plus en détail

L APPRENTISSAGE C EST UNE FORMATION, UN CONTRAT DE TRAVAIL, UNE REMUNERATION UNE INSERTION REUSSIE.

L APPRENTISSAGE C EST UNE FORMATION, UN CONTRAT DE TRAVAIL, UNE REMUNERATION UNE INSERTION REUSSIE. L APPRENTISSAGE C EST UNE FORMATION, UN CONTRAT DE TRAVAIL, UNE REMUNERATION UNE INSERTION REUSSIE. CENTRE DE FORMATION D APPRENTIS DES METIERS TERRITORIAUX Tourisme Espaces verts gestion des eaux Mécanique

Plus en détail

Dossier de presse. Consommables d impression : Quelle place pour une alternative?

Dossier de presse. Consommables d impression : Quelle place pour une alternative? Consommables d impression : Quelle place pour une alternative? Quelle place pour une alternative? Les consommables d impression alternatifs ont l avantage d être plus économiques et plus écologiques (dans

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Le réseau des Chambres d agriculture, l installation* et la transmission

Le réseau des Chambres d agriculture, l installation* et la transmission Le réseau des Chambres d agriculture, l installation* et la transmission Un accompagnement historique! * Création ou reprise d entreprises agricoles Voyage de presse installation-transmission - 4 avril

Plus en détail

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES SUPPRESSION DE L EXONÉRATION EN FAVEUR DES CRÉATIONS OU EXTENSIONS D ÉTABLISSEMENTS SITUÉS DANS LES QUARTIERS PRIORITAIRES

Plus en détail

Plan comptable des associations et fondations

Plan comptable des associations et fondations Plan comptable des associations et fondations Classe 1 - Comptes de capitaux Classe 2 Comptes d immobilisations Classe 3 Comptes de stocks Classe 4 Comptes de tiers Classe 5 Comptes financiers Classe 6

Plus en détail

HISTORIQUE DU MOTEUR DIESEL

HISTORIQUE DU MOTEUR DIESEL HISTORIQUE DU MOTEUR DIESEL Mr DIESEL et son œuvre De parents allemands, Rodolphe Diesel est né le 18 mars 1858 il fit ses premières études en France, puis en Allemagne à Augsbourg où il passe avec succès

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Musique éthique. Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire

Musique éthique. Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire Musique éthique Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire 1. Contexte Aujourd hui, la filière musicale est dominée par une poignée de «majors». La suprématie de la logique économique

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

Licence professionnelle Management et gestion de la relation clients

Licence professionnelle Management et gestion de la relation clients Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Management et gestion de la relation clients Université Claude Bernard Lyon 1 - UCBL Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

La responsabilité civile du fait du produit livré : un enjeu souvent sous-estimé

La responsabilité civile du fait du produit livré : un enjeu souvent sous-estimé PLASTILIEN Le magazine d'allizé-plasturgie Septembre 2009 n 60 La responsabilité civile du fait du produit livré : un enjeu souvent sous-estimé - Des risques élevés et diversifiés - L obligation de sécurité

Plus en détail

Taxe d Apprentissage 2014

Taxe d Apprentissage 2014 Taxe d Apprentissage 2014 POUVEZ VOUS IMAGINER UN MONDE participez à la formation des apprentis, versez votre taxe d apprentissage dans l artisanat! CHAMBRE DE METIERS ET DE L ARTISANAT DES LANDES 41 AVENUE

Plus en détail

+ + Construction en bottes de paille. Professionnaliser. pourquoi, pour qui, comment? Réseau Français de la Construction en Paille

+ + Construction en bottes de paille. Professionnaliser. pourquoi, pour qui, comment? Réseau Français de la Construction en Paille Réseau Français de la Construction en Paille Construction en bottes de paille Professionnaliser pourquoi, pour qui, comment? Caractériser le matériau: des essais étrangers ou de partenaires Essais acoustiques

Plus en détail

- En fonction de sa nature chaque opération sera enregistrée dans un compte. - Les documents de synthèse : le livre journal

- En fonction de sa nature chaque opération sera enregistrée dans un compte. - Les documents de synthèse : le livre journal RAPPELS : La comptabilité permet : - d enregistrer les entrées et sorties d argent - d informer les adhérents du club et ses partenaires (institutionnels et autres) - de contrôler et de prouver - de prévoir.

