Du même auteur Coordination d ouvrages collectifs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Du même auteur Coordination d ouvrages collectifs"

Transcription

1

2 Du même auteur «Notes sur le cinéma récréatif et sur son intégration au niveau élémentaire», L École coopérative, Ministère de l éducation du Québec, septembre Le Cinéma et l enfant, Montréal, Éducation nouvelle, Callas. La diva et le vinyle, Montréal et Grenoble, Triptyque/La Vague à l âme, Médée, c est Callas, Montréal, La Cinémathèque québécoise, Cinéma en rouge et noir, Montréal, Triptyque, Callas. L opéra du disque, Paris, Christian Bourgois, Opérascope. Le film-opéra en Amérique, Montréal, Tryptique, Denys Arcand. L ange exterminateur, Montréal, Leméac, Denys Arcand. A Life in Film, traduction Alison Strayer, Toronto, McArthur & Company, Les Recettes de La Callas (récit), Leméac, Coordination d ouvrages collectifs «Québec/Canada. L enseignement du cinéma et de l audiovisuel. The Study of Film and Video», CinémAction, hors série, Paris, Avec François Jost, «Cinéma et musicalité», Cinémas, Montréal, automne Écouter le cinéma, Montréal, Les 400 coups, 2002.

3 L OPÉRA DU SAMEDI LE METROPOLITAN À LA RADIO DU QUÉBEC

4 Page laissée blanche intentionnellement

5 Réal La Rochelle L OPÉRA DU SAMEDI LE METROPOLITAN À LA RADIO DU QUÉBEC Les Presses de l Université laval

6 Les Presses de l Université Laval reçoivent chaque année du Conseil des Arts du Canada et de la Société d aide au développement des entreprises culturelles du Québec une aide financière pour l ensemble de leur programme de publication. Nous reconnaissons l aide financière du gouvernement du Canada par l entremise de son Programme d aide au développement de l industrie de l édition (PADIÉ) pour nos activités d édition. Mise en pages : In Situ inc. Maquette de couverture : Hélène Saillant Photos de la couverture : Collection La Phonothèque québécoise/musée du son. Photo de l auteur : Frank Desgagnés ISBN Les Presses de l Université Laval 2008 Tous droits réservés. Imprimé au Canada Dépôt légal 4 e trimestre 2008 Les Presses de l Université Laval 2305, rue de l Université Québec (Québec) Canada G1V 0A6

7 Table des matières Giuseppe Verdi dans les terres de la colonisation du Québec Prologue Écouter le Metropolitan Opera L opéra «irradié» 1. D argent et d opéra Les Jeanne d Arc de l opéra De politique et d opéra. Le squelette caché de Texaco L opéra en Abitibi, comme ailleurs L opéra du Metropolitan et le cinéma québécois Franchir les ondes du troisième millénaire Épilogue Écouter le Metropolitan. Combien de temps encore? Tombeau de Beverly Sills En complément de programme Notes Bibliographie Discographie Vidéographie Générique

8 Page laissée blanche intentionnellement

9 Giuseppe Verdi dans les terres de la colonisation du Québec En Abitibi, durant les années , se rappelle ma tante Germaine, il n y avait que la radio de Radio-Canada. Le samedi après-midi, c était toujours l opéra. On ne comprenait rien à cette musique et à ces langues étrangères, mais un annonceur francophone faisait de beaux résumés et nous expliquait le contenu de l émission. Ces après-midi-là, il n y avait rien d autre à écouter que l opéra, mais les voix en français étaient très belles. Cette tante octogénaire, esprit vif et rieur, toujours prête à s émerveiller de la radio et du cinéma, s était vue, agrippée à sa grosse famille venue de Jonquière, choir dans un rang d épinettes de Beaucanton, au nord de La Sarre, pendant la grande crise des années 1930 et la colonisation abitibienne. Un métissage d Amérindien (par sa grand-mère paternelle Abénakise) avait fait d elle une jeune fille nullement effarouchée par le nomadisme et la solitude des forêts de conifères, de trembles et de bouleaux, par les lacs et les marécages, les maringouins et les mouches noires ; jamais non plus intimidée par l intrusion des mystères et des bizarreries radiophoniques ; pas davantage, un peu plus tard, par les films américains et français des deux cinémas de La Sarre. Les ondes sonores, fluides, et en dépit de certaines opacités, étaient sujets d émerveillements, de miroitements, allumeurs de 1

10 2 L opéra du samedi rêveries et de délires imaginaires. Si elle avait connu Victor Hugo, Germaine aurait aimé cette image du poète : les pieds dans la glaise et la tête dans les étoiles. Le romantisme, dans cette Abitibi lointaine et hostile, reliée à Montréal par le cordon ombilical de la radio, ne pouvait être alimenté que par cette sorte de manichéisme. L opéra du Metropolitan de New York avait réussi à toucher, par la grâce de la baguette de ses ondes magiques, des jeunes gens perdus dans les forêts nordiques du Québec.

11 Prologue Écouter le Metropolitan Opera Dans le chef-d œuvre du cinéaste Denys Arcand, Réjeanne Padovani (1973), une jeune femme demande au mafioso montréalais, Vincent Padovani, s il aime l opéra. L élégant bandit répond, avec gravité : «Mon père était amateur d opéra. Le samedi après-midi, il écoutait le Metropolitan. C était sacré». Réplique solennelle. Trace indélébile, au Québec, de l influence culturelle de la radiodiffusion des opéras du Met de New York, les samedis après-midi, à Radio-Canada. Gravure socioesthétique d un très long disque qui remonte aux années Denys Arcand se souvient lui aussi que, tout petit, durant les années 1940, dans le village de Deschambault-de-Portneuf, son père le berçait en écoutant l opéra du Metropolitan. Il n est pas innocent que le cinéaste ait placé cette réplique sur les radiodiffusions du Met dans la bouche d un caïd de la mafia sicilienne nord-américaine. Une même logique d affaires louches et d opéra se retrouve dans la trilogie de Francis Ford Coppola, The Godfather (1972/1974/1990). Ce cycle filmique distille un amalgame très subtil entre la malédiction du crime mafieux et l opéra italien. Le réalisateur a choisi une trame musicale à l enseigne de la mélancolie puccinienne, arrimée à cette question mémoriale : comment un si beau pays comme la Sicile a-t-il pu engendrer tant de violence meurtrière? Cette «question 3

12 4 L opéra du samedi sans réponse» ne peut se faire entendre, dans toute son incertitude et son mystère, que par la musique, au premier chef la musique lyrique. D abord la composition originale de Nino Rota, en tout point logique avec la pensée saturnienne, trompette lancinante de l ouverture des films, relayée par les cordes graves. Mais aussi la présence de la lirica italiana, celle aussi bien des chansons populaires siciliennes que de l opéra savant, Mozart (Le Nozze di Figaro), Verdi (La Traviata), enfin Mascagni, dont le Cavalleria rusticana en abrégé, au Teatro Massimo de Palerme, à la fin du troisième et dernier volet, devient métaphore et synthèse de toute la trilogie. Ce finale est pourtant déjà un peu moins original, si on tient compte que le Raging Bull de Martin Scorsese est déjà apparu en L intermezzo de Cavalleria rusticana, de Pietro Mascagni, sert de thème musical à ce film, dans lequel le cinéaste utilise aussi un autre intermezzo de Guglielmo Ratcliff du même compositeur, qui se fit une tragique réputation de chantre mussolinien et fasciste. Scorsese n est pas dupe que la musique lyrique de Mascagni est évocatrice de l ambiguïté des Italoaméricains, tiraillés entre l élégie mélancolique et la violence meurtrière. Cet amalgame entre opéra et violence évoque cet autre fait troublant, l association de la radio du Met avec le commanditaire Texaco, qui a duré de 1940 jusqu en Lors du 50 e anniversaire de cette association, en 1990, un réalisateur de Radio-Canada, Laurent Major, a raconté l anecdote suivante : avant la Deuxième Guerre mondiale, Texaco (nommée alors The Texas Company) avait entretenu des liens d affaire et des sympathies avec le régime national-fasciste d Allemagne. Le vent ayant tourné en Europe et aux États-Unis, il apparaît que Texaco devait refaire son image en Amérique. La firme chercha donc à devenir commanditaire d un lieu et d un milieu qui serait l antithèse du régime nazie. Que trouver de mieux qu un grand symbole culturel du monde juif new-yorkais?

