III BULLETIN DE L ASSOCIATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "III BULLETIN DE L ASSOCIATION"

Transcription

1 III BULLETIN DE L ASSOCIATION BUREAU NATIONAL 28 janvier 2012 Rédaction du compte rendu : Gérard SCHMITT. Présents : Philippe Blanc, Stéphane Clerjaud, Éric Delassus, Henri Dilberman, Frédéric Dupin, Bernard Fischer, Nicolas Franck, André Pérès, Simon Perrier, Gérard Schmitt, André Simha, Patricia Verdeau. Excusés : Édouard Aujaleu, Martine Chifflot, Charles Coutel, Guy Desbiens, Bernard Gittler, Jean Lefranc, Marie Perret. OUVERTURE DE LA SÉANCE L ordre du jour, adressé aux membres du Bureau le 14 janvier, comportait les points suivants : 1. Le renouvellement du site : examen des propositions ; propositions pour la revue. 2. Comptes rendus : DGESCO, Forum des sociétés savantes ; Conférence ; rencontre avec FO. 3. Questions diverses : cadre et orientations d une proposition concernant les épreuves des classes technologiques ; bilan à prévoir du questionnaire ; journées prévues ; contacts pris ou à prendre avec syndicats et partis ; informations sur les DHG et les effets pour les professeurs de philosophie de la réforme du lycée ; l option DGEMC ; Sciences Po et la suppression de l épreuve de culture générale. Après avoir ouvert la séance, S. Perrier demande s il y a des questions diverses à ajouter à l ordre du jour. Il en a une lui-même, qu il propose d aborder tout de suite car elle tient tout entière dans sa présentation. Elle concerne la lettre que G. Desbiens a rédigée à l intention des nouveaux collègues et dont il a été fait état lors de l Assemblée générale, en réponse à la suggestion de G. Jacquemot d offrir l adhésion et l abonnement aux stagiaires. Cette lettre, il faut maintenant songer à la diffuser. H. Dilberman tient, quant à lui, à faire une remarque au sujet de la privatisation de la L enseignement philosophique 62 e année Numéro 3

2 70 BUREAU GÉNÉRAL DU 28 JANVIER 2012 formation des enseignants, qui a été évoquée sur «appepliste» : ce n est pas un fait nouveau : elle existait déjà avant l intégration des IUFM à l université, et à Poitiers, elle a disparu depuis lors. I. LE RENOUVELLEMENT DU SITE INTERNET DE L ASSOCIATION Les diverses propositions Au sujet de la rénovation du site Internet de l Association, nous disposons, explique S. Perrier, de trois propositions, l une est présentée par Ph. Blanc, les deux autres le sont par N. Franck, qui les avait déjà évoquées lors de la réunion du 8 octobre : l une émane d un collègue enseignant à l École Boulle et l autre d un de ses anciens élèves. Les coûts, dans l ordre, sont les suivants: 5000, et 4000 euros. N. Franck commence par rendre compte de la dernière proposition. Elle porte sur un site réalisé à partir du système de gestion de contenu Drupal. C est indéniablement la solution la plus élaborée et la plus précise. Elle a principalement pour intérêt d émaner d un professionnel qui a réalisé des sites reconnus ayant belle allure et qui a l habitude de travailler pour des «sociétés savantes». Mais si elle est la plus intéressante, techniquement parlant, elle est aussi la plus onéreuse, d autant plus que la confection du logo n ayant pas été prévue dans le devis, il faudra envisager 700 ou 800 euros en sus. Les deux autres propositions se tiennent, aussi bien en termes de prestations offertes que de coûts. Réalisées à partir de WordPress ou de SPIP, elles présentent une belle interface, mais, selon N. Franck, elles ne sont sans doute pas aussi précisément conçues pour répondre à notre projet que celle qu il a décrite pour commencer. Ph. Blanc précise, au sujet de la proposition qu il présente, qu on pourra obtenir un logo pour une somme assez modique, d environ 300 euros, mais qu il ne sera pas possible de disposer du site avant septembre. En revanche, ajoute N. Franck, le délai devrait être de deux mois pour les deux autres propositions. S. Clerjaud demande si l on pourra adhérer en ligne à l Association ; N. Franck lui répond que les trois offres le permettent, mais avec des systèmes différents : en utilisant un service lié à PayPal dans le cas de l offre du collègue, ou en recourant à une solution offerte par La Poste pour l autre proposition. Quant à la charte graphique du site, est-il toujours prévu de l accorder à la revue? s enquiert G. Schmitt, qui obtient une réponse positive. Patricia Verdeau voudrait savoir si ceux qui s offrent à réaliser notre site doivent obéir à un cahier de charges précisément mis au point, ou vont simplement nous proposer ce que, de leur point de vue, ils envisagent, et si nous pourrons leur demander des modifications. N. Franck répond qu ils ont fait un devis qui est très clair, que leur compétence n est pas en question et que les sites qu ils ont réalisés sont tout à fait au point. Avons-nous des besoins spécifiques qui justifient que nous investissions plus de euros? demande H. Dilberman. N. Franck ne le pense pas: lors de ses entretiens avec les auteurs des propositions, il ne lui est pas apparu d éléments qui soient franchement décisifs en faveur de l un et conduisent à éliminer les autres. À É. Delassus qui évoque l éventualité d un forum de discussion sur le site, il répond qu il n y est pas très favorable et que la liste de diffusion «appepliste» lui paraît bien suffisante. S. Perrier demande si on change d hébergeur pour «appepliste» et, au risque de fâcher le secrétaire de rédaction de la revue, si l on peut envisager que celle-ci soit en ligne. N. Franck répond que les deux sont possibles. G. Schmitt rappelle qu il avait déclaré que si nous devions un 1. Cf. L Enseignement philosophique, 62 e année, n 1, septembre-novembre 2011, p

3 BUREAU GÉNÉRAL DU 28 JANVIER jour nous retrouver avec moins de 400 abonnés, l existence d une revue imprimée ne lui paraîtrait plus se justifier et qu on pourrait alors la mettre en ligne. Mais S. Perrier n est pas de cet avis et pense qu il est possible avec 300 abonnés d avoir une revue tout à fait convenable, en espérant bien entendu que cela ne nous concernera pas. N. Franck apporte de nouvelles précisions : le site sera, bien évidemment, équipé d un moteur de recherches auquel on pourra adjoindre certains des outils les plus récents, qu il sera sans doute préférable d acquérir à l unité en fonction des besoins. La possibilité d adhérer en ligne est de nouveau évoquée. S. Perrier considère qu il y a là une mesure qui s impose et il pense qu elle pourrait avoir des effets positifs sur les effectifs de l Association, car il faut bien constater que nos collègues répugnent quelque peu à envoyer des chèques. F. Dupin l approuve sur la base de son expérience d un site Internet : le paiement en ligne marche mieux que le règlement par chèque. G. Schmitt est néanmoins perplexe : la «culture Internet» étant caractérisée par la gratuité, beaucoup de collègues, qui viendront sur le site et y trouveront des informations, ne verront pas l intérêt d adhérer sur le moment. Discussion : quelle proposition choisir? Il va falloir choisir, observe S. Perrier qui pose donc, surtout à l intention du trésorier la question de savoir si la proposition la plus onéreuse reste dans les moyens de notre association. B. Fischer estime que c est le cas, étant donné qu en faisant passer la revue de six à quatre numéros par an, nous faisons une économie d un peu plus de euros. Mais y a-t-il des éléments décisifs pour la choisir? demande S. Perrier. N. Franck reconnaît que si la proposition de notre collègue peut être considérée comme la plus fiable, si elle est la plus élaborée et présente l avantage de devancer nos demandes, elle ne s impose pas pour autant et ne surclasse pas les moins onéreuses au point de nous conduire à les écarter. Au contraire, il serait enclin à juger que la proposition la moins chère est préférable. S. Perrier retient deux critères : le délai et le prix. S. Clerjaud voudrait savoir si, en ce qui concerne l esthétique, les propositions sont équivalentes. Ph. Blanc répond que l esthétique et l ergonomie sont très certainement les points forts de la proposition qu il présente. F. Dupin trouve que le prix de la proposition émanant du collègue de l École Boulle est prohibitif. G. Schmitt s enquiert au sujet des mots-clés qui doivent permettre d accéder le plus rapidement possible à notre site et dont il a été dit lors de la réunion du 28 septembre qu ils relevaient d un travail de spécialiste. Mais pour F. Dupin, la question est assez simple : le référencement d un site dépend pour l essentiel du nombre de liens qu on aura réalisés. B. Fischer demande si, dans le devis de la proposition la plus coûteuse, il n y a pas des choses qui ne nous seraient pas d une grande utilité et dont on pourrait faire l économie. N. Franck donne son point de vue : ce qui lui plaît dans cette proposition, c est qu on a affaire à un véritable professionnel ; ce qui l ennuie, c est que le devis est trop élevé. G. Schmitt propose de prendre en compte parmi les critères de choix celui de la durée d utilisation prévisible : si nous devions conserver ce site pendant une dizaine d années, nous pourrions choisir sans hésiter le site le plus coûteux, mais selon toute probabilité, la solution que nous adoptons aujourd hui sera caduque dans quatre ou cinq ans ; il vaut donc mieux choisir une solution moins onéreuse qui correspond à nos besoins du moment. É. Delassus approuve. Mais des deux solutions qui restent et dont le prix est à peu de chose près le même, l une ne pourra pas être réalisée avant septembre. Pouvons-nous attendre jusque-là?

4 72 BUREAU GÉNÉRAL DU 28 JANVIER 2012 Vote S. Perrier soumet au vote les trois propositions. Celle qui a été faite par le collègue de l École Boulle n obtient aucune voix en sa faveur. Celle qui a été présentée par Ph. Blanc recueille une voix pour, une abstention, et dix voix contre. Celle qui émane de l ancien élève Thomas Dupont obtient 10 voix. Elle est donc choisie. II. PROPOSITIONS POUR LA REVUE F. Dupin a constaté que L Enseignement philosophique n est référencé sur aucun des grands sites qui signalent les parutions de revues et il pense qu à cause de cela nous perdons des contributions intéressantes. Il faudra donc essayer d y remédier. Il serait souhaitable aussi que notre revue soit présente dans les librairies. N. Franck indique qu on peut la trouver chez L Harmattan à Paris. Mais F. Dupin estime que nous devrions faire appel à un diffuseur qui se chargerait de mettre la revue en dépôt dans un certain nombre de librairies. Faut-il doter la revue d un conseil scientifique? Pour F. Dupin, ce serait très intéressant pour les universitaires qui cherchent à publier des articles. Nous aurions grandement intérêt à ce que L Enseignement philosophique devienne véritablement une revue à comité de lecture et que les articles qui y sont publiés soient pleinement pris en compte pour les nominations dans les universités, ce qui, ajoute-t-il, n est pas le cas actuellement. H. Dilberman intervient pour nuancer ce dernier jugement. G. Schmitt soulève la question de la pagination annuelle, du sommaire et des abstracts en anglais. Cela avait été envisagé en 1995, mais il n y a pas eu de suite. III. COMPTES RENDUS DE RENCONTRES 1. Rencontre avec la DGESCO La rencontre avec la DGESO a eu lieu le 9 décembre Notre Association, représentée par S. Perrier et N. Franck, a été reçue par M. X. Thurion, chef du Service de l Instruction publique et de l Action pédagogique, accompagné de M me Landrau, adjointe au chef du Bureau des lycées d enseignement général et technologique, de M. C. Moreau, chef de la Mission du pilotage des examens et de M. P. Seban, adjoint au chef du Bureau des programmes d enseignement. Étant donné que le compte rendu en a été publié sur le site Internet de l Association et que les membres du Bureau ont pu en prendre connaissance, S. Perrier ne voit pas de raison d en donner une nouvelle version et juge plus utile que l on s en tienne à des commentaires 2. Nous n avons pas gagné grand-chose, explique-t-il, mais nos interlocuteurs ont semblé d accord avec notre projet de participation à l expérience qui doit être menée en Seconde et en Première. Ils nous ont aussi écoutés très attentivement quand il a été question de la fin des dédoublements dans les séries technologiques. N. Franck ajoute qu ils ont été non seulement attentifs mais qu ils ont pris des notes au sujet du calendrier du baccalauréat. Ils ont découvert ou ont fait mine de découvrir que les dates de remises des notes n étaient pas les mêmes selon les Académies et qu en conséquence le temps alloué à la correction des copies pouvait varier. À propos des 2. On pourra lire le compte rendu de cette rencontre dans le présent numéro de L Enseignement philosophique en page 84.

5 BUREAU GÉNÉRAL DU 28 JANVIER classes technologiques, ils se sont montrés très attentifs, au point d envisager de faire figurer dans la circulaire de rentrée une recommandation en faveur d un dédoublement. Ils ont dit, en tout cas, qu ils y réfléchiraient. 2. Forum des Sociétés savantes N. Franck indique qu il y a eu deux réunions du Forum des Sociétés savantes, l une en novembre 2011, à laquelle il a participé et une autre, plus récente, le 21 janvier à laquelle il n a pu se rendre car il devait ce jour-là représenter notre association auprès d Avenir de la Langue française. Le Forum essaie de se restructurer et nous suivons ce qui s y passe avec beaucoup d attention. N. Franck y avait rendu compte de la réforme des lycées et son exposé avait suscité un réel intérêt. Ph. Blanc rappelle qu il était lui aussi entré en relation avec le Forum des Sociétés savantes dans le cadre de la Conférence la Conférence des présidents d associations de professeurs spécialistes et afin de nouer des contacts avec d autres associations d enseignants. 3. Conférence des Présidents d Associations de Professeurs spécialistes Ph. Blanc rend compte des activités de la Conférence. L Association des Professeurs de Mathématiques de l Enseignement public (APMEP) y est revenue. Une réunion s est tenue le 7 janvier, au cours de laquelle la Société des Langues néolatines a proposé de rédiger une adresse à l intention des candidats à l élection présidentielle. Le texte en a été signé par les associations représentées dont la nôtre. 4. Rencontre avec FO S. Perrier fait état de la rencontre qui a eu lieu le 11 janvier, à la suite d une sollicitation de J. Paris, secrétaire général du SNFOLC, entre une délégation de l APPEP à laquelle il a participé en compagnie de M. Perret et Ph. Blanc et deux représentants du syndicat FO: Bernard Kuntz, responsable national pour les enseignements disciplinaires et Marie-Catherine Stoffel, secrétaire nationale du SNFOLC et commissaire paritaire 3. S. Perrier précise que Ph. Blanc était présent non seulement en tant que vice-président de notre association, mais aussi en tant que secrétaire général de la Conférence. Sur les divers sujets qui ont été abordés, l évaluation des professeurs, la défense des disciplines, l affaiblissement du rôle de l Inspection, il est apparu que les deux délégations étaient presque entièrement d accord. La discussion a cependant été nourrie, notamment lorsqu il a été question du projet de décret sur l évaluation des enseignants. On s est interrogé sur les raisons de l échec de la grève du 15 décembre que les représentants de FO ont relativisé en mettant en cause la manière dont l administration effectue les décomptes de grévistes et en lui opposant le très net succès de la pétition mise en ligne par plusieurs syndicats. Il n en reste pas moins que beaucoup de collègues, dans un certain nombre de disciplines, n ont pas dû être très chauds pour défendre des inspecteurs qui leur imposent des lubies et qui font appliquer les réformes avec zèle. On ne peut pas ignorer ou juger nécessairement illégitime le sentiment que peuvent avoir ces collègues du caractère quelque peu exceptionnel d une inspection qui vient évaluer leur enseignement au regard d un seul cours, et on peut presque comprendre que certains d entre eux en soient venus à considérer que le chef d établissement était encore le mieux placé pour juger de leur travail. Une discussion s engage alors au sein du Bureau au sujet de l Inspection. On ne peut que constater que, dans bien des disciplines, elle a largement contribué à la détérioration des contenus d enseignement et on s explique aisément que des 3. On pourra lire le compte rendu de cette rencontre dans le présent numéro, en page 87.

6 74 BUREAU GÉNÉRAL DU 28 JANVIER 2012 enseignants répugnent à se mobiliser pour lui conserver ses prérogatives. Certes, on reconnaît qu en ce qui concerne la philosophie l Inspection s est efforcée de tenir bon et de résister à certaines pressions, à la différence de ce qui s est passé en lettres, par exemple. Il reste que réclamer le maintien de la double évaluation peut apparaître comme une position de repli pour essayer d empêcher ce qui se profile à l horizon, à savoir le recrutement des professeurs par les chefs d établissement. La discussion porte sur l évolution des fonctions respectives des inspecteurs et des chefs d établissement et sur le rôle que les dix «compétences» sont appelées à jouer non seulement pour le recrutement mais aussi pour l évaluation des enseignants. On s accorde sur ce point que l Inspection n est pas vraiment remise en cause parmi les professeurs de philosophie, et surtout on souligne l intérêt qu a pu présenter et que présente encore la dualité de fonctions des inspecteurs et des proviseurs. Outre qu elle a permis de régler des cas où un professeur pouvait être en butte à des pressions locales, elle a aussi contribué à ce que les enseignements puissent s exercer avec la souplesse souhaitable. C est ainsi que l Inspection de philosophie a pu dans une certaine mesure neutraliser les référentiels et grilles de compétences imposés par l administration, en procédant en quelque sorte à une réinterprétation dans le but d éviter certains dangers prévisibles et de préserver l essentiel. On insiste aussi sur l importance, dans l évaluation du travail d un professeur, d un regard qui soit à la fois éloigné et proche, éloigné parce que celui qui doit évaluer vient d ailleurs, et proche parce qu il a lui-même accompli le même travail que celui qu il observe. Il est clair, de toute façon, que c est aussi une certaine idée de la fonction du professeur qui est remise en cause avec la réforme de l évaluation. S. Perrier reprend la parole, après cette digression, pour revenir à l essentiel et achever de rendre compte de la rencontre avec FO. On a échangé au sujet des dédoublements et de la «mastérisation». Il a été décidé en fin de compte que chacune des organisations ferait un texte sur ces questions. S. Perrier annonce qu il doit prochainement rencontrer des responsables du SNES. 5. Contacts avec ALF (Avenir de la Langue française) S. Perrier indique que l APPEP avait été conviée à une réunion de «concertation inter-associative», organisée par l association «Avenir de la Langue française» qui devait se tenir le 21 janvier et qu il a proposé à N. Franck de s y rendre. L objet de cette rencontre, explique N. Franck, était de se mettre d accord sur une lettre à adresser aux candidats aux élections présidentielle et législatives (représentants du FN exceptés) et sur le texte d une pétition nationale. Le projet de lettre demandait aux candidats de s engager sur les dix points suivants : 1) conserver, respecter et développer l usage du français dans les institutions européennes et internationales où il a le statut de langue officielle, et donc exiger de nos représentants qu ils y parlent et écrivent en français ; 2) enjoindre à notre administration de renvoyer systématiquement à Bruxelles tous les documents de travail qui lui parviennent uniquement en anglais ; 3) répondre aux interlocuteurs étrangers soit dans leur langue, soit en français, ou faire appel à des traducteurs et interprètes ; 4) promouvoir les communications scientifiques en français ; 5) veiller à la qualité de l enseignement de la grammaire, de l orthographe, du vocabulaire, et de la littérature ; 6) interdire aux grandes écoles et aux universités françaises d offrir des formations et délivrer des diplômes uniquement en anglais ; 7) proposer et encourager le choix en première langue vivante d autres langues que l anglais;

7 BUREAU GÉNÉRAL DU 28 JANVIER ) créer un visa privilégié pour les étudiants des pays francophones désirant se former en France et en français, simplifier et humaniser pour eux les démarches administratives; 9) rétablir et accroître le niveau de financement de l action culturelle de la France à l étranger, et de l aide publique bilatérale aux pays francophones en développement ; 10) réformer l Organisation Internationale de la Francophonie, pour en faire un véritable organisme de développement francophone multilatéral. N. Franck ne voit pas de raison pour que notre association refuse de signer ce texte ; il est cependant porté à émettre des réserves à cause du caractère très étroit et plutôt marqué de la liste des signataires, quoiqu on lui ait affirmé qu elle était appelée à être élargie. Ces réserves, S. Perrier les partage tout à fait et il craint qu en l état cette liste de signataires conduise à faire des rapprochements douteux et à cataloguer défavorablement notre association, du fait qu elle se trouve en compagnie de l Académie du Gaullisme, de l Association nationale patriotique Présence Fidélité gaulliste, de l Union des Jeunes pour le Progrès et de France bonapartiste Il considère aussi que le texte est peut-être trop réactif dans sa mise en cause systématique de l anglais pour être tout à fait convaincant et mobilisateur. Pour G. Schmitt, si l on peut comprendre que certains enseignements soient donnés en anglais, par exemple dans les écoles de commerce, on peut juger inquiétant qu il y ait en France de plus en plus de colloques, y compris en philosophie, où toutes les interventions doivent se faire dans cette langue. En ce qui concerne la signature du texte, il estime qu il faudrait qu il y ait beaucoup d associations de spécialistes pour signer ce texte, éventuellement amendé, en particulier l Association des Professeurs de Mathématiques et l Union des Physiciens et qu il vaudrait mieux, dans ces conditions, que ce soit la Conférence qui se charge des relations avec Avenir de la langue française. N. Franck pense que nous devons en effet conditionner notre signature à l élargissement de la liste et principalement à la signature d autres associations de disciplines. É. Delassus se demande pourquoi le nombre de signataires est si réduit et pourquoi on n a pas fait appel à des partis politiques. S. Perrier répète qu il n est pas très chaud pour qu on signe ce texte et rappelle qu il s est étonné du peu de réactions qu il y a eu au sujet de la liste des signataires lors des échanges électroniques entre membres du Bureau. Ph. Blanc relève un problème de ciblage: on ne peut pas dire que l enseignement soit visé par ce texte dont le spectre est sans doute trop large pour que des associations de professeurs se prononcent. P. Verdeau trouve vraiment regrettable que des associations fortes ne figurent pas parmi les signataires et notamment l Organisation Internationale pour la Francophonie dont il est pourtant question dans le texte. IV. QUESTIONS DIVERSES Le questionnaire Le questionnaire sur notre enseignement et les conditions de travail des professeurs n a pas donné lieu à beaucoup de réponses. Il n a malheureusement été distribué que dans peu d académies. N. Franck signale qu il y a eu des problèmes à l envoi pour les académies de Paris, Créteil et Versailles. Journées prévues Les choses progressent en ce qui concerne la journée d études qui doit être consacrée à Pierre Hadot et qui aura lieu le 16 juin. Nous serons accueillis par l IUFM de Paris. On envisage de consacrer une prochaine journée à Marcel Conche. La séance est levée à 17 heures.

III BULLETIN DE L ASSOCIATION

III BULLETIN DE L ASSOCIATION III BULLETIN DE L ASSOCIATION BUREAU NATIONAL 8 février 2014 Rédaction du compte rendu : Philippe BLANC. Présents : Édouard Aujaleu, Philippe Blanc, Jean-Pierre Carlet, Stéphane Clerjaud, Éric Delassus,

Plus en détail

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015 Projet de loi Modernisation du dialogue social Suivi du projet par l UNSA 25 mai 2015 La commission des affaires sociales de l Assemblée nationale a adopté le projet de loi relatif au dialogue social et

Plus en détail

V BULLETIN DE L ASSOCIATION

V BULLETIN DE L ASSOCIATION V BULLETIN DE L ASSOCIATION BUREAU NATIONAL 8 octobre 2011 1 Rédaction du compte rendu : Gérard SCHMITT. Présents : Édouard Aujaleu, Philippe Blanc, Stéphane Clerjaud, Charles Coutel, Henri Dilberman,

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

GREP (10) 2 FR FR FR

GREP (10) 2 FR FR FR FR GREP (10) 2 FR FR REGLEMENT INTERIEUR REGLEMENT INTERIEUR DUGROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES POSTAUX (GREP) LE GROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES

Plus en détail

DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2. Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE

DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2. Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2 Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE page Audition de M. Yves Doutriaux, Ambassadeur de France auprès de l

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

III BULLETIN DE L ASSOCIATION

III BULLETIN DE L ASSOCIATION III BULLETIN DE L ASSOCIATION BUREAU NATIONAL 9 février 2013 Rédaction du compte rendu : Gérard SCHMITT. Présents : Édouard Aujaleu, Philippe Blanc, Stéphane Clerjaud, Charles Coutel, Éric Delassus, Henri

Plus en détail

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024 Note de service À : De : Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires Geoff Guy, président Conseil des normes actuarielles Date : Le 29 mars 2007 Objet :

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA RÉUNION DU 25/11/2014 RÉNOVATION DU BTS COMPTABILITÉ GESTION DES ORGANISATIONS

COMPTE RENDU DE LA RÉUNION DU 25/11/2014 RÉNOVATION DU BTS COMPTABILITÉ GESTION DES ORGANISATIONS COMPTE RENDU DE LA RÉUNION DU 25/11/2014 RÉNOVATION DU BTS COMPTABILITÉ GESTION DES ORGANISATIONS Ce document n a aucune valeur réglementaire et ne se substitue pas aux textes officiels INTRODUCTION La

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Politique linguistique Informations sur le soutien apporté par le Baccalauréat International en matière de langues, cours de langue et langues d enseignement Mise à jour en octobre 2014 Cette politique

Plus en détail

COMITÉ DE PARTICIPATION DES ENSEIGNANTS

COMITÉ DE PARTICIPATION DES ENSEIGNANTS COMITÉ DE PARTICIPATION DES ENSEIGNANTS En vertu de la clause 4-1.01 de l entente locale, la Commission scolaire (ci-après la «Commission») reconnaît officiellement que les enseignantes et les enseignants

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Décret n o 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR : ESRS0905375D

Plus en détail

APESIA. Association des Parents d Elèves Section Internationale Anglophone - Nogent-sur-Marne REUNION DU 24/05/2014

APESIA. Association des Parents d Elèves Section Internationale Anglophone - Nogent-sur-Marne REUNION DU 24/05/2014 1 APESIA Association des Parents d Elèves Section Internationale Anglophone - Nogent-sur-Marne REUNION DU 24/05/2014 OBJET : Echanges sur l avenir de la Section Internationale des Collèges : WATTEAU et

Plus en détail

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc.

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 11 mars 2005 Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 2004) Introduction Tous les produits de construction

Plus en détail

Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir. Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au

Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir. Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au PLAN D INTERVENTION Service des ressources éducatives Version finale

Plus en détail

Avis présenté à la. Commission scolaire de Montréal

Avis présenté à la. Commission scolaire de Montréal AVIS SUR LA PROPOSITION DE RÉPARTITION 2014-2015 DE LA MESURE MINISTÉRIELLE 50730 SUR LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS (NTIC) Avis présenté à la Commission scolaire de

Plus en détail

Organisation de la formation des professeurs et CPE stagiaires dans l académie de Caen Année 2012-2013

Organisation de la formation des professeurs et CPE stagiaires dans l académie de Caen Année 2012-2013 Organisation de la formation des professeurs et CPE stagiaires dans l académie de Caen Année 2012-2013 Principes généraux L académie de Caen accueille cette année 142 professeurs et CPE stagiaires dont

Plus en détail

LIBERTE SOCIALE STATUTS LIBERTE SOCIALE

LIBERTE SOCIALE STATUTS LIBERTE SOCIALE LIBERTE SOCIALE STATUTS Article 1 : CONSTITUTION Il est constitué entre les adhérents aux présents statuts, ayant participé à l assemblée constitutive du 12 février 2014, une association régie par la loi

Plus en détail

FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES STATUTS

FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES STATUTS FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES Association Internationale Sans But Lucratif STATUTS Approuvé par l Assemblée Générale du 16/06/2015 Dénomination, but et objectif

Plus en détail

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D Le Premier ministre, Sur le rapport de la ministre de l enseignement supérieur et de la recherche,

Plus en détail

Société Suisse d Hydrologie et de Limnologie «STATUTS»

Société Suisse d Hydrologie et de Limnologie «STATUTS» Société Suisse d Hydrologie et de Limnologie «STATUTS» Nom, siège, but Art. 1 La «Société suisse d hydrologie et de limnologie» (SSHL) est une association au sens de l art. 60 ff du Code civil suisse.

Plus en détail

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR. Le conseil syndical

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR. Le conseil syndical UNIS COLLECTION Ce que tout copropriétaire doit connaître LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR Le conseil syndical EXPOSÉ La loi du 10 juillet 1965 et son décret du 17 mars 1967 déterminent le cadre et les règles

Plus en détail

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR Les séminaires et la continuité à assurer Il est essentiel qu au terme de chaque séminaire, le bilan établi et mis en ligne soit examiné dans chaque lycée par l ensemble

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

Aide-mémoire. La Charte de la langue française dans les ministères et les organismes et la politique linguistique gouvernementale

Aide-mémoire. La Charte de la langue française dans les ministères et les organismes et la politique linguistique gouvernementale Aide-mémoire La Charte de la langue française dans les ministères et les organismes et la politique linguistique gouvernementale AIDE-MÉMOIRE La Charte de la langue française dans les ministères et les

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Décret n o 2006-651 du 2 juin 2006 relatif à la formation pharmaceutique continue et modifiant la quatrième partie

Plus en détail

Proposition de Mode de Fonctionnement et Règles de Procédure (Statuts 2011 en vigueur)

Proposition de Mode de Fonctionnement et Règles de Procédure (Statuts 2011 en vigueur) Proposition de Mode de Fonctionnement et Règles de Procédure (Statuts 2011 en vigueur) MODE DE FONCTIONNEMENT 1. Participation au Conseil mondial: Les délégués des associations membres Le bureau et les

Plus en détail

STATUTS AFCB Association Française de la Chèvre Boer

STATUTS AFCB Association Française de la Chèvre Boer STATUTS AFCB Association Française de la Chèvre Boer ARTICLE 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901,

Plus en détail

Fiche Info. les credits anticipes. les credits anticipes. dossier. dossier. les credits anticipes

Fiche Info. les credits anticipes. les credits anticipes. dossier. dossier. les credits anticipes Fiche Info dossier les credits anticipes les credits anticipes les credits anticipes dossier Fédération des Étudiants Francophones ASBL - 20 rue de la Sablonnière,1000 Bruxelles - tél : 02/223 0154 fax

Plus en détail

STATUTS DE L ASMAV. Association suisse des médecins assistants et chefs de clinique section vaudoise

STATUTS DE L ASMAV. Association suisse des médecins assistants et chefs de clinique section vaudoise STATUTS DE L ASMAV Association suisse des médecins assistants et chefs de clinique section vaudoise I.- NOM, SIEGE, BUT ET DUREE Article 1 er : Nom L Association suisse des médecins assistants et chefs

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 DOCUMENT DE BUENOS AIRES SUR LE MÉCANISME DE SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

CONVENTION MASTERS METIERS DE L ENSEIGNEMENT CO-HABILITES

CONVENTION MASTERS METIERS DE L ENSEIGNEMENT CO-HABILITES CONVENTION MASTERS METIERS DE L ENSEIGNEMENT CO-HABILITES Entre L université,,, d une part,, d une part ( ),, d une part,, d une part ),, d une part,, d une part 1/5 L intégration des IUFM dans les universités

Plus en détail

pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde

pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde RAPPORT DES REPRESENTANTS DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE FRANCO-ALLEMANDE pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde Les représentants des étudiants publient chaque année

Plus en détail

Fiche info Service Carrières

Fiche info Service Carrières Fiche info Service Carrières L entretien professionnel Thème : Déroulement de carrière février 15 Textes de référence Décret n 86-473 du 14 mars 1986 relatif aux conditions générales de notation des fonctionnaires

Plus en détail

STATUTS ARAET. Approuvés par l'assemblée générale de l'araet, le 17 mars 2012

STATUTS ARAET. Approuvés par l'assemblée générale de l'araet, le 17 mars 2012 -1- STATUTS ARAET Approuvés par l'assemblée générale de l'araet, le 17 mars 2012 TITRE I : Nom Buts Siège - Durée Article 1 : Nom 1.1 L Association Romande Arts, Expression et Thérapies - ARAET - est une

Plus en détail

Comité des Fêtes d Oulins

Comité des Fêtes d Oulins Comité des Fêtes d Oulins Association loi 1901- Statuts du COMITE DES FETES D OULINS ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par

Plus en détail

Représenter son Unité à l'assemblée Générale du Mouvement

Représenter son Unité à l'assemblée Générale du Mouvement Publications SGP SGP - P904006 - P904074 Mensuel - Mensuel - Numero - Numéro Spécial Spécial - N 157 - N - Août 157 2009 - Août (Ne 2009 paraît (Ne pas paraît en juillet) pas en - Ed. juillet) resp. -

Plus en détail

RAPPORT DES REPRÉSENTANTS DES ÉTUDIANTS DE L UNIVERSITÉ FRANCO-ALLEMANDE

RAPPORT DES REPRÉSENTANTS DES ÉTUDIANTS DE L UNIVERSITÉ FRANCO-ALLEMANDE RAPPORT DES REPRÉSENTANTS DES ÉTUDIANTS DE L UNIVERSITÉ FRANCO-ALLEMANDE en vue de l assemblée générale des établissements membres le 26 mai 2010 à Dijon Les représentants des étudiants publient chaque

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996)

VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996) VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996) Préambule Les chefs d État et de Gouvernement, réunis lors de leur sixième

Plus en détail

LE CONSEIL D ECOLE. Lors de la première séance, les maîtres informent sur les conditions dans 2 exemplaires du PV sont adressés à l IEN ;

LE CONSEIL D ECOLE. Lors de la première séance, les maîtres informent sur les conditions dans 2 exemplaires du PV sont adressés à l IEN ; LE CONSEIL D ECOLE La composition du Conseil d école- Membres permanents Le directeur qui préside Le Maire ou son représentant Les maîtres de l école exerçant dans l école Un maître du RASED Le délégué

Plus en détail

Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010

Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010 Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010 Coordonnées de l établissement Lycée Joseph Desfontaines 2 rue Guillotière 79500 MELLE Tél. : 05.49.27.00.88 - fax : 05.49.27.91.06

Plus en détail

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées.

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées. Association loi 1901- Statuts type avec objet plus large ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille Conformément à l article 14 de ses statuts, le «Orchestre Universitaire de Lille» arrête son Règlement Intérieur d association. ARTICLE 14 - Règlement

Plus en détail

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement INTRODUCTION : Le constat Le principe d une école destinée à former tous les magistrats

Plus en détail

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations www.univ-bpclermont.fr 1 Charte de l évaluation des formations L évaluation des formations inscrit l Université Blaise

Plus en détail

POUR MIEUX ORGANISER LE TRAVAIL SÉNATORIAL NOUVELLES RÈGLES, NOUVELLES HABITUDES

POUR MIEUX ORGANISER LE TRAVAIL SÉNATORIAL NOUVELLES RÈGLES, NOUVELLES HABITUDES POUR MIEUX ORGANISER LE TRAVAIL SÉNATORIAL NOUVELLES RÈGLES, NOUVELLES HABITUDES VADEMECUM - JUIN 2015 Le bicamérisme est indispensable à l'équilibre des institutions de la République, car c'est plus de

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Cégep de Sept-Îles POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Service émetteur : Direction des communications Instance décisionnelle : Conseil d administration Date d approbation : Le 7 mars 2006 Dernière révision :

Plus en détail

Statuts de l association Electrolab

Statuts de l association Electrolab Statuts de l association Electrolab Mardi 16 Novembre 2010 Article 1 : Titre Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 juillet 1901 relative au contrat

Plus en détail

Décision n 2013/05-02 relative à l habilitation d ESIEE Paris à délivrer un titre d ingénieur diplômé

Décision n 2013/05-02 relative à l habilitation d ESIEE Paris à délivrer un titre d ingénieur diplômé Décision n 2013/05-02 relative à l habilitation d ESIEE Paris à délivrer un titre d ingénieur diplômé Objet : Dossier de type A : renouvellement de l habilitation - Vu la demande présentée par ESIEE Paris

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Compte-rendu de l assemblée générale de l AAE du 4 février 2006

Compte-rendu de l assemblée générale de l AAE du 4 février 2006 Compte-rendu de l assemblée générale de l AAE du 4 février 2006 Sommaire Les évolutions à l ENSPS Bilan moral Bilan financier Projets pour 2006 Renouvellement CA AAE Les évolutions à l ENSPS Nouveau directeur

Plus en détail

Compte rendu réunion du Comité d'hygiène et de sécurité et condition de travail spécial départemental du Tarn Réunion du 28 mars 2012

Compte rendu réunion du Comité d'hygiène et de sécurité et condition de travail spécial départemental du Tarn Réunion du 28 mars 2012 Compte rendu réunion du Comité d'hygiène et de sécurité et condition de travail spécial départemental du Tarn Réunion du 28 mars 2012 Etaient présents : Représentant l'administration : Monsieur Eric TOURNIER,

Plus en détail

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES Compte rendu des décisions de la réunion de la TNMP à Québec (les 20 et 21 novembre 2003) : Les Parties ont présenté un

Plus en détail

STATUTS. L Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne 12, place du Panthéon 75 231 Paris Cedex 05

STATUTS. L Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne 12, place du Panthéon 75 231 Paris Cedex 05 STATUTS Article 1 DENOMINATION Il est créé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant pour dénomination : l Association

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL SUR LA RÉFORME DU TRAITÉ DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (PCT) Sixième session Genève, 3 7 mai 2004

GROUPE DE TRAVAIL SUR LA RÉFORME DU TRAITÉ DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (PCT) Sixième session Genève, 3 7 mai 2004 ORIGINAL: anglais DATE: 3 mars 2004 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENEVA F UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) GROUPE DE TRAVAIL SUR LA RÉFORME

Plus en détail

Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» Sommaire : 1. Affectation

Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» Sommaire : 1. Affectation Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» 2015 2016 Sommaire : 1. Affectation 2. Principes généraux de la formation L alternance intégrative Formation disciplinaire

Plus en détail

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE DE SECURITE ET DE CONDITIONS DE TRAVAIL DE L UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE ARDENNE Document validé par le CHSCT au cours de sa séance du 18 septembre 2012 Mis à

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT ***********

STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT *********** STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT *********** ARTICLE 1 : CONSTITUTION, APPELLATION, DUREE. Il est constitué une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES ANNÉE 2010-2011 TABLE DES MATIÈRES Page I. PRÉAMBULE 3 II. ANALYSE DE LA SITUATION 3 III. LES OBJECTIFS QUANTITATIFS 5 IV. LES MESURES ENVISAGÉES

Plus en détail

STATUTS. de l ASSOCIATION ACTUARIELLE EUROPÉENNE

STATUTS. de l ASSOCIATION ACTUARIELLE EUROPÉENNE ACTUARIAL ASSOCIATION OF EUROPE ASSOCIATION ACTUARIELLE EUROPÉENNE 4 PLACE DU SAMEDI B 1000 BRUSSELS, BELGIUM TEL: (+32) 22 17 01 21 FAX: (+32) 27 92 46 48 E MAIL: info@actuary.eu WEB: www.actuary.eu STATUTS

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Economie - Gestion de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise CHRONIQUE ENTREVUE Stéphane Beaulieu L avenir de la formation universitaire en psychologie Marie Girard-Hurtubise À l instar d autres universités québécoises, le département de psychologie de l Université

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

Analyse de proposition

Analyse de proposition Analyse de proposition Conseil Académique du 3 juin 2013 : CAC-420-03 Rédaction : Maxence Lenoir Président, 2013-2014 Version : 3 juin 2013 Adoption : 9 juin 2013 Association des Étudiants de Polytechnique

Plus en détail

Mission jeunes entreprises

Mission jeunes entreprises Mission jeunes entreprises proposée par les experts-comptables www.entreprisecreation.com Le site des experts-comptables dédié à la création d'entreprise Pourquoi une? En vue de contribuer au développement

Plus en détail

CHARTE D ORGANISATION DES VOYAGES ET DES SORTIES SCOLAIRES. Ces déplacements sont réglementés en France par :

CHARTE D ORGANISATION DES VOYAGES ET DES SORTIES SCOLAIRES. Ces déplacements sont réglementés en France par : CHARTE D ORGANISATION DES VOYAGES ET DES SORTIES SCOLAIRES Préambule : Les voyages et sorties scolaires participent par nature à la mission d un établissement scolaire dès lors qu ils permettent d approfondir

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées

Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées Textes de référence : articles L.225-38, L.225-39, L.225-40, L.225-96, L.225-98, L.225-100, L.225-102-1 L.225-105,

Plus en détail

Le comité de programme

Le comité de programme Le comité de programme U n des concepts fondamentaux qui a servi au Renouveau de l enseignement collégial est ce qu il est convenu d appeler l approche programme. Le renouvellement de la convention collective

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE -------- Vendredi 30 Novembre 2012

PROCÈS-VERBAL DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE -------- Vendredi 30 Novembre 2012 PROCÈS-VERBAL DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE -------- Vendredi 30 Novembre 2012 Le vendredi 30 novembre de l an 2012 à 15h30, l Assemblée Générale Ordinaire de notre syndicat s est réunie à la Maison

Plus en détail

STATUTS DE THE FRENCH-AMERICAN SCHOOL OF NEW YORK PARENT TEACHER ASSOCIATION (Association des parents d élèves et enseignants de FASNY)

STATUTS DE THE FRENCH-AMERICAN SCHOOL OF NEW YORK PARENT TEACHER ASSOCIATION (Association des parents d élèves et enseignants de FASNY) STATUTS DE THE FRENCH-AMERICAN SCHOOL OF NEW YORK PARENT TEACHER ASSOCIATION (Association des parents d élèves et enseignants de FASNY) ARTICLE I - DENOMINATION La dénomination de l ássociation est FASNY-PAT

Plus en détail

Statuts du Lycée français Victor Hugo de Sofia

Statuts du Lycée français Victor Hugo de Sofia Chapitre I: Dénomination, Forme juridique et Durée Art. 1. La dénomination de l'école est Lycée français Victor Hugo de Sofia (l'école). Art. 2. L'École est un établissement d'enseignement français qui

Plus en détail

Comment régler un litige avec ma banque?

Comment régler un litige avec ma banque? MARS 2014 N 3 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelamediationbancaire.com Le portail de la médiation bancaire lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Comment régler

Plus en détail

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement»

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Résultat : 1. Obtenir les meilleures conditions d approvisionnement possibles, en termes de prix, de

Plus en détail

UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS

UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS Article 1 er : formation Sous le régime de la loi du premier juillet mille neuf cent neuf, il est créé entre

Plus en détail

ASSOCIATION «LES AMIS DU PATRIMOINE RELIGIEUX DE LA PAROISSE SAINT HILAIRE DE FONTENAY LE COMTE» STATUTS

ASSOCIATION «LES AMIS DU PATRIMOINE RELIGIEUX DE LA PAROISSE SAINT HILAIRE DE FONTENAY LE COMTE» STATUTS ASSOCIATION «LES AMIS DU PATRIMOINE RELIGIEUX DE LA PAROISSE SAINT HILAIRE DE FONTENAY LE COMTE» STATUTS TITRE I - FORMATION ET OBJET DE L ASSOCIATION Article 1 - DENOMINATION ET SIEGE SOCIAL Il est formé,

Plus en détail

SYNTHESE DE L ENQUETE DE SATISFACTION sur la qualité de l accueil et sur les services des bibliothèques Doc INSA et les Humanités

SYNTHESE DE L ENQUETE DE SATISFACTION sur la qualité de l accueil et sur les services des bibliothèques Doc INSA et les Humanités SYNTHESE DE L ENQUETE DE SATISFACTION sur la qualité de l accueil et sur les services des bibliothèques Doc INSA et les Humanités Synthèse des résultats de l enquête menée par le Groupe accueil des bibliothèques

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT

FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT On attendait la création d un CHSCT central pérenne, sur le modèle des comités d établissements et du comité central d entreprise, finalement il faudra se contenter

Plus en détail

Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière Section fédérale des OSDD

Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière Section fédérale des OSDD Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière Section fédérale des OSDD LETTRE CIRCULAIRE N 13/11/2008 Paris, le 5 novembre 2008 Aux Délégués Syndicaux Mutualité Aux Secrétaires de Syndicats OSDD Chers

Plus en détail

«PHYTOPHARMA» Règlement du Prix. Préambule. Article 1 : Objet du Prix PHYTOPHARMA. Article 2 : Conditions de candidature

«PHYTOPHARMA» Règlement du Prix. Préambule. Article 1 : Objet du Prix PHYTOPHARMA. Article 2 : Conditions de candidature Règlement du Prix «PHYTOPHARMA» Préambule La société savante dénommée «Groupe Français des Pesticides» (GFP) (association loi 1901) a institué depuis plus de 20 ans un prix de thèse, le Prix «PHYTOPHARMA».

Plus en détail

Comment régler un litige avec ma banque?

Comment régler un litige avec ma banque? Juillet 2012 n 3 difficultés Les mini-guides bancaires Comment régler un litige avec ma banque? sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : cles@fbf.fr

Plus en détail

Comment régler un litige avec ma banque?

Comment régler un litige avec ma banque? MARS 2014 N 3 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES Comment régler un litige avec ma banque? sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com

Plus en détail

Association de loi 1901 «groove line» STATUTS. I-L association : Article 1 er :

Association de loi 1901 «groove line» STATUTS. I-L association : Article 1 er : Association de loi 1901 «groove line» STATUTS I-L association : Article 1 er : Il est formé entre les adhérents aux présents statuts, une association, régie par la loi du 01/07/1901 et le décret du 16/08/1901

Plus en détail

Argumentaires de la CGT-MAE lors du CHSCT du 05 septembre 2012

Argumentaires de la CGT-MAE lors du CHSCT du 05 septembre 2012 Argumentaires de la CGT-MAE lors du CHSCT du 05 septembre 2012 Approbation de plusieurs textes Approbation des avis formels n 4 à 7 présentés au dernier CTM, relatifs au temps de travail dans le service

Plus en détail

DÉCLARATION PUBLIQUE DE MONSIEUR ALEXANDRE ZOLLINGER

DÉCLARATION PUBLIQUE DE MONSIEUR ALEXANDRE ZOLLINGER DÉCLARATION PUBLIQUE DE MONSIEUR ALEXANDRE ZOLLINGER Relative au jugement du Tribunal de grande instance de LILLE en date du 10 mai 2011 rendu dans un litige l opposant au plagiaire de sa thèse de doctorat

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail