AVOCATS PROCÉDURES COLLECTIVES (I)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AVOCATS PROCÉDURES COLLECTIVES (I)"

Transcription

1 C a b i n e t I s a b e l l e D I D I E R & A s s o c i é s S E L A R L d A d m i n i s t r a t e u r J u d i c i a i r e AVOCATS PROCÉDURES COLLECTIVES (I) Maître ISABELLE DIDIER Administrateur Judiciaire Paris Rueil Malmaison Avocat Paris

2 PLAN I. De la nécessité pour une société en difficulté de se faire représenter par un avocat II. A la difficulté pour les avocats de faire accepter leur intervention A. Défaut de qualité des dirigeants pour mandater un avocat 1. Les obstacles rencontrés 2. Les recommandations de la profession B. Défaut de paiement des avocats non choisis par les organes de la procédure 1. Des critères adoptés par la cour de cassation 2. Des critères contestés par la profession - 2 -

3 Le milieu des procédures collectives est l objet de multiples reproches. Bien ou mal fondés, cela importe peu. Ce qui importe c est l impression que cela projette sur le justiciable : crainte d être dépossédé, peur d un traitement inéquitable, angoisse face à l absence de communication, impression d être jugé sans être compris. C est parce que cet environnement est fermé, parce que les acteurs semblent s y mouvoir à leur aise grâce à des codes connus d eux seuls et parce que des histoires terribles circulent faisant douter les plus solides que les chefs d entreprises ont besoin de se faire conseiller, accompagner et que tout naturellement ils se tournent vers un avocat afin de défendre les intérêts de l entreprise, d accroitre ses chances de redressement mais également pour apprécier leurs risques. De la déclaration de cessation des paiements à l adoption d un plan en passant par les différentes étapes de la procédures, le dirigeant ressent généralement cet environnement judicaire comme hostile. D où la nécessité pour un chef d entreprise de se faire représenter par un avocat (I), pourtant très rapidement ces derniers vont se trouver confrontés à de sérieuses difficultés (II). I. De la nécessité pour une société en difficulté de se faire représenter (par un avocat) Le principe de dessaisissement qui accompagne l ouverture des procédures de liquidation et parfois les redressements, le partage de l administration de l entreprise avec un administrateur judiciaire, la crainte de perdre l entreprise, préemptée par un tiers concurrent, la perte de revenus, les risques de sanctions, tout participe à déstabiliser le chef d entreprise. C est dans un tel contexte de crainte et de risques latents que l article 6-1 de la CEDH prend toute sa portée. Consacrant le principe du procès équitable, il précise que : «Toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement, publiquement et dans un délai raisonnable, par un tribunal indépendant et impartial, établi par la loi,»

4 Or pour que la cause du débiteur en procédure collective soit entendue, il est nécessaire, voire indispensable qu il soit représenté par un avocat. Le milieu consulaire français est baigné de «particularismes» locaux, d usages et de réseaux. Le domaine des procédures collectives est l objet de vives critiques. On évoque régulièrement les abus et les excès de pouvoir. L avocat est donc le garde-fou nécessaire pour que le chef d entreprise ne trébuche pas, par méconnaissance des codes locaux, et que l entreprise puisse bénéficier des options les plus favorables. De sorte que, dans ce champ du droit, les tribunaux devraient être particulièrement attentifs à ce que des justiciables, amoindris par un contexte très déstabilisant puissent être valablement accompagnés par des avocats. Le droit français a consacré ce principe dans d autres domaines du droit mais n a pas de façon claire reconnu l applicabilité de l art 6 de la CEDH au domaine des procédures collectives. Rappelons que le législateur français, antérieurement à la loi de sauvegarde de 2005, privait purement et simplement la personne morale de représentant légal, lorsque la liquidation judiciaire était prononcée. Il y avait donc un liquidateur pour exercer les droits patrimoniaux de l entreprise, et personne pour exercer ses droits propres, tel le droit d interjeter appel par exemple. La CEDH a condamné la France pour non respect des droits de la défense 1. Bien que le législateur se soit empressé, à l occasion de la première réforme, à savoir la loi de sauvegarde 2005 de prévoir le maintien en fonction des dirigeants sociaux, les droits de la défense ne sont pas pour autant respectés, dans la mesure où les dirigeants sociaux peuvent difficilement avoir recours aux services d un avocat lorsque ce dernier n est pas accepté par les organes de la procédure collective. 1 CEDH, 3e sect., 8 mars 2007, n 23241/04, Arma c/ France, note M.-Ch. Monsallier-Saint Mleux, JCP G 2007, n 46, II

5 Le droit des procédures collectives est par essence un domaine où des intérêts contradictoires s affrontent. Les mandataires de justice qui représentent les intérêts sociaux ainsi que les intérêts collectifs des créanciers devraient avoir un positionnement parfaitement neutre qui les met à l abri de la critique. Toutefois, leurs positions, choix ou arbitrages peuvent entrer en conflit avec ceux de tiers qui peuvent contester les actions de mandataires de justice. L une des critiques fréquentes porte sur le choix d avocats pour assister les organes de la procédure et le coût de leurs interventions. De sorte que l avocat qui intervient dans ce domaine prend des risques de voir ses prestations critiquées et restées impayées qu il intervienne pour les dirigeants sociaux ou pour les mandataires de justice. II. A la difficulté pour les avocats de faire accepter leur intervention et de se faire payer Malgré la nécessité pour un débiteur en procédure collective de se faire représenter par un avocat, le dirigeant social n a pas toujours qualité pour en solliciter un (A), d ailleurs s il prend le risque de le faire sans avoir l autorisation de l administrateur judiciaire, l avocat risque de voir ses honoraires impayés (B). A. Défaut de qualité des dirigeants pour mandater un avocat Les chefs d entreprises se heurtent à de nombreuses difficultés lorsqu il est question de mandater un avocat (1), toutefois les praticiens formulent certaines recommandations afin de les contourner (2) 1. Les obstacles rencontrés Se faire représenter par un avocat, pour un débiteur en procédure collective, est si ce n est indispensable ; du moins essentiel pour comprendre l univers des procédures collectives, anticiper pour répondre avec rapidité aux questions de l administrateur ou du mandataire, préparer les étapes de la procédure afin d être à même de prévoir et d organiser la solution de sortie. Cela requiert généralement le concours d avocats maitrisant le domaine spécifique des difficultés d entreprises

6 Mais les mandataires peuvent eux-aussi avoir à se faire représenter et doivent agir dans le cadre de procédures connexes au contentieux principal de la procédure collective, peu importe que ces procédures aient été engagées avant l ouverture ou après le prononcé du jugement de procédure collective. La capacité à se faire assister tant pour l entreprise que pour le mandataire varie selon la nature des procédures : La procédure de sauvegarde, procédure encore peu utilisée dans laquelle le dirigeant est seul maître à bord de son entreprise, (debtor in possession). Il peut donc, à ce stade, faire le choix de son conseil car, gérant seul l entreprise, il est libre d en faire assumer le coût par la société, sous la réserve bien sur que ces contentieux servent l intérêt de l entreprise. L administrateur qui, le plus souvent, ne fait qu assister, n intervient pas sur cette relation et sur cette convention. Ainsi sauf cas rare de conflit d intérêt, le dirigeant sollicite le conseil de son choix et a toute liberté pour signer (et régler) toute convention d honoraires. A l exception des problèmes qui seront analysés ultérieurement de solvabilité et de risques de changement d état, l avocat qui accompagne son client en sauvegarde est dans une relation «normale» et ne devrait pas craindre que la situation d insolvabilité ait des conséquences fâcheuses sur ses honoraires. Bien sur, l administrateur ou le mandataire peuvent avoir à faire intervenir des avocats dans le cadre de contentieux annexes au contentieux principal et doit pouvoir faire intervenir un avocat en qui il a confiance. Après avoir, pendant des années, fait un principe de toujours choisir son propre avocat («correspondant»), les mandataires de justice se voient «recommander» par leur syndicat professionnel de solliciter l avocat de la société pour qu il assure également sa représentation. Dans ce schéma là, il devra démontrer (en cas de contentieux, fort heureusement rares) que l intervention de cet avocat était évidemment nécessaire à l entreprise et que son coût est proportionnel aux enjeux. Il devra également démontrer que le travail accompli par cet avocat n est pas une tâche dont le mandataire de justice aurait dû s acquitter personnellement auquel cas les honoraires de l avocat seraient à la charge du mandataire et non de la société elle-même. C est ainsi qu une contestation de créances, qui relève des compétences du mandataire judiciaire ne pourra être une mission confiée à l avocat, celle-ci faisant double office avec la mission du mandataire. La procédure de redressement judiciaire : cette procédure implique le plus souvent l intervention d un administrateur judiciaire qui assiste l entreprise. Le dirigeant qui s est fait accompagner par un avocat afin de préparer sa procédure collective, devrait pouvoir être accompagné par celui-ci tout au long de la procédure

7 Il y a encore quelques années, alors que le principe sous-tendu par l art 6 de la CEDH n était pas entré dans la pratique judiciaire, les mandataires de justice faisaient peu de cas de ce droit et l avocat de l entreprise se trouvait rapidement en porte à faux ne devant son maintien en place qu à un subtil équilibre commercial. Avocat de la société en procédure collective, il était en fait un «apporteur d affaires» pour l administrateur ou le mandataire qui faisaient alors attention à préserver ce lien. Cet intérêt est maintenant conforté par le principe du droit au procès équitable. Mais, il trouve quand même des limites importantes qui vont parfois jusqu à rendre impratiquable l accompagnement de l entreprise par un avocat lorsqu un conflit existe ou que des intérêts divergents génèrent une opposition entre le dirigeant social et les mandataires de justice En effet, dans le cadre du redressement judiciaire, l ensemble des règlements doit faire l objet d une double signature : celle du représentant légal de l entreprise et celle de l administrateur. Les honoraires de l avocat choisi par le dirigeant sont donc soumis à ce couperet. Les honoraires ont pu faire l objet d une convention d honoraires avec le dirigeant, le travail a pu être réalisé à la satisfaction du client (entreprise - dirigeant) sans que, pour autant, l administrateur ne contresigne ces honoraires. Ceci peut être le cas quand l administrateur veut «marquer son territoire» ou que l avocat défend des intérêts de son client divergents de la position de l administrateur. Pour fragiliser le chef d entreprise, l administrateur s oppose au règlement des honoraires de l avocat mettant celui-ci dans une position délicate. Soit il accompagne la société de façon» bénévole» soit il entre en conflit avec l administrateur pour obtenir le paiement de ses honoraires. Ce litige est généralement porté devant le bâtonnier mais génère des délais d encaissement extrêmement longs et insupportables quand le travail d accompagnement d entreprises en difficulté implique disponibilité et connaissance intime des procédures. Il peut également avoir des conséquences dommageables pour le dirigeant de l entreprise. Un tel contentieux gâcherait définitivement la sérénité des relations entre les organes de la procédure et le dirigeant social. On comprend que, là où dans un monde idéal, administrateur, avocat de l entreprise en difficultés et son dirigeant devraient collaborer à la solution idéale, ou parfois la moins mauvaise possible, la réalité est toute autre. Conflit d intérêt et choix de solutions ou de repreneurs contraires aux espérances de l entreprise sont autant de sources de conflit qui se règlent parfois sur le dos du conseil et plus sournoisement sur ses honoraires

8 2. Les recommandations de la profession Plusieurs questions se posent en matière d accompagnement : Le justiciable dont l entreprise est en difficultés a-t-il le droit d être assisté et représenté? L administrateur et le mandataire judiciaire peuvent-ils se faire assister? L avocat en charge de procédures accessoires à la procédure collective peut-il continuer à les suivre? (ex contentieux préexistants ou nouveaux à engager). Ces questions se sont réglées de façon empirique et au gré des relations humaines et de confiance qui peuvent s instaurer entre l avocat de la société et les organes de la procédure. Cependant récemment (septembre 2012), le syndicat professionnel principal, l IFPPC rédigeait un cahier de préconisations sur ce thème.et rappelait l importance des principes supérieurs assurant au justiciable un procès équitable devant une juridiction impartiale. De ce principe semble découler le droit d être assisté et représenté, le droit de comprendre le déroulement d une procédure aux ressorts théâtraux parfois obscurs. L administrateur judicaire ou le mandataire, quelque soit la procédure ne peut refuser à un dirigeant d entreprise d être accompagné de l avocat de son choix. Les organes de la procédure doivent également pouvoir engager pour les assister des avocats pour suivre des phases particulières de la procédure collectives qui, par contre, pour pouvoir être rémunérées sur les frais de justice ne doivent pas recouvrir les missions affectées aux dits organes. Quant aux procédures connexes, il fut une époque où les organes des procédures, abusant de leur autorité évinçait systématiquement les avocats en place pour y substituer leurs propres conseils. Les préconisations de l IFPPC sont un rappel au bons sens : maintien sauf impossibilité : conflit d intérêt. Mais parfois la tentation est forte d appeler conflit d intérêt ce qui est en fait la loi du plus fort : l administrateur judiciaire ou le mandataire judiciaire ; face à son tribunal est généralement dans une meilleure position que le dirigeant et l analyse de la nécessité qu il y avait à substituer tel conseil à tel autre relève de la parole d un auxiliaire de justice, et ce face à un dirigeant auquel, en le privant de son conseil, on a retiré sa capacité de contestation. Car comment continuer à faire entendre sa voix sans conseil? Il est bien sur possible au dirigeant concerné de financer sur ses fonds propres l intervention de son avocat mais comment pourrait-il le faire alors qu un dirigeant de procédure collective perd ses revenus et n a pas le droit aux assedics? Son état économique le rend incapable de se faire aider. Ainsi, en privant le chef d entreprise de la capacité d être accompagné, les mandataires de justice peuvent priver les sociétés de leur capacité d expression et de leur droit de recours. Cette situation est effectivement préoccupante, d autant qu elle pourrait dissimuler un phénomène lourd de conséquences

9 Lorsque l on analyse la justice consulaire, dite bénévole mais en fait financée par les lobbyes professionnels (banques, grandes entreprises) on pondère les critiques en considérant que cette justice n est pas pire que la justice civile car elle présente le même taux de procédures infirmées par la cour. Ce qui semble oublié, c est le fait que le nombre de procédures susceptibles de faire l objet d un recours, ne sont pas contestées faute d avocat pour les porter, et in fine faute de fonds dans de tels dossiers. Ce qu on analyse en regardant le niveau d infirmation c est la perte de l intérêt et de la capacité à agir. Comment un dirigeant peut-il imposer son avocat? Quelle est la valeur d un mandat, une lettre de mission, une convention d honoraire : de tels engagement sont-ils valides? En redressement judiciaire, le dirigeant peut accomplir certains actes dits «actes de gestion courante», sans le concours de l administrateur judiciaire. Faudrait-il encore savoir ce qu est un acte de gestion courante pour pouvoir savoir si un dirigeant peut de son propre chef avoir recours aux services d un avocat? Ou alors doit-il obtenir pour cela l autorisation de l administrateur judiciaire? Cette notion a soulevé de nombreuses interrogations dans la mesure où il s agit d une notion souple avec un périmètre à géométrie variable, laissée à la seule appréciation des juges du fond. Le législateur est resté silencieux sur la question, la doctrine 2 l a définie comme étant l acte permettant à l entreprise de fonctionner au quotidien. La jurisprudence quant à elle, à défaut d établir des critères permettant de distinguer entre les actes de gestion courante, et les actes étrangers à la gestion courante, permet au moins d écarter du champ des actes de gestion courante, certains actes telles les constitutions de sûreté, les compromis et transaction, la continuation des contrats en cours, Cette flexibilité dans la détermination des pouvoirs de l'administrateur implique, lorsqu'il s'agit d'apprécier la régularité d'un acte accompli par le débiteur seul, que le tribunal vérifie le champ exacte de la mission dont l'administrateur est investi 3. Mais qu en est-il du recours à un avocat au cours d une procédure collective? Est-ce un acte de gestion courante? 2 P.-M. Le Corre, Droit et pratique des procédures collectives, D Cass. com., 3 févr. 1998, n : JurisData n ; Bull. civ. 1998, IV, n 56 ; Cass. com., 12 mai 1998, n

10 A priori oui, la personne morale accomplit un acte de gestion courante puisque son cadre d activité a été modifié et que les principes fondamentaux du droit doivent être rappelés : Droit au procès équitable, droit de comprendre De sorte que les critères principaux arrêtés par la doctrine semblent être réunis, à savoir : - La correspondance à l'activité habituelle de l'entreprise ; - S agissant de la modicité de l'acte, il s agira bien sur de vérifier que l intervention n est pas exorbitante ; La jurisprudence a indiqué que l'appréciation du caractère courant d'un acte relève du pouvoir souverain des juges du fond 4. Lorsque la question s est posée à la cour de cassation de savoir si le mandat donné à un avocat, par le débiteur en période d observation sans le concours de l administrateur, est susceptible de constituer un acte de gestion courante,la chambre commerciale de la Cour de Cassation répond à cette interrogation dans un arrêt rendu le et décide de qualifier l acte de gestion courante en fonction de ses honoraires 5. De sorte que la Cour de Cassation induit que l intervention de l avocat à la demande du dirigeant est un acte de gestion courante si le montant des honoraires est raisonnable. Analysons les critères B. Défaut de paiement des avocats non choisis par les organes de la procédure Au cours d une procédure collective, les avocats sont soit sollicités par les organes de la procédure collective, soit par les dirigeants. Dans la première hypothèse, c'est-à-dire si l avocat se voit solliciter par un administrateur ou un mandataire judiciaire, ses honoraires peuvent être contestés par le débiteur qui peut considérer qu ils rentrent dans le travail de l administrateur ou du mandataire et à ce titre doivent être assumés par eux sur leurs honoraires. Lorsque le débiteur décide, de son propre chef de mandater un avocat, celui ci encourt le risque de voir ses honoraires impayés, faute d avoir obtenu l engagement de règlement par l administrateur judiciaire ou le mandataire judiciaire. A moins qu il s agisse d un acte de gestion courante qui engage la société en redressement judiciaire, l avocat devra bénéficier d un privilège de frais de justice et ne sera payé s ils correspondent aux critères de la jurisprudence. 4 Cass. com., 11 juin 1996, n 1121 D, Del Guidice c/ Mariani : BRDA 1996, n 15-16, p. 8 ; Juris-Data n Cass. com., 30 mars 2010, n , F-P+B, Sté Sedex c/ Me Grave ès qual. et a. : JurisData n ; JCl. Procédures collectives, Fasc. 2226, 2388 et 2325 ou JCl. Commercial, Fasc. 2226, 2388 et

11 Afin de permettre aux avocats de distinguer les honoraires susceptibles d être payés et les honoraires qui ne le seront pas, la Cour de Cassation a fixé un certain nombre de critères (1), jugés insuffisants par les praticiens (2). 1. Des critères adoptés par la Cour de Cassation Dans sa jurisprudence, la Cour de Cassation examine deux critères afin de déterminer si le mandat donné à un avocat constitue un acte de gestion courante. Ainsi elle examine dans un premiers temps la nature des missions confiées à l avocat (a), et dans un deuxième temps le coût de leurs honoraires (b). a. Qualification des missions en fonction de leur «nature» La «nature» d un acte ne devrait pas constituer un critère en soit sur lequel il faut se baser pour déterminer si un acte constitue ou non, un acte de gestion courante. Car si la chambre sociale de la Cour de Cassation a eu l occasion de qualifier un acte de gestion courante au regard de sa nature 6, elle a également écarté cette qualification pour les mêmes raisons 7. En matière de missions confiées à l avocat, la Cour de Cassation a dissocié les différentes taches confiées à l avocat et a écarté certains actes de la qualification d actes de gestion courante tel l examen et la contestation du passif, la résiliation des contrats et la préparation d'un plan de redressement. (Tâche que doit exécuter l administrateur et le mandataire judiciaire) La jurisprudence a considéré que ces taches étant inhérentes à la procédure collective, elles relevaient plutôt des organes de la procédure et étaient en tout état de causes étrangères à l'activité habituelle de l'entreprise. Aussi lorsqu un dirigeant social, en sa qualité de représentant légal de la personne morale en période d observation, décide de mandater un avocat de son propre chef, celui-ci devrait veiller à ce que les missions confiées à l avocat ne fassent pas double emploi avec les missions incombant aux organes de la procédure collective, et en particulier avec celles du mandataire judiciaire. De plus afin de bénéficier du privilège de l article L du code de commerce, ces créances doivent nécessairement être nées après le jugement de d ouverture de la procédure collective. C est pourquoi la Cour de Cassation 8 n a pas hésité à dissocier la créance d honoraire d avocat en fonction des taches accomplies antérieurement au jugement d ouverture et celles accomplies postérieurement au jugement d ouverture et qui, seules, à ce titre, bénéficiaient d un privilège de procédure. 6 Cass. soc., 21 sept : Bull. civ. 2005, V, n Cass. soc., 30 mai 2001 : Act. proc. coll , comm. 203, obs. C. Regnaut-Moutier. 8 Cass. Com., 19 juin 2007, n , FS-P+B, Piec, ès qualités c/ SCP Belot, Akhoun, Cregut et Hameroux : Juris- Data n , note H. Croze, Proc. 2077, n 11, comm

12 Pourtant, même en vérifiant scrupuleusement que les missions attribuées à l avocat ont été exécutées après le jugement d ouverture et que celles-ci ne font pas double emploi avec les missions des organes de la procédure, les avocats encourent le risque de voir leurs honoraires impayés. b. Qualification des honoraires en fonction de leur «montant» La Cour de Cassation ne s est pas contentée de la nature des actes accomplis comme seul critère, aussi, même pour «la représentation dans des actions en justice», qui a priori est une mission qui n empiète pas sur les missions confiées aux organes de la procédure, et donc susceptible d être qualifiée de gestion courante, la Cour de Cassation a pris en compte un autre critère : celui du montant de la note d'honoraires. Ainsi les juges tiennent compte du montant des notes d honoraires pour apprécier si ces dernières sont de nature à grever la situation de la société au détriment des autres parties prenantes 9. La doctrine a jugé le critère du montant des honoraires pour qualifier un acte de gestion courante comme étant un critère pertinent tout en regrettant la non fixation d un seuil par le tribunal au-delà duquel le débiteur ne pourrait valablement agir seul 10. Car le critère du montant «raisonnable», présente l inconvénient de voir l'appréciation varier en fonction des juridictions sans compter que les personnes morales en procédure collective risquent d avoir des difficultés in futurum à trouver des avocats qui pourraient craindre et à juste titre de voir leurs honoraires impayés. Ces différentes jurisprudences portent une atteinte directes à l article 6 CEDH dans la mesure où les personnes morales, en plus de subir une procédure collective, rencontrent des difficultés à faire respecter leur droit à la défense, pourtant consacré par la Convention Européenne des Droits de l Homme. Finalement tel que l a indiqué un auteur «En matière d honoraires d avocats postérieurs au jugement d ouverture, tout est donc question de dosage, de bon sens et de mesure» Des critères contestés par la profession Ces critères affirmés par la jurisprudence ont fait l objet de vives critiques parmi les praticiens qui considèrent, eux, qu il ne faut pas tenir compte de la nature des missions (a) mais de la proportionnalité du montant (b). 9 Cass. 1re civ., 13 nov. 1997, n : JurisData n F. Pérochon, R. Bonhomme, Entreprises en difficulté Instruments de paiement et de crédit, LGDJ, coll. Manuels, 8e éd. 2009, n Cass. com., 30 mars 2010, n , note A. Martin-Serf, RTD Com. 2010, p

13 a. La non-qualification des missions en fonction de leur «nature» La Cour de Cassation a exigé, pour autoriser la prise en charge des honoraires d avocat que les missions accomplies par ce dernier ne se chevauche pas avec les missions des organes de la procédure collective. Ainsi la haute juridiction a clairement affirmé dans l une de ses jurisprudences 12 que la prise en charge par un avocat, de missions, telles l examen du passif, la contestation des créances ou encore l élaboration d un projet de plan se chevauchait avec les missions des organes de la procédure collective. Aussi de telles missions ne sauraient être prises en charge par la procédure collective. Cette décision implique que les organes de la procédure accomplissent les missions qui leur sont confiées avec célérité et dans l intérêt bien comprise de l entreprise. Ce n est malheureusement pas toujours le cas. Aussi, à la lecture de cette décision devrait on tolérer qu un dirigeant d entreprise confronté à l incurie d un professionnel qu il estime contraire à l intérêt de sa société ne puisse se faire assister?. Si la Cour de Cassation a affirmé que la mission d élaboration d un plan incombait à l administrateur judiciaire. Qu en est-il lorsque l administrateur décide d élaborer un plan de cession alors que la personne morale déciderait d élaborer un plan de redressement? Le tribunal doit-il tenir compte du seul plan de cession? Ou doit-il examiner également le plan élaboré par la personne morale qui opte pour un plan de redressement et permet ainsi la poursuite de l activité, le maintien de l emploi et l apurement du passif? Faut-il tenir compte du plan de l administrateur judiciaire car ce plan est présenté par un organe de la procédure? Ou faut-il tenir compte du plan élaboré par la personne morale car celui-ci réussirait à concilier les intérêts des créanciers, des salariés et de la personne morale? Bien que cette position soit contestable et contestée, la Cour de Cassation reconnait aux seuls organes de la procédure qualité pour exercer les missions qui leur incombent. Ainsi il appartient au mandataire judiciaire d examiner le passif et de contester les créances comme il appartient à l administrateur judiciaire d élaborer un plan. Finalement cela revient à dire que toute mission de l avocat susceptible de faire double emploi avec la mission de l administrateur judiciaire requiert une autorisation de l administrateur judiciaire. Il serait pourtant assez surprenant que l administrateur judiciaire fournisse une autorisation de travail à l avocat afin que ce dernier puisse contester son travail. Sans compter qu on ignore tout des modalités concernant l autorisation sensée émaner de l administrateur judiciaire. Quelle forme doit-elle avoir? A quel moment doit-elle intervenir? 12 Cass. com., 30 mars 2010, n , F-P+B, Sté Sedex c/ Me Grave ès qual. et a. : JurisData n ; JCl. Procédures collectives, Fasc. 2226, 2388 et 2325 ou JCl. Commercial, Fasc. 2226, 2388 et

14 Il n est pas inintéressant pour les avocats de savoir à quel moment l administrateur judiciaire doit marquer son accord. Est-ce au moment ou l avocat est mandaté et qu il n a par conséquent encore accompli aucune diligence? Ou est-ce a posteriori? Les textes et la jurisprudence sont silencieux sur la question. En pratique les administrateurs marque leur accord en général au préalable, ce qui ne les empêche par la suite de contester les honoraires. Pourtant ces organes de la procédure ne sont pas le conseil de la personne morale et n ont pas pour rôle notamment de protéger ses intérêts et ceux de ses actionnaires. Quant au mandataire judiciaire, il n est pas plus en charge des intérêts du débiteur que l administrateur. En théorie celui-ci est d ailleurs en charge des intérêts des créanciers. En pratique les choses semblent moins évidentes aux créanciers car ces derniers émettent de grandes réserves à considérer le mandataire judiciaire comme étant un représentant des créanciers. Le législateur semble émettre les mêmes réserves dans la mesure où il a changé la dénomination du «représentant des créanciers» en «mandataire judiciaire», à l occasion de la loi de sauvegarde de Le mandataire judiciaire est le plus grand dénominateur commun des intérêts contradictoires. En conclusion la notion de gestion courante, en vertu de laquelle le débiteur a qualité pour mandater son avocat, et de lui confier des missions n empiétant pas sur les missions des organes de la procédure, mériterait d être affinée. Idéalement il faudrait considérer qu en application de l article 6 de la CEDH et au vu du principe du contradictoire que tout acte normal devrait être susceptible d être discuté voire contesté. Et que par conséquent les actes accomplis par l administrateur judiciaire ne devraient pas être présumés «incontestables» et accomplis dans le seul «intérêt de la personne morale débitrice». Ces actes lorsqu ils sont divergents avec la position adoptée par le débiteur, devraient pouvoir faire l objet d une contestation et de ce fait l intervention de l avocat qui agit pour le compte du dirigeant social qui éprouve des difficultés à se faire entendre et à voir son point de vue pris en compte doit pouvoir avoir droit à un procès équitable et être représenté. b. La qualification des honoraires en fonction de la «proportionnalité du montant» En plus de s être montrée très restrictive par rapport à la nature des actes confiés aux avocats, la Cour de Cassation a exigé, afin que les honoraires d avocats soient qualifiés d actes de gestion courante et qu ils bénéficient du privilège de l article L du code de commerce, que ces derniers ne dépassent pas un certain coût

15 La haute juridiction a plus d une fois fait référence au montant des honoraires pour qualifier le mandat donné à un avocat (sans le concours des organes de la procédure collective) d acte de gestion courante. Néanmoins aucun plafond n est fixé et la jurisprudence ne pose pas de critères afin de permettre aux avocats d apprécier le montant «raisonnable» ou pas de leurs honoraires si ce n est que cette créance ne doit pas être de nature à grever la situation de la société au détriment des autres parties prenantes 13. Il est toutefois possible de s inspirer des critères fixés par la Cour d Appel de Paris 14 à l occasion d un litige relatif à la rémunération d un liquidateur, à savoir : - La taille et la complexité du dossier : Il s agit du premier critère relevé par la Cour d Appel. Il est nécessaire de prendre en considération la complexité de certains dossiers 15. La complexité du dossier est généralement proportionnelle à la taille de l entreprise, qui à son tour se calcule en fonction du chiffre d affaire, du nombre de salariés et des enjeux. Aussi le montant des honoraires d un dossier relatif à une société avec un rayonnement international 16, employant des dizaines de milliers de salariés, ayant une situation sociale très conflictuelle 17, effectuant des montages financiers complexes 18, et avec un passif très lourd à traiter, ne sera pas identique au montant des honoraires d un dossier relatif au redressement judiciaire avec une mission d assistance d une TPE. Il est par conséquent nécessaire, au moment d apprécier les honoraires d avocat, de tenir compte de la complexité du dossier. - La nature des diligences accomplies : la Cour d Appel nous rappelle également qu il est essentiel de tenir compte de l importance des diligences accomplies par un avocat et qui peuvent se révéler exceptionnelles à l occasion d une procédure collective. - Les résultats obtenus : ceux-ci représentent le troisième et dernier critère fixé par la cour d appel - L utilité des prestations : Ce critère non fixé par la jurisprudence est toutefois dicté par le bon sens Le débiteur doit, en toutes circonstances pouvoir jouir d un droit fondamental qui est le droit de comprendre son environnement ou en d autres termes le «droit de l accès à l information». Lui refuser d être accompagné d un avocat en refusant de prendre en charge des honoraires raisonnables reviendrait à bafouer, 13 Cass. 1re civ., 13 nov. 1997, n : JurisData n Ca Paris, 1 ère ch. Sec. A, 14 janv. 1998, n 97/22522, N JurisData : T. com. Bobigny, 6e ch., 14 oct. 2008, n 2008P01559 et n 2008P T. com. Quimper, 7 févr. 2011, n 2011/ ; TGI Strasbourg, 1re ch. com., 30 janv. 2012, RG n 2012/225 ; TGI Strasbourg, 1re ch. com., 30 janv. 2012, RG n 2012/ T. com. Bobigny, 6e ch., 14 oct. 2008, n 2008P01559 et n 2008P T. com. Quimper, 1er déc. 2011, n 2011/

16 Cette situation est particulièrement critique dans les procédures internationales où le représentant légal du débiteur est privé d accès à l information en raison de l obstacle de la langue, la méconnaissance du système de droit et des procédures. De plus priver le débiteur d un avocat dans une procédure transfrontalière, pénaliserait incontestablement la personne morale, qui faute de s'attacher les services d'un avocat, ne serait pas représenté et défendu correctement Conclusion Finalement les critères imposés par la Cour de Cassation pour mandater un avocat et payer ses honoraires, à savoir la nature des missions et le montant raisonnable des honoraires ne permettent pas de traiter le cas qui nous occupe, à savoir celui du conflit d intérêts entre le rôle assumé par le mandataire de justice et les taches qu il accomplit ou qu il se refuse à exécuter ( ex : défaut d exercice de l action en ). Le fait de s opposer aux organes de la procédure ou d exercer une action qui est de leur ressort mais qu ils n exercent pas, doit permettre à un dirigeant social de se faire assister et d obtenir la couverture des frais d intervention. Dans un tel contexte comment les avocats réussissent-ils à dépasser toutes ces contraintes? Et comment les cabinets d avocat qui veulent se spécialiser en procédures collectives survivent-ils? Y a-t-il des cabinets spécialisés en ce domaine? Peut-on être avocat en charge de défendre les intérêts des parties bafoués par les organes de procédure ou par les décisions de la justice consulaire et peut-on en vivre? On l a vu les décisions qui, à ce jour ont été rendues non sur la base de l article 6 de la CEDH mais sur des critères d acte normal de gestion exécuté à un prix raisonnable, ne sont pas favorables à l assistance des avocats mais qu en serait-il si la cour de Cassation devait analyser le problème sous un tout autre angle? Celui du droit au procès équitable. Que deviendrait son analyse si la cour avait à apprécier le comportement autoritaire et l absence de concertation entre l administrateur et le représentant de l entreprise? Si les choix de solution de sortie étaient systématiquement contestés et que des indices forts de comportement partial étaient relevés. On doit alors considérer que les décisions de la cour sous cet angle seraient tout autre et que, garantes du droit de tous à un procès équitable, elle validerait l intervention de l avocat qui viendrait au soutien d un chef d entreprise, déstabilisé par un environnement qui lui est étranger ( a fortiori s il est lui-même de nationalité et de langue étrangères) et craignant le comportement impérialiste et menaçant des acteurs de la procédure

17 Mais parce que les procédures transfrontalières sont chaque année plus nombreuses et que le statut des mandataires de justice, forts d une forme de monopole et de relations fortes avec leur tribunal de rattachement n en fait pas des communiquant hors pair, les dirigeants d entreprises transnationales en difficultés ont besoin d être accompagnés et les conseils qui les assistent ont besoin d être assurés du règlement de leur intervention pour autant qu elles soient raisonnables. Notons que le processus de taxation des honoraires d un avocat qui n aurait pas été «accepté» par le mandataire de justice est un vrai parcours du combattant. En effet entre les mises en demeure aux clients, la saisine du bâtonnier, les délais de convocation, la prise de décision (qui peut être rendu dans un délai allant jusqu à 4 mois), délais de non appel, obtention du certificat de non appel qui a son tour peut nécessiter plusieurs mois. Enfin une fois que la décision est rendue il faut encore obtenir un titre exécutoire en déposant une requête devant la juridiction compétente. Si par extraordinaire, l avocat opiniâtre et persévérant atteint ce stade de la procédure (qui est rarement inférieur à une année lorsqu il n y a pas de contestations), la clôture de la liquidation judiciaire est déjà prononcée. C est pourquoi et en l état actuel de la jurisprudence la position des cabinets d avocats spécialisés en matière de procédure collective est fragile et peut facilement les conduire eux-mêmes à des difficultés insurmontables. La France a déjà été condamnée par la CEDH en 2007 pour méconnaissance et atteinte au droit d accès au tribunal. Le législateur a, depuis, consacré le principe du maintien en fonction des dirigeants sociaux, afin que la personne morale puisse être à même d exercer ses droits propres. L article 6 CEDH est-il pour autant respecté? Le droit d accès au tribunal est-il garanti? Les praticiens répondent par la négative, et considèrent qu en privant un dirigeant social de solliciter un avocat, particulièrement dans des procédures transfrontalières (ou les difficultés d accès à l information sont multiples et multipliés), constitue une grave entorse à l article 6CEDH. Il faudra certainement attendre que la loi fasse à nouveau l objet d une nouvelle condamnation par la haute juridiction européenne pour ce mettre en conformité avec la Convention Européenne des Droits de l Hommes

LA DEONTOLOGIE FRANCAISE DU CONFLIT D INTERET

LA DEONTOLOGIE FRANCAISE DU CONFLIT D INTERET LA DEONTOLOGIE FRANCAISE DU CONFLIT D INTERET Le respect de la règle du conflit d intérêts est un des principes essentiels de la déontologie de l avocat français. 1. La règle Elle est énoncée par l article

Plus en détail

Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose!

Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose! Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose! 1. Introduction Le présent article se limite aux sociétés anonymes et ne prend pas en compte

Plus en détail

Note sous Cass. Com., 18 Novembre 2014, n 12-28040. Texte de l arrêt commenté : Note :

Note sous Cass. Com., 18 Novembre 2014, n 12-28040. Texte de l arrêt commenté : Note : Règlement 1346/2000, procédure collective ouverte en France et avertissement des créanciers résidant dans d autres pays de l Union européenne : la méconnaissance du formalisme exigé par le droit européen

Plus en détail

SESSION DU CIFAF 2013

SESSION DU CIFAF 2013 SESSION DU CIFAF 2013 Présenté Par Maître Maximin CAKPO-ASSOGBA Avocat à la Cour Mardi 03 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Les sûretés sont des techniques juridiques destinées à assurer le règlement des créances

Plus en détail

Le redressement judiciaire

Le redressement judiciaire Le redressement judiciaire Aux termes de l article 631-1 du Code de Commerce, «Il est institué une procédure de redressement judiciaire ouverte à tout débiteur mentionné aux articles L. 631-2 ou L. 631-3

Plus en détail

Agir et réagir face aux entreprises en difficulté Les procédures collectives. Jeudi 6 novembre 2014 Auditorium CCI

Agir et réagir face aux entreprises en difficulté Les procédures collectives. Jeudi 6 novembre 2014 Auditorium CCI Agir et réagir face aux entreprises en difficulté Les procédures collectives Jeudi 6 novembre 2014 Auditorium CCI 2 PLAN Première partie: Généralités sur les procédures collectives Seconde partie: Exposé

Plus en détail

Nice Samedi 12 mai 2007- Salle Pierre JOSELET IL DIRITTO FALLIMENTARE ITALIANO LE DROIT FRANÇAIS DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES

Nice Samedi 12 mai 2007- Salle Pierre JOSELET IL DIRITTO FALLIMENTARE ITALIANO LE DROIT FRANÇAIS DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES avec la participation de l Union des Avocats Européenset de l Institut Méditerranéen des Procédures Collectives 4 EME RENCONTRE FRANCO-ITALIENNE ENTRE LES BARREAUX DE NICE ET DE MILAN 4 INCONTRO ITALO-FRANCESE

Plus en détail

Le droit à l exécution du créancier

Le droit à l exécution du créancier Le droit à l exécution du créancier INTRODUCTION Le droit des voies d exécution, ou des procédures civiles d exécution, regroupe l ensemble des procédés légaux coercitifs auxquels un créancier peut avoir

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Introduction : 2) s il y a cessation des paiements. I) Tant qu il n y a pas de cessation de paiement :

Introduction : 2) s il y a cessation des paiements. I) Tant qu il n y a pas de cessation de paiement : LE DIRIGEANT DE SOCIETE FACE AUX DIFFICULTES FINANCIERES DE L ENTREPRISE REUNION CFACI DU 12/10/2007 INSTITUT GOETHE PAR SERGE WORTHALTER, MEMBRE DE LA CFACI, AVOCAT AU BARREAU DE PARIS TEL 01 43 41 22

Plus en détail

Rôle du CE en cas de licenciement économique

Rôle du CE en cas de licenciement économique Droit en du pratique CE Parfois, malgré des mesures préventives comme le chômage partiel, l employeur estime qu il n a pas d autre choix que de licencier. Mais dans quelles conditions peut-il le faire?

Plus en détail

Vente en ligne, CGV et clauses abusives

Vente en ligne, CGV et clauses abusives Vente en ligne, CGV et clauses abusives L examen de sites de vente aux consommateurs (B-to-C) fait apparaître de manière récurrente des clauses contractuelles dans les conditions générales de vente (CGV)

Plus en détail

Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté. 1 er juillet 2014

Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté. 1 er juillet 2014 Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté 1 er juillet 2014 Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté 2 S O M M A I R E PAGES Contexte 3 Rappel des différentes procédures existantes

Plus en détail

5 ème Journée de la Prévention. Conciliation/sauvegarde/redressement judiciaire : Une boîte à outils pour plusieurs acteurs

5 ème Journée de la Prévention. Conciliation/sauvegarde/redressement judiciaire : Une boîte à outils pour plusieurs acteurs 5 ème Journée de la Prévention Conciliation/sauvegarde/redressement judiciaire : Une boîte à outils pour plusieurs acteurs 12 novembre 2013 Table ronde animée par William Nahum Intervenants: Olivier Bafunno,

Plus en détail

L ADMINISTRATION DES BIENS D AUTRUI EN DROIT FRANÇAIS La fiducie-gestion

L ADMINISTRATION DES BIENS D AUTRUI EN DROIT FRANÇAIS La fiducie-gestion Conférence TOKYO 14 novembre 2011 L ADMINISTRATION DES BIENS D AUTRUI EN DROIT FRANÇAIS La fiducie-gestion Introduction La fiducie a été introduite en droit français par la loi n 2007-211 du 19 février

Plus en détail

LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES réforme le droit applicable aux entreprises en difficulté en privilégiant la prévention et la négociation

LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES réforme le droit applicable aux entreprises en difficulté en privilégiant la prévention et la négociation LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES réforme le droit applicable aux entreprises en difficulté en privilégiant la prévention et la négociation Cette loi (n 2005-845 du 26 Juillet 2005, publiée au Journal

Plus en détail

FAILLITES TRANSFRONTALIERES

FAILLITES TRANSFRONTALIERES FAILLITES TRANSFRONTALIERES : Règlement communautaire no 1346/2000 du 29/5/2000 relatif aux procédures d insolvabilité, par Me Serge WORTHALTER, Avocat au Barreau de PARIS Membre de la section internationale

Plus en détail

TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE

TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE Jérôme THEETTEN Maître de Conférences Droit Privé Université de LILLE II TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE Pages TITRE UN : LE TRAITEMENT ALLEGE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE

Plus en détail

La procédure de sauvegarde

La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde est une procédure préventive, dont l objet principal est la prévention et l anticipation de la cessation des paiements d une entreprise. Elle est ouverte

Plus en détail

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Procédure pénale Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Corrigé : Dissertation Le jugement de la personne poursuivie en son absence Indications de méthodologie : Sur la

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr Date 2009 FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTE? LA PRIME La procédure de sauvegarde est une procédure

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le traitement des difficultés des associations (Dossier réalisé par Christophe Callet, Deloitte - In Extenso Juillet 2012) Plus les difficultés de l association sont anticipées,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats)

Commentaire. Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats) Commentaire Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2011 par la première chambre civile

Plus en détail

ACTEURS DE L EXÉCUTION

ACTEURS DE L EXÉCUTION Au Luxembourg, le principal acteur de l exécution est l huissier de justice. Muni d un titre exécutoire qui remplit les conditions de son exécution (voir fiche 1), le créancier pourra s adresser à l huissier

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys Commentaire Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015 SELARL GPF Claeys (Conversion d office de la procédure de sauvegarde en une procédure de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

Droit du travail - Jurisprudence. Contentieux ARTT : revirement de jurisprudence

Droit du travail - Jurisprudence. Contentieux ARTT : revirement de jurisprudence Contentieux ARTT : revirement de jurisprudence Cour de cassation - chambre sociale Audience publique du 24 novembre 2010 N de pourvoi : 08-44181 08-44182 08-44184 08-44185 08-44186 Cassation Dans un arrêt

Plus en détail

2 - LES PRESTATIONS COMPENSATOIRES

2 - LES PRESTATIONS COMPENSATOIRES 2 - LES PRESTATIONS COMPENSATOIRES par Yannick ZEMRAK (Membre de l ARJ Montpellier-Nîmes) Sommaire Pages PRÉSENTATION DU CONTENTIEUX... 121 I Les prestations compensatoires allouées.. 125 A - Formes des

Plus en détail

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER DROITS DES CREANCIERS 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés financières telles qu elle se trouve en état de cessation des paiements, il y a lieu d ouvrir une procédure judiciaire. Cette

Plus en détail

Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française. Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec

Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française. Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec Etienne Vergès Professeur à l'université de Grenoble

Plus en détail

Le Tribunal de Commerce

Le Tribunal de Commerce Le Tribunal de Commerce Le commerce exige d être à la fois organisé et sanctionné. Il présente toutefois des singularités, qui se traduisent d abord par des juridictions particulières pour régler les litiges

Plus en détail

NEWSLETTER N 5 Février 2010 / mars 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 5 Février 2010 / mars 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX NEWSLETTER N 5 Février 2010 / mars 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris I / Etude La saisie conservatoire sur les comptes bancaires

Plus en détail

Entreprises en difficultés

Entreprises en difficultés Entreprises en difficultés PROCEDURES COLLECTIVES Lois : Loi du 1 er mars 1984 Loi du 25 janvier 1985 Loi du 10 juin 1994 Les instruments de détection : - Le droit d alerte du commissaire aux comptes dans

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2012-241 QPC du 4 mai 2012. EURL David Ramirez. (Mandat et discipline des juges consulaires)

Commentaire. Décision n 2012-241 QPC du 4 mai 2012. EURL David Ramirez. (Mandat et discipline des juges consulaires) Commentaire Décision n 2012-241 QPC du 4 mai 2012 EURL David Ramirez (Mandat et discipline des juges consulaires) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 6 mars 2012 (chambre commerciale,

Plus en détail

Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat

Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat 2010 ISBN : 978-2-212-54655-2 Partie 1 La justice : comment ça marche? Cet ouvrage a pour vocation de donner des informations pratiques

Plus en détail

Le licenciement économique

Le licenciement économique Le licenciement économique Le motif économique C ompte tenu des difficultés traversées par notre pays depuis juin 2008 et tenant compte d une jurisprudence foisonnante en la matière ainsi que d une récente

Plus en détail

l expertise judiciaire 1 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 2. Evolution de la législation relative à l expertise judiciaire et cadre du traité

l expertise judiciaire 1 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 2. Evolution de la législation relative à l expertise judiciaire et cadre du traité l expertise judiciaire 1 TABLE DES MATIÈRES Inhoud.............................................................. 13 Table alphabétique.................................................... 25 Zaakregister..........................................................

Plus en détail

DIFFICULTES PRATIQUES DANS L APPLICATION DE LA LOI DE SAUVEGARDE

DIFFICULTES PRATIQUES DANS L APPLICATION DE LA LOI DE SAUVEGARDE DIFFICULTES PRATIQUES DANS L APPLICATION DE LA LOI DE SAUVEGARDE Pierre MULHAUPT Administrateur Judiciaire L une des innovations essentielles de la Loi du 26 juillet 2005 est constituée par la création

Plus en détail

La faillite transnationale après le nouveau règlement

La faillite transnationale après le nouveau règlement + La faillite transnationale après le nouveau règlement Yves BRULARD Avocat à Bruxelles - Mons Paris, Expert de la commission, chargé d enseignement CEFIAD + Champs d application + La situation visée par

Plus en détail

Procédures collectives : comment protéger ses informations?

Procédures collectives : comment protéger ses informations? Procédures collectives : comment protéger ses informations? Pascal VINCENT, Président, M2GS SAS Raphaël PEUCHOT, avocat associé FOURMANN & PEUCHOT 1 Sommaire Partie I: procédure de sauvegarde et continuité

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE SYNDIC

ASSEMBLEE GENERALE SYNDIC ASSEMBLEE GENERALE SYNDIC Participation à l'assemblée L'assemblée est une réunion privée à laquelle ne peuvent assister que les copropriétaires ou leurs mandataires. Les personnes étrangères au syndicat,

Plus en détail

POUR ALLER PLUS LOIN

POUR ALLER PLUS LOIN POUR ALLER PLUS LOIN /// L impact de la nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté du 12 mars 2014 sur les droits des créanciers En cette période de crise, et dans un contexte où le nombre

Plus en détail

pratiques «À travail égal, salaire égal» : une notion peaufinée par les juges au fil du temps

pratiques «À travail égal, salaire égal» : une notion peaufinée par les juges au fil du temps pratiques [salaire] «À travail égal, salaire égal» : une notion peaufinée par les juges au fil du temps Après avoir consacré le principe «à travail égal, salaire égal», la Cour de cassation s est vue contrainte

Plus en détail

Rétractation d une ordonnance sur requête : mode d emploi

Rétractation d une ordonnance sur requête : mode d emploi ÉTUDE DROIT ÉCONOMIQUE PROCÉDURE CIVILE Le présent article a pour but de rappeler les règles de la procédure en rétractation d une ordonnance sur requête et de donner quelques conseils pour optimiser les

Plus en détail

La conduite des missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives

La conduite des missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives La conduite des missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives Résumé : Cet article a pour objet d aborder la conduite des missions d assistance et d investigation ordonnées par

Plus en détail

a médiation INTRODUCTION La médiation

a médiation INTRODUCTION La médiation L a médiation INTRODUCTION L objectif de ce guide est de familiariser à la médiation les dirigeants d entreprises et leurs salariés, leurs conseils, les avocats et experts-comptables. Il leur permet ainsi

Plus en détail

LA PRATIQUE JUDICIAIRE

LA PRATIQUE JUDICIAIRE SC001078/competence CENTRE D E FORM ATION PROFESSIONNELLE des Barreaux d e Liège, Verviers, Eupen, Marche -en-famenne, Neufchâtea u et Arlon LA PRATIQUE JUDICIAIRE Schéma des questions à aborder dans le

Plus en détail

La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires

La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires Article juridique publié le 13/02/2015, vu 3211 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La Cour de cassation, par une décision du 5 novembre

Plus en détail

ordre 1 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE PREMIER CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES ET PRINCIPES Section I Définition et législation Rôle du notaire

ordre 1 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE PREMIER CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES ET PRINCIPES Section I Définition et législation Rôle du notaire ordre 1 TABLE DES MATIÈRES Inhoud.............................................................. 9 Table alphabétique.................................................... 17 Zaakregister..........................................................

Plus en détail

La procédure de fixation de l honoraire

La procédure de fixation de l honoraire Session de formation Dijon 22, 23 et 24 novembre 2012 La procédure de fixation de l honoraire Rapport de M. le Bâtonnier Bruno ZILLIG Bâtonnier du Barreau de Nancy INTRODUCTION L avocat français bénéficie,

Plus en détail

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES 23/07/2012 Tout dirigeant d entreprise en état de cessation de paiement doit en principe dans les 45 jours déposer son bilan auprès de la Chambre Commerciale du

Plus en détail

Missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives

Missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives Missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives Le congrès de Reims va permettre d échanger sur les missions confiées aux experts, dans les procédures collectives, prévues par

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 2 lettre a) paragraphe troisième partie première de la Loi du contentieux administratif nº29/1990,

Plus en détail

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice,

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, PROTOCOLE Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, Le Tribunal de commerce de Paris, représenté par son Président en

Plus en détail

Jurisprudence Actualités DROIT DU TRAVAIL

Jurisprudence Actualités DROIT DU TRAVAIL Jurisprudence Actualités DROIT DU TRAVAIL Ø FORFAIT- JOURS : La vérification de la charge de travail du salarié est soumise à l entière responsabilité de l employeur. Doit être annulée une convention individuelle

Plus en détail

La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises

La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises Les instruments préprocéduraux Médiateur d entreprise Mandataire de justice Administrateur provisoire La réorganisation judiciaire 30

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS de meubles incorporels (aussi appelée saisie-arrêt) est une procédure au moyen de laquelle il est possible pour un créancier d appréhender les biens dématérialisés constituant le patrimoine de son débiteur

Plus en détail

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE Le traducteur ou l interprète non salarié doit en permanence veiller à la préservation de ses droits tant dans l établissement de sa relation avec

Plus en détail

Les outils juridiques du retournement d entreprise. Intervention ISEP - 9 mai 2012 -

Les outils juridiques du retournement d entreprise. Intervention ISEP - 9 mai 2012 - Intervention ISEP - 9 mai 2012 - Introduction I. Les interlocuteurs en cas de difficulté II. Les solutions traditionnelles hors tribunal III. Les solutions confidentielles sous l égide du tribunal IV.

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Entreprise en difficulté : L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL)

Entreprise en difficulté : L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL) Entreprise en difficulté : L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL) L EIRL est une entreprise individuelle. Elle permet aux entrepreneurs individuels de mettre leur patrimoine personnel

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES ASSURANCES : - PREVENTION ET INFORMATION JURIDIQUES - DEFENSE AMIABLE DES INTERETS - DEFENSE JUDICIAIRE DES INTERETS Les présentes conditions particulières

Plus en détail

«Télé-réalité et classification juridique des émissions de télévision»

«Télé-réalité et classification juridique des émissions de télévision» «Télé-réalité et classification juridique des émissions de télévision» Cécile-Marie Simoni Université de Corse, France La télé-réalité constitue actuellement un phénomène qui a complètement bouleversé

Plus en détail

PROPOSITIONS DE MODIFICATIONS DU TARIF DES ADMINISTRATEURS ET MANDATAIRES JUDICIAIRES

PROPOSITIONS DE MODIFICATIONS DU TARIF DES ADMINISTRATEURS ET MANDATAIRES JUDICIAIRES PROPOSITIONS DE MODIFICATIONS DU TARIF DES ADMINISTRATEURS ET MANDATAIRES JUDICIAIRES Institut Français des Praticiens des Procédures Collectives 4 rue de la Paix 75002 PARIS - 01 44 50 15 60 - ifppc@ifppc.fr

Plus en détail

CH4 L URSSAF: L application des règles de la protection sociale

CH4 L URSSAF: L application des règles de la protection sociale DCG3 Partie 1 :Les sources du droit du travail et le contrôle des règles CH4 L URSSAF: L application des règles de la protection sociale I. Une mission historique : la collecte des ressources A. Les cotisants

Plus en détail

Le rôle du syndic. Introduction

Le rôle du syndic. Introduction Le rôle du syndic Introduction Le syndic constitue un concept nouveau dans la société marocaine. Il est apparu avec l apparition de la copropriété. Celle ci a été régie pendant longtemps par le Dahir de

Plus en détail

P/Plan justice Koen Geen/Pot-pourri I/Recouvrement de créances/30.06.2015/final

P/Plan justice Koen Geen/Pot-pourri I/Recouvrement de créances/30.06.2015/final Observations d AVOCATS.BE concernant le projet de loi modifiant le droit de la procédure civile et portant des dispositions diverses en matière de justice (Doc. parl., Chambre, 54/1219) en ce qui concerne

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES PROTECTION JURIDIQUE

CONDITIONS GENERALES PROTECTION JURIDIQUE DÉFINITIONS GÉNÉRALES Preneur d assurance Assuré Assureur Contrat Sinistre La personne physique ou morale qui conclut le contrat, ci-après désignée par le pronom «vous». Toute personne qui peut faire appel

Plus en détail

DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES. 1. Fonctions des procédures collectives :

DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES. 1. Fonctions des procédures collectives : DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES 1. Fonctions des procédures collectives : 1) Quelles étaient les finalités traditionnelles des procédures collectives? En droit civil, lors de procédures collectives

Plus en détail

Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites

Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites Date Xavier DEWAIDE Avocat Vanden Eynde Legal Avenue de la Toison

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE DES PROCÉDURES COLLECTIVES OUVERTES DANS LES ÉTATS MEMBRES DANS LE RÈGLEMENT 1346/2000

LA RECONNAISSANCE DES PROCÉDURES COLLECTIVES OUVERTES DANS LES ÉTATS MEMBRES DANS LE RÈGLEMENT 1346/2000 1 LA RECONNAISSANCE DES PROCÉDURES COLLECTIVES OUVERTES DANS LES ÉTATS MEMBRES DANS LE RÈGLEMENT 1346/2000 Michel Menjucq Professeur à l Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne Grâce à la communautarisation

Plus en détail

Questionnaire sur la saisie sur comptes bancaires

Questionnaire sur la saisie sur comptes bancaires Prof. Dr. Burkhard Hess Study JAI A3/02/2002 Questionnaire sur la saisie sur comptes bancaires 1. Compétence des organes d exécution 2. La procédure d obtention de l acte d exécution 3. La prise d effet

Plus en détail

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce.

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce. Thème N 4 LES VOIES D EXECUTION VERONE Les voies d exécution sont régies en France par la loi du 9 juillet 1991 portant réforme des procédures civiles d exécution et du décret du 18 décembre 1992. Rares

Plus en détail

PRESENTATION DES DISPOSITIFS DE TRAITEMENT DES DIFFICULTES RENCONTREES PAR LES ENTREPRISES AGRICOLES. 10 février 2011 www.optimes.

PRESENTATION DES DISPOSITIFS DE TRAITEMENT DES DIFFICULTES RENCONTREES PAR LES ENTREPRISES AGRICOLES. 10 février 2011 www.optimes. PRESENTATION DES DISPOSITIFS DE TRAITEMENT DES DIFFICULTES RENCONTREES PAR LES ENTREPRISES AGRICOLES Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons

Plus en détail

Jurisprudences Harcèlement moral

Jurisprudences Harcèlement moral Jurisprudences Harcèlement moral Les éléments constitutifs du délit de harcèlement Des agissements se déroulant sur une courte durée n écartent pas la qualification de harcèlement moral Rappel : l'article

Plus en détail

CONDITIONS SPÉCIALES

CONDITIONS SPÉCIALES ASSURANCE-CRÉDIT POLICE INDIVIDUELLE D ASSURANCE-CRÉDIT CONDITIONS SPÉCIALES ETABLISSEMENTS DE CREDIT Garantie d un crédit acheteur - DGP 507 A - SOMMAIRE Article 1 Prise d effet de la garantie 5 Article

Plus en détail

Le CHSCT et la nouvelle instance de coordination dans la loi sur l emploi

Le CHSCT et la nouvelle instance de coordination dans la loi sur l emploi Relations collectives Décembre 2013 Le CHSCT et la nouvelle instance de coordination dans la loi sur l emploi Le droit des CHSCT a été modifié par la loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin

Plus en détail

Galop d essai (novembre 2013)

Galop d essai (novembre 2013) Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Galop d essai (novembre 2013) Droit du crédit Monsieur le Professeur Crocq Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier très sincèrement

Plus en détail

Loi suisse sur la profession d avocat: Prise de position des JDS sur le projet de loi de la FSA du 5 février 2012

Loi suisse sur la profession d avocat: Prise de position des JDS sur le projet de loi de la FSA du 5 février 2012 DJS JDS GDS Demokratische Juristinnen und Juristen der Schweiz Schwanengasse 9 Juristes Démocrates de Suisse 3011 Bern Giuristi e Giuriste Democratici Svizzeri Tel 078 617 87 17 Giuristas e Giurists Democratics

Plus en détail

Procédures collectives

Procédures collectives Procédures collectives Les «sauvegardes» et les comités de créanciers ; Le sort des opérations locatives mobilières et immobilières; Rétablissement professionnel : quels impacts sur vos contrats? 1 1.

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

COMMUNICATION PAR L ADMINISTRATION DES DOCUMENTS QU ELLE UTILISE OU"

COMMUNICATION PAR L ADMINISTRATION DES DOCUMENTS QU ELLE UTILISE OU COMMUNICATION PAR L ADMINISTRATION DES DOCUMENTS QU ELLE UTILISE OU" Comment le contribuable peut-il vérifier l'authenticité et la teneur des documents utilisés par l'administration pour asseoir son imposition?

Plus en détail

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité Marie Pierre ROUSSEAU Avec l existence du seul contrôle a priori des lois l ordre juridique français n a jusqu à présent

Plus en détail

Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option pour le prélèvement libératoire

Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option pour le prélèvement libératoire CE, 24 octobre 2014, n 366962 Assurance vie - Rachat -Prélèvement libératoire - Option - Irrévocabilité (oui) - Après l encaissement des revenus (non) Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option

Plus en détail

LES SITES INTERNET ET LES SITES DE TIERS. Rapport de Madame le Bâtonnier Joëlle JEGLOT-BRUN, Membre du Bureau de la Conférence des Bâtonniers

LES SITES INTERNET ET LES SITES DE TIERS. Rapport de Madame le Bâtonnier Joëlle JEGLOT-BRUN, Membre du Bureau de la Conférence des Bâtonniers LES SITES INTERNET ET LES SITES DE TIERS Rapport de Madame le Bâtonnier Joëlle JEGLOT-BRUN, Membre du Bureau de la Conférence des Bâtonniers Séminaire des Dauphins Les 11 et 12 décembre 2015 Le site internet

Plus en détail

TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières

TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières 1 Rue de Morimont Site de l Espérance 90000 Belfort Votre contact «PREVENIR

Plus en détail

Conclusions du commissaire du gouvernement

Conclusions du commissaire du gouvernement Tribunal des Conflits n 3803 1 Conflit négatif M. B. c/ Ministre du budget, des comptes publics et de la réforme de l Etat Séance du 4 juillet 2011 Rapporteur : M. Christian Vigouroux Commissaire du gouvernement

Plus en détail

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION Fiche 1 La notion de consommateur Les objectifs de la fiche : Identifier le consommateur afin de délimiter le champ d application du droit de

Plus en détail

L actualité du droit des entreprises en difficulté et du droit des suretés. Plan de l intervention. Partie I Le droit des sûretés

L actualité du droit des entreprises en difficulté et du droit des suretés. Plan de l intervention. Partie I Le droit des sûretés L actualité du droit des entreprises en difficulté et du droit des suretés Plan de l intervention Vendredi 2 octobre 2015 : 9h00 à 16h30 Par Nicolas Borga et Olivier Gout, Professeurs à l Université Jean

Plus en détail

DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE

DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE AFFAIRE BELVEDERE : BELVEDERE NE FERA PAS SON FORUM SHOPING A André SOULIER et Flore FOYATIER Mars 2012 L arrêt du 8 mars 2012 de la Cour d Appel de Nîmes que nous attendions

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-212 QPC du 19 janvier 2012. Madame Khadija A., épouse M. (Procédure collective : réunion à l actif des biens du conjoint)

Commentaire. Décision n 2011-212 QPC du 19 janvier 2012. Madame Khadija A., épouse M. (Procédure collective : réunion à l actif des biens du conjoint) Commentaire Décision n 2011-212 QPC du 19 janvier 2012 Madame Khadija A., épouse M. (Procédure collective : réunion à l actif des biens du conjoint) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 2 novembre

Plus en détail

L application de l action rédhibitoire directe à l encontre du vendeur initial en matière de vices cachés

L application de l action rédhibitoire directe à l encontre du vendeur initial en matière de vices cachés L A LETTRE DROIT DES OBLIGATIONS L application de l action rédhibitoire directe à l encontre du vendeur initial en matière de vices cachés On croyait depuis longtemps acquis le principe de l action directe

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Administrateur judiciaire Liquidateur judiciaire Mandataire judiciaire des entreprises Circulaire de la DACS n 2007-09 du 6 avril 2007 relative à l application du décret n 2006-1709 du 23 décembre 2006

Plus en détail

Les restructurations internes

Les restructurations internes Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2010 En bref Cette fiche a pour objet de présenter les enjeux des restructurations internes ayant des incidences sur l emploi (licenciement, modification du contrat

Plus en détail

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Année 2005 DOCUMENT n 1 Analyses et études LE DIVORCE INTERNATIONAL EN BELGIQUE Rue de la croix, 22 1050 Bruxelles Téléphone

Plus en détail

Lever les incertitudes sur l arbitrage en matière de propriété industrielle

Lever les incertitudes sur l arbitrage en matière de propriété industrielle Lever les incertitudes sur l arbitrage en matière de propriété industrielle Introduction L Association des Conseils en Propriété Industrielle (ACPI) est une association très ancienne créée à la fin du

Plus en détail

Traitement des entreprises en difficulté :

Traitement des entreprises en difficulté : 31-37 FOCUS.qxp 1/07/10 12:24 Page 31 Konstantin - Fotolia.com Traitement des entreprises en difficulté : la boîte à outils du dirigeant Confronté à une dégradation de la situation financière de son entreprise,

Plus en détail

Le recouvrement de créances

Le recouvrement de créances Le recouvrement de créances 008 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement vulgarisés

Plus en détail