Mieux, ça serait pire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mieux, ça serait pire"

Transcription

1 Mieux, ça serait pire Barbara Y. Une voix anonyme annonça : Levez-vous pour la sentence du juge. La salle se leva. L accusé se leva. Le professeur Max Dieter était un homme très maigre, la quarantaine. Il n avait pas de cheveux sur le sommet du crâne, mais était suffisamment intelligent pour ne pas tenter de le cacher. Son dos courbé et les cernes sous ses yeux ne laissaient qu imaginer le poids invisible qui pesait sur ses épaules. Ses lunettes rectangulaires amplifiaient la lassitude de son regard. Sous sa blouse blanche de laboratoire qu il n avait pas eu le temps ou l idée d ôter, il portait une vieille chemise délavée rentrée dans une paire de pantalons tenus trop hauts par une ceinture de vieux cuir usé. Il avait le regard perdu dans le vide, désabusé, désespéré. Il faisait pitié à voir. Il sursauta lorsque le juge, qui était entré, prit la parole d une voix particulièrement douce et attentionnée. On sentait l homme de loi presque mal à l aise de rendre son jugement. Vous pouvez vous asseoir. L audience s exécuta. Pr Max Dieter, vous avez légèrement troublé l'émission holographique intitulée «Un brin d'histoire», diffusée hier soir sur CWA. Lors de cette émission, vous avez prétendu, certainement par inadvertance, votre volonté de mettre à mort les nanoinhibiteurs. Cette affirmation, bien que non-intentionnelle, a plongé la population dans un trouble profond. Pour cet acte, voici mon verdict : je vous propose, si vous êtes consentant bien sûr, à l'auto-cryogénisation, processus qui n'entamera en rien votre santé, et qui donnera du temps à la communauté scientifique pour trouver un moyen de vous éviter une rechute, bien que peu probable. Le juge ôta ses lunettes, essuya une goutte de sueur qui perlait sur son front, se racla à nouveau la gorge et regarda Max Dieter timidement. Qu'en dites-vous, Pr Dieter? Max poussa un long soupir. Je suis d'accord avec vous, votre Honneur. Je tiens également à présenter mes excuses à la population pour ce moment de folie, qui m'a pris au dépourvu. J'accepte d'effectuer ma propre cryogénisation. Pour le bien de la nation. Le juge soupira à son tour de soulagement. Une nation fière de vous, Pr Dieter, soyez-en assuré. La séance est levée! L'audience se leva. *** La voiture de police s'arrêta devant le Centre de Cryogénisation. Dieter, qui n'avait aucune envie de finir cryogénisé, sentait son cerveau surchauffer. Comment faire? Comment faire? Les deux policiers l'accompagnèrent jusqu'à la salle de cryogénisation 815. Aussitôt, des néons d'un blanc éblouissant s'allumèrent au plafond. Dieter se trouvait dans une immense pièce dont les murs montant à plus de dix mètres de haut étaient composés d une multitude de tiroirs, un peu comme une morgue aux proportions gigantesques. 1

2 Au centre de la salle, un tube de métal horizontal de deux mètres de long reposait sur un support hydraulique. À côté du tube, un ordinateur attendait des instructions. Dieter observa la foule imposante de tiroirs autour et en dessus de lui. J'ai besoin d'aide, je n'y arriverai jamais tout seul, chuchota-t-il, le cerveau en ébullition. On peut vous aider Pr Dieter? demanda un des deux flics. Max sursauta, puis se ressaisit. Ah, en fait, si vous n'y voyez pas d'inconvénient, je souhaiterais être seul un moment... Afin de me recueillir avant ma mise en biostase... Vous comprenez... Le flic acquiesça et sortit de la pièce avec son partenaire. Dès que la porte derrière lui se referma, Dieter se jeta sur l'ordinateur. Il lâcha un petit rire excité. De l'aide, de l'aide, tu as tout ce qu'il te faut ici, Max! Voyons voir... Il ouvrit la base de données des personnes cryogénisées dans la pièce, et créa une nouvelle requête. ENTREZ SEXE : Je ne suis pas misogyne, mais j'ai besoin de muscles....male... ENTREZ DERNIER EMPLOI :...AGENT CIA... ENTREZ SPÉCIALISATION (OPT.) : Max s'arrêta quelques secondes, le temps de se frotter le menton, puis claqua des doigts....cellule ANTI-TERRORISTE... Oui, parfait! ENTREZ QI : Pas de génie, il faudra qu'il accepte de m'aider ENTREZ OPTIONS :...PAS DE FAMILLE... Dieter appuya sur la touche «entrée». L'ordinateur traita la requête en moins d'une seconde. Un seul nom clignota sur l'écran. Sujet 4815 Jack Sayron, ex-agent CIA, 39 ans, QI 100. Biographie : Mai02 Oct08 : Cellule anti-terroriste, Kabul, Afghanistan. Oct08 : Commandement opération «bonhomme de neige». But : arrestation leader terroriste O. Ben Laden. 01nov08 : Réception titre honorifique : médaille d'honneur. Donateur : président américain sortant G.W. Bush. Période : élections présidentielles nov08 : Condamnation : cryogénisation à durée indéterminée. Cause : insultes publiques contre président américain sortant G. W. Bush. Période : élections présidentielles Dieter pressa «entrée» une seconde fois. Un bruit de turbine gonfla dans la pièce. Le support sur lequel le tube reposait se déplaça jusqu'au fond de la pièce puis tourna sur lui-même pour aligner le tube perpendiculairement au mur. Il monta jusqu'à l'avant-dernier étage, à une hauteur vertigineuse. Le tube se colla au tiroir Un bruit de dépressurisation résonna, et le tube redescendit pour se replacer exactement là où il était quelques secondes plus tôt. Sur l'écran, le nom de Jack Sayron clignotait toujours. Une fenêtre avait apparu en dessous. 2

3 Êtes-vous certain de vouloir terminer la biostase du sujet? Dieter essuya une goutte de sueur qui commençait à couler le long de sa tempe, puis cliqua sur «oui». Un bruit de sèche-cheveux géant envahit la pièce. Dix secondes plus tard, il stoppa aussi rapidement qu'il avait commencé. Sur l'écran de l'ordinateur, une autre fenêtre indiquait «biostase du sujet 4815 terminée». Dieter s'approcha lentement d'une extrémité du tube, se pencha pour voir à l'intérieur. Un grognement en échappa, surprenant Max, qui recula d'un pas. Deux grosses mains velues agrippèrent le sommet du tube. Leurs doigts blanchirent par la pression exercées sur eux, et une paire de gros bras musclés sortit du cercueil de métal. Ensuite, une tête apparut petit à petit. Peu de cheveux, des yeux bleus à moitié fermés à cause de la lumière éblouissante des néons. Puis un petit nez retroussé et une série de dents serrées. Jack Sayron parvint à s'extirper à moitié du tube et à s'asseoir sur son rebord. Son torse velu était bosselé par des muscles dont Dieter ne connaissait même pas l'existence : pectoraux, obliques, grands droits, transverse, dentelés, intercostaux... Tous tendus par l'effort. Il parvint à sortir une jambe d'athlète, puis deux. Dieter, témoin silencieux abasourdi eut un doute terrible. Est-ce que j'ai bien fait? Jack Sayron l'interrompit. Tu n'aurais pas un calbar en trop par hasard? *** Assis à même le sol, le dos contre la porte, un petit flic grassouillet se fourrageait le nez. Son partenaire, debout à côté de lui, nettoyait la semelle de sa chaussure gauche à l aide du viseur de son pistolet. Le petit gros ayant terminé son exploration frotta son doigt contre sa chemise et soupira. On devrait peut-être aller voir? ça fait bien un quart d heure N ayant pas terminé le nettoyage de sa semelle, son partenaire haussa les épaules. Au même moment, Max Dieter ouvrit grand la porte, faisant basculer le petit gros en arrière. Oh, pardonnez-moi s excusa Dieter en l aidant à se remettre sur ses pattes. Max s éclaircit la gorge, baissa la tête, fixa ses chaussures. Messieurs, je me sens enfin prêt à effectuer la procédure de mise en biostase. Mais j ai besoin de votre assistance à tous les deux si vous le voulez bien. Le plus grand des deux flics regarda sa chaussure encore sale, soupira, puis acquiesça. Il rangea son flingue dans son étui, et invita Dieter à passer devant. Le professeur s exécuta nerveusement, les acolytes lui emboîtant le pas. Ils entrèrent dans la salle 815. Leur regard s attarda sur l immensité de tiroirs qui s étendaient devant eux, si bien qu ils ne virent jamais Sayron, caché derrière la porte. Celle-ci grinça en se refermant. Ils n eurent pas le temps de se retourner, mais sentirent tous les deux une forte pression sur leur nuque. Le rondouillard s écroula instantanément, comme endormi sur place. L autre également sonné se sentit planer, comme au ralenti. Il tomba lentement sur le dos, cligna des yeux durant une éternité, dirigea son regard en dessus de lui, fronça les sourcils. qui est cet homme tout nu? 3

4 Il sombra enfin dans les ténèbres. Incroyable. souffla Dieter, dévisageant Sayron qui tentait d enlever son pantalon au plus grand des deux policiers. Comment? On appelle ça un blood choke, lui répondit Jack en arrachant une chaussure qui coinçait. Il enfila rapidement le vêtement trop long, pas assez large et ramassa les clés du défroqué. On y va? Ils vont bientôt se réveiller. Max commença à se ronger un ongle. Est-ce que j'ai bien fait? Les deux complices se dépêchèrent de sortir du bâtiment de cryo. Après un court arrêt devant un distributeur automatique d habits, Max conduisit la voiture de police jusqu à un motel de seconde zone hors du centre ville. Il faut qu on change de voiture, vieux, ils vont vite débarquer si on la laisse ici, expliqua Jack qui terminait d enfiler une chemise à carreaux. Premièrement, pour vous ça sera professeur Dieter. Deuxièmement, il y a cinq ans que les voitures n ont plus de traceur, pas même celles des autorités. Et pour quelle raison stupide feraient-ils une chose pareille, vieux? Dieter s énerva. Parce que le monde est complètement aseptisé! Voilà! Pouvons-nous sortir de la voiture maintenant? Il va falloir apprendre à maîtriser ce caractère, vieux, sinon je pourrais très bien appeler les autorités rétorqua Sayron en se frottant un menton rugueux d une barbe naissante de cinquante ans. Il sortit de la voiture. Dieter soupira. Ce n est pas gagné. La chambre était minable. Un grand lit au matelas dur, un fauteuil troué, un petit meuble à l air penché sur lequel reposait une vieille télévision HD. Max était sur le point de l allumer, mais Sayron lui prit la télécommande des mains et la lança de l autre côté de la pièce. Maintenant qu on a un peu la paix, tu vas m expliquer ton histoire. Et surtout, tu vas me dire pourquoi est-ce que je dois «sauver le monde». Tu as été plutôt flou jusqu à maintenant. Max acquiesça. Il sortit de sa poche un conteneur nano-sd et le brancha sur la télévision HD dans un port que Jack ne reconnut pas. Regardez cette émission, vous comprendrez, lui dit Max en ramassant la télécommande. Il alluma le téléviseur qui s éclaira sur un générique délavé. «L histoire avec un grand H.» «Les neurotransmetteurs sont des molécules tout à fait fascinantes. Stockés au niveau des terminaisons présynaptiques, ce sont eux qui se chargent de transmettre l information d un neurone à un autre à travers les synapses. Lorsqu un changement de polarité de membrane s effectue au niveau d une synapse, l ouverture de canaux calcium membranaires est déclenchée, provoquant la libération des neurotransmetteurs» Mais oui, bien sûr, soupira Jack. «Imaginez qu on puisse réguler ces neurotransmetteurs pour choisir nous-mêmes quels influx passent ou ne passent pas dans notre cerveau. Ce rêve, c était celui du professeur Dieter. Et il l a réalisé le 4 octobre 2050 en créant les nano-inhibiteurs. 4

5 Les nano-inhibiteurs sont des nano-particules, composées à la fois de Carbone et de Silicium, qui ramènent le potentiel de membrane à sa valeur d'origine et inhibent ainsi certaines transmissions dépendantes du voltage. La partie en silicium de ces nano-inhibiteurs est programmée pour inhiber tout influx qui conduirait à une émotion négative. Ainsi, il est aujourd hui impossible pour un être vivant de ressentir de la haine, de la tristesse, de la peur, ou de l animosité. Grâce au professeur Dieter, prix Nobel de la paix, le monde est devenu un havre» Max regarda un moment les images défiler, allongé tout au bord du grand lit pour éviter tout contact physique avec Jack, assis à côté. Petit à petit, épuisé par les émotions des deux derniers jours, il s endormit. *** Max se réveilla en sursaut. Son dos lui faisait un mal de chien, il avait dormi tout crispé par peur de se retrouver dans les bras du géant musclé au milieu du lit. La télévision HD était toujours allumée. Sayron n avait pas bougé d un pouce, toujours assis dans la même position. Il regardait une vieille interview datant de la découverte des nano-inhibiteurs. J avais encore beaucoup de cheveux il y a huit ans! remarqua Max en se redressant lentement, le dos raide. Sayron lui fit signe de se taire, monta le son. révolutionnaire! Comment l idée vous est-elle venue, Pr Dieter? J ai toujours voulu faire de la recherche pour un monde meilleur. Lorsque mon pays m a accordé les fonds suffisants, j ai enfin pu tester des idées que j avais depuis des années! Les nano-inhibiteurs ne sont donc pas aussi nouveaux que ça pour vous, alors? Non, j en rêve depuis si longtemps! Mais aujourd hui, ils sont bel et bien là! En chair et en fibre! Sur l écran, le Max chevelu éclata de rire. Le journaliste rit poliment et enchaîna. Haha! Si j ai bien compris, les nano-inhibiteurs tiennent plus de vous qu il n y paraît, n est-ce pas? Si vous faites allusion à leur base ADN, effectivement, c est la mienne. Pour quelle raison ont-ils une base ADN? Ne pouvaient-ils pas uniquement être à base de silicium? J ai commencé par faire des tests dans ce sens, mais les nano-inhibiteurs purement à base de silicium étaient rejetés par le corps humain. J ai donc opté pour une solution hybride. Cet aspect risque-t-il de poser des problèmes dans le futur? Le seul ennui, c est que mon don d ADN me rend totalement immunisé aux effets des nano-inhibiteurs, et ce de manière irrémédiable. Je suis la seule personne au monde qui ne pourra jamais profiter de leurs bienfaits. C est un geste très honorable Pr Dieter, un noble sacrifice pour l humanité! Une dernière question : sera-t-il facile de répandre les nano-inhibiteurs parmi la population une fois la loi votée? Si les résidents du continent doivent tous passer chez le médecin, l infrastructure requise sera inimaginable... Pas de souci, les nano-inhibiteurs sont transmis très facilement, par simple échange de fluide corporel. Une fois qu une partie de la population sera touchée, les nano-inhibiteurs se répandront de manière très naturelle, touchant un nombre exponentiel de personnes. Exceptionnel! Comment voyez-vous le monde de demain, Pr Dieter? 5

6 Meilleur, mon cher, meilleur. Un monde sans guerre, un monde sans frontière, où tous les conflits trouveront une solution, un monde fait d amour, où nous n aurons pas peur de voir grandir nos enfants. Merci Pr Dieter. Pour la télévision internationale CMD, c était Jack Sayron éteignit la télévision. C est un beau tas de conneries, dit-il en faisant circuler un cure-dent d un coin à l autre de sa bouche. Max soupira. Comment aurais-je pu savoir que ça finirait ainsi? Bien en fin de compte, c est un peu comme il dit à la télé : pas de guerre, pas de conflit Pas d action, pas de passion, pas de plaisir! S il vous plaît Sayron, je ne vous ai pas sorti de votre biostase pour me culpabiliser plus encore. Vous êtes là pour m aider! Si je veux. Vous êtes impossible! Il fallait y penser avant de me décongeler! rétorqua Jack. Mais, voyant la tête déconfite de Max, il se reprit. Mais non, allez, reste calme, Dieter. Il ne faut pas paniquer comme ça! Ça ne sera pas la première fois que je la sauve, la planète. Tu savais que c est moi qui ai dégommé Ben Laden en 2008? Et qu est-ce qu ils font pour me remercier? Congelé! Comme un poulet pané! Elle est belle l Amérique. Vous oubliez que vous avez adressé des propos insultants au président de l époque devant toutes les chaînes internationales Il le méritait ce con bredouilla Jack. Bon, ce n est pas grave, oublions tout ça. Ecoutez-moi Jack, j ai un plan pour sauver la planète. *** C est ça ton plan? s énerva Sayron. Tu te fous de moi? Max, décontenancé, bredouilla quelque chose. Jack l interrompit. Le mot «plan», c est une abréviation pour l expression «plan d action», tu comprends? Passer un mois dans ton labo à faire des recherches avec tout le continent à tes trousses, ce n est pas un plan d action, ok? Max voulut rétorquer, mais trois coups frappés contre la porte l interrompirent. L instinct de Jack réagit aussitôt. Fais exactement ce que je te dis sans poser de questions. Va dans la salle de bain, et ne fais pas un bruit. Max s exécuta, referma la porte derrière lui. Jack attendit encore quelques secondes. Trois nouveaux coups, cette fois plus forts, retentirent. Oui, oui, j arrive! cria Jack. Il débrailla sa chemise, tenta de chiffonner ses cheveux sans succès (ils étaient trop courts), et entrouvrit la porte, les yeux plissés par la lumière entrante du soleil. Qui c est? Quelle heure est-il? demanda-t-il sur un ton endormi. Devant lui, deux costar cravates le toisaient du regard. Le numéro 1 pris la parole. Pardonnez-moi monsieur, il est huit heures quarante-cinq. Je me présente, inspecteur Davel, voici mon co-équipier l inspecteur Dorel. Nous sommes à la recherche du Pr Dieter. Dieter? Connais pas. Jack tenta de refermer la porte, mais le costar-cravate numéro 1 la retint. 6

7 Pardonnez-moi d insister, mais la location de cette chambre a été payée avec une carte de crédit appartenant au Pr. Dieter. Quoi? s étonna Jack. Il poussa un soupir, se passa la main sur le visage, et se recomposa. Ecoutez, je ne connais pas ce Dieter. J ai payé la chambre cash en arrivant hier soir. Et il n est pas ici, alors Un vacarme soudain retentit dans la salle de bain. Jack poussa un juron. Je vais vous demander de bien vouloir nous laisser entrer s il vous plaît, insista le numéro 2. Bon, s il vous plaît, c est la femme de Dieter qui est là. Elle lui a volé sa carte de crédit et m a rejoint ici Le Pr Dieter n est pas marié, rétorqua numéro 1, implacable. Jack se résigna, haussa les épaules, et ouvrit grand la porte, leur sourit. Vous ne pourrez pas dire que je n ai pas essayé! Numéro 1 fronça les sourcils. Je ne suis pas sûr de vous suivre Jack lui envoya un magistral coup de tête et numéro 1 s écroula. Sayron enchaîna à une vitesse fulgurante avec un crochet du droit, visant la mâchoire de numéro 2. Celui-ci eut le temps de réagir et évita le coup de justesse, sortit une arme à tranquillisants. Il n eut pas le temps de mettre Sayron en joue; Jack lui fonça dessus tête baissée. Les deux hommes firent un vol plané de deux mètres avant de s écraser sur le sol poussiéreux devant la chambre. Numéro 2 lâcha son arme lors de l impact. Jack en profita pour lui asséner un direct du gauche qui le fit voir des étoiles. Le second droit ne rata pas sa cible, et numéro 2 partit dans les pommes. Jack, furax, se releva et retourna dans la chambre, ouvrit la porte de la salle de bain. Là, à quatre pattes, Dieter était en train de ramasser des cutips éparpillés sur le sol pour les remettre soigneusement dans leur boîte renversée. Jack croisa les bras. J avais dit «pas un bruit», Dieter. * * * Les deux acolytes entassèrent rapidement numéro 1 et numéro 2 dans la chambre, puis prirent la route avec la voiture de police. Bon, où est-ce qu on va maintenant? demanda Jack. Dieter l observa un instant. Sayron avait toujours son cure-dent dans la bouche. Dieter soupira. J ai besoin de faire de plus amples recherches. Je ne suis pas certain de la meilleure procédure à suivre pour anéantir les nano-inhibiteurs. Combien de temps? insista Jack. Un mois, deux, je n en sais rien. Il faut que je trouve leur faiblesse. Jack eut une idée, claqua des doigts. On ne pourrait pas reproduire le bug de l an 2000? Il n y a pas eu de bug en l an 2000! Spéculations médiatiques! De toute façon, les nano-inhibiteurs peuvent se régénérer. Leur moitié biologique est là pour l assurer. Bon alors qu est-ce qu on fait Max? On fonce au labo, je prends du matériel de recherche, le strict minimum et on s exile quelques semaines en Suisse. Vous, vous faites du ski, moi je fais mes expériences et hop! Dans six mois le monde est sauvé! Sayron haussa les épaules. Pire plan d action que j ai jamais entendu. Mais après tout, c est peut-être comme ça que cela se passe dans les années 2050 et quelques. 7

