Mécanique des fluides : Potentiels de vitesses

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mécanique des fluides : Potentiels de vitesses"

Transcription

1 Le Potentiel de vitesse pour les écoulements de fluides réels : la contribution de Joseph-Louis Lagrange Velocity Potential in Real Fluid Flows : Joseph-Louis Lagrange s Contribution HUBERT CHANSON Department of Civil Engineering, The University of Queensland, Brisbane QLD 4072, Australie Ph. : (61 7) Fax : (61 7) /lhb: T oday the concept of potential flow is too often associated, wrongly, with the notion of ideal, hence inviscid fluid. Herein the original development of Joseph-Louis LAGRANGE is presented. He introduced the velocity potential for real fluid flows, provided that the resultant of the forces derives from a potential. In the same article, LAGRANGE also presented the concept of stream function and the equation of the celerity of a small disturbance in shallow-water. LAGRANGE made an outstanding contribution in 1781 and he was truly ahead of his time. I INTRODUCTION Pour les fluides parfaits ( ideal fluids ), et sous l hypothèse d un écoulement irrotationnel ( irrotational flow ), on peut obtenir des solutions analytiques complètes du champs de vitesse et de pression. Le concept de fluide parfait est un artifice mathématique, par lequel un fluide est dit parfait si il est incompressible et sa viscosité est nulle. De même, pour un écoulement irrotationnel de fluide parfait, le champs des vitesses peut être résolu par une méthode graphique, dite des petits carreaux ( flow net ) [17, 18]. Cette technique élégante est bien adaptée aux écoulements bidimensionnels ou axisymmétriques, et elle est liée aux propriétés conjuguées de la fonction de courant ψ et du potentiel de vitesse φ, pour ce type d écoulement, que l on appelle des écoulements potentiels ( potential flows ) [4, 14]. La Figure 1 montre un exemple de construction graphique pour un écoulement vertical dans un orifice bidimensionnel alimenté par un grand réservoir, et dont les résultats ont été comparés, avec succès, à des mesures détaillées de vitesses, par vélocimétrie acoustique Doppler, dans le réservoir [3]. Bien que la méthode graphique des petits carreaux soit une technique simple et efficace, et que, de plus, les solutions analytiques des écoulements potentiels soient exactes, elles ne sont valides qu en dehors de la couche limite, dans la région dite d écoulement potentiel en faisant l hypothèse d un fluide parfait avec une viscosité nulle. En fait, la terminologie «écoulement potentiel» est ambiguë, et il y a, parfois, une certaine confusion, parmi les étudiants et les jeunes ingénieurs, sur la validité et le domaine d application du concept de potentiel de vitesse. Très récemment, une polémique sur les «écoulements potentiels» a été relancée, Figure 1 : Solution graphique d'un écoulement instationnaire dans un orifice bidimensionnel (après CHANSON et al. [3]). 127 LA HOUILLE BLANCHE/N

2 par un chercheur américain (JOSEPH 2006). Ce dernier rappela l existence d un potentiel de vitesse pour des fluides visqueux, introduit en premier par STOKES [16]. Cet article revisite la preuve de l existence d un potentiel de vitesse, telle qu elle fut présentée par Joseph-Louis LAGRANGE [8, 9]. En suivant pas à pas LAGRANGE, on souligne les hypothèses de base pour l existence du potentiel de vitesse. On montre aussi l étendue de ses contributions sur «la Théorie du Mouvement des Fluides». sent tous que Joseph-Louis LAGRANGE introduisit, le premier, le concept de potentiel de vitesse (ex. [12], p. 293 ; [16], p. 107). Son «Mémoire sur la Théorie du Mouvement des Fluides» fut présenté le 22 novembre 1781 à Berlin, avec une notation typique du 18 e siècle, que l on reproduit dans le Tableau 1. II LE POTENTIEL DE VITESSE SELON JOSEPH-LOUIS LAGRANGE II.1 PRÉSENTATION Né en Italie, Joseph-Louis LAGRANGE ( ) était un astronome et mathématicien français qui enseigna à l Ecole Polytechnique et à l Ecole Normale Supérieure depuis leur création respective en 1794 et 1795 (Fig. 2) ( 1 ). Les historiens, les enseignants et les chercheurs reconnais- 1. Voir aussi «Lagrange.» Jl La Houille Blanche, 1957 [10]. Figure 2 : Joseph-Louis LAGRANGE ( ). Pour un fluide incompressible, LAGRANGE ([8], p ) développa l équation d EULER : Tableau 1. Notation utilisée par Joseph-Louis LAGRANGE. Définition LAGRANGE [8, 9] Article présent Composantes du vecteur vitesse p V x q r V y V z Coordonnées Cartésiennes x x y y z z Densité du fluide ρ Fonction de courant ω ψ Potentiel des forces V U Potentiel de vitesse ϕ Φ Pression Π P Résultante des forces P F x Q R F y F z Temps t t Vorticité γ + β α LA HOUILLE BLANCHE/N