13 Prologue. Écouter le Metropolitan Opera 5 La saison des radiodiffusions du Met marque le 75 e anniversaire de ce programme. Est-il inscrit au livre des records Guinness? Il devrait l être, en tout cas, puisque aucune émission radiophonique en Amérique du Nord n a atteint pareille longévité. Nul programme de sport, de variété, d affaires publiques, n a pu prétendre à une telle survie. Remarquable et inquiétante, cette durée sans pareille a de quoi laisser médusé. Programme né durant l âge d or de la radio, il perdure comme un dinosaure encore vivant, une bête archaïque souriant de son petit air d immortalité ; c est déjà un mythe. L un des plus curieux paradoxes des radiodiffusions du Met est d opérer un passage et un singulier métissage entre un art élitiste et un puissant média populaire de l audiovisuel. Le Metropolitan Opera House de New York était né de la volonté des nouveaux milliardaires américains de s afficher dans la tradition la plus conservatrice qui soit du Grand Opera européen. Le premier bâtiment fut inauguré le 22 octobre 1883, sur Broadway, entre la 39 e Rue et la 40 e Rue, une construction qui s étendait jusqu à la 7 e Avenue. En 1892, un incendie détruisit l intérieur de la scène et une partie de la salle. L édifice fut reconstruit l année suivante et dura jusqu en 1966, quand le second Metropolitan fut érigé au centre culturel Lincoln Center, près de Broadway et de la 63 e Rue, et inauguré le 16 septembre. L ancien Met fut démoli. Cet Opera House, célébrissime, était devenu le temple de l orthodoxie et de la sclérose culturelles musicales. Il est captivant de lire, par exemple, le New York Times des débuts du XX e siècle et d y constater que les comptes rendus des soirées du Met mettent moins l accent sur la musique lyrique qui y est représentée que sur la description des robes, des bijoux et des habits de soirée des propriétaires de loges, ceux du Diamond Horseshoe. Par exemple, lors de la création en 1910 de La Fanciulla del West de Puccini, «Mrs Vanderbilt portait une robe de satin blanc et un collier de gros diamants 1». Une pleine grande page du journal décrit ainsi toutes les toilettes de ces dames. En contrepartie, le compte rendu critique de l œuvre de Puccini, quoique très enthousiaste, ne tient ailleurs que sur deux petites colonnes.

14 6 L opéra du samedi Pourtant, ce fut un des premiers grands rêves d Edison, son utopie d avant-garde, que d utiliser son phonographe et son kinétoscope pour enregistrer les opéras du Met, les préserver ainsi au-delà de la mort, en même temps que d en disséminer l écoute jusque dans le plus petit hameau des États-Unis. Et ce, à un prix populaire accessible même aux plus pauvres. Comme en témoigne La Presse de Montréal, le 20 avril 1895, «c est ainsi que le plus humble villageois pourra se procurer le plaisir de voir et d entendre, moyennant rétribution des plus modiques, nos grands chanteurs et les prima donna les plus célèbres sur n importe quel point du globe». Pour cet inventeur donc, il faut à l opéra le disque et le film. Un autre naïf et enthousiaste visionnaire, Lionel Mapleson, libraire au Met (c est-à-dire responsable des partitions), s enticha de son achat, un Phonograph Edison. Il enregistra un bon nombre de cylindres d extraits live de représentations du Met, au début du XX e siècle, si bien qu il se trouva du coup à devenir l ancêtre préhistorique de la diffusion sonore de ces opéras, ou encore le pirate innocent de leurs captations sur le vif. La petite histoire de ce Mapleson est étonnante. Comment en est-il venu à se captiver pour «fixer» des fragments des représentations du Met? D autant plus que la technologie de l époque était plus que rudimentaire : enregistrement acoustique à peine audible, pas de microphone, courte durée des cylindres, incapacité de les reproduire en quantité. Même le petit cornet acoustique d Edison n arrivait pas à capter beaucoup d éléments du plateau du Met. Mapleson se fabrique donc un gigantesque entonnoir, qu il installe dans les cintres au-dessus de la scène. Il choisit à l avance l extrait de l opéra qui lui semble intéressant ; au moment venu, il démarre mécaniquement son appareil. Dès 1904, il met fin à cette activité, vu que les companies phonographiques lui font comprendre qu elles n aiment pas beaucoup le voir produire des live, même pour usage privé, avec des stars qui maintenant signent des contrats d exclusivité pour le disque commercial. Bon prince, Mapleson interrompt son passe-temps, range ses cylindres du Met dans des boîtes. Le miracle, c est que, des décennies plus tard, ils sont retrouvés, nettoyés et édités en

15 Prologue. Écouter le Metropolitan Opera 7 Lionel Mapleson, libraire du Metropolitan Opera au début du XX e siècle, posant fièrement aux côtés de son phonographe à cylindre, avec lequel il a enregistré sur le vif des fragments de représentations. Une première mondiale en ce qui a trait à la captation des opéras du Met, bien avant l arrivée de la radio. Photo : La Phonothèque québécoise/musée du son. vinyle par la Bibliothèque publique de New York. C est le corpus le plus ancien qui soit des représentations du Met, dont encore aujourd hui on peut s émerveiller, même s il n en reste qu un tout petit filet sonore. Peu de temps après, Lee De Forest s intéresse à l opéra à la radio, ce qui conduit cet inventeur à faire des tests expérimentaux avec Caruso en Voici comment Johanna Fiedler

16 8 L opéra du samedi décrit cet événement : «La compagnie procéda à l expérimentation de la radiodiffusion d une représentation. Un physicien de l université Yale installa deux microphones sur la scène, un transmetteur de navire dans le grenier de l opéra et, en guise d antenne, deux cannes à pêche au mât du drapeau sur le toit. Seul problème avec cette expérimentation archaïque : presque personne ne possédant une radio, peu de gens purent écouter la transmission 2». Chez tous ces défricheurs, la même logique : faire de l opéra rutilant une sorte de bijou disponible pour la masse. L audiovisuel, curieusement, arrache la musique et l opéra à son exclusive possession bourgeoise. Second paradoxe : non seulement la radiodiffusion, conservée par les soins du disque, détache-t-elle l opéra de son temple bourgeois de la rue Broadway puis du Lincoln Center pour le répandre sur tout le territoire nord-américain puis dans plusieurs pays, mais de plus elle enlève à l opéra scénique tout son dispositif visuel des décors, costumes, gestuelles des chanteurs et des danseurs. La radio supprime du théâtre d opéra tout son lustre iconique et n en garde que la musique et les bruitages d ambiance. Ce faisant, la radiodiffusion à l instar du disque, de studio ou live permet à l écouteur de s arrimer à l essentiel de ces ouvrages, la musique, puis d habiller cette musique de millions d images mentales et de mises en scène imaginaires. Pour le dire avec la belle formule du compositeur et chef Walter Boudreau, «l opéra à la radio s approche de la musique pure». Le présent essai est la continuation de mes explorations sur l opéra dans les médias audiovisuels. Après l industrie du disque (Callas. L opéra du disque) et celle du cinéma (Opérascope. Le film-opéra en Amérique), voici maintenant un cas exemplaire de la prise en charge de l art lyrique par la radiophonie. Il est prévu que ce cycle se poursuivra par l opéra à la télévision, grâce à l examen de Leonard Bernstein. L écran dionysiaque, où est analysé l apport du compositeur et chef d orchestre à l art télévisuel, une aventure lyrique contemporaine encore insurpassée.

