NOTE D INFORMATION 2010/04 Du 11/03/2010. FISCAL : La réforme de la TP SOCIAL : Les chèques-vacances

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOTE D INFORMATION 2010/04 Du 11/03/2010. FISCAL : La réforme de la TP SOCIAL : Les chèques-vacances"

Transcription

1 NOTE D INFORMATION 2010/04 Du 11/03/2010 FISCAL : La réforme de la TP SOCIAL : Les chèques-vacances I Les chèques vacances A- Rappel des nouvelles règles 1) La loi du 22 juillet 2009 a supprimé la condition de ressources, fondée sur le revenu fiscal de référence, pour avoir droit aux chèques vacances et l obligation pour le salarié de constituer son épargne sur une durée de 4 mois minimum. 2) Selon le décret du 19 octobre 2009, la contribution de l employeur à l acquisition des chèques vacances est au maximum de : - 80 % du montant des chèques vacances si la rémunération brute du salarié est inferieur au plafond mensuel de la Sécurité Sociale (soit par mois pour 2010) - 50 % si la rémunération est supérieure à ce plafond Ces pourcentages sont majorés de 5% par enfant à charge et de 10% par enfant handicapé, titulaire de la carte d invalidité ou de la carte «priorité pour personne handicapée», dans la limite de 15 %. Ces montants sont des maxima en dessous desquels l employeur est libre de fixer sa participation. B- Obligations des employeurs 1) Employeur attribuant déjà des chèques vacances : Ces nouvelles règles n obligent pas les employeurs à modifier les modalités d attribution des chèques-vacances déjà en vigueur. Ainsi, ils peuvent continuer à attribuer des chèques-vacances selon les mêmes conditions, notamment celle liées au revenu fiscal de référence. S il souhaite cependant modifier les conditions d attribution des chèques-vacances, l employeur doit respecter les règles de dénonciation applicables aux engagements unilatéraux. Ainsi, d une part, il doit informer les institutions représentatives du personnel et, de manière individuelle et par écrit chaque salarié concerné ; d autre part, il doit respecter un délai de prévenance suffisant afin de permettre d éventuelles négociations. Aucun délai précis n est à priori imposé par la jurisprudence. En cas de litige sur ce point, il appartient au juge de déterminer, selon le cas d espèce, si le délai prévu par l employeur est ou non suffisant pour permettre l ouverture d éventuelles négociations. Cette durée peut varier selon le nombre de bénéficiaires, du temps pendant lequel l usage a été appliqué ou encore de l importance de l avantage. La dénonciation régulière d un engagement unilatéral s impose à tous les salariés. L employeur pourra ensuite fixer de nouvelles conditions d attribution des chèques-vacances.

2 2) Employeur souhaitant mettre en place des chèques-vacances : Le système des chèques-vacances est purement facultatif, tant pour l employeur libre de le mettre en place dans l entreprise, que pour le salarié libre d en acquérir ou non. Les modalités d attribution des chèques vacances sont définies par l employeur après consultation du comité d entreprise ou à défaut, des délégués du personnel. Désormais, l employeur dispose d une très grande souplesse pour définir les salariés bénéficiaires et les modalités d acquisition des chèques (durée de l épargne et montant de la contribution de l employeur). Une fois définies ces modalités, il signe une convention avec l ANCV, organisme émétteur des chèques-vacances (36 bd Henri-Bergson, Sarcelles cedex ; tel : ; site internet : Dans les entreprises de moins de 50 salariés dépourvues de comité d entreprise, les employeurs doivent respecter les règles suivantes s ils veulent bénéficier d une exonération de cotisations et contributions sociales (hors CSG et CRDS et des taxes et participations sur les salaires) sur le montant de leur contribution : celle-ci doit être plus élevée pour les salariés aux revenus les plus faibles ; elle ne doit pas se substituer à un élément de rémunération ; les modalités d attribution doivent être fixées soit par un accord de branche, national, régional ou local, soit par un accord d entreprise «classique», soit par un accord d entreprise signé avec un ou plusieurs délégués du personnel désignés comme délégués syndicaux, soit sur proposition de l employeur soumise à l ensemble des salariés (C. tourisme art. L411-9 et 10). La condition de ressource ayant été supprimée, tous les salariés de l entreprise, leur conjoint, concubin ou partenaire lié par un PACS peuvent désormais bénéficier des chèquesvacances. Le dispositif a même été étendu par la loi du 22 juillet 2009 aux chefs d entreprise de moins de 50 salariés. L employeur n est pas tenu d en distribuer à tous ses salariés. Il reste libre de déterminer les bénéficiaires et peut limiter leur nombre en retenant notament un critère financier comme le revenu fiscal de référence. Attention toutefois aux critères retenus. Ainsi l employeur ne saurait réserver le bénéfice des chèques-vacances aux seuls salariés ayant des enfants. Ce critère pourrait être jugé discriminatoire car lié à la situation de famille. A condition que l acquisition des chèques-vacances soit fondée sur une contribution conjointe de l employeur et du salarié, les modalités d épargne sont désormais librement définies par l employeur. Il peut prévoir que celle-ci sera constituée en un ou plusieurs versements. De même, le montant de la participation de l employeur n est plus soumis à un minimum de 20 % du montant du chèque-vacances. Il ne peut cependant pas dépasser 80 % pour les salariés sans enfant ou 95 % pour ceux ayant des enfants et dont les rémunérations sont inférieures au plafond de la sécurité sociale ; 50 ou 65 % s ils ont une rémunération supérieure à ce plafond. Est également toujours applicable le plafond global annuel de la contribution de l employeur. Celui-ci est égal à la moitié du produit, évalué au 1er janvier de l année en cours, du nombre total des salariés de l entreprise par le Smic brut mensuel. Par exemple, pour une entreprise employant 150 salariés au 1 er janvier 2010, la contribution globale annuelle de l employeur à l acquisition des chèques-vacances pour tous les salariés bénéficiaires ne peut être supérieure à (150 x 1343,77) /2 soit ,75.

