Situations critiques aux Urgences au Bloc opératoire et en Réanimation

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Situations critiques aux Urgences au Bloc opératoire et en Réanimation"

Transcription

1 25 èmes Journées Nationales sur les Dispositifs Médicaux Atelier Urgence Détresse Respiratoire Situations critiques aux Urgences au Bloc opératoire et en Réanimation Y.Walrave, J.Dellamonica, M.Carles Réanimation Médicale Anesthésie Réanimation

2 Situations critiques Fonction respiratoire Situations à haut risque Altération de l hématose Jean Dellamonica Difficulté de l abord des VAS Michel Carles Situation critique Fonction circulatoire Situation à haut risque Défaillance hémodynamique Yannick Walrave

3 25 èmes Journées Nationales sur les Dispositifs Médicaux Atelier Urgence Détresse Respiratoire Atelier Ventilation Non Invasive J.Dellamonica Réanimation Médicale Anesthésie Réanimation

4 Pourquoi ventiler en réanimation? Indications neurologiques: protéger les voies aériennes Intubation Indications respiratoires: Hypoxémie Hypercapnie Défaillances multiples, choc septique

5 Quelle Ventilation en réanimation? INVASIVE Protection des voies aériennes Chocs Épuisement respiratoires Echecs de la VNI NON INVASIVE Éviter une intubation = éviter la sédation= limiter la morbidité induite OAP Insuffisance respiratoire aiguë des IRCO Immuno-déprimé Post-extubation Post-opératoire

6 Ventilation normale Inspiration active Inspiration P<0

7 Ventilation mécanique : Invasive ou Non-invasive Inspiration = pression ventilateur Inspiration P>0

8 Girou et al, JAMA 2003

9 Un succès rapide est obligatoire Brochard et al.,nejm (1995), 333; 13

10 Prépare

11 Les conditions du succès La bonne indication Le bon réglage Masque Humidification

12 Masques Rôle majeur dans la tolérance et l efficacité.

13 Humidification

14 L Her, Brest

15 Au final Un patient, une indication Une équipe médicale et para-médicale entraînée Une bonne machine bien réglée Une interface adaptée Un humidificateur Une surveillance

16

17

18 25 èmes Journées Nationales sur les Dispositifs Médicaux Atelier Urgence Détresse Respiratoire Atelier Abord des voies aériennes J.Dellamonica Réanimation Médicale Anesthésie Réanimation

19 Difficulté de l abord des VAS en toute situation L ook externally E valuate M allampati O bstruction N eck mobility

20 Difficulté de l abord des VAS en réanimation - Obésité - Immobilisation cervicale après trauma - Anomalie antomique cervicale : ouverture de bouche réduite DTM réduite Mallempatti 3-4 Simpson Br J Anaesth 2012

21 Difficulté de l abord des VAS SFAR 1 er temps : préoxygénation Ventilation au Masque Quels patients = Tous! Comment? Manœuvres de préoxygénation rigoureuses Étanchéité du masque ( FiO 2 ) Débit gaz adéquat Ballon capacité adaptée Surveillance par monitorage de la FeO 2 recommandé Monitorage SpO 2 est recommandé

22 Difficulté de l abord des VAS SFAR 1 er temps : préoxygénation Ventilation au Masque. Difficile? Au moins 2 critères Âge > 55 ans IMC > 26 kg/m 2 Édentation Ronfleur Présence d une barbe Morsure de la lèvre supérieure impossible VMD multiplie par 4 le risque d ID

23 Difficulté de l abord des VAS SFAR INTUBATION ventilation au masque efficace Apnée possible Ventilation Spontanée Laryngoscopie 2 essais optimisation exposition long mandrin béquillé Echec MLI (fastrach) Masque laryngé enfant < 30 kg Echec FIBROSCOPE Réveil Echec Intubation Intubation + fibroscope Intubation Réveil Abord trachéal si réveil impossible

24 Difficulté de l abord des VAS

25 Difficulté de l abord des VAS Can J Anaesth 2014 Manque de formation = - Désaturation + rapide - Recours trop rapide à la cricothyrotomie

26 Difficulté de l abord des VAS Quelle place pour les nouveaux matériels d aide à l IOT? Les vidéolaryngoscopes? Rescucitation 2014 Améliore le taux de succès de la 1 ère tentative d intubation Pas de différence en terme de complication Autre facteur indépendant de succès = expérience!

27 Difficulté de l abord des VAS Quelle fréquence d IOT difficile? En préhospitalier (étude KETASED) Au bloc opératoire 11% (IDS > 5) 1% échec bougie Fastrach Par rapport aux patients sans difficulté d IOT, augmentation des risques - Désaturation, arrêt cardiaque X 4 - Intubation oesophagienne, trauma dentaire X 10 0,9% (sur > patients) Jabre Rescucitation 2011 Aucun échec de Fastrack Combes Anesthesiology 2004

28 Difficulté de l abord des VAS Préoccupations des cliniciens Masques pour oxygénation / préoxygénation Matériels pour l IOT difficile prévue / non prévue

29 25 èmes Journées Nationales sur les Dispositifs Médicaux Atelier Urgence Détresse Respiratoire Atelier Hémodynamique Y.Walrave Réanimation Médicale Anesthésie Réanimation

30 Défaillance hémodynamique C est quoi, un état de choc? Défaillance circulatoire majeure Micro circulatoire = Ischémie ou autrement dit. brutale du volume sanguin «effectif» Qui résulte d une baisse du contenu et/ou augmentation du contenant et/ou défaillance de la propulsion Hypoxie tissulaire altération du transport et de la délivrance des substrats énergétiques Dette en oxygène

31 Défaillance hémodynamique Atteinte microcirculatoire = la preuve! Debacker Am J Respir Crit Care Med. 2002

32 Défaillance hémodynamique Le choc hémorragique Circonstances de survenue Traumatologie Situations pathologiques - Pathologies digestives (UGD ) - Obstétrique (Hémorragie de la délivrance ) - Anévrysmes artériels (Aorte)* - Tumeurs Iatrogénie - Médicale : anticoagulants - Chirurgicale : le bistouri Traumatologie = 1 ère cause de décès des adultes < 40 ans 9000 décès / an en France (5% mortalité globale) 50% dans la 1 ère heure 30% dans la 1 er jour

33 Défaillance hémodynamique Le choc septique Infection grave Sespsis-like - CAPL - Syndrome post arrêt cardiaque Choc cardiogénique IDM Tako-Tsubo Cœur pulmonaire aigu

34 Pourquoi monitorer l hémodynamique La quête du Graal PAM = 65 mmhg Je remplis... je joue sur la contractilité du myocarde...ou je serre?»