17 Prologue. Écouter le Metropolitan Opera 9 L opéra du Metropolitan à la radio du Québec n est pas un ouvrage de musicologie, pas même un historique proprement dit de ces radiodiffusions. La seule nomenclature des œuvres irradiées depuis plus de 75 ans peut remplir un volume. On ne trouve pas non plus ici une analyse des choix d ouvrages et de répertoires, des styles musicaux des chefs d orchestre et des chanteurs. Tout en donnant un panorama général de l histoire radiophonique du Met, je m attache surtout à cerner sa présence et son influence sur le territoire du Québec et son impact socioculturel chez les auditeurs francophones. Pour y arriver, j utilise autant une documentation imprimée que celle relevant des archives orales, de même qu un échantillon de quelques dizaines d enregistrements qui rendent compte de la vibration particulière de ces opéras sonores captés en direct depuis la célèbre scène new-yorkaise, simultanément transformés par la mise en ondes francophone des studios de Radio-Canada à Montréal, un cas unique en Amérique du Nord. L Opéra «irradié» brosse donc les grandes lignes des 75 ans de radiodiffusion du Metropolitan Opera, en même temps qu est tracée l influence socio-culturelle au Québec de ce phénomène. Il s agit d une sorte de voyage, de va-et-vient entre New York et Montréal, d allers-retours sur cette route Nord-Sud de la radio musicale, tout autant que de l articulation entre deux espaces, américains et francophones. Plusieurs tableaux sortent des remises : du krach boursier à la vigueur de la radio privée de Montréal, de l entrée troublante du commanditaire Texaco à la mise en ondes de Radio-Canada, des voix de Milton Cross et de Roger Daveluy, des services de presse du Metropolitan à l antre de production de Montréal, sans compter des témoignages croisés qui rendent compte de l impact en profondeur des radiodiffusions du Met au Québec. Le spectre des enthousiastes est large : d une mère au foyer au compositeur Walter Boudreau, des cinéastes Gilles Groulx et Denys Arcand à des étudiants, des auditeurs qui viennent écouter les radiodiffusions au studio de Radio-Canada ou au Café d art vocal Mais aussi des professionnels de ce programme, réalisateurs et animateurs, des disquaires, voire responsable de festival ou ex-ministre des

18 10 L opéra du samedi Finances, écrivain célèbre ou encore designer de mises en scène lyriques. Entrelacés à ces discours québécois, ceux de quelques Américains recueillis dans le site Web du Metropolitan Opera Saturday Radio Broadcasts ou glanés ici et là. L épilogue évoque l avenir de l opéra du samedi au Met. En 2004, le programme est ébranlé et semble menacé : à New York, l Opera House perd la «fidèle» commandite de Texaco, son directeur Joseph Volpe, mais aussi l animateur des radiodiffusions, Peter Allen. Il faut sauver les radiodiffusions du Met. À Montréal, la direction de la nouvelle chaîne de Radio-Canada, Espace Musique, songe à annuler l Opéra du Met. Après troisquarts de siècle, le colosse culturel des radiodiffusions du Metropolitan va-t-il s effondrer, ou se dirige-t-il, vieillissant et avec superbe, vers la célébration de son centenaire?

19 L opéra «irradié» Durant les années 1930 et 1940, parfois même au-delà, il arrivait que les journalistes ou les animateurs utilisent le terme «irradié» pour parler de la transmission radiophonique d un programme de musique. Ainsi, tel concert de la Philharmonique était «irradié» depuis New York. Il en fut de même de l opéra du Metropolitan, à partir de décembre Dans le sens de «se propager en rayonnant», ce terme n est plus en usage depuis longtemps, mais sa valeur archaïque conserve encore une certaine charge poétique. 11

20 Écoute de la radio dans les annnées Photo : La Phonothèque québécoise/musée du son.

21 1 D argent et d opéra En s inspirant de la réflexion mélancolique de l essayiste Serge Daney, «ce qu il y a de plus beau ce sont les commencements», il convient de retracer ceux de l opéra radiophonique du Metropolitan Opera au Québec. Ils se situent dans les années 1930, durant cette époque troublée et magique où ces diffusions sont encore très loin d être une institution consacrée. Cette entreprise radiophonique est nouvelle, encore informe, traversée de soubresauts inquiétants, fragile. Le fait que le Québec soit aux premières loges de ce programme insensé et magnifique, et ce dès les premières notes, justifie de faire un travail de recherche particulier, inédit, et dont l effort est récompensé en faisant apparaître un curieux tableau qui aurait pu rester embrumé et sali par les poussières du temps. Pour ce faire, on peut séparer ces années 1930 en deux segments : un premier, dans le présent chapitre, qui couvre les saisons et , révèle une émission radiophonique toujours au bord de l implosion. Un second, au chapitre 2, couvrant la saison jusqu à la fin de la décennie, au moment où Texaco se prépare à entrer en scène comme commanditaire, marque le temps de la consolidation et de la mise en forme définitive du programme. 13

22 14 L opéra «irradié» Notre histoire peut cependant commencer en 1929, soit deux ans avant la première radiodiffusion en direct d un opéra du Metropolitan Opera House. Deux événements marquent ce finale des folles années 1920 et favorisent, l un comme l autre, l apparition de l Opéra du samedi. D abord, le grand krach boursier de New York, le 24 octobre, qui plonge l Amérique et le monde dans une crise sans précédent. Ensuite, à Montréal, grâce à la chaîne radiophonique CKAC (dont le propriétaire est le journal La Presse), une entente est signée avec la Columbia Broadcasting System (CBS) pour la radiodiffusion des concerts du dimanche de la Philharmonique de New York. Crise économique et musique classique, venues des États-Unis, tissent donc, ensemble et au même moment, un lien avec Montréal et le Québec, une sorte de cordon ombilical qui restera intact pendant les décennies suivantes. Au Québec, la crise économique pousse à l exil volontaire un nombre incroyable de pauvres dans la nouvelle région de colonisation de l Abitibi. C est ce que raconte, par exemple, Paule Doyon, dans son roman sur la naissance de ce territoire, Le bout du monde, qui relate ces années de misère dans les environs de Rouyn-Noranda. Vers la fin de son récit, on découvre ceci : Dans son petit restaurant, monsieur Pensenkin a installé une radio à ondes courtes. Le soir, certains s y réunissent pour écouter des concerts ou des opéras qui nous parviennent des grandes villes. Il y a quelque chose de magique dans cette radio qui nous ramène des voix et une musique un peu brouillées par les ondes. Dans ce petit restaurant entre le soir, Montréal, New York, Buffalo... et point n est besoin d aimer véritablement l opéra pour apprécier la douceur d être reliés pour quelques heures au reste du monde 1. Ce que décrit ici la romancière, ce n est pas encore l opéra en direct du Metropolitan, mais des programmes comme le Concert symphonique de CKAC ou une transmission du Chicago Civic Opera par la National Broadcasting Company (NBC), relayée à Montréal par le poste anglophone CFCF, propriété de la firme Marconi. Ces radiodiffusions, venues des États-Unis,

23 1 - D a r g e n t et d o p é r a 15 s imprègnent avec une remarquable osmose dans le tissu social du Québec, fût-il le plus éloigné de Montréal. En élargissant la géographie canadienne-française, elles touchent aussi ses populations de l Ontario, du Nouveau-Brunswick, voire de la Nouvelle-Angleterre où, au tournant du XX e siècle, des centaines de milliers de Québécois, longtemps appelés «Franco-Américains», s étaient installés près des manufactures de textile (baptisées «facteries de coton») du Maine, du Vermont, du Massachussetts. Le succès de la musique classique et lyrique américaine, radiodiffusée au Québec, possède donc comme prérogative de préparer un vaste terreau de mélomanes, que l opéra du Metropolitan pourra ensemencer avec profit au début des années À CKAC, le responsable de l entente avec CBS pour la diffusion des concerts symphoniques est son directeur Joseph- Arthur Dupont, ardent défenseur de la radio privée au Canada, pourfendeur de l idée d une radio publique «d un océan à l autre». Je reviendrai plus loin sur ce champ de bataille qui implique à la fois le rôle constitutionnel du gouvernement fédéral dans le domaine du contrôle des ondes radiophoniques et son objectif de créer un réseau public qui deviendra Radio- Canada. Pour l instant, depuis la fin des années 1920, CKAC diffuse toutes les semaines la «symphonie de New York» et, comme l annoncent les horaires du journal La Presse, «le concert radiophonique dominical de la New York Philharmonic Society Orchestra est irradié depuis New York 2». Autre donnée intéressante : à l entracte, les commentaires «en français» sont assurés par M. Henri Letondal, créant ainsi la première forme de métissage entre un programme américain et sa mise en ondes francophone au Québec. Letondal, comédien et animateur, s est déjà illustré comme présentateur musical à l émission L Heure provinciale, un programme de CKAC mis sur pied avec l aide du gouvernement du Québec en 1929, qui présente des sujets sur l éducation, la littérature, les arts et les sciences. Le journaliste

