1002 Lausanne Auflage 51x jährlich 47' / 37.3 / 277'532 mm2 / Farben: 3 Seite Argus Ref Ausschnitt Seite 1 / 10

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1002 Lausanne Auflage 51x jährlich 47'085. 37003 / 37.3 / 277'532 mm2 / Farben: 3 Seite 42 22.09.2005. Argus Ref 20738062. Ausschnitt Seite 1 / 10"

Transcription

1 fi t Ausschnitt Seite 1 / 10

2 'ḳ. t?i. t!v s,et leurs clients. Pour les acteurs. s f: i A BANKING Ausschnitt Seite 2 / 10

3 G!ga-enj eux Du «micro» au «nano», ily a beaucoup plus qu'un simple changement d'échelle. En créant des particules, des fibres et autres objets minuscules et invisibles ils ne mesurent que quelques milliardièmes de mitres les nanotechnologies ouvrent la porte d'un autre monde. Certains experts annoncent déjà des bouleversements dans notre quotidien, analogues à ceux créés par l'informatique. Peut-être exagèrent-ils, d'autant qu'il faut se méfier des révolutions trop tôt annoncées. Mais le créneau est porteur. Du micro au na no, il existe cependant des points de convergence. Réputée dans le secteur de la microtechnique, la Suisse s'est engagée dans la course en bonne position. D'autant qu'elle peut aussi se targuer de ses compétences en chimie et en pharmacie, deux secteurs qui devraient faire grand usage des nano pour élaborer de nouveaux matériaux ou médicaments. Sans oublier que cette récente discipline n'aurait pu naître sans la découverte, au laboratoire IBM de Ruschlikon, de «l'effet tunnel» et du microscope du même nom qui permet de manipuler la matière, atome par atome. Un bon bagage et une volonté politique: il n'en fallait pas plus pour que les nanosciences prennent leur envol. Les subventions consenties dans ce secteur sont importantes: 130 millions de 2001 à 2010 pour le programme du Fonds national de la recherche (FNSR); 62 millions pour le «Top Nano 21» de la Commission pour ta technologie et l'innovation. Rapportés à la population, ces montants placent le pays dans le peloton de tête des investissements publics pour la recherche. Reste qu'en valeur absolue, ces fonds n'ont rien de comparable aux milliards de francs que les Etats-Unis, le Japon et l'europe consacrent aux nano. Même une ville comme Grenoble devrait engager plus de 3,7 milliards d'investissements publics et privés dans son futur pôle Minatec. Caracolant loin derrière ces poids lourds, la Suisse devra s'accrocher. Elle devra surtout transformer l'essai et traduire les fruits de la recherche en produits commercialisables. C'est souvent là que le bât blesse, et les nano ne font pas exception à la règle. «Il est très difficile de passer de la graine à La plante», selon un jeune entrepreneur zurichois. Une manière de dire qu'il ne suffit pas de créer des start-up; il faut aussi que celles-ci se développent et perdurent. Si l'on en croit les prévisionnistes, les nanotechnologies pourraient représenter un marché de l'ordre d'un millier de milliards de dollars d'ici à la fin de la décennie. Il ne s'agit pour l'instant que de giga-amibitions pour un secteur dont les retombées sont toujours microscopiques. Mais les nano sont en train de décoller. leur enjeu est énorme et la Suisse doit garder sa place dans le cockpit. I EG Ausschnitt Seite 3 / 10

4 Lesnano font la foire NAINS MALINS La troisième édition de NanoEurope vient de se dérouler à Saint-Gall. Cet événement annuel rassemble l'industrie, la recherche et le public. Grande halle bruissante, stands et prospectus: à première vue, une foire aux nanotechnologies ressemble au Salon de l'auto. La différence? A la place des voitures et des hôtesses, on découvre des appareils énigmatiques et des scientifiques cravatés. Si les nanotechnologies ne se laissent pas appréhender facilement, c'est précisément pour une question d'échelle. Un nanomètre est à une orange ce que ce fruit est à la Terre. Afin de familiariser le public avec un mot qui va entrer dans le vocabulaire, NanoEurope et l'empa (Laboratoire fédéral d'essai des maténauxet de recherche) ont mis en place une partie didactique, à côté de conférences techniques destinées aux professionnels. Sur scène, devant un groupe d'adolescents hilares, un chercheur salit du textile blanc avec du Ketchup puis le nettoie.., avec du Coca- Cola. Traités grâce aux nanotechnologies, les tissus résistent aux taches. Autre exemple: des nanocristaux stabifisent et renforcent la raquette maniée par Roger Federer. ESPOIRS ET INQUIÉTUDES Dans ce domaine, la Suisse joue un rôle important et suscite un intérêt international. La preuve: dix universités et entreprises anglaises présentaient leurs travaux et cherchaient à échanger avec leurs homologues helvétiques. Lenffiousiasme délirant cède laplace au réalisme. Aujourd'hui, la recherche se situe à des années-lumière de la création de robots infinitésimaux censés nous réparer de l'intérieur. Les applications commerciales les plus répandues concernent les vêtements et le traitement des surfaces. Mais si les espoirs fondent, les inquiétudes demeurent (lire p. V). Les nanotechnologies présentent des dangers réels, comme l'a rappelé Georg Karlaganis, de l'office fédéral de l'environnement. Les fines particules produites peuvent se glisser dans l'organisme, par l'intennédiaire de la respiration. II s'agit en premier lieu de protéger les personnes qui travaillent dans les laboratoires. Un effort européen est actuellement en cours. David Sharp, qui menait la forte délégation britannique, le résume ainsi: «En légiférant tôt, nous voulons éviter le cauchemar subi par les biotechnologies et les thérapies géniques.» Loin de ces angoisses, et à deux pas de complexes microscopes à force atomique, Miele présentait de rassurantes plaques à gâteaux «qui n'attachent pas» ou quand les nanotechnologies sauvent les tartes aux pruneaux! I DS Ausschnitt Seite 4 / 10

5 POIISSIER!S VisibLes su r L ecran aune amera vidio. ces particules mesurent quelques millionièmes de millimètre. Ausschnitt Seite 5 / 10

