Chimiste. L inspection professionnelle. Les contacteurs membranaires : les bêtes de somme de l extraction

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chimiste. L inspection professionnelle. Les contacteurs membranaires : les bêtes de somme de l extraction"

Transcription

1 Chimiste VOLUME LA REVUE DE L ORDRE DES CHIMISTES DU QUÉBEC 30 NUMÉRO 1 NOUVELLES DE L ORDRE L inspection professionnelle CHIMISTE ET INNOVATION Les contacteurs membranaires : les bêtes de somme de l extraction CHRONIQUE LÉGALE Six choses que vous ne savez pas sur les dessins industriels

2 11, 12 et 13 septembre Le Château Montebello, Montebello, Québec Fairmont Le Château Montebello aura le plaisir d accueillir le Colloque 2015 des membres de l Ordre des s du Québec. L un des plus importants centres de villégiature de l Est du Canada, Fairmont Le Château Montebello, au Québec, est réputé pour son charme rustique. Ce château en rondins de cèdre rouge, empreint d une élégance champêtre, vous réserve un accueil des plus chaleureux. Que les visiteurs s y réunissent par affaires ou pour un séjour de repos, Le Château Montebello offre un cadre paisible, un excellent service et une cuisine raffinée. Un programme riche et varié pour les trois jours du Colloque. L Ordre des s du Québec remettra une attestation à chaque participant pour le nombre d heures de formation continue. FORMATION CONTINUE Un programme diversifié de cinq ateliers offerts par des formateurs reconnus. L Ordre des s du Québec remettra une attestation pour le nombre d heures de formation continue réalisées à chacun des participants.

3 COMMENT NOUS JOINDRE Courrier : Ordre des s du Québec Place du Parc, bureau , rue Léo-Pariseau, Montréal (Québec) H2X 4B3 Heures d ouverture : Du lundi au jeudi de 8 h à 17 h Fermé le vendredi Téléphone : Télécopieur : Courriel : Site Internet : Conseil d administration de L ORDRE DES CHIMISTES DU QUÉBEC Michel Alsayegh, Guy Collin, Maurice Côté, Anne-Marie Faucher, François P. Granger, Danielle Miousse ainsi que Jacques Turcotte REPRÉSENTANTS DU PUBLIC Rachida Bouhid et Bernard Drouin Chimiste VOLUME 30 NUMÉRO 1 Sommaire PERSONNEL DU SIÈGE SOCIAL PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL ET SECRÉTAIRE Martial Boivin / SYNDIC Claude Chartrand / SYNDICS ADJOINTS Gilles Leduc et François Rocheleau / ENQUÊTEURS Domenico Sarro, Carole Bérubé / DIRECTEUR DES COMMUNICATIONS ET DES RELATIONS PUBLIQUES Nacer Eddine Ziani / COORDONNATRICE À L ADHÉSION Johanne Côté / SERVICES JURIDIQUES Nancy Dolan / SERVICE DE COMPTABILITÉ Julie Boucher GROUPE DE RÉDACTION DE LA REVUE Serge Alex / Fabienne Biasotto / Abdelaziz Gherrou / Martin Michaud PRODUCTION CONCEPTION GRAPHIQUE Mardigrafe inc. Tél. : / IMPRESSION IMP LIMAGEUR Tél. : PUBLICITÉ ET COORDINATION Nacer Eddine Ziani Tél. : , poste 22 COURRIER ÉLECTRONIQUE PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL DEMANDES GÉNÉRALES L emploi du masculin dans la revue est utilisé sans discrimination et dans le seul but d alléger le texte. Tous les droits respectifs sont réservés aux auteurs, qui ont l entière responsabilité du contenu de leur texte, de même que les annonceurs. Poste-publication Enregistrement n o Prochaine date de tombée : 30 octobre 2015 Parution : 30 novembre 2015 Le texte peut être écrit en format WordPerfect, Word pour IBM ou Macintosh. Faites parvenir votre disque compact accompagné d une copie papier ou expédiez le fichier par courriel suivi d une télécopie. Dans certains cas, l Ordre peut faire de la saisie de texte. Les annonceurs intéressés sont priés de communiquer avec le coordonnateur de la revue pour obtenir la liste de prix. Les objectifs de la revue Chimiste sont de permettre aux membres de l Ordre des s du Québec d échanger entre eux, de s informer de l actualité scientifique et des activités professionnelles des bios et des s de même que des activités de leur Ordre. L Ordre des s est membre du Conseil interprofessionnel du Québec. MOT DU PRÉSIDENT... 4 Nouvelles de l Ordre TABLEAU DES MEMBRES... 6 AVIS DE NOMINATIONS AU CONSEIL D ADMINISTRATION... 7 L INSPECTION PROFESSIONNELLE... 8 COLLOQUE ET ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE TABLEAU DES RADIATIONS Chimiste et innovation LES CONTACTEURS MEMBRANAIRES : LES BÊTES DE SOMME DE L EXTRACTION Chronique légale SIX CHOSES QUE VOUS NE SAVEZ PAS SUR LES DESSINS INDUSTRIELS HIVER

4 Mot du président CHÈRES ET CHERS COLLÈGUES, GUY COLLIN, Ph. D., PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE L ORDRE DES CHIMISTES DU QUÉBEC Le projet de loi sur les s Lors de mon intervention dans le précédent numéro de ce journal, je vous avais indiqué que l Office des professions, avec la participation de M. Robert Diamant, engagé comme conciliateur, avait repris le travail d ajustement au défunt projet de loi 49 dans le but d en faire dépôt avant la fin de la présente session parlementaire. Depuis, à la fin de février, nous avons été convoqués pour discuter des points litigieux. Nous avons de plus acheminé à M. Diamant des propositions dans le but de rejoindre, autant que faire se peut, les positions de l Office, en particulier sur les points relatifs aux micro-méthodes et au maintien de l insertion de s dans le secteur de l agro-alimentaire. Compte tenu de ce que nous pouvons comprendre, en particulier grâce à nos conversations avec les cinq autres ordres concernés, le dépôt du futur projet de loi devrait être possible lors de la session parlementaire de l automne prochain. C est un dossier qui reste, encore et toujours, à suivre avec attention! Toutes nos félicitations à ces personnes, qui ont passé l épreuve de ces filtres démocratiques. Et nos remerciements pour leur acceptation à servir la cause de la chimie et surtout celle de la protection du public. Je m en voudrais de ne pas remercier, au nom du conseil et en votre nom à tous et à toutes, MM. Gilles Brisson et Richard Gagnon, qui ont participé activement aux travaux du conseil pendant de nombreuses années. L adoption d une nouvelle loi devrait permettre à l Ordre de trouver un second souffle. Les élections Les urnes ont parlé! Ont été réélus sans opposition MM. Jacques Turcotte, dans la région de l Est, et Maurice Côté, dans la région de l Ouest. M. Michel Alsayegh, nouveau venu dans la région de l Ouest, a également été élu sans opposition. Comme il restait un poste à pourvoir dans cette même région et puisqu elle a offert de continuer à servir l Ordre, M me Anne-Marie Faucher,, a vu son mandat renouvelé par le Conseil d administration. Finalement, nous souhaitons la bienvenue à une nouvelle membre nommée par l Office des professions pour représenter le public : il s agit de M me Rachida Bouhid, de Montréal. Les inscriptions et les radiations Le 31 mars à minuit, l année financière de l Ordre a pris fin. Par rapport aux années passées, on constate encore une petite amélioration du nombre de membres. Nous avions 3109 membres inscrits à cette date : un record historique. Notons toutefois que l augmentation observée tend à s amenuiser avec le temps. L adoption d une nouvelle loi devrait permettre à l Ordre de trouver un second souffle. 4

5 Il faut aussi ajouter que les critères de pondération mis de l avant par le gouvernement provincial en matière d immigration auront pour conséquence de restreindre fortement les candidats «immigrant-s» : le secteur de la chimie ne semble pas en ce moment au Québec souffrir d un manque de compétences. Quant aux radiations pour non paiement de la cotisation au 31 mars, on constate une légère diminution du nombre de personnes n ayant pas renouvelé leur abonnement. L assemblée générale 2015 Le Conseil d administration a décidé de la date et du lieu de la prochaine assemblée générale. Celle-ci, ainsi que divers ateliers de formation, aura lieu du 11 au 13 septembre 2015 au Fairmont Le Château Montebello, donc dans la région de l Outaouais. À inscrire en priorité à vos agendas! Vous trouverez les détails plus loin dans cette revue. Avec mes plus cordiales salutations, Guy Collin, Ph. D., $ POUR FAIRE LE VOYAGE ÉCORESPONSABLE DE VOS RÊVES! Pour courir la chance de gagner, demandez une soumission d assurance auto, habitation ou entreprise! lapersonnelle.com/masoumissiongagnante Certaines conditions s appliquent. La Personnelle désigne La Personnelle, assurances générales inc. Aucun achat requis. Le concours se termine le 31 décembre Le tirage aura lieu le 15 janvier Au total, un (1) prix au choix entre un crédit-voyage d une valeur de $ (CAN) échangeable contre un voyage écoresponsable dans une agence de voyages au choix de La Personnelle, ou un chèque de $ (CAN). Détails et règlement accessibles sur lapersonnelle.com/masoumissiongagnante. La bonne combinaison. 5 5

6 Nouvelles de l Ordre MODIFICATIONS AU TABLEAU DES MEMBRES Voici les modifications au Tableau des membres pour la période du 11 décembre 2014 au 31 mars Il y avait, au 31 mars, un total de 3109 membres inscrits au Tableau, dont 114 à l entraînement, 8 Compagnons de Lavoisier et 91 spécialistes en biochimie clinique. NOUVEAUX MEMBRES INSCRITS AU TABLEAU Nom Prénom 1 Abbasi Farshad 2 Adjalla Charles E. 3 Akladious Kirolos 4 Aspero Sabillon Ana Isabel 5 Baptiste Espéranta 6 Belmokhtare Mohamed 7 Bernier Jennifer 8 Cordero Guzmán Gustavo Segundo 9 Cui Fengrong 10 Deck-Léger Anouk 11 Doré-Lemay Patricia 12 El Arch Milouda 13 Exumé Darbouze Daniel 14 Ferrari Johan 15 Fuente Hernandez Ariadna 16 Gomes Ferreira Nadon Janaina 17 Gosselin Philippe 18 Guiang Christian Earl 19 Haddad Tanit 20 Hosseinzadeh Ali 21 Im Hyon Jung Nom Prénom 22 Khosravizadeh Saeid 23 Larivière Marco 24 Lepage Sébastien 25 Lohata Yeke Elie Gino 26 Maire Marion 27 Mellon Christophe 28 Molina Cedeno Kildare José 29 Molina Naranjo Angélica Cristina 30 Patel Dipali 31 Rouissi Jalel 32 Spinu Lilian 33 St-Georges Vanessa 34 Tikanchia Sidi Aline 35 Traore Mohamed 36 Truchon Jean-François 37 Vingataramin Laurie 38 Vlad-Cristea Mirela Simona 39 Yacoub Daniel 40 Yapi Sarah 41 Yemeli Tido Eddy Weulersse RÉINSCRIPTIONS > 1 AN Nom Prénom 1 Agolli Altin DÉCÈS Nom Prénom 1 Djandjikian Agop 2 El Ayachi Nadia 3 Frangoulis Argyro 4 Jolin Nancy 5 Pageau-Crevier Étienne RADIATION OFFICE QUÉBÉCOIS DE LA LANGUE FRANÇAISE Nom Prénom 1 Berry David 2 Ghaly Mina 6