Plus en détail

Jeunes Entreprises Innovantes (JEI) Crédit Impôt Recherche (CIR) Petits-déjeuners BPI France

Jeunes Entreprises Innovantes (JEI) Crédit Impôt Recherche (CIR) Petits-déjeuners BPI France Crédit Impôt Innovation (CII) Jeunes Entreprises Innovantes (JEI) Crédit Impôt Recherche (CIR) Petits-déjeuners BPI France 27 mars 2014 S o m m a i r e I - Crédit d Impôt Innovation II - Crédit d Impôt

Plus en détail

Cahier des charges. Décembre 2012 MAPA 2013-001. Parc naturel régional du Haut-Jura. Maison du Parc du Haut-Jura. 29, le village 39 310 LAJOUX

Cahier des charges. Décembre 2012 MAPA 2013-001. Parc naturel régional du Haut-Jura. Maison du Parc du Haut-Jura. 29, le village 39 310 LAJOUX Accompagnement dans l élaboration de la stratégie de communication du Parc naturel régional du Haut-Jura Marché de Prestation de Service Marché A Procédure Adaptée MAPA 2013-001 Cahier des charges Décembre

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) Intitulé (cadre 1) Licence Professionnelle Production industrielle spécialité design de produits et packaging Autorité responsable de

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

LE GROUPE THERMI-LYON TRAITEMENTS THERMIQUES ET REVÊTEMENTS MÉTALLIQUES SOUS VIDE

LE GROUPE THERMI-LYON TRAITEMENTS THERMIQUES ET REVÊTEMENTS MÉTALLIQUES SOUS VIDE LE GROUPE THERMI-LYON TRAITEMENTS THERMIQUES ET REVÊTEMENTS MÉTALLIQUES SOUS VIDE THERMI-LYON, le pionnier technique : une expertise fondée sur une histoire 1960 : Traitements en bains de sels et induction

Plus en détail

Crédit Impôt Recherche et Aides OSEO

Crédit Impôt Recherche et Aides OSEO Crédit Impôt Recherche et Aides OSEO Ce document de synthèse rassemble les informations présentées lors de la réunion «Crédit Impôt Recherche et Aides OSEO : mode d emploi» du 1 er février 2011 à la CCI

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 PLF POUR 2015 - (N 2234) Commission Gouvernement Adopté AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE ADDITIONNEL N o II-464 (2ème Rect) APRÈS L'ARTICLE

Plus en détail

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable Contrat de territoire2007 203 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour le logement et lutter globalement contre la vacance FICHE

Plus en détail

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Recommandations pour appuyer la croissance et le développement de la production commerciale de biocarburants cellulosiques pour une économie

Plus en détail

Pourquoi un fort intérêt de l industrie du pneumatique pour les nanomatériaux?

Pourquoi un fort intérêt de l industrie du pneumatique pour les nanomatériaux? Pourquoi un fort intérêt de l industrie du pneumatique pour les nanomatériaux? Les faits nous interpellent! En 1950 il y avait 50 millions de véhicules sur terre En 2009 : il y a 800 millions de véhicules

Plus en détail

Conséquences des changements de mode de vie sur la production et la distribution des biens de consommation : résultats d une étude du CRÉDOC

Conséquences des changements de mode de vie sur la production et la distribution des biens de consommation : résultats d une étude du CRÉDOC Conséquences des changements de mode de vie sur la production et la distribution des biens de consommation : résultats d une étude du CRÉDOC L industrie française des biens de consommation prend-elle bien

Plus en détail

Article 7 Baisse du taux de TVA applicable aux entrées dans les salles de cinéma. Article 7 bis (nouveau) Article 7 ter (nouveau)

Article 7 Baisse du taux de TVA applicable aux entrées dans les salles de cinéma. Article 7 bis (nouveau) Article 7 ter (nouveau) - 1 - PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 Examen de l article liminaire et des articles de première partie AMENDEMENTS DU RAPPORTEUR GÉNÉRAL Mercredi 13 novembre 2013 Article liminaire Prévision de solde

Plus en détail

14. Impôt sur les sociétés et amortissements

14. Impôt sur les sociétés et amortissements 14. Impôt sur les sociétés et amortissements L impôt sur les sociétés est perçu sur la totalité des recettes provenant des opérations effectuées dans le monde entier par les résidents fiscaux de République

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

COMMENTAIRE ARGUMENTE : Du café sans caféine!

COMMENTAIRE ARGUMENTE : Du café sans caféine! Seconde Thème : La santé MENTAIRE ARGUMENTE : Du café sans caféine! DESCRIPTIF DE SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Objectif Initier les élèves de seconde à l argumentation scientifique telle qu elle peut être

Plus en détail

CHARTE D ENGAGEMENT QUALITE Référencement de l offre de formation en Bretagne dans la cadre du projet «Mutations économiques et Transition

CHARTE D ENGAGEMENT QUALITE Référencement de l offre de formation en Bretagne dans la cadre du projet «Mutations économiques et Transition CHARTE D ENGAGEMENT QUALITE Référencement de l offre de formation en Bretagne dans la cadre du projet «Mutations économiques et Transition Energétique dans le Bâtiment» ENGAGEMENTS DE CONSTRUCTYS BRETAGNE

