INFORMATION TO USERS. This manuscript has been reproduced fmm the microfilm master. UMI films the

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INFORMATION TO USERS. This manuscript has been reproduced fmm the microfilm master. UMI films the"

Transcription

1 INFORMATION TO USERS This manuscript has been reproduced fmm the microfilm master. UMI films the text directly from the original or copy submitted. Thus, some thesis and dissertation copies are in typewriter face, while othen may be from any type of cornputer printer. The quality of this reproduction is dependent upon the quality of the copy submitted. Broken or indistinct print colored or poor quality illustrations and photographs, pnnt bleedthrough, substandard margins, and improper alignment can adversely affect reproduction. In the unlikely event that the author did not send UMI a complete manuscript and there are missing pages, these will be noted. Also, if unauthonzed copyright material had to be removed, a note will indicate the deletion. Ovenize materials (e.g., rnaps. drawings, charts) are repmduced by sectioning the original, beginning at the upper left-hand corner and continuing from left to right in equal sections with small overlaps. Photographs included in the original manuscript have been reproduced xerographically in this copy. Higher quality 6" x 9" black and white photographic prints are available for any photographs or illustrations appearing in this copy for an additional charge. Contact UMI diredly to order. Bell & Howell Information and Leaming 300 North Zeeb Road, Ann Arbor, MI USA

2

3 JULIE VENNE IMPACT DU RÉAMÉNAGEMENT VLTESSE DES VÉHICULES: LE CAS DE LA DES RUES COMMERCIALES SUR LA AVENUE À QUEBEC Mémoire présenté à la Faculté des études supérieures de l'université Laval pour l'obtention du grade de maître en aménagement du territoire et développement régional (M. ATDR) Département d'aménagement FACULTE D'ARCHITECTURE ET DIAMENAGEMENT UNIVERS~T~? LAVAL AVRIL 1999 O JIKIE VENNE, 1999

4 National Library (J(i1 of Canada Acquisitions and Bibliographie Services Bibliothèque nationale du Canada Acquisitions et services bibliographiques 395 Wellington Street 395. rue Wellington Ottawa ON K1A ON4 Ottawa ON K 1 A ON4 Canada Canada Your hie Voire reterence Our Ve Norie raterence The author has grarited a nonexclusive licence allowing the National Library of Canada to reproduce, loan, distribute or sel1 copies of this tliesis in microform, paper or electronic formats. The author retains owiership of the copynght in this thesis. Neither the thesis nor substantial extracts from it may be printed or otherwise reproduced without the author's permission. L'auteur a accordé une licence non exclusive permettant à la Bibliothèque nationale du Canada de reproduire, prêter, distibuer ou vendre des copies de cette thèse sous la fonne de microfiche/film, de reproduction sur papier ou sur format électronique. L'auteur conserve la propriété du droit d'auteur qui protège cette thèse. Ni la thèse ni des extraits substantiels de celle-ci ne doivent être imprimés ou autrement reproduits sans son autorisation.

5 Cette étude s'est intéressée aux aménagements routiers en milieu urbain afin d'en évaluer l'impact sur la vitesse des véhicules. Un relevé des vitesses pratiquées sur la Y Avenue à Québec a été effectue simultanément au centre de la zone aménagée, de même qu'avant et après celle-ci, de manière à étudier les écarts de vitesse entre les points du parcours. L'influence de l'aménagement sur le comportement de vitesse des conducteurs a été vérifiée selon la direction, le type de véhicule, la journée, l'heure, l'état de la chaussée et le type de déplacement (libre ou en peloton). Les résultats obtenus sont significatifs: la vitesse est plus faible dans la zone aménagée que dans les zones nonaménagées. La combinaison de mesures utilisée dans ce traitement global de la voirie a donc un effet réducteur de vitesse.

6 AVANT-PROPOS Je tiens à remercier sincèrement Monsieur Guy Paquette du département d'information et de communication de l'université Laval et Madame Denise Piché du département d'aménagement pour leur disponibilité et leur implication tout au long de cette étude. Merci de m'avoir guidé et encouragé. Je tiens également à remercier la division du transport de la Ville de Québec et tout particulièrement Messieurs Jean-Marie Beaudoin et Yves Vallée pour l'aide apportée lors de l'expérimentation sur le terrain, de même que Monsieur Pierre Lemieux du CRIMES pour le support informatique.

7 LISTE DES TABLEAUX... IV LISTE DES ILLUSTRATIONS VI1 CHAPITRE 1 : INTRODUCTION... 1 CHAPITRE II : LA VITESSE EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE: UNE PROBLÉMATIQUE ASPECTS PSYCHOLOGIQUES ET S~~IOL~XIQUES DE LA VITESSE CHAPITRE III : LES AMÉNAGEMENTS ROUTIERS RÉDUCTEURS VITESSE: UNE REVUE DE LA L I~RATURE DE HISTORIQUE DES inteiwentions Les i-~zfrritisserrrs de trafic Dos-d'âne et plateaux Rétrécissement de la chaussée Chicanes et carrefours giratoires Mes iues percept zrelles Marquage et revêtements de chaussée Végétation et effet de porte... 4l Stationnement et éclairage... 45

8 CHAPITRE IV : HYPOTHÈSE ET MÉTHODOLOGIE DE RECHERCHE Lt *, n r i-c li nmt- vk iikchkiiïhe LE C(JNTEXTE QU~BGCCJIS DES RE AMEN ACEMENTS D' AKTÈIIES LA STtlhTcGIE DE RECHERCHE L'wiétiii~e~rieii t. 111 vnririble iridepcrzdait te L'opt'~ztiorii~r~lis~ztioii des vliriizbles et lus Iiyyotlii%es.ipi~. i.fillrrrs Lx TECHNIQUE DE COLLECTE DES DONNEES DE VITESSE Le modt d'irlstdllztiott flizbilrtc des dotulies Probtèr~ies ~ ~xperrretz Piriode de collecte des doritlies LES TECHNlQUES D'ANALYSE DES DQNNEES QUEWUES DONNÉES DE VITESSES SUR LA VENUE EN GUISE DE KEPÈKE: UNE ÉTUDE DE LA SA AQ CHAPITRE V : ANALYSE DES DONNÉES STATISTIQUES DESCRIPTIVE DES IELLES L'effet de l'atnéttagement sitr ln vitesse des véhicirles selorz LI directiorr

9 5.3.2 L'efft de I izniérlagetnerit sur la vitesse des différetrts types de vélr icrrl es L 'effet de 1 'iztiie~mgetrzerlt srrr 10 vitesse des véhicrrfes seloti Ir1 joirrri6e L'rjfet de 1 'mihiagerirerit sur fii vitesse des véhicrdes seloir Ir1 phgr hor~z ire..., L'tffeet dr 1 i~t?ii;riizge~rietit sirr Iri oitesse des viliicirl~.~ srlori lc ry yr d~ diplacriririit CHAPITRE VI : CONCLUSION ANNEXE A : FICHE TECHNIQUE DE L'APPAREIL UTILISÉ POUR MESURER LA VITESSE DES VÉHICULES ANNEXE B : COMPLÉMENT DE L~ÉPURATION DE LA BASE DE DONNEES...a ANNEXE C : COMPLÉMENT A L'ANALYSE DESCRIPTIVE

10 LISTE DES TABLEAUX TABLEAU 1: DISTANCES D'ARRÉT SUR CHAUSSÉE SÈCHE ET EN BON ETAT SELON LA VITESSE 17 TABLEAU... 2: VAIIIATII~N DE LA VITESSE AVANT ET AIX& L'INSTALLXTI~JN DE MESURES SELON TRO1Ç ['L~SITIONS ( AU NIVEAU DU DtSPc7çITIF. 50 il1 AVANT ET 50 ni AIX&) TABLEAU 3: SITES DE RELEVES DE VITESSE POUR CHAQUE DIRECTION DE LA CIRCULAT~~N TABLEAU 4: CALENDIIIEK,. DES KELEVÉS DE VITESSE... TABLE.^ 5: NOMBRE DE DONNEES RECUEILLIES PUIS RETENUES AI'RES IUMELACE TABLEAU 6: N~MBKE DE DONNEES AI'RES I<ElET DES EWI%IENCES CELLULES HORAIIZES I~ICL~PLETES NON-VALIDES ET DES TABLEAU 7: CAIIACT~II~STIQUES DES DL~NNEES 1:ECUEILLIES SUR LX VENUE TABLEAU 8: ~IL~YENNE DES VITESSES PAIX DIRECTIC3N TABLEAU 9: MOYENNE DES VITESSES PAR SITE TABLEAU 10: MOYENNE DES VITESSES PAR TYPE DE VÉHICULE TABLEAU 11: ~!C~YENNE DES VITESSES PAR IOUKNEE,., 101 TABLEAU 12: MOYENNE DES VITESSES PWR LES [~~UIWEES DE SEMAINE ET DE FIN DE SEMAINE 102 TABLEAU 13: MOYENNE DES VITEÇSES PA3 PLAGE HORAIRE 103 TABLEAU 24: MOYENNE DES VITESSES POUR LES PÉRIODES D'OBSCURI~ TABLEAU 15: MOYENNE... ET DE CLARE DES VITESSES SELON LA CONDITION M~~OROLCKIQUE TABLEAU 16: MOYENNE DES VITESSES PAR TYPE DE DEPLACEMENT TABLEAU 17: MATRICE DES ECARTS DE VITESE SIGNIFICATIFS ENTRE LES SITES 110 TABLEAU 18: MATRICE DES ÉCARTS VÉHICULES DE TYPE " AUTOMOBILE" (0-20 PIEDS) DE VITESES SIGNIFICATIFS ENTRE ES SITES POUR LES