35 Comment monitorer l hémodynamique?

36 Cathéter artériel Pression artérielle sanglante = la référence Valeurs continues Gestion de la volémie Prélèvements itératifs

37 Cathéter artériel => delta PP

38 Indices dynamiques :Vigileo / EV1000 / PiCCO

39 ETT / ETO

40 ETT / ETO

41 ETT / ETO

42 ETT / ETO

43 ETT / ETO

44 Conclusion Nombreux outils à notre disposition Diagnostic ET thérapeutique Informations complémentaires Utilisation guidée par recommandations

La partie de l'image avec l'id de relation rid2 n'a pas été trouvée dans le fichier. IDE : E. SIMAN, J.BERTRAND

La partie de l'image avec l'id de relation rid2 n'a pas été trouvée dans le fichier. IDE : E. SIMAN, J.BERTRAND La partie de l'image avec l'id de relation rid2 n'a pas été trouvée dans le fichier. IDE : E. SIMAN, J.BERTRAND Dr M. SEBBANE LA VNI C EST QUOI? Assistance ventilatoire sous forme de pression positive

Plus en détail

Nouveautés dans la prise en charge des intubations difficiles

Nouveautés dans la prise en charge des intubations difficiles Nouveautés dans la prise en charge des intubations difficiles Dernières recommandations conférence d expert SFAR 2006 Olivier Langeron Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital de la Pitié-Salpêtrière

Plus en détail

Ventilation mécanique

Ventilation mécanique Ventilation mécanique en médecine d urgence Modes ventilatoires Indications / Contre-indications Paramètres de surveillance Christelle PALIN, IDE Dr ANDRE, PH et Dr TAKUN, PH Service d Accueil des Urgences,

Plus en détail

INDICATEURS D UNE BONNE VENTILATION MÉCANIQUE AU BLOC OPÉRATOIRE

INDICATEURS D UNE BONNE VENTILATION MÉCANIQUE AU BLOC OPÉRATOIRE INDICATEURS D UNE BONNE VENTILATION MÉCANIQUE AU BLOC OPÉRATOIRE Dr Emmanuel Robin Clinique d Anesthésie-Réanimation Cardiothoracique CHU de Lille QUELS SONT LES RECOMMANDATIONS DES SOCIÉTÉS SAVANTES (SFAR,SRLF

Plus en détail

Place des vidéolaryngoscopes dans la gestion d une intubation difficile chez l adulte.

Place des vidéolaryngoscopes dans la gestion d une intubation difficile chez l adulte. Place des vidéolaryngoscopes dans la gestion d une intubation difficile chez l adulte. Clément Millet DESAR 3 e semestre Dr Auge Marion Service d anesthésie Antoine Beclere 1 TCS 1 M B, 65 ans, doit être

Plus en détail

LA VENTILATION NON INVASIVE MICHEL SIRODOT SALLANCHES 2003

LA VENTILATION NON INVASIVE MICHEL SIRODOT SALLANCHES 2003 LA VENTILATION NON INVASIVE MICHEL SIRODOT SALLANCHES 2003 La ventilation non invasive Technique destinée à augmenter la ventilation alvéolaire sans utiliser de dispositif intratrachéal Ventilation en

Plus en détail

Etude de concordance : examen pré opératoire et constatation per opératoire lors de la ventilation au masque et de l intubation

Etude de concordance : examen pré opératoire et constatation per opératoire lors de la ventilation au masque et de l intubation Etude de concordance : examen pré opératoire et constatation per opératoire lors de la ventilation au masque et de l intubation E Boufflers, N Leroux Bromberg, D Lefebvre Kuntz Bordeaux 215 Fréquence intubation

Plus en détail

post-opératoireopératoire

post-opératoireopératoire Utilisation de la VNI en post-opératoireopératoire Claude-charles Balick-Weber Réanimation médicale CHU BORDEAUX D après Daprès la SRLF Indication i de VNI en POST-OPÉRATOIRE OPÉRATOIRE : En post-opératoire

Plus en détail

VENTILATION NON INVASIVE

VENTILATION NON INVASIVE VENTILATION NON INVASIVE INDICATIONS DE LA VNI Envisageable chez un patient en IRA capable de comprendre et de collaborer : Fatigué mais non épuisé, Signes de détresse notamment FR > 25/minute, respiration

Plus en détail

INTUBATION EN REANIMATION

INTUBATION EN REANIMATION INTUBATION EN REANIMATION M CHU MONTPELLIER CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE Albert PRADES, Claudine GNIADEK, Matthieu CONSEIL Unité de Réanimation et de Transplantation Dr JUNG Département d anesthésie

Plus en détail

Monitorage Hémodynamique et Remplissage au Bloc Opératoire

Monitorage Hémodynamique et Remplissage au Bloc Opératoire Monitorage Hémodynamique et Remplissage au Bloc Opératoire Journée Régionale Poitevine Alain CHARRÉ - Dr Laurent SOUBIRON Département Anesthésie Réanimation CHU Poitiers Collectif des Infirmiers Anesthésistes

Plus en détail

Critères prédictifs. Difficultés et échecs du sevrage de la ventilation mécanique et des extubations. Réanimation 2017

Critères prédictifs. Difficultés et échecs du sevrage de la ventilation mécanique et des extubations. Réanimation 2017 Difficultés et échecs du sevrage de la ventilation mécanique et des extubations Critères prédictifs Session thématique Infirmiers et Kinésithérapeutes Réanimation 2017 Matthieu REFFIENNA Kinésithérapeute

Plus en détail

OPTIFLOW INTERETS ET MISE EN MARCHE - BICETRE OPTIFLOW. Chez les patients graves, Optiflow mis en post-extubation

OPTIFLOW INTERETS ET MISE EN MARCHE - BICETRE OPTIFLOW. Chez les patients graves, Optiflow mis en post-extubation Page 1 sur 15 OPTIFLOW 2 types de machines : - 1 ère génération - Airvo2 Intérêts : Ne remplace pas la VNI Diminution de la mortalité Diminution des ré-intubations Chez les patients graves, Optiflow mis

Plus en détail

Historique 1870: 12 surdosés aux opiacés début XXème : Poumons d acier 1952: épidémie de poliomyélite années 80: essor VNI pour BPCO années 90: extens

Historique 1870: 12 surdosés aux opiacés début XXème : Poumons d acier 1952: épidémie de poliomyélite années 80: essor VNI pour BPCO années 90: extens Ventilation non invasive Intérêt et limites en pré-hospitalier p Médecin Principal BON Service médical 3ème Groupement d incendie Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris Historique 1870: 12 surdosés aux

Plus en détail

VNI en urgences pour quels malades?