3 Le Potentiel de vitesse pour les écoulements de fluides réels : la contribution de Joseph-Louis Lagrange (1a) (1b) La fonction φ est le potentiel de vitesse (LAGRANGE [8], p ). LAGRANGE ([8], pp ) montra que l équation (4) est satisfaite si l écoulement est irrotationnel : (5a) (1c) où ρ est la densité du fluide, V x, V y, V z sont les composantes Cartésiennes de la vitesse, F est la résultante des forces appliquées au volume de control infinitésimal et P est la pression. On notera que ni EULER, ni LAGRANGE n utilisèrent la notation vectorielle moderne. II.2 DÉRIVATION DU POTENTIEL DE VITESSE Le raisonnement de LAGRANGE qui s ensuit est basé sur l hypothèse que la résultante des forces dérive d un potentiel U tel que : (2) (5b) (5c) bien que LAGRANGE n utilise pas explicitement le terme «irrotationnel» ( irrotational ). En combinant les équations (3) et (4), on dérive la forme différentielle de l équation de Bernoulli. Après intégration, LAGRANGE a obtenu la forme intégrale de l équation de Bernoulli pour un écoulement instationnaire : (6) Pour un fluide parfait ( µ = 0), où g est l accélération de la gravité et z est la coordonnée verticale, positive vers le haut. En faisant la somme des équations (1a), (1b) et (1c), LAGRANGE a obtenu : o ù G est une fonction arbitraire, quelconque du temps t (LAGRANGE [8], p. 711). LAGRANGE ([8], p. 712) montre alors que l équation de conservation de masse devient : (7) avec V le module du vecteur vitesse :. Comme le terme de gauche, dans l équation (3), est une différentielle complète, le terme de droite doit aussi être une différentielle complète. Cela revient à montrer qu il existe un scalaire φ qui satisfasse : (3) (4a) (4b) (4c) Pour un fluide incompressible, l équation de conservation de la masse (7) se simplifie et devient une équation de Laplace en fonction du potentiel de vitesse φ. Il est important de noter que LAGRANGE ([8], pp ) a démontré l existence du potentiel de vitesse, et le concept d écoulement irrotationnel, pour tout fluide compressible et élastique : c.a.d., ρ = f( P ). Clairement, le concept de potentiel de vitesse n est pas lié au concept de fluide parfait avec zéro viscosité. En fait, le développement de LAGRANGE peut s appliquer à de nombreux écoulements de fluides réels, en particulier si la résultante des forces dérive d un potentiel. On ne peut que souligner la clairvoyance et le génie de J.L. LAGRANGE, qui a introduit le concept de potentiel de vitesse plusieurs dizaines d années avant les concepts de viscosité du fluide, couche limite, et turbulence. III APPLICATIONS La première famille d applications du potentiel de vitesse est le cas des fluides parfaits. Pour un fluide parfait, c.a.d. incompressible et sans viscosité, l équation de conservation de la masse est une équation de Laplace en fonction du potentiel de vitesse φ, tandis que la condition d irrotatio- 129 LA HOUILLE BLANCHE/N

4 nalité est une autre équation de Laplace en fonction de la fonction de courant ψ : φ = 0 (8) ψ = 0 (9) Pour des fluides parfaits, il existe une quantité importante de solutions analytiques (ex. [4, 14, 17, 18]), tandis que tout écoulement bi-dimensionnel ou axi-symétrique peut être résolu par une méthode graphique. Un autre type d applications est le cas des écoulements irrotationnels visqueux. Une première série d applications est les écoulement visqueux irrotationnels, à faibles nombres de Reynolds. L équation d EULER devient, en incorporant les forces de viscosité ( 2 ) : (10) LAMB ([11], pp ) calcula la dissipation visqueuse et montra que l écoulement est irrotationnel, donc avec un potentiel de vitesse. Une autre application est l écoulement permanent d un fluide très visqueux entre deux plaques parallèles très proches : la cellule de Hele-Shaw ( Hele-Shaw cell ), qui fut introduite à la fin du 19 e siècle [5]. La Figure 3 montre une application simple autour d un obstacle, avec injection de colorant pour visualiser les lignes de courant. Pour un écoulement bidimensionnel, l équation (10) est transformée en négligeant les termes d inertie. Le potentiel de vitesse existe et il est proportionnel à la pression (ex. [11], pp ; [14], ). On peut, aussi, citer l exemple de l écoulement d un système, initialement au repos, et qui est brusquement mis en vitesse ( impulsively started flow ). L écoulement est initialement irrotationnel et on peut considérer qu il reste irrotationnel durant les instants suivants (ex. [13], pp ). Un dernier exemple bien connu, est la percolation en milieu poreux. Le potentiel de vitesse ( 3 ) est simplement proportionnel à la charge piézométrique ( piezometric head ). IV DISCUSSION Le mémoire de LAGRANGE [9] est un traité important, car il introduit, de plus, deux autres notions fondamentales : la fonction de courant ψ, et la célérité d une onde dans un canal. Pour un fluide incompressible, LAGRANGE considéra l effet de l attraction du soleil et de la lune sur les océans. En dérivant une solution bidimensionnelle horizontale, il introduisit la fonction de courant sous une forme scalaire, bien connue pour les écoulements bidimensionnels (LAGRANGE [8], pp ). Quel événement! En un seul article, LAGRANGE a défini les fonctions de potentiel de vitesse et de courant, qui forment la base de la mécanique des fluides parfaits. Notons que LAGRANGE fut le contemporain d un autre hydraulicien de renom, Jean-Charles de BORDA ( ) (Fig. 4) qui introduisit les concept de lignes de courant, de tubes de courant et de vena contracta [1]. J.C. de BORDA était un ingénieur, mathématicien et militaire, qui servit dans la marine et atteignit le grade de Capitaine de Vaisseau. Il participa à la Guerre d Indépendance des Etats-Unis d Amérique dans la marine française. Durant la Révolution Française, BORDA, LAGRANGE et Pierre-Simon LAPLACE ( ) travaillèrent ensemble sur le système métrique. Figure 4 : Jean-Charles de BORDA ( ). Figure 3 : Cellule de Hele-Shaw - Ecoulement horizontal d eau, du robinet, entre deux plaques de verre très rapprochées, autour d un arc circulaire avec une cambrure de 15 %, sans incidence, avec injection de colorant. 2. Notons que la notion de viscosité était inconnue à l époque de Joseph- Louis LAGRANGE. Elle fut introduite, en 1822, par Claude Louis Marie Henri NAVIER ( ). Une autre application, décrite par LAGRANGE, est la propagation d une onde dans un écoulement à surface libre avec une faible profondeur. LAGRANGE ([8], pp ) montre que la vitesse d une onde petite doit être égale à la 3. Le potentiel de la vitesse moyenne, ou macroscopique. Il ne s agit pas du champs des vitesses intersticielles. LA HOUILLE BLANCHE/N

5 Le Potentiel de vitesse pour les écoulements de fluides réels : la contribution de Joseph-Louis Lagrange racine carrée du produit de l accélération de la gravité par la hauteur d eau :. Ce résultat est bien connu des hydrauliciens [2, 6, 19]. L auteur pense que LAGRANGE fut le premier à en démontrer la preuve analytiquement. V CONCLUSION Il y a plus de 200 ans, Joseph-Louis LAGRANGE introduisit le concept de potentiel de vitesse, bien en avance sur son temps. Il démontra que le potentiel de vitesse existe pour tout écoulement de fluide réel, pour lequel la résultante des forces dérive d un potentiel. Dans le même mémoire [9], il introduisit, en plus, deux notions fondamentales : le concept de la fonction de courant, pour une fluide incompressible, et le calcul de la célérité d une petite onde dans un canal peu profond. En rétrospective, cet ouvrage marqua une étape décisive dans le développement de la mécanique des fluides moderne. LAGRANGE et ses contemporains étaient des scientifiques hors pairs, mais aussi des individus extraordinaires, qui contribuèrent à des évènements politiques et historiques majeurs à l échelle mondiale. Par exemple, les travaux de BORDA, LAPLACE, FOURIER durant la Révolution et l Empire. Combien d hydrodynamiciens peuvent en dire autant de nos jours? VI REFERENCES [1] BORDA J.C. D E. ( 1766 ). Mémoire sur l Ecoulement des Fluides par les Orifices des Vases. Mémoires de l Académie Royale des Sciences, Paris, [2] CHANSON H. ( 2004 ). The Hydraulics of Open Channel Flows: An Introduction.- Butterworth-Heinemann, Oxford, UK, 2nd edition, 630 pages. [3] CHANSON H., AOKI S., E T M ARUYAMA M. (2002). Unsteady Two-Dimensional Orifice Flow : a Large-Size Experimental Investigation. Jl of Hyd. Res., IAHR, 40, 1 pp [4] GUYON E., HULIN J.P., ET P ETIT L. (1991). Hydrodynamique Physique. Savoirs Actuels, InterEditions/CNRS Editions, Paris, France, 506 pages. [5] H ELE-SHAW H.J.S. ( 1898 ). Investigation of the Nature of the Surface Resistance of Water and of Stream-line Motion under Certain Experimental Conditions. Trans. Inst. Naval Architects, UK, 40. [6] H ENDERSON F.M. ( 1966 ). Open Channel Flow. MacMillan Company, New York, USA. [7] J OSEPH D.D. (2006 ). Potential Flow of Viscous Fluids : Historical Notes. Intl Jl of Multiphase Flow, 1,32 pp [8] LAGRANGE J.L. ( 1781 ). Mémoire sur la Théorie du Mouvement des Fluides. Œuvres de Lagrange, Gauthier-Villars, Paris, France (imprimé en 1867, J.A. SERRET Editeur), 1,4 pp [9] LAGRANGE J.L. ( 1781 ). Mémoire sur la Théorie du Mouvement des Fluides. Œuvres de Lagrange, Gauthier-Villars, Paris, France, (imprimé en 1882). [10] L A H OUILLE B LANCHE ( 1957 ). Lagrange. Jl La Houille Blanche, 12 A p [11] L AMB H. ( 1932 ). Hydrodynamics. Cambridge University Press, 6th Ed, 738 pages. [12] L EVI E. ( 1995 ). The Science of Water. The Foundation of Modern Hydraulics., ASCE Press, New York, USA, 649 pages. [13] LIGHTHILL J. ( 1986 ). An Informal Introduction to Theoretical Fluid Mechanics. Clarendon Press, Oxford, UK, IMA Monograph series, 260 pages. [14] ROUSE H. ( 1938 ). Fluid Mechanics for Hydraulic Engineers. McGraw-Hill Publ., New York, USA (aussi Dover Publ., New York, USA, 1961, 422 pages). [15] R OUSE H., E T I NCE S. ( 1957 ). History of Hydraulics. Iowa Institute of Hydraulic Research Publ., Iowa City, USA, 269 pages. [16] S TOKES G. ( 1851 ). On the Effect of Internal Friction of Fluids on the Motion of Pendulums. Trans. Camb. Phil. Soc, 9 Part II pp [17] STREETER V.L. ( 1948 ). Fluid Dynamics. McGraw-Hill Publications in Aeronautical Science, New York, USA. [18] VALLENTINE H.R. ( 1969 ). Applied Hydrodynamics, Butterworths, London, UK, SI edition. [19] V IOLLET P.L., C HABARD J.P., E SPOSITO P., E T L AURENCE D. ( 2002 ). Mécanique des Fluides Appliquée. Ecoulements Incompressibles dans les Circuits, Canaux et Rivières, autour des Structures et dans l Environnement., Presses des Ponts et Chaussées, Paris, France, 2 e édition, 367 pages. VI.1 LIENS INTERNET {http://www-groups.dcs.st-and.ac.uk/~history/biogindex.html} {http://www.uq.edu.au/~e2hchans/civ4160.html#lecture %20material} {http://www.polytechnique.fr/institution/historique.php} {http://www.ens.fr/ecole/presentation.php} Biographies of well-known mathematicians Photographs of Hele-Shaw cell flows Ecole Polytechnique, Historique Ecole Normale Supérieure, Historique 131 LA HOUILLE BLANCHE/N