7 7 AVIS DE NOMINATIONS AU CONSEIL D ADMINISTRATION DE L ORDRE DES CHIMISTES DU QUÉBEC N ayant reçu que deux (2) candidatures dans le délai fixé conformément au Règlement sur les élections au Conseil d administration de l Ordre des s du Québec (RLRQ, c. C-15, r.8), et ce, dans la région électorale de l Ouest pour les trois (3) postes en élection, le secrétaire déclare élus M. Michel Alsayegh,, et M. Maurice Côté,, en application des pouvoirs qui lui sont conférés au troisième alinéa de l article 67 du Code des professions (RLRQ, c. C-26). Par ailleurs, le Conseil d administration, lors de sa séance tenue le 19 mars dernier, a pourvu le poste vacant en reconduisant le mandat de M me Anne-Marie Faucher jusqu en mars Pour la région de l Est, le secrétaire a reçu une (1) candidature dans le délai fixé conformément au Règlement sur les élections au Conseil d administration de l Ordre des s du Québec (RLRQ, c. C-15, r.8) pour un (1) poste en élection. De ce fait, le secrétaire déclare élu M. Jacques Turcotte,. En outre, conformément à l article 78 du Code des professions (RLRQ, chapitre C-26), l Office des professions, lors de sa réunion du 26 mars 2015, et après avoir effectué les consultations requises, a nommé M me Rachida Bouhid pour succéder à M. Richard Gagnon à titre de représentante du public au Conseil d administration de l Ordre. Sincères félicitations! In memoriam L Ordre des s du Québec a appris avec tristesse le décès de M. Agop Djandjikian, survenu à Montréal le 24 février M. Agop (Jacques) Djandjikian était membre de plein droit de l Ordre des s depuis 1978 et était président de la compagnie Chemisphere inc., située à Dorval. Le président du Conseil d administration de l Ordre, M. Guy Collin, le président-directeur général, M. Martial Boivin, et l ensemble du personnel du siège social de l Ordre des s du Québec offrent leurs plus sincères condoléances à la famille et aux proches du défunt.

8 Nouvelles de l Ordre L INSPECTION PROFESSIONNELLE À L ORDRE DES CHIMISTES DU QUÉBEC Programme Comité d inspection professionnelle L INSPECTION PROFESSIONNELLE L inspection professionnelle découle des fins de l Ordre des s du Québec inscrites à l article 5 de la Loi sur les s professionnels (L.R.Q., chapitre C15) : 5. Les fins de l Ordre sont : a) Exercer une surveillance générale sur l exercice de la chimie professionnelle ; b) Déterminer les qualités requises d un professionnel et ses obligations et responsabilités envers le public ; PROGRAMME Environ un cinquième des membres reçoivent un questionnaire d inspection dont les buts sont d actualiser l ensemble du dossier de chaque membre aux cinq ans ; Pour l année , les membres dont les numéros de permis se terminent par 5 ou 6 feront l objet du programme ; Environ une cinquantaine de membres sont sélectionnés et informés d une visite d inspection dans le cadre du programme général ; De plus, le comité procédera aux suivis des rapports d inspection et des actions correctives en découlant. c) Maintenir et améliorer la connaissance professionnelle, l habileté, la compétence et le bien-être de ses membres, leur procurer l information et les services jugés utiles et développer l étude et l enseignement de la chimie au Québec. Le Code des professions du Québec (L.R.Q., chapitre C-26), loi régissant les ordres professionnels, mentionne l obligation pour chaque ordre de se doter d un comité d inspection professionnelle tel que décrit à l article 112 du Code des professions : Le comité surveille l exercice de la profession par les membres de l Ordre et il procède notamment à la vérification de leurs dossiers, livres, registres, médicaments, poisons, produits, substances, appareils et équipements relatifs à cet exercice ainsi qu à la vérification des biens qui leurs sont confiés par leurs clients. À cette fin, le Bureau peut nommer des inspecteurs pour assister le comité. Le comité peut aussi effectuer des enquêtes particulières sur la compétence d un membre ou sur des situations difficiles ou des problématiques dont l analyse pourrait conduire l Ordre à formuler des recommandations en vue de prévenir ou d éviter leur récidive. Le Règlement sur le comité d inspection professionnelle de l Ordre des s du Québec (c. C-15, r.2.1) encadre la mise en œuvre de la surveillance de l exercice de la chimie par les membres. Développement : Rien à signaler. Critères de sélection : Les critères utilisés pour la sélection des membres à visiter s inscrivent dans la finalité de protection du public et ont fait l objet d une actualisation dont en voici la liste : 1. Situation d exercice Consultation 2. Secteurs de pratique (protection du public) Aliments fonctionnels Agroalimentaire Biochimie clinique Biologie moléculaire Cosmétiques Environnement Explosifs Nutraceutiques Pharmaceutique Sciences judiciaires 3. Autres a) Plus de cinq (5) ans de la dernière inspection ou n a jamais été inspecté b) Plus d un (1) an dans un nouvel emploi c) Aucune formation décrite au cours des trois (3) dernières années d) N est pas à la retraite e) N est pas en congé de maternité/paternité/retrait préventif f) Membre exerçant la chimie 8 Le comité d inspection professionnelle, mars 2015

9 9 COLLOQUE ET ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE 2015 La période d inscription au Colloque et à l assemblée générale annuelle 2015 des membres est maintenant ouverte! L événement se déroulera les 11, 12 et 13 septembre 2015 au Fairmont Le Château Montebello, à Montebello, dans la région de l Outaouais. Vous pouvez déjà réserver votre chambre parmi celles retenues par l Ordre des s du Québec jusqu au 21 juin en utilisant le lien suivant : https://aws.passkey.com/event/ /owner/56393/home?lang=fr_ca. Après cette date, les réservations seront acceptées selon la disponibilité de l hôtel. Au programme cette année, M me Caroline Mayrand, coordonnatrice à la Promotion de la conformité chez Environnement Canada, viendra présenter aux membres un survol des principales exigences du règlement de 2012 actualisées en février 2015 sous le thème «Règlement sur certaines substances toxiques interdites». De plus, nous vous proposons un programme diversifié de cinq ateliers offerts par des formateurs reconnus. L Ordre des s du Québec remettra une attestation pour le nombre d heures de formation continue réalisée à chacun des participants. FORMATION CONTINUE Votre présence à cette activité annuelle de l Ordre des s du Québec vous permettra de renouer avec vos collègues du monde professionnel lors du souper de gala et des cocktails de fin de journée. Au cours de la soirée du gala, le représentant du Conseil interprofessionnel remettra au récipiendaire de cette année le Mérite du Conseil Interprofessionnel du Québec. Pour la clôture du colloque, quoi de mieux qu un bon brunch animé, le dimanche matin! Il sera servi à 9 h. Au plaisir de vous rencontrer au Fairmont Le Château Montebello en septembre! Cordialement, Nacer Eddine Ziani, Directeur des communications et des relations publiques , poste 22

10 Nouvelles de l Ordre TABLEAU DES RADIATIONS 2015 Liste des personnes non inscrites au tableau le 31 mars à minuit Nom de famille Prénom 1 Abboud Hussein 2 Aguilar Oliva Cecilia Agripina 3 Alain Karin 4 Amatto Carolina Ines 5 An Chaofeng 6 Aragon Juan Pablo 7 Archambault Gérard 8 Arezki Hacene 9 Arsenault Charles-Olivier 10 Asselin Réjeanne 11 Atheba Grah Patrick 12 Aucoin Michel 13 Authier-Martin R Monique 14 Ayad Abdelkader 15 Baev Svilen Baychev 16 Baho Natalie 17 Barbaroux Romain 18 Beaudoin Alexandre 19 Beaudoin RV Guy 20 Beaudry-Dubois Geneviève 21 Beaulieu Pierre 22 Bedacarratz RV Rodrigo 23 Beitollahpour Nazli 24 Bélair Viviane 25 Béland Danielle 26 Belatik Ahmed 27 Beldianu Mariana 28 Benhalima Abdelkader 29 Bergeron Hélène 30 Bernier Jennifer 31 Bérubé Serge 32 Bezeau R Roger 33 Bibeau Marie-Claude 34 Bibi Rashda 35 Bigny Dodji 36 Binette Alain 37 Blair Alexandra 38 Blanchard Vincent 39 Boissière Olivier 40 Boisvert Claude 41 Boisvert Michel 42 Bolduc François 43 Bouchard Guy 44 Boudif Nadia 45 Boudraa Nouara 46 Bougie René 47 Boulay Katherine 48 Brahmia Nouri 49 Canuel R Louis 50 Caron Jean-Bernard 51 Carter Dave 52 Castaing Régis Nom de famille Prénom 53 Chalal Anis 54 Chalen Katherine 55 Chamberland Daniel 56 Champagne Amélie 57 Changam Djoumdjeu Bertrand 58 Charbonneau Fabien 59 Charlebois Jean-Marc 60 Chartrand R Louise 61 Chentir Akila 62 Chevalier Grimard Maxime 63 Chignen Possi Kelvine 64 Chiosa Valentina 65 Choucha Sam 66 Chouinard Yannick 67 Ciobanu Doina 68 Ciobanu Salamu Cristina 69 Claprood-Noreau Nicole 70 Clermont Pierre Fabiole Farah 71 Collard Olivier 72 Collin Pascale 73 Corriveau R Pierre 74 Côté Jacinthe 75 Côté Michel 76 Côté Pierre 77 Côté Sébastien 78 Coutu Martin 79 Couture Lorraine 80 Couture R Yvon 81 Daigneault Sylvain 82 D Amours RV Mathieu 83 Delorme Daniel 84 Denis Maxime 85 Des Rosiers Pascal 86 Desfossés Hélène 87 Désilets R Clément 88 Desjardins Benoît 89 Desjardins Sylvie 90 Desmarais Valérie 91 Desormeaux André 92 Desrosiers Jean-Marc 93 Di Luca Saturno Carlos Alberto 94 Diakité Amadou Moussa 95 Diallo Th. Souleymane K 96 Dinu Mazilu RV Daniela 97 Djamen Gueya Jean Clerel 98 Doddridge Pierre 99 Doré-Lemay Patricia 100 Dorich Stéphane 101 Dossou Dilindi Valéry Hans 102 Doucet Jean-Daniel 103 Drouin Marc 104 Dubé Christian Nom de famille 105 Dubé R Marielle 106 Duchesneau Luc 107 Dufresne R André 108 Dumais Dan 109 Dussault R F. Pierre 110 Egan Jessica Prénom 111 Ekah Dikongue Guy-Michel 112 El Kurdi Trilokekar Maria 113 El-Dessouky Ibrahim 114 Epee Eboa Emmanuel 115 Essakhi Adil 116 Étienne Anouchka 117 Figueira Oscar 118 Floriant Jean Rionel 119 Forté R Guy 120 Fortin Samuel 121 Fourati Amine 122 Fournier Joël 123 Francois RV Jean Dory 124 Gagné Manon 125 Gagnon Céline 126 Gagnon RV Jean-François 127 Galarneau Luc 128 Garcia Santana Céline 129 Gauthier Marie-Eve 130 Gauvin Jean-François 131 Gbassi Komenan Gildas 132 Gélinas Chantal 133 Gemme Patrick 134 Gherasim Mariana-Cristina 135 Ghoulami Said 136 Gignac Manon 137 Giguère Louis 138 Giroux Raymond 139 Gobert Sarah 140 Golovko Igor 141 Gomes Ferreira Nadon Janaina 142 Goudreau Nathalie 143 Grenier Daniel 144 Gueye Mor 145 Guignard Constance 146 Guivigou El Hadji Diaw 147 Ha The Hanh 148 Habibe Suzanne Magdi Mina 149 Haddad Tanit 150 Hammouti Samia 151 Hébert Daniel 152 Hernandez Delgado Julieth 153 Hernandez Montes Paulo Sergio 154 Hospina Hernandez Luis David 155 Housni Hamid 10 Pour valider un statut, cliquer sur le lien «rechercher un membre» à la section LE GRAND PUBLIC sur le site de l Ordre au :

11 Nom de famille Prénom 156 Hubert Joseph Nom de famille 208 Morin Martin Prénom Nom de famille Prénom 260 Scheffer RV Laurent-Pierre 157 Id Baha Abderrahman 209 Moscovici Jason 261 Schmouth Simon 158 Ilias Heba 210 Mouhcine Ghizlane 262 Schwabl Sophie 159 Isik Aynur 160 Jean Franklin 161 Kabro Anzhelika 162 Kafrouni Lina 163 Kalif de Melo Brenda Leticia 164 Kemoe Edith-Flore 165 Khan Farooq Ahmad 166 Kiryakova Mina 167 Kraimi Azzeddine 168 Lacoste Benoît 169 Lafontaine Julie 170 Lajeunesse André 171 Lalancette Cindy 172 Lantin Jean-Charles 173 Lapolice Mélanie 174 Lavallée Céline 175 Le Berre Nicolas 176 Le Dû RV Chantale 177 Le Luel Aurelien 178 Leblanc René 179 Lecerf Tiphaine 180 Lecomte Christiane 181 Lefebvre R Andrée 182 Legal Ghizlane 183 Legault Yves 184 Lemieux Lise 185 Lessard Ivan 186 Lessard Maryse 187 Létourneau Conrad 188 Levasseur Vincent 189 Léveillé Mélissa 190 Lu San 191 Ma Odette 192 Maluorni Robert 193 Mameri Nadia 194 Mandri Youssef 195 Mardini Abdallah 196 Marin Mélissa 197 Marion Cédric 198 Martineau Bernard 199 Martínez Zárate Héctor Eduardo 200 Matoum Adil 201 Ménade Marie 202 Menaut Laure 203 Mercier Marlène 204 Messier François 205 Mongrain Marcel G. R. 206 Mongrain Mario 207 Monserrat Aráoz Manuel 211 Mucci Alfonso 212 Nadeau Jean 213 Nadeau Jonathan 214 Nakonechnyi Levgen 215 Nguir Naoufel 216 Nguyen René-Viet 217 Nguyen Thi Huynh Nhu 218 Noirhomme Bernard 219 Nyalendo Carine Inès 220 O Breham RV Gandalf-Lee 221 Okura Yuko 222 Ostiguy Claude 223 Ouellet Marco 224 Ourrad Fethi 225 Pagé Robert 226 Pageau-Crevier Étienne 227 Paquet Valérie 228 Paterakis Aristidis 229 Pelletier Mireille 230 Pépin Simon 231 Perea Alexis 232 Perreault Yves 233 Petrovic Christina 234 Pidjou Tchouagou Lothaire Benjo 235 Pinto da Silva Junior Wilson José 236 Poaty-Poaty Bouddah 237 Poirier Robert 238 Pont Anne-Laure 239 Pouani 240 Précourt Eric Bonaventure Ledoux 241 Prieur Cédric 242 Rakib Abdelmajid 243 Rangelova Marieta 244 Raymond Nathalie 245 Regnier Sylvie 246 Renard Alain 247 Richard R Gilbert 248 Robert-Robichaud Nicolas 249 Robichaud Joël 250 Rolland Anthony 251 Rousselot RV Steeve 252 Roy Anthony 253 Roy Dominique 254 Roy Jenny 255 Roy Michel 256 Saad Siham 257 Savard Stéphane 258 Savoie Carole 259 Sayem RV Nour 263 Seoudy Magdy Mohamed 264 Shah Zartashia 265 Sigouin Olivier 266 Sita Ache Euredice 267 Sokoundjou Soh Thierry 268 Soucy Robert 269 Soumaré Sadia 270 Spiridigliozzi Tania 271 St-Amour Robert 272 St-Georges Vanessa 273 St-Martin David 274 Sykas Christine 275 Taibi Mostafa 276 Taillon-Richard Phébée 277 Tardif R Robert 278 Tenneson R Sheila 279 Tewah Ruth 280 Touati Jallabe RV Youness 281 Toukabri Souhir Chayma 282 Tran R Khanh-Chi 283 Tremblay Gilles 284 Tremblay Mario 285 Tremblay Patrice 286 Tremblay Paule 287 Tremblay René-Claude 288 Turcu Ramona Vasilica 289 Turgeon Sylvie 290 Vachon R Marc Y. 291 Van Calsteren Marie-Rose 292 Veilleux Raymonde 293 Velasco Daniela 294 Vézina Hugo 295 Yacoub Daniel 296 Yassa Magdi G. 297 Yousefikhanghah Fatemeh 298 Youssef Ereny 299 Yu Robert 300 Zaghbani Asma Retraits volontaires : RV Retraites : R Réinscriptions : 11

12 Nouvelles de l Ordre NOUVEAUX SPÉCIALISTES EN BIOCHIMIE CLINIQUE L Ordre compte huit nouveaux spécialistes, des professionnels en biochimie clinique, parmi ses membres depuis le 2 avril L Ordre des s du Québec a en effet entériné le succès de M mes Julie Amyot, Carine-Ines Nyalendo, Anne-Sophie Bélanger et Anaick Lagana-Teyssier et de MM. Nicolas Tétreault, Vincent De Guire, Sébastien Goudenege et Sébastien Lavoie à l examen de spécialité en biochimie clinique. Le président du Conseil d administration de l Ordre, M. Guy Collin, le président-directeur général, M. Martial Boivin, ainsi que l ensemble du personnel du siège social de l Ordre des s tiennent à présenter aux récipiendaires leurs sincères félicitations. JULIE AMYOT VINCENT DE GUIRE CARINE-INES NYALENDO SÉBASTIEN LAVOIE ANNE-SOPHIE BÉLANGER SÉBASTIEN GOUDENEGE NICOLAS TÉTREAULT ANAICK LAGANA- TEYSSIER 12

13 Chimiste et innovation LES CONTACTEURS MEMBRANAIRES : LES BÊTES DE SOMME DE L EXTRACTION SERGE ALEX, PhD. CHIMIE, CHIMISTE FABIENNE BIASOTTO, Ph. D. SCIENCES DE L ENVIRONNEMENT Les contacteurs membranaires ont été développés vers la fin des années 1990 pour le dégazage des fluides industriels pour en diminuer la corrosion due aux gaz dissous. Rapidement, on s est aperçu qu ils pouvaient rendre de fiers services en extraction liquide-liquide et en absorption. Cependant, il aura fallu attendre presque 10 ans avant de voir les premières applications industrielles, et cette technologie manque encore d historique. Cette technique devrait connaître un bel avenir, car elle peut servir aussi bien pour réduire la pollution organique et minérale des eaux (réduction de la demande chimique en oxygène, des métaux lourds, de l ammoniac, des oxyanions, etc.) que pour traiter l ammoniac des effluents aqueux ou le dioxyde de carbone dans l air. Cette technologie est aujourd hui à la chimie industrielle ce que l âne et le mulet ont été (et sont) à l agriculture. Tout comme eux, les contacteurs sont de véritables bêtes de somme, car ils allègent les traitements ; il ne reste plus qu à avoir l intelligence de bien les utiliser. Les contacteurs membranaires : leur origine et leur histoire Les contacteurs membranaires LIQUI-CEL de la compagnie Membrana (1) sont mondialement utilisés pour le dégazage des liquides industriels. Ils remplacent les colonnes, les tours de désaération ou autres extracteurs depuis près de 20 ans. On les trouve dans l industrie microélectronique, pharmaceutique et alimentaire. Ils sont également largement mis à contribution dans des procédés de désoxygénation et de décarbonatation de l eau. Plus récemment, la compagnie propose aussi des modules spécialement désignés pour le 13

14 Chimiste et innovation suite CARTOUCHE CONDUITE DE DISTRIBUTION FIBRE CREUSE BAFFLE CONDUITE DE COLLECTION GAZ DE BALAYAGE ( STRIP GAS ) BOÎTIER ENTRÉE DU LIQUIDE SORTIE DU LIQUIDE VIDE OU GAZ DE BALAYAGE ( STRIP GAS ) FIGURE 1 Vue en coupe d un contacteur (illustration tirée de et photo d un module assemblé couvrant des débits de ca L/min (cliché CÉPROCQ). traitement des hydrocarbures dispersés dans les eaux pour assurer une réduction de leur contenu en carbone organique. Carbonatation et décarbonatation : une application qui tombe à point En résumé, un contacteur membranaire est un système qui permet le contact entre l eau et un gaz à travers une membrane hydrophobe. L eau circule d un côté de la membrane, et le gaz de l autre. La petite taille des pores et la propriété hydrophobe marquée de la membrane empêchent l eau de la traverser, ainsi les deux viennent en contact uniquement vis-à-vis des pores. En contrôlant la pression et la composition des gaz, on peut les ajouter ou les soustraire au liquide. Par exemple, si on balaye avec une pompe à vide de l air d un côté de la membrane, on assiste à un dégazage du liquide. Si on envoie un gaz comme du CO 2, on carbonate le milieu. Typiquement, les pores sont de l ordre de nm et la membrane est en polypropylène traité physiquement pour être super hydrophobe. Les contacteurs se vendent sous forme de module de fibres creuses et, selon les applications, le liquide peut circuler à l intérieur des fibres (lumen side) ou à l extérieur (shell side) (et vice versa pour l autre fluide). La figure 1 montre un module en coupe ainsi que son aspect assemblé. Ils sont disponibles pour des applications à l échelle laboratoire (litre par min) et industrielle (plusieurs m 3 par min) à des coûts très raisonnables malgré le monopole de la compagnie Membrana. Les contacteurs, largement utilisés dans l alimentaire pour la carbonatation, représentent aussi une méthode intéressante pour décarbonater l air en captant le dioxyde de carbone. Cette approche est la bienvenue vu les problèmes auxquels on fait face avec l augmentation de la concentration dans l atmosphère du dioxyde de carbone. Traditionnellement, les techniques de traitement industrielles sont presque toutes basées sur son absorption par une base minérale ou organique comme des amines. Plus récemment, on a cherché à remplacer ces absorbants traditionnels par les liquides ioniques (LI) pour mieux valoriser le produit formé. En effet, le CO 2 est très soluble dans les LI et une fois absorbé, on peut le lier chimiquement aux LI et obtenir des intermédiaires de synthèse intéressants. Peu importe le milieu absorbant choisi, les contacteurs sont particulièrement adaptés pour remplacer les encombrantes colonnes d absorption, surtout pour le traitement des sources d émission de faible débit ou diffuses. La figure 2 en montre le principe. Le gaz à traiter est envoyé à l intérieur des fibres creuses, qui trempent dans une solution absorbante circulant à contre-courant. La solution absorbante peut être une base en solution dans l eau, des amines, des liquides ioniques, etc. et elle peut être régénérée pour assurer une absorption en continu. Par contre, on 14