8 2058, corrigea Max. Jack et Max laissèrent la voiture à quelques pâtés de maison du centre de recherche Maxime Arthus Dieter, nommé en l honneur du fameux prix Nobel. Ils progressèrent prudemment pour éviter de se faire repérer. C est quoi ce monstre? demanda Jack avec effroi, pointant le bâtiment du doigt. De leur point de vue, l édifice ressemblait à un robot-araignée juché sur huit pattes fléchies de couleur acier. Le corps arrondi de la bête ressemblait à un M&M s noir absorbant toute la lumière alentour. C est le centre de recherche nanotechnologique «Dieter», répondit Max avec fierté. Vous verrez, c est très joli quand on s approche. Jack était sceptique. Au fur et à mesure de leur lente progression, il commençait à distinguer des petites pustules sur tout le corps et les pattes. C était dégoûtant. Les pustules étaient en réalité autant de petites fenêtres arrondies qui ne laissaient que vaguement imaginer ce qui se passait de l autre côté. Le corps M&M s pustuleux perché sur ses pattes ne touchait juste pas le sol. Il devait y avoir un ou deux mètres de battement. Sur le devant du bâtiment, des escaliers blancs marbrés permettaient de franchir ce vide pour pénétrer dans la bête par une bouche béante vitrée de la même forme que le corps. À côté des escaliers, un panneau indiquait «Centre nanotechnologique de recherche Maxime Arthus Dieter». Jack fronça les sourcils. Il avait repéré un jeune homme vêtu de noir et armé d un fusil à calmants qui montait la garde sur les escaliers. Jack fit signe à Dieter de s arrêter. Ils se cachèrent dans un buisson. Qu est-ce qu il y a? demanda Max en s accroupissant derrière le fourré. Sayron, tel un félin tentant de s'approcher d'une proie, s'aplatit sur le sol et s'enfonça lentement dans le buisson en écartant les branches. Il y a un garde à l'entrée. Quoi? Mais non, c'est impossible. Max leva la tête en dessus du buisson pour se faire sa propre opinion. Cela prit à peine une seconde. Le temps de lever les yeux, faire le point sur le bâtiment, repérer une personne qui se tenait effectivement là, devant la porte de l'institut. À peine une seconde. Mais c'était une seconde de trop. Le regard du garde croisa celui de Dieter qui s'aplatit aussitôt par-terre. Trop tard. Sayron, remarquant que l'homme avait verrouillé son regard dans leur direction, se retourna vers Max qui lui sourit maladroitement. Oups. Désolé... Sayron ferma les yeux, serra les dents. Il les serra si fort qu en fait sa mâchoire devint aussi large que celle d une pelle mécanique. Il lâcha un juron entre ses dents : Ftttffftssff. Et se releva d'un coup. Mais ce n est pas vrai, mais quel crétin! hurla-t-il, à la plus grande surprise de Dieter et du garde, qui sursauta puis se mit en marche d'un pas hésitant dans leur direction. Baissez-vous, il ne nous a peut-être pas vus chuchota Dieter paniqué, toujours aplati derrière le buisson. Cette fois ç en est trop! Tu me sors de mon sommeil, tu me plonges dans un monde rempli de gentils, comme si ça pouvait me faire plaisir! Le garde, à une dizaine de mètres, s arrêta pour charger maladroitement son fusil à calmants, puis reprit son approche. Sayron, imperméable à son environnement, continuait : 8

9 Tu me demandes de t'aider! Moi j'accepte tout ça sans broncher Tu utilises ta carte de crédit, tu fous tout par-terre! Le garde était à cinq mètres d'eux, le fusil tremblant pointé sur Sayron. Lui ne voyait rien, plongé dans un monologue enflammé. La seule chose que je t'ai demandée, c'est de m'obéir au doigt et à l'œil. «Tu fais ce que je te dis sans poser de question», est-ce que je ne t'ai pas dit ça cent fois? Non? Le garde s'approchait encore. Deux mètres. Si mais bredouilla Max. Un mètre. Le garde tenta d'en placer une. Excusez-moi de vous demander pardon, mais... Sayron n'entendait rien. Et toi tu n'en fais qu'à ta tête! Alors maintenant Le garde se racla la gorge. Excusez-moi de vous demander pardon En un un éclair Sayron s'empara du bout du fusil, planta son genou dans le ventre du garde, frappa sa nuque avec la crosse de l'arme et laissa le corps évanoui s'étaler derrière le buisson, juste à côté d'un Dieter décontenancé. Tu vas suivre mes instructions à la lettre, compris? Il pointait le fusil à calmants dans la direction de Dieter, qui pour toute réponse leva les mains au ciel et hocha une tête tremblante. Jack soupira, baissa l'arme et lui tendit la main. Bon, allez viens, on peut entrer dans ton labo maintenant, la voie est libre. Les deux hommes pénétrèrent dans l institut, Jack avec la désagréable sensation d être englouti dans une montagne d acier et de marbre. L intérieur n était pas mieux arrangé que l extérieur. Mais on est dans «Alien» là ou quoi? Les couloirs avaient tous des formes de M&M s rose assez foncé. On aurait dit des artères. Les petites fenêtres arrondies laissaient pénétrer une lumière grisée par les verres teintés. L endroit semblait mort. Personne ne s y promenait. Max, lisant la surprise sur le visage de Sayron, expliqua. Aujourd hui, c est férié, une fête nationale. Le 4 octobre, l anniversaire de l invention des nano-inhibiteurs. Jack haussa les sourcils. Ils sont fous ces scientifiques. Max le dirigea à travers plusieurs artères M&M s. Ils durent prendre un ascenseur, arrondi lui aussi, et atteignirent finalement le labo. La pièce était baignée d une lumière éblouissante provenant d une grande baie vitrée, et contrastait avec le reste du bâtiment éclairé artificiellement. Il y avait plusieurs bureaux, tous couverts de papiers, de bocaux et de fioles en verre, mais aussi de pièces détachées. Il y a de quoi construire un engin de formule 1 ici! s étonna Jack. Max n écoutait pas. Il s était rendu directement vers un bureau particulièrement en désordre et avait commencé à rassembler des documents. Après dix minutes pendant lesquelles Jack essaya d assembler des pièces, de coincer son doigt à l intérieur d une fiole remplie d un liquide vert et de dessiner des moustaches sur une photo imprimée de Max, Dieter s impatienta. Bon, Jack, vous ne voudriez pas aller m attendre dehors? J en ai encore pour un moment et il y a un parc public très sympathique juste en face. Il pointa à travers la baie vitrée. Jack déposa le stylo, haussa les épaules. Je m ennuie. Moi je suis un homme d action, pas un rat de laboratoire! 9

10 Il soupira et sortit. Un profond soulagement le libéra lorsqu enfin il franchit la porte de l institut et se dirigea vers le parc. Il s assit sur un banc à l ombre d un arbre, et observa la parfaite scène du dimanche après-midi américain. Les enfants jouaient ensemble dans le parc. Les plus petits construisaient des châteaux forts dans le sable. D autres faisaient sagement la queue pour le toboggan. Les plus grands jouaient à la marelle. Deux femmes sur le banc d'en face discutaient tranquillement en balançant leur bébé dans leur pousse-pousse. Pas un cri ne s en échappait. Sayron fronça les sourcils. Quelque chose clochait. Quelque chose de bizarre. Quelque chose qui l oppressait d un malaise plus pesant encore que celui qu il avait ressenti dans l araignée M&M s. Il lâcha un juron entre ses dents. Bien évidemment! Gentils! Les gens étaient tous gentils! Pas d'autre terme pour les décrire. Gentils. Où étaient donc les parents qui engueulaient leurs gamins parce qu ils avaient sali leur pantalon du dimanche? D ailleurs, où étaient les gamins qui salissaient leur pantalon du dimanche? Et les adultes qui se battaient parce que machin avait tiré les cheveux de chose? Et le vieux con amer qui rabâchait que la vie était injuste et tout le monde contre lui? Et même, où était la mère parano qui aurait depuis longtemps éloigné son gosse d un Sayron tout seul assis sur un banc à regarder les enfants jouer, parce qu il avait l air d un pédophile? De l'autre côté de la route, un petit vieux s'apprêtait à traverser, accompagné d'un jeune qui lui soutenait le bras. C'était atroce. Une petite fille de cinq ou six ans qui courait vers sa mère trébucha et tomba sur le gravier. Silence. Elle va pleurer, j'espère, se dit Sayron. Quatre adultes se précipitèrent pour la relever. Son genou écorché saignait. Encore un ou deux gravillons restaient agrippés à sa plaie. Allez chiale! La mère nettoya la plaie avec un mouchoir. Ma pauvre chérie, comment vas-tu? La petite fille ferma les yeux, avala un surplus de salive due à son stress... Allez, pleure! Puis elle sourit. Ça va maman, je suis courageuse. Jack eut la nausée. La touche finale s approcha de lui en la forme d un petit garçon à l air si innocent qu il aurait pu être ambassadeur des chocolats Kinder. Bonjour Monsieur. Voix parfaite. Tu veux quoi? Vous voulez jouez avec moi? Jack sentit l occasion pour lui de laisser toute sa frustration s exprimer à travers ce gamin. Il paierait pour tous les autres. L ex-agent de la CIA prépara dans sa tête une tirade si cinglante qu il voyait déjà le «Kinder» partir en hurlant. Jack sourit de toutes ses dents au gamin (qui le lui rendit bien). Il ouvrit la bouche, prit une grande inspiration pour débiter son flot d injures, et... l enfant, sans aucun signe annonciateur d aucune sorte, éternua si bruyamment et de tous ses poumons qu il aspergea le visage de Jack, bouche bée, de gouttelettes morveuses. Ce n est pas grave, Monsieur, je vais trouver quelqu un d autre pour jouer, lui annonça le petit et essuyant sa morve avec un mouchoir blanc. Jack lâcha un juron et s essuya la figure avec sa manche. Il n en pouvait plus! Il était temps de remettre tous ces êtres si parfaits à leur place! Jack avait envie de 10

11 hurler sa révolte, et il allait le faire! Quand un changement à l échelle nanoscopique survint sournoisement en lui. Il se dit tout d abord qu en hurlant sa haine, il faudrait éviter les gros mots, histoire de ne pas choquer les jeunes oreilles. Puis, après réflexion, il se dit qu il faudrait juste crier sur la mère du petit, qui était responsable... Ou peut-être n y avait-il pas besoin de crier, après tout... *** Max sortit de l institut un sac de voyage en cuir lourdement chargé à la main. Dans le parc, à une centaine de mètres, un nombre important de personnes s était regroupé, duquel un brouhaha s échappait. Aïe, j espère qu il n a frappé personne! Max s approcha d un pas rapide, mais stoppa net quand il reconnut le bruit des voix pour ce qu il était. Il reconnut un air familier. Hakuna Matata? Mais qu est-ce qui se passe là-bas? Le chercheur maintenant sincèrement inquiet courut jusqu au regroupement, qui en réalité avait formé un large cercle, les gens se tenant par la main. Max eut un cri d effroi. Au centre du cercle, Jack était assis sur une souche, le sourire éclatant, une couronne de marguerites sur la tête, et une guitare à la main. Il menait le chœur. Max poussa les gens et entra dans le cercle. Jack l aperçut, son visage s éclaira et il arrêta de jouer. Tout le monde se tut. Ah, Max, mon ami! Max est ici, les enfants, je dois m en aller. Un «oh» général de déception éclata. Un jeune homme dans le cercle vint récupérer sa guitare et commença à jouer un nouvel air que les gens reprirent en choeur. Les deux hommes s éloignèrent du groupe. Max prit la parole le premier. Est-ce que tu as eu un échange de fluide corporel avec une personne dans ce parc? Jack se gratta la tête, claqua des doigts. Le petit Stan m a éternué à la figure. Le pauvre petit! Il a attrapé froid la semaine passée quand il est sorti en course d école. Tu es contaminé, Jack. Oui, je suis contaminé par l amour! cria-t-il au ciel. Max décida de retourner aussi vite que possible à leur voiture pour éviter un maximum de croiser des personnes qui pourraient le reconnaître. Sur le chemin, Jack lui fit la conversation. Tu sais, c est impressionnant comme le monde est beau aujourd hui! Regarde làbas! Un petit chien! Max se passa la main sur le visage. Peut-être était-il temps d abandonner Sayron. Dans son état, il n était plus d aucune utilité, c était même un boulet. Jack disait maintenant «bonjour» à toutes les personnes qu il croisait dans la rue. Les gens le lui rendaient bien, d ailleurs. Je le fais regarder à droite, et je pars en courant de l autre côté! pensait Dieter. Il regarda Sayron et soupira. Il ne pouvait pas se résoudre à l abandonner. Jack lui avait déjà sauvé la mise à deux reprises en moins de vingt-quatre heures. Et en fin de compte, une fois de plus, c était de sa faute si Sayron se trouvait dans cet état. Max regarda avec pitié le molosse marchant à côté de lui. Jack croisa son regard. Je t aime Max! lui dit-il. 11

12 Oui, oui, moi aussi je t aime beaucoup. Max tapota amicalement son épaule musclée. Jack en retour le prit dans ses bras et le souleva de terre quelques secondes, une larme à l œil. Ils arrivaient à une dizaine de mètres de la voiture quand Max remarqua deux policiers appuyés contre un mur à côté d elle. Stop! ordonna-t-il à Jack. Au même moment, un des flics remarqua Max. Un éclair de reconnaissance passa dans les yeux du policier. Merde! lâcha Dieter. Ah non! Pas de ces mots là Pr Dieter, dans la bouche d un prix Nobel, c est sale! le taquina Jack. Max l agrippa par la manche et se mit à courir. Bouge-toi! Jack réussit à rejoindre Dieter qui avait rapidement tourné au coin d une rue et dévalait une grande artère en trombe. Derrière eux, les deux policiers tentaient de les rattraper. Le trottoir était bondé de gens. Dieter poussait, jurait, criait pour qu on le laisse passer. Les gens surpris réagissaient avec calme et s excusaient. Jack suivait facilement la cadence du savant peu entraîné. Il parvenait même à lâcher des excuses en route aux personnes qui s étaient fait le plus violemment bousculer. Les policiers nous rattrapent! cria-t-il à Max juste devant lui. On devrait peutêtre abandonner Max jura et cria par-dessus son épaule. Si tu étais toi tu les aurais repérés il y a dix minutes et nous serions loin d ici! Le scientifique repéra à gauche une petite boutique d antiquités. La porte n était pas fermée à clé. Les serrures avaient été abolies l année précédente. Dieter poussa la porte et agrippa Jack pour qu il le suive. De vieux livres entassés un peu partout, des bibelots, cartes, ornements, bijoux reposaient sur des étagères de bois foncé presque aussi anciennes qu eux. Max traversa la boutique en trombe sans lâcher le col de Sayron, qui suivait plutôt docilement. Max se retourna à temps pour voir les flics arriver en courant devant la vitrine du magasin, cherchant autour d eux. Paniqué, le scientifique repéra une petite porte sur sa droite. Il poussa précipitamment Jack à l intérieur, le suivit, et referma derrière lui. Max palpa le mur et pressa un bouton qui alluma une petite ampoule au plafond. Un placard! Ils étaient dans un placard! Max se frappa la tête contre le mur. Bravo! Il hurla contre Jack. Ton instinct ne t a pas soufflé que c était un placard? Au même moment, la porte d entrée de la boutique s ouvrit. Max fit signe à Jack de se taire, éteignit la lumière du placard. Des bruits de pas s approchèrent lentement. Tu es sûr qu ils sont là? demanda une voix. Après-tout, on n a pas le droit d entrer chez quelqu un comme ça Je les ai perdus de vue, ils sont forcément dans le coin, répondit une autre voix, un peu plus proche. Les bruits de pas s approchèrent encore. Ce n est quand-même pas très gentil qu ils aient bousculé tous ces pauvres gens Oui, mais il faut trouver en toi la force de leur pardonner. Une ombre s arrêta devant la porte du placard. Un bruit étouffé de sanglots retentit un peu plus loin. Allons, allons, ne pleure pas, Alfred, dit l ombre devant la porte. Elle s éloigna du placard. Le sanglotteur reprit. 12

13 Excuse-moi, je trouve ça si triste pour ce pauvre Dieter! Il a sacrifié son propre bonheur pour le monde! geignit-il. Ne pleure pas, il faut l honorer, pas le plaindre! Que dirait-il s il te voyait dans cet état? Que vous êtes les flics les plus pathétiques de la planète, pensa Max. Les voix s éloignèrent. La porte du magasin se referma. Ouf, c était moins une! Soupira Dieter. On va attendre encore un peu ici, qu ils s éloignent. Max se retourna et vit Jack essuyer une larme. C est vrai, c est tellement noble ce que tu as fait! Le regard réprobateur de Max sécha définitivement les larmes de Sayron. Au fond du placard, une étrange machine attira son attention. C était un cube orange d environ un mètre de côté. De sa face droite sortait un gros tuyau en plastique assez court. Au bout du tuyau, un entonnoir. Sur le dessus du cube, il y avait un bouton d allumage sur «off». Juste à côté du bouton, une petite ouverture ronde de quelques centimètres seulement donnait sur l intérieur de la machine. Mais on n y voyait rien. La pièce n était pas assez éclairée et le trou trop petit. Jack ramassa le tuyau qui traînait sur le sol. Ne touche pas à ça Jack! cria Max. C est une génératrice de poussière. Pardon Max. À quoi est-ce que ça sert? Les antiquaires l utilisent pour rendre plus authentiques les vieux livres de collection. Ils leur balancent une couche de poussière avant de les vendre. Avec les nano-anéantisseurs inventés en 2020, la poussière ne se génère plus toute seule. Très grande invention, les nano-anéantisseurs Max, tout en continuant son monologue, commençait à ouvrir doucement la porte du placard pour voir si la flicaille s était envolée. Tu sais, je suis très allergique aux acariens. Quand j étais gamin, j ai failli mourir le jour où je suis monté dans le grenier de mon grand-père qui Max se retourna vers Jack pour accentuer l effet dramatique de son histoire et vit juste le molosse planter son nez dans le trou pour voir la poussière de plus près. Non Jack! La brute éternua un grand coup, disséminant la poussière dans tout le placard. Max sentant son allergie le prendre à la gorge, eut la peur de sa vie et sortit en courant pour éviter tout contact avec les bêtes nanoscopiques. Après quelques secondes pendant lesquelles il s assura qu il arrivait encore à respirer et que ses yeux n étaient pas sortis de leurs orbites, il lâcha sa colère sur Jack, encore à l intérieur du placard à éternuer. Mais ce n est pas vrai! Mais quel imbécile! Je t ai dit de ne pas y toucher! Dans quelle langue faut-il que je te parle? Hein? Ce n est pas vrai! Les nano-inhibiteurs sont censés te rendre gentil, pas complètement abruti! Jack, sa crise d éternuement terminée, sortit du placard à son tour. Les dents serrées, il saisit Max par le col et le souleva de telle sorte que les pieds du scientifique ne touchaient plus le sol. C est moi que tu traites d abruti, tête d œuf? *** Jack, c est toi mon vieux? lâcha Dieter d une voix étranglée. Jack le reposa à terre. Qui veux-tu que ce soit? 13