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

COMMENTAiRES/ DECISIONS

COMMENTAiRES/ DECISIONS Plate-forme d'échanges affichage environnemental des PGC Date : 2009-12-21 Assistante: Lydia GIPTEAU Ligne directe : + 33 (0)1 41 62 84 20 Lydia.gipteau@afnor.org GT Méthodologie Numéro du document: N

Plus en détail

VILLE DE CRUSEILLES (Haute-Savoie)

VILLE DE CRUSEILLES (Haute-Savoie) VILLE DE CRUSEILLES (Haute-Savoie) CONSEIL MUNICIPAL DU 03 SEPTEMBRE 2015 NOTE DE SYNTHESE PERSONNEL 1- Personnel du service Animation : Augmentation du temps de travail 2- Suppression et création d un

Plus en détail

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé Loi1901.com présente : Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé (Prenant en compte les nouvelles dispositions du règlement N 99-01 du 16 février 1999 relatif aux modalités d établissement des comptes

Plus en détail

anj u PRODUITen dossier de candidature

anj u PRODUITen dossier de candidature dossier de candidature Le dossier de candidature dûment rempli et signé, incluant les pièces demandées, doit être adressé à : GIP Produit en Anjou Département de Maine-et-Loire CS 94104 49941 Angers cedex

Plus en détail

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL ÉDUCATION FORMATION UDGET INSERTION ORMATION MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ 2012 EDUCATION INSERTION SOCIAL MESSAGE DE LA PRÉSIDENTE Florence RAINEIX Directrice générale de la Fédération

Plus en détail

Loi de Finance 2010: Nouveautés en Fiscalité Automobile

Loi de Finance 2010: Nouveautés en Fiscalité Automobile Loi de Finance 2010: Nouveautés en Fiscalité Automobile Introduction Présentation des évolution de la loi de finance 2010 impactant la location longue durée: Suppression de la taxe professionnelle (art.

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

Bio-TP Seal un matériau et une ingénierie

Bio-TP Seal un matériau et une ingénierie Bio-TP Seal un matériau et une ingénierie LÉGÈRE ET BRILLANTE, LA VOITURE URBAINE S HABILLE EN BIO RAFFINAGE-CHIMIE 2 OZONE METAL CO 2 CO 2 Solaire Isolation Biomasse Chauffage Photovoltaïque METAL Isolation

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

ETUDE DE LA SECONDE VIE DES BATTERIES DES VEHICULES ELECTRIQUES ET HYBRIDES RECHARGEABLES

ETUDE DE LA SECONDE VIE DES BATTERIES DES VEHICULES ELECTRIQUES ET HYBRIDES RECHARGEABLES ETUDE DE LA SECONDE VIE DES BATTERIES DES VEHICULES ELECTRIQUES ET HYBRIDES RECHARGEABLES Juin 2011 Étude réalisée pour le compte de l'ademe par Schwartz and Co et AJI Europe Coordination technique : Patrick

Plus en détail

MANAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PAR ETAPES

MANAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PAR ETAPES ACTION COLLECTIVE REGIONAL DE PROMOTION DU MANAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PAR ETAPES CAHIER DES CHARGES DE LA CONSULTATION Avec le soutien de : Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Rhône-Alpes 75

Plus en détail

ENTREPRISE DE NETTOYAGE

ENTREPRISE DE NETTOYAGE ENTREPRISE DE NETTOYAGE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 5 L'ACTIVITÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE

Plus en détail

Devenez expert en éducation. Une formation d excellence avec le master Métiers de l Enseignement, de l Education et de la Formation

Devenez expert en éducation. Une formation d excellence avec le master Métiers de l Enseignement, de l Education et de la Formation Institut Universitaire de Formation des Maîtres Université de Provence - Aix-Marseille Université 20 ans d expérience dans la formation des professionnels dans les métiers de l enseignement, de l éducation

Plus en détail

Partage sur une expérience professionnelle après une formation doctorale. Mars 2009

Partage sur une expérience professionnelle après une formation doctorale. Mars 2009 Partage sur une expérience professionnelle après une formation doctorale Dr. Mars Dominique 2009 DUMAY Mars 2009 0 CURSUS Universitaire L avant Doctorat Né en 1957 près de Verdun (enfant de la région)

Plus en détail

Analyse du Cycle de Vie Le composite conforté par les résultats de la première étude comparative sur les compteurs

Analyse du Cycle de Vie Le composite conforté par les résultats de la première étude comparative sur les compteurs Analyse du Cycle de Vie Le composite conforté par les résultats de la première étude comparative sur les compteurs Cycleco, bureau d études indépendant spécialisé en analyse du cycle de vie et en éco-conception,

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail