DÉFICITS COGNITIFS ET SOINS INFIRMIERS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DÉFICITS COGNITIFS ET SOINS INFIRMIERS"

Transcription

1 DÉFICITS COGNITIFS ET SOINS INFIRMIERS 2 1

2 Fonction cognitive & vieillissement normal Fonction cognitive & vieillissement pathologique Démences Delirium Approche de base Interventions spécifiques Symptômes comportementaux et psychologiques de la démence (SCPD) Questions / échange PLAN DE PRÉSENTATION 3 cellules et neurones apport sanguin neurotransmetteurs altération de: certaines fonctions cognitives capacité visuospatiale temps de réaction vitesse d exécution de mouvement Non affectée par le vieillissement Mémoire sémantique Mémoire procédurale Affectée par le vieillissement Mémoire de travail Mémoire épisodique Mémoire prospective Attention Concentration: en présence de stimuli sous pression sur longue période FONCTIONS COGNITIVES ET VIEILLISSEMENT NORMAL 4 2

3 Vieillissement normal cellules et neurones apport sanguin neurotransmetteurs altération de: certaines fonctions cognitives capacité visuospatiale temps de réaction vitesse d exécution de mouvement Vieillissement pathologique Les 3 D Démences Delirium Dépression FONCTIONS COGNITIVES ET VIEILLISSEMENT 5 Une atteinte des fonctions cognitives qui compromet les activités professionnelles, sociales, fonctionnelles en l absence de delirium ou affection psychiatrique. DÉMENCE 3

4 Alzheimer Perte de mémoire désorientation impact fonctionnel DÉMENCES Frontotemporale Désinhibition comportementale Indifférence émotionnelle Trouble du langage Orientation spatiale et praxie = ok DÉMENCES 4

5 À corps de Lewy Fluctuation attention et état de conscience Hallucination Parkinsonisme Sensibilité aux neuroleptiques DÉMENCES Vasculaire Cognition imprévisible Trouble de la démarche Incontinence urinaire Labilité émotionnelle DÉMENCES 5

6 Apparition subite et fluctuation des symptômes Trouble de l attention Perturbations cognitives Perturbations perceptuelles Perturbations comportementales agitation ou ralentissement psychomoteur Désorganisation de la pensée Altération du niveau de conscience Alerte Hyperalerte Hypoalerte léthargie, stupeur, coma DELIRIUM 11 Expliquer et réexpliquer les interventions posées Réorienter régulièrement la personne dans le contexte de soins Présence et implication de la famille dans les soins, si possible Assurer la satisfaction des besoins de base (hydratation, alimentation, élimination, mobilisation régulière) PRÉVENTION DU DELIRIUM 12 6

7 13 Capter l attention Établir un contact visuel et le maintenir Sourier Ne pas envahir l espace personnel, sans avertir, éviter l effet «surprise» Expliquer les sensations physiques à venir lors d un traitement APPROCHE DE BASE 14 7

8 Formulation positive Éviter le «pourquoi» Signes non verbaux compatibles Éviter les demandes complexes FORMULATION D UNE DEMANDE L écoute active sert à stimuler cognitivement la personne et à lui permettre de s exprimer. S intéresser à ce qu elle dit Lui donner une rétroaction positive, sans jugement. Le contenu de la conversation est secondaire. ECOUTE ACTIVE ADAPTÉE 16 8

9 Le toucher affectif consiste à communiquer de l affection, du réconfort et de la tendresse. Plus les déficits cognitifs sont sévères, plus le toucher affectif devient un outil important de communication. Prendre contact verbalement et ensuite par le toucher TOUCHER AFFECTIF

10 Changer la formulation de la demande Si elle fonctionne, en prendre note Si cela ne fonctionne pas Reconnaître les signes d anxiété Prendre une pause de 20 minutes Si la pause n est pas efficace Changer de soignant Si cela ne fonctionne toujours pas Réévaluer la pertinence du soin Si obligatoire, évaluer les options GESTION DU REFUS Stratégie de communication pour reconnaître et valider les émotions de la personne atteinte de démence Sentiments ou émotions réels pour la personne indépendamment de la réalité du soignant Rassurer l aîné qui vit une situation difficile - Personne aux stades modéré et avancé de la démence - Forme tardive Prendre le temps d établir le contact VALIDATION (FEIL, 2003) 10

11 Détourner l attention de la personne atteinte de déficits cognitifs Lui parler des événements significatifs de son passé ou lui proposer une activité significative et répétitive Pour chasser des idées persistantes et anxiogènes Pour obtenir la collaboration lors d un soins Personne avec un problème important d attention DIVERSION 11

12 Symptômes comportementaux : agitation verbale agressive (blasphémer, crier, etc.) et non agressive (répéter les mêmes mots, demandes constantes, etc.) agitation physique agressive (frapper, mordre, lancer des objets, etc.) et non agressive (déambuler, errer, accumuler des objets) Symptômes psychologiques : anxiété, dépression, illusion et hallucinations SCPD Individuels Environnementaux Interactionnels Besoins de base (boire, manger, dormir, éliminer, bouger, communiquer) Confort (douleur, positionnement, vêtements) Respect du rythme Respect de la personne Type de personnalité Niveau occupationnel Surstimulation bruits luminosité température Sous-stimulation Isolé dans sa chambre Absence de contacts significatifs Stresseurs internes et externes versus les capacités cognitives Les opportunités de faire des choix et de prendre des décisions Seuil de stress de la personne SOMMAIRE DES FACTEURS À CONSIDÉRER DANS LA PRÉVENTION DES SCPD 12

13 Adaptation du modèle du seuil de stress (Hall & Buckwalter, 1987) Seuil de stress chez les gens en général Zone des symptômes comportementaux Seuil de stress Comportements anxieux Stresseurs Comportement habituel Adaptation du modèle du seuil de stress (Hall & Buckwalter, 1987) Seuil de stress chez les gens avec dégénération du cortex cérébral Zone des SCD Seuil de stress Seuil comportements anxieux 13

