Chez Co-operators, la prestation des services d assurance repose sur quatre principes fondamentaux :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chez Co-operators, la prestation des services d assurance repose sur quatre principes fondamentaux :"

Transcription

1 The Co-operators Group Limited Groupe Co-operators limitée Le mercredi 29 août 2012 Groupe de travail antifraude de l assurance-automobile de l Ontario Unité des politiques applicables aux compagnies d assurance et aux coopératives Ministère des Finances 95 Grosvenor Street Frost Building North 4th Floor Toronto (Ontario) M7A 1Z1 Objet : Groupe de travail antifraude de l assurance-automobile Rapport d étape du Comité directeur Madame, Monsieur, Le Groupe Co-operators est heureux de vous faire part de ses observations sur un certain nombre de recommandations contenues dans le Rapport d étape du Comité directeur avant la présentation du rapport définitif aux autorités cet automne. Le Groupe Co-operators est détenu et dirigé par 45 membres-propriétaires canadiens issus du milieu des coopératives ou des sociétés partageant les mêmes valeurs. Entreprise de services financiers de premier plan, Co-operators offre ses produits d assurance et ses services financiers à plus de deux millions de Canadiens et Canadiennes, leur fournissant un service de sécurité financière conforme à ses valeurs coopératives. Co-operators n est pas membre à part entière du Bureau d assurance du Canada, car elle préfère intervenir directement dans le processus d élaboration des politiques. En Ontario, Co-operators compte employés, ainsi que 245 conseillers propriétaires de cabinets indépendants qui créent de l emploi dans leur collectivité. L entreprise sert clients et assure plus de véhicules. Chez Co-operators, la prestation des services d assurance repose sur quatre principes fondamentaux : Sécurité : À la base, l assurance doit apporter la tranquillité d esprit. Les consommateurs doivent bénéficier d une couverture adéquate qui leur garantit la protection financière appropriée. Accessibilité : L assurance doit être abordable. Disponibilité : Les consommateurs doivent avoir accès à une diversité raisonnable de fournisseurs en mesure de répondre à leurs besoins en assurance. Priory Square Guelph ON N1H 6P8 Tél./Bus: (519) Téléc./Fax: (519)

2 Simplicité : Les consommateurs doivent avoir accès à de l information claire sur les produits qu ils achètent et les prestations prévues. Vous trouverez ci-après les observations de Co-operators sur les recommandations formulées dans le Rapport d étape du Comité directeur. Délivrance des permis aux cliniques de santé et réglementation connexe Délivrance des permis aux cliniques de santé et réglementation Bien que le Groupe de travail antifraude soit convaincu de la pertinence, voire de la nécessité, de mettre en place un organisme chargé de la délivrance des permis et de la réglementation touchant les cliniques de santé qui traitent les demandes d indemnités d assurance-automobile, il n a proposé aucun modèle d organisme. Peu importe le modèle qui sera mis en place, une attention particulière doit être accordée à la propriété et au fonctionnement des cliniques. Co-operators est d accord avec le Comité directeur sur les quatre objectifs de base (ou caractéristiques opérationnelles) du futur organisme de contrôle : la transparence, la reddition de comptes, la vérification et les sanctions. Transparence Comme le Comité directeur, Co-operators croit que l accès à la propriété d une clinique ne devrait pas être limité aux professionnels de la santé réglementés (PSR). Si des mesures de contrôle et des sanctions adéquates sont instaurées, les violations pourront être traitées adéquatement. Tout changement de situation doit être notifié au comité pour approbation. Voici une liste non exhaustive de changements qui doivent être déclarés : changement à la direction médicale, changement de propriétaire, changement touchant les PSR qui travaillent à la clinique ou pour celle-ci, changement d adresse, changement de dénomination sociale, changement ou extension des services offerts, modification tarifaire. De plus, une liste de tous les PSR qui travaillent à la clinique doit être disponible pour consultation. La liste doit inclure pour chaque PSR l attestation de l ordre professionnel, le numéro d inscription, l affiliation à d autres cliniques et les sanctions disciplinaires imposées, s il y a lieu. Tout conflit d intérêts doit être détecté et déclaré dès la prise en charge du patient ou au cours du processus. La déclaration peut se faire à l aide du rapport de traitement et d évaluation médicale que chaque client est tenu de signer avant que le rapport soit acheminé à l assureur. L article 46 «Conflits d intérêts» de l Annexe sur les indemnités d accidents légales devrait s appliquer à toutes les parties en cause, et non seulement à l assureur. À notre avis, l organisme de délivrance des permis devrait établir le bilan annuel et les bilans semestriels des cliniques, et y inclure un rapport sur les résultats largement diffusé dans internet. Les cliniques devraient afficher un avis public expliquant la marche à suivre pour faire le signalement des cliniques non enregistrées ou des cas de fraude (comme dans le programme Échec au crime), ainsi qu une mention de la récompense à obtenir dans les cas où la dénonciation mène à une arrestation ou une condamnation pour fraude. Le permis doit être visible en tout temps et faire mention du nom du directeur médical, de toute condition particulière visant les installations et de tout avis de suspension de membres du personnel. 2

3 Si l on impose aux évaluateurs l obligation de divulguer leur grille d honoraires, Co-operators est d avis qu elle doit s appliquer, peu importe les sources de financement. Les fausses déclarations devraient être considérées comme des actes ou pratiques malhonnêtes ou mensongers. Reddition de comptes À l instar du Comité directeur, Co-operators est d avis qu il faut mettre en place un organisme réglementaire chargé d enquêter sur les questions de jugement clinique et de qualité des soins, non seulement pour les cliniques, mais aussi pour d autres services qui ne relèvent peut-être pas juridiquement de la clinique, notamment le service social, l ergothérapie et les thérapies comportementales. La forme que prendra l organisme de réglementation demande encore réflexion : s agira-t-il d un nouvel organisme ou d une extension du ministère de la Santé? Co-operators souhaite la création d un organisme indépendant du ministère de la Santé. En outre, le nouvel organisme devrait : Enregistrer les services et délivrer les permis conformément à la Loi canadienne sur la santé. Être composé de professionnels aptes à déterminer les compétences de leurs pairs (un processus de demande de renseignements en bonne et due forme pourrait être nécessaire). Examiner, puis approuver ou refuser les demandes de permis des cliniques qui veulent travailler dans le secteur de l assurance automobile. Toutes les demandes doivent comporter une Déclaration de fraude d assurance signée par tous les propriétaires, les membres détenant le contrôle et les PSR. Prévoir que tout PSR qui est témoin (ou qui pense l être) que la clinique n a pas de permis ou qu elle commet des fraudes d assurance doit en faire le signalement, à défaut de quoi la personne s expose à une amende ou à une suspension. Contrôler les fournisseurs afin de s assurer qu ils se conforment aux normes et aux règlements de leur code de déontologie, de leur ordre professionnel ou d autres affiliations. Signer une entente de collaboration avec les ordres professionnels. Les PSR doivent s inscrire auprès des ordres professionnels appropriés et sont entièrement responsables des services facturés sous leur numéro d immatriculation. Couvrir ses coûts de fonctionnement au moyen des frais de permis et des cotisations annuelles des membres. Advenant que les frais ne soient pas payés, la clinique devrait automatiquement perdre ses droits d utiliser le Système de demandes de règlement pour soins de santé liés à l assuranceautomobile (DRSSAA). Vérification Co-operators voudrait rendre obligatoire la vérification des antécédents de toute personne ayant à voir avec la propriété et la gestion d une clinique. La vérification des antécédents doit prouver la capacité à financer l exploitation de la clinique. Co-operators recommande l instauration d un processus de renouvellement. Ainsi, aux deux ans, la clinique devra se réinscrire afin d obtenir son permis. 3

4 Sanctions Nous estimons que les sanctions sont importantes et que le nouvel organisme devrait pouvoir imposer des mesures disciplinaires à un détenteur de permis, le suspendre ou le licencier, en cas de violation des normes, et être en mesure de réagir rapidement et équitablement. Il faut également mettre en place un processus d appel simplifié, afin de faciliter le suivi des plaintes déposées à l égard des comportements inappropriés. Co-operators recommande ce qui suit : Le nouvel organisme devrait avoir la capacité d organiser des visites sans préavis, afin de s assurer du respect de la réglementation et de procéder à des suspensions d urgence lorsque les messages censés être publics ne sont pas affichés. Toute suspension devrait être publiée sur un site Web destiné à l assurance auto. Toute sanction imposée par l organisme doit être suffisamment importante pour qu elle constitue un facteur dissuasif. Le règlement sur les actes ou pratiques malhonnêtes ou mensongers doit préciser que les droits de facturation dans le Système de demandes de règlement pour soins de santé liés à l assuranceautomobile (DRSSAA) seront suspendus si les demandes sont présentées à l insu et sans la signature du client et du membre d une profession de la santé réglementée. Réglementation de l industrie du remorquage Nous soutenons la réalisation d un projet de sensibilisation/protection des consommateurs qui comporterait de l information sur les droits et responsabilités personnels, ainsi que la protection actuelle contre les actes ou pratiques malhonnêtes ou mensongers potentiels, comme l utilisation de panneaux d information dans les secteurs où le niveau de risque est élevé. Nous appuyons la réglementation provinciale de l industrie du remorquage par l intermédiaire d un organisme d application désigné. L organisme d application désigné se chargerait de ce qui suit : Déclarations solennelles obligatoires précisant que le conducteur n est aucunement impliqué dans la collision et qu il n a recommandé contre rémunération aucun atelier de carrosserie, ni aucun centre de réadaptation. Formalités relatives aux inscriptions et aux permis. Emplacements désignés obligatoires et sécuritaires pour laisser les véhicules. Structures tarifaires. Processus de résolution des problèmes/traitement des plaintes. de l Ontario (CSFO) Pouvoirs accrus pour la Commission des services financiers de l Ontario (CSFO) Nous appuyons les recommandations du rapport visant à permettre l obtention d information par la CSFO dans le cadre d enquêtes et de sanctions relatives à des actes malhonnêtes ou mensongers, qui dans nombre de cas s harmonisent avec les dispositions de la Loi de 2006 sur les maisons de courtage d hypothèques, les prêteurs hypothécaires et les administrateurs d hypothèques. 4

5 Nous estimons notamment que la réintégration de l obligation de divulguer les conflits d intérêts par les fournisseurs de biens ou de services de santé et les fournisseurs de services juridiques assurera une plus grande responsabilisation. Création d une unité d enquête spéciale sur la fraude Co-operators ne s oppose pas à l idée que la CSFO joue un rôle plus actif dans les enquêtes et les poursuites relatives aux infractions touchant l assurance, en vertu de la loi qui la régit. Cependant, ces actions et les autres initiatives de l industrie, comme l utilisation des données sur les règlements en vue de détecter les fraudes organisées et préméditées, ne seront pleinement efficaces que si l on engage des ressources spécialisées pour poursuivre au criminel les auteurs des infractions touchant l assurance. Nous appuyons la recommandation du Bureau d assurance du Canada de créer une unité spéciale au sein du ministère du Procureur général pour intenter des poursuites dans les cas de fraude à l assurance. Contrôle plus serré des indemnités versées par suite d accident Co-operators est d accord avec le comité directeur et estime que ses clients doivent confirmer leur présence au centre de traitement. Pour ce faire, les clients signeraient toutes les factures avant la transmission des demandes de règlement pour soins de santé. La réglementation exigerait que les factures signées soient conservées par la clinique et soient facilement accessibles sur demande, au moment de la vérification ou lors d une visite sans préavis à la clinique. Cette demande ne devrait pas nécessiter l autorisation signée du client pour valider sa présence. En vertu de l article 46.2, l assureur est autorisé à demander des documents précis en cas de doute. Il serait ainsi plus facile pour lui d obtenir l information directement de la clinique. Nous sommes d accord aussi avec la confirmation de la réception des biens et services. Comme dans le cas des recommandations ci-dessus, nous avons le pouvoir en vertu de l article 46.2 de demander des documents précis en cas de doute. En outre, il devrait y avoir une disposition précisant qu aux fins de la validation de la présence et de la réception des biens et services, l assureur doit avoir un accès libre aux clients malgré la représentation par un avocat. Le comité directeur recommande que l assureur soit autorisé à demander une deuxième déclaration sous serment si de nouveaux éléments au dossier justifiaient une telle demande. Nous convenons que la demande doit être faite de bonne foi et que tout abus pourrait être considéré comme un acte ou une pratique malhonnête ou mensonger. Nous appuyons la recommandation d exiger du client qu il paie 500 $ à l assureur s il manque sans motif raisonnable un examen par un médecin indépendant. Cette somme paierait au moins en partie le coût des rendez-vous manqués pour un examen par un médecin indépendant et réduirait les dépenses superflues. Toutefois, nous suggérons que cette recommandation soit appliquée conformément à l article 52 de l Annexe sur les indemnités d accident légales, qui permet à l assureur de réduire les prestations courantes. La déduction pourrait s appliquer à toutes les catégories de prestations versées au titre de la demande de règlement, et pas uniquement aux indemnités hebdomadaires. Comme l a souligné le comité directeur, l Annexe sur les indemnités d accident légales actuelle ne comprend pas de référence directe à la Directive concernant le coût des biens. Nous sommes d avis 5

