INFORMATION TO USERS. This manuscript has been reproduced fmm the microfilm master. UMI films the

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INFORMATION TO USERS. This manuscript has been reproduced fmm the microfilm master. UMI films the"

Transcription

1 INFORMATION TO USERS This manuscript has been reproduced fmm the microfilm master. UMI films the text directly from the original or copy submitted. Thus, some thesis and dissertation copies are in typewriter face, while othen may be from any type of cornputer printer. The quality of this reproduction is dependent upon the quality of the copy submitted. Broken or indistinct print colored or poor quality illustrations and photographs, pnnt bleedthrough, substandard margins, and improper alignment can adversely affect reproduction. In the unlikely event that the author did not send UMI a complete manuscript and there are missing pages, these will be noted. Also, if unauthonzed copyright material had to be removed, a note will indicate the deletion. Ovenize materials (e.g., rnaps. drawings, charts) are repmduced by sectioning the original, beginning at the upper left-hand corner and continuing from left to right in equal sections with small overlaps. Photographs included in the original manuscript have been reproduced xerographically in this copy. Higher quality 6" x 9" black and white photographic prints are available for any photographs or illustrations appearing in this copy for an additional charge. Contact UMI diredly to order. Bell & Howell Information and Leaming 300 North Zeeb Road, Ann Arbor, MI USA

2

3 JULIE VENNE IMPACT DU RÉAMÉNAGEMENT VLTESSE DES VÉHICULES: LE CAS DE LA DES RUES COMMERCIALES SUR LA AVENUE À QUEBEC Mémoire présenté à la Faculté des études supérieures de l'université Laval pour l'obtention du grade de maître en aménagement du territoire et développement régional (M. ATDR) Département d'aménagement FACULTE D'ARCHITECTURE ET DIAMENAGEMENT UNIVERS~T~? LAVAL AVRIL 1999 O JIKIE VENNE, 1999

4 National Library (J(i1 of Canada Acquisitions and Bibliographie Services Bibliothèque nationale du Canada Acquisitions et services bibliographiques 395 Wellington Street 395. rue Wellington Ottawa ON K1A ON4 Ottawa ON K 1 A ON4 Canada Canada Your hie Voire reterence Our Ve Norie raterence The author has grarited a nonexclusive licence allowing the National Library of Canada to reproduce, loan, distribute or sel1 copies of this tliesis in microform, paper or electronic formats. The author retains owiership of the copynght in this thesis. Neither the thesis nor substantial extracts from it may be printed or otherwise reproduced without the author's permission. L'auteur a accordé une licence non exclusive permettant à la Bibliothèque nationale du Canada de reproduire, prêter, distibuer ou vendre des copies de cette thèse sous la fonne de microfiche/film, de reproduction sur papier ou sur format électronique. L'auteur conserve la propriété du droit d'auteur qui protège cette thèse. Ni la thèse ni des extraits substantiels de celle-ci ne doivent être imprimés ou autrement reproduits sans son autorisation.

5 Cette étude s'est intéressée aux aménagements routiers en milieu urbain afin d'en évaluer l'impact sur la vitesse des véhicules. Un relevé des vitesses pratiquées sur la Y Avenue à Québec a été effectue simultanément au centre de la zone aménagée, de même qu'avant et après celle-ci, de manière à étudier les écarts de vitesse entre les points du parcours. L'influence de l'aménagement sur le comportement de vitesse des conducteurs a été vérifiée selon la direction, le type de véhicule, la journée, l'heure, l'état de la chaussée et le type de déplacement (libre ou en peloton). Les résultats obtenus sont significatifs: la vitesse est plus faible dans la zone aménagée que dans les zones nonaménagées. La combinaison de mesures utilisée dans ce traitement global de la voirie a donc un effet réducteur de vitesse.

6 AVANT-PROPOS Je tiens à remercier sincèrement Monsieur Guy Paquette du département d'information et de communication de l'université Laval et Madame Denise Piché du département d'aménagement pour leur disponibilité et leur implication tout au long de cette étude. Merci de m'avoir guidé et encouragé. Je tiens également à remercier la division du transport de la Ville de Québec et tout particulièrement Messieurs Jean-Marie Beaudoin et Yves Vallée pour l'aide apportée lors de l'expérimentation sur le terrain, de même que Monsieur Pierre Lemieux du CRIMES pour le support informatique.

7 LISTE DES TABLEAUX... IV LISTE DES ILLUSTRATIONS VI1 CHAPITRE 1 : INTRODUCTION... 1 CHAPITRE II : LA VITESSE EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE: UNE PROBLÉMATIQUE ASPECTS PSYCHOLOGIQUES ET S~~IOL~XIQUES DE LA VITESSE CHAPITRE III : LES AMÉNAGEMENTS ROUTIERS RÉDUCTEURS VITESSE: UNE REVUE DE LA L I~RATURE DE HISTORIQUE DES inteiwentions Les i-~zfrritisserrrs de trafic Dos-d'âne et plateaux Rétrécissement de la chaussée Chicanes et carrefours giratoires Mes iues percept zrelles Marquage et revêtements de chaussée Végétation et effet de porte... 4l Stationnement et éclairage... 45

8 CHAPITRE IV : HYPOTHÈSE ET MÉTHODOLOGIE DE RECHERCHE Lt *, n r i-c li nmt- vk iikchkiiïhe LE C(JNTEXTE QU~BGCCJIS DES RE AMEN ACEMENTS D' AKTÈIIES LA STtlhTcGIE DE RECHERCHE L'wiétiii~e~rieii t. 111 vnririble iridepcrzdait te L'opt'~ztiorii~r~lis~ztioii des vliriizbles et lus Iiyyotlii%es.ipi~. i.fillrrrs Lx TECHNIQUE DE COLLECTE DES DONNEES DE VITESSE Le modt d'irlstdllztiott flizbilrtc des dotulies Probtèr~ies ~ ~xperrretz Piriode de collecte des doritlies LES TECHNlQUES D'ANALYSE DES DQNNEES QUEWUES DONNÉES DE VITESSES SUR LA VENUE EN GUISE DE KEPÈKE: UNE ÉTUDE DE LA SA AQ CHAPITRE V : ANALYSE DES DONNÉES STATISTIQUES DESCRIPTIVE DES IELLES L'effet de l'atnéttagement sitr ln vitesse des véhicirles selorz LI directiorr

9 5.3.2 L'efft de I izniérlagetnerit sur la vitesse des différetrts types de vélr icrrl es L 'effet de 1 'iztiie~mgetrzerlt srrr 10 vitesse des véhicrrfes seloti Ir1 joirrri6e L'rjfet de 1 'mihiagerirerit sur fii vitesse des véhicrdes seloir Ir1 phgr hor~z ire..., L'tffeet dr 1 i~t?ii;riizge~rietit sirr Iri oitesse des viliicirl~.~ srlori lc ry yr d~ diplacriririit CHAPITRE VI : CONCLUSION ANNEXE A : FICHE TECHNIQUE DE L'APPAREIL UTILISÉ POUR MESURER LA VITESSE DES VÉHICULES ANNEXE B : COMPLÉMENT DE L~ÉPURATION DE LA BASE DE DONNEES...a ANNEXE C : COMPLÉMENT A L'ANALYSE DESCRIPTIVE

10 LISTE DES TABLEAUX TABLEAU 1: DISTANCES D'ARRÉT SUR CHAUSSÉE SÈCHE ET EN BON ETAT SELON LA VITESSE 17 TABLEAU... 2: VAIIIATII~N DE LA VITESSE AVANT ET AIX& L'INSTALLXTI~JN DE MESURES SELON TRO1Ç ['L~SITIONS ( AU NIVEAU DU DtSPc7çITIF. 50 il1 AVANT ET 50 ni AIX&) TABLEAU 3: SITES DE RELEVES DE VITESSE POUR CHAQUE DIRECTION DE LA CIRCULAT~~N TABLEAU 4: CALENDIIIEK,. DES KELEVÉS DE VITESSE... TABLE.^ 5: NOMBRE DE DONNEES RECUEILLIES PUIS RETENUES AI'RES IUMELACE TABLEAU 6: N~MBKE DE DONNEES AI'RES I<ElET DES EWI%IENCES CELLULES HORAIIZES I~ICL~PLETES NON-VALIDES ET DES TABLEAU 7: CAIIACT~II~STIQUES DES DL~NNEES 1:ECUEILLIES SUR LX VENUE TABLEAU 8: ~IL~YENNE DES VITESSES PAIX DIRECTIC3N TABLEAU 9: MOYENNE DES VITESSES PAR SITE TABLEAU 10: MOYENNE DES VITESSES PAR TYPE DE VÉHICULE TABLEAU 11: ~!C~YENNE DES VITESSES PAR IOUKNEE,., 101 TABLEAU 12: MOYENNE DES VITESSES PWR LES [~~UIWEES DE SEMAINE ET DE FIN DE SEMAINE 102 TABLEAU 13: MOYENNE DES VITEÇSES PA3 PLAGE HORAIRE 103 TABLEAU 24: MOYENNE DES VITESSES POUR LES PÉRIODES D'OBSCURI~ TABLEAU 15: MOYENNE... ET DE CLARE DES VITESSES SELON LA CONDITION M~~OROLCKIQUE TABLEAU 16: MOYENNE DES VITESSES PAR TYPE DE DEPLACEMENT TABLEAU 17: MATRICE DES ECARTS DE VITESE SIGNIFICATIFS ENTRE LES SITES 110 TABLEAU 18: MATRICE DES ÉCARTS VÉHICULES DE TYPE " AUTOMOBILE" (0-20 PIEDS) DE VITESES SIGNIFICATIFS ENTRE ES SITES POUR LES

