La responsabilité des administrateurs et dirigeants en matière d environnement: Nouvelle loi, nouveaux soucis

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La responsabilité des administrateurs et dirigeants en matière d environnement: Nouvelle loi, nouveaux soucis"

Transcription

1 La responsabilité des administrateurs et dirigeants en matière d environnement: Nouvelle loi, nouveaux soucis Présentation de Charles Kazaz à l AQVE 15 novembre 2012

2 Survol 1. Pourquoi imposer la responsabilité aux administrateurs et dirigeants? 2. La responsabilité statutaire 3. L impact potentiel des antécédents des administrateurs et dirigeants sur l entreprise 4. Comment minimiser le risque de responsabilité et démontrer la diligence raisonnable 2

3 Pourquoi imposer la responsabilité aux administrateurs et dirigeants? La dissuasion est un objectif important du droit criminel et pénal Les personnes morales ne peuvent pas être condamnées à l emprisonnement Les amendes sont insuffisantes pour responsabiliser les entreprises - elles risquent d être incluses dans les coûts de production Afin de les responsabiliser - elles peuvent influencer la prise de décisions Sans une responsabilité potentielle, on donne le message qu elles sont au-delà de la loi 3

4 Pourquoi imposer la responsabilité aux administrateurs et dirigeants? À cause de leur position dans la communauté, le stigmate d une poursuite peut décourager la prise de décisions ayant des effets négatifs sur l environnement Il y a une reconnaissance que le rôle des administrateurs et dirigeants va au-delà d une gestion pour le seul bénéfice des actionnaires, mais il doit inclure une certaine responsabilité envers le public en général R. v. United Keno Hill Mines Ltd., (1980), 10 C.E.L.R. 43 (Y.T. Ct.) Law Reform Commission of Canada, Criminal Responsibility for Group Action (Working Paper No 16) (Ottawa: Information Canada, 1976) 4

5 Sources de responsabilité statutaire Loi sur la qualité de l environnement («LQE») Infractions pénales Responsabilité directe: Le fait de permettre un acte prohibé: «Art. 20 LQE : Nul ne doit émettre, déposer, dégager ou rejeter ni permettre l'émission, le dépôt, le dégagement ou le rejet dans l'environnement d'un contaminant au-delà de la quantité ou de la concentration prévue par règlement du gouvernement ( )» 5

6 Sources de responsabilité statutaire «Dans cette infraction, le verbe «décharger» vise des actes directs de pollution; le verbe «faire» vise la participation active du défendeur à quelque chose qu il est en mesure de contrôler et qui cause la pollution. Le verbe «permettre» vise le défaut d intervention du défendeur ou, en d autres termes, son défaut d empêcher un événement qu il aurait dû prévoir.» R. c. Sault Ste. Marie, [1978] 2 R.C.S

7 Sources de responsabilité statutaire Participation à une infraction: « Quiconque accomplit ou omet d accomplir quelque chose en vue d aider une personne ou une municipalité à commettre une infraction visée par la présente loi ou ses règlements, ou conseille, encourage, incite ou amène une personne ou une municipalité à commettre une telle infraction, commet lui-même cette infraction» Article 21. (1) du Code Criminel: «Participent à une infraction : (...) b) quiconque accomplit ou omet d accomplir quelque chose en vue d aider quelqu un à la commettre; (...)» 7

8 Sources de responsabilité statutaire La notion de l aveuglement volontaire : «L ignorance volontaire ne définit pas la mens rea requise d infractions particulières. Elle peut plutôt remplacer la connaissance réelle chaque fois que la connaissance est un élément de la mens rea. La doctrine de l ignorance volontaire impute une connaissance à l accusé qui a des doutes au point de vouloir se renseigner davantage, mais qui choisit délibérément de ne pas le faire.» R. c. Briscoe, 2010 CSC 13 8

9 Sources de responsabilité statutaire Infractions imposant une responsabilité spécifique aux administrateurs et dirigeants: Avant la Loi 89, acte positif requis de la part des administrateurs et dirigeants «Art LQE : Un administrateur ou un dirigeant d'une personne morale qui amène cette personne morale par un ordre, une autorisation, un conseil ou un encouragement à refuser ou à négliger de se conformer à une ordonnance ou à émettre, à déposer, à dégager ou à rejeter un contaminant dans l'environnement, contrairement aux dispositions de la présente loi ou des règlements ( ), commet une infraction ( )» Peu de poursuites 9

10 Sources de responsabilité statutaire Comparer avec les autres juridictions: Fédéral - Loi Canadienne sur la protection de l environnement : Acte positif: Art. 280 LCPE : «280. (1) En cas de perpétration d une infraction à la présente loi ou à ses règlements par toute personne morale, ceux de ses dirigeants, administrateurs ou mandataires qui l ont ordonnée ou autorisée, ou qui y ont consenti ou participé, sont considérés comme coauteurs de l infraction et encourent la peine prévue, que la personne morale ait été ou non poursuivie ou déclarée coupable» 10

11 Sources de responsabilité statutaire Un devoir d agir avec diligence raisonnable est imposé: «280.1 (1) Les dirigeants et administrateurs de toute personne morale font preuve de la diligence voulue pour faire en sorte que celle-ci se conforme : a) à la présente loi et à ses règlements, ( ) b) aux ordres, directives, interdictions et obligations qui émanent du ministre, des agents de l autorité ou des réviseurs ( )» 11

12 Sources de responsabilité statutaire Fédéral - Loi sur les pénalités administratives en matière d'environnement «8. (1) En cas de perpétration d une violation par une personne morale, ceux de ses dirigeants, administrateurs ou mandataires qui l ont ordonnée ou autorisée, ou qui y ont consenti ou participé, sont considérés comme des coauteurs de la violation et s exposent à une pénalité dont le montant est déterminé conformément aux règlements, que la personne fasse ou non l objet d une procédure en violation engagée au titre de la présente loi.» 12

13 Sources de responsabilité statutaire Ontario - Loi sur la protection de l environnement : «194. (1) L administrateur ou le dirigeant d une personne morale a le devoir d exercer toute la prudence raisonnable afin d empêcher la personne morale de faire ce qui suit, selon le cas : a) rejeter un contaminant ou permettre ou faire en sorte que cela se fasse, en contravention : (i) soit à la présente loi ou aux règlements (ii) soit à un certificat d autorisation, ( ) b) ne pas aviser le ministère du rejet d un contaminant, en contravention : (i) soit à la présente loi ou aux règlements (ii) soit à un certificat d autorisation;( ) 13

14 Sources de responsabilité statutaire (2) Quiconque a un devoir aux termes du paragraphe (1) et omet de s en acquitter est coupable d une infraction (2.1) Si un administrateur ou un dirigeant d une personne morale est accusé d une infraction prévue au paragraphe (2) relativement à une contravention particulière commise par la personne morale, il incombe à l administrateur ou au dirigeant de prouver lors du procès qu il s est acquitté du devoir que lui impose le paragraphe (1) relativement à la contravention (3) L administrateur ou le dirigeant d une personne morale peut être déclaré coupable aux termes du présent article, même si la personne morale n a pas été poursuivie ou déclarée coupable. 14

15 Sources de responsabilité statutaire Québec - Présomption de responsabilité: « Lorsqu une personne morale, un agent, mandataire ou employé de celle-ci ou d une société de personnes ou d une association non personnalisée commet une infraction à la présente loi ou à ses règlements, l administrateur ou le dirigeant de la personne morale, société ou association est présumé avoir commis lui-même cette infraction, à moins qu il n établisse qu il a fait preuve de diligence raisonnable en prenant toutes les précautions nécessaires pour en prévenir la perpétration» 15

16 Sources de responsabilité statutaire Dans le cas d'une société de personnes, tous les associés, à l'exception des commanditaires, sont présumés être les administrateurs de la société en l'absence de toute preuve contraire désignant l'un ou plusieurs d'entre eux ou un tiers pour gérer les affaires de la société (Article LQE) Les amendes minimales et maximales sont le double de celles pour une personne physique (Article LQE) Quel en sera l impact? 16

17 Sources de responsabilité statutaire Ordonnances administratives Avant la Loi 89: «Art. 113 LQE : Lorsque quiconque refuse ou néglige de faire une chose qui lui a été ordonnée en vertu de la présente loi, le ministre peut faire exécuter la chose aux frais du contrevenant et en recouvrer le coût de ce dernier avec intérêts et frais de la même manière que pour toute dette due au gouvernement. Le ministre peut également la faire exécuter aux frais des administrateurs et des dirigeants de la personne morale qui refuse ou néglige de la faire et en recouvrer le coût avec intérêts et frais de ceux-ci, lesquels sont tenus solidairement dans les cas suivants: 1 ils ont autorisé ou encouragé la personne morale à refuser ou à négliger de la faire ou lui ont ordonné ou conseillé de refuser ou de négliger de la faire; 2 ils ont toléré que la personne morale refuse ou néglige de la faire.» 17

18 Sources de responsabilité statutaire Loi 89 - « Les administrateurs et les dirigeants d une personne morale qui est en défaut de payer un montant dû au ministre en vertu de la présente loi ou de ses règlements sont solidairement tenus, avec celle-ci, au paiement de ce montant, à moins qu ils n établissent avoir fait preuve de prudence et de diligence pour prévenir le manquement qui a donné lieu à la réclamation.» 18

19 Sources de responsabilité statutaire « Le remboursement d un montant dû au ministre en vertu de la présente loi ou de ses règlements est garanti par une hypothèque légale sur les biens meubles et immeubles du débiteur.» Commentaires: Manque de précision Registres publiques Quel est le degré de prévisibilité requis? Conflit potentiel entre le devoir envers l entreprise et l intérêt personnel 19

20 Les antécédents des administrateurs et dirigeants et l impact sur l entreprise Pouvoir de refuser, suspendre ou révoquer une autorisation: (Article LQE) - ajout d un pouvoir qui permet au gouvernement ou au ministre de refuser de délivrer ou de renouveler un certificat d autorisation ou le modifier, le suspendre ou le révoquer, si le demandeur, le titulaire ou, s il s agit d une personne morale, l un de ses administrateurs, dirigeants ou actionnaires : 20

21 Les antécédents des administrateurs et dirigeants et l impact sur l entreprise 1 est le prête-nom d une autre personne 2 au cours des 5 dernières années a été déclaré coupable d une infraction à une loi fiscale ou d un acte criminel prévu au Code criminel relié aux organisations criminelles (art à Code criminel) 3 a produit une déclaration, un document ou un renseignement faux ou a dénaturé un fait important pour la délivrance, le maintien ou le renouvellement du certificat 4 a, au cours des 2 dernières années, été déclaré coupable d une infraction à la LQE ou ses règlements, ou, au cours des 5 dernières années, été déclaré coupable d une infraction visée par l article de la LQE (Catégorie A) 21

22 Les antécédents des administrateurs et dirigeants et l impact sur l entreprise 5 est en défaut de respecter une ordonnance ou une injonction en vertu de la LQE 6 est en défaut de payer un montant dû au MDDEP ou une amende ou une sanction administrative pécuniaire 7 a un lien de dépendance (au sens de la Loi sur les impôts) avec une personne qui exerce une activité similaire alors que son certificat d autorisation a été suspendu, révoqué ou fait l objet d une injonction ou d une ordonnance à cet effet, sauf si la preuve est faite que l activité du demandeur ou du titulaire ne constitue pas la continuation de l activité de cette personne Sujet à des procédures de contestation dans les cas 5 et 6 22

23 Les antécédents des administrateurs et dirigeants et l impact sur l entreprise «actionnaire»: personne physique qui détient, directement ou indirectement, des actions conférant 20% ou plus des droits de vote d une personne morale qui n est pas un émetteur assujetti à la Loi sur les valeurs mobilières Pardon: dans le cas d une déclaration de culpabilité à un acte criminel, la sanction administrative ne peut s appliquer si la personne a obtenu le pardon pour cet acte 23

24 Les antécédents des administrateurs et dirigeants et l impact sur l entreprise Prêt d argent (115.6 LQE): Les mêmes pouvoirs de refuser, modifier, suspendre ou révoquer une autorisation que ceux prévus à l article s appliquent si le demandeur ou le titulaire ou, s il s agit d une personne morale, l un de ses administrateurs, dirigeants ou actionnaires a conclu, pour le financement d activités visées par le certificat, un contrat de prêt d argent avec une personne et si cette personne, ou s il s agit d une personne morale, l un de ses administrateurs, dirigeants ou actionnaires a, au cours des 5 dernières années, été déclaré coupable: d une infraction à une loi fiscale d un acte criminel lié à l exercice d activités visées au CA d un acte criminel prévu au Code criminel relié aux organisations criminelles (art à Code criminel) 24

25 Les antécédents des administrateurs et dirigeants et l impact sur l entreprise «prêt d argent» ne vise pas un prêt consenti par les assureurs, tels que définis par la Loi sur les assurances, les coopératives de services financiers, telles que définies par la Loi sur les coopératives de services financiers, les sociétés de fiducie et les sociétés d épargne, telles que définies par la Loi sur les sociétés de fiducie et les sociétés d épargne ni les banques figurant aux annexes I et II de la Loi sur les banques, dans la mesure où ces institutions financières sont dûment autorisées à agir à ce titre 25

26 Les antécédents des administrateurs et dirigeants et l impact sur l entreprise Administrateurs et dirigeants (art LQE): Le gouvernement ou le ministre peut aussi exercer les mêmes pouvoirs de refuser, modifier, suspendre ou révoquer une autorisation si le demandeur ou le titulaire ou, s il s agit d une personne morale, l un de ses administrateurs, dirigeants ou actionnaires a été dirigeant, administrateur ou actionnaire d une personne morale qui : 1 a, au cours des 2 dernières années, été déclarée coupable d une infraction à la LQE ou ses règlements, ou au cours des 5 dernières années d une infraction de Catégorie A 2 a, au cours des 5 dernières années, été déclarée coupable d une (i) infraction à une loi fiscale; ou (ii) d un acte criminel liés à l exercice d activités visées par l autorisation; ou (iii) d un acte criminel prévu au Code criminel relié aux organisations criminelles 26

27 Déclarations Production d information (art LQE): Pour l application des articles à 115.7, le demandeur ou le titulaire doit produire, comme condition de la délivrance, du maintien ou du renouvellement du CA, toute déclaration ou information ou tout document exigé par le gouvernement Beaucoup de confusion suite à l entrée en vigueur; procédure lourde 27

28 Déclarations Suite aux interventions: la «Déclaration du demandeur ou du titulaire» sera valide pour une période d un an. Les entreprises n auront donc pas à déposer une déclaration à chaque fois qu elles feront une demande d autorisation il y a maintenant un formulaire pour les personnes physiques, un autre pour les personnes morales et un pour les sociétés de personnes - la définition de dirigeant est calquée sur celle que l on retrouve dans la Loi sur les sociétés par actions 28

29 Déclarations «On entend par «dirigeant», le président, le responsable de la direction, le responsable de l exploitation, le responsable des finances et le secrétaire d une société ou toute personne qui remplit une fonction similaire, ainsi que toute personne désignée comme tel par résolution du conseil d administration» L expression «prêt d argent» exclut tout prêt consenti par un ministère ou un organisme public ou par toute institution créée et régie par une loi (Fonds de solidarité de la FTQ, Fondaction de la CSN, La Financière agricole, Caisse de dépôt et placement du Québec) 29

30 Déclarations Guide explicatif est accessible en consultant cet hyperlien : 30

31 Diligence raisonnable La diligence raisonnable - Les infractions de responsabilité stricte: Il n est pas nécessaire que la poursuite prouve l existence de la mens rea; l accomplissement de l acte comporte une présomption d infraction, laissant à l accusé la possibilité d écarter sa responsabilité en prouvant qu il a pris toutes les précautions nécessaires Ceci comporte l examen de ce qu une personne raisonnable aurait fait dans les circonstances La défense sera recevable si l accusé croyait pour des motifs raisonnables à un état de faits inexistant qui, s il avait existé, aurait rendu l acte ou l omission innocent, ou si l accusé a pris toutes les précautions raisonnables pour éviter l événement en question 31

32 Diligence raisonnable 1. Général La diligence raisonnable est un concept dynamique et évolutif Le niveau de diligence raisonnable devrait être proportionnel à la taille de la compagnie et de ses activités La fiabilité et la révision des rapports de conformité 2. Structure corporative Le conseil d administration devrait établir un comité environnemental lorsque nécessaire Nommer des dirigeants responsables de l environnement Désigner la responsabilité pour les questions environnementales à travers la compagnie 32

33 Diligence raisonnable 3. Engagement corporatif Développer une politique environnementale ou un code de pratique Un engagement financier 4. Système de gestion environnementale Un système de prévention Le système doit assurer: i. la conformité avec les lois environnementales ii. que les dirigeants font rapport périodiquement au conseil d administration sur le fonctionnement du système, et iii. que les dirigeants font rapport des incidents importants de non-conformité au conseil d administration 33

34 Diligence raisonnable Un système de gestion environnementale peut inclure: i. la nomination d une personne formée responsable de l environnement et qui fait rapport aux dirigeants seniors ii. une politique environnementale corporative qui contient des objectifs spécifiques pour l usine ou l exploitation iii. des mesures de confinement et de prévention des impacts à l extérieur du site iv. des mesures de surveillance afin d assurer la conformité aux normes réglementaires 34

35 Diligence raisonnable Un système de gestion environnemental peut inclure (suite): v. le développement d un programme de formation des employés vi. l obligation de faire rapport en temps utile des événements ou des déversements au-delà des seuils normaux d opération vii. une politique environnementale bien articulée pour distribution aux employés viii. des mécanismes pour répondre à des situations urgentes et des équipements pour y répondre 35

36 Diligence raisonnable 5. Informations La connaissance des standards applicables et la position générale de la compagnie par rapport à la conformité La connaissance des responsabilités potentielles 6. Rapports au comité ou au conseil d administration L obligation de faire rapport 7. Révisions de l état de la conformité en continue Les vérifications environnementales 36

37 Diligence raisonnable 8. Temps de réponse Le délai de réponse des administrateurs Le contrôle du temps de réponse des dirigeants 9. Connaissance des standards de l industrie 10.Gestion pro-active 37

38 Me Charles Kazaz Blake, Cassels & Graydon S.E.N.C.R.L./s.r.l. Avocat, Associé Courriel : Téléphone : Télécopieur :

39 Merci 39

Projet de loi n o 74. Loi visant à prévenir les cancers de la peau causés par le bronzage artificiel. Présentation

Projet de loi n o 74. Loi visant à prévenir les cancers de la peau causés par le bronzage artificiel. Présentation DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 74 Loi visant à prévenir les cancers de la peau causés par le bronzage artificiel Présentation Présenté par M. Yves Bolduc Ministre de la

Plus en détail

Me René Gauthier rgauthier@gascon.ca

Me René Gauthier rgauthier@gascon.ca Me René Gauthier rgauthier@gascon.ca LOI SUR LA QUALITÉ DE L ENVIRONNEMENT BREF RAPPEL Ministère visé : Ministère du Développement durable, de l Environnement, de la Faune et des Parcs («MDDEFP») Droit

Plus en détail

L organisme sans but lucratif. Pouvoirs, rôles et responsabilités des administrateurs

L organisme sans but lucratif. Pouvoirs, rôles et responsabilités des administrateurs L organisme sans but lucratif Pouvoirs, rôles et responsabilités des administrateurs Une personne morale Distinctions Incorporée Au sens du code civil du Québec Obligations de l organisme Posséder un patrimoine

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR L EXERCICE DE LA PROFESSION DE TRADUCTEUR, TERMINOLOGUE OU INTERPRÈTE AGRÉÉ EN SOCIÉTÉ

RÈGLEMENT SUR L EXERCICE DE LA PROFESSION DE TRADUCTEUR, TERMINOLOGUE OU INTERPRÈTE AGRÉÉ EN SOCIÉTÉ RÈGLEMENT SUR L EXERCICE DE LA PROFESSION DE TRADUCTEUR, TERMINOLOGUE OU INTERPRÈTE AGRÉÉ EN SOCIÉTÉ Code des professions (L.R.Q., c. C-26, a. 93 par. g et h et a. 94 par. p) SECTION I DISPOSITIONS GÉNÉRALES

Plus en détail

Dans le cadre de ses fonctions, l'administrateur doit:

Dans le cadre de ses fonctions, l'administrateur doit: Le Code civil du Québec ne contient aucune section spécifique pour encadrer les conflits d intérêts des administrateurs d un conseil d administration dans l exercice de leurs obligations. Il est donc nécessaire

Plus en détail

5. La présente partie s applique aux personnes et entités suivantes :

5. La présente partie s applique aux personnes et entités suivantes : Changements à l article 5 de la LRPCFAT Application CHAMP D APPLICATION 5. La présente partie s applique aux personnes et entités suivantes : a) les banques régies par la Loi sur les banques et les banques

Plus en détail

CHAPITRE 264 COMMERCE ÉLECTRONIQUE

CHAPITRE 264 COMMERCE ÉLECTRONIQUE Entrée en vigueur, le 6 novembre 2000 CHAPITRE 264 COMMERCE ÉLECTRONIQUE L 25 de 2000 SOMMAIRE TITRE 1 DISPOSITIONS PRÉLIMINAIRES 1. Définitions 2. Signification de cybersuite 3. Signification du contrat

Plus en détail

Les rapports entre la personne morale et les membres sont de nature contractuelle :

Les rapports entre la personne morale et les membres sont de nature contractuelle : Aux membres du CRIPHASE Bonjour, Depuis quelques temps plusieurs personnes se posent des questions sur les pouvoirs, les rôles et les responsabilités des membres et des administrateurs du CRIPHASE, et

Plus en détail

Loi sur la reprise des travaux dans l industrie de la construction

Loi sur la reprise des travaux dans l industrie de la construction PREMIÈrE SESSION QUARANTIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 54 (2013, chapitre 20) Loi sur la reprise des travaux dans l industrie de la construction Présenté le 30 juin 2013 Principe adopté le 30 juin

Plus en détail

Règlement de citation du site patrimonial du Phare de Pointe Mitis

Règlement de citation du site patrimonial du Phare de Pointe Mitis PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE MÉTIS-SUR-MER RÈGLEMENT NUMÉRO 13-83 Règlement de citation du site patrimonial du Phare de Pointe Mitis CONSIDÉRANT QU en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel (LRQ, c.

Plus en détail

Projet de loi n o 93. Présentation. Présenté par M. Claude Béchard Ministre responsable de la Réforme des institutions démocratiques

Projet de loi n o 93. Présentation. Présenté par M. Claude Béchard Ministre responsable de la Réforme des institutions démocratiques PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 93 Loi modifiant la Loi électorale concernant les règles de financement des partis politiques et modifiant d autres dispositions législatives

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION La présente Charte établit le rôle du Conseil d administration (le «Conseil») d Innergex énergie renouvelable inc. (la «Société») et est assujettie aux dispositions des

Plus en détail

Loi sur les activités funéraires

Loi sur les activités funéraires PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 66 Loi sur les activités funéraires Présentation Présenté par M. Gaétan Barrette Ministre de la Santé et des Services sociaux Éditeur officiel

Plus en détail

Loi sur la sécurité privée

Loi sur la sécurité privée PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 88 Loi sur la sécurité privée Présentation Présenté par M. Jacques Chagnon Ministre de la Sécurité publique Éditeur officiel du Québec 2004

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 130 Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives Présentation Présenté par M. Philippe Couillard

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-ÉPIPHANE

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-ÉPIPHANE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-ÉPIPHANE RÈGLEMENT NUMÉRO 263 CONCERNANT L INSTALLATION ET LE FONCTIONNEMENT DES SYSTÈMES D ALARME ATTENDU QUE le conseil municipal désire réglementer l

Plus en détail

Loi modifiant la Loi concernant l impôt sur le tabac et d autres dispositions législatives principalement afin delutter contre la contrebande de tabac

Loi modifiant la Loi concernant l impôt sur le tabac et d autres dispositions législatives principalement afin delutter contre la contrebande de tabac PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 59 (2009, chapitre 47) Loi modifiant la Loi concernant l impôt sur le tabac et d autres dispositions législatives principalement afin delutter

Plus en détail

Loi sur les activités funéraires

Loi sur les activités funéraires DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 83 Loi sur les activités funéraires Présentation Présenté par M. Yves Bolduc Ministre de la Santé et des Services sociaux Éditeur officiel

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 106-2002 CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARMES (RM-110)

RÈGLEMENT NUMÉRO 106-2002 CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARMES (RM-110) MUNICIPALITÉ DE ST-BRUNO-DE-KAMOURASKA MRC DE KAMOURASKA RÈGLEMENT NUMÉRO 106-2002 CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARMES (RM-110) CONSIDÉRANT que le conseil municipal de la Municipalité de St-Bruno désire

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER RÈGLEMENT # 368 concernant la vidange des fosses septiques des résidences isolées du territoire de la municipalité 74.03.09 Règlement portant

Plus en détail

Index analytique de la Loi sur les valeurs mobilières (L1), de la Loi sur l Autorité des marchés financiers

Index analytique de la Loi sur les valeurs mobilières (L1), de la Loi sur l Autorité des marchés financiers Index analytique de la Loi sur les valeurs mobilières, de la Loi sur l Autorité des marchés financiers, de la Loi sur les instruments dérivés, du Règlement sur les valeurs mobilières (R1) et du Règlement

Plus en détail

Notes explicatives Déclaration des télévirements internationaux Partie 1 Loi de l impôt sur le revenu

Notes explicatives Déclaration des télévirements internationaux Partie 1 Loi de l impôt sur le revenu 1 Article 1 Infractions et peines 238(1) Notes explicatives Déclaration des télévirements internationaux Partie 1 Loi de l impôt sur le revenu Selon le paragraphe 238(1) de la Loi de l impôt sur le revenu

Plus en détail

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Numéro du document : 1209-04 Adoptée par la résolution : 109 1209 En date du : 8 décembre 2009 Remplacée

Plus en détail

Responsabilité civile et pénale de l instituteur

Responsabilité civile et pénale de l instituteur Responsabilité civile et pénale de l instituteur 1 Responsabilité civile et pénale de l instituteur Le terme instituteur désigne toute personne mandatée ou agréée par l administration pour assurer un enseignement

Plus en détail

RÈGLEMENT 564 SUR LES AVERTISSEURS DE FUMÉE. l installation d un avertisseur de fumée peut sauver des vies humaines ;

RÈGLEMENT 564 SUR LES AVERTISSEURS DE FUMÉE. l installation d un avertisseur de fumée peut sauver des vies humaines ; CANADA PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE LAC-BROME RÈGLEMENT 564 SUR LES AVERTISSEURS DE FUMÉE ATTENDU QUE ATTENDU QU ATTENDU QUE ATTENDU QUE ATTENDU QU ATTENDU QU l installation d un avertisseur de fumée peut

Plus en détail

CONTRAT. PARTICIPANT, personne morale légalement constituée sous le régime des lois du Canada, ayant un établissement au (Québec),

CONTRAT. PARTICIPANT, personne morale légalement constituée sous le régime des lois du Canada, ayant un établissement au (Québec), CONTRAT ENTRE : PARTICIPANT, personne morale légalement constituée sous le régime des lois du Canada, ayant un établissement au (Québec), ci-après nommée le «Participant», ET : HYDRO-QUÉBEC, personne morale

