I4 RÈGLEMENT EXTINCTEURS MOBILES SERVICE D INSTALLATION. Édition (février 2003)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I4 RÈGLEMENT EXTINCTEURS MOBILES SERVICE D INSTALLATION. Édition 12.2002.1 (février 2003)"

Transcription

1 I4 RÈGLEMENT EXTINCTEURS MOBILES SERVICE D INSTALLATION Certification de service Édition (février 2003) ORGANISME CERTIFICATEUR RECONNU PAR LA PROFESSION DE L ASSURANCE

2 PREAMBULE Le règlement général B0, publié en janvier 2003, définit les règles générales pour l attribution et le maintien de la certification APSAD de service. Cette certification se substitue aux certifications de qualification professionnelle précédemment délivrées par le CNPP aux entreprises intervenant dans le domaine de la sécurité. Le présent document a pour objet de permettre la prise en compte immédiate de cette nouvelle certification APSAD de service d'installation d'extincteurs mobiles, application qui fait l objet du règlement I4 de décembre Le règlement I4 (édition décembre 2002) fera l objet d une prochaine révision notamment pour supprimer toutes les dispositions communes à l'ensemble des certifications APSAD de service qui figurent à présent dans le règlement général B0. Jusqu à la parution du nouveau règlement I4, le référentiel de certification APSAD de service est constitué : - du règlement général B0, - du présent règlement particulier actualisant l édition précédente, incluse dans ce document, - du référentiel technique constitué de la règle APSAD R4. Dans l'attente de cette révision, il convient dès à présent de substituer dans le règlement I4 (édition décembre 2002) les mentions «entreprises certifiées» par «entreprises titulaires d une certification APSAD de service» ainsi que «certification APSAD d entreprise» par «certification APSAD de service». CENTRE NATIONAL DE PREVENTION ET DE PROTECTION Organisme certificateur reconnu par la profession de l'assurance Département CNPP Cert. D 64 BP 2265 F SAINT-MARCEL Téléphone 33 (0) Télécopie 33 (0) Edité par : CNPP ENTREPRISE SARL Service Editions BP 2265 F SAINT-MARCEL

3 Certification APSAD de service d'installation d'extincteurs mobiles I4 SOMMAIRE 1. COMITE PARTICULIER CHAMP D APPLICATION ENGAGEMENTS DE SERVICE A RESPECTER Certification APSAD de service d'installation d'extincteurs mobiles MODALITES D ADMISSION Conditions de candidature Procédure d admission COMMUNICATION SUR LES SERVICES BENEFICIANT DE LA CERTIFICATION APSAD DE SERVICE MODALITES DE SUIVI Période initiale Période confirmée DISPOSITIONS PARTICULIERES REGIME FINANCIER... 3 ANNEXES Modèle d attestation de certification APSAD de service d'installation d'extincteurs mobiles... 5 Règlement I4, édition (décembre 2002) et amendement (octobre 2003) Version intégrale 1

4 Certification APSAD de service d'installation d'extincteurs mobiles I4 CERTIFICATION APSAD DE SERVICE D'INSTALLATION EXTINCTEURS MOBILES REGLEMENT PARTICULIER 1. COMITE PARTICULIER (cf 3.3 du règlement B0) La composition détaillée du Comité Particulier est donnée en annexe 2 du règlement I4 (édition décembre 2002). 2. CHAMP D APPLICATION (cf 4 du règlement B0) Le champ d application de la certification APSAD de service d'installation d'extincteurs mobiles est défini en tête du règlement I4 (édition décembre 2002). 3. ENGAGEMENTS DE SERVICE A RESPECTER (cf 2 du règlement B0) 3.1 Certification APSAD de service d'installation d'extincteurs mobiles Le tableau ci-dessous précise les principaux engagements de service de la certification d'installation d'extincteurs mobiles ainsi que la référence du document dans lequel sont précisés les moyens à mettre en œuvre pour y satisfaire. Engagements Mise à disposition d un personnel compétent Utilisation de moyens matériels adaptés Organisation de l activité assurant la qualité des prestations fournies Maîtrise des prestations techniques de conception de l'installation Maîtrise des prestations techniques de réalisation de l'installation Maîtrise des prestations techniques de vérification de conformité initiale Maîtrise des prestations techniques de maintenance Maîtrise des prestations techniques de vérifications périodiques Documents de référence I4 I4 I4 R4 R4 R4 R4 R4 2

5 4. MODALITES D ADMISSION Certification APSAD de service d'installation d'extincteurs mobiles I4 4.1 Conditions de candidature (cf 4.1 du règlement B0) Les conditions spécifiques de candidature à la certification APSAD de service d'installation d'extincteurs mobiles sont précisées au chapitre 2 du règlement I4 (édition décembre 2002). 4.2 Procédure d admission (cf 4.2 du règlement B0) La procédure d admission à la certification APSAD de service d'installation d'extincteurs mobiles est décrite au chapitre 3.1 du règlement I4 (édition décembre 2002) qui précise également les modalités pratiques du contrôle des connaissances ainsi que la durée de validité de la certification. 5. COMMUNICATION SUR LES SERVICES BENEFICIANT DE LA CERTIFICATION APSAD DE SERVICE (cf 5 du règlement B0) Un modèle d'attestation de certification figure en annexe 1 au présent règlement. Les caractéristiques essentielles certifiées sont listées sur l'attestation. 6. MODALITES DE SUIVI (cf 6 du règlement B0) 6.1 Période initiale (cf 6.1. du règlement B0) La fréquence et la nature des contrôles effectués pendant cette période font l'objet du chapitre 3 du règlement I4 (édition décembre 2002). 6.2 Période confirmée (cf 6.2 du règlement B0) La fréquence et la nature des contrôles effectués pendant cette période font l'objet du chapitre3.3 du règlement I4 (édition décembre 2002) qui fixe également la durée maximum de la période confirmée. 7. DISPOSITIONS PARTICULIERES Le règlement I4 (édition décembre 2002) précise au chapitre 4 des allègements des contrôles pour les entreprises employant des salariés titulaires du CAP d'agent vérificateur d'appareils extincteurs ainsi que pour les entreprises disposant d'un système de management de la qualité certifié. 8. REGIME FINANCIER Le régime financier est précisé au chapitre 8 du règlement I4 (édition décembre 2002). 3

6 Certification APSAD de service d'installation d'extincteurs mobiles I4 4

7 Certification APSAD de service d'installation d'extincteurs mobiles I4 ANNEXE CERTIFICATION APSAD DE SERVICE D'INSTALLATION EXTINCTEURS MOBILES REGLEMENT PARTICULIER Modèle d attestation de certification APSAD de service d'installation d'extincteurs mobiles (annule et remplace le modèle présenté en annexe 4 du règlement I4 de décembre 2002) INSTALLATION D'EXTINCTEURS MOBILES ATTESTATION DE CERTIFICATION DE SERVICE La certification APSAD de service d'installation d'extincteurs mobiles a été délivrée sous le n jusqu au : à la société : et aux implantations locales suivantes : Liste des caractéristiques essentielles couvertes par la certification de service (règlement I4 Février 2003) : - Mise à disposition d un personnel compétent - Utilisation de moyens matériels adaptés - Organisation de l activité assurant la qualité des prestations fournies - Conception de l'installation - Réalisation de l'installation - Vérification de conformité initiale de l'installation - Maintenance préventive et corrective de l'installation - Vérifications périodiques Saint Marcel, le Nom et signature du Directeur du Département Certification La présente attestation est composée d'une feuille recto verso (voir commentaires au verso) CNPP (Centre National de Prévention et de Protection) ORGANISME CERTIFICATEUR RECONNU PAR LA PROFESSION DE L ASSURANCE Département Certification (CNPP Cert.) BP 2265 F St Marcel Fax :

8 Certification APSAD de service d'installation d'extincteurs mobiles I4 Une certification volontaire. La certification APSAD de service est une certification volontaire délivrée par le CNPP à des entreprises intervenant dans le secteur de la sécurité. Elle est attribuée avec le soutien de la profession de l assurance et en collaboration avec les pouvoirs publics et des organismes représentatifs de la sécurité. La garantie de fiabilité d une installation. Cette certification de service revêt un caractère particulier puisque les installations de sécurité sont le plus souvent des systèmes en "attente" d une sollicitation qui peut intervenir plusieurs années après leur mise en place. Ces installations doivent alors fonctionner sans faille, surtout lorsqu il s agit de systèmes destinés à la sauvegarde des vies humaines. La garantie du sérieux d un prestataire. Par ailleurs, cette certification de service couvre certaines caractéristiques dont la pertinence, du fait de la technicité des services concernés, pourrait échapper à la compétence des utilisateurs. C est pourquoi elle repose également sur l appréciation de la qualification technique professionnelle des entreprises. Des contrôles rigoureux au sein de l entreprise disposant de la certification. La certification APSAD de service d'installation d'extincteurs mobiles est attribuée, pour une durée renouvelable, après notamment l examen de dossiers, la réalisation d audits au sein de l entreprise et le contrôle des compétences techniques du personnel en charge de l activité. Des contrôles en clientèle permettent également de s assurer de la qualité des prestations de l entreprise. CONSEILS A LA CLIENTELE - Pour la pérennité de votre installation d'extincteurs mobiles, faites appel à une entreprise offrant des services certifiés APSAD. - N hésitez pas à consulter votre assureur. 6

9 I4 RÈGLEMENT EXTINCTEURS MOBILES INSTALLATION Certification Édition (décembre 2002) ORGANISME CERTIFICATEUR RECONNU PAR LA PROFESSION DE L ASSURANCE

10 CENTRE NATIONAL DE PREVENTION ET DE PROTECTION Organisme certificateur reconnu par la profession de l'assurance Département CNPP Cert. D 64 BP 2265 F SAINT-MARCEL Téléphone Télécopie Edité par : CNPP ENTREPRISE SARL Service Editions BP 2265 F SAINT-MARCEL

11 AVANT-PROPOS Le présent règlement de certification APSAD, qui fait suite au règlement I4 de janvier 1994 modifié par additif de décembre 1996, tient compte de l évolution des normes et référentiels techniques applicables dans le domaine de l installation et de la maintenance des extincteurs mobiles. En complément des référentiels techniques sur lesquels il s appuie, ce règlement pourra également reposer sur des référentiels normatifs liés au service de maintenance des extincteurs mobiles. Il pourra alors faire l objet d une délivrance conjointe des marques APSAD et NF Service. 1

12 2

13 SOMMAIRE 1. GESTION DE LA CERTIFICATION Organisme délivrant la certification Comité général de certification (CGC) Comité particulier Rôle Composition Fonctionnement Secrétariat Organisme vérificateur CONDITIONS A REMPLIR POUR ACCEDER A LA CERTIFICATION Entités certifiables Conditions à remplir par les entreprises postulant à la certification ETAPES DE LA CERTIFICATION Demande de certification Dépôt de la demande Examen de la candidature Visite préalable (VP) de l EP Cas des entreprises disposant d'implantations Locales Reconnues : Contrôle des connaissances Commentaires de l entreprise Examen par le Comité Particulier Décision du CNPP Période de certification initiale Surveillance annuelle de l EP en période de certification initiale Cas des entreprises disposant d'implantations Locales Reconnues Cas des entreprises disposant d'implantations Locales Reconnues Visites d installations en période de certification initiale Cas des implantations (EP ou ILR) disposant d un nombre de vérificateurs supérieur à Cas des implantations (EP ou ILR) intervenant sur un secteur géographique étendu Cas des entreprises intervenant depuis moins de 2 ans (à la date de décision de certification initiale) dans le domaine couvert par la certification Exigences requises en période de certification initiale Commentaires de l entreprise Examen par le Comité Particulier Décision du CNPP Période de certification confirmée Surveillance de l entreprise en période de certification confirmée Cas des entreprises disposant d Implantations Locales Reconnues Cas des implantations (EP ou ILR) disposant d un nombre de vérificateurs supérieur à

14 Cas des implantations (EP ou ILR) intervenant sur un secteur géographique étendu Exigences requises en période de certification confirmée Commentaires de l entreprise Procédure de renouvellement de la certification Contrôles complémentaires ALLEGEMENT DES AUDITS ET CONTROLES Entreprises titulaires d autres certifications Contrôle des connaissances Entreprises justifiant d un certificat de conformité à la norme ISO SYNOPTIQUE DES ETAPES DE LA CERTIFICATION (CAS GENERAL) EFFETS DE LA CERTIFICATION Liste des établissements certifies Modifications Usages abusifs de la certification transfert de la certification SANCTIONS Nature Avertissement simple Avertissement accompagné de nouveaux contrôles Suspension de certification pendant une durée déterminée Retrait de la certification Procédure de recours Effets En cas de suspension de la certification En cas de retrait de la certification REGIME FINANCIER RESPONSABILITÉ CONFIDENTIALITÉ ET ANONYMAT APPROBATION REVISION ANNEXES Annexe 1 : Référentiels de certification et exigences complémentaires Annexe 2 : Composition du comité particulier Annexe 3 : Modèle de demande de certification Annexe 4 : Attestation de certification Annexe 5 : Régime financier

15 CERTIFICATION APSAD D'ENTREPRISE D'INSTALLATION EXTINCTEURS MOBILES REGLEMENT DE CERTIFICATION Le présent règlement ainsi que ses annexes précisent les conditions et la procédure d'attribution de la certification APSAD d Installateur d Extincteurs Mobiles, délivrée par le CNPP, aux entreprises pouvant assurer, dans ce domaine, l ensemble des opérations suivantes : - Etude et conception d installation ; - Réalisation (installation neuve, réhabilitation, extension d installation existante, complément de protection apporté à une installation existante) ; - Vérification de conformité initiale avec établissement d un certificat de conformité de l installation avec la règle APSAD R4 (certificat N4) ; - Vérification périodique avec établissement d un compte-rendu de vérification périodique Q4 ; - Maintenance préventive et corrective. Tel que défini dans la règle APSAD R4, le terme "extincteur mobile" est utilisé dans le présent règlement pour désigner un extincteur portatif ou un extincteur mobile sur roues. 1. GESTION DE LA CERTIFICATION 1.1. Organisme délivrant la certification La certification est délivrée par le département Certification du CNPP (CNPP Cert. 1 ) qui est responsable de l'application du présent règlement et de toute décision prise en application de celui-ci. CNPP Cert. veille à la bonne exécution des différentes phases du processus de certification. 1 Centre National de Prévention et de Protection (CNPP). Département Certification (CNPP Cert.). BP F SAINT-MARCEL. Tél Fax

16 1.2 Comité général de certification (CGC) Il s agit du comité pluripartite qui, par délégation du Conseil d Administration du CNPP, a la responsabilité de la gestion de l activité de certification de celui-ci Comité particulier Rôle Pour chaque application de la certification, il est constitué un Comité Particulier. Ce Comité : - veille à l application du règlement correspondant à son domaine de compétence ; - à partir de la demande de certification instruite par le Secrétariat, propose les décisions correspondantes en application du règlement ; - traite les contestations de décisions concernant ses propositions ; - donne son avis sur le régime financier de la certification ; - définit les modifications du règlement qu il juge utile et en évalue les éventuelles incidences financières avant approbation par le Comité Général de Certification et/ou par CNPP Cert. selon la nature des modifications suggérées ; - donne son avis sur le choix des sous-traitants intervenant éventuellement dans la procédure de certification (laboratoires, Secrétariats ) Composition La composition du Comité Particulier, détaillée en annexe 2, est déterminée de façon à respecter une représentation équilibrée des différents intérêts engagés. Les membres du Comité sont des personnes morales, désignées pour une période de 3 ans renouvelable. Chaque personne morale membre du Comité peut, si elle le souhaite, désigner également un suppléant qui est soumis aux mêmes règles que le membre titulaire. Une personne physique ne peut représenter qu une seule personne morale. Le Président du Comité Particulier est élu par les membres du Comité pour une période d un an renouvelable Fonctionnement Hormis les suppléants, toute personne physique peut se faire représenter par un autre membre du même collège (Cf. annexe 2), muni d un pouvoir dûment signé, sans qu aucune personne puisse disposer de plus de deux voix. Le Comité ne peut valablement délibérer que si la moitié des membres sont présents ou représentés. Les décisions sont prises par consensus ou, à défaut, à la majorité des voix des membres présents ou représentés. 6

17 Toutes les personnes intervenant au sein du Comité (membres titulaires, suppléants, membres invités ) sont tenues au secret professionnel. Un engagement de confidentialité est signé par chacune d elles. Le Comité Particulier se réunit sur convocation du Secrétariat après avis du Président. Le Comité peut confier certaines tâches définies répétitives (examen des dossiers de renouvellement de certification par exemple) à un bureau dont les membres sont choisis, de façon équilibrée, parmi les membres du Comité Secrétariat Le Secrétariat est assuré par le Comité National Malveillance Incendie Sécurité 1 (C.N.M.I.S. SAS). C.N.M.I.S. SAS, appelé dans la suite du texte "le Secrétariat" assure, par délégation de CNPP Cert. et selon les conventions passées entre les deux organismes : - la gestion technique et financière de la certification ; - l'instruction des dossiers de demandes, de vérifications, de réclamations ; - la préparation et le secrétariat des réunions du Comité ainsi que l exploitation des décisions ; - la coordination, en liaison avec l'organisme vérificateur, des visites et vérifications prévues au règlement et demandées par le Comité Particulier ou par CNPP Cert. ; - les relations avec les titulaires de la certification Organisme vérificateur Les vérifications et contrôles visés au 3 ci-après sont assurés par des agents de l'organisme vérificateur (CNPP 2 ) désignés par l'expression "chargés de mission". Ils sont mandatés par CNPP Cert. et ont droit de regard chez tout titulaire ou postulant, dans le cadre de l'exercice de leur mission. CNPP Cert. se réserve le droit de participer à ces opérations et d'effectuer des contrôles complémentaires. Les chargés de mission assistent, de droit, aux réunions du Comité Particulier. 1 Comité National Malveillance Incendie Sécurité (C.N.M.I.S. SAS). 16, avenue Hoche. F PARIS. Tél Fax Centre National de Prévention et de Protection (CNPP). Service IAT. BP F SAINT-MARCEL Tél Fax

18 2. CONDITIONS A REMPLIR POUR ACCEDER A LA CERTIFICATION 2.1. Entités certifiables Une entreprise demande la certification pour l ensemble de ses établissements en tenant compte de son organisation pour l activité concernée. Tous les établissements d une entreprise postulante qui : - correspondent à une entité technique et/ou commerciale de même raison sociale que le siège ; - sont soumises à déclaration auprès de l'urssaf 1 ou équivalent (elles doivent chacune fournir leur certificat Lbis ou équivalent) ; - disposent de moyens humains et techniques pour concevoir et réaliser des installations d'extincteurs mobiles et/ou pour effectuer des vérifications périodiques et des opérations de maintenance. sont déclarés dans le dossier de présentation de l entreprise. L entreprise désigne un Etablissement Principal (EP), qui n est pas nécessairement son siège social, ayant, sous sa responsabilité et dans l activité certifiée, une ou plusieurs implantations secondaires dénommées Implantations Locales Reconnues (ILR) dans le présent règlement. CNPP Cert., après avoir recueilli l avis du Comité Particulier, peut refuser le découpage proposé, s il est jugé incompatible avec les exigences de la certification. Les adresses des ILR sont mentionnées sur l'attestation de certification de l'entreprise, et sur les listes des entreprises certifiées à la suite de celle de l établissement principal. Selon les prestations qu'elles assurent, les ILR peuvent délivrer directement des certificats de conformité N4 et/ou des comptes-rendus de vérification périodique Q Conditions à remplir par les entreprises postulant à la certification Avoir son siège social à l'intérieur de l'union Européenne et fournir son certificat Kbis (ou équivalent) Justifier, à la date de dépôt de la demande, d une ancienneté d au moins 6 mois dans l activité couverte par la présente certification Disposer d'une implantation et de moyens humains et techniques lui permettant de concevoir, réaliser, vérifier et maintenir les installations d extincteurs mobiles dans des conditions satisfaisantes Apporter la preuve de sa capacité, en termes de compétences et de moyens pour réaliser des installations et en assurer la maintenance afin de garantir la protection des risques et ainsi la sécurité des personnes et des biens. 1 Sauf cas particuliers soumis à l appréciation du Comité 8

19 Pour chacun des établissements (EP et ILR), employer de manière permanente au moins un Responsable Technique et un vérificateur. Lorsqu un établissement ne dispose que d une personne unique assurant à la fois les fonctions de Responsable Technique et de vérificateur, l entreprise postulante doit justifier d un accord passé avec une autre entreprise certifiée pour garantir la permanence du service en cas de défaillance de cette personne Disposer d'une organisation de service après-vente compétente capable d'assurer tout dépannage nécessaire. Elle doit disposer ou avoir accès à au moins un poste de chargement pour chaque agent extincteur Disposer en permanence d'une gamme de base de matériels suffisante : au minimum 9 modèles d'extincteurs certifiés NF correspondant à l'utilisation d'au moins 3 agents extincteurs différents. Cette gamme n'inclut pas les extincteurs sur roues. En outre, l entreprise doit disposer des moyens nécessaires pour effectuer les opérations de révision des appareils rappelées dans l'annexe 6 de la Règle APSAD R Présenter ses deux derniers bilans et comptes de résultats ou les pièces comptables obligatoires et déclarations fiscales pour les entreprises non assujetties à l'établissement des documents précédents. A défaut, les sociétés récentes présenteront tous les documents pertinents disponibles Etre en mesure d'apporter, si elle fait l'objet de réclamations, les éléments permettant d'apprécier si elle a agi dans des conditions conformes avec les textes en vigueur, en respectant son obligation de conseil et en apportant la qualité des services nécessaires en matière de sécurité Tenir un registre des réclamations concernant les produits ou prestations certifiés. Ce registre doit pouvoir être examiné lors de tout contrôle effectué sous mandat du CNPP Etre en mesure de justifier à tout moment d une attestation d assurance R.C. professionnelle en cours de validité couvrant les activités certifiées. Le fait de ne pas satisfaire à l'une des conditions ci-dessus doit faire l'objet d'un examen de la part du Comité Particulier. 3. ETAPES DE LA CERTIFICATION La certification d une entreprise comprend 3 phases : - Demande de certification ; - Certification initiale d une durée maximale de 2 ans ; - Certification confirmée sur 3 ans reconductibles ; Ces 3 phases sont décrites dans les paragraphes ci-après. 9

20 3.1. Demande de certification Dépôt de la demande de certification (Cf ) Examen de la demande par C.N.M.I.S. SAS (Cf ) Dossier complet? Oui Non Demande de renseignements complémentaires au postulant Conditions d admission remplies? Non Examen du dossier par le Comité Oui Visite Préalable (VP) de l EP (Cf ) Visite Préalable (VP) du 1/3 des ILR (le cas échéant) (Cf ) Contrôle des connaissances (Cf ) Favorable Décision de CNPP Cert. sur poursuite de la procédure de certification Visite(s) et/ou contrôle(s) complémentaire(s) (Cf. 3.4) Examen par le Comité (Cf ) Dossier de demande Rapport(s) de visite(s) Résultats des contrôles de connaissances Commentaires de l entreprise (Cf ) Décision de CNPP Cert. sur proposition du Comité (Cf ) Favorable Certification initiale Défavorable Défavorable Refus motivé de Certification Refus motivé de Certification Ajournement ou Avis défavorable 10

21 Dépôt de la demande La demande de certification est adressée au Directeur de CNPP Cert. et comporte l'engagement à respecter les conditions du présent règlement (Cf. annexe 3). Elle est accompagnée d'un dossier de présentation de l'entreprise concernant en particulier les différentes conditions à remplir (Cf. 2.2). L'ensemble est transmis au Secrétariat pour instruction Examen de la candidature Lorsque le Secrétariat constate que le dossier est complet et que les conditions d'admission prévues au 2.2 sont remplies, il accuse réception du dépôt de la candidature, adresse à l entreprise une facture correspondant aux frais de dossier (Cf. annexe 5), et demande à l'organisme vérificateur de procéder aux visites telles que définies ci-dessous. Si le dossier est incomplet, le Secrétariat en informe le postulant pour obtenir des compléments. En cas de non-conformité aux conditions d'admission, le Secrétariat en réfère au Comité Particulier Visite préalable (VP) de l EP Afin de préparer cette visite, l entreprise reçoit au préalable de l organisme vérificateur un questionnaire spécifique. Effectuée en présence de représentants de l entreprise, cette visite porte sur les points suivants : - examen sur place de l'organisation et des structures de l établissement ; - vérification que les moyens dont dispose l établissement sont conformes aux déclarations de l entreprise et aux exigences fixées dans le règlement de certification ; - recueil de renseignements sur l activité exercée. La visite donne lieu à l établissement d un rapport communiqué à l entreprise postulante et au Secrétariat. Les frais correspondants sont facturés à l entreprise (Cf. annexe 5) Cas des entreprises disposant d'implantations Locales Reconnues : Lors de l'instruction de la demande de certification, il est procédé, en complément à la visite préalable (VP) de l EP, à celle du tiers de ses ILR (VP). Chaque visite d'ilr donne lieu à l'établissement d'un rapport communiqué à l entreprise postulante et au Secrétariat. Les frais correspondants sont facturés à l entreprise (Cf. annexe 5). 11

22 Contrôle des connaissances Effectué dans le cadre de chaque visite préalable d établissement (VP), il a pour objet de vérifier que le postulant dispose de personnel compétent et qualifié dans les domaines suivants : - connaissance des articles de la réglementation officielle de sécurité contre l'incendie relatifs aux extincteurs mobiles ; - connaissance des référentiels techniques et exigences complémentaires applicables dans le cadre de la certification (Cf. annexe 1) ; - connaissance pratique des matériels mis en œuvre ainsi que des modes opératoires pour la vérification et la maintenance. Deux épreuves constituent le contrôle : a) Etude de cas Le candidat réalise une étude de cas dans le domaine couvert par la certification. Il dispose de l ensemble des documents nécessaires et peut être assisté d un membre du personnel affecté au même établissement. Temps alloué : 1 heure Sont soumis à cette épreuve : - Le(s) Responsable(s) Technique(s) de chaque établissement (EP et ILR). b) Connaissance pratique des matériels et des modes opératoires Le candidat est soumis à un questionnaire se rapportant aux procédures de vérification et de maintenance des extincteurs mobiles. Il est également soumis à une épreuve pratique consistant à vérifier tout ou parties d installations existantes. Durée de l épreuve : environ 45 minutes par vérificateur Sont soumis à cette épreuve : - 1/3 des vérificateurs de chaque établissement (EP et ILR) avec un maximum de 4 vérificateurs. Pour chaque candidat, le contrôle des connaissances donne lieu à l'établissement d'un rapport communiqué à l entreprise et au Secrétariat. Les frais correspondants sont facturés à l entreprise (Cf. annexe 5). Le rapport est la propriété de l entreprise et, en aucun cas, les candidats ayant satisfait à ces épreuves ne peuvent s'en prévaloir auprès d'autres entreprises Commentaires de l entreprise A réception des rapports de visites et de contrôles de connaissances, l entreprise dispose d un délai de 15 jours pour faire part de ses commentaires éventuels auprès du Secrétariat. 12

23 Examen par le Comité Particulier Au vu du dossier de présentation de l'entreprise, des rapports de contrôle des connaissances et de visite(s) préalable(s), ainsi que des commentaires éventuels du postulant, le Comité formule à CNPP Cert. sa proposition sous l'une des trois formes suivantes : - Avis favorable : l entreprise est proposée pour la certification initiale d une durée de 2 ans. La certification initiale ne prend effet qu à compter du jour où l entreprise justifie une ancienneté d au moins 12 mois dans l activité couverte (cas des entreprises récentes par exemple) ; - Avis défavorable : la certification de l entreprise n'est pas proposée. Une nouvelle candidature ne peut être déposée qu'après un délai minimal de 6 mois ; la certification ne pouvant être accordée qu'après un délai minimal de 1 an si les résultats d'une nouvelle visite de type VP sont satisfaisants ; - Ajournement : le Comité estime qu'une visite complémentaire (Cf. 3.4) doit être effectuée, aux frais du postulant, après un délai minimal de 6 mois suivant la notification, pour permettre de porter remède aux manquements constatés lors de la visite préalable. La visite doit permettre de s'en assurer. L'avis favorable pourra alors être prononcé sauf persistance des manquements. Cette visite complémentaire ne peut être effectuée qu'après demande du postulant auprès du Secrétariat Décision du CNPP CNPP Cert., sur proposition du Comité, décide de l'octroi ou du refus de la certification ou réserve sa décision dans l'attente du résultat d'un complément d'enquête. La décision est notifiée à l'entreprise par un courrier du Secrétariat avec s'il y a lieu, exposé des motifs. En cas d ajournement ou d avis défavorable, l entreprise qui conteste la décision peut introduire un recours selon la procédure décrite au 7.2. En cas d'octroi de la certification, le Secrétariat adresse également l'«attestation de Certification» selon le modèle figurant en annexe 4. La certification est accordée pour une période initiale de 2 ans ; période au cours de laquelle l entreprise devra confirmer au travers d audits et de visites d installations sa compétence pratique et justifier d une activité effective dans le domaine couvert par la certification qui lui a été accordée. 13

PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION

PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF REACTION AU FEU DES MATERIAUX DESTINES AU BATIMENT TUBES ET RACCORDS PVC FILMS PVC SUPPORTS TEXTILES REVETUS PLAFONDS PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation Procédure d habilitation Version 1.1 Page 1/12 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.0 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de

Plus en détail

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF REACTION AU FEU MANCHONS ET PLAQUES D ISOLATION THERMIQUE EN ELASTOMERE EXPANSE PARTIE 4

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF REACTION AU FEU MANCHONS ET PLAQUES D ISOLATION THERMIQUE EN ELASTOMERE EXPANSE PARTIE 4 REGLES DE CERTIFICATION MARQUE MANCHONS ET PLAQUES D ISOLATION THERMIQUE EN ELASTOMERE EXPANSE PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION SOMMAIRE 4.1. Processus

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION QSE_DOC_015 V4.0 RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Systèmes de management Tél. : 01 41 98 09 49 - Fax : 01 41 98 09 48 certification@socotec.com Sommaire Introduction 1. Déroulé d une prestation de certification

Plus en détail

Règles de certification des systèmes de management d'entreprise ISO 14001 ISO 9001

Règles de certification des systèmes de management d'entreprise ISO 14001 ISO 9001 Règles de certification des systèmes de management d'entreprise ISO 14001 ISO 9001 Revision du 03/06/2008 Règles de certification des système de management d entreprise ISO 14001-ISO 9001 1/12 Révision

Plus en détail

NOR: EQUT0501281A. Le ministre des transports, de l équipement, du tourisme et de la mer et le ministre délégué à l industrie,

NOR: EQUT0501281A. Le ministre des transports, de l équipement, du tourisme et de la mer et le ministre délégué à l industrie, Arrêté du 14 octobre 2005 relatif aux organismes habilités à mettre en œuvre les procédures de vérification «CE» des sous-systèmes et d évaluation de la conformité ou de l aptitude à l emploi des constituants

Plus en détail

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF ALUMINIUM MENAGER PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION SOMMAIRE 4.1. Processus de surveillance des produits certifiés 4.2.

