La publicité et son charme mortel

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La publicité et son charme mortel"

Transcription

1 La décroissance sera-t-elle choisie? La publicité et son charme mortel Claude Cossette, professeur titulaire en publicité sociale Département de communication, Université Laval, Québec G1K 7P4, Congrès de l ACFAS, Université de Montréal, les 10 et 11 mai Activités spéciales/colloque intitulé 25-La décroissance, un mouvement d'avenir? Table : La décroissance sera-t-elle choisie? Normand Mousseau, Chaire de recherche en physique de matériaux complexes, Université de Montréal et Hervé Philippe, Département de Biochimie, Université de Montréal 1/1

2 Chaque année dans le monde, 500 milliards $ sont diffusés en publicité. Il paraît, aux yeux des gens d argent, que ces 500 milliards $ ne sont pas dépensés, ils sont investis pour stimuler la croissance économique. La décroissance n est pas envisageable dans le système capitaliste ; il faut croître. Toujours. Après les événements du 11 septembre 2001, le président George W. Bush a rassuré les lords du marché en donnant un coup de pouce publicitaire et gratuit à la consommation : «Go shopping!» a-t-il lancé dans une déclaration télévisée (http://www.washingtonmonthly.com/features/2003/0310.wallacewells2.html). Selon le Conseil de l industrie des communications du Québec (CICQ), il s est dépensé au Québec en 2009 environ 2 milliards $ en publicité proprement dite sans compter 2,7 milliards $ en relations publiques, marketing relationnel, promotion, commandite, expositions, sites Internet, etc. À elles seules, les agences de publicité-marketing et les cabinets de relations publiques produisent des retombées de 1 milliard $ paraît-il. (http://www.cicq.ca/ Communiqué du 20 mai 2009) Les gens d affaires misent sur la publicité. La publicité est bonne pour eux, mais est-elle bonne pour le Québec? L activité publicitaire contribue sans doute à faire augmenter le PIB (produit intérieur brut) et, pour les gens d argent, c est heureux. Mais l est-ce autant quand on comptabilise les effets externalisés (ceux qu on ne considère pas) : l industrie du cochon bon marché est louangée, mais compte-t-on dans ce prix la pollution des rivières qui seront assainies ultérieurement avec les deniers publics? Bien sûr que non. Par ailleurs, la production telle que capitalisée dans le PIB est exemplaire, mais pourquoi ne comptabilise-t-on pas les millions d heures de travail que les bénévoles accomplissent gracieusement, ou le travail domestique que les parents effectuent par amour? Les biens et les services qui sont produits gratuitement ne sont pas comptabilisés dans le produit intérieur brut? Ridicule! Pour qui ces comptables travaillent-ils donc? Pour le pays tout entier ou pour les seuls gens d argent? Une étude de la New Economic Foundation parue en 2009 (NewEconomicFoundation.org) explique la distance qui existe entre le rendement financier d une activité et sa productivité sociale. «[En publicité,] pour chaque dollar de valeur positive, 11,50$ de valeur négative sont générées.» Pour le dire autrement, la Foundation a évalué que les professionnels de la publicité détruisent (par l épuisement des ressources, l endettement des clients, l obésité des consommateurs, le stress des travailleurs) pour 11,50$ de valeur à chaque fois qu'ils affirment générer un dollar de valeur. En comparaison, la Foundation a évalué qu un travailleur de recyclage qui sera payé au salaire minimum produira lui, en valeur sociale, sept fois ce qu il coûte. Quel est le citoyen qui devrait être célébré? Celui qui stimule la croissance ou celui qui récupère les matériaux gaspillés? Les chantres du gaspillage Les gens d argent, les annonceurs et leurs publicitaires sont les chantres de la croissance aussi bien dire du gaspillage. Les plus gros annonceurs sont les savonniers P&G et Unilever : ±7MM$ à eux deux dont l habileté en marketing est chantée dans les universités et les revues spécialisées alors que leur pub consiste à nous faire acheter des produits chimiques que nous renvoyons dans nos égouts. Ceux qui suivent dans la liste sont les fabricants d autos, les majors du divertissement, ceux du tabac, puis ceux des friandises. (Advertising Age - La pub suscitet-elle la croissance d une production nécessaire quand il s agit de divertissement, de tabac et de friandises? L économiste Bernard Maris est cynique : «On disait autrefois que la dépense inutile des pays de l Est était la bureaucratie, et que celle totalement inutile des pays de l Ouest, était la publicité. On en a fini avec les bureaucrates de l Est, restent les publicitaires.» (http://partisocialiste.anzin.overblog.com/article html) La publicité cherche à faire acheter ce dont le citoyen n a pas besoin, voire, à créer artificiellement un besoin il serait plus juste de dire «un désir». La publicité est donc une fausse médication pour une maladie incurable : le désir. Ces désirs exacerbés mènent infailliblement à jeter davantage puisque nous avons déjà les mains pleines. J entendais le directeur de Certex, une entreprise sociale du Québec, expliquer ce qu il advient de tous ces vêtements que nous mettons à la récupération : 5% sont recyclés dans les friperies québécoises et 10% seulement aboutit à la décharge publique. (Radio-Canada, 21 février 2010, La Semaine verte) Pas si mal! Mais on oublie la matière première, l énergie et les forces humaines qui ont été prélevées dans les pays dits en émergence pour fabriquer toutes ces guenilles bon marché dont on n a pas vraiment besoin. Sans oublier la pollution de l eau et de l air qui résulte de leur production, de leur transport et de leur publicité. Les grandes marques Les leaders publicitaires dans leur secteur d activité, les grandes marques, forment une aristocratie dans laquelle les prétendants les mordillent continuellement sans réussir à les détrôner. Ainsi, les marques 2/2