3 De plus, dans les entreprises de moins de 50 salariés dépourvus de comité d entreprise, la participation de l employeur ouvrant droit à exonération sociale est limitée, par salarié et par an, à 30% du Smic mensuel (C. tourisme art L411-9). II La réforme de la TP La TP est remplacée dès 2010 par un nouvel impôt, la CET (Contribution Economique Territoriale), composée de 2 taxes : - La CFE (Cotisation Foncière des Entreprises) assise sur les valeurs locatives foncières. - La CVAE (Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises). Les équipements et biens mobiliers ne sont plus taxés. A- La CFE (cotisation foncière des entreprises) Grosso modo la CFE peut être définie comme une «taxe professionnelle» dont l assiette ne comprendrait plus que les biens passibles d une taxe foncière. 1) Redevables : toutes les personne physiques, personnes morales, les sociétés sans personnalité morale qui exercent à titre habituel une activité professionnelle non salariée 2) Ce qui change par rapport à la TP : les activités de location et de sous location d immeubles (autre que les activités de location ou de sous-location d immeubles à usage d habitation) entrent dans le champ d application de la CFE. Elle n est pas due toutefois si le bailleur retire de cette activité un chiffre d affaire inférieur à ) Exonérations : maintien des exonérations permanentes et temporaires applicables en matière de TP (dégrèvement lié au plafonnement en fonction de la valeur ajoutée, dégrèvement pour réduction des bases). 4) Cotisation minimale : comme en matière de TP, une cotisation minimale est établie à partir d une base dont le montant est fixé par le conseil municipal, et est compris entre 200 et ) Comment est déterminée la valeur locative de la CFE? Elle est calculée suivant les règles fixées pour l établissement de la taxe foncière. 6) Réduction des bases taxables : - Sont maintenus les réductions de la base prévues en matière de TP : réduction de 50% la 1 ere année et réduction en faveur des artisans non exonérés - Sont supprimés : l écrêtement des bases et l abattement général de 16% qui est integré dans les taux qui sont affectés d un coefficient de 0,84. B- La CVAE (cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises) 1) Les principales caractéristiques de la CVAE La CVAE s applique aux redevables de la CFE réalisant un chiffre d affaires excédant Toutefois, les entreprises dont le CA n excède pas bénéficient d un dégrèvement total. Les activités imposables à la CVAE sont identiques à celles de la CFE. Elle est due par des personnes qui exercent une activité professionnelle en France. L ensemble des exonérations prévues par la CFE s applique à la CVAE.

4 La CVAE est assise sur la valeur ajoutée produite par l entreprise au cours de l année d imposition. La valeur ajoutée se définit comme l excédent hors taxes de la production sur les consommations de biens et services en provenance de tiers. La définition de la valeur ajoutée retenue pour le calcul du plafonnement de la TP en fonction de la valeur ajoutée est reprise. Les modifications apportées consistent à tenir compte de l évolution du droit comptable et de la jurisprudence. Toutefois, pour le calcul de la CVAE, la valeur ajoutée ne peut excéder un pourcentage du CA égal à 80% pour les contribuables dont le chiffre d affaires est supérieur ou égal à 7,6 millions d euros et à 85% pour les contribuables dont le chiffre d affaires est supérieur à 7,6 millions d euros.. Le taux d imposition est fixé à 1,5%. Toutefois, le contribuable est en droit de demander un dégrèvement pris en charge par l Etat. Il est égal à la différence entre le montant de la CVAE et l application d un barème progressif (voir tableau ci-dessous). Le montant du dégrèvement est majoré de euros pour les entreprises dont le chiffre d affaires est inférieur à 2 millions d euros. Le montant de la CVAE, après application du dégrèvement ne peut, pour les entreprises dont le chiffre d affaires excède , être inférieur à ) Le montant de la CVAE et l application d un barème progressif CA TAUX FORMULE APPLICABLE < % - Compris entre et Compris entre et Compris entre et De 0 à 0,5 % 0,5% x (CA ) / De 0,5 à 1,4 % 0,5% + 0,9% x (CA ) / De 1,4 à 1,5 1,4 % + 0,1% x (CA ) /

5 C- Modalités déclaratives et de paiement Période de référence Période de référence Appréciation du CA et de la VA Année N-2 Année N-1 Année d imposition N Année N+1 CFE CVAE DEBUT MAI : Dépôt de la déclaration afférente à l imposition en N. Prise en compte des biens dont 1er JANVIER : Fait générateur 15 JUIN : Paiement du premier dispose l entreprise. 15 JUIN : Paiement d un 15 SEPTEMBRE : Paiement du 2 e 15 DECEMBRE : Paiement du solde DEBUT MAI : Dépôt de la déclaration afférente à l imposition en N et versement du solde. A l instar de ce qui était prévu pour la taxe professionnelle, les redevables de la CFE sont tenus de souscrire une déclaration annuelle des bases d imposition au mois de mai de l année précédant celle de l imposition. La déclaration provisoire est maintenue en cas de création d établissement ou de changement d exploitant. La CFE est établie par voie de rôle. Les redevables sont tenus au versement, au plus tard le 15 juin, d un égal à 50 % dès lors que leur cotisation de l année précédente a été au moins de Le paiement du solde (ou de la totalité de la cotisation pour ceux non tenus à l ) doit se faire en décembre. En ce qui concerne la CVAE, les entreprises dont le chiffre d affaire excède doivent souscrire une déclaration annuelle au mois de mai de l année suivant celle au titre de laquelle la cotisation est due*. La CVAE doit être acquittée spontanément par l entreprise par télérèglement. Les entreprises dont la cotisation de l année précédente est supérieure à doivent verser un premier de 50 % de la CVAE au plus tard le 15 juin de l année d imposition et un second au plus tard le 15 septembre. La liquidation définitive de la CVAE s effectuera l année suivant celle de l imposition lors de la déclaration annuelle. *lorsque le CA de l entreprise est supérieur à par télédéclaration. D- Les mesures d encadrement Deux dégrèvements de CET ont été institués. Ces dégrèvements s appliquent sur demande du contribuable au plus tard le 31 décembre de l année suivant l année de la mise en recouvrement du rôle.

6 1) Plafonnement en fonction de la Valeur Ajoutée A l instar de ce qui était prévu pour la taxe professionnelle, la CET est plafonnée en fonction de la VA. Le dégrèvement est égal à la différence entre : - d une part, la cotisation de la CET de l entreprise au titre de l année d imposition ; - d autre part, 3 % de la valeur ajoutée produite par l entreprise (la valeur ajoutée est celle servant de base de calcul de la CVAE). Ce dégrèvement ne peut avoir pour effet de ramener la CET à un montant inférieur à celui de la cotisation minimum de la CFE. Le plafond s applique sur la CFE et la CVAE sur demande du contribuable. 2) Dégrèvement pour écrêtement des pertes Par ailleurs, un dégrèvement pour écrêtement des pertes de 2010 à 2013 est prévu afin de permettre une entrée progressive dans le nouveau système aux entreprises qui vont subir, du fait de la réforme, une augmentation de leur charge fiscale. Il s applique aux entreprises dont le montant de la CET, des frais de chambres de commerce et de métiers ainsi que l imposition forfaitaire prévue sur les entreprises de réseaux dû au titre de 2010 est supérieur de 500 et de 10 % au montant de la TP et des taxes consulaires qui auraient été dû en 2010 en l absence de réforme. Le dégrèvement s applique alors sur la différence entre : - la somme de la CET, des taxes consulaires et de l imposition forfaitaire sur les entreprises de réseaux due au titre de et la somme, majorée de 10 % des cotisations de TP, de taxes consulaires qui aurait été due au titre de 2010 en application du CGI en vigueur au 31 décembre Il est égal à un pourcentage de cette différence (100 % pour 2010, 75 % pour 2011, 50% pour 2012 et 25 % pour 2013). E- Calendrier de la réforme pour 2010 et 2011 C est une réforme d application immédiate. La suppression de la TP est effective depuis le 1 er janvier 2010 et la CET entre en vigueur dès cette date. Il s ensuit qu en 2010 la CFE s applique sur les bases de la déclaration de la TP produite en mai 2009 et faisant référence à la situation de l entreprise au 31 décembre 2008 (ou exercice de 12 mois clos en 2008). Par ailleurs, la CVAE s applique en 2010 en fonction de la valeur ajoutée produite en 2010 (année civile ou dernier exercice de 12 mois clos en 2010). Concernant la CVAE, une déclaration mentionnant la valeur ajoutée produite de 2009 doit être déposée le 4 mai En pratique, cette déclaration ne va servir de base qu aux s de CVAE payés en juin et septembre 2010 et à indiquer le nombre de salariés par établissement employés au cours de la période d imposition, ce qui permettra la répartition de la valeur ajoutée entre les communes.

7 Année 2010 Année mai 15 juin 15 septembre 15 décembre 3 mai CFE 2011 : Bases 2009 Acompte CFE 2010 : 10% TP 2009 Solde CFE 2010 CVAE : VA de 2009 Premier CVAE 2 e CVAE CFE 2012 : Base 2010 CVAE 2010 et versement du solde

La Contribution Economique Territoriale. Réunion d information. 29 mars 2010

La Contribution Economique Territoriale. Réunion d information. 29 mars 2010 La Contribution Economique Territoriale Réunion d information 29 mars 2010 Bref rappel historique Applicable depuis le 1 er janvier 1976, la taxe professionnelle est venue se substituer à la patente. Son

Plus en détail

MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES

MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES Les Chèques-Vacances, institués par l ordonnance n 82-283 du 26 mars 1982, sont des titres, de 10 et 20 euros,

Plus en détail

ACCORD NATIONAL RELATIF A L ORGANISATION DU CHEQUE-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DU BTP

ACCORD NATIONAL RELATIF A L ORGANISATION DU CHEQUE-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DU BTP N 110 - SOCIAL n 29 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 23 août 2011 ISSN 1769-4000 ACCORD NATIONAL RELATIF A L ORGANISATION DU CHEQUE-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DU BTP L essentiel L accord

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N

LETTRE CIRCULAIRE N Montreuil, le 24/03/2011 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE Référence de classement : 1.010.221 SOUS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DE LA SECURISATION JURIDIQUE POLE ENTREPRISES

Plus en détail

De la Taxe Professionnelle À la Contribution Économique Territoriale de la T.P. à la C.E.T.

De la Taxe Professionnelle À la Contribution Économique Territoriale de la T.P. à la C.E.T. La Suppression de la Taxe Professionnelle De la Taxe Professionnelle À la Contribution Économique Territoriale de la T.P. à la C.E.T. - 1 - La Suppression de la Taxe Professionnelle LA CHAMBRE DE MÉTIERS

Plus en détail

Comment calculer la contribution économique territoriale?

Comment calculer la contribution économique territoriale? www.limousinentreprise.fr / Comment calculer la contribution économique territoriale? Chambre de commerce et d'industrie de Paris - inforeg Date de mise à jour : 09/04/2014 La Cotisation foncière des entreprises

Plus en détail

Réforme de la Taxe Professionnelle : Création de la Contribution Economique Territoriale (C.E.T.) Club Industrie 29 juin 2010

Réforme de la Taxe Professionnelle : Création de la Contribution Economique Territoriale (C.E.T.) Club Industrie 29 juin 2010 Réforme de la Taxe : Création de la Contribution Economique Territoriale (C.E.T.) Club Industrie 29 juin 2010 Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable. Sommaire 1 Rappel : La taxe professionnelle

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 10 MAI E-4-11

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 10 MAI E-4-11 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 10 MAI 2011 6 E-4-11 CONTRIBUTION ECONOMIQUE TERRITORIALE. DEGREVEMENT TRANSITOIRE (ARTICLE 2 DE LA LOI DE FINANCES POUR 2010). (C.G.I., art. 1647

Plus en détail

SOMMAIRE Les impôts locaux Les revenus financiers Les revenus fonciers Les plus-values des particuliers L impôt sur le revenu des particuliers

SOMMAIRE Les impôts locaux Les revenus financiers Les revenus fonciers Les plus-values des particuliers L impôt sur le revenu des particuliers SOMMAIRE Les impôts locaux Fiche 1 Les taxes foncières... 4 Fiche 2 La taxe d habitation... 6 Fiche 3 La cotisation foncière des entreprises... 8 Fiche 4 La cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises...

Plus en détail

FLASH INFO DU 2 OCTOBRE 2007

FLASH INFO DU 2 OCTOBRE 2007 FLASH INFO DU 2 OCTOBRE 2007 Réforme du régime social et fiscal des «heures supplémentaires» La loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du tr avail, de l'emploi et du pouvoir d'achat (loi «TEPA») comprend,

Plus en détail

Contact : Karine DUFOUR - Mail : - Tél. :

Contact : Karine DUFOUR - Mail : - Tél. : N 131 - SOCIAL n 65 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 09 septembre 2009 ISSN 1769-4000 L essentiel CHEQUES-VACANCES : MODIFICATIONS APPORTEES PAR LA LOI SUR LE TOURISME La loi sur le tourisme

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 23 DECEMBRE B-17-11

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 23 DECEMBRE B-17-11 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 23 DECEMBRE 2011 5 B-17-11 IMPOT SUR LE REVENU. PLAFONNEMENT DES REDUCTIONS D IMPOT AU TITRE DES INVESTISSEMENTS REALISES OUTRE-MER. COMMENTAIRE

Plus en détail

Charges sociales obligatoires sur les salaires

Charges sociales obligatoires sur les salaires Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 04.17 Du 11/01/17 Charges sociales obligatoires sur les salaires Taux au 1 er janvier 2017 Vous trouverez ci-dessous le tableau des charges

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 14 JUIN E-6-11

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 14 JUIN E-6-11 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 14 JUIN 2011 6 E-6-11 CONTRIBUTION ECONOMIQUE TERRITORIALE. PLAFONNEMENT EN FONCTION DE LA VALEUR AJOUTEE. (C.G.I., art. 1647 B sexies ) NOR : ECE

Plus en détail

RÉFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE

RÉFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE N 12 FISCAL n 5 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 22 janvier 2010 ISSN 1769-4000 RÉFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE L essentiel : La loi de finances pour 2010 supprime la taxe professionnelle

Plus en détail

LOI PORTANT RENOVATION DE LA DEMOCRATIE SOCIALE ET REFORME DU TEMPS DE TRAVAIL Loi n du 20 Août 2008

LOI PORTANT RENOVATION DE LA DEMOCRATIE SOCIALE ET REFORME DU TEMPS DE TRAVAIL Loi n du 20 Août 2008 LOI PORTANT RENOVATION DE LA DEMOCRATIE SOCIALE ET REFORME DU TEMPS DE TRAVAIL Loi n 2008-789 du 20 Août 2008 Textes applicables : Position commune du 9 Avril 2008 sur la représentativité, le développement

Plus en détail

NOTE D'INFORMATIONS I - MODIFICATIONS SOCIALES Augmentation du SMIC horaire brut : 9,67 A compter du 1 er Janvier 2016

NOTE D'INFORMATIONS I - MODIFICATIONS SOCIALES Augmentation du SMIC horaire brut : 9,67 A compter du 1 er Janvier 2016 NOTE D'INFORMATIONS I - MODIFICATIONS SOCIALES 2016 Augmentation du SMIC horaire brut : 9,67 A compter du 1 er Janvier 2016 Les nouvelles modalités de calcul de la réduction Fillon AU 01/01/2016 Un décret

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE. n OBJET GRANDE DIFFUSION 03/04/2012 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE

LETTRE CIRCULAIRE. n OBJET GRANDE DIFFUSION 03/04/2012 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE LETTRE CIRCULAIRE n 2012-0000043 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1.10.04;1.029.4 Montreuil, le 03/04/2012 03/04/2012 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE POLE REGLEMENTATION ET

Plus en détail

Charges sociales obligatoires sur les salaires

Charges sociales obligatoires sur les salaires Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 04.16 Du 22/01/2016 Charges sociales obligatoires sur les salaires Taux au 1 er janvier 2016 Vous trouverez ci-dessous le tableau des charges

Plus en détail

INFORMATIONS SOCIALES - DONNEES CHIFFREES PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE AVANTAGES EN NATURE ET FRAIS PROFESSIONNELS

INFORMATIONS SOCIALES - DONNEES CHIFFREES PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE AVANTAGES EN NATURE ET FRAIS PROFESSIONNELS Service Juridique, Fiscal et Social Paris, le 4 Janvier 2016 INFORMATIONS SOCIALES - DONNEES CHIFFREES NOTE D INFORMATION I II III IV V VI PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE AUGMENTATION DU SMIC COTISATIONS

Plus en détail

PLAFOND DE SECURITE SOCIALE AU 1 ER JANVIER 2016

PLAFOND DE SECURITE SOCIALE AU 1 ER JANVIER 2016 Infos flash PLAFOND DE SECURITE SOCIALE AU 1 ER JANVIER 2016 Le plafond de sécurité sociale applicable aux rémunérations versées du 1 er janvier au 31 décembre 2016 a été fixé par l arrêté du 17 décembre

Plus en détail

Evolutions du cadre juridique des régimes à prestations définies. à droits aléatoires (ou «retraites chapeau») DSS

Evolutions du cadre juridique des régimes à prestations définies. à droits aléatoires (ou «retraites chapeau») DSS CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 4 Bis Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Réforme de la taxe professionnelle : les enjeux en chiffres

Réforme de la taxe professionnelle : les enjeux en chiffres Réforme de la taxe professionnelle : les enjeux en chiffres L annonce, par le Président de la République, du projet de supprimer la part «immobilisations» au sein de la taxe professionnelle a des impacts

Plus en détail

LOI SUR LES REVENUS DU TRAVAIL : VOLET EPARGNE SALARIALE

LOI SUR LES REVENUS DU TRAVAIL : VOLET EPARGNE SALARIALE N 20 - SOCIAL n 14 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 23 janvier 2009 ISSN 1769-4000 L essentiel LOI SUR LES REVENUS DU TRAVAIL : VOLET EPARGNE SALARIALE La loi sur les revenus du travail comporte

Plus en détail

Cas pratique : Famille CHAUDANSON

Cas pratique : Famille CHAUDANSON Cas pratique : Famille CHAUDANSON M. CHAUDANSON Philippe est chef d entreprise individuelle implantée à Teyran (Hérault). Marié, M. CHAUDANSON est père de trois enfants : Eric, dix-sept ans ; Marie, treize

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 MODALITÉS DE CALCUL ET D'IMPOSITION À LA TAXE SUR LES SALAIRES

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 MODALITÉS DE CALCUL ET D'IMPOSITION À LA TAXE SUR LES SALAIRES MODALITÉS DE CALCUL ET D'IMPOSITION À LA TAXE SUR LES SALAIRES La taxe sur les salaires Introduction La taxe sur les salaires est due par les employeurs qui ne sont pas soumis à la TVA sur la totalité

Plus en détail

Projet de loi de finances 2014 : Qui profite de la pause fiscale?

Projet de loi de finances 2014 : Qui profite de la pause fiscale? Le 8 octobre 2013 Projet de loi de finances 2014 : Qui profite de la pause fiscale? 1. Fiscalité des entreprises Le Projet de Loi de Finances 2014 («PLF 2014»), présenté lors du Conseil des ministres du

Plus en détail

Les exonérations Mise à jour en janvier 2011

Les exonérations Mise à jour en janvier 2011 Mise à jour en janvier 2011 Les entreprises présentent au sein d une peuvent bénéficier d exonérations fiscales et sociales. Celles-ci ont pour but d encourager et de soutenir le développement des entreprises

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N

LETTRE CIRCULAIRE N PARIS, le 10/02/03 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2003-035 OBJET : Loi n 2003-47 du 17 janvier 2003 relative aux salaires, au temps de travail et au

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N

LETTRE CIRCULAIRE N Montreuil, le 29/03/2011 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE SOUS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DE LA SECURISATION JURIDIQUE Référence de classement : 1. 010.04; 1.010.10;

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 6 E-1-01 N 26 du 6 FEVRIER 2001 6 I.D.L. / 3-6 E 43 INSTRUCTION DU 31 JANVIER 2001 TAXE PROFESSIONNELLE. CALCUL DES COTISATIONS. DEGREVEMENT.