VNI en urgences pour quels malades? VNI en urgences pour quels malades? Dr Laura Laudrin, Urgences-SMUR, CH Chinon - PLAN Définition Avantages Indications Contre-indications Mise en place Effets indésirables et limites Conclusions 2 Définition

Plus en détail

Dr VINCLAIR, Pôle anesthésie-réanimation

Dr VINCLAIR, Pôle anesthésie-réanimation Intubation difficile non prévue en situation prehospitaliere Dr VINCLAIR, Pôle anesthésie-réanimation Quelle gestion des voies aériennes pour ce patient en préhospitalier? - IOT standard (ISR) - IOT en

Plus en détail

Dr Durand M. Réanimation Cardiovasculaire et Thoracique Pole Anesthésie Réanimation

Dr Durand M. Réanimation Cardiovasculaire et Thoracique Pole Anesthésie Réanimation Bases d hémodynamique Dr Durand M. Réanimation Cardiovasculaire et Thoracique Pole Anesthésie Réanimation Mdurand@chu-grenoble.fr 1 Introduction Hémodynamique «dynamique du sang» But : Apports en oxygène

Plus en détail

quelques points essentiels

quelques points essentiels actualisation de la conférence d experts sur l intubation difficile: SFAR, SRLF, SFMU, ADARPEF, CARO et CARORL quelques points essentiels Ann Fr Anesth Reanim 2008;27:3-14 - ventilation au masque difficile

Plus en détail

Sevrage ventilatoire. Sandrine Dray Marseille SRLF 2014

Sevrage ventilatoire. Sandrine Dray Marseille SRLF 2014 Sevrage ventilatoire Sandrine Dray Marseille SRLF 2014 Je n ai aucun conflit d intérêt 2001 2007 Définition Procédure de libération du patient du ventilateur et du tube endotrachéal sans reventilation

Plus en détail

Introduction. Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI?

Introduction. Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Maryse COUAILLET Dan BENHAMOU Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital Antoine Béclère Université Paris-Sud France Introduction Surveillance

Plus en détail

Quel monitorage pour quel patient en réanimation? I.Michaux Soins intensifs UCL Mont-Godinne

Quel monitorage pour quel patient en réanimation? I.Michaux Soins intensifs UCL Mont-Godinne Quel monitorage pour quel patient en réanimation? I.Michaux Soins intensifs UCL Mont-Godinne Monitorage Technique de surveillance d'un sujet en utilisant un moniteur Affiche des valeurs en continu Permet

Plus en détail

SAMU 74 Dr Dominique SAVARY Dr Jean-Pierre PERFUS

SAMU 74 Dr Dominique SAVARY Dr Jean-Pierre PERFUS O.A.P Choc Cardiogénique Prise en charge préhospitalière SAMU 74 Dr Dominique SAVARY Dr Jean-Pierre PERFUS O.A.P cardiogénique Défaillance cardiaque qui se traduit par une détresse circulatoire O.A.P :Mécanismes

Plus en détail

Monitorage hémodynamique aux urgences. JRUR 2009 Dr DEL NISTA Urgences Centre Hospitalier Toulon La Seyne

Monitorage hémodynamique aux urgences. JRUR 2009 Dr DEL NISTA Urgences Centre Hospitalier Toulon La Seyne Monitorage hémodynamique aux urgences JRUR 2009 Dr DEL NISTA Urgences Centre Hospitalier Toulon La Seyne Objectifs Définition de l hémodynamique Techniques utilisables, techniques utiles Mise en place

Plus en détail

Noyade. Dr François JAVAUDIN Urgences SAMU 44

Noyade. Dr François JAVAUDIN Urgences SAMU 44 Noyade Dr François JAVAUDIN Urgences SAMU 44 Définition OMS Insuffisance respiratoire résultant de la submersion (totalité du corps dans l eau) ou de l immersion (face de la victime) en milieu liquide

Plus en détail

Valérie Durrand Sevrage de la ventilation mécanique Promotion DU Date d intervention : 21/11/11

Valérie Durrand Sevrage de la ventilation mécanique Promotion DU Date d intervention : 21/11/11 Valérie Durrand Sevrage de la ventilation mécanique Promotion DU 2011-2012 Date d intervention : 21/11/11 «Ce document est la propriété de son (ses) auteur(s) respectif(s). Toute reproduction, représentation,

Plus en détail

LA CAPNOGRAPHIE. promotion /Ecole IADE Hopital Salpétrière

LA CAPNOGRAPHIE. promotion /Ecole IADE Hopital Salpétrière LA CAPNOGRAPHIE 1 Définition La capnographie permet de mesurer le contenu en CO 2 du mélange gazeux pendant tout le cycle respiratoire. La concentration de CO 2 dans les gaz inspirés et expirés est représentée

Plus en détail

Nouvelles modalités de l oxygénothérapie: Intérêt du haut débit

Nouvelles modalités de l oxygénothérapie: Intérêt du haut débit Nouvelles modalités de l oxygénothérapie: Intérêt du haut débit Jean-Damien RICARD Assistance Publique Hôpitaux de Paris, Hôpital Louis Mourier, Service de Réanimation Médicale, Colombes INSERM U722, Université

Plus en détail

VNI ET TRAUMATISMES THORACIQUES

VNI ET TRAUMATISMES THORACIQUES VNI ET TRAUMATISMES THORACIQUES P. Beuret Réanimation polyvalente Lyon 02/06 LESIONS RESPONSABLES D IRA Fractures costales Volet costal Pneumo/hémothorax Contusion pulmonaire Douleur Mouvement paradoxal

