Compte-rendu du Groupe de Travail Urbanisme du 6 juillet 2004

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compte-rendu du Groupe de Travail Urbanisme du 6 juillet 2004"

Transcription

1 juillet 2004 DAUE-CdF Compte-rendu du Groupe de Travail Urbanisme du 6 juillet 2004 Etaient présents : M. Pierre DUCOUT, député-maire de Cestas et président du groupe de travail, M. GALLAND, maire de Gergy, M. PUJOL, maire de Gagnac, Mme Isabelle Debats, adjoint au Maire de Suresnes, M. COMBE, adjoint au Maire de Juvignac, M. BOURGUET, adjoint au Maire du Vésinet, M. VARLET, responsable du droit des sols de la Ville de Lens, Mme SANTRAINE, rédacteur du droit des sols de la Ville de Lens Pour les services de l AMF: M. Philippe XAMBEU, Mme Geneviève RUMEAU, Mme Charlotte de FONTAINES Pour la DGUHC : M. Philippe BAFFERT Pour l Ordre des Géomètres-experts : M. BIBBOLET et M. FAVIER Pour la FNAU : Madame Isabelle BARREIRO, juriste de l IAURIF 1

2 1. La sécurité des autorisations d urbanisme En début de séance, M. DUCOUT a évoqué les travaux réalisés par la cellule technique de l AMF qui vont être utiles dans le cadre de la réflexion en cours sur les moyens de sécuriser les autorisations d urbanisme. Mme de FONTAINES, précise rapidement qu un groupe de travail est constitué à l initiative des ministères de l Equipement et de la Justice sur ce thème, et qu il est nécessaire d étudier des propositions pouvant lui être soumises. M. DUCOUT a rappelé la difficulté rencontrée par certains projets qui attendent systématiquement que le délai du recours contentieux soit purgé pour démarrer les travaux. Ces deux mois peuvent être pénalisants dans certains cas. M. PUJOL a noté qu un des problèmes majeurs est le développement des recours abusifs, et de la longueur des procédures qui nécessitent d attendre deux ans pour avoir une solution. En outre, même si le recours n est pas suspensif, un promoteur ne prend jamais de risques. M. DUCOUT a confirmé ce point de vue en soulignant que les établissements financiers veulent que les recours soient purgés avant d accepter de financer tout projet. M.BIBBOLET, a indiqué une autre difficulté, celle liée aux différents délais prévus pour pouvoir retirer les permis de construire. *** Après avoir présenté M. BAFFERT de la Direction Générale de l Urbanisme, de l Habitat et de la Construction (DGUHC), M. DUCOUT lui a donné la parole afin qu il apporte un complément d informations sur un certain nombre de projets du ministère de l Equipement. 2. L archéologie préventive M. BAFFERT a précisé la teneur d une réunion conjointe avec le ministère de la Culture le même jour : le calcul de la redevance devrait être modifié, notamment parce que le système actuel est beaucoup trop lourd pour les permis de construire. Le système de péréquation lui semble être le bon. Or, un projet de loi a été voté par l Assemblée nationale faisant de la redevance une taxe additionnelle à la TLE. Le ministère de la Culture est assez favorable à cette évolution. Mais le Sénat s y oppose, de même que le ministère de l Equipement, car ce système ne prend pas en compte certains bâtiments, les quais ou encore les parkings de grandes surfaces. Le Sénat souhaite préfère un système de calcul prenant en compte l emprise au sol du projet. M. DUCOUT s est interrogé sur la date d entrée en vigueur du nouveau système de calcul et si les réseaux entrent en ligne de compte. M. BAFFERT lui a indiqué que l on saurait vers le 20 juillet quel système aura été retenu avec une application immédiate proposée par son ministère est le choix pour les aménageurs entre un prélèvement libératoire ou le calcul fondé sur l emprise au sol de la construction). Quant aux réseaux, ils n entrent pas en ligne de compte. M. DUCOUT conclut en soulignant le système de calcul en fonction de l emprise au sol peut sembler acceptable pour le groupe de travail Urbanisme de l AMF. 2

3 3. La simplification du droit de l Urbanisme par ordonnance M. BAFFERT présente les trois points du projet de loi autorisant le gouvernement à modifier le droit par ordonnance qui concerne le droit de l urbanisme Les conditions de retrait des actes administratifs La jurisprudence a réglementé les conditions de retrait des actes administratifs exprès. C est notamment l arrêt du Conseil d Etat du 26 octobre 2001 Ternon qui prévoit qu un permis de construire peut être retiré dans un délai de 4 mois à compter de la signature de l arrêté. Tandis que les règles de retrait des décisions implicites sont définies par l'article 23 de la loi du 12 avril 2000 précitée, et identifient trois situations : - lorsque des mesures d'information des tiers ont été mises en œuvre, le délai de retrait est celui du recours contentieux ; - lorsqu'aucune mesure d'information des tiers n'a été mise en œuvre, le délai de retrait est de deux mois ; - lorsqu'un recours contentieux a été formé, le retrait peut s'exercer pendant toute la durée de l'instance. Ces distinctions rendent le système inapplicable. Le délai de quatre mois fixé par l arrêt Ternon pose problème en droit de l urbanisme car il ajoute un mois de plus à l incertitude et reporte d autant la réalisation du projet. En outre, le Conseil d Etat a souligné qu en droit comparé, la France est le seul pays à autoriser l annulation d actes administratifs créateurs de droit. Par exemple, il est possible de retirer un permis de construire 22 ans après si celui-ci n a pas été publié. M. BAFFERT précise que l idée est d unifier ces différentes procédures. Un groupe de travail est constitué avec le Conseil d Etat sur le sujet, dont les travaux devraient être soumis à l AMF. Une proposition pourrait être de fixer à 3 mois le délai de retrait, et de le prolonger à 4 mois en cas de recours gracieux. M. BAFFERT affirme que la DGUCH est prête à accueillir toutes les propositions sur ce sujet et qu une réunion aura lieu en septembre pour lancer la concertation Sur les secteurs sauvegardés M. BAFFERT précise que le Ministre de la Culture souhaite donner plus de place aux élus en cette matière. Pour les secteurs sauvegardés, les idées sont d accorder une plus grande responsabilité des élus et de créer une commission locale du secteur sauvegardé, qui devrait être présidée par le maire, ou coprésidée par le maire et un représentant du préfet. L accent est mis sur la déconcentration de la procédure de création d un secteur sauvegardé. Les plans de sauvegarde et de mise en valeur pourraient être publiés plus rapidement. En outre, il existe aujourd hui une procédure de délivrance d autorisation spéciale de travaux dans les secteurs sauvegardés. Il pourrait être envisagé de la ramener à une procédure de permis de construire ou d une autorisation de travaux, selon que l on touche à des éléments importants de l architecture ou non, en supprimant l autorisation spéciale de travaux. M. BAFFERT a rappelé que les observations des collectivités locales sur ces sujets sont attendues par le ministère. 3

4 3.3. Sur les actes d urbanisme en général Concernant le permis de construire, M. BAFFERT a évoqué les complexités actuelles du code de l urbanisme au sujet de sa délivrance. L idée est de simplifier la rédaction, en rédigeant : - un article qui prévoit les cas soumis à permis de construire, - un article qui prévoit les cas soumis à autorisation de travaux, - un article qui prévoit les cas soumis au contrôle de police du maire. Il est également envisagé de contrôler les changements de destination, même sans travaux, par le biais, par exemple, d une déclaration de changement de destination. M. DUCOUT a souligné que cela ressemble plus à une réécriture du code qu à un véritable changement. M. BAFFERT a précisé qu il y aurait une discussion sur ce qui sera soumis à permis de construire et inversement. Par exemple, les cirques seraient, selon lui, soumis à permis même pour 3 jours. L idée serait d exclure du champ du permis les constructions tout à fait provisoires et de les soumettre au contrôle de police du maire. En revanche, au-delà de 3 mois, la construction relèverait du permis de construire ou de la déclaration de travaux selon les cas. M. DUCOUT a souligné qu un délai de 3 mois est déjà suffisant pour que des personnes puissent s installer. M. BAFFERT a répondu que, pour les gens du voyage, un amendement au projet de loi sur le développement des territoires ruraux propose que les caravanes installées irrégulièrement ne puissent pas se raccorder à un compteur électrique. Cette proposition pose par ailleurs d autres problèmes notamment parce qu une installation sur un terrain privé ou avec l autorisation du propriétaire est régulière les trois premiers mois. C est pourquoi, l on s oriente, dans le débat au Sénat, vers la proposition suivante : serait interdit le raccordement électrique d un terrain pour lequel les documents d urbanisme ont prévu expressément l interdiction de l installation de caravanes, même pour 3 mois. En effet, un PLU peut empêcher dans certaines zones l installation de caravanes pour quelque durée que ce soit, lorsque des intérêts agricoles, paysagers, le justifient. Mais, là où il est légal d installer des caravanes, on voit mal comment leur raccordement peut être interdit. M. DUCOUT a rappelé également qu en tant que maire, l on est parfois amené à donner une autorisation pour l installation d un mobile-home (résidence mobile de loisir, selon la terminologie de la norme AFNOR) sur un terrain privé le temps de travaux par exemple. Il pourrait être intéressant de le prévoir de façon limitée. M. BAFFERT a ensuite développé les autres projets de simplification du code de l urbanisme. Il est envisagé de regrouper certaines autorisations d urbanisme. A titre d exemple, est-il nécessaire de séparer un permis de démolir d un permis de construire lorsque l on reconstruit. Egalement, faut-il déposer une autorisation de clôture en plus d une autorisation de travaux. En outre, un effort de réflexion devrait être fait sur la simplification des procédures d instruction des permis de construire notamment. Aujourd hui, le service instructeur dispose d un délai de 15 jours pour dire si le dossier est complet. A défaut, le délai du permis de construire tacite court si le pétitionnaire a mis en demeure le service instructeur de lui donner une réponse. 4

5 Souvent, ces procédures complexes sont ignorées. Il est aussi proposé de modifier les délais. Le pétitionnaire remettrait son dossier à la mairie et un délai d un mois serait laissé pour constater le caractère complet du dossier ou demander un délai supplémentaire pour l instruire. Le délai d instruction serait prédéterminé par la loi (2 ou 3 mois) et le délai du permis tacite partirait soit un mois après le dépôt du dossier, soit plus si un courrier dans ce délai réclame un temps supplémentaire. Il serait demandé un réel effort aux services instructeurs pour réduire les délais d instruction. Des efforts sont déjà menés pour simplifier les formulaires. M.BIBBOLET a rappelé que parfois l administration dans les dossiers de lotissement, demande au pétitionnaire de modifier le programme de lotissement ce qui a pour conséquence un allongement important des délais. M. BAFFERT a précisé que théoriquement, l administration doit rédiger le dit projet de règlement, et donc qu il ne devrait pas être une source d allongement des délais. En réponse à M. BIBBOLET qui en a souligné le caractère un peu abusif, M. BAFFERT a recommandé pour les opérations complexes une rencontre en amont entre le pétitionnaire et la commune pour vérifier que les deux parties sont d accord sur le projet. En tout état de cause, pour les cas les plus complexes, un délai supplémentaire d un mois pourrait être octroyé pour l instruction. M. DUCOUT a souligné l importance dans le décompte de «neutraliser» les mois de juillet et d août. En effet, les propositions de simplification semblent acceptables à condition de ne pas comptabiliser certains mois, comme cela peut être le cas pour les enquêtes publiques. M. BAFFERT a précisé que ces mois ne sont pas juridiquement neutralisés. M. PUJOL a demandé s il est envisagé de supprimer l obligation de l avis de l Architecte des Bâtiments de France pour la délivrance des permis tacites. M. BAFFERT a répondu par la négative mais a fait observer que s il est légitime de refuser un permis de construire tacite quand l avis de la commission de sécurité fait défaut, cela l est moins lorsque c est l avis de l ABF qui manque. Cette question pourrait être étudiée. M DUCOUT a souligné que les retards de procédures d instruction des permis de construire résulte souvent de l obtention des différents avis (service sécurité et incendie, ABF ). Mme DEBATS a indiqué qu à Suresnes, il est quasi systématiquement imposé au pétitionnaire de faire procéder à un sondage car la ville est en zone de carrière. M. BAFFERT a estimé que de telles prescriptions systématiques seraient abusives. M. DUCOUT a abordé enfin la question de la suppression du certificat de conformité et a cité l exposé des motifs du projet de loi qui précise que le maire pourrait proposer le mode de contrôle. M. BAFFERT a précisé l objet de la réflexion en cours : comment assurer une vraie sécurité à toutes les parties, car il paraît inadmissible qu un permis de construire puisse être attaqué plusieurs années 5

6 après l achèvement de la construction. Cela pose d ailleurs des problèmes aux investisseurs étrangers qui connaissent cette fragilité. M. DUCOUT a rappelé l importance du certificat de conformité qui permet que les constructeurs soient mieux contraints de respecter le permis de construire. M. BAFFERT a fait remarquer que les certificats de conformité sont parfois en décalage avec la réalité et faits sur simple déclaration du pétitionnaire. L idée ne serait pas de supprimer le contrôle à la fin des travaux, mais d améliorer la situation existante : aujourd hui, lorsque la commune ne répond pas dans le délai de 2 mois après la déclaration d achèvement des travaux, un certificat de conformité tacite est délivré. La proposition serait la suivante : le pétitionnaire dépose la déclaration d achèvement des travaux à la mairie. Ensuite, soit le maire constate dans un délai de 2 ou 3 mois le cas échéant, la non-conformité au permis de construire et en ce cas, oblige le pétitionnaire à y remédier, par exemple par le dépôt d un permis de construire modificatif si cela est possible, soit le maire ne se déplace pas pour constater la conformité. En ce cas, un «certificat de conformité» tacite ne serait pas délivré mais une «noncontestation de conformité». Cela n empêche pas le maire d aller constater la conformité des travaux aux prescriptions du permis de construire. Au niveau de la responsabilité du maire : quand ce dernier ne dit rien, cela ne signifierait pas pour autant qu il atteste de la conformité de la construction, mais simplement qu il ne la conteste pas ; sa responsabilité ne serait pas engagée. Et, du point de vue contentieux, il ne serait plus possible de contester le permis de construire si cela n a pas été fait pendant le chantier, dans un délai de 2 (ou 3) mois après l achèvement des travaux. Le mode de preuve de l achèvement des travaux serait le dépôt en mairie de la déclaration d achèvement des travaux, non contestée par le maire. M. DUCOUT en a conclu que ce système devrait permettre aux entrepreneurs d être assurés que le projet est «sécurisé», de même pour les notaires qui disposeraient d un certificat donnant une vraie garantie tandis que le maire aurait autant de pouvoirs et moins de responsabilités. M. XAMBEU est intervenu pour rappeler que si le problème posé est celui de la mise en jeu de la responsabilité pénale du maire, le système exposé ne modifiera strictement rien. M. BAFFERT a répondu qu effectivement, il ne s agit pas de la responsabilité pénale du maire, mais bien de la responsabilité administrative puisque le certificat de conformité permet de vérifier si la construction est conforme en terme de hauteur, couleur, etc ces questions n engageant évidemment pas la responsabilité pénale du maire. M. DUCOUT a souligné un avantage de la formule proposée : avant, le certificat pouvait attester de la conformité de la construction même en cas de dépassement de 15 centimètres par exemple, au titre d une certaine tolérance de la part du maire, et qui n était pas toujours légale par rapport aux prescriptions du POS. Désormais, l attestation de non-contestation permettrait de ne pas s opposer à la réalisation pour un léger décalage sans que cela constitue une atteinte réelle au POS puisqu il n est pas attesté que la construction y est conforme. L idée semble plutôt bonne, même si elle est mal rédigée dans l exposé des motifs qui indique que le maire «peut» choisir son mode de contrôle. Il serait préférable de dire que le maire a le pouvoir de contrôler la conformité sans en avoir l obligation. M. BAFFERT a réaffirmé qu en tout état de cause, cela ne diminue pas la possibilité pour les maires de contester la conformité des constructions aux prescriptions du permis de construire. 6

7 4. Sur la sécurité juridique M. BAFFERT a rappelé qu une réflexion est menée sur les moyens de sécuriser les autorisations d urbanisme, dont certains points pourront être réglés par l ordonnance évoquée précédemment. Il a précisé qu il n est pas question de diminuer les possibilités de recours des administrés, l idée étant plutôt de diminuer les points d accrochage notamment dans la procédure. Il est ainsi nécessaire de limiter les recours pour vices de forme sans intérêt. La jurisprudence existante du Conseil d Etat sur les possibilités de régularisation des autorisations d urbanisme en cours de procédure doit être également renforcée. Par exemple, pour un permis de construire délivré sans l avis de l ABF, le Conseil d Etat vient de décider récemment qu il pouvait être régularisé par l intervention dudit avis en cours de procédure. Doit aussi être rendue possible la régularisation au cours de l appel de l acte annulé en première instance. Egalement, les questions de délai doivent être améliorées et les règles spéciales au contentieux de l urbanisme évitées. Et, il serait bon d essayer d éviter les conflits entre les tribunaux, car il est fréquent de voir le juge pénal interpréter le code de l urbanisme dans un sens qui lui est tout à fait propre. Pour cela, il faudrait réfléchir à une extension de l article L du code de l urbanisme qui dispose que «lorsqu une construction a été édifiée conformément à un permis de construire, le propriétaire ne peut être condamné par un tribunal de l ordre judiciaire du fait de la méconnaissance des règles d urbanisme ou des servitudes d utilité publique que si, préalablement, le permis a été annulé pour excès de pouvoir ou son illégalité a été constatée par la juridiction administrative ( )». M. XAMBEU a rappelé qu il existe de grosses réticences sur le sujet. Enfin, M. BAFFERT a évoqué les condamnations pour recours abusifs, et l éventuelle possibilité pour le juge administratif de condamner les requêtes abusives au paiement d une indemnité civile en plus de celle fixée par le code de justice administrative. En outre, la question se pose, et particulièrement aux élus, de savoir s il faut limiter les possibilités de transaction, ou s il faut demander au juge des référés de valider ces transactions. 5. Le projet de décret relatif à l évaluation des incidences sur l environnement des documents d urbanisme et modifiant le code de l urbanisme (transposition de la directive plans et programmes) M. BAFFERT a expliqué l origine du décret. La directive 2001/42/CE du 27 juin 2001, relative à l évaluation des incidences de certains plans et programmes sur l environnement a été transposée par ordonnance le 5 juin Elle doit être complétée par deux décrets en Conseil d Etat : un décret général qui établit la liste des plans et programmes devant faire l objet d une évaluation environnementale et un décret applicable aux documents d urbanisme. 7

