Université de Sherbrooke VOL. 6, NO 1 octobre. Penser. nano

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Université de Sherbrooke VOL. 6, NO 1 octobre. Penser. nano"

Transcription

1 20 Université de Sherbrooke VOL. 6, NO 1 octobre Penser nano

2 Sommaire 3 Mot du doyen 4 Penser nano 6 C2mi 8 structurer nano pour mieux comprendre les propriétés de la matière Les artistes du nano Les calculateurs quantiques 10 Tout en chiffres! Les propriétés catalytiques de l infiniment petit Les TIC écologiques 12 Du solaire pour chauffer les maisons 13 L éclairage de demain 14 Nouvelle médecine personnalisée Laboratoire sur puce 16 Les micro-algues comme nouvelle source d énergie 17 Récupérer de l énergie avec une électronique qui consomme moins 18 Nos étudiants osent et gagnent! De gauche à droite : Pierre Labossière, vice-doyen à la recherche et aux études supérieures, Gérard Lachiver, doyen, Patrik Doucet, vice-doyen à la formation, Hélène Goudreau, directrice des affaires étudiantes et secrétaire de la Faculté, Dominique Lefebvre, vice-doyen au développement et à la formation continue, Yvan Néron, directeur administratif de la Faculté. Rédaction, coordination et révision Marty-Kanatakhatsus Meunier Collaboration Hélène Goudreau, le personnel et les étudiants de la Faculté de génie Graphisme Tatou communication visuelle Photographies Exposition : C est plein de bon SciENceS Martin Blache, Michel Caron, Alan Renaudin Eugène Lino, Courbes presque parfaites (photo de la couverture et p. 4) stagiaire post-doctoral spécialisé en nanotechnologies 1 er Prix Journée Osez la recherche 2010 (ex-aequo) Remerciements Échantillon photo de la page : Jasmin Blanchard et Nicolas Abatzoglou, UdeS Microscopie électronique en transmission : Carmen Andrei, Canadian Center for Electron Microscopy, McMaster University 20 Réussites facultaires 22 Philanthropie et ingénierie 24 Quoi de neuf chez nos associations étudiantes? Que devenez-vous? Pour mettre à jour vos coordonnées, remplissez notre formulaire en ligne au bouton «Changement d adresse» 2

3 Mot du doyen C e numéro du Magazine traite d un domaine qui aura dans un futur proche un impact majeur sur notre monde d aujourd hui, celui des nanotechnologies. Un grand nombre de nos chercheurs de la Faculté de génie œuvrent dans ce domaine tant sur le plan fondamental que sur celui de leurs applications. Leurs succès et renommée sont la source d importants investissements qui ont permis la construction d infrastructures de recherche de grande envergure. Ainsi, en fin d année nous prendrons possession du bâtiment abritant l Institut interdisciplinaire d innovation technologique, le 3IT, dans le Parc de l innovation et du Centre de Collaboration MiQro Innovation, le C2MI, créé en partenariat avec IBM et Teledyne DALSA à Bromont. Ces initiatives sont le résultat de l esprit créatif et du souci de mettre en application les savoirs développés dans nos murs qui caractérisent notre milieu. La qualité du corps professoral et des équipes de soutien attirent un grand nombre d étudiants dans nos programmes d études supérieures et renforcent la synergie qui existe entre formation et recherche. En 20, la Faculté a actualisé son plan stratégique, une vision inspirante et un outil pratique pour guider nos décisions et nos actions. Le Plan prend appui sur de solides fondations mais est suffisamment flexible pour s adapter rapidement aux réalités du 21 e siècle. L excellence de nos programmes de formation est au cœur de nos préoccupations tout comme le positionnement de nos activités de recherche en interaction avec les entreprises ainsi qu avec les réseaux internationaux de chercheurs. Notre faculté est en bonne position pour relever les défis auxquels elle fait face, forte des nombreux talents qu elle abrite et de l ingéniosité qui l anime. C est ce que cette édition du magazine Jonction vous fera découvrir. Bonne lecture. Gérard Lachiver, ing., Ph. D. Professeur et doyen 20 Université de Sherbrooke Faculté de génie 3

4 enser ano Depuis que l Homme construit, les matériaux l ont toujours accompagné. Que ce soit la pierre, la terre cuite, les pièces de bois ou les pigments, les bâtisseurs ont utilisé des éléments nécessaires pour construire, très peu usinés et bien souvent extraits de milieux naturels. La deuxième portion du 20 e siècle a vu la notion même de matériau être transformée par la standardisation de la production. En effet, les procédés de fabrication et leur mise en œuvre devaient répondre à diverses conditions dont l économie d énergie, le bien-être, la santé, le confort, la sécurité et le câblage (connectique). Par la suite, l intégration de l intelligence au sein même de la matière a constitué une grande révolution technologique dont les nanotechnologies en seraient le principal acteur. Le préfixe nano tient son origine du grec et signifie infiniment petit. Utilisé dans les unités de mesures, le nanomètre équivaut à 0, mètre (milliardième d un mètre) ou plus simplement, il est de taille fois plus mince que l épaisseur d un cheveu. Vincent Aimez, professeur au Département de génie électrique et de génie informatique et directeur du développement des partenariats scientifiques pour le Centre de Collaboration MiQro Innovation (C2MI) de Bromont, explique que «les nanotechnologies sont à l industrie ce que la génétique est à la biologie». Les nanotechnologies sont l étude, la fabrication et la manipulation de structures, de dispositifs et de systèmes qui manipulent des objets à l échelle du nanomètre. La Faculté de génie est fortement proactive dans ce Courbes presque parfaites L image montre une vue inclinée de lignes de photorésine négative sur un substrat de silicium, après développement. Les lignes font environ 1 µm de haut, ce qui est 50 fois plus petit que le diamètre d un cheveu. Cette image a été obtenue au microscope électronique à balayage. domaine où elle joue un rôle de point de contact Europe-Canada en nanofabrication. Elle bénéficie de l expertise de plusieurs professeurs associés au Centre de recherche en nanofabrication et en nanocaractérisation (CRN 2 ) au sein de l Institut interdisciplinaire d innovation technologique (3IT) de l Université de Sherbrooke. Ces chercheurs ont développé un savoir-faire qui s est traduit par le lancement, en 2008, du Laboratoire International Associé en Nanotechnologies et Nanosystèmes (LIA-LN2). 4

5 20 Le 3IT, terre d accueil de l UMI-LN2 Au Québec, l Unité mixte internationale CNRS (UMI-3463) appelée «Laboratoire Nanotechnologies et Nanosystèmes» sera principalement localisée au cinquième étage de l Institut interdisciplinaire d innovation technologique (3IT) dont la mission est de concevoir, intégrer et valoriser les nanotechnologies aux systèmes et à leurs applications. Les activités officielles débuteront en janvier 2012 et la plupart des chercheurs CNRS arriveront en juillet «Le 3IT sera l intermédiaire entre ce que nous faisons actuellement et le Centre de Collaboration MiQro Innovation (C2MI) de Bromont. L UMI vient ainsi renforcer de manière exceptionnelle le volet international de ces efforts, en parfaite cohérence avec la vision de l UdeS de construire des projets d envergure sur des bases solidement établies», mentionne le professeur Aimez. Du LIA-LN2 à l UMI-LN2 Une telle entité permet, depuis 2008, d intensifier les échanges scientifiques et technologiques entre la France et le Canada en utilisant des infrastructures de recherche de tout premier plan à Sherbrooke, Varennes, Lyon et Grenoble. «Le fonctionnement du LIA-LN2 est rythmé par la tenue de colloques annuels impliquant à chaque rencontre plus de 100 personnes dont environ un tiers font le déplacement outre Atlantique. Ces rencontres permettent de maximiser les échanges entre les chercheurs et étudiants», précise le professeur Aimez, qui ajoute que «chaque édition du colloque LIA-LN2 a donné lieu au lancement de nouveaux projets de recherche conjoints et de nouvelles thèses en cotutelle sur l ensemble des axes de recherche structurant le LIA-LN2». Le LIA permet à des gens qui travaillent déjà ensemble d avoir les moyens de mener à terme des projets de recherche transdisciplinaires qui n auraient pas vu le jour sans son existence. Une cinquantaine de LIA seraient en opération à travers le monde. «Après deux années de fonctionnement exemplaire du LIA-LN2, le Centre national de recherche scientifique (CNRS) de France a invité les porteurs du projet à construire une Unité mixte internationale (UMI), un «Laboratoire Nanotechnologies Nanosystèmes» (UMI-LN2). Il s agit en fait d un laboratoire CNRS à part entière dont la construction est fondamentalement bilatérale, c est-à-dire avec un site à l UdeS et plusieurs sites en France, une première au niveau du CNRS, «ce qui est un fait en soi», fièrement le spécialiste de la Faculté de génie. Cette UMI sera orientée autour de trois axes dont la nanoélectronique ultrafaible consommation et les technologies d encapsulation, les biomems/biocapteurs et les nouveaux matériaux dédiés à la gestion d énergie sur puce. Cette entente stratégique a été signée le 27 Juin dernier à Paris par la rectrice Luce Samoisette et le directeur scientifique du CNRS en présence de Mme Gagnon-Tremblay, ministre des Relations internationales du Québec. L investissement de tutelles françaises, estimé à 1 M $/an sur les quatre prochaines années, sera avantageusement complété par les futurs projets de recherche de calibre international dont le financement pourra être assuré par les organismes subventionnaires canadiens et québécois d une part, mais aussi français et européens d autre part. Université de Sherbrooke Faculté de génie 5