Plus en détail

"L'INFIRMIER(E) ET LES URGENCES VITALES EN SALLE D'ACCUEIL DES URGENCES VITALES (SAUV) ET EN EXTRA HOSPITALIER CAHIER DES CHARGES DE FORMATION

L'INFIRMIER(E) ET LES URGENCES VITALES EN SALLE D'ACCUEIL DES URGENCES VITALES (SAUV) ET EN EXTRA HOSPITALIER CAHIER DES CHARGES DE FORMATION "L'INFIRMIER(E) ET LES URGENCES VITALES EN SALLE D'ACCUEIL DES URGENCES VITALES (SAUV) ET EN EXTRA HOSPITALIER CAHIER DES CHARGES DE FORMATION 1. Objet Formation à la mission d'infirmier(e) de SAUV et

Plus en détail

Le sevrage de la ventilation mécanique en ICU

Le sevrage de la ventilation mécanique en ICU Le sevrage de la ventilation mécanique en ICU Dr.Bernhard Stein Médecin Anesthésiste HVEA 11.08.2003 Le sevrage de la ventilation 1 Le sevrage de la ventilation Il ne faut jamais grimper sur une montagne

Plus en détail

Ludivine CAILLEBA (qui a envoyé son larbin, Olivier Villemain), interne de cardiologie Le 17 octobre 2013 IFSI 2 ème année

Ludivine CAILLEBA (qui a envoyé son larbin, Olivier Villemain), interne de cardiologie Le 17 octobre 2013 IFSI 2 ème année Ludivine CAILLEBA (qui a envoyé son larbin, Olivier Villemain), interne de cardiologie Le 17 octobre 2013 IFSI 2 ème année Définition Accumulation d eau dans le parenchyme pulmonaire. Inondation brutale

Plus en détail

Haute Ecole Libre de Bruxelles Ilya Prigogine DESCRIPTION DES UNITES D ENSEIGNEMENT

Haute Ecole Libre de Bruxelles Ilya Prigogine DESCRIPTION DES UNITES D ENSEIGNEMENT Haute Ecole Libre de Bruxelles Ilya Prigogine DESCRIPTION DES UNITES D ENSEIGNEMENT INTITULE DE L UNITE D ENSEIGNEMENT : Soins intensifs (Construire son jugement clinique en soins intensifs I) CODE : UE1-1

Plus en détail

Ventilation Protectrice en dehors du SDRA et de l ALI. Pierre Michelet Réanimation des Urgences

Ventilation Protectrice en dehors du SDRA et de l ALI. Pierre Michelet Réanimation des Urgences Ventilation Protectrice en dehors du SDRA et de l ALI Pierre Michelet Réanimation des Urgences Objectifs Pédagogiques Ventilation «protectrice» Arguments en faveur de lésions induites par la ventilation

Plus en détail

CPAP en pré-hospitalier et aux urgences. 4ème Journée de Réanimation et Urgences Respiratoires

CPAP en pré-hospitalier et aux urgences. 4ème Journée de Réanimation et Urgences Respiratoires CPAP en pré-hospitalier et aux urgences 4ème Journée de Réanimation et Urgences Respiratoires Ventilation Non Invasive (VNI) Définition Ventilation sans intubation trachéale. Par l intermédiaire d un masque

Plus en détail

La ventilation non invasive: «savoir les régler, souffler ne suffit pas!»

La ventilation non invasive: «savoir les régler, souffler ne suffit pas!» La ventilation non invasive: «savoir les régler, souffler ne suffit pas!» Alain.palot@ap-hm.fr Benjamin.coiffard@ap-hm.fr Quel ventilateur? Niveau 1 Ventilateurs sans batterie < 8 h BPCO SOH Déformation

Plus en détail

Préoxygénation du patient obèse sévère. Elodie MEUNIER IADE-CHU POITIERS Dr Franck PETITPAS Médecin Anesthésiste Réanimateur-CHU POITIERS

Préoxygénation du patient obèse sévère. Elodie MEUNIER IADE-CHU POITIERS Dr Franck PETITPAS Médecin Anesthésiste Réanimateur-CHU POITIERS Préoxygénation du patient obèse sévère Elodie MEUNIER IADE-CHU POITIERS Dr Franck PETITPAS Médecin Anesthésiste Réanimateur-CHU POITIERS Les réserves en O₂ chez le sujet normal Total CRF Sang Tissus Campbell,

Plus en détail

MONITORAGE HEMODYNAMIQUE

MONITORAGE HEMODYNAMIQUE MONITORAGE HEMODYNAMIQUE Actualités en réanimation 2015 Sessions paramédicales Dr HAUTIN Etienne Réanimation Clinique de la Sauvegarde Lyon Introduction Ensemble des moyens utilisés pour comprendre la

Plus en détail

MONITORAGE DU DEBIT CARDIAQUE

MONITORAGE DU DEBIT CARDIAQUE MONITORAGE DU DEBIT CARDIAQUE Actualités en réanimation 2016 Sessions paramédicales 18 novembre 2016 Dr HAUTIN Etienne Réanimation Clinique de la Sauvegarde Lyon 20 ANS Introduction Quelques définitions

Plus en détail

I N T E R A C T I O N S C O E U R P O U M O N

I N T E R A C T I O N S C O E U R P O U M O N I N T E R A C T I O N S C O E U R P O U M O N DESC REANIMATION Décembre 2014 Etudiant: JAFFAL Karim Tuteur: Pr D. MATHIEU IMPACT EN PATHOLOGIE RESPIRATOIRE IMPACT EN PATHOLOGIE CARDIAQUE PRECHARGE DEPENDANCE

Plus en détail

Physiopathologie. Environnemental : air, eau, matériel Manuporté : colonisation par des bactéries pathogènes

Physiopathologie. Environnemental : air, eau, matériel Manuporté : colonisation par des bactéries pathogènes Physiopathologie Origine des germes colonisant les voies aériennes Exogène Environnemental : air, eau, matériel Manuporté : colonisation par des bactéries pathogènes Endogène Dissémination hématogène,

Plus en détail

Recommandations pour l anesthésie et l analgésie en obstétrique

Recommandations pour l anesthésie et l analgésie en obstétrique Recommandations pour l anesthésie et l analgésie en obstétrique Recommandations disponibles en lecture libre : Practice Guidelines for Obstetric Anesthesia: An Updated Report by the American Society of

Plus en détail

RESTRICTION HYDRIQUE DANS LE SDRA. BERENGUER Daniel DESC Réanimation 2007

RESTRICTION HYDRIQUE DANS LE SDRA. BERENGUER Daniel DESC Réanimation 2007 RESTRICTION HYDRIQUE DANS LE SDRA BERENGUER Daniel DESC Réanimation 2007 Hyperperméabilité paroi alvéolo-capillaire Fuite plasmatique vers interstitium et alvéoles Œdème pulmonaire lésionnel Altération

Plus en détail

Monitorage hémodynamique: Pourquoi et quelle technique? Dr Anis Chaari Service de réanimation polyvalente de Sfax Pr Mounir Bouaziz

Monitorage hémodynamique: Pourquoi et quelle technique? Dr Anis Chaari Service de réanimation polyvalente de Sfax Pr Mounir Bouaziz Monitorage hémodynamique: Pourquoi et quelle technique? Dr Anis Chaari Service de réanimation polyvalente de Sfax Pr Mounir Bouaziz Introduction EDC : Cause fréquente d hospitalisation en réanimation.

Plus en détail

Monitorage hémodynamique

Monitorage hémodynamique Monitorage hémodynamique Dr Laurence GABILLET Service de Réanimation médicale EUROPHARMAT 18 Octobre 2007 Plan Objectif de la prise en charge hémodynamique d un patient Rappels physiologiques sur les indices

Plus en détail

Critères d admission SIPO et soins continus

Critères d admission SIPO et soins continus Critères d admission SIPO et soins continus G. Lebuffe Pôle d anesthésie-réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille, France Soins intensifs: Décret 2002 D 124-104 Unité prenant en charge les patients

Plus en détail

Module Ventilation - Partie 2

Module Ventilation - Partie 2 Dr Amathieu R. Module ventilation partie 2 Promotion DU 2010-2011 Date d intervention : 13/12/10 «Ce document est la propriété de son (ses) auteur(s) respectif(s). Toute reproduction, représentation, ti

Plus en détail

ANESTHESIE ET OBESITE

ANESTHESIE ET OBESITE ANESTHESIE ET OBESITE TROIS CIRCONSTANCES : - CHIRURGIE BARIATRIQUE - CHIRURGIE PROGRAMMEE AUTRE - CHIRURGIE EN URGENCE ANESTHESIE ET OBESITE EVALUATION DES RISQUES CHIRURGIE BARIATRIQUE ET RISQUE ANESTHESIQUE

Plus en détail

Physiologie des échanges gazeux. A. Mercat

Physiologie des échanges gazeux. A. Mercat Physiologie des échanges gazeux A. Mercat Déterminants de l hypoxémie Le shunt Effet PvO2 Relation shunt-débit Effets de la PEEP PaCO2 espace mort Evaluation de l hypoxémie Déterminants de l hypoxémie

Plus en détail

Anesthésie et Endoscopie Digestive

Anesthésie et Endoscopie Digestive Anesthésie et Endoscopie Digestive Dr Jean STEPHANAZZI Département d Anesthésie Réanimation Hôpital Cochin Paris, France Pratique en France Une activité en très forte augmentation > 1 Million d actes/an

Plus en détail

HE MORRAGIES et TRANSFUSION

HE MORRAGIES et TRANSFUSION 10h-10h30 HE MORRAGIES et TRANSFUSION Hémoptysie Poumon Elies ANDRE (Urgences - CHR Metz-Thionville) Modérateurs : Bruno MAIRE (CH Verdun) Et Thomas SCHMUTZ (Urgences - CHR Metz-Thionville) Déclaration

Plus en détail

1 Allain.V.02/02/05.

1 Allain.V.02/02/05. 1 La Ventilation Artificielle Et Les Différents Modes Ventilatoires 1 La Ventilation Artificielle Et Les Différents Modes Ventilatoires Présentation et surveillance d un malade intubé ventilé. 1 2 Introduction

Plus en détail

Particularités de la gestion difficile des voies aériennes pédiatriques. Serge Dalmas Clinique d Anesthésie Hôpital Jeanne de Flandre CHRU de Lille

Particularités de la gestion difficile des voies aériennes pédiatriques. Serge Dalmas Clinique d Anesthésie Hôpital Jeanne de Flandre CHRU de Lille Particularités de la gestion difficile des voies aériennes pédiatriques Serge Dalmas Clinique d Anesthésie Hôpital Jeanne de Flandre CHRU de Lille 1 Intubation difficile chez l enfant Plus rare que chez

Plus en détail

Mécanismes lésionnels et conséquences

Mécanismes lésionnels et conséquences TRAUMATISMES DU THORAX Question ECN n 329 Dr Raphaël BONNACORSI Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique Hôpital de la Pitié Salpétrière - Paris Introduction et principes Les traumatismes du

Plus en détail

LES DISPOSITIFS D OXYGENATION

LES DISPOSITIFS D OXYGENATION LES DISPOSITIFS D OXYGENATION Quoi de neuf? Dr C. Canevet Réanimation CH ARMENTIERES Systèmes actuels d oxygénothérapie Principales caractéristiques. > Lunettes nasales > Masque O2 > Masque à venturi >

Plus en détail

13-14 Novembre Le SDRA aujourd hui. Romain HERNU Service de Réanimation médicale Groupement Hospitalier Édouard Herriot CHU de Lyon

13-14 Novembre Le SDRA aujourd hui. Romain HERNU Service de Réanimation médicale Groupement Hospitalier Édouard Herriot CHU de Lyon 13-14 Novembre 2014 Le SDRA aujourd hui Romain HERNU Service de Réanimation médicale Groupement Hospitalier Édouard Herriot CHU de Lyon Plan 1. Diagnostic 2. Définitions 3. Physiopathologie 4. Evolution-Pronostic

Plus en détail

RECONNAÎTRE ET PRENDRE EN CHARGE UN ENFANT GRAVEMENT MALADE Julien NAUD DESCMU décembre 2012

RECONNAÎTRE ET PRENDRE EN CHARGE UN ENFANT GRAVEMENT MALADE Julien NAUD DESCMU décembre 2012 RECONNAÎTRE ET PRENDRE EN CHARGE UN ENFANT GRAVEMENT MALADE Julien NAUD DESCMU décembre 2012 DESCMU CAMU 6 décembre 2011 Buts et objectifs Reconnaître l enfant gravement malade Reconnaître les signes d

Plus en détail

LE PARCOURS RAPIDE EN CHIRURGIE RECONSTRUCTRICE ORL-CMF. A propos d un étude rétrospective sur 25 observations.