3 vedettes de l alimentation ont toutes été consacrées grâce à des investissements importants en publicité. Pensons à Coca-Cola, Budweiser, McDonald's, Evian, Nescafé. Ce sont des marques-reines. Aussi faut-il ajouter un montant important au prix de revient pour construire l image de marque d un produit car c est l image de marque qui donne de la valeur ajoutée à un produit, qui permet de le vendre à un prix supérieur aux autres. Cela n a pas nécessairement à voir avec la qualité. Un Coke se vendra le double du prix d un «Cola sans nom» alors que les deux produits sont indifférenciables : 500 ml d eau à laquelle on a ajouté dix cuillérées de sucre, de la saveur artificielle et quelques bulles. Est-il besoin de consommer autant d eau sucrée dans un Québec parsemé de 50,000 grands lacs? Est-il normal, année après année, de boire notre eau dans un milliard de bouteilles de plastique à remplissage unique? Sans doute pas, mais les gens d argent éprouvent une soif inextinguible d argent. Or, les entreprises qui détiennent les grandes marques investissent en publicité un plus fort pourcentage de leurs revenus que leurs concurrents du même secteur d'activité. Les gens de marque Au début de l industrialisation, disons vers 1800, l argent des riches était nécessaire pour permettre aux entrepreneurs d acquérir les machines dispendieuses nouvellement inventées. Or, après avoir acheté pratiquement toutes les entreprises détenant une part intéressante (et rentable) du marché, les grands capitalistes comprirent, au tournant des années 1980, qu ils n avaient même plus besoin de risquer leur capital dans des organisations de production ; il vaut bien mieux acquérir les droits sur des noms de marque prestigieux et louer chèrement ces noms à des entrepreneurs qui mettent en marché un produit sous ce nom. C est ainsi que les publicitaires se servent du nom du carrossier Bentley pour vendre les skis Bentley Supersport : pour 10,000$ vous aurez les skis, les bâtons ainsi qu un sac de rangement. L eau Vittel pare une ligne de cosmétiques d une aura alpestre. Le nom Cadbury donne de l élan à la crème glacée d une grande laiterie. Les grandes marques font saliver les consommateurs qui sont désormais prêts à dépenser davantage pour afficher ces grands noms. Des consommateurs acceptent de payer chèrement ces objets dont l obsolescence a été planifiée et qui aboutiront donc rapidement à la décharge publique. L économie poursuit ainsi sa «croissance». La croissance Tout le système capitaliste, je ne sais exactement pour quelle raison bizarre, se fonde sur la croissance. Chaque année, en vertu de cette loi qui nous est présentée comme implacable, nous devons produire davantage et donc, consommer davantage. Et donc gaspiller davantage. Produire pour répondre à nos besoins, je comprends, oui. Mais la croissance pour la croissance, pourquoi? Si l économie produit davantage, on devra conséquemment adapter la demande à l offre (et non pas l offre à la demande, la production aux besoins). On y arrive en titillant avec insistance les désirs afin d écouler cette production, cette surproduction. C est ici qu intervient la publicité. À chaque trimestre, Statistique Canada publie son taux de croissance. Taux annuel moyen entre 2003 et 2007 : 2%. Bravo! Les agences de publicité elles-mêmes sont des entreprises qui croissent. Au cours des dernières années, elles croissent même plus rapidement que le produit intérieur brut. La publicité pèse donc de plus en plus sur le prix de vente. Voyons l accroissement annuel de 2007 sur 2006, chiffres dont je dispose et publiés par le magazine Advertising Age : 1 er Procter&Gamble +11,2% (Tide, Ivory, Head&Shoulder, Pantene, Clairol et autres M. Net) ; 2 e Unilever +16% (Cutex, Axe, Dove, Pond s, Elizabeth Arden, Finesse, etc.) ; 3 e L Oreal +12% (Maybelline, Lancôme, Biotherm, Helena Rubinstein, Fructis, Ambre Solaire, etc.) Voyez-vous ce que je vois? Procter&Gamble qui détiennent 300 marques dépensent chaque année 10,000 millions de dollars pour me faire répandre des produits chimiques dans la nature. Eh oui, les grands annonceurs dépensent une part de plus en plus grande de leurs revenus en publicité. Selon le secteur d activité, l entreprise ou la stratégie annuelle, de 2% à 50% du montant que l on paye pour un produit sert à défrayer les coûts de la publicité. N est-ce pas cynique? L hyperconsommation Hyper-consommer, c est se faire du mal à force de consommer trop par rapport à ses besoins. Les Nord-américains souffrent d embonpoint à force d obéir aux publicitaires qui les incitent à coeur de soirée à s empiffrer, ils étouffent sous le smog à force de rouler à bord d automobiles gourmandes, ils détruisent les forêts tropicales ou assèchent leurs propres rivières simplement pour produire de nouveaux biens qui remplaceront, sous la pression de tendances suscitées par la publicité, des biens qui sont encore fonctionnels. Pensons à la vitesse à laquelle les jeunes remplacent leurs téléphones cellulaires. Tous succombent à la pression publicitaire. Les technofans du monde entier ont dépensé pour 10 milliards $ de sonneries téléphoniques en 14 mois, une somme suffisante pour reconstruire Haiti détruite par le tremblement de terre de janvier 2010 (Carnets du Devoir, 25 janvier 2010). Nous consommons trop et les pays pauvres rêvent de faire comme nous. Or, comme le dit Serge Mongeau : «Des millions de personnes dans le tiers monde manquent de l essentiel. [ ] Comment croire 3/3

4 qu une Terre aux limites finies peut supporter une exploitation sans cesse croissante et illimitée de ses ressources et de ses capacités à détruire les déchets résultant de la production et de la consommation humaines? Déjà, nous consommons comme si nous avions une planète et demie.» (Simpli-Cité, Vol. 8, no3) Ce qu il faut retenir, c est que hyper-consommer, c est hyper-gaspiller et donc hyper-polluer. Qui donc incitent les citoyens à consommer si inconsidérément? Les publicitaires. Ils nous indiquent dans leurs pubs comment nous devons vivre, ce que nous devons acheter et quand nous devons jeter. À elle seule en 2009, Google Ads a publié pour deux milliards $ de ses petites pubs qui paraissent quand nous «googuelons». Certains promeuvent le «développement durable», «un développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs» selon le Rapport Brundtland1. L environnementaliste Sunita Narain défend ce qu elle appelle le «développement soutenable». «A New Delhi, explique-t-elle, l automobiliste occupe 26 fois plus d espace par individu que le bus» Qu arrivera-t-il bientôt quand les publicitaires proposeront à tous les Indiens d acquérir, pour 2000 $, une petite voiture Nano de Tata vantée par la pub? Nos chefs politiques n agissent pas davantage. Nos rues sont éclairées comme des boulevards, sont parsemées d arrêts qui font tourner les moteurs au ralenti, sont badigeonnés de déglaçants, ainsi de suite. Le Regroupement national des conseils régionaux de l'environnement (RNCRE) estime que, en matière de réduction des déchets à la source, le Québec doit passer des voeux pieux aux actes par une attaque clairement dirigée contre la consommation (http://www.rncreq.org/). Après cela, nous voudrions que les pauvres (Chinois, Indiens et autres) arrêtent de polluer leur environnement qui est pourtant moindre que la nôtre par habitant. Est-ce eux les responsables de cette pollution? Non. Ce sont les dollars superflus de nos capitalistes occidentaux qui construisent leurs usines, pillent leurs ressources naturelles et leurs forces ouvrières pour nous revendre à profit ces vêtements, meubles et gadgets électroniques bon marché. Et que la publicité nous vante mille fois par jour. Toujours plus de déchets Pour les produits de consommation courante, la mise en marché massive compte sur la publicité et sur l emballage. Il devient difficile d imaginer tout ce que l hyperconsommation entraîne comme déchets. On assiste au Québec entre 1988 et 2006, à une croissance de 46% du volume de déchets et à une hausse de 21% des quantités envoyées à l'enfouissement, cela, malgré tous les progrès accomplis du côté du recyclage. Pourquoi? Faute d'une véritable attaque sur le front de la réduction à la source, précise le Mémoire du Regroupement national des conseils régionaux de l'environnement du Québec. (Le Devoir, 14 février 2008) Qu est ce donc que «la source»? Le citoyen-consommateur? Ou bien la croissance, l hyperconsommation, le délire publicitaire? Dans le monde, chaque jour, en bouteilles d eau seulement, six millions de kilos de plastiques sont transformés dont à peine 14% est recyclé. Nous jetons à la mer 6,5 millions de tonnes de déchets par an dont 80% sont du plastique. Le rôle de la pub Le combat entre les gens d argent et les activistes de la décroissance n est pas égal. Les premiers ont les publicitaires à leur solde dont la tâche est justement de faire consommer le citoyen, le faire surconsommer, hyperconsommer. Plus il y a consommation, plus les riches s enrichissent. «C est le résultat d un système d échange nécessaire et volontaire», expliquent les économistes capitalistes. Il est vrai que le boulanger a besoin d échanger son pain contre les services du comptable, que la professeure d université a besoin d échanger contre les services du plombier. Mais en consommation de masse, c est souvent injuste échange. Comme le rappelle le philosophe Comte-Sponville : «Le commerce n est juste qu autant qu il respecte, entre acheteur et vendeur, une certaine parité dans la quantité d informations disponibles.» (Petit traité des grandes vertus). Ce qui est loin d être le cas. Les financiers, marketeurs et publicitaires de ce monde ceux que j appelle les gens d argent disposent de beaucoup plus de ressources, de budgets, de spécialistes de tout acabit, que le simple citoyen-consommateur. De quel côté penchera la balance de l information? Qui occupe les espaces publics et de plus en plus, par les technologies de l information, les espaces privés? Les marchands, ceux qui en ont les moyens financiers, les multinationales, les oligopoles. En matière de consommation, quand une entreprise fait appel à la modération (qui, comme chacun sait, «a bien meilleur goût»), c est pour se donner une image de bon citoyen et non pour inciter à la frugalité qui serait contre ses intérêts, car c est la raison d être du commerçant de faire du commerce et celle d un capitaliste de faire fructifier le plus possible son capital. La solidarité sociale n est pas la tasse de thé des gens d argent. La récupération publicitaire Pourtant, les marketeurs, les publicitaires sont également des êtres humains, des pères ou des mères de famille, et ils voient bien qu il est impossible de continuer cette hyperconsommation, car c est la 4/4