11 T.~LAU 19: ATRI RI CE DES GCARTS DE VITESSES SIGNIFICATIFS ENTRE LES SITES POUR LES VÉHICU LES DE TYPE '. CAMION DE LIVRAISON" (21-25 PIEDS) TABLEAU 20: MATRICE DES ÉCARTS DE VITESSES SIGNIFICATIFS ENTRE LES SITES Pc7UII LES VÉHICULES DE TYPE " AUTOBUS ET SEMI-REMORQUES" (26 PIEDS ET +) TABLEAU 21 : MATRICE DES GCAKTS DE VITESSES SIGNIFICATIFS ENTliE LES SITES PclUII LA IOUIINEE DU MEIKREDI TABLEAU 22: MATIIICE DES IXAKTS DE VITESSES SIGNIFICATIFS ENTRE LES SITES NWI~ LA IcJUIINEE DU VENDREDI TABLEAU 23: ~IATIKE DES ÉcARTS DE VITESSES SIGNIFICATIFS ENTRE LES SITES IJoUli LA IOUIINEE DU SAMEDI TABLE AL' 24: ~~ATICICE DES ECAKTS DE VITESSES SIGNIFICATIFS ENTIIE LES SITES VOUK LA IL~C~IWÉE DU DIMANCHE TABLEAU 25: MATI~ICE DES ECAIITS DE VITESSES SIGNIFICATIFS ENTRE LES SITES I'rJUK L'ENSE~~BLE DES V~HICULES CIRCULANT LA NUIT (OH-6~) TABLEAU 26: ~IATI~IcE DES GCARTS DE VITESSES SIGNIFICATIFS ENTKE LES SITES I'OUK L'ENSEMBLE DES VÉHICULES CIRCULANT EN I'cTNTE A.M. (6~-9~) TABLEAU L'ENSEMBLE DES VÉHICULES CIRCULANT LE ]OUR ( 9~ : MATRICE DES ECAIITS DE VITESSES SIGNIFICATIFS ENTRE LES SITES IX7UIi 1 5 ~ ) TABLEAU 28: MATRICE DES ECARTS DE VITESSES SIGNIFICATIFS ENTKE LES SITES IYWK L'ENSEMBLE DES VÉH~CULES CIRCULANT EN IJ(INTE l'.m. (15~-I~H) TABLEAU 29: MATHCE DES GCARTS DE VITESSES SIGNIFICATIFS ENTRE LES SITES RWIC L'ENSEMBLE DES V~HICULES CIRCULANT LE SOIR (18~-OH) TABLEAU 30: MATRICE DES ÉcARTS DE VITESSES SIGNIFICATIFS ENTKE LES SITES ij~~u1< LES VEHICULES CIRCU LANT EN PELOTON (MO~NS TABLEAU 31: MATRICE v~hicules DE 45) DES ~CARTS DE VITESSES SIGNIFICATIFS ENTlCE LES SITES IVUK LES EN CIRCULA-iïQN FLUIDE (ENTRE 4s ET 10s) TABLEAU 32: MATRICE DES ~CARTS DE VITESSES SIGNIFICATIFS ENTRE LES SITES POUR LES VGHICULES ClIICULANT EN SOLITAIRE (PLUS DE 105)

12 LISTE DES ILLUSTRATIONS F~GURE 1: RISQUE D'ÉTRE TUE. POUR UN PIETON RENVERSE PAR UNE VOITUIIE SELON LA VITESSE DU VEHICULE Ficu ~IE 8 DCCIIKHEM ENTS LATCIIAUX AU CAIIIIEFLW II... FIGURE 9 CAICIIEFOUK... GIIIATOIIIE 41 FICUIZE 1 O BANDS RUGUEUSES FICUIIE 1 1 EFFET DE IYWTE... +,....4 O 4-4 FIGURE 12: PH~T~Y;IIAI~HLE DE LA 3' AVENUE/ S'RUE FICURE 13: PH~~TLKXAPHIE DE L'INTERSECT~ON CHEMIN DE LA CANAKDI&IIE/~~ AVENUE.. 63 FIGUKE 14: DLMENS[(JNS ANALYSEES FICURE 15: L~KALISATIC~N DES SITES DE RELEVCS DES VITESSES FICUKE 16: [NSTALLATIL~N D' UN Cc7M13TEUII FIGURE 17: H~STCXRAMME DE FRI~QUENCES... DES VITESSES 97 FIGURE 18: GRAPHIQUE DE LA VITESSE MWENNE DES SIES F~GLJRE 19: GRAPHIQUE... DE LA VITESSE MOYENNE PAR JoURN~E F~GURE 20: GRAPHIQUE DE LA VIESSE MOYENNE DE PLACES HORAIRES 103 FIGURE 21: GRAPHIQUE DE LA VITESSE MOYENNE DES TYPES DE DEPLACEMENT F ~ R22: E GRAPHIQUE DE LA VITESSE MOYENNE DES DIRECnONS NORD ET SUD... II 1

13 FIGURE 23: GRAPHIQUE DE LA VITESSE MOYENNE DES DIF~IENTS TYPES DE VEHICULES FIGURE 25: ~RAIJH~QUE DE LA VITESSE MOYENNE DES DIFFERENTES PLAGES HOIIAIIGS FIGURE 26: GRAPHIQUE DE LA VITESSE MOYENNE DES DIFFl%ENTS TYPES DE DGPLACEMENT

14 CHAPITRE 1 INTRODUCTION L'amélioration du niveau de vie, le développernent périurbain et les contraintes quotidiennes de déplacements divers et rapides engendrent u ne croissance constante du parc automobile. Un sous-produit indésirable découle de cette motorisation: les accidents de la route. Importante cause de mortalité, les accidents routiers entraînent des pertes pour la société tant du point de vue démographique que socio-économique. En effet, 78600' personnes auront été tuées lors d'un accident de la route au cours du XX' siècle au Québec, et ce type de rnortalite touche plus sévèrement les jeunes adultes formant la population active. Outre la mortalité, les accidents de la route constituent également une cause de morbidité importante puisqu'au cours du XX" siècle, plus de deus millions' de Québécois auront été blessés dans ces circonstances. Les traumatismes routiers entraînent donc d'énormes coûts pour la société québécoise en terme de soins hospitaliers et médicaux et en terme de perte de productivité. Afin de mettre un peu de baume sur cette plaie qui afflige notre société, il est essentiel de comprendre la dynamique entourant les accidents de la route. ' MINISTÈRE DE LA SANTE ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUEBEC, Les traumatismes au Québec, comprendre pour prévenir, Les publications du Quebec, 1991, p. 70. ' MINISTERE DE LA SANTE ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUEBEC, Les traumatismes au Québec. comprendre pour prévenir, op. cit., p. 70.