LE PARCOURS RAPIDE EN CHIRURGIE RECONSTRUCTRICE ORL-CMF. A propos d un étude rétrospective sur 25 observations. LE PARCOURS RAPIDE EN CHIRURGIE RECONSTRUCTRICE ORL-CMF A propos d un étude rétrospective sur 25 observations. L anesthésie de longue durée. - Pas définition consensuelle. - Définition proposée par Stoppa

Plus en détail

INDICATION DE LA BIOPSIE PULMONAIRE CHIRURGICALE AU LIT DU PATIENT EN REANIMATION

INDICATION DE LA BIOPSIE PULMONAIRE CHIRURGICALE AU LIT DU PATIENT EN REANIMATION INDICATION DE LA BIOPSIE PULMONAIRE CHIRURGICALE AU LIT DU PATIENT EN REANIMATION ALOPH VALERIE (Bordeaux ) DESC REANIMATION TOULOUSE INTRODUCTION SYNDROME DE DETRESSE RESPIRATOIRE AIGUE ( SDRA) d éd étiologies

Plus en détail

CHU-UVC BRUGMANN Membre du réseau Iris

CHU-UVC BRUGMANN Membre du réseau Iris INTRODUCTION: Dissection de l aorte thoracique = urgence engageant le pronostic vital du patient à court terme Peu fréquente < moins de 2% des urgences cardiovasculaires préhospitalières Majorité des décès

Plus en détail

Le SAOS et Anesthésie. Elodie MEUNIER IADE Géraldine GRANDE IADE Matthieu BOISSON MAR

Le SAOS et Anesthésie. Elodie MEUNIER IADE Géraldine GRANDE IADE Matthieu BOISSON MAR Le SAOS et Anesthésie Elodie MEUNIER IADE Géraldine GRANDE IADE Matthieu BOISSON MAR EPIDEMIOLOGIE Après 50 ans, 4% hommes et 2% femmes diagnostiqués 60-90% patients obèses atteints d un SAOS Constante

Plus en détail

Objectifs. Minimiser le risque baro-volotraumatique. Optimiser le recrutement alvéolaire. Séparer dès que possible le patient du respirateur

Objectifs. Minimiser le risque baro-volotraumatique. Optimiser le recrutement alvéolaire. Séparer dès que possible le patient du respirateur SDRA lié à la grippe A (H1N1)-2009 Recommandations pour l assistance respiratoire A. Mercat, J-C.M. Richard, A. Combes, J. Chastre, J.D. Ricard, D. Dreyfuss, L. Brochard Pour le Réseau de Recherche en

Plus en détail

LES MOYENS D OXYGENOTHERAPIE

LES MOYENS D OXYGENOTHERAPIE LES MOYENS D OXYGENOTHERAPIE I- LES LUNETTES D OXYGENE - elles sont bien tolérées pour une oxygénothérapie de longue durée - utilisation à faible débit uniquement - le patient peut manger, parler - indolores

Plus en détail

Risques du transport intrahospitalier. B.Landreau DESC réanimation médicale Clermont-Ferrand 07/12/2006

Risques du transport intrahospitalier. B.Landreau DESC réanimation médicale Clermont-Ferrand 07/12/2006 Risques du transport intrahospitalier. B.Landreau DESC réanimation médicale Clermont-Ferrand 07/12/2006 introduction Risques liés au patient. Risques liés au transport. L anticipation des incidents est

Plus en détail

VENTILATION ARTIFICIELLE PRINCIPES ET TECHNIQUES

VENTILATION ARTIFICIELLE PRINCIPES ET TECHNIQUES VENTILATION ARTIFICIELLE PRINCIPES ET TECHNIQUES GROUPE HOSPITALIER PITIE-SALPETRIERE Dr Matthieu DEBARRE Chef de Clinique des Universités Assistant des Hôpitaux Département d Anesthésie-Réanimation -

Plus en détail

Notions de base. aux soins intensifs pédiatriques. Soins intensifs pédiatriques HOPITAL DE JOLIMONT

Notions de base. aux soins intensifs pédiatriques. Soins intensifs pédiatriques HOPITAL DE JOLIMONT Notions de base de ventilation assistée Dr Jean Papadopoulos Soins intensifs pédiatriques HOPITAL DE JOLIMONT La Louvière L ENFANT N EST PAS UN ADULTE EN MINIATURE Différences : Anatomiques Physiologiques

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 12 décembre 2001 INOmax 400ppm mole/mole, gaz pour inhalation Bouteille de 10litres

Plus en détail

Débit cardiaque : pourquoi et quand le mesurer?

Débit cardiaque : pourquoi et quand le mesurer? Débit cardiaque : pourquoi et quand le mesurer? P Vignon Réanimation Polyvalente CIC-P 0802 CHU Limoges Plan Déterminants du débit cardiaque Pourquoi le mesurer? Quand le mesurer? Quel but se donner? Conclusions

Plus en détail

Evaluation du Risque Opératoire Techniques d Anesthésie Critères Décisifs du Choix

Evaluation du Risque Opératoire Techniques d Anesthésie Critères Décisifs du Choix Evaluation du Risque Opératoire Techniques d Anesthésie Critères Décisifs du Choix Pr Gilles Dhonneur CHU (APHP) Henri Mondor, Créteil Faculté de Médecine Paris 12, Créteil Evaluation du Risque Opératoire

Plus en détail

Méthodes d oxygénothérapie actuelles

Méthodes d oxygénothérapie actuelles Oxygénothérapie à haut débit Dr Jean-Michel Arnal Réanimation polyvalente Hôpital Font Pré Toulon jean-michel@arnal.org JRUR 2010 Méthodes d oxygénothérapie actuelles Débit d oxygène < 6l/min 10 l/min

Plus en détail

Le NO dans l ARDS. Présenté par J.C Mirgaux Infirmier SIAMU aux Soins Intensifs site Brien 20 décembre 2013

Le NO dans l ARDS. Présenté par J.C Mirgaux Infirmier SIAMU aux Soins Intensifs site Brien 20 décembre 2013 Le NO dans l ARDS Présenté par J.C Mirgaux Infirmier SIAMU aux Soins Intensifs site Brien 20 décembre 2013 Plan 1. Introduction 2. ARDS (Acute respiratory distress syndrome) Définition traitement 3. Le