24 16 L opéra «irradié» Marcel Valois («pseudonyme imposé par la Presse à M. Jean Dufresne 3») rappelle ces heures glorieuses : Henri Letondal s occupait de la partie musicale du programme en plus d être le présentateur. Il dosait avec tact la musique appartenant au genre récital, rarement à l opéra, jamais à la chanson populaire, et la musique instrumentale qui empruntait son répertoire presque uniquement à la musique de chambre. Un goût bien français régnait là dans l équilibre des pièces présentées, le ton aimable et mondain avec lequel Letondal les annonçait. Cet animateur fut le premier à dire sur les ondes «Ici, L Heure Provinciale». Cela étonna d abord. On était habitué à la formule américaine : «Vous écoutez en ce moment» traduction de «You re listening now» 4. Ces deux émissions, L Heure provinciale et les concerts de New York, qui vont avoir un grand retentissement, sont des initiatives de J.-A. Dupont. Sortir de la crise ou mourir Les radiodiffusions du Met ne sont pas nées d une immense passion musicale philanthropique mais d une crise économique. Pas la moindre : la grande crise des années 1930, consécutive au krach boursier de Le Metropolitan Opera House est alors au bord de l implosion financière. Les abonnements et les ventes de billets ont rétréci comme peau de chagrin. Comme le raconte avec brio l essayiste David Hamilton, à la veille du krach, le Met avait engrangé des profits de $. «Alors, d un coup, en l espace de deux ans, tout bascule : les abonnements s effondrent, les dons rétrécissent, les coûts de production gonflent. L état de l économie nationale ne permet pas d entrevoir un revirement notable 5». Les événements se précipitent. Le directeur Otto Kahn démissionne en octobre 1931, il est remplacé par Paul D. Cravath, avocat lyricophile qui comptait les firmes Westhinghouse et RCA parmi ses clients. Des négociations avec la NBC (propriétaire de RCA) ont immédiatement lieu pour organiser les radiodiffusions des opéras du Met. Ces pourparlers reprennent les éléments d un premier contrat, déjà signé au mois de

25 1 - D a r g e n t et d o p é r a 17 mai précédent, et qui garantissait des radiodiffusions pour deux ans seulement. Paul Jackson précise que le contrat stipule que, pour les 2 années de radiodiffusions, le début de la programmation se fera en novembre et ce, pour approximativement 24 semaines. NBC s engage à verser au Met $ par saison, soit $ par diffusion 6. La crise financière du Met a même des échos dans les journaux montréalais. Les 2 premières saisons de radiodiffusion des opéras du Met ( et ) se déroulent dans une conjoncture à la fois difficile et régénératrice. Les effets du krach de 1929 se font cruellement sentir, au point que l on craint l effondrement de la célèbre maison. Le 7 avril 1932, une dépêche de New York, publiée dans The Montreal Star, rappelle que le Met est venu au bord de l extinction, mais qu il se relève tout juste financièrement grâce à des coupes sévères : raccourcissement de la saison, réduction volontaire de 10 % dans les revenus des personnels, y inclus des chanteurs stars. Pour attirer le public, on procède à une baisse de 25 % des prix des tickets. The Gazette conclut de son côté que le Grand Opera ne pourra revivre qu avec une reprise économique, les États-Unis ne pouvant se comparer à des pays lyricomanes comme l Italie et l Allemagne 7. D un autre côté, l époque est propice à une dissémination plus large de l opéra grâce à l audiovisuel, en particulier le cinéma et la radio, deux médias alors très puissants. Le disque, encore dans sa préhistoire avec le 78 tours, ne donnera que plus tard, après la Deuxième Guerre mondiale, sa pleine mesure dans la diffusion de la musique classique et lyrique 8. L arrivée du cinéma sonore, dans la seconde moitié des années 1920, avait déjà fait une place à des vedettes lyriques comme Giovanni Martinelli et Beniamino Gigli, d abord dans les courts métrages Warner/ Vitaphone. Hollywood, ensuite, avait commencé à inviter d autres grands noms à participer à des longs métrages dramatiques : Lily Pons, Grace Moore, Lawrence Tibbett, Lauritz Melchior 9. Quand la radio entre dans la danse, l effet d élargissement du public pour l opéra est encore plus déterminant. Là où le cinéma ne pouvait que se limiter aux extraits d opéra et les plus

26 18 L opéra «irradié» connus de surcroît les radiodiffusions du Met vont viser petit à petit à transmettre l intégralité des œuvres à l affiche. Richard Caniell, de Immortal Performances, note que, contrairement à l idée reçue que les opéras ne sont diffusés que partiellement, dès 1932 il y eut 5 opéras irradiés au complet, 7 en 1933 et 9 en C est à partir de 1935 que tous les opéras sont radiodiffusés intégralement 10. De plus, l effet du direct procure une sensation plus vive que celle résultant des tournages de films. Les critiques à l égard d un art amputé du visuel n y font rien, la radio s impose comme un médium à part entière, avec sa spécificité particulière, dans sa capacité de transmettre une représentation d opéra. D autres remarques, affirmant que la radiodiffusion n est là que pour un temps, en attendant les transmissions par la télévision, ne tiennent pas davantage, pas plus que ces commentaires de la cantatrice française Ninon Vallin 11. Cette dernière se dit témoin du déclin de l opéra sur scène, de ses vieilles méthodes du XIX e siècle, et appelle de tous ses vœux l émergence du filmopéra. Cela se réalisera en partie en Europe, mais les États-Unis y seront toujours réfractaires. Marcel Valois, dans La Presse, reprend la même idée, en mentionnant que Mary Garden «vient d être nommée conseiller théâtral et musical à la MGM» et qu elle soutient que «seul le cinéma peut donner» à la musique lyrique la diversité et la splendeur. Le critique musical croit pour sa part que l opéra à l écran «puisera de profitables leçons pour se rajeunir et se moderniser 12». L idée des radiodiffusions du Met répond à un triple objectif : des rentrées d argent appréciables dans les coffres de l administration ; une offre gratuite d opéra à un public qui ne peut plus se payer le théâtre ; par-dessus tout, l élargissement de ce public, un bassin gigantesque qui ne pourra, à moyen et à long terme, que profiter à l Opera House. Beau coup de poker, par lequel la NBC s assure aussi la manne, puisque ces radiodiffusions profiteront à sa branche phonographique industrielle et commerciale (RCA), tout en faisant en sorte que les commanditaires paient une bonne part de la note des frais de production. Les commanditaires, à leur

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES ATELIERS ARTISTIQUES NEUILLY SUR SEINE THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ENFANTS - ADOS - ADULTES Johanna Cohen 06 61 41 13 03 coursanna@hotmail.fr wwww.coursanna.fr LE COURS

Plus en détail

14 avril 1912 14 avril 2012

14 avril 1912 14 avril 2012 14 avril 1912 14 avril 2012 24/02/12 10:18 Découvrez l histoire du plus célèbre naufrage du xx e siècle, Le Titanic, à travers le témoignage étonnant de l un des survivants, Michel Navratil C était un

Plus en détail

DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE

DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues 1 ÉPREUVES COLLECTIVES DURÉE NOTE SUR Compréhension de l oral Réponse à des questionnaires de compréhension

Plus en détail

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre ALEXANDRA WOOD LA ONZIÈME CAPITALE Traduit de l anglais par Sarah Vermande ouvrage publié avec le concours du centre national du livre maison antoine vitez répertoire contemporain La collection Répertoire

Plus en détail

Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux présentés au. Comité sénatorial des transports et des communications

Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux présentés au. Comité sénatorial des transports et des communications Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux présentés au Comité sénatorial des transports et des communications sur l étude sur la Société Radio-Canada 23 octobre 2014 Confédération des syndicats

Plus en détail

100 suggestions d activités pour la Fête de la culture

100 suggestions d activités pour la Fête de la culture 100 suggestions d activités pour la Fête de la culture Voici quelques suggestions pour vous aider à planifier vos activités de la Fête de la culture. Ces exemples ont été tirés des quelque 7 000 activités

Plus en détail

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni Carnet de voyage Dina Prokic Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni 3 juillet 2011 C est ma première fois en France. Je suis venue

Plus en détail

Programme Arts et lettres COURS COMMUNS AUX TROIS PROFILS

Programme Arts et lettres COURS COMMUNS AUX TROIS PROFILS Programme Arts et lettres COURS COMMUNS AUX TROIS PROFILS LES INSTITUTIONS CULTURELLES AU QUÉBEC 502-JAL-03 Pondération : 1-2-3 Compétences : 01D0 (c) Ce cours pose les bases d une connaissance critique

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la André Vanasse Naïm Kattan André Vanasse est un homme multiple. Ecrivain, professeur, éditeur, directeur de revue. Toutes ses activités sont, certes, consacrées à la littérature. Ecrivain, il est romancier,

Plus en détail

présentent Le Ballet de l Opéra national de Paris

présentent Le Ballet de l Opéra national de Paris présentent Le Ballet de l Opéra national de Paris L ÉVÉNEMENT DE LA RENTRÉE CULTURELLE 2014 À Montréal uniquement! 5 représentations exceptionnelles du 16 au 19 octobre 2014 À la Salle Wilfrid-Pelletier

Plus en détail

Art et culture. hiver / printemps 2015. brossard.ca

Art et culture. hiver / printemps 2015. brossard.ca Art et culture hiver / printemps 2015 Les séries du dimanche 18 janvier à 11 h De Paris à Broadway La soprano Julie Goupil et le ténor Daniel Biron offrent un amalgame des plus beaux duos tirés d illustres

Plus en détail

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Document synthèse Par Geneviève Rodrigue, en collaboration avec Alain Carpentier, Joanne Munn, Valérie Saysset et Christian

Plus en détail

BACON Chantal HEG - Information et documentation Novembre 2000 RAPPORT DE STAGE : DISCOTHEQUE DE VIEUSSEUX

BACON Chantal HEG - Information et documentation Novembre 2000 RAPPORT DE STAGE : DISCOTHEQUE DE VIEUSSEUX RAPPORT DE STAGE : DISCOTHEQUE DE VIEUSSEUX 1 LA DISCOTHEQUE MUNICIPALE DE VIEUSSEUX PARTIE A Mon stage du début de troisième année s est effectué à la Discothèque municipale de Vieusseux, du 1er septembre

Plus en détail

CENTRE D ÉTUDES SUR LES MÉDIAS Portrait de la propriété dans le secteur des quotidiens au Québec et au Canada

CENTRE D ÉTUDES SUR LES MÉDIAS Portrait de la propriété dans le secteur des quotidiens au Québec et au Canada 1 CENTRE D ÉTUDES SUR LES MÉDIAS Portrait de la propriété dans le secteur des quotidiens au Québec et au Canada A) Au Québec Nous proposons deux indicateurs différents pour rendre compte de l importance

Plus en détail

Courants et styles. des musiques électroacoustiques "

Courants et styles. des musiques électroacoustiques Histoire des musiques du XX e siècle Courants et styles des musiques électroacoustiques " Professeur : Marc Battier" Université de Paris-Sorbonne (Paris IV) Musique électroacoustique marc.battier@paris-sorbonne.fr

Plus en détail

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs, Notes pour l allocution de Simon Brault, FCPA, FCGA, lauréat du Prix Hommage 2015 À l occasion de la Soirée des Fellows 2015 Hôtel Westin Montréal, le samedi 9 mai 2015 Monsieur le Président de l Ordre,

Plus en détail

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Dernier temps fort de notre année autour de : Une Eglise qui prie et qui célèbre.nous vous proposons de

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues REAL2 143504-LLP-1-2008-1-FR-KA2-KA2NW 2010/06/06 Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues Motiver à apprendre et apprendre à motiver Cracovie, Pologne, 18 21 septembre

Plus en détail

L histoire en photos : Analyse photographique Plan de leçon

L histoire en photos : Analyse photographique Plan de leçon L histoire en photos : Analyse photographique Description : Les élèves apprennent à analyser des photos de la Première Guerre mondiale. Ils choisissent une photo dans la collection officielle de photos

Plus en détail

Le livre dont vous êtes les héros

Le livre dont vous êtes les héros Journal d un petit trésor qui grandit Mamie et MOI Papi, Le livre dont vous êtes les héros Toujours, je veillerai sur toi Journal d un petit trésor qui grandit Le livre dont vous êtes les héros Gilles

Plus en détail

ateliers de création plastique catalogue Karine WITTIG

ateliers de création plastique catalogue Karine WITTIG ateliers de création plastique catalogue Karine WITTIG Karine WITTIG Artiste plasticienne www.pluri-l.com Ateliers créatifs proposés Ateliers créatifs par tranche d âge Animations évènementielles Animation

Plus en détail

L heure suprême. Franck Borzage. Agnès Vesterman violoncelle Gaël Mevel piano et bandonéon

L heure suprême. Franck Borzage. Agnès Vesterman violoncelle Gaël Mevel piano et bandonéon Ciné-concert L heure suprême Franck Borzage Agnès Vesterman violoncelle Gaël Mevel piano et bandonéon «AFFIRMER QUE "L HEURE SUPRÊME" REPRÉSENTE UN DES SOMMETS DU MÉLODRAME À L ÉCRAN RELÈVE DU PLÉONASME.»

Plus en détail

Fiche Pédagogique. Noël en France. Par Karine Trampe. Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-6 Fiche professeur.. 7-8 Sources..

Fiche Pédagogique. Noël en France. Par Karine Trampe. Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-6 Fiche professeur.. 7-8 Sources.. Fiche Pédagogique Noël en France Par Karine Trampe Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-6 Fiche professeur.. 7-8 Sources.. 9 1 Tableau descriptif Noël en France Niveau A2 Descripteur CECR,

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS SALONS DE COIFFURE

MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS SALONS DE COIFFURE 1 Date Titre présentation MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS SALONS DE COIFFURE Service études et prospective, Direction des ressources et de la stratégie, Juliette Delfaud Octobre 2014 www.sacem.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Corpus : Allégories & Métaphore Travail présenté à :

Corpus : Allégories & Métaphore Travail présenté à : Corpus : Allégories & Métaphore Travail présenté à : LIT455G-40 Stéphane Leclerc L opposition entre les deux personnages principaux dans Seven de David Fincher par Simon Dor Travail dû le 9 mai 2005 UQÀM

Plus en détail

Capsules éveil à la lecture

Capsules éveil à la lecture Capsules éveil à la lecture 0 24 mois Dès la naissance, vous savez éveiller votre bébé en lui faisant la lecture. Les mots, l intonation de votre voix et les couleurs vives des images le stimuleront. Le

Plus en détail

Présentation d un film

Présentation d un film Fiches méthodologiques Présentation d un film Introduction : o La Nature de l œuvre : Quoi, quand et où? Type de film, nationalité, réalisateur, date o Contexte de production : Public visé, contexte historique,

Plus en détail

La Rentrée au Jeu de paume!

La Rentrée au Jeu de paume! La Rentrée au Jeu de paume! Communiqué DE PRESSE activités jeune public et moins de 26 ans Photo : Elodie Coulon Jeu de Paume 2014 1, PLACE DE LA CONCORDE PARIS 8 E M CONCORDE WWW.JEUDEPAUME.ORG La rentrée

Plus en détail

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth Charlène Reynaud Licence IUP Université jean Monnet Rapport de fin de séjour Stage Bournemouth A. Vie pratique Mon séjour s est déroulé à Bournemouth, ville de 163900 située à 2h00 de Londres. Bournemouth

Plus en détail

SAISON DOSSIER DE PRESSE

SAISON DOSSIER DE PRESSE 2015 SAISON DOSSIER DE PRESSE ÉDIT OBJECTIF INDÉPENDANCE : LA SÉRIE TÉLÉ QUI INNOVE! «Cette campagne d information est une grande première en France car très peu de programmes télé donnent la parole aux

Plus en détail

Jour 2. Jour 3. Jour 1. - St Pancras - Equity point hotel - St James Park - Westminster Abbey - Trafalgar Square - Buckingam palace

Jour 2. Jour 3. Jour 1. - St Pancras - Equity point hotel - St James Park - Westminster Abbey - Trafalgar Square - Buckingam palace Jour 1 - St Pancras - Equity point hotel - St James Park - Westminster Abbey - Trafalgar Square - Buckingam palace Jour 2 - Shakespeare globe Theatre - London Eye - Natural History Museum - Temps libre

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. «Orphée, un Opéra Imaginaire»

DOSSIER DE PRESSE. «Orphée, un Opéra Imaginaire» DOSSIER DE PRESSE «Orphée, un Opéra Imaginaire» COMMUNIQUE DE PRESSE Le mythe d Orphée est dans doute celui qui a impliqué le plus d opéras durant la période baroque, période qui fut pourtant gourmande

Plus en détail

Archivistes en herbe!

