SOMMAIRE I STRUCTURE DU TERRITOIRE COMMUNAL II ÉVOLUTION DU TERRITOIRE III - LA PHYSIONOMIE DE LA COMMUNE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOMMAIRE I STRUCTURE DU TERRITOIRE COMMUNAL II ÉVOLUTION DU TERRITOIRE III - LA PHYSIONOMIE DE LA COMMUNE"

Transcription

1

2 I STRUCTURE DU TERRITOIRE COMMUNAL I.1 Situation générale dans les paysages de l Oise I.2 Les caractéristiques paysagères de Mortefontaine au regard des motifs identitaires repérés pour le Plateau du Valois Multien forestier I.3 Principales composantes du territoire I.4 Topographie et hydrographie I.5 Le massif forestier (Domaine des Trois Forêts) I.6 Une diversité de milieux à protéger II ÉVOLUTION DU TERRITOIRE II.2 Les tracés de voies II.3 La variation des limites communales entre 1789 et 1810 II.4 Le plan d alignement de voirie urbaine 1844 II.5 Les transformations historiques du cours de la Thève SOMMAIRE III - LA PHYSIONOMIE DE LA COMMUNE le territoire III.1 Les entités paysagères III.2 Montmélian III.3 La Thève III.4 Les séquences de la Thève III.5 Les formes végétales remarquables III.6 Les perspectives et points de vue emblématiques IIII.7 Un territoire partagé entre de grandes propriétés l agglomération III.9 Le village - rues et chemins III.10 La fontaine III.11 Une église dans le paysage III.12 La pépinière du Petit Parc III.13 Montaby III.14 L agglomération et ses limites III.15 Des espaces de développement pour l agglomération IV ANNEXES - REPÈRESDANSL HISTOIREDUDOMAINEDE MORTEFONTAINE Nota bene Pour écrire cette étude, nous avons eu souvent l opportunité de nous référer et de citer en totalité ou en partie des textes anciens, principalement du XIXème siècle, pour certains de nature poétique. Nous avons cru devoir conserver l orthographe de leur temps et respecter les majuscules IV.1 Les grands hommes de Mortefontaine IV.2 Les grandes heures de Mortefontaine IV.3 Promenade dans le domaine de Mortefontaine IV.4 Une étude urbaine des années 1970 D. Joseph-François, architecte (mandataire) + C. Leblanc, paysagiste et A. Vénacque, architecte Parc Naturel Régional Oise Pays de France 3

3 I - STRUCTURE DU TERRITOIRE COMMUNAL D. Joseph-François, architecte (mandataire) + C. Leblanc, paysagiste et A. Vénacque, architecte Parc Naturel Régional Oise Pays de France 5

4 I - STRUCTURE DU TERRITOIRE COMMUNAL Source : Entité paysagère du Valois Multien Atlas des paysages de l Oise, 2006 Plateau forestier Vallée de l Automne Source : Sous-entité du plateau forestier Atlas des paysages de l Oise, 2006 I.1 - Situation générale dans les paysages de l Oise Le territoire de Mortefontaine s inscrit dans l entité paysagère du Valois Multien, un vaste plateau bordé par les vallées de l Oise, de l Automne et de l Ourcq. De une grande diversité de paysages, sans pour autant effacer son identité forestière et agricole. L ouest du plateau est majoritairement occupé par de grands massifs quadrillés de larges allées, parsemés de villages-clairières. L est est plus agricole, couvert par des grandes cultures. Les villages y apparaissent dominés par un clocher ou un château d eau. On trouve un paysage de polycultures accompagné de pâtures dans les vallées humides. L urbanisation, plus dense à l ouest, reste concentrée le long des grands axes de communication. L ensemble du Valois Multien subit le rayonnement de la région parisienne. développement urbain mais aussi dans le développement du tourisme km N km N Plateau agricole Mortefontaine s inscrit plus précisément dans la sous-entité du «Valois Multien forestier». Située à l extrémité ouest forestiers scindés par des petites vallées humides. C est la partie la plus urbanisée et la plus touristique du plateau, avec un patrimoine naturel et historique très riche. Paysage de boisements Paysage de polyculture Paysage de pâtures dans des vallées à versants doux Paysage urbain Parc Naturel Régional Oise-Pays de France 6

5 I - STRUCTURE DU TERRITOIRE COMMUNAL I.2 - Les caractéristiques paysagères de Mortefontaine au regard des motifs identitaires repérés pour le Plateau du Valois Multien forestier Des forêts historiques et exploitées Un patrimoine historique lié à l eau motifs identitaires récurrents dont Mortefontaine semble l illustration parfaite. L Atlas des paysages de l Oise fait ainsi état de forêts historiques et exploitées, de patrimoine historique lié à l eau, de routes plantées et de paysages marqués par la présence du cheval. La forêt d Ermenonville, le domaine de Vallière et son chapelet d étangs sur la Thève, les routes bordées d alignements de poiriers, de noyers ou de peupliers, les écuries de Mortefontaine correspondent totalement à cette description. Pourtant, il serait réducteur de s en remettre à cette seule qui, situé en limite sud de la sous-entité du Valois Multien, s appuie sur la forêt et s ouvre sur un paysage de grandes cultures qui s étendent entre des petits bois. La cartographie de la sous-entité pourrait ici s enrichir son échelle mais marquante à l échelle du territoire de Mortefontaine. Les routes plantées La présence du cheval Les grandes cultures agricoles et petits bois Parc Naturel Régional Oise-Pays de France 7

6 I - STRUCTURE DU TERRITOIRE COMMUNAL I.3 - Principales composantes du territoire km2 comprend une enclave dans le territoire de Plailly : la butte de Montmélian, butte boisée au milieu des terres cultivées. Situé à 37 km de Paris, Mortefontaine est aussi desservi par les sorties 7 et 8 de l autoroute A1 et le terminus du RER qui arrive à Orry la-ville. Ce territoire situé au sud de l autoroute A1 est donc bien connecté aux grandes voies de communications sans pour autant être coupé par ces axes. Dans une lecture synthétique, le territoire peut se décomposer, du nord au sud, en trois grandes parties : - un boisement forestier occupé par les activités du Golf et du C.E.R.A.M. ; - un ensemble de pâturages et de propriétés boisées constituant l environnement du domaine de Vallière et Thève; - un couloir de grandes cultures agricoles limité par des façades boisées. Ce territoire progresse de la forêt aux grandes cultures suivant une diagonale nord/est - sud/ouest. La lisière est estompée par l implantation de grandes propriétés closes, essentiellement boisées. Les murs d enceinte marquent des limites très nettes parfois soulignées par une route, comme la RD 22 à l entrée est du village. Pourtant l épaisseur des domaines brouille la perception des différentes limites m N Cartes IGN 2412 OT et 2413 OT (2002) Parc Naturel Régional Oise-Pays de France 8

7 I - STRUCTURE DU TERRITOIRE COMMUNAL I.4 - Topographie et hydrographie Le village de Mortefontaine s est structurée en s installant de part et d autre d une vallée sèche, entaillée dans le plateau, dont l axe correspond aux rues du Val et de Plailly. La rue principale (rue de l Église et rue Corot), perpendiculaire à cet axe, adopte ainsi naturellement un RD 922 au sud-est respectivement au point d intersection situé environ 20 mètres plus bas. L autre ligne déterminante du relief est la crête qui, venant de Plailly, s avance vers Charlepont et dont l extrémité nord marque l étranglement entre l étang de Vallière et l étang de la Grange. Le chemin qui relie Plailly et le château de Bertrandfosse au cimetière de Mortefontaine emprunte cette ligne haute en longeant le grand verger. Entre la rue du Val et cette hauteur, le versant exposé au était propice à l urbanisation. Historiquement, il semble que les implantations des châteaux marquent un mouvement d approches successives plus de la merveille des plans d eau et du Grand Parc. Du château de Bertrandfosse installé sur le haut du plateau (± 110 m), en passant par le château de Mortefontaine, sensiblement plus bas (100 m) mais surtout plus proche du réseau hydrographique et des vallées qui passent de d une position en terrasse surplombant l étang de l Épine et pratiquement dans l axe de la large vallée plate de cessé d inspirer les entreprises humaines. En plus de ces déplacements vers l eau et la beauté naturelle des milieux qui l accompagnent, l idéalisation du site a aussi conduit à d importants travaux de modelage du sol. De fait, le relief et l hydrographie que nous connaissons aujourd hui est le résultat, parfois indiscernable, du mélange entre les prédispositions favorables des lieux et les savants travaux paysagers commandés par les grands hommes de Mortefontaine au cours de l histoire m N Parc Naturel Régional Oise-Pays de France 9

8 I - STRUCTURE DU TERRITOIRE COMMUNAL I.5 - Le massif forestier (Domaine des Trois Forêts) Des pins ont été plantés, d autres espèces colonisent naturellement les espaces inoccupés. Le paysage se referme aussi lorsque de grandes zones humides se transforment en peupleraie. La baisse de la biodiversité liée à une monoculture est souvent accentuée dans le cas de la populiculture, par le drainage des zones humides. Des fossés sont creusés pour rabattre la nappe phréatique et assécher le terrain. Domaine des Trois Forêts Carte routière et touristique Michelin Environs de Paris 1/ e, ,5 5 km N e Emprise des boisements en 1724 Emprise des boisements en 2002 source: Cartes IGN 2412 OT et 2413 OT (2002) En arrivant par la RD 126, Mortefontaine apparaît dans la continuité de la forêt. Le village est rattaché à la forêt par le long mur du domaine de Vallière. Le Domaine des Trois Forêts, structuré par une trame viaire étoilée autour de grands carrefours présente une qualité paysagère exceptionnelle. Ce massif forestier rassemble une grande variété de substrats et de reliefs qui se traduit par de nombreux changements de la végétation. La forêt de Chantilly est une futaie plantée sur un plateau calcaire, composée de chênes, tilleuls, hêtres et charmes. Le territoire de Mortefontaine se rattache essentiellement à la forêt d Ermenonville, qui regroupe pinèdes et chênaies. La carte topographique de l IGN 2412 OT désigne le hameau de Charlepont mais note avec l orthographe Charlemont la prairie et la garenne voisine. Cette variation d orthographe semble une erreur typographique. En effet, toute la cartographie ancienne et notamment la carte dite de l Intendance de 1789 utilise le patronyme Charlepont pour désigner l ensemble de ces lieux-dits du territoire de Mortefontaine. Cette désignation renvoie à l histoire ancienne d un pont qui aurait été construit à cet endroit par le roi de France Charles VI ( ), pour la facilité de ses chasses. Les textes du début du XIXX e siècle, tel L indicateur des vues de Mortefontaine, parlent de «la grande prairie de Charles- Pont Le terrain que ces eaux dominent est très bas et très marécageux : aussi Charles VI, qui venait fréquemment avec un pavillon pour rendez-vous de chasse. On y découvrit il y a peu de temps un vase en cuivre doré, sur lequel était écrit, d un côté : Caroli pontem ; de l autre : Caroli loco. C est dans ses chasses aux environs du hameau dit Charles- qu il était sûr de reprendre, le fameux collier portant : Hoc mihi Cœsar donavit» (voir la reproduction complète de ce texte page 97). Il conviendrait de proposer à l IGN de corriger cette erreur dans sa prochaine édition. Carte de la Capitainerie de Halate, septembre 1724 Cette forêt avance peu à peu vers le village. La garenne de Charlepont qui marquait autrefois une grande coupure déserte entre la forêt et le village se referme. Même si Louis de Peletier plantait déjà des bosquets de Pins ou d autres espèces exotiques pour orner son parc, l étalement du massif forestier a essentiellement démarré à partir du XXX e siècle. Le golf aujourd hui dans les bois, a ouvert en 1913 au milieu du désert des bruyères. Le changement de pratiques agricoles au cours du XXX e zones humides. Parc Naturel Régional Oise-Pays de France 10

9 I - STRUCTURE DU TERRITOIRE COMMUNAL I.6 - Une diversité de milieux à protéger Mortefontaine présente une incroyable richesse faunistique naturels. Pour ne pas perdre cette richesse, différentes actions de protection ont été mises en oeuvre. Mortefontaine est concerné par: Une ZICO (Zone Importante pour la Conservation des Oiseaux) «Massif des Trois Forêts et bois du Roi» due notamment à la présence de l Engoulevent d Europe Un site Natura 2000 : ZSC (Zone Spéciale de Conservation issue de la directive Habitat) «Massif forestier d Halatte, Chantilly, Ermenonville». Le programme d un site Natura 2000 doit selon le PNR Oise-Pays de France «concilier la préservation d un site exceptionnel avec la poursuite des activités humaines traditionnelles et avec le soutien État É et de l Europe». Deux zones d intérêt écologique répertoriées par le Parc naturel régional Oise - Pays de France : la butte de Montmélian, et la vallée de la Thève amont qui est caractérisée comme étant une unité paysagère d intervention prioritaire notamment la prairie de Charlepont et la Roche Pauvre, ainsi que les domaines de Vallière et de La Ramée. Trois ZNIEFF (Zone Naturelle d Intérêt Écologique, Floristique et Faunistique) : - deux ZNIEFF de type I, «Bois de Morrière» et «Massif forestier de Chantilly et Ermenonville» ; - une ZNIEFF de type II s, le «Bois de St-Laurent». À cela s ajoute des démarches plus ponctuelles: - le réseau «Landes» engagé par le PNR Oise-Pays de France, l ONF et le conservatoire des sites naturels de Picardie pour maintenir, gérer et restaurer des landes, intègre le golf de Mortfontaine, la prairie de Charlepont et la Roche Pauvre; - l autres sites comme le C.E.R.A.M. ont une démarche landes mis en place en partenariat avec le PNR Oise - Pays de France; - une large zone comprise entre la forêt d Ermenonville et le bois de Nerval, comprenant le hameau de Montaby, est inscrite comme corridor écologique. Ce secteur permet le déplacement de la grande faune et nécessite certaines précautions. Le site Natura 2000 du massif des Trois Forêts Carte routière et touristique Michelin Environs de Paris 1/ e, ,5 5 km N Malgré ces différentes mesures, on note une perte de qualité des prairies due au changement des activités humaines. Les prairies de fauche diminuent et les bovins qui pâturaient ont été remplacés par des chevaux. Beaucoup de prairies deviennent des parcs où la qualité de l herbe importe moins car un fourrage complémentaire est apporté. Les d un boisement ordinaire. Site Natura m N Zone d interêt écologique du PNR Parc Naturel Régional Oise-Pays de France 11

10 II - ÉVOLUTION DU TERRITOIRE D. Joseph-François, architecte (mandataire) + C. Leblanc, paysagiste et A. Vénacque, architecte Parc Naturel Régional Oise Pays de France 13

11 II - ÉVOLUTION DU TERRITOIRE II.1 - Une histoire de jardiniers L histoire du domaine de Mortefontaine et de la commune sont bien illégalement occupées en première place par les propriétaires successifs du château. Louis Le Peletier de Mortefontaine, Joseph Bonaparte et le comte de Gramont la renommée de la commune à travers l exemplarité des jalonnée de fêtes splendides et de rencontres savantes entre les propriétaires, les philosophes et les artistes de leur temps, a laissé dans l ombre le travail plus quotidien et opiniâtre des jardiniers. Et c est sans doute aujourd hui de transformation apportées par l homme que l on pourrait trouver des éléments pertinents pour construire un projet urbain qui prenne en compte cette épaisseur mémorable Des pins et un platane dans le Petit Parc Plan général des jardins et environs de Mortefontaine levé par Le Rouge, Ingénieur Géo. du Roi, en Novembre 1776 Parc de Mortefontaine vers 1780 BN département des cartes et plans GE C-9606 L ombre de Monsieur de Buffon plane sur la création du Grand Parc : on raconte que Monsieur de Mortefontaine dédia à son ami une tour octogonale érigée sur l une des îles des étangs de la Grange. On pouvait y lire une glorieuse et savante dédicace au génie de la nature au-dessus de la porte d entrée : «Naturae genio, Buffoni sacer esto» ( G.E.M.O.B. p. 24). C est également la dédicace gravée sur un rocher de 10 mètres de long et 4 de haut, issue d un poème de l abbé Delille, autre familier du domaine de Mortefontaine : «Sa masse indestructible a fatigué le temps», qui nous invite de l ancienne salle de comédie, modernisée par Joseph Bonaparte, dont le fond de scène s ouvrait à volonté pour laisser découvrir la forêt, qui nous invite à renouer avec ce regard. «L horizon ne devait rien à l art de Cicéri : c était celui de la nature» écrivait en 1803 le Préfet Cambry, premier préfet de l Oise, dans son tableau administratif du département (cité par le G.E.M.O.B. p. 52). Le premier jardinier est bien évidemment l héritage de la nature, héritage constitué à Mortefontaine par le relief accidenté, de fantastiques éboulements rocheux et des sources généreuses. Au XVIII e siècle, un paysage ouvert de garennes et de bruyères, de champs sur le plateau et de prés conquis sur le marais apparaît dominant, ponctué par quelques massifs boisés. Les alentours de la tour Rochefort permettent aujourd hui d approcher une idée de cet état ancien. Dans leur désir vertueux de parfaire la nature, les jardiniers du XVIII e siècle vont planter des espèces indigènes puis exotiques, transformer le cours des rivières Parc Naturel Régional Oise-Pays de France 14

12 AD60, 1 Fi Mortefontaine est le paradis et ses propriétaires successifs en furent à la fois les créateurs et les serviteurs. Pour ce faire, il faut planter, entretenir et exploiter le patrimoine végétal du domaine. Le plan du Petit Parc établi en 1776 par l ingénieur du roi le Rouge permet de constater qu un tiers des surfaces dans l enceinte du domaine est réservé à un massif d arbres en futaie, une pépinière d arbres fruitiers et un jardin potager. Ainsi, les méandres du jardin anglo-chinois, ponctués de statues et d obélisques, se trouvent sertis par le quadrillage régulier d allées desservant des rangées de jeunes pousses destinées à augmenter ou remplacer la végétation vieillissante, et approvisionner les cuisines du château. C est sans doute à l initiative de Le Peletier que l on doit également la plantation de poiriers le long des à tous, et que le jardin d Eden nourrisse tous les habitants du village. La variété plantée devait être particulièrement rustique pour permettre à quelques sujets de résister jusqu à nos jours, malgré les agressions de la circulation contemporaine. À Mortefontaine, une tradition ancienne de cueillette des poires et de production d un cidre commémorerait ce geste bienfaiteur. Cette importante dimension de l exploitation du domaine se lit également à travers les contrats passés entre Joseph Bonaparte et Antoine-Denis Lefèvre, jardinier au village. «Dès le mois de janvier 1800, Joseph Bonaparte signe un important marché de plantations avec Antoine-Denis Lefèvre ( ), habitant à Mortefontaine. Ce dernier s engage à remettre en état le Petit Parc, il va fournir les plants, les semis et ceci pendant trois ans. Il assure deux binages annuels, aux époques qu il jugera convenables, de manière à détruire les herbes nuisibles. Ce projet est prévu pour l entretien d environ 120 arpents et il demande 115 francs l arpent pour trois ans, payables chaque année. C est un début pour parer au plus pressé. En septembre de la même année, un nouveau contrat est établi avec Antoine Lefèvre, mais cette fois il s engage à «planter». Il plantera des chênes, des bouleaux, des hêtres, des charmes. Il recevra 140 francs par arpent, et le contrat sera renouvelé pour l année suivante. Chez lui, il possède une «melonnière» avec 150 cloches où il fait pousser des melons pour les propriétaires du château» (G.E.M.O.B. p. 54). du paysage ouvert des bruyères, des prés et des garennes animaux qui deviendront aux XIXX e et XXX e siècles les principaux ornements et attraits des sous-bois pour les propriétaires et les locataires du château. L Eden des parcs de Mortefontaine fut resplendissant le temps d un demisiècle, entre les années 1770 et Si le domaine cessa d être depuis cette date une démonstration et une représentation vivante d un art des jardins, tous les sujets plantés poursuivirent leur croissance au milieu des vicissitudes de l histoire. Ce qui permet aux parcs et à leurs abords de présenter de nos jours des arbres séculaires, dont la quantité inhabituelle ferait presque oublier leur caractère exceptionnel. Il est une autre particularité de la commune : la présence continue de lignées de pépiniéristes et de forestiers qui ont poursuivi un travail de production et d exploitation des terres. Cela se remarque dans le paysage par les terres quadrillées des pépinières installées alentour des villages, à Plailly comme à Mortefontaine. La partie sud du Petit Parc, au-delà de la clôture et en deçà du Temple, tout comme l ancien tracé du chemin de fer, furent ainsi exploités puis abandonnés. Il reste un paysage singulier serré par le rythme des plantations et quadrillé par les allées de servitude d exploitation. Parc Naturel Régional Oise-Pays de France 15

13 II - ÉVOLUTION DU TERRITOIRE Les origines du tracé des voies II.2 - Les tracés de voies Nous classerons selon trois rubriques complémentaires et successives les origines des différents tracés de voirie qui se trouvent aujourd hui sur le territoire de la commune de Mortefontaine. Aucun document ne nous a permis de situer des tracés issus de la période gallo-romaine. Carte de Cassini VOIES ROYALES ET CHEMINS RURAUX Les voies royales et les chemins ruraux forment la première ossature du territoire du Valois, à partir de l ancienne route des Flandres de Paris à Senlis (aujourd hui route départementale 1017). La carte de Cassini atteste une bifurcation à partir de la commune de Survilliers en direction du massif de la forêt d Ermenonville et de l abbaye royale de Chaalis, route déjà dénommée pavé d Avesnes sur les cartes du XVIII e siècle (route départementale 126). Ces deux voies anciennes forment l ossature principale de l aménagement du territoire, sur laquelle viennent se greffer des chemins ruraux qui reliaient les villages entre eux, sans doute tracés aux origines plus anciennes qui restent aujourd hui une part essentielle des chemins communaux. À Mortefontaine, il s agit de la croisée des rues du vieux village, de toutes les rues du hameau de Montaby et des chemins au sud du territoire communal: chemins de Loisy à Mortefontaine (partie de l actuelle route départementale 922 vers Loisy, puis chemin rural bordé de jeunes et anciennes plantations), du chemin du Pont Saint- Louis sur le midi de Plailly, de Saint-Sulpice à l est, chemin de l Epinoy conduisant à Plailly, voirie des Rouillers m N Chemin rural, entre le calvaire des Uselles et le hameau de Montaby, dans la traversée du petit bois Voie royale Chemins ruraux Parc Naturel Régional Oise-Pays de France 16

14 L évolution du tracé des voies Extraits de la carte de l intendance de 1789 ALLÉES ET CHEMINS D EMBELLISSEMENT Au nord du territoire communal, les aménagements d embellissement du château de Mortefontaine vont complètement transformer le paysage et les tracés du domaine, à partir des années 1770, lorsque Louis Le Peletier en hérite. Magistrat, conseiller au Parlement, Maître des Requêtes, Intendant de Soissons de 1765 à 1784 puis Prévôt des marchands de Paris de 1784 à 1789, il dispose de la fortune, des relations et du goût nécessaires pour entreprendre de grands travaux. Ce furent tout d abord la réalisation des jardins du Petit Parc, puis le tracé d une allée plantée de quatre rangées d arbres, nouveau chemin de Loisy à Mortefontaine borné en limite communale par un poteau installé dans la perspective de la voie, allée d embellissement bordée également par des arbres (fruitiers?) plantés en quinconce jusqu au Bois du Deffay. Ce tracé ne subsiste que par quelques limites parcellaires. C est également le tracé de 8 chemins étoilés sur la Garenne de Charlepont, installant un carrefour au centre d un paysage alors ouvert, aujourd hui carrefour de Charlepont situé dans un paysage fermé entre le golf et le C.E.R.A.M. D après la carte I.G.N., ces chemins subsistent les allées structurantes de ces nouveaux domaines. Seule la route des Grès Sainte-Marguerite rejoint les allées forestières du domaine d Ermenonville. Le Clos Nerva et Gérard de Nerval m N e disparus subsistants Voie royale Chemins ruraux La carte de l Intendance permet de repérer la situation du Clos Nerva, nom de plume choisi par Gérard Labrunie ( ) à partir de 1830 pour présenter ses œuvres littéraires. Il vécut son enfance à Mortefontaine, élevé par son oncle maternel. Le Clos Nerva était une propriété de son grand-père, champ ceinturé de boisements à la limite du territoire de Mortefontaine vers Loisy, en bordure de l allée cavalière, de la «voirie des Rouillers» et adossé au Bois des Antelles. «Ce clos est la terre où ses parents maternels sont ensevelis» assure Sadafumi Muramatsu, Professeur de l Université Meijo au Japon. Le «clos» est aujourd hui complètement absorbé dans les horizons boisés d un massif justement dénommé «Bois de Nerval». renvoyait aussi à l image assombrie de l empereur romain. Parc Naturel Régional Oise-Pays de France 17

15 L évolution du tracé des voies m N Route de Mortefontaine vue depuis Montmelliant - vers 1850 Route de Mortefontaine vue depuis Montmelian routes modernes XIX e et XX e disparues subsistantes tracé abandonné d une voie ferrée e disparus subsistants voie royale chemins ruraux ROUTES MODERNES Le réaménagement du Grand Parc à partir de 1806 puis la dislocation en 1892 du domaine de Mortefontaine en deux entités, le château et le Petit Parc d un côté et le domaine de Vallière se substituant au Grand Parc de l autre côté de la route, vont apporter de nouveaux tracés de liaisons, notamment un chemin pour Charlepont et la route vers Neufmoulin et Thiers-sur-Thève. Mais c est surtout la ligne droite d une nouvelle allée cavalière à travers la Garenne de Charlepont vers les forêts de Pontarmé et de Chantilly qui marquera le paysage du XIXX e siècle. Ce tracé subsiste par des limites parcellaires dans la prairie de Charlepont, des alignements d arbres au cœur du C.E.R.A.M. et un tronçon de voie et de chemin le long de la clôture du golf. On notera également la disparition des tracés des chemins de Charlepont à Senlis et de Charlepont à Neufmoulin à travers les aménagements du golf et du C.E.R.A.M. au cours du XXX e siècle. On notera toutefois que le cadastre actuel continue de représenter les occupations anciennes du sol, y compris le tracé d une Grande Mare aujourd hui disparue. - une section nouvelle à la route départementale de Loisy depuis le Pavé d Avesnes, à partir d un carrefour à l orée du bois; - quelques rues et impasses nouvelles de lotissements sur le plateau en haut du village, face à l église et autour du cimetière, desservant 90 pavillons. Le fait remarquable de cette importante extension de la commune, qui a capté la croissance des années 1970 à 1990, est la réalisation d une allée verte longeant le mur du cimetière et descendant le coteau jusqu à la route de Thiers, au droit de l étang de Vallière. Mais son utilité fonctionnelle semble réduite; - le bouclage de la rue du Val par une voie de statut privé de la commune de Mortefontaine sur le territoire de la commune de Plailly, voie longeant les pépinières Chantrier avant de rejoindre la départementale au droit du calvaire. Pour terminer ce chapitre, il est intéressant de mentionner une particularité parcellaire à l extrémité sud du Petit Parc, issue de l expropriation en 1912 d une emprise pour le passage d une voie ferrée d Aulnay à Rivecourt par la Compagnie des Chemins de Fer du Nord. Les travaux furent abandonnés à la veille de la première guerre mondiale. Mais le parcellaire reste en place, et le terrain fut utilisé comme pépinière. Elle semble aujourd hui délaissée, mais les arbres poursuivent leur croissance en rangs serrés. Parc Naturel Régional Oise-Pays de France 18

16 Les variations des limites communales entre 1789 et 1810 Extrait de la carte de l Intendance Cadastre Napoléonien Limites communales inchangées depuis 1789 transformations du cours de la Thève et des lacs Limites communales en 1789 Territoire soustrait II - ÉVOLUTION DU TERRITOIRE II.3 - La variation des limites communales entre 1789 et 1810 La comparaison entre le «Plan du territoire de Mortefontaine, levé en vertu de l ordonnance de Monseigneur l Intendant, procès-verbal du 13 mai 1789 par moi, arpenteur soussigné et signé Delaître» et le cadastre Napoléonien de 1810, documents conservés aux archives départementales du département de l Oise, permettent d envisager les raisons qui ont procédé à deux importantes variations. En 1810, on observe d un côté la butte de Montmélian rattachée au territoire de Mortefontaine alors que le plateau dit «le fond de l alouette» est soustrait à la commune de Mortefontaine dans les domaines des châteaux de Mortefontaine et de Bertrandfosse. Louis-Joseph Bonaparte a acquis en plusieurs ventes les 78 hectares du bois et de la butte de Montmélian Parc ; les terrains du plateau qui se trouvent juste derrière le territoire du village de Mortefontaine appartiennent alors au château de Bertrandfosse, attaché à la commune de Plailly. En 1810, Louis-Joseph Bonaparte souhaitait acquérir le domaine de Bertrandfosse pour sa mère. Faute de Henri-Michel Paulmier, dont les héritiers conservèrent le domaine jusqu en 1905 (G.E.M.O.B., Les grandes heures du château de Mortefontaine, p ). Ainsi les châtelains ont vraisemblablement souhaité rattacher leur domaine nouvellement élus par les lois de la République et de l Empire. Deux siècles plus tard, cette situation issue de volontés d anciens grands propriétaires terriens apparaît dommageable pour la gestion des deux communes. D un côté un territoire propice au développement communal de Mortefontaine géré par Plailly, d un autre côté, un territoire éloigné de Mortefontaine mais enclavé dans Plailly qui ne présente plus d intérêt stratégique. Il conviendrait de territoires respectifs m N Territoire additionnel Parc Naturel Régional Oise-Pays de France 19

17 II - ÉVOLUTION DU TERRITOIRE Le carrefour du Village Détail du croisement entre la rue de l Église et la rue de Plailly C est l article 52 de la loi du 16 septembre 1807 qui ordonna la formation de plans généraux d alignements pour les les progrès de la circulation. Il s agissait, pour l autorité, de garantir en toutes circonstances sur la voirie urbaine le véhicules hippomobiles, c est-à-dire assurer des rayons de courbure et des emprises a minima. Si l administration impériale promulgua la loi, leur réalisation fut entreprise principalement dans les décennies Le «Recueil méthodique et raisonné des lois et règlements sur la voirie, les alignements et la police des constructions», édité en 1836 par H. J-B Davenne, présente l état d esprit qui devait présider, dans cette première moitié du XIXX e siècle, à la réalisation des projets d alignement. Selon son auteur, les 3 raisons principales de l alignement sont : «1 de donner aux rues des villes, comme aux routes et chemins publics en général, la largeur nécessaire et la direction convenable ; 2 de faire disparaître les renfoncements qui favorisent malveillance, et nuisent à la propreté et à la salubrité dans l intérieur des villes ; 3 d obtenir, autant qu il est possible, par la régularité des lignes, un moyen d embellissement favorable aux progrès des arts». Si cet arrêté a donné satisfaction dans les centres villes des communes denses aux tracés anciens, son application dans effet, les voies publiques des villages anciens se trouvaient généralement dans des situations généreuses, avec de multiples élargissements et de vastes accotements. Au lieu de conserver ces tracés larges et irréguliers qui faisaient le charme du parcours au gré des implantations des bâtiments ruraux, on entreprit de revendre aux riverains les portions au-delà d une stricte emprise requise. Cela se constate partiellement sur le plan d alignement de Mortefontaine, Senlis, vu par le Maire le 4 août et arrêté par le Préfet le 14 septembre 1844, plan semblable à ceux observés dans d autres communes rurales de l Oise. En rose ont été pochées les parties de domaine public à céder aux riverains et en jaune les quelques portions de parcelles frappées d alignement. Le résultat est un II.4 - Le plan d alignement de voirie urbaine de 1844 appauvrissement de la poésie des lieux. Le paysage des rues du village devint plus étroit et linéaire, ce qui a peutêtre été ressenti dans la deuxième moitié du XIXX e siècle comme un progrès de l esthétique urbaine, mais dont nous garderons quelque nostalgie des tracés anciens. Heureusement pour Mortefontaine, les abords directs du château ne furent pas concernés par ces rétrécissements. De plus, cette offre de vente faite par l État aux riverains put ne pas être suivie d effet, comme au hameau de Montaby. Détail de la jonction de la rue de l Église avec la RD 26 Parc Naturel Régional Oise-Pays de France 20

18 La Thève en 1789 La Thève en 2002 II - ÉVOLUTION DU TERRITOIRE II.5- Les transformations historiques du cours de la Thève 1 Dommartin-en-Goële même si elle reste temporaire jusqu à St-Sulpice-la-Ramée. hève mée Les étangs de la Ramée et de L Épine sont alimentés par la Thève, les autres par de nombreuses sources notamment «la fontaine morte» qui donne son nom au village et qui n apparaît pas à la surface. Ces étangs ont été créés par les moines de l abbaye de Chaalis au cours du XII e siècle. À son époque, Louis Le Peletier fait peu de transformations sur les cours d eaux, il crée cependant quelques canaux pour mieux circuler d un étang à l autre. Le paysage «naturel» devient le support du parc ; des fabriques viennent orner les chapelets d étangs, des belvédères et points de vue sont travaillés. En 1806, Molton devient une île, à la demande de Joseph Bonaparte. Un canal d une douzaine de mètres est creusé autour de la butte. Un deuxième canal relie les étangs de Vallière et de l Épine. Les promenades en bateaux, sur ce circuit d étangs, y sont tellement appréciées qu elles nécessitent un «garde de la marine» m N Aquarelle anonyme - photo de M Jean Mazel Au premier plan, les bateaux de promenade ammarés sur les berges du canal de la Thève sous l étang de Vallière, entre le pavillon de Vallière et l escalier d eau. 1 Description du Département de l Oise par le citoyen Cambry (premier préfet de l Oise ) ; à Paris de l imprimerie de P. Didot L aîné, au Louvre, Galeries, N 3, An XI MDCCCIII (1803) pages Parc Naturel Régional Oise-Pays de France 21

19 III - LA PHYSIONOMIE DE LA COMMUNE D. Joseph-François, architecte (mandataire) + C. Leblanc, paysagiste et A. Vénacque, architecte Parc Naturel Régional Oise Pays de France 23

20 III LA PHYSIONOMIE DE LA COMMUNE - LE TERRITOIRE III.1 - Les entités paysagères Évidemment parce que la fabrication du paysage a été une préoccupation manifeste des hommes qui ont façonné le territoire de Mortefontaine, la commune présente pour ses de formes paysagères. parties d agglomérations sont présentes dans cette composition. Dans le détail, certains ensembles du paysage bâti du village ancien, les châteaux ou les longs murs de clôtures constituent à eux seuls des «moments» de paysage et des liens d une entité à l autre, quand ils n en 1 La subtilité des dispositifs paysagers du XVIII e et XIXX e siècle où s exerçait la «dégradation des perspectives» est aujourd hui brouillée par les effets d une désaffection où de certaines limites entre entités en est de fait, ici plus qu ailleurs, sujette à caution. La forêt La forêt peut se décomposer en trois sous-entités suivant l ancienneté, le type ou de la densité des boisements. La première, que l on peut rencontrer au niveau du golf et du C.E.R.A.M. est la plus récente. La seconde, le bois de Nerval, est un bois exploité depuis plusieurs siècles. La troisième est sur la butte de Montmélian, forêt résiduelle protégée par sa situation sur un relief. 1 René-Louis de Girardin ( ), De la composition des paysages 1777, De l ensemble. Légende m N Forêt Bois habité Parcs et jardins Pépinière Vergers Peupleraie Agglomération Prairie Ripisylve Marais Landes Grandes cultures Le bois habité Les habitations le long de la RD 607 se sont implantées dans un des rares boisements apparaissant sur les cartes du XIXX e XXX e sont venues s insérer entre de hauts sujets subsistant de ce boisement. Parc Naturel Régional Oise-Pays de France 24

21.12.07. COMMUNE DE MORTEFONTAINE Parc Naturel Régional Oise-Pays de France ÉTUDE URBAINE DIAGNOSTIC - PHASES I - II

21.12.07. COMMUNE DE MORTEFONTAINE Parc Naturel Régional Oise-Pays de France ÉTUDE URBAINE DIAGNOSTIC - PHASES I - II COMMUNE DE MORTEFONTAINE Parc Naturel Régional Oise-Pays de France ÉTUDE URBAINE DIAGNOSTIC - PHASES I - II COMPRÉHENSION DU PAYSAGE D INSCRIPTION DU VILLAGE ANALYSE DES ÉVOLUTIONS DU TISSU ET LECTURE

Plus en détail

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE. URBANISME FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU Tél. 01 60 60 87 98 Fax. 01 60 60 82 55 Présent document émis le 29 Décembre

Plus en détail

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Étude de la carte de Vézelise Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Double objectif de la séance Étude d un paysage lorrain de côte Apprentissage de la lecture du relief sur une

Plus en détail

acérola - plessis-grammoire

acérola - plessis-grammoire acérola - plessis-grammoire oap aménagement Le secteur d Acérola se situe au cœur de la commune du Plessis-Grammoire et couvre une surface d environ 5 hectares au coeur du tissu urbain. Il est délimité

Plus en détail

Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié.

Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié. Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié. Quelques exemples de visites et découvertes : Chantilly (22

Plus en détail

La rigole d Hilvern, encore plus belle

La rigole d Hilvern, encore plus belle DÉVELOPPEMENT CÔTES D ARMOR D Randonnée et Espaces naturels La rigole d Hilvern, encore plus belle Le détail de 5 ans de chantier Votre Conseil général le développement, favoriser l essor de tous 1 2 1

Plus en détail

AVIS. Objet : Demande de permis de lotir à Franc- Waret (FERNELMONT) Réf. : CWEDD/05/AV.276. Liège, le 14 mars 2005

AVIS. Objet : Demande de permis de lotir à Franc- Waret (FERNELMONT) Réf. : CWEDD/05/AV.276. Liège, le 14 mars 2005 AVIS Réf. : CWEDD/05/AV.276 Liège, le 14 mars 2005 Objet : Demande de permis de lotir à Franc- Waret (FERNELMONT) Avis du CWEDD portant sur une demande de permis de lotir à Franc-Waret (FERNELMONT) L avis

Plus en détail

- 2 - La Traduction - 2.1. - La Traduction Spatiale Révision du PLU/Commune de HAMEL

- 2 - La Traduction - 2.1. - La Traduction Spatiale Révision du PLU/Commune de HAMEL - - La Traduction -.. - La Traduction Spatiale Révision du PLU/Commune de HMEL Christophe Laborde, paysagiste - gence E.Sintive, Ludovic Durieux, architecte urbaniste Sept - PGE -. - La Traduction Spatiale

Plus en détail

ZONE DE PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL, URBAIN ET PAYSAGER (ZPPAUP) DE LEUCATE

ZONE DE PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL, URBAIN ET PAYSAGER (ZPPAUP) DE LEUCATE ZONE DE PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL, URBAIN ET PAYSAGER (ZPPAUP) DE LEUCATE DOCUMENT N 2 : REGLES GENERALES ET PARTICULIERES Décembre 2007 SOMMAIRE ZPPAUP DE LEUCATE DOCUMENT 1 : LE DIAGNOSTIC

Plus en détail

Magonty, un quartier tourné vers l écologie de demain

Magonty, un quartier tourné vers l écologie de demain Pessac, le 7 août 2009 Réf. : CQM-2009-30a-CV Magonty, un quartier tourné vers l écologie de demain Projet de cheminements verts Rapporteur Serge Degueil Responsable Commission Cadre de vie Yves Schmidt

Plus en détail

Le village de Luynes et ses extensions

Le village de Luynes et ses extensions Diagnostic, enjeux et orientations Le village de Luynes et ses extensions Décembre 2012 DOCUMENT PROVISOIRE 1 DOCUMENT PROVISOIRE 2 Le village de Luynes et ses abords est situé dans l extrême sud de la

Plus en détail

Laisser une empreinte Devenez acteur de la restauration des plantations du canal du Midi

Laisser une empreinte Devenez acteur de la restauration des plantations du canal du Midi Laisser une empreinte Devenez acteur de la restauration des plantations du canal du Midi Le canal du Midi, un patrimoine exceptionnel Une vitrine. L inscription par l Unesco en 1996 sur la liste du patrimoine

Plus en détail

SCP d Architecture et d Aménagement du Territoire DESCOEUR F & C 49 rue des Salins, 63000 Clermont Fd. 7 juin 2010

SCP d Architecture et d Aménagement du Territoire DESCOEUR F & C 49 rue des Salins, 63000 Clermont Fd. 7 juin 2010 SCP d Architecture et d Aménagement du Territoire DESCOEUR F & C 49 rue des Salins, 63000 Clermont Fd Commune de Coulandon CONTRATT COMMUNAL D AMENAGEMENT DE BOURG FICHE ACTION 1 Aménagement de la route

Plus en détail

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N CARACTERE DE LA ZONE Zone faisant l objet d une protection en raison soit de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur intérêt notamment du

Plus en détail

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Les rois de France viennent régulièrement chasser à Versailles à partir du XVI ème siècle. Henri IV y amène son fils, le futur Louis XIII. Devenu

Plus en détail

REGLEMENT DE LA PUBLICITE DES ENSEIGNES ET DES PREENSEIGNES DE LA VILLE D ANGOULEME

REGLEMENT DE LA PUBLICITE DES ENSEIGNES ET DES PREENSEIGNES DE LA VILLE D ANGOULEME REGLEMENT DE LA PUBLICITE DES ENSEIGNES ET DES PREENSEIGNES DE LA VILLE D ANGOULEME LE MAIRE D ANGOULEME, VU le Code des Communes VU le Code de l Urbanisme VU la loi n 79.1150 du 29 décembre 1979 relative

Plus en détail

Fiches de Lecture SCoT Colmar-Rhin-Vosges approuvé le 28 juin 2011

Fiches de Lecture SCoT Colmar-Rhin-Vosges approuvé le 28 juin 2011 Fiches de Lecture SCoT Colmar-Rhin-Vosges approuvé le 28 juin 2011 1. La ville centre de Colmar 2. Les villes couronnes 3. Les pôles pluri-communaux 4. Les pôles secondaires 5. Les villages 6. En zone

Plus en détail

Elaboration du Plan Local d Urbanisme Commune de Parmilieu

Elaboration du Plan Local d Urbanisme Commune de Parmilieu Elaboration du Plan Local d Urbanisme Commune de Parmilieu RÉUNION PUBLIQUE N 1 PRÉSENTATION DU DIAGNOSTIC TERRITORIAL 8 Avril 2015 1 ORDRE DU JOUR 1. Qu est-ce que le Plan Local d Urbanisme 2. Présentation

Plus en détail

Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation

Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation publique ou associative, à l exclusion des activités

Plus en détail

Du côté des antennes du Monte Tesoro

Du côté des antennes du Monte Tesoro Du côté des antennes du Monte Tesoro Cette promenade va nous mener de Brembilla à Costa Valle Imagna, cela en passant par Laxolo Berbenno et Ponte Giurino, localité de laquelle la pente sera raide pour

Plus en détail

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8 Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable S e p t e m b r e 2 0 0 8 Le PADD : un Projet Politique Le PADD : un Projet Politique L e S C O T, u n o u t i l a

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Liberté Egalité Fraternité ARRETE DU MAIRE EXTRAIT DU REGISTRE AUX ARRETES MUNICIPAUX

REPUBLIQUE FRANCAISE. Liberté Egalité Fraternité ARRETE DU MAIRE EXTRAIT DU REGISTRE AUX ARRETES MUNICIPAUX ED DEPARTEMENT NORD CANTON LANNOY COMMUNE LEERS REPUBLIQUE FRANCAISE Liberté Egalité Fraternité ARRETE DU MAIRE N EXTRAIT DU REGISTRE AUX ARRETES MUNICIPAUX REGLEMENTATION DE L AFFICHAGE PUBLICITAIRE VILLE

Plus en détail

Livret d accompagnement

Livret d accompagnement Livret d accompagnement Bien penser son projet... Construire ensemble le patrimoine de demain... Sommaire Qui êtes-vous? Quelle maison imaginez-vous? Premiers pas sur le terrain Les caractéristiques du

Plus en détail

GR 782 «LE CHEMIN HENRI IV»

GR 782 «LE CHEMIN HENRI IV» PRÉSENTATION GR 782 «LE CHEMIN HENRI IV» De Lourdes à Artiguelouve (jonction avec le GR 653) Le Chemin Henri IV, célèbre dans le Béarn, relie Lourdes à Pau en empruntant une ancienne voie romaine établie

Plus en détail

LE RESEAU VERT PAC LA CHAPELLE - LES SCIERS

LE RESEAU VERT PAC LA CHAPELLE - LES SCIERS LE RESEAU VERT PAC LA CHAPELLE - LES SCIERS Plan directeur de quartier n 29298 B Du réseau vert au réseau écologique Le projet de réseau vert du PAC de La Chapelle - Les Sciers repose sur deux approches

Plus en détail

PASS ARAN. Maison du Valier - Gite Eylie 9 h 25 mn Dénivelée +1642m -1582 m

PASS ARAN. Maison du Valier - Gite Eylie 9 h 25 mn Dénivelée +1642m -1582 m PASS ARAN Maison du Valier - Gite Eylie 9 h 25 mn Dénivelée +1642m -1582 m Maison du Valier 950m 0h Tél 05 61 01 01 01 Suivre vers le Nord le GR 10 (balisage rouge et blanc) qui remonte au parking pour

Plus en détail

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation»

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» Guide du débroussaillement règlementaire aux abords des constructions dans le département de Vaucluse Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» 2 ème édition Le débroussaillement vous protège,

Plus en détail

TOSSA DE MAR ITINÉRAIRES ET PARCOURS

TOSSA DE MAR ITINÉRAIRES ET PARCOURS FR OFICINA DE TURISME OFFICE DE TOURISME MUNICIPAL Avinguda del Pelegrí, 25 - Edifici La Nau 17320 Tossa de Mar Costa Brava Girona Spain Tel. +34 972 340 108 email: info@infotossa.com www.infotossa.com

Plus en détail

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire Coordination Régionale LPO Pays de la Loire COMITE 21 27 Avril 2010 Campagne «Tous agissons pour la nature!» Une campagne d actions concrètes pour la protection de la nature ordinaire, la nature de proximité

Plus en détail

LA NÉCESSITÉ D UNE VILLE PLUS VERTE LA DÉMARCHE COMMENT ÇA MARCHE?