5 Terre elle-même qui s épuise, risquant d affamer les générations futures en les abandonnant dans un paysage dévasté. Aussi, devant cette perspective, les publicitaires comme les marketeurs changent leur discours. Mais comme les accros de tout genre, ils expriment de bonnes intentions mais leurs comportements contredisent leurs discours. Seul leur discours est «vert». Et si c était les consommateurs qui avaient mauvaise conscience de trop consommer? Les publicitaires font pour eux, pour nous, le maquillage nécessaire pour apaiser les consciences. C est ainsi que le gigantesque Wal-Mart multiplie le placage de son label «Éco-Logique» sur une foule de produits qui néanmoins se retrouveront rapidement à la décharge publique. Nous continuons d acheter, de sur-acheter. C est si peu cher. C est une aubaine, une occasion! «Pour un temps limité seulement». Le petit gadget traîne sous nos yeux à la caisse, le panneau électronique nous enjoint de profiter de l aubaine du jour, la boîte à grimaces nous titille les papilles. Et les publicitaires se désâment à calmer nos inquiétudes par des mots magiques inscrits sur les emballages : «Bon pour l environnement», «Recyclable», «Biodégradable», «Éco-sécure», ainsi de suite. Bluffeurs! L astuce est tellement répandue chez les publicitaires que la technique est connue sous le nom de green marketing ou de greenwashing. De l éco-blanchiment! L organisme TerraChoice estime que la publicité verte s est multipliée par trois entre 2006 et Après une vérification de 2200 produits réalisée dans les pays de l anglosphère fin 2008, on a trouvé que les prétentions vertes étaient trompeuses dans 98% des cas sinon, carrément mensongères. (http://www.terrachoice.com/) Publicité sociale? La puissance persuasive de la publicité et l intensité avec laquelle elle est diffusée sont telles que pointent à l horizon maints problèmes engendrés par elle. Une étude récente de l'institut canadien d'information sur la santé (ICIS) mentionne que nous ignorons si une hausse des dépenses en médicaments a même un effet positif sur la santé, précisait le chercheur Marc-André Gagnon (Le Devoir, 22 avril 2009). Or, les publicitaires jouent dans le domaine de la pharmacie comme en bien d autres un rôle qui n est pas innocent. Ils m inventent un problème que je n avais pas (la dysfonction érectile), pour lequel ils me proposent un remède dont on connaît peu l efficacité réelle (le citrate de sildanefil) en m étourdissant de publicités télé dont la loi interdit pourtant la diffusion (que les publicitaires contournent en précisant : «Demandez à votre médecin»). En alimentation, c est pire. Les bonbons, grignotines et boissons gazeuses font partie de l'alimentation quotidienne de 34% des enfants de 6-8 ans. Denis Richard, directeur de la Chaire de recherche sur l obésité, a montré que ses rats de laboratoire préfèrent les biscuits sucrés et les chips à leur moulée habituelle. L attrait pour les graisses et pour le sucre peut ainsi conduire à l embonpoint même des individus qui y seraient pourtant peu disposés génétiquement. Bon, très bien, c est parfois génétique. Mais, une étude américaine a révélé que les petits américains de 3 à 5 ans trouvent la nourriture meilleure quand elle leur est présentée avec le logo de McDonald's. (Archive of Pediatrics & Adolescents Medicine, 2007) Ça, c est la force de la publicité. Imaginons la suite des choses. Et les publicitaires n auraient aucune responsabilité là-dedans? Et pour l effet de serre, les marketeurs n ont pas de responsabilité non plus? Daniel Breton, chroniqueur automobile «vert», affirme: «Si les constructeurs des États-Unis et de l'asie vendaient simplement les modèles beaucoup moins énergivores qu'ils offrent actuellement aux Européens, déjà on pourrait abaisser le prix des voitures et leur consommation en même temps!» (cité par Louis-Gilles Francoeur, Le Devoir 23 mai 2009) Mais que vaut l opinion d un chroniqueur «vert» face aux milliards $ dépensés en publicité pour des automobiles rutilantes, rugissantes et dévorantes? Que valent les campagnes gouvernementales pour les fruits et légumes ou l achat local contre les millions dépensés en publicité pour promouvoir des modes de vie dépassés, dangereux et qui mènent, à terme, à la mort de la Terre? «Fruits et légumes : Mmm!» disait récemment une campagne québécoise. Est-ce aussi excitant que «Moi, j aime McDonald s»? Une solution qui viendra de la technologie? Peut-on croire que le système capitaliste en viendrait à croire à la décroissance? Impossible! Le système est basé sur la cupidité, donc sur l espérance de ventes accrues pour des profits accrus. Il existe des mouvements qui réussissent à faire entendre leur cri : «Un seul moyen pour échapper au désastre : la décroissance!» Un certain nombre de citoyens commencent à mesurer l enjeu. Aussitôt les publicitaires se remettent à la tâche pour se rapprocher de leurs consommateurs sans pourtant renoncer à la croissance. Ils se pointent le nez avec de nouveaux slogans charmeurs : «consommation durable», «écoconsommation», «consommation de proximité», «consommation responsable». Même un écologiste comme le cinéaste Yann Arthus-Bertrand ne se range pas facilement à la décroissance. La conclusion de son récent film qui a suscité un intérêt mondial, Home, me laisse pantois : le progrès de la technoscience trouvera une solution à tous les problèmes de la Terre, laisse-t-il entendre. La technologie nous sauvera des problèmes engendrés par elle? C est comme demander à la mafia de maintenir l ordre dans la société. 5/5

