1002 Lausanne Auflage 51x jährlich 47' / 37.3 / 277'532 mm2 / Farben: 3 Seite Argus Ref Ausschnitt Seite 1 / 10

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1002 Lausanne Auflage 51x jährlich 47'085. 37003 / 37.3 / 277'532 mm2 / Farben: 3 Seite 42 22.09.2005. Argus Ref 20738062. Ausschnitt Seite 1 / 10"

Transcription

1 fi t Ausschnitt Seite 1 / 10

2 'ḳ. t?i. t!v s,et leurs clients. Pour les acteurs. s f: i A BANKING Ausschnitt Seite 2 / 10

3 G!ga-enj eux Du «micro» au «nano», ily a beaucoup plus qu'un simple changement d'échelle. En créant des particules, des fibres et autres objets minuscules et invisibles ils ne mesurent que quelques milliardièmes de mitres les nanotechnologies ouvrent la porte d'un autre monde. Certains experts annoncent déjà des bouleversements dans notre quotidien, analogues à ceux créés par l'informatique. Peut-être exagèrent-ils, d'autant qu'il faut se méfier des révolutions trop tôt annoncées. Mais le créneau est porteur. Du micro au na no, il existe cependant des points de convergence. Réputée dans le secteur de la microtechnique, la Suisse s'est engagée dans la course en bonne position. D'autant qu'elle peut aussi se targuer de ses compétences en chimie et en pharmacie, deux secteurs qui devraient faire grand usage des nano pour élaborer de nouveaux matériaux ou médicaments. Sans oublier que cette récente discipline n'aurait pu naître sans la découverte, au laboratoire IBM de Ruschlikon, de «l'effet tunnel» et du microscope du même nom qui permet de manipuler la matière, atome par atome. Un bon bagage et une volonté politique: il n'en fallait pas plus pour que les nanosciences prennent leur envol. Les subventions consenties dans ce secteur sont importantes: 130 millions de 2001 à 2010 pour le programme du Fonds national de la recherche (FNSR); 62 millions pour le «Top Nano 21» de la Commission pour ta technologie et l'innovation. Rapportés à la population, ces montants placent le pays dans le peloton de tête des investissements publics pour la recherche. Reste qu'en valeur absolue, ces fonds n'ont rien de comparable aux milliards de francs que les Etats-Unis, le Japon et l'europe consacrent aux nano. Même une ville comme Grenoble devrait engager plus de 3,7 milliards d'investissements publics et privés dans son futur pôle Minatec. Caracolant loin derrière ces poids lourds, la Suisse devra s'accrocher. Elle devra surtout transformer l'essai et traduire les fruits de la recherche en produits commercialisables. C'est souvent là que le bât blesse, et les nano ne font pas exception à la règle. «Il est très difficile de passer de la graine à La plante», selon un jeune entrepreneur zurichois. Une manière de dire qu'il ne suffit pas de créer des start-up; il faut aussi que celles-ci se développent et perdurent. Si l'on en croit les prévisionnistes, les nanotechnologies pourraient représenter un marché de l'ordre d'un millier de milliards de dollars d'ici à la fin de la décennie. Il ne s'agit pour l'instant que de giga-amibitions pour un secteur dont les retombées sont toujours microscopiques. Mais les nano sont en train de décoller. leur enjeu est énorme et la Suisse doit garder sa place dans le cockpit. I EG Ausschnitt Seite 3 / 10

4 Lesnano font la foire NAINS MALINS La troisième édition de NanoEurope vient de se dérouler à Saint-Gall. Cet événement annuel rassemble l'industrie, la recherche et le public. Grande halle bruissante, stands et prospectus: à première vue, une foire aux nanotechnologies ressemble au Salon de l'auto. La différence? A la place des voitures et des hôtesses, on découvre des appareils énigmatiques et des scientifiques cravatés. Si les nanotechnologies ne se laissent pas appréhender facilement, c'est précisément pour une question d'échelle. Un nanomètre est à une orange ce que ce fruit est à la Terre. Afin de familiariser le public avec un mot qui va entrer dans le vocabulaire, NanoEurope et l'empa (Laboratoire fédéral d'essai des maténauxet de recherche) ont mis en place une partie didactique, à côté de conférences techniques destinées aux professionnels. Sur scène, devant un groupe d'adolescents hilares, un chercheur salit du textile blanc avec du Ketchup puis le nettoie.., avec du Coca- Cola. Traités grâce aux nanotechnologies, les tissus résistent aux taches. Autre exemple: des nanocristaux stabifisent et renforcent la raquette maniée par Roger Federer. ESPOIRS ET INQUIÉTUDES Dans ce domaine, la Suisse joue un rôle important et suscite un intérêt international. La preuve: dix universités et entreprises anglaises présentaient leurs travaux et cherchaient à échanger avec leurs homologues helvétiques. Lenffiousiasme délirant cède laplace au réalisme. Aujourd'hui, la recherche se situe à des années-lumière de la création de robots infinitésimaux censés nous réparer de l'intérieur. Les applications commerciales les plus répandues concernent les vêtements et le traitement des surfaces. Mais si les espoirs fondent, les inquiétudes demeurent (lire p. V). Les nanotechnologies présentent des dangers réels, comme l'a rappelé Georg Karlaganis, de l'office fédéral de l'environnement. Les fines particules produites peuvent se glisser dans l'organisme, par l'intennédiaire de la respiration. II s'agit en premier lieu de protéger les personnes qui travaillent dans les laboratoires. Un effort européen est actuellement en cours. David Sharp, qui menait la forte délégation britannique, le résume ainsi: «En légiférant tôt, nous voulons éviter le cauchemar subi par les biotechnologies et les thérapies géniques.» Loin de ces angoisses, et à deux pas de complexes microscopes à force atomique, Miele présentait de rassurantes plaques à gâteaux «qui n'attachent pas» ou quand les nanotechnologies sauvent les tartes aux pruneaux! I DS Ausschnitt Seite 4 / 10

5 POIISSIER!S VisibLes su r L ecran aune amera vidio. ces particules mesurent quelques millionièmes de millimètre. Ausschnitt Seite 5 / 10

6 QUE FONT LES NANO? TEXTILE Gênes, cherche le moyen de glisser un microscope à force atomique dans le genou d'un être humain. Cet appareil, capable d'observer les fibres â l'échelle micrométrique. permettrait de poser un diagnostic très précis. nccr-nano,or MORT AUX PETITES BETESI Née ce printemps au Technopark de lepez, ta société produit des additifs pour tes textiles. Comme ta Chine et l'inde envahissent le marché avec des tissus bon marché, l'europe doit trouver des «niches high-tech», souligne (ado Centonte. directeur. Ainsi, d'infimes particules d'argent mêtées aux étoffes tuent tes bactéiles. Le cuivre lutte contre tes champignons et te dioxyde de zinc protège des rayons ultraviolets. De quoi fabiiquer des vêtements «augmentés», utiles au personnet médical comme aux sportifs. eiq.com NAINS bmladt) Le traitement des surfaces constitue l'un des terrains de jeu favori des nanotechnologies. L'entreprise Hartchrom, installée au bord du lac de Constance, a créé le «nanochronie». Déposé sous forme de «loque» ultramince sur les immenses rouleaux métalliques utilisés dans les Imprimeries, il améliore la résistance des surfaces â l'usure, à la rouille et aux salissures. Plusieurs groupes de presse européens, dont Axel Sp.inger. testent actuellement celle nouveauté. DUR DU GENOU Inspecter l'état des cartilages articulaires d'un patient, afin de mieux prévenir ra,throse. Dans le cadre du Centre national de compétence Nano, l'institut de microtechnique de l'université de Neuchâtel, assodé aux académies de Bâte et de LE SI,...UR DES NANO Fruit d'une collaboration entre lempa Ausschnitt Seite 6 / 10

7 et trois Hautes Ecoles spécialisées suisses et autrichiennes, le «master In micro and nariotechnology» répond aux accords de Bologne. Quelque 18 étudiants détenteurs d'un bachelor partidpent à ce programme exigeant, qui va occuper leur temps libre pendant deux ans. Une période pendant laquelle ils perfectionnent leurs connaissances, que ce soit dans les techniques de mesure, les traitements de surface ou la «manipulation» des nanoparticules. w.w.ntb.ch dans l'espace: en collaboration avec les Universités de Bâte et de Neuchâtel. un produit de Nanosurt partira vers Mars en 2007, dans I. cadre de la mission Phonlx. La Nasa souhaite explorer en détail et de tout près le sol du pôle nord de la planète rouge. na n osiaf.ch TENIR LES ATOMES A Pionnière en Suisse dans le domaine des nanotechnologies, ta société Nanosurf fabrique des instruments de mesure et d'observation depuis Installations légères, ses microscopes à effet tunnel ou à force atomique permettent de tirer le portrait des atomes. Ce qui n'exclut pas un voyage SORES COMME DES IMAGES Bien que la société 3D soit discrète. ses réalisations se baladent dans des millions de poches. OEuvrant A Baar (16), ses 15 spécialistes créent des hologrammes. L'une de leurs créations orne la surface des nouveaux permis de conduire helvétiques. Cette technologie protège les billets de banques canadiens (ainsi que 70 autres monnaies dans le monde) face aux contrefaçons. La couche nanométrique qui recouvre Les produits permet des variations de couleur et de motwement selon le point de vue de l'obser,ateur. I DS www3da9.con Ausschnitt Seite 7 / 10

8 Quels risques pour nos poumons? NANOPARTICULES Ces objets minuscules pourraient pénétrer dans nos voies respiratoires. Une équipe neuchdteloise étudie sérieusement lu question. Les nanotechnologies n'en sont qu'à leurs balbutiements mais déjà, elles suscitent un certain nombre d'inquiétudes. Les composants électroniques miniaturisés, les médicaments plus ciblés, les robots autonomes qu'elles nous promettent vont peut-être améliorer notre quotidien. Mais à quel prix, pourl'environnement et surtout pour notre santé? En la matière, ce sont surtout les nanoparticules qui posent problème. Ily a en effet quelques bonnes raisons de redouter que ces objets, minuscules et invisibles, parviennent à pénétrer dans les poumons, le sang, voire le cerveau. Avec tous les dégâts que cela pourrait impliquer. Au départ, ce débat nagitaft guère qu'un cercle d'initiés, lorsqu'en 2002, le prince Charles s'en est mêlé, mettant en garde ses concitoyens envers «les énormes risques environnementaux et sociaux» liés aux nanotechnologies. L'affaire aurait pu rester confinée aux frontières de la Grande-Bretagne, si le best-seller de Michael Crichton, LaProie (lireencadré), publié àla même époque, n'était venu donner à ces craintes une ampleur planétaire. Même s'ils ne partagent ni les frayeurs exprimées par le ifis de SaGrâcieuseMajesté, ni la vision angoissante du romancier, les autorités, les scientifiques et les industriels concernés ne prennent pas ces risques àlalégère. Plusieurs programmes ont été lancés pour évaluer les dangers potentiels des nanotechnologies et pour tenter de les prévenir. A commencer par l'ambitieux projet européen Nanosafe2, qui associe près de 25 instituts de recherche et entreprises du VieuxContinent Parmi euxflgurent le Centre suisse d'électronique et de microtechnique (CSEM) àneuchâtel et l'institut de sécurité Swissi, entreprise zurichoise de service pour le management du risque et la sécurité d'entreprise. «Nous travafflons nous-mêmes avec des nanoparticules et nous aimerions savoir quels risques nous prenons», précise Martha Liley, la responsable de l'activité nanobio du CSEM. Si dangerilya, ce sont en effet essentiellement les personnels des laboratoires publics ou industriels qui manipulent ces grains minuscules, qui en feraient les premiers les frais. Avrai dire, leproblème n'est pas nouveau. Les particules néfastes font déjà partie de notre environnement quotidien, qu'elles soient dégagées par les gaz d'échappement de moteurs diesel, par le frottement des pneus sur le bitume ou inclues dans des crèmes solaires. Mais les produits issus des nanotechnologies sont d'une toute autre nature chimique etils pourraient avoir d'autres effets néfastes sur l'organisme. Des nanoparticules de métaux lourds, par exemple, pourraient se révéler particulièrement toxiques. En outre, comme le précise un récent rapport publié par SwissRe, «plus les particules sont petites, plus grande est leurréaclivité». Celapeutaccroîtrelanocivité des nanopoussières inhalées car, «même des substances nomialementinoffensives pourraient ainsi être porteuses de risques» pour la santé. «II ne faut pas exagérer les dangers des nanoparticules», souligne Martha Liley. Ce qui n'empêche pas lachercheuse d'étudier de près la question. Actuellement, l'équipe du CSEM s'efforce de mettre au point un dispositif permettant d'analyser la capacité des nanoparticules à traverser une membrane constituée de cellules pulmonaires. Certes, cet instrument, qui permettra de standardiser Ausschnitt Seite 8 / 10

9 les analyses, ne donnera pas d'indicationsur la toxicité des nano particules. Maisgrâceà lui, onpounaaumoînssavoirsices dernières parviennent ounon à traverser nos poumons et à pénétrer dans notre organisme. C'estunbondébut. Sans compter que cettetechnique pourra sesubstitueràcertainstests sur les animaux. Maisilyaplus.Ces études nous aideront à mieux comprendre les effets sanitaires des particulesqui existent déjà dansi' environnement», souligne HarryHelnzelmann, vice-président «nanotechnologies et Les chercheurs neuchûtelois feront d'uneparticuledeuxcoups.teg NANOPARTICULES Ce sont surtout tes personnels des laboratoires et des entreprise5 qui pourraient pâtir des effets de ces billes minuscules (ici: grains de dioxyde delitane). Ausschnitt Seite 9 / 10

10 NANOROBOTS PRÉDATEURS C'est une inwrslon angoissante dans te nar,omonde que nous piopose Michaet Cricbtoa dans La Proie. LinÙigue se situe au beau milieu du désert du Nevada, dans un laboratoire ultra-secret on y fabsique des nanoparticules robotisées pour le Pentagone. Au départ. ces minuscules «agents». qui se conduisent comme des insedas dotés dune excellente vision, sont conçus pour servir aux militaires de caméra invuwkable aux tirs ennemis. Mais fris vite, rafraire tourne mal lnconsdents du danger, les savants fous dispersent leurs créatures dans la nature. Ethappant à tout contrifie, les essaims de nanorobots prennent leur autonomie: ils se reproduisent rapidement acquièrent détonnantes capacités d'apprentissage et se retournent contre leurs aateurs. i[ya de quoi frémir. Cependant, plus qu'une vision effrayante des nanotechnologles, ce roman de science-lictlon est avant tout une plongée alarmante dans le monde de lintetiigence artificielle. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si Dario Floreano, spécialiste de robotique évolutive à repfl admet que ce hvre a fait une grande publidté à ses travaux. I U PSt. De Michiet CiicMon. Et Pocket, Ausschnitt Seite 10 / 10

Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE

Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE Vous vous souvenez que tout est constitué d atomes, non? Une pierre, un stylo, un jeu vidéo, une télévision, un chien et vous également; tout est fait d atomes.

Plus en détail

Applications des nanotechnologies à la médecinem

Applications des nanotechnologies à la médecinem Applications des nanotechnologies à la médecinem Étude sur la compétitivité et l attractivité de la France Horizon 2025 Mars 2009 1 Résumé Exécutif Le champ d application de la présente étude est circonscrit

Plus en détail

Terminale spécialité_thème 1_LES MATERIAUX Nouveaux matériaux_ae 7

Terminale spécialité_thème 1_LES MATERIAUX Nouveaux matériaux_ae 7 LES NANOTECHNOLOGIES : Pour une planète plus verte Quels pourraient être les solutions radicalement nouvelles apportées par les nanotechnologies? Les nanotechnologies nous promettent un monde plus vert

Plus en détail

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE Une présentation au Comité permanent des finances de Recherches en sciences et en génie Canada (CRSNG) Octobre

Plus en détail

La Marque de sécurité UL-EU. La nouvelle marque de certification paneuropéenne mondialement reconnue

La Marque de sécurité UL-EU. La nouvelle marque de certification paneuropéenne mondialement reconnue La Marque de sécurité UL-EU La nouvelle marque de certification paneuropéenne mondialement reconnue Services d essais et de certification mondlaux La Marque UL confirme que des échantillons représentatifs

Plus en détail

UN CAMPUS D INNOVATION MONDIAL A GRENOBLE

UN CAMPUS D INNOVATION MONDIAL A GRENOBLE A propos de http://www.giant-grenoble.org UN CAMPUS D INNOVATION MONDIAL A GRENOBLE Implanté à Grenoble sur 250 hectares, le campus d innovation GIANT (Grenoble Innovation for Advanced New Technologies)

Plus en détail

L accès au marché d un médicament :

L accès au marché d un médicament : L accès au marché d un médicament : Avant de se retrouver derrière le comptoir d une pharmacie, un médicament passe par différentes phases, de la découverte de la molécule à la fixation de son prix par

Plus en détail

LE POLE UNIVERSITAIRE PRIVE ANGLOPHONE D'EXCELLENCE. Mediterranean School of Business Mediterranean Institute of Technology

LE POLE UNIVERSITAIRE PRIVE ANGLOPHONE D'EXCELLENCE. Mediterranean School of Business Mediterranean Institute of Technology DOSSIER DE PRESSE LE POLE UNIVERSITAIRE PRIVE ANGLOPHONE D'EXCELLENCE Mediterranean School of Business Mediterranean Institute of Technology Former des entrepreneurs créateurs d'emplois et non de futurs

Plus en détail

DEVELOPPEMENT COMMERCIAL AUX ETATS-UNIS : 10 ERREURS A NE PAS COMMETTRE. SOMMAIRE

DEVELOPPEMENT COMMERCIAL AUX ETATS-UNIS : 10 ERREURS A NE PAS COMMETTRE. SOMMAIRE DEVELOPPEMENT COMMERCIAL AUX ETATS-UNIS : 10 ERREURS A NE PAS COMMETTRE. Nous souhaitons, avec ce document, vous faire partager les écueils que nous constatons chez les PME françaises qui abordent le marché

Plus en détail

MASTER SCIENCES DU SPORT ET DU MOUVEMENT HUMAIN, SPÉCIALITÉ OPTIMISATION DE LA PERFORMANCE SPORTIVE ET ENTRAINEMENT

MASTER SCIENCES DU SPORT ET DU MOUVEMENT HUMAIN, SPÉCIALITÉ OPTIMISATION DE LA PERFORMANCE SPORTIVE ET ENTRAINEMENT MASTER SCIENCES DU SPORT ET DU MOUVEMENT HUMAIN, SPÉCIALITÉ OPTIMISATION DE LA PERFORMANCE SPORTIVE ET ENTRAINEMENT RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine : Sciences, Ingénierie

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

Vitro Paris. Ronde préliminaire Cas en comptabilité. Place à la jeunesse 2012

Vitro Paris. Ronde préliminaire Cas en comptabilité. Place à la jeunesse 2012 Vitro Paris Cas en comptabilité Place à la jeunesse 2012 Nous sommes le 1 er octobre 2012 et vous êtes à votre deuxième semaine de travail chez Vitro Paris. La fin d'année est le 31 juillet 2012 de ce

Plus en détail

MASTER DROIT DE LA SANTÉ -SPÉCIALITÉ : DROIT DE LA SANTÉ COMPARÉ / COMPARATIVE HEALTH LAW

MASTER DROIT DE LA SANTÉ -SPÉCIALITÉ : DROIT DE LA SANTÉ COMPARÉ / COMPARATIVE HEALTH LAW MASTER DROIT DE LA SANTÉ -SPÉCIALITÉ : DROIT DE LA SANTÉ COMPARÉ / COMPARATIVE HEALTH LAW RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine : Droit, Economie, Gestion Mention : DROIT DE LA

Plus en détail

Bilan du Plan de Relance & du Grand Emprunt. Regard croisé Patrons de TPE / Grand Public

Bilan du Plan de Relance & du Grand Emprunt. Regard croisé Patrons de TPE / Grand Public Bilan du Plan de Relance & du Grand Emprunt Regard croisé Patrons de TPE / Grand Public Octobre 2009 FIDUCIAL, est le leader des services pluridisciplinaires aux petites entreprises, artisans, commerçants,

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

Conférence de presse semestrielle, Genève, le 18 juin 1998. Remarques introductives de Bruno Gehrig

Conférence de presse semestrielle, Genève, le 18 juin 1998. Remarques introductives de Bruno Gehrig Conférence de presse semestrielle, Genève, le 18 juin 1998 Remarques introductives de Bruno Gehrig A l'approche du passage à l'euro Le 1er janvier 1999, onze des quinze Etats de l'union européenne introduiront

Plus en détail

LongLife. Le papier fiduciaire qui vit plus longtemps

LongLife. Le papier fiduciaire qui vit plus longtemps LongLife Le papier fiduciaire qui vit plus longtemps Votre argent résiste désormais aux environnements les plus rudes LongLife établit de nouveaux s en matière de papier fiduciaire : dotée d un revêtement

Plus en détail

Université Nice Sophia Antipolis Direction de la Communication et de l événementiel 28 avenue Valrose BP 2135 06103 NICE Cedex 2

Université Nice Sophia Antipolis Direction de la Communication et de l événementiel 28 avenue Valrose BP 2135 06103 NICE Cedex 2 Université Nice Sophia Antipolis Direction de la Communication et de l événementiel 28 avenue Valrose BP 2135 06103 NICE Cedex 2 Constituant un des axes privilégiés de l'université Nice Sophia Antipolis,

Plus en détail

Le projet de faire participer une classe de collégiens à une exposition mycologique est né tout simplement. La Société Mycologique Issoise délocalise

Le projet de faire participer une classe de collégiens à une exposition mycologique est né tout simplement. La Société Mycologique Issoise délocalise Le projet de faire participer une classe de collégiens à une exposition mycologique est né tout simplement. La Société Mycologique Issoise délocalise son exposition annuelle tous les deux ans dans les

Plus en détail

L organisation d un projet de Construction et les différents acteurs

L organisation d un projet de Construction et les différents acteurs L organisation d un projet de Construction et les différents acteurs L organisation d un projet de construction et les acteurs Dans un projet de bâtiment ou de travaux publics, la construction est le fait

Plus en détail

Les services publics de l'emploi et les employeurs - Un partenariat essentiel et pourtant difficile

Les services publics de l'emploi et les employeurs - Un partenariat essentiel et pourtant difficile Miguel Peromingo Association Mondiale des Services d Emploi Publics Les services publics de l'emploi et les employeurs - Un partenariat essentiel et pourtant difficile Lorsque l'organisation internationale

Plus en détail

Quelles opportunités pour les internes dans l industrie? Sophie Rousset Responsable relations écoles 31 mai 2012

Quelles opportunités pour les internes dans l industrie? Sophie Rousset Responsable relations écoles 31 mai 2012 Quelles opportunités pour les internes dans l industrie? Sophie Rousset Responsable relations écoles 31 mai 2012 Roche dans le monde Roche en France Nos Métiers 2 Roche, d un coup d œil Fondée à Bâle en

Plus en détail

Bienvenue à la Banque nationale de Belgique!

Bienvenue à la Banque nationale de Belgique! Bienvenue à la Banque nationale de Belgique! La Banque nationale de Belgique n est pas une banque comme les autres Par exemple, tu ne peux pas y ouvrir de compte bancaire : seules les autres banques y

Plus en détail

Vertex nommée meilleur employeur dans le secteur du biopharmaceutique par le magazine Science

Vertex nommée meilleur employeur dans le secteur du biopharmaceutique par le magazine Science Vertex nommée meilleur employeur dans le secteur du biopharmaceutique par le magazine Science -Vertex engage actuellement 150 personnes afin d appuyer sa croissance mondiale; l entreprise prévoit créer

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 12 juin 2012. CONTACT PRESSE Séverine VOISIN Tél. : 01 45 59 59 45 presse@arc-cancer.net

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 12 juin 2012. CONTACT PRESSE Séverine VOISIN Tél. : 01 45 59 59 45 presse@arc-cancer.net DOSSIER DE PRESSE Mardi 12 juin 2012 NOUVEAU TRAITEMENT POUR LE CANCER DU POUMON ET LE MELANOME : LA FONDATION ARC POUR LA RECHERCHE SUR LE CANCER SOUTIENT LES TRAVAUX D UNE ÉQUIPE DE CHERCHEURS À MONTPELLIER

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Évaluation pour Bonvin Jean

Évaluation pour Bonvin Jean Évaluation pour Bonvin Jean Contenu L'évaluation personnelle de ton test d'orientation professionnelle comprend: Aperçu des secteurs professionnels qui t'intéressent le plus Description des secteurs professionnels

Plus en détail

Nanotechnologies: Ce qui est petit est mignon... mais est ce sans risque?

Nanotechnologies: Ce qui est petit est mignon... mais est ce sans risque? Raising standards for consumers Nanotechnologies: Ce qui est petit est mignon... mais est ce sans risque? Dépliant du BEUC et de l ANEC sur les nanotechnologies et les nanomatériaux Que sont les nanotechnologies

Plus en détail

Plateforme NanoMonde (état actuel 01-2004)

Plateforme NanoMonde (état actuel 01-2004) Plateforme NanoMonde (état actuel 01-2004) Plateforme commune à l UJF et à l INP Grenoble Mise en place en 2003/04 au CIME Accueil des premiers étudiants depuis début janvier 2004 Porteurs du projet :

Plus en détail

La Création de Valeur Durable des Constructeurs Automobiles

La Création de Valeur Durable des Constructeurs Automobiles La Création de Valeur Durable des Constructeurs Automobiles Une analyse des performances durables des constructeurs automobiles au niveau mondial RÉSUMÉ ET RÉSULTATS CLÉS www.sustainablevalue.com Auteurs

Plus en détail

Le cancer cet ennemi commun

Le cancer cet ennemi commun Le cancer cet ennemi commun En France, 360 000 nouveaux cas par an. 1 homme sur 2 et 1 femme sur 3 touchés au cours de leur vie. en Languedoc-Roussillon, ICI il tue 20 personnes par jour. www.icm.unicancer.fr

Plus en détail

EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC

EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC Septembre 2013 Cette synthèse fait suite à la procédure d évaluation du Master en Management HEC, réalisée au semestre d automne 2011,et incluant

Plus en détail

Produits OGM dans les denrées alimentaires : aperçu des contrôles menés en 2011 par les autorités cantonales d exécution

Produits OGM dans les denrées alimentaires : aperçu des contrôles menés en 2011 par les autorités cantonales d exécution Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la santé publique (OFSP) Unité de direction Protection des consommateurs Berne, juin 2012 Produits OGM dans les denrées alimentaires : aperçu des

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE JUILLET 2015

DOSSIER DE PRESSE JUILLET 2015 DOSSIER DE PRESSE JUILLET 2015 L es objets connectés s apprêtent à révolutionner les usages et la vie quotidienne bracelets et montres connectés, bâtiments intelligents, ou encore l internet des objets

Plus en détail

Indicateurs harmonisés

Indicateurs harmonisés Département de l intérieur, de la mobilité et de l environnement Service de surveillance des communes Secteur des finances communales Indicateurs harmonisés Finances communales genevoises en 2011 Présentation

Plus en détail

James Rajotte, député et président Comité permanent des finances de la Chambre des communes Ottawa (Ontario) K1A 0A6

James Rajotte, député et président Comité permanent des finances de la Chambre des communes Ottawa (Ontario) K1A 0A6 Le 6 août 2014 James Rajotte, député et président Comité permanent des finances de la Chambre des communes Ottawa (Ontario) K1A 0A6 Monsieur, Plus de 6,5 millions de foyers canadiens, d'écoles, d'hôpitaux,

Plus en détail

6. CIRCULATION PARTAGE DE LA ROUTE

6. CIRCULATION PARTAGE DE LA ROUTE Par tage de la route 6 6. CIRCULATION PARTAGE DE LA ROUTE N oubliez pas que de nombreux usagers circulent dans nos rues et sur nos routes. Il incombe à chaque usager de tenir compte de la présence et des

Plus en détail

TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR

TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR INTRODUCTION TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR Compte rendu soulignant les résultats, les risques et les changements importants quant au fonctionnement, au personnel et aux programmes Le présent

Plus en détail

Les entreprises suisses en Chine comptent augmenter leurs investissements

Les entreprises suisses en Chine comptent augmenter leurs investissements C O M M U N I Q U É Les entreprises suisses en Chine comptent augmenter leurs investissements En dépit de la force du franc suisse et de l'affaiblissement des exportations helvétiques vers la Chine et

Plus en détail

Vols de mesure 2006 du 19.06. - 22.06.2006

Vols de mesure 2006 du 19.06. - 22.06.2006 Centrale nationale d alarme - U ARM 2006 Seite 1 / 17 Vols de mesure 2006 du 19.06. - 22.06.2006 Rapport succinct des résultats des vols de mesures d aéroradiométrie Ce rapport est publié sur le site internet

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

GROUPE VOLVO - VEHICULES INDUSTRIELS

GROUPE VOLVO - VEHICULES INDUSTRIELS Communiqué de presse GROUPE VOLVO - VEHICULES INDUSTRIELS Rapport du 3ème trimestre 2015 Amélioration de la rentabilité Ø Reprise en Europe, tassement de la demande en Amérique du Nord et faiblesse persistante

Plus en détail

440 hectares 2 milliards d euros

440 hectares 2 milliards d euros EUROSITY EUROSITY, UNE PLATEFORME SINO-EUROPéENNE UNIQUE EN EUROPE Une plateforme innovante de coopération industrielle, commerciale et académique, d une ampleur sans précédent, entre la France et la Chine,

Plus en détail

LA PLACE FINANCIÈRE VAUDOISE

LA PLACE FINANCIÈRE VAUDOISE LA PLACE FINANCIÈRE VAUDOISE Présentation établie sur la base de l étude CREA Institut d économique appliquée Novembre 2007 Avoir confiance en l avenir! -Vaud région financière recouvre une importante

Plus en détail

L'importance de la marque employeur

L'importance de la marque employeur Talent Solutions Livre blanc L'importance de la marque employeur L'influence de la marque entreprise et de la marque employeur sur l'intérêt pour l'emploi Conclusions principales 1) Une marque globale

Plus en détail

Avantages économiques procurés par le secteur des assurances

Avantages économiques procurés par le secteur des assurances 6 Avantages économiques procurés par le secteur des assurances Sans les assurances, rien ne va plus dans notre monde moderne Le secteur des assurances constitue un pilier central de l économie helvétique

Plus en détail

INNOVATION TECHNOLOGIQUE : Le président de Région à Magny-Cours pour u...

INNOVATION TECHNOLOGIQUE : Le président de Région à Magny-Cours pour u... Page 1 of 7 Recherche Accueil Contacter infos-dijon.com Aujourd'hui dimanche 13 novembre 2011 : 915319 pages lues Menu Vie locale Grand Dijon Faits Divers Justice Etat Civil Opinion Côte d'or Bourgogne

Plus en détail

à un bel avenir au Maroc

à un bel avenir au Maroc L'enseigne BigMat promue à un bel avenir au Maroc Les briquetiers relèveront-ils le défi de la diversification? Le pari absolu de InterfaceFLOR Objectif: Mission Zéro déchets! DOMESPACE explore les limites

Plus en détail

Qu'est-ce que l'innovation?

Qu'est-ce que l'innovation? Qu'est-ce que l'innovation? Résumé : L innovation est avant tout un état d esprit. C est un processus vivant qui amène la direction à chercher à tous les niveaux la manière d être la plus performante pour

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique Investissements En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle

Plus en détail

Révision totale de la Loi sur l encouragement de la recherche et de l innovation (LERI) Proposition du Conseil fédéral Novembre 2011

Révision totale de la Loi sur l encouragement de la recherche et de l innovation (LERI) Proposition du Conseil fédéral Novembre 2011 Révision totale de la Loi sur l encouragement de la recherche et de l innovation (LERI) Proposition du Conseil fédéral Novembre 2011 De quoi s agit-il? Avec la révision totale la LERI devrait: Moderniser

Plus en détail

ENERGIE - EAU EN AFRIQUE

ENERGIE - EAU EN AFRIQUE FORUM RHONE-ALPES / AFRIQUE 6 ème Edition «La maîtrise de l Eau et de l Energie constitue le préalable de tout développement économique et social durable» ENERGIE - EAU EN AFRIQUE Financements -Technologies-

Plus en détail

Big Data & objets connectés

Big Data & objets connectés Big Data & objets connectés IDEAS laboratory a accueilli le dernier Think Tank destiné à animer la filière de la robotique et des objets connectés. Celui- ci a abordé le sujet de l utilisation des données

Plus en détail

Le CNRS : une grande diversité de métiers

Le CNRS : une grande diversité de métiers - Septembre 2004 Le CNRS : une grande diversité de métiers Une grande variété de métiers sont exercés dans les unités de recherche et de services du CNRS. Le CNRS compte 25 283 agents : 11 349 chercheurs,

Plus en détail

Un approvisionnement en gaz naturel diversifié et à prix compétitif favorise l'économie du Québec et de ses régions

Un approvisionnement en gaz naturel diversifié et à prix compétitif favorise l'économie du Québec et de ses régions Un approvisionnement en gaz naturel diversifié et à prix compétitif favorise l'économie du Québec et de ses régions CTE 001M C.P. P.L. 37 Gaz naturel dans le schiste Mémoire présenté à la Commission des

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

La tradition sur billets de banque. Alliant design, sécurité et fonctionnalité

La tradition sur billets de banque. Alliant design, sécurité et fonctionnalité La tradition sur billets de banque Alliant design, sécurité et fonctionnalité La tradition sur billets de banque: alliant design, sécurité et fonctionnalité La conception et le développement d un billet

Plus en détail

Discours de l Honorable Tassarajen Pillay Chedumbrum, Ministre des Technologies d Information et de Communication. Evènement: Lancement du Mac Pro

Discours de l Honorable Tassarajen Pillay Chedumbrum, Ministre des Technologies d Information et de Communication. Evènement: Lancement du Mac Pro Discours de l Honorable Tassarajen Pillay Chedumbrum, Ministre des Technologies d Information et de Communication Evènement: Lancement du Mac Pro Venue: Apex, Bagatelle Date: 13 février 2014 Heure: 18h00

Plus en détail

L Internet of Everything Les 10 points clés de l étude sur le potentiel de l IoE dans le secteur public

L Internet of Everything Les 10 points clés de l étude sur le potentiel de l IoE dans le secteur public L Internet of Everything Les 10 points clés de l étude sur le potentiel de l IoE dans le secteur public Joseph Bradley Christopher Reberger Amitabh Dixit Vishal Gupta L Internet of Everything (IoE) permet

Plus en détail

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière.

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière. Chapitre n 2 3 Conduction électrique et structure de la matière. T.P.n 1: Les solutions aqueuses sont-elles conductrices? >Objectifs: Tester le caractère conducteur ou isolant de diverses solutions aqueuses.

Plus en détail

DATES A RETENIR - «RELATIONS INTERNATIONALES»

DATES A RETENIR - «RELATIONS INTERNATIONALES» DATES A RETENIR «RELATIONS INTERNATIONALES» (Edition : Novembre ) Etudiants / Enseignantschercheurs DESCRIPTION APPELS A PROJETS Public Zone géographique Date / Deadline Appel à projets CMIRA 2015 : programmes

Plus en détail

Une image cohérente avec sa production

Une image cohérente avec sa production Une image cohérente avec sa production Une image de marque peut être définie comme une représentation que se donne une entreprise vis-à-vis du public, de ses produits et de ses marques commerciales. Il

Plus en détail

La situation professionnelle des personnes diplômées des hautes écoles suisses en 2013

La situation professionnelle des personnes diplômées des hautes écoles suisses en 2013 Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 23.06.2014, 9:15 15 Education et science N 0351-1405-50 La situation professionnelle des personnes

Plus en détail

AFFECTATION. ETABLISSEMENT : Université Blaise Pascal COMPOSANTE : Institut Universitaire de Formation des Maîtres d Auvergne VILLE : Chamalières

AFFECTATION. ETABLISSEMENT : Université Blaise Pascal COMPOSANTE : Institut Universitaire de Formation des Maîtres d Auvergne VILLE : Chamalières VILLE : Chamalières Fonctions : Contribuer aux missions de l institut en assurant l entretien et le nettoyage des locaux et en veillant à les maintenir accueillants. Aider à la restauration. Compétences

Plus en détail

Assemblée de l Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Institut de Technologie Nucléaire Appliquée ( ITNA)

Assemblée de l Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Institut de Technologie Nucléaire Appliquée ( ITNA) Université Cheikh Anta Diop de Dakar Institut de Technologie Nucléaire Appliquée ( ITNA) Assemblée de l Université Cheikh Anta Diop de Dakar 8 Décembre 2009, Dakar Rapport d Activité: année 2008-2009 Pr

Plus en détail

N d inscription:186 C.F.G. Session 2010/2011

N d inscription:186 C.F.G. Session 2010/2011 Établissement d'enseignement Spécialisé et de Rééducation pour Handicapés Moteurs Maurice COUTROT 15/17 Avenue de Verdun - 93140 Bondy N d inscription:186 C.F.G. Session 2010/2011 Rédigé par Noman Sarfraz

Plus en détail

La pollution atmosphérique causée par les véhicules

La pollution atmosphérique causée par les véhicules La pollution atmosphérique causée par les véhicules Qu'est ce la pollution atmosphérique? Il s'agit d'une dégradation est généralement causée par un ou plusieurs éléments (particules, substances, matières

Plus en détail

Que deviennent tous nos appareils périmés? Chaque année en

Que deviennent tous nos appareils périmés? Chaque année en 4 VIE ET RECYCLAGE DES APPAREILS ET SUPPORTS NUMÉRIQUES Que deviennent tous nos appareils périmés? Chaque année en France, on vend plusieurs millions de tablettes, ordinateurs, smartphones. Et l utilisation

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

PLUS QU UN ANIMAL, UNE AIDE PRECIEUSE

PLUS QU UN ANIMAL, UNE AIDE PRECIEUSE Organisons, organisons... CHIEN DE CONDUITE DU TROUPEAU conduite et... PLUS QU UN ANIMAL, UNE AIDE PRECIEUSE Les exploitations ovines ne peuvent plus aujourd hui se passer des nombreux services rendus

Plus en détail

Madame la Ministre, Madame la Commissaire Vassiliou, Mesdames et Messieurs,

Madame la Ministre, Madame la Commissaire Vassiliou, Mesdames et Messieurs, Madame la Ministre, Madame la Commissaire Vassiliou, Mesdames et Messieurs, Je suis ravi d' être ici ce soir pour le lancement officiel du programme Horizon 2020 en France. Avec près de 80 milliards d'euros

Plus en détail

La génomique marque-t-elle l avènement de la médecine personnalisée?

La génomique marque-t-elle l avènement de la médecine personnalisée? Décembre 2010. Volume 3, numéro 2 La génomique marque-t-elle l avènement de la médecine personnalisée? L annonce de la fin du Projet du génome humain, complété et publié il y a 10 ans, avait soulevé à

Plus en détail

chimique et pharmaceutique

chimique et pharmaceutique L industrie chimique et pharmaceutique, un puissant moteur de croissance Avec son taux de croissance exceptionnel et sa forte implication dans l économie nationale, l industrie chimique et pharmaceutique

Plus en détail

FAITES AFFAIRE AVEC L ALLEMAGNE, PREMIÈRE ÉCONOMIE DE L UNION EUROPÉENNE

FAITES AFFAIRE AVEC L ALLEMAGNE, PREMIÈRE ÉCONOMIE DE L UNION EUROPÉENNE FAITES AFFAIRE AVEC L ALLEMAGNE, PREMIÈRE ÉCONOMIE DE L UNION EUROPÉENNE - Occasions d affaires et secteurs d intérêt - Chambre canadienne allemande de l industrie et du commerce à Montréal Montréal 24

Plus en détail

9HUV XQH SODWHIRUPH LQGXVWULHOOH SRXU OHVQDQRWHFKQRORJLHV

9HUV XQH SODWHIRUPH LQGXVWULHOOH SRXU OHVQDQRWHFKQRORJLHV 63((&+ 3KLOLSSH%XVTXLQ Commissaire européen chargé de la Recherche 9HUV XQH SODWHIRUPH LQGXVWULHOOH SRXU OHVQDQRWHFKQRORJLHV Conférence "Production durable : le rôle des nanotechnologies" &RSHQKDJXHRFWREUH

Plus en détail

L'énergie éolienne permet-elle d'assurer un développement énergétique durable pour le Canada?

L'énergie éolienne permet-elle d'assurer un développement énergétique durable pour le Canada? L'énergie éolienne permet-elle d'assurer un développement énergétique durable pour le Canada? Aperçu de la leçon L'élève doit répondre à la question problème : «L'énergie éolienne permet-elle d'assurer

Plus en détail

Autres appellations du métier

Autres appellations du métier Le métier aujourd'hui Autres appellations du métier Conducteur(trice) livreur(euse) Livreur(euse) (en alimentation, de plats cuisinés, de biens de consommation, de pizzas ) Conducteur(trice) routier-livreur

Plus en détail

Chambre Commerce et d Industrie de Sfax

Chambre Commerce et d Industrie de Sfax Chambre Commerce et d Industrie de Sfax 1 Cette visite avait été initiée et programmée par la Chambre de Commerce et d'industrie de Sfax avec la collaboration de la Chambre de Commerce de Bucarest, l'ambassade

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 31 mars 2015

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 31 mars 2015 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 30 avril 2015 Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 31 mars 2015 La Banque nationale

Plus en détail

MASTER MENTION SANTÉ PUBLIQUE SPÉCIALITÉ MAINTENANCE, QUALITÉ, SÉCURITÉ, ENVIRONNEMENT (EN APPRENTISSAGE)

MASTER MENTION SANTÉ PUBLIQUE SPÉCIALITÉ MAINTENANCE, QUALITÉ, SÉCURITÉ, ENVIRONNEMENT (EN APPRENTISSAGE) MASTER MENTION SANTÉ PUBLIQUE SPÉCIALITÉ MAINTENANCE, QUALITÉ, SÉCURITÉ, ENVIRONNEMENT (EN APPRENTISSAGE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine : Sciences, Technologies, Santé Mention

Plus en détail

Pourquoi une forte demande des PME en Sourcing Asie?