Histoire de l hydraulique. Un hydraulicien d exception bien en avance sur son époque : Jean-Baptiste Charles Joseph Bélanger (1790-1874)

Histoire de l hydraulique. Un hydraulicien d exception bien en avance sur son époque : Jean-Baptiste Charles Joseph Bélanger (1790-1874) DOI 10.1051/lhb/2009072 Un hydraulicien d exception bien en avance sur son époque : Jean-Baptiste Charles Joseph Bélanger (1790-1874) An Exceptional Hydraulic Engineer ahead of his Time : Jean-Baptiste

Plus en détail

Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics. Formation à la CFD, Ph Parnaudeau

Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics. Formation à la CFD, Ph Parnaudeau Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics Formation à la CFD, Ph Parnaudeau 1 Qu est-ce que la CFD? La simulation numérique d un écoulement fluide Considérer à présent comme une alternative «raisonnable»

Plus en détail

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY T.P. FLUENT Cours Mécanique des Fluides 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY 2 Table des matières 1 Choc stationnaire dans un tube à choc 7 1.1 Introduction....................................... 7 1.2 Description.......................................

Plus en détail

Comparaisons des premières formulations du Théorème de Bernoulli de l hydrodynamique à un

Comparaisons des premières formulations du Théorème de Bernoulli de l hydrodynamique à un Comparaisons des premières formulations du Théorème de Bernoulli de l hydrodynamique à un énoncé actuel D Alembert, dans l article Hydrodynamique de l Encyclopédie (1), date la naissance de cette discipline

Plus en détail

Mathématiques et Océanographie

Mathématiques et Océanographie Mathématiques et Océanographie Anne-Laure Dalibard Département de mathématiques et applications École normale supérieure 20 avril 2011 Journées Académiques de l IREM de Nantes Plan Présentation rapide

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs.

Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs. Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs. H. ZAÏDI a, S. FOHANNO a, R. TAÏAR b, G. POLIDORI a a Laboratoire

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI Initiation à la Mécanique des Fluides Mr. Zoubir HAMIDI Chapitre I : Introduction à la mécanique des fluides 1 Introduction La mécanique des fluides(mdf) a pour objet l étude du comportement des fluides

Plus en détail

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie Chapitre 5 Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie 5.1 Bilan d énergie 5.1.1 Énergie totale d un système fermé L énergie totale E T d un système thermodynamique fermé de masse

Plus en détail

1. INTRODUCTION 2. ETUDE EXPERIMENTALE

1. INTRODUCTION 2. ETUDE EXPERIMENTALE . INTRODUCTION Certains navires destinés aux opérations marines sont équipés d une baie (moonpool) permettant la manipulation et la mise à l eau à l abri de la houle de structures ou d engins sous-marins.

Plus en détail

Objectifs du cours Modélisation de la Turbulence M2 - EE

Objectifs du cours Modélisation de la Turbulence M2 - EE Objectifs du cours Modélisation de la Turbulence M2 - EE Gomez Thomas Institut Jean Le Rond d Alembert Caractériser et classifier les écoulements turbulents. Introduire les outils mathématiques. Introduire

Plus en détail

COURS ÉCRIT. Introduction. 1 Modèles prototype 1D

COURS ÉCRIT. Introduction. 1 Modèles prototype 1D COURS ÉCRIT Modèles prototype D....................... 2 L instabilité roll waves d un écoulement incliné........ 5 3 Instabilité de Kelvin Helmoltz................... 4 Stabilité des écoulements parallèles................

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

Figure 3.1- Lancement du Gambit

Figure 3.1- Lancement du Gambit 3.1. Introduction Le logiciel Gambit est un mailleur 2D/3D; pré-processeur qui permet de mailler des domaines de géométrie d un problème de CFD (Computational Fluid Dynamics).Il génère des fichiers*.msh

Plus en détail

TP séances 7 et 8. Forme d une bulle: gravité et tension de surface

TP séances 7 et 8. Forme d une bulle: gravité et tension de surface TP séances 7 et 8 Forme d une bulle: gravité et tension de surface Lorsqu une goutte est posée sur un support, la tension de surface tend à rendre la bulle spérique alors que la gravité tend à écraser

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Mécanique des Fluides

Mécanique des Fluides Mécanique des Fluides Franck Nicoud I3M franck.nicoud@univ-montp2.fr MKFLU - MI4 1 Plan général 1. Rappels 2. Quelques solutions analytiques 3. Notion de turbulence 4. Aérothermique 5. Interaction fluide-structure

Plus en détail

Principes de la Mécanique

Principes de la Mécanique Chapitre 1 Principes de la Mécanique L expérience a montré que tous les phénomènes observés dans la nature obéissent à des lois bien déterminées. Ces lois peuvent être, en plus, déterministes ou indéterministes.

Plus en détail

3ème séance de Mécanique des fluides. Rappels sur les premières séances Aujourd hui : le modèle du fluide parfait. 2 Écoulements potentiels

3ème séance de Mécanique des fluides. Rappels sur les premières séances Aujourd hui : le modèle du fluide parfait. 2 Écoulements potentiels 3ème séance de Mécanique des fluides Rappels sur les premières séances Aujourd hui : le modèle du fluide parfait 1 Généralités 1.1 Introduction 1.2 Équation d Euler 1.3 Premier théorème de Bernoulli 1.4

Plus en détail

Contribution à l étude de l écoulement dans un milieu compressible

Contribution à l étude de l écoulement dans un milieu compressible Contribution à l étude de l écoulement dans un milieu compressible Infusion de résine dans un composite déformable Pierre CELLE *, Sylvain DRAPIER *, Jean-Michel BERGHEAU ** * MeM / SMS (CELLE), BioMM

Plus en détail

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2 Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 1 11 m 3 kg 1 s 2 Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition Page xxv (dernier tiers de page) le terme de Coriolis est supérieur à 1% du poids) Chapitre 1 Page

Plus en détail

1 Mise en application

1 Mise en application Université Paris 7 - Denis Diderot 2013-2014 TD : Corrigé TD1 - partie 2 1 Mise en application Exercice 1 corrigé Exercice 2 corrigé - Vibration d une goutte La fréquence de vibration d une goutte d eau

Plus en détail

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D 7 avril 2006 1 Physique du problème : caractéristiques et modèles d un milieu poreux Le cadre physique de notre problème est celui

Plus en détail

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables PCSI 2013 2014 Certaines partie de ce chapitre ne seront utiles qu à partir de l année prochaine, mais une grande partie nous servira dès cette année.

Plus en détail

TD 9 Problème à deux corps

TD 9 Problème à deux corps PH1ME2-C Université Paris 7 - Denis Diderot 2012-2013 TD 9 Problème à deux corps 1. Systèmes de deux particules : centre de masse et particule relative. Application à l étude des étoiles doubles Une étoile

Plus en détail

I- Définition d'un état turbulent ; Transition vers la turbulence expérience de Osborne Reynolds (1842-1912)

I- Définition d'un état turbulent ; Transition vers la turbulence expérience de Osborne Reynolds (1842-1912) I- Définition d'un état turbulent ; Transition vers la turbulence expérience de Osborne Reynolds (1842-1912) R e = UD/ν Re>2000 Re>4000 M1 fluides : turbulence 1 M1 fluides : turbulence 2 I- Définition

Plus en détail

Chapitre 10 : Mécanique des fluides

Chapitre 10 : Mécanique des fluides Chapitre 10 : Mécanique des fluides 1. Pression hydrostatique Les fluides regroupent gaz et liquides. En général, on considère des fluides incompressibles. Ce n est plus le cas en thermodynamique. Un objet

Plus en détail

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA FACULTE DES SCIENCES APPLIQUÉES Département de Génie des Procédés Phénomènes de transferts Travaux pratiques de mécanique des fluides CHAOUCH Noura et SAIFI Nadia 2013

Plus en détail

Corps des nombres complexes, J Paul Tsasa

Corps des nombres complexes, J Paul Tsasa Corps des nombres complexes, J Paul Tsasa One Pager Février 2013 Vol. 5 Num. 011 Copyright Laréq 2013 http://www.lareq.com Corps des Nombres Complexes Définitions, Règles de Calcul et Théorèmes «Les idiots

Plus en détail

Influence de la géométrie du conducteur sur la température dans un poste sous enveloppe métallique

Influence de la géométrie du conducteur sur la température dans un poste sous enveloppe métallique SYMPOSIUM DE GENIE ELECTRIQUE (SGE 14) : EF-EPF-MGE 2014, 8-10 JUILLET 2014, ENS CACHAN, FRANCE Influence de la géométrie du conducteur sur la dans un poste sous enveloppe métallique Nesrine REBZANI 1,2,3,

Plus en détail

Chapitre 7: Dynamique des fluides

Chapitre 7: Dynamique des fluides Chapitre 7: Dynamique des fluides But du chapitre: comprendre les principes qui permettent de décrire la circulation sanguine. Ceci revient à étudier la manière dont les fluides circulent dans les tuyaux.

Plus en détail

FLUIDES EN ÉCOULEMENT Méthodes et modèles

FLUIDES EN ÉCOULEMENT Méthodes et modèles FLUIDES EN ÉCOULEMENT Méthodes et modèles Jacques PADET Professeur Émérite à l Université de Reims Seconde édition revue et augmentée TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION Préface de la 1 ère édition Prologue

Plus en détail

Chapitre 4. La circulation océanique

Chapitre 4. La circulation océanique Chapitre 4 La circulation océanique Equations du mouvement Force et contraintes agissant sur l'océan Equilibre géostrophique Circulation et transport d'ekman Upwelling Les cellules de circulation subtropicales

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL. MEC4125A Laboratoires de Génie Mécanique SOUFFLERIE AÉRODYNAMIQUE

ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL. MEC4125A Laboratoires de Génie Mécanique SOUFFLERIE AÉRODYNAMIQUE ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL MEC4125A Laboratoires de Génie Mécanique SOUFFLERIE AÉRODYNAMIQUE Jérôme NOËL 1328624 Jean-Baptiste LEPRETRE 1536884 AUTOMNE 2010 Table des matières Introduction 3 1 Présentation