15 Ainsi, avant toute action, il est important de connaître les caractéristiques d'accidents, reflet de la situation, pour ensuite venir agir sur les facteurs d'accidents, élément causal menant aux pistes d'intervention. Les caractéristiques des accidents peuvent être d'ordre temporel, météorologique, liées h l'infrastructure, aux usagers ou encore aux véhicules. Voyons brièvement quelques-unes de ces caractéristiques d'accidents, d'abord de façon générale pour l'ensemble des usagers puis, pour un type d'usager en particulier. Environ 15' de la population du Québec subit annuellement un traumatisme routier. Sur ce, 75% sont des occupants de véhicules A moteur, 8'5 sont des piétons, 75 des cyclistes et un peu plus de 8":' sont des motocvclistes. Parmi ces victimes, il y a une surreprésentation masculine en ce qui a trait a la mortalité et ;l la morbidité. De plus, 347, de l'ensemble des accidentés de la route sont îgés entre 15 et 24 ans alors qu'ils représentent environ 16% de la population'. Ces tristes statistiques sont réparties h travers la hiérarchie du réseau routier de façon assez surprenante première vue. Ainsi, on constate que le risque d'accident est quatre fois plus élevé sur les voies non autoroutièresh que sur les autoroutes en raison de l'absence de séparation des flux de circulation et de la présence d'intersections et d'obstacles fixes rigides. En effet, le nombre des victimes de la route est plus élevé lorsque le nombre de voies est restreint..aux États-unis, en 1988, 690' des accidents avec dommages corporels se sont ' MINISTERE DE LA SANTE ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUEBEC, Lcs traumcitismtls au Ouebcc, comprcndrc pour pri.vcnir, op. cit., p. 71. MINISTÈRE DE LA SANTE ET DES SERVICES SOClAUX DU QUEBEC, Les traumatismes au rendre pour prévenir, op. cit., p. 73. ' MINI~I'ÈRE DE LA SANTG ET DES SERVICES SOCIAUX DU QU~BEC, Lcs traumatismes au Quilbty, cornprrndrc pour prévenir, op. cit., p. 73. " BARJONET, P.E., LACARDE, D., SERVEILLE, J., SécuritO routière, Institut National dc Recherche sur Ics Transports et leur Securite (INRETS), Presses de l'école nationalc des ponts et chaussées, Paris, 1992 p. 28. ' BARJONET, P.E., LAGARDE, D., SERVEILLE, J., Sécurité routière, op. cit., p. 32.

16 produits en agglomération, et, contrairement à ce que l'on pourrait croire, la majorité (plus de 80%) de ces accidents survient sous des conditions météorologiques normaless. En ce qui concerne les piétons par exemple, la moitié des victimes (50,5*D) heurtées entre 1987 et 1991 au Québec l'ont été dans des zones d'affaires ou commerciales, 35,8% des piétons accidentés l'ont été dans des zones résidentielles, alors que les zones scolaires et rurales regroupent respectivement 4,671 et 435 des victimes". Autre fait intéressant à noter, la majorité (785) des accidents impliquant des piétons se produisent dans des zones où la vitesse maximale permise est de 50km/ h ou moins. ((On constate aussi que plus la vitesse autorisée croît, plus la gravité des blessures augmente. Ainsi, dans les zones de 50 km/ h et moins, la proportion des décès est de 2,3YX, dans les zones de60-70 km/ h elle est de 8,5D, cette proportion grimpe à 14,2Y1 dans les zones de 80 km/ h, a 22,9% dans les zones de 90 km/ h et jusqu'à 33,7?A dans les zones de 100 km/ h. 2' La problématique routière découle d'un processus multid imensionnel. Conceptualisé par Haddon (l972), le processus d'accident se décompose en trois phases (préimpact, pet-impact, postimpact) et en quatre types de facteurs (facteurs humain, mécanique, environnemental et socio-économique ou culturel). Au plan des facteurs humains contribuant aux accidents, nous retrouvons par exemple l'alcool, qui est présent dans 40% à 507i1 des accidents mortels", l'expérience de conduite et la vitesse. Sur le plan mécanique, des ' BARJONET, P.E., LAGARDE, D., SERVEILLE, J., Sécurité routière, op. cit., p. 33. "AIGHI, R., Lcs pictons et les accidents dc la route au Quebec , Societc de l'assurance automobile duquc.bec, 1995, p. 56. '"AICHI, R., Les piétons et les accidents de la route au Ouébec , op. cit., p. 58. '' MINISTÈRE DE LA SANTG ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUEBEC, Les traumatismes au Québec. comprendre pourprévenir, p. 79.

17 dispositifs permettent de mieux protéger les occupants comme l'adhérence des pneus, le port de la ceinture de sécurité, la présence de coussins gonflables, d'un feu de freinage arrière surélevé qui permet de diminuer de moitié les collisions arrières," des phares de jour qui réduisent de 28% les collisions frontales et de 17% les collisions aux intersections13 et les freins antiblocages (ABS). 11 existe également une relation entre l'environnement physique et la fréquence et la gravité des accidents. En effet, la modification des abords de la route pourrait prévenir la moitié des décèsi4 provoqués suite h la collision entre un véhicule et un objet fixe. Enfin, les facteurs socio-économiques et culturels dont font partie les lois et les normes ont un impact sur la sécurité routière quoique ce fait soit scientifiquement peu documenté. En effet, comme l'émergence de lois en sécurité routière est l'expression de nouvelles normes sociales, le taus d'accidents s'en trouve forcément influencé. Pensons, par exemple, aux lois sur la conduite en état d'ébriété qui modifient la perception et le degré de tolérance de la population. Il est difficile de connaître l'implication de clinque facteur dans le phénomène d'accident car très souvent plusieurs facteurs y contribuent simultanément. Cependant, le chois d'une intervention ne doit pas être déterminé, <( (...) en fonction de l'importance des facteurs à l'origine des accidents, mais plutôt selon son efficacité à réduire le nombre et / ou la gravité des blessures, soit en les prévenant (préimpact), en atténuant le transfert d'énergie (per-impact) ou en minimisant les conséquences par une intervention rapide l2 MINIST~RE DE LA SANTE ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUEBEC, Lcs traumatismes au Québec, comprendre pour prévenir, op. cit.. p. 86. '' MINI!~'~RE DE LA SANTE ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUEBEC, Les traumatismes au Ouébec, comprendre pour prévenir, op. cit., p. 85. " MINISTÈRE DE LA SANTE ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUEBEC, Les traumatismes au Québec, comprendre pour prévenir, op. cit., p. 83.

18 (postirnpact). La question n'est plus "Quelles sont les causes des accidents?", mais plutôt "Quelle est l'efficacité des interventions? " O.'' Lorsqu'on se penche sur le domaine des interventions en sécurité routière, il en ressort un éventail de solutions possibles. Ainsi pour un enjeu tel que les traumatismes découlant des excès de vitesse, les in terventions peuvent s'attaquer aux facteurs humains par une surveillance policière accrue, auh véhicules avec une limitation électronique de la vitesse, à l'environnement routier en jouant sur la largeur des voies ou encore aux valeurs culturelles par l'entremise de la publicité. Les interventions possibles sont nombreuses. Dans certains cas l'efficacité a été prouvée, dans d'autres cas, les évaluations n'ont pas encore été effectuées. Il est donc de rigueur de souligner maintenant l'état des connaissances apportées par la recherche en sécurité routière au cours des dernières décennies, les interventions qui en ont découlé, et leur impact sur le bilan routier. Les diverses interventions, comme nous le verrons plus loin, n'ont pas été vaines puisque malgré quelques fluctuations, la fréquence des accidents avec dommages corporels au Québec présente une tendance à la baisse depuis la fin des années soixante-dix. En fait, jusqu'au début des années soixante, la sécurité routière se résumait à des normes de fabrication des vehicules et des normes de construction de routes. Ce n'est qu'au cours de la décennie que la recherche scientifique en matière de sécurité routière fait son apparition. Puis, vers la fin des années soixante-dix, l'état lutte contre l'insécurité routière en appliquant des mesures telles que le port de la ceinture, la limitation des vitesses et, " DUSSAULT, C.. Lcs usagers - en route vers I'm 2001: Problématique, mesures, implantation et évaluation, Symposium national sur la sécurité routière, Toronto, 1994, p. 4.

19 I'amelioration des normes de construction des véhicules et des dispositifs de protection, ce qui a eu comme résultat une baisse spectaculaire du nombre de morts sur la route. Enfin, depuis les années quatre-vingt, I'information et la sensibilisation accentuent la prise de conscience sociale. L'insécurité routière sera désormais perçue comme un phénomène concernant l'ensemble de la société. Ces mesures ont améliore le bilan routier car la mortalité a diminué de 40% entre 1978 et 1986, passant de 28 pour habitants à 16,4'". Ce taux situait cependant le Québec légèrement au-dessus de la moyenne canadienne de mortalité due aux traumatismes routiers qui était de 16 pour habitants". La crise économique a également participé à la baisse du nombre de blessés pendant les années 1982 et Les plus récentes statistiques nous apprennent que, mis 2 part l'année 1994, les 882 victimes décédees en 1995 constituent le plus bas niveau des trente-cinq dernières années; <( (...) il faut retourner en 1960 pour obtenir un nombre de victimes décédees sur les routes du Québec inférieur à celui de 1995, soit 853, alors que le nombre de titulaires de permis de conduire et de véhicules en circulation était environ le quart de celui de 1995.)>''. L'année 1995 s'est soldée par un taux de décès de 12 pour habitants maintenant ainsi la tendance à la baisse depuis 1973 où un taux de 36 victimes décédées pour habitants avait été atteint". Le Québec connaît également des baisses consécutives depuis 1988 pour l'ensemble total des victimes d'accidents routiers. En effet, un taux de 673 victimes pour 'O MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUEBEC, Les trriumatismcs au Québec, c«mprcndrcvciurpri.venir, op. cit., p. 76. '' MINISTÈRE DE LA SANTÉ FT DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC, Les traumatismes au Qu6bec. comprendre pour prévenir, op. cit., p. 77. '3socihÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (SAAQ), Bilan 1995, dossier statistique, Québec, 1996, p. 14. 'O SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUEBEC (SAAQ), Bilan 1995, dossier statistique, Québec, 1996, p. 14.