Archivistes en herbe! Les archives c est quoi? Un archiviste travaille avec des archives. Oui, mais les archives c est quoi? As-tu déjà entendu ce mot? D après toi, qu est-ce qu une archive? 1. Les archives ce sont des documents

Plus en détail

L'audiodescription. Principes et orientations

L'audiodescription. Principes et orientations L'audiodescription Principes et orientations Rendre la culture accessible à tous permet d éviter l exclusion. L audiodescription est une technique de description destinée aux personnes aveugles et malvoyantes.

Plus en détail

RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS

RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS a/ Vie pratique Au cours de mon année Erasmus à Almeria, j ai habité dans deux logements. Tout d abord au début de l année, j ai cherché mon premier logement grâce au service

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes

Ministère des Affaires étrangères et européennes Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la coopération culturelle et du français Regards VI, DVD 1 Culture Réalisation Isabelle Barrière, Thomas Sorin (CAVILAM) Rédaction Thomas Sorin

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes. Direction de la politique culturelle et du français. Regards VII

Ministère des Affaires étrangères et européennes. Direction de la politique culturelle et du français. Regards VII Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII 3. Pierre Magnan, auteur à succès Réalisation Thomas Sorin, CAVILAM Rédaction Murielle Bidault,

Plus en détail

PREMIERE SEQUENCE : NOTRE PROJET MUSICAL

PREMIERE SEQUENCE : NOTRE PROJET MUSICAL PREMIERE SEQUENCE :. NOTRE PROJET MUSICAL Nous allons travailler jusqu aux vacances du mois d octobre un air d opéra très célèbre : Noï Siamo Zingarelle. Il est extrait de l opéra La Traviata composé par

Plus en détail

Mes grands-parents à La Havane en 1957

Mes grands-parents à La Havane en 1957 11 juin 2015 Mes grands-parents à La Havane en 1957 Mon histoire à Cuba commence avant ma naissance. Mon grand-père d origine québécoise et ingénieur à l époque pour la Ville de Montréal, a fait un séjour

Plus en détail

Le développement de la filière de la musique et du spectacle au Québec

Le développement de la filière de la musique et du spectacle au Québec Le développement de la filière de la musique et du spectacle au Québec Politiques d encadrement, de financement et de développement des filières culturelles Ouagadougou, Burkina Faso, octobre 2012 Principale

Plus en détail

www.rbcassurances.com

www.rbcassurances.com Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter le site www.rbcassurances.com CROISSANCE SOLIDITÉ INTÉGRATION APERÇU DE LA SOCIÉTÉ 2004 Marques déposées de la Banque Royale du Canada. Utilisées sous

Plus en détail

De la petite église de son village en France à la plus célèbre place du monde à NEW YORK Voici l histoire d une autre «Môme»

De la petite église de son village en France à la plus célèbre place du monde à NEW YORK Voici l histoire d une autre «Môme» VUE SUR ET PLUS DOSSIER DE PRESENTATION SUCCESS STORY LES SPECTACLES LIENS WEB CONTACT Bourgogne. www.christelleloury-piaf.com SUCCESS STORY De la petite église de son village en France à la plus célèbre

Plus en détail

CHAPITRE 4. Les grandes caractéristiques des médias sportifs canadiens. Images Sport Canadien

CHAPITRE 4. Les grandes caractéristiques des médias sportifs canadiens. Images Sport Canadien CHAPITRE 4 Les grandes caractéristiques des médias sportifs canadiens Images Sport Canadien Quels sont les médias? Les médias sportifs canadiens regroupent des journalistes et des chroniqueurs qui travaillent

Plus en détail

Le programme éducatif «Graffitis cacher l histoire?» s adresse aux élèves du deuxième et troisième cycle du primaire (3 e, 4 e, 5 e et 6 e années).

Le programme éducatif «Graffitis cacher l histoire?» s adresse aux élèves du deuxième et troisième cycle du primaire (3 e, 4 e, 5 e et 6 e années). Graffitis Cacher l histoire? Créé par Mélissa Duquette, chargée de projet à l animation au Musée de société des Deux-Rives, en lien avec le Programme du ministère de l Éducation du Québec. PRÉSENTATION

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation du projet 2015. Programmation 3 ème édition. Le Mot du Producteur. Informations pratiques. Demande d accréditation

SOMMAIRE. Présentation du projet 2015. Programmation 3 ème édition. Le Mot du Producteur. Informations pratiques. Demande d accréditation SOMMAIRE Présentation du projet 2015 Programmation 3 ème édition Le Mot du Producteur Informations pratiques Demande d accréditation Cher média, L Association Les Brumes, la ville de Sainte-Sigolène, Produc

Plus en détail

MA PETITE SIRENE. GENRE : Conte musical

MA PETITE SIRENE. GENRE : Conte musical MA PETITE SIRENE GENRE : Conte musical L HISTOIRE L adaptation par trois camarades de voyage de l histoire de «La Petite Sirène», conte devenu incontournable, d après Hans Christian Andersen. Un spectacle

Plus en détail

CHAMPS-ELYSEES 23-2: extrait 5 - à la découverte de Paris. 1.-2. Paris est la destination touristique au.

CHAMPS-ELYSEES 23-2: extrait 5 - à la découverte de Paris. 1.-2. Paris est la destination touristique au. CHAMPS-ELYSEES 23-2: extrait 5 - à la découverte de Paris NOM 1.-2. Paris est la destination touristique au. 3.-4. Les sont les premiers touristes à visiter la capitale. 5. Quel pourcentage des touristes

Plus en détail

Julien Delli Fiori Directeur de Fip. Fip et la rentrée : Oh surprise! Pourquoi changer l originalité musicale d une radio qui reste unique au monde?

Julien Delli Fiori Directeur de Fip. Fip et la rentrée : Oh surprise! Pourquoi changer l originalité musicale d une radio qui reste unique au monde? 1. Fip et la rentrée : Oh surprise! Pourquoi changer l originalité musicale d une radio qui reste unique au monde? Une découverte musicale qui intègre les standards de tous les genres musicaux une "musicale"

Plus en détail

Relevez les expressions de temps et employez-les en parlant de vous.

Relevez les expressions de temps et employez-les en parlant de vous. 1 Sarah 1 Une jeune femme va vous parler de son travail. Lisez les questions suivantes, ensuite, écoutez l enregistrement et répondez en quatre mots au maximum. 1 Où est-ce que la jeune femme travaille?

Plus en détail

LA COMPLÉMENTARITÉ DES SERVICES ENTRE LA SOCIÉTÉ RADIO-CANADA ET LES TÉLÉDIFFUSEURS PRIVÉS : MYTHE OU RÉALITÉ

LA COMPLÉMENTARITÉ DES SERVICES ENTRE LA SOCIÉTÉ RADIO-CANADA ET LES TÉLÉDIFFUSEURS PRIVÉS : MYTHE OU RÉALITÉ LA COMPLÉMENTARITÉ DES SERVICES ENTRE LA SOCIÉTÉ RADIO-CANADA ET LES TÉLÉDIFFUSEURS PRIVÉS : MYTHE OU RÉALITÉ MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES DANS

Plus en détail

Lumière Noire 23/10 24/10

Lumière Noire 23/10 24/10 Lumière Noire 23/10 Je m appelle Loreley, j ai 22 ans. C est ici que commence mon journal. Je fais partie de ces gens qu on classe dans les populations «minoritaires». Je ne suis pas lesbienne, je ne suis

Plus en détail

['PRODUCTION' MIPCOM VIDEO POSTCARD, 0:23]

['PRODUCTION' MIPCOM VIDEO POSTCARD, 0:23] DISCOURS D OUVERTURE DE CAROLLE BRABANT, DIRECTRICE GÉNÉRALE DE TÉLÉFILM CANADA, SYMPOSIUM SUR LA PROMOTION DU CINÉMA ET DE LA TÉLÉVISION CANADIENS AU PAYS ET À L INTERNATIONAL INSTITUT INTERNATIONAL DES

Plus en détail

Formulaire d inscription Vitrine de la relève 2014

Formulaire d inscription Vitrine de la relève 2014 Le FRIMAT Le Festival de la relève indépendante musicale en Abitibi-Témiscamingue (FRIMAT) est un événement musical désormais incontournable en région! Encore cette année, le FRIMAT prendra la forme d

Plus en détail

Rencontres Regards Neufs

Rencontres Regards Neufs 3e Rencontres Regards Neufs 4 6 septembre 2015 Cinéma Pathé Flon Lausanne Trois jours de cinéma pour les personnes à handicap visuel et auditif www.regards-neufs.ch Qu est-ce que : L de films? L est un

Plus en détail

SOUPER BÉNÉFICE PRÉSENTATION DU PLAN DE PARTENARIAT MERCREDI 25 FÉVRIER 2015 HÔTEL CHÂTEAU LAURIER QUÉBEC

SOUPER BÉNÉFICE PRÉSENTATION DU PLAN DE PARTENARIAT MERCREDI 25 FÉVRIER 2015 HÔTEL CHÂTEAU LAURIER QUÉBEC SOUPER I BÉNÉFICE MERCREDI 25 FÉVRIER 2015 HÔTEL CHÂTEAU LAURIER QUÉBEC Sous la présidence d honneur de Monsieur René Rouleau Président du conseil et chef de la direction La Capitale groupe financier Partenaire

Plus en détail

En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel

En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel de Martonne à Laval. Plusieurs clubs Lecture de la

Plus en détail

> Présentation de l Association Petits Princes. > Dominique Bayle, une femme de coeur

> Présentation de l Association Petits Princes. > Dominique Bayle, une femme de coeur Dossier de Presse 2015 > Présentation de l Association Petits Princes > Bénévole à l Association Petits Princes : une aventure humaine exceptionnelle > Pour un même enfant, plusieurs rêves réalisés avec

Plus en détail

Kim Thúy de passage à Sherbrooke

Kim Thúy de passage à Sherbrooke Bulletin spécial Mai 2014 Kim Thúy de passage à Sherbrooke Pour célébrer avec nous le Mois du patrimoine asiatique La très talentueuse et sympathique écrivaine Kim Thúy a tout de suite répondu par l affirmative

Plus en détail

Travail présenté à Mme Marie-Christine Roy Dans le cadre du cours SIO-65288 Design des interfaces et commerce électroniques.

Travail présenté à Mme Marie-Christine Roy Dans le cadre du cours SIO-65288 Design des interfaces et commerce électroniques. Travail présenté à Mme Marie-Christine Roy Dans le cadre du cours SIO-65288 Design des interfaces et commerce électroniques Travail 2 Automne 2001 Description du profil et des tâches de quelques utilisateurs

Plus en détail

La Création d une bibliothèque virtuelle en yiddish

La Création d une bibliothèque virtuelle en yiddish La Création d une bibliothèque virtuelle en yiddish Natalia Krynicka Pourquoi est-ce si important de créer une bibliothèque virtuelle en yiddish d une envergure mondiale? Prenons un chercheur italien qui

Plus en détail

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade Reçu et transmis par Isabelle St-Germain Site internet : www.leveilalasource.con 819-475-1154 La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade est l unification de l Amour masculin,

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

Activités autour du roman

Activités autour du roman Activité pédagogique autour du roman Un chien différent, de Laura Cousineau ISBN 978-2-922976-13-7 ( 2009, Joey Cornu Éditeur) Téléchargeable dans la rubrique Coin des profs sur 1 Activités

Plus en détail

Catalogue. par Caroline Arbour, joaillière scaro.ca info@scaro.ca T. 819 732-8457

Catalogue. par Caroline Arbour, joaillière scaro.ca info@scaro.ca T. 819 732-8457 Catalogue par Caroline Arbour, joaillière scaro.ca info@scaro.ca T. 819 732-8457 par Caroline Arbour, joaillière scaro.ca info@scaro.ca T. 819 732-8457 L univers de Caroline Arbour est fait de nature,

Plus en détail

Livret du jeune spectateur

Livret du jeune spectateur Page1 Livret du jeune spectateur NOM : PRENOM : CLASSE : ETABLISSEMENT : PROFESSEUR DATE DE L'OPERA / DU CONCERT : LIEU DE L'OPERA / DU CONCERT : Page2 AVANT D'ALLER AU CONCERT / A L'OPERA : SE PREPARER

Plus en détail

II) Le théâtre. 1) Programme de la sortie :

II) Le théâtre. 1) Programme de la sortie : II) Le théâtre 1) Programme de la sortie : Le soir du Jeudi 22 Octobre 2009, les élèves de 2 3 sont allés au Théâtre de la Croix Rousse pour assister à la représentation de «Le roman d un trader» 2) Résumé

Plus en détail

aller au pavillon blanc i mediatheque - centre d'art, au cinema, a l'auditorium,

aller au pavillon blanc i mediatheque - centre d'art, au cinema, a l'auditorium, photo : Yann Gachet photo : Ville de Colomiers - Yann Gachet bb/enfants/ados automne/hiver printemps/été aller au pavillon blanc i mediatheque - centre d'art, au cinema, a l'auditorium, Au Theatre de la

Plus en détail

Le premier hiver de Max

Le premier hiver de Max Une histoire sur la prématurité Le premier hiver de Max Sylvie Louis Illustrations de Romi Caron Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada Louis, Sylvie Le premier hiver de Max

Plus en détail

ATTENTION, TRAVAUX!, THÉÂTRE ET PRÉVENTION

ATTENTION, TRAVAUX!, THÉÂTRE ET PRÉVENTION ATTENTION, TRAVAUX!, THÉÂTRE ET PRÉVENTION 4 avril 2006 ATTENTION, TRAVAUX! LE THÉÂTRE, LIEU D ÉCHANGE Attention, travaux! est une pièce de théâtre, écrite, mise en scène et jouée pour les 20 000 collaborateurs

Plus en détail

Le site web pour apprendre à parler le français du Québec en vidéo

Le site web pour apprendre à parler le français du Québec en vidéo Paris, le 03 juin 2015 Le site web pour apprendre à parler le français du Québec en vidéo Présentation...1 Histoire du projet...2 Le processus de travail...3 Comment le site est accueilli par les internautes...3

Plus en détail

DELF 1 er degré - UNITÉ A4 - CORRIGÉ Session de mai 2004. ÉPREUVE ORALE (0h30)

DELF 1 er degré - UNITÉ A4 - CORRIGÉ Session de mai 2004. ÉPREUVE ORALE (0h30) DELF 1 er degré - UNITÉ A4 - CORRIGÉ Session de mai 2004 ÉPREUVE ORALE (0h30) EXERCICE 1 - IDENTIFICATION D ÉLÉMENTS SIGNIFICATIFS LIÉS À LA PRONONCIATION, À L INTONATION OU À L USAGE DES REGISTRES DE

Plus en détail

Résidence Ateliers Programme de recherche «Les Inclassables» Un regard numérique sur Montréal. Avant Projet

Résidence Ateliers Programme de recherche «Les Inclassables» Un regard numérique sur Montréal. Avant Projet Résidence Ateliers Programme de recherche «Les Inclassables» Un regard numérique sur Montréal Avant Projet - Projet un regard numérique sur la ville - Œuvre interactive multimédia Le projet est la réalisation

Plus en détail

Des contenus éducatifs pour tous

Des contenus éducatifs pour tous Des contenus éducatifs pour tous Mémoire de renouvellement de licence 2015 Résumé Renouvellement de licence 2015 1. Au cours des dernières années, les technologies de radiodiffusion ainsi que la demande

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

La publicité dans les programmes scolaires

La publicité dans les programmes scolaires Rectorat de Lyon Délégation Académique au Numérique Éducatif - DANE La publicité dans les programmes scolaires Edwige Jamin CLEMI / DANE de Lyon Janvier 2015 La publicité dans les programmes du collège

Plus en détail

La gloire de mon père de Marcel Pagnol

La gloire de mon père de Marcel Pagnol Fiche Pédagogique La gloire de mon père de Marcel Pagnol Par Karine Trampe Sommaire : Tableau descriptif 2 Fiche élève. 3 4 Fiche professeur. 5 8 Transcription. 9 Sources. 10 1 Tableau descriptif Niveau

Plus en détail

à destination de lecteurs de 10 ans et + souffrant de troubles cognitifs

à destination de lecteurs de 10 ans et + souffrant de troubles cognitifs Une nouvelle collection de livres faciles à lire et à comprendre à destination de lecteurs de 10 ans et + souffrant de troubles cognitifs Les éditions François Baudez ont créé une collection «facile à

Plus en détail

Règlement du 51ème Concours International de Chant «Francisco Viñas»

Règlement du 51ème Concours International de Chant «Francisco Viñas» Règlement du 51ème Concours International de Chant «Francisco Viñas» 1.- Le 51 ème Concours International de Chant Francisco Viñas, de Barcelone, est ouvert, sans distinction de nationalité: a) à toutes

Plus en détail

MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE AU NOM DE TOUS LES MIENS. Par l auteur de. Entretiens avec. l aube. Mélanie Loisel.

MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE AU NOM DE TOUS LES MIENS. Par l auteur de. Entretiens avec. l aube. Mélanie Loisel. MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE Ma vie en partage Entretiens avec Mélanie Loisel AU NOM DE TOUS LES MIENS Par l auteur de l aube Avant-propos Vivre, c est savoir pourquoi l on vit. Pourquoi a-t-il voulu

Plus en détail

Présentation de l agence

Présentation de l agence Présentation de l agence Agence d art contemporain Lucia Drago, fondatrice en 2008 de l agence d art contemporain Drago for Art, souhaite créer un véritable pont entre l Italie, son pays natal, et la France

Plus en détail

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Académie Ibn Sina Au fil du temps Date : 12/12/2013 Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Table des matières De 1905 à 1960... 1 Le changement... 1 Les causes de ce changement... 1 Les conséquences de ce

Plus en détail

Association Bibliothèque Braille Enfantine

Association Bibliothèque Braille Enfantine Association Bibliothèque Rendre accessible un monde de personnages, d histoires et de connaissances aux enfants déficients visuels - août 2014 - Carte d identité de l association Public : Nom de l association

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

NOM DE LA CAMPAGNE: Groupe Castel, film institutionnel

NOM DE LA CAMPAGNE: Groupe Castel, film institutionnel Nom de l entité déposante : 18-55 (société de production audiovisuelle et studio de création) Nom de l agence conseil ou de l annonceur : Café Crème NOM DE LA CAMPAGNE: Groupe Castel, film institutionnel

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

IL ETAIT UN TRUC... L association qui grimpe, qui grimpe... et amène la création artistique par tous, pour tous, partout... Dossier de Présentation

IL ETAIT UN TRUC... L association qui grimpe, qui grimpe... et amène la création artistique par tous, pour tous, partout... Dossier de Présentation IL ETAIT UN TRUC... L association qui grimpe, qui grimpe...... et amène la création artistique par tous, pour tous, partout... Dossier de Présentation 1 OBJECTIFS "A l'usage, l association IL ETAIT UN

Plus en détail

Préparation au concours Sciences Po. Cours Galien Lyon 68, cours Albert Thomas 69008 Lyon 04 78 01 00 81 lyon@cours-galien.fr

Préparation au concours Sciences Po. Cours Galien Lyon 68, cours Albert Thomas 69008 Lyon 04 78 01 00 81 lyon@cours-galien.fr Sciences Politiques Préparation au concours Sciences Po Cours Galien Lyon 68, cours Albert Thomas 69008 Lyon 04 78 01 00 81 lyon@cours-galien.fr Établissement d enseignement privé déclaré auprès du Rectorat

Plus en détail

Les Classes de Chant Choral, Maîtrise Ensembles Vocaux «Filière voix»

Les Classes de Chant Choral, Maîtrise Ensembles Vocaux «Filière voix» Le CRD vous propose : Les Classes de Chant Choral, Maîtrise Ensembles Vocaux «Filière voix» «Martin Squelette» (juin 2011) Conservatoire à Rayonnement Départemental de la Communauté urbaine d Alençon 1

Plus en détail

Entretien avec Nathalie Baye

Entretien avec Nathalie Baye Entretien avec Nathalie Baye Comment s est déroulée votre rencontre avec Claire Simon? La rencontre a d abord eu lieu via le travail de Claire. Il y a très longtemps, j avais vu un documentaire à la télévision

Plus en détail

Edition Jeunesse. Texte et dessins Lafontaine

Edition Jeunesse. Texte et dessins Lafontaine Texte et dessins Lafontaine Raymond Lafontaine est un illustrateur de grand talent. Originaire de Québec, il s installe à Montréal en 1987. Il compte à son actif plusieurs albums jeunesse comme illustrateur,

Plus en détail

Est-ce que le Père Noël existe vraiment?

Est-ce que le Père Noël existe vraiment? Est-ce que le Père Noël existe vraiment? Le 24 décembre de l an 3000, le Père Noël livrait ses cadeaux de son domicile. Les lutins et les rennes n avaient plus beaucoup de travail depuis que Mère Noël

Plus en détail

Qui paie pour la. dans les concerts, les festivals et les autres événements

Qui paie pour la. dans les concerts, les festivals et les autres événements Qui paie pour la musique dans les concerts, les festivals et les autres événements ce qu est la SOCAN AU SUJET DE LA SOCAN La SOCAN est une société de gestion collective appartenant à ses membres et représentant

Plus en détail

Une approche de la PNL

Une approche de la PNL Qu est ce que la PNL? Une approche de la PNL La PNL signifie Programmation NeuroLinguistique. C est une approche plus ou moins scientifique de tout ce qui touche à la communication et le fonctionnement

Plus en détail

ATELIERS 2015 PÉDAGOGIQUES Projets socioculturels et éducation à l image et au son

ATELIERS 2015 PÉDAGOGIQUES Projets socioculturels et éducation à l image et au son ATELIERS 2015 PÉDAGOGIQUES Projets socioculturels et éducation à l image et au son CIEL! LES NOCTAMBULES Depuis sa création en 1997, Ciel! Les Noctambules milite en faveur du court-métrage et de la création

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français

Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII 6. La carte postale Réalisation Thomas Sorin, CAVILAM Rédaction Robert Angéniol, CAVILAM

Plus en détail

DOSSIERS D INSCRIPTION AUX AUDITIONS DE RECRUTEMENT DU CHŒUR DE L ORCHESTRE DE PARIS

DOSSIERS D INSCRIPTION AUX AUDITIONS DE RECRUTEMENT DU CHŒUR DE L ORCHESTRE DE PARIS DOSSIERS D INSCRIPTION AUX AUDITIONS DE RECRUTEMENT DU CHŒUR DE L ORCHESTRE DE PARIS Chœur d enfants pp. 2-3 Chœur d adultes pp. 4-10 1 Chœur d enfants de l Orchestre de Paris 191 boulevard Sérurier, 75935

Plus en détail

EN TEMPS DE CRISE. Quelle place pour la culture en temps de crise? Lorsqu ils sont confrontés à des difficultés économiques,

EN TEMPS DE CRISE. Quelle place pour la culture en temps de crise? Lorsqu ils sont confrontés à des difficultés économiques, LES EUROPEENS ET LA CULTURE EN TEMPS DE CRISE Quelle place pour la culture en temps de crise? Lorsqu ils sont confrontés à des difficultés économiques, les Européens ont-ils le temps, l argent, voire tout

Plus en détail