14 1 Les soignants ont adopté la bonne approche. 2 Une nouvelle intervention doit être choisie seulement à la suite d une évaluation en profondeur du SCPD présenté par l individu. 3 Dans le PTI, les cibles des interventions sont les facteurs qui contribuent à l apparition des SCPD et non le SCPD. 4 Les directives infirmières doivent avoir des cibles à différents niveaux (individuels, environnementaux et interactionnels). LES PRINCIPES GÉNÉRAUX DE LA GESTION OPTIMALE 27 5 Les interventions sont appliquées sur un continuum de 24 heures par jour, 7 jours sur 7, par tous les soignants incluant les autres professionnels. 6 L utilisation des médicaments psychotropes dans le contexte d un SCPD est justifiée seulement si le SCPD est sévère ou représente un danger pour la personne ou son entourage. 7 Il faut évaluer l efficacité des interventions après l avoir appliqué pendant au moins quatre semaines à domicile et en soins de longue durée. 8 L interdisciplinarité LES PRINCIPES GÉNÉRAUX DE LA GESTION OPTIMALE 28 14

15 Fiches cliniques Autonomie - Déclin fonctionnel dans les AVQ Autonomie - Syndrome d immobilisation Intégrité de la peau - Plaie de pression Nutrition - Dénutrition Nutrition - Déshydratation Élimination - Constipation et fécalome Élimination - Incontinence urinaire État cognitif - Delirium État cognitif - Agitation dans les démences Sommeil - Insomnie Aide-mémoires Interventions systématiques en salle d urgence pour toute la clientèle âgée Interventions pour la clientèle âgée unités de soins Ces documents sont disponibles sur le site Internet du MSSS du Québec et dans tous les centres hospitaliers de courte durée DOCUMENT À CONSULTER 29 15

16 France collin, inf. M.Sc. Formatrice en soins aux aînés Centre d excellence sur le vieillissement de Québec 16

de distinguer les principales manifestations du delirium, de la démence et de la dépression, Cliquez sur SUIVANT pour commencer.

de distinguer les principales manifestations du delirium, de la démence et de la dépression, Cliquez sur SUIVANT pour commencer. 1 Bonjour! La présence de plusieurs facteurs de risque du delirium et l'apparition d'un symptôme cognitif, notamment la désorientation, sème le doute, chez l'équipe soignante, que Mme Apollon développe

Plus en détail

Identification des troubles du comportement. La maladie d alzheimer ou apparentée

Identification des troubles du comportement. La maladie d alzheimer ou apparentée Identification des troubles du comportement. La maladie d alzheimer ou apparentée Journée CNSA du 11 juin 2012 MOBIQUAL Dr TROADEC - CH de saint Brieuc Les troubles du comportement font partie de la maladie

Plus en détail

Thérapeutiques de la maladie d Alzheimer Place des médicaments anti-alzheimer Traitement des symptômes comportements et psychologiques de la démence (SCPD) Traitement non médicamenteux Le futur Pierre

Plus en détail

ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE. MODULE I : DF1 (35 h)

ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE. MODULE I : DF1 (35 h) INFOR SANTE ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE CENTRE MODULE I : DF1 (35 h) Concourir à l élaboration et à la mise en œuvre du projet individualisé dans le respect de la personne - Repérer les besoins

Plus en détail

La maladie d alzheimer: Difficultés pour les proches et les soignants Par Lambeau Jean-luc du GHdc

La maladie d alzheimer: Difficultés pour les proches et les soignants Par Lambeau Jean-luc du GHdc La maladie d alzheimer: Difficultés pour les proches et les soignants Par Lambeau Jean-luc du GHdc La maladie d alzheimer 1 personne sur 4 après 80 ans Altération de la mémoire Perturbations émotionnelles

Plus en détail

Rééducation et démence DR FLORENCE BEAUCAMP, MPR SERVICE DE SSR GÉRIATRIQUES LES BATELIERS

Rééducation et démence DR FLORENCE BEAUCAMP, MPR SERVICE DE SSR GÉRIATRIQUES LES BATELIERS Rééducation et démence DR FLORENCE BEAUCAMP, MPR SERVICE DE SSR GÉRIATRIQUES LES BATELIERS La démence Démence vieillissement Vieillissement cognitif : Apprentissage plus lent Le double tâche est altéré

Plus en détail

23/04/2014. Conséquences du syndrome démentiel. Circonstances de découverte. Sylvie PARIEL Service de gériatrie ambulatoire Hôpital Charles Foix

23/04/2014. Conséquences du syndrome démentiel. Circonstances de découverte. Sylvie PARIEL Service de gériatrie ambulatoire Hôpital Charles Foix Sylvie PARIEL Service de gériatrie ambulatoire Hôpital Charles Foix Conséquences du syndrome démentiel Problème de mémoire Sf. Cognitifs autres que la mémoire Sf. Non cognitifs Sf. Pychiatriques Circonstances

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et apparentées : Troubles du comportement, prise en charge non médicamenteuse. Dr Gérard BOEUF Gériatre

Maladie d Alzheimer et apparentées : Troubles du comportement, prise en charge non médicamenteuse. Dr Gérard BOEUF Gériatre Maladie d Alzheimer et apparentées : Troubles du comportement, prise en charge non médicamenteuse Dr Gérard BOEUF Gériatre Qu est-ce qu une démence? Définition du syndrome démentiel (DSM IV) : «Trouble

Plus en détail

PRÉVENIR ET TRAITER LES SYMPTÔMES PSYCHOLOGIQUES ET COMPORTEMENTAUX

PRÉVENIR ET TRAITER LES SYMPTÔMES PSYCHOLOGIQUES ET COMPORTEMENTAUX PRÉVENIR ET TRAITER LES SYMPTÔMES PSYCHOLOGIQUES ET COMPORTEMENTAUX Définition Manifestations non cognitives de la pathologie démentielle. Ils sont habituellement répartis en 3 catégories : - troubles

Plus en détail

Troubles de la mémoire

Troubles de la mémoire Troubles de la mémoire Maladie d Alzheimer et formes apparentées Matthieu de Stampa PADIS, Pôle Ambulatoire Diagnostic Intervention Santé Hôpital Sainte Périne Définitions «De-mens» : privé d esprit Altération

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

Dr Bernard Croisile Service de Neuropsychologie CMRR de Lyon

Dr Bernard Croisile Service de Neuropsychologie CMRR de Lyon Troubles psychiatriques et pathologies neurodégénératives. Comment porter le diagnostic neuropsychologique d une pathologie neurodégénérative en cas de troubles psychiatriques? Dr Bernard Croisile Service

Plus en détail

Les démences ndégénératives. MCI Les syndrome pré-démentiels : les MCI Démence de type Alzheimer Démence à corps de Lewy

