LA MOSELLE DEPARTEMENT PILOTE. Rappel bref des généralités :

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA MOSELLE DEPARTEMENT PILOTE. Rappel bref des généralités :"

Transcription

1 LE DEPISTAGE DU CANCER COLO RECTAL (DCCR) LA MOSELLE DEPARTEMENT PILOTE Rappel bref des généralités : L information privilégiera l aspect pratique de la relation MG - Patient Consultation de Prévention

2 LE DCCR EN MOSELLE UNE REALITE DEPUIS LE 03/09/04 QUELQUES DATES : 03/10/01 : Prise de connaissance de l appel d offre Constitution d une équipe sur Thionville (HGE MG CPAM) Contacts avec : LA DDASS LA DRASS LE CHU CAV Faculté L AMODEMAS 21/05/02 : Comité de pilotage Décision de Candidature au 2ème appel d offre CPAM AMODEMAS MEDECINS MG HGE Séminaire de Formation Sept/02 : Dossier candidature Expérience du Haut Rhin

3 Janv/03 : Moselle = Département Pilote 22 départements en France 12 : 1/02 10 : 1/03 Avril/04 : Début théorique du dépistage EN PRATIQUE : Début Information des Médecins Généralistes : Juin réunions sur Thionville Début Invitation Patients : 03/09/04 OBJECTIF : TOUCHER TOUTE LA MOSELLE AVANT FIN 2005

4 GENERALITES DONNEES DEMOGRAPHIQUES LOCALES MOSELLE : Hab Dont entre 50 et 74 ans 930 Médecins Généralistes 115 Médecins du travail 45 HGE

5 Le bien fondé du DCCR repose sur des études : Cas témoin Randomisées chez volontaire. Baisse de la mortalité Contrôlées sur population. Baisse de la mortalité GB-DK DK-F F (Bourgogne) Baisse mortalité chez dépiste Baisse de la mortalité significative sur la population globale comportant c les non participants Respectivement % Généralisation légitime : En reproduisant la stratégie des études En évaluant la qualité

6 Unanimité des sociétés savantes : Conférence de consensus Société de cancérologie Américaine SNFGE Académie de médecine CNAM, DGS

7 Résultats des études d évaluation du test Hémoccult dans une population bien définie

8 CRITERES DE QUALITE D UN PROGRAMME DE DEPISTAGE PAR HEMOCCULT

9 GENERALITES SUR LE DEPISTAGE ORGANISE 10 CRITERES DE L OMS 1) Un problème majeur de santé publique 2) La connaissance de l histoire naturelle 3) La possibilité d un diagnostic précoce 4) Un traitement efficace 5) Un Test à forte valeur prédictive 6) Un Test acceptable 7) Une Accessibilité du test et du traitement 8) Le rythme des tests déterminé 9) Un Risque acceptable 10) Un Coût économique compensé par les avantages

10 EPIDEMIOLOGIE ET HISTOIRE NATURELLE Critère 1 à 4 : EPIDEMIOLOGIE : Maladie Fréquente et Grave FRANCE : Incidence : 1er rang /an Augmentation avec l âge (45 ans) Augmentation avec le temps (+de 50% de 1985 à 95) Prédominance masculine Prévalence Ont été ou sont porteurs ont été victimes dans les 5 ans Mortalité 1998 : sur Décès par cancer 11,1% LORRAINE : 3ème cause 2ème cause Décès en augmentation surtout pour La prépondérance masculine des décès s aggrave ICM (Index comparatif de mortalité) 117 environ 100 Chez les de 108,9 en Moselle à 121,1 dans les Vosges Chez les de 97,3 en Meurthe et Moselle à 107,5 dans les Vosges sont en reprise évolutive

11 Survie à 5 ans : Colon 53 % Rectum 49 % Histoire naturelle Deux types de CCR : Amélioration du pronostic de 1975 à /3 à 1/2 (coloscopie, baisse + opératoire) Pas d amélioration significative à l échelle de la population depuis 1990 malgré Radiothérapie, chimiothérapie lié au diagnostic trop tardif Végétant Polypes Infiltrants De novo En France 70 à 80 % du CCR végétants Filiation Adénome Cancer Certaine La fréquence adénome Augmentation avec l âge 45 ans : 7% 50 ans : 15 % 60 ans : 20 %

12 Facteur influençant la transformation Taille Degré de dysplosie Composante villeuse Localisation rectum Durée de la transformation : 5 à 20 ans Registre des polypes âge moyen dysplosie : Légère 61,5 Moyenne 64,2 Sévère 66,8 Transformation maligne 68,3 CCR 70,8 Cas particulier Adenome plan

13 Critère 5 : Test : La forte valeur prédictive VPP est fonction : de la prévalence de la maladie de la spécificité du test Et dans une moindre mesure de sa sensibilité

14 Critère 6 à 9 : LE MEDECIN GENERALISTE FACE AU PATIENT 1er Temps : SITUER LE NIVEAU DE RISQUE (Cf( tableau) DEPISTAGE DE MASSE ADAPTE AU RISQUE MOYEN. I POPULATION CONCERNEE : et de 50 à 74 ans. Exclusion : - Autre stratégie de dépistage (Cf( tableau) et coloscopie < 5 ans. - Pas de dépistage : - Exclusion temporaire : dépression, pathologie aiguë - Exclusion définitive : état de santé précaire durable (sens du dépistage faisabilité). Fiche de signalement Dépistage OUI NON Pourquoi Refus. Idéal C.A.T. 3 cancers.

15 II PROPOSITION DU DEPISTAGE : FREQUENCE DU CCR PATHOLOGIE MALIGNE LESION PRE-CANCEREUSE DEPISTAGE SIMPLE 1 Test de sélection : Hémoccult pour tous. Détecte 50 % des CCR, sang invisible. 2 Examen diagnostic : Coloscopie. Si hémoccult POSITIF Meilleure rentabilité, peu d examen inutile : Balance bénéfice/risque très favorable. (colo 1ère intention non légitime)

16 Si POSITIF Coloscopie Spécialiste maladies digestive Clinique ou hôpital AG brève Pas de douleur, mais préparation. Le plus souvent pas de lésion. Si lésion : le + souvent polype. Si CCR : le + souvent petit et curable. Efficacité du dépistage repose sur : - diagnostic précoce, - traitement efficace. Si NEGATIF hémoccult dans 2 ans. Rappel 50 % CCR non trouvés Guetter symptomatologie : - Digestive : - Trouble transit : diarrhée, constipation (chronique, récente) - faux besoins, -douleurs, - sang : rouge, noir. -Générale: - EG -Anémie.

