NOUVEAU CODE BRUXELLOIS DU LOGEMENT : RÉFORMÉ DE LA CAVE AU GRENIER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOUVEAU CODE BRUXELLOIS DU LOGEMENT : RÉFORMÉ DE LA CAVE AU GRENIER"

Transcription

1 NOUVEAU CODE BRUXELLOIS DU LOGEMENT : RÉFORMÉ DE LA CAVE AU GRENIER Un nouveau Code du logement est entré en vigueur le 28 juillet Il apporte d importantes innovations, tout en conservant les acquis du Code précédent et de ses adaptations subséquentes. La réforme poursuit plusieurs objectifs, atteints à des degrés divers selon le cas : donner une meilleure lisibilité à un texte qui a subi plusieurs modifications, l améliorer en tenant compte de l expérience du terrain, rendre opérationnel de nouveaux concepts, recentrer la lutte contre les logements insalubres sur les situations les plus graves, étendre et préciser les règles relatives à l attribution des logements non sociaux et améliorer l action contre les logements inoccupés. Cet article offre un aperçu des principales modifications concernant les communes. Pour plus de détails, il est chaque fois renvoyé à des publications de l Association relatives aux différents aspects du Code. La double action de l Association Le 27 mars 2013, l Association était auditionnée en commission du logement du Parlement bruxellois relativement au projet de réforme du Code du logement. Ensuite, le 20 juin 2013, elle écrivait au Secrétaire d Etat en charge du logement, Monsieur Christos Doulkeridis. A ces deux occasions, elle y a contesté : 1. le règlement-type arrêté par le Gouvernement: l Association considère qu il s agit d une atteinte injustifiée à l autonomie communale dans la mesure où le Code du logement contient déjà suffisamment de garanties. En ce sens, l habilitation est trop large et manque de fondement légal ; 2. l attribution des logements sur avis conforme d une commission indépendante dont la composition et le fonctionnement sont arrêtés par le gouvernement L Association a plaidé pour que la composition de la commission soit décidée par le conseil communal. Elle a finalement obtenu satisfaction, comme on le lira plus loin ; 3. l interdiction de critères d attribution ou de refus d inscription dans le registre pour des raisons liées à une part relative trop élevée du loyer eu égard aux revenus, une condition qui permet de protéger tant la commune que les locataires contre les risques d insolvabilité. Les exigences de sécurité, de salubrité et d équipement des logements 1 (articles 4 à 14) Le principe de base ne change pas : seuls les logements qui répondent aux exigences élémentaires de sécurité, de salubrité et d équipement peuvent être proposés à la location. Cependant, afin de limiter le formalisme des procédures, le nombre de documents permettant de constater leur conformité est à présent limité. Ainsi, le certificat de conformité, facultatif, et l attestation de conformité, jusqu ici obligatoire pour les logements meublés et les logements de moins de 28 m 2, sont supprimés. Seule subsiste l attestation de contrôle de conformité. Celle-ci est nécessaire pour remettre en location ou relouer un logement frappé par l interdiction infligée par le Service de l inspection régionale du logement. Quid pour les logements qui font l objet d un arrêté d insalubrité pris par le bourgmestre sur pied de l article 135 de la Nouvelle loi communale? L ancien article 14 du Code du logement était formulé de manière ambiguë, mais l interprétation qui prévalait dans les communes était d exiger cette attestation avant de lever tout arrêté du bourgmestre lié à l état du logement. Malheureusement, cette exigence n est plus reprise dans le nouveau Code 2. Cette situation est dommageable pour la protection des locataires dans la mesure où la levée de l arrêté est susceptible de donner l illusion au propriétaire que le bien peut à nouveau être offert à la location alors qu il ne satisfait peut-être pas aux exigences du Code du logement. Le bourgmestre reste chargé de veiller à l exécution des décisions, prises par l inspection régionale du logement, d interdire de continuer de proposer à la location, mettre en location ou faire occuper un bien non conforme situé sur le territoire de sa commune. Désormais, l article 8, alinéa 2 habilite expressément le bourgmestre à apposer des scellés afin d empêcher toute nouvelle occupation. Précisons que c est bien le bourgmestre, et non pas les fonctionnaires communaux, qui dispose de ce pouvoir 3. Il conviendra donc de mentionner explicitement la décision d apposer des scellés dans l arrêté pris par le bourgmestre en exécution de la décision 4 1 Sur cette question, voir : F. LAMBOTTE, Incidence du Code du Logement sur les arrêtés de police - Rien ne change ou presque!, d'union Bruxelles, septembre 2006, (4), pp La revue d Union est disponible sur > Publications. 2 L AVCB a attiré l attention du législateur sur ce point lors des auditions en commission du logement, mais n a pas été suivie. 3 Comparer avec l article 303 du CoBAT, selon lequel les scellés en matière d urbanisme ne peuvent être apposés que par les officiers de police judiciaire, les fonctionnaires et agents chargés de la police de la voirie, les fonctionnaires et agents techniques des communes et de la Région désignés par le Gouvernement pour constater les infractions urbanistiques.