Plus en détail

PARTIE 2. Gestion de votre candidature et de son instruction

PARTIE 2. Gestion de votre candidature et de son instruction «LABEL EGALITE» PARTIE 2 Gestion de votre candidature et de son instruction Gestion de votre candidature - version 1 du 15 septembre 2004 Page 1 sur 8 SOMMAIRE Gestion de votre candidature et de son instruction

Plus en détail

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF SECURITE FEU TUBES ET RACCORDS PVC PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION SOMMAIRE 4.1. Processus de surveillance des produits

Plus en détail

«LABEL EGALITE PROFESSIONNELLE» PARTIE 2. Gestion de votre candidature et de son instruction

«LABEL EGALITE PROFESSIONNELLE» PARTIE 2. Gestion de votre candidature et de son instruction «LABEL EGALITE PROFESSIONNELLE» PARTIE 2 Gestion de votre candidature et de son instruction 11 rue Francis de Pressensé - 93751 La Plaine Saint-Denis Cedex - France -T. +33 (0)1 41 62 80 11 - F : +33 (0)1

Plus en détail

Certification de groupe au titre de PEFC Système français de certification de la gestion forestière durable GUIDE D INTERPRETATION

Certification de groupe au titre de PEFC Système français de certification de la gestion forestière durable GUIDE D INTERPRETATION TM PEFC/10-1-1 Certification de groupe au titre de PEFC Système français de certification de la gestion forestière durable GUIDE D INTERPRETATION Document validé en Assemblée Générale de PEFC-France le

Plus en détail

Marquage CE des Granulats

Marquage CE des Granulats REFERENTIEL SECTORIEL POUR LA Page 1 sur 11 MAÎTRISE DE LA PRODUCTION DES GRANULATS (Système d'attestation de conformité 2+) SOMMAIRE : Article 1 Objet et domaine d application Article 2 Intervenants dans

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI REGLEMENT INTERIEUR Document GEN REF 02 Révision 04- juin 2012 SOMMAIRE ARTICLE 1 - OBJET... 3 ARTICLE 2 MEMBRES DE L ASSOCIATION... 3 ARTICLE 3 - ASSEMBLEE GENERALE... 3 ARTICLE 4 - ADMINISTRATEURS...

Plus en détail

PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique

PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique Version du 1 er juin 2012 Le référentiel est protégé par les dispositions du Code de la propriété intellectuelle, notamment

Plus en détail

PROCESSUS DE CERTIFICATION DE SYSTÈME DE MANAGEMENT

PROCESSUS DE CERTIFICATION DE SYSTÈME DE MANAGEMENT PROCESSUS DE CERTIFICATION DE SYSTÈME DE MANAGEMENT CONTROL UNION INSPECTIONS FRANCE 16 rue Pierre Brossolette 76600 Le Havre Tel : 02 35 42 77 22 Processus de Certification de système de management 01

Plus en détail

représenté par Monsieur Philippe WATTIER Responsable de la Direction des Relations Humaines et Sociales du Groupe

représenté par Monsieur Philippe WATTIER Responsable de la Direction des Relations Humaines et Sociales du Groupe ACCORD PORTANT CREATION D UNE " COMMISSION DE RECOURS " DISCIPLINAIRE Entre, Le Crédit Lyonnais représenté par Monsieur Philippe WATTIER Responsable de la Direction des Relations Humaines et Sociales du

Plus en détail

MODALITES DE COOPERATION ENTRE BELAC ET LES ORGANISMES ACCREDITES

MODALITES DE COOPERATION ENTRE BELAC ET LES ORGANISMES ACCREDITES BELAC 3-06 Rev 4-2012 MODALITES DE COOPERATION ENTRE BELAC ET LES ORGANISMES ACCREDITES Les versions des documents du système de management de BELAC telles que disponibles sur le site internet de BELAC

Plus en détail

NOR: DEVT0769851A. Le ministre d Etat, ministre de l écologie, du développement et de l aménagement durables,

NOR: DEVT0769851A. Le ministre d Etat, ministre de l écologie, du développement et de l aménagement durables, Arrêté du 21 décembre 2007 relatif à l agrément des experts ou organismes qualifiés pour évaluer la conception et la réalisation de systèmes ou sous-systèmes ferroviaires nouveaux ou substantiellement

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION

REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION Référentiel I4 NF 285 Edition : Janvier 2015 N de révision : 4 ORGANISMES CERTIFICATEURS CNPP Cert. Route de la Chapelle Réanville CD 64 - CS 22265 F- 27950 SAINT-MARCEL Tél.

Plus en détail

Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables

Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables Source : Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION

REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION Référentiel N NF 367 I82 N de révision : 1 (MAI 2010) VIDEOSURVEILLANCE Serviice d iinstallllatiion et de maiintenance ORGANISMES CERTIFICATEURS AFNOR Certification 11 rue

Plus en détail

Il est formé sous l égide de la Fédération française des entreprises Gestionnaires de

Il est formé sous l égide de la Fédération française des entreprises Gestionnaires de S2TI - Statuts TITRE I CONSTITUTION - OBJET - COMPOSITION ARTICLE 1 - CONSTITUTION Il est formé sous l égide de la Fédération française des entreprises Gestionnaires de services aux Equipements, à l Energie

Plus en détail

NOR : La ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, la ministre du logement et de l égalité des territoires

NOR : La ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, la ministre du logement et de l égalité des territoires RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l égalité des territoires et du logement Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie ARRÊTÉ du XXX relatifs aux critères de qualifications requis

Plus en détail

C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE

C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE Entre les soussignées, La CAISSE D'ASSURANCE RETRAITE ET DE LA SANTE AU TRAVAIL MIDI-PYRENEES ci-dessous dénommée la «Caisse», dont le siège est actuellement

Plus en détail

I - Convocation et transmission de l ordre du jour et des documents

I - Convocation et transmission de l ordre du jour et des documents Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail d établissement public du Centre d études et d expertise sur les risques, l environnement, la mobilité et l aménagement

Plus en détail

QUALIPOL. La qualité de membre de l U.P.D.S. n est pas exigée pour l attribution du label «QUALIPOL».

QUALIPOL. La qualité de membre de l U.P.D.S. n est pas exigée pour l attribution du label «QUALIPOL». QUALIPOL PRESENTATION La labellisation «QUALIPOL» a pour but de distinguer les prestataires de services en dépollution des sols et de la ressource en eau par l assurance qu ils possèdent les éléments d

Plus en détail

DISPOSITIF SECOURS EXCEPTIONNELS ET PRETS à CARACTERE SOCIAL. Introduction

DISPOSITIF SECOURS EXCEPTIONNELS ET PRETS à CARACTERE SOCIAL. Introduction DISPOSITIF SECOURS EXCEPTIONNELS ET PRETS à CARACTERE SOCIAL Introduction ANNEXE Dans le cadre de sa politique d'action sociale à destination des personnels, le Conseil Général réaffirme sa volonté de

Plus en détail

S Y N D I C AT D E L E M B AL L AG E I N D U S T R I E L E T D E L A L O G I S T I Q U E AS S O C I E E (S E I L A)

S Y N D I C AT D E L E M B AL L AG E I N D U S T R I E L E T D E L A L O G I S T I Q U E AS S O C I E E (S E I L A) SYNDICAT DE L EMBALLAGE INDUSTRIEL ET DE LA LOGISTIQUE ASSOCIEE (S E I L A) 6 2, r u e d e T u r b i g o 7 5 0 0 3 P A R I S Tél. : 01 44 78 00 50 Fax : 01 44 78 00 55 Internet : www.seila.fr - E.Mail

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Décret n o 2006-651 du 2 juin 2006 relatif à la formation pharmaceutique continue et modifiant la quatrième partie

Plus en détail

Instruction. relative à la procédure d habilitation des organismes qui procèdent à la qualification des prestataires de services de confiance

Instruction. relative à la procédure d habilitation des organismes qui procèdent à la qualification des prestataires de services de confiance PREMIER MINISTRE Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale Agence nationale de la sécurité des systèmes d information Paris, le 8 avril 2011 N 1001/ANSSI/SR NOR : PRM D 1 2 0 1 2 9

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 24 avril 2015 relatif au règlement intérieur de la commission administrative paritaire compétente à l égard du corps d encadrement et d application du personnel de surveillance de l administration

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

Comptable spécialisé(e) edupool.ch Agent(e) fiduciaire spécialisé(e) edupool.ch Fiscaliste spécialisé(e) edupool.ch

Comptable spécialisé(e) edupool.ch Agent(e) fiduciaire spécialisé(e) edupool.ch Fiscaliste spécialisé(e) edupool.ch Comptable spécialisé(e) edupool.ch Agent(e) fiduciaire spécialisé(e) edupool.ch Fiscaliste spécialisé(e) edupool.ch Patronage: veb.ch, Société suisse des employés de commerce Règlement d examen Applicable