Plus en détail

RÈGLEMENT ADMINISTRATIF SUR LES PERMIS D ENTREPRISE DE LA PREMIÈRE NATION * RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N O TABLE DES MATIÈRES

RÈGLEMENT ADMINISTRATIF SUR LES PERMIS D ENTREPRISE DE LA PREMIÈRE NATION * RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N O TABLE DES MATIÈRES RÈGLEMENT ADMINISTRATIF SUR LES PERMIS D ENTREPRISE DE LA PREMIÈRE NATION * RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N O TABLE DES MATIÈRES Article Titre abrégé art. 1 Définitions art. 2 Exigences applicables aux permis

Plus en détail

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Comprendre le droit pénal canadien Les sources du droit Au Canada, les crimes sont principalement définis par le Code criminel et, dans une moindre mesure, par

Plus en détail

Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12)

Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12) DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12) Loi permettant aux étudiants de recevoir l enseignement dispensé par les établissements de niveau postsecondaire qu

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 371 RÈGLEMENT AFIN DE PERMETTRE LA RÉALISATION D ENTENTE AVEC UN PROMOTEUR

RÈGLEMENT NUMÉRO 371 RÈGLEMENT AFIN DE PERMETTRE LA RÉALISATION D ENTENTE AVEC UN PROMOTEUR PROVINCE DE QUEBEC MUNICIPALITÉ DE VAL-MORIN MRC DES LAURENTIDES RÈGLEMENT NUMÉRO 371 RÈGLEMENT AFIN DE PERMETTRE LA RÉALISATION D ENTENTE AVEC UN PROMOTEUR ATTENDU QUE la municipalité désire se prévaloir

Plus en détail

FABRICATION ET VENTE DE PRODUITS

FABRICATION ET VENTE DE PRODUITS Fabrication et vente de produits 49 FABRICATION ET VENTE DE PRODUITS Règlements et normes de produits La Loi canadienne sur la sécurité des produits de consommation est entrée en vigueur en 2011. Cette

Plus en détail

Attestation de Revenu Québec et contrats publics : changements importants L obligation est étendue aux sous-traitants

Attestation de Revenu Québec et contrats publics : changements importants L obligation est étendue aux sous-traitants Attestation de Revenu Québec et contrats publics : changements importants L obligation est étendue aux sous-traitants Depuis maintenant plus d'un an, tout entrepreneur qui désire conclure avec un organisme

Plus en détail

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE LA LOI SUR LES ARCHIVES. L.R.T.N.-O. 1988, ch. A-6. (Mise à jour le : 13 août 2012)

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE LA LOI SUR LES ARCHIVES. L.R.T.N.-O. 1988, ch. A-6. (Mise à jour le : 13 août 2012) CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE LA LOI SUR LES ARCHIVES (Mise à jour le : 13 août 2012) MODIFIÉE PAR LES LOIS DU NUNAVUT SUIVANTES : L.Nun. 2007, ch. 8, art. 2 art. 2 en vigueur le 8 novembre 2007 L.Nun.

Plus en détail

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration POLITIQUE DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : APPROUVÉ PAR : 2013-12-10 Conseil d administration DERNIÈRE MISE À JOUR : f 2013-12-10 DATE D ABROGATION : AAAA-MM-JJ Politique de gestion des

Plus en détail

LES OBLIGATIONS D UN ADMINISTRATEUR

LES OBLIGATIONS D UN ADMINISTRATEUR LES OBLIGATIONS D UN ADMINISTRATEUR Vs avez incorporé une compagnie vs y songez sérieusement? Plusieurs bonnes raisons vs incitent en effet à exploiter votre entreprise ss une forme incorporée 1. Les compagnies

Plus en détail

La Commission des services juridiques du Nunavut. Champ d application du droit criminel et politique d admissibilité

La Commission des services juridiques du Nunavut. Champ d application du droit criminel et politique d admissibilité La Commission des services juridiques du Nunavut Champ d application du droit criminel et politique d admissibilité 2014 COMMISSION DES SERVICES JURIDIQUES DU NUNAVUT C. P. 125, Gjoa Haven, Nunavut X0B

Plus en détail

Loi sur la sécurité privée

Loi sur la sécurité privée DEUXIÈME SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 88 (2006, chapitre 23) Loi sur la sécurité privée Présenté le 16 décembre 2004 Principe adopté le 31 mai 2006 Adopté le 14 juin 2006 Sanctionné

Plus en détail

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT 2015 www.iccrc-crcic.ca Version : 2015-002 Dernière modification : 3 juillet 2015 Page 2 de 13 Table des matières MODIFICATIONS DE SECTIONS... 4 Section 1 INTRODUCTION...

Plus en détail

Lignes directrices sur les sanctions de l OCRCVM

Lignes directrices sur les sanctions de l OCRCVM Lignes directrices sur les sanctions de l OCRCVM Le 2 février 2015 Champ d application Les Lignes directrices sur les sanctions de l OCRCVM remplacent les versions antérieures des Lignes directrices sur

Plus en détail

Projet de loi 89 intitulé «Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement afin d en renforcer le respect» N/D : 26410 D004 Référence : 147566

Projet de loi 89 intitulé «Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement afin d en renforcer le respect» N/D : 26410 D004 Référence : 147566 Le 15 février 2011 Madame Danielle Doyer Présidente de la Commission des transports et de l environnement Assemblée nationale Édifice Pamphile-Le May 1035, rue des Parlementaires 3 e étage, bureau 3.15

Plus en détail

Projet de loi n o 42. Loi modifiant le Code de la sécurité routière et le Règlement sur les points d inaptitude. Présentation

Projet de loi n o 42. Loi modifiant le Code de la sécurité routière et le Règlement sur les points d inaptitude. Présentation PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 42 Loi modifiant le Code de la sécurité routière et le Règlement sur les points d inaptitude Présentation Présenté par Madame Julie Boulet

Plus en détail

Demande de permis d agent d assurance présentée par une société ou une société en nom collectif

Demande de permis d agent d assurance présentée par une société ou une société en nom collectif Commission des services financiers de l Ontario Demande de permis d agent d assurance présentée par une société ou une société en nom collectif Renseignements généraux et directives Frais pour une nouvelle

Plus en détail

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1)

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) Loi modifiant diverses dispositions législatives concernant principalement le processus d attribution des contrats des

Plus en détail

CONSTITUTION DU SERVICE

CONSTITUTION DU SERVICE PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE LAC-BEAUPORT Ce document est une codification administrative et n a aucune valeur officielle À jour au 14 juillet 2015 RÈGLEMENT NUMÉRO 611 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CONSTITUTION

Plus en détail

Mémoire Projet de loi n o 88. Loi sur la sécurité privée

Mémoire Projet de loi n o 88. Loi sur la sécurité privée Mémoire Projet de loi n o 88 Loi sur la sécurité privée Présenté à la Commission des institutions par l Association des courtiers et agents immobiliers du Québec Janvier 2005 Introduction L Association

Plus en détail

Foire aux questions. 1. J'ai reçu un constat d'infraction, puis je le payer dans une institution financière?