11 T.~LAU 19: ATRI RI CE DES GCARTS DE VITESSES SIGNIFICATIFS ENTRE LES SITES POUR LES VÉHICU LES DE TYPE '. CAMION DE LIVRAISON" (21-25 PIEDS) TABLEAU 20: MATRICE DES ÉCARTS DE VITESSES SIGNIFICATIFS ENTRE LES SITES Pc7UII LES VÉHICULES DE TYPE " AUTOBUS ET SEMI-REMORQUES" (26 PIEDS ET +) TABLEAU 21 : MATRICE DES GCAKTS DE VITESSES SIGNIFICATIFS ENTliE LES SITES PclUII LA IOUIINEE DU MEIKREDI TABLEAU 22: MATIIICE DES IXAKTS DE VITESSES SIGNIFICATIFS ENTRE LES SITES NWI~ LA IcJUIINEE DU VENDREDI TABLEAU 23: ~IATIKE DES ÉcARTS DE VITESSES SIGNIFICATIFS ENTRE LES SITES IJoUli LA IOUIINEE DU SAMEDI TABLE AL' 24: ~~ATICICE DES ECAKTS DE VITESSES SIGNIFICATIFS ENTIIE LES SITES VOUK LA IL~C~IWÉE DU DIMANCHE TABLEAU 25: MATI~ICE DES ECAIITS DE VITESSES SIGNIFICATIFS ENTRE LES SITES I'rJUK L'ENSE~~BLE DES V~HICULES CIRCULANT LA NUIT (OH-6~) TABLEAU 26: ~IATI~IcE DES GCARTS DE VITESSES SIGNIFICATIFS ENTKE LES SITES I'OUK L'ENSEMBLE DES VÉHICULES CIRCULANT EN I'cTNTE A.M. (6~-9~) TABLEAU L'ENSEMBLE DES VÉHICULES CIRCULANT LE ]OUR ( 9~ : MATRICE DES ECAIITS DE VITESSES SIGNIFICATIFS ENTRE LES SITES IX7UIi 1 5 ~ ) TABLEAU 28: MATRICE DES ECARTS DE VITESSES SIGNIFICATIFS ENTKE LES SITES IYWK L'ENSEMBLE DES VÉH~CULES CIRCULANT EN IJ(INTE l'.m. (15~-I~H) TABLEAU 29: MATHCE DES GCARTS DE VITESSES SIGNIFICATIFS ENTRE LES SITES RWIC L'ENSEMBLE DES V~HICULES CIRCULANT LE SOIR (18~-OH) TABLEAU 30: MATRICE DES ÉcARTS DE VITESSES SIGNIFICATIFS ENTKE LES SITES ij~~u1< LES VEHICULES CIRCU LANT EN PELOTON (MO~NS TABLEAU 31: MATRICE v~hicules DE 45) DES ~CARTS DE VITESSES SIGNIFICATIFS ENTlCE LES SITES IVUK LES EN CIRCULA-iïQN FLUIDE (ENTRE 4s ET 10s) TABLEAU 32: MATRICE DES ~CARTS DE VITESSES SIGNIFICATIFS ENTRE LES SITES POUR LES VGHICULES ClIICULANT EN SOLITAIRE (PLUS DE 105)

12 LISTE DES ILLUSTRATIONS F~GURE 1: RISQUE D'ÉTRE TUE. POUR UN PIETON RENVERSE PAR UNE VOITUIIE SELON LA VITESSE DU VEHICULE Ficu ~IE 8 DCCIIKHEM ENTS LATCIIAUX AU CAIIIIEFLW II... FIGURE 9 CAICIIEFOUK... GIIIATOIIIE 41 FICUIZE 1 O BANDS RUGUEUSES FICUIIE 1 1 EFFET DE IYWTE... +,....4 O 4-4 FIGURE 12: PH~T~Y;IIAI~HLE DE LA 3' AVENUE/ S'RUE FICURE 13: PH~~TLKXAPHIE DE L'INTERSECT~ON CHEMIN DE LA CANAKDI&IIE/~~ AVENUE.. 63 FIGUKE 14: DLMENS[(JNS ANALYSEES FICURE 15: L~KALISATIC~N DES SITES DE RELEVCS DES VITESSES FICUKE 16: [NSTALLATIL~N D' UN Cc7M13TEUII FIGURE 17: H~STCXRAMME DE FRI~QUENCES... DES VITESSES 97 FIGURE 18: GRAPHIQUE DE LA VITESSE MWENNE DES SIES F~GLJRE 19: GRAPHIQUE... DE LA VITESSE MOYENNE PAR JoURN~E F~GURE 20: GRAPHIQUE DE LA VIESSE MOYENNE DE PLACES HORAIRES 103 FIGURE 21: GRAPHIQUE DE LA VITESSE MOYENNE DES TYPES DE DEPLACEMENT F ~ R22: E GRAPHIQUE DE LA VITESSE MOYENNE DES DIRECnONS NORD ET SUD... II 1

13 FIGURE 23: GRAPHIQUE DE LA VITESSE MOYENNE DES DIF~IENTS TYPES DE VEHICULES FIGURE 25: ~RAIJH~QUE DE LA VITESSE MOYENNE DES DIFFERENTES PLAGES HOIIAIIGS FIGURE 26: GRAPHIQUE DE LA VITESSE MOYENNE DES DIFFl%ENTS TYPES DE DGPLACEMENT

14 CHAPITRE 1 INTRODUCTION L'amélioration du niveau de vie, le développernent périurbain et les contraintes quotidiennes de déplacements divers et rapides engendrent u ne croissance constante du parc automobile. Un sous-produit indésirable découle de cette motorisation: les accidents de la route. Importante cause de mortalité, les accidents routiers entraînent des pertes pour la société tant du point de vue démographique que socio-économique. En effet, 78600' personnes auront été tuées lors d'un accident de la route au cours du XX' siècle au Québec, et ce type de rnortalite touche plus sévèrement les jeunes adultes formant la population active. Outre la mortalité, les accidents de la route constituent également une cause de morbidité importante puisqu'au cours du XX" siècle, plus de deus millions' de Québécois auront été blessés dans ces circonstances. Les traumatismes routiers entraînent donc d'énormes coûts pour la société québécoise en terme de soins hospitaliers et médicaux et en terme de perte de productivité. Afin de mettre un peu de baume sur cette plaie qui afflige notre société, il est essentiel de comprendre la dynamique entourant les accidents de la route. ' MINISTÈRE DE LA SANTE ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUEBEC, Les traumatismes au Québec, comprendre pour prévenir, Les publications du Quebec, 1991, p. 70. ' MINISTERE DE LA SANTE ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUEBEC, Les traumatismes au Québec. comprendre pour prévenir, op. cit., p. 70.