6 Une interface entre la recherche universitaire et le monde industriel Les objets qui nous entourent sont pour la plupart marqués au sceau du millionième de millimètre et l invasion de ces matériaux poids plume est loin de s estomper. À preuve, le cadre plus rigide et plus léger des raquettes de tennis fabriqué à partir de nanotubes, les dentifrices teintés en blanc grâce au dioxyde de titane ou l utilisation de la silice en vertu de son pouvoir abrasif, les lecteurs MP3 dotés de semiconducteurs permettant de stocker encore plus de contenu musical de par l effet de magnétorésistance géante ou de magnétorésistance à effet tunnel, ou encore, les ordinateurs fabriqués à partir de nanocomposants (transistors de taille inférieure à 90 nm, nanotubes de carbone, nanoparticules d argent). Bref, les défis technologiques ne cessent de croître. Ainsi, des industriels ont initié des discussions avec l Université de Sherbrooke afin de développer un centre de recherche industriel qui intégrerait les nanotechnologies afin de donner des propriétés de plus, de la valeur ajoutée à leurs produits. Toujours à l affût de matériaux novateurs afin d enrayer certaines de leurs problématiques, ils s attaqueront entre autres au transfert de chaleur des circuits de haute performance des consoles de jeux vidéo par exemple. «Teledyne DALSA Semiconductor Inc. s intéresse au développement de biopuces. En ce sens, ils ont besoin de travailler avec des matériaux qui ont des propriétés et des structures plus intéressantes. Ils ont besoin de design de circuits et de l expertise des professeurs universitaires», explique le professeur et vice-recteur à la recherche de l Université de Sherbrooke, Jacques Beauvais. Ce marché potentiel de milliers de milliards de dollars englobe l électronique, la médecine, les énergies renouvelables, les matériaux et l agroalimentaire. C2mi Le centre de Collaboration MiQro Innovation Création du Centre de Collaboration MiQro Innovation (C2MI) à Bromont Le Programme d infrastructure du savoir a octroyé un financement de 218 M $ en partenariat avec les deux paliers de gouvernement, IBM Canada Ltée, Teledyne DALSA Semiconductor Inc., l Université de Sherbrooke et un grand nombre de partenaires équipementiers, afin d implanter le C2MI dans le Technoparc Bromont. Les trois partenaires fondateurs assureront le fonctionnement du centre à la hauteur de 150 M $ sur les 5 prochaines années. Plus de 3000 professionnels spécialisés en électronique gravitent autour de ces entreprises et exigent encore plus d innovations afin de demeurer compétitifs. Cette nouvelle entité de recherche sera formée d experts universitaires et du personnel hautement qualifié de ces entreprises afin trouver des solutions à leurs diverses problématiques. En décembre dernier, le C2MI a été reconnu comme Centre d excellence en commercialisation et en recherche par les Réseaux de centres d excellence. Cette reconnaissance s accompagne d une subvention totale de 23,2 M $ sur 5 ans (incluant les contributions des partenaires) afin d accélérer la mise en marché des innovations scientifiques qui seront produites dans ses laboratoires. De son côté, l Université de Sherbrooke poursuivra sa mission de former des étudiants de 2 e et 3 e cycles en les intégrant dans divers projets de recherche menés par les industriels. «Nous désirons faciliter les transferts technologiques et intégrer du personnel qui sera en mesure de répondre à leurs besoins tout en favorisant les opportunités de recherche pour nos étudiants», précise le professeur Beauvais, qui ajoute que, «pour les entreprises, la finalité est de résoudre leurs problèmes par l innovation et mieux se positionner sur l échiquier mondial». 6

7 Une toute nouvelle génération de puces Vincent Aimez, directeur du développement des partenariats scientifiques Jacques Beauvais, vice-recteur à la recherche À cet égard, le C2MI souhaite devenir le chef de file mondial de la mise sous boîtier des prochaines générations de puces. Pour ce faire, des nouvelles technologies novatrices seront mises de l avant afin de découper les puces en les reliant électriquement à des boîtiers novateurs (dont les boîtiers 3D) et différents tests seront réalisés par les chercheurs afin de mieux gérer la dissipation thermique. Une fois toutes ces étapes franchies, les puces de nouvelle génération pourront être expédiées. Un laboratoire nanométrique Bien que parfois, la nanotechnologie soit associée à la science-fiction, le Centre sera l hôte de projets très concrets de «science-action» comme en témoignent les biopuces développées par Teledyne DALSA. Ces nouveaux matériaux permettront à des médecins dans une clinique de diagnostiquer très rapidement voire sur le champ, un patient qui aurait un problème quelconque au moyen de tests sur le sang par exemple. Ces biopuces sont le résultat d un assemblage de structures nano et bio-usinées extrêmement sensibles et dotées d un design particulier qui permettra de déposer la goutte de sang dans un ensemble de capteurs intégrés à l intérieur de la puce, habituellement structurée sur du silicium. Cette biopuce deviendra un véritable laboratoire qui analysera avec un système sensible les différents agents pathogènes qui pourraient se trouver dans le sang afin de donner immédiatement une indication au médecin si c est un test positif ou un test négatif. «De cette façon, on obtient un diagnostic extrêmement rapide et on peut tout de suite agir sur le patient», précise le vice-recteur à la recherche et spécialiste de la nanolithographie, Jacques Beauvais. Cette nouvelle médecine personnalisée permettra également d adapter la prescription selon la condition du patient et de prévoir les réactions qui pourraient s ensuivre. Une usine de semiconducteurs pourrait fabriquer de telles biopuces à usage unique et à très faible coût. Le Centre concevra également Les MEMS des boîtiers pour les futures familles de microsystèmes électromécaniques (MEMS). Ces MEMS sont essentiellement un coffre d outils de techniques permettant d usiner le silicium à l échelle micrométrique comme le ferait un atelier mécanique numérique pour le métal, le plastique, etc. Ils tirent leur origine de la recherche réalisée depuis quelques décennies autour des puces micro-électroniques et du développement de techniques d usinage qui permettent de creuser des tranchées dans le silicium, et les remplir avec un matériau qui ne peut conduire le courant électrique (diélectrique). Le professeur Luc Fréchette du Département de génie mécanique est le spécialiste de la Faculté sur cette question. Il utilise ces techniques pour concevoir et fabriquer des machines à très petite échelle qui ont comme propriété la gestion de l énergie. «Ces structures mécaniques peuvent tourner, pivoter ou encore se lever et s abaisser tout en contrôlant la lumière et les fluides. À une certaine époque, les chercheurs jouaient dans l échelle micrométrique et millimétrique pour creuser des tranchées qu ils couvraient pour former des microcanaux à travers lesquels des fluides pouvaient circuler tout en ayant des structures qui sont mobiles. Aujourd hui, tout se joue à l échelle du nano», renchérit le professeur Beauvais. 20 Université de Sherbrooke Faculté de génie 7

8 Comment peut-on repousser les techniques de nanofabrication et comment peut-on s en servir pour découvrir de nouveaux comportements de la matière? Voilà à quoi s attaque le professeur Serge Charlebois dans ses recherches au Département de génie électrique et de génie informatique. Son terrain de jeu est constitué de matériaux supraconducteurs et il s applique à fournir des méthodes de micro/nanofabrication en repoussant constamment les limites de taille et de complexité et en mettant à la disposition des physiciens, les techniques et l expertise pour réaliser leurs dispositifs efficacement en innovant au niveau de la fabrication. Des phénomènes nouveaux peuvent ainsi être découverts à partir de nouveaux types de structures qui n ont pas encore été testés ou tout simplement pour des questions d échelle. Structurer nano p o u r m i e u x c o m p r e n d r e l e s p r o p r i é t é s d e l a m at i è r e Une nouvelle méthode de fabrication En réalité, depuis 20 ans, les méthodes de fabrication sur supraconducteurs n ont pas vraiment changé dans l univers de l infiniment petit. À cet égard, le directeur du CRN 2, Serge Charlebois, est en train de mettre en œuvre une technologie développée par l équipe du professeur Dominique Drouin (projet SEDIMOS) afin de démontrer son intérêt pour les supraconducteurs, dont notamment pour ses propriétés reliées au bruit électronique. Par exemple, dans une conversation, si le niveau de bruit est trop élevé, il est impossible de comprendre ce qu un collègue a dit. Dans l informatique classique, un tel bruit représente un véritable problème puisque plus on diminue la taille des composants, plus les signaux sont faibles et plus le bruit devient important par rapport aux signaux, ce qui réduit la plage d opération dans le circuit. Mais d où vient-il ce bruit électronique? «Nous fabriquons des composants pour savoir d où vient ce bruit et nous tentons d identifier sa forme tout en nous demandant si des algorithmes peuvent le réduire», soutient le spécialiste de la Faculté de génie. 8 «Dans nos salles blanches, nous fabriquons sur du silicium des lignes de moins de 100 nanomètres de large en aluminium, en niobium et en titane pour y étudier le bruit généré», précise Dominique Drouin de la Faculté de génie, qui ajoute que «ces petits bouts de fils sont par la suite torturés dans les laboratoires de physique pour essayer de voir d où vient le bruit. Des modifications sont ensuite apportées à de petits aspects de la fabrication pour voir ce qui permettrait de le contrôler».

9 Les calculateurs quantiques Les propriétés quantiques de la matière sont à la base des nouvelles techniques de calcul des ordinateurs quantiques qui diffèrent grandement de celles habituellement connues. Les calculateurs quantiques font usage de bits quantiques qui contiennent des informations complexes. Le mathématicien Peter Shor du MIT était parvenu à casser le code RSA (Rivest Shamir Adleman), un algorithme de cryptographie asymétrique utilisé dans le commerce électronique, surtout lorsqu il s agit de l échange de données confidentielles, ce qui avait stimulé la recherche par la suite. Il est par contre encore loin le jour où les consommateurs emploieront cette technologie qui se prête davantage aux calculs complexes des combinaisons telles l ordonnancement et les calculs de recherche opérationnelle retrouvées en bio-informatique et en cryptographie. Les artistes du nano Directeur au Centre de recherche en nanofabrication et nanocaractérisation (CRN 2 ) de l Université de Sherbrooke, Serge Charlebois n est qu un exemple de l intense activité du CRN 2 dans ce domaine. La nanofabrication est un art en soi qui demande une certaine expérience et le désir d explorer un monde dont les applications sont diversifiées. À preuve, les chercheurs associés au CRN 2 travaillent sur une grande variété de matériaux semiconducteurs, supraconducteurs, isolants, ferromagnétiques, ferroélectriques (ex. oscillateur dans les montres), multiferroiques (une combinaison des deux derniers), des nano-aimants, des points quantiques, des nanofils de carbone, etc. Les défis sont nombreux et les chercheurs associés au CNR 2 doivent être très inventifs du côté de la micro/nanofabrication puisque les propriétés de ces matériaux changent et voire même se décomposent «dès qu on les regarde», ajoute le professeur Charlebois La route sera longue mais combien fascinante et pleine de surprises! 20 Université de Sherbrooke Faculté de génie Dompter le bruit informatique Dans le monde de l informatique quantique, basée surtout sur les supraconducteurs, il y a une autre sorte de bruit qui parle de la décohérence, un phénomène physique expliquant la transition entre les règles physiques quantiques et les règles physiques classiques comme nous les connaissons à un niveau macroscopique. «Un danger guette l informatique quantique au niveau de son développement technologique puisque ce bruit-là, on ne sait pas bien d où il vient», précise Serge Charlebois. Comme l illustre le professeur Charlebois, le principe de fonctionnement de l ordinateur quantique est aussi simple que si on donnait un élan à un système qui ferait par la suite le calcul lui-même. Si on prend un chariot et qu on lui donne un élan, ce chariot fait un «calcul», soit essentiellement démontrer la distance qu il doit parcourir. Le bruit dans ce cas-là serait la rugosité du plancher sur lequel il roule. Si c est très rugueux, le chariot va moins loin et l erreur sur son calcul est plus grande, ce qui affecte la performance globale du chariot. Si la surface est aplanie ou si les roues du chariot sont grossies, le bruit devient alors moins important et peut même disparaître complètement. La nouvelle électronique ou l informatique quantique doit en conséquence le dompter et le faire disparaître pour assurer son plein développement. 9

10 automne Étudiants temps plein 1 er cycle 246 Filles vs garçons 1 er cycle 80 Filles aux 2 e et 3 e cycles 449 Étudiants aux cycles supérieurs e cycle e cycle Programmes offerts 6 1 er cycle 9 2 e cycle 4 3 e cycle stages coopératifs réalisés par les étudiants en génie (de 1967 à été 20) 21 Chaires de recherche 8 Chaires CRSNG industrielles 7 Chaires CRC 8 Chaires privées 850 diplômes décernés ( ) er cycle e cycle e cycle 93 professeurs autres 345 employés 26,8 M$/an Financement de la recherche (au 31 mars 20) (moyenne) 9,1 M $ Redevances (2010) 153 brevets déposés (au cumulatif en 2010) 14 Inventions protégées (au cumulatif en 2010) 10 7 entreprises dérivées (cumulatif en opération 2010) t o u t e n chiffres!

