ÉTUDES SUR LES MODES DE VIE DANS L ORLÉANAIS AVRIL 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉTUDES SUR LES MODES DE VIE DANS L ORLÉANAIS AVRIL 2015"

Transcription

1 Mode de vie étude 1 RAPPORT LE TOUR DE L AIRE URBAINE EN 80 INTERVIEWS ÉTUDES SUR LES MODES DE VIE DANS L ORLÉANAIS AVRIL 2015

2 Agence d urbanisme de l agglomération orléanaise 3, rue de la Cholerie Orléans tél. : date de publication : avril AUAO

3 1 RAPPORT LE TOUR DE L AIRE URBAINE EN 80 INTERVIEWS ÉTUDES SUR LES MODES DE VIE DANS L ORLÉANAIS AVRIL 2015

4 SOMMAIRE 4 Introduction 5 Contexte et démarche 6 Composition du panel ANALYSES THÉMATIQUES 10 COMPOSITION DES MÉNAGES Typologie des ménages Impacts et interactions Enjeux pour le territoire HABITATION ET LOGEMENT Typologie des logements Impacts et interactions Enjeux pour le territoire FORMATION ET EMPLOI Un large éventail de situations face à l emploi Domaines d interactions Enjeux pour le territoire MOBILITÉS ET DÉPLACEMENTS Des modes de vie en forte relation avec le mode de transport Impacts et interactions Enjeux pour le territoire CONSOMMATION ET PRATIQUES D ACHATS Petits commerces, grandes surfaces et e-commerce : entre oppositions, alternance et complémentarité Impacts et interactions Enjeux pour le territoire LOISIRS SPORTIFS ET CULTURELS Des activités de loisirs très variées Impacts et interactions Enjeux pour le territoire SANTÉ ET ACCÈS AUX SOINS SOS médecins? Enjeux pour le territoire SÉCURITÉ, CIVISME ET VIVRE ENSEMBLE Des petits désagréments du quotidien Enjeux pour le territoire Synthèse des enjeux 4 > ÉTUDES SUR LES MODES DE VIE DANS L ORLÉANAIS

5 ÉTUDES SUR LES MODES DE VIE DANS L ORLÉANAIS LE TOUR DE L AIRE URBAINE EN 80 INTERVIEWS En 2014, durant l été, 80 habitants du territoire ont été interviewés pour décrire leur mode de vie avec leurs mots, afin de permettre de mieux comprendre leur quotidien, leurs activités, leurs centres d intérêt, mais aussi leurs préoccupations et attentes. Le corpus recueilli représente plus de 38 heures d entretiens enregistrés entre le 13/06/2014 et le 25/07/2014 par deux enquêteurs. Dans un premier temps, les interviewés ont été recrutés sur l espace public, puis ils ont été sélectionnés pour des caractéristiques spécifiques (logement social, commune particulière, situation de handicap ) par différents canaux (maison de l habitat, associations ). Enfin, des contacts ont été obtenus par l intermédiaire des premiers interviewés (méthode dite «boule de neige»). Bien que ce panel ne soit pas représentatif au sens statistique du terme, un soin particulier a été apporté à sa composition pour veiller à ce qu elle reflète une très grande diversité de profils recrutés (parité homme femme, lieux et types d habitat variés, diversité d âges et de situations face à l emploi, etc.). Un échantillon aléatoire n aurait pas permis de réunir une telle diversité dans un groupe constitué de seulement 80 personnes. De ce fait, il ne faut pas extrapoler les informations obtenues comme il est possible de le faire avec un échantillon représentatif, ni exprimer des proportions entre des groupes de pratiques ou d appartenances. Les personnes interrogées ne sont pas les porte-paroles de leur groupe. Elles ne parlent qu en leur nom, leurs propos ne reflètent que leur point de vue et leur situation personnelle, mais elles sont bavardes et disent déjà beaucoup de choses. Elles sont trop volubiles pour relater ici l intégralité de leurs paroles, c est pourquoi un important travail d analyse a été réalisé, afin d en faire la synthèse et en tirer des enseignements de portée générale. ÉTUDES SUR LES MODES DE VIE DANS L ORLÉANAIS < 5

6 INTRODUCTION OBJECTIFS DE L ÉTUDE CETTE ÉTUDE SUR LES MODES DE VIE PREND LE PARTI DE CHANGER DE REGARD POUR ADOPTER LE POINT DE VUE DES HABITANTS, DE LEUR VÉCU, LEURS HABITUDES ET LEUR QUOTIDIEN, EN CONSIDÉRANT QU IL S AGIT D UN ANGLE MORT À LA FOIS DE L ACTION PUBLIQUE ET DE SON ÉVALUATION. L HYPOTHÈSE EST QUE PAR CETTE OPTIQUE DEVIEN- DRONT VISIBLES DES PRÉOCCUPA- TIONS ORDINAIRES, PORTANT SUR LE DOMAINE DE PERTINENCE DE L ACTION PUBLIQUE. Le matériau recueilli permet de : - Décrire les modes de vie avec les mots et le point de vue des personnes sans les réduire à des chiffres et des catégories. Pour sortir de la position surplombante et statistique qui consiste à observer des effectifs agrégés selon des typologies établies à priori, les personnes rencontrées sont interrogées sur leurs pratiques quotidiennes. Elles sont amenées à les décrire, les expliquer (pourquoi cette pratique?) et exprimer leur satisfaction vis-àvis de l état actuel ou leur volonté de changement (de logement, de territoire, d emploi, de mode de déplacement) avec leurs mots. Ces paroles d habitant peuvent servir d illustrations sous forme d extraits choisis faisant office de témoignage de «vrais gens», qui font souvent défaut dans nos publications rédigées sur le mode «le recensement dit que». - Réintroduire de la complexité dans les situations vécues. Un des attendus premiers de cette description du quotidien par les principaux intéressés est de mieux mettre en relation des pratiques avec leur contexte (la localisation du logement expliquant les déplacements, le lieu de travail expliquant le choix du logement, l état de santé du conjoint expliquant l aménagement intérieur du logement, ). Les explications sont celles exprimées par les interviewés et non une corrélation de variables (revenu parce que l âge, éloignement du centre parce que faibles revenus) décidée par l analyste. Une fois recueilli ce matériau autobiographique dont la valeur première est en soi la description située du mode de vie, l analyse thématique fait ressortir pour chaque thème étudié, les oppositions et les points communs qui permettent au mieux de caractériser les personnes. Chaque thème montre aussi les principales interactions qu il entretient avec d autres domaines de la vie, car les personnes montrent des liens. Enfin, chaque thème débouche sur une réflexion en termes d enjeux pour l action publique formulée à partir des témoignages recueillis. Ces enjeux sont des enseignements que l on peut tirer ou plus modestement des pistes de questionnement, qu il faudrait creuser et documenter davantage. Pour ne prendre qu un exemple, lorsque les périurbains affirment qu ils ont choisi de s installer au vert, pour avoir une grande maison et un grand jardin, cela interroge à la fois sur le bienfondé du présupposé que les ménages partent à la périphérie principalement pour des raisons budgétaires (subissant le marché) et aussi sur le bon niveau de densité de la ville, les formes urbaines et architecturales. L idée est donc de repenser l action publique à la lumière de ces descriptions des pratiques quotidiennes. Les modes de vie décrits questionnent et obligent à changer les catégories employées pour penser l aménagement urbain. Les entretiens conduits garantissent une description des modes de vie, dont la valeur est intrinsèque : il s agit du produit primaire ou brut des entretiens. À partir de cette matière première, l analyse apporte une plus-value consistant à gommer ce qui relève de l anecdote ou du cas particulier, et permet donc de généraliser en relevant les oppositions fondamentales entre différents groupes, mais aussi les domaines qui au contraire transcendent les particularités et relèvent du point commun. Il s agit donc d un produit secondaire et dérivé. Il est possible que dans les discussions l intervention publique reste invisible ou transparente, qu elle ne pose pas problème. De même, les problèmes du quotidien soulevés n appellent pas forcément une réponse ou un traitement public. En revanche, la focalisation sur les pratiques quotidiennes nous préserve autant que possible d un effet d écho en termes de revendication. En effet, le dispositif d enquête proposé ne produit pas artificiellement des revendications comme pourrait le faire un entretien centré sur des attentes (auquel cas, il est probable que les interviewés souhaiteraient tous des interventions publiques tout le temps et partout et surtout pour eux). 6 > ÉTUDES SUR LES MODES DE VIE DANS L ORLÉANAIS

7 INTRODUCTION CONTEXTE ET DÉMARCHE Initialement, l agence d urbanisme s est intéressée à la question des modes de vie lorsqu en 2013 ses membres et plus particulièrement son président de l époque Charles- Éric LEMAIGNEN, lui ont demandé de produire des analyses prospectives qui pourraient alimenter les réflexions à engager dans le cadre des travaux préalables aux démarches de «projet de territoire» et de révision du SCoT de l agglomération. Les premières réponses à cette demande furent : - la réalisation d une exposition intitulée «Rétro/per/prospective», faisant la synthèse à la fois des exercices de prospective menés localement par le passé et de travaux plus contemporains, comme les projections démographiques de l INSEE ou la démarche Territoires 2040 menée par la DATAR. - un séminaire interne à l agence, auquel était invité Jean-Yves CHAPUIS, urbaniste de renom, qui a exercé plusieurs mandats d élu à Rennes (04/04/2013). - un atelier de travail intitulé «Modes de vie et action publique» auquel a participé le personnel de la communauté d agglomération (17/10/2013). L atelier a été suivi par un «Jeudi de l Urba» consacré au thème «Modes de vie et espaces urbains» en présence d Alain BOURDIN, Professeur de Sociologie à l Institut d Urbanisme de Paris. C est ce premier mouvement qui a véritablement initié la démarche, en pointant l intérêt de sortir du cadre institutionnel et des dires d experts pour aller vers les habitants et faire parler le territoire. Il a alors été décidé de lancer une étude pilotée par la Directrice de l Agence, le responsable des observatoires et un chargé d études. L équipe a été confortée par deux enquêteurs expérimentés recrutés pour l occasion : une doctorante en Sociologie de l Université de Tours et un Docteur en Géographie de l Université d Orléans. Durant l été 2014, ils ont réalisé 80 entretiens. Les 38 heures d enregistrement audio ont été intégralement retranscrites et analysées, pour permettre la rédaction du présent rapport. La première étape de cette analyse avait pour but de dresser le portrait synthétique de chacun des enquêtés (voir la galerie de portraits en annexe). Une seconde étape a consisté à classer chaque partie de la conversation en thèmes. Enfin l analyse développée dans le rapport met en valeur les divergences et convergences observées en les illustrant par des citations. Une notice méthodologique présente plus en détail le travail effectué et est disponible dans le document des annexes. ÉTUDES SUR LES MODES DE VIE DANS L ORLÉANAIS < 7

8 COMPOSITION DU PANEL LES PROPOS COLLECTÉS ÉTANT CEUX D UN NOMBRE LIMITÉ DE PERSONNES, LA COMPO- SITION DU PANEL EST UNE INFORMATION CRUCIALE POUR COMPRENDRE LEUR NATURE ET APPRÉCIER LA QUALITÉ DES PAROLES RECUEILLIES. POUR FORMER CE PANEL, LA PLUS GRANDE DIVERSITÉ DE PROFILS A ÉTÉ RECHER- CHÉE, INDÉPENDAMMENT DE CE QU ILS PEUVENT REPRÉSENTER DANS LA POPULATION TOTALE. VOICI COMMENT IL SE COMPOSE : VEUF (2 PERS.) MARIÉ (39 PERSONNES) CÉLIBATAIRE (22 PERS.) UNE QUASI-PARITÉ DE SEXE (Figure 1 : Répartition des enquêtés selon leur sexe) EN COUPLE (16 PERS.) DIVORCÉ (1 PERS.) ANS (14 PERSONNES) 20 À 29 ANS (16 PERSONNES) À 59 ANS (19 PERSONNES) 40 À 49 ANS (11 PERSONNES) 30 À 39 ANS (20 PERSONNES) UNE DIVERSITÉ D ÂGE COMPRENANT DES PERSONNES ÂGÉES DE 20 À 84 ANS (Figure 2 : Répartition des enquêtés selon leur classe d âge) et + 7 UNE DIVERSITÉ DE SITUATION FAMILIALE TANT EN TERMES DE STATUT MATRIMONIAL ET DE NOMBRE D ENFANTS (Figure 3 : Répartition des enquêtés selon leur situation maritale et Figure 4 : Répartition des enquêtés selon leur nombre d enfants) > ÉTUDES SUR LES MODES DE VIE DANS L ORLÉANAIS

9 INTRODUCTION Agriculteurs Artisans, commerçants et chefs d entreprises Cadres et professions intellectuelles supérieures Employés Ouvriers Professions intermédiaires En recherche d emploi Sans emploi Étudiants Retraités UNE VARIÉTÉ DE SITUATIONS PROFESSIONNELLES ET DE NIVEAU DE VIE Afin de ne pas questionner les revenus (ce qui peut être gênant ou délicat à aborder), le niveau de vie a été estimé a posteriori en considérant la profession (y compris du conjoint), le logement et en comparant les personnes entre elles. L essentiel du panel se concentre dans la classe moyenne (B), mais des personnes ressortent comme plus aisées (A) ou au contraire plus modestes (C). (Figure 5 : Répartition des enquêtés selon leur activité) 20 (Figure 6 : Répartition des enquêtés selon l activité de leur conjoint (N=55)) C (12 PERSONNES) A (15 PERSONNES) B (53 PERSONNES) Agriculteurs Artisans, commerçants et chefs d entreprises Cadres et professions intellectuelles supérieures Employés Ouvriers Professions intermédiaires En recherche d emploi Sans emploi Étudiants Retraités NR (Figure 7 : Répartition des enquêtés selon une estimation de leur niveau d aisance (A = aisé, B = moyen, C = modeste)) ÉTUDES SUR LES MODES DE VIE DANS L ORLÉANAIS < 9

10 MAISON (50 PERS.) CHEZ PARENTS LOCATAIRES (1 PERS.) APPARTEMENT (30 PERS.) 1 3 PROPRIÉTAIRE (43 PERS.) CHEZ PARENTS PROPRIÉTAIRES (3 PERS.) LOCATAIRE (30 PERS.) UNE DIVERSITÉ DE LOGEMENTS et cela sur différents plans : le type, le statut d occupation, l ancienneté dans le logement, ainsi que sa localisation géographique en considérant son niveau de centralité. Ainsi, les personnes interrogées résident dans 27 communes différentes et elles ont été réparties en quatre catégories : le centre-ville d Orléans, le noyau urbain (défini comme le reste d Orléans et les communes limitrophes Olivet, Fleury-les- Aubrais, Saint-Jean-de-Braye, Saint-Jean-de-la-Ruelle et Saint- Jean-le-Blanc), le reste de l Agglomération (1 èe couronne périurbaine) et le reste de l Aire urbaine(2 de couronne périurbaine), afin d apprécier leur niveau de centralité. (Figure 8 : Répartition des enquêtés selon leur type d habitation et Figure 9 : Répartition des enquêtés selon leur statut d occupation du logement) (Figure 10 : Répartition des enquêtés selon leur ancienneté dans le logement) 20 ANS ET + (16 PERSONNES) 0 À 4 ANS (32 PERSONNES) LOGEMENT DE FONCTION (2 PERS.) LOCATAIRE CHEZ PARENTS (1 PERS.) C EST CETTE GRANDE DIVERSITÉ SUR DE NOMBREUX PLANS QUI PERMET D ABORDER DES SITUATIONS EXTRÊMEMENT CONTRASTÉES. AVEC 80 PERSONNES, UN ÉCHANTILLON QUI SE SERAIT VOULU REPRÉSENTATIF AURAIT DÛ RÉDUIRE LE NOMBRE DE PARAMÈTRES PRIS EN CONSIDÉRATION. À L ARRIVÉE, LE PANEL AURAIT EU DE FORTES CHANCES D ÊTRE BEAUCOUP PLUS HOMOGÈNE ET CONCENTRÉ SUR DES SITUATIONS MOYENNES OU NORMALES, NÉGLIGEANT LES MARGES. 15 À 19 ANS (10 PERSONNES) 10 À 14 ANS (5 PERSONNES) 5 À 9 ANS (12 PERSONNES) (Figure 11 : Répartition des enquêtés selon la localisation de leur logement) RESTE DE L AIRE URBAINE (12 PERS.) RESTE DE L AGGLO (13 PERS.) NOYAU URBAIN (42 PERS.) CENTRE-VILLE (13 PERS.) 10 > ÉTUDES SUR LES MODES DE VIE DANS L ORLÉANAIS

11 ANALYSES THÉMATIQUES LE GUIDE D ENTRETIEN ABORDE DIFFÉRENTS THÈMES QUI SONT PRÉSENTÉS UN À UN, AFIN DE DISCERNER LES POINTS COMMUNS ET CLIVAGES QUI EXISTENT POUR CHACUN D EUX. 1. COMPOSITION DES MÉNAGES 2. HABITATION ET LOGEMENT 3. FORMATION ET EMPLOI 4. MOBILITÉS ET DÉPLACEMENTS 5. CONSOMMATION ET PRATIQUES D ACHATS 6. LOISIRS SPORTIFS ET CULTURELS 7. SANTÉ ET ACCÈS AUX SOINS 8. SÉCURITÉ, CIVISME ET VIVRE ENSEMBLE ÉTUDES SUR LES MODES DE VIE DANS L ORLÉANAIS < 11

12 1COMPOSITION DES MÉNAGES CETTE ÉTUDE SUR LES MODES DE VIE PREND LE PARTI DE CHANGER DE REGARD POUR ADOPTER LE POINT DE VUE DES HABITANTS, DE LEUR VÉCU, LEURS HABITUDES ET LEUR QUOTIDIEN, EN CONSIDÉRANT QU IL S AGIT D UN ANGLE MORT À LA FOIS DE L ACTION PUBLIQUE ET DE SON ÉVALUATION. L HYPOTHÈSE EST QUE PAR CETTE OPTIQUE DEVIENDRONT VISIBLES DES PRÉOCCUPATIONS ORDINAIRES, PORTANT SUR LE DOMAINE DE PERTINENCE DE L ACTION PUBLIQUE. TYPOLOGIE DES MÉNAGES LE NOMBRE DE PERSONNES ET LEURS ÂGES COMME PARAMÈTRES ESSENTIELS DES MODES DE VIE NOMBRE DE PERSONNES DANS LE LOGEMENT Le ménage est l ensemble des personnes qui partagent le même logement. Le fait d habiter seul ou à plusieurs modifie considérablement les manières de vivre dans la mesure ou chaque membre participe d une façon ou d une autre à l économie du ménage. En ce sens, le fait de vivre seul ou à plusieurs peut orienter les choix, les actions et les aspirations du quotidien. SEUL, l habitant unique du logement en assume l intégralité des charges. Il dispose par ailleurs d une totale liberté dans ses horaires, allées et venues, son mode d organisation. Il s agit de célibataires (de tout âge) et de personnes séparées, divorcées ou veuves. À 52 ans, 30 Stéphanie est célibataire et il y a 8 ans, elle a décidé de s installer dans le centre-ville d Orléans pour devenir propriétaire. «Je suis célibataire. Je n ai pas d enfant et je n envisage pas d en avoir.» 69 Joseph (57 ans) est célibataire, sans enfant, et vit seul dans un appartement dont il est propriétaire à Fleuryles-Aubrais depuis 30 ans : «Je suis célibataire, vraiment célibataire!». À PLUSIEURS, le ménage permet de répartir les rôles et les fonctions entre chacun de ses membres, mais il oblige aussi à des ajustements réciproques : il faut s organiser, se coordonner, convenir d horaires, etc. La cohabitation est souvent synonyme de vie de famille, mais ce n est pas toujours le cas (colocation, sous-location, etc.). La vie de famille engendre des mises en commun et des ajustements plus importants, entre les conjoints ou avec les enfants. 12 > ÉTUDES SUR LES MODES DE VIE DANS L ORLÉANAIS

13 COMPOSITIONS DES MÉNAGES Parmi les ménages comptant plus d une personne, le critère le plus différenciant est donc la présence d enfant(s) à charge, leur nombre et leur âge. L arrivée des enfants limite le temps disponible du ou des parents qui en ont la charge. En gagnant en autonomie, les enfants vont de nouveau offrir des disponibilités plus grandes à leurs parents. Après leur départ du domicile familial, les parents vont redevenir un couple sans enfant (avec quelques années en plus). Du point de vue de leur mode de vie, les couples sans enfants ont une proximité plus grande entre eux, indépendamment de leur âge, qu avec des couples du même âge mais ayant des enfants à charge. En règle générale, ils sortent plus et disposent de plus de temps pour des activités (sportives, récréatives, créatives, associatives). Mais leurs choix de vie vont aussi être fonction du cycle de vie et donc de leur âge et de celui des enfants. ÂGE ET EFFETS DE GÉNÉRATION Vivre seul à 20 ans ou à 70 ne signifie pas la même chose. Pour les premiers, c est une étape qui ne durera pas forcément et souvent une émancipation, alors que dans le second cas, c est probablement une situation peut-être moins heureuse (décès du conjoint, perte d autonomie) et parfois une situation inédite (remariage). Parmi les ménages avec enfant(s), leur nombre et leur âge engendrent des différences significatives. Les familles nombreuses imposent une organisation particulière (logement, véhicule, courses, planning ) : «on est une grande famille il faut une organisation ça dépend de leur emploi du temps (les enfants). Lorsqu ils doivent partir un peu tard par rapport à nous, ils partent à vélo. Sinon je les dépose le matin, c est ma route.» 45 Paul (45 ans, 5 enfants) Les familles monoparentales font reposer toute la charge infantile sur un seul parent. Les enfants en bas âge requièrent une attention de tous les instants, alors qu adolescents ils acquièrent une large autonomie : «Les enfants, ils sont pompiers volontaires. Il y en a une qui fait partie de l amicale, des choses comme ça, une qui donne des cours [ ] à Orléans, une qui fait du théâtre. On n est jamais à la maison [ ] on ne rentre pas à la même heure le soir En fait on ne mange pas ensemble le soir parce qu on n a pas les mêmes horaires, [ ] on s éparpille.» 78 Marguerite (51 ans, divorcée, 4 enfants de 14 à 23 ans) «Je suis célibataire, je vis avec mes enfants [ ] J en ai neuf.» 13 Delphine (43 ans, 9 enfants de 7 à 21 ans) «Je suis mariée, j ai deux enfants [ ] notre maison appartenait à la grandmère de mon mari [ ] elle vit à l intérieur.» 76 Viviane, 37 ans, mariée, 2 enfants La plupart des personnes interrogées dans notre enquête correspondent au schéma de base, communément utilisé en statistique (ménage d une personne/famille). Toutefois, nous avons également rencontré des personnes qui échappaient à cette typologie simple. - Des personnes en instance de séparation : un couple devenu colocataires provisoires «Je suis séparée et je vis en collocation avec le père de mes enfants» 11 Amélie (42 ans, 2 enfants) ; une étudiante sur le point de quitter le domicile parental «J étais en prépa kiné et là j ai été prise dans une école, donc je pars à Berck en septembre». 4 Lucie (21 ans, sans enfant, hébergée chez ses parents) - Des ménages à géométrie variable : famille birésidentielle, couple séparé et remis en couple : «Je suis divorcée [ ] il y a mes enfants le week-end et puis de temps en temps enfin je suis divorcée, mais de nouveau avec mon ex-mari, mais il habite en Bretagne, donc quand il est là, on est deux, quand ça dépend, des fois on est quatre, six, ça dépend des moments.». 23 Alizée, 57 ans, 2 enfants Ce sont aussi des personnes dont la structure du ménage est variable dans un temps relativement court (jour/semaine/week-end), ou dans l espace (couples séparés géographiques). Elles ne sont ni complètement seules, ni complètement en famille, mais pourraient tout aussi bien appartenir à l un ou l autre des groupes. Par exemple, 75 Télio (28 ans), étudiant et salarié à temps partiel qui est hébergé par ses parents depuis son retour de l étranger, et qui envisage de repartir travailler en Asie après l obtention de son diplôme. Il alterne entre des phases solitaires et familiales, dans une situation qui reste provisoire. Il y a aussi des personnes qui au premier abord se rangeraient dans une case et dont la situation est en fait bien différente. C est le cas de 63 Bernadette (84 ans, 2 enfants), qui se déclare veuve et vivant seule, mais qui au fil de l entretien évoque deux autres personnes qu elle héberge : son compagnon et un étudiant en location. Ainsi l approche très linéaire célibat mise en couple enfant départ des enfants mort du conjoint, peut être compliquée par des séparations (conjugales ou géographiques), des unions ou ré-unions, la naissance tardive d un enfant La structure du ménage ainsi créée interagit avec l ensemble des champs d activités du ménage. ÉTUDES SUR LES MODES DE VIE DANS L ORLÉANAIS < 13

14 IMPACTS ET INTERACTIONS L HABITAT (TAILLE, LOCALISATION, STATUT D OCCUPATION, PERCEPTION DE LA VILLE) PLUS LE MÉNAGE EST GRAND, PLUS IL ASPIRE À UN LOGEMENT GRAND, SOUVENT HORS DU CENTRE-VILLE, AVEC DE PRÉFÉRENCE UN STATUT DE PROPRIÉTAIRE. «l ancien logement était devenu petit. On a une grande famille.» 47 Paul (45 ans, marié, 5 enfants, héberge souvent sa mère, sa belle-mère et son beau-frère, propriétaire d un F7 avec grand jardin, à Ingré) «Avant d être dans ce logement, on habitait avec ma femme sur Saint- Jean-le-Blanc. On a déménagé pour acheter une maison et ça coïncidait avec l arrivée de mon deuxième enfant.» 54 Michael (38 ans, 2 enfants, propriétaire d un F5 avec jardin, à Orléans sud) «J attends d être en couple avant de déménager.» 27 Albéric «Notre fils ainé avait été scolarisé à l école de La Madeleine, et la maison où on habitait avant, [ ], ne correspondait plus au collège de rattachement.» 12 Jeannette (53 ans, 2 enfants, propriétaire d une maison individuelle avec jardin au Faubourg Madeleine) Pour l espace, le jardin et la tranquillité, les familles ont une grande aspiration à s éloigner du centre-ville qu elles jugent souvent inadapté à leurs besoins. Cette aspiration est aussi liée à une certaine perception de la vie en ville. L image d une ville, qui offrirait un habitat (type de logement, environnement immédiat, voisinage) inadapté pour les familles, est régulièrement décrite : «Je ne me verrais pas vivre à Orléans ou en ville, vivre entassés les uns sur les autres on a besoin d espace [ ] Les enfants, ils jouent ensemble.» 7 Odile (vigneronne, 42 ans, mariée, 2 enfants, propriétaire d un F4 à Mareau-aux-Prés) RÉCIPROQUEMENT LES PERSONNES SEULES HABITENT DES LOGEMENTS PLUS PETITS ET PRÉFÈRENT SE RAPPROCHER DU CENTRE-VILLE. «Actuellement je suis dans un F3, [ ] maintenant j ai abandonné le logement et je vais venir habiter au centre d Orléans, [ ] Olivet c est très bien pour avoir une petite vie de famille. Et après, quand on veut sortir ou se divertir, être plus près du centre c est toujours mieux.» 40 Stéphane (32 ans, séparé de sa compagne, sans enfant) Dans le cas de Stéphane, c est la séparation du couple qui a provoqué le changement de logement. Sa nouvelle situation l a conduit à choisir une localisation plus centrale, qui correspond mieux à ses envies de sortir. Les accidents de la vie et l âge agissent sur la structure du ménage (séparation, perte d un membre de la famille, handicap) et peuvent impacter le type, la taille et la localisation du logement. C est le cas de 9 Florence, pour qui habiter en ville dans un appartement plus petit est devenu une évidence après le départ de ses enfants : «Avant j habitais à Olivet dans un pavillon. Mais une fois que mes enfants sont partis, moi je ne suis pas très jardin, donc ça ne se justifiait plus». Traditionnellement attribué à la campagne et aux familles, le calme est aussi un facteur auquel aspirent les urbains célibataires : «Ce quartier me plait beaucoup parce que ce n est pas l hyper centre, ce n est pas bruyant.» 30 Stéphanie (52 ans, célibataire, propriétaire d un T2 à Orléans) «J aimerais que ce soit un peu plus grand, un peu plus «éloigné de la ville». Je suis en centre-ville, Jargeau c est pas non plus une grosse ville. J aimerais être un peu plus à l écart et surtout pouvoir disposer d un petit jardin. Ça, ça me manque terriblement.» 28 Allan (38 ans, célibataire, locataire d un appartement à Jargeau) LOISIRS (TYPE, FRÉQUENCE, QUALITÉ, ÉQUIPEMENTS) LES FAMILLES SONT PLUS ORIENTÉES VERS DES LOISIRS IMPLIQUANT D ABORD LES ENFANTS, PUIS LA FAMILLE AVANT LES ACTIVITÉS PLUS PERSONNELLES. Plusieurs personnes interrogées expriment leur difficulté à pratiquer une activité à cause de la présence d un enfant. Après le travail, le temps est plus consacré aux enfants qu à une 14 > ÉTUDES SUR LES MODES DE VIE DANS L ORLÉANAIS

15 COMPOSITIONS DES MÉNAGES activité personnelle ou en couple : «Quand on était avec ma femme sans enfants, on avait un abonnement au théâtre par exemple [ ] pour le moment on essaie de ne pas être trop absents le soir non plus». 54 Michael (38 ans, marié, 2 enfants) «on n a pas le temps et puis parce qu on a des enfants [ ] il faut s occuper des enfants». 55 Gaston (31 ans, marié, 2 enfants) L essentiel des loisirs se résume donc à des activités qui conviennent aux enfants «plus les activités en journée que les activités nocturnes parce que pour les enfants c est pas simple» 54 Michael. Une préférence est aussi souvent accordée aux activités pour lesquelles parents et enfants peuvent se retrouver. C est le cas des fêtes médiévales et des fêtes de la musique qui permettent une meilleure organisation des familles et un choix d activités plus adaptées : «On a trouvé un équilibre, [ ] il y avait la fête de la musique à Orléans [ ] mon épouse a emmené deux enfants, je suis resté avec les plus petits [ ] on s organise comme on peut». PLUS LIBRES ET PLUS AUTONOMES, LES PERSONNES SEULES ONT DES PRATIQUES DE LOISIRS TRÈS VARIÉES. Il y a celles qui choisissent des activités plus orientées vers l extérieur et le sport footing, marche sur les bords de Loire, à l île Charlemagne ou dans une forêt environnante. Au-delà du bien-être recherché qu on ne peut nier, ces activités peuvent traduire un besoin de rencontres et d échanges avec d autres personnes, mais aussi une aspiration au calme et à la proximité de la nature : «je suis à deux minutes [ ] à pied de la Loire pour faire un petit footing ou vélo. Et je ne suis pas très loin, c est minutes, même pas, à pied jusqu au centre d Orléans. Voilà, j ai toujours envisagé d avoir un côté paysage». 40 Stéphane (32 ans, Orléans) LES SORTIES Après une longue journée de travail ou le week-end, les sorties dans «les rues ambiancées» du centre-ville sont un moyen de décompresser : «je traîne beaucoup sur les bords de Loire, les rues un peu ambiancées d Orléans [ ] La semaine comme le week-end les cafés bien sûr, dans la rue de Bourgogne il y a vraiment de l ambiance le soir». 49 Ilan (20 ans) Le désir de vivre à proximité ou en plein centre-ville est d ailleurs souvent associé à l animation qu il offre : «quand on veut sortir ou se divertir un petit peu plus... être plus près du centre, c est toujours mieux». 40 Stéphane (32 ans, Orléans) «Je voulais absolument le centreville ça fait 18 ans que j habite le centre-ville. J ai besoin de bouger, j aime voir les expos, le cinéma, peinture, je bouffe tout le temps, je finis le travail à 5h, mais je rentre chez moi à 20 h, 21 h, je suis toujours en ville, j arrête pas. la rue Bourgogne, tous les bars.» 79 Victor (40 ans) et celles qui choisissent les activités à domicile, plus intimes «Je suis très série télé, voilà, ça me décontracte et il y a pas besoin de réfléchir, c est très bien, ça me passe les soirées.» 11 Amélie, 42 ans) ; «Je suis un très gros joueur au niveau jeux vidéo.» 65 Thierry, 26 ans) TRANSPORT ET DÉPLACEMENTS Un trajet peut servir à déposer les enfants à l école (ou à une activité extra scolaire), à aller au travail, à faire les courses : «Mon mari a un véhicule plus petit [ ] Il a juste la charge des enfants [ ] on a réfléchi de façon à optimiser [ ] c est sur mon axe [ ] j ai énormément de commerces là, donc je n ai pas à dévier beaucoup. Notre objectif à nous, c est d éviter de prendre la voiture pour rien. C est-à-dire quand on la prend, c est dans un circuit organisé, on essaye de rationaliser nos déplacements déjà au maximum». 33 Marie-Claire (44 ans, mariée, 2 enfants, héberge son père, Vitry-aux-Loges) LES FAMILLES ONT TENDANCE À OPTIMISER L USAGE DE LA VOITURE INDIVIDUELLE (MOINS DE TRAJETS POUR PLUSIEURS OBJECTIFS). «Je limite les trajets. Quand mes enfants par exemple faisaient des activités sportives ou culturelles, je profitais de ces moments pour aller dans un magasin qui était proche, là je pouvais changer de lieu, déjà pour utiliser le temps pendant lequel je les attendais pour éviter de faire des aller-retours et puis j optimisais aussi mon temps. Par exemple j avais un fils qui allait à La-Chapelle-Saint-Mesmin, j allais au supermarché qui était à côté pendant qu il faisait ses activités.» 12 Jeannette (53 ans, en couple, 2 enfants, Orléans) Le fait d être un ménage avec enfant oblige certes à optimiser l usage de la voiture en limitant le nombre de trajets, mais les ménages avec enfant ont un usage plus important de la voiture pour des courts trajets. Les personnes seules et les ménages sans enfant ont plus recours aux transports en commun et aux modes de déplacement alternatifs (vélo, ÉTUDES SUR LES MODES DE VIE DANS L ORLÉANAIS < 15

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

Sociologie des joueurs en ligne

Sociologie des joueurs en ligne Mars 2013 Sociologie des joueurs en ligne Enquête ARJEL 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne 2 Propos introductifs à l enquête sur la sociologie des joueurs Au-delà de la publication trimestrielle

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

Observatoires de la vie étudiante. Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains

Observatoires de la vie étudiante. Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains Observatoires de la vie étudiante Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains Enquête menée dans quatre grands établissements d enseignements supérieur de Midi-Pyrénées : Toulouse 1

Plus en détail

Analyse des besoins sociaux

Analyse des besoins sociaux La commune de Le Verger réalise une analyse sur les besoins sociaux de sa population. Afin d améliorer la qualité de vie et de services sur notre commune, nous vous remercions par avance de remplir ce

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice.

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice. Délégation interministérielle à la Famille ENQUÊTE SALARIÉS Baromètre de l Observatoire de la parentalité en entreprise, en partenariat avec la Délégation interministérielle à la famille et l Union nationale

Plus en détail

Les Français et les sites de rencontre

Les Français et les sites de rencontre 13 février 2012 Présentation des résultats N 110 080 Contacts : François Kraus francois.kraus@ifop.com 01 72 34 94 64 / 06 61 00 37 76 Les Français et les sites de rencontre Sondage réalisé à l occasion

Plus en détail

Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement

Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement Agence d urbanisme de la région nantaise AURAN - 88.07 n Le nombre de seniors dans l Agglomération nantaise progresse et plus particulièrement

Plus en détail

Allocations de déménagement et de loyer (ADEL)

Allocations de déménagement et de loyer (ADEL) Allocations de déménagement et de loyer (ADEL) INFORMATIONS GÉNÉRALES Statistiques voisines Périodicité Ponctualité Propriété Les allocations de déménagement et de loyer sont octroyées aux personnes quittant

Plus en détail

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Septembre 2014 Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Quelles sont les attentes des entreprises en Loire-Atlantique? Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de

Plus en détail

Analyse factuelle de BVA

Analyse factuelle de BVA Analyse factuelle de BVA I. Evolution des déplacements 48% des habitants ont diminué au moins un type de déplacements Parmi les types de déplacements testés, ce sont les déplacements en ville et en voiture

Plus en détail

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005 Les parcs de logements et leur occupation dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence Situation 2005 et évolution 1999-2005 Décembre 2008 Le territoire d étude 2 Agence de développement et d urbanisme

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Définitions. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril 2004 69 Insee Nord-Pas-de-Calais

Définitions. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril 2004 69 Insee Nord-Pas-de-Calais Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons et doit disposer d un

Plus en détail

DOSSIER INSCRIPTION SENIOR NOM : PRENOM : Page 1 sur 7

DOSSIER INSCRIPTION SENIOR NOM : PRENOM : Page 1 sur 7 DOSSIER INSCRIPTION SENIOR NOM : PRENOM : Page 1 sur 7 IDENTITE Nom : Prénom : Coller une photo d identité ici Sexe : M F Date de naissance / / Age : ans Votre conjoint (si / / Age : ans couple) Lieu de

Plus en détail

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Intervention n 7.1 Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Jean-Pierre Nicolas - directeur adjoint du Laboratoire d Economie des Transports La présentation que je vais faire [diapositive

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

TÂCHE 1 - INTERACTION FICHE Nº 1

TÂCHE 1 - INTERACTION FICHE Nº 1 TÂCHE 1 - INTERACTION FICHE Nº 1 Temps de préparation : 1 minute Intervention par couple : 4-5 minutes CANDIDAT A CADEAU D ANNIVERSAIRE Votre collègue et vous allez acheter un CADEAU D ANNIVERSAIRE pour

Plus en détail

La fréquentation touristique en Gironde

La fréquentation touristique en Gironde La fréquentation touristique en Gironde Données de cadrage actualisées DONNÉES SOURCES : BASE DE DONNÉES RÉGIONALE CRT AQUITAINE - 2010 Avril 2012 SOMMAIRE Méthodologie Les caractéristiques des séjours

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

Observatoire des loisirs des Français

Observatoire des loisirs des Français Observatoire des loisirs des Français 8 e édition avril 2015 Rapport d étude Les loisirs, créateurs de lien social TNS 2015 Sommaire 1 Présentation de l étude 3 2 Principaux enseignements 5 3 Résultats

Plus en détail

Garder et faire garder son enfant

Garder et faire garder son enfant Garder et faire garder son enfant Nathalie Blanpain* L arrivée d un enfant au sein d un foyer est pour ses parents un événement majeur générateur de changements en termes de rythme de vie et d organisation,

Plus en détail

Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs

Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs C O L L E C T I O N F O C U S Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs C O L L E C T I O N F O C U S Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs

Plus en détail

une solution pour chaque étape de la vie

une solution pour chaque étape de la vie particuliers F D une solution pour chaque étape de la vie Pourquoi dois-je m assurer? Dans la vie, il y a un temps pour tout et une assurance pour chaque situation. Quelle que soit la vôtre, AXA vous conseille.

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

Parc et statut d occupation

Parc et statut d occupation Parc et statut d occupation Commissariat général au développement durable Service de l observation et des statistiques 7 1.1 - PARC DE LOGEMENTS Le parc de logement est constitué de 33,5 millions de logements

Plus en détail

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE Michel MOUILLART Directeur Scientifique de l Observatoire de l Endettement des Ménages

Plus en détail

«Les propriétaires français et le logement chez l habitant» Résultats de l enquête Ifop pour Chambrealouer.com Réalisée du 4 au 22 juillet 2014

«Les propriétaires français et le logement chez l habitant» Résultats de l enquête Ifop pour Chambrealouer.com Réalisée du 4 au 22 juillet 2014 «Les propriétaires français et le logement chez l habitant» Résultats de l enquête Ifop pour Chambrealouer.com Réalisée du 4 au 22 juillet 2014 Sommaire Introduction P. 2 Profil des personnes interrogées

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009.

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009. O bservatoire R H F égional abitat oncier Ré g i o n Ce n t r e Cher - Eure-et-Loir - Indre Indre-et-Loire - Loir-et-Cher - Loiret Le tableau de bord de l observatoire régional de l habitat et du foncier

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier Bernier Léa 3 1 Rapport de stage Sallard immobilier Photo de Sallard immobilier 1 Sommaire 1 e partie : Enquête sur l entreprise 1) Présentation de l entreprise... p.3 2) Situation de l entreprise... p3-4

Plus en détail

Les Français et l assurance santé

Les Français et l assurance santé Mai 2013 Contacts : 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français et l assurance santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon :

Plus en détail

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière?

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière? L autopartage en trace directe : quelle alternative à la particulière? Résultats de la première enquête sur l impact d un service d autopartage en trace directe (le cas d Autolib ) Cette étude réalisée

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Les Français et les enjeux de la mobilité durable. Août 2008

Les Français et les enjeux de la mobilité durable. Août 2008 En partenariat avec le Ministère de l Ecologie, de l Energie, du Développement durable et de l Aménagement du territoire Les Français et les enjeux de la mobilité durable Août 2008 Méthodologie page 2

Plus en détail

Mobilité et précarités

Mobilité et précarités Mobilité et précarités JP Orfeuil Université Paris Est et Institut pour la ville en mouvement Observatoire national de la précarité énergétique, 22/03/ 2013 1 Plan Le statut de la mobilité Le statut de

Plus en détail

Ifs - Centre. Portraits de quartiers en veille active. de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie. IRIS* CONCERNÉ : Ifs centre

Ifs - Centre. Portraits de quartiers en veille active. de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie. IRIS* CONCERNÉ : Ifs centre Quartier situé sur la commune de IFS 2 977 habitants en 2011, soit 1,3 % de la mer solida territ rités oriales ui n 2015 J O RVATO I RE Portraits de quartiers en veille active de la mer BSE Au sortir de

Plus en détail

Analyse des conditions de vie des étudiants en Aquitaine

Analyse des conditions de vie des étudiants en Aquitaine Analyse des conditions de vie des étudiants en Aquitaine - La CUEA Créée par la loi du 22 juillet 2013, la Communauté d universités et établissements d Aquitaine (CUEA) est un établissement public à caractère

Plus en détail

B A R O M È T R E 2 0 0 9 Voyage d affaires :

B A R O M È T R E 2 0 0 9 Voyage d affaires : B A R O M È T R E 2 0 0 9 Voyage d affaires : l état des lieux après un an de crise Observation Le baromètre 2009 poursuit la mission engagée l an dernier, à savoir : «comprendre et mesurer les attentes

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores

Les Français et les nuisances sonores Les Français et les nuisances sonores Sondage Ifop pour le Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Contact Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion et

Plus en détail

CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux

CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux new 3 12 2014 CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux est la déclinaison suisse du célèbre magazine français lancé en 1968. Alors précurseur sur la cible des 50 ans et plus, il est aujourd hui le

Plus en détail

MES ÉCO-DÉPLACEMENTS LE QUIZZ

MES ÉCO-DÉPLACEMENTS LE QUIZZ MES ÉCO-DÉPLACEMENTS LE QUIZZ Pour réduire efficacement ses consommations liées aux déplacements C'est parti! Ce quizz vous permettra d évaluer les gestes que vous faites déjà en matière d éco-déplacements

Plus en détail

COMMERCIAL DE CAEN-MÉTROPOLE

COMMERCIAL DE CAEN-MÉTROPOLE LES RENDEZ VOUS DE L AGENCE D URBA AU PAVILLON CYCLE VILLE ET COMMERCE LES ENJEUX DE L ÉQUIPEMENT COMMERCIAL DE CAEN-MÉTROPOLE PATRICE DUNY, DIRECTEUR AUCAME CAEN NORMANDIE RAPPEL : LE COMMERCE EST CONSUBSTANTIEL

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation :

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : A. Vie pratique : J ai effectué mon Master 1 de droit public en Erasmus à Copenhague d août 2009 à fin mai 2010. Logement : Accès au logement : J ai pu

Plus en détail

PARTIR VIVRE EN APPARTEMENT

PARTIR VIVRE EN APPARTEMENT Activités éducatives pour les 15 à 17 ans PARTIR VIVRE EN APPARTEMENT VOTRE ENFANT APPREND À : ESTIMER LES COÛTS DE LA VIE EN APPARTEMENT ÉVALUER SA CAPACITÉ FINANCIÈRE DRESSER UN BUDGET DÉTAILLÉ FAIRE

Plus en détail

La colocation vue par les propriétaires

La colocation vue par les propriétaires La colocation vue par les propriétaires Institut CSA pour Weroom Mars 2015 Fiche technique Interrogation Echantillon national représentatif de propriétaires, composé de 1000 personnes âgées de 18 ans et

Plus en détail

Méthodologie de l exposé

Méthodologie de l exposé CHAPITRE 1 Méthodologie de l exposé >1. Préparation de l exposé L exposé est un moment fort de l épreuve d admission au concours d entrée en institut de formation d aides-soignants ou d auxiliaires de

Plus en détail

Questionnaire sur les nouveaux rythmes scolaires

Questionnaire sur les nouveaux rythmes scolaires Questionnaire sur les nouveaux rythmes scolaires Un questionnaire a été remis aux familles courant décembre avec le double objectif de relayer le ressenti des parents sur les nouveaux rythmes scolaires

Plus en détail

A/ Vie pratique : Logement :

A/ Vie pratique : Logement : A/ Vie pratique : Logement : Au cours de mon année universitaire à Wrexham, j ai logé en résidence universitaire. Wrexham village est l une des deux résidences universitaires situées au sein même du campus

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 1 : Présentation de votre projet 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet

Plus en détail

8 Certifications Minergie

8 Certifications Minergie 8 Chapitre 8 Être Minergie, est-ce aussi être «autrement»? Pour de nombreux acteurs du marché immobilier, un label de durabilité devrait s accompagner d une appréciation de la valeur de leur immeuble,

Plus en détail

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/ Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français http://www.myexpat.fr/ Sommaire My Expat... Résumé de l étude... Qui sont les Français de l étranger?... Où les Français partent-ils

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 1 Juillet 2012 La mobilité en Île-de-France 2001-2010 : 3,87 déplacements par personne et par jour Une portée moyenne de 4,4 km 41 millions de déplacements quotidiens 70 % des

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

Dossier de presse. «Choisissez l offre qui va avec votre vie»

Dossier de presse. «Choisissez l offre qui va avec votre vie» Dossier de presse «Choisissez l offre qui va avec votre vie» SOMMAIRE Renouveler l offre, un enjeu stratégique pour le groupe p.03, mutuelle professionnelle p.03 Un environnement économique, réglementaire

Plus en détail

La dynamique des liens entre genre, âge et désir

La dynamique des liens entre genre, âge et désir La dynamique des liens entre genre, âge et désir Michel Bozon Lausanne, 21 juin 2011 Université d été «Genre, rapports intergénérationnels et travail social» Plan de la présentation Transformations de

Plus en détail

Service-Public Local. Simplifi ez le quotidien de vos usagers, offrez-leur les services indispensables de l administration électronique

Service-Public Local. Simplifi ez le quotidien de vos usagers, offrez-leur les services indispensables de l administration électronique Service-Public Local Simplifi ez le quotidien de vos usagers, offrez-leur les services indispensables de l administration électronique La Caisse des Dépôts, au service de l intérêt général et du développement

Plus en détail

Demande de logement social

Demande de logement social Ministère chargé du logement Cadre réservé au service Demande de logement social Article R. 441-2-2 du code de la construction et de l habitation Numéro de dossier : N 14069*02 Avez-vous déjà déposé une

Plus en détail

Campus Paris Saclay. Enquête sur les usages, transports, logements et services. L enquête en ligne. Les bonnes pratiques identifiées par le benchmark

Campus Paris Saclay. Enquête sur les usages, transports, logements et services. L enquête en ligne. Les bonnes pratiques identifiées par le benchmark Campus Paris Saclay L enquête en ligne Les déplacements : des spécificités par statut L équipement : un intérêt marqué pour les transports doux et les services pratiques Le logement : des attentes et des

Plus en détail

Votre union de fait, un choix réfléchi?

Votre union de fait, un choix réfléchi? Votre union de fait, un choix réfléchi? Complément d information de l aide-mémoire Le texte qui suit s adresse à tout couple formé de conjoints de sexe différent ou de même sexe. L utilisation du masculin

Plus en détail

Rapport de stage en entreprise PROSPECTIVE IMAGE. Produire et réaliser en vidéo pour l entreprise, la télévision et l internet

Rapport de stage en entreprise PROSPECTIVE IMAGE. Produire et réaliser en vidéo pour l entreprise, la télévision et l internet ROLAND Quentin 3èmeD Rapport de stage en entreprise PROSPECTIVE IMAGE Produire et réaliser en vidéo pour l entreprise, la télévision et l internet Année scolaire 2006-2007 Collège André CHENE SOMMAIRE

Plus en détail

Définitions. Définitions sur le logement

Définitions. Définitions sur le logement Définitions sur le logement Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons

Plus en détail

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA QUALITÉ DE VIE AU BUREAU - Synthèse de l Institut CSA Contacts Pôle Opinion Corporate Laurence Bedeau Directrice du Pôle (laurence.bedeau@csa.eu) Baptiste Foulquier Chargé

Plus en détail

Est-ce que les coopératives d habitations sont des résidences universitaires traditionnelles?

Est-ce que les coopératives d habitations sont des résidences universitaires traditionnelles? FAQ // coopératives d habitations étudiante Est-ce que les coopératives d habitations sont des résidences universitaires traditionnelles? Pas du tout! Mise à part qu elles soient dédiées à la population

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Thématique de l appel à projets 2014. Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes

CAHIER DES CHARGES. Thématique de l appel à projets 2014. Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes CAHIER DES CHARGES Thématique de l appel à projets 2014 Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes Fondation Alsace Personnes Agées 4 rue de la Houblonnière 68000 COLMAR

Plus en détail

Prêts pour l avenir. A chaque étape de la vie. Comment assurer une prévoyance optimale. En famille, en couple et en célibataire.

Prêts pour l avenir. A chaque étape de la vie. Comment assurer une prévoyance optimale. En famille, en couple et en célibataire. Prêts pour l avenir. A chaque étape de la vie. Comment assurer une prévoyance optimale. En famille, en couple et en célibataire. Votre famille a de l avenir. Tout comme notre société, les modes de vie

Plus en détail

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations DÉFIS Climat 1. Pensez-vous que ce soit utile de réduire nos déplacements afin de lutter contre les changements

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE 4 septembre 2013 à Paris

CONFÉRENCE DE PRESSE 4 septembre 2013 à Paris CONFÉRENCE DE PRESSE 4 septembre 2013 à Paris UNE PHOTOGRAPHIE DE L APPRENTISSAGE EN FRANCE EN 2013 À l occasion de la rentrée des jeunes en apprentissage Résultats et analyse du BAROMÈTRE DE LA VIE DE

Plus en détail

Appliquez-vous ces 4 éléments pour travailler plus efficacement?

Appliquez-vous ces 4 éléments pour travailler plus efficacement? Appliquez-vous ces 4 éléments pour travailler plus efficacement? Ce livret vous a été remis en complément de la vidéo «4 éléments pour travailler plus efficacement». Visitez http://methode-prepa.com pour

Plus en détail

SYNTHÈSE. En 2012, la province Sud compte 16 700 personnes. Le maintien à domicile : solution privilégiée des personnes âgées

SYNTHÈSE. En 2012, la province Sud compte 16 700 personnes. Le maintien à domicile : solution privilégiée des personnes âgées SYNTHÈSE BP 823-98845 Nouméa Nouvelle-Calédonie (687) 27 54 81 isee@isee.nc www.isee.nc Directeur de la publication Alexandre Gautier Conception et réalisation Département publications Synthèse N 3 Édition

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Charte de protection des mineurs

Charte de protection des mineurs «Mes enfants, soyez joyeux!» Charte de protection des mineurs Au sein de l Académie Musicale de Liesse Mise à jour août 2014 L ensemble des adultes intervenant au sein de l Académie Musicale de Liesse

Plus en détail

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires 1 Volet 4 : Ainé-e-s Table des matières À retenir... 1 Ce qu en disent les acteurs communautaires... 1 1. Un portrait des aîné e s du quartier... 2 1.1 Répartition des personnes âgées de 65 ans et plus...

Plus en détail

Mon argent pour la vie

Mon argent pour la vie Mon argent pour la vie Bâtir son épargne. Protéger ses avoirs. Prendre sa retraite en toute confiance. QUESTIONNAIRE SUR LE STYLE DE VIE À LA RETRAITE NAME DATE CURRENT AGE AGE YOU HOPE TO RETIRE La vie

Plus en détail

La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité

La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité I La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité Si vous lisez ce livre et que vous êtes responsable d une entreprise, d un service qui s intéresse à la fidélité client, c est que vous

Plus en détail

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Pour adultes handicapés mentaux de la Meuse serésienne rue Hainchamps 77 siège social: a.s.b.l. Cesahm 4100 Seraing rue du Sewage 9 à 4100

Plus en détail

Questionnaire eevm. échange école ville montagne. www.parc-du-vercors.fr/eevm/

Questionnaire eevm. échange école ville montagne. www.parc-du-vercors.fr/eevm/ Questionnaire eevm échange école ville montagne www.parc-du-vercors.fr/eevm/ Répondre aux questions. Il y a 3 types de réponses en fonction des types de questions. - Questions fermées à réponse unique

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans

LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans FAIREBOUGERLES9-13.org 1 LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans TABLE DES MATIÈRES 3 4 5 DONNÉES SOCIO- DÉMOGRAPHIQUES HABITUDES MÉDIATIQUES ET DE CONSOMMATION EN MATIÈRE DE MODE DE VIE PHYSIQUEMENT

Plus en détail

Montvalezan La Rosière

Montvalezan La Rosière Montvalezan La Rosière Elaboration du Plan Local d Urbanisme Réunion publique n 2 Synthèse du diagnostic Février 2015 1 Déroulement 1. Rappel de la démarche 2. Les enjeux identifiés par thématique 3. Synthèse

Plus en détail

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Résultats du premier Observatoire des femmes et l assurance Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Fiche méthodologique Cible : Hommes et femmes âgés

Plus en détail

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Chapitre 9 Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Savoir utiliser son argent est un art et un art qui paie. Comme toutes les ressources, l argent peut être utilisé à bon ou

Plus en détail

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT?

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? Élisabeth Mazalon et Sylvain Bourdon Université de Sherbrooke

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne Mendès France Croix Bonneau - Bourderies auriers Mairie de Chantenay Plessis Cellier - Roche Maurice Boucardière - MallèveJean Macé Salorges - Cheviré - zone portuaire E QUARTIER Sainte- Anne, contrasté,

Plus en détail

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ L explosion de l activité professionnelle des femmes et la situation géographique de la commune d Aumetz et de notre

Plus en détail

Compas études. compas. Les enjeux du vieillissement. n 7 - juin 2013

Compas études. compas. Les enjeux du vieillissement. n 7 - juin 2013 n 7 - juin 2013 Compas études compas Au service du sens Les enjeux du vieillissement La population française vieillit. Ce phénomène n est pas nouveau mais le processus va s accélérer dans les années à

Plus en détail

Baromètre AramisAuto.com. Les Français et l Automobile. Vague 4 - Mai 2013. Baromètre «Les Français & l automobile» - Vague 4 TNS

Baromètre AramisAuto.com. Les Français et l Automobile. Vague 4 - Mai 2013. Baromètre «Les Français & l automobile» - Vague 4 TNS Baromètre AramisAuto.com Les Français et l Automobile Vague 4 - Mai Sommaire 1 L attachement aux marques Françaises 2 Les nouvelles offres de mobilité 3 Les critères impactant l achat & l expérience d

Plus en détail

Une famille solidaire Résultats du «Baromètre des solidarités familiales en France»

Une famille solidaire Résultats du «Baromètre des solidarités familiales en France» ISSN 295-9976 N 2 février 27 Une famille solidaire Résultats du «Baromètre des solidarités familiales en France» Régis Bigot Nombreux sont ceux qui considèrent que, dans les sociétés industrialisées comme

Plus en détail