Plus en détail

FORMULAIRE FORMULAIRE

FORMULAIRE FORMULAIRE Ce fascicule constitue un extrait du formulaire PONT-A-MOUSSON dont la version complète est éditée aux Editions Lavoisier-TEC & DOC, 11, rue Lavoisier - F-75381 PARIS CEDEX 08 1989 Ce fascicule constitue

Plus en détail

Simulation d essais d extinction et de roulis forcé à l aide d un code de calcul Navier-Stokes à surface libre instationnaire

Simulation d essais d extinction et de roulis forcé à l aide d un code de calcul Navier-Stokes à surface libre instationnaire Simulation d essais d extinction et de roulis forcé à l aide d un code de calcul Navier-Stokes à surface libre instationnaire E. Jacquin, P.E. Guillerm, Q. Derbanne, L. Boudet (Bassin d'essais des carènes)

Plus en détail

ANALYSE NUMERIQUE ET OPTIMISATION. Une introduction à la modélisation mathématique et à la simulation numérique

ANALYSE NUMERIQUE ET OPTIMISATION. Une introduction à la modélisation mathématique et à la simulation numérique 1 ANALYSE NUMERIQUE ET OPTIMISATION Une introduction à la modélisation mathématique et à la simulation numérique G. ALLAIRE 28 Janvier 2014 CHAPITRE I Analyse numérique: amphis 1 à 12. Optimisation: amphis

Plus en détail

TROISI` EME PARTIE L ALG` EBRE

TROISI` EME PARTIE L ALG` EBRE TROISIÈME PARTIE L ALGÈBRE Chapitre 8 L algèbre babylonienne Sommaire 8.1 Présentation..................... 135 8.2 Résolution d équations du second degré..... 135 8.3 Bibliographie.....................

Plus en détail

Examen d informatique première session 2004

Examen d informatique première session 2004 Examen d informatique première session 2004 Le chiffre à côté du titre de la question indique le nombre de points sur 40. I) Lentille électrostatique à fente (14) Le problème étudié est à deux dimensions.

Plus en détail

Métiers - science et technologie Jobs - science and technology

Métiers - science et technologie Jobs - science and technology Métiers - science et technologie Jobs - science and technology Les tableaux ci-dessous, qui seront enrichis progressivement, donnent la correspondance entre les termes français et les termes anglais utilisés

Plus en détail

Théories de champ moyen et convection à grande échelle

Théories de champ moyen et convection à grande échelle Chapitre Théories de champ moyen et convection à grande échelle 51 Introduction Au cours de ce travail, nous avons à plusieurs reprises été confrontés au problème de la compréhension et de la modélisation

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

UV 1.4 : Bibliographie (20 heures) UV 2.4 Découverte de systèmes (60 heures) UV 3.4 Conception en phase avant-projet (60 heures)

UV 1.4 : Bibliographie (20 heures) UV 2.4 Découverte de systèmes (60 heures) UV 3.4 Conception en phase avant-projet (60 heures) [ Les projets ] Semestre 1 UV 1.4 : Bibliographie (eures) L étude bibliographique est abordée comme un exercice de recherche : lecture puis synthèse de documents techniques et scientifiques. Les objectifs

Plus en détail

NOTICE DOUBLE DIPLÔME

NOTICE DOUBLE DIPLÔME NOTICE DOUBLE DIPLÔME MINES ParisTech / HEC MINES ParisTech/ AgroParisTech Diplômes obtenus : Diplôme d ingénieur de l Ecole des Mines de Paris Diplôme de HEC Paris Ou Diplôme d ingénieur de l Ecole des

Plus en détail

Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif

Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif Cécile Durot 1 & Yves Rozenholc 2 1 UFR SEGMI, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, France, cecile.durot@gmail.com 2 Université

Plus en détail

L Évolution de la théorie d élasticité au XIX e siècle

L Évolution de la théorie d élasticité au XIX e siècle Kaouthar Messaoudi L Évolution de la théorie d élasticité au XIX e siècle Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof Une échelle est appuyée sur un mur. S il n y a que la friction statique avec le sol, quel est l angle minimum possible entre le sol et l échelle pour que l échelle ne glisse pas et tombe au sol? www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017 Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique J. Bertrand To cite this version: J. Bertrand. Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique. J. Phys. Theor. Appl., 1874,

Plus en détail

en Architecture Navale

en Architecture Navale Cursus Cursus d application en Architecture Navale pour les Ingénieurs de l Armement d application des Polytechniciens école Nationale Supérieure de Techniques Avancées Bretagne www.ensta-bretagne.fr L

Plus en détail

Quatrième partie. Hydrostatique, hydrodynamique des fluides parfaits

Quatrième partie. Hydrostatique, hydrodynamique des fluides parfaits Quatrième partie Hydrostatique, hydrodynamique des fluides parfaits 105 Chapitre 11 LE THÉORÈME DE BERNOULLI Le principe de conservation de l énergie est très général. Nous allons montrer qu il permet

Plus en détail

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Adriana Climescu-Haulica Laboratoire de Modélisation et Calcul Institut d Informatique et Mathématiques Appliquées de

Plus en détail

RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS

RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS 2004-203 Frédy Oberson et Fred Lang LES RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS Lorsque deux solides non conformes sont mis en contact 2, ils se touchent initialement en un point