15 CO 2 SOLUTION ABSORBANTE SOLUTION ABSORBANTE GAZ RICHE EN CO 2 GAZ PAUVRE EN CO 2 SOLUTION ABSORBANTE SOLUTION ABSORBANTE Pompe CO 2 Fibre creuse hydrophobe Contacteur Air épuré N 2 CO 2 Solution absorbante FIGURE 2 Schéma de principe d un contacteur monté pour extraire le dioxyde de carbone (montage CÉPROCQ). ne peut pas utiliser l eau de chaux, car son carbonate étant insoluble, cela colmaterait le module (2). L évolution vers les LI se fait lentement, car une fois le CO 2 solubilisé, leur viscosité augmente, ce qui a pour effet de perturber leur circulation dans les contacteurs. Ceci est un des freins importants pour la substitution des bases par les LI (2-3). Quand les contacteurs passent du gaz au liquide : cas de l ammoniac L ammoniac représente l espèce azotée la plus réduite et, dans la nature, il est surtout présent en solution sous la forme d ion ammonium NH 4+. NH 3 (NH 4+ ) provient principalement de la décomposition de la matière riche en azote, on le trouve donc dans les déchets agricoles, industriels et domestiques. Les ions ammonium sont la bête noire des environnementalistes, car ils sont très solubles dans l eau et donc difficiles à extraire ou à faire précipiter. Une fois dans l environnement, ils sont facilement lessivés et dispersés et ils génèrent à long terme des nitrates moins toxiques, mais aussi problématiques vu leur exceptionnelle stabilité (4-5). Son extraction et sa neutralisation se font généralement en deux étapes. La première consiste à l entraîner hors de la solution. Pour cela, on doit augmenter le ph de l eau à traiter pour le rendre volatil et ensuite, on injecte l eau dans FIGURE 3 Photo d une unité d enlèvement de l ammoniac par entraînement à l air (stripping). 15

16 Chimiste et innovation suite une colonne où de l air circule à contre-courant. L air chargé en NH 3 est ensuite envoyé dans une colonne de lavage, où il sera piégé par une solution acide. Cette méthode de traitement n est pas la seule possible, mais elle est la plus populaire parce qu elle est bien maîtrisée et facile à opérer (5-6). Par contre, les installations sont volumineuses (voir figure 3) et pas toujours faciles à intégrer, surtout dans les petits ateliers. Aussi, pour contourner ce défaut, on peut utiliser un contacteur au lieu de ces unités (6-8). Pour cela, il suffit de faire circuler le liquide chargé en NH 3 (NH 4+ ) à un ph basique d un côté de la membrane des fibres creuses et de l autre une solution acide qui circule à contrecourant. La faible taille des pores et la nature hydrophobe de la membrane empêchent les deux liquides de se mélanger, ainsi, seul l ammoniac sous forme gazeuse peut traverser les parois des fibres. Par rapport à l application précédente, le gaz est remplacé par la solution liquide. L acide garantit une neutralisation immédiate du gaz aussi longtemps qu il n est pas saturé. Sa capacité de neutralisation est la force motrice Pompe Pompe Contacteur liquide-liquide Solution d ammoniac Acide FIGURE 4A Principe de l extraction de l ammoniac avec un contacteur membranaire. 16

17 de l échange. La solution riche en ammoniac et l acide peuvent circuler à l extérieur ou à l intérieur de la fibre, l ordre d alimentation n a pas réellement d importance. La figure 4 (plans A et B) reproduit le principe de l échange. Ces modules peuvent traiter des volumes allant de quelques millilitres par minute jusqu à plusieurs mètres cube par heure (il en existe, par exemple, de 30 m 3 /h). Les taux d enlèvement en azote ammoniacal sont au delà de 95 % (6,8). Souvent, le procédé est opéré à chaud (40-50 o C) pour favoriser le dégazage, et l effluent doit être impérativement préfiltré avec un filtre de 10 microns pour ne pas colmater le module. Quand les contacteurs ne traitent que des liquides : cas de l extraction des molécules organiques et inorganiques Les contacteurs peuvent aussi permettre des échanges transmembranaires autres que des gaz. Aussi, on les trouve en extraction liquide-liquide réactive. Cette méthode est très utilisée pour extraire les contaminants dans les effluents aqueux, qu ils soient organiques ou inorganiques. Son principe repose soit sur une réaction de complexation, soit sur un échange ionique entre les phases aqueuse et organique (9-10). Peu importe le mécanisme, cet échange a priori simple entre deux liquides non miscibles s accompagne de nombreux problèmes. Le plus courant est celui de la difficulté à les séparer après leur mélange, leur dispersion devenant permanente. Aussi, pour contourner cette difficulté, il est possible d insérer une membrane solide poreuse entre les deux fluides, comme c est le cas dans un contacteur membranaire! C est la solution la plus facile pour corriger ce défaut. Le principe reste toujours le même : le solvant organique dopé avec l extractant circule à l intérieur d une fibre creuse qu il imprègne (la membrane doit être hydrophobe), tandis que l autre face de la paroi est exposée à l eau. Pour éviter que le solvant organique s échappe, une pression positive est appliquée du côté aqueux. Ainsi, la solution organique est immobilisée vis-à-vis chaque pore et NH 3 ACIDE ACIDE SOLUTION RICHE EN NH 3 SOLUTION PAUVRE EN NH 3 ACIDE ACIDE Fibre creuse NH 3 FIGURE 4B Principe de l extraction de l ammoniac avec un contacteur membranaire. 17

18 Chimiste et innovation suite ne peut pas se disperser dans l eau, ce qui évite la formation d émulsions. En plus de supprimer ce premier problème, cette technique diminue l entraînement de l extractant et du solvant vers la phase aqueuse, ce qui limite cette pollution secondaire inévitable en extraction liquide-liquide. Le montage pour effectuer l extraction est équivalent aux précédents, comme le montre la figure 5. Cette technique a été expérimentée sur un certain nombre de milieux, comme les bains de fermentation (par ex. : extraction de l acide lactique), les eaux contaminées avec des ions métalliques, ou encore les effluents pharmaceutiques (9-13). Historiquement, cette méthode, découverte il y a plus de 20 ans, n a pas connu de développement fulgurant, car il était alors difficile de maintenir une pression constante sur toute la surface des membranes, un facteur critique pour assurer un bon contact entre les deux milieux. L arrivée des contacteurs de Membrana, alors dédiés au dégazage industriel, a corrigé ce défaut et a donné un nouveau départ à cette technologie. Pour terminer, un peu d histoire... et de géographie L extraction liquide-liquide des molécules organiques et inorganiques avec cette méthode est apparue dans les années 1990, et bien avant celle de l extraction de l ammoniac ou du dioxyde de carbone, qui reste encore semi-expérimentale aujourd hui. Logiquement, on aurait dû observer l inverse, puisque ces deux derniers exemples sont un problème liquide-gaz, le champ traditionnel d applications des contacteurs. Toutefois, en 2000, la nécessité de réduire les nuisances induites par NH 3 et CO 2 n était pas une priorité. Cela a donc inversé l histoire de leur intégration dans l industrie. Aujourd hui, le traitement des rejets aqueux de l ammoniac est un incontournable. Sous forme de gaz, l ammoniac (et ses composés) est considéré comme un bon M n+ SOLUTION RICHE EN M n+ SOLUTION PAUVRE EN M n+ M n+ Solvant + molécule extractante Pompe Pompe Contacteur Solution à traiter (M n+ ) FIGURE 5 Montage des contacteurs pour l extraction liquide-liquide. Solvant + molécule extractante 18

19 vecteur pour stocker l hydrogène (14). Quant au CO 2, on lui accorde de l attention à cause de l augmentation de sa responsabilité sur l effet de serre. Tel que mentionné précédemment, on peut adapter les contacteurs à tous les débits sans perte d efficacité et avec un investissement minimal. Cependant, ils ne sont pas sans défaut. Le plus grand d entre eux demeure que ces modules soient uniquement disponibles chez un seul fournisseur à l échelle planétaire (Samsung devait produire quelque chose de similaire en 2012, mais le produit n a pas encore été commercialisé). On s accommode de ce monopole, mais il faut être conscient du fait que si un contacteur devient défectueux, il est presque irréparable. Dans le cas des échanges entre deux liquides, il est important que la membrane reste hydrophobe, sinon les deux compartiments se mélangent. Cela arrive lorsque les effluents à traiter sont chargés en matière organique ayant des propriétés tensioactives ou une fâcheuse tendance à adhérer sur les polymères. Le lait est un bon exemple de milieu à éviter. Cependant, les parois s encrassent moins rapidement (et sérieusement) qu en filtration membranaire classique comme l osmose inverse ou l ultrafiltration, car il y a absence de pression ou alors l application d une pression très légère. Cette technologie devient de plus en plus populaire et d ici quelques années, elle devrait se retrouver dans la liste des procédés de base. Géographiquement, le marché européen et asiatique en est le principal consommateur actuel ; les contacteurs sont pour l instant boudés en Amérique du Nord. RÉFÉRENCES 1. Voir le site web L oxygène perturbe de nombreuses applications de par son caractère corrosif et oxydant vis-à-vis divers matériaux. Les tuyauteries, les chaudières et les équipements connexes sont sujets à la corrosion si l eau n est pas dégazée. Les contacteurs membranaires sont une solution pour la désoxygénation de l eau, sans l adjonction de produits chimiques, et offrent donc une réelle solution alternative. Par exemple, dans les industries des semi-conducteurs et des écrans plats, un haut niveau d oxygène peut mener à des pertes de rendement. L usage de contacteurs membranaires permet de garantir des teneurs en oxygène inférieures à 1 ppb. L oxygène contribue aussi de façon négative à la durée de conservation, à la qualité, à la consistance et au goût des produits alimentaires. Les contacteurs permettent de contrôler la teneur en gaz dissous des boissons et ils sont communément utilisés pour la bière, le vin et les jus. 2. C. Ouellet, F. Biasotto et S. Alex, «Capture du dioxyde de carbone : tendances et perspectives», Vecteur Environnement, vol. 48, n o 2, 2015, p et les références citées. 3. F. Biasotto, C. Ouellet et S. Alex, «Décarboner la planète : comment faire sa part», Chimiste, vol. 27, n o 1, 2012, p Les normes de rejet sont très sévères en ce qui a trait à la qualité de l eau. Elles varient de 0,7 mg/l à 12 mg/l selon la valeur du ph de l eau rejetée pour l azote ammoniacal. Pour l eau potable, la norme est de 0,1 mg/l d azote pour les nitrites (NO 2- ), et de 10 mg/l d azote pour les nitrates (NO 3- ). 5. A. Gherrou, «L azote ammoniacal, nouvelle cible de la réglementation sur les rejets industriels», Chimiste, vol. 27, n o 1, 2012, p C. Frédette et S. Alex, «Traitement de l ammoniac : nouvelle technique pour un vieux gaz», Vecteur Environnement, vol. 44, n o 3, 2011, p L article inclut une revue sur les diverses méthodes de traitement de l ammoniac. 7. R. Klaassen, P. Feron et A. Jansen, «Membrane Contactor Applications», Desalination, vol. 224, 2008, p A. Hasanoglu, J. Romero, B. Pérez et A. Plaza, «Ammonia Removal from Wastewater Streams through Membrane Contactors: Experimental and Theoretical Analysis of Operation Parameters and Configuration», Chemical Engineering Journal, vol. 160, 2010, p S. Alex, F. Biasotto et G. Aroca, «Extraction of Organic and Inorganic Compounds from Aqueous Solutions Using Hollow Fibre Liquid-Liquid Contactor», Desalination, vol. 241, 2009, p S. Alex et F. Biasotto, «Extraction de contaminants à l aide d un contacteur membranaire à fibres creuses», Vecteur Environnement, vol. 40, n o 4, 2007, p Cet article inclut une revue de la littérature. 11. I. M. Coelhoso, M. M. Cardoso, R. M. C. Viegas et J. P. S. G. Crespo, «Transport Mechanisms and Modelling in Liquid Membrane Contactors», Separation and Purification Technology, vol. 19, 2000, p A. Gabelman et S. T. Hwang, «Hollow Fiber Membrane Contactors», Journal of Membrane Science, vol. 159, 1999, p R. Prasad et K. K. Sirkar, «Hollow Fiber Solvent Extraction: Performances and Design», Journal of Membrane Science, vol. 50, 1990, p F. Biasotto et S. Alex, «L ammoniac : de molécule paria à réservoir d hydrogène», Chimiste, vol. 25, n o 2, 2010, p

20 Chronique légale PARCE QU IL N Y A PAS QUE LES BREVETS QUI ONT DE L IMPORTANCE, OU SIX CHOSES QUE VOUS NE SAVEZ PAS SUR LES DESSINS INDUSTRIELS PAR ALEXANDRE ARCHAMBAULT AVOCAT SPÉCIALISÉ EN LITIGE DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET DE DROIT COMMERCIAL Dans sa chronique publiée dans les pages du dernier numéro de la présente revue, ma collègue Marie-Ève Côté a apporté des réponses aux questions juridiques qui sont fréquemment posées de la part de chercheurs, de scientifiques et d entrepreneurs de tout acabit concernant la protection de la propriété intellectuelle. Bien que la protection par brevet soit la plus connue, il existe également une autre forme de protection très efficace et généralement moins coûteuse que le brevet : le dessin industriel («industrial design» au Canada anglais ou «design patent» en droit américain). Qu est-ce qu un dessin industriel? En résumé, un dessin industriel est une forme de protection qui vise les caractéristiques esthétiques d un objet. Selon l article 2 de la Loi sur les dessins industriels (ci-après la «Loi»), un dessin industriel se définit comme suit : «Caractéristiques ou combinaison de caractéristiques visuelles d un objet fini, en ce qui touche la configuration, le motif ou les éléments décoratifs.» Pour être enregistrable, le dessin doit être original et nouveau. 20 CIPS 2015

VILLE DE LAC-MÉGANTIC RÉCLAMATIONS DU 6 JUILLET 2013 AU 31 AOÛT 2015

VILLE DE LAC-MÉGANTIC RÉCLAMATIONS DU 6 JUILLET 2013 AU 31 AOÛT 2015 Charges Dossier Demandeur Secteur Type Crédit de taxes Droits de mutation Autres formes d'aide Prêts Sous-total FALM-01 Chantal Larochelle Centre-ville Commercial - - 2 025-2 025 FALM-02 Nadeau, Suzanne

Plus en détail

Ordre du jour. Réunion du Conseil d administration de la Société québécoise pour la recherche en psychologie. Mercredi le 11 juin 2008 à 13 h 30

Ordre du jour. Réunion du Conseil d administration de la Société québécoise pour la recherche en psychologie. Mercredi le 11 juin 2008 à 13 h 30 Ordre du jour Réunion du Conseil d administration de la Société québécoise pour la recherche en psychologie Mercredi le 11 juin 2008 à 13 h 30 1. Adoption de l ordre du jour 2. Adoption du procès-verbal

Plus en détail

G1-4340 PAR COURRIER ÉLECTRONIQUE

G1-4340 PAR COURRIER ÉLECTRONIQUE 1725 G1-4340 PAR COURRIER ÉLECTRONIQUE PROCÈS-VERBAL DE LA 215 e SÉANCE DU CONSEIL D'ADMINISTRATION des Centres jeunesse de l'outaouais (CJO) tenue le 12 novembre 2014, à l édifice Marc-Sénéchal 105, boulevard

Plus en détail

ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC QUATRE-VINGT-QUATORZIÈME CONSEIL D ADMINISTRATION PROCÈS-VERBAL DE LA DIXIÈME SÉANCE DÉCISIONS TENUE LE 27 MAI 2015

ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC QUATRE-VINGT-QUATORZIÈME CONSEIL D ADMINISTRATION PROCÈS-VERBAL DE LA DIXIÈME SÉANCE DÉCISIONS TENUE LE 27 MAI 2015 Membres du Comité exécutif : ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC QUATRE-VINGT-QUATORZIÈME CONSEIL D ADMINISTRATION PROCÈS-VERBAL DE LA DIXIÈME SÉANCE DÉCISIONS TENUE LE 27 MAI 2015 9 H 30 ÉDIFICE SUN LIFE -

Plus en détail

GUIDE À L INTENTION DES ENTREPRENEURS ACCRÉDITÉS

GUIDE À L INTENTION DES ENTREPRENEURS ACCRÉDITÉS Note importante : Ce guide sera mis à jour régulièrement. Veuillez consulter notre site web pour obtenir la version la plus récente. GUIDE À L INTENTION DES ENTREPRENEURS ACCRÉDITÉS 1. FORMULAIRES A. CONTRATS

Plus en détail

On a changé de. de l Association des MBA du Québec RÈGLEMENTS DE SÉLECTION DES LAURÉATS ET D OCTROI DU PRIX. Édition 2015

On a changé de. de l Association des MBA du Québec RÈGLEMENTS DE SÉLECTION DES LAURÉATS ET D OCTROI DU PRIX. Édition 2015 On a changé de Programme de Bourse Émérite de l Association des MBA du Québec RÈGLEMENTS DE SÉLECTION DES LAURÉATS ET D OCTROI DU PRIX Édition 2015 Ces informations sont également disponibles sur le site

Plus en détail

1. LECTURE ET ADOPTION DE L'ORDRE DU JOUR. D'ADOPTER l'ordre du jour avec la modification suivante : - Le point 4.3 est reporté.

1. LECTURE ET ADOPTION DE L'ORDRE DU JOUR. D'ADOPTER l'ordre du jour avec la modification suivante : - Le point 4.3 est reporté. 1738 G1-4340 PAR COURRIER ÉLECTRONIQUE PROCÈS-VERBAL DE LA 217 e SÉANCE DU CONSEIL D'ADMINISTRATION des Centres jeunesse de l'outaouais (CJO) tenue le 11 février 2015, à l édifice Marc-Sénéchal 105, boulevard

Plus en détail

Sont absents: M. Jean-François Hébert M me Sylvie Laflamme M me Chantal Rivest

Sont absents: M. Jean-François Hébert M me Sylvie Laflamme M me Chantal Rivest PROCÈS-VERBAL Réunion des membres du Conseil d établissement Centre de formation Compétence Rive-Sud tenue à La Prairie le jeudi 20 mai 2010 au 399 Conrad-Pelletier de 19 h à 20 h 30 Sont présents : M.

Plus en détail

Guide de l utilisateur Auteurs

Guide de l utilisateur Auteurs Guide de l utilisateur Auteurs Système de gestion des droits de reproduction en ligne de Copibec Table des matières Introduction 5 Compte 6 Inscription d un nouveau compte 6 Gestion des comptes 10 Ajouter

Plus en détail

SÉANCE DU 18 MARS 2008 VOLUME 10 - NUMÉRO 11

SÉANCE DU 18 MARS 2008 VOLUME 10 - NUMÉRO 11 SÉANCE DU 18 MARS 2008 VOLUME 10 - NUMÉRO 11 Procès-verbal de la séance régulière du conseil des commissaires de la Commission scolaire du Fleuve-et-des-Lacs tenue à la salle des commissaires le 18 mars

Plus en détail

Bourses Pierre Julien du Syndicat des chargées et chargés de cours de l UQAR. De gauche à droite : M. José Arsenault, président de la Fondation de l

Bourses Pierre Julien du Syndicat des chargées et chargés de cours de l UQAR. De gauche à droite : M. José Arsenault, président de la Fondation de l Bourses Pierre Julien du Syndicat des chargées et chargés de cours de l UQAR. De gauche à droite : M. José Arsenault, président de la Fondation de l UQAR, M. Michel Ringuet, recteur, Geneviève Brassard,

Plus en détail

Commission scolaire de l Estuaire - 67 - CC-2015-05-19

Commission scolaire de l Estuaire - 67 - CC-2015-05-19 Commission scolaire de l Estuaire - 67 - CC-2015-05-19 CONSEIL DES COMMISSAIRES PROVINCE DE QUÉBEC LA COMMISSION SCOLAIRE DE L ESTUAIRE Procès-verbal de la séance ordinaire du conseil des commissaires

Plus en détail

Équipe du Service de la formation professionnelle et de l'éducation des adultes

Équipe du Service de la formation professionnelle et de l'éducation des adultes Équipe du Service de la formation professionnelle et de l'éducation des adultes Technicienne en organisation scolaire Ginette Drouin Agente de bureau, classe 1 Marie-Josée Fortin Agente de bureau, classe

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature LE PLUS GRAND RENDEZ-VOUS DES INVESTISSEURS ET DE L INNOVATION AU QUÉBEC Dossier de candidature Appel de projets Soumettre avant le 29 avril 2011 à : candidature@capitalinnovation.ca Vous trouverez dans

Plus en détail

PARTIE I : RAISON, SIEGE ET BUTS DE L ASSOCIATION. Article premier Raison sociale et type d association. Article 2 - Siège

PARTIE I : RAISON, SIEGE ET BUTS DE L ASSOCIATION. Article premier Raison sociale et type d association. Article 2 - Siège STATUTS DE LA SOCIETE INTERNATIONALE E D D ANNOTATION ASSOCIATION DE DROIT SUISSE A BUT NON LUCRATIF Etat au 9 Décembre 2008; Révisé le 10 Septembre 2014 PARTIE I : RAISON, SIEGE ET BUTS DE L ASSOCIATION

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC CÔTE-DE-BEAUPRÉ MUNICIPALITÉ DE BOISCHATEL

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC CÔTE-DE-BEAUPRÉ MUNICIPALITÉ DE BOISCHATEL CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC CÔTE-DE-BEAUPRÉ MUNICIPALITÉ DE BOISCHATEL Boischatel, le 14 janvier 2013. Procès-verbal de la session régulière du Conseil municipal de Boischatel, tenue le 14 ème jour du

Plus en détail

La liste des membres du Club de Natation Les Riverains qui ont assisté à cette assemblée générale apparaît à l Annexe 1 du présent procès-verbal.

La liste des membres du Club de Natation Les Riverains qui ont assisté à cette assemblée générale apparaît à l Annexe 1 du présent procès-verbal. Procès-verbal de l assemblée générale annuelle du Club de Natation Les Riverains tenue à Lévis, le mercredi 18 septembre 2013, à 19 h, au Centre Raymond-Blais, 6, rue Olympique. Étaient présents : La liste

Plus en détail

Chloroforme ENVIRONNEMENT INDUSTRIE. Synthèse spécifique au secteur d activité Agroalimentaire

Chloroforme ENVIRONNEMENT INDUSTRIE. Synthèse spécifique au secteur d activité Agroalimentaire ENVIRONNEMENT INDUSTRIE Chloroforme Synthèse spécifique au secteur d activité Agroalimentaire I. Description et Composés II. Origine et Présence dans l environnement III. Secteur d utilisation IV. Valeurs

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DES DÉCOUVREURS CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE MARIE-ROLLET

COMMISSION SCOLAIRE DES DÉCOUVREURS CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE MARIE-ROLLET COMMISSION SCOLAIRE DES DÉCOUVREURS CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE MARIE-ROLLET Procès-verbal de la réunion du conseil d établissement tenue mercredi le 25 février 2015 à 16 h au local D-103 PRÉSENTS

Plus en détail

MNG64971 : CRÉATION ET GESTION DʹUNE NOUVELLE ENTREPRISE

MNG64971 : CRÉATION ET GESTION DʹUNE NOUVELLE ENTREPRISE MNG64971 : CRÉATION ET GESTION DʹUNE NOUVELLE ENTREPRISE Professeur : Yvon Gasse 1- DESCRIPTION 2- OBJECTIFS 3- CLIENTÈLE 4- CONTENU 5- MATÉRIEL DʹACCOMPAGNEMENT 6- ÉVALUATION 1- DESCRIPTION Le cours se

Plus en détail

Programmes en formation pratique intégrée

Programmes en formation pratique intégrée Programmes en formation pratique intégrée Premier cycle : Baccalauréat en sciences comptables Novembre 2010 L emploi du générique masculin dans ce document est utilisé sans aucune discrimination et uniquement

Plus en détail

France Boissé Lise Marquis Mélissa Fontaine, stagiaire MM René Cyr David Drouin Raymond Fillion Louis-Denis Lagueux Bertrand Lussier

France Boissé Lise Marquis Mélissa Fontaine, stagiaire MM René Cyr David Drouin Raymond Fillion Louis-Denis Lagueux Bertrand Lussier PROCÈS-VERBAL DE LA 12 e ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DE LA CAISSE DESJARDINS DU MONT-BELLEVUE DE SHERBROOKE TENUE LE 16 AVRIL 2013 AU CENTRE COMMUNAUTAIRE DE LOISIRS SHERBROOKE INC. SITUÉ AU 1010, RUE

Plus en détail

COORDONNATEURS DE DÉPARTEMENT RESPONSABLES DE PROGRAMME, DE STAGES ET ÉCOLES PARTENAIRES ANNÉE 2014-2015 (22 décembre 2014)

COORDONNATEURS DE DÉPARTEMENT RESPONSABLES DE PROGRAMME, DE STAGES ET ÉCOLES PARTENAIRES ANNÉE 2014-2015 (22 décembre 2014) COORDONNATEURS DE RESPONSABLES DE, DE STAGES ET ÉCOLES PARTENAIRES ANNÉE 2014-2015 (22 décembre 2014) RESPONSABLE COORDINATION DU FATMA BENSLAFA LOCAL A5.88A POSTE 2237 CAROLE GLASOW LOCAL A5.88 POSTE

Plus en détail

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL Novembre 2006 Collecte, analyse des données et rédaction Nicaise Dovonou, agent de recherche en santé au travail, Direction de santé publique, Agence de la santé et des

Plus en détail

Procès-verbal de l assemblée générale annuelle 2011 du S.S.S. Bellimont C.S.N.

Procès-verbal de l assemblée générale annuelle 2011 du S.S.S. Bellimont C.S.N. Province de Québec SYNDICAT SOUTIEN SCOLAIRE BELLIMONT Procès-verbal de l assemblée générale annuelle Tenue en plus d une séance Le 15 novembre 2011 à 16 h À la cafétéria de l école secondaire la Rencontre

Plus en détail

Absences : Madame Nathalie Blais, madame Nathalie Côté, monsieur Éric Renaud et madame Manon Tremblay, commissaires

Absences : Madame Nathalie Blais, madame Nathalie Côté, monsieur Éric Renaud et madame Manon Tremblay, commissaires PROVINCE DE QUÉBEC COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN 16 e Séance (ordinaire) Procès-verbal de la séance ordinaire du conseil des commissaires de la Commission scolaire du Lac- Saint-Jean tenue le 19

Plus en détail

INSCRIPTION AU TABLEAU ET MISE À JOUR DES RENSEIGNEMENTS 2014 2015 FOIRE AUX QUESTIONS

INSCRIPTION AU TABLEAU ET MISE À JOUR DES RENSEIGNEMENTS 2014 2015 FOIRE AUX QUESTIONS INSCRIPTION AU TABLEAU ET MISE À JOUR DES RENSEIGNEMENTS 2014 2015 FOIRE AUX QUESTIONS Exercice de la profession d ergothérapeute Q. Qu est-ce que l exercice de la profession pour l Ordre? R. L Ordre définit

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE PARTIE I. STRUCTURE

Plus en détail

Guide du participant. Programme de rénovations écoénergétiques. Marchés Affaires et grandes entreprises

Guide du participant. Programme de rénovations écoénergétiques. Marchés Affaires et grandes entreprises Guide du participant Programme de rénovations écoénergétiques Marchés Affaires et entreprises Le bleu est efficace Dans le cadre de son Plan global en efficacité énergétique, Gaz Métro offre à sa clientèle

Plus en détail

Procédures d admission par équivalence

Procédures d admission par équivalence Procédures d admission par équivalence Conformément à ses règlements et aux exigences prescrites par le Code des professions du Québec, l Ordre des conseillers et conseillères d orientation du Québec (OCCOQ)

Plus en détail

Le Chat Botté. Le Chat Botté EDITION AVRIL 2014 Club de danse sportive et de loisirs annule et remplace l édition d avril 2005 Marche Membre de l AFCD

Le Chat Botté. Le Chat Botté EDITION AVRIL 2014 Club de danse sportive et de loisirs annule et remplace l édition d avril 2005 Marche Membre de l AFCD Le Chat Botté Le Chat Botté EDITION AVRIL 2014 Club de danse sportive et de loisirs annule et remplace l édition d avril 2005 Marche Membre de l AFCD Règlement interne Article 1 : LE CLUB. 1. Le club de

Plus en détail

Visites commerciales temporaires, mutations de cadres et déménagements permanents

Visites commerciales temporaires, mutations de cadres et déménagements permanents Visites commerciales temporaires, mutations de cadres et déménagements permanents Les accords de libre-échange auxquels participe le Canada et la Loi sur l immigration et la protection des réfugiés (Canada)

Plus en détail

COMITÉ DE PARENTS. École Nom du représentant Présence

COMITÉ DE PARENTS. École Nom du représentant Présence DOCUMENT APPROUVÉ LE 23/05/2012 COMITÉ DE PARENTS Procès-verbal de l assemblée générale du Comité de parents de la Commission scolaire de la Capitale qui a eu lieu le mercredi 25 avril 2012 à 19 h 30 à

Plus en détail

LES COMMISSAIRES REPRÉSENTANTS DU COMITÉ DE PARENTS LA COMMISSAIRE REPRÉSENTANTE DU COMITÉ EHDAA

LES COMMISSAIRES REPRÉSENTANTS DU COMITÉ DE PARENTS LA COMMISSAIRE REPRÉSENTANTE DU COMITÉ EHDAA No. de résolution ou annotation À une séance ordinaire du CONSEIL DES COMMISSAIRES de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy dûment convoquée et tenue au centre administratif du 1515, rue Sainte-Marguerite,

Plus en détail

Gala des Prix Desjardins Entrepreneurs. Complexe Desjardins à Montréal 16 octobre 2012

Gala des Prix Desjardins Entrepreneurs. Complexe Desjardins à Montréal 16 octobre 2012 Gala des Prix Desjardins Entrepreneurs Complexe Desjardins à Montréal 16 octobre 2012 Récipiendaire du prix Hommage Grand Bâtisseur : Pierre Claprood Me Marc Novello, associé chez Fasken Martineau partenaire

Plus en détail

ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC QUATRE-VINGT-QUINZIÈME CONSEIL D ADMINISTRATION PROCÈS-VERBAL DE LA QUATRIÈME SÉANCE (EXTRAORDINAIRE) DÉCISIONS

ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC QUATRE-VINGT-QUINZIÈME CONSEIL D ADMINISTRATION PROCÈS-VERBAL DE LA QUATRIÈME SÉANCE (EXTRAORDINAIRE) DÉCISIONS ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC QUATRE-VINGT-QUINZIÈME CONSEIL D ADMINISTRATION PROCÈS-VERBAL DE LA QUATRIÈME SÉANCE (EXTRAORDINAIRE) DÉCISIONS Membres du Comité exécutif : TENUE LE 27 AOÛT 2015 10 h 30

Plus en détail

Proposition de candidature au conseil d administration de Foresters

Proposition de candidature au conseil d administration de Foresters Proposition de candidature au conseil d administration de Foresters (N hésitez pas à fournir des renseignements supplémentaires sur une feuille séparée ou à soumettre votre curriculum-vitae) Renseignements

Plus en détail

L usage du masculin a uniquement pour but d alléger le texte.

L usage du masculin a uniquement pour but d alléger le texte. L usage du masculin a uniquement pour but d alléger le texte. DATE LIMITE : 2 mai 2014 CRITÈRES D ADMISSIBILITÉ Connaître un succès commercial reconnu et avoir obtenu récemment d excellents résultats financiers.

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE EMDay Awards

DOSSIER DE CANDIDATURE EMDay Awards DOSSIER DE CANDIDATURE EMDay Awards PRESENTATION DU CANDIDAT Société : N RCS : Représentant légal : Date de création :... /... /... Adresse : Code Postal : Ville : Téléphone : Mobile : Mail : Site web

Plus en détail

BOURSES VISAJ ÉDITION 2012-2013

BOURSES VISAJ ÉDITION 2012-2013 BOURSES VISAJ ÉDITION 2012-2013 Chaire UQAC Cégep de Jonquière sur les conditions de vie, la santé et les aspirations des jeunes (VISAJ) Bourse d initiation à la recherche au baccalauréat; Bourse de maîtrise;

Plus en détail

ADDIROUM: Assemblée Générale

ADDIROUM: Assemblée Générale ADDIROUM: Assemblée Générale 7 octobre 2009, 17:30, Salle 1409 - Pavillon André-Aisenstadt Membres Présents : Marcel Aubin, Yan Bergeron, Jacques Gaumond, Hélène Gravel, Yves Fredette, Jean-Yves Potvin,

Plus en détail

Commune de Saint- Genest- Malifaux

Commune de Saint- Genest- Malifaux Commune de Saint- Genest- Malifaux CONSULTATION POUR LA REALISATION DES BULLETINS MUNICIPAUX ET LA MAINTENANCE DU SITE INTERNET Cahier des charges Parties contractantes Entre les soussignés, D une part,

Plus en détail

IGF, résolument tourné vers l avenir

IGF, résolument tourné vers l avenir IGF, résolument tourné vers l avenir Au nom des membres du conseil d administration d IGF-Québec et en mon nom personnel, permettez-moi de vous présenter la nouvelle programmation 2015-2016. Cette année

Plus en détail

Expérience # 7 Identification des composés d un mélange

Expérience # 7 Identification des composés d un mélange Expérience # 7 1. But Le but de l expérience consiste à isoler chacun des composés d un mélange par les techniques de purification connues, à prouver la pureté de chacun et à déterminer la nature des composés

Plus en détail

Guide d utilisation du journal de stage

Guide d utilisation du journal de stage Guide d utilisation du journal de stage À l intention des candidats à l exercice de la profession Table des matières Présentation du journal de stage 2 Aperçu des étapes à suivre 2 Étape 1 - Commencer

Plus en détail

CONSEIL DES COMMISSAIRES

CONSEIL DES COMMISSAIRES Conseil des commissaires (séance régulière) Procès verbal du 26 septembre 2007 PROVINCE DE QUÉBEC COMMISSION SCOLAIRE de PORTNEUF CONSEIL DES COMMISSAIRES Procès-verbal de la séance régulière du conseil