20 habitants a été enregistré en 1995 et il faut remonter en 1967 pour en obtenir un inférieur soit 624-*. Des progrès sont toutefois encore souhaitables en regard de certains pays comme la Grande-Bretagne, la Suède et le Japon qui ont un taux de mortalité inférieur à 10 pour habitants". Les interventions en sécurité routière amorcent actuellement un virage important. En effet, les objectifs qui ont primé jusqu'à maintenant étaient guidés par les notions d'écoulenient du trafic, de confort et de sécurité maximale pour l'automobiliste, compromettant par le fait même Iû sécurité de I'ensemble des usagers du milieu routier. Aujourd'hui, les objectifs poursuivis visent de plus en plus la maîtrise du comportement en vue d'une conduite civilisée. En effet, les études et expériences menées depuis vingt ans ont permis une meilleure compréhension des accidents, ce qui a mis en évidence l'importance des interactions entre le conducteur, le véhicule et l'aménagement des infrastructures. En fait cette ouverture d'horizon coïncide avec I~évolution du grand débat mobilité/ sécurité. Certes, la mobilité a primé et prime encore sur la sécurité et il revient à chaque société de fixer son ratio mobilité/ sécurité, indice du dosage entre le niveau de tolérance aux traumatismes et la satisfaction des besoins de déplacements. Li3 tolérance étant à la baisse, il y a une plus forte demande pour la sécurité, ce qui se traduit dans bien des cas par une réduction de la mobilité des automobilistes. D'un autre côté, les usagers vulnérables et les personnes trop âgées ou trop jeunes pour conduire bénéficient d'une plus grande mobilité. C'est donc à la lumière de ces constats que les interventions d'aujourd'hui visent le meilleur équilibre possible entre la mobilité et la sécurité pour I'ensemble des usagers. ÇOCII?I$ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUEBEC (SAAQ), Bilan 1995, dossier statistique, Québec, 1996, p MINIÇTÈRE DE LA SANTE ET DES SERVICES ÇOCIAUX DU QUEBEC, Les traumatismes au Québec, comprendre pour prévenir, p. 77.

21 Les enjeux en sécurité routière sont nombreux et représentent tous des défis intéressants. La présente étude portera sur une problématique d'actualité, celle de la vitesse en milieu urbain. D'abord parce que la vitesse est une cause importante d'accidents. Elle a été responsable er? 1995 d'environ 240 décès sur 900 accidents et de près de 7000 blessés au Québei' ce qui la place au deuxième rang des causes d'accidents après l'ébriété au volant. La vitesse joue donc u n grand rôle dans la gravité des accidents routiers et, contrairement a ce que l'on pourrait croire, la majorité de ceux-ci surviennent en milieu urbain, d'où l'intérêt de cette étude pour la vitesse en ville. De plus, les interventions dans ce domaine sont encourageantes car une réduction de seulement quelques kilomètres/ heure peut changer le sort de bien des vies. Par exemple, une expérience réalisée en Suisse en 1982 a permis d'observer que l'abaissement de la limite de vitesse en ville de 60 h 50 km/ h a fait diminuer le nombre d'accidents de 9.35, le nombre de blessés de 9,7";, et le nombre de piétons blessés de 20,5%", alors que Ifexpérience inverse des Etats- Unis haussant la limite de vitesse de 55 mph à 65 mph sur les autoroutes de certains États a provoqué u n accroissement de 180h du nombre de décès". L'étude de la vitesse s'insère également dans un contexte social où la demande pour la sécurité se fait plus grande de même que la demande en mobilité de In part des usagers vulnérables. La réduction de la vitesse est d'ailleurs en voie de faire l'objet d'un consensus mondial, celui du << 50 en ville)). Pour ajouter à cette prise de conscience sociale, le ministhre des Transports et la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) se sont donné la mission d'informer " Journal de Québ~x, 24 avril 1996, p. 10. Citant Jacques Brassard, ministre des Transports et respvnsablc de la SociétP de l'assurance automobile. " MARRET, J.L., En vitesse... ou en sécurité? Éléments de cornméhension et pistes de réflexion, Société de l'assurance automobile duquébec, 1994, p. 43. '' BARJONET, P.E., LAGARDE. D., SERVEILLE, J., Sécurité routière, op. ci t., p. 95.

22 et de sensibiliser la population aux effets néfastes de la vitesse par l'entremise d'une vaste campagne publicitaire ayant comme slogan «La vitesse tue». Comme nous l'avons mentionné, le champ d'interventions possibles e n matière de vitesse est vaste, qu'il s'agisse de mesures s'attaquant aux facteurs humains, mécaniques, environnementaux ou socio-économiques et culturels. Cependant les interventions sur l'environnement ont suscité un vif intérêt au cours des dernières années et elles s'inscrivent dans la nouvelle optique d'une conduite plus civilisée. Elles ont fait leur apparition un peu partout sur le territoire et elles ont l'avantage de pouvoir obtenir des effets directs et durables. De plus, les effets des interventions sur l'environnement sont pour la plupart scientifiquement mesurables, ce qui permet de répondre à la question de l'heure à savoir: Quelle est l'efficacité des interventions? Depuis vingt ans, de nombreuses études et expériences en sécurité routière se sont penchées sur la relation entre le conducteur et l'aménagement des infrastructures. En effet, bien souvent l'objectif visé lors du réaménagement des abords d'une route est d'influencer le comportement du conducteur de sorte qu'il adapte sa conduite ou plus précisément sa vitesse au milieu qu'il traverse. La relation entre la vitesse et I'environnemen t routier constitue donc un sujet d'étude des plus contemporains. De plus, cette relation met en évidence le rôle important que jouent la planification et l';ménagement du territoire dans la sécurité routière. L'objectif de ce mémoire est d'évaluer l'efficacité des aménagements urbains réducteurs de vitesse afin d'en connaître l'apport en sécurité routière, ce qui permettra par la suite de justifier ou d'éviter les dépenses massives de fonds publics à ce chapitre. De plus, l'évaluation permettra peut-être d'apporter des pistes pour l'amélioration de futures interventions. L'étude cherche donc à savoir si les interventions visant la modification de l'environnement routier en milieu urbain livrent effectivement au conducteur le message de modérer

23 sa vitesse. Afin de répondre à cette question de recherche, il est impératif de cerner d'abord la problématique en abordant les aspects psychologiques et sociologiques de la vitesse, ses effets sur la conduite, son rôle dans les accidents et l'influence de l'environnement dans le comportement de vitesse adopté. La revue de la littérature vient se greffer a la problématique en approfondissant le thème particulier des aménagements réducteurs de vitesse et en faisant état de leurs evaluations à ce jour. Puis, les hypothèses et la méthodologie de recherche seront exposées, pour ensuite faire place à l'analyse des résultats et aux conclusions qui en découlent.

24 CHAPITRE II Dans le contevte du transport routier, la sécurité et la vitesse sont deux valeurs sociales en conflit direct contribuant ainsi à rendre le problème de I'insécurité routière bien particulier. L'objectif de ce présent chapitre est de permettre u ne meilleure compréhension de 1.7 problématique de la vitesse, en l'abordant sous différents angles. Ainsi, la question des aspects psychologiques et sociologiques motivant le chois de la vitesse pratiquée est d'abord traitée. Puis, les effets de la vitesse sur la conduite d'un véhicule sont décrits ûiin de mieux comprendre le processus d'accident. Par la suite, le constat des conséquences de la vitesse sur le biian routier sera mis en lumière. Nous sommes donc conduits vers la recherche de solutions et, après avoir examiné pourquoi et comment le phénomène complexe de la vitesse affecte nos vies, il s'avère important de souligner finalement le rôle de l'environnement sur la vitesse adoptée. Ce dernier point introduit les pistes d'interventions en matière d'aménagements routiers. 2.1 Aspects psychologiques et sociologiques de la vitesse La vitesse de déplacement d'un véhicule est déterminée par le conducteur i partir de sa lecture et de son interprétation de l'environnement immédiat, et ce, selon ses connaissances, son experience et son attitude personnelle. Le

Circulation motorisée et santé : des interventions pour mitiger ses impacts Routes en traversée d agglomération

Circulation motorisée et santé : des interventions pour mitiger ses impacts Routes en traversée d agglomération Circulation motorisée et santé : des interventions pour mitiger ses impacts Routes en traversée d agglomération Edmonton, 11 juin 2012 Catherine Berthod, ing., urb. Direction de la sécurité en transport

Plus en détail

OUTILS DE SENSIBILISATION : PIÉTON / CYCLISTE / AUTOMOBILISTE / CYCLOMOTEUR

OUTILS DE SENSIBILISATION : PIÉTON / CYCLISTE / AUTOMOBILISTE / CYCLOMOTEUR OUTILS DE SENSIBILISATION : PIÉTON / CYCLISTE / AUTOMOBILISTE / CYCLOMOTEUR Piétons Les causes possibles d'accidents impliquant des piétons et des véhicules sont bien connues. La négligence, l'inattention

Plus en détail

Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse

Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse Concours Gastounet Morbihan 2007 1 La vitesse : 1 er facteur d accident et de gravité? la preuve : Evolution en France de 1970

Plus en détail

Savoirs de base en sécurité routière. Vitesse et mortalité

Savoirs de base en sécurité routière. Vitesse et mortalité Sétra Savoirs de base en sécurité routière mars 2006 Vitesse et mortalité Avertissement : cette série de fiches est destinée à fournir une information rapide. La contrepartie est le risque d erreur et

Plus en détail

BILAN 2001 DES TAXIS, DES AUTOBUS ET DES CAMIONS ET TRACTEURS ROUTIERS

BILAN 2001 DES TAXIS, DES AUTOBUS ET DES CAMIONS ET TRACTEURS ROUTIERS DOSSIER STATISTIQUE BILAN 2001 DES TAXIS, DES AUTOBUS ET DES CAMIONS ET TRACTEURS ROUTIERS C-4052 DOSSIER STATISTIQUE BILAN 2001 DES TAXIS, DES AUTOBUS ET DES CAMIONS ET TRACTEURS ROUTIERS Service des

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 Le nombre de victimes d accidents de la route en Belgique a diminué en 2012 La Direction générale Statistique et Information économique publie aujourd hui

Plus en détail

Recommandations pour la mise en oeuvre pédagogique Organisation du module d activité. Utilisation du simulateur de conduite "EF-SCOOT Prévention"

Recommandations pour la mise en oeuvre pédagogique Organisation du module d activité. Utilisation du simulateur de conduite EF-SCOOT Prévention Recommandations pour la mise en oeuvre pédagogique Organisation du module d activité Utilisation du simulateur de conduite "EF-SCOOT Prévention" Ce document a été réalisé conjointement par l Inspection

Plus en détail

PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE (PDASR) DE LA LOIRE

PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE (PDASR) DE LA LOIRE PRÉFET DE LA LOIRE PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE (PDASR) DE LA LOIRE Année 2015 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION...3 1. BILAN 2014...4 1.1. Accidentologie dans le département de la Loire

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER

SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER 2013 SOMMAIRE Depuis 1978,... le nombre de décès a chuté de 77,4 %. Il y a eu 399 décès sur les routes en 2013, soit 22 de moins qu en 2012, ce

Plus en détail

PARTIE 1: PERMIS DE CONDUIRE 9 1.1 Types de permis 10 Classe 2 10. Classe 3 11 Classe 5 12

PARTIE 1: PERMIS DE CONDUIRE 9 1.1 Types de permis 10 Classe 2 10. Classe 3 11 Classe 5 12 PARTIE 1: PERMIS DE CONDUIRE 9 1.1 Types de permis 10 Classe 1 10 Classe 2 10. Classe 3 11 Classe 4 12 Classe 5 12 Classe 6 13 Classe 7 Permis progressif (Niveau I et II) 13 Classe 8 14 Classe 9 15 1.2

Plus en détail

2004 2014 : un risque a chassé l autre

2004 2014 : un risque a chassé l autre 2004 2014 : un risque a chassé l autre En 10 ans, le profil des conducteurs français a évolué, leur rapport à la conduite aussi. Pour autant le poids des bons et mauvais conducteurs est resté stable, de

Plus en détail

Évolution de l accidentalité et futurs enjeux

Évolution de l accidentalité et futurs enjeux COTITA Centre Est 29 mai 2012 Évolution de l accidentalité et futurs enjeux Christian Machu Secrétaire général-adjoint Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) Sommaire 1.

Plus en détail

En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr

En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr twitter.com/routeplussure Délégation à la sécurité et à la circulation routières Place des Degrés Tour Pascal B 92055 LA Défense Cedex DSCR - AVRIL 2013 -

Plus en détail

PREFET DE LA HAUTE-LOIRE. Bilan de l accidentalité routière 2012

PREFET DE LA HAUTE-LOIRE. Bilan de l accidentalité routière 2012 PREFET DE LA HAUTE-LOIRE Bilan de l accidentalité routière 01 Bilan national France métropolitaine Accidents corporels Tués Blessés dont blessés hospitalisés 01 60 437 3 653 75 851 7 14 011 65 04 3 963

Plus en détail

BEPECASER ÉPREUVE DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES. 16 mai 2012

BEPECASER ÉPREUVE DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES. 16 mai 2012 J. 121300 MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION BEPECASER ÉPREUVE DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 16 mai 2012 Question 1 Le fait pour un conducteur

Plus en détail

BILAN ROUTIER 2014. Société de l assurance automobile du Québec

BILAN ROUTIER 2014. Société de l assurance automobile du Québec BILAN ROUTIER 2014 Société de l assurance automobile du Québec SAAQ BILAN ROUTIER 2014 1 SOMMAIRE IL Y A EU 336 DÉCÈS SUR LES ROUTES EN 2014, SOIT 55 DE MOINS QU EN 2013, CE QUI REPRÉSENTE UNE DIMINUTION

Plus en détail

L ASSR. Le BSR. Les accidents de la route

L ASSR. Le BSR. Les accidents de la route L ASSR L'ASSR de premier niveau est obligatoire pour pouvoir conduire un cyclomoteur. Pour conduire un cyclomoteur, il faut en effet avoir quatorze ans et posséder le brevet de sécurité routière (BSR).

Plus en détail

Le téléphone portable au volant. Jean Chapelon et Pierre Sibi (ONISR)

Le téléphone portable au volant. Jean Chapelon et Pierre Sibi (ONISR) Le téléphone portable au volant Jean Chapelon et Pierre Sibi (ONISR) Contexte 2003 : interdiction d'utiliser le téléphone portable tenu en main uniquement au volant en France. Cette décision s'appuyait

Plus en détail

Mémoire du Conseil régional de l environnement de Montréal dans le cadre de la consultation publique sur :

Mémoire du Conseil régional de l environnement de Montréal dans le cadre de la consultation publique sur : Mémoire du Conseil régional de l environnement de Montréal dans le cadre de la consultation publique sur : La traversée de la rue à Montréal : Comment accroître le confort et la sécurité des piétons 10

Plus en détail

Mise en candidature de l agent Sophia Provost Responsable du dossier sur la sécurité des piétons au SPVM

Mise en candidature de l agent Sophia Provost Responsable du dossier sur la sécurité des piétons au SPVM Campagne de sécurité des piétons «Zéro accident» Mise en candidature de l agent Sophia Provost Responsable du dossier sur la sécurité des piétons au SPVM PRIX DE PARTENARIAT CCATM-POLICE CCMTA CCATM CANADIAN

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

La sécurité routière en France Bilan de l année 2007

La sécurité routière en France Bilan de l année 2007 La sécurité routière en France Bilan de l année 2007 Hôtel de Roquelaure 18 juin 2008 Jean CHAPELON Secrétaire général de l Observatoire national interministériel de sécurité routière (ONISR) La sécurité

Plus en détail

Bilan 2010 des accidents corporels en Alsace

Bilan 2010 des accidents corporels en Alsace RAPPORT Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement Service Transports Février 22 Bilan 2 des accidents corporels en Avis aux lecteurs Définitions Accident corporel : accident

Plus en détail

Présenté par Constable Perry Madelon Road Safety Unit Traffic Branch

Présenté par Constable Perry Madelon Road Safety Unit Traffic Branch Présenté par Constable Perry Madelon Road Safety Unit Traffic Branch Qu est-ce que la distraction au volant? La distraction au volant s entend de tout ce qui détourne l attention accordée à la conduite.

Plus en détail

Le commentaire de Vélo Québec sur les recommandations à privilégier

Le commentaire de Vélo Québec sur les recommandations à privilégier Groupe de travail sur les transports actifs et alternatifs Sécurité des cyclistes Le commentaire de Vélo Québec sur les recommandations à privilégier Les notes qui suivent font suite aux travaux du Groupe

Plus en détail

Informations complémentaires au communiqué de presse conducteur-d-elit.ch

Informations complémentaires au communiqué de presse conducteur-d-elit.ch Le 29 janvier 2015 Informations complémentaires au communiqué de presse conducteur-d-elit.ch Campagne conducteur-d-elite.ch: suivre des cours, c est avoir une conduite plus sûre. L objectif de la campagne

Plus en détail

La prise en compte des 2RM dans les aménagements

La prise en compte des 2RM dans les aménagements La prise en compte des 2RM dans les aménagements Pourquoi les prendre en compte? Quels outils? Bérengère Varin novembre 2011 Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de l'aménagement

Plus en détail

La recherche universitaire en sécurité routière

La recherche universitaire en sécurité routière La recherche universitaire en sécurité routière François Bellavance, PhD Professeur, HEC Montréal Directeur Laboratoire sur la sécurité des transports Centre de recherche sur les transports (CRT) Centre

Plus en détail

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes service technique des Remontées mécaniques et des Transports guidés Systèmes de transport public guidés urbains de personnes Principe «GAME» (Globalement Au Moins Équivalent) Méthodologie de démonstration

Plus en détail

Le présent bilan a été préparé par la Direction des études et des stratégies en sécurité routière à la Vice-présidence à la sécurité routière.

Le présent bilan a été préparé par la Direction des études et des stratégies en sécurité routière à la Vice-présidence à la sécurité routière. Le présent bilan a été préparé par la Direction des études et des stratégies en sécurité routière à la Vice-présidence à la sécurité routière. Vice-présidente : Directrice : Coordonnateur et rédacteur

Plus en détail

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise.

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise. décembre 8 Yann DUCHEMIN Citroën C4-Coupé, Entreprise Etude Annuelle Analyse expérimentale et données constructeur Au terme d une année d utilisation d un véhicule de marque Citroën, et de type C4- coupé

Plus en détail

Accidents à un seul véhicule sans piéton

Accidents à un seul véhicule sans piéton Accidents à un seul véhicule sans piéton Synthèse Les données utilisées pour cette fiche sont plus particulièrement issues de l Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière (ONISR) dont

Plus en détail

LA VITESSE AU VOLANT : SON IMPACT SUR LA SANTÉ ET DES MESURES POUR Y REMÉDIER

LA VITESSE AU VOLANT : SON IMPACT SUR LA SANTÉ ET DES MESURES POUR Y REMÉDIER LA VITESSE AU VOLANT : SON IMPACT SUR LA SANTÉ ET DES MESURES POUR Y REMÉDIER SYNTHÈSE DES CONNAISSANCES DIRECTION DÉVELOPPEMENT DES INDIVIDUS ET DES COMMUNAUTÉS NOVEMBRE 2005 AUTEURE Diane Sergerie Unité

Plus en détail

Rénovation de la banque de questions de l'etg

Rénovation de la banque de questions de l'etg Rénovation de la banque de questions de l'etg Présentation aux écoles de conduite Ministère de l'écologie, de l'énergie,du Développement durable et de la mer, en charge des technologies vertes et des négociations

Plus en détail

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE.

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. Synthèse des travaux réalisés 1. Problématique La question D7 du plan d exécution du Programme National de Recherches

Plus en détail

Accidents de la route dans le département de la Marne. Bilan et évolution DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE LA MARNE 1/24

Accidents de la route dans le département de la Marne. Bilan et évolution DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE LA MARNE 1/24 Accidents de la route dans le département de la Marne Bilan et évolution 202 20 DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE LA MARNE /24 2/24 Quelques données sur les radars dans le département En 202,

Plus en détail

BEPECASER EPREUVE DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES Session du 16 mai 2001

BEPECASER EPREUVE DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES Session du 16 mai 2001 MINISTERE DE L EQUIPEMENT, J. 5242 DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT BEPECASER EPREUVE DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES Session du 16 mai 2001 Question n 1 Un automobiliste arrive à une intersection où est implanté

Plus en détail

Impacts du transport sur la santé: de la métropole jusqu au quartier. par Louis Drouin, M.D., M.P.H.,

Impacts du transport sur la santé: de la métropole jusqu au quartier. par Louis Drouin, M.D., M.P.H., Impacts du transport sur la santé: de la métropole jusqu au quartier Direction de santé publique par Louis Drouin, M.D., M.P.H., responsable, secteur Environnement urbain et santé (avec la collaboration

Plus en détail

Moins d accidents et moins de victimes en 2009

Moins d accidents et moins de victimes en 2009 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUE DE PRESSE 12 avril 2011 Moins d accidents et moins de victimes en 2009 Les chiffres des accidents de la route portant sur 2009 viennent

Plus en détail

Campagne de sensibilisation aux principales causes d'accidents en milieu urbain

Campagne de sensibilisation aux principales causes d'accidents en milieu urbain Nom de l entité déposante : La Cub agence X annonceur Nom de l agence conseil : direction de la communication de La Cub/ Le Big Campagne de sensibilisation aux principales causes d'accidents en milieu

Plus en détail

Guide méthodologique

Guide méthodologique Communauté d Agglomération de NIORT du GRAND NANCY PLAN DE DEPLACEMENTS URBAINS Plan de Déplacement Entreprise Guide méthodologique Septembre 2007 m u n i c i p a l i t é s e r v i c e 7 1, a v e n u e

Plus en détail

Découverte de l accident. Découverte de l accident

Découverte de l accident. Découverte de l accident Découverte de l accident 1 Découverte de l accident Découverte de l accident Pour vous, un accident de la route, c'est quoi? 2 Découverte de l accident Pour certain un accident c est : Un fait divers dans

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.1/2010/5 Distr. générale 12 janvier 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Groupe de

Plus en détail

BILAN ROUTIER UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE! 7 principales causes de collisions à Montréal. Portrait de la sécurité routière et de la circulation

BILAN ROUTIER UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE! 7 principales causes de collisions à Montréal. Portrait de la sécurité routière et de la circulation BILAN ROUTIER Portrait de la sécurité routière et de la circulation 2010 UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE! Le partage de la route en milieu urbain est l enjeu qui pose le plus grand défi autant aux usagers

Plus en détail

293 p ~ NP D DM6. Projet de réaménagement de la rue Jacques Cartier à Gatineau 6211-06-146

293 p ~ NP D DM6. Projet de réaménagement de la rue Jacques Cartier à Gatineau 6211-06-146 293 p ~ NP D DM6 Projet de réaménagement de la rue Jacques Cartier à Gatineau 6211-06-146 Mémoire d'action vélo Outaouais déposé au Bureau d'audiences publiques de l'environnement dans le cadre du projet

Plus en détail

Le présent bilan a été préparé par la Direction des études et des stratégies en sécurité routière de la Vice-présidence à la sécurité routière.

Le présent bilan a été préparé par la Direction des études et des stratégies en sécurité routière de la Vice-présidence à la sécurité routière. J u i n2 0 1 2 Le présent bilan a été préparé par la Direction des études et des stratégies en sécurité routière de la Vice-présidence à la sécurité routière. Vice-présidente : Directrice : Coordonnatrice

Plus en détail

GUIDE DE SÉCURITÉ À VÉLO. 7 e édition

GUIDE DE SÉCURITÉ À VÉLO. 7 e édition GUIDE DE SÉCURITÉ À VÉLO 7 e édition AVANT DE PARTIR UN VÉLO EN ORDRE c est important A Vérifiez la pression des pneus B Vérifiez si la chaîne saute C Vérifiez l état des freins D Vérifiez l équipement

Plus en détail

La sécurité routière C est la responsabilité de tous

La sécurité routière C est la responsabilité de tous La sécurité routière C est la responsabilité de tous Excès de vitesse...2 Facultés affaiblies et fatigue...4 Ceintures de sécurité et sièges d auto...6 Distraction du conducteur...8 Excès de vitesse Connaissez

Plus en détail

Conduire : un acte de travail Prévention du risque routier

Conduire : un acte de travail Prévention du risque routier Santé, Sécurité, Environnement Conduire : un acte de travail Prévention du risque routier Formation initiale AP Formation ACMO 2010 Le risque routier : un risque professionnel majeur Les accidents de la

Plus en détail

Abords d école : limitation à 30km/h à certaines heures seulement?

Abords d école : limitation à 30km/h à certaines heures seulement? 1 Concerne : Abords d école limitation 30Km/h Gilet rétro réfléchissant Camions Nouvelles cartes de stationnement - Motards Abords d école : limitation à 30km/h à certaines heures seulement? Arrêté Royal

Plus en détail

Nouveaux enjeux de recherche en sécurité routière liés à l'automatisation des véhicules : conséquences sur l'activité de conduite

Nouveaux enjeux de recherche en sécurité routière liés à l'automatisation des véhicules : conséquences sur l'activité de conduite Institut français des sciences et technologies des transports, de l aménagement et des réseaux Nouveaux enjeux de recherche en sécurité routière liés à l'automatisation des véhicules : conséquences sur

Plus en détail

Les 5 étapes du management des. risques routiers. pour les entreprises et les collectivités

Les 5 étapes du management des. risques routiers. pour les entreprises et les collectivités Les 5 étapes du management des risques routiers pour les entreprises et les collectivités Qu'est-ce que le C.P.A.T.S.? Le C.P.A.T.S., Centre de Psychologie Appliquée aux Transports et à leur Sécurité,

Plus en détail

Profil détaillé des faits et des statistiques touchant la DISTRACTION AU VOLANT

Profil détaillé des faits et des statistiques touchant la DISTRACTION AU VOLANT Quoi? La distraction est la cause la plus souvent mentionnée comme «cause principale» des accidents avec. La distraction demeure un phénomène difficilement quantifiable. Il est néanmoins possible d affirmer

Plus en détail

L intervention policière, de la théorie à la pratique

L intervention policière, de la théorie à la pratique L intervention policière, de la théorie à la pratique Patrick Lavallée Sergent, conseiller en sécurité routière, Division sécurité routière et patrouilles spécialisées, Service de police de la Ville de

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

Révision du Plan directeur communal 2020 2030 de la Ville de Lausanne : Position de PRO VELO Région Lausanne

Révision du Plan directeur communal 2020 2030 de la Ville de Lausanne : Position de PRO VELO Région Lausanne Révision du Plan directeur communal 2020 2030 de la Ville de Lausanne : Position de PRO VELO Région Lausanne I. Introduction PRO VELO Région Lausanne, en tant qu association forte de plus de 1 200 membres

Plus en détail

Un parc automobile une seule police/

Un parc automobile une seule police/ Assurance Flotte de véhicules Un parc automobile une seule police/ L assurance Flotte de véhicules d AXA vous offre une couverture étendue pour les risques les plus divers. Assurez l intégralité de votre

Plus en détail

Instruments de sécurité de l'infrastructure Six mesures destinées à garantir la sécurité de l'infrastructure

Instruments de sécurité de l'infrastructure Six mesures destinées à garantir la sécurité de l'infrastructure Instruments de sécurité de l'infrastructure Six mesures destinées à garantir la sécurité de l'infrastructure Repérer, éviter et éliminer les risques d'accidents Chers responsables des routes, Chaque année,

Plus en détail

LA ZONE 30. La «zone 30» est un ensemble de voiries à vitesse inférieure à 30 km/h. Elle peut être plus ou moins étendue.

LA ZONE 30. La «zone 30» est un ensemble de voiries à vitesse inférieure à 30 km/h. Elle peut être plus ou moins étendue. LA ZONE 30 DEFINITION 1 «zone 30» section ou ensemble de sections de voies constituant une zone affectée à la circulation de tous les usagers. Dans cette zone, la vitesse des véhicules est limitée à 30km/h.

Plus en détail

Cellulaire au volant. Présenté par M. Jean-Marie De Koninck, Ph. D. Président de la TQSR. 19 novembre 2008

Cellulaire au volant. Présenté par M. Jean-Marie De Koninck, Ph. D. Président de la TQSR. 19 novembre 2008 Cellulaire au volant Présenté par M. Jean-Marie De Koninck, Ph. D. Président de la TQSR 1 19 novembre 2008 Plan de la présentation Données disponibles avant la prise de décision Disponibilité des données

Plus en détail

Savoirs de base en sécurité routière mars 2006

Savoirs de base en sécurité routière mars 2006 Sétra Savoirs de base en sécurité routière mars 2006 Le mécanisme d accident Avertissement : cette série de fiches est destinée à fournir une information rapide. La contrepartie est le risque d erreur

Plus en détail

la sécurité en voiture. Les trois phases complémentaires de la sécurité :

la sécurité en voiture. Les trois phases complémentaires de la sécurité : la sécurité en voiture. Pour exercer la sécurité automobile on doit prendre en compte non seulement le véhicule et le comportement du conducteur au volant mais également l'environnement routier (infrastructures,

Plus en détail

Situation 1 : Note :...

Situation 1 : Note :... Situation 1 : Adhérence sur les pavés et positionnement en entrée de giratoire pour aller à gauche à noter un rampant aigu descendant de plateau ralentisseur en sortie du giratoire Situation 2 : Adhérence

Plus en détail

Conseils pour les personnes âgées qui achètent un véhicule

Conseils pour les personnes âgées qui achètent un véhicule Types de véhicules La taille du véhicule relève d un choix personnel. Certains aînés se sentent plus en sécurité dans un véhicule plus lourd, alors que d autres considèrent que les petites voitures sont

Plus en détail

Les points. d inaptitude PERMIS DE CONDUIRE

Les points. d inaptitude PERMIS DE CONDUIRE Les points d inaptitude PERMIS DE CONDUIRE points En vue d améliorer la sécurité routière au Québec, la Société de l assurance automobile du Québec (SAAQ) applique depuis 17 un système de points d inaptitude.

Plus en détail

GRANDS EXCÈS DE VITESSE : DES SANCTIONS PLUS SÉVÈRES

GRANDS EXCÈS DE VITESSE : DES SANCTIONS PLUS SÉVÈRES GRANDS EXCÈS DE VITESSE : DES SANCTIONS PLUS SÉVÈRES DES SANCTIONS PLUS SÉVÈRES POUR VITESSE EXCESSIVE Chaque année, sur les routes du Québec, la vitesse tue environ 175 personnes et en blesse près de

Plus en détail

CONDUIRE UNE VOITURE EN ALBERTA

CONDUIRE UNE VOITURE EN ALBERTA CONDUIRE UNE VOITURE EN ALBERTA QUELLES SONT LES CONDITIONS POUR POUVOIR CONDUIRE UNE VOITURE EN ALBERTA? Vous devez être âgé d au moins 16 ans et être détenteur d un permis de conduire valide. Il y a

Plus en détail

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org Avril 2014 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris

Plus en détail

Etude Bosch 2006 sur la sécurité et l ESP : Les conducteurs connaissent-ils leur ange gardien?

Etude Bosch 2006 sur la sécurité et l ESP : Les conducteurs connaissent-ils leur ange gardien? Etude Bosch 2006 sur la sécurité et l ESP : Les conducteurs connaissent-ils leur ange gardien? P Préface lus de sécurité sur les routes! C est l affaire de tous et une priorité pour Bosch. En étroite collaboration

Plus en détail

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire ARTICLE & ETUDE Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud Ediab Ali Le concept de la politi- Économiste que monétaire La politique monétaire est une des plus importants piliers

Plus en détail

Rapport final d'enquête partiel fourni ultérieurement. le Service d'enquête sur les accidents des transports publics

Rapport final d'enquête partiel fourni ultérieurement. le Service d'enquête sur les accidents des transports publics Unfalluntersuchungsstelle Bahnen und Schiffe UUS Service d enquête sur les accidents des transports publics SEA Servizio d inchiesta sugli infortuni dei trasporti pubblici SII Investigation bureau for

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et la présentation

PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et la présentation Charte ICOMOS Pour l interprétation et la présentation des sites culturels patrimoniaux PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et

Plus en détail

Moto 125 Le nouvel espace dédié aux conducteurs de 125 cm3 sur les sites des associations Prévention Routière et Assureurs Prévention

Moto 125 Le nouvel espace dédié aux conducteurs de 125 cm3 sur les sites des associations Prévention Routière et Assureurs Prévention COMMUNIQUE DE PRESSE Paris - 19 mai 2011 Moto 125 Le nouvel espace dédié aux conducteurs de 125 cm3 sur les sites des associations Prévention Routière et Assureurs Prévention Embouteillages, problèmes

Plus en détail

LES RISQUES ROUTIERS EN MISSION

LES RISQUES ROUTIERS EN MISSION LES RISQUES ROUTIERS EN MISSION DEPUIS 10 ANS LES ACCIDENTS DE LA CIRCULATION LIÉS AU TRAVAIL REPRÉSENTENT : 54 à 59% des accidents mortels du travail 23 à 25% des accidents avec incapacité permanente

Plus en détail

Convention d'indemnisation directe pour le règlement des sinistres automobiles

Convention d'indemnisation directe pour le règlement des sinistres automobiles 1 Convention d'indemnisation directe pour le règlement des sinistres automobiles Loi sur l'assurance automobile (L.R.Q., chapitre A-25, articles 116 et 173) (13 e édition) Cette brochure représente la

Plus en détail

Conseil national de la sécurité routière. Mardi 27 novembre 2012 Hôtel de Beauvau

Conseil national de la sécurité routière. Mardi 27 novembre 2012 Hôtel de Beauvau Conseil national de la sécurité routière Mardi 27 novembre 2012 Hôtel de Beauvau Sommaire 27 novembre 2012 : Manuel Valls, ministre de l Intérieur, relance le Conseil national de la sécurité routière (CNSR)

Plus en détail

COMMENT GERER LE RISQUE «ROUTIER» AU NIVEAU DES TPE / PME

COMMENT GERER LE RISQUE «ROUTIER» AU NIVEAU DES TPE / PME COMMENT GERER LE RISQUE «ROUTIER» AU NIVEAU DES TPE / PME Constat : Les statistiques montrent qu un salarié sur deux, décédé en accident du travail, l est au cours d un déplacement dans le cadre d une

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Sécurité routière

DOSSIER DE PRESSE Sécurité routière DOSSIER DE PRESSE Sécurité routière Le ministère de l Intérieur organise, du mercredi 8 au samedi 11 octobre 2014 inclus, les deuxièmes Rencontres de la sécurité sur l ensemble du territoire, en métropole

Plus en détail

La sécurité routière : un enjeu pour le milieu professionnel, aussi!

La sécurité routière : un enjeu pour le milieu professionnel, aussi! La sécurité routière : un enjeu pour le milieu professionnel, aussi! Accident avec arrêt Accident avec incapacité temporaire Accident avec incapacité permanente 2.000 à 4.000 25.000 86.000 Accident mortel

Plus en détail

Les stages de sensibilisation à la sécurité routière visent à éviter la réitération des comportements dangereux. Ils sont composés :

Les stages de sensibilisation à la sécurité routière visent à éviter la réitération des comportements dangereux. Ils sont composés : PROGRAMME DE FORMATION DES STAGES DE SENSIBILISATION A LA SECURITE ROUTIERE (ARTICLES L.223-6 ET R 223.5 DU CODE DE LA ROUTE) Les stages de sensibilisation à la sécurité routière visent à éviter la réitération

Plus en détail

480 tests. Code de la route. Codoroute - Tendance & Repères. Jean-Luc Millard. Groupe Eyrolles 2005, ISBN 2-212-11664-0

480 tests. Code de la route. Codoroute - Tendance & Repères. Jean-Luc Millard. Groupe Eyrolles 2005, ISBN 2-212-11664-0 480 tests Code de la route Jean-Luc Millard Groupe Eyrolles 2005, ISBN 2-212-11664-0 Codoroute - Tendance & Repères S é r i e N 1 À la sortie de ce carrefour, je vais emprunter la rue la plus à gauche,

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

La situation en France

La situation en France La situation en France Motocyclettes et cyclomoteurs = moins de 2% du trafic 26% des morts (chiffres 2010) 1/3 des morts en milieu urbain 2/3 en milieu rural 2/3 des blessés en milieu urbain 1/3 en milieu

Plus en détail

RAPPORT D'ACCIDENT VÉHICULE D'AUTOMOBILE

RAPPORT D'ACCIDENT VÉHICULE D'AUTOMOBILE Gouvernement du Canada Government of Canada RAPPORT D'ACCIDENT VÉHICULE D'AUTOMOBILE N du véhicule Rapport confidentiel à l'intention de l'avocat-conseil en cas de litige Ministère Direction de l'accident

Plus en détail

cyclomoteur Non autorisé En général non autorisé sinon 45 45 45

cyclomoteur Non autorisé En général non autorisé sinon 45 45 45 L ATTESTATION SCOLAIRE DE SECURITE ROUTIERE NIVEAU 3 L attestation scolaire de sécurité routière comporte : - une attestation scolaire de sécurité routière (ASSR) de premier niveau qui se passe en 5 e

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

Les accidents de la route en lien avec le travail. Barbara Charbotel, MCU-PH UMRESTTE, Université Claude Bernard Lyon 1

Les accidents de la route en lien avec le travail. Barbara Charbotel, MCU-PH UMRESTTE, Université Claude Bernard Lyon 1 Les accidents de la route en lien avec le travail Barbara Charbotel, MCU-PH UMRESTTE, Université Claude Bernard Lyon 1 Sources de données pour l étude des accidents de la route liés au travail Régimes

Plus en détail

Plan d action sécurité routière. Table ronde contre l insécurité routière

Plan d action sécurité routière. Table ronde contre l insécurité routière Plan d action sécurité routière Table ronde contre l insécurité routière Objectif : combattre l insécurité routière durablement Vision Zéro Zéro mort Zéro blessé grave 2 Plan d action «sécurité routière»

Plus en détail

TABLE QUÉBÉCOISE DE LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE. Catherine Berthod, ing., urb. Laurent Audet Carl Bélanger, ing. Ministère des Transports du Québec

TABLE QUÉBÉCOISE DE LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE. Catherine Berthod, ing., urb. Laurent Audet Carl Bélanger, ing. Ministère des Transports du Québec TABLE QUÉBÉCOISE DE LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE Catherine Berthod, ing., urb. Laurent Audet Carl Bélanger, ing. Ministère des Transports du Québec Exposé préparé pour la séance sur le «Plan successeur de la vision

Plus en détail

- Les équipements. Route à accès réglementé. Autoroute

- Les équipements. Route à accès réglementé. Autoroute SECURITE ROUTIERE : QUELQUES ELEMENTS A RETENIR Pour réviser, vous pouvez vous entrainez sur le site : http://eduscol.education.fr/cid46889/preparation-auxepreuves-securite-routiere.html L ASSR est l attestation

Plus en détail

MOTION DE L OPPOSITION OFFICIELLE POUR RÉVISER LA LÉGISLATION ENTOURANT LA PRATIQUE DU VÉLO

MOTION DE L OPPOSITION OFFICIELLE POUR RÉVISER LA LÉGISLATION ENTOURANT LA PRATIQUE DU VÉLO CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE LA RÉSOLUTION CM14 0439 ASSEMBLÉE ORDINAIRE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 28 AVRIL 2014 MOTION DE L OPPOSITION OFFICIELLE POUR RÉVISER LA LÉGISLATION ENTOURANT LA PRATIQUE DU VÉLO

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

Campagne motards 2015 Les chiffres

Campagne motards 2015 Les chiffres Campagne motards 2015 Les chiffres Le printemps est synonyme du retour de nombreux motards sur nos routes. Le mois d avril marque également le début de la période la plus meurtrière pour les motards. Même

Plus en détail

Forum du 07 /04 /2011

Forum du 07 /04 /2011 Forum du 07 /04 /2011 Bilan général du tout automobile et de ces conséquences. La voiture est devenue l objet primordial de nos déplacements Infrastructures au détriment de la qualité de la vie Conséquences

Plus en détail

DONNÉES DÉTAILLÉES DE L ACCIDENTALITÉ

DONNÉES DÉTAILLÉES DE L ACCIDENTALITÉ PARTIE 6 # DONNÉES DÉTAILLÉES DE L ACCIDENTALITÉ DONNÉES DÉTAILLÉES DE L ACCIDENTALITÉ / LES ACCIDENTS ET LES USAGERS Les accidents et les usagers Selon les modes de déplacement 161 DONNÉES GÉNÉRALES D

Plus en détail

L entretien hivernal des routes : concilier protection de l environnement et sécurité routière

L entretien hivernal des routes : concilier protection de l environnement et sécurité routière L entretien hivernal des routes : concilier protection de l environnement et sécurité routière Audrée Perreault, ing. Naomie Gagnon, ing. jr. Frédéric Champagne, ing. Ministère des Transports du Québec

Plus en détail

Dossier de presse. Création de l observatoire sanef 1 ère étude scientifique des comportements au volant sur autoroute JUILLET 2012

Dossier de presse. Création de l observatoire sanef 1 ère étude scientifique des comportements au volant sur autoroute JUILLET 2012 Dossier de presse SOMMAIRE Présentation...3 Une étude scientifique pour dresser un état des lieux des comportements sur autoroute...4 L occupation des voies : des résultats venant confirmer l importance

Plus en détail

Faits et statistiques. Les assurances de personnes au QUÉBEC

Faits et statistiques. Les assurances de personnes au QUÉBEC Faits et statistiques Les assurances de personnes au QUÉBEC Édition 2008 Association canadienne des compagnies d assurances de personnes inc. Canadian Life and Health Insurance Association Inc. Les assurances

Plus en détail

Épreuve orale de TIPE

Épreuve orale de TIPE Banque Agro Veto. Session 2012 Rapport sur les concours A TB Épreuve orale de TIPE Concours Nb cand. Moyenne Ecart type TB ENSA- ENITA Note la plus basse Note la plus haute 65 11,98 3,09 5 20 TB ENV 28

Plus en détail