Modifications apportées au cahier des charges «VBF sur plats cuisinés»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Modifications apportées au cahier des charges «VBF sur plats cuisinés»"

Transcription

1 Modifications apportées au cahier des charges «VBF sur plats cuisinés» Version du 05/11/2002 Nouvelle version 12/02/2014 Principes généraux L agrément délivré par INTERBEV a pour objectif d autoriser l usine de fabrication Ajout : Ces entreprises doivent être localisées en France. de plats cuisinés ou l'atelier de préparations pour plats cuisinés qui leur sont destinées, demandant à utiliser la marque VBF (propriété d INTERBEV) en apposant sur ses produits finis le logo VBF. Ancien logo : Nouveau logo (remplace l ancien) : Intégration à la démarche «Viandes de France» : démarche d identification visuelle claire des viandes d origine française entreprise par le Ministère Français de l Agriculture, de l Agroalimentaire et de la Forêt. Une nouvelle bannière «Viandes de France» a donc été initiée, en février 2014, afin de mettre en place un repérage aisé par le consommateur de toutes les productions animales issues de ce territoire. Ajout : Le document répond aux objectifs de la charte antifraude de l ANIA (Association Nationales des Industries Alimentaires). Champ d application de VBF sur Plats cuisinés Les matières premières sont issues de gros bovins nés, élevés, abattus en France. Précisions et rappel du cahier des charges «VBF» sur lequel s appuie le cahier des charges «VBF sur Plats cuisinés» : Le présent cahier des charges «VBF Plats cuisinés» s appuie sur le cahier des charges «VBF»* et concerne les viandes bovines ou abats transformés (saumurées, pré-cuits, cuits) qui peuvent bénéficier du logo VBF. *RAPPEL : Le cahier des charges «VBF» n concerne les viandes ou abats, réfrigérés ou congelés vendus en l état ou conditionnés : UVCI, UVCM, hachés (nature ou avec ingrédients d origine végétale) ou préparées (saucisses fraîches, brochettes, viandes marinées ).

2 Les produits finis concernés par le «VBF Plats cuisinés» doivent être composés de matières premières à base de viande bovine VBF (viandes ou abats entrant dans le champ d application du cahier des charges «VBF»). Les matières premières VBF sont issues de gros bovins (à compter de 8 mois), nés, élevés et abattus en France, et sont transformées en France. Chaîne d abattage Triperie, boyauderie Nomenclature VBF Hors Champ VBF Carcasse Co Produits : - Gras de parage - Gras de moucheron - Gras de rognon Panse Tripes (feuillet, caillette) Masque Pied Pancréas Trachée Herbière Rate Verge Abats rouges Foie Cœur Rognon Langue Joue de bœuf Maigre (prostate) Ris Oreillettes de cœur Parures du cœur Babines Viandes de tête Découpe Muscle Co-produits : - Affranchis de découpe - Trimming - Aponévroses - Gras - Nerfs de collier - Nerfs d entrecôte Modifications : Les matières premières interdites en VBF sont les suivantes : Chaîne d abattage : Triperie, Boyauderie : Abats rouges : Chaîne de découpe : Gras de parage Gras de moucheron Gras de rognon Pancréas Trachée Herbière Rate Verge Babines Pièces ou morceaux de tête Maigre de prostate Oreillettes de cœur Parures du cœur Triming Aponévroses parage de muscle machine Nerfs de collier Nerfs d entrecôte

3 Fournisseur : atelier de découpe, atelier de viande hachée (soumis au cahier des charges VBF 98-02). Atelier de préparation de matières premières pour plats cuisinés (soumis au cahier des charges VBF Plats cuisinés). Usine de plats cuisinés (soumise au cahier des charges VBF Plats cuisinés). Si combinaison de viandes (viande de bœuf avec viandes d autres espèces) : Indiquer mention «la viande bovine entrant dans la composition du produit est d origine française». Opérateurs Communication VBF sur les plats cuisinés Harmonisation des termes dans tout le document : Fournisseur (1) : atelier de découpe, atelier de fabrication de viande hachée ou préparation à de viandes hachées (soumis au CC VBF 98-02). Fournisseur (2) : Atelier de préparation pour plats cuisinés (soumis au cahier des charges VBF Plats cuisinés). Usine de fabrication de plats cuisinés (soumise au cahier des charges VBF Plats cuisinés). Précisions : Si combinaison de viandes (viande de bœuf avec viandes d autres espèces) : Indiquer mention «la viande bovine/de bœuf entrant dans la composition du produit est d origine française» ou équivalent. Si le produit est fabriqué hors du territoire national, le logo VBF doit obligatoirement être accompagné des mentions : «Fabriqué en (pays d élaboration)». Cette mention doit apparaître de façon lisible et attenante au logo, «La viande bovine entrant dans la composition de ce produit est d origine française». Modifications : Le conditionnement du produit fini (destiné au consommateur) doit comporter les éléments suivants : le logo VBF ; les précisions sur l étiquetage, le cas échéant, selon les modalités décrites dans le tableau 1. (pas de possibilité de fabrication à l étranger) Ajout : Lorsqu il y a présence de matières premières (dont un composant est d origine animale) autres que les viandes (jus de viande, extraits, fonds ), la mention «La viande bovine/de bœuf entrant dans la composition du produit est d origine française» (ou équivalent) doit être précisée sur l étiquetage. Ajout : Lorsqu il y a mélange de viande de bœuf et de gras de bœuf : alors le gras de bœuf doit être VBF. La précision sur l étiquetage n est pas nécessaire. Ajout : pour les produits intermédiaires : les mentions «VBF» ou «Viande bovine française» sont autorisées sans le logo VBF. Maintenance Echange d informations Elaboration des dossiers d engagement et mises à jour Suppression : de la transmission semestrielle des résultats d audit des fournisseurs VBF aux clients engagés en VBF Plats cuisinés. Précisions, clarification des rôles de chacun et des échanges d informations : Opérateur > Interbev : Agrément et extension.

4 Diffusion annuelle et dès mise à jour d un dossier de synthèse. Interbev > Opérateur : Diffusion annuelle et dès mise à jour d un dossier de synthèse. Organisme de contrôle > Interbev : Diffusion des comptes-rendus d audits des sites. Organisme de contrôle : mention de SGS. Opérateurs mentionnés dans le plan de contrôle : Abatteur Atelier de découpe Atelier de préparation pour plats cuisinés Usine de fabrication de plats cuisinés Plan de contrôle Suppression de la mention SGS remplacée par «organisme de contrôle indépendant». Simplification : Seuls les opérateurs directement concernés par le cahier des charges «VBF sur plats cuisinés» sont mentionnés : atelier de préparation pour plats cuisinés et usine de fabrication de plats cuisinés. Pour les abatteurs, ateliers de découpe, ateliers de fabrication de viande hachée ou préparation de viandes hachées : se référer au cahier des charges «VBF ». Fréquences de contrôle : Atelier de préparation pour plats cuisinés et usine de fabrication de plats cuisinés : 1 audit / an si localisé en France 3 audits / an si localisé hors du territoire national. Points à contrôler chez les opérateurs engagés : Formalisation et mise en œuvre d une analyse de risques (HACCP). Liste des écarts pouvant être rencontrés par types d opérateurs : notation de 1 à 3 : 1 = écart mineur, 2 = écart majeur, 3 = écart critique. Code conclusion d un audit (en fonction du nombre et de la note des écarts rencontrés sur site). Code 2 : suite donnée par Interbev : notification par Interbev d un contrôle supplémentaire rapproché à la charge de l opérateur. Plan de notation des écarts Maintien des fréquences de contrôle Atelier de préparation pour plats cuisinés et usine de fabrication de plats cuisinés : 1 audit / an. Suppression : du contrôle de l analyse de risques. Ajout : Remplacement par le contrôle de la copie de l agrément sanitaire. Réévaluation de certains écarts (la plupart des écarts notés 2 passent en «2,3» : une modulation est en effet permise par l auditeur en fonction de l historique (répétition des non-conformités) et ampleur de l écart (nb carcasses ou lots concernés) Précisions pour le code conclusion de niveau 2 : Notification par INTERBEV que des traitements ou actions correctives doivent être mis en place et communiqués dans un délai d 1 mois à réception du courrier : Si réponse satisfaisante : ces points sont vérifiés à l audit suivant. Si pas de réponse ou réponse insatisfaisante: contrôle supplémentaire rapproché à charge de l opérateur ou suspension.

5 Code 3 : au minimum un écart majeur rencontré. Suite donnée par Interbev : Traitement particulier par Interbev. Retrait ou suspension de la démarche et transmission du dossier à l autorité judiciaire compétente. Définitions (opérateurs, matières premières ). Précisions : au minimum un écart critique rencontré. Suite donnée par Interbev : Traitement particulier par INTERBEV : Courrier identique à la procédure code écart 2 avec A/R (délai d 1 mois pour réponse), Et contrôle complémentaire à charge de l opérateur sous 3 mois. Si non-réponse ou réponse insatisfaisante : notification de la radiation de la démarche. Terminologie Suppression : du terme minerai et de sa définition. Affranchis : les affranchis sont des morceaux de viande produits exclusivement lors de la découpe (désossage, parage et piéçage) et débarrassés des tissus non autorisés tels que les aponévroses, glandes, sang et souillures. Fournisseur : dans ce présent cahier des charges, un fournisseur correspond à un site d élaboration des matières premières entrant dans la fabrication des plats cuisinés (produits finis) faisant l objet de la demande d agrément. Matière première : dans le présent cahier des charges, le terme matière première désigne un produit rentrant dans un procédé de fabrication des plats cuisinés. Il s agit donc d un produit fini du point de vue des fournisseurs. Classification des matières premières utilisées par l usine de plats cuisinés ou de l'atelier de préparation des viandes: Muscle désossé : pièces de viande crue obtenue lors des opérations de désossage et de découpe, Viande hachée (broyée) : viande crue obtenue par broyage, précédé ou non de mélange de pièces issues du désossage et de la découpe, Viande «élaborée» : viande crue additionnée d autres ingrédients et toute viande ayant subi une cuisson. Entrent notamment dans cette famille, les viandes traitées en salaison et les viandes cuites, etc Viandes traitées par salaison : Ces viandes ont subi, outre un traitement thermique, un salage (nitrate ou sel nitrité) ou fumage,. Modifications ou précisions de certaines définitions : (Viande d ) Affranchis : Ce sont des morceaux de muscles squelettiques de toutes tailles, qui sont reconnus aptes à la consommation humaine, avec leurs tissus graisseux et conjonctifs résiduels, obtenus après parage. La partie musculaire de chaque morceau doit être majoritaire. Ces produits sont obtenus lors de la découpe (atelier de découpe/atelier de piéçage). Ils sont issus : - Soit de la découpe et du piéçage des muscles lors des étapes de finition (mise en forme, mise au gabarit, mise au poids, correction des fausses coupes) - Soit de l enlèvement des parties musculaires fermes (affranchissement) Les fausses coupes de hampes et onglets ne sont pas autorisées dans les affranchis car elles ne sont pas dépourvues de séreuses. Fournisseur : dans ce présent cahier des charges, un fournisseur correspond à un site d élaboration des matières premières entrant dans la fabrication des plats cuisinés (produits finis) faisant l objet de la demande d agrément. Un fournisseur peut être un atelier de découpe, un atelier de fabrication de viande hachée/ préparation de viande hachée ou un atelier de préparation pour plats cuisinés. Matière première : dans le présent cahier des charges, le terme matière première désigne un produit rentrant dans un procédé de fabrication des plats cuisinés. Il s agit donc d un produit fini pour les fournisseurs. Pour plus d informations, se référer au Code des usages des matières premières de boucherie destinées aux produits élaborés. Viandes traitées par salaison : Viandes traitées par salaison : Ces viandes ont subi, outre un traitement thermique, un salage (nitrate ou sel nitrité) ou fumage, (exemple : saucisse sèche ou fumée).

6 Ajout de définitions : Muscles, morceaux de muscles : muscle squelettique, avec ses tissus graisseux naturellement inclus ou adhérents. Le produit comporte plusieurs niveaux d élaboration, classiquement utilisés : brut -semi-paré-pad (prêt à découper)-pad éclaté, PAT (prêt à travailler) Parages de muscles : Ce sont des morceaux de muscles squelettiques de petite taille, qui sont reconnus aptes à la consommation humaine, avec leurs tissus graisseux et conjonctifs qui sont naturellement inclus ou adhérents. Ces morceaux comprennent une part majoritaire de gras et de tissus conjonctifs (évaluation visuelle). Ils résultent exclusivement d une opération de parage. Les fausses coupes de de hampe et d onglet entrent dans cette catégorie. Parages (de) muscles machines : INTERDITS dans le champ d application du «VBF» - Ce sont des morceaux de muscles squelettiques, qui sont reconnus aptes à la consommation humaine, avec les tissus graisseux et conjonctifs qui sont naturellement inclus ou adhérents. Produits résultant du parage des muscles par machine de type «éplucheuse» ou «skinner». Ces produits sont composés de tissu conjonctif (au sens anatomique du terme) associé à une fine couche de viande. Ils correspondent à ce que les professionnels appellent «Aponévrose rouge». Viandes pour haché (VPH) : Mélange composé de muscles avec leurs tissus attenants, éventuellement coupés en gros morceaux, ou mélange de muscles et d affranchis (les affranchis ne doivent pas représenter plus de 50% du mélange). Les muscles et affranchis doivent être obtenus sur la même journée de production. Les affranchis seuls constituent une unité de matière première qui doivent être étiquetés «affranchis» et non «viande VPH». Viandes pour préparation-produits à base de viande (viande PPV) : Mélange à partir de muscles squelettiques, qui sont reconnus aptes à la consommation humaine, avec leurs tissus qui sont naturellement inclus ou adhérents. Le mélange peut être composé de muscles avec leurs tissus attenants, d affranchis et de parages de muscles. Il peut comporter des viandes non destinées aux viandes hachées pour des raisons techniques (ex : viandes hors délais [abattage mise en œuvre] par rapport aux exigences du CDU relatif à la production des viandes hachées). Les fausses coupes de hampe et d onglet entrent dans cette catégorie. Les parages de muscles seuls constituent une unité de matière première qui doivent être étiquetés «parages muscles» et non «Viande PPV». Les parages de muscles machine ne peuvent pas être intégrés dans le mélange «v viandes PPV», ils doivent être vendus séparément et identifiés par leur propre nom spécifique.

7 Annexes dossier d engagement à remplir Tableau 1 : liste des fournisseurs VBF et de leurs approvisionnements. Regroupement des tableaux 1 et 2. Tableau 2 : Liste des fournisseurs VBF par intermédiaires des traders. Viandes pour cuisson maîtrisée : L orientation de viandes vers le circuit de cuisson maîtrisée s applique aux matières premières et/ou mélanges de matières premières tels que décrits dans le cdu matières premières pour produits élaborés. Il ne s agit en aucun cas de produits finis déclassés pour une non conformité microbiologique avérée sur un critère de sécurité, nécessitant une cuisson assainissante pour éliminer tout risque et circulant sous laissez passer vétérinaire (exemple viandes hachées). Il s agit : - De muscles, d affranchis, de parages de muscles et/ou des parages de muscles machine, seuls ou en mélange, - D abats ou de gras. Orientés vers la cuisson pour les raisons suivantes : - Défauts techniques ou d aspect, - Possible exposition à des contaminations macroscopiques de surface, - Dépassement de certains critères microbiologiques d hygiène des procédés, au sens du guide de bonnes pratiques d hygiène d abattage découpe des bovins (ovins) ou par rapport au règlement (CE) 2073/2005. L analyse de risque réalisée par l exploitant l a conduit, par précaution, à orienter ces matières premières vers un circuit de commercialisation incluant une cuisson maîtrisée, c est à dire réalisée par un professionnel sur un site industriel, avant remise au consommateur (exemple : produits à base de viande cuite à cœur, plats cuisinés...). Le traitement thermique à appliquer est défini sous la responsabilité du professionnel destinataire en fonction de la nature des produits finis fabriqués.

Modifications apportées au cahier des charges «VBF»

Modifications apportées au cahier des charges «VBF» Modifications apportées au cahier des charges «VBF» Ancien logo Version du 10/11/2005 Nouvelle version 12/02/2014 Préambule Nouveau logo (remplace l ancien) Intégration à la démarche «Viandes de France»

Plus en détail

UTILISATION DU LOGO VBF SUR DES PLATS CUISINES

UTILISATION DU LOGO VBF SUR DES PLATS CUISINES Page 1/35 UTILISATION DU LOGO VBF SUR DES PLATS CUISINES PROCESSUS DE DELIVRANCE ET DE MAINTENANCE DE L AGREMENT VBF pour des: plats cuisinés (réfrigérés, surgelés, appertisés) à base de viandes bovines,

Plus en détail

10 11 24 Avenant VBF rev 4.doc Page 1 sur 30

10 11 24 Avenant VBF rev 4.doc Page 1 sur 30 10 11 24 Avenant VBF rev 4.doc Page 1 sur 30 Page 2 sur 30 SOMMAIRE PREAMBULE 3 EXPLICITATION DES MENTIONS COMMUNICANTES AUTORISEES 4 1.1. PRECISION DE L ORIGINE DES BOVINS 4 1.2. PRECISION DE LA DUREE

Plus en détail

Établissements de transformation des viandes sans abattoir

Établissements de transformation des viandes sans abattoir Nom de l établissement (et n o, le cas échéant) Adresse de l établissement Municipalité Comté Avez-vous un n o d ident. des installations? Non Oui Si oui, inscrire le n o Téléphone Télécopieur Bureau de

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

> ÉDITION mai 2013. Étude sur la valorisation du 5 e quartier des filières bovine, ovine et porcine en France LES ÉTUDES DE

> ÉDITION mai 2013. Étude sur la valorisation du 5 e quartier des filières bovine, ovine et porcine en France LES ÉTUDES DE > ÉDITION mai 2013 Étude sur la valorisation du 5 e quartier des filières bovine, ovine et porcine en France LES ÉTUDES DE Étude réalisée par BLÉZAT Consulting pour FranceAgriMer Etude sur la valorisation

Plus en détail

Le logo «Fait maison»

Le logo «Fait maison» Le logo «Fait maison» Voici le logo «Fait maison» qui sera utilisé dans les restaurants, chez les traiteurs, sur les marchés, à partir du 15 juillet 2014. Il indique les plats «faits maison», c est-à-dire

Plus en détail

DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES APPLICABLES À LA VENTE DE DENRÉES ALIMENTAIRES DANS LE CADRE DES GRANDES MANIFESTATIONS

DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES APPLICABLES À LA VENTE DE DENRÉES ALIMENTAIRES DANS LE CADRE DES GRANDES MANIFESTATIONS PRÉFET DE L EURE DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES APPLICABLES À LA VENTE DE DENRÉES ALIMENTAIRES DANS LE CADRE DES GRANDES MANIFESTATIONS Direction Départementale de la Protection des Populations de l Eure

Plus en détail

l arrêté du 29 septembre 1997

l arrêté du 29 septembre 1997 FRANCAISE Texte de base : l arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables dans les établissements de restauration collective à caractère social. Son contenu s articule autour

Plus en détail

Objet : Critères microbiologiques applicables aux auto-contrôles sur les carcasses d'animaux de boucherie. Destinataires d'exécution

Objet : Critères microbiologiques applicables aux auto-contrôles sur les carcasses d'animaux de boucherie. Destinataires d'exécution Ordre de méthode Direction générale de l'alimentation Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments Bureau des établissements d'abattage et de découpe 251 rue de Vaugirard 75 732 PARIS CEDEX 15

Plus en détail

NORME HARMONISÉE COMESA/DHS DE COMESA 026: 2004. Norme pour le Corned Beef

NORME HARMONISÉE COMESA/DHS DE COMESA 026: 2004. Norme pour le Corned Beef NORME HARMONISÉE COMESA/DHS DE COMESA 026: 2004 Norme pour le Corned Beef RÉFÉRENCE: DHS 026: 2004 Avant-propos Le marché commun pour l'afrique australe orientale et (COMESA) a été établi en 1994 en tant

Plus en détail

PLAN DE CONTRÔLE VIANDE BOVINE ET ABATS DE RACE BLONDE D AQUITAINE LA/17/91

PLAN DE CONTRÔLE VIANDE BOVINE ET ABATS DE RACE BLONDE D AQUITAINE LA/17/91 CERTIFICATION DE LABEL : PLAN DE CONTRÔLE Référence : LA1791 / P300-1. VIANDE BOVINE ET ABATS DE RACE BLONDE D AQUITAINE LA/17/91 Indice n 1 Page 1/63 PLAN DE CONTRÔLE VIANDE BOVINE ET ABATS DE RACE BLONDE

Plus en détail

Conseil Général des Hauts de Seine

Conseil Général des Hauts de Seine AGRIATE CONSEIL SECTEUR PUBLIC Conseil Général des Hauts de Seine La traçabilité de la viande bovine 1 Scandale de la viande de cheval : Chronologie AGRIATE CONSEIL SECTEUR PUBLIC 8 février 2013 : Findus

Plus en détail

Présentation du paquet hygiène. 31.03.05 36ème colloque AgriMMédia "Traçabilité et Hygiène Alimentaire" ACTA Informatique - ACTIA

Présentation du paquet hygiène. 31.03.05 36ème colloque AgriMMédia Traçabilité et Hygiène Alimentaire ACTA Informatique - ACTIA Présentation du paquet hygiène Le paquet hygiène Ensemble de textes communautaires (3 règlements et deux directives) issus du livre blanc de janvier 2000 avec pour objectifs: Approche intégrée de toute

Plus en détail

Modifiée par : La commission permanente de l assemblée territoriale de la Polynésie française,

Modifiée par : La commission permanente de l assemblée territoriale de la Polynésie française, 1 DELIBERATION n 77-116 du 14 octobre 1977 portant réglementation de l inspection des denrées alimentaires d origine animale (rendue exécutoire par arrêté n 5533 AA du 21 novembre 1977) (JOPF du 15 décembre

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-68 du 26 mai 2011 relative à la prise de contrôle exclusif des sociétés Poujol Frères et Poujol Froid par la société Arcadie Sud-Ouest L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

La restauration commerciale représente en Aquitaine, en termes d emplois, environ

La restauration commerciale représente en Aquitaine, en termes d emplois, environ Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi DIRECCTE Aquitaine PRÉFET DE LA RÉGION AQUITAINE Direction régionale de l alimentation, de l agriculture

Plus en détail

LA COMMISSION PERMANENTE DE L ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE,

LA COMMISSION PERMANENTE DE L ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE --------- DELIBERATION N 77-116 AT DU 14 OCTOBRE 1977 ------------------------------------------------------ portant réglementation de l inspection des

Plus en détail

«Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire»

«Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire» «Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire» Forum agricole et agroalimentaire, 12 février 2015, Albanel PDAA 2013-2018 - MRC DE MARIA-CHAPDELAINE L ABATTOIR COMME

Plus en détail

Préparation et conservation de produits alimentaires FICHE TECHNIQUE

Préparation et conservation de produits alimentaires FICHE TECHNIQUE ANSEJ FICHE TECHNIQUE Intitulé du métier ou de l activité : Codification NAA : DA15 20 Codification ONS : 15.13 Codification Artisanat : 02-12-022 Codification CNRC : 107 602 Inscription de l activité

Plus en détail

PMS Plan de maitrise sanitaire. HACCP CONSEILLER Agrément sanitaire CE. VETHYQUA Enregistrements Contrôles de température

PMS Plan de maitrise sanitaire. HACCP CONSEILLER Agrément sanitaire CE. VETHYQUA Enregistrements Contrôles de température Plan de maitrise sanitaire Mercredi 17 octobre 2012 Traiteurs Organisateurs de Réception L agrément CE, simple formalité ou génial outil de développement? Jean-Philippe CLAUDE, Dr Vétérinaire Audit Hygiène

Plus en détail

La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène»

La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène» La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène» Direction Départementale des Services Vétérinaires de Meurthe-et-Moselle Plan 1. Objectifs de la réforme 2. Quels

Plus en détail

Paquet hygiène en restauration

Paquet hygiène en restauration Paquet hygiène en restauration Échange de pratiques pour faciliter l application de la réglementation 30 janvier 2012 DDCSPP 87 1 Olivier TRARIEUX Technicien du Ministère de l Agriculture de l Alimentation,

Plus en détail

Les services vétérinaires dans le contrôle de la chaîne alimentaire en abattoir

Les services vétérinaires dans le contrôle de la chaîne alimentaire en abattoir Le Vétérinaire dans la Chaîne Alimentaire : un Rôle Indispensable? Les services vétérinaires dans le contrôle de la chaîne alimentaire en abattoir Nicolas Holleville vétérinaire officiel Les Services Vétérinaires

Plus en détail

ASPECTS SANITAIRES DES LABORATOIRES FERMIERS

ASPECTS SANITAIRES DES LABORATOIRES FERMIERS ASPECTS SANITAIRES DES LABORATOIRES FERMIERS I L HYGIENE ET LA SECURITE ALIMENTAIRE L ensemble des textes réglementaires relatif à la maîtrise de l hygiène des aliments vendus aux consommateurs, responsabilise

Plus en détail

Comité Coproduits. Situation des marchés (V e quartier) 30 juin 2015. Montreuil

Comité Coproduits. Situation des marchés (V e quartier) 30 juin 2015. Montreuil Comité Coproduits Situation des marchés (V e quartier) juin 21 Montreuil LE MARCHE DES PRODUITS TRIPIERS Production de produits tripiers tonnes Evolution sur mois 21/21 Abats de bovins : + 2,2 % Abats

Plus en détail

Préparation de repas journaliers pour le service de portage à domicile

Préparation de repas journaliers pour le service de portage à domicile Centre Communal d Action Sociale de CARNOULES Département du Var Préparation de repas journaliers pour le service de portage à domicile CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MARCHE PUBLIC DE PRESTATION

Plus en détail

III. LE RISQUE SANITAIRE

III. LE RISQUE SANITAIRE III. LE RISQUE SANITAIRE Le risque sanitaire renvoie à la question de la prolifération de virus et de maladies au sein de cheptels d animaux. L ESB (Encéphalopatie spongiforme bovine), la fièvre aphteuse,

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

FICHE D ENGAGEMENT A LA CHARTE GIBIER DE CHASSE CHASSEURS DE FRANCE

FICHE D ENGAGEMENT A LA CHARTE GIBIER DE CHASSE CHASSEURS DE FRANCE FICHE D ENGAGEMENT A LA CHARTE GIBIER DE CHASSE CHASSEURS DE FRANCE Cette Charte décrit les engagements des partenaires de la filière, à savoir le respect de la traçabilité, de la transformation en France

Plus en détail

Un fournisseur unique

Un fournisseur unique Autour de l os Un fournisseur unique L accent sur l automatisation La viande est l un des produits alimentaires les plus exigeants et ayant le plus de valeur, notamment en raison du grand nombre de ressources

Plus en détail

Direction de l Alimentation, de l Agriculture et de la Forêt Service de l Alimentation Jardin botanique 97109 BASSE TERRE

Direction de l Alimentation, de l Agriculture et de la Forêt Service de l Alimentation Jardin botanique 97109 BASSE TERRE Réglementation relative à l hygiène alimentaire des marchands ambulants et des vendeurs sur foires et marchés (Activités de restauration, vente de poissons, activités de boucherie, charcuteries, pâtisseries,

Plus en détail

LA DDCSPP. Service Sécurité et Offre Alimentaires. La DDCSPP. Service Sécurité et Offre Alimentaires. Rappels de réglementation. DDCSPP de l ALLIER

LA DDCSPP. Service Sécurité et Offre Alimentaires. La DDCSPP. Service Sécurité et Offre Alimentaires. Rappels de réglementation. DDCSPP de l ALLIER DDCSPP de l ALLIER La restauration collective: Rappels réglementaires et étude de cas en ateliers pédagogiques Intervenant: Jean Louis SERVANT LA DDCSPP Cette direction a en charge deux missions principales

Plus en détail

Produits locaux et réglementation sanitaire

Produits locaux et réglementation sanitaire cuisiniers Produits locaux et réglementation sanitaire Les questions que se posent les cuisiniers sans agrément CE p romoting Economic Development through Local Food Developpement Economique par l Alimentation

Plus en détail

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations ++ FA1 CHARCUTERIES RISQUES POTENTIELS Conditions particulières Microbes potentiels ou 1.1. Charcuteries fraîches - Pâtés - Jambons cuits - Saucisses Toutes charcuteries humides et peu salées : toutes

Plus en détail

E. coli entérohémorragiques, un point critique en abattoir : utopie ou réalité?

E. coli entérohémorragiques, un point critique en abattoir : utopie ou réalité? E. coli entérohémorragiques, un point critique en abattoir : utopie ou réalité? Application de la démarche HACCP pour l identification d étapes de maîtrise Hubert BRUGERE Steak expert Angers 24 et 25 juin

Plus en détail

CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ

CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ Patrick Tirard-Collet Conseiller en transformation alimentaire Direction de la transformation alimentaire et des marchés Plan de la présentation Principes de base

Plus en détail

14/09/2015 COMITÉ RÉGIONAL DE L'ALIMENTATION. 14 septembre 2015. Les actions interprofessionnelles bovines en Restauration Collective

14/09/2015 COMITÉ RÉGIONAL DE L'ALIMENTATION. 14 septembre 2015. Les actions interprofessionnelles bovines en Restauration Collective COMITÉ RÉGIONAL DE L'ALIMENTATION 14 septembre 2015 1 Les actions interprofessionnelles bovines en Restauration Collective 2 1 La filière bovine, en Poitou-Charentes ENJEUX POUR LA FILIERE, Cheptel : 751

Plus en détail

des registres de l'entreprise de transformation de viande et des activités du personnel à tous les stades du processus d'abattage et de découpe.

des registres de l'entreprise de transformation de viande et des activités du personnel à tous les stades du processus d'abattage et de découpe. RÈGLEMENT (CE) N 854/2004 FIXANT LES RÈGLES SPÉCIFIQUES D ORGANISATION DES CONTRÔLES OFFICIELS CONCERNANT LES PRODUITS D ORIGINE ANIMALE DESTINÉS À LA CONSOMMATION HUMAINE H 3 Points clés : Délivrance

Plus en détail

~ 1 ~ ARRONDISSEMENT DE BORDEAUX 33360 CENAC

~ 1 ~ ARRONDISSEMENT DE BORDEAUX 33360 CENAC ~ 1 ~ ARRONDISSEMENT DE BORDEAUX 33360 CENAC PRODUCTION et GESTION du SERVICE de RESTAURATION SCOLAIRE et AUTRES PRESTATIONS du SERVICE de RESTAURATION CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.)

Plus en détail

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Objectifs : Citer les traitements thermiques et de conservation, leurs caractéristiques et leurs effets sur la flore microbienne Justifier les modes de

Plus en détail

Système de management H.A.C.C.P.

Système de management H.A.C.C.P. NM 08.0.002 Norme Marocaine 2003 Système de management H.A.C.C.P. Exigences Norme Marocaine homologuée par arrêté du Ministre de l'industrie, du Commerce et des Télécommunications N 386-03 du 21 Février

Plus en détail

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 Date d application : 4 février 2013 DOC-PC 024 version 02 1/13 SOMMAIRE PAGES 1 OBJET 3 2 TERMINOLOGIE 3 et 4 3 DOCUMENTS DE REFERENCE

Plus en détail

curité sanitaire des aliments Tunisie, 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne alimentaire»

curité sanitaire des aliments Tunisie, 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne alimentaire» Atelier à l attention des Points focaux nationaux de l OIEl pour la sécurits curité sanitaire des aliments Tunisie 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne

Plus en détail

DOSSIER TYPE POUR L OBTENTION ET LE MAINTIEN DE L AGRÉMENT SANITAIRE pour les établissements de production de denrées alimentaires d origine animale

DOSSIER TYPE POUR L OBTENTION ET LE MAINTIEN DE L AGRÉMENT SANITAIRE pour les établissements de production de denrées alimentaires d origine animale CONFEDERATION NATIONALE DES CHARCUTIERS TRAITEURS ET TRAITEURS 15 rue Jacques Bingen 75017 PARIS 01 44 29 90 55 Fax : 01 42 67 56 33 Email : c.n.c.t@orange.fr POLE D INNOVATION TECHNOLOGIQUE DES CHARCUTIERS

Plus en détail

Collecte des échantillons. Collecte des échantillons Identité des aliments Nom common/alternative Ex. maïs, haricot de Nigeria

Collecte des échantillons. Collecte des échantillons Identité des aliments Nom common/alternative Ex. maïs, haricot de Nigeria Préparation, manipulation et stockage des échantillons West Africa Graduate Course on Food Composition and Biodiversity, Ghana, 20-31 July 2009 George Amponsah Annor Basé sur Greenfield and Southgate,

Plus en détail

FORMATION OBLIGATOIRE A L HYGIENE ALIMENTAIRE

FORMATION OBLIGATOIRE A L HYGIENE ALIMENTAIRE FORMATION OBLIGATOIRE A L HYGIENE ALIMENTAIRE REFERENTIEL DE CAPACITE DE L OPERATEUR EN RESTAURATION COMMERCIALE (annexe II de l arrêté du 5 octobre 2011) Conseils d utilisation: Vous pouvez suivre la

Plus en détail

Formation USDA 26-30 septembre 2011 SSOP

Formation USDA 26-30 septembre 2011 SSOP SSOP SSOP= Sanitation Standard Operating Procedures = Procédures opérationnelles Standard d hygiène - règles spécifiques d hygiène en prévention de la contamination des produits, - concerne les surfaces

Plus en détail

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX Date: SITE: Heure: par: MENTION GLOBAL DE L'AUDIT: NOMBRE D'ECARTS CONSTATES: ECARTS CONSTATES: 1. RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION / DÉFINITION & CONTRÔLE DES RÈGLES D HYGIÈNE 1.1 Déclaration de l'établissement

Plus en détail

Programmation des contrôles en Sécurité Sanitaire des Aliments Secteur lait et produits laitiers. Bilan 2011 et évolutions 2012

Programmation des contrôles en Sécurité Sanitaire des Aliments Secteur lait et produits laitiers. Bilan 2011 et évolutions 2012 Programmation des contrôles en Sécurité Sanitaire des Aliments Secteur lait et produits laitiers Bilan 2011 et évolutions 2012 Laurence Giuliani DGAL/SA/SDSSA Journée réglementation fermière FNEC 26 janvier

Plus en détail

Législation sur la sécurité alimentaire : Aperçu des modifications

Législation sur la sécurité alimentaire : Aperçu des modifications Cours Aviforum/Agridea, 27.3.07 Législation sur la sécurité alimentaire : Aperçu des modifications Andreas Gloor, Aviforum, Zollikofen Buts, conditions de base Depuis le 1.1.2007: équivalence à la législation

Plus en détail

ACCORD INTERNATIONAL SUR LA VIANDE BOVINE

ACCORD INTERNATIONAL SUR LA VIANDE BOVINE ACCORD INTERNATIONAL SUR LA VIANDE BOVINE Les Parties au présent accord, Convaincus qu'une coopération internationale plus grande devrait s'exercer de manière à contribuer à accroître la libéralisation,

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIEME LEGISLATURE. Déposée le 18 février 2013 PROPOSITION DE LOI

ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIEME LEGISLATURE. Déposée le 18 février 2013 PROPOSITION DE LOI ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIEME LEGISLATURE Déposée le 18 février 2013 PROPOSITION DE LOI visant à rendre obligatoire l indication du pays d origine pour les produits agricoles

Plus en détail

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS FICHES 1et 2 : HYGIENE DU PERSONNEL FICHE 3 : PLAN DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 4 : SUIVI DES OPERATIONS DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES

Plus en détail

DÉMARCHE HACCP RESTAURATION. Guide pour l analyse des dangers. Restauration commerciale Restauration collective à caractère social

DÉMARCHE HACCP RESTAURATION. Guide pour l analyse des dangers. Restauration commerciale Restauration collective à caractère social DÉMARCHE HACCP EN RESTAURATION Guide pour l analyse des dangers Restauration commerciale Restauration collective à caractère social Ce livre a obtenu un prix dans la catégorie ouvrages professionnels -

Plus en détail

L agent polyvalent de restauration. Réglementation de la sécurité sanitaire des aliments

L agent polyvalent de restauration. Réglementation de la sécurité sanitaire des aliments L agent polyvalent de restauration Réglementation de la sécurité sanitaire des aliments Gilles Weiskircher Inspecteur des services vétérinaires Strasbourg Version 1 du 15/03/2013 Informations préalables

Plus en détail

En préambule, rappelons quelques grands principes régissant Le travail en cuisine collective.

En préambule, rappelons quelques grands principes régissant Le travail en cuisine collective. PLAN DE MAITRISE SANITAIRE Paquet Hygiène, Plan de Maîtrise Sanitaire : Professionnels de l agroalimentaire et des services de restauration, Qu impliquent pour vous ces règlements? En préambule, rappelons

Plus en détail

Comment se préparer à la certification

Comment se préparer à la certification Comment se préparer à la certification Intervenant : Laurent DENEUVE ACTALIA Villers-Bocage Tél. 02.31.25.43.00 Mail : l.deneuve@actalia.eu ACTALIA en quelques mots (www.actalia.eu) Institut Technique

Plus en détail

Simplification administrative

Simplification administrative Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Simplification administrative Vicky Lefevre CC 29/04/2015 Introduction Différents niveaux : Adaptation de la législation Niveau opérationnel :

Plus en détail

Formation aux enseignants intervenant en SEGPA

Formation aux enseignants intervenant en SEGPA Formation aux enseignants intervenant en SEGPA Réglementation de la sécurité sanitaire des aliments Informations préalables Ce document informe des dispositions réglementaires en vigueur et applicables

Plus en détail

Réforme de l inspection des viandes et risques zoonotiques bactériens

Réforme de l inspection des viandes et risques zoonotiques bactériens Réforme de l inspection des viandes et risques zoonotiques bactériens Liège WAVFH 21 novembre 2012 Dr Pascale GILLI-DUNOYER DGAL Bureau des laboratoires et de la coordination des contrôles officiels MAAF-FRANCE