14 Max, prit d une montée de joie surpassant tout ce qu un nano-inhibiteur aurait pu générer, sauta dans les bras de son ami. Jack un peu gêné lui tapa nerveusement dans le dos. Oui, oui, moi aussi je t aime bien. Mais on n est pas des fillettes. Allez, reprends-toi, je vais bien. Dieter se ressaisit. Je suis tellement content de te retrouver! Et moi donc! ricana son compère. Mais comment as-tu été décontaminé? Oh là! C est toi le scientifique, oui ou non? rétorqua Sayron, les mains dans les poches. Il se rapprocha de la vitrine du magasin et vit du coin de l œil les deux policiers revenir dans leur direction. Aïe Max, complètement absorbé par le miracle qui venait de se produire se mit à faire les cents pas dans la petite boutique antique. Tu étais dans le placard. Je te parlais des nano-anéantisseurs. Un soudain éveil de ton intérêt pour sciences peut-être? Non, non Jack se planqua derrière la porte de la boutique afin d être invisible aux yeux des deux policiers. Ceux-ci étaient maintenant devant la vitrine et regardaient abasourdis un Dieter en pleine itération scientifique tourner en rond. Ils se précipitèrent à l intérieur. Est-ce que ça serait une réaction émotionnelle forte lors de l évocation de mon grand-père? Jack referma la porte sur le nez du second flic et attrapa le bras du premier. Celuici se retourna brusquement et Jack lui envoya un droit pas piqué des vers. Pendant que le premier s écroulait, le second ouvrit à nouveau la porte, fonça tête baissée sur Jack. Ah mais j y suis, c est la poussière! cria Max. Mon allergie! Jack se retira à la dernière seconde et le second flic, poussé par son élan alla s écraser la tête la première dans une armoire remplie de livres anciens. L armoire vibra, puis balança dangereusement. Dieter, surexcité, se retourna vers Jack. Les nano-inhibiteurs ont la même structure ADN que moi! Je leur ai transmis mon allergie! Le savant fou éclata de rire. Et je peux te dire qu une poussière à l échelle nano, ça fait des dégâts! L armoire grinça et s écrasa sur les deux policiers déjà sonnés. Ce n est pas prouvé scientifiquement que les allergies sont génétiquement transmissibles, mais on a constaté qu une certaine sensibilité est certainement inscrite dans le code génétique! Ayant terminé sa phrase, Max constata finalement le carnage qui s était produit juste à côté de lui en quelques secondes. On ne peut vraiment pas te laisser sans surveillance cinq minutes! Les deux hommes quittèrent au pas de course la boutique, Jack avec la précieuse machine sous le bras, alors que le bruit d une série de sirènes de police se rapprochait dangereusement. Les deux acolytes prirent un bus public afin de se mêler à la foule. 14

15 Alors, c est parce que tu es allergique à la poussière que la poussière tue les nano-inhibiteurs? demanda Jack en posant la machine à côté de lui. Le bus était bondé, mais les gens se déplacèrent de bonne grâce pour lui faire de la place. Dieter se mit à rire. Je crois bien que oui, mon ami! Je crois bien que oui! Eh bien, faisons un test pour en être sûr! Jack ramassa le tuyau de la machine, planta l entonnoir sur le nez d une jolie jeune femme souriante qui se tenait à côté de lui, et pressa sur le bouton «on». En une seconde, la jeune fille se prit un nuage concentré de poussière à la figure. Elle éternua quatre ou cinq fois avant de pouvoir reprendre son souffle. Jack et Max la dévisageaient, attendant avec impatience sa réaction. Quand elle put enfin respirer à nouveau, elle regarda Jack, sourit. Ah non, c est foutu commença le molosse en se retournant vers Max. Puis le visage de la femme se contorsionna de rage et elle se mit à hurler. Non mais ça ne va pas bien vous, là? Je viens de sortir du coiffeur! Mon brushing est ruiné, mon maquillage, mes habits! Et comment je vais faire maintenant pour aller voir mon fiancé! Elle continua ses hurlements, mais les deux acolytes n entendaient plus. De joie, ils s étaient mis à sauter dans le bus et à hurler. Ils se firent jeter hors du bus assez rapidement par la femme, avec l aide des personnes suffisamment proches d elles pour avoir subit l effet de la poussière dispersée. Jack, un bras tenant la machine, l autre accrochant amicalement, bien que brutalement le cou de son acolyte, déclara : Allez en route vieux, il y a encore du boulot si on veut disperser ce remède dans le reste du continent et sauver le monde. *** Quatre mois plus tard *** L aéroport de LAX était complétement bondé. Des parents partaient en vacances accompagnés de leurs enfants braillards, des hommes d affaires pressés l oreille collée à leur téléphone bousculaient tout sur leur passage, les hôtesses de l air discutaient entre elles ignorant complètement les personnes faisant la queue pour se plaindre, et la sécurité débordée vérifiait le moindre recoin des bagages de tous les passagers au cas où le coupe-ongle de la grand-mère serait un objet destiné à une attaque terroriste. Pas d exception à la porte de sécurité 38B qui menait à l aire de décollage d un airbus super-green 3880 pour la Suisse. Là, une énième file d attente de plusieurs dizaines de mètres s était formée. Les gens tous soit fatigués, impatients, ayant trop chaud ou trop froid, tapaient du pied. Quelque part entre une grosse femme ayant clairement trop chaud et un homme d affaires lisant le Times, un couple étrange tant au niveau de son comportement irréprochable que de son look, déteignait. L homme très musclé était en chemise et bermudas à fleurs, portait un chapeau de paille et des lunettes de soleil. Il avait un sourire éclatant, semblait assez décontracté. À côté de lui, se tenait sa «femme». Plus grande que lui, elle avait une chevelure rousse abondante, maintenue en place par un chapeau trop enfoncé sur sa tête. Elle avait clairement abusé sur le maquillage et le parfum. Ses lunettes de soleil masquaient ses yeux, mais la couche de fond de teint sur le reste de son visage laissait clairement voir qu elle tentait de cacher une forte pilosité faciale qui devait la mettre mal à l aise. Ses 15

16 épaules étaient trop larges, ses hanches trop fines, son corps trop maigre, mal moulé dans une robe, à fleurs également. La robe descendait relativement bas sur les chevilles de la femme, mais étant fendue sur le côté, elle laissait entre-apercevoir des mollets de cycliste poilus lorsque la femme avançait d un pas. Dans chaque coin de la pièce, afin d hypnotiser la foule impatiente, des écrans holographiques connectés sur la chaîne internationale CMD passaient en boucles les dernières nouvelles. La présentatrice, main droite collée contre son oreillette pour mieux entendre les instructions transmises, prit la parole. «Mesdames et messieurs, une nouvelle de toute dernière minute vient de tomber. Les terroristes Jack Sayron et Maxime Arthus Dieter, coupables de l anéantissement des nano-inhibiteurs, ramenant chaos et indéterminisme sur le continent, ont échappé au barrage de police qui avait été déployé sur l autoroute A430 ce matin. Les deux criminels sont parvenus à passer au travers d un barrage composé de plus de cinquante voitures et deux hélicoptères de police...» L hologramme de la présentatrice se réduisit en haut à droite de l écran afin de faire place à des images filmées sur place. Les images un peu floues et secouées par le déplacement du cameraman montraient une autoroute recouverte de cadavres de voitures de police. Un hélicoptère s était écrasé dans un champ de patates juste à côté du carnage. La présentatrice continuait. «Il semblerait que Sayron et Dieter aient réussi à voler un des hélicoptères afin de semer les forces de l ordre.» La présentatrice réapparut en grand sur l écran. «Clairement, la police n est plus aussi vive qu elle l était à l ère pré-dieter, comme on l appelle maintenant. Avec nous, le professeur Eric Graham, spécialisé dans l étude des comportements post-dieter...» L homme à la chemise à fleurs donna un puissant coup de coude à sa femme qui se massa les côtes. Tu as vu ça? Cinquante bagnoles de flics! Record battu! La femme serra les dents. Tais-toi, c est bientôt à nous de passer. C est quand même hallucinant qu ils ne nous aient pas encore retrouvés. Parce que j ai eu la bonne idée de nous parachuter! La femme leva les sourcils et soupira. Pire expérience de toute ma vie. Le couple étrange passa le contrôle de sécurité et l un des contrôleurs eut même l audace de faire un clin d œil à la femme, outrée. Celle-ci frémit de dégoût. Ils franchirent les portes et s éloignèrent en direction de l aire d embarquement. Tirons-nous vite d ici, Dieter. Attends-moi Jack! Je crois que j ai filé mes bas! 16

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm Lecture suivie n 6 - Période 3 : Janvier - Février page n : rouge Conte de Grimm Il était une fois une charmante petite fille que tout le monde aimait au premier regard. Sa grand-mère qui l adorait plus

Plus en détail

L écrivain. Il était arrivé là sans vraiment savoir comment. Mais il est clair que ce vieux portique en bois lui barrait la route.

L écrivain. Il était arrivé là sans vraiment savoir comment. Mais il est clair que ce vieux portique en bois lui barrait la route. L écrivain Il se trouvait devant la porte. Il était arrivé là sans vraiment savoir comment. Mais il est clair que ce vieux portique en bois lui barrait la route. Faire demi-tour il ne le pouvait! Pourquoi?

Plus en détail

Les langues d oiseaux moulus

Les langues d oiseaux moulus Les langues d oiseaux moulus «Le dire, c est déjà l infirmer» était la phrase préférée de l homme qui me servait de père. Elle résonnait en moi comme une sentence. Il me la répétait à chaque fois que je

Plus en détail

Le conte du Petit Chaperon rouge

Le conte du Petit Chaperon rouge Le conte du Petit Chaperon rouge d après les frères Grimm Il était une fois une petite fille que tout le monde aimait et sa grand-mère encore plus. Elle ne savait que faire pour lui faire plaisir. Un jour,

Plus en détail

Johan Theorin. L Heure trouble ROMAN. Traduit du suédois par Rémi Cassaigne. Albin Michel

Johan Theorin. L Heure trouble ROMAN. Traduit du suédois par Rémi Cassaigne. Albin Michel Johan Theorin L Heure trouble ROMAN Traduit du suédois par Rémi Cassaigne Albin Michel Öland, septembre 1972 L E MUR de grosses pierres rondes couvertes de lichens gris était aussi haut que le petit garçon.

Plus en détail

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe de Luc Tartar * extraits * Les sardines (on n est pas des bêtes) - Qu est-ce qu

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

REVEIL. Simone est en petite voiture. Autour d elle, tous les autres. A quelques pas, la paire de chaussures.

REVEIL. Simone est en petite voiture. Autour d elle, tous les autres. A quelques pas, la paire de chaussures. REVEIL Simone est en petite voiture. Autour d elle, tous les autres. A quelques pas, la paire de chaussures. Simone : Rabattre les couvertures Le Chef de gare : Madame votre fille La mère : Que dit-elle?

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication PRÉSENTATION Une toute jeune ille comprend dificilement les derniers mots de sa mère mourante, mais n ose lui faire répéter. Pourtant voilà Cendrillon liée à cette phrase : Tant que tu penseras à moi tout

Plus en détail

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel Le don de l inconnu Par Chantal Pinel Chapitre 1 La décision Ça fait quelque temps que je pense à être agent pour le gouvernement, mais j hésite, je réfléchis depuis six mois. J ai 21ans et il faut que

Plus en détail

Poème n 9. Poème n 10

Poème n 9. Poème n 10 Poème n 9 Quand je t ai vu, je savais que t avais un bon jus. Je t ai goutté, tu étais sucré Je ne pouvais plus me passer de toi Mais un jour, tu m as fait grossir Merci coca-cola pour tout ce plaisir

Plus en détail

1. INT./EXT. SUPERMARCHÉ - PARKING / FIN DE JOURNÉE

1. INT./EXT. SUPERMARCHÉ - PARKING / FIN DE JOURNÉE 1. INT./EXT. SUPERMARCHÉ - PARKING / FIN DE JOURNÉE Dans une travée marche un adolescent, entre 12 et 14 ans, pas bien grand, maigre, de grands yeux sombres. Il est vêtu d un short de sport, d un marcel

Plus en détail

Travail significatif de français 6P

Travail significatif de français 6P Etablissement primaire Payerne et environs Nom : Date : Travail significatif de français 6P L1:21 Lire de manière autonome des textes variés et développer son efficacité en lecture. Progression des apprentissages:

Plus en détail

Cauchemar. Première vision

Cauchemar. Première vision Première vision Cauchemar Je prenais mon déjeuner lorsque j entendis ma mère s exclamer : «Dépêche-toi, on va être en retard, chéri! -J arrive, je finis de préparer la valise! cria mon père.» Moi, je me

Plus en détail

L Intégrale de l Humour ***

L Intégrale de l Humour *** Un enfant va dans une épicerie pour acheter des bonbons. Comme l épicier n en vend généralement pas beaucoup, il les range tout en haut d une étagère très haute. Le garçon demande : 1 euro de bonbons s

Plus en détail

Le journal de Miette Chapitre 1

Le journal de Miette Chapitre 1 Le journal de Miette Chapitre 1 Voilà, au départ ma vie était vraiment simple : je dormais sur les coussins du canapé, dans le panier de la salle de bain ou sur le lit de Louise. Ensuite je vais jusqu

Plus en détail

Bascule, texte de Yuichi Kimura, illustrations de Koshiro Hata,

Bascule, texte de Yuichi Kimura, illustrations de Koshiro Hata, Bascule, texte de Yuichi Kimura, illustrations de Koshiro Hata, Traduction de Nicole Coulom, adaptation de Claire Lanaspre. Texte de 2003, Didier Jeunesse, Paris, 2005. Biographie de KIMURA YUICHI Yuichi

Plus en détail

Qu'est-ce qu'on gagne?

Qu'est-ce qu'on gagne? Qu'est-ce qu'on gagne? Un couple au train de vie aisé rencontre un homme travailleur précaire et une femme plombier qui vie en marge et travaille seulement quand elle a besoin d'un peu d'argent. Durée

Plus en détail

Learning by Ear Le savoir au quotidien Les SMS, comment ça marche?

Learning by Ear Le savoir au quotidien Les SMS, comment ça marche? Learning by Ear Le savoir au quotidien Les SMS, comment ça marche? Texte : Lydia Heller Rédaction : Maja Dreyer Adaptation : Julien Méchaussie Introduction Bonjour et bienvenue dans notre série d émissions

Plus en détail

RENCONTRES EFFRAYANTES

RENCONTRES EFFRAYANTES RENCONTRES EFFRAYANTES Vampire ou loup-garou? Un frisson me saisit soudain, non pas un frisson de froid, mais un étrange frisson d angoisse. Je hâtai le pas, inquiet d être seul dans ce bois, apeuré sans

Plus en détail

Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE

Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE La rentrée des classes est faite, elle s'est bien déroulée et chaque matin les Mamans viennent confier leurs enfants à la Maîtresse pour les reprendre le soir. Chaque

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

CE1. Et il se mit le doigt dans le nez.

CE1. Et il se mit le doigt dans le nez. TEXTE 1 Jules et Julie étaient voisins. Chaque matin, ils traversaient la forêt pour aller à l école. ça rassurait leurs parents de les savoir ensemble. Mais jamais Julie n adressait la parole à Jules

Plus en détail

BREVET DES COLLÈGES SÉRIE PROFESSIONNELLE ÉPREUVE D ENTRAÎNEMENT ÉPREUVE DE FRANÇAIS

BREVET DES COLLÈGES SÉRIE PROFESSIONNELLE ÉPREUVE D ENTRAÎNEMENT ÉPREUVE DE FRANÇAIS ACADÉMIE DE STRASBOURG COLLÈGE FRANÇOIS TRUFFAUT CLASSE DE 3 e Entreprise BREVET DES COLLÈGES SÉRIE PROFESSIONNELLE ÉPREUVE D ENTRAÎNEMENT ÉPREUVE DE FRANÇAIS TEXTE D ÉTUDE Alex, un adolescent sans histoire,

Plus en détail

Incivilites aux téléphone

Incivilites aux téléphone VOD 28 Clips 1 à 7 Incivilites aux téléphone Distribué par asb publishing Distribué par www.formavision.com 1 F28.01 Incivilités au téléphone erreur La conseillère laisse ses émotions prendre le contrôle

Plus en détail

Les trois petits cochons

Les trois petits cochons Les trois petits cochons Les trois petits cochons Une histoire illustrée par Leonard Leslie Brooke Deux illustrations sont d Arthur Rackam Adaptation réalisée par Marie-Laure Besson pour Le Cartable Fantastique

Plus en détail

Marie Lébely. Le large dans les poubelles

Marie Lébely. Le large dans les poubelles Marie Lébely Le large dans les poubelles Prologue «La vitesse de conduction des fibres postganglionnaires est-elle du même ordre que celle des fibres nerveuses motrices du système nerveux somatique?» C

Plus en détail

Au centre, dans sa cage, Victor se balançait nerveusement depuis qu il avait sans doute reconnu Mrs Withers. Oscar, je te présente Victor, le canari

Au centre, dans sa cage, Victor se balançait nerveusement depuis qu il avait sans doute reconnu Mrs Withers. Oscar, je te présente Victor, le canari Au centre, dans sa cage, Victor se balançait nerveusement depuis qu il avait sans doute reconnu Mrs Withers. Oscar, je te présente Victor, le canari du Bengale de Winston Brave. Il y tient beaucoup, précisa

Plus en détail

Le loup et les 7 chevreaux

Le loup et les 7 chevreaux Episode 1 Il était une fois une chèvre qui avait sept jolis petits chevreaux. Un matin, elle voulut aller chercher de la nourriture pour elle et ses petits dans la pairie. Elle les rassembla tous les sept

Plus en détail

tait de retourner chez lui. Et maintenant, il avait faim et pas de pilule nutritive. Que faire? Où aller et où dormir? Pour Zic, le pays ne pouvait

tait de retourner chez lui. Et maintenant, il avait faim et pas de pilule nutritive. Que faire? Où aller et où dormir? Pour Zic, le pays ne pouvait 13 Zic et tim Où est encore passé Zic? La mère de Zic appuya sur un bouton et la maison se mit à pivoter doucement; ainsi, elle pouvait, d un coup d œil, visualiser le parc qui entourait la villa. Quelle

Plus en détail

Au secours! La voiture est cassée

Au secours! La voiture est cassée Sara Au secours! La voiture est cassée! 1 Au secours! La voiture est cassée Personnages : Le chien, la voiture, le marin, l'ours. Décors : La forêt Scène 1 Le chien, la voiture Le chien marche dans la

Plus en détail

Histoire «La boîte à couleurs»

Histoire «La boîte à couleurs» Histoire «La boîte à couleurs» Objectif pédagogique Découvrir la diversité des formes et des couleurs des espèces marines. Lien avec les programmes de l école primaire (2008) Domaine d activité «Découvrir

Plus en détail

SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE

SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE Le tout petit œuf. La toute petite chenille Le tout petit œuf vu à la loupe Il était une fois un tout petit œuf, pondu là. Un tout petit œuf, petit comme un grain de poussière.

Plus en détail

Petit Hector et la triche

Petit Hector et la triche Petit Hector et la triche En plus de la vie avec ses parents, Petit Hector en avait au moins trois autres : deux vies à l école, avec les maîtres et avec les copains, et puis la vie des vacances, où il

Plus en détail

Alice s'est fait cambrioler

Alice s'est fait cambrioler Alice s'est fait cambrioler Un beau jour, à Saint-Amand, Alice se réveille dans un hôtel cinq étoiles (elle était en congés). Ce jour-là, elle était très heureuse car elle était venue spécialement ici

Plus en détail

Learning by Ear Le savoir au quotidien «Animaux et records plus vite, plus haut, plus loin»

Learning by Ear Le savoir au quotidien «Animaux et records plus vite, plus haut, plus loin» Learning by Ear Le savoir au quotidien «Animaux et records plus vite, plus haut, plus loin» Texte : Leona Frommelt Rédaktion : Maja Dreyer Traduction: Julien Méchaussie Introduction : Bonjour et bienvenue

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

«Amis pour la vie» Une comédie de la vie.

«Amis pour la vie» Une comédie de la vie. 1 «Amis pour la vie» Une comédie de la vie. Célia Sam Alexia Amandine Élisa Simon Maureen Distribution modulable Scène I Deux enfants chargés de grands sacs à dos traversent la salle en chantant. Célia,

Plus en détail

Indications pédagogiques E1 / 43

Indications pédagogiques E1 / 43 à la Communication Objectif général Indications pédagogiques E1 / 43 E : APPRECIER UN MESSAGE Degré de difficulté 1 Objectif intermédiaire Objectif opérationnel Pré-requis Nombre d exercices proposés 4

Plus en détail

Un taxi à New York. L histoire commence aux Etats-Unis et notre héros, c est un taxi! Un jaune et noir, très joli, comme on en voit souvent ici.

Un taxi à New York. L histoire commence aux Etats-Unis et notre héros, c est un taxi! Un jaune et noir, très joli, comme on en voit souvent ici. Version audio - CLIQUE ICI Un taxi à New York L histoire commence aux Etats-Unis et notre héros, c est un taxi! Un jaune et noir, très joli, comme on en voit souvent ici. Ici, on est à New York City, c

Plus en détail

L après midi l inspecteur se rendit à la boulangerie. Il interrogea Madame Madeleine, pendant que son équipe inspectait les lieux.

L après midi l inspecteur se rendit à la boulangerie. Il interrogea Madame Madeleine, pendant que son équipe inspectait les lieux. Récit 15 Dans une petite ville paisible d Allemagne, appelée Brestër, vivait un certain M. Choufleur. Une nuit alors qu il était profondément endormi, le téléphone sonna. - «Allo, suis-je bien chez M.

Plus en détail

Manuscrit et Vocabulaire

Manuscrit et Vocabulaire Manuscrit et Vocabulaire Histoires fantastiques : En voiture! «Bienvenue dans votre voiture. Je vais accompagner pendant votre voyage. Laissez-moi vous guider!» On entend une voix mélodieuse quand Papa

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

INT. SALON DE LA CABANE DANS LA FORÊT JOUR

INT. SALON DE LA CABANE DANS LA FORÊT JOUR INT. SALON DE LA CABANE DANS LA FORÊT JOUR Quelqu un glisse une lettre sous la porte d entrée du salon. Jake se précipite pour la ramasser. Jake retourne l enveloppe : elle est adressée à «Finn». Chouette,

Plus en détail

LE PLAN DE MILI. Si tout le monde signe, elle aura plus de valeur!

LE PLAN DE MILI. Si tout le monde signe, elle aura plus de valeur! LE PLAN DE MILI Mili lance un message comme on lance une bouteille à la mer. Elle s adresse à nous tous, mais plus particulièrement à ceux Des îles de la Polynésie Française Vous pouvez l aider en envoyant

Plus en détail

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976)

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La véritable histoire de la Belle au bois dormant (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La classe de 6 ème 1 du collège Paul Froment vous présente : La

Plus en détail

Unité 4 : En forme? Comment est ton visage?

Unité 4 : En forme? Comment est ton visage? Unité 4 : En forme? Leçon 1 Comment est ton visage? 53 Écoute, relie et colorie. 1. un œil vert 2. un nez rouge 3. des cheveux noirs 4. des yeux bleus 5. des oreilles roses 6. une bouche violette Lis et

Plus en détail

En voiture Simone. Luc Tartar Editions Lansman

En voiture Simone. Luc Tartar Editions Lansman Simone Luc Tartar Editions Lansman Entre le père, avec un cadeau. PAPA Le père : Simone? Tu es là? Evidemment que tu es là. On m a dit que tu avais roulé sous une voiture. Simone. Que s est-il passé? Temps

Plus en détail

Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON

Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON Dans la collection Visages du monde : Les enfants des rues (Marc Cantin) Du même auteur chez d autres éditeurs : Têtes de mule, Seuil Jeunesse Pourquoi c est interdit?, Oxygène

Plus en détail

Maeva PERROTON - ESPION OU AMI? -

Maeva PERROTON - ESPION OU AMI? - Maeva PERROTON - ESPION OU AMI? - Editions Val d'arve juin 2012 - CHAPITRE 1 - À Nairobi, en ce beau matin, Sébastien se lève, regarde par la fenêtre et dit: - Il fait beau! Il voit le soleil qui sort

Plus en détail

Masser chaque orteil :

Masser chaque orteil : Laurence Niclaes Page 1 Cours massage bébé massage-bebe.be Cours 1 Comptines pour pieds Voici mon petit jardin (masser plante du pied du talon vers les orteils) J y sème, j y sème des petits grains (petites

Plus en détail

Le commissaire s approche du sac de sport contenant le

Le commissaire s approche du sac de sport contenant le CHAPITRE 1 Un million d euros dans un sac Le commissaire s approche du sac de sport contenant le million, et demande au garçon de décliner son identité. Jérôme Forestier. Jérôme Forestier Il y a un rapport

Plus en détail

Français Authentique Pack 2

Français Authentique Pack 2 Acheter un billet de train Contexte : Audrey a passé une semaine à Paris dans sa famille. Avant de rentrer chez elle en Allemagne, elle décide d aller rendre visite à une amie à Metz. Elle se rend à la

Plus en détail

Lisa Simpson à New York

Lisa Simpson à New York Lisa Simpson à New York Lisa Simpson est une fille qui travaille en ville à Paris. Elle a pris deux semaines de congés. Elle en profite pour aller en vacances à New York. Le jour du départ, elle dit au

Plus en détail

Première scène. SERGE (en baillant) Ca ne veut rien dire, «ça va». Il fait beau ou pas?

Première scène. SERGE (en baillant) Ca ne veut rien dire, «ça va». Il fait beau ou pas? Première scène Il est assis sur le bord du lit. En boxer-short et en tee-shirt. Il fait visiblement de grands efforts pour se réveiller. Elle est dans la cuisine. On ne la voit pas encore. Quel temps fait-il?

Plus en détail

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit.

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit. Lola Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin www.majuscrit.fr www.majuscrit.fr Marcus Papa Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine

Plus en détail

Une histoire de Letizia Lambert

Une histoire de Letizia Lambert Une histoire de Letizia Lambert Voix off : Aujourd hui c est dimanche. Bonne nouvelle, c est le jour du cinéma. Voix off : Gabriel aime ce moment car... Voix off :...c est très ennuyeux l hôpital. Voix

Plus en détail

ENQUÊTE AU ROYAUME DE LA NUIT

ENQUÊTE AU ROYAUME DE LA NUIT ENQUÊTE AU ROYAUME DE LA NUIT Un rêve aventureux du détective Paul X UNE PIÈCE DE THÉÂTRE POUR LA JEUNESSE DE JEAN-PIERRE DURU PRÉSENTATION DE LA PIÈCE «ENQUÊTE AU ROYAUME DE LA NUIT» Le détective privé

Plus en détail

Aguri et le vieil homme qui faisait fleurir les cerisiers de Grégoire Vallancien

Aguri et le vieil homme qui faisait fleurir les cerisiers de Grégoire Vallancien 1 Au Japon, dans un petit village, vivait un vieil homme. Il habitait une minka une petite maison de bambou et cultivait le riz avec sa femme. Un jour, dans la forêt, le vieil homme vit son chien gratter

Plus en détail

Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions.

Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions. LIRE UN CNTE ET RÉPNDRE À UN QUESTINNAIRE METTANT EN JEU DIFFÉRENTES CMPÉTENCES. Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions. Dans une forêt très sombre,

Plus en détail

Si faut- il bien aimer au monde quelque chose : Celui qui n'aime point, celui- là se propose Une vie d'un Scythe, et ses jours veut passer

Si faut- il bien aimer au monde quelque chose : Celui qui n'aime point, celui- là se propose Une vie d'un Scythe, et ses jours veut passer Corpus n 2 : Sujet : Dans une classe de première, vous étudierez le groupement de textes suivant dans le cadre de l objet d étude Ecriture poétique et quête du sens». Vous présenterez votre projet d ensemble

Plus en détail

Voilà mon univers rouge et humide

Voilà mon univers rouge et humide Voilà mon univers rouge et humide La nuit où je suis devenu ce que je suis devenu, il faisait très froid. J étais allongé sur mon lit, je venais de vomir mon steak haché et mes haricots mexicains, et tous

Plus en détail

Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD

Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD TEXTE 1 1. La maison du géant Il était une fois au fond de la forêt un géant qui s appelait Kolos. Tout le monde

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Ma première Lettre d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Table des matières (par ordre alphabétique des prénoms): Page 3 : Anonyme Page 4 : Anonyme Page 5 : Clara Page 6 : Anonyme

Plus en détail

Acte 1. Entrée de Victor et Rebecca. Victor porte un gros sac qu il jette au milieu de la pièce

Acte 1. Entrée de Victor et Rebecca. Victor porte un gros sac qu il jette au milieu de la pièce Acte 1 Acte 1 Scène 1 : Rebecca, Victor Entrée de Victor et Rebecca. Victor porte un gros sac qu il jette au milieu de la pièce Victor (se laissant tomber dans un fauteuil): Ouf! Il se relève et fait un

Plus en détail

La maîtresse m a demandé d écrire la suite d une nouvelle de Philippe BARBEAU, l ami de l ogre, en respectant les étapes du récit.

La maîtresse m a demandé d écrire la suite d une nouvelle de Philippe BARBEAU, l ami de l ogre, en respectant les étapes du récit. La maîtresse m a demandé d écrire la suite d une nouvelle de Philippe BARBEAU, l ami de l ogre, en respectant les étapes du récit. Un après midi d ennui Yoann s ennuyait depuis toujours mais, en ce début

Plus en détail

Annie St-Amand ANNÉES P 1 2 3 4 5 6 S

Annie St-Amand ANNÉES P 1 2 3 4 5 6 S 2010-11-22 Annie St-Amand ANNÉES P 1 2 3 4 5 6 S Case postale 1202 Lévis (Québec) G6V 6R8 Téléphone : 418 833-5607 Télécopieur : 418 833-9723 www.envolee.com / info@envolee.com LES RÉBUS Nom 1 Écris le

Plus en détail

Le Portable. Xavier Boissaye

Le Portable. Xavier Boissaye Le Portable Xavier Boissaye L acteur entre en scène s appuyant sur une béquille, la jambe plâtrée. «Quand je pense qu il y en a.» (bruit de portable) L acteur prend son appareil dans sa poche et se tourne

Plus en détail

Lève-toi et marche...

Lève-toi et marche... Lève-toi et marche... Salut! Te voilà EN ROUTE AVEC Avec qui? Avec l Esprit Saint, car tu l as reçu pour apprendre à devenir davantage l ami e de Jésus. Plus tu accueilles l Esprit Saint, plus il t aide

Plus en détail

Entrée de Simon. Acte 1 Scène 6 : Rebecca, Edith, Agathe, Simon

Entrée de Simon. Acte 1 Scène 6 : Rebecca, Edith, Agathe, Simon Entrée de Simon. Acte 1 Scène 6 : Rebecca, Edith, Agathe, Simon Agathe : Simon, mon chéri! Simon (embrassant sa mère) : Salut maman. Mais tu es en pleine forme dis-moi! (embrassant Rebecca) Toi, par contre,

Plus en détail

V3 - LE PASSE COMPOSE

V3 - LE PASSE COMPOSE CM1 V.3 LE PASSE COMPOSE DE L INDICATIF Il s agit de mettre en évidence la conjugaison des verbes en «er», en «ir-iss» des verbes être, avoir, faire, prendre, aller, pouvoir. On mettra en évidence le fait

Plus en détail

Le carnaval des oiseaux

Le carnaval des oiseaux Le carnaval des oiseaux Marie-Jane Pinettes et Jacques Laban Juillet 2001 1 Le carnaval des oiseaux A Camille, Margot et Théo 2 LE CARNAVAL DES OISEAUX Il y a longtemps, mais très, très longtemps, tous

Plus en détail

OTTO entend tout ou presque. Par Linda Hutsell-Manning

OTTO entend tout ou presque. Par Linda Hutsell-Manning OTTO entend tout ou presque Par Linda Hutsell-Manning A propos de l auteur : Linda Hutsell-Manning est l auteur de ce livre d image, de jeux et séries de voyages dans le temps. www.lindahutsellmanning.ca

Plus en détail

Episode 1 : Lecture découverte. Episode 1 : Lecture

Episode 1 : Lecture découverte. Episode 1 : Lecture Episode : Lecture découverte Episode : Lecture Il était une fois trois ours qui vivaient dans une petite maison au milieu de la forêt. Il y avait Tout Petit Ours, Ours Moyen et Très Grand Ours. Chaque

Plus en détail

Déroulement de l activité

Déroulement de l activité Enseignement des habiletés sociales au primaire Groupe 4 : Solutions de rechange à l agression Habileté 42 : Accepter des conséquences Chantal Thivierge Fiche de planification Habileté sociale : ACCEPTER

Plus en détail

Le grand concours. Ecole élémentaire mixte 2 Grand-Camp CE 2 B Mme Ayrault

Le grand concours. Ecole élémentaire mixte 2 Grand-Camp CE 2 B Mme Ayrault Le grand concours Ecole élémentaire mixte 2 Grand-Camp CE 2 B Mme Ayrault 1 Kim, une jolie fille aux longs cheveux roux et aux yeux clairs, et Melinda, une petite brune aux cheveux courts, se sont rencontrées

Plus en détail

S ickness Impact Profile (SIP)

S ickness Impact Profile (SIP) Nom : Prénom : Date de naissance : Service : Hôpital/Centre MPR : Examinateur : Date du jour : Étiquettes du patient S ickness Impact Profile (SIP) Il présente le même problème de droit d auteur (pour

Plus en détail

Inspiré de la nouvelle de Richard Matheson, «Escamotage».

Inspiré de la nouvelle de Richard Matheson, «Escamotage». Inspiré de la nouvelle de Richard Matheson, «Escamotage». EPISODE 1- Le Piège. Internet : sûrement le plus fabuleux réseau qui relie les hommes. Des continents entiers peuvent être reliés entre eux. Mais

Plus en détail

Présentent Le bec littéraire du samedi 18 septembre 2010. Découvrez EN APESANTEUR. De BRIGIT H. Et votez en couleurs!

Présentent Le bec littéraire du samedi 18 septembre 2010. Découvrez EN APESANTEUR. De BRIGIT H. Et votez en couleurs! Présentent Le bec littéraire du samedi 18 septembre 2010 Découvrez EN APESANTEUR De BRIGIT H Et votez en couleurs! Les zones d interprétation se situent après le texte, ci-dessous. Pour voter, suivez les

Plus en détail

Le père de Stephen Bon!Nous allons ouvrir les cadeaux! François Et les packs de bières

Le père de Stephen Bon!Nous allons ouvrir les cadeaux! François Et les packs de bières S1 Voix OFF Moi, c'est *, née le 26 décembre 1972, à Saint-Caly- En-Saonois**, dans une famille composé d'astro physiciens, professeur de mathématiques, de physique chimie et même des boulanger ***(je

Plus en détail

Munich, le 27 octobre 2005. Bonjour les amis

Munich, le 27 octobre 2005. Bonjour les amis Munich, le 27 octobre 2005 Bonjour les amis Ces trois derniers mois, il y a eu parait-il, l été. Pourtant, avec toute cette pluie et tout ce froid, ça m a laissée un peut perplexe : le 18 août : «maman,

Plus en détail

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V ANNEX V 233 Interviews in Victor Hugo school, June 29, 1999 Premier Groupe S : qu est ce que que vous pouvez me dire quand vous utilisez le enfin l email, le courrier électronique? 1 : euh 2 : c est le

Plus en détail

Les femmes, à mon contact, tombent malades. Elles s enrhument. Elles éternuent. Il arrive aussi que leur gorge soit prise. Pour elles, c est la

Les femmes, à mon contact, tombent malades. Elles s enrhument. Elles éternuent. Il arrive aussi que leur gorge soit prise. Pour elles, c est la Les femmes, à mon contact, tombent malades. Elles s enrhument. Elles éternuent. Il arrive aussi que leur gorge soit prise. Pour elles, c est la première fois. Leur bonne santé me précède. C est ma faute.

Plus en détail

INTRODUCTION. L importance d un toucher conscient et intentionné. Pourquoi l automassage? Pourquoi le massage?

INTRODUCTION. L importance d un toucher conscient et intentionné. Pourquoi l automassage? Pourquoi le massage? INTRODUCTION L importance d un toucher conscient et intentionné Pourquoi le massage? Tout notre être a besoin de ressentir le toucher pour bien se développer. C est une nourriture vitale au même titre

Plus en détail

Johnny le crocodile Qui n'aimait pas se brosser les dents

Johnny le crocodile Qui n'aimait pas se brosser les dents Johnny le crocodile Qui n'aimait pas se brosser les dents L.LHOIR 10/10/2010 Alors voila; aujourd hui je vais vous raconter l histoire de Johnny le crocodile. Johnny était un petit crocodile qui venait

Plus en détail

La rue était toujours déserte et le soleil de septembre féroce pour la saison de plus en plus haut. Valente Pacciatore tira sa montre.

La rue était toujours déserte et le soleil de septembre féroce pour la saison de plus en plus haut. Valente Pacciatore tira sa montre. Gö r l i t z La rue était toujours déserte et le soleil de septembre féroce pour la saison de plus en plus haut. Valente Pacciatore tira sa montre. Pouvait-il l avoir raté? Il s était pourtant caché dès

Plus en détail

Louise, elle est folle

Louise, elle est folle Leslie Kaplan Louise, elle est folle suivi de Renversement contre une civilisation du cliché la ligne Copi-Buñuel-Beckett P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6 e pour Élise et Fred tu m as trahie

Plus en détail

Amina : Je suis vraiment fatiguée Sara. Sara : Moi aussi, Amina. Il nous faut marcher plus loin à chaque fois.

Amina : Je suis vraiment fatiguée Sara. Sara : Moi aussi, Amina. Il nous faut marcher plus loin à chaque fois. SCÈNE UN Dans un petit village rural d Afrique, sous la chaleur écrasante de la mi-journée. Les femmes et les fillettes ramassent le bois nécessaires pour cuisiner. Sara et son amie Amina, deux écolières,

Plus en détail

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère La Couleur du lait Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère A vue d œil Titre original : The Color of Milk Nell Leyshon, 2012. Première publication en Grande-Bretagne

Plus en détail

Une enquête de l inspecteur Copeland

Une enquête de l inspecteur Copeland Une enquête de l inspecteur Copeland De Mélissa, Nigel et Kenza (5 ème 7) L enquêteur Patrick Copeland, policier à Alès, était tranquillement assis dans son fauteuil en train de regarder «Enquêtes Criminelles»

Plus en détail

Casting. Monologue (Homme) Casting d un publicitaire à la recherche de futurs candidats. Durée approximative : 7 minutes

Casting. Monologue (Homme) Casting d un publicitaire à la recherche de futurs candidats. Durée approximative : 7 minutes Casting Monologue (Homme) Casting d un publicitaire à la recherche de futurs candidats. Durée approximative : 7 minutes 1 Tous droits de reproduction, d adaptation et de traduction, intégrale ou partielle

Plus en détail

Les voyages de Balthazar

Les voyages de Balthazar Le caméléon Objectifs : Nommer et décrire des animaux. Utiliser «pourquoi» et «parce que». Age : 6-8 ans Niveau : A1 Avant la vidéo lancement Salutations - Se saluer. - Faire un jeu de mime avec le nom

Plus en détail

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Ça se passe chez nous, boulevard aux Oiseaux. Après l école, pour me rendre utile, j ai ciré l escalier jusqu à ce que ça reluise à mort. «Ça fera plaisir à papa»,

Plus en détail

Macmine et ses bons compagnons. CCéélleessttiinn

Macmine et ses bons compagnons. CCéélleessttiinn Macmine et ses bons compagnons CCéélleessttiinn Il était une fois une petite ambulance très intelligente. Elle vivait dans une petite maison en paille. Elle s amusait drôlement avec les autres voitures,

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur.

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur. AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

même geste qui la balance sur le ventre, la tête plongée dans l oreiller, la tignasse à portée de main. Il relève la jupe vite fait.

même geste qui la balance sur le ventre, la tête plongée dans l oreiller, la tignasse à portée de main. Il relève la jupe vite fait. ANSELME JETTE CÉLESTE SUR LE MATELAS, chaque fois le même geste qui la balance sur le ventre, la tête plongée dans l oreiller, la tignasse à portée de main. Il relève la jupe vite fait. Elle ne résiste

Plus en détail

Learning by Ear Le savoir au quotidien Quel est l animal doté des dents les plus puissantes?

Learning by Ear Le savoir au quotidien Quel est l animal doté des dents les plus puissantes? Learning by Ear Le savoir au quotidien Quel est l animal doté des dents les plus puissantes? Texte : Leona Frommelt Rédaction : Maja Dreyer Adaptation : Julien Méchaussie 1. scène : Jenny et Jack se rencontrent

Plus en détail