Plus en détail

B.O.I. N 63 DU 14 JUIN 2010 [BOI 5J-1-10]

B.O.I. N 63 DU 14 JUIN 2010 [BOI 5J-1-10] B.O.I. N 63 DU 14 JUIN 2010 [BOI 5J-1-10] Références du document 5J-1-10 Date du document 14/06/10 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 5 J-1-10 N 63 DU 14 JUIN 2010 INSTRUCTION DU 4 JUIN 2010 EXPERTS-COMPTABLES,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Décret n o 2006-652 du 2 juin 2006 relatif à la formation continue odontologique et modifiant la quatrième partie

Plus en détail

CSA GTP. Règlement d audit et de certification. Mars 2014

CSA GTP. Règlement d audit et de certification. Mars 2014 CSA GTP Règlement d audit et de certification Mars 2014 Le règlement de certification du référentiel d audit CSA-GTP, issu du GBPH pour la collecte, le stockage, la commercialisation et le transport de

Plus en détail

Art. 5. - L'agrément du courtier d'assurance est subordonné aux conditions suivantes: a) Pour les personnes physiques:

Art. 5. - L'agrément du courtier d'assurance est subordonné aux conditions suivantes: a) Pour les personnes physiques: Décret exécutif n 95-340 du 6 Joumada Ethania 1416 correspondant au 30 octobre 1995 fixant les condition d'octroi et de retrait d'agrément, de capacités professionnelles, rétributions et de contrôle des

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

Réalisation de vérifications périodiques obligatoires de bâtiments. Règlement de consultation

Réalisation de vérifications périodiques obligatoires de bâtiments. Règlement de consultation Réalisation de vérifications périodiques obligatoires de bâtiments Règlement de consultation Marché n 2014000401 Pouvoir adjudicateur: Tél. : 02.41.57.36.08 Fax : 02.41.57.59.09 Mél : comcom.valleeloireauthion@ccvla.fr

Plus en détail

COMMENT OBTENIR LA CARTE DE COMMERÇANT ÉTRANGER?

COMMENT OBTENIR LA CARTE DE COMMERÇANT ÉTRANGER? COMMENT OBTENIR LA CARTE DE COMMERÇANT ÉTRANGER? Sauf dérogation, les étrangers qui désirent exercer une activité industrielle, commerciale ou artisanale en France doivent être titulaires d une carte d

Plus en détail

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables,

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables, REGLEMENT DU STAGE Vu la loi n 88-108 du 18/08/1988 portant refonte de la législation relative à la profession d Expert Comptable, et notamment l article 12, Vu le décret n 89-541 du 25 Mai 1989 fixant

Plus en détail

TRAITEMENT DES ANOMALIES

TRAITEMENT DES ANOMALIES BELAC 3-04 Rev 3-2012 TRAITEMENT DES ANOMALIES Les dispositions générales du présent document doivent être complétées par les dispositions spécifiques d un document de la série BELAC 2-405, chaque fois

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences Recueil d exigences Version 1.1 Page 1/13 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.01 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de l

Plus en détail

Vu la Constitution, notamment ses articles 8-4 et 125 (alinéa 2);

Vu la Constitution, notamment ses articles 8-4 et 125 (alinéa 2); Décret exécutif n 97-154 du 3 Moharram 1418 correspondant au 10 mai 1997 relatif à l'administration des biens immobiliers. p.13 Le Chef du Gouvernement, Sur le rapport du ministre de l'habitat; Vu la Constitution,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR

REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR Mise à jour du 01 août 2012 Page 1 sur 6 Préambule Le présent règlement intérieur est établi par le Conseil d Administration conformément aux termes de l article 33 des

Plus en détail

MANUEL DES PROCEDURES D ATTRIBUTION, DE CONTRÔLE ET DE RENOUVELLEMENT DES QUALIFICATIONS ET ATTESTATIONS D IDENTIFICATION

MANUEL DES PROCEDURES D ATTRIBUTION, DE CONTRÔLE ET DE RENOUVELLEMENT DES QUALIFICATIONS ET ATTESTATIONS D IDENTIFICATION MANUEL DES PROCEDURES D ATTRIBUTION, DE CONTRÔLE ET DE RENOUVELLEMENT DES QUALIFICATIONS ET ATTESTATIONS D IDENTIFICATION Edition du 27/10/2011 Organisme de Qualification de l Ingénierie 104, rue Réaumur

Plus en détail

REFERENTIEL DE QUALIFICATION

REFERENTIEL DE QUALIFICATION REFERENTIEL Pour l attribution et le suivi d une qualification d entreprise 11, rue de la Vistule 75013 PARIS tel 01 43 21 09 27 www.qualipropre.org Date d application : Avril 2013 1/7 SOMMAIRE 1. Objet

Plus en détail

Règlement Permanent concernant les Formations

Règlement Permanent concernant les Formations Règlement Permanent concernant les Formations Adopté par la décision du Conseil d Administration de l Université CEU Cardenal Herrera à la date du 8 Novembre 2012. I. Dispositions générales Article 1.

Plus en détail

Vérification et maintenance des systèmes de sécurité des ERP de la Ville de Suippes. Règlement de consultation R.C.

Vérification et maintenance des systèmes de sécurité des ERP de la Ville de Suippes. Règlement de consultation R.C. 06-2014 Vérification et maintenance des systèmes de sécurité des ERP de la Ville de Suippes Règlement de consultation R.C. La procédure de consultation utilisée est le MAPA, en application de l article

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU LOGEMENT, DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DE LA RURALITÉ Arrêté du 19 décembre 2014 modifiant les modalités de validation d une démarche qualité

Plus en détail

Sur le rapport conjoint du ministre de l'habitat et de l'urbanisme, du ministre des travaux publics et du ministre de l'hydraulique,

Sur le rapport conjoint du ministre de l'habitat et de l'urbanisme, du ministre des travaux publics et du ministre de l'hydraulique, Décret n 83-135 du 19 février 1983 portant obligation pour toutes les entreprises publiques privées nationales intervenant dans le cadre du bâtiment, des travaux publics et de l'hydraulique, de détenir

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

Agrément des associations de protection de l environnement

Agrément des associations de protection de l environnement 1 Agrément des associations de protection de l environnement (Articles L 141-1 et R 141-1 à R 141-20 du code de l environnement). Le cadre général Les conditions pour qu une association soit agréée Le

Plus en détail

DROITS DES DIRIGEANTS MANDATAIRES ET AUTRES AU REGIME D'ASSURANCE CHOMAGE TRANSMISSION DES IMPRIMES

DROITS DES DIRIGEANTS MANDATAIRES ET AUTRES AU REGIME D'ASSURANCE CHOMAGE TRANSMISSION DES IMPRIMES Titre DIRECTIVE N Objet Origine DROITS DES DIRIGEANTS MANDATAIRES ET AUTRES AU REGIME D'ASSURANCE CHOMAGE TRANSMISSION DES IMPRIMES Direction des Affaires Juridiques INSK0098 RESUME : Les dirigeants mandataires

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION

NOTE DE PRESENTATION NOTE DE PRESENTATION Projet de décret pris pour l'application de la loi n 62-12 relative à l'organisation de la profession de conseiller agricole Le projet de ce présent décret s inscrit dans le cadre

Plus en détail

CERTIBAT 30 rue Gabriel Péri 92707 COLOMBES Cedex Téléphone : 01 41 32 21 42 Télécopie : 01 47 85 99 17

CERTIBAT 30 rue Gabriel Péri 92707 COLOMBES Cedex Téléphone : 01 41 32 21 42 Télécopie : 01 47 85 99 17 1 - GÉNÉRALITÉS 1.1 CERTIBAT est un organisme de certification dans le domaine de la construction. Il a la fiabilité et la compétence nécessaires qui lui permettent de certifier les systèmes de management.