6 QUE FONT LES NANO? TEXTILE Gênes, cherche le moyen de glisser un microscope à force atomique dans le genou d'un être humain. Cet appareil, capable d'observer les fibres â l'échelle micrométrique. permettrait de poser un diagnostic très précis. nccr-nano,or MORT AUX PETITES BETESI Née ce printemps au Technopark de lepez, ta société produit des additifs pour tes textiles. Comme ta Chine et l'inde envahissent le marché avec des tissus bon marché, l'europe doit trouver des «niches high-tech», souligne (ado Centonte. directeur. Ainsi, d'infimes particules d'argent mêtées aux étoffes tuent tes bactéiles. Le cuivre lutte contre tes champignons et te dioxyde de zinc protège des rayons ultraviolets. De quoi fabiiquer des vêtements «augmentés», utiles au personnet médical comme aux sportifs. eiq.com NAINS bmladt) Le traitement des surfaces constitue l'un des terrains de jeu favori des nanotechnologies. L'entreprise Hartchrom, installée au bord du lac de Constance, a créé le «nanochronie». Déposé sous forme de «loque» ultramince sur les immenses rouleaux métalliques utilisés dans les Imprimeries, il améliore la résistance des surfaces â l'usure, à la rouille et aux salissures. Plusieurs groupes de presse européens, dont Axel Sp.inger. testent actuellement celle nouveauté. DUR DU GENOU Inspecter l'état des cartilages articulaires d'un patient, afin de mieux prévenir ra,throse. Dans le cadre du Centre national de compétence Nano, l'institut de microtechnique de l'université de Neuchâtel, assodé aux académies de Bâte et de LE SI,...UR DES NANO Fruit d'une collaboration entre lempa Ausschnitt Seite 6 / 10

7 et trois Hautes Ecoles spécialisées suisses et autrichiennes, le «master In micro and nariotechnology» répond aux accords de Bologne. Quelque 18 étudiants détenteurs d'un bachelor partidpent à ce programme exigeant, qui va occuper leur temps libre pendant deux ans. Une période pendant laquelle ils perfectionnent leurs connaissances, que ce soit dans les techniques de mesure, les traitements de surface ou la «manipulation» des nanoparticules. w.w.ntb.ch dans l'espace: en collaboration avec les Universités de Bâte et de Neuchâtel. un produit de Nanosurt partira vers Mars en 2007, dans I. cadre de la mission Phonlx. La Nasa souhaite explorer en détail et de tout près le sol du pôle nord de la planète rouge. na n osiaf.ch TENIR LES ATOMES A Pionnière en Suisse dans le domaine des nanotechnologies, ta société Nanosurf fabrique des instruments de mesure et d'observation depuis Installations légères, ses microscopes à effet tunnel ou à force atomique permettent de tirer le portrait des atomes. Ce qui n'exclut pas un voyage SORES COMME DES IMAGES Bien que la société 3D soit discrète. ses réalisations se baladent dans des millions de poches. OEuvrant A Baar (16), ses 15 spécialistes créent des hologrammes. L'une de leurs créations orne la surface des nouveaux permis de conduire helvétiques. Cette technologie protège les billets de banques canadiens (ainsi que 70 autres monnaies dans le monde) face aux contrefaçons. La couche nanométrique qui recouvre Les produits permet des variations de couleur et de motwement selon le point de vue de l'obser,ateur. I DS www3da9.con Ausschnitt Seite 7 / 10

8 Quels risques pour nos poumons? NANOPARTICULES Ces objets minuscules pourraient pénétrer dans nos voies respiratoires. Une équipe neuchdteloise étudie sérieusement lu question. Les nanotechnologies n'en sont qu'à leurs balbutiements mais déjà, elles suscitent un certain nombre d'inquiétudes. Les composants électroniques miniaturisés, les médicaments plus ciblés, les robots autonomes qu'elles nous promettent vont peut-être améliorer notre quotidien. Mais à quel prix, pourl'environnement et surtout pour notre santé? En la matière, ce sont surtout les nanoparticules qui posent problème. Ily a en effet quelques bonnes raisons de redouter que ces objets, minuscules et invisibles, parviennent à pénétrer dans les poumons, le sang, voire le cerveau. Avec tous les dégâts que cela pourrait impliquer. Au départ, ce débat nagitaft guère qu'un cercle d'initiés, lorsqu'en 2002, le prince Charles s'en est mêlé, mettant en garde ses concitoyens envers «les énormes risques environnementaux et sociaux» liés aux nanotechnologies. L'affaire aurait pu rester confinée aux frontières de la Grande-Bretagne, si le best-seller de Michael Crichton, LaProie (lireencadré), publié àla même époque, n'était venu donner à ces craintes une ampleur planétaire. Même s'ils ne partagent ni les frayeurs exprimées par le ifis de SaGrâcieuseMajesté, ni la vision angoissante du romancier, les autorités, les scientifiques et les industriels concernés ne prennent pas ces risques àlalégère. Plusieurs programmes ont été lancés pour évaluer les dangers potentiels des nanotechnologies et pour tenter de les prévenir. A commencer par l'ambitieux projet européen Nanosafe2, qui associe près de 25 instituts de recherche et entreprises du VieuxContinent Parmi euxflgurent le Centre suisse d'électronique et de microtechnique (CSEM) àneuchâtel et l'institut de sécurité Swissi, entreprise zurichoise de service pour le management du risque et la sécurité d'entreprise. «Nous travafflons nous-mêmes avec des nanoparticules et nous aimerions savoir quels risques nous prenons», précise Martha Liley, la responsable de l'activité nanobio du CSEM. Si dangerilya, ce sont en effet essentiellement les personnels des laboratoires publics ou industriels qui manipulent ces grains minuscules, qui en feraient les premiers les frais. Avrai dire, leproblème n'est pas nouveau. Les particules néfastes font déjà partie de notre environnement quotidien, qu'elles soient dégagées par les gaz d'échappement de moteurs diesel, par le frottement des pneus sur le bitume ou inclues dans des crèmes solaires. Mais les produits issus des nanotechnologies sont d'une toute autre nature chimique etils pourraient avoir d'autres effets néfastes sur l'organisme. Des nanoparticules de métaux lourds, par exemple, pourraient se révéler particulièrement toxiques. En outre, comme le précise un récent rapport publié par SwissRe, «plus les particules sont petites, plus grande est leurréaclivité». Celapeutaccroîtrelanocivité des nanopoussières inhalées car, «même des substances nomialementinoffensives pourraient ainsi être porteuses de risques» pour la santé. «II ne faut pas exagérer les dangers des nanoparticules», souligne Martha Liley. Ce qui n'empêche pas lachercheuse d'étudier de près la question. Actuellement, l'équipe du CSEM s'efforce de mettre au point un dispositif permettant d'analyser la capacité des nanoparticules à traverser une membrane constituée de cellules pulmonaires. Certes, cet instrument, qui permettra de standardiser Ausschnitt Seite 8 / 10

9 les analyses, ne donnera pas d'indicationsur la toxicité des nano particules. Maisgrâceà lui, onpounaaumoînssavoirsices dernières parviennent ounon à traverser nos poumons et à pénétrer dans notre organisme. C'estunbondébut. Sans compter que cettetechnique pourra sesubstitueràcertainstests sur les animaux. Maisilyaplus.Ces études nous aideront à mieux comprendre les effets sanitaires des particulesqui existent déjà dansi' environnement», souligne HarryHelnzelmann, vice-président «nanotechnologies et Les chercheurs neuchûtelois feront d'uneparticuledeuxcoups.teg NANOPARTICULES Ce sont surtout tes personnels des laboratoires et des entreprise5 qui pourraient pâtir des effets de ces billes minuscules (ici: grains de dioxyde delitane). Ausschnitt Seite 9 / 10

10 NANOROBOTS PRÉDATEURS C'est une inwrslon angoissante dans te nar,omonde que nous piopose Michaet Cricbtoa dans La Proie. LinÙigue se situe au beau milieu du désert du Nevada, dans un laboratoire ultra-secret on y fabsique des nanoparticules robotisées pour le Pentagone. Au départ. ces minuscules «agents». qui se conduisent comme des insedas dotés dune excellente vision, sont conçus pour servir aux militaires de caméra invuwkable aux tirs ennemis. Mais fris vite, rafraire tourne mal lnconsdents du danger, les savants fous dispersent leurs créatures dans la nature. Ethappant à tout contrifie, les essaims de nanorobots prennent leur autonomie: ils se reproduisent rapidement acquièrent détonnantes capacités d'apprentissage et se retournent contre leurs aateurs. i[ya de quoi frémir. Cependant, plus qu'une vision effrayante des nanotechnologles, ce roman de science-lictlon est avant tout une plongée alarmante dans le monde de lintetiigence artificielle. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si Dario Floreano, spécialiste de robotique évolutive à repfl admet que ce hvre a fait une grande publidté à ses travaux. I U PSt. De Michiet CiicMon. Et Pocket, Ausschnitt Seite 10 / 10

Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE

Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE Vous vous souvenez que tout est constitué d atomes, non? Une pierre, un stylo, un jeu vidéo, une télévision, un chien et vous également; tout est fait d atomes.

Plus en détail

Applications des nanotechnologies à la médecinem

Applications des nanotechnologies à la médecinem Applications des nanotechnologies à la médecinem Étude sur la compétitivité et l attractivité de la France Horizon 2025 Mars 2009 1 Résumé Exécutif Le champ d application de la présente étude est circonscrit

Plus en détail

Parrainage par Monsieur Philippe PAREIGE de notre classe, presentation des nanotechnologies.

Parrainage par Monsieur Philippe PAREIGE de notre classe, presentation des nanotechnologies. LUDIVINE TASSERY 1ere S 5 Parrainage par Monsieur Philippe PAREIGE de notre classe, presentation des nanotechnologies. Lors de la seconde visite, Monsieur PAREIGE, nous a parlé des nanotechnologies et

Plus en détail

Introduction générale aux nanomatériaux

Introduction générale aux nanomatériaux Introduction générale aux nanomatériaux J.Lecomte, M.Gasparini 16/10/2014 le centre collectif de l industrie technologique belge Notre centre Federation for the technology industry Collective centre of

Plus en détail

Sportifs et médicaments Questions et réponses

Sportifs et médicaments Questions et réponses Sportifs et médicaments Questions et réponses Que puis-je faire pour éviter d'être contrôlé positif suite à la prise d'un médicament? Il y a deux façons de se procurer des médicaments : soit sur ordonnance

Plus en détail

Musée temporaire. Le jeu

Musée temporaire. Le jeu Musée temporaire Le jeu Bienvenue à la Banque nationale de Belgique! La Banque nationale de Belgique n est pas une banque comme les autres Par exemple, tu ne peux pas y ouvrir de compte bancaire : seules

Plus en détail

Utilisation de l AFM pour l étude d échantillons Acquisition des données et traitement d image Stage de master 1

Utilisation de l AFM pour l étude d échantillons Acquisition des données et traitement d image Stage de master 1 Utilisation de l AFM pour l étude d échantillons Acquisition des données et traitement d image Stage de master 1 Farida Bendriaa, Virginie Hoel, Henri Happy Institut d'electronique et de Microélectronique

Plus en détail

L'argent afflue vers l'euro

L'argent afflue vers l'euro L'argent afflue vers l'euro Au cours des dernières semaines la crise de la dette a ressurgi en Europe. Les obligations portugaises, grecques et irlandaises ont été massivement vendues, tandis que les rendements

Plus en détail

Dr Berdj Haroutunian, 5, Chemin Gottret ch-1255 VEYRIER tél 00 41 (0)22 784-01-18 www.haroutunian.ch E-mail : berdj@haroutunian.ch

Dr Berdj Haroutunian, 5, Chemin Gottret ch-1255 VEYRIER tél 00 41 (0)22 784-01-18 www.haroutunian.ch E-mail : berdj@haroutunian.ch 1 L UTILISATION DU PLOMB EN DENTISTERIE : MYTHE OU REALITE Dr Berdj HAROUTUNIAN, Genève Le plomb ne devrait en principe pas être utilisé en dentisterie car il n est pas considéré comme un oligo-élément

Plus en détail

Les conférences INERIS

Les conférences INERIS Les conférences INERIS Forum Risques & Management Environnemental Forum B (Déchets) Forum Industrie Durable Forum Qualité de l Air Forum Biogaz L INERIS vous accueille sur son stand - Hall 3 /F223 Mardi

Plus en détail

Évaluation pour Bonvin Jean

Évaluation pour Bonvin Jean Évaluation pour Bonvin Jean Contenu L'évaluation personnelle de ton test d'orientation professionnelle comprend: Aperçu des secteurs professionnels qui t'intéressent le plus Description des secteurs professionnels

Plus en détail

POLITIQUE DE BIOSÉCURITÉ

POLITIQUE DE BIOSÉCURITÉ Date d entrée en vigueur: Mai 2006 Remplace/amende: VRS-52/s/o Origine: Vice-rectorat aux services Numéro de référence: VPS-52 DÉFINITION Une substance biologique dangereuse se définit comme un organisme

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

COMITÉ : ECO SOC. ISSUE : Jusqu'où la société peut-elle accepter le remboursement des traitements médicaux coûteux?

COMITÉ : ECO SOC. ISSUE : Jusqu'où la société peut-elle accepter le remboursement des traitements médicaux coûteux? COMITÉ : ECO SOC ISSUE : Jusqu'où la société peut-elle accepter le remboursement des traitements médicaux coûteux? Membres de l Etat Major : Hira Yassine ; Cantor Brian François Hollande : «Nous pouvons

Plus en détail

La Royal Society & la Royal Academy of Engineering. de Grande-Bretagne se prononcent sur les nano-technologies

La Royal Society & la Royal Academy of Engineering. de Grande-Bretagne se prononcent sur les nano-technologies La Royal Society & la Royal Academy of Engineering de Grande-Bretagne se prononcent sur les nano-technologies Nanosciences et nano-technologies : possibilités et incertitudes NANO, promesses et débats

Plus en détail

LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Les pneus sont dangereux dans des piles, pas dans des Earthships.

LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Les pneus sont dangereux dans des piles, pas dans des Earthships. les pneus sont sécuritaires LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Réutiliser un vieux pneu dans un Earthship, où il devient une ressource utile et passe le reste de son temps dans

Plus en détail

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août La vie des étoiles La vie des étoiles Mardi 7 août A l échelle d une ou plusieurs vies humaines, les étoiles, que l on retrouve toujours à la même place dans le ciel, au fil des saisons ; nous paraissent

Plus en détail

Conseil d' administration Genève, novembre 1994

Conseil d' administration Genève, novembre 1994 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB. 261 /PFA/6/13 261 session Conseil d' administration Genève, novembre 1994 Commission du programme, du budget et de l'administration PFA SIXIÈME QUESTION À L'ORDRE DU

Plus en détail

Fluorescent ou phosphorescent?

Fluorescent ou phosphorescent? Fluorescent ou phosphorescent? On entend régulièrement ces deux termes, et on ne se préoccupe pas souvent de la différence entre les deux. Cela nous semble tellement complexe que nous préférons rester

Plus en détail

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Depuis maintenant plusieurs années, les collectivités locales s'efforcent d'augmenter leur épargne afin d'autofinancer

Plus en détail

Le monde nano et ses perspectives très prometteuses.

Le monde nano et ses perspectives très prometteuses. Le monde nano et ses perspectives très prometteuses. I/ Présentation du monde nano. Vidéo «Science Suisse : Christian Schönenberger, nano-physicien», 12 min. «Christian Schönenberger conduit le Swiss Nanoscience

Plus en détail

Efficience énergétique et électricité solaire

Efficience énergétique et électricité solaire Efficience énergétique et électricité solaire Pictet-Clean Energy investit dans des entreprises innovantes Juin 2015 Désormais compétitive, la production d énergie solaire croît fortement. Face au réchauffement

Plus en détail

France : les attitudes envers l'interchange et la législation européenne sur les paiements par cartes

France : les attitudes envers l'interchange et la législation européenne sur les paiements par cartes Juin 2014 France : les attitudes envers l'interchange et la législation européenne sur les paiements par cartes Pour les commerçants français, American Express et Diners Club doivent être traités de la

Plus en détail

La newsletter des risques naturels. Edition 01/15

La newsletter des risques naturels. Edition 01/15 La newsletter des risques naturels Edition 01/15 CONTENU Edition 01/2015 3 Préface Martin Jordi 4 Alerte grêle 5 Congrès de la gestion du risque inondation à Wangen a. A. 6 Vivre avec les avalanches 7

Plus en détail

Classification et étiquetage des produits chimiques

Classification et étiquetage des produits chimiques Classification et étiquetage des produits chimiques 2013 PREAMBULE Le danger inhérent à un produit chimique doit être identifié et porté à la connaissance de toute personne susceptible d être en contact

Plus en détail

Défi 1 Qu est-ce que l électricité statique?

Défi 1 Qu est-ce que l électricité statique? Défi 1 Qu estce que l électricité statique? Frotte un ballon de baudruche contre la laine ou tes cheveux et approchele des morceaux de papier. Décris ce que tu constates : Fiche professeur Après avoir

Plus en détail

LE GENIE A L ETAT PUR N9 PURE SILVER

LE GENIE A L ETAT PUR N9 PURE SILVER LE GENIE A L ETAT PUR N9 PURE SILVER UNE SOLUTION ANTIMICROBIENNE ORIGINALE N9 Pure Silver 3 Avec le N9 Pure Silver, Carrington Fabrics lance une nouvelle génération d antimicrobiens à base d argent.

Plus en détail

30 mai 2006 06.136. Interpellation du groupe socialiste

30 mai 2006 06.136. Interpellation du groupe socialiste DECS 30 mai 2006 06.136 Interpellation du groupe socialiste Enseignement de la biologie Enseignement de la biologie: le rectorat de l Université de Neuchâtel fait d une pierre plusieurs coups: début de

Plus en détail

Action pour des "centres d'excellence" de dimension européenne

Action pour des centres d'excellence de dimension européenne Action pour des "centres d'excellence" de dimension européenne I - Qu'entend-on par centres d'excellence en RDT? Il s'agit d'une notion intuitive difficile à définir... Dans quasiment tous les domaines

Plus en détail

Rapport PCI Verizon 2014

Rapport PCI Verizon 2014 Résumé Rapport PCI Verizon 2014 Compte rendu de nos analyses sur l'état actuel de la conformité au standard de sécurité PCI. En 2013, 64,4 % des entreprises n avaient pas restreint à un seul utilisateur

Plus en détail

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure?

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Plan : 1. Qu est ce que l atmosphère terrestre? 2. De quoi est constitué l air qui nous entoure? 3. Qu est ce que le dioxygène? a. Le dioxygène dans la

Plus en détail

La stratégie de la SWX Swiss Exchange pour la place financière suisse

La stratégie de la SWX Swiss Exchange pour la place financière suisse La stratégie de la SWX Swiss Exchange pour la place financière suisse par Robert Wyss, SWX Swiss Exchange Auprès des bourses internationales, l'euphorie de la dernière décennie a disparu et les participants

Plus en détail

Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries)

Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries) Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries) Introduction : Bien qu'elle porte le même nom, la carie (Tilletia Caries) n'a rien à voir avec la carie dentaire qui est connu par le grand publique. La

Plus en détail

TPE : La voiture solaire. Présentation de Matthys Frédéric, Soraya Himour et Sandra Thorez.

TPE : La voiture solaire. Présentation de Matthys Frédéric, Soraya Himour et Sandra Thorez. TPE : La voiture solaire Présentation de Matthys Frédéric, Soraya Himour et Sandra Thorez. Sommaire :.1) Le capteur solaire :.2) La voiture solaire :.3) Variation de température et la vitesse : Problématique

Plus en détail

De la carte perforée à L atome...

De la carte perforée à L atome... bertrand kierren - LPM PSV LPS Orsay - 2006 http://www.lpm.u-nancy.fr/activite_surface/ De la carte perforée à L atome... CONQUETE À l échelle du nano Le nano monde 1 nm 1 μm 1 mm 1 m Les nano technologies

Plus en détail

Laine de roche et Santé

Laine de roche et Santé Laine de roche et Santé La laine de roche ROCKWOOL et la santé La laine de roche de ROCKWOOL bénéficie de l exonération de la classification cancérogène, en application de la note Q de la directive 97/69/CE

Plus en détail

Pourquoi l'écologie industrielle?

Pourquoi l'écologie industrielle? Pourquoi l'écologie industrielle? La société actuelle est basée sur une économie de type linéaire, c est-à-dire que nous consommons à outrance des ressources, que nous considérons comme illimitées, mais

Plus en détail

Sommaire. AXA et Polytechnique s offrent une chaire de data science orientée assurance Silicon.Fr - 02/07/2015

Sommaire. AXA et Polytechnique s offrent une chaire de data science orientée assurance Silicon.Fr - 02/07/2015 lundi 6 juillet 2015 Sommaire AXA et Polytechnique s offrent une chaire de data science orientée assurance Silicon.Fr - 02/07/2015 «Data Science for Insurance Sector», la montée en Chaire commune d AXA

Plus en détail

Bienvenue à la Banque nationale de Belgique!

Bienvenue à la Banque nationale de Belgique! Bienvenue à la Banque nationale de Belgique! La Banque nationale de Belgique n est pas une banque comme les autres Par exemple, tu ne peux pas y ouvrir de compte bancaire : seules les autres banques y

Plus en détail

La carte d'achat dans les organisations françaises

La carte d'achat dans les organisations françaises CHAPITRE 2 La carte d'achat dans les organisations françaises Pour bien appréhender l'usage efficace de la carte d'achat, il est important de toujours la considérer comme un moyen d'exécution de la commande.

Plus en détail

Épreuve orale de TIPE

Épreuve orale de TIPE Banque Agro Veto. Session 2012 Rapport sur les concours A TB Épreuve orale de TIPE Concours Nb cand. Moyenne Ecart type TB ENSA- ENITA Note la plus basse Note la plus haute 65 11,98 3,09 5 20 TB ENV 28

Plus en détail

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET 3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET L ENVIRONNEMENT 3.1 Contexte et tendances L atteinte de l indépendance énergétique est une priorité gouvernementale. Cet objectif sera appuyé par plusieurs politiques,

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

La maladie de Huntington, une maladie du cerveau

La maladie de Huntington, une maladie du cerveau Actualités à propos de la recherche sur la maladie de Huntington. Expliqué simplement. Écrit par des scientifiques. Pour la communauté mondiale HD. La greffe de moelle osseuse dans la maladie de Huntington

Plus en détail

Manuel - Campetto 4 distributeur électrique souterrain

Manuel - Campetto 4 distributeur électrique souterrain Manuel - Campetto 4 distributeur électrique souterrain Mentions légales: GIFAS-ELECTRIC GmbH CH-9424 Rheineck www.gifas.ch Sous réserve d'erreurs et de modifications techniques. Ce manuel est propriété

Plus en détail

Florent Vaubourdolle Vendredi 27 mai 2011

Florent Vaubourdolle Vendredi 27 mai 2011 STOCKAGE TRAÇABILITÉ PARTAGE ASPECTS JURIDIQUES Florent Vaubourdolle Vendredi 27 mai 2011 STOCKAGE TRAÇABILITÉ PARTAGE ASPECTS JURIDIQUES 1/ Quelles données? 2/ Problématiques juridiques vues par / pour

Plus en détail

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES 51 Epreuve EP1 : ANALYSE ET COMMUNICATION TECHNOLOGIQUES UP1 Coefficient 4 Finalité et objectifs de l épreuve L épreuve vise à évaluer la capacité du candidat à mobiliser

Plus en détail

esle.qc.ca http://esle.qc.ca ou bien le premier lien qui apparaît est ma page à l école secondaire les Etchemins.

esle.qc.ca http://esle.qc.ca ou bien le premier lien qui apparaît est ma page à l école secondaire les Etchemins. 2013-2014 Bonjour parents Il me fait plaisir de me présenter et de vous envoyer ce courriel À droite, une photo de moi ; Yvan multiples 2009 dans ma classe qui a été faite avec Photoshop. Les étudiants

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Champs statiques

Consensus Scientifique sur. les. Champs statiques page 1/8 Consensus Scientifique sur Source : OMS (2006) les Champs statiques Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les équipements d imagerie médicale par résonance magnétique (IRM), les trains et les

Plus en détail

Gérer l'amiante dans les bâtiments: Conseils pratiques pour propriétaires d'immeubles et architectes

Gérer l'amiante dans les bâtiments: Conseils pratiques pour propriétaires d'immeubles et architectes Gérer l'amiante dans les bâtiments: Conseils pratiques pour propriétaires d'immeubles et architectes Aujourd'hui, on se rend compte qu'il y a bien d'autres produits amiantés dans les bâtiments que le fameux

Plus en détail

La Commission européenne

La Commission européenne La Commission européenne Représentation en France Conférence - débat «Le Partenariat pour le Commerce et l Investissement entre les Etats-Unis et l'europe» Olivier Coppens, Attaché économique Représentation

Plus en détail

MASTER (LMD) MANAGEMENT DE PROJET ET INNOVATION EN BIOTECHNOLOGIE

MASTER (LMD) MANAGEMENT DE PROJET ET INNOVATION EN BIOTECHNOLOGIE MASTER (LMD) MANAGEMENT DE PROJET ET INNOVATION EN BIOTECHNOLOGIE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : BIOLOGIE SANTE Spécialité

Plus en détail

S T A T U T S. de l'association Suisse pour la Recherche Horlogère BUT, SIÈGE, DURÉE. Article premier - Dénomination

S T A T U T S. de l'association Suisse pour la Recherche Horlogère BUT, SIÈGE, DURÉE. Article premier - Dénomination S T A T U T S de l'association Suisse pour la Recherche Horlogère (successeur dès le 1 er juillet 1985 du Laboratoire Suisse de Recherches Horlogères, fondé le 14 novembre 1924) C H A P I T R E P R E M

Plus en détail

Annonce. Beyrouth, le 4/6/2013. La Doyenne. Nina SAADALLAH. UNIVERSITE LIBNAISE Faculté de Santé Publique Décanat

Annonce. Beyrouth, le 4/6/2013. La Doyenne. Nina SAADALLAH. UNIVERSITE LIBNAISE Faculté de Santé Publique Décanat UNIVERSITE LIBNAISE Faculté de Santé Publique Décanat Annonce La Doyenne de la Faculté de Santé Publique annonce le début du dépôt des dossiers de candidature pour les différents Masters Professionnels

Plus en détail

VISUALISATION EN TEMPS RÉEL PERSPECTIVES À POINT DE VUE MOBILE

VISUALISATION EN TEMPS RÉEL PERSPECTIVES À POINT DE VUE MOBILE 167 VISUALISATION EN TEMPS RÉEL DE J. SAPALY On sait que l'exploration visuelle consiste en une succession de fixations du regard, séparées par des mouvements oculaires saccadés, chaque fixation amenant

Plus en détail

QUE / OÙ / D OÙ / QUAND / COMMENT / POURQUOI

QUE / OÙ / D OÙ / QUAND / COMMENT / POURQUOI TEST 2 A/ Posez la question en utilisant EST-CE QUE / OÙ / D OÙ / QUAND / COMMENT / POURQUOI 1/ Non, il n est pas venu. 2/ Je m appelle Marie-Christine. 3/ Nous venons d Italie. 4/ Il n est pas venu parce-qu

Plus en détail

RFID ET LOCALISATION

RFID ET LOCALISATION RFID ET LOCALISATION INTRODUCTION L identification généralisée, par un code unique numérique, des objets et êtres vivants peut paraître lointaine, elle ne l est pas. Elle représente potentiellement une

Plus en détail

La persistance de l'information

La persistance de l'information La persistance de l'information Table des matières 1. Introduction...2 2. Quel support numérique durable?...4 3. Le coût...4 4. Les limites du numérique...5 4.1. Pas de fiabilité à 100%...5 4.2. Aucune

Plus en détail

En cause, un rythme biologique qui ne reçoit plus l'indicateur indispensable à sa bonne synchronisation : la lumière du jour.

En cause, un rythme biologique qui ne reçoit plus l'indicateur indispensable à sa bonne synchronisation : la lumière du jour. ORIGINES Saviez-vous que les astronautes séjournant à bord de la Station Spatiale Internationale voient le soleil se lever et se coucher toutes les 90 minutes? Oui. 16 fois par jour de quoi avoir du mal

Plus en détail

Fiche COMPOSANTS ELECTRONIQUES

Fiche COMPOSANTS ELECTRONIQUES Fiche COMPOSANTS ELECTRONIQUES 1. Etat des lieux de la filière Définition La filière composants électroniques inclut en France les composants et cartes à puces (29 000 emplois), la sous-traitance d assemblage

Plus en détail

A QUOI SERT LA RESPIRATION? Apporter des connaissances sur la fonction respiratoire, son caractère vital.

A QUOI SERT LA RESPIRATION? Apporter des connaissances sur la fonction respiratoire, son caractère vital. Fiche 1 A QUOI SERT LA RESPIRATION? Objectif Apporter des connaissances sur la fonction respiratoire, son caractère vital. Vocabulaire : respirer / inspirer / expirer / souffler / air / poumons. Notions

Plus en détail

Les plastiques en débat 2014

Les plastiques en débat 2014 Les plastiques en débat 2014 Pratique Léger Astucieux Solide Transformable Indispensable Qualifié Utile Esthétique 3eD_college_LES_CAMPELIERES Collège Les Campelières 121 Chemin Campelières 06250 Mougins

Plus en détail

Annexe P.1 : Bulletins de vote

Annexe P.1 : Bulletins de vote Annexe P.1 : Bulletins de vote Annexe P.2 : Grille de correction du travail écrit Critères d évaluation Note Introduction du sujet : /6 Définition du clonage Types de clonage Brève explication d une technique

Plus en détail

Voyage au pays du sommeil

Voyage au pays du sommeil Service de prévention et d éducation à la santé - 2014 Voyage au pays du sommeil Séance 1 : Le soir à la maison 1- En GS, votre enfant à besoin de 11h de sommeil chaque nuit. Cependant, il existe des petits

Plus en détail

Valeur refuge ultime, l or physique devrait faire partie de la constitution de tout patrimoine.

Valeur refuge ultime, l or physique devrait faire partie de la constitution de tout patrimoine. Valeur refuge ultime, l or physique devrait faire partie de la constitution de tout patrimoine. Depuis des milliers d'années déjà, l'or est un moyen de paiement. Les médias en parlent de plus en plus fréquemment.

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

Un aperçu sur les produits chimiques

Un aperçu sur les produits chimiques Un aperçu sur les produits chimiques Un aperçu sur les produits chimiques Notre Planète: La campagne des Nations Unies pour une responsabilisation en matière de gestion des produits chimiques dangereux

Plus en détail

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE DOSSIER RESSOURCE SOMMAIRE 1. Pourquoi les énergies renouvelables?... 3 2. L'énergie solaire... 4 3. Principe de fonctionnement du panneau solaire... 5 4. Pourquoi orienter les panneaux solaires?... 6-2

Plus en détail

l'institut Paoli-Calmettes (IPC) réunit à la Villa Méditerranée les 29 et 30 mai 2015

l'institut Paoli-Calmettes (IPC) réunit à la Villa Méditerranée les 29 et 30 mai 2015 ANNONCE PRESSE Un donneur pour chaque patient en attente d'une greffe de moelle osseuse, de la chimère à la réalité grâce à la révolution de la greffe haplo mismatch Marseille, le 26 mai 2015. L'Institut

Plus en détail

appliquée aux emballages alimentaires

appliquée aux emballages alimentaires La méthode HACCP La méthode HACCP appliquée aux emballages alimentaires 1- La réglementation des matériaux au contact des aliments Quels contaminants issus des emballages dans les aliments? Des contaminants

Plus en détail

Gestion des risques importants

Gestion des risques importants étude de cas Gestion des risques importants Modélisation du risque et simulation d'attaque Société Une grande organisation financière (union nationale de crédits fédéraux) a mis en œuvre les solutions

Plus en détail

SOMMAIRE : Sommaire page 1. Introduction page 2. L'énergie solaire page 2. Le panneaux solaires thermiques page 3

SOMMAIRE : Sommaire page 1. Introduction page 2. L'énergie solaire page 2. Le panneaux solaires thermiques page 3 SOMMAIRE : Sommaire page 1 Introduction page 2 L'énergie solaire page 2 Le panneaux solaires thermiques page 3 Les panneaux solaires photovoltaïques page 4 Glossaire page 5 Conclusion page 7 Bibliographie

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

Sciences de l'environnement Toxicologie génétique, réalisation de tests in vitro en vue de détecter les propriétés mutagènes (et antimutagènes)

Sciences de l'environnement Toxicologie génétique, réalisation de tests in vitro en vue de détecter les propriétés mutagènes (et antimutagènes) Toxicologie Mycologie & Aérobiologie Toxicologie Sciences biomédicales Sciences de l'environnement Toxicologie génétique, réalisation de tests in vitro en vue de détecter les propriétés mutagènes (et antimutagènes)

Plus en détail

Etude de cas sur la politique régionale de l UE

Etude de cas sur la politique régionale de l UE Etude de cas sur la politique régionale de l UE Le développement des entreprises dans le Yorkshire et Humber Région, Royaume-Uni 1 Partie 1 - La création d'agences de développement régional en Angleterre

Plus en détail

Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie

Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie Pour quel métier vous êtes fait? Des doutes sur ta formation actuelle : faut-il poursuivre? Vous avez une idée de métier mais est-ce

Plus en détail

Interprétation de l'affleurement 3: a: argilites compactes, b: niveaux oxydés, a: argilites shistées, riches en charbon (bitumineuses)

Interprétation de l'affleurement 3: a: argilites compactes, b: niveaux oxydés, a: argilites shistées, riches en charbon (bitumineuses) L' approche de la complexité; Un exemple de démarche en classe de seconde. Bulletin officiel spécial n 4 du 29 avril 2010 L approche de la complexité et le travail de terrain Le travail de terrain est

Plus en détail

BALAIS Moteur (charbons)

BALAIS Moteur (charbons) BALAIS Moteur (charbons) 1/ Rôle a) Pour les machines électriques comportant des bagues (alternateur moteur asynchrone) : moteur universel Les balais doivent maintenir un contact constant avec la bague

Plus en détail

Les fusées Ariane. Par Jennifer MOULLET, 3 3

Les fusées Ariane. Par Jennifer MOULLET, 3 3 Les fusées Ariane Par Jennifer MOULLET, 3 3 Sommaire: I) le contexte A: recommencer après un échec B: de nombreux enjeux internationaux et un grand succès II) présentation des fusées A: Généralités B:

Plus en détail

The Deciding Factor : Big Data et l aide à la décision

The Deciding Factor : Big Data et l aide à la décision Business Analytics The way we see it The Deciding Factor : Big Data et l aide à la décision Ecrit par A propos de l'étude À la demande de Capgemini, l'economist Intelligence Unit a rédigé le rapport intitulé

Plus en détail

ACADÉMIE NATIONALE DE PHARMACIE

ACADÉMIE NATIONALE DE PHARMACIE ACADÉMIE NATIONALE DE PHARMACIE Fondée le 3 août 1803 sous le nom de Société de Pharmacie de Paris Reconnue d utilité publique le 5 octobre 1877 «Matières premières pharmaceutiques, Mondialisation et Santé

Plus en détail

Dossier pédagogique. Nanotechnologies

Dossier pédagogique. Nanotechnologies Expo Nanomondes 24 Nanotechnologies Le nanomètre (1 nm = 10-9 m, soit un milliardième de mètre) est l unité reine du monde des nanosciences et des nanotechnologies. Un nanomètre, c est environ : 500 000

Plus en détail

Système Général Harmonisé de Classification et d étiquetage des produits chimiques

Système Général Harmonisé de Classification et d étiquetage des produits chimiques Système Général Harmonisé de Classification et d étiquetage des produits chimiques Dr Jean Grondin Lætitia Davezat Stéphane Castex Septembre 2009 - R2 Sommaire Contexte règlementaire Le SGH REACH Les changements

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE SUR ÉVÉNEMENT AÉRONAUTIQUE

RAPPORT D'ENQUÊTE SUR ÉVÉNEMENT AÉRONAUTIQUE RAPPORT D'ENQUÊTE SUR ÉVÉNEMENT AÉRONAUTIQUE COLLISION AVEC UN VÉHICULE AIR FRANCE BOEING 747-200 F-BPVV AÉROPORT INTERNATIONAL DE MONTRÉAL / MIRABEL (QUÉBEC) 15 OCTOBRE 1995 RAPPORT NUMÉRO A95Q0206 Le

Plus en détail

La Mini change. du constructeur allemand. Elle s'est vendue à 831000 exemplaires. pour une voiture de 3,5 m de longueur:

La Mini change. du constructeur allemand. Elle s'est vendue à 831000 exemplaires. pour une voiture de 3,5 m de longueur: La Mini change une fois encore de peau Réapparue en 2000, la Mini se renouvelle aujourd'hui en profondeur, même si cela ne saute pas aux yeux. Tour d'horizon en compagnie de son designer. Par Luc Debraine

Plus en détail

Le CNRS : une grande diversité de métiers

Le CNRS : une grande diversité de métiers - Septembre 2004 Le CNRS : une grande diversité de métiers Une grande variété de métiers sont exercés dans les unités de recherche et de services du CNRS. Le CNRS compte 25 283 agents : 11 349 chercheurs,

Plus en détail

LES NANOMATERIAUX. Groupe 2 PRST2 2012

LES NANOMATERIAUX. Groupe 2 PRST2 2012 LES NANOMATERIAUX Groupe 2 PRST2 16 Février 2012 LE NANOMONDE Des matériaux de l ordre de grandeur de virus Modification des propriétés fondamentales (physiques, chimiques, biologiques ) Nouveaux produits

Plus en détail

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques IX. 1 L'appareil de mesure qui permet de mesurer la différence de potentiel entre deux points d'un circuit est un voltmètre, celui qui mesure le courant

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Contact Presse Solenn Petitjean S.Petitjean@ValeurDimage.com - 06 24 75 20 82 Rina Anthony Contact@ValeurDimage.

DOSSIER DE PRESSE Contact Presse Solenn Petitjean S.Petitjean@ValeurDimage.com - 06 24 75 20 82 Rina Anthony Contact@ValeurDimage. DOSSIER DE PRESSE Contact Presse Solenn Petitjean S.Petitjean@ValeurDimage.com - 06 24 75 20 82 Rina Anthony Contact@ValeurDimage.com 04 76 70 93 64 Sommaire Le marché des DMI : Dispositifs Médicaux d

Plus en détail

TITRE PARTIE TITRE SECTION. Faire des anaglyphes avec CatiaV5

TITRE PARTIE TITRE SECTION. Faire des anaglyphes avec CatiaV5 TITRE PARTIE TITRE SECTION Faire des anaglyphes avec CatiaV5 1 SOMMAIRE SOMMAIRE 1. QU'EST-CE QU'UN ANAGLYPHE? 3 2. LES LOGICIELS A INSTALLER 5 3. CREATION D'UN ANAGLYPHE FIXE 6 4. CREATION D'UN ANAGLYPHE

Plus en détail

Petit guide à l'usage des futurs abonnés au réseau de télécommunications à TRES haut débit du département des Yvelines..

Petit guide à l'usage des futurs abonnés au réseau de télécommunications à TRES haut débit du département des Yvelines.. Petit guide à l'usage des futurs abonnés au réseau de télécommunications à TRES haut débit du département des Yvelines.. Le Conseil Général des Yvelines a décidé en 2012 de fibrer TOUT le département...

Plus en détail

DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL

DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL ) Les degrés jour unifiés : Les degrés jour unifiés ou DJU permettent de réaliser des estimations de consommation d'énergie thermique pour le chauffage d un bâtiment

Plus en détail

La Création de Valeur Durable des Constructeurs Automobiles

La Création de Valeur Durable des Constructeurs Automobiles La Création de Valeur Durable des Constructeurs Automobiles Une analyse des performances durables des constructeurs automobiles au niveau mondial RÉSUMÉ ET RÉSULTATS CLÉS www.sustainablevalue.com Auteurs

Plus en détail

Anticiper pour avoir une innovation d'avance : le leitmotiv de Pierre Jouniaux, entrepreneur du big data!

Anticiper pour avoir une innovation d'avance : le leitmotiv de Pierre Jouniaux, entrepreneur du big data! Anticiper pour avoir une innovation d'avance : le leitmotiv de Pierre Jouniaux, entrepreneur du big data! Pierre Jouniaux http://www.safety line.fr CV : Pierre Jouniaux, ingénieur aéronautique, pilote

Plus en détail

Fiche de données de sécurité selon 91/155/CEE

Fiche de données de sécurité selon 91/155/CEE Page : 1/5 1 Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise Identification de la substance ou de la préparation Code du produit: 8469 Emploi de la substance / de la préparation

Plus en détail

Sophie Guézo Alexandra Junay

Sophie Guézo Alexandra Junay Sophie Guézo Alexandra Junay sophie.guezo@univ-rennes1.fr alexandra.junay@univ-rennes1.fr Unité Mixte de Recherche (UMR) Université Rennes I et CNRS Physique moléculaire Matière molle Matériaux Nanosciences

Plus en détail

Droit fondamental et appliqué et droit de l'entreprise (DEG)

Droit fondamental et appliqué et droit de l'entreprise (DEG) Annexe n 1 : Offre de formation de l Université Paris-Sud 11 Diplômes de Masters demandés en habilitation ou cohabilitation pour le contrat quadriennal 2010-2013. Deux domaines (DEG = Droit Economie Gestion,

Plus en détail

Master 2 IMAFA Filière IMAFA Polytech'Nice-Sophia SI / MAM. Anne-Marie Hugues hugues@unice.fr http://www.polytech.unice.fr/~hugues/polytech/imafa

Master 2 IMAFA Filière IMAFA Polytech'Nice-Sophia SI / MAM. Anne-Marie Hugues hugues@unice.fr http://www.polytech.unice.fr/~hugues/polytech/imafa Master 2 IMAFA Filière IMAFA Polytech'Nice-Sophia SI / MAM hugues@unice.fr http://www.polytech.unice.fr/~hugues/polytech/imafa Plan OBJECTIFS Former des informaticiens connaissant les maths et les métiers

Plus en détail

> Positionnement d Averoes

> Positionnement d Averoes > Positionnement d Averoes Depuis plus de 10 ans, l équipe d Averoes se retrouve autour de valeurs communes : l'engagement auprès de nos clients, la qualité des audits et des solutions réseau que nous

Plus en détail