2 régionale. Le bri de scellés, apposés en vertu d une disposition légale ou réglementaire, constitue une infraction pénale 4. Les modalités de l obligation de rechercher une solution de relogement à charge du bourgmestre sont clarifiées : au locataire dont le bien a fait l'objet d'une interdiction à la location mise en exécution par le bourgmestre, une proposition de relogement doit être adressée au plus tard au moment de l'expulsion, dans la mesure des disponibilités. D'abord, le bourgmestre vérifie si, sur le territoire de sa commune, un logement est disponible parmi les logements locatifs des différents opérateurs immobiliers publics. A défaut de disponibilité, la Société du logement de la Région de Bruxelles-Capitale (SLRB) procède au même exercice, mais à l'échelle de la Région. Il s agit donc toujours d une obligation de moyen dans le chef du bourgmestre. Le droit de gestion publique 5 (articles 15 à 19) Les possibilités d exercer le droit de gestion publique sont élargies aux logements non occupés conformément à leur destination en logement depuis plus de douze mois consécutifs, pour autant que les démarches en vue de régulariser leur situation urbanistique initiées avant l établissement du constat se soient soldées par un refus. Les agences immobilières sociales (AIS) peuvent exercer le droit de gestion publique, au même titre que les opérateurs immobiliers publics. L avenir nous dira si les AIS, qui ne disposent pas d une administration, pourront se lancer dans l aventure. En tout cas, la Fédération des AIS de Bruxelles s est montrée très réservée 6. Il est vrai qu on n aperçoit pas, a priori, l intérêt de cette extension. Rappelons que, sans devoir nécessairement être titulaires de ce droit, les AIS peuvent se voir confier la rénovation et la gestion locative des logements pris en gestion publique par les opérateurs immobiliers publics 7. Les logements inoccupés 8 (articles 20 à 23 ainsi que l article 15) Pour rappel, le Code du logement érige en infraction administrative le fait de maintenir inoccupé tout ou partie d un immeuble destiné au logement. Il charge un service régional de constater les infractions et d infliger des sanctions administratives. Ce service agit d initiative ou sur plainte du collège des bourgmestre et échevins ou, à certaines conditions, d associations ayant pour objet la défense du droit au logement. On pointera, tout d abord, deux modifications importantes pour les communes. Premièrement, les procès-verbaux émanant d agents communaux assermentés feront également foi pour constater ces infractions 9. Voilà qui devrait renforcer la collaboration entre communes et Région et quelque peu soulager le service régional d une partie de sa charge de travail. Deuxièmement, chaque commune a l obligation de tenir un registre des logements inoccupés situés sur son territoire et de communiquer au Gouvernement, avant le 1 er juillet de chaque année, l inventaire arrêté au 31 décembre de l année précédente de tous les logements qu elle a identifié comme étant inoccupés ainsi que leur localisation, leur surface habitable, le nombre de chambres qu ils comptent et la durée présumée de l inoccupation. Ensuite, des précisions sont apportées concernant les présomptions d inoccupation 10. D une part, la liste est étoffée. D autre part, l utilisation du terme notamment confirme que l énumération n est pas limitative : l inoccupation pourrait donc être établie sur base d autres éléments pertinents tandis que les présomptions légales peuvent toujours être étayées par un faisceau d indices convergents. Sont dorénavant présumés inoccupés, les logements : - à l adresse desquels personne n est inscrit à titre de résidence principale aux registres de la population ; - pour lesquels les propriétaires ont demandé une réduction du précompte immobilier pour improductivité ; - qui ne sont pas garnis du mobilier indispensable à leur affectation ; - pour lesquels la consommation d eau ou d électricité constatée pendant une période d au moins douze mois consécutifs est inférieure à la consommation minimale fixée par le Gouvernement Article 284 du Code pénal. Le simple fait d'enlever les scellés apposés et/ou les accessoires sinon la clôture scellée elle-même suffit pour constituer l'élément matériel du bris de scellés, Cass., 10 mars 1992, Pas., 1992, I, p Sur cette question, voir : FRASELLE Nathalie, Apposition de scellés par le Bourgmestre, Mouv. Comm., juin-juillet 2003, V.85, (779), pp Sur cette question, voir : F. LAMBOTTE, Le droit de gestion publique: pour qui, pour quoi, comment?, d'union Bruxelles, juillet 2006, (3), pp ; O. EVRARD, Le Parlement dégrippe le droit de gestion publique, d'union Bruxelles, juin-juillet 2010, (2), pp Doc. Parl. Brux.-Cap., Sess. 2012/2013, A-355/2, Rapport, p Article 120, 2. 8 Sur cette question, voir : O. EVRARD, B. RUSLANOVA NIKOLOVA, Amende administrative et action en cessation en cas de logement inoccupé, d'union Bruxelles, décembre 2009 janvier 2010, (6), pp Cette modification avait été suggérée par l AVCB, voir : O. EVRARD, B. RUSLANOVA NIKOLOVA, Op. Cit., p La définition du logement inoccupé se trouve toujours dans le chapitre relatif au droit de gestion public (article 15). Il s agit en effet de l un des cas dans lesquels le droit de gestion public peut être exercé. Historiquement, cela s explique par le fait que le chapitre relatif à la sanction administrative des logements inoccupés a été introduit dans le Code après le droit de gestion publique. La logique aurait voulu que la réforme reprenne la définition du logement inoccupé dans le chapitre y relatif. 11 Actuellement, les seuils sont fixés par l article 9 de l arrêté du 19 février 2004 portant exécution du Code du Logement, M.B., 23 avril 2004 comme suit : - Pour la consommation d eau : 5 mètres cube par an ; 5 - Pour la consommation d électricité : lorsque le compteur électrique est scellé ou présente une consommation annuelle inférieure à 100kwh.