Les démences ndégénératives. MCI Les syndrome pré-démentiels : les MCI Démence de type Alzheimer Démence à corps de Lewy Les démences ndégénératives MCI Les syndrome pré-démentiels : les MCI Démence de type Alzheimer Démence à corps de Lewy Corps de Lewy Le marquage à l'hématine et éosine fait apparaître un

Plus en détail

Classification des démences

Classification des démences Démences Définition La démence se caractérise principalement par une altération de la mémoire à court terme et à long terme, associées à une altération du jugement et à d autres altérations des fonctions

Plus en détail

Clinique Psychologique de la maladie d Alzheimer

Clinique Psychologique de la maladie d Alzheimer Clinique Psychologique de la maladie d Alzheimer Il s agit d aborder les aspects spécifiques de la relation aux malades atteints de la maladie d Alzheimer. Il s agit d une formation courte (une journée),

Plus en détail

La Démence de Type Alzheimer. Aspects cliniques. Description selon le DSM IV. Aspects cliniques. Aspects cliniques

La Démence de Type Alzheimer. Aspects cliniques. Description selon le DSM IV. Aspects cliniques. Aspects cliniques Présentation d'un protocole de rééducation de l'équilibre auprès des personnes âgées et de son adaptation avec des patients atteints de Démence de Type Alzheimer Mathilde Lucas Sabrina Guitard La Démence

Plus en détail

Apathie. Trouble comportemental le plus fréquent dans la maladie d Alzheimer

Apathie. Trouble comportemental le plus fréquent dans la maladie d Alzheimer Trouble comportemental le plus fréquent dans la maladie d Alzheimer 1 Définition Trouble de la motivation qui se caractérise par un émoussement affectif, une perte d initiative et une perte d intérêt L

Plus en détail

Syndrome post chute. Un stress post traumatique. Groupe de travail des psychologues en gériatre Valérie dartinet Chalmey

Syndrome post chute. Un stress post traumatique. Groupe de travail des psychologues en gériatre Valérie dartinet Chalmey Syndrome post chute Un stress post traumatique Groupe de travail des psychologues en gériatre Valérie dartinet Chalmey Syndrome post chute après une chute où station au sol prolongé accumulation de plusieurs

Plus en détail

L handicap invisible. Nicolas LEROY, Psychologue spécialisé en neuropsychologie

L handicap invisible. Nicolas LEROY, Psychologue spécialisé en neuropsychologie L Accident vasculaire cérébrale: L handicap invisible Nicolas LEROY, Psychologue spécialisé en neuropsychologie Les fonctions cognitives: la mémoire, l'attention, le langage, le raisonnement, l'apprentissage,

Plus en détail

Maladie de Parkinson, démence, maladie à corps de Lewy,, maladie d Alzheimer. lucette lacomblez

Maladie de Parkinson, démence, maladie à corps de Lewy,, maladie d Alzheimer. lucette lacomblez Maladie de Parkinson, démence, maladie à corps de Lewy,, maladie d Alzheimer lucette lacomblez Démence à corps de Lewy Nouvelle entité nosologique Différence d emblée avec MPI Signes moteurs et cognitifs

Plus en détail

Démences, personnalité et troubles psycho-comportementaux

Démences, personnalité et troubles psycho-comportementaux 13 émes journées Troubles mentaux, Vieillissement et démence Démences, personnalité et troubles psycho-comportementaux Dr Dorey JM CHS le Vinatier, BRON Pôle EST (Pr d Amato) Personnalité et démences Approche

Plus en détail

LE SEISME PSYCHOLOGIQUE ET COGNITIF DE L AVC

LE SEISME PSYCHOLOGIQUE ET COGNITIF DE L AVC AVC et gériatrie: qualité de la prise en charge LE SEISME PSYCHOLOGIQUE ET COGNITIF DE L AVC îmes - 23 Septembre 2014 Anaïs SALMON-LEBRUN L Accident Vasculaire Cérébral Préambule Définition de l OMS: =>

Plus en détail

Les troubles psycho-comportementaux

Les troubles psycho-comportementaux Les troubles psycho-comportementaux comportementaux chez la personne âgée démente hospitalisée en unités de court séjour ou de soins de suite et réadaptation J. Desforges,, W. Guerza,, E Guillaume, F.

Plus en détail

Prévenir et traiter les symptômes psychologiques et comportementaux

Prévenir et traiter les symptômes psychologiques et comportementaux 1 Prévenir et traiter les symptômes psychologiques et comportementaux Ligue Alzheimer ASBL Formation RéADem 16 mai 2012 2 Définition Manifestations non cognitives de la pathologie démentielle. Ils sont

Plus en détail

Sommeil et Parkinson

Sommeil et Parkinson Sommeil et Parkinson Jean-François Gagnon Professeur Département de psychologie Université du Québec à Montréal Chercheur Centre d Études Avancées en Médecine du Sommeil Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal

Plus en détail

12 octobre De la Fragilité de la Personne Agée à l Evaluation Gérontologique

12 octobre De la Fragilité de la Personne Agée à l Evaluation Gérontologique 12 octobre 2010 De la Fragilité de la Personne Agée à l Evaluation Gérontologique Concept de fragilité Approche psychique Intervention du Docteur FREDET Psychiatre Fédération de Géronto-Psychiatrie Centre

Plus en détail

Démence & maladie d Alzheimer

Démence & maladie d Alzheimer Démence & maladie d Alzheimer La démence La démence se présente en terme de perte : perte des facultés intellectuelles, perte d un savoir-faire, perte de l autonomie, perte de la conscience de ses troubles

Plus en détail

Définition. La déambulation

Définition. La déambulation Définition est un comportement répété, prolongé et non contrôlé caractérisé par une marche et des déplacements incessants, avec ou sans but Elle expose la personne au risque de se perdre ou de sortir de

Plus en détail

Bonnes Pratiques en EHPAD Psychotropes et maladie d'alzheimer ou apparentées

Bonnes Pratiques en EHPAD Psychotropes et maladie d'alzheimer ou apparentées Bonnes Pratiques en EHPAD Psychotropes et maladie d'alzheimer ou apparentées Docteur Alina BADR CHHM Saint-Dizier Chaumont 02/10/2012 Faut-il interdire les psychotropes chez la personne âgée? En France,

Plus en détail

La crise d agitation aiguë. La crise d agitation aiguë

La crise d agitation aiguë. La crise d agitation aiguë 1 La définition Trouble du comportement psychomoteur d apparition brutale caractérisé par une hyperactivité verbale, vocale ou motrice inappropriée associée à une perte de contrôle des actes, de la parole,