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LES AIDES À L EMBAUCHE D UN APPRENTI EN FAVEUR DES EMPLOYEURS 2 TOUT SAVOIR SUR LES AIDES À L EMBAUCHE D UN APPRENTI EN

Plus en détail

Memento Version Janvier Salariés Régime Général

Memento Version Janvier Salariés Régime Général Memento 2008 Version Janvier 2008 Salariés Régime Général CHARGES SOCIALES SUR SALAIRE (Taux au 01/01/2008, en %) TAXES DIVERSES PRÉV. RETRAITES COMPLÉMENTAIRES ASSEDIC SÉCURITÉ SOCIALE / URSSAF Employeur

Plus en détail

NOTE D INFORMATION 2012/13 du 17 septembre IR : Contribution sur les hauts revenus

NOTE D INFORMATION 2012/13 du 17 septembre IR : Contribution sur les hauts revenus BO 5 l-2-12, instruction du 03/08/2012 NOTE D INFORMATION 2012/13 du 17 septembre 2012 IR : Contribution sur les hauts revenus En résumé: - La contribution est due par les célibataires, veufs, séparés

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1. La fiscalité des entreprises

SOMMAIRE PARTIE 1. La fiscalité des entreprises Présentation 3 PARTIE 1 La fiscalité des entreprises Chapitre 1 La fiscalité sur les actes juridiques des entreprises 19 1 Généralités sur les actes 19 2 Le coût de l enregistrement 20 Chapitre 2 Les impôts

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN NOUVELLE LECTURE,

SÉNAT PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN NOUVELLE LECTURE, PROJET DE LOI adopté le 24 janvier 1992 N 101 SÉNAT DEUXIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN NOUVELLE LECTURE, relatif aux conditions d'exercice du mandat des

Plus en détail

PEE PERCO. Objectif : Système d épargne collectif permettant aux salariés de se constituer une épargne avec l aide financière de l entreprise.

PEE PERCO. Objectif : Système d épargne collectif permettant aux salariés de se constituer une épargne avec l aide financière de l entreprise. PEE PERCO Le plan d épargne entreprise (PEE) et le plan d épargne pour la retraite collective (PERCO) offrent la possibilité aux salariés de se constituer un portefeuille de valeurs mobilières (celles

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA COMPÉTITIVITE ET L EMPLOI

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA COMPÉTITIVITE ET L EMPLOI N 25 FISCAL n 4 - SOCIAL N 12 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 22 janvier 2013 ISSN 1769-4000 CRÉDIT D IMPÔT POUR LA COMPÉTITIVITE ET L EMPLOI L essentiel : La loi de finances rectificative

Plus en détail

d e s Chirurgiens Dentistes Cotisations Mémento des sages-femmes

d e s Chirurgiens Dentistes Cotisations Mémento des sages-femmes Ca i s s e Au t o n o m e d e Retraite d e s Chirurgiens Dentistes et des Sages-Femmes Cotisations Mémento des sages-femmes La sage-femme Vous débutez votre activité [1 ère et 2 ème années] Lorsque vous

Plus en détail

INDEMNITES DE RUPTURE : régime fiscal et social

INDEMNITES DE RUPTURE : régime fiscal et social Chambre de Commerce et d'industrie de Strasbourg et du Bas-Rhin Direction Juridique FEVRIER 2000 INDEMNITES DE RUPTURE : régime fiscal et social Le régime d assujettissement fiscal et social des indemnités

Plus en détail

Loi de Financement de la Sécurité sociale pour / Cotisations et contributions

Loi de Financement de la Sécurité sociale pour / Cotisations et contributions Loi de Financement de la Sécurité sociale pour 2012 1/ Cotisations et contributions 2/ Les dispositions relatives aux dépenses d assurance maladie. 3/ Les dispositions relatives aux travailleurs indépendants.

Plus en détail

REGIME FISCAL ET SOCIAL DES ATTRIBUTIONS GRATUITES D ACTIONS - RESIDENTS FISCAUX FRANÇAIS - PLANS QUALIFIES

REGIME FISCAL ET SOCIAL DES ATTRIBUTIONS GRATUITES D ACTIONS - RESIDENTS FISCAUX FRANÇAIS - PLANS QUALIFIES REGIME FISCAL ET SOCIAL DES ATTRIBUTIONS GRATUITES D ACTIONS - RESIDENTS FISCAUX FRANÇAIS - PLANS QUALIFIES Le régime exposé ci-après est applicable aux seules actions gratuites attribuées, par des sociétés

Plus en détail

Nature de l indemnité 2017

Nature de l indemnité 2017 Annexes ( Guide pratique Chèque emploi associatif ) Janvier 2017 Frais professionnels Limites d exonération des allocations forfaitaires (Arrêté du 20 décembre 2002 modifié) Nature de l indemnité 2017

Plus en détail

COTISATIONS 2016 POUR L EMPLOI D APPRENTIS

COTISATIONS 2016 POUR L EMPLOI D APPRENTIS N 98 - FORMATION n 11 En ligne sur le site www.fntp.fr le 8 septembre 2016 ISSN 1769-4000 COTISATIONS 2016 POUR L EMPLOI D APPRENTIS L essentiel Les employeurs occupant des apprentis bénéficient d exonérations

Plus en détail

INTERESSEMENT DES SALARIES AUX PLUS-VALUES DE CESSION DE VALEURS MOBILIERES ET DE PARTS SOCIALES

INTERESSEMENT DES SALARIES AUX PLUS-VALUES DE CESSION DE VALEURS MOBILIERES ET DE PARTS SOCIALES INTERESSEMENT DES SALARIES AUX PLUS-VALUES DE CESSION DE VALEURS MOBILIERES ET DE PARTS SOCIALES L Intéressement aux plus-values a pour objet d'associer collectivement les salariés et mandataires sociaux

Plus en détail

CHEQUES-VACANCES : REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES

CHEQUES-VACANCES : REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES N 111 - SOCIAL n 30 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 23 août 2011 ISSN 1769-4000 L essentiel CHEQUES-VACANCES : REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES Le dispositif du chèque-vacances

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 3 P-2-04 N 69 du 19 AVRIL 2004 TAXE POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE DANS LES METIERS DE LA REPARATION DE L AUTOMOBILE, DU

Plus en détail

Le régime des cotisations

Le régime des cotisations Le régime des cotisations 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Mise à jour le 25 janvier 2016 Sommaire La contribution sociale

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2017

NOTE D INFORMATION. Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2017 NOTE D INFORMATION Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales Les cotisants artisans et commerçants reçoivent dès la réalisation de la déclaration sociale des indépendants (DSI), l

Plus en détail

Présentation... 5 Introduction Partie 1 Impôt sur le revenu... 21

Présentation... 5 Introduction Partie 1 Impôt sur le revenu... 21 Sommaire Loi de finances pour 2017 et loi de finances rectificative pour 2016 Présentation... 5 Introduction... 15 Partie 1 Impôt sur le revenu... 21 Fiche 1 : Indexation du barème de l IR et revalorisation

Plus en détail

Les exonérations fiscales

Les exonérations fiscales Conditions générales applicables exonérations aux fiscales... Les exonérations fiscales Le dispositif Zone Franche Urbaine (ZFU) concerne les entreprises...artisanales, commerciales, industrielles, de

Plus en détail

[ Entreprise & administration ] La CSG. et la CRDS sur les salaires A JOUR AU

[ Entreprise & administration ] La CSG. et la CRDS sur les salaires A JOUR AU [ Entreprise & administration ] La CSG et la CRDS sur les salaires A JOUR AU 1 er janvier 2009 La contribution sociale généralisée (CSG) et la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) sont

Plus en détail

Le régime fiscal de la MICRO-ENTREPRISE

Le régime fiscal de la MICRO-ENTREPRISE Le régime fiscal de la MICRO-ENTREPRISE Déroulement de la journée Présentation générale du statut de la micro entreprise Cas pratique Les formalités d immatriculation Les cas de sortie de la micro entreprise

Plus en détail

NOTE SUR LES COTISATIONS SOCIALES 2015

NOTE SUR LES COTISATIONS SOCIALES 2015 Cabinet Pybourdin Brûlé & Associés Société d Expertise Comptable inscrite au Tableau de l Ordre des Experts Comptables de Paris 7, rue Delerue 92120 MONTROUGE - : 01.42.53.59.59 Fax : 01.42.53.87.34 Mail

Plus en détail

CIRCULAIRE ACOSS DU 28 MARS 2013 SUR LA MAJORATION DU TAUX DES CONTRIBUTIONS DUES AU TITRE DU FNAL ET DU VERSEMENT TRANSPORT

CIRCULAIRE ACOSS DU 28 MARS 2013 SUR LA MAJORATION DU TAUX DES CONTRIBUTIONS DUES AU TITRE DU FNAL ET DU VERSEMENT TRANSPORT N 55 - SOCIAL n 26 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 24 avril 2013. ISSN 1769-4000 CIRCULAIRE ACOSS DU 28 MARS 2013 SUR LA MAJORATION DU TAUX DES CONTRIBUTIONS DUES AU TITRE DU FNAL ET DU

Plus en détail

Quelle fiscalité pour les entreprises en 2016? La fiscalité de l épargne salariale des Entreprises

Quelle fiscalité pour les entreprises en 2016? La fiscalité de l épargne salariale des Entreprises Quelle fiscalité pour les entreprises en 2016? La fiscalité de l épargne salariale des Entreprises Les évolutions fiscales de la loi Macron La loi «Macron» pour la croissance, l activité et l égalité des

Plus en détail

Note technique Attribution des chèques-vacances dans les entreprises de moins de 50 salariés

Note technique Attribution des chèques-vacances dans les entreprises de moins de 50 salariés SYNTHESE Textes et références Articles L. 411-1 et s. du code du tourisme Articles R. 411-1 et s. du code du tourisme Ordonnance du 26 mars 1982 Loi n 2009-888 du 22 juillet 2009 de développement et de

Plus en détail

DÉPART VOLONTAIRE DANS LE CADRE D UN ACCORD GPEC : SUPPRESSION DES EXONÉRATIONS SOCIALES ET FISCALES

DÉPART VOLONTAIRE DANS LE CADRE D UN ACCORD GPEC : SUPPRESSION DES EXONÉRATIONS SOCIALES ET FISCALES N-Nour OCTOBRE 2010 DÉPART VOLONTAIRE DANS LE CADRE D UN ACCORD GPEC : SUPPRESSION DES EXONÉRATIONS SOCIALES ET FISCALES Les indemnités versées à l occasion d une rupture du contrat de travail peuvent

Plus en détail

La fiscalité des particuliers

La fiscalité des particuliers KIT FISCALITÉ 2015-2016 SEFI-ARNAUD-FRANEL.COM La fiscalité des particuliers 2015-2016 QCM 25 questions-réponses Questions 1 - Le barème de l impôt sur le revenu comprend : 1 3 tranches ; 2 4 tranches

Plus en détail

Report des déficits des sociétés à l IS : «la nouvelle donne»

Report des déficits des sociétés à l IS : «la nouvelle donne» Modification des règles d imputation 1 Report des déficits des sociétés à l IS : «la nouvelle donne» Modification des règles d imputation 2 La deuxième loi de finances rectificative pour 2011 (Loi N 2011-1117

Plus en détail

1) Le plafond de Sécurité Sociale : 4) L exonération des titres restaurant :

1) Le plafond de Sécurité Sociale : 4) L exonération des titres restaurant : Note Sociale 16 janvier 2015 1) Le plafond de Sécurité Sociale : Pour les rémunérations versées à compter du 1 er plafond de la sécurité sociale sont les suivantes : janvier 2015, les valeurs du VALEURS

Plus en détail

APRÈS ART. 24 N 409 ASSEMBLÉE NATIONALE 4 décembre 2012 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR (N 403) AMENDEMENT

APRÈS ART. 24 N 409 ASSEMBLÉE NATIONALE 4 décembre 2012 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR (N 403) AMENDEMENT Amendement permettant l'application des dispositions des deux derniers alinéas de l'article 99 du Règlement APRÈS ART. 24 N 409 ASSEMBLÉE NATIONALE 4 décembre 2012 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012

Plus en détail

SOMMAIRE 3 - INDEMNITE EXCEPTIONNELLE ALLOUEE A CERTAINS FONCTIONNAIRES SUITE AU TRANSFERT DE LA COTISATION MALADIE VERS LA CSG...

SOMMAIRE 3 - INDEMNITE EXCEPTIONNELLE ALLOUEE A CERTAINS FONCTIONNAIRES SUITE AU TRANSFERT DE LA COTISATION MALADIE VERS LA CSG... 1/5 SOMMAIRE 3 - INDEMNITE EXCEPTIONNELLE ALLOUEE A CERTAINS FONCTIONNAIRES SUITE AU TRANSFERT DE LA COTISATION MALADIE VERS LA CSG...2 31 - PRINCIPES... 2 311 - Objet de l indemnité... 2 312 - Personnels

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 6 D-1-04 N 156 du 7 OCTOBRE 2004 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2002 N 2002-1576 DU 30 DECEMBRE 2002. (C.G.I., art. 193 ter, 1411,1414 A et

Plus en détail

FICHE PRATIQUE Les conditions et modalités du contrat de génération

FICHE PRATIQUE Les conditions et modalités du contrat de génération FICHE PRATIQUE Les conditions et modalités du contrat de génération Conçu pour faciliter l insertion des jeunes et favoriser l embauche ou le maintien dans l emploi des salariés âgés, tout en assurant

Plus en détail

GUIDE CFTC DES IMPÔTS 2009

GUIDE CFTC DES IMPÔTS 2009 IMPÔTS LEXIQUE A Abattement : Somme forfaitaire qui est déduite des revenus. Par exemple, les personnes âgées de plus de 65 ans ou invalides sous certaines conditions bénéficient d un abattement de 2 266

Plus en détail

Brochure n o

Brochure n o MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3159-1000 Convention collective nationale IDCC : 2596. COIFFURE ET PROFESSIONS CONNEXES AVENANT N O 2 DU

Plus en détail

Circulaire interministérielle du 22 novembre 2001 et lettre circulaire Acoss n du 30 janvier 2002.

Circulaire interministérielle du 22 novembre 2001 et lettre circulaire Acoss n du 30 janvier 2002. notice d information Pour tout renseignement, contacter : Tél. : 01 44 90 20 62 Fax : 01 44 90 20 68 cotisation@crpcen.fr Intéressement Textes de référence Loi du 12 juillet 1937, article 3. Loi n 2001-152

Plus en détail

PLFSS 2013 Les députés adoptent définitivement le budget de la sécurité sociale pour 2013

PLFSS 2013 Les députés adoptent définitivement le budget de la sécurité sociale pour 2013 Diane Patrimoine PLFSS 2013 Les députés adoptent définitivement le budget de la sécurité sociale pour 2013 Lors de sa réunion du lundi 3 décembre 2012, la Commission des affaires sociales a adopté, en

Plus en détail

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE ET TRANSMISSION D ENTREPRISES

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE ET TRANSMISSION D ENTREPRISES N 108 FISCAL n 14 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 25 septembre 2008 ISSN 1769-4000 LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE ET TRANSMISSION D ENTREPRISES L essentiel La loi n 2008-776 du 4 août

Plus en détail

Le Compte Epargne-Temps

Le Compte Epargne-Temps Le Compte Epargne-Temps Références : - Décret n 2004-878 du 26 août 2004 relatif au compte épargne-temps dans la fonction publique territoriale, modifié par le décret n 2010-531 du 20 mai 2010, - Arrêté

Plus en détail

COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTEE DES ENTREPRISES

COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTEE DES ENTREPRISES Déclaration N 1330-CVAE Lorsque les entreprises réalisent un chiffre d'affaires HT supérieur à 152 500 elles sont assujetties à la CVAE et soumises à l obligation de dépôt de la déclaration n 1330-CVAE.

Plus en détail

SOCIAL/EMPLOI/ FORMATION

SOCIAL/EMPLOI/ FORMATION Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie SOCIAL/EMPLOI/ FORMATION Date : 22/01/07 N : 04.07 LES PRINCIPAUX CHANGEMENTS AU 1 ER JANVIER 2007 1) Plafond annuel de sécurité sociale Rappel : le

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 4 L-2-01 N 117 du 29 JUIN 2001 4 F.E. / 16 INSTRUCTION DU 20 JUIN 2001 TAXES DIVERSES DUES PAR LES ENTREPRISES. PRELEVEMENT EXCEPTIONNEL SUR LA

Plus en détail

Régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail à compter du 1 er janvier 2012

Régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail à compter du 1 er janvier 2012 DSI CENTRALE CENTRE DE SOLUTIONS RH PPR - AJR Contact NGUYEN CELINE Tél : 01 58 35 37 18 Fax : E-mail : Destinataires Tous services x C1 Interne C2 Restreint C3 Confidentiel C4 Secret Date de validité

Plus en détail

L emploi des seniors et leur maintien dans l activité

L emploi des seniors et leur maintien dans l activité L emploi des seniors et leur maintien dans l activité 1. LES NEGOCIATIONS SUR L EMPLOI DES SENIORS... 2 1.1. NEGOCIATION AU NIVEAU DE LA BRANCHE... 2 1.2. NEGOCIATION AU NIVEAU DE L ENTREPRISE... 2 2.

Plus en détail

Cas pratique FER. Elle est mariée à Monsieur FER Roland qui exerce la profession d agent de maintenance à la Région.

Cas pratique FER. Elle est mariée à Monsieur FER Roland qui exerce la profession d agent de maintenance à la Région. Cas pratique FER Mme. FER Lucie est chef d entreprise. Elle détient 90% d une SARL TRIDENT assujettie à l impôt sur les sociétés et dont le siège est à MONTPELLIER. Elle en est la gérante. Elle est mariée

Plus en détail

EVOLUTIONS SOCIALES POUR 2011

EVOLUTIONS SOCIALES POUR 2011 LE PARTENAIRE INFORMATIQUE DU MAINTIEN A DOMICILE INFOLOGIS 10 rue Just Veillat 36000 Châteauroux tél. 02.54.08.70.80 fax 02.54.08.70.89 Email : infologis@orange.fr Date : 14 décembre 2010 EVOLUTIONS SOCIALES

Plus en détail

MODALITÉS DE CALCUL DE LA RÉDUCTION FILLON Les règles applicables au 1 er janvier 2016

MODALITÉS DE CALCUL DE LA RÉDUCTION FILLON Les règles applicables au 1 er janvier 2016 Groupement des Métiers de l Imprimerie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- MODALITÉS DE CALCUL DE LA RÉDUCTION

Plus en détail

SOCIAL: CE QUI CHANGE EN 2012

SOCIAL: CE QUI CHANGE EN 2012 SOCIAL: CE QUI CHANGE EN 2012 Voici, sous forme de «liste à la Prévert» les principales nouveautés à appréhender dès le début de l année. 1. Salaires, cotisations et contributions sociales Plafond de sécurité

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2013/1 NOTE COMMUNE N 1/2013 R E S U M E

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2013/1 NOTE COMMUNE N 1/2013 R E S U M E BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2013/01/05 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2013/1 NOTE COMMUNE N 1/2013 Objet : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Service juridique CSFV

Service juridique CSFV Service juridique CSFV Les principales mesures de la loi du 8 février 2008 pour le pouvoir d achat La loi n 2008-11 du 8 février 2008 pour le pouvoir d achat prévoit trois mesures principales : - le rachat

Plus en détail

L accord a été signé par le MEDEF, la CGPME et l UPA, d une part, et la CFDT, la CGT-FO et la CFTC, d autre part.

L accord a été signé par le MEDEF, la CGPME et l UPA, d une part, et la CFDT, la CGT-FO et la CFTC, d autre part. N 95 - SOCIAL n 23 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 22 juin 2011. ISSN 1769-4000 ACCORD RELATIF AUX RETRAITES COMPLEMENTAIRES AGIRC ARRCO AGFF L essentiel Au terme de plusieurs mois de négociations

Plus en détail

REDUCTION D ISF EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT DANS LES PME

REDUCTION D ISF EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT DANS LES PME N 63 FISCAL n 9 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 23 mai 2008 ISSN 1769-4000 REDUCTION D ISF EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT DANS LES PME L essentiel : La loi du 21 août 2007 en faveur du travail,

Plus en détail

MODALITES DE PRISE EN CHARGE PARTIELLE DU TRAJET DOMICILE TRAVAIL DES AGENTS DE LA FPT

MODALITES DE PRISE EN CHARGE PARTIELLE DU TRAJET DOMICILE TRAVAIL DES AGENTS DE LA FPT Références MODALITES DE PRISE EN CHARGE PARTIELLE DU TRAJET DOMICILE TRAVAIL DES AGENTS DE LA FPT Loi n 2008-1330 du 17 décembre 2008 de financement de la sécurité sociale pour 2009 (notamment son article

Plus en détail

INFORMATIONS SOCIALES COMPTE PERSONNEL DE FORMATION NOUVEAU MODE DE CALCUL DE LA REDUCTION FILLON NOUVELLES MODALITES DE CALCUL DES IJSS

INFORMATIONS SOCIALES COMPTE PERSONNEL DE FORMATION NOUVEAU MODE DE CALCUL DE LA REDUCTION FILLON NOUVELLES MODALITES DE CALCUL DES IJSS Service Juridique, Fiscal et Social Paris, le 15 Janvier 2015 INFORMATIONS SOCIALES CE QUI CHANGE AU 1 ER JANVIER 2015 NOTE D INFORMATION I II III IV V VI VII COMPTE PERSONNEL DE FORMATION COMPTE PENIBILITE

Plus en détail

La contribution économique territoriale (CET) : CFE et CVAE (cours)

La contribution économique territoriale (CET) : CFE et CVAE (cours) La contribution économique territoriale (CET) : CFE et CVAE (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I Le champ d application de la CFE... 4 Activité exercée à titre habituel...

Plus en détail

Paie Ce qui change au 1er janvier 2015

Paie Ce qui change au 1er janvier 2015 Paie Ce qui change au 1er janvier 2015 1 SMIC au 1 er janvier 2015 Taux horaire brut Taux horaire majoré SMIC mensuel 151,67 h Jeunes travailleurs de moins de 18 ans Apprentis (mensuel) Contrat de professionnalisation

Plus en détail

Travail et Cérébro-lésion

Travail et Cérébro-lésion Association de Familles de Traumatisés crâniens et de Cérébro-lésés Paris 15 Novembre 2012 Travail et Cérébro-lésion Ressources du travail et Allocation aux Adultes Handicapés Monsieur Michel BARCLAY Référent

Plus en détail

Le décret modifie le décret du 28 mars 2013 relatif aux finalités de la DSN et aux données qu elle inclut.

Le décret modifie le décret du 28 mars 2013 relatif aux finalités de la DSN et aux données qu elle inclut. Déclaration et paiement des cotisations sociales : mise en œuvre de la généralisation de la DSN Le décret n 2016-1567 du 21 novembre 2016 relatif à la généralisation de la DSN est publié au Journal officiel

Plus en détail

PREMIERE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2011

PREMIERE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2011 N 149 FISCAL n 14 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 07 octobre 2011 ISSN 1769-4000 PREMIERE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2011 L essentiel : La première loi de finances rectificative

Plus en détail

ebook ACConseils. Janvier Tous droits réservés 5 articles pour Un coup d avance!

ebook ACConseils. Janvier Tous droits réservés  5 articles pour Un coup d avance! 5 articles pour Un coup d avance! Sommaire 1. Travail à temps partiel : durée minimale obligatoire à compter de 2014 2. Montant de l'indemnité forfaitaire de conciliation 3. TVA : obligation de recourir

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 3 P-3-04 N 69 du 19 AVRIL 2004 TAXE POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE DANS LES METIERS DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

Plus en détail

Annexe aux fiches 2 et 4 Exemples de calcul

Annexe aux fiches 2 et 4 Exemples de calcul Annexe aux fiches 2 et 4 Exemples de calcul Les exemples ci-dessous illustrent les modalités de calcul de la réduction générale dégressive sur les bas et moyens salaires (art. L. 241-13 du code de la sécurité

Plus en détail

MODALITÉS DE CALCUL DE LA RÉDUCTION FILLON Les règles applicables au 1 er janvier 2015

MODALITÉS DE CALCUL DE LA RÉDUCTION FILLON Les règles applicables au 1 er janvier 2015 Groupement des Métiers de l Imprimerie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- MODALITÉS DE CALCUL DE LA RÉDUCTION

Plus en détail

ELUS LOCAUX RETENUE A LA SOURCE - INDEMNITES DE FONCTION 2016 A COMPTER DU 1 ER JUILLET 2016

ELUS LOCAUX RETENUE A LA SOURCE - INDEMNITES DE FONCTION 2016 A COMPTER DU 1 ER JUILLET 2016 ELUS LOCAUX RETENUE A LA SOURCE - INDEMNITES DE FONCTION 2016 A COMPTER DU 1 ER JUILLET 2016 Références Article 47 de la Loi n 92-147 du 31/12/92 de finances rectificative pour 1992 (J.O. du 5/01/1993)

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE n

LETTRE CIRCULAIRE n LETTRE CIRCULAIRE n 2013 0000012 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1.015.8 Montreuil, le 12/02/2013 12/02/2013 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE GESTION DES COMPTES Affaire suivie

Plus en détail

Principales modifications apportées par la loi de finances rectificatives pour 2015 et la loi de finances

Principales modifications apportées par la loi de finances rectificatives pour 2015 et la loi de finances Manuel DCG 4, Droit fiscal Emmanuel Disle, Jacques Saraf Nathalie Gonthier-Besacier et Jean-Luc Rossignol Principales modifications apportées par la loi de finances rectificatives pour 2015 et la loi de

Plus en détail

Cette circulaire est disponible sur le site htpp://www.securite-sociale.fr/

Cette circulaire est disponible sur le site htpp://www.securite-sociale.fr/ Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique, Ministère du travail, des relations sociales et de la solidarité Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports Direction de la

Plus en détail