6 que, pour rendre ces dispositions exécutoires et pour d autres fins juridiques, la Directive concernant le coût des biens devrait être intégrée à l Annexe sur les indemnités d accident légales. Nous sommes d accord que le fait de demander aux clients de signer des demandes de règlement non remplies ou incomplètes soit intégré à la liste des actes ou pratiques malhonnêtes ou mensongers. Cette pratique devrait s appliquer aux cliniques et aux assureurs et devrait faire l objet de sanctions reflétant la gravité de la faute. S il devient obligatoire pour les clients de signer les factures avant la transmission des demandes de règlement pour soins de santé, il y aura sans doute réduction du nombre de facturations excessives et frauduleuses qui ont lieu après que les formulaires sur les plans d évaluation et de traitement ont été remplis. Co-operators croit également au besoin de transparence pour toutes les personnes en cause et à l adoption de mesures pour réduire les abus dans le système d assurance. S il devient obligatoire pour les clients de signer les factures, ceux-ci deviennent alors au courant des coûts associés aux demandes de règlement et peuvent identifier les fraudes et les abus potentiels dès le départ, avant la transmission des demandes à l assureur. Nous ne croyons pas qu il soit nécessaire que les clients reçoivent des relevés de prestations détaillés; cependant, nous soutenons la création d un document d information précisant aux clients la façon de signaler des activités douteuses. Du point de vue commercial, la création de relevés de prestations détaillés pour chaque dossier serait coûteuse et exigerait beaucoup de temps et de travail manuel pour tous les assureurs. En demandant aux clients de signer les factures et de jouer un rôle plus important dans la gestion de leurs propres frais, il y aurait réduction des coûts globaux et possiblement des primes. Demandes de règlement pour soins de santé liés à l assurance-automobile (DRSSAA) Nous encourageons l évolution actuelle du système DRSSAA, qui devient un outil efficace de lutte contre la fraude, et reconnaissons les avancées significatives réalisées au cours de l année dernière, particulièrement dans les rapports interentreprises. Nous estimons qu il est possible d aller encore plus loin avec le Système DRSSAA et serions heureux d évaluer d autres possibilités. Nous sommes d accord pour que la CSFO ait la capacité de mettre en place les recommandations proposées dans les lignes directrices en matière de facturation dans le Système DRSSAA. La violation des conditions de facturation du Système DRSSAA devrait donner lieu à la suspension de l accès au Système et à l imposition d une amende. Protection des renseignements personnels et immunité civile Le projet de loi C-12 propose des amendements à la Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques. Ce projet de loi important facilitera la participation de l industrie aux projets de détection de la fraude. Nous recommandons à la province d offrir un soutien ministériel, dans la mesure du possible, pour faire valoir ce point de vue. Nous serions favorables à ce que ce projet de loi et les projets de l industrie visant la détection de la fraude portant sur les demandes de règlement soient appuyés de façon officielle auprès du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada. 6

7 L article 446 de la Loi sur les assurances de l Ontario n a pas une portée assez large pour procurer adéquatement l immunité civile aux représentants des compagnies d assurance qui doivent coordonner leurs efforts avec les autorités. Nonobstant les amendements actuels et ceux qui sont proposés à l égard de la législation sur la protection des renseignements personnels, il est risqué pour les assureurs de transmettre à la police les renseignements contenus dans les demandes de règlement. Nous appuyons la recommandation d élargir le champ d application de l article 446. Dans le document déposé par le BAC, nous notons aussi le projet de loi 41, Loi visant à encourager la divulgation des activités frauduleuses en ce qui a trait aux demandes d indemnités d assuranceautomobile, 2012, déposé par la députée Amrit Mangat, qui prévoit la protection des dénonciateurs. Nous recommandons le soutien de ce projet de loi. Formation et site Web La capacité de donner de l information aux consommateurs dans les moments critiques est une suggestion intéressante, et Co-operators appuie l établissement d un site Web à cette fin. Un site Web officiel serait une source fiable et impartiale de renseignements à l intention des consommateurs. Le groupe de travail devrait s assurer de mettre à profit la valeur et l autorité que confère une adresse URL du gouvernement de l Ontario plutôt que d utiliser toute autre adresse (p. ex., Une URL gouvernementale aura plus de poids dans les moteurs de recherche et devrait faire apparaître les pages du groupe de travail avant les autres sites. En outre, une adresse URL gouvernementale officielle serait mieux perçue par les utilisateurs, puisque les sites du gouvernement n ont pas la réputation d avoir des «intentions cachées». Lors de la conception de ce site, le groupe de travail devrait aussi prendre en considération l importance de le rendre compatible avec les technologies mobiles (pour qu il puisse être consulté facilement sur des appareils mobiles). Comme la recherche d informations sur le sujet se fera souvent à bord même du véhicule, il est important d offrir un contenu dont le téléchargement et l affichage seront très rapides, et qui se lira facilement sur un appareil mobile. Divulgation obligatoire par les compagnies d assurance La divulgation obligatoire des processus de traitement de plaintes devrait aider les consommateurs à mieux connaître ces processus, ce qui aura pour effet de faciliter et d accélérer la résolution des différends. La divulgation obligatoire des fournisseurs privilégiés et du processus de sélection de ces fournisseurs seraient difficiles à maintenir à jour et n auraient que peu d utilité pour le consommateur moyen au moment de l achat. Elle pourrait mener à l augmentation des poursuites en justice, les avocats des plaignants ayant recours à ces renseignements pour limiter l utilisation des examens par des médecins indépendants. Co-operators s est engagée à travailler de concert avec le gouvernement et à aider ses clients en offrant des produits qui améliorent la sécurité, qui sont abordables, accessibles et simples à comprendre. L action du groupe de travail aidera les Ontariens à réaliser des économies et à prendre des décisions plus éclairées. Nous estimons que les commentaires et les préoccupations énoncés dans les présentes seront utiles à cet effet. 7

8 Nous sommes disponibles pour discuter de la question plus en profondeur. Si vous souhaitez obtenir des précisions ou des éclaircissements, n hésitez pas à communiquer directement avec moi au ou à l adresse Je vous prie d accepter l expression de mes sentiments distingués. Frank Bomben Directeur, Affaires publiques et Relations gouvernementales Groupe Co-operators limitée 8

Objet : Groupe de travail antifraude de l assurance-automobile Rapport d étape

Objet : Groupe de travail antifraude de l assurance-automobile Rapport d étape Le 23 août 2012 Monsieur Fred Gorbet Président, Comité directeur Groupe de travail antifraude de l assurance-automobile de l Ontario Raymond G. Kearns, FPAA Directeur, Risque et conformité, Canada Tél.

Plus en détail

ONTARIO TRIAL LAWYERS ASSOCIATION. Réaction de l OTLA au Rapport d étape du Groupe de travail antifraude

ONTARIO TRIAL LAWYERS ASSOCIATION. Réaction de l OTLA au Rapport d étape du Groupe de travail antifraude ONTARIO TRIAL LAWYERS ASSOCIATION Réaction de l OTLA au Rapport d étape du Groupe de travail antifraude Le 17 août 2012 L Ontario Trial Lawyers Association (OTLA) est heureuse de saisir l occasion qui

Plus en détail

The Advocates Society

The Advocates Society The Advocates Society PROMOTING EXCELLENCE IN ADVOCACY Observations concernant le de l assurance-automobile de l Ontario Date : Le 24 août 2012 Soumis au : Groupe de travail antifraude de l assurance automobile

Plus en détail

Présentation de l ABO au Groupe de travail antifraude de l assuranceautomobile. Le 28 août 2012

Présentation de l ABO au Groupe de travail antifraude de l assuranceautomobile. Le 28 août 2012 Présentation de l ABO au Groupe de travail antifraude de l assuranceautomobile de l Ontario Le 28 août 2012 Introduction L ABO 17 000 membres; Les avocats représentent les divers intervenants (assureurs,

Plus en détail

Rapport sur les examens de la conformité des maisons de courtage d hypothèques menés par la CSFO de 2010 à 2014

Rapport sur les examens de la conformité des maisons de courtage d hypothèques menés par la CSFO de 2010 à 2014 Rapport sur les examens de la conformité des maisons de courtage d hypothèques menés par la CSFO de 2010 à 2014 Commission des services financiers de l Ontario Division de la délivrance des permis et de

Plus en détail

Commentaires du BAC sur le Rapport d étape du Comité directeur du Groupe de travail antifraude de l assurance-automobile de l Ontario

Commentaires du BAC sur le Rapport d étape du Comité directeur du Groupe de travail antifraude de l assurance-automobile de l Ontario Commentaires du BAC sur le Rapport d étape du Comité directeur du Groupe de travail antifraude de l assurance-automobile de l Ontario Créé en 1964, le Bureau d assurance du Canada est l association sectorielle

Plus en détail

Surveillance de la réglementation en matière d assurance automobile

Surveillance de la réglementation en matière d assurance automobile Chapitre 4 Section 4.01 Commission des services financiers de l Ontario Surveillance de la réglementation en matière d assurance automobile Suivi des audits de l optimisation des ressources, section 3.01

Plus en détail

Vous trouverez, ci-après, nos commentaires particuliers au Comité directeur sur les éléments présentés dans le rapport.

Vous trouverez, ci-après, nos commentaires particuliers au Comité directeur sur les éléments présentés dans le rapport. Le 4 septembre 2012 Groupe Allstate du Canada Réponse au Comité directeur du Groupe de travail antifraude de l'assurance-automobile de l'ontario sur les recommandations proposées dans le Rapport d'étape

Plus en détail

Mémoire présenté par Co operators au Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance en réponse au document de discussion sur le

Mémoire présenté par Co operators au Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance en réponse au document de discussion sur le Mémoire présenté par Co operators au Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance en réponse au document de discussion sur le commerce électronique Le mercredi 28 mars 2012 Co-operators

Plus en détail

VEUILLEZ LIRE AVANT DE PRÉSENTER LA DEMANDE

VEUILLEZ LIRE AVANT DE PRÉSENTER LA DEMANDE 393, avenue University, bureau 1701, 17 e étage, Toronto (Ontario) M5G 1E6 Fonds ontarien de développement des technologies émergentes Investisseur dans une entreprise multinationale spécialisée dans le

Plus en détail

OBJET : Prescription visant les procédures de mise en application de l OCRCVM

OBJET : Prescription visant les procédures de mise en application de l OCRCVM Le 25 janvier 2011 Brendan Hart Avocat aux politiques, Politique de réglementation des membres Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières Bureau 1600, 121 King Street West

Plus en détail

Notes techniques pour les règles de souscription de l assurance-automobile

Notes techniques pour les règles de souscription de l assurance-automobile Annexe B pour les règles de souscription de l assurance-automobile Émis avec le Bulletin No. A-09/03 I.A.R.D. - Auto ommission des services financiers de l Ontario 29 juillet 2003 pour les règles de souscription

Plus en détail

Fonds de capital-risque étranger ou de capital-investissement important Formulaire de demande pour investisseur admissible

Fonds de capital-risque étranger ou de capital-investissement important Formulaire de demande pour investisseur admissible 393, avenue University, bureau 1701, 17 e étage, Toronto (Ontario) M5G 1E6 Fonds ontarien de développement des technologies émergentes Fonds de capital-risque étranger ou de capital-investissement important

Plus en détail

2. Le bénévole communautaire est un membre de la communauté qui n a pas d enfant fréquentant l école où il fait du bénévolat.

2. Le bénévole communautaire est un membre de la communauté qui n a pas d enfant fréquentant l école où il fait du bénévolat. RÉSOLUTION 87-07 265-08 Date d adoption : 20 mars 2007 21 octobre 2008 En vigueur : 21 mars 2007 22 octobre 2008 À réviser avant : RECUEIL DES POLITIQUES Définitions 1. Les bénévoles sont des personnes

Plus en détail

Rapport sur les examens de conformité menés par la CSFO auprès des administrateurs d hypothèques

Rapport sur les examens de conformité menés par la CSFO auprès des administrateurs d hypothèques Rapport sur les examens de conformité menés par la CSFO auprès des administrateurs d hypothèques Commission des services financiers de l Ontario Division de la délivrance des permis et de la surveillance

Plus en détail

Normes d admissibilité des agents en hypothèques (NAAH)

Normes d admissibilité des agents en hypothèques (NAAH) A Demandes A1 Analyser le cadre contextuel dans lequel les opérations hypothécaires sont exécutées en Ontario. A1.1 Expliquer les rôles des divers participants de l industrie du courtage d hypothèques.

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

Objet : Lignes directrices sur la gouvernance des régimes de retraite et questionnaire d autoévaluation de l ACOR

Objet : Lignes directrices sur la gouvernance des régimes de retraite et questionnaire d autoévaluation de l ACOR Le 25 octobre 2004 Objet : Lignes directrices sur la gouvernance des régimes de retraite et questionnaire d autoévaluation de l ACOR Madame, Monsieur, Au nom de l Association canadienne des organismes

Plus en détail

Concours national 2015 Appelez, cliquez ou passez nous voir de Co-operators - Prix de 15 000 $

Concours national 2015 Appelez, cliquez ou passez nous voir de Co-operators - Prix de 15 000 $ Concours national 2015 Appelez, cliquez ou passez nous voir de Co-operators - Prix de 15 000 $ SEULS LES RÉSIDENTS CANADIENS SONT ADMISSIBLES À CE CONCOURS RÉGI PAR LES LOIS CANADIENNES. 1. PÉRIODE DU

Plus en détail

Loi de 2006 sur les maisons de courtage d hypothèques, les prêteurs hypothécaires et les administrateurs d hypothèques

Loi de 2006 sur les maisons de courtage d hypothèques, les prêteurs hypothécaires et les administrateurs d hypothèques Loi de 2006 sur les maisons de courtage d hypothèques, les prêteurs hypothécaires et les administrateurs d hypothèques EXAMEN QUINQUENNAL RAPPORT AU MINISTRE DES FINANCES Janvier 2014 Ministry of Finance

Plus en détail

RÈGLEMENT ADMINISTRATIF SUR LES PERMIS D ENTREPRISE DE LA PREMIÈRE NATION * RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N O TABLE DES MATIÈRES

RÈGLEMENT ADMINISTRATIF SUR LES PERMIS D ENTREPRISE DE LA PREMIÈRE NATION * RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N O TABLE DES MATIÈRES RÈGLEMENT ADMINISTRATIF SUR LES PERMIS D ENTREPRISE DE LA PREMIÈRE NATION * RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N O TABLE DES MATIÈRES Article Titre abrégé art. 1 Définitions art. 2 Exigences applicables aux permis

Plus en détail

POLITIQUE DE SÉCURITÉ DE L INFORMATION DE TÉLÉ-QUÉBEC

POLITIQUE DE SÉCURITÉ DE L INFORMATION DE TÉLÉ-QUÉBEC POLITIQUE DE SÉCURITÉ DE L INFORMATION DE TÉLÉ-QUÉBEC ADOPTÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 18 JUIN 2010 / RÉSOLUTION N O 1880 Page 1 de 7 PRÉAMBULE La présente politique est adoptée par le conseil

Plus en détail

GÉRER SON ENTREPRISE EN RESPECTANT LA LOI SUR LA CONCURRENCE

GÉRER SON ENTREPRISE EN RESPECTANT LA LOI SUR LA CONCURRENCE GÉRER SON ENTREPRISE EN RESPECTANT LA LOI SUR LA CONCURRENCE Pierre-Yves Guay et Yanick Poulin Direction générale des affaires criminelles, Bureau de la concurrence Interprétation Cette présentation n

Plus en détail

Demande de permis d agent d assurance présentée par une société ou une société en nom collectif

Demande de permis d agent d assurance présentée par une société ou une société en nom collectif Commission des services financiers de l Ontario Demande de permis d agent d assurance présentée par une société ou une société en nom collectif Renseignements généraux et directives Frais pour une nouvelle

Plus en détail

Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères

Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères Crawford & Compagnie et toutes ses filiales à travers le monde sont soumises à certaines

Plus en détail

AVIS DE RÈGLEMENT PROPOSÉ

AVIS DE RÈGLEMENT PROPOSÉ AVIS DE RÈGLEMENT PROPOSÉ Markson c. Banque MBNA Canada À: Tous les détenteurs, passés et actuels, de cartes de crédit de la Banque MBNA Canada et de CUETS Financial VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT CET AVIS,

Plus en détail

LE RôLE ET LEs services du syndic

LE RôLE ET LEs services du syndic Le Rôle et les services du syndic La présente brochure a pour seul objectif de donner de l information sur le rôle et les services du syndic de l Ordre des comptables agréés du Québec. Elle ne vise pas

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE DONNÉES DU CERTIFICAT D ASSURANCE-AUTOMOBILE

ÉLÉMENTS DE DONNÉES DU CERTIFICAT D ASSURANCE-AUTOMOBILE ÉLÉMENTS DE DONNÉES DU CERTIFICAT D ASSURANCE-AUTOMOBILE Remarque : Tous les éléments sont des champs de données, à moins d indication contraire. Les éléments de «texte» doivent être reproduits à la lettre

Plus en détail

Objet : Sollicitation de commentaires du public Modèle de relation client-conseiller

Objet : Sollicitation de commentaires du public Modèle de relation client-conseiller Le 23 juillet 2009 Mark Stechishin Avocat aux politiques Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) Suite 1600, 121 King Street West Toronto, ON M5H 3T9 Directeur

Plus en détail

Partir en toute. assurance PARTOUT DANS LE MONDE

Partir en toute. assurance PARTOUT DANS LE MONDE Partir en toute assurance PARTOUT DANS LE MONDE L information contenue dans ce document l est à titre indicatif et n engage en rien la responsabilité de la Société de l assurance automobile du Québec.

Plus en détail

Objet : Exposé-sondage Contrôle de la qualité pour les cabinets et les praticiens qui exécutent des missions de certification

Objet : Exposé-sondage Contrôle de la qualité pour les cabinets et les praticiens qui exécutent des missions de certification Le 5 février 2004 Monsieur Paul Lohnes, CA Directeur, Normes de vérification et de certification Institut Canadien des Comptables Agréés 277, rue Wellington Ouest Toronto (Ontario) M5W 3H2 Objet : Exposé-sondage

Plus en détail

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIERES ET DES ENTREPRISES Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance Ces bonnes pratiques, préparée par le Comité des assurance de l'ocde, ont été

Plus en détail

Programme des courtiers directeurs Compétences et programme de formation

Programme des courtiers directeurs Compétences et programme de formation Programme des courtiers directeurs Compétences et programme de formation Le Conseil canadien des autorités de réglementation des courtiers hypothécaires (CCARCH) entend définir des normes nationales touchant

Plus en détail

Éducation permanente obligatoire pour le secteur des courtiers en hypothèques de l Ontario : Une proposition pour consultation

Éducation permanente obligatoire pour le secteur des courtiers en hypothèques de l Ontario : Une proposition pour consultation Éducation permanente obligatoire pour le secteur des courtiers en hypothèques de l Ontario : Une proposition pour consultation Commission des services financiers de l Ontario Le 17 décembre 2010 Table

Plus en détail

Commentaires d Assurant Vie du Canada sur le «Document de réflexion et de consultation sur la distribution sans représentant»

Commentaires d Assurant Vie du Canada sur le «Document de réflexion et de consultation sur la distribution sans représentant» Assurant Vie du Canada 5160 Yonge Street, Suite 500 Toronto (Ontario) M2N 7C7 Sans frais : 1-800-561-3232 Téléphone : 416-733-3360 Télécopieur : 416-733-7826 M e Anne Marie Beaudoin Autorité des marchés

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Assurer

Plus en détail

SECTION NATIONALE DU DROIT DES RÉGIMES DE RETRAITE ET DES AVANTAGES SOCIAUX DE L ASSOCIATION DU BARREAU CANADIEN

SECTION NATIONALE DU DROIT DES RÉGIMES DE RETRAITE ET DES AVANTAGES SOCIAUX DE L ASSOCIATION DU BARREAU CANADIEN Renforcer le cadre législatif et réglementaire des régimes de retraite privés assujettis à la Loi de 1985 sur les normes de prestation de pension SECTION NATIONALE DU DROIT DES RÉGIMES DE RETRAITE ET DES

Plus en détail

Mémoire relatif au projet de loi 13 Loi modifiant la Loi sur les véhicules hors route

Mémoire relatif au projet de loi 13 Loi modifiant la Loi sur les véhicules hors route Mémoire relatif au projet de loi 13 Loi modifiant la Loi sur les véhicules hors route Présenté à la : Commission des transports et de L Environnement Juin 2001 Mémoire relatif au projet de loi 13 Loi

Plus en détail

Concours 2013 Appelez, cliquez ou passez nous voir de Co-operators Prix en argent de 15 000 $

Concours 2013 Appelez, cliquez ou passez nous voir de Co-operators Prix en argent de 15 000 $ Concours 2013 Appelez, cliquez ou passez nous voir de Co-operators Prix en argent de 15 000 $ SEULS LES RÉSIDENTS CANADIENS SONT ADMISSIBLES À CE CONCOURS RÉGI PAR LES LOIS CANADIENNES. 1. PÉRIODE DU CONCOURS

Plus en détail

Groupe de travail antifraude de l assurance-automobile de l Ontario

Groupe de travail antifraude de l assurance-automobile de l Ontario Groupe de travail antifraude de l assurance-automobile de l Ontario Examen préliminaire du rapport de KPMG daté du 13 juin 2012 24 juillet 2012 Auteur : M. Liam M. McFarlane Ernst & Young s.r.l. Services

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités assurer

Plus en détail

Réponse d'aviva Canada au Rapport d'étape du Comité directeur du Groupe de travail antifraude de l'assurance-automobile de l'ontario

Réponse d'aviva Canada au Rapport d'étape du Comité directeur du Groupe de travail antifraude de l'assurance-automobile de l'ontario Réponse d'aviva Canada au Rapport d'étape du Comité directeur du Groupe de travail antifraude de l'assurance-automobile de l'ontario Le 1 er octobre 2012 Introduction Nous vous remercions de nous fournir

Plus en détail

LE TRAITEMENT DES PLAINTES DANS LES MAISONS DE RETRAITE

LE TRAITEMENT DES PLAINTES DANS LES MAISONS DE RETRAITE LE TRAITEMENT DES PLAINTES DANS LES MAISONS DE RETRAITE Cet article a été initialement publié dans l édition du printemps/été 2013 du bulletin de nouvelles d ACE Disponible à www.acelaw.ca Les différends

Plus en détail

Examen de la législation associée à l indemnisation des accidents du travail 2013 2016. Document de discussion de 2013

Examen de la législation associée à l indemnisation des accidents du travail 2013 2016. Document de discussion de 2013 Examen de la législation associée à l indemnisation des accidents du travail 2013 2016 Document de discussion de 2013 Ministère de l'éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail/Travail sécuritaire

Plus en détail

Frais de déplacement et dépenses connexes

Frais de déplacement et dépenses connexes Chapitre 4 Section 4.12 Ministère des Services gouvernementaux Frais de déplacement et dépenses connexes Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.12 du Rapport annuel 2004 Contexte

Plus en détail

La webémission d aujourd hui est la première d une série de webémissions présentées par la CSFO.

La webémission d aujourd hui est la première d une série de webémissions présentées par la CSFO. 1 Narrateur : À compter du 1 er décembre 2014, les fournisseurs de services qui soumettront des formulaires FDIO-21 par le Système de demandes de règlement pour soins de santé liés à l assurance-automobile

Plus en détail

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE En vigueur en date du 1er avril 2014 1. Objet Le comité des ressources

Plus en détail

RECUEIL DES POLITIQUES EED01-DA ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ Protocole de collaboration pour la prestation de services auprès des élèves

RECUEIL DES POLITIQUES EED01-DA ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ Protocole de collaboration pour la prestation de services auprès des élèves RÉSOLUTION : 245-10 Date d adoption : 23 novembre 2010 En vigueur : 23 novembre 2010 À réviser avant : Directives administratives et date d entrée en vigueur : EED-DA1 23 novembre 2010 RECUEIL DES POLITIQUES

Plus en détail

Règles d éthique et de fonctionnement applicables au syndic, au président et aux administrateurs

Règles d éthique et de fonctionnement applicables au syndic, au président et aux administrateurs LIGNES DIRECTRICES Règles d éthique et de fonctionnement applicables au syndic, au président et aux administrateurs PRÉAMBULE Considérant que sa mission principale est d assurer la protection du public

Plus en détail

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Statuts du Comité d audit A. Mandat La fonction principale du Comité d audit (le «Comité») est d aider le Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund (la «Société»)

Plus en détail

Ligne directrice n 5 : COU:1

Ligne directrice n 5 : COU:1 Manitoba Ministère de la Justice Bureau des procureurs de la Couronne Directive d orientation Ligne directrice n 5 : COU:1 Objet : Nomination d un avocat indépendant Date : septembre 2012 ÉNONCÉ DES POLITIQUES

Plus en détail

Contrat de courtier. Entre : (ci-après nommée «Empire Vie») (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité :

Contrat de courtier. Entre : (ci-après nommée «Empire Vie») (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité : Contrat de courtier Entre : L EMPIRE, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE (ci-après nommée «Empire Vie») et (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité : Province : Code postal : Date d effet

Plus en détail

Le cadre de référence de la Fondation des maladies du cœur et de l AVC : La conduite responsable de la recherche

Le cadre de référence de la Fondation des maladies du cœur et de l AVC : La conduite responsable de la recherche Le cadre de référence de la Fondation des maladies du cœur et de l AVC : La conduite responsable de la recherche Juin 2013 LE CADRE DE RÉFÉRENCE DE LA FONDATION DES MALADIES DU CŒUR ET DE L AVC : LA CONDUITE

Plus en détail

Nouvelle demande de permis d agent ou de courtier d assurances I.A.R.D.

Nouvelle demande de permis d agent ou de courtier d assurances I.A.R.D. Nouvelle demande de permis d agent ou de courtier d assurances I.A.R.D. Réservé à l usage del organisme de réglementation Approuvé N o du permis Date de délivrance Date d expiration 1. Renseignements personnels

Plus en détail

Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012

Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012 Véhicules du gouvernement Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012 Maximes «No man hath endurance, as he that selleth insurance» -Anon 2 Notre

Plus en détail

GUIDE DE LA RÉMUNÉRATION POUR LES CLIENTS CANADIENS

GUIDE DE LA RÉMUNÉRATION POUR LES CLIENTS CANADIENS GUIDE DE LA RÉMUNÉRATION POUR LES CLIENTS CANADIENS À PROPOS DE MARSH Marsh est un leadeur mondial dans le domaine du courtage d assurances et du conseil en matière de gestion des risques. Nous aidons

Plus en détail

90 AV SHEPPARD E 90 SHEPPARD AVE E BUREAU 200 SUITE 200

90 AV SHEPPARD E 90 SHEPPARD AVE E BUREAU 200 SUITE 200 Commission des alcools Alcohol and Gaming et des jeux de l Ontario Commission of Ontario Inscription pour les jeux et loteries Licensing and Registration 90 AV SHEPPARD E 90 SHEPPARD AVE E BUREAU 200 SUITE

Plus en détail

À propos de Co operators

À propos de Co operators Co-operators est heureuse de présenter un mémoire en réponse au document de réflexion du Groupe de travail sur les pointages de crédit du CCRRA sur l utilisation des pointages de crédit par les assureurs,

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

POLITIQUE DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE BBA GROUPE FINANCIER

POLITIQUE DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE BBA GROUPE FINANCIER -+ POLITIQUE DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE BBA GROUPE FINANCIER En tant qu entreprise de services, BBA se conforme à la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur

Plus en détail

AVIS D ACQUISITION FORCÉE

AVIS D ACQUISITION FORCÉE Le présent document est important et exige votre attention immédiate. Si vous avez des doutes sur la façon d y donner suite, vous devriez consulter votre courtier en valeurs mobilières, votre avocat ou

Plus en détail

Politique de sécurité de l information

Politique de sécurité de l information 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de sécurité de l information Émise par la Direction, Gestion des

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉNONCIATION

POLITIQUE DE DÉNONCIATION POLITIQUE DE DÉNONCIATION APPROUVÉE PAR LE COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE MISE EN CANDIDATURE LE 11 DÉCEMBRE 2013 APPROUVÉE PAR LE COMITÉ D AUDIT LE 25 MARS 2014 APPROUVÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION

Plus en détail

Parallèlement, la Société a prévu des procédures visant la soumission confidentielle et anonyme de telles plaintes. 3. NATURE DE LA PLAINTE

Parallèlement, la Société a prévu des procédures visant la soumission confidentielle et anonyme de telles plaintes. 3. NATURE DE LA PLAINTE Politique et procédures à suivre pour la soumission de plaintes concernant la comptabilité, les contrôles comptables internes, l audit, l environnement et d autres questions 1. OBJECTIFS ET PORTÉE Groupe

Plus en détail

Consultation relative à la distribution sans représentant

Consultation relative à la distribution sans représentant Montréal, le 15 mars 2011 PAR COURRIEL : consultation-en-cours@lautorite.qc.ca M e Anne-Marie Beaudoin Secrétaire de l Autorité Autorité des marchés financiers 800, square Victoria, 22 e étage C.P. 246,

Plus en détail

Groupe WSP Global Inc. (la «Société») RÈGLES DU COMITÉ D AUDIT

Groupe WSP Global Inc. (la «Société») RÈGLES DU COMITÉ D AUDIT Groupe WSP Global Inc. (la «Société») RÈGLES DU COMITÉ D AUDIT I. RÔLE Le rôle du comité d audit de la Société (le «comité d audit») consiste à aider le conseil d administration (le «conseil») à surveiller

Plus en détail

Mise en contexte PAR CONSÉQUENT, IL EST CONVENU CE QUI SUIT : 1. Objet

Mise en contexte PAR CONSÉQUENT, IL EST CONVENU CE QUI SUIT : 1. Objet TERMES ET CONDITIONS OUVERTURE DE COMPTE-CLIENT PRÉVOYANT L UTILISATION D UN TRANSPONDEUR, DESTINÉ AU PÉAGE DU PONT SERGE-MARCIL, VÉHICULES DE CATÉGORIE 1 ET 2 Mise en contexte Ces modalités contractuelles

Plus en détail

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Page 1 sur 15 NOTE La présente note et les documents joints décrivent un cadre pour la collaboration continue

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT Le Comité de vérification (le «Comité») du Conseil d'administration (le «Conseil») de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (la «Société») a pour mandat

Plus en détail

Renseignements à l intention d un ou d une étudiant(e) dans une programme de formation en pharmacie

Renseignements à l intention d un ou d une étudiant(e) dans une programme de formation en pharmacie Renseignements à l intention d un ou d une étudiant(e) dans une programme de formation en pharmacie Les candidats à l immatriculation en soit leur premier, deuxième ou troisième année d un programme de

Plus en détail

Normes d admissibilité des agents en hypothèques (NAAH) Droits d auteur Imprimeur de la Reine pour l Ontario

Normes d admissibilité des agents en hypothèques (NAAH) Droits d auteur Imprimeur de la Reine pour l Ontario A. Applications A1. Analyser le cadre contextuel des opérations hypothécaires en Ontario. A1.1 Expliquer le rôle des divers participants au sein de l industrie du courtage hypothécaire. A1. Débattre des

Plus en détail

Information et sensibilisation des consommateurs à l égard des risques importants liés aux produits hypothécaires

Information et sensibilisation des consommateurs à l égard des risques importants liés aux produits hypothécaires Information et sensibilisation des consommateurs à l égard des risques importants liés aux produits hypothécaires Le Conseil canadien des autorités de réglementation des courtiers hypothécaires (CCARCH)

Plus en détail

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Mise à jour du Forum conjoint des autorités de réglementation du marché financier Réseau de conciliation

Plus en détail

RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE

RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE AUTORITÉ La responsabilité principale de la communication de l information financière et des contrôles et procédures

Plus en détail

VALENER INC. («Valener» ou la «Société») POLITIQUE DE RÉGIE D ENTREPRISE

VALENER INC. («Valener» ou la «Société») POLITIQUE DE RÉGIE D ENTREPRISE VALENER INC. («Valener» ou la «Société») POLITIQUE DE RÉGIE D ENTREPRISE (Politique approuvée par le Conseil d administration le 18 novembre 2010) 1. PRÉAMBULE En vertu de la Loi canadienne sur les sociétés

Plus en détail

Proposition d assurance-automobile de l Ontario. Formulaire du conducteur (FPO 2)

Proposition d assurance-automobile de l Ontario. Formulaire du conducteur (FPO 2) Proposition d assurance-automobile de l Ontario Formulaire du conducteur (FPO 2) Le présent document représente votre proposition d assurance-automobile. Lisez-le attentivement et avisez votre courtier

Plus en détail

POLITIQUE ANTI-CORRUPTION

POLITIQUE ANTI-CORRUPTION POLITIQUE ANTI-CORRUPTION 1. ÉNONCÉ ET OBJECTIF DE LA POLITIQUE Le CN croit qu une entreprise «honnête» est une entreprise durable, et il est déterminé à n utiliser que des pratiques commerciales qui sont

Plus en détail

Réglementer les avocats et les parajuristes dans l intérêt public

Réglementer les avocats et les parajuristes dans l intérêt public RÉGLEMENTATION PROFESSIONNELLE Réglementer les avocats et les parajuristes dans l intérêt public La responsabilité primordiale du Barreau en tant qu organe de réglementation de la profession juridique

Plus en détail

Ligne directrice relative à la RÈGLE MB-001 Délivrance de permis et obligations continues des courtiers en hypothèques

Ligne directrice relative à la RÈGLE MB-001 Délivrance de permis et obligations continues des courtiers en hypothèques Ligne directrice relative à la RÈGLE MB-001 Délivrance de permis et obligations continues des courtiers en hypothèques Table des matières PARTIE 1 : Questions d ordre préliminaire... 1 Prêteur... 1 Obligation