6 Carrément la décroissance Comme l a défendu l économiste Georgescu-Roegen dans un ouvrage publié en 1966, imaginez! il faut plutôt promouvoir non pas la croissance soutenable, mais la «décroissance soutenable». Il explique que «la thermodynamique démontre que les ressources naturelles s épuisent irrévocablement» et qu il est donc impossible de résoudre les problèmes environnementaux par le seul progrès scientifique et technique. (La Décroissance. Entropie - Écologie - Économie) Il est vrai que la croissance rend les riches plus riches. Jamie Johnson, un petit fils de la richissime famille Johnson & Johnson, a produit un documentaire sur l accumulation des riches qu il a intitulé The One Percent dans lequel il rappelle que le 1% des plus riches possèdent 40% des richesses de la terre et 90% de la valeur nette disponible (http://www.theonepercentdocumentary.com/). Quand Jamie interviewe le célèbre économiste libertaire Milton Friedman, il se fait répondre : «Mais les pauvres se sont enrichis eux aussi. Qu est-ce que tu aimes mieux, garder l écart identique et qu il n y ait aucune amélioration chez les pauvres, ou que l écart s accroisse comme aujourd hui en permettant aux pauvres de l être moins?» Question intéressante. C est la défense par ce que l on a nommé la percolation : tout se passe en haut, mais il y a tout de même des gouttes qui se répandent autour. Or, la percolation est bien délayée arrivée en bas de l échelle : la moyenne des citoyens doivent mettre un an de travail pour gagner, disons 35,000$, alors que le 1% du haut le gagne en un jour. La croissance à tout prix n est pas la solution et même si les pauvres également en retirent certains avantages. Le professeur Richard Wilkinson travaille depuis 30 ans sur les effets sociaux de l inégalité. Il vient de publier un livre, The Spirit Level (avec Kate Pickett, Ed. Allen Lane), qui fait beaucoup de bruit parce qu il démontre de manière irréfutable que ce n est pas la richesse qui produit une société vivable, mais la solidarité manifestée par un écart de revenus moindre entre riches et pauvres. Il démontre avec force graphique que ce n est pas la richesse qui produit une société vivable, mais sa répartition plus égalitaire. Les statistiques montrent que dans les sociétés plus égalitaires du Nord (disons, comme la Suède), l obésité est moindre, les mères adolescentes moins nombreuses, le nombre de meurtres plus bas, le nombre de prisonniers par habitants moindre, l alcoolisme moins répandu, et l espérance de vie meilleure que dans les sociétés moins égalitaires, même riches (disons, comme les États-Unis ou la Grande-Bretagne). Et c est également vrai pour les États-unis (quand on compare les états) : moins d inégalité produit une société qui en tire des bénéfices statistiques similaires. Bref, on vit plus heureux dans une société solidaire. Or, en promouvant des manières de vivre qui exige de l argent superflu, les publicitaires jouent un rôle dans la frustration des pauvres et le mépris des riches. Que faire? Alors, la décroissance est-elle possible? Non si on laisse les chantres de la consommation que sont les publicitaires occuper tout le terrain médiatique, les relationnistes et autres lobbyistes courtiser nos politiciens, nos gens d affaire répéter que nous serons sauvés par la fuite en avant. Serge Latouche, professeur émérite d économique, insiste : «Il faut se pencher sur les valeurs fondamentales de nos sociétés ainsi que sur les modes de fonctionnement qu elles impliquent, par exemple, la publicité comme arme de pression à la surconsommation.» (http://1libertaire.free.fr/slatouche45.html) Mais comment enclencher la décroissance? L économiste Serge Latouche explique : «La décroissance ne constitue pas vraiment une alternative concrète, mais c est bien plutôt la matrice autorisant un foisonnement d alternatives. Il s agit donc d une proposition nécessaire pour rouvrir les espaces de l inventivité et de la créativité, bloqués par le totalitarisme économiciste, développementiste et progressiste». (Petit traité de la décroissance sereine). Est-ce possible? Il ne faut jamais oublier l influence que peut avoir un citoyen tenace. Les révolutions, comme celle de 1789 en France, ont commencé grâce aux idées d une poignée de penseurs. Même les publicitaires acoquinés avec les politiciens véreux du Québec ont perdu la face (et pour quelques uns, la liberté) suite au Scandale des commandites qui a été dévoilé par les articles d un seul journaliste courageux, Daniel Leblanc. Mais comment autrement enclencher la décroissance? Serge Latouche explique : «La décroissance ne constitue pas une alternative, mais une matrice autorisant un foisonnement d alternatives. Il s agit donc d une proposition pour rouvrir les espaces de l inventivité bloqués par le totalitarisme économiciste.». Misons donc sur la créativité des jeunes penseurs. La décroissance personnelle Nous engagerons la décroissance soutenable si, personnellement, nous consommons moins, si nous adoptons un mode de vie volontairement plus simple. En prenant le contrepied de tous ces marketeurs, publicitaires, menteurs et autres gens d argent. Le mathématicien et activiste Bertrand Russell le disait déjà carrément il y a 70 ans : «Les méthodes de production actuelles permettent d'assurer à tous la sécurité et une certaine aisance. Nous avons continué à déployer la même énergie qu'à l'époque où il n'y avait pas de machines. C'est là un comportement stupide, mais ce n'est pas une raison pour continuer 6/6

7 d'agir stupidement pour toujours.» Et il ajoute : «L idée que les seules activités souhaitables sont celles qui apportent du profit a mis le monde sans dessus dessous.» (In Praise of Idleness) En ce qui nous concerne ici, on peut, plus précisément, lutter contre l envahissement publicitaire. Il n y a pas raison pour que ce soit les marchands et leurs publicités qui financent nos écoles (le Pavillon J.- Armand-Bombardier ou le Pavillon Jean-Coutu à l Université de Montréal), nos médias d information (50% de nos quotidiens sont payés par les annonceurs), nos infrastructures publiques (le Colisée-Pepsi à Québec), ainsi de suite. Méfions-nous : partout, celui qui paie est celui qui décide. La publicité continuerat-elle d envahir tout espace public? Oui, nous pouvons tous, individuellement, commencer à agir contre l envahissement publicitaire. N oublions jamais que les médias vivent de la publicité, qu il y aura toujours une forme de complicité entre les responsables de la matière éditoriale, et les annonceurs ou leurs publicitaires. Les médias sont ainsi complices des publicitaires pour faire augmenter la consommation. Ils informent, mais persuadent également puisque que 30% à 50% de l espace d un média est occupé par la persuasion à la consommation. Il faut donc adopter un esprit critique face aux médias. Il existe des mouvements qui militent en faveur de la décroissance, cette décroissance dont les gens d argent ont si peur (eux ne font jamais de décroissance, toujours de la croissance, sauf qu elle est parfois «négative» comme si on pouvait avancer par en arrière). Encourageons donc tous ces mouvements qui luttent pour la protection de l environnement, ou contre la surconsommation, l envahissement publicitaire sauf, peut-être, si cette publicité est sociale. Supportons ces mouvements par nos contributions, notre présence, notre militantisme, nos engagements politiques ou nos interventions médiatiques. Et rêvons avec l économiste Bernard Maris qui écrit : «Et si l inutile, la gratuité, le don, l'insouciance, le plaisir, la recherche désintéressée, la poésie, la création hasardeuse engendraient de la valeur? Et si les marchands dépendaient - ô combien! - des poètes? Et si la fourmi n'était rien sans la cigale? Voici venu le temps d'affirmer, contre les économistes, que l'inutile crée de l'utilité, que la gratuité crée de la richesse, que l'intérêt ne peut exister sans le désintéressement.» (Antimanuel d'économie : 2. les cigales) 7/7

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk INTRODUCTION Les pays d Asie ont traversé deux crises d ampleur inégale: La crise dite «asiatique» de 1997-1999.