Foire aux questions. 1. J'ai reçu un constat d'infraction, puis je le payer dans une institution financière? Foire aux questions Vous avez reçu un constat d infraction et vous avez plusieurs interrogations concernant les procédures judiciaires. Voici des réponses aux questions les plus fréquentes : 1. J'ai reçu

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 2011-04 SUR LES SYSTÈMES D ALARME INTRUSION (RM 110)

RÈGLEMENT NUMÉRO 2011-04 SUR LES SYSTÈMES D ALARME INTRUSION (RM 110) C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE BRIGHAM RÈGLEMENT NUMÉRO 2011-04 SUR LES SYSTÈMES D ALARME INTRUSION (RM 110) ATTENDU les pouvoirs conférés par le Code municipal; ATTENDU QUE le Conseil

Plus en détail

COUR MUNICIPALE DE SAINTE-AGATHE-DES-MONTS

COUR MUNICIPALE DE SAINTE-AGATHE-DES-MONTS CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE TERREBONNE N : 803252530 COUR MUNICIPALE DE SAINTE-AGATHE-DES-MONTS DATE : 18 AVRIL 2011 SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLE JACQUES LAVERDURE J.C.M. DIRECTEUR DES POURSUITES

Plus en détail

Partie 1 Information générale. 1.1 Identification du type de demande. Partie 2 Identification et coordonnées de la demanderesse. 2.

Partie 1 Information générale. 1.1 Identification du type de demande. Partie 2 Identification et coordonnées de la demanderesse. 2. Afin de vous aider à remplir ce formulaire, un Guide à l intention des entreprises est disponible sur le site Web de l Autorité, au www.lautorite.qc.ca, à la section «Contrats publics». Partie 1 Information

Plus en détail

ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1

ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1 Document historique Page 1 de 6 ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1 La Cour suprême du Canada a récemment examiné les questions relatives à l équité procédurale dans l arrêt Baker c. Canada,

Plus en détail

Loi sur la Banque de développement économique du Québec

Loi sur la Banque de développement économique du Québec PREMIÈrE SESSION QUARANTIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 36 Loi sur la Banque de développement économique du Québec Présentation Présenté par Madame Élaine Zakaïb Ministre déléguée à la Politique industrielle

Plus en détail

Politique de placement des fonds collectifs

Politique de placement des fonds collectifs Page 1 de 8 Le Curateur public a l entière responsabilité d élaborer la, conformément à la Loi sur le curateur public. 1. Objet La politique de placement permet de dégager les principes de gestion des

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 37 Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile Présentation Présenté par Madame Pauline Marois Ministre des Finances Éditeur officiel du

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 64 Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives Présentation Présenté par Madame Monique

Plus en détail

Titre I Des fautes de Gestion

Titre I Des fautes de Gestion Base de données Loi n 85-74 du 20 Juillet 1985 relative à la définition et à la sanction des fautes de gestion commises à l égard de l Etat, des établissements publics administratifs, des collectivités

Plus en détail

Traité de droit criminel tome 2, 2 e édition

Traité de droit criminel tome 2, 2 e édition Traité de droit criminel tome 2, 2 e édition Hugues Parent On peut se procurer le présent ouvrage à: Les Éditions Thémis Faculté de droit, Université de Montréal C.P. 6128, Succ. Centre-Ville Montréal

Plus en détail

CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME

CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME Ville de Blainville Ce document n'a pas de valeur officielle. En cas de divergence entre ce document et les règlements originaux, ceux-ci prévaudront. PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE BLAINVILLE RÈGLEMENT 1334

Plus en détail

Règlement no. 107 concernant les systèmes d alarme. Règlement 107 adopté le 9 novembre 1998

Règlement no. 107 concernant les systèmes d alarme. Règlement 107 adopté le 9 novembre 1998 Règlement no. 107 concernant les systèmes d alarme Règlement 107 adopté le 9 novembre 1998 Municipalité d Authier Version mise à jour juin 2011 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ D AUTHIER RÈGLEMENT

Plus en détail

CONSIDÉRANT qu un avis de présentation de ce règlement a été donné lors de la séance ordinaire du Conseil de Ville, tenue le 17 mai 1999;

CONSIDÉRANT qu un avis de présentation de ce règlement a été donné lors de la séance ordinaire du Conseil de Ville, tenue le 17 mai 1999; VILLE DE CANDIAC RÈGLEMENT NUMÉRO 1007-99 CONCERNANT LES SYSTÈMES D'ALARME CONSIDÉRANT la création de la Régie intermunicipale de police Roussillon, regroupant les corps policiers des villes de Candiac,

Plus en détail

ATTENDU que la Ville de Beaupré désire réglementer l installation et le fonctionnement des systèmes d alarme sur le territoire de la municipalité;

ATTENDU que la Ville de Beaupré désire réglementer l installation et le fonctionnement des systèmes d alarme sur le territoire de la municipalité; RÈGLEMENT NUMÉRO 1174 Règlement sur les systèmes d alarme et applicable par la Sûreté du Québec. ATTENDU que la Ville de Beaupré désire réglementer l installation et le fonctionnement des systèmes d alarme

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques)

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Nature de l aide fiscale... 3 Société biopharmaceutique admissible...

Plus en détail

Projet de loi n o 59. Présentation. Présenté par Madame Stéphanie Vallée Ministre de la Justice

Projet de loi n o 59. Présentation. Présenté par Madame Stéphanie Vallée Ministre de la Justice PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 59 Loi édictant la Loi concernant la prévention et la lutte contre les discours haineux et les discours incitant à la violence et apportant

Plus en détail

COMMISSION DES SERVICES FINANCIERS ET DES SERVICES AUX CONSOMMATEURS

COMMISSION DES SERVICES FINANCIERS ET DES SERVICES AUX CONSOMMATEURS COMMISSION DES SERVICES FINANCIERS ET DES SERVICES AUX CONSOMMATEURS Règle MB-001 sur la délivrance de permis et obligations continues des courtiers en hypothèque PARTIE 1... 1 QUESTIONS D ORDRE PRÉLIMINAIRE...

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS Référence : Type de politique : Références juridiques : Autres références : INTRODUCTION Gouvernance autonome Code des professions, Code civil du Québec

Plus en détail

CODE D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE VICTORIAVILLE

CODE D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE VICTORIAVILLE Victoriaville CODE D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE VICTORIAVILLE Règlement numéro 986-2011 Adopté le 2011 Entrée en vigueur le 2011 ARTICLE 1 : TITRE Le titre

Plus en détail

COU R DU QUÉ BEC CANAD A PR OVIN CE DE QUÉBE C DISTRIC. «Cha mbre de la jeuness e» N : 525-62-006333-062. Protecti on de la jeune sse 061479 JJ0296

COU R DU QUÉ BEC CANAD A PR OVIN CE DE QUÉBE C DISTRIC. «Cha mbre de la jeuness e» N : 525-62-006333-062. Protecti on de la jeune sse 061479 JJ0296 Protecti on de la jeune sse 061479 JJ0296 2006 QCCQ 16923 COU R DU QUÉ BEC CANAD A PR OVIN CE DE QUÉBE C DISTRIC T DE [ ] «Cha mbre de la jeuness e» N : 525-62-006333-062 DATE : 8 d é c e m b r e 2 0 0

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL15-020 TITRE : POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 2 février 2015 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI

Plus en détail

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE Loi sur l Assemblée nationale (chapitre A-23.1, a. 124.3) CHAPITRE I APPLICATION 1. Les présentes

Plus en détail

Conseil municipal, tenue le 7 mai 2007, le règlement portant le numéro 06-RM-01-1 concernant les alarmes;

Conseil municipal, tenue le 7 mai 2007, le règlement portant le numéro 06-RM-01-1 concernant les alarmes; PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DE PAPINEAU RÈGLEMENT NUMÉRO 14-RM-01 POUR ABROGER ET REMPLACER LE RÈGLEMENT PORTANT LE NUMÉRO 12-RM-01 CONCERNANT LES ALARMES DANS LES LIMITES DE LA MUNICIPALITÉ DE LA PÊCHE Attendu

Plus en détail

RÈGLEMENTS DU CONCOURS Gagnez une certification en ligne SMART

RÈGLEMENTS DU CONCOURS Gagnez une certification en ligne SMART RÈGLEMENTS DU CONCOURS Gagnez une certification en ligne SMART 1. DURÉE DU CONCOURS Le concours «Gagnez une certification!» (ci-après le «Concours») est organisé par Marcotte Systèmes (ci-après l «Organisateur»).

Plus en détail

POLITIQUES ET PROCÉDURES

POLITIQUES ET PROCÉDURES POLITIQUES ET PROCÉDURES Objet : Politique relative aux opérations sur les titres de la Société par les initiés et au traitement de l information importante et inconnue du public Émise par : Le conseil

Plus en détail

2014-MC-R208 ADOPTION DU RÈGLEMENT 14-RM-01 POUR ABROGER ET REMPLACER LE RÈGLEMENT PORTANT LE NUMÉRO 12-RM-01 ET PLUS PARTICULIÈREMENT L ARTICLE 3

2014-MC-R208 ADOPTION DU RÈGLEMENT 14-RM-01 POUR ABROGER ET REMPLACER LE RÈGLEMENT PORTANT LE NUMÉRO 12-RM-01 ET PLUS PARTICULIÈREMENT L ARTICLE 3 2014-MC-R208 ADOPTION DU RÈGLEMENT 14-RM-01 POUR ABROGER ET REMPLACER LE RÈGLEMENT PORTANT LE NUMÉRO 12-RM-01 ET PLUS PARTICULIÈREMENT L ARTICLE 3.14 DES DISPOSITIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES ALARMES DANS

Plus en détail

RÈGLEMENT TYPE SUR L IDENTIFICATION ET LA VÉRIFICATION DE L IDENTITÉ DES CLIENTS AUTRES QUESTIONS ET RÉPONSES

RÈGLEMENT TYPE SUR L IDENTIFICATION ET LA VÉRIFICATION DE L IDENTITÉ DES CLIENTS AUTRES QUESTIONS ET RÉPONSES RÈGLEMENT TYPE SUR L IDENTIFICATION ET LA VÉRIFICATION DE L IDENTITÉ DES CLIENTS AUTRES QUESTIONS ET RÉPONSES 1. J ai été engagé par une compagnie d assurance pour la représenter dans un recours par subrogation.

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES CERTIFICATS D AUTORISATION ET D OCCUPATION

RÈGLEMENT SUR LES CERTIFICATS D AUTORISATION ET D OCCUPATION VILLE DE MONTRÉAL ARRONDISSEMENT DE VILLE-MARIE CA-24-107 RÈGLEMENT SUR LES CERTIFICATS D AUTORISATION ET D OCCUPATION Vu l article 119 de la Loi sur l aménagement et l urbanisme (L.R.Q., chapitre A-19.1);

Plus en détail

Proposition d Assurance acheteur unique ou d Assurance frustration de contrat Remplir le présent formulaire et le présenter à EDC

Proposition d Assurance acheteur unique ou d Assurance frustration de contrat Remplir le présent formulaire et le présenter à EDC RÉSERVÉ À EDC : CI # : Proposition d Assurance acheteur unique ou d Assurance frustration de contrat Remplir le présent formulaire et le présenter à EDC 1 RENSEIGNEMENTS SUR LE CLIENT Nom légal de l entreprise

Plus en détail

SYNTHESE PROCEDURES COLLECTIVES. Introduction

SYNTHESE PROCEDURES COLLECTIVES. Introduction SYNTHESE PROCEDURES COLLECTIVES Introduction - Objectifs poursuivis par la loi du 26 juillet 2005 entrée en vigueur le 1 er janvier 2006 : Renforcement de la prévention (mandat ad hoc, conciliation), Anticipation

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme public Juin 2015 1 INTRODUCTION... 4 À QUI S ADRESSE

Plus en détail

CONCOURS «Un an sans hypothèque, c est capital» Règlement de participation

CONCOURS «Un an sans hypothèque, c est capital» Règlement de participation CONCOURS «Un an sans hypothèque, c est capital» Règlement de participation 1. Le concours «Un an sans hypothèque, c est capital» est tenu par Via Capitale (les «organisateurs du concours»). Il se déroule

Plus en détail

RÈGLEMENT NO. 08-03 POURVOYANT À UNE VIDANGE PÉRIODIQUE DES FOSSES SEPTIQUES

RÈGLEMENT NO. 08-03 POURVOYANT À UNE VIDANGE PÉRIODIQUE DES FOSSES SEPTIQUES CANADA PROVINCE DE QUÉBEC M.R.C. BROME-MISSISQUOI RÈGLEMENT NO. 08-03 POURVOYANT À UNE VIDANGE PÉRIODIQUE DES FOSSES SEPTIQUES ATTENDU QUE le Conseil juge opportun que la vidange des fosses septiques situées

Plus en détail

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers.

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers. GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE D AUTORISATION AU MINISTRE DES FINANCES CONCERNANT L ATTRIBUTION OU LE TRANSFERT D ACTIONS AVEC DROIT DE VOTE PAR UNE COMPAGNIE D ASSURANCE À CHARTE QUÉBÉCOISE Mars

Plus en détail

Section 1 «Dispositions déclaratoires et interprétatives»

Section 1 «Dispositions déclaratoires et interprétatives» Municipalité de Bolton-Ouest Règlement 329-2010 Règlement concernant la vidange obligatoire des fosses septiques dans la municipalité de Bolton-Ouest Ouest. Attendu: Que l article 3.2 du Règlement sur

Plus en détail

RÈGLEMENT À L AMIABLE (avec les intimés James A. MacCallum et Andrew Mitchell Holdings, LLC)

RÈGLEMENT À L AMIABLE (avec les intimés James A. MacCallum et Andrew Mitchell Holdings, LLC) VU LA LOI SUR LES VALEURS MOBILIÈRES, L.N.-B. 2004, ch. S-5.5, AVEC SES MODIFICATIONS ET DANS L AFFAIRE DE James A. MacCallum, Andrew Mitchell Holdings, LLC et Andrew J. Trites (Intimés) RÈGLEMENT À L

Plus en détail

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Avant-projet de loi Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale Déposé par Madame Kathleen

Plus en détail

RÈGLEMENT 209 RÈGLEMENT CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME. les pouvoirs conférés par la Loi sur les compétences municipales (L.R.Q., c. C-47.

RÈGLEMENT 209 RÈGLEMENT CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME. les pouvoirs conférés par la Loi sur les compétences municipales (L.R.Q., c. C-47. PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CHARLES-GARNIER RÈGLEMENT 209 RÈGLEMENT CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME ATTENDU ATTENDU QUE ATTENDU QU ATTENDU QU les pouvoirs conférés par la Loi sur les compétences

Plus en détail

Exigences pour les demandeurs qui proposent de vendre du gaz naturel

Exigences pour les demandeurs qui proposent de vendre du gaz naturel Exigences pour les demandeurs qui proposent de vendre du gaz naturel 11(2) La demande doit contenir l appellation légale au complet du titulaire proposé du certificat ainsi que l adresse de son établissement,

Plus en détail

Projet de Loi sur la transparence en matière de lobbyisme EXTRAITS DU PROJET DE LOI 56 LIÉS AU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

Projet de Loi sur la transparence en matière de lobbyisme EXTRAITS DU PROJET DE LOI 56 LIÉS AU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE Projet de Loi sur la transparence en matière de lobbyisme EXTRAITS DU PROJET DE LOI 56 LIÉS AU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE Séquence des évènements Dépôt du projet de Loi par Jean-Marc Fournier, ministre responsable

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE PAIEMENTS RÈGLE 13 DU STPGV DÉFAUT ET NON-VIABILITÉ

ASSOCIATION CANADIENNE PAIEMENTS RÈGLE 13 DU STPGV DÉFAUT ET NON-VIABILITÉ ASSOCIATION CANADIENNE PAIEMENTS RÈGLE 13 DU STPGV STPGV Régle 13, décembre 1998: révisée octobre 2000, et le 1 mars 2010. Date d approbation du Conseil : le 5 octobre 2000 STPGV Règle 13 Date de mise

Plus en détail

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier)

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) PARTIE I DEMANDE EN RÉPONSE À L AVIS DE POSSIBILITÉ D ENTENTE À TERME FIXE SUIVANT

Plus en détail

RÈGLEMENT # 2012-468 ABROGEANT LE RÈGLEMENT # 2006-404 SUR LES SYSTÈMES D ALARME

RÈGLEMENT # 2012-468 ABROGEANT LE RÈGLEMENT # 2006-404 SUR LES SYSTÈMES D ALARME 507, Route 108 Ouest Stornoway (Québec) G0Y 1N0 Téléphone : (819) 652-2800 Télécopieur : (819) 652-2105 Courriel : administration@munstornoway.qc.ca Site internet : www.munstornoway.qc.ca RÈGLEMENT # 2012-468

Plus en détail

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er mai 2013 Ce document a valeur officielle.

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er mai 2013 Ce document a valeur officielle. 1 sur 7 26.05.2013 14:58 Éditeur officiel du Québec À jour au 1er mai 2013 Ce document a valeur officielle. chapitre A-12, r. 4 Règlement sur l'assurance responsabilité professionnelle des agronomes Loi

Plus en détail

Document d information. Règlement sur l exercice de la profession de dentiste en société et modifications au Code de déontologie

Document d information. Règlement sur l exercice de la profession de dentiste en société et modifications au Code de déontologie Document d information Règlement sur l exercice de la profession de dentiste en société et modifications au Code de déontologie Introduction Le présent document énumère les principales conditions et modalités

Plus en détail

RÈGLEMENT CO-2007-491 RELATIF À LA PAIX ET AU BON ORDRE AU PORT DE PLAISANCE RÉAL-BOUVIER

RÈGLEMENT CO-2007-491 RELATIF À LA PAIX ET AU BON ORDRE AU PORT DE PLAISANCE RÉAL-BOUVIER Codification administrative Ce document n'a pas de valeur officielle RÈGLEMENT CO-2007-491 RELATIF À LA PAIX ET AU BON ORDRE AU PORT DE PLAISANCE RÉAL-BOUVIER LE CONSEIL DÉCRÈTE CE QUI SUIT : 1. Il est

Plus en détail

Il existe trois types de formulaires de «Déclaration du demandeur ou du titulaire», selon que le demandeur ou le titulaire est :

Il existe trois types de formulaires de «Déclaration du demandeur ou du titulaire», selon que le demandeur ou le titulaire est : Guide explicatif pour remplir la «Déclaration du demandeur ou du titulaire» contenant les renseignements exigés en vertu de l article 115.8 de la Loi sur la qualité de l environnement (L.R.Q., c. Q-2)

Plus en détail

Projet de modernisation de la législation sur les sociétés à responsabilité limitée

Projet de modernisation de la législation sur les sociétés à responsabilité limitée Projet de modernisation de la législation sur les sociétés à responsabilité limitée Table des matières Contexte 1 Modifications proposées à l assurance responsabilité exigée des SRL 1 Modifications complémentaires

Plus en détail

Présentation de la Régie du bâtiment du Québec. Licence

Présentation de la Régie du bâtiment du Québec. Licence Présentation de la Régie du bâtiment du Québec Licence Date: Janvier 2012 Notre mission Assurer la qualité des travaux de construction et la sécurité des personnes qui accèdent à un bâtiment, à un équipement

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE LA LOI SUR LES PRIVILÈGES DU GARAGISTE. L.R.T.N.-O. 1988, ch. G-1. (Mise à jour le : 15 mars 2012)

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE LA LOI SUR LES PRIVILÈGES DU GARAGISTE. L.R.T.N.-O. 1988, ch. G-1. (Mise à jour le : 15 mars 2012) CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE LA LOI SUR LES PRIVILÈGES DU GARAGISTE (Mise à jour le : 15 mars 2012) MODIFIÉE PAR LES LOIS DES TERRITOIRES DU NORD-OUEST SUIVANTES : L.T.N.-O. 1994, ch. 8, art. 79 [tel

Plus en détail

Règlementation municipale en matière d alarmes

Règlementation municipale en matière d alarmes Règlementation municipale en matière d alarmes ARTICLE 1 DÉFINITIONS Pour l interprétation du présent règlement, à moins que le contexte ne s y oppose, les mots et expressions suivants signifient et ce,

Plus en détail