3 Le Code précise que les présomptions peuvent être renversées par le propriétaire ou le titulaire du droit réel principal, qui peut justifier l inoccupation par des raisons légitimes ou en cas de force majeure. De plus, le nouveau Code supprime le fait que les logements dans lesquels sont domiciliés la personne physique propriétaire ou titulaire d un droit réel ne peuvent pas être présumés inoccupés 12. Par ailleurs, le nouveau Code du logement conserve plusieurs innovations qui avaient été adoptées récemment 13 dans le but de faciliter la preuve qu un logement est inoccupé. Il n est pas inutile d en rappeler les principes : l intercommunale bruxelloise de distribution et d assainissement d eau (Hydrobru) et le gestionnaire du réseau de transport d électricité ont l obligation de communiquer au moins une fois par an au service régional chargé d infliger des amendes administratives en cas de logements inoccupés, la liste des logements pour lesquels la consommation d eau ou d électricité constatée pendant une période d au moins douze mois consécutifs est inférieure à la consommation minimale fixée par le Gouvernement. Le service régional reprend ces informations dans une liste qu il tient à disposition des communes ; les communes sont quant à elles chargées de communiquer au service régional, au moins une fois par an, une liste actualisée des logements situés sur leur territoire dont l inoccupation est avérée. Le Gouvernement doit encore arrêter la forme et le contenu de cette communication 14. En outre pour le 1er juillet de chaque année, les communes sont tenues de publier un rapport de leur politique (en ce compris celle de leur CPAS) en matière de lutte contre les logements inoccupés. Ce rapport inclut une évaluation chiffrée de l exercice du droit de gestion publique, des actions comme en référé et des plaintes déposées auprès du service régional. L attribution des logements non sociaux 15 (articles 24 à 33) Champ d application Les nouvelles dispositions relatives à l attribution des logements publics entreront en vigueur le 1er juillet Leur champ d application s étendra à tous les opérateurs immobiliers publics 16 ainsi qu aux agences immobilières sociales (AIS) 17. Les communes, les CPAS et les régies communales autonomes qui offrent des logements en location restent tenus d adopter un règlement d attribution et de tenir un registre des inscriptions, y compris lorsque la gestion locative est confiée à un tiers. Pour les logements communaux gérés par une AIS, c est le règlement de l AIS qui sera d application. Le règlement ne s appliquera pas aux logements de transit 18. Règlement d attribution Le nouveau Code encadre plus strictement le contenu du règlement d attribution qui doit être adopté par le conseil communal ou par le conseil de l action sociale. Il est précisé que les critères d attribution permettant de pondérer l ordre chronologique doivent être conformes au Titre X du Code relatif à l égalité de traitement, ce qui va de soi pour un pouvoir public. Dans un souci de clarté pour les candidats locataires, le règlement d attribution doit également mentionner quels logements sont éligibles à l allocation-loyer 19. Les critères ne peuvent pas concerner la localisation de la résidence du candidat locataire ou le montant minimal de ses revenus. La demande d inscription dans le registre ne peut être refusée pour ces mêmes motifs. La portée des dispositions en matière de revenus n est pas claire. Les communes pourront-elles refuser d attribuer un logement pour des raisons liées à une part relative trop élevée du loyer eu égard aux revenus? Il ne s agit, à proprement parler, ni de refuser l inscription dans le registre ni d en faire un critère d attribution pondéré (de le lier à des points de priorité) On relèvera toutefois la contradiction logique qu il y aurait à considérer comme inoccupé un logement où demeurent inscrites des personnes dont la commune n a pas entamé et terminé une procédure de radiation d office. 13 Ordonnance du 6 décembre 2012 modifiant l article 18 de l ordonnance du 17 juillet 2003 portant le Code bruxellois du logement, entrée en vigueur le jour de sa publication au Moniteur belge, le 18 décembre Doc. Parl., Brux.-Cap., sess , A On peut se demander si cette obligation ne fait pas double emploi avec celle de tenir un registre des logements inoccupés, qui doit être communiqué au Gouvernement. 15 Sur cette question, voir : O. EVRARD, Règles minimales d attribution des logements communaux, d'union Bruxelles, avril-mai 2009, (2), pp Donc également au Fonds du logement et à la SDRB, mais à l exception des SISP. Ces dernières restent soumises au régime particulier des logements sociaux. 17 Par application de l article 124, 1er, 8 du Code. 18 Tels que définis par l article 2, 1er, 22 du Code. 19 Arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 21 juin 2012 instituant une allocation loyer. 20 Selon le commentaire de l article 27 du projet : [ ] même s il peut être légitime pour les opérateurs immobiliers publics d éviter d installer dans leur parc immobilier des ménages qui risquent de s avérer incapables de payer le loyer, il reste qu il s agit là d un critère d exclusion en amont. [ ] Au demeurant, il est impossible, au moment de l inscription (avant même donc de savoir quel logement sera attribué au candidat), d évaluer le pourcentage des revenus du locataire affectés au loyer puisque ce dernier n est pas encore connu, Doc. Parl., Brux.-Cap., Sess. 2012/2013, A-355/1, p. 38.

4 Règlement-type Le Gouvernement arrêtera un règlement-type par catégorie d opérateur comprenant les exigences du Code. Que contiendra-t-il? L habilitation donnée au Gouvernement semble a priori peu encadrée. Selon le commentaire de l article 29, ce document comprendra les exigences reprises dans ce chapitre 21 (procédure, critères d attribution, etc.). Interrogé à ce sujet, le Secrétaire d Etat a précisé qu il s agit d un règlement contraignant. Mais les communes pourront ajouter d autres clauses 22. Un document type doit, en effet, offrir un canevas commun qui peut être complété en fonction des particularités propres à chaque commune. A notre estime, le Code n habilite pas le Gouvernement à déterminer la pondération des critères d attribution dans la mesure où cela reviendrait à vider de sa substance la compétence que l article 26 attribue au conseil communal. Décision d attribution Les logements communaux seront attribués par le collège des bourgmestre et échevins ou par le bureau permanent sur avis conforme d une commission indépendante dont la composition et le fonctionnement sont déterminés par le conseil communal. Elle rendra un avis tant pour les logements relevant du patrimoine de la commune que de celui du CPAS (même s il y aura toujours deux règlements et deux registres distincts). L avis de la commission est contraignant. On entend en effet par avis conforme, un avis qui lie son destinataire qui ne peut s en écarter 23. Il s agit d une formalité substantielle dont le non respect entacherait d illégalité la décision prise par l autorité administrative. Le caractère contraignant de l avis découle également des travaux parlementaires : une proposition d amendement visant à permettre au collège ou au bureau permanent de s écarter de l avis moyennant due motivation a été rejetée 24. L avis de la commission n est toutefois pas intangible. En cas d erreur ou de modification des circonstances, le collège devrait veiller à solliciter un nouvel avis 25. En effet, rien n interdit à l instance consultée de modifier son point de vue après réexamen du dossier, dans la mesure où l avis ne constitue qu une étape de la procédure administrative qui s achève par la décision de l autorité administrative 26. L avis de la commission est lié, en ce sens qu il doit prendre en compte l ordre chronologique du registre et faire une juste application des critères d attribution prévus dans le règlement communal. Initialement, le projet prévoyait que la composition et le fonctionnement de la commission seraient arrêtés par le Gouvernement 27. Afin de mieux prendre en compte l autonomie communale, suite à un amendement déposé par un membre de la majorité, le législateur a finalement confié cette mission au conseil communal 28. Interrogé sur la marge de manœuvre du conseil communal, le Secrétaire d Etat a déclaré, lors du vote en Commission du logement de l article 28bis et de l amendement n 32 que la commune détermine qui siège dans cette commission et le secrétaire d Etat leur fait confiance. Le Code n impose aucun critère, et n habilite pas le Gouvernement à le faire, si ce n est que la commission doit être indépendante. Il nous semble qu elle doit en tout cas être indépendante par rapport à l organe destinataire de son avis. Les membres du collège des bourgmestre et échevins ou du bureau permanent ne devraient donc pas pouvoir y siéger. Recours Les recours contre les décisions d attribution sont portés devant le collège de bourgmestre et échevins ou le bureau permanent, et non plus devant le conseil communal ou le conseil de l action sociale 29. Le nouveau Code introduit une harmonisation des délais. Le recours doit être introduit dans le mois de la notification de la décision d attribution et le collège est tenu de statuer dans un délai d un mois. Lorsque le candidat locataire obtient gain de cause, la conséquence n est plus la nullité de la décision d attribution, mais l octroi d un droit absolu à l attribution du premier logement adapté devenu vacant. 21 C est-à-dire le chapitre IV du Titre III, relatif aux règles applicables aux logements mis en location par des opérateurs immobiliers publics. 22 Doc. Parl. Brux.-Cap., Sess. 2012/2013, A-355/2, Rapport, p P. GOFFAUX, Dictionnaire élémentaire de droit administratif, Précis de la Faculté de droit de l Université Libre de Bruxelles, Bruylant, 2006, p Amendement n En ce sens : C.E., 30 juin 1972, n , Van De Poel. 26 C.E., 8 juin 1998, n , Michel. 27 D après les déclarations du Secrétaire d Etat, avant l introduction de l amendement n 32, l intention initiale du Gouvernement était d assurer une cohérence et homogénéité dans ces commissions, et surtout bien sûr la présence de tiers : une commission qui ne serait composée que de membres de l administration communale ou du Collège ne serait pas une commission indépendante de l autorité. L esprit de l accord est bien de réserver une place importante aux partenaires associatifs et acteurs de terrain qui œuvrent quotidiennement aux côtés des services communaux concernés (logement, aide sociale, contrats de quartier, etc).», Doc. Parl., Brux.-Cap., Sess. 212/1013, Rapport, A-355/2, p Amendement n L AVCB avait attiré l attention sur le fait qu il était plus indiqué de confier cette compétence au collège des bourgmestre et échevins, eu égard à la répartition des compétences prévues par la Nouvelle loi communale et dans la mesure où il se réunit plus souvent que le conseil. Voir : O. EVRARD, Règles minimales d attribution des logements communaux, Op. Cit. p

5 Vie privée des locataires et candidats locataires Afin d assurer la protection de la vie privée des locataires et des candidats locataires, le registre des inscriptions contiendra des données dépersonnalisées 30. En revanche, aux termes de l article 25, l inventaire que chaque opérateur doit communiquer annuellement au Gouvernement mentionne toujours le nom des locataires. On ne discerne pas dans quelle mesure la communication des noms est nécessaire au regard de l objectif poursuivi par cet inventaire, c est-à-dire un outil de la politique du logement régionale 31, si l on se réfère aux travaux parlementaires de l ordonnance qui avait introduit cette obligation. Les logements sociaux Les sociétés de logement social, les SISP, pourront gérer un pourcentage limité de logements moyens. Ces logements seront réservés aux ménages disposant de revenus modérés ou moyens et à la condition que cela n entrave pas le développement du parc de logements sociaux. L objectif est de développer la mixité sociale et d offrir des possibilités de relogement aux personnes dont le bail social à durée limitée prend fin. Régime transitoire Les articles 24 à 33, relatifs aux règles d attribution des logements non sociaux, entrent en vigueur le 1er juillet Ils ne s appliquent pas à l attribution des logements disponibles à la location avant cette date, sauf si la procédure de leur attribution en location n a pas encore été entamée à cette date. L article 67, 9, instaurant la possibilité pour les SISP de donner en location des logements modérés et moyens, entrera en vigueur le 1er janvier Les arrêtés pris en exécution du Code du logement abrogé restent en vigueur jusqu à leur remplacement par de nouveaux arrêtés. Le Gouvernement est chargé d adapter les références légales et réglementaires au Code du logement. L annexe 1 de l ordonnance du 11 juillet 2013 prévoit opportunément un tableau de concordance des références à l ordonnance du 17 juillet 2003 portant le Code bruxellois du logement par rapport à la numérotation du nouveau Code. Conclusion Malgré quelques aspects utopiques, la réforme étaye les moyens d action en matière de logements insalubres et inoccupés, notamment grâce à une collaboration renforcée entre les communes et la Région. Elle dépoussière les notions de logement social et moyen. Elle améliore également le Code en tenant compte de l expérience pratique et lui apporte une plus grande cohérence. L Association restera attentive à la manière dont le Gouvernement élaborera les arrêtés d exécution. Base légale Ordonnance du 11 juillet 2013 modifiant l'ordonnance du 17 juillet 2003 portant le Code bruxellois du Logement Publication : Moniteur belge du 18 et du 26 juillet 2013 Le texte publié au Moniteur belge du 26 juillet 2013 remplace celui publié au Moniteur belge du 18 juillet Il corrige une erreur matérielle dans la numérotation des articles. Documents parlementaires : Doc. A-355/1-3 - Session Inforum : n Olivier Evrard 8 30 Cette modification fait suite aux réserves que l AVCB avait formulées notamment dans l article : O. EVRARD, Règles minimales d attribution des logements communaux, Op. Cit. p Doc. Parl., Brux.-Cap., sess. 2007/2008, A-493/1, p. 3.

Règlement d attribution des logements communaux. de la commune d Uccle.

Règlement d attribution des logements communaux. de la commune d Uccle. Commune d Uccle Service du Logement Règlement d attribution des logements communaux de la commune d Uccle. Préambule La commune d Uccle a été une des toutes premières en Région de Bruxelles- Capitale à

Plus en détail

LES ACTIONS EN CESSATION :

LES ACTIONS EN CESSATION : LES ACTIONS EN CESSATION : Expérience pratique de la Ville de Bruxelles Elisabeth VAN HERTSEN Département Urbanisme Ville de Bruxelles INTRODUCTION Rue du Bon secours,12 Rue Marie-Christine, 206 L ACTION

Plus en détail

La mise en location d un logement et le code du logement.

La mise en location d un logement et le code du logement. La mise en location d un logement et le code du logement. Les problème rencontrés. 1) La simple apposition d une affiche «appartement / studio / chambre à louer» permet-elle une visite d initiative par

Plus en détail

L attribution des logements publics non sociaux Vers plus de transparence et d uniformité

L attribution des logements publics non sociaux Vers plus de transparence et d uniformité L attribution des logements publics non sociaux Vers plus de transparence et d uniformité Olivier EVRARD * Introduction Les règles relatives à l attribution des logements publics non sociaux sont relativement

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Règlement d attribution (après changements proposés au CA du 30/06/2014)

Règlement d attribution (après changements proposés au CA du 30/06/2014) Règlement d attribution (après changements proposés au CA du 30/06/2014) Attribution des logements - Principes généraux 1. Les logements gérés par la M.A.I.S. sont attribués suivant une procédure détaillée

Plus en détail

Règlement d attribution de logements communaux

Règlement d attribution de logements communaux Régie foncière de la Commune d Evere Page 1 de 7 Règlement d attribution de logements communaux Approuvé par le Conseil Communal d Evere en séance du 25. 04. 2013. Article 1 : Objet Le présent règlement

Plus en détail

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 5.3.2015 C(2015) 1423 final ANNEX 18 ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES à la DÉCISION

Plus en détail

AIS Verhaegen Agence Immobilière Sociale asbl Agréée par la Région de Bruxelles-Capitale

AIS Verhaegen Agence Immobilière Sociale asbl Agréée par la Région de Bruxelles-Capitale AIS Verhaegen Agence Immobilière Sociale asbl Agréée par la Région de Bruxelles-Capitale REGLEMENT D ATTRIBUTION DE L AIS SAINT-GILLOISE THEODORE VERHAEGEN Article 1 Champ d application Le présent règlement

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

LE RELAIS a.s.b.l. Agence Immobilière Sociale de Woluwe-Saint-Pierre

LE RELAIS a.s.b.l. Agence Immobilière Sociale de Woluwe-Saint-Pierre Article 1 er Champ d application Règlement d attribution 2015 Le présent règlement s'applique à tous les logements mis en location par l Agence Immobilière Sociale de Woluwe-Saint-Pierre, «LE RELAIS» au

Plus en détail

Bruxelles, le. Vu la loi du 8 août 1983 organisant un Registre national des personnes physiques ;

Bruxelles, le. Vu la loi du 8 août 1983 organisant un Registre national des personnes physiques ; ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION DE

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

La réforme du CoBAT. Partie Urbanisme. Stéphanie Hanssens

La réforme du CoBAT. Partie Urbanisme. Stéphanie Hanssens La réforme du CoBAT Partie Urbanisme Stéphanie Hanssens Soumission expresse à PU de la modification du nombre de logements (article 98, 1 er, nouveau 12 ) La liste des actes et travaux soumis à permis

Plus en détail

RÈGLEMENTS. 16.6.2009 Journal officiel de l Union européenne L 152/1

RÈGLEMENTS. 16.6.2009 Journal officiel de l Union européenne L 152/1 16.6.2009 Journal officiel de l Union européenne L 152/1 I (Actes pris en application des traités CE/Euratom dont la publication est obligatoire) RÈGLEMENTS RÈGLEMENT (CE) N o 469/2009 DU PARLEMENT EUROPÉEN

Plus en détail

Groupe de travail sur le développement juridique du système de La Haye concernant l enregistrement international des dessins et modèles industriels

Groupe de travail sur le développement juridique du système de La Haye concernant l enregistrement international des dessins et modèles industriels F H/LD/WG/5/3 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 7 OCTOBRE 2015 Groupe de travail sur le développement juridique du système de La Haye concernant l enregistrement international des dessins et modèles industriels

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

Vu la demande d'avis de M. Christos DOULKERIDIS, Secrétaire d Etat au Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale reçue le 23/02/2012;

Vu la demande d'avis de M. Christos DOULKERIDIS, Secrétaire d Etat au Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale reçue le 23/02/2012; 1/8 Avis n 12/2012 du 11 avril 2012 Objet: Communication de données de consommation d eau et d électricité par les services de distribution à la Cellule administrative régionale ad hoc de la Région de

Plus en détail

I LE CONTEXTE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE

I LE CONTEXTE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE Au printemps 2013, le Président de la République a souhaité, dans le cadre du choc de simplification, que soit renversé le principe en vigueur depuis la publication de la loi du 12 avril 2000, dite loi

Plus en détail

Texte de base : Moniteur belge du 9 septembre 2003. Complété et modifié par :

Texte de base : Moniteur belge du 9 septembre 2003. Complété et modifié par : 17 juillet 2003 Ordonnance portant le Code bruxellois du Logement Texte de base : Moniteur belge du 9 septembre 2003 Complété et modifié par : L ordonnance du 1 er avril 2004 complétant l ordonnance du

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 24 avril 2015 relatif au règlement intérieur de la commission administrative paritaire compétente à l égard du corps d encadrement et d application du personnel de surveillance de l administration

Plus en détail

Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012

Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012 Novembre 2011 Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012 La réglementation sur l amiante a fait l objet depuis de nombreuses années de plusieurs

Plus en détail

Règlement d attribution

Règlement d attribution Règlement d attribution Attribution s logements - Principes généraux 1. Les logements gérés par la M.A.I.S. sont attribués suivant une procédure détaillée ci-après aux seuls ménages figurant dans le registre

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

vu la loi sur le logement du 9 septembre 1975 A vu le préavis du Département de l'économie Conditions d'occupation

vu la loi sur le logement du 9 septembre 1975 A vu le préavis du Département de l'économie Conditions d'occupation RÈGLEMENT sur les conditions d'occupation des logements à loyers modérés (RCOLLM) du 7 janvier 007 (état: 0.0.007) 840...5 LE CONSEIL D'ÉTAT DU CANTON DE VAUD vu la loi sur le logement du 9 septembre 975

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/199 DELIBERATION N 08/076 DU 2 DECEMBRE 2008 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DE LA

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés publics et à certains marchés de travaux, de fournitures et de services ;

Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés publics et à certains marchés de travaux, de fournitures et de services ; Règlement général de la Centrale de marchés de l intercommunale Interfin pour l achat d énergie au profit des Pouvoirs locaux de la Région de Bruxelles-Capitale Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés

Plus en détail

Le rôle du Service Public de Wallonie

Le rôle du Service Public de Wallonie La nouvelle réglementation wallonne pour les services de taxis et de location de voitures avec chauffeur Le rôle du Service Public de Wallonie SPW- DGO2 - Direction du Transport de personnes Florence Wathelet

Plus en détail

COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE

COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE AVIS (BRUGEL-AVIS-2011-109) relatif aux clients protégés ne répondant plus aux conditions d'application initiales. Etabli en application

Plus en détail

SUPPLEMENT DE 25,00 POUR CHAMBRES EXCEDENTAIRES

SUPPLEMENT DE 25,00 POUR CHAMBRES EXCEDENTAIRES SUPPLEMENT DE 25,00 POUR CHAMBRES EXCEDENTAIRES La réglementation organisant la location des logements gérés par la Société wallonne du Logement ou par les sociétés de logement de service public prévoit

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité)

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Présentation : Réunion ADS du 10 avril 2008 1 Les recours à l égard des permis (permis de construire, permis de démolir, permis d aménager)

Plus en détail

Objet : Mise en œuvre du compte épargne temps au ministère de l agriculture, de l alimentation, de la pêche et des affaires rurales

Objet : Mise en œuvre du compte épargne temps au ministère de l agriculture, de l alimentation, de la pêche et des affaires rurales MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES Direction générale de l administration Sous-direction du développement professionnel et des relations sociales Bureau

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-1588 du 4 décembre 2015 relatif à l organisation et au fonctionnement

Plus en détail

Vu l article L 1122-30 du Code de la démocratie locale et de la décentralisation,

Vu l article L 1122-30 du Code de la démocratie locale et de la décentralisation, Du registre aux délibérations du Conseil Communal de cette ville, Province a été extrait ce qui suit : de HAINAUT ------- SEANCE DU 31 JANVIER 2013 ARRONDISSEMENT de ------------------------------- ATH

Plus en détail

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété.

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. La commission, Considérant : que l article L. 242-1 du Code des assurances dispose que : «Toute

Plus en détail

OCCUPATIONS ILLICITES DE TERRAINS PAR LES GENS DU VOYAGE

OCCUPATIONS ILLICITES DE TERRAINS PAR LES GENS DU VOYAGE PROCÉDURES D EXPULSIONS OCCUPATIONS ILLICITES DE TERRAINS PAR LES GENS DU VOYAGE PRÉFET DE SEINE-ET-MARNE SOMMAIRE PROCÉDURE NORMALE DE DROIT COMMUN > La procédure juridictionnelle > La procédure administrative

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour reçu le 5 décembre 2005;

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour reçu le 5 décembre 2005; CSSS/05/148 1 DELIBERATION N 05/053 DU 20 DECEMBRE 2005 RELATIVE A LA COMMUNICATION DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL PAR LES ORGANISMES ASSUREURS AU SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES EN VUE DE LA CONSTATATION

Plus en détail

SUBVENTIONS D INTéRêT

SUBVENTIONS D INTéRêT DISPOSITIONS COMPLÉMENTAIRES - SUBVENTIONS D INTÉRÊT 1 SUBVENTIONS D INTéRêT Sommaire Loi modifiée du 22 juin 1963 fixant le régime des traitements des fonctionnaires de l Etat (Extrait: Art. 29sexties)

Plus en détail

Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014. Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française

Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014. Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française Commentaire Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014 Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française Le Conseil constitutionnel a été saisi le 18 août 2014, par

Plus en détail

COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE

COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE PROJET d AVIS d initiative (BRUGEL-AVIS-20150605-205) pour consultation relatif aux obligations de service public des fournisseurs

Plus en détail

Ordonnance sur l engagement d entreprises de sécurité privées par la Confédération

Ordonnance sur l engagement d entreprises de sécurité privées par la Confédération Ordonnance sur l engagement d entreprises de sécurité privées par la Confédération (Ordonnance sur l engagement d entreprises de sécurité, OESS) du 31 octobre 2007 Le Conseil fédéral suisse, vu l art.

Plus en détail

Commission d accès aux et de réutilisation des documents administratifs

Commission d accès aux et de réutilisation des documents administratifs Commission d accès aux et de réutilisation des documents administratifs Section publicité de l administration 7 septembre 2015 AVIS n 2015-64 Sur le refus de donner accès à la décision motivée et au détail

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/14/048 DÉLIBÉRATION N 12/039 DU 5 JUIN 2012, MODIFIÉE LE 1 ER AVRIL 2014, RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À

Plus en détail

17 juillet 2003 Ordonnance portant le Code bruxellois du Logement

17 juillet 2003 Ordonnance portant le Code bruxellois du Logement 17 juillet 2003 Ordonnance portant le Code bruxellois du Logement Texte de base : Moniteur belge du 9 septembre 2003 Complété et modifié par : L ordonnance du 1 er avril 2004 complétant l ordonnance du

Plus en détail

Réglementation des implantations commerciales en

Réglementation des implantations commerciales en Réglementation des implantations commerciales en Belgique La réglementation des implantations commerciales, jusqu ici encadrée par la loi «Cadenas» du 29 juin 1975, est désormais soumise à la loi baptisée

Plus en détail

Code des obligations. (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002. Délai référendaire: 3 avril 2003

Code des obligations. (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002. Délai référendaire: 3 avril 2003 Délai référendaire: 3 avril 2003 Code des obligations (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999

Plus en détail

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Communiqué Juin 2011 Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Les provinces du Québec et de l Ontario ont adopté l

Plus en détail

AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE FR AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 8 décembre 2008 sollicité par le ministère français de l Économie, de l Industrie et de l Emploi sur un projet d ordonnance relative aux instruments financiers

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 2013-129 DU 27 NOVEMBRE 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DECLARATIONS DE TRAITEMENTS AUTOMATISES D INFORMATIONS NOMINATIVES CONCERNANT

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section Sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section Sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section Sécurité sociale CSSS/11/025 DÉLIBÉRATION N 11/020 DU 1 ER MARS 2011 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DE LA BANQUE

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LA COMMUNE ET LE CPAS APRÈS LE 1 ER JANVIER 2004

LES RELATIONS ENTRE LA COMMUNE ET LE CPAS APRÈS LE 1 ER JANVIER 2004 LES RELATIONS ENTRE LA COMMUNE ET LE CPAS APRÈS LE 1 ER JANVIER 2004 Le 1 er janvier 2004 est entrée en vigueur l ordonnance du 3 juin 2003 relative à la tutelle administrative et aux règles financières,

Plus en détail

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14 Le 30 janvier 2012 JORF n 0024 du 28 janvier 2012 Texte n 14 DECRET Décret n 2012-100 du 26 janvier 2012 relatif à l immatriculation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiements,

Plus en détail

Nouveau statut des personnes majeures déclarées incapables entré en vigueur le 1 septembre 2014

Nouveau statut des personnes majeures déclarées incapables entré en vigueur le 1 septembre 2014 Nouveau statut des personnes majeures déclarées incapables entré en vigueur le 1 septembre 2014 01/09/2014 Isabelle Riera Diaz Il existait jusqu ici divers statuts permettant de protéger ou représenter

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 09/2013 du 28 mars 2013

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 09/2013 du 28 mars 2013 1/7 Avis n 09/2013 du 28 mars 2013 Objet: demande d avis sur le projet d arrêté royal réglant certains contrats d assurance visant à garantir le remboursement du capital d un crédit hypothécaire (CO-A-2013-006)

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

Loi d application de la loi fédérale sur l assurance-vieillesse et survivants

Loi d application de la loi fédérale sur l assurance-vieillesse et survivants - - 8. Loi d application de la loi fédérale sur l assurance-vieillesse et survivants (LALAVS) du novembre 998 Le Grand Conseil du canton du Valais, vu les articles, alinéa et, alinéa de la Constitution

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/12/273 DÉLIBÉRATION N 09/054 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009, MODIFIÉE LE 3 NOVEMBRE 2009, LE 7 SEPTEMBRE 2010 ET LE 4 SEPTEMBRE

Plus en détail

DÉCISION Nº233 du 5 juin 2003

DÉCISION Nº233 du 5 juin 2003 DÉCISION Nº233 du 5 juin 2003 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 18 alinéa (2) de la Loi nº146/1997 réglementant les taxes de justice de timbre, avec les modifications

Plus en détail

Objet: Mécanismes particuliers ayant pour but ou pour effet de favoriser la fraude fiscale dans le chef de tiers

Objet: Mécanismes particuliers ayant pour but ou pour effet de favoriser la fraude fiscale dans le chef de tiers Contrats d'assurance vie à primes flexibles - taux garanti, Provisions complémentaires d'assurances vie, Bases techniques de la tarification des contrats d'assurance vie Bruxelles, le 30 novembre 2001

Plus en détail

A V I S N 1.938 ----------------------- Séance du lundi 27 avril 2015 ----------------------------------------

A V I S N 1.938 ----------------------- Séance du lundi 27 avril 2015 ---------------------------------------- A V I S N 1.938 ----------------------- Séance du lundi 27 avril 2015 ---------------------------------------- Convention collective de travail n 118 du 27 avril 2015 fixant, pour 2015-2016, le cadre interprofessionnel

Plus en détail

Impôt des personnes physiques - La notion d «habitation propre» après la 6e réforme de l Etat

Impôt des personnes physiques - La notion d «habitation propre» après la 6e réforme de l Etat 5 janvier 2015 Impôt des personnes physiques - La notion d «habitation propre» après la 6e réforme de l Etat Bernard Mariscal, Benefits Expert, Deloitte Belgium Publié dans : Lettre d'info Actualités Fiscales

Plus en détail

L A C O M M I S S I O N C O N C O R D A T A I R E C O N C E R N A N T L E S E N T R E P R I S E S D E S E C U R I T E ( C E S )

L A C O M M I S S I O N C O N C O R D A T A I R E C O N C E R N A N T L E S E N T R E P R I S E S D E S E C U R I T E ( C E S ) L A C O M M I S S I O N C O N C O R D A T A I R E C O N C E R N A N T L E S E N T R E P R I S E S D E S E C U R I T E ( C E S ) Concordat du 18 octobre 1996 sur les entreprises de sécurité 1 ) I. Généralités

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/128 DÉLIBÉRATION N 09/067 DU 3 NOVEMBRE 2009 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DES REGISTRES

Plus en détail

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20)

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Plus en détail

Mémoire Projet de loi n o 88. Loi sur la sécurité privée

Mémoire Projet de loi n o 88. Loi sur la sécurité privée Mémoire Projet de loi n o 88 Loi sur la sécurité privée Présenté à la Commission des institutions par l Association des courtiers et agents immobiliers du Québec Janvier 2005 Introduction L Association

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA FORMATION SUPPLÉMENTAIRE DE L ORGANISME D AUTORÉGLEMENTATION DU COURTAGE IMMOBILIER DU QUÉBEC

POLITIQUE SUR LA FORMATION SUPPLÉMENTAIRE DE L ORGANISME D AUTORÉGLEMENTATION DU COURTAGE IMMOBILIER DU QUÉBEC POLITIQUE SUR LA FORMATION SUPPLÉMENTAIRE DE L ORGANISME D AUTORÉGLEMENTATION DU COURTAGE IMMOBILIER DU QUÉBEC SECTION I MOTIFS ET OBJET 1. La présente Politique sur la formation supplémentaire est justifiée

Plus en détail

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence.

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. 1 CHAMP D APPLICATION La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. La présente directive s applique à l ensemble du personnel du Fonds d assurance dans l exercice

Plus en détail

LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (C.C.A.S.) Base réglementaire : (voir annexe fiche 5)

LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (C.C.A.S.) Base réglementaire : (voir annexe fiche 5) Fiche 5 LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (C.C.A.S.) Base réglementaire : (voir annexe fiche 5) o Code de l action sociale et des familles (CASF) : articles L. 123-4 à L. 123-9 articles R.123-1 à R.123-26

Plus en détail

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Préambule La vidéo protection est un outil de gestion de l espace public au service

Plus en détail

RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES. adoptée par

RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES. adoptée par RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES adoptée par l Assemblée de l Union de Paris pour la protection de la propriété industrielle et l Assemblée générale de l Organisation Mondiale

Plus en détail

Protection de la vie privée des membres du personnel à l égard des traitements de données à caractère personnel

Protection de la vie privée des membres du personnel à l égard des traitements de données à caractère personnel U N I V E R S I T É L I B R E D E B R U X E L L E S, U N I V E R S I T É D ' E U R O P E Protection de la vie privée des membres du personnel à l égard des traitements de données à caractère personnel

Plus en détail

Les réglementations applicables en matière de location de kots en région wallonne et bruxelloise

Les réglementations applicables en matière de location de kots en région wallonne et bruxelloise Les réglementations applicables en matière de location de kots en région wallonne et bruxelloise A. EN REGION WALLONNE La location d un kot d étudiant requiert l obtention d un permis de location, depuis

Plus en détail

56172 BELGISCH STAATSBLAD 30.07.2014 MONITEUR BELGE

56172 BELGISCH STAATSBLAD 30.07.2014 MONITEUR BELGE 56172 BELGISCH STAATSBLAD 30.07.2014 MONITEUR BELGE SERVICE PUBLIC DE WALLONIE [C 2014/27210] 15 MAI 2014. Arrêté du Gouvernement wallon portant exécution du décret du 28 novembre 2013 relatif à la performance

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE)

COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE) COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE) DU SAGE DE LA DOLLER - * REGLES DE FONCTIONNEMENT * - ADOPTE PAR LA CLE LE JOUR MOIS ANNEE MODIFIEE LE Remarque préliminaire : le décret d application de la Loi sur l Eau

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/13/128 DÉLIBÉRATION N 13/058 DU 4 JUIN 2013 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL ENTRE L INSTITUT

Plus en détail

A quoi est soumis l aménagement d un garage en studio? Est-ce un changement de destination?