8 L idée est de prévoir une étude environnementale pour un certain nombre de documents. Ce projet de décret ne modifie pas beaucoup les choses, puisqu en urbanisme, les problèmes d environnement sont déjà pris en compte, selon le Conseil d Etat, dans les documents d urbanisme. Mme BARREIRO a souligné que ce n était pas le cas pour les Schémas de la région Ile-de- France (SDRIF). M. BAFFERT a précisé que pour les documents tels que les SCOT, PLU, etc cette directive et le projet de décret qui en découle n apportent que des contraintes strictement procédurales en plus. Une obligation supprimée est cependant réintégrée, qui avait été supprimée : les documents inférieurs doivent justifier de leur compatibilité avec les documents supérieurs. Le retour de cette obligation a pour conséquence de chercher à limiter les documents soumis à cette directive. Le projet de décret cite de façon exhaustive les documents qui y sont soumis. En outre, l avis d une autorité administrative indépendante doit être sollicité sur les études environnementales menées sur lesdits documents. Le ministère de l Environnement propose que cette autorité soit la DIREN, tandis que le ministère de l Equipement opte pour le Préfet, qui est toujours saisi pour avis sur ces types de documents. Il déciderait ou non de saisir la DIREN, selon les cas. Par ailleurs, il a été obtenu que les PLU ne soient pas soumis à cette étude d environnement lorsqu ils sont inscrits dans un SCOT qui lui-même a déjà fait l objet d une telle analyse. D où, il est conseillé pour les SCOT en cours de l élaboration d anticiper en réalisant l étude d environnement, afin que, par la suite, tous les PLU en soient dispensés, avec cependant une seule exception : lorsque le PLU prévoit des travaux dans une zone Natura M. GALLAND s est interrogé sur la pertinence d un avis de la DIREN. Il évoque en effet, que, dans son département, la DIREN vient de remettre en cause la carte des zones inondables et par voie de conséquence les PLU sans que l opportunité d une telle modification soit avérée. M. BAFFERT a fait observer que la valeur juridique d une telle carte est nulle. Toutefois, il est utile et nécessaire de vérifier le caractère pertinent des modifications formulées par la DIREN pour voir si elles correspondent à la réalité ou non. Si oui, cela peut entraîner des difficultés pour les maires qui n auraient pas suivi ses prescriptions. Revenant au contenu même du projet de décret, M. BAFFERT a cité les cas des PLU hors SCOT qui seront toujours soumis à étude environnementale (lorsque la superficie du territoire est d une superficie supérieure ou égale à 5000 hectares et comprenant une population supérieure ou égale à habitants ; lorsque les PLU prévoient des créations de zones U et AU dans des secteurs agricoles ou naturels, d une superficie totale supérieure à 200 hectares, 8

9 ou supérieure à 50 hectares, pour les communes littorales ; et pour les PLU en zone de montagne prévoyant la réalisation d UTN d une SHON supérieure à m², ou prévoyant des équipements particuliers et d un certain débit pour la pratique du ski). M. DUCOUT s est interrogé sur ce qu il allait advenir des SCOT qui n avaient pas pris en compte le décret. M. BAFFERT lui a indiqué qu ils ne seront pas illégaux mais que la prochaine révision complète devra intégrer les dispositions de la directive transposée. M DUCOUT s étant fait préciser que les PLU «dépendant» de ces SCOT, devront mener l étude environnementale, a proposé que des révisions partielles simplifiées des SCOT puissent être engagées sur ce point. M. BAFFERT lui a rappelé qu aujourd hui, rien ne l interdit, et que, par ailleurs, la volonté du ministère de l Equipement est toujours de convaincre les communes en milieu rural de créer des SCOT dits «ruraux», sans qu il y ait nécessité d intégrer des grandes villes, afin de les doter de moyens supplémentaires, notamment pour réfléchir aux questions relevant de la politique environnementale. M. DUCOUT a clos la séance en remerciant M. BAFFERT pour tous les éclaircissements qu il a bien voulu apporter au groupe de travail. 9

Francis Polizzi, Sous-directeur du permis de construire et du paysage de la rue, Ville de Paris

Francis Polizzi, Sous-directeur du permis de construire et du paysage de la rue, Ville de Paris Le caractère exécutoire des décisions prises par le maire sur les demandes d autorisation d urbanisme, la transmission au préfet de ces décisions et le contrôle de légalité. Francis Polizzi, Sous-directeur

Plus en détail

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme Avril 2006 Note d information juridique Agence d Urbanisme du Territoire de Belfort Centre d Affaires des 4 As BP 107-90002 Belfort Cedex Tél : 03 84 46 51 51 - Fax : 03 84 46 51 50 Courriel : autb@autb.asso.fr

Plus en détail

Présentation La réforme des autorisations d urbanisme

Présentation La réforme des autorisations d urbanisme Présentation La réforme des autorisations d urbanisme 26 janvier 2007 1 UNE REFORME : - issue de l ordonnance du 8 décembre 2005 - applicable aux demandes d autorisation déposées après le 1er octobre 2007

Plus en détail

Des formulaires-types de récépissés sont disponibles en suivant ce lien : http://www2.equipement.gouv.fr/formulaires/fic_pdf/13409pcpartie1.

Des formulaires-types de récépissés sont disponibles en suivant ce lien : http://www2.equipement.gouv.fr/formulaires/fic_pdf/13409pcpartie1. 1 / 04/2014 Département Ville Urbanisme et Habitat NF/JM 07.09.242 FORMALITES A ACCOMPLIR PAR LES COMMUNES EN QUALITE DE GUICHET UNIQUE DURANT LE PREMIER MOIS A COMPTER DE LA RECEPTION D UN DOSSIER DE

Plus en détail

«Quelques Réflexions sur...»

«Quelques Réflexions sur...» Numéro 14 Mars 2007 «Quelques Réflexions sur...» La Lettre de la Société et N. Sarkozy Le décret du 5 janvier 2007 : les contours du nouveau régime juridique applicable aux autorisations d urbanisme (2

Plus en détail

A quoi est soumis l aménagement d un garage en studio? Est-ce un changement de destination?

A quoi est soumis l aménagement d un garage en studio? Est-ce un changement de destination? A quoi est soumis l aménagement d un garage en studio? Est-ce un changement de destination? La transformation d un garage attenant à une habitation ne constitue pas un changement de destination en vertu

Plus en détail

Diaporama. présentation de la réforme

Diaporama. présentation de la réforme Diaporama présentation de la réforme Sommaire 1. Les réflexions qui ont précédé la réforme 2. Les textes de la réforme 3. Les objectifs de la réforme 3.1 Clarifier le rôle de l urbanisme 3.2 Améliorer

Plus en détail

Présentation en quatre parties :

Présentation en quatre parties : Présentation en quatre parties : 1. Les objectifs de la réforme - DDE 2. Les CU et les divisions du sol - Géomètres 3. Les délais et les procédures - DDE 4. Les contrôles de conformité - Notaires Une réforme

Plus en détail

Le PCS ne peut intervenir que si le projet est élaboré par un architecte ou une société d architecture.

Le PCS ne peut intervenir que si le projet est élaboré par un architecte ou une société d architecture. Propositions pour la création d un PC simplifié Le permis de construire simplifié (PCS) Cette autorisation d urbanisme ne concernera que le marché des particuliers (locaux à usage d habitation exclusivement)

Plus en détail

Une réforme attendue

Une réforme attendue 1 Introduction Une réforme attendue 2 000 000 d actes d urbanisme par an Une législation très touffue et complexe Source d insécurité pour les porteurs de projet et les communes Critique unanime des usagers

Plus en détail

L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie

L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie Suite à la Loi n 2008-776 du 4 août 2008 de Modernisation de l Economie (plus particulièrement ses articles 102 et 105) qui a modifié

Plus en détail

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité)

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Présentation : Réunion ADS du 10 avril 2008 1 Les recours à l égard des permis (permis de construire, permis de démolir, permis d aménager)

Plus en détail

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 6 : Instruction et motivation des demandes de dérogation 1. Instruction des demandes de permis de

Plus en détail

La réforme du permis de construire

La réforme du permis de construire La réforme du permis de construire Les textes de la réforme Les textes de la réforme L ordonnance du 8 décembre 2005 relative aux permis de construire et aux autorisations d urbanisme Le décret du 5 janvier

Plus en détail

Constructibilité en zones agricole et naturelle

Constructibilité en zones agricole et naturelle Constructibilité en zones agricole et naturelle La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) a modifié l article L. 123-1- 5 du code de l urbanisme pour y insérer de nouvelles dispositions

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

Compte-rendu du Groupe de Travail Urbanisme du 20 octobre 2004

Compte-rendu du Groupe de Travail Urbanisme du 20 octobre 2004 Novembre 2004 DAUE-CdF Compte-rendu du Groupe de Travail Urbanisme du 20 octobre 2004 Etaient présents : M. Pierre DUCOUT, député-maire de Cestas et président du groupe de travail M. MAZEYROLLES, premier

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

GESTION DES AUTORISATIONS D URBANISME EN SITE CLASSE. - les canalisations, lignes ou câbles souterrains

GESTION DES AUTORISATIONS D URBANISME EN SITE CLASSE. - les canalisations, lignes ou câbles souterrains GESTION DES AUTORISATIONS D URBANISME EN SITE CLASSE QUESTIONS Qui est compétent pour autoriser les travaux en site classé? REPONSES - Le préfet, pour des travaux limités, après avis de l architecte des

Plus en détail

«Quelques Réflexions sur...»

«Quelques Réflexions sur...» Numéro 13 Février 2007 «Quelques Réflexions sur...» La Lettre de la Société et N. Sarkozy Le décret du 5 janvier 2007 : les contours du nouveau régime juridique applicable aux autorisations d urbanisme

Plus en détail

RÉFORME DES AUTORISATIONS D URBANISME

RÉFORME DES AUTORISATIONS D URBANISME INFORMATIONS JURIDIQUES J 14 Mutuelle des architectes français assurances OCTOBRE 2007 ANNULE ET REMPLACE LA FICHE J 14 DE FÉVRIER 1998 RÉFORME DES AUTORISATIONS D URBANISME La réforme des autorisations

Plus en détail

visant à modifier les dispositions relatives à l accueil et l habitat des gens du voyage

visant à modifier les dispositions relatives à l accueil et l habitat des gens du voyage ASSEMBLÉE NATIONALE - QUATORZIÈME LÉGISLATURE PROPOSITION DE LOI visant à modifier les dispositions relatives à l accueil et l habitat des gens du voyage Présentée par : Madame Annie Genevard Députée Exposé

Plus en détail

Didier LINOTTE Professeur Agrégé de Droit Public Avocat aux barreaux de Grasse et Paris Ancien Recteur

Didier LINOTTE Professeur Agrégé de Droit Public Avocat aux barreaux de Grasse et Paris Ancien Recteur Didier LINOTTE Professeur Agrégé de Droit Public Avocat aux barreaux de Grasse et Paris Ancien Recteur Sophia-Antipolis Hermès Center 1609 Chemin de Saint-Bernard BP 213 06227 Vallauris Tel: +33(0)4 97

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative au caractère discriminatoire des mentions faisant référence aux absences pour raisons de santé sur les bulletins

Plus en détail

Instruction relative à l application de l ancien article 9,3 et de l article 9bis de la loi sur les étrangers.

Instruction relative à l application de l ancien article 9,3 et de l article 9bis de la loi sur les étrangers. Instruction relative à l application de l ancien article 9,3 et de l article 9bis de la loi sur les étrangers. Certaines situations «humanitaires» spécifiques peuvent justifier l octroi d une autorisation

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 14LY00293 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre - formation à 3 M. MESMIN d ESTIENNE, président Mme Aline SAMSON DYE, rapporteur M. DURSAPT, rapporteur public SCP PASCAL-VERRIER,

Plus en détail

DDE 77 / Sandrine GOMEL SDUC/ Bureau Contentieux et Expertise Juridique ACTUALITE JURISPRUDENTIELLE EN MATIERE D URBANISME

DDE 77 / Sandrine GOMEL SDUC/ Bureau Contentieux et Expertise Juridique ACTUALITE JURISPRUDENTIELLE EN MATIERE D URBANISME DDE 77 / Sandrine GOMEL SDUC/ Bureau Contentieux et Expertise Juridique ACTUALITE JURISPRUDENTIELLE EN MATIERE D URBANISME Journée ADS 11 Décembre 2007 Flash sur 3 arrêts rendus en 2007 Permis de construire

Plus en détail

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318 FICHE 19 Références LEXIQUE JURIDIQUE A ACTE EXTRA-JUDICIAIRE Acte établi généralement par un huissier. Par exemple, un commandement de payer. ACTION EN JUSTICE Pouvoir de saisir la justice. ACTION PUBLIQUE

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES ASSURANCES : - PREVENTION ET INFORMATION JURIDIQUES - DEFENSE AMIABLE DES INTERETS - DEFENSE JUDICIAIRE DES INTERETS Les présentes conditions particulières

Plus en détail

Droit de l urbanisme

Droit de l urbanisme Master 1 DROIT/AES Examens du 1 er semestre 2014/2015 Session 1 Droit de l urbanisme David GILLIG QUESTIONS A CHOIX MULTIPLES Veuillez répondre aux questions ci-dessous en utilisant la grille qui vous

Plus en détail

OCCUPATIONS ILLICITES DE TERRAINS PAR LES GENS DU VOYAGE

OCCUPATIONS ILLICITES DE TERRAINS PAR LES GENS DU VOYAGE PROCÉDURES D EXPULSIONS OCCUPATIONS ILLICITES DE TERRAINS PAR LES GENS DU VOYAGE PRÉFET DE SEINE-ET-MARNE SOMMAIRE PROCÉDURE NORMALE DE DROIT COMMUN > La procédure juridictionnelle > La procédure administrative

Plus en détail

L application de la réforme : questions/réponses. DDE Saône-et-Loire - SDT Urbanisme - 2 avril 2008 1

L application de la réforme : questions/réponses. DDE Saône-et-Loire - SDT Urbanisme - 2 avril 2008 1 L application de la réforme : questions/réponses DDE Saône-et-Loire - SDT Urbanisme - 2 avril 2008 1 Vos questions. 1- Modalités pour détacher des terrains à bâtir? 2- Composition des dossiers d urbanisme?

Plus en détail

ANNEXE 32 - FORMULAIRE E SAISINE DU FONCTIONNAIRE DELEGUE (1) DECISION - D'OCTROI - DE REFUS - DU PERMIS D'URBANISATION

ANNEXE 32 - FORMULAIRE E SAISINE DU FONCTIONNAIRE DELEGUE (1) DECISION - D'OCTROI - DE REFUS - DU PERMIS D'URBANISATION ANNEXE 32 - FORMULAIRE E SAISINE DU FONCTIONNAIRE DELEGUE (1) DECISION - D'OCTROI - DE REFUS - DU PERMIS D'URBANISATION Le Fonctionnaire délégué, Vu le Code wallon de l'aménagement du Territoire, de l'urbanisme,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme 1 PREAMBULE Quelques dates pour situer la réforme du permis de construire 2 Le permis de construire en quelques dates 1852 : décret relatif

Plus en détail

L achèvement des travaux

L achèvement des travaux L achèvement des travaux Francis Polizzi, Sous-directeur du permis de construire et du paysage de la rue, Ville de Paris Introduction 1-Le nouveau régime est applicable aux constructions achevées à compter

Plus en détail

ANNEXE 14 - FORMULAIRE P RECOURS AU GOUVERNEMENT WALLON (1) DECISION - D'OCTROI - DE REFUS - DU PERMIS D'URBANISATION

ANNEXE 14 - FORMULAIRE P RECOURS AU GOUVERNEMENT WALLON (1) DECISION - D'OCTROI - DE REFUS - DU PERMIS D'URBANISATION ANNEXE 14 - FORMULAIRE P RECOURS AU GOUVERNEMENT WALLON (1) DECISION - D'OCTROI - DE REFUS - DU PERMIS D'URBANISATION Le Ministre, Vu le Code wallon de l'aménagement du Territoire, de l'urbanisme, du Patrimoine

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN F D

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN F D TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN F D N 1202461 SCI DU PONT DE CABOURG M. Lauranson Rapporteur M. Cheylan Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Caen

Plus en détail

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 1 Obligation de négocier au niveau des branches... 3 2 Durée minimale de travail... 3 2.1 Dérogations...

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/08/2012 COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 09LY01834 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre - formation à 3 M. FONTANELLE, président M. Pierre Yves GIVORD, rapporteur Mme SCHMERBER, rapporteur

Plus en détail

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Préambule La vidéo protection est un outil de gestion de l espace public au service

Plus en détail

L accueil. des gens du voyage. direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction LOI DU 5 JUILLET 2000

L accueil. des gens du voyage. direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction LOI DU 5 JUILLET 2000 direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction LOI DU 5 JUILLET 2000 L accueil des gens du voyage Ministère de l'équipement, des Transports et du Logement direction générale de l

Plus en détail

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX LA RÉFORME DE L ARTICLE 1843-4 DU CODE CIVIL : BRIS DE JURISPRUDENCE ET REGAIN DE LA LIBERTÉ CONTRACTUELLE

Plus en détail

LE PERMIS DE CONSTRUIRE

LE PERMIS DE CONSTRUIRE Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LE PERMIS DE CONSTRUIRE Acte administratif unilatéral permettant à l administration d autoriser une construction nouvelle, la reconstruction d un bâtiment démoli

Plus en détail

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ;

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ; Convention entre l Etat et l établissement d enseignement relative aux prêts ne portant pas intérêt destinés aux formations à la conduite de véhicules de catégorie B et à la sécurité routière Vu le code

Plus en détail

TEXTE ADOPTE no 511 Petite loi ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIEME LEGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 1999-2000 23 mai 2000 PROJET DE LOI ADOPTE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE EN NOUVELLE

Plus en détail

Lettre d actualité de l urbanisme

Lettre d actualité de l urbanisme n 20 février 2014 Lettre d actualité de l urbanisme de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer du Calvados Sommaire 1. Performance énergétique et permis de construire : extension de l

Plus en détail

PERMIS DE CONSTRUIRE ET LOTISSEMENT

PERMIS DE CONSTRUIRE ET LOTISSEMENT PERMIS DE CONSTRUIRE ET LOTISSEMENT Le Permis de Construire (PC) et le lotissement sont deux outils de planification urbaine qui touchent plus particulièrement la construction. Ces deux outils ont émergé

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2014 SEPTEMBRE N 752 LOI ALUR TROISIEME PARTIE : COPROPRIETE Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre Droit immobilier Droit de la construction

Plus en détail

LA LOI «ENL» L URBANISME

LA LOI «ENL» L URBANISME LA LOI «ENL» ET L URBANISME Dans le prolongement des travaux de la commission Pelletier, la loi n 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement national pour le logement dite «ENL» se veut dans le champ

Plus en détail

C dc COUR DES COMPTES RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE

C dc COUR DES COMPTES RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE N 61 Ville de Genève Département des finances et du : Audit de légalité et de gestion de la rapport publié le 14 décembre 2012 La Cour a émis 11 recommandations, toutes acceptées spontanément par l audité.

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT

FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT On attendait la création d un CHSCT central pérenne, sur le modèle des comités d établissements et du comité central d entreprise, finalement il faudra se contenter

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE L URBANISME

GUIDE PRATIQUE DE L URBANISME GUIDE PRATIQUE DE L URBANISME VOTRE PROJET EN QUELQUES QUESTIONS 1. VOTRE PROJET EST-IL REALISABLE 2. QUELS TRAVAUX DECLARER 3. COMMENT DECLARER VOTRE PROJET 4. QUAND COMMENCER LES TRAVAUX 5. QUE FAIRE

Plus en détail

Compte rendu n 1 de la Réunion du 07/10/14 COMMISSION PERMIS DE CONSTRUIRE

Compte rendu n 1 de la Réunion du 07/10/14 COMMISSION PERMIS DE CONSTRUIRE Secteur Commission Mandat Avril 2014 Avril 2020 Rédacteur : Laurent BACH (3 ème Adjoint) Saint Sauveur-sur-Ecole, le 07/10/14 Compte rendu n 1 de la Réunion du 07/10/14 COMMISSION PERMIS DE CONSTRUIRE

Plus en détail

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc.

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 11 mars 2005 Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 2004) Introduction Tous les produits de construction

Plus en détail

Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25282 Non publié au bulletin Rejet

Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25282 Non publié au bulletin Rejet Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25282 Non publié au bulletin Rejet Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Plus en détail

GARANTIE PERMIS DE CONSTRUIRE

GARANTIE PERMIS DE CONSTRUIRE GARANTIE PERMIS DE CONSTRUIRE Plan de la présentation Présentation du dispositif existant Retour d expérience Présentation du nouveau dispositif 2/15 L objectif visé par le contrat «permis de construire»

Plus en détail

TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 REPUBLIQUE FRANÇAISE. Conflit positif AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 REPUBLIQUE FRANÇAISE. Conflit positif AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 Conflit positif Préfet de la Région Alpes Côte d Azur, Préfet des Bouches-du-Rhône Société B. c/ E. REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE TRIBUNAL DES CONFLITS

Plus en détail

Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option pour le prélèvement libératoire

Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option pour le prélèvement libératoire CE, 24 octobre 2014, n 366962 Assurance vie - Rachat -Prélèvement libératoire - Option - Irrévocabilité (oui) - Après l encaissement des revenus (non) Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option

Plus en détail

Projet du Code de l Investissement

Projet du Code de l Investissement République Tunisienne Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Projet du Code de l Investissement Version préliminaire 22 mai 2015 Article1premier. TITRE PREMIER.

Plus en détail

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi n 91-14 du 11 février 1991 Article Premier Il est institué un Médiateur de la République, autorité indépendante qui reçoit, dans les conditions

Plus en détail

PRESENTATION DU 26-6-2012 AU SYNDICAT DES ARCHITECTES

PRESENTATION DU 26-6-2012 AU SYNDICAT DES ARCHITECTES PRESENTATION DU 26-6-2012 AU SYNDICAT DES ARCHITECTES «LES DERNIERES REFORMES EN MATIERE D URBANISME» DIRECTION DU DEVELOPPEMENT URBAIN SERVICE DES AUTORISATIONS D URBANISME LE LOTISSEMENT TEXTES Ordonnance

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 7526-C

Secrétariat du Grand Conseil PL 7526-C Secrétariat du Grand Conseil PL 7526-C Date de dépôt: 10 avril 2006 Messagerie Rapport de la Commission ad hoc sur le personnel de l'etat chargée d'étudier le projet de loi de MM. Pierre Vanek, Jean Spielmann,

Plus en détail

Inrap / Procédures réglementaires

Inrap / Procédures réglementaires Procédures réglementaires DIAGNOSTIC Étape 1 Prescription Sont présumés faire l objet de prescriptions archéologiques préalablement à leur réalisation tous les projets d aménagements affectant ou susceptibles

Plus en détail

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard sont-ils

Plus en détail

Règlement de citation du site patrimonial du Phare de Pointe Mitis

Règlement de citation du site patrimonial du Phare de Pointe Mitis PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE MÉTIS-SUR-MER RÈGLEMENT NUMÉRO 13-83 Règlement de citation du site patrimonial du Phare de Pointe Mitis CONSIDÉRANT QU en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel (LRQ, c.

Plus en détail

Raccordements électriques : les conséquences de la réforme du code de l urbanisme et de la loi électricité par les lois SRU UH

Raccordements électriques : les conséquences de la réforme du code de l urbanisme et de la loi électricité par les lois SRU UH Raccordements électriques : les conséquences de la réforme du code de l urbanisme et de la loi électricité par les lois SRU UH Le contexte politique Le législateur cherche la cohérence entre le droit de

Plus en détail

Le CHSCT et la nouvelle instance de coordination dans la loi sur l emploi

Le CHSCT et la nouvelle instance de coordination dans la loi sur l emploi Relations collectives Décembre 2013 Le CHSCT et la nouvelle instance de coordination dans la loi sur l emploi Le droit des CHSCT a été modifié par la loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin

Plus en détail

Vers de nouvelles modalités d instruction et de facturation des raccordements au réseau public de distribution d électricité

Vers de nouvelles modalités d instruction et de facturation des raccordements au réseau public de distribution d électricité Vers de nouvelles modalités d instruction et de facturation des raccordements au réseau public de distribution d électricité 1 Le raccordement jusqu à présent Jusqu à présent, un raccordement au réseau

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

Réforme des autorisations d Urbanisme

Réforme des autorisations d Urbanisme Réforme des autorisations d Urbanisme Entrée en vigueur le 1er octobre 2007 L essentiel de la réforme réside dans : - le regroupement des procédures fusionnées en 3 permis et une déclaration préalable

Plus en détail

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission 2 février 2010 Commission des lois Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission NB : Les amendements enregistrés

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

Suppression de l autorisation de sortie de territoire pour les mineurs

Suppression de l autorisation de sortie de territoire pour les mineurs Suppression de l autorisation de sortie de territoire pour les mineurs Mise à jour le 27/03/2013 C e document qui permettait à un enfant de circuler dans certains pays sans être accompagné de ses parents

Plus en détail

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER le PARCOURS de vente Offre d achat, promesse de vente, compromis de vente www.notaires.paris-idf.fr Le parcours de vente La vente d un bien immobilier est presque toujours précédée d un «avantcontrat»

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à des observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Droits des usagers des services

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

droit Le mémento des marchés privés de travaux rives Intervenants, passation & exécution 2 e édition Patricia Grelier Wyckoff

droit Le mémento des marchés privés de travaux rives Intervenants, passation & exécution 2 e édition Patricia Grelier Wyckoff droit Le mémento des marchés privés de travaux rives Intervenants, passation & exécution Patricia Grelier Wyckoff 2 e édition TABLE DES MATIÈRES 1. Les maîtres d ouvrage 1 1.1. La maîtrise d ouvrage...

Plus en détail

Ministère de la Justice Direction générale des services de justice

Ministère de la Justice Direction générale des services de justice Ministère de la Justice Direction générale des services de justice Médiation à la Division des petites créances Guide de fonctionnement à l intention des médiateurs Octobre 2003 (mise à jour octobre 2014)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail

Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail les infos DAS - n 051 7 avril 2015 Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail Les entreprises se trouvant régulièrement confrontées à des cas d infraction routières

Plus en détail

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la fonction publique Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C Le ministre de la fonction publique à

Plus en détail

FICHE PRATIQUE 02 LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS LES RÈGLES SPÉCIFIQUES

FICHE PRATIQUE 02 LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS LES RÈGLES SPÉCIFIQUES LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS LES RÈGLES SPÉCIFIQUES FICHE PRATIQUE 02 LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS QUELLES SONT LES RÈGLES À SUIVRE POUR L'ÉLABORATION DE VOTRE PROJET

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

2. DROIT DE PREEMPTION P.

2. DROIT DE PREEMPTION P. SOMMAIRE 1. PLANIFICATION P. 2 - Un PLU est exécutoire même en l absence de publication au recueil des actes administratifs de la délibération l approuvant 2. DROIT DE PREEMPTION P. 2 - L avis des domaines

Plus en détail

Comprendre les régimes de protections particulières

Comprendre les régimes de protections particulières détaillé Partie 1 Réf. Internet Les documents de référence en matière de planification et d'organisation de l'espace Pages Connaître la réglementation générale des sols Appréhender l organisation du droit

Plus en détail

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme 1 La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme Présentation générale de la réforme Information aux Maires Introduction Une réforme à la fois technique et politique Une réforme, fruit

Plus en détail

Certificat d urbanisme

Certificat d urbanisme MINISTÈRE CHARGÉ Demande de Certificat d urbanisme N 13410*02 1/4 Vous pouvez utiliser ce formulaire pour : Connaître le droit de l urbanisme applicable sur un terrain Savoir si l opération que vous projetez

Plus en détail

COUR ADMINISTRATIVE D'APPEL DE MARSEILLE

COUR ADMINISTRATIVE D'APPEL DE MARSEILLE COUR ADMINISTRATIVE D'APPEL DE MARSEILLE N 13MA01787 COMMUNE DE SAINT-GUIRAUD M. Argoud Rapporteur M. Roux Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La cour administrative d'appel

Plus en détail

RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006. d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants

RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006. d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006 d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants LE CONSEIL D ÉTAT DU CANTON DE VAUD vu l ordonnance fédérale du 19 octobre 1977 réglant

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011. Mme Denise R.

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011. Mme Denise R. Commentaire aux Cahiers Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011 Mme Denise R. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 2 février 2011 par la Cour de cassation (chambre sociale, arrêt n 567 du 2 février

Plus en détail

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PRÉAMBULE La Préfecture de Police assure dans la capitale, au quotidien, la sécurité des citoyens et la défense des libertés. Afin de doter ses

Plus en détail

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses Fiche méthodologique pour l étude des PLU Dans le cadre de l évolution de l action de l État en Isère, une démarche a été entreprise en vue d élaborer des positions partagées en matière d urbanisme. Elle

Plus en détail