17 CANCER D INTERVALLE. Moitié des cancers trouvés en dehors des dépistages. Mais si bonne info, patient sensibilisé : Diagnostic plus précoce que dans population non soumise au dépistage. EN PRATIQUE : PATIENT PAS FAUSSEMENT RASSURE.

18 III EXPLICATION DE LA REALISATION DU TEST. (Montrer l hémoccult et la spatule). PRECAUTION : - Pas de prélèvement pendant les règles ou si pertes. - Pas de régime. - Pas d ASPIRINE (1 gr) ou VIT. C dans les 48 heures. 1 IDENTIFIER L HEMOCCULT 2 RECUEIL DES SELLES : Endroit sec (sol ou cuvette), journal recouvert de 3 feuilles de papier essuie-tout. Selle dures ou molles, pas liquides. 3 PRELEVEMENT : 1 lentille de selle avec spatule sur 1 fenêtre. Renouvelle autre endroit selle. 2ème spatule, 2ème fenêtre. Fermer volet.

19 4 JETER papier essuie-tout et selle aux toilettes. 5 CONSERVER L HEMOCCULT - à T ambiante, - au sec. (Pas dans le réfrigérateur, ni dans une enveloppe plastique). OPERATION A RENOUVELER 2 FOIS, SUR 3 SELLES CONSECUTIVES. MAXI 12 JOURS, POUR LECTURE EN 15 JOURS. 6 EXPEDIER IMMEDIATEMENT après le 3ème prélèvement dans enveloppe prévue à cet usage. (Législation) IV FICHE DE SIGNALEMENT REMISE HEMOCCULT V RESULTAT - PATIENT - MEDECIN - STRUCTURE DE GESTION INFO - si POSITIF - si NEGATIF Coloscopie Danger K d intervalle Hémoccult dans 2 ans

20 Critère 10 : Le CCR dépisté selon le cahier des charges est le cancer qui «coûte» le moins cher par rapport aux autres dépistages

21 Quelle stratégie diagnostic, quel dépistage pour le CCR APPRECIER LE NIVEAU DE RISQUE BASE SUR L INTERROGATOIRE Qui recherche L EXISTENCE DE SYMPTOMES & LES ANTECEDENTS PERSONNELS ET FAMILIAUX. Dans de nombreux cas et malgré des critères de plus en plus précis. L appréciation demeure subjective Les critères donnent des repères Eviter les coloscopies inutiles, à l inverse, il faut éviter d être dogmatique.

22 EN CAS DE SYMPTOMES, CAT DIFFERENTE DU DEPISTAGE Examen diagnostic L HEMOCCULT (se 50%) n est pas performant à l échelle individuelle : SIGNES DIGESTIFS : Melena Modification récente et durable du transit Anémie de spoliation Rectorragies < 50 ans recto > 50 ans Coloscopie Douleurs abdo, tenesme,, épreintes. Et d autant plus : - En l absence de trouble fonctionnels connus - Si > 50 ans Cancer colon souvent longtemps pauci symptomatique.

23 En pratique le colopathe surtout s il est anxieux bénéficiera souvent de coloscopies de sécurité avec si possible des intervalles de 5 ans. Eviter de multiplier des coloscopie inutiles Mais il faut parfois répéter plus tôt les colo : - sensibilité de 95% - existence de CCR d emblée infiltrants. Des repères utiles mais pas de vérité absolue ne pas être dogmatique

24 En l absence de symptôme digestif Ou si la symptomatologie paraît banale 3 niveaux de risques sont actuellement définis Ils se caractérisent par un risque d apparition du CCR très différent une part des CCR en France très différente une politique de dépistage adaptée Risque très élevé Risque élevé Le risque moyen se défini par la non appartenance Le MG est en première ligne surtout pour les risques moyens et élevés.

25 RISQUE TRÈS ÉLEVÉ- FORMES HEREDITAIRES PAF polypose adénomateuse familiale Autosomique dominant, pénétrance 100%, RR CCR 100%. < 1% des CCR, incidence 300. CAT : consultation oncogénétique Si porteur gène recto sigmo dès l adolescence, puis tous les ans. Colectomie totale a 20 ans Syndrome de lynch ou HNPCC Si gène absent dépistage risque moyen Critère d AMSTERDAM danger petites familles LYNCH I LYNCH II (cancers associés) Environ 5% des CCR, incidence 1650, RR CCR 90% CAT : consultation ONCOGENETIQUE Si porteur gène ou si doute. Colo dès 25 ans ou 5 ans avant le 1er cas familial, puis tous les s 2 ans I écho abdo PELV (lynch II) Si gène absent, rejoint le risque moyen. En théorie clair En pratique consultation oncogénétique dans l attente, niveau de surveillance maximal.

26 RISQUE ELEVE Antécédents personnels et familiaux de polype et de CCR. 15 à 20% des CCR soit 5000 à 6500 RR de CCR 5 à 23% Antécédents familiaux Polype idem CCR si adenome,, et si > 1 cm Si 1er degré (père, mère, frère, sœur, enfants) Si âge jeune < 60 ou 65 Si plusieurs cas familiaux CAT : COLO à 45 ans Ou age cas index moins 5 ans (si < 50 ans). Puis tous les 5 ans jusqu à 75 ans.

27 Antécédents personnels Polype idem CCR si ADENOME Si > 1 cm Si + de 3, < 1 cm CAT : Si colo incomplète initiale (sténose) Colo dans les 6 mois. Si colo complète Colo à 3 ans Puis tous les 5 ans jusqu à 75 ans.

28 CCR et C génétiquement liés Sein endomètre utérus Pas de CAT validée CCR et colite inflammatoire 1% des CCR, soit 300 surtout RCH, pancolite,, après ans d évolution

29 Il s agit dans tous les cas d une surveillance systématique pouvant être remise en cause par la survenue de symptômes ou par de nouveaux antécédents ou par l état de santé du patient. La non appartenance A 1 population a risque élevée ou très élevée définit le risque moyen

30 RISQUE MOYEN 75% des CCR soit RR 3,5% variable selon les régions CAT : dès 50 ans jusqu à 74 ans HEMOCCULT tous les 2 ans Puis colo si positif

PRÉVENTION ET DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL Suis-je un sujet à risque?