Plus en détail

Prendre soin d une personne atteinte de la maladie d Alzheimer ou apparentée

Prendre soin d une personne atteinte de la maladie d Alzheimer ou apparentée Prendre soin d une personne atteinte de la maladie d Alzheimer ou apparentée Connaître la maladie d Alzheimer Avoir une réponse aux questions les plus fréquentes Les lésions constatées dans le cerveau

Plus en détail

Le refus de l animation GROUPEMENT DE COOPERATION SANITAIRE AMPLITUDE

Le refus de l animation GROUPEMENT DE COOPERATION SANITAIRE AMPLITUDE Le refus de l animation GROUPEMENT DE COOPERATION SANITAIRE AMPLITUDE Quelques données 28% des PA en EHPAD participent régulièrement 35% n y participent jamais 50% des personnes dépendantes n y participent

Plus en détail

Prévention et promotion de la santé dans les services d aide et de soins à domicile du canton du Jura

Prévention et promotion de la santé dans les services d aide et de soins à domicile du canton du Jura Prévention et promotion de la santé dans les services d aide et de soins à domicile du canton du Jura De la prévention de la maltraitance à la promotion de la bientraitance Nicolas Froté Congrès ASSASD:

Plus en détail

Accompagner la personne atteinte de la maladie d Alzheimer à un stade avancé. Communication et gestion des troubles de comportement

Accompagner la personne atteinte de la maladie d Alzheimer à un stade avancé. Communication et gestion des troubles de comportement Accompagner la personne atteinte de la maladie d Alzheimer à un stade avancé Communication et gestion des troubles de comportement Jacinthe Grisé Accompagner la personne atteinte de la maladie d Alzheimer

Plus en détail

Modalités d arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés chez le patient âgés

Modalités d arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés chez le patient âgés Modalités d arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés chez le patient âgés Recommandations professionnelles HAS Octobre 2007. Cycle recommandations AMMPPU - Les patients concernés patients âgés

Plus en détail

Julie Bertrand Bureau 215 du Pôle AAFE -

Julie Bertrand Bureau 215 du Pôle AAFE - Julie Bertrand Bureau 215 du Pôle AAFE - juliebertrand21@gmail.com But : psychopathologie développementale? Méthodo? Questions scientifiques? Autisme Syndrome de Down (SD =T21) Syndrome de Williams (SW)

Plus en détail

Philippe Voyer, inf. Ph.D. Interdiction de distribuer sans autorisation

Philippe Voyer, inf. Ph.D. Interdiction de distribuer sans autorisation L infirmière en CHSLD: d hier à aujourd hui... Philippe Voyer, inf. Ph.D. Interdiction de distribuer sans autorisation Qui suis-je? Formation DEC, B.Sc., M.Sc., Ph.D. SI Enseignement Université Laval Professeur

Plus en détail

LES DEMENCES NON ALZHEIMER

LES DEMENCES NON ALZHEIMER LES DEMENCES NON ALZHEIMER Maladie des corps de Lewy diffus Dégénérescences fronto-temporales Démences vasculaires O SAINT JEAN MA Huntington PSP Démences corticales Démences sous-corticales MdPI? DCL

Plus en détail

TROUBLES COGNITIFS CHEZ LES AINÉS : LES COMPRENDRE POUR MIEUX AGIR

TROUBLES COGNITIFS CHEZ LES AINÉS : LES COMPRENDRE POUR MIEUX AGIR TROUBLES COGNITIFS CHEZ LES AINÉS : LES COMPRENDRE POUR MIEUX AGIR STÉPHANE LEMIRE, MD, FRCPC MSC INTERNATIONAL HEALTH MANAGEMENT INTERNISTE-GÉRIATRE HTTP://WWW.LINKEDIN.COM/IN/STEPHANELEMIRE Objectifs

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. PARTIE I Initiation aux soins infirmiers en santé mentale et en psychiatrie

TABLE DES MATIÈRES. PARTIE I Initiation aux soins infirmiers en santé mentale et en psychiatrie TABLE DES MATIÈRES Avant-propos........................... III Remerciements......................... IV Les caractéristiques du manuel........... V PARTIE I Initiation aux soins infirmiers CHAPITRE 1

Plus en détail

Introduction à la psychopathologie

Introduction à la psychopathologie Enseignement de psychiatrie légale Introduction à la psychopathologie Ph. Delacrausaz Définitions: Psyché = âme, esprit Pathos = maladie, passion, souffrance, vice Logos = mot, parole, discours, doctrine

Plus en détail

Le STRESS au travail Approche Clinique

Le STRESS au travail Approche Clinique Le STRESS au travail Approche Clinique Présenté par Pauline Hanique, psychologue clinicienne, EPSM Lille Metropole, doctorante en psychopathologie clinique et santé. Membre de l association PROMOCOM. phanique@epsm-lille-metropole.fr

Plus en détail

Un principe. Le refus doit toujours et d abord être considéré comme un acte de liberté individuelle : la personne est sujet et non objet de soins

Un principe. Le refus doit toujours et d abord être considéré comme un acte de liberté individuelle : la personne est sujet et non objet de soins 1 Un principe Le refus doit toujours et d abord être considéré comme un acte de liberté individuelle : la personne est sujet et non objet de soins Il peut être le moyen ultime d expression de son existence

Plus en détail

L ÉVALUATION COGNITIVE : LES FONCTIONS COGNITIVES & L AUTONOMIE FONCTIONNELLE

L ÉVALUATION COGNITIVE : LES FONCTIONS COGNITIVES & L AUTONOMIE FONCTIONNELLE FICHE DE COMMENTAIRES COMPLÉMENTAIRES À LA PRÉSENTATION L ÉVALUATION COGNITIVE : LES FONCTIONS COGNITIVES & L AUTONOMIE FONCTIONNELLE Rédigé par Mme Karine Thorn, inf. M. Sc. Professionnelle de recherche,

Plus en détail

Vieillissement : définitions

Vieillissement : définitions Vieillissement Vieillissement : définitions Le vieillissement : -l ensemble des processus physiologiques et psychologiques qui modifient la structure et les fonctions de l organisme à partir de l âge mûr.

Plus en détail

DEUX DIAGNOSTICS INFIRMIERS PREVALENTS EN ONCOGERIATRIE. Caroline BERBON, Gilles BOURGADE, infirmiers, casselardit secteur B, comité IDE UCOG.

DEUX DIAGNOSTICS INFIRMIERS PREVALENTS EN ONCOGERIATRIE. Caroline BERBON, Gilles BOURGADE, infirmiers, casselardit secteur B, comité IDE UCOG. DEUX DIAGNOSTICS INFIRMIERS PREVALENTS EN ONCOGERIATRIE Caroline BERBON, Gilles BOURGADE, infirmiers, casselardit secteur B, comité IDE UCOG. ALTERATION DE LA MOBILITE DEFINITION Limitation de la capacité

Plus en détail

Les diagnostics infirmiers. selon les 14 besoins fondamentaux de Virginia Henderson

Les diagnostics infirmiers. selon les 14 besoins fondamentaux de Virginia Henderson Les diagnostics infirmiers selon les 14 besoins fondamentaux de Virginia Henderson RESPIRER Dégagement inefficace des voies respiratoires Incapacité de maintenir une respiration spontanée Intolérance au

Plus en détail

MALADIE D ALZHEIMER. Mme le Dr Claude TOUZARD Service de Médecine Interne-Gériatrie CENTRE HOSPITALIER DE LAVAL

MALADIE D ALZHEIMER. Mme le Dr Claude TOUZARD Service de Médecine Interne-Gériatrie CENTRE HOSPITALIER DE LAVAL MALADIE D ALZHEIMER Mme le Dr Claude TOUZARD Service de Médecine Interne-Gériatrie CENTRE HOSPITALIER DE LAVAL BONCHAMP le 17 novembre 2010 ESPERANCE DE VIE EN 2009 FEMMES : 84,5 ans HOMMES : 77,8 ans

Plus en détail

22 t sep emb re 2010

22 t sep emb re 2010 22 septembre 2010 PLAN Epidémiologie Définitioni i Physiopathologie Facteurs favorisant et conséquences Présentations cliniques et difficultés diagnostiques Outils d évaluation Traitement Conclusion Epidémiologie

Plus en détail

Le 10 avril Réunion de l APRAMEN. LEVAND Kim, AMEGNIZIN Jean Louis, HABERT Marie Odile, KAS Aurélie, Pitié Salpêtrière

Le 10 avril Réunion de l APRAMEN. LEVAND Kim, AMEGNIZIN Jean Louis, HABERT Marie Odile, KAS Aurélie, Pitié Salpêtrière Le 10 avril 2012 Réunion de l APRAMEN LEVAND Kim, AMEGNIZIN Jean Louis, HABERT Marie Odile, KAS Aurélie, Pitié Salpêtrière Aphasie primaire progressive (APP) Syndrome clinique d origine dégénérative, caractérisé

Plus en détail

Les conseils de bonnes pratiques dispensées aux stagiaires sont extraits des recommandations de l HAS.

Les conseils de bonnes pratiques dispensées aux stagiaires sont extraits des recommandations de l HAS. Objectif Comprendre ce que l on entend par «Culture gérontologique»? Savoir la définir Maîtriser le cadre de l'intervention médico-sociale en gérontologie: légitimité éthique et déontologie Identifier

Plus en détail

La L a c o c n o t n e t n e t n i t o i n o n e n e n psychiatrie

La L a c o c n o t n e t n e t n i t o i n o n e n e n psychiatrie La contention en psychiatrie Définition: La contention Selon le Larousse: «Procédé thérapeutique permettant d immobiliser un membre, de comprimer des tissus ou de protéger un malade agité» Selon Desharens

Plus en détail

Transcranial direct current stimulation (tdcs): recherche et démence

Transcranial direct current stimulation (tdcs): recherche et démence Transcranial direct current stimulation (tdcs): recherche et démence Pr Thierry Dantoine EA 6310 Dr Murielle Girard Dr Benjamin Calvet CH Esquirol- Limoges Unité de Recherche -FRIPsyL CH Esquirol 4 ième

Plus en détail

Maladie de Huntington et troubles cognitifs. S. BIOUX, neuropsychologue 2 Février 2007

Maladie de Huntington et troubles cognitifs. S. BIOUX, neuropsychologue 2 Février 2007 Maladie de Huntington et troubles cognitifs S. BIOUX, neuropsychologue 2 Février 2007 Troubles cognitifs Légers ou inexistants au début Peuvent précéder troubles moteurs Progressent jusqu à démence Perturbations

Plus en détail

La fin de vie. d une personne atteinte de maladie d Alzheimer ou apparentée

La fin de vie. d une personne atteinte de maladie d Alzheimer ou apparentée d une personne atteinte de maladie d Alzheimer ou apparentée 1 s inscrit dans la continuité de la démarche de soins auprès de la personne Elle peut être longue Elle n est pas synonyme de stade terminal

Plus en détail

LA DEPRESSION DU SUJET AGE DOULEUR ET DEPRESSION CHEZ LA P.A.

LA DEPRESSION DU SUJET AGE DOULEUR ET DEPRESSION CHEZ LA P.A. COLLOQUE EPSM-MAIA 26 MAI 2016 LA DEPRESSION DU SUJET AGE DOULEUR ET DEPRESSION CHEZ LA P.A. LA P.A. EST-ELLE PLUS EXPOSEE A LA DOULEUR? Prévalence : estimée de 40 à 80%..., 70%... Pourquoi? Les polypathologies

Plus en détail

Trouble bipolaire module 2 Toulouse Docteur Christine MIRABEL Service du Professeur ROUILLON 100 rue de la Santé PARIS

Trouble bipolaire module 2 Toulouse Docteur Christine MIRABEL Service du Professeur ROUILLON 100 rue de la Santé PARIS Trouble bipolaire module 2 Toulouse 2008 Docteur Christine MIRABEL Service du Professeur ROUILLON 100 rue de la Santé 75014 PARIS Partie 1 Les programmes TCC spécifiques au trouble bipolaire TABLEAU COMPARATIF

Plus en détail

Les critères des Unité Spécifiques Alzheimer :

Les critères des Unité Spécifiques Alzheimer : Les critères des Unité Spécifiques Alzheimer : Dr Aquino Jean Pierre TABLE RONDE product 2014 Congrès National des Unités de soins d évaluation et de prise en charge Alz Tu 11 Décembre 2014 Dr Binot Ingrid

Plus en détail

Cognition et Parkinson. Jean-François Gagnon

Cognition et Parkinson. Jean-François Gagnon Cognition et Parkinson Jean-François Gagnon Département de psychologie Université du Québec à Montréal et Centre d Études Avancées en Médecine du Sommeil Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal Webinaire Parkinson

Plus en détail

Soins et services aux personnes âgées : un tournant pour les infirmières et infirmiers en gérontologie?

Soins et services aux personnes âgées : un tournant pour les infirmières et infirmiers en gérontologie? Soins et services aux personnes âgées : un tournant pour les 8 000 infirmières et infirmiers en gérontologie? Présenté à: l Ordre des infirmières et infirmiers de l Abitibi-Témiscamingue Sylvie Berthiaume,

Plus en détail

Prise en charge d une personne âgée qui présente un délire aigu. Dr Hélène DE BRUCQ, psychiatre de la personne âgée DU Oncogériatrie 25 novembre 2009

Prise en charge d une personne âgée qui présente un délire aigu. Dr Hélène DE BRUCQ, psychiatre de la personne âgée DU Oncogériatrie 25 novembre 2009 Prise en charge d une personne âgée qui présente un délire aigu Dr Hélène DE BRUCQ, psychiatre de la personne âgée DU Oncogériatrie 25 novembre 2009 1 PLAN I. Présentation d un cas clinique II. III. IV.

Plus en détail

L évaluation neuropsychologique de l adulte Informations

L évaluation neuropsychologique de l adulte Informations L évaluation Informations neuropsychologique de l adulte Neuropsychologues à la rédaction : Fery P, Degiorgio C, Watelet A Nous remercions les laboratoires qui nous ont permis de concrétiser ce projet.

Plus en détail

Prise en charge des patients atteints de Démence Type Alzheimer

Prise en charge des patients atteints de Démence Type Alzheimer Prise en charge des patients atteints de Démence Type Alzheimer Notes sur le cours de Mr Baudu Le 26/01/2010 Definition La démence est une perurbation acquise et d aggravation progressive des fonctions

Plus en détail

IUE de la Femme agée. M Carbonnel

IUE de la Femme agée. M Carbonnel IUE de la Femme agée M Carbonnel Introduction Augmentation de IU et de sa sévérité avec age Variable en fonction du lieu de vie ( >80 ans 80% institution, 25% domicile) Viellissement physiologique Dépendance,

Plus en détail

Notions sur les différents états d agitation

Notions sur les différents états d agitation Notions sur les différents états d agitation D. CAILLOCE SAMU 87 Dr CAILLOCE IFA 2011 1 / 21 Définition Trouble du comportement psychomoteur : hyperactivité motrice perte du contrôle des actes, de la parole

Plus en détail

Par: Pierre Verret inf.m.sc.,csio Coresponsable du programme. PROGRAMME de ZOOTHÉRAPIE EN ONCOLOGIE PÉDIATRIQUE

Par: Pierre Verret inf.m.sc.,csio Coresponsable du programme. PROGRAMME de ZOOTHÉRAPIE EN ONCOLOGIE PÉDIATRIQUE La Magie D un Rêve Par: Pierre Verret inf.m.sc.,csio Coresponsable du programme PROGRAMME de ZOOTHÉRAPIE EN ONCOLOGIE PÉDIATRIQUE CENTRE MÈRE ENFANT DU CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE QUÉBEC La Zoothérapie

Plus en détail

Hospitalisation en Gérontopsychiatrie ou en Psychogériatrie. Docteur Amel Benzitoun Claire Lecornu, neuropsychologue

Hospitalisation en Gérontopsychiatrie ou en Psychogériatrie. Docteur Amel Benzitoun Claire Lecornu, neuropsychologue Hospitalisation en Gérontopsychiatrie ou en Psychogériatrie Docteur Amel Benzitoun Claire Lecornu, neuropsychologue Définitions La géronto-psychiatrie : La psychiatrie du sujet âgé Psycho-gériatrie Ambiguïté

Plus en détail

Traumatisme crânien léger définition, questions méthodologiques

Traumatisme crânien léger définition, questions méthodologiques Traumatisme crânien léger définition, questions méthodologiques Philippe Azouvi Service de MPR Hôpital Raymond Poincaré (AP-HP), Garches EA 4047, Université de Versailles-Saint-Quentin Distinguer Le traumatisme

Plus en détail

LÉSION CÉRÉBRALE ET EXERCICE D UNE ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE POUR DES PERSONNES AYANT DES TROUBLES COGNITIFS ET/OU COMPORTEMENTAUX

LÉSION CÉRÉBRALE ET EXERCICE D UNE ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE POUR DES PERSONNES AYANT DES TROUBLES COGNITIFS ET/OU COMPORTEMENTAUX LÉSION CÉRÉBRALE ET EXERCICE D UNE ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE POUR DES PERSONNES AYANT DES TROUBLES COGNITIFS ET/OU COMPORTEMENTAUX Chantal TAILLEFER, cadre de santé, ergothérapeute, IFE de Créteil, CRFTC

Plus en détail

Tout ce que vous souhaitez savoir sur la maladie d Alzheimer

Tout ce que vous souhaitez savoir sur la maladie d Alzheimer Tout ce que vous souhaitez savoir sur la maladie d Alzheimer Carol Hudon, Ph.D. 10 avril 2015 Vos questions Comment détecter les signes et symptômes de la maladie? Facteurs héréditaires. Différence entre

Plus en détail

UNE NOUVEAUTÉ. Les infirmières-ressources SCPD en soutien aux équipes de 1 re ligne

UNE NOUVEAUTÉ. Les infirmières-ressources SCPD en soutien aux équipes de 1 re ligne UNE NOUVEAUTÉ Les infirmières-ressources SCPD en soutien aux équipes de 1 re ligne 3 e CONGRÈS QUÉBÉCOIS LA MALADIE D ALZHEIMER ET LES MALADIES APPARENTÉES PRÉSENTÉ PAR Valérie Fortier et Caroline St-Laurent,

Plus en détail

Les atrophies focales Soins spécifiques en hôpital de jour. Journées APHJPA Lyon 26 et 27 mai 2011

Les atrophies focales Soins spécifiques en hôpital de jour. Journées APHJPA Lyon 26 et 27 mai 2011 Les atrophies focales Soins spécifiques en hôpital de jour Jean-Marc MICHEL Ariane DELEMASURE Journées APHJPA Lyon 26 et 27 mai 2011 Syndromes corticaux focalisés progressifs Altération progressive sélective

Plus en détail

Le questionnaire. 1. Humeur dépressive: la personne est-elle dans un état de tristesse, d impuissance, d auto dépréciation?

Le questionnaire. 1. Humeur dépressive: la personne est-elle dans un état de tristesse, d impuissance, d auto dépréciation? Plus la note est élevée, plus la dépression est grave : De 10 à 13: symptômes dépressifs légers De 14 à 17: symptômes dépressifs légers à modérés Plus de 18: symptômes dépressifs modérés à sévères Le questionnaire

Plus en détail

Vieillissement cognitif normal et pathologique: partie 2

Vieillissement cognitif normal et pathologique: partie 2 Vieillissement cognitif normal et pathologique: partie 2 Xavier Delbeuck Service Neurologie C CHRU Lille Rappel: vieillissement cognitif normal Les difficultés cognitives dans le vieillissement ont été

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge A l initiative de la Direction Générale de la Santé Mise en œuvre: Société Française de Gériatrie et Gérontologie

Plus en détail

Maladie de Parkinson du sujet âgé

Maladie de Parkinson du sujet âgé Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille Maladie de Parkinson du sujet âgé PrLucDefebvre Service de Neurologie et Pathologie du Mouvement DU de médecine des personnes âgées, Mai 2005 Epidémiologie

Plus en détail

L EPISODE DEPRESSIF 1. GENERALITES: 2. SEMIOLOGIE 3. LES FORMES CLINIQUES DE LA DEPRESSION 4. EVOLUTION 5. TRAITEMENT

L EPISODE DEPRESSIF 1. GENERALITES: 2. SEMIOLOGIE 3. LES FORMES CLINIQUES DE LA DEPRESSION 4. EVOLUTION 5. TRAITEMENT L EPISODE DEPRESSIF 1. GENERALITES: A. Dépression endogène/ Dépression psychogène B. Dépression primaire/dépression secondaire: LES CAUSES 2. SEMIOLOGIE A. La ralentissement psychomoteur B. L humeur basse

Plus en détail

Faut-il craindre le ramollissement cérébral? Parlons plutôt de la plasticité du cerveau et de l art de la cultiver

Faut-il craindre le ramollissement cérébral? Parlons plutôt de la plasticité du cerveau et de l art de la cultiver Faut-il craindre le ramollissement cérébral? Parlons plutôt de la plasticité du cerveau et de l art de la cultiver Compte rendu de la conférence de D re Ana Inés Ansaldo, Ph. D., présentée le 18 septembre

Plus en détail

Autres démences. Démences vasculaires et démences mixtes, Démences à corps de Lewy, Démences fronto-temporales, Démences sous-corticales.

Autres démences. Démences vasculaires et démences mixtes, Démences à corps de Lewy, Démences fronto-temporales, Démences sous-corticales. Autres démences Démences vasculaires et démences mixtes, Démences à corps de Lewy, Démences fronto-temporales, Démences sous-corticales. Le MMS ORIENTATION Orientation dans le temps Orientation dans l

Plus en détail

Les troubles du comportement tout au long de la maladie (Incidence et prévalence)

Les troubles du comportement tout au long de la maladie (Incidence et prévalence) Les troubles du comportement tout au long de la maladie (Incidence et prévalence) Dr Marie-France MAUGOURD Gériatre Hôpital G. Clemenceau Chamcpueil La Maladie d Alzheimer est une maladie dégénérative

Plus en détail

DU VIEILLISSEMENT CEREBRAL NORMAL A LA DEMENCE. Docteur F.BOUTTIER 21/09/2009 Centre Hospitalier Bagnols sur Cèze

DU VIEILLISSEMENT CEREBRAL NORMAL A LA DEMENCE. Docteur F.BOUTTIER 21/09/2009 Centre Hospitalier Bagnols sur Cèze DU VIEILLISSEMENT CEREBRAL NORMAL A LA DEMENCE Docteur F.BOUTTIER 21/09/2009 Centre Hospitalier Uzès Bagnols sur Cèze Naître en 2006 c'est espérer vivre au moins 77ans pour les hommes et 84 ans pour les

Plus en détail

LES FACTEURS DE RISQUE ET DE

LES FACTEURS DE RISQUE ET DE LES FACTEURS DE RISQUE ET DE PROTECTION EN PRÉVENTION DU SUICIDE: QUELLES SONT LES PARTICULARITÉS DE LA CLIENTÈLE AÎNÉE ET COMMENT LES UTILISER POUR GUIDER NOTRE INTERVENTION Karine Dufour, superviseure

Plus en détail

Unité d Hébergement Renforcée Cahier des charges DGAS relatif aux UHR

Unité d Hébergement Renforcée Cahier des charges DGAS relatif aux UHR Unité d Hébergement Renforcée Cahier des charges DGAS relatif aux UHR Population concernée Critères d admission et de réorientation Projets de l UHR Le personnel de l UHR Architecture UHR Dieppe 1 Unité

Plus en détail

THERAPEUTIQUES MEDICAMENTEUSES ACTUELLES

THERAPEUTIQUES MEDICAMENTEUSES ACTUELLES THERAPEUTIQUES MEDICAMENTEUSES ACTUELLES 1 TRAITEMENTS PHARMACOLOGIQUES SPÉCIFIQUES (06/2009) Indications: Diagnostic de MA, quel que soit l âge et le stade (sauf MMSE

Plus en détail

sur les troubles mentaux Réalité du vécu contre les idées reçues CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES

sur les troubles mentaux Réalité du vécu contre les idées reçues CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES Pour un autre regard sur les troubles mentaux Réalité du vécu contre les idées reçues 1 CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES PASS Mobile Santé Mentale et Précarité 10 rue du petit tour 87000 Limoges 05

Plus en détail

Troubles psycho-comportementaux. comportementaux et SEP. Mme MERCIER Bernadette. Neuropsychologue. Réseau Rhône-Alpes SEP

Troubles psycho-comportementaux. comportementaux et SEP. Mme MERCIER Bernadette. Neuropsychologue. Réseau Rhône-Alpes SEP Mme MERCIER Bernadette Neuropsychologue Réseau Rhône-Alpes SEP Ecole de la SEP pour les professionnels de santé Lyon, samedi 25 mai 2013 Rare au début de la maladie 10 % cas dans SEP SP EUPHORIE Etat de

Plus en détail

De la démence au Trouble Neuro Cognitif (TNC) Classification des troubles mentaux DSM V 31 MARS 2016

De la démence au Trouble Neuro Cognitif (TNC) Classification des troubles mentaux DSM V 31 MARS 2016 De la démence au Trouble Neuro Cognitif (TNC) Classification des troubles mentaux DSM V 31 MARS 2016 Par rapport au DSM IV? Suppression du terme démence et syndrome amnésique au profit de Trouble Neuro-Cognitif

Plus en détail

ECHELLE GLOBALE DE FONCTIONNEMENT (EGF)

ECHELLE GLOBALE DE FONCTIONNEMENT (EGF) ECHELLE GLOBALE DE FONCTIONNEMENT (EGF) L EGF est une échelle COMPOSITE avec laquelle le cotateur (médecin) évalue le fonctionnement du patient sur un continuum hypothétique dans trois domaines : PSYCHOLOGIQUE

Plus en détail

CMRR : Équipe de neuropsychologie CMRR Rouen

CMRR :  Équipe de neuropsychologie CMRR Rouen Équipe de neuropsychologie CMRR Rouen Introduction Intérêt croissant depuis 30 ans Augmentation de l espérance de vie Pré-requis de l évaluation Tenir compte des acquisitions antérieures Étiologies multiples

Plus en détail

Les interventions non médicamenteuses pour la prévention et le traitement des troubles psychologiques et comportementaux en cas de maladie d

Les interventions non médicamenteuses pour la prévention et le traitement des troubles psychologiques et comportementaux en cas de maladie d Les interventions non médicamenteuses pour la prévention et le traitement des troubles psychologiques et comportementaux en cas de maladie d Alzheimer ou apparentée 1 Rappels sont un des éléments du projet

Plus en détail

Martial Van der Linden

Martial Van der Linden Quand on a transformé la tristesse en dépression ou comment retrouver la sérénité et la joie de vivre Martial Van der Linden Faculté de Psychologie et des Sciences de l Education Universités de Genève

Plus en détail

Conférence-débat Dépendance et psychiatrie. Modérateur: Claude Schmit Rapporteur: Christiane Schoellen

Conférence-débat Dépendance et psychiatrie. Modérateur: Claude Schmit Rapporteur: Christiane Schoellen Journée nationale de l assurance dépendance Conférence-débat Dépendance et psychiatrie Modérateur: Claude Schmit Rapporteur: Christiane Schoellen 1 Plan de l exposé Loi: définition et principes directeurs

Plus en détail

Les pathologies réactionnelles: troubles de l adaptation états de stress post-traumatiques STÉPHANIE VESPERINI SERVICE DE PSYCHIATRIE HÔPITAL PASTEUR

Les pathologies réactionnelles: troubles de l adaptation états de stress post-traumatiques STÉPHANIE VESPERINI SERVICE DE PSYCHIATRIE HÔPITAL PASTEUR Les pathologies réactionnelles: troubles de l adaptation états de stress post-traumatiques STÉPHANIE VESPERINI SERVICE DE PSYCHIATRIE HÔPITAL PASTEUR Généralités L'évolution de la plupart des troubles

Plus en détail

Document de référence. Comprendre et vivre le deuil

Document de référence. Comprendre et vivre le deuil Document de référence Comprendre et vivre le deuil Table des matières Introduction 2 Définition 2 Mythes 2 Étapes et symptômes 2 Différencier deuil et dépression 3 Comment surmonter un deuil 3 Quand le

Plus en détail

Document. Pour demande d admission

Document. Pour demande d admission Document Pour demande d admission Centre d Hébergement et de soins de longue durée de Rivière-Rouge 1525, rue L Annonciation Nord Rivière-Rouge, QC, J0T 1T0 Téléphone: 819 275-2118 Télécopieur: 819 275-4102

Plus en détail

Facteurs de risque et de protection dans la modulation de l État de Stress Post-Traumatique. Mélissa Martin, M.Ps., Psychologue

Facteurs de risque et de protection dans la modulation de l État de Stress Post-Traumatique. Mélissa Martin, M.Ps., Psychologue Facteurs de risque et de protection dans la modulation de l État de Stress Post-Traumatique Mélissa Martin, M.Ps., Psychologue 1 Plan de la présentation Définition des facteurs de risque et de protection

Plus en détail

Quelle place pour le soin psychique dans un service de réanimation? Dr Christine HEYWARD Centre Psychothérapique du Vion St CLAIR DE LA TOUR

Quelle place pour le soin psychique dans un service de réanimation? Dr Christine HEYWARD Centre Psychothérapique du Vion St CLAIR DE LA TOUR PSYCHIATRIE ET RÉANIMATION Quelle place pour le soin psychique dans un service de réanimation? Dr Christine HEYWARD Centre Psychothérapique du Vion 38110 St CLAIR DE LA TOUR 1 DISCIPLINES MÉDICALES OPPOSÉES

Plus en détail

BESOIN FONDAMENTAL SE VETIR, SE DEVETIR

BESOIN FONDAMENTAL SE VETIR, SE DEVETIR PROMOTION AIDE-SOIGNANTE Année 2014-2015 Module 1 : Accompagnement de la personne dans les gestes de la vie quotidienne BESOIN FONDAMENTAL SE VETIR, SE DEVETIR Définition : Nécessité propre à l'individu

Plus en détail

Le sommeil. des seniors

Le sommeil. des seniors Le sommeil des seniors 1 Le sommeil évolue avec l âge... Outre son vieillissement naturel, il est susceptible d être modifié par de multiples facteurs : maladies, médicaments, modifications du rythme de

Plus en détail

LA COMMUNICATION QUELQUES CLÉS POUR COMMUNIQUER AVEC UNE PERSONNE ATTEINTE DE LA MALADIE D ALZHEIMER OU D UNE DÉMENCE APPARENTÉE

LA COMMUNICATION QUELQUES CLÉS POUR COMMUNIQUER AVEC UNE PERSONNE ATTEINTE DE LA MALADIE D ALZHEIMER OU D UNE DÉMENCE APPARENTÉE LA COMMUNICATION K QUELQUES CLÉS POUR COMMUNIQUER AVEC UNE PERSONNE ATTEINTE DE LA MALADIE D ALZHEIMER OU D UNE DÉMENCE APPARENTÉE Charlotte Sarlet Pour La Ligue Alzheimer PLAN 1. Vous avez dit démence?

Plus en détail