Plus en détail

- S O M M A I R E - ARTICLE 1 OBJET DE LA CONSULTATION... 3 ARTICLE 2 CONDITIONS DE LA CONSULTATION... 3

- S O M M A I R E - ARTICLE 1 OBJET DE LA CONSULTATION... 3 ARTICLE 2 CONDITIONS DE LA CONSULTATION... 3 REGLEMENT DE CONSULTATION (R. C.) MAITRE DE L OUVRAGE : OBJET DE LA CONSULTATION : COMMUNE DE KOENIGSMACKER Aménagement du parking de la Magnascole (écoles élémentaire et primaire) et du futur multi-accueil

Plus en détail

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ;

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ; Convention entre l Etat et l établissement d enseignement relative aux prêts ne portant pas intérêt destinés aux formations à la conduite de véhicules de catégorie B et à la sécurité routière Vu le code

Plus en détail

LISTE DES EXPERTS PLAISANCE RECOMMANDÉS PAR LE CESAM

LISTE DES EXPERTS PLAISANCE RECOMMANDÉS PAR LE CESAM LISTE DES EXPERTS PLAISANCE RECOMMANDÉS PAR LE CESAM Le CESAM met à la disposition de ses adhérents et de leurs assurés un réseau d Experts recommandés en matière de navigation de plaisance (maritime,

Plus en détail

CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ

CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ X La présente charte est établie par l OPCAIM afin de définir les conditions de son intervention conformément à sa mission, tant vis-à-vis des entreprises adhérentes que des organismes

Plus en détail

Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard

Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard Référentiel en vigueur disponible sur http://www.global-standard.org ou transmis sur simple demande. 1 Sommaire 1/ Référentiel GOTS International

Plus en détail

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE. Objet du marché : Surveillance et entretien des fontaines, bouches et poteaux d incendie.

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE. Objet du marché : Surveillance et entretien des fontaines, bouches et poteaux d incendie. AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE Identification de l'organisme qui passe le marché : Commune d'orsay Pouvoir adjudicateur : M. le Maire d'orsay Adresse : 2 place du général Leclerc - 91 400 ORSAY Objet

Plus en détail

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la fonction publique Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C Le ministre de la fonction publique à

Plus en détail

LCIE C 00-196 Février 2009

LCIE C 00-196 Février 2009 LCIE C 00-196 Février 2009 CERTIFICATION de SYSTEME de MANAGEMENT de la QUALITE en conformité avec la norme ISO 9001 REGLES DE CERTIFICATION Edition n 6 Approuvé par le Directeur Général du LCIE, le 25/02/2009

Plus en détail

Règles de certification de la marque

Règles de certification de la marque N d identification : NF102 N de révision : 10 Date d approbation : 15/06/2012 Date d édition : 29/08/2012 Règles de certification de la marque Validation des méthodes alternatives d analyse Application

Plus en détail

CERTIFICATION CSTBat 11

CERTIFICATION CSTBat 11 CERTIFICATION CSTBat 11 CONDUITS Barème 2015 (montants HT) en application du référentiel de certification NF 052 (Les tarifs indiqués s entendent hors taxes et sont à majorer du taux de TVA en vigueur)

Plus en détail

FOURNITURE DE GAZ POUR BÂTIMENTS MUNICIPAUX DE CYSOING

FOURNITURE DE GAZ POUR BÂTIMENTS MUNICIPAUX DE CYSOING Ville de Cysoing Hôtel de Ville 2, place de la République BP 67 59830 CYSOING Tél : 03.20.79.44.70. Fax : 03.20.79.57.59. N Cys FOURNITURE DE GAZ POUR BÂTIMENTS MUNICIPAUX DE CYSOING Règlement de la Consultation

Plus en détail

Centre de Préparation à L École Nationale d Administration de Sciences Po Bordeaux

Centre de Préparation à L École Nationale d Administration de Sciences Po Bordeaux Centre de Préparation à L École Nationale d Administration de Sciences Po Bordeaux RÉGLEMENT DES ÉTUDES Vu le décret n 2002-50 du 10 janvier 2002 relatif aux conditions d accès et aux régimes de formation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 21 novembre 2006 définissant les critères de certification des compétences des personnes

Plus en détail

Le Délégué à la Sécurité du Personnel

Le Délégué à la Sécurité du Personnel GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Luxembourg, le 30 novembre 1995 ITM-AM 153.1 Le Délégué à la Sécurité du Personnel Bases: - Loi modifiée du 18 mai 1979 portant réforme des délégations du personnel. - Loi du

Plus en détail

REPERTOIRE PROFESSIONNEL DES CONSULTANTS FORMATEURS INDEPENDANTS

REPERTOIRE PROFESSIONNEL DES CONSULTANTS FORMATEURS INDEPENDANTS REPERTOIRE PROFESSIONNEL DES CONSULTANTS FORMATEURS INDEPENDANTS REGLEMENT GÉNÉRAL Octobre 2014 Vers 3 1 Règlement général Article 1 Création du Répertoire Professionnel des Consultants Formateurs Indépendants

Plus en détail

Règlement du label «Logiciel Maison et Centre de santé»

Règlement du label «Logiciel Maison et Centre de santé» Règlement du label «Logiciel Maison et Centre de santé» 1 Candidats éligibles Version n 3.0 du 15/10/2014 La procédure de labellisation est ouverte à toute personne morale propriétaire d une solution logicielle

Plus en détail

CERTIFICATION CSTBat

CERTIFICATION CSTBat CERTIFICATION CSTBat PROCÉDÉS SOLAIRES Barème 2015 (montants HT) en application du référentiel de certification CSTBat 14 (Les tarifs indiqués s entendent hors taxes et sont à majorer du taux de TVA en

Plus en détail

Le placement familial des personnes handicapées et des personnes âgées.

Le placement familial des personnes handicapées et des personnes âgées. ÉTABLISSEMENTS ET SERVICES D ACCUEIL - 4 - Le placement familial des personnes handicapées et des personnes âgées. Établissements et services d accueil et d accompagnement à tous les âges de la vie 75

Plus en détail

MJPM EXERCANT A TITRE INDIVIDUEL PROCEDURE D AGREMENT

MJPM EXERCANT A TITRE INDIVIDUEL PROCEDURE D AGREMENT Février 2013 MJPM EXERCANT A TITRE INDIVIDUEL PROCEDURE D AGREMENT Toute personne souhaitant exercer à titre individuel des mesures de protection des majeurs ordonnées par l autorité judiciaire doit être

Plus en détail

NOR: DEVP1238562A. Version consolidée au 2 juillet 2014

NOR: DEVP1238562A. Version consolidée au 2 juillet 2014 Le 2 juillet 2014 Arrêté du 19 février 2013 encadrant la certification des prestataires en géoréférencement et en détection des réseaux et mettant à jour des fonctionnalités du téléservice «reseaux-et-canalisations.gouv.fr»

Plus en détail

Master MIAGE spécialité Système d Information et Informatique décisionnelle (Bac+5) en formation à distance. Admission - Inscription

Master MIAGE spécialité Système d Information et Informatique décisionnelle (Bac+5) en formation à distance. Admission - Inscription UNIVERSITÉ BORDEAUX 1 SERVICE COMMUN DE LA FORMATION CONTINUE (SCFC) Domaine du Haut-Carré 43 rue Pierre Noailles 33405 TALENCE CEDEX formation.continue@u-bordeaux1.fr www.u-bordeaux1.fr/formation-continue

Plus en détail

Protocole de vérification de conformité de la norme Afnor NF V 25-112 MAJ : 08/09/10

Protocole de vérification de conformité de la norme Afnor NF V 25-112 MAJ : 08/09/10 Protocole de vérification de conformité Norme Afnor NF V 25-112 - Bonnes pratiques d'évaluation des caractéristiques d'un lot de pommes de terre destiné au marché du frais Sommaire Page 1 DOMAINE D'APPLICATION...5

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX MISE EN SECURITE INCENDIE DU BATIMENT DES ARCHIVES HISTORIQUES DE LA VNF A TOULOUSE (31) REGLEMENT DE LA CONSULTATION

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX MISE EN SECURITE INCENDIE DU BATIMENT DES ARCHIVES HISTORIQUES DE LA VNF A TOULOUSE (31) REGLEMENT DE LA CONSULTATION VOIES NAVIGABLES DE FRANCE (VNF) DIRECTION INTERREGIONALE DU SUD-OUEST SECRETARIAT GENERAL CANAL DES DEUX MERS 2, Port St Etienne BP 7204 31 073 TOULOUSE Cedex 7 MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX MISE EN SECURITE