Plus en détail

Master 2 Education et formation. Histoire des mathématiques 2

Master 2 Education et formation. Histoire des mathématiques 2 Master 2 Education et formation Histoire des mathématiques 2 Le travail attendu est le suivant : 1. Choisir un thème dans la liste ci-dessous (maximum 2 personnes par sujet). Le thème est accompagné d

Plus en détail

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique Exercice 1 1. a) Un mobile peut-il avoir une accélération non nulle à un instant où sa vitesse est nulle? donner un exemple illustrant la réponse. b) Un mobile peut-il avoir une accélération de direction

Plus en détail

Chapitre 1 Cinématique du point matériel

Chapitre 1 Cinématique du point matériel Chapitre 1 Cinématique du point matériel 7 1.1. Introduction 1.1.1. Domaine d étude Le programme de mécanique de math sup se limite à l étude de la mécanique classique. Sont exclus : la relativité et la

Plus en détail

Instabilités bi- et tridimensionnelles dans une couche limite décollée compressible subsonique

Instabilités bi- et tridimensionnelles dans une couche limite décollée compressible subsonique Instabilités bi- et tridimensionnelles dans une couche limite décollée compressible subsonique M. Merle a,b, U. Ehrenstein b, J-C. Robinet a a. Laboratoire DynFluid - Arts et Métiers ParisTech, 151 Boulevard

Plus en détail

Instrumentation électronique

Instrumentation électronique Instrumentation électronique Le cours d électrocinétique donne lieu à de nombreuses études expérimentales : tracé de caractéristiques statique et dynamique de dipôles, étude des régimes transitoire et

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Thèse présentée pour l obtention du grade de Docteur de l UTC

Thèse présentée pour l obtention du grade de Docteur de l UTC Par Sébastien GONZALEZ Résolution numérique de l équation de Lighthill par éléments finis et équations intégrales pour l estimation du bruit rayonné par des écoulements en conduite Thèse présentée pour

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail

SYLLABUS SEMESTRE 9 Année 2011-2012

SYLLABUS SEMESTRE 9 Année 2011-2012 SYLLABUS SEMESTRE 9 2011-2012 Parcours GM «Génie Mer» Responsable : Olivier Kimmoun Tel.: 04 91 05 43 21 E-mail : olivier.kimmoun@centrale-marseille.fr TRONC COMMUN GM Nb heures élèves (hors examen) GMR-51-P-ELMA

Plus en détail

Optimisation du Rendement de Conversion Photovoltaïque des Cellules Solaires à base de GaAs et de Si

Optimisation du Rendement de Conversion Photovoltaïque des Cellules Solaires à base de GaAs et de Si Rev. Energ. Ren. : Valorisation (1999) 2731 Optimisation du Rendement de Conversion Photovoltaïque des Cellules Solaires à base de GaAs et de Si T. Baghdadli, A. Zerga et B. Benyoucef Laboratoire de Physique

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

UNITÉ DE PROGRAMME : S9UP1 Modélisation de la turbulence

UNITÉ DE PROGRAMME : S9UP1 Modélisation de la turbulence UNITÉ DE PROGRAMME : S9UP1 Modélisation de la turbulence Modélisation de la turbulence Auteur : Yann MARCHESSE Département : Mécanique et Énergétique Édition : Année universitaire 2009-2010 ÉCOLE CATHOLIQUE

Plus en détail

Enseignement de la physique en Licence

Enseignement de la physique en Licence Enseignement de la physique en Licence Impact de la réforme du Lycée C. Furget (resp. mention PGE) ( furget@lpsc.in2p3.fr) Préambule Le travail entrepris en physique repose sur : ü Réflexion initiée en

Plus en détail

Systèmes de stockage Planorama

Systèmes de stockage Planorama Systèmes de stockage Planorama Un système modulaire multi tiroirs La solution des problèmes de stockage dans les cas difficiles Une combinaison entre fonctionnalité et esthétisme Des meubles de stockage

Plus en détail

TD : Oscillateur harmonique

TD : Oscillateur harmonique TD : Oscillateur harmonique Observation du chromosome X par microscopie à force atomique. À gauche : nanoparticules observées par microscopie à force atomique (AFM, SP1-P2). Image du Dr. K. Raghuraman

Plus en détail

Série M Débitmètres Eletta. Débitmètre à P avec sortie programmable

Série M Débitmètres Eletta. Débitmètre à P avec sortie programmable Série M Débitmètres Eletta Débitmètre à P avec sortie programmable Débitmètre à fonctions multiples pour gaz et liquides M3 Le débitmètre série M, avec sa conception polyvalente et conviviale, trouve tout

Plus en détail

PARIS, le 27 avril 2009 Original anglais

PARIS, le 27 avril 2009 Original anglais IOC-XXV/2 Annexe 5 COMMISSION OCÉANOGRAPHIQUE INTERGOUVERNEMENTALE (de l'unesco) Distribution restreinte PARIS, le 27 avril 2009 Original anglais Vingt-cinquième session de l'assemblée UNESCO, Paris, 16-25

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

LOGICIEL DE MODÉLISATION INTEGRÉE 1D/2D POUR LA GESTION DES EAUX PLUVIALES ET DES EAUX USÉES. drainage. Micro Drainage

LOGICIEL DE MODÉLISATION INTEGRÉE 1D/2D POUR LA GESTION DES EAUX PLUVIALES ET DES EAUX USÉES. drainage. Micro Drainage LOGICIEL DE MODÉLISATION INTEGRÉE 1D/2D POUR LA GESTION DES EAUX PLUVIALES ET DES EAUX USÉES drainage Micro Drainage QUELS SONT LES DOMAINES D APPLICATION DE XPSWMM? Gestion des eaux pluviales: Modélisation

Plus en détail

Transferts thermiques en plasmas thermiques

Transferts thermiques en plasmas thermiques Arc Electrique et Procédés Plasmas Thermiques Transferts thermiques en plasmas thermiques P. Freton, M. Masquère, J.J. Gonzalez LAPLACE : «Arc électrique et procédés plasmas thermiques» Les enjeux de la

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g.