Plus en détail

Allégations relatives à la teneur nutritive

Allégations relatives à la teneur nutritive Allégations relatives à la teneur nutritive Mots utilisés dans les allégations relatives à la teneur nutritive Ce que le mot signifie Exemples Sans Faible Réduit Source de Léger Une quantité insignifiante

Plus en détail

Nutrition et santé : suivez le guide

Nutrition et santé : suivez le guide Prévention ALIMENTATION PLAISIR ET ÉQUILIBRE ALIMENTAIRE Nutrition et santé : suivez le guide Nous savons tous que l alimentation joue un rôle essentiel pour conserver une bonne santé. En voici quelques

Plus en détail

L hygiène en restauration

L hygiène en restauration L hygiène en restauration Remise directe au consommateur Avertissement : les fiches présentées dans cette rubrique ont valeur de première information synthétique et ne tiennent pas compte des spécificités

Plus en détail

«THON ROUGE de ligne, Pêche artisanale»

«THON ROUGE de ligne, Pêche artisanale» «THON ROUGE de ligne, Pêche artisanale» 1 PREAMBULE L Association pour la Valorisation des Produits de la Pêche en Méditerranée - VALPEM, est une association loi 1901 déposée en Préfecture de l Hérault

Plus en détail

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LA RESTAURATION SCOLAIRE GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014 Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LES OBJECTIFS Apporter aux enfants une alimentation de Qualité pour répondre à leurs

Plus en détail

RAPPORT DE LA CINQUANTE-CINQUIÈME SESSION. Additif 6. Note du secrétariat

RAPPORT DE LA CINQUANTE-CINQUIÈME SESSION. Additif 6. Note du secrétariat ATIONS UNIES E Conseil Économique et Social Distr. GÉNÉRALE TRADE/WP.7/1999/7/Add.6 10 janvier 2000 FRANÇAIS Original : ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L'EUROPE COMITÉ POUR LE DÉVELOPPEMENT DU COMMERCE,

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS PREFET DES PYRENEES-ATLANTIQUES Direction Départementale de la Protection des Populations des Pyrénées-Altantiques SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS Quelques règles à respecter, secteur de la remise directe

Plus en détail

Expo 60+ 09/10/2009. sodexo.com

Expo 60+ 09/10/2009. sodexo.com Expo 60+ 09/10/2009 Smiley AFSCA en restauration collective - De la législation à la mise en application sodexo.com Sommaire 1. Définition & législation 2. Mise en application page 2 Développement d un

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES DEPARTEMENT DE LA SAVOIE ----- Arrondissement de Chambéry ----- Commune de SAINT-ALBAN-LEYSSE MAIRIE DE SAINT-ALBAN-LEYSSE 120, avenue de la Mairie 73230 SAINT-ALBAN-LEYSSE Téléphone : 04 79 33 13 57 Télécopie

Plus en détail

MARCHE A BONS DE COMMANDE CONCERNANT LA FOURNITURE DE REPAS DANS LES ECOLES PRIMAIRES PUBLIQUES DE LA VILLE DE LYON POUR LA PERIODE 2008/2012.

MARCHE A BONS DE COMMANDE CONCERNANT LA FOURNITURE DE REPAS DANS LES ECOLES PRIMAIRES PUBLIQUES DE LA VILLE DE LYON POUR LA PERIODE 2008/2012. MARCHE A BONS DE COMMANDE CONCERNANT LA FOURNITURE DE REPAS DANS LES ECOLES PRIMAIRES PUBLIQUES DE LA VILLE DE LYON POUR LA PERIODE 2008/2012. CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) Appel d

Plus en détail

infos viandes fraîches et produits transformés

infos viandes fraîches et produits transformés infos viandes fraîches et produits transformés Lettre d information de l IFIP ISSN 1967-225X N 3-2012 Résultats d études et travaux en cours Journée technique IFIP «Arrêt de la castration des porcelets

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES FOURNITURE ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE DESTINES AU SERVICE DE LA RESTAURATION SCOLAIRE DE LA COMMUNE DE SEMBLANÇAY N MARCHE : CANT.2009 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Personne

Plus en détail

ETAT PREVISIONNEL DE LA COMMANDE PUBLIQUE AU TITRE DE L'ANNEE...

ETAT PREVISIONNEL DE LA COMMANDE PUBLIQUE AU TITRE DE L'ANNEE... Académie :. Etablissement : ETAT PREVISIONNEL DE LA COMMANDE PUBLIQUE AU TITRE DE L'ANNEE... Conformément à l'article 27 du code des marchés publics, ces marchés sont classés par catégories homogènes ou

Plus en détail

Circulaire relative au monitoring dioxine des produits à risque destinés à l alimentation animale

Circulaire relative au monitoring dioxine des produits à risque destinés à l alimentation animale gence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire Circulaire relative au monitoring dioxine des produits à risque destinés à l alimentation animale Référence PCCB/S1/JPM/912984 Date 18/02/2014 Version

Plus en détail

HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE

HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE Dr Erick KEROURIO DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA PROTECTION DES POPULATIONS DE L ESSONNE Le cadre réglementaire LA RESTAURATION COLLECTIVE Notion de «clientèle» captive

Plus en détail

Une solution 3 en 1 pour créer ou développer votre atelier de petite transformation agroalimentaire

Une solution 3 en 1 pour créer ou développer votre atelier de petite transformation agroalimentaire Une solution 3 en 1 pour créer ou développer votre atelier de petite transformation agroalimentaire Une solution 3 en 1 ❶ Un atelier modulaire de transformation, aux normes sanitaires et clés en mains

Plus en détail

ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION

ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION Modifiée par l avenant n 47 du 9 novembre 2011 L accès au niveau III* est lié à une exigence de qualification. * Niveau tenant compte

Plus en détail

Décrire l'ensemble des mesures de maîtrise et des mesures de surveillance dans des procédures ou modes opératoires portés à la connaissance de tous.

Décrire l'ensemble des mesures de maîtrise et des mesures de surveillance dans des procédures ou modes opératoires portés à la connaissance de tous. DEMARCHE HACCP EN CUISINE CENTRALE Alimentation GROSJEAN L, Vénissieux Juin 2010 Objectif La démarche HACCP (de l'américain Hazard Analysis Critical Control Point) est une méthode préventive visant à maîtriser

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION DE LA MENTION «FAIT MAISON» EN RESTAURATION. à destination des professionnels

GUIDE D UTILISATION DE LA MENTION «FAIT MAISON» EN RESTAURATION. à destination des professionnels GUIDE D UTILISATION DE LA MENTION «FAIT MAISON» EN RESTAURATION à destination des professionnels «FAIT MAISON» - SOMMAIRE L essentiel du «fait maison» Qu est-ce que le «fait maison»? Comment informer vos

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL Références réglementaires : Règlement N 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire

Plus en détail

Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2011

Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2011 Références technico-économiques Palmipèdes gras Année 2011 FILIERE LONGUE : ELEVAGE 1-Les points clés de «l'atelier type» élevage d'aujourd'hui DESCRIPTIF 36 000 Volume animal /an 6 000 6 Nb de bandes

Plus en détail

TMS des agents de l Etat en abattoir de boucherie. Amandine Gautier 13 juin 2012

TMS des agents de l Etat en abattoir de boucherie. Amandine Gautier 13 juin 2012 TMS des agents de l Etat en abattoir de boucherie Amandine Gautier 13 juin 2012 1. Commande Les TMS première cause de MP dans le secteur abattage CHSM enquête par questionnaire sur les TMS des agents de

Plus en détail

GUIDE D OBTENTION D UNE LICENCE D EXPLOITATION LOCAUX DESTINÉS AUX ALIMENTS

GUIDE D OBTENTION D UNE LICENCE D EXPLOITATION LOCAUX DESTINÉS AUX ALIMENTS GUIDE D OBTENTION D UNE LICENCE D EXPLOITATION LOCAUX DESTINÉS AUX ALIMENTS Note : Pour les classes 3 et 4 dans les marchés publics, veuillez vous référer aux Lignes directrices du Nouveau-Brunswick pour

Plus en détail

Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire

Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Circulaire relative à la mise en œuvre du protocole régissant les échanges transfrontaliers d animaux de boucherie et volailles d abattage entre

Plus en détail

PAQUET HYGIÈNE : MODE D EMPLOI

PAQUET HYGIÈNE : MODE D EMPLOI PAQUET HYGIÈNE : MODE D EMPLOI AOÛT 2007 Ce document est une synthèse de cette nouvelle réglementation en matière de sécurité des aliments à destination des diététiciens. Il a été validé par le comité

Plus en détail

Guide pratique : Réglementations hygiène et étiquetage

Guide pratique : Réglementations hygiène et étiquetage Centre Régional d Innovation et de Transferts de Technologies RESEAU TECHNIQUE TPE DES INDUSTRIES AGROALIMENTAIRES DE LA REGION PROVENCE- ALPES-CÔTE D AZUR Guide pratique : Réglementations hygiène et étiquetage

Plus en détail

Quelles sont les chances des petits producteurs de se

Quelles sont les chances des petits producteurs de se Quelles sont les chances des petits producteurs de se maintenir sur le marché? Quelles sont les solutions en France pour la réorientation des activités des petits producteurs? La Roumanie vient d entrer

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

ANNEXE IV : Programme de soutien des productions animales à La Réunion

ANNEXE IV : Programme de soutien des productions animales à La Réunion ANNEXE IV : Programme de soutien des productions animales à La Réunion Les destinataires des aides du programme interprofessionnel sont l ARIBEV (Association Réunionnaise Interprofessionnelle du Bétail

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques

GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques ID-SC-172 GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE 12.12.12 GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques REFERENCES REGLEMENTAIRES : Règlement Européen N 834/2007

Plus en détail

Réglementation sur les marchés

Réglementation sur les marchés Réglementation sur les marchés 1. Responsabilités et assurances sur les marchés des producteurs de pays 1. Responsabilité et assurances sur les marchés 1.1 S agissant des producteurs sous licenciés : Ils

Plus en détail

Réglementation de la sécurité sanitaire des aliments

Réglementation de la sécurité sanitaire des aliments Réglementation de la sécurité sanitaire des aliments Informations préalables Ce document informe des dispositions réglementaires en vigueur et applicables au jour de la version. Ce document à une vocation

Plus en détail

Respect des règles d hygiène

Respect des règles d hygiène Respect des règles d hygiène Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité des aliments. Vérifier les

Plus en détail

PILOTER LA FORMALISATION DE SON PLAN DE MAITRISE SANITAIRE

PILOTER LA FORMALISATION DE SON PLAN DE MAITRISE SANITAIRE PILOTER LA FORMALISATION DE SON PLAN DE MAITRISE SANITAIRE Pascal PEYRONNET, Technicien Supérieur de Restauration, Cuisine CH Chastaingt, Limoges Bernard CELERIER, Inspecteur Vétérinaire, Direction Départementale

Plus en détail

AVIS 1 / 6. Afssa Saisine n 2008-SA-0319 Saisine liée n 2005-SA-0081. Maisons-Alfort, le 18 août 2009. Rappel de la saisine

AVIS 1 / 6. Afssa Saisine n 2008-SA-0319 Saisine liée n 2005-SA-0081. Maisons-Alfort, le 18 août 2009. Rappel de la saisine Maisons-Alfort, le 18 août 2009 AVIS LA DIRECTRICE GÉNÉRALE ADJOINTE de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments relatif à une demande d'avis relatif au guide de bonnes pratiques d'hygiène

Plus en détail

Références technico-économiques

Références technico-économiques Références technico-économiques Palmipèdes gras Année 2009 TERRES d avenir Les Chambres d agriculture du Sud-Ouest (CEPSO), en liaison avec l ITAVI, analysent chaque année les résultats techniques et économiques

Plus en détail

Auriol : le service public de la Restauration scolaire

Auriol : le service public de la Restauration scolaire Auriol : le service public de la Restauration scolaire Au titre de nos valeurs communes, nous avons voulu décliner l offre de restauration en mettant l accent au plus près des enfants. Plus de 80% des

Plus en détail

BUREAU VERITAS et la certification BIO en aquaculture

BUREAU VERITAS et la certification BIO en aquaculture BUREAU VERITAS et la certification BIO en aquaculture Laurent Galloux Seafood manager Seafood Summit Paris 1 Fevrier 2010 Bureau Veritas en bref Amériques 130 sites, dont 26 laboratoires France 175 sites,

Plus en détail

Qualité Sécurité Environnement

Qualité Sécurité Environnement Qualité Sécurité Environnement FORMATION AUDIT CONSEIL EXPERTISE >> Catalogue 2014 Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences personnalisation Formation Hygiène Alimentaire ISO 9001 : 2008...

Plus en détail