A quoi est soumis l aménagement d un garage en studio? Est-ce un changement de destination? A quoi est soumis l aménagement d un garage en studio? Est-ce un changement de destination? La transformation d un garage attenant à une habitation ne constitue pas un changement de destination en vertu

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CREATION ET AU FONCTIONNEMENT DES BUREAUX D ENCADREMENT ET D ASSISTANCE FISCALES (1)

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CREATION ET AU FONCTIONNEMENT DES BUREAUX D ENCADREMENT ET D ASSISTANCE FISCALES (1) CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CREATION ET AU FONCTIONNEMENT DES BUREAUX D ENCADREMENT ET D ASSISTANCE FISCALES (1) Ce cahier des charges se compose de : - 7 pages comportant 6 chapitres et 19 articles,

Plus en détail

Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse

Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse Politique prudentielle Bruxelles, le 24 octobre 2005 PPB/154 Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse Madame, Monsieur, Dans sa lettre du 3 juin 2005 (PPB/57), la Commission

Plus en détail

FORMULAIRE D INSCRIPTION

FORMULAIRE D INSCRIPTION FORMULAIRE D INSCRIPTION INDICATIONS DE SERVICE (cadre réservé à la Régie Foncière) Date de réception : / /20. Heures : h N d attribution :.. Type de logement :. Avant de remplir ce questionnaire, vérifiez

Plus en détail

La simplification du dossier de candidature

La simplification du dossier de candidature FICHE 20 La simplification du dossier de candidature Pour de nombreux opérateurs économiques, la constitution des dossiers de candidature est trop complexe et coûteuse du fait du nombre des documents à

Plus en détail

Loi portant introduction de la loi fédérale du 13 mars 1964 sur le travail dans l industrie, l artisanat et le commerce

Loi portant introduction de la loi fédérale du 13 mars 1964 sur le travail dans l industrie, l artisanat et le commerce Loi portant introduction de la loi fédérale du 13 mars 1964 sur le dans l industrie, l artisanat et le commerce du 9 novembre 1978 L Assemblée constituante de la République et Canton du Jura, vu la loi

Plus en détail

F DIV REG Banque-carrefour A07 Bruxelles, 31.05.2002 MH/FD/JP A V I S. concernant

F DIV REG Banque-carrefour A07 Bruxelles, 31.05.2002 MH/FD/JP A V I S. concernant F DIV REG Banque-carrefour A07 Bruxelles, 31.05.2002 MH/FD/JP A V I S concernant UN PROJET DE LOI PORTANT CREATION D UNE BANQUE-CARREFOUR DES ENTREPRISES, MODERNISATION DU REGISTRE DE COMMERCE ET CREATION

Plus en détail

Constructibilité en zones agricole et naturelle

Constructibilité en zones agricole et naturelle Constructibilité en zones agricole et naturelle La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) a modifié l article L. 123-1- 5 du code de l urbanisme pour y insérer de nouvelles dispositions

Plus en détail

INSTRUCTION DE TRAVAIL ATTRIBUTION DE LOGEMENT Règlement Intérieur Commission d attribution de logements SA HABITAT DU NORD

INSTRUCTION DE TRAVAIL ATTRIBUTION DE LOGEMENT Règlement Intérieur Commission d attribution de logements SA HABITAT DU NORD Page : 1 sur 5 ARTICLE 1 CREATION & COMPETENCE GEOGRAPHIQUE En vertu des dispositions de l article R 441.9 du Code de la Construction et de l Habitation, il a été créé et validé par le Conseil d Administration

Plus en détail

SUJET : REFORME DES PENSIONS DES MANDATAIRES

SUJET : REFORME DES PENSIONS DES MANDATAIRES 001 p. 1 SOMMAIRE 1. LES MANDATAIRES LOCAUX s appliquent-elles également aux mandataires locaux?... 2 Pourquoi la loi du 8 décembre 1976 réglant la pension de certains mandataires et celle de leurs ayants

Plus en détail

Version 3.2 Mise à jour de la BDNI pour tenir compte des modifications apportées au Règlement 33-109 sur les renseignements concernant l inscription

Version 3.2 Mise à jour de la BDNI pour tenir compte des modifications apportées au Règlement 33-109 sur les renseignements concernant l inscription Le 9 janvier 2015 Version 3.2 Mise à jour de la BDNI pour tenir compte des modifications apportées au Règlement 33-109 sur les renseignements concernant l inscription Le 11 janvier 2015, la version 3.2

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

La mise en conformité des statuts des associations syndicales de propriétaires

La mise en conformité des statuts des associations syndicales de propriétaires La mise en conformité des statuts des associations syndicales de propriétaires Fiche n 13 Références : Article 60 de l ordonnance (O) n 2004-632 du 1er juillet 2004 relative aux associations syndicales

Plus en détail

AVIS N 04 / 2003 du 10 février 2003.

AVIS N 04 / 2003 du 10 février 2003. AVIS N 04 / 2003 du 10 février 2003. N. Réf. : 10 / A / 2002 / 046 OBJET : Projet d'arrêté royal fixant les conditions particulières de recrutement du personnel statutaire et contractuel de l Agence fédérale

Plus en détail

LOGEMENTS COMMUNAUX A LOYERS MODERES

LOGEMENTS COMMUNAUX A LOYERS MODERES REGLEMENT RELATIF A LA LOCATION DE LOGEMENTS COMMUNAUX A LOYERS MODERES SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNE DE WATERLOO 1 TABLE DES MATIERES : 1. LES CONDITIONS D ADMISSION AUX LOGEMENTS COMMUNAUX A LOYERS

Plus en détail

Un nouvel avantage fiscal : la déduction pour habitation unique

Un nouvel avantage fiscal : la déduction pour habitation unique Un nouvel avantage fiscal : la déduction pour habitation unique B. MARISCAL Lors du Conseil des ministres extraordinaire d Ostende des 20 et 21 mars 2004, le gouvernement avait pris la décision de réformer

Plus en détail