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g. PHYSQ 130: Hooke 1 LOI DE HOOKE: CAS DU RESSORT 1 Introduction La loi de Hooke est fondamentale dans l étude du mouvement oscillatoire. Elle est utilisée, entre autres, dans les théories décrivant les

Plus en détail

OPENFOAM. Ecoulements conduites cylindriques Laminaire Turbulent

OPENFOAM. Ecoulements conduites cylindriques Laminaire Turbulent OPENFOAM Ecoulements conduites cylindriques Laminaire Turbulent Tutorials crées par Rajesh Bhaskaran sous fluent et adaptés par Bence Somogyi sous OF. Cas Laminaire Conduite de 20 cm de diamètre et 8 mètres

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La licence Mathématiques et Economie-MASS de l Université des Sciences Sociales de Toulouse propose sur les trois

Plus en détail

Représentation et analyse des systèmes linéaires

Représentation et analyse des systèmes linéaires ISAE-NK/Première année présentation et analyse des systèmes linéaires Petite classe No Compléments sur le lieu des racines. Condition sur les points de rencontre et d éclatement Les points de rencontre,(les

Plus en détail

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE Denis DEFAUCHY Gilles REGNIER Patrice PEYRE Amine AMMAR Pièces FALCON - Dassault Aviation 1 Présentation

Plus en détail

Exemple d application en CFD : Coefficient de traînée d un cylindre

Exemple d application en CFD : Coefficient de traînée d un cylindre Exemple d application en CFD : Coefficient de traînée d un cylindre 1 Démarche générale Avec Gambit Création d une géométrie Maillage Définition des conditions aux limites Avec Fluent 3D Choix des équations

Plus en détail

Modélisation et Simulation

Modélisation et Simulation Cours de modélisation et simulation p. 1/64 Modélisation et Simulation G. Bontempi Département d Informatique Boulevard de Triomphe - CP 212 http://www.ulb.ac.be/di Cours de modélisation et simulation

Plus en détail

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites I- Les trois lois de Kepler : Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites Les lois de Kepler s'applique aussi bien pour une planète en mouvement

Plus en détail

Un petit rien... qui peut tout changer! Octobre 2014

Un petit rien... qui peut tout changer! Octobre 2014 Un petit rien... qui peut tout changer! Octobre 2014 Présentation de l outil Présentation de l outil Vous êtes : 1 enseignant au collège. 2 enseignant au lycée. 3 les deux. 4 aucune des réponses précédentes.

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

Les travaux doivent être remis sous forme papier.

Les travaux doivent être remis sous forme papier. Physique mathématique II Calendrier: Date Pondération/note nale Matériel couvert ExercicesSérie 1 : 25 septembre 2014 5% RH&B: Ch. 3 ExercicesSérie 2 : 23 octobre 2014 5% RH&B: Ch. 12-13 Examen 1 : 24

Plus en détail

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Applications résidentielles Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et

Plus en détail

Modèles bi-dimensionnels de coques linéairement élastiques: Estimations de l écart entre leurs solutions.

Modèles bi-dimensionnels de coques linéairement élastiques: Estimations de l écart entre leurs solutions. Problèmes mathématiques de la mécanique/mathematical problems in Mechanics Modèles bi-dimensionnels de coques linéairement élastiques: Estimations de l écart entre leurs solutions. Cristinel Mardare Laboratoire

Plus en détail

SYSTEME DE PARTICULES. DYNAMIQUE DU SOLIDE (suite) Table des matières

SYSTEME DE PARTICULES. DYNAMIQUE DU SOLIDE (suite) Table des matières Physique Générale SYSTEME DE PARTICULES DYNAMIQUE DU SOLIDE (suite) TRAN Minh Tâm Table des matières Applications de la loi de Newton pour la rotation 93 Le gyroscope........................ 93 L orbite

Plus en détail

DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique

DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique Le centre spatial de Kourou a lancé le 21 décembre 200, avec une fusée Ariane, un satellite

Plus en détail

PHYSIQUE 2 - Épreuve écrite

PHYSIQUE 2 - Épreuve écrite PHYSIQUE - Épreuve écrite WARIN André I. Remarques générales Le sujet de physique de la session 010 comprenait une partie A sur l optique et une partie B sur l électromagnétisme. - La partie A, à caractère

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

Stage au LaMME : résoudre x 2 + x = 3 4, à travers les âges.

Stage au LaMME : résoudre x 2 + x = 3 4, à travers les âges. Stage au LaMME : résoudre x 2 + x = 3 4, à travers les âges. 16 au 19 décembre 2014 Table des matières 1 Introduction 2 2 Identités remarquables 3 3 Résoudre x 2 + 2bx = c 6 4 L équation x 2 + x = 3 4

Plus en détail

Plan du cours : électricité 1

Plan du cours : électricité 1 Semestre : S2 Module Physique II 1 Electricité 1 2 Optique géométrique Plan du cours : électricité 1 Partie A : Electrostatique (discipline de l étude des phénomènes liés aux distributions de charges stationnaires)

Plus en détail