Pourquoi une forte demande des PME en Sourcing Asie? Sourcing en Asie Pour toute information complémentaire, contactez : Le Département Développement International de la Chambre de Commerce et d Industrie de Saint-Etienne / Montbrison Tél : 04.77.43.04.50

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS BUREAU DE DÉVELOPPEMENT DES TÉLÉCOMMUNICATIONS

UNION INTERNATIONALE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS BUREAU DE DÉVELOPPEMENT DES TÉLÉCOMMUNICATIONS UNION INTERNATIONALE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS BUREAU DE DÉVELOPPEMENT DES TÉLÉCOMMUNICATIONS CONFÉRENCE MONDIALE DE DÉVELOPPEMENT DES TÉLÉCOMMUNICATIONS (CMDT-98) La Valette, Malte, 23 mars - 1 avril 1998

Plus en détail

information SENETOILE.COM Jeudi, 30 Octobre 2014 20:06

information SENETOILE.COM Jeudi, 30 Octobre 2014 20:06 Les ministres des pays de l Afrique Centrale viennent de marquer un pas déterminant vers la création d une économie verte, en particulier l économie du bois Le Gouvernement de la RDC annonce une contribution

Plus en détail

DIRECTIVES PRATIQUES POUR L'ORGANISATION ET LA GESTION DE LOGEMENTS EN COPROPRIÉTÉ

DIRECTIVES PRATIQUES POUR L'ORGANISATION ET LA GESTION DE LOGEMENTS EN COPROPRIÉTÉ NATIONS UNIES E Conseil Économique et Social Distr. GÉNÉRALE HBP/1999/7 1er juillet 1999 FRANÇAIS Original : ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L'EUROPE COMITÉ DES ÉTABLISSEMENTS HUMAINS Point 5 d) de

Plus en détail

SYNTHESE D INSPECTIONS

SYNTHESE D INSPECTIONS Direction de l Inspection et des Etablissements Département Inspection en Contrôle du Marché Unité Inspection des dispositifs médicaux SYNTHESE D INSPECTIONS THEME : Prothèses Dentaires Il importe de souligner

Plus en détail

N 370. Votre Revue de Presse Du 03/ 04 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015

N 370. Votre Revue de Presse Du 03/ 04 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 N 370 By Votre Revue de Presse Du 03/ 04 /2015 press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 Entreprises Salon Expo MDD Nouveaux horizons d exportation en Europe La présence

Plus en détail

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Par David Goldstein, président directeur général de l AITC 2 Association

Plus en détail

2010: Une nouvelle génération de catalogues IKEA!

2010: Une nouvelle génération de catalogues IKEA! 2010: Une nouvelle génération de catalogues IKEA! Le premier catalogue IKEA de la nouvelle décennie se refait une beauté. Plus petit, il n en conserve pas moins ses presque 400 pages d idées d aménagement,

Plus en détail

Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine

Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine LIU Liya, Directrice de bureau à la NDRC (Commission nationale du

Plus en détail

Rapport sur les résultats pour l année 2012-2013 Subvention du Programme des coûts indirects

Rapport sur les résultats pour l année 2012-2013 Subvention du Programme des coûts indirects Rapport sur les résultats pour l année 2012-2013 Subvention du Programme des coûts indirects a) La définition des coûts indirects de la recherche à l UQAC Selon la Politique relative aux subventions de

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

Systèmes de distribution robotique des médicaments d ordonnance

Systèmes de distribution robotique des médicaments d ordonnance Systèmes de distribution robotique des médicaments d ordonnance Vos patients comptent sur vous, à titre de pharmacien, pour les conseiller en matière de médicaments. Le manque de temps peut compromettre

Plus en détail

NetObserver Europe. Parmi les principaux enseignements, nous retiendrons notamment que :

NetObserver Europe. Parmi les principaux enseignements, nous retiendrons notamment que : NetObserver Europe TOUT SAVOIR SUR LES INTERNAUTES Communiqué de presse Paris, Mars 2008 Enseignements de la 16 ème vague de l étude NetObserver Europe : Des différences sensibles entre générations d internautes

Plus en détail

Concours d admission en 1 er Cycle. Epreuve écrite principale 1/2. Correction de la Dissertation. Durée : 2 heures. Thématique 2 Changement climatique

Concours d admission en 1 er Cycle. Epreuve écrite principale 1/2. Correction de la Dissertation. Durée : 2 heures. Thématique 2 Changement climatique Concours d admission en 1 er Cycle Epreuve écrite principale 1/2 Correction de la Dissertation Durée : 2 heures Thématique 2 Changement climatique Sujet : Le développement durable : une réponse aux enjeux

Plus en détail

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE CONTEXTE Cette année, la lutte aux changements climatiques pourrait connaître un tournant majeur. La Conférence de Paris en décembre présente une occasion aux leaders politiques et aux chefs d entreprises

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

10. Peter F. DRUCKER (1909- )

10. Peter F. DRUCKER (1909- ) 10. Peter F. DRUCKER (1909- ) Les tâches majeures des dirigeants efficaces Peter F. Drucker est le gourou des gourous du management. Né à Vienne à l'époque glorieuse d'avant 14, Drucker a effectivement

Plus en détail

FICHE 13 RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

FICHE 13 RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) FICHE 13 RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Ingénieur diplômé de l'ecole Centrale de Lille (ECLille) Autorité responsable de la certification (cadre 2) Ecole Centrale

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail