RECOURS POUR EXCES DE POUVOIR :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RECOURS POUR EXCES DE POUVOIR :"

Transcription

1 A Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers du tribunal administratif de Marseille. RECOURS POUR EXCES DE POUVOIR : POUR : 1) Monsieur Daniel CARRIERE, domicilié résidence Saint-Loup, Bât. A, 103 bd de Saint Loup, Marseille. 2) Monsieur Nouredine ABOUAKIL, domicilié 78 bd de Dunkerque, Bât. D11, Marseille. 3) Monsieur Philippe REY, domicilié 11 chemin de la Sartan, Marseille. Ayant tous pour avocat Maître Benoit CANDON, du Barreau de Marseille, domicilié 7 rue Gustave Ricard, Marseille (tél : fax : ). CONTRE : La délibération en date du 23 octobre 2012 par laquelle le bureau de Marseille Provence Métropole (MPM) a approuvé le bail civil conclu entre MPM et la SAS SUEDE pour la location de locaux en l'état de futur achèvement au sein de la Tour La Marseillaise. I FAITS ET PROCEDURE : Les requérants sont domiciliés à Marseille et, étant propriétaires de leurs logements, sont contribuables de Marseille Provence Métropole (dite MPM), notamment par leur assujettissement à aux taxes d'habitation et foncière. Ils ont donc intérêt à agir contre la délibération attaquée, qui engage les dépenses de MPM à hauteur d'au moins 6,4 ME (5ME de loyer annuel plus 1,4ME de charges prévisibles). Les données sont les suivantes. Ce nouveau bail porte sur des locaux en l'état de futur achèvement pour une superficie de m2 répartie sur 12 étages situés dans une tour de 32 niveaux (dont 27 de bureaux) au bord du port maritime de Marseille (dans l'espace dit «Les Quais d'arenc»), pour un loyer annuel de 5,012 ME HT et des charges annuelles prévisibles de 1,4 ME HT, plus une redevance annuelle d'un restaurant interentreprises de E HT

2 (plus ses charges), le tout pendant une durée de 12 années. Actuellement, MPM loue des locaux pour m2 répartis principalement aux Docks ( m2) et dans trois autres sites à Marseille (bd Joseph Vernet dans le 8e, CMCI dans le 1er et bd de la Glacière dans le 14e). Le prix des locaux loués aux Docks est de 2,4 ME pour m2. Depuis 2007 et de façon continue, MPM a augmenté les surfaces louées aux Docks, pour une meilleure organisation de ses services, le dernier avenant, n 9, ayant été conclu le 08/07/2011. MPM occupe également, pour sa direction de l'eau et de l'assainissement, une surface de m2 bd Joseph Vernet pour un loyer annuel HT de E par an, avec une franchise annuelle de E, par bail renouvelé à partir du 31/03/2010 pour 9 années, suivant délibération du 25/03/2010, «considérant l intérêt pour la DEA de continuer à occuper les locaux situés 27 boulevard Joseph Vernet, Marseille». Les loyers des deux autres sites ne nous sont pas connus, mais ils sont a priori assez anciens (pas disponibles sur le site de MPM qui permet d'aller jusqu'en 2006) et devraient être moins élevés au m2 qu'aux Docks (ces derniers, partie d'euroméditerranée, étant déjà chers pour Marseille). Le déménagement des agents de MPM et de leur matériel est programmé pour fin 2015-début 2016, le bail des Docks, conclu suivant délibération du 18/12/2006 et applicable depuis le 01/01/2007 pour 9 années, arrivant à échéance le 31/12/2015. Rien ne permet toutefois de penser que MPM serait «expulsée» des Docks ou qu'elle ne pourrait renouveler son bail dans de bonnes conditions, ce qui n'a jamais été prétendu. Le projet immobilier de la Tour Marseillaise, encore dite Tour Nouvel du nom de son architecte, était resté suspendu faute d'investisseurs, c'est-à-dire, pour cet immeuble dédié aux bureaux, faute d'entreprises s'engageant pour louer ou acheter partie de ces locaux. MPM, en concluant le bail litigieux, permet donc à ce projet, mené par le promoteur Constructa de même que trois autres tours dans la future «skyline» marseillaise (ensemble de quatre tours alignées à celle existante de la CMA-CGM), d'être exécuté. Ainsi, dans une lettre ouverte du 29/10/2012 adressée à M. Menucci, M. Caselli, président de MPM, déclare qu'«en permettant la construction de «La Marseillaise» et en décidant d y implanter son siège, MPM donne un signal fort de confiance dans Marseille et dans Euroméditerranée.» Enfin, l'environnement institutionnel est en passe d'être modifié, avec la nouvelle métropole marseillaise en voie de création, celle-ci allant intégrer les six EPCI existants (MPM, Pays d'aix, Aubagne, San Ouest Provence, Martigues, Salon), selon la ministre Madame Lebranchu dans le premier semestre 2013, de sorte que MPM disparaisse et que la composition, les compétences et l'organisation de la nouvelle métropole en diffèrent

3 sensiblement, outre l'existence d'un débat très vif entre les futures composantes de cette métropole, notamment sur la question de l'utilisation des deniers publics. II ILLEGALITES EXTERNES : 1) Violation des articles L et L du code général des collectivités territoriales (défaut d'information des membres du bureau) : Les articles L et L du code général des collectivités territoriales (CGCT), auxquels renvoie l'article L du CGCT, s'appliquent aux délibérations du bureau de MPM. En effet, celui-ci constitue un organe délibérant au sens de l'article L précité. D'autre part et en tout état de cause, le bureau a pris la délibération attaquée sur délégation du conseil communautaire, qui est le principal organe délibérant au sens du même article, de sorte que ses conditions de fonctionnement, en particulier les garanties de bonne information de ses membres, doivent être identiques. Ainsi, de même que la note de synthèse visée par l'article L du CGCT doit être suffisante, chaque «membre du conseil municipal a le droit, dans le cadre de sa fonction, d'être informé des affaires de la commune qui font l'objet d'une délibération», aux termes de l'article L du même code ; le maire est donc tenu de communiquer aux membres du conseil municipal les documents et informations nécessaires pour qu'ils puissent se prononcer utilement sur les affaires de la commune soumises à leur délibération, obligation transposable à la communauté urbaine. Or nous contestons que cette information ait été légalement donnée, soit en temps utile, de façon suffisante et sincère. * Premièrement, les membres du bureau n'ont pas reçu la note de synthèse prévue à l'article L du CGCT dans le délai de 5 jours francs avant la séance. * Deuxièmement, à supposer que cette note soit l'exposé des motifs ou rapport préalable à la délibération, elle serait insuffisante pour éclairer les votants, car elle résume l'affaire en quelques lignes, alors que les enjeux sont multiples et complexes. Ce rapport ne se réfère à aucune étude qui serait consultable par les membres du bureau, et ne donne aucun élément de comparaison, au niveau financier, mais aussi de l'accomplissement des missions, de la gestion du personnel et de l'impact local. * Troisièmement, toujours à supposer ce rapport tenant lieu de «note de synthèse», celle-ci serait également erronée et trompeuse. En effet, comme nous l'exposerons au fond dans le paragraphe III-1 consacré à l'erreur manifeste d'appréciation, le rapport se trompe sur un élément déterminant, le fait que le changement de locaux s'effectue «à budget constant», alors que les anciens loyers étaient moins chers au m2 et que leur somme se situe à entre 3 et 3,5 ME, contre 5 ME dans la nouvelle tour. Et il en va de même pour les charges.

4 En outre, ce rapport masque un certain nombre d'informations pourtant essentielles pour en apprécier le bien-fondé. Notamment, le plan des aménagements demandés par MPM (annexe 4 au contrat) ne contient pas d'échelle. On peine donc à apprécier l'espace disponible. De même pour les loyers et charges, dont le montant actuel n'est pas précisé. MPM aurait dû présenter un tableau comparatif des loyers et charges. Dans ces conditions, le rapport ne satisfait pas aux exigences des articles L et L du CGCT telles que précisées par la jurisprudence (voir par ex. CAA Marseille, Commune de Gemenos, 11 mai 2010, n 08MA02694). 2) Violation de l'article 23 de la loi n du 11 décembre 2012 (absence d'avis du service des domaines) : Il ressort de la délibération attaquée que le service des domaines, qui devait être obligatoirement consulté en application de l'article 23 de la loi n du 11 décembre 2012, n'a pas donné d'avis «par manque de références locales sur ce type de projet». Or, si l'on peut soutenir que l'absence d'avis donné par un organe régulièrement consulté ne vicie pas une décision administrative, nous contestons qu'en l'espèce le service des domaines ait été en possession des informations utiles pour donner un avis : projet de bail, annexes au bail, prix des locations actuelles de MPM. Dans ces conditions, il ne peut être réputé avoir donné son avis. Nous demandons donc à MPM de justifier de la saisine du service des domaines et d'en produire la copie. 3) Violation des règles de mise en concurrence (requalification en marché public) : a) En réalité, compte tenu premièrement de son importance financière (6,4 ME HT par an minimum plus le déménagement), temporelle (12 ans), humaine (1.200 agents) et stratégique, deuxièmement de celle des aménagements demandés par MPM (structures internes de 12 étages sur 32) ou auxquels elle participe (création d'un restaurant interentreprises), et troisièmement du caractère déterminant de ce bail pour la réalisation de cette construction (sans lequel elle n'aurait pas été financée), le choix de ce nouveau bail relevait, malgré sa qualification apparente de simple bail et dans la mesure où il a pour objet à la fois des travaux et la prestations de services, des marchés publics au sens de l'article 1er du code des marchés publics et de l'article 1er de la directive 2004/18/CE. Si la «location» est exclue du champ des marchés de services par l'article 3-3 du code des marchés publics, et cela «qu'elles qu'en soient les modalités financières», c'est à la condition qu'elle ait pour objet des «terrains, bâtiments existants ou d'autres biens immobiliers», ce qui n'est pas le cas d'un immeuble en l'état de futur achèvement, lequel n'existe pas encore (et la catégorie des «autres biens immobiliers» ne comprenant pas les

5 bâtiments à construire). Cette exclusion est logique afin de ne pas assimiler une location à un marché de travaux de construction. Plus encore, la délibération attaquée, dans son deuxième «considérant», n'exclut pas la possibilité d'acheter entièrement cet immeuble à long terme, ni celle d'en acheter une partie à court ou moyen terme (ces notions de court, moyen et long terme n'étant d'ailleurs pas précisées). Une telle perspective apparaît d'ailleurs possible, si l'on envisage que dans douze années MPM souhaite demeurer dans ces locaux. Mais cela reviendrait à faire édifier un immeuble pour la collectivité sans respecter aucune de règles de la commande publique. Au surplus, comme le relèvent deux autres «considérants», MPM «dispose de la possibilité contractuelle d acquérir prioritairement les surfaces qu il occupe ou qui viendraient à être libérées par les autres occupants», ce qui d'une part touche à l'acquisition comme à la location, d'autre part montre que l'engagement de MPM dans cette tour est susceptible de dépasser largement les surfaces retenues par la délibération attaquée et a été prévu en tant que tel. De plus MPM «dispose contractuellement d un droit de regard sur la nature et l activité des autres colocataires de l immeuble». Ces clauses exorbitantes caractérisent encore la volonté de MPM de réserver cet immeuble à ses besoins et montrent à quel point celui-ci dépend d'elle. Quant aux deux autres «considérants», ils visent à assoir la qualification de bail au prix d'une dénaturation du contrat, alors qu'à l'inverse de ce qui est prétendu : la construction va être édifiée pour le compte de la personne publique, puisque sans l'engagement de celle-ci cette tour n'existerait pas, l immeuble a été conçu pour répondre aux besoins propres de MPM et n'a pas été proposé en l'état, puisqu'il ne va exister que pour répondre à la demande de MPM et que le bail prévoit des travaux portant sur l'ensemble des aménagements intérieurs des étages afin d'adapter ces locaux aux besoins de MPM (seule la structure générale du projet d'immeuble reste inchangée). b) En outre, deux engagements de MPM dans ce bail constituent manifestement des commandes de marchés publics de travaux, au sens de l'article 1-III du code des marchés publics. D'abord, l'exécution des travaux d'aménagement (voir annexe 4 du bail) demandés spécialement par MPM pour la somme de E (voir article du bail), lesquels travaux sont compris dans les prestations du bail mais sont en réalité payés en loyers par MPM puisqu'ils en constituent une des contreparties. Ensuite, le financement du restaurant interentreprises, même aléatoire et malgré son caractère partiel, à hauteur de E (article b du bail), auquel s'ajoute la quotepart des charges d'entretien et de fonctionnement (article 12.5 du bail). Il eût donc fallu respecter les règles de la commande publique, notamment celles de

6 mise en concurrence posées par le code des marchés publics. Le bail passé au mépris de ces règles est donc illégal, étant relevé que l'aménagement d'espaces adaptés à MPM en constitue une clause essentielle et indivisible. 4) Violation de l'article L du code général des collectivités territoriales (incompétence du bureau) : Comme nous venons de le voir, le bail litigieux constitue en réalité un marché public de services et de travaux, et les crédits afférents ne sont pas inscrits au budget de MPM. Par conséquent, le bureau était incompétent, en application de l'article L du CGCT comme de la délibération de MPM du 11/05/2009, qui limitent la délégation de pouvoirs du conseil au bureau aux marchés dont «les crédits sont inscrits au budget». 5) Violation de l article 33 de la loi n du 26 janvier 1984 (absence de consultation du comité technique) : Le comité technique de MPM n a sauf erreur pas été consulté (il n en existe aucune mention dans la délibération attaquée). Or la délibération attaquée, qui consiste à déménager l ensemble des agents administratifs de MPM pour les regrouper dans une tour, donc à modifier l ensemble de leurs conditions de travail des agents (voir paragraphe III-1-1 pour l exposé des nouvelles conditions de travail), est de toute évidence relative «à l organisation et au fonctionnement des services», comme aux «conditions de travail» des agents, voire à «l hygiène, la sécurité», de sorte qu en application de l article 33 de la loi du 26/01/1983 portant statut de la fonction publique territoriale, le comité technique aurait dû être consulté pour donner son avis. L absence de cette consultation, qui est de nature à éclairer l autorité territoriale, vicie la délibération attaquée. III ILLEGALITES INTERNES : Les motifs retenus par MPM dans la délibération attaquée sont au nombre de deux : 1. «Marseille Provence Métropole afin d'optimiser l'espace tout en améliorant le cadre de travail de ses agents a recherché des locaux lui permettant de regrouper son personnel administratif en un même lieu géographique et de faciliter le fonctionnement de ses services». 2. «Construction à l'identité singulière, signée par un architecte de renom, classée HQE (Haute Qualité Environnementale), La Marseillaise constitue un projet phare et emblématique, un symbole identitaire pour une collectivité comme MPM en écho à la tour CMA-CGM». 1) Erreurs manifestes d'appréciations, erreur de fait et erreur de droit :

7 La délibération attaquée est illégale car elle est entachée de diverses erreurs, de fait et de droit, et principalement d'erreurs manifestes d'appréciation sur l'intérêt de conclure ce nouveau bail, dont les conséquences négatives apparaissent disproportionnées. Les erreurs d'appréciation sur les effets de la délibération attaquée sont en effet plurielles, manifestes et lourdes de conséquences. 1-1) Erreur manifeste d'appréciation quant au motif tiré des conditions de travail des agents : Comme exposé plus haut, le premier motif de ce nouveau bail est le regroupement des agents dans de meilleures conditions. Mais d'abord, les agents de MPM sont déjà regroupés au sein des Docks, et cela depuis plusieurs années, avec des possibilités contractuelles pour MPM de gérer au mieux ses espaces compte tenu de ses besoins (chose visible dans la délibération du 18/08/2011). Et l'existence de trois sites complémentaires ne pose pas de problème sérieux et encore moins incontournable. Il n'existe donc pas de problème de regroupement des services dans la situation actuelle. En revanche, les conditions de travail des agents, et par delà la qualité du service rendu, vont certainement pâtir de la réduction très importante des surfaces occupées : de m² aujourd'hui à m² pour le nouveau bail, soit une réduction de 27 %. L'importance de cette réduction, pour agents, va nécessairement créer un problème, sauf à considérer qu'aujourd'hui m² sont loués en vain, ce qui est peu crédible. En outre, les m2 constituent une surface utile brute locative (SUBL), soit la somme de la surface nette (SN) et de la quote-part de parties communes associée (voir bail page 3). Or l examen des plans en annexe du bail (voir annexes 1 et 4) montrent que la surface de chaque étage (soit m²) est largement obérée par des équipements communs situés dans la partie centrale de l immeuble (ascenseurs, escaliers, etc.) pour environ 18 %, plus les toilettes pour environ 12 %, de sorte qu il ne demeure qu environ 70 % de l espace pour le travail des agents, couloirs circulaires compris. De même, les plans des aménagements des locaux loués (voir annexe 4 du bail) montrent que la surface réellement occupée par les agents est largement réduite par cette partie centrale et que ces agents seront placés à la suite, tout le long des murs de la tour, regroupés par bureaux de 2 à 4 personnes, séparés par des cloisons de 7,8 cm en plaque de plâtre (voir notice descriptive en annexe 3 au bail), et répartis de la même façon sur les 9 étages (du R+5 au R+13, le R+4 étant dédié à la réception et le R+14 au président), à raison de 98 agents par étage et 51 pour celui du président.

8 Ainsi, les agents, cadres y compris, bénéficieront-ils d une surface réduite, d une grande promiscuité et d une totale uniformité, les étages étant tous à l identique. La moitié d'entre eux aura toutefois vue sur la mer... (ce qui n'est pas forcément source d'efficacité administrative). D'autre part, la centralisation excessive des services n'est pas souhaitable dans son principe. MPM n'avance aucune raison particulière d'y procéder, alors qu'au surplus, compte tenu des moyens actuels de communication (internet, scanner, télécopie), la présence physique n'apparaît plus nécessaire à la résolution de tous les problèmes administratifs, et que le champ territorial de MPM appelle sans doute d'autres solutions. Une telle centralisation est en revanche de nature à produire un effet de masse bureaucratique, de type parkinsonien, tout comme elle néglige le développement équilibré des quartiers que l'implantation d'une nombre élevé de fonctionnaire favorise. En somme on peut sérieusement douter du bien-fondé, tant pour les agents que pour l accomplissement de leurs missions, de ce type de regroupement de personnel. 1-2) Erreur de droit et erreur manifeste d'appréciation quant au motif tiré du projet phare et du symbole identitaire : Le second motif invoqué dans la délibération attaquée est le «projet phare et emblématique», le «symbole identitaire». Si un tel objectif peut accroître les intérêts d'un projet, il apparaît ici d'une utilité réduite, ne correspondant à aucune nécessité actuelle pour MPM (et encore moins vu la création de la métropole), ni à aucune mission légale de la communauté urbaine, cela alors que les inconvénients apparaissent extrêmement lourds comme nous l'avons vu. * Tout d'abord, le symbole identitaire est discutable, car une telle tour n'existe que depuis 2011 à Marseille avec la tour CMA-CGM et l'identité de Marseille ne réside donc pas dans de telles constructions. En ce sens, le service des domaines n'a pas donné d'avis «par manque de références locales sur ce type de projet». Bien au contraire, ce choix apparaît, compte tenu de l'identité marseillaise (qui se définit volontiers comme une succession de villages), comme un parti pris pour le développement d'une zone à l'américaine, composée de grattes-ciel, que MPM souhaite créer à Marseille. On relèvera que cet objectif est nouveau, a priori sans rapport avec l'identité de MPM, et n'apparaît que dans la délibération attaquée. De même, «l'écho» à donner à la tour CMA-CGM (qui n'a pas apporté grandchose à Marseille) n'apparaît pas comme une priorité pour la communauté urbaine ni comme une de ses missions (voir infra). * Plus encore, le choix de participer à cet projet phare est hasardeux et contestable.

9 Hasardeux en ce que cette tour n'a pas convaincu les investisseurs privés et rien ne permet de penser qu'elle participera fortement au développement économique de la communauté urbaine. Cela alors qu'il est avéré que les projets urbanistiques de ce type connaissent des limites et des aléas d'exploitation importants (voir les difficultés actuelles de La Défense), notamment parce que les entreprises préfèrent des sites moins chers. * Contestable en ce que, pour le développement de son territoire, le choix du siège d'une collectivité et a fortiori des locaux de l'ensemble de ses services peut être un levier de développement local et doit donc être fixé dans une zone, ou dans des zones, à développer, ce qui n'est pas le cas de ce quartier d'affaires, qui est sensé connaître un essor par ses investisseurs privés et ses avantages de tous types, contrairement à de nombreux quartiers et arrondissements à dynamiser dans Marseille ou ses environs. Ainsi en 2001, alors que les locaux de MPM, installés à proximité du palais du Pharo, étaient insuffisants pour gérer l'effectif de la nouvelle communauté urbaine, son président M. Gaudin avait annoncé que le futur siège administratif serait installé dans l'ancien hôpital Houphouët-Boigny, dans les quartiers nord de Marseille. Le site, qui appartient à l'assistance publique de Marseille, était estimé 32 M de francs par le service des domaines et devait faire l'objet de lourds travaux de réhabilitation. En attendant qu'ils soient achevés, les services de MPM s'étaient installés en novembre 2001 dans m2 de bureaux du bâtiment des Docks. * Contestable également sur le plan architectural, tant on voit mal l'intérêt esthétique de cette tour, laquelle ne possède aucune beauté particulière alors qu'elle obère la vue, au surplus celle de la mer Méditerranée. Cette tour est un rectangle en forme de triangle interrompu, composé de quatre façades et d'une tronc central comprenant ascenseurs et parties communes, le pourtour étant rempli de bureaux. On peut donc difficilement parler, sur ce plan, de projet phare et emblématique. * Contestable enfin sur le plan des missions de MPM, car la recherche du symbolique et du grandiose n'a pas de rapport avec la chose publique, et encore moins avec l'implantation de locaux administratifs. Il ne s'agit pas de célébrer un événement ou une personne, mais de gérer au quotidien des milliers de dossiers, ce qui ne nécessite certes pas une démonstration de puissance (comme l'a par exemple voulu la société CMA-CGM). Ce motif est donc entaché à la fois d'erreur de droit et d'erreur manifeste d'appréciation. 1-3) Erreur de fait et erreur manifeste d'appréciation sur les conditions financières et juridiques du nouveau bail : Contrairement à ce qu'expose la délibération attaquée, celle-ci entraîne une

10 augmentation substantielle et disproportionnée du coût de la location pour MPM. * Le prix HT au m2 des locaux loués passe de 200 euros aux Docks à 312 euros dans la tour La Marseillaise, soit une croissance de 56 % du prix des m2 loués aux Docks. L'augmentation est encore plus importante si l'on tient compte des locaux loués dans les trois autres sites, pour des loyers bien inférieurs aux Docks. Pour la direction de l'eau et l'assainissement située Joseph Vernet, le prix au m2 était de 140 E et de 104 E après déduction de la franchise, ce qui revient dans la tour à un triplement de loyer. Ainsi, contrairement à ce qu'expose la délibération attaquée, le changement de locaux ne s'effectue pas à prix constant mais moyennant un loyer bien plus élevé. Autrement considéré, si MPM louait au prix fort du marché, soit 200 E le m² hors charges pour du haut de gamme, le loyer serait de 3,2 ME par an. Cela fait 1,8 ME par an de moins que la tour La Marseillaise, soit 21,6 ME sur 12 ans, hors intérêts. Plus encore, comme déjà dit, le prix des surfaces louées hors les Docks est certainement inférieur et il existe évidemment dans la communauté urbaine des locaux à des prix bien inférieurs, de sorte que la différence de prix, existante comme potentielle, soit bien plus importante. En outre, la location dans la tour est soumise à la TVA au taux en vigueur (voir article du bail), soit 19,6 %, ce qui n'est pas forcément le cas des autres locations actuelles de MPM. * Il faut ajouter les charges, qui sont estimées à 1,4 ME HT par an, ce qui est énorme, et qui peuvent fort bien, compte tenu des caractéristiques de cet immeuble à haut niveau de services, s'avérer plus importantes, sans que MPM puisse en éviter la croissance. On a déjà pu constater que les charges dans les immeubles de grande hauteur sont nettement plus élevées qu'ailleurs (notamment à cause de contraintes de sécurité et du coût des ascenseurs). A ce titre, il apparaît dans l article 5 du bail (pages 13 et suiv.) que MPM prend en charge l ensemble des charges et impôts, «y compris ceux qui sont normalement à la charge d un propriétaire», et que le montant suscité ne constitue qu une estimation «et ne saurait avoir valeur contractuelle». * Il faut encore ajouter le restaurant d'entreprise, dit RIE dans le bail, dont la redevance annuelle payée par MPM sera de E HT (article b du bail), à laquelle s'ajoutent la quote-part des charges d'entretien et de fonctionnement (article 12.5 du bail). Ces frais s'assimilent à un coût locatif supplémentaire puisque les agents n'auront qu'un droit d'entrée et payeront leurs repas.

11 Le véritable coût de cette location est donc de E.HT E.HT = E.HT, soit bien plus que les loyers actuels de MPM, situés sans doute entre 3 et 3,5 ME.HT. L'augmentation serait donc entre 54 % et 80 % selon le montant de ce dernier chiffre. * Enfin, il faut ajouter le coût du déménagement, en personnel et matériels, et la perte de temps pour le service public, équivalent à celui consacré au déménagement. * A ces ces conditions financières pénalisantes s'ajoutent des conditions juridiques de même nature, cela alors que MPM, dont le bail décide de la réalisation du projet du constructeur, était en situation de force pour négocier des conditions sinon avantageuses, du moins équitables, ce qui n'est pas le cas et qui pourra être source de dépenses supplémentaires. En effet on relève, sans que ces exemples soient exhaustifs, que : les charges sont estimées et peuvent être plus élevées que prévues, sans limite. les charges normalement à la charge du propriétaire sont toutes à la charge de MPM. le montant des travaux d'aménagement lié aux demandes d'aménagement spécifiques par MPM, estimé à E, est susceptible d'être augmenté en tant que de besoin mais pas baissé pour MPM (à qui ce prix a pourtant été répercuté). le coût du restaurant est très largement supporté par MPM, qui paie la redevance, les charges d'entretien et de fonctionnement, outre le prix des repas payé par les agents. le terme du contrat ne prévoit pas de véritable droit au renouvellement pour MPM, en l'état d'une nécessaire accord des parties. 1-4) Erreur manifeste d'appréciation sur le choix d'une location plutôt qu'une vente : La délibération attaquée possède ceci d'aberrant en ce qu'elle prévoit le paiement de 77,9 ME.TTC de loyers sur douze ans au lieu d'acheter des bureaux pour un prix inférieur, ce qui est parfaitement possible. * Au préalable, il faut tenir compte de deux éléments pour apprécier et comparer le coût de l'opération litigieuse. D'abord, lorsqu une collectivité territoriale construit ou achète, elle est éligible pour le montant de l opération au fond de compensation de la TVA (FCTVA). La collectivité récupère la quasi-totalité de la TVA (en 2012 au taux de 15,482 %), qu'elle ne récupère pas ni ne peut faire substantiellement déduire (faute de suffisamment de TVA collectée) en payant les loyers de la tour (soumis à TVA en application de l'article du bail, laquelle TVA est susceptible d évoluer à la hausse). Les comparaisons doivent donc être réalisées entre des sommes HT pour l investissement et TTC pour la location, ou encore pour être plus précis, entre des sommes affectées du taux de 19,6 15,482 soit 4,118 % pour l'investissement et affectées du taux de 19,6 % pour la location dans la tour.

12 Ensuite, comme déjà dit au paragraphe précédent, le coût du restaurant interentreprises (qui s'assimile à un coût locatif car ne comprend pas le prix des repas pour les agents) doit être ajouté à celui des loyers, soit la redevance annuelle de E.HT plus les charges. En somme, le coût annuel de la location dans cette tour est : E.HT E.HT = E.HT, plus la TVA à 19,6 %, soit E.TTC. Sur 12 années, les loyers payés (toujours hors charges) deviennent E.HT et E.TTC. * Raisonnons sur le coût d'achat d'un autre bâtiment, et prenons l'hypothèse (confortable) d'un prix au m2 à 3000 E. Il en coûterait 48 ME.HT pour m2, plus 1,976 ME de différentiel de TVA à 4,118 %, soit 50 ME.HT en arrondissant. Sur 20 ans, les intérêts à 4 % seraient de 22,72 ME, ce qui donnerait, pour un emprunt de 72,72 ME sur 20 ans, un remboursement annuel de 3,636 ME. Et pour faire la comparaison sur 12 ans (ce qui n'est pas usuel pour un investissement immobilier public), on obtiendrait 13,04 ME d'intérêts avec un taux de 4 %, soit un total de 63,038 ME pour une échéance annuelle de 5,253 ME, donc encore inférieure aux 5,410 ME.HT et plus encore aux 6,492 ME.TTC du loyer global et hors charges de la tour. Avec cette différence que MPM serait propriétaire de l'ensemble de se locaux. Le principe d'une location pour un loyer aussi élevé est donc absurde compte tenu des prix de l'immobilier marseillais et du crédit, et de l'effet de la TVA (outre les charges plus élevées). 1-5) Erreur manifeste d'appréciation sur le choix d'une location à long terme alors que MPM va disparaître et qu'une métropole est en cours de création : La délibération attaquée intervient en pleine création de la nouvelle métropole marseillaise, laquelle comme déjà dit doit absorber en 2013 les EPCI regroupant les communes du département, notamment MPM, donc intégrer de nouvelles communes, et être dotée de nouvelles compétences. Ainsi, à court terme (nous en sommes à l'avant-projet de loi et le projet doit être déposé au 1er trimestre 2013), MPM n'existera plus dans sa forme actuelle (normalement plus du tout), et la nouvelle métropole devra intégrer les services de l'ensemble de ces EPCI, ou plus encore, pour répondre aux besoins d'une population de 1,8 M d'habitants au lieu d'1m à ce jour, ce qui posera différents problèmes logistiques, humains et politiques, notamment quant à l'organisation et l'implantation des services administratifs de la métropole. Il paraît donc évident que le moment est particulièrement mal choisi pour s'engager dans un bail de 12 années, ni de choisir de regrouper la totalité des locaux en plein cœur d'une zone d'affaires de Marseille alors que la métropole va intégrer massivement de nouveaux territoires et de nouvelles compétences, ni d'imposer à la future métropole un choix stratégique et aussi coûteux.

13 De même, les réticences politiques à l'égard de cette métropole vont sortir renforcées devant ce fait accompli, symbole de la toute-puissance de la ville de Marseille sur «sa» métropole. En somme, il est manifeste que le choix de ce nouveau bail, dont les avantages sont erronés et les inconvénients lourds et avérés, est entaché des erreurs de fait et des erreurs manifestes d'appréciation suscitées. Il est donc illégal et convient de l'annuler. 2) Détournement de pouvoir : Compte tenu de l'ensemble de ce qui précède, il apparaît que MPM a poursuivi des objectifs étrangers à ses pouvoirs et missions (ici à l'implantation de locaux administratifs pour l'accomplissement de ses missions), en recherchant au détriment des critères légaux un «symbole identitaire» nouveau et un «écho à la tour CMA-CGM», de sorte que la délibération attaquée soit entachée de détournement de pouvoir. Plus encore, l'historique de cette tour montre qu'elle était en panne d'investisseurs et que le bail de MPM permettait de relancer un projet jusqu'ici suspendu. MPM sauve donc un projet immobilier privé, ce qui constitue une réalité incontestable, bien plus que le «symbole identitaire». Par ailleurs, nous avons vu que le regroupement des agents dans cette tour n'avait pas fait l'objet d'étude sérieuse, ce qui laisse penser que la finalité de ce déménagement est le sauvetage d'un projet immobilier, lequel n'appartient pas aux missions de la communauté urbaine. IV - INJONCTION : Par voie de conséquence et en application des articles L et suivants du code de justice administrative, l'annulation de la délibération attaquée implique que MPM saisisse le juge du contrat dans le délai d'un mois pour demander l'annulation du bail, dans l'hypothèse où celui-ci serait déjà signé lorsque le tribunal statuera. PAR CES MOTIFS, les requérants demandent au tribunal administratif : 1) d annuler la décision attaquée dans toutes ses dispositions. 2) d enjoindre à MPM, en application des articles L et suivants du code de justice administrative, de saisir le juge du contrat dans le délai d'un mois pour demander

14 l'annulation du bail, dans l'hypothèse où celui-ci serait déjà signé lorsque le tribunal statuera. 3) de condamner MPM, au titre de l article L du code de justice administrative, aux dépens et au versement d une somme de E au titre des frais irrépétibles. Fait à Marseille, le 20 décembre 2012, pour les requérants, Maître Candon : PIECES JOINTES : reçu de timbre fiscal de 35E. délibération du 23/10/2012 (décision attaquée). délibération du 08/07/2011 (avenant n 9 au bail des Docks). délibération du 25/03/2010 (nouveau bail du bd Joseph Vernet). taxes d'habitation et foncière pour l'année 2012 de M. Carrière. taxe d'habitation pour l'année 2012 de M. Abouakil. taxe d'habitation pour l'année 2012 de M. Rey : à venir. PAGE 1 PAGE 2

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS NOUVELLES OBSERVATIONS EN DEMANDE N 2

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS NOUVELLES OBSERVATIONS EN DEMANDE N 2 Loïc POUPOT Avocat TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS NOUVELLES OBSERVATIONS EN DEMANDE N 2 POUR : - L association «SAUVONS LE GRAND ECRAN», - Madame Marie-Brigitte ANDREI, - Monsieur Patrick PAWELSKI Ayant

Plus en détail

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements Paris le, Le ministre de l'intérieur, le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie et la ministre de l'aménagement du territoire et de l'environnement CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA00763 Inédit au recueil Lebon M. Nowak, président M. David Moreau, rapporteur M. Larue, rapporteur public SCP GABORIT - RUCKER & ASSOCIÉS, avocat(s) 1re chambre

Plus en détail

Loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements

Loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements Dahir n 1-09-22 du 22 safar 1430 portant promulgat ion de la loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements. B.O. n 5714 du 5 mars 2009 Vu la Constitution, notamment

Plus en détail

Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information. Conseil d'etat Assemblée

Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information. Conseil d'etat Assemblée Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information Conseil d'etat Assemblée 3 octobre 2008 n 297931 Citations Dalloz Codes : Code de l'environnement,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 16/01/2014 COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 12LY02827 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre - formation à 3 M. WYSS, président Mme Aline SAMSON DYE, rapporteur M. DURSAPT, rapporteur public SCP

Plus en détail

Marseille Provence Métropole à la rescousse des tours d'euromed

Marseille Provence Métropole à la rescousse des tours d'euromed Page 1 sur 5 Marseille Provence Métropole à la rescousse des tours d'euromed 09 mars 2014 Par Louise Fessard et Jean-François Poupelin (le Ravi) - Mediapart.fr Golem image Afin de faire entrer Marseille

Plus en détail

PREFECTURE DE L OISE. Beauvais, le 2 mai 2006. Objet : modification du régime juridique des biens vacants sans maître

PREFECTURE DE L OISE. Beauvais, le 2 mai 2006. Objet : modification du régime juridique des biens vacants sans maître PREFECTURE DE L OISE Direction des Relations avec les Collectivités Locales Bureau de l'urbanisme, des affaires foncières et scolaires Affaire suivie par : M. ABDELLATIF Mme LENGLIN Tel : 03 44 06 12 76/

Plus en détail

JUGEMENT DU CONSEIL DE PRUD'HOMMES d'amiens en date du 02 novembre 2010

JUGEMENT DU CONSEIL DE PRUD'HOMMES d'amiens en date du 02 novembre 2010 Page 1 Document 1 de 202 Cour d'appel Amiens Chambre sociale 5, cabinet B 28 Septembre 2011 N 10/04970 Monsieur Philippe BOOSCHAERT Représenté par M. VIOT Gilbert, délégué syndical ouvrier LYCEE DE LA

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail

FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES :

FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES : COUR D'APPEL DE MONTPELLIER 2 chambre ARRET DU 08 FEVRIER 2011 Numéro d'inscription au répertoire général : 10/04047 FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES : La SA Golfy Club France, dont

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N 0903439, 0903440, 0903441, 0903442, 0903443. M. Olivier Yeznikian Rapporteur

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N 0903439, 0903440, 0903441, 0903442, 0903443. M. Olivier Yeznikian Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0903439, 0903440, 0903441, 0903442, 0903443 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Olivier Yeznikian Rapporteur M. Charles-Edouard Minet Rapporteur 4ublic Le

Plus en détail

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE Prise de position de la Cour Sur l'admissibilité de la demande d'avis 1 Les gouvernements irlandais et du Royaume-Uni, mais aussi les gouvernements danois

Plus en détail

JUGEMENT DU QUATRE JUIN DE L'AN DEUX MILLE NEUF (54

JUGEMENT DU QUATRE JUIN DE L'AN DEUX MILLE NEUF (54 JUGEMENT N DU 04 JUIN 2009 RÉPERTOIRE N 119/2009 Code n 39 F Extrait des. du rriburl81 d,~n tautes du Grefti s ncen \le Nan JURIDICTION DE PROXIMITÉ DE NANCY cy e JUGEMENT DU QUATRE JUIN DE L'AN DEUX MILLE

Plus en détail

CQURD'APPEL DE PARIS ARRET DU 26 NOVEMBRE 2002

CQURD'APPEL DE PARIS ARRET DU 26 NOVEMBRE 2002 CQURD'APPEL DE PARIS 8è chamb:re, section A Numéro d'inscription au répertoire gt~néral : 2001/22335 Pas de jonction Décision dont appel: Jugement rendu le 27/09/2001 par le TRIBUNAL D'INSTANCE de LE RAINCY.

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3 Commentaire de la décision n 97-388 DC du 20 mars 1997 Loi créant les plans d'épargne retraite Le Conseil constitutionnel a été saisi par soixante-dix-huit

Plus en détail

AUDIENCE PUBLI~UE ORDINAIRE DU 11 DECEMBRE 2013. Madame FlAN A. ROSINE MOTCHIAN Président; Messieurs BAGROU B. Isidore" Assesseurs,

AUDIENCE PUBLI~UE ORDINAIRE DU 11 DECEMBRE 2013. Madame FlAN A. ROSINE MOTCHIAN Président; Messieurs BAGROU B. Isidore Assesseurs, \ 1 REPUBLIQUE DE CÔTE D'IVOIRE COUR D'APPEL D'ABIDJAN TRIBUNAL DE COMMERCE D'ABIDJAN RG W1674/2013 JUGEMENT CONTRADICTOIRE DU 11/12/2013 La société FOQUX (Maître Cyprien KOFFI) Contre La société CORPORATE

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville La note d information de la SCPI URBAN PATRIMOINE 2 a reçu le visa de l AMF n 11-37 en date du 18/10/2011 ; elle peut être obtenue gratuitement auprès de la Société de Gestion par demande adressée à :

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville SCPI «Scellier BBC Intermédiaire*» L immobilier en centre ville Mise à jour - 31 janvier 2012 *Le dispositif fiscal «Scellier BBC Intermédiaire» offre au souscripteur une réduction d impôt en contrepartie

Plus en détail

3/28/2015 Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 4 mars 2015, 13 28.141 13 28.142 13 28.143 13 28.144, Inédit Legifrance

3/28/2015 Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 4 mars 2015, 13 28.141 13 28.142 13 28.143 13 28.144, Inédit Legifrance Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 4 mars 2015 N de pourvoi: 13 28141 13 28142 13 28143 13 28144 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Vallée (conseiller

Plus en détail

Contrat de partenariat et domaine public

Contrat de partenariat et domaine public Contrat de partenariat et domaine public Le titulaire d un contrat de partenariat est souvent dans la situation d un occupant du domaine public, ce qui conduit à s interroger sur l articulation des régimes

Plus en détail

La taxe foncière est-elle une charge récupérable par le propriétaire immobilier?

La taxe foncière est-elle une charge récupérable par le propriétaire immobilier? La taxe foncière est-elle une charge récupérable par le propriétaire immobilier? par Maître Philippe Imbert Avocat à la Cour www.atelier-taxeslocales.fr Résumé : le bail d habitation (loi du 6 juillet

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s)

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-17470 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen

Plus en détail

E T A T S D E C L A R A T I F S F. C. T. V. A 2 0 1 6 - d r o i t c o m m u n

E T A T S D E C L A R A T I F S F. C. T. V. A 2 0 1 6 - d r o i t c o m m u n E T A T S D E C L A R A T I F S F. C. T. V. A 2 0 1 6 - d r o i t c o m m u n Compte administratif 2014 ETAT N 1 Nom de la collectivité : Trésorerie de : Montant A BUDGET PRINCIPAL BUDGETS ANNEXES (préciser

Plus en détail

2. Le contrat de location ne comporte aucune stipulation visant le cas de résiliation à l'initiative du locataire.

2. Le contrat de location ne comporte aucune stipulation visant le cas de résiliation à l'initiative du locataire. Cour administrative d'appel de Marseille, 31 mars 2014, n 12MA00616, Commune d'err **** Décision commentée E-RJCP - mise en ligne le 22 mars 2015 Thèmes : - Matériel de vidéo surveillance financé par une

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0904782-0904783. Mme Dejana R M. Dzibrail R RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0904782-0904783. Mme Dejana R M. Dzibrail R RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0904782-0904783 Mme Dejana R M. Dzibrail R Mme Frackowiak Rapporteur public M. Lavail Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Audience du 8 mars

Plus en détail

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire Décision n 2014-246 L Nature juridique de l article L. 723-23 du code rural et de la pêche maritime Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2014 Sommaire I. Normes de référence...

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d'état N 294239 Publié au recueil Lebon Section du Contentieux M. Stirn, président Mme Karin Ciavaldini, rapporteur Mme Legras Claire, rapporteur public HAAS ; FOUSSARD, avocats Lecture du vendredi

Plus en détail

La vente d immeuble en l état futur d achèvement

La vente d immeuble en l état futur d achèvement La vente d immeuble en l état futur d achèvement La Vente en l état futur d achèvement (VEFA), communément appelée «achat sur plan», ce qui résume son objet, est le contrat par lequel une personne, l acquéreur,

Plus en détail

Séance du 5 décembre 2014 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 10/2014).

Séance du 5 décembre 2014 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 10/2014). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

ARRET du 18 SEPTEMBRE 1998. Siège social: 2 des E 42 S: Avocat: Me Trombetta. MR C( Demeurant: Ch - 73- L avocat: Me Pignarre INSTRUCTION CLOTUREE LE

ARRET du 18 SEPTEMBRE 1998. Siège social: 2 des E 42 S: Avocat: Me Trombetta. MR C( Demeurant: Ch - 73- L avocat: Me Pignarre INSTRUCTION CLOTUREE LE COUR D'APPEL DE LYON 3ème Chambre ARRET du 18 SEPTEMBRE 1998 Décision déférée: JUGEMENT du 17 Décembre 1996 du TRIBUNAL DE COMMERCE de SAINT ETIENNE (RG 1ère Instance: 9302836) Nature du Recours: APPEL

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Conseil d' administration Genève, novembre 1994

Conseil d' administration Genève, novembre 1994 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB. 261 /PFA/6/13 261 session Conseil d' administration Genève, novembre 1994 Commission du programme, du budget et de l'administration PFA SIXIÈME QUESTION À L'ORDRE DU

Plus en détail

Jurisprudence. République française. Au nom du peuple français LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant :

Jurisprudence. République française. Au nom du peuple français LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant : Jurisprudence Cour de cassation Chambre sociale 17 février 2010 n 08-45.298 Sommaire : Le contrat de travail comporte pour l'employeur l'obligation de fournir du travail au salarié. Viole les articles

Plus en détail

LA LOI «ENL» L URBANISME

LA LOI «ENL» L URBANISME LA LOI «ENL» ET L URBANISME Dans le prolongement des travaux de la commission Pelletier, la loi n 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement national pour le logement dite «ENL» se veut dans le champ

Plus en détail

Les points ci-dessous apportent quelques compléments à la note technique.

Les points ci-dessous apportent quelques compléments à la note technique. Croix 1, bâtiment multifonctions 15.012 Rapport du Conseil communal au Conseil général Demande de crédit complémentaire d'un montant de CHF 1'170'000.- dans le cadre de la construction d'un bâtiment multifonctions,

Plus en détail

Point sur la Loi Scellier BBC

Point sur la Loi Scellier BBC Point sur la Loi Scellier BBC Loi Scellier BBC : Principe général Qu'est ce que la loi Scellier BBC? La loi Scellier BBC est apparue au cours de l'année 2009, lorsque les députés ont décidé de «verdir»

Plus en détail

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T Numéro du rôle : 286 Arrêt n 41/91 du 19 décembre 1991 A R R E T En cause : la question préjudicielle posée par le bureau d'assistance judiciaire du tribunal de première instance de Mons par décision du

Plus en détail

Petites Informations Juridiques n 1

Petites Informations Juridiques n 1 L OBLIGATION DE REPRISE DU PERSONNEL DANS LES CONTRATS DE TRANSPORT Cadre législatif et réglementaire Droit communautaire Règlementation interne Article 4.5 du règlement n 1370/2007/CE du 23 octobre 2007

Plus en détail

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION Audience publique du 6 octobre 2010 MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président Pourvoi n V 09-68.962 Rejet Arrêt n 1881 F-D LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE

Plus en détail

Garanties diverses fournies par le crédit- preneur

Garanties diverses fournies par le crédit- preneur Garanties diverses fournies par le crédit- preneur 1.- Cautionnement solidaire par la société Est à l'instant intervenu aux présentes :, agissant ici au nom et en sa qualité de président de la société

Plus en détail

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE PARIS

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE PARIS TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE PARIS 5ème chambre 2ème section N RG: 09/15353 N MINUTE : Assignation du : 05 Octobre 2009 JUGEMENT rendu le 07 Avril 2011 DEMANDERESSE Mademoiselle Valérie SIMONNET 20 rue

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. Connaissances juridiques.

Plus en détail

Décision déférée à la Cour : Ordonnance du 15 Janvier 2008 -Tribunal d'instance de BOBIGNY - RG n 1207000889

Décision déférée à la Cour : Ordonnance du 15 Janvier 2008 -Tribunal d'instance de BOBIGNY - RG n 1207000889 Page 1 Document 10 de 11 Cour d'appel Paris Chambre 14, section A 2 Juillet 2008 N 08/04461 MANICOR / OPAC HLM VILLE DE DRANCY Classement :** Contentieux Judiciaire Résumé Numéro JurisData : 2008-369448

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS 1 ex 'y': '-, 1., ':'f" P'~>::p..1~. 84 Grand'Rue TRIB UN -67504 AL D' HAGUENAU ln STAN C~ ~J~~~~~~~ CEDEX Tél: 03.88.06.03.84 -Télécopieur: 03.88.06.03.81 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

Plus en détail

L immeuble abritant le «pôle renseignement» du ministère de l intérieur

L immeuble abritant le «pôle renseignement» du ministère de l intérieur L immeuble abritant le «pôle renseignement» du ministère de l intérieur PRESENTATION Début 2005, le ministère a décidé de regrouper la direction de la surveillance du territoire (DST), la direction centrale

Plus en détail

N Q.)~ ARRET COUJ~ D'APPEL D'AMIENS ARR~=T DU 06 AVRIL 2006 PARTIES EN CAUSE: : &L: INTIMEE DEBATS PPELANTE RG :,05/00092 SA A: PARIS.

N Q.)~ ARRET COUJ~ D'APPEL D'AMIENS ARR~=T DU 06 AVRIL 2006 PARTIES EN CAUSE: : &L: INTIMEE DEBATS PPELANTE RG :,05/00092 SA A: PARIS. ~ PPELANTE ARRET N Q.)~ SA A, COUJ~ D'APPEL D'AMIENS FI./BG. CI 8 RG :,05/00092 ARR~=T DU 06 AVRIL 2006 PARTIES EN CAUSE: : SA A: 75 PARIS &L: INTIMEE Madame 25, A\- 69 8 DEBATS A l'audierlce publique

Plus en détail

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS Direction de l'urbanisme Sous-Direction de l Action Foncière 2014 DU 1005 Aménagement 2-6, rue Gerty Archimède (12 e ). Réalisation d un programme de bureaux et d un équipement public sportif. Cession

Plus en détail

TVA à taux réduit pour l accession à la propriété en «zone ANRU» - avril 2014

TVA à taux réduit pour l accession à la propriété en «zone ANRU» - avril 2014 9. TVA à taux réduit pour l accession à la propriété en «zone ANRU» - avril 2014 Aménagements apportés par la loi de finances pour 2014, rappel du dispositif et actualisation des valeurs plafonds... L

Plus en détail

http://www.legifrance.gouv.fr/affichjurijudi.do?idtexte=juritext000023803694...

http://www.legifrance.gouv.fr/affichjurijudi.do?idtexte=juritext000023803694... Page 1 sur 5 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du jeudi 31 mars 2011 N de pourvoi: 09-69963 Publié au bulletin M. Charruault, président Mme Richard, conseiller rapporteur Mme Falletti,

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS COUR D'APPEL DE PARIS Pôle 6 - Chambre 6 ARRET DU 24 Mars 2010 (n 1, 6 pages) Numéro d'inscription au répertoire général : S 08/08498-AC Décision déférée

Plus en détail

Conseil d'état - 5ème et 4ème sous-sections réunies. Lecture du mercredi 30 mars 2011. Société Betclic Enterprises Limited

Conseil d'état - 5ème et 4ème sous-sections réunies. Lecture du mercredi 30 mars 2011. Société Betclic Enterprises Limited Conseil d'état - 5ème et 4ème sous-sections réunies Lecture du mercredi 30 mars 2011 Société Betclic Enterprises Limited M. Stirn, président M. Xavier de Lesquen, rapporteur M. Thiellay Jean-Philippe,

Plus en détail

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Mlle C c/ Polynésie française Séance du 30 janvier 2012 Rapporteur : M. Christian Vigouroux Commissaire

Plus en détail

LA LOCATION MEUBLEE. Les loyers issus des locations en meublé à usage d'habitation sont généralement exonérés de TVA.

LA LOCATION MEUBLEE. Les loyers issus des locations en meublé à usage d'habitation sont généralement exonérés de TVA. LA LOCATION MEUBLEE La location meublée d'appartements est une activité commerciale, qui relève au titre de l'impôt sur le revenu de la catégorie des BIC (bénéfices industriels et commerciaux) et non de

Plus en détail

Le régime des monuments historiques

Le régime des monuments historiques Cabinet Fiscal Urios André, docteur en droit, Conseil fiscal et patrimonial, conseil en investissement et transactions immobilières Le régime des monuments historiques Le régime des monuments historiques

Plus en détail

concernant la gestion de l'office public d'habitations à loyers modérés La Chambre a pris acte des informations contenues dans votre réponse

concernant la gestion de l'office public d'habitations à loyers modérés La Chambre a pris acte des informations contenues dans votre réponse M. Jean-Claude LAURENT Président du conseil d'administration de l'ophlm de VALENCE 16, rue Georges Bizet BP 736 26007 - VALENCE Cedex Monsieur le Président, Par lettre en date du 24 octobre 1997, j'ai

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DES PRETS POUR LE LOGEMENT LOCATIF SOCIAL AVEC PREFINANCEMENT - DUREE AJUSTABLE

CONDITIONS GENERALES DES PRETS POUR LE LOGEMENT LOCATIF SOCIAL AVEC PREFINANCEMENT - DUREE AJUSTABLE www.caissedesdepots.fr DIRECTION REGIONALE UNDEFINED Fascicule LSPA 04-01 CONDITIONS GENERALES DES PRETS POUR LE LOGEMENT LOCATIF SOCIAL AVEC PREFINANCEMENT - DUREE AJUSTABLE ARTICLE 5 - DEFINITIONS La

Plus en détail

Bail commercial. Entre, société par actions dont le siège social est situé

Bail commercial. Entre, société par actions dont le siège social est situé Bail commercial Entre, société par actions dont le siège social est situé au, ici représentée par son/sa président(e),, autorisé(e) à cet effet, tel qu'il (elle) le déclare;(ci-après désigné le "Locateur")

Plus en détail

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu les autres pièces du dossier ; CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux FM N 366290 ASSOCIATION NATIONALE DES CONSEILS FINANCIERS (ANACOFI) et autres M. Olivier Japiot Rapporteur Mme Marie-Astrid Nicolazo de Barmon Rapporteur public REPUBLIQUE

Plus en détail

VILLE DE CRUSEILLES (Haute-Savoie)

VILLE DE CRUSEILLES (Haute-Savoie) VILLE DE CRUSEILLES (Haute-Savoie) CONSEIL MUNICIPAL DU 03 SEPTEMBRE 2015 NOTE DE SYNTHESE PERSONNEL 1- Personnel du service Animation : Augmentation du temps de travail 2- Suppression et création d un

Plus en détail

3) SUBVENTIONS D'INVESTISSEMENT (versées par le département ou la région aux établissements publics locaux d'enseignement)

3) SUBVENTIONS D'INVESTISSEMENT (versées par le département ou la région aux établissements publics locaux d'enseignement) ETAT N 1 DEPENSES REELLES D'INVESTISSEMENT OUVRANT DROIT AU FCTVA Année 2015 (1) compte administratif 2013 ou (2 ) compte administratif 2014 si pérennisation (rayer ligne inutile) Nom de la collectivité

Plus en détail

LOGEMENT : FOIRE AUX QUESTIONS

LOGEMENT : FOIRE AUX QUESTIONS Dois-je signer un contrat de location ou bail? Le contrat de bail écrit est obligatoire dans la mesure, s il constitue la résidence principale du locataire. (Télécharger un modèle de bail sur www.pap.fr

Plus en détail

Selon le type de votre logement et votre situation familiale, vous pouvez bénéficier de l une de ces aides au logement :

Selon le type de votre logement et votre situation familiale, vous pouvez bénéficier de l une de ces aides au logement : Puis-je bénéficier d une aide au logement de la CAF? Selon le type de votre logement et votre situation familiale, vous pouvez bénéficier de l une de ces aides au logement : l Aide personnalisée au logement

Plus en détail

LA DISPARITION PROGRAMMÉE DE LA CONVENTION FRANCO-SUISSE DU 31 DÉCEMBRE 1953 EN MATIÈRE D IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET SON REMPLACEMENT PAR

LA DISPARITION PROGRAMMÉE DE LA CONVENTION FRANCO-SUISSE DU 31 DÉCEMBRE 1953 EN MATIÈRE D IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET SON REMPLACEMENT PAR DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ 65/2012 LA DISPARITION PROGRAMMÉE DE LA CONVENTION FRANCO-SUISSE DU 31 DÉCEMBRE 1953 EN MATIÈRE D IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET SON REMPLACEMENT PAR Dès 2011, la France avait

Plus en détail

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés 27/07 2011 16:36 FAX 0556995879 TRIBUNAL AOMIN BORDEAUX (g) 003/007 N _ TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX bm R ÉPU BLIQ U E FRANÇAISE M. M, Chemin Vice-président Juge des référés Audience du 27 juillet

Plus en détail

Vu I, sous le n 1000111, la requête, enregistrée le 5 mars 2010, présentée pour Mme Line-May A..., demeurant..., par Me Egea ;

Vu I, sous le n 1000111, la requête, enregistrée le 5 mars 2010, présentée pour Mme Line-May A..., demeurant..., par Me Egea ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE BASSE-TERRE Nos 1000111-1000112 Mme Line-May A... Mme Yolaine C... Mme Buseine Rapporteur Mme Pater Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal

Plus en détail

NOTE D ACTUALITE (septembre 2013) SUR LES DELEGATIONS DE SERVICE PUBLIC DES CASINOS

NOTE D ACTUALITE (septembre 2013) SUR LES DELEGATIONS DE SERVICE PUBLIC DES CASINOS NOTE D ACTUALITE (septembre 2013) SUR LES DELEGATIONS DE SERVICE PUBLIC DES CASINOS NB : Cette Note a pour objectif de retracer les dernières évolutions jurisprudentielles, réglementaires et fiscales en

Plus en détail

CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION

CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION La Cour d appel de Douai a rendu le 16 Juin

Plus en détail

LE LOYER ET LES CHARGES LOCATIVES

LE LOYER ET LES CHARGES LOCATIVES LE LOYER ET LES CHARGES LOCATIVES De manière générale, le locataire et le propriétaire peuvent fixer librement le montant du loyer. Dans la plupart des cas, le loyer peut être indexé. Le loyer peut aussi,

Plus en détail

La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008)

La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008) La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008) Objet Article Dispositions Taux Principe 52-I Règle générale Hôtels Bureaux

Plus en détail

Procédure DSP normale. 1. La décision de principe de la délégation

Procédure DSP normale. 1. La décision de principe de la délégation Procédure DSP normale 1. La décision de principe de la délégation Les assemblées délibérantes des collectivités territoriales, de leurs groupements et de leurs établissements publics se prononcent sur

Plus en détail

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 23/11/2011 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 6 avril 2011 N de pourvoi: 09-72164 Non publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction

Plus en détail

COUR DE CASSATION R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E. Audience publique du 21 septembre 2011 Rejet M. LACABARATS, président. Arrêt n o 1054 FS-P+B

COUR DE CASSATION R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E. Audience publique du 21 septembre 2011 Rejet M. LACABARATS, président. Arrêt n o 1054 FS-P+B CIV.3 FB COUR DE CASSATION Audience publique du 21 septembre 2011 Rejet M. LACABARATS, président Pourvoi n o M 10-21.900 Arrêt n o FS-P+B R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Plus en détail

JLP/NB REPUBLIQUE FRANÇAISE - AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS COUR D'APPEL DE DIJON

JLP/NB REPUBLIQUE FRANÇAISE - AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS COUR D'APPEL DE DIJON JLP/NB EXn^DESMiNUTESETACTESDUSECRÉTARIAL GREFFE DE LA COUR D'APPEL DE DIJON REPUBLIQUE FRANÇAISE - AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS COUR D'APPEL DE DIJON M a r i e - L a u r e TEISSEDRE C/ Association OPÉRA

Plus en détail

Par jugement en date du 15 juin 1999, le tribunal de grande insrtance de NANTERRE s'est déclaré incompétent au profit de la présente juridiction.

Par jugement en date du 15 juin 1999, le tribunal de grande insrtance de NANTERRE s'est déclaré incompétent au profit de la présente juridiction. FAITS ET PROCEDURE Par acte du 3 décembre 1998, Mèmeric THIBIERGE a assigné devant le Tribunal de grande instance de NANTERRE la société ARJO WIGGINS pour entendre : -Dire et juger que l'invention de M.THIBIERGE

Plus en détail

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2 Le tribunal administratif de Paris annule le refus opposé à une candidate de participer aux épreuves d entrée à l Ecole Nationale de la Magistrature au regard de la condition de bonne moralité. Le 3 de

Plus en détail

ARRÊT DU 30 Novembre 2006. Décision déférée à la Cour : Jugement du Tribunal de Commerce de SAINT ETIENNE du 16 novembre 2005 - N rôle: 2004/369

ARRÊT DU 30 Novembre 2006. Décision déférée à la Cour : Jugement du Tribunal de Commerce de SAINT ETIENNE du 16 novembre 2005 - N rôle: 2004/369 COUR D'APPEL DE LYON TROISIÈME CHAMBRE CIVILE SECTIONA ARRÊT DU 30 Novembre 2006 Décision déférée à la Cour : Jugement du Tribunal de Commerce de SAINT ETIENNE du 16 novembre 2005 - N rôle: 2004/369 N

Plus en détail

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF»

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF» Compétence juridictionnelle à l égard des contrats d assurance souscrits par les personnes publiques : retour vers une interprétation raisonnable de la loi «MURCEF» Par Florence Caille La première chambre

Plus en détail

Sur le recours du MINISTRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME DE L'ETAT :

Sur le recours du MINISTRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME DE L'ETAT : CAA Versailles 1 er février 2011 N 09VE02141 Min. du budget c/ SA Acergy France Considérant que la SA Acergy France, anciennement dénommée Stolt Offshore, exerce une activité de travaux maritimes pétroliers

Plus en détail

STATUTS DE L'AGENCE DEPARTEMENTALE DE L ORNE

STATUTS DE L'AGENCE DEPARTEMENTALE DE L ORNE STATUTS DE L'AGENCE DEPARTEMENTALE DE L ORNE CHAPITRE I - CREATION ET DISSOLUTION DE L'AGENCE - DISPOSITIONS GENERALES Article 1 : CREATION DE L AGENCE En application de l'article 32 de la loi n 82-213

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président. Arrêt n o 47 F-P+B

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président. Arrêt n o 47 F-P+B CIV. 2 CM COUR DE CASSATION Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président Pourvoi n o J 13-10.134 Arrêt n o F-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE

REPUBLIQUE FRANCAISE Grosses délivrées aux parties le : REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS COUR D APPEL DE PARIS ARRET DU 21 MAI 2013 (n 354, 8 pages) Numéro d inscription au répertoire général : 12/19429 Décision

Plus en détail

Le Conseil Municipal s est réuni le 18 octobre 2006 à 19 H 30, sous la présidence de Madame Solange BERLIER, Maire.

Le Conseil Municipal s est réuni le 18 octobre 2006 à 19 H 30, sous la présidence de Madame Solange BERLIER, Maire. REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL 18 octobre 2006 Le Conseil Municipal s est réuni le 18 octobre 2006 à 19 H 30, sous la présidence de Madame Solange BERLIER, Maire. Le Procès-Verbal de la précédente réunion

Plus en détail

SYNTHESE SUR LE RENFORCEMENT DES OBLIGATIONS DANS LES RELATIONS ENTRE PROFESSIONNELS

SYNTHESE SUR LE RENFORCEMENT DES OBLIGATIONS DANS LES RELATIONS ENTRE PROFESSIONNELS LOI N 2014-344 DU 17 MARS 2014 RELATIVE A LA CONSOMMATION juin SYNTHESE SUR LE RENFORCEMENT DES OBLIGATIONS DANS LES RELATIONS ENTRE PROFESSIONNELS 25/04/2014 I. CONDITIONS GENERALES DE VENTE L article

Plus en détail

RAPPORT AU CONSEIL GÉNÉRAL

RAPPORT AU CONSEIL GÉNÉRAL Direction de l aménagement et du développement 1ère commission RAPPORT AU CONSEIL GÉNÉRAL Séance du 13 novembre 2014 OBJET : SITE CGR (STAINS/PIERREFITTE) APPROBATION DU COMPTE- RENDU ANNUEL D'ACTIVITÉ

Plus en détail

AVIS. COMMUNE DE SAUMUR (Maine-et-Loire) Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales. Détermination d une dépense obligatoire

AVIS. COMMUNE DE SAUMUR (Maine-et-Loire) Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales. Détermination d une dépense obligatoire COMMUNE DE SAUMUR (Maine-et-Loire) Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales Détermination d une dépense obligatoire Rapport n : 2012-0127 Séance du : 13 septembre 2012 Avis n

Plus en détail

NOTA : article L.3221-11-1 pour les départements et article L.4231-8-1 pour les régions.

NOTA : article L.3221-11-1 pour les départements et article L.4231-8-1 pour les régions. L ordonnance n 2005-645 du 6 juin 2005 relative aux procédures de passation des marchés publics des collectivités territoriales] introduit trois nouveaux articles au code général des collectivités territoriales

Plus en détail

ARRET Cour Administrative d Appel de Paris 30 avril 2013 n 12PA02246 et 12PA02678

ARRET Cour Administrative d Appel de Paris 30 avril 2013 n 12PA02246 et 12PA02678 ARRET Cour Administrative d Appel de Paris 30 avril 2013 n 12PA02246 et 12PA02678 Vu I ) la requête, enregistrée le 22 mai 2012 sous le n 12PA02246, présentée pour la société ebay France, dont le siège

Plus en détail

Titre CIRCULAIRE N 2006-03 du 24 janvier 2006. Objet

Titre CIRCULAIRE N 2006-03 du 24 janvier 2006. Objet Titre CIRCULAIRE N 2006-03 du 24 janvier 2006 Objet Origine TIERCE PERSONNE - RECONNAISSANCE D'UN CONTRAT DE TRAVAIL AU PROFIT DE L'AIDANT FAMILIAL Direction des Affaires Juridiques INSN0123 RESUME : La

Plus en détail

OBJET : FORMULES DE FINANCEMENT EN PREVISION D OBSEQUES.

OBJET : FORMULES DE FINANCEMENT EN PREVISION D OBSEQUES. MINISTERE DE L INTERIEUR ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Paris, le 20/12/06 Le Ministre d Etat, ministre de l'intérieur et de l aménagement du

Plus en détail

Ce rapport est communiqué au Préfet et pour information au Trésorier-payeur général.

Ce rapport est communiqué au Préfet et pour information au Trésorier-payeur général. Monsieur le Président, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint la version définitive des observations arrêtées le jeudi 5 février 2004 par la Chambre régionale des comptes sur la gestion de la chambre

Plus en détail

RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES

RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES --- N/Réf. : GO10 329 01 RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES Exercices 2003 à 2009 22 5.3 Les renégociations

Plus en détail

NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL. Dernières analyses jurisprudentielles

NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL. Dernières analyses jurisprudentielles NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL Dernières analyses jurisprudentielles NEWSLETTER 14 259 du 3 FEVRIER 2015 ANALYSE PAR JACQUES DUHEM ET PASCAL JULIEN SAINT AMAND* *Notaire à

Plus en détail

Zone d Aménagement Concerté et Lotissement

Zone d Aménagement Concerté et Lotissement ZAC et Lotissement - Version 1 - Juin 2012 Zone d Aménagement Concerté et Lotissement Définition générale : Il existe deux procédures différentes permettant de réaliser une opération d aménagement : la

Plus en détail

MARCHAND DE BIENS I. DEFINITION 02/08/2011

MARCHAND DE BIENS I. DEFINITION 02/08/2011 MARCHAND DE BIENS 02/08/2011 Sont considérés comme marchands de biens les personnes qui effectuent habituellement des achats en vue de la revente d'immeubles, fonds de commerce, parts ou actions de sociétés

Plus en détail

Circulaire du 10 novembre 2009 STATUT DES DIRECTEURS DES OFFICES PUBLICS DE L HABITAT (OPH)

Circulaire du 10 novembre 2009 STATUT DES DIRECTEURS DES OFFICES PUBLICS DE L HABITAT (OPH) Circulaire du 10 novembre 2009 STATUT DES DIRECTEURS DES OFFICES PUBLICS DE L HABITAT (OPH) MODALITES DE RECRUTEMENT, DE REMUNERATION, ET DE CESSATION DE FONCTIONS Réf. : - Décret 2009-1218 du 12 octobre

Plus en détail

DELIBERATIONS. (Délibérations du CONSEIL) CONSEIL du 13/12/2013

DELIBERATIONS. (Délibérations du CONSEIL) CONSEIL du 13/12/2013 DELIBERATIONS (Délibérations du CONSEIL) CONSEIL du 13/12/2013 Le présent document regroupe l'ensemble des délibérations accompagnées de leur(s) annexe(s), classés par élus rapporteur et par compétences.

Plus en détail

AUTORISATION DE TRAVAUX POUR CONSTRUIRE, AMENAGER OU MODIFIER UN ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC (ERP) guide d'aide pour l'instruction

AUTORISATION DE TRAVAUX POUR CONSTRUIRE, AMENAGER OU MODIFIER UN ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC (ERP) guide d'aide pour l'instruction Direction Départementale des Territoires Cher Service Urbanisme Habitat Ville Bureau Construction Accessibilité 6, place de la Pyrotechnie 18019 BOURGES CEDEX AUTORISATION DE TRAVAUX POUR CONSTRUIRE, AMENAGER

Plus en détail