Plus en détail

Tour d horizon et rapport sur les tendances de l industrie

Tour d horizon et rapport sur les tendances de l industrie Tour d horizon et rapport sur les tendances de l industrie Vue d ensemble de l atelier Qui nous sommes et nos qualifications en animation d atelier Définir les commandites et la philanthropie Tendances

Plus en détail

Mini- mémoire DD01. Adrien BOUTEILLE GSM06 MPI

Mini- mémoire DD01. Adrien BOUTEILLE GSM06 MPI Adrien BOUTEILLE GSM06 MPI Mini- mémoire DD01 Thème : Le recyclage des déchets électriques et électroniques et les conditions de vies des populations qui les «recyclent». 1. Introduction : J ai eu la chance

Plus en détail

De sources. en ressources! SECONDAIRE

De sources. en ressources! SECONDAIRE Activité éducative sur la récupération et le recyclage des contenants à remplissage unique inspirée de la campagne «Recycler, ça rapporte!» de RECYC-QUÉBEC SECONDAIRE Activité éducative sur la récupération

Plus en détail

Coup d œil sur les inégalités de revenus au

Coup d œil sur les inégalités de revenus au Coup d œil sur les inégalités de revenus au Québec L expression «nous les 99 %», qui avait servi de cri de ralliement des mouvements Occupy, résume les préoccupations que soulève la tendance mondiale à

Plus en détail

Le commerce. électronique et ses répercussions sur les boutiques

Le commerce. électronique et ses répercussions sur les boutiques Le commerce électronique et ses répercussions sur les boutiques Table des matières 2 Introduction 3 4 5 6 Le commerce en ligne gruge une partie des ventes au détail Le furetage en magasin est maintenant

Plus en détail

L ALÉNA APRÈS HUIT ANS

L ALÉNA APRÈS HUIT ANS L ALÉNA APRÈS HUIT ANS DES ASSISES POUR LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE L ALÉNA APRÈS HUIT ANS Des Assises Pour La Croissance Économique L ENGAGEMENT ENVERS L ALÉNA En dépit du ralentissement qu a connu l économie

Plus en détail

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 Téléphone : 514 382.7922 Télécopieur : 514 382.3474 Site Internet : www.2tiers.org Courriel : club@2tiers.org

Plus en détail

Présentation de Magazines Canada. Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations préalables au budget.

Présentation de Magazines Canada. Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations préalables au budget. Présentation de Magazines Canada Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations préalables au budget Août 2010 Sommaire Magazines Canada est l association nationale qui représente

Plus en détail

Pourquoi faire moins de déchets?

Pourquoi faire moins de déchets? ANNEXE 1 a Pourquoi faire moins de déchets? 1. Parce qu il y en a trop! En Wallonie, la production annuelle de déchets ménagers a atteint un peu moins de 2 millions de tonnes (1 819 452T) en 2008 + ratio

Plus en détail

Le Financement Bancaire des Projets Écologiques. Cas du Liban. Par. Georges ABI SALEH Association des Banques du Liban

Le Financement Bancaire des Projets Écologiques. Cas du Liban. Par. Georges ABI SALEH Association des Banques du Liban Le Financement Bancaire des Projets Écologiques Cas du Liban Par Georges ABI SALEH Association des Banques du Liban Conférence «Vers une économie verte en Méditerranée» Marseille-France, 23-24 mai 2012

Plus en détail

NOTICE DE L ANNONCEUR

NOTICE DE L ANNONCEUR NOTICE DE L ANNONCEUR La Marketplace Caradeals.com, c est la solution pour booster votre activité! SOMMAIRE Qu est-ce que Caradeals.com? 1) PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT... 2 2) LES AVANTAGES... 2 3) PREPARER

Plus en détail

OBJET : Mémoire présenté dans le cadre des consultations prébudgétaires

OBJET : Mémoire présenté dans le cadre des consultations prébudgétaires 6 août 2014 M me Christine Lafrance Greffière du Comité permanent des finances Chambre des communes Ottawa (Ontario) K1A 0A6 FINA@parl.gc.ca OBJET : Mémoire présenté dans le cadre des consultations prébudgétaires

Plus en détail

Situation d évaluation en aide à l apprentissage Lecture, écoute, écriture et prise de parole FRA-2101 L eau embouteillée

Situation d évaluation en aide à l apprentissage Lecture, écoute, écriture et prise de parole FRA-2101 L eau embouteillée Situation d évaluation en aide à l apprentissage Lecture, écoute, écriture et prise de parole FRA-2101 L eau embouteillée Adaptation de Sophie Perron mars 2011 Mise en situation À la cafétéria de votre

Plus en détail

L avenir du commerce est en ligne

L avenir du commerce est en ligne chapitre 1 L avenir du commerce est en ligne A llons-nous perdre l habitude «d aller» faire nos courses? Succomberons-nous plus facilement à l achat d impulsion au hasard de notre navigation sur le Web

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

3. Un pays dont le PIB per capita est élevé possède généralement un niveau de vie plus élevé qu un pays avec un PIB per capita plus faible.

3. Un pays dont le PIB per capita est élevé possède généralement un niveau de vie plus élevé qu un pays avec un PIB per capita plus faible. Thème 2 Les indicateurs macroéconomiques Questions Vrai ou Faux 1. Pour l économie globale, les revenus doivent être égaux aux dépenses puisque les revenus d un vendeur sont nécessairement égaux aux dépenses

Plus en détail

1 La prospérité économique et le défi de la productivité

1 La prospérité économique et le défi de la productivité ISSN 178-918 Volume 1, numéro 6 27 février 2 Productivité du travail au Une faible croissance qui nuit à la prospérité des Québécois Sommaire 1. La prospérité économique future du dépendra en grande partie

Plus en détail

Le consommateur devient un Promo sapiens : une plus grande conscience des prix lorsqu il y a beaucoup de promotions sur le point de vente

Le consommateur devient un Promo sapiens : une plus grande conscience des prix lorsqu il y a beaucoup de promotions sur le point de vente Le consommateur devient un Promo sapiens : une plus grande conscience des prix lorsqu il y a beaucoup de promotions sur le point de vente La communication en magasin purement tournée vers la promotion

Plus en détail

La dette du Québec est-elle légitime?

La dette du Québec est-elle légitime? La dette du Québec est-elle légitime? Louis Gill le 1 er avril 2012 La dette totale du gouvernement du Québec, désignée comme sa dette brute, était de 184 milliards de dollars (55 % du PIB) le 31 mars

Plus en détail

Mots- clefs : Entreprise, facteurs de production, coûts, biens et services 1. LE CONTEXTE 2. LES CONTENUS

Mots- clefs : Entreprise, facteurs de production, coûts, biens et services 1. LE CONTEXTE 2. LES CONTENUS Ficheaction n XX Pédagogie de projet :de la découverte des entreprises à la création d une entreprise Objectif : Comprendre le fonctionnement d une entreprise Motsclefs : Entreprise, facteurs de production,

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Elevés aux spots de pub au moins autant qu au Banania,

Elevés aux spots de pub au moins autant qu au Banania, Êtes-vous fait pour la pub? Elevés aux spots de pub au moins autant qu au Banania, nous sommes tous des enfants de la pub pour qui un ami au petit déjeuner s appelle forcément Ricoré et le paradis a un

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

Le développement durable

Le développement durable Le développement durable Le développement durable Les être humains sont au cœur des préoccupations relatives au développement durable. Ils ont droit à une vie saine et productive en harmonie avec la nature

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Dominique Goux (1) Eric Maurin (2) Version février 2008 Docweb no 0802 Dominique Goux (1) : Professeur associée d économétrie à l Ecole

Plus en détail

INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID

INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID Eskimon 29 octobre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 3 1 Introduction Figure 1.1 Solid Salut Solid! Il parait que tu exerces dans un domaine finalement peu connu,

Plus en détail

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses»

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Nous sommes aujourd hui, plus de 500 manifestants dans les rues

Plus en détail

Les niveaux de changement d ISF

Les niveaux de changement d ISF Les niveaux de changement d ISF Les défis du développement international sont multidimensionnels. Le pouvoir, l interconnectivité, la géographie, le comportement humain, l économie, et d autres éléments

Plus en détail

Des hommes et des ressources

Des hommes et des ressources Des hommes et des ressources G 6. La question des ressources alimentaires I. Etude de cas : au Brésil Quelle est la situation alimentaire au Brésil? P 282-283 A. Une grande puissance agricole 1) L agriculture

Plus en détail

COMMERCE ÉLECTRONIQUE INTERENTREPRISES, TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET PERFORMANCE ÉCONOMIQUE

COMMERCE ÉLECTRONIQUE INTERENTREPRISES, TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET PERFORMANCE ÉCONOMIQUE COMMERCE ÉLECTRONIQUE INTERENTREPRISES, TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET PERFORMANCE ÉCONOMIQUE Martin Brookes Économiste senior, Goldman Sachs Je vais diviser ma présentation en

Plus en détail

Consommation. Les émissions de gaz à effet de serre (dont l augmentation. Quels impacts sur le climat? De quoi parle-t-on?

Consommation. Les émissions de gaz à effet de serre (dont l augmentation. Quels impacts sur le climat? De quoi parle-t-on? Consommation Quels impacts sur le climat? De quoi parle-t-on? Depuis la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (adoptée en 1992), le monde industriel et économique a profondément

Plus en détail

Etats Unis : «La crise économique actuelle : causes, conséquences et solutions»

Etats Unis : «La crise économique actuelle : causes, conséquences et solutions» Introduction : Dans tous les pays capitalistes, c'est-à-dire presque tous les pays du monde car nous sommes dans société mondialisée, nous pouvons constater que l activité économique n est pas régulière,

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Découvrir les coûts cachés de votre centre informatique Le point de vue d un chef des services financiers

Découvrir les coûts cachés de votre centre informatique Le point de vue d un chef des services financiers Les Services technologiques mondiaux Leadership d opinion Découvrir les coûts cachés de votre centre informatique Le point de vue d un chef des services financiers De Steven L. Sams Centre informatique

Plus en détail

Les enjeux des domaines skiables européens. Congrès de l OITAF Rio Octobre 2011

Les enjeux des domaines skiables européens. Congrès de l OITAF Rio Octobre 2011 Les enjeux des domaines skiables européens Congrès de l OITAF Rio Octobre 2011 Par Laurent Reynaud Délégué Général de Domaines Skiables de France Représentant de la FIANET Fédération Internationale des

Plus en détail

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DU SCHÉMA DE L AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT DE L AGGLOMÉRATION DE MONTRÉAL

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DU SCHÉMA DE L AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT DE L AGGLOMÉRATION DE MONTRÉAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DU SCHÉMA DE L AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT DE L AGGLOMÉRATION DE MONTRÉAL Dans le cadre de la consultation publique sur le Projet de schéma d aménagement et de développement

Plus en détail

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Revenu à la retraite et fiscalité Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

3.1 L OFFRE ET LA DEMANDE : UN MODÈLE DE MARCHÉ CONCURRENTIEL

3.1 L OFFRE ET LA DEMANDE : UN MODÈLE DE MARCHÉ CONCURRENTIEL L offre et la demande 127 Dans ce chapitre, nous exposerons les éléments du modèle de l offre et de la demande, puis nous les assemblerons avant de montrer comment ce modèle peut être utilisé pour comprendre

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Le développement durable

Le développement durable Le développement durable 1. Le corrigé Page 32 Carnet-découverte n 2 1. Le corrigé Page 33 2. Des pistes pédagogiques Objectif pédagogique : Découvrir le volet social et solidaire du développement durable

Plus en détail

Priorité au discours prononcé. Bonjour à toutes et à tous, je suis heureux de me retrouver parmi vous aujourd hui, ici, à Montréal.

Priorité au discours prononcé. Bonjour à toutes et à tous, je suis heureux de me retrouver parmi vous aujourd hui, ici, à Montréal. David Williamson Premier vice-président à la direction et chef des services financiers Assemblée générale annuelle Montréal (Québec), le 25 février 2010 Priorité au discours prononcé Bonjour à toutes et

Plus en détail

Mémoire de l Association des Fournisseurs de Services Pétroliers et Gaziers du Québec (AFSPG)

Mémoire de l Association des Fournisseurs de Services Pétroliers et Gaziers du Québec (AFSPG) Mémoire de l Association des Fournisseurs de Services Pétroliers et Gaziers du Québec (AFSPG) Déposé dans le cadre des consultations publiques au sujet des évaluations environnementales stratégiques sur

Plus en détail

INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale)

INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale) INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale) Pouvez-vous vous présenter? Je suis Philip English, économiste en chef pour 5 pays, notamment le Sénégal, la Gambie, la Mauritanie,

Plus en détail

Le déclin de l industrie en France

Le déclin de l industrie en France Le déclin de l industrie en France Le but de ce dossier pédagogique est de comprendre les causes de la désindustrialisation en France. Il faut distinguer quatre phénomènes : i) les gains de productivité,

Plus en détail

Sondage réalisé par American Express MD auprès des entreprises de taille moyenne

Sondage réalisé par American Express MD auprès des entreprises de taille moyenne Sondage réalisé par American Express MD auprès des entreprises de taille moyenne Les décideurs financiers des entreprises de taille moyenne du Canada ont un point de vue éclairé quant à la conjoncture

Plus en détail

Savoir-faire : Proportion, pourcentage de répartition

Savoir-faire : Proportion, pourcentage de répartition Savoir-faire : Proportion, pourcentage de répartition Considérons les (anciennes) offres d abonnement de The Economist: -Abonnement internet à $59 -Abonnement version papier $120 -Abonnement internet +

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

COMBATTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE POUR UNE EUROPE DURABLE

COMBATTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE POUR UNE EUROPE DURABLE COMBATTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE POUR UNE EUROPE DURABLE Combattre le changement climatique pour une Europe durable: les socialistes luttent en faveur d un avenir équitable, propre, social et prospère

Plus en détail

La crise écologique. Perspectives anticapitalistes pour la préservation de la vie sur Terre

La crise écologique. Perspectives anticapitalistes pour la préservation de la vie sur Terre La crise écologique Perspectives anticapitalistes pour la préservation de la vie sur Terre Qu est-ce que la crise écologique? Le réchauffement climatique? La destruction des forêts? La fin du pétrole?

Plus en détail

Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes

Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes 20 Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes L un des faits marquants de la période qui a commencé dans les années 1980 est l utilisation d instruments extrêmement complexes

Plus en détail

Affiliation Cash Livre PDF Gratuit Cliquez Ici Pour Télécharger Merci!

Affiliation Cash Livre PDF Gratuit Cliquez Ici Pour Télécharger Merci! Enfin, Voici l'information que VOUS attendiez depuis longtemps. Vous allez découvrir une méthode inédite et des secrets que la plupart des affiliés ne connaitront jamais... Par: Mustapha GASSEM Le Dans

Plus en détail

LES FRANCAIS DEBOURSENT 51% DE PLUS POUR DES PRODUITS «VERTS»

LES FRANCAIS DEBOURSENT 51% DE PLUS POUR DES PRODUITS «VERTS» LES FRANCAIS DEBOURSENT 51% DE PLUS POUR DES PRODUITS «VERTS» Malgré des prix plus élevés, les ventes de produits «verts» en France devraient augmenter de 105%, de 10,6 milliards d euros en 2009 à 21,7

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

La gestion d une équipe vie scolaire. Quelques petits conseils pour être un super manager!

La gestion d une équipe vie scolaire. Quelques petits conseils pour être un super manager! La gestion d une équipe vie scolaire Quelques petits conseils pour être un super manager! Les facteurs de stress Dans une équipe, on peut repérer différents facteurs de stress Une direction trop autoritaire

Plus en détail

Patrick VIDAL AU CHEVET DE FRANCE. OU COMMENT ESSAYER De LA soigner

Patrick VIDAL AU CHEVET DE FRANCE. OU COMMENT ESSAYER De LA soigner Patrick VIDAL AU CHEVET DE FRANCE OU COMMENT ESSAYER De LA soigner 1 Patrick VIDAL Au chevet de France Ou comment essayez de la soigner 2 Toute reproduction ou publication partielle, de cet ouvrage est

Plus en détail

Commission des affaires européennes

Commission des affaires européennes X I V e L É G I S L A T U R E Communication Mardi 7 juillet 2015 15 heures Commission des affaires européennes Communication de la Présidente Danielle Auroi sur la proposition d initiative législative

Plus en détail

Selon ce sondage en ligne mené à l échelle nationale du 10 au 23 septembre 2014 :

Selon ce sondage en ligne mené à l échelle nationale du 10 au 23 septembre 2014 : SOMMAIRE À LA DIRECTION Dans un nouveau sondage mené à l échelle nationale auprès de 3 000 Canadiens par Greenberg Quinlan Rosner Canada pour le compte de l Institut Broadbent, on a posé des questions

Plus en détail

1 Introduction aux études de marché export

1 Introduction aux études de marché export 1 Introduction aux études de marché export Avec des marchés de plus en plus compétitifs à travers la planète, les études de marché sont à l ordre du jour d un nombre croissant d organisations, qu elles

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES (version proposée par l IRECUS) CONTEXTE S inscrivant dans le cadre de l Année internationale des coopératives, le Sommet international des coopératives

Plus en détail

Votre campagne digitale a manqué sa cible. Et maintenant?

Votre campagne digitale a manqué sa cible. Et maintenant? Votre campagne digitale a manqué sa cible. Et maintenant? Toucher le public désiré, voilà un pari ambitieux, en particulier dans un paysage médiatique mouvant. Comment améliorer vos performances digitales

Plus en détail

Stimuler le rayonnement, le professionnalisme l efficacité et le développement des affaires

Stimuler le rayonnement, le professionnalisme l efficacité et le développement des affaires Programme de formations et de conférences Stimuler le rayonnement, le professionnalisme l efficacité et le développement des affaires Outils concrets, actualisés et flexibles pour professionnels, gestionnaires,

Plus en détail

économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 2011? DÉCEMBRE 2010 JANVIER 2011 Canada États-unis Les taux d'intérêt

économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 2011? DÉCEMBRE 2010 JANVIER 2011 Canada États-unis Les taux d'intérêt DÉCEMBRE JANVIER 211 économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 211? Au passage d une année à l autre, il est de mise de s interroger sur ce que nous réserve la nouvelle année. Après la solide

Plus en détail

Gestion des envois retournés de façon à orienter les dons des organismes sans but lucratif

Gestion des envois retournés de façon à orienter les dons des organismes sans but lucratif Vos affaires peuvent aller plus loin Juillet 2008 Gestion des envois retournés de façon à orienter les dons des organismes sans but lucratif Les organismes sans but lucratif de toutes sortes se débattent

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE AU TITRE DU DEE

FORMULAIRE DE DEMANDE AU TITRE DU DEE Agence canadienne de développement économique du Nord Canadian Northern Economic Development Agency FORMULAIRE DE DEMANDE AU TITRE DU DEE Directives 1. Le formulaire de demande au titre du DEE nous permet

Plus en détail

Banques alimentaires Canada. Stimuler le secteur caritatif au Canada Un plan d incitation fiscale pour les dons d aliments à des fins de bienfaisance

Banques alimentaires Canada. Stimuler le secteur caritatif au Canada Un plan d incitation fiscale pour les dons d aliments à des fins de bienfaisance Banques alimentaires Canada Stimuler le secteur caritatif au Canada Un plan d incitation fiscale pour les dons d aliments à des fins de bienfaisance Janvier 2012 Stimuler le secteur caritatif au Canada

Plus en détail

Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie. Assemblée annuelle Le 5 mai 2011. Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous.

Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie. Assemblée annuelle Le 5 mai 2011. Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous. Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie Assemblée annuelle Le 5 mai 2011 Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous. Je suis heureux de pouvoir m adresser à vous à l occasion de cette assemblée

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

Discours sur la sécurité alimentaire

Discours sur la sécurité alimentaire Discours sur la sécurité alimentaire L alimentation est le besoin le plus fondamental de l homme. Elle est essentielle à la vie et au développement. Le droit à l alimentation est donc la base de tous les

Plus en détail

Pour un régime d assurance médicaments entièrement public. Conseil général, CSQ 7 octobre 2010

Pour un régime d assurance médicaments entièrement public. Conseil général, CSQ 7 octobre 2010 Pour un régime d assurance médicaments entièrement public Conseil général, CSQ 7 octobre 2010 Qu est-ce que notre régime d assurance médicaments? Au Québec, 43% de la population est couverte par le régime

Plus en détail

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Présentation dans le cadre des consultations prébudgétaires du ministre des Finances du Québec portant sur le budget 2004-2005

Plus en détail

Combien vaut VRAIMENT votre vieille voiture

Combien vaut VRAIMENT votre vieille voiture Combien vaut VRAIMENT votre vieille voiture Ou Comment j ai appris par hasard que ma voiture avait été revendue 32 FOIS PLUS CHER que le montant de ma reprise! AVERTISSEMENT Cette fiche pratique n a qu

Plus en détail

- JAM - LE PROTOCOLE D IDÉATION DE CROP UNE PROCÉDURE UNIQUE D INVESTIGATION DE LA PERCEPTION DES CONSOMMATEURS

- JAM - LE PROTOCOLE D IDÉATION DE CROP UNE PROCÉDURE UNIQUE D INVESTIGATION DE LA PERCEPTION DES CONSOMMATEURS - JAM - LE PROTOCOLE D IDÉATION DE CROP UNE PROCÉDURE UNIQUE D INVESTIGATION DE LA PERCEPTION DES CONSOMMATEURS de la vie aux idées «JAM» : le protocole d idéation de CROP Un protocole inspiré des nouvelles

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 Séance 11 1 Macroéconomie : fin

Plus en détail

Communiquer en entreprise. Votre guide SMS

Communiquer en entreprise. Votre guide SMS Communiquer en entreprise Votre guide SMS Pourquoi le SMS est-il si efficace? Quelque soit l activité de votre entreprise il est important que vous puissiez communiquer efficacement avec vos clients, fournisseurs

Plus en détail

ETUDE MARKETING: LE PORTRAIT ROBOT DU TOURISTE DURABLE - Le Journal de l'ecotourisme Dimanche, 09 Mai 2010 22:15

ETUDE MARKETING: LE PORTRAIT ROBOT DU TOURISTE DURABLE - Le Journal de l'ecotourisme Dimanche, 09 Mai 2010 22:15 Avis aux agences de voyages, entre autres! Au cours de la 9ème conférence internationale marketing & marché, qui se tenait en janvier dernier en Italie, fut présentée une étude qualitative sur les attitudes

Plus en détail

Programme de prévention de la prise de risque sur la route des jeunes lycéens chalonnais. Programme inter-établissement.

Programme de prévention de la prise de risque sur la route des jeunes lycéens chalonnais. Programme inter-établissement. Programme de prévention de la prise de risque sur la route des jeunes lycéens chalonnais Programme inter-établissement Evaluation Sommaire 1 - Résultats de l enquête par questionnaire : début de programme...

Plus en détail

Achats en ligne. et conversion. Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic. tradedoubler.com

Achats en ligne. et conversion. Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic. tradedoubler.com Achats en ligne et conversion Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic tradedoubler.com Lorsqu il s agit de choisir une marque ou un produit à acheter, les consommateurs européens

Plus en détail

L énergie, un défi pour tous!

L énergie, un défi pour tous! L énergie, un défi pour tous! Se nourrir, se déplacer, chauffer, éclairer, téléphoner, tout est question d énergie! Ou plutôt, de consommation d énergie. Les hommes consomment de plus en plus d énergie

Plus en détail

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Sur les 1210 personnes interrogées, 1043 personnes sont en âge de voter, soit

Plus en détail

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Consultation du Groupe conseil sur l actualisation de la Stratégie québécoise de la recherche et de l innovation 8 septembre 2009 Préambule

Plus en détail

La croissance chinoise

La croissance chinoise Lacroissancechinoise Aprèspresque30ansd économiemaoïste,lachines estengagéedepuis1978,sousl impulsionde Deng Xiaoping, sur la voie de la modernisation économique. Les «Quatre Modernisations» industrie,agriculture,rechercheetdéfense

Plus en détail

I- Qu'est-ce que la Constante Macabre?

I- Qu'est-ce que la Constante Macabre? De la constante macabre à l évaluation par contrat de confiance Conférence d André ANTIBI le mercredi 28 novembre 2012 I- Qu'est-ce que la Constante Macabre? Situation de science-fiction : Un nouveau professeur

Plus en détail

Identification d Opportunités d EXportation pour les PME du Québec (IOEX) 30 janvier 2014

Identification d Opportunités d EXportation pour les PME du Québec (IOEX) 30 janvier 2014 Identification d Opportunités d EXportation pour les PME du Québec (IOEX) 30 janvier 2014 Identification d Opportunités d EXportation Questionnement Si, aujourd hui, vous voulez savoir exactement : le

Plus en détail

Nouer des relations saines : Apprendre à écouter

Nouer des relations saines : Apprendre à écouter Nouer des relations saines : Apprendre à écouter Résultats d apprentissage du programme Santé et préparation pour la vie, Alberta Education Les élèves vont : R 7.5 examiner les caractéristiques inhérentes

Plus en détail

ÉPARGNER POUR UN PROJET FUTUR

ÉPARGNER POUR UN PROJET FUTUR Activités éducatives pour les 8 à 9 ans ÉPARGNER POUR UN PROJET FUTUR HABILETÉS FINANCIÈRES ÉPARGNER UTILISER UN COMPTE DANS UNE INSTITUTION FINANCIÈRE FAIRE UN BUDGET SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Apprendre

Plus en détail

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance I) Les facteurs de la croissance A) Contribution des facteurs de production 1. Les facteurs de production Les sources de croissance La croissance économique ( = accroissement de la production d un pays)

Plus en détail

CONCOURS EPE ENVIRONNEMENT «EAT GREEN» Climat-Energie: Quelle action pour votre commune?

CONCOURS EPE ENVIRONNEMENT «EAT GREEN» Climat-Energie: Quelle action pour votre commune? «EAT GREEN» Climat-Energie: Quelle action pour votre commune? Préparé pour : EPE ENVIRONNEMENT 2014 Préparé par : Alexis Abdelmoula, Abel Barry, Ahmet Ozen, Ahmed Kailan et Hissein Mahmoud 31 mars 2014

Plus en détail

7KqPHVHWVLWXDWLRQV$FKDW9HQWH. )LFKHSpGDJRJLTXH

7KqPHVHWVLWXDWLRQV$FKDW9HQWH. )LFKHSpGDJRJLTXH 5HVVRXUFHVSRXUOHVHQVHLJQDQWVHWOHVIRUPDWHXUVHQIUDQoDLVGHVDIIDLUHV $FWLYLWpSRXUODFODVVH')$ &UpGLW-RHOOH%RQHQIDQW -HDQ/DFURL[ 7KqPHVHWVLWXDWLRQV$FKDW9HQWH )LFKHSpGDJRJLTXH $FWLYLWp /HFRPPHUFHHQOLJQH &RPSUpKHQVLRQpFULWH

Plus en détail

Engagés dans la lutte contre le gaspillage alimentaire

Engagés dans la lutte contre le gaspillage alimentaire Engagés dans la lutte contre le gaspillage alimentaire Tous concernés! La lutte contre le gaspillage alimentaire nous concerne tous. On estime qu un quart de la nourriture produite dans le monde est jetée

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE.

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. Jacques Picard School of Business Administration, Netanya Academic College École des Sciences de la Gestion, Université du Québec à Montréal I Introduction.

Plus en détail

Les agences de publicité et de communication et agences média leaders en Suisse font preuve d optimisme dans un avenir exigeant.

Les agences de publicité et de communication et agences média leaders en Suisse font preuve d optimisme dans un avenir exigeant. Communiqué de presse 9 octobre 2012 bsw leading swiss agencies Les agences de publicité et de communication et agences média leaders en Suisse font preuve d optimisme dans un avenir exigeant. Les agences

Plus en détail

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar?

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? LETTRE DE PROSPECTIVE MAI 2009 - NUMERO 15 L ors du récent sommet du G20, les autorités chinoises ont

Plus en détail