Plus en détail

INSTRUCTION DE TRAVAIL ATTRIBUTION DE LOGEMENT Règlement Intérieur Commission d attribution de logements SA HABITAT DU NORD

INSTRUCTION DE TRAVAIL ATTRIBUTION DE LOGEMENT Règlement Intérieur Commission d attribution de logements SA HABITAT DU NORD Page : 1 sur 5 ARTICLE 1 CREATION & COMPETENCE GEOGRAPHIQUE En vertu des dispositions de l article R 441.9 du Code de la Construction et de l Habitation, il a été créé et validé par le Conseil d Administration

Plus en détail

RÈGLEMENT DE L APPEL D OFFRES DU RÉSEAU D OSTEOPATHES SANTÉCLAIR. www.santeclair.fr ROST1209-007

RÈGLEMENT DE L APPEL D OFFRES DU RÉSEAU D OSTEOPATHES SANTÉCLAIR. www.santeclair.fr ROST1209-007 _ RÈGLEMENT DE L APPEL D OFFRES DU RÉSEAU D OSTEOPATHES SANTÉCLAIR www.santeclair.fr ROST1209-007 SOMMAIRE 1. DEFINITIONS... 2 2. PREAMBULE... 3 3. MAILLAGE DU RESEAU DES OSTEOPATHES PARTENAIRES... 3 4.

Plus en détail

SPECIFICATION TECHNIQUE

SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE QA SURVEILLANCE DES FOURNISSEURS DISPOSANT D'UN SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE EDITION: 02/2003 Index 1. OBJET...3 2. DOMAINE D

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION

REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION Référentiel N NF 367 I82 N de révision : 3 (Juillet 2012) VIDEOSURVEILLANCE Service d installation et de maintenance ORGANISMES CERTIFICATEURS AFNOR Certification 11 rue Francis

Plus en détail

Consultation publique PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS

Consultation publique PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS Consultation publique PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS 2 Présentation et état d avancement du

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES MAIRIE DE BRUYERES-LE-CHATEL - Services des Marchés Publics 2 rue des Vignes 91680 BRUYERES-LE-CHATEL ASSURANCE «DOMMAGE OUVRAGE» ET GARANTIE DECENNALE

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. La validation des acquis de l expérience (VAE)

FICHE TECHNIQUE. La validation des acquis de l expérience (VAE) FICHE TECHNIQUE La validation des acquis de l expérience (VAE) Synthèse Reconnue par le Code du travail, la validation des acquis de l expérience (VAE) permet de faire reconnaître son expérience notamment

Plus en détail

dont le siège social est situé 11 rue du Faubourg Poissonnière 75009 PARIS. dont le siège social est situé.

dont le siège social est situé 11 rue du Faubourg Poissonnière 75009 PARIS. dont le siège social est situé. Convention entre un relais territorial et Offices de Tourisme de France pour le suivi d un office de tourisme après obtention de la marque QUALITE TOURISME via le Référentiel Qualité Offices de Tourisme

Plus en détail

RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006. d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants

RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006. d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006 d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants LE CONSEIL D ÉTAT DU CANTON DE VAUD vu l ordonnance fédérale du 19 octobre 1977 réglant

Plus en détail

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE DE SECURITE ET DE CONDITIONS DE TRAVAIL DE L UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE ARDENNE Document validé par le CHSCT au cours de sa séance du 18 septembre 2012 Mis à

Plus en détail

PROCESSUS DE CONTROLE REFERENTIEL INTRANTS UTILISABLES EN AB PROCESSUS DE CONTRÔLE. Contrôle d intrants utilisables en Agriculture Biologique

PROCESSUS DE CONTROLE REFERENTIEL INTRANTS UTILISABLES EN AB PROCESSUS DE CONTRÔLE. Contrôle d intrants utilisables en Agriculture Biologique Page: 1/6 PROCESSUS DE CONTRÔLE Contrôle d intrants utilisables en Agriculture Biologique 1. LES ETAPES DU CONTROLE 2. LEXIQUE 3. MODE DE TRAITEMENT DES ECARTS Page: 2/6 1/ LES ETAPES DU CONTRÔLE 1 - DEMANDE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2014-1155 du 9 octobre 2014 relatif à la gestion du compte personnel de prévention

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI REGLES GENERALES POUR LA GESTION DES EVALUATEURS ET EXPERTS GEN EVAL REF 01 Révision 03 SOMMAIRE 1 OBJET DU DOCUMENT... 3 2 REFERENCES ET DEFINITIONS... 3 3 DOMAINE D APPLICATION... 5 4 MODALITES D APPLICATION...

Plus en détail

Version 5 mars 2015 RENOVATION ENERGETIQUE *******

Version 5 mars 2015 RENOVATION ENERGETIQUE ******* REFERENTIEL DE CERTIFICATION RENOVATION ENERGETIQUE Version 5 mars 2015 RENOVATION ENERGETIQUE ******* Organisme Certificateur CERTIBAT 45 rue Boissière 75116 PARIS Tel : 01 82 73 15 29 www.certibat.fr

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3225 Convention collective nationale IDCC : 1266. PERSONNEL DES ENTREPRISES DE

Plus en détail

Nous vous invitons par ailleurs à transmettre, s il y a lieu, ces informations à votre expert comptable ou à votre centre de gestion.

Nous vous invitons par ailleurs à transmettre, s il y a lieu, ces informations à votre expert comptable ou à votre centre de gestion. EN PARTENARIAT AVEC Objet : Lettre avenant - Evolution des dispositions du régime d assurance Complémentaire Santé de vos salariés non cadres. Accord départemental du 3 septembre 2009. Raison sociale 1

Plus en détail

ANNEXE I. Modalités de mise en place de l entretien professionnel pour les agents relevant de la fonction publique territoriale

ANNEXE I. Modalités de mise en place de l entretien professionnel pour les agents relevant de la fonction publique territoriale ANNEXE I Modalités de mise en place de l entretien professionnel pour les agents relevant de la fonction publique territoriale Le Département des Hauts-de-Seine substitue, à titre expérimental, au titre

Plus en détail

TRANSPORT EN AMBULANCE SECTEUR UZES Dossier S 33-2009

TRANSPORT EN AMBULANCE SECTEUR UZES Dossier S 33-2009 CENTRE HOSPITALIER LE MAS CAREIRON B. P. 56 30701 UZES cédex --------------------- REGLEMENT DE CONSULTATION TRANSPORT EN AMBULANCE SECTEUR UZES Dossier S 33-2009 Date limite de remise des offres : VENDREDI

Plus en détail

GT CNAS DU 5 MARS 2015 Règlement intérieur du CNAS. Sans changement. Sans changement. Sans changement

GT CNAS DU 5 MARS 2015 Règlement intérieur du CNAS. Sans changement. Sans changement. Sans changement GT CNAS DU 5 MARS 2015 Règlement intérieur du CNAS RI de 2012 Règlement intérieur applicable au conseil national de l action sociale du ministère de l économie, des finances et de l industrie et du ministère

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DE QUALIFICATION ET D ATTRIBUTION DES ATTESTATIONS D IDENTIFICATION

RÉFÉRENTIEL DE QUALIFICATION ET D ATTRIBUTION DES ATTESTATIONS D IDENTIFICATION RÉFÉRENTIEL DE QUALIFICATION ET D ATTRIBUTION DES ATTESTATIONS D IDENTIFICATION (Edition du 05/02/15) Organisme de Qualification de l Ingénierie 104, rue Réaumur - 75002 Paris Tél. : 01.55.34.96.30 - Fax

Plus en détail

REGLEMENT D UTILISATION

REGLEMENT D UTILISATION p. 1/7 REGLEMENT D UTILISATION DE LA MARQUE CEPR DROITS ET DEVOIRS DU CERTIFIE Article 1 : La marque CEPR Calyxis Certification est une branche de Calyxis, Pôle d expertise du risque, chargée notamment

Plus en détail