Plus en détail

Œdème aigu du poumon (OAP) à fraction d éjection ventriculaire gauche (FEVG) conservée

Œdème aigu du poumon (OAP) à fraction d éjection ventriculaire gauche (FEVG) conservée Séminaire interrégional DESC MU 2016 Limoges, 17 18 Mars 2016 Œdème aigu du poumon (OAP) à fraction d éjection ventriculaire gauche (FEVG) conservée P Vignon Réanimation Polyvalente CIC-P 0801 CHU Limoges

Plus en détail

Ventilation Non-Invasive

Ventilation Non-Invasive Ventilation Non-Invasive chez les enfants Indications et contre indications Etienne Javouhey, Emmanuelle Bertholet Hôpital Edouard Herriot, Lyon VNI (en aigu) chez l enfant Aucune étude contrôlée Peu de

Plus en détail

Le manuel de réanimation, soins intensifs et médecine d urgence

Le manuel de réanimation, soins intensifs et médecine d urgence Le manuel de réanimation, soins intensifs et médecine d urgence Springer Paris Berlin Heidelberg New York Hong Kong Londres Milan Tokyo Jean-Louis Vincent Le manuel de réanimation, soins intensifs et médecine

Plus en détail

Détresse respiratoire aigüe

Détresse respiratoire aigüe Le Congrès Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2015 Sfar. Tous droits réservés. Détresse respiratoire aigüe L. Clouet 1, E. Robeley 1, B. Nicolas 1, A.F. Baron 1, V. Coutant 2, T. Desmettre 1,3 * 1 Service

Plus en détail

Retentissement pulmonaire de l obésité

Retentissement pulmonaire de l obésité Retentissement pulmonaire de l obésité Dr Laure Belmont Service de Pneumologie Centre hospitalier d Argenteuil 16eme journée des formations de associations du val d Oise 08 février 2015 Poumons et obésité?

Plus en détail

Embolie en chirurgie. orthopédique. Session état de choc au bloc opératoire. V. Compère S. Hobeika

Embolie en chirurgie. orthopédique. Session état de choc au bloc opératoire. V. Compère S. Hobeika Embolie en chirurgie Session état de choc au bloc opératoire orthopédique V. Compère S. Hobeika Embolie peropératoire Réalité de l embolie peropératoire en chirurgie orthopédique? Définition, signes cliniques?

Plus en détail

LA VNI. Objectif de la VNI. Indications : Critères de Décision. Les CI. Définition de la VNI

LA VNI. Objectif de la VNI. Indications : Critères de Décision. Les CI. Définition de la VNI LA VNI Définition de la VNI Le terme de VI regroupe l'ensemble des techniques d'assistance ventilatoire, prenant en charge tout ou partie du W respiratoire, sans dispositif endotrachéale entre le patient

Plus en détail

RÉANIMATION MÉDICALE Chef de Pôle : Docteur Imelda SCHWARTZ-HAEHNEL Médecin Chef : Docteur Antonio ALVAREZ GONZALEZ

RÉANIMATION MÉDICALE Chef de Pôle : Docteur Imelda SCHWARTZ-HAEHNEL Médecin Chef : Docteur Antonio ALVAREZ GONZALEZ RÉANIMATION MÉDICALE Médecin Chef : Docteur Antonio ALVAREZ GONZALEZ Le service de Réanimation médicale accueille les patients présentant pour la plupart des pathologies s accompagnant de défaillance d

Plus en détail

ADAPTATION CARDIO-PULMONAIRE À LA VIE EXTRA-UTÉRINE...16 STRESS OXYDANT : DANGER ET PRÉVENTION...21 CLAMPAGE RETARDÉ DU

ADAPTATION CARDIO-PULMONAIRE À LA VIE EXTRA-UTÉRINE...16 STRESS OXYDANT : DANGER ET PRÉVENTION...21 CLAMPAGE RETARDÉ DU Sommaire ABRÉVIATIONS... 13 POINTS PHYSIOPATHOLOGIQUES IMPORTANTS... 15 ADAPTATION CARDIO-PULMONAIRE À LA VIE EXTRA-UTÉRINE...16 STRESS OXYDANT : DANGER ET PRÉVENTION...21 CLAMPAGE RETARDÉ DU CORDON...23

Plus en détail

L INTUBATION CHEZ L ENFANT

L INTUBATION CHEZ L ENFANT L INTUBATION CHEZ L ENFANT PLAN 2 PARTICULARITÉS ANATOMIQUES ENJEUX DE L'INTUBATION PÉDIATRIQUE SONDES STANDARDS AVEC ET SANS BALLONNET SONDES SPÉCIFIQUES (POUR INSTILLATION DE SURFACTANT, AVEC CANAL D'ASPIRATION,

Plus en détail

VNI, comment la régler aux urgences? Dr Sudrial, SAMU 974, Séminaire interrégional DESC MU, Région Sud Ouest Océan Indien, 18 Mars 2016

VNI, comment la régler aux urgences? Dr Sudrial, SAMU 974, Séminaire interrégional DESC MU, Région Sud Ouest Océan Indien, 18 Mars 2016 VNI, comment la régler aux urgences? Dr Sudrial, SAMU 974, Séminaire interrégional DESC MU, Région Sud Ouest Océan Indien, 18 Mars 2016 Plan La mise en place Les modes Les réglages Les problèmes rencontrés

Plus en détail

Ventilation de l obl. G. Lebuffe Clinique d Anesthd Hôpital Huriez CHU de Lille

Ventilation de l obl. G. Lebuffe Clinique d Anesthd Hôpital Huriez CHU de Lille Ventilation de l obl obèse G. Lebuffe Clinique d Anesthd Anesthésie-Réanimation Hôpital Huriez CHU de Lille population obèse Introduction Prévalence de 15% dans les pays développd veloppés 30,3% des français

Plus en détail

Traumatismes crâniens graves. Catherine Ract DAR Bicêtre

Traumatismes crâniens graves. Catherine Ract DAR Bicêtre Traumatismes crâniens graves Catherine Ract DAR Bicêtre Ischémie et traumatisme crânien Etudes anatomopathologiques : 90% de lésions ischémiques Graham, JNNP 89 Bas DSC chez plus de 30% des patients Bouma,

Plus en détail

Algorithme «lillois» Intubation Difficile

Algorithme «lillois» Intubation Difficile Algorithme «lillois» Intubation Difficile Construisons l algorithme Pr Eric WIEL, Dr Christian ERB, Dr Hervé MENU Conflit d intérêt Aucun Conférence d experts 2006 ID prévue Évaluer la difficulté prévisible

Plus en détail

Programme de formation à l intubation difficile du COLMU

Programme de formation à l intubation difficile du COLMU Programme de formation à l intubation difficile du COLMU Formation en cours de réflexion sera validée par le DAR du CHU de Nancy (référent CFAR) et le COLMU et reconnue au titre de la FMC (n d agrément)

Plus en détail

Evaluation primaire médicale adulte 4.2.1

Evaluation primaire médicale adulte 4.2.1 4.2.1 Sécurité Scène Situation 3.2.1 Evaluation primaire: A Airways Evaluation rapide état de conscience A V P U Evaluation et Libération des Voies Aériennes Chin lift ou Jaw-thrust Voies aériennes perméables?

Plus en détail

TRAUMATISME CRANIOCÉRÉBRAL GRAVE : PRISE EN CHARGE INITIALE ET FILIÈRE DE SOINS

TRAUMATISME CRANIOCÉRÉBRAL GRAVE : PRISE EN CHARGE INITIALE ET FILIÈRE DE SOINS TRAUMATISME CRANIOCÉRÉBRAL GRAVE : PRISE EN CHARGE INITIALE ET FILIÈRE DE SOINS Service d'anesthésiologie et Centre Interdisciplinaire des Urgences, Centre Hospitalier Universitaire Vaudois, 1011 Lausanne

Plus en détail

INTERPRÉTATION DE LA PRESSION ARTÉRIELLE SANGLANTE

INTERPRÉTATION DE LA PRESSION ARTÉRIELLE SANGLANTE INTERPRÉTATION DE LA PRESSION ARTÉRIELLE SANGLANTE J. Cros CHU Limoges 63 ème réunion interrégionale de Réanimation Médicale. Bordeaux le 24 Mars 2010. INTERPRÉTATION DE LA PRESSION ARTÉRIELLE SANGLANTE

Plus en détail

Neuroradiologie et AVC ischémique

Neuroradiologie et AVC ischémique Neuroradiologie et AVC ischémique Le point de vue de l anesthésiste O. Fourcade, J. Chookun, C. Cognard CHU Toulouse AVC ischémique 2400 AVC 1 Million hab / an 5 à 6% patients < 55 ans 700 morts à 1 an

Plus en détail

Comment administrer l oxygène en ventilation spontanée? Professeur Jacques LEVRAUT Pôle Urgence SAMU SMUR CHU de Nice

Comment administrer l oxygène en ventilation spontanée? Professeur Jacques LEVRAUT Pôle Urgence SAMU SMUR CHU de Nice Comment administrer l oxygène en ventilation spontanée? Professeur Jacques LEVRAUT Pôle Urgence SAMU SMUR CHU de Nice Air Oxygène 21% Les différents volumes respiratoires Ventilation spontanée calme de

Plus en détail

ETATS DE CHOC. Pression artérielle = DC/VSC/RVP. DC = pré-charge/post charge/ves/fc PPC = PAM-PIC

ETATS DE CHOC. Pression artérielle = DC/VSC/RVP. DC = pré-charge/post charge/ves/fc PPC = PAM-PIC ETATS DE CHOC Insuffisance aiguë de la perfusion cellulaire entraînant une ischémie et une hypoxie cellulaire. La cellule entre alors dans un métabolisme anaérobie avec production d acide lactique entraînant

Plus en détail

VENTILATION NON INVASIVE AU COURS DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE (NOUVEAU-NE EXCLU) Jean Paul Viale Hôpital de la Croix Rousse Lyon

VENTILATION NON INVASIVE AU COURS DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE (NOUVEAU-NE EXCLU) Jean Paul Viale Hôpital de la Croix Rousse Lyon VENTILATION NON INVASIVE AU COURS DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE (NOUVEAU-NE EXCLU) 3 ème conférence de consensus commune SFAR/SPLF/SRLF le 12 octobre 2006 Jean Paul Viale Hôpital de la Croix Rousse

Plus en détail

Docteur M. Thicoïpé SAMU 33

Docteur M. Thicoïpé SAMU 33 TRAUMATISMES THORACIQUES : PRISE EN CHARGE PRÉHOSPITALIÈRE Docteur M. Thicoïpé SAMU 33 GÉNÉRALITÉS Eliminer 6 lésions potentiellement léthales précocément : 1. Obstruction des voies aériennes 2. Pneumothorax

Plus en détail

Saint-Malo, le 14 Octobre ème congrès du CREU F

Saint-Malo, le 14 Octobre ème congrès du CREU F Acquisition et évaluation des compétences pour les IDE de Réanimation Saint-Malo, le 14 Octobre 2011 17ème congrès du CREU F Dr Jean-Noël Drault Réanimation Polyvalente, Centre Hospitalier de Pau Enquête

Plus en détail

PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE DU POLYTRAUMATISE. Cours EIADES 2ème année 2014 Dr E Hofliger

PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE DU POLYTRAUMATISE. Cours EIADES 2ème année 2014 Dr E Hofliger PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE DU POLYTRAUMATISE Cours EIADES 2ème année 2014 Dr E Hofliger DEFINITIONS/GRAVITE «Polytraumatisé» C est un blessé grave ayant au moins deux lésions dont une menace le pronostic

Plus en détail

Diagnostic des états de choc

Diagnostic des états de choc Actualités en Réanimation Surveillance Continue & Urgences Graves Diagnostic des états de choc Martin COUR Lyon 2013 Définition Clinique Hypotension artérielle : - Pression artérielle systolique < 90 mmhg

Plus en détail

Caroline SAMIER DESC Réanimation Médicale Bordeaux Mars 2009

Caroline SAMIER DESC Réanimation Médicale Bordeaux Mars 2009 Caroline SAMIER DESC Réanimation Médicale Bordeaux Mars 2009 Ventilation idéale : Contexte Maintien d une pression trans-pulmonaire suffisante pour l oxygénation Minimiser le collapsus alvéolaire Lutter

Plus en détail