LA NÉCESSITÉ D UNE VILLE PLUS VERTE LA DÉMARCHE COMMENT ÇA MARCHE? GUIDE PÉDAGOGIQUE LA DÉMARCHE La Ville de Paris invite les Parisiens à recenser les lieux qui pourraient accueillir de la végétalisation au plus près de chez eux (délaissés, mobiliers urbains, murs ).

Plus en détail

Document d Objectifs des sites Natura 2000 FR 9110108 et FR 9101435 «Basse Plaine de l Aude» Table des Annexes

Document d Objectifs des sites Natura 2000 FR 9110108 et FR 9101435 «Basse Plaine de l Aude» Table des Annexes Table des Annexes Annexe I : Procédure de désignation des sites Natura 2000 (ZPS et SIC). Annexe II : Composition du comité de pilotage. Annexe III : Exemple de cahier de pâturage tournant Manade. Annexe

Plus en détail

LE PARC DE FIGUEROLLES

LE PARC DE FIGUEROLLES LE PARC DE FIGUEROLLES SUR LES RIVES DE L ETANG L DE BERRE A MARTIGUES LE PATRIMOINE RURAL DU SITE Vue aériennea du site de Figuerolles en limite Nord de la Commune de Martigues Le caractère re rural de

Plus en détail

Montvalezan La Rosière

Montvalezan La Rosière Montvalezan La Rosière Elaboration du Plan Local d Urbanisme Réunion publique n 2 Synthèse du diagnostic Février 2015 1 Déroulement 1. Rappel de la démarche 2. Les enjeux identifiés par thématique 3. Synthèse

Plus en détail

un certain recouvrement Michaële Andrea Schatt Parc du palais de Compiègne

un certain recouvrement Michaële Andrea Schatt Parc du palais de Compiègne un certain recouvrement Michaële Andrea Schatt Parc du palais de Compiègne La floraison tardive et luxuriante de dahlias à l automne dans le Petit Parc du Palais de Compiègne laisse la place de novembre

Plus en détail

Commune de MARCK REGLEMENT COMMUNAL DE LA PUBLICITE, DES ENSEIGNES ET DES PRE ENSEIGNES SOMMAIRE

Commune de MARCK REGLEMENT COMMUNAL DE LA PUBLICITE, DES ENSEIGNES ET DES PRE ENSEIGNES SOMMAIRE République Française Département du Pas-de-Calais Commune de MARCK REGLEMENT COMMUNAL DE LA PUBLICITE, DES ENSEIGNES ET DES PRE ENSEIGNES SOMMAIRE Préambule Partie I Dispositions générales et définitions

Plus en détail

Diagnostic de la Tranche 1 du programme. de restauration de la Sienne

Diagnostic de la Tranche 1 du programme. de restauration de la Sienne Diagnostic de la Tranche 1 du programme de restauration de la Sienne Méthodologie : - Choix du secteur géographique Le chiffrage a été fait à partir d un diagnostic global de la Tranche 1 du programme

Plus en détail

RECONVERSION DU SITE D'EXPLOITATION DESTCRM

RECONVERSION DU SITE D'EXPLOITATION DESTCRM DIAGNOSTIC PRÉALABLE RECONVERSION DU SITE D'EXPLOITATION DESTCRM Avenue de Blida AVRIL 2011 metz DIAGNOSTIC PREALABLE A LA RECONVERSION DU SITE D EXPLOITATION DES TCRM AVENUE DE BLIDA / INTRODUCTION 01

Plus en détail

Embellir sa devanture commerciale

Embellir sa devanture commerciale C h a r t e p a y s a g e u r b a i n Embellir sa devanture commerciale Le centre-ville de Montfermeil bénéficie d un patrimoine bâti important, empreinte de cet ancien bourg agricole. Cependant, cet héritage

Plus en détail

Formation FORÊT Les massifs

Formation FORÊT Les massifs Formation FORÊT Les massifs Ateliers du patrimoine naturel de Picardie Rémi François Paul Janin 20/04/2014 Tour d horizon des principaux massifs picards Retz : l héritage de la futaie cathédrale Dominance

Plus en détail

UN NOUVEAU CADRE DE VIE...

UN NOUVEAU CADRE DE VIE... UN NOUVEAU CADRE DE VIE... Résider sur la rive d un parc Située au cœur du nouveau quartier résidentiel Rives de Seine, la résidence Rive de Parc est une réalisation exceptionnelle à plusieurs titres.

Plus en détail

Sentier Alléluia. Vestige de la mine de grenat. Photo : municipalité de Labelle

Sentier Alléluia. Vestige de la mine de grenat. Photo : municipalité de Labelle Sentiers pédestres Nous avons la chance d avoir sur notre territoire, la présence du sentier national. Ce sentier qui traverse tout le Canada a été initié par Douglas Campbell de Calgary en 1971. Au Québec,

Plus en détail

Délai : Tous les documents doivent être déposés auprès du préposé communal avant le 13 février 2015

Délai : Tous les documents doivent être déposés auprès du préposé communal avant le 13 février 2015 Département de l économie, de l'énergie et du territoire Service de l agriculture Office des paiements directs Information aux exploitants agricoles du canton du Valais Dès cette année, les documents relatifs

Plus en détail

BOULEVARD URBAIN SUD (B.U.S) LANCEMENT DE LA CONCERTATION PRÉALABLE 27 JUIN 2014

BOULEVARD URBAIN SUD (B.U.S) LANCEMENT DE LA CONCERTATION PRÉALABLE 27 JUIN 2014 DOSSIER DE PRESSE BOULEVARD URBAIN SUD (B.U.S) LANCEMENT DE LA CONCERTATION PRÉALABLE 27 JUIN 2014 Service Presse MPM Tél. : 04 88 77 62 54 / 06 32 87 51 18 / contact.presse@marseille-provence.fr BOULEVARD

Plus en détail

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau SCHEMA D AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX DU BASSIN VERSANT DE L ARMANÇON Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau Année 2009 Adopté en séance plénière le 25 mai 2010 Siège de la Commission

Plus en détail

Schéma Paysager Routier. Rapport phase 2 / Itinéraire Lille / Tourcoing (A22) Plans d aménagement et de gestion

Schéma Paysager Routier. Rapport phase 2 / Itinéraire Lille / Tourcoing (A22) Plans d aménagement et de gestion Schéma Paysager Routier Rapport phase 2 / Itinéraire Lille / Tourcoing (A22) Plans d aménagement et de gestion Itinéraire Lille / Tourcoing Schéma paysager routier 2 Schéma paysager routier Itinéraire

Plus en détail

Introduction. 1. Les engagements de McGill

Introduction. 1. Les engagements de McGill Introduction L Université McGill remercie le Conseil municipal et l Office de consultation publique de Montréal de tenir des consultations publiques sur le projet du Plan de protection et de mise en valeur

Plus en détail

PROJET URBAIN & CADRE DE VIE

PROJET URBAIN & CADRE DE VIE PROJET URBAIN PARC ET JARDIN / TERRAIN DE SPORT ESPACE DE JEUX / CIMETIÈRE PAYSAGER / SITE TOURISTIQUE MISE À JOUR: JUIN 2014 FICHE TECHNIQUE PROJET URBAIN MAÎTRISE D OUVRAGE Ville de Vernon Ingé-Infra

Plus en détail

Exemples d estimations

Exemples d estimations les Rencontres de l Urbanisme 2008 Conseil d architecture d urbanisme et de l environnement Exemples d estimations Hypothèses Tous les coûts de cette étude sont donnés en H.T. Le coût d exploitation est

Plus en détail

Le salon de l habitat

Le salon de l habitat Dossier de presse Le salon de l habitat Vous souhaitez rencontrer des professionnels pour la construction, l aménagement intérieur et extérieur d un bien immobilier? Lors du salon de l habitat du Trait,

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

NOTIONS DE LECTURE DE CARTE & D ORIENTATION

NOTIONS DE LECTURE DE CARTE & D ORIENTATION NOTIONS DE LECTURE DE CARTE & D ORIENTATION 1. LES DIFFERENTS TYPES DE CARTES A. Cartes routières et touristiques - MICHELIN 1/150 000 à 1/200 000 - IGN Régionales : 1/250 000 TOP 100 1/100 000 Série Plein

Plus en détail

Ursulines de Québec, 1/N,3,11,1,2. Ursulines de Québec, 1/N,3,11,1,1.

Ursulines de Québec, 1/N,3,11,1,2. Ursulines de Québec, 1/N,3,11,1,1. a série Propriétés terriennes du Service des Archives du Monastère des Ursulines de Québec regorge de documents précieux et instructifs. Le premier article de l année établissait les fondements de la colonisation

Plus en détail

www.igg.fr Tout savoir sur l itinéraire à grand gabarit

www.igg.fr Tout savoir sur l itinéraire à grand gabarit www.igg.fr Tout savoir sur l itinéraire Direction Régionale de l Équipement Midi-Pyrénées Mission Grand Direction Régionale de l'équipement Midi-Pyrénées Cité administrative bâtiment A boulevard Armand

Plus en détail

Guide des autorisations d urbanisme

Guide des autorisations d urbanisme Guide des autorisations d urbanisme de Service Urbanisme Villenoy 2014 TABLE DES MATIERES QUEL DOSSIER DEPOSER POUR MON PROJET?... 2 QUELQUES NOTIONS POUR BIEN DEMARRER.... 2 MON PROJET EST-IL SOUMIS A

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

Développer sa commune

Développer sa commune N 18 juin 2008 Développer sa commune Les documents d urbanisme (1) quel document pour quel projet de territoire? Imaginer l avenir d un territoire communal ou intercommunal dans une vision durable de son

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

ÉTUDE PRÉPARATOIRE - SECTION IV SCHÉMAS DIRECTEURS. EP4-SD-LI-02a «AN DER UECHT» PROJET D AMÉNAGEMENT GÉNÉRAL DE LA COMMUNE DE KÄERJENG

ÉTUDE PRÉPARATOIRE - SECTION IV SCHÉMAS DIRECTEURS. EP4-SD-LI-02a «AN DER UECHT» PROJET D AMÉNAGEMENT GÉNÉRAL DE LA COMMUNE DE KÄERJENG AMÉNAGEMENT GÉNÉRAL DE LA COMMUNE DE KÄERJENG SECTION IV - ÉTUDE PRÉPARATOIRE PROJET D AMÉNAGEMENT GÉNÉRAL DE LA COMMUNE DE KÄERJENG ÉTUDE PRÉPARATOIRE - SECTION IV SCHÉMAS DIRECTEURS EP4-SD-LI-02a «AN

Plus en détail

Nous recensons ci-dessous, de la manière la plus exhaustive possible, l ensemble des éléments qui ont ou vont nécessiter une intervention :

Nous recensons ci-dessous, de la manière la plus exhaustive possible, l ensemble des éléments qui ont ou vont nécessiter une intervention : Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers, L année 2013, pas encore terminée, nous a déjà réservé son lot de surprises : froid, humidité constante, pluies abondantes suivies, dans le

Plus en détail

SOMMAIRE. Des dallages de caractère pour des piscines très exclusives RUSTIQUE BULLÉE 04 ABBAYE 12 PIERRE DU LOT 10 COLLÉGIALE 16

SOMMAIRE. Des dallages de caractère pour des piscines très exclusives RUSTIQUE BULLÉE 04 ABBAYE 12 PIERRE DU LOT 10 COLLÉGIALE 16 2011 Des dallages de caractère pour des piscines très exclusives De l atmosphère restituée des anciennes bâtisses à l esprit de modernité des maisons contemporaines, les dallages et margelles PIERRA signent

Plus en détail

246 Atlas des Paysages de Wallonie

246 Atlas des Paysages de Wallonie 246 Atlas des Paysages de Wallonie Vallée carolorégienne Vallée industrielle carolorégienne Superficie totale de l aire (ha) A 1 180 Superficie agricole (ha) 32 Superficie boisée et milieux 101 semi-naturels

Plus en détail

AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter

AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter 1 SOMMAIRE Vues générales des toits 3 Type de charpentes, de la plus simple à la plus sophistiquée quelques coupes transversales

Plus en détail

Édito. Pas besoin d aller loin pour découvrir un nouveau monde! Comité Départemental de la Protection de la Nature et de l Environnement

Édito. Pas besoin d aller loin pour découvrir un nouveau monde! Comité Départemental de la Protection de la Nature et de l Environnement Enseignants du primaire Pour vos projets d écoles et vos classes découvertes, faites découvrir la biodiversité du territoire à travers des programmes riches et ludiques! Édito Agglopolys, Communauté d'agglomération

Plus en détail

CHATEAURENARD Une juste place pour la voiture Les leviers d une politique communale Centre ville et nouveau Quartier du Vigneret

CHATEAURENARD Une juste place pour la voiture Les leviers d une politique communale Centre ville et nouveau Quartier du Vigneret UNE VOIRIE POUR TOUS Se déplacer autrement dans les petites et moyennes agglomérations 15 novembre 2011 CHATEAURENARD Une juste place pour la voiture Les leviers d une politique communale Centre ville

Plus en détail

PROGRAMME PAYSAGE DU PARC NATUREL DES DEUX OURTHES

PROGRAMME PAYSAGE DU PARC NATUREL DES DEUX OURTHES PROGRAMME PAYSAGE DU PARC NATUREL DES DEUX OURTHES Programme Paysage Définition des objectifs Maître de l ouvrage Parc Naturel des Deux Ourthes rue de Laroche 8 6660 Houffalize Paysage du territoire des

Plus en détail

Questionnaire eevm. échange école ville montagne. www.parc-du-vercors.fr/eevm/

Questionnaire eevm. échange école ville montagne. www.parc-du-vercors.fr/eevm/ Questionnaire eevm échange école ville montagne www.parc-du-vercors.fr/eevm/ Répondre aux questions. Il y a 3 types de réponses en fonction des types de questions. - Questions fermées à réponse unique

Plus en détail

ORIENTATION D AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION PIÈCE 3-11 SECTEUR GALERIES LAFAYETTE

ORIENTATION D AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION PIÈCE 3-11 SECTEUR GALERIES LAFAYETTE ORIENTATION D AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION PIÈCE 3-11 SECTEUR GALERIES LAFAYETTE Photo aérienne Ville d Annecy prise de vue : mai 2008 1 LE SECTEUR GALERIES LAFAYETTE LOCALISATION GÉOGRAPHIQUE DU SECTEUR

Plus en détail

Développement du concept d aménagement du centre-ville

Développement du concept d aménagement du centre-ville Développement du concept d aménagement du centre-ville L objectif de la rencontre Présenter le concept d aménagement du centre-ville développé par les comités de travail Le déroulement proposé 1. Rappel

Plus en détail

Dossier de Presse 5 juin 2008 20. L Oeuvre de Vauban à Besançon

Dossier de Presse 5 juin 2008 20. L Oeuvre de Vauban à Besançon Dossier de Presse 5 juin 2008 20 L Oeuvre de Vauban à Besançon Dossier de Presse 5 juin 2008 21 Besançon : des défenses façonnées par un méandre dominé > 21 27 La citadelle Historique La position stratégique

Plus en détail

ENQUÊTE PUBLIQUE préalable : à la demande d approbation du projet d ouvrage concernant le poste. à la DECLARATION d UTILITE PUBLIQUE des LIGNES

ENQUÊTE PUBLIQUE préalable : à la demande d approbation du projet d ouvrage concernant le poste. à la DECLARATION d UTILITE PUBLIQUE des LIGNES 1 Département du Doubs Communes de SAÔNE, GENNES et LA CHEVILLOTTE ***** Maîtrise d ouvrage RESEAU de TRANSPORT d ELECTRICITE (RTE) ****** CONSTRUCTION du POSTE ELECTRIQUE 225 000 / 63 000 V Sur la COMMUNE

Plus en détail

Hôtel du Petit Moulin

Hôtel du Petit Moulin Hôtel du Petit Moulin Au cœur de Paris Dossier de Presse 29/31 rue du Poitou 75003 Paris Tél : 33(0)1 42 74 10 10 Fax : 33(0)1 42 74 10 97 Contact Presse : karol.lor@pdlr.fr www.paris-hotel-petitmoulin.com

Plus en détail

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Julien St-Laurent, M.Sc.Env. Spécialiste environnement Direction de l Aménagement, gestion et développement durable

Plus en détail

PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER SEIGNEURIE DE PERTHUIS RÉSUMÉ NOTE AU LECTEUR

PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER SEIGNEURIE DE PERTHUIS RÉSUMÉ NOTE AU LECTEUR NOTE AU LECTEUR Dans le cadre de notre certification forestière à la norme du Forest Stewardship Council de la Seigneurie de Perthuis, nous vous présentons un résumé du plan général d aménagement forestier

Plus en détail

Le métier de gestionnaire de cours d eau non navigables. Ir. Yanni XANTHOULIS

Le métier de gestionnaire de cours d eau non navigables. Ir. Yanni XANTHOULIS Le métier de gestionnaire de cours d eau non navigables Ir. Yanni XANTHOULIS 1 Organisation du STP Administration des Services Techniques et de l Environnement Ir. P. SQUERENS / Inspecteur Général Service

Plus en détail

Plan de désherbage, plan de gestion différenciée : objectifs et mise en œuvre concrète, quelles sont les actions à mettre en place par les communes?

Plan de désherbage, plan de gestion différenciée : objectifs et mise en œuvre concrète, quelles sont les actions à mettre en place par les communes? 11 décembre Arles Plan de désherbage, plan de gestion différenciée : objectifs et mise en œuvre concrète, quelles sont les actions à mettre en place par les communes? Claire LAFON Benoit DUPUY Introduction

Plus en détail

Château des Ducs de Bretagne, France : l accessibilité permet la réappropriation par les habitants de Nantes du château-musée

Château des Ducs de Bretagne, France : l accessibilité permet la réappropriation par les habitants de Nantes du château-musée Château des Ducs de Bretagne, France : l accessibilité permet la réappropriation par les habitants de Nantes du château-musée Thierry Mezerette FICHE D IDENTITÉ Type d établissement : château - musée Localisation

Plus en détail

Règlement type relatif à l abattage d arbres

Règlement type relatif à l abattage d arbres Règlement type relatif à l abattage d arbres INTRODUCTION «Une municipalité ou une MRC peut régir ou restreindre la plantation ou l'abattage d'arbres afin d'assurer la protection du couvert forestier et

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL DU MARDI 13 SEPTEMBRE 2005 A 18h30 NOTE DE SYNTHESE

CONSEIL MUNICIPAL DU MARDI 13 SEPTEMBRE 2005 A 18h30 NOTE DE SYNTHESE CONSEIL MUNICIPAL DU MARDI 13 SEPTEMBRE 2005 A 18h30 NOTE DE SYNTHESE En préalable, Mr Mély donne lecture des actes et contrats signés lors des derniers mois A remarquer un nombre de transactions toujours

Plus en détail

ZONE UB. Article UB 2 : Les occupations et utilisations du sol soumises à des conditions particulières

ZONE UB. Article UB 2 : Les occupations et utilisations du sol soumises à des conditions particulières ZONE UB CARACTÈRE DE LA ZONE Cette zone de densité plus faible regroupe les extensions immédiates du centre-ville. Une partie de cette zone est concernée par le périmètre de protection au titre des Monuments

Plus en détail

les nouveaux espaces publics des quartiers nord

les nouveaux espaces publics des quartiers nord les nouveaux espaces publics des quartiers nord Comité de suivi du 7 avril 2006 SEM SEM Amiens Amiens Aménagement _ 7 _ avril 7 avril 2006 2006 _ ESE _ ESE bet bet ingénierie Charles VICARINI concepteur

Plus en détail

Le Confidentiel. 0 805 405 485 Appel gratuit depuis un poste fixe. LNC.fr

Le Confidentiel. 0 805 405 485 Appel gratuit depuis un poste fixe. LNC.fr Accès en voiture : Par l autoroute A620 / E72 / E9 : Sortie 31B (Les Minimes) A 10 minutes du Capitole EN TRANSPORTS EN COMMUN : Métro : station Barrière de Paris, ligne B Bus : arrêt Amat Massot, bus

Plus en détail

- le code de l environnement, notamment ses articles L. L. 581-1 à L. 581-14 ;

- le code de l environnement, notamment ses articles L. L. 581-1 à L. 581-14 ; Vu, - le code de l environnement, notamment ses articles L. L. 581-1 à L. 581-14 ; - le décret n 80-924 du 21 novembre 1980 fixant la procédure d institution des zones de réglementation spéciale ; - le

Plus en détail

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVII e Édition Règlement n o 2014-02 : Règlement sur le développement des toits verts et l agriculture urbaine PRÉSENTATION Présenté par M. Charles Marois, membre du comité exécutif,

Plus en détail

Le préfet de la région Haute-Normandie, préfet de la Seine-Maritime, commandeur de la Légion d'honneur

Le préfet de la région Haute-Normandie, préfet de la Seine-Maritime, commandeur de la Légion d'honneur PRÉFET DE LA SEINE-MARITIME DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES ET DE LA MER Affaire suivie par : Cyril Teillet Tél. : 02 35 58 54 28 Fax : 02 35 58 55 63 Mél : cyril.teillet@seine-maritime.gouv.fr

Plus en détail

Réhabilitation du Parc Rodin à Issy-les-Moulineaux Réalisation des escaliers mécaniques et d un skate parc

Réhabilitation du Parc Rodin à Issy-les-Moulineaux Réalisation des escaliers mécaniques et d un skate parc Réhabilitation du Parc Rodin à Issy-les-Moulineaux Réalisation des escaliers mécaniques et d un skate parc CONTACT PRESSE Nadège Moreira nadege.moreira@ville-issy.fr 01 41 23 82 58 Site : www.issy.com

Plus en détail

ÉCO-PARC INDUSTRIEL DU PÔLE L ASSOMPTION

ÉCO-PARC INDUSTRIEL DU PÔLE L ASSOMPTION ÉCO-PARC INDUSTRIEL DU PÔLE L ASSOMPTION Projet d aménagement dans le cadre du prolongement du boulevard de l Assomption Octobre 2013 Tables des matières Présentation...3 Territoire visé par le projet...4

Plus en détail

Avis bureau Création d une zone commerciale Sainte Anne sur Brivet

Avis bureau Création d une zone commerciale Sainte Anne sur Brivet Déplacement et agrandissement de la zone commerciale de Pont Château. 30ha Le projet et le SAGE Qualité des milieux Article 1 protection des zones humides Article 2 niveau de compensation Article 5 création

Plus en détail

un lieu d exception pour goûter l art de vivre en bretagne

un lieu d exception pour goûter l art de vivre en bretagne un lieu d exception pour goûter l art de vivre en bretagne le château du grand val accueille séminaires et incentives haut de gamme Le Château du Grand Val, dont les origines remontent au XVème siècle,

Plus en détail

Quelques données : Domaines & Patrimoine. Accord de partenariat avec le Groupe LAFORET Franchise. Membre de l ASFFOR.

Quelques données : Domaines & Patrimoine. Accord de partenariat avec le Groupe LAFORET Franchise. Membre de l ASFFOR. 1 2 Quelques données : Domaines & Patrimoine Membre de Adhérent à : l ASFFOR Membre de l ASFFOR Accord de partenariat avec le Groupe LAFORET Franchise 10 11 salariés 7000 8 500 ha ha gérés 12 13 groupements

Plus en détail

QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image. ETUDE DE CLIENTELE TOURISTIQUE DU LIMOUSIN. 7 avril 2009

QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image. ETUDE DE CLIENTELE TOURISTIQUE DU LIMOUSIN. 7 avril 2009 ETUDE DE CLIENTELE TOURISTIQUE DU LIMOUSIN 7 avril 2009 Objectifs de l enquête Définir les caractéristiques des clientèles touristiques du Limousin : motivations, profils et comportements Mesurer leur

Plus en détail

PRÉFET DES LANDES CONSEIL DEPARTEMENTAL DE L ENVIRONNEMENT ET DES RISQUES SANITAIRES ET TECHNOLOGIQUES

PRÉFET DES LANDES CONSEIL DEPARTEMENTAL DE L ENVIRONNEMENT ET DES RISQUES SANITAIRES ET TECHNOLOGIQUES PRÉFET DES LANDES Direction Départementale de la Cohésion Mont de Marsan, le 21 janvier 2013 Sociale et de la Protection des Populations Mission Santé-Protection des Animaux et de l Environnement Affaire

Plus en détail

Commune de Clichy-la-Garenne (Département des Hauts-de-Seine)

Commune de Clichy-la-Garenne (Département des Hauts-de-Seine) Commune de Clichy-la-Garenne (Département des Hauts-de-Seine) R èglement communal de la publicité, des enseignes et pré-enseignes Chapitre I du Titre VIII Livre V du Code de l Environnement élaboré par

Plus en détail

Atelier de participation à la lecture de notre cadre de vie et de ses mutations. à destination des membres des CCATM et des CLDR

Atelier de participation à la lecture de notre cadre de vie et de ses mutations. à destination des membres des CCATM et des CLDR Atelier de participation à la lecture de notre cadre de vie et de ses mutations à destination des membres des CCATM et des CLDR Le cadre de vie, C est quoi au juste? Environnement incorporant la dimension

Plus en détail

POLITIQUE VISANT À ENCADRER L IMPLANTATION DE NOUVELLES TOURS, ANTENNES DE TÉLÉCOMMUNICATIONS AINSI QUE TOUTES STRUCTURES AFFÉRENTES SUR LE

POLITIQUE VISANT À ENCADRER L IMPLANTATION DE NOUVELLES TOURS, ANTENNES DE TÉLÉCOMMUNICATIONS AINSI QUE TOUTES STRUCTURES AFFÉRENTES SUR LE POLITIQUE VISANT À ENCADRER L IMPLANTATION DE NOUVELLES TOURS, ANTENNES DE TÉLÉCOMMUNICATIONS AINSI QUE TOUTES STRUCTURES AFFÉRENTES SUR LE TERRITOIRE DE BROME-MISSISQUOI Réalisée par Le service de la

Plus en détail

ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE)

ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE) ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE) Philippe LUSTRAT 33 rue de la garenne 77760 VILLIERS SOUS GREZ Lustrat P. (1999) - Estimation de la taille

Plus en détail

DRAVEIL élabore son PLU

DRAVEIL élabore son PLU DRAVEIL élabore son PLU Réunion publique de quartier DANTON -LA VILLA DOMAINE DE VILLIERS Plan Local d Urbanisme VILLE DE DRAVEIL 10 JUIN 2010 La ville dans son contexte Situation géographique 19kmausuddeParis

Plus en détail

(1re chambre - formation à 3)

(1re chambre - formation à 3) COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE DOUAI N 11DA01541 Inédit au recueil Lebon M. Yeznikian, président REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS (1re chambre - formation à 3) Mme Marie-Odile Le Roux, rapporteur

Plus en détail

Les lisières urbaines à la Réunion Approche des lisières sur le TCO et autres expériences sur le territoire

Les lisières urbaines à la Réunion Approche des lisières sur le TCO et autres expériences sur le territoire Les lisières urbaines à la Réunion Approche des lisières sur le TCO et autres expériences sur le territoire CAUE 23/05/14 Présentation Agence zone UP Laurence BREGENT Clémence LECAPLAIN Caue 1 Définition

Plus en détail