PRÉVENTION ET DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL Suis-je un sujet à risque? PRÉVENTION ET DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL Suis-je un sujet à risque? Avez-vous été opéré(e) d un cancer ou d un gros polype du côlon ou du rectum? OUI NON Avez-vous un ou des parents proches (frères,

Plus en détail

3/13/2016. RAPPEL EPIDEMIOLOGIQUE (France INCa) Pourquoi dépister? POURQUOI LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL?

3/13/2016. RAPPEL EPIDEMIOLOGIQUE (France INCa) Pourquoi dépister? POURQUOI LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL? Un geste simple, qui peut vous sauver la vie POURQUOI LE DÉPISTAGE? Dr Tu Le Trung RAPPEL EPIDEMIOLOGIQUE (France - 2012 - INCa) Pourquoi dépister? 42 152 nouveaux cas par an (incidence ) 17 722 décès

Plus en détail

DEPISTAGE DU CANCER COLO-RECTAL

DEPISTAGE DU CANCER COLO-RECTAL DEPISTAGE DU CANCER COLO-RECTAL PLAN I- Introduction II- En quoi consiste le dépistage colo-rectal? III- Comment en bénéficier? IV- Mode d emploi du test Hemoccult! V- Une efficacité modeste VI- Une balance

Plus en détail

Cancer colorectal : Quels enjeux? Quelles évolutions? Pr Franck Chauvin

Cancer colorectal : Quels enjeux? Quelles évolutions? Pr Franck Chauvin Cancer colorectal : Quels enjeux? Quelles évolutions? Pr Franck Chauvin franck.chauvin@icloire.fr LA DÉMOGRAPHIE Croissance de la population française 2007-2050 par groupe d âge 10 000 8 000 2015 2030

Plus en détail

dépistage de masse organisé du cancer colorectal dans le Haut-Rhin ADECA 68

dépistage de masse organisé du cancer colorectal dans le Haut-Rhin ADECA 68 dépistage de masse organisé du cancer colorectal dans le Haut-Rhin ADECA 68 Objectifs généraux de la soirée Vous motiver et vous mobiliser Vous apporter les éléments épidémiologiques locaux Objectifs pédagogiques

Plus en détail

LE CANCER COLO-RECTAL POURQUOI ET COMMENT DÉPISTER?

LE CANCER COLO-RECTAL POURQUOI ET COMMENT DÉPISTER? LE CANCER COLO-RECTAL POURQUOI ET COMMENT DÉPISTER? Des études contrôlées et randomisées ont démontré qu'un programme de dépistage basé sur un test de recherche de saignement occulte dans les selles 1,

Plus en détail

Dépistage organisé du cancer colorectal. Adoption d un test immunologique

Dépistage organisé du cancer colorectal. Adoption d un test immunologique Dépistage organisé du cancer colorectal Adoption d un test immunologique Un dépistage efficace pour un cancer fréquent et grave Le cancer colorectal : 3 ème cancer le plus fréquent 2 ème cancer le plus

Plus en détail

Formation programme cantonal dépistage du cancer colorectal.

Formation programme cantonal dépistage du cancer colorectal. Formation programme cantonal dépistage du cancer colorectal. Première partie Cancer colorectal: épidémiologie et prévention Dr PD MER Jean-Luc Bulliard Division des Maladies Chroniques - CHUV Jean-Luc.Bulliard@chuv.ch

Plus en détail

1 million de Nx cas / an Dc / an 50 % de survie à 5ans

1 million de Nx cas / an Dc / an 50 % de survie à 5ans 4 - Fréquent : (Amérique Nord; Europe de l ouest; Japon ; Australie) - Grave : Mortalité élevée Chiffres alarmants. 1 million de Nx cas / an 500 000 Dc / an 50 % de survie à 5ans Le cancer colo-rectal

Plus en détail

LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL

LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL Dépistage du cancer colorectal (CCR) Reconnaître l importance du dépistage du CCR. Comprendre la progression des lésions pré-néoplasiques vers l adénocarcinome. Identifier

Plus en détail

Fiche mémo cancer colorectal (CCR)

Fiche mémo cancer colorectal (CCR) Fiche mémo Cancer colorectal : modalités de dépistage et de prévention chez les sujets à risque élevé et très élevé Mai 2017 Le cancer colorectal (CCR) est une tumeur maligne du côlon ou du rectum. Il

Plus en détail

Etat des lieux des Cancers Colo-Rectaux en Algérie Point de vue de l OM DZ. K.BOUZID E.H.S Centre P & M CURIE Alger

Etat des lieux des Cancers Colo-Rectaux en Algérie Point de vue de l OM DZ. K.BOUZID E.H.S Centre P & M CURIE Alger Etat des lieux des Cancers Colo-Rectaux en Algérie 2016. Point de vue de l OM DZ. K.BOUZID E.H.S Centre P & M CURIE Alger Le cancer est-il approprié pour le dépistage? 1/cancer fréquent 2/haute prévalence

Plus en détail

Professeur titulaire Département de médecine familiale Université Laval

Professeur titulaire Département de médecine familiale Université Laval Michel Labrecque MD, MSc Professeur titulaire Département de médecine familiale Université Laval Objectifs Préciser l état des connaissances sur le dépistage du cancer colorectal Discuter de la ligne de

Plus en détail

PREVENTION. Fréquence. Facteurs de Risque. Dépistage

PREVENTION. Fréquence. Facteurs de Risque. Dépistage PREVENTION Le côlon est la partie du tube digestif qui est comprise entre l anus et la dernière anse de l intestin grêle (appelé aussi iléon). Dans le langage courant, on désigne le côlon sous le terme

Plus en détail

Cancer Colorectal.

Cancer Colorectal. www.gefluc-paris.fr Cancer colorectal : points clés En France, le cancer colorectal est le 3 ème cancer le plus fréquent et meurtrier tous sexes confondus. Il se développe dans sa grande majorité chez

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal: que proposer? Marc Van den Eynde Février 2011

Dépistage du cancer colorectal: que proposer? Marc Van den Eynde Février 2011 Dépistage du cancer colorectal: que proposer? Marc Van den Eynde Février 2011 1 Epidemiologie Le cancer colorectal est fréquent et de mauvais pronostic: 2 e cancer chez la femme 3 e cancer chez l homme

Plus en détail

Dépistage du cancer colo-rectal

Dépistage du cancer colo-rectal Dossier 1 Dépistage du cancer colo-rectal Énoncé Vous suivez en gastro-entérologie Mme C. depuis ses 21 ans, dans le cadre d'une maladie de Crohn. Elle a actuellement 34 ans. Elle vous interroge sur le

Plus en détail

Le cancer colorectal (CCR) est le deuxième cancer le

Le cancer colorectal (CCR) est le deuxième cancer le D une importance vitale! Gilles Jobin, MD, FRCPC, MSc Mise àj our Présenté dans le cadre de la conférence : Les 15 e Journées annuelles du Département de médecine, Université de Montréal, novembre 2006

Plus en détail

PROGRAMME NATIONAL DE DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL. Passage au test immunologique

PROGRAMME NATIONAL DE DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL. Passage au test immunologique PROGRAMME NATIONAL DE DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL Passage au test immunologique 2 LE CANCER COLORECTAL (CCR) : un enjeu de santé publique 3 e cancer le plus fréquent : 2 e cancer chez la femme

Plus en détail

Enquête prospective «Une Semaine d Endoscopie en France» Edition 2012 : résultats préliminaires

Enquête prospective «Une Semaine d Endoscopie en France» Edition 2012 : résultats préliminaires Enquête prospective «Une Semaine d Endoscopie en France» Edition 2012 : résultats préliminaires Christian BOUSTIERE, Christophe CELLIER et l ensemble du Conseil d Administration de la Société Française

Plus en détail

Nouveautés en Cancérologie. P. Michel Service d Hépato-Gastroentérologie et Nutrition CHU de Rouen

Nouveautés en Cancérologie. P. Michel Service d Hépato-Gastroentérologie et Nutrition CHU de Rouen Nouveautés en Cancérologie P. Michel Service d Hépato-Gastroentérologie et Nutrition CHU de Rouen Survival distribution function Etude CORRECT: Question : Regorafenib en n ligne SG 1.00 0.75 Regorafenib

Plus en détail

XVI émes JPC Dr Samir Hochlaf 02 Octobre 2010

XVI émes JPC Dr Samir Hochlaf 02 Octobre 2010 XVI émes JPC Dr Samir Hochlaf 02 Octobre 2010 Données épidémiologiques Dans le monde : Incidence : 945 000 nouveaux cas/an Décès par CCR : 490 000/an En Europe: Incidence : 360 000 Décès par CCR : 200

Plus en détail

Dépistages organisés du cancer : état des lieux et perspectives

Dépistages organisés du cancer : état des lieux et perspectives Dépistages organisés du cancer : état des lieux et perspectives Dr Anne DELORAINE, DOC Savoie Dr Catherine EXBRAYAT, ODLC Isère Dr Claudine MATHIS, RDC Haute Savoie Les incontournables 2014 en cancérologie

Plus en détail

Les cancers colorectaux (148) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Les cancers colorectaux (148) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Les cancers colorectaux (148) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Anatomie, vascularisation et drainage lymphatique du recto-colon Anatomie du pelvis Adénome du colon Anatomo-pathologie

Plus en détail

Syndrome de Lynch Congrès national de la SMMAD 2014 JC Saurin, Lyon

Syndrome de Lynch Congrès national de la SMMAD 2014 JC Saurin, Lyon Syndrome de Lynch Congrès national de la SMMAD 2014 JC Saurin, Lyon Definition : prédisposition au cancer colorectal, Endomètre, ovaire, voies urinaires, estomac, grêle, dermatologique, biliaire, SNC Mutation

Plus en détail

La rectosigmoïdoscopie a t elle sa place dans le dépistage du cancer colorectal? D. Lamarque

La rectosigmoïdoscopie a t elle sa place dans le dépistage du cancer colorectal? D. Lamarque La rectosigmoïdoscopie a t elle sa place dans le dépistage du cancer colorectal? D. Lamarque Risque de cancer colorectal Problème du dépistage du cancer colorectal 36700 nouveaux cas cancers colorectaux

Plus en détail

Cancer colorectal. Pr Ortega Deballon Service de Chirurgie Digestive et Cancérologique CHU Bocage Central

Cancer colorectal. Pr Ortega Deballon Service de Chirurgie Digestive et Cancérologique CHU Bocage Central Cancer colorectal Pr Ortega Deballon Service de Chirurgie Digestive et Cancérologique CHU Bocage Central PLAN 1. Cancer 2. Colorectal 3. Epidémiologie 4. Causes et développement 5. Dépistage 6. Manifestations

Plus en détail

Syndrome HNPCC : Détection et Conduite à tenir. Tursac octobre Pauline Roumeguère, Bordeaux

Syndrome HNPCC : Détection et Conduite à tenir. Tursac octobre Pauline Roumeguère, Bordeaux Syndrome HNPCC : Détection et Conduite à tenir Tursac octobre 2006. Pauline Roumeguère, Bordeaux Forme la plus fréquente des cancers colorectaux familliaux : 2 à 4 % des CCR Maladie génétique, autosomique

Plus en détail

TROUBLES FONCTIONNELS INTESTINAUX QUELS EXAMENS POUR QUELS PATIENTS? Réunion d enseignementd Inter-Région Sud-Ouest 28 octobre 2005

TROUBLES FONCTIONNELS INTESTINAUX QUELS EXAMENS POUR QUELS PATIENTS? Réunion d enseignementd Inter-Région Sud-Ouest 28 octobre 2005 TROUBLES FONCTIONNELS INTESTINAUX QUELS EXAMENS POUR QUELS PATIENTS? Réunion d enseignementd Inter-Région Sud-Ouest 28 octobre 2005 Définitions (1) Troubles fonctionnels intestinaux (TFI) = colopathie

Plus en détail

PREVENTION ET DEPISTAGE DES CANCERS EN MEDECINE GENERALE

PREVENTION ET DEPISTAGE DES CANCERS EN MEDECINE GENERALE PREVENTION ET DEPISTAGE DES CANCERS EN MEDECINE GENERALE Dr GARDON G. Melle PIANO V. 31/10/2010 1 Plan de la séance - Objectifs de la séance - Introduction magistrale - 1er cas clinique selon ECN - Corrigé

Plus en détail

Directives pour le dépistage et le suivi de la Polypose Adénomateuse Familiale (FAP )

Directives pour le dépistage et le suivi de la Polypose Adénomateuse Familiale (FAP ) Directives pour le dépistage et le suivi de la Polypose Adénomateuse Familiale (FAP ) 12/09/2007 Résumé Patients atteints de Polypose Adénomateuse Familiale (FAP) classique 1. Suivi endoscopique après

Plus en détail

LE CANCER DU COLON et du RECTUM

LE CANCER DU COLON et du RECTUM LE CANCER DU COLON et du RECTUM Quelle fréquence et gravité en France? Comment le dépister? Comment le prévenir? Qui est à risque? Service de Gastro Entérologie Nutrition Hôpital Rangueil CHU de Toulouse

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 Réduire les risques Etes-vous un homme «à risque»? Si un ou plusieurs des facteurs ci-dessous vous concerne, vous êtes un homme à risque. Si vous cumulez plusieurs

Plus en détail

Coloscopie virtuelle: comment débuter?

Coloscopie virtuelle: comment débuter? Coloscopie virtuelle: comment débuter? N. Siauve, L Fournier, C Grataloup, A Hernigou CA Cuénod, G Frija Hôpital Européen G. Pompidou Paris, France Il est temps de s intéresser à la coloscopie virtuelle.

Plus en détail

Dépistage organisé du cancer colorectal en France : Evaluation du programme national sur 46 départements pour la période

Dépistage organisé du cancer colorectal en France : Evaluation du programme national sur 46 départements pour la période Evaluation du programme national sur 46 départements pour la période 2008-2009 V e Congrès International d Epidémiologie ADELF/EPITER, 12-14 septembre 2012, Bruxelles K Leuraud, D Jezewski-Serra, E Salines

Plus en détail

Oncogénétique: génétique constitutionnelle, génétique somatique et tests théranostiques. Médecine prédictive

Oncogénétique: génétique constitutionnelle, génétique somatique et tests théranostiques. Médecine prédictive Oncogénétique: génétique constitutionnelle, génétique somatique et tests théranostiques Médecine prédictive Novembre 2015 Oncogénétique: génétique constitutionnelle, génétique somatique et tests théranostiques

Plus en détail

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS Avec près de 42000 nouveaux cas et 17500 décès en 2013, le cancer colorectal est le 3 e cancer le plus fréquent en termes d incidence

Plus en détail

PLUs d excuses, faites le test!

PLUs d excuses, faites le test! Je n ai pas le temps. Ce n est pas pour moi. Cela fait mal? J ai peur. Vous avez entre 55 et 74 ans? Vous recevrez un test de dépistage à la maison en 2016 ou en 2017 PLUs d excuses, faites le test! Le

Plus en détail

Les MICI de l enfant. Dr C.Borderon CHU Clermont-Ferrand

Les MICI de l enfant. Dr C.Borderon CHU Clermont-Ferrand Les MICI de l enfant Dr C.Borderon CHU Clermont-Ferrand Introduction Maladie de Crohn (MC) Principale préoccupation chez l enfant Retentissement sur croissance et développement pubertaire Leur surveillance

Plus en détail

LE CANCER COLORECTAL

LE CANCER COLORECTAL LE CANCER COLORECTAL Définition Le cancer colorectal est une maladie des cellules qui tapissent l'intérieur du côlon ou du rectum. Il se développe à partir d une cellule initialement normale qui se transforme

Plus en détail

CONTRE LES CANCERS VOS CONSEILS DÉPISTAGE

CONTRE LES CANCERS VOS CONSEILS DÉPISTAGE CONTRE LES CANCERS VOS CONSEILS DÉPISTAGE SE FAIRE DÉPISTER POUR MIEUX SOIGNER OU ÉVITER UN CANCER LE DÉPISTAGE DES CANCERS, UNE CHANCE > SE FAIRE DÉPISTER POUR MIEUX SOIGNER OU ÉVITER UN CANCER Le dépistage

Plus en détail

ne tue pas! Le dépistage Ensemble luttons avec le dépistage contre le cancer colorectal PLACE RÉSERVÉE

ne tue pas! Le dépistage Ensemble luttons avec le dépistage contre le cancer colorectal PLACE RÉSERVÉE Le dépistage ne tue pas! Ensemble luttons contre le cancer colorectal avec le dépistage PLACE RÉSERVÉE Pour en savoir plus sur le dépistage du cancer colorectal, parlez-en avec votre médecin ou contactez

Plus en détail

Oncogénétique et cancers digestifs Les indications de la consultation d oncogénétique. Dr Gaillard CHU Reims 2 octobre 2015

Oncogénétique et cancers digestifs Les indications de la consultation d oncogénétique. Dr Gaillard CHU Reims 2 octobre 2015 Oncogénétique et cancers digestifs Les indications de la consultation d oncogénétique Dr Gaillard CHU Reims 2 octobre 2015 Indications de la consultation d oncogénétique Cancers digestifs (colo-rectaux:

Plus en détail

Yves Gandon CANCER DU COLON

Yves Gandon CANCER DU COLON Yves Gandon CANCER DU COLON Contexte Problème de santé publique : 2 nd K pays développés, 2/3 des CCR Colon : 30000 nouveaux cas/ an en France Mortalité baisse : précocité du diagnostic amélioration des

Plus en détail

DÉPISTAGE / DÉTECTION PRÉCOCE DU CANCER DE LA PROSTATE : CHEZ QUI ET COMMENT L ENVISAGER EN 2016?

DÉPISTAGE / DÉTECTION PRÉCOCE DU CANCER DE LA PROSTATE : CHEZ QUI ET COMMENT L ENVISAGER EN 2016? DÉPISTAGE / DÉTECTION PRÉCOCE DU CANCER DE LA PROSTATE : CHEZ QUI ET COMMENT L ENVISAGER EN 2016? Vincent Flamand APHNEP, le 04.02.2016 Ce que nous savons Ce que nous savons Tendances incidence et mortalité

Plus en détail

HEMORRAGIE DIGESTIVE

HEMORRAGIE DIGESTIVE Université Abou bakr Belkaid Tlemcen- faculté de médecine I-Definition II-Physiopathologie Janvier 2016 3éme année médecine Module de sémiologie HEMORRAGIE DIGESTIVE 1- Mécanisme de l hémorragie 2-Les

Plus en détail

Mars Bleu Dossier de presse

Mars Bleu Dossier de presse ² Mars Bleu 2013 Mois de mobilisation contre le cancer colorectal Dossier de presse Sommaire 1- Présentation. 2 2- Les enjeux. 3 3- Le dépistage organisé du cancer colorectal... 4 à 5 4- Les actions 6

Plus en détail

Dépistage organisé du cancer colorectal : listing des indicateurs disponibles

Dépistage organisé du cancer colorectal : listing des indicateurs disponibles Dépistage organisé du cancer colorectal : listing des indicateurs disponibles L objectif du dépistage du cancer colorectal est de réduire la mortalité par ce cancer et d en diminuer l incidence. L annexe

Plus en détail

Surveillance d un cancer colo-rectal opéré J Desrame Hôpital Jean Mermoz, Lyon

Surveillance d un cancer colo-rectal opéré J Desrame Hôpital Jean Mermoz, Lyon Surveillance d un cancer colo-rectal opéré J Desrame Hôpital Jean Mermoz, Lyon Pourquoi surveiller un cancer colo-rectal opéré? Récidive de polypes Risque de rechute anastomotique : 2 à 4 % Risque de Cancer

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

LES CANCERS DIGESTIFS

LES CANCERS DIGESTIFS LES CANCERS DIGESTIFS Les cancers digestifs n ont souvent pas de symptômes. Ils peuvent toucher tous les organes : œsophage, estomac, foie, pancréas, rectum, colon Cancer colorectal C est une transformation

Plus en détail

Modélisation médico économique du dépistage du cancer colorectal. Idir Ghout, Isabelle Durand- Zaleski et Iradj Sobhani

Modélisation médico économique du dépistage du cancer colorectal. Idir Ghout, Isabelle Durand- Zaleski et Iradj Sobhani Modélisation médico économique du dépistage du cancer colorectal Idir Ghout, Isabelle Durand- Zaleski et Iradj Sobhani Classement d une stratégie nouvelle par rapport à la stratégie de référence (Rappel)

Plus en détail

Docteurs Mondet et Boyer

Docteurs Mondet et Boyer VOUS AVEZ DES QUESTIONS CONCERNANT LE DEPISTAGE ET LA DETECTION PRECOCE DU CANCER DE PROSTATE? VOICI QUELQUES ELEMENTS DE REPONSE. POURQUOI? POURQUOI PAS? POUR QUI? COMMENT? Docteurs Mondet et Boyer 05/01/2015

Plus en détail

EPIDÉMIOLOGIE DU CANCER

EPIDÉMIOLOGIE DU CANCER EPIDÉMIOLOGIE DU CANCER FORMATION INFIRMIÈRE EN ONCOLOGIE-HÉMATOLOGIE BESANCON, LE 26/01/2012 MOUILLET GUILLAUME, ONCOLOGIE MÉDICALE Définition : ÉPIDÉMIOLOGIE Discipline qui a pour but l étude de la distribution

Plus en détail

DOSSIER DE PRESENTATION 2010

DOSSIER DE PRESENTATION 2010 DOSSIER DE PRESENTATION 2010 Dépistage organisé des cancers en Isère Sein - Col utérin - Colon rectum G:\AJoS\MEDIAS\DOSSIERS PRESSE\dossier1 presse Last 2010.doc 1 La mission de santé publique de l ODLC

Plus en détail

REUNION D INFORMATION

REUNION D INFORMATION REUNION D INFORMATION DEPISTAGE ORGANISE DU CANCER COLORECTAL DANS L INDRE RESULTATS PARTIELS PREMIERE CAMPAGNE : OCTOBRE 2009- SEPTEMBRE 2011 ARGENTON-SUR-CREUSE le 12 octobre 2011 Dépistage du cancer

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal à la Martinique

Dépistage du cancer colorectal à la Martinique Jeudi 10 mars 2016 Dépistage du cancer colorectal à la Martinique Version V1 du 24/02/2016 1 Dépistage du cancer colorectal à la Martinique Épidémiologie du cancer colorectal Version V1 du 24/02/2016 2

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le dépistage organisé du cancer colorectal Jeudi 10 mars 2011 Contact presse

DOSSIER DE PRESSE Le dépistage organisé du cancer colorectal Jeudi 10 mars 2011 Contact presse DOSSIER DE PRESSE Le dépistage organisé du cancer colorectal Jeudi 10 mars 2011 Contact presse Sébastien PAGEAU sebastien.pageau@ars.sante.fr 1 Sommaire Communiqué de presse page 3 Le Plan cancer 2009-2013

Plus en détail

Questions et réponses Chapitre 16 La prévention en milieu clinique 1

Questions et réponses Chapitre 16 La prévention en milieu clinique 1 Questions et réponses Chapitre 16 La prévention en milieu clinique 1 Définir le rôle du clinicien en prévention Expliquer les liens entre l histoire naturelle d une maladie et les niveaux de prévention

Plus en détail

Enquête auprès des médecins. généralistes des Pyrénées-Orientales

Enquête auprès des médecins. généralistes des Pyrénées-Orientales Etat des lieux du dépistage du cancer colorectal en France Enquête auprès des médecins généralistes des Pyrénées-Orientales Thèse pour le doctorat en médecine Présentée par Solène Goulaouic 12 Décembre

Plus en détail

Prise en charge des cancers du colon

Prise en charge des cancers du colon Prise en charge des cancers du colon Pr B. HEYD Service de Chirurgie Viscérale, Digestive et Cancérologique Unité de transplantation Hépatique CHU Besançon Cancers colo rectaux 34 000 nouveaux cas 65 %

Plus en détail

Principes de la chirurgie carcinologique

Principes de la chirurgie carcinologique Principes de la chirurgie carcinologique Chirurgie carcinologique Introduction: Pendant longtemps, la chirurgie a représenté LE SEUL TRAITEMENT des tumeurs solides Aujourd hui, la chirurgie RESTE le traitement

Plus en détail

Passage au test immunologique Les points clés du nouveau dispositif

Passage au test immunologique Les points clés du nouveau dispositif PROGRAMME NATIONAL DE DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL Passage au test immunologique Les points clés du nouveau dispositif SOMMAIRE : I - Le dépistage du cancer colorectal chez les personnes à risque

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Lundi 13 octobre 2008, 15 heures. Mairie de Saint-Palais (64)