11 20 Microscopie électronique des nanoparticules catalytiques épuisées À droite : une image de microscope électronique en transmission des nanoparticules d environ 30 nm de diamètre en perte d activité À gauche : une carte chimique obtenue par spectroscopie en perte d énergie des électrons de la même région montrant la distribution spatiale de carbures et d oxydes de fer, à la même échelle L e s p r o p r i é t é s c ata ly t i q u e s d e l infiniment petit Les chimistes des 19 e et 20 e siècles ont démontré que la catalyse s effectuait à la surface des particules et c est en ce sens qu ils les ont fragmentées encore plus afin d en augmenter les apports bénéfiques. Le professeur Nadi Braidy, du Département de génie chimique et de génie biotechnologique, explore la synthèse et la caractérisation de nouveaux assemblages de nanomatériaux et des pistes nanotechnologiques innovatrices capables d améliorer la productivité et la qualité des produits de réaction chimiques. Nombre de ces réactions visent à réduire ou éliminer les sources de polluants atmosphériques ou les odeurs désagréables émises par des réacteurs ou des cheminées. Parmi les produits manufacturés, 90 % sont le résultat d une catalyse. Il est donc essentiel d avoir les outils nécessaires pour optimiser la fabrication de ces catalyseurs. À l aide de puissants microscopes électroniques capables de sonder la matière à l échelle atomique, le professeur Braidy a étudié la complexité des phases cristallines des nanomatériaux, soit la manière dont les atomes des matériaux s agencent dans l espace en fonction de différentes températures. «Non seulement les phases cristallines diffèrent à l échelle du nanomètre, mais tout dépendant de la nature de l interface, la configuration des phases en sera affectée.». Les particules catalytiques sont typiquement supportées sur un substrat tel que de l alumine ou d autres oxydes. Il advient que l interface entre la particule et le substrat joue un rôle capital dans la spécificité des réactions chimiques pour la synthèse de produits à haute valeur ajoutée. Université de Sherbrooke Faculté de génie Le chercheur Braidy explique que pour être nano, deux conditions s imposent. D une part, les structures de base doivent être plus petites que 100 nanomètres et d autre part, les propriétés doivent être différentes de celles retrouvées dans le monde macroscopique. D après ce spécialiste des nanotechnologies, c est davantage leur petite taille qui leur confère des propriétés accrues ou différentes. L environnement, le grand bénéficiaire La catalyse est souvent utilisée pour la conversion de gaz nocifs pour l environnement ou pour la synthèse de produits. Par exemple, des nanoparticules de platine, palladium et rhodium sont utilisées dans les silencieux de toutes les automobiles pour réduire les émissions nocives des moteurs. L industrie pétrochimique fait abondamment usage de différents types de catalyseurs pour rendre un grand nombre de réactions chimiques efficaces et propres. Les produits issus de la nanotechnologie émergent et sont fabriqués en petites quantités pour des applications à forte valeur ajoutée. Ces nanoparticules aux propriétés différentes peuvent être assemblées au moyen de méthodes de nanoassemblage (ou même d auto-assemblage) pour créer un nouveau matériau avec plusieurs propriétés lui octroyant ainsi une nouvelle fonction. L importance de l interface entre deux nanomatériaux se traduit également dans le domaine de la nanoélectronique, où elle doit favoriser ou empêcher le passage de courant électrique. Dans certains cas, diminuer le diamètre d un matériau entraîne une reconfiguration de la phase cristalline et ainsi une modification importante de ses propriétés électriques. Force est de constater que les phénomènes se déroulant dans le monde du nano changent la donne et peuvent même constituer un menace au bon fonctionnement des dispositifs électroniques!

12 Les TIC écologiques Du solaire p o u r c h a u f f e r l e s m a i s o n s Les professeurs Vincent Aimez et Richard Arès, du Centre de recherche en nanofabrication et nanocaractérisation (CRN²) de la Faculté de génie, font partie des chercheurs canadiens qui s activent derrière le projet Sunrise pour développer des semi-conducteurs à nanostructures pour l amélioration du rendement des piles solaires. Ce projet d une durée de trois ans a débuté en 2008 et une année et demie a suffi pour sortir des cellules de haute performance en se basant sur une expertise de plus de dix années en nanofabrication! «Des concentrateurs optiques, soit des sortes de loupes, sont utilisés, ce qui permet de concentrer entre 500 et 1000 fois la lumière, explique le professeur Aimez, du Département de génie électrique et de génie informatique. Ainsi, pour l équivalent d un pied carré (~ 1000 m 2 ), un centimètre carré de cellules solaires sera exploité sous le concentrateur. Par conséquent, les performances sont beaucoup plus élevées et les dispositifs fabriqués à Sherbrooke à partir de ces matériaux-là peuvent atteindre jusqu à 42 % d efficacité de conversion. Ainsi, l impact du coût des matériaux est fortement réduit, jusqu à mille fois moins. Il reste alors suffisamment de marge pour mettre à profit les nanotechnologies afin de fabriquer des cellules haute efficacité plus onéreuses (coût par unité de surface) par rapport au panneau solaire classique en silicium. 12

13 À cet égard, Sunrise est une alternative complètement différente à ce que l on connaît. La technologie dont il est question utilise les cellules solaires qui séparent le spectre solaire beaucoup plus efficacement. La lumière est par la suite divisée en différentes régions et des matériaux spécifiques sont utilisés pour chacune de ces régions. Des points quantiques sont utilisés pour pousser cette approche encore plus loin de telle sorte que ces points peuvent être ajoutés dans l une des régions pour améliorer son efficacité encore un peu plus. En outre, le suiveur solaire à concentrateur photovoltaïque issu de projet produit plus de deux kilowatts d électricité, ce qui fournit suffisamment d énergie pour une habitation typique par beau temps. Ces cellules solaires sont fabriquées à partir des substrats de germanium, un matériau très difficile à travailler. «Il faut y déposer des couches de semi-conducteurs de très haute qualité et ce, d une manière très contrôlée. L épitaxie est la technique utilisée. Elle consiste à déposer, presqu un atome à la fois, des couches de semi-conducteurs de grande qualité avec un contrôle presqu atomique. C est une technique nanotechnologique de fabrication de couches minces», précise le chercheur Arès du Département de génie mécanique. Peu de laboratoires peuvent faire un tel travail. Le CRN² de l UdeS est le seul laboratoire académique au Canada pouvant fabriquer des cellules triples jonctions à partir de ces matériaux. Dans le but de complémenter cette expertise, les chercheurs Arès et Aimez, en équipe avec les professeurs Fréchette (génie mécanique) et Légeron (génie civil), et en collaboration avec plusieurs partenaires dont Hydro Sherbrooke et le Cégep de Sherbrooke, ont récemment déposé un projet de recherche majeur visant à installer sur un site de démonstration, un concentrateur photovoltaïque à caractère unique au monde. Il s agit d un panneau de 100 m² de miroirs qui sera construit à côté du 3IT et qui se déplacera à huit mètres du sol en suivant le soleil, permettant ainsi de tester des systèmes de réception photovoltaïques sous forte concentration. L éclairage d e d e m a i n Pour remplacer les bonnes vieilles ampoules incandescentes ou fluorescentes, les diodes électroluminescentes (DEL) sont en voie d occuper de plus en plus de place dans le marché de l éclairage domestique. Un projet de recherche, dirigé par le professeur Richard Arès, en collaboration avec les entreprises Osemi Canada de Sherbrooke et Solarpro de Richmond qui couvrent plusieurs aspects du cycle commercial, soit l innovation de base, les outils de fabrication de matériaux et la valorisation du produit final, est actuellement en cours afin de développer de nouveaux procédés de fabrication pour certaines composantes des DEL. «Ce partenariat en lien avec les DEL permettra de remplacer l éclairage public et résidentiel au cours des 20 prochaines années», mentionne le chercheur Arès. Marché en pleine expansion Ce marché est d une taille sans précédent dans l industrie des semi-conducteurs. La production mondiale des DEL est en pleine expansion et ces lumières sont sur le point de conquérir la totalité du marché de l éclairage des écrans à cristaux liquides. Avec ses collaborateurs, le professeur au Département de génie mécanique travaillera à la création d un prototype de réacteur de croissance épitaxiale par faisceaux chimiques innovateur. Le prototype servira à expérimenter un nouveau procédé pour la production de matériaux semi-conducteurs utilisés dans la fabrication des diodes électroluminescentes blanches de haute puissance. Les DEL sont employées notamment dans la conception d écrans à cristaux liquides ainsi que pour l éclairage domestique et commercial. L un des vecteurs principaux du coût de production des DEL, qui demeure encore trop élevé pour une pénétration importante des marchés, est l utilisation peu efficace de produits chimiques coûteux et dangereux. Le prototype offrira la possibilité de réduire l utilisation de ces produits par un facteur de 10 à 100 pour ainsi permettre une réduction significative du coût de production des DEL. 20 Université de Sherbrooke Faculté de génie 13

14 Les TIC écologiques Nouvelle médecine personnalisée Laboratoire sur puce Le système médical public ne pouvant soutenir le niveau sans cesse croissant des dépenses et les hôpitaux pouvant difficilement répondre à la demande grandissante des usagers dans des délais raisonnables, la médecine personnalisée pourrait repré- senter une avenue prometteuse. En effet, des systèmes miniaturisés et abordables connus sous le nom de laboratoire sur puce (lab on chip), qui permettront d obtenir en un seul test à domicile ou au chevet du patient, un diagnostic sur une quelconque maladie, virus ou bactérie, sont à portée de main. Par exemple, les diabétiques peuvent, depuis quelques années, acheter un test de glucose dans une pharmacie et l utiliser eux-mêmes plutôt que de se déplacer à l hôpital. C est en quelque sorte ce dont la médecine rêve depuis des lunes, soit la conception du même type de test mais pour différentes maladies très ciblées. À cet égard, les micro/ nanotechnologies permettront d ouvrir ce nouveau marché par une offre de tests à faible coût pour le patient. Ils permettront d avoir une réponse dans les minutes qui suivent, et non pas des jours ou des semaines plus tard comme c est le cas actuellement avec les laboratoires médicaux. Comme l explique le professeur Paul Charette du Département de génie électrique et de génie informatique, «Depuis dix ans, les chercheurs dans le milieu de la technologie biomédicale pensent que les laboratoires sur puce seront sur le marché l année prochaine. Le problème est toutefois plus difficile à circonscrire que ce que les gens croyaient au départ». En pratique, les systèmes commerciaux de diagnostic médical sur puces sont extrêmement rares en raison de la complexité à produire un dispositif qui peut donner des résultats reproductibles n importe où dans le monde, et qui assurera la qualité de résultats, test après test. N oublions pas qu il faut remplacer l infrastructure d un laboratoire complet par quelque chose qui se passe sur une puce. 14

15 20 Sans les micro/nanotechnologies, ce ne serait pas possible de fabriquer des laboratoires sur puce. Actuellement, l ingénierie des matériaux permet de contrôler les propriétés et de miniaturiser les dispositifs. «Faire sur puce ce qui se fait déjà dans les laboratoires aujourd hui n est plus de la science-fiction», ajoute le spécialiste de l instrumentation biomédicale, Paul Charette. Le professeur de la Faculté de génie prétend que tant que le test ne sera pas aussi bon que l échantillon envoyé en laboratoire, il n y a personne qui va l adopter. «On s oriente beaucoup vers des laboratoires sur des puces par le biais de tests sur des fluides, que ce soit de l eau, du sang ou de l urine», précise le chercheur sherbrookois. La détection de polluants dans l eau, de virus ou des bactéries dans le sang, des pathogènes, voilà autant des tests qui se font en laboratoire, mais la distance ou les délais de réponse font en sorte que si le patient a besoin d un diagnostic rapide, le laboratoire sur puce apporte un résultat in situ et à faible coût par opposition à un échantillon qui revient plusieurs jours, voir des semaines, plus tard. La puce écologique Les pharmaceutiques, dans la danse? Université de Sherbrooke Faculté de génie À Bromont, Paul Charette mène un projet pilote en collaboration avec l usine d épuration des eaux afin de réduire la quantité de chlore utilisée dans le réseau d eau potable. Avec la technologie actuelle, afin de s assurer d éradiquer tous les pathogènes de la matière aqueuse, la municipalité n a d autre choix que d utiliser une grande quantité de chlore. Les laboratoires sur puce permettraient de faire de la surveillance en temps réel à distance et d ajuster plus précisément le niveau de chlore à injecter dans le réseau selon les besoins. D autres applications sont également envisageables pour la surveillance de l environnement en région éloignée, comme c est le cas lorsqu il y a un déversement pétrolier en haute mer, surtout au niveau de la réduction des coûts associés à ce type d opération avec les méthodes traditionnelles faisant appel aux services d un cabinet spécialisé en échantillonnages. Le développement d une nouvelle pilule à commercialiser peut coûter jusqu à 4 milliards de dollars. Un tel modèle économique est insoutenable pour les industries pharmaceutiques qui font leur argent sur les brevets du passé. En conséquence, elles sont grandement intéressées à faire leurs tests sur des puces dans leur chaîne de développement, ce qui réduirait considérablement les coûts tout en augmentant la vitesse de mise en marché des nouveaux médicaments. Ainsi, le Consortium québécois sur la découverte du médicament (CQDM) qui regroupe cinq géants de l industrie pharmaceutique a investi 1,8 millions de dollars sur trois ans dans les travaux de recherche d une équipe dirigée par le professeur Emanuel Escher de l Institut de pharmacologie de l Université de Sherbrooke, dont fait partie le professeur Charrette, pour valider et développer de nouveaux médicaments plus rapidement et plus efficacement, à base de laboratoire sur puce. De plus, «le Centre de Collaboration MiQro Innovation (C2MI) à Bromont, un partenariat important entre l Université de Sherbrooke, IBM, et Teledyne-DALSA, sera un acteur important de cette chaîne en faisant l encapsulation de ces puces qui seront à terme utilisées chez les humains», assure le professeur Charette. 15

16 Devant la flambée des prix du pétrole et les problèmes environnementaux associés à cette ressource, des ingénieurs développent une nouvelle génération d éco-carburants, le biodiesel produit à partir d huiles issues de la culture de micro-algues! Le projet autour de l entreprise Biocardel de Richmond (Estrie) vise à baisser les coûts de production de ces biocarburants. «Nous produisons en ce moment du biodiesel à partir d huiles de canola et de soya, mais c est très onéreux, et il n y a pas assez d huiles usées de restaurants ou de graisses animales pour produire tout le biodiesel dans le monde», soutient René Delarue, ingénieur civil et président de Biocardel inc.. Malgré toute la recherche à ce sujet, il n y aurait actuellement aucune usine dans le monde qui produirait des micro-algues sur une base industrielle et rentable. Ainsi, l entreprise estrienne serait à l avant-garde en se lançant dans une telle production tout en valorisant les sous-produits du biodiesel. À cet égard, le professeur Richard Arès de la Faculté de génie développe une technologie pour favoriser la croissance des algues par lumière artificielle (DEL), en utilisant un prototype de réacteur qui produira des semi-conducteurs pour la réalisation de DELs. Ce tout nouveau réacteur accélérera le processus de fabrication des diodes électroluminescentes de haute puissance tout en réduisant leur coût. Les TIC écologiques Les micro-algues c o m m e n o u v e l l e s o u r c e d énergie Éclairage intelligent pour biocarburants! Osemi Canada et Solarpro, deux entreprises estriennes spécialisées dans les semi-conducteurs et les systèmes intelligents de lumière, ont développé un appareil de luminothérapie avec des applications en collaboration avec les professeurs Richard Arès et Vincent Aimez de la faculté. Solarpro fabriquera cet appareil et bénéficiera directement des connaissances transmises par les chercheurs. «Le système de contrôle de la lumière conçu par les professeurs de la Faculté de génie pour Solarpro pourrait être réutilisé pour la production de biocarburants» explique René Delarue. Ainsi, il serait possible de produire à Sherbrooke des algocarburants d une manière économique à partir de micro-algues croissant sous un éclairage intelligent développé par ces partenaires et l UdeS. Collaboration improbable pour les carburants du futur Il est à souligner que l interdisciplinarité caractérise ce projet. En effet, Joël Sirois, professeur au Département de génie chimique et de génie biotechnologique et directeur du Laboratoire de développement de bioprocédés, ainsi que Yannic Huot, professeur au Département de géomatique appliquée et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en observation de la Terre et écophysiologie du phytoplancton, sont également impliqués dans cette recherche qui a permis de lever certains verrous technologiques. Le rôle du professeur Sirois consiste à faire la validation des hypothèses en bioréacteur à petite échelle et éventuellement à grande échelle pour assurer une bonne productivité en lipides afin de produire du biodiesel. Comme il le rappelle, ce projet est mené par l application et non l inverse. La rencontre entre les professeurs Sirois et Arès est un véritable concours de circonstances tout comme le fait qu OSEMI Canada soit installé dans les bureaux de Solarpro qui se trouve à 50 mètres de Biocardel à Richmond! En ce sens, il est nécessaire et d un grand intérêt d encourager la discussion interfacultaire afin de créer des opportunités pour le développement de la recherche. 16

17 Récupérer d e l é n e r g i e av e c u n e é l e c t r o n i q u e q u i c o n s o m m e m o i n s Curiosité de laboratoire dans les années 1990, le transistor à un électron pourrait révolutionner le monde des ordinateurs en réduisant leur consommation énergétique et en augmentant la durée de vie des batteries. Les professeurs Dominique Drouin, Serge Charlebois et Jacques Beauvais, du Département de génie électrique et de génie informatique, s activent à intégrer des transistors à un électron sur des puces CMOS commerciales (Complementary Metal Oxyde Semiconductor) dans le cadre du projet SEDIMOS (Single Electron Device Integration on CMOS Technology) financé sur trois ans à une hauteur de 1,2 millions de dollars par l Agence nationale de recherche française et le Conseil de recherche en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG-stratégique) dans le cadre du LIA-LN2. Au niveau technologique, les scientifiques n arrivaient pas à fabriquer de tels transistors compte tenu des outils de l époque et des concepts développés autour des semi-conducteurs, limités entre autres par la taille en nanomètres carrés des structures utilisées. «Nous avons développé des transistors qui contrôlent le passage des électrons un à un d où la fonctionnalité de ces dispositifs qui consomment 1000 fois moins comparativement au CMOS classique», explique le professeur Drouin. À cet égard, les chercheurs sherbrookois démontreront au partenaire STMicroelectronics qui fournit des circuits CMOS avancés de qualité industrielle, qu il est possible d ajouter des couches de transistors à un électron fabriquées dans les salles blanches de l UdeS pour ensuite être encapsulées par IBM Canada à Bromont. Un peu d histoire Les circuits intégrés fabriqués avec la technologie CMOS sont à la base de tous les dispositifs numériques. Les chercheurs clament pourtant depuis dix ans une fin à sa capacité de réduction d échelle, une fin repoussée continuellement par les innovations technologiques. Dans les quinze prochaines années, la diminution des dimensions de tels dispositifs électroniques vers une grille de nanomètres augmentera leur puissance, leur performance et leur vitesse. «En faisant plus petit, on les fait aller plus vite, et en intégrant plus de transistors sur la même puce, l ordinateur sera plus performant», précise Dominique Drouin, spécialiste des nanotechnologies. Les ordinateurs portables classiques bénéficient d une puce dont la taille n a pas évolué depuis dix ans, soit environ 10 mm /10 mm. À une autre époque, il y avait des millions de transistors sur la même puce, et aujourd hui, on en dénombre des milliards. Ainsi, la capacité de calcul augmente année après année. L électronique 3D L électronique 3D permet d empiler des couches de transistors les unes sur les autres. Cette nouvelle électronique permettra d augmenter considérablement les performances et les fonctionnalités des puces. «À Sherbrooke, nous fabriquons ces transistors en métal avec comme avantage qu on peut les mettre sur n importe quel type de substrat. La base du CMOS, c est le silicium. Pour nous affranchir de ce type de substrat, nous travaillons avec du métal qui pourra être intégré sur un transistor déjà fonctionnel», soutient le professeur Drouin. Cette technologie permet donc d empiler de nombreux étages de transistors dans la troisième dimension (3D). L électronique mobile, la grande bénéficiaire Concrètement, les chercheurs de l UdeS intègreront sur un substrat en silicium doté de circuits CMOS, les transistors à un électron fabriqués à partir de titane. Ils ajouteront ainsi un étage d électronique composé de transistors à un électron qui apportera de nouvelles fonctionnalités au dispositif. Il est à souligner que le CMOS se démarque pour le calcul numérique haute performance mais il consomme relativement beaucoup d énergie. Par exemple, un téléphone cellulaire dans son mode de veille utilise beaucoup de puissance. Le transistor à un électron permettrait de réduire cette consommation. En somme, l électronique mobile pourrait bénéficier d une technologie hybride de transistors à un électron et CMOS de même que des capteurs autonomes qui nécessitent une faible consommation. Ainsi, la récupération de l énergie pourrait être couplée avec une électronique qui ne consomme presque rien. À preuve, la récupération de l énergie générée par les vibrations dans une voiture pourrait faire fonctionner, un capteur ainsi qu un transmetteur utilisant de l électronique à faible consommation. 20 Université de Sherbrooke Faculté de génie 17

18 20 E N A C T I O N : nos étudiants osent et gagnent! Quatorze étudiants L UdeS première en Amérique avec un bolide qui fait 917 km au litre! de la Faculté de génie de l Université de Sherbrooke associés au projet Infinity ont remporté la prestigieuse compétition SAE Supermileage qui se déroulait les 9 et 10 juin à Marshall au Michigan. Ces futurs ingénieurs avaient l ambition de concevoir et de fabriquer un véhicule monoplace à consommation d essence réduite avec comme objectif ultime «la maximisation du rendement d un seul litre d essence afin de parcourir une distance de plus de 1500 km», explique Nicola Fortier, étudiant au Département de génie mécanique et coordonnateur du projet. «Parmi les 30 universités participantes, l Université Laval était l équipe à battre», ajoute-t-il. Cette nouvelle équipe est partie de rien et a dominé la compétition en reconcevant et en recalibrant le moteur pour atteindre des rendements d efficacité globale du système moteur (au frein) de plus de 27 % en considérant les pertes mécaniques, volumétriques et thermiques. 18 «Le projet Infinity est parvenu à doubler les rendements des moteurs d origine de la compétition. Cette motorisation a été intégrée dans un véhicule élégant et léger, fabriqué à partir de matériaux composites», précise le professeur Jean-Sébastien Plante du Département de génie mécanique, qui a encadré les étudiants dans un cours de conception de fin de baccalauréat.

19 VAMUdeS, troisième au monde! Six étudiants du groupe technique de la Faculté de génie Véhicule aérien miniature de l Université de Sherbrooke (VAMUdeS) ont récolté la 3 e place à la 9 e Compétition étudiante de système autonome (SUAS) organisée par l Association internationale des véhicules autonomes (AUVSI). L événement avait lieu du 15 au 18 juin à Webster Field au Maryland. L équipe sherbrookoise avait auparavant terminé en première position de la compétition canadienne de véhicule autonome organisée en mai 20. Cette fois-ci, elle a notamment brillé en devançant près de 25 équipes provenant d aussi loin que l Inde. Seules l Utah State University (première) et la North Carolina University (deuxième) ont fait mieux. «Cette performance est d autant notable que c est la plus haute position jamais atteinte par une équipe canadienne lors de cette compétition», ajoute le capitaine de l équipe, Sébastien Léonard-Godbout. Compétition canadienne de canoë de béton 20 : l UdeS, deuxième! L équipe du canoë de béton de l Université de Sherbrooke, Général Wolfe, a terminé en deuxième position de la prestigieuse Compétition nationale canadienne de canoë de béton, qui se déroulait du 20 au 22 mai à l Université Laval, tout juste devancée par les hôtes de l événement. «Nous sommes fiers de ce résultat puisque nous nous sommes faufilés au cumulatif des points tout juste devant les champions de l année dernière, soit l École de technologie supérieure. L UdeS était pour cette compétition une jeune équipe, mais elle n a pas hésité à faire valoir le savoir-faire des gens de Sherbrooke devant les huit autres universités participantes», explique Jean-Philippe Auclair, étudiant au baccalauréat en génie civil. Lancée en 1994, la Compétition canadienne de canoë de béton 20 est l une des plus grandes compétitions interdisciplinaires en ingénierie au pays. Elle regroupe plus de 200 étudiantes et étudiants universitaires canadiens en génie qui ont l occasion de combiner leurs connaissances pratiques et théoriques dans un défi très particulier : faire flotter un canoë fonctionnel en béton. 20 Université de Sherbrooke Faculté de génie 19

20 Partenariat de 1 M $ entre l Université de Sherbrooke et la France Des systèmes intelligents pour accroître la sécurité des automobiles L Université de Sherbrooke vient de démarrer le développement d un système informatique autonome pour accroître la sécurité des véhicules. Intégré dans les prochaines générations de voitures intelligentes, ce système permettrait à une automobile de communiquer avec les autres véhicules de son environnement en temps réel, notamment pour effectuer automatiquement des manœuvres d urgence. Les professeurs Denis Gingras et Soumaya Cherkaoui, de la Faculté de génie, ont obtenu près de $ sur trois ans du Programme de subventions de projets stratégiques du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada. Le projet s appuie sur un partenariat novateur France-Canada et des collaborations avec l industrie, qui totalisent des investissements de près de 1 M $. INTER, pour l innovation technologique en réadaptation Les chercheurs sherbrookois développeront un système permettant aux véhicules d échanger de l information en temps réel de manière sécuritaire, dans le but d améliorer grandement la sûreté des passagers. Ces nouveaux systèmes de traitement de l information intégrés (embarqués) dans les équipements véhiculaires accomplissent des tâches bien précises. Ils permettent par exemple un freinage d urgence sans l intervention du conducteur, à la suite d une communication rapide des données obtenues de l environnement immédiat. De par la course à l innovation que se livrent les économies des pays industrialisés et le phénomène de vieillissement de la population à travers le monde, les technologies interactives en réadaptation forment un important secteur en émergence. Appuyé par des contributions de plus de 2,7 M $ de huit universités québécoises, un nouveau regroupement appelé Ingénierie de technologies interactives en réadaptation (INTER) s est vu octroyer un financement de $ sur les trois prochaines années par le Fonds de recherche sur la nature et les technologies (FQRNT) du Québec. Ce nouveau regroupement stratégique s appuie sur des équipes interdisciplinaires et intersectorielles des technologies interactives en réadaptation. «Nous souhaitons développer des technologies interactives innovatrices faisant avancer la science afin de permettre de traiter mieux, plus rapidement et à moindre coût un plus grand nombre de personnes», explique le professeur François Michaud, de la Faculté de génie de l Université de Sherbrooke, directeur d INTER et de l Institut interdisciplinaire d innovation technologique (3IT). réussites facultaires Un nouveau regroupement stratégique québécois alliant technologies et réadaptation 20 «Le travail concerté au sein d INTER par des équipes interdisciplinaires élargies (sciences, génie, réadaptation, cliniques, management de l innovation) dynamise la recherche dans les disciplines impliquées et crée un environnement d accueil exceptionnel pour la formation de chercheurs et de personnel hautement qualifié ainsi que pour la réalisation de projets structurants d envergure avec d importantes retombées scientifiques, socioéconomiques et sociétales», soutient le professeur Michaud.

INSTITUT INTERDISCIPLINAIRE D INNOVATION TECHNOLOGIQUE (3IT)

INSTITUT INTERDISCIPLINAIRE D INNOVATION TECHNOLOGIQUE (3IT) INSTITUT INTERDISCIPLINAIRE D INNOVATION TECHNOLOGIQUE (3IT) Conception, intégration et valorisation : des nanotechnologies aux systèmes et à leurs applications NOTRE VISION L INSTITUT INTERDISCIPLINAIRE

Plus en détail

Les bionanotechnologies au Québec

Les bionanotechnologies au Québec Les bionanotechnologies au Québec Josée Blanchard, Ph.D., MBA Directeur, développement des affaires, Sciences de la vie Sherbrooke Innopole CA de NanoQuébec Un peu d info sur moi Formation en Biologie

Plus en détail

Recherche. Centre de Collaboration MiQro Innovation. Pavillon de recherche appliquée sur le cancer (PRAC) Institut de pharmacologie

Recherche. Centre de Collaboration MiQro Innovation. Pavillon de recherche appliquée sur le cancer (PRAC) Institut de pharmacologie Centre de Collaboration MiQro Innovation Pavillon de recherche appliquée sur le cancer (PRAC) Institut de pharmacologie Station de recherche 15 Sherbrooke, IBM et DALSA Centre de Collaboration MiQro Innovation

Plus en détail

Titre : Les carburants verts, moteurs de la croissance après le pétrole

Titre : Les carburants verts, moteurs de la croissance après le pétrole Titre : Les carburants verts, moteurs de la croissance après le pétrole Présenté par : Dino Mili Vice-président, Développement des affaires Enerkem Mots clés : Éthanol de seconde génération Gaz à effet

Plus en détail

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE Une présentation au Comité permanent des finances de Recherches en sciences et en génie Canada (CRSNG) Octobre

Plus en détail

The Boston Group; http://www.rockefellerfoundation.org/uploads/files/82732a0f-c797-4729-a42d-8be9dc265f0a-silos-to.pdf; janvier 2010.

The Boston Group; http://www.rockefellerfoundation.org/uploads/files/82732a0f-c797-4729-a42d-8be9dc265f0a-silos-to.pdf; janvier 2010. Prompt et ses partenaires développent un projet de R-D Québec-Chine qui promet d accélérer le développement et l application des technologies de cybersanté Ce partenariat international de R-D s appuie

Plus en détail

La citadine 100% électrique DU GROUPE BOLLORÉ

La citadine 100% électrique DU GROUPE BOLLORÉ La citadine 100% électrique DU GROUPE BOLLORÉ 2 BIENVENUE DANS L UNIVERS La Bluecar est la citadine 100% électrique du Groupe Bolloré développée en collaboration avec le célèbre constructeur italien Pininfarina.

Plus en détail

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

Session Number GS 155 Presenter s/author s Name

Session Number GS 155 Presenter s/author s Name Session Number GS 155 Presenter s/author s Name Presenter s Institution or City, State, Country Pierre L Heureux, École de technologie supérieure, Montréal, Québec, Canada Line Dubé, École Polytechnique

Plus en détail

Terminale spécialité_thème 1_LES MATERIAUX Nouveaux matériaux_ae 7

Terminale spécialité_thème 1_LES MATERIAUX Nouveaux matériaux_ae 7 LES NANOTECHNOLOGIES : Pour une planète plus verte Quels pourraient être les solutions radicalement nouvelles apportées par les nanotechnologies? Les nanotechnologies nous promettent un monde plus vert

Plus en détail

Plan. stratégique 2015-2020

Plan. stratégique 2015-2020 Plan stratégique 2015-2020 Table des matières 1 2 3 5 Mot du recteur par intérim Mission Vision Valeurs Enjeu 1 Leadership et positionnement Enjeu 2 Études et formations distinctives 7 9 11 13 Enjeu 3

Plus en détail

Voyage dans le nano monde: Observation des atomes par Microscopie à Effet Tunnel Contact: sophie.guezo@univ rennes1.fr

Voyage dans le nano monde: Observation des atomes par Microscopie à Effet Tunnel Contact: sophie.guezo@univ rennes1.fr Observation des atomes par Microscopie à Effet Tunnel Contact: sophie.guezo@univ rennes1.fr Monoxyde de Carbone sur Platine Galerie IBM Institut de Physique de Rennes: présentation Unité Mixte de Recherche

Plus en détail

Activités et projets de recherche du laboratoire de spectroscopie femtoseconde

Activités et projets de recherche du laboratoire de spectroscopie femtoseconde Activités et projets de recherche du laboratoire de spectroscopie femtoseconde par Denis Morris Département de physique, Université de Sherbrooke Septembre 2013 Activités de recherche en cours Étude des

Plus en détail

TRIUMF ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES ENTREPRISES CANADIENNES GRÂCE AUX SCIENCES ET À L INNOVATION. Consultations prébudgétaires 2014

TRIUMF ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES ENTREPRISES CANADIENNES GRÂCE AUX SCIENCES ET À L INNOVATION. Consultations prébudgétaires 2014 Canada s national laboratory for particle and nuclear physics Laboratoire national canadien pour la recherche en physique nucléaire et en physique des particules TRIUMF ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES ENTREPRISES

Plus en détail

POSTE EN DROIT. Outre les publications avec comité de lecture, pourront être prises en compte :

POSTE EN DROIT. Outre les publications avec comité de lecture, pourront être prises en compte : POSTE EN DROIT La Faculté de droit de l Université Laval ouvre un poste de professeure ou professeur régulier en droit des ressources naturelles et de l énergie. La personne recrutée deviendra la ou le

Plus en détail

312 GJ (312 000 000 000 J) Chapitre 3. La principale source d énergie de la Terre est le Soleil. L ÉNERGIE ET SES MANIFESTATIONS. par habitant par an.

312 GJ (312 000 000 000 J) Chapitre 3. La principale source d énergie de la Terre est le Soleil. L ÉNERGIE ET SES MANIFESTATIONS. par habitant par an. Chapitre 3 L ÉNERGIE ET SES MANIFESTATIONS La principale source d énergie de la Terre est le Soleil. Toutefois, la principale source d énergie exploitée par l humain est le pétrole. SOURCES D ÉNERGIE UTILISÉES

Plus en détail

L art de l architecture atomique

L art de l architecture atomique L art de l architecture atomique Alain ROCHEFORT, Centre de recherche en calcul appliqué (CERCA), 5160 Boul. Décarie, bureau 400, Montréal, (Québec) Canada H3X 2H9. Démocrite avait raison! On peut différencier

Plus en détail

Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux

Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux ADARUQ - Novembre 2013 RRI : Un aperçu «Habiliter, faciliter, créer des liens» Habiliter les

Plus en détail

Sou en au Réseau na onal de concep on du Canada dans l avancement de l innova on en ma ère de micro et nanosystèmes

Sou en au Réseau na onal de concep on du Canada dans l avancement de l innova on en ma ère de micro et nanosystèmes Sou en au Réseau na onal de concep on du Canada dans l avancement de l innova on en ma ère de micro et nanosystèmes INNOVATE COLLABORATE COMMERCIALIZE Un écosystème na onal pour l excellence en recherche

Plus en détail

l innovation technologique au service de l environnement

l innovation technologique au service de l environnement l innovation technologique au service de l environnement le groupe Bolloré : expert du stockage de l électricité on peut avoir été fondé il y a 190 ans et être résolument moderne. s appuyant sur près de

Plus en détail

Programme de surveillance des émissions des locomotives 2011-2015 Plan d action pour la réduction des émissions de GES

Programme de surveillance des émissions des locomotives 2011-2015 Plan d action pour la réduction des émissions de GES Programme de surveillance des émissions des locomotives 2011-2015 Plan d action pour la réduction des émissions de GES Le plan d action peut comprendre les éléments suivants : Éducation et sensibilisation

Plus en détail

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques I R. A L I S O N B R O G N A U X U N I T É D E B I O - I N D U S T R I E S G E M B L O U X A G R O B I

Plus en détail

Thème 10 : Développer un concept et une architecture technique de produit

Thème 10 : Développer un concept et une architecture technique de produit Thème 10 : Développer un concept et une architecture technique de produit Serghei Floricel et Eduardo Miranda Si vous réfléchissez encore à un moyen technique pour réaliser un produit qui fonctionne et

Plus en détail

SERVICES D INGENIERIE

SERVICES D INGENIERIE SERVICES D INGENIERIE Le Centre Technique PPS rassemble plus d une centaine d experts, chefs de projet, ingénieurs et techniciens expérimentés en recherche et développement, intégration produit et assistance

Plus en détail

Guide d instructions

Guide d instructions Guide d instructions Appel de projets de recherche et d innovation dans le domaine des matériaux avancés R11 *** Date de dépôt des demandes : 15 décembre 2015 Les objectifs Le présent appel de projets

Plus en détail

Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE

Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE Vous vous souvenez que tout est constitué d atomes, non? Une pierre, un stylo, un jeu vidéo, une télévision, un chien et vous également; tout est fait d atomes.

Plus en détail

L élaboration d une nouvelle Entente Canada-Québec sur le Saint-Laurent

L élaboration d une nouvelle Entente Canada-Québec sur le Saint-Laurent L élaboration d une nouvelle Entente Canada-Québec sur le Saint-Laurent Mémoire soumis à Environnement Canada Plan Saint-Laurent Présenté par le Comité de la zone d intervention prioritaire Jacques-Cartier

Plus en détail

La R&D en écomobilité. véhicule solaire de compétition. par : Jean-Luc Fleureau, Eco Solar Breizh Patrice Houizot, Acsystème

La R&D en écomobilité. véhicule solaire de compétition. par : Jean-Luc Fleureau, Eco Solar Breizh Patrice Houizot, Acsystème La R&D en écomobilité : un véhicule solaire de compétition par : Jean-Luc Fleureau, Eco Solar Breizh Patrice Houizot, Acsystème 1 les énergies fossiles Les énergies fossiles : plusieurs millions d années

Plus en détail

Programmes d aide financière pour les projets de R&D et d innovation en partenariat. 7 Mai 2015

Programmes d aide financière pour les projets de R&D et d innovation en partenariat. 7 Mai 2015 Programmes d aide financière pour les projets de R&D et d innovation en partenariat. 7 Mai 2015 Robert Déziel, Ph. D. MBA Gestionnaire, bureau régional du Québec ORGANISME SUBVENTIONNAIRE FÉDÉRAL EN SCIENCES

Plus en détail

CESAB M300 1.5 3.5 tonne

CESAB M300 1.5 3.5 tonne CESAB M300 1.5 3.5 tonne Chariot Élévateur à Moteur Thermique Essayez-le another way Approchez-vous du nouveau CESAB M300 et vous verrez la différence. Capacités de charge de 1,5 à 3,5 tonnes Panneaux

Plus en détail

MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques

MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques Recherche & Développement MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques Préparer l avenir énergétique Dans un contexte

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. Marseille, Crolles, le 9 juillet 2015

COMMUNIQUE DE PRESSE. Marseille, Crolles, le 9 juillet 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE PR N C2783C La société STMicroelectronics et l Institut Matériaux Microélectronique et Nanosciences de Provence - IM2NP (CNRS/Aix-Marseille Université/Université de Toulon/ISEN) créent

Plus en détail

La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1

La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1 La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1 SLIDE # 2 Presentation Qu est qu un plasma Définition Caractéristiques du Plasma Types de plasma Procédés plasma Les relations entre le Plasma

Plus en détail

Toujours pionnier, Opel fait progresser la mobilité électrique

Toujours pionnier, Opel fait progresser la mobilité électrique Toujours pionnier, Opel fait progresser la mobilité électrique MeRegioMobil : l illustration tangible de l énergie du futur Meriva électrique : stockage mobile pour le réseau intelligent d électricité

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes

Ministère des Affaires étrangères et européennes Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la coopération culturelle et du français Regards VI, DVD 2 Sciences et techniques Réalisation Isabelle Barrière, Thomas Sorin (CAVILAM) Rédaction

Plus en détail

Le Pôle est propulsé par le projet. Le marché du véhicule électrique au Québec

Le Pôle est propulsé par le projet. Le marché du véhicule électrique au Québec Le Pôle est propulsé par le projet Le marché du véhicule électrique au Québec L industrie du transport au Québec Équipements récréatifs Véhicules spéciaux et commerciaux Autocar et autobus urbain Matériel

Plus en détail

SOMMAIRE : Sommaire page 1. Introduction page 2. L'énergie solaire page 2. Le panneaux solaires thermiques page 3

SOMMAIRE : Sommaire page 1. Introduction page 2. L'énergie solaire page 2. Le panneaux solaires thermiques page 3 SOMMAIRE : Sommaire page 1 Introduction page 2 L'énergie solaire page 2 Le panneaux solaires thermiques page 3 Les panneaux solaires photovoltaïques page 4 Glossaire page 5 Conclusion page 7 Bibliographie

Plus en détail

REGROUPEMENT DE LACHINE

REGROUPEMENT DE LACHINE Système géothermique Plancher radiant Enveloppe thermique améliorée REGROUPEMENT DE LACHINE Candidature déposée dans le cadre du Concours Les Phénix de l environnement Catégorie Éducation et sensibilisation/organismes

Plus en détail

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET 3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET L ENVIRONNEMENT 3.1 Contexte et tendances L atteinte de l indépendance énergétique est une priorité gouvernementale. Cet objectif sera appuyé par plusieurs politiques,

Plus en détail

LES SOLUTIONS DE MOBILITÉ DANS LE TRANSPORT À LA LUMIÈRE DES EXPÉRIENCES RÉCENTES. par. Rachel Bériault

LES SOLUTIONS DE MOBILITÉ DANS LE TRANSPORT À LA LUMIÈRE DES EXPÉRIENCES RÉCENTES. par. Rachel Bériault LES SOLUTIONS DE MOBILITÉ DANS LE TRANSPORT À LA LUMIÈRE DES EXPÉRIENCES RÉCENTES par Rachel Bériault Essai présenté au Centre universitaire de formation en environnement en vue de l obtention du grade

Plus en détail

MINATEC Nanolab, l expérience d un consortium public-privé au service de votre projet de création de plateforme de recherche nanotechnologique

MINATEC Nanolab, l expérience d un consortium public-privé au service de votre projet de création de plateforme de recherche nanotechnologique MINATEC Nanolab, l expérience d un consortium public-privé au service de votre projet de création de plateforme de recherche nanotechnologique Dynamiser une industrie existante Développer une culture de

Plus en détail

Une technologie d avenir. Moteurs diesel Volvo équipés de la technologie SCR

Une technologie d avenir. Moteurs diesel Volvo équipés de la technologie SCR Une technologie d avenir Moteurs diesel Volvo équipés de la technologie SCR Faibles émissions. Faible consommation. Haute fiabilité. Au cours des années à venir, l Union européenne prévoit d introduire

Plus en détail

Expérimentation d un Véhicule Electrique en. Le projet EVE.

Expérimentation d un Véhicule Electrique en. Le projet EVE. Expérimentation d un Véhicule Electrique en Nouvelle-Calédonie Le projet EVE. Comment se comporte le véhicule électrique sous le climat chaud et humide de la Nouvelle-Calédonie? Comment le système électrique

Plus en détail

Dossier de présentation Hydr Open

Dossier de présentation Hydr Open Dossier de présentation Hydr Open Prix de l Ingénierie du futur 2015 Introduction Le projet consiste à développer une technologie libre de micro-turbine hydraulique pour l électrification rurale et de

Plus en détail

LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique?

LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique? LES PLASTIQUES EN DEBAT 3 ODP3 LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique? 1 Les premières matières plastiques ont fait leur apparition autour de 1860. A l époque les premières

Plus en détail

Saadi KHOCHBIN. Directeur de recherche CNRS. médaille d Argent. Institut des sciences biologiques. Institut Albert Bonniot (IAB)

Saadi KHOCHBIN. Directeur de recherche CNRS. médaille d Argent. Institut des sciences biologiques. Institut Albert Bonniot (IAB) Saadi KHOCHBIN Directeur de recherche CNRS Institut Albert Bonniot (IAB) Inserm / UJF Institut des sciences biologiques médaille d Argent Les projets développés par Saadi Khochbin s inscrivent essentiellement

Plus en détail

Présentation des résultats du projet de recherche européen OpEneR Solutions pour accroître l autonomie des véhicules électriques

Présentation des résultats du projet de recherche européen OpEneR Solutions pour accroître l autonomie des véhicules électriques Communiqué de presse Présentation des résultats du projet de recherche européen OpEneR Solutions pour accroître l autonomie des véhicules électriques Juillet 2014 OE 14.04 HF/IL Projet de recherche collaborative

Plus en détail

PLAN DE RECHERCHE STRATÉGIQUE

PLAN DE RECHERCHE STRATÉGIQUE ÉTS - ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE PLAN DE RECHERCHE STRATÉGIQUE A- CONTEXTE Dans le cadre de sa mission, l ÉTS (École de technologie supérieure) focalise sur la recherche en génie d application et

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

Dans le cadre du. Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant. Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire.

Dans le cadre du. Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant. Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire. Dans le cadre du Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire. Les animateurs adapteront leur message en fonction du public

Plus en détail

ENSEMBLE, PARTENAIRES D AFFAIRES POUR UNE FILIÈRE PORCINE AU SOMMET

ENSEMBLE, PARTENAIRES D AFFAIRES POUR UNE FILIÈRE PORCINE AU SOMMET ENSEMBLE, PARTENAIRES D AFFAIRES POUR UNE FILIÈRE PORCINE AU SOMMET UNE INITIATIVE DE LA FILIÈRE PORCINE QUÉBÉCOISE UN CONTEXTE PROPICE À L INVESTISSEMENT L es perspectives économiques entourant l industrie

Plus en détail

Mon métier, mon parcours

Mon métier, mon parcours Mon métier, mon parcours Bastien, ingénieur R&D en électronique diplômé d un Master Electronique et automatique et d un Doctorat en Electronique Les métiers de l Electronique Le domaine Sciences, Technologies,

Plus en détail

SUJET : RAPPORT DU COMITE A L ENSEIGNEMENT

SUJET : RAPPORT DU COMITE A L ENSEIGNEMENT SUJET : RAPPORT DU COMITE A L ENSEIGNEMENT Membres du comité : André-Marie Tremblay (président), Aash Clerk, Michel Côté, Sébastien Francoeur, Richard Leonelli, Élise Saint-Jacques (secrétaire) Présenté

Plus en détail

Mémoire. Reconnaissance du budget 2014. Regards vers le budget de 2015

Mémoire. Reconnaissance du budget 2014. Regards vers le budget de 2015 Mémoire de l Association canadienne pour les études supérieures au Comité permanent des finances de la Chambre des communes, au sujet du budget fédéral de 2015 Résumé L Association canadienne pour les

Plus en détail

PRÉSENTATION D UMICORE

PRÉSENTATION D UMICORE PRÉSENTATION D UMICORE Présentation d Umicore CATALYSIS ENERGY MATERIALS PERFORMANCE MATERIALS RECYCLING 1 Nous sommes un groupe mondial spécialisé dans la technologie des matériaux et le recyclage. Nous

Plus en détail

Un projet, une équipe, la réussite

Un projet, une équipe, la réussite Un projet, une équipe, la réussite Parce que les jeunes ont du talent Lancé en 2006, Course en Cours est une aventure collective novatrice centrée sur les Sciences et la Technologie. Placées sous le tutorat

Plus en détail

Le CNRS : une grande diversité de métiers

Le CNRS : une grande diversité de métiers - Septembre 2004 Le CNRS : une grande diversité de métiers Une grande variété de métiers sont exercés dans les unités de recherche et de services du CNRS. Le CNRS compte 25 283 agents : 11 349 chercheurs,

Plus en détail

INSTITUT DE LA MOBILITE DURABLE : UNE PLATEFORME COMMUNE QUI CO-CONSTRUIT LE FUTUR DE LA MOBILITÉ DEPUIS 5 ANS.

INSTITUT DE LA MOBILITE DURABLE : UNE PLATEFORME COMMUNE QUI CO-CONSTRUIT LE FUTUR DE LA MOBILITÉ DEPUIS 5 ANS. COMMUNIQUÉ DE PRESSE Le 1 er décembre 2014 INSTITUT DE LA MOBILITE DURABLE : UNE PLATEFORME COMMUNE QUI CO-CONSTRUIT LE FUTUR DE LA MOBILITÉ DEPUIS 5 ANS. Le 27 novembre 2014, Renault, la Fondation Renault

Plus en détail

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Axe 1 Objectif Thématique 1 : Renforcer la recherche, le développement technologique et l innovation Investissement prioritaire B : Promotion

Plus en détail

Remarque : On peut utiliser ce reportage avec des apprenants dès le niveau A2 s ils possèdent de bonnes connaissances scientifiques.

Remarque : On peut utiliser ce reportage avec des apprenants dès le niveau A2 s ils possèdent de bonnes connaissances scientifiques. L énergie solaire Thèmes Sciences, techniques, technologies Concept À travers un tour d horizon des différentes sources d énergie, ces reportages de vulgarisation scientifique présentent des projets européens

Plus en détail

Scale up Scale down : vers une meilleure intégration industrielle des biotechnologies blanches

Scale up Scale down : vers une meilleure intégration industrielle des biotechnologies blanches Agro-Bio Tech Scale up Scale down : vers une meilleure intégration industrielle des biotechnologies blanches Frank Delvigne (Ulg GxABT) Exploitation industrielle des micro organismes : biotechnologies

Plus en détail

La mobilité écologique du futur.

La mobilité écologique du futur. La mobilité écologique du futur. Le nouveau Lion s City Hybrid. La mobilité qui fait bouger le monde. Le passage du soleil à la lune, les saisons, la marée, la voie des électrons dans chaque atome : notre

Plus en détail

SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR CI-1 page 1/10

SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR CI-1 page 1/10 SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR CI-1 page 1/10 DS1- Exercice 1 : Ladarvision 4000 Excimer Laser System (Extrait ENS PSI 2004) Microscope du chirurgien Ordinateur de contrôle Tête du patient Table

Plus en détail

Investir dans la recherche écologique de pointe

Investir dans la recherche écologique de pointe Investir dans la recherche écologique de pointe Laboratoire national d énergie renouvelable Partenariat public-privé Investir dans l innovation environnementale Aux partenaires éventuels : La dégradation

Plus en détail

Parrainage par Monsieur Philippe PAREIGE de notre classe, presentation des nanotechnologies.

Parrainage par Monsieur Philippe PAREIGE de notre classe, presentation des nanotechnologies. LUDIVINE TASSERY 1ere S 5 Parrainage par Monsieur Philippe PAREIGE de notre classe, presentation des nanotechnologies. Lors de la seconde visite, Monsieur PAREIGE, nous a parlé des nanotechnologies et

Plus en détail

COMMISSION PARLEMENTAIRE SUR L INVERSION DE L OLÉODUC 9B D ENBRIDGE

COMMISSION PARLEMENTAIRE SUR L INVERSION DE L OLÉODUC 9B D ENBRIDGE Aile parlementaire de Québec solidaire COMMISSION PARLEMENTAIRE SUR L INVERSION DE L OLÉODUC 9B D ENBRIDGE Rapport de Québec solidaire Ligne 6B d Enbridge qui a le même âge que la ligne 9B 6 décembre 2013

Plus en détail

Les lières. MSc in Electronics and Information Technology Engineering. Ingénieur civil. en informatique. MSc in Architectural Engineering

Les lières. MSc in Electronics and Information Technology Engineering. Ingénieur civil. en informatique. MSc in Architectural Engineering Ingénieur civil Ingénieur civil Les lières MSc in Electronics and Information Technology Engineering MSc in Architectural Engineering MSc in Civil Engineering MSc in Electromechanical Engineering MSc

Plus en détail

Les Rencontres Scientifiques Colas

Les Rencontres Scientifiques Colas Les Rencontres Scientifiques Colas «Des nanotechnologies pour soutenir le développement technologique» 29 novembre 2005 avec André De Haan, professeur à la Faculté Polytechnique de Mons, Belgique et Jean-Christophe

Plus en détail

Système de propulsion électrique Voltec : il permet d associer sobriété et sportivité

Système de propulsion électrique Voltec : il permet d associer sobriété et sportivité Media Information 11 juillet 2011 Opel Ampera Système de propulsion Système de propulsion électrique Voltec : il permet d associer sobriété et sportivité Tout en douceur : les roues sont toujours entraînées

Plus en détail

«Vers le véhicule connecté»

«Vers le véhicule connecté» «Vers le véhicule connecté» Le cercle des idées Quimper Technopole-Cornouaille Jeudi 26 septembre 2013 Philippe COSQUER : Chargé de Projets ] Moteur d idées pour véhicules spécifiques [ Le Pôle de compétitivité

Plus en détail

UN ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE DE HAUT NIVEAU

UN ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE DE HAUT NIVEAU UN ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE DE HAUT NIVEAU FORMER DE HAUTS RESPONSABLES L ÉCOLE POLYTECHNIQUE FORME DES FEMMES ET DES HOMMES RESPONSABLES, CAPABLES DE MENER DES ACTIVITÉS

Plus en détail

Principes de l Internet Physique : une proposition

Principes de l Internet Physique : une proposition Principes de l Internet Physique : une proposition Version 1.2 : 2011-08-10 Benoit Montreuil, CIRRELT, Université Laval, Québec, Canada Éric Ballot, CGS, Mines ParisTech, Paris, France Rémy Glardon, TRACE,

Plus en détail

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP PLASMA / SOLAIRE / NANO Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP Notre laboratoire : PROMES Procédés Matériaux Energie Solaire Unité propre du CNRS, laboratoire de l INSIS (Institut des Sciences de l

Plus en détail

IRT Nanoelec Présentation générale

IRT Nanoelec Présentation générale I N S T I T U T D E R E C H E R C H E T E C H N O L O G I Q U E IRT Nanoelec Présentation générale 14/10/2014 L IRT Nanoelec 2012-2019 Juin 2014: 18 partenaires fondateurs 8 soutiens institutionnels 400

Plus en détail

LA VOITURE ÉLECTRIQUE ET LE CIRCUIT ÉLECTRIQUE AU QUÉBEC : UNE TECHNOLOGIE À CONSIDÉRER DÈS MAINTENANT

LA VOITURE ÉLECTRIQUE ET LE CIRCUIT ÉLECTRIQUE AU QUÉBEC : UNE TECHNOLOGIE À CONSIDÉRER DÈS MAINTENANT LA VOITURE ÉLECTRIQUE ET LE CIRCUIT ÉLECTRIQUE AU QUÉBEC : UNE TECHNOLOGIE À CONSIDÉRER DÈS MAINTENANT Encore sous le choc de votre dernier plein d essence à 85$? Frustrés par notre hiver de pluie et de

Plus en détail

CONTACT PRESSE Fondation Partenariale Grenoble INP ERDF Delphine Chenevier, 06 43 10 01 28 Alexandra Pons, 01 81 97 46 63

CONTACT PRESSE Fondation Partenariale Grenoble INP ERDF Delphine Chenevier, 06 43 10 01 28 Alexandra Pons, 01 81 97 46 63 Signature de la convention relative à la création d une chaire industrielle d excellence ERDF sur les SMARTGRIDS, au sein de la Fondation Partenariale Grenoble INP CONTACT PRESSE Fondation Partenariale

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

du Réseau universitaire de Sherbrooke La recherche en santé dans le Réseau Universitaire de Sherbrooke NUMÉRO UNIVERSITÉ ÉDITORIAL DE SHERBROOKE

du Réseau universitaire de Sherbrooke La recherche en santé dans le Réseau Universitaire de Sherbrooke NUMÉRO UNIVERSITÉ ÉDITORIAL DE SHERBROOKE ÉDITORIAL La recherche en santé dans le Réseau Universitaire de Sherbrooke Jean-Pierre Perreault, France Lavoie, Monique Sullivan Correspondance : Jean-Pierre Perreault, PhD Vice-doyen à la recherche et

Plus en détail

Politique de formation continue

Politique de formation continue Politique de formation continue Conseil de la culture des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches Avec sa Politique de formation continue, le Conseil de la culture officialise et rend publiques les

Plus en détail

ingénieur Profession Les stages : des expériences inoubliables!

ingénieur Profession Les stages : des expériences inoubliables! Profession ingénieur Les stages : des expériences inoubliables! Le Service des stages et emplois a pour mandat d assurer le lien entre les entreprises et les étudiants. Il vise à favoriser l intégration

Plus en détail

MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GES-SOCO)

MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GES-SOCO) MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GESSOCO) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : ENERGIE Spécialité : GESTION,

Plus en détail

EDF FAIT AVANCER LA MOBILITÉ ÉLECTRIQUE. Contact presse marie.allibert@edf.fr Tél. : 01.40.42.51.40

EDF FAIT AVANCER LA MOBILITÉ ÉLECTRIQUE. Contact presse marie.allibert@edf.fr Tél. : 01.40.42.51.40 DOSSIER DE presse 1 er octobre 2014 EDF FAIT AVANCER LA MOBILITÉ ÉLECTRIQUE Contact presse marie.allibert@edf.fr Tél. : 01.40.42.51.40 en bref En quelques décennies, les transports ont évolué pour desservir

Plus en détail

La solution à vos problèmes de chauffage de précision

La solution à vos problèmes de chauffage de précision La solution à vos problèmes de chauffage de précision Notre Engagement envers Vous: Des Solutions de Chauffage Eprouvées Avant que Vous n Investissiez dans Nos Produits. Le test ultime de notre équipement

Plus en détail

s investir pour la relève

s investir pour la relève s investir pour la relève campagne majeure de financement 2009-2013 objectif : 2 000 000 $ S investir pour la relève Mot de la présidente de campagne En Estrie, les étudiants ont la chance de recevoir

Plus en détail

Introduction générale aux nanomatériaux

Introduction générale aux nanomatériaux Introduction générale aux nanomatériaux J.Lecomte, M.Gasparini 16/10/2014 le centre collectif de l industrie technologique belge Notre centre Federation for the technology industry Collective centre of

Plus en détail

HYmotion3 compressor. Le concept HYmotion3 compressor est un objet roulant. Le chaînon manquant

HYmotion3 compressor. Le concept HYmotion3 compressor est un objet roulant. Le chaînon manquant HYmotion3 compressor Le chaînon manquant Située à la croisée des mondes mobiles, entre scooter et auto, l étude HYmotion3 compressor constitue une proposition très originale pour faciliter la mobilité

Plus en détail

Rapport sur l application de la Loi sur les carburants de remplacement

Rapport sur l application de la Loi sur les carburants de remplacement Rapport sur l application de la Loi sur les carburants de remplacement Exercice 2009-2010 Sa Majesté la Reine du chef du Canada représentée par le président du Conseil du Trésor, 2010 N o de catalogue

Plus en détail

L industrie forestière

L industrie forestière L industrie forestière Des transformations majeures à venir Richard Gauvin Service des études économiques et commerciales Direction de la modernisation de l industrie des produits forestiers Ministère

Plus en détail

CONCEPTION ET FABRICATION D UN SHELL ECO-MARATHON AMERICAS CAHIER DE PARTENARIAT 2014-2016

CONCEPTION ET FABRICATION D UN SHELL ECO-MARATHON AMERICAS CAHIER DE PARTENARIAT 2014-2016 CAHIER DE PARTENARIAT 2014-2016 CONCEPTION ET FABRICATION D UN VÉHICULE PROTOTYPE ÉLECTRIQUE À BATTERIE EN VUE DE GAGNER LE SHELL ECO-MARATHON AMERICAS APERÇU DU VÉHICULE BEYOND 2 MESSAGE AUX PARTENAIRES

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/C.1/L.320

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/C.1/L.320 Nations Unies A/AC.105/C.1/L.320 Assemblée générale Distr. limitée 30 octobre 2012 Français Original: anglais et russe Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Sous-Comité scientifique

Plus en détail

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE)

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) POUR L AVANCEMENT ET L INNOVATION EN ENSEIGNEMENT Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) Information générale et processus de mise en candidature Miser sur l innovation en formation pour

Plus en détail

Nous sommes responsables de ce que l avenir nous apporte.

Nous sommes responsables de ce que l avenir nous apporte. Siemens Suisse SA Freilagerstrasse 40 8047 Zurich Suisse A1T334-A234-1-77 Sous réserve de modification Siemens Suisse SA, 2012 Nous sommes responsables de ce que l avenir nous apporte. Siemens Generation21

Plus en détail

O LA TRANSFORMATION DE LA SOCIÉTÉ L ingénieur INP-ENSIACET met en œuvre une nouvelle approche de la science au service de la société Afin de faire face aux enjeux de demain, l INP- ENSIACET forme des ingénieurs

Plus en détail

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Recommandations pour appuyer la croissance et le développement de la production commerciale de biocarburants cellulosiques pour une économie

Plus en détail

Du SmartWay à la route intelligente électrifiée. Note prospective : recherche de partenaires pour la mobilité de demain

Du SmartWay à la route intelligente électrifiée. Note prospective : recherche de partenaires pour la mobilité de demain Du SmartWay à la route intelligente électrifiée Note prospective : recherche de partenaires pour la mobilité de demain Réf. CN 901 BS CB DM Lausanne, le 29 0ctobre 2003 La route intelligente électrifiée

Plus en détail

Lallemand obtient des informations sur ses marges globales

Lallemand obtient des informations sur ses marges globales Lallemand obtient des informations sur ses marges globales Accélération de la production de rapports et de la planification budgétaire Présentation Défi commercial En raison de sa présence dans plusieurs

Plus en détail

Situations d évaluation et grille de gradation des compétences

Situations d évaluation et grille de gradation des compétences Ecole Nationale Supérieure de Chimie, de Biologie et de Physique 16, avenue Pey-Berland 33607 PESSAC CEDEX Situations d évaluation et grille de gradation des compétences 2015/2016 Modules de spécialisation

Plus en détail

Dossier d'optique. Affichage OLED. Date : le 27/01/09 Classe : MI 3. Affichage OLED (dossier d'optique) Manier Max, le 27.01.

Dossier d'optique. Affichage OLED. Date : le 27/01/09 Classe : MI 3. Affichage OLED (dossier d'optique) Manier Max, le 27.01. Dossier d'optique Affichage OLED Date : le 27/01/09 Classe : MI 3 Groupe : Manier Max - 1 - Table des matières : Page 1. Introduction... 3 2. Composition des OLEDs... 3 3. Fabrication des OLEDs... 5 4.

Plus en détail

PROJET ESTEBAN : VOITURE SOLAIRE 2014-2016

PROJET ESTEBAN : VOITURE SOLAIRE 2014-2016 PROJET ESTEBAN : VOITURE SOLAIRE 2014-2016 ROULER À L ÉNERGIE SOLAIRE Depuis ses débuts, le projet Esteban allie créativité et persévérance pour réaliser un objectif ambitieux : développer une voiture

Plus en détail