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Guide de l utilisateur

Guide de l utilisateur Guide de l utilisateur Centre de facturation UPS 2014 United Parcel Service of America, Inc. UPS, la marque de commerce UPS et la couleur brune sont des marques déposées de United Parcel Service of America,

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION A L ATTENTION DES ASSOCIATIONS

GUIDE D UTILISATION A L ATTENTION DES ASSOCIATIONS DIRECTION DES FINANCES Dépôt en ligne des dossiers de demande de subvention GUIDE D UTILISATION A L ATTENTION DES ASSOCIATIONS Pour toute question relative au dépôt de votre dossier en ligne : mail à :

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Prix Cardozo-Coderre 2014

COMMUNIQUÉ. Prix Cardozo-Coderre 2014 COMMUNIQUÉ L OOAQ décerne près de 45 000 $ en prix et subventions de recherche en soutien aux orthophonistes et aux audiologistes pour des soins de qualité à la population. MONTRÉAL, le 16 juin 2015 Dans

Plus en détail

Cahier de mise en candidature

Cahier de mise en candidature PRIX DISTINCTION 2014 L excellence reconnue en Haute-Yamaska et région! 30 ème édition Catégorie Travailleur Autonome 2014 Comme les finalistes et les gagnants seront dévoilés lors de la soirée du 22 février

Plus en détail

THÈSE DE DOCTORAT : SOUTENANCE 1. AVANT LA SOUTENANCE DE LA THÈSE

THÈSE DE DOCTORAT : SOUTENANCE 1. AVANT LA SOUTENANCE DE LA THÈSE École doctorale n 265 ED «Langues, littératures et civilisations du monde» D.R.E.D. INALCO 2 rue de Lille 75007 PARIS Tél : 01 81 70 12 16 Direction de la Recherche et des Études Doctorales THÈSE DE DOCTORAT

Plus en détail

Séance régulière du conseil municipal tenue au centre communautaire. 1. Ouverture de la séance : Le maire Jean Bellehumeur ouvre la séance à 19 h 00.

Séance régulière du conseil municipal tenue au centre communautaire. 1. Ouverture de la séance : Le maire Jean Bellehumeur ouvre la séance à 19 h 00. Province de Québec Municipalité de Chartierville Lundi 4 février 2013 Séance régulière du conseil municipal tenue au centre communautaire. 1. Ouverture de la séance : Le maire Jean Bellehumeur ouvre la

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES... 3 1. MOT DE LA PRÉSIDENTE... 4 2. LES COMMISSAIRES ET LA SECRÉTAIRE GÉNÉRALE... 5

TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES... 3 1. MOT DE LA PRÉSIDENTE... 4 2. LES COMMISSAIRES ET LA SECRÉTAIRE GÉNÉRALE... 5 RAPPORT ANNUEL 2011 TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES... 3 1. MOT DE LA PRÉSIDENTE... 4 2. LES COMMISSAIRES ET LA SECRÉTAIRE GÉNÉRALE... 5 3. MISE EN PLACE DU BUREAU DE L OMBUDSMAN... 6 4. STATISTIQUES...

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC RÉGIE INTERMUNICIPALE DU COMTÉ DE BEAUCE-SUD

PROVINCE DE QUÉBEC RÉGIE INTERMUNICIPALE DU COMTÉ DE BEAUCE-SUD PROVINCE DE QUÉBEC RÉGIE INTERMUNICIPALE DU COMTÉ DE BEAUCE-SUD Procès-verbal d'une assemblée régulière des administrateurs de la Régie Intermunicipale du Comté de Beauce-Sud, tenue jeudi le 22 février

Plus en détail

PERSONNES INVITÉES Mme Guylaine St-Gelais, directrice des Ressources financières et matérielles, points 3.1 et 3.2

PERSONNES INVITÉES Mme Guylaine St-Gelais, directrice des Ressources financières et matérielles, points 3.1 et 3.2 PROCÈS-VERBAL DE LA 99 e SÉANCE EXTRAORDINAIRE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU CSSS DE LA POINTE-DE-L ÎLE TENUE PAR CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE LE LUNDI 16 DÉCEMBRE 2013 PERSONNES PRÉSENTES Mme Cécile Légaré,

Plus en détail

CONCOURS «ROULEZ VERT»

CONCOURS «ROULEZ VERT» AVIS DE CONVOCATION Aux membres de la Caisse populaire Desjardins de Lévrard Vous êtes, par la présente, convoqués à l'assemblée générale annuelle de votre caisse qui aura lieu : Date et heure : Vendredi,

Plus en détail

Offre de bourses de recrutement et de bourses de cheminement aux études supérieures de la Faculté de médecine

Offre de bourses de recrutement et de bourses de cheminement aux études supérieures de la Faculté de médecine Offre de bourses de recrutement et de bourses de cheminement aux études supérieures de la Faculté de médecine La Faculté de médecine offre des bourses pour aider au recrutement et au cheminement des étudiants

Plus en détail

Liste des sections du Guide

Liste des sections du Guide Introduction Liste des sections du Guide Introduction Aspects éthiques et légaux Identification des cibles Formulation de la question d intérêt Recherche de littérature Évaluation de la documentation Évaluation

Plus en détail

Règlements spéciaux Vic Open 2013

Règlements spéciaux Vic Open 2013 Règlements spéciaux Vic Open 2013 Formule La formule du tournoi est trois boites (pools) de 5, chaque équipe jouera donc un minimum de 4 matchs. Les matchs seront de 8 bouts et les recevront 100$ pour

Plus en détail

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire Université de Sherbrooke Rapport de stage Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage Par : Anthony Labelle, stagiaire Laboratoire du Pr Spino Université de Sherbrooke T1 Revu par : Pr Claude Spino

Plus en détail

Vidange des fosses septiques 2015 Période du 28 juin au 18 juillet 2015

Vidange des fosses septiques 2015 Période du 28 juin au 18 juillet 2015 Route 287 # civique Nom du Propriétaire Nbr. Gal Type de fosse 5 Complexe municipal 6000 béton (n'extraire que 1050 gallon -selon contrat) Route 132 Est # civique Nom du Propriétaire Nbr. Gal Type de fosse

Plus en détail

Pour obtenir les services de DÉMÉNAGEMENT PERFORMANCE vous pouvez communiquer avec eux de deux façons : En communiquant avec Monsieur Pierre Panneton

Pour obtenir les services de DÉMÉNAGEMENT PERFORMANCE vous pouvez communiquer avec eux de deux façons : En communiquant avec Monsieur Pierre Panneton Pour obtenir les services de DÉMÉNAGEMENT PERFORMANCE vous pouvez communiquer avec eux de deux façons : En communiquant avec Monsieur Pierre Panneton o Téléphone au bureau : 514-351-8700 o Pour toute urgence

Plus en détail

NOGENT PERCHE HABITAT Office Public de l Habitat

NOGENT PERCHE HABITAT Office Public de l Habitat NOGENT PERCHE HABITAT Office Public de l Habitat B. P. 10021 14, Rue du Champ-Bossu 28402 NOGENT-le-ROTROU Cedex Tél : 02.37.52.15.28 Télécopie : 02.37.52.85.50 Courriel : oph.direction@nogent-perche-habitat.fr

Plus en détail

CONSULTATION PROMOTEURS POUR LA REALISATION D UNE OPERATION DE CONSTRUCTION DE LOGEMENTS ET DE COMMERCES

CONSULTATION PROMOTEURS POUR LA REALISATION D UNE OPERATION DE CONSTRUCTION DE LOGEMENTS ET DE COMMERCES REGLEMENT DU CONCOURS Maître d'ouvrage : Ville de Bruyères-Le-Châtel 2 rue des Vignes 91 680 Bruyères-Le-Châtel Objet de la consultation : CONSULTATION PROMOTEURS POUR LA REALISATION D UNE OPERATION DE

Plus en détail

LISTE DES POSTES ANNÉE SCOLAIRE 2014-2015 PERSONNEL DES SERVICES DE GARDE

LISTE DES POSTES ANNÉE SCOLAIRE 2014-2015 PERSONNEL DES SERVICES DE GARDE LISTE DES POSTES ANNÉE SCOLAIRE PERSONNEL DES SERVICES DE GARDE Titulaire Remarques TECHNICIENNE CHÉNARD, Sophie 00 03 08 15,25 CHÉNARD, Sophie 27,500 Heures réparties entre les écoles Bois-et-Marées et

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DE LA RÉUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE L ACMQ DU VENDREDI 21 FÉVRIER 2014, TENUE À l HÔPITAL CHARLES LEMOYNE, A GREENFIELD PARK.

PROCÈS-VERBAL DE LA RÉUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE L ACMQ DU VENDREDI 21 FÉVRIER 2014, TENUE À l HÔPITAL CHARLES LEMOYNE, A GREENFIELD PARK. PROCÈS-VERBAL DE LA RÉUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE L ACMQ DU VENDREDI 21 FÉVRIER 2014, TENUE À l HÔPITAL CHARLES LEMOYNE, A GREENFIELD PARK. a) VÉRIFICATION DU QUORUM Appel des membres : Membres

Plus en détail

Sommaire... 1. Introduction... 2. Méthodologie...3. L opération de prospection...3. Cible :... 3. Objectifs :... 4. Fichier client :...

Sommaire... 1. Introduction... 2. Méthodologie...3. L opération de prospection...3. Cible :... 3. Objectifs :... 4. Fichier client :... Sommaire Sommaire... 1 Introduction... 2 Méthodologie...3 L opération de prospection...3 Cible :... 3 Objectifs :... 4 Fichier client :... 5 Information nécessaire pour mieux vendre :...6 Les techniques

Plus en détail

Sous la présidence de Monsieur Bernard Cayen, la session est ouverte à 20h.

Sous la présidence de Monsieur Bernard Cayen, la session est ouverte à 20h. CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE LA VALLÉE-DE-LA-GATINEAU MUNICIPALITÉ DE DÉLÉAGE PROCÈS-VERBAL de la session ordinaire du conseil de la Municipalité de Déléage, présidée par Monsieur le Maire Bernard

Plus en détail

Obtenez jusqu à 1 000 visiteurs ciblés par jour, en provenance de Google!

Obtenez jusqu à 1 000 visiteurs ciblés par jour, en provenance de Google! Obtenez jusqu à 1 000 visiteurs ciblés par jour, en provenance de Google! En seulement 2 étapes faciles! Imprimez ce document 1 Mention Légale Tous les efforts ont été déployés afin de représenter avec

Plus en détail

60 e Anniversaire. Programme souvenir 1945-2005

60 e Anniversaire. Programme souvenir 1945-2005 E n 1945, les associations de pompiers des municipalités de Montréal, Verdun, Westmount, Outremont, Québec et Sherbrooke fondent la Fraternité canadienne des employés civiques d incendie, qui devient,

Plus en détail

Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission

Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission RAPPORT D AUDIT Projet # 14/15 01 02 préparé par la Direction, audit et évaluation JUIN 2015 AUDIT DU CADRE DE GESTION DE SÉCURITÉ ET ASSURANCE

Plus en détail

Ministère de l Industrie et des Mines. Cahier des charges

Ministère de l Industrie et des Mines. Cahier des charges Ministère de l Industrie et des Mines. Cahier des charges Relatif à la sélection des entreprises et organismes au programme d aide de l Etat à l accompagnement pour la certification des systèmes de management

Plus en détail

Le colloque de l AEHCUQTR a eu lieu à l hôtel des Seigneurs à Saint-Hyacinthe. Les activités ont débutées à 13h30 le 8 juin 2002.

Le colloque de l AEHCUQTR a eu lieu à l hôtel des Seigneurs à Saint-Hyacinthe. Les activités ont débutées à 13h30 le 8 juin 2002. Le colloque de l AEHCUQTR a eu lieu à l hôtel des Seigneurs à Saint-Hyacinthe. Les activités ont débutées à 13h30 le 8 juin 2002. Étaient présents(es) : Claude Salvas, Louis Monti, Mylène Arsenault, Daniel

Plus en détail

RAPPORT DU SYNDIC AUX CRÉANCIERS SUR L ADMINISTRATION PRÉLIMINAIRE

RAPPORT DU SYNDIC AUX CRÉANCIERS SUR L ADMINISTRATION PRÉLIMINAIRE Samson Bélair/Deloitte & Touche Inc. 1, Place Ville Marie Bureau 3000 Montréal QC H3B 4T9 Canada Tél. : 514-393-7115 Téléc. : 514-390-4103 www.deloitte.ca CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE QUÉBEC DIVISION

Plus en détail

ACDEAULF QUI GAGNE QUOI? En éducation des adultes, Vers des conditions gagnantes pour tous. Colloque annuel. 16-17 novembe 1999

ACDEAULF QUI GAGNE QUOI? En éducation des adultes, Vers des conditions gagnantes pour tous. Colloque annuel. 16-17 novembe 1999 En éducation des adultes, QUI GAGNE QUOI? Vers des conditions gagnantes pour tous. e Colloque annuel de l Association canadienne d éducation des adultes des universités de langue française 16-17 novembe

Plus en détail

POLITIQUE DE DONS ET COMMANDITES

POLITIQUE DE DONS ET COMMANDITES POLITIQUE DE DONS ET COMMANDITES Politique n o ADM-0100-2012 Approuvée le : 1 er janvier 2015 Par : Secteur : Patrice Gagnon, directeur général Communications 1 er janvier 2015 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE...

Plus en détail

UNE URGENCE UNE QUESTION UNE INTERROGATION QUI CONSULTER? QUI FAIT QUOI?

UNE URGENCE UNE QUESTION UNE INTERROGATION QUI CONSULTER? QUI FAIT QUOI? 81 rue de Normandie Repentigny (Québec) J6A 7B3 Téléphone : 450 492-9400 poste 4360 Télécopie : 450 492-3728 ressourcesmatérielles@csaffluents.qc.ca UNE URGENCE UNE QUESTION UNE INTERROGATION QUI CONSULTER?

Plus en détail

Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification

Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification Secrétariat Corporate Service corporatif August 7, 2014 V1.0 7 août 2014 V9.0 Pour usage interne Table des matières

Plus en détail

Professeur superviseur ALAIN APRIL

Professeur superviseur ALAIN APRIL RAPPORT TECHNIQUE PRÉSENTÉ À L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE DANS LE CADRE DU COURS MGL804 REALISATION ET MAINTENANCE DE LOGICIELS TRAVAIL DE SESSION N12 EVALUATION D UN CONTRAT DE MAINTENANCE DU LOGICIEL

Plus en détail

Guide de formation. EasyCruit

Guide de formation. EasyCruit Guide de formation EasyCruit Contents INTRODUCTION... 3 PRÉSENTATION ET NAVIGATION... 3 CRÉATION D UN PROJET DE RECRUTEMENT... 5 ETAPE 1 : Nom interne du projet... 5 ETAPE 2 : Associer l offre au bon département...

Plus en détail

Les résultats du sondage de satisfaction de la clientèle 2010 de FacilicorpNB sont positifs

Les résultats du sondage de satisfaction de la clientèle 2010 de FacilicorpNB sont positifs Volume 3 Numéro 3 Hiver 2010 De bons mots pour nos Services d ingénierie clinique (p. 3) FacilicorpNB réalise des économies (p. 4) Mise à jour sur le projet de portail intranet commun en santé (p. 5) Le

Plus en détail

sommaire L enveloppe Soleau Votre enveloppe Soleau : quelle vie après le dépôt? Tout ce qu il faut savoir avant de déposer une enveloppe Soleau

sommaire L enveloppe Soleau Votre enveloppe Soleau : quelle vie après le dépôt? Tout ce qu il faut savoir avant de déposer une enveloppe Soleau L enveloppe Soleau REPèREs Tout ce qu il faut savoir avant de déposer une enveloppe Soleau titre chapitre L enveloppe Soleau Tout ce qu il faut savoir avant de déposer une enveloppe Soleau sommaire Pourquoi

Plus en détail

ASSURANCE VIE. 2. Information bancaire Ne pas oublier de nous envoyer l information bancaire de votre client avec la proposition.

ASSURANCE VIE. 2. Information bancaire Ne pas oublier de nous envoyer l information bancaire de votre client avec la proposition. Édition février 2014 ASSURANCE VIE 1. Formulaire Exigences de livraison Il n est pas nécessaire de nous retourner le formulaire; il est pour votre usage seulement. (Voir page 2) 2. Information bancaire

Plus en détail

MRC DE BEAUCE-SARTIGAN REGISTRE DES PROCÈS-VERBAUX Le 21 mars 2012

MRC DE BEAUCE-SARTIGAN REGISTRE DES PROCÈS-VERBAUX Le 21 mars 2012 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DE COMTÉ DE BEAUCE-SARTIGAN Procès-verbal d'une séance régulière de la Municipalité régionale de comté de Beauce-Sartigan tenue en la salle du conseil des

Plus en détail

GUIDE À L INTENTION DES DIRECTEURS > RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES CHAMBRES DE COMMERCE

GUIDE À L INTENTION DES DIRECTEURS > RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES CHAMBRES DE COMMERCE > RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES CHAMBRES DE COMMERCE CARACTÉRISTIQUES DU RÉGIME > GARANTIES ET SERVICES > Chaque entreprise participante choisit des garanties de base selon sa taille. Ces garanties

Plus en détail

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015 Guide des candidatures 2015 Introduction Dans tout l Ontario, il y a beaucoup d entreprises, d organismes, de collectivités et de particuliers qui font plus que ce qui est requis par la législation environnementale,

Plus en détail

Pierre Tremblay (par téléphone) Denis Lamy LES COMMISSAIRES REPRÉSENTANTS DU COMITÉ DE PARENTS

Pierre Tremblay (par téléphone) Denis Lamy LES COMMISSAIRES REPRÉSENTANTS DU COMITÉ DE PARENTS No. de résolution ou annotation À une séance ordinaire du CONSEIL DES COMMISSAIRES de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy dûment convoquée et tenue au centre administratif du 1515, rue Sainte-Marguerite,

Plus en détail

Étude de Cas Client LINPAC Packaging poursuit sa stratégie de gains de performance avec Shopfloor- Online, le MES de Lighthouse Systems

Étude de Cas Client LINPAC Packaging poursuit sa stratégie de gains de performance avec Shopfloor- Online, le MES de Lighthouse Systems Étude de Cas Client LINPAC Packaging poursuit sa stratégie de gains de performance avec Shopfloor- Online, le MES de Lighthouse Systems Gains de productivité et réduction des coûts assurent le retour sur

Plus en détail

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles Les processus de sélection et de surveillance des gestionnaires des portefeuilles de NEI : Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles LES FONDS COMMUNS VUS DIFFÉREMMENT..888.809.

Plus en détail

Coralie Cuillerier, Zahir Ibelaidene, Steve Latour, Martin Pearson, Ahmadou Sarr, Karine Tremblay

Coralie Cuillerier, Zahir Ibelaidene, Steve Latour, Martin Pearson, Ahmadou Sarr, Karine Tremblay IDENTIFICATION DE L ÉQUIPE PLAN DE POSITIONNEMENT D AFFAIRES Coralie Cuillerier, Zahir Ibelaidene, Steve Latour, Martin Pearson, Ahmadou Sarr, Karine Tremblay DESCRIPTION DU PROJETTECHNOLOGIQUE Création

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA CAPITALE

COMMISSION SCOLAIRE DE LA CAPITALE PROVINCE DE QUÉBEC COMMISSION SCOLAIRE DE LA CAPITALE CIRCONSCRIPTION DE VANIER Procès-verbal d une séance extraordinaire du conseil des commissaires de la Commission scolaire de la Capitale tenue au Centre

Plus en détail

Régime de rentes du Québec

Régime de rentes du Québec RETRAITE QUÉBEC Guide du bénéficiaire Régime de rentes du Québec Pour connaître vos droits et vos obligations Tout sur le Web Les renseignements contenus dans ce document se trouvent également sur notre

Plus en détail

Demande d interprétation de crédit et Demande d innovation et de design Procédures à l intention des fournisseurs de LEED Canada pour les habitations

Demande d interprétation de crédit et Demande d innovation et de design Procédures à l intention des fournisseurs de LEED Canada pour les habitations Demande d interprétation de crédit et Demande d innovation et de design Procédures à l intention des fournisseurs de LEED Canada pour les habitations Ce document résume toutes les procédures de soumission

Plus en détail

«ON NE PEUT RIEN APPRENDRE AUX GENS. ON PEUT SEULEMENT LES AIDER À DÉCOUVRIR QU ILS POSSÈDENT DÉJÀ EN EUX TOUT CE QUI EST À APPRENDRE.

«ON NE PEUT RIEN APPRENDRE AUX GENS. ON PEUT SEULEMENT LES AIDER À DÉCOUVRIR QU ILS POSSÈDENT DÉJÀ EN EUX TOUT CE QUI EST À APPRENDRE. 2012 2013 RAPPORT ANNUEL FONDATION DE LA FORMATION ÉCONOMIQUE «ON NE PEUT RIEN APPRENDRE AUX GENS. ON PEUT SEULEMENT LES AIDER À DÉCOUVRIR QU ILS POSSÈDENT DÉJÀ EN EUX TOUT CE QUI EST À APPRENDRE.» - GALILÉE

Plus en détail

Pour une meilleure prise en charge de la santé et sécurité du travail : Prendre le taureau par les cornes : c est pas bête!

Pour une meilleure prise en charge de la santé et sécurité du travail : Prendre le taureau par les cornes : c est pas bête! Pour une meilleure prise en charge de la santé et sécurité du travail : Prendre le taureau par les cornes : c est pas bête! Historique État de la situation en 2008 Style de gestion : réactive La chance

Plus en détail

TRAITEMENT BIOLOGIQUE

TRAITEMENT BIOLOGIQUE Référent : Service SEET Direction DPED ADEME (Angers) TRAITEMENT BIOLOGIQUE Juillet 2014 Les polluants concernés par la technique de traitement biologique sont les composés odorants et les Composés Organiques

Plus en détail

ASSOCIATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN RETRAITÉ

ASSOCIATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN RETRAITÉ ASSOCIATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN RETRAITÉ Procès-verbal de la 13 e (treizième) assemblée générale de l Association du personnel de soutien retraité tenue le 19 mai 2010 à la pièce A-509 du Pavillon

Plus en détail

Demander un numéro d assurance sociale...

Demander un numéro d assurance sociale... Demander un numéro d assurance sociale... Si vous êtes un citoyen canadien, un nouvel arrivant au pays ou un résident temporaire, vous avez besoin d un numéro d assurance sociale (NAS) pour travailler

Plus en détail

UN SERVICE À VOTRE IMAGE

UN SERVICE À VOTRE IMAGE UN SERVICE À VOTRE IMAGE Un service Un service de de Mutuelles qui qui inspire inspire la fierté! la fierté! Depuis 2012, Depuis l AQEI 2012, offre l AQEI un offre outil un sur outil mesure à mesure ses

Plus en détail