DOSSIER DE PRESSE. Lundi 13 octobre 2008, 15 heures. Mairie de Saint-Palais (64) DOSSIER DE PRESSE du dépistage organisé du cancer colorectal dans les Pyrénées-Atlantiques Lundi 13 octobre 2008, 15 heures. Mairie de Saint-Palais (64) Contacts presse : Soizick ABAUTRET Cpam de Bayonne

Plus en détail

Test immunochimique de recherche de sang occulte dans les selles

Test immunochimique de recherche de sang occulte dans les selles Test immunochimique de recherche de sang occulte dans les selles Détermination d un seuil de positivité pour démarrer les projets de démonstration du PQDCCR Réalisé par Eric Potvin, Ph.D. En collaboration

Plus en détail

Faut-il un dépistage systématique dans les maladies de surcharge lysosomale? Ségolène Aymé

Faut-il un dépistage systématique dans les maladies de surcharge lysosomale? Ségolène Aymé Faut-il un dépistage systématique dans les maladies de surcharge lysosomale? Ségolène Aymé ayme@orpha.net Dépistage en population Problèmes spécifiques: - Les individus concernés sont par définition à

Plus en détail

Je m informe sur les Maladies

Je m informe sur les Maladies Je m informe sur les Maladies Inflammatoires Chroniques de l Intestin (MICI) Les MICI regroupent la maladie de Crohn et la Recto-Colite Hémorragique (RCH), qui se caractérisent par une inflammation de

Plus en détail

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM - 1/6- Lundi 02/04/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM I/ INTRODUCTION : En France le cancer colorectal est le premier des cancers

Plus en détail

Cancer du rectum avec métastases synchrones

Cancer du rectum avec métastases synchrones Cancer du rectum avec métastases synchrones Jean-Baptiste Bachet Philippe Rougier Fédération des Spécialités Digestives Hôpital Ambroise Paré, Boulogne, France Épidémiologie 36 000 cancer colorectaux /

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal. Tuyau ou écouvillon? De la pertinence de laisser le choix au patient

Dépistage du cancer colorectal. Tuyau ou écouvillon? De la pertinence de laisser le choix au patient Dépistage du cancer colorectal Tuyau ou écouvillon? De la pertinence de laisser le choix au patient Le cancer colorectal : un cancer insidieux Stade et survie à 5 ans Stade I (15%) 85-95% Stade II (20-30%)

Plus en détail

Cout du dépistage organisé du CCR

Cout du dépistage organisé du CCR Cout du dépistage organisé du CCR Docteur Anne Calazel - Toulouse AG du CREGG 25 et 26 Septembre 2009, Disneyland Resort Paris Politique du dépistage Dépistage = diagnostic d une maladie inconnue Le pronostic

Plus en détail

DIAPORAMA DE FORMATION

DIAPORAMA DE FORMATION DIAPORAMA DE FORMATION Incidence du cancer en France Les principes du dépistage La campagne de dépistage du cancer du sein La campagne de dépistage du cancer colorectal 2 Fréquence et mortalité des cancers

Plus en détail

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009 Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP par le Dr Jean-Louis DUJARDIN FMC La Châtre Mardi 06 octobre 2009 Programme de dépistage du Cancer Colo Rectal (CCR) CREDEP La Châtre

Plus en détail

Dr. Côme LEPAGE. La Surveillance du cancer colo-rectal opéré

Dr. Côme LEPAGE. La Surveillance du cancer colo-rectal opéré Dr. Côme LEPAGE La Surveillance du cancer colo-rectal opéré Connaître les outils et les modalités de surveillance Connaître le niveau de preuve d une surveillance intensive Conflits d intérêts Le Dr Côme

Plus en détail

Le dépistage. Le dépistage : une démarche préventive capitale. Dépistage organisé ou individuel? Le dépistage organisé

Le dépistage. Le dépistage : une démarche préventive capitale. Dépistage organisé ou individuel? Le dépistage organisé Accueil > Assurance Maladie /> Prenez soin de votre santé /> Le dépistage / www.cprpsncf.fr Le dépistage Le dépistage : une démarche préventive capitale Le dépistage du cancer du sein Le dépistage du cancer

Plus en détail

Introduction : La Démarche diagnostique

Introduction : La Démarche diagnostique PERFORMANCES D UN TEST DIAGNOSTIQUE «Malgré les précisions atomiques des balances modernes, on n'arrive pas encore à mesurer le poids exact de la solitude.» Georges Raby, Extrait du «Les Dents longues»

Plus en détail

Dysplasies et Cancer du col de l Utérus. Dépistage et Traitement

Dysplasies et Cancer du col de l Utérus. Dépistage et Traitement Dysplasies et Cancer du col de l Utérus Dépistage et Traitement JNI 2007 Professeur Patrice Mathevet Cancer du col utérin en France : en 2000 Incidence : 3 387 cas par an (7 ème position) Mortalité : 1

Plus en détail

Mois de sensibilisation au dépistage du cancer colorectal

Mois de sensibilisation au dépistage du cancer colorectal Mois de sensibilisation au dépistage du cancer colorectal Depuis 2008, le mois de mars est dédié à la mobilisation contre le cancer colorectal. Afin de sensibiliser la population cible à l importance du

Plus en détail

Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques

Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques 3 V o l u m e Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques Volume 2 : Epidémiologie - Situation et actions Volume 3 : Prise en charge Etude des stades de diagnostic et des résultats des traitements

Plus en détail

Schémas d étude. Dr Julien Mancini Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale

Schémas d étude. Dr Julien Mancini Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale Schémas d étude Dr Julien Mancini julien.mancini@univmed.fr Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale Faculté de Médecine de Marseille, Université de la Méditerranée

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION Rapports d activité de dépistage

DOCUMENT D INFORMATION Rapports d activité de dépistage DOCUMENT D INFORMATION Rapports d activité de dépistage Ce qui s est passé Postes Canada ne peut confirmer la livraison de 15 rapports d activité de dépistage contenant des renseignements personnels sur

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez la femme

Prévenir... les cancers chez la femme Prévenir... les cancers chez la femme 17 Réduire les risques Etes-vous une femme «à risque»? Si un ou plusieurs des facteurs ci-dessous vous concerne, vous êtes une femme à risque. Si vous cumulez plusieurs

Plus en détail

Populations à risque de carcinome anal

Populations à risque de carcinome anal Populations à risque de carcinome anal Identification - Dépistage Traitements des stades «intra-muqueux» Prévention Ghislain STAUMONT Clinique St Jean Languedoc - Hôpital Rangueil - TOULOUSE Conflits d

Plus en détail

UE SANTE SOCIETE HUMANITE

UE SANTE SOCIETE HUMANITE UE SANTE SOCIETE HUMANITE Module Santé Publique DCEM1, 2 ème Session, juin 2012 Ce sujet comporte 5 pages et 20 QCM. Le nombre de réponses correctes peut varier de 1 à 5. 1 QCM 1 : La prévention secondaire

Plus en détail

INDICATEURS D EVALUATION DU PROGRAMME DE DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL

INDICATEURS D EVALUATION DU PROGRAMME DE DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL DU PROGRAMME DE DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL Comité Technique et Prospective, dépistage du cancer colorectal, 14/12/2016 Evaluation du programme par ex INVS, Santé publique France (arrêté du

Plus en détail

Cancer du pancréas: les étapes importantes du parcours? Frédéric Di Fiore

Cancer du pancréas: les étapes importantes du parcours? Frédéric Di Fiore Cancer du pancréas: les étapes importantes du parcours? Frédéric Di Fiore Contexte: un parcours complexe identifié Cancer du pancréas : un parcours complexe défini comme une priorité du plan cancer 3 2014-2019

Plus en détail

Surveillance d'une femme traitée pour un cancer gynécologique

Surveillance d'une femme traitée pour un cancer gynécologique Surveillance d'une femme traitée pour un cancer gynécologique LOuldamer 11 juin 2013 CHU de Tours Les défauts des consultations de surveillance Protocoles variables Malades --> anxiété --> fatigue -->

Plus en détail

DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER DU SEIN EN FRANCE

DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER DU SEIN EN FRANCE DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER DU SEIN EN FRANCE EN FRANCE 42 000 nouveaux cas en 2000 (doublement en 20 ans) 11 000 décès annuels 11 000 décès annuels (stabilité depuis 20 ans) EN FRANCE 1989 1991 1994

Plus en détail

STOMIES DIGESTIVES PRESENTATION INDICATIONS COMPLICATIONS

STOMIES DIGESTIVES PRESENTATION INDICATIONS COMPLICATIONS STOMIES DIGESTIVES PRESENTATION INDICATIONS COMPLICATIONS Jean-Pierre BAIL (CHU de Brest) PRESENTATION EPIDEMIOLOGIE AGE MOYEN : 65 ans. CANCER 60% des cas COLOSTOMIES : 75%; ILEOSTOMIES :17% TEMPORAIRES

Plus en détail

PREVENTION ET DEPISTAGE DES CANCERS EN MEDECINE GENERALE

PREVENTION ET DEPISTAGE DES CANCERS EN MEDECINE GENERALE PREVENTION ET DEPISTAGE DES CANCERS EN MEDECINE GENERALE Dr GARDON G. Dr PIANO V. UFR MEDECINE DERMG DCEM 3 : 2011/2012 05/12/2011 1 Plan de la séance - Objectifs de la séance - 1er cas clinique selon

Plus en détail

Patho Chir. Court 3 Pathologie du colon

Patho Chir. Court 3 Pathologie du colon Patho Chir Court 3 Pathologie du colon Colopathie fonctionnelle Colon irritable ou colon spasmodique Clinique trois symptômes majeurs: 1. les douleurs abdominales, 2. la constipation 3. la diarrhée Chronique

Plus en détail

Clinique Chirurgicale A CHU Mustapha

Clinique Chirurgicale A CHU Mustapha MORBIDITÉ MORTALITÉ DE LA CHIRURGIE COLO-RECTALE A.CHETOUANE, A.ANOU, O.BENHADID, A.DJITLI, Y.BENMEDDOUR, A.OURABAH, Z.IMESSAOUDENE Clinique Chirurgicale A CHU Mustapha MATÉRIEL D ÉTUDE Il s agit d une

Plus en détail

Dépistage du cancer du col utérin : intérêts du frottis

Dépistage du cancer du col utérin : intérêts du frottis Dépistage du cancer du col utérin : intérêts du frottis Yves Aubard Cancer du col 1 Introduction Troisième cancer de la femme à l échelon mondial Dans de nombreux pays en voie de développement Le premier

Plus en détail

MARS BLEU, MOIS DE PROMOTION DU DEPISTAGE DU CANCER COLORECTAL

MARS BLEU, MOIS DE PROMOTION DU DEPISTAGE DU CANCER COLORECTAL MARS BLEU, MOIS DE PROMOTION DU DEPISTAGE DU CANCER COLORECTAL 1 Conférence de presse Mars Bleu 26 février 2016 Un geste simple peut vous sauver la vie 2015 marque une véritable avancée dans le dépistage

Plus en détail

Dépistage organisé. Edito 57.2% Dépistage organisé du cancer colorectal

Dépistage organisé. Edito 57.2% Dépistage organisé du cancer colorectal BILAN DE LA CAMPAGNE DE DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER DU SEIN POUR LES ANNÉES 2008-2009. Nombre d invitations envoyées : 73 660 42 836 femmes ont été dépistées. TAUX DE PARTICIPATION DES DÉPARTEMENTS EN

Plus en détail

Facteurs de risques et dépistage du cancer gastrique. D. Lamarque

Facteurs de risques et dépistage du cancer gastrique. D. Lamarque Facteurs de risques et dépistage du cancer gastrique D. Lamarque Cancer gastrique : Un problème de Santé publique! 2ème cancer digestif en France! Environ 7000 nouveaux cas de cancers par an! 3,4 % des

Plus en détail

La consultation d oncogénétique

La consultation d oncogénétique La consultation d oncogénétique Qu est-ce que l oncogénétique? L oncogénétique est une spécialité médicale cherchant à comprendre et diagnostiquer les formes familiales de certains cancers. En effet, dans

Plus en détail

Tests de dépistage biologiques : Sensibilité, spécificité, valeur prédictive

Tests de dépistage biologiques : Sensibilité, spécificité, valeur prédictive Tests de dépistage biologiques : Sensibilité, spécificité, valeur prédictive Le test de dépistage Un bon test de dépistage doit : être fiable et reproductible être facile à appliquer et à accepter par

Plus en détail