Plus en détail

Consultation publique PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS

Consultation publique PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS Consultation publique PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS 2 Présentation et état d avancement du

Plus en détail

SOUMISSION DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

SOUMISSION DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE SOUMISSION DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE AU CONSEIL CANADIEN DES RESPONSABLES DE LA RÉGLEMENTATION D ASSURANCE ET LES ORGANISMES DE RÉGLEMENTATION DES SERVICES D ASSURANCE AU CANADA (CISRO) COMITÉ

Plus en détail

Le 6 novembre 2014. Assureurs hypothécaires fédéraux (AHF)

Le 6 novembre 2014. Assureurs hypothécaires fédéraux (AHF) Référence : Ligne directrice pour les SAM Le 6 novembre 2014 Destinataires : Objet : Assureurs hypothécaires fédéraux (AHF) Version définitive de la ligne directrice B-21, Pratiques et procédures de souscription

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

25 000 $ de rénos pour une maison intelligente! LE PRÉSENT CONCOURS S ADRESSE UNIQUEMENT AUX RÉSIDENTS DU CANADA ET IL EST RÉGI PAR LA LOI CANADIENNE

25 000 $ de rénos pour une maison intelligente! LE PRÉSENT CONCOURS S ADRESSE UNIQUEMENT AUX RÉSIDENTS DU CANADA ET IL EST RÉGI PAR LA LOI CANADIENNE 25 000 $ de rénos pour une maison intelligente! LE PRÉSENT CONCOURS S ADRESSE UNIQUEMENT AUX RÉSIDENTS DU CANADA ET IL EST RÉGI PAR LA LOI CANADIENNE 1. PÉRIODE DU CONCOURS : Le concours 25 000 $ de rénos

Plus en détail

Déclaration de principe de l AIAANB Obligation de rendre compte

Déclaration de principe de l AIAANB Obligation de rendre compte Obligation de rendre compte Éclaircir des questions pertinentes pour la profession des soins Rappeler aux IAA leur obligation de respecter le Code de déontologie et les Normes de Informer les autres membres

Plus en détail

4.08 Taxes sur l essence, sur les carburants et sur le tabac

4.08 Taxes sur l essence, sur les carburants et sur le tabac MINISTÈRE DES FINANCES 4.08 Taxes sur l essence, sur les carburants et sur le tabac (Suivi de la section 3.08 du Rapport annuel 2001) CONTEXTE Pour l exercice 2002-2003, le ministère a perçu un montant

Plus en détail

Violence au travail Un organisme national

Violence au travail Un organisme national Violence au travail Un organisme national Violence au travail : prévention, protocoles et sanctions Politique La Société s engage à offrir un milieu de travail sécuritaire. Elle reconnaît que la violence

Plus en détail

OBJET : Le Groupe consultatif des investisseurs sollicite vos commentaires

OBJET : Le Groupe consultatif des investisseurs sollicite vos commentaires Le 14 janvier 2011 Allan Krystie Administrateur principal, Groupe consultatif des investisseurs Commission des valeurs mobilières de l Ontario 20, rue Queen Ouest 19 e étage, C.P. 55 Toronto (Ontario)

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE DONNÉES DU CERTIFICAT D'ASSURANCE-AUTOMOBILE

ÉLÉMENTS DE DONNÉES DU CERTIFICAT D'ASSURANCE-AUTOMOBILE ÉLÉMENTS DE DONNÉES DU CERTIFICAT D'ASSURANCE-AUTOMOBILE Remarque : 1. Tous les éléments sont des champs de données, à moins d'indication contraire. 2. Les éléments de «texte» doivent être reproduits à

Plus en détail

Numéro consacré aux courtiers en hypothèques

Numéro consacré aux courtiers en hypothèques Issue Numéro 4 5 Le fait le point sur la mise en œuvre de la nouvelle Loi de 2006 sur les maisons de courtage d hypothèques, les prêteurs hypothécaires et les administrateurs d hypothèques, ses règlements

Plus en détail

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications La présente annexe au document de politique du Procureur

Plus en détail

Alerte audit et certification

Alerte audit et certification Alerte audit et certification AUDIT DES COMPTES D UN CANDIDAT À UNE ÉLECTION FÉDÉRALE AOÛT 2015 Modèle de lettre de mission d audit, modèle de lettre d acceptation et modèle de rapport de l auditeur indépendant

Plus en détail

Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification

Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification Secrétariat Corporate Service corporatif August 7, 2014 V1.0 7 août 2014 V9.0 Pour usage interne Table des matières

Plus en détail

Procurations. Service public d éducation et d information juridiques du Nouveau-Brunswick

Procurations. Service public d éducation et d information juridiques du Nouveau-Brunswick Procurations Service public d éducation et d information juridiques du Nouveau-Brunswick Procurations Le Service public d éducation et d information juridiques du Nouveau- Brunswick (SPEIJ-NB) est un organisme

Plus en détail

LE PROCESSUS DE PLAINTE RELATIF AUX MAISONS DE SOINS DE LONGUE DURÉE. Jane E. Meadus, B.A., LL.B. Avocate & notaire Intervenante institutionnelle

LE PROCESSUS DE PLAINTE RELATIF AUX MAISONS DE SOINS DE LONGUE DURÉE. Jane E. Meadus, B.A., LL.B. Avocate & notaire Intervenante institutionnelle LE PROCESSUS DE PLAINTE RELATIF AUX MAISONS DE SOINS DE LONGUE DURÉE Jane E. Meadus, B.A., LL.B. Avocate & notaire Intervenante institutionnelle INTRODUCTION En tant qu'intervenante institutionnelle au

Plus en détail

VISA PLATINE AFFAIRES VOYAGES RBC BANQUE ROYALE ASSURANCE ACHATS D ARTICLES DE PREMIÈRE NÉCESSITÉ CERTIFICAT D ASSURANCE INTRODUCTION

VISA PLATINE AFFAIRES VOYAGES RBC BANQUE ROYALE ASSURANCE ACHATS D ARTICLES DE PREMIÈRE NÉCESSITÉ CERTIFICAT D ASSURANCE INTRODUCTION VISA PLATINE AFFAIRES VOYAGES RBC BANQUE ROYALE ASSURANCE ACHATS D ARTICLES DE PREMIÈRE NÉCESSITÉ CERTIFICAT D ASSURANCE VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT CE QUI SUIT : Le présent certificat d assurance est

Plus en détail

COMMISSION DES SERVICES FINANCIERS DE L ONTARIO. Lignes directrices pour le dépôt des manuels de tarification de l assuranceautomobile

COMMISSION DES SERVICES FINANCIERS DE L ONTARIO. Lignes directrices pour le dépôt des manuels de tarification de l assuranceautomobile COMMISSION DES SERVICES FINANCIERS DE L ONTARIO des manuels de tarification de l assuranceautomobile Exigences concernant le dépôt Les assureurs sont tenus de déposer un manuel de tarification une fois

Plus en détail