15 Ainsi, avant toute action, il est important de connaître les caractéristiques d'accidents, reflet de la situation, pour ensuite venir agir sur les facteurs d'accidents, élément causal menant aux pistes d'intervention. Les caractéristiques des accidents peuvent être d'ordre temporel, météorologique, liées h l'infrastructure, aux usagers ou encore aux véhicules. Voyons brièvement quelques-unes de ces caractéristiques d'accidents, d'abord de façon générale pour l'ensemble des usagers puis, pour un type d'usager en particulier. Environ 15' de la population du Québec subit annuellement un traumatisme routier. Sur ce, 75% sont des occupants de véhicules A moteur, 8'5 sont des piétons, 75 des cyclistes et un peu plus de 8":' sont des motocvclistes. Parmi ces victimes, il y a une surreprésentation masculine en ce qui a trait a la mortalité et ;l la morbidité. De plus, 347, de l'ensemble des accidentés de la route sont îgés entre 15 et 24 ans alors qu'ils représentent environ 16% de la population'. Ces tristes statistiques sont réparties h travers la hiérarchie du réseau routier de façon assez surprenante première vue. Ainsi, on constate que le risque d'accident est quatre fois plus élevé sur les voies non autoroutièresh que sur les autoroutes en raison de l'absence de séparation des flux de circulation et de la présence d'intersections et d'obstacles fixes rigides. En effet, le nombre des victimes de la route est plus élevé lorsque le nombre de voies est restreint..aux États-unis, en 1988, 690' des accidents avec dommages corporels se sont ' MINISTERE DE LA SANTE ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUEBEC, Lcs traumcitismtls au Ouebcc, comprcndrc pour pri.vcnir, op. cit., p. 71. MINISTÈRE DE LA SANTE ET DES SERVICES SOClAUX DU QUEBEC, Les traumatismes au rendre pour prévenir, op. cit., p. 73. ' MINI~I'ÈRE DE LA SANTG ET DES SERVICES SOCIAUX DU QU~BEC, Lcs traumatismes au Quilbty, cornprrndrc pour prévenir, op. cit., p. 73. " BARJONET, P.E., LACARDE, D., SERVEILLE, J., SécuritO routière, Institut National dc Recherche sur Ics Transports et leur Securite (INRETS), Presses de l'école nationalc des ponts et chaussées, Paris, 1992 p. 28. ' BARJONET, P.E., LAGARDE, D., SERVEILLE, J., Sécurité routière, op. cit., p. 32.

16 produits en agglomération, et, contrairement à ce que l'on pourrait croire, la majorité (plus de 80%) de ces accidents survient sous des conditions météorologiques normaless. En ce qui concerne les piétons par exemple, la moitié des victimes (50,5*D) heurtées entre 1987 et 1991 au Québec l'ont été dans des zones d'affaires ou commerciales, 35,8% des piétons accidentés l'ont été dans des zones résidentielles, alors que les zones scolaires et rurales regroupent respectivement 4,671 et 435 des victimes". Autre fait intéressant à noter, la majorité (785) des accidents impliquant des piétons se produisent dans des zones où la vitesse maximale permise est de 50km/ h ou moins. ((On constate aussi que plus la vitesse autorisée croît, plus la gravité des blessures augmente. Ainsi, dans les zones de 50 km/ h et moins, la proportion des décès est de 2,3YX, dans les zones de60-70 km/ h elle est de 8,5D, cette proportion grimpe à 14,2Y1 dans les zones de 80 km/ h, a 22,9% dans les zones de 90 km/ h et jusqu'à 33,7?A dans les zones de 100 km/ h. 2' La problématique routière découle d'un processus multid imensionnel. Conceptualisé par Haddon (l972), le processus d'accident se décompose en trois phases (préimpact, pet-impact, postimpact) et en quatre types de facteurs (facteurs humain, mécanique, environnemental et socio-économique ou culturel). Au plan des facteurs humains contribuant aux accidents, nous retrouvons par exemple l'alcool, qui est présent dans 40% à 507i1 des accidents mortels", l'expérience de conduite et la vitesse. Sur le plan mécanique, des ' BARJONET, P.E., LAGARDE, D., SERVEILLE, J., Sécurité routière, op. cit., p. 33. "AIGHI, R., Lcs pictons et les accidents dc la route au Quebec , Societc de l'assurance automobile duquc.bec, 1995, p. 56. '"AICHI, R., Les piétons et les accidents de la route au Ouébec , op. cit., p. 58. '' MINISTÈRE DE LA SANTG ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUEBEC, Les traumatismes au Québec. comprendre pourprévenir, p. 79.

17 dispositifs permettent de mieux protéger les occupants comme l'adhérence des pneus, le port de la ceinture de sécurité, la présence de coussins gonflables, d'un feu de freinage arrière surélevé qui permet de diminuer de moitié les collisions arrières," des phares de jour qui réduisent de 28% les collisions frontales et de 17% les collisions aux intersections13 et les freins antiblocages (ABS). 11 existe également une relation entre l'environnement physique et la fréquence et la gravité des accidents. En effet, la modification des abords de la route pourrait prévenir la moitié des décèsi4 provoqués suite h la collision entre un véhicule et un objet fixe. Enfin, les facteurs socio-économiques et culturels dont font partie les lois et les normes ont un impact sur la sécurité routière quoique ce fait soit scientifiquement peu documenté. En effet, comme l'émergence de lois en sécurité routière est l'expression de nouvelles normes sociales, le taus d'accidents s'en trouve forcément influencé. Pensons, par exemple, aux lois sur la conduite en état d'ébriété qui modifient la perception et le degré de tolérance de la population. Il est difficile de connaître l'implication de clinque facteur dans le phénomène d'accident car très souvent plusieurs facteurs y contribuent simultanément. Cependant, le chois d'une intervention ne doit pas être déterminé, <( (...) en fonction de l'importance des facteurs à l'origine des accidents, mais plutôt selon son efficacité à réduire le nombre et / ou la gravité des blessures, soit en les prévenant (préimpact), en atténuant le transfert d'énergie (per-impact) ou en minimisant les conséquences par une intervention rapide l2 MINIST~RE DE LA SANTE ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUEBEC, Lcs traumatismes au Québec, comprendre pour prévenir, op. cit.. p. 86. '' MINI!~'~RE DE LA SANTE ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUEBEC, Les traumatismes au Ouébec, comprendre pour prévenir, op. cit., p. 85. " MINISTÈRE DE LA SANTE ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUEBEC, Les traumatismes au Québec, comprendre pour prévenir, op. cit., p. 83.

18 (postirnpact). La question n'est plus "Quelles sont les causes des accidents?", mais plutôt "Quelle est l'efficacité des interventions? " O.'' Lorsqu'on se penche sur le domaine des interventions en sécurité routière, il en ressort un éventail de solutions possibles. Ainsi pour un enjeu tel que les traumatismes découlant des excès de vitesse, les in terventions peuvent s'attaquer aux facteurs humains par une surveillance policière accrue, auh véhicules avec une limitation électronique de la vitesse, à l'environnement routier en jouant sur la largeur des voies ou encore aux valeurs culturelles par l'entremise de la publicité. Les interventions possibles sont nombreuses. Dans certains cas l'efficacité a été prouvée, dans d'autres cas, les évaluations n'ont pas encore été effectuées. Il est donc de rigueur de souligner maintenant l'état des connaissances apportées par la recherche en sécurité routière au cours des dernières décennies, les interventions qui en ont découlé, et leur impact sur le bilan routier. Les diverses interventions, comme nous le verrons plus loin, n'ont pas été vaines puisque malgré quelques fluctuations, la fréquence des accidents avec dommages corporels au Québec présente une tendance à la baisse depuis la fin des années soixante-dix. En fait, jusqu'au début des années soixante, la sécurité routière se résumait à des normes de fabrication des vehicules et des normes de construction de routes. Ce n'est qu'au cours de la décennie que la recherche scientifique en matière de sécurité routière fait son apparition. Puis, vers la fin des années soixante-dix, l'état lutte contre l'insécurité routière en appliquant des mesures telles que le port de la ceinture, la limitation des vitesses et, " DUSSAULT, C.. Lcs usagers - en route vers I'm 2001: Problématique, mesures, implantation et évaluation, Symposium national sur la sécurité routière, Toronto, 1994, p. 4.

19 I'amelioration des normes de construction des véhicules et des dispositifs de protection, ce qui a eu comme résultat une baisse spectaculaire du nombre de morts sur la route. Enfin, depuis les années quatre-vingt, I'information et la sensibilisation accentuent la prise de conscience sociale. L'insécurité routière sera désormais perçue comme un phénomène concernant l'ensemble de la société. Ces mesures ont améliore le bilan routier car la mortalité a diminué de 40% entre 1978 et 1986, passant de 28 pour habitants à 16,4'". Ce taux situait cependant le Québec légèrement au-dessus de la moyenne canadienne de mortalité due aux traumatismes routiers qui était de 16 pour habitants". La crise économique a également participé à la baisse du nombre de blessés pendant les années 1982 et Les plus récentes statistiques nous apprennent que, mis 2 part l'année 1994, les 882 victimes décédees en 1995 constituent le plus bas niveau des trente-cinq dernières années; <( (...) il faut retourner en 1960 pour obtenir un nombre de victimes décédees sur les routes du Québec inférieur à celui de 1995, soit 853, alors que le nombre de titulaires de permis de conduire et de véhicules en circulation était environ le quart de celui de 1995.)>''. L'année 1995 s'est soldée par un taux de décès de 12 pour habitants maintenant ainsi la tendance à la baisse depuis 1973 où un taux de 36 victimes décédées pour habitants avait été atteint". Le Québec connaît également des baisses consécutives depuis 1988 pour l'ensemble total des victimes d'accidents routiers. En effet, un taux de 673 victimes pour 'O MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUEBEC, Les trriumatismcs au Québec, c«mprcndrcvciurpri.venir, op. cit., p. 76. '' MINISTÈRE DE LA SANTÉ FT DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC, Les traumatismes au Qu6bec. comprendre pour prévenir, op. cit., p. 77. '3socihÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (SAAQ), Bilan 1995, dossier statistique, Québec, 1996, p. 14. 'O SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUEBEC (SAAQ), Bilan 1995, dossier statistique, Québec, 1996, p. 14.

20 habitants a été enregistré en 1995 et il faut remonter en 1967 pour en obtenir un inférieur soit 624-*. Des progrès sont toutefois encore souhaitables en regard de certains pays comme la Grande-Bretagne, la Suède et le Japon qui ont un taux de mortalité inférieur à 10 pour habitants". Les interventions en sécurité routière amorcent actuellement un virage important. En effet, les objectifs qui ont primé jusqu'à maintenant étaient guidés par les notions d'écoulenient du trafic, de confort et de sécurité maximale pour l'automobiliste, compromettant par le fait même Iû sécurité de I'ensemble des usagers du milieu routier. Aujourd'hui, les objectifs poursuivis visent de plus en plus la maîtrise du comportement en vue d'une conduite civilisée. En effet, les études et expériences menées depuis vingt ans ont permis une meilleure compréhension des accidents, ce qui a mis en évidence l'importance des interactions entre le conducteur, le véhicule et l'aménagement des infrastructures. En fait cette ouverture d'horizon coïncide avec I~évolution du grand débat mobilité/ sécurité. Certes, la mobilité a primé et prime encore sur la sécurité et il revient à chaque société de fixer son ratio mobilité/ sécurité, indice du dosage entre le niveau de tolérance aux traumatismes et la satisfaction des besoins de déplacements. Li3 tolérance étant à la baisse, il y a une plus forte demande pour la sécurité, ce qui se traduit dans bien des cas par une réduction de la mobilité des automobilistes. D'un autre côté, les usagers vulnérables et les personnes trop âgées ou trop jeunes pour conduire bénéficient d'une plus grande mobilité. C'est donc à la lumière de ces constats que les interventions d'aujourd'hui visent le meilleur équilibre possible entre la mobilité et la sécurité pour I'ensemble des usagers. ÇOCII?I$ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUEBEC (SAAQ), Bilan 1995, dossier statistique, Québec, 1996, p MINIÇTÈRE DE LA SANTE ET DES SERVICES ÇOCIAUX DU QUEBEC, Les traumatismes au Québec, comprendre pour prévenir, p. 77.

21 Les enjeux en sécurité routière sont nombreux et représentent tous des défis intéressants. La présente étude portera sur une problématique d'actualité, celle de la vitesse en milieu urbain. D'abord parce que la vitesse est une cause importante d'accidents. Elle a été responsable er? 1995 d'environ 240 décès sur 900 accidents et de près de 7000 blessés au Québei' ce qui la place au deuxième rang des causes d'accidents après l'ébriété au volant. La vitesse joue donc u n grand rôle dans la gravité des accidents routiers et, contrairement a ce que l'on pourrait croire, la majorité de ceux-ci surviennent en milieu urbain, d'où l'intérêt de cette étude pour la vitesse en ville. De plus, les interventions dans ce domaine sont encourageantes car une réduction de seulement quelques kilomètres/ heure peut changer le sort de bien des vies. Par exemple, une expérience réalisée en Suisse en 1982 a permis d'observer que l'abaissement de la limite de vitesse en ville de 60 h 50 km/ h a fait diminuer le nombre d'accidents de 9.35, le nombre de blessés de 9,7";, et le nombre de piétons blessés de 20,5%", alors que Ifexpérience inverse des Etats- Unis haussant la limite de vitesse de 55 mph à 65 mph sur les autoroutes de certains États a provoqué u n accroissement de 180h du nombre de décès". L'étude de la vitesse s'insère également dans un contexte social où la demande pour la sécurité se fait plus grande de même que la demande en mobilité de In part des usagers vulnérables. La réduction de la vitesse est d'ailleurs en voie de faire l'objet d'un consensus mondial, celui du << 50 en ville)). Pour ajouter à cette prise de conscience sociale, le ministhre des Transports et la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) se sont donné la mission d'informer " Journal de Québ~x, 24 avril 1996, p. 10. Citant Jacques Brassard, ministre des Transports et respvnsablc de la SociétP de l'assurance automobile. " MARRET, J.L., En vitesse... ou en sécurité? Éléments de cornméhension et pistes de réflexion, Société de l'assurance automobile duquébec, 1994, p. 43. '' BARJONET, P.E., LAGARDE. D., SERVEILLE, J., Sécurité routière, op. ci t., p. 95.

22 et de sensibiliser la population aux effets néfastes de la vitesse par l'entremise d'une vaste campagne publicitaire ayant comme slogan «La vitesse tue». Comme nous l'avons mentionné, le champ d'interventions possibles e n matière de vitesse est vaste, qu'il s'agisse de mesures s'attaquant aux facteurs humains, mécaniques, environnementaux ou socio-économiques et culturels. Cependant les interventions sur l'environnement ont suscité un vif intérêt au cours des dernières années et elles s'inscrivent dans la nouvelle optique d'une conduite plus civilisée. Elles ont fait leur apparition un peu partout sur le territoire et elles ont l'avantage de pouvoir obtenir des effets directs et durables. De plus, les effets des interventions sur l'environnement sont pour la plupart scientifiquement mesurables, ce qui permet de répondre à la question de l'heure à savoir: Quelle est l'efficacité des interventions? Depuis vingt ans, de nombreuses études et expériences en sécurité routière se sont penchées sur la relation entre le conducteur et l'aménagement des infrastructures. En effet, bien souvent l'objectif visé lors du réaménagement des abords d'une route est d'influencer le comportement du conducteur de sorte qu'il adapte sa conduite ou plus précisément sa vitesse au milieu qu'il traverse. La relation entre la vitesse et I'environnemen t routier constitue donc un sujet d'étude des plus contemporains. De plus, cette relation met en évidence le rôle important que jouent la planification et l';ménagement du territoire dans la sécurité routière. L'objectif de ce mémoire est d'évaluer l'efficacité des aménagements urbains réducteurs de vitesse afin d'en connaître l'apport en sécurité routière, ce qui permettra par la suite de justifier ou d'éviter les dépenses massives de fonds publics à ce chapitre. De plus, l'évaluation permettra peut-être d'apporter des pistes pour l'amélioration de futures interventions. L'étude cherche donc à savoir si les interventions visant la modification de l'environnement routier en milieu urbain livrent effectivement au conducteur le message de modérer

23 sa vitesse. Afin de répondre à cette question de recherche, il est impératif de cerner d'abord la problématique en abordant les aspects psychologiques et sociologiques de la vitesse, ses effets sur la conduite, son rôle dans les accidents et l'influence de l'environnement dans le comportement de vitesse adopté. La revue de la littérature vient se greffer a la problématique en approfondissant le thème particulier des aménagements réducteurs de vitesse et en faisant état de leurs evaluations à ce jour. Puis, les hypothèses et la méthodologie de recherche seront exposées, pour ensuite faire place à l'analyse des résultats et aux conclusions qui en découlent.

24 CHAPITRE II Dans le contevte du transport routier, la sécurité et la vitesse sont deux valeurs sociales en conflit direct contribuant ainsi à rendre le problème de I'insécurité routière bien particulier. L'objectif de ce présent chapitre est de permettre u ne meilleure compréhension de 1.7 problématique de la vitesse, en l'abordant sous différents angles. Ainsi, la question des aspects psychologiques et sociologiques motivant le chois de la vitesse pratiquée est d'abord traitée. Puis, les effets de la vitesse sur la conduite d'un véhicule sont décrits ûiin de mieux comprendre le processus d'accident. Par la suite, le constat des conséquences de la vitesse sur le biian routier sera mis en lumière. Nous sommes donc conduits vers la recherche de solutions et, après avoir examiné pourquoi et comment le phénomène complexe de la vitesse affecte nos vies, il s'avère important de souligner finalement le rôle de l'environnement sur la vitesse adoptée. Ce dernier point introduit les pistes d'interventions en matière d'aménagements routiers. 2.1 Aspects psychologiques et sociologiques de la vitesse La vitesse de déplacement d'un véhicule est déterminée par le conducteur i partir de sa lecture et de son interprétation de l'environnement immédiat, et ce, selon ses connaissances, son experience et son attitude personnelle. Le

Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse

Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse Concours Gastounet Morbihan 2007 1 La vitesse : 1 er facteur d accident et de gravité? la preuve : Evolution en France de 1970

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 Le nombre de victimes d accidents de la route en Belgique a diminué en 2012 La Direction générale Statistique et Information économique publie aujourd hui

Plus en détail

OUTILS DE SENSIBILISATION : PIÉTON / CYCLISTE / AUTOMOBILISTE / CYCLOMOTEUR

OUTILS DE SENSIBILISATION : PIÉTON / CYCLISTE / AUTOMOBILISTE / CYCLOMOTEUR OUTILS DE SENSIBILISATION : PIÉTON / CYCLISTE / AUTOMOBILISTE / CYCLOMOTEUR Piétons Les causes possibles d'accidents impliquant des piétons et des véhicules sont bien connues. La négligence, l'inattention

Plus en détail

Caractéristiques de conduite des jeunes et de la population vieillissante

Caractéristiques de conduite des jeunes et de la population vieillissante N o 53F0007XIF au catalogue ISBN: 0-662-88083-8 Document de recherche Caractéristiques de conduite des jeunes et de la population vieillissante par John Nicoletta Division des transports Édifice principale,

Plus en détail

bilan routier 2012 Département de police de laval

bilan routier 2012 Département de police de laval bilan routier 2012 Département de police de laval 1 2 2012 : UN BILAN ROUTIER STABLE Le volume de la circulation routière est en constante croissance à Laval. Le Département de police de Laval est soucieux

Plus en détail

Circulation motorisée et santé : des interventions pour mitiger ses impacts Routes en traversée d agglomération

Circulation motorisée et santé : des interventions pour mitiger ses impacts Routes en traversée d agglomération Circulation motorisée et santé : des interventions pour mitiger ses impacts Routes en traversée d agglomération Edmonton, 11 juin 2012 Catherine Berthod, ing., urb. Direction de la sécurité en transport

Plus en détail

Coutances Étude d'accidentologie 2008-2012

Coutances Étude d'accidentologie 2008-2012 SERVICE RISQUES ET SECURITE Sécurité Routière et Déplacements Septembre 23 Coutances Étude d'accidentologie 28-22 Direction Départementale des Territoires et de la Mer de la Manche . DONNÉES GÉNÉRALES

Plus en détail

Ouvrez l œil autour des véhicules lourds

Ouvrez l œil autour des véhicules lourds Ouvrez l œil autour des véhicules lourds Surveillez les angles morts Pour garder la vie Sécurité : un mot prioritaire pour CAA-Québec Les automobilistes d aujourd hui doivent partager la route avec de

Plus en détail

Le téléphone portable au volant. Jean Chapelon et Pierre Sibi (ONISR)

Le téléphone portable au volant. Jean Chapelon et Pierre Sibi (ONISR) Le téléphone portable au volant Jean Chapelon et Pierre Sibi (ONISR) Contexte 2003 : interdiction d'utiliser le téléphone portable tenu en main uniquement au volant en France. Cette décision s'appuyait

Plus en détail

Rénovation de la banque de questions de l'etg

Rénovation de la banque de questions de l'etg Rénovation de la banque de questions de l'etg Présentation aux écoles de conduite Ministère de l'écologie, de l'énergie,du Développement durable et de la mer, en charge des technologies vertes et des négociations

Plus en détail

IV. CAPACITE ET VITESSE

IV. CAPACITE ET VITESSE IV. CAPACITE ET VITESSE EN FONCTION DE LA GEOMETRIE DES ROUTES ET DES TUNNELS ROUTIERS IV.1. Introduction Cette partie traite des différents mouvements de la circulation à l intérieur d un tunnel routier

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER

SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER 2013 SOMMAIRE Depuis 1978,... le nombre de décès a chuté de 77,4 %. Il y a eu 399 décès sur les routes en 2013, soit 22 de moins qu en 2012, ce

Plus en détail

Quelle efficacité en 35 ans? Forum France Traumatisme Crânien. Évolution de la mortalité routière 03/12/2009. Les choix du CISR du 18/12/2002

Quelle efficacité en 35 ans? Forum France Traumatisme Crânien. Évolution de la mortalité routière 03/12/2009. Les choix du CISR du 18/12/2002 Quelle efficacité en 35 ans? Forum France Traumatisme Crânien 9 juin 2006 Claude GOT Deux ruptures brutales ont été observées Elles ont toutes les deux été provoquées par des décisions politiques Juillet

Plus en détail

Observatoire des effets du tramway

Observatoire des effets du tramway Observatoire des effets du tramway Modes doux Méthodologie Les modes doux désignent les déplacements effectués à pied, à vélo, en roller Dans cette étude sur les effets du tramway, il est proposé d évaluer

Plus en détail

Portrait cartographique des accidents hors autoroutes en Montérégie (2008-2012)

Portrait cartographique des accidents hors autoroutes en Montérégie (2008-2012) Portrait cartographique des accidents hors autoroutes en Montérégie (2008-2012) Guide d accompagnement Avril 2015 DIRECTION DE SANTÉ PUBLIQUE DE LA MONTÉRÉGIE Préparé par le secteur Planification, évaluation

Plus en détail

BILAN ROUTIER 2014. Société de l assurance automobile du Québec

BILAN ROUTIER 2014. Société de l assurance automobile du Québec BILAN ROUTIER 2014 Société de l assurance automobile du Québec SAAQ BILAN ROUTIER 2014 1 SOMMAIRE IL Y A EU 336 DÉCÈS SUR LES ROUTES EN 2014, SOIT 55 DE MOINS QU EN 2013, CE QUI REPRÉSENTE UNE DIMINUTION

Plus en détail

L accidentalité dans l Orne en 2013

L accidentalité dans l Orne en 2013 08 juillet 2014 2009 2010 2011 2012 2013 provisoire Accidents 185 148 178 131 129 37 25 22 26 26 Blessés 228 186 272 180 152 L insécurité routière recule légèrement en 2013. Le nombre d accidents corporels

Plus en détail

NOTE D INFORMATION ETUDES DE SÉCURITÉ EN INTERSECTION AVEC LE LOGICIEL SECAR

NOTE D INFORMATION ETUDES DE SÉCURITÉ EN INTERSECTION AVEC LE LOGICIEL SECAR NOTE D INFORMATION Circulation Sécurité Equipement Exploitation Auteur : SETRA - CSTR 113 ETUDES DE SÉCURITÉ EN INTERSECTION AVEC LE LOGICIEL SECAR Editeur : Mars 1998 Le logiciel SECAR est un système

Plus en détail

Savoirs de base en sécurité routière. Vitesse et mortalité

Savoirs de base en sécurité routière. Vitesse et mortalité Sétra Savoirs de base en sécurité routière mars 2006 Vitesse et mortalité Avertissement : cette série de fiches est destinée à fournir une information rapide. La contrepartie est le risque d erreur et

Plus en détail

Une nouvelle approche de l éducation routière au Québec. Présentation dans le cadre des Journées francophones de la sécurité routière

Une nouvelle approche de l éducation routière au Québec. Présentation dans le cadre des Journées francophones de la sécurité routière Une nouvelle approche de l éducation routière au Québec Présentation dans le cadre des Journées francophones de la sécurité routière 23 e Entretiens du Centre Jacques Cartier Lyon, France 15 décembre 2010

Plus en détail

Conférence de presse. du 22 avril 2014

Conférence de presse. du 22 avril 2014 Conférence de presse du 22 avril 2014 Programme 1. Bilan des accidents de la route 2013 2. Lancement de la campagne de sensibilisation «Levez le pied!» 3. Présentation du guide «Passages pour piétons en

Plus en détail

Mémoire du Conseil régional de l environnement de Montréal dans le cadre de la consultation publique sur :

Mémoire du Conseil régional de l environnement de Montréal dans le cadre de la consultation publique sur : Mémoire du Conseil régional de l environnement de Montréal dans le cadre de la consultation publique sur : La traversée de la rue à Montréal : Comment accroître le confort et la sécurité des piétons 10

Plus en détail

Pourquoi les zones 30?

Pourquoi les zones 30? Introduction de la Sommaire Pourquoi les zones 30? 3 Distance de freinage réduite 4 Réduction du bruit 5 Perte de temps minimale 5 Prescriptions du Ministère du Développement durable et des Infrastructures

Plus en détail

l affichage numérique et par projection de la publicité : Lignes directrices pour la réglementation et l évaluation de la sécurité routière

l affichage numérique et par projection de la publicité : Lignes directrices pour la réglementation et l évaluation de la sécurité routière Notions élémentaires sur l affichage numérique et par projection de la publicité : Lignes directrices pour la réglementation et l évaluation de la sécurité routière Photo : G Forbes Les panneaux d affichage

Plus en détail

DGO 2013-2017. Données de l'enjeu "jeunes de moins de 25 ans" Période d'étude : 2009-2013. Septembre 2014

DGO 2013-2017. Données de l'enjeu jeunes de moins de 25 ans Période d'étude : 2009-2013. Septembre 2014 SERVICE EXPERTISE TERRITORIALE RISQUES ET SECURITE Sécurité Routière et Déplacements Septembre 2014 DGO 2013-2017 Données de l'enjeu "jeunes de moins de 25 " Période d'étude : 2009-2013 Direction Départementale

Plus en détail

BILAN ROUTIER UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE! 7 principales causes de collisions à Montréal. Portrait de la sécurité routière et de la circulation

BILAN ROUTIER UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE! 7 principales causes de collisions à Montréal. Portrait de la sécurité routière et de la circulation BILAN ROUTIER Portrait de la sécurité routière et de la circulation 2010 UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE! Le partage de la route en milieu urbain est l enjeu qui pose le plus grand défi autant aux usagers

Plus en détail

Bilan annuel des accidents corporels. les données. Direction départementale des territoires et de la mer de la Loire-Atlantique.

Bilan annuel des accidents corporels. les données. Direction départementale des territoires et de la mer de la Loire-Atlantique. Direction départementale des territoires et de la mer de la Loire-Atlantique Observatoire départemental de sécurité routière les données 29 Bilan annuel des accidents corporels Sommaire I - LE BILAN GLOBAL...4

Plus en détail

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

Répondre aux défis du vieillissement démographique par une route durablement visible et lisible

Répondre aux défis du vieillissement démographique par une route durablement visible et lisible L'usager au cœur des réseaux d'infrastructures durables & innovantes Répondre aux défis du vieillissement démographique par une route durablement visible et lisible Catherine Gabaude IFSTTAR Jean-Luc Vincent

Plus en détail

La politique de sécurité des infrastructures routières

La politique de sécurité des infrastructures routières La politique de sécurité des infrastructures routières La politique de sécurité des infrastructures routières Rendre l'infrastructure routière plus sûre, c'est améliorer ses caractéristiques techniques,

Plus en détail

6. CIRCULATION PARTAGE DE LA ROUTE

6. CIRCULATION PARTAGE DE LA ROUTE Par tage de la route 6 6. CIRCULATION PARTAGE DE LA ROUTE N oubliez pas que de nombreux usagers circulent dans nos rues et sur nos routes. Il incombe à chaque usager de tenir compte de la présence et des

Plus en détail

DOSSIER PRESSE. Bilan routier

DOSSIER PRESSE. Bilan routier DOSSIER DE PRESSE Bilan routier 2006 SOMMAIRE En 2006, les données sur les accidents et les victimes depuis 1989 ont été révisées. Avec 46 012 victimes en 2006 contre 47 462 en 2005, le nombre de blessés

Plus en détail

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL]

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE 1 RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] Le Conseil des Ministres des Transports de la CEMT, réuni à Varsovie,

Plus en détail

LES ACCIDENTS DU TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS

LES ACCIDENTS DU TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS Les accidents du trport routier de voyageurs Chapitre 6 LES ACCIDENTS DU TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS En 2000, le trport routier de voyageurs est une activité où le risque d'accident de travail avec

Plus en détail

PREFET DE L HERAULT DOSSIER DE PRESSE. Contrôle 2 roues-motorisés. et présentation du 2ème «Rallye sécurité moto de la gendarmerie»

PREFET DE L HERAULT DOSSIER DE PRESSE. Contrôle 2 roues-motorisés. et présentation du 2ème «Rallye sécurité moto de la gendarmerie» PREFET DE L HERAULT DOSSIER DE PRESSE Contrôle 2 roues-motorisés et présentation du 2ème «Rallye sécurité moto de la gendarmerie» le vendredi 24 mai 2013 au Grand Travers à Carnon Le Préfet de l Hérault

Plus en détail

Conseil des ministres responsables des transports et de la sécurité routière. Réseau routier national du Canada Un aperçu

Conseil des ministres responsables des transports et de la sécurité routière. Réseau routier national du Canada Un aperçu Conseil des ministres responsables des transports et de la sécurité routière Réseau routier national du Canada Un aperçu Avril 28 Introduction Le Réseau routier national (RRN) du Canada a été créé en 1988

Plus en détail

LES RISQUES ROUTIERS EN MISSION

LES RISQUES ROUTIERS EN MISSION LES RISQUES ROUTIERS EN MISSION DEPUIS 10 ANS LES ACCIDENTS DE LA CIRCULATION LIÉS AU TRAVAIL REPRÉSENTENT : 54 à 59% des accidents mortels du travail 23 à 25% des accidents avec incapacité permanente

Plus en détail

L arrivée des transporteurs à faibles coûts : la réaction des transporteurs existants en terme de capacité aérienne au Canada 1

L arrivée des transporteurs à faibles coûts : la réaction des transporteurs existants en terme de capacité aérienne au Canada 1 L arrivée des transporteurs à faibles coûts : la réaction des transporteurs existants en terme de capacité aérienne au Canada 1 1. Introduction Sylvain Ouellet, Division des transports Statistique Canada,

Plus en détail

Bonjour et merci de me recevoir. Je vais essayer d être le plus bref possible.

Bonjour et merci de me recevoir. Je vais essayer d être le plus bref possible. Tarification: calcul d une prime d assurance Mémoire sur le document de consultation: Pour un régime durable et équitable Jean-François Guimond 16 mai 2006 Prime = Fréquence x Coût moyen Facteurs influençant

Plus en détail

Cellulaire au volant. Présenté par M. Jean-Marie De Koninck, Ph. D. Président de la TQSR. 19 novembre 2008

Cellulaire au volant. Présenté par M. Jean-Marie De Koninck, Ph. D. Président de la TQSR. 19 novembre 2008 Cellulaire au volant Présenté par M. Jean-Marie De Koninck, Ph. D. Président de la TQSR 1 19 novembre 2008 Plan de la présentation Données disponibles avant la prise de décision Disponibilité des données

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

G R E C A U Rapport sur le mémoire de thèse de doctorat ENSA de Toulouse, INSA, école doctorale MEGeP, Spécialité Génie Civil, En co-tutelle avec l'université de Laval, Québec, Canada présenté par Catherine

Plus en détail

L accidentalité routière en 2012 Bilan sommaire (en estimations provisoires)

L accidentalité routière en 2012 Bilan sommaire (en estimations provisoires) janvier 2013 L accidentalité routière en 2012 Bilan sommaire (en estimations provisoires) Sommaire 1. Les résultats provisoires de 2012 2. Perspectives longues 3. L image globale de l année 2012 4. L année

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/13/INF/8 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER MAI 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Treizième session Genève, 19 23 mai 2014 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LE RÔLE DES BREVETS

Plus en détail

L ASSR. Le BSR. Les accidents de la route

L ASSR. Le BSR. Les accidents de la route L ASSR L'ASSR de premier niveau est obligatoire pour pouvoir conduire un cyclomoteur. Pour conduire un cyclomoteur, il faut en effet avoir quatorze ans et posséder le brevet de sécurité routière (BSR).

Plus en détail

PERSONNES AGEES ET ACCIDENTOLOGIE

PERSONNES AGEES ET ACCIDENTOLOGIE PERSONNES AGEES ET ACCIDENTOLOGIE ROUTIERE ACCIDENTOLOGIE Selon les statistiques de la prévention routière, 3645 personnes ont été tuées sur les routes en 2012 contre 3963 en 2011 L année 2012 marque le

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

Observatoire national interministériel de la sécurité routière

Observatoire national interministériel de la sécurité routière Observatoire national interministériel de la sécurité routière Observatoire des vitesses : résultats de l année 2011 Extrait de «la sécurité routière en France Bilan de l année 2011» La vitesse pratiquée

Plus en détail

Lyne Vézina. Directrice de la recherche et du développement en sécurité routière Société de l assurance automobile du Québec

Lyne Vézina. Directrice de la recherche et du développement en sécurité routière Société de l assurance automobile du Québec Lyne Vézina Directrice de la recherche et du développement en sécurité routière Société de l assurance automobile du Québec Colloque régional de traumatologie de la Mauricie et du Centre-du-Québec Trois-Rivières

Plus en détail

Vieillissement de la population et transport Claude Marin-Lamellet

Vieillissement de la population et transport Claude Marin-Lamellet Vieillissement de la population et transport Claude Marin-Lamellet Laboratoire Ergonomie Sciences Cognitives pour les transports Contexte général Augmentation de la population de personnes âgées En 2005,

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

LES COLLISIONS FRONTALES ENTRE VÉHICULES

LES COLLISIONS FRONTALES ENTRE VÉHICULES LES COLLISIONS FRONTALES ENTRE VÉHICULES Quel est le rôle de la masse dans un choc frontal entre deux véhicules? Quel est le rôle de la vitesse? Quelle est la force délivrée par chacun des deux véhicules?

Plus en détail

Maîtriser sa vitesse : Premier enjeu. de la Sécurité Routière

Maîtriser sa vitesse : Premier enjeu. de la Sécurité Routière Sécurité routière Maîtriser sa vitesse : Premier enjeu de la Sécurité Routière ETE 2003 Sécurité routière Sommaire Communiqué d actualité A l occasion du second chassé croisé de l été 2003, la Sécurité

Plus en détail

Les points. d inaptitude PERMIS DE CONDUIRE

Les points. d inaptitude PERMIS DE CONDUIRE Les points d inaptitude PERMIS DE CONDUIRE points En vue d améliorer la sécurité routière au Québec, la Société de l assurance automobile du Québec (SAAQ) applique depuis 17 un système de points d inaptitude.

Plus en détail

Vitesse et distance d arrêt

Vitesse et distance d arrêt Vitesse et distance d arrêt Mathématiques 3e Compétences du Répertoire des connaissances et des comportements des usagers de l espace routier Connaître les risques liés aux conditions météo (freinage,

Plus en détail

Education au Développement Durable. Les déplacements dans le Grand Lyon : situation actuelle des solutions pour une mobilité durable

Education au Développement Durable. Les déplacements dans le Grand Lyon : situation actuelle des solutions pour une mobilité durable Lyon, 23/11/11 Education au Développement Durable Les déplacements dans le Grand Lyon : situation actuelle des solutions pour une mobilité durable Pierre SOULARD Responsable du service mobilité urbaine

Plus en détail

Savoirs de base en sécurité routière mars 2006. Lieux accidentés. Détection et traitement - Milieu urbain et milieu interurbain

Savoirs de base en sécurité routière mars 2006. Lieux accidentés. Détection et traitement - Milieu urbain et milieu interurbain Sétra interurbain urbain Savoirs de base en sécurité routière mars 2006 Lieux accidentés - Milieu urbain et milieu interurbain Avertissement : cette série de fiches est destinée à fournir une information

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Les zones de rencontre

Les zones de rencontre Une Voirie Pour Tous «La vie des zones de rencontre : De la conception à l entretien durable» Les zones de rencontre Réglementation et recommandations Auteur : François MENAUT Service : Cerema DTerSO DTISPV/GSPV

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010 n 13 REPÈRES Septembre 2010 Directeur de la publication : André-Michel VENTRE, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe SOULLEZ, chef du département de l ONDRP Les mineures mises en cause pour

Plus en détail

La sécurité routière en France Bilan de l année 2007

La sécurité routière en France Bilan de l année 2007 La sécurité routière en France Bilan de l année 2007 Hôtel de Roquelaure 18 juin 2008 Jean CHAPELON Secrétaire général de l Observatoire national interministériel de sécurité routière (ONISR) La sécurité

Plus en détail

MANITOBA Ordonnance 156/06 LOI SUR LA RÉGIE DES SERVICES PUBLICS LOI SUR LA SOCIÉTÉ D ASSURANCE PUBLIQUE DU MANITOBA

MANITOBA Ordonnance 156/06 LOI SUR LA RÉGIE DES SERVICES PUBLICS LOI SUR LA SOCIÉTÉ D ASSURANCE PUBLIQUE DU MANITOBA MANITOBA Ordonnance 156/06 LOI SUR LA RÉGIE DES SERVICES PUBLICS LOI SUR LA SOCIÉTÉ D ASSURANCE PUBLIQUE DU MANITOBA LOI SUR L EXAMEN PUBLIC DES ACTIVITÉS DES CORPORATIONS DE LA COURONNE ET L OBLIGATION

Plus en détail

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France?

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Le développement du bois énergie va se traduire par une situation de concurrence entre les différents acteurs économiques

Plus en détail

L entretien hivernal des routes : concilier protection de l environnement et sécurité routière

L entretien hivernal des routes : concilier protection de l environnement et sécurité routière L entretien hivernal des routes : concilier protection de l environnement et sécurité routière Audrée Perreault, ing. Naomie Gagnon, ing. jr. Frédéric Champagne, ing. Ministère des Transports du Québec

Plus en détail

PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE (PDASR) DE LA LOIRE

PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE (PDASR) DE LA LOIRE PRÉFET DE LA LOIRE PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE (PDASR) DE LA LOIRE Année 2015 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION...3 1. BILAN 2014...4 1.1. Accidentologie dans le département de la Loire

Plus en détail

MYTHES SUR LA CONSOMMATION DE CARBURANT ET LA CONDUITE

MYTHES SUR LA CONSOMMATION DE CARBURANT ET LA CONDUITE MYTHES SUR LA CONSOMMATION DE CARBURANT ET LA CONDUITE Les Canadiens cherchent à réduire la consommation de carburant de leur véhicule pour protéger l environnement et réaliser des économies. Plusieurs

Plus en détail

Moins d accidents et moins de victimes en 2009

Moins d accidents et moins de victimes en 2009 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUE DE PRESSE 12 avril 2011 Moins d accidents et moins de victimes en 2009 Les chiffres des accidents de la route portant sur 2009 viennent

Plus en détail

Rues sans voie piétonne

Rues sans voie piétonne Rues sans voie piétonne Les réseaux piétonniers ne sont pas toujours continus. En l absence de trottoir ou autre voie qui leur est réservée, les piétons sont contraints à longer le bord de la chaussée

Plus en détail

LA SIGNALISATION. Dossier à l intention des enseignants Les déménageurs... Dans la voiture, le bus ou à pieds

LA SIGNALISATION. Dossier à l intention des enseignants Les déménageurs... Dans la voiture, le bus ou à pieds LA SIGNALISATION Dossier à l intention des enseignants Les déménageurs... Dans la voiture, le bus ou à pieds QUELQUES CONSEILS... Atelier : LA SIGNALISATION En utilisant un espace d environ 40x20 (par

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

La recherche universitaire en sécurité routière

La recherche universitaire en sécurité routière La recherche universitaire en sécurité routière François Bellavance, PhD Professeur, HEC Montréal Directeur Laboratoire sur la sécurité des transports Centre de recherche sur les transports (CRT) Centre

Plus en détail

CAMPAGNE «TRAJET, SECURISONS-LE!» LES USAGERS VULNERABLES

CAMPAGNE «TRAJET, SECURISONS-LE!» LES USAGERS VULNERABLES CAMPAGNE «TRAJET, SECURISONS-LE!» LES USAGERS VULNERABLES L UEL, en partenariat avec l Association d assurance accident et forte de la participation d acteurs nationaux, a lancé une nouvelle version de

Plus en détail

différence groupe-conseil en statistique

différence groupe-conseil en statistique Vais-je atteindre mon objectif cette année? Par Martin Carignan, associé chez Différence www.difference-gcs.com Contexte Les gestionnaires sont souvent évalués sur des résultats mesurés par des indicateurs

Plus en détail

Présentation. à la. Rapports Hurt et MAIDS Section MAIDS

Présentation. à la. Rapports Hurt et MAIDS Section MAIDS Présentation à la Société de l assurance l automobile du Québec Rapports Hurt et MAIDS Section MAIDS 15 mars 2007 Ordre du jour Introduction (N. Noiseux) Rapport Hurt (J Mise en contexte Constats Conséquences

Plus en détail

Extrait du plan de déplacements urbains de la communauté urbaine de Brest. Projet approuvé par le Conseil de Communauté du 22 mars 2002

Extrait du plan de déplacements urbains de la communauté urbaine de Brest. Projet approuvé par le Conseil de Communauté du 22 mars 2002 Extrait du plan de déplacements urbains de la communauté urbaine de Brest Projet approuvé par le Conseil de Communauté du 22 mars 2002 1 Chaque jour vont et viennent dans la Communauté Urbaine de Brest

Plus en détail

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées?

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Les cartes «annual air quality» montrent le résultat du couplage de deux méthodes d évaluation de la qualité de l air : l interpolation

Plus en détail

DIAGNOSTIC GLOBAL DE SECURITE ROUTIERE. Présenté par : Mawoutoe FATONZOUN Directeur Général des Transports du TOGO

DIAGNOSTIC GLOBAL DE SECURITE ROUTIERE. Présenté par : Mawoutoe FATONZOUN Directeur Général des Transports du TOGO DIAGNOSTIC GLOBAL DE SECURITE ROUTIERE Présenté par : Mawoutoe FATONZOUN Directeur Général des Transports du TOGO DIAGNOSTIC GLOBAL DE SECURITE ROUTIERE INTRODUCTION Les accidents de la circulation sont

Plus en détail

IUT de Bobigny Paris XIII Pierre 2010-2011 SRC2. Analyse marketing : BlackBerry Torch

IUT de Bobigny Paris XIII Pierre 2010-2011 SRC2. Analyse marketing : BlackBerry Torch DOMINIQUE IUT de Bobigny Paris XIII Pierre 2010-2011 SRC2 Analyse marketing : BlackBerry Torch 1 Introduction Le marché des téléphones portables est en pleine restructuration depuis l'arrivée de l'iphone

Plus en détail

Numéro du rôle : 5297. Arrêt n 62/2012 du 3 mai 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5297. Arrêt n 62/2012 du 3 mai 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5297 Arrêt n 62/2012 du 3 mai 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 38, 5, des lois relatives à la police de la circulation routière, coordonnées par

Plus en détail

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 2 Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 Informations et rappels Lorsqu une personne au moins est mise en cause pour un fait constaté de crime et délit non routier enregistré

Plus en détail

MOTAC : Motorcycle accident causation, Belgique

MOTAC : Motorcycle accident causation, Belgique MOTAC : Motorcycle accident causation, Belgique Mathieu ROYNARD, IBSR Journées Scientifiques "Deux-roues motorisés" 15 et 16 octobre 2013, Lyon-Bron Groupe d Échanges et de Recherche de l'ifsttar (GERI)

Plus en détail

Présentation de Une accident dans notre groupe

Présentation de Une accident dans notre groupe Présentation de Une accident dans notre groupe Il y a des types d accidents, les «évitables et les inévitables». Types d accidents Par définition, un accident «évitable» est un accident que l on peut ne

Plus en détail

Concours externe de lieutenant de sapeurs-pompiers professionnels Annales 2007. Note de synthèse. (Durée 4 heures - coefficient 4) Sujet et corrigé

Concours externe de lieutenant de sapeurs-pompiers professionnels Annales 2007. Note de synthèse. (Durée 4 heures - coefficient 4) Sujet et corrigé Concours externe de lieutenant de sapeurs-pompiers professionnels Annales 2007 Note de synthèse. (Durée 4 heures - coefficient 4) Sujet et corrigé Sous direction des sapeurs-pompiers et des acteurs du

Plus en détail

Journées francophones de sécurité routière 22-23 novembre 2010 Lyon

Journées francophones de sécurité routière 22-23 novembre 2010 Lyon Journées francophones de sécurité routière 22-23 novembre 2010 Lyon Comment agir pour que les changements nécessaires s inscrivent dans la durée? 23 e Entretiens du Centre Jacques Cartier Au Québec: jeunes

Plus en détail

Le transport actif : marcher pour se rendre à l école

Le transport actif : marcher pour se rendre à l école Le transport actif : marcher pour se rendre à l école Date : le 7 février 2005 Le transport scolaire Dans les politiques des commissions scolaires sur le transport scolaire, on établit une distance entre

Plus en détail

La prise en compte des 2RM dans les aménagements

La prise en compte des 2RM dans les aménagements La prise en compte des 2RM dans les aménagements Pourquoi les prendre en compte? Quels outils? Bérengère Varin novembre 2011 Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de l'aménagement

Plus en détail

L approche par milieu de vie : particularités et avantages

L approche par milieu de vie : particularités et avantages Diapositive 1 L approche par milieu de vie : particularités et avantages par Pierre Maurice Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) L approche par milieu de vie, particularités s et avantages

Plus en détail

EMPLOI ET SERVICES ELEMENTS DE COMPARAISON INTERNATIONALE

EMPLOI ET SERVICES ELEMENTS DE COMPARAISON INTERNATIONALE EMPLOI ET SERVICES ELEMENTS DE COMPARAISON INTERNATIONALE Michel Husson, contribution à Choisir l emploi, rapport du Groupe emploi du XIème Plan, 1993 LA MONTEE DU TERTIAIRE La part du tertiaire atteint

Plus en détail

PROJET DE STAGE I et II

PROJET DE STAGE I et II PROJET DE STAGE I et II Le projet de stage demandé dans le cadre du stage de formation pratique I comprend 10 pages et celui du stage de formation pratique II comprend 12 pages. Ce nombre de page inclut

Plus en détail

Les émissions de polluants par les transports causant la brume et les solutions à mettre en place

Les émissions de polluants par les transports causant la brume et les solutions à mettre en place Les émissions de polluants par les transports causant la brume et les solutions à mettre en place Dr. HUANG Cheng, ingénieur sénior, Académie des sciences de l'environnement de Shanghai Le brouillard de

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES OBSTACLES À L'UTILISATION DU VÉLO EN VILLE

ENQUÊTE SUR LES OBSTACLES À L'UTILISATION DU VÉLO EN VILLE ENQUÊTE SUR LES OBSTACLES À L'UTILISATION DU VÉLO EN VILLE Enquête auprès de personnes non-cyclistes qui ont déjà été tentées par le vélo mais ne l'utilisent pas régulièrement à Bruxelles. www.provelo.org

Plus en détail

VIVIANE DERASPE. Psychologie sociale et environnementale. 350-004-88, gr. 01 LE DIVORCE AU QUÉBEC. Évolution, effets et solutions. Travail présenté à

VIVIANE DERASPE. Psychologie sociale et environnementale. 350-004-88, gr. 01 LE DIVORCE AU QUÉBEC. Évolution, effets et solutions. Travail présenté à VIVIANE DERASPE Psychologie sociale et environnementale 350-004-88, gr. 01 LE DIVORCE AU QUÉBEC Évolution, effets et solutions Travail présenté à M me Josée BEAUCHAMP Département de sciences sociales Collège

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne 17.4.2004 L 111/75 RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 avril 2004 relative à l'application de la réglementation dans le domaine de la sécurité routière (Texte présentant de l'intérêt pour l'eee) (2004/345/CE)

Plus en détail

Séance de visualisation d avenir du conseil Le 15 mai 2013

Séance de visualisation d avenir du conseil Le 15 mai 2013 Séance de visualisation d avenir du conseil Le 15 mai 2013 Les transports. Les transports sont les fils conducteurs d une communauté. Ils façonnent le tissu urbain qui influe sur notre santé économique,

Plus en détail

Pour une population plus active. Le milieu municipal peut faire la différence

Pour une population plus active. Le milieu municipal peut faire la différence Pour une population plus active Le milieu municipal peut faire la différence Quelle est la meilleure manière d amener les personnes sédentaires à faire régulièrement de l activité physique? Voilà la question

Plus en détail

La sécurité routière dans le Bas-Rhin

La sécurité routière dans le Bas-Rhin La sécurité routière dans le Bas-Rhin Octobre 2015 Le nombre d'accidents corporels survenus en octobre 2015 sur les routes du Bas-Rhin, ainsi que le nombre de personnes blessées, ont augmenté, par rapport

Plus en détail